Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Annexes

Annexe n° 6 – Éloge funèbre et biographie d’Édouard Lelorrain, mort en 1924

Médecin-Inspecteur Niclot

Texte intégral

DISCOURS

1Prononcé par le Médecin-Inspecteur Niclot, Directeur du Service de Santé de la 14e Région, aux funérailles du Médecin-Major de 1re classe Lelorrain, décédé le 28 janvier 1924.

2Mesdames, mes chers camarades, messieurs,

  • 1 L’embonpoint d’Édouard avait été marqué par son père, avec quelque regret, dès avant 1870, alors q (...)

3Veuillez permettre d’abord à mon amitié d’incliner sa douloureuse émotion devant ce cercueil : voilà vingt-cinq ans et plus que je fréquentais et retrouvais de toutes parts, aux sociétés savantes, aux bibliothèques, aux corridors hospitaliers ou dans les salles de malades, une silhouette que chacun en notre ambiance lyonnaise, connaissait, estimait et aimait. Quand je l’observais, je ne pouvais m’empêcher de penser à Socrate, à ces boîtes dites Silènes dont parle Rabelais et à ces paroles d’Alcibiade, dans le Banquet platonicien : « Il a bien l’extérieur que nos sculpteurs donnent à Silène, mais ouvrez-le, mes chers Convives, quels trésors ne trouverez-vous pas dans son intérieur1 ? »

4Chaque rencontre marquait un arrêt, dépensé en précieux échanges, où notre art ne tardait pas à prendre toute préséance. Après un résumé, en quelques propositions judicieuses, de l’événement du jour, suivait l’exposé enthousiaste du dernier fait clinique que Lelorrain avait prospecté dans tel service de l’Hôtel-Dieu. Son œil s’éclairait, il vibrait comme un limier au gibier : « Allez donc chez Lépine, chez Bard, chez Josserand, vous l’y verrez encore. »

5Je crois, suivant l’adage, que le médecin demeure étudiant toute sa vie ; mais lequel d’entre nous eût mieux représenté semblable formule ? Il mettait en poche avec reconnaissance la référence livresque qu’on lui offrait, et continuait sa circumvection [sic], car sa curiosité philomathique était insatiable.

6Il convient pourtant de regretter qu’un observateur amoureux de nos disciplines, trop tôt émérite dans les rangs de l’armée, ait ainsi dû vivre la plus grande part de son activité, en marge de l’œuvre d’autrui, sans creuser son propre sillon.

7Voici, en effet, le moment de faire état de la vêture que je porte, pour vous présenter à grands traits l’histoire esquissée de celui que nous pleurons.

  • 2 Résumé fort simplifié de la carrière de Jules.

8Lelorrain était né il y a quatre-vingts ans, à Joigny. Son père était magistrat ; il fut président du Tribunal de Chaumont puis conseiller à la Cour de Lyon2.

9En 1864, il est à l’École de Médecine Militaire de Strasbourg.

10Son labeur lui conquiert aisément l’internat des hôpitaux et ne laisse pas, à titre de loisirs, de le graduer en droit jusqu’à la licence.

  • 3 Là aussi, ses ennuis de santé remontent loin : ils préoccupaient déjà son père en 1869-1870.

11L’ardeur de ses convictions et l’indépendance de son caractère s’affirme déjà ; ses opinions subversives à l’endroit du régime impérial l’envoient en disgrâce vers un poste du Sud Algérien, où le surprend la guerre de 1870. Il insiste pour venir dans la Métropole, menaçant même, s’il ne l’obtient, de partir spontanément ; mais enfin ses vœux trouvent satisfaction et il participe aux opérations de l’Armée de la Loire. Puis, je note son passage au Camp de La Valbonne ; à Vienne, où il couronne ses études de droit par une thèse de doctorat sur « L’Aliéné », qui lui vaut d’être lauréat de notre Faculté lyonnaise ; à Autun, où se place cette première atteinte à sa santé qui devait, si j’ose dire, nouer son avenir : jambes, cœur, sont intéressés3 ; il est mis en non-activité en janvier 1889, situation militaire où il demeure environ huit mois. Il se rend au Ministère où il déclare à son interlocuteur étonné, ignorant des faces multiples de sa compétence, qu’il entend entrer dans la magistrature s’il n’est admis aux hôpitaux ; mais il subit ses épreuves d’admission avec succès, et Villemanzy le reçoit en septembre de cette même année.

12Il a de nouveaux démêlés avec sa santé : d’autres aussi, peut-être, avec un certain chef sans clair-voyance, qui n’avait pas auné son subordonné à sa juste valeur. La cinquantaine, en 1894, l’amène à « faire la retraite », avec le grade de médecin-major de première classe. Il est maintenu dans la territoriale, et en 1914, désigné pour Gap ; on le retient à Desgenettes, dans ce service des contagieux où il s’est prodigué sans compter, jour et nuit, depuis les premières heures de la mobilisation jusqu’en janvier 1919, donnant la mesure en même temps de sa science et de son cœur.

  • 4 Jules n’avait jamais accédé au grade d’officier.

13Il était chevalier de la Légion d’honneur depuis 1889 ; en 1916, la rosette d’officier reconnaît publiquement ses mérites4.

14De retour à Lyon, après les hostilités, je le retrouvai luttant, mais vaincu. Les années avaient flué ; il n’avait pas perdu de son énergie, mais ses moyens. Il voulait tenir quand même, et c’était toujours aux mêmes endroits que je le croisais, écrasé sous la pesante lassitude de l’âge. Il s’efforçait encore, au dernier jour, d’aller à Desgenettes, sans doute pour y finir dans ce cadre qui lui était cher, quand il s’effondra au seuil de son logis, entre les mains des siens.

  • 5 Louise Marie Berthe Billiotte, née le 2 décembre 1850, fille d’un négociant de Semur. Édouard et L (...)

15Je salue respectueusement la profonde affliction de votre compagne5 ; je n’ose lui parler de consolation, mais elle ne saurait être insensible au témoignage de toutes ces afflictions dont le concert s’associe à sa souffrance ? Que vos enfants reçoivent également leur grande part dans cette adresse de notre si vive condoléance.

16Quant à vous, Lelorrain, vous avez traversé l’existence dans un sillage de sympathie. Vous avez été un homme droit, modeste, désintéressé, continuant à porter, sous l’habit civil, les vertus fondamentales de notre carrière militaire, et vous avez honoré celle-ci à la fois par votre science et votre belle tenue morale.

17Votre sagesse s’apparentait à l’Antique ; et je serais tenté de reproduire, près de votre corps, le geste du Céramique, d’y déposer les aliments, l’obole, le lécythe et la lampe, dans la sérénité calme et la douce mélancolie de ce serrement de mains que l’on voit aux stèles funéraires en vous demandant à vous-même cette paix du cœur qui tempèrera nos regrets.

18LF Source : Collection personnelle de Raymond Faure ; feuille isolée, Imprimerie Cohendet frères, Lyon, s. d.

Notes

1 L’embonpoint d’Édouard avait été marqué par son père, avec quelque regret, dès avant 1870, alors qu’il n’avait pas trente ans.

2 Résumé fort simplifié de la carrière de Jules.

3 Là aussi, ses ennuis de santé remontent loin : ils préoccupaient déjà son père en 1869-1870.

4 Jules n’avait jamais accédé au grade d’officier.

5 Louise Marie Berthe Billiotte, née le 2 décembre 1850, fille d’un négociant de Semur. Édouard et Louise s’étaient mariés le 3 mai 1874.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site