Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Annexes

Annexe n° 14 – 1870 – Une guerre « perdue d’avance » ?

Ernest Picard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[Il va de soi que les communications confidentielles de l’attaché militaire français à Berlin, le colonel Stoffel, n’étaient pas connues de la bourgeoisie de province, le président du tribunal de Dijon et ses supérieurs y compris, à moins qu’ils n’aient eu des relations privilégiées à la cour. En revanche, il est plus scandaleux qu’elles aient été traitées par le mépris dans l’entourage impérial, leur auteur étant qualifié par le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères, d’« oiseau de malheur » (Picard, 1912, 1er vol., p. 7).]

Le 23 avril 1868, il [Stoffel] envoyait à Paris un rapport circonstancié qui concluait à la supériorité manifeste de l’armée prussienne dont l’état-major était, à son avis, le premier de l’Europe11. Il revenait sur cette question le 24 juin et le 22 juillet suivants12.

« Il nous faut le tenir pour dit, mandait-il dans une étude remarquable datée du 12 août 1869, nous ne surprendrons pas la Prusse. Son organisation militaire […] lui permet de concentrer s...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540