Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au miroir de l’anthropologie historique

 | 
Juan Carlos Garavaglia
, 
Jacques Poloni-Simard
, 
Gilles Rivière

Mémoires andines et histoire américaine

« Suspicions de suspicions de suspicions » : anticréolisme au Pérou à la fin du xviiie siècle

Ana María Lorandi
Traduction de Geneviève Baudoin

Texte intégral

« Une tension constante a caractérisé les relations entre l’Europe et l’Amérique : tension entre la présomption de ressemblance et la reconnaissance de la différence. »

  • 1 Elliot J. H., « Mundos parecidos, mundos distintos », G. Salinero (coord.), Mezclado y sospechoso. (...)

John Elliot1

1C’était au cours de l’année 1783. Les rumeurs de la rébellion de Túpac Amaru résonnaient aux oreilles inquiètes des créoles et des péninsulaires. Le rêve du chef indigène d’établir une alliance qui rassemblerait, sous une même bannière, tous les Américains « naturels » – indiens, métis et créoles – s’était évanoui. Pourtant, la grande peur suscitée par l’idée de cette alliance laissa des traces chez de nombreux Espagnols, parmi lesquels les fonctionnaires de la monarchie des Bourbons, qui croyaient voir le spectre de l’indépendance hanter les rues de Cuzco.

2Mus par la peur, ils entreprirent une campagne pour débusquer les suspects, recherchant les preuves d’une supposée conspiration destinée à rompre les chaînes qui liaient les Péruviens à la « mère patrie ». De tous côtés, ils en trouvaient des indices chez des hommes importants comme chez tous ceux qui, quelle que fût leur condition sociale, auraient, pour une raison ou pour une autre, entretenu une quelconque relation avec les Indiens rebelles. Les réformes que le visiteur Antonio de Areche avait introduites au Pérou provoquaient de la méfiance, et l’opposition faisait entendre sa voix, des actes de résistance apparaissaient. Les autorités ne pouvaient ignorer que le climat social et politique était troublé, ce qui provoquait une telle peur, voire une telle panique qu’elles ne pouvaient évaluer sereinement la situation. C’est ainsi que le soulèvement indigène durant la rébellion de 1780-1782 provoqua le rejet de l’ensemble de la société qui se considérait comme blanche. Mais, pour ces fonctionnaires fidèles à la Couronne, la rébellion indigène ainsi que l’opposition aux réformes bourboniennes, en raison de leurs effets négatifs sur une bonne partie de la population, furent mises dans le même sac, sans distinction de leurs contenus idéologiques respectifs, et ils entreprirent une campagne pour isoler les créoles suspects, lesquels, selon eux, étaient prêts à s’organiser et à conspirer contre l’autorité royale. Ces soupçons étaient également nourris par les soulèvements urbains du début de 1780, auxquels avaient participé créoles et métis (probablement aussi des péninsulaires), unis contre l’établissement de nouvelles douanes et l’augmentation des alcabalas. En somme, tous ces indices fournirent des arguments pour prendre des mesures radicales destinées à servir d’exemple.

3Tout au long du xviiie siècle se produisit une série de soulèvements qui, comme nous le savons, ont été étudiés en détail (O’Phelan 1988 ; Stern 1990). Pour diverses raisons ponctuelles, parmi lesquelles la peur des créoles et d’une possible alliance de ces derniers avec les Indiens et les membres des castas en général, l’inquiétude grandit rapidement parmi les hauts fonctionnaires, créant un climat d’instabilité sociale (O’Phelan 2005). Il faut ajouter à cela la pression globale du système colonial sur les Indiens et, bien que les Espagnols aient perçu le mécontentement qui grondait sous cette attitude séditieuse, ils poursuivirent leur programme de réformes.

4Dans ce contexte, les révoltes d’Arequipa et de Cuzco durant les premiers mois de 1780 sont particulièrement intéressantes, parce que la participation de métis et de créoles constitue un important facteur d’explication à l’inquiétude grandissante dans les centres du pouvoir vice-royal. Le 14 janvier, éclatèrent à Cuzco diverses actions violentes. Selon certains témoins, les manifestants furent rejoints par des « cholos et cholas » et par quelques Indiens. Mais, outre la plèbe, plusieurs chefs créoles prirent la tête du mouvement (O’Phelan 1988 : 203-205 ; Cahill 1988 : 255-291). Cette révolte, survenue à Cuzco en mars 1780 et appelée la « conspiration des plateros », fut mise en relation avec l’établissement d’une nouvelle douane dans cette ville. La nouvelle des événements eut un grand retentissement et des pasquins dénonçant les abus firent leur apparition. Les indigènes réagirent contre les impôts qui les affectaient mais les hacendados, les propriétaires d’obrajes, créoles ou péninsulaires, et beaucoup d’éminents vecinos manifestèrent également leur mécontentement. Plusieurs commerçants et artisans – parmi lesquels huit plateros – furent accusés d’avoir participé à la conspiration. Celle-ci fut découverte avant qu’elle n’éclate, et ses principaux chefs furent exécutés, parmi lesquels Lorenzo Farfán de los Godos, un créole, et le cacique de Písac, Tambohuasco. Les témoins du procès affirmèrent que les accusés ne rejetaient pas l’autorité royale mais dénonçaient les mauvais fonctionnaires et réclamaient l’annulation des nouvelles mesures fiscales.

5Alors qu’un véritable projet de scission avec l’Espagne n’a jamais été établi, de nombreux péninsulaires estimèrent que ces révoltes en confirmaient le soupçon, car il leur paraissait inconcevable que l’on osât défier les fonctionnaires qui avaient la mission d’imposer les nouvelles réformes. Dans cette conjoncture politique complexe se produisait un mouvement de va-et-vient constant : d’un côté, des affrontements verbaux entre les créoles et les péninsulaires ; de l’autre, un sentiment partagé du danger de l’Indien, c’est-à-dire de l’« autre » ethnico-social. Avec la participation des créoles aux désordres évoqués, l’inquiétude grandit, alimentée par la crainte d’une nouvelle guerre entre l’Espagne et l’Angleterre et par l’indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord.

6Les mouvements subversifs laissèrent des traces dans le regard que les autorités péninsulaires portaient sur les créoles en général. En premier lieu, elles restèrent pleinement convaincues de la fragilité de leur fidélité au roi, en particulier les habitants de Cuzco ; en second lieu, elles craignaient l’apparition de nouvelles alliances entre les différents secteurs de la population, dans la mesure où les mouvements évoqués constituaient de dangereux précédents ; en troisième lieu, elles se méfiaient de certains créoles, de gens comme les frères Ugarte ou l’évêque José Manuel Moscoso y Peralta, suspectés de soutenir les insurgés.

  • 2 Loayza F., Preliminares del incendio, Lima, Los Pequeños Grandes Libros de Historia Americana, Seri (...)

7Nous disposons de quelques témoignages qui vont en ce sens. Ainsi, l’archidiacre du diocèse de Cuzco, Melchor Jacot2, fait allusion à un possible climat d’insurrection « comme celle d’Esquilache à Madrid ». Il ajoute qu’il y a « une haine incompréhensible des créoles à notre égard » et conclut : « Il est évident que l’Américain est médiocre en tous points, sauf dans sa claire opposition à l’égard de l’Espagnol. » Avant de tomber entre les mains de Túpac Amaru et d’être exécuté par le rebelle, Antonio Arriaga avait aussi manifesté son profond mépris et sa méfiance à l’égard des créoles. Dans une lettre adressée au vice-roi, le corregidor écrivait :

  • 3 Cité par Durand Flórez L., El proceso de independencia en el Sur Andino: Cuzco y La Paz, 1805, Lima (...)

« Tous les créoles (sans aucune exception) sont des ennemis mortels des Européens, à un point tel qu’ils n’épargnent pas même leurs parents de cette haine, s’ils le sont ; et là-bas, on en voit qui détestent leur père seulement parce qu’il est Espagnol. Comment peuvent-ils vénérer un roi qui n’est pas américain3 ? »

  • 4 Ces dénonciations se produisirent début 1783, soit plus de deux ans après la répression de la rébel (...)
  • 5 AGI, Audiencia del Cuzco 29 et 30 (dossiers sans numérotation). Des ecclésiastiques furent égalemen (...)
  • 6 AGI, Audiencia de Lima 1000.

8En 1783, dans ce climat politiquement tendu, l’intendant-gouverneur de Cuzco, Benito Mata Linares, et le commandant Gabriel de Avilés, celui-là même qui fut responsable de la répression de la révolte de Túpac Amaru, adressèrent plusieurs rapports au vice-roi, qui ordonna de mener une enquête sur les frères Antonio, Gabriel et Gaspar Ugarte4, membres connus de l’élite cuzquénienne. Les escribanos Julián Capetillo et Joseph Palacios furent également accusés de rébellion contre le roi, pour avoir eu des rapports et entretenu une correspondance avec Túpac Amaru5. Après un procès qui se prolongea trois ans jusqu’au milieu 1786, le fiscal de l’Audience de Lima rendit un jugement qui rejetait les accusations contre les Ugarte. Mais cette sentence ne fut jamais promulguée par le tribunal – ce qui lui déniait toute valeur légale –, sans doute sous la pression des autorités soucieuses de punir ces suspects. C’est la raison pour laquelle, outre le crédit moral accordé par le vice-roi Theodoro Croix aux opinions de Mata Linares et d’Avilés sur les questions débattues, les autorités de Madrid ordonnèrent que ces cinq personnes fussent transférées en Espagne, malgré la décision de l’Audience (également suspectée de favoriser les intérêts des créoles), jusqu’à ce que l’affaire soit à nouveau examinée. Gabriel de Avilés soutenait que les suspects devaient être bannis du Pérou, bien que l’Audience les eût défendus parce que, s’il fallait exiger des preuves irréfutables pour chaque plainte, « personne ne découvrirait de rébellions6 ». L’évêque Moscoso fut également banni, mais il fut réhabilité par la suite et nommé archevêque de Grenade.

  • 7 Antonio Ugarte mourut en 1796 et Campero en 1791 (AGI, Audiencia del Cuzco 30).
  • 8 AGI, Audiencia del Cuzco 30.

9Dans des travaux récents (Bunster et Lorandi 2006, 2013), nous avons analysé en détail les aléas supportés par la famille Ugarte, y compris l’interdiction de rentrer au Pérou prononcée contre un beau-frère des trois frères, Juan Manuel Campero, en dépit du fait qu’il était né en Espagne et qu’il avait montré, à plusieurs reprises, sa constante loyauté envers le roi (Lorandi 2008). Dans cette affaire, l’attitude du monarque fut très ferme, au point qu’Antonio Ugarte et Juan Manuel Campero7 moururent en Espagne sans avoir pu revenir au Pérou. Nous n’avons pas de données certaines quant au sort final de Gabriel et Gaspar Ugarte, mais il est probable qu’ils connurent le même destin, puisque leurs plaintes quant à la situation à laquelle ils furent soumis se prolongèrent jusqu’en 1808. À cette date, dernière information recueillie à ce jour, ils disent avoir passé vingt-deux ans sans avoir obtenu satisfaction à leur constante requête : qu’ils soient rétablis dans leur honneur. Bien qu’en Espagne on leur eût accordé une pension et quelques aides, la situation économique des trois frères était très préoccupante. Antonio avait contracté des dettes importantes, tant au Pérou qu’à Madrid, et les propriétés péruviennes de Gabriel menaçaient ruine, aux dires de son épouse qui s’était installée à Lima8.

10Il convient ici de se demander si la sévérité du traitement imposé à ces suspects était justifiée. Les données recueillies montrent que les Ugarte étaient enclins à partager les intérêts des créoles et se définissaient comme appartenant à cette catégorie sociale par opposition aux chapetones, mais nous ne disposons pas de preuves tangibles qu’ils aient ouvertement participé à une quelconque conspiration. Et encore moins pour ce qui concerne Campero.

  • 9 AGI, Audiencia del Cuzco 29.
  • 10 Aljovín de Losada C., Caudillos y constituciones: Perú 1821-1845, Lima, Pontificia Universidad Ca (...)

11Il est intéressant également de noter que les nombreux écrits présentés par Antonio Ugarte9 pour sa défense furent vraisemblablement rédigés par José Baquíjano y Carillo, fils cadet du comte de Vista Florida, riche marchand de Lima10. Avocat prestigieux et intellectuel, il provoqua les foudres des autorités quand il prononça, à l’université de San Marcos, un discours élogieux sur l’attitude du vice-roi Joaquín de Jáuregui, lui aussi taxé de créolisme. Il est certain que le vice-roi Croix, qui parlait de Baquíjano en termes très durs, ne se risquait pas à l’attaquer directement (en dehors de quelques avertissements et de la confiscation d’une partie de sa bibliothèque d’auteurs des Lumières) ; en revanche, on désigna comme bouc émissaire des personnages comme les Ugarte, qui n’appartenaient pas à la noblesse de Lima même s’ils faisaient partie de la prestigieuse élite cuzquénienne. En effet aussi bien Croix, Mata Linares que Avilés manifestaient sans nuances, dans divers écrits, de fortes présomptions d’infidélité contre tous les Cuzquéniens.

Le créolisme

12Le créolisme a une longue histoire en Amérique. Loin de prétendre faire une synthèse de son développement, nous en décrirons simplement quelques aspects essentiels pour se demander s’il comportait un danger si grand qu’il justifiât l’explosion d’un anticréolisme aussi puissant à la suite des événements liés à la rébellion de Túpac Amaru, à la fin du xviiie siècle. Ainsi, nous éviterons de discuter de la question de l’identité créole en se fondant sur les ouvrages des penseurs influencés par les idées des Lumières (Rodríguez García 2006), puisque leurs opinions ne rendent pas toujours compte des différences et des contradictions dans les comportements quotidiens de la vie sociale et politique de la population, lesquels peuvent être étudiés à partir d’autres sources.

  • 11 Lavallé B., Las promesas ambiguas. Criollismo colonial en los Andes, Lima, Pontificia Universidad (...)

13Envisagé comme une réaction face à l’hégémonie espagnole, plutôt que comme une condition liée à la pureté du sang ou au lieu de naissance, le créolisme est un sentiment d’appartenance au lieu de résidence, dont nous pouvons repérer l’affirmation dès les premières décennies du xvie siècle, comme Bernard Lavallé l’a montré (1993). Dans les Andes, la première crise qui oppose la population implantée dans les territoires américains aux autorités espagnoles se produisit après la promulgation des Lois Nouvelles en 1542, qui entraîna le soulèvement de Gonzalo Pizarro. La défense des intérêts locaux, bien que conduite au xvie siècle par des individus nés dans la Péninsule, nous oblige à resituer cette question dans le contexte colonial11.

  • 12 Dans ce procès interviennent les conditions sociales de naissance, l’intégration ou le refus d’inté (...)
  • 13 De la Puente Brunke J., « Intereses en conflicto en siglo XVII: los agentes de la administración pú (...)

14Il est admis que les créoles désignaient les individus nés aux Indes, de père et de mère espagnols. En principe, il ne s’agit pas de métis mais d’Espagnols ethniquement purs, nés en dehors du territoire de la « mère patrie ». Mais nous verrons que, selon les circonstances12 et au fur et à mesure que le métissage se développait, ils furent bien souvent regroupés sous une même étiquette sociale. Si l’on faisait un relevé détaillé, siècle par siècle, des manifestations d’opposition aux lois et ordonnances royales, on constaterait fréquemment que les natifs (naturales), quel que soit leur lieu de naissance, de part et d’autre de l’Atlantique, partageaient les mêmes intérêts13.

15Au cours du dernier tiers du xvie siècle, fray Bernardino de Sahagún, depuis la Nouvelle-Espagne, avait déjà anticipé cette situation, l’exprimant avec une grande lucidité :

  • 14 Sahagún B. de, Historia general de las cosas de Nueva España, México, Ed. Ángel María Garibay, 1969 (...)

« Ceux qui sont nés espagnols (naturales españoles), s’ils n’y prennent pas garde, deviennent autres quelques années seulement après leur arrivée en cette terre ; et cela, je pense que c’est dû au climat et aux constellations de cette terre14. »

  • 15 Cité par Lavallé B., Las promesas ambiguas…, op. cit., p. 23.

16La condition d’« habitant de ces terres » est la clef pour comprendre le processus de contestation et de négociation dans lequel se déroulent les aléas de la vie politique et économique dans le contexte colonial, et non pas la pureté de sang espagnole. Dans cette perspective, le créolisme définit une attitude face à l’hégémonie péninsulaire, ou, pour reprendre les termes d’André Saint-Lu, un « esprit colonial » ou un « esprit de possession (posesión)15 ». Les natifs de ces terres (en incluant parfois les métis biologiques dans la catégorie des créoles) et ceux qui y habitent depuis longtemps, se réfèrent à un modèle culturel qui, rapidement, dès le milieu de xvie siècle, tend à se différencier du modèle métropolitain. En d’autres termes, tous partagent une nouvelle culture, essentiellement métisse (Gruzinski 1999), qui ne se nourrit pas seulement des éléments indigènes qu’ils intègrent (Alberro 1992), mais qui est le fruit également de pratiques qui leur sont propres, et d’une éthique adaptée aux situations vécues par ces populations.

  • 16 Ces expressions se trouvent fréquemment dans les écrits de cette époque. Voir, par exemple, El Merc (...)

17John Elliot (2005 : xx) soutient que, à la charnière entre les xvie et xviie siècles, commença à se développer le concept d’une « patrie » distincte. Et ce concept de patrie – le lieu où se fixent et se reproduisent biologiquement et socialement les individus – acquit toujours plus d’importance au fil du temps et s’exprima avec une plus grande intensité dans la conscience des natifs d’Amérique et des immigrés en Amérique, au travers de leurs revendications et de leurs doléances face à la pression péninsulaire. Pour beaucoup d’« Américains16 », la patrie était la terre où ils étaient nés et où ils avaient leurs intérêts et leur famille. L’Espagne, au contraire, était un pays lointain auquel ils n’appartenaient qu’à moitié, bien qu’y résidât le roi dont ils n’avaient jamais remis en question ni la légitimité ni l’autorité.

18Les réflexions de Sahagún et les commentaires d’Elliot nous mettent en présence d’une société marquée par son ambiguïté, tiraillée entre deux loyautés et deux systèmes de valeurs, ceux de la patrie de naissance et ceux de la patrie d’origine. C’est aussi une société contrainte de se reconnaître dans un double miroir : elle ne souhaite pas ressembler aux Indiens, mais adopte une partie de leurs traditions culturelles ; elle préfère être considérée comme espagnole, mais, contradictoirement, elle est en quête par moments, sans la trouver, d’une identité culturelle et juridique qui la définisse clairement. Il en va autrement pour les péninsulaires récemment débarqués et pour les métropolitains, qui observaient la différence et la voyaient sous ses aspects négatifs à cause de pratiques qu’ils jugeaient illégales et d’une moralité douteuse ou suspecte, qu’ils attribuaient à des facteurs environnementaux (Bernand 2001). Autrement dit, les créoles constituent un groupe social qui veut apparaître ou être considéré comme ethniquement espagnol et membre de la « nation » espagnole, mais qui se heurte à une barrière (elle se révélera au fil du temps infranchissable) qui l’empêche d’être accepté de plein droit comme tel. L’ambiguïté apparaît aussi dans les représentations que chaque groupe se fait les uns des autres. Et parmi ces autres, nous devons inclure aussi bien les péninsulaires récemment arrivés ou les métropolitains que les Indiens, lesquels considèrent les créoles tantôt comme victimes de l’oppression espagnole, tantôt comme oppresseurs. Pour toutes ces raisons, ce sont des identités mouvantes, qui fluctuent selon les circonstances et le besoin de s’approcher ou de s’éloigner de l’« autre », de s’y identifier ou de s’en démarquer en fonction du contexte ou de la conjoncture. Il s’agit, en réalité, d’une stratégie de négociation qui s’adapte aux événements dans lesquels sont impliqués les individus. En fait, nous avons affaire à un contexte nettement multiculturel, qui se recompose sans cesse dans le temps, au gré des équilibres que chaque partie tente de maintenir pour éviter d’être écarté du pouvoir. Pour prendre la métaphore utilisée par Serge Gruzinski (1999 : 310), nous sommes en présence d’un paysage social complexe qui, selon l’éclairage qu’il reçoit, agit comme un prisme dans lequel se réfractent ses différentes facettes ; où, comme l’a exprimé John Elliot, le souhait de construire une Amérique sur le modèle de l’Europe se heurte à leurs différences, autrement dit : « l’Amérique est et restera l’Amérique » (2005 : xi).

  • 17 À leur propos, on peut également consulter l’analyse de Mazzotti J. A., « La heterogeneidad colonia (...)

19Les aspects culturels ne sont pas pour autant les seuls facteurs à avoir établi progressivement les contours d’une identité à mesure que la population d’origine européenne augmentait. Il faut également considérer l’absence d’autonomie politique – manifestée principalement dans l’impossibilité de promulguer ses propres lois –, qui finit par être la raison essentielle du sentiment partagé d’être des « citoyens de seconde zone ». L’idée d’une législation homogène à l’échelle de l’empire doit être nuancée, si l’on considère le pouvoir des Audiences, des vice-rois et des cabildos pour décider de mesures régionales ou locales, ou pour comprendre la non-application des ordonnances royales. Il est certain qu’à Madrid on ne pensa jamais accorder un statut légal particulier aux créoles. Et si cela vaut pour les enfants nés de parents péninsulaires, le problème fut rendu plus aigu encore avec l’augmentation constante du nombre de métis dans les territoires américains. Les représentations complexes que les uns se faisaient des autres sont manifestes dans les textes rassemblés par Bernard Lavallé (2004), lesquels portent sur une longue période et montrent la mauvaise opinion que les métropolitains avaient des Américains. Mais, les créoles produisirent aussi des discours vantant leur culture et leurs compétences, attribuées pour une bonne part à la clémence du climat de la région, facteur repris par les péninsulaires pour expliquer la tendance à la paresse et à la corruption de ces mêmes populations. B. Lavallé a rassemblé les opinions, entre autres, de fray Bernardo Salinas y Córdoba (1630), fray Antonio de la Calancha (1638)17 ou Juan Meléndez (1681), et présente une série de textes qui mettent en évidence les visions contradictoires de la société et de la nature de l’Amérique tout au long de la période coloniale.

  • 18 Pour le concept de nation au sujet des Américains et péninsulaires, voir Portillo Valdés J. M., Cri (...)

20Gregorio Salinero (2005) montre les effets de la migration sur la modification et la redéfinition des identités. Cette mobilité, selon l’auteur, affecte les autochtones, les immigrants récents, les immigrants plus anciens, ainsi que les métis et les mulâtres. C’est pour cette raison que le rêve, dont parle J. Elliot, d’une assimilation de l’Amérique à l’Espagne ne tient pas compte des obstacles qui empêchent d’atteindre ce but et qui sont dus à la difficulté de transférer harmonieusement la culture et la législation. Les changements d’identité génèrent un climat de suspicions mutuelles. La mobilité accroît l’instabilité et favorise l’établissement de nouveaux rapports entre les personnes et les normes, au point de produire des fractures internes et des discontinuités sociales ; comme disait Sahagún, « ils deviennent autres ». Mobilité et transfert des normes sont les deux concepts utilisés par G. Salinero. Ces concepts nous permettent de comprendre pourquoi se produisirent ces déséquilibres et ces ruptures entre personnes appartenant à une même « nation18 », malgré les liens de parenté qu’ils nouaient entre eux.

21Pour toutes ces raisons, le créolisme est avant tout le produit d’une convergence d’intérêts dans les affaires locales, qui incitaient à s’allier en vue d’objectifs qui ne coïncidaient pas toujours avec ceux de la métropole. Et il est certain également que, comme cela a été rappelé fréquemment, de cette alliance entre natifs et nouveaux venus émergea une empathie culturelle, l’un et l’autre groupe réagissant de la même manière face aux défis du monde économique, social et culturel dans lequel ils vivaient, eux et leur famille. En somme, nous nous trouvons face à une ethnogenèse culturelle qui transcende la marque du lieu de naissance pour, au contraire, s’inscrire dans la trajectoire de vie des individus.

22Malgré les caractéristiques qui définissent les habitants de ces territoires et qui les différencient des métropolitains, à l’exception de quelques tentatives comme celle de Gonzalo Pizarro et de quelques autres manifestations ponctuelles au cours des deux siècles suivants, il n’existe pas de preuves certaines d’une volonté de rompre les liens avec la Couronne. Bien que l’identité fût ambiguë et mouvante, les liens avec la péninsule étaient trop étroits et si indispensables à la vie économie, politique et sociale qu’une rupture n’était ni souhaitable ni possible.

23N’oublions pas non plus que l’émigration vers l’Amérique se faisait dans l’espoir d’une ascension sociale. Non seulement, il fallait prouver ses mérites mais, pour atteindre celle-là, il fallait aussi intégrer l’élite qui s’était constituée à partir des descendants des conquistadors. La proportion de sang indien que certains pouvaient avoir était en général dissimulée ou se diluait au fil des naissances des nouvelles générations. Les lettres des immigrants à leur famille restée dans la péninsule, analysées par Isabel Testón Núñez et Rocío Sánchez Rubio (2005 : 104), mettent en lumière le bénéfice qu’un mariage réussi permettait d’obtenir en termes d’ascension sociale. « Il est certain que les lettres confirment, à maintes reprises, l’avantage présenté par les unions contractées en Amérique, car elles procuraient une rente et une dot qui pouvaient bénéficier à l’ensemble de la parentèle. » Ces alliances entre différents groupes sociaux apportaient un bénéfice tant économique que sur le plan de l’honneur. Il se produisait entre eux un système d’échanges dont chacun tirait parti. Il est donc impossible de nier la convergence d’intérêts économiques, moraux et idéologiques qui résultait de ces liens de parenté.

24Il est donc essentiel de considérer le rôle de la parenté dans le développement de l’argumentation. Avant tout, on ne peut oublier que, malgré ce qu’affirmaient certains cercles éclairés selon lesquels l’identité liée à l’appartenance au groupe familial devait céder le pas à l’individuation, en minimisant l’importance du lieu de naissance, dans la réalité concrète de la vie quotidienne cette évolution était encore en retard en Espagne et en général parmi les Espagnols. La famille était au cœur d’un réseau d’intérêts financiers et affectifs plus vaste, transcendant le fait fortuit du lieu de naissance. Ils se reconnaissaient comme appartenant à un même groupe social dont la défense était assurée par un système de solidarité mutuelle, malgré les inévitables conflits intra-familiaux qui pouvaient surgir.

25À cela s’ajoute la notion d’honneur, chère tout particulièrement à l’élite, qui ne concerne pas seulement une personne en particulier mais qui s’étend à tout le lignage auquel appartient chacun de ses membres, étant donné l’identité adscriptive et le rôle central de la parenté dans la structure sociale. Des deux côtés de l’Atlantique, l’honorabilité, de l’homme comme de la femme et sa projection sur toute la parentèle, est une idée qui persiste, bien que ses caractéristiques soient différentes de celles de l’honneur chevaleresque médiéval, remplacées par le prestige civique, moral et économique. Parenté et honneur continuaient d’être des éléments étroitement liés et, pour l’illustrer, nous verrons en quels termes s’exprime Juan Manuel Campero, beau-frère des Ugarte, face à l’accusation d’infidélité au monarque prononcée contre sa famille créole.

Fidélité et régalisme, parenté et honneur

  • 19 Archivo Histórico Nacional de Madrid [AHN], Exp. 2889, dans lequel il est établi que Campero fut re (...)
  • 20 AHN, Testamento de Campero, Órdenes militares (Calatrava), Leg. 91 moderno, « Probanza de Caballero (...)

26Il nous faut d’abord préciser que Juan Manuel Fernández Campero y Hesles – tel est son nom complet – était né le 9 novembre 1725 à Abianzo, dans la province de Burgos19, et mourut à Madrid le 1er juillet 179120. Il s’agit donc d’un personnage né dans la Péninsule mais, par son mariage avec Juana Ugarte, il appartenait à une famille composée de plusieurs générations de créoles. Ainsi voit-on comment la convergence d’intérêts se construit à partir de la parenté et que, dans des circonstances déterminées, la condition de créole ou de péninsulaire peut passer après l’intérêt commun.

27Pour ce qui est de Campero, ce n’est pas tout. Alors que les frères de doña Juana Ugarte se considéraient comme des créoles et partageaient les intérêts de ce groupe, bien que de manière ambiguë, leur beau-frère, Campero, fit preuve d’une fidélité royaliste à toute épreuve quand il occupa le poste de gouverneur de Tucumán, entre 1764 et 1769 (Lorandi 2008), ce qui ne fut pas sans lui poser quelque problème. Comme ses compatriotes d’outre-mer, il manifestait un fort mépris pour les habitants de ces royaumes américains, sans faire de distinction entre les authentiques créoles et les anciens résidents espagnols et adressera des avertissements répétés aux autorités sur le comportement de la société locale.

  • 21 La lettre fut publiée et commentée par Mariluz Urquijo J. M., « La carta instructiva de Juan Manuel (...)

28Son souci de prouver sa fidélité au roi fut constant, qu’il accompagnait de peu amènes réflexions quant à l’« esprit agité » des créoles, affirmant que « beaucoup étaient plongés dans la torpeur de leur ignorance ». Sa conception de l’omnipotence royale et de la place qu’elle devait occuper dans la conscience des habitants de ces royaumes ne laisse planer aucun doute quant à la solidité de son régalisme, typique de l’époque du règne de Charles III et de Charles IV. Dans une lettre adressée à son fils Mariano Campero y Ugarte21 depuis Buenos Aires en 1780, et avant de se rendre au Cuzco où il participa à la répression de l’insurrection de Túpac Amaru, il critique durement toute forme de désobéissance aux lois du souverain et insistait sur les risques d’un soulèvement. Il affirme que proclamer « Vive le roi revient au peuple. Faire que disparaisse un mauvais gouvernement relève du roi. Mais si le roi ne veut ou ne peut agir, l’action appartient à Dieu ».

  • 22 Ibid. Campero fait référence à l’augmentation des impôts et à l’installation de nouvelles douanes.

29La faute était plus grave, selon Campero, lorsqu’il s’agissait d’Espagnols, de créoles ou d’Européens qu’il qualifiait de « monstres » quand ils refusaient de payer les impôts22 alors qu’ils jouissaient de privilèges, de droits (fueros) et d’avantages accordés par le roi d’Espagne. Il était inadmissible à ses yeux qu’ils ne reconnussent pas les faveurs dont la Couronne les avait gratifiés en leur permettant de venir en Amérique pour profiter de ce qui leur était refusé dans la terre de leurs pères. Pour cela, il en appelle à un discours du Christ dans l’évangile de saint Mathieu : « Celui qui maltraitera l’un de ces petits [les Indiens] qui croient en moi sera jeté dans la mer une meule autour du cou. »

30Cette lettre est une pièce étonnante sur la doctrine du pouvoir royal, très influencée par le thomisme des théoriciens politiques du xvie siècle comme Vitoria (Padgen 1990), et sur les devoirs des vassaux, à plus forte raison si ceux-ci sont espagnols ou créoles. Souvenons-nous que Campero dut faire face aux lourdes conséquences d’une rébellion de vecinos espagnols et créoles de la région de Tucumán qui entraînèrent derrière eux une partie de la plèbe, ce qui durcit sa position regaliste face aux manifestations d’insubordination.

  • 23 AGI, Estado 86 (1). Écrit à Madrid, entre le 15 et le 25 août 1790, Campero l’envoya à Floridablanc (...)

31C’est dans ce cadre conceptuel que se déroula la vie de ce personnage, un péninsulaire marié à une créole. Quel ne fut pas son désarroi lorsque, après le procès en infidélité intenté contre ses beaux-frères Ugarte, le déshonneur qui s’ensuivit lui valut l’interdiction de retourner au Pérou, depuis l’Espagne où il avait été envoyé pour apporter les pièces du procès contre Túpac Amaru. Dans un long mémoire23 qu’il adresse aux autorités pour défendre ses beaux-frères et laver son honneur, on peut trouver les clefs de cette relation entre régalisme, parenté et honneur, à laquelle fait référence le titre de cette section.

  • 24 Il fait référence a des conflits pour des questions de préséance et d’autres controverses mineures (...)
  • 25 Effectivement, nous n’avons trouvé aucun document qui prouve le contraire.

32Son plaidoyer est tout à fait clair de ce point de vue. Il soutient que la haine qu’avaient manifestée l’intendant Benito Mata Linares, le commandant Gabriel Avilés et le corregidor de Cuzco Matías Baulén – les auteurs du procès contre les Ugarte – est injustifiée, d’autant plus que cette haine retombe sur la sœur des accusés et sur son mari, Campero lui-même, qui considère s’être toujours tenu à l’écart de cette agitation autour de sa famille politique. Il s’attache longuement à souligner que la famille Ugarte a eu une attitude normale dans la conduite de ses affaires, en tout point conforme à la loi. Il soutient que les désaccords entre les Ugarte, les fonctionnaires royaux et l’évêque Moscoso, au cours des mois d’avril et mai 178324, ne constituaient pas des causes suffisantes pour que la vengeance des offensés atteignît un tel degré de sévérité. Pour ce qui le concerne, Campero insiste sur le fait que, pour avoir seulement été le mari de la sœur des inculpés, il a été privé de son poste (il avait été nommé gouverneur de Chucuito) et obligé de vivre séparé de sa famille, sans avoir fait l’objet d’aucune accusation25.

33Sur ce point, l’argumentation de Campero est extrêmement intéressante et mérite un commentaire approfondi. Il a recours, dans sa défense, à des références bibliques, aux Partidas et aux Lois de Castille pour récuser l’idée selon laquelle les délits commis par une personne entraînent automatiquement le déshonneur pour toute la famille : « Même dans le cas particulier du crime de trahison, les conséquences se limitent aux fils qui, selon les auteurs, sont ceux qui sont nés après que le crime a été commis. » Il rejette également le fait que l’accusation de crime de lèse-majesté commis par le mari soit étendue à son épouse, et encore plus lorsque c’est l’inverse.

« En foi de quoi, si l’on considère que celui qui écrit est l’époux de Da Juana Ugarte, la suspicion est extrême, puisque, sa femme en tant que telle, même si son père avait été reconnu coupable, ne peut pas être susceptible de quelque participation que ce soit, comme le signale et constate la Loi royale. »

34De toute façon, il faut souligner que notre homme ne conteste pas le fait que les délits d’une personne peuvent avoir des conséquences sur une partie au moins de la famille. C’est-à-dire que notre auteur partage l’idée d’une identité adscriptive dans la parenté, comme c’était encore le cas à la fin du xviiie siècle, même s’il se défendait en essayant de trouver les limites d’une telle identification relative aux questions d’honneur.

35Pour renforcer son plaidoyer, Campero présente une genèse de la suspicion et soutient que celle dont il est victime est « arrière-petite-fille » d’une autre suspicion, et, par conséquent, la réalité du délit n’est pas établie. Et même si cette faute incombait au père de Doña Juana Ugarte, cette suspicion, insiste-t-il, ne pouvait l’atteindre, puisqu’il n’est pas un homme soumis à sa femme. Il nie aussi avoir eu d’étroits rapports et encore moins avoir pris le parti de ses beaux-frères, car il était resté de nombreuses années dans des lieux éloignés du Cuzco. Enfin, résidant en Espagne, il dut se séparer de sa femme et de ses filles, et il aurait été injuste qu’elles fussent obligées de quitter leur « patrie » pour le suivre en exil. Il fut également atteint dans son honneur par l’interdiction de retourner occuper son poste. Dans le cas de ses beaux-frères, l’exil forcé affecta également la réputation de ces personnes, « au même titre que s’ils avaient été des proches de Túpac Amaro », du seul fait que ce rebelle les avait appelés « cousins », Campero niant avec force l’existence chez eux de toute ascendance indienne.

36Dans un discours dramatique, Campero se défend arguant du fait qu’il a été victime de suspicions fondées sur des suspicions de suspicions, et conclut en déclinant sa généalogie et l’importance et les mérites de son lignage. Ses écrits réaffirment sa fidélité au roi, situent les limites de la solidarité familiale en ce qui concerne l’honneur ou le déshonneur, et rappellent l’importance de l’honneur dans la vie publique et privée d’un individu. Mais il y a un élément supplémentaire dont il faut tenir compte : bien qu’il défende sa famille politique, il se garde vigoureusement de toute participation au mouvement créoliste pour, au contraire, le condamner ouvertement. Il affirme : celui qui s’adresse à vous n’est pas un « Ugarte » et sa condamnation à l’exil est incompréhensible.

Le spectre de l’émancipation

  • 26 Pour d’autres références sur ce sujet, voir l’article signé Cephalo (José Baquíjano y Carrillo) : « (...)

37À mesure que l’absolutisme royal se renforçait, s’amplifiait également l’attitude régaliste de certains fonctionnaires déterminés à imposer les réformes dites bourboniennes dans les royaumes ultra-marins. Parallèlement, la résistance de nombreux secteurs de la société américaine se renforçait. Au Pérou, les tissus produits dans les obrajes ne pouvaient entrer en compétition avec les textiles importés qui inondaient le marché grâce à la contrebande et à l’ouverture croissante des ports26. La suppression des répartitions forcées de marchandises (repartos de mercancías), prise après les grandes rébellions, empêchait également les producteurs locaux de poursuivre ce commerce auquel ils participaient auparavant activement. Les haciendas de la région de Cuzco subirent fortement les conséquences de ces mesures. L’économie péruvienne en général traversa une période de convulsions dues à une série de facteurs qui altéraient le rythme habituel de la production et du commerce intérieur. La question n’est pas de savoir si ce sont les créoles qui subirent le plus lourd préjudice, car tous ceux qui participaient à l’économie régionale souffrirent de cette conjoncture. Les réformes politiques qui tentèrent de réduire l’influence des natifs de la terre eurent également des conséquences négatives, mais celles-ci se limitèrent à quelques secteurs de la population, alors que les réformes économiques touchaient une frange bien plus large et plus complexe de la société, les Indiens inclus, bien entendu. En ce sens, nous rejoignons León Campbell (1972), qui soutient que l’exclusion des créoles des postes administratifs avait été moins importante que nous le supposons.

  • 27 AGI, Audiencia del Cuzco 29. Il s’agit d’un résumé de la lettre d’Avilés, dans lequel il parle de l (...)

38Cependant, les nouveaux fonctionnaires de l’ère bourbonienne fourbirent leurs armes contre les créoles. Une guerre de discours malveillants se déclencha, mutuellement disqualifiants, et un climat de méfiance réciproque se développa, qui se mêlait confusément à une situation réelle de convergence d’intérêts et d’alliances familiales qui rendait impossible une distinction nette, encore moins générale, des créoles et des péninsulaires. Comment comprendre alors ces violentes mesures prises par ces fonctionnaires ? Pourquoi n’auraient-ils pu évaluer avec une plus grande sérénité, les véritables raisons de l’inquiétude sociale grandissante, celles-là mêmes que Campero avait signalées avec une grande vigueur dans la lettre adressée à son fils ? Les discours de Túpac Amaru, invitant les créoles à rejoindre son mouvement, furent-ils la cause principale qui déclencha la panique parmi les fonctionnaires ? L’historiographie a montré que l’appui des créoles à la rébellion fut relativement limité et de courte durée. Les discours agressifs brouillèrent-ils une perception plus juste des limites de cette « redoutable alliance » ? Les courriers et rapports des responsables de la répression de l’insurrection montrent le haut degré de cette crainte. Impliqué dans le procès contre les Ugarte, le 31 août 1785, le colonel Don Gabriel de Avilés, comandante de armas, exprime, sans ambages, sa méfiance à l’égard des créoles27.

« Il dit que l’on vérifie les vaticinations quant à la persécution qui menace cette cité contre ceux qui ont manifesté leur loyauté au grand préjudice du service, car ils se trouvent consternés devant les fausses calomnies et accusations dont ils ont déjà commencé à ressentir les effets. »

39Avilés énumère les fondements de ses soupçons envers les Ugarte, à partir de réflexions générales sur la conduite des créoles. Il prétend qu’ils seraient capables d’employer n’importe quel moyen pour atteindre leurs buts :

« À cette fin, tous manœuvrent avec les moyens dont ils disposent, les uns tenant dans leurs conversations des propos exécrables à l’égard du pouvoir espagnol ou parlant favorablement des gouvernements étrangers, les autres effrayant les Indiens en leur faisant croire que l’armée arrive pour les passer par les armes puisque celle du Pérou n’y est pas parvenu. […] Dans cette situation déplorable, il n’y a pas d’autre solution que d’expulser de ces royaumes tous ceux contre lesquels existent des soupçons avérés d’infidélité, sans attendre d’autres preuves pour décider cette mesure que la seule rumeur publique, parce qu’il ne faut pas attendre qu’ils prennent les armes ; et s’il s’agit de le prouver par la voie judiciaire, on n’y arrivera jamais, puisque le délinquant est de ce pays, comme on en a fait l’expérience à Lima avec les trois frères Ugarte, Don Julián Capetillo et l’escribano Joseph Palacios, contre lesquels, quand la foule les désignait comme partisans du rebelle, il ne s’est pas trouvé à l’Audience un seul avis favorable à une mesure de bannissement, d’amende ou même d’un mois de prison » (souligné par nous).

40Avilés manifeste ainsi sa méfiance à l’égard de la voie judiciaire, et de l’Audience de Lima en particulier ; en conséquence de quoi, s’ensuivront de graves conséquences

« si V. M. ne prend pas les précautions nécessaires pour extirper les rebelles occultes qui, associés sous le lien la de la faction nationale, essaient d’aliéner ces royaumes en raison de leur aversion innée pour la domination qui les régit ».

41Le vice-roi Theodoro Croix partageait pleinement ces opinions :

  • 28 AGI, Audiencia del Cuzco 29.

« Les créoles s’intéressent autant sinon davantage au sort des créoles qu’à celui de leurs propres enfants, et quelque cause qu’il soit de cette teneur les trouble, les agite, les vexe, de sorte que ceux-là même qui, en raison de leurs vices, sont devenus quasi insensibles à tout sentiment d’humanité donneraient jusqu’à la dernière goutte de leur sang pour défendre le créolisme28 » (souligné par nous).

42La crainte du créolisme acquit une intensité inédite dans ce contexte post-rébellions. Cependant, si nous faisons un bilan de l’information recueillie d’après d’autres sources, la solidarité créole présente encore à cette époque trop de failles pour constituer un réel danger ; mais, dans la mentalité des contemporains, c’était un spectre qui les inquiétait grandement. Preuve en est de la faible détermination à se séparer de l’Espagne, les résistances à l’égard de l’émancipation au cours des premières décennies du xixe siècle.

43À mon sens, il est nécessaire de revoir, à la lumière des pratiques politiques réelles, l’obstacle à l’instauration des réformes que constituait le maintien d’un système légal et juridique, dont, citant Marta Lorente (2009), nous pourrions dire qu’il continuait à « être une justice de juges et non une justice de lois ». Le droit de faire appel, la possibilité d’« obéir, sans exécuter » (obedecer sin cumplir) et la labilité du système juridique en général (Tau Anzoátegui 1992, 2001) laissaient les fonctionnaires sans moyens légaux pour limiter l’autonomie acquise par les institutions et contourner les habitudes coutumières des agents locaux. Dans d’autres études, j’ai développé ce thème de manière plus détaillée par des exemples pris à Tucumán et dans le Río de la Plata à l’époque de l’expulsion de la Compagnie de Jésus (Lorandi 2002, 2008) ; j’ai pu observer les grandes difficultés légales et juridiques que rencontraient ces fonctionnaires pour imposer l’autorité du souverain.

44Par ce tour d’horizon, j’ai tenté de trouver réponse à une série de questions. En premier lieu, nous nous sommes demandé dans quelle mesure les créoles, dès la fin du xviiie siècle, commencèrent vraiment à s’organiser pour rompre leurs liens avec l’Espagne et, bien que d’aucuns aient vu d’un bon œil les premières revendications des indigènes rebelles, s’ils partageaient les objectifs de ceux-ci (mais l’on sait que cette alliance naissante trouva peu d’adeptes et se défit rapidement). En second lieu, il semble évident que le climat d’agitation observé au Pérou pendant ces années avait pour cause principale l’opposition aux réformes qui visaient à réduire l’autonomie qu’ils avaient eue jusqu’alors – accès à des postes dans les Audiences, contrôle des cabildos, développement du commerce bénéficiant du protectionnisme prélibéral instauré par la dynastie des Habsbourg et possibilité de recatégoriser la population métisse et d’origine africaine libre pour les transformer en tributaires (Cahill 1990) – et non pas un véritable intérêt pour l’émancipation. Enfin, quelles étaient les vraies limites identitaires entre les créoles et les péninsulaires, et, par conséquent, si le créolisme tant redouté représentait un réel danger pour la pérennité de la domination espagnole dans les Indes occidentales. Certes, ces questions ont été étudiées par de nombreux auteurs ; il nous paraît toutefois intéressant de les resituer au regard de ces mesures rigoureuses, probablement injustifiées, prises par les autorités au cours des dernières décennies du xviiie siècle, lorsque l’absolutisme de Charles IV était à son apogée (Portillo Valdés 2006).

Bibliographie

Fonds documentaires édités

Códigos españoles, vol. 10, Novísivama Recopilación de las Leyes de España, t. IV, livre XII, Madrid, Imprenta de la Publicidad, 1850.

El Mercurio peruano, Lima, Biblioteca Nacional del Perú, 1964-1966, 12 vol., édition en fac-similé.

Las Siete Partidas del Rey Don Alfonso X el Sabio, cotejadas con varios códices antiguos, Madrid, Real Academia de la Historia, Imprenta Real, 1807.

Bibliographie

Alberro S., Del guachupín al criollo. O de cómo los españoles de México dejaron de serlo, Mexico, El Colegio de México, 1992.

Aljovín Losada C., Caudillos y constituciones: Perú 1821-1845, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú/Fondo de Cultura Económica, 2000.

Bernand C., « Mestizos, mulatos y ladinos en Hispanoamérica: un enfoque antropológico de un proceso histórico », M. León-Portilla (coord.), Motivos de la Antropología Americanista. Indagaciones en la diferencia, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2001, p. 105-133.

Bunster C. et Lorandi A. M., « El fantasma del criollismo después de la rebelión de Túpac Amaru », Histórica (Lima), 30, 1, 2006, p. 99-135.

Cahill D., « Taxonomy of a Colonial “Riot”: The Arequipa Disturbances of 1780 », J. H. Fisher, A. Kuethe et A. MacFarlane (éd.), Reform and Insurrection in Bourbon New Granada and Peru, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1990, p. 255-291.

Campbell L., « A Colonial Establishment: Creole Domination of the Audiencia de Lima during the late Eighteenth century », Hispanic American Historical Review, 52, 1, 1972, p. 1-25.

De la Puente Brunke J., « Intereses en conflicto en siglo XVII: los agentes de la administración pública frente a la realidad peruana », J. Flores-Espinosa et R. Verón Gavia (coord.), El hombre en los Andes. Homenaje a Franklin Pease, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002, t. II, p. 963-972.

Durand Flórez L., El proceso de independencia en el Sur Andino: Cuzco y La Paz, 1805, Lima, Universidad de Lima, 1993.

Elliot J. H., « Mundos parecidos, mundos distintos », G. Salinero (coord.), Mezclado y sospechoso. Movilidad e identidades, España y América (siglos XVI-XVIII), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. xi-xxviii.

Gruzinski S., La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.

Lavallé B., Las promesas ambiguas. Criollismo colonial en los Andes, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva-Agüero, 1993.

—, L’Amérique Espagnole de Colomb a Bolívar, Paris, Belin, 2004.

Levillier R., La Audiencia de Charcas. Correspondencia de Presidentes y Oidores, Madrid, Imprenta de Juan Pueyo, t. I, 1922.

Loayza F., Preliminares del incendio, Lima, Los Pequeños Grandes Libros de Historia Americana, Serie I, t. XIII, 1947.

Lohmann Villena G., Los Americanos en las órdenes nobiliarias, Madrid, CSIC, 1993.

Lorandi A. M., « Poder y ética pública. El siglo XVIII en el Tucumán Colonial », J. Flores-Espinosa et R. Verón Gavia (coord.), El hombre en los Andes. Homenaje a Franklin Pease, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002, t. II, p. 987-1000.

—, Poder central, poder local. Los funcionarios borbónicos en el Tucumán colonial. Un estudio de antropología política, Buenos Aires, Ed. Prometeo, 2008.

Lorandi A. M. et Bunster C. V., La pedagogía del miedo. Los Borbones y el criollismo en el Cuzco (1780-1790), Lima-Cusco, IFEA/Centro de Estudios Rurales Andinos “Bartolomé de Las Casas”, 2013.

Lorente M., De justicia de jueces a justicia de leyes: hacia la España de 1870, Madrid, Consejo General del Poder Judicial, 2009.

Mariluz Urquijo J. M., « La carta instructiva de Juan Manuel Campero a su hijo Mariano (1780) », III Congreso Argentino de Americanistas 1999, Buenos Aires, Sociedad Argentina de Americanistas, 2000, p. 1-22.

Mazzotti J. A., « La heterogeneidad colonial peruana y la construcción del discurso criollo en el siglo XVII », J. A. Mazzotti et U. J. Zevallos Aguilar (coord.), Asedios a la heterogeneidad cultural. Libro de homenaje a Antonio Cornejo Polar, Philadelphie, Asociación Internacional de Peruvianistas, 1996, p. 173-196.

O’Phelan Godoy S., Un siglo de rebeliones anticoloniales. Perú y Bolivia 1700-1783, Cusco, Centro de Estudios Rurales Andinos “Bartolomé de Las Casas”, 1988.

—, « La construcción del miedo a la plebe en siglo XVIII a través de las rebeliones sociales », C. Rosas Lauro (éd.), El miedo en el Perú. Siglos XVI al XX, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2005, p. 123-138.

Pagden A., « Dispossessing the Barbarian: The Language of Spanish Thomism and the Debate over the Property Rights of the American Indians », Id. (éd.), The Languages of Political Theory in Early-Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 79-98.

Portillo Valdés J. M., Crisis atlántica. Autonomía e independencia en la crisis de la monarquía hispana, Madrid, Fundación Carolina/Marcial Pons Historia, 2006.

Sahagún B. de, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico, Ed. Ángel María Garibay, 1969, 4 vol.

Salinero G., « Mobilité et identités dans les études de la relation Espagne-Amérique (xvie-xviiie siècle) », Id. (coord.), Mezclado y sospechoso. Movilidad e identidades, España y América (siglos XVI-XVIII), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 3-22.

Stern S. J., Resistencia, rebelión y conciencia campesina, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1990.

Tau Anzoátegui V., La ley en América hispana. Del descubrimiento a la emancipación, Buenos Aires, Academia Nacional de la Historia, 1992.

—, « La costumbre jurídica en la América española. Siglos XVI-XVIII », El poder de la costumbre. Estudios sobre el derecho consuetudinario en América española hasta la Emancipación, Buenos Aires, Instituto de Investigaciones de Historia del Derecho, [1986] 2001, p. 85-159.

Testón Núñez I. et Sánchez Rubio R., « “Para hacer la raya enviamos un sobrino”. El papel de la familia y el parentesco en las relaciones de la América española (siglo XVI) », G. Salinero (coord.), Mezclado y sospechoso. Movilidad e identidades, España y América (siglos XVI-XVIII), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 91-120.

Notes

1 Elliot J. H., « Mundos parecidos, mundos distintos », G. Salinero (coord.), Mezclado y sospechoso. Movilidad e identidades, España y América (siglos XVI-XVIII), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. xi-xxviii, ici p. xi.

2 Loayza F., Preliminares del incendio, Lima, Los Pequeños Grandes Libros de Historia Americana, Serie I, t. XIII, 1947, p. 110-111 : lette de l’archidiacre du diocèse de Cuzco, Dr Melchior Jacot, datée du 27 février 1780 (Jacot était originaire de Málaga et fut premier régent du tribunal de Lima de 1777 à 1786).

3 Cité par Durand Flórez L., El proceso de independencia en el Sur Andino: Cuzco y La Paz, 1805, Lima, Universidad de Lima, 1993, p. 126. Référence empruntée à « CDIP », t. II, V, I (nous n’avons pas trouvé la référence exacte dans le livre de Luis Durand Floréz).

4 Ces dénonciations se produisirent début 1783, soit plus de deux ans après la répression de la rébellion, à l’origine d’un conflit de préséance des Ugarte au cabildo.

5 AGI, Audiencia del Cuzco 29 et 30 (dossiers sans numérotation). Des ecclésiastiques furent également accusés, mais jugés dans des procès séparés ; plusieurs d’entre eux furent expulsés en Espagne.

6 AGI, Audiencia de Lima 1000.

7 Antonio Ugarte mourut en 1796 et Campero en 1791 (AGI, Audiencia del Cuzco 30).

8 AGI, Audiencia del Cuzco 30.

9 AGI, Audiencia del Cuzco 29.

10 Aljovín de Losada C., Caudillos y constituciones: Perú 1821-1845, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú/Fondo de Cultura Económica, 2000, p. 90 ; Lohmann Villena G., Los Americanos en las órdenes nobiliarias, Madrid, CSIC, 1993, t. II, p. 278.

11 Lavallé B., Las promesas ambiguas. Criollismo colonial en los Andes, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva-Agüero, 1993, a consacré de nombreuses pages à ce sujet, analysant les questions liées à la rébellion de Gonzalo Pizarro.

12 Dans ce procès interviennent les conditions sociales de naissance, l’intégration ou le refus d’intégration au contexte familial, etc.

13 De la Puente Brunke J., « Intereses en conflicto en siglo XVII: los agentes de la administración pública frente a la realidad peruana », J. Flores-Espinosa et R. Varón Gabai (coord.), El hombre en los Andes. Homenaje a Franklin Pease, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2002, t. II, p. 963-972, analyse en détail ces débats pour le xviiie siècle.

14 Sahagún B. de, Historia general de las cosas de Nueva España, México, Ed. Ángel María Garibay, 1969, vol. III, p. 160, cité par J. H. Elliot, « Mundos parecidos… », art. cit., p. xx, souligné par nous.

15 Cité par Lavallé B., Las promesas ambiguas…, op. cit., p. 23.

16 Ces expressions se trouvent fréquemment dans les écrits de cette époque. Voir, par exemple, El Mercurio Peruano, vol. 1, article du 3 février 1791 intitulé « Reflexiones históricas y políticas sobre el estado de la población de la capital », où l’on parle de « cet éloge justifié que nous faisions de notre patrie bien aimée… ».

17 À leur propos, on peut également consulter l’analyse de Mazzotti J. A., « La heterogeneidad colonial peruana y la construcción del discurso criollo en el siglo XVII », J. A. Mazzotti et U. J. Zevallos Aguilar (coord.), Asedios a la heterogeneidad cultural. Libro de homenaje a Antonio Cornejo Polar, Philadelphie, Asociación Internacional de Peruanistas, 1996, p. 173-196.

18 Pour le concept de nation au sujet des Américains et péninsulaires, voir Portillo Valdés J. M., Crisis atlántica. Autonomía e independencia en la crisis de la monarquía hispana, Madrid, Fundación Carolina/Marcial Pons Historia, 2006.

19 Archivo Histórico Nacional de Madrid [AHN], Exp. 2889, dans lequel il est établi que Campero fut reçu dans l’ordre militaire de Santiago en 1778. On y trouve des informations détaillées sur la généalogie familiale.

20 AHN, Testamento de Campero, Órdenes militares (Calatrava), Leg. 91 moderno, « Probanza de Caballero de don Mariano Campero y Ugarte ». Je remercie Gaston Doucet pour les copies des pages relatives à ce sujet. Voir, également, Archivo de Simancas, Secretaría de Guerra, 7231, Exp. 55, de 1798, « Reclamos de pensión realizados por su viuda ».

21 La lettre fut publiée et commentée par Mariluz Urquijo J. M., « La carta instructiva de Juan Manuel Campero a su hijo Mariano (1780) », III Congreso Argentino de Americanistas 1999, Buenos Aires, Sociedad Argentina de Americanistas, 2000, p. 1-22, qui la localisa à l’AGN d’Argentine, Gobierno de Buenos Aires, 1753-1809, IX, 21-1-5. Elle est datée du 17 juin 1780. Une autre copie de la lettre est conservée à la Real Academia de la Historia de Madrid, collection Mata Linares.

22 Ibid. Campero fait référence à l’augmentation des impôts et à l’installation de nouvelles douanes.

23 AGI, Estado 86 (1). Écrit à Madrid, entre le 15 et le 25 août 1790, Campero l’envoya à Floridablanca pour y être remis au roi Charles IV (dossier non paginé ; nous indiquons la numérotation des images du fichier numérique conservé aux AGI).

24 Il fait référence a des conflits pour des questions de préséance et d’autres controverses mineures qu’il détaille dans le mémorial.

25 Effectivement, nous n’avons trouvé aucun document qui prouve le contraire.

26 Pour d’autres références sur ce sujet, voir l’article signé Cephalo (José Baquíjano y Carrillo) : « Disertación política e histórica sobre el comercio en el Perú », Mercurio Peruano, vol. V, no 1, 20 mars 1791 et les jours suivants.

27 AGI, Audiencia del Cuzco 29. Il s’agit d’un résumé de la lettre d’Avilés, dans lequel il parle de lui à la troisième personne.

28 AGI, Audiencia del Cuzco 29.

Auteur

UBA-FFyL/CONICET
Geneviève Baudoin (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540