Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au miroir de l’anthropologie historique

 | 
Juan Carlos Garavaglia
, 
Jacques Poloni-Simard
, 
Gilles Rivière

En guise d’ouvertures

Penser le monde au xvie siècle : Tommaso Campanella, les Turcs et le Nouveau Monde

Serge Gruzinski

Texte intégral

« En se déplaçant de l’Orient vers l’Occident,
la monarchie universelle […] est enfin arrivée
entre les mains des Espagnols. »

Tommaso Campanella, prologue de la Monarchie d’Espagne.

1Des Urus au sertão, de Mexico ou Lima à Amsterdam, les enquêtes de Nathan Wachtel nous rappellent constamment qu’il ne saurait aujourd’hui y avoir d’histoire sans horizon planétaire et que toute analyse du local n’acquiert ses véritables dimensions que dans le contexte global qui lui correspond. C’est dire le plaisir que nous avons à l’accompagner sur ces immenses terrains et l’exemple stimulant qu’il ne cesse d’être pour nous.

  • 1 Gruzinski S., Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et islam à l’orée des Temps Modernes, Paris, Le (...)
  • 2 Ortelius A., Theatrum Orbis Terrarum, Anvers, Plantin, 1570.
  • 3 Campanella T., Monarchie d’Espagne et monarchie de France (1598), éd. par Germana Ernst, Paris, PUF (...)

2Comment pense-t-on le monde à la fin de la Renaissance ? Dans Quelle heure est-il là-bas ?, nous avions interrogé un Allemand fixé à Mexico, Heinrich Martin, et un chroniqueur anonyme basé à Istanbul. À Mexico, en 1606, l’Allemand avait consacré deux longs chapitres de son Repertorio de los tiempos à l’histoire et à l’avenir de l’empire turc, alors qu’un quart de siècle plus tôt un savant ottoman avait rédigé une longue chronique de la découverte et de la conquête de l’Amérique, le Tarih-i Hind-i garbi. Malgré les distances qui les séparent, ces deux textes présentent des points communs. Leurs auteurs ont chacun éprouvé le besoin de situer leur terre d’attache – l’un l’Amérique, l’autre la Turquie – sur le globe terrestre. Parfois même, étrangement, regard américain et regard ottoman se confondent1, en partie parce qu’ils sont décentrés par rapport aux métropoles de l’Europe occidentale. Ils apparaissent aux antipodes de la saisie panoramique qu’offre un Abraham Ortelius dans son Theatrum Orbis Terrarum (1570), quand celui-ci jette les bases d’une image du monde délibérément eurocentrée, qui deviendra pour longtemps la nôtre2. En cette fin du xvie siècle, l’atlas anversois n’est pas le seul à offrir aux Européens des outils et des cadres pour penser le monde. Les entreprises de ce genre se multiplient, comme en témoigne l’œuvre d’un Tommaso Campanella. Les réflexions du dominicain nous éloignent du cœur de l’Europe, pour nous conduire sur une de ses marges italiennes et désolées, la Calabre, d’où l’on jouit d’une vue plongeante sur une mer « infestée » par les Turcs et les Barbaresques. Si la contrée est moins exotique que la Nouvelle-Espagne, elle est aussi moins calme et moins prospère. Avant-poste du royaume de Naples, la Calabre connaît un destin agité. Elle subit les exactions des troupes espagnoles, des féodaux et des bandits de grand chemin, et ses rivages sont sans cesse exposés aux incursions des corsaires musulmans. C’est donc la Monarchia di Spagna de Campanella qui nous servira de guide. Pensée et rédigée pour l’essentiel en 15983, elle est restée fort longtemps manuscrite.

3Voit-on sous le ciel de Calabre le même monde que celui que l’on découvre depuis Istanbul ou depuis Mexico ? Pas plus que le Repertorio de Heinrich Martin ou que le Tarih-i Hind-i garbi, la Monarchia di Spagna n’est un ouvrage d’histoire. C’est avant tout un manifeste politique écrit dans des circonstances singulièrement difficiles pour le moine calabrais. Conçue alors qu’il préparait en Calabre une révolte contre Madrid, cette illustration et défense de la monarchie espagnole a été achevée au fond des prisons de Naples, où elle est devenue un plaidoyer adressé à Philippe III. Pour sauver sa tête, le dominicain devait coûte que coûte convaincre le prince de ses bonnes intentions.

  • 4 Publiées à Rome en 1591, les Relationi universali, qui connurent des éditions et des traductions mu (...)
  • 5 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 317.
  • 6 Ibid., p. 339.

4L’œuvre nous intéresse par les perspectives planétaires qu’elle ouvre et par la façon dont elle envisage systématiquement le globe à partir d’un système de domination politique sans précédent, la Monarchie catholique. Comme on le sait, Campanella n’est pas parti de rien. Il s’est largement inspiré des Relations universelles d’un Piémontais, élève des jésuites, Giovanni Botero4. La Monarchie bénéficie ainsi de l’immense collecte d’informations qui a dicté à Botero une vision du monde fortement imprégnée de l’élan conquérant de la Contre-Réforme. Mais Campanella s’en détache pour imprimer à son texte une urgence qu’on chercherait en vain sous la plume du Piémontais. La Monarchie d’Espagne développe un panorama politique du monde au sein duquel, européocentrisme oblige, l’Espagne et les États européens se taillent la part du lion. Mais en même temps, elle adopte systématiquement une échelle planétaire et circonscrit hors d’Europe deux grands espaces, essentiels aux yeux du dominicain5 : l’Empire ottoman, qui fait l’objet d’analyses répétées, et « l’autre hémisphère, c’est-à-dire le Nouveau Monde6 ». C’est d’ailleurs sur ce continent que se clôt le tour du monde dans lequel nous entraîne Campanella.

5La réflexion du dominicain dépasse le simple état des lieux pour dégager une série de facteurs qui lui paraissent susceptibles d’accroître la cohérence et la pérennité de l’hégémonie espagnole. Comment assurer la domination du roi sur la planète ? Comment créer ou renforcer l’union des âmes, des corps et des biens entre les différents membres de la Monarchie ? La réponse est immédiate : c’est la navigation qui garantit les liens de l’Espagne avec ses possessions lointaines. Ses vaisseaux doivent circuler « sans interruption » (perpetuamente).

  • 7 Ibid., p. 357.

« Surtout, exhorte Campanella, pour maintenir l’union du Nouveau Monde avec nous, il est nécessaire de lancer à la mer tant de cités de bois qu’il y en ait toujours à aller et venir d’eux à nous, en transportant des marchandises et des cargaisons d’une rive à l’autre et en faisant sans cesse le tour du monde, de sorte que les Anglais et les autres nations ne puissent le faire […]. Le roi d’Espagne a besoin de mille navires et d’autant de gens qu’il faut pour les diriger avec intelligence et valeur, afin de parvenir à s’emparer de la seigneurie du Nouveau Monde, de l’Afrique, des îles, des côtes de l’Asie, de Calicut, de la Chine et du Japon7. »

  • 8 Ibid., p. 217.
  • 9 Ibid., p. 219.
  • 10 Ibid., p. xxv, et chap. vi, p. 45.
  • 11 Ibid., p. 223.
  • 12 Ibid., p. 359.
  • 13 Ibid., p. 237.

6Ce vaste programme de conquêtes exige une politique concrète d’intégration, d’assimilation et d’unification du monde. Or, de quelle manière unir les peuples aux Espagnols ? Comment les associer et les rattacher à la Monarchie ? « Quand on veut dominer des pays différents, il faut […] s’efforcer de les rendre semblables et unis, et c’est la politique, science donnée par Dieu aux hommes, qui a découvert cette façon de les unir8. » On réalisera donc l’union des corps en s’inspirant de l’exemple des Turcs qui intègrent de force les enfants des vaincus à leur empire9. Mais c’est l’union des âmes qui reste l’objectif prioritaire. « La religion a toujours la victoire quand elle a du crédit, parce qu’elle lie les âmes dont dépendent les corps, les épées et les langues qui sont les instruments de l’empire10. » Religion et politique, essor de la navigation, du commerce et des sciences souderont entre eux les États de la couronne d’Espagne et atténueront la haine que suscitent presque partout les Espagnols. Non content de penser le monde sous la férule des Habsbourg, Campanella définit avec une audace sans précédent les modalités « culturelles » – même si le mot est ici bien faible – de la prise en charge et de l’uniformisation des hommes sur la planète. Il faut que les autres nations s’espagnolisent et que de surcroît elles « se réjouissent d’un tel bonheur11 ». « Hispaniser le monde12 », voilà l’un des maîtres mots, pour ne pas dire l’une des obsessions de Campanella. La nécessaire transformation des êtres s’effectuera dès le plus jeune âge. Elle passera par l’éducation : on s’emparera des enfants des hérétiques, de ceux des Turcs et des pays occupés en Flandre et en Afrique pour les élever dans des écoles spécialisées, qu’il appelle des « séminaires ». Il va de soi que cette hispanisation sera obligatoirement catholique et romaine, et que toutes les mesures seront prises pour éviter « la contamination par de nouvelles coutumes religieuses13 ».

  • 14 Ibid., p. xxii.
  • 15 Ibid., p. 75.
  • 16 Ibid., p. 99.

7Cette vision musclée et peu regardante sur les moyens14 exige une connaissance précise des peuples et de leur situation dans les différentes parties du monde. Comme à Istanbul, à Mexico ou à Anvers, le regard planétaire du Calabrais s’abreuve de cosmographie. Le souverain ibérique se doit avant tout de savoir le monde : « L’occupation qui lui convient le mieux, c’est de connaître la description du monde et de ses royaumes, les coutumes, les religions et les sectes des nations15. » La cosmographie apparaît ainsi comme une science et un instrument de domination indispensables à l’empire. Nul doute que l’Anonyme d’Istanbul et l’Allemand de Mexico eussent applaudi des deux mains : « Il doit y avoir des cosmographes qui décrivent tout le monde parcouru par les Espagnols puisque chez Ptolémée il y a peu de choses sur ces terres16. » De grands mathématiciens flamands et allemands n’auront plus qu’à partir tout autour de la planète

  • 17 Ibid., p. 361.

« pour mesurer la position des étoiles, leur configuration […], la profondeur des mers et pour examiner attentivement quel est leur mouvement d’est en ouest, quel est leur flux et reflux selon les heures, quelles mers croissent pendant la première partie de la lunaison et décroissent pendant la seconde, lesquelles sont plus navigables l’été et lesquelles le sont l’hiver, en rapport avec quelles étoiles ou quels promontoires, et là où elles sont denses ou légères, là où elles forment de la glace ou non, et les écueils, les îles, les bancs de sable17 ».

  • 18 Ibid., p. 99. La présence du cosmographe et mathématicien Heinrich Martin dans la lointaine Nouvell (...)

8Le dominicain s’inquiète même expressément des besoins scientifiques des Indes occidentales quand il conseille au roi « d’attirer par des récompenses tous les meilleurs esprits d’Allemagne et de les envoyer dans le Nouveau Monde pour y faire la description de toutes les nouvelles constellations situées sous l’Antarctique jusqu’au tropique du Capricorne18 ».

  • 19 Ibid., p. 99.
  • 20 Ibid., p. 101.
  • 21 Ibid., p. 361.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

9La somme de ces connaissances, dans l’esprit de Campanella, fera du roi d’Espagne « le maître de la mer, de la terre et des hommes ». Cette apologie de la collecte des savoirs – sur laquelle pratiquement s’achève la Monarchie – devrait inspirer la publication « d’un ouvrage qui fasse l’éloge de Christophe Colomb, de Magellan, d’Amerigo Vespucci, de Fernand Cortés, de Pizarro et de tous ses autres grands capitaines pour encourager les autres à se lancer dans des entreprises de ce genre19 ». C’était allier l’exaltation des sciences à la propagande et à la promotion des grands hommes, explorateurs et gens de guerre. Même si Campanella concède que l’on puisse encore rédiger de « brèves histoires universelles20 », l’astronomie et la cosmographie se taillent la part du lion. Il faut « noter là où il y a des habitants, là où vivent les hommes tempérés, les pygmées, les géants, les Noirs, les Rouges, les Blancs, les Verts, en allant d’un climat à l’autre21 ». Si l’Espagne a reçu l’empire, c’est parce qu’elle a éprouvé le « désir de connaître le monde22 » (perché desiderò di conoscerlo). Si Dieu a donné gloire et royauté à Colomb, c’est parce que le Génois « a eu le désir de connaître le monde figlio di Dio23 ». Le moine trouve une formule saisissante pour exprimer le lien qu’il pose entre savoir et pouvoir : « Connaître le monde, c’est déjà le posséder à moitié. » C’est dire que l’appétit de connaissance et de science, loin de précéder le pouvoir, lui est consubstantiel.

  • 24 Ibid., p. 29.
  • 25 Ibid., p. 61.
  • 26 Ibid., p. 61.

10Si la cosmographie apporte la matière sur laquelle le dominicain construit sa géo-politique, engranger les données nouvelles ne l’empêche pas de revenir à de vieilles théories puisées dans la Bible. Le Calabrais demeure convaincu que le Dieu de l’Ancien Testament a assigné à chacun des peuples de la planète une vocation sur terre : les descendants de Japhet sont des porteurs d’empire, les grands prêtres et les législateurs se recrutent parmi les fils de Sem, tandis les descendants de Cham sont « des esclaves et des tyrans24 ». Quant aux naturels du Nouveau Monde, ignorés des Écritures, leur assujettissement à la monarchie d’Espagne n’a pas à être remis en cause, car l’occupation du continent est aussi légitime que celle de la Palestine par les Hébreux : « [Le roi d’Espagne] possède le Nouveau Monde en toute justice comme Moïse en occupant la Terre sainte25. » Pas question un seul instant, comme le prétendent les hérétiques et les adversaires de l’Espagne, de revenir sur la « conquête du Mexique26 ».

  • 27 Campanella T., Opusculi astrologici: Come evitare il fato astrale, Apologetico, Disputa sulle Bolle(...)
  • 28 Ibid., p. 16.
  • 29 Rappelons que le grand astronome Tycho Brahé ne dédaignait pas les prophéties et qu’il avait annonc (...)
  • 30 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 75.
  • 31 Ibid., p. 99, 101.

11La cosmographie du dominicain n’est qu’un ressort de sa vision du monde. Autant que l’Allemand Heinrich Martin, Tommaso Campanella s’intéresse à l’astrologie et aux astrologues. Le dominicain s’est initié à cette science dès son séjour à Naples, auprès des frères Della Porta, Giovan Battista et Giovan Vincenzo27. En 1598, quand il rédige la Monarchia, le Calabrais possède non seulement des notions approfondies d’astrologie, mais il est persuadé que son horoscope lui réserve un destin exceptionnel, comme le lui avaient annoncé un rabbin et un astrologue allemand croisés dans les geôles de l’Inquisition. En mars 1614, à Naples, il terminera les six livres des Astrologicorum et beaucoup viennent alors de loin le visiter dans son cachot de Castel Nuovo pour solliciter des horoscopes28. À Rome, puis à Paris, c’est Tommaso Campanella l’astrologue qui intéresse et qui fascine, c’est lui qu’on interroge sur le destin du pape Urbain VIII ou sur celui du dauphin de France, le futur Louis XIV29. Parfois mensongère, Campanella en convient, l’astrologie recèle souvent des « cose divinissime », mais c’est à ses yeux une science au même titre que la théologie30. C’est aussi un extraordinaire instrument de propagande, un langage puissant, chargé d’un symbolisme universel. Pourquoi donc ne pas l’exploiter en donnant aux constellations de l’hémisphère Sud les noms de Colomb, Magellan, Charles Quint et des autres seigneurs de la maison d’Autriche, « pour qu’ainsi l’astrologie s’apprenne avec la mémoire locale, que ces hommes illustres soient exaltés et vénérés, et que le monde entier ait les yeux tournés vers un tel empire et qu’il désire le servir31 » ? Ou l’art d’insérer l’histoire européenne et les grands hommes à la conquête du ciel de l’autre côté de la Terre.

  • 32 Ibid., p. 21.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 23.
  • 35 Martínez H., Repertorio de los tiempos…, op. cit., p. 215 ; Campanella rédige à cette occasion le « (...)
  • 36 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 35. Elle a été observée par Tycho Brahé, qui lui (...)

12Mais l’astrologie doit avant tout aider à déchiffrer l’avenir du monde. Campanella a des raisons de croire que la fin des temps est proche, et pas seulement celle de l’Empire ottoman, « puisque les étoiles fixes de tous les douze signes ont changé de place, que le soleil est descendu et qu’il s’est rapproché de la terre de quasiment cent dix mille milles et que la translation en arrière des équinoxes de quasiment 28o, les apogées par 34o et la réduction de vingt-quatre minutes du parcours du soleil apparaissent comme de très grandes nouveautés32 ». Autant de signes annonçant la fin du monde ou des « changements des plus grandes monarchies du monde33 ». Comme pour la majorité des Européens, le ciel de Campanella est un miroir où se décryptent les transformations du globe. Dans cette perspective, les nombres comme les astres ont un sens et, en particulier, le millésime 1600, qui se décompose en 7 × 100 plus 9 × 100, le sept et le neuf étant des « nombres fatals à toute monarchie, comme l’ont écrit Pythagore et Platon34 ». Pas étonnant que de Naples à Mexico on s’imagine que les événements de la première décennie du xviie siècle bouleverseront le monde. Les planètes confirment à leur tour ce que révèlent les nombres et les étoiles. Par-delà les mers et les océans, Tommaso Campanella et Heinrich Martin redoutent la « grande conjonction » de Jupiter et de Saturne dans le signe de feu du Sagittaire, prévue pour le 24 décembre 160335. Le Calabrais a beau nous laisser en partie sur notre faim, on apprendra quand même que cette grande conjonction sonne le début d’une ère nouvelle, traversée de bouleversements politiques et religieux, et qu’elle sera aussi néfaste pour l’islam que les deux siècles précédents ont pu lui être favorables. L’époque se retrouvera dans une situation comparable à celles qui ont vu naître le Christ ou régner Charlemagne. Enfin, comme Heinrich Martin, le dominicain s’interroge sur la supernova apparue en 1572 dans le siège de Cassiopée36.

  • 37 Ibid., p. 27 et n. 42.

13Si dorénavant la lecture des astres alimente une mémoire occidentale que partagent Naples, Rome ou Mexico, c’est qu’au xvie siècle la littérature prophétique circule entre les continents. De l’Italie au Nouveau Monde, les lettrés connaissent les mêmes préoccupations et les mêmes sources. Quelques années avant Heinrich Martin, Tommaso Campanella rouvre les fameuses prophéties des Sibylles. Il exploite les prédictions de l’astrologue Antonio Torquato, comme le fera l’imprimeur de Mexico en 1606. À l’instar de milliers d’Européens, tous deux pratiquent le Prognosticon de eversione Europae (1480) du médecin de Ferrare, qui fait l’objet de nombreuses réimpressions tout au long du xvie siècle. Torquato y pronostiquait la conversion des Turcs : « Tunc videbis Turcas ad fidem Christi convolare37 » (alors tu verras les Turcs rejoindre la foi du Christ). À l’en croire, « l’empire de la lune » – l’Empire ottoman – était condamné à s’effondrer après la mort de son quinzième sultan. L’idée avait autant convaincu le moine de Calabre que le cosmographe de Mexico.

  • 38 Ibid., p. 27.
  • 39 Ibid., p. 206.
  • 40 Ibid., p. 320-321.
  • 41 Ibid., p. 61.
  • 42 Ibid., p. 335 : « roi typique des Assyriens », il vaincra Juda, c’est-à-dire l’empire d’Occident, « (...)
  • 43 Sur Francisco de la Cruz, voir Abril Castelló V. et Abril Stoffels M. J., Francisco de la Cruz, Inq (...)

14Dans ce contexte, c’est à l’Espagne qu’il revient d’exercer la domination universelle. Campanella n’en démord pas. Mais il est une condition préalable à son triomphe : son roi doit d’abord débarrasser l’Église des hérétiques et des Turcs. Comme pour les Espagnols de Mexico et de Lima, le Turc incarne l’une des pièces maîtresses de l’échiquier mondial, car « il est clair, écrit Campanella, que celui qui abattra l’empire turc sera le maître du monde38 ». Ce rival de la monarchie d’Espagne n’aspire-t-il pas lui aussi à la « signoria del mondo », à la « monarchia del mondo »39 ? « Si fa chiamare signore universale, come il re di Spagna cattolico, cioé universale, onde insieme si giocano il dominio del universo » (il se fait appeler seigneur universel comme le roi d’Espagne est catholique, c’est-à-dire universel, de sorte qu’ils se disputent tous les deux la domination de l’univers40). Car si le Turc s’est emparé de Constantinople à cause des péchés des chrétiens, « voilà qui ne signifie pas que nous n’ayons pas toutes les raisons de recouvrer cet empire qui nous appartient41 ». Si le Turc est redoutable, c’est qu’il détient des atouts majeurs : il n’est pas détesté de presque toutes les autres nations du monde comme le sont les Espagnols ; souverain absolu, le sultan est entièrement libre de ses mouvements car il n’a pas de « grand prêtre », lisez de pape, à ses côtés ; non content de maîtriser l’art de la guerre, le Turc possède « un art merveilleux pour différer les guerres toujours à son avantage42 ». En ce cas, à Dieu ne plaise, empire et sacerdoce passeront au Nouveau Monde et l’Europe sera ruinée. Il n’est pas anodin de retrouver en Calabre, à un quart de siècle de distance et à des milliers de kilomètres du Pérou, les propositions subversives d’un autre dominicain, Francisco de la Cruz. Ce moine avait soutenu à Lima la thèse du transfert de l’Église en Amérique43, et cette idée, mêlée à d’autres propositions aussi audacieuses que délirantes, l’avait conduit au bûcher.

15Pour l’emporter, le roi d’Espagne doit savoir jouer des trois armes qu’il a entre les mains : la navigation, le commerce et, bien évidemment, la religion. En principe le catholicisme romain lui assurera une supériorité incontestée, mais rien n’est acquis d’avance. On a même le sentiment que le propos de Tommaso Campanella n’est pas totalement dépourvu d’arrière-pensée… ni peut-être d’actualité :

  • 44 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 47.

« Les armes ne peuvent rien contre la religion : contre elle ne vaut qu’une autre religion qui soit meilleure, même si elle est sans armes, ou qui soit pire pourvu qu’elle plaise au peuple ou que ses armes soient supérieures44. »

  • 45 Ibid., p. 333.
  • 46 Ibid., p. 317, 319.

16Qui dit que l’islam, religion qui plaît au peuple et dont les armes sont peut-être les plus fortes, ne finira pas par l’emporter sur le christianisme ? À moins que le roi d’Espagne ne se lance dans une politique d’alliances planétaires : avec l’empereur de Perse, avec le Prêtre Jean dans la corne de l’Afrique, avec le Moscovite – par l’intermédiaire du roi de Pologne –, avec les Géorgiens qui attaqueraient Trébizonde sur la mer Noire…, sans oublier les juifs et les chrétiens soumis à la tyrannie du Grand Turc et qu’on imagine prêts à se soulever partout contre lui45. Pour mieux lutter contre « l’infection du mahométisme », on expédiera au Persan une aide militaire en l’équipant d’artillerie et d’arquebuses. On ira même jusqu’à se ménager l’amitié du Japon et de la Chine en leur offrant les sciences, les arts de l’Europe, la peinture et l’imprimerie, de quoi les séduire et les occuper avant qu’on utilise ces moyens pour introduire chez eux le christianisme : « Je ne trouve rien de plus utile pour ces royaumes étrangers que de leur transmettre les sciences de l’Occident, ainsi que la langue, les philosophes et les mathématiques46. » De l’occidentalisation « haut de gamme » comme prélude à la christianisation et à la colonisation…

  • 47 Ibid., p. 335.
  • 48 Ibid.
  • 49 La doctrine du philosophe napolitain Bernardino Telesio (1509-1588).
  • 50 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 337.

17Pour extirper l’islam, tous les moyens sont bons. On ouvrira des écoles d’arabe47 et on fera en sorte que « l’imprimerie fasse son entrée en Turquie pour détourner les peuples des armes en les amenant aux lettres et y répandre les disputes de théologie et de philosophie […] afin de les diviser et de les affaiblir48 ». La manœuvre est simple : si grâce à l’imprimerie la Réforme est parvenue à diviser la chrétienté, l’invention devrait avoir des répercussions tout aussi délétères sur le monde de l’islam. Pour Campanella les dissensions que ne manquera pas de faire surgir un cocktail d’aristotélisme, de platonisme et de télesianisme49 plongeront l’adversaire ottoman dans des polémiques dont il ne pourra jamais se relever. Rien de mieux que les querelles d’intellectuels pour préparer la suprématie ibérique ! Le recours systématique à l’intoxication idéologique pour démoraliser l’ennemi confirme que tous les coups sont permis contre les musulmans : « Ils seront rapidement conduits à la ruine, s’efféminant, s’amollissant et se divisant50. »

  • 51 Mais le camp chrétien n’est pas plus épargné par des mesures tout aussi radicales. Campanella imagi (...)
  • 52 Ibid., p. 335.
  • 53 Vers 1537, Alessandro et Paganino Pagani en avaient publié une luxueuse édition dans un but apparem (...)
  • 54 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 335.

18Réalisme et machiavélisme alternent sous la plume de Campanella, qui ne se dissimule pas les difficultés de l’entreprise51. C’est que l’Empire ottoman est coriace. « [Le Turc] n’a pas voulu recevoir l’imprimerie pour l’arabe, que lui avait envoyée le grand-duc de Toscane, de peur de voir le livre se répandre en quantité et la vertu militaire s’amollir, et il a refusé d’admettre la question de la diffusion des lettres et de faire qu’ils se rendent compte des erreurs de Mahomet52. » En 1537, une tentative vénitienne d’imprimer un coran en arabe pour le distribuer dans les pays musulmans avait déjà fait long feu, car les acheteurs potentiels n’étaient guère disposés à adopter un texte établi et imprimé par des Infidèles, et, qui plus est, diffusé depuis une terre chrétienne53. En revanche, le Turc sut accueillir les juifs « que lui envoya le dernier Ferdinand d’Aragon » et « il a voulu nos armes, notre artillerie et nos esclaves54 ». À la même époque, le lointain Japon s’est également engagé dans une politique d’assimilation sélective, aux antipodes de l’occidentalisation systématique et forcée du Nouveau Monde.

  • 55 Ibid., p. 25, 21.
  • 56 Sur la littérature prophétique en Europe, la bibliographie est considérable. Rappelons le classique (...)
  • 57 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 31.
  • 58 « Je veux dévoiler un autre secret […]. Je ne peux en dire davantage ici, ni comment il faut l’ente (...)

19Le pragmatisme de Campanella ne saurait faire perdre de vue les maîtres mots de sa vision du monde : prophéties et fin des temps. L’approche n’a rien d’original. L’Europe du xvie siècle a vécu dans l’attente de la fin du monde. Après le choc provoqué par la chute de Constantinople, le schisme luthérien et la menace turque ont partout profondément inquiété les esprits. La découverte du Nouveau Monde, à son tour, a répandu le fol espoir de parvenir à la conversion de tous les peuples de la terre. La plenitudo gentium était censée conduire droit à la plenitudo temporum, qui sonnerait l’accomplissement des temps, la fin du monde et le Jugement dernier. Pour Campanella qui avait baigné depuis l’enfance dans cette tension et cette espérance, « la fin des monarchies est désormais arrivée […]. On voit que se vérifiera bientôt la prophétie sur la fin du monde tant dans la nature que dans la politique55 ». Le substrat qui nourrit sa géopolitique est donc essentiellement eschatologique et son histoire du monde est d’ordre prophétique56. « Toutes les choses de l’histoire des Hébreux préfigurèrent celles du christianisme57. » Encore que le dominicain calabrais se garde bien de dévoiler tout ce qu’il sait, car sa Monarchie d’Espagne prétend rester un « livre secret », réceptacle d’une histoire inachevée et encore en partie cachée58.

  • 59 Ibid., p. 25.
  • 60 Sur les « nombres fatals », voir ibid., p. 23, n. 31.
  • 61 Ibid., p. 25.

20Les prophéties de Campanella font émerger des courants de croyances dont on ne saurait minimiser l’importance et la diffusion. Elles proviennent des sources les plus diverses : en premier lieu l’Ancien et le Nouveau Testament (Les Nombres et les prophètes Jérémie, Isaïe, Daniel, Esdras59…), mais aussi les Pères de l’Église, sans compter une poignée d’auteurs païens comme Platon et Pythagore60 ou encore des figures du Moyen Âge comme Dante, Pétrarque ou Joachim de Flore. Mais davantage que les « théologiens, philosophes, prophètes et poètes61 », c’est l’Écriture qui renferme le secret de l’histoire du monde et la réponse aux grandes questions du temps : à qui ira l’empire universel ? qu’adviendra-t-il des Turcs ? En fait, c’est Tommaso Campanella lui-même qui joue les prophètes et s’imagine détenir les secrets de l’avenir du monde :

  • 62 Ibid., p. 323.

« C’est à Isaac d’où vient le Christ notre législateur qu’est faite la promesse de l’empire universel béni en Abraham […] et c’est à lui qu’appartient le royaume ultime des saints, à la fin des quatre monarchies, comme dit Daniel ; tandis qu’à Ismaël, d’où vient Mahomet, le législateur des Turcs, il n’a été fait d’autres promesses que celle de l’empire absolu et combattant […]. Oui, j’affirme donc que la fin des monarchies est désormais arrivée, que désormais nous sommes dans le temps où tout doit se rassembler dans l’empire des saints et dans l’Église, et que cela se produira quand seront finies les quatre monarchies et que sera mort l’Antéchrist62. »

  • 63 Ibid.
  • 64 Abd al-Rahman al-Bistami, dans la Clé pour une prédiction compréhensive (Miftah al-jafr al-jami), (...)

21Avec le cycle des « quatre monarchies », Campanella mobilise un schéma plus que millénaire qui circulait dans l’Ancien Testament et dans l’Antiquité. Selon cette théorie, Assyriens, Perses, Grecs et Romains, donc quatre empires, s’étaient succédé à la tête du monde. L’Empire romain devait logiquement être le dernier. Avait-il totalement disparu au xvie siècle ? Non, affirmait-on, puisqu’il s’était scindé en trois couronnes, ou plutôt en trois têtes, celle de droite formant celle d’Occident ou d’Allemagne, la tête de gauche correspondant à l’empire des Turcs, et celle du centre à l’empire de Constantinople. Pour Campanella, « l’Allemand, aujourd’hui l’Espagnol […], est la tête droite de l’aigle impérial et le Turc la tête gauche ; […] et il n’a pas reçu d’autre promesse que celle de dévorer la tête du milieu – qui est l’empire de Constantinople –, et l’Espagne a reçu celle de dévorer la tête gauche, qui est le Turc63 ». Si Constantinople est tombé aux mains des Turcs en 1453, ceux-ci à leur tour ne tarderont guère à être anéantis. Les spéculations du dominicain rejoignaient l’abondante littérature dont s’abreuvait l’Europe entière. Elles faisaient aussi écho à des prophéties qui couraient dans le monde musulman pour annoncer que le sultan serait le futur maître du monde ou pour agiter la menace d’une invasion des « peuples jaunes », néfaste à l’Empire ottoman64.

  • 65 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 24, 25.
  • 66 Ibid.

22Mais pareille victoire assurera-t-elle à l’Espagne « la grandeur à laquelle elle aspire : l’empire universel » ? Rien de moins sûr : « Si elle continue de gouverner comme elle gouverne aujourd’hui, elle sera ruinée comme une cruche est brisée par un mur qui s’écroule. » La découverte du Nouveau Monde et le titre impérial acquis par Charles Quint n’ont pas encore suffi à assurer la prédominance des Habsbourg. Or l’instant est fatidique, car la prodigieuse extension du pouvoir du roi d’Espagne coïncide avec l’approche de la fin des temps65. Penser le monde c’est donc aussi, chez Campanella, penser son terme ou son aboutissement66.

  • 67 Ibid.
  • 68 Ibid., p. 365.
  • 69 Gruzinski S., « From The Matrix to Campanella: Cultural hybrids and globalization », European Revie (...)
  • 70 Toribio de Benavente dit Motolinía, Memoriales o Libro de las cosas de la Nueva España y de los nat (...)
  • 71 Martínez H., Repertorio de los tiempos…, op. cit., p. 225.
  • 72 Milhou A., Colomb et le messianisme hispanique, Montpellier, ETILAL-Presses universitaires de la Mé (...)
  • 73 Parker G., « David or Goliath? Philip II and his world in the 1580s », G. Parker et R. L. Kagan (éd (...)
  • 74 Ibid., p. 249.
  • 75 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 31.
  • 76 Milhou A., « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes : histoire sacrée et combats (...)
  • 77 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 33.

23Si le destin ne répond pas encore aux aspirations de l’Espagne, c’est « qu’il faut scruter avec une attention toujours accrue les Écritures pour savoir comment les Espagnols doivent s’accorder avec les circonstances67 ». Pour régner sur le monde, « l’Espagne a besoin d’un savant timonier68 ». Vouée à l’avenir que l’on sait à l’autre bout de l’Asie, l’expression désigne pour l’heure le roi d’Espagne auquel Campanella attribue une vocation messianique. Au cours du xvie siècle, des écrits avaient fait de Charles Quint l’empereur eschatologique qui débarrasserait la chrétienté des menaces de l’islam69. Ce n’est pas un hasard si, depuis le lointain Mexique, le franciscain Motolinía exhortait son maître à accélérer la fin des temps70. Ce n’est pas un hasard non plus si, à Mexico, Heinrich Martin reprendra des prédictions sur un prince appelé Charles, dont le nom évoquait aussi bien l’empereur Charles Quint qu’un Charlemagne ressuscité71. Le mythe du Carolus redivivus avait hanté l’Europe médiévale sans disparaître à la Renaissance. À quoi s’ajoute la conviction que la terre ibérique était destinée à porter un roi-messie. Des prédictions annonçaient la venue triomphale d’un encubierto, le roi « dissimulé » des derniers jours72 ? L’idée s’était répandue dans les populations de la péninsule, et elle ne fit que se renforcer sous le règne de Charles Quint. Du côté portugais, les prophéties du cordonnier Bandarra et, presque un demi-siècle plus tard, la disparition mystérieuse du roi Sébastien lors de la bataille de Ksar al-Kebîr (1578) entretinrent constamment les attentes messianiques. Mais pour les partisans de Philippe II, en particulier après la bataille de Lépante, c’est le roi d’Espagne qui reprendrait les Lieux saints et serait couronné « empereur de l’Est ». La disparition providentielle de Sébastien était bien le signe qui destinait Philippe à devenir « le plus grand roi du monde73 ». « Gagner ou perdre le Portugal, affirme alors un prédicateur dominicain, c’est gagner ou perdre le monde74. » Campanella est tout aussi catégorique : c’est le roi d’Espagne qui deviendra, en principe, le nouveau Cyrus, « l’oint que Dieu a pris […] pour soumettre le monde entier, restaurer Jérusalem, la délivrer de la captivité et édifier le temple pour le Dieu du Ciel75 ». À la différence des prophètes qui parcouraient l’Espagne à cette époque76, notre Calabrais ne prophétise ni l’extinction des Habsbourg ni la venue d’un nouveau David à la tête de la Monarchie catholique. « Maintenant que le pape l’a déclaré roi catholique, c’est-à-dire universel, le roi d’Espagne pourra parvenir facilement à la principauté du monde et on voit bien qu’il suit cette voie77. » Le souverain n’aura plus qu’à réunir son troupeau :

  • 78 Ibid., p. 53.

« La fin du monde est proche, il n’y aura plus qu’un seul troupeau (unum ovile), […] toutes les nations et tous les royaumes qui ne le serviront pas, périront78. »

  • 79 Ibid., p. 35.

« Et à la fin à l’occasion du triomphe, Gog et Magog se lanceront à l’attaque des chrétiens, mais les chrétiens remporteront la victoire. Alors viendra le Christ pour le jugement et ce sera la fin (et sic finis)79. »

  • 80 Ses considérations sur la ruine inéluctable des royaumes parvenus au fait de leur puissance pourrai (...)

24L’histoire eschatologique du monde selon Campanella n’est pas sans rappeler l’exercice d’astro-histoire auquel se livrera Heinrich Martin dans son Repertorio de los tiempos. Les deux approches recèlent en effet plusieurs points communs : elles visent à produire une interprétation cohérente du monde et de son destin, en exploitant toutes sortes d’informations sur les différentes parties du globe. Pas plus la Monarchia que le Repertorio ne cherchent à bâtir une histoire universelle, basée sur des chronologies s’étendant de la création aux Temps modernes. Tout au plus énoncent-ils des dates clés où se joue l’histoire du monde. Pas de repli sur le local, mais une préoccupation commune pour le sort des empires à vocation universelle. De quoi esquisser une « histoire globale » de la planète qui rattache inextricablement le passé à l’avenir. Le Repertorio et la Monarchia sont même encore plus proches qu’on pourrait l’imaginer, si l’on admet que Heinrich Martin parle à mots couverts de la Monarchie catholique chaque fois qu’il s’apesantit sur la fin annoncée de l’Empire ottoman80. Si c’est le cas, les prophéties de Tommaso Campanella exprimeraient tout haut les inquiétudes de bien des sujets de la Monarchie catholique. En ce sens, la mondialisation ibérique est polyphonique, elle retentit des multiples échos que provoque l’émergence d’un « monde moderne », c’est-à-dire d’un monde où la chrétienté latine ne cesse de se confronter et de se heurter à tous ses voisins, et d’abord aux musulmans.

  • 81 Milhou A., Colomb et le messianisme hispanique, op. cit., p. 387 ; Subrahmanyam S., « Sixteenth Cen (...)

25Cette confrontation est facilitée par un langage commun. Présent en filigrane chez Heinrich, exploité par Tommaso, le fonds eschatologique ne livre pas seulement des réponses anciennes, fondées et fondamentales aux nouveaux défis que soulève l’unification du globe. Il réactive les liens qui unissent imaginaires chrétiens et musulmans, souvent par l’entremise des milieux juifs qui transitaient entre les deux mondes. Partout appuyés par des spéculations astrologiques et alimentés par les grands bouleversements du xvie siècle, messianismes et millénarismes constituent alors un patrimoine collectif qui rapproche les manières de penser, d’espérer et de craindre, comme l’a rappelé Alain Milhou81. Peu importe qu’elles changent de sens et de direction, les prophéties circulent d’une société à l’autre, toujours « prêtes à l’emploi », c’est-à-dire prêtes à inspirer de nouvelles exégèses en rapport avec le présent. Par-delà les clivages entre les peuples et les religions et malgré tout ce qu’elles nous semblent véhiculer d’archaïque et d’irrationnel, elles participent directement de l’éclosion d’une « conscience-monde ». Ce n’est pas un hasard si l’un des lieux privilégiés de diffusion de la littérature prophétique, Venise, est un port en relation avec le monde ottoman et un centre intellectuel qui ne cesse de diffuser les nouveaux savoirs sur le monde. Les presses de la Sérénissime ont ainsi à la fois contribué à la connaissance du globe et à l’interprétation de ses fins ultimes, combinant l’observation la plus attentive aux élucubrations les plus folles, sans d’ailleurs que les contemporains y voient l’ombre d’une contradiction.

  • 82 Botero G., Relationi universali, Rome, 1591, première partie, p. 270 ; et le commentaire par Benzon (...)
  • 83 « Ralegh’s importance is that he employed a secular and critical approach to a study of world histo (...)

26À Mexico, à Istanbul ou à Naples, l’empire turc est censé tenir un rôle crucial sur l’échiquier du monde. Dans tous ces endroits, l’avenir du globe prend les traits d’un affrontement sans merci entre la monarchie ibérique et l’Empire ottoman. Vue de Mexico, de Naples ou de Stilo, la menace est turque et islamique, comme si l’islam hantait partout les horizons catholiques. Quantité d’autres observateurs partagent alors ce point de vue. Pour le Piémontais Giovanni Botero, l’un des penseurs européens les plus lucides de la fin du xvie siècle, les Ibériques ont sauvé la planète. Sans les conquêtes des Portugais et des Castillans, les musulmans « seraient désormais les maîtres du monde82 ». Dans son History of the World, l’Anglais Walter Ralegh83 fait pareillement de l’opposition du christianisme et de l’islam un moteur essentiel du devenir historique.

  • 84 Milhou A., « La tentación joaquimita en los principios dela Compañía de Jesús. El caso de Francisco (...)
  • 85 Les imprécations de Zain al-Din Ma’bari, qui prêche le djihad dans l’océan Indien, ne correspondent (...)
  • 86 Hill C., Intellectual origins…, op. cit., p. 144 ; Ralegh W., History of the world, Londres, [1618] (...)

27Qu’en est-il sur le terrain diplomatique et militaire ? Restée sans lendemain, la victoire de Lépante a sonné la fin des grands affrontements méditerranéens contre les Turcs84. Par-delà les rodomontades et les « entreprises » planétaires qu’inspire un temps de mondialisation, les souverains « universels » connaissent les limites de leurs forces, fussent-ils sultan ou roi d’Espagne85. En apaisant les velléités de croisade, la victoire de Lépante n’a-t-elle pas permis à Philippe II d’affronter d’autres adversaires bien plus proches et plus envahissants : l’Angleterre de la perfide Elisabeth, les Hollandais des provinces rebelles, la France huguenote ? Les tenants de la croisade savent bien que l’arène européenne demeure prioritaire. Même s’il éprouve encore le besoin d’appeler à la croisade, Giovanni Botero se fait le chantre d’une planète catholique et romaine qui semble bien davantage à l’affût des rivaux protestants que des Infidèles. La catholicisation du monde doit affronter les entreprises autrement dangereuses des Anglais et des Hollandais, si peu soucieux des âmes et du salut des peuples à coloniser. Même chose dans le camp protestant : sans se dissimuler que l’Espagne est la plus grande puissance qu’ait vu surgir l’Europe depuis la chute de l’Empire romain, Ralegh espère bien que l’Angleterre, la France et les Pays-Bas trouveront les moyens d’en venir à bout86. Réfugié en France, Campanella tourne casaque : il jouera la monarchie de France contre la monarchie d’Espagne et prédira un grand règne au futur Louis XIV. Il ne s’était pas trompé. À l’aube du xviie siècle, l’heure n’est plus à l’affrontement hispano-turc, et ce n’est pas la dernière croisade qui se trame alors mais bien la guerre de Trente Ans, qui s’apprête à déchirer le continent européen jusqu’au milieu du siècle. Ce sont les rivalités planétaires entre les puissances européennes qui ensanglanteront les champs de bataille et les mers du Brésil à l’Angola, de l’océan Indien aux côtes mexicaines, mais pas les armées d’Istanbul. Sans s’évanouir, la menace turque se concentrera sur l’Europe centrale – le second siège de Vienne date de 1689 –, mais ailleurs elle restera une virtualité planétaire, rituellement dénoncée par les écrits qui exhortent encore à la croisade contre l’islam.

  • 87 Hill C., Intellectual origins…, op. cit., p. 143 ; Ralegh W., History of the world, op. cit., t. II(...)

28À quoi sert alors l’islam ? Sans doute bien davantage à construire une vision dynamique du monde élaborée depuis l’Amérique espagnole et l’Europe occidentale. C’est le faire-valoir d’une chrétienté éclatée qui gagnerait à prendre la menace ottomane plus au sérieux pour surmonter ses fractures et s’unir contre la « secte impie ». Dans ce contexte, la christianisation de l’Amérique marque une étape majeure vers l’unification religieuse des peuples de la terre autant qu’elle fournit un modèle exemplaire d’occidentalisation. Le Nouveau Monde apparaît comme l’envers des mondes de l’islam. Dans tous les cas de figure, fleuron exceptionnel de l’empire espagnol, l’Amérique est une pièce qui pèse lourd aux yeux des observateurs : c’est une terre à conquérir pour Sir Walter Ralegh87 comme pour l’Anonyme d’Istanbul, un bastion à renforcer pour Heinrich Martin et Campanella. Et, pour certains, déjà une Terre promise. En tout cas, l’islam et l’Amérique représentent deux puissants réservoirs d’imaginaire dans un monde en voie de mondialisation. Deux gigantesques miroirs qui renvoient l’un à l’autre en orientant l’essor sans précédent d’une conscience-monde.

Notes

1 Gruzinski S., Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et islam à l’orée des Temps Modernes, Paris, Le Seuil, 2008 ; Martínez H., Repertorio de los tiempos e historia natural de Nueva España, Mexico, Secretaría de Educación Pública, [1606] 1958 ; Goodrich T., The Ottoman Turks and the New World: A study of Tarih-i Hind-i Garbi and Sixteenth Century Ottoman Americana, Wiesbaden, Otto Harrassowitz, 1990.

2 Ortelius A., Theatrum Orbis Terrarum, Anvers, Plantin, 1570.

3 Campanella T., Monarchie d’Espagne et monarchie de France (1598), éd. par Germana Ernst, Paris, PUF, 1997, p. xvii ; voir Germana E., Tommaso Campanella, Bari, Laterza, 2002.

4 Publiées à Rome en 1591, les Relationi universali, qui connurent des éditions et des traductions multiples, rayonnèrent en terre catholique comme en terre protestante.

5 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 317.

6 Ibid., p. 339.

7 Ibid., p. 357.

8 Ibid., p. 217.

9 Ibid., p. 219.

10 Ibid., p. xxv, et chap. vi, p. 45.

11 Ibid., p. 223.

12 Ibid., p. 359.

13 Ibid., p. 237.

14 Ibid., p. xxii.

15 Ibid., p. 75.

16 Ibid., p. 99.

17 Ibid., p. 361.

18 Ibid., p. 99. La présence du cosmographe et mathématicien Heinrich Martin dans la lointaine Nouvelle-Espagne confirme la justesse du propos et nous rappelle que la couronne d’Espagne n’a pas attendu les conseils du Calabrais pour amorcer la conquête scientifique du monde.

19 Ibid., p. 99.

20 Ibid., p. 101.

21 Ibid., p. 361.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 29.

25 Ibid., p. 61.

26 Ibid., p. 61.

27 Campanella T., Opusculi astrologici: Come evitare il fato astrale, Apologetico, Disputa sulle Bolle, éd. par Germana Ernst, Milan, Biblioteca Universali Rizzoli, 2003, p. 9.

28 Ibid., p. 16.

29 Rappelons que le grand astronome Tycho Brahé ne dédaignait pas les prophéties et qu’il avait annoncé les prouesses de Gustave-Adolphe, roi de Suède (1594-1632).

30 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 75.

31 Ibid., p. 99, 101.

32 Ibid., p. 21.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 23.

35 Martínez H., Repertorio de los tiempos…, op. cit., p. 215 ; Campanella rédige à cette occasion le « Pronostico astrologico », qui devint le dernier chapitre des Articuli prophetales (cf. Campanella T., Opusculi astrologici…, op. cit., p. 11).

36 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 35. Elle a été observée par Tycho Brahé, qui lui consacra son ouvrage De nova stella anni 1572, Copenhague, 1573. Des astronomes avaient cru qu’il s’agissait d’une comète pareille à celle apparue au moment de la naissance du Christ.

37 Ibid., p. 27 et n. 42.

38 Ibid., p. 27.

39 Ibid., p. 206.

40 Ibid., p. 320-321.

41 Ibid., p. 61.

42 Ibid., p. 335 : « roi typique des Assyriens », il vaincra Juda, c’est-à-dire l’empire d’Occident, « si nous ne faisons pas pénitence ».

43 Sur Francisco de la Cruz, voir Abril Castelló V. et Abril Stoffels M. J., Francisco de la Cruz, Inquisición. Actas, Madrid, CSIC, 1992-1997.

44 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 47.

45 Ibid., p. 333.

46 Ibid., p. 317, 319.

47 Ibid., p. 335.

48 Ibid.

49 La doctrine du philosophe napolitain Bernardino Telesio (1509-1588).

50 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 337.

51 Mais le camp chrétien n’est pas plus épargné par des mesures tout aussi radicales. Campanella imagine ainsi que l’on puisse systématiquement déplacer les populations soumises à la couronne d’Espagne selon des principes qui frisent un eugénisme de sinistre mémoire.

52 Ibid., p. 335.

53 Vers 1537, Alessandro et Paganino Pagani en avaient publié une luxueuse édition dans un but apparemment commercial. Voir Nuovo A., « Il corano arabe ritrovato (Venezia, Alessandro e Paganino Pagani, tra l’agosto 1537 e l’agosto 1538) », La Bibliofilia, LXXXIX, 1987, p. 237-271.

54 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 335.

55 Ibid., p. 25, 21.

56 Sur la littérature prophétique en Europe, la bibliographie est considérable. Rappelons le classique de Reeves M., The influence of prophecy in the later Middle Ages. A study in Joachimism, Oxford, Clarendon Press, 1969.

57 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 31.

58 « Je veux dévoiler un autre secret […]. Je ne peux en dire davantage ici, ni comment il faut l’entendre, ni comment il faudrait agir » (Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 29, 31).

59 Ibid., p. 25.

60 Sur les « nombres fatals », voir ibid., p. 23, n. 31.

61 Ibid., p. 25.

62 Ibid., p. 323.

63 Ibid.

64 Abd al-Rahman al-Bistami, dans la Clé pour une prédiction compréhensive (Miftah al-jafr al-jami), annonce que le dernier empereur viendrait de la dynastie ottomane au xe siècle de l’hégire. Voir Postel G., Le thresor des prophéties de l’univers, éd. par François Secret, La Haye, Martinus Nijhoff, [1552 ?] 1969 ; et, sur l’analyse de ces sources, Fleischer C., A Mediterranean apocalypse: Empire and prophecy, 1453-1550, à paraître.

65 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 24, 25.

66 Ibid.

67 Ibid.

68 Ibid., p. 365.

69 Gruzinski S., « From The Matrix to Campanella: Cultural hybrids and globalization », European Review, 14, 1, 2006, p. 111-127.

70 Toribio de Benavente dit Motolinía, Memoriales o Libro de las cosas de la Nueva España y de los naturales de ella, Mexico, UNAM, 1971, p. 403-423.

71 Martínez H., Repertorio de los tiempos…, op. cit., p. 225.

72 Milhou A., Colomb et le messianisme hispanique, Montpellier, ETILAL-Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 273.

73 Parker G., « David or Goliath? Philip II and his world in the 1580s », G. Parker et R. L. Kagan (éd.), Spain, Europe and the Atlantic World. Essays in honour of John H. Elliott, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 245-266, ici p. 248.

74 Ibid., p. 249.

75 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 31.

76 Milhou A., « De la destruction de l’Espagne à la destruction des Indes : histoire sacrée et combats idéologiques », Id., Études sur l’impact culturel du Nouveau Monde, Paris, L’Harmattan, 1981, p. 46.

77 Campanella T., Monarchie d’Espagne…, op. cit., p. 33.

78 Ibid., p. 53.

79 Ibid., p. 35.

80 Ses considérations sur la ruine inéluctable des royaumes parvenus au fait de leur puissance pourraient bien être une allusion discrète au destin de l’Espagne de Philippe III.

81 Milhou A., Colomb et le messianisme hispanique, op. cit., p. 387 ; Subrahmanyam S., « Sixteenth Century millenariarism from the Tagus to the Ganges », Id., Explorations in connected histories, New Delhi, Oxford University Press, 2005, p. 102-137.

82 Botero G., Relationi universali, Rome, 1591, première partie, p. 270 ; et le commentaire par Benzoni M. M., « L’“apertura del mondo”. Pierre Martyr d’Anghiera et les réseaux d’information sur le Mexique, l’Amérique espagnole et le monde dans l’Italie du xvie siècle », doctorat d’histoire, EHESS, 2006, p. 333.

83 « Ralegh’s importance is that he employed a secular and critical approach to a study of world history which was in a very large part a study of Biblical history; and that he did it in English in a work which was a best-seller » (Hill C., Intellectual origins of the English Revolution revisited, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 168).

84 Milhou A., « La tentación joaquimita en los principios dela Compañía de Jesús. El caso de Francisco de Borja y Andrés de Oviedo », Florensia. Bollettino del Centro internazionale di studi gioachimiti, Anno VIII/IX, 1994-1995, p. 193-239.

85 Les imprécations de Zain al-Din Ma’bari, qui prêche le djihad dans l’océan Indien, ne correspondent guère à la réalité des rapports entre Portugais et musulmans.

86 Hill C., Intellectual origins…, op. cit., p. 144 ; Ralegh W., History of the world, Londres, [1618] 1820, t. VI, p. 369. L’ambassadeur d’Espagne Gondomar obtiendra sa tête.

87 Hill C., Intellectual origins…, op. cit., p. 143 ; Ralegh W., History of the world, op. cit., t. II, p. 91-92.

Auteur

CNRS/EHESS

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540