Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journal d’un chanoine du Mans

 | 
Nepveu de La Manouillère

Remarques de tout ce qui est arrivé de remarquables depuis que je suis Chanoine à St Julien, soit à l’Église soit dans ma famille, et dans la ville

1759-1769. Le journal-cérémonial, aide mémoire du chanoine débutant

Texte intégral

1759

Prise de possession de mon canonicat

  • 1 La prise de possession et la réception (ou installation) se font le plus souvent en deux temps à q (...)

1J’ay pris possession de mon canonicat, le 5 fevrier 17591.

Un Te Deum

  • 2 Le chanoine évoque ici l’affaire de Berghen (13 avril 1759) près de Francfort, dans laquelle le pr (...)

2Le 20 may 1759, nous avons chanté un Te Deum pour un avantage remporté sur le Roy de Prusse2, ce qui n’est pas arrivé souvant.

Installation de Mr de Beauvau, sénéchal - C’était un mercredi

  • 3 La Forge : nom donné à une partie de la comptabilité du chapitre. Voir glossaire.
  • 4 Ce rituel s’intitule « les honneurs du chapitre » (Armand Bellée, L’ancien chapitre cathédral du M (...)

3Le 11 juin 1759, le chapitre a député Mrs Perier et Maignan, chanoines et orateurs ordinaires, pour arranguer Mr de Beauveau, sénéchal qui venait au Mans pour se faire installer, on luy a porté les honneurs qui sont le pain et le vin ; ce sont deux grandes hurnes détain que lon remplit du meilleur vin. Elles tiennent chacunes six ou huit pintes, il y a aussi douses pains molets. Chaque chanoine a pour luy une pinte de vin et une livre de pain. Voilà comment cela se pratique quand le seigneur à qui on veut envoyer les honneurs du Chapitre. On envoye demender par un des sergens quand le seigneur sera visible, pour ne pas attendre. Les deux chanoines sont en robes de cérémonies avec le bonet caré, précédés de deux sergens ou bedeaux ; il y a un homme qui porte les urnes ou vaisseaux remplis de vin ; le receveur de la forge3 qui est un prestre, en manteau long, porte le pain, quand ils sont arrivé, ils se font annoncer : Mrs Les Députés de la Cathédralle ! Le seigneur se présente dans la salle, et là, debout, il entend le compliment de Mrs les orateurs, et les reconduit, ordinairement, il fait donner de l’argent qui est pour les sergens ou bedeaux4.

Cérémonie du jour de Sts Gervais et Protais

  • 5 L’abbaye bénédictine Saint-Pierre et Saint-Paul de la Couture avait été fondée entre 587 et 616 pa (...)
  • 6 Fondée par Domnole vers 572, Saint-Vincent est la plus puissante abbaye du Mans. Reconstruits par (...)

4Le 19 de juin, jour de St Gervais et de St Protais enciennement patrons de la Cathédralle, et il est encor feste, en ville seulement. Trois bénédictins sont obligés de venir assister à la grande messe, dy chanter le graduel ; ils y occupent les trois premières places du costé droit, ils se fournissent d’ornements, ils sont de l’abbaye de la Coulture5 et le 13 décembre, trois Bénédictins de labbaye de St Vincent6 sont obligé de venir faire la même cérémonie, ils occupent les trois premières places du costé gauche, laissant toujours la place de la dignité vacante.

Service pour un Chanoine d’Angers

  • 7 Des liens remontant au XIIIe siècle unissaient étroitement les chapitres du Mans et d’Angers. La M (...)

5Le 25 aoust 1759 le chapitre a fait un service pour Mr de la Cholinière, chanoine de la Cathédralle d’Angers7. Nous sommes en société de prières avec ces Mrs. Ils en font un quand il meurt un chanoine du Mans, cela consiste en vespre des morts avec vigile avec nocturne et le lendemain une grande messe.

Permutation de la semy Prébende de Mr Lochu avec Mr Panthou

6Le 2 septembre 1759 Mr Lochu semy prébendé a permuté son bénéfice avec Mr Panthou, Curé de Montaillé proche St Calais ; et le cinq du même mois il a pris possession de la semy prébende. Il est né le 25 du mois de may mille sept cent vingt et un ; il s’appelle Jean, il a 38 ans.

Jubilé pour le nouveau Pape Clément treise

  • 8 Clément XIII (1693-1769) avait été élu Pape le 6 juillet 1758. Son pontificat reste marqué par la (...)

7Le cinq de novembre 1759, le Pape Clément treize a accordé des indulgences en forme de Jubilé8. Il a été annoncé le quatre, la veille, par le son de toutes les Cloches de la ville qui ont sonné depuis cinq heures du soir jusqu’à six. Le lendemain, cinq, toutes les cloches ont encore sonné depuis sept heures du matin jusqu’à huit ; on dit matines la veille, prime à six heures du matin, ensuitte le chapitre, la messe du Cœur, à neuf heures la procession généralle est partie pour St Vincent. C’est Mr Blin archidiacre de Montfort, qui a dit la grande messe du St Esprit. Mr de Froulay, Evesque, etoit à Paris.

Lettre pour l’argenterie

  • 9 La guerre de Sept Ans entraine la monarchie dans les difficultés financières. Arrivé aux finances (...)
  • 10 Le chapitre n’était pas aussi pauvre en réalité que l’affirme ici le chanoine (voir au 6 juin 1760 (...)

8Le 24 décembre 1759, nous avons reçu au chapitre une lettre circulaire du Ministre qui engage de donner un détail de toute l’argenterie qui est dans l’Église afin denvoyer tout ce qui n’est point nécessaire pour faire des espèces pour secourir létat dans son pressant besoin9. Comme nous navons que le nécessaire et pas même le nécessaire nous navons rien envoyé, tous les particuliers qui avoient de la veselle platte lont enfermée pendant quelque temps10.

Mr de Boisclaireau nommé brigadié

9Le 25 décembre 1759, on a appris au Mans que Mr de Boisclereau, gentilhomme de la ville du Mans et frère dun chanoine, étoit brigadiér des armées du Roy.

10 Fin de l’année 1759

Remarques de l’année 1760

Notaire et greffier du chapitre

  • 11 Le notaire Jacques Coutelle était installé rue Saint-Vincent [aujourd’hui rue Lionel-Royer] depuis (...)

11Le 7 mars 1760. La place de grefié et Notaire du chapitre a été adjugée à Mr Coutelle, notaire royal au Mans, demeurant à St Vincent11, pour la somme de douse cent livres.

Pour les saintes huiles

  • 12 Monsieur du Mans est l’évêque du Mans. Il s’agit alors de Charles-Louis de Froulay, né en 1687 et (...)
  • 13 Chapitre extraordinaire : réunion du chapitre organisée en plus des séances ordinaires (voir gloss (...)
  • 14 Conclusion : les conclusions capitulaires sont les décisions prises par le chapitre réuni. Elles s (...)

12Le 28 mars 1760 Mr du Mans12 a fait avertir le chapitre par Mr Beaudron son grand-vicaire, et qui est scolastique et chanoine quil avoit lintention de faire les saintes huiles dans l’Église de son séminaire. Le chapitre a prié et commis Mr Beaudron de luy representer, de la part de la compaignie, que cétoit un droit de Cathédralle de les faire dans l’Eglise. Il a toujours persisté. Enfin, le chapitre a député vers Mr du Mans Mr Blin, archidiacre de Montfort, et Mr Roger chanoine pour luy renouveller de la part du chapitre de les faire dans la Cathédralle, il a dit pour raison quil avoit un rhumatisme qui lincomodoit beaucoup et que faisant la cérémonie des huilles dans son Eglise il seroit obligé de dire une grande messe solemnelle. Après plusieurs chapitres extraordinaires13 pour cette affaire, on a conclu de ne point intenter de procès sans cependant déroger aux droits du chapitre, ce qui a été écrit par une conclusion du 10 avril 176014.

Prisse de possession du canonicat de Mr de la Briffe-Ponsan

  • 15 Chapitre général : réunion générale de tous les membres du chapitre, y compris les prêtres habitué (...)

13Le lendemain de la Dédicasse, après un Chapitre général15, Mr de la Briffe Ponsan a pris possession du canonicat que luy a resigné Mr Hoquart abbé de Sully à raison de 400 # de pension ; il est né le 23 septembre 1733, il a bientôt 27 ans.

Mr Hoquart reçu honoraire

  • 16 Lors de la prise de possession du chanoine Nepveu, le 5 février 1759, c’est le doyen Hocquart qui (...)

14Le jour du chapitre généralle de la Dédicasse après la prise de possession de Mr de la Briffe Ponsan, Mr l’abbé Hoquart fut reçu chanoine honoraire, le 15 avril 176016.

Mort de Mr Guillou

15Le 17 avril 1760 mois gradué Mr Guillou est mort âgé denviron 74 ans, il avoit été longtemps oratorien.

Cérémonial de l’enterrement d’un chanoine

  • 17 Le rituel de l’Église du Mans fixait la quantité de cierges des 11 fêtes de première classe (Pâque (...)
  • 18 Le président : celui qui en l’absence du Doyen présidera le chapitre, c’est-à-dire le dignitaire s (...)

16Cérémonial que l’on observe quand un chanoine est mort. Après la mort de Mr Guillou, la justice du chapitre, savoir le bailly, le procureur fiscal et le greffié vont apposer les sceaux. Mr le procureur du Chapitre y assisté pour voir sil ny a point de testament et comment la famille veut que lon face lenterrement : il y a des luminaires de premières et de secondes classes17. L’on sonne pendant une heure la grosse cloche après le trépassement tous les chanoines sassemblent dans le cœur pour y dire les prières. Après les prières Mr le Doyen ou le Présidant18 et tous messieurs les Chanoines suivant lordre de leur réception vont au Revestière où l’on dit : Requiescat in pace, on répond : Amen ; lon dessend au chapitre pour décider lheure et la manière dont on fera la cérémonie. On nomme ordinairement le plus ancien chanoine du costé doù est le mort ; quand c’est une dignité, on nomme Mr le Doyen ou Présidant.

Chapelle que jay présentée à Mr Motreuil

  • 19 Ma semaine pour les chapelles : à tour de rôle, les chanoines « de semaine » pouvaient exercer un (...)
  • 20 Les affaires du temps : la querelle religieuse, car René Gouault de Villiers était janséniste.

17Le 29 avril 1760 il est tombé dans ma semaine pour les chapelles19 une chapelle vacante par la mort de Mr Gouaust de Villiers de la Vinaudière, docteur en Théologie ; il avait été longtemps à la Bastille pour les affaires du temps20. Je lay présentée à la sollicitation de Mr l’abbé Nepveu le jeune, chanoine, à Mr Motreuil vicaire. Il étoit gradüé. La chapelle vaut peut estre 80 #, charge faite.

Prise de possession du Canonicat de Mr René-Marin Huet

  • 21 Le Bas-Maine : partie ouest de la province du Maine, correspondant approximativement à la Mayenne (...)

18Le 30 may 1760, Mr Huet a pris possession du Canonicat vacant par la mort de Mr Guillou, par présentation de Mr de Froulay, Evesque du Mans qui présente tous les Canonicats de la Cathédralle. Mr Huet est né dans la paroisse de Vilpail, dans le Bas-Maine21 ; il s’appelle René-Marin Huet, né le 22 aoust 1721 ; il a par conséquant 39 ans.

Enfans de cœur

  • 22 Le dernier enfant de chœur : le dernier en date des jeunes garçons reçus à la psallette. Les huit (...)

19Le 31 may 1760 Mr Bobet sous-chantre a installé Guiard le cadet âgé de 7 ans un peu plus pour estre le dernié enfans de cœur22.

Diacre supléans

20Le 9 juin 1760 on a reçu Mr Belingans prestre qui a esté enfans de cœur dans notre Eglise pour estre diacre supléans.

Mr l’Evesque de Soissons

  • 23 François de Fitz-James (1709-1764), troisième fils du Maréchal de Berwick, était devenu évêque de (...)
  • 24 Six mois plus tôt, le chanoine écrivait que le chapitre n’avait même pas le nécessaire (voir au 24 (...)
  • 25 Les eaux de Baresches : les thermes de Barèges, situés à 1 250 m d’altitude au pied du Pic du Midi (...)
  • 26 Le diariste commet ici une erreur. L’évêque de Soissons décède le 19 juillet 1764.

21Le 6 juin 1760 Mr Fitsdejam23 Evesque de Soissons duc et pair et de France est venu au Mans, entré dans notre Eglise, a assisté à vespres dans le jubé après lesquels il a visité notre Eglise pour y voir toutes les antiquités et le thrésor dans lequel il y a des pièces curieuses24. On luy a envoyé les députés avec les honneurs du Chapitre savoir pain et vin. Il passoit par Le Mans pour aller aux eaux de Baresches25 ; il est mort dans l’année 176926.

Prières saluts pour la paix

22Le 16 juin 1760 Mr de Froulay Evesque du Mans étant à Paris a envoyé une lettre du Roy pour faire des prières pour la paix, le Dimanche suivant, lon chantera un salut solennel sans convoquer les compaignies, avec exposition du St Sacrement, les Dimanches et festes suivant on en fera autant après vespres et cela pendant trois mois, les prières que lon doit dire sont marquées dans le processional.

Salut pour la paix

23Le 22 juin 1760, lon a fait un salut solennel pour la paix. Mr le Chantre en robbe rouge (Mr le Doyen absent) et en chappe a exposé le St Sacrement, est allé se mettre en sa place de dignité. Les enfans de cœur on chanté le verset Domine non secundum ; Mr le sous chantre sur le pont a entonné sub tuum presidium entienne à la Vierge et l’entienne Da pacem Domine. Le sacriste et le diacre en étolle, les enfans de cœur sont venu chercher Mr le Chantre qui a donné la bénédiction comme le jour de la petite feste Dieu ; pendant qu’on a remonté la custode on a chanté en musique le psaume Exaudiat, après lequel on a dit les versets et oraisons marqués dans le processional. La riotte a commencé à sonner à cinq heures et demie jusqu’à six heures ensuitte la grosse cloche pendant un quart dheure et toutes les cloches ont sonné quand on a commencé et pendant la bénédiction.

Chanoine d’Angers

24Le 8 novembre 1760 nous avons fait un service pour Mr Viger, chanoine d’Angers, comme à l’ordinaire.

Mort de Mr Hoquart

  • 27 Quelques heures après sa mort, sa maison est mise sous scellés et inventoriée (AD Sarthe : B 771). (...)

25Le 10 novembre 1760 Mr Hoquart chanoine honoraire abbé de Sully en Touraine est mort âgé de soixante et onse ans27. On a chanté vigiles après les vespres de St Martin, et le 11 après la grande messe du cœur il a été enterré au dessus de la marche comme bienfaiteur de l’Eglise. Il avoit donné pandant sa vie deux beaux ornements. Par son testament il ordonne 20 messes basses dittes par Mrs les chanoines payées à 1 # 10 sols, et 20 messes par Mrs de St Michel qui leur sont payés à 1 # et autant le jour du service ; en outre il a donné au chapitre 272 # quil a laissé entre les mains de Mr de la Briffe et Mr Montsaillé qui sont les dépositaires de ses volontés. La dernière somme étoit à ce que lon croit pour les nonvalues de sa maison occupée par Mr la Briffe Ponsan. Il avoit résigné trois semaine avant sa mort son prieuré à Mr Montsaillé.

Permutation de Mr Létoile chanoine avec Mr Després curé d’Ivré

  • 28 Ce nouveau chanoine, Julien-François Després, était installé dans son ministère paroissial depuis (...)

26Le 30 décembre Mr Duclos de Létoile a permuté son canonicat avec Mr Després Curé d’Ivré l’Evesque. Il est âgé de cinquante et deux ans. Il s’appelle Julien Després, il est né le… mars 17… (je ne le say pas) il est actuellement curé d’Ivré28.

L’année 1761

La cure de Tassé

  • 29 Tassé est situé à 40 km au sud-ouest du Mans. Il est curieux de voir le chanoine citer Vallon[-sur (...)
  • 30 Le Petit Saint-Pierre : nom d’usage qui désigne la paroisse de Saint-Pierre-le-Réitéré, dite aussi (...)

27Le 16 janvier 1761 Mr Hersan chanoine et Grand-Vicaire a présenté la Cure de Tassé proche Valon29 à Mr Nesan vicaire du petit St Pierre30 comme gradué en règle.

Le Caresme

28Le caresme de lannée 1761 a esté presché par un cordelier appelé le Père… bon prédicateur.

Cure de St Denis de Gastines

29Le 17 mars 1761 jay présenté la cure de St Denis de Gastines vacante par la mort de Mr Godart laquelle est tombée en ma semaine. Je lay donnée à la réquisition de mon oncle de la Motte à Mr Moreau, principal du Colège et Vicaire de Loué. La dite Cure vaut au moins mille écus de revenus.

Mort de Mme de Rouillon

  • 31 Mme de Rouillon : Catherine-Françoise de Valetot, épouse de Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon (...)

30Mme de Rouillon est morte le 21 mars 1761, elle est morte presque subitement, cétoit un apcès dans loreille qui l’a étouffée31. Elle a été inhumée dans l’Eglise du petit St Pierre.

La Cure de Mulsanne

  • 32 Mulsanne, bourg important situé à une douzaine de km au sud du Mans.

31Le 6 avril 1761 Mr Pillon chanoine semy prébendé a présenté la Cure de Mursanne32 à Mr Charlier, de Bonnétable comme gradué.

Mariage de Mr de Monthulet

  • 33 Saint-Pavin-de-la-Cité : petite paroisse intra-muros qui comptait 250 habitants en 1764.

32Mlle Le Vasseur a épousé Mr de Monthuelet gentilhomme de la Perrière proche Belesme, il servoit dans la milice. Le mariage a retardé de deux jours parce quil navoit point été à confesse ce qui a donné lieu au public pour causer. Le 16 avril 1761 dans l’Eglise de St Pavin de la Cité33 à minuit.

Te Deum

  • 34 Après la victoire de Clostercamp, le duc de Broglie écrase une nouvelle fois les Hanovriens de Bru (...)

33Le 3 may 1761 nous avons chanté un Te Deum pour un avantage remporté à Anovre par Mr de Broille34.

Enfans de cœur

  • 35 Le nouvel enfant de chœur, André Brard, démarre ici une formation maîtrisienne qui va durer plus d (...)

34Le 20 may 1761 nous avons reçu un enfans de cœur appellé… Brard agé de 7 ans en la place de Bodereau le premier enfans de cœur qui est sorty les premiers jours de may et qui reste comme musicien pendan six mois35.

Chapelle

  • 36 Jean-Joseph-Guillaume Pérou, fils d’un maître-chirurgien, était né le 5 février 1747 : le nouveau (...)

35Le 3 juin 1761 le chapitre a accepté une démission dune chapelle que présente Mr de Tourigny, la chapelle est deservie dans l’Eglise à lautel St Jean en faveur de Mr Jean Josep Pérou cler en Rhétorique ; c’est Mr Pérou son oncle qui la luy fait donner, il a été installé le 5 juin 176136.

Mort de Mr Hersan chanoine

  • 37 Le chanoine Hersan occupait un petit appartement dans les bâtiments du séminaire. Il était servi p (...)
  • 38 Il a été administré : on lui a administré les derniers sacrements.
  • 39 Le château d’Yvré, édifié par le Cardinal-Évêque Philippe de Luxembourg pour servir de résidence d (...)
  • 40 Nos rangs d’antiquité : les chanoines, en procession comme au chœur, se rangent en fonction de l’a (...)

36Le 9 juin 1761 Mr Hersan chanoine et grand vicaire est mort dune hidropisie au séminaire St Charles37 ; il a été administré par Mr le Doyen, vers la fin du mois de may38. Il avoit fait un testament par lequel il demandoit à estre inhumé dans l’Eglise dudit séminaire St Charle et Mr Beaudron étoit son exécuteur testamentaire, lequel après en avoir conféré avec Mr du Mans qui étoit alors à son château d’Ivré39, Mr levesque pour ne point donner lieu à aucunes contestation avec le chapitre qui auroit voulu faire loffice dit à Mr Beaudron qu’il ne vouloit pas qu’on enterrast personne dans l’Eglise dudit séminaire St Charles, en conséquence le 10 au matin après Matines et la grande messe du cœur qui étoient finy avant 8 heures on chanta vespres des morts et vigiles après lesquelles Mr Roger chanoine commis pour faire lenterrement est allé avec le bas cœur enlever le corps qui étoit exposé à la grande porte du séminaire et tous les chanoines en habits de cœurs nous nous sommes trouvés à la porte de ville du château (étant dans lusage de ne point sortir de la ville pour pareille cérémonie), où après le corps passé nous avons pris chacun nos rangs d’antiquitté40. Mr Hersan est mort âgé de soixante ans passés. Il a été enterré dans la nef de Saint-Julien.

Prise de possession du canonicat de Mr de Gémarcé

  • 41 « Avant la cérémonie d’installation le récipiendaire doit rendre visite aux membres du chapitre, a (...)
  • 42 René Bouttier de Gémarcé, docteur en théologie, était curé de la paroisse Saint-Benoit depuis 1742
  • 43 Située le long de la rivière Sarthe, en contrebas de la cathédrale, la paroisse Notre-Dame de Gour (...)
  • 44 Élu : officier de finance responsable d’une élection, circonscription financière découpée au sein (...)

37Le 12 juin 1761, Mr Bouttier de Gémarcé après avoir fait les visites chez tous les chanoines comme c’est lusage a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr Hersan41. Il étoit cy devant Curé de St Benoist en ville42 ; il est né dans la paroisse de Gourdaine43 dans le mois de novembre 1699. Il est official et Grand Vicaire et député à la chambre ecclésiastique ; il est jumeau avec Mr de Gémarcé, élu44.

Mort de Mr Nepveu

  • 45 Lire « le 24 », puisque le décès est survenu seulement le 15 décembre : « Le sieur Louis-Jacques N (...)
  • 46 On ne sait pas pour quelle raison Jacques-Louis Nepveu avait été emprisonné, ni si c’était à la de (...)

38Le 4 décembre 176145 nous avons appris la mort de Jacque Nepveu frère de père lequel est mort au Mont St Michel où il étoit par lettre de cachet ; il avoit environ 44 ans quand il est mort46.

L’année 1762

Mort dun sergen

  • 47 Le fait que le diariste ait ignoré, ou oublié, le patronyme du sergent indique probablement que se (...)

39Le 22 janvier 1762 François H… sergean ou bedeau de la Cathédralle, demeurant chez Mr Roger chanoine est mort âgé d’environ 40 ans ; il a été enterré par un chanoine et le bas cœur dans les bas côtés de l’Eglise du costé de la paroisse47. C’est Mr du Mans qui est en droit de vendre la place de sergen, il en a deux à sa nomination et le chapitre deux.

Nouveau sergen

40Le 7 février 1762 nous avons reçu François Launay pour sergen ; il la achetté de Mr du Mans la somme de 1 400 # encor par le canal de Mr labbé Nepveu le jeune chés qui il demeure.

Caresme

41C’est un Minime âgé de 60 ans qui presche le Caresme, il est bon et long.

Mort de ma grande mère

  • 48 Le grand cimetière : « Les Manceaux sous l’Ancien régime partageaient avec la paroisse de Sainte-C (...)
  • 49 Françoise Lambert (1679-1762) était la fille d’un avocat au Présidial du Mans. Avec pudeur, le dia (...)

42Le 28 février 1762 Dame Françoise Le Masson de La Cornillière ma grande mère est morte âgée de 83 ans du sept de ce mois ; elle a fait un testament par lequel elle donne à son domestique appellé Jean Deret qui demeuroit chés elle depuis 22 ans, vingt écus de rente viagère et six boesseaux de bled dont trois de froment et trois de segle ; à Anne Lanneau sa cuisinière toute sa garde-robe (laquelle nest pas considérable) avec un lit, un peu de linge et de quoy monter un petit ménage et autant à son garçon. Elle demande à estre enterrée au grand Cimetiere48 a costé de Mr de Moloré ; elle a donné quelques messes aux Minimes et aux Capucins et aux Cordeliers. Voilà à peu prè son testament dont Mr Lambert avocat son neveu étoit exécuteur testamentaire49.

Mort de Mr Chauvelin ancien garde des Sceaux

  • 50 La notation du chanoine implique que les voix de la cathédrale, et peut-être celles de la collégia (...)
  • 51 Tout ce cérémonial s’explique par le fait que le défunt, Germain-Louis Chauvelin, marquis de Grosb (...)

43Le 23 avril 1762 Mr le Doyen de St Julien ayant appris la mort de Mr Chauvelin ancien garde des Sceaux, a fait faire un service solennel aux Jacobins, a engagé le chapitre dy assister en corps ; après avoir envoyé des députés à Mr le Doyen le chapitre a été en corps chés Mr le Doyen où nous nous sommes assemblés nous en sommes party avec les sergens à la tête, nous sommes allé aux Jacobins. C’est Mr le Doyen qui a dit la grande messe laquelle étoit en grande musique50. Après la Messe nous avons reconduit Mr le Doyen chés luy ; le Présidial a aussi assisté au service en corps51.

Sortie dun enfant de cœur

  • 52 Second enfant de chœur : l’expression signifie qu’il ne s’agit pas de l’aîné, mais de celui qui le (...)
  • 53 Durant les dernières années de leur formation, les enfants de chœur qui en avaient les compétences (...)
  • 54 Sillé-le-Guillaume, petite ville située à 36 km au nord-ouest du Mans. Un orgue est attesté à la c (...)

44Le 23 juin 1762 Guichard second enfant de cœur52 est sorty de la psallette un mois avant ses douses années finies pour aller à Tours où il a une place. Les premiers jours de may Thibaust Legrand53 enfant de cœur après sont temps fait est sorty pour aller à Sillé54 organiste ; en sortant on leur donne 80 # pour s’habiller.

Mort de Mr de Boessay, chanoine

  • 55 Issu d’une famille de magistrats du Bas-Maine, Urbain Bouessey avait été curé de Notre-Dame de May (...)

45Le 27 juillet 1762 mois de grade de rigueur Monsieur Urbain de Boessay est mort âgé de soixante et douse ans à deux mois près ; il a été enterré au-dessus de la marche à costé de son oncle qui avoit fait une fondation ; on na point trouvé de testament55.

Mort de Mr de St Guelin

46Le 29 juillet 1762 Mr de St Guelin chanoine est mort âgé de soixante… ans à sept heures du soir. Il a été enterré le lendemain à dix heures du matin à cause de la chaleur ; on n’a point trouvé de testament.

Prise de possession du canonicat de Mr Loppé

  • 56 Le canonicat d’un janséniste venait d’être donné à l’un des plus ardents défenseurs de la foi cath (...)

47Le 2 aoust 1762 Mr Jasque Loppé Dumenil cy devant chantre ou Diacre à Laval né le 8 juin 1701 a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr de Boessay qui étoit tombé en mois gradué de rigueur ; il étoit le plus ancien gradué du Diocèse ; il a entretenu ces grades pendant 37 ans ; il a actuellement 61 ans56.

Prise de possession du canonicat de Mr Leleu

48Le 5 aoust 1762 Mr Jean Baptiste Leleu Docteur de Sorbonne cy devant vicaire dans le Vandomois, né le 16 aoust 1701, a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr de St Guelin vacant en mois gradué de rigueur ; il étoit le plus ancien gradué après Mr Loppé.

Nouveau enfans de cœur

  • 57 Les deux enfants reçus ce jour-là sont de bonnes recrues : Valée restera 9 ans au chœur de Saint-J (...)

49Le 14 aoust 1762 nous avons reçu deux enfans de cœur en la place de Guichard et de Thibaut qui sont sorty ; le premier sappelle… Valée, et le second… Dutertre57.

Te Deum

  • 58 Le château d’Aménebourg se rend par capitulation aux troupes du roi. La garnison anglaise est fait (...)

50Le 26 septembre 1762 nous avons chanté un Te Deum pour un avantage remporté par Mr le Prince de Condé58.

Fin des Jésuittes

  • 59 Par arrêt du Parlement de Paris (6 août 1762), la Compagnie de Jésus est interdite, ses biens plac (...)

51Dans le courant de l’année 1762 après bien des arrests et procédures faites dans tous les Parlements du Royaume tous les Jésuites ont été obligés de quitter leurs maisons, de ne plus porter leurs habits ; ils ont eu permission de se retirer dans leur famille avec une pension au dépens de la maison doù ils étoient, ou bien de sortir du Royaume59.

L’Avent

52C’est un Carme qui a presché lavent ; il avoit deja presché une octave de St Sacrement.

Ouragan

  • 60 Notre-Dame-du-Chevet est la chapelle axiale de la cathédrale du Mans. Elle est aujourd’hui fameuse (...)

53Le 11 novembre 1762 jour de St Martin, il y a eu pendant toute la journée un vent et un ouragan affreux avec beaucoup d’eau ; il y a eu beaucoup de cheminées renversées. Le vent fit tomber une grosse pierre des croisées du cœur qui pensa tuer un musicien pendant vespres ; dès le lendemain on a abandonné le cœur pour faire les réparations des croisées du cœur ; pendant ce temps là nous avons fait l’office dans la chapelle de Notre Dame du chevet où nous avons resté jusques à Noël60.

Mort d’un sergen

54Le 15 décembre 1762 Michel Desisle lun des sergens est mort âgé denviron 40 ans ; on a vendu sa place à René Choplin domestique de Mr Nepveu lainé 1 400 # dont on a donné 200 # à la veuve Desisle pour dédomagement parce quil ny avoit pas longtemps quil lavoit achettée ; il avoit aussi la sonnerie et la garde des prisons du chapitre ; il a son logement gratis pour cela.

L’année 1763

Mort de Mr Herbelin semy-prébendé

  • 61 Avoir une chapelle à Saint-Michel : être titulaire d’une chapelle offrant l’accès à la confrérie d (...)

55Le 15 janvier 1763 Mr Pierre Herbelin chanoine semy-prébendé est mort d’une fluction de poitrine joint à la goute ; il avoit un prieuré de St Mars que les Bénédictins de la Coulture ont requis ; il avoit une chapelle à St Michel61. Il laisse une niepce et un neveu qui ont tout perdu.

Mort de Mr Lambert curé de Montfort

  • 62 Le curé Lambert était membre associé du Bureau du Mans de la Société Royale d’Agriculture. Il avai (...)
  • 63 Montfort : à 20 km à l’est du Mans, localité appelée autrefois Montfort-le-Rotrou, aujourd’hui Mon (...)
  • 64 Champfrémont : à environ 60 km du Mans, à l’ouest d’Alençon.

56Le 14 janvier 1763 Mr Claude Lambert62 mon parent curé de Montfort63 est mort dans sa cure dune fluction de poitrine joint à la goute ; il n’a été que quatre jours malade. Il avoit une chapelle de famille que présente Mr de Ravigny seigneur de la Posté. Comme parent jay été la requerir à Mr de Ravigny. Sur les lieux il c’est trouvé un parent du costé paternel qui s’appelle Mr René Damoison de la paroisse de Chanfrémont64. La chapelle vaut plus de 300 # de rente.

Chanoine d’Angers

  • 65 François-Alexis-Jérome Nioche de La Brosse était le frère de Jean-Baptiste-François-Joachim Nioche (...)

57Le 25 janvier 1763 Mr de la Brosse chanoine d’Angers est venu au Mans chés Mr de Tournay inspecteur des manufactures, chés qui il a passé environ un mois. Après avoir fait des visites chés Mr le Doyen et chés plusieurs chanoines, on luy a envoyé les députés du Chapitre avec le pain et le vin ; il a assisté à loffice de la Cathédrale en habit de cœur le jour de St Julien et autres festes pendant quil a séjourné au Mans, sa place au cœur étoit après le plus ancien chanoine, ainsi qu’au chapitre auquel il a assisté65.

Semy-prébende

58Le 1er février 1763 Mr Jean Baptiste Legendre, né en la paroisse de… a pris possession de la semy Prébende de Mr Herbelin, laquelle il a eu par ces grades ; il est né le 23 décembre 1705 par conséquant il a 58 ans.

Réforme des Carabiniers

  • 66 À la suite de la guerre de Sept Ans, le duc de Choiseul, nouveau ministre de la Guerre, procède à (...)

59Le 10 avril 1763 Mr le marquis de Pryenne colonel du Régiment des Carabiniers est venu au Mans pour faire la réforme de son régiment tant des hommes que des chevaux ; il a eu la moitié des chevaux de réforme ; ils ont été vendus très bon marché66.

Passage du Régiment de St Chamond

  • 67 Le Régiment de Saint-Chamond, ou « Régiment du Dauphiné », avait été commandé par Charles-Louis-Au (...)

60Le 13 may 1763 le Régiment de St Chamond dans lequel étoit Mr de Cailleau où Mr Fontaine est lieutenant, a passé par icy et y a séjourné. Mr de Cailleau a régallé tous les officiers en arrivant à l’hotel de Tessé, et Mr Fontaine le sammedy. C’est Mr le Comte de Rose qui en est Colonel ; il a cinquante mille écus de rente67.

Mort de Mr Godard chanoine

61Le 15 juin 1763 Mr Joseph Godard chanoine, prévost du chapitre, est mort d’une paralisie qui nétoit point fixée ; n’a été malade qu’un mois, il avoit environ 72 ou 73 ans.

Prise de possession du Canonicat de Mr Fay

  • 68 Le grand Saint-Pierre : autre nom désignant la paroisse de Saint-Pierre-la-Cour.

62Le 17 juin 1763 Mr Guillaume Germain Fay, né dans la paroisse du grand St Pierre68 le 2 septembre 1734, a pris possession du Canonicat vacant par la mort de Mr Godard. Il étoit secrétaire de Mr lEvesque depuis quatre ou cinq ans.

Mort de Mr Vauillon chanoine

  • 69 L’orthographe du diariste reflète peut-être ici la prononciation locale du patronyme du défunt, qu (...)

63Le 21 juin 1763 Mr Joseph Vauillon chanoine, âgé de 81 ans est mort, et a été enterré le soir le même jour69.

Mort de Mr Nepveu de la Motte mon oncle

  • 70 Issu d’une famille de magistrats au Parlement de Paris, Antoine Portail était venu se fixer au Man (...)
  • 71 Nicolas Nepveu (1694-1763) était un vieux soldat du Royal-Comtois-Infanterie resté célibataire (vo (...)
  • 72 Le frère aîné de René-Pierre, en revanche, hérite de Bellefille dont le défunt était seigneur. C’e (...)

64Mr Nepveu de la Motte mon oncle est mort le 27 juin 1763 d’une attaque de paralisie et appoplexie qui était tombée sur la langue, a été pendant deux jours sans pouvoir parler cependant ayant toute sa connoissance. Il a été enterré aux Cordeliers dans la chapelle où est la cave de Mrs Portail70 comme il ny en a plus de nom et que nous sommes les plus proches parents nous avons droit à la ditte Cave. Comme on n’avoit point trouvé de testament par lequel il demendait à estre porté à Chemiré le Gaudin ou est sa terre de Bellefille on lavoit mis aux Cordeliers ; mais depuis on a placé une épitaphe à costé de celle de Mr le marquis d’Autefort qui avoit été propriétaire de Bellefille71. Il est mort le 27 juin 1763 âgé de 69 ans et riche de plus de cent mille écus auquel bien je nay pas beaucoup eu de part ayant fait un testament par lequel à ma sœur ainée et à moy il ne nous donne qu’une rente viagère72.

Te Deum

  • 73 Les traités de Paris (10 février 1763) et d’Hubertsbourg (15 février 1763) mettaient fin à la guer (...)

65Le 3 juillet 1763 nous avons chanté un Te Deum pour la paix ; on a sonné la veille pendant une heure. Le jour de la lumière aux fenestres à 8 heures du soir, ensuite une dousaine de fagots, voilà toute la cérémonie parce que le peuple est dans la misère73.

Publication de la Paix

  • 74 Héros : comprendre héraut, bien sûr.
  • 75 Décharges des boîtes de la ville : dans cette acception, une boîte est « une espèce de petit morti (...)
  • 76 De la lumière aux fenêtres : certaines réjouissances publiques ou fêtes religieuses étaient accomp (...)

66Le 1er aoust 1763 on a publié la paix dans tous les carfours de la ville ; il y avoit douse hommes armés de chaque corps de méttier avec leur drapeau, la Maréchaussée, le Présidial à cheval et en robe rouge. Le Présidial marchoit sur la ligne droite et l’hôtel de ville aussi à cheval étoit sur la ligne gauche. C’étoit le grefier de la police qui étoit le héros74 pour publier dans les rues ; on a tiré trois décharges des boëtes de la ville75, une à midy, la seconde en partant, et la dernière en arrivant. Les boutiques ont été fermées toute la journée par ordre de la grande police ; il y a eu de la lumière aux fenestres76 depuis huit heures du soir jusqu’à onse ; on a commensé à publier devant la grande porte de la Cathédralle, les compaignies du Présidial et de l’Hôtel de Ville se sont donné à souper.

Prières pour le temps

67Le 31 juillet 1763 Mr l’Evesque du Mans après avoir été prié par Mrs de l’Hôtel de ville a fait faire des prières pour le beau temps ; on a chanté dans touttes les Eglises du Diocèse pandant un mois le Miserere et Domine non secundum après vespres comme il ny avoit point de Mandement.

L’Avent

  • 77 Gardien : terme désignant le supérieur dans certains ordres religieux, dont les Cordeliers (voir g (...)
  • 78 Définiteur : titre donné à des moines députés aux chapitres généraux de leur ordre pour y définir (...)
  • 79 Le prédicateur est donc retenu trois ans et demi à l’avance, preuve de sa notoriété.

68Le père Guimpray gardien77 des Cordeliers d’Angers définiteur78 de l’ordre et Docteur de Sorbonne a presché icy l’Avent avec applaudissement. Il doit revenir prescher le Caresme mille sept cent soixante sept79.

  • 80 Cette dernière phrase a évidemment été ajoutée a posteriori par le diariste. Ce mécanisme d’allers (...)

69Il a tombé perclus de tous ces membres, ainsi il n’a pu revenir comme il l’avoit promis80.

L’année 1764

Caresme

70C’est un Carme de la Flesche qui a presché le Caresme.

Retour de Mr l’Evesque

  • 81 « Nous sommes absents par la diversité des lieux, mais présents par la charité des cœurs », écriva (...)

71Mr de Froulay Evesque du Mans est arrivé de Paris le 22 mars 1764 par ordre du Roy, avec défense d’y passer plus de trois mois. Le mesme ordre est pour tous les Evesques81.

Eclipse

72Le 1er avril 1764 il y a eu ou du moins il devoit y avoir une éclipse de soleil annulaire et presque totale. Comme il devoit faire presque nuit à ne pouvoir pas lire, on a avancé l’office et lon a commencé à 8 heures primes. Comme c’étoit un Dimanche on a remis le sermon à l’après dinée ; l’éclipse a commencé à 9 heures trois quarts, et l’on dit qu’il y eust une erreur, car on ne s’en est presque pas apperçu et le temps étoit couvert et il tomboit de l’eau.

Mariage de ma sœur

  • 82 Jay épousé ma sœur : j’ai célébré le mariage de ma sœur.
  • 83 Le château de Bellefille est situé paroisse d’Athenay, mais en bordure du village de Chemiré-le-Ga (...)
  • 84 Voir au 27 juin 1763, en note.
  • 85 Le chanoine Le Cointre occupait la maison canoniale du Livroir, place Saint-Michel. Connue sous le (...)

73Le 8 may 1764. Jay épousé ma sœur cadette82 avec Mr Le Cointre du Vauguion Lieutenant de la Maréchaussée du Mans, natif de Nogent-le-Rotrou. La cérémonie s’est faite dans la chapelle du château de Bellefille83, appartenant à mon frère84 ; Mr l’Evesque du Mans avoit donné toutes les permissions. Ma mère n’ayant pas voulu consentir à ce mariage, n’a pas voulu y estre. Pour témoins étoient ma sœur ainée, Mr l’abbé Nepveu, Mr Lambert de notre costé ; Mrs Perier fils et Mr de Bordigny, Mr l’Abbé Le Cointre son frère de Vauguion85.

Nouveau enfans de cœur

  • 86 Nepveu rectifiera plus tard en Letertre le patronyme ici noté d’une manière erronée. Par ailleurs, (...)

74Le 27 may 1764 Mr le sous chantre a installé… Dutertre enfans de cœur âgé de cinq ans et demy, né dans la paroisse de la Coulture86.

Mort de Mr Buquet chanoine

  • 87 Le chanoine Buquet était membre du Bureau d’Agriculture du Mans et avait participé à 52 séances du (...)

75Le 30 May 1764, Mr Thomas Buquet87 Chanoine et Archidiacre de Passais et Procureur du Chapitre est mort âgé d’environ soixante et huit ans ; il avait eu une attaque de paralisie il y a environ un an. Le 29, il tomba en appoplexie dont il est mort ; il a été enterré au milieu de la nef le même jour à cause de la feste de l’Assension et qu’il faisoit grand chaud.

Prise de possession du Canonicat de Mr Basoge

76Le 3 juin 1764 Mr Basoge chanoine a pris possession de l’Archidiaconé de Passais vacant par la mort de Mr Buquet.

Prise de possession du canonicat de Mr Clottereau

  • 88 Saint-Jean-de-la-Chevrie : paroisse de la rive droite, comptant 1 530 habitants en 1764 (AD Sarthe (...)

77Le 3 juin 1764 Mr Clottereau Curé de la paroisse de St Jean la Chevrie88, paroisse de la ville du Mans, a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr Buquet. Il s’appelle Jean Clottereau né le… may 17…

Mr Perrié, archidiacre

  • 89 L’abbaye bénédictine Notre-Dame-du-Pré de Valmont (Seine-Maritime actuelle), fondée au XIIe siècle (...)
  • 90 Antoine-Nicolas-Perier, né en 1712 et reçu chanoine en 1743, était fils d’un procureur au siège de (...)

78Le 12 juin 1764 Mr Perrié chanoine a pris possession de l’Archidiaconé de Laval que luy a résigné Mr l’abbé de Forge à qui Mme la Duchesse de Praslin a fait avoir l’abbaye de Valmont qui luy raporte seise mille livres de rente sec et net89. Comme il ne veut point avoir de place qui le gesne il résigne son Archidiaconé à Mr Perrié90 ; comme il n’est pas trop bien avec Mr du Mans il ne veut plus exercer sa place de Grand-Vicaire.

Prise de possession du canonicat de Mr de Santieux

79Le 20 juin 1764 Mr René Pierre Desantieux clerc tonsuré, né à Ernée petite ville du Bas-Maine le 31 janvier 1744 a pris possession du Canonicat que luy a resigné Mr l’abbé de Forges, son parent.

Mort de Mr Samson de Lorchère

  • 91 Enfeu : niche funéraire creusée dans le mur d’une église (voir glossaire).

80Le 21 juin 1764 [est mort] Mr Samson de Lorchere Lieutenant Général de la Ville du Mans et Maire Perpétuel de la ville du Mans, je dis Maire perpétuel parce qu’il avoit gagné un procès contre la ville qui luy lavoit maintenu dans cette place ; il étoit aussi subdélégué de Mr l’Intendant. Il a été enterré dans l’Eglise de l’Oratoire au milieu de l’Eglise où est leur enfeu91. Toutes les compaignies ont assisté au convoy, savoir Mrs du Présidial qui conduisoient le deuil, Mrs de l’Hôtel de ville, Mrs les avocats venoient ensuitte et Mrs les notaires. Mr le Procureur de l’Hôtel de ville savoir Mr Trotté la Roche avocat est venu de la part de l’Hôtel de Ville prier le chapitre de sonner toutes les Cloches pendant tout le convoy depuis la maison de Mr de Lorchère jusqu’à l’Oratoire, à condition qu’ils repondroient des cloches si elles venoient à casser ; ils ont fait la même demande à Mrs de St Pierre. L’Hôtel de Ville a aussi prié Mr l’Evesque du Mans d’ordonner le son de toutes les cloches de la ville depuis sept heures du soir jusqu’à huit qui étoit l’heure où l’on faisoit l’enterrement. En arrivant à l’Oratoire on a commencé Vespres des morts ; il y avoit un nombreux clergé, 24 domestiques avec des flambeaux, autant d’enfans de l’Hopital. Au septime il y a eu une Oraison funèbre prononcée par le Père rhétoricien. Mr de Lorchère avoit quand il est mort 68 ans.

Entrée de Mr le Comte de Tessé

81Arrivée de Mr le Comte de Tessé, Lieutenant Général pour le Roy de la Province du Maine.

82Le sammedy 28 juillet 1764 Mrs des Roches élu et Mr Trotté avocat comme Echevins de la ville du Mans sont dessendu au chapitre pour demender les cloches que l’on a accordé avec les obligations ordinaires qui sont de répondre des accidents qui pourroient arriver.

  • 92 Né en 1736, René-Mans II, petit-fils du Maréchal de Tessé, avait épousé Adrienne de Noailles en 17 (...)

83Mr le Comte de Tessé, Lieutenant Général de la Province, premier Ecuyer de la Reine, Colonel du Régiment des Cravattes, âgé denviron 28 ans est arrivé au Mans le sammedy au soir très tard. Comme il ne vouloit point d’entrée solennelle, on a seulement fait deux décharges sur les 11 heures du soir en arrivant ; le Dimanche matin tous les Députés de chaque compaignie ont été l’arranguer et luy porter les honneurs comme pain et vin pour le Chapitre. Il y a eu six députés qui sont de droit : c’étoit Mr Blin archidiacre de Montfort qui portoit la parole, Mr Basoge archidiacre de Passais, voilà les deux dignités ; il y avoit Quatre chanoines, moy comme le plus ancien, Mr la Briffe-Ponsan, Mr de Gémarcé et Mr Loppé. Toutes les paroisses ont pris les armes et sont allé avec Mr le Curé de leur paroisse pour luy faire un compliment, Mrs de l’Hôtel de Ville n’ayant pas voulu que les habitants de la Ville prissent les armes, [ils] trouvèrent cet expédient pour les prendre, ce qui se fit pendant plusieurs jours, il a régalé tous les Députés et presque toutes les compaignies et la noblesse qui étoit venue le voir ; il étoit seul avec deux officiers de son Régiment92.

Ma maison proche les Cordeliers

  • 93 Les maisons canoniales étaient attribuées aux chanoines qui, lorsqu’ils ne les occupaient pas, pou (...)
  • 94 Liard : ancienne monnaie de cuivre, valant le quart d’un sou, donc 3 deniers.

84Le 17 aoust 1764 le chapitre m’a adjugé la maison proche les Cordeliers qui étoit occupée par Mr de Chantenay, pour les prix et somme de 285 #93 ; il y a un sol six deniers pour livres pour estre déchargé des reparations fors les escaliers. J’ay payé au chapitre six liards94 pour livres pour prise de la ferme, ce qui monte à 14 # 15 sols ; ainsi, en total je paye au receveur du chapitre la somme de 299 # 15 sols.

  • 95 Le Crucifix : paroisse desservie dans l’église cathédrale. Louis Thibault des Bois, curé du Crucif (...)

85 Nota qu’il y a des portions de jardin qui sont à différents bénéficiers ; la grande porte par où on entre les provisions est à Mr Desbois Curé du Crucifix95, comme curé ; plus une autre portion à Mr l’Evesque du Mans, plusieurs portions à Mr Mandrou qui demeure à Parigné l’Evesque comme chapelain de la chapelle desservie dans l’Eglise de St Julien ; plus une autre portion de jardin appartenant à Mr Renaudin, encien Curé de St Celerin, comme chapelain de la chapelle…

Mr de Tessé

  • 96 Quoique moins courus que les brillants spectacles des jésuites, les exercices littéraires des orat (...)

86Le 18 aoust 1764, Mr le Comte de Tessé a assisté à la tragédie de l’Oratoire, laquelle pièce luy étoit dédiée96.

Perte du procès des Moines de St Vincent

  • 97 Mgr de Jarente, chargé de tenir à jour la liste des bénéfices ecclésiastiques pourvus et à pourvoi (...)

87Dans le mois de septembre ou d’aoust les Bénédictins de St Vincent et trois autres maisons du même ordre ont perdu leur procès contre leur nouvel Abbé. Dans tout l’ordre de St Benoist, il n’y avoit que quatre Maisons qui eussent des Abbés Réguliers. Le Roy a nommé à ces quatre Abbayes ; les Moines ont protesté contre cette nomination et ils ont perdu leurs procès avec dépens. C’est Mr l’Evesque d’Orléans appellé Mr de Jarente qui avoit été cy devant Bénédictin non réformé qui a l’Abbaye de St Vincent ; elle luy vaut en argent vingt ou vingt deux mille livres par an ; c’est ce même Abbé qui a la feuille des Bénéfices97.

Passage de Mr de Choeseul, Ministre

  • 98 Le ministre s’est rendu à La Flèche pour l’ouverture de l’école préparatoire à l’école militaire q (...)
  • 99 Tirer les boîtes : voir au 1er août 1763.
  • 100 À la Halle : depuis 1760, le bureau des carrosses était installé sur la place des Halles [aujourd’ (...)

88Le 28 septembre 1764 Mr de Choeseul Ministre de la guerre et de la Marine a passé par Le Mans en revenant de La Flèche pour l’Ecole Militaire qui y est établie98. On a sonné toutes les cloches, on a tiré toutes les boetes99 ; la milice bourgeoise a pris les armes, l’Hôtel de Ville a harangué à la Halle comme il passoit, car il n’a point voulu s’arrester100. Tous ces honneurs luy sont dus comme Ministre.

Passage de Mr le duc de Richelieu

  • 101 Mgr de Froulay reçoit donc « l’Alcibiade français », qui avait acquis une célébrité sans égale à c (...)

89Le 7 octobre 1764 Mr le Duc de Richelieu, Maréchal de France, a couché chés Mr l’Evesque du Mans ; on a tiré les boetes, et la Ville luy a porté les honneurs de la Ville. Mr le Comte de Tessé étoit au Mans pendant ce temps là101.

Mort de Mr Rottié diacre

90Le 17 octobre 1764 Mr Rottier un des Diacres de St Julien est mort et il a été enterré dans un des collatéreaux du costé de la rue ; il a laissé deux chapelles qui ont été à la nomination du chapitre comme c’étoit en mois gradué ; Mr Rousseau mon contemporain [a eu] la première vaut environ 200 # ; la seconde vaut 50 # et c’est Mr Haton aussi gradué qui l’a eue ; elles portent frairie à St Michel. La première est sous l’invocation de St Eloy et la seconde sous l’invocation de Saint Barthelémy.

Mr Mabilleau, diacre

91La place de Monsieur Rottié diacre a été donnée à Mr Mabilleau qui étoit diacre supléant, et celle de supléant à Mr Renard, le 9 novembre 1764.

L’Avent

92C’est un Minime jeune qui a presché l’avant.

L’année 1765

Mort de Mr de la Genesserie

  • 102 Gabriel-Charles Monnier de La Genesserie (1682-1765), était janséniste. Dans son salon trône le po (...)

93Le 11 février 1765 Mr Gabriel de la Genesserie Chanoine est mort âgé de plus de 83 ans ; il a été enterré le lendemain soir. Il avoit un bon prieuré de Tours, à la nomination du Roy. Il avoit eu une lettre de cachet à cause des affaire du temps qui le privoit du Chapitre et de toutes fonctions dans l’Eglise102.

Le Caresme

94C’est le Gardien des Capucins qui a presché le Caresme de l’année 1765.

Prise de possession du canonicat de Mr Leconte

  • 103 Savigny-sur-Braye : aujourd’hui dans le Loir-et-Cher, cette localité est située à 8 km au sud-est (...)

95Le 24 février 1765 Mr Jean François Leconte, natif de Vendosme, né le 22 juillet 1726, a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr de la Genesserie ; il étoit Curé à Savigné sur Brèe qui valoit au moins cent louis103.

Mort de Mr le chevallier de Rouillon

  • 104 Le Chevalier de Rouillon était un arrière-cousin du diariste (voir arbre généalogique n° 2).
  • 105 Le Petit Saint-Pierre : voir au 21 mars 1761, en note.

96Le 25 février 1765 mort de Mr le chevallier de Rouillon, fils cadet de Mr de Rouillon ; il étoit Lieutenant dans le Régiment de Mr de Penthièvre infanterie104. Il étoit âgé de 17 ou 18 ans ; il a été enterré dans l’Eglise du Petit St Pierre105.

Couches de ma sœur

  • 106 Moins d’un an plus tôt, Louise-Françoise Le Maçon n’avait pas voulu assister au mariage de sa fill (...)

97Le 1er mars 1765, Mme du Vauguion ma sœur est accouchée d’une fille qui a été nommée Françoise Magdelaine par Mr l’Abbé Le Cointre, frère de Mr du Vauguion et par ma mère106. C’est moy qui ai fait la cérémonie du baptesme dans l’Eglise de St Nicolas.

Mort de l’enfant de ma sœur

  • 107 Beaucoup de grandes familles mancelles, comme les Nepveu, ensevelissaient leurs défunts dans la ch (...)

98La fille de Mme du Vauguion est morte le 29 mars 1765 ; elle a été enterrée dans la Cave des Cordeliers107. Depuis ce temps là, ma sœur n’a pas eu d’enfans.

Mort de Mr Loppé

  • 108 Le chanoine Nepveu insiste justement sur la pauvreté de Jacques Lopé du Mesnil. Dans son apparteme (...)

99Le 6 may 1765 Mr Loppé du Menil chanoine est mort âgé de 65 ans ; il n’a été que trois ans chanoine. Il n’avoit point fait de testament. Comme il n’avoit point de fortune, il n’a eu que le luminaire de seconde classe108. Il est mort à deux heures après midy et il a été enterré le lendemain à dix heures après la messe du cœur. On a chanté vigiles ou tout le monde a assisté en habit de cœur d’hiver c’est à dire en camail et en chappe ; il a été enterré dans la nef.

Mort de Mr Maulny

  • 109 Saint-Hilaire : petite paroisse du Mans, située entre muraille et Sarthe. Elle comptait 460 habita (...)
  • 110 Le chanoine reste singulièrement discret à propos d’un homme déjà réputé à l’époque dans la ville. (...)

100Le 12 may 1765 Mr Maulny, Conseiller honoraire a été enterré dans l’Eglise de St Hilaire109. Il étoit âgé de 84 ans au moins110.

Mort de Mr Maignan

101Le 12 may 1765 Mr Lorent Le Maignan Chanoine ferré de la Cathédralle Docteur de la Faculté d’Angers, est mort âgé de 44 ans. Comme c’étoit le jour que l’on faisoit le service du sel, on a avancé l’office canonialle ; après les vespres on fit l’office de service, après l’office de service on fit l’office des morts pour l’enterrement qui ne finit qu’à six heures du soir.

Mort de Mr de Fontenay Doyen de St Pierre

  • 111 La collégiale voulait grande musique pour les funérailles de son Doyen et avait besoin du chœur de (...)
  • 112 Issu d’une des plus riches familles de la province, René-Marie-Claude Bastard de Fontenay vivait a (...)

102Le 12 may 1765 on a enterré Mr Batard de Fontenay Doyen de la Collégialle royalle de St Pierre ; il avoit 52 ans. Il n’a esté enterré que très tard à cause de l’enterrement de Mr Maignan, à cause des musiciens de la Cathédralle111. Il avoit une pension sur une Abbaye et un prieuré appellé Derigny proche Laval il étoit à la nomination du Roy. Il a été bien regretté de son Chapitre et de toute la ville112.

Prise de possession du canonicat de Mr Riballier chanoine ferré

  • 113 Depuis le XVIIe siècle, les Riballier, entrepreneurs, architectes, artistes, s’étaient illustrés d (...)
  • 114 Cette prise de possession fut rocambolesque : portes fermées, massiers menaçants, mise à l’écart e (...)

103Le 15 may 1765 Mr l’Evesque du Mans à la sollicitation de Mr de Rouillon a donné le canonicat serve vacant par la mort de Mr Maignan au sieur Riballier prestre, vicaire de la paroisse de Rouillon, fils d’un entrepreneur de bastiments113. Il est né dans la paroisse de St Benoist et âgé d’environ 42 ans. Le 17 may il s’est présenté au Chapitre muny du visa et des autres papié necessaires. Comme il avoit une tante dans les prisons du Mans pour cause de vol et un oncle qui faisoit le mettier de portefaix, le Chapitre a refusé de l’admettre. Le 20 de May il a pris possession du même Canonicat par deux Notaires apostoliques, et cela authorisé de Mr l’Evesque du Mans. Le même soir, il s’est présenté pour entrer au cœur ; on luy a refusé l’entrée, s’étant opposé à sa prise de possession. Il s’est pourvu devant le Présidial qui, le 10 juillet a rendu une sentence contre le chapitre et le chapitre a été obligé et condamné à le laisser entrer au cœur et au chapitre. Mais il n’a point été reçu cordialement, c’est à dire qu’on ne l’a point installé ny au chapitre ny au cœur, ny donné le baiser ; comme on ne le reconnoit point pour chanoine, on n’a point voulu recevoir les 300 # que l’on donne ordinairement114. C’est une marque de mécontentement et d’un grand mépris.

Prise de possession de Mr Huet

  • 115 Sargé : bourg au nord-est de la ville du Mans, dont il est éloigné de 4 km.
  • 116 Aujourd’hui Saint-Thomas-de-Courceriers, en Mayenne, à une cinquantaine de km au nord-ouest du Man (...)
  • 117 Nicolas Huet était docteur en théologie de l’université d’Angers. Lors de la Révolution, il refuse (...)

104Le 28 may 1765 Mr Nicolas Huet cy devant Curé de la paroisse de Sargé près Le Mans115 a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr Loppé. Il est né dans la paroisse de St Thomas, dans le bas Maine116, le dernier jour d’avril 1725117.

Mr Mabilleau, secrétaire

105Le 1er juillet 1765 Mr René Mabilleau qui étoit le secrétaire du chapitre pour aider à Mr Fréart, a été nommé, d’une voix unanime secrétaire par la démission de Mr Fréart qui l’avoit été pendant 23 ans et il avoit très bien remply cette place. Pour récompense on luy a donné le pain de Chapitre ce qui est un honneur : cela produit environ par an 60 #.

Mort d’un Chantre ou Musicien

  • 118 Le tout jeune homme (né à Avranches en 1742) que l’on enterre ce jour-là avec les honneurs capitul (...)

106Le 23 juillet 1765 il est mort un chantre, basse-contre appellé Mr Babin, âgé de 23 ans : il est mort de la poitrine. Il a été enterré comme c’est l’usage par un chanoine, dans l’Eglise dans les bas costés, du costé de la grande rue118.

Mr de Rouillon, Maire de Ville

  • 119 Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon, Lieutenant-Criminel de la Sénéchaussée et Siège Présidial (...)
  • 120 L’Hôtel de ville du Mans avait été créé par lettres patentes du roi Louis XI, données à Thouars en (...)

107Le 21 aoust 1765 Mr de Rouillon a été nommé Maire de la Ville119 ; il a été installé le mêsme jour. Mr de Monthéard est le premier Echevin, Mr Richer de Boismaucler, Conseiller au Présidial, Mr Maulny appellé Perron, et Mr Leproust, Elu, tous Echevins. Toutes ces nominations tant du maire que des Echevins et des Notables ont été faites par une déclaration du Roy pour toutes les provinces du Royaume120.

Mort de Mr Le Bourdais, organiste

  • 121 Guillaume Lebourdais, l’organiste défunt, était âgé de 54 ans. Son inventaire révèle un mode de vi (...)

108Le 4 septembre 1765, Mr le Bourdais, prestre et organiste de la Cathédralle est mort121. Il a été enterré par un chanoine dans les bas-costés du costé de la grande-Rue.

Mort de Mr Paris, grand sacriste

  • 122 René Paris (1707-1765) était le fils d’un maître tailleur de pierre manceau.

109Le 18 décembre 1765, Mr Paris grand sacriste est mort et a été enterré dans les bas-costés du costé de la grande rue au-dessus du regard. Comme il étoit paralitique, on avoit donné sa place à Mr Deblaye sous-pénitencier c’est à dire que Mr Paris jouissoit pendant sa vie des revenus de la sacristie. Il avoit une petite chapelle de St Cristophe autrement la cave-fraische, qui a été donnée à Mr Le Blais sacriste de la petite sacristie, comme le plus ancien officier de l’Église122.

L’Avent

110C’est un récollet de Saumur qui a presché l’avent.

Chapelle donnée

111Le 20 décembre 1765, le chapitre assemblé a donné la chapelle de St Christophe autrement la Cave-fraische à Mr Le Blais prestre sacriste de la petite sacristie.

Prières pour Mr le Dauphin

112Le 16 décembre 1765 le Chapitre a reçu une lettre de Mr du Mans qui étoit à Paris, pour faire des prières pour la maladie de Mr le Dauphin. On a fait une neuvaine et pendant neuf jours on a ordonné une grande Messe de l’Immaculée Conception, à laquelle Messe ont assisté toutes les compaignies ; et les trois festes de Noel on exposera le St Sacrement pendant vespres seulement à la fin desquelles on chantera le psaume Miserere et les prières ordinaires. On a commencé la neuvaine par sonner toutes les cloches pour l’annoncer à la ville.

Mort de Mr le Dauphin

  • 123 La nouvelle du décès a mis trois jours pour parvenir au Mans. L’aîné des fils du défunt et de Mari (...)

113Le 23 décembre 1765 Nous avons appris la mort de Mr le Dauphin qui est mort à Fontainebleau le Vendredy vingt sur les neuf heures du matin, regretté de tout le Royaume et comme un saint. Il a demandé à estre enterré dans l’Eglise de Sens dont Mr le Cardinal de Luisne est Archevesque, parce que Fontainebleau est dans ledit Diocèse. Son cœur sera porté à St Denis. On a cessé les prières123.

L’année 1766

Service pour Mr le Dauphin

  • 124 En symphonie : les voix sont accompagnées d’instruments de musique, souvent des cordes (violes, vi (...)
  • 125 Le chanoine Louvel de Villarceau venait juste de prendre possession de la maison canoniale « Premi (...)

114Le 21 janvier 1766 la Cathédralle a fait un service solennel pour Mr le Dauphin qui est mort le 20 décembre dernier. On a sonné toutes les Cloches de la ville le lundy, veille du service, et ce depuis cinq heures du soir jusqu’à six, et le mardy on a sonné depuis dix heures du matin jusqu’à la demie que toutes les compaignies se sont assemblées. On a commencé la grande Messe en simphonie124 ou Musique ; on avoit mis des chaises tout autour de l’autel, et on ne laissoit entrer que ceux qui étoient en noir. C’étoit Mr l’abbé Blin Archidiacre de Montfort qui disoit la grande Messe, je faisois Diacre et Mr de Ponsan sous-diacre. Il y eut une Oraison funèbre prononcée par Mr Louvel de Vilarceau, chanoine Théologal de St Julien125. On avoit placé une chaire portative dans le cœur des Chanoines proche la cuiverie.

Mort de ma sœur

  • 126 Louise-Françoise Nepveu, née le 7 mai 1727, meurt sans avoir contracté d’alliance (voir arbre géné (...)

115Le 29 janvier 1766, ma sœur ainée est morte âgée d’environ 38 ans ; elle n’a été que trois jours malade dun gros rhume avec de la fièvre. L’affection de poitrine s’est formée en peu de temps, car elle mourut à l’heure qu’on la croyoit le mieux, ce qui fut cause qu’elle n’a point reçu les sacrements. Elle a été enterrée aux Cordeliers et mise dans le caveau qui est dans la Chapelle du Sépulchre126.

Prédicateur de l’Avent

116C’est un Capucin qui presche l’avent ; il est professeur à la maison des Capucins du Mans.

Permission de manger gras en Carême

117Le 23 février 1766 L’Hotel de Ville ayant adressé une requeste à Mr l’Evesque du Mans pour luy faire voir combien toutes les provisions du Caresme sont rares et chères, Mr l’Evesque, pour entrer dans les vues de la ville a donné un Mandement par lequel il permet de manger gras au diner seulement le Dimanche, le lundy, mardy et le jeudy ; tous les autres jours maigres et cela jusqu’au Dimanche des Rameaux.

Mort du Roy Stanislas

  • 127 Le duché de Lorraine est définitivement rattaché au royaume de France.

118Le 28 février 1766 on a appris la mort du Roy Stanislas père de la Reine. Il est mort en Loraine âgé de 89 ans127.

Mort de Mme Le Royer

  • 128 Marie-Éléonore Fétis, veuve de Jacques-Antoine Royer, Procureur au Châtelet de Paris, s’était fixé (...)
  • 129 À la fin des cérémonies, le personnel ecclésiastique récupérait le luminaire qui n’avait pas brûlé (...)

119Le 30 mars 1766, Mme Le Royer, mère de Mr Le Royer chanoine est morte subitement pendant les vespres de la Cathédrale et dans ladite Eglise. Comme j’étois en semaine, le chapitre m’a commis pour faire l’enterrement ; le chapitre y a assisté en robbe de cérémonie ; et c’étoit Mr le Doyen qui menoit Mr l’abbé Le Royer128. Elle a été enterrée dans l’Eglise des Cordeliers ; comme célébrant jay eu la moitié du luminaire129.

Mort de Mr Maulny chanoine

  • 130 Les Pentes de Gorron (ou Pans de Gorron) : escalier en forte pente menant du parvis de la cathédra (...)
  • 131 Poêle : grande pièce d’étoffe qui couvre le cercueil (voir glossaire).

120Le 9 may 1766 Mr René Maulny chanoine et grand pénitentier est mort âgé de 69 ans ; il étoit party pour aller à la procession le mercredy des Rogations au Pré. Pendant la Procession il tomba en appoplexie et paralisie ; et sans connoissance qu’il n’a point recouvré. Il a encore vescu ainsi jusqu’au Vendredy six heures du matin ; il n’avoit point fait de testament ; sa famille a désiré qu’il fust enterré dans l’Eglise de Gourdaine. Le sammedy à dix heures du matin, tous les chanoines en robbe de cérémonie se sont assemblés chez Mr Le Paige chanoine, où étoit le deuil. Mr l’abbé Nepveu le cadet est allé en surplis et avec le bas cœur faire l’ultimatum vale dans notre Eglise où il y avoit un luminaire de seconde classe. On a monté les pentes de Gorron130 ensuitte par la rue des chanoines et la Grande Rue, à l’Eglise par la grande porte et delà on l’a reconduit dans l’Eglise de Gourdaine où tous les chanoines ont assisté à la grande messe de l’enterrement et du service en robbe. C’étoit un Chanoine qui portoit le sceau et quatre chanoines les quatre coins du poële131.

Mort de Grandmont sergent

  • 132 Le registre des sépultures du chapitre indique que le défunt se nommait en réalité Jean Crouillebo (...)

121Le 10 may 1766 Grandmont sergent ou bedeau de l’Eglise a été enterré dans l’Eglise du costé de l’Evesché dans les bas costés ; il avoit environ 88 ans132.

Nouveau sergent

  • 133 L’hôtel-Dieu devait être transféré sur un emplacement prévu à cet effet près de l’Hôpital-Général, (...)

122Le 12 may 1766 Nous avons reçu Denis Huguereau natif de la paroisse de St Benoist de cette ville âgé de 35 ans, à la place et charge de sergen qui l’a achetté la somme de 1 600 #. Comme c’étoit Mr l’Evesque qui vendoit cette place il a donné cet argent pour le bastiment de l’Hostel Dieu133.

Semy prébendé

  • 134 Le mot vicaire dans ce contexte désigne un membre du chœur de musique. Vincent Hubert, jusqu’alors (...)

123Le 16 may 1766 Mr Vincent Huber qui étoit cy devant chantre ou Vicaire dans l’Eglise de St Julien a été reçu dans le chapitre et a pris possession de la semy prébende que luy a résigné Mr Legendre à raison de 200 # de pension ; il est né le 24 mars 1716, en la paroisse du Crucifix134.

Prise de possession de Mr Cellier

  • 135 Pierre-Marie Cellier des Fraîches (1725-1766) était le fils d’un auditeur à la chambre des comptes (...)

124Le 20 may 1766, Mr Pierre-Marie Cellier natif d’une petite paroisse proche Châteaudun, Diocèse de Chartres, a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr Maulny ; il a aussi la Pénitencerie auquel Canonicat elle est attachée. Il étoit Curé du Pont de Gennes proche Montfort. Il est né le 9 février 1725135.

Mariage de mon frère

  • 136 M. Duverger : François-Louis Véron du Verger, illustre négociant en étamines, père de l’économiste (...)

125Le 10 juin 1766 Jay épousé mon frère Lieutenant des Vaisseaux du Roy et Chevalier de St Louis, âgé de 38 ans passés, avec Mademoiselle Françoise-Magdelaine Le Bon âgée de 24 ans. Elle demeure au Château du Loir avec Mme sa mère, Mr son père est mort ; il étoit receveur des Tailles de la ditte ville. Je les ay épousés avec toutes les dispenses, dans la chapelle dudit Château du Loir. Il n’y avoit que la famille, savoir : Mr Letort oncle de la Demoiselle, thrésorier du Bureau de Tours ; Mr et Mme Charentais sœur de la mariée et beau frère ; il est aussi thrésorier de Tours. Il n’y a que deux demoiselles ; Mr Duverger ayant fait le mariage y étoit présent136, Mr Nepveu et Mr et Mme Du Vauguion y étoient.

Office de la St Jean

  • 137 Les crieurs de patenôtres étaient des frères convers qui récitaient des prières où dominaient les (...)

126Le 20 juin 1766, J’ay été commis par le chapitre pour faire l’office aux Jacobins pour la confrairie de St Jean. Suivant l’usage on chante les premières vespres à une heure et demie, ensuitte matines. Le jour de St Jean on va processionellement à St Julien ; on arrive quand les matines de la Cathédralle finissent ; on entre par la grande porte où sont Mrs les Chanoines. On fait le tour de l’Eglise, on sort par la porte de la grande rue. Avant de sortir, Mrs les chanoines et tous les officiers et musiciens se mettent sur une ligne suivant l’ordre de leur réception. Le célébrant qui porte la relique la donne à baiser à tout le monde ; on s’en retourne par la grande rue. En arrivant aux Jacobins on dit la grande Messe des morts pour tous les confrères qui sont morts dans l’année. Le dimanche dans l’Octave de St Jean on va processionnellement à St Benoist ou l’on chante une grande Messe après laquelle on s’en retourne en chantant les litanies ; tous les confrères sont obligés de se trouver à toutes les processions cy dessus. En retour de St Benoist aux Jacobins, tous les confrères sont obligés de se trouver [tant] prestres que laïques s’assemblent chés le chanoine président et là on tient chapitre pour y nommer les officiers de la Confrérie et pour les affaires qui la regardent ; c’est la confrérie de St Jean qui donne ou afferme les petites cloches qui vont aux enterrements et les crilleurs de patenostres137. Il est d’usage que le chanoine donne à déjeuné ce jour là et un diner à tous ceux qui ont servy à la Messe et au chanoine qui doit officier l’année suivante.

Service pour Mr le bailly de Froulay

127Le 1er septembre 1766 Le chapitre a fait faire un service solennel sans vigiles, pour Mr le Bailly de Froulay, Ambassadeur de Malthe en France, frère de Mr l’Evesque du Mans.

L’Avent

128Le gardien des Capucins du Mans a presché l’Avent en la place d’un Minime.

L’année 1767

Retour de Mr l’Evesque

129Le 28 janvier 1767 Mr du Mans est arrivé de Paris bien enrhumé ; le sammedy 31 du même mois Mr du Mans est tombé en appoplexie sans connoissance, Mr Bazoge chanoine et Archidiacre et un des grands Vicaires luy a donné l’extresme onction, après vespres on a exposé le St Sacrement et dit une oraison où nous nous sommes assemblés. Nous avons été tous en corps dire les prières des agonisans ; pendant l’oraison on a sonné toutes les cloches.

Mort de Mr de Froulay, Evesque du Mans

  • 138 Charles-Louis de Froulay était évêque du Mans depuis octobre 1723 (voir au 28 mars 1760, en note).

130Le 31 janvier 1767 Mr du Mans, Charles Louis de Froulay de Tessé est mort sur les huit heures du soir. Il est âgé de près de quatre vingts ans et il a été pendant plus de quarante et trois ans Evesque du Mans138. Il avoit aussi l’Abbaye de la Coulture.

Cérémonial pour l’enterrement de Mr de Froulay, Evesque du Mans

  • 139 Le diariste a oublié le complément. S’agit-il de fournir la sonnerie des cloches ? Du luminaire ? (...)
  • 140 Comprendre : du chapitre de la collégiale Saint-Pierre.
  • 141 Les conflits de préséance entre le chapitre de la collégiale et celui de la cathédrale lors des cé (...)
  • 142 Autel St Maur : l’un des 39 autels où étaient desservies les 71 chapellenies fondées au sein de la (...)

131Le soir du 31 janvier on a posé les sceaux ; on a cherché en vain s’il y avoit un testament. Le dimanche 1er février après avoir sonné pendant une heure la grosse cloche pour le trépassement comme pour un chanoine, on a seulement distingué les glas ou coups de regrets, d’abord 12 coups séparés et un peu éloignés les uns des autres ; ensuitte deux coups de suitte, c’est-à-dire 24 coups, enfin 3 coups de suitte, c’est à dire 36 coups et la grosse cloche en plain son pendant une heure ; on dit les prières accoutumées. On a dessendu au chapitre, Mr le Procureur du chapitre a déclaré qu’on n’avoit point trouvé de testament ; on a décidé que Mr du Mans seroit habillé en habits pontificaux et seroit exposé le visage découvert dans sa chapelle, laquelle seroit tendue de noir. Le corps a été gardé par des prestres du bas cœur jour et nuit jusqu’au jour de l’enterrement qui étoit le jeudy à dix heures du matin. Le lundy jour de la purification, après Matines, on a nommé pour grands Vicaires Mr l’abbé Beaudron qui l’étoit déjà ; Mr Le Pelletier grand Archidiacre ; Mr Cabaret de la Bouchardière chanoine et Mr Leconte qui l’étoit cy devant ; pour official, Mr de Gémarcé qui l’étoit ; pour vice gérant en la place de Mr Maulny Curé de la Coulture on a nommé Mr Huet Chanoine et Procureur, et pour Promoteur, Mr Nicolas Huet chanoine. On a ordonné un Luminaire pour mettre dans tous les endroits de l’Eglise où lon pouvoit en mettre ; à tous les autels ils seront d’une demie livre et à tous les pilliers et autres endroits où il y en aura ils seront d’un quarteron. On a commis Mr le Doyen pour faire l’enterrement, moy pour Diacre et Mr Ponsan pour sous-diacre ; on a ordonné de faire sonner toutes les cloches la veille de l’enterrement, et le lendemain depuis dix heures du matin jusqu’à onze heures qui est l’heure du convoy, et toutes les boutiques étoient fermées pendant ce temps là. J’étois chargé par le chapitre avec Mr Ponsan d’aller en manteau long chez Mr le Doyen de St Pierre pour l’inviter de venir à l’enterrement et au convoy, et de fournir139 la veille et le lendemain comme toutes les Eglises (Mrs du chapitre140 n’ont point voulu sonner leurs cloches pendant une heure, comme toutes les autres Eglises ; le lendemain, Mr de la Rozelle, à la teste du Présidial a envoyé injonction au chapitre de sonner pendant le convoy, et ils l’ont fait). Comme Mrs de la Collégialle de St Pierre voudroient avoir la gauche pendant le convoy, ils n’y sont point venus141. Nous avons été chés Mr le Présidant du Présidial, chés Mr de la Rozelle qui devoit faire assembler leur compaignye pour se trouver à l’enterrement. Nous avons été chés le Présidant de toutes les compaignyes qui ont coustume d’assister aux processions généralles ; nous avons été chés le sindic des avocats pour les prier aussi d’assister audit enterrement. Comme ils n’ont point de rang dans le cœur on leur a fait placer des chaises proche le grand autel à l’autel St Maur142 ; c’est là leur place marquée à pareille cérémonie. On a mis des chaises partout ou on a pu, proche le cœur et ce pour les personnes qui sont en noir. Tout le cérémonial de l’enterrement est écrit sur les Registres du chapitre.

Convoy de l’enterrement

  • 143 Ces enfants bleus sont les orphelins recueillis à l’hôpital et vêtus de vêtements de couleur bleue (...)
  • 144 Poêle : voir glossaire.
  • 145 Dans cette chapelle des Fonts [baptismaux], on peut voir aujourd’hui le tombeau de Charles IV d’An (...)

132Il y avoit douse sonneurs, 100 pauvres de l’hopital avec chacun un cierge jaune ; les Capucins suivoient, les Minimes, les Cordeliers, les Jacobins, le Séminaire, Mrs de Beaulieu, les Religieux de la Coulture et de St Vincent ; 24 flambeaux portés par 24 enfans bleus de l’Hopital143 ; le corps de Mr du Mans sur un branchard porté par douse prestres sur l’épaule ; ils étoient en aube et étole violette. Son cœur qui avoit été demandé par l’Hopital étoit porté par son valet de chambre en noir et deux flambeaux a costé portés par deux domestiques en noir. Mrs du Présidial suivoient le corps : Mr l’Abbé de Forges son parent étoit mené par Mr de la Roselle. Après le Présidial suivoit les Eaux et Forests. Mrs de l’Election et du Grenier à sel, et Mrs les avocats étoient après. Nous avons été chés Mr de Rouillon, maire de la Ville pour quil fasse assembler un bureau de charité extraordinaire ou jay été avec Mr de Ponsan pour les prier de la part du chapitre d’assister à l’enterrement de Mr l’Evesque. Ils nous ont remercié de la politesse du chapitre et nous ont dit que comme le chapitre ne voudroit pas qu’ils portent les coins du poële144 ils n’y viendroient pas. On partit de la chapelle de l’Evesché en cet ordre : on fut par la rue des chanoines, la Grande-Rue, la Cigogne, la Vieille-Porte ; on passa par l’Epron, la rue de la Barillerie, la rue St Dominique, par l’Oratoire et par la place du Château. Quand on fut entré on dit la grande Messe et la cérémonie ne finit qu’à trois heures après midy. Il a été enterré derrière le fonts145, dans un cercueil de plomb.

Service pour Mr l’Evesque du Mans

133Le Jeudy 12 février 1767 on a fait le service de Mr l’Evesque du Mans à dix heures du matin. Mr le Doyen a dit la grande Messe et les mêmes officiers à l’autel. Mr Ponsan et moy nous avons invité les Compaignies comme pour l’enterrement savoir Mrs du Présidial, Mrs de l’Hotel de Ville qui n’ayant pas assisté à l’enterrement n’ont pas voulu venir au service. Sur la réponse de l’Hotel de Ville que nous avons rendue au chapitre il a été décidé que si pareille cérémonie arrivoit on ne les inviteroit plus à l’avenir. C’étoit Mr le Théologal qui avoit été chargé par le chapitre du Cérémonial et il s’en étoit très bien acquitté. Toute l’Eglise étoit tendue en noir, le catafalque a resté pendant les huit jours qu’on a transporté le cœur de Mr du Mans à l’Hopital. Cette cérémonie s’est faite aux flambeaux avec pompe et dignité. Le Chapitre a eu la Crosse qui étoit d’argent, l’anneau et tous les habits pontificaux avec lesquels il devoit estre enterré en ses plus beaux ornements.

Mort de Mr Clottereau

  • 146 Nepveu en avait oublié de noter le décès de son confrère tant la mort de l’évêque l’avait occupé. (...)
  • 147 Régale : voir glossaire.

134Le 11 février 1767 Mr Jean Clottereau chanoine est mort âgé d’environ 50 ans146 ; il a pris possession le 4 juin 1764. Son Canonicat est tombé en régalle147 ; il a été enterré au bas de la nef.

Caresme

  • 148 Voir la dernière entrée de l’année 1763.

135C’est un Récolet du Bas-Maine qui a presché le Caresme au lieu et place du Père Grimpray, Cordelier qui avoit promis, mais il est tombé perclus de tous ses membres148.

Messe du St Esprit

  • 149 Il s’agit de l’abbé Louis-François Belin de Béru (1700-1782). Il était l’un des quatre chanoines d (...)
  • 150 Collecte du Saint-Esprit : le prêtre invite les fidèles à prier collectivement pour que l’Esprit S (...)

136Le chapitre a ordonné une Messe du St Esprit pour l’élection d’un nouvel Evesque ; on a chanté la grande Messe un Jeudy en Caresme, après le sermon. C’est Mr l’abbé Blin149 archidiacre qui a été commis. Mrs les Grands Vicaires ont ordonné la Collecte du St Esprit150 jusqu’à la ditte élection.

Prise de possession du canonicat de Mr du Mourier

  • 151 Le père de ce nouveau chanoine était conseiller au Conseil souverain du Cap-Français à Saint-Domin (...)

137Le 13 mars 1767 Mr Charles François du Perrier ou du Mourier a pris possession du canonicat vacant par la mort de Mr Clottereau, lequel étoit tombé en régalle. Il est né et baptisé dans la paroisse de St Nicolas du Mans, le 23 septembre 1746151.

Administrateurs de l’hopital pour le cœur de Mr l’Evesque

  • 152 L’expression « descendre au chapitre » fait référence à la situation de la salle de délibération c (...)
  • 153 En symphonie : avec accompagnement instrumental, voir au 21 janvier 1766.
  • 154 Contrairement à l’usage universellement suivi, l’orateur aurait insisté davantage sur les défauts (...)

138Le 18 mars 1767, Messieurs Perrier chanoine et Archidiacre de Laval, comme administrateur de l’Hopital et Mr Prudhomme de la Boussinière Curé du Crucifix, aussi administrateur sont dessendu au chapitre152 et ont prié la Compaignie de venir dire une grande Messe pour Mr l’Evesque du Mans, à l’Eglise de l’Hopital où son cœur est déposé. Le 23 mars sur les dix heures on est party de St Julien en habit de cœur la croix levée pour se rendre à l’Hopital où en arrivant on a commencé une messe en musique avec simphonie153. C’étoit Mr l’abbé Blin qui disoit la grande Messe ; je faisois diacre, Mr de Ponsan sous diacre. Il y a eu une oraison funèbre prononcée par Mr Prudhomme de la Boussinière Curé du Crucifix et administrateur dudit Hopital ; cette oraison funèbre fera à tout jamais tort à la mémoire de l’auteur, car elle étoit remply de sottises154 ; il y avoit un très beau catafalque ; l’Eglise tendue en noir et très bien rangée.

Mort de Mme la Dauphine

  • 155 Quinze mois après son époux, qu’elle avait accompagné jusqu’à sa fin, Marie-Josèphe de Saxe est em (...)

139Nous avons appris la mort de Mme la Dauphine155. Il n’y a point eu de service pour elle, le ministre n’ayant pas envoyé de lettre circulaire, comme c’est l’usage.

Mort de Mr Chauvelin, frère de Mr le Doyen

  • 156 Le complimenter sur la mort : lui adresser un compliment de condoléance à l’occasion du décès. Sur (...)

140Nous avons envoyé les orateurs chés Mr le Doyen, pour le complimenter sur la mort de Mr son frère, Intendant des finances156.

Service pour Mr de Froulay Evesque du Mans

  • 157 Hôpital Froulay : ce nom donné ici à l’hôpital rappelle la part qu’avait prise Mgr de Froulay à so (...)
  • 158 Le chanoine Leconte, renommé pour ses qualités oratoires, répare ici l’outrage du 18 mars précéden (...)
  • 159 Le couvent des Jacobins n’employant aucun musicien à demeure, à l’exception d’un organiste, il a f (...)

141Mr Beaudron chanoine scolastique de la Cathédralle et sindic du clergé, supérieur de l’Hopital Froulay157 conjointement avec Mrs de la Chambre Ecclésiastique a fait faire un service solennel pour le repos de l’âme de Mr de Froulay Evesque du Mans dans l’Eglise des Jacobins. Il y a eu une oraison funèbre prononcée par Mr l’abbé Leconte chanoine et Député de la Chambre Ecclesiastique. Son oraison funèbre fut autant applaudie que celle de Mr de La Boussinière avoit été trouvée mauvaise158. On a demandé la musique de St Julien159 et prié d’avancer l’office pour que les chanoines pussent y assister et ils avoient des places marquées. C’étoit Mr Le Pelletier Chanoine et grand Archidiacre qui disoit la grande Messe : comme grand Vicaire c’étoit luy qui a présidé à tous les bureaux qui ont été tenu pendant la vacance du siège. Toute l’Eglise étoit tendue en noir et tout se passa bien en ordre. C’étoit le 6 avril 1767.

Vœux de Mme Courcelles Religieuse

142Le 7 avril 1767 je suis party pour aller à la Ferté Bernard pour faire la cérémonie des vœux de Mme Courcelles qui étoit novice dans cette maison depuis plus de deux ans. C’est Mme du Taillis, qui est la Prieure nommée par le Roy, qui a fait tenir le chapitre pour la recevoir. Le 8 avril j’ay fait la cérémonie quoique je fus bien malade ; je m’en suis revenu avec la petite vérolle.

Nouvelle de Mr le nouvel Evesque

143Le 24 avril 1767 on a eu la nouvelle que Mr l’abbé de Grimaldy avoit été nommé à l’Evesché du Mans ; il n’a que 31 ans. C’est Mr Fouquet ancien Archevesque d’Embrun qui a l’abbaye de la Coulture ; il a 61 ans.

Lettre et envoi de la crosse à Mr l’Evesque

144Le Chapitre a écrit à Mr de Grimaldy le 26 avril, et l’ordinaire suivant, il en a reçu une réponse des plus honnêtes et polies. Le chapitre a chargé Mr du Perrier, chanoine qui est a Paris pour ses études, de présenter à Mr de Grimaldy la crosse de Mr de Froulay Evesque et des Lettres de Grand Vicaire ce qui est d’usage. Le chapitre en a reçu une réponse de remerciements très honnêtes.

Soutane violette

145Le Chapitre ayant désiré prendre la soutane violette comme il l’avoit dejà eue il y a longtemps, on n’a pas voulu la reprendre sans consulter Mr de Grimaldy nommé à l’Evesché du Mans. Il l’a approuvé, et dès le jour de la dédicace de l’année 1767, il y a eu quatre chanoines qui l’ont prise savoir Mr d’Andrieux, Mr Royer, Mr le Théologal et Mr Ponsan plus Mr Panthou semy prébendé ; tout le monde l’a prise les uns après les autres.

Arrivée incognito de Mr l’Evesque

146Le 12 may 1767 Mr de Grimaldy est venu au Mans incognito. Il étoit descendu à St Vincent. Il a été voir le château d’Ivré et les meubles du palais Episcopal.

Chapitre des Jacobins

147Le 15 may 1767, deux députés de la Communauté des Jacobins sont descendus au chapitre pour prier la Compaignie de dire la Messe du St Esprit pour leur assemblée ou diette qui [se] tenoit au Mans. Le chapitre a dit la grande messe le 16 May, ce qui avoit esté fait il y a 40 ans. Ce jour là qui étoit un Vendredy on a avancé matines d’une demie heure et on dit l’office canonial tout de suitte. Mrs les Jacobins sont venus processionnellement chercher le chapitre ; quand ils sont entrés, on a sonné toutes les cloches et on est allés processionnellement aux Jacobins. Les Dignités ont pris leur robe rouge, et ceux qui en avoient de violette pareillement. On a dit la Messe en musique après quoy ils ont été reconduire le chapitre. C’est Mr Perier Archidiacre qui a dit une grande Messe. Le Dimanche suivant les Jacobins sont venu processionnellement dire une grande Messe après laquelle il y a eu un sermon. On a avancé l’office du cœur.

Mort de Mme Nepveu

  • 160 Tout ce que la coutume luy permettoit de donner : l’expression est bien commode pour les notaires (...)
  • 161 Sur l’abbé Desbois, curé du Crucifix : voir au 17 août 1764 (en note).
  • 162 Dans la noblesse et la bourgeoisie, il était d’usage de léguer aux domestiques des hardes, meubles (...)

148Mme Nepveu la jeune est morte le 27 May âgée de 33 ans ; elle na été que quatre ou cinq jours malade d’une fièvre maligne, elle avoit fait un testament ou codicille par lequel elle donnoit à son mary tout ce que la coutume luy permettoit de donner160 ; sa montre d’or à Mr Desbois, Curé du Crucifix161 ; à son domestique de quoy apprendre un metier et des robes pour faire des ornements à Courceboeufs et à Neuvillette162. Elle a été enterrée aux Cordeliers et mise dans la cave qui est dans la chapelle du sépulchre. En son nom de fille elle s’appeloit Mlle de Maridort. Jay fait les visites de deuil avec Mr Blin Lieutenant-Criminel.

La cure de Semur

  • 163 Semur[-en-Vallon] est une paroisse située à 40 km à l’est du Mans. Le chanoine Nepveu évalue cette (...)

149Le chapitre a présenté la Cure de Semur proche Connerré à Mr Belingant qui étoit petit Diacre, elle vaut environ 1 000 #163. Le chapitre n’a encore présenté que quatre cures dont une à Mr Renard qui étoit aussi petit Diacre ; une en mois gradué à un parent du prédicateur du Caresme.

Enfant de cœur

  • 164 Le patronyme de ce chantre est généralement orthographié Godé. Originaire de Courcerault, bourgade (...)

150Après Pasques on a reçu pour enfant de cœur le fils de Godet164, chantre basse-contre.

Cure de Longuefuye

151Le 9 juin on a présenté la cure de Longuefuye à Mr Mabilleau secrétaire du chapitre. Elle est à 15 lieues du Mans proche Château Gontier ; elle vaut au moins 1 800 #.

152Mr Mabilleau est mort au mois d’octobre 1772.

Diacre supléant

  • 165 C’est la première apparition de Julien Gilouppe dans le Journal de Nepveu, qui en reparlera souven (...)

153Le 9 juin on a nommé pour diacre supléans en la place de Mr Beligant, Mr Hervé vicaire de Gourdaine ; il y a encore un autre petit Diacre de nommé en la place de Mr Renard. Il s’appelle Mr Gilouppe165.

Soutane violette

154Le 14 juin 1767 j’ay commencé à porter la soutane violette ; il y a bien les deux tiers du chapitre qui en ont. Outre cinq chanoines tous les autres en ont de laine. Mr Nepveu lainé comme conseiller porte la soutane rouge ; il y est authorisé par plusieurs arrests.

Cure de St Sulpice

  • 166 L’estimation du chanoine Nepveu diffère de celle donnée par son confrère Le Paige dans son Diction (...)

155Le 21 juin 1767 Le chapitre a donné à Mr Yvon diacre la cure de St Sulpice, proche Château Gontier ; elle vaut au moins 1 200 #166. Il est voisin de Mr Mabilleau Curé de Longuefuye.

Diacre d’office

  • 167 Le Biseau : Montbizot, à 19 km au nord du Mans.
  • 168 Montourtier : paroisse du Bas-Maine, située à 25 km au nord-est de Laval.

156Le 23 juin 1767, on a nommé en la place de Mr Yvon diacre Mr Pichonneau ; il étoit vicaire au Biseau167. Il a commencé sa rigoureuse le jour de St Jean. On a donné la cure de Montourtier168 à un gradué à la réquisition de Mr La Salle et de Mr Lefeu, chanoine. On a donné cinq Cures pendant la vacance.

Messe du St Esprit pour le jour du sacre de Mr l’Evesque

  • 169 Charles-Emmanuel Le Peletier de Feumusson était issu d’une famille de négociants enrichis par le g (...)

157Le 3 juillet 1767 Le chapitre a reçu une lettre de Mr de Grimaldy nommé à l’Evesché du Mans, qui nous prie de faire des prières pour luy le jour de son Sacre qui sera le 5 du même mois. Le chapitre a ordonné que le même jour cinq Dimanche on chanteroit une Messe solennelle du St Esprit à dix heures après l’office canonial. On a invité les compaignies qui y ont assisté ; Mr Ponsan et moy nous avons été chargés par le chapitre d’aller inviter Mrs du Présidial et de l’Hotel de ville. On a ordonné le son de toutes les Cloches de la ville depuis six heures du soir jusqu’à sept. On a commis Mr Le Peltier169 grand Archidiacre pour dire la grande Messe.

Prise de possession de Mr l’Evesque du Mans par procureur

  • 170 Jacques-François Roger, chanoine de Saint-Julien, et son frère François, chanoine de Saint-Pierre- (...)
  • 171 Commissaire né : la nomination du chanoine Huet comme commissaire découle automatiquement de sa fo (...)

158Le 13 juillet 1767 Mr l’Abbé de Grimaldy sacré Evesque, nommé Louis-André, a envoyé sa procuration à Mr l’abbé Baudron, scolastique de notre Eglise. Il a présenté la Bulle du Pape et le Brevet du Roy qui le nomme Evesque du Mans. Le Chapitre a remis la cérémonie au lendemain mardy, après la messe du cœur. Après avoir convoqué un Chapitre extraordinaire, on a descendu au chapitre où Mr Baudron a prêté serment comme Procureur de Mr l’Evesque du Mans. Le serment contient en partie qu’il conservera, gardera les droits de son Eglise ; qu’il les soutiendra comme les siens. Il a juré sur les Sts Evangiles pour Mr du Mans et dit qu’il le luy feroit ratifier au plus tost. Cela fait, on a nommé six Députés pour accompaigner Mr le Procureur de Mr du Mans savoir : Mr le Peltier, grand Archidiacre ; Mr Vaugeois, Archidiacre de Sablé ; Mr Blin Archidiacre de Montfort ; il y avoit les deux plus anciens chanoines Mr Roger170 et Mr Nepveu l’ainé et Mr Huet, procureur du chapitre, commissaire né171. Tous les Députés sont sortis du chapitre précédés des quatre sergens, ont été à l’autel de Notre Dame du Chevet, où le Procureur de Mr du Mans a fait une courte prière et a baisé l’autel. De là ils sont allés au grand autel, et à l’autel de St Julien où il en a fait autant. Après quoy, Mr le procureur de Mr du Mans a monté dans le Throsne Episcopal où il s’est assis pendant le Te Deum qui a été chanté en Musique et simphonie. Après le Te Deum, Mr le Doyen ou Président du cœur a dit les versets et oraisons de St Julien ; Mrs les Députés ont été chercher Mr Baudron ou Procureur de Mr du Mans, pour le mener à l’Evesché, dans le sinode, dans la Chapelle où il a baisé l’autel, de là au secrétariat et à l’Officialité. Mr du Mans s’appelle Louis André de Grimaldy, des Princes de Monaco, âgé de trente et deux ans.

  • 172 Étrangers : originaires de l’extérieur du Maine.

159Mr du Mans a envoyé à Mr Beaudron des Lettres de Grand Vicaire ; il est le seul du Chapitre. Il en a envoyé aussi pour Mr Follope qui étoit Curé à Caudebec, petite ville dans la Normandie ; Mr Paillé qui est aussi nommé official ; Mr l’abbé de Cabrières ; Mr de Vildon qui étoit chanoine à Meaux ; Mr l’abbé de Glandèves, qui est chanoine de St Victor de Marseille, tous étrangers172. Mr Maulny, curé de la Coulture, est nommé vice-gérant de l’Officialité et Mr Dugast, chanoine de St Pierre nommé promoteur.

L’enfant de Mme de Bellefille

160Le 22 juillet 1767 Mme de Belle-Fille est accouchée d’une fille. Les grandes douleurs ont commencé sur les huit heures et elle est accouchée à midy un quart. C’est Mr Nepveu qui a été parain et Mme Le Bon, sa mère qui étoit maraine. C’est moy qui ay fait le baptesme à la Coulture ; l’enfant a été nommée Marie Magdelaine à cause du jour de sa naissance.

Arrivée de Mr du Mans

  • 173 L’évêque de Rodez est Jean-Charles de Grimaldi d’Antibes (1705-1770). La branche des Grimaldi étab (...)

161Le 8 aoust 1767, Mr de Grimaldy Evesque du Mans est arrivé dans cette ville à midy accompaigné de Mr l’Evesque de Rhodés son oncle173. Le Chapitre avoit ordonné qu’on sonneroit pendant une heure au moment de son arrivée ; toutes les cloches de la ville ont sonné aussi. Le Chapitre a été en corps en robbe de cérémonie à quatre heures ; c’est Mr Beaudron, comme président qui a arrangué. Tous les corps de la ville y sont allés après le chapitre. Mrs de St Pierre et tous les Curés de la ville y sont allés avec leur clergé.

Nouveau Missel

  • 174 Mgr de Froulay avait entrepris de remplacer les vieux bréviaires, missels et livres de chants : «  (...)

162Le 12 aoust 1767 Mr l’Evesque du Mans a fait proposer par Mr l’abbé Beaudron son grand Vicaire au chapitre de prendre le nouveau Missel174. Le chapitre a commis Mrs Le Peltier et Montsailler pour faire le mémoire des livres nécessaires et de le présenter à Mr du Mans ; qui a donné ordre de donner à Mrs du Chapitre tous les livres qu’ils demanderoient et autant qu’ils en auroient besoin, ce qui a été fait le même jour.

Ratification du serment

  • 175 Ses armes : fuselé d’argent et de gueules.

163Le 12 aoust 1767 Mr du Mans a ratifié le serment et prise de possession que Mr Beaudron avoit fait pour luy. Le Chapitre a fait présent à Mr l’Evesque des livres du Pontificat ; il l’a accepté et en a donné un en deux volumes à ses armes175.

Mr l’Evesque a officé pour la première fois

  • 176 Préposés à l’ordre, sergents ou bedeaux portaient en principe un bâton ou une canne, signe de leur (...)

164Le 14 aoust 1767 Mr du Mans a officié aux premières vespres de l’Assumption ; tout le Chapitre a été chercher Mr du Mans, quoique ce ne soit pas d’obligation. Il n’y a que Mr le sous chantre, Mr le Chanoine qui est commis par le Chapitre pour faire l’office, Mr le sacriste, deux enfans de cœur avec leurs chandeliers, et le grand enfant de cœur et les deux sergens avec leur masse176. Il n’y a que ceux là qui sont obligés d’aller chercher Mr l’Evesque. On n’ira point le reconduire ; que les chanoines de bonne vollonté.

Mr du Mans a officié

  • 177 Carreau : coussin carré (voir glossaire).

165Le 15 aoust 1767 Mr du Mans a dit la grande Messe, a assisté au sermon avec Mr l’Evesque de Rodès son oncle, qui étoit aussi à la grande Messe, dans la troisième stalle du costé gauche. On avoit mis un careau177 avec une bougie.

L’Avent

  • 178 Gardien : le père supérieur (voir glossaire).

166C’est un Récolet qui a presché l’Avent. Il est Gardien178 au Château du Loir ; il a bonne mine.

Mr Trotté, sous diacre

  • 179 Les hautes stalles : la rangée supérieure des stalles, où siègent les chanoines, par opposition au (...)

167Le 20 décembre 1767 Mr Trotté chanoine a dessendu en chapitre et a donné ses lettres de sous-diaconat. On l’a placé au chapitre le dernier du costé droit, et quand il sera prestre il prendra son rang de réception qui est après Mr Nepveu l’ainé. Il a aussi monté dans les hautes stalles179.

Jour de Noel

168Mr du Mans a officié le jour de Noel aux premières vespres qui se disent à dix heures et demie du matin. Il n’a point officié la nuit, mais seulement tout l’office du jour de Noel.

Histoire du Camail ou de la Mozette

  • 180 Les chanoines étaient jusqu’ici revêtus du simple surplis, de la soutane rouge ou violette et de l (...)

169Le mercredy 30 décembre 1767 plusieurs chanoines ayant demandé à Mr l’Evesque du Mans des marques de distinction d’avec Mrs les Chanoines de St Pierre, Mr du Mans a ce même jour là fait proposer de porter le petit Camail ou Mozette noire de drap en hiver et de soye en esté ; celuy de drap doit estre bordé de peau de lapin blanc, et une petite bande à costé de la boutonnière ; les boutons et la boutonnière seront cramoysies, et la doublure de même couleur180. On tint chapitre extraordinaire après vespres le mercredy 30 et on envoya des Députés à Mr du Mans pour le remercier ; on assembla un chapitre le lendemain après la grande Messe, où tout le monde ou du moins le plus grand nombre accepta le petit camail croyant que c’étoit Mr du Mans qui l’avoit proposé. C’étoit cinq ou six chanoines qui en avoient formé la demande, et Mr du Mans, bienfaisant pour son chapitre, avoit approuvé leur proposition. Le jeudy après vespres il y eut encor un Chapitre extraordinaire ; où il fut décidé que tout le monde porteroit le petit camail et le rocher sans dentelles, seulement au poignet. Il n’y a que Mr le Doyen qui ait droit d’en avoir au bas de son rocher. Il a été convenu que tous les chanoines auroient cet habillement pour les premières vespres de St Julien suivant.

170 Fin de l’année 1767

L’année 1768

La cure d’Assé le Bérenger

  • 181 Assé-le-Bérenger est un petit bourg de l’archidiaconé de Laval, proche d’Évron (50 km du Mans et 4 (...)
  • 182 Fillé[-sur-Sarthe aujourd’hui] : à 15 km au sud du Mans, au bord de la rivière Sarthe.

171Mr Roger chanoine a donné à ma sollicitation la cure d’Assé le Béranger181, vacante par la mort de Mr de Moré à Mr Charles Chauvin, vicaire de la paroisse de Fillé182. La Cure est tombée dans le mois de Janvier, mois gradué ; il a été nommé, le 17 janvier 1768.

Jour de St Julien

  • 183 Le service de chacun des chanoines était reporté sur un tableau récapitulatif. En effet, les oblig (...)

172Mr l’Evesque du Mans a officié le jour de St Julien, aux premières vespres où tout le monde avoit le nouvel habit, le petit camail et le rocher ; on a commencé à le porter le 26 janvier aux premières Vespres de St Julien. Mr l’abbé Blin a fait Diacre à Mr du Mans et moy sous diacre. Comme on disoit que Mrs les Archidiacres ne faisoient point diacre ou sous diacre, il a été décidé au chapitre Général que Mr du Mans choisiroit les Diacres ou sous Diacres toutes les fois qu’il officieroit et que sur le tableau, on écriroit : vacat183.

Jour de la Purification

173Le 2 février 1768, Mr du Mans a assisté à la grande Messe qui a commencé comme à l’ordinaire, a fait la bénédiction des cierges. Il en a eu un d’une demie livre de cire blanche comme c’est l’usage. Les aumôniers en ont eu d’un cartron, comme nous ; le porte croix, les clercs, le porte crosse et les laquais en ont eu un de demy cartron.

Mort de Mr de Boiscléreau

174Le 4 février 1768 Mr François Guéroust de Boiscléreau chanoine mort comme subitement d’une attaque de paralisie. Il étoit âgé de 77 ans ; il a été enterré le lendemain dans la nef. Il a été 14 ans chanoine.

Anniversaire de Mr de Froulay

  • 184 Anniversaire : ici, cérémonie commémorant le décès du précédent évêque du Mans, un an auparavant.
  • 185 En symphonie : voir au 21 janvier 1766.

175Le 11 février 1768 Mr du Mans a fait l’anniversaire de feu Mr Charles Louis de Froulay Evesque du Mans184. On a chanté la veille les vigilles à trois leçons auxquelles Mr du Mans n’a point assisté. Le lendemain, à dix heures et demie, Mr du Mans a dit la grande Messe qui étoit en simphonie185.

Réduction des fondations

  • 186 Réduire nos fondations : avec le temps, le rapport des fondations anciennes se dépréciait et les r (...)

176Aux Chapitres généraux derniers de St Julien 1768, le chapitre a proposé de demander à Mr du Mans de réduire nos fondations186. On a député vers Mr l’Evesque pour luy en faire la prière ou demande ; il a bien voulu nous l’accorder, et il a commis Mr l’abbé de Vildon son grand Vicaire pour travailler à la réduction avec Mr Roger, Mr Montsailler et Mr Fay, Commissaire du chapitre. Le Jeudy 11 février 1768, Mr l’Evesque du Mans a signé la réduction et à l’avenir on ne fera plus qu’un service solennel par mois au premier jour libre ; on a conservé en outre cinq autres grands services, comme celuy du sel, celuy des goyets, etc. Il n’y en aura en tout que dix sept services solemnels avec toute la sonnerie, vigiles à trois leçons, un De Profundis en musique. Les stabat réduits à cinq qui sont les veilles de Ste Vierge ; toutes les oraisons de l’année remises à celles de l’octave du St Sacrement. Il y a aussi une réduction pour les messes basses dont l’Eglise étoit chargée.

Mr de Vildon, député

  • 187 Homme du monde et parfait courtisan, aussi brillant que léger, Gabriel de Villedon logeait à l’évê (...)

177Le 11 février 1768, Mr l’abbé de Vildon, grand vicaire de Mr du Mans, a été nommé Député à la Chambre Ecclésiastique en la place de Mr de Guéroust de Boiscléreau Chanoine, mort depuis huit jours187.

Le Caresme

178C’est un Minime, appellé le Père Franclin, qui a presché le Caresme ; il avoit dejà presché le Caresme 1761. Il est très bon ; il est bien dommage de ce qu’il est âgé, car à peine peut-on l’entendre.

179[note] Il est mort.

Mr de Montgrenier chanoine

  • 188 Nom de baptême : prénom.

180Le Mardy 22 mars 1768, Mr Pannetier de Montgrenier Grand Vicaire de Mr du Mans, a pris possession du canonicat de Mr de Boiscléreau, tombé en régalle. Il est de la principauté de Monaco, et protégé par cette maison ; il est âgé d’environ 34 ans. J’ay oublié son nom de baptesme188.

Mr de Montgrenier Député

  • 189 L’abbé de Montgrenier faisait partie de l’équipe de jeunes abbés de cour, visiblement très favoris (...)

181Le 23 mars 1768, Mr l’abbé de Montgrenier, chanoine et grand Vicaire, a été nommé à la Chambre Ecclésiastique par la démission de Mr l’abbé de Forges, abbé de Valmont ; qui voulant renoncer à toutes places qui puissent le gesner, s’en est demis en faveur de Mr l’abbé de Montgrenier189.

Saintes Huiles

  • 190 Ténèbres : voir glossaire.

182Mr l’Evesque du Mans a fait les Stes huiles, le Jeudy Saint de la présente année, après la grande Messe, avec les cérémonies ordinaires ; il a assisté aux Ténèbres190 les trois jours et le Vendredy Saint, au service. Le jour de Pasques il a officié ; Mr Bazoge archidiacre du Passais a fait Diacre, et Mr Leconte sous diacre.

Deputation à Mr l’Evesque

  • 191 Mgr de Grimaldi fait faire de grands travaux dans sa cathédrale. Le 27 juin 1768, les Affiches de (...)

183Le 12 avril 1768, le chapitre général a prié Mr du Mans de vouloir bien continuer ses bontés pour la décoration du cœur de son Eglise ; on a donné à Mr du Mans tout pouvoir pour faire ce qu’il jugeroit à propos. On a donné la cuiverie et Mr du Mans a dit qu’il se chargeoit du reste ; il a demandé que l’on abbatte le Jubé, on l’en a laissé le maistre, et de choisir pour commissaire qui bon luy sembleroit. Il a choisi Mr Montsailler et Mr Leconte, chanoines191.

Mort de Mr de Rouillon

  • 192 Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon était maire du Mans depuis le 21 août 1765. Pour le situer (...)
  • 193 Il faut comprendre : M. Rottier de Madrelle, Comte de Belin.

184Le 11 avril 1768, on a trouvé Mr Nepveu de Rouillon, ancien Lieutenant Criminel et Maire de la ville, mort dans sa chambre192. Le Dimanche dix avril, il avoit diné chés Mr le Peltier, chanoine, il avoit assisté à nos vespres ; le soir, soupé avec ses trois enfans ; il avoit mangé un peu de crouste de pasté, il se retira à neuf heures et demie, comme à son ordinaire, sans aucune incommodité. La nuit, il se leva, vomit dans la cheminée ; une indigestion survient sans doute un coup de sang. Il tomba de son haut sur le barreau d’une chaise, sans qu’il put se relever ; le lendemain, à cinq heures du matin, son domestique entra comme à l’ordinaire, et le trouva mort et froid. Comme il étoit Maire de Ville, c’est la Ville qui a fait le convoy ; il a été enterré dans le cœur de l’Eglise du petit St Pierre, à costé de son père. Il avoit environ 73 ans ; il avoit vendu depuis deux ans sa charge de Lieutenant Criminel à Mr Madrelle de Belin193.

Mort de Mr Nepveu curé de Savigné

185Le 16 avril 1768, Mr Joseph Gilles Nepveu Curé de Savigné mon oncle, est mort âgé de 82 ans. Il avoit fait un testament par lequel il me donnoit cinq cent livres de rente viagère, douse couverts d’argent, sept grandes cuillères, deux jattes, deux sucriers et neuf plats octogones et sa bibliothèque. Outre celà, je suis revenu à partage qui, à la vérité, n’a pas été considérable.

Service pour Mr le Curé de Savigné

  • 194 Pour distinguer les différents membres de la famille, le diariste associe leur nom à leur lieu de (...)

186Le 30 avril 1768 Mr Nepveu des Petits Fossés194 a fait faire un service pour mon oncle, Curé de Savigné. Ma mère et ma belle sœur ont fait des visites de deuil.

Mr Trotté, prestre

  • 195 André-René Le Paige, chanoine de la Cathédrale, qui publiera neuf ans plus tard un Dictionnaire To (...)

187Le 28 juin 1768 Mr Trotté, chanoine, a été ordonné prestre, et le chapitre l’a commis pour dire la grande Messe le lendemain, jour de la Trinité. On fit l’office comme de première classe ; on chanta en musique le Veni Creator ; c’étoit Mr Le Paige195, son parent, qui l’accompaignoit à la Messe. Le lundy 29, Mr Trotté a donné au chapitre ses lettres de prètrise, et il a pris son rang de reception qui est après Mr Nepveu l’ainé.

Sortie d’un enfant de cœur

  • 196 L’aîné des huit enfants de chœur avait « fait son temps » c’est-à-dire qu’il avait servi le chapit (...)

188Le grand enfant de cœur, appellé Hubert, a demandé la permission d’aller à Chinon où il a une place de musicien. Il avoit fait son temps et même plus ; on le luy a permis196.

Service pour Mr le Doyen d’Angers

189Le 17 juin 1768 on a fait un service pour Mr l’abbé de Montecler, Doyen de l’Eglise d’Angers ; il est mort presque subitement, âgé d’environ 42 ans. Il a été universellement regretté du Chapitre d’Angers et dans tout l’Anjou.

L’Eglise

  • 197 Voir au 12 avril 1768. C’est alors que les 47 anges musiciens peints dans la chapelle axiale dispa (...)

190On a commencé à blanchir l’Eglise, le 14 juin 1768197.

Mort de la Reine

  • 198 Marie Leczinska était morte le 24 juin, entourée de ses filles et d’un époux volage, qui pourtant (...)

191Le lundy 27 juin 1768, on a appris la mort de la Reine de France198.

Changement d’Eglise aux Jacobins

  • 199 Le marbre de Sablé fut exploité de manière artisanale jusqu’en 1809. C’est aux XVe et XVIe siècles (...)
  • 200 Les chanoines de Saint-Julien avaient juste à traverser le début de la rue de Tessé pour se rendre (...)

192Le 1er juillet 1768, nous avons quitté l’Eglise de St Julien pour aller faire l’office dans celle des confrères de St Michel. On a quitté l’Eglise à cause de l’odeur de la chaux ; on blanchit l’Eglise partout ; ce sont des Italiens que Mr du Mans a fait venir pour cela. Je croys que pour la blanchir, il en a cousté environ 4 000 # sans y comprendre la chaux de marbre qui venoit de Sablé, etc.199. Comme nous étions trop gesnés dans l’Eglise de St Michel et que l’on ne pouvoit y faire décemment l’office, on a demandé à Mrs les Jacobins leur Eglise ; ils nous l’ont abandonnée avec toute la politesse possible et nous avons commencé aux premières vespres du dimanche 9 juillet 1768200.

Service pour la Reine

193Le 20 juillet 1768, Mr du Mans a communiqué la lettre du Roy pour faire un service, ainsi que partout le Diocèse ; on a remis le service au mercredy 27, pour le Jeudy la grande Messe. On a convoqué toutes les Compaignies comme à l’ordinaire ; le service a été fait sans cérémonie. Pour de pareils services ou Te Deum, c’est à Mr du Mans à convoquer les Compaignies ; il envoye ordinairement ses aumôniers chés Mrs du Présidial et de l’Hotel de Ville.

Jour de St Jacques

  • 201 Cette fête, très populaire, était aussi connue sous le nom de « Saint-Julien d’été ».
  • 202 Le chef : le chef de saint Julien, pièce d’orfèvrerie représentant le buste et la tête de l’évangé (...)

194Le 25 juillet, jour de la Translation des Reliques de St Julien201, quoique nous soyons aux Jacobins, la procession généralle avec le chef202 est partie comme à l’ordinaire de St Julien, n’ayant pas voulu changer la marche à cause des compaignies et pour tendre les rues.

Deputation de Mrs les Jacobins pour faire l’office le jour de St Dominique

  • 203 Au couvent des Jacobins (de l’ordre de Saint-Dominique), on honorait le sanctuaire de Notre-Dame-d (...)

195Mrs les Jacobins, savoir, Mr Nepveu, prieur, et Mr Clottereau, Procureur de la maison, sont dessendus au chapitre ; on les a placés après le plus ancien chanoine du costé droit, Mr le Prieur fit au chapitre un grand compliment et pria la compaignie de vouloir bien faire l’ofice le jour de St Dominique203. Le Chapitre a repondu à la politesse de ces Mrs et il a été convenu que nous ferions l’office de première classe. Mrs les Jacobins y assisteront ; comme ils ne sont que huit Jacobins, il est décidé quils se placeront quatre de chaque costé au-dessous du plus ancien chanoine. On a commis Mr l’abbé Blin, Archidiacre de Montfort pour faire l’office, moy pour faire diacre et Mr Ponsan pour sous-diacre.

Couche de Mme de Bellefille

196Le sammedy trois septembre 1768, Mme de Bellefille, ma belle-sœur, est accouchée bien heureusement d’un garçon, à midy un quart. Par la permission de Mr Beaudron, il a été ondoyé dans l’Eglise du petit St Pierre, parce que Mr de Charantais, qui doit être parain avec ma mère, n’étoit pas arrivé de Tours où il demeure ordinairement.

Arrivée de Mr du Mans

  • 204 Donc sans « les honneurs du chapitre », le pain et le vin (voir au 11 juin 1759).

197Mr l’Evesque du Mans est arrivé au Mans après trois mois dix jours d’absence ; on luy a envoyé les orateurs seulement204.

Cérémonie du baptême de l’enfant de Mme de Bellefille

198Le 16 septembre 1768, l’enfant de mon frère, qui avoit été ondoyé, a reçu les cérémonies du baptesme et a été nommé par Mr de Charantais, Thrésorier du Bureau des finances de Tours et ma mère et a été nommé Jacques… Il est en nourrice à la Gaillardière ; c’est Mr du Ponceau, Curé du petit St Pierre, qui a fait la cérémonie.

Mort de Mr Martineau

199Le 17 septembre 1768, Mr Louis Martineau, chanoine, âgé d’environ 75 ans est mort. Comme nous étions dans l’Eglise des Jacobins, à cause de la décoration de l’Eglise, on a fait la cérémonie de l’enterrement comme il suit : on a sonné le trépassement depuis six heures du soir jusque sept ; on s’est assemblé à St Julien où lon a fait les prières de la recommandation, dans la chapelle de Notre Dame du chevet ; on a descendu au chapitre comme à l’ordinaire ; Mr Martineau n’avoit point fait de testament. Le dimanche 18, après les Vespres, on a chanté Vigiles à neuf leçons et laudes dans l’Eglise des Jacobins ; après Laudes on est allé à St Julien dou on a party la croix levée pour faire l’enterrement du corps et faire l’ultimatum vale à St Julien, à l’autel de Notre Dame du chevet, et delà dans la nef où il a été enterré.

Prise de possession du Canonicat de Mr de Cabrières

  • 205 Rodez.
  • 206 M. de Montgrenier (rencontré aux 22 et 23 mars 1768) et M. de Cabrières, Grands Vicaires et amis i (...)

200Le 31 octobre 1768, Mr de Cabrières a pris possession du Canonicat vacant par la mort de Mr Martineau. Il est tombé en la présentation du Roy la régale n’étant pas encore suranée. Il est né dans l’année 1735, le vingt… dans le Diocèse de Rhodès205. Il est fils d’un homme de robe de Rhodès ; il est grand-Vicaire. Mr de Cabrières a été nommé pour faire la feste de la Toussaint206.

Matines le soir

201Le Jeudy 3 novembre 1768, nous avons commencé à dire matines le soir après vespres ; on les psalmodie seulement, depuis la Toussaint jusqu’à Pasques.

Prise de possession du Canonicat de Mr de Brébeuf

202Le mercredy 16 novembre 1768, Mr Louis de Brébeuf a été reçu chanoine, par la résignation de Mr l’abbé de la Briffe qui le luy a résigné à 400 # de pension. Il a servi dans le Régiment de Monaco, et avoit été réformé. Il est né dans le mois d’Aoust 1717.

Mr de la Briffe, chanoine Honoraire

  • 207 L’intégration au chapitre d’adolescents frais tonsurés était interdite par les lois canoniques. El (...)

203Le même jour, le chapitre a donné à Mr l’abbé de la Briffe des lettres de chanoine honoraire. Il avoit été chanoine à l’âge de quatorse ans207. Il a été au moins cinquante et quatre ans chanoine.

Resignation de l’Archidiaconé de Mr l’abbé Minier

204Mr l’abbé Minier, qui m’a résigné son Canonicat a remis son Archidiaconé de Château du Loir purement et simplement (mais avec des espérances vaines) à Mr du Mans, qui l’a donné, ou du moins qui l’a fait donner par le Roy à Mr l’abbé de Vildon, grand Vicaire, et qui a le Département ou l’archidiaconé de Château du Loir.

Bal de Mr de Valentinois

  • 208 La galanterie mondaine implique que l’on prétende organiser le bal en l’honneur de la gent féminin (...)
  • 209 Notation significative : une boutiquière n’est pas une « dame ». L’élargissement social auquel se (...)
  • 210 On peut supposer que les deux formules, « attraper quelque chose » et « dissiper beaucoup de chose (...)
  • 211 L’hôtel de Tessé : situé dans la rue éponyme [actuelle avenue de Paderborn], il jouxtait le couven (...)

205Le mardy 6 décembre 1768, Mr le Comte de Valentinois, cousin de Mr du Mans, a donné à toutes les Dames208 de la Ville, excepté aux femmes des Marchands détaillants209, une très belle feste. Il y eut beaucoup de femmes qui ne vont jamais dans le monde, et cela pour attraper quelque chose ; il y eut aussi beaucoup de choses qui furent dissipées par le grand nombre de personnes qu’il y avoit210. La feste se donnoit à l’Hotel de Tessé211.

L’Avent

  • 212 Nepveu de La Manouillère retrouve ici l’un de ses condisciples au séminaire d’Angers au début des (...)
  • 213 Il n’a pas été suivi : peu d’auditeurs sont venus assister aux sermons de ce prédicateur.

206Mr Léger, prestre de Mayenne avec qui jay été à Angers au Séminaire212, a presché l’Avent dans l’Eglise des Jacobins, où l’on fait l’office de la Cathédralle ; il n’a pas été suivy213.

Mort de Mr de Ponthome

  • 214 Originaires de Chevaigné dans le Haut-Maine, les Aubin de Ponthosme constituent un bon exemple de (...)

207Mr de Ponthosme, cy devant gentilhomme servant chez le Roy, est mort le 19 décembre 1768 ; il étoit âgé de 54 ans. Il avoit eu une attaque de paralisie, il y avoit trois ans ; c’est une nouvelle attaque qui l’a emporté. Ma mère en est héritière : il avoit vendu sa place de Gentilhomme servant au fils de Mr de Mainneville. Il avoit eu des lettres de Noblesse, depuis cinq ou six ans214.

L’année 1769

Caresme

208C’est Mr l’abbé Déty, gentilhomme, qui a une petite Abbaye proche Poitiers qui a presché le Caresme. Il a été suivy.

Mr Vildon archidiacre

209Le 13 mars 1769, Mr Vildon grand Vicaire du Mans a pris possession de l’archidiaconé du Château du Loir, vacant par la démission de Mr l’abbé Minier. Il est né le 1er janvier 1735, il est du Diocèse de Poitiers et s’appelle Gabriel de Vildon ; il est de condition.

Les Stes huiles

210Mr l’Évesque du Mans a fait la cérémonie des saintes Huiles dans l’Église des Jacobins, où nous sommes. Je faisois Diacre ce jour là avec Mr Le Conte.

Jour de Pasques

211Mr du Mans a officié le jour de Pasques, le 26 mars 1769.

Mort de Mr Nepveu l’ainé chanoine

  • 215 Daniel-René Nepveu (de Rouillon) est un cousin de René-Pierre (voir arbre généalogique n° 2).
  • 216 Il faut imaginer cette cérémonie, et d’autres évoquées par le diariste, se déroulant dans une cath (...)

212Le 28 mars 1769, Mr l’abbé Nepveu l’ainé, chanoine, est mort d’une fièvre maligne, au bout de huit jours ; il étoit chanoine honoraire de la Cathédrale d’Angers et étoit Conseiller au Présidial ; il étoit né le 23 juin 1700215. Après le trépassement, on a dit les prières ordinaires ; il n’y avoit point de testament. Comme Mrs du Présidial auroient voulu conduire le dœuil, ils ne s’y sont point trouvé en corps. Le Dimanche au soir, on a chanté les Vigiles à neuf leçons et laudes, et le lundy, on est allé processionnellement chercher le corps : on est revenu par le marché de St Pierre et le petit Pont neuf ; on a chanté la grande Messe après laquelle on est allé, avec les chappes, Diacre et sous-diacre à St Julien, par la place des Jacobins, par le château ; on est allé à St Julien où il a été enterré dans la nef vis-à-vis la porte de la Grande-Rue216.

Diette des Bénédictins

  • 217 Louis-François Néel de Christot, évêque de Sées de 1740 à 1775.

213Le 12 avril 1769, la diette extraordinaire des Bénédictins s’est tenue à St Vincent, à laquelle a présidé Mr l’Évesque de Séez217 par ordre de la Cour ; il y avoit 75 Religieux, qui ont nommé sept Députés pour assister à un autre Chapitre qui doit se tenir à Marmoutiers de Tours ou doit aussi présider deux Évesques. Ils sont bien inquiets des suittes.

Prise de possession du Canonicat de Mr Folloppe

  • 218 Le Normand s’intégrera au Maine et s’y fera des amis. François-Yves Besnard l’évoque à propos de s (...)

214Le 30 may 1769, Mr Follope, grand Vicaire du Mans, a pris possession du Canonicat vacant par la mort de Mr l’abbé Nepveu, tombé en régalle. Il s’appelle Louis Paschal Folloppe, fils d’un apothicaire de Caudebec, où il étoit Curé avant de venir au Mans. Il est né le 13 janvier 1713218.

Mort de Mr le chantre

  • 219 L’inventaire épais du Grand Chantre révèle un intérieur confortable et richement meublé, ainsi qu’ (...)
  • 220 Bâton de chantre : voir glossaire.

215Le 25 septembre 1769 Mr Jean Philippot chanoine et Grand Chantre de la Cathédralle, est mort âgé d’environ 78 ans ; il y avoit longtemps qu’il étoit paralitique219. Le bâton de chantre220 étoit dans sa famille depuis plus de cent cinquante ans ; son bénéfice est tombé en régalle. Il a été enterré dans l’Église des Cordeliers où est sa famille. Le Chapitre a assisté à l’enterrement en robe de cérémonie.

Mort du sieur Lamarre serpent

  • 221 Le serpent Lamarre louait à son employeur une maison « située près la tour de l’église », dont à p (...)
  • 222 Selon son acte de décès, Pierre Laigneur, surnommé Lamarre, avait « environ 76 ans » (registre des (...)

216Mr Lamarre, ancien serpent de l’Eglise, est mort le 17 octobre 1769 ; il étoit le plus ancien officier de l’Église221. Il avoit été enfant de cœur de St Julien, et il avoit environ 78 ans222.

Foire de huit jours

  • 223 Un arrêt du conseil du 14 février 1769, confirmé par lettres patentes du 13 avril suivant, portait (...)

217Les foires franches ont commencé et commenceront toujours le lendemain des Morts et elle durera huit jours. On a fait cette année des boutiques de carreau sous la halle en attendant mieux223.

Baptesme de l’enfant de Mme de Bellefille

218Le 20 novembre 1769 Mme de Bellefille ma belle-sœur est accouchée d’une fille qui a été nommée le même jour Renée Françoise par Mme de Charantais sœur de Mme de Bellefille et moy. C’est moy qui ait fait le baptesme dans l’Eglise du petit St Pierre.

L’Avent

219C’est un Minime qui a presché l’Avent.

Grande Messe ditte à l’hopital pour l’Évesque

  • 224 Le chanoine Nepveu n’a pas noté le 17 juillet 1769 le transfert en procession des pauvres et des i (...)

220Le mardy 5 décembre, Mr l’Évesque du Mans a dit une messe solennelle à l’Hopital général où reposoit le cœur de Mr de Froulay, dernier Évesque224. Après la grande Messe de requiem en musique on a porté le cœur de Mr de Froulay dans la salle du nouvel Hotel-Dieu et on l’a placé dans un pilier qui est vis-à-vis l’autel comme fondateur et bienfaiteur du nouvel Hotel-Dieu.

Prise de possession de Mr le chantre

  • 225 Joseph Paillé était le fils d’un savetier de la paroisse Saint-Sauveur de Paris. Étant parvenu à l (...)

221Le 14 décembre 1769, Mr Paillé grand Vicaire, a pris possession du canonicat et de la Chantrerie vacants par la mort de Mr Philippeau ; il s’appelle Joseph René Paillé, né le 3 décembre 1729 dans la paroisse de St Sauveur à Paris. Il n’est pas de condition, mais d’un vray et rare mérite225.

Notes

1 La prise de possession et la réception (ou installation) se font le plus souvent en deux temps à quelques jours d’intervalle (Philippe Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, EHESS, Paris, 1985, 590 pages, p. 218-221).

2 Le chanoine évoque ici l’affaire de Berghen (13 avril 1759) près de Francfort, dans laquelle le prince Ferdinand de Brunswick, à la tête de l’armée hanovrienne, ayant attaqué les Français commandés par le duc de Broglie, avait été repoussé et avait perdu plus de 10 000 hommes.

3 La Forge : nom donné à une partie de la comptabilité du chapitre. Voir glossaire.

4 Ce rituel s’intitule « les honneurs du chapitre » (Armand Bellée, L’ancien chapitre cathédral du Mans, Le Mans, Monnoyer, 1875, 127 pages, p. 79). Le diariste l’évoquera régulièrement.

5 L’abbaye bénédictine Saint-Pierre et Saint-Paul de la Couture avait été fondée entre 587 et 616 par Bertrand alors évêque du Mans et avait adopté la réforme mauriste en 1660. À l’époque où écrit le chanoine Nepveu, l’abbaye entame une campagne de rénovation de ses bâtiments qui durera de 1760 à 1775.

6 Fondée par Domnole vers 572, Saint-Vincent est la plus puissante abbaye du Mans. Reconstruits par les Mauristes entre 1680 et 1758, ses bâtiments abritent une bibliothèque fournie, que le chanoine Nepveu connaissait forcément (Camille Gavallet-Cantin, « La bibliothèque de l’abbaye mauriste Saint-Vincent du Mans au XVIIIe siècle », La Province du Maine, 2009/2, p. 255-266).

7 Des liens remontant au XIIIe siècle unissaient étroitement les chapitres du Mans et d’Angers. La Médiathèque du Mans possède 82 « pièces relatives à la confraternité des chanoines du Mans avec ceux d’Angers et l’église de Paderborn », datant des XVe-XVIIIe siècles (ms 51 ou Mi 385).

8 Clément XIII (1693-1769) avait été élu Pape le 6 juillet 1758. Son pontificat reste marqué par la question des Jésuites, qu’il ne put sauver. Il condamna l’Encyclopédie et rédigea l’encyclique Christianae reipublicae salus contre les Lumières.

9 La guerre de Sept Ans entraine la monarchie dans les difficultés financières. Arrivé aux finances en mars 1759, Étienne de Silhouette se heurte aux fermiers généraux et se replie sur des mesures classiques d’augmentation d’impôts et de contributions exceptionnelles des villes. Un arrêt est promulgué le 26 novembre 1759 par lequel le roi exhorte ses sujets à porter la vaisselle à la Monnaie pour être convertie en espèces. Cet arrêt du conseil fixe le prix qui leur en sera payé. Le roi y envoie la sienne pour montrer l’exemple. Aux côtés de M. de Silhouette, le Manceau Véron de Forbonnais occupait le simple poste de garde du dépôt du contrôle général. Il était en réalité le véritable chef du Conseil des finances du royaume.

10 Le chapitre n’était pas aussi pauvre en réalité que l’affirme ici le chanoine (voir au 6 juin 1760). À la même période, un « Inventaire des Reliques et autre argentrie qui se trouvent dans le thrésor de l’Eglise du Mans » met en évidence 28 pièces de grande valeur. La plus prestigieuse est un « chef de Saint-Julien », au buste d’or, à la mitre d’argent doré, et au soubassement de cuivre doré, comportant 10 marcs 6 onces d’or, 12 marcs d’argent et 2 marcs de pierreries (Arch. diocèse Le Mans : dossier « Chapitre St Julien », ms. copie de l’original réalisée par MM. Vaugeois et Richard, chanoines de l’Église du Mans en 1746 et MM. Vaugeois et Belin en 1766).

11 Le notaire Jacques Coutelle était installé rue Saint-Vincent [aujourd’hui rue Lionel-Royer] depuis 1746. Il ajoute ces nouvelles fonctions à celles de son étude jusqu’à sa mort brutale en 1764 (AD Sarthe : 4E 19/581-606).

12 Monsieur du Mans est l’évêque du Mans. Il s’agit alors de Charles-Louis de Froulay, né en 1687 et évêque du Mans depuis le 17 octobre 1723. Il sut déterminer son clergé à accepter la bulle Unigenitus, en la présentant comme une simple ordonnance de discipline, afin de conserver l’unité, et non comme une règle de foi. En 1760, sa popularité est grande pour avoir su éviter la famine à la province en ordonnant une quête générale et en obtenant du roi (dont il avait été l’aumônier) un prêt important pour acheter 25 000 quintaux de froment et de seigle, transportés par eau de Nantes jusqu’au Mans.

13 Chapitre extraordinaire : réunion du chapitre organisée en plus des séances ordinaires (voir glossaire).

14 Conclusion : les conclusions capitulaires sont les décisions prises par le chapitre réuni. Elles sont inscrites dans le registre capitulaire. Tous les registres du XVIIIe siècle du chapitre cathédral du Mans ont disparu, sauf un (voir introduction).

15 Chapitre général : réunion générale de tous les membres du chapitre, y compris les prêtres habitués et autres dépendants du bas-chœur (voir glossaire).

16 Lors de la prise de possession du chanoine Nepveu, le 5 février 1759, c’est le doyen Hocquart qui lui avait donné le baiser de paix et l’avait installé sur le côté gauche du chœur.

17 Le rituel de l’Église du Mans fixait la quantité de cierges des 11 fêtes de première classe (Pâques, Saint-Sacrement, Toussaint, Noël, etc.) et des 17 fêtes de seconde classe (Ascension, Purification, Visitation, Saint-Liboire, etc.). Le luminaire d’une fête de première classe comportait une quantité énorme de cierges : en particulier 53 à matines, 52 aux trois grandes heures, 4 sur l’autel, etc. d’un quarteron, d’une livre et d’une livre et demie.

18 Le président : celui qui en l’absence du Doyen présidera le chapitre, c’est-à-dire le dignitaire suivant dans l’ordre hiérarchique (chantre, scolastique, grand archidiacre, l’un des 5 archidiacres) ou, à défaut, le plus ancien des chanoines présents.

19 Ma semaine pour les chapelles : à tour de rôle, les chanoines « de semaine » pouvaient exercer un droit de nomination sur les chapelles libérées par un décès survenu durant leur semaine.

20 Les affaires du temps : la querelle religieuse, car René Gouault de Villiers était janséniste.

21 Le Bas-Maine : partie ouest de la province du Maine, correspondant approximativement à la Mayenne actuelle. Villepail est une localité située à 70 km au nord-ouest du Mans.

22 Le dernier enfant de chœur : le dernier en date des jeunes garçons reçus à la psallette. Les huit enfants de chœur de la cathédrale du Mans sont rangés selon l’ordre de leur ancienneté : le premier est celui qui est depuis le plus longtemps dans la maison, donc en principe le plus âgé, et le dernier est celui qui a été reçu le plus récemment et qui débute sa formation. Sept ans est l’âge d’entrée le plus fréquemment observé, au Mans comme dans la plupart des grandes églises.

23 François de Fitz-James (1709-1764), troisième fils du Maréchal de Berwick, était devenu évêque de Soissons en 1739 puis premier aumônier du roi en 1742. Il avait profité de la maladie du roi à Metz en 1744 pour obtenir du monarque le renvoi de la duchesse de Châteauroux et une confession publique. Dès la guérison du roi, il avait été exilé dans son diocèse.

24 Six mois plus tôt, le chanoine écrivait que le chapitre n’avait même pas le nécessaire (voir au 24 décembre 1759). Amoindri par le pillage des huguenots en 1562 et une vente en 1719, le trésor de la cathédrale se reconstitua au cours du XVIIIe siècle. Divers inventaires mentionnent « plus de soixante-dix pièces d’orfèvrerie, dont vingt reliquaires, et plus de vingt chasubles, quarante dalmatiques et quatre-vingt-dix chapes… » (André Mussat, La Cathédrale du Mans, Berger-Levrault, 1981, 188 pages, p. 186-187).

25 Les eaux de Baresches : les thermes de Barèges, situés à 1 250 m d’altitude au pied du Pic du Midi (à 37 km de Lourdes). Ces eaux sont réputées pour leur action sur la reconstruction osseuse, les rhumatismes et les voies respiratoires. Cet évêque, déjà probablement très malade, entreprenait un bien long voyage dans l’espoir de guérir.

26 Le diariste commet ici une erreur. L’évêque de Soissons décède le 19 juillet 1764.

27 Quelques heures après sa mort, sa maison est mise sous scellés et inventoriée (AD Sarthe : B 771). Pierre-Jacques-François Hocquart menait une vie douillette et confortable. Son élégant salon offre de nombreux fauteuils couverts de tapisserie. Sa chambre « dite jaune » comporte un lit à l’ange, avec courtepointes, bonnes-grâces et plafond de satin jaune, sept fauteuils habillés de velours d’Utrecht jaune, une commode à dessus de marbre, une table à jouer, une table à écrire en noyer et une pendule garnie de cuivre doré. Son aisance est confirmée par la présence de trois domestiques : Anne Marchand, cuisinière, Jacques Bessy, valet de chambre et Jean le Brun, cocher de son carrosse. Un « fauteuil de malade » indique que le vieux chanoine était souffrant depuis un certain temps : contraint par la maladie à résigner son canonicat, il avait été reçu chanoine honoraire le 15 avril précédent.

28 Ce nouveau chanoine, Julien-François Després, était installé dans son ministère paroissial depuis 1758 seulement. Il permute avec René-François Duclos de l’Étoile, lequel mourra dans sa paroisse d’Yvré-l’Évêque le 24 décembre 1783.

29 Tassé est situé à 40 km au sud-ouest du Mans. Il est curieux de voir le chanoine citer Vallon[-sur-Gée] comme point de repère, ce village étant à plus de 10 km de Tassé.

30 Le Petit Saint-Pierre : nom d’usage qui désigne la paroisse de Saint-Pierre-le-Réitéré, dite aussi parfois Saint-Pierre-l’Enterré. Située intra-muros, c’est l’une des plus petites paroisses mancelles : sa population est estimée à 229 personnes en 1764 (AD Sarthe : 111 AC 1550).

31 Mme de Rouillon : Catherine-Françoise de Valetot, épouse de Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon (voir arbre généalogique n° 2).

32 Mulsanne, bourg important situé à une douzaine de km au sud du Mans.

33 Saint-Pavin-de-la-Cité : petite paroisse intra-muros qui comptait 250 habitants en 1764.

34 Après la victoire de Clostercamp, le duc de Broglie écrase une nouvelle fois les Hanovriens de Brunswick à la bataille de Grunberg (21 mars 1761).

35 Le nouvel enfant de chœur, André Brard, démarre ici une formation maîtrisienne qui va durer plus de 11 ans (voir au 25 juin 1774, en note). Quant à Joseph Bodereau, après avoir servi la cathédrale comme musicien sans doute pendant une durée plus longue que les six mois initialement fixés évoqués par le diariste, il sera reçu à la collégiale Saint-Pierre le 16 juillet 1763 pour y chanter la basse-taille (AD Sarthe : G 508).

36 Jean-Joseph-Guillaume Pérou, fils d’un maître-chirurgien, était né le 5 février 1747 : le nouveau chapelain était donc âgé de 14 ans (BMS, Le Mans, Notre-Dame-de-la-Couture).

37 Le chanoine Hersan occupait un petit appartement dans les bâtiments du séminaire. Il était servi par Jacques Poupé, garçon domestique. Son frère et ses beaux-frères sont tous désignés comme marchands-bourgeois de Paris. Les scellés sont mis sur ses biens le 9 juin 1761 (AD Sarthe : B 777).

38 Il a été administré : on lui a administré les derniers sacrements.

39 Le château d’Yvré, édifié par le Cardinal-Évêque Philippe de Luxembourg pour servir de résidence de loisir aux évêques du Mans, est décrit par J.-R. Pesche tel qu’il était au XVIIIe siècle, dans son Dictionnaire, t. VI, p. 627.

40 Nos rangs d’antiquité : les chanoines, en procession comme au chœur, se rangent en fonction de l’ancienneté de leur réception au chapitre (voir introduction).

41 « Avant la cérémonie d’installation le récipiendaire doit rendre visite aux membres du chapitre, avec habit décent, c’est-à-dire manteau long, soutane et bonnet. Cette démarche intimidante, qui est en général effectuée la veille de l’installation, est facilitée par un chanoine qui accompagne le nouvel élu et veut bien le parrainer » (Ph. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne …, op. cit., p. 219).

42 René Bouttier de Gémarcé, docteur en théologie, était curé de la paroisse Saint-Benoit depuis 1742.

43 Située le long de la rivière Sarthe, en contrebas de la cathédrale, la paroisse Notre-Dame de Gourdaine comptait 1 200 communiants selon le chanoine Le Paige dans son Dictionnaire, p. 175-177.

44 Élu : officier de finance responsable d’une élection, circonscription financière découpée au sein d’une généralité. L’élu est chargé de répartir la taille entre les paroisses de l’élection et de juger les contentieux fiscaux.

45 Lire « le 24 », puisque le décès est survenu seulement le 15 décembre : « Le sieur Louis-Jacques Nepveu, gentilhomme de la ville du Mans, exilé par ordre de sa Majesté au château de l’abbaye royale du Mont Saint-Michel, décédé d’hier sur les 8 heures du matin, âgé d’environ 50 ans, a été inhumé ce matin 16 décembre [1761] dans le cimetière de cette paroisse… » (BMS, Mont-Saint-Michel, 16 décembre 1761).

46 On ne sait pas pour quelle raison Jacques-Louis Nepveu avait été emprisonné, ni si c’était à la demande de sa famille, cas le plus fréquent. La famille présentait requête au roi pour faire enfermer à ses frais un de ses membres, soit pour des raisons disciplinaires, soit pour le faire échapper à une condamnation criminelle. En effet, la détention dans une prison royale confère une immunité qui met hors de portée du système judiciaire ordinaire. Né en 1718 d’un premier mariage de Jacques Nepveu avec Catherine Le Maréchal (1713), Jacques-Louis était donc le demi-frère du diariste (« frère de père »). On remarque l’absence de son nom sur la généalogie familiale manuscrite et dessinée conservée dans le fonds de la famille Nepveu (voir fig. nos 31 et 32).

47 Le fait que le diariste ait ignoré, ou oublié, le patronyme du sergent indique probablement que ses employeurs l’appelaient couramment par son prénom. Le registre de sépulture révèle la même incertitude : dans l’acte, le défunt est appelé François Ouallé, mais la marge indique Houallard, nom de l’un des signataires, peut-être de sa famille (Sépultures de Saint-Julien, 22 janvier 1762).

48 Le grand cimetière : « Les Manceaux sous l’Ancien régime partageaient avec la paroisse de Sainte-Croix et l’abbaye de la Couture un cimetière aux dimensions assez vastes pour l’époque, près d’un hectare, appelé pour cette raison le Grand cimetière. Éloigné de la ville, il était situé sur le territoire de Sainte-Croix, à l’emplacement de l’actuelle jonction de la rue de la Mariette avec la rue Chanzy… » (Serge Bertin [dir.], Le Territoire partagé, Guide des cimetières de la Sarthe, Cénomane, 2009, 208 pages, p. 17). Demander à être inhumée au grand cimetière répond sans doute de la part de la grand-mère du diariste à une volonté d’humilité.

49 Françoise Lambert (1679-1762) était la fille d’un avocat au Présidial du Mans. Avec pudeur, le diariste rend hommage à sa grand-mère en insistant sur sa générosité et sa piété.

50 La notation du chanoine implique que les voix de la cathédrale, et peut-être celles de la collégiale, se sont rendues au couvent des Jacobins.

51 Tout ce cérémonial s’explique par le fait que le défunt, Germain-Louis Chauvelin, marquis de Grosbois (1685-1762), ancien garde des Sceaux et ancien secrétaire d’état aux affaires étrangères de Louis XV, était le père de Louis-Gabriel Chauvelin, doyen du chapitre manceau.

52 Second enfant de chœur : l’expression signifie qu’il ne s’agit pas de l’aîné, mais de celui qui le suit, tant en âge qu’en ancienneté à la psallette. Fils d’un serger du Pré (paroisse du Mans, rive droite), François-Joseph Guichard était un enfant de chœur doué puisqu’à 17 ans il faisait chanter de « la musique de sa composition » (AD Sarthe : G 65, 9 octobre 1761). Il est reçu pour chanter la haute-contre à la collégiale Saint-Martin de Tours en mai 1764. La notation de Nepveu, deux ans avant, indique qu’il a d’abord chanté dans une autre église tourangelle.

53 Durant les dernières années de leur formation, les enfants de chœur qui en avaient les compétences et le goût pouvaient apprendre à « toucher l’orgue ». C’est le cas de Thibault Legrand.

54 Sillé-le-Guillaume, petite ville située à 36 km au nord-ouest du Mans. Un orgue est attesté à la collégiale Notre-Dame de Sillé au moins depuis le milieu du XVIIe siècle.

55 Issu d’une famille de magistrats du Bas-Maine, Urbain Bouessey avait été curé de Notre-Dame de Mayenne. Dom Piolin le qualifie de « janséniste des plus ardents », lorsqu’en 1735 il s’était opposé avec détermination à une mission prêchée par les Eudistes dans sa ville (Dom Paul Piolin, Histoire de l’Église du Mans, Paris, 1863, t. VI, p. 467-468). Admis au chapitre de Saint-Julien après la résignation de son oncle, il s’installa au Mans rue des Chanoines. Son inventaire après décès se monte à 6 382 livres. Meubles de valeur, argenterie, faïence, cristal, tout indique un très haut niveau de réception. Nepveu ne signale pas qu’il s’agissait d’un confrère particulièrement cultivé : son importante bibliothèque comporte 301 titres touchant le droit, la médecine, l’histoire, les belles-lettres et les récits de voyages. Les ouvrages religieux sont nombreux et les livres d’auteurs ouvertement jansénistes bien présents (AD Sarthe : 4E 37/747, étude Martigné, inventaire 27 juillet, puis vente 19 août 1762).

56 Le canonicat d’un janséniste venait d’être donné à l’un des plus ardents défenseurs de la foi catholique de Laval. Avec l’abbé Passard, l’abbé Loppé avait même franchi certaines limites et excité des troubles dans la paroisse Saint-Vénérand. Pour les punir, l’évêque leur interdit le ministère de la confession pendant quelque temps (P. Piolin, Histoire de l’Église…, op. cit., p. 520-521). Sur la diffusion du jansénisme à Laval, voir Quéruau-Lamerie, « Extraits des correspondances de Mesdames Lemonnier de La Jourdonnière et Rayer Dubignon », Laval, 1883, cité par Frédérique Pitou, La robe et la plume, René Pichot de La Graverie, avocat et magistrat à Laval au XVIIIe siècle, PUR, 2003, 387 pages, p. 185-203.

57 Les deux enfants reçus ce jour-là sont de bonnes recrues : Valée restera 9 ans au chœur de Saint-Julien, et François Dutertre ou Letertre 12 ans (voir aux 14 mars 1771 et 27 décembre 1774).

58 Le château d’Aménebourg se rend par capitulation aux troupes du roi. La garnison anglaise est faite prisonnière de guerre (22 septembre 1762).

59 Par arrêt du Parlement de Paris (6 août 1762), la Compagnie de Jésus est interdite, ses biens placés sous séquestre, les pères dispersés avec défense de porter l’habit de l’ordre (Jean Lacouture, Jésuites, Le Seuil, 1991, 569 et 509 pages, t. I, p. 437-477). Le collège jésuite le plus proche du Mans était celui de La Flèche, en Anjou. Depuis sa fondation en 1604, il avait formé nombre de fils des élites du Maine (Didier Boisson, Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte, inspecteur au collège de La Flèche [1771-1776], PUR, 2005, 426 pages, p. 11-14). Le jeune Leprince décrit le cosmopolitisme et l’effervescence intellectuelle et culturelle qui y régnaient (Benoît Hubert, Mémoires de Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au siècle des Lumières, PUR, 2007, 293 pages, p. 42).

60 Notre-Dame-du-Chevet est la chapelle axiale de la cathédrale du Mans. Elle est aujourd’hui fameuse pour les anges musiciens qui ornent sa voûte. Cette peinture, datant du XIVe siècle, était toujours visible au moment où le chanoine écrit cela, mais pour peu de temps encore (voir au 14 juin 1768). Elle a été restaurée en 1995, après avoir été dissimulée sous un badigeon durant plus de deux siècles (Jean-Marcel Buvron, Luc Chanteloup, Philippe Lenoble, Les anges musiciens de la cathédrale du Mans, préface de Jean Delumeau, La Reinette, Le Mans, 2003, 160 pages).

61 Avoir une chapelle à Saint-Michel : être titulaire d’une chapelle offrant l’accès à la confrérie de Saint-Michel du Cloître, le bas-chœur de la cathédrale (voir introduction et glossaire).

62 Le curé Lambert était membre associé du Bureau du Mans de la Société Royale d’Agriculture. Il avait inventé une charrue à défricher, destinée à éviter aux paysans l’écobuage et les défrichements à bras. Sa gloire fut posthume puisqu’en 1764, des agronomes de Blois témoignent du succès de cette charrue (Arch. Sciences et Arts : reg. 1, séance 103, 10 janvier 1764, p. 453). Ce curé est emblématique des hommes d’église de l’époque des Lumières pour lesquels le bonheur humain est aussi le résultat des progrès d’ici-bas (Florent Quellier et Georges Provost [dir.], Du ciel à la terre, Clergé et agriculture, XVIe-XIXe siècles, PUR, 2008, 368 pages ; Benoît Hubert, « Les fondateurs du Bureau d’Agriculture du Mans [1761-1775] : enthousiasmes et tâtonnements », Les 250 ans de la Société d’Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe, colloque 14 mai 2011, SASAS, 2013, p. 9-66).

63 Montfort : à 20 km à l’est du Mans, localité appelée autrefois Montfort-le-Rotrou, aujourd’hui Montfort-le-Gesnois, depuis la fusion avec la commune voisine de Pont-de-Gesnes (1986).

64 Champfrémont : à environ 60 km du Mans, à l’ouest d’Alençon.

65 François-Alexis-Jérome Nioche de La Brosse était le frère de Jean-Baptiste-François-Joachim Nioche de Tournay (1736-1816) qui occupait la charge d’inspecteur des manufactures de la Généralité de Tours et deviendra en 1787 secrétaire-perpétuel du Bureau du Mans de la Société Royale d’Agriculture.

66 À la suite de la guerre de Sept Ans, le duc de Choiseul, nouveau ministre de la Guerre, procède à une vaste réorganisation de l’armée. En avril 1763, l’état-major et la première brigade des carabiniers du Comte de Provence, quittent Le Mans et gagnent Saumur qui devient le principal point d’ancrage de cette unité d’élite. Le « marquis de Pryenne » évoqué par le chanoine Nepveu est le marquis de Poyanne, inspecteur des carabiniers, qui deviendra le premier commandant de l’école de Saumur, l’une des cinq écoles d’équitation du royaume (Jean-Pierre Bois, « Le régiment des carabiniers de Monsieur à la fin de l’Ancien Régime », Revue Historique des Armées, 1980, n° 1, p. 29-60 ; et Daniel Roche, Le cheval et la guerre, du XVe au XXe siècle, Association pour l’académie d’art équestre de Versailles, 2002, 399 pages).

67 Le Régiment de Saint-Chamond, ou « Régiment du Dauphiné », avait été commandé par Charles-Louis-Auguste de La Vieuville, marquis de Saint-Chamond jusqu’en mai 1762. Son successeur fut le Comte de Rosen, appartenant à une famille originaire de Livonie, qui avait servi à plusieurs reprises le roi de France. Le maréchal Conrad von Rosen (1628-1715) était la figure la plus célèbre de ce nom. En 1763, les Manceaux purent admirer les soldats et leur uniforme blanc, aux parements et collets rouges qui paradèrent dans les banquets offerts en leur honneur.

68 Le grand Saint-Pierre : autre nom désignant la paroisse de Saint-Pierre-la-Cour.

69 L’orthographe du diariste reflète peut-être ici la prononciation locale du patronyme du défunt, que le registre des sépultures du chapitre désigne comme « vénérable discret Monsieur Joseph René Vauguion, prestre de ce diocèse, chanoine prébendé de l’église cathédrale du Mans ». Parmi les onze signatures, on reconnaît celle du chanoine Nepveu (Sépultures de Saint-Julien, 21 juin 1763).

70 Issu d’une famille de magistrats au Parlement de Paris, Antoine Portail était venu se fixer au Mans en 1595, comme procureur du Roi au Présidial. La chapelle Notre-Dame du couvent des Cordeliers lui avait été concédée pour sa sépulture (René du Guerny et Raoul de Linière, Armorial de la Sarthe, Extrait de l’Armorial Général de France dressé en 1696 par Charles-René d’Hozier, Le Mans, Monnoyer, 1942, 343 pages, p. 42, 93, 322). La parenté Portail/Nepveu datait du début du XVIIe siècle (voir arbre généalogique n° 2).

71 Nicolas Nepveu (1694-1763) était un vieux soldat du Royal-Comtois-Infanterie resté célibataire (voir arbre généalogique n° 1). L’épitaphe mentionnée par le diariste est visible dans l’église de Chemiré-le-Gaudin.

72 Le frère aîné de René-Pierre, en revanche, hérite de Bellefille dont le défunt était seigneur. C’est alors que Jacques-Nicolas Nepveu devient M. de Bellefille.

73 Les traités de Paris (10 février 1763) et d’Hubertsbourg (15 février 1763) mettaient fin à la guerre de Sept Ans. Pour la France, le bilan était désastreux avec la perte de presque toutes ses colonies d’Afrique, d’Amérique et d’Asie, la plupart du temps au profit de l’Angleterre. La misère du peuple évoquée par le chanoine est celle aussi des finances d’un état exsangue. Face à un déficit annuel de 50 millions de livres et une dette publique s’élevant à 1 713 millions, le Contrôleur général Bertin doit user d’expédients, réformer des régiments, doubler la capitation, augmenter les droits de mutations, etc.

74 Héros : comprendre héraut, bien sûr.

75 Décharges des boîtes de la ville : dans cette acception, une boîte est « une espèce de petit mortier de fonte qu’on charge de poudre, qu’on bouche ensuite d’un tampon de bois, & où l’on met le feu par une lumière. Dans les réjouissances publiques on tire des boîtes » (Dictionnaire de l’Académie Françoise). C’est un élément régulier des célébrations publiques, que le diariste mentionnera fréquemment par la suite.

76 De la lumière aux fenêtres : certaines réjouissances publiques ou fêtes religieuses étaient accompagnées de ce rituel. Le Lieutenant général de police décrétait : « tous les habitants de cette ville et faubourgs seront tenus de mettre au moins une lumière sur chaque fenêtre dans les maisons ou appartements donnant sur les rues ou places publiques de cette ville […], lesquelles illuminations commenceront a neuf heures du soir et finiront à 11 h ». L’exemple ici choisi est celui du Te Deum donné en l’honneur du sacre de Louis XVI le 28 juin 1775 (AD Sarthe : B 1487).

77 Gardien : terme désignant le supérieur dans certains ordres religieux, dont les Cordeliers (voir glossaire).

78 Définiteur : titre donné à des moines députés aux chapitres généraux de leur ordre pour y définir les mesures à prendre en ce qui concerne l’administration et la discipline. Ils peuvent aussi assister le général ou le provincial dans l’administration des affaires de l’ordre. Cette position leur confère un certain pouvoir dont le diariste a certainement conscience en présentant ce prédicateur de l’Avent 1763.

79 Le prédicateur est donc retenu trois ans et demi à l’avance, preuve de sa notoriété.

80 Cette dernière phrase a évidemment été ajoutée a posteriori par le diariste. Ce mécanisme d’allers retours au sein de son Journal sera fréquemment attesté ensuite.

81 « Nous sommes absents par la diversité des lieux, mais présents par la charité des cœurs », écrivait le cardinal Dubois à ses diocésains en 1721. à l’image de cet expert en non-résidence, Mgr de Froulay et beaucoup d’autres évêques préféraient passer une grande partie de l’année à Paris qui offrait les attraits de la sociabilité mondaine et intellectuelle, et où se prenaient les décisions importantes.

82 Jay épousé ma sœur : j’ai célébré le mariage de ma sœur.

83 Le château de Bellefille est situé paroisse d’Athenay, mais en bordure du village de Chemiré-le-Gaudin, à environ 20 km au sud-ouest du Mans. C’est l’un des lieux importants de la géographie familière du diariste, qu’il évoquera fréquemment dans son Journal (voir fig. n° 34).

84 Voir au 27 juin 1763, en note.

85 Le chanoine Le Cointre occupait la maison canoniale du Livroir, place Saint-Michel. Connue sous le nom de Maison de Scarron car elle aurait été la résidence du poète, elle abrite aujourd’hui diverses entités diocésaines. Réfugié à Paris pendant la Terreur, il y sera guillotiné (Théodore Perrin, Les Martyrs du Maine, ou Notice Historique sur la persécution à mort, Le Mans-Paris, Monnoyer, 1830, 389 pages, p. 202). Son frère, Paul-Gabriel Le Cointre du Vaugouin, épouse ici Françoise-Magdelaine Nepveu, sœur du diariste.

86 Nepveu rectifiera plus tard en Letertre le patronyme ici noté d’une manière erronée. Par ailleurs, il confond la paroisse de baptême de cet enfant avec sa paroisse de résidence ultérieure. En effet, François Letertre a été baptisé le 15 février 1759 à Saint-Germain du Mans (rive droite). Mais son père, tisserand, avait bel et bien épousé sa mère à la Couture (6 juin 1757), et c’est effectivement sur cette paroisse que résidait la famille au moment où le jeune François est admis à la psallette (baptême d’un autre fils Letertre à la Couture fin 1762). Lorsqu’il devient enfant de chœur, François Letertre a exactement 5 ans et 3 mois : il est l’un des plus jeunes reçus à la psallette du Mans, où l’âge normal de réception tourne autour de 7 ans.

87 Le chanoine Buquet était membre du Bureau d’Agriculture du Mans et avait participé à 52 séances du mardi après-midi sur 90, des débuts de la société en 1761 jusqu’à sa mort.

88 Saint-Jean-de-la-Chevrie : paroisse de la rive droite, comptant 1 530 habitants en 1764 (AD Sarthe : 111 AC 1550).

89 L’abbaye bénédictine Notre-Dame-du-Pré de Valmont (Seine-Maritime actuelle), fondée au XIIe siècle, plusieurs fois détruite et reconstruite, venait alors d’être réformée par les Mauristes (1754) et connaissait une période de prospérité.

90 Antoine-Nicolas-Perier, né en 1712 et reçu chanoine en 1743, était fils d’un procureur au siège de l’Élection.

91 Enfeu : niche funéraire creusée dans le mur d’une église (voir glossaire).

92 Né en 1736, René-Mans II, petit-fils du Maréchal de Tessé, avait épousé Adrienne de Noailles en 1755. Son entrée au Mans a également été racontée par Louis Maulny, conseiller au Présidial du Mans et historien. Si les récits se recoupent globalement, le chanoine Nepveu accorde moins d’importance au désaccord entre les habitants et leur municipalité : il ne le mentionne qu’allusivement, alors que Maulny le développe. Selon ce dernier, le corps de ville avait obtenu du Comte de Tessé de ne pas exiger une entrée officielle, pour en éviter la dépense. Les habitants sous les armes, curés en tête, allèrent rendre hommage au Lieutenant général. Se rendant compte de sa bévue, l’Hôtel de ville tenta d’éviter cette démarche populaire et interdit aux tambours de Ville d’accompagner les cortèges paroissiaux. Mais le Commissaire des guerres leur donna les tambours de la milice. Lorsqu’après huit jours de fêtes et de réceptions à l’hôtel de Tessé, le Comte quitta Le Mans pour son château de Vernie, 80 jeunes gens à cheval l’escortèrent jusqu’à La Milesse, pour narguer l’Hôtel de ville. Louis Maulny conclut : « M. le Comte de Tessé fut fort sensible à l’honneur et au zèle que les habitants lui témoignèrent, et fort mécontent de la conduite des officiers municipaux » (Robert Triger, Études historiques et topographiques sur la ville du Mans, Le Mans, Monnoyer, 1926, réimpression La Tour-Gile, 1994, 588 pages, section VII, p. 62-64 ; et René-Anselme Négrier de La Crochardière, Observations sur la ville du Mans, Méd. Le Mans, ms 21A, t. I, p. 173).

93 Les maisons canoniales étaient attribuées aux chanoines qui, lorsqu’ils ne les occupaient pas, pouvaient les sous-louer, parfois même à des laïcs malgré les défenses réitérées du chapitre (Ambroise Ledru, « Les Maisons canoniales du chapitre du Mans », La Province du Maine, 1932, p. 49-60, 111-120, 145-153, 186-194 ; 1933, p. 49-54, 104-110, 248-250 ; 1934, p. 3-5, 164-167, 193-197 et 233-239). Le chanoine en fera de même en sous-louant cette maison, à une dame séparée de son mari (voir au 22 novembre 1771).

94 Liard : ancienne monnaie de cuivre, valant le quart d’un sou, donc 3 deniers.

95 Le Crucifix : paroisse desservie dans l’église cathédrale. Louis Thibault des Bois, curé du Crucifix depuis 1757, est entré dans l’historiographie mancelle pour avoir été un allié actif dans la stratégie du jeune Leprince en vue de conquérir Mlle Godard d’Assé, transmettant à la jeune fille lettres et bouquets de fleurettes. Il réussit à décider les parents des deux côtés à envisager cette union (Mémoires, p. 70-74). Sur le rôle des curés, intermédiaires dans les appariements matrimoniaux : Anne Fillon, Les trois bagues aux doigts, Amours villageoises au XVIIIe siècle, Robert-Laffont, 1989, 527 pages, p. 155-156 et 422-450.

96 Quoique moins courus que les brillants spectacles des jésuites, les exercices littéraires des oratoriens étaient ouverts au public et souvent dédiés aux personnalités et protecteurs de la ville. Le négociant Leprince les fréquentait pour éviter de se « rouiller sur la langue latine » (Mémoires…, p. 62). Ce 18 août 1764, dans l’après-midi, le père rhétoricien et les acteurs, accompagnés par 40 écoliers, vinrent chercher le Comte de Tessé. L’exercice commença dans la salle des actes par un éloge du Comte. Puis les élèves représentèrent une tragédie (Achille), suivie d’une chanson et d’un dialogue à sa louange. La fête terminée, M. de Tessé fut reconduit avec le même cérémonial à son hôtel. Le lundi 20 août, il y eut une seconde représentation, après laquelle on procéda à la distribution des prix (R. Triger, Études Historiques…, op. cit., section VII, p. 65).

97 Mgr de Jarente, chargé de tenir à jour la liste des bénéfices ecclésiastiques pourvus et à pourvoir, était en quelque sorte ministre des nominations ecclésiastiques. Bien que juge et partie dans cette affaire, il avait dû subir un procès. La justice le maintint dans ses droits mais le contraignit à transiger avec les moines de Saint-Vincent en partageant les bénéfices de l’abbaye (AD Sarthe : G 399).

98 Le ministre s’est rendu à La Flèche pour l’ouverture de l’école préparatoire à l’école militaire qui reçoit les élèves à partir de 14 ans. Avec ce pensionnat pour jeunes nobles, La Flèche retrouve son rôle de la période jésuite (D. Boisson, Le journal de Stanislas Dupont de La Motte, op. cit., p. 15). Une école de cavalerie avait été initialement envisagée à La Flèche par Choiseul. Ce projet fut abandonné et l’école finalement établie à Saumur (voir au 10 avril 1763, en notes).

99 Tirer les boîtes : voir au 1er août 1763.

100 À la Halle : depuis 1760, le bureau des carrosses était installé sur la place des Halles [aujourd’hui : de la République]. Le Ministre s’y est donc arrêté au moins le temps de changer de chevaux. De là, il a gagné la route de Paris par la rue de la Perle, la rue Saint-Jacques, le carrefour Saint-Nicolas, la rue Marchande, le carrefour de la Sirène, la rue Saint-Dominique, la place des Jacobins, la rue de Tessé, le faubourg de la Croix-de-Pierre, les Maillets… La route de Paris passait encore par Bonnétable, Bellême, Dreux, etc.

101 Mgr de Froulay reçoit donc « l’Alcibiade français », qui avait acquis une célébrité sans égale à cause de ses débauches et de ses conquêtes féminines. S’arrêter dormir chez l’évêque était un rituel pour les personnages de haut rang. Toutefois la dernière phrase du chanoine indique peut-être qu’il aurait jugé plus normal, ou plus convenable, que le duc soit hébergé par le nouveau Lieutenant général du Maine, exceptionnellement présent en son hôtel de Tessé.

102 Gabriel-Charles Monnier de La Genesserie (1682-1765), était janséniste. Dans son salon trône le portrait de Pierre Rogier du Crevy, évêque du Mans (1712-1723) réputé favorable au jansénisme (Michèle Ménard, Une histoire des mentalités religieuses aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mille retables de l’ancien diocèse du Mans, Beauchesne, 1980, 467 pages, p. 339). Exclu du chapitre par lettre de cachet, M. de La Genesserie mourut sans avoir donné aucun gage de soumission à l’Église. Sa maison, tenue par sa nièce, Magdelaine de La Faucille, et trois filles domestiques, montre un certain goût du luxe et une envie d’être à la mode. Son salon était garni de meubles précieux (miroirs dorés, pendule, guéridons et table aux pieds tournés dorés et incrustés d’ébène, dix fauteuils et douze caquetoires couverts de tapisserie ou de velours cramoisi). Sa chambre, décorée de tapisseries d’Aubusson, comportait de nombreux fauteuils dont une paire à fleurs bleues et blanches, des meubles de marqueterie, un lit à l’ange aux rideaux d’indienne (Oberkampf a ouvert sa manufacture d’indienne en 1760). Sa plus grande originalité est de céder très tôt dans l’histoire de l’hygiène au désir d’une salle de bain : une pièce contiguë à sa chambre comporte une baignoire de cuivre jaune entourée de deux chandeliers argentés, un siège d’aisance, une cuvette, etc. (AD Sarthe : B 777, scellés et inventaire, 11 février 1765).

103 Savigny-sur-Braye : aujourd’hui dans le Loir-et-Cher, cette localité est située à 8 km au sud-est de Saint-Calais et à une cinquantaine de km du Mans.

104 Le Chevalier de Rouillon était un arrière-cousin du diariste (voir arbre généalogique n° 2).

105 Le Petit Saint-Pierre : voir au 21 mars 1761, en note.

106 Moins d’un an plus tôt, Louise-Françoise Le Maçon n’avait pas voulu assister au mariage de sa fille, qu’elle désapprouvait (voir au 8 mai 1764). Depuis, elle semble s’être réconciliée avec le jeune couple. Du moins a-t-elle accepté d’être la marraine de son premier-né.

107 Beaucoup de grandes familles mancelles, comme les Nepveu, ensevelissaient leurs défunts dans la chapelle des Cordeliers. Elle était ornée de la « grande mise au tombeau », groupe en terre cuite sculpté par l’artiste manceau Gervais I Delabarre. Au moment de la Révolution, l’œuvre fut emportée par le cirier Leprince de Claircigny (pour la sauver, dit-on…). Elle a été installée dans la cathédrale du Mans au début du XIXe siècle (Francis Muel [dir.], Terre et ciel, La sculpture en terre cuite du Maine XVIe et XVIIe siècles, Monum/Éditions du Patrimoine, 2003, 318 pages, p. 96-123).

108 Le chanoine Nepveu insiste justement sur la pauvreté de Jacques Lopé du Mesnil. Dans son appartement de trois pièces, sans le service du moindre domestique, sa vie était des plus simples. Seul élément de confort : les rideaux de lit en indienne (AD Sarthe : B 822, scellés et inventaire, 6 mai 1765 ; 13 J 33, règlement de sa succession générale par le chanoine Nicolas Trotté).

109 Saint-Hilaire : petite paroisse du Mans, située entre muraille et Sarthe. Elle comptait 460 habitants en 1764 (AD Sarthe : 111 AC 1550). Ils sont majoritairement humbles, à l’exception de quelques familles comme les Maulny, famille bourgeoise honorablement connue ayant exercé des fonctions d’avocats, d’huissiers et de conseillers au Présidial, de présidents du grenier à sel et de négociants.

110 Le chanoine reste singulièrement discret à propos d’un homme déjà réputé à l’époque dans la ville. Louis Maulny fut un des premiers historiens du Maine. Sept de ses monographies sont conservées à la Médiathèque du Mans et traitent des « Observations sur l’antiquité des Manceaux et de la ville du Mans » (ms 36), de « l’ordre tenu à l’entrée de Louis XIII et Marie de Médicis en la ville du Mans » (ms 233) ou encore de « Remarques sur les révolutions du Maine » (ms 37). Ses travaux seront repris à la fin du siècle par Négrier de La Crochardière (Méd. Le Mans : ms 21 A, Observations sur la ville du Mans, manuscrit inédit en 5 volumes). Ses observations sur les supposées arènes du Mans seront ultérieurement le point de départ des recherches de Robert Triger en 1926 pour ses Études Historiques et Topographiques sur la ville du Mans (Barthélémy Hauréau, Histoire Littéraire du Maine, Paris, Dumoulin, 1870, t. IV, p. 336).

111 La collégiale voulait grande musique pour les funérailles de son Doyen et avait besoin du chœur de la Cathédrale pour renforcer ses propres effectifs musicaux. Mais les musiciens de Saint-Julien étaient déjà mobilisés par l’enterrement de M. Maignan, qui s’est terminé tardivement.

112 Issu d’une des plus riches familles de la province, René-Marie-Claude Bastard de Fontenay vivait avec une grande exactitude son vœu de pauvreté. Jouxtant la collégiale Saint-Pierre, sa maison, partagée avec un de ses confrères, présente peu de meubles. Sans aucun penchant pour le luxe ni la mode, son salon et sa chambre sont d’un confort minimaliste. Le seul péché auquel semblait succomber le Doyen de la collégiale était la gourmandise : l’inventaire note en effet des pots de confiture dans chaque pièce (AD Sarthe : B 822, scellés et inventaire, 12 mai 1765). Bastard de Fontenay avait été « un prêtre doux et bienfaisant, aimé et vénéré du chapitre » selon le Vicomte Menjot d’Elbenne et l’abbé L.-J. Denis (Le chapitre royal de l’Église collégiale de Saint-Pierre-de-La-Cour, Sainte-Chapelle du Mans, Mamers, Fleury, 1910, 546 pages, p. 237-238-292-293-303). Ces auteurs en reproduisent un portrait, conservé au château de Dobert à Avoise.

113 Depuis le XVIIe siècle, les Riballier, entrepreneurs, architectes, artistes, s’étaient illustrés dans la construction ou restauration de châteaux et hôtels particuliers (Segrais, Ardenay, hôtel Nepveu de Rouillon), couvents (la Visitation) et retables (Tassé, Crannes-en-Champagne). Un exemple, cher au chanoine Nepveu, a été étudié par Jennifer Cognasse, Un hôtel particulier, des Lumières au XXIe siècle, L’Hôtel Nepveu de Rouillon au Mans, Construction, restauration, réhabilitation, Master 1 sous la dir. de S. Granger, U. du Maine, 2007, 269 pages.

114 Cette prise de possession fut rocambolesque : portes fermées, massiers menaçants, mise à l’écart et constat d’huissiers marquèrent les débuts d’un canonicat marqué par l’infériorité statutaire et l’ostracisme (AD Sarthe : G 399, p. 315-317 et 337).

115 Sargé : bourg au nord-est de la ville du Mans, dont il est éloigné de 4 km.

116 Aujourd’hui Saint-Thomas-de-Courceriers, en Mayenne, à une cinquantaine de km au nord-ouest du Mans, à mi-chemin entre Fresnay et la ville de Mayenne.

117 Nicolas Huet était docteur en théologie de l’université d’Angers. Lors de la Révolution, il refusera le serment constitutionnel, sera enfermé à la Mission et conduit à Nantes pour être déporté en Espagne. Finalement non embarqué en raison de son âge avancé et de ses infirmités, il aurait dû être ramené au Mans, mais une maladie grave le retint alors à Nantes. Ce qui en fera une victime de Carrier quelque temps plus tard, noyé dans la Loire (Th. Perrin, Les Martyrs du Maine…, op. cit., p. 202-203).

118 Le tout jeune homme (né à Avranches en 1742) que l’on enterre ce jour-là avec les honneurs capitulaires est pourtant un laïc, et, qui plus est, marié. Son acte de décès, inscrit dans le registre des sépultures canoniales, spécifie que Nicolas-René-François Badin de La Chaussée est l’époux de Jeanne Poullet. Ils s’étaient rencontrés durant le bref laps de temps où le jeune homme avait chanté à Saint-Hilaire de Poitiers (AD Vienne : G 567, 31 mars et 17 juillet 1764). Or elle est la fille de Mathurin Poullet, alors musicien à Saint-Hilaire, mais qui avait été formé à la psallette de Saint-Julien du Mans ! Celui-ci avait peut-être conservé assez de relations au Mans pour y recommander son gendre après son renvoi de Saint-Hilaire. Le monde des musiciens, lui aussi, fonctionne en réseau…

119 Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon, Lieutenant-Criminel de la Sénéchaussée et Siège Présidial du Mans, qui devient ici maire du Mans, était un cousin du diariste (voir arbre généalogique n° 2).

120 L’Hôtel de ville du Mans avait été créé par lettres patentes du roi Louis XI, données à Thouars en 1481. Charles VIII élargit les privilèges aux habitants des faubourgs en 1488. Les paroisses devaient être administrées par « quatre Eschevins, un Procureur, un Receveur, un Clerc de ville et deux Sergents ». Le roi y avait adjoint « deux gens d’Église commis et députez l’un par notre aimé et féal conseiller l’Evêque du Mans, l’autre par les Doyen, chanoines et chapitre de l’Eglise dudit lieu » (Jean-Marie Constant, « Pouvoir municipal et patriciat dans une ville de l’ouest de Louis XI à la Révolution : Le Mans », Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au XXe siècle, Cl. Petitfrère (dir.), U. François-Rabelais, Tours, 1999, p. 297-307).

121 Guillaume Lebourdais, l’organiste défunt, était âgé de 54 ans. Son inventaire révèle un mode de vie aisé, déclinant tous les marqueurs du confort urbain et de la modernité, ainsi qu’un solide équipement musical (orgue de salon, clavecin, violon et viole). Quant à sa bibliothèque, elle laisse supposer des sympathies jansénistes (AD Sarthe : 4E 37/754, Étude Martigné, 20 septembre et 8 octobre 1765 ; S. Granger, Musiciens dans la ville, op. cit., p. 222, 225, 236, 239 et 264).

122 René Paris (1707-1765) était le fils d’un maître tailleur de pierre manceau.

123 La nouvelle du décès a mis trois jours pour parvenir au Mans. L’aîné des fils du défunt et de Marie-Josèphe de Saxe, Louis-Auguste, devient dauphin de France. Il est le futur Louis XVI.

124 En symphonie : les voix sont accompagnées d’instruments de musique, souvent des cordes (violes, violons, basses de viole…), mais aussi parfois hautbois, flûtes et autres instruments à vent, en fonction des disponibilités locales (présence des musiciens d’un régiment, par exemple).

125 Le chanoine Louvel de Villarceau venait juste de prendre possession de la maison canoniale « Première de Saint-Christophe » [située aujourd’hui au 21 rue des chanoines].

126 Louise-Françoise Nepveu, née le 7 mai 1727, meurt sans avoir contracté d’alliance (voir arbre généalogique n° 1).

127 Le duché de Lorraine est définitivement rattaché au royaume de France.

128 Marie-Éléonore Fétis, veuve de Jacques-Antoine Royer, Procureur au Châtelet de Paris, s’était fixée au Mans pour suivre son fils, reçu chanoine de la cathédrale du Mans.

129 À la fin des cérémonies, le personnel ecclésiastique récupérait le luminaire qui n’avait pas brûlé entièrement. Il le revendait à son profit aux ciriers qui refondaient les morceaux de cire et en faisaient des cierges de qualité inférieure.

130 Les Pentes de Gorron (ou Pans de Gorron) : escalier en forte pente menant du parvis de la cathédrale à la rivière, traversant la muraille par une poterne, dite de Gorron, parce qu’ouvrant en direction de cette ville du Bas-Maine. Il menait à la fontaine Abel, dont l’eau était réputée la meilleure du Mans. Tout au bas de l’escalier, à droite, se situait l’église de Gourdaine. À la suite de la vente nationale des biens ecclésiastiques des abords de la cathédrale, les Pans de Gorron allaient devenir à partir de 1796 et pour plus d’un siècle, le quartier des « filles de bordée » (prostituées).

131 Poêle : grande pièce d’étoffe qui couvre le cercueil (voir glossaire).

132 Le registre des sépultures du chapitre indique que le défunt se nommait en réalité Jean Crouillebois, dit Grandmont, et qu’il était âgé « d’environ 96 ans ».

133 L’hôtel-Dieu devait être transféré sur un emplacement prévu à cet effet près de l’Hôpital-Général, par lettres patentes d’avril 1765. Les 1 600 livres évoquées par Nepveu sont un supplément aux 20 000 livres versées par Mgr de Froulay pour la construction des bâtiments. Le chanoine Le Paige signale les noms d’autres généreux contributeurs tels le trésorier de France Hoyau, le chanoine Scolastique Denis Baudron, le Grand Archidiacre Lepelletier, tous deux du chapitre Saint-Julien. L’évêque du Mans travailla sans relâche à sa construction et eut la satisfaction de le voir presque achevé avant sa mort. Cet établissement reçut les pauvres, les malades, les enfants trouvés, les mendiants, les prostituées et même des fous (Le Paige, Dictionnaire…, t. II, p. 195-196). Sur l’institution, le lecteur peut consulter Jocelyne Portier, L’hôpital-Général du Mans : 1658-1814, les enfants trouvés, thèse de 3e cycle sous la dir. de J.-M. Constant, U. du Maine, 1982, 642 pages. Le mémorialiste Leprince d’Ardenay apporte des éléments sur l’administration de l’Hôpital-Général (Mémoires…, p. 163-170).

134 Le mot vicaire dans ce contexte désigne un membre du chœur de musique. Vincent Hubert, jusqu’alors chantre gagiste, est désormais intégré au bas-chœur et rémunéré non plus par un salaire mais par une participation à la mense capitulaire. Si ce changement de statut ne modifie pas fondamentalement sa fonction quotidienne ni son niveau de vie immédiat, il lui confère une sécurité appréciée sur le long terme.

135 Pierre-Marie Cellier des Fraîches (1725-1766) était le fils d’un auditeur à la chambre des comptes de Blois. À partir de 1771, il occupera la maison canoniale Saint-Paul, demeure avec tourelle d’angle à encorbellement, située sur l’escalier des Pans-de-Gorron. C’est l’un des beaux logis Renaissance du Mans [aujourd’hui n° 27 de la rue des chanoines].

136 M. Duverger : François-Louis Véron du Verger, illustre négociant en étamines, père de l’économiste Véron de Forbonnais (vu au 24 décembre 1759, en note). Il avait cessé son commerce pour remplir depuis 1761 la tâche de secrétaire perpétuel du Bureau manceau de la Société Royale d’Agriculture. Le diariste suggère que c’est Véron du Verger qui avait suscité ce mariage, peut-être grâce à ses liens avec la Touraine.

137 Les crieurs de patenôtres étaient des frères convers qui récitaient des prières où dominaient les Pater Noster pendant l’office religieux. Dans le cas d’une procession, ils précédaient le cortège et récitaient à haute et intelligible voix les prières que le peuple ne connaissait pas forcément par cœur. Lors de la Fête-Dieu à Angers par exemple, les crieurs de patenôtres tenaient dans la main une torche jaune et une clochette pour annoncer leur passage (Méd. Angers : Jean Ballain, Ms 991).

138 Charles-Louis de Froulay était évêque du Mans depuis octobre 1723 (voir au 28 mars 1760, en note).

139 Le diariste a oublié le complément. S’agit-il de fournir la sonnerie des cloches ? Du luminaire ? Des musiciens ? Du personnel ecclésiastique ?

140 Comprendre : du chapitre de la collégiale Saint-Pierre.

141 Les conflits de préséance entre le chapitre de la collégiale et celui de la cathédrale lors des cérémonies sont récurrents. Chicaneries et jalousies donnent du piment au train-train capitulaire, et vont parfois jusqu’à l’affrontement judiciaire. Ces assauts de vanité ne sont pas le seul fait des chanoines : échevins et magistrats du Présidial multiplient aussi les démonstrations de susceptibilité au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce n’est pas spécifique au Mans. Partout, on observe semblables antagonismes. Pour un exemple dans une ville proche, Laval, voir F. Pitou, La robe et la plume, op. cit., p. 189-190.

142 Autel St Maur : l’un des 39 autels où étaient desservies les 71 chapellenies fondées au sein de la cathédrale du Mans. Il était situé presque au milieu du chœur : les avocats pour lesquels on installe des chaises entre cet autel Saint-Maur et le grand autel sont donc particulièrement bien placés durant la cérémonie (Jean Lusseau, « Les Autels de la cathédrale du Mans avant le XVIIIe siècle », La Province du Maine, 1993, p. 27-35, avec plan de situation des autels avant la Révolution p. 33 ; Jean Valiot, « Les soixante et onze “chapelles” de la cathédrale du Mans », La Province du Maine, 1993, p. 153-165 et 241-256).

143 Ces enfants bleus sont les orphelins recueillis à l’hôpital et vêtus de vêtements de couleur bleue. Leur nombre augmente sensiblement au cours du siècle (J. Portier, L’Hôpital-Général du Mans…, op. cit.).

144 Poêle : voir glossaire.

145 Dans cette chapelle des Fonts [baptismaux], on peut voir aujourd’hui le tombeau de Charles IV d’Anjou, Comte du Maine, attribué au célèbre sculpteur Francesco Laurana (1472) et celui de Guillaume du Bellay, attribué à Pierre Bontemps (1546).

146 Nepveu en avait oublié de noter le décès de son confrère tant la mort de l’évêque l’avait occupé. Il rétablit l’information a posteriori.

147 Régale : voir glossaire.

148 Voir la dernière entrée de l’année 1763.

149 Il s’agit de l’abbé Louis-François Belin de Béru (1700-1782). Il était l’un des quatre chanoines de la cathédrale membres résidents du Bureau du Mans de la Société d’Agriculture. Il devint l’un des piliers de cette institution et se fit remarquer par son esprit et son assiduité. Son portrait est aujourd’hui conservé à la Société d’Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe (voir fig. no 20). Il était aussi un naturaliste reconnu dont le cabinet de curiosité constitue, avec celui de Maulny, le fonds le plus ancien du « Musée Vert » Véron-de-Forbonnais au Mans.

150 Collecte du Saint-Esprit : le prêtre invite les fidèles à prier collectivement pour que l’Esprit Saint guide le choix du futur évêque (voir glossaire).

151 Le père de ce nouveau chanoine était conseiller au Conseil souverain du Cap-Français à Saint-Domingue.

152 L’expression « descendre au chapitre » fait référence à la situation de la salle de délibération capitulaire en contrebas du niveau de l’église (23 marches à descendre selon Frédéric Pichon, Essai sur les travaux faits à la Cathédrale du Mans pendant le XIXe siècle, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1876, 60 pages, p. 5). À Chartres, l’expression usuelle est « entrer au chapitre ».

153 En symphonie : avec accompagnement instrumental, voir au 21 janvier 1766.

154 Contrairement à l’usage universellement suivi, l’orateur aurait insisté davantage sur les défauts de caractère du défunt prélat que sur ses véritables qualités (selon P. Piolin, Histoire de l’Église…, op. cit., t. VI, p. 512-513).

155 Quinze mois après son époux, qu’elle avait accompagné jusqu’à sa fin, Marie-Josèphe de Saxe est emportée à son tour par la tuberculose le 13 mars 1767.

156 Le complimenter sur la mort : lui adresser un compliment de condoléance à l’occasion du décès. Sur la famille Chauvelin, voir au 23 avril 1762.

157 Hôpital Froulay : ce nom donné ici à l’hôpital rappelle la part qu’avait prise Mgr de Froulay à son financement (voir au 12 mai 1766, en note).

158 Le chanoine Leconte, renommé pour ses qualités oratoires, répare ici l’outrage du 18 mars précédent. L’abbé Baudron, Grand-Vicaire, qui officie ce 6 avril, avait été l’homme de confiance de Mgr de Froulay, qui ne prenait aucune décision sans l’avoir préalablement consulté. Ses qualités intellectuelles et morales, en particulier sa générosité en faveur des pauvres, faisaient de lui un dignitaire très respecté. Il sera le seul des Grands-Vicaires en place à être conservé par Mgr de Grimaldi (P. Piolin, Histoire de l’Église…, op. cit., t. VI, p. 458).

159 Le couvent des Jacobins n’employant aucun musicien à demeure, à l’exception d’un organiste, il a fallu faire appel aux musiciens de la cathédrale pour donner le lustre musical jugé nécessaire à la cérémonie.

160 Tout ce que la coutume luy permettoit de donner : l’expression est bien commode pour les notaires car elle leur évite d’avoir à entrer avec précision dans les arcanes de la coutume de Maine. On la rencontre dans un grand nombre de testaments. La coutume, précise Julien Bodereau dans ses commentaires, « défend aux personnes mariées de se donner aucune part de leur patrimoine », toutefois elle admet le don testamentaire et, face à la mort, la femme a la liberté de disposer de sa dernière volonté sans requérir l’autorité de son mari (art. 505). Elle a la faculté de léguer à son mari comme à un étranger ce que la coutume permet aux mariés de donner par les articles 334 et 336 (Martine Barilly-Leguy, Livre de mes Anciens grand pères, Le livre de raison d’une famille mancelle du Grand Siècle [1567-1675], PUR, 2006, 465 pages ; et Anne Fillon, « La coutume égalitaire : élément majeur de l’identité du Maine », Gens de l’Ouest, contribution à l’histoire des cultures provinciales, Lhamans, Le Mans, 2001, 546 pages, p. 19-51).

161 Sur l’abbé Desbois, curé du Crucifix : voir au 17 août 1764 (en note).

162 Dans la noblesse et la bourgeoisie, il était d’usage de léguer aux domestiques des hardes, meubles, ou sommes d’argent pour entrer en apprentissage ou s’établir. La défunte lègue aussi des vêtements que l’on va réformer en ornements d’Église pour deux paroisses où elle possédait des biens.

163 Semur[-en-Vallon] est une paroisse située à 40 km à l’est du Mans. Le chanoine Nepveu évalue cette cure au double du chiffre de 500 livres donné en 1777 par Le Paige, Dictionnaire…, t. II, p. 493.

164 Le patronyme de ce chantre est généralement orthographié Godé. Originaire de Courcerault, bourgade du Perche, dans le diocèse de Sées, Louis Godé est attesté comme chantre de la cathédrale du Mans au moins à partir de 1767 et jusqu’en 1779 (AD Sarthe : G 29 et G 30). Sa première épouse est inhumée au Mans paroisse Saint-Vincent le 10 mars 1767. On peut donc penser que l’admission de son fils à la psallette aussitôt après est une forme d’assistance envers l’orphelin, et de soutien du chapitre à son chantre.

165 C’est la première apparition de Julien Gilouppe dans le Journal de Nepveu, qui en reparlera souvent (voir introduction).

166 L’estimation du chanoine Nepveu diffère de celle donnée par son confrère Le Paige dans son Dictionnaire… (t. II, p. 518). Ce dernier estime cette cure à 600 livres, et précise qu’elle est à la présentation de l’abbé de Marmoutier. Le chapitre du Mans n’aurait donc pas pu l’attribuer. Celle de Longuefuye, évoquée au 9 juin, est bien, en revanche, à la présentation de l’évêque du Mans et est estimée 800 livres (t. II, p. 524-525).

167 Le Biseau : Montbizot, à 19 km au nord du Mans.

168 Montourtier : paroisse du Bas-Maine, située à 25 km au nord-est de Laval.

169 Charles-Emmanuel Le Peletier de Feumusson était issu d’une famille de négociants enrichis par le grand commerce. Son père, officier de la maison du roi et échevin du Mans en 1755, avait acquis une charge anoblissante. Un de ses frères avait été installé à Cadix. Curé de Domfront[-en Champagne aujourd’hui, à 20 km au nord-ouest du Mans], il étale son bon goût et sa fortune en faisant bâtir un somptueux presbytère, béni en 1779 par l’évêque Jouffroy de Gonssans en présence d’une trentaine d’ecclésiastiques. Ce bâtiment a été classé monument historique en 1992 (Philippe Grégoire, Maisons de maîtres et demeures rurales de la Sarthe du XVIe au XVIIIe siècle, ITF, 2004, 116 pages, p. 62-63).

170 Jacques-François Roger, chanoine de Saint-Julien, et son frère François, chanoine de Saint-Pierre-La-Cour avaient refusé toutes les tentatives de compromis entreprises par Mgr de Froulay (jusqu’en décembre 1729) pour maintenir l’unité des chapitres face à la menace janséniste. Ils ne furent que six chanoines du diocèse à résister, à l’époque, avec tant d’intransigeance.

171 Commissaire né : la nomination du chanoine Huet comme commissaire découle automatiquement de sa fonction de procureur du chapitre.

172 Étrangers : originaires de l’extérieur du Maine.

173 L’évêque de Rodez est Jean-Charles de Grimaldi d’Antibes (1705-1770). La branche des Grimaldi établie en Provence au XIVe siècle s’opposa à la famille Matignon pour la succession de Monaco à partir de 1748.

174 Mgr de Froulay avait entrepris de remplacer les vieux bréviaires, missels et livres de chants : « nous avions des livres de chant romain très difficiles et très anciens, ils avoient été imprimés en 1510 » se souvient Louis Simon (Anne Fillon, Louis Simon, villageois de l’ancienne France, Rennes, Ouest-France, 1996, 342 pages, p. 29). L’évêque du Mans suivait un mouvement qui traversait le royaume : le changement de liturgie. Le nouveau missel manceau avait été publié en 1749. Le prélat avait curieusement fait appel à des auteurs d’inspiration janséniste (l’abbé Le Bœuf) pour accompagner ces changements qui modifiaient en profondeur les habitudes des fidèles. Bien que la première version ait été adoucie dans le but de conserver des traces des textes précédents, la résistance des chanoines de Saint-Julien face à l’abandon du rite romain fut vigoureuse. Ils furent pourtant condamnés à accepter ces livres nouveaux. Ceux de Saint-Pierre-la-Cour n’y furent pas contraints en raison de leur statut de chapitre royal. Sur les perturbations liées à l’introduction de ces nouveaux livres : Xavier Bisaro, Chanter toujours, Plain-chant et religion villageoise dans la France moderne (XVIe-XIXe siècle), PUR, 2010, 246 pages, p. 96-104.

175 Ses armes : fuselé d’argent et de gueules.

176 Préposés à l’ordre, sergents ou bedeaux portaient en principe un bâton ou une canne, signe de leur fonction (voir glossaire à bedeau, massier, sacriste).

177 Carreau : coussin carré (voir glossaire).

178 Gardien : le père supérieur (voir glossaire).

179 Les hautes stalles : la rangée supérieure des stalles, où siègent les chanoines, par opposition aux basses stalles où prennent place les dépendants du bas-chœur (voir introduction).

180 Les chanoines étaient jusqu’ici revêtus du simple surplis, de la soutane rouge ou violette et de l’aumusse. Le rochet et la mozette qu’ils adoptent en 1767 étaient alors réservés aux évêques.

181 Assé-le-Bérenger est un petit bourg de l’archidiaconé de Laval, proche d’Évron (50 km du Mans et 40 km de Laval). La cure, estimée 700 livres, était à la présentation du chapitre de la cathédrale du Mans.

182 Fillé[-sur-Sarthe aujourd’hui] : à 15 km au sud du Mans, au bord de la rivière Sarthe.

183 Le service de chacun des chanoines était reporté sur un tableau récapitulatif. En effet, les obligations étaient nombreuses : chapitres ordinaires, généraux et extraordinaires, petites et grandes heures, grand’messe, messes basses, fêtes solennelles, processions générales et singulières, offices en l’honneur des Saints, prédications, etc. Les distributions (sortes de primes évaluées en fonction de l’assiduité, voir glossaire) et les autorisations d’absences régulaient l’activité des chanoines qui se déclinait en « semaines de service ».

184 Anniversaire : ici, cérémonie commémorant le décès du précédent évêque du Mans, un an auparavant.

185 En symphonie : voir au 21 janvier 1766.

186 Réduire nos fondations : avec le temps, le rapport des fondations anciennes se dépréciait et les revenus des biens qui leur étaient affectés (maisons, terres…) devenaient insuffisants pour rémunérer le travail liturgique imposé (messes basses, prières…). L’évêque pouvait alors ordonner un regroupement de plusieurs fondations, ou un allègement des obligations liées à certaines d’entre elles.

187 Homme du monde et parfait courtisan, aussi brillant que léger, Gabriel de Villedon logeait à l’évêché auprès de Mgr de Grimaldi, son grand ami, qu’il tutoyait même en public. Il fut déconsidéré après avoir fait chanter des couplets contre la comtesse de Sourches (épouse du Grand-Prévôt de France), qui ne l’acceptait pas dans son entourage. La dame obtint à Paris un arrêt mortifiant pour le « chansonnier ». Largement diffusé dans le Maine, il contribua à ruiner la réputation du Grand-Vicaire et embarrassa fortement Mgr de Grimaldi (P. Piolin, Histoire de l’Église…, op. cit., p. 519-520).

188 Nom de baptême : prénom.

189 L’abbé de Montgrenier faisait partie de l’équipe de jeunes abbés de cour, visiblement très favorisés, qui entourait le nouvel évêque. Ils avaient reçu le surnom de « mousquetaires noirs » (Dom Guy-Marie Oury [dir.], Histoire Religieuse du Maine, C. L. D. Normand et Cie éditeur, 1978, 299 pages, p. 142).

190 Ténèbres : voir glossaire.

191 Mgr de Grimaldi fait faire de grands travaux dans sa cathédrale. Le 27 juin 1768, les Affiches de Paris annoncent : « Le 12 juillet prochain, on fera, dans l’église cathédrale du Mans, la vente et adjudication de la cuivrerie de la dite église. Elle est fort ancienne… » Le nouveau jubé, au centre duquel se trouvait une grille, ne cachait pas le maître-autel de marbre blanc et permettait aux fidèles de voir resplendir la Gloire façonnée par Pierre Lorcet en 1769. L’évêque enlève des éléments jugés inutiles comme l’horloge et les petites orgues dorées du XVIe siècle qui ne servaient plus. Des tombeaux et des autels, la célèbre statue de Sainte Cécile même, sont supprimés ou doivent déménager. Enfin, les murs sont blanchis. « Mgr de Grimaldi essaya de réaliser ce qui avait été conçu au temps de la Renaissance, mais semblait ne pouvoir s’appliquer à la cathédrale : la maîtrise de l’espace par l’homme. C’était un beau projet, à la mesure du mobilier » (A. Mussat, La Cathédrale du Mans, op. cit., p. 156-157).
Face à ces importants changements, la réaction des contemporains varie. Certains se montrent presqu’indifférents tels le conseiller au Présidial Négrier de La Crochardière dans ses Observations sur la ville du Mans (Méd. Le Mans : ms 21A, t. 1, p. 493-494). D’autres se gaussent en rimant à propos des choix jugés exubérants ou discutables du prélat : « La décoration de l’église du Mans », poésie dédiée à Mgr de Grimaldi par un anonyme DSRB (Méd. Le Mans : Maine 563, 4 p. in-quarto).

192 Pierre-Jacques-René Nepveu de Rouillon était maire du Mans depuis le 21 août 1765. Pour le situer par rapport au diariste (voir arbre généalogique n° 2).

193 Il faut comprendre : M. Rottier de Madrelle, Comte de Belin.

194 Pour distinguer les différents membres de la famille, le diariste associe leur nom à leur lieu de résidence. Ici, il s’agit de la rue des petits Fossés, toute proche de la collégiale Saint-Pierre. Nepveu des Petits Fossés est l’un des deux cousins Nepveu de Rouillon chanoines de Saint-Julien (voir arbre généalogique n° 2).

195 André-René Le Paige, chanoine de la Cathédrale, qui publiera neuf ans plus tard un Dictionnaire Topographique, Historique, Généalogique et Bibliographique de la Province du Maine (1777).

196 L’aîné des huit enfants de chœur avait « fait son temps » c’est-à-dire qu’il avait servi le chapitre durant plus que les douze années qui semblent pour le diariste la durée normale de l’apprentissage maîtrisien (voir au 23 juin 1762). Sans doute le chapitre s’estimait-il ainsi remboursé des frais investis dans sa formation, par les services que le jeune homme avait rendus au chœur une fois les bases musicales et liturgiques acquises.

197 Voir au 12 avril 1768. C’est alors que les 47 anges musiciens peints dans la chapelle axiale disparurent sous un épais badigeon de chaux, qui les a finalement protégés. Ils sont restés oubliés de tous jusqu’à leur redécouverte en 1842 et surtout leur restauration en 1995, qui a remis en lumière cette peinture murale majeure de la fin du XIVe siècle, attribuée au peintre renommé Jean de Bruges.

198 Marie Leczinska était morte le 24 juin, entourée de ses filles et d’un époux volage, qui pourtant lui avait gardé une réelle tendresse. Le roi tient encore secrète sa nouvelle passion pour une certaine Jeanne Bécu, dite Vaubernier, future comtesse du Barry.

199 Le marbre de Sablé fut exploité de manière artisanale jusqu’en 1809. C’est aux XVe et XVIe siècles, sous l’impulsion des Médicis, en Toscane, et au XVIIe siècle sous celle de Louis XIV, que les carrières de marbre furent activement exploitées. La proximité de Monaco avec l’Italie et le savoir-faire des Italiens expliquent sans doute le choix du prélat.

200 Les chanoines de Saint-Julien avaient juste à traverser le début de la rue de Tessé pour se rendre au couvent des Jacobins. Pierre de Courthardy, premier président du Parlement de Paris, avait financé de grands travaux chez les Jacobins du Mans, ajoutant une aile à leur église, dans laquelle il fit bâtir une chapelle sur le modèle de celle de Notre-Dame de Lorette dans la province d’Ancône. Son cœur y fut inhumé.

201 Cette fête, très populaire, était aussi connue sous le nom de « Saint-Julien d’été ».

202 Le chef : le chef de saint Julien, pièce d’orfèvrerie représentant le buste et la tête de l’évangélisateur du Maine (voir au 24 décembre 1759, en note).

203 Au couvent des Jacobins (de l’ordre de Saint-Dominique), on honorait le sanctuaire de Notre-Dame-des-Grâces le 5 septembre. Celui-ci avait été construit sur une chapelle plus ancienne, Notre-Dame-des-Marais, que saint Dominique aurait lui-même consacré lors de son passage au Mans en 1219 (Abbé Laude, Recherches sur les pèlerinages manceaux, Clément-Roulier, Le Mans, 1899, 345 pages, p. 23-25).

204 Donc sans « les honneurs du chapitre », le pain et le vin (voir au 11 juin 1759).

205 Rodez.

206 M. de Montgrenier (rencontré aux 22 et 23 mars 1768) et M. de Cabrières, Grands Vicaires et amis intimes de Mgr de Grimaldi, logeaient au séminaire Saint-Charles. Musiciens de talent, ils organisaient à cet endroit des concerts avec les amateurs de musique. L’abbé de Cabrières fut aussi accusé, avec quelques ecclésiastiques du Mans, d’avoir favorisé l’enlèvement de la nièce de l’abbé Vielle, vicaire à Bonnétable. Le scandale était immense et l’abbé Vielle fut condamné aux galères à perpétuité (P. Piolin, Histoire de l’Église…, op. cit., p. 521-522).

207 L’intégration au chapitre d’adolescents frais tonsurés était interdite par les lois canoniques. Elle ne devenait possible que par des dispenses accordées par l’évêque, avec de plus en plus de réticence.

208 La galanterie mondaine implique que l’on prétende organiser le bal en l’honneur de la gent féminine, même si celle-ci s’y rend accompagnée. Par ailleurs le mot « dame » induit évidemment une connotation d’estime sociale, qui le différencie radicalement du mot « femme ».

209 Notation significative : une boutiquière n’est pas une « dame ». L’élargissement social auquel se livre le cousin de l’évêque stoppe net avant d’atteindre les « marchands détaillants », ces nombreux commerçants qui tiennent boutique au Mans. Il va sans dire qu’il concernait encore bien moins les fabricants, travailleurs manuels. En plus des élites habituelles et reconnues, M. de Valentinois a donc invité probablement des couples appartenant aux mondes de la petite administration et du commerce de gros.

210 On peut supposer que les deux formules, « attraper quelque chose » et « dissiper beaucoup de choses » font allusion à des vols ou des dégradations qui se seraient produits à l’occasion de ce bal ? Cette notation est sans doute l’écho de ce qui se répéta les jours suivants dans les salons manceaux. On peut y lire une méfiance sociale envers ces invités qui n’appartiennent pas à la société fréquentée par le diariste.

211 L’hôtel de Tessé : situé dans la rue éponyme [actuelle avenue de Paderborn], il jouxtait le couvent des cordeliers et faisait face à l’enclos du collège de l’Oratoire. L’inventaire réalisé en 1746 à la mort du fils du maréchal de Tessé y montre de somptueuses collections de tapisseries, portraits, tableaux, meubles et objets précieux. Il s’agit de l’hôtel particulier le plus remarquablement meublé et décoré de la ville. Les notables manceaux y accédaient lors des réceptions données par Tessé aux corps constitués à chacune de ses venues. Aujourd’hui, le musée dit « de Tessé » est installé dans un bâtiment XIXe siècle construit à proximité immédiate de l’ancien hôtel. Ses fonds sont en partie constitués des collections du comte de Tessé, considéré comme émigré en 1792 pour être allé « prendre les eaux » en Suisse et dont certains biens furent saisis (Robert Triger, « L’Ancien Hôtel de Tessé, au Mans », SASAS, 1922, p. 122-160 ; et Françoise Chaserant [dir.], Les Musées du Mans ont 200 ans, Le Mans, Cénomane, 1999, 126 pages).

212 Nepveu de La Manouillère retrouve ici l’un de ses condisciples au séminaire d’Angers au début des années 1750 (voir introduction). C’est l’une des rares allusions autobiographiques livrées par son Journal.

213 Il n’a pas été suivi : peu d’auditeurs sont venus assister aux sermons de ce prédicateur.

214 Originaires de Chevaigné dans le Haut-Maine, les Aubin de Ponthosme constituent un bon exemple de famille ayant occupé des charges de garde du corps du roi et d’avocat en parlement au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, avant d’accéder tardivement à la noblesse. En 1765, l’Hôtel de Ville du Mans avait enregistré les lettres de noblesse de Jean-Jacques Aubin, seigneur de Ponthosme (1715-1768), gentilhomme ordinaire du roi. Le défunt ne figure pas dans la liste des 27 nouveaux nobles de la ville dressée par Négrier de La Crochardière, qui conclut : « la très grande et majeure partie ne remonte qu’à 1760. D’après cet état, il sera facile de juger comment a pullulé la noblesse dans la ville du Mans, ainsi direz c’est depuis 1757 jusqu’à 1789 que se sont fabriqués la majeure partie des gentilshommes que nous voions aujourd’hui battre le pavé de la ville du Mans. […] Ces nouveaux nobles ne s’aperçoivent pas que les anciens nobles font fi d’eux » (Observations sur la ville du Mans, ms cité, t. IV, p. 408-410).

215 Daniel-René Nepveu (de Rouillon) est un cousin de René-Pierre (voir arbre généalogique n° 2).

216 Il faut imaginer cette cérémonie, et d’autres évoquées par le diariste, se déroulant dans une cathédrale en chantier, encombrée de lourds échafaudages de bois…

217 Louis-François Néel de Christot, évêque de Sées de 1740 à 1775.

218 Le Normand s’intégrera au Maine et s’y fera des amis. François-Yves Besnard l’évoque à propos de sa pendaison de crémaillère au presbytère de Nouans à la fin de 1780. Le chanoine Foloppe accompagné de deux moines de Saint-Vincent apporte pour l’occasion « 60 livres de poisson en belles pièces de saumon carpe brochet et lamproies » (Souvenirs d’un nonagénaire, op. cit., p. 166).

219 L’inventaire épais du Grand Chantre révèle un intérieur confortable et richement meublé, ainsi qu’une bibliothèque comportant des ouvrages non seulement de religion, mais aussi de philosophie et d’histoire (AD Sarthe : 4E 25/223, étude Bouvet, 27 octobre, 15 et 21 novembre 1769).

220 Bâton de chantre : voir glossaire.

221 Le serpent Lamarre louait à son employeur une maison « située près la tour de l’église », dont à partir de 1767, le chapitre l’exempte du loyer (AD Sarthe : G 29). Après son décès, les chanoines font procéder à l’inventaire puis à la vente (AD Sarthe : 4E 25/246, étude Chevalier, 7 novembre 1769). Il s’agit de récupérer le logement rapidement et surtout d’en expulser « delle Marguerite-Françoise Le Balleur, laquelle faisoit son domicile avec led. défunt Lamarre ». En effet, le musicien clerc tonsuré vivait depuis plus de vingt ans avec cette femme, officiellement sa domestique. Tous deux avaient fait ensemble devant notaire un double testament croisé destiné à assurer la vie matérielle du survivant (AD Sarthe : 4E 25/155, étude Chevalier, 9 juillet 1748).

222 Selon son acte de décès, Pierre Laigneur, surnommé Lamarre, avait « environ 76 ans » (registre des sépultures du chapitre). Formé à la psallette au tout début du XVIIIe siècle, il avait été élève de Louis Bouteiller, l’un des maîtres les plus importants dans l’histoire musicale de la cathédrale mancelle. Comme son maître, il accomplit la totalité de sa très longue carrière au service de la même église.

223 Un arrêt du conseil du 14 février 1769, confirmé par lettres patentes du 13 avril suivant, portait établissement de deux foires de huit jours dans la ville du Mans. L’une commençait le mardi de la Pentecôte et la seconde le lundi suivant la Toussaint. Les boutiques de carreau sont des espaces commerciaux en planches provisoires et démontables, en attendant des aménagements définitifs en dur (Thomas Cauvin, Extrait des registres de l’Hôtel-de-Ville du Mans, depuis 1553 jusqu’à 1784, Le Mans, 1835, 212 pages, p. 179).

224 Le chanoine Nepveu n’a pas noté le 17 juillet 1769 le transfert en procession des pauvres et des infirmes de la Mission vers le nouvel Hôtel-Dieu intégré à l’Hôpital-Général. Il relève ici que Mgr de Grimaldi parachève l’œuvre de son prédécesseur.

225 Joseph Paillé était le fils d’un savetier de la paroisse Saint-Sauveur de Paris. Étant parvenu à la prêtrise, il devint le répétiteur de philosophie et de théologie de Grimaldi qui s’en souvint lorsqu’il devint évêque du Mans. Paillé prit alors en main toutes les affaires de doctrine et d’administration du diocèse.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540