Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lettres d’un capitaine terre-neuvas

 | 
Joseph Conan

Avant-propos

Martine Cocaud et Jean-Michel Auffray

Texte intégral

1Entre le 27 avril 1853 et le 26 mai 1862, un capitaine à la grande pêche de la baie de Saint-Brieuc recopie dans un carnet les lettres qu’il envoie à ses partenaires professionnels dont le protagoniste principal est un armateur. La rareté de ce genre de document lui confère d’emblée, un intérêt non négligeable. Il faut toutefois, avant de l’analyser, intégrer deux caractéristiques qui en limitent sans doute la portée.

2Ainsi, l’aventure commune des deux correspondants principaux n’a pas valeur d’exemple. Elle vaut essentiellement par sa singularité. En effet, ni l’armateur Mathieu Rubin de Rays ni le capitaine, Joseph Conan n’apparaissent comme des paradigmes des armateurs ou des capitaines terre-neuviers à cette période de l’histoire. L’un et l’autre n’ont finalement joué qu’assez peu de temps les rôles dans lesquels on les trouve tout au long de leur correspondance. On peut aussi raisonnablement se poser des questions sur leurs réussites professionnelles respectives.

3Rubin de Rays n’a été armateur que tardivement : durant seulement quinze ans en ce qui concerne la grande pêche. Son itinéraire lui est particulier. Il n’appartient pas à ces grandes dynasties d’armateurs que l’on retrouve durant tout le dix-neuvième siècle armant des navires pour Terre-Neuve ou l’Islande au quartier de Saint-Brieuc. Son père, hobereau terrien du pays de Dinan n’avait rien à voir avec la profession. C’est son mariage avec une petite aristocrate de Pléneuf qui l’entraîne dans cette aventure et son entreprise disparaît dès qu’il cesse ses activités.

4Joseph Conan, quant à lui, a certes été marin depuis l’âge de dix-sept ans mais il a abandonné son métier à l’âge de trente-six ans, comme s’il ne l’avait exercé auparavant que contraint et forcé. Le très bref épisode à Islande, qui se traduit cinq ans plus tard par un échec au moins personnel, corrobore cette impression. Il abandonne alors tout commandement pour se retirer chez lui et vivre de ses rentes.

5Cette correspondance de quatre ans se situe donc à la jonction de deux carrières atypiques. C’est un témoignage intéressant et plutôt original si on se réfère aux activités de la plupart des autres capitaines et armateurs à la grande pêche durant cette période.

6L’autre caractéristique qui limite la portée de ce document, c’est qu’il n’est écrit que par un seul des correspondants. Il est évidemment fort regrettable que nous ne disposions, malgré nos recherches, que des lettres du capitaine Joseph Conan. Il nous faut deviner, autant que faire se peut, les propos de ses interlocuteurs. Cet exercice d’induction est périlleux et il a des limites évidentes que nous nous sommes efforcés de ne pas outrepasser.

7Bien entendu, si tout au long de ces pages, les protagonistes ne sont pas les images fidèles de leurs collègues, leurs décisions n’en sont pas moins dépendantes de conjonctures semblables. Leur histoire commune n’est évidemment pas aléatoire et elle s’explique en partie par les contingences et les conjonctures politiques, sociales et économiques locales nationales et internationales. Simplement, ils y répondent à leur manière en louvoyant entre les événements et les contraintes inhérentes à leurs professions.

8Cette correspondance est donc l’occasion d’analyser les personnalités et les trajectoires de ces hommes, comme leurs implications professionnelles. Mais on y suit aussi les modalités pratiques relatives à la vente de la morue, les recherches de frets de retour et les problèmes commerciaux du cabotage. Nous suivrons donc le quotidien d’un capitaine à la grande pêche dans ce qu’il a de plus ordinaire.

9Cependant, une grande partie de la correspondance de Joseph Conan se situe dans un contexte très particulier pour les marines de pêche et de commerce en France. En effet, durant quelques années, la guerre de Crimée accentue les pressions et les contraintes qui s’exercent sur les armements. La grande pêche en est particulièrement affectée et les vicissitudes du capitaine Conan en seront en grande partie le reflet comme les conséquences. En d’autres termes la correspondance entre Joseph Conan et de l’armateur Rubin de Rays témoigne des réponses pratiques qu’ils tentent de fournir en ces circonstances particulières.

10À rebours, et en dehors de la guerre de Crimée – qui pose de nombreux problèmes à l’armateur et au capitaine – les lettres de Joseph Conan s’inscrivent peu dans le contexte politique, économique et social du Second Empire. Le monde extérieur aux ports et aux navires transparaît peu. Si n’étaient rapidement évoqués le télégraphe électrique ou la présence de « vapeurs », on pourrait très bien penser que la plupart des lettres de Joseph Conan ont été écrites au début du XIXe siècle.

11Pourtant, les années cinquante et soixante voient des mutations économiques et techniques importantes. Sur mer et dans les ports, les changements sont considérables. Les navires à vapeur, de plus en plus grands et nombreux, transforment radicalement la manière de concevoir la navigation commerciale. L’hélice remplace la roue à aubes, les puissances des machines augmentent, on se met à fabriquer des coques en fer. Les navires à vapeur, au début très limités dans leur autonomie du fait de leur énorme consommation de charbon, s’aventurent dans des mers de plus en plus lointaines. À la barre d’un brick de conception très proche de ceux qu’on fabriquait cinquante ans auparavant, Joseph Conan semble, dans sa correspondance, ne manifester qu’un intérêt très limité pour les bouleversements qui sont en train de transformer la marine.

12Bien qu’il y participe un peu, Joseph Conan s’intéresse à peine aux changements qui affectent les grands circuits maritimes commerciaux sous le Second Empire. Il n’a sans doute pas le recul suffisant pour cela. Pourtant, lorsqu’il écrit, le grand commerce au long cours – qui était longtemps resté accaparé par les îles de la mer des Caraïbes –, se diversifie vers les Amériques, l’Océan Indien voire le Pacifique même si les cargaisons de retour demeurent essentiellement constituées de produits exotiques assez onéreux : sucre, café, coton et autres. À l’aller, il y a, bien sûr, les produits manufacturés de l’industrie européenne à haute valeur ajoutée mais des pondéreux font leur apparition. C’est le cas en particulier du charbon dont ont besoin les ports et les industries naissantes. C’est ainsi que Joseph Conan livre une cargaison de charbon du Pays de Galles au Brésil. De même, les transports de minerais à destination des centres de transformation s’accroissent considérablement tandis que le petit cabotage traditionnel voit son rôle décliner à cause de la concurrence du chemin de fer.

13À ce titre, les lettres de Joseph Conan valent par leur témoignage relatif à des activités particulières à une époque donnée. Mais elles ont été envoyées pour des raisons très pratiques. Leur but initial n’était pas de témoigner des grandes mutations techniques et économiques en cours. Elles les ignorent.

14Ces lettres ayant été écrites il y a environ cent cinquante ans, la question pouvait se poser de savoir si leur forme pouvait présenter un quelconque intérêt historique. De prime abord, les lettres de Joseph Conan semblent écrites d’une main ferme et sûre. La graphie, assez régulière, est vigoureuse. Les textes paraissent écrits par une personne accoutumée au maniement de la plume. Pourtant, la lecture et la compréhension de ces lettres sont difficiles. Tout d’abord, l’orthographe, très approximative, est source de gênes constantes ; surtout quand il s’agit de déchiffrer un vocabulaire parfois très technique. Mais les problèmes principaux sont l’absence de ponctuation et des constructions de phrases parfois très fantaisistes ou même inexistantes qui rendent certains passages obscurs voire incompréhensibles de prime abord. Une lecture cursive laisse parfois le choix entre diverses interprétations selon les découpages possibles.

15Nous n’avons pas vu l’avantage qu’il y aurait à obliger le lecteur à refaire le travail de reconstitution que nous avons effectué. Il nous est donc apparu que l’intérêt de ce document résidait davantage dans ce qu’il relate que dans sa forme. Le livrer brut n’aurait apporté que des informations sur les compétences épistolaires de Joseph Conan au détriment de tout le reste.

16Pour faciliter la lecture, nous avons donc rectifié l’orthographe et rétabli la ponctuation. Dans de très rares cas, lorsque des termes demeuraient malgré tout illisibles, nous en proposons une interprétation en tenant compte évidemment du contexte de façon à maintenir cohérence et intelligibilité à l’ensemble.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540