Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métiers de police

 | 
Jean-Marc Berlière
, 
Catherine Denys
, 
Dominique Kalifa
, 
et al.

Troisième partie. Savoirs et compétences

La légitimité de l’action policière et les contacts avec la population face aux réformes récentes de la sécurité publique

Marc Loriol, Valérie Boussard et Sandrine Caroly

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1950, la police enregistrait 190 000 plaintes pour vol. En 1992, ce chiffre est passé à 2 600 000 ! Du coup, le taux d’élucidation est passé de 36 % à 14 %. Mais si l’on tient compte du fait que sur la période le nombre de gendarme et de policier a été multiplié par deux, on peut en conclure que le nombre moyen de faits élucidés par gendarme ou par policier a été multiplié par 2,85 1 ! Cette situation est paradoxale : d’une part, la productivité moyenne de chaque gendarme ou policier a augmenté, mais dans le même temps, l’idée que la police est capable de supprimer la délinquance est de moins en moins crédible. Cela d’autant plus que les enquêtes de « victimation » suggèrent que la délinquance réelle est bien supérieure :

« En 2005, 18,7 % des ménages déclarent avoir subi un vol, une tentative ou un acte de vandalisme. Dans leur majorité, les victimes « ne portent pas à la connaissance de la police et de la gendarmerie les atteintes aux biens » et agissent en fonction de la « grav...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540