Versión clásicaVersión móvil

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Quatrième partie. L’art de bien s’adapter

Du magistrat de quartier au policier spécialisé : Pierre Chénon, commissaire du quartier du Louvre (1751-1791)

Justine Berlière

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

En 1789, à la veille de la Révolution, pour environ 700 000 habitants, la police de Paris, outre la Garde de Paris, est exercée par 48 « commissaires-enquêteurs examinateurs au Châtelet » et vingt inspecteurs, répartis en vingt quartiers, tous sous les ordres du lieutenant général de police. C’est sur ce dernier que l’historiographie s’est longtemps concentrée, s’intéressant peu à la « machine policière » dans son ensemble, et encore moins à ses rouages ni à la réalité des métiers de police 1. En quoi consistait, sur le terrain, l’activité d’un commissaire au Châtelet ? Prenait-il à cœur ses missions ou, au contraire, en ce temps de vénalité des offices, considérait- il sa charge de commissaire comme une simple rente ? Des études plus concrètes montrent que la pratique quotidienne diffère selon chacun. Malgré les efforts des lieutenants généraux de police de la fin du xviiie siècle, dont les plus célèbres sont Sartine et Lenoir, les commissaires ne font pas tous preuve d’un grand zè...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search