Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Quatrième partie. L’art de bien s’adapter

Être gendarme

Spécificité gendarmique et changement social à la fin du xxe siècle

François Dieu

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’homme de guerre, écrivait Alfred de Vigny dans Servitude et grandeur militaires (1835), est isolé du citoyen, il est malheureux et féroce parce qu’il sent sa condition mauvaise et absurde. Il est triste que tout se modifie au milieu de nous et que la destinée des armées soit la seule immobile ». Homme de guerre pas comme les autres, parce que sa mission première est policière, le gendarme de la fin du vingtième siècle n’en éprouvait pas moins pareil sentiment d’amertume et de désarroi. À la différence de ses prédécesseurs demeurés silencieux, il allait, durant l’été 1989, faire entendre sa voix pour souligner, au moyen de lettres anonymes, combien il était urgent que soient prises en considération ses revendications au mieux vivre et au mieux être. Au-delà de leur dimension corporatiste, ces événements ont révélé l’existence chez le gendarme d’un besoin de considération, dépassant le cadre de ses relations avec sa propre hiérarchie pour concerner aussi sa place dans la société f...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540