Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ton père et ami dévoué

 | 
Jules Lelorrain

Principes de cette édition

Jean-François Tanguy

Texte intégral

1Le texte des lettres que nous publions représente l’intégralité de la correspondance conservée, adressée par le magistrat Jules Lelorrain à son fils cadet Édouard entre le 1er janvier 1867 et l’automne 1871 (seules quelques pièces subsistent pour cette dernière année), soit 134 lettres. Ce texte a été édité par nous-même à partir des manuscrits détenus par M. Raymond Faure, descendant d’Eugène, fils aîné de Jules (Eugène étant donc son arrière-grand-père). L’écriture de Jules n’est pas indéchiffrable tout en présentant certaines difficultés dont un peu d’habitude amène la solution. Il subsiste quelques mots illisibles que nous avons indiqués comme tels mais très peu, une dizaine peut-être pour l’ensemble du document, ceci s’appliquant tant aux noms communs qu’aux noms propres.

2Par rapport au manuscrit, nous nous sommes permis quelques infidélités mineures :

  • la division en paragraphes qui n’est pas toujours celle de Jules Lelorrain. Les lettres sont vite écrites et non relues. Les sauts de ligne sont souvent arbitraires, d’autant plus que le scripteur doit tenir compte du format de son papier. Parfois, certains alinéas sont interminables, d’autres fois le retour à la ligne ne s’impose pas du tout. Nous avons essayé de rétablir une « respiration » un peu plus logique ;
  • Jules Lelorrain écrit un français de très bonne qualité, mais il lui arrive, rarement, pressé par l’urgence, de commettre quelques fautes d’orthographe. Nous ne les avons pas conservées. De même, homme de son époque, il écrit systématiquement comme en 1830, c’est-à-dire par exemple « tems » et non « temps ». Nous avons rétabli l’orthographe actuelle ;
  • nous nous sommes totalement affranchi de la ponctuation du manuscrit, très peu cohérente, faite au fil de la plume, non relue et non corrigée comme il va de soi, multipliant les «  : » de manière incongrue plusieurs fois dans une même phrase, répartissant les «  ; » et les points finaux, sans parler des virgules, un peu au hasard. Le maintien de la ponctuation originelle ne rendait pas le texte illisible mais peu élégant ;
  • nous avons aussi uniformisé les noms propres, « Hyppolite », « Hippolyte », sont devenus « Hippolyte » dans tous les cas, etc.

3Nous avons retrouvé et identifié la plupart des individus cités dans ces lignes, mais pas tout à fait tous. Les noms propres sont listés dans l’index. Pour des raisons de commodité, nous avons établi un seul index, comprenant noms de personnes, noms de lieux et notions générales. Il complète l’appareil de notes infrapaginales que nous avons voulu aussi complet que possible. Un de nos buts était de ne rien laisser dans l’ombre, ou presque, et de permettre au lecteur de comprendre la correspondance de Jules presque comme s’il était lui-même Édouard. C’est à lui, le lecteur, de nous dire si nous avons en cela réussi.

4En ce qui concerne la forme des notes, la plupart sont de type classique. Les ouvrages cités le sont de la manière habituelle avec parfois, quand ils le sont à plusieurs reprises (ce qui est rare), la mention, loc. cit. Mais dans le cas des ouvrages les plus importants pour notre propos, c’est-à-dire de ceux cités en bibliographie, on a adopté le système des notes à l’anglo-saxonne, comportant seulement le nom de l’auteur et la date de la publication. Il suffit de se reporter à la bibliographie.

Abréviations

AN

Archives nationales

ADCO

Archives départementales de la Côte-d’Or

ADHM

Archives départementales de la Haute-Marne

ADIV

Archives départementales d’Ille-et-Vilaine

BNF

Bibliothèque nationale de France

CGAJC

Compte général de l’administration de la justice criminelle

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site