Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Annexes

Annexe n° 9 – Deux lettres de Gabrielle sur Paris aux lendemains de la Commune

Gabrielle Lelorrain

Texte intégral

1[Ces lettres visent à compenser un tout petit peu, si faire se peut, l’absence de document émanant de Jules aux lendemains de la Semaine sanglante. Elles ne prétendent évidemment pas à l’analyse politique : désolation devant les ruines de Paris, brève allusion plutôt favorable aux Versaillais (rappelons que nous sommes dans une famille très républicaine…), mais aucune condamnation virulente ou injurieuse des insurgés. On remarquera enfin le ton passionné de la seconde lettre. La froideur et le ton compassé d’un mariage de convenance, certes encore fréquent à l’époque, n’est pas du tout de mise ici.]

2Ce 12 septembre

3Mon bien aimé,

4Je suis restée plusieurs jours sans t’écrire, depuis vendredi. Mon intention était de le faire hier, afin de te donner des nouvelles du cousin Bezanger qui a été assez aimable de répondre à ma lettre, en me disant qu’il viendrait lundi (hier) entre 3 et 4 h, qu’il ne voulait pas que je vienne jusqu’à Vincennes, cela serait trop fatigant pour moi avec mes 2 bébés. Tu vois que malgré son cerveau fêlé, il a encore beaucoup de bon sens. J’ai donc eu le plaisir de voir le bon cousin ! Je vais t’apprendre quelque chose qui va te faire plaisir. Il a voulu d’ailleurs donner à Camille et à Henriette, à chacune une petite pièce de 5 fr. pour acheter des bonbons, puis il a offert à la maman un billet de 100fr. pour acheter aux bébés ce qui leur ferait plaisir. Tu vois, mon bon chéri, que je ne regrette pas mon voyage à Paris. Je suis bien contente, tout en économisant bien, je vais acheter différentes petites choses très utiles. Ce bon cousin est vraiment très aimable. Sa conversation est toujours la même, il tourne toujours dans le même cercle, impossible de lui faire parler de ces derniers temps. Seulement… ses mâtins me cassaient les oreilles…

5Dimanche, j’ai dîné chez ta tante avec Édouard. Joséphine et ses enfants y étaient ; quant à Karl il est très occupé, n’ayant pu le voir dimanche, j’ai promis à ta tante d’y aller dimanche prochain. Vendredi, je suis allée chez Joséphine, elle va bien, toujours bien maigre, mais je puis avouer franchement que je n’ai trouvé personne changé et j’en suis bien étonnée après tous les tourments qu’ils ont éprouvés. La tante Lelorrain est de fer. Quel caractère ! C’est une femme que j’admire vraiment ; c’est une sainte, et elle a du mérite après une vie où aucun chagrin ne lui a été épargné : je l’aime comme ma mère. Dimanche, en allant chez elle, l’omnibus nous a descendues au Palais-Royal (Louise m’accompagne toujours) : toute la façade qui donne sur la place du Palais-Royal est détruite. Les Tuileries sur le jardin sont tout à jour ; c’est bien affreux. On ne peut se rendre compte de l’effet du feu, on croyait plutôt à un tremblement de terre. Les finances sont encore plus abîmées, tout le bâtiment est tombé, par ci par là une fenêtre reste debout : c’est ce qui m’a paru le plus triste. La colonne Vendôme, il n’en reste que le piédestal. Tu vois que j’ai pas mal marché dimanche. Aussi j’étais bien fatiguée, mon Henriette est lourde, Louise me portait Camille qui ne marche pas très longtemps. Inutile de te dire qu’elle fait l’admiration de tout le monde, seulement c’est une mauvaise gamine, elle me fait enrager par son entêtement. Elle est sauvage, j’ai toutes les peines du monde à lui faire dire bonjour. Ma petite Henriette a une petite dent qui commence à se montrer, aussi la petite minette était fatiguée ces jours-ci et a fait de mauvaises nuits, elle si gentille ordinairement. Quand on sait ce qu’elle a, cela ne vous tourmente pas. Voilà plus de 4 fois que je laisse ma lettre : mon Henriette veut téter. Impossible d’écrire, je l’ai sur mes genoux en ce moment.

6Il fait moins chaud depuis quelques jours, j’en suis bien contente pour toi, cela te permet de sortir un peu pour te faire prendre patience encore un peu. Tu me demandes tes boutons de manches, je les ai ici. Paye à la femme au petit lit de fer, c’est bien 3 fr. qu’on lui doit ou 1 fr. par mois ; il vaut mieux s’en débarrasser de suite que d’attendre mon retour. Écris-moi, mon bon chéri, cela me paraît trop long de rester sans lettre de toi. Je vais aujourd’hui chez la cousine Victorine où j’ai donné rendez-vous à Édouard. Je ne crois pas la décider à venir à Charolles. Je m’en tirerai toujours bien, il ne faut pas t’en tourmenter.

7Mille baisers de ta petite femme. Maman et toute la famille te font bien des amitiés. Tes amours de bébés t’embrassent. Camille joue par terre avec des cartes. Ta Gaby.

8Ce 13 septembre 1871

9Mon bon chéri bien aimé de ta petite femme,

10Allons, pauvre ami, un peu de courage et ta Gaby sera bientôt dans tes bras. Sois bien assuré, mon bien aimé, que malgré tout le plaisir que j’ai d’être ici, il m’est bien pénible d’y être seule ; cela ne compense pas la non présence de mon petit mari. Aussi je te l’avoue, mon voyage m’a rendue bien contente et bienheureuse en me retrouvant au milieu des miens et dans ce beau Paris si brillant et n’ayant aucune ressemblance avec Charolles. Mais malgré toutes ses beautés, je me retrouverai avec plus de plaisir encore dans mon gentil petit ménage. Cela vous retrempe et malgré tout on aspire au repos de la campagne.

  • 6 Henriette est née le 10 avril 1871 ; elle a juste 5 mois.

11Ici c’est la fièvre. Ma Camille va à merveille, ne sois pas tourmenté, elle ne se fatigue pas, au contraire elle a bon appétit et est bien gentille. Que d’éloges on me fait de ce petit amour : j’en suis confuse et fière. Que de chagrin pour moi, que tu ne sois pas là pour partager ce bonheur avec moi. Ce soir nous avons dîné tous en famille à la maison. C’est-à-dire nous tous avec Georges et Arthur. Je n’avais pas vu Georges depuis le jour de mon arrivée : il était justement ces jours-ci venu pour me voir, je n’y étais pas. Camille lui a fait mille caresses, aussi Georges trouve qu’elle est adorable. Quant à Henriette6, il trouve qu’à cet âge-là, tous les bébés se ressemblent et qu’ils sont tous aussi laids. Je n’admets pas cette idée car mon Alla est bien gentille et quand elle aura 2 ans, je crois qu’elle sera aussi belle petite fille que Camille. Hier, je suis allée chez la cousine Victorine où j’avais donné rendez-vous à Édouard. Mais, comme de juste, il n’est pas venu. Le cousin est toujours le même. Je le trouve même plus frais et plus dispos que la dernière fois que je l’avais vu. Inutile de te dire toutes les caresses que la cousine a faites à mes enfants. Je suis allée également hier chez Blanche que j’ai trouvée bien portante. Elle est restée tout le temps du Siège et de la Commune. Sa pension a continué un peu, elle a eu chez elle des insurgés et le jour où les Versaillais sont arrivés, elle leur a donné à boire dans son salon. On les aurait portés en triomphe.

12J’ai vu ce pauvre hôtel de ville : c’est le bouquet ! Rien de plus affreux ni de plus triste que ces ruines. Ce quartier-là a été horriblement abîmé. Il m’est impossible de te dépeindre dans quel état tout cela est. C’est plutôt de vive voix, que je pourrai t’en donner une idée.

13Je vais demain déjeuner chez ta tante. Vendredi, j’attendrai ma tante de Versailles et les cousines qui doivent venir me voir. Je crois que Mme Mussot a qui j’ai donné deux petits poulets veut me donner une jolie robe à Camille [sic]. Cela me paiera bien mes poulets. Je ne voulais pas lui faire de prix, j’étais bien sûre de ne pas y perdre. Elle a donné une petite poupée à Camille, c’est son bonheur, elle la promène partout avec elle. Si tu pensais à quelque chose qui puisse te faire plaisir, écris-le moi je m’empresserai de te l’apporter. Si j’avais la grandeur de tes petons, j’aurais acheté des bottes à mon petit homme, mais cela est difficile sans ta mesure.

14Écris-moi, mon bien aimé chéri, je suis si heureuse de recevoir de tes nouvelles. Comment Marie te fait-elle à dîner ? Est-ce mangeable ? Pauvre chéri, cela m’est pénible de ne pas te savoir aussi bien que je le voudrais.

15Viens dans mes bras et vite Monsieur que je vous embrasse comme je vous aime : prends garde d’étouffer, car ta Gaby te serre bien fort et tes bébés te montent sur les genoux. Quel joli tableau de famille. C’est si bon d’être près de son petit mari avec ses bébés chéris. Que peut-on désirer de plus ? Rien… C’est là le vrai bonheur !

16Oh ! Oui, mon amour chéri,

17Ta Gaby qui t’adore

18LF Source : Collection de Raymond Faure.

Notes

6 Henriette est née le 10 avril 1871 ; elle a juste 5 mois.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site