Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Annexes

Annexe n° 14 – 1870 – Une guerre « perdue d’avance » ?

Ernest Picard

Texte intégral

1[Il va de soi que les communications confidentielles de l’attaché militaire français à Berlin, le colonel Stoffel, n’étaient pas connues de la bourgeoisie de province, le président du tribunal de Dijon et ses supérieurs y compris, à moins qu’ils n’aient eu des relations privilégiées à la cour. En revanche, il est plus scandaleux qu’elles aient été traitées par le mépris dans l’entourage impérial, leur auteur étant qualifié par le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères, d’« oiseau de malheur » (Picard, 1912, 1er vol., p. 7).]

  • 11 Colonel Stoffel, Rapports militaires écrits de Berlin, 1866-1870, p. 112 [toutes les notes sont de (...)
  • 12 Ibid., p. 163-164 et 165-209.

2Le 23 avril 1868, il [Stoffel] envoyait à Paris un rapport circonstancié qui concluait à la supériorité manifeste de l’armée prussienne dont l’état-major était, à son avis, le premier de l’Europe11. Il revenait sur cette question le 24 juin et le 22 juillet suivants12.

  • 13 Ibid., p. 315.

« Il nous faut le tenir pour dit, mandait-il dans une étude remarquable datée du 12 août 1869, nous ne surprendrons pas la Prusse. Son organisation militaire […] lui permet de concentrer sur nos frontières, en vingt ou vingt-cinq jours, plusieurs armées de 100 000 hommes chacune13. »

  • 14 Ibid., p. 402-403.

« On est presque effrayé, écrivait-il le 28 février 1870, – moins de cinq mois avant la guerre, – de songer que nous avons à nos portes une puissance rivale qui nous trouve pour le moins incommodes, quoiqu’on en puisse dire, et qui, par suite, dispose de plus de 900 000 soldats, tous rompus au métier des armes. J’insiste et je répète : tous rompus au métier des armes ; car il ne s’agit pas ici ni de gardes nationaux sédentaires, ni de gardes nationaux mobiles, mais bien de soldats qui servent tous pendant trois ans, et qui, après avoir servi, sont entretenus et confirmés, par des exercices annuels, jusqu’à l’âge de trente-deux ans.
Dès lors, et abstraction faite de notre infériorité sous tous les rapports, comment lutterions-nous, avec les quelques centaines de mille hommes seulement dont se compose notre armée, contre des effectifs doubles et même triples des nôtres, et si fortement constitués14 ? »
LF Source : Lieutenant-colonel Ernest Picard, 1870, La Perte de l’Alsace, Paris, Plon, 1912, 3e éd., p. 5-6.

  • 15 Récit inédit de M. Louvet, cité par Pierre de la Gorce, Histoire du second Empire, t. VI, p. 350.

3Le 28 juillet, à 10 heures du matin, l’empereur quitte le palais de Saint-Cloud, accompagné de son fils, pour se rendre à Metz où il va prendre le commandement de l’armée du Rhin. Sa confiance des premiers jours n’est plus entière : en remerciant le Sénat de l’enthousiasme qu’il a témoigné pour la guerre, il lui a annoncé en même temps que la lutte serait sérieuse ; dans ses proclamations à l’armée et au peuple français, il déclare que la campagne sera longue et pénible. Il semble que le souverain ait, à la veille des événements, comme le pressentiment de l’avenir et la perception de l’épouvantable responsabilité qu’il a prise. En 1859, il était parti pour la guerre, accompagné de l’acclamation populaire qui ne voyait plus en lui que le libérateur de l’Italie. Cette fois, il se rend à la frontière, presque à la dérobée, gagnant la ligne de l’Est par le chemin de fer de ceinture, pour éviter de traverser Paris. Les témoins oculaires constatent « une sorte d’abattement fatidique » dont il paraît enveloppé. « C’était plus que triste, a dit l’un d’eux, relatant son départ de Saint-Cloud, c’était lugubre15. »

  • 16 Enquête sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, déposition du général Ladmirault, t (...)
  • 17 Papiers et correspondance de la famille impériale, t. II, p. 60 (consultation du docteur G. Sée).
  • 18 Vie militaire du général Ducrot, t. II, p. 319, lettre du 15 septembre 1863 [La Vie militaire du g (...)
  • 19 [Général Montaudon] Souvenirs militaires, t. II, p. 85 [Paris, Delagrave, 1898-1900].
  • 20 Maréchal Randon, Mémoires, t. II, p. 308.

4Napoléon III n’a ni les dons naturels, ni la science, ni l’expérience, ni le caractère, qui font le général en chef. L’armée ne l’ignore pas. Elle n’a pas grande confiance dans ses talents de stratège ; elle n’a pour lui une considération réelle que « comme chef d’État16 ». Sa bonté excessive, voisine de la faiblesse, l’empêche d’exiger l’obéissance de ses subordonnés. Sa santé va déclinant depuis plusieurs années et l’équitation, la voiture même, lui causent parfois de cruelles souffrances17. Avec les forces physiques, périclitent également la volonté et la vigueur morale ; « il paraît atteint avant l’âge de débilité sénile18 ». Le général Montaudon le trouve « bien vieilli, bien affaibli et n’ayant en rien l’attitude d’un chef d’armée19 ». Si l’on en croit le maréchal Randon, le souverain ne se serait pas fait illusion : « Je suis bien âgé, déclarait-il, bien peu valide, bien peu apte à faire campagne20. »

5LF Source : Lieutenant-colonel Ernest Picard, 1870, La Perte de l’Alsace, Paris, Plon, 1912, « 3e éd., p. 25-26.

Notes

11 Colonel Stoffel, Rapports militaires écrits de Berlin, 1866-1870, p. 112 [toutes les notes sont de l’auteur, Picard, 1912, sauf nos précisions entre crochets].

12 Ibid., p. 163-164 et 165-209.

13 Ibid., p. 315.

14 Ibid., p. 402-403.

15 Récit inédit de M. Louvet, cité par Pierre de la Gorce, Histoire du second Empire, t. VI, p. 350.

16 Enquête sur les actes du gouvernement de la Défense nationale, déposition du général Ladmirault, t. IV, p. 295.

17 Papiers et correspondance de la famille impériale, t. II, p. 60 (consultation du docteur G. Sée).

18 Vie militaire du général Ducrot, t. II, p. 319, lettre du 15 septembre 1863 [La Vie militaire du général Ducrot, d’après sa correspondance (1839-1871), publiée par ses enfants, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1895].

19 [Général Montaudon] Souvenirs militaires, t. II, p. 85 [Paris, Delagrave, 1898-1900].

20 Maréchal Randon, Mémoires, t. II, p. 308.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site