Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au miroir de l’anthropologie historique

 | 
Juan Carlos Garavaglia
, 
Jacques Poloni-Simard
, 
Gilles Rivière

Religions andines, marranisme et judaïsme

Sur le marranisme au Brésil et la « fluctuatio animi »

Anita Waingort Novinsky

Texte intégral

1Primo Levi, Elie Wiesel et bien d’autres survivants de la Shoah nous ont laissé des témoignages suggestifs du plus grand enfer du xxe siècle : les camps d’extermination nazis. Il n’existe cependant que peu de récits qui nous permettent d’approcher l’horreur que fut le régime du Saint-Office de l’Inquisition au Portugal et en Espagne à l’époque moderne. Les supplices, les lentes agonies dans les cellules glacées, la mort sur le bûcher, mais aussi la discrimination sociale, la honte, la dégradation humaine, ne sont relatés que dans de rares chroniques, dans quelques textes littéraires et quelques écrits laissés par les victimes elles-mêmes. Mais ce sont de pâles reflets de la réalité vécue par les descendants des juifs, qui furent contraints de se convertir au catholicisme en 1497. Toujours appelés « nouveaux-chrétiens » (cristãos novos, conversos), même plusieurs siècles après leur conversion forcée, l’historiographie contemporaine les connaît sous le nom de marranes. Des sources très riches, conservées dans des fonds d’archives européens, notamment portugais, restent encore inexploitées, en particulier pour tout ce qui touche à la culture des nouveaux-chrétiens, à leur condition et à leurs sentiments religieux.

2Quelles sont les traces laissées par la répression, l’exclusion, la persécution, la stigmatisation religieuse sur la personnalité, l’esprit et l’âme des nouveaux-chrétiens portugais ? Obligés de vivre partagés entre deux mondes – le monde judaïque, caché, et le monde catholique, apparent –, les nouveaux-chrétiens, pour survivre, furent obligés de changer de noms, de tromper la législation, de jouer avec les mots et avec la chance, craignant que ne soit découvert un ancêtre juif. De profonds traumatismes ont marqué la mentalité de ces Portugais, issus de ces conflits de conscience, dont les « Livres des prisonniers qui se sont tués en prison » ou les « Livres des prisonniers qui sont devenus fous », sources toujours inexplorées, portent le témoignage douloureux.

  • 1 Morin E., Mes Démons, Paris, Éditions Stock, 1994 ; Popkin R., The Third Force in Seventeenth-Centu (...)

3L’antisémitisme ibérique – séculaire – a laissé son empreinte dans l’esprit et la psychologie des marranes, ce qui a, depuis peu, suscité un vif intérêt de la part de philosophes, historiens, anthropologues et psychanalystes. Des travaux récents ont souligné les traits marquants de la « mentalité marrane », résultant d’une existence stigmatisée, suspectée et clandestine. La perte de l’identité et la quête d’une « appartenance » sont deux des thèmes que l’on retrouve systématiquement dans les études traitant des marranes. Quelques-uns de ces traits, selon certains auteurs, sont susceptibles d’être mis en lumière chez des juifs ayant vécu à des époques et dans des contextes socio-historiques très différents. Edgar Morin, Richard Popkin, Antonio Damásio, Jean-Pierre Winter, Miguel Abensour1, pour ne citer que quelques auteurs, ont attribué aux marranes des caractéristiques spécifiques, qui permettent de rapprocher des personnalités aussi différentes que Tirso de Molina, Michel de Montaigne, Baruch Spinoza, Henrich Heine, et même Sigmund Freud.

  • 2 Spinoza, Éthique, introd., trad., notes et commentaires de Robert Misrahi, Paris, PUF, 1990, livre (...)
  • 3 Arendt H., The Jews as Parias, New York, Grove Press, 1987, p. 66.
  • 4 Ibid., p. 84.

4Prenant ses distances des interprétations classiques, qui réduisent le marranisme à un modèle unique, le crypto-judaïsme, le philosophe Miguel Abensour s’est engagé dans la voie de la compréhension du complexe phénomène marrane, cherchant à atteindre la difficile, et souvent impénétrable dimension du « sentiment ». Il est parti pour cela de deux concepts de base : celui du « paria », modèle interprétatif du peuple juif, suggéré par Max Weber, et celui de la confusion ou oscillation de l’âme (fluctuatio animi), proposé par Miguel Abensour2. Hannah Arendt a également analysé la condition juive sous ce registre du paria, étudiant différents cas de figure, tels que Heine, Chaplin et Kafka3. Mais c’est avec Kafka que nous tenons le parallèle le plus probant avec la réalité vécue par le marrane qui n’appartient ni aux gens du commun (gent commune) ni à la classe dirigeante. En tant que héros kafkaïen4, le marrane « n’est ni du Château ni du village ; il n’est rien ». Les nouveaux-chrétiens, dans leur quête d’appartenance, voulaient s’assimiler, tout en refusant de s’identifier à la société dominante, qu’ils considéraient fanatique, superstitieuse et idolâtre. Ils désiraient anxieusement « appartenir » à leur peuple d’origine, mais ont eu d’énormes difficultés à revenir à leur communauté historique, de laquelle ils étaient éloignés culturellement depuis des siècles.

5Dans cet article, nous voudrions donner quelques exemples du marranisme brésilien, montrer les parallèles qui peuvent être établis avec les parias et mettre en œuvre la fluctuatio animi selon Abensour.

6Pour comprendre le paria marrane brésilien, il est nécessaire d’indiquer quelques-uns des mécanismes qui l’ont créé. Premièrement, la conversion forcée de tous les juifs au catholicisme, qui a donné naissance aux nouveaux-chrétiens. Deuxièmement, les juifs ont été l’unique peuple, dans toute l’histoire de l’humanité, contre lequel fut créé un tribunal de justice spécifique destiné à surveiller et à punir les nouveaux-chrétiens, en réalité les juifs : le tribunal du Saint-Office de l’Inquisition. Troisièmement : depuis le milieu du xvie siècle, les nouveaux-chrétiens portugais vécurent sous le signe du soupçon d’une ancienne origine juive, un stigmate biologique qui les excluait légalement de l’accès à toute charge, position honorable ou éducation supérieure.

7La place des nouveaux-chrétiens dans la société était ainsi prédéterminée par leur origine. En tant que peuple paria, les nouveaux-chrétiens portugais étaient des « hôtes » dans leur propre patrie. Même à l’époque médiévale, lorsque les juifs connurent, aussi bien en Espagne qu’au Portugal, une période de tolérance et de respect relatifs, profitant d’une situation sociale avantageuse par rapport aux conditions de vie des juifs d’outre-Pyrénées, ils étaient également des hôtes. Les conversions volontaires au christianisme romain et la conversion forcée de tous les juifs portugais au catholicisme n’ont pas modifié la condition de paria.

8Le clergé a une importante responsabilité dans la propagation de la haine des juifs. La propagande au Portugal ne visait pas seulement les hérétiques ou les nouveaux-chrétiens judaïsants ; elle englobait tout le peuple juif. Dans les sermons – en chaire ou au cours des autodafés –, la haine populaire était attisée et dirigée non seulement contre les suspects selon la foi, mais encore contre les juifs en tant que peuple. Les curés incitaient les Portugais à attaquer les juiveries. Après avoir vécu plus de quinze siècles dans la péninsule Ibérique, les juifs convertis et leurs descendants n’étaient ni Portugais ni Espagnols, mais étaient appelés de manière elliptique les « gens de la nation » (gente da nação).

9L’antijudaïsme qui s’est répandu dans tout l’empire espagnol et portugais du xvie siècle au xviiie siècle a anticipé la phobie moderne du juif au xxe siècle, car il en comporte tous les ingrédients traditionnels : il fut religieux, politique, économique et racial. Il fut également, de toute l’histoire de l’humanité, le plus vaste et le plus continu processus de persécution organisé par un État à l’encontre d’un groupe humain spécifique. Pendant trois siècles, la religion fut le prétexte utilisé par l’État et par l’Église pour désigner un ennemi commun et assurer aux classes dirigeantes le maintien de leurs privilèges et leur perpétuation au pouvoir.

10De génération en génération, la haine des juifs s’est exprimée par le biais d’un signe visible, qui n’avait pas l’efficacité du tatouage numérique des nazis, mais qui inspirait peur, horreur et répugnance : le sambenito, une tunique portée à même le corps, aux insignes de feu, qui souvent, après le procès, était accroché à la porte des églises avec le nom de la victime, pour que tous ses descendants soient marqués de cette infamie. Des lois furent publiées à plusieurs reprises au Portugal, qui interdisaient aux nouveaux-chrétiens de quitter le pays. Il ne leur restait que deux options : feindre ou fuir.

11L’exclusion, la discrimination, amenèrent les nouveaux-chrétiens à se constituer en monde à part et à vivre dans le secret. Le peu de connaissances qu’ils possédaient du judaïsme étaient pratiquées dans des cercles fermés. Le Portugal fut ainsi marqué par une « culture du secret », qui fut incorporée par tous les secteurs de la société. Parler, écrire, penser était devenu dangereux. Les livres manuscrits circulaient clandestinement, des ouvrages interdits étaient envoyés de Hollande et d’Italie – lus avidement aussi bien dans le royaume qu’outre-mer, et les critiques contre l’intolérance et la religion chrétienne étaient murmurées en secret.

  • 5 Rozental Sancovsky R., Judeus e conversos na Península Ibérica Hispano Visigoda: anti-semitismo e m (...)

12Nous pouvons retrouver des traces de cette « culture du secret » dans le lointain passé de la péninsule Ibérique. Contraints de se convertir au christianisme pendant la période wisigothique, les juifs se dotèrent d’une vie clandestine dans laquelle ils conservèrent leurs traditions et coutumes5. La simulation et le secret marquèrent le comportement des premiers marranes de l’histoire de l’Espagne, traits qui furent conservés jusqu’à l’arrivée des arabes en 711, lorsque l’antijudaïsme connut une longue période de rémission, jusqu’à la reprise du pouvoir par l’État et l’Église catholique. Les massacres de 1391, en Espagne, obligèrent les conversos à se regrouper de nouveau en sociétés secrètes, qui se dispersèrent dans tous les empires espagnol et portugais, surtout après la création du tribunal de l’Inquisition. La « culture du secret » survécut pendant des siècles aux poursuites et aux autodafés, et marqua, de façon indélébile, le caractère marrane.

13L’Inquisition, suspectant les nouveaux-chrétiens de judaïser, se fondait sur deux présupposés : la solidarité familiale et la commune origine ethnique. La machine judiciaire s’appuyait sur des investigations généalogiques, et tous les candidats à des fonctions publiques ou charges ecclésiastiques étaient soumis, en premier lieu, à des enquêtes sur la « pureté » de leur sang.

14Après le désastre de 1391 et la création des « statuts de pureté du sang » (le premier fut établi en 1449 à Tolède), après l’institution officielle des tribunaux de l’Inquisition en Espagne (1478) et au Portugal (1536), des sermonaires, des textes manuscrits et des ouvrages anti-judaïques, des placards et libelles diffamatoires circulèrent dans le pays, alertant les Portugais sur les dangers de l’hérésie judaïque, et menaçant de la damnation éternelle tous les complices et les « fauteurs » (fautores) de juifs.

  • 6 Novinsky A. W., « Reflexões sobre o Anti-Semitismo. Portugal séculos XVI-XX », Portugal no século X (...)

15La publication de cinquante-deux ouvrages alimentant la haine des juifs dans l’Espagne et le Portugal des xviie et xviiie siècles donne la mesure de la propagande anti-judaïque dans les nations ibériques6. Le rejet et la honte furent la réalité que les juifs et leurs descendants durent affronter, une fois convertis. Jamais les juifs ne furent autant haïs qu’après être devenus chrétiens.

16L’étude de Miguel Abensour sur la fluctuatio animi marrane montre le douloureux état provoqué par le désir d’« appartenir » et les difficultés d’adaptation à une autre vision du monde. Spinoza, en élaborant le concept de fluctuatio animi est certainement parti de son expérience personnelle de marrane, qui lui a servi pour construire sa vision du monde. Comme les marranes, Spinoza n’appartenait ni au monde juif ni au monde chrétien.

  • 7 Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 108.

« Existe-t-il donc une “fluctuatio animi” marrane qui serait singulière en ce que l’âme serait le théâtre d’un conflit entre, d’une part, le désir d’appartenance ou de ré-appartenance au peuple juif en tant que peuple élu, et, d’autre part, la réticence, le retrait critique, sinon l’hostilité aux formes dans lesquelles peut s’éprouver ce retour, c’est-à-dire l’institution du judaïsme rabbinique7. »

  • 8 Voir Gorenstein L., A Inquisição contra as mulheres, São Paulo, Ed. Humanitas-USP, 2005 ; Novinsky  (...)
  • 9 Novinsky A. W., Gabinete de Investigação…, op. cit.

17Des recherches récentes dans les archives portugaises ont révélé des aspects surprenants sur le phénomène marrane au Brésil8. Nous savons que la majorité des nouveaux-chrétiens portugais ont fui vers l’Amérique, et chaque nef qui partait du Tejo emportait à son bord des clandestins à destination du Brésil. Le nouveau territoire, immense et désert, a permis à une partie de ces fugitifs de se diluer au sein de la population native, et de disparaître au regard du judaïsme. Mais comme l’Inquisition travaillait dans une perspective familiale – les familles dont l’un des membres avait été jugé par le Saint-Office étaient consignées de façon permanente dans ses registres –, ce sont elles qui ont constitué la population marrane prisonnière du Brésil, dont les noms sont parvenus jusqu’à nous9.

18Pendant des siècles, la société brésilienne a été divisée entre nouveaux et vieux-chrétiens, bien qu’il y eût de fortes interactions (convivência) entre eux. Les nécessités du peuplement, le manque de lettrés, l’hétérogénéité de la population facilitèrent les relations entre les différents groupes. Les marranes purent monter dans l’échelle sociale et occuper des charges importantes dans le gouvernement, tout en fréquentant les « sociétés secrètes » dans lesquelles se conservaient les traditions judaïques. Mais ils s’identifiaient toujours comme « nous et les autres ».

19L’invasion hollandaise du Pernambuco, en 1630, modifia profondément le panorama social des nouveaux-chrétiens. Avec les Hollandais débarquèrent dans le Nordeste des juifs d’origine portugaise, déjà reconvertis au judaïsme en Hollande, qui exercèrent une grande influence sur les marranes locaux. S’identifiant à eux par la reconnaissance de la langue, la mémoire de la patrie, les coutumes et les pratiques alimentaires, bien des nouveaux-chrétiens se convertirent au judaïsme. Dans leur quête d’« appartenance », ils intégrèrent la congrégation Zur Israel de Recife, adoptant des noms hébreux et contribuant à l’implantation du judaïsme par la construction de synagogues, d’écoles et d’un cimetière.

  • 10 Veitman D. Y., Bandeirantes Espirituais do Brasil. Século XVII, São Paulo, Ed. Mayanot, 2003.

20Le désir de liberté, si longtemps réprimé, la soif d’« être » et d’« appartenir » unirent des Brésiliens d’origine nouvelle-chrétienne aux juifs lusitaniens-hollandais, et, pendant quelques années, fleurirent les sciences, la philosophie, la poésie et la littérature. Ceci fut favorisé par la relative tolérance religieuse établie par les directeurs de la Compagnie des Indes occidentales et encouragée par l’esprit humaniste du gouverneur Maurice de Nassau10.

  • 11 Spinoza, Traité théologico-politique, ed. par Fokke Akkerman, Paris, PUF, 1999, livre III, p. 57 (c (...)

21Cependant, un phénomène curieux se produisit : tous les nouveaux-chrétiens convertis au judaïsme, pendant la période hollandaise, ne sont pas restés juifs. Une enfance marquée par un environnement catholique et l’endoctrinement de l’Église avaient eu un impact profond, au point qu’il fut impossible à un certain nombre d’entre eux de revenir au judaïsme. Beaucoup de marranes vécurent le passage d’une religion à l’autre comme un traumatisme. Oscillant entre le désir d’appartenir à son peuple d’origine, qui avait alimenté pendant des siècles l’imaginaire des marranes, et celui de vivre en marge d’une société qui l’excluait, le marrane avait, comme l’écrivit Spinoza, l’âme suspendue entre deux voies, la joie et la tristesse, l’espoir et la crainte. Il vivait une fluctuatio animi, une « confusion de l’âme »11.

  • 12 Macherey P., Introduction à l’Éthique de Spinoza, Paris, PUF, 1995, livre III, p. 166 (cité dans Ab (...)
  • 13 Winter J.-P., Os errantes da carne…, op. cit., p. 35.

22Cette fluctuatio animi engendre nécessairement une souffrance. L’âme ne sait plus de quel côté se tourner, et se retrouve plongée dans un état d’incertitude qui révèle son angoisse profonde : elle ne sait plus ce qui doit être aimé ou haï, quand elle est conduite tout à la fois à aimer et à haïr une même chose, sans bien savoir pourquoi12. « L’appartenance simulée », comme l’écrit Jean-Pierre Winter, n’a jamais été résolu par les marranes, car ils devaient passer pour « ce qu’ils n’étaient pas » afin de préserver ce qu’ils croyaient être, d’où l’ambivalence des sentiments et des pensées13.

23Les douloureux états d’âme vécus par les marranes sont relatés par des prisonniers brésiliens de l’Inquisition, dans des documents encore inexplorés. Nous lisons dans ces récits combien les nouveaux-chrétiens du Pernambouc étaient désireux de revenir au sein de leur peuple, de leur joie d’« appartenir », d’intégrer le modèle imposé par les rabbins ; nous lisons aussi comment cela fut souvent impossible. En voici quelques exemples.

  • 14 Lisbonne, Instituto dos Arquivos Nacionais/Torre do Tombo [désormais IAN], Portugal, Manuscrito, In (...)

24Manoel Gomes Chacon (Isaac Habib), nouveau-chrétien né à Trancoso (Portugal), a vécu à Itacoara, dans la capitainerie d’Itamaracá. La vie judaïque à Recife lui a rendu une identité désirée et l’a conduit à se convertir au judaïsme. Lorsque sa femme et son fils apprirent qu’il « judaïsait », ils le quittèrent. Réduit au désespoir, Chacon se reconvertit au catholicisme, mais, comme les dogmes de l’Église le répugnaient, il se tourna à nouveau vers le judaïsme. Ne réussissant pas à s’adapter à la rigueur imposée par les chefs de la communauté et par la religion orthodoxe, il s’en fut trouver un vicaire et demanda à être baptisé de nouveau pour redevenir catholique. Il fut alors emprisonné, à l’âge de cinquante-quatre ans, et envoyé à Bahia, puis à Lisbonne, dans les geôles du Saint-Office. Il comparut lors de l’autodafé du 15 décembre 1647. Il fut condamné à la prison et à porter l’habit pénitentiel, ses biens étant confisqués14.

  • 15 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11562, Pero de Almeida.

25Pero de Almeida est né à Porto, où il fut baptisé. À Recife, influencé par ses amis juifs, il se convertit au judaïsme. Il fréquenta régulièrement la synagogue, participa aux fêtes juives, jusqu’à ce que la passion pour une femme vieille-chrétienne l’amena à se reconvertir au catholicisme. Il se maria chrétiennement, mais, tourmenté par le remords et le désir de faire partie d’une communauté judaïque, il revint vers le judaïsme. Des amis réussirent à le convaincre de la vérité de la religion chrétienne et, encore une fois, il manifesta le désir d’être chrétien. Il décida de se confesser à un vicaire, mais celui-ci le dénonça. Après être resté neuf mois en prison, il fut envoyé enchaîné à Lisbonne, où il comparut lors de l’autodafé du 10 juillet 1650, condamné à une peine d’emprisonnement, à porter l’habit pénitentiel et à la confiscation de ses biens15.

  • 16 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11362, Gabriel Mendes.

26Le nouveau-chrétien Gabriel Mendes est né à Porto. À l’âge de onze ans, après le décès de son père (lui aussi condamné par l’Inquisition), il fut envoyé par sa mère à Hambourg où, dans la communauté juive, il fut circoncis. Le destin le mena jusqu’au Pernambouc, où il entra dans la communauté judaïque de Recife, y vivant pendant huit ans comme juif. Il fit alors un rêve, au cours duquel il mourrait et se sentait « perdu ». Il se repentit alors d’être devenu juif et se reconvertit au catholicisme. Il fut alors emprisonné et envoyé au Portugal. Après avoir été condamné à une peine de prison et à porter l’habit pénitentiel, il s’enfuit au Brésil où il fut arrêté une deuxième fois, et de nouveau déporté vers Lisbonne. Il comparut lors de l’autodafé du 15 décembre 1647, fut condamné à la prison et à porter l’habit pénitentiel ; ses biens étaient confisqués16.

  • 17 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 306, Mateus da Costa.

27Mateus da Costa est un autre exemple de cette difficile oscillation. Nouveau-chrétien né au Portugal, il fréquenta la société secrète des marranes, pratiquant avec eux les cérémonies juives. Comme bien d’autres nouveaux-chrétiens, il entama une vie d’errance, qui le conduisit de Hambourg à Amsterdam, puis d’Amsterdam à Recife, enfin de Recife à Bahia, et, dans toutes ces villes, il était publiquement connu comme juif pratiquant. Il ne réussit pas à se maintenir dans sa foi et revint à la loi du Christ. Il fut emprisonné en 1646, transféré au Portugal, laissant au Brésil huit enfants. Il comparut lors de l’autodafé du 23 novembre 1652, fut condamné à la prison et à porter l’habit pénitentiel, ses biens étant confisqués17.

  • 18 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 1770, Diogo Henriques.

28Diogo Henriques (Abraão Bueno) eut une trajectoire différente. Né en France de parents portugais nouveaux-chrétiens, il vécut comme juif au sein de la nation portugaise. À l’âge de 15 ans, sa mère l’emmena à Amsterdam, d’où il partit pour Recife, y vivant encore comme juif. Il ne réussit pas à se maintenir dans la communauté judaïque, et demanda au curé de lui enseigner la doctrine chrétienne, qu’il ne connaissait pas. Il fut emprisonné à vingt-quatre ans et envoyé au Portugal. Il comparut lors de l’autodafé du 15 décembre 1647, fut condamné à la prison, à porter l’habit pénitentiel et à la confiscation de ses biens18.

  • 19 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 7276, Miguel Francês.

29Miguel Francês eut une vie très tourmentée. Nouveau-chrétien, il vécut jusqu’à l’âge de quinze ans dans le catholicisme. Il partit en France avec sa famille, où il se convertit au judaïsme. Il vécut à Amsterdam, à Hambourg, en France, à Anvers et, finalement, à Recife, fréquentant toujours la synagogue et vivant le judaïsme. Il souffrit un état d’indécision de l’âme et, tourmenté, il décida de revenir au catholicisme de son enfance. Il fut dénoncé et emprisonné en 1646, puis envoyé au Portugal. Il comparut lors de l’autodafé du 15 décembre 1647. Il fut condamné à la prison et à porter l’habit pénitentiel ; ses biens étaient confisqués19.

  • 20 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11575, João Nunes Velho.

30João Nunes Velho, nouveau-chrétien, était né à Porto et, comme tant d’autres, il s’enfuit pour rejoindre Amsterdam, où il devint juif. Il partit pour Recife, où il était connu comme Samuel Velho. Il fit partie de la communauté judaïque mais se repentit et, après être passé par de douloureux doutes, il revint au catholicisme, la religion de sa naissance. Il fut emprisonné en 1646, à l’âge de trente-quatre ans, et comparut lors de l’autodafé du 15 décembre 1647, condamné à la prison et à porter l’habit pénitentiel, ses biens étant confisqués20.

31L’antisémitisme, l’intolérance, le stigmate ont donné naissance aux parias brésiliens. Le passage d’un judaïsme « secret » à un judaïsme « ouvert », avec ses règles et ses obligations orthodoxes, porteur d’une vision du monde qui leur était étrangère, a placé les nouveaux-chrétiens dans un profond état de doutes, qui les a fait osciller entre l’une et l’autre religion, incapables de discerner laquelle était véritable, sans savoir où se trouver eux-mêmes. Vivre dans le « secret » faisait à ce point partie des habitudes marranes, comportement intégré depuis leur plus tendre enfance, qu’ils ne pouvaient envisager que la « vraie » religion ne fût pas secrète. Lors de mon séjour en 1965 à Belmonte, dans le nord du Portugal, où survivent encore aujourd’hui les descendants de marranes, j’ai souvent entendu les habitants me répéter : « Notre vraie religion est celle qui est secrète » (a nosssa religião verdadeira é a secreta). À Campina Grande, dans l’État de Paraíba, au Brésil, vivent encore de nos jours des descendants de nouveaux-chrétiens, qui sont juifs mais ont la crainte de se montrer. Lorsque le judaïsme a pu être pratiqué ouvertement, une structure mentale s’est rompue, une tradition séculaire – le secret – s’est brisée, celle-là même qui avait permis aux marranes de se maintenir pendant des siècles.

  • 21 Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 112 et 114.

32Comme l’a montré Miguel Abensour, ce qui a été vécu aussi bien par ceux qui se sont intégrés au judaïsme que par ceux qui ne se sont pas retrouvés dans une quelconque religion, sont des expériences de parias. Les années passées comme chrétiens avaient produit une « intériorisation du christianisme » tellement profonde qu’elle rendit, pour beaucoup, la réadaptation au judaïsme extrêmement difficile et ne permit pas aux marranes de se reconstituer une identité pleine et entière. En tant que crypto-juifs, les marranes subirent une aliénation en contexte catholique, mais ils expérimentèrent aussi une aliénation intime, à l’intérieur de leur être qu’ils ne pouvaient pas révéler au grand jour. La vie de nombre de marranes est ainsi restée perpétuellement déchirée entre ces deux pôles opposés21.

33Les marranes brésiliens devenus juifs pendant la période hollandaise, et qui restèrent juifs, partirent du Pernambouc avec les Hollandais, en 1654, lorsque ceux-ci furent expulsés du Brésil. Certains d’entre eux s’installèrent en Hollande, d’autres débarquèrent à Nieuw Amsterdam, où, après bien des difficultés, ils purent organiser la première communauté juive en Amérique du Nord. L’histoire de leurs descendants aux États-Unis montre la continuelle oscillation religieuse des marranes portugais.

34Beaucoup de nouveaux-chrétiens, toutefois, ne choisirent pas de quitter le Brésil pour un nouvel exil. Ils durent affronter l’Inquisition, comme le montrent les quelques exemples signalés plus haut. Nos travaux sur le marranisme n’ont pas pour but de connaître le destin de ceux qui se sont pleinement intégrés au peuple juif et représentent, de nos jours, une partie considérable de son rameau séfarade, mais de s’intéresser aux trajectoires spirituelles de ces marranes qui restèrent au milieu du gué – car n’étant ni juifs ni chrétiens – et qui contribuèrent à l’élaboration d’une nouvelle façon de penser le monde, plus juste et plus libre.

35Pour comprendre les multiples facettes du marranisme, nous devons inclure les territoires bresiliens à nos préoccupations, où les marranes vécurent l’inquiétude de la fluctuatio animi, et écouter philosophes, anthropologues, historiens et psychanalystes, qui portent un regard neuf sur la pensée marrane. Pour une histoire totale du phénomène, l’historien doit se placer à la convergence du social et du psychologique. L’interdisciplinarité, la coopération entre l’histoire, l’anthropologie et la psychanalyse présentent le paria marrane brésilien sous un jour nouveau, sous un angle psychologique.

Notes

1 Morin E., Mes Démons, Paris, Éditions Stock, 1994 ; Popkin R., The Third Force in Seventeenth-Century Thought, Leyde, E. J. Brill, 1992 ; Winter J.-P., Os errantes da carne. Estudos sobre a histeria masculina, Rio de Janeiro, Editora Companhia de Freud, 2000 ; Damásio A., Looking for Spinoza. Joy, Sorrow and the Feeling Brain, New York, Harcourt Inc., 2003 ; Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi” marrane. Spinoza en quête de l’universel », Tumultes, 21-22, « Le Paria. Une figure de la modernité », 2003, p. 108-139.

2 Spinoza, Éthique, introd., trad., notes et commentaires de Robert Misrahi, Paris, PUF, 1990, livre III, Proposition 17 (cité par M. Abensour, « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 108).

3 Arendt H., The Jews as Parias, New York, Grove Press, 1987, p. 66.

4 Ibid., p. 84.

5 Rozental Sancovsky R., Judeus e conversos na Península Ibérica Hispano Visigoda: anti-semitismo e marranismo. Século VII d. C., Rio de Janeiro, Ed. Imprintas, 2007.

6 Novinsky A. W., « Reflexões sobre o Anti-Semitismo. Portugal séculos XVI-XX », Portugal no século XVIII. De D. João V à Revolução Francesa, Lisbonne, Editora Universitária, 1991, p. 451-461.

7 Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 108.

8 Voir Gorenstein L., A Inquisição contra as mulheres, São Paulo, Ed. Humanitas-USP, 2005 ; Novinsky A. W., Gabinete de Investigação. Uma “caça” aos judeus sem precedentes, São Paulo, Ed. Humanitas-USP, 2007 ; Id., Inquisição. Prisioneiros do Brasil, São Paulo, Ed. Perpectiva, 2009 ; Id., Inquisição. Rol dos Culpados, Rio de Janeiro, Ed. Expressão e Cultura, 1992.

9 Novinsky A. W., Gabinete de Investigação…, op. cit.

10 Veitman D. Y., Bandeirantes Espirituais do Brasil. Século XVII, São Paulo, Ed. Mayanot, 2003.

11 Spinoza, Traité théologico-politique, ed. par Fokke Akkerman, Paris, PUF, 1999, livre III, p. 57 (cité dans Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 108).

12 Macherey P., Introduction à l’Éthique de Spinoza, Paris, PUF, 1995, livre III, p. 166 (cité dans Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 108).

13 Winter J.-P., Os errantes da carne…, op. cit., p. 35.

14 Lisbonne, Instituto dos Arquivos Nacionais/Torre do Tombo [désormais IAN], Portugal, Manuscrito, Inquisição de Lisboa, Processo 7533, Manoel Gomes Chacon.

15 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11562, Pero de Almeida.

16 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11362, Gabriel Mendes.

17 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 306, Mateus da Costa.

18 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 1770, Diogo Henriques.

19 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 7276, Miguel Francês.

20 IAN, Inquisição de Lisboa, Processo 11575, João Nunes Velho.

21 Abensour M., « Au-delà de la “fluctuatio animi”… », art. cit., p. 112 et 114.

Auteur

Universidade de São Paulo

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540