Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Lettres de Jules à Édouard Lelorrain

1870

Full text

1« L’année terrible » écrira Victor Hugo qui en fera le titre d’un recueil, bien sous-estimé à tort, de ses vieux jours. Au XXe siècle, il sera d’usage de commenter : « Terrible ! Pas tant que cela quand on la compare à ce que l’on verra, en France, en Europe et dans le monde, à partir de 1914 ! » Ce n’est pas si sûr. Les événements eux-mêmes sont bien « terribles » : la guerre, l’invasion, les pillages, les massacres, les atrocités (il y en eut, et beaucoup), les morts d’une des premières guerres modernes (« Le feu tue » constateront avec stupeur les généraux…), les victimes civiles d’une catastrophe sanitaire amenée par la guerre, la pire du siècle (en tout, plus de 600 000 morts en un an, proportionnellement bien plus qu’en 1914-1918). Et puis, quelques semaines plus tard, une brève mais atroce guerre civile.

2Mais ce n’est pas tout : de la défaite de la France va sortir la constitution d’un empire allemand fondé sur le pouvoir de l’armée, de l’aristocratie militaire, de la peu démocratique bureaucratie prussienne qui va constituer au cœur de l’Europe un facteur majeur de conflits futurs, même s’il ne sera pas le seul, et ce d’autant plus que cet empire va devenir rapidement une immense puissance économique et technique sans beaucoup d’équivalents en Europe ni même dans le monde, par ailleurs inapte à toute réconciliation vraie avec la France (inaptitude réciproque), de par l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Une unité allemande fondée dans d’autres conditions – et cela était possible – eût entraîné l’histoire européenne dans des voies entièrement différentes.

3De tout cela, le président du tribunal de Dijon, notable mais pas très riche – voire pas du tout –, magistrat de l’empire mais opposant politique, est un témoin un peu partial mais lucide et au fond très représentatif et merveilleusement éclairant, un raccourci, un modèle réduit d’opinion publique. Ce sont en fait ses contradictions qui présentent le plus d’intérêt. Il demeure sceptique devant les tentatives d’avancée libérale et démocratique de l’hiver 1870 – mais en même temps, il voudrait bien y croire. Et puis, voici qu’on annonce le plébiscite. Le principe même lui semble incompatible avec la démocratie, et il est vrai qu’il n’a pas été voulu par les amis de la liberté. Le résultat sera plus désastreux encore. L’empire libéral semble plus que jamais une contradiction dans les termes. Encore, pas davantage que la plupart des Français éclairés, ne voit-il pas l’essentiel : le triomphe apparent des « oui » s’est doublé d’un « non » massif dans les grandes villes et c’est cela, d’abord, qu’ont retenu les partisans de l’autorité. « L’empereur est plus fort que jamais » déclara Gambetta. Jérôme David, Cassagnac, Clément Duvernois, Gramont, sans doute l’impératrice, pensaient exactement le contraire et leur responsabilité est immense dans les suicidaires décisions de juillet 1870.

4Jules Lelorrain est encore ici un interprète remarquable : opposant au régime, il entre tête baissée dans le piège tendu par un homme de génie – Bismarck – avec des millions de Français, sans doute. Avant même les heures décisives du 13 juillet, il est persuadé que la guerre est déclarée ou presque. Dès lors, les lettres suivantes sont pathétiques : après les désastres initiaux, sans équivalent dans la façon dont un pays a été détrompé sur l’état réel de ses forces, il veut se persuader que les choses vont s’améliorer. En pure perte, bien sûr. Le 4 septembre est un ravissement : enfin la République tant attendue. Mais les désillusions sont rapides : les lettres postérieures montrent avec clarté un homme écartelé entre les illusions et les souvenirs de 93 et une lucidité implicite et même explicite qui jaillit à chaque phrase, qu’il porte au fond de lui-même mais refuse jusqu’au bout d’assumer ouvertement. Des milliers, des millions peut-être, de Français ont dû penser exactement comme lui. À partir de novembre, nous n’avons plus de lettres : les Prussiens occupent Dijon.

5Les affaires privées prennent en ces jours cruels moins d’importance : Eugène s’installe à Charolles et mène sa perception avec effort au départ mais il s’habitue peu à peu à son travail et la guerre ne le troublera guère. Édouard est en Algérie et son père semble au départ mécontent qu’il ne rejoigne pas le théâtre de la guerre, quand il croit encore qu’elle sera fraîche, joyeuse et courte. Le fils cadet passera bien la Méditerranée, mais très tard et pour participer au désastre de la seconde Armée de la Loire. En quelques mois, tout a basculé.

Lettre n° 1

6Dijon, 4 janvier 1870

7Mon cher Édouard,

8La nouvelle que t’annonçait ma dernière lettre n’était pas encore officielle, elle l’est aujourd’hui. Il y a plus : non seulement, ton frère est nommé en Saône-et-Loire mais il est nommé dans une ville ; et cette ville est… Charolles même. Quel heureux hasard ! Et juge de notre joie à tous.

  • 1 La famille d’Alix est riche, nous le savons.
  • 2 Nicolas Blondel, notaire à Dijon. Il était né, comme son frère, à Auxonne, en 1821 (Hippolyte en 1 (...)
  • 3 Au bout de 26 ans quand même…

9Toute la famille d’Alix a manifesté à cette occasion une satisfaction qui m’a paru très sincère. Les Laizon, les Bouillin, les Blondel s’en montrent enchantés. À cette nouvelle, M. Blondel m’a de suite offert de faire le cautionnement qui est de 13 300 francs1. Je l’ai remercié en lui disant que j’allais trouver son frère le notaire2 qui m’a donné l’assurance que, le moment voulu, cette somme serait à notre disposition. Tu sais au reste que le bailleur de fonds a, aux termes de la loi, un privilège de second ordre, c’est-à-dire qu’il vient immédiatement après le Trésor, ce qui équivaut à dire qu’il reste propriétaire des fonds dont il touche directement de l’État 3 % d’intérêts. Ton frère fera les 2 % de surplus, soit 266 francs par an ; ses remises s’élevant à 4 100 francs, j’estime qu’il pourra mettre de côté 500 francs par an pour amortir le capital. Il finira ainsi par rembourser le cautionnement sans s’en apercevoir3.

  • 4 Par an, évidemment.

10Nous sommes tous très heureux et d’ici à la fin du mois, nous allons être, particulièrement ton frère et moi, dans les plus grandes préoccupations. Et d’abord, je vais aller cette semaine à Charolles pour chercher un logement pour ton frère, avec un petit jardin si c’est possible. J’espère trouver cela pour environ 400 francs4. J’irai vendredi prochain et serai de retour ici dimanche soir, en sorte que ma prochaine lettre te dira ce que j’aurai trouvé. Je descendrai naturellement chez le père Zon à Baron. Le père Zon qui devient le contribuable de ton frère. Il en est de même pour M. Blondel pour 3 ou 4 de ses domaines.

11Nous irons ensemble à Charolles. J’y verrai ton ami Naudin qui voudra bien m’aider dans la recherche d’un logement. Mais, à ce propos, fais-moi le plaisir d’écrire à ton ami pour lui recommander ton frère.

  • 5 Les déménagements, avant l’ère des camions automobiles, posaient de redoutables problèmes – aux fa (...)
  • 6 Les magistrats du XIXe siècle déménageaient en fait assez peu, mais un peu malgré tout, beaucoup p (...)

12Une fois la maison trouvée, il s’agira d’emménager. J’ai conseillé à Eugène la voie du chemin de fer : un wagon tout entier pour lui de Paris à Génelard lui coûtera 175 francs et transportera son mobilier, y compris les objets que je chargerai ici au passage, tel que lit, literie, pendule, etc., sans transbordement5. J’ai une grande expérience de ces choses, ton frère le sait et s’en rapporte à moi6.

  • 7 Dans la France de 1870, il y a des situations pires !

13Maître se charge de conduire le mobilier d’Eugène à la gare de Bercy dans ses voitures, le dimanche 16. Pendant que ce mobilier voyagera, Eugène, Gaby et Bébé partiront, s’arrêteront un jour à Sens, un jour à Laroche, un jour à Flavigny où j’irai au-devant d’eux. Après avoir passé deux jours ici, Eugène vers le 22 ira à Charolles avec Étienne qui s’offre obligeamment à l’accompagner et lui sera d’une grande utilité. Gaby et Bébé resteront ici jusqu’à ce que l’installation là-bas soit complète. Puis, elles partiront à leur tour et Eugène ira au-devant d’elles à Génelard. Ton frère a un mois de congé pour tout cela (janvier) pendant lequel son traitement d’employé court toujours7.

14Il m’écrit qu’il a poussé un gros soupir de satisfaction quand le 31 décembre à 6 heures du soir, il a quitté pour toujours cette boîte qu’il avait fini par prendre en horreur et dans laquelle il a passé les dix plus belles années de sa vie.

15Ainsi, mon bon ami, nos deux familles, d’Alix et de nous ne vont bientôt plus faire, pour ainsi dire, qu’une. Aux vacances, nous serons tantôt chez Eugène (et cela le plus souvent), tantôt chez le Père Zon et à Perrecy. Tu nous retrouveras dans 22 mois car voici déjà deux mois que tu es parti. En attendant, connaissant les lieux et les personnes, tu pourras nous suivre par la pensée.

16Ta sœur est bien heureuse de tout cela. Elle a été enchantée de ta lettre et c’est par Eugène et Gabrielle qu’elle a appris leur bonheur. Elle va très bien cet hiver, mais ses engelures ont reparu.

17Au milieu de tout cela, je ne t’oublie pas, mon cher ami. Et, ne recevant aucune réponse à deux lettres écrites à l’armurier de Bar-le-Duc, je me suis décidé à prier Maître d’acheter et de t’envoyer directement le fusil à deux coups dont il m’a parlé. J’espère que tu le recevras incessamment.

  • 8 Casimir Lefaucheux (1802-1852), célèbre armurier français.

18Au reste, à défaut d’un Lefaucheux8 qui coûterait 140 francs et que je te donnerai plus tard, tu pourras très bien te servir d’un percussion [sic] à deux coups. Cela, à tout prendre, vaut mieux qu’un fusil à tabatière mais à un coup, pour lequel tu te serais très difficilement procuré des charges. L’armurier d’ici m’a dit que les paquebots ne voulaient pas en transporter en Afrique et qu’on ne pouvait en faire pénétrer qu’en fraude. Or, sans ces charges spéciales, l’arme serait inutile.

  • 9 Il fut présenté le 2 janvier. Émile Ollivier avait en charge la Justice et les Cultes. Sans en avo (...)

19Eh bien ! Que dis-tu du nouveau ministère9 ? Pour moi, j’en suis assez content. C’est un pas en avant dans la voie libérale du régime franchement parlementaire. Je sais bien que les journaux extrêmes vont le dénigrer même avant qu’il n’ait agi. Mais les exagérations n’ont jamais rien prouvé ni fondé. Et elles ont au contraire toujours compromis et retardé le progrès. J’aurais aimé davantage mais le sage doit savoir se contenter de peu à la fois, pourvu que cela soit successif. C’est un gouvernement mi-partie centre gauche, mi-partie centre droit mais plutôt encore l’un que l’autre ! Quant à l’empereur, il faudra bien qu’il se résigne à la diminutio capitis du régime parlementaire vers lequel nous marchons.

20Je suis bien aise d’apprendre que tu travailles sérieusement ta médecine. Cela te servira énormément, vienne l’occasion (et elle se présentera) de faire valoir et utiliser tes connaissances. Mais si tu veux m’en croire, lis un peu moins de journaux et promène-toi davantage. Cela vaudra mieux à ta santé [sic] de corps et d’esprit.

21Tu ne me dis pas si tu montes quelquefois à cheval ni si tu t’es lié avec quelque collègue ou quelque officier.

22Alix est très intriguée de savoir ce que tu veux lui envoyer pour les étrennes. Quant à Eugène, tu lui as envoyé ces cigares dont il est enchanté et me fera, dit-il, goûter.

23Je te quitte, mon bon ami, pour écrire au père Zon et lui annoncer mon voyage.

24Je t’embrasse cordialement comme je t’aime. Alix en fait autant.

25Ton père et ami dévoué,

26Jules Lelorrain.

Lettre n° 2

27Dijon, 11 janvier 1870,

28Mon cher ami,

29J’ai trouvé hier soir ta lettre dernière à mon retour de Charolles où je viens de faire, par un temps détestable, un voyage fatigant et ennuyeux.

30Inutile de te dire que la nomination de ton frère est officielle et publique et qu’elle a été, parmi tous nos amis et connaissances, parfaitement accueillie. La famille d’Alix et les Blondel s’en sont particulièrement montrés enchantés.

31Le premier mot de M. Blondel a été de m’offrir de faire le cautionnement d’Eugène. Je l’ai remercié en lui disant que j’allais pour cela m’adresser à son frère, ce que j’ai fait. M. Blondel, notaire, m’a dit que cela était sans difficulté, et qu’au moyen de ma signature personnelle ajoutée comme caution à celle de mon fils aîné, il était certain de trouver dans sa clientèle un bailleur de fonds qui d’ailleurs reste propriétaire de la somme déposée. Il m’a répété depuis que je pouvais être tranquille, que les fonds seraient prêts au jour dit. Je te remercie, mon ami, de l’offre que tu m’as fait. Elle part d’un noble cœur et elle est d’un bon frère. Mais nous n’aurons besoin ni de ton concours sur lequel je savais d’avance que j’aurais pu compter, ni du concours d’Alix que je suis heureux de n’avoir pas à demander. S’il s’agissait de toi, peut-être même me l’eût-elle offert. Mais il s’agit bien de ton frère, et, malheureusement, elle n’est pas aussi bien disposée.

32Tranquille de ce côté essentiel, je suis parti jeudi soir pour Charolles afin de chercher un logement. J’avais écrit d’avance à ton ami Naudin près duquel j’ai trouvé l’accueil le plus empressé.

  • 10 Jules est évidemment de très mauvaise humeur. « Trou boueux » ? Il est bien plus aimable pour nomb (...)

33J’ai cherché pendant deux jours avec lui et avec M. Guichenot (maintenant juge à Charolles) et, quoique nous ayons battu en tout sens l’asphalte de ce trou boueux10, nous n’avons rien trouvé autre chose que la maison occupée par le prédécesseur d’Eugène, lui appartenant.

  • 11 C’est en effet très cher : le tiers du salaire que touchait Eugène à Paris, dans une toute petite (...)

34En se fondant sur la pénurie aussi bien que sur la cherté des logements, il exige de cette maison 650 francs par an. C’est exorbitant11 ! Mais que faire ? Il faut en passer par là, beaucoup d’autres fonctionnaires payant plus cher encore. La maison, au reste, est très complète et fort commode, comme en fort bon état.

35Au rez-de-chaussée, grand bureau, salle à manger, cuisine, office ;

36Au premier, une jolie chambre à coucher sur la rue avec alcôve à deux lits – grand cabinet de toilette où peut coucher un enfant ;

37Trois autres chambres à coucher sur la cour. Puis cour ou jardinet, comme on voudra, très petite ou petite, mais suffisant pour un jeune enfant et pour quelques fleurs ;

38Bûcher, buanderie, cave ;

  • 12 C’est effectivement une assez grande maison, pour un couple avec un seul enfant ou même deux. Mais (...)

39Magnifique grenier – mansarde pour une bonne12 ;

40Le tout à deux pas de ce qu’on appelle le château, cette vaste plate-forme où est la mairie et qui domine toute la ville.

41Cependant, je n’ai rien arrêté encore puisque j’attends jeudi la réponse d’un monsieur qui a une maison qu’il n’habite pas et que peut-être il consentira à louer un peu moins cher. Celle-ci est au milieu de la ville dans un sale quartier mais elle a un fort beau jardin.

42J’ai un autre souci. M. Despinay, peu satisfait de quitter Charolles quoique ayant un avancement assez marqué, ayant de la besogne arriérée, ne trouvant pas à se loger dans la campagne où on l’envoie, a émis la prétention de ne remettre son service qu’au 31 mars, époque de la clôture de l’exercice.

43Ceci aurait pour conséquence de laisser pendant deux mois (je ne compte pas celui-ci, car il en sera payé) ton frère, sans traitement et percepteur in partibus.

44J’ai donc repoussé bien loin cette prétention pour le succès de laquelle il faudrait à la fois le consentement du nouveau titulaire et une autorisation du ministre.

  • 13 De Charolles à Mâcon, il y a 60 km par la route. Une durée de sept heures et demie sur de mauvais (...)
  • 14 Jules Lelorrain, qui a presque 60 ans, use d’un vocabulaire obsolète, celui qu’il a toujours connu (...)
  • 15 Le trésorier-payeur général de Saône-et-Loire est le frère de l’ancien « vice-empereur » dont le p (...)

45Mais M. Despinay m’ayant déclaré qu’il avait à cet égard le consentement du Receveur général, je suis parti pour Mâcon à 5 heures du matin par une affreuse patache et après un voyage de 7 h ½13, j’ai vu ledit Receveur général14, M. Rouher, frère de l’ancien ministre15, homme fort respectable qui m’a très bien accueilli. Ce que m’avait dit M. Despinay n’était point exact. Il s’était fait fort d’obtenir le consentement de ton frère, et, dans ces conditions, M. Rouher avait prêté un assentiment conditionnel et, dans tous les cas, subordonné à la volonté du ministre.

46Il est donc entendu que, bon gré mal gré, M. Despinay livrera le service le 31 janvier. Cela est exactement convenu avec le Receveur particulier dans lequel j’ai trouvé un homme charmant, jeune encore, intelligent, capable et distingué qui m’a promis de mettre lui-même ton frère au courant et de lui montrer toute l’indulgence et la bienveillance dont, dans les premiers temps, il aura besoin.

  • 16 Mot passé en français à la suite de la célèbre « prise de la smala d’Abd-el-Kader » par le duc dA (...)

47Mais il va falloir qu’Eugène retarde de huit jours l’arrivée de toute sa Smala16. Que ferait-il sans logement ? Même en louant la maison de son successeur [sic], il ne peut pas compter sur sa complaisance.

48Étienne m’a promis d’accompagner ton frère jusqu’à Charolles. Mais il faudra qu’il [Eugène, pas Étienne] passe par Mâcon pour y chercher la commission et prendre les ordres et instructions du Receveur général.

49Je te quitte, mon bon ami, pour écrire tout cela à Eugène. Je n’ai pas le temps de t’en dire davantage aujourd’hui. J’ajoute seulement que nous nous portons tous bien et que je t’embrasse tendrement comme je t’aime. Alix en fait autant.

50J’ai prié Maître de t’envoyer ton fusil. Je te remercie du sacrifice que tu voudrais faire à l’amitié fraternelle, mais je ne le souffrirai pas et ne veux point donner contrordre.

51Tout à toi de cœur,

52Jules Lelorrain.

Lettre n° 3

53Dijon, 18 janvier 1870

54Mon cher ami,

55Ma dernière lettre t’a raconté mon voyage à Charolles. Je t’ai dit tous les ennuis que j’avais éprouvés pour trouver un logement à ton frère. Je t’ai dit aussi quelle était la prétention de son prédécesseur qui aurait voulu retarder jusqu’au 31 mars la remise de son service, ce qui aurait eu pour conséquence de laisser ton frère pendant deux mois sans traitement ni remises.

  • 17 À qui il donne ici, à peu près, son titre exact.

56Je puis t’annoncer aujourd’hui que je suis venu à bout de toutes ces difficultés. Quant à la prétention de M. Despinay, je l’ai péremptoirement écartée d’accord avec Eugène et avec le receveur particulier et le trésorier général17. Ton frère versera le cautionnement le 30, prendra le service le 31 et entrera en fonction le 1er février.

  • 18 Nombre de magistrats (pas tous) devaient commencer leur carrière en acceptant une situation de jug (...)
  • 19 Comme presque toutes les sous-préfectures, à cette époque, Charolles avait un tribunal civil. Voir (...)
  • 20 Décidément, Jules a contracté en quelques jours l’horreur de Charolles.

57Quant à un logement, nous ne sommes pas, Dieu merci, obligés d’en passer par les exigences dudit Despinay : nous lui laissons sa maison car nous en trouvons une autre. C’est M. Guichenot (ancien juge suppléant de Chaumont18, aujourd’hui juge à Charolles19), que tu connais, qui m’a tiré de ces embarras. Il a déterminé un certain monsieur qui n’habite cette ville (si cela peut s’appeler une ville20 !) qu’une très petite partie de l’année à louer à ton frère sa maison (moins un pied à terre qu’il conserve), au prix de 500 francs au lieu de 650 que demandait M. Despinay.

58Pour ce loyer relativement modéré (car à Charolles, comme partout aujourd’hui, ils sont fort chers), ton frère aura :

  • 21 Impératif pour permettre à Eugène de travailler chez lui. Le mot « bureau » au sens de « cabinet d (...)

59Au rez-de-chaussée, une première pièce, ancien salon converti en bureau21 ; une salle à manger ; un office ; une cuisine ;

60Au 1er, trois chambres et un cabinet de toilette ; mansarde et grenier au-dessus, côté cour, et la moitié d’un grand jardin, le propriétaire retenant l’autre moitié dont, en fait, ton frère jouira.

61Tu vois qu’Eugène et Gabrielle seront là très bien et qu’ils auront de quoi nous recevoir quand nous irons chez les uns ou les autres.

  • 22 Son chef « supérieur », le trésorier payeur général, pas le receveur particulier.

62Ils mettront dimanche prochain leur mobilier au chemin de fer et partiront tous trois le même jour. Ils s’arrêteront un jour à Sens et descendront soit chez Arthur, soit dans la petite maison qu’habitent maintenant ton oncle et ta tante Perrin ; un jour ou deux à Laroche et ils me donneront rendez-vous à Darcey pour aller voir Berthe à Flavigny. De là, je les amènerai ici. Eugène n’y restera que deux jours, puis il se rendra seul à son poste en passant par Mâcon où il doit faire sa visite à son chef22. Le 2 février, il aura, je pense, emménagé ; alors, il ira au-devant de sa femme à Génelard.

  • 23 Curieux détournement du vers de Corneille. La « vertu » grandirait-elle avec l’âge ? Le sens de la (...)
  • 24 Jules veut dire que, comme elle ne sait rien faire, elle n’a pas pris de mauvaises habitudes. Donc (...)
  • 25 Par an ! Soit, 15 francs par mois. Une « bonne à tout faire » expérimentée gagne, à cette même dat (...)

63Je n’ai plus qu’un détail à te donner pour achever de te mettre au courant. C’est que Clémence Bouillin s’étant mis, sur ma demande, en quête de leur trouver une bonne, leur en procure une, de Perrecy, un peu jeune, il est vrai…, mais aux âmes bien nées « la vertu23 n’attend pas le nombre des années ». Elle n’a que 17 ans mais est très grande et très forte… et ne sait absolument rien faire, ce qui lui permettra de tout apprendre24… Cette naïve enfant gagnera 170 ou 180 francs25.

64Je te remercie d’avoir écrit à ton ami Naudin, cela va faire de suite des connaissances à Eugène et à Gabrielle.

65Quel plaisir nous aurons dans 22 mois à nous retrouver tous ensemble à Charolles, à Baron, à Perrecy, trois étapes qu’il te faudra parcourir avec nous sans compter la station à faire à Longperrier, chez M. Blondel.

  • 26 Voir la lettre du 21 octobre 1869. Mais garder une fiancée pour Édouard pendant encore au moins 22 (...)

66D’ici là, nous parlerons bien souvent de toi en famille : les Laizon et les Bouillin ont conservé de toi le meilleur souvenir. Le père Zon m’a dit qu’il avait trouvé un joli petit minois qui n’a que 16 ans et aura 8 000 francs en dot26. Ce n’est pas, comme bien tu penses, qu’il ait fait la demande mais il couve à lui tout seul, par la pensée, ce délicat objet.

  • 27 Les recherches du « Père Zon » amusent Jules.

67Mais parlons de choses plus sérieuses27 : les plus à plaindre, dans tout ceci, c’est ton pauvre oncle et ta pauvre tante. Que de départs successifs ! Et quelle solitude maintenant pour eux ! Toi d’abord, puis la mort de Paul. Puis, leur quasi-séparation d’avec Karl qu’ils ne voient plus guère qu’une fois par semaine ! Enfin, le départ d’Eugène qui, depuis onze ans bientôt, n’a presque pas passé un dimanche sans les voir !

  • 28 Curieuse formule. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il faut lire : M. et Mme Bernard et M.e (...)

68Tu feras bien, mon bon ami, d’écrire à ta pauvre tante après le départ d’Eugène : une lettre de toi lui fera plaisir… quand bien même elle ne pourra pas la lire… ce qui arrive à présent à tous ceux auxquels tu écris ; exemple, M. et M me Bernard-Carion qui n’ont pu, entre eux tous, venir à bout de te déchiffrer28.

  • 29 La sociabilité « normale » dans le milieu judiciaire d’une ville comme Dijon rendait difficile les (...)

69En fait de nouvelles, que te dirai-je ? Rien à Dijon, sinon que les dîners et les soirées commencent – et je voudrais bien que cela fût fini car je crains de me fatiguer. Les dîners en ville ne vont plus à mon estomac et il faudra un de ces jours que j’y renonce et les refuse nettement et carrément ; mais avec mon apparence de santé, je crains d’aller au ridicule29.

  • 30 Le 10 janvier, jour où Émile Ollivier présentait son programme devant le Corps législatif, le prin (...)
  • 31 Curieuse formule encore : à cette date, Pierre Bonaparte est incarcéré à la Conciergerie mais le p (...)
  • 32 Rochefort avait eu au lendemain du crime cette fameuse, décisive et superbe formule (Injuste ? La (...)
  • 33 Le nombre de députés qui refusèrent la mise en accusation de Rochefort est encore plus mince que J (...)

70Je ne te parlerai pas du meurtre commis par Pierre Bonaparte30 ; de son procès qui se suit31 ; de la grande manifestation populaire à l’enterrement de ce malheureux Victor Noir. Mais cela est déjà de l’histoire ancienne, les événements marchent si vite ! Mais ce qui est plus récent, c’est l’autorisation de poursuivre Rochefort qui a été accordée hier par la Chambre32. Il paraît (car je ne le sais que par une dépêche parvenue ici aujourd’hui) que la minorité n’a été que de 44 voix. Cela m’étonne33. Je veux bien que rien ne soit plus injurieux et plus violent que son article et qu’il renferme une excitation à la guerre civile, mais cette poursuite est inopportune et maladroite. Elle va faire à Rochefort un piédestal s’il est acquitté par le jury. Elle en fera un martyr s’il est condamné par la police correctionnelle.

  • 34 La loi du 11 mai 1868 avait fortement libéralisé la presse mais les délits de presse demeuraient d (...)
  • 35 C’est un peu plus compliqué que cela. Mais Jules ne veut pas faire un cours de droit à Édouard.
  • 36 En termes juridiques : les lois qui déterminent quelle juridiction a compétence en matière de…

71Par qui en effet sera-t-il jugé ? Sous l’empire des lois actuelles, par le Tribunal de la Seine. Mais un projet de loi vient d’être présenté qui défère au jury les délits de la presse34. S’il n’est pas voté d’urgence, on dira qu’on a voulu attendre d’assurer la condamnation de Rochefort ; s’il est voté et promulgué (ce qui paraît peu probable), le jury pourra bien acquitter. Tu sais que, bien qu’en général les lois n’aient pas d’effet rétroactif35, il n’en est pas ainsi des lois de compétence36 : elles appliquent la nouvelle juridiction à un délit antérieurement accompli.

72Il faut s’attendre à une manifestation, soit pour l’acquittement de Rochefort, soit pour son entrée en prison. C’est un acte de faiblesse de la part du ministère. Il a voulu se concilier la majorité de la Chambre.

73Mais je te quitte… à la semaine prochaine. Je te remercie et te félicite de ton exactitude à m’écrire.

74Alix et moi t’embrassons tendrement. Amitiés d’Étienne.

75Ton père et ami,

76Jules Lelorrain.

Lettre n° 4

77Dijon, 1er février 1870

78Mon cher Édouard,

79Alix a été bien heureuse au reçu du challe [sic] que tu lui as envoyé. Elle ne s’attendait pas à un aussi joli cadeau et elle y a été très sensible. Au surplus, elle te le dit elle-même dans la petite lettre que je t’envoie. Elle t’aime de plus en plus. Je voudrais bien qu’il en fût autant à l’égard d’Eugène mais, de ce côté, la sympathie ne vient pas vite. Il en est autrement pour Gabrielle et la petite : elle paraît s’attacher à elles, à mesure qu’elle les voit et les connaît davantage.

80Cette pauvre Alix tousse constamment, surtout sous l’impression du froid. Je ne crois pas que cela vienne de la poitrine, mais d’une irritation des voies de la respiration. Adresse-lui donc quelques conseils. Elle y sera très sensible et les suivra aveuglément car elle a autant confiance en toi qu’elle en a peu en M. Blanc.

81Ton avant-dernière lettre a subi (par suite sans doute du mauvais temps sur mer) un retard de six jours qui fait qu’elle n’est arrivée que le samedi, la veille de la deuxième. Eugène venait de partir pour Charolles en passant par Mâcon, au reste, voici le récit de leur odyssée.

  • 37 Jules Perrin.

82Ils sont partis de Paris le dimanche 23 à midi. Ton oncle, ta tante tout en larmes les ont reconduits à la gare. Ce départ a de nouveau fort attristé cette pauvre sœur qui se voit abandonnée de tous ceux qu’elle aime. Arrivés à Sens à 4 heures, ils sont descendus dans la petite maison de ton oncle Jules37. Ils y sont restés jusqu’au mardi après-midi. De là, ils sont allés à Laroche chez le cousin Lefebvre, ayant pas mal souffert du froid dans le trajet en voiture découverte de la gare à sa demeure. Ils sont restés à Laroche jusqu’au jeudi 10 heures du matin, heure à laquelle ils sont partis pour Darcey où je les attendais.

83J’avais retenu une voiture fermée (l’omnibus de Royer) pour nous conduire à Flavigny. Nous avons passé quelques heures près de ta sœur, bien heureuse de nous voir tous quatre et dévorant des yeux sa gentille petite nièce qui devient tellement un charmant enfant.

84Cette chère Berthe va très bien cet hiver, sauf ses engelures qui sont revenues. Elle a toujours la surveillance des enfants. Bientôt cependant, elle sera chargée d’une classe. Elle continue à étudier le piano. On a bien soin d’elle et on lui accorde certaines douceurs ou dispenses pour sa santé. Je suis convaincu qu’elle est très heureuse. Que veux-tu, mon ami ? Le bonheur est chose relative. Il n’en faut pas juger selon nos opinions ou nos goûts.

85Mais je reviens au récit du voyage d’Eugène et Gabrielle. Dès vendredi matin, j’ai été avisé de l’arrivée du wagon contenant leur mobilier. Pendant toute la journée, j’ai eu à m’occuper du transport et du chargement dans ce wagon que j’ai ainsi complété de tout ce que j’ai ajouté de mobilier à celui qu’ils avaient déjà. Il n’y a eu d’abîmé dans ce dernier que les chaises données par Berthe, lesquelles ont été écorchées en plusieurs endroits. Eugène en sera quitte pour les faire revernir.

86Le wagon est parti samedi pour Génelard. Est-il maintenant arrivé ? C’est ce que j’ignore.

87Eugène, laissant ici Gabrielle et la petite, est parti samedi matin pour Mâcon où il avait à voir le Receveur général. Il l’a vu en effet et en a été très bien accueilli. Il est reparti aussitôt pour Charolles où il a fait son entrée à 10 heures du soir. Il a naturellement couché à l’auberge.

  • 38 Au receveur particulier, son chef direct, au maire, au sous-préfet et à qui encore ?

88Samedi matin, M. Guichenot est venu le prendre, l’a conduit déjeuner chez lui, lui a fait voir sa maison (je dis la maison d’Eugène, dont les réparations sont à peu près faites), puis Eugène a fait ses visites toute la journée38. Lundi, le service de M. Despinay a dû être arrêté et aujourd’hui, Eugène a dû être installé dans ses fonctions par le receveur particulier qu’il a trouvé charmant.

  • 39 Blondel notaire, frère de Blondel magistrat.
  • 40 Tout ce paragraphe relève d’un souci sans doute un peu naïf mais parfaitement explicable : Jules L (...)

89M. Blondel39 nous avait remis ici le récépissé constatant le versement au Trésor à Paris du cautionnement de ton frère montant à 13 200 francs. Ce récépissé qu’il a représenté au receveur particulier ne mentionne pas que le versement a été fait avec des deniers d’emprunt. En sorte que tout le monde à Charolles restera dans l’ignorance de la chose. Et comme ton frère touchera directement les intérêts qu’il m’enverra pour être remis à son créancier, on croira naturellement que le cautionnement est à lui40.

90Gabrielle et la petite ne partiront d’ici que quand Eugène écrira que le mobilier étant arrivé et emménagé, elles peuvent venir. Ce sera certainement cette semaine.

  • 41 Effectivement, le discours d’Anaïs Rayé est un peu étonnant…

91À peine seront-elles parties que nous recevrons en leur lieu et place Mme Rayé et Mélanie. J’ai en effet obtenu qu’Anaïs et sa fille vinssent nous voir en retournant à Mulhouse. Cette brave Anaïs ! Elle est plus bête que jamais ! Figure-toi qu’elle m’a écrit que leur voyage était retardé… par un grand événement de famille… Tu ne devineras pas lequel ? La nubilité de sa fille ! Mélanie, me dit-elle, est Demoiselle41 ! C’est bien dommage que cette jeune fille ait une mère aussi sotte. Elle est réellement fort gentille. Elle tient uniquement de son père pour le caractère, la vivacité et l’esprit.

92Alix te dit que nous avons reçu inopinément la visite du père Zon. Son voyage a été déterminé par le projet de traité d’un greffe pour Étienne son fils. Ce greffe serait celui de Vesoul. Mais il n’y a rien encore de bien avancé.

  • 42 Si l’on comprend bien : Ernest n’est pas beau, il n’est plus très jeune (il est né en 1828) et il (...)

93M. Ernest Masson se marie à Bourges demain en huit. Il épouse la fille d’un conseiller, petite fille du Premier Président (ancien) de la Cour de Bourges : 30 ans d’âge et cent mille francs de dot. Tout cela est très approprié à l’aspect et à la fortune d’Ernest42.

  • 43 Bourg-en-Bresse de son nom actuel.
  • 44 Dit curieusement Favre-Gillly. Curieusement, car Gilly est le nom de sa femme mais c’est bien ains (...)
  • 45 Exemple presque caricatural de mariage « arrangé ».

94D’un autre côté, M. Loiseau, juge d’instruction de mon Tribunal, épouse à la fin du mois, à Bourg43, une cousine germaine d’Alix, la fille de son oncle M. Favre44, ancien président du Tribunal de cette ville. C’est M. Blondel qui, le premier, a eu l’idée de ce mariage auquel j’ai contribué45. J’ai bien peur d’être obligé d’aller à la noce. Je te dirai cela dans ma prochaine lettre. Si j’y vais, je reviendrai par Perrecy où j’aurai dans tous les cas du drainage à faire le mois prochain et conséquemment par Charolles où je jugerai par moi-même de l’installation de ton frère.

95C’est tout ce que nous avons de nouveau ici, Mme Blondel n’étant pas encore accouchée… de la fille qu’elle attend.

96Parlons maintenant de toi : je vois avec plaisir que tu as repris ta gaîté et que tu ne t’ennuies pas trop. Tu es avec de joyeux camarades. Il règne entre vous une grande fraternité ce qui, de toutes les choses de ce monde, est bien la meilleure, la plus douce et la plus touchante. Tu vas au spectacle deux fois par semaine. Bientôt, le beau temps et ton fusil aidant, tu pourras te promener et chasser dans la campagne, tu feras des armes pour combattre les progrès de ton obésité naissante. Tout cela est à merveille.

  • 46 Édouard voudrait-il se donner un aspect d’homme « mûr » ?

97Il n’y a que ta calvitie dont tu ne me parles pas. Est-ce que tes cheveux seraient repoussés ? Tu dois en être désolé… Fi donc ! Tu aurais l’air d’un homme de ton âge46 !

  • 47 Discret avertissement : en fait, Jules redoute qu’Édouard ne se laisse aller…
  • 48 Belle leçon de politique. Jules Lelorrain, républicain modéré, pense que l’on peut s’acheminer ver (...)

98Je vois que tu t’occupes toujours beaucoup de politique. C’est l’effet de l’oisiveté relative où te laissent ton service peu fatigant et le petit nombre de tes malades. Oui, j’avoue que j’aimerais autant que tu t’en occupasses moins, mais ce n’est pas précisément pour le motif que tu supposes. Je te crois trop de raison et de bon sens pour aller sottement compromettre ton avenir par des exagérations de langage qui ne conduiraient à rien47. Au reste, le temps serait mal choisi : sans avoir dans notre nouveau gouvernement une confiance aveugle et, tout en désirant qu’il rompe plus franchement et plus hardiment avec un passé encore bien près de nous, je suis heureux pour ma part (et ton oncle, et ton frère et tous les hommes de progrès partagent cette opinion), je suis, dis-je, heureux de voir que nous sommes sortis du régime de compression et d’absolutisme, du système de gouvernement personnel où nous étions depuis 20 ans plongés. On peut désirer mieux encore, mais enfin, nous inaugurons une ère nouvelle. Je voudrais qu’au lieu de pousser le pouvoir dans la réaction par des excès, des exagérations, des injustices et des violences, on l’encourageât dans cette voie de progrès. On ne peut obtenir tout à la fois ; l’expérience de tous les temps nous prouve que les progrès lents et successifs sont les seuls durables. Sans doute, il ne faut pas s’arrêter, moins encore reculer. Mais il faut marcher avec calme et sagesse et non par des bonds et des soubresauts qui pourraient amener une chute48.

99Je ne trouve rien de pire que la politique de casse-cou. Laissons faire au temps, mon cher ami et sans nous abandonner à une confiance aveugle, moins encore à un enthousiasme qui n’a pas sa raison d’être, faisons approuver ce qui est bien, applaudir à des efforts honnêtes et restons à distance d’un engouement irréfléchi et d’un dénigrement systématique.

100À la semaine prochaine ! En attendant, Alix, Eugène, Gaby, Camille, Berthe et moi t’embrassons comme nous t’aimons,

101Ton père et ami,

102Jules Lelorrain.

Lettre n° 5

103Dijon, 8 février 1870

104Mon cher ami,

105J’ai bien des choses à te dire, et peu de temps à moi car Mme Rayé et Mélanie qui nous sont arrivées ce soir à 5 heures sont là, dans le salon, seules avec Alix, tandis que je t’écris sans feu dans mon cabinet.

106Donc, elles sont ici : elles ont obtenu de Rayé de passer par Dijon en retournant à Mulhouse et de nous donner quelques jours. J’avais écrit à Rayé pour le remercier avant que j’eusse reçu ta lettre m’engageant à le faire : je suis bien aise que tu aies écrit de ton côté.

107Il est impossible d’être plus sotte que cette pauvre femme et je sens qu’il va me falloir une patience angélique pour qu’elle ne m’agace pas trop. C’est surtout vis-à-vis de sa fille, dans ses remontrances, démonstrations et recommandations qu’elle se montre stupide. Il faudra que cette jeune fille ait un excellent naturel pour qu’il ne soit pas gâté par la sotte éducation qu’elle reçoit.

  • 49 Ce « sic » là est dans le texte.
  • 50 Il existait en effet, depuis une loi du 2 mai 1855 une taxe municipale sur les chiens. La commune (...)

108Mais passons. Gabrielle est partie avant-hier matin pour Charolles, sous la conduite d’Étienne. Son départ, celui de la jolie petite Camille, nous ont fait un grand vide. C’est une charmante enfant que ma petite fille et tu seras heureux de la revoir dans 21 mois. Je n’ai pas de nouvelles de ton frère depuis l’arrivée de sa femme. Il a en ce moment beaucoup à faire, d’abord les soins de son emménagement, de réparations forcées à faire. Ensuite et surtout l’étude de son nouveau métier. C’est plus compliqué qu’il n’imaginait. Il y a une multitude d’écritures, de paperasses, de registres, et il faut qu’il apprenne tout en même temps. Il est avec cela obligé de visiter en ce moment les huit communes de sa réunion, pour visiter les maires, la connaître et dresser le rôle des chiens (sic)49. Il t’écrira certainement dès que la race canine lui laissera un peu de loisirs50.

  • 51 Gabrielle nourrit donc sa fille, pourtant déjà âgée de plus de huit mois. C’est assez exceptionnel (...)
  • 52 La scarlatine, maladie bactérienne et non virale (ce dont, en 1870, on ne savait évidemment rien), (...)

109Il vient d’arriver dans la famille Estienne un double et affreux malheur que ni Eugène, ni Gabrielle ne savent encore. J’ai écrit à Mme Estienne pour la prier de leur cacher le plus longtemps possible et de n’en instruire Gabrielle qu’avec les plus grands ménagements. Je crains que cela ne lui fasse, comme nourrice51, une révélation dangereuse. Figure-toi que sa pauvre cousine Laure est tombée malade d’une fièvre scarlatine et qu’elle est morte en 3 ou 4 jours52. Ce n’est pas tout. Son malheureux père, au désespoir et dans un accès d’égarement s’est tiré un coup de pistolet.

110Il s’est manqué en ce sens qu’il ne s’est pas tué sur le coup. Mais, mortellement blessé, il a été transporté dans la maison de santé du Docteur Dubois et, malgré tous les soins dont il a été l’objet, il est mort peu de jours après. Ainsi disparaît toute une branche de la famille. C’est une lettre de la mère Estienne reçue samedi soir qui m’a appris ce double malheur.

  • 53 La fille d’Hippolyte.
  • 54 Le mari de Joséphine.

111Mme Rayé a vu ton oncle, dimanche, et ta tante hier lundi. Ils sont l’un et l’autre assez bien portants physiquement [mais] toujours très tristes. Ils ont encore en ce moment un autre sujet d’inquiétude et quand on a été éprouvé comme eux, on est prompt à s’alarmer. Il paraît que cette pauvre Joséphine53 est depuis quelque temps très mal portante. C’est Mme Rayé qui m’a donné les détails qui suivent. Mais elle est si bête qu’on ne peut ajouter grande foi à ce qu’elle dit. Joséphine aurait une sorte d’anémie générale et avec cela, des maux de tête, des rhumatismes articulaires, que sais-je ? Peut-être Maître54 va-t-il t’écrire et te donner des détails plus précis.

112Avant-hier, au reçu de ta dernière lettre, je lui ai écrit pour le prier, s’il ne l’avait pas encore fait, de t’envoyer enfin le fusil que je l’ai chargé d’acheter pour toi.

113J’espère qu’il aura pu te l’adresser par le paquebot qui partira demain, sinon ce serait pour la semaine prochaine.

  • 55 C’est le titre exact, Les Femmes de la Révolution par Jules Michelet, Paris, Adolphe Delahays, 185 (...)

114J’ai demandé chez les libraires d’ici le livre de Michelet que tu désires (Les femmes de la Révolution55). Ils ne l’avaient pas, mais on a écrit à Paris et je pourrai te l’envoyer sans faute mardi prochain.

  • 56 Commandant le 23e régiment d’infanterie de ligne.

115Le colonel Auzouy56 a été remplacé ici par le colonel Rolland un excellent homme dont j’ai fait la connaissance, qui a été longtemps à Sidi-Bel-Abbès et y a un fils sergent-fourrier au 81e de ligne. Informe-toi de ce jeune homme et donne-m’en des nouvelles dans ta prochaine réponse.

116M. Rolland est lié intimement au général commandant ta subdivision militaire et il a eu l’obligeance de me proposer de lui écrire deux mots de recommandation en ta faveur. Cela ne peut pas te faire de mal, j’ai accepté et, dès hier, il l’a fait, ce qu’il m’a appris hier soir au bal de la Préfecture.

117D’un autre côté, je puis aussi te faire recommander par l’intendance à Oran. Cette double recommandation pourrait te servir au point de vue d’un bon poste, si tu désirais ou si tu voulais quitter Sidi-Bel-Abbès. Le désires-tu ? Où voudrais-tu aller ? Il paraît qu’on va s’occuper bientôt du travail des mutations.

  • 57 De son nom complet, Imgarde de Leffemberg (Gaspard).
  • 58 Le ressort étant plus important que celui de Dijon. Ce dernier, dans ses trois départements (Côte- (...)
  • 59 Premier ministre sans le titre et ministre de la Justice, garde des Sceaux.
  • 60 Éloge uniquement professionnel car Imgarde de Leffemberg n’est pas du tout républicain.

118À propos de mutations, nous en avons ici une grande qui nous afflige, ou du moins moi et beaucoup d’entre nous : c’est le départ de M. de Leffemberg57, notre Procureur Général. Il vient d’être, sur la demande même de la Cour de Rouen, nommé Procureur Général de ladite Cour. C’est un poste magnifique58. Émile Ollivier59 l’avait mandé à Paris pour le connaître, il paraît qu’il en a été enchanté. Nous perdons en lui un homme supérieur voyant les choses de haut, un caractère ferme et indépendant, un cœur juste et bon, un esprit droit et net60. On dit que nous allons avoir le Procureur Général de Colmar qui désire quitter cette Cour pour la nôtre.

  • 61 Le 7, en effet, Rochefort fut arrêté par 200 ( !) sergents de ville à l’entrée d’une réunion publi (...)

119Une dépêche télégraphique nous a appris ce fait qu’il y avait eu hier soir des troubles à Paris à l’occasion de l’arrestation de Rochefort61. Non seulement il a refusé de se constituer prisonnier bien qu’il ait exécuté le jugement en payant son amende mais il défiait et insultait tous les jours le gouvernement et les juges dans son journal.

  • 62 Bien que peu bonapartiste, mais peu révolutionnaire non plus, le magistrat Jules Lelorrain défend (...)
  • 63 Cette information-là est tout à fait fausse. C’est le propre des rumeurs répandues sur la foi d’un (...)

120Il voulait évidemment se poser d’une part en martyr et d’autre part occasionner une émeute. Il l’a obtenue. Je suis d’avis qu’il eût été plus sage et plus opportun de ne pas le poursuivre. Mais la poursuite et la condamnation étant données franchement, il fallait bien que force restât à la loi. Il était impossible qu’on fît pour Rochefort une exception scandaleuse qu’il aurait exploitée comme étant l’effet de la crainte qu’il inspirait. Un homme ne peut pas ainsi tenir en échec la loi et la justice62. Et, sans doute pour prouver qu’on n’avait pas peur de lui, on l’a fait arrêter au seuil même d’une société populaire. Résistance, coup de pistolet tiré, armurier pillé, un sergent de ville tué dit-on par Flourens63, arrestation de Rochefort et de 400 individus.

121Demain, nous aurons des détails. Je déplore amèrement tout cela dans l’intérêt de la cause de la liberté que des énergumènes compromettent sans s’apercevoir qu’ils jouent le jeu de la réaction et de l’absolutisme.

122Mais je te quitte. Je t’embrasse de tout cœur.

123Ton père et ami dévoué,

124Jules Lelorrain.

  • 64 Jules et Alix ont confondu un tapis avec un châle ? Quelle sorte de tapis ? Pas un tapis classique (...)

125PS : Ce que nous avions pris pour un châle est un tapis, paraît-il64. Nous en avons orné la table du salon. Cela fait un très bon effet. Alix en est enchantée, mais elle tousse toujours et attend ta consultation. Elle n’a pas repris les eaux bonnes. Faut-il qu’elle le fasse, quoiqu’elle trouve cela très mauvais ?

Lettre n° 6

126Dijon, 15 février 1870

127Mon cher Édouard,

128Quoiqu’extrêmement occupé en ce moment, je t’écris quelques lignes pour rester fidèle à mon habitude.

129Je n’ai rien reçu de toi, dimanche, lundi ni aujourd’hui. Ta lettre aura sans doute subi un retard par suite duquel j’en recevrai deux en même temps.

130Je t’envoie par le même paquebot le livre que tu m’as demandé. As-tu enfin reçu ton fusil ? J’ai écrit à Maître. Il ne m’a pas répondu mais j’ai appris par Mme Rayé que Joséphine était malade et je crains que notre malheureuse famille n’ait un nouveau sujet de vive préoccupation.

131Il paraît (s’il faut en croire Mme Rayé) que cette pauvre Joséphine est atteinte d’une sorte d’anémie générale, d’un appauvrissement du sang qui donne de l’inquiétude à ta malheureuse tante, à Maître, à tous enfin. M. Labbé (le Professeur ou agrégé de la faculté de médecine) l’aurait vue et aurait trouvé son état assez grave. Elle aurait avec cela des rhumatismes articulaires. Mais je ne tiens tout cela que d’Anaïs et la pauvre femme est si bête !

132Je n’ose écrire à mon frère, déjà si profondément attristé ! Mais tu ferais bien, toi, d’écrire soit à ton oncle ou à ta tante, soit à Maître. Aussitôt que je vais être débarrassé de ma besogne la plus pressée, j’écrirai à ce dernier.

133Le mobilier de ton frère est arrivé à Charolles avec aussi peu d’avaries que possible. Eugène a du travail par-dessus la tête. Il pioche [sic] tous les soirs, paraît-il, jusqu’à onze heures. Son animal de prédécesseur n’a pas mis la besogne au courant [sic] et puis il faut que ton frère apprenne pour ainsi dire seul son métier et qu’il se familiarise avec une comptabilité qui ne laisse pas que d’être compliquée.

134Pendant ce temps, Gabrielle organise sa maison avec l’aide d’une jeune bonne que lui a procurée Mme Laizon et dont elle est, jusqu’ici, très contente.

135Je t’ai dit que M. Loiseau épousait le 28 de ce mois à Bourg une cousine d’Alix. Je ne sais pas encore si je serai invité au mariage mais en tout cas j’irai le mois prochain à Charolles et à Perrecy, ayant à faire en ce dernier endroit.

136Mme Rayé et Mélanie, arrivées ici mardi soir, en sont reparties samedi matin. Alix en avait assez et, je l’avoue, moi aussi. Cependant, elle a été moins désagréable les derniers jours que les premiers, ayant reconnu qu’après tout Anaïs a bon cœur et bon caractère. Seulement, elle est sotte, indiscrète et sans gêne et puis elle gâte détestablement sa fille, ce qui, après tout, ne nous regarde pas.

137Le jour où elles sont parties, il est tombé une neige très abondante. Depuis nous en avons eu encore plusieurs fois, accompagnée d’un froid très intense. Nous avons en vérité un hiver très rigoureux. Et vous ? Quel temps avez-vous là-bas ?

  • 65 Levieil de la Marsonnière, aussi peu républicain que Leffemberg – mais professionnellement d’un ni (...)

138Tu as pu apprendre par les journaux la nomination de M. de Leffemberg comme Procureur général à Rouen. C’est une grande perte pour notre ressort. Il avait d’abord été remplacé par le Procureur général de Besançon mais celui-ci n’ayant pas accepté, il a pour successeur M. de la Marsonnière65, Procureur général de Colmar.

  • 66 Le Journal Officiel de l’Empire – ex Moniteur – fournira quelques détails « opportuns » sur ce « c (...)

139Les journaux sont remplis des suites judiciaires de cette ridicule et malheureuse tentative d’émeutes et d’insurrection. On parle aussi beaucoup d’un complot découvert qui avait pour objet, suivant les uns, un attentat à la vie de l’empereur, suivant les autres, le renversement du gouvernement66.

140Tout cela est bien déplorable car l’avortement de ces projets insensés peut ressusciter le pouvoir personnel et absolu qui n’est pas si loin de nous qu’il ne puisse renaître.

  • 67 Les élections de mai-juin 1869 avaient en effet envoyé au Corps législatif une majorité incertaine (...)

141Le ministère Ollivier a eu, à mon sens, un grand tort. C’est de ne pas faire voter une réforme électorale et de n’avoir pas dissous la Chambre aussitôt après. Il a contre lui une majorité qui le tolère et qu’il se croit forcé de courtiser mais qui, au premier acte de franc libéralisme, se tournera contre lui67. On ne peut d’ailleurs en rien espérer de bon.

142Mais laissons ces grands sujets et revenons à ce qui nous intéresse plus directement. Est-il question de ton changement de résidence ? Je t’ai à cet égard posé dans ma dernière lettre des questions auxquelles je te prie de répondre. As-tu des nouvelles de Landais ? Sais-tu où il est ? As-tu fait connaissance du fils du colonel Rolland ? Peux-tu m’en donner des nouvelles ? Je te félicite d’avoir avec toi ton ami de Vesoul. C’est un grand charme dans ton désert que cette intimité.

143Mais il faut que je te quitte. Alix t’embrasse et j’en fais autant avec toute la tendresse que tu me connais pour toi.

144Ton père et ami dévoué,

145Jules Lelorrain.

Lettre n° 7

146Dijon, 22 février 1870

147Mon cher Édouard,

148Cette fois, ta lettre a été fort exacte et est arrivée à point nommé dimanche matin (avant-hier).

149Tandis qu’heureux mortels ! Vous avez là-bas un temps splendide, nous avons ici un hiver des plus froids, que dis-je ? Voici bien le 3e, c’est-à-dire la troisième reprise de la neige et de la gelée. Jamais on n’avait vu autant de neige à Dijon, il y en a un pied dans les rues. Cela commence à devenir fort ennuyeux et fort triste Nous avions ces jours derniers des froids de 7 à 8 degrés au-dessous de zéro.

  • 68 Le mariage a lieu un lundi. Voir la lettre du 8 mars 1867 et les commentaires en note.
  • 69 Le voyage est facile : la ligne Paris-Lyon, et donc Dijon-Mâcon, a été ouverte en 1855 ; la ligne (...)
  • 70 Un dimanche ! Les notaires ne partent pas en week-end en 1870.

150Et dire que par ce mauvais temps, il va falloir, Alix et moi, que nous allions à la noce à Bourg ! Je crois t’avoir dit que M. Loiseau, notre juge d’instruction de Dijon, épousait la plus jeune des filles de M. Favre-Gilly, ancien président du Tribunal de Bourg, oncle de ma femme. C’est M. Blondel qui surtout a fait ce mariage fort avantageux des deux parts. J’y ai bien aussi contribué par les bons renseignements que j’ai donnés. Il a lieu lundi prochain 2868. M. Favre m’a écrit une lettre fort pressante et fort aimable. Il prétend que ma présence est indispensable en une double qualité, comme chef du Tribunal et comme allié. Et que, quant à Alix, elle doit représenter dans cette solennité toute une branche de la famille, ce dont (entre nous soit dit), elle se trouve très flattée. Nous partirons samedi soir pour aller coucher à Mâcon, et dimanche matin nous irons de Mâcon à Bourg où nous arriverons vers 9 heures ½69. C’est ce jour-là que se signe le contrat70. Le double mariage civil et religieux sera célébré le lendemain lundi. Le mardi, nous serons de retour ici, à moins que, de Mâcon, je n’aille à Charolles et à Perrecy où j’ai à faire. Cela dépendra du temps. Mais je crois bien qu’il ne fera pas assez beau pour que je puisse faire utilement ce second voyage qui aura pour objet non seulement de voir le jeune ménage dans son installation nouvelle mais de faire faire des prés et du drainage.

151Je me ferai adresser à Bourg la lettre que j’attends de toi dimanche et je t’écrirai de cette ville ou de Mâcon mardi prochain.

  • 71 Hippolyte Lelorrain.

152As-tu reçu des nouvelles de Maître ? Il ne m’a pas répondu et ce silence m’inquiète. Il me fait craindre que Joséphine n’aille plus mal. Je n’ose pas écrire à son père71 ni à ta tante. Que leur dire, ne sachant rien ? Ils sont déjà si cruellement éprouvés ! Je vais écrire de nouveau à Maître. L’as-tu fait de ton côté ?

  • 72 Voir la lettre du 8 février sur ce drame épouvantable.

153Cette pauvre Gabrielle est bien attristée de la mort de sa cousine qu’elle sait maintenant. Mais elle ignore encore la mort de son oncle72. Sa mère ne veut lui annoncer que tout doucement. Elle a commencé en lui annonçant une paralysie de tout le côté gauche.

154Eugène et Gabrielle ont été jusqu’ici bien occupés chacun de leur côté. L’un par ses travaux de percepteur et de receveur municipal, laissés en arrière par son prédécesseur, et aussi par l’étude de fonctions qu’il ne croyait pas aussi chargées de détails et compliquées d’écritures ; l’autre par ses travaux d’installation et de ménage. Ils ont une petite bonne qui ne sait rien faire mais a de la bonne volonté. Leur logement est très froid. La ville est affreuse dans cette saison. Ils ne connaissent encore que fort peu de monde. Les tristes nouvelles qu’ils ont reçues, le sombre hiver qu’ils traversent, l’absence de visages aimés ou seulement connus, les ennuis et les dépenses d’une installation, tout cela répand bien du noir autour d’eux. Heureusement, ajoute Eugène, que la gentillesse de leur bébé vient jeter un peu de soleil dans toute cette ombre. Ils désirent bien me voir et j’irai certainement le mois prochain.

  • 73 Elle ne se remettra jamais de cet accouchement et va mourir en 1873, à 34 ans (Hippolyte, son mari (...)

155Je ne crois pas t’avoir dit l’accident arrivé à Mme Blondel : elle est accouchée il y a quelques jours d’une petite fille morte. L’enfant était à terme mais il n’a eu qu’une existence intra-utérine qui a dû cesser deux jours avant l’accouchement, sans cause connue. La délivrance a été fort pénible et à sa suite, une hémorragie des plus violentes s’est produite. M. Maillard, Docteur qui pratiquait l’accouchement n’est parvenu qu’à grandes peines à arrêter le sang. La pauvre femme était dans un grand état de faiblesse, mais les forces reviennent peu à peu73. Elle va aussi bien que possible. Toutefois, son mari n’ose point la quitter et, quelque désir qu’il en ait, il est probable qu’il ne pourra venir à Bourg au mariage, qui est son œuvre. C’est une des raisons pour lesquelles je ne puis me dispenser de m’y rendre.

  • 74 Petite perfidie de Jules (le mot « jeunes » étant souligné). Ernest a 42 ans, son épouse 32 (il en (...)
  • 75 Où Ernest Masson est juge dinstruction.

156Le mariage d’Ernest Masson avec Mademoiselle Mater a eu lieu à Bourges. M. et Mme Masson y sont allés, bien entendu. Les nouveaux (je ne dis pas lesjeunes74) époux ne sont venus qu’hier s’installer à Chalon75. Ernest a eu toutes les peines du monde à enlever sa femme des bras de sa mère, femme d’ailleurs fort originale et même un peu toquée. Tu as dû ou tu vas recevoir une lettre de faire-part.

157Quel est cet ami Grandjean qui te pousse l’épée dans les reins pour aller à la chasse ? Est-ce ton camarade de Vesoul ? Ou le pharmacien dont tu as fait connaissance à Sidi-Bel-Abbès ? Quoi qu’il en soit, tu vas à la chasse et tu attrapes des tortues à la course ? À la chasse sans fusil ? Triste… triste ! Je voudrais bien que tu en fusses pourvu, ce qui te permettrait de rapporter un meilleur gibier. Si Maître ne peut t’envoyer l’arme en question, je me déciderai à t’expédier cela d’ici ; mais je ne puis pas trouver de fusil Lefaucheux à moins de 150 francs et il faut pour cela des cartouches spéciales qu’on ne peut envoyer d’ici toutes faites : le chemin de fer ni le paquebot ne s’en chargent pas.

  • 76 Après des considérations variées, Jules aborde le point essentiel de sa lettre. Il est furieux con (...)

158Tu n’es donc nullement aise d’avoir été recommandé par le colonel Rolland au général commandant ta subdivision76 ? Et tu ne veux pas être recommandé à l’intendant ? En vérité, mon bon ami, tu pousses l’originalité jusqu’à des limites impossibles !

159Quoi, ces recommandations t’enlèvent de ton indépendance ! Tu crains d’être retenu par certaines considérations quand tu pourrais avoir des réclamations à faire ! Voilà de beaux arguments !

  • 77 « Dépendre » des bêtes féroces, c’est finir dans leur estomac, être sous la « protection » des sau (...)

160Quelle idée te fais-tu de l’indépendance ? La véritable est dans le caractère, dans le cœur, dans la conscience, dans la pensée, elle n’est réelle et entière nulle part ailleurs. Il n’y a pas en effet dans notre société organisée de position vraiment indépendante. Je dirai même qu’il n’y en a pas dans l’état de nature. Nous dépendons toujours de quelqu’un ou de quelque chose. Nous sommes tributaires de notre faiblesse et des forces extérieures. Et quand même tu pourrais aller te cacher au fond d’un désert et y vivre seul comme un cénobite, ou un sauvage, tu dépendrais encore des choses ou des personnes nécessaires à ta protection. Quelque bien armé que tu fusses, tu dépendrais des bêtes féroces ou des hordes sauvages qui découvriraient ta retraite et te placeraient forcément, les unes dans leur dépendance77, les autres sous leur protection.

161Mais dans le milieu social où le sort nous a jetés, nous sommes depuis notre premier jusqu’à notre dernier jour sous une dépendance quelconque. Quel que soit notre mérite, notre tenue, notre travail ou si tu veux notre juste fierté, nous avons besoin d’autrui. Et c’est sottise ou duperie que de mettre notre amour-propre à nous passer de tout appui. Sans doute, nous devons d’abord compter sur nous-mêmes, faire tous nos efforts, acquérir les connaissances qui donnent et constituent le mérite, remplir strictement nos devoirs envers nos semblables ou envers nous-mêmes, devoirs d’humanité, devoirs professionnels, mais cela fait, et cette légitime satisfaction donnée à notre conscience et à un noble orgueil, crois-tu que tout soit dit ? Tu connaîtrais bien peu le monde et le milieu où nous vivons. Il faut compter avec mille choses formant autant d’obstacles au succès de nos affaires et au triomphe de notre droit. Il faut compter avec l’oubli ou l’indifférence des uns, l’injustice des autres, le caprice de quelques-uns, la compétition, les intrigues du plus grand nombre. Et c’est parce que nous rencontrons sans cesse dans le monde ces empêchements et ces barrières que nous avons besoin de protection. Ne demandons jamais rien que de juste, de droit, de légitime, mais, dans la mesure d’une stricte justice et de désirs modérés et honnêtes, ne craignons pas de trouver et, pour en trouver, de chercher des appuis.

162Et, pour en revenir à notre point de départ, quel inconvénient peut-il y avoir aux yeux de la plus méticuleuse susceptibilité, de demander dans ta position un poste où tu puisses mettre davantage en relief ta bonne volonté, tes dispositions laborieuses ? Un poste où tu puisses plus utilement t’exercer, faire preuve de savoir et de talent, si tu en as, et dans tous les cas de dévouement et de courage ? Et si, par ce moyen, tu peux parvenir plus vite ou te faire bien noter, quel dommage y vois-tu ? En quoi cela peut-il porter atteinte à cette indépendance vraie et raisonnée et raisonnable dont je te parlais tout à l’heure mais à la place de laquelle tu crées une illusion, une chimère, une chose purement fantastique ?

  • 78 Jules craint sûrement que son admonestation ne pousse Édouard à espacer ses lettres. Il connaît le (...)

163Me voici au bout, non pas de mes arguments mais de mon papier et de l’heure que j’avais à te consacrer. Continuons ainsi à nous écrire et à échanger nos confidences et nos idées78. Ces communications intimes sont (et tu l’éprouveras plus tard) la joie la plus douce de la vie.

164Alix t’embrasse tendrement, j’en fais autant de tout mon cœur de père,

165Tout à toi,

166Jules Lelorrain.

Lettre n° 8

167Mâcon, 1er mars 1870

168Mon bon ami,

  • 79 C’est-à-dire un déjeuner tardif, à la fin duquel les mariés se sont éclipsés.
  • 80 Jean Loiseau, né en 1813, cousin germain de Pierre, le nouveau marié, né en 1831.

169L’en-tête de ma lettre dit que je t’écris de Mâcon. Je suis en effet avec Alix dans cette ville depuis deux heures. Nous revenons de Bourg (Ain) où nous avons assisté hier au mariage de la cousine d’Alix (Mademoiselle Favre-Gilly) avec M. Loiseau, juge d’instruction à Dijon. Arrivés à Bourg avant-hier soir, nous en sommes repartis aujourd’hui de grand matin. Les jeunes époux s’étant mis dès hier soir en voyage [sic], cela a dispersé la noce qui, du reste, n’était pas d’une gaîté folâtre. Il y a eu seulement un magnifique déjeuner-dîner79 de 40 couverts. J’ai fait là la connaissance du Premier Président de Besançon, M. Loiseau80, homme très instruit, très aimable et très fin sous une apparente bonhomie.

  • 81 C’est-à-dire, en matière civile, comme défendeur de la cause et non en tant que partie revendiquan (...)
  • 82 À quinze kilomètres au nord de Perrecy-les-Forges. C’est le chef-lieu du canton, siège de la justi (...)

170Je vais d’ici à Charolles voir ton frère avec lequel je passerai la journée de demain (Alix retourne d’ici directement à Dijon). De Charolles, j’irai à Perrecy où j’ai à faire jeudi, vendredi et samedi pour les propriétés d’Alix. J’ai même un petit procès au possessoire81 à faire à un voisin qui, non content d’avoir détruit une haie mitoyenne, a cité Bérard devant le juge de paix pour avoir laissé son bétail dans le champ voisin. J’irai moi-même samedi à Toulon-sur-Arroux82 plaider ma petite affaire.

171J’ai voulu t’écrire d’ici pour ne pas interrompre mon habitude. Il faut en effet que ma lettre parte aujourd’hui sous peine de huit jours de retard. Je ne serai de retour à Dijon que dimanche soir.

172Il fait maintenant un très beau temps et j’en suis très heureux pour mon voyage.

173À propos de voyage, tu vas donc faire expédition ? Je serais enchanté que tu en fisses partie. Ce serait pour toi chose nouvelle : fatigues, souffrances peut-être, voire même un peu de danger mais c’est une expérience à faire, quelque petit titre à acquérir, etc., etc.

174Mais il te faudrait un cheval. Te le donnera-t-on ?

175Dis-moi dans ta prochaine lettre ce qu’est devenu ce projet et quel en est le but.

176Peut-être cette lettre ne te parviendra-t-elle pas de suite. Mais en quelque lieu qu’elle te trouve, réponds-moi aussitôt que tu auras un moment, sauf à attendre l’occasion de faire partir ta lettre.

177Mais il faut que je te quitte car on vient déjeuner tout autour de moi et Alix s’ennuie et me presse. Elle te fait toutes ses tendresses.

178As-tu des nouvelles de Maître et de Joséphine ? As-tu écrit soit à Maître, soit à ton oncle ?

179Je t’embrasse comme je t’aime,

180Ton père et ami,

181Jules Lelorrain.

Lettre n° 9

182Dijon, 8 mars 1870

183Mon cher Édouard,

  • 83 Favre-Gilly.

184Ma dernière lettre était datée de Mâcon. Je revenais avec Alix du mariage de mademoiselle Suzanne Favre83, sa cousine, avec M. Loiseau, notre juge d’instruction. Alix retournait à Dijon tandis que j’allais, moi, dans le Charolais.

  • 84 Elle a neuf mois. C’est une enfant précoce !
  • 85 Et pourquoi diable Édouard, qui avoue lui-même n’avoir rien à faire, croirait-il une chose pareill (...)
  • 86 Dans une perception de 1870, on vient pour payer, ou toucher de l’argent, en numéraire, c’est-à-di (...)

185Et en effet, j’ai passé la journée du mercredi 2 mars chez Eugène à Charolles. C’était la première visite que je leur faisais. Gabrielle est une excellente femme de ménage qui a tiré très bon parti d’un logement assez peu confortable. Elle a fort bien arrangé et meublé le tout. Ils ont eu quelques dépenses d’intérieur à faire mais leur propriétaire leur tiendra compte de la majeure partie. Somme toute, ils ne sont pas mal installés et sont heureux dans leur petit ménage. L’accord le plus parfait règne entre eux et la petite Camille vient à ravir. Elle a déjà 3 ou 4 dents, commence à gazouiller et ne tardera guère à marcher seule84. Ton frère n’a pas, comme tu le crois, une sinécure85. D’abord, son animal de prédécesseur lui a laissé beaucoup de besogne en arrière, pas mal d’erreurs à réparer. Et puis, j’ai pu me convaincre pendant deux jours que j’ai passés à Charolles de la complication des différents services dont les percepteurs sont chargés : contributions directes proprement dites, recettes et dépenses municipales, prestations pour les chemins vicinaux, dépenses pour les enfants trouvés, etc., etc. C’est à n’en pas finir. Du matin au soir, des allants et venants [sic], les uns pour payer, les autres pour recevoir86 ; ceux-ci pour réclamer contre de prétendues erreurs, ceux-là pour se faire décharger. Mais Eugène commence à être bien au courant et il procède avec calme, méthode et complaisance. Il n’a même que trop de complaisance et de patience et ces qualités contrastent avec les défauts appuyés de son prédécesseur. Aussi a-t-il très bien pris [sic]. Mais c’est un peu au détriment de son repos. Au point que, moi qui stimulais toujours son zèle quand il était au ministère, je suis forcé de lui prêcher la modération dans un travail et une activité qui pourraient le rendre malade.

  • 87 Son neveu, un des frères de Gabrielle.

186Le père Blandin, en mourant après sa fille, cette pauvre Laure, a institué Arthur87 son légataire universel. Il ne lui laisse guère que son mobilier mais un mobilier considérable et beaucoup de tableaux de paysage surtout. Arthur aime beaucoup sa sœur : il va lui envoyer une partie de ce mobilier et de ces tableaux, ce qui contribuera à orner et rendre plus agréable l’intérieur du jeune ménage.

  • 88 Il est très clair pour Jules que le mariage doit être le plus possible un mariage d’inclination ma (...)

187Armand, le plus jeune des frères de Gabrielle, va se marier. La jeune personne qu’il épouse n’a pas grand-chose mais avec son infirmité et dans sa position, il ne pouvait guère espérer faire un excellent mariage88. C’est un événement heureux pour lui et pour la mère Estienne.

188De Charolles, je suis allé à Perrecy où j’ai passé deux jours. Pendant ce temps, j’ai été fort occupé, ayant eu à vendre une petite maison, à soutenir à la justice de paix un petit procès avec un voisin, à faire faire des prés, des défrichements, à régler des comptes de réparations, etc., etc.

189De retour ici dans la nuit de dimanche à lundi, j’ai trouvé ta dernière lettre du 1er mars, exactement arrivée le matin même.

  • 89 Fatigué de l’hiver (il faut rappeler à quel point les méthodes de chauffage domestique, en 1870, s (...)

190Que tu es heureux d’avoir là-bas une chaleur à n’y pas tenir alors que nous avons ici un froid à geler (aujourd’hui excepté car le temps est très beau quoique très frais)89. Il n’y a que quelques jours que nous n’avons plus de neige et, loin que les abricotiers, les pêchers et les amandiers soient en fleurs, on n’aperçoit pas encore la moindre pousse. Les arbres fruitiers ne sont même pas encore taillés.

  • 90 Expression familière ou argotique ?

191Je suis charmé d’apprendre que tu rencontres tantôt un camarade, tantôt un autre. Ces occasions fortuites de reconnaissance et de réjouissance sont une heureuse et joyeuse diversion à la monotonie de ta vie. Et cependant, j’ai tort de parler de l’uniformité de ton existence car elle me paraît assez bien remplie par un peu de travail et beaucoup de plaisirs variés : la chasse, le spectacle, les soirées, la danse, le jeu, les journaux, etc., etc. Peste ! Il me semble qu’on n’engendre pas de mélancolie à Bel-Abbès et dans la boîte Combel90 comme tu l’appelles.

  • 91 Jules Lelorrain s’amuse…

192Amuse-toi, mon bon ami, et continue à voir le monde et beaucoup de monde, sauf à dire que tu ne l’aimes pas. Quant à la petite jeune fille très gentille, à 400 000 francs de dot, je te donne l’autorisation de l’épouser même avec une dot égale à la différence en moins des 400 000 francs pourvu qu’à la figure d’un ange, elle joigne le caractère et la douceur, ce qui vaut mieux encore que la figure91.

193En te faisant, comme tu dis, une très belle théorie de l’indépendance, je n’avais nullement l’intention de te convaincre. Je sais trop que ce serait perdre mon temps que de chercher en quoi que ce soit à changer ce que tu appelles tes convictions. Il est convenu que ta jeune raison doit l’emporter sur ma vieille sagesse et une longue expérience des hommes et des choses. Mais tu ne m’as pas compris. Je n’ai point nié cette vérité dont je suis au contraire très pénétré, que « dépendre de tout le monde, c’est ne dépendre de personne ». Je ne t’ai pas davantage parlé d’être l’obligé d’un grand au point d’aliéner ta liberté. J’ai simplement dit ceci, que dans quelque carrière que ce soit, et particulièrement dans la tienne, il ne fallait pas négliger les recommandations, moins encore les mépriser, qu’elles pouvaient être très utiles en venant en aide à des titres sérieux, à des services réels. Qu’en un mot, il fallait que, sans supplanter personne et en évitant surtout de nuire à des droits acquis, les recommandations servissent uniquement à faire valoir, à mettre en relief, à faire réussir un mérite et des services qui, sans elles, pourraient être méconnus. Je crois qu’avec ces restrictions et dans cette mesure, le puritanisme le plus farouche ne peut rien trouver à reprendre à ma théorie.

  • 92 Ces quelques lignes vont beaucoup plus loin qu’on ne pourrait le penser. Il ne s’agit plus de prin (...)

194En résumé, j’adhère à ton principe : ne point te laisser manger la laine sur le dos, ne pas manger celle des autres. Tu vois que nous ne sommes pas éloignés de nous entendre. Mais j’ajoute que, pour arriver à ce résultat, il faut savoir user de ses recommandations, sinon on serait victime de celles que de moins scrupuleux ne manqueraient pas de faire agir. Cela dit, il ne faut pas t’étonner et moins encore t’indigner de ce que le général ne t’a rien dit de la lettre du colonel Rolland. Il n’avait, quant à présent, rien à te dire, car il n’avait rien à te promettre. Il suffit qu’à l’occasion, il pense à toi et à la recommandation dont tu as été l’objet92.

195Tu me diras sans doute dans ta prochaine lettre si l’expédition projetée a eu lieu et si tu dois en faire partie. J’en serais enchanté pour toi.

196Je vais écrire à ton oncle et tâcher d’avoir par lui des nouvelles de Joséphine.

197Berthe continue à se bien porter et je la trouve heureuse. Alix, Étienne et toute leur famille me chargent pour toi de toute leur amitié.

  • 93 Charles Muteau, Du secret professionnel, de son étendue et de la responsabilité qu’il entraîne d’a (...)
  • 94 « Un jeune et savant interne de l’hôpital civil de Strasbourg, tout à la fois jurisconsulte et méd (...)

198Je te quitte jusqu’à mardi prochain, jour où je t’enverrai un volume que vient de publier Ch. Muteau, conseiller à Cour, sur le secret professionnel93. Il y parle en termes très flatteur de toi et de ta thèse94 tout en combattant l’opinion que tu as émise sur l’arrêt de la Cour de Dijon dans l’affaire de la nourrice.

199Je t’embrasse tendrement,

200Ton père et ami dévoué,

201Jules Lelorrain.

Lettre n° 10

202Dijon, 15 mars 1870

203Mon cher Édouard,

  • 95 Le fusil est un cadeau. Mais la réclamation est de principe.

204Cette fois, et à l’heure où je t’écris, tu dois enfin avoir reçu le fusil de chasse que j’avais depuis si longtemps chargé Maître d’acheter pour toi. J’ai reçu en effet de ce dernier l’avis que mardi dernier, c’est-à-dire le 8 de ce mois, il a expédié franco jusqu’à Sidi-Bel-Abbès l’arme en question. Ce n’est pas celle d’occasion dont il nous avait parlée et qu’il n’a pas trouvée convenable mais une neuve et de bonne qualité achetée en fabrique. C’est, me dit-il, un véritable ruban [sic] : j’imagine que c’est un fusil à deux coups. Il y a ajouté quelques accessoires tels que sacs à plombs et à poudre et ustensiles de nettoyage. Il a expédié le tout à grande vitesse par les messageries impériales. Le port jusqu’à destination a coûté 12 francs. Je te donne toutes ces indications afin que tu puisses réclamer95 au cas où, contre toute attente, tu n’aurais pas reçu cet envoi dimanche dernier.

205Maître s’excuse d’avoir été si long à faire une commission et si lent à me répondre, en me racontant toutes les inquiétudes par lesquelles il a passé. Ils ont failli perdre leur petite fille d’une fluxion de poitrine et pendant ce temps, Joséphine était elle-même malade, de faiblesse dit-il, et de manque de sang.

  • 96 Joséphine ou la fille de celle-ci ? Ce n’est pas clair.

206Ta tante était allée à Bussy voir sa petite96 et en était revenue rassurée sur sa santé lorsque Joséphine a été prise d’une forte grippe qui lui a fait garder le lit 4 ou 5 jours. Enfin, elle va mieux, quoique toujours très faible. Maître ajoute que, par ordre du médecin, il va l’envoyer à Bussy passer quelques mois avec ta tante.

  • 97 Expression peu claire. Bussy n’est pas à mi-chemin entre Dijon et Paris.

207J’ai répondu à Maître par retour du courrier en lui envoyant la somme déboursée par lui pour achat du fusil et accessoires. Et je me dispose à écrire soit à ton oncle, soit à ta tante pour engager celle-ci, tant en mon nom qu’au nom d’Alix, à venir passer quelque temps auprès de nous tandis qu’elle sera à moitié chemin97. Si elle ne peut pas s’y déterminer, je ferai en sorte d’aller les voir pendant leur séjour à Bussy.

208Karl va bien : il commence à se faire à sa nouvelle position et semble se plaire chez M. Cassassa. Quant à ton pauvre oncle, Maître ne m’en parle pas. Mais combien la vie doit être triste pour lui maintenant ! Il était profondément attristé quand je l’ai vu en décembre. L’isolement complet où il va se trouver n’est pas fait pour désassombrir son caractère. Tu devrais bien lui écrire (si toutefois tu peux le faire de manière à ce qu’il te lise). Une lettre de toi lui ferait, je n’en doute pas, grand plaisir. Il a tant besoin de consolations et de distractions !

209M. Masson père a reçu avant-hier ta lettre qui lui a fait grand plaisir. Son fils et sa bru étaient près d’eux. Nous y avons même fait hier un grand dîner de noces où on a lu ta lettre et bu à ta santé.

210Je ne puis que te répéter mes félicitations du beau temps que vous avez là-bas tandis qu’ici, il continue à geler toutes les nuits : hier soir et ce matin encore, nous avions 2 ou 3 degrés au-dessous de zéro.

211Je n’ai pas eu de nouvelles de ton frère depuis mon voyage à Charolles que te racontait ma dernière lettre.

  • 98 La formule est lourde mais compréhensible : les bonnes de M. de Laloge, le propriétaire de Jules, (...)

212Pendant ce voyage, Alix a fait ici un coup d’État domestique. Elle avait depuis longtemps pris en grippe cette pauvre Élise qui n’avait d’autre défaut que d’être trop bien et trop comme il faut pour nous. À l’occasion de je ne sais trop quel incident de ménage, sans doute un de ces tripotages qu’Alix aime tant à faire dans la cuisine et qui donnaient de l’humeur à la bonne, un peu vive et un peu boudeuse et susceptible elle-même (je le reconnais), elles se sont, paraît-il, vivement querellées et Alix lui a donné son congé. Puis, sans laisser à Élise le temps de revenir et de lui faire des excuses (ce que je crois, les bonnes de Laloge l’auraient déterminée à faire98), Alix s’est mise en quête d’une autre domestique. Elle a pris une fille qui servait dans la maison de nouveautés Lambert. Il s’en faut de beaucoup qu’elle vaille Élise sous aucun rapport Elle n’en a ni les bonnes manières, ni la vivacité ni surtout l’intelligence et l’aptitude à tout faire. Cependant, elle n’est pas gauche et a bonne volonté [sic].

213Mais ne voilà-t-il pas que, dès le premier jour, Alix a découvert que Maria était protestante (elle est suisse, du canton de Vaud). La pauvre femme n’en a pas dormi de la nuit et le lendemain matin, elle me faisait part de ce vice rédhibitoire qui allait la déterminer à donner à la pauvre fille son congé.

214J’ai beaucoup ri de la chose et j’ai fini par réussir à persuader à peu près Alix que, pour être protestante, cette fille pouvait ne pas moins être fort honnête et excellente domestique.

215Mais combien de temps restera-t-elle ? Un, deux ou trois mois au plus. On ne tardera pas à découvrir qu’elle n’est pas parfaite, qu’elle aussi a des défauts et bientôt on se les exagérera et on la prendra en grippe comme toutes celles qui ont précédé et toutes celles qui suivront.

  • 99 Ce qui est certes un idéal. Trente ans plus tard, le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbe (...)

216Ma pauvre femme en effet ne sait ni commander, ni se faire obéir, ni se faire aimer ou respecter. Habituée à vivre à la campagne et ayant toujours eu chez sa mère ou chez elle des espèces de maritornes ou grosses filles de basse-cour, elle ne comprend pas qu’il faut aujourd’hui sinon traiter d’égale à égale les domestiques des villes, du moins avoir pour eux certains égards et certains procédés ; qu’il ne faut être ni familier, ni dur et raide, mais poli et juste ; que le moyen d’être bien servi, c’est de montrer de la confiance et une certaine estime ; qu’on ne peut inspirer un certain attachement qu’en témoignant soi-même de l’intérêt et [en] faisant preuve d’équité et de bienveillance99.

217Tu ne saurais croire combien je suis ennuyé par toutes ces histoires de bonnes ! Cette pauvre Alix n’a pas au monde d’autre préoccupation que les éternels griefs dont elle me rebat nuit et jour les oreilles. Je ne suis à la maison que pour l’entendre se plaindre. S’il survient une visite, c’est l’objet principal de la conversation ! Du reste, il en est à peu près de même de toutes ces Dames. C’est du plus au moins : elles ne sont pas dix minutes ensemble que ce ne soit pour s’entretenir des défauts de leurs cuisinières, femmes de chambre, etc.

218Le mot de Figaro est éternellement vrai : à voir toutes les qualités que les maîtres exigent de leurs domestiques, je ne connais pas beaucoup de maîtres qui soient capables d’être valets.

  • 100 Salaire très correct pour une femme de chambre à Dijon en 1870.

219Mais parlons d’autre chose car ce sujet doit t’ennuyer. Je ne t’en ai entretenu aussi longtemps que parce que j’aime à correspondre avec toi à cœur ouvert et que j’avais besoin de me dégonfler [sic]. Ne fais cependant aucune allusion à tout ceci dans ta réponse. J’ajouterai simplement, si cela peut t’intéresser, qu’Élise a trouvé tout de suite à se replacer comme femme de chambre aux gages de 300 francs100.

  • 101 Créées par ordonnance royale en 1818, les compagnies de discipline, installées ensuite en Algérie, (...)

220Je ne vois pas souvent le père Landais qui reçoit moins souvent encore des nouvelles de son fils. Celui-ci est toujours dans je ne sais quel camp au milieu de bataillons disciplinaires101. C’est une assez triste situation.

  • 102 Fénéon.

221La petite fille de Félix102 vient à ravir.

  • 103 Amédée Vialay. Voir la lettre du 7 décembre 1869.

222Le gros Amédée devient de plus en plus notaire103. Point n’est question encore de mariage, mais c’est une chose qu’on ne saura que quand elle sera consommée.

  • 104 Marie Clément Bernard, second avocat général à la cour de Dijon à cette date.
  • 105 En effet. Charles Proust demeurera, malgré une santé très altérée, premier avocat général jusqu’en (...)

223M. Bernard104 espère un peu et désire beaucoup la survivance [sic] du 1er avocat général Proust105, mais, d’une part, la succession n’est pas vacante et elle sera vivement disputée, d’autre part, les chances sont en faveur de M. Lièvre, notre Procureur impérial.

  • 106 Cette phrase témoigne de la complexité de l’attitude de Jules Lelorrain à l’égard de lAlgérie. Si (...)

224Tout ceci t’intéresse moins que la politique et les choses du concile. La politique marche assez bien : on peut sans doute désirer des réformes plus promptes et plus radicales, mais, somme toute, il y a non seulement progrès mais rénovation. C’est toute une petite et pacifique révolution. En Afrique, ce sera l’abolition du régime militaire, l’assimilation à la France continentale106. En un mot, le droit commun.

  • 107 Le concile du Vatican (qu’on n’appelait pas encore Vatican I) avait été ouvert le 8 décembre 1869. (...)
  • 108 Pas plus que celle de nombreux républicains, Ferry et Gambetta compris. Malgré la violence des aff (...)

225Quant au concile107, c’est autre chose. Les ultramontains vont faire les plus grandes bêtises. Il faut s’y attendre et, selon la disposition d’esprit, en rire ou le déplorer. Ils en feront tant qu’on en viendra à l’abolition du concordat et à la séparation de l’Église et de l’État : grande question sur laquelle ma conviction n’est pas encore faite108.

226Mais je te quitte pour aller dîner car il est plus de 6 heures.

227Je t’embrasse tendrement,

228Ton père et ami,

229Jules Lelorrain.

Lettre n° 11

230Dijon, 22 mars 1870

231Mon cher Édouard,

232Je m’attendais à apprendre par ta dernière lettre l’arrivée de ton fusil et je suis très surpris qu’à la date du 15 mars, tu ne l’aies pas reçu, alors que cependant Maître te l’a expédié le 8 par la grande vitesse. Mais il ne sera pas arrivé à temps pour le départ du paquebot du 9 et tu ne l’auras reçu que par celui du 16, c’est-à-dire dimanche dernier.

233Rassure-moi à cet égard et, au besoin, écris pour réclamer soit au chemin de fer de Paris à Marseille, soit à l’entreprise de transports maritimes. J’ai hâte de savoir si cet envoi (dont je n’ai pu juger) répond à tes désirs.

  • 109 Un des noms de l’outarde, oiseau très abondant à cette époque en région sèche, au nord du Sahara.

234Le défaut d’armes ne t’a pas empêché (grâce à l’obligeance d’un officier) d’aller à la chasse et de tuer une poule de Carthage109, dont je te félicite Maintenant, ce sera bien mieux encore à moins que les grandes chaleurs ne t’en empêchent.

  • 110 Émise de Dijon, qui n’est pas un poste d’observation central pour le Sahara, cette appréciation n’ (...)

235Je regrette que tu ne fasses pas partie de la colonne expéditionnaire quoiqu’à vrai dire, il n’y ait ni gloire ni profit à en espérer. Cette expédition se terminera comme toutes les autres par quelques destructions de gourbis, quelques razzias, point de dangers réels, mais beaucoup de fatigues110.

236Eugène t’a-t-il répondu ? Il a été enchanté de ta lettre dont il m’a transmis un passage, celui relatif à ta tête, dont j’ai bien ri. Pour la barbe, je te comprends, c’est une nécessité en Afrique car c’est le symbole de la force, de la virilité et de la puissance. Mais pourquoi une grande chevelure ? Cela va bien t’incommoder pour les grandes chaleurs.

237À ce propos, tu n’as guère eu jusqu’ici à faire usage du nécessaire de toilette que je t’ai donné. Mais cela viendra. Cela te sera surtout très utile en voyage et à ton retour en France.

  • 111 Jules aura 60 ans le 8 septembre 1870. Notons que, avant cet âge, il ne s’estime pas encore « vieu (...)

238Tu ne songes guère encore à ce retour et cependant le temps marche. Voici tout à l’heure cinq mois écoulés – sur 24 – restent 19. Car je n’admets pas que tu restes en Afrique, comme tu le dis en riant, 4 ou 5 ans. En tout cas, et si l’intérêt de ton avenir voulait que tu y passasses plus de deux ans, j’espère bien que dans 19 mois, tu demanderais un congé pour venir voir ton vieux père car d’ici là je serai vieux111.

  • 112 Curieuse expression. En général, on appelle la variole « petite vérole », la « grande » étant la s (...)
  • 113 La variole, faucheuse presque aussi impitoyable que la peste dans l’histoire humaine, demeurait un (...)

239Tu es le plus éloigné et c’est toi qui m’écris le plus fréquemment et le plus exactement. J’en suis très heureux et j’attends toujours le dimanche matin avec impatience. Eugène est très occupé, non seulement par la nécessité de se mettre au courant, mais surtout par l’arriéré et les erreurs que lui a légués son prédécesseur. Leur gentille petite Camille vient toujours à merveille. Mais je leur ai écrit pour leur recommander instamment de la faire vacciner ; je pense qu’ils l’auront fait. Or, il est temps, car on n’entend de tous côtés parler que de petite variole112 [sic]. Cette maladie est épidémique à Paris, à Langres, elle a fait un certain nombre de victimes ; on dit qu’elle sévit à l’hôpital de Dijon113.

  • 114 Mais je trouve cela ridicule, pense Jules Lelorrain.

240Berthe va bien mais elle ne m’écrit pas parce que nous sommes en carême et qu’il faut bien se mortifier ; elle m’a imposé la même pénitence, c’est-à-dire de ne pas lui écrire avant Pâques ! La pauvre enfant ! Je ne veux pas la contrarier114.

  • 115 Agacement de Jules : « ces Dames » ont méconnu ses qualités de juriste alors même que la présence (...)

241Notre procès (comme elle dit), c’est-à-dire le procès du couvent, avec M. Fialon leur voisin, au sujet d’une ruelle que ces Dames revendiquent comme commune et que M. Fialon soutient faire partie intégrante de sa cour, a été plaidé vendredi dernier à la Cour de Dijon. J’ai assisté aux plaidoiries et je crains bien que ces Dames ne perdent. À la vérité, elles le mériteraient bien pour n’avoir pas voulu signer une transaction que j’avais préparée de concert avec leur avocat, Me Roussin115.

  • 116 On peut en effet penser que les histoires de mitoyenneté du couvent de sa sœur intéressent peu l’a (...)
  • 117 Expression déjà utilisée par Jules. « Chacun est entraîné par son penchant. » Sa traduction présen (...)

242C’est demain que sera prononcé l’arrêt. Maintenant, cela t’intéresse peu116. Que veux-tu ? Trahit sua quemque voluptas117, chacun de nous aime à s’entretenir du sujet de ses préoccupations.

  • 118 La carrière des officiers de l’armée était régie par des règles tout à fait uniques au XIXe siècle (...)

243À la boîte Combel (comme tu appelles ta pension), vous ne devez causer qu’avancement, choix, ancienneté118, ou bien expéditions, chasses, chevaux, etc.

244Tu fais exception, car je vois que tu t’occupes toujours beaucoup des affaires politiques. Ce n’est pas un mal, pourvu qu’on ne se lance ni dans les utopies, ni dans les exagérations ridicules – ou injustes. Mais nous ne sommes pas aussi éloignés de nous entendre que tu pourrais le croire, soit en politique, soit même en religion.

  • 119 Le Temps fut fondé par Auguste Nefftzer, proche du milieu industriel alsacien protestant, en 1861. (...)
  • 120 Ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous [ou, « commence par les rendre fous »]. Adage célèb (...)

245Je me suis réabonné au Temps. C’est un journal excellent. Le connais-tu119 ? C’est aussi le journal de ton oncle. Il serait bien informé des choses du concile. Le Pape et sa coterie font de bien grandes sottises. M. Daru aurait voulu les arrêter sur la pente mais il n’y parviendra pas. Quos vult perdere, Jupiter dementat120.

  • 121 L’affaire est bien connue. Pierre Bonaparte pensait avoir devant lui les témoins de Rochefort qu’i (...)
  • 122 La Haute-Cour de Justice, créée par le sénatus-consulte du 10 juillet 1852, jugeait de tous les ac (...)

246Le procès Bonaparte a commencé hier : les journaux d’aujourd’hui publient l’acte d’accusation et le commencement des débats. Après cette lecture, je suis porté à croire que Bonaparte n’a tiré sur le malheureux Noir qu’après avoir reçu de lui un soufflet, lequel a été lui-même provoqué par quelque injure grossière121. Mais un soufflet ainsi amené ne justifie pas un meurtre. Cependant, il faut s’attendre à ce que le jury admette l’excuse de la provocation122.

247Je ne t’envoie pas encore aujourd’hui le livre de M. Charles Muteau : il est fort long et je n’en ai pas achevé la lecture. Ce sera sans faute pour la semaine prochaine. Je signale les passages qui pourraient t’intéresser.

  • 123 Voir le Journal Officiel de l’Empire français des 22 et 23 mars 1870. Jules est intéressé. Par ail (...)

248Je te quitte, mon bon ami, pour lire le discours de Jules Simon sur l’abolition de la peine de mort123.

249À la semaine prochaine ;

250Alix et moi t’embrassons cordialement,

251Étienne te fait ses amitiés,

252Ton père et ami,

253Jules Lelorrain.

Lettre n° 12

254Dijon, 29 mars 1870

255Mon bon ami,

256Je ne t’écris que quelques mots à la hâte parce qu’Étienne et Bouillin (ce dernier est ici depuis ce matin) m’attendent pour aller au spectacle et qu’il est 7 heures passées.

257Je t’envoie enfin le livre de M. Muteau. J’ai placé des signets à tous les endroits qui peuvent t’intéresser. Ce qui ne veut pas dire que le reste ne soit pas intéressant. Muteau a combattu bien des opinions consacrées par la jurisprudence mais en général, ses solutions sont bonnes.

  • 124 Voir la lettre du 22 juin 1868, notes.

258Je prendrai 8 jours de vacances à Pâques et 8 jours à la Pentecôte124. J’irai passer près d’Eugène les 8 premiers.

259J’ai de bonnes nouvelles de lui, de sa femme et de notre gentille Camille qui vient à ravir. J’ai insisté près d’eux de ta part pour la faire vacciner. On le fera ces jours-ci. Le médecin attend du vaccin. Au reste, la petite variole n’a point envahi le Charolais. Il y a ici quelques cas.

260J’ai vu qu’on organisait une seconde colonne expéditionnaire. En feras-tu partie ? Landais a écrit à son père qu’il en serait. Il est, je crois, à Tiaret.

261J’attends dans ta prochaine [sic] des nouvelles de tes exploits cynégétiques : c’est le cas d’illustrer ton fusil.

262À une autre fois, une plus longue lettre.

263Je t’embrasse tendrement et Alix se joint à moi.

264Ton père et ami dévoué,

265Jules Lelorrain.

Lettre n° 13

266Dijon, 5 avril 1870

267Mon cher ami,

268Ma dernière lettre, interrompue par Bouillin et par la nécessité d’aller avec lui au spectacle, était bien courte.

269Hélas ! Il en est ainsi du temps ! Comme il s’écoule rapidement ! Il y a de cela déjà huit jours ! Le temps ! Est-ce une chose positive ? N’est-ce pas plutôt une chose relative ? Il n’est pas le même pour un jeune homme et pour un homme de mon âge. Toi, tu le trouves toujours trop long, au gré de ton impatience. Tu voudrais devancer la durée et franchir l’espace. Tes aspirations te portent à désirer être plus vieux d’un mois pour ceci, d’un autre mois pour cela, d’un an pour telle chose et de deux pour telle autre. À mon âge, au contraire, autant on aime à regarder en arrière, autant on s’effraie à l’idée de l’avenir parce que l’avenir c’est la vieillesse, avec son cortège d’infirmités.

  • 125 Mot très vague, à replacer dans le contexte de l’époque. Il est probable qu’il s’agit d’une gangrè (...)

270Ces réflexions passablement sombres me sont un peu inspirées, je dois le dire, par le voisinage et l’approche de la mort qui plane sur notre maison. Le pauvre père de Laloge s’en va. Il s’affaiblit à vue d’œil et M. Blanc m’a dit qu’il n’en avait pas pour plus d’un ou deux mois. Il lui est parvenu sans autre cause que son grand âge (85 ans) et son état morbide une plaie gangréneuse au talon. Cette plaie gagne toute la jambe ; elle est cancéreuse125 et on ne peut songer à en arrêter les progrès. Il m’a écrit l’autre soir des lignes à peine lisibles où il me faisait et me priait de transmettre à Berthe, ses adieux. Je lui ai de suite répondu pour protester contre cette pensée. Et j’ai eu raison de le faire car, tout en parlant de sa mort prochaine, il n’y croit nullement. Il ne disait cela que pour m’éprouver et il a été si heureux de ma lettre qu’il ne veut plus, paraît-il, s’en séparer. Il l’a toujours sur lui et, quand il change de vêtements, il veut qu’on la lui rende.

  • 126 On a vu que Jules était émerveillé de la beauté du jardin (lettre du 14 juillet 1867).

271Qu’adviendra-t-il, après sa mort, de sa maison ? D’abord, le jardin ne sera plus entretenu comme il l’était126. Et puis, il est probable qu’on la vendra.

  • 127 On peut compter sur le président du tribunal de Dijon pour ne pas se laisser impressionner par des (...)
  • 128 L’avocat général Bernard habite alors 22, Chemin couvert (entre la porte Saint-Pierre et la porte (...)
  • 129 Dijon demeure à cette date une ville assez modeste : elle vient juste de franchir la barre des 40  (...)
  • 130 Aujourd’hui, et depuis 1918, place du Président Wilson, ornée de la plus importante fontaine de Di (...)
  • 131 Elle s’y trouve toujours, rue de la Synagogue.

272Quoi qu’il en soit, j’ai encore quatre ans de bail et il faudra bien qu’on le respecte127. Mais après ? Dans quatre ans ? Il nous faudra chercher ailleurs et si cela continue, il sera bien difficile de trouver. Dijon s’agrandit et s’embellit : tu ne le [sic] reconnaîtras plus quand, dans dix-huit mois, tu reviendras ou, tout au moins, tu viendras nous voir. Les terrains sauvages (tu sais, entre la rue Chancelier de l’Hospital et la maison de M. Bernard128) commencent à se couvrir de constructions129. Une partie des grands marronniers, entre ces terrains et la place Saint-Pierre130, est abattue et, sur leur emplacement, on va élever une synagogue131.

273Mais parlons d’autre chose.

  • 132 Les greffiers n’étaient pas fonctionnaires au XIXe siècle et encore tard dans le XXe siècle. C’est (...)

274Figure-toi que je vais faire un voyage bien inattendu avec Étienne. Tu sais que nous sommes pour lui en quête d’un greffe et j’ai appris que celui de Reims était vacant par le décès du titulaire. Il se trouve que j’ai dans cette ville un ancien collègue et ami, M. Jullien qui, de mon temps, était juge d’instruction à Joigny. Son fils est Vice-Président du Tribunal de Reims. Je suis en correspondance avec lui et avec le Procureur Impérial et le Président. L’affaire paraît très avantageuse mais elle est grosse. Il s’agit de cent à cent vingt mille francs et d’un produit de 15 à 17 000 francs132.

  • 133 Frédéric Morin, né en 1823 à Lyon, avait été un opposant farouche au Second Empire. Plusieurs fois (...)
  • 134 Morin avait épousé en secondes noces, le 16 septembre 1863, Célestine d’Estrez ou Destrez, cousine (...)

275Donc, nous allons voir la chose de près. Il est probable que nous partirons demain ou après-demain, mais je ne sais si nous passerons par Chaumont ou par Paris. J’attends demain matin une lettre de ton oncle qui me décidera. Je luis ai écrit ces jours-ci à cause d’un autre événement. Madame Ytasse, mère de Madame Morin, vient de mourir laissant un testament par lequel, enlevant à Céleste tout ce dont elle peut la priver, elle le donne [sic ] aux enfants nés et à naître de celle-ci. Cette substitution est une mesure de prévoyance à laquelle j’applaudis de tout cœur. M. Morin et sa femme elle-même se conduisent très mal avec les enfants Cruveilhier et il est bon qu’une partie de la fortune de leur grand-mère soit mise à l’abri de la prédilection qu’inspire le petit philosophe, ou des éventualités pleines de péril du rédacteur en chef du Rappel133. La loi exige qu’un tuteur soit nommé à cette substitution [sic] et un conseil de famille se réunit à Paris jeudi prochain. M. Morin m’a écrit pour me demander l’envoi de ma procuration pour que je fasse, avec ton oncle, partie de ce conseil de famille. J’ai envoyé ce pouvoir, non à lui mais à mon frère, le priant de le remplir au nom de Karl que je charge de voter pour moi dans le même sens que son père134.

276Cependant, comme je puis passer par Paris pour aller à Reims, j’en profiterai peut-être pour aller moi-même après-demain, avec ton oncle, à la réunion.

277Ma prochaine lettre te dira ce que j’aurai fait. Elle te sera probablement adressée de Charolles où j’ai le projet d’aller passer la semaine prochaine à mon retour de Reims.

  • 135 Y a-t-il de l’ironie dans cette phrase ? Jules compte allègrement dépasser les deux semaines tradi (...)

278Je prends en effet une dizaine de jours de vacances à l’occasion de Pâques, ce qui ne m’empêchera pas d’en prendre autant à la Pentecôte135.

  • 136 Une « brèche » : apparemment, donner 120 000 francs ne ruinera pas complètement le père Zon. Il es (...)

279J’irai dans le Charolais avec Étienne pour raconter notre voyage au Père Zon qui ne sait rien encore et qui va tomber de son haut, comme il va trembler à la pensée d’une aussi grosse affaire pour son fils et d’une aussi grosse brèche à faire dans sa fortune136.

280Alix restera seule ici.

  • 137 Ici, il y a sûrement de l’ironie. Mais Jules a renoncé définitivement à espérer une amélioration d (...)

281Ta dernière lettre, mon bon ami, est fort longue et fort intéressante. Quel dommage qu’elle soit si difficile à déchiffrer ! J’en ai perdu un bon quart, mais peut-être à force de temps et de patience, parviendrai-je à le trouver au moyen d’un travail d’exploration à la loupe137.

282Je remets à un autre jour ma réponse sur tes dissertations politico-philosopho-religieuses.

  • 138 Le projet était celui qui va faire l’objet, deux semaines plus tard, du sénatus-consulte du 20 avr (...)

283Aussi bien, l’heure de la poste est arrivée. J’ai là mon journal officiel rempli d’une discussion que je suis impatient de lire sur le projet de constitution et sur la question si grave du plébiscite138. Malgré mon impatience, j’ai retardé cette lecture pour t’écrire.

  • 139 Voir la lettre du 30 mai 1869.

284Mais comme tu le dis, paulo minora canamus139… Autre nouvelle : Armand Estienne, le plus jeune des beaux-frères d’Eugène, se marie jeudi prochain à la mairie des Batignolles. Il épouse une jeune fille qui n’a pas grand-chose mais que Gaby connaît depuis longtemps et qui, dit-on, est, sinon jolie, du moins d’un excellent caractère.

285Eugène t’a-t-il écrit ?

286Neuf heures sonnent. Je me hâte de te quitter.

287À mardi prochain,

288Alix et moi t’embrassons de tout cœur. Étienne te fait ses amitiés.

289Ton père et ami dévoué,

290Jules Lelorrain.

Lettre n° 14

291Dijon, 12 avril 1870

292Mon cher Édouard,

293J’ai trouvé hier ta lettre au retour d’un assez long voyage que j’ai fait en compagnie d’Étienne.

294Je crois t’avoir dit dans ma dernière qu’il était question pour lui d’un greffe important, celui du Tribunal de Reims. L’affaire ayant mûri et réclamant notre présence, nous sommes partis mercredi à 3 heures après-midi.

295Nous avons passé par Paris. À onze heures, j’étais chez ton oncle que j’avais prévenu et qui m’attendait.

  • 140 Réflexion assez typique de la médecine préscientifique Depuis 2000 ans et plus, les médecins et do (...)
  • 141 La période du Second Empire vit des progrès importants en chirurgie, en France et ailleurs, grâce (...)

296Ta tante est encore là. Son voyage à Bussy, rendu moins urgent par le rétablissement de Joséphine et de sa petite fille, est retardé par la maladie de Mme Louise Daboncourt. Il est survenu à cette pauvre jeune femme, sans cause connue, au sein, des glandes d’une nature telle que M. Labbé a jugé une opération urgente et nécessaire140. Il a pratiqué vendredi l’ablation de ce sein. Ta pauvre tante assistait à cette cruelle opération pour laquelle M. Labbé avait deux aides. Il a réussi mais, comme toujours, ce sont les suites qui sont à craindre141. Et puis, il croit que le mal reviendra. Ce sont comme des tubercules. Cette chère Rosine est d’un dévouement et d’un courage inouï : elle passe alternativement la nuit avec une autre femme.

  • 142 On conviendra que Jules n’est pas ici en veine d’amabilité, surtout si l’on prend en compte la cit (...)

297Mais revenons à mon voyage. J’ai passé à Paris la journée du jeudi et j’ai assisté avec Étienne, à la grande surprise de la famille Estienne, au mariage aux Batignolles de M. Armand, pede claudo, avec une jeune fille qui n’est ni riche, ni pauvre, ni laide, ni jolie, ni spirituelle, ni bête, etc., etc.142.

298Ils vont demeurer avec la mère Estienne ! Je leur souhaite bien du plaisir et bien du bonheur !

  • 143 La Champagne dite « pouilleuse » ou, plus élégamment, crayeuse, comptait alors d’immenses troupeau (...)
  • 144 À cette époque, il n’existait pas d’appellations contrôlées et donc pas de zone de production préc (...)

299Vendredi soir, nous étions à Reims ! Grande et belle cité qui prend de jour en jour, grâce à son double commerce de draps en laine143 et de vin de Champagne144, un prodigieux développement.

  • 145 Le bon accueil de la famille Jullien est un exemple de la complexité des relations humaines. Le pè (...)

300J’ai retrouvé la famille Jullien que j’avais connue intimement à Joigny et qui m’a très cordialement accueilli145.

  • 146 Les notices personnelles du père et du fils ayant toutes deux disparu de leurs dossiers, nous ne s (...)

301M. Jullien, ancien juge d’instruction a pris sa retraite. Il vit fort à l’aise et très heureux avec sa fortune et dans la même ville que son fils richement marié, Vice-Président du Tribunal et que sa fille, femme d’un négociant en gros fort riche146.

302Nous avons couru Eugène et moi toute la journée du samedi sans avoir rien terminé mais ayant assez avancé les choses pour espérer faire là une très bonne affaire.

303Dimanche matin, nous sommes arrivés à Paris pour y déjeuner chez ton oncle. Après quoi, par un temps magnifique, nous sommes allés avec lui et Karl nous promener au Bois de Boulogne, Champs-Élysées, etc. De retour chez lui à 6 heures, nous y avons dîné en famille avec Maître, Joséphine et le petit Georges.

304Hier lundi, je suis revenu ici déterminé à profiter de ma semaine de vacances de Pâques pour aller à Baron et à Charolles. Déjà, je l’avais écrit au Père Zon et à Eugène. Déjà, j’avais reçu de ton frère une lettre où il invitait Alix et moi à assister lundi prochain à je ne sais quelle magnifique cavalcade charolaise. Bref, nous devions partir cette nuit.

305Mais voici ce pauvre père de Laloge qui se meurt. On dit que, d’un instant à l’autre, il peut passer. Ce n’est pas le moment de s’en aller, ce serait contraire à toutes les convenances. Nous restons jusqu’à nouvel ordre. J’envoie seulement Étienne pour donner à son père des détails sur notre voyage de Reims. Eugène qui m’écrivait que j’étais l’homme aux résolutions promptes (ce qui est vrai) va éprouver une grande déconvenue. Il se faisait une fête de nous faire les honneurs de son installation. Ce ne sera que différé. Aussitôt que nous aurons rendu les derniers devoirs à ce pauvre père de Laloge, nous partirons ou je partirai seul pour Charolles.

306Je reviens à la famille de Paris : j’ai trouvé ton oncle et ta tante beaucoup mieux moralement et physiquement qu’au mois de décembre. Karl va aussi très bien et se trouve d’autant plus heureux chez M. Cassassa qu’il est maintenant à la hauteur de sa besogne, peut rendre des services et gagne de l’argent.

307Ton oncle m’a lu tout ce qu’il a fait d’une charmante comédie en vers qu’il m’a presque promis de venir achever ici à Dijon au mois d’août prochain. C’est un homme vraiment remarquable et d’une aptitude quasi universelle. Sa comédie est moins une pièce dramatique qu’une satire de mœurs et de caractères. Mais les idées sont nobles, le style est élevé, le vers élégant, gracieux, facile ; il y a du trait, il ne manque que la mise en scène, ce chic et ces ficelles que donne l’habitude du métier.

308Ta lettre m’a fort amusé. Je te félicite des éducations auxquelles tu te livres : tortues, sanglier, chien ! Passe encore pour ce dernier ! Du moins, ce sera pour toi une aide précieuse à la chasse, une société dans ton ennui, presque un ami. Mieux même et plus comme affection et fidélité que bien des amis !

  • 147 Jules Lelorrain est ici bon analyste politique !
  • 148 Là, il se trompe, mais il ne peut évidemment prévoir la guerre de juillet. Plus intéressant : il s (...)

309Les événements politiques se succèdent. Voici venir le plébiscite et la fièvre plébiscitaire ! Il y aura des clubs ! Des assemblées publiques très tumultueuses ! Des exagérations ! Des violences de langage ! Puis, une grande majorité dira oui et tout sera dit147. Tout rentrera dans le calme jusqu’à la mort de l’empereur148.

  • 149 Curieuse formule. Cela semble vouloir dire qu’en province où l’on est plus naïf et moins au couran (...)

310Quoi qu’il en soit, Paris ne s’émeut guère mais il en est autrement de la Province où l’on ne voit que des trembleurs149 !

311Mais je te quitte, car voici l’heure. Tu me demandes des nouvelles d’Alix, elle va très bien, ne suit plus de régime. Nous parlons bien souvent de toi et elle t’aime beaucoup.

312Il en est ainsi de ton père qui t’embrasse. À huitaine !

313Tout à toi,

314Jules Lelorrain.

Lettre n° 15

315Dijon, 19 avril 1870

316Mon cher Édouard,

317J’ai dû, dans ma dernière lettre du 12, te conter le voyage que je venais de faire à Reims (par Paris) avec Étienne. Je n’y reviendrai donc pas. À mon retour à Dijon, et peu après, j’ai dû en faire un autre ; je suis allé tant à Baron qu’à Charolles. Tu vas dire que je suis toujours en voyage et qu’apparemment je les aime beaucoup. Il est de fait que cette année j’ai, par effet des circonstances, énormément pérégriné et cependant je n’aime rien tant que mon foyer domestique et je n’ai quelquefois de plaisir à voyager (je parle des excursions que je suis libre d’entreprendre) que par la satisfaction que me cause ma rentrée dans mes pantoufles et ma robe de chambre.

318Donc, deux jours après mon retour ici, je suis parti pour le Charolais. Mais je n’y suis pas parti seul, Alix m’y a accompagné. Je ne me proposais pas de l’emmener mais Eugène lui a écrit une gentille lettre pour l’engager à venir assister lundi dernier 18 à une fête donnée à Charolles au profit des pauvres : cavalcade, musique de régiment appelé de Lyon, etc., etc. Alix s’est facilement laissé tenter et nous sommes partis jeudi en compagnie d’Étienne.

319Nous avons d’abord passé une journée du vendredi 15 [sic] à Baron où j’avais à causer longuement avec le père Zon de l’affaire de Reims (dans laquelle, par parenthèse, il n’y a encore rien de fait).

320Le père et la mère se montrent très enchantés de cette affaire et voudraient bien la voir se conclure.

  • 150 Voir la lettre du 8 mars courant.

321Samedi matin 16, nous sommes partis Alix et moi pour Charolles. Nous avons trouvé Eugène, Gaby et la petite en parfaite santé et très bien installés maintenant grâce au complément de mobilier qu’Arthur leur a envoyé de Paris150.

322Eugène avait invité toute la famille Laizon et le ménage Bouillin à venir déjeuner lundi 18 chez lui pour assister à la grande fête charolaise, laquelle a été favorisée par un temps magnifique.

323Mais je n’ai pu prendre part personnellement ni à ce repas de famille ni à cette fête car je suis reparti seul lundi matin inopinément pour Dijon, informé par un télégramme de la mort de M. de Laloge, notre propriétaire. Ce pauvre brave homme s’éteignait lentement quand nous sommes partis. Je tenais beaucoup à lui rendre les derniers devoirs et la crainte de sa mort m’avait même retenu un jour de plus à Dijon. Je ne m’étais déterminé à partir que parce qu’il semblait aller un peu mieux et j’avais prescrit qu’on me rappelle télégraphiquement s’il venait à passer. Je suis donc revenu hier matin au moment où les familles Laizon et Bouillin allaient arriver chez Eugène. J’ai laissé Alix à Charolles, elle a dû en repartir hier soir et s’arrêter à Puligny en passant chez M. et Mme Drapier. Je ne l’attends que demain soir. Ce matin à 8 heures a eu lieu l’enterrement du père de Laloge ; il a laissé à sa belle-sœur l’usufruit de sa maison, si bien qu’elle ne sera pas vendue et qu’aucune proposition de résiliation ne me sera faite pendant les quatre ans à courir de mon bail, à moins qu’à son tour, elle ne décède dans l’intervalle.

324La petite Camille est tout à fait gentille ; elle est jolie et manifeste de l’intelligence ; elle aura 11 mois le 25 avril ; elle ne tient pas encore sur ses jambes mais cela ne tardera pas car elle se roule et essaie déjà de se relever.

325Eugène est toujours très occupé, cependant il commence à être au courant de sa besogne et à se familiariser avec les difficultés, souvent assez sérieuses, non pas de la perception mais de la comptabilité municipale.

326Gabrielle est une excellente ménagère qui tient sa maison avec ordre et économie : c’est un charmant intérieur. On attend la mère Estienne cette semaine. Elle s’arrêtera un peu ici en passant pour se reposer. J’ai vu ta petite tortue : elle se promène dans le jardin d’Eugène, sous des châssis et parmi les salades.

327Mais disons un mot du plébiscite.

328Tout le monde sérieux et intelligent reconnaît que c’est une maladresse. D’abord, il est venu fort mal à propos. On était généralement assez satisfait des réformes réalisées ou promises. Le pays se remettait peu à peu des émotions électorales et de celles causées par les émeutes, les troubles, les excitations révolutionnaires, les grèves, etc. Voilà qu’au moment où on commençait à goûter un peu de paix, on inocule au pays la fièvre plébiscitaire.

  • 151 Voir plus haut. Si l’on comprend bien, Jules ne classe pas Émile Ollivier parmi « les plus honnête (...)
  • 152 La formule est évidemment ironique. C’est le pouvoir qui a invoqué le « scrupule » impliquant le p (...)

329La première conséquence a été de détacher du ministère deux hommes de bien, les deux plus honnêtes et les plus libéraux, MM. Buffet et Daru151. Et tout cela pour quoi faire ? Par un scrupule de légalité bien étrange de la part de l’auteur du coup d’État152.

  • 153 Appréciation tout à fait exacte.
  • 154 C’est-à-dire les voix des plébiscites de décembre 1851 (7 439 216 oui contre 640 737 non) approuva (...)
  • 155 Personne n’en doutait. Les républicains (Gambetta) auraient considéré comme un très grand succès u (...)
  • 156 Comme toujours depuis 1851. On doit cependant reconnaître que qu’elle le fut infiniment moins que (...)
  • 157 Le « spectre rouge » a toujours beaucoup servi depuis cent cinquante ans, notamment aux gouverneme (...)
  • 158 Rappelons que c’est à propos du plébiscite du 8 mai 1870, et non de ceux de 1851 et 1852, que Daum (...)
  • 159 Pas « de beaucoup ». L’opposant Jules Lelorrain est ici un peu optimiste.

330En réalité, l’unique but de l’empereur est de chercher, en posant la question, entre la liberté et la révolution, entre le régime parlementaire et le régime autoritaire, à reconquérir son ancienne popularité153 ; à retrouver les 7 à 8 millions de suffrages154 ; à retremper son pouvoir dans une grande majorité nationale. La majorité, il l’aura, cela n’est pas douteux155. La pression administrative va être très forte156. On fera peur aux campagnes en évoquant le spectre rouge157. Elles ne comprendront rien à la question et elles voteront, oui, dans la crainte de la révolution, du partage des biens, du pillage, des échafauds… que sais-je158 ? Mais il s’en faudra de beaucoup159 qu’on ne retrouve les 7 à 8 millions de voix qui ont acclamé l’empire.

  • 160 Si plusieurs des chefs bonapartistes autoritaires partageaient en effet cette façon de voir, la pe (...)

331Et alors l’opposition s’emparera de cette différence pour en conclure à la désaffection, la perte de confiance. Le gouvernement s’est imprudemment placé dans ce dilemme : ou l’empereur aura une grande majorité et alors il sera tenté de croire à sa propre force et de reconquérir le pouvoir personnel, le régime autoritaire. Ou il aura une majorité relativement faible et alors il sera enclin à interpréter le plébiscite en ce sens que le peuple n’approuve pas le régime parlementaire, la voie libérale dans laquelle il était entré et que beaucoup de gens préfèrent le régime autoritaire160. Les deux interprétations seront également fausses. Mais le plébiscite donne ainsi au pouvoir une arme à deux tranchants dont il peut abuser. Malheureusement pour lui, on n’a nulle confiance dans sa sincérité, d’autant moins que les deux membres les plus loyaux du cabinet viennent de le quitter pour ne pas s’associer à une mesure considérée par eux comme dangereuse et inappropriée.

332Que sortira-t-il de tout cela ? Pour ma part, je n’en augure rien de bon.

  • 161 Remarquable analyse politique. Un plébiscite ne vise nullement à obtenir une réponse précise à une (...)

333Au fond, je ne suis nullement partisan des plébiscites. C’est une forme hypocrite et menteuse, inapplicable, dangereuse dans un grand État. C’est une arme pour le césarisme et une arme dont il abusera toujours étant maître de la réponse par la manière dont il pose la question161.

334Tu vois que je suis de ton avis ou à peu près.

  • 162 Berthe et Édouard ne partagent évidemment pas les mêmes opinions politiques ou religieuses, ce qui (...)

335Mais il est l’heure que je te quitte car voici l’heure du dîner. J’ai reçu aujourd’hui une lettre de Berthe. Elle va bien et me demande des nouvelles de son original de petit frère162. Elle a reçu une lettre de Louise qui s’ennuie à Chaumont et craint bien de ne le quitter jamais. Ecris donc un jour à cette bonne Louise, si toutefois tu peux prendre sur toi de faire une lettre qu’elle puisse lire.

  • 163 Notaire à Chaumont.
  • 164 Les notaires, comme tous les officiers ministériels, avaient le droit de présenter leurs successeu (...)

336M. Gauthier163 vient de vendre son étude 77 000 francs. C’est un beau prix. J’espère qu’il passera164. Mais que fera-t-il après ?

337Quoi qu’il en soit, ses charges croissantes, sa clientèle décroissante grâce [sic] à la rude concurrence de ses intrigants de collègues, et sa mauvaise santé, lui faisaient de ce parti une loi impérieuse.

338Je suis aise qu’il n’est pas question pour toi de changement de résidence. Tu aurais peine d’être ailleurs aussi bien, à moins d’être à Oran ou à Alger, mais c’est encore trop tôt.

339Je te quitte et t’embrasse tendrement,

340Ton père et ami dévoué,

341Jules Lelorrain.

Lettre n° 16

342Dijon, 26 avril 1870

343Mon cher ami,

  • 165 Gabrielle et Eugène.

344Ma dernière lettre t’a appris le retour de mes voyages, dont le dernier à Charolles, la mort de notre propriétaire, M. de Laloge ; je t’aurai tout dit quand j’aurai ajouté l’arrivée ici et le départ, après 24 heures de repos, de la mère Estienne qui est allée passer quelque temps chez sa fille et son gendre165.

345Nous sommes rentrés dans le calme ordinaire de notre vie qui serait pour moi assez monotone sans le nombre et la variété de mes travaux.

346De quoi donc t’entretiendrai-je, sinon du principal objet de ta dernière lettre que je n’ai reçue qu’hier lundi ?

  • 166 Comme on le verra dans la lettre suivante, Édouard a été nommé médecin-major par intérim de l’hôpi (...)

347Je dois ajouter cependant qu’avant-hier dimanche, nous sommes allés promener [sic] à Gevrey par un temps magnifique. M. et Mme Masson était venus nous inviter. Étienne nous a accompagnés, et nous avons bu à la santé du major166.

348Je te remercie du soin que tu as pris de me donner copie de ta lettre à ton oncle. Elle l’aura, comme moi, intéressé, si tant est qu’il ait pu la lire.

349J’approuve tout à fait ta manière de voir et je dirai que, quant à moi, j’ai été assez hésitant jusqu’à la lecture de la proclamation de l’empereur. J’hésitais entre le non et le bulletin blanc.

350Mais le ton de ce document, très personnel, très autoritaire au fond, bien que modeste et modéré en la forme m’a décidé aussitôt pour la négative.

  • 167 Ellipse pour « Ce qu’on veut obtenir, c’est… »
  • 168 Tout cela est exact. Le sénatus-consulte consacrait le droit permanent de l’empereur de faire appe (...)

351Il est évident que ce qu’on veut obtenir, ce n’est pas l’approbation des modifications plus ou moins libérales apportées à la Constitution. S’il en était ainsi, on ne verrait pas les plus ardents réactionnaires se faire les plus actifs promoteurs du plébiscite. C’est167 une consécration nouvelle. C’est une seconde ratification du coup d’État de décembre. C’est une consolidation dynastique. C’est un blancseing ou du moins, ce qui revient au même, un droit d’appel au peuple indéfini pour l’avenir168. C’est la constitution définitive du droit plébiscitaire au moyen duquel on espère pouvoir toujours vaincre le régime parlementaire s’il venait à se montrer par trop gênant.

352Le sénatus-consulte du 20 avril renferme en germe toutes ces choses. Or, on nous demande de l’approuver.

  • 169 Toujours la modération politique de Jules.

353Si la question s’était bornée aux réformes libérales, la réponse affirmative aurait pu se comprendre. Du moins, la négative n’était pas raisonnable. En fait de progrès, il faut, à mon avis, sinon se tenir pour satisfait, du moins ne rien repousser par une trop hâtive ou excessive exigence169. Mais la question est complexe : elle embrasse deux ordres d’idées bien différents. D’une part, approuvez-vous la voie libérale dans laquelle on est modestement, bien timidement entré ? D’autre part, approuvez-vous le sénatus-consulte ?

354Mais le sénatus-consulte, c’est tout ce que j’ai dit plus haut ; et c’est là la véritable pensée. La voie libérale, c’est l’hameçon et son appât.

  • 170 En fait, le débat est passionné, par les républicains comme par les bonapartistes extrémistes, sur (...)

355Quoi qu’il en soit, nous voici en pleine fièvre plébiscitaire. On n’a pas voulu d’élections générales sous le prétexte de ne pas remuer le pays. Et on l’agite violemment, quoique d’une manière factice, pour une question théorique et abstraite que les trois quarts des votants ne comprendront pas. On aura peine à passionner le débat, ou, si on le fait, ce sera par de nouveaux moyens, le mensonge et la peur170.

  • 171 Jules a un peu changé d’avis par rapport à ses lettres précédentes. Une faible majorité lui semble (...)

356La majorité est assurée d’avance. Cela n’est douteux pour personne. Mais ce qu’on voudrait, c’est une énorme majorité. C’est un effet moral. Plus on l’aura obtenue, et plus vite on rentrera dans le pouvoir personnel et le régime autoritaire. Moins la majorité sera forte, et plus au contraire on sera tenu de suivre largement, sinon franchement, la voie libérale171.

357En attendant, permets-moi, mon bon ami, de te recommander la prudence dans des paroles et la circonspection dans ta conduite. On a les yeux ouverts sur tous les fonctionnaires et surtout sur ce qui tient de près ou de loin à l’armée.

358Mais il faut que je te quitte. Nous avons aujourd’hui du monde à dîner. Mme Favre, de Bourg, M. et Mme Loiseau et M. Blondel (Mme Blondel est toujours malade). Cette pauvre Alix doit être dans tous ses états de ne pas me voir rentrer et il va être six heures.

359Donc je te quitte en l’embrassant de tout cœur.

360Ton père et ami,

361Jules Lelorrain.

Lettre n° 17

362Dijon, 3 mai 1870

363Mon bon ami,

  • 172 En tant que magistrat.

364Il peut y avoir d’excellentes choses dans ta dernière lettre, mais comme elle est plus indéchiffrable encore que les précédentes, je n’ai pu en lire qu’un quart ou un tiers, au plus. J’en suis réellement contrarié, et je t’adjure sérieusement de t’attacher à écrire moins vite et plus lisiblement. Tu ne formes pas tes lettres et tu n’achèves jamais tes mots. On n’écrit évidemment que pour être lu, or tout le monde se plaint de ne pouvoir te lire. En ce qui me concerne, plus habitué que qui que ce soit à ton écriture, et assez expert, je crois, en autographes de toutes sortes172, je suis cependant forcé de faire une étude approfondie pour arriver à déchiffrer tes lettres et, par les difficultés que je rencontre, je peux juger du supplice qu’éprouvent les étrangers.

365Mais parlons d’autre chose. Et comme tu le dis au commencement de ta lettre, de quoi parlerions-nous si ce n’est de ce fameux et malencontreux plébiscite, objet actuel de toutes les conversations. Il y a cependant quelque chose de plus déplorable encore à tous les points de vue, c’est, d’une part, cette découverte d’un projet d’attentat contre la vie de l’empereur. C’est, de l’autre, l’existence paraissant certaine d’un complot. Ces deux faits sont ou paraissent indépendants l’un de l’autre. Mais ils sont concomitants. Et il y a, en vérité, dans leurs révélations, à la veille du plébiscite, une coïncidence tellement étrange, tellement heureuse pour le gouvernement, que ce serait à n’y pas croire et à supposer une double invention de la police, si les aveux de l’accusé du premier des deux crimes, et la découverte des engins destructeurs ne venaient donner aux faits une évidente confirmation.

  • 173 Les attentats ou projets d’attentat contre la vie de l’empereur ont été nombreux et réels, comme i (...)

366Quoi qu’il en soit de la vérité ou de la fausseté de ces attentats et complots, il faut les déplorer profondément. Vrais ou faux, ils vont être habilement exploités173, on va spéculer sur l’émotion publique, on va terrifier les peureux, et ils sont en France en grande majorité. Attendons-nous à voir sortir de l’urne une multitude de oui. C’est la peur qui a fondé l’absolutisme ; c’est elle encore qui va restaurer, fortifier, consolider le pouvoir personnel que la libre discussion et, à sa suite, les progrès de l’opinion publique avaient singulièrement affaibli.

  • 174 Certes, mais, pourrait-on dire, on n’avait encore rien vu.

367Malheureusement, je crois les faits vrais. Et ils donnent, il faut le reconnaître, un éclatant démenti aux gens qui se bercent de cette illusion que nous sommes parvenus à un haut degré de moralité et de civilisation. Ils prouvent qu’il existe dans certaines sphères et même dans des classes ou parmi des individus éclairés, des hommes capables des plus atroces violences, des fanatiques, des énergumènes, des êtres déterminés à verser abondamment le sang et à faire les plus nombreuses et, s’il le faut, les plus innocentes victimes pour le triomphe de leurs idées174.

  • 175 Jules Lelorrain est un ferme partisan du positivisme politique et social, qui sera celui des grand (...)
  • 176 Instruire le peuple est au fondement même de l’idée républicaine. Les profits et avantages matérie (...)
  • 177 Jules n’a visiblement pas lu Tocqueville (L’Ancien régime et la Révolution, 1856). Pour lui, la ce (...)

368Mais ces idées mêmes, que peuvent-elles être ? Comment des idées honnêtes et pures, sociales et humanitaires pourraient-elles s’appuyer sur des moyens aussi odieux ? Ce serait à se décourager et à se dégoûter de la liberté. Toutefois, gardons-nous de toute défaillance et restons fermes dans notre croyance au progrès175. Après tout, on ne peut raisonnablement mettre sur le compte de la cause libérale ces complots, ces violences, ces crimes projetés. Car la liberté est à peine éclose. Nous ne faisons qu’entrer (si tant est que nous y soyons entrés) dans un régime nouveau. Nous sommes au seuil du gouvernement parlementaire. Et la candidature officielle de même que la faculté constitutionnelle des plébiscites sont la négation du gouvernement représentatif. Toutes ces mauvaises passions qu’il faut déplorer ont couvé et ont été comme à l’état d’incubation sous un régime de compression et de répression sévère. Je sais bien que le pouvoir personnel et accepté du chef de l’État avait pour contrepoids le suffrage universel et aurait pu être tempéré et arrêté par lui. Mais les masses de la nation, les campagnes notamment, ne sont pas mûres pour cette grande institution. Elles auraient eu besoin d’être éclairées et elles n’ont pu l’être. Au lieu d’instruire le peuple, de l’initier à la liberté, de faire son éducation politique (chose si nécessaire pour une démocratie véritable), on a préféré surexciter les besoins et les appétits matériels, lui inspirer les goûts des jouissances, du luxe176, en faire une démocratie césarienne et gagner des suffrages à l’aide des mille moyens dont dispose une aussi puissante centralisation que celle qu’a fondée le premier empire et qu’ont successivement fortifiée tous les gouvernements que nous avons eus depuis177.

369L’avenir est à la liberté, mais à une condition : c’est de nous garder des excès et des violences. Répudions-les, haïssons-les, sous quelque forme qu’ils s’offrent à nous, soit dans les actes, soit dans les paroles, soit dans les écrits. Car la violence n’a jamais rien fondé.

370D’ailleurs, avec le suffrage universel (et, désormais, il est impossible de le détruire) l’avènement de la liberté est certain. Il s’éclairera de plus en plus. Les mœurs et l’esprit public le formeront pourvu qu’on n’y mette ni précipitation, ni impatience, ni force brutale.

371Mais c’en est assez sur ces sujets généraux. Parlons un peu de la famille et de nous-mêmes.

372Je suis charmé de voir que tu sois [sic] resté aussi longtemps chef de service à l’hôpital. Car voici, ce me semble, un mois que tu fais l’intérim du médecin-major. Tu as ainsi une initiative, une responsabilité qui tournent au profit de ta pratique et de ton instruction et qui pourront n’être pas inutiles à ton avenir.

  • 178 C’est-à-dire à faire des routes en cassant des cailloux…
  • 179 Le mot est employé de façon archaïque, au sens dramatique du XVIIe siècle.

373Landais est moins heureux que toi. Il est tantôt à Tiaret, tantôt dans un camp formé de compagnies de discipline employées à des chemins178. Il couche sous la tente, se plaint de ces changements continuels, prétend ne recevoir aucune des lettres que son père lui envoie, en un mot, il paraît fort ennuyé179. Mais pour en revenir à toi, je ne comprends pas trop comment, si nouveau venu en Afrique et si jeune en grade, tu as été appelé (à moins d’être seul) à remplacer ton médecin-major. Explique-moi donc cela.

374Il est bien loin de faire ici la chaleur que vous avez là-bas, car les froids sont revenus depuis huit jours et nous sommes encore forcés d’avoir du feu le matin et le soir. Tandis que tu t’es fait faire un vêtement de coutil complet, j’ai dû, moi, reprendre mon paletot d’hiver que j’avais quitté.

375Tu me dis bien que tu as reçu une lettre de Karl. Mais il a dû te parler de sa mère et de sa sœur. Sont-elles maintenant à Bussy ? Tu ne m’en dis rien.

  • 180 « Toutes choses égales [par ailleurs], la position du détenteur est préférable », maxime romaine q (...)

376Nous venons d’échouer pour ce pauvre Étienne dans l’affaire du greffe de Reims. Après bien des hésitations, on a fini par donner la préférence à un jeune homme qui, depuis quelque temps, travaillait au greffe. On a appliqué cet axiome de droit romain : in pari causa melior est conditio possidentis180. Il en est tout déconfit, mais je lui remonte le moral, et je m’occupe de chercher ailleurs.

377Bouillin faisant venir à Perrecy un architecte de Dijon pour visiter une petite maison qu’il voudrait acheter à côté de chez lui, afin de s’agrandir, j’accompagnerai peut-être cet architecte à la fin de la semaine pour lui faire voir notre bâtiment de la tuilerie et le prier de me dresser un devis des travaux à faire pour nous y créer un pied-à-terre. Malheureusement, cela ne pourra s’exécuter que dans deux ans, à cause d’un bail existant jusque-là.

378Si je me décide à passer la journée de samedi à Perrecy, j’y donnerai rendez-vous à Eugène car je n’aurai pas le temps d’aller le voir à Charolles.

379Au reste sa femme, notre gentille Bébé et lui vont toujours très bien.

  • 181 Les mots d’Édouard pour sa sœur sont vraiment très durs, en effet. Son intransigeance politique er (...)

380Il en est même de notre chère Berthe. Que tu es sévère pour cet enfant en parlant toujours de son abrutissement181 !

381Elle n’est pas plus bête qu’une autre, elle a même beaucoup d’intelligence et de raison. Mais cet amour que d’autres ont pour les choses de la Terre, elle l’a pour le ciel. À qui cela fait-il tort ? Et si ces pensées la rendent heureuse, pourquoi l’en blâmer ?

382J’irai la voir d’ici à peu, avant la fin du mois.

383Je te quitte en t’embrassant pour Alix et pour moi,

384Ton père et ami dévoué,

385Jules Lelorrain.

Lettre n° 18

386Dijon, 10 mai 1870

387Mon bon ami,

  • 182 7 350 000 oui contre 1 572 000 non, 114 000 blancs et nuls et presque 2 millions d’abstentions.

388C’en est fait. Le suffrage universel a parlé. Sept millions et plus182 ont consolidé l’empire et ratifié le coup d’État et la politique impériale, inauguré le régime plébiscitaire et conséquemment aboli le régime représentatif et parlementaire car désormais l’empereur a une sorte de blanc-seing en vertu duquel il peut tout se permettre. Il se considérera comme le seul représentant réel et sérieux de la nation et toutes les fois qu’il rencontrera chez ceux qui, à ses yeux, usurperont ce titre, un contrôle, une opposition trop gênante, il lui fera appel et, par la manière dont il posera la question, choisissant d’ailleurs son temps, il dictera la réponse.

389Si ce gouvernement s’établit, on pourra dire, en vérité, que c’est le pire de tous, le plus fécond en surprises, en agitations, en coups de théâtre – aboutissant forcément tôt ou tard à une révolution violente. Et comme toute la force sera dans le grand nombre, c’est sur la plèbe et particulièrement sur le peuple des campagnes qu’il s’appuiera.

  • 183 Belle analyse, presque marxiste, alors qu’il est peu vraisemblable que Jules ait lu Les luttes de (...)

390Pour le faire plus sûrement, il devra préconiser ou favoriser l’ignorance au lieu de répandre l’instruction. Il devra même, si cela devient nécessaire à son maintien, faire du socialisme de plus en plus radical, c’est-à-dire dépouiller les riches qui sont les moins nombreux pour enrichir les pauvres dont la masse seule fera la loi. Il n’y aura plus que César, au sommet, et démocratie, au bas. La bourgeoisie et la classe éclairée ne compteront plus pour rien183.

391Mais j’ai mis un « si ». Et, en effet, il ne faut pas encore désespérer de la France ni de la liberté.

  • 184 Le résultat du plébiscite a rendu Jules Lelorrain enragé. Il avait sûrement espéré, sans se l’avou (...)

392Sans doute, sept millions d’imbéciles184 abdiquant à la fois semblent autoriser toutes les usurpations.

  • 185 Curieux chiffre. On dirait que Jules fait une moyenne entre les « non » de 1851 et ceux de 1852.
  • 186 Peut-être. Sur deux millions d’abstentionnistes, en compter un quart comme hostiles n’a rien d’exa (...)

393Cependant, si nous n’avons guère marché, nous avons fait quelques progrès depuis 18 ans. Au lieu de 500 000 voix seulement185, nous en avons bien aujourd’hui 2 millions en comptant pour nous une partie des abstentions186.

394Et puis, il y a des symptômes graves qui vont peut-être donner à réfléchir au pouvoir.

395Le vote du plébiscite à Paris et dans le département de la Seine en 1852 a donné les résultats suivants :

Oui …………………………………………………

207 325

Non ……………………………………………………

53 252

396Il vient de donner en 1870 :

Oui …………………………………………………

139 598

Non ……………………………………………………

184 946

  • 187 On dira que Jules n’est pas très cohérent dans cette lettre – parce qu’il est furieux. Quelques li (...)

397Il y a donc en 1870, à Paris, 131 692 non de plus qu’en 1852 et 67 747 oui de moins sans parler des bulletins blancs et des abstentions qui, à mon avis, sont une bêtise et qui, reconvertis en non, comme ils devraient l’être pour la plupart187, auraient singulièrement augmenté la majorité !

  • 188 Cela sera encore vrai en 1870, plus guère ensuite. Par certains côtés, la Troisième République con (...)

398C’est là un premier symptôme grave d’opposition et de désaffection, symptôme qui doit d’autant plus donner à réfléchir que, quoi qu’on en puisse dire, Paris est bien certainement la ville la plus éclairée, et celle qui aura toujours l’influence la plus décisive, sinon même une puissance absolue pour le maintien ou le renversement du gouvernement188.

  • 189 Et quelques autres quand même où le poids du clergé restait considérable, comme Rennes, mais il es (...)

399Un second symptôme du même ordre d’idées, c’est la majorité opposante qu’offrent toutes les grandes villes, toutes ou à peu près, telles que Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse et, dans un ordre inférieur, Angers, Brest, Dijon, Grenoble, Metz, Montpellier, Rouen, Périgueux, Cherbourg. Il n’y a de sens inverse qu’à Lille, Strasbourg et Nantes189.

  • 190 Voir, sur le vote des militaires, la lettre du 28 février 1869.

400Enfin, ce qu’il importe encore de noter comme symptôme rassurant contre le despotisme, ce sont les progrès dans l’armée190. On comptait sur l’unanimité. Or, de tous côtés, on rencontre des minorités opposantes qui pourront permettre d’espérer qu’on ne trouverait pas partout et toujours dans l’armée des instruments brutaux et aveugles.

401Ainsi, à Dijon, 300 non dans le régiment, ce dont le colonel Rolland est désolé. À Langres, à Auxonne, à Gray, à Besançon, beaucoup de non.

402À Paris :

4037e régiment de ligne, oui, 895, non, 476

4047e bataillon de chasseurs, oui, 251, non, 149

40529e régiment de ligne, oui, 566, non, 476

406Fort d’Ivry, oui, 506, non, 476

407(Cependant, en remarquant trois fois répété, parmi les non, le chiffre 476, je ne puis pas répondre de l’exactitude de ce relevé.)

408À Brest, dans le 70e de ligne, oui, 798, non, 519

409À la caserne des matelots, oui, 94, non, 612

410À l’hôpital de la marine, oui, 115, non, 215

411Etc., etc.

412En 1852, le vote de l’armée de terre a donné les résultats suivants :

Oui ………………………..

232 046

Non ……………………….

11 077

  • 191 Ce qui est exact. Il y eut en tout, pour l’armée de terre et la marine, 278 644 oui contre 47 757 (...)

413D’après les données ci-dessus, tout porte à croire que ce dernier chiffre va être singulièrement dépassé191.

414Quoi qu’il en soit, il est impossible, même aux gens les plus aveugles, de se faire une complète illusion. Le réveil de l’esprit public n’est pas tel que nous le faisaient espérer les élections dernières, mais il est réel et se manifeste surtout dans les grands centres.

  • 192 Là aussi, l’avis de Jules Lelorrain a profondément évolué à la suite des résultats du plébiscite. (...)

415Il gagne jusqu’à l’armée Enfin, il ne peut y avoir de doute que la découverte de ce ou de ces prétendus complots si heureusement faite et si habilement dévoilée la veille du plébiscite, la manière dont, vraie ou fausse, cette nouvelle a été exploitée dans toute la France ont, par l’émotion et la frayeur qu’elles ont suscitées, déterminé un grand nombre de oui parmi les gens timides, incertains, abstentionnistes et autres192.

416À ce propos, tu as peut-être vu dans le Journal Officiel l’adresse que la Cour de Dijon a cru devoir, dès le premier jour, envoyer à l’empereur pour le féliciter d’avoir providentiellement échappé une fois de plus à un odieux attentat que, dans sa haine impuissante, le parti révolutionnaire, etc., etc. (je te fais grâce de ce style officiel et platement adulateur).

  • 193 Ce ne sont plus seulement des mots. Ici, Jules Lelorrain prend des risques. Il assume avec courage (...)

417Sollicité de suivre un si bel exemple, j’ai refusé de convoquer mon Tribunal et de faire une adresse en son nom193.

  • 194 Cartes à jouer placées toutes debout, légèrement pliées (comme un humble capucin), les unes près d (...)

418Il n’est personne d’honnête qui ne réprouve de toutes ses forces et ne déteste l’assassinat. Personne qui ne repousse les complots et les attentats mais, comme à cet égard le sentiment des hommes éclairés et moraux ne peut pas être douteux, je ne connais rien de plus absurde, de plus plat, de plus servile et de plus déplacé que ces manifestations, ces protestations, ces actions de grâce, ces adulations, ces étalages de dévouement et de fidélité qui éclatent périodiquement et se répondent à l’envi les unes des autres [sic] comme une traînée de poudre, des capucins de carte194 ou un feu d’artifice.

419Il n’y a certes pas lieu se glorifier d’être français quand on considère notre servilité et notre platitude.

  • 195 Célèbre écrivain et pamphlétaire libéral (1772-1825), violent opposant à la Restauration, mystérie (...)

420N’est-ce pas Paul-Émile Courier195 qui a dit que nous étions un peuple de valets ?

421Mais en voilà bien long sur un même sujet. Parlons un peu d’autre chose.

422J’ai fait encore un petit voyage au retour duquel, dimanche à midi, j’ai trouvé ta lettre. Je suis parti vendredi pour Perrecy en compagnie d’un architecte que voulait consulter Bouillin pour l’achat d’une petite maison à côté de la sienne. Il y ferait une entrée et un escalier qui lui permettraient de supprimer son entrée et son escalier actuels et qui, changeant toute la distribution intérieure, lui donneraient plus de pièces et des appartements plus spacieux.

423Ne pouvant passer qu’une journée à Perrecy, j’y avais donné rendez-vous à Eugène qui est venu seul. Nous avons passé ensemble un après-midi et une soirée. Son bébé va toujours très bien et commence à se lever en s’appuyant à une chaise et elle se tient debout. Toute la famille est fière d’un tel progrès. La mère Estienne est à Charolles, elle y restera jusqu’au mois de juillet et d’août.

424J’ai profité du séjour à Perrecy de l’architecte en question pour le consulter sur l’étage à construire à la Tuilerie. Il trouve la chose très réalisable mais j’ai encore 18 mois pour songer à ce projet que je ne réaliserai probablement que si Eugène vient habiter Perrecy.

425Le père Landais a reçu ce matin une lettre de Gustave qui lui annonce qu’il marche pour rejoindre une des colonnes expéditionnaires. Et toi ? N’est-il pas encore question de ton changement ? As-tu un nouveau médecin-major ? Quel homme est-ce ?

426Je te remercie de ton exactitude à m’écrire et je compte sur toi comme tu peux compter sur ton père qui t’aime et t’embrasse. Alix te dit mille choses amicales et toute la famille avec elle.

427Jules Lelorrain.

Lettre n° 19

428Dijon, 17 mai 1870,

429À la bonne heure, mon cher ami, ta dernière lettre était lisible. Continue de m’écrire le plus lisiblement possible et, à force d’application, tu finiras par pouvoir être lu de tout le monde.

430Je suis bien aise que tu aies été chargé de faire une expertise médico-légale. C’est un précédent qui te recommandera peut-être dans quelque occasion plus sérieuse. Je ne rappelle nullement ce M. de [illisible] qui aurait plaidé devant moi : est-ce à Dijon ? En cour d’assises ou devant le tribunal civil ?

  • 196 Voir plusieurs autres lettres, notamment celle du 22 mars 1870. Le rejet de la politique impériale (...)

431L’Afrique s’est signalée par la majorité de ses négations dans le vote plébiscitaire : elle est en effet très mécontente du régime exceptionnel sous lequel elle végète. Ce régime (tout le monde en convient maintenant) est un obstacle à l’essor que des institutions libérales eussent donné à sa colonisation, à son développement industriel, agricole et commercial196.

432Ce fameux plébiscite devrait servir d’enseignement à tous : une des choses les plus urgentes et les mieux démontrées serait la nécessité de faire le plus promptement et le plus profondément possible l’éducation politique des campagnes.

433La France est aujourd’hui partagée en deux populations très distinctes : les villes et les campagnes. Presque partout, dans ce vote, comme dans les élections précédentes, les premières se sont montrées patriotiques, intelligentes et libres. Les secondes, au contraire, accessibles à la corruption, à la peur, elles ont fait preuve d’ignorance, d’égoïsme et d’abrutissement. Il en sera hélas ! bien longtemps ainsi !

434L’instruction gratuite et obligatoire ! Soit ! Mais c’est un moyen bien long et d’ici à ce que deux ou trois générations nouvelles se soient élevées à l’intelligence et à la vie politique, combien n’aurons-nous pas à gémir de l’instrument de despotisme que nous venons de remettre aux mains du gouvernement ?

435Éclairer les campagnes, faire leur éducation politique devrait être désormais le but de tous les patriotes instruits. C’est un problème difficile, je l’avoue. Et si la solution en est possible, elle exigera bien du temps et bien des efforts.

  • 197 Par le décret du gouvernement provisoire du 5 mars 1848. Mais il n’avait pas le choix : le peuple (...)
  • 198 Procédure « à l’anglaise », par étapes.

436Le suffrage universel a été improvisé en 1848 au lendemain de la révolution197. Presque tous les hommes éclairés le considéraient comme une utopie. On se trompait, en ce sens qu’il a pu s’appliquer et fonctionner depuis 22 ans mais les gens qui raisonnent reconnaissent aujourd’hui qu’il aurait fallu commencer par former l’esprit public, établir d’abord de larges catégories, puis le suffrage à deux degrés, enfin graduellement le suffrage direct et universel198. Mais par-dessus tout, et avant tout, l’instruction, des institutions libérales, la liberté de la presse, liberté de réunion, décentralisation, organisations municipales, cantonales et départementales largement représentatives, etc., etc.

437Tout cela est à faire, et tout cela se fera. Mais au lieu de finir par là, c’est par là qu’il aurait fallu commencer.

  • 199 Phrase apparemment banale, en fait très intéressante. Jules semble penser que les plébiscites de 1 (...)
  • 200 La phrase n’est pas très claire. Jules veut-il dire que dans certains cas, le plébiscite peut être (...)

438Le régime plébiscitaire est fondé199. C’est vrai. Mais si le plébiscite est une arme dangereuse, c’est un instrument qui, manié trop souvent ou mal à propos, peut facilement s’user et éclater entre des mains imprudentes200. Nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve. En attendant, laissons commettre des fautes et sachons n’en pas commettre nous-mêmes. Gardons-nous par-dessus tout de toute espèce de violence. Soyons prudents, circonspects, modérés. Pas même d’opposition systématique : elle discrédite les partis. Les gens indifférents (et c’est le plus grand nombre) l’accusent de mauvaise foi, ils ont trop souvent raison.

  • 201 C’est-à-dire qu’ils n’auront bien sûr aucune conséquence concrète. Mais dans la correspondance Jul (...)

439Mais faisons trêve à ces discours, assez inutiles d’ailleurs201, et parlons plutôt de la pluie et du beau temps.

  • 202 On peut dire tout ce qu’on veut à Jules : l’Algérie, pour lui, est un pays très chaud et très sec. (...)
  • 203 Formule aujourd’hui désuète : se dit de quelqu’un qui veut apprendre quelque chose à une personne (...)

440Tu me dis que les pluies sont venues et qu’à la suite naîtront les fièvres. Mais dans cette saison, en Afrique, les pluies ne durent jamais longtemps. À l’heure qu’il est, de grandes chaleurs les ont peut-être déjà remplacées202. Quant aux fièvres, il y a, ce me semble, des précautions hygiéniques à prendre pour s’en préserver. Et si je ne craignais de ressembler à Gros Jean qui en remontre à son curé203, je te les indiquerais : se bien couvrir matin et soir, ne pas s’exposer à l’air de la nuit, prendre du café noir et s’abstenir de toute boisson alcoolisée, mettre de la laine, etc.

441Ce que tu me dis de Mme de Rochas et de ses projets m’étonne. Cette pauvre chère femme ne se fait-elle pas des illusions et ne se laisse-t-elle pas séduire par les folles utopies de son mari ?

  • 204 Curieuse formule : « quelques cent francs » ? Au moins une bonne dizaine de cents. Mais même avec (...)

442Tu serais d’avis qu’Eugène assurât un capital sur la tête de sa fille. Cela serait sage, sans doute. Mais il faut qu’il ajourne ce projet jusqu’à ce qu’il ait une meilleure perception. En effet, la première chose à faire, c’est d’arriver, par voie de dégrèvements successifs, à rembourser le capital de 13 000 francs qu’il a fallu emprunter pour son cautionnement. Il faut pour cela qu’il mette tous les ans quelques cents francs de côté204. Or, il ne peut le faire et payer en même temps une prime d’assurance.

  • 205 Parce qu’il serait logé – gratuitement – par la famille. Cela correspond à son loyer à Charolles ( (...)
  • 206 Par un avancement simultané, bien sûr.

443Au reste, j’ai quelque espoir de le voir nommé dans quelques mois à la perception beaucoup plus avantageuse de Perrecy. Il gagnerait 1 500 francs de plus et dépenserait 4 à 500 francs de moins205. Son receveur particulier et son receveur général lui veulent beaucoup de bien. Ils désirent favoriser en même temps le percepteur de Perrecy206 et ces jours derniers, le premier de ces messieurs en parlait à ton frère comme d’une chose possible et prochainement réalisable.

444Nous attendons jeudi prochain Mme Laizon. Elle se décide à laisser là pour quelques jours le Père Zon et à venir passer ce temps avec nous.

445Nous sommes ici en plein concours régional. Des bêtes de toutes espèces sont venues augmenter le nombre de celles que nous avons ici. Exposition horticole, agricole, industrielle ; au point de vue de l’agriculture, bovine, porcine, ovine, chevaline, etc., etc. Bref ! Je suis invité pour dimanche à un grand dîner donné aux lauréats par la ville. Cette exposition embrasse sept départements.

446À propos, la petite Camille a été vaccinée avant-hier. Elle va très bien.

447Après-demain jeudi, Alix et moi irons voir cette chère Berthe à Flavigny. Il y a bien longtemps que je n’ai eu ce plaisir.

  • 207 Marie a vingt-cinq ans. Elle est née le 2 novembre 1844 à Dijon et a donc presque exactement l’âge (...)
  • 208 « Le père Matry » ? Le père de Marie, sans doute, avocat et conseiller général et non pas son oncl (...)
  • 209 Le conseil de préfecture avait des fonctions variées, de « conseil » proprement dit auprès du préf (...)
  • 210 Langage un peu archaïque : « et ne s’élèvera pas ».
  • 211 C’est-à-dire que, conseiller de préfecture, il accepte de ne jamais devenir préfet ou même sous-pr (...)

448Mlle Marie Matry se marie207. Elle épouse M. Chabeuf, fils d’un ancien ami du père Matry208, ancien notaire, ancien adjoint de Dijon. Le jeune homme (fort bien d’ailleurs) vient d’être nommé conseiller de préfecture209 ici. Mais la condition du mariage est qu’il ne quittera pas Dijon. Il y suivra la carrière administrative sauf210 à ne pas s’élever au-dessus des fonctions de secrétaire général, si tant est qu’il arrive à les obtenir211.

  • 212 Époux dÉglantine Chatillon, nièce d’Alix. Une sœur aînée, sans doute.
  • 213 Étrange formule : Alix non plus, quand Jules l’a épousée, n’était pas une jeune pousse de l’année. (...)

449La sœur de M. Drapier212 se marie aussi… toute vieille qu’elle soit213. Elle épouse un chef de bataillon qui approche de l’âge de la retraite.

450Mais à propos de retraite, la voici qui sonne et m’avertit qu’il faut clore ma lettre et la porter à la poste.

451Merci de ton exactitude, je compte sur une lettre dimanche.

452Alix et moi t’embrassons tendrement,

453Ton père et ami,

454Jules Lelorrain.

455Plus n’est question pour Alix de rhume, pyrosis, etc., etc. Elle ne s’est jamais mieux portée. Tom va toujours bien. Et ton jeune chien ?

Lettre n° 20

456Dijon, 24 mai 1870

457Mon cher Édouard,

458Nous t’envoyons aujourd’hui par la poste comme échantillon deux cravates noires. Je ne sais pas si elles te conviennent, Alix me charge de te dire que si tu désires en avoir une avec un nœud coulant et une large rosette couvrant la poitrine elle t’en enverra. Mais je ne suppose pas que cela fasse, dans cette saison, ton affaire. Pendant l’hiver, à la bonne heure ! Quant à présent et par les chaleurs qui règnent, tu ne dois mettre que des choses très légères. Je m’étonne même que tu mettes des cravates noires. Quelles chaleurs, mon dieu, tu dois avoir à Bel-Abbès, si j’en juge par celles que nous avons ici depuis huit jours !

459Le concours a été très brillant. Il a été favorisé par un temps magnifique, trop beau même, car tout le monde se plaint de la sécheresse. Il y avait 450 têtes de gros bétail d’un très grand et très beau choix, beaucoup de chevaux remarquables, etc., etc., un grand nombre d’instruments agricoles perfectionnés, tout cela exposé tout le long de chaque côté de la grande avenue du parc. Puis, dans le parc, les francs-tireurs ou archers dijonnais ; sur la place Saint-Pierre, baraques, chevaux de bois, etc. tout cela était superbe. Je ne l’écris pas à Eugène pour ne pas lui inspirer de regrets.

460Ces fêtes, ce concours que nous n’avons visités que le dernier jour, samedi, après l’arrivée de Mme Laizon, en ce moment chez nous, ne nous ont pas empêchés, Alix et moi, d’aller voir ta sœur à Flavigny. Nous l’avons trouvée toujours contente et heureuse, mais moins bien portante que l’hiver dernier. Elle éprouve encore depuis quelque temps des douleurs dans le dos, et alternativement des maux de tête ou des maux d’estomac. Cela tient, sans doute, d’une part aux grandes et énervantes chaleurs que nous avons, de l’autre à un peu de fatigue. Cette chère enfant travaille beaucoup dans le désir de se rendre utile. Elle a imaginé d’apprendre à faire les fleurs et elle s’y est appliquée avec trop d’ardeur. C’est ce qui l’aura fatiguée. On a dû la faire cesser ce travail dans lequel elle réussissait peu.

  • 214 Le voisin procédurier du couvent.
  • 215 Entend-on ici comme un air (léger) de contentement ? La réponse est oui.

461Figure-toi que j’ai eu le plaisir d’embrasser ma pauvre chère Berthe. J’ai pu entrer dans l’intérieur du couvent grâce aux besoins que la supérieure a eu de me consulter sur des difficultés nouvelles avec M. Fialon214, difficultés que je ne pouvais apprécier qu’en voyant les lieux. Mais cette faveur n’a pas été étendue à Alix, de l’avis de laquelle on n’avait pas besoin215.

462J’ai eu par Mme Laizon des nouvelles d’Eugène qui est allé déjeuner chez elle la semaine dernière à Baron.

  • 216 C’est-à-dire : la fortune du docteur ne sera pas partagée, argument important !
  • 217 Édouard en a 26. Cet écart d’âge de huit ans est absolument classique dans la bourgeoisie de l’épo (...)
  • 218 Voilà donc une fiancée potentielle qui a toutes les qualités. Remarquons que son avis n’est pas vr (...)

463Le Père Zon et lui t’ont découvert un joli petit minois. Il s’agit de la fille unique216 du Docteur Richard, de Charolles, bon patriote, républicain, jolie fortune, qui ne veut donner sa fille qu’à un médecin. La jeune personne n’a que 17 ou 18 ans217 et est fort bien, dit-on218.

464Cela ferait-il ton affaire ?

465Je vais en rester pour aujourd’hui sur le point d’interrogation, obligé que je suis de te quitter pour aller promener ces Dames.

466À la semaine prochaine une plus longue lettre. Je t’embrasse tendrement comme je t’aime.

467Ton père et ami,

468Jules Lelorrain.

Lettre n° 21

469Dijon, 31 mai 1870

470Mon cher Édouard,

471J’aurais bien dû faire comme toi et écrire ma lettre dès la veille de ton départ. Je m’aperçois en effet que, revenant de Flavigny, je suis un peu fatigué par la marche et la chaleur et qu’encore cette fois, j’ai peu de temps à te consacrer si je veux ne pas manquer le courrier.

  • 219 Fixin est à 11 kilomètres de Dijon au nord de la Côte de Nuits. Couchey est à deux kilomètres au n (...)
  • 220 « Ancien collègue » ? Il faut s’entendre. Guillemot ne prendra sa retraite que le 28 janvier 1871. (...)

472Mme Laizon est encore ici et je tâche de lui procurer quelque agrément par des promenades. C’est ainsi qu’avant-hier dimanche, nous sommes allés tous les quatre, elle, Alix, Étienne et moi à Fixin219. Quand je dis à Fixin, je veux dire que nous sommes partis avec la résolution de nous y rendre, mais un orage nous a pris en route et nous nous sommes arrêtés à Couchey chez le père Gaspard Guillemot (un ancien collègue220 de la Cour) où nous avons passé l’après-midi. Nous étions de retour à la maison à 6 heures ½.

473Hier, nous avons eu du monde à dîner. M. Masson, M. Bresset, greffier en chef de mon tribunal et M. Lermier, ingénieur-architecte que j’ai conduit dernièrement à Perrecy et avec lequel j’étais bien aise que Mme Laizon fît connaissance puisqu’il doit faire des constructions pour Bouillin.

474Aujourd’hui, je suis allé à Flavigny avec Mme Laizon et en compagnie du père Bouzerand. Ce dernier étant le supérieur des Ursulines nous a octroyé l’autorisation d’entrer, et nous avons pu embrasser cette chère Bébée [sic] dont ma belle-sœur était heureuse de faire la connaissance. J’ai trouvé cette pauvre enfant un peu fatiguée, un peu souffrante, les traits légèrement tirés. Mais tu sais combien facilement elle change et se remet. J’espère bien que cela ne sera rien. Du reste, elle se montre toujours très heureuse et, à chaque visite, je sors de plus en plus convaincu qu’elle obéit à son inclination naturelle… pour ne pas me servir du mot vocation dont on abuse si facilement.

475Cette vie calme, paisible, exempte d’émotions, de préoccupations, d’imprévu et d’activité est tout à fait dans ses goûts et les besoins de sa nature sensible et douce. Mais le plaisir qu’elle éprouve à me parler de nous tous, de la famille, de toi, en particulier qu’elle aime par-dessus tout – me prouve que ses bons sentiments sont toujours les mêmes.

  • 221 Entre les premières lettres de 1867 et le printemps 1870, l’attitude de Jules envers la mère de Ga (...)

476Je devais aller à Charolles pendant mes vacances (très abrégées d’ailleurs) de Pentecôte, mais je n’en ferai rien : j’ai trop voyagé cette année. Eugène m’attend mais je vais lui dire mes raisons à son grand déplaisir. Il aura pour légère consolation la présence de la grosse mère Estienne221.

477Ta dernière lettre, mon bon ami, était fort intéressante, nous nous sommes bien amusés au récit de ton punch militaire (je sais ce que c’est, pour avoir pris part à un punch au camp de Châlons avec le 4e chasseur où était Ernest Joly) et au récit du dîner de ton marabout.

478Continue à nous initier aux détails des mœurs arabes et aux petits événements de la vie.

479Rien de saillant en politique, ni de nouveau ici.

480Je te quitte et je t’embrasse tant en mon nom qu’en celui d’Alix et de toute la famille. Berthe aussi t’embrasse tendrement.

481Ton père et ami,

482Jules Lelorrain.

Lettre n° 22

483Dijon, 7 juin 1870

484Mon cher ami,

  • 222 À environ 100 kilomètres au sud-est de Sidi-Bel-Abbès, au pied des hauts plateaux.

485Ma lettre te trouvera-t-elle de retour à Bel-Abbès ? C’est bien ce que tu aurais dû me dire. Mais peut-être ne pouvais-tu le savoir. Tu te bornes à m’apprendre ton départ pour Saïda222, à la date du 31 mai, sans me dire si, aussitôt ta mission remplie, tu reviendras à Bel-Abbès, ou si tu passeras quelque temps dans cette résidence éloignée, nommé Saïda.

  • 223 Les communes mixtes étaient administrées par un fonctionnaire nommé et non par un conseil municipa (...)

486Je vois sur mon Dictionnaire de géographie et que c’est une commune mixte223 de 2 776 habitants dont la grande majeure partie est indigène car il n’y a que 448 Français et 165 étrangers. C’est un poste militaire à 20 lieues de Mascara, de la subdivision duquel il dépend. Il est dans la montagne entre le Tell et les hauts plateaux.

487Comme il y a un hôpital, peut-être va-t-on te retenir. Cependant, j’espère que non. Je ne suis pas fâché que tu aies fait cette excursion mais je pense que tu préfères la résidence de Bel-Abbès, et dans cette saison, par ces chaleurs torrides, elle doit être en effet préférable à moins que l’air ne soit rafraîchi par l’altitude à laquelle tu te trouves.

  • 224 Tirailleurs indigènes, définitivement créés par le décret du 10 octobre 1855, à raison de un par p (...)
  • 225 Dès le Second Empire, des idées de pénétration du Sahara, voire de liaison Méditerranée-Niger, s’e (...)

488Ta prochaine lettre sera, je pense, remplie de détails sur ce voyage et cette résidence. Tu me diras aussi ce que vont faire là les 600 Turcos224 auxquels tu as servi d’escorte. Étais-tu seul médecin pour cette horde de sauvages (parmi lesquels il y a cependant bon nombre d’officiers et de sous-officiers français) ? Et que vont-ils faire dans cette galère ? Est-ce un simple changement de garnison ? Ou bien ce bataillon est-il l’avant-garde d’une nouvelle expédition projetée pour le Sud ? Les journaux de l’opposition parlent de la probabilité de cette expédition nouvelle pour réparer l’échec ou le défaut de succès de celle du général Wimpffen225. Il est vrai que les journaux officiels ou officieux soutiennent, comme toujours, qu’on a pleinement réussi. Cependant ils ne sont pas très solides ni très explicites dans leurs affirmations, et ils ne démentent pas la possibilité de l’envoi d’une nouvelle colonne, se bornant à dire qu’on n’y songe pas pour le moment.

489Puisque ta santé est maintenant florissante (ce que j’ai été heureux d’apprendre) et que tu es dans l’âge de la vigueur et de l’énergie physique et morale, je serais bien aise que tu fisses partie de l’expédition si expédition il y a, mais pourvu qu’elle n’ait lieu qu’à l’automne. Car les chaleurs te feraient trop souffrir maintenant. Au reste, je ne pense pas qu’on n’entreprenne rien dans cette saison-ci.

490J’aurais encore une multitude de petites questions a t’adresser : ainsi relativement au cheval qu’on t’a amené. Te restera-t-il ? Sera-t-il ta propriété ? Ou n’en as-tu que l’usage pendant ton voyage, aller et retour ? Dans tous les cas, si tu faisais expédition [sic], le cheval qu’on te donnerait t’appartiendrait-il ?

491Tu es donc eu aucune nouvelle de Landais ? Tu ne m’en parles jamais. Il paraît qu’il est maintenant fixé dans un poste militaire à Tiaret ou dans les environs, chargé du double service de la médecine et de la pharmacie avec 50 francs de plus par mois.

  • 226 Chef-lieu de canton de l’Auxois, à 25 kilomètres à l’ouest de Dijon.

492J’ai reçu hier la visite et aujourd’hui le serment comme notaire d’un de tes camarades de lycée, M. Octave Girard qui était principal clerc de M. Hippolyte Rouget et qui vient d’acheter l’étude de Me Piagey, notaire à Sombernon226. Il m’a dit dans sa visite que vous aviez fait toutes vos études ensemble, qu’il était interne comme toi et de la même classe. Il m’a demandé ton adresse pour t’écrire. Attends-toi donc à recevoir bientôt une lettre de lui.

493Es-tu toujours en correspondance avec Émile Carion ? Lui envoies-tu de l’argent ? Où en est votre compte ?

494Je ne suis pas allé voir Eugène pendant mes courtes vacances de Pentecôte dont la majeure partie s’est écoulée durant le séjour ici de Mme Laizon. Il était si inquiet de ne pas me voir et de ne pas recevoir de mes nouvelles qu’il m’a adressé samedi un télégramme auquel je me suis empressé de répondre. C’est égal, il doit être contrarié.

  • 227 Nombre d’avocats s’étant investis dans l’action politique, Jules veut-il dire qu’ils n’ont plus de (...)

495J’ai repris aussi mes audiences. Mais cela va bien mal cette année. Les affaires publiques détournent nos avocats des affaires privées. Après les émeutes, le plébiscite ; après le plébiscite les élections du conseil général ; aussitôt après, les élections municipales, et, brochant sur le tout, les procès de presse. Aussi ma statistique cette année ne sera pas brillante227. Mais peu m’importe.

496Ah, à propos ! J’ai à t’annoncer une petite nouvelle. Le ministre de l’Instruction publique vient, sur la proposition du recteur M. Monty, de me nommer aux insignifiantes et gratuites fonctions d’administrateur du lycée. On y a joint celles de membre du conseil de surveillance de l’école normale. J’espère bien que cela ne me donnera pas une grande besogne. Autrement je n’aurais pas accepté. Si tu as à me proposer des réformes utiles dans l’administration du lycée, toi qui as si longtemps goûté de sa cuisine, je te donne la parole.

497Mais il faut je te quitte : j’ai peur de n’avoir pas de lettre de toi dimanche, à cause de tes voyages. Dans tous les cas je compte sur des détails pour m’indemniser.

498Nous t’embrassons de tout cœur, Alix et moi,

499Ton père et ami dévoué,

500Jules Lelorrain.

Lettre n° 23

501Dijon, 14 juin 1870

502Mon cher ami,

503J’ai reçu hier seulement avec un retard de 24 heures comparé aux lettres de Bel-Abbès ta longue et intéressante lettre de Saïda. Tu t’attends bien à ce que je te blâme de ton imprudence à te lancer ainsi, seul, à l’aventure dans des contrées inconnues et dépourvues de toute habitation et de tout chemin tracé. C’est un grand hasard que tu aies pu te retrouver et il y avait mille chances pour que tu fusses condamné à passer la nuit dans les bois, les ravins ou les montagnes, au milieu des hôtes incommodes ou dangereux que nourrissent ces contrées désertes. Ton fusil de chasse et ton petit plomb ne t’eussent guère protégé, et puis la fraîcheur des nuits après tant de fatigues et de chaleurs était bien faite pour te rendre malade, sans parler de tant d’autres périls. J’espère bien que cette épreuve te servira de leçon et qu’une autre fois, tu ne te hasarderas plus seul dans le désert.

  • 228 Décidément, il n’est pas en veine d’amabilité avec la « pauvre Alix ». Rappelons qu’elle a, à cett (...)

504Ton récit ne nous a pas moins vivement intéressés, Alix et moi. Cette pauvre Alix qui t’aime beaucoup m’a chargé de te gronder fort, mais comme le courage, la présence d’esprit et l’humeur aventureuse ne déplaisent pas aux femmes, si vieilles qu’elles soient228, dans le fond elle ne t’en aime que davantage.

505Tu es bien certainement, à l’heure où je t’écris, de retour à Bel-Abbès, et tu n’en es pas fâché. Cette excursion t’aura rendu service sous plusieurs rapports. Cela t’a aguerri, fortifié et mûri. Cela t’a fait voir des contrées curieuses et des sites magnifiques, t’a permis de lier connaissance avec d’aimables officiers et enfin cela fait que tu apprécies davantage le charme de ta garnison de Bel-Abbès.

  • 229 La Grande duchesse de Gerolstein, acte I, « Ah, que j’aime les militaires,/Leur uniforme coquet,/L (...)

506Je n’ai pas encore eu la visite du bruyant officier de chasseurs que tu m’as annoncé. Tu peux compter que je le recevrai de mon mieux : d’abord, il suffit qu’il t’ait vu et m’apporte de tes nouvelles ; et puis, je suis un peu comme la grande duchesse : j’aime les militaires229. C’est une faiblesse qui vient de mon enfance.

  • 230 Soldats du train des équipages.

507Ta prochaine lettre me racontera ton retour moins fécond, je l’espère, en péripéties émouvantes. Mais je n’ai pas bien compris avec qui tu revenais : « Le train maréchal des logis, les tringlots230 et leurs mulets », qu’est-ce que tout cela ? Cela veut-il dire : « un détachement du train des équipages » ?

508J’ai bien vu par les journaux de l’opposition que l’expédition n’avait guère réussie : parle-t-on d’en faire une autre ? Désires-tu et penses-tu en faire partie ? En tout cas, tu resteras sans doute à Bel-Abbès jusqu’à l’automne, peut-être même jusqu’au printemps.

  • 231 Ambition limitée, pense le magistrat Jules Lelorrain. Sauf que, financièrement, la position n’est (...)

509Quant à moi, je ne bougerai pas avant le mois de septembre. J’ai assez voyagé comme cela, à moins de choses imprévues, telles qu’un greffe pour Étienne qui est toujours à la recherche de cette position sociale, but de toute son ambition231.

510J’ai lu, il y a à trois ou quatre jours, des nouvelles d’Eugène. Il va bien, sa femme aussi, le vaccin et la dentition ont un peu fatigué sa petite… mais au fait, mieux vaut t’envoyer sa lettre. Elle pourrait t’intéresser.

  • 232 C’est à cet esprit de classement et de conservation, individuel comme familial, que nous devons ce (...)

511Celle de ma mère que je lui ai adressée parle de lui à l’âge de deux ou trois ans. J’en ai d’autres qui parlent beaucoup de toi et que je te réserve. Je me suis amusé ces jours-ci à commencer le classement de correspondances remontant à 20 ou 25 ans232.

512Sur ce, mon bon ami, et n’ayant aucune nouvelle intéressante à t’apprendre, je te quitte jusqu’à mardi prochain.

513Alix et moi t’embrassons tendrement.

514Ton père et ami dévoué,

515Jules Lelorrain.

Lettre n° 24

516Dijon, 21 juin 1870

517Mon bon ami,

  • 233 Formule assez alambiquée. Jules veut-il dire que de toute façon, une « âme bien née » comme celle (...)

518J’attendais avec une vive impatience et j’ai reçu avec un plaisir très grand ta lettre de Bel-Abbès. Car j’étais impatient d’apprendre ton retour sans encombre et les nouvelles aventures de ton deuxième voyage. Cela s’est borné à un orage dont tu as philosophiquement subi les inconvénients sous la capote d’un tringlot. Toutes ces fatigues et ces péripéties fortifient ton tempérament, éprouvent ton courage et achèvent de former ton caractère viril. À ce simple point de vue, je ne puis les regretter. Comme moi après mes excursions, mais avec de plus sérieux motifs, tu goûtes les douceurs d’un retour à ton logis. Tu ne m’avais pas encore parlé de ce M. Magnien, médecin-major du 92e de ligne dont tu te loues beaucoup et qui a la bonté de mettre son cheval à ta disposition. Je t’engage à en user sans trop de discrétion, car en cette matière comme en toute autre, l’excès est un défaut ou une duperie233. Je te conseille de cultiver la connaissance de cet aimable Docteur et de sa famille, ainsi que celle de ton médecin-major. Ces relations pourront t’être très utiles et en attendant, très agréables.

  • 234 Édouard a dû user de formules un peu rudes à l’égard d’Armand Estienne.

519J’ai communiqué tes deux dernières lettres à Émile Carion et au père Landais. Elles les ont fort amusés et intéressés. Ce que tu dis du beau-frère d’Eugène m’a empêché de communiquer ta 1re lettre à ton frère234. C’est dommage. Il aurait pris grand intérêt au récit de ton odyssée.

520Que te dirai-je de nouveau, mon bon ami ?

521Nous avons ici peu d’événements qui puissent t’intéresser.

522Je n’ai pas encore reçu la visite de ton capitaine Joseph. Je l’attends de jour en jour, d’après ce que tu m’annonces, et j’ai dit à la maison qu’on vînt me chercher au tribunal s’il venait pendant que j’y serai. Car je continue à y aller avec la même assiduité.

  • 235 Remarques judicieuses à trois points de vue, dont le dernier n’est exprimé par Jules que de manièr (...)

523Nous avons eu ici, dimanche dernier, une élection de conseiller d’arrondissement. Au fond, cela est sans importance, puisque les conseils d’arrondissement n’ont aucune attribution sérieuse. Mais rien n’est indifférent avec le suffrage universel et comme symptôme de l’opinion publique235. La lutte s’est engagée très vivement entre un conservateur très encroûté [sic], le père Chevalier, prédécesseur de M. Blondel, notaire, qui a été ici le Président du comité plébiscitaire, et un M. Siméon, démocrate radical qui l’a emporté de 5 à 600 voix sur 1 900 votants.

  • 236 Organe légitimiste, lointain descendant de la Gazette de Théophraste Renaudot. Boissieu est un « l (...)

524Dans d’autres cantons, sortaient comme conseillers généraux, MM. Magnin (Saint-Jean-de-Losne), Muteau (Selongey), Perdrix (Fontaine-Française) qui ont été réélus sans difficulté. À Mirebeau, la lutte a été plus vive. Elle s’est engagée entre deux conservateurs et un libéral-légitimiste, soutenu par le parti radical. Les deux premiers étaient le père Vullierod, Président de chambre honoraire, conseiller général depuis 27 ans, très arriéré, très autoritaire, passablement usé ; M. d’Arcy, maître des requêtes au Conseil d’État, neveu de M. Vuitry qui s’est intéressé et occupé pour ton frère et dont, par reconnaissance, je désirais le succès, bien que je ne partage pas ses opinions. Il est conservateur, mais jeune et libéral, il veut le progrès, dans une mesure un peu étroite sans doute, mais enfin il le veut. Le troisième était M. Arthur de Boissieu, un très spirituel écrivain de la Gazette de France236.

525Il y a eu ballottage : M. Vullierod, très distancé dès le premier tour de scrutin, s’est désisté avec mauvaise humeur.

526Finalement M. d’Arcy l’a emporté, je ne sais de combien de voix.

  • 237 Pas de taille peut-être, mais les candidats officiels demeurent redoutables, empire libéral ou pas

527Cette élection n’a aucune importance comme symptôme, la lutte étant mal engagée sous un drapeau légitimiste. Ce que seulement j’appréhende, c’est que cet encouragement ne fasse de M. d’Arcy un candidat futur opposable à M. Magnin. Et cependant il n’est de force ni à lutter avec lui, ni à lui être comparé237.

528À part ces petits incidents politiques, je ne vois ici rien d’intéressant à noter.

  • 238 À raison : elle va mourir en 1873, à 34 ans, ne s’étant jamais vraiment remise de son accouchement (...)

529Mme Blondel ne se guérit toujours pas : elle ne peut marcher. Elle éprouve de fréquentes rechutes. Elle a le système nerveux excessivement excité et continue à être dans un grand état de faiblesse. Ce qui tourmente fort toute la famille238.

530Alix va très bien. Il en est de même, ou à peu près, de ton père. J’ai de bonnes nouvelles d’Eugène qui est à l’époque de ses grandes recettes et conséquemment de ses grandes occupations. Je n’ai pas encore de greffe en vue pour Étienne. Je voudrais bien que cela se présentât d’ici à la rentrée.

531À mardi, mon cher Édouard. Nous t’embrassons, Alix et moi, de tout cœur.

532Ton père et ami dévoué,

533Jules Lelorrain.

Lettre n° 25

534Dijon, 28 juin 1870

535Mon cher ami,

536Je t’écris une bien petite lettre parce que j’ai peu de papier, peu de temps à moi et peu de choses intéressantes à te dire.

  • 239 Écrite le 28 juin, cette phrase sonne sinistrement. Mais personne ne peut encore le savoir.

537Tout est relatif : nous nous plaignons ici beaucoup aussi de la grande chaleur mais plus encore d’une longue sécheresse qui compromet toutes les récoltes et fera de 1870 une très mauvaise année (le vin excepté)239.

538Le Charolais a particulièrement à souffrir car les prés n’ont pas poussé et le bétail a manqué de nourriture. Il se vendra à vil prix et les fermiers ne gagnant rien nous paieront mal ou point.

539Mais, à propos du Charolais, je m’occupe d’Eugène en faisant des démarches pour M. Bertrand et je ne suis pas sans quelque espoir de réussir.

540Je crois t’avoir dit que ce brave père Bertrand ne désire rien tant que de retourner dans son pays la douce Charente. C’est au point que, quoique ayant droit à l’avancement, il accepterait avec reconnaissance Rouillac près d’Angoulême dont la perception ne vaut pas plus que Perrecy.

  • 240 Jean-François Gustave André (1805-1878), non pas « membre » mais président du conseil général de 1 (...)
  • 241 Le dossier personnel de Bouniceau comporte en effet de nombreuses lettres d’André à l’appui des fr (...)

541Or, j’ai imaginé d’écrire au père Bouniceau qui est maintenant juge à Bordeaux où son fils est substitut. Il est très lié avec un député centre-droit, très influent, M. André240, de la Charente, comme lui membre du conseil général241. Ce M. André s’intéresse à M. Bertrand. C’est donc en faveur de ce dernier que j’ai écrit. M. Bouniceau me transmet ce soir la réponse : elle est très aimable. M. André va agir vivement pour faire obtenir à M. Bertrand ce qu’il désire. Si cela réussissait, le receveur particulier enverrait d’urgence et provisoirement Eugène à Perrecy. Or, comme en France rien n’est plus définitif que le provisoire, la question se trouverait résolue.

542Quoi qu’il en soit, le père et le fils Bouniceau me chargent pour toi de mille amitiés.

543Ils m’invitent bien chaleureusement à aller les voir soit à Bordeaux, soit dans leur campagne près d’Angoulême… Mais j’ai assez fait de voyages comme cela.

  • 242 « Aujourd’hui » est un mardi. Sur le mariage et sa place dans les modes et habitudes de conviviali (...)
  • 243 L’autre témoin de la mariée étant son oncle, le juge de paix de Semur. Les témoins du marié étaien (...)

544J’ai assisté aujourd’hui242 comme l’un des témoins243 au mariage de Marie Matry avec M. Chabeuf (voilà j’espère un beau nom avec lequel tu peux faire une charade, si le cœur t’en dit). Ce M. Chabeuf est de Dijon. Il y est conseiller de Préfecture. J’étais conséquemment de la noce qui a été très nombreuse et très brillante, en toilettes, mais non d’une gaieté folle.

545À midi, après les cérémonies qui m’avaient pris toute la matinée, je suis monté à l’audience que j’ai quittée pendant une heure (de une à deux) pour figurer un moment au déjeuner. Puis j’y suis retourné et j’ai jugé jusqu’à cinq heures.

546Les jeunes époux ont dû partir à six heures ce soir pour faire un petit voyage de miel [sic] en Suisse, en chantant : « Allez-vous-en, gens de la noce… »

547Rassure-toi : je me porte assez bien. Alix va à merveille… Tom aussi… Et ton chien, tu ne m’en parles plus ? Je n’ai pas encore vu ton capitaine : doit-il retourner en Afrique ? Pourrait-il se charger d’une commission pour toi ? Un revolver, dont je voudrais te faire cadeau ?

548À la semaine prochaine, une plus longue lettre. En attendant, nous t’embrassons Alix et moi tendrement comme nous t’aimons,

549Ton père et ami dévoué,

550Jules Lelorrain.

Lettre n° 26

551Dijon, 5 juillet 1870

552Mon cher ami,

  • 244 Cette lettre est du 5 juillet. La candidature Hohenzollern au trône d’Espagne a été relancée, sous (...)

553Les semaines s’écoulent si rapidement au milieu de mes occupations de plus en plus actives à mesure que les vacances approchent et les nouvelles intéressantes sont si rares244 dans le cercle étroit où je vis que j’ai bien peu de choses à te conter.

  • 245 Deux remarques : la durée du voyage de noces, dix jours ; son but, la Suisse, une des premières de (...)

554Je t’ai dit le mariage de Marie Matry. Elle est partie le jour même avec son mari, jeune homme spirituel, aimable et joli garçon. Ils sont allés en Suisse et reviennent après-demain245.

  • 246 Lydie Matry, cousine de la mariée, l’une des « Demoiselles » (lettre du 26 mai 1867). La formule d (...)
  • 247 Si la physiologie du diabète et ses manifestations étaient connues depuis le XVIIe siècle, on igno (...)

555Mlle Lydie, retenue par sa santé, n’a pu assister au mariage, à mon grand déplaisir, mais elle viendra après-demain en allant à Vichy246. Tu sais que cette pauvre fille est atteinte du diabète, terrible maladie dont il est, je crois, difficile, sinon impossible de guérir247.

  • 248 Décidément, les deux frères n’arrivent pas à « digérer » l’entrée de leur sœur au couvent.

556J’ai reçu ce matin une lettre de notre chère Berthe. C’était avant-hier sa fête et je la lui ai souhaitée. Elle est bien portante en ce moment, dit-elle. Ces dames sont toujours très bonnes pour elle. On ne lui demande pas plus qu’elle ne peut faire, et on la dispense de toute obligation et de tout travail sitôt qu’elle se trouve fatiguée. En un mot, elle continue à se montrer très heureuse. Elle ne regrette qu’une chose, cette pauvre enfant, c’est d’être oubliée de ses frères. C’est de ne recevoir jamais de lettre ni de l’un, ni de l’autre. Eugène ne lui a pas encore écrit depuis qu’il est à Charolles, et son petit frère Édouard qu’elle aime tant, dont elle parle et s’inquiète toujours, n’a guère été plus aimable pour elle248.

557Ton voyage à Saïda et ses péripéties que je lui ai racontées l’ont vivement impressionnée. Mais elle prétend qu’il faudra encore quelques aventures pareilles pour t’inspirer plus de prudence et de sagesse. Elle dit toutefois que, si elle n’ambitionne pas ton originalité, elle voudrait bien que tu lui cédasses un peu de ton énergie de caractère.

  • 249 Félix était alors premier commis de la direction (départementale de l’enregistrement) à Dijon, sel (...)

558J’ai rencontré aujourd’hui Félix Fénéon qui venait d’apprendre sa nomination comme vérificateur249. Il l’attendait de jour en jour, mais il craignait fort d’être envoyé dans les Basses-Alpes ou dans les Hautes-Pyrénées. Au lieu de cela, on le nomme vérificateur sans résidence fixe mais ambulant dans [sic] Saône-et-Loire. On lui a donné cette situation qui est ordinairement le partage d’un employé garçon pour n’avoir pas à lui imposer une résidence trop éloignée et peu agréable. Il a la certitude, paraît-il, de ne pas ambuler pendant plus de 5 ou 6 mois.

  • 250 « Une vraie Parisienne » = une femme un peu légère, par opposition au « sérieux provincial ». Édou (...)

559Durant ce temps, sa femme restera ici ou elle ira voir ses père et mère à Paris, plutôt ceci que cela car cette petite femme est une vraie Parisienne. Je ne voudrais pas, malgré sa fortune, t’en voir une comme elle250.

  • 251 Épouse de l’avocat général déjà cité.
  • 252 Allusion à une pièce récente du très populaire Victorien Sardou, La Famille Benoîton (1865). « Cet (...)

560Si elle n’est pas jolie, en revanche elle est fort coquette. Elle a les mises les plus excentriques et les plus ébouriffantes. Elle est fort liée avec Mme Bernard251, autre Benoîton252, qui pourra bien un jour faire parler d’elle. Cela ne m’étonnerait nullement.

561Que te dirai-je encore ? Je ne trouve toujours pas de greffe pour ce pauvre Étienne : encore une lettre aujourd’hui qui m’annonce une affaire manquée.

562Je n’ai pas eu de nouvelles d’Eugène depuis que je t’ai écrit. J’attends une lettre de lui car le moment de son coup de feu est passé.

563Mais ce que j’attends surtout, mon bon ami, c’est une lettre de toi qui me rassure sur ta santé. Tu viens de payer le tribut au climat, aux fortes chaleurs et surtout à ton imprudence. N’avais-je pas raison dernièrement de te prêcher l’abstention des liqueurs fortes, des veilles et des fraîcheurs de la nuit, l’usage de la flanelle, la sobriété, l’absence de tout excès ?

564Tout cela, c’est comme si j’eusse chanté. Est-ce qu’on écoute jamais les conseils de son Père ?

565Et cependant, quand on a l’honneur d’être médecin, on devrait prêcher d’exemple et pratiquer pour soi-même les règles et précautions hygiéniques qu’on recommande si bien aux autres.

  • 253 En fait (voir sa biographie en annexes), Édouard eut assez tôt des ennuis de santé relativement sé (...)

566Mais enfin, rassure-moi. Dis-moi que cette indisposition n’a pas eu de suite253.

567Et, en attendant cette nouvelle désirée, reçois mes embrassements et ceux d’Alix.

568Ton père et ami dévoué,

569Jules Lelorrain.

Lettre n° 27

  • 254 Cette lettre est à la fois capitale et étrange. Capitale : on se reportera à l’introduction pour c (...)

570Dijon, 12 juillet 1870254

571Mon cher ami,

  • 255 La Fontaine, Fables, Livre 1, L’Enfant et le maître d’école.

572De quoi t’entretiendrais-je aujourd’hui sinon de l’objet unique de toutes les préoccupations ? La guerre ! À l’heure qu’il est, elle est peut-être déclarée et les premières troupes sont en marche. La parole va être aux événements, à quoi serviraient aujourd’hui les récriminations ? Le gouvernement ne pourrait-il pas faire à l’opposition la réponse de l’enfant qui se noie au maître d’école qui lui fait un discours : « Tire-moi du danger, tu feras après ta harangue255. »

  • 256 Ce fut la « Guerre des Duchés » en 1864, menée par la Prusse et l’Autriche au sujet du Schleswig-H (...)
  • 257 En 1866, avec le « coup de tonnerre » de Sadowa.
  • 258 En vertu du traité de paix concluant la guerre de 1866 et portant dissolution de la Confédération (...)
  • 259 Appréciation lucide…
  • 260 Expression inexacte. Il n’y avait pas de « Confédération du sud » mais les États du sud (Bavière, (...)
  • 261 Le général espagnol, chef de la junte militaire qui avait détrôné la reine Isabelle II en 1868 et (...)
  • 262 Il n’est pas sûr que Bismarck ait vu vraiment un grand intérêt à la présence d’un Hohenzollern sur (...)
  • 263 Ce thème de la reconstitution de l’empire de Charles-Quint relevait bien plus du fantasme que de l (...)

573Sans aucun doute, notre gouvernement a commis bien des fautes : il a abandonné le Danemark à la convoitise de la Prusse256 ; il a laissé battre l’Autriche257, il a permis à la confédération du Nord de se former258 et de faire de la Prusse une puissance au moins égale à la France259 ; il n’a rien fait pour empêcher la confédération du sud de l’Allemagne, en train d’augmenter encore sensiblement et jusqu’à nos portes la force de cette nation ambitieuse et outrecuidante260 ; il a été assez mal servi par nos ambassadeurs, si richement payés pour ne rien savoir et être la dupe des intrigues de Prim261 et de Bismarck262. Mais ce sont là des faits accomplis et indépendants de ce fait nouveau : l’acceptation de la couronne d’Espagne par un prince allemand, parent et sujet du roi de Prusse263.

574Soyons justes et français avant tout. Devions-nous, dans la situation des choses et quelles que soient les circonstances, ou si tu veux les fautes qui ont amené cette situation, devions-nous, dis-je, attendre d’une manière impassible que par l’effet de nouvelles intrigues, les Cortés eussent ratifié le choix des généraux espagnols ?

575Si nous l’avions fait, on aurait dit : pourquoi avoir attendu ? Pourquoi laisser les faits s’accomplir ? Il est trop tard : le vœu national s’est manifesté.

576Nous ne le devions, ni ne le pouvions. Il était temps de parler haut et ferme. Je déplore la guerre à tous les points de vue : c’est un anachronisme, une monstruosité, soit ! Mais nous ne pouvons pas cependant nous laisser humilier et permettre qu’une puissance déjà trop considérable étende son empire, ses forces ou son influence au gré de son excessive ambition.

  • 264 Allusion évidente à Joseph Bonaparte (pour lequel elle est juste) mais affirmation de principe trè (...)
  • 265 Appréciation tout à fait juste. Dès 1870, avant la guerre, nombre de Français, et sans doute d’Eur (...)

577Je sais bien que l’Espagne déteste les princes étrangers264, et qu’il est possible qu’un roi allemand ne convenant ni à son tempérament, ni à son orgueil ne fasse pas un long bail dans ce pays mobile et agité. Mais nous connaissons aussi l’adresse de Bismarck, le premier sinon le seul homme d’État de notre époque265. Et où un autre échouerait, peut-être pourrait-il réussir.

578Fallait-il courir de telles chances ? J’avoue que je ne le pense pas, et je ne me sens pas le courage de blâmer le gouvernement de sa sensibilité nationale.

  • 266 Jules incarne un patriotisme assez jacobin que ne partageait guère, la suite le prouvera très vite (...)

579Soyons français avant d’être homme de parti. Faisons taire tout sentiment en présence de l’ennemi commun. Il sera toujours bien temps d’en revenir à nos discordes civiles266.

580Mais je te parle de tout cela dans la supposition que tu es au courant des événements. D’abord, le courrier qui te porte ma lettre te portera en même temps les journaux de plusieurs jours. Mais je ne doute pas que des télégrammes vous aient instruits de la situation.

581Peut-être même avez-vous reçu des ordres d’apprêt de départ. Peut-être te reverrai-je bientôt. Car il me semble que le service de la médecine militaire va avoir besoin, comme les autres, d’être mis sur le pied de guerre. Ne doit-il pas y avoir un médecin militaire par bataillon soit, pour quatre bataillons, quatre médecins, tant majors qu’aide-majors ? S’il en est ainsi, plusieurs de vous seront appelés à faire partie de l’armée.

582Je voudrais que tu fusses du nombre. D’abord je te verrais en passant, ensuite ce serait pour toi une très intéressante et très instructive campagne. La protection de ton ami, le père Magnien comme tu l’appelles ne pourra-t-elle pas te servir en cette circonstance ? Ne pourrais-tu pas te faire attacher à son régiment ?

  • 267 Son surnom.

583J’ai vu M. [illisible] qui connaît bien en effet un capitaine de chasseurs qu’on attend d’un jour à l’autre. Mais est-ce Joseph qu’il se nomme ? Quoique son parent, il ne connaît pas son prête-nom267. Je suis contrarié de ne pas voir ce capitaine. Je l’eusse chargé pour toi d’un revolver dont je t’ai parlé et que je tiens à ta disposition. J’admets très bien que tu n’en veuilles à la vie de personne et que la tienne ne soit pas davantage menacée, mais c’est là un porte-respect [sic] qui, dans des circonstances imprévues, peut néanmoins être fort utile, surtout en pays étranger.

584J’aurais encore mille choses à te dire sur les événements généraux. Quant à ceux spéciaux à la famille, je n’en dirai pas autant. Rien d’intéressant ni de nouveau. Mais Alix me presse de clore pour porter avec moi ma lettre à la poste et faire un petit tour de promenade.

585Au revoir, mon bon ami. Nous t’embrassons elle et moi tendrement comme nous t’aimons,

586Ton père et ami,

587Jules Lelorrain.

Lettre n° 28

588Dijon, 19 juillet 1870

589Mon cher ami,

590Je t’écris à tout hasard et cependant je suis persuadé que, si déjà tu n’es parti, ma lettre ne te trouvera plus à Bel-Abbès, mais peut-être te suivra-t-elle.

  • 268 Cette lettre est datée du 19 juillet, jour même de la déclaration de guerre française. Jules l’ign (...)

591En présence des immenses préparatifs de guerre qui sont faits et de l’énorme déploiement de nos forces de terre et de mer, je ne puis douter qu’on n’ait besoin de tes services et qu’ils soient mis en réquisition268.

  • 269 L’armée du nord = l’armée de Lorraine, d’abord commandée par Napoléon III en personne, par ailleur (...)

592Je m’attends d’un instant à l’autre à recevoir de toi soit une petite lettre, soit un télégramme m’annonçant ton passage par Dijon car il me semble que c’est ton chemin soit qu’on t’envoie dans l’armée du nord, ou dans l’armée de l’est269.

593Seras-tu attaché à un régiment et lequel ? Seras-tu envoyé dans un hôpital ou dans une ambulance ? J’ignore tout cela et ton sort me préoccupe beaucoup. Je ne dirai pas qu’il m’inquiète. Non : tu te portes bien, tu es plein d’énergie et de jeunesse. Avec cela, tu pourras aisément surmonter les fatigues et les dangers de la campagne.

  • 270 En 1870 comme en 1914, le mythe (la certitude) d’une guerre courte permit d’éviter les trop graves (...)
  • 271 Il est très rare qu’on fasse la guerre en pensant être battu. Remarquons toutefois que Jules emplo (...)

594Cette campagne sera terrible sans doute, mais elle sera rapide270 et, j’en ai le ferme espoir, victorieuse271, aussi désiré-je, je l’avoue, que tu en fasses partie.

  • 272 Cela serait logique : les troupes d’Algérie débarquées à Marseille passent par Lyon et Dijon.

595Eugène, persuadé comme moi que tu dois passer par Dijon272, est venu hier nous surprendre. Il a obtenu 3 ou 4 jours de congé et a fait le voyage dans l’espoir de te serrer la main à ton passage. Serons-nous trompés dans notre attente ? C’est ce que nous saurons d’ici à peu, car si tu reviens d’Afrique, tu ne peux tarder.

  • 273 La garde mobile prévue par la réforme de 1868 n’avait été organisée que très partiellement. À gran (...)

596Je me préoccupe aussi beaucoup de tes cousins Hippolyte et Karl, sans parler de Léonce et d’Hippolyte Perrin. Mon neveu Hippolyte fait partie du 37e (je crois). Part-il ? C’est probable. Ta pauvre tante doit être désolée d’autant plus que Karl doit faire partie de la mobile273, c’est-à-dire que s’il ne court pas les mêmes dangers, du moins il a le chagrin de quitter sa place que, j’espère, il pourra reprendre après la campagne.

597Sais-tu dans quel régiment est Ernest Joly ? Sais-tu si Landais part ? Je n’ai pas encore vu son père qui est à la campagne.

  • 274 À presque 70 km au nord de Dijon, près de Châtillon-sur-Seine, dans la partie la plus boisée et la (...)

598J’ai reçu la visite du capitaine Joseph. Il m’a remis de ta part les cigares et les cigarettes dont je te remercie et que je vais partager avec Eugène. Les uns et les autres sont excellents. Ce brave capitaine m’a paru un charmant garçon que j’espère bien revoir. Je l’ai invité à dîner, mais ce jour-là il était avec son beau-frère et n’a pu accepter. Ce beau-frère chez lequel il est descendu a une habitation à Larrey274 (près de la fontaine Sainte-Anne). Je crains d’être indiscret en allant l’y voir. Mais il m’a bien promis de revenir.

  • 275 Voilà donc cette formule qui constate un état de fait, sans plus. Mais il est stupéfiant qu’il ne (...)

599La guerre n’était pas encore déclarée275 quand je l’ai vu et il m’a assuré qu’étant en congé de convalescence, on ne le rappellerait pas. Cependant, j’en doute, tant les rappels sont étendus.

  • 276 Général de brigade commandant la subdivision militaire de Dijon.

600Notre général Osmont276 part. Il est nommé chef d’état-major du 4e corps d’armée. Son poste est, quant à présent, Thionville.

  • 277 L’enthousiasme patriotique égare Jules, comme nombre de Français à lui semblables, sans doute. Sac (...)
  • 278 Indication intéressante : la Marseillaise avait été proscrite sous le Premier Empire, la Restaurat (...)

601Il passe ici depuis quelques jours 20 à 25 000 hommes par jour277. Nous sommes remplis de soldats rappelés de congé et de soldats de la réserve. On n’entend chanter que La Marseillaise278. La ville a une animation extraordinaire.

602La parole est maintenant au canon et toute discussion, toute observation, tout regret sont superflus et hors de saison. Aussi, je m’abstiens de réflexion et me borne à faire les vœux les plus ardents pour le succès de nos armes.

603Je compte, mon bon ami, sur ton affection et ton caractère pour me tenir au courant de ce que tu deviens et me donner fréquemment de tes nouvelles.

604Au revoir mon cher enfant. Alix, Eugène et moi t’embrassons tendrement,

605Ton père et ami,

606Jules Lelorrain.

Lettre n° 29

607Dijon, 26 juillet 1870

608Mon cher Édouard,

609J’attendais impatiemment une lettre de toi, pensant qu’elle m’annoncerait ton ordre de départ.

610Il n’en était rien encore à la date du 19. Qu’est-il advenu depuis ?

  • 279 Il est clair que Jules qui n’a jamais fait la guerre ni même, comme nombre de Français de sa génér (...)

611J’avoue que, malgré les dangers et les fatigues de la guerre, je serais très désolé que tu ne fisses pas campagne. Ne parlons ni de gloire, ni d’avancement puisque tu as pour ces choses un dédain superbe. Mais tu verrais du pays, tu t’instruirais, tu trouverais mille occasions de faire preuve de courage, d’énergie et de dévouement, dusses-tu n’en retirer d’autre profit que la satisfaction personnelle que procure le devoir accompli279.

612J’ignorais que le personnel médical de l’hôpital de Bel-Abbès fût aussi nombreux : un médecin-major et quatre aides-majors, c’est beaucoup et, quel que soit le nombre de vos malades (900, dis-tu), je ne crois pas qu’on vous laisse tous. Mais tu penses que deux de tes collègues plus anciens que toi partiront à ta place. Qu’ils partent les premiers, c’est possible, mais je persiste à croire qu’on t’appellera aussi et qu’on laissera le soin de vos malades aux médecins militaires de la garnison tel que le père Magnien et aux médecins civils. Ce qui me le fait croire, c’est le grand besoin qu’on paraît avoir de médecins. Le gouvernement fait appel aux médecins civils qui consentiront à partir comme auxiliaires. Il accepte les services des étudiants civils de 3e et 4e année, etc., etc. ; Autre exemple :

  • 280 Ce Flammarion-là n’a sans doute pas de lien de parenté direct avec Camille, l’astronome, ni Ernest (...)

613Tu sais que ton camarade Flammarion280 avait en partant du Val-de-Grâce donné sa démission d’aide-major mais et s’était établi dans son pays à Nogent, Haute-Marne. Il allait même se marier ces jours-ci. Mais il faisait partie de la réserve d’une des classes appelées. Il a reçu l’ordre de partir comme soldat. Alors, il a fait valoir sa qualité de Docteur et son ex-qualité d’aide-major et quoique démissionnaire, il a obtenu de reprendre son grade et vient de partir pour Metz.

614Un tel exemple et beaucoup d’autres permettent difficilement de croire qu’on t’oublie à Sidi-Bel-Abbès. Du reste, si on t’y oublie, il faudra en attribuer en partie la faute à ton puritanisme qui ne te permet pas de rien demander. Moi qui n’ai pas pour mes fils le même scrupule que, dans mon expérience du monde, je considère comme une duperie, j’aurais bien écrit pour toi à l’intendance d’Oran. Mais j’ai voulu respecter ta manière de voir et te laisser toute ta liberté et toute initiative.

615Je crois t’avoir dit dans ma dernière [sic] que ton frère était venu ici, espérant te voir à ton passage. Il est reparti déçu.

  • 281 L’épouse de son frère Hippolyte.
  • 282 Toute cette vision presque idyllique est évidemment fausse de bout en bout.

616J’ai reçu ce matin une lettre de ta bonne tante Rosine281. La pauvre femme avoue qu’elle n’a pas les sentiments d’une Romaine. Elle déplore la guerre et en redoute les conséquences pour ce qui lui reste de ses fils. Karl vient de recevoir avis d’avoir à se tenir prêt à partir cette semaine comme garde national mobile. Les mobiles de la Seine passent d’abord quelques jours dans les forts autour de Paris ; là, on les arme et on les équipe et puis on les envoie au camp de Châlons où ils sont exercés au maniement des armes, école de peloton, etc. Ta pauvre tante s’inquiète à tort : je suis convaincu que la garde nationale mobile, appelée exclusivement à remplacer l’armée ou à la seconder dans le service ou la défense des places fortes, n’aura aucun danger à courir. Les Prussiens ne vont pas s’amuser à attaquer nos places : ils se feraient prendre entre deux feux. Au reste, je crois que la campagne ne sera pas longue. Après une bataille meurtrière de part et d’autre, les grandes puissances de l’Europe interviendront pour nous imposer la paix282.

617M. Cassassa (tu le reconnaîtras à ce trait) a décidé qu’il enverrait chaque mois exactement son traitement à Karl et qu’il l’augmenterait à son retour.

  • 283 C’est-à-dire qu’elle souligne exclusivement, contrairement à Jules, le mot « retour ».

618Ta pauvre tante souligne ce dernier mot283 ! Écris donc lui pour la rassurer.

  • 284 Hippolyte le fils.
  • 285 Il y avait donc, en France, en 1870, à terre, des soldats atteints du scorbut. C’est dire la quali (...)

619Quant à Hippolyte284, il a écrit à sa mère qu’il allait partir pour l’Afrique. Mais cela n’est ni vrai, ni possible. Ton oncle a appris par un officier de ce régiment qui connaît ton cousin que le dépôt dont il fait partie ne partirait ni pour l’Afrique ni pour l’expédition mais resterait à Issoudun, et, d’un autre côté, ce pauvre Hippolyte est à l’hôpital, malade du scorbut, maladie qui menace d’être longue285.

620Ta tante peut donc être bien tranquille quant à Hippolyte ; et quant à Karl, aucune raison sérieuse de s’alarmer.

621Ton oncle est, paraît-il, plein d’une ardeur juvénile. Il déclare qu’il partirait s’il n’avait pas 54 ans. Mais son âge, ajoute-t-il, ne l’empêcherait pas de prendre un fusil et d’aller faire le coup de feu si les Prussiens menaçaient Paris.

  • 286 La ceinture de forts tiendra les Allemands à l’écart de Paris, sans pouvoir empêcher les bombardem (...)
  • 287 Les fameuses « Fortifs » construites de 1841 à 1844 sous l’impulsion de Thiers après la grave cris (...)

622Toute chimérique que puisse paraître une telle hypothèse, le ministre de la Guerre ne prend pas moins des sûretés : il fait armer tous les forts qui entourent Paris286 et garnir ses remparts287 de pièces de canon.

  • 288 Moins célèbre aujourd’hui que les deux premiers, mais pas forcément à l’époque. Le texte en aurait (...)

623Dijon a, depuis la déclaration de guerre, une animation extraordinaire : nuit et jour, il passe des troupes. Ce sont des régiments qui ne font que traverser la gare ; ou des hommes isolés mais de toutes les armes qui vont rejoindre leurs régiments. On n’entend que des chants patriotiques : la Marseillaise, le Chant du départ, les Girondins288, etc. On se croirait au lendemain d’une révolution. Le gouvernement favorise cet élan, si utile dans un pareil moment. Les enrôlements volontaires sont nombreux. Les dons patriotiques abondent.

  • 289 Ces sévères consignes ne seront qu’imparfaitement respectées, surtout après le 4 septembre. Une lé (...)

624Que te dirai-je encore ? Tout le monde est dans l’attente de grands événements. Mais, en attendant, la curiosité publique est bien déçue. Un silence absolu a été imposé à tous les journaux sur les opérations de la guerre et les mouvements de troupes. Cela se comprend dans certaines limites, cependant, on va trop loin et on exige des choses qui ne sont ni dans le caractère français, ni de notre époque. Ce qui résultera de là, c’est qu’on révoquera en doute la vérité de tout ce que le gouvernement voudra bien dire et qu’on propagera une foule de faux bruits et de nouvelles alarmantes que le Journal Officiel sera impuissant à démentir289.

625Mais il faut que je te quitte. Alix t’embrasse. Nous parlons tous les jours de toi. À chaque coup de sonnette, elle croit t’entendre. Nous t’embrassons tendrement.

626Ton père et ami,

627Jules Lelorrain.

Lettre n° 30

628Dijon, 9 août 1870

629Mon cher Édouard,

630Toute la France est consternée ! Nous éprouvons désastre sur désastre ! Je ne sais où tu en es des nouvelles et par laquelle il faut commencer.

631Nous étions au début pleins d’engouement et de confiance. À ces sentiments succèdent aujourd’hui l’abattement et la crainte ! C’est une exagération à la place d’une autre.

632Il est certain cependant que la situation est des plus graves. Tout dépend de l’issue d’une nouvelle bataille à livrer entre Metz et Nancy. Si elle est gagnée, il faudra encore un puissant effort pour repousser l’ennemi de notre territoire envahi. La France pourra être sauvée, mais il ne faudra plus la bercer de l’espoir de reconquérir les provinces rhénanes. Elles sont à jamais perdues pour nous.

633Si nous essuyons une nouvelle défaite, les Prussiens marcheront sur Paris qu’il s’agira de défendre à outrance. Car Paris pris, la France serait démoralisée et bientôt démembrée.

  • 290 Bien que Jules ne soit pas militaire ni stratège, toute l’analyse que contient cette lettre est tr (...)

634Mais quelle inqualifiable imprévoyance ! Quelle déplorable légèreté a présidé à la conduite de toute cette campagne290 !

635D’abord nous n’étions pas prêts en ce que notre armée était insuffisante en nombre, qu’elle n’était pas appuyée par une forte réserve placée à porter de seconder une attaque ou de secourir le corps d’armée le plus menacé. En ce sens aussi que la garde nationale mobile n’était ni organisée, ni équipée, ni armée. À peine depuis la déclaration de guerre a-t-on donné l’ordre de départ dans quelques départements.

  • 291 Les territoires bavarois situés sur la rive gauche du Rhin comprenant notamment Landau, Spire, etc
  • 292 Il avait 14 ans.
  • 293 Les mitrailleuses Reffye, arme entièrement nouvelle et dévastatrice. La majorité des pertes prussi (...)

636Puis, sans savoir comment l’ennemi a massé ses forces, ni sur quel point il les concentre, nous disséminons les nôtres en six ou sept corps d’armée sans même assurer entre eux de rapides moyens de concentration. Cependant nous paraissons vouloir envahir la Bavière rhénane291. Pour donner au prince impérial le baptême du feu et procurer aux courtisans le plaisir de célébrer « le calme et le sang-froid de cet enfant292 », nous nous amusons à occuper les hauteurs qui dominent la ville ouverte de Sarrebruck. Nous en délogeons l’ennemi auxquels nous étions bien supérieurs en nombre, nous faisons l’essai de nos mitrailleuses à 1 600 m sur quelques pelotons prussiens293.

637Pour arriver à ce beau succès, nous avions perdu huit jours ! Pendant quatre jours encore, nous nous reposons sur nos lauriers, sans songer à pousser en avant ! Attendant je-ne-sais-quoi ! Et sans nous douter que l’ennemi mettait ce temps à profit pour masser ses forces et prendre l’offensive. Nous nous en doutions si peu qu’une division du maréchal Mac-Mahon, non pas même une division entière mais trois régiments se détachant du corps d’armée se portent à Wissembourg. Sur quel ordre ? Pourquoi faire ? C’est ce qu’on n’a pas encore éclairé. Tout à coup, un corps d’armée de 80 000 hommes tombe sur les 7 000 hommes formant ces régiments : pendant trois à quatre heures, ces derniers font des prodiges de valeur. Mais, à mesure qu’ils étaient épuisés par les pertes et la fatigue, des troupes fraîches arrivaient à l’ennemi, d’ailleurs parfaitement abrité par des bois et la nature du sol. Chose incroyable : aux nôtres, pas de secours ! Où était le reste de la division, le reste du corps d’armée ?

  • 294 La mort de Douay à 11 heures du matin, victime de l’explosion d’un caisson d’artillerie, fut une c (...)
  • 295 Tous ces chiffres sont très imprécis. Mais les batailles du mois d’août, opposant en rase campagne (...)

638Si Mac Mahon était arrivé pendant que nos soldats tenaient, la face des choses pouvait changer. Mais le général de division Abel Douay est tué294 et nos régiments se replient, non sans avoir fait éprouver à l’ennemi une perte, dit-on, de 7 000 hommes295.

639Quelle a été notre perte ? On ne l’avance pas. Et, comme en présence du silence imposé à tous les journaux, la parole n’est qu’au bulletin officiel, nous ne pouvons rien savoir.

  • 296 Une confiance tout à fait injustifiée n’est pas la seule raison du désastre. Les défauts de la cha (...)

640Ce premier échec a bientôt été suivi de deux autres essuyés, l’un par le maréchal Mac Mahon, l’autre par le général Frossard. Ces deux corps d’armée ont eu, du jour au lendemain, a subir le choc de forces très supérieures. Comment ne s’en sont-ils pas doutés ? Comment (et cette réflexion s’applique à l’affaire Douay) n’ont-ils pu savoir l’arrivée d’armées aussi importantes ? Pourquoi n’avoir pas eu des espions ? Des éclaireurs ? Pourquoi n’avoir pas envoyé à d’assez longues distances des tirailleurs ? Cela était facile dans un pays boisé, semé de ravins, de montagnes, de rochers. Non. Il semble que dans leur aveugle confiance, les chers avaient négligé les précautions les plus vulgaires296.

  • 297 C’est inexact. Mac Mahon et son armée en déroute ont d’abord suivi un chemin fort incertain avant (...)
  • 298 Joseph Émile Colson (1821-1870), chef d’état-major de l’armée d’Alsace, tué d’une balle en plein c (...)

641Le maréchal Mac Mahon, après un combat très meurtrier, a dû se replier sur Metz297. Le général Colson298 a été tué à ses côtés. Les journaux prussiens disent qu’ils nous ont fait 4 000 prisonniers, pris plusieurs pièces d’artillerie et deux aigles.

  • 299 Lors du combat de Forbach-Spicheren, Bazaine, par sa mauvaise volonté et son refus de soutenir Fro (...)

642Le gouvernement ne fait pas connaître l’étendue de nos pertes. Le général Frossard, commandant un autre corps d’armée, a également été battu et forcé de se replier sur Bitche299.

  • 300 Étape dans ce qui va constituer, pour la première fois dans l’histoire de France, période 1792-181 (...)

643En présence de ces désastres, les chambres (qu’on avait eu le grand tort de clore) ont été rappelées d’abord pour le 11 puis pour le 9 (aujourd’hui). Le département de la Seine a été déclaré en état de siège. On s’est décidé (mesure encore incomplète) à décréter que tous les hommes de 30 à 40 ans feraient partie de la garde nationale sédentaire et on va proposer aux chambres la levée comme garde nationale mobile de tous les hommes de moins de 30 ans300.

644On travaille aux fortifications de Paris. On abat les maisons qui sont dans la zone militaire.

  • 301 Le type même des bruits absurdes. Et pourtant, Jules Lelorrain n’est pas un citoyen ordinaire.
  • 302 Formule très étrange qui semble comporter une acceptation implicite de la défaite, acceptation que (...)
  • 303 On se demande bien pourquoi. De toute façon (voir plus haut), le tsar est mal disposé envers la Fr (...)
  • 304 Le gouvernement français en avait averti le gouvernement italien le 2 août. Trop tard pour faire b (...)
  • 305 Comme tous les républicains, les libéraux mais aussi nombre de catholiques gallicans, Jules estime (...)

645Voilà les nouvelles certaines, officielles. Après cela, mille bruits circulent, plus ou moins faux, plus ou moins vraisemblables. On dit que nous avons fait avec l’Italie un traité d’alliance par suite duquel elle nous envoie 100 000 hommes301. Cela serait quelque chose. Mais cela prolongerait la guerre302 et pourrait bien mettre contre nous la Russie303. Ce qu’il y a de certain et ce que tu sais déjà sans doute, c’est que nous retirons enfin nos troupes de Rome304. Est-ce l’exécution d’une clause d’un traité secret ? Quoi qu’il en soit, c’est fort bien fait. C’est la réponse au dogme de l’infaillibilité305.

  • 306 Pas encore, mais cela sera fait le 12 août.

646On dit encore que le maréchal Bazaine est nommé général en chef de tous les corps d’armée306 et qu’il a pour chef d’état-major le général Trochu.

  • 307 C’était l’opinion générale, y compris celle de l’impératrice et des bonapartistes « durs » et beau (...)

647Mais que deviendrait l’empereur ? Il faudrait donc qu’il revînt à Paris ? Quelle figure y ferait-il307 ? Car le plan qui a prévalu et qui vient d’échouer était certainement le sien.

648Me jeter plus avant dans les on-dit et les hypothèses me conduirait trop loin, j’aime mieux te parler de nos parents, de nos amis, de tout ce qui nous touche de près.

649J’ai reçu ce matin une lettre de ton oncle et je ne puis mieux faire que de t’en envoyer copie. Ton pauvre oncle est vivement impressionné par les événements qui nous frappent à l’improviste, par le milieu plein d’agitation où il vit et par le départ de ce qui lui reste de fils, sans parler du désolant spectacle d’une mère sur laquelle le malheur semble vouloir épuiser tous ses coups.

  • 308 C’est-à-dire en bon français et contrairement à une faute courante, « n’est pas désespérée du tout (...)

650Mais il ne faut pas nous décourager. Il voit déjà les Prussiens dans Paris et ils en sont loin encore. Il y a un tel plan national, un si grand nombre d’engagements volontaires, de telles forces en réserve que notre position n’est rien moins que désespérée308.

651Tu sais où sont tes cousins. Quant à tes amis, tu vas les avoir tous pris par la garde mobile puisqu’ils doivent avoir tous de 20 à 30 ans.

652Un des fils Roussin est sous-officier dans les Turcos et fait partie du régiment qui a été si maltraité dans le combat de Wissembourg. On n’a pas de ses nouvelles.

  • 309 Il s’agit du capitaine Jean-Baptiste Bernard. Il existe bien un capitaine Mathieu Bernard au 23e d (...)

653Le capitaine Bernard309 du 78e faisant partie de la 2e division, premier corps d’armée, n’était pas dans cette affaire. Sa femme a reçu une lettre de lui dimanche (avant-hier).

  • 310 La femme de Rolland, pas celle de Lignières.

654Le 23e qui était en garnison ici (du corps d’armée Mac Mahon) a été abîmé [sic]. Il y a un grand nombre d’officiers tués, entre autres M. de Lignières, lieutenant-colonel (marié tout récemment). Le colonel Rolland a, depuis, écrit à sa femme310 qui est toujours à Dijon.

655Ernest Joly est capitaine au 87e de ligne. Son régiment fait également partie du premier corps d’armée (Mac Mahon). Il appartient à la quatrième division (général de Lartigue). Je n’ai vu nulle part s’il a donné. Les dépêches sont au surplus dépourvues de tout détail.

656Ribetti est capitaine au 31e de ligne. Son régiment fait partie du sixième corps (Canrobert).

657Étienne va être pris par la mobile puisqu’il n’a que 28 ans. Eugène lui-même pourrait être atteint, ne devant avoir 30 ans que le 15 janvier prochain. Mais j’espère que sa triple qualité de marié, de père et surtout de percepteur l’exemptera.

658Alix est dans un état de grande exaltation anti-bonapartiste, à cause de la guerre et de ses désastres. J’ai peine à la calmer. Elle ne mâche pas son opinion.

659Je n’ai pas encore reçu la visite de ton ami le pharmacien. Le capitaine Joseph est tombé malade chez son beau-frère à Larrey ; je suis allé le voir, mais il m’a prié de ne t’en rien dire ou du moins il te prie de ne pas parler de sa maladie. Cela, paraît-il, le contrarierait beaucoup.

  • 311 Formule au plus haut point révélatrice, qui montre que Jules était persuadé, avant les premiers co (...)

660Et toi, mon bon ami vas-tu venir ? Je le désire moins depuis nos défaites311, et cependant je serais heureux de t’embrasser. Le départ des classes de 69 et de 70, les levées de cinq années de mobile, en sus de celles déjà votées, vont, ce me semble, nécessiter l’appel d’un plus grand nombre de médecins militaires. Enfin, attendons patiemment et pas de défaillances ! Pas même d’ennui ! Mais espoir et courage !

661Au revoir, à bientôt peut-être. Alix et moi t’embrassons de tout cœur,

662Ton père et ami dévoué,

663Jules Lelorrain.

Copie de la lettre de ton oncle

664Paris, 8 août 1870

665Mon cher ami,

666Je t’écris un mot pour te dire ce que nous devenons. Mais ce que nous serons devenus dans huit jours, nul ne sait, et pour moi, j’ai, sans les avouer hautement bien entendus, les plus tristes pressentiments.

667Karl est brigadier d’artillerie au fort de Vincennes. Je compte pour ces jours-ci sur les galons de maréchal des logis. Ou ira-t-il ? Dans les forts ? Dans l’armée ? Je ne sais.

668Hippolyte est toujours à Issoudun. Il fait partie du quatrième bataillon de formation récente. Il attend un ordre de départ.

  • 312 L’épouse d’Hippolyte père.
  • 313 Elle ne s’est jamais remise de la mort de Paul.

669Rosine312 fait de la charpie et la pauvre femme est toujours en prière313.

670Pour moi, mon cher ami, je prépare mon fourniment et tout à l’heure, je me suis fait enrôler dans la garde nationale.

671Je suis d’avis qu’il faut défendre Paris à outrance, nous n’aurons pas affaire qu’aux ennemis du dehors. Il faudra compter peut-être avec les défaillances du dedans, et quand on verra brûler les faubourgs, Dieu sait ce qui arrivera !

672C’est surtout pour ce moment-là que les hommes de cœur auront un rôle et ne devront pas se ménager.

  • 314 Hippolyte semble bien l’interprète d’une opinion générale qui conduira à des erreurs stratégiques (...)

673Paris pris, tout est à peu près perdu et l’intervention possible de l’Autriche, de l’Italie devient inutile. D’ailleurs l’effet moral serait incalculable314.

674Or, une bataille générale perdue à Nancy ou ailleurs et rien ne peut empêcher les Prussiens de marcher sur nous.

675La population de Paris à la fièvre : elle est toute dans les rues, demandant des armes. Nous en attendons pour aujourd’hui.

676J’ai écrit à Eugène. Pas de nouvelles d’Édouard. Donne-nous-en.

677Embrasse pour nous ta chère femme et écrivons-nous mutuellement tous les quelques jours. Qui sait ?

678Je t’embrasse de tout cœur,

679H.

680Hippolyte reçoit l’ordre de partir ce soir à neuf heures pour les armées de l’Est. Pauvre enfant sans énergie, que ne puis-je marcher à sa place !

Lettre n° 31

681Dijon, 16 août 1870

682Mon cher Édouard,

683Nous sommes toujours dans la consternation et l’inquiétude. L’ennemi maître de l’Alsace à l’exception de Strasbourg et de la Moselle et de la Meurthe à l’exception de nos places fortes de Metz, Bitche et Phalsbourg, continue à s’avancer.

  • 315 Pour le moins.
  • 316 Tout cela est bien optimiste. Jules, comme toute l’opinion dont il est un bon représentant, se ras (...)
  • 317 Nancy était vide de troupes et la garde nationale sédentaire pas organisée. Il n’est pas étonnant (...)

684Nos armées, pour n’être pas coupées, se retranchent sur la Meuse. Une grande bataille va se livrer. Peut-être l’est-elle et en aurons-nous la nouvelle ce soir ou demain matin. Déjà avant-hier, l’ennemi a voulu s’opposer à ce que notre armée passât la Moselle ou plutôt il a cherché à la tourner mais il a été repoussé avec de grandes pertes. On parle de 40 000 hommes qu’il aurait perdus. Je crois le chiffre fort exagéré315. Le temps qui s’écoule semble bien long à nos angoisses mais ce n’est pas un mal. Nous avons tout à faire et tout s’organise. Nos corps d’armée se rallient, se concentrent et surtout se grossissent par des troupes fraîches arrivant de toutes parts. La garde mobile de 20 à 25 ans se réunit, se forme, s’instruit et part316. La levée en masse de tous les célibataires valides de 25 à 35 ans commence par les anciens militaires. Ceux de la Côte-d’Or se réunissent demain à Dijon. Cette première partie, immédiatement disponible, sera mise de suite en campagne. Enfin, j’espère qu’on va également organiser et armer la garde nationale sédentaire. Si on l’eut fait plus tôt, on n’aurait point eu ce triste et honteux spectacle de uhlans prussiens au nombre de 150 s’emparant de Nancy et mettant à contribution une ville de 50 000 âmes317 ! Leur audace n’a point de bornes, ils se montrent partout et personne pour les repousser, comme des bandits, à coups de fusil.

685Mais laissons ces choses générales que tu sais sans doute et que tu vas lire dans les journaux. Parlons de nos parents, amis et connaissances.

686Je t’ai fait part de la dernière lettre de ton oncle. Je n’ai plus rien reçu de lui et ne sais où en sont Karl et Hippolyte. Le premier est sans doute toujours à Vincennes. Je pense qu’il restera pour le service de la place de Paris. C’est bien à désirer pour ta pauvre tante. Le second n’est arrivé à l’armée qu’après nos désastres. Dans quel corps d’armée a-t-il été placé ? Je l’ignore. Il faut que j’écrive à ton oncle.

687Étienne est compris dans la levée de 25 à 35 mais il n’a pas été encore appelé. Il est en ce moment à Baron, Perrecy, etc. Comme on appelle d’abord les anciens militaires compris dans cette large catégorie, il y a lieu de croire qu’on ne fera partir le reste que comme réserve.

688Arthur Estienne est du nombre des premiers. Eugène et Gabrielle en l’apprenant ont craint pour la mère Estienne une trop forte émotion. Ils l’ont déterminée à partir pour Paris samedi. Gabrielle et sa petite l’y ont accompagnée. Elles sont venues ici nous surprendre samedi et sont parties dimanche matin. Gaby doit rester absente huit jours pendant lesquels ce pauvre Eugène va bien s’ennuyer.

  • 318 Le territoire prussien, en Rhénanie, était limitrophe de la France depuis 1815. « De Prusse » peut (...)

689Ton ancien camarade Roussin, sergent de turcos, a été fait prisonnier. Mais il est parvenu à se sauver de Prusse318 avec une trentaine de Français. Ils ont tué leurs gardiens, se cachaient le jour, voyageaient la nuit et sont parvenus à Metz à travers mille périls et mille épisodes incroyables !

690Que te dirai-je encore ? Je ne connais pas tous tes camarades et il faudra du temps avant de savoir leur part.

691Carion n’est pas encore parti. Mme Bernard a reçu un mot de son mari après la plus sanglante affaire. La voilà rassurée pour un temps.

692J’ai reçu ce matin la visite du capitaine Joseph. Il est rétabli et venait même de Paris où il a passé quatre ou cinq jours. Il viendra dîner après-demain jeudi à la maison et partira dimanche pour Sidi-Bel-Abbès. Je vais lui remettre mes commissions pour toi, entre autres ton revolver.

693Alix a voulu t’écrire aussi. Donc, j’abrège ma lettre. D’ailleurs, que te dire au milieu de nos inquiétudes et de nos chagrins ?

694Au revoir, j’espère toujours que tu viendras.

695Je t’embrasse comme je t’aime,

696Ton père et ami,

697Jules Lelorrain.

Lettre n° 32

698Dijon, 20 août 1870,

699Mon cher ami,

  • 319 Interprétation assez fantaisiste des batailles de Borny (14 août) et Rezonville-Mars-la-Tour (16 a (...)
  • 320 Les premiers jours, l’information de Jules était assez sûre. On voit que désormais, comme la plupa (...)
  • 321 En fait, les liaisons télégraphiques France-Algérie demeuraient incertaines et avaient connu de no (...)

700Je confie cette lettre, ainsi qu’un petit paquet à l’obligeance du capitaine Joseph. Il part demain et sera à Bel-Abbès dimanche 28. Si bien que par lui ma lettre t’arrivera aussitôt que par la poste, le même paquebot apportant voyageurs et dépêches. Ce n’est pas à dire, cependant, que je ne puisse t’écrire encore à la dernière heure, mardi prochain. Cela dépendra des événements dont j’aurai à te faire part. D’ici là les choses peuvent changer de face. Nos braves soldats auront peut-être refoulé l’ennemi hors de nos frontières. Dieu veuille que nous ne subissions pas plus longtemps la honte de les avoir chez nous. Depuis quelques jours, nous avons été plus heureux, sans savoir obtenu de grandes victoires, nous avons eu des avantages signalés. D’abord, devant Metz, le 14 août l’ennemi a été repoussé avec de grandes pertes ; ensuite le 16, entre Metz et Verdun, ou nous nous sommes emparés de ses positions après lui avoir tué beaucoup de monde319. L’armée de Mac Mahon a pu enfin faire sa jonction avec celle de Bazaine. Au contraire, nous avons coupé les communications entre le corps d’armée du Prince Charles et celui d’un autre général prussien dont le nom m’échappe320, mais à l’heure où tu recevras cette lettre, tu auras appris toutes ces choses. Votre câble doit vous permettre de recevoir les dépêches de l’armée presque en même temps que nous321.

  • 322 Nouvelle méprise : pour avoir écrit en 1867 un ouvrage intitulé L’Armée française qui lui avait va (...)

701Chaque jour, nous attendons avec une impatience fiévreuse la nouvelle et le résultat d’une grande bataille. La confiance renaît dans les âmes. On pense que la direction de la guerre est maintenant dans des mains fermes et habiles. La nomination du général Trochu comme gouverneur et général en chef de Paris a produit le meilleur effet322. As-tu lu sa proclamation ? On l’a beaucoup admirée : pas un mot de l’empereur ! La France, dit-il, a repris la direction de ses destinées. Puisse-t-il dire vrai.

702Malgré tout, il est possible que l’ennemi, nombreux et bien conduit comme il est, arrive jusque sous les murs de Paris. Mais j’ai le ferme espoir qu’il sera écrasé et gare alors à la déroute. Il sera traqué de toutes parts et il ne s’en échappera guère jusqu’à la frontière !

703Mais parlons de la famille : j’ai reçu hier quatre lettres, de ta tante Fanny, de ta tante Victorine, d’Eugène et de Mme Laizon.

704J’avais écrit à Jules Perrin pour avoir de leurs nouvelles. Ta tante Fanny me répond : elle est dans les larmes mais on voit qu’elle est fière de ses fils : trois sur quatre sont dans l’armée. Hippolyte, sans leur rien dire, s’est engagé dans les francs-tireurs ; Léonce est pris dans la levée de 25 à 35 ; Jules est dans la mobile ; quant à Arthur, marié et père de famille il est simplement comme son père de la garde nationale sédentaire.

705Ta tante Victorine, inquiète et troublée comme bien tu penses m’écrit pour avoir de nouvelles à tous et en particulier des tiennes qu’elle croit à l’armée.

706Je leur ai répondu à toutes deux dès hier.

707Je t’ai dit que Gabrielle était avec sa mère à Paris où elle l’a reconduite. Ils sont parvenus jusqu’ici à dissimuler la vérité à la mère Estienne à l’égard de son fils Arthur en lui disant qu’il allait rejoindre à Nantes son frère aîné et être employé à l’intendance. Arthur demande à être officier dans la mobile. Comme il a servi, il est possible qu’il l’obtienne. J’attends Gaby et la petite demain ou après-demain. Eugène a écrit au cousin Bésanger pour lui offrir l’hospitalité à Charolles. Gabrielle a dû le voir. Je ne serais pas surpris qu’il acceptât. Il doit être dans une anxiété terrible et questionne son François cinq à six cents fois [sic] par jour. Impossible à lui d’aller près de Metz, dans le pays de ce dernier. C’est entre Metz et Thionville précisément le théâtre de la guerre. Il ne peut songer ni aux environs de Paris, ni au département de l’Yonne qui, d’un instant à l’autre, peut-être envahi. L’invitation d’Eugène vient peut-être fort à propos ; j’aurais dû moi-même lui en adresser une. Mais d’une part, je suis fatigué de l’avoir si souvent et si inutilement sollicité, et d’autre part, avec Alix qui se trouble et s’embarrasse de rien, sa présence et celle de ses domestiques à la maison me causeraient bien des ennuis ; et puis nous sommes dans une ville trop agitée et trop voisine du théâtre de la guerre, ce sont des passages continuels de troupes, des chants, jour et nuit, de la Marseillaise. Le pauvre homme serait, autant qu’il peut l’être à Paris, dans une inquiétude perpétuelle.

708Il n’y a pas jusqu’à Charolles qui ne soit dans ce moment en proie à la fièvre militaire. Il est rempli de tous les mobiles (les moblos comme ton frère les appelle) de l’arrondissement. Ils logent chez l’habitant, et pour sa part, Eugène en a trois ou quatre sur les bras. Le vois-tu d’ici, seul, dans sa maison, sans sa femme, et avec une petite bonne, obligé de pourvoir à la nourriture et au coucher de quatre hommes. Le pauvre garçon, je le plains…

709La mère et le père Zon sont dans des transes terribles de voir partir le gros père Étienne. Entre nous, cela ne lui ferait pourtant pas de mal, cela le dégourdirait un peu, le tirerait peut-être de son mutisme et de sa placidité. Ce ne sera jamais un guerrier. Il aura même grand-peine à marcher au pas, comme dit la chanson. Mais il verrait du pays, prendrait un peu d’assurance et des allures plus mâles. Au lieu de cela, on s’ingénie à trouver les moyens de le faire travailler dans les bureaux, au cas où il partirait ! Pauvre France ! Que deviendrais-tu si tu n’avais que de tels défenseurs !

710J’en pourrais dire autant de Laguin. Lui aussi avait une peur horrible de partir mais il est exempté de droit comme fils unique de femme veuve.

711Le gros Amédée [Vialay] est dans le même cas d’exemption : fils aîné de femme veuve. Cela tombe bien car cela s’applique à des hommes qui seraient de très mauvais soldats.

712Au reste, je doute fort qu’on prenne les hommes de 25 à 35 qui n’ont pas servi : c’est un en cas [sic] qu’on a voulu se réserver. J’espère que nous n’en serons pas réduits à y avoir recours.

713Nous avons eu jeudi ce brave capitaine Joseph à dîner : c’est un excellent et charmant officier qui nous a beaucoup plu à Alix et à moi. Nous l’avons eu tout seul et lui avons fait faire un modeste dîner. Mais que veux-tu ? Lui et moi sortions d’être malades. D’ailleurs, les préoccupations et la tristesse de la position ne permettent pas de prendre de plaisir. J’avais invité M. et Mme Masson, mais ils repartaient pour Gevrey et leur présence ne lui aurait pas procuré grand agrément. J’avais eu un moment l’idée d’inviter le père Landais, mais, réflexion faite, je m’en suis abstenu. Il aurait fort ennuyé le capitaine. Il est d’ailleurs d’un bonapartisme stupide.

714Je reçois à l’instant une lettre de Gabrielle : elle m’annonce son retour pour cet après-midi mais ne me dit rien du cousin Bésanger.

715Il faut que je te quitte car voici l’heure où le capitaine Joseph va venir chercher ma lettre et le petit paquet. Mais il est temps de te dire ce que je t’envoie : c’est tout simplement le revolver que je t’ai annoncé. Alix y joint l’envoi… d’une chemise de nuit, mon Dieu oui ! Cette chemise qu’elle avait faite pour moi est trop étroite. C’est un fourreau dans lequel je ne puis entrer. Alix a pensé que, moins gros que ton père, elle t’irait bien.

716Je t’écrirai peut-être encore mardi s’il y a du nouveau.

717J’oubliais de te dire que Karl est toujours à Vincennes dans l’artillerie de la mobile. On n’a pas de nouvelles d’Hippolyte depuis 10 ou 12 jours qu’il est parti dans un régiment de marche. Quel numéro ? Ton oncle ne me l’a pas dit.

718Nous t’embrassons de tout cœur,

719Ton père et ami dévoué,

720Jules Lelorrain.

Lettre n° 33

721Dijon, 30 août 1870

722Mon cher ami,

723Je suis très contrarié d’apprendre par ta lettre du 25 que j’ai reçue avant-hier dimanche, comme toujours, ton changement de Sidi-Bel-Abbès et ton envoi dans un poste qui n’a rien de bien agréable. Mais que veux-tu ? Dans ta carrière, il faut à tout instant s’attendre à de tels contretemps. En revanche, je vois avec plaisir que tu sais prendre celui-ci philosophiquement et avec énergie. Au reste, tu ne tarderas pas à trouver des compensations, plus de travail, plus de moyens d’acquérir la pratique et l’expérience si nécessaires dans ton état, plus de responsabilités et d’initiative (et c’est la meilleure école), enfin comme distraction, la chasse dans un pays giboyeux.

724C’est avant-hier dimanche que le capitaine Joseph a dû arriver à Bel-Abbès. Il aura été très contrarié de ne pas t’y trouver. Il était porteur d’une lettre de moi, de ton revolver, d’une chemise de nuit que t’envoie Alix, de quelques balles. Il a dû t’envoyer tout cela par le conducteur Rablot. À ce propos, tu ne me dis ni comment il faut que je t’adresse mes lettres, ni si ce conducteur fait un service régulier, tous les jours (ce qui me paraît peu probable) ou deux ou trois fois par semaine. J’imagine que, comme il n’y a pas de bureau de poste à Daïa, il faut que je t’adresse mes lettres par Sidi-Bel-Abbès. Dis-moi s’il doit en être ainsi.

725Puisque tu es dans un pays aussi désert, permets-moi de te recommander de ne jamais sortir de Daïa sans ton fusil et sans ton revolver. Avec ces deux compagnons et ton chien, tu ne risqueras rien sinon de te perdre mais j’imagine que tu ne feras pas seul de trop aventureuses excursions.

726Fais-moi, dans ta prochaine [sic], le portrait moral des deux officiers en compagnie desquels tu es appelé à vivre.

  • 323 Chiffre fantasmagorique. À cette date, en dehors de l’armée Bazaine enfermée dans Metz, et des for (...)

727Combien de temps va durer cet exil ? Il est sans doute difficile sinon même impossible de faire aucun pronostic. Cependant si la guerre continue (et elle ne peut pas cesser de longtemps), je persiste à croire qu’on te fera venir. Voici une multitude de régiments nouveaux. Nous avons maintenant 1 200 000 hommes323 sous les drapeaux. Il faudra augmenter dans la même proportion le service médical.

728J’ai reçu une nouvelle lettre de ton oncle. Il voit les choses moins en noir et avec plus de sérénité. Il est, à la vérité, assez souvent, péniblement affecté par la couardise, le défaut de patriotisme et d’énergie du milieu des boutiquiers dans lequel il vit. Mais l’élan patriotique du peuple et de l’armée le rassure. Il a maintenant près de lui ses deux fils : Hippolyte est dans un bataillon récemment arrivé à Paris ; Karl est toujours à Vincennes. Il a dû être nommé hier maréchal des logis.

729Ta tante et Joséphine ont, chacune pour leur ménage, fait leurs provisions pour un mois. On attend tous les jours l’ennemi et on prend résolument ses dispositions pour soutenir un siège sérieux.

730Tu as dû apprendre qu’on avait expulsé de Paris tous les malfaiteurs, les repris de justice, les gens sans aveu, les filles publiques et enfin tous les Allemands non naturalisés. Cela était nécessaire. Il ne reste plus maintenant que la population calme, énergique, résolue, car tous les peureux ont déserté ou désertent Paris tous les jours.

731Cette attitude et la fermeté, la capacité de Trochu me donnent bon espoir. Au reste, peut-être d’un jour à l’autre, une grande victoire de Bazaine et de Mac-Mahon réunis forcera-t-elle le prince royal à arrêter sa marche et à ne pas arriver jusque sous les murs de Paris.

732Tu désires que je t’envoie Le Temps, mais je ne le reçois plus ou pas encore, car je vais probablement m’y réabonner et alors je te l’enverrai.

  • 324 Expression très ancienne pour désigner les canines supérieures.

733Quant à L’Éclipse, je ne sais si elle paraît toujours, je vais m’en informer. Ton frère va bien. Il fait partie de la garde nationale sédentaire de Charolles. Sa petite est souffrante de ses dents œillères324.

734Mais il faut que je te quitte car voici l’heure de la poste.

735Au revoir, à la semaine prochaine. Alix et moi t’embrassons de tout cœur.

736Ton père et ami dévoué,

737Jules Lelorrain.

738Fais-toi expliquer par un de tes camarades officiers le mécanisme du revolver. C’est simple à charger et décharger. Mais encore est-il qu’il faut qu’on vous le montre.

Lettre n° 34325

  • 325 Il s’agit à nouveau d’une lettre essentielle. Elle est la première postérieure à ces événements hi (...)

739Dijon, 13 septembre 1870

740Mon cher ami,

741Pour la première fois mardi dernier, j’ai omis de t’écrire. Alix était allée voir Berthe. Elle est revenue fort tard, je suis allé au-devant d’elle et l’heure de la poste s’est passée. Je l’ai vivement regretté. Et si le télégraphe avait encore transmis les dépêches privées, je t’en eusse envoyée une. Mais, même pour l’Algérie, la télégraphie privée (d’ailleurs très coûteuse – cinq francs pour un mot) est en ce moment arrêtée.

742Que de choses cependant nous avons à nous dire ! Et combien dans de pareils moments on a besoin et on est heureux de pouvoir échanger des pensées et des sentiments qui sympathisent !

743Inutile de dire quelle joie j’ai éprouvé à la nouvelle de l’admirable révolution qui s’est accomplie à Paris en quelques heures sans la moindre effusion de sang, sans qu’on ait eu à regretter ni désordre, ni arrestations ni violences. Cette République à laquelle je suis resté fidèlement attaché du fond de mon cœur, nous l’avons donc reconquise ! Et cela par la force des choses et parce que le pays dont elle est la plus belle expression a dû nécessairement reprendre en main ses destinées. Si cette chère République parvient soit à faire une paix honorable (après laquelle tout le monde aspire) soit à chasser l’étranger (ce qui serait un triomphe plus éclatant encore), elle sera fondée à tout jamais, et il faudra bien que les partis monarchiques baissent la tête et se résignent. Si, malheureusement, il en advenait autrement, si la nouvelle épreuve dans laquelle nous entrons nous était encore funeste, elle serait aussi violemment qu’injustement attaquée et nous aurions peut-être après les horreurs de l’invasion, les horreurs de la guerre civile !

  • 326 Par un décret du 17 septembre, les élections législatives furent prévues pour le 2 octobre. Elles (...)
  • 327 Et ce qui arrivera en février 1871.
  • 328 Il semble en effet avoir été bien modéré. Mais en 92 et 93, l’élan très accentué de certaines régi (...)
  • 329 Strasbourg a tenu 15 jours (13-28 septembre), Metz, 71 (18 août-28 octobre), Thionville, 92 (24 ao (...)

744Mais écartons un aussi sombre présage. J’ai bon espoir. Je crois que nos malheurs touchent à leur terme. Toutes les grandes villes sont animées par le souffle patriotique. Les campagnes sont désabusées de leur stupide bonapartisme : elles voient où les a conduites le plébiscite. Les élections seront républicaines et le gouvernement provisoire a fait une chose très sage et très politique en leur assignant une date aussi rapprochée326. D’abord, il a prouvé son abnégation, son désintéressement et son respect pour la volonté nationale en ne voulant pas conserver le pouvoir une heure de plus qu’il n’était strictement nécessaire. Et puis, il ne laisse pas aux partis hostiles le temps de se compter, de reprendre confiance et de relever la tête, ce qui, deux ou trois mois plus tard, serait infailliblement arrivé327. L’élan national commence à s’étendre et à se propager. Il n’est pas, certes, ce qu’il était en 92328. Il n’est pas tel que nous pourrions le désirer. Mais il va s’accroître et se centupler si Paris sur qui le monde entier a les yeux oppose à l’ennemi qui l’assiégera après-demain, une énergique résistance. Strasbourg, Metz, Thionville, Toul, Verdun, Phalsbourg, Montmédy lui donnent un héroïque exemple329.

  • 330 Fin octobre, la garde nationale sédentaire de Paris comptait 300 000 hommes, plus riches de patrio (...)
  • 331 Aveu des contradictions d’un père…

745J’ai confiance qu’il voudra se signer d’honneur [sic] et n’être pas moins énergique et moins courageux que ces places qui lui sont (toutes proportions gardées) bien inférieures en force. J’ai reçu de ton oncle plusieurs lettres de moins en moins empreintes de ce pessimisme qui est un peu trop de son caractère (il est, hélas, payé pour cela !). Il manifeste de plus en plus de confiance, de patriotisme et de résolution, et ses deux fils paraissent dignes de lui. Ta pauvre tante est admirable de dévouement et de courage, elle fortifie son mari et ses fils. C’est une vraie Romaine ! Ton oncle me disait, dans sa dernière lettre, qu’il venait d’être pendant trois jours de garde. Il va combattre sur les remparts : tout son désir (s’il doit périr) serait de finir avec ses deux fils dans le même bastion330. Si tu étais à Paris, j’espère bien que tu laisserais là ta trousse pour prendre ton fusil et combattre à côté ton oncle et de tes cousins. Mais je ne puis regretter comme père ce dont je gémis comme citoyen331.

746Je gémis bien autrement de voir une masse de jeunes hommes vigoureux, bien bâtis, rester lâchement dans leurs foyers, ou chercher des cas d’exemption et de réforme, quand l’ennemi a envahi, pressure et désole dix de nos départements, quand il menace Paris et avec elle la France entière, quand peut-être nous pouvons être à notre éternelle honte et aux yeux du monde entier démembrés et avilis ! Les deux neveux d’Alix sont de ce nombre : elle ne m’en dit rien mais elle n’en pense pas moins.

  • 332 Il ne l’aurait en effet pas été. « Les hommes mariés ne partiront qu’avec grande peine » écrivait, (...)

747Je ne sais pourquoi le gouvernement de la Défense nationale n’a pas décrété une levée en masse ? Est-ce parce que nous sommes dépourvus d’armes ? Est-ce parce qu’il a craint de n’être pas obéi332 ? Ou parce qu’il a compté sur un plus grand enthousiasme ? Ces trois raisons ont pu contribuer à éloigner cette pensée qui semblait naturelle après la honte et le désastre de Sedan !

748Si Paris succombe, il faudra bien qu’on en arrive là, mais il sera trop tard, un profond découragement s’emparera du pays tout entier.

  • 333 Jules, décidément, ne se fait guère d’illusions sur les Français…

749Si Paris résiste – on attendra le dénouement – qu’il force l’ennemi à lever le siège, oh ! alors la levée en masse n’aura plus besoin d’être décrétée, tout le monde s’armera pour lui courir sus et pour le chasser comme une bête fauve ; moins il sera à craindre est plus grande sera notre ardeur333.

  • 334 Optimisme de commande.

750Cependant j’ai peut-être tort de juger de la France entière par ce que je vois autour de moi : on dit qu’à Marseille, il y a eu, depuis la République, 17 000 engagements en deux jours ; on ajoute qu’en Bretagne et dans tout l’Ouest, comme dans une grande partie du Midi, l’élan est admirable334.

  • 335 Analyse parfaitement exacte.

751Ce qui me navre le cœur, c’est l’attitude de tous les réactionnaires que je vois autour de moi. Quel abaissement de caractère a produit le régime d’égoïsme, de corruption et de despotisme qui depuis 19 ans a pesé sur nous ! On ne trouve presque plus de caractère dans la bourgeoisie. Il n’y a de virilité que dans le Peuple mais il est bien peu éclairé. Je vis dans un milieu généralement détestable : des hommes qui, il y a moins de 15 jours, sous l’Empire, voyaient tout en beau, étaient d’une confiance ridicule, se montrent aujourd’hui d’un pessimisme décourageant : parce qu’ils n’ont plus leur Empereur et que nous avons la République, tout est perdu à leurs yeux. Nous n’avons plus ni armée, ni armes, ni artillerie, ni munitions. Paris ne tiendra pas. Il faut faire la paix à tout prix. Il semble qu’ils en sont venus à désirer le succès des Prussiens ou que, tout au moins, un traité déshonorant ne leur déplairait pas. Ils y trouveraient un grief contre la République et Dieu sait s’ils se feraient faute de l’exploiter sous toutes ses formes335 !

752Comment en sommes-nous venus à ce point de dégradation ou d’absence de tout sentiment patriotique ? Que peuvent vouloir ces réactionnaires, ces monarchistes ? Est-ce encore la dynastie des Bonaparte ? Ne nous a-t-elle pas infligé assez de honte et d’humiliation ? N’a-t-elle pas fait preuve en la personne de l’ex-empereur, et de son autre cousin l’homicide Pierre, d’une assez grande lâcheté, d’une assez complète ineptie ?

  • 336 Jules, Édouard et Eugène ont voté « non » !
  • 337 Chambord, né en 1820, a 50 ans, est obèse, mal portant, et son épouse, Marie-Thérèse de Modène, a (...)
  • 338 C’est bien justement ce que Maurras reprochera (entre autres) au suffrage universel !
  • 339 Jules Lelorrain ne peut pas prévoir l’existence de régimes (de type fasciste ou autre) qui maintie (...)

753Personne n’ose dire le contraire. On est honteux du plébiscite (notre famille n’a point cette faute à se reprocher336). Si ce n’est pas la dynastie des Bonaparte, a jamais flétrie je l’espère, est-ce ce qu’on appelle la légitimité en la personne du comte de Chambord ? Mais qu’est-ce que la légitimité sans hérédité ? Et ce pauvre prince que nous ne connaissons, n’aimons ni ne détestons n’a pas d’enfant et ne peut en avoir337. Et puis, est-ce que ce prétendu principe est compatible avec le suffrage universel si changeant et si mobile338 ? Et ce suffrage n’est-il pas une conquête que personne n’osera nous arracher339 ?

754Veut-on le retour comme roi d’un prince d’Orléans ? Mais lequel ? Et pourquoi ? Est-ce pour le plaisir d’avoir la guerre civile ? Est-ce pour avoir dans 10, 15 ou 20 ans une nouvelle révolution ?

  • 340 On ne sait pas trop si Jules est – à cette date – un partisan de Thiers mais il reprend ici ce qu’ (...)

755Ces ambitions écartées, il ne reste que la République. Pourquoi n’avoir pas le bon sens de nous y rallier tous340 ?

  • 341 Entre autres, son premier président, Neveu-Lemaire (voir le dossier personnel de celui-ci), et nom (...)
  • 342 Jules a-t-il lu ce chef-d’œuvre du pamphlet que fut Napoléon le petit (1852 – interdit mais assez (...)

756C’est ce que je répète toute la journée autour de moi. Mais je parle à des gens qui ne raisonnent pas341. Et pourquoi ? C’est parce que la peur ne raisonne pas, et que le seul mot de République les effraie. C’est le spectre rouge si souvent évoqué à dessein depuis 20 ans. C’est 93, c’est la Terreur, le socialisme, le communisme, le partage des biens, que sais-je342 ?

  • 343 Allusion aux émeutes et manifestations de 1869 et 1870 et, bien entendu, aux manifestations d’extr (...)

757Cependant, il y a quelque chose d’excusable dans cette puérile frayeur. Il est vrai que des énergumènes et des fous ont soit en 48, soit ces années dernières343, fait tout ce qu’ils ont pu pour propager de telles craintes. Ce sont eux qui deux fois ont perdu la République : puissent-ils ne pas nous la faire perdre pour la troisième fois !

  • 344 Bernard était capitaine depuis 1858 (voir l’Annuaire militaire de l’Empire), soit douze ans, cas a (...)
  • 345 Ce choix, classique dans les guerres des XVIIIe et XIXe siècles, n’était offert qu’aux officiers.
  • 346 Toujours loptimisme de commande.

758Parlons d’autre chose, je te dirai que le capitaine Bernard, devenu chef de bataillon344, a été compris dans la capitulation de Sedan et a obtenu de revenir en France sur sa parole d’honneur de ne plus servir contre la Prusse pendant la guerre actuelle. Aurait-il dû souscrire à un tel engagement ? N’était-il pas plus digne de rester prisonnier en Prusse ? La question est très controversée : la plupart des officiers inférieurs ont fait comme lui. Au contraire, la plupart des officiers supérieurs et les généraux ont préféré la captivité345. Quoi qu’il en soit, le commandant Bernard est de retour près de sa femme et de ses enfants. Mais que devient ou plutôt qu’est devenue la pauvre famille Joly ? Hélas ! Nous ne pourrons le savoir que quand Metz sera débloquée346. On n’a aucune nouvelle des officiers de l’armée de Bazaine : que de familles dans les angoisses ou dans le deuil !

  • 347 Sur Morin, voir la lettre du 5 avril 1870.

759Tu t’es donc encore une fois perdu ? Quand donc seras-tu plus prudent et plus raisonnable ? Surtout, ne sors pas sans ton fusil ou ton revolver. Berthe va bien, mais son couvent est fort effrayé et je ne serais pas surpris que, renvoyant toutes les novices, il ne nous la renvoyât à son grand déplaisir et à ma vive satisfaction ! Eugène, Gabrielle et Camille vont bien ; le premier s’exerce au maniement du fusil comme garde national. Qui sait s’il ne sera pas compris dans une levée en masse ? As-tu vu la nomination de M. Frédéric Morin347 comme préfet de Saône-et-Loire ? Dans les termes assez froids où nous sommes, je n’ai pas voulu lui écrire, moins encore aller le voir pour le féliciter. Je me suis abonné à L’Avenir national et je l’envoie tous les jours à ton frère à la condition qu’il te l’adressera exactement. Je n’ai plus de place que pour t’embrasser tendrement en mon nom et en celui d’Alix.

760Tout à toi,

761Jules Lelorrain.

Lettre n° 35

762Dijon, 20 septembre 1870,

763Mon bon ami,

764Tu as dû recevoir avant-hier une longue lettre de moi qui, en réparant la lacune de notre correspondance, t’en a fait connaître les causes.

765Personne, certes, en France, n’a été plus heureux que moi du rétablissement de la République ! Puissions-nous cette 3e fois ne pas nous la laisser enlever.

766Je te félicite de ton patriotisme et de ta résolution. Moi aussi, je voudrais te voir à Paris combattant sur les remparts aux côtés de ton oncle et de tes cousins.

  • 348 Comme en d’autres occurrences, Jules écrit « Magnien » mais il s’agit bien de Joseph Magnin, le dé (...)
  • 349 L’histoire des comités de défense est pratiquement à faire. Elle est pourtant unique ou presque da (...)
  • 350 Il ne s’agit évidemment pas ici de l’Association Internationale des Travailleurs, mais sans aucun (...)

767Tu as bien fait de demander à partir. Je t’approuve d’avoir écrit à M. Magnin348, mais quand au Comité de défense349, c’est autre chose. Tu dois comprendre qu’absorbé comme il l’est par les travaux et les préoccupations les plus graves, il ne peut songer à un modeste aide-major d’Algérie. Tu aurais dû surtout écrire au sous-intendant d’Oran et à l’intendant d’Alger. Quoi qu’il en soit, peut-être Magnin a-t-il pu lire ta lettre, peut-être y aura-t-il fait droit par un mot envoyé dans les bureaux de la guerre, et cela aura-t-il suffi ? Je m’attends à recevoir de toi un télégramme m’annonçant ton arrivée en France mais t’enverrait-on à Paris ? Et comment pourrais-tu y arriver, nos communications étant coupées ? Il faudrait que tu fusses en uniforme de médecin militaire avec un brassard de l’Internationale350 car les Prussiens ne connaissent et ne respectent que ce brassard. Pour lui et avec lui, tu pourrais peut-être obtenir un sauf-conduit et traverser les lignes prussiennes.

768J’ai maintenant confiance dans l’énergie et le patriotisme de Paris. Il s’apprête à une défense à toute outrance [sic]. Il a une armée nombreuse et une artillerie formidable. Les approvisionnements de toute espèce abondent.

  • 351 Depuis le 19, l’investissement de Paris par les Allemands est total. Les communications ne peuvent (...)

769Je t’ai dit que les communications étaient coupées : nous ne recevons plus de journaux ou lettres que tous les 3 ou 4 jours. J’ai reçu aujourd’hui 20 des journaux du 16 et du 17351. Je les envoie à Eugène qui te les adressera. Il m’annonce par une lettre reçue de lui ce matin qu’il a mis à la poste pour toi les journaux que je lui ai successivement expédiés.

770Que d’événements mon bon ami ! Et que de choses j’aurais à te dire !

  • 352 Jules est troublé. « Du général au particulier » serait plus exact.

771Passons du particulier au général352.

772De ton oncle, pas de nouvelles depuis celles que je t’ai données dans ma dernière [sic] où je te disais que Karl, maréchal des logis, commandait un canon à un poste d’honneur, regardant les hauteurs de Meudon, qu’Hippolyte était sur la même ligne de défense, que ton oncle enfin était aussi sur les remparts, tous trois très énergiques et très décidés. Ta bonne tante soutient leur courage par sa fermeté héroïque. Ton oncle ne me parle pas de Maître mais il doit aussi être sous les armes.

  • 353 En effet. On partagera les doutes de Jules. Mais l’existence de ces évasions, peut-être massives, (...)
  • 354 Les chiffres sont très précis. Alors ? Récits de Tartarins, réalité, ou quelque chose d’intermédia (...)

773À Dijon, le commandant Bernard est de retour. Il était à l’affreux désastre de Sedan et il est du très petit nombre des officiers supérieurs qui ont consenti à signer l’engagement d’honneur de ne plus servir et de ne rien entreprendre directement ou indirectement contre la Prusse pendant le reste de la guerre, moyennant quoi on lui a permis de rentrer en France. Presque tous les autres officiers supérieurs ont préféré partager le sort de leurs soldats et conserver la chance d’une évasion. Ces chances, paraît-il, étaient grandes et elles ont été mises à profit par un très grand nombre de militaires de tous grades. Tous les jours, il en passe ou il en arrive ici. Cela se conçoit : comprends-tu combien il était difficile de garder et d’emmener en Allemagne 80 000 prisonniers ! Il s’en est, dit-on, échappé la moitié. Cela me paraît beaucoup353. Mais le fait est qu’il en arrive par bandes et sous tous les déguisements. Un capitaine de chasseurs à cheval a raconté à un de mes collègues l’épisode suivant : ils étaient 710 officiers de toutes armes, prisonniers. Ils ont obtenu d’emmener avec eux chacun son ordonnance, total 1 420 hommes. Ils étaient sous la conduite de 317 Prussiens, tant fantassins que cavaliers. Après deux jours de marche, ils avaient pu se concerter. Tout à coup, en plaine, à un signal donné, ils sautent tous à la fois sur chaque homme de leur escorte, les renversent et les désarment, les tuent jusqu’au dernier puis s’éparpillent dans les villages français, obtiennent des déguisements de paysans et regagnent ainsi, l’un d’un côté, l’autre de l’autre, nos contrées inoccupées354.

  • 355 Les innombrables unités de « francs-tireurs » s’équipaient à leurs frais et avaient une existence (...)

774Mais je reviens à mes amis de connaissance. Je viens de voir ton ami Carion en uniforme de volontaire de la garde nationale. Il part demain matin. Il faut te dire que depuis la République, il y a ici de jour en jour un élan de plus en plus patriotique. Toute la garde nationale est organisée, elle a nommé ses chefs. Le père Carion a été élu chef d’un des bataillons. Le docteur Blondeau a été colonel. Le docteur Laval a reçu et accomplit avec l’énergie que tu lui connais la mission d’organiser des forces défensives plus sérieuses. Chaque compagnie fournit 130 hommes de bonne volonté qui sont mobilisés et mis à la disposition du ministre de la guerre. C’est de ce nombre que ton ami Carion fait partie. Indépendamment de cela, il s’est organisé et il est déjà parti plusieurs compagnies de francs-tireurs355 ; d’autres s’apprêtent à partir. On ne voit par la ville que des mobilisés et des francs-tireurs, ou des soldats évadés de Sedan, ou des engagés volontaires incorporés dans le 23e dont nous avons ici le dépôt.

775Parmi ces derniers est un de mes collègues, M. Moisson, Président du Tribunal civil de Châteaudun (Eure-et-Loir). Samedi, j’ai reçu sa visite. Il ne me connaissait pas mais venait en qualité de collègue. C’est un homme de 42 ans, grand, fort, marié, père de deux enfants. Malgré tous ses liens, malgré ses fonctions, à la nouvelle de nos derniers désastres, son patriotisme s’est tellement ému qu’il a tout quitté et s’est engagé comme simple soldat dans le 23e. Résolu à vivre de la vie de soldat, il se soumet à tout ce qu’elle a de dur. Il mange et couche à la caserne. Mais il est venu me demander si je pourrais lui donner un petit coin où il pût se retirer pour écrire et où il pût déposer ses effets civils. Tu juges si je l’ai bien accueilli ! Je lui ai donné l’appartement de Berthe, devenu le tien, mais je n’ai pu obtenir qu’il vînt y coucher ; il couche à la caserne dans une chambrée qu’il partage avec deux avocats de Paris et un conseiller de préfecture de Nancy comme lui engagés volontaires au 23e de ligne.

776À mesure que les hommes sont armés, on les fait partir par compagnie. Voilà du patriotisme qui console de bien des choses et qui doit nous faire oublier la honte de l’humiliation que ce misérable Bonaparte et ses ineptes généraux d’antichambre nous ont imposée !

777Nous avons des amis dans presque toutes les villes assiégées qui continuent à se défendre héroïquement : Strasbourg, Metz, Toul. Pauvre et admirable Strasbourg ! Comme à toi, son malheur et son héroïsme me font pleurer des larmes de sang. Mais il sera vengé, je l’espère et dans tous les cas, son nom sera immortalisé dans l’histoire ! Il en est de même de cette petite ville de Toul, comme Strasbourg si cruellement bombardée !

778Qu’est devenue la famille Callot ? Impossible de lui écrire : je le ferai aussitôt que je pourrai espérer voir parvenir ma lettre ! Je ferai de même pour cette pauvre famille Joly.

779À propos de Metz, connais-tu l’histoire du ballon ? On n’avait plus aucune nouvelle de Bazaine, de son armée, ni de Metz sous les remparts de laquelle il se trouve bloqué.

  • 356 Ici, le chiffre est très sous-estimé. Le 27 octobre, jour de la capitulation, Bazaine aura encore (...)

780Il y a quelques jours, un ballon est tombé à Neufchâteau. Il renfermait 7 à 8 000 lettres de militaires de cette armée à l’adresse de leurs familles. On a su par elles que Bazaine est encore à la tête de 75 000 hommes356, qu’il est bien approvisionné en vivres et en munitions. Il retient 150 000 Prussiens et est retenu par eux mais il livre de fréquents combats et continuera jusqu’à ce que nous puissions faire une diversion heureuse sur les derrières de l’armée assiégeante.

781Que ne pouvons-nous aussi aller au secours de Strasbourg !

  • 357 Finalement annulées.
  • 358 La construction est très lourde. Il faut lire : les neutres devraient intervenir et la Prusse, d’a (...)
  • 359 Exactement, la célèbre « circulaire » (6 septembre) adressée aux agents diplomatiques de la France (...)

782Enfin, ayons confiance ! Nous avons maintenant un gouvernement national. Tu sais sans doute que le dimanche 2 octobre auront lieu les élections pour l’assemblée constituante357 : tu seras appelé à voter pour la liste des représentants de la Côte-d’Or. Je t’enverrai les noms. Les élections ne devaient avoir lieu que le 16 : elles ont été avancées et on a très bien fait. Il ne fallait pas laisser à la réaction le temps de relever la tête et de pervertir les campagnes par ses intrigues. Il importait d’enlever aux puissances neutres et à la Prusse tout prétexte à toute fin de non-recevoir pour ne pas intervenir et ne pas amener ou consentir la paix358. Paix honorable ? Bien entendu ! Nous ne pouvons en accepter d’autre, nous ne devons pas nous départir des conditions de l’admirable manifeste de Jules Favre359.

  • 360 Dès l’installation du nouveau gouvernement, Crémieux, ministre de la Justice (voir ci-dessous), pr (...)
  • 361 Brièvement procureur en 1870-1871, Henri Lévêque sera ensuite député de la Côte-d’Or sans interrup (...)
  • 362 Le nouveau procureur général, Frémiet, proposa un jeune avocat inconnu, arguant qu’il n’existait p (...)
  • 363 Jusqu’ici, veut dire Jules, on n’a révoqué que des membres du parquet, en toute légalité. S’en pre (...)

783Ce que nous avons de nouveau dans la magistrature ici, le voici360 : M. de la Marsonnière, Procureur général révoqué et remplacé par mon ami Fremiet, M. Lièvre, Procureur impérial révoqué et remplacé par M. Lévêque, avocat, que j’aime et que j’estime beaucoup361. Le jeune Neveu-Lemaire, substitut, révoqué et remplacé par un jeune avocat nommé Belland362, de Dijon. Pareils changements à Chalon et à Beaune, sans préjudice de l’avenir. À quand les magistrats inamovibles363 ? Grande question qu’on laissera sans doute, avec tant d’autres, à l’assemblée constituante. Mais il faut que je te quitte car voici ma feuille pleine et l’heure du dîner arrivée. Ma lettre te parviendra-t-elle ? Si tu reviens en France, tant mieux ! Mais si tu restes à Daïa, ne te désole pas pour cela. Tu y es chef de service, tu as l’initiative et la responsabilité, c’est un poste qui sera utile à ton instruction et à ton avenir. Prends courage et patience. Au revoir, Alix et moi t’embrassons tendrement,

784Ton père et ami dévoué,

785Jules Lelorrain.

786Ton frère, Gaby (qui se croit enceinte) et la petite Camille vont bien. Notre bonne Berthe va bien aussi. Amitiés de tous.

Lettre n° 36

787Dijon, 27 septembre 1870

788Mon bon ami,

789Je n’ai reçu que ce matin (mardi) ta lettre que j’attendais dimanche. Je vois qu’elle n’est partie de Daïa que le mercredi 21. Est-ce donc que le jour du départ du paquebot est changé ?

  • 364 Louis François d’Azincourt, né en 1835 à Beaune accepta les fonctions d’administrateur provisoire (...)
  • 365 Les pigeons ne pouvaient évidemment transmettre de demandes personnelles.

790Quoi qu’il en soit, ta lettre m’a fait d’autant plus de plaisir que je commençais à m’inquiéter de cette interruption dans notre correspondance hebdomadaire. Mais je te remercie de ton exactitude. Il m’est bien doux, au milieu des malheurs qui affligent notre pauvre patrie et quand je vois autour de moi tant de familles privées de nouvelles de leurs enfants, de pouvoir encore communiquer avec les miens. Je comprends ton impatience et ton ardeur. Il est cruel de rester inactif et relativement inutile quand le pays est en danger et qu’on sent qu’on pourrait être employé utilement ailleurs. Moi aussi, je voudrais ardemment que tu fusses sur les remparts de Paris faisant le coup de fusil à côté de ton oncle et de tes cousins. Mais tu t’y es pris trop tard. Tu aurais dû, dès la guerre déclarée ou dès nos premiers désastres, demander à partir. C’est au sous-intendant militaire, à Oran (ou à l’intendant à Alger) que tu aurais dû t’adresser. Tu as été retenu par un scrupule exagéré, et tu as laissé passer avant toi tous tes camarades ou la majeure partie. Je m’y attendais et t’en avais prévenu mais tu n’as pas voulu m’écouter. Tu as attendu que l’ennemi ait envahi 12 à 14 départements et que toutes nos communications fussent coupées… car c’est là que nous en sommes aujourd’hui. Il est impossible de correspondre avec Paris : mes lettres ne vont que jusqu’à Sens. Nous correspondons avec Tours mais il n’y a à Tours qu’une partie du gouvernement. M. Magnin n’y est pas : je viens de m’informer près de Dazincourt364, s’il connaissait un moyen de lui faire parvenir une lettre. Il n’en connaît aucun365 : sa famille même ne reçoit pas de ses nouvelles. Je ne sais donc que faire ni à qui m’adresser pour te faire venir. D’ailleurs, au milieu des malheurs et des dangers qui nous assiègent, on n’ose réellement pas parler de soi ou des siens. Toutes nos préoccupations, tous nos intérêts appartiennent à la chose publique. Je te conseille de t’adresser hiérarchiquement au sous-intendant militaire à Oran : lui seul pourrait te faire partir, soit isolément avec [sic] une destination quelconque, soit avec un des bataillons ou des régiments d’Afrique qu’on va certainement envoyer en France (ainsi, par exemple, il y a en France immensément d’engagements pour les zouaves, et comme les dépôts des régiments sont en Afrique, on y envoie tous les engagés pour former de nouveaux régiments et les renvoyer en France). C’est stupide car c’est perdre du temps et de l’argent quand l’un et l’autre sont précieux. Mais c’est conforme aux anciennes institutions et aux us et coutumes. Eh ! bien, soit ! Ne pourrais-tu demander au sous-intendant à partir avec un de ces régiments ou bataillons de formation nouvelle ?

791Les choses marchent bien mal et je déplore profondément tout ce qui se passe. Cependant, je défends tous les actes du gouvernement puisque non seulement je ne veux pas augmenter le nombre de ses détracteurs mais je cherche à combattre autour de moi le découragement que semblent vouloir semer à plaisir une foule d’alarmistes, les uns systématiques, avec mauvaise foi par esprit d’hostilité à la République, les autres niaisement et par peur. Toutefois, dans mon intérieur, je ne puis me dissimuler qu’on commet bien des fautes, qu’on perd un temps précieux, qu’on ne fait rien de bon et que finalement on laisse par inertie, défaut d’entente ou incapacité, le champ libre à nos ennemis de l’intérieur (la réaction) et à nos ennemis du dehors.

  • 366 Il s’agit de la célèbre entrevue de Ferrières, dans le somptueux château des Rothschild achevé en (...)
  • 367 Pour l’heure, il n’y a aucune menace grave. Mais le pressentiment de Jules est très juste et très (...)
  • 368 Le républicain Jules Lelorrain commence à s’effrayer devant l’ampleur de cette « chasse aux sorciè (...)
  • 369 La première partie de la prévision est tout à fait exacte, la seconde fausse, et cependant la logi (...)

792Je regrette que Jules Favre ait fait près de Bismarck une démarche qui ne pouvait aboutir qu’à un nouvel outrage366. Je regrette surtout non pas qu’il ait par toute la France annoncé la nouvelle des prétentions odieuses et ridicules de nos vainqueurs d’un jour (peut-être était-ce pour donner un coup de fouet et réveiller la fibre patriotique), mais je regrette surtout que les élections aient été indéfiniment ajournées : à mon avis, c’est à tous les points de vue une grande faute (tu es le seul auquel je le dis). D’abord, cela prête à calomnier le gouvernement de la défense nationale. Les hommes de mauvaise foi lui imputeront de vouloir se perpétuer au pouvoir, user de dictature et en 2e lieu cela donnera aux partis monarchiques le temps de relever la tête, de s’entendre, de s’organiser, d’agir sur les campagnes si inertes et si stupides en exploitant la folle terreur que leur inspire le mot de République. Enfin, si le gouvernement fait des fautes, si les socialistes s’agitent et font des émeutes367, si les révocations continuent368 et augmentent en nombre, si on fait de mauvais choix (ce qui, dans un premier moment, est inévitable), si nous subissons de nouvelles défaites, tout cela sera exagéré, exploité, reproché avec passion, avec mauvaise foi à la forme républicaine. On ne songera ni aux difficultés et aux périls d’une situation que l’empire nous aura faite, ni à la pénurie de nos ressources, ni aux embarras ou plutôt à la ruine que nous cause l’occupation étrangère, on mettra tout sur le compte de la République et des hommes qui l’ont acclamée et fondée. Et, pervertissant par tous les moyens l’esprit public, on arrivera peut-être à amener dans l’assemblée constituante une majorité réactionnaire et la République sera encore une fois perdue369

  • 370 Jules s’en rend compte enfin.

793Il y a, à la vérité, la chance d’une grande victoire ! Elle est faible car nous n’avons plus d’armée370. Ce qui peut être plus probable, c’est la résistance héroïque de Paris, c’est l’épuisement, la dispersion de l’armée allemande, harcelée, décimée, réduite par les corps francs, par les mobiles, par les corps détachés. Si cela arrive, si, à force de courage, d’énergie et de persévérance, nous parvenons à chasser l’ennemi, à en purger le territoire, est-ce à la République ou à son gouvernement qu’on attribuera ce succès ? L’espérer serait mal connaître l’esprit de parti et attendre des masses, des campagnes surtout, plus de bon sens et plus de raison qu’elles n’en sont susceptibles.

794L’ajournement indéfini des élections et de l’établissement d’un gouvernement définitif me cause donc de grandes craintes.

795Quant à notre situation présente, elle est fort grave, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Les hommes exaltés s’agitent. Dans toutes les grandes villes, la société internationale, les socialistes, les utopistes de toutes les nuances veulent tout renverser, tout détruire sans s’inquiéter de ce qu’on mettra à la place ni des haines, des résistances, des divisions qu’ils feraient naître quand nous avons la gorge sous le sabre de l’ennemi. Ils auraient conspiré avec lui la ruine de la France qu’ils n’agiraient pas autrement. Or le gouvernement se montre et est réellement impuissant contre ce parti qui le déborde et menace de le renverser. Je parlais de l’extérieur : c’est encore l’intérieur qu’il faudrait dire puisque la Prusse n’est plus en Allemagne, elle est chez nous. Elle régit comme pays conquis l’Alsace, la Lorraine et la Champagne. Ses hordes barbares s’étendent de tous côtés. Elles pillent, dévastent, incendient. Nos places fortes résistent encore mais si de puissants secours ne leur sont bientôt envoyés, leur héroïsme devra céder au nombre, à l’épuisement et à une artillerie formidable. Nous avons tout à faire pour organiser partout la résistance. Il faut improviser des armées, des cadres, des généraux, fondre des canons, fabriquer des Chassepots, des munitions, etc., etc., pourvoir à tout cela sous le feu de l’ennemi, d’un ennemi dont toutes les communications sont libres et qui peut incessamment se ravitailler.

  • 371 C’est bien ce qui se passera quarante-cinq ans plus tard. En 1917, on appellera la classe 1887, c’ (...)

796Cependant, que fait le gouvernement ? Pourquoi ne décrète-t-il pas une levée en masse de tous les hommes valides de 18 ans à 50 ou à 45371 ? Pourquoi n’envoie-t-il pas dans tous les départements des commissaires extraordinaires chargés d’organiser des levées, de les faire partir, de les munir de leur armement ? De lever tous les obstacles. Je ne dis pas de vaincre les résistances car ils n’en rencontreraient pas. Pourquoi ne pas convoquer les conseils généraux pour voter des fonds, des subsides ou si, ayant [été] élus sous l’empire et étant composés en majorité de candidatures-officielles [sic], pourquoi ne pas en faire élire d’autres d’urgence ?

797Nous manquons de généraux. Pourquoi ne pas les prendre parmi les colonels ? Pourquoi ne pas remplacer ceux-ci par les officiers supérieurs et ne pas descendre ainsi jusqu’aux vieux soldats dont on ferait des sous-officiers ?

  • 372 On notera les contradictions de Jules Lelorrain : il redoute l’agitation socialiste mais il souhai (...)

798Je gémis de voir qu’on ne fait rien ou qu’on ne fait pas assez, qu’on s’abandonne encore à l’esprit de routine, qu’on s’arrête à des demi-mesures quand la patrie en extrême danger réclame des mesures décisives et radicales auxquelles tout le monde applaudirait372.

799Compter sur l’initiative individuelle, c’est une duperie, une illusion. Elle a été détruite par la centralisation, elle sera longtemps à renaître. Chacun se dit : je prendrai les armes et je partirai si mon voisin prend les armes et part. Pourquoi le ferais-je s’il ne le fait pas ? C’est ce qu’on dit exactement à la campagne. À la ville, on se borne à le penser. Puisque nous attendons des armes, pourquoi ne pas nous les donner ?

800Le moment n’est pas venu de décentraliser et de tout laisser à l’initiative des communes ou des particuliers. Cela viendra mais auparavant il faut sauver le pays, fût-ce par la dictature.

  • 373 Gambetta ne quittera Paris en ballon que sept jours plus tard, le 7 octobre. À la date de cette le (...)

801J’ai prononcé là un grand mot : qui en France, à l’heure où nous sommes, serait à la hauteur d’un tel rôle ? Je le cherche en vain373.

802Cependant, les ressources de la France sont immenses et il commence à y avoir un peu plus d’élan et de patriotisme.

803J’ai chez moi un collègue, le Président du Tribunal de Châteaudun qui, riche, marié, père de famille, âgé de 42 ans, s’est engagé comme simple soldat dans le 23e de ligne. Je loge aussi un ancien sous-lieutenant qui a repris du service dans la garde mobile et a été élu capitaine. Il est franchement républicain et plein d’ardeur et de patriotisme.

804Nous avons ici depuis quelques jours et pour quelques jours encore 8 000 hommes de gardes mobiles. Mais ils sont indisciplinés et nous causent bien des embarras. Nous avons aussi des francs-tireurs arrivant et partant tous les jours.

  • 374 Jules le fils. Le mari de Fanny se nomme aussi Jules, coutume assez courante. Le frère de Jules Le (...)
  • 375 Paul, le plus jeune fils Perrin.

805À propos de francs-tireurs, trois de tes cousins Perrin, Arthur, Léonce, Hippolyte se sont engagés et sont partis comme tels. Jules374 est entré dans les chasseurs à pied. Ton oncle est dans la garde nationale sédentaire de Sens. Ta tante Fanny était allée avec son petit bonhomme375 et une bonne en Auvergne mais, inquiète d’être depuis 15 jours sans nouvelles de son mari et de ses fils, elle vient de m’écrire pour me demander si les communications sont possibles entre Dijon et Sens et m’annoncer sa prochaine arrivée ici en cas d’affirmative. Je lui ai de suite répondu que nous l’attendions elle, son enfant et la bonne et que nous serions heureux de les recevoir aussi longtemps que cela serait nécessaire. Du reste, j’avais reçu deux jours avant une lettre de ton oncle Jules mais il ne me parlait pas de ses fils. J’espère [sic] que nous avons là une brave famille, soit du côté paternel, soit du côté maternel.

806[Six mots illisibles].

  • 376 Fin septembre, on n’a en effet enregistré que des combats insignifiants et les « avantages » sont (...)

807Inutile de te dire que je suis depuis 15 jours sans nouvelles de mon frère, mais on ne se bat pas encore sur les remparts de Paris. L’on s’est borné jusqu’ici à des combats partiels dans un rayon de quelques lieues autour de Paris, combats dans lesquels nous avons eu généralement l’avantage376.

808Prenons courage, mon bon ami. Espérons des jours meilleurs. Arme-toi de résolution s’il faut que tu restes et mets ton inaction relative à profit pour ton instruction et l’entretien de tes forces physiques et morales.

809Nous t’embrassons tendrement Alix et moi,

810Ton père dévoué,

811Jules Lelorrain.

Lettre n° 37

812Lundi 3 octobre 1870,

813Mon cher ami,

814J’ai été très surpris en recevant samedi soir 1er octobre ta lettre du 26, partie de Daïa le 27.

815Comment expliquer cette rapidité ? Il y a donc maintenant deux paquebots par semaine au lieu d’un seul ?

  • 377 Adolphe Crémieux (1796-1880), ministre de la Justice du gouvernement de la Défense nationale, aute (...)
  • 378 Étrange localisation. Jules a sans doute écrit trop vite. Voir note suivante.
  • 379 Albert Cambriels (1816-1891), gravement blessé à Sedan, avait reçu le commandement de la place de (...)
  • 380 Elle marche vers la Bourgogne et Dijon, Lyon peut-être si la guerre sétait prolongée, pas sur Par (...)
  • 381 Jules est encore trop optimiste.
  • 382 Le 28 septembre.

816Quoi qu’il en soit, ton télégramme au ministre de la guerre à Tours (dont j’ai été ému et dont je te félicite) m’a déterminé à écrire hier matin à M. Crémieux377 (ce que je n’avais pas encore fait), je l’ai prié de parler à son collègue de la guerre et d’obtenir que tu fusses appelé de suite. La levée, ou plutôt la mobilisation de tous les hommes de 21 ans à 40 va nécessiter l’organisation d’un service médical nombreux. Je lui ai demandé de te mettre à la disposition du général Cambriels qui, en résidence à Belfort, est en ce moment chargé de l’organisation armée de dix à douze départements comprenant tout le sud-est378 de la France. Il a, à cet égard, de pleins pouvoirs. C’est un homme énergique qui jouit de toute la confiance du gouvernement379. J’espère beaucoup, en ce qui te concerne, dans l’intervention de Crémieux. La difficulté consistera à te remplacer à Daïa ; on ne peut évidemment pas laisser ce poste vacant. Prends donc patience, la guerre, malheureusement, se prolongera tout l’hiver. J’apprends à l’instant qu’une armée prussienne de cent mille hommes vient d’envahir la Haute-Alsace. L’avant-garde est déjà à Mulhouse. C’est une nouvelle invasion qui cette fois menace la Bourgogne. Quel est le but de cette armée ? C’est d’abord de se ravitailler dans des contrées riches qui n’ont pas encore été dévastées. C’est ensuite, soit de marcher sur Lyon, soit de marcher sur Paris380. Cambriels organise la résistance contre cette nouvelle horde de barbares, dernière ressource sans doute de nos ennemis381. Elle doit comprendre l’armée assiégeante de Strasbourg car tu sais que cette malheureuse ville a été obligée de capituler382. Ainsi, toujours de nouveaux désastres !

  • 383 Les hommes non, les soldats entraînés et les officiers compétents, si.

817Cependant, ne nous décourageons pas : tâchons d’opposer une forte digue à [ce] flot d’ennemis. Ce ne sont pas les hommes qui nous manquent383… Les nouvelles de Paris sont bonnes. Tout va bien. Les petits combats qui se livrent autour de Paris ont tous été jusqu’ici à notre avantage.

818Je ne reçois plus depuis longtemps de lettres de ton oncle. Il n’a pas encore fait le coup de feu puisqu’il est sur les remparts et que l’ennemi en est loin mais il doit en être autrement de tes deux cousins.

819J’ai reçu hier soir une lettre de Mlle Lydie Matry qui m’apprend la mort de sa mère. On l’inhume aujourd’hui à 4 h ½. En conséquence, je vais partir tout à l’heure à midi, avec Mme Chabeuf (Mlle Matrie Matry) pour Semur où nous arriverons juste à l’heure. Je coucherai à Semur et demain matin, j’irai à Flavigny voir ta sœur : j’espère être de retour demain à 5 heures à Dijon.

820Néanmoins, j’ai préféré t’écrire ce matin. Je suis ainsi beaucoup plus sûr du départ de ma lettre en temps utile.

821Alix qui t’aime beaucoup a été comme moi fière de ta détermination et de ton patriotisme. Mais, comme moi, elle te conjure de ne pas faire de coup de tête. Demander à partir, soit ! Tu vois que je me joins à toi. Mais ne va pas surtout jusqu’à compromettre ta position et ton avenir ! La manifestation que tu as faite suffira, je l’espère, jointe à la recommandation de M. Crémieux sur laquelle je compte, pour déterminer ton appel.

822Au revoir, à bientôt, j’espère. Je t’embrasse tendrement. Alix se joint à moi.

823Ton père et ami,

824Jules Lelorrain.

Lettre n° 38

825Dijon, 11 octobre 1870

826Mon cher ami,

827Je suis comme toi sans nouvelle de Tours. Je ne pouvais espérer une réponse. Mais je me flattais que mon intervention assurerait bon accueil à ta demande.

828Il faut que cette affaire particulière ait échappé à Crémieux au milieu de ses grandes et patriotique préoccupations, ou qu’on ait jugé que ton remplacement à Daïa, en présumé [sic] de la pénurie de sujets en Afrique, était pour le moment impossible ! Résigne-toi donc ou plutôt prends patience : l’occasion d’utiliser tes services en France ne manquera pas de se présenter. Nous ne sommes pas en effet au bout de cette guerre désastreuse. Jusqu’ici, elle ne l’a été que pour nous. Le tour de la Prusse va enfin venir.

829Puissions-nous détruire jusqu’au dernier des barbares qui souillent notre territoire et y commettent tous les excès.

  • 384 Parti de Paris en ballon le 7, Gambetta est arrivé à Tours le 9 octobre.

830Tu sais sans doute déjà, ou ce courrier va t’apprendre, que Gambetta, parti de Paris en ballon, vient d’arriver à Tours384. C’est un événement fort heureux. Tout le monde, les hommes de tous les partis, ont confiance en lui. On s’accorde à reconnaître qu’il est ferme, actif, décidé, énergique, qu’il est homme de talent et de résolution. Il va (on l’espère du moins) imprimer à la défense nationale une action et une direction dont elle a été jusqu’ici dépourvue. Sa proclamation est telle qu’on pouvait l’attendre de lui et des circonstances. Elle est généralement approuvée. Il est investi de l’administration de la guerre.

  • 385 Crémieux, avec le vieil opposant au Second Empire qu’était le Breton Alexandre Glais-Bizoin (1800- (...)

831Crémieux, Glais-Bizoin, Fourichon385 ont certainement fait tout ce qu’ils ont pu et leur œuvre était immense mais, entre nous soit dit (et je suis forcé d’en convenir avec toi), ils n’étaient pas à la hauteur de leur mission, soit incapacité, soit défaut de plan, nous avons vu partout et en tout, incertitude, ordre et contrordre, contradiction, perte de temps. Je tiens aux réactionnaires un tout autre langage mais au fond, je gémissais de l’inaction et de l’évidente impuissance de la délégation de Tours.

  • 386 Erreur, on ne forme pas de généraux ou d’officiers compétents comme cela, comme par enchantement – (...)

832Tout cela va changer, je l’espère. Les forces vives du pays se lèvent de toutes parts. Les armes arrivent de tous côtés. Nous manquons de généraux et de cadres, mais tout cela surgira, se formera et naîtra de la force des circonstances386.

  • 387 Les « centimes additionnels » au principal des quatre contributions directes (foncière, mobilière, (...)

833Notre conseil général était aujourd’hui assemblé. Sa séance a été publique et j’y ai assisté. Il a voté 2,4 millions de francs, remboursables au moyen de centimes additionnels387. Au fond, ils étaient tous d’accord mais la séance n’en a pas moins été très orageuse puisque le farouche Laval leur a dit qu’ils ne représentaient pas le Pays et qu’il avait fait le voyage de Tours pour demander leur dissolution. Tout cela était au moins fort inutile mais il parlait pour l’auditoire et pour acquérir de la popularité.

834La tante Fanny est arrivée hier nous surprendre. Nous ne l’attendions que demain. Elle nous a donné des nouvelles de ses fils : Léonce est dans une compagnie de francs-tireurs qui occupe la forêt de Fontainebleau. Hippolyte et Arthur sont dans les francs-tireurs de Sens. Ils vont et viennent dans les départements voisins. Jules est dans les chasseurs à pied dont le dépôt est à Auxerre. Je te confie ici le passage d’une lettre de Léonce relatif à un des engagements (le premier qu’il ait eu avec l’ennemi) :

  • 388 Aujourd’hui Moigny-sur-École (Essonne), à trois kilomètres au nord de Milly-la-Forêt, en lisière d (...)

« Deux mots seulement pour vous rassurer. Nous avons enfin vu l’ennemi. Nous nous sommes battus deux fois lundi et mardi. La première contre 80 hussards, la seconde contre une quinzaine de dragons. Nous avons fait une trentaine de blessés et quinze morts. Les combats ont eu lieu dans les bois de La Montignotte, commune de Moigny388. Les hussards sont d’une audace incroyable : après avoir essuyé notre feu, ils ont mis pied à terre et nous ont envoyé plus de 150 balles. Par un hasard providentiel, aucun de nous n’a été atteint. Les brigands ont découvert notre retraite. Ils ont envoyé 600 hommes d’infanterie avec deux pièces d’artillerie. Ils ont brûlé le bois où nous étions, croyant bien nous prendre. Mais nous nous moquons d’eux. Un jour nous aurons notre tour et nous leur rendrons ce qu’ils nous ont fait endurer. »

835J’ai écrit hier à ton oncle Perrin que sa femme était ici. Nous l’attendons demain ou après-demain. Il va sans doute passer un couple de jours avec nous.

836Tu as dû recevoir une lettre d’Eugène. La petite Camille est enfin sevrée. Elle vient maintenant à merveille. Ta belle-sœur est décidément enceinte. Puisse-t-elle dans six mois nous donner un gros garçon.

837Je suis allé à Semur lundi dernier à l’enterrement de la mère Matry dont on ne peut dire que la mort soit un malheur. Je n’ai passé qu’une soirée dans cette chère ville, étant arrivé à 4 h ½ du soir et en étant reparti le lendemain à 5 h du matin. J’ai profité de ce voyage pour aller voir ta sœur à Flavigny. Je l’ai trouvée très bien portante et pas trop inquiète pour son couvent ni pour elle-même. Elle est du reste fort au courant des événements : si elles ne lisent pas de journaux, du moins leur aumônier leur raconte toutes les nouvelles. Elles ont eu des blessés à soigner et ont envoyé beaucoup de secours en linge, argent, etc., aux ambulances.

838Je l’ai mise au courant de ce qui intéresse toute la famille. Elle a été bien heureuse de ma visite et de recevoir par moi des nouvelles de ses frères et de tous ses parents.

839Tu sais que les élections sont encore une fois ajournées. Je le comprends, bien que ce changement nouveau de résolution dénote malheureusement l’incertitude et l’indécision qui règnent dans les conseils de gouvernement.

  • 389 Tout le monde a le droit de changer d’avis. Ces raisons sont en effet fort pertinentes mais deux s (...)

840Comment les 50 députés que Paris doit élire eussent-ils pu se réunir à leurs collègues des départements ? Comment d’autre part les élections eussent-elles pu se faire avec liberté dans 21 ou 22 départements plus ou moins envahis ? Comment délibérer quand les provinces sont sans communication avec Paris et quelques-unes sans communication entre elles ? Ces raisons étaient décisives389. Ajoutons d’ailleurs que notre unique préoccupation doit être de défendre le pays et de chasser l’étranger.

841Mais d’un autre côté, si nous devons forcément avoir quelques mois encore un gouvernement dictatorial, du moins faudrait-il qu’il soit pourvu des qualités essentielles à la dictature, l’énergie, l’esprit de suite, l’unité d’action, la force unie à la modération, une sage et puissante direction. Aurons-nous tout cela avec et par Gambetta ? Quelle mission ! Quelle responsabilité pour un homme !

842Enfin, espérons ! Ayons confiance ! Ne nous décourageons pas !

843Quant à moi, je suis comme toi. J’ai foi dans la République. À partir du jour où elle a été proclamée, j’ai cessé de désespérer du pays. Car la République, c’est le peuple, c’est la jeunesse, c’est l’avenir et nos forces sont là.

  • 390 Il fut de législation constante, tout au long du XIXe siècle, que nombre de magistrats (pas tous, (...)
  • 391 Quel aveu ! Le républicain Jules Lelorrain reconnaît que le parquet est au service du régime. Sous (...)

844Que n’ai-je dix ans de moins ! Je me présenterais dans l’Yonne pour la représentation nationale390, ou bien je demanderais à rentrer dans le parquet comme premier avocat général pour servir plus utilement la République391 mais je commence à être trop usé et trop vieux.

845Sur ce, mon bon ami, je clos ma lettre en t’embrassant tant pour moi que pour Alix, Fanny et toute la famille,

846Ton père et ami dévoué,

847Jules Lelorrain.

Lettre n° 39

848Dijon, 12 novembre 1870

849Mon cher Édouard,

850Deux mots seulement pour te dire que nous sommes, au moins provisoirement, débarrassés de l’ennemi.

  • 392 À la suite de la débâcle française dans les Vosges, les troupes du général Werder, comme l’avait r (...)

851Voici 14 jours que nous sommes occupés par lui392 et privés de toute nouvelle, de toute communication et de tout moyen de sortie.

852C’est te dire que je n’ai rien reçu, aucune lettre de toi et n’ai pu t’en faire parvenir.

853Nous avons subi un bombardement de six heures : 15 maisons incendiées ! Un éclat d’obus est tombé dans mon cabinet. Mais nous nous portons bien physiquement.

854Quand et où ma lettre te parviendra-t-elle ?

855Amédée Vialay est prisonnier. Tes autres amis connus de moi vont bien, entre autres Émile Carion.

856Écris-moi de suite.

857Nous t’embrassons tendrement,

858Ton père et ami,

859Jules Lelorrain.

Notes

1 La famille d’Alix est riche, nous le savons.

2 Nicolas Blondel, notaire à Dijon. Il était né, comme son frère, à Auxonne, en 1821 (Hippolyte en 1823).

3 Au bout de 26 ans quand même…

4 Par an, évidemment.

5 Les déménagements, avant l’ère des camions automobiles, posaient de redoutables problèmes – aux familles bourgeoises. Les ouvriers et paysans pauvres qui n’avaient rien, n’avaient rien non plus à déménager. Encore le chemin de fer – et cela est tout récent – a-t-il apporté une amélioration radicale dans de semblables domaines.

6 Les magistrats du XIXe siècle déménageaient en fait assez peu, mais un peu malgré tout, beaucoup plus que d’autres « bourgeois » sédentaires. Le cas le plus fréquent était celui d’une circulation dans une région relativement étroite avec, parfois, une « excursion » lointaine pour des raisons opportunistes de carrière. Jules Lelorrain a été procureur à Joigny en 1848 (petite ville, petit tribunal), puis à Pont-Audemer, en Normandie, en 1849, à Semur en 1851, président du même tribunal en 1852, président à Chaumont (une petite ville encore mais chef-lieu de département) en 1861, conseiller à la cour de Dijon en 1865 puis président du tribunal de cette ville en 1869. Soit, avec le premier, cinq déménagements apparents mais quatre seulement si l’on tient compte du fait qu’il habitait déjà Joigny en entrant dans la magistrature, et, sauf une fois, toujours en Bourgogne ou Champagne du sud. Il faudra y ajouter Lyon en 1872 et Paris en 1879. Des carrières de profil très similaires sont le lot d’innombrables magistrats de la même époque, tel en Bretagne Clément Anger de Kernisan, né en 1827 (Jules Lelorrain en 1810), attaché au parquet général de Rennes, 1849, substitut à Paimbœuf, 1852, substitut à Vannes, 1856, procureur à Quimperlé, 1859, à Redon, 1863, président à Pontivy, 1867, à Quimper, 1872, enfin président du tribunal de Rennes (une ville comparable à Dijon), en 1875, soit 7 ou 8 déménagements, toujours en Bretagne (ADIV, 1 U, dossiers des magistrats, 2e série).

7 Dans la France de 1870, il y a des situations pires !

8 Casimir Lefaucheux (1802-1852), célèbre armurier français.

9 Il fut présenté le 2 janvier. Émile Ollivier avait en charge la Justice et les Cultes. Sans en avoir le titre, il faisait office de chef du gouvernement. On y trouvait les libéraux très modérés Daru, aux Affaires étrangères, et Buffet, aux Finances. Le maréchal Lebœuf, l’homme qui certifiera à la veille de la guerre que pas un bouton de guêtre ne manquait à l’armée française, avait le portefeuille de la guerre, l’amiral Rigault de Genouilly, la marine et les colonies. Jules est optimiste, du point de vue des opinions qu’on lui connaît, en voyant au cabinet un aspect « centre gauche » qui se résume en fait en la personne de son chef (implicite !), Émile Ollivier, ancien républicain. Mais il est clair, et sur ce point notre magistrat a raison, que l’on s’acheminait ainsi vers une forme de régime parlementaire car « les centres » dominaient le nouveau Corps législatif.
Or, les républicains « avancés » ne croyaient pas une seconde à une évolution pacifique du régime vers une vraie démocratie parlementaire mais les « Mameluks », les partisans du bonapartisme autoritaire (Jérôme David, les Granier de Cassagnac père et fils, Gramont, Clément Duvernois), non plus. Ce sont eux qui vont pousser l’empereur à organiser le plébiscite de mai. Jules Lelorrain reflète justement ici l’opinion d’une bourgeoisie libérale modérée, sans doute assez nombreuse mais peu bruyante, qui aurait souhaité cette évolution en douceur. Il n’est pas sûr qu’elle ait été possible ou compatible avec la nature intrinsèque du régime. On ne le saura jamais, celui-ci ayant choisi le suicide en juillet 1870.

10 Jules est évidemment de très mauvaise humeur. « Trou boueux » ? Il est bien plus aimable pour nombre de petites villes d’importance très similaire, telle Semur, auxquelles l’attachent ses souvenirs et sa nostalgie. Par ailleurs, il est peu vraisemblable que les rues de Charolles aient été « asphaltées » (première occurrence du mot au sens de « chaussées revêtues », 1839), bien que l’asphalte naturel ait été exploité dans plusieurs mines tout au long du XIXe siècle. Ni pavées d’ailleurs. Il est possible que Jules utilise le mot pour renforcer son ironie grinçante.

11 C’est en effet très cher : le tiers du salaire que touchait Eugène à Paris, dans une toute petite ville. Mais le marché de la location n’a pas grand-chose à voir avec celui que nous connaissons, régi par des lois nettement plus uniformes et relativement simples. Il est très erratique, soumis à de considérables variations en fonction de circonstances locales très variées. Les appartements « bourgeois » à Paris sont toujours chers : Marguerite Perrot (op. cit. – voir lettre du 10 janvier 1867) relève un loyer de 1 450 francs en 1908 pour un logement de cinq pièces mais sans chauffage central, ni ascenseur ni salle de bains, tous éléments de confort totalement ignorés d’ailleurs en 1870. Pour un très bel appartement faubourg Saint-Germain à la même date, avec le confort moderne, il faut compter 4 500 francs. Mais un « quatre pièces » dans une préfecture moyenne du sud-ouest en 1886 coûte seulement 200 francs alors qu’un médecin de campagne en 1909 loue sa maison 1 050 francs. Tout dépend du nombre de logements décents disponibles pour qu’un bourgeois puisse y habiter, par rapport à la demande. Il suffit qu’on ait dans une toute petite ville trente ménages à loger et que l’offre se limite à dix biens « convenables » pour que les propriétaires demandent ce qu’ils veulent. Cela dit, M. Perrot estime à 12,8 % la médiane du poste « loyer » pour les 338 budgets qu’elle a analysés (1873-1913). Si la perception d’Eugène lui rapporte 4 500 francs, 12,8 % représentent 576 francs. On est à peu près dans la norme. Rappelons que les prix de la vie quotidienne peuvent valablement se comparer pour tout le second XIXe siècle, l’inflation, au sens du XXe siècle, n’existant pas avant 1910.

12 C’est effectivement une assez grande maison, pour un couple avec un seul enfant ou même deux. Mais le critère de choix n’est pas là : il est que rien d’autre de décent n’est disponible.

13 De Charolles à Mâcon, il y a 60 km par la route. Une durée de sept heures et demie sur de mauvais chemins dans une méchante voiture est tout à fait normale. Jules peut ici apprécier à sa juste valeur la révolution représentée par les chemins de fer !

14 Jules Lelorrain, qui a presque 60 ans, use d’un vocabulaire obsolète, celui qu’il a toujours connu. En 1870, il n’y a plus de « receveurs généraux ». Ces fonctions et celles de « payeur » ont été fusionnées par la loi du 21 novembre 1865 créant les « Trésoriers-payeurs généraux », les plus hauts responsables du trésor public dans le département. Le « receveur particulier » occupe des fonctions similaires dans chaque arrondissement. Un tiers des vacances de receveur particulier était réservé aux percepteurs ayant au moins dix ans de service public, dont cinq au sein de l’administration des Finances.

15 Le trésorier-payeur général de Saône-et-Loire est le frère de l’ancien « vice-empereur » dont le poids politique demeurait considérable – malgré l’évolution rapide du régime. On a vu (voir lettre du 10 octobre 1867) que Jules Lelorrain, qui le connaissait depuis longtemps, avait tenté d’obtenir son appui et celui de sa femme dès les premières recherches d’une perception pour Eugène.

16 Mot passé en français à la suite de la célèbre « prise de la smala d’Abd-el-Kader » par le duc dAumale en 1843. Selon le Robert, la première occurrence du terme au sens de « famille, tribu familiale » date de 1861. Il sera couramment utilisé dans la littérature de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Le soulignement montre qu’il n’est pas ici assumé complètement.

17 À qui il donne ici, à peu près, son titre exact.

18 Nombre de magistrats (pas tous) devaient commencer leur carrière en acceptant une situation de juge suppléant, non rémunérée, excellent moyen de conserver au corps un profil social bourgeois et conservateur.

19 Comme presque toutes les sous-préfectures, à cette époque, Charolles avait un tribunal civil. Voir Frédéric Chauvaud, avec la collaboration de Jean-Jacques Yvorel, Le juge, le tribun et le comptable. Histoire de l’organisation judiciaire entre les pouvoirs, les savoirs et les discours (1790-1930), Paris, Anthropos-Économica, 1995.

20 Décidément, Jules a contracté en quelques jours l’horreur de Charolles.

21 Impératif pour permettre à Eugène de travailler chez lui. Le mot « bureau » au sens de « cabinet de travail » est donc utilisé dans le langage courant dès cette époque, au moins, contrairement à ce qui est dit quelquefois.

22 Son chef « supérieur », le trésorier payeur général, pas le receveur particulier.

23 Curieux détournement du vers de Corneille. La « vertu » grandirait-elle avec l’âge ? Le sens de la formule n’est pas clair.

24 Jules veut dire que, comme elle ne sait rien faire, elle n’a pas pris de mauvaises habitudes. Donc, Gabrielle pourra la « former » à sa guise !

25 Par an ! Soit, 15 francs par mois. Une « bonne à tout faire » expérimentée gagne, à cette même date, à Paris, 35 francs par mois (voir Paul et Michel Chabot, Jean et Yvonne, domestiques en 1900, Paris, Belfond, 1980, postface de Roger-Henri Guerrand). Les salaires continueront à augmenter jusqu’à la Belle Époque. On peut lire dans Le Figaro, à la date du 11 avril 1900, cette annonce : « On demande bonne à tout faire, sachant coudre et ménage, sans cuisine, 50 francs […] Bons certificats. » La « naïve enfant » de Perrecy ne sachant rien faire, 15 francs par mois, logée, nourrie, représente une somme normale dans le Charolles de 1869. Avoir au moins un domestique est un critérium de l’appartenance à la bourgeoisie. Mais ce qui est possible à Charolles avec plus de 4 000 francs de revenus ne l’était pas à Paris avec 1 800.

26 Voir la lettre du 21 octobre 1869. Mais garder une fiancée pour Édouard pendant encore au moins 22 mois représente une lourde tâche, même si le parti peut sembler alléchant : jolie, 16 ans (Édouard en a presque 26), et 8 000 francs de dot. En capital ? Cela ferait alors assez peu en revenus (400 francs). En rentes ? Peut-être mais cela représenterait un capital de 160 000 francs, et on aurait dans ce cas une riche héritière, jolie, très jeune. Mais ses parents accepteraient-ils pour leur bijou de fille un médecin militaire sans le sou ?

27 Les recherches du « Père Zon » amusent Jules.

28 Curieuse formule. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il faut lire : M. et Mme Bernard et M.et M me Carion. Sinon « eux tous » ne s’explique pas.

29 La sociabilité « normale » dans le milieu judiciaire d’une ville comme Dijon rendait difficile les refus, sauf motif de santé patent. Ils auraient été perçus comme des insultes. « Si le magistrat devait cultiver des mœurs graves et simples [en théorie !], il n’en était pas moins tenu de mener une vie sociale conforme à son état » (Veillon, 2001, p. 253).

30 Le 10 janvier, jour où Émile Ollivier présentait son programme devant le Corps législatif, le prince Pierre Bonaparte, cousin germain de lempereur, fils de Lucien, abattait de sang-froid le journaliste Victor Noir qui était venu, à titre de témoin, le provoquer en duel. Pierre était un aventurier, le mot étant même un peu faible, et Napoléon III n’avait presque pas de relations avec lui. Mais l’enterrement de Victor Noir fut une immense manifestation populaire (100 000 personnes) contre l’empire. Ollivier avait décidé de jouer la dissuasion : une brigade de cavalerie légère, deux régiments de cavalerie lourde, une batterie d’artillerie (Carrot, 1984). La tension fut extrême mais la journée se termina sans incident.

31 Curieuse formule encore : à cette date, Pierre Bonaparte est incarcéré à la Conciergerie mais le procès n’aura lieu que les 21-27 mars à Tours, devant la Haute Cour, procédure normale pour un prince du sang. L’accusé fut acquitté… Napoléon III lui conseilla de quitter la France. Il n’en fit rien. Sur la procédure en Haute-Cour, voir la lettre du 22 mars suivant.

32 Rochefort avait eu au lendemain du crime cette fameuse, décisive et superbe formule (Injuste ? La grande polémique se rit de l’injustice) : « J’ai eu la faiblesse de croire qu’un Bonaparte pouvait être autre chose qu’un assassin. » Député, il était protégé par l’immunité parlementaire.

33 Le nombre de députés qui refusèrent la mise en accusation de Rochefort est encore plus mince que Jules ne le croit : 34 et pas 44, en fait les seuls républicains. Mais tous les bonapartistes libéraux, tous les monarchistes votèrent pour les poursuites. Il ny a pas de raison de s’en étonner. La formule de Rochefort était terrible et, à cette date, tous les modérés estimaient nécessaire de faire bloc autour de l’empereur et de tenter loyalement lessai dun empire libéral, Ollivier au premier chef. Mais dans le cadre d’une stratégie politique de long terme et d’envergure, Jules avait évidemment raison.

34 La loi du 11 mai 1868 avait fortement libéralisé la presse mais les délits de presse demeuraient du ressort des tribunaux correctionnels, donc de magistrats professionnels fortement acquis à l’Empire (rappelons que Jules Lelorrain est une exception…). Le projet dont parle Jules n’eut pas de suite. Sous la république naissante, il y eut des va-et-vient dans la législation jusqu’à la célèbre loi républicaine du 29 juillet 1881 qui conféra définitivement au jury, presque toujours plus indulgent que les juges de profession, les délits de presse autres que la diffamation privée. Soixante-trois ans plus tard, une ordonnance du CFLN du 6 mai 1944 – prise avant même le Débarquement – rendit les délits de presse à la police correctionnelle. Elle fut prise dans des conditions historiques qu’il est inutile de rappeler mais maintenue jusqu’à nos jours.

35 C’est un peu plus compliqué que cela. Mais Jules ne veut pas faire un cours de droit à Édouard.

36 En termes juridiques : les lois qui déterminent quelle juridiction a compétence en matière de…

37 Jules Perrin.

38 Au receveur particulier, son chef direct, au maire, au sous-préfet et à qui encore ?

39 Blondel notaire, frère de Blondel magistrat.

40 Tout ce paragraphe relève d’un souci sans doute un peu naïf mais parfaitement explicable : Jules Lelorrain est très soucieux d’asseoir la réputation de son fils comme celle d’un percepteur aisé qui n’a pas besoin d’emprunter pour verser son cautionnement. Question d’image dans le « trou boueux » de Charolles.

41 Effectivement, le discours d’Anaïs Rayé est un peu étonnant…

42 Si l’on comprend bien : Ernest n’est pas beau, il n’est plus très jeune (il est né en 1828) et il ne peut prétendre à la main d’une jolie jeune fille. Mais il est suffisamment riche et il épouse une riche héritière. Cent mille francs de capital représentent un revenu de 5 000 francs, plus que le salaire annuel d’Eugène, presque celui de Jules. Mais dès 1853, selon son dossier professionnel, Ernest possédait un revenu personnel de 3 000 francs et à la mort de son père (toujours vivant en 1870), il va hériter d’une fortune de 500 000 francs et se trouver encore beaucoup plus riche que son épouse. Celle-ci est la fille d’un conseiller à la cour de Bourges, Étienne Mater (voir ci-dessous) et la petite fille d’un premier président, Claude Mater. Les mariages dans les familles de magistrats, sans être systématiques, sont recherchés et valorisés (voir Didier Veillon, 2001, Vincent Bernaudeau, 2007).

43 Bourg-en-Bresse de son nom actuel.

44 Dit curieusement Favre-Gillly. Curieusement, car Gilly est le nom de sa femme mais c’est bien ainsi qu’il est nommé, y compris dans son dossier professionnel. Il était le fils du notaire de Perrecy-les-Forges et donc le beau-frère de Mielle, président décédé du tribunal de Charolles et père de Mme Blondel.

45 Exemple presque caricatural de mariage « arrangé ».

46 Édouard voudrait-il se donner un aspect d’homme « mûr » ?

47 Discret avertissement : en fait, Jules redoute qu’Édouard ne se laisse aller…

48 Belle leçon de politique. Jules Lelorrain, républicain modéré, pense que l’on peut s’acheminer vers un régime démocratique et libéral, sans l’empereur éventuellement, mais peut-être avec lui. Mais les bonapartistes autoritaires ne partageaient pas du tout ce point de vue. Le plébiscite de mai prouvera que la partie était loin d’être jouée dans un sens quelconque. Le 4 septembre, la « Chute » arrivera en quelques heures, mais de manière tout à fait imprévue.

49 Ce « sic » là est dans le texte.

50 Il existait en effet, depuis une loi du 2 mai 1855 une taxe municipale sur les chiens. La commune faisait des propositions, le conseil général donnait son avis et la taxe était établie par décret, commune par commune. Les taxes allaient de un à dix francs par chien (et par an, bien sûr). Le refus de payer ou la dissimulation de chiens ( !) pouvaient entraîner une amende du quadruple de la taxe prévue…

51 Gabrielle nourrit donc sa fille, pourtant déjà âgée de plus de huit mois. C’est assez exceptionnel dans la bourgeoisie de l’époque, et même dans le peuple où les enfants sont fréquemment « mis en nourrice », avec pour conséquence des taux de mortalité effrayants. Dans la correspondance étudiée par C. Chotard (1983), une femme écrit à sa fille, en 1888 encore, à propos d’une cousine : « Elle n’a écouté personne et s’entête à vouloir nourrir sa fille » (p. 248). En 1870, la question fait d’ailleurs l’objet d’un débat national aigu, à la suite, notamment, de la publication de nombreux ouvrages alarmistes, tels ceux du Dr Monot, maire de Monsauche dans le Morvan (région qui fournit à Paris une grande partie de ses « nourrices »), De l’industrie des nourrices et de la mortalité des petits enfants, Paris, 1867, ou encore de celui d’André-Théodore Brochard, De la mortalité des nourrissons en France, spécialement dans l’arrondissement de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), Bordeaux, 1866, et de bien d’autres. Débat aigu mais récurrent et loin d’être clos. Cette terrifiante pratique, responsable en un siècle d’un nombre de décès difficile à établir mais certainement considérable, s’effacera peu à peu après 1 900. Voir Anne Martin-Fugier, « La fin des nourrices » dans « Travaux de femmes dans la France du XIXe siècle », Le Mouvement Social, no 105, octobre-décembre 1978. Le thème est également au centre du très curieux roman de Zola, Fécondité (1899), le premier de la série inachevée des Quatre Évangiles.

52 La scarlatine, maladie bactérienne et non virale (ce dont, en 1870, on ne savait évidemment rien), constituait une affection redoutable, entraînant en France entre 1 000 et 1 500 morts par an vers 1905-1914, et sans doute beaucoup plus encore (les chiffres sont mal connus) en 1870. Une régression s’observera durant l’entre-deux-guerres puis un effondrement après 1945 avec les antibiotiques.

53 La fille d’Hippolyte.

54 Le mari de Joséphine.

55 C’est le titre exact, Les Femmes de la Révolution par Jules Michelet, Paris, Adolphe Delahays, 1855. L’ouvrage n’a donc rien de récent. La demande témoigne une fois de plus des idées avancées d’Édouard, idées que Jules approuve peut-être sur le principe mais sûrement pas dans les modalités d’action envisagées (voir la fin de la lettre précédente).

56 Commandant le 23e régiment d’infanterie de ligne.

57 De son nom complet, Imgarde de Leffemberg (Gaspard).

58 Le ressort étant plus important que celui de Dijon. Ce dernier, dans ses trois départements (Côte-d’Or, Saône-et-Loire, Haute-Marne), comptait environ 990 000 habitants contre presque 1,2 million pour Rouen qui n’en comprenait pourtant que deux (Seine-Inférieure et Eure). Surtout, avec au moins deux grandes villes très actives (Rouen et Le Havre), l’activité juridictionnelle y était sensiblement plus importante qu’à Dijon, tant du point de vue pénal (voir en particulier les cartes de l’annuaire rétrospectif du CGAJC pour les années 1826-1880) que civil, et encore plus commercial ou du travail. D’ailleurs la cour de Rouen est classée, par le décret du 2 octobre 1862 en 2 e catégorie derrière Paris, avec les seules cours de Bordeaux, Lyon et Toulouse et devant les 23 autres cours « impériales ». Les traitements des magistrats dans les cours de 2e classe sont en moyenne de 40 % plus élevés que dans les cours de niveau inférieur, un peu moins pour le procureur général et le premier président (20 000 francs contre 15 000 dans les cours de 3e classe, soit 33 % de mieux). La promotion n’est donc pas de pure forme. Il en serait de même, voire plus encore, pour les présidents, juges et procureurs des tribunaux de première instance : Jules, comme président à Dijon, gagne 6 000 francs par an, son collègue de Rouen, 10 000 ; un juge d’instruction à Dijon, 3 600 francs, à Rouen, 6 000.

59 Premier ministre sans le titre et ministre de la Justice, garde des Sceaux.

60 Éloge uniquement professionnel car Imgarde de Leffemberg n’est pas du tout républicain.

61 Le 7, en effet, Rochefort fut arrêté par 200 ( !) sergents de ville à l’entrée d’une réunion publique, 51, rue de Flandre. L’anthropologue Gustave Flourens, libre-penseur, professeur (révoqué) au Collège de France, futur « martyr » de la Commune de Paris (il fut sauvagement assassiné le 3 avril 1871, à Rueil-Malmaison, par un officier de gendarmerie), déclara « le gouvernement déchu et la révolution en permanence ». Lémeute embrasa tout le nord de Paris (notamment le faubourg du Temple), élevant de nombreuses barricades. Elle dura jusqu’au 9. On compta un mort parmi les manifestants, piétiné par les chevaux de la Garde de Paris. Le 10, le calme était revenu. Il y eut des centaines d’arrestations et 74 condamnations. Voir Carrot, 1984.

62 Bien que peu bonapartiste, mais peu révolutionnaire non plus, le magistrat Jules Lelorrain défend les principes de l’État de droit…

63 Cette information-là est tout à fait fausse. C’est le propre des rumeurs répandues sur la foi d’une dépêche. Cela n’a guère changé depuis 1870.

64 Jules et Alix ont confondu un tapis avec un châle ? Quelle sorte de tapis ? Pas un tapis classique à point noués en tout cas.

65 Levieil de la Marsonnière, aussi peu républicain que Leffemberg – mais professionnellement d’un niveau nettement plus médiocre.

66 Le Journal Officiel de l’Empire – ex Moniteur – fournira quelques détails « opportuns » sur ce « complot » juste avant le plébiscite (numéro du 5 mai 1870).

67 Les élections de mai-juin 1869 avaient en effet envoyé au Corps législatif une majorité incertaine. Sur 289 sièges, les « candidats officiels » ne se comptaient, pour la première fois, que 118, et, parmi ceux-ci, pas plus d’une trentaine de véritables partisans de l’empire autoritaire (Louis Girard, 1986). Mais ils pouvaient être assurés du soutien, dans la plupart des circonstances, de 98 bonapartistes libéraux, libéraux peut-être mais d’abord bonapartistes. Les monarchistes (Thiers, Buffet) étaient 41 et les républicains, 30. Il n’est pas sûr que, malgré la célèbre lettre de Napoléon III du 27 décembre 1869 (voir plus haut), le ministère Ollivier ait reflété « la majorité du Corps législatif ». C’est en fait Jules Lelorrain qui a raison : la majorité « tolère » le gouvernement mais est prête à s’en débarrasser à la première occasion. Le plébiscite de mai 1870 marquera une étape en ce sens. D’où la faiblesse d’Ollivier qui va le contraindre à accepter des décisions qu’il n’approuve pas toujours complètement, par habileté politique (il veut vraiment que l’expérience d’empire libéral réussisse) et/ou par loyauté (qu’il conservera à Napoléon III jusqu’à sa mort, à 88 ans, en 1913) : arrestation de Rochefort, plébiscite de mai dont il s’affirme partisan en principe sans avoir le moins du monde voulu celui-là, et, bien plus grave évidemment, déclaration de guerre de juillet 1870 qu’il approuvera – la formule est immortelle – d’un « cœur léger ». « Légèreté » qui brisera sa carrière, définitivement. Maintenant, la solution prônée par Jules était-elle praticable ? Les bonapartistes « durs », les « Mamelouks », auraient-ils accepté une réforme électorale (par exemple, le passage du scrutin uninominal à deux tours au scrutin de liste) ? Qu’en aurait pensé l’empereur ? Ollivier ne pouvait pas dissoudre le Corps législatif, seul Napoléon III en avait le droit. Rien ne dit qu’il l’ait, même une seconde, envisagé.

68 Le mariage a lieu un lundi. Voir la lettre du 8 mars 1867 et les commentaires en note.

69 Le voyage est facile : la ligne Paris-Lyon, et donc Dijon-Mâcon, a été ouverte en 1855 ; la ligne Mâcon-Bourg en juin 1857. Mais il faut compter avec les correspondances, d’où la nuit à Mâcon.

70 Un dimanche ! Les notaires ne partent pas en week-end en 1870.

71 Hippolyte Lelorrain.

72 Voir la lettre du 8 février sur ce drame épouvantable.

73 Elle ne se remettra jamais de cet accouchement et va mourir en 1873, à 34 ans (Hippolyte, son mari, ayant 16 ans de plus qu’elle). La mortalité « maternelle » (très sousestimée, une mort comme celle de Noémie Blondel n’étant pas incluse dans ces chiffres) était vers 1870 de l’ordre de 700 p. 100 000 contre 5 aujourd’hui, 140 fois plus élevée en théorie, bien davantage en réalité. L’accouchement restait une épreuve redoutable et redoutée, dans toutes les classes sociales bien que déjà en baisse par rapport à une mortalité « naturelle » qu’on estime en général à 1 500 pour 100 000 naissances. Parmi les causes de mortalité, l’hémorragie était une des plus fréquentes. Voir Wim Van Lerberghe et Vincent De Brouwere, « Impasses et succès : les conditions historiques du déclin de la mortalité maternelle », Studies in HSO & P, 18, 2001. Encore faut-il ajouter la mortalité post-natale par suite d’épuisement après des naissances répétées. La mère d’Émile Ollivier était morte des effets de grossesses nombreuses, sa première femme, Blandine, elle-même fille de Liszt et de Marie d’Agoult – « Daniel Stern » en journalisme et politique –, mourut en couches en 1862.

74 Petite perfidie de Jules (le mot « jeunes » étant souligné). Ernest a 42 ans, son épouse 32 (il en aura tout de même trois enfants). Notons que Jules, bien qu’ami intime du père Masson (Naigeon), n’est pas invité. Ou alors, il a estimé que ses moyens ne lui permettaient pas dy aller.

75 Où Ernest Masson est juge dinstruction.

76 Après des considérations variées, Jules aborde le point essentiel de sa lettre. Il est furieux contre son fils et pour la première fois sa colère est palpable, si l’on excepte les considérations philosophiques de 1867. Édouard a vivement réagi aux recommandations en sa faveur faites par son père. Visiblement, il estime qu’elles entravent sa liberté en le rendant redevable. Il ne veut rien devoir à personne. Demander un service, accepter une recommandation est pour lui le début de la servitude C’est cette conception des choses digne d’Alceste que va entreprendre de réfuter son père dans un exposé tout à fait remarquable, sociologique et philosophique, en même temps que fort bien écrit.

77 « Dépendre » des bêtes féroces, c’est finir dans leur estomac, être sous la « protection » des sauvages, se voir réduit en esclavage.

78 Jules craint sûrement que son admonestation ne pousse Édouard à espacer ses lettres. Il connaît le caractère de son fils – peu souple. Aussi, affirme-t-il que le fait d’être en désaccord n’empêche nullement de s’écrire. La place d’une correspondance familiale entre parents, fils, filles, frères et sœurs éloignés par la vie est tout à fait centrale dans le schéma d’une vie heureuse telle que l’imagine le président du tribunal de Dijon.

79 C’est-à-dire un déjeuner tardif, à la fin duquel les mariés se sont éclipsés.

80 Jean Loiseau, né en 1813, cousin germain de Pierre, le nouveau marié, né en 1831.

81 C’est-à-dire, en matière civile, comme défendeur de la cause et non en tant que partie revendiquant un droit ou des dommages (il agirait alors au pétitoire).

82 À quinze kilomètres au nord de Perrecy-les-Forges. C’est le chef-lieu du canton, siège de la justice de paix, mais la commune n’est pas plus peuplée que Perrecy. À remarquer que Jules estime sans doute que, en tant que juriste, il a des arguments pertinents à faire valoir devant le juge de paix. Il ne dit nulle part, et, si on connaît bien le personnage – autant qu’on puisse le connaître à cent cinquante ans de distance – il ne pense pas qu’il va, lui, président du tribunal de Dijon, impressionner un petit juge de paix en l’écrasant de son autorité. Et il ne le veut pas.

83 Favre-Gilly.

84 Elle a neuf mois. C’est une enfant précoce !

85 Et pourquoi diable Édouard, qui avoue lui-même n’avoir rien à faire, croirait-il une chose pareille ?

86 Dans une perception de 1870, on vient pour payer, ou toucher de l’argent, en numéraire, c’est-à-dire en monnaie métallique, et il faut donc que les contribuables ou ayant-droit soient physiquement présents. Les billets de banque sont peu utilisés : depuis 1848, le plus petit billet émis par la Banque de France est la coupure de 100 francs (200 avant cette date), soit pratiquement un mois de salaire, voire plus, de nombre d’ouvriers (soit encore un billet de 1 200 €…). Le chèque a été institué par une loi toute récente, celle du 14 février 1865 et n’est utilisé que pour de très grosses transactions. L’environnement de travail d’un percepteur n’a donc rien à voir avec celui de notre époque.

87 Son neveu, un des frères de Gabrielle.

88 Il est très clair pour Jules que le mariage doit être le plus possible un mariage d’inclination mais que c’est aussi une affaire et un contrat. Un excellent mariage implique obligatoirement que la promise ait une dot solide, fût-elle par ailleurs jolie, aimable et intelligente. En cela, il n’est pas original, ni dans son milieu ni dans son époque.

89 Fatigué de l’hiver (il faut rappeler à quel point les méthodes de chauffage domestique, en 1870, sont insuffisantes), Jules semble persuadé, de lettre en lettre, que le climat de Sidi-Bel-Abbès, voire de l’Algérie entière, est quasiment tropical, alors que la température moyenne de la ville (au XXIe siècle) est de 9° en février et de 11° en mars. Mais sans doute l’hiver 1870 y est-il particulièrement clément.

90 Expression familière ou argotique ?

91 Jules Lelorrain s’amuse…

92 Ces quelques lignes vont beaucoup plus loin qu’on ne pourrait le penser. Il ne s’agit plus de principes intéressants mais généraux comme dans la lettre du 22 février précédent, mais d’un bref mais précis « Manuel du bon usage des recommandations » dont toute une carrière de magistrat a enseigné l’utilité à Jules Lelorrain. Ceci dit, remarquons que Jules applique ici, comme si cela valait pour d’autres professions, des principes tout à fait admis dans la magistrature. Dans l’armée et le corps de santé militaire, il n’est pas sûr que cela soit tout à fait pertinent. Les dossiers des militaires ne comportent pas de recommandations individuelles explicites alors que ceux des magistrats en fourmillent. Ceux de l’administration centrale conservés dans la série BB6 II des Archives nationales comportent une rubrique officielle nommée sans fard « Recommandations » aux pièces souvent reliées par une ficelle… Cela ne veut pas dire que les appuis personnels ne jouent aucun rôle pour les premiers, même si l’avancement obéit davantage à des règles collectives, techniques mais aussi politiques ou religieuses. Mais dans la magistrature, le système est parfaitement institutionnalisé. Peut-être Jules Lelorrain a-t-il trop tendance à penser qu’il est valable dans tous les corps de l’État (sans même parler du secteur privé).

93 Charles Muteau, Du secret professionnel, de son étendue et de la responsabilité qu’il entraîne d’après la loi et la jurisprudence. Traité théorique et pratique à l’usage des avocats, avoués, notaires, ministres du culte, médecins, pharmaciens, sages femmes, Paris, Marescq aîné, 1870, 565 p.

94 « Un jeune et savant interne de l’hôpital civil de Strasbourg, tout à la fois jurisconsulte et médecin, M. Édouard Lelorrain, licencié en droit, a le premier, dans une thèse remarquable qu’il a soutenue pour obtenir le grade de docteur en médecine, rapporté l’arrêt de Dijon en l’accompagnant d’observations que les faits tels qu’ils ont été exposés devant la Cour rendent en partie inapplicables à l’espèce », Muteau, p. 387 et 388. L’appréciation est-elle vraiment « flatteuse » ?

95 Le fusil est un cadeau. Mais la réclamation est de principe.

96 Joséphine ou la fille de celle-ci ? Ce n’est pas clair.

97 Expression peu claire. Bussy n’est pas à mi-chemin entre Dijon et Paris.

98 La formule est lourde mais compréhensible : les bonnes de M. de Laloge, le propriétaire de Jules, ont conseillé à Élise, avec laquelle elles avaient sans doute de bons rapports, de courir faire des excuses mais Alix a fait en sorte de rendre la chose impossible.

99 Ce qui est certes un idéal. Trente ans plus tard, le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau ne témoigne guère de progrès réels en ce domaine. Voir aussi Anne-Martin

100 Salaire très correct pour une femme de chambre à Dijon en 1870.

101 Créées par ordonnance royale en 1818, les compagnies de discipline, installées ensuite en Algérie, réunissaient des soldats non pas condamnés par les conseils de guerre mais qui, ayant subi un nombre important de punitions, y étaient envoyés par un conseil de discipline régimentaire. La vie quotidienne et la discipline y étaient à la limite du supportable – et souvent très au-delà. De plus, elles se trouvaient dans des lieux désolés et désertiques. Le fils Landais, médecin de ces compagnies, n’a pas une situation enviable. Voir Dominique Kalifa, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009 et le superbe roman de Georges Darien, qui parlait d’expérience, Biribi. Discipline militaire, 1890, réédité récemment avec d’autres textes de cet auteur très injustement oublié, anarchiste patriote inclassable, au style d’un modernisme assez stupéfiant (Voleurs, Paris, Omnibus, 2005).

102 Fénéon.

103 Amédée Vialay. Voir la lettre du 7 décembre 1869.

104 Marie Clément Bernard, second avocat général à la cour de Dijon à cette date.

105 En effet. Charles Proust demeurera, malgré une santé très altérée, premier avocat général jusqu’en 1874.

Fugier, La Place des bonnes. La domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, Librairie générale française, 1985.

106 Cette phrase témoigne de la complexité de l’attitude de Jules Lelorrain à l’égard de lAlgérie. Si l’on comprend bien (voir la lettre du 30 novembre précédent), pour lui, l’Algérie, à cette date, n’est pas encore tout à fait la France mais elle peut le devenir après, éventuellement, refoulement des Arabes dans le désert. Cette position, condamnant le « Royaume arabe » et réclamant le retour au régime civil complet et l’assimilation au territoire métropolitain semble avoir été largement partagée par une ample fraction de l’opinion « éclairée » et n’était pas vraiment une ligne de clivage entre bonapartistes et républicains. La semaine même où il écrivait ces lignes, le député-comte Léopold Le Hon, fils de Fanny Le Hon qui fut la maîtresse de Morny et fils spirituel dudit Morny (mais les dates montrent qu’il ne peut pas avoir été son fils biologique), tenait un long discours au Corps législatif pour condamner sans appel le régime militaire, attribuant la terrible famine de 1868 aux vices de ce régime et à eux seuls (Journal Officiel de l’Empire, 8 mars 1870). Voir la lettre du 4 novembre 1869.

107 Le concile du Vatican (qu’on n’appelait pas encore Vatican I) avait été ouvert le 8 décembre 1869. Son principal résultat fut l’érection en dogme de l’infaillibilité pontificale, votée le 13 juillet 1870, proclamée le 18. Le 20 octobre, le pape, se considérant comme prisonnier après l’occupation de Rome par l’armée italienne, suspendit le concile qui ne reprit jamais.

108 Pas plus que celle de nombreux républicains, Ferry et Gambetta compris. Malgré la violence des affrontements entre la République et l’Église après 1878, l’histoire fut encore longue avant d’aboutir à la loi du 9 décembre 1905.

109 Un des noms de l’outarde, oiseau très abondant à cette époque en région sèche, au nord du Sahara.

110 Émise de Dijon, qui n’est pas un poste d’observation central pour le Sahara, cette appréciation n’est pas dénuée de perspicacité. Voir pour plus de détails la lettre du 7 juin suivant.

111 Jules aura 60 ans le 8 septembre 1870. Notons que, avant cet âge, il ne s’estime pas encore « vieux ». Ce père très aimant s’inquiète d’une absence peut-être très prolongée d’Édouard et il n’est pas sûr que ce dernier évoque cette hypothèse en « riant ».

112 Curieuse expression. En général, on appelle la variole « petite vérole », la « grande » étant la syphilis.

113 La variole, faucheuse presque aussi impitoyable que la peste dans l’histoire humaine, demeurait une maladie redoutable. La guerre de 1870, quelques mois plus tard, favorisa l’expansion de la plus terrible épidémie du siècle en France, toutes maladies confondues, avec environ 200 000 morts, plus qu’aucune des vagues de choléra. La vaccination découverte par Jenner en 1796 avait mis beaucoup de temps à s’imposer, notamment en France, du fait de la réticence d’une fraction du corps médical et d’une grande partie du public. La Grande-Bretagne avait imposé la vaccination obligatoire dès 1853 mais le gouvernement impérial français n’avait pas osé la suivre (il faudra même attendre 1902). En 1870-1871, l’armée allemande, dont presque tous les soldats étaient vaccinés, compta 276 morts de variole, l’armée française plus de 20 000, regrettable démonstration de l’efficacité du procédé. Jules Lelorrain, républicain, progressiste, scientiste – dans une certaine mesure – est évidemment favorable à la vaccination. Voir Pierre Darmon, La Longue traque de la variole. Les pionniers de la médecine préventive, Paris, Librairie académique Perrin, 1985.

114 Mais je trouve cela ridicule, pense Jules Lelorrain.

115 Agacement de Jules : « ces Dames » ont méconnu ses qualités de juriste alors même que la présence de sa propre fille dans ce couvent ne pouvait que l’amener à préparer un compromis évidemment acceptable.

116 On peut en effet penser que les histoires de mitoyenneté du couvent de sa sœur intéressent peu l’anticlérical Édouard.

117 Expression déjà utilisée par Jules. « Chacun est entraîné par son penchant. » Sa traduction présente est assez approximative. Une célèbre chanson de Maurice Chevalier, au XXe siècle, dit la même chose de manière plus familière.

118 La carrière des officiers de l’armée était régie par des règles tout à fait uniques au XIXe siècle, rigoureuses, stables, fondant la progression sur le mérite apprécié par les supérieurs mais aussi – beaucoup – sur l’ancienneté, source d’une très lente progression sauf action d’éclat, permise notamment par les campagnes coloniales. Cette pesanteur était largement compensée par une sécurité de l’emploi sans équivalent et, sinon une absence totale d’arbitraire, formule qui serait exagérée, une bien moindre prégnance de celui-ci que pour les fonctionnaires civils et même les magistrats prétendument « inamovibles » (se reporter à l’introduction). Les lois des 11 avril 1831 sur les pensions militaires, 14 avril 1832 sur l’avancement, 19 mai 1834 sur « l’état des officiers » servirent de modèle à toute la fonction publique « à la française » jusques et y compris au statut général de la fonction publique du 19 octobre 1946. Voir Serman, 1982.

119 Le Temps fut fondé par Auguste Nefftzer, proche du milieu industriel alsacien protestant, en 1861. Le fondateur fut remplacé après la chute de l’Empire par Adrien Hébrard. Libéral, « sérieux » (le protestantisme de ses concepteurs y était pour quelque chose), positionné au centre gauche, il eut des débuts difficiles. Le quotidien tirait à 11 000 exemplaires en 1869. Devenu sous la Troisième République, et notamment dans l’Entre-deux-guerres, le grand « journal de référence », il céda la place au Monde en 1944 qui reprit ses imprimeries, la typographie de son titre et un peu de son style. Nefftzer aurait donné à ses journalistes, si ce n’est pas une légende, cette fameuse consigne : « Faites emmerdant, messieurs, faites emmerdant ! » Voir Claude Bellanger (dir.), Histoire générale de la presse française, 5 vol., Paris, PUF, 1969.

120 Ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous [ou, « commence par les rendre fous »]. Adage célèbre.

121 L’affaire est bien connue. Pierre Bonaparte pensait avoir devant lui les témoins de Rochefort qu’il avait provoqué en duel. Mais Noir et Fonvielle, son compagnon, représentaient en fait Pascal Grousset qui demandait lui-même réparation au prince dans une affaire strictement « corse ». Pierre, très colérique, froissa et jeta sans la lire la lettre de Grousset. Victor Noir, qui certes aurait dû garder son sang-froid, gifla le prince, lequel saisit un pistolet. Mais comme le dit Jules Lelorrain, une gifle ne mérite pas la mort.

122 La Haute-Cour de Justice, créée par le sénatus-consulte du 10 juillet 1852, jugeait de tous les actes de haute trahison et crimes contre la sûreté de l’État. De plus, le sénatus-consulte énonçait en son article 1 : « La Haute Cour de Justice […] connaît des crimes et des délits [c’est-à-dire, de tous les crimes et délits] commis par des Princes de la famille impériale et de la famille de l’Empereur, par des Ministres, par des Grands Officiers de la Couronne, par des grand-croix de la Légion d’honneur, par des Ambassadeurs, par des Sénateurs, par des Conseillers d’État. » La peine était décidée par un jury de 36 membres (plus 4 suppléants) tirés au sort parmi l’ensemble des conseillers généraux du pays, élus au suffrage universel depuis 1848. Pour condamner, il fallait une majorité de 21 voix. La Haute-Cour avait donc en quelque sorte une légitimité démocratique, voulue par le Prince-Président, à l’encontre de celle de la monarchie censitaire de 1814-1848, constituée par la seule Chambre des Pairs. Les jurés, conseillers généraux, n’étaient pas davantage des « notables » que les jurés d’assises « ordinaires » – lesquels, en matière de crimes contre les personnes, « acquittaient » d’ailleurs beaucoup. Ajoutons que les cinq juges, qui ne faisaient pas partie du jury, étaient nommés par le seul président de la République, l’empereur à partir de décembre 1852. Or, sans avoir voix délibérative, leur rôle dans la tenue des débats, surtout celui du président, était considérable. L’acquittement de Pierre Bonaparte, malgré son caractère scandaleux, était donc à prévoir. Voir Francis Choisel, « La Haute-Cour de Justice sous le Second Empire », in AFHJ, Les Ministres devant la Justice, Paris, Actes Sud, 1997, préface de Robert Badinter.

123 Voir le Journal Officiel de l’Empire français des 22 et 23 mars 1870. Jules est intéressé. Par ailleurs, il nous a dit en février 1867 qu’il espérait, au cours d’une session d’assises, ne pas avoir à prononcer de peine capitale. Mais est-il vraiment, pour autant, un abolitionniste ? Il ne nous le dit pas nettement.

124 Voir la lettre du 22 juin 1868, notes.

125 Mot très vague, à replacer dans le contexte de l’époque. Il est probable qu’il s’agit d’une gangrène circulatoire ou infectieuse, non d’un cancer.

126 On a vu que Jules était émerveillé de la beauté du jardin (lettre du 14 juillet 1867).

127 On peut compter sur le président du tribunal de Dijon pour ne pas se laisser impressionner par des chicaneries juridiques… Rappelons qu’au XIXe siècle, être « propriétaire » signifie presque toujours posséder un patrimoine d’origine familiale, ou acquis et géré dans un contexte capitaliste. On n’achète pas sa maison ou son appartement pour usage personnel, même quand on est un notable. D’où l’importance des locations y compris dans les toutes petites villes (Charolles) ou même les bourgs ruraux insignifiants.

128 L’avocat général Bernard habite alors 22, Chemin couvert (entre la porte Saint-Pierre et la porte Neuve). Mais l’annuaire de la Côte-d’Or pour 1872 le donne ensuite rue Saint-Lazare.

129 Dijon demeure à cette date une ville assez modeste : elle vient juste de franchir la barre des 40 000 habitants en 1867. Les « terrains sauvages » dont parle Jules se trouveraient aujourd’hui en plein centre-ville, à moins de 600 mètres au sud du palais des ducs et États de Bourgogne. Mais comme toutes les villes de France de l’époque, elle était très densément peuplée, avec une superficie urbanisée d’à peu près le quinzième de l’actuelle pour une population qui n’a guère « que » quadruplé. Comme nombre de villes aussi, elle a subi de grandes transformations durant le Second Empire. Voir Pierre Gras (dir.), Histoire de Dijon, Toulouse, Privat, 1987.

130 Aujourd’hui, et depuis 1918, place du Président Wilson, ornée de la plus importante fontaine de Dijon, inaugurée en 1841. Voir Jean-François Bazin, Le Tout Dijon, Dijon, Cléa, 2003.

131 Elle s’y trouve toujours, rue de la Synagogue.

132 Les greffiers n’étaient pas fonctionnaires au XIXe siècle et encore tard dans le XXe siècle. C’est la loi du 30 novembre 1965 qui les mit au rang d’agents de l’État, sauf dans les tribunaux de commerce. À l’époque de Jules Lelorrain, le greffier est un officier ministériel, comme un notaire, qui peut présenter son successeur. À défaut, ses ayant-droit héritent de cette faculté. Il s’agit donc d’une véritable charge qui se vend et s’achète. Toutefois, la nomination, transmise par le procureur, devait être approuvée par le ministre. Le candidat devait avoir satisfait à des conditions de stage : deux ans chez un huissier, un avoué ou un notaire ou trois ans comme commis-greffier dans une cour ou un tribunal (loi du 20 avril 1810, art. 63). Il n’était pas tenu d’être licencié en droit, sauf en ce qui concernait les greffiers en chef des cours d’appel (même loi, art. 65). Les greffiers recevaient un traitement fixe assez modeste (ici, à Reims, 1 500 francs) plus des « remises » pour chaque perception de droits au bénéfice du Trésor public, plus des droits personnels sur la plupart de leurs actes. Le total pouvait leur donner des revenus assez ou très supérieurs à ceux des magistrats de leur tribunal, comme ici (Reims est, comme Dijon, un tribunal de 4e classe avec un traitement de 6 000 francs par an pour le président). Mais il fallait disposer d’un gros capital pour acheter la charge. De plus, le mépris des magistrats pour leurs greffiers était très commun : il n’est que de voir les réactions que provoqua en 1870 la nomination d’Albéric Fénéon, frère de Félix, greffier du tribunal de Semur, aux fonctions de président dans le même tribunal par Crémieux, ministre de la Justice. Les magistrats « dont la veille encore il était l’inférieur et le scribe », comme l’écrit, avec une incroyable morgue, le premier président Neveu-Lemaire, furent stupéfaits et anéantis (dossier d’Albéric Fénéon, notice professionnelle de 1871). Jules Lelorrain n’a pas ce dédain, mais, pour lui aussi, greffier est une position inférieure à magistrat.

133 Frédéric Morin, né en 1823 à Lyon, avait été un opposant farouche au Second Empire. Plusieurs fois emprisonné, il échoua comme candidat au Corps législatif mais fut élu au conseil général du Rhône en 1867. Il démissionna avec treize collègues pour protester contre le refus de l’assemblée départementale de demander l’élection au suffrage universel du conseil municipal de Lyon, la ville ayant en effet été dirigée durant tout le Second Empire par une commission nommée. Le 1er décembre 1867, les quatorze démissionnaires furent triomphalement réélus. Morin était entré à Normale supérieure en 1844 et devint agrégé de philosophie en 1848, d’où son surnom. Le Rappel, dont il était le rédacteur en chef au début de 1870 avait été fondé le 4 mai 1869. Républicain, le journal condamnait le régime mais sans l’extrême virulence d’un Rochefort. Morin fit partie des « préfets de Gambetta » (Wright, 2007). Nommé préfet de Saône-et-Loire le 5 septembre 1870, il démissionna le 5 mars 1871.

134 Morin avait épousé en secondes noces, le 16 septembre 1863, Célestine d’Estrez ou Destrez, cousine germaine, beaucoup plus jeune, de Jules (son père et la mère du magistrat étant frère et sœur), veuve d’Antoine Louis Cruveilhier, docteur en médecine, ancien secrétaire de Buchez, l’apôtre du socialisme chrétien. Cruveilhier, mort en 1862, était l’ami de Morin. De son premier mari, Célestine avait deux fils, Louis Paul Guillaume et Louis Étienne Pierre. On ne peut guère apprécier la pertinence des reproches que fait Jules au couple. Le Journal de Lyon, en 1874, célébrait la beauté et la distinction de Mme Morin et Jules Simon, que Jules Lelorrain admirait, était assez élogieux à son égard (Wright, 2007). Morin mourut jeune en 1874. Notons qu’Antoine Cruveilhier n’avait pas de liens familiaux (en tout cas, pas étroits) avec Jean Cruveilhier (1791-1874), médecin beaucoup plus célèbre.

135 Y a-t-il de l’ironie dans cette phrase ? Jules compte allègrement dépasser les deux semaines traditionnelles accordées aux magistrats pour Pâques et pour la Pentecôte…

136 Une « brèche » : apparemment, donner 120 000 francs ne ruinera pas complètement le père Zon. Il est donc fort aisé.

137 Ici, il y a sûrement de l’ironie. Mais Jules a renoncé définitivement à espérer une amélioration de l’écriture d’Édouard.

138 Le projet était celui qui va faire l’objet, deux semaines plus tard, du sénatus-consulte du 20 avril 1870 instaurant l’empire libéral. Dès le mois de mars, les bonapartistes autoritaires (Granier de Cassagnac, Jérôme David, Clément Duvernois, Pinard, Rouher) poussèrent Napoléon III à faire accepter ses réformes par plébiscite, pensant ainsi asseoir sa légitimité de manière spectaculaire et, espéraient-ils, définitive. Mais le cousin de l’empereur, le prince Jérôme-Napoléon, fils du roi Jérôme – et sans doute demi-frère de Jérôme David –, représentant bruyant du « bonapartisme de gauche » avait été le premier à le lui suggérer, dès février. Le projet de plébiscite fut vivement contesté par les libéraux, les modérés de la majorité parlementaire et du gouvernement : Buffet, ministre des Finances, démissionna le 14 avril, Daru, ministre des Affaires étrangères, le 20. Les deux hommes animaient un « centre gauche » d’une trentaine de députés, issu des élections de 1869. En réalité, Louis Joseph Buffet et Napoléon [sic], comte Daru, penchaient du côté d’un orléanisme libéral comme le montrera leur carrière sous la Troisième République.

139 Voir la lettre du 30 mai 1869.

140 Réflexion assez typique de la médecine préscientifique Depuis 2000 ans et plus, les médecins et donc le public recherchaient des « causes » aux maladies, et, bien incapables de les identifier dans la plupart des cas, ils en inventaient : les humeurs et leur déséquilibre, les « miasmes » de l’atmosphère, etc. Reste que, parfois, comme ici, ils font état de leur ignorance : il existe forcément des « causes » mais inconnues. La malheureuse Louise Daboncourt était sans doute victime d’un cancer du sein, au sens exact.

141 La période du Second Empire vit des progrès importants en chirurgie, en France et ailleurs, grâce à l’anesthésie qui résolut la question de la douleur avec la découverte des propriétés de l’éther (Morton, Boston, 1846) et du chloroforme (Simpson, Edimbourg, 1847). Restaient les deux autres problèmes majeurs, l’infection, pour laquelle il faudra patienter une trentaine d’années de plus avec la révolution pastorienne, et l’hémorragie, où des solutions fiables attendront ici le début du XXe siècle et la découverte des groupes sanguins. Les progrès n’en sont pas moins rapides : première ablation de la rate, 1857, du rein, 1869, des ovaires, 1872. Et, ici, du sein, mais comme le dit justement Jules, ce sont les suites qui sont à craindre. Remarquons qu’il ne nous donne que peu de détails mais il semble bien que l’opération ait eu lieu en dehors du milieu hospitalier (qui, il est vrai, n’apportait à peu près rien en matière de sécurité) et en présence de profanes ou quasi-profanes. Les conditions d’hygiène laissent perplexe. La littérature sur l’histoire de la médecine est considérable et on s’abstiendra ici de choisir un référent plutôt qu’un autre.

142 On conviendra que Jules n’est pas ici en veine d’amabilité, surtout si l’on prend en compte la citation latine : pede claudo, fragment très tronqué d’une longue citation d’Horace (Odes, Livre III, ode II), « Raro antecedentem scelestum deseruit pede Poena claudo » (Quoique la Vengeance soit boiteuse, elle laisse rarement échapper les méchants). Et la fin de la phrase comme la phrase suivante complètent ce qui ressemble à une exécution. Comme on l’a vu à plusieurs reprises, l’aimable Jules Lelorrain peut avoir la dent très dure. Ici, il ne pratique vraiment pas les nuances. Rappelons qu’Armand était bancal. La référence à Horace est très possible sous la plume du lettré Jules Lelorrain mais on peut aussi traduire bien plus simplement, « M. Armand, le boiteux ». Ce n’est pas plus aimable, c’est pire.

143 La Champagne dite « pouilleuse » ou, plus élégamment, crayeuse, comptait alors d’immenses troupeaux de moutons : 590 000 en 1862 pour le seul département de la Marne (voir Tulard, 1995, article « Marne »), contre à peine 10 000 aujourd’hui. Le développement de l’industrie textile rémoise avait été foudroyant et concurrençait sérieusement Mulhouse.

144 À cette époque, il n’existait pas d’appellations contrôlées et donc pas de zone de production précisément définie. Les surfaces plantées sont donc difficilement comparables. Mais le Second Empire avait marqué l’essor définitif du champagne, les vins rouges et blancs « tranquilles » encore en vogue vers 1830 ayant été à peu près balayés (Tulard, même article). En 1870, on produisait environ 32 millions de bouteilles contre, il est vrai, 320 millions aujourd’hui dans un marché qui a changé de dimensions. La délimitation et l’appellation « Champagne » furent introduites de plus en plus strictement, d’abord par le décret du 17 décembre 1908 puis par les lois (à portée nationale) des 6 mai 1919 et 22 juillet 1927. Voir Max Buvry, Une histoire du champagne, Saint-Cyr-sur-Loire, A. Sutton, 2005.

145 Le bon accueil de la famille Jullien est un exemple de la complexité des relations humaines. Le père et le fils font cordiale réception à une sorte de « cousin pauvre » (au sens figuré), au nom d’une ancienne amitié, alors que l’un et l’autre, le fils surtout, sont très imbus de leur fortune et de leurs relations. Le fils Jullien, très entiché de son mariage dans l’aristocratie, méprise même la bourgeoisie commerçante, dont son beau-frère fait partie, selon une note de présentation du procureur général du 19 mai 1876. Brillant, intelligent, mondain, mais manifestant un ennui insondable à l’idée d’étudier le droit en profondeur, il ne deviendra jamais président du tribunal de Reims. Voir note suivante.

146 Les notices personnelles du père et du fils ayant toutes deux disparu de leurs dossiers, nous ne sommes pas informés de l’état précis de leur fortune. Toutefois, le procureur général et le premier président de Paris (Reims appartenait à cette cour), signaient conjointement une présentation – demeurée sans résultat – aux fonctions de président du tribunal, le 19 mai 1876, avec ces mots « M. Jullien a la fortune nécessaire pour être très convenablement Président à Reims [résidence souvent notée comme “très dispendieuse”] – on peut même dire qu’il est riche » (dossier du fils).

147 Jules Lelorrain est ici bon analyste politique !

148 Là, il se trompe, mais il ne peut évidemment prévoir la guerre de juillet. Plus intéressant : il semble estimer que, de toute façon, la mort de Napoléon III amènera une grave crise de régime, peut-être sa chute. On sait que les bonapartistes extrémistes, pensaient, hélas, la même chose et pousseront le pays dans une guerre absurde quelques semaines plus tard aux seules fins d’obtenir une victoire permettant ensuite d’écraser définitivement l’opposition. C’était donc une opinion assez répandue, dans nombre de courants politiques – et c’est dire à quel point, malgré les apparences, le régime était peu solide et ne reposait que sur un seul homme, très malade.

149 Curieuse formule. Cela semble vouloir dire qu’en province où l’on est plus naïf et moins au courant de la politique, on redoute les conséquences du plébiscite, troubles, répression, etc.

150 Voir la lettre du 8 mars courant.

151 Voir plus haut. Si l’on comprend bien, Jules ne classe pas Émile Ollivier parmi « les plus honnêtes et les plus libéraux ». L’appréciation qu’il porte sur Buffet et Daru montre bien les limites de son positionnement républicain, d’une extrême modération.

152 La formule est évidemment ironique. C’est le pouvoir qui a invoqué le « scrupule » impliquant le plébiscite, nécessaire à la réforme de la constitution !

153 Appréciation tout à fait exacte.

154 C’est-à-dire les voix des plébiscites de décembre 1851 (7 439 216 oui contre 640 737 non) approuvant le projet de constitution, en fait le coup d’État, et de novembre 1852 (7 824 189 oui contre 253 145 non) sur le passage à l’Empire.

155 Personne n’en doutait. Les républicains (Gambetta) auraient considéré comme un très grand succès une répartition en voix de l’ordre de 60/40. Elle sera de 82,4/17,6 !

156 Comme toujours depuis 1851. On doit cependant reconnaître que qu’elle le fut infiniment moins que dans les plébiscites précédents et même que pour les élections législatives, y compris celles de 1869. Il n’y eut pas d’affiches blanches gouvernementales, pas de bulletins de vote portés par les gardes champêtres. Mais dans les campagnes, l’influence des maires et notables acquis à l’Empire en fit pencher beaucoup pour le « oui ». Émile Ollivier, garde des Sceaux, ancien républicain autrefois hostile aux recettes du régime, n’hésita pas à recourir lui-même aux vieilles méthodes : « Dites à tous les juges de paix et à tous les magistrats que je les verrai avec plaisir dans les comités plébiscitaires », écrivait-il aux procureurs généraux (Girard, 1986, p. 466). Les magistrats répondirent cette fois, semble-t-il, avec une certaine prudence.

157 Le « spectre rouge » a toujours beaucoup servi depuis cent cinquante ans, notamment aux gouvernements conservateurs, et souvent avec profit, du moins jusqu’à la chute de l’Union soviétique. En dehors même de l’acmé de la Guerre froide (1947-1954), le président Pompidou (1969-1974) y eut recours sans discrétion mais efficacement. Mais le fantôme peut encore laisser tomber son suaire : on l’a revu, en os sinon en chair, au printemps 2012, dans la campagne présidentielle française…

158 Rappelons que c’est à propos du plébiscite du 8 mai 1870, et non de ceux de 1851 et 1852, que Daumier publia sa célèbre caricature montrant deux paysans consultant leur maire, un notable rural ayant du foin dans ses bottes, et lui posant la question ; « M’sieur l’Maire, quoi donc que c’est qu’un bibiscite ? » Et le premier magistrat communal, superbe, bien calé sur ses jambes, ceint de son écharpe, lève le doigt vers le ciel en assénant : « C’est un mot latin qui veut dire OUI. »

159 Pas « de beaucoup ». L’opposant Jules Lelorrain est ici un peu optimiste.

160 Si plusieurs des chefs bonapartistes autoritaires partageaient en effet cette façon de voir, la pensée profonde du mystérieux Napoléon III demeure plus obscure. Pourquoi ne pourrait-on pas lui faire crédit d’avoir vraiment tenté de faire évoluer en profondeur le régime ? C’est ce que pensait Ollivier et c’est ce qu’il s’évertua à démontrer, en pure perte bien entendu, pendant presque quarante ans après la chute du régime, notamment dans les dix-sept volumes de son énorme somme L’Empire libéral. C’était aussi l’opinion du grand ministre de l’Instruction publique (1863-1869) que fut Victor Duruy : « De nos jours, la dictature ne peut être que temporaire. Napoléon III le savait et, au moment même où il prenait possession du trône, il avait promis que la liberté couronnerait un jour le nouvel édifice politique », Histoire de France, Paris, Hachette, 1880, t. 2, p. 731.

161 Remarquable analyse politique. Un plébiscite ne vise nullement à obtenir une réponse précise à une question précise mais à renforcer la légitimité de celui qui pose la question. Cette technique demeure encore utilisée aujourd’hui. Toutefois, l’évolution du plébiscite au référendum au XXe siècle, dans les États démocratiques évidemment, est une question complexe qu’on ne peut aborder ici.

162 Berthe et Édouard ne partagent évidemment pas les mêmes opinions politiques ou religieuses, ce qui n’empêche pas l’affection.

163 Notaire à Chaumont.

164 Les notaires, comme tous les officiers ministériels, avaient le droit de présenter leurs successeurs. Mais cette proposition était soumise à l’agrément ministériel qui, entre autres éléments d’appréciation, considérait les produits de l’étude durant les cinq dernières années (voir Block, 1877, art. « Notaires, notariat », § 20).

165 Gabrielle et Eugène.

166 Comme on le verra dans la lettre suivante, Édouard a été nommé médecin-major par intérim de l’hôpital militaire de Sidi-Bel-Abbès.

167 Ellipse pour « Ce qu’on veut obtenir, c’est… »

168 Tout cela est exact. Le sénatus-consulte consacrait le droit permanent de l’empereur de faire appel au peuple quand il le souhaiterait. Mais Ollivier y voyait un garde-fou contre la tyrannie d’une majorité parlementaire en désaccord avec l’opinion publique.

169 Toujours la modération politique de Jules.

170 En fait, le débat est passionné, par les républicains comme par les bonapartistes extrémistes, sur la seule question « Pour ou contre l’empire ».

171 Jules a un peu changé d’avis par rapport à ses lettres précédentes. Une faible majorité lui semble souhaitable car l’empereur n’osera pas alors rétablir la dictature. Mais comme on l’a dit, il n’est pas évident que Napoléon III eût souhaité le retour au régime autoritaire. Granier de Cassagnac ou Jérôme David n’étaient pas ses porte-parole.

172 En tant que magistrat.

173 Les attentats ou projets d’attentat contre la vie de l’empereur ont été nombreux et réels, comme ils l’avaient été vis-à-vis de Louis-Philippe (Pianori, 1855, Tibaldi, 1857 et bien sûr Orsini le 14 janvier 1858, attentat qui fit 12 tués et 144 blessés ; l’empereur lui-même ne fut pas blessé mais échappa de très peu à la mort grâce aux plaques de fer intérieures dont était parée sa voiture – voir Carrot, 1984). Mais en 1870, ce dernier complot si opportunément découvert huit jours avant le plébiscite laissa une bonne partie de l’opinion « éclairée » dubitative. On remarquera toutefois que l’opposant Jules Lelorrain lui accorde crédit. Après tout, on avait tenté plusieurs fois de tuer l’empereur. Pourquoi pas une de plus ?

174 Certes, mais, pourrait-on dire, on n’avait encore rien vu.

175 Jules Lelorrain est un ferme partisan du positivisme politique et social, qui sera celui des grands « opportunistes », fondateurs de la Troisième République, Jules Ferry au premier chef. Voir Claude Nicolet, 1982 ou 1994.

176 Instruire le peuple est au fondement même de l’idée républicaine. Les profits et avantages matériels viennent ensuite. Ne confondons pas les époques : il n’y a dans ces formules aucune sorte de pétainisme anticipé (« L’esprit de jouissance l’a emporté sur l’esprit de sacrifice », Pétain, 20 juin 1940).

177 Jules n’a visiblement pas lu Tocqueville (L’Ancien régime et la Révolution, 1856). Pour lui, la centralisation porte bien la marque de Napoléon, marque que tous les régimes suivants (monarchie censitaire, République de 1848, Second Empire) ont renforcée.

178 C’est-à-dire à faire des routes en cassant des cailloux…

179 Le mot est employé de façon archaïque, au sens dramatique du XVIIe siècle.

180 « Toutes choses égales [par ailleurs], la position du détenteur est préférable », maxime romaine qui n’a rien perdu de sa véracité.

181 Les mots d’Édouard pour sa sœur sont vraiment très durs, en effet. Son intransigeance politique er religieuse ne s’affadit pas. Il écrit bien « abrutissement » et non « ahurissement ».

182 7 350 000 oui contre 1 572 000 non, 114 000 blancs et nuls et presque 2 millions d’abstentions.

183 Belle analyse, presque marxiste, alors qu’il est peu vraisemblable que Jules ait lu Les luttes de classes : « Le 10 décembre 1848, ce fut le jour de l’insurrection paysanne [en italique dans le texte]. De ce jour seulement date le Février des paysans. Le symbole qui exprimait leur entrée dans le mouvement révolutionnaire, lourdaud et rusé, sournoisement naïf, stupidement sublime, […] une bouffonnerie de portée mondiale, […] ce symbole [Louis-Napoléon bien sûr] reflétait à l’évidence la physionomie de la classe qui représente la barbarie au sein de la civilisation », Karl Marx, Les luttes de classes en France, 1850 (éd. Maximilien Rubel, K. Marx, Œuvres, IV, Politique I, p. 273, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1994).

184 Le résultat du plébiscite a rendu Jules Lelorrain enragé. Il avait sûrement espéré, sans se l’avouer ou l’avouer vraiment, une majorité fort modeste pour les « oui ». Le ton de sa correspondance face au résultat fait un peu douter de sa modération affirmée dans les lettres précédentes, assez théorique au fond. Quand il est confronté à la réalité, c’est-à-dire au renforcement de l’Empire peut-être ad perpetuum, sa détestation du régime, de son populisme, de son césarisme, de sa démagogie l’emportent haut la main.

185 Curieux chiffre. On dirait que Jules fait une moyenne entre les « non » de 1851 et ceux de 1852.

186 Peut-être. Sur deux millions d’abstentionnistes, en compter un quart comme hostiles n’a rien d’exagéré. Mais il y avait eu presque autant d’abstentions en 1851 et 1852, elles aussi souvent hostiles (dans l’Ouest, le clergé légitimiste avait prôné l’abstention, largement suivie, du moins en 1851. Voir Henri Goallou, L’évolution politique en Ille-et-Vilaine entre 1851 et 1879, thèse, Rennes, 1971 – non publiée).

187 On dira que Jules n’est pas très cohérent dans cette lettre – parce qu’il est furieux. Quelques lignes plus tôt, il annexait le quart des abstentionnistes. Ici, il décrète qu’ils sont « pour la plupart » hostiles. Mais sans doute distingue-t-il, ce qui ne serait pas absurde et même assez subtil, le cas de la Seine de l’ensemble de la France. Dans la capitale et dans sa banlieue, l’opposition au régime est en effet massive. Dans les Bouches-du-Rhône aussi, le département, et pas seulement la ville de Marseille, a voté « non » de façon très nette.

188 Cela sera encore vrai en 1870, plus guère ensuite. Par certains côtés, la Troisième République constituera une sorte de formidable revanche de la Province, considérant toujours la capitale avec méfiance, d’où le refus constant de lui rendre son maire élu à l’encontre de toutes les autres communes de France, et ce jusqu’en 1977.

189 Et quelques autres quand même où le poids du clergé restait considérable, comme Rennes, mais il est vrai que, globalement, même là où le « oui » l’emportait de manière écrasante (78 % des inscrits en Ille-et-Vilaine), les villes importantes avaient bien plus voté « non » que les campagnes. Remarquons que Jules, pourtant très attentif aux résultats, commet quelques erreurs : Nantes, contrairement à ses dires, a voté « non » et de manière très nette. Les « oui » y représentent 25 % des inscrits, les « non », 40 % (17 282 votants, 10 183« non »). Dijon, la ville de Jules Lelorrain, a voté « non », le département de la Côte d’Or donnant 30 % de votes négatifs contre un peu plus de 17 % pour l’ensemble de la France (Tulard, 1995).

190 Voir, sur le vote des militaires, la lettre du 28 février 1869.

191 Ce qui est exact. Il y eut en tout, pour l’armée de terre et la marine, 278 644 oui contre 47 757 non (Girard, 1986). L’armée demeurait loyale mais la progression des « non » était considérable, témoignant d’un malaise certainement dû aux aventures peu glorieuses (le Mexique), aux hésitations sur les réformes du recrutement (voir la lettre du 29 janvier 1868), à un certain déclin du prestige de ses membres dans la société, éléments d’une armée de professionnels ou semi-professionnels coupés de la masse du peuple (W. Serman, 1982, R. Girardet, 1998). Ce chiffre était sans doute un des plus inquiétants pour le régime. Par ailleurs, une légende, peut-être fondée, veut que Bismarck ait découvert, au vu des résultats, les effectifs réels de l’armée française, qu’il jugea très faibles. On connaît la suite.

192 Là aussi, l’avis de Jules Lelorrain a profondément évolué à la suite des résultats du plébiscite. Il nous disait il y a quelques jours qu’il croyait à la réalité du complot. Il n’affirme pas ici qu’il soit une construction policière mais il est tout près de le penser.

193 Ce ne sont plus seulement des mots. Ici, Jules Lelorrain prend des risques. Il assume avec courage ses opinions qui, décidément ne sont pas seulement des échanges au coin du feu, en famille. Ce refus pourra être noté par la haute hiérarchie (premier président, procureur général) et utilisé ensuite, négativement, dans le cours de sa carrière. Évidemment, il pense avoir atteint son bâton de maréchal avec la présidence de Dijon et ne sollicite plus rien, ou, en tout cas, accepterait le maintien dans son poste jusqu’à sa retraite. Il ne nous dit rien de ce qu’a pensé et dit sur la même question son propre procureur, hiérarchiquement son égal mais davantage soumis au pouvoir politique. Il est très vraisemblable, sinon certain, que le chef du parquet a poussé à voter l’adresse mais c’est Jules qui est le président et, en cette matière, prend la décision. De nombreuses cours d’appel votèrent des adresses semblables, quelques-unes pour féliciter l’empereur des résultats du plébiscite, la plupart se contentant de faire allusion au « complot » et à l’heureuse issue que sa découverte avait permise. Jusqu’au début juillet, le Journal Officiel mentionne d’innombrables adresses à l’empereur (sur le plébiscite ou le « complot »), de tribunaux, juges de paix, fonctionnaires, instituteurs et gendarmes, maires et conseils municipaux par-dessus tout, sans malheureusement donner leur texte. L’adresse, stéréotypée ou originale, longue ou très brève, est une constante de la vie politique du Second Empire et un des rouages du gouvernement plébiscitaire. On en connaît pour approuver le coup d’État de 1851, réclamer le passage à l’empire en 1852, se féliciter de ce passage, du mariage de Napoléon (1853), de la naissance du prince impérial (1856), condamner les attentats, approuver les réformes, etc. Ce phénomène reste mal étudié. Voir J.-F. Tanguy, « L’autre plébiscite. Le Recueil des adhésions adressées au prince président à l’occasion de l’acte du 2 décembre » in Coups d’État et révolutions, Sarah Delos-Hourtoule et Emmanuel Cherrier (dir.), Presses Universitaires de Valenciennes, 2005, p. 49-86.

194 Cartes à jouer placées toutes debout, légèrement pliées (comme un humble capucin), les unes près des autres et qu’une chiquenaude sur la première renverse toutes d’un seul coup (variante des « dominos »).

195 Célèbre écrivain et pamphlétaire libéral (1772-1825), violent opposant à la Restauration, mystérieusement assassiné en 1825, pour des motifs soit politiques, soit personnels (l’affaire garde une part de mystère).

196 Voir plusieurs autres lettres, notamment celle du 22 mars 1870. Le rejet de la politique impériale par les colons était évident : 14 000 non, 11 000 oui, 8 000 abstentions.

197 Par le décret du gouvernement provisoire du 5 mars 1848. Mais il n’avait pas le choix : le peuple de Paris voulait le suffrage universel. Jules pourrait ajouter que toutes les tentatives pour revenir en arrière furent des échecs : loi du 31 mai 1850, abrogée par le coup d’État du 2 décembre, tentative de quelques juristes et députés en 1852 pour le supprimer dans les élections locales tout en le maintenant pour le Corps législatif (loi du 7 juillet 1852 – voir l’exposé des motifs du gouvernement, qui s’y opposa explicitement et avec des raisons très pertinentes, dans J.-B. Duvergier, 1852, p. 461).

198 Procédure « à l’anglaise », par étapes.

199 Phrase apparemment banale, en fait très intéressante. Jules semble penser que les plébiscites de 1851 et 1852, votations exceptionnelles, ne fondaient rien du tout. Celui de mai 1870 est entièrement différent. L’empereur, en pleine paix, sans crise de régime, consulte le peuple sur une réforme constitutionnelle qui, d’ailleurs, lui donne explicitement le droit d’en appeler à lui (le peuple) quand il le voudra. C’est donc bien un nouveau régime, fondé sur la démocratie plébiscitaire, qui vient d’être mis en place. L’idée peut se discuter mais nest pas absurde.

200 La phrase n’est pas très claire. Jules veut-il dire que dans certains cas, le plébiscite peut être utile et démocratique ?

201 C’est-à-dire qu’ils n’auront bien sûr aucune conséquence concrète. Mais dans la correspondance Jules-Édouard, les propos politiques ont une telle importance que cette formule amère ne peut pas vraiment être prise au sérieux. Bien au contraire, elle est la manifestation d’un violent dépit. La fin de la phrase le confirme.

202 On peut dire tout ce qu’on veut à Jules : l’Algérie, pour lui, est un pays très chaud et très sec. Point.

203 Formule aujourd’hui désuète : se dit de quelqu’un qui veut apprendre quelque chose à une personne beaucoup plus qualifiée que lui en la matière. Jules Lelorrain, président de tribunal, explique à son fils, médecin, comment se prémunir des fièvres. Peut-être pense-t-il que ce savant Édouard a oublié des préceptes simples mais efficaces ?

204 Curieuse formule : « quelques cent francs » ? Au moins une bonne dizaine de cents. Mais même avec 1 200 francs par an de prélèvement sur ses revenus, il aurait fallu à Eugène, selon le taux d’intérêt demandé, entre 12 et 15 ans pour rembourser totalement le cautionnement.

205 Parce qu’il serait logé – gratuitement – par la famille. Cela correspond à son loyer à Charolles (voir lettre du 18 janvier 1870).

206 Par un avancement simultané, bien sûr.

207 Marie a vingt-cinq ans. Elle est née le 2 novembre 1844 à Dijon et a donc presque exactement l’âge d’Édouard (né le 15 février de la même année). Son fiancé a trente-trois ans. Fille d’un avocat de Dijon, elle est la nièce du juge de paix de Semur, grand ami de Jules, témoin à son mariage (28 juin 1870), frère aîné de son père et alors âgé de 77 ans (état civil de Dijon).

208 « Le père Matry » ? Le père de Marie, sans doute, avocat et conseiller général et non pas son oncle, le juge de paix de Semur.

209 Le conseil de préfecture avait des fonctions variées, de « conseil » proprement dit auprès du préfet mais aussi de tutelle administrative et surtout juridictionnelles : il est l’ancêtre du tribunal administratif.

210 Langage un peu archaïque : « et ne s’élèvera pas ».

211 C’est-à-dire que, conseiller de préfecture, il accepte de ne jamais devenir préfet ou même sous-préfet, ce qui impliquerait un changement de département, ou en tout cas de résidence. Mais les secrétaires généraux avaient exactement les mêmes rémunérations que les sous-préfets (4 500, 6 000 et 7 000 francs selon les classes) à une nuance (importante) près : ils n’étaient ni logés ni meublés aux frais du département. Comme les préfets et sous-préfets, les secrétaires généraux étaient nommés souverainement par le chef de l’État sans condition, de diplôme ou autre (loi du 28 pluviôse an VIII). Ils remplissaient, en province, le rôle de commissaire du gouvernement (procureur) auprès du conseil de préfecture en formation de jugement. Paradoxalement, les conseillers de préfecture devaient, comme les magistrats et les greffiers en chef, être licenciés en droit – alors que préfets et sous-préfets n’étaient soumis à aucune condition de diplôme. (Block, 1877, « Conseil de préfecture », « Département »).

212 Époux dÉglantine Chatillon, nièce d’Alix. Une sœur aînée, sans doute.

213 Étrange formule : Alix non plus, quand Jules l’a épousée, n’était pas une jeune pousse de l’année. Elle avait 49 ans.

214 Le voisin procédurier du couvent.

215 Entend-on ici comme un air (léger) de contentement ? La réponse est oui.

216 C’est-à-dire : la fortune du docteur ne sera pas partagée, argument important !

217 Édouard en a 26. Cet écart d’âge de huit ans est absolument classique dans la bourgeoisie de l’époque.

218 Voilà donc une fiancée potentielle qui a toutes les qualités. Remarquons que son avis n’est pas vraiment sollicité. Rien d’étonnant là non plus.

219 Fixin est à 11 kilomètres de Dijon au nord de la Côte de Nuits. Couchey est à deux kilomètres au nord de Fixin.

220 « Ancien collègue » ? Il faut s’entendre. Guillemot ne prendra sa retraite que le 28 janvier 1871. Mais Jules n’est plus à la cour de Dijon. D’où la formule. « Le père », sous la plume de Jules, est une expression (fréquente) familière et amicale mais qui n’implique ni révérence, ni admiration. De fait, Guillemot, homme de 69 ans, honorable, sympathique, bon père de famille mais qui a mené une carrière fort modeste (conseiller auditeur durant 24 ans, il n’est devenu conseiller qu’à 53 ans du fait de son refus absolu de quitter Dijon ou même de passer au parquet) n’a vraiment rien du brillant juriste ni du magistrat d’élite. Sa « belle fortune » lui permettait d’ailleurs de vivre uniquement de ses rentes. Être magistrat constituait pour lui un passe-temps. Voir son dossier.

221 Entre les premières lettres de 1867 et le printemps 1870, l’attitude de Jules envers la mère de Gabrielle a beaucoup changé. Agacement et ironie sont désormais les sentiments dominants.

222 À environ 100 kilomètres au sud-est de Sidi-Bel-Abbès, au pied des hauts plateaux.

223 Les communes mixtes étaient administrées par un fonctionnaire nommé et non par un conseil municipal et un maire (bien que, sous le Second Empire, les maires de métropole aient été aussi nommés – mais pas les conseils municipaux, élus au suffrage universel).

224 Tirailleurs indigènes, définitivement créés par le décret du 10 octobre 1855, à raison de un par province (Oran, Alger, Constantine).

225 Dès le Second Empire, des idées de pénétration du Sahara, voire de liaison Méditerranée-Niger, s’esquissèrent, mais le manque de moyens les rendit pour longtemps impraticables. L’un des projets consistait à établir un protectorat sur le Touat, fédération de quelque 400 villages et oasis, entre El Goléa et In Salah, aujourd’hui en territoire algérien, à l’époque indépendante de fait mais reconnaissant vaguement la suzeraineté marocaine. Le 25 avril, Wimpffen s’était présenté devant Aïn Chahir pour exiger qu’on lui livrât des rebelles algériens réfugiés. Il s’était heurté à un refus et avait dû, assez piteusement, rebrousser chemin. Voir Michel Lihoreau, L’Expédition Wimpffen à l’oued Guir en 1870, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1996 et Paul Soleillet, Avenir de la France en Afrique, Paris, 1876, notamment p. 28. La guerre européenne différera pour longtemps de nouvelles expéditions. C’est aussi Wimpffen qui, arrivé d’Oran la veille même, prendra le commandement sur le champ de bataille de Sedan le 1er septembre 1870 avec les résultats que l’on connaît.

226 Chef-lieu de canton de l’Auxois, à 25 kilomètres à l’ouest de Dijon.

227 Nombre d’avocats s’étant investis dans l’action politique, Jules veut-il dire qu’ils n’ont plus de temps à consacrer à la justice, d’où le report de nombreuses affaires, surtout d’affaires civiles, les plus intéressantes pour un magistrat ? Cela semble être la signification de cette phrase sibylline.

228 Décidément, il n’est pas en veine d’amabilité avec la « pauvre Alix ». Rappelons qu’elle a, à cette date, 53 ans. Ou peut-être pense-t-il, avec beaucoup de ses contemporains et sans y voir malice, qu’à cet âge, une femme est naturellement « vieille ».

229 La Grande duchesse de Gerolstein, acte I, « Ah, que j’aime les militaires,/Leur uniforme coquet,/Leur moustache et leurs manières,/En eux tout me plait./Quand je vois là mes soldats,/Prêts à partir pour la guerre,/Fixes, droits, l’œil à quinze pas,/Vrai dieu ! J’en suis toute fière. »

230 Soldats du train des équipages.

231 Ambition limitée, pense le magistrat Jules Lelorrain. Sauf que, financièrement, la position n’est pas sans intérêt.

232 C’est à cet esprit de classement et de conservation, individuel comme familial, que nous devons ces lettres.

233 Formule assez alambiquée. Jules veut-il dire que de toute façon, une « âme bien née » comme celle de son fils sait naturellement où s’arrêter ?

234 Édouard a dû user de formules un peu rudes à l’égard d’Armand Estienne.

235 Remarques judicieuses à trois points de vue, dont le dernier n’est exprimé par Jules que de manière implicite, un peu plus loin.
1° Les attributions délibératives et décisionnaires du conseil d’arrondissement sont effectivement très limitées. Pour l’essentiel, il donne des avis sur quelques points limités. Il peut aussi émettre des vœux qui sont un bon moyen d’appréciation des préoccupations des citoyens. Selon la loi du 10 mai 1838 :
« Art. 40. Dans la première partie de sa session, le conseil d’arrondissement délibère sur les réclamations auxquelles donnerait lieu la fixation du contingent de l’arrondissement dans les contributions directes. Il délibère également sur les demandes en réduction de contributions formées par les communes.
41. Le conseil d’arrondissement donne son avis, 1° sur les changements proposés à la circonscription du territoire de l’arrondissement, des cantons et des communes, et à la désignation de leurs chefs-lieux ; 2° sur le classement et la direction des chemins vicinaux de grande communication ; 3° sur l’établissement et la suppression, ou le changement des foires et marchés ; 4° sur les réclamations élevées au sujet de la part contributive des communes respectives dans les travaux intéressant à la fois plusieurs communes ou les communes et le département ; 5° et généralement sur tous les objets sur lesquels il est appelé à donner son avis en vertu des lois et règlements, ou sur lesquelles il serait consulté par l’administration. 42. Le conseil d’arrondissement peut donner son avis, 1° sur les travaux de route, de navigation et autre objets d’utilité publique qui intéressent l’arrondissement ; 2° sur le classement et la direction des routes départementales qui intéressent l’arrondissement ; 3° sur les acquisitions, aliénation, échanges, constructions et reconstructions en des édifices et bâtiments destinés à la sous-préfecture, au tribunal de première instance, à la maison d’arrêt ou à d’autres services publics spéciaux à l’arrondissement, ainsi que sur les changements de destination de ces édifices ; 4° et généralement sur tous les objets sur lesquels le conseil général est appelé à délibérer, en tant qu’ils intéressent l’arrondissement …
45. Dans la seconde partie de sa session, le conseil d’arrondissement répartit entre les communes les contributions directes [opération technique beaucoup plus que politique] » ; 2° dans une société sans sondages d’opinion, les élections partielles au suffrage universel sont le meilleur moyen, fût-il imparfait, d’apprécier l’état réel de l’opinion publique ; et 3° le conseil d’arrondissement est une composante intrinsèque du cursus honorum des hommes politiques du XIXe siècle – et même du XXe en ses premières années, aussi bien du temps du suffrage censitaire qu’après 1848 avec le suffrage universel. On y fait souvent ses premières armes avant le conseil général, on s’y fait connaître, on constitue les premiers éléments de son réseau. Les élections y sont tout aussi politiques qu’à un plus haut niveau. Voir ce que dit Jules un peu plus loin à propos de M. d’Arcy et du député Magnin. Sur ces points, voir Lagadec, Le Bihan, Tanguy, 2009, notamment la troisième partie, « Le canton, territoire politique ».

236 Organe légitimiste, lointain descendant de la Gazette de Théophraste Renaudot. Boissieu est un « libéral-légitimiste » soutenu par le parti radical ! L’opposition à Napoléon III peut amener à d’étranges combinaisons mais on a vu cela bien d’autres fois. En 1876, par haine du centre-droit qui avait contribué à faire voter les lois constitutionnelles de 1875, les légitimistes s’unirent avec les républicains pour désigner les 75 sénateurs inamovibles et firent élire 60 républicains sur 75 (voir Jean-Pierre Azéma et Michel Winock, La Troisième République [1870-1940], Paris, Calmann-Lévy, rééd. Pluriel, 1976, p. 108).

237 Pas de taille peut-être, mais les candidats officiels demeurent redoutables, empire libéral ou pas.

238 À raison : elle va mourir en 1873, à 34 ans, ne s’étant jamais vraiment remise de son accouchement tragique, laissant un seul fils, André, né en 1863.

239 Écrite le 28 juin, cette phrase sonne sinistrement. Mais personne ne peut encore le savoir.

240 Jean-François Gustave André (1805-1878), non pas « membre » mais président du conseil général de 1854 à 1870, et député très actif en effet, pressenti même pour le Sénat avant la chute du régime. On remarquera l’euphémisation, qu’on ne peut pas croire involontaire de la part du président Lelorrain, de son positionnement politique. Selon Éric Anceau (1999), il figurait « parmi les partisans les plus zélés du régime » (p. 19). Le placer au « centre-droit » témoigne du malaise de Jules à l’idée de demander, quand même, un appui, même indirect, à un bonapartiste aussi avoué – et qu’il ne connaît pas du tout personnellement, contrairement à Rouher. Mais pour le bien d’Eugène – ou d’Édouard – toutes les opérations potentiellement efficaces sont légitimes.

241 Le dossier personnel de Bouniceau comporte en effet de nombreuses lettres d’André à l’appui des fréquentes demandes d’avancement et surtout de mutation du personnage, demandes aussi peu appréciées de ses supérieurs que l’homme lui-même. Ce n’est pas comme magistrat mais comme ami du député André que Jules lui demande d’intervenir. On ignore comment Bouniceau, qui n’a jamais exercé en Bourgogne, fait partie du réseau de Jules Lelorrain. On voit que le père et le fils connaissent également bien Édouard. Peut-être les anciennes sympathies politiques y sont-elles pour quelque chose. En octobre 1866, Bouniceau avait déjà demandé un poste de conseiller à la cour de Bordeaux, qui lui fut refusé. Le premier président bordelais expliquait alors (lettre au garde des Sceaux, 9 octobre) que « ce magistrat qui s’est fait président de club démocratique en 1848 ne saurait ici inspirer une confiance illimitée » (voir son dossier). On voit que ce passé « de gauche » n’empêchait nullement les bonnes relations avec André. Mais dans la même lettre, le premier président traitait durement Bouniceau d’opportuniste, « du nombre des hommes qui, sous tous les gouvernements, consultent avant tout leur intérêt personnel ».

242 « Aujourd’hui » est un mardi. Sur le mariage et sa place dans les modes et habitudes de convivialité, surtout dans le mariage « bourgeois », voir la note sous la lettre du 8 mars 1867.

243 L’autre témoin de la mariée étant son oncle, le juge de paix de Semur. Les témoins du marié étaient Adolphe Vauvilliers, 45 ans, avoué à Dijon, son beau-frère, et Laurent Le Moine, 76 ans, ancien recteur d’académie (état civil de Dijon) et beau-père d’Émilie Chabeuf, sœur aînée du marié (née en 1830 – base de données Geneanet). On voit que la position de Jules, seul des quatre témoins à ne pas être parent, par le sang ou par alliance, d’un deux époux, impliquait une intimité forte et ancienne avec l’ensemble de la famille Matry.

244 Cette lettre est du 5 juillet. La candidature Hohenzollern au trône d’Espagne a été relancée, sous l’impulsion de Bismarck, le 2. Le 5, Gramont, ministre des Affaires étrangères, fait une déclaration belliqueuse à la tribune du Corps législatif. Mais à cette même heure la province française vit apparemment dans la quiétude la plus totale alors que la nouvelle candidature prussienne est connue. Rien ne souligne mieux à quel point le clan belliciste français (Gramont, Duvernois, David, peut-être l’impératrice) a voulu la guerre et est tombé tête baissée dans le piège de Bismarck. Dans la longue histoire de la sottise politique, c’est presque un cas d’école.

245 Deux remarques : la durée du voyage de noces, dix jours ; son but, la Suisse, une des premières destinations du tourisme moderne destiné aux classes moyennes supérieures et non aux aristocrates comme au XVIIIe siècle.

246 Lydie Matry, cousine de la mariée, l’une des « Demoiselles » (lettre du 26 mai 1867). La formule de Jules atteste pour le moins d’une vive amitié pour « Mlle Lydie ». Existe-t-il un lien entre cette amitié et les méchantes rumeurs véhiculées par le procureur impérial de Semur en 1855 (voir introduction) ? Nous aurions tendance à penser, sans pouvoir le prouver, que Lydie était bien la personne visée par les ragots de 1855. En 1867, elle a 37 ans et se trouve en mauvaise santé.

247 Si la physiologie du diabète et ses manifestations étaient connues depuis le XVIIe siècle, on ignora longtemps tout de son étiologie et, bien entendu, on ne disposait d’aucun traitement sérieux. Le médecin écossais John Rollo (1750-1809) avait, le premier, prescrit à ses patients un régime alimentaire pauvre en glucides. C’est Claude Bernard, le fondateur de la médecine expérimentale qui apporta des avancées décisives par exemple avec Sur les Phénomènes chimiques de la digestion (1845) et De l’origine du sucre dans l’économie animale (1848), montrant notamment le rôle du foie dans la régulation glycémique. Mais les traitements efficaces demeurèrent bien rares, sinon inexistants. Certaines stations thermales se targuaient de pouvoir soigner le diabète, telle Vichy où se rend Lydie Matry. Voir par exemple Le Diabète, son traitement par les eaux de Vichy et sa pathogénie, par le Dr Max. Durand-Fardel, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1862. L’auteur était médecin-inspecteur d’une des sources vichyssoises… L’efficacité thérapeutique de ces cures – à distinguer de leur caractère hygiénique et complémentaire, toujours revendiqué aujourd’hui – était quasiment nulle, sauf, à la rigueur, sur le moral des malades.

248 Décidément, les deux frères n’arrivent pas à « digérer » l’entrée de leur sœur au couvent.

249 Félix était alors premier commis de la direction (départementale de l’enregistrement) à Dijon, selon l’Annuaire départemental de la Côte-d’Or. Il va être nommé au grade immédiatement supérieur de vérificateur, mais pas dans le département. Les vérificateurs, un par arrondissement, voire deux pour les plus importants, étaient placés sous l’autorité de l’inspecteur, lui-même subordonné direct du directeur départemental de l’enregistrement et des domaines (voir Block, 1877, « Enregistrement »). Comme leur nom l’indique, ils vérifiaient la régularité et l’exactitude de toutes les opérations concernant le service. Il existait apparemment des vérificateurs sans résidence, disponibles pour toute mission supplémentaire nécessaire – situation impliquant des déplacements nombreux dans une société aux communications encore souvent difficiles. Jules avait de bonnes chances de rencontrer fréquemment Félix : il habitait, sans doute depuis peu si l’on compare les différentes éditions des Annuaires, au 21, place Saint-Michel, c’est-à-dire à deux maisons de celle de Jules. Bien qu’ayant épousé une femme riche et lui-même issu d’un milieu aisé, Félix n’envisage pas de vivre sans travailler. La fonction de vérificateur est hiérarchiquement située dans une zone moyenne, celle des fonctionnaires intermédiaires selon l’expression de J. Le Bihan (2008).

250 « Une vraie Parisienne » = une femme un peu légère, par opposition au « sérieux provincial ». Édouard a besoin (selon son père en tout cas) de quelqu’un de plus rassurant…

251 Épouse de l’avocat général déjà cité.

252 Allusion à une pièce récente du très populaire Victorien Sardou, La Famille Benoîton (1865). « Cette famille Benoîton est composée d’un père qui ne rêve que des affaires, d’une mère dont la spécialité est de n’être jamais chez elle, et qu’on ne voit pas une fois dans la pièce ; de deux jeunes filles, dont l’une, un peu artiste, un peu folle, parle l’argot et ressemble à l’héroïne d’un remarquable roman de MM. de Goncourt. Une sœur aînée, Marthe, est la femme d’un beau jeune homme tout absorbé par les entreprises. Un collégien, de ceux qu’on verra aller aux courses en compagnie émancipatrice, un petit garçon de six ans, le véritable héros, le plus amusant personnage de la pièce qui joue à la Bourse des timbres-poste et qui a la vocation de crocheter la caisse paternelle et de faire des affaires. Telle est au complet cette famille Benoîton » (critique contemporaine sur feuille volante signée Louis Ulbach, BnF, Yf 74). « Une Benoîton » n’est donc pas vraiment, sous la plume de Jules, un compliment. En tout cas, sans condamner vertueusement de telles femmes – le ton est plutôt indulgent –, il n’en voudrait pas de semblables pour son fils. Ajoutons que la pièce qui, ainsi résumée, semble annoncer une comédie joyeuse, devient très vite insupportablement moralisatrice comme la plupart des « drames bourgeois » du XIXe siècle, ceux de Sardou, Augier, Becque, Prévost, à juste titre tombés dans l’oubli. Sardou ne survit que par Madame Sans-gêne et par la sublime musique que Puccini mit sur ce vilain mélo qu’est Tosca. Mais en 1870, Sardou constitue une référence majeure pour un bourgeois de province comme Jules Lelorrain.
Bernard a fait un mariage assez atypique dans son milieu : son épouse, née Polanowska, est la fille de réfugiés polonais installés en France depuis 1832. L’avocat général, né en 1828, a 42 ans, son épouse, une dizaine d’années de moins (voir son dossier).

253 En fait (voir sa biographie en annexes), Édouard eut assez tôt des ennuis de santé relativement sérieux qui le contraignirent à prendre une retraite anticipée en 1894, à juste 50 ans, ce qui ne l’empêcha pas de vivre jusqu’à 80. On ignore si ces problèmes vinrent d’une mauvaise hygiène de vie comme le soupçonne son père à plusieurs reprises.

254 Cette lettre est à la fois capitale et étrange. Capitale : on se reportera à l’introduction pour comprendre à quel point ce témoignage d’un notable provincial explique l’incroyable erreur de jugement dont tout un peuple, en tout cas ses élites, se rendit coupable en juillet 1870 en s’engageant dans une guerre perdue d’avance. Étrange : quand Jules Lelorrain écrit ces lignes le 12 juillet, non seulement la guerre n’est pas déclarée mais, à Paris, la paix semble l’hypothèse la plus crédible. Les armées ne sont nullement « en marche ». La déclaration de guerre de la France à la Prusse ne sera faite que le 19 juillet. Le jour même en effet (le 12), le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen a renoncé à sa candidature au trône d’Espagne. Thiers y vit le plus beau succès diplomatique qu’il eût jamais connu. Il est vrai qu’à l’heure où Jules écrit sa lettre, à Dijon, il ne connaît peut-être pas encore les derniers rebondissements. Mais même le 12 juillet au matin, la guerre n’avait rien d’inéluctable. C’est dans la nuit suivante que Napoléon III commit l’erreur fatale en envoyant à Guillaume Ier de Prusse un télégramme lui demandant de garantir la renonciation définitive à toute candidature prussienne au trône d’Espagne, démarche dont Bismarck tirera ce faux provocateur et génial que fut la « Dépêche d’Ems ». Mais Jules ne peut, là non plus, rien en savoir encore. En fait, « l’étrange » conforte le « capital » : Jules Lelorrain, et sans doute avec lui nombre de Français de la classe moyenne éclairée, ont accepté la guerre en esprit avant même la fatale « demande de garanties ». Ce basculement date-t-il du 12 juillet – et alors, pourquoi ? – ou des jours précédents ? Ce n’est pas très clair (voir Roth, 1986) mais le 12, c’est acquis. La suite s’expliquera donc sans difficulté. Sur le caractère « perdu d’avance » de la guerre, voir en annexes les avis du colonel Stoffel (en 1870) et du lieutenant-colonel Picard (en 1906).

255 La Fontaine, Fables, Livre 1, L’Enfant et le maître d’école.

256 Ce fut la « Guerre des Duchés » en 1864, menée par la Prusse et l’Autriche au sujet du Schleswig-Holstein.

257 En 1866, avec le « coup de tonnerre » de Sadowa.

258 En vertu du traité de paix concluant la guerre de 1866 et portant dissolution de la Confédération germanique fondée par les traités de 1815.

259 Appréciation lucide…

260 Expression inexacte. Il n’y avait pas de « Confédération du sud » mais les États du sud (Bavière, Wurtemberg, Bade, Hesse-Darmstadt) avaient conclu une alliance militaire avec la Confédération de l’Allemagne du nord.

261 Le général espagnol, chef de la junte militaire qui avait détrôné la reine Isabelle II en 1868 et se trouvait depuis à la recherche d’un roi.

262 Il n’est pas sûr que Bismarck ait vu vraiment un grand intérêt à la présence d’un Hohenzollern sur le trône d’Espagne – en fait, il n’en voyait aucun – mais, en revanche, il était à la recherche de n’importe quel incident pouvant provoquer une guerre du type voulu avec la France, surtout depuis le plébiscite de mai 1870 qui avait renforcé l’Empire et rendu sa chute pour raisons intérieures plus qu’improbable. Or, la chute du régime et de graves troubles en France auraient amplement suffi à Bismarck pour parfaire l’unité allemande, sans aucune guerre. En 1866, il avait déclaré au colonel Stoffel, l’attaché militaire français à Berlin : « Jamais nous ne vous ferons la guerre ; il faudra que vous veniez nous tirer des coups de fusils chez nous, à bout portant » (Stoffel, 1871, p. 309). Formule tout à fait sincère qui montre sans équivoque le type de conflit que voulait Bismarck : il fallait se faire déclarer la guerre par la France, se présenter comme la victime et l’agressé, pour ne pas provoquer une intervention à peu près certaine de l’Autriche, probable de lItalie, voire même du Royaume-Uni. La réussite fut totale.

263 Ce thème de la reconstitution de l’empire de Charles-Quint relevait bien plus du fantasme que de l’analyse stratégique, mais un fantasme très partagé et dangereusement mobilisateur.

264 Allusion évidente à Joseph Bonaparte (pour lequel elle est juste) mais affirmation de principe très discutable : nombre d’Espagnols avaient soutenu en 1700-1714 le duc d’Anjou devenu Philippe V, né français, contre le prétendant Habsbourg qui aurait été le simple continuateur de la dynastie régnant sur l’Espagne depuis 1520. Et le fondateur de celle-ci, Charles-Quint lui-même (Charles Ier d’Espagne) était né à Gand et de langue maternelle française. Il est vrai que le roi appelé à la place du Hohenzollern défaillant, le duc d’Aoste, Amédée, fils du roi d’Italie Victor-Emmanuel II, fut fort mal accepté et ne régna que trois ans (1870-1873).

265 Appréciation tout à fait juste. Dès 1870, avant la guerre, nombre de Français, et sans doute d’Européens, reconnaissaient le génie de Bismarck, homme d’État d’exception sans aucun doute. Cela rend le comportement des Français « éclairés » encore plus impardonnable. Simplement, Jules se trompe complètement sur la nature du piège tendu par le chancelier de fer.

266 Jules incarne un patriotisme assez jacobin que ne partageait guère, la suite le prouvera très vite, la droite monarchiste.

267 Son surnom.

268 Cette lettre est datée du 19 juillet, jour même de la déclaration de guerre française. Jules l’ignore-t-il ? À quelle heure écrit-il cette lettre ? Dans la France de 1870, les nouvelles voyagent à la vitesse du télégraphe électrique et il n’est pas vraisemblable que le président du tribunal de Dijon, qui n’est pas un simple particulier, n’ait pas été immédiatement au courant. Or, il n’écrit nulle part, sauf implicitement, ces simples mots : « La guerre est déclarée. » Nouvelle preuve que, pour lui, la question est réglée depuis longtemps et que la déclaration officielle n’est qu’une simple formalité. Il a visiblement oublié ici sa qualité de juriste… La mobilisation générale avait été décrétée le 14 et approuvée par le Corps législatif le 15, quatre jours auparavant.

269 L’armée du nord = l’armée de Lorraine, d’abord commandée par Napoléon III en personne, par ailleurs général en chef jusqu’au 12 août, date à laquelle il passa le commandement à Bazaine ; l’armée de l’est = l’armée d’Alsace, confiée à Mac Mahon.

270 En 1870 comme en 1914, le mythe (la certitude) d’une guerre courte permit d’éviter les trop graves cas de conscience et les hésitations des pouvoirs publics comme de l’opinion. Celle de 1870-1871 sera vraiment plus courte que la Première guerre mondiale, mais pas du tout autant que les Français comme Jules Lelorrain l’avaient escompté (peut-être pense-t-il à 1806 : Napoléon avait mis exactement 31 jours – 8 octobre/8 novembre – pour écraser la Prusse).

271 Il est très rare qu’on fasse la guerre en pensant être battu. Remarquons toutefois que Jules emploie le mot « espoir » et pas « conviction ».

272 Cela serait logique : les troupes d’Algérie débarquées à Marseille passent par Lyon et Dijon.

273 La garde mobile prévue par la réforme de 1868 n’avait été organisée que très partiellement. À grand tort : là où les mobiles avaient été entraînés, ils se battirent efficacement. Mais ils ne représentaient qu’une petite partie de ce qui eût été possible.

274 À presque 70 km au nord de Dijon, près de Châtillon-sur-Seine, dans la partie la plus boisée et la plus sauvage du département.

275 Voilà donc cette formule qui constate un état de fait, sans plus. Mais il est stupéfiant qu’il ne nous dise pas : « Elle est déclarée aujourd’hui. » En fait, la formule, stricto sensu, signifie : elle est déclarée depuis un ou plusieurs jours, ce qui est faux.

276 Général de brigade commandant la subdivision militaire de Dijon.

277 L’enthousiasme patriotique égare Jules, comme nombre de Français à lui semblables, sans doute. Sachant que l’armée du Rhin tout entière (Lorraine et Alsace) comptait au début du conflit 290 000 hommes au plus (Roth, 1986), que nombre de divisions étaient déjà sur place avant même le début de la crise, que les troupes venant directement du nord, de la région parisienne, de l’ouest et du sud-ouest ne passaient pas par Dijon, il ne pouvait pas transiter 20 à 25 000 hommes par jour dans la capitale bourguignonne. Reste que pour une ville de 40 000 habitants tout juste, ce passage devait en effet créer une « animation extraordinaire ».

278 Indication intéressante : la Marseillaise avait été proscrite sous le Premier Empire, la Restauration, tolérée sans plus sous la monarchie de Juillet, à nouveau proscrite officiellement sous le Second Empire en raison de ses relents révolutionnaires. Le régime avait adopté comme hymne officiel le peu guerrier Partant pour la Syrie (« L’air de la reine Hortense »). Mais, apparemment, la Marseillaise demeurait le chant patriotique par excellence, bien avant que la Troisième République n’en fît l’hymne national en 1879.

279 Il est clair que Jules qui n’a jamais fait la guerre ni même, comme nombre de Français de sa génération, fait de service militaire, voit la réalité à travers un filtre bien rose.

280 Ce Flammarion-là n’a sans doute pas de lien de parenté direct avec Camille, l’astronome, ni Ernest, son frère, le fondateur de la librairie Flammarion, mais tous les Flammarion de l’époque ou presque sont issus du département de la Haute-Marne. Le nom ne se retrouve nulle part ailleurs, sinon chez quelques « exilés » installés à Paris. L’ami d’Édouard était de Nogent, Camille et Ernest de Montigny-le-Roi, à 12 km de Nogent.

281 L’épouse de son frère Hippolyte.

282 Toute cette vision presque idyllique est évidemment fausse de bout en bout.

283 C’est-à-dire qu’elle souligne exclusivement, contrairement à Jules, le mot « retour ».

284 Hippolyte le fils.

285 Il y avait donc, en France, en 1870, à terre, des soldats atteints du scorbut. C’est dire la qualité de l’alimentation.

286 La ceinture de forts tiendra les Allemands à l’écart de Paris, sans pouvoir empêcher les bombardements à partir du début janvier, les canons lourds Krupp ayant une portée de 7 à 8 km.

287 Les fameuses « Fortifs » construites de 1841 à 1844 sous l’impulsion de Thiers après la grave crise diplomatique de 1840.

288 Moins célèbre aujourd’hui que les deux premiers, mais pas forcément à l’époque. Le texte en aurait été écrit en 1847 par Alexandre Dumas, sur un chant de 1792. On en connaît surtout le refrain : « Mourir pour la Patrie, (bis), C’est le sort le plus beau, le plus digne d’envie ! »

289 Ces sévères consignes ne seront qu’imparfaitement respectées, surtout après le 4 septembre. Une légende, peut-être non dénuée de fondements, veut que l’état-major allemand ait suivi les mouvements des armées de Gambetta… en lisant la presse. En 1914-1918, on aura, en cela comme pour tout, changé de monde.

290 Bien que Jules ne soit pas militaire ni stratège, toute l’analyse que contient cette lettre est très juste. Par la suite, les appréciations du président du tribunal de Dijon vont devenir beaucoup plus incertaines, par manque d’informations et surtout parce qu’il mêlera souhaits, passion et examen rationnel de la situation.

291 Les territoires bavarois situés sur la rive gauche du Rhin comprenant notamment Landau, Spire, etc.

292 Il avait 14 ans.

293 Les mitrailleuses Reffye, arme entièrement nouvelle et dévastatrice. La majorité des pertes prussiennes dans plusieurs batailles semble leur avoir été due. Mais, trop peu nombreuses et mal utilisées, elles ne jouèrent pas de rôle décisif. Leur portée semble un peu exagérée par Jules : un kilomètre paraîtrait un chiffre plus exact. L’affaire de Sarrebruck (2 août) fut en effet un combat symbolique sans effet aucun, mené pour les raisons qu’indique Jules.

294 La mort de Douay à 11 heures du matin, victime de l’explosion d’un caisson d’artillerie, fut une catastrophe mais l’action était bien mal engagée.

295 Tous ces chiffres sont très imprécis. Mais les batailles du mois d’août, opposant en rase campagne des armées régulières de semi-professionnels, furent tout de suite très meurtrières et les plus meurtrières de la guerre.

296 Une confiance tout à fait injustifiée n’est pas la seule raison du désastre. Les défauts de la chaîne de commandement sont aussi en cause.

297 C’est inexact. Mac Mahon et son armée en déroute ont d’abord suivi un chemin fort incertain avant de replier sur le camp de Châlons. Ils ne joueront aucun rôle dans les batailles autour de Metz.

298 Joseph Émile Colson (1821-1870), chef d’état-major de l’armée d’Alsace, tué d’une balle en plein cœur à Frœschwiller.

299 Lors du combat de Forbach-Spicheren, Bazaine, par sa mauvaise volonté et son refus de soutenir Frossard, fut un des responsables de la défaite (« l’effacement, la passivité, l’inertie de Bazaine ont dépassé toute mesure » – Lieutenant-colonel Picard, 1912, 2e vol., p. 109). Remarquons ici que, le 9 août, Jules décrit parfaitement la bataille de Wissembourg (4 août) mais le récit des affaires de Woerth-Frœschwiller et Forbach-Spicheren (6 août) est beaucoup plus flou.

300 Étape dans ce qui va constituer, pour la première fois dans l’histoire de France, période 1792-1815 comprise, une forme de mobilisation générale. Une série de décrets républicains (29 septembre, 14 octobre, 2 novembre, 7 novembre – voir Steenackers, 1884-1885) aboutira, en fin de compte, à une réussite très partielle. La comparaison avec 1914 révèle un basculement total des mentalités en 45 ans.

301 Le type même des bruits absurdes. Et pourtant, Jules Lelorrain n’est pas un citoyen ordinaire.

302 Formule très étrange qui semble comporter une acceptation implicite de la défaite, acceptation que Jules va vivement récuser dans les lettres qui suivent.

303 On se demande bien pourquoi. De toute façon (voir plus haut), le tsar est mal disposé envers la France.

304 Le gouvernement français en avait averti le gouvernement italien le 2 août. Trop tard pour faire basculer décidément l’Italie dans le camp français.

305 Comme tous les républicains, les libéraux mais aussi nombre de catholiques gallicans, Jules estime que la France a commis une très grosse erreur – mais parmi tant d’autres – en maintenant ses troupes à Rome pour protéger le pape depuis des années. Une alliance affirmée avec l’Italie aurait pu changer le cours de l’histoire. L’infaillibilité pontificale avait été proclamée par le concile le 18 juillet.

306 Pas encore, mais cela sera fait le 12 août.

307 C’était l’opinion générale, y compris celle de l’impératrice et des bonapartistes « durs » et beaucoup d’auteurs ont depuis répété à l’envi que ce retour était impossible. Mais ce fut une erreur de plus : le 9 août, l’opinion n’était pas prête à la révolution et, l’empereur eût-il été accueilli avec des murmures ou des lazzis, ou pire, sa présence à Paris eût été préférable à la calamité qu’a représentée sa présence aux armées. Émile Ollivier aurait voulu obtenir ce retour et il avait évidemment raison. Mais le jour même où Jules Lelorrain écrit cette lettre, Ollivier est renversé par le Corps législatif qui ne l’avait jamais vraiment accepté. Sa carrière politique s’arrête là – pour toujours.

308 C’est-à-dire en bon français et contrairement à une faute courante, « n’est pas désespérée du tout ». Jules est bien optimiste encore, à cette date. Son frère est plus lucide.

309 Il s’agit du capitaine Jean-Baptiste Bernard. Il existe bien un capitaine Mathieu Bernard au 23e de ligne caserné à Dijon, mais les précisions de Jules écartent cette solution. Le 78e était stationné au camp de Châlons en 1868 et à Colmar en 1869 et 1870 avec un dépôt à Montluçon (Annuaire militaire de l’Empire – un vol. par an). Il est possible (vraisemblable) que les liens avec Bernard se soient noués, bien avant 1870, par l’intermédiaire d’Ernest Joly, officier de chasseurs à pied, ami d’Édouard et plus généralement des Lelorrain, dont le bataillon a séjourné au camp de Châlons, comme le 78e de Bernard (voir lettre du 31 mai 1870). Ce Bernard-là n’avait aucun lien de parenté avec l’avocat général Bernard. Quant au 78e, il était en effet absent à Wissembourg mais présent à Frœschwiller, deux jours plus tard. On ignore pourquoi la femme et les enfants du capitaine (voir plus loin) résident à Dijon. Les y a-t-il envoyés par mesure de sécurité lorsque la guerre a menacé ?

310 La femme de Rolland, pas celle de Lignières.

311 Formule au plus haut point révélatrice, qui montre que Jules était persuadé, avant les premiers combats, de la future victoire française, et avec lui une bonne part de l’opinion « éclairée ». Pour son malheur et celui de la France.

312 L’épouse d’Hippolyte père.

313 Elle ne s’est jamais remise de la mort de Paul.

314 Hippolyte semble bien l’interprète d’une opinion générale qui conduira à des erreurs stratégiques majeures, à commencer par le maintien, absurde, du gouvernement à Paris.

315 Pour le moins.

316 Tout cela est bien optimiste. Jules, comme toute l’opinion dont il est un bon représentant, se rassure à bon compte.

317 Nancy était vide de troupes et la garde nationale sédentaire pas organisée. Il n’est pas étonnant que la ville ait été prise sans combat. Toutes les cités occupées en 1870 furent taxées par l’ennemi à des degrés variables, parfois exorbitants. Nancy fut mise à contribution pour 50 000 francs (Roth, 1986, p. 392). Ce ne fut pas le cas le plus dramatique.

318 Le territoire prussien, en Rhénanie, était limitrophe de la France depuis 1815. « De Prusse » peut signifier : « à quelques kilomètres de la frontière », en Sarre par exemple. Cette anecdote illustre la difficulté des États, dans les guerres du passé, à garder les prisonniers. Comme à beaucoup de points de vue, la guerre de 1870 offre ici une phase de transition entre les conflits anciens et la guerre totale du XXe siècle. Voir la lettre du 20 septembre.

319 Interprétation assez fantaisiste des batailles de Borny (14 août) et Rezonville-Mars-la-Tour (16 août). Certes, ces deux journées se sont soldées par des succès tactiques français. Les pertes allemandes ont été considérables. Mais Bazaine s’est montré totalement incapable d’exploiter ses avantages. Le 16 au soir, il a fait évacuer le champ de bataille, transformant l’échec tactique allemand en victoire stratégique. Le 18, la plus sanglante bataille de la guerre (Saint-Privat) est un net succès allemand, bien que la décision se soit faite in extremis. Enfin, Bazaine au soir même de Saint-Privat, s’est laissé enfermer dans Metz sans nécessité absolue. Sur Bazaine, voici le jugement d’un officier-historien quarante ans plus tard : « Malheureusement, sous la pression de l’opinion publique [cette « pression » peut d’ailleurs se discuter], le souverain appelle à la tête de l’armée du Rhin le maréchal Bazaine, dont l’apathie et l’insuffisance technique n’ont d’égale que la méconnaissance de ses obligations et une totale absence de sens moral. » (Lieutenant-colonel Picard, 1912, 2e vol, p. V). Ces amabilités pouvaient malheureusement s’appliquer à d’autres généraux.

320 Les premiers jours, l’information de Jules était assez sûre. On voit que désormais, comme la plupart des Français sans doute, il ne sait plus grand-chose de précis et se fait des illusions complètes. On se demande comment il a imaginé la jonction de Mac Mahon avec Bazaine.

321 En fait, les liaisons télégraphiques France-Algérie demeuraient incertaines et avaient connu de nombreux échecs, en raison de la difficulté à poser des câbles sur les complexes fonds méditerranéens. En 1870, toutefois, plusieurs possibilités permettaient l’acheminement des dépêches (voir Tulard, 1995, art. « Télégraphie électrique »).

322 Nouvelle méprise : pour avoir écrit en 1867 un ouvrage intitulé L’Armée française qui lui avait valu une semi-disgrâce, Trochu passait pour un homme honnête (ce qu’il était), un opposant (ce qu’il n’était pas) et un général compétent (ce qu’il était partiellement). Pas vraiment subversif, il était mal vu à la cour (Picard, 1912, 1er vol., p. 28). Ces « qualités » lui valurent le 4 septembre la présidence du gouvernement de la Défense nationale. Après la défaite, les républicains l’accusèrent de tous les maux. On connaît les vers cruels de Victor Hugo (L’Année terrible, poème XVII), « Participe passé du verbe Tropchoir, homme/De toutes les vertus sans nombre dont la somme/Est zéro, soldat brave, honnête, pieux, nul,/Bon canon, mais ayant un peu trop de recul,/Preux et chrétien, tenant cette double promesse,/Capable de servir ton pays et la messe,/Vois, je te rends justice ; eh bien, que me veux-tu ?/Tu fais sur moi, d’un style obtus, quoique pointu,/Un retour offensif qu’eût mérité la Prusse. » [Trochu s’était moqué des connaissances militaires du poète à l’Assemblée nationale, le 14 juin 1871.]

323 Chiffre fantasmagorique. À cette date, en dehors de l’armée Bazaine enfermée dans Metz, et des forces hétéroclites de Mac Mahon qui vont quelques heures plus tard capituler à Sedan, la France n’a plus guère de forces militaires, sauf si l’on compte tous les gardes nationaux sédentaires, parfaitement inefficaces ou presque. Il est possible que ces illusions aient été largement partagées par la bourgeoisie et les classes moyennes, et même le prolétariat jacobin, à Paris notamment, d’où l’intérêt de ces remarques. Jules Lelorrain exprime le point de vue de nombreux Français.

324 Expression très ancienne pour désigner les canines supérieures.

325 Il s’agit à nouveau d’une lettre essentielle. Elle est la première postérieure à ces événements historiques, la capitulation de Sedan (2 septembre) et la proclamation de la République (4 septembre). Jules peut désormais affirmer clairement des convictions républicaines anciennes qu’il a, non pas cachées, mais « mises en réserve » depuis dix-neuf ans au moins. Ce document fait montre d’une grande finesse d’analyse et de perspicacité : sentiment que le sort de la République est lié en partie à l’issue de la guerre, conscience de la haine irréfragable des conservateurs pour la « Gueuse » comme le dira Maurras, avec intention d’user de tous les moyens pour la mettre à bas, crainte, oh ! combien justifiée, d’une insurrection de l’extrême gauche qui compromettrait le jeune régime. L’optimiste de commande de cette lettre se double en effet d’un sentiment intime beaucoup plus réservé, et beaucoup plus lucide, sur l’aboutissement de la guerre. Le pacifisme à outrance de la droite est aussi fort bien mis en valeur, pacifisme ou même défaitisme, volonté capitularde comme va le montrer Bazaine à Metz. Cette attitude des conservateurs reproduit celle de 1814 et 1815 et on la retrouvera sans beaucoup de variantes en 1940. Bien sûr, inversement, la droite « nationaliste » connaîtra des phases « chauvines », notamment entre 1890 et 1930, mais ce positionnement n’a rien d’automatique en période longue. La question est trop complexe pour faire l’objet de plus longs commentaires ici. Voir Henri Guillemin, Nationalistes et nationaux (1870-1940), Paris, Gallimard, « Idées », 1 974 p.

326 Par un décret du 17 septembre, les élections législatives furent prévues pour le 2 octobre. Elles furent, dès le 23 septembre, après l’entrevue de Ferrières où Bismarck avait posé des conditions à cette date inacceptables, différées puis définitivement ajournées jusqu’à l’armistice ou à la paix. Le gouvernement eut sans doute tort : des élections tenues en octobre lui eussent donné une forte majorité, selon toute vraisemblance. Certes, il fallait ou bien obtenir des Prussiens un armistice que ceux-ci n’étaient pas disposés à accorder sans (dures) garanties, ou admettre que les départements occupés ne votaient pas, provisoirement, et que des élections complémentaires auraient lieu à la paix. Politiquement, cette solution eut été de loin la meilleure, mais elle supposait une audace que n’avait nullement le pâle gouvernement de la Défense nationale – Gambetta mis à part, et encore. Voir Antonmattei, 1999, chap. V.

327 Et ce qui arrivera en février 1871.

328 Il semble en effet avoir été bien modéré. Mais en 92 et 93, l’élan très accentué de certaines régions ou catégories sociales s’était doublé d’une résistance active par ailleurs, allant jusqu’à la guerre civile, à commencer par la Vendée, guerre civile dont le premier prétexte, avant tout positionnement monarchiste et même religieux, fut le refus de la conscription. Rien de tel ici : une mobilisation aussi générale que possible a été faite sans opposition (le préfet d’Ille-et-Vilaine parlera après coup, en décembre 1871, de « la bonne volonté des populations » – J.-F. Tanguy, in Maurice Vaïsse, op. cit., 2001) mais aussi sans aucun enthousiasme et avec pas mal de résistance passive. La configuration de 1914 sera entièrement différente.

329 Strasbourg a tenu 15 jours (13-28 septembre), Metz, 71 (18 août-28 octobre), Thionville, 92 (24 août-24 novembre), Verdun, 77 (24 août-9 novembre), Phalsbourg, 126 (10 août-14 décembre), Montmédy, 105 (1er septembre-14 décembre), voir Roth, chap. XII. Mais dans bien d’autres cas, la capitulation a été immédiate ou presque. Paris bat tous les records avec 132 jours de siège : la ville, protégée par les fortifications de Thiers et les forts avancés était presque invulnérable. Mais la famine et la défaite des armées provinciales rendirent sa capitulation inévitable. Jules ne cite pas Belfort, défendue par Denfert-Rochereau, qui n’est investie que le 3 novembre et ne se rendra qu’après l’armistice (le 18 février), avec les honneurs de la guerre, après 104 jours de siège.

330 Fin octobre, la garde nationale sédentaire de Paris comptait 300 000 hommes, plus riches de patriotisme que de compétences militaires.

331 Aveu des contradictions d’un père…

332 Il ne l’aurait en effet pas été. « Les hommes mariés ne partiront qu’avec grande peine » écrivait, entre tant d’autres, le maire d’Acigné, près de Rennes, le 24 septembre 1870 (Tanguy, in Vaïsse, op. cit., 2001). Mais à défaut d’une levée en masse inapplicable, le gouvernement va organiser une forme de mobilisation (voir plus haut), notamment par le décret du 29 septembre 1870 visant tous les hommes, célibataires, mariés ou veufs sans enfants, de 21 à 40 ans. En janvier 1871, les statistiques de la guerre donnaient 487 000 hommes présents sous les drapeaux, chiffre sans doute très optimiste (Roth, 1986), et de peu de poids face à 800 000 Allemands efficaces et bien entraînés.

333 Jules, décidément, ne se fait guère d’illusions sur les Français…

334 Optimisme de commande.

335 Analyse parfaitement exacte.

336 Jules, Édouard et Eugène ont voté « non » !

337 Chambord, né en 1820, a 50 ans, est obèse, mal portant, et son épouse, Marie-Thérèse de Modène, a 55 ans.

338 C’est bien justement ce que Maurras reprochera (entre autres) au suffrage universel !

339 Jules Lelorrain ne peut pas prévoir l’existence de régimes (de type fasciste ou autre) qui maintiendront le principe du suffrage universel en détournant complètement ce dernier du sens qu’on pouvait lui donner au XIXe siècle.

340 On ne sait pas trop si Jules est – à cette date – un partisan de Thiers mais il reprend ici ce qu’avait dit celui-ci en 1849 (« La République est le gouvernement qui nous divise le moins ») et qu’il redira sous une autre forme en 1872, très proche de ce qu’écrit ici Jules Lelorrain : « La République existe, elle est le gouvernement légal du pays, vouloir autre chose serait une nouvelle révolution et la plus redoutable de toutes. »

341 Entre autres, son premier président, Neveu-Lemaire (voir le dossier personnel de celui-ci), et nombre d’autres magistrats, mais pas seulement des magistrats.

342 Jules a-t-il lu ce chef-d’œuvre du pamphlet que fut Napoléon le petit (1852 – interdit mais assez abondamment diffusé sous le manteau) ? On le dirait à comparer les termes utilisés (ici dans le livre 6, L’Absolution) : « M. Bonaparte, comme ces jolies créoles qui font ressortir leur beauté au moyen de quelque effroyable hottentote, s’est donné pour concurrent dans cette élection un fantôme, une vision, un socialisme de Nuremberg avec des dents et des griffes et une braise dans les yeux, l’ogre du Petit Poucet, le vampire de la Porte Saint-Martin, l’hydre de Théramène, le grand serpent de mer du Constitutionnel que les actionnaires ont eu la bonne grâce de lui prêter, le dragon de l’Apocalypse, la Tarasque, la Drée, le Graouilli, un épouvantail. Aidé d’un Ruggieri quelconque, M. Bonaparte a fait sur ce monstre en carton un effet de feu de Bengale rouge, et a dit au votant effaré : Il n’y a de possible que ceci ou moi ; choisis ! » Évidemment, dans un cas, ce n’est que du Jules Lelorrain, dans l’autre du Victor Hugo. Mais l’esprit comme le rythme sont similaires.

343 Allusion aux émeutes et manifestations de 1869 et 1870 et, bien entendu, aux manifestations d’extrême gauche aboutissant aux « Journées de juin » de 1848.

344 Bernard était capitaine depuis 1858 (voir l’Annuaire militaire de l’Empire), soit douze ans, cas assez classique. On ne saurait donc parler de promotion abusive. Il y avait pire : certains capitaines de 1869 étaient dans ce grade depuis dix-sept ans. Cette lenteur de l’avancement constituait l’un des fléaux de l’armée impériale, mais les choses ne s’amélioreront guère ensuite, sauf à « faire de la colonie ».

345 Ce choix, classique dans les guerres des XVIIIe et XIXe siècles, n’était offert qu’aux officiers.

346 Toujours loptimisme de commande.

347 Sur Morin, voir la lettre du 5 avril 1870.

348 Comme en d’autres occurrences, Jules écrit « Magnien » mais il s’agit bien de Joseph Magnin, le député de la Côte-d’Or, devenu en septembre 1870 membre du gouvernement de la Défense nationale, ministre de l’Agriculture et du Commerce, bloqué dans Paris avec le gouvernement jusqu’à l’armistice.

349 L’histoire des comités de défense est pratiquement à faire. Elle est pourtant unique ou presque dans l’histoire des guerres menées par la France. Dès le 4 septembre, ils avaient surgi dans chaque département ou presque, regroupant notables, militaires, élus (autres que bonapartistes), et ils furent pris en charge par le nouveau préfet dès son arrivée. Mais le gouvernement ne put et surtout ne voulut utiliser ce mouvement de résistance décentralisée. Un décret du 12 octobre, signé de Gambetta à Tours, les reconnaissait tout en encadrant sévèrement leurs agissements. Toute l’histoire, toutes les traditions françaises s’opposaient à cette conduite de la guerre par des juntes régionales. Leur action se réduisit donc à quelques bavardages, fort intéressants toutefois mais pour les seuls historiens car leurs procès-verbaux ont souvent été conservés (en général dans la série R des archives départementales). Mal connus, ils n’étaient pas inconnus des témoins et des écrivains militaires, du moins avant 1914. Voir Steenackers, 1884-1885 et Boyé, 1911.

350 Il ne s’agit évidemment pas ici de l’Association Internationale des Travailleurs, mais sans aucun doute de la Croix-Rouge, dont le nom définitif n’est pas encore connu du grand public, ni même utilisé en tant que tel par son propre Comité. Créé en octobre 1863 à Genève sous l’impulsion d’Henry Dunant et du général (suisse) Dufour, le Comité International, plus tard dit de la Croix-Rouge, avait fait ses premières armes lors de la guerre des Duchés (1864) entre le Danemark et la coalition austro-prussienne, puis lors de la guerre entre ces deux puissances (1866). Le bien plus terrible conflit de 1870-1871 constitua sa troisième épreuve, avec des résultats encore très partiels. Ce fut la guerre des Balkans (1875-1878) entre Russie, Autriche, insurgés bulgares et bosniaques d’une part, et l’Empire ottoman de l’autre, qui marqua ses vrais débuts, efficaces. Voir Pierre Boissier, Histoire du Comité international de la Croix-Rouge, 1. De Solferino à Tsoushima, 2. De Sarajevo à Hiroshima, Genève, Institut Henry-Dunant, 1978. Notons que dès 1863, l’article 8 des résolutions de la conférence fondatrice portait : « Ils [les infirmiers volontaires] portent dans tous les pays, comme signe distinctif uniforme, un brassard blanc avec une croix rouge. »

351 Depuis le 19, l’investissement de Paris par les Allemands est total. Les communications ne peuvent plus se faire que par ballons (de 47 à 55 selon les sources arrivèrent à bon port pendant la durée du siège, transportant 2,5 millions de lettres – v. Desplats, 1980, p. 271) et par pigeon (407 auraient accompli leur mission – v. Roth, p. 238). Les pigeons portaient une quantité considérable d’informations grâce à l’invention d’une sorte d’ancêtre de la microfiche. En sens inverse, il était bien sûr impossible d’expédier des ballons de la province vers Paris. Seuls les pigeons pouvaient passer efficacement.

352 Jules est troublé. « Du général au particulier » serait plus exact.

353 En effet. On partagera les doutes de Jules. Mais l’existence de ces évasions, peut-être massives, est attestée, et sans doute sous-estimée par certains historiens. On sait que, lors de la capitulation de Metz, le capitaine Rossel, futur chef militaire de la Commune, s’évada déguisé en paysan avec nombre de ses compagnons. Fin janvier 1871, les Allemands détenaient environ 384 000 hommes et officiers (Roth, p. 418). Sachant qu’ils en auraient capturé 83 000 à Sedan et environ 200 000 à Metz, et beaucoup en d’autres lieux, le « déchet » est sans doute important. Mais de combien, c’est impossible à dire. 100 000 ? Ce serait déjà énorme.

354 Les chiffres sont très précis. Alors ? Récits de Tartarins, réalité, ou quelque chose d’intermédiaire ?

355 Les innombrables unités de « francs-tireurs » s’équipaient à leurs frais et avaient une existence quasi-officielle. Elles furent souvent très combatives et efficaces et les Allemands les redoutaient. Il est même probable que les atrocités (réelles) de l’été 14 en Belgique et dans le Nord de la France furent liées au souvenir des francs-tireurs de 70, inexistants en 1914.

356 Ici, le chiffre est très sous-estimé. Le 27 octobre, jour de la capitulation, Bazaine aura encore sous ses ordres 137 000 hommes de l’armée du Rhin, sans compter 43 000 malades et blessés, plus la garnison de Metz et la garde mobile, au total près de 200 000 hommes. Le nombre de « Prussiens » est en revanche à peu près exact mais montera bientôt autour de 200 000.

357 Finalement annulées.

358 La construction est très lourde. Il faut lire : les neutres devraient intervenir et la Prusse, d’autre part, consentir la paix.

359 Exactement, la célèbre « circulaire » (6 septembre) adressée aux agents diplomatiques de la France par le vice-président du gouvernement de la Défense nationale, ministre des Affaires étrangères, et qui comportait cette formule aussi fameuse qu’aventurée : « Nous ne céderons ni un pouce de notre territoire, ni une pierre de nos forteresses » et, moins connue et la suivant immédiatement, cette assertion quasi-prémonitoire : « Une paix honteuse serait une guerre d’extermination à courte échéance. » L’échéance ne fut pas aussi courte que Jules Favre ne le pensait mais avec, au bout du compte, non pas une mais deux « guerres d’extermination ».

360 Dès l’installation du nouveau gouvernement, Crémieux, ministre de la Justice (voir ci-dessous), procéda à un mouvement massif de révocation des membres du parquet qui, du point de vue des républicains, avaient été des instruments serviles et efficaces du régime honni, en tout plus de 500. Voir Robert Bouchery et Jean-Pierre Machelon, in AFHJ, 1994. En fait, la réalité était plus complexe. Voir Anthony Poncier, « La part d’indépendance du parquet sous le second empire », in Sociétés et Représentations, no 14, 2002, La vie judiciaire.

361 Brièvement procureur en 1870-1871, Henri Lévêque sera ensuite député de la Côte-d’Or sans interruption de 1871 à 1893 (voir son dossier).

362 Le nouveau procureur général, Frémiet, proposa un jeune avocat inconnu, arguant qu’il n’existait pas « de substituts dans le ressort sont les opinions soient libérales, je ne dis pas républicaines » (dépêche du 11 septembre 1870, conservée dans le dossier Belland). La révocation de son fils provoqua une énorme colère de Neveu-Lemaire qui eut cette formule digne d’un grand pamphlétaire : « Il est assez vengé par le choix de son successeur » (notice individuelle de Belland, 1871, même dossier). Quant à Jules, le voilà bien neutre dans sa lettre à Édouard. Pourtant, le 8 août 1887, alors que Belland qui avait quitté la magistrature dès septembre 1871, demandait et obtenait sa réintégration (même dossier), le premier président dijonnais de l’époque rapportait une opinion très favorable donnée sur lui en 1871 par le « Président, M. Lelorrain, aujourd’hui juge de paix à Paris »…

363 Jusqu’ici, veut dire Jules, on n’a révoqué que des membres du parquet, en toute légalité. S’en prendre aux « inamovibles » du siège constituerait un acte autrement révolutionnaire. Mais il ne doute pas que la future Constituante ne s’en charge et, sans le dire explicitement, on se demande s’il ne le souhaite pas. Cela sera finalement opéré par la République en 1883 (voir J.-P. Machelon, in AFHJ, 1994 et J.-F. Tanguy, « La plus grande épuration judiciaire… », in Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, Répression et prison politiques en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1990.). En réalité, 15 magistrats inamovibles, ceux qui avaient participé aux commissions mixtes de 1851, de sinistre mémoire, furent également révoqués (Robert Bouchery et J.-P. Machelon in AFHJ, 1994).

364 Louis François d’Azincourt, né en 1835 à Beaune accepta les fonctions d’administrateur provisoire de la Côte-d’Or (sans le titre de préfet) le 6 septembre. Républicain modéré, catholique mais non pratiquant, il fit preuve de courage à la tête du département et fut fait prisonnier par les Prussiens le 1er novembre. Avocat, aisé, il appartenait à une famille bourgeoise qu’un jugement de 1859 avait autorisé à orthographier son nom avec la particule. Le légitimiste Arthur de Boissieu en fait ce portrait, évidemment peu flatteur : « Dazincourt [sans particule !] était le malheureux nom du citoyen qui nous administrait. C’était, ce doit être encore un bon avocat de province, pensant faux et parlant fort. Jeune et partant crédule, honnête, mais sans fermeté, et républicain de la vieille roche, – celle qui se casse le mieux. Comme tant d’autres, il eut d’heureux débuts, démentis par une triste fin : nous sommes vaincus, il est prisonnier. Je me méfiais, quant à moi, de ce nom de sinistre augure : quand on s’appelle Dazincourt, on ne doit pas s’attendre à vaincre. » La plaisanterie était facile mais tellement tentante (A. de Boissieu, De Chute en chute, Paris, 1872, p. 18). Voir Wright, 2007.

365 Les pigeons ne pouvaient évidemment transmettre de demandes personnelles.

366 Il s’agit de la célèbre entrevue de Ferrières, dans le somptueux château des Rothschild achevé en 1859 et sis à Ferrières-en-Brie (Seine-et-Marne). Elle eut lieu les 18 et 19 septembre 1870. Bismarck y énonça ses conditions de paix (cession de l’Alsace et de Metz) qui ne changeront plus guère. Les quatre mois de guerre supplémentaires ne les allégeront, ni d’ailleurs ne les aggraveront. Le « chancelier de fer » était un politique, un des plus grands du XIXe siècle. Ses buts étaient précis et rationnels, rien de plus. Mais le 19 septembre, le gouvernement de la Défense nationale ne pouvait en aucun cas les accepter.

367 Pour l’heure, il n’y a aucune menace grave. Mais le pressentiment de Jules est très juste et très aigu : la journée révolutionnaire du 31 octobre à Paris marquera le point de départ d’un mouvement qui ne cessera de s’amplifier jusqu’au 18 mars 1871.

368 Le républicain Jules Lelorrain commence à s’effrayer devant l’ampleur de cette « chasse aux sorcières » et surtout devant le remplacement des parquetiers révoqués par des hommes de compétence incertaine.

369 La première partie de la prévision est tout à fait exacte, la seconde fausse, et cependant la logique eût dû amener son accomplissement. L’histoire est par nature imprévisible.

370 Jules s’en rend compte enfin.

371 C’est bien ce qui se passera quarante-cinq ans plus tard. En 1917, on appellera la classe 1887, c’est-à-dire les hommes de 50 ans. Mais le contexte, la société, les mentalités auront entièrement changé, malgré certaines apparences. Voir Bach, 2003.

372 On notera les contradictions de Jules Lelorrain : il redoute l’agitation socialiste mais il souhaiterait une mobilisation révolutionnaire du type de celle de 1793, sans tenir trop compte des règles de droit et des institutions en place, qui paralysent tout.

373 Gambetta ne quittera Paris en ballon que sept jours plus tard, le 7 octobre. À la date de cette lettre, Jules n’a pas encore bien identifié le personnage. Reste qu’il ne sera jamais un « dictateur » malgré la légende que lui tissera la droite après février 1871.

374 Jules le fils. Le mari de Fanny se nomme aussi Jules, coutume assez courante. Le frère de Jules Lelorrain et un de ses fils se prénomment tous deux Hippolyte.

375 Paul, le plus jeune fils Perrin.

376 Fin septembre, on n’a en effet enregistré que des combats insignifiants et les « avantages » sont plus que minces, s’ils existent. Les premières tentatives un peu sérieuses de « sortie » auront lieu à partir de la mi-octobre.

377 Adolphe Crémieux (1796-1880), ministre de la Justice du gouvernement de la Défense nationale, auteur du célèbre « Décret Crémieux » qui accordait la citoyenneté française à tous les juifs d’Algérie.

378 Étrange localisation. Jules a sans doute écrit trop vite. Voir note suivante.

379 Albert Cambriels (1816-1891), gravement blessé à Sedan, avait reçu le commandement de la place de Belfort, du centre-est et du nord-est non envahi. Deux jours après cette lettre, ses forces furent durement battues dans les Vosges et il ordonna l’évacuation du département. Quelques jours plus tard, ses douleurs s’aggravant, il fut remplacé par le général Michel tandis que la place de Belfort passait sous le commandement de Denfert-Rochereau.

380 Elle marche vers la Bourgogne et Dijon, Lyon peut-être si la guerre sétait prolongée, pas sur Paris où les forces allemandes sont déjà bien en place.

381 Jules est encore trop optimiste.

382 Le 28 septembre.

383 Les hommes non, les soldats entraînés et les officiers compétents, si.

384 Parti de Paris en ballon le 7, Gambetta est arrivé à Tours le 9 octobre.

385 Crémieux, avec le vieil opposant au Second Empire qu’était le Breton Alexandre Glais-Bizoin (1800-1877), plus l’amiral Fourichon (1809-1884), constituaient le triumvirat contrôlant la Délégation de Tours avant l’arrivée de Gambetta. Sauf Fourichon, et encore, ils étaient âgés et manquaient d’énergie.

386 Erreur, on ne forme pas de généraux ou d’officiers compétents comme cela, comme par enchantement – même pas d’ailleurs de sous-officiers ou de soldats. En 1792-1795 comme en 1918-1920 en Russie, la victoire des armées révolutionnaires reposa largement sur « l’amalgame » entre cadres et soldats de l’Ancien Régime ralliés à la Révolution et volontaires ou mobilisés.

387 Les « centimes additionnels » au principal des quatre contributions directes (foncière, mobilière, portes et fenêtres, patentes), votés par les conseils généraux, constituaient de loin la ressource principale des départements. Jules veut dire ici que cette avance de 2,4 millions sera récupérée par l’impôt après la guerre.

388 Aujourd’hui Moigny-sur-École (Essonne), à trois kilomètres au nord de Milly-la-Forêt, en lisière de la forêt de Fontainebleau.

389 Tout le monde a le droit de changer d’avis. Ces raisons sont en effet fort pertinentes mais deux semaines auparavant, elles ne semblaient pas suffisantes à Jules pour différer des élections à ses yeux indispensables. Sans doute la dégradation de la situation militaire (il a dû être informé du désastre des Vosges et il a conscience que le blocus de Paris ne sera pas levé de sitôt) explique-t-elle ce revirement, en même temps sans doute que l’arrivée à Tours de Gambetta en qui il voit, peut-être, le « dictateur » espéré.

390 Il fut de législation constante, tout au long du XIXe siècle, que nombre de magistrats (pas tous, mais les présidents de tribunaux inclus, bien évidemment) ne pussent être élus députés dans le ressort de la cour dont ils faisaient partie, pas plus que les préfets ou sous-préfets dans leurs départements. L’Yonne relevait (et relève toujours) de la cour d’appel de Paris. C’était donc un département bourguignon accessible au Bourguignon Jules Lelorrain et, on l’a vu, ses liens familiaux et personnels y étaient forts. Les magistrats députés sont d’ailleurs peu nombreux au XIXe siècle, mais pas inconnus : dans la Chambre de 1881, 18 contre 149 avocats et 62 médecins (voir Pierre Guiral et Guy Thuillier, La vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, Paris, Hachette, 1980, p. 32).

391 Quel aveu ! Le républicain Jules Lelorrain reconnaît que le parquet est au service du régime. Sous l’Empire comme sous la République.

392 À la suite de la débâcle française dans les Vosges, les troupes du général Werder, comme l’avait redouté Jules, entrèrent en Bourgogne et occupèrent Dijon, après de durs combats, le 30 octobre. Mais Werder était gêné sur ses arrières par la résistance acharnée de Belfort et de Langres et quelques jours plus tard l’armée de Garibaldi, dont le PC était à Autun, commença d’efficaces contre-attaques dans le nord de la Bourgogne (raid sur Châtillon-sur-Seine, le 14 novembre). Werder évacua donc la cité début novembre (ainsi le 12, selon Jules Lelorrain, les Prussiens étaient partis) mais pour y revenir presque aussitôt. En décembre, pressé à nouveau par Garibaldi et les mobiles du général Camille Cremer et inquiet de l’offensive Bourbaki, il dut une fois de plus abandonner la ville avec de lourdes pertes (le 27). Les Allemands revinrent les 21, 22 et 23 janvier, à la suite du désastre de l’armée de l’est mais furent à nouveau repoussés par Garibaldi. Toutefois, Dijon et la Côte-d’Or se virent exclus de l’armistice et la ville occupée fin janvier, cette fois sans combats, mais pour une longue durée de huit mois (voir Pierre Gras, 1987) En 1899, elle reçut la légion d’honneur pour son comportement durant la guerre, surtout, et presque uniquement d’ailleurs, pour la bataille des 29-30 octobre au cours de laquelle les seuls francs-tireurs et mobiles de Dijon avaient, en imposant leur volonté de se battre à l’armée (général Fauconnet) et à la municipalité qui voulaient faire de Dijon une ville ouverte, repoussé deux jours durant l’armée allemande régulière au prix de 160 morts (français). Curieusement, les faits d’armes de décembre et janvier n’étaient pas évoqués dans les motifs de la décoration. Mais peut-être faut-il enlever « curieusement ». Voir Jacqueline Lalouette, « La Légion d’honneur et les “petites patries”. Les communes bourguignonnes décorées décorées de la Légion d’honneur », in Dumons et Pollet (dir.), 2009, loc. cit. Sur les derniers et dramatiques événements de la guerre à l’est, voir Piépape (général Léonce de), Le Coup de grâce. Épilogue de la guerre franco-allemande dans l’Est (décembre 1870-février 1871), Paris, Plon, 1906.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site