Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Annexes

Annexe n° 13 – Journal de Caroline Brame, description de la bataille de Mentana

Caroline Brame

Texte intégral

1Il est intéressant de comparer ce texte avec la lettre du 26 octobre 1867. On voit, à la description d’une même phase d’histoire, pratiquement des mêmes événements, à quel point le style, la vision du monde, les références, les présupposés s’opposent radicalement dans deux écrits intimes différents, le journal d’une jeune bourgeoise catholique récemment mariée, fréquentant un milieu aristocratique, d’une part, la correspondance d’un magistrat voltairien et républicain, de 37 ans son aîné (Caroline a trois ans de moins qu’Édouard), de l’autre. Notons que ces incursions dans le domaine politique sont rarissimes dans le journal de Caroline, ce qui n’est pas le cas dans la correspondance de Jules. On remarquera que les troupes françaises régulières, dont l’intervention a été décisive, sont totalement absentes dans cette description…

2Mardi 12 novembre 1867 – Nous revenons de chez Mme Benoist d’Azy, nous y avons trouvé Mme de Saint-Maur, Mme de Damas et Michelle sont arrivées et Mme de Saint-Maur nous a lu des lettres fort intéressantes de son frère et de son fils ; tous deux partis pour Rome. M. René de Saint-Maur est engagé zouave pontifical. Que c’est beau et glorieux pour une famille d’avoir un fils au service du pape ! Monsieur Augustin écrit que la journée du 5 novembre ne doit pas périr dans le cœur du chrétien, la journée de Mentana a été superbe ! Le combat a duré cinq heures. Cinq mille contre dix mille garibaldiens, les zouaves ont montré une bravoure et un dévouement sans pareils et si le jour avait duré une heure de plus, Mentana aurait été prise et Garibaldi fait prisonnier. Le lendemain, il était trop tard ; Garibaldi avait pris les devants, mais les soldats du pape furent victorieux. Ils eurent bien des morts et des blessés mais il est beau de mourir pour une si belle cause. Puis les blessés, on avait pensé à eux : trois sœurs de charité étaient là sur le champ de bataille, c’était la première fois que cela se voyait. Elles ont montré un dévouement héroïque. Il y eut de jolis traits : un jeune soldat du pape qui mourait de soif possède enfin un verre d’eau, voyant un garibaldien blessé, qui lui aussi avait soif, il lui donne l’eau et s’en prive pour lui. N’est-ce pas là vraiment la charité chrétienne et le pardon des injures ? L’eau manquait depuis quelques heures et les blessés n’avaient rien pour se désaltérer, alors les sœurs de saint Vincent se mettent en prière et au même instant on découvre une citerne cachée par des pierres et on a de l’eau pour tout le monde !

3LF Source : Le Journal intime de Caroline B., Enquête de Michelle Perrot et Georges Ribeill, Paris, Arthaud-Montalba, 1985, p. 135.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site