Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Lettres de Jules à Édouard Lelorrain

1868

Texte intégral

1L’année 1868 est à tous points de vue une année calme dans la vie de Jules Lelorrain, ou du moins une année sans bouleversements imprévus. Les grands changements ont été décidés à la fin de l’année précédente et ils vont simplement s’accomplir, de façon fort naturelle : nomination de Jules au poste de président du tribunal de Dijon en avril, mariage d’Eugène en juin, Gabrielle tombant enceinte presque immédiatement, prise de voile par Berthe à Flavigny en juillet, au grand désespoir de son père et de ses frères, enfin réussite d’Édouard à ses derniers examens et soutenance de sa thèse à la fin de l’année : le voilà médecin.

2Eugène, lui, n’est toujours pas percepteur. Les démarches en ce sens continuent mais tiennent une bien moindre place dans les confidences que Jules fait à Édouard. A-t-il renoncé ? Pas le moins du monde, on le verra. Mais l’inertie des hommes et des choses l’accablent un peu, sans doute. Eugène vient de se marier, sa femme travaille avec un revenu non négligeable, le couple vit chez la « mère Estienne », la mère de Gabrielle, et donc ce n’est pas tout à fait une situation de misère, même si cela ne peut durer. Jules n’a renoncé à rien mais il faut savoir être patient.

3La vie quotidienne se poursuit sans grandes nouveautés : on voyage en Bourgogne, on dîne en ville (ce qui n’amuse pas toujours notre homme), on fait quelques déplacements à Paris (pour le mariage d’Eugène par exemple, auquel Alix… n’est pas invitée !). À la fin de l’année, Alix et Jules s’en iront même voir Édouard à Strasbourg : déplacement très atypique car, là, il n’y a pas de famille pour les accueillir et il faut coucher à l’hôtel, dépense bien difficile à supporter pour notre magistrat sans fortune (sauf celle de sa femme qui ne peut ici servir de rien…).

4La politique occupe assez peu de place dans les lettres de cette année-là. Jules continue à s’interroger sur l’éventualité d’une guerre mais sa probabilité lui semble s’éloigner. D’ailleurs, il se rassure à bon compte grâce au vote de la loi militaire du 4 février sans voir, 1° que le texte n’est qu’une pâle version du projet initial de Napoléon III et de son ministre Niel, taillé en pièces par le Corps législatif avec l’approbation massive de la bourgeoisie française qui ne veut pas entendre parler de service militaire obligatoire et que, 2° même ce fantôme de réforme n’a aucune chance d’être sérieusement appliqué. En août 1870, comme des millions de Français, il tombera des nues : « Nous n’étions pas prêts » (lettre du 6 août). En effet.

5Il semble résigné devant ce qui lui semble des avancées insignifiantes d’un pouvoir prétendant faire des réformes libérales alors que, de son point de vue, il en est congénitalement incapable. Le débat autour de la liberté de réunion, qui sera conclu par la loi du 6 juin, est de ce point de vue emblématique. Mais peut-être le suffrage universel et l’éducation permettront-ils un jour de vraies avancées : la France n’est pas l’Espagne. Lorsqu’à la fin de l’année, le général Prim détrône la reine Isabelle II, le président du tribunal de Dijon observe la scène avec dédain : le peuple espagnol, « abruti par plusieurs siècles de fanatisme, de joug monacal et de despotisme » (lettre du 6 novembre), n’est pas mûr pour la démocratie, la France un peu davantage peut-être, encore que, il le dira plus tard, ses paysans soient aussi un lourd fardeau par leur ignorance et leur soumission à leurs maîtres et propriétaires.

6Mais les choses vont bientôt bouger.

Lettre n° 1

7Dijon, 7 janvier 1868

8Mon cher Édouard,

  • 1 Pour la session de janvier 1868 à Chaumont, 8 affaires et 10 accusés. Trois de vols qualifiés, deux (...)

9Je t’écris à la hâte quelques lignes car je suis très pressé. Je suis plongé jusqu’au cou dans la préparation de mes affaires d’assises, plus ennuyeuses que graves1 ; et j’ai été, je suis encore, interrompu par des visites et mes audiences.

10Ta petite lettre a fait grand plaisir à cette bonne Alix.

  • 2 Comme on le sait déjà, Édouard est beaucoup plus anticlérical, voire antireligieux, que son père. L (...)

11Celle que j’ai reçue deux jours auparavant (et que tu as dû écrire quelques instants avant de recevoir celle d’Alix) m’a également fait plaisir ; moins toutefois l’irritation qu’elle montre contre ta pauvre sœur2. Au fond, et à ne juger les choses qu’au point de vue absolu, j’approuve et je partage tes idées sur le cloître et sur la sottise, la folie, le fanatisme de ceux et de celles qui s’y enferment ; mais dans ce monde, il n’y a rien d’absolu ; tout est contingent et relatif. Or, après y avoir mûrement réfléchi, avoir pesé le pour et le contre, avoir combattu par toutes les raisons possibles, la triste, la déplorable résolution de ta sœur, j’en suis arrivé à reconnaître qu’après tout, ce qui serait folie de toute autre, est peut-être sagesse de sa part ; et je pourrais, si j’en avais le temps, te déduire [sic] les nombreuses raisons de ce que j’avance : qu’il me suffise aujourd’hui d’appeler ton attention sur le parti qui serait réservé à ta pauvre sœur si je venais à mourir avant elle, ce qui serait non seulement dans les lois de la nature, mais aussi heureusement dans toutes les probabilités.

12Nous reviendrons sur ce triste sujet : mais ne te hâte pas de condamner cette chère Berthe qui, au fond, fait un sacrifice et est plus à plaindre, hélas, qu’à blâmer. Même au point de vue du choix de la communauté, choix qui repose sur des motifs plus sérieux de sa part que tu ne le crois.

  • 3 Voir la lettre du 26 juin 1867.

13Rien de nouveau pour Eugène : plusieurs personnes l’ont vivement recommandé, à la prière de Mme Estienne qui a de belles connaissances ; j’ai moi-même écrit ; M. de Lespérut3 a agi. Mais il faut attendre, et je n’espère rien avant le courant de l’été.

14Quant à Karl, il vient d’obtenir une demi-bourse : peut-être ton oncle espérait-il mieux et n’est-il qu’à moitié satisfait.

15Eugène me donne de tristes nouvelles de l’enfant de Joséphine qui est malade depuis dix jours. Cela m’inquiète pour eux tous.

16À part cela, toute la famille va bien.

  • 4 Henri Cavaniol (1845-1907), auteur et imprimeur à Chaumont, érudit local, ami d’Édouard. Comme impr (...)

17J’ai reçu hier deux exemplaires de la thèse de Cavaniol4 : un pour moi et un pour toi. Il est trop tard aujourd’hui pour que je t’envoie le tien : je le mettrai demain à la poste.

  • 5 Pour la session d’assises.

18C’est samedi en huit, tu le sais, que je vais à Chaumont5 : je voudrais bien que la température s’élevât un peu. Il fait ici un froid horrible. Il y a longtemps qu’on n’a pas eu un pareil hiver.

19Dis-moi dans ta prochaine lettre quel temps il fait à Strasbourg et comment tu supportes cette température : dis-moi aussi quels petits événements ont signalé ta garde du 1er janvier.

20Nous reprendrons après mes assises nos travaux sur le sujet de ta thèse. Je n’ai pas le temps en ce moment.

21Je t’envoie, mon bon ami, un petit mandat par la poste qui ne te sera, je pense, ni inutile ni indifférent.

22Au revoir, mais à ce propos tu ne m’as jamais dit si tes nouvelles fonctions te priveraient de tes vacances de Pâques. Espérons que non.

23Alix, Berthe et moi t’embrassons tendrement.

24Ton père et ami,

25Jules Lelorrain.

Lettre n° 2

26Paris, le 29 janvier 1868

27Mon cher Édouard

28Comment ne comprends-tu pas dans quelle inquiétude me plonge ton silence ? Quoi ! Pas une lettre de toi depuis le 8 janvier ! 21 jours passés sans nouvelles ! Cela n’était jamais arrivé ! Serais-tu malade ? Blessé ? Que sais-je ? Il n’y a pas de conjecture triste à laquelle ne s’arrête ma pensée. Je t’en conjure : fais immédiatement cesser cette inquiétude.

29J’en ai bien assez de celle que me cause la santé de ton frère, qui, pas plus que moi, n’a de tes nouvelles.

30Je suis à Paris depuis hier soir : j’y suis venu de Chaumont, où m’ont retenu mes assises et mes visites, du 19 au 27 inclusivement.

31J’avais cependant renoncé à faire, quant à présent, ce voyage : mais une lettre de Mme Estienne m’y a déterminé. Elle m’apprenait que depuis huit jours Eugène était malade, d’un rhumatisme articulaire : j’ai cru que c’était un rhumatisme articulaire aigu, et général. Heureusement il n’en est rien ; mais si la maladie n’est pas aussi dangereuse, elle n’en paraît pas moins inquiétante ; jusqu’à un certain point.

32Voici son état : oppression de poitrine ; difficulté de respirer ; douleurs aiguës tantôt à l’épaule, tantôt au bras ; ou même dans la main ; quand ces douleurs se manifestent sur un point quelconque, l’oppression diminue ou même disparaît ; transpiration abondante ; agitation nerveuse ; fièvre tous les jours de sept heures à huit heures ou neuf heures du soir ; grande faiblesse. Tout cela est accompagné, peut-être même causé [sic] d’une grande constipation, qui résiste à tous les lavements : il les garde.

  • 6 Purgatif bien connu !

33Aujourd’hui, son médecin lui a fait prendre 25 grammes d’huile de ricin6.

  • 7 Cardiotonique qu’on extrayait, à l’époque, directement de la plante, préparation très dangereuse.
  • 8 Sirop à base d’opium.

34Il a eu des palpitations ; mais elles sont passées. J’ai vu les ordonnances du médecin : elles prescrivaient autant qu’il m’en souvienne des potions dans lesquelles il entrait de la digitale7, du sirop diacode8, du tilleul, du quinquina, etc.

35J’espère voir demain le médecin lui-même et je t’écrirai ce qu’il m’aura dit.

  • 9 Dans la France de 1868, les maladies respiratoires sont redoutables et redoutées – à juste titre, c (...)

36Ton frère ne tousse pas : ce qui me rassure9.

37Au reste, il est l’objet des soins les plus tendres et les plus dévoués : cette excellente maman Estienne est allée le chercher chez lui, où il était impossible qu’il restât, et elle l’a installé chez elle. Là, elle et la chère Gabrielle l’ont installé sur un lit dans le salon, et elles le soignent l’une comme une mère, l’autre comme une sœur de charité, mais la sœur la plus tendre, la plus dévouée. C’est admirable à voir, et bien doux et consolant pour le cœur d’un père ! Ce pauvre Eugène est bien heureux au milieu de sa souffrance ! Ces journées marqueront dans sa vie comme les moments les plus charmants !

38Nous avons bien parlé de toi hier soir ! Nous eussions bien voulu t’avoir près de nous. Mais que fais-tu ? Et n’es-tu pas malade toi-même ? Cher et méchant enfant, écris-moi vite.

39Je vais (cela va sans dire) profiter de mon passage à Paris pour faire toutes les démarches et demandes, toutes les audiences nécessaires dans l’intérêt de ton frère.

  • 10 L’expédition du Mexique (1861-1866) n’avait pas entraîné avec elle que des militaires mais aussi pa (...)

40Malheureusement, il y a une vingtaine d’employés revenus du Mexique10 à caser dans les perceptions avant tous les autres. Et cependant on ne fait rien !

  • 11 Après les crises européennes de 1866 (Sadowa) et de 1867 (affaire du Luxembourg et crise franco-pru (...)

41On semble attendre les événements. Aurons-nous la guerre ? Aurons-nous la paix ? Tout le monde se le demande ; et je crois que le gouvernement lui-même n’en sait rien ! La loi sur l’armée et l’emprunt de 449 millions qu’on va faire le tiendront prêt pour toutes les éventualités11.

  • 12 On a déjà examiné ses raisons. On peut les croire mais l’augmentation de traitement est tout de mêm (...)

42Quant à mon affaire, elle est toujours au même point ; c’est-à-dire que j’attends tous les matins ma nomination… Sans la désirer beaucoup12.

43Alix et Berthe vont bien : tous deux sont comme moi inquiètes de ton frère et de toi dont pas plus que moi elles ne comprennent le silence.

44Écris-moi donc, je t’en conjure ; ne fût-ce qu’un mot.

45Je suis ici jusqu’à mercredi ou jeudi de la semaine prochaine, descendu, bien entendu, dans le logement de ton frère que j’occupe seul.

46Toute la famille de Paris se porte bien et te fait mille amitiés,

47Je t’embrasse tendrement comme je t’aime,

48Ton père et ami,

49Jules Lelorrain.

Lettre n° 3

50Dijon, le 27 février 1868,

51Mon cher Édouard,

52C’est moi qui suis en retard avec toi : j’ai reçu hier soir ta dernière lettre et pu apprendre par elle que tu n’avais pas encore reçu avant-hier 25 la caisse d’effets que je t’ai envoyée.

  • 13 Ce sont des vêtements de bourgeois, coûteux. En 1870, la boutique « Au Métayer fringant » [sic] à R (...)

53Tu trouveras ci-inclus le récépissé du chemin de fer qui constate que cette caisse a été confiée au chemin de fer Paris-Lyon le 13 courant pour être expédiée par la petite vitesse. De cette ligne, elle est passée sur celle de l’Est. Si elle a été perdue par l’une ou l’autre compagnie, on nous remboursera la valeur de ce qu’elle contenait car elle renfermait les objets suivants13 :

1° Ton habillement noir complet : pantalon, gilet, redingote que je n’estime pas à moins de 140 francs ………………………………………….

140

2° Ton paletot marron, estimé …………………………………………….

80

3° Ton habillement gris, estimé eu égard à son état ………………………

70

4° Un pantalon de coutil ………………………………………………….

10

5° Ton chapeau de feutre ………………………………………………….

10

6° Enfin, trois chemises …………………………………………………...

42

54J’avais déposé la caisse dès le 10 janvier à la succursale en disant que je passerais le payer et en priant de te l’envoyer par le mode le moins coûteux (petite ou grande vitesse). Il s’est trouvé que, eu égard au poids la petite vitesse était moins chère que la grande ; mais on avait oublié que j’avais recommandé d’affranchir. Tu auras donc le port à payer.

  • 14 Édouard a dû déposer sa montre au Mont-de-Piété ! Voir lettre du 30 mars suivant.

55Pour t’en indemniser et t’aider à faire sortir ta prisonnière pour dettes, je t’envoie un petit mandat de 10 francs14.

56Si ta caisse ne se retrouve pas, fais ta réclamation par écrit à la compagnie de l’Est et énumère les effets ci-dessus avec la valeur que j’ai fixée ; seulement, s’il y avait une action à intenter ce serait ici et contre la compagnie Paris-Lyon sauf ton recours s’il y avait lieu contre l’autre. Ne perds donc pas le récépissé et ne t’en dessaisis pas. Assez pour ce sujet.

  • 15 Pas d’informations plus amples sur ce personnage. Pas davantage sur Carré.
  • 16 Alphonse, père de Félix Fénéon.
  • 17 Jules Jacotot est président du tribunal de Semur, poste occupé auparavant par Jules Jules Lelorrain (...)
  • 18 Quand un Français de 1868 dit « en Afrique », il veut presque toujours dire « en Algérie ».
  • 19 C’est le nom de son oncle, pas celui de son village d’origine ! Voir lettre du 14 juillet 1867.

57Une des causes de mon retard à t’écrire, c’est un voyage que j’ai fait à Semur. Je suis allé d’abord il y a environ huit jours dîner à Beaune chez M. Guénot15. De retour le jeudi, je suis parti le vendredi pour Semur où je suis resté samedi et dimanche. Pendant ces trois jours passés dans cette chère petite ville féconde pour nous en souvenirs, je suis allé tous les jours en soirée, 1° chez M. Émile Dussaussois, juge ; 2° chez M. Gauthier, ancien capitaine de gendarmerie ; 3° dans la maison Carré. J’ai dîné une fois chez M. Fénéon16 et déjeuné une fois chez M. Jacotot mon successeur17. Le reste de mon temps, je l’ai passé tant en visites que dans la famille Matry où j’étais descendu. J’ai été heureux de revoir une petite partie de nos anciennes connaissances qui n’ont pas paru moins satisfaites de mes visites. J’ai revu entre autres le vieux père Laignelet qui vient d’entrer dans sa 89e année sans autre infirmité qu’un affaiblissement de la mémoire. Il m’a très bien reconnu et se rappelle assez bien de ton frère et de toi. Son petit-fils, le fameux Louis, est toujours en Afrique18. Il est l’associé d’un de ses oncles de Montryon19. Ils font défricher des terres par des Arabes et se livrent au commerce du bétail. Quand le gros Louis sera au bout de ses ressources, il se vendra peut-être lui-même : je crains qu’il n’en arrive là car je ne le crois propre qu’à manger sa petite fortune. Ce me paraît être l’opinion de sa propre famille sans en excepter son grand-père qui ne paraît pas très charmé de tout cela, quel que soit son aveuglement.

  • 20 La guerre ? Ou la chute du régime, vivement souhaitée par Édouard ?
  • 21 Les demoiselles Matry, filles du juge de paix (voir lettre du 26 mai 1867).
  • 22 La congrégation des Ursulines de Flavigny, établies en cette ville par ordonnance royale du 22 mars (...)

58Tu me demanderas peut-être ce que j’allais faire à Semur. Je te répondrai : d’abord me promener, revoir une ville et des amis que j’aime, me rendre à une invitation pressante de la famille Matry, jouir de mon temps de loisirs et de liberté si, comme tu le dis, des temps forts approchent20 ; enfin et par-dessus tout, prier ces demoiselles21 de voir de ma part ces Dames de Flavigny22 et de s’entendre avec elles sur les conditions de l’entrée de ta sœur au couvent, d’abord comme postulante, ensuite comme novice ; plus tard, s’il y a lieu, comme sœur.

59Hélas ! Oui, ma pauvre Berthe est plus que jamais décidée et elle ne veut pas retarder davantage son entrée dans cette maudite maison. Elle attendra bien jusqu’après Pâques mais elle ne veut pas entendre parler d’assister au mariage de ton frère. Ses raisons sont les suivantes :

  1. Son parti étant pris, mieux vaut l’accomplir plutôt que plus tard. Elle a 25 ans ½ : elle aura 28 ans quand elle pourra définitivement être reçue. Elle aura d’ici là beaucoup à apprendre encore et ne travaillera bien utilement, bien efficacement que quand elle sera dans la maison de Flavigny ;

  2. Elle suppose que je veux systématiquement gagner du temps, éloigner de plus en plus notre séparation et que plus il se sera écoulé de temps et moins je voudrai consentir. Elle est résolue à brusquer son départ, et à me faire ainsi une part de violence morale qu’elle croit devoir être moins pénible à l’approche du mariage d’Eugène avec une jeune fille dont elle me voit enchanté ;

  3. Elle a fait ses adieux à tout le monde, à Paris et à Sens, à Chaumont et partout. Cela a été douloureux pour elle et pour nos parents et amis. Elle ne veut pas renouveler ces tristes impressions ;

  4. Elle a entendu dire tant de bien de Gabrielle qu’elle redoute de la connaître, de l’aimer, et de se préparer ainsi un sacrifice de plus quand déjà elle en a tant à faire. Gabrielle et Eugène viendront la voir, mais elle ne l’aura pas connue et aimée comme une sœur. Elle n’aura pas à rompre un nouveau lien, non moins et peut-être plus douloureux encore que d’autres ;

    • 23 Ce n’est pas faux.

    Elle ne veut pas attrister le mariage de son frère par l’approche d’un départ et d’une entrée au couvent. L’événement accompli paraît, dit-elle, moins triste que celui dont l’imagination se préoccupe23.

60Enfin, ajoute-t-elle, à quoi bon faire la dépense d’un voyage à Paris, faire la dépense plus grande encore de mille objets de toilette dont elle aurait besoin, car depuis longtemps elle n’a pas voulu renouveler ses effets d’habillement, pour nous quitter aussitôt après ?

61Tels sont les motifs que ta sœur fait valoir auprès d’Alix et auprès de moi qui combattons sans cesse, mais en pure perte, une résolution bien arrêtée.

62Eugène est très blessé de cette détermination de Berthe ; mais elle doit écrire tout cela à Gabrielle et une bonne petite lettre pourra calmer cette irritation et les regrets de ton frère.

63Je dois ajouter que ta sœur ne voudrait pas que personne parlât de son projet. Elle voudrait l’exécuter sans qu’on en sût rien, ce qui est impossible, ni qu’on s’entretînt d’elle, ce que je comprends mais n’en est pas moins chimérique.

  • 24 C’est-à-dire que si l’impétrante apportait, comme pour un mariage « séculier », une « dot » importa (...)

64Ces demoiselles Matry m’assurent que, quelle que soit la résolution présente de ta sœur, rien n’est moins certain que son maintien au couvent, soit qu’elle reconnaisse elle-même pendant les 2 années ½ d’épreuve qu’elle s’est trompée, soit qu’on découvre que sa santé ou son caractère est impropre à la vie religieuse. Elles m’ont cité certains exemples mais ce qui me rassure surtout c’est que l’apport d’une grosse dot ou d’une fortune à venir ne pèsera pas sur la balance de ces Dames24.

  • 25 Mère d’un ami de Jules, ancien receveur des finances à Versailles.
  • 26 Il a sauvé un enfant lors d’un incendie. Voir la lettre suivante, datée du 22 mars 1868.

65J’aurais encore, mon ami, mille choses à te dire. Je m’en tiens pour aujourd’hui aux plus essentielles. Ta dernière lettre nous a fait à tous grand plaisir. J’y ai retrouvé avec bonheur ta gaîté. Dès demain, je me remettrai à des recherches pour toi et je t’écrirai de nouveau samedi ou dimanche. Ton frère va bien maintenant. Sais-tu que le grand-père de Vialay est mort ? J’ai reçu aussi ce matin la nouvelle de la mort de la grand-mère Guilliard25. Sais-tu que ton cousin Hippolyte le caporal est en permission à Paris ? Sais-tu enfin sa belle action (cf. extrait ci-joint du Sémaphore de Marseille)26 ?

66Il ne me reste plus que la place bien juste pour t’embrasser en mon nom et en celui de cette bonne Alix et de notre chère Berthe.

67Ton père et ami dévoué,

68Jules Lelorrain.

69[Post-scriptum en marge]

70Assure-toi d’avance de la possibilité de venir à Pâques. Je me charge, moi, du mois de juin.

  • 27 Les Laguin sont d’autres amis de Semur.

71Ce pauvre Paul Laguin27 a encore échoué au concours pour son entrée à l’hôtel de ville à Paris. Découragé, il est retourné près de sa mère à Semur et travaille chez un notaire de cette ville.

72Ma nomination ne paraîtra que dans le courant de mars.

Lettre n° 4

73Dijon 22 mars 1868

74Mon cher Édouard,

  • 28 Président sortant.
  • 29 Le décret du 1er mars 1852 avait introduit – au grand dam de nombreux magistrats – et pour la premi (...)

75Il y a en effet bien longtemps que je ne t’ai pas écrit : j’attendais que j’aie quelque chose de nouveau à te dire. Ma nomination ne paraît toujours pas : cela ne m’inquiète nullement. D’une part parce que je la considère comme certaine. De l’autre, parce que si elle n’avait pas lieu, j’en serais d’avance consolé. Mais ce retard m’inquiète parce ce que toute la ville ne cesse d’en parler. Il y a cinq mois que le siège de la présidence est vacant de fait, M. Méaux28 ayant cessé ses fonctions au commencement de novembre. Et il y a trois mois qu’il est vacant de droit, ayant dès le mois de janvier demandé sa mise à la retraite [sic, pour la construction]. Je connais cependant les motifs de cette temporisation : on a voulu attendre qu’une autre vacance se produisît à la Cour par la mise à la retraite pour limite d’âge d’un Président de chambre qui atteint les 70 ans le 9 de ce mois29. On a ainsi combiné les deux mouvements dans un seul que je n’approuve pas et qu’il serait trop long de t’exposer.

  • 30 Jules Lelorrain dont la jeunesse s’est déroulée sous la monarchie censitaire où le parlement compre (...)
  • 31 La loi du 6 juin 1868 sur les réunions publiques supprimait l’autorisation préalable, antérieuremen (...)

76On aurait pu, du moins, faire paraître les nominations depuis le 9 mars. Mais M. Lenormant, secrétaire général du ministère de la Justice, est un des commissaires du gouvernement qui soutient en ce moment contre l’opposition, devant la Chambre30, la discussion de cette pitoyable loi en faveur ou plutôt contre le droit de réunion31. Il a donc tout autre chose à faire que de s’occuper de nous. Je ne m’attends pas à voir ma nomination au Moniteur avant jeudi ou même dimanche prochain.

77Le grand événement accompli dans notre famille ces jours-ci, c’est le voyage de ta sœur à Paris jeudi dernier. Voici pourquoi : tu sais qu’elle ne voulait pas assister au mariage d’Eugène. Je l’ai écrit à celui-ci : elle, de son côté, a écrit à Gabrielle une lettre bien bonne et bien touchante écrite avec le cœur, où elle lui dévoilait tous ses motifs.

78Gabrielle lui a répondu qu’elle la comprenait et l’admirait ; que néanmoins cette détermination leur faisait à tous beaucoup de peine ; Eugène m’a écrit une lettre où il se montrait très affecté de ce que sa sœur ne connaîtrait pas sa femme : ce qu’il disait à cet égard était juste et bien senti. Ta sœur a beaucoup pleuré à la lecture de cette lettre, mais elle m’a dit : « Je ferai ce que tu voudras, j’irai, si tu le désires, au mariage d’Eugène ; ou, si tu le veux bien, j’irai de suite à Paris pour une quinzaine, voir Gabrielle, la connaître ; et faire mes adieux à toute notre famille et à nos amis. »

79J’ai préféré ce dernier parti. Cela conciliait tout. En conséquence, ta sœur est partie jeudi matin pour Paris : elle y restera jusqu’à ton arrivée ici. Et nous ne la conduirons à Flavigny qu’après ton départ. Cette prévision est bien triste sans doute mais il faut prendre notre parti avec courage et ne pas augmenter le chagrin de cette pauvre Berthe par la vue de notre propre tristesse.

80Au reste, tout n’est pas perdu : il s’écoulera deux ans ½ avant qu’elle ne fasse ses vœux et prenne l’habit religieux. D’ici là, sa résolution qu’elle croit aujourd’hui inébranlable peut venir à changer sous l’empire d’événements ou d’impressions qu’on ne peut prévoir.

  • 32 Chez les Estienne. La commune des Batignolles, ancien village semi-rural comprenant de nombreuses v (...)

81Ta sœur est naturellement descendue chez sa tante qui d’ailleurs lui avait écrit pour la presser de venir. Son temps va être bien employé ; elle ira, je l’espère, souvent aux Batignolles32.

  • 33 Il existait (et il existera encore longtemps) des compartiments de « Dames seules » dans les trains

82J’ai reçu ce matin (dimanche) sa lettre. Elle a voyagé toute seule dans un compartiment de Dames33 où je l’avais placée. À son arrivée à Paris, elle a trouvé Eugène, Joséphine, Paul et Mathilde.

83Ce vendredi à 7 heures, elle est allée avec Eugène chez Mme Estienne. Elle y est restée une heure environ. Gabrielle lui a paru gentille. Voilà, dit-elle, tout ce qu’elle peut en dire pour le moment. Quand elle la connaîtra davantage, elle pourra mieux la juger. Elle a dû y dîner hier avec Eugène, enfin ces Dames devaient venir hier à 2 heures chez ton oncle inviter la famille à passer la soirée aujourd’hui.

84Avant-hier soir (vendredi), on fêtait chez Joséphine l’anniversaire de son mariage. Sa famille était réunie et, de plus, des parents de M. Maître, Mathilde et Berthe Lebègue et une demoiselle Bienvenue. On s’est retiré à 1 heure ¼ du matin. Eugène va tout à fait bien maintenant. Je pense qu’il en est de même de Gabrielle.

85Nous avons reçu dimanche dernier la visite d’Hippolyte, le brave caporal du 38e qui retournait à son régiment à Marseille. Il a passé la journée avec nous. Le soir, je lui ai payé le spectacle et il a pris le chemin de fer à minuit. Il a donc pris congé de nous à 7 heures du soir.

  • 34 Créé en 1857 par la volonté expresse de Napoléon III, le camp était à la fois camp d’entraînement e (...)

86J’ai trouvé ce garçon changé à son avantage. Il a une tenue propre et soignée ; bonne tournure. Il paraît désireux de faire son chemin dans la carrière militaire. Il n’a pas encore, dit-il, encouru de punition. Il déclare franchement que la discipline militaire était pour lui une école nécessaire ; qu’elle a rompu son entêtement et sa paresse. Il reconnaît qu’il ne fait rien : aussi est-il résolu à suivre les écoles du régiment pour se mettre en état de devenir sous-officier fourrier. Le zèle et le dévouement qu’il a montré en sauvant un enfant dans un incendie (je crois t’avoir envoyé un récit de cette belle action) seront, je l’espère, utiles à son avancement. Il espérait faire partie du camp de Châlons34 et se rapprocher ainsi de Paris. Mais j’ai vu qu’il n’en était rien ; du moins, je n’ai pas vu le numéro de son régiment dans la composition des troupes ; et comme on forme un autre camp près de Marseille, je ne doute pas qu’il n’en fasse partie.

87T’ai-je appris la mort de notre parente, madame Lefebvre-Devaux mère ? Tu devrais bien envoyer ta carte à M. Charles Lefebvre-Devaux à Joigny. Pas besoin d’autre indication. Je lui ai adressé, avec mes compliments de condoléances, l’invitation à venir nous voir à Pâques. J’espère qu’il le fera et que tu te trouveras ainsi avec lui.

  • 35 Ce cas de figure pourrait faire rêver un usager des postes de 2012.

88Tu m’as dit avoir reçu de mon ami Guilliard une lettre de faire-part de la mort de sa mère et ne pas lui avoir envoyé ta carte parce que tu ignorais son adresse. Il est encore temps de réparer cela : envoie ta carte à M. Guilliard, ancien receveur municipal à Versailles. Au reste, il est bien connu et ta carte serait arrivée sans indication de rue35.

  • 36 Édouard est républicain de tendance radicale. La discipline militaire lui est sans doute odieuse. C (...)

89Je vois avec chagrin mon cher ami que tu as toujours de temps à autre des ennuis et que la discipline et le despotisme te pèsent36. Quant à des ennuis, où n’en a-t-on pas pour la vie ? Il n’est point de condition qui en soit à l’abri. Quant à la discipline, tu as assez de raison et d’élévation d’esprit pour savoir que c’est dans l’état militaire une chose nécessaire et à laquelle du petit au grand il faut bien se soumettre. Enfin, quant au despotisme, il est toujours intolérable, je le reconnais. Mais es-tu sûr que ce gros mot ne dépasse pas un peu la portée des petites tracasseries que, comme tous tes camarades, tu éprouves ? En admettant qu’il n’ait rien d’exagéré, tu as la consolation de savoir que dans peu de mois, tu seras débarrassé de ce joug tyrannique. Prends donc patience et courage, arme-toi de longanimité, compare ton sort à celui de tant d’autres jeunes gens du même âge, moins heureux que toi, soldats, sous-officiers, marins, employés de commerce, car, je te l’ai dit mille fois, il ne faut pas, pour être heureux, comparer son sort à celui des plus riches et des plus fortunés, mais à de plus à plaindre. En un mot, il faut regarder en dessous et non au-dessus de toi.

90Mais trêve à [sic] cette petite philosophie dont tu es, j’espère, pénétré et dont tu n’as pas besoin, songe plutôt au plaisir que nous aurons à nous revoir, songe à tes études, à ta thèse qui doivent d’ici à quelques mois absorber toutes tes pensées, car c’est de ces études dernières et décisives, c’est de ce travail que peut dépendre ton avenir.

91À cet égard, mon bon ami, je voulais dès aujourd’hui reprendre avec toi mes recherches et répondre à tes questions. J’avais à cet effet sous les yeux ta lettre du 18 décembre, mais il a fait si beau que je suis parti et qu’à mon retour de promenade, j’ai eu des visites à recevoir. La journée s’est ainsi passée. Demain, j’ai un arrêt à rédiger ; ensuite audience. Mais je t’écrirai sans faute mardi et jeudi tu recevras ma lettre. Elle renfermera probablement un petit mandat pour t’aider à attendre ton trimestre et à augmenter un peu l’insuffisance du solde qui te restera, tes dettes envers tes camarades payées (ce par quoi il faut commencer).

92Au revoir et à bientôt. Alix et ta sœur t’embrassent. Je joins mes tendresses aux leurs,

93Ton père et ami,

94Jules Lelorrain.

Lettre n° 5

95Dijon 30 mars 1868

96Mon cher Édouard,

97M. Landais vient de me dire qu’il avait déjà envoyé à son fils l’autorisation nécessaire à son voyage.

98En conséquence, et bien que tu ne l’aies pas encore réclamée, je t’envoie la tienne, pensant qu’en raison du grand nombre des feuilles de route à délivrer, il peut être utile de nous y prendre de bonne heure.

99J’espère bien que nul obstacle ne s’opposera à ce que tu profites pour venir ici de tes vacances de Pâques : je ne vois que ton service d’hôpital qui pourrait, sinon t’en empêcher absolument, du moins restreindre la durée de ton voyage. Mais je pense que tu trouveras un camarade de bonne volonté qui, habitant Strasbourg, ou ne devant pas s’absenter pour un motif quelconque, voudra bien te remplacer, à charge de revanche.

100Je t’envoie aussi un 2e petit mandat pour t’aider dans le dégagement de ta montre et dans tes autres dépenses.

101Je t’ai écrit successivement deux lettres. Celle-ci est la troisième depuis la dernière : te voici donc en demeure (comme nous disons au Palais) de m’écrire, tu l’es d’ailleurs suffisamment pour le temps écoulé.

102Ta sœur est encore à Paris : elle nous a écrit deux fois, une fois à moi, et une à Alix. Elle compte quitter Paris vendredi ou samedi pour s’arrêter un couple de jours à Sens. Je l’ai engagée juste à s’arrêter un jour à Laroche et à y donner un rendez-vous à Lefebvre-Devaux : au reste, j’espère que ce dernier, plus libre depuis la mort de sa mère, répondra un jour à l’invitation que je lui ai faite de venir nous voir.

103Ta sœur paraît enchantée de Gabrielle et il était difficile qu’il en fût autrement. Elles se voient souvent, je pense, et se conviennent beaucoup.

104Hélas ! Ce ne sera pas pour longtemps mais du moins elles se seront connues et pourront correspondre.

105J’ai écrit au cousin Lefebvre-Devaux pour lui faire part de ces deux grands événements : le mariage d’Eugène et la détermination de Berthe. Je lui ai expliqué ces deux choses.

106Comment va-t-il les prendre et quel changement cela apportera-t-il dans ses dispositions ? Je l’ignore et le mieux est ne compter sur rien que sur nous-mêmes. À ce point de vue, je me félicite de la détermination que j’ai prise d’accepter la présidence du tribunal de Dijon.

107Mais à ce propos, les nominations qui devaient paraître hier sont retardées, paraît-il, jusqu’à dimanche prochain par une demande de renseignements sur un magistrat compris dans la suite du mouvement.

  • 37 En fait, la nomination est imminente. Conseiller à la cour d’appel de Dijon, Jules a-t-il longtemps (...)

108En attendant, un conseiller de la Cour de Nancy était aussi il y a 4 ou 5 jours nommé président du tribunal de Nancy. La position est la même. Tu vois par là que cela est bien considéré comme avancement. Il y a d’ailleurs plusieurs précédents37.

109Je te quitte, mon bon ami, pour que ma lettre parte ce matin. Je t’enverrai un de ces jours la suite de ma réponse à tes questions et de mes recherches.

110Au revoir, à bientôt. Alix et moi t’embrassons tendrement.

111Ton père dévoué,

112Jules Lelorrain.

Lettre n° 6

113Dijon 4 avril 1868

114Mon cher Édouard,

115Je t’envoie de nouveaux documents pour ta thèse. Ce sera mon dernier envoi jusqu’à ton arrivée ici.

116Ma dernière lettre s’est croisée avec la tienne, me réclamant l’autorisation que je t’avais envoyée la veille. J’espère que la crainte que tu manifestais de ne pouvoir venir ne se réalisera pas. Mais tu ne viendras que le vendredi au lieu du jeudi [suivent des mots barrés illisibles]. Nous tâcherons du moins de bien employer le reste.

117Berthe doit être en ce moment à Sens. Nous l’attendons lundi ou mardi.

118Je te dirai que j’ai de mauvaises nouvelles relatives à ma nomination. La chose jusqu’ici m’avait parue assurée ; et voici qu’au dernier moment (grâce à une radicale et maladroite lenteur !) il surgit je ne sais quel obstacle ou quelle candidature qui compromet tout le mouvement dont je devais être la tête.

  • 38 Formule de dépit, peu sincère évidemment. La nomination comme président du tribunal va suivre (voir (...)

119Ma foi, tant pis ! Je m’en consolerai facilement en restant conseiller38 ! Ce qui a bien son charme !

120Au surplus, j’attends tous les jours. À bientôt. Nous t’embrassons tendrement.

121Ton père et ami,

122Jules Lelorrain.

Lettre n° 7

  • 39 Depuis la lettre précédente, Jules a enfin été nommé président du tribunal de Dijon (le 8 avril) !

123Dijon le 14 mai 186839

124Mon bon ami,

125Il y a un siècle que je ne t’ai écrit. Cependant, aujourd’hui encore, le temps me manque pour t’écrire aussi longuement que je l’eusse voulu.

126Je te dirai d’abord que j’écris par le même courrier à ton Directeur pour lui demander pour toi un congé de huit jours du samedi 30 mai au dimanche 7 juin inclusivement, qui te permette de venir directement à Paris où je serai le 30, non seulement pour assister au mariage de ton frère, fixé quant à présent au 4 juin, mais surtout pour prendre part à des arrangements de famille qui réclament impérieusement ta présence personnelle.

127J’espère que cela ne souffrira aucune difficulté.

  • 40 Moment douloureux : Jules en vient à apprécier les secours du clergé dans cette épreuve.

128Alix et moi avons conduit notre chère Berthe, jeudi dernier, d’abord à Semur, puis à Sainte-Reine et enfin à Flavigny. Nous ne nous sommes séparés d’elle que dimanche soir. Ce moment a, hélas, été bien douloureux pour chacun de nous et cependant la présence et la bonté de notre évêque, celle de l’aumônier qui est un excellent jeune homme et par-dessus-tout l’affection que ces Dames ont témoigné à ta sœur ont adouci pour nous ce cruel instant40.

129On nous a fait la faveur tout exceptionnelle de nous permettre la visite intérieure non seulement des jardins qui sont splendides, mais encore de la maison conventuelle, très commode et aussi agréable à habiter que peut l’être un château jouissant d’une vue magnifique, converti en couvent.

130Ta sœur était heureuse de l’accueil qu’on lui faisait ; heureuse aussi de voir ses vœux réalisés. Car ce séjour paisible, calme, monotone, convient par-dessus-tout à son goût et en accord avec ses idées.

131Son bonheur n’était troublé que par le chagrin de nous quitter : elle nous l’a exprimé avec son cœur et ses larmes. Elle nous a constamment parlé de toi, de ton frère. Elle sera heureuse de nous voir bientôt, et quand vous la reverrez contente et gaie, et bien portante, j’espère que vous-mêmes vous [vous] montrerez, sinon satisfaits, du moins courageux et résignés.

132Elle nous a écrit deux jours après une gentille lettre qui respire l’affection et le contentement. Elle est l’objet des soins les plus tendres de la part de quelques-unes de ces Dames, de celles qui la connaissaient depuis longtemps.

133Le jour où nous nous reverrons approche. Cela fera une heureuse diversion à notre chagrin.

  • 41 Et de plus, mais il n’ose pas le dire, même à Édouard, il est très, très content d’aller au mariage (...)

134Eugène nage toujours dans un océan de joie et d’amour. T’ai-je dit que j’irai seul à Paris ? Comme ton frère et sa femme viendront ici dès le lendemain du mariage, il est bien inutile qu’Alix se fatigue et m’occasionne la dépense de ce voyage avec elle41.

  • 42 « Fille mal tournée, laide, malpropre ; ainsi nommée par allusion à la Maritorne de Don Quichotte » (...)

135D’ailleurs, sa présence sera nécessaire ici. Marguerite nous quitte : je m’y attendais bien, une fois Berthe partie. Alix a depuis longtemps pris en grippe cette pauvre fille qui ne fait rien de bien à ses yeux. Il en sera malheureusement de même de toute bonne un peu bien, décente et convenable. Il nous faut une maritorne42, un torchon, une sorte de vachère ; mais ces filles-là auront des défauts, sinon des vices, qui ne tarderont pas à rendre leur service insupportable.

  • 43 L’Agnès de L’École des femmes, bien entendu.

136Le rêve d’Alix, c’est de former à sa main une jeune Agnès43 bien ingénue qu’elle croira pouvoir faire marcher à son gré. Elle avait fait dans ce sens un malheureux essai en la personne d’une certaine Eugénie que tu te rappelles à peine. Cela ne la décourage pas et elle va prendre encore à l’asile Notre-Dame une autre petite folle… qui ne vaudra pas mieux.

137Quant à moi, je m’en lave les mains comme Ponce-Pilate. Seulement je finirai quelque jour, après de nouvelles épreuves, et quand je serai suffisamment las d’être mal servi, par prendre un domestique homme dont ma pauvre Alix ne pourra pas être jalouse.

138Mais c’en est assez pour ce sujet.

139J’ai trouvé ici, à mon retour, ta lettre à Berthe que je lui ai envoyée. Que deviens-tu mon ami ? Travailles-tu beaucoup ? Es-tu assez heureux et assez adroit pour te tenir à l’abri de nouvelles rigueurs ?

140J’ai reçu tes notes qui sont bien médiocres, sinon mauvaises : 46 jours de punitions ! C’est énorme, mais j’y attache peu d’importance pourvu que tes études se terminent de manière satisfaisante.

  • 44 Il est possible qu’Édouard, interne hospitalier et à peu près sûr de terminer heureusement ses étud (...)

141Ce qui seulement m’étonne à cet égard, c’est ton numéro de classement. Je ne l’ai plus présent à la mémoire, mais il est mauvais car il est des derniers. Comment cela se fait-il44 ?

142La Cour a rendu aujourd’hui son arrêt dans l’affaire de la syphilis que l’enfant aurait communiquée à sa nourrice. Le médecin a été renvoyé de l’action mais les neuf dixièmes des considérants sont contre lui et ils me faisaient craindre le résultat opposé.

143Travailles-tu à ta thèse ? As-tu besoin de moi ? Dis-le-moi et je me remettrai à l’œuvre avant mon départ pour Paris.

144Au revoir et à bientôt, mon cher Édouard, je t’embrasse comme je t’aime.

145Ton père et ami dévoué,

146Jules Lelorrain.

147[Post-scriptum] Ne me dis pas un mot des questions de bonnes ; ou, si tu veux m’écrire de manière à n’être lu que par moi, adresse-moi tes lettres ainsi :

148M. le Président du Tribunal civil – Au Palais de Justice – Dijon. Tes lettres dépourvues ainsi de nom propre me sont remises au Palais.

Lettre n° 8

  • 45 Lettre au timbre du Tribunal de Dijon, Cabinet du Président.

149Dijon, le 22 juin 186845

150Mon bon ami,

  • 46 Il n’y a pas à s’étonner que nous n’ayons aucune lettre décrivant le mariage d’Eugène : Édouard y é (...)

151Bien que Gabrielle m’ait communiqué ta lettre, j’en attendais une impatiemment de toi, directement et moi-même j’allais t’écrire46.

  • 47 Dans cette honnête mais impécunieuse bourgeoisie moyenne, le voyage de noces des jeunes époux a lie (...)
  • 48 Épouse du second avocat général à la cour de Dijon.
  • 49 Site pittoresque de la Côte-d’Or, à 12 km au nord-ouest de Dijon, une des promenades favorites des (...)
  • 50 Commune devenue Noiron-sous-Gevrey en 1886, canton de Gevrey-Chambertin, à 15 km au sud de Dijon. S (...)
  • 51 C’est la seule fois où Jules s’explique sur l’expression assez fréquemment employée, « Cette pauvre (...)

152Eugène et Gabrielle sont partis hier lundi matin à 5 h 40 après un séjour de quinze jours pleins47 ; je n’ai pu dans cet intervalle rapidement écoulé leur procurer tout l’agrément que j’aurais voulu : la petite partie de campagne que nous avons faite cependant dans une journée à Gevrey où nous avons été invités à dîner chez nos amis Masson ; et deux journées à Puligny chez M. et Mme Drapier. Ces derniers sont venus samedi nous rendre notre visite et ils viennent de passer avec nous trois jours. Ils sont repartis hier soir. Encore le mauvais temps a-t-il contrarié notre excursion à Puligny. J’avais projeté deux autres parties, l’une avec Mme Bernard48 à la fontaine de Jouvence et au Val-Suzon49 ; l’autre chez l’abbé Chamson qui est maintenant curé à Noiron-les-Cîteaux50 : nous étions invités à déjeuner chez lui. Après quoi nous serions allés visiter avec lui l’établissement de Cîteaux à deux ou trois heures de là ; le beau temps était revenu ; mais malheureusement, la bonne humeur d’Alix n’était pas revenue avec lui. Il faut te dire, mon bon ami (car tu sais que je te parle en homme et en ami) que j’ai beaucoup souffert depuis quinze jours de la froideur glaciale que cette pauvre Alix a témoignée à Gabrielle et à ton frère. Je dis : cette pauvre Alix51, car je la plains plus encore que je ne la blâme de ces alternatives [sic] fréquentes et brusques de bonne et de mauvaise humeur. Elle n’en est pas maîtresse : elle a mauvaise tête et bon cœur. J’ai eu avec elle, à propos de cet accueil qui m’a fort blessé et irrité deux ou trois explications très vives. À la suite de la dernière, elle m’a demandé pardon et, ce qui vaut mieux, est devenue meilleure.

  • 52 Il s’agit bien de sa femme, qu’il décrit ici à son fils. Visiblement, il est très en colère et la r (...)
  • 53 Ces éléments positifs expliquent l’ambiguïté des relations de Jules avec son épouse.

153En tout ceci, il n’y a eu aucune faute de la part de Gabrielle. Elle a été charmante, douce, bonne, prévenante. Mais la froideur d’Alix l’a paralysée et intimidée. Alix l’appelait cérémonieusement madame et la traitait en étrangère. Elle était disposée à trouver mauvais tout ce qu’on pouvait dire et faire. Le grand tort, le grand défaut de cette bonne Gabrielle, à ses yeux, c’est de n’être pas riche. Pour Alix, élevée à la campagne par des parents qui se privaient de tout et travaillaient rudement pour amasser, il n’y a au monde que la fortune. Les talents, l’honneur, la considération, l’estime, la confiance, tout cela n’est rien ou peu de choses si on n’y joint l’argent. Elle partage en cela et à un haut degré les sottes opinions, les préjugés du vulgaire : de la part des gens riches, tout est bien ; tout est mal, au contraire, de la part de ceux qui ne possèdent rien. Gabrielle a un assez joli trousseau. Les toilettes faites par elle-même font bien et lui font honneur sans avoir rien d’extraordinaire ni surtout d’excentrique. Alix a trouvé qu’elle avait de trop belles choses pour une fille qui navait rien apporté ; si au contraire, elle avait eu des toilettes trop simples ou trop modestes, elle eût trouvé qu’elle ne nous faisait pas honneur et, sans la blâmer ni la plaindre, elle eût méprisé son dénuement. Cette pauvre Alix, d’ailleurs, tu la connais : elle est malheureusement ce qu’il y a de plus vulgaire et de plus trivial. Son esprit ne s’élève jamais au-dessus des choses du ménage, des questions de pot-au-feu52. Mais elle m’aime beaucoup, ne songe qu’à la satisfaction de mes besoins matériels et elle se désole et se repend quand elle voit qu’elle m’a fait de la peine. Elle aime aussi beaucoup Berthe ; elle t’aime également, ton caractère lui plaît53.

  • 54 Prodigue et dépensier, Jules n’a rien amassé. L’aurait-il pu ? Dans la société des années 1830-1870 (...)

154Il n’en est pas de même de ton frère : Eugène, loin de savoir la prendre, semble se plaire à la contredire, à heurter ses idées et ses goûts. La passion dominante d’Alix, c’est l’économie qu’elle pousse même jusqu’à l’avarice. Je suis, je l’avoue, d’autant plus porté aujourdhui à pardonner ce défaut que j’ai eu, moi, toute ma vie, le défaut contraire et que j’en ai vu et j’en vois les regrettables conséquences54. Eugène a les faiblesses que j’ai eues et dont je me suis un peu corrigé. Mais il n’a pas mon expérience, il ne sait pas compter. Il songe trop à satisfaire à tous ses goûts [sic], à ses caprices. Il a l’esprit léger. Pour lui, la grande, l’unique affaire de ce monde, c’est le plaisir, du moins c’est l’opinion que, tantôt pour une chose, tantôt pour une autre, il semble toujours manifester. Au fond, la réflexion n’est pas sans empire sur lui, elle prend le dessus. Mais le premier mouvement, la première expression, en un mot la forme, indiquent chez lui l’homme léger, superficiel, ami du plaisir. C’est sur cet extérieur qu’un esprit comme celui d’Alix base son jugement. Ces deux esprits, ces deux caractères présentent donc des contrastes, des aspérités par lesquels ils se heurtent constamment. Ces contradictions, ces antipathies ont contribué beaucoup à la mauvaise humeur d’Alix.

  • 55 Redondance volontaire : « se gêner », ici = faire des dettes.
  • 56 Jules a déjà souvent évoqué les contraintes – qui lui pèsent – emportées par ses nouvelles fonction (...)
  • 57 Forte scène de ménage : Jules fait preuve d’une grande fermeté et, apparemment, la menace porte ses (...)

155Cependant, je te le répète, les choses ont été mieux depuis quelques jours, à partir de ma dernière explication dans le courant de laquelle (à propos de la crainte qu’elle manifestait que je ne me gênasse, que je fisse des dettes55 pour subvenir aux besoins d’Eugène), je lui ai nettement déclaré que je n’avais pris les fonctions de Président qu’en raison de l’augmentation du traitement y attachée ; que cette augmentation était le prix de mon surcroit de travaux, de mon sacrifice56 ; qu’à ce titre, il m’appartenait et n’appartenait qu’à moi ; que j’entendais me le réserver tout entier pour venir en aide à mes enfants, sans en avoir à rendre aucun compte. Et que si cela ne lui convenait pas, j’étais prêt à lui abandonner ses revenus personnels avec lesquels elle irait vivre partout où elle voudrait57. Cette proposition ou menace l’a soudainement calmée : la pauvre femme s’est mise à pleurer en me demandant pardon. Elle a reconnu ses torts envers Gabrielle. Elle m’a promis d’être meilleure pour elle. Mais tout cela était bon pour quelques jours. Et je vois avec un grand chagrin qu’à moins d’événements inattendus, elle n’aura jamais pour cette chère enfant l’affection que je voudrais lui voir. Puissé-je être un peu plus heureux quant à celle qui sera ta femme. Il y aura plus de chance qu’il en soit ainsi si elle a sur cette pauvre Gaby l’avantage immense de la fortune.

  • 58 Village sur la voie ferrée Paris-Dijon. Mais la gare est en fait à 3 km du bourg.
  • 59 De Darcey à Flavigny, 8 km par la route.
  • 60 La route Flavigny-Darcey passe au pied d’Alise-Sainte-Reine mais à deux kilomètres du village.

156Mais parlons d’autre chose. Or donc, Eugène et Gabrielle sont partis hier matin. Ils ont pris leurs billets pour Darcey58 où ils ont dû trouver une voiture qui les a conduits à Flavigny59. Arrivés à 8 h 15, ils sont restés avec notre chère Berthe jusqu’à une heure ou deux après-midi, heure à laquelle ils ont dû reprendre la voiture de Darcey qui les a conduits à une petite demi-lieue de Sainte-Reine60, qu’ils ont dû faire à pied. Ils ont pu rester jusqu’à 7 heures du soir chez M. Chrétiennot et son gendre Sardoilhet, puis descendre aux Laumes, prendre à 8 h 00 la voiture d’Aurelle et aller coucher à Semur à 10 heures du soir.

  • 61 Il a donc eu presque un mois de congé à l’occasion de son mariage.

157Ils sont descendus chez Legrand. Car je n’ai voulu prévenir personne du jour de leur arrivée. J’ai seulement envoyé des lettres de faire-part à tous nos amis et connaissances. Eugène compte passer aujourd’hui et demain (23 et 24) à Semur ; en repartir le 25 ; passer une partie de cette journée tant à Laroche qu’en voyage ; aller coucher ledit jour à Auxerre ; y passer tout ou partie de la journée du 26 ; de là, se rendre à Joigny où il restera les 27 et 28, enfin coucher à Sens le 29 et le 30 de manière à être à son ministère le 1er juillet, expiration de son congé61. Gabrielle ou lui t’écriront peut-être au cours de ce voyage haché. Quant à toi, tu ne pourrais le faire qu’en adressant ta lettre ou à Joigny chez notre cousin Lefebvre-Devaux, ou à Sens chez Jules Perrin.

158J’espère que ton frère et ta belle-sœur seront bien reçus partout et que le bon accueil les indemnisera des ennuis qu’ils ont connus sous le toit paternel.

159J’arrive à toi, mon bon ami, qui n’est pas moins que ton frère et ta sœur l’objet de toute ma tendresse et de toute ma sollicitude.

  • 62 À une époque où la plupart des travailleurs n’ont pas de « vacances », la situation des magistrats (...)
  • 63 Verrey-sous-Salmaise, à 36 km au nord-ouest de Dijon, sur la ligne Paris-Dijon, entre Dijon et Alis (...)
  • 64 Rouvray est pourtant de l’autre côté de Semur, vers l’ouest et déjà dans le Morvan.

160L’heure des vacances et de ta délivrance approche. Dieu merci ! Je comprends que tu soupires après elle. Prends courage et patience, elle sera bientôt venue ! Tu viendras donc à Dijon dans les premiers d’août [sic] jusqu’au 15 septembre ? La seconde partie des vacances sera donc mieux partagée que la première ? Quoi qu’il en soit, je serai heureux de te revoir, et Alix aussi. Malheureusement, je serai fort occupé pendant tout le mois d’août, mes vacances ne commençant que le 1er septembre62. Nous avons le projet d’aller passer à Sainte-Reine la première quinzaine de septembre pour être plus rapprochés de Berthe. Tu y viendras avec nous : de là, nous pourrons rayonner aux environs, faire de jolies promenades : tu pourras aller à Semur, à Verrey63, à Rouvray64 chez ce bon M. Donet qui t’aime et te désire beaucoup.

  • 65 On voit à quel point le système des « recommandations » demeurait essentiel pour l’avancement des f (...)

161Tu me parles de la perception d’Eugène. Cet excellent ami s’en est beaucoup occupé ! Il a écrit deux lettres très pressantes à M. Vuitry65 qui, à sa prière, a chaudement recommandé ton frère au ministre.

162Celui-ci a répondu qu’il s’en occuperait à la première vacance. Tout paraît donc de ce côté aller pour le mieux. J’ai moi-même écrit à M. Vuitry et à son neveu (son chef de cabinet) pour les remercier.

163Mais quand se produira-t-il une vacance ? C’est ce qu’il est impossible de savoir. Attendons. Espérons.

164Restera la grosse difficulté du cautionnement. À qui m’adresserai-je ? Je ne sais encore. M. Joubert m’a promis d’en faire une partie. Je ne compte pas sur Lefebvre-Devaux qui n’a que des immeubles. Je compte davantage sur quelque étranger bienveillant.

165Voici une longue lettre : l’heure de mon audience approchant, il faut que je te quitte.

166Tu ne me parles ni de tes examens, ni de ta thèse. Ne penses-tu pas passer un examen dans les 1ers d’août [sic] avant de venir ? Quant à ta thèse, l’as-tu commencée ? Y travailles-tu ? As-tu besoin que je t’envoie de nouveaux documents ?

167Quand tu m’écriras, ne fais aucune allusion à mes confidences, à moins de mettre ta lettre dans une demi-feuille séparée ou de m’écrire à Monsieur le Président du Tribunal civil, cas auquel les lettres ne sont remises qu’à moi, au Palais.

168Au revoir, mon bon ami. Je t’embrasse tendrement comme je t’aime. Alix se joint à moi pour te faire ses amitiés.

169Ton père et ami dévoué,

170Jules Lelorrain.

Lettre n° 9

  • 66 Lettre au timbre du Tribunal de Dijon, Cabinet du Président.

171Dijon, le 8 juillet 186866

172Mon cher Édouard,

173J’ai reçu ta lettre du 5, samedi soir. Je l’ai lue à Alix qui a ri avec moi de ton baron Brisse et de tes réflexions. Nous avons été heureux d’apprendre que tu te portais bien. Ce n’est pas que je fusse inquiet ; mais à vrai dire, je n’aime pas ces bains que tu vas prendre dans le Rhin dont tu me parlais dans ta précédente. Et j’attendais, non pour quelque impatience, une nouvelle lettre de toi. Certes, tu sais bien nager. Mais combien voit-on de bons nageurs victimes de leur imprudence, soit qu’ils se baignent après un repas, soit qu’ils s’exposent dans des endroits dangereux ou, qu’étant seuls, ils fussent saisis d’une crampe.

174Puisque nous parlons santé, répondant à ta question, je te dirai que nous allons tous bien, Alix, Eugène, Gabrielle, Berthe et moi. Ta sœur est mieux portante qu’elle n’a jamais été : elle engraisse [sic], elle est tranquille et heureuse. Cette existence qui nous paraît si monotone et si triste lui plaît par son calme et par cette absence de tout souci et de toute préoccupation qu’il faut à ta sœur. Ses désirs, ses inclinations et ses goûts sont satisfaits. Elle trouve son bonheur dans cette vie de son choix. Que pouvons-nous faire de plus ? Mais je te reparlerai encore d’elle.

  • 67 Rappelons que Jules a encore trente ans à vivre et qu’il va mourir à l’âge, fort avancé pour l’époq (...)

175Quant à moi, bien que je me porte généralement assez bien, je sais que ma maladie de foie n’est pas radicalement guérie67. J’ai souvent une douleur sourde, une gêne dans le côté droit ; je ne puis guère me coucher sur ce côté. Je souffre un peu partout à la suite du moindre excès si je mange et bois plus qu’à l’ordinaire. Si j’ai une trop grande fatigue, soit d’audience ou de travail, soit de veille ou de promenade longue et prolongée, mes coliques hépatiques ne sont pas revenues, mais je sens bien qu’elles sont à la porte et menacent. C’est à moi de veiller à en prévenir le retour, je le fais et ferai pour cela le nécessaire.

176Parlons d’autre chose : quand passeras-tu ton 4e examen ? Est-ce dans les premiers jours d’août ? N’as-tu pas cédé ton tour à Landais ? À ce propos, tu ne m’en parles jamais et ce silence me met dans l’embarras quand je reçois (ce qui arrive souvent) la visite de son père. Il te coûterait peu de m’en dire quelques mots.

  • 68 Verrey-sous-Salmaise est à 13 km de Flavigny et à 17 km d’Alise. Puligny est à l’opposé. Le program (...)
  • 69 Veut-il dire le pays de Bade ou la ville de Baden-Baden ? Sans doute la ville.
  • 70 Pour une fois, c’est Alix qui pousse aux dépenses. Mais est-ce bien sur ses ressources propres ? La (...)
  • 71 Dans presque tous leurs voyages, Jules et Alix ne descendent jamais à l’hôtel, solution coûteuse. J (...)

177Pendant le mois d’août, je serai fort occupé. Mais dès le 1er septembre, j’entrerai pour deux mois en vacances. Dès ce premier jour, nous irons, Alix, toi et moi nous installer à Sainte-Reine. Je ne sais pas encore si nous emmènerons la petite bonne : c’est un détail qui regarde Alix et d’ici là, elle aura le temps de changer plusieurs fois d’avis. Nous y resterons une quinzaine, après quoi nous irons à Verrey68 et à Puligny passer une seconde quinzaine. Dans cet intervalle, tu seras de retour à Strasbourg. Alix voudrait que nous allassions t’y voir. Elle paraît enchantée de connaître l’Alsace, le Rhin, Kehl et même Bade69 jusqu’où nous pourrions pousser un jour. Elle dit avec raison que nous n’irons jamais si nous ne profitons du temps où tu y es encore. Mais c’est un voyage bien coûteux et je ne sais si j’aurai le moyen de le faire70. D’autre part, les habitudes de parcimonie d’Alix me donneraient beaucoup d’ennuis : elle trouverait tout trop cher et voudra économiser sur chaque dépense. La vie d’hôtel est très coûteuse et cependant, comment faire71 ? Il faut bien en passer par là. Enfin, peut-être la nomination de ton frère à un poste de percepteur et la nécessité où je pourrais être de me rendre dans sa résidence empêcheront-elles ce projet dont nous avons le temps de reparler.

178J’ai reçu plusieurs lettres, soit de ton frère, soit de Gabrielle depuis leur retour à Paris. Ils ont été parfaitement accueillis.

  • 72 Très curieuse carrière : un secrétaire général de préfecture, même de 3e classe (cas du Cher), est (...)

179J’en étais là de ma lettre ce matin à neuf heures lorsque j’ai été interrompu par une visite bien inattendue et qui m’a fait le plus grand plaisir. Celle d’un ami que je n’avais pas vu depuis 33 ou 34 ans, Bourdaloue, aujourd’hui juge à Nevers. Nous nous sommes connus à Paris où nous étions maîtres clercs l’un et l’autre. Nous nous sommes étroitement liés à cette époque. Depuis, les hasards, les événements de la vie nous ont séparés. Il est retourné dans son pays (le Cher, qu’il n’a plus quitté si ce n’est pour devenir juge à Nevers – la Nièvre est le département voisin). Il a été successivement juge suppléant à Saint-Amand, son pays, secrétaire général de la préfecture du Cher, et enfin juge à Nevers72. Quoi que je fusse en tort vis-à-vis de lui, n’ayant point répondu à ses lettres, il a été assez bon pour venir me voir ici, revenant des eaux d’Aix en Savoie avec sa femme et retournant à Nevers. Malheureusement, il repart en ce moment (cinq heures du soir) mais nous avons causé ce matin et l’après-midi, j’ai levé mon audience à trois heures pour recevoir sa femme et lui à la maison. La connaissance est faite entre ces dames et les liaisons sont renouvelées entre nous. Au reste, nous ne nous sommes jamais perdus de vue, nous suivant tous deux dans notre carrière par la pensée et par le cœur. Il est dans une position de fortune magnifique par contre, je suis dans une position hiérarchique plus élevée. Cela met à peu près entre nous l’équilibre, du moins à mes yeux et aussi aux siens. Désormais nous pourrons nous revoir et surtout nous écrire. Mais revenons à Eugène et à Gabrielle.

180Je te disais qu’ils avaient été parfaitement accueillis. Ils ont passé deux jours à Semur, un jour à Laroche, un jour à Auxerre, deux jours à Joigny et deux jours à Sens. Je crois t’avoir parlé de Semur ; à Laroche ils ont vu Lefebvre-Devaux, Madame Morny, la mère Mellot, à Auxerre, nos cousins et cousines et la bonne vieille tante Perrin. À Joigny, ils ont revu le cousin Lefebvre qui a beaucoup plu à Gabrielle par sa franchise et sa cordialité. Malheureusement, sa maison étant en complète réparation, ils n’ont pu descendre chez lui et ont été forcés de loger à l’hôtel ! Leur mauvaise chance avait voulu qu’il en fût de même à Auxerre de la maison de Charles Demay. À Sens, ils ont été accueillis chez Jules et Fanny avec cette amitié et cette franchise que nous leur connaissons. Somme toute, Gabrielle a été ravie de son voyage, et je suis persuadé que tout le monde a été enchanté d’elle !

181Depuis le retour à Paris, ils ont dû faire leurs visites ; mais c’était dimanche dernier et j’attends une lettre d’Eugène qui me fera connaître l’accueil qu’ils ont reçu.

182Je sais seulement qu’ils ont vu le cousin B. qui est parfaitement rétabli et qu’ils dîneront chez lui dimanche prochain.

  • 73 Parce qu’ils sont minimes. Là encore, les dissemblances de la cérémonie de mariage avec notre époqu (...)

183Eugène dit aussi qu’il me parlera dans la prochaine des cadeaux qu’ils ont reçus. Mais quels et de qui ? Il me le laisse ignorer, cela n’a sans doute pas grande importance73. Au reste il ne manquera pas de m’écrire bientôt, quoiqu’il soit fort occupé maintenant. Il a changé de bureau, il est à la recette et a affaire au public depuis neuf heures du matin jusqu’à 3 h 30 du soir. Il déjeune dans son bureau et dîne chez la mère Estienne à laquelle ils paient pension.

184Parlons maintenant de notre chère petite Berthe. J’irai probablement la voir jeudi prochain. Je désire la revoir avant qu’elle n’ait pris l’habit religieux de novice (robe noire, guimpe et voile blancs) car elle va revêtir ce costume le 16 de ce mois. Ta sœur est aux anges de cet événement : ce devrait être pour elle un jour de fête. Elle y convoque ses amies. Il y aura une cérémonie, mais je n’ai nulle envie d’y assister.

  • 74 Si l’on a bien deviné Édouard, il ne rira ni se moquera : il s’étranglera de rage.

185À cette occasion, cette chère petite va prendre le nom qu’elle doit porter en religion : elle va s’appeler d’un nom très doux, très euphonique qui s’adapte très bien à sa douceur angélique, à sa beauté, et qui enfin préviendra pour elle tous les enfants partout : son nom sera Marie des Anges. Ne ris pas, ne te moque pas74 mon cher ami : nous ne devons pas être indifférents moins encore hostiles à ce qui peut faire le bonheur de ta sœur, ou même y contribuer.

  • 75 « Chacun est entraîné par son penchant. »

186Toutes ces choses que tu ne comprends pas au point de vue religieux où tu te places sont précisément celles qui charment sa vie et font son bonheur. Trahit sua quemque voluptas75.

  • 76 Aussi libéral que soit Jules Lelorrain, il est, on l’a déjà vu, un homme de son temps quant à la po (...)

187Tu me demandes si son moral doit y perdre ou y gagner ? Mais, qu’entends-tu par là ? Ses affections ? Ta sœur est bonne, douce, aimante, dévouée. Elle ne cessera pas de l’être. Je suis certain qu’elle nous aimera autant et plus que par le passé. Son culte, son adoration envers Dieu, son amitié pour ses sœurs sont des sentiments étrangers à sa tendresse filiale, à son affection fraternelle et qui n’y porteront nulle atteinte. Ce sera le contraire si j’en juge par le ton plus affectueux et plus tendre de ses lettres. Le fanatisme peut sans doute produire des effets différents, mais les convictions religieuses comme les autres s’imprègnent toujours du caractère de l’individu et ta sœur n’a pas l’énergie du fanatique, et a au fond de l’âme une douceur et des sentiments de tendresse exclusive de cette rudesse et de cette âpreté. Veux-tu parler de son intelligence, de son esprit ? Au lieu de les étouffer, on les développera chez elle dans une certaine mesure. On cultivera son esprit, en ce sens qu’on étendra ses connaissances et cela est nécessaire au point de vue de l’instruction à laquelle elle devra se vouer. À coup sûr, on n’en fera pas un libre-penseur, ni même un esprit fort. Mais crois-tu qu’elle dût changer au point de devenir telle en restant dans le monde ? Non sans doute et j’avance que j’en eusse été dépité. À moins d’un génie exceptionnel, d’une grande et rare supériorité d’esprit, une femme devient avec l’âge très malheureuse et très à plaindre quand elle arbore un tel drapeau et de telles opinions76. Je t’en dirais les mille raisons si j’en avais le loisir. En résumé, notre seul désir, notre plus grand bonheur doivent être de voir notre chère Berthe heureuse. Au final elle l’est et nous ne pouvons en douter, nous devons nous tenir pour satisfaits, quelque sacrifice que la séparation ait coûté à notre tendresse.

188Au revoir mon bon ami et à 5 semaines car c’est à peu près en ce temps que nous aurons le plaisir de l’embrasser. En attendant, Alix et moi le faisons en pensée,

189Tout à toi de cœur,

190Ton père et ami,

191Jules Lelorrain.

Lettre n° 10

192Dijon, le 24 juillet 1868,

193Mon cher Édouard,

194Sais-tu bien que la dernière lettre est du 5 juillet et que c’est aujourd’hui le 24 ? Dix-neuf jours sans nouvelles de toi ! C’est beaucoup trop.

195Est-ce donc parce que je n’ai plus ta sœur, que je suis privé de mes trois enfants, que tu es si longtemps sans m’écrire ?

196Je sais que tu travailles tes examens : cependant quelques lignes sont bientôt écrites.

197Tu n’écris non plus ni à ton frère, ni à ta sœur, car l’un et l’autre me demandent de tes nouvelles dans toutes leurs lettres.

198Eugène et Gabrielle m’écrivent alternativement tout le temps. Du moins ils en ont pris et j’espère qu’ils en tiendront l’engagement.

199Ton frère n’a rien de nouveau pour sa demande ; je pense que ça sera encore l’affaire de quelques mois.

200Ils ont fait, à Paris, leurs visites à la famille et à nos amis et connaissances.

201Ils ont dîné à dimanche chez le cousin B. à Vincennes, où il a loué un petit appartement d’été. Gabrielle lui ayant donné sa photographie (cadeau auquel il a paru très sensible), il lui a en retour glissé un billet de 100 francs dans la main. C’est son présent de noces : j’aime autant cela pour eux. Le cousin B. doit être rayé de la liste des parents pingres qui n’ont rien donné : elle est encore assez longue. Pour mieux dire, ils n’ont rien reçu de personne, ton oncle, toi, Berthe, Alix et moi exceptés.

  • 77 Le contraste est frappant : la déception de Jules est évidente.

202Je ne parle pas des parents de Gabrielle qui au contraire ont été très généreux : sais-tu que M. Boudier leur a donné un très beau service de table en porcelaine fine, couleur mauve ? Et que le frère aîné a envoyé une table en chêne sculpté et chaises pareilles77 ?

  • 78 On voit que ses propos précédents étaient surtout destinés à un usage d’auto-consolation. En vain.

203Notre pauvre Berthe78 a pris le jeudi 16 le voile blanc de novice : Alix a assisté à la cérémonie qui a été fort belle et fort touchante. Je ne devrais pas plaindre cette chère enfant, car elle était, paraît-il, rayonnante de bonheur. C’est ce que nous ont répété toutes les personnes qui l’ont vue. Quant à moi, je n’ai pas voulu y aller ce jour-là. Je l’avais vue le dimanche précédent. J’ai passé toute la journée avec elle tant au parloir qu’au jardin. Elle se porte à merveille ; a très bonne mine ; et est très heureuse. On la soigne toujours très bien, ne la laissant pas travailler plus d’une heure par jour son piano, dans la crainte que cela ne la fatigue. Elle fait ses quatre repas, se promène, joue et cours avec les novices (elles sont une douzaine à peu près du même âge), enfin je t’assure qu’elle n’est nullement à plaindre, la liberté exceptée. Mais c’est un bien qu’elle n’estime pas à sa valeur et qu’elle a librement abdiqué. Pour elle, le bonheur est dans la claustration, le calme, la régularité et l’obéissance.

204De ce que nous ne comprenons pas cela, de ce que cette existence est le contraire de nos goûts et de nos idées, devons-nous donc ou la blâmer ou la plaindre ? Ni l’un ni l’autre.

205Revenons à toi, mon bon ami. Où en es-tu ? Quand passes-tu ton examen ? Et quand nous arrives-tu ?

206Si tu viens vers le 10 août nous aurons encore deux semaines à passer ici ensemble, pendant lesquelles je m’arrangerai pour pouvoir faire avec toi quelques bonnes promenades.

207Le 1er septembre, nous irons nous installer à Sainte-Reine : j’ai écrit pour retenir notre appartement. J’ai demandé pour toi une chambre bien séparée de la nôtre de manière à ce que tu aies toute liberté d’aller, venir, entrer et sortir quand bon te semblera.

208Nous n’emmènerons pas notre petite bonne : j’aime mieux cela. On ne sera pas à toute la journée à crier après et à la faire aller comme un toutou. On nous donnera à manger de l’hôtel, ou plutôt de l’auberge ; et la fille de service fera nos lits.

  • 79 Hippolyte Blondel, né en 1823, après une longue carrière dans le parquet (son premier poste ayant é (...)

209T’ai-je appris la nomination de M. Blondel79 ? Ils ne sont pas encore installés ici, mais ils le seront dans quelques jours.

  • 80 Réflexion très révélatrice : une bonne « compagnie judiciaire » se forme par recrutement de bons ju (...)

210Sais-tu la perte que nous avons faite de M. Legoux, président de chambre, mort subitement ? Cela m’a bien peiné : c’est un grand malheur pour la Cour. Mais il a été en huit jours remplacé par un étranger. C’est un deuxième malheur ajouté au premier80.

211En dehors de tout cela, rien de nouveau ici. Réponds donc en même temps à mes deux lettres et sans plus de retard, car je commencerais à m’inquiéter sérieusement.

212Au revoir, à bientôt.

213Nous t’embrassons tendrement Alix et moi,

214Ton père dévoué,

215Jules Lelorrain.

Lettre n° 11

216Dijon, 30 juillet 1868

217Mon bon ami,

218Je venais de mettre ma lettre pour toi à la poste au moment où, rentrant à la maison, j’ai trouvé la tienne en date du 29 courant.

219Tu as été ainsi et tu peux être rassuré sur ma santé : je me porte assez bien malgré mon travail. Jusqu’ici, il n’a pas eu pour elle de fâcheuses conséquences. Au reste, je me ménage autant que possible ; et me promène toutes les fois que la chaleur le permet.

220Mais à propos de chaleur, il paraît que vous en souffrez là-bas autant que nous ici.

221Cependant, depuis deux jours, nous sommes dans une zone plus tempérée.

222Parlons de ton examen et de tes vacances.

223Est-il bien réellement décidé qu’on retiendra à l’école les élèves de 4 e année jusqu’à ce que tous les examens soient passés ?

224Ou n’est-ce encore qu’une menace, un bruit d’école, comme les années précédentes ?

225Si la décision est prise, s’ensuivra-t-il réellement que, passant ton 4e examen autour du 10, tu ne pourras néanmoins venir qu’à la fin d’août.

226Cela supposerait qu’on passe des examens jusqu’à la fin d’août tandis que je croyais que tout était fini vers le 15.

227Réponds-moi à cet égard et, s’il est vrai que, quoique débarrassé le 10, tu sois forcé par la mesure générale de demeurer jusqu’à la fin d’août, dis-moi si je ne ferais pas bien d’écrire directement non à M. Louis mais à M. Sédillot, dans le sens que voici :

228Je lui dirai que, comme interne, tu te trouves dans une position exceptionnelle en ce que ton service d’hôpital te rappellera pour le 15 septembre ; que si tu ne pouvais venir que vers la fin d’août, tu n’aurais que quinze jours de repos. Je lui demanderais en conséquence d’autoriser ton départ aussitôt ton 4e examen passé.

229Cette faveur (si faveur il y a) se justifierait parfaitement par ta situation toute spéciale.

230À quoi bon te retenir, toi qui es obligé de retourner presque aussitôt ?

231Je comprends la mesure à l’égard de ceux auxquels la prolongation de séjour à Strasbourg peut permettre de passer leur 4e, 5e examen et leur thèse, de manière à les dispenser de revenir.

232Mais quant à toi, c’est différent puisque ta réception même comme Docteur ne t’exempterait pas d’un retour.

233Réponds-moi catégoriquement. Faut-il ou non que j’écrive dans ce sens ? Faut-il ou non que je t’adresse dans tous les cas et à tout événement [sic] l’autorisation en la forme ordinaire ?

234Si, contre mon attente, tu es forcé à rester jusqu’à la fin du mois, pourras-tu passer ton 5e examen, de manière à ne plus avoir à t’occuper que de ta thèse ?

235Enfin, est-il de même quant à Landais dont tu ne me dis rien et dont je vois souvent le père ?

236Se débarrassera-t-il de suite de ses deux examens et de la thèse, ou seulement de ses deux examens, ou seulement d’un seul ?

237J’ai toujours le projet d’aller avec toi à Sainte-Reine dès le 1er septembre.

238Mais il est probable que nous irons d’abord sans Alix qui ne viendrait nous retrouver qu’autour du 10. Elle passerait l’intervalle à Autun où nous sommes invités à aller pour assister à des fêtes. Quant à moi, je m’en dispenserai.

  • 81 Père de Mme Beau de Rochas.

239Eugène est manifestement bien portant, bien heureux, bien soigné. Ce n’est pas seulement lui qui me le dit, c’est une lettre que j’ai reçue ce matin de M. Lemariée81 pour affaires. Il ajoute que ton frère se plaît davantage dans son nouveau bureau, car il en a changé à son retour. Il est à la caisse des recettes. Il espère obtenir sa perception d’ici deux ou trois mois.

240Quant à moi, je ne serais pas surpris que ton arrivée à Paris le trouvât encore aux Batignolles. Au reste, sa position actuelle lui fait prendre patience.

241Je continue à avoir d’excellentes nouvelles de ta sœur. Mais pourquoi ne lui écris-tu pas ? À cet égard, vous vous plaignez l’un de l’autre : lequel a le plus raison ou le plus tort ?

  • 82 Alphonse Moraud, comte de Callac. Il ne resta pas longtemps à Dijon, remplacé dès novembre 1869 par (...)
  • 83 Les bureaux de bienfaisance avaient été créés par une loi du Directoire en l’an V (7 frimaire-27 no (...)

242Notre préfet nouveau82 vient de me faire l’honneur de me nommer membre du Bureau de bienfaisance83 de la ville de Dijon en remplacement de notre regretté collègue M. Legoux, Président de Chambre.

243Ce sont des fonctions qui, par cela qu’elles sont gratuites, ne peuvent être refusées.

244Je ne sais pas pourquoi il a bien voulu penser à moi plutôt qu’à beaucoup d’autres magistrats plus anciens et plus dijonnais ? Cela me flatte sans me charger beaucoup. Il n’y a guère qu’une séance par mois.

245Au revoir et à bientôt, j’espère. Alix et moi t’embrassons tendrement.

246Ton père et ami,

247Jules Lelorrain.

Lettre n° 12

248Dijon, le 1er août 1868

249Mon cher ami,

250Je t’écris à la hâte ces quelques lignes avant une heure pour t’envoyer de manière à ce que cela te parvienne plutôt, une petite somme de 15 francs (je la fractionne pour économiser le timbre).

251Il est arrivé à nos dernières lettres même chose qu’aux précédentes.

252Je venais de jeter, avant-hier, ma lettre à la boîte lorsque, rentrant à six heures à la maison, j’ai trouvé la tienne.

253Cela tient à ce que je reste presque tous les jours au Palais jusqu’à cinq ou six heures tandis que la distribution de Strasbourg se fait à quatre heures à la maison.

254Il est donc bien décidé que tu restes jusqu’à la fin du mois.

255Crois-tu qu’une lettre de moi à M. Sédillot pourrait hâter ton retour ?

256Veux-tu que je la lui écrive ? Si tu peux passer ton 4e et ton 5e et dernier examen, j’en serai enchanté ; et quoique ces deux petits événements ne m’inspirent aucune inquiétude, tu me feras grand plaisir en m’informant aussitôt, par un mot, du résultat de chaque examen.

257Si tu peux te débarrasser ainsi, tu n’auras plus que ta thèse dont nous pourrons nous occuper un peu pendant tes trop courtes vacances.

258Rien de plus à te dire, d’ailleurs l’heure me presse,

259Nous t’embrassons Alix et moi de tout notre cœur,

260Ton père et ami,

261Jules Lelorrain.

Lettre n° 13

262Dijon, 9 août 1868

263Mon bon ami,

264J’apprends ce soir par M. Landais qui le tient de son fils que tu es depuis lundi dernier à l’hôpital avec un panaris au pouce droit.

  • 84 C’est-à-dire une piqûre reçue en disséquant un cadavre ou en soignant un malade, toujours redoutabl (...)

265Est-ce bien un panaris ? Ne serait-ce pas plutôt une piqûre anatomique84 ?

266Mais quelle en est la cause ? Et comment te soigne-t-on ? Énergiquement sans doute ?

267Mon pauvre ami ! Tu dois bien souffrir mais tu as du courage, une grande énergie morale et un bon tempérament physique ; avec ces trois choses, on surmonte tout.

268Je viens de dire cela à cette bonne Alix et j’ai vu de suite combien elle t’aime. Elle est toute bouleversée et me dit : mais si nous le faisions venir de suite pour le soigner nous-mêmes ? À quoi j’ai répondu que cela n’était ni possible, ni désirable ; et que tu es mieux soigné à Strasbourg que tu ne pourrais l’être ici.

269Ce malheureux accident va retarder ces examens, et peut-être aussi tes vacances ; tu ne pourras m’écrire mais prie de ce fait un de tes camarades qui voudra bien le faire sous ta dictée.

270Au revoir, mon bon ami, prends courage et patience ; pense à nous et au plaisir que nous aurons bientôt de nous revoir ; cela te fera oublier ta souffrance.

271Nous t’embrassons, Alix et moi, tendrement,

272Ton père et ami,

273Jules Lelorrain.

Lettre n° 14

274Dijon, 12 août 1868

275Mon pauvre ami,

276Alix et moi étions dans de bien vives inquiétudes car tu comprends que je n’ai pas pris un instant le change sur la nature de ton mal : j’ai bien compris qu’il s’agissait d’une piqûre anatomique et je craignais tout au moins que tu demeures estropié.

277Ta lettre que je reçois à l’instant me rassure, bien que tu ne sois pas encore guéri.

278Je viens d’écrire directement à M. Sédillot pour le prier de te laisser venir.

279Je motive ma demande sur l’impossibilité où te mettent ta blessure et l’état général de ta santé de passer tes examens avant le mois de novembre ; pour ta convalescence qui réclame du repos et les soins de ta famille ; enfin, par l’abréviation forcée de tes vacances puisque ton service d’interne t’oblige à retourner à ton poste le 15 septembre.

280Indépendamment de cette lettre que j’ai directement écrite, je t’envoie ci-inclus une autorisation légalisée conforme aux précédentes

281Je joins pour ta route un petit mandat de dix francs.

282Et maintenant, mon bon ami, arrive-nous le plus vite possible.

283Toutefois, j’appréhende pour toi ces grandes chaleurs ; et je t’engage très vivement à ne voyager qu’à petites journées. Mets deux jours au moins pour faire ta route, repose-toi d’abord pendant une nuit à Mulhouse, puis, pendant la grande chaleur du jour, soit à Belfort, soit à Besançon.

284Calcule ton affaire de manière à t’éviter des fatigues qui retarderaient ta guérison.

285Entends-toi avec ton chirurgien pour le traitement que tu auras à suivre ici, où les soins ne te manqueront pas si tu veux bien les recevoir avec docilité.

286Je vais écrire à Eugène pour le rassurer.

287Écris-moi un mot, soit de Strasbourg, soit en route pour me dire le jour et l’heure de ton arrivée.

288Si mon petit envoi ne te suffit pas, ne te gêne pas pour me demander un supplément.

289Au revoir, à bientôt,

290Je t’embrasse de tout mon cœur et Alix se joint à moi,

291Ton père et ami dévoué,

292Jules Lelorrain.

Lettre n° 15

  • 85 On ignore à quelle date Édouard a rejoint Dijon et s’il a finalement bénéficié de deux, trois ou qu (...)

293Dijon, 15 septembre 186885

294Mon cher ami,

295J’ai trouvé ce matin dans ta chambre la note ci-incluse (oubliée sans doute par toi) du linge que tu as emporté de l’école.

296Je m’empresse de te l’adresser dans la pensée qu’elle peut t’être nécessaire.

297J’en profite pour te dire notre itinéraire afin que tes lettres nous parviennent sans retard ni fausse direction.

298Nous partons demain matin (16) comme il était convenu pour Perrecy-les-Forges.

299Nous y resterons jusqu’au 23 inclusivement. Tu pourras donc m’écrire jusqu’au 22 à l’adresse que voici :

300M. Lelorrain – à Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire).

301Du 24 au 30 inclusivement, nous serons chez M. Drapier à Puligny.

302M’adresser ta lettre ainsi :

303M. Lelorrain, chez M. Drapier, propriétaire et négociant en vins, à Puligny par Chassagne-le-Haut (Côte-d’Or).

304Te voilà bien renseigné. Profites-en pour me donner des nouvelles de ton voyage, de ton séjour de quelques heures à Mulhouse, de ton doigt, etc., etc.

305De mon côté, je t’écrirai de Perrecy, puis de Puligny.

  • 86 C’est-à-dire : nous venons de nous quitter.

306Quant à présent, je n’ai rien à te dire puisque nous nous quittons86.

307Le temps continue à être beau. Je souhaite qu’il en soit ainsi à Strasbourg et que tu puisses profiter des heures de liberté qui pourront te rester.

308Écris dont à notre bonne Louise (Mme Hébert) quand tu le pourras. La pauvre femme est bien triste, j’en suis certain, de l’espèce d’oubli où il semble que nous la laissions tous.

309Écris aussi à ta sœur qui t’aime tant et reçoit toujours tes lettres avec tant de plaisir. Tu as à lui expliquer pourquoi tu n’es pas retourné pour lui dire adieu.

310Je vais écrire à Eugène.

311Au revoir. Alix et moi t’embrassons tendrement.

312Ton père et ami,

313Jules Lelorrain.

Lettre n° 16

314Perrecy-les-Forges, le 18 septembre 1868

315Mon cher Édouard,

  • 87 Édouard, 24 ans, interne des hôpitaux, a besoin d’une autorisation de son père pour coucher en vill (...)

316Quelle que respectable que soit la discipline militaire, et celle de l’école en particulier, je mets beaucoup au-dessus de ses aveugles exigences l’intérêt de ton instruction. Or, ton service d’interne à l’hôpital est à ce titre, à mes yeux, la chose la plus essentielle et, du moment où ce service ne peut se concilier avec les prescriptions rigoureuses de rentrée exacte à telle ou telle heure, je n’hésite pas un instant à t’autoriser à passer en ville le reste du temps de tes vacances87.

317J’hésite d’autant moins que je connais ta raison, ta sagesse, et que j’ai en effet la plus grande confiance.

318Je suis persuadé que tu n’useras de ta liberté que pour mieux travailler, te consacrer davantage au service des malades qui, à mes yeux, est le premier des devoirs d’un médecin (même d’un médecin militaire) et enfin te préparer sans la crainte incessante des consignes, ou des salles de police, à la préparation de ton dernier examen.

319Je t’envoie donc mon autorisation, montre-la donc à qui de droit. Je pense qu’elle devra suffire : s’il en était autrement, je m’empresserai d’écrire à M. le Directeur ou, en son absence, à M. le Sous-directeur et je ne doute pas qu’il ne soit fait droit à ma juste demande.

  • 88 Date de la rentrée des cours.

320J’approuve les arrangements que tu as pris pour ta vie matérielle hors de l’école d’ici au 10 novembre88 et je t’enverrai l’argent dont tu pourrais avoir besoin en sus de l’indemnité que tu dois toucher de l’hospice.

321Alix et moi t’embrassons tendrement,

322Ton père et ami,

323Jules Lelorrain.

Lettre n° 17

324Puligny, le 28 septembre 1868

325Mon cher Édouard,

326Je trouve seulement à l’instant, en arrivant à Puligny, ta lettre qui m’y attend depuis plusieurs jours.

327Je t’avais écrit que je serais à Perrecy jusqu’au 24 septembre. Ta lettre est du 20 ou du 21. Si tu me l’avais adressée à Perrecy, je l’eusse reçue beaucoup plus tôt. Tu l’as adressée à Puligny et, comme je ne suis arrivé que tout à l’heure, il m’était impossible de te répondre plus vite.

328Mon arrivée ici a subi un retard de quatre jours motivé par les vives instances et les amitiés qui nous ont été faites dans la famille d’Alix. Mon programme a été forcément modifié. Nous nous sommes vus obligés à faire trois stations de trois ou quatre jours chacune chez une sœur, chez une mère, chez une cousine, d’accepter un grand déjeuner par ici, un grand dîner par là. Tant et si bien que notre temps se fût passé comme par enchantement, n’eût été l’inquiétude que me causait ta situation à l’école et l’incertitude où j’étais sur la suite de ma lettre et de mon autorisation.

329Sans doute ma signature n’était pas légalisée ! Je ne l’ignorais pas. Mais en vérité, je n’imaginais pas que ton Directeur porterait le rigorisme jusqu’à ce degré d’absurdité d’exiger que ma signature fût légalisée par un mauvais maire de campagne dans la commune duquel je me trouvais de passage.

330Cependant, je l’eusse fait légaliser si j’avais eu ce brave maire sous la main ; mais cela eût retardé mon envoi et, pour obvier au défaut de cette inutile formalité, je t’avais écrit une lettre destinée, dans ma pensée, à être mise sous les yeux de ce sous-directeur fanatique : comment ne l’as-tu pas compris ?

331J’avais pesé mes termes en conséquence, et je regrette que tu ne lui aies pas envoyé le contenant et le contenu, c’est-à-dire lettre et autorisation.

332À défaut de ce parti qui peut-être, à la vérité, n’eût pas été le meilleur, tu en as pris un autre ; et tu as bien fait d’envoyer ma signature à la légalisation du maire de Dijon. T’a-t-elle été retournée ? Et où es-tu à l’heure qu’il est ?

  • 89 Si l’on comprend bien, on peut essayer de reconstituer comme suit le scénario. Édouard reçoit l’aut (...)

333Es-tu encore enfermé dans cette boîte ? Ou bien es-tu dans ta chambre89 ?

334À tout hasard, je t’adresse ma lettre soit à l’école, soit, si tu en es parti, petite rue d’Austerlitz, no 4.

335Nous sommes à Puligny jusqu’au 2 ou 3 octobre. Passé ce temps, tes lettres me trouveront à Dijon et c’est ici notre dernière station. Si, de retour à Dijon, je fais encore quelque exception, ce sera ou pour aller voir ta sœur, ou pour faire quelque visite chez des collègues dans les environs.

336Quant à notre projet de voyage à Strasbourg, Alix y tient toujours beaucoup. Mais je ne sais pas si mes moyens me le permettront et j’en doute fort.

337Tu me dis bien que tu as déjeuné à Mulhouse chez nos cousins Rayé qui vont tous bien. Mais tu ne nous dis pas si tu leur as annoncé notre visite comme chose possible et si elle leur ferait plaisir. J’aurais besoin de le savoir et de connaître par toi, au moyen de ma dernière lettre, si je suis rentré en grâce auprès de leur susceptibilité [sic].

338Aussitôt arrivé à Dijon, j’exécuterai ou ferai exécuter ta commande dun pantalon demi-saison gris acier sans raie sur le côté et je t’expédierai ledit pantalon en compagnie de tes bottines et de ta redingote noire, à moins que nous ne te les portions nous-mêmes.

339Tu ne me parles pas de la santé de ton pouce, ni de ta santé générale. J’augure bien de ce silence, toutefois je préférerais un mot explicite de toi.

340Quant à moi, je me trouve très bien du repos, de l’exercice et du grand air pour parler du bon accueil dont je jouis. Ma barbe est dans un état très florissant bien que trop parsemée de fleurs blanches. Personne ne me reconnaît et les femmes me font l’honneur de me trouver affreux. Tu vois que j’ai gagné mon pari : le plus fort est fait. Je conserverai ma barbe jusqu’au 1er novembre.

  • 90 Créée en 1757, la compagnie des mines d’Anzin était la plus vénérable des compagnies minières et au (...)

341J’ai trouvé ici avec la tienne une lettre d’Eugène. Il ne me parle pas de sa santé. Il me dit qu’il est sans nouvelles de toi. Paul leur a donné moult détails de son séjour à Alise dont il est enchanté. Le sergent Hippolyte en permission de huit jours qu’il espère voir proroger est dans sa famille. Karl est de retour d’un splendide voyage à Londres, à Lille, à Valenciennes. Il est descendu dans les mines d’Anzin90 à 600 mètres de profondeur et a fait à la famille des récits très intéressants. Il va faire sur la partie scientifique de son excursion un mémoire pour la rentrée. Il compte repartir dans les premiers jours d’octobre pour aller voir son parrain à Auxerre.

342Voilà les nouvelles essentielles. À ton tour, mon ami, à me donner des détails sur ce qui te concerne.

343Je te répète que tu peux m’adresser ta lettre ici jusqu’au 2 ou 3 octobre ; passé ce jour, écris-moi à Dijon.

  • 91 Entendre, la famille d’Alix !

344Alix et moi t’embrassons de tout cœur. Hubert, qui seul de la famille91 te connaît, te fait ses amitiés,

345Ton père et ami,

346Jules Lelorrain.

Lettre n° 18

347Dijon, 10 octobre 1868

348Mon cher ami,

349En attendant le plaisir d’aller te voir la semaine prochaine, je viens t’entretenir d’un sujet de vive inquiétude.

350Ta pauvre sœur est malade et le mal dont elle est atteinte me paraît d’une nature grave. La lettre ci-jointe du docteur Beaufort que j’ai obtenue de lui pour toi et que j’ai reçue ce matin va te mettre au courant : j’aurais voulu qu’il te donnât plus de détails mais voici le compte-rendu de ma visite à Flavigny et de ma conversation avec M. Beaufort que je suis allé trouver à Sainte-Reine.

351Avant-hier, jeudi, ne me doutant de rien, je partis pour Flavigny afin de voir ta sœur avant notre départ pour Strasbourg. J’attends au parloir ; au lieu de Berthe, je vois arriver la Supérieure qui me dit :

  • 92 Thérapeutique commune dans la médecine ancienne, application locale d’un révulsif visant à créer un (...)

« Ne vous inquiétez pas, mais votre fille est malade. Elle avait depuis quelque temps des maux de tête ; elle se plaignait de douleurs dans le dos ; de lassitude dans les jambes ; le docteur Beaufort est venu il y a huit jours. Il est revenu hier et cette fois, il a reconnu que le siège du mal était à l’épine dorsale. Il a ordonné qu’elle gardât le lit et lui a fait mettre un vésicatoire92 contre les deux épaules. Enfin il a prescrit le sirop d’iodure de fer et le défaut absolu de travail et d’application. Elle est couchée. Mais, prévenue de votre arrivée, elle s’habille et va descendre. »

  • 93 Dire que le diagnostic manque de rigueur scientifique est une litote. La médecine du XIXe siècle es (...)

352Cette chère enfant est en effet venue près de moi. J’ai passé deux heures avec elle, seul à seule, en dehors de la grille. Sa figure est la même. Je l’ai beaucoup questionnée. Elle m’a dit que M. Beaufort l’avait fait aussi avec soin. Elle n’a pas de fourmillement dans les jambes, mais seulement de la lassitude. Elle se fatigue aisément. Elle avait avant son vésicatoire de grandes douleurs à l’épine dorsale. Depuis le haut jusqu’en bas, la moindre pression était horriblement sensible. L’application du vésicatoire a fait diversion : elle en avait souffert la nuit précédente. Cependant, j’ai su du docteur qu’il ne l’avait pas ordonné comme dérivatif, mais comme tonique et qu’il avait dit de ne pas l’entretenir. Ta pauvre sœur a aussi toujours ses maux d’estomac, un appétit capricieux, des boulimies93.

353Le docteur a ordonné une nourriture substantielle, fortifiante, du bon vin, de la viande ; pas de maigres.

  • 94 Ou leucorrhée. Secrétions vaginales non sanglantes, souvent d’origine infectieuse.
  • 95 Il va de soi que Jules espère à ce moment qu’elle n’y retournera jamais. Mais son espoir sera, une (...)

354Enfin elle a (c’est le docteur qui me l’a dit) des fleurs blanches94. Après deux heures environ de stations près de moi, cette chère Bébé était visiblement fatiguée. Sa figure se contractait. Son corps s’affaissait. J’ai exigé qu’elle allât se recoucher, et j’ai pris la résolution d’aller à Sainte Reine causer sérieusement avec le docteur Beaufort, non sans avoir dit à ta sœur que nous consulterions la science de plusieurs médecins et que, pour peu qu’ils le jugeassent nécessaire ou même utile, je viendrais la chercher et la ramènerais à la maison pour lui donner tous les soins que, malgré la sollicitude de sa mère et de ses sœurs, le séjour et le régime, même très modifiés et améliorés du couvent ne comportaient peut-être pas. Elle s’est récriée. Mais j’ai fait tour à tour parler mon autorité et ma tendresse et j’ai fini par me faire écouter d’elle sans plus rencontrer les mêmes protestations. J’ai la certitude d’être obéi s’il le faut. Elle conservera sans doute in petto l’espoir de retourner au couvent, une fois guérie. Mais peu importe : l’essentiel sera de la faire partir, si sa santé l’exige95.

  • 96 Éléments d’attache des ligaments musculaires.
  • 97 Camille Demay est morte de la tuberculose.

355Le docteur Beaufort prétend avoir reconnu au toucher une déviation dans la colonne vertébrale. Il y a irritation ou inflammation des apophyses96. Quelle est la cause ? Est-ce un mal ancien ? Je suis porté à le croire. Ta pauvre sœur a un tempérament lymphatique qu’elle tient de votre bonne mère. Elle ne paraît pas avoir, comme celle-ci, de tubercule97, mais elle pourrait avoir depuis longtemps une maladie des os, ramollissement ou inflammation, je ne sais. Ce que nous savons tous, c’est qu’elle s’est toujours plainte à la suite d’une fatigue, d’une veille, d’une grande application ou d’une vive émotion, de douleurs dans le côté, tantôt à droite, tantôt à gauche. N’était-ce pas une irritation des muscles intercostaux auxquels l’épine dorsale déjà malade communiquait sa sensibilité ? Enfin cette maladie elle-même des apophyses épineuses, cette déviation de la colonne vertébrale ne serait-elle pas l’effet d’une maladie de la moelle épinière ?

356C’est ce dont j’ai tremblé dès les premiers mots de la supérieure. C’est la question que j’ai faite au docteur Beaufort.

357Il ne peut me répondre affirmativement. Mais il a des craintes. Il hésite entre deux hypothèses également graves : une maladie des os ou une maladie de la moelle épinière.

358Dans tous les cas, sommes-nous au début ? Ou le mal est-il déjà ancien ? A-t-il fait des progrès latents, inaperçus ?

359Quoi qu’il en soit, il est temps de nous y prendre et peut-être va-t-il falloir employer un traitement énergique et prompt.

  • 98 Cette longue et minutieuse description vise bien entendu à solliciter, même si Jules ne le dit pas, (...)
  • 99 Il n’existait aucun tarif opposable définissant les honoraires des médecins. Il n’était pas rare qu (...)

360Le docteur Beaufort ira dans quelques jours revoir ta sœur. Il verra l’effet du vésicatoire ; du sirop d’iodure de fer ; du repos au lit et il m’a promis de t’écrire aussitôt une lettre plus longue et plus détaillée98. Écris-lui de ton côté même sans attendre cette 2e lettre qu’il t’adressera à lhospice civil. Dis-lui ton avis, consulte, si tu le juges à propos, ceux de tes professeurs qui sont à Strasbourg. En tout cas, nous en causerons ensemble et nous aviserons à ce qu’il conviendra de faire. Le plus urgent, c’est de te mettre en relation avec M. Beaufort et de joindre tes recommandations aux miennes. Je lui ai fait entendre que je désirais pour ma fille des soins particuliers et spéciaux, indépendants de labonnement99 et que je pourrais personnellement reconnaître.

  • 100 Fille de l’ancien clerc de Jules lorsqu’il était avoué à Joigny. Voir la lettre ci-dessous.

361Je t’ai dit que nous devions partir le mardi 13, nous arrêter à Besançon le mercredi 14 pour le mariage de Mlle Darbois100 et le 15 à Mulhouse.

362Cet itinéraire se trouve modifié. J’ai reçu ce matin de Mme Foisset, grand-mère de la jeune personne, une lettre qui m’apprend que le mariage est remis au 22. Cela me contrarie en ce que cela va abréger mon voyage. Nous assisterons au mariage en revenant au lieu d’y assister en allant. Mais il faudra que nous quittions Strasbourg plus tôt. Nous partirons mardi matin au lieu de mardi soir, de manière à arriver à 4 h 1/2 ou à 7 heures du soir à Mulhouse. Combien de temps passerons-nous à Mulhouse ? Je ne sais. Cela dépendra de l’accueil qui nous sera fait. J’ai écrit à M. Rayé : je n’en ai pas encore reçu de réponse.

363Je travaille pour toi : je te porterai les nouveaux arrêts que j’ai recueillis… avec tes effets d’habillement

364Je t’écrirai de Mulhouse l’heure et le jour précis de notre arrivée.

365Écris-moi ce que tu penses de ta sœur.

366Nous t’embrassons tendrement,

367Ton père et ami,

368Jules Lelorrain.

Lettre n° 19101

  • 101 Cette lettre et la suivante sont en partie déchirées. On a retranscrit uniquement les mots dont la (...)

369[Entre le 11 et le 13 octobre 1868]

370Mon cher Édouard,

371Notre voyage à Mulhouse […]

372Nous irons te voir […] le temps qui paraît […]

373Mais nous ne partirons […] nous nous arrêterons […] au mariage auquel nous […] de mon ancien clerc […] à Mulhouse ; je viens […] annonce notre visite […] quelques jours, s’il est possible […] de sa fille que je serai enchanté de revoir.

374J’ajoute que si ses voyages ne lui permettaient pas de nous recevoir le 15, nous ne nous arrêterions à Mulhouse qu’à notre retour de Strasbourg.

  • 102 Décidément, Jules a l’air très inquiet. Rayé aurait-il eu un caractère un peu « rugueux » ?

375Je ne puis donc pas te préciser encore le jour où nous serons près de toi. Cela dépendra de la réponse de M. Rayé, de l’accueil qui nous sera fait par lui et de la durée de notre séjour à Mulhouse102. Cela, en tout cas, ne dépassera pas deux ou trois jours, et je t’écrirai de là.

376Nous désirons naturellement faire notre voyage le plus économiquement possible : la vie d’hôtel à Strasbourg est horriblement chère. Ne pourrions-nous […] autrement. […] pas, en allant coucher à […] partageant la chambre d’un […] cède la tienne ?

377[…] aussi manger avec […] de prendre à l’hôtel […] nous aurions une […] somptueuse et plus économique […] M. Carion un pantalon […] raie sur le côté qu’il te sais […] pantalon rouge et que je […] redingote noire et tes bottines.

378[…] également les documents […] pour l’achèvement de ta thèse, 1° l’arrêt de Metz, 2° l’arrêt de Dijon, 3° une note sur le secret médical, sujet que souligne le dernier arrêt et que tu feras bien de traiter épisodiquement.

379À part 5 à 6 jours de pluie, passés à Puligny et pendant lesquels nous n’avons pu mettre les pieds dehors, nos voyages se sont bien passés.

380Je suis de retour depuis le samedi 3, Alix n’est revenue que le lundi 5.

381J’ai de bonnes nouvelles d’Eugène et de Gabrielle. Je n’en ai pas de Berthe que j’irai voir cette semaine.

382Tom est rentré au logis le lendemain de notre départ : depuis, il s’est bien comporté. Inquiet de notre absence, il venait chaque jour se coucher à la porte de mon cabinet au tribunal et n’en voulait pas partir. Il est à mes pieds au moment où je t’écris.

383Je n’ai pas le temps de t’en dire davantage ce matin.

384Au revoir, à bientôt. Alix t’embrasse tendrement. J’en fais autant.

385Ton père et ami dévoué,

386Jules Lelorrain.

Lettre n° 20

387Mulhouse, 14 octobre 1868

388Mon cher Édouard,

389La date de ma lettre t’a appris que nous sommes à Mulhouse.

  • 103 Le voilà rassuré !
  • 104 De Mulhouse, pas de Dijon !

390Nous y sommes arrivés hier à 4 h ½ du soir. M. et Mme Rayé nous attendaient à la gare. Ils nous ont fait le plus gracieux et le plus amical accueil103. Ils voudraient bien nous retenir plus longtemps ; mais nous partirons pour Strasbourg samedi 17 par le train de Cologne partant d’ici104 à huit heures du matin, arrivant à Strasbourg à 10 heures environ.

  • 105 Il l’a déjà dit dans sa lettre du 10. Il arrive à Jules – rarement, il est vrai – d’oublier ce qu’i (...)

391Nous ne nous sommes pas arrêtés à Besançon, une lettre m’ayant appris que le mariage était remis au 22105. Je suis contrarié de cette fixation, en ce qu’elle abrège fortement la durée de notre séjour à Strasbourg Nous ne pourrons être avec toi que le 17, le 18, le 19, le 20. Total, 4 jours : le défaut de concordance des temps nous obligera à partir le 21 au matin de bonne heure afin de pouvoir arriver le même jour au soir à Besançon, le mariage ayant lieu le 22 au matin. J’espérais prendre un train de nuit mais il paraît qu’il n’y en a pas par Mulhouse et Belfort pour Besançon.

392Te voilà averti, mon ami. Dispose de notre temps en conséquence. Fais ton programme de manière à ce que nous ne perdions pas nos instants et utilisions ces 4 jours pour tout voir, y compris Bade.

393J’ai reçu ta lettre relative à la maladie de notre pauvre Berthe. Je te remercie des nombreux détails et de la consultation qu’elle renferme.

394J’en avais causé 2 ou 3 jours avant avec le Docteur Blanc et j’ai été heureux de voir que vous vous rencontriez parfaitement sur le même diagnostic, aussi bien que dans la médication.

395Mais ce qui importerait, c’est que tu écrivisses tout cela à M. Beaufort.

396Tu auras sans doute reçu de lui une nouvelle lettre quand je te verrai. Elle t’aura appris le résultat de la visite qu’elle doit lui faire cette semaine. Berthe, de son côté, m’a promis de m’écrire aussitôt cette visite reçue. Et à présent, M. Blanc et toi m’avez rassuré.

  • 106 Au sens premier : se détromper d’une fausse croyance.

397Quant aux soins dont ta sœur est l’objet, rassure-toi complètement et désabuse-toi106.

  • 107 Comme beaucoup de médecins au XIXe siècle, Beaufort doit être quelque peu voltairien, sinon anticlé (...)
  • 108 Il est évident que, dans sa lettre précédente, Édouard vient de se livrer à un accès de prurit anti (...)

398M. Beaufort lui-même, qui n’est pas suspect de partialité à l’endroit de ces dames107 m’a déclaré qu’il était impossible d’être mieux soigné que par elles ; qu’elles étaient parfaitement dociles à toutes les prescriptions ; que la sœur pharmacienne était particulièrement très intelligente, très entendue et très exacte, observatrice de ses ordres ; que son officine était très bien pourvue et qu’elle faisait venir de Dijon au fur et à mesure tout ce dont on pouvait avoir besoin. Tu parles beaucoup, mon bon ami, des préjugés des autres pour t’apercevoir que tu es toi-même rempli de préjugés ; car il en est de toutes les natures comme il en est des fanatismes de tous les genres. La […] hommes religieux est tout aussi […] injuste que le sentiment […] la vérité et la raison ne pourront108 […].

399Mais laissons […] entendrons jamais tant que […] des idées plus saines, je ne […] un croyant, encore moins […] ne manque la foi, mais j’ai […] religieux : je vois bien […] que je condamne ; mais je […] et des actions auxquelles […] surtout les convictions sincères […] découvre dans tous les partis.

400L’expérience de la vie […] tu es, toi, au contraire […] rien : j’attends tout du temps et de ta propre [ ?]

  • 109 Sur l’affaire de la syphilis transmise par un nourrisson à sa nourrice. Voir la lettre du 14 mai 18 (...)

401J’ai travaillé avant-hier toute la journée pour toi. Éclairé par une longue conférence avec le Dr Blanc, j’ai fait sur l’arrêt de la Cour de Dijon109 des observations critiques, médico-légales qui, je l’espère, te seront utiles. Cet arrêt n’ayant encore paru dans aucun recueil, tu en auras et tu en donneras la primeur.

  • 110 Sans doute relatives au logement de Jules et d’Alix, et limitant les frais inhérents au déplacement

402Je suis enchanté des dispositions que tu as prises pour nous110. Mais tu ne m’as pas dit à quelle adresse je pouvais faire envoyer mes lettres et cette ignorance m’a un peu gêné. J’ai donné ton nom, ta qualité d’interne et ton hospice civil comme indications.

403J’ai reçu ce matin une lettre d’Eugène que je te montrerai.

404Alix t’embrasse. La famille Rayé te fait mille amitiés,

405Tout à toi,

406Jules Lelorrain.

Lettre n° 21

407Dijon, 31 octobre 1868

408Mon cher Édouard,

409Au reçu de ta lettre et de celle de M. Beaufort qu’elle renferme, j’ai écrit à ce dernier pour lui donner rendez-vous à Flavigny pour mercredi dernier, résolu d’aller ce jour-là chercher ta sœur. J’ai aussi écrit à cette chère fille pour lui annoncer ma résolution.

410En présence de l’avis du médecin, il n’y avait point à le combattre. Aussi, n’ai-je rencontré de résistance de la part de personne.

  • 111 En fait le bourg de Darcey et celui de Flavigny sont aussi éloignés l’un que l’autre de la ligne de (...)
  • 112 Les premières classes, dépense tout à fait inhabituelle mais nécessitée par l’état de santé de Bert (...)

411J’ai emmené ta sœur mercredi 28 à 1 heure de l’après-midi par un très beau temps. Je l’ai étendue sur des oreillers et des couvertures dans l’omnibus de Mayer qui a été au pas à Darcey111. Là, nous avons pris les premières112. À notre arrivée à Dijon, nous avons pris une voiture de place qui a également marché au pas.

412Malgré toutes ces précautions, ta pauvre sœur souffrait beaucoup de l’épine dorsale et même de tous les membres.

413Il est vrai de dire qu’à la douleur physique se joignait l’émotion de la séparation de ces Dames et du couvent. Il n’a fallu rien de moins pour la calmer que l’assurance qu’elle y rentrerait sitôt guérie. Tout le monde (moi excepté) était bien triste de ce départ. Il est certain que l’affection que ta sœur éprouve pour ses sœurs est bien partagée.

414La nuit de mercredi à jeudi a été mauvaise et fort agitée. Elle n’a dormi que de 2 à 3 heures. Les deux nuits suivantes ont été bien meilleures. Berthe va bien mieux : elle est rassurée et tranquille, M. Blanc et moi-même étant attachés à lui inspirer toute confiance dans sa guérison et dans son avenir.

415À propos de cet avenir, M. Blanc me disait hier qu’à son avis, ta sœur avait pris en adoptant la vie religieuse et cloîtrée, le parti le plus conforme à son tempérament et à sa constitution ; que dans sa vocation, elle obéissait, à son insu même, à un secret instinct qui lui disait que là seulement, elle trouverait la santé, la tranquillité, le bonheur ; que son organisation lymphatique, nerveuse, prédisposée aux maladies tuberculeuses, se trouverait mal des agitations et des fatigues de l’existence du monde.

416Mais au fond, quelle est la maladie de ta sœur ? Le diagnostic de M. Beaufort est celui-ci : affection des membranes qui enveloppent la moelle épinière. Il affirme presque ; il croit ne pas se tromper. C’est à cette affection qui ne serait autre qu’une grande irritation, une forte inflammation qu’il attribue tous les accidents, tous les symptômes. Berthe a parfois de grandes douleurs de tête sur le sommet. Il lui semble qu’elle a une méningite ou qu’elle va devenir folle (c’est elle qui parle) mais alors les douleurs de l’épine dorsale cessent. Elle a quelquefois mal dans tous les membres et jusqu’au bout des doigts. Elle se trouve bien au lit, mais au bout de quelques heures elle est aise de changer et se trouve mieux dans un fauteuil où cependant elle ne peut rester longtemps sans que ses traits ne se contractent par le malaise et la fatigue.

417Le Docteur Blanc ne partage pas l’avis du Docteur Beaufort. Selon lui, une maladie d’enveloppe de la moelle épinière se manifesterait par des symptômes caractéristiques qui ne se rencontrent pas : point d’hésitation dans la marche, point de fourmillements, point d’accident du côté de la vessie.

418Mais son attention s’est fixée sur un point que M. Beaufort n’avait pas remarqué ou qu’il a traité légèrement. Je veux parler d’une éruption de petites plaques, de rougeurs très vives sous la plante des pieds et de l’inflammation d’un gros orteil dans lequel l’ongle s’est incarné.

419C’est cet accident qu’il veut d’abord traiter. Il doit appliquer lui-même 10 gr. de polychlorure de fer.

420Comme traitement général, il a prescrit :

    • 113 Considérée comme un fortifiant.

    Capsule d’huile de foie de morue113. En prendre une à chaque repas pendant deux jours ; puis 2 et plus tard 3 ;

    • 114 Classé par la médecine traditionnelle comme un calmant, très souvent donné aux femmes trop « nerveu (...)

    Boire au repas avec du vin de la décoction de houblon114 à 10 gr. pour un litre d’eau bouillante après 12 mn d’ébullition ;

    • 115 Les « vertus » thérapeutiques du cresson étaient connues depuis l’Antiquité : fortifiantes, dépurat (...)

    Une heure avant le repas, 60 gr. de jus de cresson clarifié115 ;

  1. Régime alimentaire ordinaire.

  • 116 Soit différentes sortes de révulsifs externes.

421C’est à cela que jusqu’ici se bornent les prescriptions de M. Blanc. Il n’a parlé ni de friction d’huile de cretonne, ni de friction émétisée, ni de vésicatoires116.

  • 117 L’idée – sans fondement scientifique aucun – que la tuberculose avait une composante héréditaire, i (...)

422Il n’a pu, ou pas voulu, caractériser la maladie. Tout ce que j’en ai obtenu, c’est que ta sœur, d’une constitution débile mais excessivement nerveuse et d’un tempérament lymphatique, a des prédispositions héréditaires tuberculeuses117.

  • 118 On note bien sûr chez Jules la crainte de la très redoutée tuberculose osseuse.

423Est-ce à dire qu’il y ait des tubercules dans les os ? Il ne l’a pas dit et ne semble pas le croire118.

424Il attribue les accidents actuels à ses émotions, à ses fatigues passées beaucoup plutôt [sic] qu’à la vie du cloître qui pour elle, jusqu’ici, a été exempte de toute sévérité et de toute rigueur.

425Je continuerai à te tenir au courant : de ton côté, tu pourras écrire à M. Blanc si tu as quelques observations ou quelques questions à lui faire. Il ne croit pas du tout à un rhumatisme articulaire.

  • 119 Méthode de chauffage très répandue en Allemagne et en Europe orientale, peu connue en France.

426Ta sœur occupe jusqu’ici la chambre d’Alix, la sienne étant trop froide et trop humide. Mais elle désire vivement rentrer dans ses appartements ; elle y sera plus libre ; entendra moins de bruits ; n’entendra pas gronder la bonne ; et pourra recevoir plus librement ses amies. Pour chauffer et assainir cette chambre du fond, j’y ai fait monter un poêle de faïence119 car la cheminée ne tirait pas. Lundi ou mardi, Berthe pourra y rentrer. La petite bonne couchera dans le cabinet à côté.

  • 120 La fille des Rayé.
  • 121 Mulhouse était une des toutes premières villes industrielles françaises. Sa perte, en 1871, sera bi (...)

427Deux mots maintenant de la fin de notre voyage. Le jour où nous t’avons quitté (c’était le 21) nous nous sommes arrêtés neuf heures à Mulhouse. Mme Rayé nous attendait à la gare. Nous avons fait chez elle un excellent déjeuner en compagnie d’une petite amie de Mélanie120, fort intelligente. Tu la connais : c’est la plus jeune des filles d’un ingénieur civil, attaché à une fabrique121.

  • 122 Le 22 octobre, soit un jeudi.
  • 123 Voilà donc une femme qui travaille…
  • 124 C’est-à-dire le gendre de Mme Foisset !
  • 125 Trois appréciations sur le physique des femmes en trois lignes : Jules y est sensible, cela se rema (...)
  • 126 On aura déjà remarqué que les mariages mettent Jules en verve. Il n’est certes ni Flaubert ni Maupa (...)

428À Besançon, nous étions attendus par tous les gens de la noce qui a eu lieu le lendemain122. Mme Foisset, la grand-mère, tenant le buffet de la gare123, c’est à la gare même qu’on nous a reçus les bras ouverts. On nous a fait un magnifique et surtout un très cordial accueil. Il y avait grande tablée. Après nous avoir attendus deux heures, on avait commencé à dîner sans nous. C’était le jour où on avait signé le contrat. Le vieux notaire (un vrai tabellion de comédie, doyen du notariat de Besançon) était à table. Étaient aussi présents : le chef de la gare, le chef de dépôt, un inspecteur de navigation, ami de la famille, Darbois et sa 2e femme (belle-mère de la mariée), M. Trinquignan (le marié), négociant en vins de Lunel ayant à Besançon une succursale de la maison, la jeune mariée, grande fille brune, ni belle ni laide, assez beaux yeux, la mère Foisset excellente femme que j’ai connue autrefois fort belle, M me Auffray, M. Auffray son gendre124 ; ce sont eux qui nous ont emmenés, nous avons couché chez eux (je t’en parlerai plus longuement) ; une jolie veuve125 de 32 ans, fort riche, dit-on, Mme Viala, sœur du marié, piquante languedocienne très drôle, n’ayant jamais quitté le Languedoc, le père Trinquinian venu avec sa fille pour le mariage, sorte de paysan languedocien, riche, à moitié bourgeois et à demi-civilisé126.

  • 127 L’avancement dans l’armée étant depuis 1815 extrêmement lent, sauf à faire campagne outre-mer, cert (...)

429Nous avons passé trois jours francs dans ce milieu, comblés d’amitié, d’attentions, de prévenances. J’aime beaucoup M. Auffray, c’est un homme instruit, intelligent, franc et loyal. Il a été à St Cyr. Il en est sorti officier, a servi quelques années, a donné sa démission pour être sous-chef de gare à Besançon127 ; a épousé une fille de Mme Foisset ; puis, étant brouillé avec son administration, a quitté cet emploi pour monter une distillerie. Il a des connaissances en chimie et en mécanique, paraît avoir l’esprit inventif ; a imaginé une liqueur avec laquelle il fait concurrence à la Chartreuse, à la Trappistine, etc. C’est la liqueur du Mont Riquoy en Suisse. Comme goût et comme couleur, elle ressemble à la Chartreuse mais est moins pâteuse. Le seul reproche qu’on puisse faire à M. Auffray, c’est sans doute son manque de fixité, une humeur changeante, mais cela le regarde. Somme toute, c’est un excellent homme, père de trois jeunes enfants et mari d’une très bonne et très gentille femme. J’ai là de nouveaux amis Nous avons passé quatre jours fort agréables et avons visité tout ce que Besançon renferme d’intéressant : citadelle, arsenal, église, horloge, palais de justice, promenades, etc. La suite au prochain numéro.

430As-tu reçu une lettre d’Eugène ? Gabrielle me dit qu’il t’écrivait. Alix a perdu son dé d’argent. Elle est certaine qu’il a roulé sous le lit où je couchais dans l’alcôve. Prie donc Mlle Anne de vouloir bien le rechercher.

431Le temps s’avance. Je t’engage, mon bon ami, à te remettre sérieusement à tes examens et à ta thèse. Cela ne me donne pas d’inquiétude. Mais je voudrais que tu en fusses débarrassé. Quand reprendras-tu tes repas à l’école ? Quel jour la rentrée ? Pour nous, c’est mardi prochain Au revoir, en janvier prochain. Alix, Berthe et moi t’embrassons de tout cœur.

432Ton père et ami,

433Jules Lelorrain.

Lettre n° 22

434Dijon, le 10 novembre 1868

435Mon cher Édouard,

  • 128 La fin couronne l’œuvre.

436J’ai à répondre à tes deux lettres. Je commence par la dernière, puisqu’elle me donne lieu de te féliciter pour l’issue de ton 4e examen. J’ai appris, ou plutôt nous avons appris tous trois, Alix, Berthe et moi, avec le plus vif plaisir, ton succès. Ta sœur n’en doutait pas car elle ne doute jamais de toi. Quant à moi, j’avais un ferme espoir mais l’expérience m’a appris qu’il faut toujours douter un peu. Quoi qu’il en soit, te voilà débarrassé de ce qu’il y avait dans ton doctorat de plus épineux ; tu as moins à te préoccuper de ton 5e puisqu’il porte sur le diagnostic, c’est-à-dire sur la matière du concours d’internat. Toutefois, je t’engage à ne pas t’endormir, ne fût-ce que pour passer ce dernier examen d’une façon plus brillante : finis coronat opus128.

437J’aurais voulu pouvoir ajouter à mes félicitations un petit envoi d’argent ; mais mes voyages et d’autres dépenses forcées m’ont épuisé : je verrai ce qui pourra me rester à la fin du mois.

  • 129 Maladie épidermique d’origines diverses.

438Ta sœur va très bien, mis à part quelques maux d’estomac, soit avant, soit 2 heures après les repas. Elle ne se plaint plus ni de douleurs de dos, ni de douleurs de tête. Quant à ce qu’elle avait au pied, c’était, paraît-il, une affection dartreuse129. Cela est presque complètement passé mais est sujet à retour. Elle continue son régime qui consiste en capsules d’huile de foie de morue, boisson de houblon et jus de cresson. Cela paraît lui faire du bien.

439Malgré cette amélioration marquée dans la santé de ta sœur, je n’ai pas voulu la laisser repartir avant la fin de l’hiver. Tu es donc certain de la trouver à la maison, à ton passage du mois de janvier prochain. Car j’espère bien que tu t’arrangeras pour passer quelques jours avec nous avant de te rendre au Val-de-Grâce.

  • 130 Elles sont prévues pour mai 1869. L’argument de Jules semble destiné à une consolation familiale gl (...)

440Tu es tout aussi certain de retrouver Eugène à Paris. Peut-être même y restera-t-il tout le temps de ton séjour. M. Leclerc, chef du personnel, ne se presse pas de lui donner une perception. Or, cela dépend de lui. Nous avons fait jusqu’ici tout ce qu’on pouvait faire. Nous avons mis en mouvement tout ce que nous avions de protections. Mais je crois que c’est un parti pris au ministère de ne point faire de nominations avant les élections générales qui d’ici huit à dix mois seront la grande affaire et l’unique préoccupation130. Au reste, la situation d’Eugène est très tolérable grâce à la coopération de cette pauvre Gaby qui travaille ; grâce aussi à ce que je paie à peu près son loyer et à ce que, payant sa pension chez la mère Estienne, ses dépenses de ménage sont moins fortes.

  • 131 La situation financière du ménage Rochas n’est sans doute pas brillante. Mais il est évident que Ju (...)

441Ce que tu me dis de cette pauvre Mme de Rochas m’afflige beaucoup. Il est triste de penser qu’elle se tue à travailler pour faire vivre un mari qui, plein d’intelligence, de science et de force physique passe son temps et use son savoir et sa santé en de vaines abstractions, en de chimériques découvertes et en de fausses et trompeuses spéculations. Chez lui, c’est une vraie manie, une tocade qui prennent leur source dans un immense orgueil et une folle ambition. Au lieu de chercher un emploi modeste en attendant mieux, au lieu de se livrer à un travail utile, positif et plus ou moins fructueux, il ne rêve que millions et ne songe qu’à faire tout d’un coup une immense fortune. Il n’est pas difficile de prédire son sort. Il deviendra complètement fou et il faudra l’enfermer dans une maison de santé. Que deviendra alors cette pauvre Mme de Rochas ? Elle n’aura d’autre refuge que son père déjà vieux, usé et qui peut à peine se suffire131.

  • 132 Remarque fort intéressante et qui montre au contraire un aspect très progressiste de l’esprit de Ju (...)

442De tout cela, mon ami, il ne faut accuser que la folie d’un homme qui, par son instruction, ses relations, aurait pu se créer une très bonne position, subvenir, comme c’était son devoir, aux besoins de sa femme, et a mieux aimé courir après les chimères. Il ne peut pas s’en prendre ici à nos institutions. Sous tous les gouvernements et dans tous les pays, il y aura toujours des fous et des sots, des paresseux et des travailleurs. Les premiers souffriront toujours et feront souffrir ceux qui leur sont attachés, de leur folie, de leur sottise ou de leur mollesse, tandis que les derniers prospéreront. Et tu avoueras que la société serait fort mal organisée si le contraire devait se produire. Je ne veux pas dire que tout soit pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Je crois au contraire qu’il y a bien des vices, bien des choses mauvaises dans nos institutions sociales ; et que, par exemple, la condition de la femme y est très malheureuse132.

  • 133 C’était une opinion assez répandue, qu’on ait été pour ou contre, dans la bourgeoisie comme dans le (...)

443Il y a là un grand problème à résoudre. Sera-t-il réparé par une révolution ? J’en doute fort. Certes, une révolution est possible. Je dirai même plus : elle est probable d’ici à quelques années. Il est probable que nous y marchions133.

  • 134 Allusion à l’échec du « Printemps des peuples » en 1848 et à la réaction qui s’en était suivie, y c (...)
  • 135 Jules veut dire que l’empire demeure, et le revendique ouvertement, un système autoritaire, même si (...)
  • 136 C’est une position assez proche, moins de celle de Thiers dont le républicanisme demeure à cette da (...)

444Je dis, je crains, car l’expérience m’a appris, comme à tous les hommes de mon âge, que la violence ne fonde rien ; qu’elle amène la réaction et fonde le despotisme134. Le plus beau, le plus fort et conséquemment le meilleur serait de réformer progressivement nos institutions par la liberté. Malheureusement, nous n’en prenons pas officiellement le chemin135. Cependant, l’esprit public se forme et il ne faut pas désespérer. Sachons user des droits et des libertés que nous avons pour en acquérir davantage136. Soyons hommes et citoyens. Apprenons à faire nos affaires et à nous gouverner. Ayons de l’initiative et de la fermeté mais restons dans le droit, la modération et la justice et ne hâtons pas une révolution qui, prématurée, ne pourrait encore aboutir. Il faut que les institutions soient dans les mœurs avant d’être dans les faits.

  • 137 Deux mois avant cette lettre, le 19 septembre 1868, la garnison et la flotte de Cadix s’étaient sou (...)
  • 138 Sous cette formule polémique, il y a une réalité : l’Espagne ne disposait pas de l’importante bourg (...)
  • 139 L’armée était effectivement la seule force organiquement organisée face à l’Église et à la monarchi (...)

445Crois-tu par exemple que la révolution espagnole aura une heureuse issue137 ? Qu’elle arrivera à fonder soit une République libre (car il y en a de plus d’une sorte), soit même une monarchie constitutionnelle tempérée par un gouvernement franchement représentatif ? Je n’en crois rien et pourquoi ? C’est qu’il s’agit d’un peuple abruti par plusieurs siècles de fanatisme, de joug monacal et de despotisme138. Et aussi parce que c’est le militarisme qui a fait la révolution et que de tels moyens, comme en général la violence brutale, sont impuissants à rien fonder de durable139.

  • 140 Il veut dire que, pour l’instant, Napoléon III a été le seul à savoir utiliser le suffrage universe (...)

446Certes, en France, nous n’en sommes pas là. Mais je crains que nous ne soyons pas assez mûrs pour la liberté. Le suffrage universel est dans nos mains une arme puissante mais dont nous n’avons pas encore appris à nous servir140. Cela viendra. Patientons.

  • 141 Le féminisme de Jules a, on l’a déjà vu, des limites…

447En attendant, et en revenant à mon point de départ, je dirai : quelles que soient nos institutions, c’est à l’homme à travailler pour la femme et l’inverse est et sera toujours une chose mauvaise141. Appliquant cette réflexion à notre pauvre amie, j’ajouterai : elle a fait et elle continue à faire tout ce qui est possible. Que voudrais-tu qu’elle fît de plus sous tel ou tel régime imaginaire ? J’avoue que je ne le vois pas.

448Après t’avoir parlé en citoyen, permets-moi de te parler en père et en ami.

449Tu es sous les drapeaux. Tu as à sauvegarder ton avenir. Sois prudent, circonspect, patient et même souviens-toi de l’axiome arabe [sic] : la parole est d’argent mais le silence est d’or. Tu es ou tu seras observé, espionné. Nous aurons à traverser des temps difficiles. Ils le seront particulièrement pour toi au début de ta carrière : il faut donc apporter dans ta conduite et tes discours une extrême réserve.

450Sur ce, mon cher ami, et attendu qu’il est cinq heures passées, il faut que je te quitte pour aller dîner.

451Tu n’as plus grand-chose à faire. Écris donc à ton frère et à ta sœur et n’imite point leur paresse.

  • 142 Patois de la Bourgogne occidentale : empêtré, gauche, maladroit.

452À propos… nous n’avons plus la jeune bonne que tu as vue à la maison. Toujours aussi sotte et aussi empigée142, elle n’a perdu qu’une chose, sa docilité et sa patience. Elle est devenue raisonneuse et a demandé son compte. Je n’en suis pas fâché car je t’avoue que sa bêtise, sa lenteur et les gronderies continuelles dont elle était l’objet me fatiguaient et m’ennuyaient horriblement.

453Nous avons mis la main, pour la remplacer, sur un phénix. Mais il n’y a que deux jours. C’est une jeune fille qui était ouvrière. Active, intelligente, bon ton, bonnes manières, propre, elle paraît réunir toutes les qualités d’une domestique de bonne maison. Mais elle a un chignon ! 1er grief !… Et elle est trop bien… Je crains qu’elle ne reste pas. Ceci soit dit entre nous en silence.

454Au revoir, nous t’embrassons tendrement tous trois,

455Ton père et ami dévoué,

456Jules Lelorrain.

Lettre n° 23

457Dijon, 16 novembre 1868

458Mon bon ami,

459Je te félicite de ton nouveau succès qui aurait été plus complet si tu avais moins compté sur toi-même.

460Cette nouvelle nous a fait grand plaisir à tous trois. Alix qui t’aime beaucoup a pris une part entière à notre joie.

461Reste maintenant ta thèse. Tâche de la passer d’une manière brillante. Que le couronnement de tes études soit remarqué.

462Mais à quelle époque ? Tu ne me le dis pas. Il faut le temps de communiquer, d’obtenir l’approbation du doyen, de faire imprimer, etc.

463Est-il vrai qu’il faille entrer au Val-de-Grâce dans les cinq jours qui suivent l’obtention du titre de Docteur ? Ou bien, est-ce le départ de Strasbourg qui doit avoir lieu dans ce délai ? Et dans tous les cas, combien de temps a-t-on pour se rendre au Val-de-Grâce ? Telles sont les questions auxquelles je voudrais que tu répondes.

464En toute hypothèse, tu n’as pas à te presser puisque ton service d’interne te retient jusqu’au 21 décembre.

465Je fais tout ce que je puis en t’envoyant un mandat de 20 francs que tu ne demandes pas mais qui ne t’en fera pas moins de plaisir, au contraire. Tu dois d’ailleurs avoir besoin de ce subside.

  • 143 La « grande majorité de 25 ans » ne concernait que le seul acte du mariage. L’article 488 du code N (...)

466Tu es pourvu et libre. Je t’en félicite et mon bonheur de te savoir tel égale ta joie à te sentir ainsi. Mais, comme tu le dis très bien, maintenant il faut être sérieux. Tu vas d’ailleurs bientôt atteindre avec le beau titre de Docteur, la grande majorité de 25 ans143.

467Amuse-toi sagement et après des distractions honnêtes et modérées, reviens aux bouquins, c’est essentiel, car, comme noblesse, Doctorat oblige.

468Je te quitte, mon bon ami, pour aller à la poste te faire mon envoi de manière à ce qu’il t’arrive demain matin puis, déjeuner et monter à l’audience.

469Nous t’embrassons tous tendrement,

470Ton père et ami,

471Jules Lelorrain.

472Je t’envoie ci-inclus en communication une bonne petite lettre que j’ai reçue de ta tante Rosine à laquelle j’ai de suite répondu.

473Fais ton profit de ce qu’elle dit de ton frère. Et quand tu lui écriras, ne parle de sa santé et de sa constitution que pour lui persuader qu’elles sont robustes.

Lettre n° 24

474Dijon, le 9 décembre 1868

475Mais mon cher Édouard, tu ne m’écris donc plus ? Il est vrai que tu pourrais me faire le même reproche.

  • 144 Appréciation discutable : Édouard est toujours interne à l’hôpital de Strasbourg !

476Il y a entre nous cette différence que je suis excessivement occupé et que tu n’as presque plus rien à faire144. Deux situations opposées qui amènent le même résultat car l’oisiveté engendre la paresse.

477Et puis, tu es libre, comme tu dis ; et, au lieu de faire usage de cette liberté pour écrire à ton père, à ton frère, à ton oncle, tu en profites pour… quoi faire ? Je l’ignore. Uses-en mais n’en abuse pas.

  • 145 Somme en effet considérable : plus de deux mois de salaire d’un ouvrier provincial.

478À quand ta thèse ? Tu n’en parles pas à ta sœur. Il est vrai que tu m’as posé une question qui te préoccupe et à laquelle je n’ai pas pu répondre. Tu t’inquiètes de savoir comment nous pourrons faire face à la dépense énorme de l’impression. Dépense que tu supposes devoir s’élever à 200 francs145. Il est de fait que cette dépense coïncidant avec celles de fin d’année et de jour de l’an, avec l’époque de tous les paiements, ne laisse pas que d’être embarrassante.

  • 146 « Notre fermier » ? Celui d’Alix certainement.
  • 147 « Régulièrement » = comme la règle l’exige, pas au sens « de manière périodique ».

479Toutefois, je pourrais la payer à la fin du mois si notre fermier146 me paie régulièrement147 à Noël. Je lui ai écrit pour lui dire que je ne pouvais l’attendre cette fois passé son terme. S’il me manque de parole, il faudra bien qu’à mon tour je fasse attendre ton imprimeur – jusqu’en janvier ou février. Dans tous les cas, ce ne serait pas plus tard.

480Or, voici ce qu’il faut faire : Donne-moi le nom et l’adresse de cet imprimeur. Je lui écrirai pour lui dire que je fais mon affaire personnelle de son paiement et que je l’autoriserai, en conséquence, à faire traite sur moi de ce qui lui sera dû.

481M. Landais doit en faire autant. Et en effet ce mode de paiement est à la fois le plus commode et le moins coûteux.

  • 148 L’utilisation des traites ou effets de commerce était encore d’usage courant chez les particuliers. (...)

482Si j’ai reçu mes fermages, la traite sera à présentation. Si je ne les ai pas reçus, il fera une traite à un mois, six semaines ou deux mois de vue. J’écrirai de nouveau en conséquence à ton imprimeur quand, ta thèse étant tirée, il saura ce qui lui est dû. Rien dans tout cela ne peut souffrir de difficulté148.

483Mais où en es-tu ? C’est ce que je voudrais savoir. As-tu achevé ? As-tu recopié ta thèse ? L’as-tu soumise à ton président de thèse ? L’a-t-il approuvée et visée ? Ne s’agit-il plus que de l’impression et du tirage ? Le jour de la passation est-il fixé ?

484Il y a une observation que j’ai oublié de te faire : c’est que pour faire imprimer ton manuscrit, il aurait convenu ou il conviendrait (s’il en est encore temps), de le transcrire par recto de feuille seulement, laissant en blanc le verso.

485C’est ainsi qu’on fait ce qu’en style d’imprimerie, on appelle de la copie. Cela simplifie et accélère la tâche du compositeur.

486M. Landais est également sans nouvelles de son fils. Donne-m’en donc dans ta prochaine lettre.

487Tu dis à Berthe que tu ne seras guère à Paris que du 10 au 15 janvier : soit ! Mais j’espère bien que tu comptes passer par Dijon et rester près de nous quelques jours. Il faudrait donc que tu arrivasses ici tout à fait dans les premiers jours de janvier.

488J’aurais encore bien des choses à te dire mais c’est à toi surtout de m’écrire pour me raconter ce que tu fais, ce que tu feras.

  • 149 Énigme scripturale.

489J’attends donc ta lettre, faisant des vœux pour qu’elle soit longue, explicative et lisible. Car tu écris d’une façon de moins en moins déchiffrable et à cet inconvénient radical, tu en as joint un autre la dernière fois en employant un papier qui a bu l’encre. Si bien… au final, que ta lettre était un véritable logogriphe149.

490Au revoir, mon bon ami. Je ne t’en embrasse pas moins comme je t’aime ou comme nous t’aimons tous trois.

491Ton père et ami,

492Jules Lelorrain.

Lettre n° 25

493Dijon, le 14 décembre 1868

494Mon bon ami,

495J’ai reçu ce matin ta lettre impatiemment attendue.

496Mon impatience était surtout motivée par le désir de savoir à quelle époque tu passerais ta thèse, quand tu viendrais nous voir et combien de jours tu pourrais nous consacrer.

  • 150 Ce sera effectivement avant la fin du mois, la thèse ayant été soutenue à Strasbourg le 28 décembre (...)

497Sur la première question, tu crois m’avoir dit que tu soutiendrais ta thèse le 2 ou le 3 janvier. C’est une erreur. Tu n’en as parlé ni dans ta dernière lettre à Berthe, ni dans ta précédente à moi : si bien que je croyais que ce serait avant la fin de ce mois150.

498Tu avais jusqu’ici gardé à peu près le même silence sur les deux autres questions. Je t’envoie, mon cher Édouard, pour la 3e fois l’arrêt de Metz. En vérité, cet arrêt a du malheur avec toi :

499D’abord, je t’ai envoyé dans le temps un mémoire fort intéressant renfermant non seulement cet arrêt mais le jugement de première instance, le rapport de médecins célèbres de Paris nommés comme experts, les enquêtes, les conclusions de l’avocat général, une consultation de la Société médicale de la Moselle.

500Ce rapport… tu l’as perdu !

501Ensuite, je t’ai porté moi-même à Strasbourg ce même arrêt de Metz copié par moi à la suite d’un historique sur la question de responsabilité (feuille de papier libre, grand format, le texte de l’arrêt commence au bas du recto du premier feuillet). Cette feuille, je suis certain de l’avoir déposée dans ta chambre sur ton secrétaire. Tu l’as également perdue !

502Pour ne pas perdre cette 3e copie, je t’engage à la transcrire de suite dans ta thèse.

503C’est d’ailleurs l’avant-dernier arrêt à ma connaissance sur la matière qui nous occupe (le dernier est celui de Dijon que je t’ai également remis avec mes observations critiques).

504Il est très important, consacre des principes fort justes et fort sages et exonère, dans le cas donné, le médecin de toute responsabilité, sinon de tout blâme, alors que, plus sévères que la Cour, les médecins de Paris, ses collègues, étaient d’avis de le condamner.

505Si tu trouves quelques remarques ou observations à faire au point de vue médical, sur cette affaire dont les faits sont nettement posés dans l’arrêt, fais-le sans crainte d’allonger ta thèse.

  • 151 Le souci de Jules Lelorrain à l’égard de la thèse de son fils est touchant : il lui semble que sa q (...)

506Que cette considération ne t’empêche pas non plus de reproduire mes critiques et les tiennes à la suite de l’arrêt de Dijon (prétendue communication de la syphilis par le nourrisson à sa nourrice). Qu’importe que ta thèse coûte quelques francs de plus ou de moins à condition que ce soit une œuvre sérieuse, utile et en quelque sorte un petit traité151.

507Je ne sais pas dans quel format ton imprimeur a l’habitude d’imprimer les thèses de doctorat. Mais je te conseillerai de faire imprimer la tienne dans le format des brochures in-8°. Quand tu lui livreras ton manuscrit (que je ne saurais trop de te recommander d’écrire de ta plus belle écriture), tu lui demanderas combien pourra coûter la composition ; et combien le tirage à tel ou tel nombre d’exemplaires ? Nous verrons d’après ce prix quel maximum nous pourrons atteindre.

508Je t’ai demandé son nom et son adresse pour me mettre en rapport avec lui.

  • 152 Voir la biographie de Jules Lelorrain en annexes.
  • 153 Allusions un peu obscures : nous n’avons pu découvrir de quel livre il s’agissait, quel était son t (...)

509Ce n’est qu’hier dimanche qu’Amédée Vialay m’a apporté de la part de son cousin qui ne m’a pas fait l’honneur de venir me voir, le bouquin que tu as trouvé. Cette découverte m’a fait grand plaisir et je t’en remercie. J’ai connu très bien dans mon enfance à Strasbourg152 ce M. Bertha, ami de mon père. Il est sans doute mort depuis longtemps. Il était secrétaire de la mairie de Strasbourg. C’est peut-être après son décès que l’on a vendu ce bouquin. Si j’eusse fait moi-même cette découverte, j’aurais voulu chercher à remonter à la source. Et de savoir si, à défaut de ses père et mère, cette Célestine Bertha, âgée de 5 ans en 1825, vit encore et habite Strasbourg. Elle a aujourd’hui 48 ans ; ses père et mère demeuraient rue… des Charpentiers, je crois, une rue qui traverse la rue du Dôme. Informe-toi donc à la mairie, si tu en as le temps153.

510Ta lettre est gaie et nous a fait grand plaisir à tous trois. Je vois que tu t’amuses et j’en suis heureux. J’aurais beaucoup de choses à te dire mais je vois que j’ai atteint les limites de mon papier : je ne veux pas payer double part. Ce sera pour une autre fois.

511Nous t’embrassons tous trois tendrement.

512Ton père et ami,

513Jules Lelorrain.

Lettre n° 26

514Dijon, le 22 décembre 1868

515Mon cher Édouard,

516C’est encore un petit mot de moi, Dieu merci ! Tu ne te plaindras pas : voici 3 ou 4 lettres presque consécutives.

517Celle-ci n’a cependant pas grand objet. Peut-être même est-elle inutile. C’est pour te dire que ton frère m’a écrit ce matin qu’il aurait rencontré un de tes camarades, aide-major au Val-de-Grâce, qui lui a dit qu’il fallait que tu fusses rendu à Paris pour le 15 janvier au plus tard.

  • 154 Les délices de Capoue dans lesquels s’était dissoute l’armée d’Hannibal après la fulgurante victoir (...)

518Or, tu m’as toujours parlé du 20. Et comme Strasbourg est pour toi maintenant une Capoue, je crains que tes délices154 ne te retiennent au-delà du terme que tu as appliqué toi-même à ton séjour.

519Arrange-toi donc pour être ici, comme tu me l’as annoncé, pour le 1er ou le 2. J’aimerais mieux, je te l’avoue, que tu y fusses le 1er. C’est un jour où l’on est heureux de se retrouver en famille.

520Gabrielle est entrée dans son 5e mois de grossesse. Elle se porterait très bien sans des névralgies dont elle souffre : elle compte accoucher en mai et ton frère m’invite à aller à Paris pour être le parrain, naturellement avec la mère Estienne.

  • 155 Voilà qu’au détour d’une phrase, nous apprenons une nouvelle considérable que la lettre du 14 mai p (...)

521Je pourrais peut-être en effet profiter pour cela de mes vacances de Pentecôte : ta présence à Paris à cette époque sera un double motif pour me déterminer. Mais je voudrais que par politesse et bienséance, Eugène et Gabrielle engageassent Alix à m’accompagner. Au fond, je t’avoue que j’aimerais mieux, de toute manière, faire seul ce voyage. Mais ma pauvre femme a maintenant le goût de la locomotion. Elle n’aime guère me quitter et serait heureuse d’aller à Paris avec moi. Elle n’a pas été contente du tout que ton frère ne l’ait pas invitée à son mariage155. Il réparerait cela et lui ferait plaisir en l’invitant, lui et Gabrielle, au baptême.

522Donne-leur donc ce conseil quand tu leur écriras. Ton frère n’aura pas encore cette fois d’augmentation. Il n’y en a encore que pour trois employés qui sont plus anciens que lui. Mais il espère une gratification pour ses étrennes.

523Joséphine attend de jour en jour sa délivrance. Ton oncle, ta tante et tes cousins vont bien.

524J’attends très prochainement une lettre de toi. M. Landais est furieux contre son fils qui ne leur écrit pas. Sans toi, ils n’auraient pas de ses nouvelles. Aussi te sont-ils fort reconnaissants quand tu en parles.

525Ta sœur va assez bien, sauf de temps à autre ses douleurs dans le dos et dans les membres.

  • 156 Plus couramment dit « reflux gastro-œsophagien », ou régurgitations acides.
    ***
    (Voir p. 189) La sco (...)

526Alix a toujours sa toux d’irritation, son pyrosis156. Elle t’attend pour la soigner.

527Toutes deux, sans me compter, t’attendent avec impatience et te reverront avec bonheur.

528Tu retrouveras à Dijon ton ami Carion, rentré au bercail. Au revoir, mon bon ami. Soigne bien la correction de tes épreuves. Et passe ta thèse le plus tôt possible.

529Nous t’embrassons tendrement.

530Ton père et ami,

531Jules Lelorrain.

Notes

1 Pour la session de janvier 1868 à Chaumont, 8 affaires et 10 accusés. Trois de vols qualifiés, deux de faux et usage de faux en écritures publiques, une (la seule où figurent trois accusés) de faux et vols qualifiés confondus, une de coups et blessures « graves » selon l’article 309 du code pénal (mais n’ayant pas entraîné la mort), enfin, un infanticide, l’incrimination la plus lourde de cette session (source : ADHM, Instrument de recherche de la série U). En 1866, les cours d’assises françaises jugèrent contradictoirement 3 435 affaires, dans une France de 38 millions d’habitants, contre 2 166 en 2008 – sans compter les appels, inexistants au temps de Jules Lelorrain –, pour 62 millions d’habitants. Cette considérable différence est due, on le sait, à la « correctionnalisation » de multiples infractions depuis deux siècles (les vols qualifiés au premier chef), aux prétextes de rapidité, rationalité, efficacité, moindre sollicitation des jurés et aussi parfois de renforcement de la répression soustraite au « bon cœur » que manifestait souvent le jury.

2 Comme on le sait déjà, Édouard est beaucoup plus anticlérical, voire antireligieux, que son père. L’entrée au couvent de sa sœur le met littéralement hors de lui.

3 Voir la lettre du 26 juin 1867.

4 Henri Cavaniol (1845-1907), auteur et imprimeur à Chaumont, érudit local, ami d’Édouard. Comme imprimeur, il reprit l’affaire familiale. La « thèse » en question est sans doute une « thèse » de licence : Cavaniol avait à cette date 23 ans, un an de moins qu’Édouard. On lui doit L’Invasion de 1870-71 dans la Haute-Marne, Chaumont, 1873. La thèse de licence d’Édouard avait été imprimée par la maison Cavaniol.

5 Pour la session d’assises.

6 Purgatif bien connu !

7 Cardiotonique qu’on extrayait, à l’époque, directement de la plante, préparation très dangereuse.

8 Sirop à base d’opium.

9 Dans la France de 1868, les maladies respiratoires sont redoutables et redoutées – à juste titre, car, de très loin, la principale cause de mortalité. À la fin du XIXe siècle, les seules maladies aiguës, bronchites, broncho-pneumonies, pneumonies, provoquaient chaque année plus de 100 000 décès (pour à peine 40 millions d’habitants), environ un décès sur neuf, deux fois plus que les maladies de cœur, quatre fois plus que les cancers. De plus, une toux persistante pouvait être le signe d’une tuberculose débutante, véritable condamnation à mort à moyen terme (autour de 100 000 décès également vers 1890 – voir l’Annuaire statistique de la France, Paris, un vol. par an). C. Chotard (Chotard-Lioret, 1985, no 1, p. 66) repère exactement les mêmes craintes dans la correspondance étudiée : « Tout ce qui touche de près ou de loin aux voies respiratoires entraîne immédiatement inquiétude et précautions multiples. » Comme souvent, la source romanesque apporte une vision complémentaire. Dès les premières pages de Bel-Ami (1884), Maupassant nous indique sans équivoque qu’un de ses personnages va mourir avant la fin du roman : « Comme il arrivait au coin de la place de l’Opéra, il croisa un gros jeune homme, dont il se rappela vaguement avoir vu la tête quelque part. Il se mit à le suivre en cherchant dans ses souvenirs, et répétant à mi-voix : “Où diable ai-je connu ce particulier-là ?” Il fouillait dans sa pensée, sans parvenir à se le rappeler ; puis tout d’un coup, par un singulier phénomène de mémoire, le même homme lui apparut moins gros, plus jeune, vêtu d’un uniforme de hussard. Il s’écria tout haut : “Tiens, Forestier !” et, allongeant le pas, il alla frapper sur l’épaule du marcheur. L’autre se retourna, le regarda, puis dit : “Qu’est-ce que vous me voulez, monsieur ?” Duroy se mit à rire : “Tu ne me reconnais pas ? – Non. – Georges Duroy du 6e hussards.” Forestier tendit les deux mains : “Ah ! Mon vieux ! Comment vas-tu ? – Très bien et toi ? – Oh ! Moi, pas trop ; figure-toi que j’ai une poitrine de papier mâché maintenant ; je tousse six mois sur douze, à la suite d’une bronchite que j’ai attrapée à Bougival, l’année de mon retour à Paris, voici quatre ans maintenant. – Tiens ! Tu as l’air solide, pourtant”. » Comme on le sait, Forestier meurt à la fin de la première partie et Georges, « Bel-Ami », épouse sa veuve, Madeleine.

10 L’expédition du Mexique (1861-1866) n’avait pas entraîné avec elle que des militaires mais aussi pas mal d’entrepreneurs, de financiers… et de fonctionnaires ou employés persuadés d’y trouver un Eldorado. On sait comment l’affaire se termina.

11 Après les crises européennes de 1866 (Sadowa) et de 1867 (affaire du Luxembourg et crise franco-prussienne), l’éventualité d’une guerre avec la Prusse n’avait plus rien d’une hypothèse saugrenue. Conscients de la médiocrité de l’armée française, révélée par les guerres pourtant victorieuses de Crimée et d’Italie, et par la sanglante et triste affaire du Mexique, Napoléon III et son ministre, le maréchal Niel, tentèrent une profonde réforme visant à créer une véritable armée nationale de conscription. Mais elle se heurta à une mauvaise volonté massive de la bourgeoisie, qui ne voulait pas entendre parler de service militaire obligatoire, opposition que relaya le Corps législatif. Finalement, on ne put voter qu’une loi édulcorée, celle du 4 février 1868, maintenant le tirage au sort et le remplacement mais instituant une « Garde mobile » avec entraînement obligatoire et où étaient versés les « bons numéros » et les remplacés. Elle ne fut pas organisée sérieusement et le désastre de 1870 révéla à quel point l’organisation militaire de l’Empire était catastrophique. Jules Lelorrain, bien qu’opposant politique, se rassure à bon compte, comme nombre de Français sans doute. Il n’est pas loin de partager au fond l’avis du maréchal Lebœuf d’après lequel, selon une formule célèbre mais simplifiée, il ne manquait pas à l’armée « un bouton de guêtre ». Cette confiance insensée conduisit à la déclaration de guerre de juillet 1870, la guerre la plus folle et en même temps la plus évitable qu’ait livrée la France depuis plusieurs siècles.

12 On a déjà examiné ses raisons. On peut les croire mais l’augmentation de traitement est tout de même tentante. Il le redira clairement un peu plus tard. Il est possible que, comme tout un chacun, Jules ait été pétri de contradictions.

13 Ce sont des vêtements de bourgeois, coûteux. En 1870, la boutique « Au Métayer fringant » [sic] à Rennes, fournit une vareuse et un pantalon pour 6,50 francs (chacun). 140 francs représentent deux mois de salaire d’un ouvrier provincial moyen en 1868, l’équivalent de, mettons, 2 600 €, en ne comptant que le salaire direct, beaucoup plus si l’on inclut, ce qu’il faudrait faire, le salaire indirect. On conçoit que les vêtements, surtout ceux de ce type, méritent un soin attentif et qu’on doive les garder longtemps !

14 Édouard a dû déposer sa montre au Mont-de-Piété ! Voir lettre du 30 mars suivant.

15 Pas d’informations plus amples sur ce personnage. Pas davantage sur Carré.

16 Alphonse, père de Félix Fénéon.

17 Jules Jacotot est président du tribunal de Semur, poste occupé auparavant par Jules Jules Lelorrain, de 1852 à 1861.

18 Quand un Français de 1868 dit « en Afrique », il veut presque toujours dire « en Algérie ».

19 C’est le nom de son oncle, pas celui de son village d’origine ! Voir lettre du 14 juillet 1867.

20 La guerre ? Ou la chute du régime, vivement souhaitée par Édouard ?

21 Les demoiselles Matry, filles du juge de paix (voir lettre du 26 mai 1867).

22 La congrégation des Ursulines de Flavigny, établies en cette ville par ordonnance royale du 22 mars 1829 (ADCO, 1 V 416) et vouée, notamment, à l’éducation des jeunes filles.

23 Ce n’est pas faux.

24 C’est-à-dire que si l’impétrante apportait, comme pour un mariage « séculier », une « dot » importante, usage encore très suivi au XIXe siècle comme on l’a vu, « ces Dames » déployaient tous leurs efforts pour garder l’intéressée en leur sein. Ce qui ne sera pas le cas de Berthe, qui n’a pas d’argent. Certaines congrégations refusaient les novices pauvres, d’autres, c’est le cas ici, en acceptaient quelques-unes – en nombre sans doute restreint, la survie de la congrégation exigeant cette prudence. Encore la famille, comme l’a écrit Jules, devait-elle payer une « pension » (lettre du 2 octobre 1867).

25 Mère d’un ami de Jules, ancien receveur des finances à Versailles.

26 Il a sauvé un enfant lors d’un incendie. Voir la lettre suivante, datée du 22 mars 1868.

27 Les Laguin sont d’autres amis de Semur.

28 Président sortant.

29 Le décret du 1er mars 1852 avait introduit – au grand dam de nombreux magistrats – et pour la première fois, une limite d’âge pour les « inamovibles » (parquet non compris, donc) : 70 ans pour ceux des tribunaux et cours d’appel, 75 ans pour la Cour de cassation.

30 Jules Lelorrain dont la jeunesse s’est déroulée sous la monarchie censitaire où le parlement comprenait une Chambre des députés et une Chambre des pairs ne nomme jamais autrement le Corps législatif. Mais le mot est parfois utilisé par les députés eux-mêmes.

31 La loi du 6 juin 1868 sur les réunions publiques supprimait l’autorisation préalable, antérieurement obligatoire, au profit d’une simple déclaration, sauf quand on traitait de questions religieuses ou politiques. Autrement dit, la liberté était assurée si on parlait de jardinage, d’entomologie ou de poésie latine… Toutefois, la liberté des réunions électorales était, en principe, reconnue, mais uniquement pour les élections législatives. Le ministre de l’Intérieur, le très autoritaire Ernest Pinard, avait, au cours de la discussion parlementaire, formellement exclu les élections municipales et cantonales de ce libéralisme bien relatif au prétexte qu’elles étaient trop nombreuses … Mais pour les réunions acceptées, les moyens de contrôle et de répression, tant administratifs (interdiction, en cas de menaces à l’ordre public, par le préfet, voire par le maire, dissolution de la réunion par le commissaire de police) que judiciaires (poursuites possibles sous de nombreux chefs d’inculpation) étaient tels que l’appréciation du magistrat Jules Lelorrain semble tout à fait justifiée. Voir Alain Dalotel, Alain Faure et Jean-Claude Freiermuth, Aux origines de la Commune. Le mouvement des réunions publiques à Paris. 1868-1870. Paris, François Maspero, 1980.

32 Chez les Estienne. La commune des Batignolles, ancien village semi-rural comprenant de nombreuses villas et résidences secondaires, notamment de commerçants parisiens, fut un des nombreux quartiers annexés par Haussmann en 1860 (décret du 16 février 1859, portant effet au 1er janvier 1860), pour former ici une partie du nouveau 17e arrondissement.

33 Il existait (et il existera encore longtemps) des compartiments de « Dames seules » dans les trains.

34 Créé en 1857 par la volonté expresse de Napoléon III, le camp était à la fois camp d’entraînement et « vitrine » de la politique militaire de l’empire avec chaque année une grande parade militaire accessible au public.

35 Ce cas de figure pourrait faire rêver un usager des postes de 2012.

36 Édouard est républicain de tendance radicale. La discipline militaire lui est sans doute odieuse. C’est la modeste position de fortune de sa famille qui l’a amené à choisir la voie de la médecine militaire plutôt que celle de la Faculté. Le coût global des études de médecine, hors tous frais de logement, habillement, nourriture, a fait l’objet d’évaluations très diverses au XIXe siècle, allant de 1 200 francs à plus de 20 000. En tout état de cause, il s’agissait d’études coûteuses. Voir Jacques Léonard, 1977, op. cit., p. 29, [25 juillet 1867]. Voir *** p. 231.

37 En fait, la nomination est imminente. Conseiller à la cour d’appel de Dijon, Jules a-t-il longtemps espéré sa nomination directe comme président de chambre dans la même cour – ce qui, à l’époque, n’était pas impossible ? Si c’est bien le cas, comme semblent l’indiquer ses justifications très lourdes et nombre de remarques antérieures, ce fut un espoir déçu. Il s’est résigné à accepter le poste de président du tribunal, fonction plus active, plus administrative, moins strictement juridique mais, surtout, moins payée. À Dijon, depuis le décret du 2 octobre 1862, le président du tribunal gagne 6 000 francs, un conseiller à la cour, 5 000 (c’est donc bien ici un avancement), mais un président de chambre, 7 500, et 1 500 francs par an, pour un bourgeois sans aucune fortune, sinon celle de la très pingre Alix, comme l’est Jules Lelorrain, ce n’est pas rien. Notre magistrat fait donc contre mauvaise fortune bon cœur. Il ne peut d’ailleurs pas faire autrement. Jusqu’au décret du 13 février 1908 sur l’avancement et le recrutement des magistrats, ni l’un ni l’autre ne sont vraiment transparents et l’arbitraire y joue un rôle considérable. C’est ce décret qui institue pour la première fois un tableau d’avancement comme il en existait, notamment, dans l’armée.

38 Formule de dépit, peu sincère évidemment. La nomination comme président du tribunal va suivre (voir lettre suivante).

39 Depuis la lettre précédente, Jules a enfin été nommé président du tribunal de Dijon (le 8 avril) !

40 Moment douloureux : Jules en vient à apprécier les secours du clergé dans cette épreuve.

41 Et de plus, mais il n’ose pas le dire, même à Édouard, il est très, très content d’aller au mariage de son fils sans elle…

42 « Fille mal tournée, laide, malpropre ; ainsi nommée par allusion à la Maritorne de Don Quichotte » (Littré).

43 L’Agnès de L’École des femmes, bien entendu.

44 Il est possible qu’Édouard, interne hospitalier et à peu près sûr de terminer heureusement ses études de médecine, ait pris du champ par rapport au quotidien de l’École…

45 Lettre au timbre du Tribunal de Dijon, Cabinet du Président.

46 Il n’y a pas à s’étonner que nous n’ayons aucune lettre décrivant le mariage d’Eugène : Édouard y était présent. Jules n’écrit pas pour partager des impressions communes mais pour informer, demander des informations, voire donner ses opinions.

47 Dans cette honnête mais impécunieuse bourgeoisie moyenne, le voyage de noces des jeunes époux a lieu… chez le père du marié.

48 Épouse du second avocat général à la cour de Dijon.

49 Site pittoresque de la Côte-d’Or, à 12 km au nord-ouest de Dijon, une des promenades favorites des Dijonnais. La fontaine de Jouvence (avec une majuscule !) se trouve sur le territoire de la commune de Massigny-et-Vantoux, entre ce bourg et Val-Suzon.

50 Commune devenue Noiron-sous-Gevrey en 1886, canton de Gevrey-Chambertin, à 15 km au sud de Dijon. Sur « l’établissement de Cîteaux », voir la lettre du 12 août 1869.

51 C’est la seule fois où Jules s’explique sur l’expression assez fréquemment employée, « Cette pauvre Alix ».

52 Il s’agit bien de sa femme, qu’il décrit ici à son fils. Visiblement, il est très en colère et la réconciliation signalée plus haut n’a pas étouffé sa rancœur.

53 Ces éléments positifs expliquent l’ambiguïté des relations de Jules avec son épouse.

54 Prodigue et dépensier, Jules n’a rien amassé. L’aurait-il pu ? Dans la société des années 1830-1870, sans fortune aucune et avec des salaires longtemps médiocres, cela peut se discuter. Regrette-t-il de ne pas avoir pratiqué une avarice sordide qui seule eût pu permettre d’amasser un (petit) magot ? Est-il sincère ? Difficile de le dire. En tout cas, il voudrait avoir un peu plus de souplesse financière, cela du moins est certain.

55 Redondance volontaire : « se gêner », ici = faire des dettes.

56 Jules a déjà souvent évoqué les contraintes – qui lui pèsent – emportées par ses nouvelles fonctions.

57 Forte scène de ménage : Jules fait preuve d’une grande fermeté et, apparemment, la menace porte ses fruits. En 1868, le divorce n’existe pas mais la séparation de corps, si. De 1867 à 1871, c’est apparemment la seule fois où les choses en viennent à de telles extrémités.

58 Village sur la voie ferrée Paris-Dijon. Mais la gare est en fait à 3 km du bourg.

59 De Darcey à Flavigny, 8 km par la route.

60 La route Flavigny-Darcey passe au pied d’Alise-Sainte-Reine mais à deux kilomètres du village.

61 Il a donc eu presque un mois de congé à l’occasion de son mariage.

62 À une époque où la plupart des travailleurs n’ont pas de « vacances », la situation des magistrats semble de ce point de vue privilégiée, tout comme celle des professeurs, voire des officiers depuis le décret du 12 avril 1862 mais, pour ces derniers, ce droit est plus théorique que réel (Serman, 1982, p. 213). En ce qui concerne les magistrats, il existait d’une part des vacances judiciaires fixées au départ, comme l’indique Jules Lelorrain, du 1er septembre au 1er novembre. Elles seront avancées au 15 août-15 octobre par le décret du 4 juillet 1885, puis au 1er août-1er octobre par celui du 29 mai 1910. Toutefois, les membres du parquet, les juges d’instruction, les juges de paix n’avaient pas droit à ces vacances et dans chaque tribunal et chaque cour, des audiences de « vacation » devaient être maintenues en nombre réduit et assumées par alternance. En outre, il était de tradition, et Jules y fait souvent allusion, d’accorder à toutes les juridictions des vacances de Pâques et de Pentecôte, quinze jours en tout (Le Poittevin, 1916, p. 444, parle d’un « usage immémorial et universel »). De plus, chaque magistrat, du siège comme du parquet, des cours comme des tribunaux, avait droit à des « congés » individuels allant jusqu’à un mois (circulaire de la Chancellerie du 8 mars 1843 citée par Le Poittevin, p. 438) et les hauts magistrats (présidents de tribunal et procureurs compris) pouvaient s’absenter trois jours sans congé à condition que cette absence « n’empêche pas le magistrat de vaquer à ces devoirs » (circulaire citée). On voit tout au long de cette correspondance que Jules est assez souvent en déplacement ou en vacances.

63 Verrey-sous-Salmaise, à 36 km au nord-ouest de Dijon, sur la ligne Paris-Dijon, entre Dijon et Alise.

64 Rouvray est pourtant de l’autre côté de Semur, vers l’ouest et déjà dans le Morvan.

65 On voit à quel point le système des « recommandations » demeurait essentiel pour l’avancement des fonctionnaires.

66 Lettre au timbre du Tribunal de Dijon, Cabinet du Président.

67 Rappelons que Jules a encore trente ans à vivre et qu’il va mourir à l’âge, fort avancé pour l’époque, de 87 ans.

68 Verrey-sous-Salmaise est à 13 km de Flavigny et à 17 km d’Alise. Puligny est à l’opposé. Le programme explore tous les environs de Dijon.

69 Veut-il dire le pays de Bade ou la ville de Baden-Baden ? Sans doute la ville.

70 Pour une fois, c’est Alix qui pousse aux dépenses. Mais est-ce bien sur ses ressources propres ? La suite permet d’en douter.

71 Dans presque tous leurs voyages, Jules et Alix ne descendent jamais à l’hôtel, solution coûteuse. Jules l’écrit explicitement quand, à la fin de 1868, ils iront voir Édouard à Strasbourg.

72 Très curieuse carrière : un secrétaire général de préfecture, même de 3e classe (cas du Cher), est payé sous le Second Empire, 4 500 francs par an alors que Nevers est un tribunal de 5e classe où un « simple juge » touche 2 700 francs par an après la revalorisation de septembre 1862. L explication réside dans la « fortune magnifique » de Bourdaloue, qui percevait en 1868, selon le procureur général de Bourges, 16 000 francs de rentes, presque trois fois le salaire de Jules comme président du tribunal de Dijon ! (Dossier Bourdaloue, notice de présentation, 19 octobre 1868. Bourdaloue cherchait alors à, et obtenait de revenir à Bourges). Secrétaire général de préfecture signifiait aussi travail réel et responsabilités importantes ; « simple juge » à Nevers n’impliquait certes pas de soucis accablants. Se retirer « fortune faite » et surtout ne pas travailler, ou le moins possible, est, on l’a déjà dit, un objectif de nombre de bourgeois français, moyens ou grands, voire petits, tout au long du XIXe siècle. L’équation que trace Jules n’est pas non plus sans intérêt : (position hiérarchique x coefficient a) + (fortune x coefficient b) = (position hiérarchique x coefficient b) + (fortune x coefficient a), le tout permettant de converser « entre égaux »…

73 Parce qu’ils sont minimes. Là encore, les dissemblances de la cérémonie de mariage avec notre époque, au moins dans la bourgeoisie, sont considérables.

74 Si l’on a bien deviné Édouard, il ne rira ni se moquera : il s’étranglera de rage.

75 « Chacun est entraîné par son penchant. »

76 Aussi libéral que soit Jules Lelorrain, il est, on l’a déjà vu, un homme de son temps quant à la position respective des hommes et des femmes dans la société. Mais, ce qui n’est pas rien, il concède qu’une femme peut se libérer de cette forme de tyrannie sociale si elle fait preuve d’un « génie exceptionnel ». À qui pense-t-il ? À George Sand (1804-1876) ? À Marie d’Agoult, dite Daniel Stern (1805-1876) ? À Clémence Royer (1830-1902), première traductrice (1862) et introductrice de la pensée de Darwin en France ? À Julie Daubié (1824-1874), première femme bachelière en France (1861) et bientôt (1872), première licenciée ?

77 Le contraste est frappant : la déception de Jules est évidente.

78 On voit que ses propos précédents étaient surtout destinés à un usage d’auto-consolation. En vain.

79 Hippolyte Blondel, né en 1823, après une longue carrière dans le parquet (son premier poste ayant été celui de substitut à Semur en 1849), était procureur à Chaumont depuis 1863. Il fut enfin nommé dans un poste plus reposant, avec avancement, comme conseiller à la cour de Dijon, où, de plus, son frère était notaire, le 4 juillet 1868. Il était le mari de « Mme Blondel », nièce d’Alix, que Jules aime beaucoup, et dont il a déjà été question. Curieusement, Jules Lelorrain, qui a dû le croiser rapidement à Semur en 1851 mais surtout a été son président à Chaumont de 1863 à 1865, ne l’évoque même pas dans les lettres de 1867 où il fait l’éloge de sa femme. Avait-il avec le procureur, dont la carrière fut parfois tumultueuse (voir son dossier), des relations distendues avant qu’elles ne se renouent, inopinément, par le biais d’Alix ?

80 Réflexion très révélatrice : une bonne « compagnie judiciaire » se forme par recrutement de bons juristes, certes, mais qui doivent être en même temps des notables locaux. Leur bonne entente conditionne le bon fonctionnement du tribunal ou de la cour.

81 Père de Mme Beau de Rochas.

82 Alphonse Moraud, comte de Callac. Il ne resta pas longtemps à Dijon, remplacé dès novembre 1869 par Julien Lefebvre.

83 Les bureaux de bienfaisance avaient été créés par une loi du Directoire en l’an V (7 frimaire-27 novembre 1796). Ils demeuraient facultatifs et les communes pouvaient les instituer ou non, à leur guise. Mais ils se généralisèrent après 1850 et conduisirent lentement vers l’universalisation de l’assistance, assurée par les grandes lois républicaines de 1893 et 1905. Les magistrats étaient souvent – avant 1883 et l’épuration républicaine qui modifia les choses de fond en comble et leur interdit les fonctions de ce type – membres des bureaux, mais rarement présidents.

84 C’est-à-dire une piqûre reçue en disséquant un cadavre ou en soignant un malade, toujours redoutable bien entendu.

85 On ignore à quelle date Édouard a rejoint Dijon et s’il a finalement bénéficié de deux, trois ou quatre semaines de vacances.

86 C’est-à-dire : nous venons de nous quitter.

87 Édouard, 24 ans, interne des hôpitaux, a besoin d’une autorisation de son père pour coucher en ville et non à l’École (c’est-à-dire à la caserne !).

88 Date de la rentrée des cours.

89 Si l’on comprend bien, on peut essayer de reconstituer comme suit le scénario. Édouard reçoit l’autorisation de son père et la montre au sous-directeur qui objecte : la signature de votre père n’est pas légalisée par l’autorité administrative compétente. La lettre est donc sans valeur. Édouard découche malgré tout. Il est puni de salle de police. C’est Clochemerle à l’école militaire : le directeur veut montrer qu’il n’est pas aux ordres du président du tribunal de Dijon qui est furieux, de son côté, qu’on lui demande, à lui haut magistrat, de faire légaliser sa signature par un maire de campagne semi-illettré…

90 Créée en 1757, la compagnie des mines d’Anzin était la plus vénérable des compagnies minières et aussi l’une des toutes premières entreprises françaises à cette date, un symbole, positif et négatif, du capitalisme de l’époque. Ce n’est pas par hasard que Zola y déplacera laction de Germinal alors que les incidents réels à la base du roman ont eu lieu à Aubin et à La Ricamarie, dans le Massif Central ! Karl, ingénieur centralien, cherche peut-être à y trouver un poste, à ce moment. Voir Guy Dubois et Jean Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais, 2 vol., Bruxelles, Scripto Publishing, 1991 et 1992.

91 Entendre, la famille d’Alix !

92 Thérapeutique commune dans la médecine ancienne, application locale d’un révulsif visant à créer une ampoule sur la peau.

93 Dire que le diagnostic manque de rigueur scientifique est une litote. La médecine du XIXe siècle est ambivalente : tantôt en progrès rapides, grâce notamment à quelques grandes figures, tantôt proche de celle du temps de Molière, chez nombre de médecins de ville ou de campagne. Mais le cas de Berthe est peut-être tout simplement celui d’une jeune fille « mal dans sa peau », tant physiquement que psychologiquement. La correspondance de son père en atteste. D’ailleurs, elle va mourir en 1916, à 74 ans, bien au-delà de l’espérance de vie moyenne chez les femmes de l’époque (en 1914, elle était à 20 ans – pour éliminer le paramètre infantile – de 45 ans, soit 65 ans en tout [Source : INSEE, Annuaire statistique de la France, Annuaire rétrospectif, 1966]).

94 Ou leucorrhée. Secrétions vaginales non sanglantes, souvent d’origine infectieuse.

95 Il va de soi que Jules espère à ce moment qu’elle n’y retournera jamais. Mais son espoir sera, une fois de plus, déçu.

96 Éléments d’attache des ligaments musculaires.

97 Camille Demay est morte de la tuberculose.

98 Cette longue et minutieuse description vise bien entendu à solliciter, même si Jules ne le dit pas, un diagnostic (rassurant ?) d’Édouard.

99 Il n’existait aucun tarif opposable définissant les honoraires des médecins. Il n’était pas rare que les familles qui en avaient les moyens souscrivent un « abonnement » impliquant un certain nombre d’actes, en nombre et qualité variables, précis ou imprécis, large ou étroit. La formule de Jules semble indiquer qu’ici, l’abonnement demeurait limité à des actes plutôt banals. Jacques Léonard, 1977 [voir lettre du 25 juillet 1867], p. 110, signale l’existence d’une famille paysanne aquitaine abonnée annuellement pour soins « aux bêtes et gens ».

100 Fille de l’ancien clerc de Jules lorsqu’il était avoué à Joigny. Voir la lettre ci-dessous.

101 Cette lettre et la suivante sont en partie déchirées. On a retranscrit uniquement les mots dont la lecture est sûre. Le sens général des phrases se devine quand même.

102 Décidément, Jules a l’air très inquiet. Rayé aurait-il eu un caractère un peu « rugueux » ?

103 Le voilà rassuré !

104 De Mulhouse, pas de Dijon !

105 Il l’a déjà dit dans sa lettre du 10. Il arrive à Jules – rarement, il est vrai – d’oublier ce qu’il a déjà écrit.

106 Au sens premier : se détromper d’une fausse croyance.

107 Comme beaucoup de médecins au XIXe siècle, Beaufort doit être quelque peu voltairien, sinon anticlérical.

108 Il est évident que, dans sa lettre précédente, Édouard vient de se livrer à un accès de prurit anticlérical très virulent, visant notamment l’incompétence médicale absolue des sœurs.

109 Sur l’affaire de la syphilis transmise par un nourrisson à sa nourrice. Voir la lettre du 14 mai 1868.

110 Sans doute relatives au logement de Jules et d’Alix, et limitant les frais inhérents au déplacement.

111 En fait le bourg de Darcey et celui de Flavigny sont aussi éloignés l’un que l’autre de la ligne de chemin de fer (3 km environ), le premier au nord, le second au sud. Mais la station porte le nom de Darcey.

112 Les premières classes, dépense tout à fait inhabituelle mais nécessitée par l’état de santé de Berthe.

113 Considérée comme un fortifiant.

114 Classé par la médecine traditionnelle comme un calmant, très souvent donné aux femmes trop « nerveuses ».

115 Les « vertus » thérapeutiques du cresson étaient connues depuis l’Antiquité : fortifiantes, dépuratives, diurétiques, voire aphrodisiaques mais ce n’est évidemment pas le but recherché ici.

116 Soit différentes sortes de révulsifs externes.

117 L’idée – sans fondement scientifique aucun – que la tuberculose avait une composante héréditaire, idée remontant à l’Antiquité, demeurait vivante en 1868, bien qu’un congrès international tenu à Paris en 1867 ait affirmé son caractère contagieux. Ce n’est qu’en 1882 que Robert Koch isolera le bacille qui porte son nom.

118 On note bien sûr chez Jules la crainte de la très redoutée tuberculose osseuse.

119 Méthode de chauffage très répandue en Allemagne et en Europe orientale, peu connue en France.

120 La fille des Rayé.

121 Mulhouse était une des toutes premières villes industrielles françaises. Sa perte, en 1871, sera bien plus lourde sur ce plan que celle de Strasbourg.

122 Le 22 octobre, soit un jeudi.

123 Voilà donc une femme qui travaille…

124 C’est-à-dire le gendre de Mme Foisset !

125 Trois appréciations sur le physique des femmes en trois lignes : Jules y est sensible, cela se remarque en bien d’autres passages de la correspondance.

126 On aura déjà remarqué que les mariages mettent Jules en verve. Il n’est certes ni Flaubert ni Maupassant mais le croquis est plutôt enlevé.

127 L’avancement dans l’armée étant depuis 1815 extrêmement lent, sauf à faire campagne outre-mer, certains officiers étaient tentés de trouver une autre carrière, plus avantageuse, question assez brièvement évoquée par Serman, 1982, et qui devait représenter un phénomène plus considérable qu’on ne le pense.

128 La fin couronne l’œuvre.

129 Maladie épidermique d’origines diverses.

130 Elles sont prévues pour mai 1869. L’argument de Jules semble destiné à une consolation familiale globale. Il est probable, en réalité, que les « protections » ont été, soit de niveau insuffisant, soit peu actives, la famille Lelorrain n’étant pas un enjeu suffisant.

131 La situation financière du ménage Rochas n’est sans doute pas brillante. Mais il est évident que Jules est tout à fait incapable d’apprécier l’ampleur du génie d’un homme tel que Beau de Rochas, qui n’a nullement fini en maison de santé.

132 Remarque fort intéressante et qui montre au contraire un aspect très progressiste de l’esprit de Jules. Sur ce sujet, voir entre autres Geneviève Fraisse et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. 4, Le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991.

133 C’était une opinion assez répandue, qu’on ait été pour ou contre, dans la bourgeoisie comme dans les classes populaires urbaines. Les tragiques événements de 1871 la confirmeront en partie, sauf que les suites (écrasement de la révolution mais au profit de la construction d’une république démocratique, pas du tout de celle d’un État autoritaire) en seront imprévues.

134 Allusion à l’échec du « Printemps des peuples » en 1848 et à la réaction qui s’en était suivie, y compris en France bien entendu.

135 Jules veut dire que l’empire demeure, et le revendique ouvertement, un système autoritaire, même si depuis 1860 quelques timides réformes libérales ont eu lieu.

136 C’est une position assez proche, moins de celle de Thiers dont le républicanisme demeure à cette date fort incertain, que de celles de Jules Simon ou de Jules Favre.

137 Deux mois avant cette lettre, le 19 septembre 1868, la garnison et la flotte de Cadix s’étaient soulevées contre le gouvernement de la reine Isabelle II et avaient adressé au peuple une proclamation dénonçant la corruption et l’incapacité du pouvoir central. Le 30 septembre, après une vaine tentative de résistance, la reine s’exilait en France. Mais le nouveau pouvoir, divisé entre monarchistes libéraux, qui ressuscitèrent la constitution de 1812, et républicains, manquait singulièrement de cohérence. Pendant deux ans, on se mit à la recherche d’un roi acceptable. Il en sortit en juin 1870 l’incident gravissime qui fut à la source de la guerre franco-allemande (voir plus loin).

138 Sous cette formule polémique, il y a une réalité : l’Espagne ne disposait pas de l’importante bourgeoisie petite et moyenne et de la forte catégorie de paysans propriétaires que l’on trouvait en France. Ajoutons que pour tous les Français, le soulèvement antinapoléonien (1808-1814) avait été mené par l’Église et les moines « fanatiques ». Ce qui n’était pas entièrement faux.

139 L’armée était effectivement la seule force organiquement organisée face à l’Église et à la monarchie, d’où l’importance et le nombre des pronunciamientos en Espagne entre 1814 et 1936. Mais la remarque de Jules est au fond très juste. Les synthèses pertinentes sur l’histoire de l’Espagne contemporaine sont peu nombreuses en français. Voir Émile Témime et alii, Histoire de l’Espagne contemporaine. De 1808 à nos jours, Paris, Aubier-Montaigne, 1979.

140 Il veut dire que, pour l’instant, Napoléon III a été le seul à savoir utiliser le suffrage universel. Ce n’est pas faux. En fait, il a inventé le suffrage universel moderne. Ce n’est pas un des principaux mérites impériaux souvent mis en évidence mais il s’agit pourtant bien de cela. Sur l’histoire du suffrage universel, voir Huard, 1991.

141 Le féminisme de Jules a, on l’a déjà vu, des limites…

142 Patois de la Bourgogne occidentale : empêtré, gauche, maladroit.

143 La « grande majorité de 25 ans » ne concernait que le seul acte du mariage. L’article 488 du code Napoléon disait : « La majorité est fixée à vingt et un ans accomplis ; à cet âge, on est capable de tous les actes de la vie civile, sauf la restriction portée au titre Du Mariage. » Cette restriction était prévue par l’article 148 : « Le fils qui n’a pas atteint l’âge de vingt-cinq ans accomplis, la fille qui n’a pas atteint l’âge de vingt et un ans accomplis, ne peuvent contracter mariage sans le consentement de leurs père et mère… » Au-delà de 25 ans, il fallait encore demander aux parents leur consentement par un « acte respectueux », à réitérer trois fois avec un mois de délai en cas de refus. Ces formalités furent peu à peu allégées (par exemple par la loi du 20 juin 1896) avant d’être totalement supprimées par celle du 2 février 1933. Jules Lelorrain, en juriste, estime que la majorité n’est entière que lorsqu’elle n’est plus soumise à aucune restriction.

144 Appréciation discutable : Édouard est toujours interne à l’hôpital de Strasbourg !

145 Somme en effet considérable : plus de deux mois de salaire d’un ouvrier provincial.

146 « Notre fermier » ? Celui d’Alix certainement.

147 « Régulièrement » = comme la règle l’exige, pas au sens « de manière périodique ».

148 L’utilisation des traites ou effets de commerce était encore d’usage courant chez les particuliers. Les techniques bancaires modernes l’ont rendu – pour ceux-ci – entièrement obsolète.

149 Énigme scripturale.

150 Ce sera effectivement avant la fin du mois, la thèse ayant été soutenue à Strasbourg le 28 décembre 1868 et publiée séance tenante.

151 Le souci de Jules Lelorrain à l’égard de la thèse de son fils est touchant : il lui semble que sa qualité et ses connaissances de magistrat, le titre de licencié en droit de son fils, devraient permettre d’explorer à fond le thème de la responsabilité médicale et de faire en sorte que la thèse ne soit pas la formalité qu’elle devait déjà constituer pour nombre de nouveaux médecins. La suite de la carrière de son fils le préoccupe au plus haut point.

152 Voir la biographie de Jules Lelorrain en annexes.

153 Allusions un peu obscures : nous n’avons pu découvrir de quel livre il s’agissait, quel était son titre, si Bertha en était l’auteur, etc.

154 Les délices de Capoue dans lesquels s’était dissoute l’armée d’Hannibal après la fulgurante victoire de Cannes (216 av. J. -C.) – comme Édouard après sa réussite aux examens. Le père et le fils ne sont pas sur le même registre : Jules souhaiterait que la thèse d’Édouard fasse date, ce dernier ne songe qu’à expédier une pénible formalité et à quitter au plus vite Strasbourg dont l’école militaire, pas la ville, lui aura laissé des souvenirs ambigus, pour le moins.

155 Voilà qu’au détour d’une phrase, nous apprenons une nouvelle considérable que la lettre du 14 mai précédent avait pudiquement tue : si Alix nest pas allé au mariage d’Eugène, c’est que celui-ci ne l’avait pas invitée ! On ne s’étonnera pas que le séjour des jeunes mariés quelques jours plus tard à Dijon ait été marqué par d’assez froides relations… Jules, on l’a vu, n’avait pas été mécontent d’aller seul au mariage de son fils. Pour le baptême du futur bébé, il préférerait encore se débarrasser d’Alix pour quelques jours. Mais il n’en est plus question !

156 Plus couramment dit « reflux gastro-œsophagien », ou régurgitations acides.
***
(Voir p. 189) La scolarité d’Édouard a toujours représenté une lourde charge pour Jules. En 1855, son fils ayant eu 21 ans, il avait sollicité et obtenu une demie bourse pour le lycée impérial de Dijon (AN, F 17/7479. Rapport à l’empereur du 14 octobre 1855). Le père était qualifié dans le rapport de « magistrat distingué, qui est chargé de trois enfants et n’a pas de fortune ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site