Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au miroir de l’anthropologie historique

 | 
Juan Carlos Garavaglia
, 
Jacques Poloni-Simard
, 
Gilles Rivière

En guise d’ouvertures

Les empires ibériques et les saints noirs : les exemples d’Elesbaan et d’Iphigénie

Bernard Vincent

Texte intégral

1La princesse Iphigénie était au ier siècle de notre ère la fille d’Egippus, roi de Nubie, vertueux mais païen. Le souverain, la reine Eufemia, leur fils Ephronius et Iphigénie furent convertis au christianisme et baptisés par saint Matthieu. Et selon la Légende Dorée, l’apôtre consacra la princesse à Dieu et lui confia une communauté de plus de deux cents vierges. Mais à la mort du roi, Hirtacus, oncle Iphigénie, s’empara du trône, décida d’épouser sa nièce et fit assassiner Matthieu qui, prenant la défense de la princesse, condamnait ce mariage. Hirtacus tenta ensuite de mettre le feu à la maison où Iphigénie et les deux cents vierges s’étaient retirées. Une intervention surnaturelle de Matthieu détourna les flammes vers le palais royal qui fut détruit. Hiractus se suicida. Le frère d’Iphigénie, roi à son tour, favorisa alors le développement du culte chrétien.

2Elesbaan, roi d’Éthiopie, a vécu au début du vie siècle. Descendant du souverain Ezana qui avait adhéré au ive siècle au christianisme et établi un empire autour d’Axoum sa capitale, il avait été bientôt contesté par des royaumes vassaux, en particulier par celui d’Hymiar (actuel Yémen), dont le prince était converti au judaïsme. En 517, Dunaan, roi d’Hymiar, ayant persécuté ses sujets chrétiens, Elesbaan entra en campagne et Dunaan fut tué et décapité. Elesbaan organisa l’État et l’Église yéménites, abandonna sa couronne et se retira dans un ermitage.

  • 1 Carvalho Soares M. de, Devotos da cor: identidade étnica, religiosidade e escravidão no Rio de Jane (...)
  • 2 Machado de Oliveira A. J., Devoção negra: santos pretos e catequese no Brasil colonial, Rio de Jane (...)
  • 3 Apolinario da Conceiçao Fr., Flor Peregrina por Preta, ou Nova Maravilha da graça, descoberta na pr (...)

3Ce sont ces deux personnages, Iphigénie et Elesbaan, qui sont réunis sur de nombreux autels au Brésil. De São Luís do Maranhão à Rio de Janeiro, de Belem à São Paulo, nous les trouvons bien souvent associés, comme dans la confrérie de saint Elesbaan et de sainte Iphigénie de Rio étudiée pour le xviiie siècle par Mariza de Carvalho Soares1. Dans un livre récent Anderson José Machado de Oliveira étudie la diffusion du culte dont ces deux saints noirs ont fait l’objet à Rio et au Minas Gerais (Mariana, Ouro Preto) et met l’accent sur le rôle qu’a joué dans cette propagation un carme, José Pereira de Santana, né à Rio en 1694 ou 1696 et auteur de deux hagiographies publiées à Lisbonne, celle de saint Elesbaan en 1735, celle de sainte Iphigénie en 17382. Il souligne aussi que l’œuvre du carme prend place dans la vaste catéchèse organisée par l’Église à l’adresse des Noirs. Il en veut pour preuve la publication à quelques années de distance, en 1744, toujours à Lisbonne, d’une hagiographie concernant un autre saint noir, Benoît de Palerme, dont l’auteur était franciscain3.

  • 4 Voir, entre autres travaux, Fiume G. (éd.), Il santo patrono e la città. San Benedetto il Moro: cul (...)

4Je ne vais pas ici m’attacher à Benoît de Palerme, ce saint qui ayant vécu au xvie siècle (1526-1589) a été béatifié en 1743, un an avant l’hagiographie lisboète, puis canonisé en 1807. La dévotion au saint franciscain sicilien longtemps oublié, en particulier en Europe, fait l’objet de nombreuses études depuis une quinzaine d’années4. En revanche, l’intérêt porté à Elesbaan et Iphigénie est plus récent et plus limité, ce qui ne donne que plus de relief aux deux livres cités plus haut. C’est pourquoi je voudrais ici apporter quelques éléments au dossier les concernant en partant du livre de A. J. Machado de Oliveira.

  • 5 Martínez López E., Tablero de ajedrez: imágenes del negro heroico en la comedia española y en la li (...)
  • 6 Lahon D., O Negro no coração do imperio, Lisbonne, Ministerio da Educação, 1999 ; Id., « Esclavage (...)

5Ce dernier est à la fois suggestif et riche en informations. Cependant, le lecteur peut en tirer la conclusion que les dévotions à Elesbaan et Iphigénie ont été initiées au Brésil et au xviiie siècle. L’auteur ne fait aucune référence à deux approches antérieures à la sienne, qui permettent de situer dans un espace plus vaste la progression de la ferveur entourant les deux saints noirs. La première est celle d’Enrique Martínez López5. Cet Espagnol, qui a longtemps enseigné à l’université états-unienne de Santa Barbara, a publié à l’antenne parisienne de la Fondation Calouste Gulbenkian un ouvrage incroyablement érudit sur les représentations littéraires et artistiques des Noirs, principalement des saints noirs. Il réunit deux champs principaux, le théâtre espagnol du xviie siècle et les arts au Brésil au xviiie siècle, sculpture et gravure surtout. Faisant la part belle à Benoît et à Elesbaan – et dans une moindre mesure à Iphigénie –, il n’hésite pas à remonter à la fin du Moyen Âge et à poursuivre l’enquête en aval, pratiquement jusqu’au xxe siècle. Et il ne cesse au gré de ses documents, écrits ou imagés, de traverser l’Atlantique dans les deux sens. La démarche de Didier Lahon est en apparence plus circonscrite. Dans sa thèse inédite mais dont sont issus de nombreux articles, il cherche à analyser les confréries de Noirs qui ont proliféré au Portugal à partir de la fin du xve siècle. De plus, cet historien-anthropologue se réfère souvent au Brésil6.

  • 7 Natali P. de [Petrus de Natalibus ou Pierre des Noëls], Catalogus sanctorum et gestorum eorum, Vice (...)
  • 8 Baronio C., Martyrologium Romanvm, Rome, Typographia Dominici Bassae, 1586 (trad. esp. par le père (...)
  • 9 Lahon D., « Le berger, le cuisinier, la princesse et l’empereur. Noirs et africains sur les autels (...)

6Quand José Pereira de Santana promeut Elesbaan et Iphigénie, ceux-ci ne sortent pas du néant. La princesse éthiopienne figurait à la fin du xive siècle dans le catalogue de saints établi par le vénitien Pietro de Natali7. Elle est présente en compagnie de l’eunuque de la reine de Nubie Candace que l’apôtre Philippe a baptisé, de Moïse le bandit éthiopien de la fin du ive siècle – aussi devenu ermite après sa conversion – et d’Elesbaan dans le martyrologe composé par le cardinal Cesare Baronio en 15868, au moment où, comme le rappelle D. Lahon, les missions des jésuites portugais en Éthiopie éprouvaient de grandes difficultés. L’entreprise de Baronio « s’apparente, dit-il, à une opération diplomatique de séduction auprès des élites éthiopiennes9 ». La présence de l’eunuque de la reine Candace et d’Iphigénie avait l’avantage de faire remonter la christianisation de l’Éthiopie, et à travers elle de l’Afrique tout entière, au ier siècle de notre ère, donc très précocement. La figure d’Elesbaan, de son côté, n’était pas sans susciter des rapprochements avec celle du Prêtre Jean, en qui on avait vu un roi chrétien des terres de l’Afrique orientale avec lesquelles on n’avait cessé de vouloir établir des relations depuis la fin de Moyen Âge. Elesbaan n’aurait-il pas été un ancêtre du Prêtre Jean ?

  • 10 Urreta L. de, o. p., Historia moral, ecclesiástica, política y natural de los grandes y remotos rey (...)
  • 11 Pennec H., Des Jésuites au royaume du prêtre Jean, Éthiopie. Stratégies, rencontres et tentatives d (...)
  • 12 Historia geral de Etiopia a Alta ou Abassia do Preste Ioam, e do que nella obraram os Padres da Com (...)

7En ce qui concerne le roi d’Axoum, dont la fête est célébrée le 27 octobre, Baronio s’appuie sur l’œuvre de Luigi Lippomano, dont les Sanctorum priscorum patrum vitae parurent à Venise entre 1550 et 1560 et furent reprises par le chartreux allemand Laurent Sauer dans son De probatis sanctorum historiis, imprimé à Cologne en 1570. Peu après, des religieux publièrent des histoires de l’Éthiopie où il était question d’Elesbaan et d’Iphigénie, ainsi le dominicain Luis de Urreta en 1610 à Valence et le jésuite Pedro Paez Jaramillo10. Ce dernier, né près de Madrid mais ayant fait principalement ses études à Coïmbre, appartenait à la province de Goa. Il fut missionnaire en Éthiopie pendant près de vingt ans, de 1603 à 1622. Il indique avoir vu l’ermitage où Elesbaan était mort et enterré11. Son histoire, écrite en portugais entre 1607 et 1622, a circulé sous forme manuscrite et a été utilisée par le père Baltazar Tellez dans son Historia geral de Ethiopia, éditée en 166012. José Pereira de Santana a donc recueilli au xviiie siècle une longue tradition.

  • 13 Sandoval A. de, Un tratado sobre la esclavitud (De Instauranda Aethiopum Salute), éd. par Enriqueta (...)

8On notera aussi les origines géographiques variées des auteurs s’étant intéressés à Elesbaan et/ou à Iphigénie. Cependant, à partir du début du xviie siècle, tous sont soit espagnols soit portugais, au moment même où les deux couronnes étaient réunies sous la tutelle des Habsbourg de Madrid. Ajoutons aux auteurs déjà cités un autre jésuite, Alonso de Sandoval, né à Séville en 1576 mais dont la carrière se déroule en Nouvelle-Grenade, surtout à Carthagène des Indes, l’un des principaux ports de la traite atlantique. L’ouvrage de Sandoval, Naturaleza, política sagrada y profana, costumbres y ritos y catecismo evangélico de todos etíopes, est publié à Séville en 162713. Remarquons encore que Cesare Baronio est né à Naples, ville qui relève également de la monarchie hispanique. Or Portugal, Espagne, Sicile, royaume de Naples abritaient une population servile importante dont une grande partie provenait de l’Afrique de l’Ouest. La dévotion à Elesbaan et à Iphigénie, comme à Benoît de Palerme, y a donc trouvé une population réceptive.

  • 14 Sancho de Sopranos H., Las cofradías de morenos en Cádiz, Madrid, CSIC, 1958.
  • 15 De fait, nous n’avons aucune preuve formelle de l’existence en Espagne d’une dévotion à Elesbaan av (...)
  • 16 Ibid., p. 71.
  • 17 Machado de Oliveira A. J., Devoção negra…, op. cit., chap. i, particulièrement les p. 66-78.

9A. J. Machado de Oliveira rappelle dans son livre, sans y insister, que José Pereira de Santana estimait que le culte aux deux saints éthiopiens était né en Espagne, peut-être à Séville pour Elesbaan, peut-être à Cadix pour Iphigénie. Cela est vraisemblable bien que nous n’ayons aucune certitude quant aux dates. À Cadix a existé une confrérie de Noirs placée sous l’invocation de Notre-Dame du Rosaire, au plus tard à la fin du xvie siècle. Celle-ci eut une vie mouvementée au cours de la première moitié du xviie siècle et passa finalement en 1655 sous le contrôle de confrères blancs14. Les Noirs en fondèrent alors une autre, qu’ils placèrent sous la triple protection de Nuestra Señora de la Salud, San Benito de Palermo et Santa Ifigenia. À Séville, dans la chapelle où était installée la plus ancienne confrérie de Noirs de la péninsule Ibérique, celle de la Piedad y Nuestra Señora de los Ángeles, figurait un retable qui a été détruit lors d’une réforme en 1964. Elesbaan et Iphigénie y entouraient Benoît de Palerme. La date de cette œuvre est incertaine, mais E. Martínez López estime qu’elle peut être située autour de 163015. Il est possible que d’autres représentations du xviie siècle aient existé en d’autres lieux d’Andalousie, par exemple selon Pereira de Santana au couvent des carmélites de Trigueros, près de Huelva, fondé en 1596, ou au carmel de Séville, mais, dans l’un et l’autre cas, les œuvres ont disparu. En revanche, il existe une autre trace de la diffusion précoce du culte à Iphigénie à travers la pièce de théâtre de Felipe Godínez, San Mateo en Etiopía, écrite en 1635. Il n’est sans doute pas anodin que le dramaturge ait été originaire de Moguer, ville qui, comme toute la région de Huelva, possédait une importante communauté de Noirs. À partir de l’Andalousie occidentale, la dévotion aux saints africains s’est probablement étendue au Portugal, à Lisbonne surtout où José Pereira de Santana s’installa longuement. On ne sait quand ont été réalisées les sculptures qui, au carmel et au couvent des clarisses de Lisbonne, représentaient Iphigénie et Elesbaan. Toutes ont disparu selon toute vraisemblance au cours de l’incendie qui suivit le tremblement de terre de 1755. Mais E. Martínez López affirme que la statue d’Elesbaan au carmel était de la main de Jeronimo da Costa, artiste très prisé à la cour de Jean V, donc de la première moitié du xviiie siècle16. Il est alors tentant de voir dans cette œuvre l’influence de l’activité de Pereira de Santana qui, né à Rio de Janeiro, a vécu tôt au Portugal, à Coïmbre puis à Lisbonne où il était présent au moins depuis 173217.

  • 18 Lahon D., « Le berger… », art. cit., p. 184. Il fait aussi allusion à des représentations dans plus (...)
  • 19 Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 72.

10L’apport du religieux brésilien a été décisif dans l’ensemble de l’empire portugais. Au Portugal d’abord. D. Lahon a beaucoup insisté sur l’originalité de l’autel de la Vierge du Rosaire de l’église da Graça, à Lisbonne, où Marie est entourée des quatre saints noirs : Antoine de Noto, Benoît de Palerme, Iphigénie et Elesbaan. Il rappelle aussi l’existence d’autres programmes iconographiques incluant les deux saints africains, seuls ou accompagnés d’autres saints, à l’église des clarisses de Porto, à la cathédrale de Braga, à l’église des carmes de Faro dans l’Algarve, où la statue d’Elesbaan a été érigée en 177718. E. Martínez López fait état aussi de statues ornant le monastère de São Bento de Porto19. Au Brésil aussi bien sûr. Il suffit pour se convaincre de l’engouement populaire en faveur d’Iphigénie et d’Elesbaan de se reporter aux ouvrages de E. Martínez López et de A. J. Machado de Oliveira. Tous les deux accompagnent leurs études de cahiers iconographiques. Le dernier ne comprend pas moins de cinq représentations d’Elesbaan et de onze représentations d’Iphigénie, auxquelles beaucoup d’autres pourraient être ajoutées.

  • 20 Ibid., p. 129 : « Habrá que verificar si es hecho sin paralelo en la América de habla española. »

11Faut-il alors croire à un déplacement définitif de ces dévotions depuis le berceau espagnol en direction de l’empire portugais, européen et américain ? Il ne fait pas de doute que le Portugal et plus encore le Brésil furent désormais leurs terres d’élection. Le transfert est en apparence logique en raison, d’une part, d’une plus grande persistance de l’esclavage au Portugal par rapport à l’Espagne au xviiie siècle, d’autre part, de l’impressionnant volume de la traite atlantique en direction du Brésil. Pour autant, l’esclavage demeure aussi massif dans l’Amérique espagnole, ce qui a conduit E. Martínez López à s’interroger sur l’étrange absence du culte rendu à Iphigénie et Elesbaan dans cette aire20.

  • 21 Archivo Histórico Nacional, Consejos suprimidos, Legajo 5496 : « Ordenanzas que observa la cofradía (...)
  • 22 Inventario del Patrimonio artístico de España, Málaga y su provincia, Madrid, 1985, t. II, p. 69.
  • 23 Je remercie Camilo Fernández Cortizo qui m’a indiqué l’existence des statues des saints africains d (...)

12Revenons d’abord à la métropole espagnole pour souligner que l’intérêt porté aux deux saints africains n’a nullement disparu au xviiie siècle. Certes l’esclavage et en particulier celui des Noirs est devenu résiduel, mais Iphigénie et Elesbaan, comme Benoît de Palerme, ne sont pas oubliés. Ils sont portés par la rivalité entre ordres religieux. À la revendication d’Iphigénie et d’Elesbaan par les carmes répondent les efforts des franciscains pour promouvoir Benoît de Palerme. La proximité de la publication des deux volumes des Atlantes de Pereira de Santana, 1735 et 1738, et de la béatification de Benoît, 1743, n’est pas un hasard. La multiplication des représentations des saints africains au xviiie siècle est la conséquence de cette émulation. C’est le cas probablement des deux statues qui entourent la Vierge du Pilier dans l’église du carmel de Madrid, même si E. Martínez López émet l’hypothèse d’une datation remontant au xviie siècle. Mais ne s’agit-il pas plutôt d’une réponse à la création dans la même ville de la confrérie de Noirs de saint Benoît de Palerme en 174721 ? L’autel avec Iphigénie et Elesbaan du carmel d’Antequera n’est probablement pas étranger au même contexte de concurrence. Les deux saints africains prennent place dans un retable dont le thème principal est la présentation de Jésus au peuple. L’auteur de cette œuvre serait l’artiste local Diego Márquez de la Vega, actif à la fin du xviiie siècle22. Enfin, existent deux ensembles en Galice, l’un et l’autre du dernier tiers du xviiie siècle et dont les auteurs sont anonymes. Le premier est un retable représentant la Vierge du Carmel accompagnée d’Iphigénie et Elesbaan, qui appartient à la cathédrale de Tuy, ville-frontière avec le Portugal. Le second est un retable de Nuestra Señora de los Dolores de l’église paroissiale de Santo Domingo de la ville de Betanzos, dans la Galice maritime septentrionale23. Ces réalisations existant en un territoire n’ayant guère connu l’esclavage ont a priori de quoi surprendre, mais comment ne pas voir ici un écho de la promotion des deux saints par les carmes, particulièrement efficace le long de la façade atlantique ibérique, du cap Saint-Vincent, au sud, au cap Finisterre (et au-delà), au nord ? De surcroît, à la même époque, la concurrence est vive en Galice, avec les franciscains qui commandent aussi nombre de statues de Benoît de Palerme.

  • 24 Archives Municipales de Murcie, 1-H-38.

13À l’iconographie s’ajoute la neuvaine publiée à Orihuela, non loin de Murcie, en 175624. Le texte accumule les imprécisions. Elesbaan est présenté d’emblée comme un empereur d’Abyssinie « appelé communément le Prêtre Jean », tandis que l’éthiopienne Iphigénie est tantôt princesse de Nubie, tantôt princesse d’Égypte. Mais celui qui protège contre les dangers de la mer et celle qui protège contre les incendies appartiennent bien à la famille carmélite. Il importe de constater que l’auteur, Joseph Vicente Alagarda y Eysarch, y réunit les deux saints alors qu’en 1742 la neuvaine d’Antonio de Oliveira, prêtre originaire de Lisbonne mais installé à Salvador de Bahia, était consacrée à la seule Iphigénie. La seconde moitié du xviiie siècle est le temps où les deux saints africains sont définitivement associés.

  • 25 Schenone H. H., Los Santos, Buenos Aires, Fundación Tarea, 1992 ; Urruela de Quezada A. M., El teso (...)

14L’Amérique espagnole n’est pas restée en dehors du mouvement. Une enquête systématique reste à faire, mais deux éléments peuvent être d’ores et déjà relevés. Un sculpteur anonyme a réalisé au xviiie siècle pour le couvent carmélite de sainte Thérèse à Cuzco un saint Elesbaan, et surtout il existe à l’église de la Merced de Ciudad-Guatemala un imposant retable consacré à Iphigénie25. On sait qu’en réalité ce retable provient de l’église de la Merced de la Antigua (Santiago de Guatemala), la grande cité de l’époque coloniale. Il présente un programme iconographique d’une rare richesse. Au centre figurent les sculptures d’Iphigénie, de Matthieu et d’Elesbaan. Elles sont accompagnées par quatre tableaux qui narrent des épisodes de la vie de la sainte, son baptême donné par Matthieu, sa prise d’habit où opère encore l’apôtre, Matthieu sauvant Iphigénie d’un incendie, et enfin la mort d’Iphigénie. Ce bel ensemble remonte aux années 1760, et l’on sait que le doreur Juan Agustín de Astorga y a travaillé en 1766. Il a sans doute été commandité par l’une des confréries de Noirs de Santiago de Guatemala, probablement celle de sainte Iphigénie, l’autre étant placée sous l’invocation de Notre-Dame de l’Esclavage.

15Ce programme est original à beaucoup de points de vue. N’oublions pas d’abord qu’il prend place dans une église de l’ordre de la merci, très puissant dans l’empire hispanique. Alors que d’ordinaire Iphigénie et Elesbaan sont revêtus de l’habit des carmes, ici Elesbaan est simplement un roi et Iphigénie porte un habit indéfinissable sur lequel est placé un blason où est représenté saint Matthieu. De surcroît, la sainte tient dans sa main gauche un livre qui rappelle son rôle de fondatrice de monastère, tandis que la main droite devait porter un objet, sans doute une palme, aujourd’hui disparue.

  • 26 Pereira de Santa Ana J., Os dois Atlantes…, op. cit., vol. I, 1735, p. 332-333.
  • 27 Machado de Oliveira A., Devoção negra…, op. cit., p. 234-236, donne la citation complète des recomm (...)
  • 28 Pereira de Santa Ana J., Os dois Atlantes…, op. cit., vol. II, 1738, p. 107.

16Le caractère insolite de ce retable, au moins dans l’état actuel de la recherche, amène à se poser beaucoup de questions sur les modèles de représentation des deux saints africains et sur leur circulation. On a eu tendance jusqu’à aujourd’hui à considérer que les recommandations formulées en la matière par José Pereira de Santana avaient été suivies d’effet. Elles sont particulièrement précises en ce qui concerne Elesbaan. Ainsi les cheveux de ce personnage, noir de visage et de mains, devaient être traités « à la manière dont les hommes de sa couleur ornent leurs têtes », mais « le visage semblable à celui des Européens : nez fin, forme élégante d’âge mûr, tonsure de religieux, couronne de prêtre, habit de carme26 ». Au contraire, son adversaire Dunaan qui gît à ses pieds, la lance d’Elesbaan plantée dans sa poitrine et le pied gauche du saint l’écrasant, a « un visage, couleur de blé, mélancolique et laid ». Elesbaan devait de surcroît entourer de son bras gauche une église en souvenir de sa défense du catholicisme et du rétablissement de l’église d’Arabie27. Quant à Iphigénie, Pereira de Santana indique qu’elle sera comme Elesbaan, noire de visage et de mains, les seules parties du corps à découvert. Il ajoute : « femme d’âge moyen, de grande beauté, portant l’habit carmélite […], elle tiendra dans la main droite une croix, symbole de la foi et signe des rigoureuses pénitences qu’elle s’infligea de manière exemplaire ; et dans la main gauche une église entourée de grandes flammes en mémoire de l’incendie du couvent qu’Hirtacus, roi de Nubie, fit allumer28 ».

  • 29 Ibid., p. 234. Cette phrase est cependant au départ d’un développement de Didier Lahon, dans sa thè (...)
  • 30 Bibliothèque nationale de Madrid, Estampas, 10-1, 30074.

17Tout en relevant de nombreuses variantes (main gauche d’Elesbaan sans aucun attribut ou les deux mains sans attribut ; absence de Dunaan ; tour, palme ou plume d’écriture au lieu de la croix dans la main droite d’Iphigénie ; livre au lieu de l’église dans la main gauche ; Iphigénie agenouillée et non debout…), A. J. Machado de Oliveira voit dans toutes les représentations l’influence du texte du carme brésilien. Or celui-ci a, à propos d’Elesbaan, un commentaire révélateur qui n’a guère jusqu’ici attiré l’attention de ses lecteurs : « Toutes les autres représentations sont intentions impropres et idées obscures des artisans29. » Cette phrase doit être rapprochée de celle qui accompagne une gravure de José Patiño, artiste espagnol du xviiie siècle, où Elesbaan est représenté tenant dans la main droite la lance plantée dans la poitrine de Dunaan mais portant dans sa main gauche un navire. Il est précisé : « véritable portrait du miraculeux saint Elesbaan30 ». Pereira de Santana fait d’ailleurs lui-même allusion à Elesbaan protecteur des périls de la mer.

  • 31 Lahon D., « Le berger… », art. cit., p. 184.

18Elesbaan et Iphigénie sont au xviiie siècle au centre d’une bataille à laquelle participent de nombreux ordres religieux qui cherchent à se les approprier. Bataille dont l’initiative de Pereira de Santana constitue un épisode essentiel. Ainsi Elesbaan est-il représenté au couvent franciscain de Vidigueira dans l’Alentejo portugais31. Nous avons vu aussi plus haut que les bénédictins de Porto et les mercédaires de Santiago de Guatemala vénéraient les saints africains. À Lisbonne, à l’église de Notre-Dame de la Grâce, ce sont les augustins qui réunissent après 1755 les quatre saints noirs, Antoine de Noto, Benoît de Palerme, Elesbaan et Iphigénie sur l’autel de la Vierge du Rosaire. Toutefois les deux saints africains sont revêtus de l’habit carmélite, ce qui traduit l’ascendant acquis par l’ordre de Pereira de Santana mais sans parvenir au monopole des dévotions. La bataille a eu d’autant plus d’effet sur l’iconographie que les carmes étaient eux-mêmes divisés quant au modèle à propager.

  • 32 Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 70-72.

19E. Martínez López avance l’hypothèse d’une interprétation espagnole qui s’opposerait à une interprétation portugaise32. Cette dernière aurait en particulier joué un grand rôle dans la constitution du couple Elesbaan-Iphigénie, alors que la tradition hispanique aurait étroitement rattaché Iphigénie à Matthieu. En outre, la représentation d’Elesbaan tenant dans sa main gauche un navire serait exclusivement hispanique, comme le suggérerait Patiño dans sa gravure. Les représentations de Madrid, d’Antequera et de Tuy sont effectivement conformes à ce modèle.

20Pourtant, d’autres éléments montrent au contraire que dans l’ensemble de l’espace ibérique est construite au xviiie siècle une matrice avec de multiples variantes. Partout ou presque Iphigénie et Elesbaan sont associés. Partout ou presque les deux saints sont revêtus de l’habit carmélite. Sur ces aspects essentiels, Pereira de Santana triomphe. En revanche, pour de multiples détails il n’a pas toujours été suivi, sans que l’on puisse dire que le monde portugais lui ait été en bloc fidèle et le monde hispanique en bloc infidèle. On trouve par exemple Iphigénie tenant un livre dans la main gauche à la fois dans l’église du Rosaire des Noirs de Salvador et dans celle de la Merci de Santiago de Guatemala.

21Les hésitations iconographiques les plus importantes ont concerné la représentation d’Elesbaan, roi noir tuant un souverain blanc. Les hagiographes eurent beau insister sur l’appartenance de Dunaan au judaïsme, le belliqueux et impitoyable Elesbaan ne constituait pas un exemple à donner aux communautés noires d’Afrique, d’Amérique ou d’Europe. Dans l’aire portugaise et singulièrement au Brésil, où le danger représenté par les Noirs révoltés ou en rupture de ban inquiétait, il n’est pas rare que Dunaan disparaisse. Reste un Elesbaan pacifié qui peut de la sorte côtoyer les autres saints noirs, à l’église da Graça de Lisbonne, à la cathédrale de Braga ou à l’église du Rosaire des Noirs d’Ouro Preto. Dans ce dernier cas, arborant une croix fort simple comme unique attribut, il pourrait pratiquement être confondu avec Benoît de Palerme. À Belem, selon D. Lahon, existe une représentation du saint éthiopien, l’enfant Jésus à ses pieds. Ce dernier élément insolite rapproche Elesbaan de l’iconographie d’Antoine de Noto ou de celle de Benoît de Palerme.

22La difficulté d’imposer un modèle a nui à la diffusion du culte des saints africains, surtout de celui d’Elesbaan. La figure de la princesse de Nubie, infiniment plus consensuelle, bénéficie toujours d’une faveur certaine, surtout au Brésil, mais désormais détachée de son association à Elesbaan. Association qui n’a peut-être duré qu’un demi-siècle. De ce point de vue, l’échec dans le long terme de José Pereira de Santana est patent. Au musée d’art sacré de São Luís de Maranhão, se trouve une Iphigénie isolée et ne portant pas l’habit carmélite, tandis qu’à l’église du Rosaire des Noirs une statue de la sainte, du xixe siècle, est proche d’une autre représentant Benoît de Palerme. Dans l’un et l’autre lieu, Elesbaan est absent. Dans l’église de São Francisco de Salvador de Bahia, Iphigénie fait face à Benoît, et dans celle du Rosaire des Noirs de la même ville, elle est présente aux côtés de Benoît et d’Antoine de Noto. Une fois de plus, Elesbaan est oublié. Et le dernier dimanche d’avril, Iphigénie accompagne Benoît lors de la procession en l’honneur du saint palermitain. Enfin, les artisans brésiliens contemporains qui fabriquent les statuettes de saints ignorent le roi d’Axoum.

23Au Portugal et en Espagne aujourd’hui, les représentations d’Elesbaan et d’Iphigénie étonnent et intriguent. Et rares sont ceux qui les identifient. E. Martínez López a noté il y a plus de dix ans que les statues des deux saints africains étaient indiquées comme représentant la Beata Maria Arcangeli et Albert de Trapani ! En 2009, rien n’a été changé. La confusion généralisée ne rend que plus indispensable une étude exhaustive des cheminements des dévotions aux deux saints africains à travers toute la documentation écrite et imagée disponible.

  • 33 Leclercq Dom H., Les Martyrs, recueil de pièces authentiques sur les martyrs, depuis les origines (...)

24La diffusion de ces dévotions ayant été étroitement liée aux efforts des églises et des monarchies espagnole et portugaise, il importe de dresser un inventaire des implantations. On sait qu’Iphigénie est en toute logique vénérée aussi en Afrique, ainsi à l’église du carmel de Luanda. Il convient encore de s’interroger aussi sur les possibles développements en dehors de l’aire d’influence du monde ibérique. Il est curieux de constater que parmi les religieuses du Saint-Sacrement de la ville française de Bollène ayant été guillotinées pour avoir refusé de prêter serment en 1794 et ayant été béatifiées en 1925, l’une d’entre elles avait choisi, en religion, le nom de sœur Iphigénie de saint Matthieu33.

Notes

1 Carvalho Soares M. de, Devotos da cor: identidade étnica, religiosidade e escravidão no Rio de Janeiro, século XVIII, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2000.

2 Machado de Oliveira A. J., Devoção negra: santos pretos e catequese no Brasil colonial, Rio de Janeiro, Quartet, 2008 ; Pereira de Santa Ana J., Os dois Atlantes da Etiopía, Santo Elesbão, Emperador XLVII da Abissinia, Advogado dos perigos do mar e Santa Ifigenia, princesa de Nubia advogada dos incendios dos edificios, ambos carmelitas, Lisbonne, Oficina de Antonio Pedrozo Galram, vol. I, 1735, vol. II, 1738.

3 Apolinario da Conceiçao Fr., Flor Peregrina por Preta, ou Nova Maravilha da graça, descoberta na prodigiosa vida do Beato Benedito de S. Filadelfio. Religioso leigo da Provincia Reformada da Sicilia, da mais estreita Observancia da Religião Serafica, Lisbonne, Oficina Pinheirense da Música, 1744.

4 Voir, entre autres travaux, Fiume G. (éd.), Il santo patrono e la città. San Benedetto il Moro: culti, devozioni, strategie di età moderna, Venise, Marsilio, 2000 ; Id., Il santo moro. I processi di canonizzazione di Benedetto da Palermo (1594-1807), Milan, F. Angeli, 2002.

5 Martínez López E., Tablero de ajedrez: imágenes del negro heroico en la comedia española y en la literatura e iconografía sacra del Brasil esclavista, Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 1998.

6 Lahon D., O Negro no coração do imperio, Lisbonne, Ministerio da Educação, 1999 ; Id., « Esclavage et confréries noires au Portugal durant l’Ancien Régime », doctorat d’histoire, EHESS, Paris, 2001.

7 Natali P. de [Petrus de Natalibus ou Pierre des Noëls], Catalogus sanctorum et gestorum eorum, Vicence, Henricus de Sancto Urso, 1493 (Le premier volume du cathalogue des saints et saintes nouvellement translaté du latin en français, Paris, Galliot du Pée, 1542).

8 Baronio C., Martyrologium Romanvm, Rome, Typographia Dominici Bassae, 1586 (trad. esp. par le père M. Dionysio Vazquez, Madrid, Pablo de Val, 1611).

9 Lahon D., « Le berger, le cuisinier, la princesse et l’empereur. Noirs et africains sur les autels du Portugal et du Brésil esclavagistes », Incontri Mediterranée, XVII, 1, G. Fiume (éd.), Schiavitu, religione e libertà tra Medioevo ed età moderna nel Mediterraneo, 2008, p. 170-192, ici p. 174.

10 Urreta L. de, o. p., Historia moral, ecclesiástica, política y natural de los grandes y remotos reynos de la Etiopía, monarchía del emperador llamado Preste Iuan de las Indias, Valence, Pedro Patricio Mey, 1610 ; Paez P. [Pêro Pais] Jaramillo, História da Etiópia (ca 1622), éd. par Lopes Teixeira et Alberto Feio, Porto, Civilização, 1945.

11 Pennec H., Des Jésuites au royaume du prêtre Jean, Éthiopie. Stratégies, rencontres et tentatives d’implantation, 1495-1633, Lisbonne-Paris, Fundação Calouste Gulbenkian/Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2003.

12 Historia geral de Etiopia a Alta ou Abassia do Preste Ioam, e do que nella obraram os Padres da Companhia de Iesus […] composta […] pelo Padre Manoel d’Almeyda […], abreviada […] pelo Padre Balthezar Telles […], Coimbre, Manoel Dias, 1660.

13 Sandoval A. de, Un tratado sobre la esclavitud (De Instauranda Aethiopum Salute), éd. par Enriqueta Vila Vilar, Madrid, Alianza Editorial, 1987.

14 Sancho de Sopranos H., Las cofradías de morenos en Cádiz, Madrid, CSIC, 1958.

15 De fait, nous n’avons aucune preuve formelle de l’existence en Espagne d’une dévotion à Elesbaan avant le xviiie siècle. Et ce à la différence d’Iphigénie. C’est pourquoi je reste réservé quant à la réalisation, dans les années 1630, du retable de l’église des « Negritos » de Séville, en dépit des arguments avancés par Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 70. Deux hypothèses ne peuvent être écartées : le retable pourrait être du xviiie siècle ou alors Elesbaan n’y figurait pas. Constatons qu’aucun de ceux qui ont signalé l’existence de ce retable avant sa disparition ne décrit Elesbaan. Cette omission est troublante.

16 Ibid., p. 71.

17 Machado de Oliveira A. J., Devoção negra…, op. cit., chap. i, particulièrement les p. 66-78.

18 Lahon D., « Le berger… », art. cit., p. 184. Il fait aussi allusion à des représentations dans plusieurs églises carmélites de l’Alentejo.

19 Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 72.

20 Ibid., p. 129 : « Habrá que verificar si es hecho sin paralelo en la América de habla española. »

21 Archivo Histórico Nacional, Consejos suprimidos, Legajo 5496 : « Ordenanzas que observa la cofradía de San Benito de Palermo », 16 février 1747.

22 Inventario del Patrimonio artístico de España, Málaga y su provincia, Madrid, 1985, t. II, p. 69.

23 Je remercie Camilo Fernández Cortizo qui m’a indiqué l’existence des statues des saints africains dans l’église Santo Domingo de Betanzos.

24 Archives Municipales de Murcie, 1-H-38.

25 Schenone H. H., Los Santos, Buenos Aires, Fundación Tarea, 1992 ; Urruela de Quezada A. M., El tesoro de la Merced, Guatemala, Citybank, 1997 ; voir aussi le catalogue de l’exposition El país del quetzal, Guatemala maya e hispana, Madrid, Sociedad Estatal para la Acción Cultural Exterior, 2002, p. 389-391.

26 Pereira de Santa Ana J., Os dois Atlantes…, op. cit., vol. I, 1735, p. 332-333.

27 Machado de Oliveira A., Devoção negra…, op. cit., p. 234-236, donne la citation complète des recommandations du carme brésilien ; Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 70-71, avait déjà donné le texte concernant Elesbaan.

28 Pereira de Santa Ana J., Os dois Atlantes…, op. cit., vol. II, 1738, p. 107.

29 Ibid., p. 234. Cette phrase est cependant au départ d’un développement de Didier Lahon, dans sa thèse. Au musée du couvent lisboète des Cardaes, qui a été propriété des carmélites jusqu’au xixe siècle et appartient aujourd’hui aux dominicaines, se trouvent une statue d’Iphigénie, la main gauche tenant une église et la main droite reposant sur la poitrine, et une autre dont il est dit qu’elle représente Elesbaan. Mais dans ce dernier cas le personnage de couleur blanche s’éloigne considérablement des canons de Pereira de Santana. L’attribution est douteuse.

30 Bibliothèque nationale de Madrid, Estampas, 10-1, 30074.

31 Lahon D., « Le berger… », art. cit., p. 184.

32 Martínez López E., Tablero de ajedrez…, op. cit., p. 70-72.

33 Leclercq Dom H., Les Martyrs, recueil de pièces authentiques sur les martyrs, depuis les origines jusqu’au xxe siècle, Paris-Tours, H. Oudin/Mame, 1913, t. XII : La Révolution (1794-1798), p. 115 sq.

Auteur

EHESS-crh

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540