Version classiqueVersion mobile

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Quatrième partie. L’art de bien s’adapter

Du magistrat de quartier au policier spécialisé : Pierre Chénon, commissaire du quartier du Louvre (1751-1791)

Justine Berlière

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1789, à la veille de la Révolution, pour environ 700 000 habitants, la police de Paris, outre la Garde de Paris, est exercée par 48 « commissaires-enquêteurs examinateurs au Châtelet » et vingt inspecteurs, répartis en vingt quartiers, tous sous les ordres du lieutenant général de police. C’est sur ce dernier que l’historiographie s’est longtemps concentrée, s’intéressant peu à la « machine policière » dans son ensemble, et encore moins à ses rouages ni à la réalité des métiers de police 1. En quoi consistait, sur le terrain, l’activité d’un commissaire au Châtelet ? Prenait-il à cœur ses missions ou, au contraire, en ce temps de vénalité des offices, considérait- il sa charge de commissaire comme une simple rente ? Des études plus concrètes montrent que la pratique quotidienne diffère selon chacun. Malgré les efforts des lieutenants généraux de police de la fin du xviiie siècle, dont les plus célèbres sont Sartine et Lenoir, les commissaires ne font pas tous preuve d’un grand zè...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search