Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Lettres de Jules à Édouard Lelorrain

1871

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De l’année 1871, il ne nous reste, hélas, que des épaves. Six lettres, très également réparties en trois groupes de deux : deux lettres de fin de guerre, l’une du 27 janvier, à l’heure où l’armistice, c’est-à-dire en clair la capitulation, est déjà décidée à Paris et où l’on voit à quel point un bourgeois provincial comme Jules Lelorrain peut encore se faire des illusions ; la seconde, du 7 février, très brève et sonnant comme le glas. Deux lettres écrites en pleine Commune et très caractéristiques de la façon dont un bourgeois républicain peut voir ce mouvement, pour lui incompréhensible et criminel : Jules ne fait ici aucunement figure d’exception dans son milieu. Bien entendu, on regrette fortement de ne pas avoir de texte de la fin mai. Qu’a pensé Jules Lelorrain devant la Semaine sanglante, comment l’a-t-il vue, quelles parts de responsabilité a-t-il fait peser sur les uns et sur les autres ? Nous n’en saurons rien. On veut espérer qu’il n’a pas participé à l’hystérie qui a dés...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540