Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au miroir de l’anthropologie historique

 | 
Juan Carlos Garavaglia
, 
Jacques Poloni-Simard
, 
Gilles Rivière

Religions andines, marranisme et judaïsme

De la barbarie domestique au nègre juif : parcours de l’altérité (xxe-xvie siècle)

Jean-Frédéric Schaub

Texte intégral

1S’il fallait proposer deux ou trois moments où semblent se jouer les rapports de l’Occident chrétien à ce qui n’est pas lui et à ce qu’il prétend ne pas être, on pourrait choisir les scansions traditionnelles : les Grandes Découvertes, ou la conquête des mondes barbares ; les Lumières, ou l’affirmation de la civilisation comme la vérité de l’Occident européen ; la plongée dans la barbarie au cœur même de l’Europe contemporaine. C’est de là que part la réflexion de Nathan Wachtel, tout comme celle des générations d’historiens et d’anthropologues qui interrogent les sociétés humaines après la nuit noire du nazisme. Les propositions qui suivent voudraient dialoguer avec le type de recherches que N. Wachtel a conduites, en plaçant l’accent sur le problème des périodes historiques. En effet, dans son œuvre d’anthropologue, il interroge l’historien moderniste Nathan Wachtel. Il saisit, dans son moment historique, la déchirure du monde américain au temps des conquêtes ibériques. À travers ce jeu, que rend possible la pratique de l’histoire régressive, c’est le moment fondateur de ce que la convention historiographique désigne comme la modernité qui se trouve interrogé, en son point initial comme dans son déroulé de processus et d’expériences. De livre en livre, il s’agit de frotter les périodes les unes aux autres et les sociétés dans leur capacité à se modifier les unes les autres, de façon ouverte ou en secret, dans la proclamation, le murmure et même le silence. Deux questions seront successivement abordées. La première touche aux transformations enregistrées dans le rapport à la barbarie à partir du xvie siècle. La seconde, prenant le problème à l’envers, portera sur la détermination la plus convaincante d’une chronologie de la culture raciste en Europe occidentale.

Histoire régressive et âges de fer

2En 1941, Thomas Mann prononça à New York une conférence intitulée « La culpabilité et la mission de l’Allemagne ». Il discutait l’antinomie entre la folie nazie et « la vieille Allemagne de la culture et du savoir ». Pour Mann, il est impossible d’identifier la frontière qui sépare l’une de l’autre.

  • 1 Mann T., « La culpabilité et la mission de l’Allemagne » (1941), Id., Être écrivain allemand à notr (...)

« Fichte déjà qui, appartenant à “la vieille Allemagne de la culture et du savoir”, a dit à l’époque des guerres de libération contre Napoléon, qui ne méritèrent jamais le nom de guerres de libération, des choses sur le droit métaphysique qu’avait le peuple par excellence, à savoir le peuple allemand, de remplir la mission à laquelle il était destiné par tous les moyens de la ruse et de la violence, autrement dit de se soumettre le monde ; en entendant ces propos on doute vraiment que le retour de la culture et du savoir à l’ancienne suffisent à faire de l’Allemagne un pays mûr pour participer à la communauté démocratique des peuples. Et l’idéalisme romantique de Fichte, du teutonisme du père Jahn et de la déification de l’État chez Hegel, en passant par le Richard Wagner des Bayreuther Blätter et son disciple, ce renégat britannique de Houston Chamberlain, en passant aussi par les historiographes de cour et les laquais du prussianisme que sont Treischke et Sybel, on ne cesse de descendre avec une barbarisation et malignité grandissantes jusqu’à Oscar Spengler, ce singe intelligent de Nietzsche, à Carl Schmitt, le théoricien du fascisme allemand, et au Mythe du xxe siècle de Rosenberg – sans que quiconque puisse dire où s’arrête la “bonne Allemagne” et où commence la “mauvaise Allemagne”. Où passe la ligne de séparation des eaux ? […] De toute évidence bonne et mauvaise Allemagne ne se succédèrent pas dans le temps ; elles coexistent, souvent dans le même cœur1. »

3Ces lignes sont suivies par un développement sur le triomphe nécessaire de l’autre Allemagne, celle de Dürer, de Bach et de Beethoven – les exemples sont ceux de Mann. Ce qui frappe ici, c’est l’impuissance à opérer une distinction entre les lumières et l’obscurité, comme les deux faces d’une même culture.

4Le dernier texte auquel travailla Stefan Zweig au Brésil avant son suicide était un livre sur Montaigne. Pour l’écrivain viennois effaré face à l’effondrement de la société européenne, l’auteur des Essais apparaissait comme « celui qui reste debout dans le chaos du monde ». L’urgence de revenir à Montaigne en 1941 s’expliquait par le retour d’une « situation semblable à celle qu’il avait connue dans sa vie ». Ce livre établit une correspondance étroite entre les atrocités du xvie siècle et celles du monde soumis au programme nazi :

  • 2 Zweig S., Montaigne (1941), Id., Essais, Paris, Le livre de poche, 1996, p. 1147-1148. Voir Lapier (...)

« Il fallut que nous aussi, comme lui, fassions l’épreuve d’une de ces effrayantes rechutes de l’humanité, qui suivent l’un de ses plus magnifiques essors […]. Ce n’est que quand le destin nous rendit frères que Montaigne m’apporta son aide, sa consolation, son amitié irremplaçables ; que son destin en effet est désespérément semblable au nôtre ! Quand Michel de Montaigne fait son entrée dans la vie commence à s’éteindre une grande espérance, la même espérance que celle que nous avons vécue au commencement de notre siècle : celle de voir le monde devenir humain. […] La Réforme, qui rêvait de donner à l’Europe un nouvel esprit chrétien, provoque la barbarie sans exemple des guerres de Religion, l’imprimerie ne diffuse pas la culture, mais le Furor Theologicus, au lieu de l’humanisme c’est l’intolérance qui triomphe. Dans toute l’Europe, une meurtrière guerre civile déchire chaque pays, tandis que, dans le Nouveau Monde, la bestialité des conquistadores se déchaîne avec une cruauté sans égale. Le siècle de Raphaël et de Michel-Ange, de Dürer et d’Érasme retombe dans les atrocités d’Attila, de Gengis Khan et de Tamerlan2. »

  • 3 Zweig S., Érasme [1934], Id., Essais, Paris, Le livre de poche, 1996, p. 1072.

5Dès le début de son exil à Londres en 1933, Zweig compose une vie d’Érasme : « Ses idées, ses désirs et ses rêves ont dominé l’Europe pendant un moment de l’Histoire et c’est bien pour son malheur et le nôtre que cette volonté aux pures intentions n’ait été qu’un court entracte dans la tragédie sanglante de l’humanité3. » En 1933-1934 c’est à Érasme et en 1941 c’est à Montaigne que Zweig s’adresse pour surmonter sa détresse face au triomphe du nazisme. Un troisième ouvrage, rédigé en 1936, confirme que le xvie siècle permet de méditer sur la fascisation de l’Europe. Le livre sur le conflit entre Jean Calvin et Sébastien Castellion dans les années 1540 évoque Genève sous l’emprise du régime installé par Calvin. Le système décrit est totalitaire :

  • 4 Id., Conscience contre violence ou Castellion contre Calvin, Paris, Castor Astral, [1936] 2004, p.  (...)

« Un tel régime de terreur doit inévitablement avoir pour résultat d’abattre et de démoraliser les individus comme la masse. Quand, dans un État, chaque citoyen doit s’attendre à tout moment à être interrogé, perquisitionné, quand il sent constamment fixés sur lui des regards à l’affût de ses moindres gestes, quand des oreilles écoutent les moindres de ses paroles, quand la porte de sa maison peut s’ouvrir à chaque instant, la nuit comme le jour, pour de soudaines “visitations”, alors les nerfs se relâchent peu à peu, un état de peur généralisée se produit, qui s’empare petit à petit, par contagion, des plus courageux. Toute volonté de résistance doit finalement succomber dans une lutte aussi vaine, et bientôt, grâce à ce système de dressage, à cette “discipline”, la ville de Genève deviendra tout à fait telle que l’a voulue Calvin : dévote, timide, terne, entièrement soumise a une seule volonté : la sienne4. »

  • 5 Ibid., p. 143.

6Zweig pointe l’abus ordinaire auquel se livrent les dictateurs, c’est-à-dire le retournement par lequel le bourreau se présente en victime de ceux qu’il détruit : « Cet homme qui en a fait mourir un autre par le feu à cause d’un simple désaccord sur des principes, demande très sérieusement qu’on s’apitoie sur lui et non sur la victime5. » L’intuition centrale de Zweig fut, en son temps, partagée par un autre témoin de la montée des périls et de la dégradation de la civilité. Kenzaburo Ôé, dans son discours de Stockholm en 1994, reconnaissait sa dette à l’égard de son maître, le professeur Kazuo Watanabe. Ce dernier, grand connaisseur de l’humanisme français, avait effectué un séjour d’études à Paris avant la Seconde Guerre mondiale et y avait formé le projet de traduire les cinq livres de Rabelais en japonais :

  • 6 Ôe K., Moi, d’un Japon ambigu, Paris, Gallimard, 2001, p. 22-23.

« Juste avant et pendant la dernière guerre, au milieu du fanatisme patriotique, il se démenait seul pour ajouter l’humanisme aux conceptions traditionnelles des Japonais quant à la beauté et à la nature […] il a tenté même de transplanter en cette époque troublée la vie et la pensée de nombreux humanistes, autour de Rabelais, avant, pendant ou après son temps6. »

  • 7 Ibid., p. 24.

7Au-delà de cette traduction, Watanabe publia des biographies de personnalités attachées au mouvement humaniste : « Ainsi chercha-t-il à inculquer aux Japonais l’humanisme le plus humain, en particulier l’importance de l’intolérance, et insista-t-il sur le fait que l’homme devient facilement esclave de ses propres idées7… » Parmi les personnages qui retinrent son attention dans cet effort pour lutter contre le chauvinisme et les formes modernes de mobilisation politique, il y eut Érasme et Sébastien Castellion.

8Le jeu de correspondance qui s’adresse au xvie siècle européen pour comprendre la barbarie du xxe s’est manifesté depuis, en plusieurs occasions. Ainsi, en 1960, Marguerite Yourcenar explorait la portée morale des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné, à partir de l’expérience des camps de la mort et de la menace née d’Hiroshima. Son propos récuse le relativisme que la distance historique semble autoriser dans l’ordre des valeurs :

  • 8 Yourcenar M., « Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », Id., Sous bénéfice d’inventaire, Paris, Gallim (...)

« la lugubre narration de supplices d’une part, de prouesses de l’autre, devant lesquels l’imagination également défaille, est du même ordre qu’un récit de pogrom, qu’un rapport émanant de Buchenwald, ou qu’un compte-rendu rédigé par un témoin d’Hiroshima. […] On excuse trop souvent les crimes du passé en les mettant sur le compte des mœurs du temps, qui prétendument les autoriseraient, même aux yeux de leurs victimes. La réaction d’Agrippa d’Aubigné en présence du massacre de la Saint-Barthélemy s’élève contre cette vue commode8 ».

  • 9 Leys S., Les naufragés du Batavia, Paris, Arléa, 2003, p. 48-49. Voir également Dash M., Batavia’s (...)

9Plus récemment, Simon Leys, analyste expert du totalitarisme maoïste, identifiait dans une tragédie du xviie siècle une expérience qui actualise au passé des conduites qui ont été décrites à propos des camps. Il s’agit de l’affaire des crimes abominables commis par des Hollandais à la suite du naufrage du navire le Batavia en 16299. Ce fleuron de la flotte de la V.O.C. s’était échoué sur un récif dans l’archipel des Abrolhos, à quatre-vingts kilomètres à l’ouest de la côte australienne. Parmi les naufragés, l’apothicaire Jeronimus Cornelisz s’arrogea le droit d’organiser la vie commune, selon un système d’autorité centré sur sa volonté et sur l’usage de la violence. La micro-société politique des naufragés a été fondée sur la terreur et sur l’arbitraire du crime qui, à lui seul, constituait la règle unique de l’expérience collective. Tout comme dans les camps nazis, au pays du psychopathe Jeronimus Cornelisz, Leys souligne que la seule réponse adressée aux victimes devint « il n’y a pas de pourquoi » :

« chacun dut ainsi lui prêter serment d’obéissance et de fidélité. Ce rite accompli, il n’en continua pas moins de faire égorger l’excédent de ses sujets ; d’abord les malades et les invalides qui avaient été regroupés dans une tente furent massacrés tous ensemble ; puis d’autres victimes furent individuellement sélectionnées au jour le jour sous des prétextes divers, ou sans raison aucune – car c’est son arbitraire même qui constitue l’essence efficace et sans appel de toute Terreur ».

  • 10 Joutard P. et alii, La Saint-Barthélemy ou les Résonances d’un massacre, Neuchâtel, Delachaux et Ni (...)
  • 11 Wachtel N., La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, Paris, Gallim (...)
  • 12 Ingerflom C. S., « Régime impérial/régime soviétique : ni rupture ni continuité », Espace/Temps, 82 (...)

10Ainsi, Simon Leys évoque ce qui dans cet épisode renvoie pour lui à Auschwitz. Les termes sont sans équivoque, du massacre des invalides à la notion de sélection. Comme Philippe Joutard le montre à propos de la Saint-Barthélemy, l’horreur de certains crimes est constitutive non seulement d’une mémoire mais, plus encore, d’une conscience que notre temps n’a pas effacée10. Le cheminement historique et anthropologique que propose Nathan Wachtel sur la persistance dans les sociétés andines de traumatismes subis il y a plus de quatre siècles éclaire des épisodes dont la noirceur continue de hanter l’Europe11. En effet, l’analyse de N. Wachtel dépasse la dichotomie entre rupture et continuité, en montrant que ce qui peut, le cas échéant, nous lier à certaines expériences du passé est très exactement un composé de distance et de proximité12.

  • 13 Apostolidès J.-M., Héroïsme et victimisation. Une histoire de la sensibilité, Paris, Exils, 2003.
  • 14 Groebner V., Defaced. The visual culture of violence in the late Middle Ages, New York, Zone Books, (...)
  • 15 El Kenz D., « La civilisation des mœurs et les guerres de Religion : un seuil de tolérance aux mass (...)

11Est-ce à dire que la Saint-Barthélemy inaugure un âge qui est encore le nôtre ? L’ivresse du lendemain qui animait les assassins du 24 août 1572 doit-elle être comprise comme la marque d’une présence de Dieu en toute chose, d’un amour qui se dit vengeance, ou bien comme le modèle des eschatologies politiques que le xxe siècle a porté à leur paroxysme13 ? Quelle que soit la réponse à ces questions, il semble bien que l’effroi provoqué en son temps par l’événement nous demeure contemporain. Dès lors, la question n’est pas de déterminer si ce crime ouvre les temps nouveaux, mais plutôt de vérifier si l’événement est saisi par une sensibilité déjà moderne. Car, après tout, le Moyen Âge abonde en hécatombes. D’écorcheurs en Grandes Compagnies, la guerre de Cent Ans, pour ne pas remonter aux croisades, est riche en violences extrêmes. Le xve siècle, frémissant d’atrocités comme le montre Valentin Groebner, thématise le visage défiguré : nez coupés, langues arrachées, yeux crevés, cols égorgés14. Et pourtant, quelque chose se joue au xvie siècle qui paraît s’établir de plain-pied jusqu’à nous, dans le domaine de la sensibilité politique et morale. La clef de cette évolution tient peut-être au fait que l’horreur de 1572 s’inscrit dans un siècle qui voit la frontière entre la barbarie et la civilité se brouiller. La curiosité humaniste et la pratique du massacre appartiennent l’une et l’autre à une expérience commune15.

12Tzvetan Todorov, dans son essai sur la découverte américaine des Espagnols, place l’accent sur le contraste entre la brutalité d’Hernán Cortés et sa fine connaissance de la société aztèque :

  • 16 Todorov T., La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Le Seuil, [1982] 1991, p. 163

« Cortés comprend relativement bien le monde aztèque qui se découvre à ses yeux, certainement mieux que Moctezuma ne comprend les réalités espagnoles. Et pourtant cette compréhension supérieure n’empêche pas les conquistadores de détruire la civilisation et la société mexicaines ; bien au contraire, on a l’impression que c’est grâce à elle que la destruction devient possible. […] Le paradoxe de la compréhension-qui-tue serait facilement levé si on pouvait observer en même temps, chez ceux qui comprennent, un jugement de valeur entièrement négatif sur l’autre ; si la réussite dans la connaissance s’accompagnait d’un refus axiologique. On pourrait imaginer que, ayant appris à connaître les Aztèques, les Espagnols les aient trouvés si méprisables qu’ils les aient déclarés, eux et leur culture, indignes de vivre. Or, à lire les écrits des conquistadores, on voit qu’il n’en est rien, et que, sur certains plans au moins, les Aztèques provoquent l’admiration des Espagnols16. »

  • 17 Mulisch H., L’Affaire 40/61, Paris, Gallimard, [1961] 2003. Voir également Kessel J., Jugements der (...)

13Adolf Eichmann, lui-même, expliqua pendant son procès à ses juges israéliens l’attrait intellectuel qu’il avait ressenti à l’égard du judaïsme, au point qu’il avait pris la peine d’apprendre des notions assez poussées d’hébreu : « En 1937, Eichmann déposa une demande de permission pour poursuivre ses cours d’hébreu sous la direction d’un rabbin, au tarif de 3 marks l’heure. Heydrich, inquiet, refusa – comment un national-socialiste pouvait apprendre quelque chose d’un Juif ? Et ainsi, en solitaire, Eichmann persévéra dans ses efforts pour devenir (finalement) un spécialiste de la question juive17. »

  • 18 Sur la problématique du refoulement de l’« Autre » au xvie siècle, voir Crouzet D., Les guerriers d (...)

14Dans les deux cas, il ne s’agit pas de connaître pour exterminer, ce qui va de soi, mais bien de connaître et d’exterminer, ce qui peut ébranler l’idée même de connaissance. Ce paradoxe constitue un des éléments essentiels de la révolution culturelle qui se joue au xvie siècle autour de la notion de barbarie. La mission en Amérique, en Afrique, en Asie et en Europe à l’époque moderne associe la conversion et la capacité de description, dans un mouvement dialectique qui doit aboutir au refoulement de ce qui constitue son altérité, et à l’accueil dans une communion élargie et dictée par l’Occident chrétien. En même temps, des formes d’hybridité culturelle se font jour outre-mer, au moment même où le contrôle social, politique et spirituel vise à une homogénéisation des modes de vie en Europe même18.

  • 19 Hartog F., Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980 ; Block Friedman J., The monstruous races i (...)
  • 20 Borges J. L., « Historia del guerrero y de la cautiva », Id., El Aleph, Madrid, Alianza Editorial, (...)
  • 21 Hernández Franco J., Cultura y limpieza de sangre en la España moderna, Murcie, Universidad de Murc (...)
  • 22 Sicroff A., Les controverses des statuts de « pureté de sang » dans l’Espagne du xve au xviiie sièc (...)
  • 23 Briggs R., The Witches of Lorraine, Oxford, Oxford University Press, 2007.
  • 24 Vincent B., « El peligro morisco », Id., El río morisco, Valence, Universitat de València, 2006, p. (...)
  • 25 Baker D. J., « “Men to Monsters”: Civility, Barbarism, and “Race” in Early Modern Ireland », P. D. (...)
  • 26 Greenblatt S., Ces merveilleuses possessions. Découverte et appropriation du Nouveau Monde au xvie  (...)
  • 27 Milhou A., « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes », Id., Études sur l’impact (...)
  • 28 Quint D., « A Reconsideration of Montaigne’s Des cannibales », K. Ordahl Kupperman (éd.), America i (...)
  • 29 Marienstras R., Le Proche et le lointain. Sur Shakespeare, le drame élisabéthain et l’idéologie ang (...)
  • 30 Starobinski J., « Le mot civilisation », Id., Le remède dans le mal. Critique de l’artifice à l’âge (...)

15Le Moyen Âge, pris dans l’héritage d’Hérodote, place les barbares sur le bord extérieur de la société civilisée, tout comme il imagine lointaine la monstruosité physiologique19. La célèbre nouvelle de Jorge Luis Borges sur la symétrie entre le barbare devenu citoyen de Ravenne et l’Anglaise devenue indienne de la pampa illustre ce modèle20. Au cours du xvie siècle pourtant, les frontières, loin de border la chrétienté qui se dit civile, la traversent de part en part et la fractionnent. Des expériences politiques de nature très différente contribuent à dessiner les figures de la barbarie intérieure : les formes de la lutte contre l’hérésie dans le passage de l’Inquisition à la guerre civile21 ; la traque aux hommes dont le sang est impur et porteur des pires menaces22 ; l’intensification moderne de la chasse aux sorcières23 ; la stigmatisation collective de populations dominées, tels les Morisques espagnols24 ou les Gaéliques d’Irlande25. Toutes ces expériences se déploient en Europe, mais dans un monde qui s’est redimensionné. Traductions et adaptations, lectures directes de livres importés, copies manuscrites, gravures figurées, toutes ces voies complémentaires contribuent à dessiner un espace dense d’échanges qui couvre toute l’Europe occidentale, dès le xvie siècle26. Si l’indignation de Las Casas27, la sensibilité de Montaigne28, la rage de Shakespeare sont encore pour une part les nôtres, c’est parce qu’ils ont fait la découverte que la barbarie guette au cœur de la civilité29. Elle se loge au sein de cette organisation vertueuse de la vie sociale que le xviiie siècle baptisera civilisation30.

  • 31 Prosperi A., « “Otras Indias”: missionari della Controriforma tra contadini e selvaggi », Id., Amer (...)
  • 32 Foucault M., Il faut défendre la société, Paris, Gallimard-Le Seuil, « Hautes Études », 1997, p. 10 (...)
  • 33 Crouzet D., « Sur le concept de barbarie au xvie siècle », Id., La conscience européenne au xve et (...)
  • 34 Canny N., « The Ideology of English Colonization: from Ireland to America », The William and Mary Q (...)
  • 35 Meijer Drees M., « Génesis y desarrollo de la imagen de España en los Países Bajos en el contexto d (...)
  • 36 Canny N., « The Permissive Prontier: The Problem of Social Control in English Settlements in Irelan (...)
  • 37 Noonan K. M., « “The Cruel Pressure of an Enraged, Barbarous People”: Irish and English Identity in (...)
  • 38 Leersen J., « Wildness, Wilderness, and Ireland: Medieval and Early-Modern Patterns in the Demarcat (...)

16Les hommes du xvie et du xviie siècle, dans cette Europe occidentale marquée par l’expansion et la guerre civile, thématisent la question de la barbarie intérieure. Un tel changement marque la naissance d’un monde d’autorités, de violences, mais aussi d’aspirations à la concorde. L’impulsion décisive donnée aux processus de domestication des populations à l’époque moderne répond à l’anxiété qu’engendre l’ubiquité de la barbarie31. Les techniques de la maîtrise de soi et de la discipline collective ont depuis longtemps gauchi le raisonnement historiographique sur la première modernité européenne32. Encore faut-il distinguer plusieurs types d’effrois. Le premier dérive de la découverte que l’on peut soi-même devenir un barbare et que la civilité et les codes qui régissent une vie sociale à peu près maîtrisée sont d’une fragilité extrême33. À tout moment, les limites opposées à la bestialité peuvent se trouver débordées. Le second effroi est provoqué par le constat que le proche, plus encore que le lointain sauvage, est un barbare dont l’éducation est une mission urgente34. Les deux phénomènes sont étroitement liés. Le potentiel de barbarie contenu dans les populations dominées ou marginales peut affecter les progrès de la civilité des dominants. L’installation de l’Inquisition en Espagne et plus tard au Portugal, ainsi que les expulsions des juifs, ont répondu à la crainte de voir les convertis revenir à la religion de leurs ancêtres. C’est la régression par contact qui était alors visée. C’est le commerce ordinaire entre juifs et conversos que l’expulsion et l’Inquisition doivent interdire. Par extension, il s’agit d’éviter que soit accréditée l’idée que l’Espagne est un pays « enjuivé35 ». Sur un autre terrain, Edmund Spenser, à la fin du xvie siècle, prône la destruction de la société irlandaise traditionnelle, après qu’il a constaté combien les familles anglaises installées depuis le xiiie siècle se sont gaélisées sur place36. La barbarie irlandaise est contagieuse, c’est à ce titre qu’elle constitue une menace pour la société anglaise37. Dans un cas comme dans l’autre, l’hétéronomie du groupe dominé – qu’on la perçoive sous la catégorie de l’hérésie ou de la sauvagerie – est interprétée comme un agent de fragilisation des progrès de la civilité (ou de la spiritualité) accomplis par la société dominante38.

  • 39 Lestringant F., Une sainte horreur ou le voyage en Eucharistie, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, 199 (...)
  • 40 Gliozzi G., Adam et le Nouveau Monde. La naissance de l’anthropologie comme idéologie coloniale : d (...)
  • 41 Werner M., « La Germanie de Tacite », É. François et H. Schulze (éd.), Mémoires allemandes, Paris, (...)

17L’expérience américaine, contemporaine des guerres de Religion, favorise le télescopage entre découverte des barbares lointains, par exemple anthropophages, et identification de la barbarie domestique39. Et, en sens contraire, la formation de la figure du noble sauvage situe un idéal humain hors de portée de l’Occident chrétien40. Elle se déploie au moment même où l’autonomie politique des royaumes à l’égard du Saint-Empire et de la papauté encourage les écrivains à faire l’éloge du passé barbare des populations européennes41. À la fin du xvie siècle, pour comprendre le monde bouleversé, les Européens disposent d’une grille de lecture en termes de barbarie qui présente au moins cinq entrées : le sauvage cannibale du Nouveau Monde ou d’Afrique condamné à disparaître ; le conquérant européen dont la propension à la violence appelle une urgente domestication ; le voisin européen encore tenu en marge de la civilité dominante et de la communion orthodoxe ; le noble sauvage protégé par son innocence, qui témoigne d’une humanité antérieure ou extérieure au péché capital ; le bienheureux passé barbare des peuples d’Europe comme source d’identification contemporaine.

  • 42 Hartog F., Anciens, Modernes, Sauvages, Paris, Galaade, 2005.

18En moins d’un siècle, l’ubiquité de la barbarie brouille ainsi une topographie qui situe la civilité au cœur et la sauvagerie à la périphérie42. La découverte du monde extérieur a creusé des béances vertigineuses dans le tissu même de la proximité européenne. Il est dès lors légitime de s’interroger sur les liens qui peuvent être établis entre l’expansion et la théorie raciale. Bien entendu, le regard porté sur le monde extérieur est eurocentrique, il est indexé sur les antiquités païennes et ordonné à la diffusion de la parole évangélique. Mais l’effet en retour mérite également d’être examiné.

Le moment des catégories raciales

  • 43 Geiss I., Geschichte des Rassismus, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1993.
  • 44 Hannaford I., Race. History of an Idea in the Western Culture, Baltimore, The Johns Hopkins Univers (...)
  • 45 Fredrickson G., Racisme. Une histoire, Paris, Liana Lévi, 2003 ; Puzzo D. A., « Racism and the West (...)

19Ces dernières années, des débats se sont développés sur la question de la bonne chronologie de l’histoire du racisme. Deux postures extrêmes peuvent être dégagées. D’un côté, il est aisé d’identifier depuis le livre de la Genèse et les écrits classiques des historiens grecs jusqu’aux idéologies impériales européenne et chinoise, la stigmatisation des peuples autres43. Il en résulte une histoire longue du racisme, qui ressemble alors plutôt à celle de la xénophobie. D’un autre côté, on peut vouloir borner l’étude à l’apparition du concept d’hérédité, sans lequel le racisme, tel que nous l’entendons communément, ne peut être clairement formulé44. La conséquence en est le rejet, dans une préhistoire du racisme, de phénomènes tels que la pureté de sang ibérique ou la traite esclavagiste dans l’Atlantique des xvie-xixe siècles. D’un côté, le temps long de la xénophobie ne permet guère d’identifier les singularités des attitudes manifestées par les Européens dans leurs rapports aux autres, qu’ils soient saisis au loin ou dans la proximité domestique. Mais, d’un autre côté, comme le note George Fredrickson, le temps très court du racisme scientifique interdit aux historiens des Temps Modernes d’identifier des ruptures socioculturelles, politiques et religieuses qui, en effet, se produisent entre xve et xviiie siècle45.

  • 46 Muthu S., Enlightenment against Empire, Princeton, Princeton University Press, 2003.
  • 47 Voir l’article de Bernier F., « Nouvelle division de la Terre par les differentes Espèces ou Races (...)
  • 48 Bulwer J., Anthropometamorphosis: Man Transform’d: or, The artficiall changling. Historically prese (...)
  • 49 Mazzolini R. G., « Il colore della pelle e l’origine dell’antropologia fisica », R. Zorzi (éd.), L’ (...)
  • 50 Müler-Wille S. et Rheinberger H.-J., A Cultural History of Heredity, I, 17th and 18th Centuries, B (...)

20Si l’on écarte la thèse d’une sur-culpabilité propre aux Lumières, qui paraît trop investie idéologiquement46, deux séries d’arguments font néanmoins pencher la balance en faveur de la thèse qui cantonne la question raciale sur la fin du xviiie siècle et sur l’époque contemporaine. Il faut attendre en effet cette période pour que les conceptions environnementales et relativistes, qui dérivaient depuis les commentaires d’Hippocrate de toutes sortes de variations sur le climat, reculent au profit de tableaux fixistes et de typologies raciales47. Encore en plein xviie siècle, dans l’Angleterre qui s’engage alors dans le commerce atlantique des esclaves, l’hypothèse d’une origine « cosmétique », c’est-à-dire artificielle, des différences physiques constatées à travers les quatre parties du monde paraît acceptable48. Les publicistes ne parviennent pas à dégager une théorie solide sur la nature et les causes de la négritude49. De surcroît, le concept d’hérédité n’est pas disponible pour penser les sociétés avant les années 183050.

  • 51 Freedman P., « The Medieval Other: the Middle Ages as Other », T. S. Dones et D. A. Sprunger (éd.), (...)
  • 52 Moore R. I., La persécution. Sa formation en Europe, xe-xiiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 53 Freedman P., Images of the Medieval Peasant, Stanford, Stanford University Press, 1999, p. 133-173.
  • 54 Kriegel M., « La prise d’une décision : l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492 », Revue Historique(...)
  • 55 Niremberg D., « Mass Conversion and Genalogical Mentalities: Jews and Christians in Fifteenth Centu (...)
  • 56 Devyver A., Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (...)

21À l’appui d’une histoire plus longue de la conception raciale des rapports sociaux, deux arguments méritent également d’être pris en compte. L’un et l’autre tiennent à l’identification de formes sociopolitiques et culturelles qui permettent de comprendre les dynamiques de l’évolution des sociétés médiévales51. La première de ces formes est la persécution, présentée par Robert Moore comme le mode spécifique de déploiement des institutions politiques médiévales, depuis la fin xie siècle, mais surtout à partir du xiiie siècle52. La seconde, étroitement liée à la première, est la discrimination qui affecte un très large éventail de collectifs humains, aux premiers rangs desquels les juifs, les hérétiques, les lépreux, mais aussi les cagots, les descendants de musulmans. Certaines de ces discriminations trouvent leur matrice dans le mépris aristocratique à l’égard du monde paysan53. La résultante de ces deux tendances, persécution et discrimination, se traduit de façon spectaculaire dans la séquence qui va des pogroms d’Andalousie et du Levant de 1391-1392 à la conversion de nombreuses familles juives, à la formation d’un premier statut de pureté de sang (1449), à la fondation du Saint-Office de l’Inquisition en Castille (1478), puis à l’expulsion des juifs des couronnes de Castille et d’Aragon (1492)54. Ces événements, saisis dans le déroulé d’un siècle de persécutions et d’ajustements, expliquent un engouement général pour la généalogie familiale, authentique autant que fictive, visant à renforcer la position de chacun dans le jeu social55. S’il est imprudent de confondre simplement la culture de la généalogie et l’idéologie de la race, on peut au moins soupçonner la première de favoriser l’épanouissement de la seconde56.

  • 57 Contreras J., Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, Paris, Aubier, [1992] 1997.
  • 58 Bildauer B., « Blood, Jews and Monsters in Medieval Culture », B. Bidauer et R. Mills (éd.), The Mo (...)
  • 59 Katz D. S., « Shylock’s Gender: Jewish Male Menstruation in Early Modern England », Review of Engli (...)

22Les statuts de pureté de sang fonctionnent sans doute comme un instrument entre les mains de familles qui, dans les espaces sociaux où elles exercent un pouvoir stable et une autorité reconnue, tiennent l’entrée de nouvelles familles, anciennement juives, dans le jeu politique pour une menace57. Mais en même temps, les statuts institutionnalisent des idées telles que le caractère ineffaçable de la faute, c’est-à-dire de l’obstination juive à ne pas reconnaître la vérité des Évangiles pendant quinze siècles. L’indélébilité de la tache est une réalité matériellement incorporée, autrement dit elle circule, de génération en génération, à travers les corps des juifs : leur sang, leur semence, le lait maternel. Ces croyances ne sont pas limitées à la péninsule Ibérique, à l’époque moderne, loin s’en faut. En Angleterre, par exemple, le stigmate juif le plus répandu demeure celui de la menstruation masculine. À partir du traité médical de Thomas de Cantimpré au xiiie siècle, cette conviction est également présente dans le monde germanique (Heinrich Kormann), en Italie (Franco di Piacenza) et en Espagne (Juan Quiñones de Benavente)58. Le mythe de la menstruation des hommes juifs résonne de tous les échos du crime rituel. Pour reprendre l’image proposée récemment par David Katz, un catholique anglais à la fin du xvie siècle est un gentleman qui s’est trompé de club, tandis qu’un juif même converti demeure physiologiquement marqué par la circoncision et l’odeur corporelle (foedor judaïcus)59. L’exemple du livre de Thomas Calvert, qui prétend porter la parole d’un juif du Maroc qui se serait converti, donne le ton :

  • 60 Calvert T., The blessed Jew of Marocco: or, A Blackmoor made white. being a demonstration of the tr (...)

« Vous ne pourrez jamais être soulagés de cette punition honteuse qui vous humilie, si ce n’est pas le sang chrétien. Cette punition si honteuse, dit-on, c’est que les Juifs, hommes aussi bien que femmes, sont punis selon le sang menstruel, par de fréquents flux de sang. Sur le sens de ces mots, comme l’affirme le juif converti, les Juifs commettent une erreur, puisque pour être soulagés ils prennent chaque année le sang d’un enfant chrétien, qu’ils assassinent ; alors qu’ils auraient dû comprendre que ce sang chrétien est celui de Christ60. »

  • 61 Yerushalmi Y. H., « L’antisémitisme racial est-il apparu au xxe siècle ? De la limpieza de sangre h (...)
  • 62 Pascoe P., « Miscigenation Law, Court Cases and Ideologies of “Race” in Twentieth-Century America » (...)

23Tout l’enjeu du débat sacramentel est clair : comment admettre que le baptême et la communion dans la foi du Christ n’abolissent pas le passé ? La présomption d’infidélité, que les inquisiteurs firent jouer pendant plus de trois siècles, ne suffit pas à épuiser le problème. Quelle est donc la nature de ce résidu qui, même hors pratique clandestine du judaïsme, invalide les descendants de convertis de l’accès à l’autorité sociale et politique ? S’il ne fait guère de doute que le terreau théologique et moral de cette indélébilité ne ressemble pas au racisme biologique postérieur à Arthur de Gobineau et Houston Stewart Chamberlain, il n’en reste pas moins que la macule du judaïsme ne peut s’effacer. Dans son célèbre article sur les continuités et les ruptures entre pureté de sang hispanique et nazisme, Yosef Hayim Yerushalmi cite le publiciste portugais Vicente da Costa Mattos : « Un peu de sang juif suffit à détruire le monde61 ! » Ainsi la persistance et le principe actif négatif de la tache peuvent être affirmés sans le préalable d’une pensée de l’hérédité, et même sans la présomption d’une erreur religieuse réactualisée dans le secret des pratiques du foyer. Les théoriciens du suprématisme blanc et de la « goutte de sang » mettent en scène leur hantise du mélange dans des termes très comparables, en plein xixe siècle62.

Antisémitisme et négrophobie

  • 63 Lapierre N., Causes communes. Des Juifs et de Noirs, Paris, Stock, 2011.

24Un faisceau d’indices invite à ne pas dissocier l’antijudaïsme, dans son évolution antisémite, et l’assignation aux Noirs d’une infériorité naturelle, entre xvie et xixe siècle63. Deux séries de signes peuvent être mises en avant : ceux qui témoignent d’une confusion des registres juif et noir dans le regard hostile ; l’évolution parallèle de la naturalisation du stigmate dans les deux cas. Une telle démarche implique que l’enquête porte, au moins, sur l’espace atlantique, et non plus sur la seule Europe occidentale. À cette échelle d’étude, les réponses apportées à la question posée par Yerushalmi peuvent sensiblement changer. Une telle proposition raccroche l’histoire américaine et états-unienne à la préhistoire des catastrophes européennes du xxe siècle. Dans les débats en cours avec les historiens d’outre-Atlantique, il n’est pas certain que l’idée d’intégrer l’histoire du fait noir en Amérique à une généalogie du racisme et de l’antisémitisme européens contemporains soit aisément admise.

25La considération d’une sorte de négritude des juifs est attestée depuis la fin du Moyen Âge au moins, comme le montrent ces vers portugais du xve siècle :

  • 64 Alvaro Brito Pestana, cité par Schorsch J., Jews and Blacks in the Early Modern World, Cambridge, C (...)

Ils sont marranes
Ceux qui rament contre notre Foi,
Très infidèles ces baptisés,
Qui à la vieille Loi s’amarrent
Par les nègres Abrabanel
Endoctrinés64.

26Bien entendu, le recours à l’image du nègre renvoie à la couleur noire, réputée satanique. Mais au-delà, l’assimilation au cas des Noirs africains permet d’illustrer le caractère indélébile de la faute juive, dans le contexte de la multiplication des statuts de pureté de sang. C’est à propos de celui, si célèbre, de la cathédrale de Tolède, que le chroniqueur du règne de Charles Quint, Fray Prudencio de Sandoval, remarque, à la fin du xvie siècle :

  • 65 Sandoval Fr. P. de, Historia de la vida y de los hechos del Emperador Carlos, Madrid, Editorial Atl (...)

« Mais qui pourra nier que chez les descendants des juifs se perpétue et dure le mauvais penchant de leur antique ingratitude et méconnaissance, comme chez les noirs l’accident inséparable de leur négritude ? Même s’ils s’unissent mille fois à des femmes blanches, leurs enfants naissent de la couleur brune de leur père. Ainsi le juif peut descendre par trois côtés de gentilshommes ou de vieux-chrétiens, une seule mauvaise lignée (raza) l’infecte et le gâte, car par leurs agissements, par toutes les façons, les juifs sont nuisibles aux communautés65. »

  • 66 Cité par Lipiner E., Izaque de Castro. O mancebo que veio preso do Brasil, Recife, Fundação Joaquim (...)

27Un inquisiteur portugais, quelques décennies plus tard, pouvait affirmer : « C’est pourquoi il lui semble qu’il est impossible que les juifs se rachètent de leurs erreurs, comme il est impossible que le nègre change sa peau, ou le léopard ses taches, c’est pour quoi, il juge le jeune homme obstiné66. »

  • 67 Martínez M. E., « The Black Blood of New Spain: Limpieza de sangre, Racial Violence, and Gendered P (...)
  • 68 Silverblatt I., « New Christians and World Fears in Seventeenth-Century Peru », Comparative Studies (...)

28En Nouvelle-Espagne au xviie siècle, l’ineffaçable « défaut » des conversos est comparé à l’indélébile négritude des esclaves noirs67. Au Pérou, l’Inquisition, en vertu des théories en vogue sur l’identification des Indiens à l’une des tribus perdues d’Israël, associe les conversos aux Indiens qui sont supposés leur ressembler physiquement. À Lima, les juifs sont également pris dans le même regard soupçonneux que les vingt mille Noirs inquiétants qui résidaient dans la ville68.

29Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, la question de l’apparence physique des juifs fait l’objet d’avis extrêmement contrastés. Ainsi François-Maximilien Misson reconnaît-il la diversité des types juifs, tout en admettant le caractère presque noir des juifs portugais :

  • 69 Misson F.-M., Voyage d’Italie, Amsterdam, Clouzier, 1743, vol. II, p. 310.

« C’est une autre erreur encore de dire que tous Juifs sont basanés : cela n’est vrai que des Juifs de race portugaise. Ces gens-là se marient toujours les uns avec les autres, leurs enfans ressemblent à leurs Peres & Meres, & leur teint brun se perpetuë aussi avec peu de diminution, partout où ils habitent, même dans les Païs du Nord. Mais les Juifs Allemands originaires, comme par exemple ceux de Prague, n’ont pas le teint plus basané que ne l’ont leurs compatriotes69. »

30Pour Samuel Stanhope Smith, la diversité des complexions des Juifs apporte une preuve irréfutable de la validité des théories climatiques et environnementales, dans la mesure où ils refusent les mariages mixtes et cependant adoptent des aspects différents selon les latitudes et les contrées :

  • 70 Stanhope Smith Rev. S., An Essay on the Causes of the Variety of complexion and figure in the Human (...)

« Ils descendent d’un seul tronc, puisque leurs institutions les plus sacrées leur interdisent de célébrer des mariages avec d’autres nations, et toujours dispersé, suivant les prédictions divines, dans tous les pays du monde, ce peuple est marqué des couleurs de chacun d’eux. Blonds en Grande-Bretagne et en Allemagne, bruns en France et en Turquie, basanés au Portugal et en Espagne, olivâtres en Syrie et en Chaldée, fauves ou couleur cuivre en Arabie et en Égypte70. »

31Mais les considérations du recteur du collège de New Jersey n’emportent pas la conviction générale. Le thème de l’irréductible différence physique des Juifs demeure répandu au début du xixe siècle.

  • 71 Bigland J., An historical dispaly of the effects of physical and moral causes on the Character and (...)

« Mais sous tout climat, dans toute profession et tout âge de la vie, sous tout système de législation, au milieu de toute diversité de circonstances physiques et morales, les Juifs conservent, dans leur apparence externe, l’évidence incontestable de la race à laquelle ils appartiennent71. »

  • 72 Blackburn R., « The Old World Background to European Colonial Slavery », The William & Mary Quarter (...)
  • 73 Chaplin J. E., « Race », D. Armitage et M. J. Braddick (éd.), The British Atlantic World, 1500-1800(...)
  • 74 Baum B., The Rise and Fall of the Caucasian Race. A Political History of Racial Identity, New York- (...)
  • 75 Wiseman S., « Monstruous Perfectibility: Ape-Human Transformation in Hobbes, Bulwer, Tyson », E. Fu (...)
  • 76 Livingstone D., The Preadamite Theory and the Marriage of Science and Religion, Philadelphie, Ameri (...)
  • 77 Sebastiani S., « Storia universale e teoria stadiale negli Skteches of the History of Man di Lord K (...)
  • 78 Peterson T. V., Ham and Japhet: The Mythic World of Whites in Antebellum South, Metuchen-Londres, T (...)

32Cette conviction est renforcée par la persistance de l’image du Juif négroïde. Cette négroïsation racialise la question juive, parce qu’elle intervient alors que la question nègre est elle-même racialisée. En effet, dans l’Atlantique britannique, la diffusion du mythe de la malédiction de Cham a crû en même temps que le volume de la traite72. Il justifie l’inscription dans la législation des colonies du Vieux Sud et des Caraïbes (Jamaïque, la Barbade) de la nature esclave des enfants d’esclaves, au nom d’une infériorité naturelle qui permet de ne tenir aucun compte de l’histoire antérieure des personnes réduites en esclavage73. C’est aussi le moment où, dans les colonies anglaises d’Amérique, les Européens commencent à se définir comme « Blancs74 ». La chronologie de la diffusion, de l’intensification et de la racialisation de l’argument de la malédiction lancée par Noé coïncide avec l’instrumentalisation des premières descriptions des grands primates à la fin du xviie siècle75. L’homme noir des plantations cousine avec l’orang-outang, bien plus qu’avec ses maîtres blancs. Puis, à la fin du xviiie et au xixe siècle, le thème, jusque-là isolé, de l’existence de branches de l’humanité antérieures à Adam regagne un certain crédit76. Les théories polygénistes apparaissent comme une réponse à la montée des opinions favorables à l’arrêt de la traite négrière et à l’extinction progressive ou inconditionnelle de l’esclavage77. Le processus atteint, sans surprise, son paroxysme entre la guerre de l’Indépendance et la guerre de Sécession78.

  • 79 Rogoff L., « Is the Jew White?: The Racial Place of Southern Jew », American Jewish History, 85, 3, (...)

33Pour Robert Knox, dans Races of Men, publié à Londres en 1850 et largement diffusé aux États-Unis, les Juifs ne peuvent être confondus avec les Anglo-Saxons à cause du « caractère africain du Juif, sa bouche et son visage en forme de gueule, qui lui viennent de certaines autres races » (p. 199). Son traité rencontre un grand succès au moment où la question de savoir si les Juifs sont noirs ou blancs est à l’ordre du jour dans les États du Sud79. Cette thématique trouve des échos plus élaborés dans certains chapitres, exactement contemporains, de Gobineau :

  • 80 Gobineau A. de, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot, [1853-1855] 1884, vo (...)

« Une fois sorti des pays assyriens et entré dans la terre quasi déserte de Chanaan, le pasteur sémite n’aperçut autour de son campement que des nations trop faibles pour l’inquiéter. Des tribus nègres aborigènes, des peuplades chamitiques, un petit nombre de groupes sémitiques […]. Les Sémites, supérieurs aux Chamites noirs, n’étaient cependant pas de taille à lutter contre les nouveaux venus. Moins pénétrés par les alliages mélaniens que les descendants de Nemrod, ils étaient cependant infectés dans une grande mesure, puisqu’ils avaient abandonné la langue des Blancs pour accepter le système issu de l’hymen de ses débris avec les dialectes des Noirs, système qui nous est connu sous le nom très discutable de sémitique. […] Le complément du système sémitique paraît se rencontrer dans les langues africaines. Là on est frappé de retrouver tout entier l’appareil des formes verbales, si saillant dans les idiomes sémitiques. […] C’est assez d’avoir établi la situation ethnique des conquérants sémites. Plus respectés que les Assyriens primitifs par la lèpre mélanienne, ils étaient métis comme eux80. »

  • 81 Bonner R. E., « Slavery, Confederate Diplomacy, and the Racialist Mission of Henry Hotze », Civil W (...)

34Gobineau élabore ainsi son tableau des races, alors même que les conceptions racistes les plus agressives, qui sont aiguisées aux États-Unis par la montée de l’abolitionnisme et le déclenchement de la guerre de Sécession, se réexportent vers l’Europe81. À titre de symptôme sémantique, on notera que Marx lui-même, dans une lettre à Engels visant à disqualifier politiquement Ferdinand Lassalle, issu d’une famille juive allemande, n’hésite pas à le décrire physiquement sous des traits négroïdes. Il emploie l’expression de Juif « nigger », tout droit sortie de la littérature raciste des États du Sud, qui est largement diffusée à Londres où il réside. La fin de la lettre montre combien le thème de la négritude juive peut être alors répandue et banalisée :

  • 82 Marx K. et Engels F., Werke, Berlin, Dietz, 1964, vol. 30, p. 259-261 (cité par Gilman S. L., Jewis (...)

« Par la forme de son crâne et l’implantation de ses cheveux, il descend des nègres qui se sont joints à la sortie d’Égypte de Moïse (sans écarter le croisement de sa mère ou de sa grand-mère du côté paternel avec un nègre). Ce lien du judaïsme et de la germanité avec la substance fondamentale de la négritude devait engendrer un produit tout à fait étrange82. »

35L’invective de Marx se situe au croisement exact de l’insulte sudiste et du récit à la Gobineau. Sensible aux thèmes du suprématisme blanc, Gobineau interprète le métissage à l’œuvre dans les sociétés ibéro-américaines comme le résultat d’une affinité juive des conquistadores. Dans le chapitre final de son tableau sur « les colonisations européennes en Amérique », il observe que les Espagnols et les Portugais, eux-mêmes métis sémites, se sont volontiers accouplés aux populations amérindiennes, tandis que les Anglo-Saxons ont su provisoirement repousser toute forme de mélange et préserver leur pureté « germanique » :

  • 83 Gobineau A. de, Essai sur l’inégalité des races humaines, op. cit., vol. 2, p. 527, 529-530.

« Chez les aventuriers sortis de la péninsule hispanique, et qui appartenaient pour la plupart à l’Andalousie, le sang sémitique dominait, et quelques éléments jaunes, provenus des parties ibériennes et celtiques de la généalogie, donnaient à ces groupes une certaine portée malaise. Ses principes blancs étaient en minorité devant l’essence mélanienne. Une affinité véritable existait donc entre les vainqueurs et les vaincus, et il en résultait une assez grande facilité à s’entendre, et, par suite, propension à se mêler.
Ces Anglo-Saxons, ces gens d’origine britannique, représentent la nuance la plus éloignée tout à la fois du sang des aborigènes et de celui des nègres d’Afrique. […] Vis-à-vis des nègres il ne se montre pas moins impérieux qu’avec les aborigènes : ceux-ci, il les dépouille jusqu’à l’os ; ceux-là, il les courbe sans hésitation jusqu’au niveau du sol qu’ils travaillent pour lui83. »

36On ne peut guère s’étonner alors que le thème du Juif nègre se soit répandu en Europe dans les décennies qui ont précédé la formation de l’idéologie nazie. Sur le mode douloureux et ironique, Moses Hess, à la fin du siècle, méditait sur l’impossibilité de dissimuler la judéité :

  • 84 Hess M., Rom und Jerusalem, Leipzig, Kaufmann, 1899, Lettre IV, cité par Gilman S., « The Jewish no (...)

« Même le baptême ne peut épargner aux juifs allemands le cauchemar de la haine des Allemands pour les Juifs. Les Allemands haïssent moins la religion des juifs que leur race, moins leurs croyances particulières que leurs nez particuliers. […] Les nez juifs ne peuvent être modifiés, pas plus que les cheveux noirs et bouclés des juifs ne peuvent devenir lisses par l’effet du baptême ou de la coiffure. Le juif est premier, il s’est reproduit dans son intégrité en dépit des influences climatiques. […] Le type juif est indestructible84. »

  • 85 Goldberg A., « The Black Jew with Blond Heart: Friedrich Gundolf, Elisabeth Salomon, and Conservati (...)

37C’est ainsi que dans l’Allemagne wilhelmienne, l’expression « nègres blancs » peut s’appliquer aux juifs85. Pour comprendre un tel résultat, il semble donc indispensable de reconstituer une histoire à plusieurs échelles et sur plusieurs chronologies. Mais peut-être que l’aporie thématisée par Yerushalmi, ni rupture ni continuité du temps de la limpieza de sangre au nazisme, peut être dépassée si, entre le converso ibérique et le juif allemand, on accorde une place historique à l’esclave nègre des plantations américaines. Ce qui revient alors à accepter d’identifier diverses profondeurs historiques à la culture européenne du racisme, et plusieurs espaces de déploiement.

  • 86 Estes M., Defence of Negro Slavery, Colombus, Press of the Alabama Journal, 1846, p. 243 et 251 (ci (...)
  • 87 Fields B. J., « Slavery, Race and Ideology in the United States of America », New Left Review, I, 1 (...)
  • 88 Pascoe P., What Comes Naturally. Miscigenation Law and the Making of Race in America, Oxford, Oxfor (...)
  • 89 Yovel Y., The Other Within. The Marranos, Princeton, Princeton University Press, 2009 ; Slezkin Y., (...)

38Notre temps fut aussi l’héritier des intérêts des esclavagistes qui, dans la lutte contre l’abolition, proclamaient : « L’extinction finale, pourquoi faudrait-il donc lamenter un tel événement ? […] L’extinction d’une tribu, ou même de tout un peuple, n’est pas plus déplorable que l’extinction d’une génération pour laisser place à une autre86. » L’idéologie raciste porte un système sociopolitique bien plus consistant que ne le ferait un vague corps de doctrine. Sa généalogie intellectuelle ne manque pas d’intérêt mais elle ne permet guère d’élucider les processus politiques engagés aux xixe-xxe siècles comme au xvie siècle avec des conséquences meurtrières87. Le rejet des familles d’ascendance juive dans la société vieille-chrétienne du monde ibérique et celui des Noirs dans les sociétés post-esclavagistes sont alimentés par le refus des conséquences sociales et politiques de la réduction de l’altérité. La société majoritaire voyant les minoritaires se rapprocher du modèle socioculturel et du statut politique des dominants produit des mécanismes visant à recréer de l’altérité. Les lois Jim Crow et les dispositions hostiles aux mariages mixtes aux États-Unis sont le résultat de l’éradication de l’esclavage88. L’antisémitisme contemporain de l’Inquisition a été le fruit de la conversion, comme l’antisémitisme moderne a été celui de l’émancipation des juifs89.

39Révolté par ces enchaînements solidaires, en 1808, l’abbé Grégoire, dans un livre d’une intensité exceptionnelle, réalise la jonction entre les différentes opérations de stigmatisation qui se condensent en une culture raciste : Noirs, Juifs et Irlandais sont ainsi disposés au miroir les uns des autres.

  • 90 Grégoire H., « De la littérature des nègres ou Recherches sur leurs facultés intellectuelles, leurs (...)

« Les mêmes réflexions s’appliquent aux Parias du continent asiatique, vilipendés par les autres castes ; aux Juifs de toutes couleurs (car il y en a aussi de noirs à Cochin), dont l’histoire, depuis leur dispersion, n’est guère qu’une sanglante tragédie ; aux catholiques Irlandais, frappés comme les Nègres d’une espèce de code noir (the popery law). Déjà on s’est permis une assimilation également outrageante pour les habitans de l’Afrique et de l’Irlande, en soutenant que tous étoient des hordes brutes, que partant incapables de se gouverner par eux-mêmes, ceux-ci comme les autres devoient être soumis irrévocablement au sceptre de fer, que depuis des siècles étend sur eux le gouvernement britannique. Cette tyrannie infernale existera jusqu’à l’époque, peu éloignée sans doute, où les braves enfans d’Erin releveront l’étendard de la liberté, avec la sublime invocation des Américains, appel à la justice du ciel, an appeal to heaven. Ainsi, Irlandais, Juifs et Nègres, vos vertus, vos talens vous appartiennent, vos vices sont l’ouvrage de nations qui se disent chrétiennes ; et plus on dit de mal de ceux-là, plus on inculpe celles-ci90. »

40Le triangle « Juifs-Noirs-Irlandais » appartient à l’histoire anglaise, sans doute. Mais la faute indélébile, l’infériorité nègre et la barbarie intérieure sont des motifs qui se nourrissent les uns les autres, dans toute l’Europe occidentale, à l’époque moderne, au cours d’un processus qu’enclenchent les bouleversements du xvie siècle.

41Conclure en citant le livre dans lequel Grégoire explique que la meilleure façon de défendre la dignité des Noirs d’Afrique, c’est encore de donner à connaître l’existence d’une littérature nègre, écrite et orale, n’est pas autre chose qu’une manière de saluer l’œuvre d’anthropologue et le travail d’historien de Nathan Wachtel.

Notes

1 Mann T., « La culpabilité et la mission de l’Allemagne » (1941), Id., Être écrivain allemand à notre époque, éd. par André Gisselbrecht, Paris, Gallimard, 1996, p. 346-347.

2 Zweig S., Montaigne (1941), Id., Essais, Paris, Le livre de poche, 1996, p. 1147-1148. Voir Lapierre N., Pensons ailleurs, Paris, Stock, 2004.

3 Zweig S., Érasme [1934], Id., Essais, Paris, Le livre de poche, 1996, p. 1072.

4 Id., Conscience contre violence ou Castellion contre Calvin, Paris, Castor Astral, [1936] 2004, p. 64.

5 Ibid., p. 143.

6 Ôe K., Moi, d’un Japon ambigu, Paris, Gallimard, 2001, p. 22-23.

7 Ibid., p. 24.

8 Yourcenar M., « Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné », Id., Sous bénéfice d’inventaire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », [1978] 1988, p. 37-59.

9 Leys S., Les naufragés du Batavia, Paris, Arléa, 2003, p. 48-49. Voir également Dash M., Batavia’s Graveyard, Londres, Weindenfeld & Nicholson, 2003.

10 Joutard P. et alii, La Saint-Barthélemy ou les Résonances d’un massacre, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1976.

11 Wachtel N., La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, Paris, Gallimard, 1971, p. 65 sq.

12 Ingerflom C. S., « Régime impérial/régime soviétique : ni rupture ni continuité », Espace/Temps, 82/83, 2004, p. 226-238.

13 Apostolidès J.-M., Héroïsme et victimisation. Une histoire de la sensibilité, Paris, Exils, 2003.

14 Groebner V., Defaced. The visual culture of violence in the late Middle Ages, New York, Zone Books, 2004.

15 El Kenz D., « La civilisation des mœurs et les guerres de Religion : un seuil de tolérance aux massacres », Id. (dir.), Le massacre, objet d’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2005, p. 183-197.

16 Todorov T., La conquête de l’Amérique. La question de l’autre, Paris, Le Seuil, [1982] 1991, p. 163.

17 Mulisch H., L’Affaire 40/61, Paris, Gallimard, [1961] 2003. Voir également Kessel J., Jugements derniers. Le procès Pétain, le procès de Nuremberg, le procès Eichmann, Paris, Tallandier, 2007, p. 171-172.

18 Sur la problématique du refoulement de l’« Autre » au xvie siècle, voir Crouzet D., Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, Champ Vallon, 2005, vol. I, p. 303.

19 Hartog F., Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980 ; Block Friedman J., The monstruous races in Medieval Art and Thought, Syracuse, Syracuse University Press, [1981] 2000.

20 Borges J. L., « Historia del guerrero y de la cautiva », Id., El Aleph, Madrid, Alianza Editorial, « Biblioteca Borges », [1949] 2003, p. 55-61.

21 Hernández Franco J., Cultura y limpieza de sangre en la España moderna, Murcie, Universidad de Murcia, 1996.

22 Sicroff A., Les controverses des statuts de « pureté de sang » dans l’Espagne du xve au xviiie siècle, Paris, Didier, 1960.

23 Briggs R., The Witches of Lorraine, Oxford, Oxford University Press, 2007.

24 Vincent B., « El peligro morisco », Id., El río morisco, Valence, Universitat de València, 2006, p. 65-74.

25 Baker D. J., « “Men to Monsters”: Civility, Barbarism, and “Race” in Early Modern Ireland », P. D. Beidler et G. Taylor (éd.), Writing Race Across the Atlantic World Medieval to Modern, New York-Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005, p. 153-169 ; Barber S., « Settlement, Transplantation, and Expulsion: A Comparative Study of the Placement of Peoples », C. Brady et J. Ohlmeyer (éd.), British Intervention in Early Modern Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 280-298.

26 Greenblatt S., Ces merveilleuses possessions. Découverte et appropriation du Nouveau Monde au xvie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1996, p. 94 ; Bouza F., Comunicación, conocimiento y memoria en la España de los siglos XVI y XVII, Salamanque, Sociedad Española de Historia del libro, 1999.

27 Milhou A., « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes », Id., Études sur l’impact culturel du Nouveau Monde, Paris, L’Harmattan, vol. I, 1981, p. 25-47, et vol. III, 1983, p. 11-54 ; Id., La destruction des Indes de Bartolomé de Las Casas, Paris, Chandeigne, 1995, « Introduction ».

28 Quint D., « A Reconsideration of Montaigne’s Des cannibales », K. Ordahl Kupperman (éd.), America in European Consciousness, 1493-1750, Chapel Hill-Londres, University of North Carolina Press, 1995, p. 166-191.

29 Marienstras R., Le Proche et le lointain. Sur Shakespeare, le drame élisabéthain et l’idéologie anglaise aux xvie et xviie siècles, Paris, Éditions de Minuit, 1981 ; Highley C., Shakespeare, Spenser, and the Crisis in Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 117-123 ; Hart J., Columbus, Shakespeare and the Interpretation of the New World, New York-Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2003, p. 114-119.

30 Starobinski J., « Le mot civilisation », Id., Le remède dans le mal. Critique de l’artifice à l’âge des Lumières, Paris, Gallimard, 1989, p. 11-59.

31 Prosperi A., « “Otras Indias”: missionari della Controriforma tra contadini e selvaggi », Id., America e Apocalisse e altri saggi, Pise-Rome, Istituti Editoriali Poligrafici Internazionali, 1999, p. 65-87 ; Selwyn J. D., A Paradise Inhabited by Devils. The Jesuit’s Civilizing Mission in Early Modern Naples, Ashgate, Institutum Historicum Societatis Iesu, 2004.

32 Foucault M., Il faut défendre la société, Paris, Gallimard-Le Seuil, « Hautes Études », 1997, p. 101-191.

33 Crouzet D., « Sur le concept de barbarie au xvie siècle », Id., La conscience européenne au xve et au xvie siècle, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1982, p. 103-126.

34 Canny N., « The Ideology of English Colonization: from Ireland to America », The William and Mary Quarterly, 30, 4, 1973, p. 575-598.

35 Meijer Drees M., « Génesis y desarrollo de la imagen de España en los Países Bajos en el contexto de la Guerra de Flandes », A. Álvarez-Ossorio Alvariño et B. J. García García (éd.), La Monarquía de las naciones. Patria, nación y naturaleza en la Monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 739-763.

36 Canny N., « The Permissive Prontier: The Problem of Social Control in English Settlements in Ireland and Virginia », K. R. Andrews, N. P. Canny et P. E. H. Hair (éd.), The Westward Enterprise. English Activities in Ireland, the Atlantic and America, 1480-1650, Liverpool, Liverpool University Press, 1978, p. 17-42.

37 Noonan K. M., « “The Cruel Pressure of an Enraged, Barbarous People”: Irish and English Identity in Seventeenth-Century Politics and Propaganda », The Historical Journal, 1998, 41, 1, p. 151-177 ; Shuger D., « Irishmen, Aristocrats, and other White Barbarians », Renaissance Quarterly, 50, 2, 1997, p. 494-525.

38 Leersen J., « Wildness, Wilderness, and Ireland: Medieval and Early-Modern Patterns in the Demarcation of Civility », Journal of the History of Ideas, 1995, 56, 1, p. 25-39.

39 Lestringant F., Une sainte horreur ou le voyage en Eucharistie, xvie-xviiie siècle, Paris, PUF, 1996.

40 Gliozzi G., Adam et le Nouveau Monde. La naissance de l’anthropologie comme idéologie coloniale : des généalogies bibliques aux théories raciales (1500-1700), Lecques, Thééthète éditions, 2000.

41 Werner M., « La Germanie de Tacite », É. François et H. Schulze (éd.), Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 2007, p. 37-58 ; Fernández Albaladejo P., « Entre “Godos” y “Montañeses”. Reflexiones sobre una primera identidad española », Id., Materia de España. Cultura política e identidad en la España moderna, Madrid, Marcial Pons, 2007, p. 287-321.

42 Hartog F., Anciens, Modernes, Sauvages, Paris, Galaade, 2005.

43 Geiss I., Geschichte des Rassismus, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1993.

44 Hannaford I., Race. History of an Idea in the Western Culture, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1996.

45 Fredrickson G., Racisme. Une histoire, Paris, Liana Lévi, 2003 ; Puzzo D. A., « Racism and the Western Tradition », Journal of the History of Ideas, 25, 4, 1964, p. 579-586 ; Gates Jr H. L., Race, Writing and Difference, Chicago, University of Chicago Press, 1986.

46 Muthu S., Enlightenment against Empire, Princeton, Princeton University Press, 2003.

47 Voir l’article de Bernier F., « Nouvelle division de la Terre par les differentes Espèces ou Races d’hommes qui l’habitent, envoyée par un fameux Voyageur », Journal des Sçavans, 24 avril 1684. Boule P. H., « François Bernier et le concept moderne de race », Id., Race et esclavage dans la France d’Ancien Régime, Paris, Perrin, 2007, p. 47-58 ; et, pour un commentaire récent, Dorlin E., La Matrice de la race. Genèse sexuelle et coloniale de la nation, Paris, La Découverte, 2006, p. 210-215.

48 Bulwer J., Anthropometamorphosis: Man Transform’d: or, The artficiall changling. Historically presented, in the mad and cruell Gallantry, foolish Bravery, ridiculous, Beauty, filthy Finenesse, and loathsome Loveliness of most Nations, fashioning and altering their Bodies from the mould invented by Nature, Londres, W. Hunt, 1653. Pour un commentaire récent, voir Greenblatt S., « Mutilation and Meaning », D. Hillman et C. Mazzio (éd.), The Body in Parts. Fantasies of Corporeality in Early Modern Europe, New York-Londres, Routledge, 1997, p. 221-241.

49 Mazzolini R. G., « Il colore della pelle e l’origine dell’antropologia fisica », R. Zorzi (éd.), L’Epopea delle scoperte, Venise, Olschki, 1994, p. 229-237.

50 Müler-Wille S. et Rheinberger H.-J., A Cultural History of Heredity, I, 17th and 18th Centuries, Berlin, Max-Planck Institut for the History of Science, Preprint 222, 2002.

51 Freedman P., « The Medieval Other: the Middle Ages as Other », T. S. Dones et D. A. Sprunger (éd.), Marvels, Monsters, and Miracles. Studies in the Medieval and Early Modern Imaginations, Kalamazoo, Western Michigan University, 2002, p. 1-24.

52 Moore R. I., La persécution. Sa formation en Europe, xe-xiiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

53 Freedman P., Images of the Medieval Peasant, Stanford, Stanford University Press, 1999, p. 133-173.

54 Kriegel M., « La prise d’une décision : l’expulsion des juifs d’Espagne en 1492 », Revue Historique, 260, 1978, p. 49-90 ; Méchoulan H., Le sang de l’autre ou l’honneur de Dieu. Indiens, juifs et morisques au Siècle d’Or, Paris, Fayard, 1979.

55 Niremberg D., « Mass Conversion and Genalogical Mentalities: Jews and Christians in Fifteenth Century Spain », Past & Present, 174, 2002, p. 1-40.

56 Devyver A., Le Sang épuré. Les préjugés de race chez les gentilshommes français de l’Ancien Régime (1560-1720), Bruxelles, université de Bruxelles, [1973] 1996.

57 Contreras J., Pouvoir et Inquisition en Espagne au xvie siècle, Paris, Aubier, [1992] 1997.

58 Bildauer B., « Blood, Jews and Monsters in Medieval Culture », B. Bidauer et R. Mills (éd.), The Monstruous Middle Ages, Cardiff, University of Wales Press, 2003, p. 75-96.

59 Katz D. S., « Shylock’s Gender: Jewish Male Menstruation in Early Modern England », Review of English Studies, 50, 200, 1999, p. 440-462.

60 Calvert T., The blessed Jew of Marocco: or, A Blackmoor made white. being a demonstration of the true Messias out of the law and prophets by Rabbi Samuel, a Iew turned Christian; written first in the Arabick, after translated into Latin, and now Englished, York, T. Broad, 1648, p. 20.

61 Yerushalmi Y. H., « L’antisémitisme racial est-il apparu au xxe siècle ? De la limpieza de sangre hispanique au nazisme : continuités et ruptures », Esprit, mars-avril 1993, p. 5-35, ici p. 20 (citation tirée du Breve discurso contra a heretica perfidia do iudaismo, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1623, f. 31v.).

62 Pascoe P., « Miscigenation Law, Court Cases and Ideologies of “Race” in Twentieth-Century America », The Journal of American History, 83, 1, 1996, p. 44-69 ; Williamson J., New People. Miscigenation and Mulattoes in the United States, Baton Rouge-Londres, Louisiana State University Press, 1995, p. 65-75.

63 Lapierre N., Causes communes. Des Juifs et de Noirs, Paris, Stock, 2011.

64 Alvaro Brito Pestana, cité par Schorsch J., Jews and Blacks in the Early Modern World, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 181.

65 Sandoval Fr. P. de, Historia de la vida y de los hechos del Emperador Carlos, Madrid, Editorial Atlas, « Biblioteca de Autores Españoles », vol. 82, 1956, p. 319.

66 Cité par Lipiner E., Izaque de Castro. O mancebo que veio preso do Brasil, Recife, Fundação Joaquim Nabuco, 1992, p. 103.

67 Martínez M. E., « The Black Blood of New Spain: Limpieza de sangre, Racial Violence, and Gendered Power in Early Colonial Mexico », The William & Mary Quarterly, 61, 3, 2004, p. 479-520.

68 Silverblatt I., « New Christians and World Fears in Seventeenth-Century Peru », Comparative Studies in Society and History, 42, 3, 2000, p. 524-546.

69 Misson F.-M., Voyage d’Italie, Amsterdam, Clouzier, 1743, vol. II, p. 310.

70 Stanhope Smith Rev. S., An Essay on the Causes of the Variety of complexion and figure in the Human Species, Philadelphie-Édimbourg, C. Elliot, 1788, p. 36.

71 Bigland J., An historical dispaly of the effects of physical and moral causes on the Character and Circumstances of Nations, Londres, 1816 (cité par Augstein H. F., Race. The Origins of an Idea, 1760-1850, Bristol, Thoemmes Press, 1996, p. 73).

72 Blackburn R., « The Old World Background to European Colonial Slavery », The William & Mary Quarterly, 54, 1, 1997, p. 65-102, ici p. 92-97.

73 Chaplin J. E., « Race », D. Armitage et M. J. Braddick (éd.), The British Atlantic World, 1500-1800, Basingstoke-New York, Palgrave, 2002, p. 154-172.

74 Baum B., The Rise and Fall of the Caucasian Race. A Political History of Racial Identity, New York-Londres, New York University Press, 2006, p. 40-48.

75 Wiseman S., « Monstruous Perfectibility: Ape-Human Transformation in Hobbes, Bulwer, Tyson », E. Fudge, R. Gilbert et S. Wiseman (éd.), At the Borders of the Human. Beasts, Bodies and Natural Philosophy in the Early Modern Period, Londres, Macmillan, 1999, p. 215-238.

76 Livingstone D., The Preadamite Theory and the Marriage of Science and Religion, Philadelphie, American Philosophical Society, 1992, p. 1-78, ici p. 5-28.

77 Sebastiani S., « Storia universale e teoria stadiale negli Skteches of the History of Man di Lord Kames », Studi Storici, 39, 1, 1998, p. 113-136 ; Id., « Race and National Characters in Eighteenth-Century Scotland: The Polygenetic Discourses of Kames and Pinkerton », Studi Settecenteschi, 21, 2001, p. 265-281 ; Mencke J. G., Mulattoes and Race Mixture. American Attitudes and Images, 1865-1918, Ann Arbor, University of Michigan Research Press, 1976, p. 35-56.

78 Peterson T. V., Ham and Japhet: The Mythic World of Whites in Antebellum South, Metuchen-Londres, The Scarecrow Press, 1978 ; Brion Davis D., Slavery and Human Progress, New York-Oxford, Oxford University Press, 1984, p. 330 sq.

79 Rogoff L., « Is the Jew White?: The Racial Place of Southern Jew », American Jewish History, 85, 3, 1997, p. 195-230.

80 Gobineau A. de, Essai sur l’inégalité des races humaines, Paris, Firmin-Didot, [1853-1855] 1884, vol. 1, p. 254, 260-262 et 266.

81 Bonner R. E., « Slavery, Confederate Diplomacy, and the Racialist Mission of Henry Hotze », Civil War History, 51, 3, 2005, p. 288-316.

82 Marx K. et Engels F., Werke, Berlin, Dietz, 1964, vol. 30, p. 259-261 (cité par Gilman S. L., Jewish self-hatred. Antisemitism and the hidden language of the Jews, Londres-Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1986, p. 206-207 ; je remercie Natalia Muchnik pour m’avoir fourni une copie de cette lettre, et Danièle Cohn qui a traduit l’extrait ci-dessus).

83 Gobineau A. de, Essai sur l’inégalité des races humaines, op. cit., vol. 2, p. 527, 529-530.

84 Hess M., Rom und Jerusalem, Leipzig, Kaufmann, 1899, Lettre IV, cité par Gilman S., « The Jewish nose. Are Jews White? Or, the History of the Nose Job », The Jew’s Body, New York-Londres, Routledge, 1991, p. 169-193.

85 Goldberg A., « The Black Jew with Blond Heart: Friedrich Gundolf, Elisabeth Salomon, and Conservative Bohemianism in Weimar Germany », The Journal of Modern History, 79, 2, 2007, p. 306-334 (en particulier p. 322, n. 70, à propos de Hermann Wagener).

86 Estes M., Defence of Negro Slavery, Colombus, Press of the Alabama Journal, 1846, p. 243 et 251 (cité dans Daly J. P., When Slavery was Called Freedom. Evangelicalism, Proslavery, and the Causes of the Civil War, Lexington, The University of Kentucky Press, 2002).

87 Fields B. J., « Slavery, Race and Ideology in the United States of America », New Left Review, I, 181, 1990, p. 95-118.

88 Pascoe P., What Comes Naturally. Miscigenation Law and the Making of Race in America, Oxford, Oxford University Press, 2010.

89 Yovel Y., The Other Within. The Marranos, Princeton, Princeton University Press, 2009 ; Slezkin Y., Le siècle juif, Paris, La Découverte, 2009.

90 Grégoire H., « De la littérature des nègres ou Recherches sur leurs facultés intellectuelles, leurs qualités morales et leur littérature », Id., Écrits sur les Noirs, éd. par Rita Hermon-Belot, Paris, L’Harmattan, 2009, vol. I, p. 142.

Auteur

EHESS-Mondes américains/Universiade Nova de Lisboa-CHAM

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540