Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Christophe-Michel Ruffelet. Les Annales briochines, 1771

 | 
Olivier Charles

Troisième partie. Annales briochines ou abrégé chronologique de l'histoire ecclésiastique, civile et littéraire du diocèse de Saint-Brieuc enrichi de plusieurs notes historiques, géographiques et critiques

Listes

Christophe-Michel Ruffelet

Texto completo

TABLE ALPHABÉTIQUE

des Tréves & Paroisses de l’Evêché de Saint Brieuc avec les Noms des Seigneurs & Patrons

  • 1 Les auteurs s’accordent sur la difficulté à déterminer une liste totalement fiable des paroisses (T (...)
  • 2 Voir supra, Annales Description générale du diocèse. Le diocèse de Dol se caractérise en effet par (...)
  • 3 Voir supra, Annales 1740.

Le Diocèse de Saint Brieuc comprend 115 Paroisses & 13 Tréves ou Succursales1, non comprises onze Paroisses & une Tréve de l’Evêché de Dol, enclavées dans celui de Saint Brieuc, dont nous ne parlerons point ici2. On a marqué d’un Astérisque les Paroisses dont la Seigneurie est en litige & on a donné les Noms des différents Prétendants. Il est bon d’avertir que par ce mot Alternative on entend les Cures qui sont sujettes à l’alternative des mois de l’Evêque & du Pape, & qui dans ce dernier cas sont données au Concours3. Pour distinguer les Tréves, on les a mises en caractere italique.

  • 4 Notons d’emblée l’absence d’une paroisse dans la liste : 114 pour 115 annoncées. La seule modificat (...)
  • 5 Le décompte de Ruffelet diffère ici de celui du Dictionnaire historique et géographique de la provi (...)

Paroisses4

Seigneurs

Présentateurs5

Allineuc,

Duc de Lorges,

Alternat.

Andel,

D. de Penthiévre,

Idem.

Brehand-Loudéac,

Duc de Rohan,

Idem.

Brehand-Moncontour,

D. de Penthiévre,

Ab. de S. Melaine.

Cadelac,

Duc de Rohan,

Alternat.

Cesson,

Le Roi,

Moro.

* Cohiniac,

Palasne & Chavagnac,

Alternat.

Collinée,

Bonamour,

L’Evêque.

Dollo,

Calloet,

Alternat.//

* Erquy,

Rieux, Goyon, Visdeloup & Moussaie,

Alternat.

Etables,

D. de Penthiévre,

A. de Beauport.

Gausson,

………………………

L’Evêque.

Grace,

Duc de Rohan,

L’Evêque.

Henan Bihen,

L’Ev. de S. Brieuc,

Alternat.

Henansal,

Rieux,

Idem.

Henon,

D. de Penthiévre,

Idem.

Hillion,

D. de Penthiévre,

Idem.

Jugon,

le Roi,

Idem.

La Bouillie,

Rieux,

Idem.

La Cheze,

Duc de Rohan,

Idem.

La Maloure,

D. de Penthiévre,

Idem.

La Meaugon,

Duc de Rohan,

Idem.

Lanfains,

Duc de Lorges,

Idem.

Langourla,

De Langle,

Idem.

Langueux,

l’Ev. de S. Brieuc,

Idem.

Lannebert,

De Raiz,

Idem.

Laurenan,

Carné,

Idem.

Lantic,

Cucé,

Idem.

La Prenessaie,

Pr. de Soubize,

Idem.

Le Gourai,

le Roi,

Idem.

Loudeac,

Duc de Rohan,

Idem.

La Ferriere,

Duc de Rohan,

L’Evêque.

Le Fœil,

Crenan,

L’Evêque.

La Motte,

Duc de Rohan,

L’Evêque.

L’Hermitage,

Duc de Lorges,

L’Evêque.

Maroué,

D. de Penthiévre,

Alternat.

Merillac,

S. Pern,

Idem.

Meslin,

Mde de Froulay,

Idem.

Morieux,

D. de Penthiévre,

Idem.

Noyal,

D. de Penthiévre,

Idem.

Paimpol,

Pr. de Soubize,

L’Evêque.//

Plaintel,

Duc de Lorges,

Alternat.

Plancoët,

Rieux,

Idem.

Pléboule,

Valentinois,

Idem.

Plédéliac,

Rieux,

Idem.

Plédran,

Picot,

Idem.

Pléguien,

De S. Pierre,

Idem.

Pléhédel,

Boisgelin,

Idem.

Pléhérel,

Rieux,

Idem.

Plémet,

Beaumanoir,

Idem.

Plémy,

Rieux,

Idem.

Plainehaute,

Duc de Lorges,

Idem.

Pléné Jugon,

Mde de Cogny,

Idem.

Pléneuf,

Baudouin,

Idem.

Plérin,

D. de Penthiévre,

Idem.

Plerneuf,

Pr. de Soubize,

Idem.

Plessala,

…………………

Idem.

Plestan,

D. de Penthiévre,

Idem.

Pléven,

Rieux,

Idem.

Plévenon,

D. de Valentinois,

Idem.

Ploubazlanec,

De Tiers,

Idem.

Ploufragant,

L’Ev. de S. Brieuc,

Idem.

* Plouguenast,

Loz & des Essarts,

Idem.

Plourhan,

D. de Penthiévre,

Idem.

Plourivo,

Armez,

Idem.

Pludual,

Bouron,

Idem.

Pluduno,

Rieux,

Idem.

Plumieux,

Brionne,

Idem.

Plurien,

Tremereuc,

Idem.

Pommeret,

D. de Penthiévre,

Alternat.

* Planguenoual,

Rieux & Moussaie,

Ab. de S. Melaine.

Plélo,

Duc d’Aiguillon,

A. de Beauport.

Plœuc,

Riviere,

Alternat. [Riviere]//

Plouha,

Prince de Ghistelle & Langeac,

Ab. de Beauport.

Plounez,

Idem,

de la Noue.

Plouvara,

…………………

A. de Beauport.

Plouzec,

Prince de Ghistelle & Langeac,

A. de Beauport.

Pordic,

Duc d’Aiguillon,

Idem.

Quessoy,

Plancher,

Alternat.

Quintenic,

Brehand,

Idem.

Ruca,

Rieux,

Idem.

* S. Aaron,

Duc de Penthiévre & Mde de Froulay,

Idem.

*S. Alban,

Rieux et Visdeloup,

Idem.

S. Cast,

D. de Valentinois,

Idem.

S. Donan,

Portmartin,

Idem.

S. Germain de la Mer,

Rieux & Valentinois,

Idem.

S. Goueno,

…………………

Idem.

S. Jacut,

Terre du Parc,

Idem.

S. Jean de Lamballe,

D. de Penthiévre,

Idem.

S. Igneuc,

le Roi,

Idem.

S. Lormel,

Largentais,

Idem.

S. Martin de Lamballe,

D. de Penthiévre,

Idem.

S. Meaudan,

…………………

Idem.

S. Mathurin de Moncontour,

D. de Penthiévre,

Idem.

* S. Michel de S. Brieuc,

L’Ev. de S. Brieuc & Maillé,

Idem.//

[*] S. Potan,

Rieux & Valentinois,

Alternat.

S. Rieul,

Fontlebon,

Idem.

S. Thélo,

Duc de Rohan,

Idem.

S. Veran,

Duc de Rohan,

Idem.

S. Barnabé,

Duc de Rohan,

L’Evêque.

* S. Brandan,

Duc de Lorges & Président de Robien,

Idem.

S. Gilles,

Mlle Texier,

Idem.

S. Hervé,

Duc de Rohan,

Idem.

S. Yves de la Poterie,

Mde de Nugent,

Idem.

S. Careuc,

Picot,

Picot.

S. Denoual,

Moussaie,

Moussaie.

S. Etienne du Gué-de-l’isle,

Carcado,

Carcado.

S. Julien,

Langeron,

Langeron.

S. Michel de Moncontour,

L’Abbé de Saint Melaine,

Prieur de S. Melaine

* S. Samson,

Duc de Rohan & Carcado,

Abbaye de Rille.

S. Thurian de Quintin,

Duc de Lorges,

Duc de Lorges.

Tramain,

Le Roi,

Alternat.

* Trébry,

Du Méné, Lezurec, Touche-Trebri,

Idem.

Trédaniel,

Catuellan,

Idem.

Trégomar,

Calloet,

Idem.

Trégomeur,

D. de Penthiévre,

Idem.

Trégueux,

l’Ev. de S. Brieuc,

Idem.

Tréguidel,

Tremargat,

Idem.

Tréméloir,

…………………

Idem.

Tréméven,

Rougé,

Idem.//

Trémuzon,

D. de Penthiévre,

Alternat.

Tressigneau,

Duc d’Aiguillon,

Idem.

Trevé,

Duc de Rohan,

Idem.

Treveneuc,

Chrétien,

Idem.

Uzel,

Boschat,

Boschat.

Yffigniac,

D. de Penthiévre,

Alternat.

* Yvias,

Prince de Ghistelle, Langeac & Querault Vittu,

A. de Beauport.

Nous espérons qu’une nouvelle Edition nous mettra à même de corriger ce qui a pu se glisser de défectueux dans cette Liste, & d’en remplir les lacunes.

Il manqueroit quelque chose à cette Histoire du Diocèse de S. Brieuc, si nous ne donnions pas ici la Liste Chronologique de ses Evêques. Pour écarter la sécheresse, qui accompagne ordinairement ces sortes de Listes, nous aurons soin d’y répandre quelques faits concernant l’Histoire Ecclésiastique de cette Province, & de verser sous chaque Episcopat ce qui nous paroîtra le plus propre à en fixer l’époque, ou à en faire connoître les Loix & les Usages.

CATALOGUE HISTORIQUE & CHRONOLOGIQUE DES EVÊQUES DE SAINT BRIEUC

  • 6 Sur le personnage et les faits évoqués dans cette notice, notamment l’érection du siège épiscopal, (...)

1 – Saint Brieuc, premier Evêque de la Ville & du Diocèse, qui porte aujourd’hui son nom6. Voyez ce que nous en avons dit au commencement de cet Ouvrage & dans les Notes 12, 13, 14, 15, 16. On ne trouve point les noms de ses Successeurs depuis le V. siécle jusqu’au milieu de l’onzieme, ce qui forme une lacune considérable dans le Catalogue de nos Evêques. (1)

C’est dans cet intervalle qu’on doit placer l’érection du Siége Episcopal de S. Brieuc.// Car quoique S. Brieuc ait été Evêque, comme nous l’avons prouvé Note 16 (2). & qu’il ait peut-être eu des Successeurs en cette qualité avant le IX. siécle, il est cependant certain que le Monastere, qu’il avoit bâti, ne fut érigé en Siége Episcopal qu’environ 848. par Nominoé, Roi de Bretagne. Ce Prince ayant entrepris de retablir le Trône de ses Peres, ne voulut plus que les Evêques de Bretagne dépendissent d’un Métropolitain qui eût un autre Souverain que lui : c’est pourquoi il leur défendit de reconnoître l’Archévêque de Tours. Il les soumit au Siége de Dol, qu’il érigea en Archévêché ; & pour lui donner un plus grand nombre de Suffragants il érigea deux nouveaux Evêchés, l’un à S. Brieuc, l’autre à Treguier. (3)

(1) Nous ne parlons point ici d’un certain Allain, qu’on dit avoir été Evêque de S. Brieuc dans le VII. siécle. Ce Prélat ne nous est connu que par la Charte attribuée à Alain le long, Roi de Bretagne, & cette Charte est trop décriée aujourd’hui pour que nous veillions y rien puiser.//

(2) Pierre le Baud, pag. 108. de son Histoire de Bretagne, cite une ancienne legende, qui dit que c’est en Angleterre que S. Brieuc a été ordonné Evêque.

(3) L’Auteur de la Chronique de Nantes dit que l’Evêché de Dol fut érigé dans le même tems. Il se trompe, puisque S. Samson, premier Evêque de cette Ville, vivoit dans le VI. siécle, & que Salacon étoit Evêque de Dol lorsque Nominoé fit les changements dont nous parlons.//

  • 7 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine – 23 H 1. Cartulaire de Saint-Georges, fol. 1ro -vo ; La Bigne Villene (...)

2 – Adam est le premier Evêque de Saint Brieuc, dont nous ayons connoissance depuis cette érection. Ce Prélat vivoit dans l’onzieme siécle, & souscrivit en 1032 à la fondation de l’Abbaïe de Saint Georges de Rennes faite par le Duc Alain III. en faveur de la Princesse Adelde, sa sœur7.

  • 8 Il est en outre fait mention de cet évêque dans un acte du cartulaire de Saint-Georges de Rennes (L (...)

3 – Hamon. Il est fait mention de cet Evê-//que dans la Chronique de Nantes qui met sa mort en 10888.

  • 9 Rapporté par la Gallia Christiana, t. XIV, col. 1085.
  • 10 Copie dans Arch. de l’archevêché de Rennes – Cartulaire de Redon, fol. 145 vo ; Courson A. de (éd.) (...)

4 – Guillaume assista en 1090 avec plusieurs autres Evêques & Seigneurs de Bretagne aux obséques de la Duchesse Constance, épouse d’Alain Fergent, faites à Rennes dans l’Abbaïe de S. Melaine9. Il souscrivit en 1092 à une donation faite au Monastere de Rhedon par Eudon, Comte de Porhoet10. Il mourut après avoir fondé un anniversaire dans sa Cathédrale pour le second jour de Novembre.

  • 11 En vérité, ce prélat est tout à fait inconnu des sources diplomatiques, y compris des archives de S (...)

5 – Robert fut sacré par Géoffroi, Archévêque de Tours, & fit quelques donations à l’Abbaïe de S. Melaine. C’est tout ce que nous savons de ce Prélat11.

  • 12 Le premier voyage se fit effectivement en 1109 en compagnie de l’archevêque de Dol Baudri ; le seco (...)

6 – Jean fit deux fois le voyage de Rome, l’un en 1109, l’autre en 111612. Il aima beaucoup les Moines, & leur donna plusieurs Eglises. Peut-être aussi étoit-ce la rareté des Prêtres séculiers dans ce tems-là, c’est-à-dire, dans le XII. siécle, qui engageoit ce Prélat à attacher ainsi des Cures à des Monasteres. Voyez l’année 1116.

  • 13 Information tirée du témoignage de Raoul, moine de la Vieuville, en faveur de la métropole de Dol ; (...)
  • 14 Jugement rendu par le pape Lucius II (1144-1145) en faveur de l’archevêque de Tours Hugues contre l (...)
  • 15 Lettre adressée par le pape aux évêques de Tréguier et de Saint-Brieuc (ibid., col. 593-594).
  • 16 Voir supra, Annales 1199.

7 – Rolland fut ordonné par le Pape Innocent II. à la charge de reconnoître l’Archévêque de Dol13. Mais Luce II. ayant depuis soumis les Eglises de Bretagne à celle de Tours14, ce Pape dispensa les Evêques de S. Brieuc & de Treguier de l’obéissance qu’ils avoient promise à l’Archévêque de Dol & leur ordonna de reconnoître celui de Tours15. Ce réglement de Luce II. ne fut pas bien observé. L’Eglise de Dol conserva long-tems [conserva encore long-temps une partie de] ses Suffragants. Angelbaud, Archévêque de Tours, lança une sentence d’excommunication contre le Clergé de Dol & de Saint//Brieuc ; qui ne vouloit pas le reconnoître pour Métropolitain. Enfin après bien des procédures, qu’ils seroit trop long de rapporter ici, le Pape Innocent III. jugea définitivement en 1199 ce fameux procès, qui duroit depuis plus de 600 ans entre les Eglises de Dol & de Tours. Il ordonna que l’Eglise de Dol seroit à jamais soumise à celle de Tours, que tous les Evêques de Bretagne reconnoîtroient l’Archévêque de Tours pour leur Métropolitain, & lui rendroient en cette qualité la même obéissance que ses autres Suffragants16. On sera peut-être curieux de savoir sur quoi les Eglises de Bretagne fondoient leurs prétentions ; le voici en deux mots.

  • 17 Voir supra, Note première.
  • 18 Pour une synthèse un peu plus complète et aboutie sur cette question très complexe, voir en particu (...)

Les Bretons croyoient qu’étant venus d’ailleurs s’établir dans la Gaule, qu’y ayant formé un Etat séparé, qui avoit ses Loix, ses Souverains, sa Langues & ses Usages particuliers17, ils devoient aussi former une Eglise particuliere, indépendante de celle de France. C’est sur ce principe que Nominoé, Roi de Bretagne, entreprit d’établir un Siége Archiépiscopal dans ses Etats, & ce qui l’engagea à le fixer à Dol, c’est que plusieurs Evêques de Dol avoient déja été honorés du titre d’Archévêques, & en avoient fait les fonctions. L’Eglise de Tours regardoit tout cela comme une usurpation sur ses droits, & prétendoit que la Ville de Tours ayant été établie Métropole de toute la troisieme Lionoise, la Bretagne, qui en faisoit partie, devoit y être soumise. Mais en voilà beaucoup pour un abrégé18.

  • 19 Le chanoine Ruffelet déduit probablement ce fait de la mention de la mort de son prédécesseur, Roll (...)
  • 20 Il y a là une erreur chez Ruffelet ; c’est Geoffroy (voir infra, Catalogue des évêques, notice 11), (...)
  • 21 Tel que rapporté dans le Chronicon Brittanicum (voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves… (...)

8 – Josthon, originaire de Bretagne, fut ordonné en 114719. Il souscrivit à la fon-//dation de l’Abbaïe de Lantenac, faite par Eudon II. Comte de Porhoet20. Il fut transféré en 1155 à l’Archévêché de Tours, & mourut en 117521.

  • 22 Ibidem, col. 5.

9 – Judicael mourut en 1161. Il paroît que ce fut un bon Evêque. Obiit bonæ memoriæ Judichaelus, Episcopus Briocensis, dit la Chronique de Nantes22.

10 – Olivier du Teillai succéda à Judicaël. On fait un anniversaire pour le repos de son ame le 13 Janvier.

  • 23 Acte donné par ibid., col. 655.
  • 24 Son nom figure effectivement parmi les évêques de la province de Tours présents à ce concile, aux c (...)
  • 25 Voir supra, Annales 1602.

11 – Géoffroy étoit Evêque de S. Brieuc en 1164, comme il se voit par une Charte de l’Abbaïe de S. Aubin des bois23. Il assista en 1179 au dixieme Concile général, troisieme de Latran24. Le 25 Canon de ce Concile ordonne que par-tout où les Lépreux seront en assez grand nombre, vivant en commun, pour avoir une Eglise, un Cimetiere & un Prêtre particulier, on ne fasse point difficulté de le leur permettre. Ce qui marque combien la lépre étoit commune en ce tems là, c’est-à dire, dans le XII. siécle. Voyez l’année 160225.

  • 26 Au sujet des reliques de saint Brieuc, voir supra, Annale 1210 et Note XVI.

Nous ne devons pas oublier de parler ici d’une célébre Translation qui se fit en 1166 des Reliques de S. Brieuc dans l’Eglise de S. Serges d’Angers. Elle fut faite par Guillaume, Evêque d’Angers, assisté des Abbés de S. Serges, de S. Aubin, de S. Nicolas, de S. Maur sur Loire & de Toussaints d’Angers. Henry II. Roi d’Angleterre & Connan, Duc de Bretagne, assisterent aussi à cette pieuse Cérémonie. Les Reliques de Saint Brieuc avoient été transportées dès le tems d’Erispoé, Roi de Bretagne, à S. Serges d’Angers, comme nous l’avons remarqué ci-dessus. En//avoient-elles été ôtées depuis & transférées ailleurs, ou la translation, dont nous parlons, n’est-elle qu’une simple translation d’un endroit à un autre de la même Eglise ? C’est ce qui nous paroît [Ce dernier sentiment nous paroît] le plus probable26.

  • 27 Acte donné par Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, col. 796. Les dons c (...)
  • 28 Rapporté par le Chronicon Brittanicum, ibidem, col. 6.

12 – Josselin gouvernoit l’Eglise de S. Brieuc en 1199, mais on ne sait point l’année de son élection. Il donna aux Chanoines de Ste Croix de Guingamp la troisieme partie des Dixmes de Pordic, & leur confirma la possession de celles de Ploédec, qui leur avoient été données par le Comte Henry27. Il assista en 1203 aux Etats de Vannes. La Chronique de Nantes met sa mort en 120628.

  • 29 Au sujet de la cure de Saint-Aaron, voir supra, Annales 1144.

13 – Guillaume fut élu la même année & conféra l’année suivante la Cure de S. Aaron sur la présentation de l’Abbé de Marmoutier29.

  • 30 Voir supra, Catalogue des évêques, notices 6, 9, 11.
  • 31 Sur le retour des reliques de saint Brieuc en 1210, voir supra, Annales 1210 et Note XVI.
  • 32 Voir supra, Annales 1202 et 1210.
  • 33 Voir supra, Note XX.

14 – Pierre confirma en 1208 toutes les Donations, que Jean, Judicaël & Géoffroi30, ses Prédécesseurs, avoient faites à l’Abbaïe de S. Melaine. Il obtint en 1210 de l’Abbé de S. Serges d’Angers une partie des Reliques de S. Brieuc, qui, comme nous l’avons dit, avoient été transférées à l’Abbaïe de S. Serges du tems d’Erispoé, Roi de Bretagne. Ce précieux trésor fut reçu à S. Brieuc avec toute la pompe & la solemnité possible. Alain, Comte de Penthiévre, fut à sa rencontre, le reçut entre ses bras, & voulut le porter lui-même jusques dans l’Eglise Cathédrale en présence de tout le peuple. Voyez l’année 121031. Cet Alain étoit un des plus puissants Seigneurs de la Province de Bretagne, Chef de nom & d’armes de l’illustre Maison de Penthiévre, qui depuis près de deux siécles marchoit presque de pair// avec les Souverains. Une ancienne Chronique dit qu’il commandoit alors dans la Ville de S. Brieuc, qui tunc temporis terram istam regebat32. Apparemment que c’étoit comme Lieutenant de la Duchesse Alix, qui avoit été promise en mariage à Henry, son fils aîné, car la Seigneurie directe de la Ville de S. Brieuc appartenoit depuis long-tems à ses Evêques. Voyez la Note 2033.

  • 34 Voir supra, Annales 1235.

15 – Sylvestre, ayant été élu Evêque de S. Brieuc, fut présenté à Henry, Comte de Penthiévre, suivant la coutume, dit Lobineau. C’est que les Comtes de Penthiévre jouissoient autrefois du droit de Régale dans les Evêchés de Treguier & de Saint Brieuc, dont ils furent dépouillés par Pierre Mauclerc34. L’Evêque Sylvestre mourut en 1220, suivant la Chronique de Nantes. Il étoit Evêque dès 1213, comme nous l’apprenons d’une lettre de Pierre Mauclerc en faveur du Monastere de Marmoutier.

  • 35 Sur ce personnage, se reporter supra, Annales IVe et Ve siècle depuis J.-C., 1220, 1525, 1700 et No (...)

16 – Saint Guillaume35, second Patron du Diocèse, succéda à l’Evêque Sylvestre. Ce fut un Prélat d’une éminente sainteté. Son nom est en vénération dans toute la Province, & il fut canonisé presqu’aussi-tôt après sa mort. Voyez les années 1220 & 1700.

  • 36 Voir infra, ibidem.

Après la mort de S. Guillaume, les Chanoines, s’étant assemblés pour lui donner un successeur, ils nommerent Nicolas, maître des écoles. (1) Cette élection fut trouvée// défectueuse & déclarée nulle. Assemblés une seconde fois ils élurent un certain Alain, qui étoit tout à la fois Trésorier de l’Eglise de Vannes & Chanoine de celle de S. Brieuc. Cette nouvelle élection n’eut pas plus lieu que la premiere, & l’Archévêque de Tours usa de son droit, en nommant lui-même celui qui devoit remplir le Siége vacant36.//

(1) Qu’est-ce que c’étoit que ce Maître d’école ? Pour le faire connoître, il est nécessaire de dire ici un mot de ces anciennes Ecoles établies// autrefois dans les Cathédrales & dans les Monasteres, & qui y ont été si long-tems célébres. Les sciences furent florissantes dans la Gaule avant la conquête des Francs. Elles furent négligées par ces fiers Conquérants, qui n’estimoient que leur épée. Elles se refugierent alors dans les Eglises Cathédrales & dans les Abbaïes, & elles y trouverent un azile contre la barbarie & l’ignorance qui innondoient le reste de la France. Il y avoit depuis long-tems dans les Cathédrales & dans les principaux Monasteres deux sortes d’Ecoles, de grandes & de petites, dans les grandes on enseignoit la Théologie, & dans les petites les Humanités. Celui qui dans les Cathédrales présidoit aux petites écoles, s’appelloit Maître d’école, Ecolâtre ou Scholastique, l’Evêque lui-même enseignoit dans les grandes, ou sous ses ordres quelqu’Ecclésiastique distingué par sa doctrine. On érigea depuis le Théologal exprès pour cette fonction. Ces Ecoles ont subsisté jusqu’à l’établissement des Colleges & des Universités, c’est-à-dire, jusqu’au XII. siécle. On y recevoit aussi des jeunes gens destinés pour les emplois du siécle, ce qui prouve qu’on y donnoit des leçons sur les sciences profanes, après en avoir donné sur les sciences ecclésiastiques.//

  • 37 Après la mort de Guillaume, le chapitre élit l’un des siens comme nouvel évêque : il s’agit de Nico (...)
  • 38 La construction de la cathédrale n’a pas commencé sous l’épiscopat de Guillaume Pinchon contraireme (...)
  • 39 Jean Ier le Roux (1217-1286) est le fils de Pierre de Dreux et d’Alix de Bretagne. Il règne à parti (...)
  • 40 La Borderie fixe la date de cette entrée au 18 novembre 1237 : voir Le Moyne de La Borderie A., His (...)
  • 41 Rainaud, évêque de Quimper de 1219 à 1245. S’il fait exception parmi ses pairs, c’est par fidélité (...)
  • 42 Galeran, évêque de Nantes de 1240 à 1263, qui par ailleurs mène une autre lutte contre le duc au su (...)
  • 43 Geoffroy, évêque de Saint-Malo de 1231 et 1259. Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’arc (...)
  • 44 Grégoire IX est pape entre 1227 et 1241. Voir Paravicini Bagliani A., « Grégoire IX », dans Levilla (...)
  • 45 Ruffelet se réfère à un acte donné par dom Morice : voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preu (...)
  • 46 En 1256, le duc met un terme au conflit qui l’oppose à l’Église depuis son accession au pouvoir en (...)
  • 47 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 21.
  • 48 Guillaume de La Roche-Tanguy est évêque de Rennes de 1282 à 1297. Voir Guillotin de Corson A., Poui (...)
  • 49 Hervé, évêque de Vannes de 1279 à 1287. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 929.
  • 50 Guillaume de Ruis, doyen de Saint-Brieuc attesté entre 1286 et 1290. Voir Glaz M., L’entourage des (...)
  • 51 Jean de La Motte, scolastique de Nantes, est attesté entre 1287 et 1288. Voir Le Moyne de La Border (...)
  • 52 La prudence de Ruffelet sur la date de mort de ce prélat et sur son départ pour la Palestine nous p (...)

17 – Philippe, fut élu & sacré par l’Archévêque de Tours en 123437. Animé du même zéle que son prédécesseur, il entréprit de mettre la derniere main á l’Eglise qu’il avoit commencée38 ; & il en vint aisément à bout par le moyen des offrandes & des aumônes abondantes que le grand nombre de miracles, opérés par l’intercession de S. Guillaume, attiroit chaque jour à son Tombeau. Cette Eglise est d’une architecture gothique, comme toutes nos anciennes Cathédrales, mais d’un gothique qui n’est pas dépourvu de beautés. (1) L’Evêque Philippe assista en 1237 à l’entrée solemnelle de Jean le Roux39, Duc de Bretagne, dans la Ville de Rennes40. Ce Prince, héritier des sentiments de son pere (Pierre Mauclerc) envers le Clergé, refusa de faire le serment accoutumé de conserver & défendre les libertés de l’Eglise Bretonne. Ce refus dans pareille circonstance parut de mauvais augure. L’Evêque de Quimper41 ne voulut point prendre part à ce différend, mais ceux de Nantes42 & de S. Malo43, au nom de tous les// autres, porterent leurs plaintes au Souverain Pontife. C’étoit Grégoire IX. qui gouvernoit alors l’Eglise44. Il nomma des Commissaires pour examiner cette affaire, qui ne fut passi-tôt terminée45. Cependant le Duc Jean reconnut depuis les droits du Clergé46 & il se reconcilia même si parfaitement avec lui, qu’il nomma pour ses Exécuteurs Testamentaires l’Evêque de S. Brieuc (pour lors Pierre de Vannes47) ceux de Rennes48 & de Vannes49, le Doyen de S. Brieuc50 & le Scholastique de Nantes51. Il paroît que l’Evêque Philippe entreprit en 1248 le voyage de la Terre Sainte & qu’il mourut dans ce voyage52.

  • 53 L’auteur reprend ici la définition du terme « gothique » donnée par l’abbé Antoine Furetière dans s (...)

(1) On distingue deux sortes de Gothique, l’ancien & le nouveau. L’ancien est celui que les Goths nous ont apporté du Nord dans le V. siécle. Rien de plus grossier, de plus massif que les Edifices construits selon cet ancien Gothique. Le nouveau a beaucoup plus de grace, plus de légéreté, & on y remarque souvent une hardiesse de travail que notre Architecture moderne pourroit à peine égaler. Le Gothique moderne a duré depuis le XIII. siécle jusqu’au retablissement de l’Architecture ancienne dans le XVI. siécle53.//

  • 54 On ignore tout de son histoire avant 1251. Son bref épiscopat est marqué par une querelle avec l’ab (...)
  • 55 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 948-949.
  • 56 Ruffelet reprend ici les informations fournies par dom Taillandier. Il ne semble pas avoir mené lui (...)
  • 57 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 960. Il s’agit des consécrations (...)
  • 58 Pierre de Lamballe est archevêque de Tours de 1251 à sa mort en 1256. Voir Hauréau B., Gallia…, op. (...)
  • 59 La date est erronée : le concile de Château-Gontier a lieu en 1253. Voir Avril J., Les conciles de (...)
  • 60 Guillaume Dumont (1202-1272), originaire de Saint-Amour dans le Jura, est un clerc et universitaire (...)

18 – André54 étoit pourvu de l’Evêché de S. Brieuc en 1251, comme il se voit par une Transaction, à laquelle il apposa son Sceau cette année, entre le Prieur de la Trinité & Aliénor de Porhoet, Dame de la Cheze55. Il confirma aux Moines de Marmoutier la possession de l’Eglise de S. Aaron, qui leur avoit été donnée par Rolland, l’un de ses Prédécesseurs56. Il s’excusa en 1255 auprès de l’Archévêque de Tours de ne pouvoir assister à l’ordination des Evêques de Vannes & de Treguier57. Pierre, surnommé de Lamballe, étoit alors Archévêque de Tours58. Il étoit originaire de la Paroisse de S. Aaron [Pierre de Lamballe tint un Concile à Château-Gontier en 120359. Ce Prélat fut zélé partisan des Moines mandiants, & prit hautement leur défense contre le fameux Guillaume de S. Amour60.]

  • 61 Raoul, ancien chanoine et official de Saint-Brieuc, est nommé évêque par Alexandre IV le 23 février (...)
  • 62 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix.
  • 63 Il s’agit du futur Jean II (1239-1305), fils de Jean Ier le Roux et de Blanche de Navarre. Il règne (...)
  • 64 Béatrix (1242-1275) est la fille d’Henri III Plantagênet, roi d’Angleterre de 1216 à 1272, et d’Élé (...)
  • 65 Morice P.-H., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 191. Voir également supra, Annales 1259.

19 – Raoul61 étoit Evêque de S. Brieuc en 1257, suivant un Acte de l’Abbaïe de Saint Aubin des Bois62. Chargé par le Duc de Bretagne en 1259 de négocier le Mariage de Jean de Bretagne63, son fils, avec Béatrix64, fille du Roi d’Angleterre, il réussit dans cette importante négociation, & sçut lever habilement toutes les difficultés qui s’y opposoient65.//

  • 66 Simon apparaît la première fois comme évêque de Saint-Brieuc en janvier 1260 et meurt en 1271. Il e (...)
  • 67 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix.
  • 68 Vincent de Pirmil est archevêque de Tours de 1257 à 1270. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XI (...)
  • 69 Le concile de Nantes a lieu en juillet 1264. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 224-231. Ru (...)
  • 70 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., I, c. 1014.
  • 71 Il meurt en 1271. Voir Eubel C., Hierarchia catholica medii aevi (1198-1431), t. I, Munich, 1898, p (...)

20 – Simon66 ratifia en 1260 la cession que les Moines de Saint-Valery firent à ceux de S. Aubin des bois d’une Chapelle dans le voisinage de Matignon67. C’est sous son Episcopat, c’est-à-dire en 1264, qu’on doit placer le Concile que Vincent de Pazenas [Pesenas]68, Archévêque de Tours, tint à Nantes sur la discipline ecclésiastique69. On y fit neuf Canons. Le 5e defend de donner plus de deux plats aux Evêques dans le cours de leur Visite. [Cette frugalité ne doit point surprendre dans un temps où sur la table même de nos Rois on ne servoit ordinairement que trois plats.] Le 3e défend la chasse aux Ecclésiastiques, & donne pour raison de cette défense que l’on ne trouve point de Saint Chasseur. C’est aussi sous son Episcopat que Géoffroy, Comte de Lamballe, confirma aux Moines de S. Aubin le droit de prendre dans la Forêt de Lanmur (aujourd’hui de la Hunaudaie) le bois qui leur étoit nécessaire pour bâtir leurs Maisons & leurs Granges ; droit qui leur avoit déja été accordé par Rivallon, son pere & Géoffroi, son ayeul70. L’Evêque Simon mourut en 127071.

  • 72 Pierre de Vannes, dont l’origine géographique ne semble pas faire mystère, est évêque de Saint-Brie (...)
  • 73 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1024. Il s’agit de Pierre Bili, (...)
  • 74 L’auteur ne semble pas prêter suffisamment attention aux termes qu’il emploie : cet évêque est-il n (...)
  • 75 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 277.
  • 76 Jean de Montsoreau est archevêque de Tours de 1271 à 1285. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. X (...)
  • 77 Le concile de Rennes se tient en mai 1273. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 242-249.

21 – Pierre de Vannes72 fut nommé pour lui succéder. Le Chapitre avoit d’abord élu l’Archidiacre d’Angers, qui refusa cette dignité73. Pierre fut élu dans sa place en 1271, & cette élection fut confirmée par les Grands Vicaires de Tours, le Siége de cette Métropole étant alors vacant74. Ce Prélat fut choisi par le Duc Jean le Roux pour un de ses Exécuteurs testamentaires75. On ne sait point l’année de sa mort. En 1273 Jean de Montsoreau76, Archévêque de Tours, tint le Concile de sa Province dans la Ville de Rennes77. Il nous reste sept Canons de cette Assemblée, qui tous regardent les personnes & les biens ecclésiastiques. Le second défend de donner// aucune Eglise Paroissiale à ferme, sans laisser une portion au Fermier pour exercer l’hospitalité.

  • 78 Guillaume Guéguen (voir également supra, Annales 1297) fait partie des « faux » évêques de la liste (...)
  • 79 Du Paz A., Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, Imprimerie Nico (...)

22 – Guillaume Gueguen78 de la Paroisse de Hillion fit beaucoup de bien à son Eglise Cathédrale. Dupas dit qu’il étoit Evêque en 1297 & 129879.

  • 80 Geoffroy est évêque de Saint-Brieuc de 1295 à sa mort le 5 mai 1312. Son épiscopat est marqué par u (...)
  • 81 Renaud de Montbason est archevêque de Tours de 1291 à 1312. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. (...)
  • 82 Ce concile se déroule en février 1299. C’est bien l’évêque Geoffroy qui est présent. Voir Avril J.,(...)
  • 83 Pour définir past nuptial et tierçage, Ruffelet semble utiliser le glossaire à la fin du troisième (...)
  • 84 Clément V est pape de 1305 à 1314. Voir Demurger A., « Clément V », dans Levillain P. (dir.), Dicti (...)
  • 85 Cette querelle qui a opposé les ducs Pierre de Dreux et Jean Ier au clergé breton reprend en 1288 s (...)
  • 86 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1218-1222.

23 – Géoffroy80 tenoit le Siége de S. Brieuc en 1301, suivant un ancien Acte de l’Abbaïe de S. Aubin des bois. Mais comme on ne sait point l’année de son élection, on ne sait point non plus si c’est lui ou son Prédécesseur qui assista au Concile que Renaud81, Archévêque de Tours, tint en 1298 [1299] à Château-Gontier82. C’est en 1309 que fut enfin terminé ce fameux différend qui troubloit depuis si long-tems la Province au sujet du Past nuptial & du droit de Tierçage83. On nommoit Past nuptial, Pastus nuptialis, un droit de repas que les Recteurs prétendoient leur être dû par les nouveaux mariés. Par le Tierçage ils prétendoient être en droit de s’approprier la troisieme partie des meubles des personnes décédées. (1) Ces droits paroissoient exorbitants, & on demandoit qu’ils fussent modifiés. Ils le furent par Clément V84. en 130985. Ce sage Pontife réduisit le Tierçage à la neuvieme partie des meubles des défunts, après cependant qu’on auroit déduit les dettes, s’il y en avoit, sur la totalité des meubles. Ce nouveau droit fut appellé Neume. On en exempta les Pauvres qui n’auroient pas 40 s. en meubles & les Nobles qui étoient exempts du Tierçage. Quant au// Past nuptial on en exempta ceux qui n’auroient pas la valeur de 30 sols en meubles. Ceux qui en auroient 50 ou au delà furent taxés à 3 sols, & ceux qui en auroient moins à 2 sols. Les enfants ne furent point compris dans ces regléments86. Ces droits se sont peu à peu abolis d’eux-mêmes par la suite. On voit cependant encore quelques vestiges du droit de Neume dans quelques endroits de la Basse-Bretagne, & dans les Villes de Nantes & S. Malo. Les Habitants de cette derniere Ville l’ont aboné en 1572 à la somme de 300 livres qu’ils payent chaque année au Chapitre de cette Ville.

(1) Ce Droit s’appelloit aussi Mortuagia & Jugement des Morts.//

  • 87 Alain de Lamballe est évêque de Saint-Brieuc de 1313 à sa mort en 1319. Probablement originaire du (...)

24 – Allain de Lamballe87. Il est fait mention de cet Evêque dans un Acte daté de l’année 1316.

  • 88 Jean d’Avaugour, né en 1291, est issu de la puissante famille d’Avaugour. Par son père Henri, deuxi (...)

25 – Jean d’Avaugour88 fut élu en 1320. Il étoit fils de Henry d’Avaugour, Comte de Goëlo & de Marie de Brienne, dite de Beaumont. Il fut transféré à Dol en 1328, & mourut en 1340.

  • 89 Mathieu Ferrand n’a pas été évêque consacré de Saint-Brieuc. Sa présence dans la liste n’est cepend (...)

26 – Mathieu89, élu en 1328, n’occupa pas long-tems le Siége de S. Brieuc. Il se démit ou mourut quelques mois après son élection.

  • 90 Raoul de la Flèche est issu d’une famille noble du diocèse d’Angers. Membre éminent du chapitre d’A (...)
  • 91 La Chambre apostolique est « l’organe central de gestion des finances pontificales ». Elle est nota (...)
  • 92 En décembre 1329, le roi Philippe VI a en effet réuni à Paris et à Vincennes des assemblées de prél (...)
  • 93 Pierre Bertrand est évêque d’Autun de 1322 à 1330. Il est par ailleurs cardinal depuis 1327. Voir M (...)
  • 94 Pierre Roger est successivement archevêque de Sens (1329-1330) puis de Rouen (1330-1342). Cardinal (...)
  • 95 Pierre de Cugnières est un juriste, passé par la cléricature (il est un temps archidiacre de Paris) (...)
  • 96 On retrouve cette fois encore le goût prononcé de Ruffelet pour les questions de droit, faisant pas (...)

27 – Raoul de la Flèche90 fit sa soumission à la Chambre Apostolique91 en qualité d’Elu de S. Brieuc le 2 Mars 1329, & le 15 Décembre de la même année il assista aux célébres Conférences, qui se tinrent à Paris par ordre de Philippe de Valois, au sujet de la Juridiction Ecclésiastique, attaquée par les Laïcs92. Bertrand93, Evêque d’Autun & Roger94, nommé à l’Archévêché de Sens, soutinrent les Droits du Clergé. Pierre de Cugnieres95, Avocat du Roi, parla pour les Justices séculieres. Le Roi fut favorable aux// Ecclésiastiques. Cette dispute est le fondement de toutes celles qui se sont élevées depuis par rapport à la Jurisdiction Ecclésiastique & à la distinction des deux Puissances. On rapporte aussi à la même époque l’introduction de l’Appel comme d’abus, que l’on appelloit autrefois la Voye des recours au Prince96. Raoul de la Fléche mourut en 1335 selon la Chronique de Nantes.

  • 97 Guy de Montfort appartient à une famille noble du diocèse de Rennes. Il est proche du duc Jean III (...)
  • 98 Il semble que le siège archiépiscopal soit vacant lorsque Guy de Montfort est consacré. Voir Morice(...)

28 – Guy de Montfort97, élu en 1335, fut ordonné par l’Archévêque de Tours98. On lui attribue la fondation de la Chapellenie de Montfort.

  • 99 Hugues de Montrelais est né vers 1315 à Montrelais, près d’Ancenis. Il est le fils de Renaud de Mon (...)
  • 100 Olivier Salahadin est évêque de Nantes de 1339 à 1354, après avoir été recteur de l’université de P (...)
  • 101 Robert Paynel, noble originaire de Normandie, est évêque de Tréguier de mai 1353 à novembre 1354. T (...)
  • 102 Nommé à Tréguier le 19 novembre 1354, transféré à Saint-Brieuc le 21 août 1357, Hugues de Montrelai (...)
  • 103 Innocent VI est pape de 1352 à 1362. Voir Jugie P., « Innocent VI », dans Levillain P. (dir), Dicti (...)
  • 104 « La chapellenie fondée en la chapelle du bienheureux Jean, située en la ville de Château neuf, par (...)
  • 105 Devenu évêque de Saint-Brieuc, il continue à être présent au conseil ducal. En février 1364, il par (...)
  • 106 Le 11 mars 1365, il est nommé par Jeanne de Penthièvre à la tête de ses procureurs pour négocier la (...)
  • 107 Simon de Renou, ancien abbé de Saint-Nicolas d’Angers, est archevêque de Tours de 1363 à 1380. Voir (...)
  • 108 Le concile d’Angers se tient en fait en mars 1366. Ruffelet se méprend en omettant de changer le st (...)
  • 109 Sujet déjà évoqué supra, Catalogue des évêques, notice 20.

29 – Hugues de Montrelais99, d’une famille noble sur les confins de la Bretagne & de l’Anjou, fut successivement Chantre, Doyen & Archidiacre de la Cathédrale de Nantes ; il fut même élu en 1354 pour succéder à Olivier Saladin100, Evêque de Nantes ; mais cette élection n’eut point lieu. Le Pape transféra l’Evêque de Treguier101 au Siége de Nantes, & nomma Hugues de Montrelais à celui de Treguier. Hugues ne gouverna pas long-tems cette Eglise, ayant été transféré dès 1358 à Saint Brieuc102 par Innocent VI103. Il conféra en 1363 à Jean Grenet la Chapellenie de S. Jean de Quintin, Capellaniam in Capella Beati Joannis in villa Castri novi scituata fundatam per potentem virum de Quintin104. On appelloit alors Château neuf ce que nous appellons aujourd’hui le vieux Château, dont on voit encore quelques vestiges. Hugues de Montrelais suivit d’abord le parti de Charles de Blois105, & il assista en qualité de Plénipotentiaire de la Comtesse de Penthiévre au Traité de Guerande conclu en 1365106, c’est apparemment ce qui l’empêcha d’assis-//ter en personne au Concile Provincial que Simon Renoul107, Archévêque de Tours tint à Angers cette même année108 ; mais il y assista par Procureur. On publia dans ce Concile 34 Articles ou Statuts de discipline. Le 12 & 13 défendent aux Ecclésiastiques de porter des souliers à long bec. (1) Le 16 défend à toute personne Ecclésiastique, même aux Evêques, de se faire servir à table plus de deux plats109, on excepte le cas de la reception d’un Prince ou de quelqu’autre personne de grande considération. Le 22 condamne l’usage du beurre & du lait pendant le Carême.

  • 110 Il apparaît pour la première fois avec ce titre en janvier 1366. Mais Michael Jones estime qu’il oc (...)
  • 111 L’élévation d’Hugues de Montrelais, figure emblématique du parti blésiste, à la fonction de chancel (...)
  • 112 Voir supra, Annales 1365.
  • 113 Les troubles évoqués ici se déroulent en 1372 et 1373. Ils font suite à la découverte d’une allianc (...)
  • 114 Erreur non corrigée par l’auteur.
  • 115 La fuite avignonnaise de l’évêque n’est pas le fruit du hasard : Grégoire XI le connaît et lui est (...)
  • 116 Clément VII est pape d’Avignon de 1378 à 1394. Son élection est à l’origine du Grand schisme. Voir (...)
  • 117 Hugues de Montrelais est un acteur de premier plan du Grand schisme qui éclate au sein de l’Église (...)

L’attachement de Hugues à la Maison de Penthiévre ne le rendit point suspect à Jean IV, dit le Conquérant. Ce Duc l’éleva même à la dignité de Chancelier110, place importante, où il servit utilement son Prince & la Patrie111. Voyez l’année 1365112. Dégoúté de la Province de Bretagne, peut-être par les troubles dont elle fut agitée en 1371, Hugues de Montrelais se démit de l’Evêché de S. Brieuc & se retira à Avignon113. Son mérite lui attira l’estime de Grégoire XI. qui l’honora de la Pourpre 1375114, & lui donna l’Evêché de Sabine115. Il prit le nom de Cardinal de Bretagne. Il mourut en 1390. Après la mort de Gré-//goire XI, il avoit suivi l’obédience de Clément VII116. Pape d’Avignon117.

  • 118 Voir supra, Annales 1419.
  • 119 Voir supra, Annales 1370 [1379] et 1394. Sylvestre Budes fait partie de ces jeunes nobles bretons q (...)
  • 120 Urbain VI est pape de Rome de 1378 à 1389. Voir Maillard-Luypaert M., « Urbain VI », dans Levillain(...)
  • 121 Morice P.-H., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 369. Dom Morice tire lui-même cet épisod (...)
  • 122 Henri de Plédran est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Brieuc. Partisan (...)
  • 123 Pierre du Boisboissel est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Brieuc dont (...)
  • 124 Bertrand du Guesclin est né vers 1320 dans une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-M (...)

C’est alors que commença le grand Schisme d’Occident, qui affligea l’Eglise pendant plus de cinquante ans, & qui ne fut éteint qu’au Concile de Constance118. Ce Schisme occasiona de longues & facheuses guerres en Italie, où plusieurs Bretons se distinguerent. L’histoire parle sur-tout d’un fameux Capitaine de l’Evêché de S. Brieuc, appellé Sylvestre Budes119. (2) Nous en avons dit quelque chose sous l’année 1379, nous ajoûterons ici qu’après s’être fait une grande réputation dans les guerres d’Italie, (3) sous le Pontificat de Grégoire XI. & avoir mérité par ses services le Titre glorieux de Défenseur de l’Eglise, il embrassa, après la mort de ce Pontife, le parti de Clément VII. dont il fut un des plus zélés défenseurs. Averti qu’un certain jour les partisants d’Urbin120 devoient tenir à Rome un grand conseil dans le Capitole, il prend l’élite de ses Troupes, marche en diligence, & par des chemins détournés, vers Rome, surprend une des por-//tes & arrive au moment même que le Conseil venoit de finir. Les Bannerets & autres Notables se promenoient sur la place devant le Capitole sans la moindre défiance. Les Bretons fondent sur eux, l’épée à la main, en tuent plusieurs, en blessent un trèsgrand nombre d’autres, répandent l’effroi dans tous les Quartiers de la Ville, & se retirent ensuite sans qu’on ose les poursuivre121. Tandis que Silvestre Budes se signaloit ainsi en Italie, un grand nombre d’autres Héros Bretons se distinguoient par leurs belles actions dans//les guerres de France, d’Espagne & de Bretagne. Henry de Plédran122, Thebaud de la Rivierre, Pierre du Boisboissel123, Lorgeril, Saint Pern, Ferron, Duparc, Gouyon, la Hunaudaie, Tomelin, Nepvou, Houssaie, Coëtlogon, Bréhant, Visdelou & plusieurs autres furent contemporains & compagnons de Bertrand du Guesclin124, dont ils partagerent en plusieurs rencontres les périls & les dangers [les lauriers].

(1) Polenas, Poulaine, c’est ainsi que s’appelloit ces sortes de souliers. La pointe en étoit plus ou moins longue selon la qualité des personnes : d’un demi pied pour les personnes ordinaires, d’un pied pour les riches, de deux pieds pour les Princes. Cette pointe étoit recourbée & ornée de quelque Grotesque, la figure la plus ridicule étoit la plus belle.//

  • 125 Le Laboureur J., Histoire généalogique de la maison de Budes, Paris, de Nain, 1656.

(2) Il étoit fils de Guillaume de Budes, Seigneur d’Uzel, qui vivoit en 1300. C’est le premier dont les Titres de la famille fasse [fassent] mention ; mais le Laboureur125 prétend que cette Maison est beaucoup plus ancienne.

  • 126 Les avis divergent sur l’identité de Guillaume de La Pérenne. Petit noble cornouaillais (Kerhervé) (...)
  • 127 Bibliothèque mun. d’Angers, manuscrit n° 514. Ce texte, long de près de 3 000 vers, a fait l’objet (...)

(3) L’histoire de ces guerres a été mise en Vers Français par un Gentilhomme, appellé Guillaume de la Perrene126, environ 1377 sous ce Titre, Gestes des Bretons en Italie, &c127. Voici le portrait que cet Auteur fait de Sylvestre Budes au commencement de son ouvrage.//

Il a esté toujours loyaux,
Cil li a estoit un beau joyaux,
Preus & vaillant, entre l’agent
Sans nul defaut, bien diligent ;
Ce sont teches b de noble hom,
Il a par-tout molt c grand renom.
Chefcun fi d dit qu’il est hardis,
Fiers & apers e sans contredis,
Sages, honestes, doux & cortois ;
Il est larges f comme est un Roys.
Et bien dancer scet il molt bien,
Mais de chanter il ne scet rien ;
De ce ne li doit ja g chaloir h
Il ne perdra point son valoir,

On peut juger du reste du Poëme par cet échantillon.

a li, lui. b teches, qualités. c molt, beaucoup, très, du mot latin multùm. d fi, est une liaison fort ordinaire dans l’ancien langage. Cette particule n’est que pour l’oreille, & ne fait rien au sens de la phrase. e apers, habile, adroit. f larges, libéral, largus. g ja, point. h chaloir, importer.//

  • 128 Geoffroy de Rohan fait partie des « faux » évêques de la liste. Il est évêque de Vannes de 1360 à s (...)

30 – Géoffroy de Rohan128, fils d’Olivier, Vicomte de Rohan, & de Jeanne de Léon, fut d’abord Evêque de Vannes. Il fut transféré à S. Brieuc en 1371. Il fonda un Anniversaire dans sa Cathédrale pour le second jour de Novembre & mourut en 1374.

  • 129 Laurent de La Faye est issu d’une famille noble de Touraine. Cet ecclésiastique, cumulant de nombre (...)
  • 130 Voir supra, Annales 1375.

31 – Laurent de la Faye129 fut élu en 1375 ; avant d’être Evêque, il avoit été Maître des Requêtes de l’Hôtel de Charles V. Roi de France. Il fut transferé à Avranches en 1379 & mourut en 1391. Voyez l’année 1375130.

  • 131 Guillaume Beschard est issu d’une famille noble du diocèse de Saint-Malo. Il est trésorier de Saint (...)
  • 132 Sa pierre tombale, insérée dans le sol du bas-côté nord de la cathédrale de Saint-Brieuc, est la se (...)

32 – Guillaume131 fit sa soumission à la Chambre Apostolique en 1379. Il ratifia le Traité de Guerrandes en 1381 (1) & mourut en 1385132.//

  • 133 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 277. Le chevalier Helie de Mute (...)
  • 134 La charge de capitaine de Saint-Brieuc consiste à assurer la défense militaire de la cité épiscopal (...)
  • 135 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 277.
  • 136 Voir supra, Annales 1667 et 1692.

(1) Ce Traité fut ratifié la même année par Helie du Rouvre133 ou Rouvré, Seigneur du Boisboissel & Capitaine de S. Breuc134, & par les Habitans de la même Ville135 ; ce qui prouve qu’il y avoit dès lors un Gouverneur & un Corps Municipal ou une Communauté de Bourgeois à S. Brieuc. Voyez les années 1667 & 1692136.//

  • 137 Guillaume Anger est, contrairement à ce que dit l’auteur, le fils de Pierre de Lohéac, sire du Ples (...)
  • 138 Jean V (1389-1442) est le fils de Jean IV et de Jeanne de Navarre. Il devient duc en 1399 à la mort (...)
  • 139 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 734-735.
  • 140 Voir supra, Annales 1404.

33 – Guillaume Anger137, fils de Thibaud, Seigneur du Plessis Anger & de Marguerite de Châteaubriant, fit sa soumission à la Chambre Apostolique en 1385. On ne sait point l’année de sa mort ; mais il vivoit encore en 1404, puisqu’il assista cette année à l’hommage que Jean V. Duc de Bretagne138 rendit à Charles VI. Roi de France139. Voyez l’année 1404140.

  • 141 Étienne Cœuvret fait partie des « faux » évêques de la liste. Proche du pouvoir ducal, il exerce la (...)

34 – Etienne Cueuvret141 succéda à Guillaume Anger. Il étoit natif de Fougeres, Docteur en Droit & Sécrétaire de Jean V. Duc de Bretagne. Il n’occupa pas long-tems le Siége de S. Brieuc & fut transféré à celui de Dol des 1405 ou 1406. il mourut en 1429.

  • 142 Benoît XIII est pape d’Avignon de 1394 à 1422, succédant à Clément VII à la tête de l’obédience avi (...)
  • 143 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 748-754.
  • 144 Voir supra, Annales 1405.

C’est en 1405 que Benoît XIII. Pape d’Avignon142 (c’étoit le tems du grand Schisme d’Occident) commit l’Official de Tréguier pour approuver & ratifier en son nom la Fondation que Géoffroi, Sire de Quintin, & Beatrix de Thouars, son épouse, firent cette année d’un College de Chapelains dans la Chapelle de leur Château. Ce College (1) ne fut d’abord composé que d’un Doyen & de quatre Chapelains auxquel le Comte & la Comtesse de Quintin assignerent 36 tonneaux 6 pérées de gros bled à prendre sur trois traits de Dîmes de la Paroisse de Quessoi143. Jean du Pairier, neveu de Géoffroy, souscrivit à cette//Fondation, & l’augmenta lui-même de trois Prébendes en 1438. Voyez l’année 1405144.

  • 145 En dépit de quelques travaux récents (par exemple : Quéniart J., « De modestes institutions : les p (...)

(1) On appelloit autrefois College ce que nous nommons aujourd’hui Collégiale. Ce nom de College se donnoit même à des Cathédrales ; qui s’appelloient aussi Couvents, Monasteres. Le nom de Chapitre est plus nouveau145.//

  • 146 Jean de Malestroit appartient à une famille noble du diocèse de Vannes. Il serait le fils de Jean d (...)
  • 147 Olivier de Clisson (1336-1407) est connétable de France entre 1380 et 1392. Il parraine Jean de Mal (...)
  • 148 Erreur non corrigée par l’auteur.
  • 149 « Sa haquenée rousse. » Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 779-783 (...)
  • 150 Erreur non corrigée par Ruffelet.
  • 151 Martin V est pape de 1417 à 1431. Son élection met un terme au Grand schisme. Voir Uginet F.-C., «  (...)
  • 152 Il est transféré à Nantes le 17 juillet 1419 et conserve ce siège jusqu’à sa résignation en faveur (...)

35 – Jean de Maletroit146 fut élevé sur le Siége de S. Brieuc en 1506 [1406]. Le Connétable de Clisson147 le chosit148 cette même année pour un de ses Exécuteurs testamentaires ; & lui léga la somme de 3 000 liv. avec sa Hacquénée fauve, suum gradarium flavum149. (1) Ce Prélat [qui] étoit anssi150 Chancelier de Bretagne, fut chargé de négotiations importantes par le Duc Jean V. en 1414. Il fit une Fondation dans son Eglise Cathédrale pour laquelle il donna au Chapître la Terre de Brie dans le Diocèse de Rennes. Un Acte de 1417 lui donne la qualité de Gouverneur du Comté Nantois : il y fut transferé en 1419 par le Pape Martin V151. & mourut le 14 Septembre 1443152.

  • 153 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 510. Dom Lobineau se réfère aux chroni (...)
  • 154 Arthur de Richemont, âgé de 13 ans en 1406, n’a probablement pas joué un très grand rôle dans cet é (...)
  • 155 François Ier (1410-1450) est le fils aîné de Jean V et de Jeanne de France. Il devient duc en 1442. (...)
  • 156 Pierre II (1418-1457), frère du précédent, est le second fils de Jean V et de Jeanne de France. Il (...)

En 1406 les Habitans de la Ville de Saint Brieuc se revolterent contre les Officiers du Duc de Bretagne153. Apparament que quelques Impositions nouvelles en étoient le motif. Le Duc y envoya son frere le Comte de Richemont154 avec quelques Troupes. Ce Prince punit les Auteurs de la revolte, & vint aisémement à bout de retablir le calme & la tranquilité. Ce sont les premieres armes de ce fameux Guerrier, qui devint par la suite un des premiers Capitaines de son siécle, & qui, après avoir été honoré de l’épée de Connétable de France, devint Duc de Bretagne par la mort de ses deux neveux François I.155 et Pierre II.156//

(1) La Hacquenée étoit le Cheval de monture. Ce terme vient du Celtique Hacnai, qui signifie la même chose.//

  • 157 La succession de Jean de Malestroit à Saint-Brieuc a posé quelques difficultés. Le comte de Penthiè (...)
  • 158 Sur ce concile, voir supra, Annales 1419. Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé a relaté l’action d’Alai (...)

36 – Allain de la Rue157, Chanoine de Nantes & Docteur en Droit, fut d’abord Evêque de Léon. Il fut transféré à S. Brieuc par le Pape Martin V. en 1419, & mourut en 1424. Il avoit assisté, étant Evêque de Léon, au Concile de Constance en 1415158.

  • 159 Dans un contexte d’hostilités entre le pape Eugène IV et le concile de Bâle, Charles VII réunit à B (...)
  • 160 Eugène IV, neveu de Grégoire XII, est pape de 1431 à 1447. Il doit faire face aux menées des Pères (...)
  • 161 Sur cette question, voir également supra, Annales 1740.

C’est à ce Concile qu’on rapporte ordinairement l’origine de la partition des mois établie en Bretagne pour la distribution des Bénéfices. Avant ce Concile les Collateurs ordinaires conféroient les Bénéfices dans tous les mois de l’année ; mais le Pape jouissoit en méme tems du droit de concours & de prévention, & de celui d’établir des reserves & des expectatives qui resserroient beaucoup le droit des Ordinaires. Le Concile de Constance, afin de remédier aux abus que des reserves trop fréquentes avoient occasionnées, établit la partition des Mois ; c’est-à-dire, qu’il donna huit mois au Pape pour conférer les Bénéfices, & qu’il n’en laissa que quatre aux Ordinaires, mais libres de toute prévention, reserve ou grace expectative. Plusieurs Eglises adopterent ce reglément ; il paroît que celles de Bretagne furent de ce nombre ; soit qu’il y ait eu deslors, comme plusieurs le prétendent, un traité fait entre le Concile & les Députés de Bretagne (1) ou, ce qui est// plus probable, que ce droit ne se soit établi que par l’usage. Il paroît que tel étoit aussi l’usage de l’Eglise de France, lorsque fut fait ce fameux Reglément qu’on appella la Pragmatique-Sanction159. Eugene IV.160 qui vouloit empêcher le Duc de Bretagne d’adhérer à cette Pragmatique, ou d’en établir une pareille dans ses états, lui envoya trois Nonces, l Evêque de Volterre, le Doyen de Louvain & Guillaume Boust, son Chapelain. Ces Députés surent ménager si adroitement les Esprits, qu’ils engagerent le Duc & les Evêques à s’en tenir aux anciens usages & à la régle des mois établie par le Concile de Constance, confirmée & renouvellée par le Pape Eugene. Cette régle, comme nous l’avons dit, ne donnoit que quatre mois aux Ordinaires. Innocent VIII. établit l’alternative en 1484 en faveur de la résidence ; c’est-à-dire, qu’il accorde [accorda] aux Evêques résidens la faculté de disposer librement de tous Bénéfices [tous les bénéfices] de leur Collation, qui vaqueroient dans les mois de Février, d’Avril, de Juin, d’Août, d’Octobre & de Décembre. Les autres Mois furent affectés au Pape, c’est ce qui a fait appeller ce Reglément la régle de l’alternative. J’espere qu’on ne regardera pas comme inutile & étrangere à cet Ouvrage une digression qui a pour but de faire connoître les anciens & nouveaux usages de cette Province par rapport à la Collation des Bénéfices, l’un des plus importans articles de la Discipline ecclésiastique. Les autres Mois sont demeurés au Pape161. Ce nouveau Réglement fait partie de la neuvieme régle de la Chancellerie Romaine, appellée pour cela Regula de mensibus & alternativa.//

(1) C’est ce que quelques Jurisconsultes appellent le Compact Breton. Ce qui rend douteuse l’existence de cet Acte, c’est qu’il ne se trouve nulle part ; les Actes du Concile n’en parlent point, on ne trouve aucune Ordonnance de nos Ducs qui l’accepte ou l’autorise ; les Regîtres même de la Chancellerie Romaine n’en font aucune mention.//

  • 162 Guillaume Brillet est issu d’une famille noble du diocèse de Rennes. Tout en possédant des bénéfice (...)
  • 163 Il n’assiste pas en personne au parlement de 1427 puisqu’il se fait représenter par son vicaire gén (...)
  • 164 Robert de La Rivière est évêque de Rennes de 1447 à 1450. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XI (...)
  • 165 Il meurt le 1er février 1448 et est inhumé dans la cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Voir Calendin (...)

37 – Guillaume Brillet162, natif de Vitré, recommandable par sa piété & par la douceur de son caractere, fut pourvu de l’Evêché de S. Brieuc en 1424. Il assista aux Etats de 1627 [1427]163 & fut transféré la même année à l’Evéché de Rennes. Il se demit de cet Evêché en 1447 en faveur de Robert de la Riviere164, son neveu. Les uns le font mourir en 1448, les autres en 1470165.

  • 166 Guillaume Eder est issu de la famille noble des Eder-Beaumanoir, du diocèse de Saint-Brieuc. Doyen (...)
  • 167 Ce concile se déroule du 23 avril au 3 mai 1431. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 420-436 (...)
  • 168 Philippe de Coëtquis, originaire du diocèse de Tréguier, devient évêque de Saint-Polde-Léon en 1419 (...)
  • 169 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 29.
  • 170 Voir supra, Annales 1431.
  • 171 Durand de Maillane P.-T., Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, 1761, (...)
  • 172 Guillaume de Malestroit, neveu de Jean de Malestroit, chancelier de Bretagne et évêque de Nantes, e (...)

38 – Guillaume Eder166, Doyen de l’Eglise de Nantes, succéda à Guillaume Brillet sur le Siége de S. Brieuc. Il assista en 1431 au Concile de Nantes167, auquel présida Philippe de Coëtquis168, Archévêque de Tours. Les Décrets de cette Assemblée sont à peu près les mêmes que ceux du Concile d’Angers de 1365169 ; ce qui prouve la continuation des mêmes désordres. On y proscrivit les cérémonies ridicules du premier de Mai, du lendemain de Pâques & de la Fête des fous. Au premier de Mai on rençonnoit ceux qui avoient été pris au lit. (1) Le lendemain de Pâques ceux qu’on trouvoit couchés, on les conduisoit à l’Eglise où on leur administroit un espéce de Baptême. La Fête des fous étoit une mommerie qui commençoit à Noël & duroit jusqu’à la Fête des Innocens. Nous avons parlé de cette extravagance sous l’année 1431170. Ce Concile fit aussi des Reglémens contre les Blasphémateurs, contre les Pré-//dicateurs qui prêchoient sur des échafauds dans les Places publiques ; contre les bruits scandaleux qui se faisoient aux secondes Nôces, c’est ce que nous appellons Charivaris, (2) cet abus est fort ancien suivant Durand de Maillane. Voici ce qu’en dit ce savant Auteur dans son Dictionnaire du Droit Canonique171. Les Payens distribuoient à leurs Mariages de petits présents au peuple qui accouroit avec bruit & tintamare en guise de Bacchantes. On l’a suivit (cet usage) parmi les Chrétiens au cas des secondes Nôces, mais dans un autre esprit ; ces petits présents ont été regardés dans la suite comme une peine, & le bruit du peuple comme une injure. Ce désordre condamné par plusieurs Conciles, proscrit par les Loix du Prince, frappé des anathêmes de l’Eglise, n’a pu jusqu’à présent être entiérement déraciné. Il subsiste encore en Bretagne & dans plusieurs autres Provinces du Royaume. Guillaume Eder ne vécut pas long-tems après la conclusion de ce Concile. Après sa mort le Chapitre élut Guillaume de Malestroit172, Doyen de S. Malo, âgé seulement d’environ trente ans, mais le Duc n’agréa point cette élection & nomma Hervé Uguet.

  • 173 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 582.

(1) Lobineau raconte qu’un premier jour de Mai quelques Seigneurs étant entrés dans la Chambre de Jean V. Duc de Bretagne, & l’ayant trouvé au lit, exigerent de lui qu’il paya l’amende, suivant la coutume ; ce qu’il eut la complaisance de faire173.//

  • 174 Dictionnaire universel françois et latin (dit Dictionnaire de Trévoux), t. I, 1721, c. 1671.
  • 175 Bochel L., Bibliothèque du droit françois, Paris, 1671, 3 vol.

(2) Ce terme, suivant les Auteurs du Dictionnaire de Trévoux, vient du Grec Karivaria174. Bochel le derive de Chalybarium à cause des Instruments de cuivre & d’airain dont on use dans les Charivaris175. C’est peut-être un vieux mot celtique dont on ignore aujourd’hui la signification.//

  • 176 Hervé Huguet est originaire du diocèse de Rennes. Conseiller ducal dès 1407, il est archidiacre du (...)
  • 177 Sur le concile de Bâle, se reporter aux notes sur Eugène IV : supra, Catalogue des évêques, notice (...)
  • 178 Guillaume Brillet est évêque de Rennes de 1427 à 1447. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé histori (...)
  • 179 Jean de Malestroit est évêque de Nantes de 1419 à 1443. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, (...)
  • 180 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. II, c. 1023 et Pocquet du Haut-Jussé B.-A., (...)
  • 181 Olivier du Teillay est évêque de Saint-Pol-de-Léon de 1432 à 1436. Voir Hauréau B., Gallia…, op. ci (...)
  • 182 Pierre Piédru est évêque de Tréguier de 1430 à 1435. Voir ibidem, c. 1129 et Couffon R., « Un catal (...)
  • 183 Mathieu Bertrand est abbé de Saint-Melaine, établissement bénédictin du diocèse de Rennes, de 1422 (...)
  • 184 Jean Gendron est abbé de Buzay, établissement cistercien du diocèse de Nantes, entre 1417 et 1451. (...)
  • 185 Sur ce personnage, devenu évêque de Saint-Brieuc, voir infra, Catalogue des évêques, notice 42.
  • 186 Guillaume Groignet est official de Nantes et conseiller ducal. Ruffelet omet un dernier ambassadeur (...)
  • 187 Louis Aleman (v. 1390-1450) est archevêque d’Arles de 1423 à 1450. Proche de Martin V, il devient c (...)
  • 188 Cette querelle, qui éclate à l’arrivée de l’ambassade bretonne à Bâle en mars 1434, ne se règle pas (...)
  • 189 Jules II, neveu de Sixte IV, est pape de 1503 à 1513. Voir Coulas I., « Jules II », dans Levillain (...)

39 – Hervé Huguet176 fut élu par l’autorité du Duc de Bretagne en 1431. Il fut commis//par le Concile de Bâle177 avec les Evêques de Rennes178 & de Nantes179 pour faire la levée d’un subside sur le Clergé de Bretagne, afin de fournir aux frais des Ambassadeurs que le Duc avoit à ce Concile180. Ces Ambassadeurs étoient les Evêques de Léon181 & de Treguier182, les Abbés de S. Melaine183 & de Buzai184, Jean Prigent185, Professeur en Droit Civil & Canonique, & Guillaume Groignet186, Licencié en l’un & l’autre Droit. Il s’éleva en ce Concile [à ce Concile] une grande dispute pour la préséance entre les Ambassadeurs de Bretagne & ceux du Duc de Bourgogne. Ceux de Bretagne protesterent au nom de leur Maître contre la place qu’on avoit assignée à ceux du Duc de Bourgogne. Le Cardinal d’Arles187, pour appaiser ce différend, déclara que le rang donné aux Députés de Bourgogne ne pourroit nuire aux Droits du Duc de Bretagne, ni être tiré à conséquence pour l’avenir. Les Ambassadeurs Bretons, pour ne point retarder la décision des affaires de l’Eglise, se contenterent de cette réponse, & donnerent avis au Duc de Bretagne de tout ce qui s’étoit passé188. On peut remarquer ici que dans un ancien Cérémonial des Ambassadeurs, dressé sous Jules II189. les Ambassadeurs du Duc de Bretagne précédoient à Rome ceux du Duc de Bourgogne, & que ces derniers avoient le pas sur les Députés des Electeurs séculiers de l’Empire, excepté ceux du Roi de Bohême.

  • 190 L’abbaye de Beauport, de l’ordre de Prémontré, dépend du diocèse de Dol. Elle se situe en effet sur (...)
  • 191 Cette querelle s’inscrit dans une série de conflits qui oppose les évêques de Saint-Brieuc aux abbé (...)

Hervé Uguet eut pendant son Episcopat de grands démêlés avec les Moines de Beauport190. Il s’agissoit de leurs exemptions que le Prélat vouloit resserrer dans des bornes plus étroites. Les Moines regarderent cette en-//tréprise comme un attentat contre les Droits & Privileges de l’Etat Monastique, & porterent leurs plaintes au Pape. Eugene IV. nomma Anselme de Breda, Doyen de Liége, l’un de ses Légats, pour connoître de cette affaire. Il paroît que la décision ne fut pas favorable à l’Evêque de S. Brieuc191. C’étoit alors le regne des Moines, & ils étoient très-jaloux de la conservation de leurs Privileges.

  • 192 Olivier du Teillay est issu d’une famille noble du diocèse de Rennes. Chanoine de Nantes et de Sain (...)

40 – Olivier du Tillai192 fut d’abord Chanoine de S. Malo, il fut élu en 1433 Evêque de Léon & transféré à S. Brieuc en 1436.

  • 193 Jean Lespervier fait partie des « faux » évêques de la liste. Il est protonotaire apostolique, trés (...)
  • 194 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1399-1400.
  • 195 Jean Bernard, originaire de Touraine, est archevêque de Tours de 1441 à 1466. Voir Hauréau B., Gall (...)
  • 196 Ce concile se déroule en juillet 1448. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 442-463.
  • 197 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxxi. Cette erreur s’explique par le fait qu (...)
  • 198 Voir supra, Annales 1442.

41 – Jean l’Espervier193 étoit Evêque en 1439. Il assista en 1442 au couronnement de François I. Duc de Bretagne, & fut présent à l’hommage que ce même Prince rendit à Charles VII. Roi de France en 1446194. On ne sait point ce qui empêcha ce Prélat d’assister en personne au Concile que Jean Bernard195, Archévêque de Tours, tint à Angers en 1448 ; mais il y assista par Procureur196. Parmi les Réglements, qui furent faits à ce Concile, on remarque surtout celui qui défend aux Abbés & aux Prieurs, qui ont des Prieurés dans leur dépendance de les dépouiller à la mort des Titulaires : & celui qui ordonne à tous les Prêtres de dire l’Office des Morts, du moins à trois Leçons dans lesjours qui ne sont point solemnels. Jean l’Espervier fut transféré à S. Malo en 1450 & mourut en 1486. Taillandier dit qu’il avoit été d’abord Evêque de Léon, & cependant dans son Catalogue des Evêques de Léon, il n’en fait aucune mention197. Voyez l’année 1442198.

  • 199 Jean Prégent est issu d’une famille de la petite noblesse du diocèse de Saint-Pol-de-Léon. Présent (...)
  • 200 Nicolas V est pape de 1447 à 1455. Il met fin au schisme né sous le pontificat d’Eugène IV entre ce (...)
  • 201 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1570.
  • 202 La plus grande confusion a longtemps régné sur les événements qui ont eu lieu en 1450. Une successi (...)
  • 203 Jean Prégent a effectivement fait bâtir la chapelle Saint-Guillaume. On lui doit aussi probablement (...)
  • 204 Guillaume d’Estouteville (v. 1412-1483), issu d’une grande famille de la noblesse normande, est cré (...)
  • 205 Yves Le Sénéchal est abbé de Saint-Sauveur de Redon, établissement bénédictin du diocèse de Vannes, (...)
  • 206 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1776.
  • 207 Voir supra, Annales 1451.

42 – Jean Prigent199 fut transféré de// l’Evêché de Léon à celui de Saint Brieuc en 1450. Cette translation ne fut point approuvée du Pape Nicolas V200. qui nomma à cet Evêché Jacques Peurel, Docteur en Droit, ce qui occasionna un long procès entre les deux Prétendants. On trouve aussi qu’aux Etats de 1451, un certain Rolland Penhoédic, Procureur de Jacques Penhoédic, soidisant Evêque de S. Brieuc, protesta contre Jean Prigent, & s’opposa à la place qu’il avoit prise parmi les Evêques de la Province201. On ne sait point ce qui lui fut répondu, mais l’Histoire ne parle plus de ce Jacques Penhoédic. Pour Jacques Peurel, il fut fait Auditeur de Rote en 1462, & Jean Prigent demeura ainsi paisible possesseur de son Evêché202. C’est ce Prélat qui a fait bâtir, dans la Cathédrale de S. Brieuc, cette belle Chapelle où réposent aujourd’hui les Réliques de S. Guillaume & qu’on appelle la Chapelle du S. Sacrement203. C’est aussi sous son Episcopat que fut enfin réprimé en Bretagne l’abus des Minihis. (1) On appelloit ainsi certains Territoires affranchis & servant d’aziles contre les poursuites de la Justice. Telles étoient les Eglises : on regardoit aussi comme tels les endroits qui avoient été autrefois consacrés par la demeure & la pénitence de quelques Ss. célébres, & il y avoit de ces endroits, qui avoient une très-grande étendue. La Ville de S. Malo bâtie dans une Isle qui avoit autrefois servi de retraite à plusieurs Ss. Solitaires, jouissoit toute entiere de ce// droit d’azile : quiconque s’y refugioit ne pouvoit plus dès ce moment encourir de punition, ni perdre sa liberté. Les Ducs de Bretagne s’étoient souvent plaint des abus qu’occasionnoient ces sortes d’aziles, & avoient prié les Papes de les resserrer dans des bornes plus étroites. Le Cardinal d’Estouville204, Légat du Pape en Bretagne, fit des Réglements fort sages à ce sujet en 1451, mais ils furent mal observés. Enfin en 1453, le Pape Nicolas V. chargea l’Abbé de Rhedon205 d’ordonner de sa part aux Evêques de corriger entiérement cet abus, & de restraindre le droit d’azile aux seules Eglises, suivant les Canons. [Ce droit d’asyle pour les Eglise subsiste encore aujourd’hui en Italie & en Espagne ; il a été aboli en France.] L’Evêque Prigent fit en 1462 la Cérémonie des Epousailles de Jean, Vicomte de Rohan & de Marie de Bretagne, dans la Chappelle du Château de la Cheze, en présence du Duc, du Vicomte de Rohan, du Comte d’Harcourt, du Vicomte de Belliere & d’un grand nombre d’autres Seigneurs206. Il mourut en 1472 [1470]. Voyez l’année 1471 [1451]207.

(1) Ce terme vient du Breton Minichi, qui signifie franchise, ou de Manac’h-ty, maison de Moine.//

  • 208 Pierre de Laval (1443-1493) est issu d’une famille de la haute noblesse bretonne et française. Il d (...)
  • 209 Guy de Laval, quatorzième du nom, est le fils de Guy de Laval et d’Anne de Montmorency. Voir Bertra (...)
  • 210 Isabelle de Bretagne (1411-1442) est la fille de Jean V et de Jeanne de France.
  • 211 Il prête serment au duc François II le 12 juin 1472 à Saumur. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., (...)
  • 212 Sixte IV est pape de 1471 à 1484. Voir Piacentini P., « Sixte IV », dans Levillain P. (dir.), Dicti (...)
  • 213 En retirant le siège épiscopal de Saint-Brieuc à Pierre de Laval, le pape répond aux souhaits du du (...)
  • 214 Il est évêque de Saint-Malo de 1486 à sa mort en 1493. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé histori (...)
  • 215 Sur sa présence à Reims, voir Desportes P., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique (...)

43 – Pierre de Laval208, fils de Gui XIV209. Comte de Laval & d’Isabelle de Bretagne210, fut élu Evêque de S. Brieuc, le 28 Février 1472 & prêta le serment de fidelité au Duc le 14 Juin de la même année211. Il fut transféré à Reims dès l’année suivante par le Pape Sixte IV212. qui lui permit de posséder l’Evêché de S. Brieuc en commende pendant trois ans. Pendant ce tems-là il obtint une autre Bulle pour retenir l’administration de la premiere Eglise pendant sa vie, mais le Duc s’y opposa ; ce qui occasionna un long procès entre Pierre de Laval & Christophe de Penmarch, son successeur, mais où l’Ar-//chévêque succomba213. Il s’en dédommagea en quelque sorte, en obtenant une nouvelle Bulle pour posséder l’Evêché de S. Malo en Commende214. Il avoit outre cela 3 Abbayes, celle de S. Aubin, celle de S. Michel & celle de S. Nicolas. On ne sait s’il en fit un bon usage ; ce qu’il y a de vrai, c’est qu’il mourut peu regretté du Chapitre & de la Ville de Reims, qui n’avoient pu s’accommoder de ses manieres impérieuses & hautaines215.

  • 216 Christophe de Penmarc’h est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Pol-de-Lé (...)
  • 217 Alain de Coëtivy (1407-1474), oncle maternel de Christophe de Penmarc’h. Proche de Charles VII, il (...)
  • 218 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, c. 368.
  • 219 Anne de Bretagne (1477-1514) est la fille aînée de François II et de Marguerite de Foix. Duchesse à (...)
  • 220 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, c. 815. Voir supra, Annales 1499.
  • 221 Voir supra, Annales 1405.

44 – Christophe de Penmarch216, fils de Louis Sire de Penmarch & d’Alix de Coëtivi, succéda à Pierre de Laval sur le Siége de S. Brieuc. Pourvu d’abord de l’Evêché de Dol sur la résignation du Cardinal de Coëtivi217, son Oncle, il avoit demandé & obtenu pour cela l’agrément du Duc de Bretagne. Mais le Cardinal étant mort avant que la réponse du Duc fût arrivée à Rome, le Pape lui conféra cet Evêché comme vacant per obitum. Le Duc regardant cette collation comme contraire à ses priviléges, ne voulut point reconnoître l’Abbé de Penmarch pour Evêque de Dol. Cependant prévenu d’estime & d’amitié pour lui, il lui procura l’Evêché de Saint Brieuc vacant par la translation de Pierre de Laval à l’Archévêché de Reims. Christophe de Penmarch assista aux Etats de Vannes en 1480218. Il assista aussi comme témoin au Contract de Mariage de la Duchesse Anne219 avec Louis XII. Roi de France, & au Traité fait pour la conservation des Droits, Franchises & Libertés de la Province220 : (1) Droits qui loin d’avoir été// annéantis par l’union de la Province à la Couronne, n’en sont devenus que plus sacrés & plus respectables. L’Evêque Christophe mourut en 1505. C’est sous son Episcopat que fut fondé un nouvel Hôpital dans la Ville de Quintin. L’ancien, fondé par les Seigneurs de Quintin, & qui étoit situé proche la Collégiale de cette Ville221, tombant de vétusté. Jeanne du Pairier, femme de Pierre de Rohan, donna en 1498 une maison & fonds étant aux Fauxbourgs & proche la grande Porte de la Ville de Quintin, pour y transporter ledit Hôpital. La Chapellenie de S. Jean y fut aussi transférée.

  • 222 C’est la première référence que C.-M. Ruffelet fait des archives diocésaines. Il n’en a pas fait us (...)

(1) On conserve dans les Archives de S. Brieuc [Archives de la Cathédrale de S. Brieuc] une grosse en parchemin de ces deux Actes222.//

  • 223 Olivier du Chastel marque, à Saint-Brieuc, la fin d’un cycle, celui des évêques issus des grands li (...)

45 – Olivier Du Chastel, fils d’Olivier, Sire du Châtel & de Marie de Poulmic, fut pourvu de l’Evêché de S. Brieuc en 1506. Il paroît avoir eu un Suffragant nommé Guillaume de la Chapelle. Il mourut en 1525. Voyez cette année223.

  • 224 Prières, abbaye cistercienne située dans la paroisse de Billiers (diocèse de Vannes).
  • 225 Toujours issu d’une très grande famille de la noblesse bretonne, Jean de Rieux inaugure « une pénib (...)

46 – Jean de Rieux, troisieme fils de Jean IV. Comte de Rieux & Maréchal de Bretagne & d’Isabelle de Brosse, dite de Bretagne, fut d’abord destiné à l’Etat Ecclésiastique & pourvu de l’Abbaïe de Prierres224. N’ayant encore que dix-huit ans il fut nommé à l’Evêché de S. Brieuc, vacant par la mort d’Olivier du Châtel. Il en administra le temporel pendant près de 20 ans sans être Ecclésiastique225. Préférant enfin l’Epée à la Mitre, il donna sa démission de l’Evêché de S. Brieuc en 1544, & épousa en 1548 Béatrix de Joncheres, Dame de la Perriere en Anjou, dont il eut 2 garçons & 2 filles. Les deux garçons ont fait les deux branches de Châteauneuf & de Sourdéac, éteintes aujourd’hui toutes les deux.//

  • 226 L’incise n’a évidemment rien d’anodin : elle fait référence au fait que l’acte d’union fut sollicit (...)
  • 227 L’argument de la paix – mais aussi la condition du maintien des privilèges, dont Ruffelet ne dit mo (...)
  • 228 Élection des abbés par les moines ; élection des évêques par les chapitres cathédraux.
  • 229 C’est-à-dire que le pape fut confirmé dans son droit de nommer aux bénéfices pendant huit mois de l (...)
  • 230 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 36.
  • 231 Le texte du concordat de Bologne énumère les inconvénients des élections par les chapitres : interv (...)
  • 232 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 39.
  • 233 Le concordat de Bologne suscita en effet de vives oppositions gallicanes de la part de tous ceux qu (...)
  • 234 L’acte d’union de 1532 se souciait surtout du maintien de « l’indult du pays » portant que nul non (...)
  • 235 Ruffelet fait ici référence aux résistances du Parlement de Bretagne à l’enregistrement des lettres (...)

C’est sous l’Episcopat ou pendant l’administration de Jean de Rieux, en 1532, que la Bretagne fut pour toujours, suivant le vœu de la Nation226, unie à la Couronne de France. Evénement heureux, qui assura [qui assure] le bonheur de cette Province, & mit fin à ces guerres presque continuelles, qui la désoloient depuis tant de siécles227. Cet evénement est aussi l’époque d’une grande révolution arrivée dans le gouvernement ecclésiastique de Bretagne. Jusque là les Elections pour les Abbaïes & pour les Evêchés avoient eu lieu dans cette Province228, elles y furent alors abolies. Le Concordat en prit la place ; (1) il est vrai qu’il n’y fut pas long-tems observé ; les Papes s’y opposerent. Ils prétendirent que la Bretagne n’étant point encore unie à la Couronne de France au tems de la Pragmatique & du Concordat, (2) ce nouveau Réglement ne devoit point y avoir lieu, & qu’elle devoit conserver ses anciens usages. Henri II. qui ne vouloit pas mécontenter la Cour de Rome, lui accorda ce qu’elle demandoit229. Le Concordat fut donc aboli en Bretagne, mais les Elections ne furent point rétablies. Le Roi obtint un Indult pour nommer aux// Bénéfices Consistoriaux (3) de cette Province, & ses Successeurs ont suivi la même méthode, (4) c’est ainsi que les Elections furent abolies en Bretagne après y avoir été pratiquées pendant plus de mille ans. (5) Ce n’est pas ici le lieu de rappeller ce qu’on a dit pour ou contre ce nouveau Réglement de discipline230 ; il nous suffira de remarquer ici que les Elections n’avoient pas dans la primitive Eglise les mêmes inconvénients auxquels elles furent sujettes depuis. Elles étoient devenues au tems, dont nous parlons, une source d’abus, elle dégénéroient même// quelquefois en simonie manifeste ; (6) les Princes & les Seigneurs tâchoient par toutes sortes de moyens de s’en rendre les maîtres231. Nous avons vu que Hervé Uguet avoit été fait Evêque de S. Brieuc malgré le Chapitre232. On pourroit en citer d’autres exemples, une singularité remarquable à ce sujet, c’est que ce Concordat, qui avoit essuyé en France tant de contradictions & occasionné tant de Remontrances233, faisoit l’objet des vœux de la Province de Bretagne234, & qu’après y avoir été suivi pendant quelque tems, on eut presque autant de peine à l’y abolir, qu’on en avoit eu à l’établir en France235.

  • 236 Sic ! De Bologne, en réalité.
  • 237 En réalité, le concordat confirma le privilège d’élire aux églises et monastères qui le possédaient (...)

(1) On donne particuliérement le nom de Concordat à un Traité passé à Boulogne236 en 1516. entre Léon X. & François I. Roi de France par lequel la Pragmatique-Sanction fut abolie & les Elections supprimées237.

(2) La Pragmatique-Sanction est de 1438. Le Concordat de 1516, & ce ne fut qu’en 1532 que la Bretagne fut unie à la Couronne de France.//

(3) On appelle Bénéfices Consistoriaux ceux dont les Bulles s’expédient par la voie du Consistoire, c’est-à-dire, par le Pape dans l’Assemblée des Cardinaux, tels sont les Evêchés, Abbaïes, &c.

(4) François II. Duc de Bretagne, avoit obtenu en 1478 une Bulle du Pape Sixte IV. par laquelle ce Souverain Pontife promettoit de ne conférer les Evêchés de Nantes, de Rennes, de Dol, de S. Malo & de Vannes qu’à ceux que le Duc nommeroit lui-même. La même grace avoit été accordée au Duc Pierre II. du nom par le Pape Nicolas V. mais ces Indults n’étoient pas ce qu’ils sont devenus depuis ; ils n’étoient point perpétuels, & nous ne connoissons que ces deux Princes qui en ayent joui. D’ailleurs ces Indults n’empêchoient point l’élection d’avoir lieu, quoique les suffrages fussent moins libres, & ne s’étendoient pas à tous les Evêchés.

(5) La façon de pourvoir aux Evêchés est différente selon les païs. Les élections se sont// concervés en Allemagne parmi les Chanoines. A Rome l’élection du Pape appartient aux Cardinaux. Le Pape confére les Evêchés dans une grande partie de l’Italie. Les Rois d’Espagne & quelques autres Souverains en ont la nomination dans leurs Etats par des Indults à vie que le Pape leur accorde. En France le Roi nomme en vertu du Concordat ou de quelques Indults, dans les païs qui ne sont pas soumis au Concordat.

(6) C’est ce qui en a fait exclure le Peuple. L’élection des Evêques se faisoit dans la primitive Eglise par le Clergé de la Ville & de la Campagne assemblé pour cela dans la Ville Episcopale. Le Peuple y étoit aussi appellé. Vers la fin du douzieme siécle les Chanoines des Cathédrales se mirent en possession de faire seuls l’élection à l’exclusion du Peuple & du reste du Clergé.//

  • 238 La nomination du cardinal du Bellay a néanmoins son importance car ce diplomate très proche du roi (...)

47 – François de Mauni fut pourvu de l’Evêché de S. Brieuc sur la démission de Jean de Rieux en 1544. Il fut transféré à// Bordeaux en 1553 & mourut en 1558. (1) Il paroît que la Cour de Rome ne reconnut point François de Mauni pour Evêque de S. Brieuc. Après la démission de Jean de Rieux, le Pape nomma à l’Evêché de Saint Brieuc le Cardinal de Ste Corneille, qui fut remplacé en 1551 par le Cardinal Durand de Durantis. Ce dernier eut pour Successeur le Cardinal Jean du Bellai238 ; mais il ne paroit pas qu’on ait eu plus d’égard en France à ces nominations qu’on n’en avoit eu à Rome à celle de François de Mauni. Jean du Bellai céda son droit à Jean du Tillet, qui suit.

  • 239 Erreur non corrigée par l’auteur.
  • 240 Ici, Ruffelet rectifie une faute d’impression du Catalogue des évêques et abbés de Bretagne annexé (...)

(1) Je ne sai239 sur quel fondement Taillandier, dans son Catalogue des Evêques de S. Brieuc, nomme ce Prélat François de Maure. Je ne connois point de François de Maure, qui ait été transféré de S. Brieuc à Bordeaux. Dans la Liste que le même Auteur nous a donnée des Abbés de S. Jagut, en parlant du même Evêque, il le nomme Jean de Mauni. Peut-être avoit il nom François-Jean de Mauni240.//

  • 241 La publication de ces ouvrages, appartenant à des genres fort différents, s’échelonne à partir de 1 (...)
  • 242 Pierre (ou Scévole) Gaucher de Sainte-Marthe (1618-1690) était historiographe de France et l’un des (...)

48 – Jean du Tillet prêta le serment de fidélité au Roi pour l’Evêché de S. Brieuc le 8 Décembre 1553. Il résigna à Nicolas Langelier sous une pension & fut transféré à Meaux en 1564. Ce Prélat étoit frere de Jean du Tillet, Greffier en chef du Parlement de Paris, & tous les deux ont enrichi la Republique des Lettres de savants Ouvrages. Ceux de l’Evêque de S. Brieuc241 sont : un Traité de la Religion Chrétienne, une Reponse aux Ministres, un Avis aux Gentilshommes séduits, un Traité sur la Messe, un autre sur le Symbole, une édition des Canons des Apôtres & de treize Conciles en Grec. L’Evangile// de S. Mathieu en Hebreu, les Œuvres de Lucifer de Cagliari, une Chronique des Rois de France, &c. Ce Savant & zélé Prélat mourut en 1570. Gaucher de Sainte Marthe en a fait l’éloge242.

  • 243 Raccourci rapide car Nicolas Langelier ne fut sans doute pas toujours perçu ainsi : on a surtout re (...)
  • 244 Au sein d’un épiscopat breton très divisé, Nicolas Langelier est en effet le meilleur exemple de mi (...)
  • 245 Sur ce point, voir supra, Annales 1564.

49 – Nicolas Langelier, natif de Paris, fut pourvu de l’Evêché de S. Brieuc sur la résignation de Jean du Tillet en 1564. Il fut un des plus zelés Prélats de son tems & un des plus illustres Défenseurs des Libertés de l’Eglise Gallicane243. [On lui reproche cependant un peu trop d’attachement pour le parti de la Ligue, dont il fut en Bretagne un des plus zélés défenseurs. C’est une tache à la mémoire de ce Prélat d’ailleurs si recommandable par tant d’autres endroits244.] Voyez l’année 1564. Il assista au Concile Provincial tenu à Angers en 1583 par Simon de Maillé, Archévêque de Tours, & en rédigea les Actes. (1) Ce Concile est un des plus célébres de la Province de Tours245. Les bornes, que nous nous sommes prescrites dans cet Ouvrage, ne nous permettent pas d’entrer dans le détail de tous les Réglemens de Discipline qui y furent faits. Il nous suffira d’en indiquer deux ou trois. 1°. Celui qui ordonne d’établir des Bibliotheques communes dans toutes les Eglises Cathédrales & collégiales. (2) 2°. Celui qui ordonne aux Moines de couper// leurs barbes. (3) 3°. Celui qui prescrit la forme des Surplis & qui veut qu’ils descendent plus bas que la moitié des jambes. Le Concile de Bâles avoit dejà ordonné la même chose. (4) Celui d’Angers fit aussi des Re-//gléments au sujet des Portions Congrues.

  • 246 Par un édit de mai 1768.

On appelle Portion Congrue la Pension, que le Curé primitif ou le gros Décimateur est obligé de payer au Curé ou au Vicaire perpétuel qui dessert la Paroisse dont il est Décimateur. (5) Cette Pension a souvent varié. L’Edit de 1571 l’avoit fixée à cent//vingt livres. Les Arrêts du Parlement la porterent à 150 livres, ensuite à 200 livres. L’Ordonnance de 1629 la fit monter à 300 l. Cette augmentation, que les changements arrivés dans la valeur des choses rendoit nécessaire, déplut aux Décimateurs. Ils obtinrent deux Déclarations par lesquelles les Portions Congrues furent réduites à 200 liv. Ces Déclarations furent enrégistrées au grand Conseil à la charge des oppositions. Mais comme les Parlements ne les avoient point enrégistrées, ils continuerent à condamner les Décimateurs à payer les 300 liv. Louis IV. [Louis XIV.] pour faire cesser les contestations & rendre sur ce point la Jurisprudence uniforme, donna en 1686 une nouvelle Déclaration par laquelle rappellant le Réglement de 1629, il ordonna que la Portion Congrue des Recteurs & Vicaires perpétuels demeureroit fixée à 300 livres & celle des Curés à 150 livres. Louis XV. vient de porter celle des Recteurs à 500 livres & celle des Curés à 200 livres246.

  • 247 Ce transfert s’inscrit dans la volonté de la monarchie de Charles IX, exprimée dans l’édit de Troye (...)

C’est sous l’Episcopat de Nicolas Langelier, que la Juridiction Royale de Goëlo fut transférée à Saint Brieuc247. Le Ressort de cette Juridiction est fort étendu. Il s’étend sur le Comté de Goëlo & la Baronie d’Avaugour, sur Buhen-Lantic, Beaucours, Beauport, Bréhat, Calac, Châteaulin-Pontrieux, Châtelaudren & Créheren-Plouagat ; Coëtmalouan, Coëtmen, Tremeven, Créheren-Rohan, Crenan & Lehard ; Goudelin-la-Grand’ville, Coëtmen-Goudelin & Lannebert ; Kcabin, Tronjou [Troujou], Toupin, Kdaniel-Rosmars, Kuel [Kruel] & le Cosquer ; Lanvollon, Liscornet [Liscouet]-Kjoli, Lisquili-Briantel, Paimpol,// Le Pelinec, Perien, Plehedel & Langarzeau, Plelo & Tressigneaux-Lourciere ; Plessis-Pleguien, Ploubazlanec, Kity & Peros ; Plouha, Plouzec, Pommerit-le-Vicomte & Annexes ; Pontrieux, Frunaudour & Quimper-Guézenec ; Pordic, Quintin, Regaires de S. Brieuc, pour les cas Royaux & de Rachat, Regaires de Plouvara, pour les cas Royaux & de Rachat ; la Rochederien, la Rochejagu, la Rochesuard, pour les cas Royaux & de Rachat ; Treguidel, Treveneuc & Queregal, Yvias, Plounez, Lanvignec & Féage noble de Plouriveau.

  • 248 Voir supra, Annales 1565. En réalité, le transfert traîna en longueur, avec bien des péripéties jus (...)

Cette Translation de la Juridiction de Goëlo à S. Brieuc se fit en 1565248.

  • 249 René II de Tournemine avait hérité de la baronnie de la Hunaudaye en 1589 alors qu’il était, depuis (...)

Un autre evénement, qui doit trouver ici sa place, c’est la mort de René de Tournemine, Seigneur de la Hunaudaie, arrivée en 1592249. Ce Seigneur avoit servi sous cinq Rois, & s’étoit distingué par sa valeur & sa prudence. Il étoit Chevalier des Ordres du Roi & son Lieutenant Général dans la Province de Bretagne. Le Baron du Guémadeuc, (6) qui avoit assisté à ses funérailles, mourut quelques tems après de la blessure, qu’il avoit reçue au combat de Loudéac l’année d’auparavant. Le Roi Henry IV. fut d’autant plus sensible à cette perte, qu’elle enlevoit à son parti deux de ses plus zelés Défenseurs, qui l’avoient utilement servi dans les guerres de Bretagne, & qui dans des tems difficiles & orageux ne s’étoient jamais écarté des devoirs de fideles Sujets.//

  • 250 Voir supra, Annales 1579, 1590, 1591, 1592.
  • 251 Voir supra, Annales 1628.

Les tems orageux, dont nous parlons ici, sont ceux de la Ligue250. Cette Ligue, si funeste à la France, avoit fait en Bretagne les plus rapides progrès. La plupart des Villes de cette Province s’étoient déclarées en sa faveur, on en peut juger par le petit nombre de Députés qu’elles envoyerent aux Etats de 1590, convoqués à Rennes par ordre du Roi. On n’y vit que ceux de Rennes, Saint Brieuc (7), Treguier, Quintin, Moncontour, Vitré & Malestroit. La plupart des autres Villes obéïssoient au Duc de Mercoeur. (8) Celle de S. Brieuc eut beaucoup à souffrir des Troupes des deux partis dans tout le cours de cette malheureuse guerre. Ouverte & sans défense251 elle se vit exposée à être souvent pillée ou obligée de se racheter, elle ne put s’empêcher non plus de se déclarer pour celui des deux partis qui avoit l’avantage dans cette partie de la Bretagne où elle est située. Il paroît que ceux qui commandoient dans la Tour de Cesson, étoient aussi ordinairement les maîtres de la Ville de S. Brieuc. (9)//

(1) Ce Concile avoit été commencé à Tours, mais les ravages de la peste obligerent de le transférer à Angers.

(2) Les Livres étoient autrefois fort rares ; on les léguoit par Testament, & on les comptoit parmi les meubles les plus précieux. Une Comtesse d’Anjou, qui vivoit dans le XIII. [XI.] siécle, acheta un Recueil d’Homelies deux cens Brebis, 3 muits de grains & cent peaux de Martres. Il est vrai que les Livres n’étoient plus si chers dans le tems dont nous parlons,//mais ils l’étoient encore beaucoup : aujourd’hui même ils le sont encore assez pour qu’un particulier ne puisse pas toujours se procurer tous ceux dont il auroit besoin. Ne seroit-il pas à désirer, pour le progrès des Siences & des Arts, que dans chaque Ville, un peu considerable, on établit une Bibliotheque publique où l’Ecclésiastique & le Laïque pussent également puiser les lumieres, qui leurs sont nécessaires. Combien un pareil établissement ne feroit-il pas éclore de Talents qui, manque de secours [manque de ce sécours], demeurent enfouis, & sont perdus pour l’Eglise & pour l’Etat.

(3) Apparemment que les Capucins avoient des Priviléges, ou qu’ils obtinrent Dispense pour conserver leurs barbes.

(4) Le plus ancien Auteur, qui parle des Surplis, est Etienne de Tournay, qui vivoit dans le XII. siécle. Il l’appelle Superpelliceum novum, candidum, talare. Ce qui marque que les Surplis descendoient alors jusqu’à terre. Talare à talaribus, les talons. On l’appella Superpelliceum, parce qu’on le mettoit par dessus la Robe ou la Soutane fourée de peaux. Le Surplis est une Aube racourcie. On la racourcit d’abord jusqu’à mi-jambe, ensuite jusqu’aux genoux. Il n’y a plus que les Enfants de Chœur qui ayent retenus l’Aube en son entier. Les anciens Surplis avoient des manches tantôt rondes, comme à Rome, à S. Victor// de Paris, &c. Tantôt longues & pendantes, comme à Paris & dans plusieurs autres Eglises de France. Plusieurs Chanoines Réguliers ont conservé l’ancien usage de porter le Surplis ou le Rochet hors de l’Eglise.

(5) Il y avoit autrefois en Bretagne deux sortes de Vicaires ; les uns Perpétuels les autres Amovibles. Les premiers faisoient serment de fidélité aux gros Décimateurs pour l’administration du Temporel, & à l’Evêque pour le Spirituel. Les seconds étoient revocables à volonté ou après un certain tems. Les Conciles avoient condamné cette amovibilité des Cures comme sujette à plusieurs inconvénients. Animé du même zele Louis XIV. donna une Déclaration en 1686, par laquelle il ordonna que les Paroisses, qui étoient desservies par des Prêtres amovibles, le seroient desormais par des Curés ou Vicaires perpétuels en titre. Cette Déclaration renouvellée par celle de 1690 & par l’Art. XXIV. de l’Edit de 1695, ne regarde cependant pas les Paroisses qui appartiennent à des Chapitres ou à des Monasteres, & qui sont desservies par des Moines ou des Chanoines ; parce que ces Paroisses sont regardées plutôt comme des Bénéfices, qui ont été réunis à ces Chapitres & à ces Monasteres, que comme des Eglises dépendantes d’eux à titre de Curés primitifs.//

  • 252 Sur les barons et bannerets, voir supra, Notes XXIII et XXIV.

(6) Le Seigneur du Guémadeuc n’étoit point Baron, puisque le Guémadeuc n’a que le titre de Banniere, mais c’est que plusieurs Banne-//rets prenoient dans ce tems-là le titre de Barons. Sur la fin du XVI. siécle, dit Hévin, & au commencement du XVII. chacun s’embaronna, comme on s’est depuis emmarquisé252.

(7) Ce Député s’appelloit le Normand.

(8) La Ligue avoit ses Etats & le Roi les siens. On vit aussi deux Parlements en même tems, un à Rennes & l’autre à Nantes, qui se combattoient par des Arrêts, tandis que les Troupes des deux partis ravagoient la Campagne, assiégoient & prenoient des Villes.

  • 253 Voir supra, Annales 1591.
  • 254 S’agissant de ce personnage, voir infra, Annexe 9, notice 60.

(9) On voit aux Archives de la Communauté de S. Brieuc une Ordonnance du Duc de// Mercœur de 1595, adressées aux Juges de cette Ville, pour faire fournir des vivres à la Garnison de la Tour de Cesson. Un Rôle d’égail de la somme de 500 écus sur ladite Ville pour les fortifications de cette même Tour. Plusieurs Lettres de Sauve-garde accordées aux Habitans de S. Brieuc par [le Duc de Mercœur], le Seigneur de S. Luc, par le Comte de Brissac ; une Ordonnance du même pour la levée, en l’Evêché de S. Brieuc, d’une somme de 2 578 écus 30 sols. Le Comte de Brissac étoit Maréchal de France & Lieutenant-Général pour le Roi dans la Province de Bretagne. C’est lui qui assiégea & prit la Tour de Cesson en 1598253. C’est aussi de cette année & du Camp de Cesson qu’est datée son Ordonnance. La Tour de Cesson fut démolie la même année, comme nous l’apprenons du Procès-verbal de la démolition de cette Forteresse par Salomon Ruffelet, Sieur de la Villebeau, Conseiller du Roi & son Sénéchal Royal à S. Brieuc. Ce Salomon Ruffelet s’étoit distingué par son zele pour le service du Roi, pendant les troubles de la Ligue. En reconnoissance de ses services Louis XIII. lui accorda des Lettres de Noblesse, pour lui & pour ses Successeurs. Ces Lettres sont du mois d’Août 1614 & furent enrégîtrées au Parlement le 3 Septembre de la même année254.//

  • 255 La famille de Marconnay était au service du roi depuis Charles VII : le père de l’évêque était prem (...)
  • 256 Nicolas Langelier était mort en 1595 mais le siège ne fut pourvu qu’une fois la paix revenue et la (...)
  • 257 Voir supra, Annales 1602.

50 – Melchior de Marconay, d’une Famille Noble du Poitou255 & Abbé de Rillé, fut pourvu de l’Evêché de S. Brieuc en 1601, après que ce Siége eût vaqué 5 ans256. Zelé pour le maintien de la discipline ecclésiastique, il recueillit les anciens Statuts de ses Prédécesseurs & y en ajouta de nouveaux, qu’il fit imprimer en 1606257.//

Voici ce qu’on y remarque de particulier :

1°. La défense faite aux Ecclésiastiques de nourrir & d’attifer leurs cheveux & leurs barbes à la façon des mondains. Ce qui marque que c’étoit encore l’usage en ce tems-là de porter des barbes. (1)

2°. La défense faite aux mêmes Ecclésiastiques de faire les Fonctions d’Avocats ou de Procureurs devant les Juges séculiers.//

3°. La liberté de se servir en particulier du Bréviaire Romain ou Briochin, pourvu que ce dernier fût seul en usage dans l’Office public.

4°. La défense de dire la Messe avant d’avoir récité Matines & Primes.

5°. La permission à quelques Ecclésiastiques de dire deux Messes le Dimanche, ce qui marque la rareté des Prêtres en ce tems-là.

  • 258 Cette question d’histoire reste sensible dans la mesure où la pratique des pénitences publiques dan (...)

6°. La défense faite aux Confesseurs d’enjoindre des pénitences publiques pour des péchés occultes : ce qui semble indiquer que pour des péchés publics, la pénitence publique étoit encore en usage258. Melchior de Marconay mourut en 1618.

  • 259 Soit la maison dite du Paradis (à l’emplacement de l’actuel musée), acquise à cet effet par la muni (...)
  • 260 Voir supra, Annales 1738.
  • 261 Le nombre des régents a augmenté progressivement : quatre encore en 1681 mais sept en 1731, recruté (...)

C’est en 1609 que le College de S. Brieuc fut établi d’une façon fixe dans l’endroit où il est aujourd’hui. La Communauté de S. Brieuc avoit eu intention de le placer dans la rue S. Pierre ; elle avoit acheté pour cela une maison qui y étoit située avec des terres en dépendantes. Ayant changé d’avis, elle révendit cette maison à Messire Jean de Brehand, Vicomte de l’Isle, & acheta en 1609 celle où se tient aujourd’hui le College259, & où il se tenoit deslors, pour la somme de 1 890 livres. Les bâtiments de ce College ont reçu depuis différents accroissements. La Chapelle & ce grand corps de logis qui l’accompagne, furent commencés en 1738. La Communauté fournit pour aider à ce bâtiment la somme de 3 000 liv. (2) Voyez, l’année 1738260. Ce College est aujour-//d’hui composé de huit Professeurs, deux de Philosophie, un de Théologie, un autre de Rhétorique & quatre d’Humanités & de Grammaire. Il seroit à desirer qu’on pût y joindre un Maître de Mathématiques & un autre d’Hydrographie261.

  • 262 Voir Le Gall J.-M., Un idéal masculin. Barbes et moustaches, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Payot, 2011, (...)

(1) La façon de porter la barbe & les cheveux n’a pas été la même dans tous les tems ni dans tous les lieux. Nous n’entreprendrons pas d’en donner ici l’histoire. Nous remarquerons seulement que la longue chevelure & la longue barbe étoient anciennement regardées en France comme un ornement & une marque de distinction. L’Histoire nous représente les anciens Preux avec de longues barbes dorées. La mode changea sous Louis VII. Ce Prince se fit razer le menton & raccourcir les cheveux. Les Rois, ses successeurs, imiterent son exemple. Les longues barbes & les longs cheveux furent proscrits jusqu’au regne de François I. Ce Prince, s’amusant un jour à assiéger une Maison avec des boules de neige, fut blessé à la tête par un tison que Montgomery avoit imprudemment jetté par une fenétre. Obligé, pour guérir cette blessure, de se faire couper les cheveux, il laissa croître sa barbe. Les Courtisants l’imiterent & les barbes [les longues barbes] revinrent à la mode. Sous Henry IV. on commença à les raccourcir. Un demi siécle après on se contenta de porter des moustaches ; enfin on se raza tout-à-fait & les moustaches sont demeurées à quelques Militaires, qui croient se donner par là un air plus martial.262 //

  • 263 Et chanoine de la cathédrale de Saint-Brieuc de 1724 à 1750 (Charles O., Chanoines de Bretagne. Car (...)
  • 264 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 58.

(2) Le Procès-verbal de la position de la premiere pierre de ce bâtiment porte que le premier// coup fut frappé par le Sr Duplessis de Ksaliou263, Grand-Vicaire de M. de Montclus264, pour lors Evêque de S. Brieuc ; le second par les Députés du Chapitre de la Cathédrale, & le troisieme par les Commissaires de la Communauté.//

  • 265 Ruffelet omet de dire que le père de l’évêque était protestant ; mais sa mère était catholique et f (...)
  • 266 1723 en réalité.
  • 267 Voir supra, Annales 1618 et 1624.

51 – André Le Porc de La Porte, de la maison des Barons de Vezin en Anjou, Fils de Réné le Porc de la Porte & d’Anne de la Tour Landry, fut nommé par Louis XIII. en 1618265. On a de lui des Statuts fort sages, imprimés en 1624. Comme ils se retrouvent pour la pluspart dans ceux qui ont été donnés par M. de la Vieuxville en 1726266, & que ces derniers sont entre les mains de tout le monde, nous n’en donnerons point ici d’annalyse. Ce Prélat mourut en 1631. On a dit que c’étoit par l’ignorance des Médecins, qui le firent mourir de faim. Voyez les années 1618 & 1624267.

  • 268 La cour demeure la pépinière par excellence des évêques bretons du XVIIe siècle, mais les réseaux d (...)
  • 269 L’évêque laissa le souvenir d’un grand prédicateur, y compris à Paris où il prononça l’éloge funèbr (...)

52 – Etienne de Villazel, Toulousain, Abbé de S. Sever & Prédicateur ordinaire du Roi268, fut sacré par l’Archévêque de Paris en 1632. Il assista l’année suivante aux Etats de Dinan. Il s’appliqua avec zele à l’instruction de son Troupeau & fit beaucoup de fruits par ses Prédications269. Il mourut en 1641.

  • 270 Denis de La Barde dut largement son élévation à l’épiscopat à ses puissants appuis familiaux : sa m (...)
  • 271 La présidence des états revenait à l’évêque du diocèse où se tenait l’assemblée ou, en son absence, (...)
  • 272 Ces statuts de 1654 ne sont connus que par la mention qui en est faite dans les statuts ultérieurs (...)
  • 273 Diverses anecdotes relatent les relations conflictuelles de l’évêque avec la marquise, sœur de Ture (...)
  • 274 Le maréchal victorieux de la guerre de Trente Ans (1602-1643) n’était pas que le condisciple de Den (...)

53 – Denis de La Barde, Chanoine de Notre-Dame de Paris, Aumonier & Prédicateur ordinaire du Roi270, fut nommé par//Louis XIII. en 1642. Aussi éloquent que savant, ce Prélat acquit [s’acquit] une grande réputation par ses Oraisons funébres. Celles du Cardinal de Richelieu, de Henri de Sourdis, Archévêque de Bourdeaux, d’Achilles de Harlay, Evêque de S. Malo & de François de Cossé, Duc de Brissac, lui firent beaucoup d’honneur. Il présida aux Etats de S. Brieuc en 1659 & à ceux de Nantes en 1661 & en 1663271. La Fondation d’un Séminaire & les Statuts272 que ce Prélat nous a laissé, sont autant de monuments de son zele pour l’instruction du jeune Clergé, & le maintien de la Discipline Ecclésiastique. Non moins attentif à écarter le venin de l’erreur & à empêcher le progrès de l’hérésie dans son Diocèse. Il fit défendre par le Roi à la Marquise de la Moussaie (1) de continuer son Château de Quintin & d’y tenir des assemblées de gens de sa Religion, c’est à dire des Calvinistes273. Ce Prélat étoit lié d’amitié avec le Maréchal de Guébriant, avec lequel il avoit fait ses premieres Etudes au College de la Fleche274. Il fit Chanoine de Saint Guillaume, ensuite de la Cathédrale, Pierre le Neboux de la Brosse. Ce Pierre le Neboux ayant été nommé à l’Evêché de Léon, Denis de la Barde le sacra dans la Cathédrale de S. Brieuc, accompagné des// Evêques de Tréguier & de Vannes. Il fit cette Cérémonie en 1672 & mourut le 22 Mai 1675.

(1) C’étoit Henriette-Catherine de la Tour d’Auvergne. Elle étoit fille de Henri de la Tour, Duc de Bouillon & Maréchal de France, & sœur du Vicomte de Turenne, & avoit épousé Amauri Goyon, Marquis de la Moussaye & Comte de Quintin.//

  • 275 La nomination de Fortin de La Hoguette à Saint-Brieuc en 1675 est d’abord liée à son oncle, Hardoui (...)
  • 276 Il fut transféré de Saint-Brieuc à Poitiers en 1680, puis à Sens de 1692 à 1715.
  • 277 Soit les vertus classiques de l’évêque, auxquelles il ajouta malicieusement (?), dans l’épitaphe qu (...)

54 – Hardouin Fortin de La Hoquette, natif de Périgore, étoit Fils de Philippe de la Hoquette & de Louise de Perefixe, Sœur de l’Archévêque de Paris275. Après avoir été Agent du Clergé en 1670. Il fut nommé en 1675 à l’Evêché de S. Brieuc. Transféré à Poitiers en 1680. Il continua de s’y distinguer comme il avoit fait à S. Brieuc, par son zele pour la défense de la foi & un talent particulier pour la conversion des hérétiques dont il y avoit un grand nombre dans son Diocese. Après avoir gouverné cette Eglise pendant sept ans, son mérite le fit placer sur le Siége Archiépiscopal de Sens276. Il y fit briller les mêmes vertus, le même amour pour la Religion, le même zele pour la conversion des hérétiques. Il mourut en 1715 après avoir été le modele des Prélats, l’ornement de l’Eglise, le pere & le soutien des pauvres277.

  • 278 Voir supra, Catalogue des évêques, notices 51 et 53.
  • 279 Voir supra, Annales 1618, 1624 et 1723.
  • 280 Non corrigé par l’auteur.
  • 281 Cette transaction destinée à clarifier les relations, structurellement tendues, entre la justice ro (...)
  • 282 Sur la mansuétude prêtée au prélat, voir supra, année 1615.
  • 283 Jean-Louis de Fromentières, évêque d’Aire de 1673 à 1684.
  • 284 Allain G., Devoirs et fonctions des aumôniers des évêques, Paris, F. et P. Delaulne, 1701. Licencié (...)

55 – Louis Marcel de Coetlogon, Abbé de Begars, fut nommé par Louis XIV. à l’Evêché de S. Brieuc en 1684. Peu de Prélats ont été plus chers à leurs Diocésains & ont mérité davantage leur attachement. Affable, populaire, bienfaisant, ces vertus recevoient encore un nouveau lustre des manieres obligeantes dont ce bon Evêque savoit les accompagner. Il ne voulut point faire de nouveaux Statuts pour son Diocése & répondit toujours à ceux qui vouloient l’y engager, que ceux d’André le Porc & de Denis de la Barde278, ses prédecesseurs, étoient si bien faits qu’ils s’en con-//tentoit279 ; sur quelques contestations qui s’étoient elévées au sujet de l’exercice de la Police dans la Ville de S. Brieuc, ce Prélat passa une transaction en 1695 avec les Juges Royaux de cette Ville, par laquelle ils acquiescerent à son universalité de Juridiction & de Police dans la Ville & Fouxbougs280 de S. Brieuc, même sur les maisons prébendales & sur les fiefs amortis281. Il fut transféré à Tournai en 1705. (1) Il ne tint ce dernier Siége que deux ans, & mourut le 18 Avril 1707, fort regretté de ses nouveaux Diocésains. Son Oraison funébre fut prononcée dans l’Eglise des Jésuites de Tournai le 21 Juin, par le pere Philippe de la même Compagnie, & fut d’autant plus applaudie que l’Orateur avoit eu moins besoin du secours de l’art. Qu’il me soit permis d’en rappeller ici quelques traits. Voici comment le Pere Philippe décrit la maniere pleine de douceur avec laquelle M. de Coetlogon, pour lors Evêque de Saint Brieuc, travailla à la conversion des hérétiques de son Diocèse, lors de la révocation de l’Edit de Nantes282. « L’Evêque arrête le soldat, (2) qui venoit à son secours, & accompagné seulement du Marquis de la Côte, Lieutenant-Général de la Basse-Bretagne. Illustre ami, dont la piété, le zele & toutes les vertus chré-//tiennes répondoient à celles du Prélat, il va chercher les Brebis errantes, il les rappelle, il les instruit, il les presse, il s’insinue dans les cœurs, il y fait entrer les paroles de vie & l’amour de la vérité, il les convertit, il les change, & le Lieutenant-Général, témoin de tant de merveilles, voit avec plaisir son ministere devenu inutile par la douceur du Prélat, qui sait tout vaincre sans autre secours que celui des armes évangéliques. » Voici la peinture que le même Orateur fait de nos Missions de Bretagne. « Vous l’eussiez vu, dit-il (l’Evêque de Tournay) si le Ciel avoit daigné nous le laisser un peu plus long-tems, vous l’eussiez vu tel qu’il avoit paru terrible à l’Enfer dans les plaines de S. Brieuc, couvert de sueur & de poussiere, à la tête d’une troupe mêlée de fervents Ecclésiastiques & de Ss. Religieux, dans ces Missions laborieuses, dont il n’y a gueres que la Bretagne qui nous donne des exemples. Là cinquante ou soixante Ouvriers Evangéliques, répandus tout-à-la-fois dans un pais, attaquent & forcent l’ennemi de toutes parts, détruisent partout & le vice, & l’ignorance, & l’erreur, & laissent après eux une semence de piété & de vertu, qui fait changer de face à la Terre. » [M. de Coetlogon eut pour Aumônier à Saint Brieuc un Ecclésiastique appellé Alain, qui avoit été aussi Aumônier de M. de Fromentiers283. Il est Auteur d’un ouvrage intitulé Devoirs & fonctions des Aumôniers des Evêques, in-12, imprimé à Paris en 1701. On lui attribue aussi une histoire manuscrite des Evêques de Saint Brieuc284. Ce dernier ouvrage est fort mal écrit, rempli d’anachronismes & de fautes les plus grossieres ; il peut cependant être de quelque utilité pour les temps où vivoit l’Auteur].

(1) Cette Ville appartenoit alors à la France. Elle fut prise en 1709 par l’Armée des Alliés & cédée ensuite à la Maison d’Autriche par le Traité d’Utrecht de 1713.

(2) Les Troupes avoient eu ordre de se répandre dans les Provinces pour empêcher la révolte & appuyer la prédication des Missionnaires.//

  • 285 Sur les origines et les alliances de la famille, voir supra, Annales 1705.
  • 286 Voir supra, Annales 1705, 1709, 1714, 1715, 1720.
  • 287 Dans le chœur « à la romaine », l’autel n’est pas situé au fond – position traditionnelle – mais en (...)
  • 288 De façon générale en France, la tendance à la réduction des fêtes s’observe dès le début de la seco (...)
  • 289 Cette assemblée, qui s’ouvrit le 17 septembre 1720, quelques semaines après l’échec de l’affaire Po (...)

56 – Louis Frétat de Boissieux succéda à M. de Coetlogon sur le Siége de Saint Brieuc en 1705. Il fut un des plus saint & des plus zelés Prélats de son tems285. Voyez ce que nous en avons dit sous les années 1704 [1705], 1709, &c286. Nous ajouterons ici, que c’est lui qui a fait rebâtir ce grand pilier,// qui soutient la croisée de l’Eglise Cathédrale de Saint Brieuc, du côté de la Sacristie, & qui a fait construire à la Romaine le Chœur de cette Eglise287. Persuadé que dans un siécle où la charité se refroidit, le trop grand nombre de Fêtes est souvent plus nuisible qu’avantageux au progrès de la piété, il en retrancha plusieurs288 de celles qui s’observoient avant lui dans ce Diocèse. (1) Ce Prélat mourut à Ancenis en 1720, quelques jours après la clôture des Etats, qui s’étoient tenus dans cette Ville cette année, & où il s’étoit distingué par son zele pour la défense des droits & des privileges de la Province289. Son corps fut embaumé & rapporté à S. Brieuc. On lui fit par-tout de grands honneurs, & l’Evêque de S. Malo fit la cérémonie de ses obseques, invité par le Chapitre de S. Brieuc. Il est enterré dans le Chœur de la Cathédrale, au pied du grand pilier, qu’il avoit fait construire. Les Chanoines, en reconnoissance de// ce que ce Prélat avoit fait pour son Eglise, arrêterent qu’on feroit chaque année, le 3 Novembre, pour le repos de son ame, un Service solemnel avec son de Cloches extraordinaire. On a placé au dessus de la sépulture de ce digne Prélat un marbre noir, sur lequel est gravée, en lettres d’or, l’Epitaphe suivante.

  • 290 « Au Dieu très bon et très grand et à la mémoire de l’illustrissime prince Louis de Frétat de Boiss (...)

D. O. M.
Et æternæ memoriæ
Illustrissimi
Ecclesiæ Principis
Ludovici
De Fretat de Boissieux,
Episcopi & Domini
Briocensis.
In diebus suis placuit
Deo,
Cujus gloriam semper in votis habuit :
Ecclesiæ,
Cujus Fidei vindex extitit imperterritus :
Clero,
Quem benignè rexit ac docuit ://
Pauperibus,
Quos sibi parcus aluit :
Justis,
Quorum pietatem modis omnibus accendit :
Pœnitentibus,
Quibus asceteria constituit :
Armoricæ,
Cujus in tuendis juribus non advenam se,
sed indigenam præstitit acertimum.
Obiit Ancenisii, in Comitiis Generalibus,
3 cal. Nov. anno Domini 1720,
Ætatis 58, Episcopatûs ineunte 16,
Indè corpus non minore omnium Ord. Luctu
Quam pompâ hucce translatum
Capitulum Briocense,
Optimum præsulem, qui labentem Bazil.
Suis sumptibus restituit,
Ereptum sibi mœrens,
Juxtà Aram,
Quam vivus erexerat Altissimo,
Beneficiorum & amicitiæ
Recordatione nunquam moritura
Posuit,
Et solemne funus,
Recurrente quotannis obitûs die,
Decrevit290.

  • 291 « Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour. »

(1) Voici celles, qui s’observoient encore en 1605, qui sont marquées dans le Rituel imprimé cette année par ordre de M. de Marconay & qui ont été retranchées depuis. S. Mathias, Apôtre ; S. Marc, Evangéliste ; S. Barnabé, Apôtre ; Ste Marie Magdeleine ; S. Jacques et S. Barthelemi, Apôtres ; l’Exaltation de la Ste Croix ; la Dédicace de l’Eglise ; Saint Michel ; la Reception des Reliques de S. Brieuc ; le jour des Morts ; Saint Martin ; S. Nicolas ; S. Thomas, Apôtre ; S. Jean, l’Evangéliste ; les Innocents. On fêtoit encore jusqu’à la fin de l’Office le jour des Cendres, le Jeudi, le Vendredi & le Samedi de la Semaine Sainte. Le jour de la Visite Episcopale,// si cette Visite se faisoit le matin, étoit fêté jusqu’à midi ; & si elle se faisoit l’après midi, il étoit fête depuis midi jusqu’au soir. On peut remarquer ici qu’anciennement en Bretagne, il étoit défendu de travailler le Samedi après Vêpres ; ce tems étoit regardé comme faisant partie du Dimanche suivant. C’est ainsi que le Peuple Hébreu célébroit ses fêtes, ce qui est plus conforme à l’ancien usage de compter les jours, puisque dans la création la nuit a précédé le jour. Factum est vespere & mane, dies unus291. Gen. c. I. Unus est ici pris pour primus, c’est un hébraïsme.//

  • 292 Les circonstances de nomination de cet évêque inhabituellement âgé (il a alors environ soixante ans (...)
  • 293 Voir supra, Annales 1723 et 1724.

57 – Pierre-Guillaume de La Vieuxville, Abbé de Carnoet & Grand-Vicaire de Nantes, fut nommé à l’Evêché de S. Brieuc en 1721292 & mourut d’apoplexie en 1727. Voyez ce que nous en avons dit sous les années 1723 & 1724293.

C’est sous son Episcopat que mourut le célébre Abbé Gallet, si connu par les savans Mémoires qu’il nous a laissé sur l’origine// de nos premier Rois & sur l’établissement des Bretons dans l’Armorique. (1)//

  • 294 Voir supra, Annales 1726.

(1) Quoique nous ayons dejà dit un mot de cet Abbé sous l’année 1726294, le rang distingué qu’il tient parmi nos Littérateurs Bretons, demande que nous le fassions connoître ici d’une façon particuliere.

Jacques Gallet, c’est le nom de cet Abbé, étoit natif de Lamballe, dans le Diocèse de S. Brieuc. Il fut long-tems Supérieur du Séminaire de S. Louis à Paris. C’est dans cette Maison qu’il commença à examiner les matieres qui divisoient alors les Auteurs Bretons & Normands au sujet de la mouvance de Bretagne & du passage des Bretons dans l’Armorique. Pourvu de la Cure de Campans, au même Diocèse, il y continua ses recherches pour l’éclaircissement des Antiquités Bretones. L’Abbé de Vertot s’étoit égayé aux dépens de nos premiers Rois Bretons. Les objets sous la plume de cet Abbé prenoient les couleurs que son imagination brillante vouloit leur donner. La nouveauté de son systême, la séduction du stile, le coloris des paralogismes, en avoient imposé à la plupart des Lecteurs. L’Abbé Gallet entreprit de les désabuser. Ecrivain moins élégant, mais plus profond, plus érudit, il ne lui fut pas difficile de dévoiler les erreurs de l’Abbé de Vertot. Il rejette avec lui ces fables grossieres qui déshonorent les commencements de notre Histoire : mais en rejettant le faux, il rend hommage à la vérité. Guidé par le flambeau d’une sage & judicieuse critique, il démontre l’existance de nos anciens Rois, il raconte leurs exploits, il determine la durée de leurs Regnes, &c. Et ce n’est pas dans// les anciens Romanciers qu’il puise la connoissance de tous ces faits, c’est dans les Auteurs les plus accrédités, dans les Historiens Grecs, Romains, Français & Bretons.

Les Mémoires de l’Abbé Gallet n’ont été imprimés qu’après sa mort. L’Abbé des Fontaines en publia une partie en 1739, c’est ce qui fait les V, & VI. Tomes de son Histoire des Ducs de Bretagne. Mais comme la Copie, dont cet Abbé avoit eu communication, étoit fort défectueuse, Dom Morice en donna une nouvelle Edition beaucoup plus exacte & revue sur le Manuscrit original, qui appartenoit au Cardinal de Rohan. Elle se trouve à la fin du premier Vol. de son Histoire de Bretagne. Comme le stile de l’Abbé Gallet est fort diffus, Dom Morice a été obligé d’élaguer plusieurs de ses preuves & de n’en présenter quelquefois que la substance. Personne n’a approfondi comme l’Abbé Gallet nos Origines Bretonnes. La Province lui est redevable d’avoir établi sur des fondements solides les commencements de son Histoire, & répandu par ses recherches une vive lumiere sur des matieres autrefois couvertes de ténébres. Les Mémoires de cet Abbé ont été généralement estimés des Savants, & ce qui acheve d’en faire l’éloge, c’est que l’abbé de Vertot lui-même, les ayant vu avant qu’ils fussent imprimés, dit à l’Auteur qu’il auroit suivi son systême, s’il avoit lu ses Ecrits avant que de mettre au jour ce qu’il avoit lui-même écrit sur le même sujet. C’est le// Journal de Trévoux, du mois d’Avril 1724, qui nous apprend cette anecdote, peu propre, sans doute, à accréditer le systême de l’Abbé de Vertot.

  • 295 Officium sanctorum Brioci et Guillielmi, patronorum dioecesis Briocensis, Saint-Brieuc, Guillaume D (...)
  • 296 Ce propre ne semble connu que par ses rééditions : Officia diocesis propria San Briocensis, Saint-B (...)
  • 297 Sur cette question, voir supra, Annales 1740.
  • 298 Deux modalités possibles d’obtention d’un bénéfice : par le décès de son titulaire (per obitum) ou (...)

58 – Louis-François Vivet de Montclus, Abbé de Franquevaux & de Beauport, fut nommé le 20 Octobre 1727, & sacré le 9 de Mars 1728. En 1731 il fit imprimer un//nouveau Propre pour son Diocèse. (1) Celui qu’on avoit auparavant ne renfermoit que les Offices de Saint Brieuc & de Saint Guillaume295, au lieu que le nouveau contient ceux de plusieurs autres Saints Bretons296. Le Roi ayant donné une Déclaration en 1742 touchant le Concours des Cures de Bretagne, M. De Montclus donna un Mandement le 29 Août de la même année, pour ordonner l’exécution de cette Déclaration dans son Diocèse297. La voie du Concours pour parvenir aux Bénéfices-Cures, a été inconnue dans l’Eglise jusqu’au tems du concile de Trente. Les Peres de cette Assemblée, considérant l’importance des devoirs qu’imposent les Cures à ceux qui en sont pourvus, jugerent à propos d’établir le Concours pour ces sortes de Bénéfices. Le Concours n’est cependant pas reçu par-tout. En Bretagne il n’a lieu que pour les vacances qui arrivent dans les Mois du Pape. Comme une des conditions de l’Alternative établie entre le Pape & les Evêques de Bretagne étoit que les Cures vacantes dans les Mois affectés aux Papes, seroient données à des Ecclé-//siastiques Bretons, cela attiroit à Rome un grand nombre d’Ecclésiastiques. Pour remédier aux abus, qui pouvoient en arriver, Benoit XIV. donna en 1740 une Bulle par laquelle il ordonna que le Concours pour les Cures de Bretagne, dont la vacance arriveroit dans les Mois reservés au S. Siége, ne se feroit plus à Rome mais devant les Ordinaires des lieux où seroient situées ces Cures ; pour être ensuite expédié en Cour de Rome des Provisions desdites Cures en faveur de ceux qui en auroient été jugés les plus dignes. Cette Bulle revêtue de Lettres-Patentes fut enrégistrée au Parlement de Bretagne le 6 Février 1741. Elle n’empêcha cependant pas que quelques Ecclésiastiques, qui craignoient l’examen de leur Evêque, ne continuassent encore à se faire pourvoir en Cour de Rome, les uns per obitum, les autres par dévolu298. Pour arrêter ce désordre, Louis XV. à la priere des Evêques, donna en 1742 une nouvelle Déclaration par laquelle il donne au Concours une forme constante & ôte à l’ambition tout moyen de se soustraire à une Loi si sagement établie & si propre à donner à l’Eglise de bons Ministres. C’est cette Dé-//claration qui occasiona le Mandement dont nous parlons.

  • 299 Voir supra, Annales 1742. Jusqu’en 1742, l’unique paroisse de Saint-Brieuc était gérée par un génér (...)
  • 300 Lebeuf J., Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Prault père, 1754, 15 vol. S (...)

C’est aussi sous l’Episcopat de M. de Montclus que le Général de la Paroisse de Saint Michel de S. Brieuc fut détaché de la Communauté de cette Ville299. C’étoit elle qui auparavant nommoit les Trésoriers, & qui recevoit leurs comptes. Le premier Trésorier de S. Michel, dont nous ayons connoissance, est un nommé Thomas Durans en 1490. Il paroît que c’est aussi à peu près le tems où cette Eglise est devenue Paroisse. Elle n’étoit originairement, comme nous l’avons remarqué ci dessus, qu’une simple Chapelle ou un Oratoire dédié sous l’Invocation de Saint Michel. Le Cimetiere, auquel elle étoit jointe, étoit peut-être aussi l’ancien Cimetiere de la Cathédrale, (2) dans le tems où il n’étoit pas permis d’enterrer dans les Villes. On sait que S. Michel étoit particuliérement invoqué dans les Cimetieres, par rapport au jugement général & particulier où il doit présenter nos ames à Dieu (3), & c’étoit la coutume d’y ériger des Oratoires en son honneur. Hist. du Diocèse de Paris, par M. l’Abbé le Bœuf, Tom. I. pag. 230, 311, 382, &c300. M. de Montclus, qui avoit été transféré à Alais en 1744, mourut en 1755.

  • 301 Sur Du Plessix de Kersaliou, voir supra, Annales 1746 ; sur Le Mée, voir supra, Annales 1704.

(1) Ce Propre est en partie l’ouvrage de M. Duplessis de Ksaliou, Doyen & Chanoine de la Cathédrale, & de M. le Mée, Chanoine de S. Guillaume, deux Ecclésiastiques célébres par leur piété & leur érudition, & dont les noms méritent d’être consacrés dans les Fastes de l’Eglise Briochine301.//

  • 302 Le Roy de la Corbinaye C., Traité de l’orthographe françoise enforme de dictionnaire, enrichi de no (...)

C’est aussi sous l’Episcopat de M. de Montclus que vivoit M. le Roi, natif du Diocèse de S. Brieuc, & Auteur d’un Dictionnaire d’Orthographe imprimé à Poitiers chez Faucon en 1739. Cet Auteur est mort peu favorisé des biens de la Fortune, vice assez ordinaire des Gens de Lettres. Il étoit Prôte, c’est-à-dire, Directeur de l’Imprimerie de M. Faucon, chez lequel son Livre a été imprimé la premiere fois.302//

(2) Ce qui semble confirmer cette opinion, c’est qu’on ne lui connoît point d’autre Cimetiere.

  • 303 « Que saint Michel qui porte l’étendard les introduise [les âmes] dans la sainte lumière. »

(3) Signifer sanctus Michaël repræsentet eas (Animas nostras) in lucem sanctam303.//

  • 304 Né à Morlaix en 1703, licencié en droit civil et canon, il est vicaire général et chanoine de Quimp (...)
  • 305 C’est pendant cette session qu’en compagnie du duc d’Aiguillon, il pose la première pierre du quai (...)

59 – Hervé-Nicol. Thepault du Brignou, Chanoine et Grand-Vicaire de Quimper, fut nommé le 3 Septembre 1744 & sacré le 7 Mars 1745304. Il étoit fils de Maurice The-//pault, Seigneur du Brignou, & d’Anne-Marie-Helenne du Châtel de Kerlech. Il présida aux Etats de S. Brieuc en 1758305, & fut député de la Province de Tours à la célébre Assemblée du Clergé de 1765. Il y souscrivit avec les autres Prélats à la condamnation de plusieurs Livres contraires à la Religion & aux bonnes mœurs. (1)

  • 306 On connaît en effet son zèle à interdire les danses et plus spécifiquement le théâtre populaire bre (...)
  • 307 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 60.
  • 308 Il meurt le 26 janvier 1766 (Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 1 G 11 et Dictionnaire d’Histoire et de (...)

Informé que plusieurs Chapelles Domestiques de son Diocèse n’étoient point entretenues avec la décence convenable, il défendit par ses Mandements de 1747, 1748 &// 1749, sous peine de suspense encourrue par le seul fait, à tous les Ecclésiastiques Séculiers & Réguliers même étrangers, de dire la Messe dans aucune Chapelle Domestique de son Diocèse, sans avoir vu la Permission par écrit qu’il en auroit donnée, signée de lui, ou celle de ses Grands Vicaires en son absence, laquelle Permission il déclare ne pouvoir avoir lieu pour les Fêtes principales de l’année, pour lesquelles il en faudra une particuliere. Cette défense pour les Fêtes principales, il l’étend aussi & sous les mêmes peines à toutes les autres Chapelles qui ne sont pas Domestiques. Le Mandement de 1749 défend aussi sous peine de Cas Réservé à l’Evêque seul, les Tragédies ou Farces indécentes qui étoient en usage dans quelques Paroisses de Campagne & petites Villes du Diocèse de S. Brieuc306. Ce Cas Réservé est encourru, I°. Par les Acteurs de ces Farces. 2°. Par les Peres & Meres qui, ayant chez eux leurs Enfants, ne les auront pas empêchés de représenter dans ces sortes de Spectacles. (2) Ce même Mandement porte encore Cas Réservé contre les personnes d’un âge avancé, qui se joignent aux Processions dans des habits différents de celui de leur état, pour représenter les Patriarches, les Apôtres & les Saints. Ces nouveaux Réglements ont été adoptés & confirmés par M. de la Ferronnays307. Nous ne répéterons point ici ce que nous avons dit ailleurs de M. du// Brignou, il mourut en 1766 & fut sur-tout pleuré des Pauvres, dont les larmes sont le plus éloquent Panégyrique d’un Evêque308.

  • 309 Erreur non corrigée par Ruffelet.
  • 310 Il s’associe ainsi à la condamnation des évêques contre la production des encyclopédistes.

(1) Voici comme s’expriment ces Prélats. Nous, Archévêques & Evêques, députés du Clergé de France, après un mûr examen & le Saint Nom de Dieu invoqué, nous avons condamné & condamnons tous les Ouvrages qui ont été faits dans ces derniers tems contre la Religion Chrétienne, la regle des mœurs & les principes de l’obéissance, qui est due au Sauverain309, & en particulier les Livres intitulés : l’Analyse de Bayle, le Livre de l’Esprit, le Dictionnaire Encyclopédique, Emile & les Ouvrages faits pour sa défense, le Contrat social, les Lettres de la Montagne, l’Essai sur l’Histoire générale, le Dictionnaire Philosophique, la Philosophie de l’histoire, le Despotisme Oriental,… comme contenant des principes respectivement faux, injurieux à Dieu & à ses augustes attributs, pleins du poison du Matérialisme, anéantissant la regle des Mœurs, &c. En conséquence nous défendons, sous les peines de Droit, à tous les Fideles, confiés à nos soins, de lire ou de retenir lesdits Livres ou autres de cette nature, &c.310//

(2) Ces représentations ont été défendues par différents Arrêts du Parlement de Bretagne ; il y en a un pour S. Brieuc qui condamne à dix livres d’amende & à la prison.//

  • 311 François Bareau de Girac, né à Angoulème, le 1er février 1732, de Jacques Bareau seigneur de Girac (...)

60 – François Barreau de Girac, natif d’Angoulême, est nommé en 1766 pour succéder à M. du Brignou, & est sacré le 31 août de la même année. Un mérite éclatant, des talents supérieurs, en nous enlevant cet illustre Prélat pour le placer sur le premier Siége de la Province, justifient nos regrets311 (1).

M. de Girac a eu pour Successeur sur le Siége de S. Brieuc M. de la Ferronnays (2), Prélat bien propre à faire renaître nos espérances, nous n’avons à craindre que de le voir encore enlever à nos vœux (3).//

  • 312 Où elles avaient été appelées par Frétat de Boissieux (voir supra, Annales 1705).

(1) C’est à M. de Girac que les Sœurs de la Croix sont redevables des Lettres-Patentes, qui confirment leur établissement à S. Brieuc312.

(2) Il est Frere de M. le Comte de Ferron de la Ferronnays, Maréchal des Camps & Armées du Roi. La Maison de Ferron, l’une des plus anciennes de Bretagne, en est aussi une des plus distinguées par ses services, ses Alliances & les grands Hommes qu’elle a produit. Dict. généal. hérald. In-8o. Tom. II. & V. Lettre F.

(3) Après avoir donné la Liste des Evêques de S. Brieuc, il est nécessaire de donner celle des Evêques Briochins, c’est-à-dire, des Evêques qui sont nés dans le Diocèse de S. Brieuc, ou de Famille Briochine.

Le premier, dont nous ayons connoissance, est Guillaume Pinchon, connu sous le nom de S. Guillaume, mort en 1234.//

Le II. Pierre de Lamballe, originaire de S. Aaron, Archévêque de Tours en 1255.

Le III. Guillaume Guegen, de la Paroisse de Hillion, Evêque de S. Brieuc dans le même siécle. [Allain de Lamballe, Evêque de Saint Brieuc en 1316.]

Le IV. Géofroi de Tournemine, Evêque de Treguier sur la fin du XIII. siécle & au commencement du XIV.

  • 313 Certains personnages – comme Guillaume Pinchon, Pierre de Lamballe, Guillaume Guéguen, Allain de La (...)

[Jean d’Avaugour, élu Evêque de Saint Brieuc en 1320, & transféré à Dol en 1328.]313

[Yves du Boisboixel fut d’abord Evêque de Tréguier : il fut transféré à Quimper, ensuite à Dol, mourut en 1348.]

Le V. Raoul Rolland, natif de la Paroisse de Plounez, Docteur en Droit & Auditeur de Rote, pourvu de l’Evêché de Treguier en 1435, mort en 1441.

Le VI. Raoul de la Moussaie fait Evêque de Dol en 1444 & mort en 1456.

Le VII. Guillaume Guegen, Evêque de Nantes en 1500, étoit natif du païs de Lamballe, selon Albert le Grand. Dans ses Bulles on lui donne le titre de Vice-Chancelier de Bretagne & de Confesseur du Roi & de la Reine. Mathurin de Pledran & Jean de Pledran, Doyen de Nantes, fonderent pour lui un Anniversaire dans la Cathédrale de S. Brieuc.

Le VIII. Mathurin de Pledran, Chanoine de Nantes, fut élevé sur le Siége de Dol en 1504 & mourut en 1521. C’est à lui que l’Eglise de Dol doit son premier Bréviaire imprimé. La Maison de Pledran, aujourd’hui éteinte, étoit une des plus anciennes & des plus illustres de la Province. Le Borgne dans son Armorial donne le titre de Vicomté à la Terre de Pledran : je n’en ai cependant point trouvé les Lettres d’érection. Cette Terre, après avoir été long-tems possédée par des Seigneurs de ce nom, passa dans la Maison de la Chapelle par le mariage de Jeanne de Pledran avec Jean de la Chapelle, Seigneur de la Roche-Giffat [Roche Giffart], du Bois-Heliou & autres lieux. Helenne de// la Chapelle la porta dans la Maison du Guémadeuc, en épousant François du Guémadeuc, Chevalier, Seigneur, Baron de Blossac, Vicomte de Rozai, &c. Cette Terre, ayant été vendue, fut acquise par les du Louet, Seigneur du Piruit. Anne-Renée-Louise du Louet, fille unique de Robert du Louet, Marquis de Coetjenval, la porta dans la Maison du Harlay, d’où elle passa par alliance dans celle de Montmorency-Luxembourg, & ensuite dans celle de Gefvres par le mariage d’Eléonore-Marie de Montmorency-Luxembourg avec le Duc de Gefvres. Cette Terre vient d’être vendue à MM. Picot. Le IX. Léonor Gouyon de Matignon, Evêque Lizieux & Commandeur des Ordres du Roi en 1661. Le X. François de Visdeloup, sacré Evêque de Madaure en 1651, est nommé à l’Evêché de Léon en 1665.

  • 314 « Il gouverna avec grande douceur. »

Le XI. François de Coetlogon, fils de Louis Vicomte de Mejussaume & de Louise le Menust, fut nommé à l’Evêché de Quimper en 1665, & mourut en 1706. Son Epitaphe dit qu’il gouverna son Diocèse avec beaucoup de douceur & de modération pendant plus de 40 ans. Mittissimè rexit314.

  • 315 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 55.

Le XII. Louis-Marcel de Coetlogon, Evêque de S. Brieuc, mort en 1707315.

Le XIII. Léonor Goyon de Matignon, Evêque, Comte de Lizieux, mort en 1714.

  • 316 Notamment la traduction en latin d’un livre de sagesse chinois et une Histoire de la Tartarie en 4 (...)

Le XIV. Claude de Visdeloup, célébre Vicaire & Missionnaire apostolique. Il entra de bonne heure dans la Société des Jesuites, où il se distingua par ses talents. Envoyé en Chine par Louis XIV. en 1685, il s’y livra avec ardeur à tous les travaux des Missions, &// travailla pendant plus de vingt ans avec un zele infatiguable à la conversion des Infidéles. Le Cardinal de Tournon, Légat du S. Siége en Chine, le sacra Evêque de Claudiopolis en 1709. Ce Prélat mourut à Pondichery en 1737. Il a laissé plusieurs Ouvrages, qui n’ont pas encore été imprimés316.

  • 317 Voir Bray I., La vie religieuse dans le diocèse de Cornouaille sous les épiscopats de Monseigneur P (...)

Le XV. François-Hyacinthe de Plœuc, fils de René de Ploeuc & de Marie Gourain, nommé à l’Evêché de Quimper en 1706, Député en Cour par les Etats de Bretagne en 1712, mort dans son Diocèse en 1739317.

Le XVI. Léonor Goyon de Matignon, nommé à l’Evêché de Coutances en 1721, mort en 1737 [1757], âgé de 80 ans.

Le XVII. Jean-Louis Gouyon de Vaudurand, nommé à l’Evêché de Léon en 1745.

  • 318 Oury G.-M., Mgr Briand, évêque de Québec et les problèmes de son époque, Sablé-sur-Sarthes, Ed. de (...)

Le XVIII. Jean Briand, natif de Plerin, élu Evêque de Quebec en 1765 & sacré en France en 1766. Il a succédé à M. Dubreil de Pontbriant, qui l’avoit amené avec lui au Canada & qui l’avoit choisi pour son Grand-Vicaire318.

  • 319 Sur Aimé Boscher de La Villéon dit père Aimé de Lamballe, voir « Le bon père Aimé de Lamballe », Le (...)

Nous joindrons à cette Liste le Révérendissime Pere Aimé, élu Général de l’Ordre des Capucins le 20 Mai 1768. Il est natif de Bréhand-Moncontour. Son nom de famille est Bascher de la Villéon [Vilion]. C’est le premier Capucin Français qui ait été élevé à cette Dignité319.//

  • 320 Cette préoccupation pour la conservation des archives est révélatrice de l’esprit du temps. On la r (...)
  • 321 Voir supra, Annales 1667 et 1766.

La Liste Chronologique de nos Evêques devroit être ici suivie de celles des Gouverneurs, des Sénéchaux du Siége Royal, des Maires & Syndics de la Ville de Saint Brieuc, mais le défaut de Titres & le dépérissement des anciennes Archives320 ne nous permettent d’en présenter ici qu’un abrégé fort succinct. Au sujet des Gouverneurs il est bon de remarquer que sous nos Ducs les Gouvernements des Villes & Châteaux n’étoient point perpétuels ni héréditaires, ce n’étoient ordinairement que de simples commissions dans des tems de guerre ou d’absence des Ducs, & qui cessoient lorsque la nécessité, qui les avoit fait établir, cessoit321. Le Gouvernement de la Tour de Cesson étant aujourd’hui uni à celui de la Ville de Saint Brieuc, nous donnerons aussi la Liste des Gouverneurs de cette Tour telle que nous l’avons pu recueillir de l’ancienne Histoire.

Gouverneurs de S. Brieuc

Messieurs,

  • 322 Annexe 9, notice 19.
  • 323 Ce personnage demeure inconnu. Notons qu’il est fait mention chez dom Lobineau d’un Olivier de Guer (...)
  • 324 Annexe 9, notice 50.
  • 325 Il s’agit de Jean de Rollée, sieur du Boislouët (annexe 9, notice 57).
  • 326 Annexe 9, notice 1.
  • 327 Annexe 9, notice 31. D’après Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, Guyon, (...)
  • 328 Annexe 9, notice 28.
  • 329 Annexe 9, notice 29.
  • 330 Annexe 9, notice 30. Il a pour successeur Charles-Eugène-Louis de Boisgelin, capitaine de vaisseau, (...)

1381.

Helie du Rouvre, Sr du Boisboixel322.

1387 ou 88

Olivier du Quermeno323.

1388.

Allain & Simon de Montboucher324.

1664.

Du Louet325.

……..

Claude d’Assigné326.

1667.

Yves-Olivier de la Riviere327.

1709.

Charles-Yves-Jacques de la Riviere328.

1730.

Charles-Yves-Thibaud de la Riviere329.

1766.

Hyacinthe de la Riviere, Survivancier, mort en 1770, âgé de 14 ans330.//

Gouverneurs ou capitaines

  • 331 Pour une liste plus complète des gouverneurs et capitaines de la tour de Cesson voir Lamare J., His (...)

De la Tour de Cesson331.

Messieurs,

  • 332 Annexe 9, notice 56.
  • 333 Annexe 9, notice 21.
  • 334 Annexe 9, notice 49.
  • 335 Annexe 9, notice 54. Il aurait trois prédécesseurs : Robert de Beaumanoir à partir de décembre 1405 (...)
  • 336 Annexe 9, notice 18.
  • 337 Il s’agit de Jean Bastard de Pont (Annexe 9, notice 5).
  • 338 Annexe 9, notice 48.
  • 339 Alias Raoul de Keraunay (Annexe 9, notice 27).
  • 340 Annexe 9, notice 65.
  • 341 Annexe 9, notice 40.
  • 342 Annexe 9, notice 17.
  • 343 Annexe 9, notice 16.
  • 344 François Conen de Précréhant en réalité (Annexe 9, notice 12).

139..

Louis de Robien332.

1399.

Etienne Gouyon333, Amiral de Bretagne.

Yon Marquier334.

Pierre Provost335.

Pierre du Cellier336.

1457.

Jean de Pont337.

Jean de Maleconel338.

1468.

Raoul de Kronay339.

1488.

Rolland de Visdeloup340.

Guillaume le Moenne des Maisons.
[Guillaume le Moennes341 Le sieur des Maisons].

1507.

Jean du Cambout342.

1522.

Allain du Cambout343.

1598.

Précréhant344.

Sénéchaux

De la Juridiction Royale depuis sa translation à Saint Brieuc.

Messieurs,

  • 345 Annexe 9, notice 60.
  • 346 Annexe 9, notice 35.
  • 347 Annexe 9, notice 52.
  • 348 Annexe 9, notice 53.
  • 349 Annexe 9, notice 43.
  • 350 Annexe 9, notice 51.

1598.

Salomon Ruffelet345.

1628.

Nicolas le Clerc346.

1678.

Bonnaventure Phelipot de la Piglaye347.

1719.

Pierre-Fr. Phelipot de la Piglaye348.

1756.

Jean-Fr. le Nepvou de la Villejoua349.

1765.

Julien-Fr. Palasne de Champeaux350.//

Syndics & maires

De la Communauté de S. Brieuc (1).

Syndics.

Messieurs,

  • 351 Annexe 9, notice 2. Olivier Guyto, son successeur, n’est pas mentionné par Christophe-Michel Ruffel (...)
  • 352 Jules Lamare ne mentionne pas la présence de Nicolas Guillet au poste de procureur syndic pour l’an (...)
  • 353 Annexe 9, notice 10.
  • 354 Annexe 9, notice 42. D’après Jules Lamare, Olivier Le Moine aurait eu deux prédécesseurs, que ne me (...)
  • 355 Annexe 9, notice 55.
  • 356 Annexe 9, notice 3.
  • 357 Annexe 9, notice 22.
  • 358 Annexe 9, notice 20. Il succède à Jean Le Clerc, syndic de 1598 à 1599, mentionné par Jules Lamare (...)
  • 359 Il s’agit en fait de Mathurin Le Coniac de Botguen (Annexe 9, notice 37).
  • 360 La mention de Rolland Guillou pose doublement question : s’agit-il du même Rolland Guillou qui exer (...)
  • 361 Annexe 9, notice 24. Son successeur serait François Paboul, syndic de 1606 à 1607 (Lamare J., Histo (...)
  • 362 Annexe 9, notice 15.

1579.

Jean Bagot351.

1590.

Nicolas Guillet352.

1591.

Henry Compadre353.

1594.

Olivier le Moine354.

Guillaume Quemart355.

1595.

Laurent Bagot356.

1598.

Rolland Guillou357.

1599.

Baptiste Dujardin358.

1601.

Mathurin le Coniat359.

1602.

Rolland Guillou360.

1605.

Olivier Havart361.

1607.

François Desbois362.//

  • 363 Pour une liste plus complète des syndics entre 1615 et 1658, voir Lamare J., Histoire de la ville d (...)

Syndics363.

Messieurs,

  • 364 Annexe 9, notice 23.
  • 365 Annexe 9, notice 4.
  • 366 Annexe 9, notice 58. Il aurait trois prédécesseurs non mentionnés par Ruffelet : Toussaint Compadre (...)
  • 367 Annexe 9, notice 33.
  • 368 Annexe 9, notice 32. Il aurait eu cinq prédécesseurs : Antoine Quiniart sieur des Mares en 1659, An (...)
  • 369 Annexe 9, notice 47.
  • 370 Annexe 9, notice 6. Il prend la suite de Melchior Bagot que ne mentionne pas l’abbé Ruffelet.
  • 371 Annexe 9, notice 26. Ses successeurs seraient G. Espivent sieur de La Ville-Boinet de 1680 à 1681 e (...)
  • 372 Annexe 9, notice 44.
  • 373 Annexe 9, notice 11.
  • 374 Annexe 9, notice 64.
  • 375 Mathurin Ruffelet des Alleux (Annexe 9, notice 62).

1609.

Bertrand Havart364.

1609.

Mathurin Bagot365.

1615.

Bertrand Rouxel366.

1658.

Charles Landais367.

1668.

James de la Villeauroux368.

1670.

Lymon du Tertre369.

1674.

Bedel du Puy370.

1676.

Etienne Jouguet du Clos371.

1682.

Lochet des Noës372.

1684.

Compadre373.

1686.

Thérault de Bois-Marcel374.

1690.

Ruffelet Desalleux375.//

Maires.

Messieurs,

  • 376 Il s’agit en réalité de Nicolas Chapelain de La Villeguérin (Annexe 9, notice 8).
  • 377 Annexe 9, notice 61.
  • 378 Annexe 9, notice 39.
  • 379 Annexe 9, notice 46.
  • 380 Annexe 9, notice 40.
  • 381 Annexe 9, notice 25.
  • 382 Annexe 9, notice 36.
  • 383 Annexe 9, notice 7.
  • 384 Annexe 9, notice 38.
  • 385 Philippe Le Cesne (Annexe 9, notice 34).
  • 386 Annexe 9, notice 59.
  • 387 François Damar de L’Abraham (Annexe 9, notice 13).
  • 388 Annexe 9, notice 9. Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 173 distingue u (...)
  • 389 Annexe 9, notice 14.
  • 390 Vittu de Kersaint (Annexe 9, notice 66).
  • 391 Annexe 9, notice 63.
  • 392 Annexe 9, notice 45.
  • 393 Annexe 9, notice 63.

1693.

Capelain de la Villeguerin376.

1700.

Ruffelet de la Lande377.

1703.

Le Gal du Tertre378.

1707.

Lymon du Tertre379.

1709.

Le Mesle380.

1711.

Jouannin381.

1715.

Le Clerc du Vaumeno382.

1719.

Bernard du Hautcilly383.

1721.

Le Duc384.

1723.

Le Scenne385.

1727.

Ruffelet386.

1729.

Damar de l’Abrahan387.

1731.

Collet388.

1733.

Damar de la Villagan389.

1734.

Vittu de Ksaint390, en titre.

1748.

Souvestre de la Villemain391.

1753.

Lymon de la Belleissue392.

1754.

Souvestre de la Villemain393, en titre.

FIN.

  • 394 Sur cette histoire mouvementée voir supra, Annales 1692, 1746, 1754.
  • 395 Charles O., « “Par ordre, sans brigue et sans aucune prévention”. Les maires de Lamballe au XVIIIe (...)

(1) Avant l’établissement des Maires, la Communauté de S. Brieuc étoit gouvernée par des Syndics. Nous avons donné la Liste de ceux dont nous avons pu recouvrer les noms. Les Charges de Maires & autres Officiers Municipaux, créées pour la premiere fois en 1692, ont été différentes fois supprimées & retablies394. Le dernier rétablissement est de 1733. Comme il se présenta peu d’Acheteurs, on obligea les Villes & les Communautés à racheter celles de ces Charges, qui n’avoient pas été levées, afin de rembourser par là ceux qui avoient fait des avances au Roi. Les Revenus Patrimoniaux & les Octrois des Villes furent affectés à ce payement. La Ville de S.// Brieuc fut taxée à 2 500 liv. celle de Quintin à 1 200 livres, celle de Moncontour à 1 000 liv. celle de Lamballe à 800 livres. Ces Taxes ne devoient avoir lieu que jusqu’au parfait remboursement des sommes avancées, mais les besoins de l’Etat en ont prolongé la durée. Les Offices Municipaux, en titre, viennent d’être supprimés de rechef & la liberté des Elections retablie par les Edits du mois d’Août 1764 & du mois de Mai 1765. Le Roi s’est reservé par ces Edits la nomination des Maires, qui doivent être choisis par Sa Majesté sur trois sujets qui seront élus & lui seront présentés par les Notables de chaque Ville395. Ces Edits n’ont point été encore enregîtrés au Parlement de Bretagne.//

Notas

1 Les auteurs s’accordent sur la difficulté à déterminer une liste totalement fiable des paroisses (Tanguy B., « Paroisses », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Eveillard J.-Y. [dir.], Dictionnaire d’Histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2008, p. 569). Il est vrai que la fourchette est large : de 114 selon l’Almanach breton de 1789 à 138 selon le Dictionnaire d’Expilly de 1762. Aujourd’hui, cependant, on s’accorde sur le décompte d’Alain Croix qui retient le nombre de 113 paroisses à la fin du XVIIe siècle (Croix A., La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, t. 1, p. 123). La proposition de Ruffelet est donc loin d’être fantaisiste, correspond d’ailleurs aux chiffres du dictionnaire d’Ogée – ce qui n’est peut-être pas un hasard, Ruffelet ayant participé à l’entreprise – et n’est finalement pas très éloignée des 116 paroisses proposées par Jean Kerhervé pour la fin du XVe siècle (Kerhervé J., « Impôt, guerre et politique en Bretagne au XVe siècle. L’exemple du diocèse de Saint-Brieuc », dans Contamine P., Kerhervé J., Rigaudière A. (dir.), L’impôt public et le prélèvement seigneurial en France, fin XIIe s.-début XVIe s., Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, p. 369-441). Le diocèse de Saint-Brieuc se distingue de ses voisins dans la mesure où il n’est pas subdivisé en doyennés, la répartition des paroisses par subdélégations étant par conséquent la répartition la plus fréquente (Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, pur, 1984, p. 627).

2 Voir supra, Annales Description générale du diocèse. Le diocèse de Dol se caractérise en effet par les nombreuses enclaves qu’il compte dans les diocèses bretons voisins, Rennes, Tréguier et principalement Saint-Malo et Saint-Brieuc, mais aussi en Normandie. Dans le diocèse de Saint-Brieuc, si l’on se réfère à Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers…, op. cit., p. 609-612 et Croix A. (dir), Les Bretons et Dieu. Atlas d’histoire religieuse. 1300-1800, Rennes, PUR, 1985, planche 1, carte de répérage, onze paroisses – Bréhat, Coëtmieux, Kérity, Landébia, Landéhen, Langast, Lanloup, Lanvollon, Perros-Hamon, Saint-Glen, Saint-Quay – et cinq trèves – Lanleff, Lannévez, Lanvignec, Penguily, Trégenestre – sont concernées.

3 Voir supra, Annales 1740.

4 Notons d’emblée l’absence d’une paroisse dans la liste : 114 pour 115 annoncées. La seule modification apportée à la carte paroissiale au XVIIIe siècle concerne Lamballe. En 1733, les paroisses Notre-Dame et Saint-Jean sont rassemblées en une unique entité (Dutemple C., Histoire de Lamballe, vol. I : La vie féodale, la vie religieuse, 1918, réédition, Paris, Res Universis, 1990, p. 376-381) et supra, Note V.

5 Le décompte de Ruffelet diffère ici de celui du Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne de 1778 :
Image 10000000000002D9000000ACA7192688.jpg

6 Sur le personnage et les faits évoqués dans cette notice, notamment l’érection du siège épiscopal, voir supra, Annales IVe et Ve siècles depuis Jésus-Christ et IXe siècle ainsi que les Notes XII, XIII, XIV, XV, XVI et XIX.

7 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine – 23 H 1. Cartulaire de Saint-Georges, fol. 1ro -vo ; La Bigne Villeneuve P. de (éd.) Cartulaire de l’abbaye de Saint-Georges de Rennes, Rennes, Catel, 1876, p. 89-94. Adam apparaît en outre dans deux autres actes d’Alain III en faveur de Saint-Georges, reportés au cartulaire, fol. IV ro -V, et fol. XXIV, La Bigne Villeneuve P. de (éd.) Cartulaire de l’abbaye …, op. cit., p. 111-112 et 145-146. Cependant, si Adam est le premier évêque de Saint-Brieuc identifié avec certitude, il faut signaler que c’est dans un acte de Conan Ier daté de 990 que nous avons pour la première fois une liste des neuf évêques de Bretagne, dont celui de Saint-Brieuc, même si, comme les sièges ne sont pas précisés pour tous les évêques, il est impossible de savoir lequel de la liste est l’évêque de Saint-Brieuc (sur cet acte à la tradition délicate, voir l’édition qu’en a faite Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne [944-1148], thèse pour le doctorat en droit, 1973, p. 21-30, n° 6). Sur Adam, voir par ailleurs supra, Annales IVe et Ve siècles depuis Jésus-Christ.

8 Il est en outre fait mention de cet évêque dans un acte du cartulaire de Saint-Georges de Rennes (La Bigne Villeneuve P. de [éd.], Cartulaire de l’abbaye …, op. cit., p. 272, n° 45) ; il faut sans doute l’identifier avec l’évêque Aemus qui confirme aux côtés de Geoffroy Boterel un don en faveur de Saint-Jacut (voir l’original en Arch. dép. des Côtes-d’Armor – H 394 ; éd. dans Geslin de Bourgogne J.-H., Barthélémy A. de, Anciens évêchés de Bretagne. Diocèse de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, Guyon Frères, t. IV, 1864, p. 276-277).

9 Rapporté par la Gallia Christiana, t. XIV, col. 1085.

10 Copie dans Arch. de l’archevêché de Rennes – Cartulaire de Redon, fol. 145 vo ; Courson A. de (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Redon, Paris, Impr. Impériale, 1863, p. 251, n° CCC.

11 En vérité, ce prélat est tout à fait inconnu des sources diplomatiques, y compris des archives de Saint-Melaine pourtant sollicitées par le chanoine Ruffelet. Sa seule mention figure dans un témoignage de Guillaume de Dinan, chanoine de Dol, rapportant que Robert, évêque de Saint-Brieuc, avait été sacré par l’archevêque de Dol Geoffroy à Dol même (Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, Paris, Osmont, t. I, col. 741-742), ce qui place cette ordination dans les années 1130 ; Ruffelet l’a donc certainement mal placé dans son catalogue, et il faut plutôt considérer qu’il s’insère entre Jean (voir infra, Catalogue des évêques, notice 6), dont l’épiscopat dure au moins jusqu’en 1138, et Rolland (voir infra, Catalogue des évêques, notice 7), dont la première trace remonte à 1144. On notera également l’erreur de l’auteur qui indique que le consécrateur était l’archevêque de Tours alors qu’il s’agit bien de celui de Dol.

12 Le premier voyage se fit effectivement en 1109 en compagnie de l’archevêque de Dol Baudri ; le second est connu par la souscription apposée par Jean à une bulle de Pascal II (voir supra, Annales 1116).

13 Information tirée du témoignage de Raoul, moine de la Vieuville, en faveur de la métropole de Dol ; ce dernier affirme qu’il a vu Rolland, évêque de Saint-Brieuc, se présenter au chapitre de la Vieuville avec des lettres du pape, dans lesquelles il était écrit que le souverain pontife avait consacré l’évêque « dans la soumission de l’église de Dol » (ad subjectionem Dol. Eccl.), voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, col. 741. Cependant, un autre témoignage de la même source indique que c’est l’archevêque de Dol Geoffroy le Roux qui consacra Rolland (ibid., col. 742).

14 Jugement rendu par le pape Lucius II (1144-1145) en faveur de l’archevêque de Tours Hugues contre l’archevêque de Dol (ibid., col. 591-593).

15 Lettre adressée par le pape aux évêques de Tréguier et de Saint-Brieuc (ibid., col. 593-594).

16 Voir supra, Annales 1199.

17 Voir supra, Note première.

18 Pour une synthèse un peu plus complète et aboutie sur cette question très complexe, voir en particulier l’ouvrage ancien mais toujours utile de Duine F., La Métropole de Bretagne. Chronique de Dol composée au XIe siècle et catalogue des dignitaires jusqu’à la Révolution, Paris, Champion, 1916, 220 p. Voir également supra, Annales IVe et Ve siècles depuis Jésus-Christ.

19 Le chanoine Ruffelet déduit probablement ce fait de la mention de la mort de son prédécesseur, Rolland, à cette date (voir Chroniques annaulx rapportés dans Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, col. 103).

20 Il y a là une erreur chez Ruffelet ; c’est Geoffroy (voir infra, Catalogue des évêques, notice 11), successeur de Josthon, qui assista à la fondation de l’abbaye de Lantenac, qui dut avoir lieu en 1163 (cf. l’acte de fondation dans Geslin de Bourgogne J.-H., Barthélémy A. de, Anciens évêchés de Bretagne …, op. cit., t. IV, p. 247). L’erreur de l’abbé vient probablement du fait que dans cet acte figure effectivement un Jostho, mais qui est clairement identifié comme le frère d’Eudon de Porhoët et non comme l’évêque de Saint-Brieuc.

21 Tel que rapporté dans le Chronicon Brittanicum (voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, col. 6).

22 Ibidem, col. 5.

23 Acte donné par ibid., col. 655.

24 Son nom figure effectivement parmi les évêques de la province de Tours présents à ce concile, aux côtés de l’évêque de Léon Gui (Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. 22, col. 239). Voir par ailleurs supra, Annales 1179.

25 Voir supra, Annales 1602.

26 Au sujet des reliques de saint Brieuc, voir supra, Annale 1210 et Note XVI.

27 Acte donné par Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, col. 796. Les dons concernent Pordic, Côtes-d’Armor, cant. de Plérin, et Plouézec, Côtes-d’Armor, cant. de Paimpol.

28 Rapporté par le Chronicon Brittanicum, ibidem, col. 6.

29 Au sujet de la cure de Saint-Aaron, voir supra, Annales 1144.

30 Voir supra, Catalogue des évêques, notices 6, 9, 11.

31 Sur le retour des reliques de saint Brieuc en 1210, voir supra, Annales 1210 et Note XVI.

32 Voir supra, Annales 1202 et 1210.

33 Voir supra, Note XX.

34 Voir supra, Annales 1235.

35 Sur ce personnage, se reporter supra, Annales IVe et Ve siècle depuis J.-C., 1220, 1525, 1700 et Note XIII ainsi que infra, Catalogue des évêques, notice 17.

36 Voir infra, ibidem.

37 Après la mort de Guillaume, le chapitre élit l’un des siens comme nouvel évêque : il s’agit de Nicolas, maître des écoles. L’élection fait l’objet d’une annulation pour irrégularité par l’archevêque de Tours Juhel de Mathefelon (acte du 13 novembre 1234 passé à Candé). Thibaut, archidiacre de Goëlo, organise alors une nouvelle élection qui désigne Alain, trésorier de Vannes et chanoine de Saint-Brieuc. Depuis Paris, l’archidiacre Thibaut écrit à l’archevêque Juhel pour obtenir la confirmation de cette seconde désignation. Celui-ci l’annule encore et désigne directement Philippe, également membre du chapitre, en 1235. On ne sait rien du parcours de ce personnage avant son élévation à la dignité épiscopale. Le successeur de Guillaume Pinchon est effectivement sacré par l’archevêque de Tours. Voir Taillandier C., Histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, t. II, Paris, Delaguette, 1756, p. lxix.

38 La construction de la cathédrale n’a pas commencé sous l’épiscopat de Guillaume Pinchon contrairement à ce qu’ont affirmé ses hagiographes modernes (La Devison, Le Grand). Comme l’ont rappelé René Couffon et André Le Méhauté dans leur article sur l’« ecclesia imperfecta », le début de la construction de la cathédrale romane remonte aux années 1180. L’évêque Guillaume a par conséquent poursuivi une œuvre entamée avant lui. Selon les mêmes auteurs, il semble par contre exact de voir en l’évêque Philippe celui qui acheva la cathédrale. Voir Couffon R., Le Méhauté A., « Recherches sur la cathédrale romane de Saint-Brieuc et l’Ecclesia Imperfecta de saint Guillaume », MSECN, t. XCII, 1964, p. 27-38.

39 Jean Ier le Roux (1217-1286) est le fils de Pierre de Dreux et d’Alix de Bretagne. Il règne à partir de 1236. Voir Kerhervé J., « Jean Ier le Roux », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y. (dir.), Dictionnaire d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2008, p. 410-411.

40 La Borderie fixe la date de cette entrée au 18 novembre 1237 : voir Le Moyne de La Borderie A., Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et Hervé, t. III, 1899, p. 336. Cet événement, rapporté par Le Baud, est repris presque mot pour mot dans les Histoires de dom Lobineau et dom Morice que Ruffelet a abondamment utilisées pour son catalogue des évêques. Voir Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les chroniques des maisons de Vitré et de Laval, Paris, éd. Gervais Alliot, 1638, p. 234 ; Lobineau G.-A., Histoire de Bretagne, Paris, Muguet, t. I, 1707, p. 237-238 ; Morice P.-H., Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, Delaguette, t. I, 1750, p. 170.

41 Rainaud, évêque de Quimper de 1219 à 1245. S’il fait exception parmi ses pairs, c’est par fidélité au pouvoir ducal. Il est arrivé en Bretagne à la suite de Pierre de Dreux et a été un de ses proches conseillers. Hauréau B., Gallia christiana, Paris, t. XIV, 1856, c. 879.

42 Galeran, évêque de Nantes de 1240 à 1263, qui par ailleurs mène une autre lutte contre le duc au sujet de la régale de son diocèse. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 821-822 ; Le Moyne de La Borderie A., Histoire de Bretagne …, op. cit., p. 340-341.

43 Geoffroy, évêque de Saint-Malo de 1231 et 1259. Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes/Paris, Fougeray/Haton, t. I, 1880, p. 583-584.

44 Grégoire IX est pape entre 1227 et 1241. Voir Paravicini Bagliani A., « Grégoire IX », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 751-754.

45 Ruffelet se réfère à un acte donné par dom Morice : voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves …, op. cit., col. 915. Par cette lettre du 21 avril 1239, Grégoire IX désigne deux commissaires (Robert de Domfront, doyen du chapitre du Mans, et Raoul, granger de Saint-Martin de Tours) pour amener le duc Jean Ier à prêter le serment de défendre les libertés de l’Église. Les commissaires du pape n’obtiennent pas satisfaction. Ruffelet indique avec raison que cette affaire fut encore longue : le duc Jean persiste dans son opposition à l’Église en voulant, tout comme son père avant lui, modifier certaines taxes perçues par le clergé (le tierçage et le past nuptial). Poursuivant cette politique en dépit des remontrances ecclésiastiques, Jean Ier est excommunié sous le pontificat d’Innocent IV. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs de Bretagne, Paris, E. de Boccard, 1928, p. 132-135.

46 En 1256, le duc met un terme au conflit qui l’oppose à l’Église depuis son accession au pouvoir en se rendant à Rome auprès du pape Alexandre IV et en se soumettant aux volontés pontificales. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 135.

47 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 21.

48 Guillaume de La Roche-Tanguy est évêque de Rennes de 1282 à 1297. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, op. cit., p. 66-67.

49 Hervé, évêque de Vannes de 1279 à 1287. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 929.

50 Guillaume de Ruis, doyen de Saint-Brieuc attesté entre 1286 et 1290. Voir Glaz M., L’entourage des évêques de Saint-Brieuc du XIIIe au début du XVIe siècle, mémoire de master 2 (Y. Coativy, dir.), université de Bretagne occidentale, 2009, p. 272.

51 Jean de La Motte, scolastique de Nantes, est attesté entre 1287 et 1288. Voir Le Moyne de La Borderie A., Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (XIe, XIIe, XIIIe siècles), Rennes, Ch. Catel, 1888, p. 280-283.

52 La prudence de Ruffelet sur la date de mort de ce prélat et sur son départ pour la Palestine nous paraît justifiée : aucune source ne permet en effet de l’affirmer avec certitude. Ruffelet reprend ici les propos de dom Taillandier qui semble être le premier à évoquer cette hypothèse : voir Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix. Geslin de Bourgogne la confirme en se référant à un acte de 1248, extrait du cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois, dans lequel on peut lire : « officialis Briocensis gerens vices domini episcopi Briocensis profecti in partibus transmarinis ». Si l’évêque se trouve outre-mer, rien n’indique que ce soit en Terre sainte. Voir Geslin de Bourgogne J., Barthelémy A. de, Anciens évêchés de Bretagne …, op. cit., t. III, 1864, p. 110. Au moment où l’auteur clôt sa notice sur l’évêque Philippe, il nous paraît intéressant de souligner qu’il ne dit rien du rôle de ce prélat dans l’entreprise de canonisation de son prédécesseur alors même que celle-ci aboutit sous son ministère, treize ans seulement après la mort de Guillaume Pinchon. Si on se reporte au maître-ouvrage d’André Vauchez sur la sainteté en Occident au Moyen Âge, il semble évident que Philippe y ait joué un rôle déterminant en particulier par la constitution d’une première Vita et d’un Liber miraculorum, lorsque les miracles se multipliaient et que l’on commençait à envisager la canonisation du défunt. Voir Vauchez A., La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge d’après les procès de canonisation et les documents hagiographiques, Rome, École française de Rome, Paris, de Boccard, 1981, 765 p.

53 L’auteur reprend ici la définition du terme « gothique » donnée par l’abbé Antoine Furetière dans son dictionnaire. Voir Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et les arts, La Haye/Rotterdam, Arnout et Reiner Leers, t. II, 1690.

54 On ignore tout de son histoire avant 1251. Son bref épiscopat est marqué par une querelle avec l’abbaye de Beauport. Il meurt le 21 mai 1256. Voir Glaz M., Les évêques de Saint-Brieuc de 1220 à 1525, mémoire de master 1 (Y. Coativy, dir.), université de Bretagne occidentale, 2008, notice n° 3, p. 116.

55 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 948-949.

56 Ruffelet reprend ici les informations fournies par dom Taillandier. Il ne semble pas avoir mené lui-même de recherches dans les fonds d’archives. Voir Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix.

57 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 960. Il s’agit des consécrations d’Alain, évêque de Vannes, et de Hamon, évêque de Tréguier.

58 Pierre de Lamballe est archevêque de Tours de 1251 à sa mort en 1256. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 110-111.

59 La date est erronée : le concile de Château-Gontier a lieu en 1253. Voir Avril J., Les conciles de la province de Tours (XIIIe-XVe siècles), Paris, CNRS, 1987, p. 186-188.

60 Guillaume Dumont (1202-1272), originaire de Saint-Amour dans le Jura, est un clerc et universitaire parisien, chanoine de Beauvais et de Mâcon, qui s’est opposé au développement des ordres mendiants et à leurs privilèges. Ses prises de position sont condamnées par le pape Alexandre IV en 1256. Voir Duval-Arnould L., « Guillaume de Saint-Amour », dans Vauchez A. (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Cerf, 1997, p. 700-701.

61 Raoul, ancien chanoine et official de Saint-Brieuc, est nommé évêque par Alexandre IV le 23 février 1257 à la suite d’une élection contestée. Il meurt à la fin de l’année 1259, au retour de son voyage en Angleterre. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 156-157 ; GLAZ M., Les évêques…, op. cit., notice n° 4, p. 116.

62 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix.

63 Il s’agit du futur Jean II (1239-1305), fils de Jean Ier le Roux et de Blanche de Navarre. Il règne entre 1286 et 1305. Voir Kerhervé J., « Jean II », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., p. 411.

64 Béatrix (1242-1275) est la fille d’Henri III Plantagênet, roi d’Angleterre de 1216 à 1272, et d’Éléonore de Provence.

65 Morice P.-H., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 191. Voir également supra, Annales 1259.

66 Simon apparaît la première fois comme évêque de Saint-Brieuc en janvier 1260 et meurt en 1271. Il est le dernier d’une série de prélats briochins du XIIIe siècle dont on ignore quasiment tout, de leurs origines à leur mort en passant par leur action au sein de leur diocèse. Comme les évêques André et Raoul (voir supra, Catalogue des évêques, notices 18 et 19), l’évêque Simon semble accéder au siège épiscopal à un âge avancé et en mauvaise santé. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 5, p. 117.

67 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxix.

68 Vincent de Pirmil est archevêque de Tours de 1257 à 1270. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 111-112.

69 Le concile de Nantes a lieu en juillet 1264. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 224-231. Ruffelet semble vouer une véritable passion à l’étude des canons conciliaires, d’où cette incongruité – qu’on va retrouver à plusieurs reprises au fil de son catalogue épiscopal – de voir l’auteur passer en quelques lignes sur l’existence d’un prélat et consacrer l’essentiel de son propos aux textes juridiques rédigés à la même époque. Ruffelet a sûrement à sa disposition un recueil de canons des conciles de la province de Tours où il puise abondamment. Sur les éditions imprimées des actes des conciles, voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 46-47.

70 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., I, c. 1014.

71 Il meurt en 1271. Voir Eubel C., Hierarchia catholica medii aevi (1198-1431), t. I, Munich, 1898, p. 151.

72 Pierre de Vannes, dont l’origine géographique ne semble pas faire mystère, est évêque de Saint-Brieuc de 1272 à sa mort en février 1295. Comme son prédécesseur Raoul, c’est une figure proche du pouvoir ducal sous Jean Ier : il participe à l’entreprise d’accaparement de la vicomté de Léon menée par le duc et fait partie de ses exécuteurs testamentaires. Les relations avec Jean II paraissent plus âpres du fait de la fonction que lui a conférée le duc défunt (Pierre de Vannes et Guillaume de la Roche-Tanguy, évêque de Rennes, tous deux exécuteurs testamentaires, sont en conflit avec le duc Jean II en 1288) mais on le voit malgré tout participer à l’assemblée de l’ost à Ploërmel en 1294. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 6, p. 117.

73 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1024. Il s’agit de Pierre Bili, archidiacre d’Outre-Loire au diocèse d’Angers. Sur ce personnage, voir Matz J.-M., Comte F., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. 7 : Diocèse d’Angers, Turnhout, Brepols, 2003, notice n° 712.

74 L’auteur ne semble pas prêter suffisamment attention aux termes qu’il emploie : cet évêque est-il nommé ou bien élu ? Dans le premier cas il serait désigné par une autorité supérieure et dans le second cas il serait choisi par les membres du chapitre cathédral. En l’occurrence, Pierre de Vannes a été élu par les chanoines puis sacré évêque en mai 1272. Cette confusion est d’autant plus étrange que l’auteur attache de l’importance aux questions de droit et au vocabulaire juridique. Sur les accessions des évêques, voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., p. 41-46.

75 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. 277.

76 Jean de Montsoreau est archevêque de Tours de 1271 à 1285. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 112-113.

77 Le concile de Rennes se tient en mai 1273. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 242-249.

78 Guillaume Guéguen (voir également supra, Annales 1297) fait partie des « faux » évêques de la liste. Ruffelet ne fait que reproduire une erreur inscrite dans plusieurs listes dont celle de dom Taillandier. Ce personnage a en réalité vécu au XVe siècle. Ses liens avec le diocèse de Saint-Brieuc sont réels : né à Lamballe vers 1440, il est issu une famille noble d’Hillion. Il devient chanoine de Saint-Brieuc puis archidiacre de Penthièvre. Sa carrière prend de l’importance au service du duc François II puis de la duchesse Anne : il est président de la Chambre des comptes et vice-chancelier de Bretagne. Il meurt en 1506. Voir Martin M., « La carrière de Guillaume Guéguen », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de la Loire Inférieure, 1933, p. 179-200 ; Glaz M., L’entourage des évêques…, op. cit., notice n° 93, p. 235.

79 Du Paz A., Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne, Paris, Imprimerie Nicolas Buon, 1619, p. 854.

80 Geoffroy est évêque de Saint-Brieuc de 1295 à sa mort le 5 mai 1312. Son épiscopat est marqué par une affaire au cours de laquelle interviennent les sergents du bailliage de Coutances. À travers ces événements on voit clairement apparaître l’influence royale sur le diocèse : c’est un agent royal qui intervient à Saint-Brieuc et l’appel du jugement est porté devant le parlement de Paris. Cette influence se confirme par la participation de l’évêque Geoffroy aux États généraux de 1302 à Paris et à l’enquête ouverte sur la garde des églises du duché de Bretagne en 1312. Voir Le Moyne de La Borderie A., « Une commune jurée en Bretagne au XIVe siècle », RBV, 1866, p. 475-486 ; Picot G., Documents relatifs aux États généraux et assemblées réunis sous Philippe le Bel, Paris, Imprimerie nationale, 1901, pièce IV ; Glaz M., Les évêques…, notice n° 7.

81 Renaud de Montbason est archevêque de Tours de 1291 à 1312. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 115-116.

82 Ce concile se déroule en février 1299. C’est bien l’évêque Geoffroy qui est présent. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 313-314.

83 Pour définir past nuptial et tierçage, Ruffelet semble utiliser le glossaire à la fin du troisième tome des Preuves de dom Morice. Voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, [glossaire].

84 Clément V est pape de 1305 à 1314. Voir Demurger A., « Clément V », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 367-369.

85 Cette querelle qui a opposé les ducs Pierre de Dreux et Jean Ier au clergé breton reprend en 1288 sous le règne de Jean II. En 1300 et 1301, le duc obtient du pape Boniface VIII la suppression de ces deux taxes. Benoît XI confirme telles quelles les bulles de son prédécesseur malgré l’animosité des prêtres bretons. Par sa nouvelle bulle du 27 juin 1309, Clément V cherche un compromis acceptable par les deux partis, mettant ainsi un terme définitif à ce problème. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 181-182, 185-191 ; Devailly G. (dir.), Histoire religieuse de la Bretagne, Chambray, CLD, 1980, p. 74-76. Notons une nouvelle fois, à travers ce long développement sur le tierçage et le past nuptial, tout l’intérêt que C.-M. Ruffelet porte aux questions de droit.

86 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1218-1222.

87 Alain de Lamballe est évêque de Saint-Brieuc de 1313 à sa mort en 1319. Probablement originaire du diocèse dont il devient évêque, il passe de longues années au service des rois de France comme clerc et diplomate tout en cumulant de concert des bénéfices ecclésiastiques : chanoine régulier de saint Augustin, il est à la fois archidiacre de Goëlo, trésorier de Châlonsen-Champagne et chanoine de Laon. Son arrivée sur le siège épiscopal de Saint-Brieuc vient couronner une carrière vouée entièrement au service du roi mais ne l’éloigne pas pour autant des affaires : il est commissaire royal en Languedoc puis en Normandie, conseiller royal, président du parlement de Paris puis de l’Échiquier de Rouen. Voir Mollat G., « Alain de Lamballe », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. I, c. 1298-1299 ; Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 8, p. 119.

88 Jean d’Avaugour, né en 1291, est issu de la puissante famille d’Avaugour. Par son père Henri, deuxième du nom, seigneur de Goëlo, de Penthièvre, de Quintin et de nombreux autres lieux en Mayenne et en Normandie, il descend des ducs de la Maison de Rennes, un temps rivale des Dreux pour accéder au trône ducal. Par sa mère Marie de Brienne, il descend de la famille royale de Castille et se trouve apparenté aux Capétiens. Sa naissance le prédestine a occuper des rôles prestigieux. Son accession au siège de Saint-Brieuc à l’âge de 29 ans n’est donc qu’une étape dans sa carrière. Son passage n’a pas laissé de traces remarquables. En 1328, il est transféré à Dol. Ses talents ne semblent pas lui valoir une fonction plus prestigieuse puisqu’il y meurt douze ans plus tard, le 8 mai 1340. Voir Mollat G., « Jean d’Avaugour », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, t. V, c. 995 ; Morvan F., « La Maison de Penthièvre (1212-1334), rivale des ducs de Bretagne », MSHAB, t. LXXXI, 2003, p. 19-51 ; supra, Annales 1329.

89 Mathieu Ferrand n’a pas été évêque consacré de Saint-Brieuc. Sa présence dans la liste n’est cependant pas injustifiée. En effet, la succession de Jean d’Avaugour, parti pour Dol, a posé quelques problèmes : André de Florence, trésorier de Reims, secrétaire du roi, refuse le siège. Le 6 juin 1328, c’est au tour de Guillaume de Roseyo, chantre d’Évreux, de refuser cet honneur. Finalement, c’est Mathieu Ferrand, proche du roi Philippe VI, chanoine du Mans et d’Angers, qui est nommé le 13 juillet 1328. S’il paraît dans un premier temps accepter cette charge (il obtient le 9 octobre une prorogation d’un an avant d’être consacré), il décide finalement d’y renoncer. Sa nomination comme chancelier de France ne doit pas y être étrangère. Il meurt le 21 avril 1329. Voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1262 ; Cazelles R., La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Bibliothèque elzévirienne, Paris, Librairie d’Argences, 1958, 495 p.

90 Raoul de la Flèche est issu d’une famille noble du diocèse d’Angers. Membre éminent du chapitre d’Angers, où il est à la fois chanoine et archiprêtre de Saumur, il est élu évêque par ses pairs en 1323 mais cette désignation est annulée par le pape Jean XXII. Il doit attendre 1329 et son élévation au siège de Saint-Brieuc pour coiffer la mitre. Il meurt le 17 mars 1335, laissant probablement derrière lui des statuts synodaux dont la valeur lui vaut encore des éloges au XVIIIe siècle dans un autre catalogue épiscopal rédigé en 1726, que Ruffelet n’a visiblement pas consulté. Voir Aubert R., « Raoul de la Flèche », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. XXIX, c. 1348 ; Matz J.-M., Comte F., Fasti Ecclesiae…, op. cit., p. 322 ; Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 10, p. 121.

91 La Chambre apostolique est « l’organe central de gestion des finances pontificales ». Elle est notamment chargée de percevoir les communs et menus services, un ensemble de taxes versé par les évêques et les abbés nouvellement pourvus d’un bénéfice majeur. Faire sa soumission à la Chambre apostolique signifie donc s’acquitter de tout ou partie de ce droit. Voir Favier J., « Chambre apostolique », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 326-331.

92 En décembre 1329, le roi Philippe VI a en effet réuni à Paris et à Vincennes des assemblées de prélats, aux rangs desquels figurait Raoul de la Flèche, et de barons, les premiers tenant des juridictions ecclésiastiques et les seconds des juridictions civiles, dans le dessein de les consulter sur l’attitude à adopter pour faire cesser les conflits entre justices temporelle et spirituelle. Sur l’assemblée de Vincennes, voir Olivier-Martin F., L’Assemblée de Vincennes de 1329 et ses conséquences. Étude sur les conflits entre la juridiction laïque et la juridiction ecclésiastique au XIVe siècle, Paris, Picard, 1909, 432 p. ; Posthumus Meyjes G.H.M., Jean Gerson et l’assemblée de Vincennes, Leiden, Brill, 1978, 148 p.

93 Pierre Bertrand est évêque d’Autun de 1322 à 1330. Il est par ailleurs cardinal depuis 1327. Voir Madignier J., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. 12 : Diocèse d’Autun, Turnhout, Brepols, 2010, 477 p.

94 Pierre Roger est successivement archevêque de Sens (1329-1330) puis de Rouen (1330-1342). Cardinal depuis 1338, il devient pape en 1342 sous le nom de Clément VI. Voir Tabbagh V., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. t. 2, Diocèse de Rouen, Turnhout, Brepols, 1998, 447 p. et Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500. t. 11, Diocèse de Sens, Turnhout, Brepols, 2010, 578 p. ; Jugie P., « Clément VI », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 369-372.

95 Pierre de Cugnières est un juriste, passé par la cléricature (il est un temps archidiacre de Paris) avant de devenir chevalier à la mort de son frère en 1319. Légiste reconnu, il est membre du conseil royal et avocat du roi au parlement de Paris. Il s’illustre par sa participation à l’assemblée de Vincennes. On le retrouve par la suite comme président du parlement de Paris puis comme président de la Chambre des comptes du roi. Voir Lemerre P., « Pierre de Cugnières », dans D’Amat R. (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey, t. IX, 1961, c. 1356-1357.

96 On retrouve cette fois encore le goût prononcé de Ruffelet pour les questions de droit, faisant passer au second plan son objet initial : les évêques. Il semble se référer ici à l’article « abus » du Dictionnaire philosophique de Voltaire, où le philosophe évoque longuement l’assemblée de Vincennes. L’appel comme d’abus est un recours à la justice laïque d’une sentence ou d’un acte de l’autorité ecclésiastique. Voir Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764, rééd., Paris, éd. Ménard et Desenne, 1827, p. 92-98.

97 Guy de Montfort appartient à une famille noble du diocèse de Rennes. Il est proche du duc Jean III qui lui obtient un bénéfice au sein de la collégiale Saint-Mexme de Chinon en 1317. Il devient évêque de Saint-Brieuc en 1335. Son épiscopat est marqué par la guerre de Succession de Bretagne, qui l’oblige à se tenir plusieurs années éloigné de Saint-Brieuc. Il prend parti pour les Penthièvre dès 1341, témoignant devant le parlement de Paris en faveur de Charles de Blois et assistant au conseil ducal. Après l’incendie de la cathédrale en 1353, il entame sa reconstruction. Il meurt en 1357. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 11, p. 122.

98 Il semble que le siège archiépiscopal soit vacant lorsque Guy de Montfort est consacré. Voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1375. L’auteur reproduit ici une erreur de dom Taillandier.

99 Hugues de Montrelais est né vers 1315 à Montrelais, près d’Ancenis. Il est le fils de Renaud de Montrelais et de Marie d’Ancenis. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 12, p. 123.

100 Olivier Salahadin est évêque de Nantes de 1339 à 1354, après avoir été recteur de l’université de Paris et doyen du chapitre de Paris. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 825.

101 Robert Paynel, noble originaire de Normandie, est évêque de Tréguier de mai 1353 à novembre 1354. Transféré à Nantes, il conserve ce siège jusqu’à sa mort en 1366. Ibidem, c. 825-826, 1126.

102 Nommé à Tréguier le 19 novembre 1354, transféré à Saint-Brieuc le 21 août 1357, Hugues de Montrelais ne reste en effet que peu de temps sur le siège de saint Tugdual. Son passage n’a pas laissé de trace marquante, d’autant plus qu’il est dès cette époque présent au conseil ducal. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 12, p. 123.

103 Innocent VI est pape de 1352 à 1362. Voir Jugie P., « Innocent VI », dans Levillain P. (dir), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 886-888.

104 « La chapellenie fondée en la chapelle du bienheureux Jean, située en la ville de Château neuf, par puissant homme de Quintin. »

105 Devenu évêque de Saint-Brieuc, il continue à être présent au conseil ducal. En février 1364, il participe aux côtés de Charles de Blois à la conférence de Poitiers, organisée par Édouard, prince de Galles, pour tenter de mettre fin à la guerre. L’évêque porte la parole du duc Charles face à Jean de Montfort. Voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1565-1566 et Le Moyne de la Borderie A., Histoire de Bretagne…, op. cit., t. III, p. 579-580.

106 Le 11 mars 1365, il est nommé par Jeanne de Penthièvre à la tête de ses procureurs pour négocier la paix avec les partisans de Jean de Montfort. Les délégués se réunissent pendant un mois à Guérande. Le traité est signé le 12 avril. L’évêque Hugues et ses compagnons obtiennent notamment pour la duchesse Jeanne qu’elle conserve son apanage de Penthièvre et la vicomté de Limoges. Il retire aussi un profit personnel de ce traité puisqu’on lui restitue sa terre des Châtelets en Ploufragan. Voir Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. I, c. 1587-1599 et supra, Annales 1365.

107 Simon de Renou, ancien abbé de Saint-Nicolas d’Angers, est archevêque de Tours de 1363 à 1380. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 119-120.

108 Le concile d’Angers se tient en fait en mars 1366. Ruffelet se méprend en omettant de changer le style de la date. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 367-402.

109 Sujet déjà évoqué supra, Catalogue des évêques, notice 20.

110 Il apparaît pour la première fois avec ce titre en janvier 1366. Mais Michael Jones estime qu’il occupe cette fonction dès l’automne 1365. Il la conserve jusqu’en 1373. Voir Jones M., Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, Paris, Klincksieck, 1980, n° 68 et 215.

111 L’élévation d’Hugues de Montrelais, figure emblématique du parti blésiste, à la fonction de chancelier tient de la volonté de réconciliation du nouveau duc. Voir Leguay J.-P., Martin H., Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest-France, 1982, p. 122 et Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 12, p. 123.

112 Voir supra, Annales 1365.

113 Les troubles évoqués ici se déroulent en 1372 et 1373. Ils font suite à la découverte d’une alliance secrète conclue entre le duc Jean IV et le roi d’Angleterre Édouard III, en pleine guerre de Cent ans et alors qu’il est vassal du roi de France. Charles V envoie alors en Bretagne une armée sous les ordres de Bertrand du Guesclin pour occuper le duché. Abandonné par ses barons, le duc Jean choisit de s’exiler outre-Manche en avril 1373. Fin politique, Hugues de Montrelais a pris les devants en se réfugiant dès la fin 1372 auprès du pape à Avignon. Il ne se démet du siège de Saint-Brieuc qu’en 1375. Voir Leguay J.-P., Martin H., Fastes et malheurs…, op. cit., p. 124-123 et Aubert R., « Hugues de Montrelais », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…,, op. cit., t. XXV, c. 252-253.

114 Erreur non corrigée par l’auteur.

115 La fuite avignonnaise de l’évêque n’est pas le fruit du hasard : Grégoire XI le connaît et lui est redevable de son intervention dans les négociations du mariage entre son frère Roger de Beaufort et Jeanne de Rais. Sa promotion comme cardinal des Quatre Couronnés en décembre 1375 vient récompenser ses bons services. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 368-372.

116 Clément VII est pape d’Avignon de 1378 à 1394. Son élection est à l’origine du Grand schisme. Voir Logoz R.-C., « Clément VII », dans Levillain P. (dir), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 372-378.

117 Hugues de Montrelais est un acteur de premier plan du Grand schisme qui éclate au sein de l’Église en 1378. Après la mort de Grégoire XI, deux consistoires se réunissent successivement désignant deux papes différents : Urbain VI, que l’histoire a retenu pour le pape officiel, soutenu à Rome par les cardinaux italiens, et Clément VII, soutenu à Avignon par les cardinaux français aux rangs desquels on trouve Hugues de Montrelais. Voir Vauchez A. (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. VI : Un temps d’épreuves (1274-1449), Paris, Desclées, p. 89-94. Sur le rôle précis d’Hugues de Montrelais, voir Aubert R., « Hugues de Montrelais », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. XXV, c. 252-253.

118 Voir supra, Annales 1419.

119 Voir supra, Annales 1370 [1379] et 1394. Sylvestre Budes fait partie de ces jeunes nobles bretons qui, dans le sillage de Bertrand du Guesclin, ont embrassé la carrière des armes pour faire fortune et obtenir une position sociale auquel leur rang de cadet ne les destinait pas. Issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Brieuc, il apparaît dans les sources combattant aux côtés de son cousin Du Guesclin en 1364 à la bataille de Cocherel puis à celle d’Auray. Il porte l’enseigne de Du Guesclin à la bataille de Nájera (Navarrete), en Espagne, en 1367. On le retrouve en Gascogne face aux Anglais en 1371 au service de Louis d’Anjou, frère de Charles V. Entre juin 1376 et mars 1378, Budes et ses hommes servent le pape Grégoire XI en Italie contre la ligue florentine. Au moment où éclate le schisme, il entre au service de Clément VII. Capturé lors de la bataille de Marino en avril 1379, il est libéré sans doute grâce à Clément VII. Il escorte ensuite ce dernier, défait en Italie, jusqu’à Avignon. Tombé en disgrâce, il est arrêté à Mâcon et décapité sur ordre du bailli au début de l’année 1380. Voir Mirot L., « Sylvestre Budes (13 ??-1380) et les Bretons en Italie », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 58, 1897, p. 579-614 et t. 59, 1898, p. 262-303. C.-M. Ruffelet n’est pas le seul auteur briochin fasciné par l’aventure de Sylvestre Budes : un siècle après lui, l’abbé Daniel puis Arthur du Bois de La Villerabel se font également les chantres de ce « héros breton », chef de bande aventurier pour l’un et parangon de chevalier chrétien pour l’autre, injustement oublié au même titre que Pierre du Boisboissel et Henri de Plédran. Voir Daniel F., « Un capitaine breton au XIVe siècle », MSECDN, t. VI, 1868, p. 13-23 ; du Bois de La Villerabel A., « Gestes des Bretons en Italie au XIVe siècle », MSECDN, t. XXVI, 1889, p. 73-105.

120 Urbain VI est pape de Rome de 1378 à 1389. Voir Maillard-Luypaert M., « Urbain VI », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 1681-1683.

121 Morice P.-H., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 369. Dom Morice tire lui-même cet épisode des chroniques de Froissart.

122 Henri de Plédran est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Brieuc. Partisan des Penthièvre, il se rend outre-Manche en 1351 auprès de Charles de Blois, retenu prisonnier depuis la bataille de la Roche-Derrien en 1347. Il s’illustre lors d’un tournoi organisé par le roi Édouard III. Il est de retour en Angleterre en 1353 au sein d’une ambassade venue négocier la libération du duc Charles. La même année, il est capitaine de Saint-Brieuc, ce qui génère des heurts violents avec Pierre du Boisboissel. Compagnon de Du Guesclin, il se bat à ses côtés à Cocherel. Après la défaite de son parti à Auray, il continue à soutenir Jeanne de Penthièvre et assiste à son conseil entre 1378 et 1381. Arthur du Bois de La Villerabel, citant les manuscrits de Ruffelet sur les Fondations anciennes de St Guillaume, nous indique qu’Henri de Plédran était marié à Jeanne de Malestroit. Voir du Bois de La Villerabel A., « Gestes des Bretons… », art. cité, p. 74 ; Glaz M., L’entourage…, op. cit., n° 89, p. 301.

123 Pierre du Boisboissel est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Brieuc dont les membres sont prévôts-féodés de la seigneurie épiscopale (sur cette famille et cette fonction, voir supra, Annales 1765). Soutien sans faille des Penthièvre, il rejoint, comme Henri de Plédran, Charles de Blois en Angleterre. Capitaine de Saint-Brieuc en 1364, il perd la vie à la bataille d’Auray. Ce chevalier est par ailleurs connu par son testament rédigé en 1362, conservé aux archives départementales des Côtes-d’Armor (1 G 85) et partiellement publié par Michael Jones. Voir Jones M., Catalogue sommaire des archives du fonds Lebreton, Landevennec, 1998, p. 120-133 ; Glaz M., L’entourage…, op. cit., p. 87-88, 120-126.

124 Bertrand du Guesclin est né vers 1320 dans une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Malo. Il se fait remarquer par ses qualités guerrières d’abord au service de Charles de Blois pendant la guerre de Succession de Bretagne puis et surtout à celui de Charles V dont il devient le connétable en 1370. Le nombre important de nobles bretons, que C.-M. Ruffelet nomme des « héros bretons », s’explique selon Jean-Christophe Cassard par le fait que Du Guesclin « entraîne derrière lui de nombreux parents et voisins, inaugurant ainsi une tradition de recrutement breton parmi les armées ». Il meurt en 1380, peu de temps après son cousin Sylvestre Budes. Voir Cassard J.-C., « Du Guesclin », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., p. 230. Voir aussi Minois G., Du Guesclin, Paris, Fayard, 1993, 518 p. ainsi que supra, Annales 1342 et 1379.

125 Le Laboureur J., Histoire généalogique de la maison de Budes, Paris, de Nain, 1656.

126 Les avis divergent sur l’identité de Guillaume de La Pérenne. Petit noble cornouaillais (Kerhervé) ou angevin (Cassard), ce compagnon d’armes de Sylvestre Budes l’accompagne lors de ses campagnes en Guyenne, dans la vallée du Rhône puis en Italie. Il fait partie des mercenaires engagés par le pape Grégoire XI pour rétablir son autorité sur les États pontificaux. Il écrit ses Gestes vers 1379-1380. Il est aussi l’auteur d’une Description des obsèques de Bertran du Guesclin rédigée en vers à Avignon en 1390. On perd ensuite sa trace. Voir Kerhervé J., « Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », BSAF, t. CVIII, 1980, p. 203-204.

127 Bibliothèque mun. d’Angers, manuscrit n° 514. Ce texte, long de près de 3 000 vers, a fait l’objet de jugements peu amènes quant à sa qualité littéraire et intellectuelle. Il a été édité à deux reprises : Martène E., Thesaurus novus anecdotorum, t. III, Paris, 1717, p. 1457-1502 et Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 133-172. Pour une analyse du récit, voir Cassard J.-C., « Les Gestes des Bretons en Italie ou le voyage sans la découverte », dans Daniel T., Kerhervé J. (dir.), 1491 : la Bretagne, terre d’Europe, Brest, CRBC, 1992, p. 101-117.

128 Geoffroy de Rohan fait partie des « faux » évêques de la liste. Il est évêque de Vannes de 1360 à sa mort en 1377. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 930.

129 Laurent de La Faye est issu d’une famille noble de Touraine. Cet ecclésiastique, cumulant de nombreux bénéfices (archidiacre de Gand, chanoine de Laon, de Bayeux…), est proche des Valois : il est conseiller et maître des requêtes de Charles V et conseiller du duc Louis d’Anjou en 1371. Il devient évêque de Saint-Brieuc le 2 janvier 1376 alors que les Français occupent le duché. Il est placé là à dessein : Charles V souhaite prendre définitivement le contrôle de la Bretagne. En décembre 1378, un lit de justice prononce la confiscation du duché et la déchéance de Jean IV ; l’évêque de Saint-Brieuc est le seul prélat breton présent. Cet acte soulève l’indignation des grands nobles bretons qui favorisent dès lors le retour du duc en août 1379. Le même mois, Laurent de La Faye est opportunément transféré à la tête du diocèse d’Avranches. Outre ses activités politiques, cet évêque a été un prédicateur de qualité mais on ignore s’il a exercé ses talents à Saint-Brieuc. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 13, p. 126. Sur sa prédication, voir Martin H., Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris, Cerf, 1988, 720 p. et Morenzoni F., « L’évêque, le roi et l’argent pour la guerre. Propagande et prédication au XIVe siècle d’après les sermons de Laurent de la Faye », dans Porret M., Fayet J.-F., Fluckiger C., Guerres et paix. Mélanges offerts à Jean-Claude Favez, Genève, Georg, 2000, p. 43-59.

130 Voir supra, Annales 1375.

131 Guillaume Beschard est issu d’une famille noble du diocèse de Saint-Malo. Il est trésorier de Saint-Martin de Tours et archidiacre de Dol avant de devenir évêque de Saint-Brieuc en 1379. Outre la ratification du traité de Guérande, son bref épiscopat est marqué par des démêlés avec le seigneur de La Hunaudaye en 1384. Voir Calendini P., « Guillaume Beschard », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. VIII, c. 1166 ; Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 14, p. 127.

132 Sa pierre tombale, insérée dans le sol du bas-côté nord de la cathédrale de Saint-Brieuc, est la seule stèle d’un évêque conservée pour le Moyen Âge (si l’on excepte le gisant de Guillaume Pinchon, réalisé deux siècles après sa mort).

133 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 277. Le chevalier Helie de Mutelien, seigneur du Rouvre (au diocèse de Dol) et du Boisboissel (au diocèse de Saint-Brieuc), apparaît comme exécuteur testamentaire et héritier de Pierre du Boisboissel en 1364. S’il ne semble pas avoir combattu durant la guerre de Succession, il est néanmoins cité à plusieurs reprises dans des montres entre 1371 et 1376. En 1379, il fait partie des nobles bretons qui réclament le retour de Jean IV en Bretagne. Marié à Marguerite de Plédran, on perd sa trace après 1381. On sait simplement qu’il meurt avant 1396. Voir Glaz M., L’entourage…, op. cit., p. 88.

134 La charge de capitaine de Saint-Brieuc consiste à assurer la défense militaire de la cité épiscopale, à commander et à pourvoir aux besoins de la garnison de la ville. Jusqu’en 1379, la nomination du capitaine dépend de l’évêque. À partir de cette date, elle relève du duc de Bretagne. Voir Glaz M., L’entourage…, op. cit., p. 48-49.

135 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 277.

136 Voir supra, Annales 1667 et 1692.

137 Guillaume Anger est, contrairement à ce que dit l’auteur, le fils de Pierre de Lohéac, sire du Plessis-Anger et de Perrine d’Acigné. Ce juriste est archidiacre de Penthièvre avant de devenir évêque de Saint-Brieuc le 7 juin 1385. Il est le premier évêque dont la fidélité au nouveau pouvoir ducal apparaît clairement : il participe aux conseils ducaux et assiste à plusieurs parlements. Il subit les contrecoups de la querelle entre Jean IV et Olivier de Clisson puisque ce dernier assiège la cathédrale en 1394, provoquant d’importants dégâts. L’évêque entreprend des réparations dans les années qui suivent. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 15, p. 127. Sur le siège de la cathédrale, voir Froissart J., Chroniques, Livre I : Le manuscrit d’Amiens, Diller G.-T. (éd.), 1993, t. IV, p. 323-333.

138 Jean V (1389-1442) est le fils de Jean IV et de Jeanne de Navarre. Il devient duc en 1399 à la mort de son père mais reste deux ans encore sous la tutelle du duc de Bourgogne. Il épouse Jeanne de France, fille de Charles VI, avec qui il a plusieurs enfants dont deux, François et Pierre, deviennent ducs de Bretagne. Voir Kerhervé J., « Jean V », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., p. 412-413.

139 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 734-735.

140 Voir supra, Annales 1404.

141 Étienne Cœuvret fait partie des « faux » évêques de la liste. Proche du pouvoir ducal, il exerce la charge de chancelier de Bretagne. Il est évêque de Dol de 1405 à sa mort en 1429. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, op. cit., t. I, p. 413-414.

142 Benoît XIII est pape d’Avignon de 1394 à 1422, succédant à Clément VII à la tête de l’obédience avignonnaise. Déposé par le concile de Pise en 1409 puis à nouveau par le concile de Constance en 1417, il refuse jusqu’à sa mort de se soumettre. Voir Millet H., « Benoît XIII », dans Levillain P. (dir), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 1681-1683.

143 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 748-754.

144 Voir supra, Annales 1405.

145 En dépit de quelques travaux récents (par exemple : Quéniart J., « De modestes institutions : les psallettes de collégiales dans le diocèse de Rennes au XVIIIe siècle », dans Leloup D., Masson M.-N. [textes réunis par], Musique en Bretagne. Images et pratiques. Hommage à Marie-Claire Mussat, Rennes, PUR, 2003, p. 43-56 ; Gallicé A., « La collégiale Saint-Aubin de Guérande des origines au XVIe siècle », Association Bretonne, t. CXIII, 2005, p. 223-246 ; Charles O., « Les chanoines-chapelains d’une petite collégiale bretonne. Notre-Dame de Lamballe au XVIIIe siècle », Les Amis de Lamballe et du Penthièvre, t. XXXII, 2005, p. 81-106, « Chapitres et chanoines de Saint-Brieuc. La cathédrale Saint-Étienne et la collégiale Saint-Guillaume au XVIIIe siècle », MSECDA, t. CXXXV, 2007, p. 3-28, « Dictionnaire biographique des chanoines de la collégiale Saint-Guillaume de Saint-Brieuc au XVIIIe siècle », MSECDA, t. CXXXV, 2007, p. 29-58), l’histoire des collégiales bretonnes n’a pas fait l’objet d’un réel renouvellement. Elles attendent toujours leur historien et il faut se résoudre à utiliser les études rédigées fin XIXe-début XXe siècle.

146 Jean de Malestroit appartient à une famille noble du diocèse de Vannes. Il serait le fils de Jean de Châteaugiron-Malestroit et de Jeanne de Dol. Sa carrière dans l’entourage ducal démarre dans les dernières années du règne de Jean IV pour s’épanouir sous le règne de Jean V. Il occupe de nombreuses charges dont celle de chancelier qu’il conserve plus de trente ans (1408-1443). Il entame sa carrière d’évêque à Saint-Brieuc, siège dont il est pourvu le 2 mai 1404. Accaparé par le fonctionnement de l’État, il ne semble pas consacrer beaucoup de temps à son diocèse. Voir Thomas-Lacroix P., « Jean de Malestroit, chancelier du duc Jean V et l’indépendance de la Bretagne », BSAHNLA, 1978, p. 135-193. Sur sa carrière d’officier ducal, voir Kerhervé J., Les gens de finances des ducs de Bretagne, 1365-1491. Catalogue prosopographique, thèse de doctorat d’État, Paris-Sorbonne, 1986, p. 762-766. Sur sa carrière ecclésiastique, voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 16, p. 128.

147 Olivier de Clisson (1336-1407) est connétable de France entre 1380 et 1392. Il parraine Jean de Malestroit au début de sa carrière. Voir Henneman J. B., Olivier de Clisson et la société politique française sous les règnes de Charles V et Charles VI, Rennes, PUR, 2011, 351 p. ainsi que supra, Annales 1394.

148 Erreur non corrigée par l’auteur.

149 « Sa haquenée rousse. » Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 779-783. Sur la question de la haquenée, voir supra, Annales 1765.

150 Erreur non corrigée par Ruffelet.

151 Martin V est pape de 1417 à 1431. Son élection met un terme au Grand schisme. Voir Uginet F.-C., « Martin V », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 1096-1100.

152 Il est transféré à Nantes le 17 juillet 1419 et conserve ce siège jusqu’à sa résignation en faveur de son neveu, peu de temps avant sa mort. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 16, p. 128.

153 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 510. Dom Lobineau se réfère aux chroniques de Pierre Le Baud : Le Baud P., Le livre des cronicques des roys, ducs et princes de Bretaigne armoricane, aultrement nommée la moindre Bretaigne, Caulet P.-L. (éd.), mémoire de maîtrise (J.-C. Cassard, dir.), université Bretagne occidentale, 1994, p. 96.

154 Arthur de Richemont, âgé de 13 ans en 1406, n’a probablement pas joué un très grand rôle dans cet épisode. Ce n’est que par la suite que le second fils de Jean IV et de Jeanne de Navarre s’illustre sur les champs de bataille : Azincourt (1415), Paris (1436), Formigny (1440). Nommé connétable de France en 1425, il occupe cette fonction jusqu’à sa mort. Il devient duc à la suite de ses neveux François Ier (1442-1450) et Pierre II (1450-1457) en septembre 1457. Il occupe très peu de temps le trône ducal puisqu’il meurt à son tour en décembre 1458. Voir Kerhervé J., « Arthur (ducs) », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y., Dictionnaire d’histoire …, op. cit., p. 74.

155 François Ier (1410-1450) est le fils aîné de Jean V et de Jeanne de France. Il devient duc en 1442. Il épouse en secondes noces Isabeau Stuart avec laquelle il donne naissance à deux filles : Marguerite et Marie de Bretagne. La première épouse François d’Étampes (futur François II) tandis que la seconde épouse Jean de Rohan (voir infra, Catalogue des évêques, notice 42). Voir Kerhervé J., « François Ier », ibidem, p. 312.

156 Pierre II (1418-1457), frère du précédent, est le second fils de Jean V et de Jeanne de France. Il règne à partir de 1450 et meurt sans héritier direct. Voir Kerhervé J., « Pierre II », ibid., p. 604-605.

157 La succession de Jean de Malestroit à Saint-Brieuc a posé quelques difficultés. Le comte de Penthièvre avait obtenu du duc Jean V la promesse d’un accès à l’épiscopat pour son fils Guillaume. Le transfert de Jean de Malestroit offrait une possibilité de répondre à cette promesse. Le siège est d’abord proposé à Amaury de La Motte, évêque de Vannes, qui l’a refusé. Finalement le jeune Guillaume de Penthièvre est écarté et on lui préfère Alain de La Rue, évêque de Saint-Pol-de-Léon depuis 1411. Il est nommé le 18 septembre 1419 et conserve ce siège jusqu’à sa mort, le 4 juin 1424. Ce prélat est originaire du diocèse de Quimper, a priori d’une famille de la petite noblesse. Il arrive à un âgé avancé sur le siège de Saint-Brieuc, auréolé d’une brillante carrière d’universitaire et d’officier ducal. Il est l’auteur d’un important recueil de statuts synodaux entré en application au synode diocésain d’octobre 1421. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 17, p. 132, Pocquet du Haut-Jussé B.-A., « Les statuts synodaux d’Alain de La Rue, évêque de Saint-Brieuc (1421) », BMSAIV, t. XVII, 1920, p. 1-142 et supra, Annales 1419.

158 Sur ce concile, voir supra, Annales 1419. Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé a relaté l’action d’Alain de La Rue lors de ce concile : voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 455-456.

159 Dans un contexte d’hostilités entre le pape Eugène IV et le concile de Bâle, Charles VII réunit à Bourges en 1438 une assemblée de prélats, d’universitaires et de chanoines chargée d’examiner les décrets adoptés par les Pères du concile. La Pragmatique sanction de Bourges est l’ordonnance royale qui reprend ces décrets, amendés par les soins de cette assemblée. Elle prévoit une limitation des interventions pontificales dans les nominations ecclésiastiques et un retour au libre choix des chapitres, sous la protection du roi. Elle reste en vigueur jusqu’au concordat de Bologne en 1516. Voir Vauchez A. (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, t. VI : Un temps d’épreuves (1274-1449), Paris, Desclées, 1990, p. 640-644.

160 Eugène IV, neveu de Grégoire XII, est pape de 1431 à 1447. Il doit faire face aux menées des Pères du concile de Bâle, partisans d’un exercice collégial du pouvoir au sein de l’Église et de la supériorité du concile sur le pape. La ferme opposition d’Eugène IV amène ces derniers à élire en 1439 un antipape : Félix V. À la mort d’Eugène IV en 1447, le schisme demeure irrésolu. Uginet F.-C., « Martin V », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 642-645.

161 Sur cette question, voir également supra, Annales 1740.

162 Guillaume Brillet est issu d’une famille noble du diocèse de Rennes. Tout en possédant des bénéfices aux chapitres de Rennes, de Nantes et d’Embrun, il réside essentiellement en curie où il est procureur du duc Jean V et référendaire. Il devient évêque de Saint-Brieuc le 24 juin 1424, le duc n’étant pas parvenu à y transférer Guillaume de Montfort, évêque de Saint-Malo, puis à y faire élire Jean Validire. Il ne semble pas faire grand cas de sa nouvelle fonction puisqu’il continue à vivre auprès du pape, laissant ses vicaires généraux administrer le diocèse. Il est transféré à Rennes le 26 septembre 1427, siège qu’il conserve vingt ans avant de le céder à son neveu Robert de La Rivière. Le pape lui accorde alors le titre d’archevêque de Césarée. Comme on le voit, sa carrière est essentiellement ecclésiastique ; on ne le rencontre pas au sein de l’administration ducale, chose assez rare à cette époque pour être soulignée. Voir Calendini P., « Guillaume Brillet », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. X, c. 740 et Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 18, p. 134.

163 Il n’assiste pas en personne au parlement de 1427 puisqu’il se fait représenter par son vicaire général Pierre Marion. Voir Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. II, c. 1005 ; Contamine P., « Serments bretons (8-15 septembre 1427) », dans Cassard J.-C., Coativy Y., Gallicé A., Le Page D. (dir.), Le prince, l’argent, les hommes au Moyen Âge. Mélanges offerts à Jean Kerhervé, Rennes, PUR, 2008, p. 125.

164 Robert de La Rivière est évêque de Rennes de 1447 à 1450. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 758-759.

165 Il meurt le 1er février 1448 et est inhumé dans la cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Voir Calendini P., « Guillaume Brillet », dans Baudrillart A., Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. X, c. 740.

166 Guillaume Eder est issu de la famille noble des Eder-Beaumanoir, du diocèse de Saint-Brieuc. Doyen de Nantes, conseiller des ducs Jean IV puis Jean V, il obtient le siège de Saint-Brieuc le 15 mars 1428. Déjà âgé, il meurt le 24 décembre 1431. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 19, p. 135.

167 Ce concile se déroule du 23 avril au 3 mai 1431. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 420-436 ainsi que supra, Annales 1431.

168 Philippe de Coëtquis, originaire du diocèse de Tréguier, devient évêque de Saint-Polde-Léon en 1419. Accaparé par ses activités diplomatiques au service du dauphin Charles, il laisse son neveu gérer son diocèse. Il est transféré à Embrun puis à Tours en 1427. Il représente le roi de France au concile de Bâle. Promis à la pourpre cardinalice, il meurt avant d’avoir obtenu son chapeau, le 12 juillet 1441. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 126-127 ; Waquet H., « Philippe de Coëtquis », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. XIII, c. 200-201.

169 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 29.

170 Voir supra, Annales 1431.

171 Durand de Maillane P.-T., Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, 1761, 2 vol., 796 et 893 p.

172 Guillaume de Malestroit, neveu de Jean de Malestroit, chancelier de Bretagne et évêque de Nantes, est doyen de Saint-Malo. Élu par les chanoines de Saint-Brieuc, sa désignation est refusée par le duc qui lui préfère Hervé Huguet. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 20, p. 136.

173 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. I, p. 582.

174 Dictionnaire universel françois et latin (dit Dictionnaire de Trévoux), t. I, 1721, c. 1671.

175 Bochel L., Bibliothèque du droit françois, Paris, 1671, 3 vol.

176 Hervé Huguet est originaire du diocèse de Rennes. Conseiller ducal dès 1407, il est archidiacre du Désert et chantre de Dol. Il est nommé évêque de Saint-Brieuc le 29 janvier 1432 contre l’avis du chapitre cathédral. Un procès l’oppose dès lors à ses chanoines. Il conserve ce siège jusqu’à sa mort le 17 mars 1436. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 20, p. 136.

177 Sur le concile de Bâle, se reporter aux notes sur Eugène IV : supra, Catalogue des évêques, notice 36.

178 Guillaume Brillet est évêque de Rennes de 1427 à 1447. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, op. cit., t. I, p. 77-78 et supra, Catalogue des évêques, notice 37.

179 Jean de Malestroit est évêque de Nantes de 1419 à 1443. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 828 et supra, Catalogue des évêques, notice 35.

180 Lobineau G.-A., Histoire ecclésiastique…, op. cit., t. II, c. 1023 et Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 522.

181 Olivier du Teillay est évêque de Saint-Pol-de-Léon de 1432 à 1436. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV.

182 Pierre Piédru est évêque de Tréguier de 1430 à 1435. Voir ibidem, c. 1129 et Couffon R., « Un catalogue des évêques de Tréguier rédigé au XVe siècle », MSECDN, t. LX, 1929, p. 68-70.

183 Mathieu Bertrand est abbé de Saint-Melaine, établissement bénédictin du diocèse de Rennes, de 1422 à 1448. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 779.

184 Jean Gendron est abbé de Buzay, établissement cistercien du diocèse de Nantes, entre 1417 et 1451. Voir ibidem, c. 863.

185 Sur ce personnage, devenu évêque de Saint-Brieuc, voir infra, Catalogue des évêques, notice 42.

186 Guillaume Groignet est official de Nantes et conseiller ducal. Ruffelet omet un dernier ambassadeur : Pierre Le Clerc, secrétaire du duc et curé de Notre-Dame de Vitré. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 525.

187 Louis Aleman (v. 1390-1450) est archevêque d’Arles de 1423 à 1450. Proche de Martin V, il devient cardinal en 1426. En mauvais termes avec Eugène IV, il joue un rôle majeur dans le déroulement du concile de Bâle, glissant progressivement vers une hostilité affichée vis-à-vis du pape. Il est le maître-d’œuvre de l’élection de l’antipape Félix V en 1439. L’échec de cette entreprise l’amène à se réconcilier avec Rome peu de temps avant sa mort. Voir Mollat G., « Louis Aleman », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. II, c. 86-88.

188 Cette querelle, qui éclate à l’arrivée de l’ambassade bretonne à Bâle en mars 1434, ne se règle pas aussi rapidement que le laisse suggérer Ruffelet. Il faut en effet attendre le 5 juillet pour qu’une solution provisoire mette un terme à cette dispute de préséance. Pendant plus de trois mois, Bretons et Bourguignons rivalisent d’arguments plus ou moins sérieux pour justifier la supériorité de leurs ducs et duchés respectifs. Finalement, les Bourguignons se placent après les ambassadeurs royaux à droite de la salle tandis que les Bretons font de même mais à gauche. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 527-531.

189 Jules II, neveu de Sixte IV, est pape de 1503 à 1513. Voir Coulas I., « Jules II », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 981-983.

190 L’abbaye de Beauport, de l’ordre de Prémontré, dépend du diocèse de Dol. Elle se situe en effet sur la paroisse de Kerity, enclave doloise dans le diocèse de Saint-Brieuc. Mais la plupart de ses possessions se trouvent dans le diocèse de Saint-Brieuc (Étables, Plélo, Plouha, Plouvara…) d’où des différends réguliers avec les évêques briochins. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., p. 24-25.

191 Cette querelle s’inscrit dans une série de conflits qui oppose les évêques de Saint-Brieuc aux abbés de Beauport au début du XVe siècle. En 1411, l’évêque Jean de Malestroit (voir supra, Catalogue des évêques, notice 35) convoque l’abbé Jean Boschier devant le synode diocésain pour le contraindre à reconnaître le droit de visite épiscopale dans les cures dépendantes de Beauport. L’abbé s’y refuse et en appelle à l’archevêque de Tours et à l’abbé de Sainte-Geneviève, à Paris, défenseur des privilèges des chanoines prémontrés. L’évêque est condamné par sentences pontificales en 1413 et 1414. L’affaire se poursuit sous une autre forme au cours de l’épiscopat d’Alain de La Rue (voir supra, Catalogue des évêques, notice 36). L’abbé Jean Boschier s’étant compromis avec les Penthièvre dans leur attentat contre Jean V en 1420, l’évêque voit là un contexte favorable pour remettre en cause les privilèges de Beauport. Emprisonné et interrogé dans les geôles épiscopales, l’abbé est finalement relâché sans avoir été condamné. L’évêque de Saint-Brieuc est, comme ses prédécesseurs, débouté de ses prétentions. L’évêque Hervé Huguet reprend l’offensive sans plus de succès. Eugène IV confirme les bulles de ses prédécesseurs en faveur de l’abbaye et nomme Anselme de Bréda pour amener le prélat à obéissance. Voir Barthélemy A. de, Mélanges historiques et archéologiques sur la Bretagne, Paris, Didron, 1856, p. 33-34 ; Geslin de Bourgogne J.-H., Barthélemy A. de, Anciens évêchés…, op. cit., t. IV, 1864, p. 20-22 ; Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 473-475.

192 Olivier du Teillay est issu d’une famille noble du diocèse de Rennes. Chanoine de Nantes et de Saint-Malo, archidiacre de Vannes, ce proche du pouvoir ducal entame sa carrière épiscopale à Saint-Pol-de-Léon en 1432. Il est transféré à Saint-Brieuc le 4 juillet 1436 où il meurt le 13 janvier 1439. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 21, p. 139.

193 Jean Lespervier fait partie des « faux » évêques de la liste. Il est protonotaire apostolique, trésorier de Nantes et aumônier du duc François Ier avant de devenir évêque de Saint-Malo le 15 juillet 1450, après avoir été envisagé pendant quelques semaines comme évêque de Saint-Brieuc. Il occupe le siège de Saint-Malo jusqu’à sa mort en 1486. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, op. cit., t. I, p. 593-594 ; Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 618-619.

194 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1399-1400.

195 Jean Bernard, originaire de Touraine, est archevêque de Tours de 1441 à 1466. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 127-128.

196 Ce concile se déroule en juillet 1448. Voir Avril J., Les conciles…, op. cit., p. 442-463.

197 Taillandier C., Histoire ecclésiastique…, op. cit., p. lxxi. Cette erreur s’explique par le fait que Jean Prégent, qui a réellement succédé à Olivier du Teillay, est évêque de Saint-Pol-de-Léon avant d’arriver à Saint-Brieuc.

198 Voir supra, Annales 1442.

199 Jean Prégent est issu d’une famille de la petite noblesse du diocèse de Saint-Pol-de-Léon. Présent au conseil ducal dès 1429, sa position lui permet d’occuper plusieurs offices et bénéfices ecclésiastiques. Trésorier et garde des lettres de Bretagne, il participe à plusieurs missions diplomatiques (Rome, Angleterre, Bourgogne) s’illustrant notamment au sein de l’ambassade bretonne au concile de Bâle. Il apparaît comme la figure montante au sein de l’État breton à la fin du règne de Jean V, alors que le chancelier Jean de Malestroit est désormais âgé. Il devient évêque de Saint-Pol-de-Léon en 1436 après le transfert d’Olivier du Teillay à Saint-Brieuc (voir supra, Catalogue des évêques, notice 40). À la mort de ce dernier, Jean Prégent lui succède une seconde fois en devenant évêque de Saint-Brieuc le 27 février 1439. Son influence croissante l’amène à intervenir dans toutes les affaires importantes du duché à cette période : le procès de Gilles de Rais (1440), le concordat de Redon (1441) dont il est le principal négociateur côté breton, l’arrestation de Gilles de Bretagne (1446) ou encore l’érection de Redon en siège épiscopal (1449). La mort prématuré de François Ier met un terme brutal à sa présence au sommet du pouvoir ducal. Le frère et successeur du défunt duc, Pierre II, ne lui porte pas une grande estime, le jugeant fautif dans la mort de son frère cadet Gilles. Après la mort de Pierre II en 1457, il ne retrouve pas de crédit auprès des ducs Arthur III et François II. Il se tourne alors vers la couronne de France et entre au service de Louis XI. On le trouve ainsi à la présidence de l’Échiquier de Rouen entre 1462 et 1464. Il meurt le 2 janvier 1472. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 22, p. 140.

200 Nicolas V est pape de 1447 à 1455. Il met fin au schisme né sous le pontificat d’Eugène IV entre celui-ci et les Pères du concile de Bâle. Voir Esposito A., « Innocent VIII », dans Levillain P. (dir.) Dictionnaire historique…, op. cit., p. 1168-1170.

201 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1570.

202 La plus grande confusion a longtemps régné sur les événements qui ont eu lieu en 1450. Une succession de transferts épiscopaux et un changement de duc expliquent cet imbroglio qui n’a été démêlé qu’au début du XXe siècle par l’abbé Vaucelle. Il a rétabli la chronologie des faits de la manière suivante : le 24 avril 1450, Jean Prégent, évêque de Saint-Brieuc, est nommé à Saint-Malo, siège vacant par le transfert de son titulaire Jacques d’Espinay à Rennes. Jean Lespervier (voir supra, Catalogue des évêques, notice 41) est pourvu du diocèse de Saint-Brieuc. Le décès de Jean Validire, évêque de Vannes, amène de nouveaux mouvements : le 15 juillet, Jean Prégent est nommé à Vannes, remplacé sur le siège de Saint-Malo par Jean Lespervier lui-même remplacé à Saint-Brieuc par Jacques de Pencoëdic, archidiacre de Tréguier (Jacques de Pencoëdic et Jacques Peurel ne font qu’un). Le décès du duc François Ier, le 19 juillet, bouleverse ces transferts. En effet, Pierre II, son frère, est beaucoup moins bien disposé vis-à-vis de certains des prélats promus tel Jacques d’Espinay et Jean Prégent. Il conteste leurs nominations auprès du pape Nicolas V et soutient d’autres candidats sur les sièges vacants. C’est ainsi que le chapitre de Vannes élit Yves de Pontsal, proche du nouveau duc et futur chancelier de Bretagne. Un conflit naît entre les deux prétendants de Vannes, se soldant par l’échec de Prégent. C’est dans ce contexte qu’il faut voir la querelle de préséance entre l’évêque de Saint-Brieuc et celui de Vannes au parlement de 1451 (voir supra, Annales 1451). Plutôt que de retourner à Saint-Malo où il devrait affronter l’opposition de Jean Lespervier, Jean Prégent décide de revenir à Saint-Brieuc. Il trouve sur son ancien siège Jacques de Pencoëdic qu’il entreprend alors d’évincer. Un long procès débute entre les deux hommes, qui ne doit son terme qu’au décès de Jacques de Pencoëdic à Rome le 25 août 1462. Voir Vaucelle E.-R., Catalogue des lettres de Nicolas V concernant la province ecclésiastique de Tours d’après les registres des archives vaticanes, Paris, Picard, 1908, p. XXV-XXIX, XXXIV, n° 694, 695, 761, 762 ; Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 629-634.

203 Jean Prégent a effectivement fait bâtir la chapelle Saint-Guillaume. On lui doit aussi probablement la réalisation du gisant de saint Guillaume Pinchon. Les armes de l’évêque se distinguent encore sur le tympan d’une porte donnant accès à l’escalier qui mène à l’étage. Ses armes se composent d’un écu droit, à la fasce accomplit de trois molettes, d’un crosson mitré avec un ange par flanc ; l’écu brochant sur une crosse, le crosson au timbre, la mitre le surmontant, à fanons. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 22, p. 140 et Fabre M., Héraldique médiévale bretonne, images personnelles (vers 1350-1500). Armoriaux, sceaux, tombeaux, Villeneuve d’Asq, Presses du Septentrion, 1993, n° 3020.

204 Guillaume d’Estouteville (v. 1412-1483), issu d’une grande famille de la noblesse normande, est créé cardinal par Eugène IV en 1439. Il obtient en commende de nombreux bénéfices dont l’abbaye du Mont-Saint-Michel (1444) et l’archidiocèse de Rouen (1453). Voir Mollat G., « Guillaume d’Estouteville », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. XV, c. 1080-1082.

205 Yves Le Sénéchal est abbé de Saint-Sauveur de Redon, établissement bénédictin du diocèse de Vannes, de 1440 à 1467. Voir Hauréau B., Gallia…, op. cit., t. XIV, c. 955-956.

206 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. II, c. 1776.

207 Voir supra, Annales 1451.

208 Pierre de Laval (1443-1493) est issu d’une famille de la haute noblesse bretonne et française. Il devient évêque de Saint-Brieuc le 19 février 1472 alors qu’il est déjà abbé de Saint-Aubin d’Angers et de Saint-Nicolas d’Angers. Le diocèse breton ne l’intéresse que très peu de temps puisqu’en juillet 1473 il devient archevêque de Reims. Le pape l’autorise à conserver Saint-Brieuc en commende pendant trois ans puis à vie. Mais il perd ce privilège par décision de Sixte IV en 1476 qui désigne Christophe de Penmarc’h à la tête du diocèse. Refusant cette perte de revenus, Pierre de Laval s’engage alors dans une longue procédure contre le nouvel évêque de Saint-Brieuc. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 23, p. 145 et infra, Catalogue des évêques, notice 44.

209 Guy de Laval, quatorzième du nom, est le fils de Guy de Laval et d’Anne de Montmorency. Voir Bertrand de Broussillon A., La maison de Laval, Paris, Picard, 5 vol., 1895-1903.

210 Isabelle de Bretagne (1411-1442) est la fille de Jean V et de Jeanne de France.

211 Il prête serment au duc François II le 12 juin 1472 à Saumur. Voir Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 23, p. 145.

212 Sixte IV est pape de 1471 à 1484. Voir Piacentini P., « Sixte IV », dans Levillain P. (dir.), Dictionnaire historique…, op. cit., p. 1590-1593.

213 En retirant le siège épiscopal de Saint-Brieuc à Pierre de Laval, le pape répond aux souhaits du duc François II qui refusait de voir plus longtemps un des diocèses bretons confié à un évêque absent, qui plus est fidèle de Louis XI. La nomination de Christophe de Penmarc’h (voir infra, Catalogue des évêques, notice 44) lui permet par la même occasion de libérer le siège de Dol qu’Alain de Coëtivy avait résigné peu avant sa mort en faveur de son neveu (Dol est alors confié à Michel Guibé, neveu de Pierre Landais). Mais l’archevêque de Reims n’en reste pas là ; s’estimant lésé, il entame en février 1478 des démarches contre l’évêque Christophe. Le duc, en attendant que la question soit tranchée, écarte les deux prétendants et confie la gestion du diocèse au chapitre. Mais les procureurs de Pierre de Laval s’opposent à l’application de ce mandement et violentent les officiers ducaux. Entre juin et septembre 1478, Pierre de Laval use de ses relations pour obtenir des soutiens : il écrit à son beau-frère René d’Anjou, porte l’affaire devant le parlement de Paris puis auprès du conservateur des privilèges de l’université de Paris. Enfin, il dépêche Blanchet Le Gallais à Rome pour plaider sa cause auprès du pape et de cardinaux amis. Las, en avril 1479, Sixte IV lui intime l’ordre de mettre un terme à ses agissements contre Christophe de Penmarc’h en le menaçant de le déposer s’il n’obtempère pas. La querelle s’éteint alors pour quelques années. Voir Bertrand de Broussillon A., La maison de Laval …, op. cit., n° 1815, 1833, 1835, 1838, 1842, 3354 ; Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 861-865 ; Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 24 p. 146.

214 Il est évêque de Saint-Malo de 1486 à sa mort en 1493. Voir Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, op. cit., t. I, p. 594-595.

215 Sur sa présence à Reims, voir Desportes P., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. 3 : Diocèse de Reims, Turnhout, Brepols, 1998, p. 211-215.

216 Christophe de Penmarc’h est issu d’une famille de la moyenne noblesse du diocèse de Saint-Pol-de-Léon. Il débute sa carrière ecclésiastique sous les bons auspices de son oncle, le cardinal Alain de Coëtivy. Comme on l’a dit, ce dernier résigne en 1474 son siège de Dol en sa faveur mais il se retrouve finalement à la tête du diocèse de Saint-Brieuc où il est transféré le 14 janvier 1478. Les premières années de son épiscopat sont marquées par la farouche opposition que lui manifeste Pierre de Laval, son prédécesseur. Fort du soutien du duc et du pape, il se maintient à la tête du diocèse. Soucieux de raffermir ses pouvoirs seigneuriaux, il entre en conflit avec Jeanne du Rouvre, dame du Boisboissel, qui exerce la charge de prévôt féodé (voir supra, Annales 1765), puis avec son chapitre cathédral. Tombé en disgrâce en 1484 (Pocquet du Haut-Jussé avance une implication dans un complot contre Pierre Landais), Christophe de Penmarc’h doit une nouvelle fois faire face à Pierre de Laval qui, voyant son rival en mauvaise posture, en profite pour réclamer à nouveau la restitution du diocèse de Saint-Brieuc. Cette fois-ci, le duc François II se range du côté de Pierre de Laval et reçoit son serment de fidélité en mars 1485. L’évêque Christophe ne doit son salut qu’à l’intervention d’Innocent VIII qui le confirme dans sa charge. L’évêque entame alors une purge violente de ses adversaires au sein du diocèse, ce qui amène le conseil ducal à réclamer un retour au calme en octobre 1486. Ayant obtenu le diocèse de Saint-Malo en cette même année, Pierre de Laval laisse dès lors Christophe de Penmarc’h jouir paisiblement du diocèse de Saint-Brieuc. L’évêque déploie alors une importante activité religieuse en promulguant de nombreux statuts synodaux et en favorisant l’établissement d’un couvent franciscain dans sa cité épiscopale (voir supra, Annales 1503). Absent de l’administration du duché tout au long du règne de François II, il semble recouvrer une certaine audience auprès d’Anne de Bretagne. Il meurt le 14 décembre 1505. Voir Pocquet du Haut-Jussé B.-A., Les papes et les ducs…, op. cit., p. 871-874 ; Glaz M., Les évêques…, op. cit., notice n° 24, p. 146.

217 Alain de Coëtivy (1407-1474), oncle maternel de Christophe de Penmarc’h. Proche de Charles VII, il devient cardinal de Sainte-Praxède en 1448. Nommé légat pontifical en France en 1455, il préside les fêtes de la canonisation de Vincent Ferrier. En 1456, il obtient le diocèse de Dol en commende auquel il convient d’ajouter le diocèse de Quimper, l’abbaye de Redon et l’archidiocèse d’Avignon. Voir Prevost M., « Alain de Coëtivi », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., t. XIII, c. 195-196.

218 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, c. 368.

219 Anne de Bretagne (1477-1514) est la fille aînée de François II et de Marguerite de Foix. Duchesse à partir de 1488, elle épouse successivement les rois de France Charles VIII (1491) et Louis XII (1499), permettant ainsi l’intégration de la Bretagne au royaume de France. Voir Le Page D., « Duchesse Anne », dans Cassard J.-C., Croix A., Le Quéau J.-R., Veillard J.-Y. (dir.), Dictionnaire d’histoire…, op. cit., p. 50-51.

220 Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves…, op. cit., t. III, c. 815. Voir supra, Annales 1499.

221 Voir supra, Annales 1405.

222 C’est la première référence que C.-M. Ruffelet fait des archives diocésaines. Il n’en a pas fait usage a priori, préférant se fier à des sources et à des ouvrages imprimés.

223 Olivier du Chastel marque, à Saint-Brieuc, la fin d’un cycle, celui des évêques issus des grands lignages de la noblesse bretonne et, en l’occurrence, résidents et actifs. En témoignent les statuts synodaux promulgués en 1506 et 1507, connus par un registre constitué par le curé de Plévenon et conservé à la Bibliothèque Vaticane (Campion L., « Statuts synodaux de l’Église de Saint-Brieuc [1480-1507] » [édition latine], BMSAHIV, t. XXXVIII, 1908, p. 1-102 ; du même, Statuts synodaux de l’Église de Saint-Brieuc [traduction française], Vannes, 1910).

224 Prières, abbaye cistercienne située dans la paroisse de Billiers (diocèse de Vannes).

225 Toujours issu d’une très grande famille de la noblesse bretonne, Jean de Rieux inaugure « une pénible succession de prélats de cour et de grands nobles étrangers absentéistes » (Georges Minois, dans Nières C. [dir.], Histoire de Saint-Brieuc et du pays briochin, Toulouse, Privat, 1991, p. 62).

226 L’incise n’a évidemment rien d’anodin : elle fait référence au fait que l’acte d’union fut sollicité par les Etats provinciaux réunis à Vannes à partir du 4 août 1532 à la demande du roi François Ier. Elle élude les réserves qui s’étaient exprimées parmi les députés et ne dit rien de la pression qu’exerçait inévitablement la présence toute proche du roi François Ier, alors à Suscinio.

227 L’argument de la paix – mais aussi la condition du maintien des privilèges, dont Ruffelet ne dit mot – fut effectivement décisif dans la résolution de solliciter l’union au royaume « à ce que jamais ne se trouve guerre, dissention ou inimitié entre lesdits pays » (Le Page D., Nassiet M., L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, Skol Vreizh, 2003 p. 160-162).

228 Élection des abbés par les moines ; élection des évêques par les chapitres cathédraux.

229 C’est-à-dire que le pape fut confirmé dans son droit de nommer aux bénéfices pendant huit mois de l’année (Henri II l’accepte en 1549), réserve faite des bénéfices majeurs (ou consistoriaux) qui suivirent la même règle que dans le reste du royaume, c’est-à-dire qu’ils étaient pourvus par le roi, le pape délivrant ensuite l’investiture canonique et octroyant des bulles de provision (le pape Jules III l’accepta par un indult de 1553).

230 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 36.

231 Le texte du concordat de Bologne énumère les inconvénients des élections par les chapitres : interventions des puissances séculières, pressions violentes, simonie, népotisme.

232 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 39.

233 Le concordat de Bologne suscita en effet de vives oppositions gallicanes de la part de tous ceux qui étaient attachés à la Pragmatique et notamment aux élections des abbés et évêques, ou encore à la supériorité du concile sur le pape (affirmée dans la Pragmatique mais évidemment absente du concordat). François Ier dut par lettres de jussion en imposer l’enregistrement au Parlement de Paris (18 mars 1518). L’Université s’y opposa également.

234 L’acte d’union de 1532 se souciait surtout du maintien de « l’indult du pays » portant que nul non originaire ne pourrait obtenir de bénéfice dans la province (Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves …, op. cit., t. III, 1746, col. 1010-1011).

235 Ruffelet fait ici référence aux résistances du Parlement de Bretagne à l’enregistrement des lettres patentes contenant les articles convenus entre Henri II et le pape : le Parlement les reçut pour enregistrement le 14 août 1549 mais celui-ci ne se fit que plus de quatre ans après, à la suite de nouvelles lettres patentes du 29 octobre 1553, enjoignant une assemblée extraordinaire du Parlement à Nantes (Morice P.-H., Mémoires pour servir de preuves …, op. cit., col. 1065-1075, 1080-1082, 1098-1101).

236 Sic ! De Bologne, en réalité.

237 En réalité, le concordat confirma le privilège d’élire aux églises et monastères qui le possédaient mais un indult de juin 1531 mit fin à cette disposition : c’est vraiment alors que les élections disparurent, avec cependant bien des variantes locales.

238 La nomination du cardinal du Bellay a néanmoins son importance car ce diplomate très proche du roi semble avoir eu pour fonction de marquer, dans les six diocèses dont il occupa le siège, « la transition entre le régime de l’élection par le chapitre et celui de la nomination royale » (Péronnet M., Les évêques de l’ancienne France, thèse d’État, université Paris IV, 1977, t. 1 p. 631).

239 Erreur non corrigée par l’auteur.

240 Ici, Ruffelet rectifie une faute d’impression du Catalogue des évêques et abbés de Bretagne annexé au 2e tome de l’Histoire de Bretagne de dom Morice (1746), p. LXXII.

241 La publication de ces ouvrages, appartenant à des genres fort différents, s’échelonne à partir de 1550, avant et après la période formellement « briochine » de Jean du Tillet.

242 Pierre (ou Scévole) Gaucher de Sainte-Marthe (1618-1690) était historiographe de France et l’un des auteurs de la première édition de la Gallia christiana (1656) à laquelle Ruffelet eut très probablement recours.

243 Raccourci rapide car Nicolas Langelier ne fut sans doute pas toujours perçu ainsi : on a surtout retenu de lui les vibrants appels à la réception du concile de Trente aux États de Blois de 1579 puis lors d’une remontrance à Henri III, faite au Louvre le 19 novembre 1585.

244 Au sein d’un épiscopat breton très divisé, Nicolas Langelier est en effet le meilleur exemple de militantisme ligueur. Voir sur ce point Le Goff H. La Ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, PUR, 2010, p. 115-116 ; Lafaye E., « La religion fut le prétexte » ? Le rôle des évêques dans les guerres de la Ligue en Bretagne, mémoire de master 2 (P. Hamon, dir.), université Rennes 2, 2007, 251 p. Sans doute Langelier adhérat-il à la Ligue dès 1589, lorsque le duc de Mercœur s’empara de Saint-Brieuc. Lors de la reprise de la ville par les royaux en 1590, il se réfugia à Dinan où il devint l’un des conseillers les plus influents de Mercœur. C’est alors qu’il publie Escript de l’evesque de Sainct Brieuc contenant les raisons qui l’ont retenu en l’Union des catholiques contre la partialité des hérétiques & schismatiques, leurs associés et fauteurs, Dinan, 1593. Sur cette ardente apologie ligueuse, Coutentin Y., Profession de foi politique de Nicolas Langelier, conseiller de Mercœur, mémoire de maîtrise (H. Martin, dir.), université Rennes 2, 1988, 154 p. Malgré l’abjuration d’Henri IV, Langelier demeure ligueur jusqu’à sa mort à Dinan le 24 septembre 1595.

245 Sur ce point, voir supra, Annales 1564.

246 Par un édit de mai 1768.

247 Ce transfert s’inscrit dans la volonté de la monarchie de Charles IX, exprimée dans l’édit de Troyes (mars 1564), de rationaliser l’organisation judiciaire : en Bretagne, cela revenait à supprimer une vingtaine de sénéchaussées royales (édit de Châteaubriant, octobre 1565), dont celle de Goëlo siégeant à Lanvollon (Debordes-Lissillour S., Les sénéchaussées royales de Bretagne. La monarchie d’Ancien Régime et ses juridictions ordinaires 1532-1790, Rennes, PUR, 2006). Le transfert à Saint-Brieuc rencontra l’adhésion des bourgeois de la ville mais la résistance de l’évêque qui y voyait l’amoindrissement de son autorité seigneuriale.

248 Voir supra, Annales 1565. En réalité, le transfert traîna en longueur, avec bien des péripéties jusqu’en 1580 : cette année-là, un accord intervint entre les bourgeois et l’évêque. Le siège de la cour royale était bien transféré à Saint-Brieuc mais l’autorité de l’évêque était ménagée, beaucoup plus qu’en 1565 (Ambroise B., Saint-Brieuc pendant les guerres de la Ligue [1588-1598], mémoire de master 2 [P. Hamon, dir.], université Rennes 2, 2010, p. 69-72).

249 René II de Tournemine avait hérité de la baronnie de la Hunaudaye en 1589 alors qu’il était, depuis 1575, lieutenant général du roi pour les évêchés de Rennes, Dol, Saint-Brieuc, Tréguier et une partie de Saint-Malo. Lors des guerres de la Ligue, il joue un rôle important dans la fidélité d’une partie de la province à Henri IV et son château de La Hunaudaye est une place tenue par les royaux. Tombé malade au siège de Rouen où il avait rejoint Henri IV, il meurt en 1591 (et non 1592) à Vitré, sur la route du retour.

250 Voir supra, Annales 1579, 1590, 1591, 1592.

251 Voir supra, Annales 1628.

252 Sur les barons et bannerets, voir supra, Notes XXIII et XXIV.

253 Voir supra, Annales 1591.

254 S’agissant de ce personnage, voir infra, Annexe 9, notice 60.

255 La famille de Marconnay était au service du roi depuis Charles VII : le père de l’évêque était premier maître d’hôtel et premier écuyer de Catherine de Médicis, sa mère était dame d’honneur d’Elisabeth d’Autriche, femme de Charles IX. L’évêque fut d’abord aumônier de Catherine de Médicis (Bergin J., The making of the French episcopate, New Haven & London, Yale University Press, 1996, p. 664).

256 Nicolas Langelier était mort en 1595 mais le siège ne fut pourvu qu’une fois la paix revenue et la région ralliée à Henri IV.

257 Voir supra, Annales 1602.

258 Cette question d’histoire reste sensible dans la mesure où la pratique des pénitences publiques dans l’Eglise primitive tend à justifier le rigorisme sacramentel, en particulier chez les jansénistes.

259 Soit la maison dite du Paradis (à l’emplacement de l’actuel musée), acquise à cet effet par la municipalité en 1609. Le collège accueille de 500 à 600 écoliers en 1619 mais ne compte au XVIIe siècle que quatre régents d’humanités. Les principaux sont tous prêtres et, pour la plupart, chanoines de la cathédrale ou de la collégiale Saint-Guillaume.

260 Voir supra, Annales 1738.

261 Le nombre des régents a augmenté progressivement : quatre encore en 1681 mais sept en 1731, recrutés parmi les séminaristes ou les jeunes prêtres. Un tel développement dit le souci des évêques pour un collège qui remplit un rôle de petit séminaire. Ruffelet n’en partage pas moins la revendication, portée par les pouvoirs civils, d’une ouverture plus grande de l’enseignement vers les disciplines scientifiques (Compère M.-M., Julia D., Les collèges français [XVIe-XVIIIe s.], t. 2 : France du Nord et de l’Ouest, Paris, CNRS, 1988, p. 613-617).

262 Voir Le Gall J.-M., Un idéal masculin. Barbes et moustaches, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Payot, 2011, 384 p.

263 Et chanoine de la cathédrale de Saint-Brieuc de 1724 à 1750 (Charles O., Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d’une élite cléricale au siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2004, p. 377, notice 200).

264 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 58.

265 Ruffelet omet de dire que le père de l’évêque était protestant ; mais sa mère était catholique et fit, après son premier veuvage, deux mariages de haut rang qui favorisèrent sans doute la carrière de son fils (Bergin J., The making of the French episcopate …, op. cit., p. 656).

266 1723 en réalité.

267 Voir supra, Annales 1618 et 1624.

268 La cour demeure la pépinière par excellence des évêques bretons du XVIIe siècle, mais les réseaux dévots y jouent un rôle croissant. La nomination de Villazel, très estimé de Bérulle et prédicateur ordinaire du roi en 1623, en témoigne nettement (Bergin J., The making of the French episcopate …, op. cit., p. 716).

269 L’évêque laissa le souvenir d’un grand prédicateur, y compris à Paris où il prononça l’éloge funèbre du P. de Condren, supérieur général de l’Oratoire. À Saint-Brieuc, il inspira un panégyrique à son théologal, Jean-Baptiste Noulleau (Le Modèle d’un grand évêque, d’un parfait prédicateur, d’un directeur des âmes accompli, d’un vrai politique chrétien, Paris, Vve Alliot, 1665) mais ce fut en partie pour discréditer son successeur avec lequel ce dernier était en conflit ouvert (voir supra, Annales 1672).

270 Denis de La Barde dut largement son élévation à l’épiscopat à ses puissants appuis familiaux : sa mère n’était autre que la sœur de Claude Bouthillier, « créature » de Richelieu et futur surintendant des Finances (1642-1643).

271 La présidence des états revenait à l’évêque du diocèse où se tenait l’assemblée ou, en son absence, au plus ancien des évêques présents suivant la date de son sacre.

272 Ces statuts de 1654 ne sont connus que par la mention qui en est faite dans les statuts ultérieurs de 1723 (voir supra, Annales 1723).

273 Diverses anecdotes relatent les relations conflictuelles de l’évêque avec la marquise, sœur de Turenne (Guimard C., « Histoire des évêques de Saint-Brieuc », MSHADN, t. I, 1852, p. 126-127). L’Église réformée de Quintin était d’autant plus difficile à admettre pour l’évêque du lieu qu’il s’agissait d’une création toute récente, ex nihilo, consécutive à l’achat du comté par Amaury III de La Moussaye en 1638. Dès 1639, alors que se construisait un nouveau château, des officiers seigneuriaux huguenots et un pasteur vinrent s’établir à Quintin : devant la perspective d’une seconde Église à l’ouest du diocèse, répondant symétriquement à son aînée de La Moussaye, les autorités catholiques (évêque, municipalité) agirent en justice pour contester la vente de 1638. En 1640, le marquis finit par accepter de strictes conditions qui limitaient sa présence et proscrivaient le culte réformé… mais il n’en fit rien. Bien que le prêche fût transféré à L’Hermitage, l’Église de Quintin se maintint jusqu’à la Révocation de l’Édit de Nantes.

274 Le maréchal victorieux de la guerre de Trente Ans (1602-1643) n’était pas que le condisciple de Denis de La Barde au collège jésuite de La Flèche car il était né à Saint-Carreuc, dans le diocèse de Saint-Brieuc : nul doute qu’aux yeux de Ruffelet il en fût l’une des gloires. Sur Guébriant, voir supra, Annales 1643.

275 La nomination de Fortin de La Hoguette à Saint-Brieuc en 1675 est d’abord liée à son oncle, Hardouin de Péréfixe, nommé archevêque de Paris l’année précédente, mais Saint-Brieuc n’est que la première étape d’une carrière appelée à se poursuivre sous d’autres cieux (Bergin J., Crown, Church and episcopate under Louis XIV, New Haven and London, Yale University Press, 2004, p. 416).

276 Il fut transféré de Saint-Brieuc à Poitiers en 1680, puis à Sens de 1692 à 1715.

277 Soit les vertus classiques de l’évêque, auxquelles il ajouta malicieusement (?), dans l’épitaphe qu’il composa pour son tombeau de la cathédrale de Sens, la paix qu’il cultiva avec trois chapitres successifs (Guimard C., « Histoire des évêques… », art. cité, p. 132).

278 Voir supra, Catalogue des évêques, notices 51 et 53.

279 Voir supra, Annales 1618, 1624 et 1723.

280 Non corrigé par l’auteur.

281 Cette transaction destinée à clarifier les relations, structurellement tendues, entre la justice royale et celle du seigneur-évêque, s’inscrit dans une volonté plus globale de défense des droits épiscopaux : Coëtlogon (voir infra, Catalogue des évêques, notice 55) fit également réaliser un terrier en 1690.

282 Sur la mansuétude prêtée au prélat, voir supra, année 1615.

283 Jean-Louis de Fromentières, évêque d’Aire de 1673 à 1684.

284 Allain G., Devoirs et fonctions des aumôniers des évêques, Paris, F. et P. Delaulne, 1701. Licencié en droit, Guillaume Allain de Beaulieu (1655-1737) est secrétaire de Coëtlogon, chanoine de la collégiale Saint-Guillaume puis de la cathédrale en 1701. Outre cet historique, on lui doit également le terrier (1690) jadis conservé à la Bibliothèque municipale de Saint-Brieuc. Voir Charles O., « Dictionnaire biographique… », art. cité, notice 1, p. 31-32.

285 Sur les origines et les alliances de la famille, voir supra, Annales 1705.

286 Voir supra, Annales 1705, 1709, 1714, 1715, 1720.

287 Dans le chœur « à la romaine », l’autel n’est pas situé au fond – position traditionnelle – mais en avant, conformément à l’ancienne tradition des premières basiliques chrétiennes. A partir de la fin du XVIIe siècle (l’exemple le plus ancien est, en 1680, la cathédrale de Strasbourg), de nombreux chœurs de cathédrales et d’églises furent réaménagés en ce sens, dans un souci très tridentin de rendre l’autel plus visible et le tabernacle plus proche (sachant qu’il n’y avait plus, alors, de jubé ; en revanche, l’orientation du célébrant demeurait inchangée). La conversion du chœur de Saint-Brieuc « à la romaine » à la faveur des « embellissements » de Frétat de Boissieu (voir supra, Annales 1705) frappe par sa précocité. Dans l’Ouest, seule la cathédrale d’Angers l’avait précédée en 1699. Deux autres cathédrales bretonnes suivront, mais bien plus tard : Nantes 1733, Vannes 1768. Voir sur ce point Lours M., L’autre temps des cathédrales. Du concile de Trente à la Révolution française, Paris, Privat, 2010, 328 p.

288 De façon générale en France, la tendance à la réduction des fêtes s’observe dès le début de la seconde moitié du XVIIe siècle et se poursuit tout au long du XVIIIe siècle.

289 Cette assemblée, qui s’ouvrit le 17 septembre 1720, quelques semaines après l’échec de l’affaire Pontcallec, fut marquée par une volonté d’apaisement. En témoignent notamment les réceptions données aux Etats par la maréchale d’Estrées, femme du nouveau gouverneur choisi pour succéder à Montesquiou, détesté pour sa brutalité. C’est dans ces circonstances que l’évêque de Saint-Brieuc fit une harangue à la maréchale, l’invitant à s’attendrir sur les malheurs de la province (Jacquelot du Boisrouvray F.-R., Journal inédit d’un député de la noblesse aux états de Bretagne pendant la Régence – 1717-1724, G. de Closmadeuc [éd.], [Nantes], Archives de Bretagne, Société des Bibliophiles bretons, t. XIII, 1905, p. 72-73).

290 « Au Dieu très bon et très grand et à la mémoire de l’illustrissime prince Louis de Frétat de Boissieux évêque et seigneur de Saint-Brieuc. En ses jours il plut à Dieu, dont la gloire fit toujours l’objet de ses vœux, A l’Eglise, dont il défendit la foi sans crainte, Au clergé, qu’il gouverna et enseigna avec bonté, Aux pauvres qu’il nourrit en se privant, Aux justes, dont il embrasa la piété de toutes les manières, Aux pénitents, pour qui il institua des maisons de retraite, A la Bretagne, dont il défendit les droits, s’y montrant non étranger mais citoyen. Il mourut à Ancenis, pendant les Etats généraux, les 3e calendes de novembre de l’an du Seigneur 1720, en la 58e de son âge, commençant la 16e de son épiscopat. De là son corps fut transporté jusqu’ici, le chagrin de tous les ordres n’étant pas moindre que la pompe. Le chapitre de Saint-Brieuc, pleurant l’excellent pasteur à lui arraché, qui avait à ses frais relevé cette basilique en ruines, en immortel souvenir de ses bienfaits et amitié le déposa près l’autel qu’il avait de son vivant élevé au Très-Haut, et décréta un service solennel au jour anniversaire de son trépas. »

291 « Il y eut un soir, il y eut un matin, ce fut le premier jour. »

292 Les circonstances de nomination de cet évêque inhabituellement âgé (il a alors environ soixante ans) sont obscures : il semble bien que le siège de Saint-Brieuc était destiné à son neveu et homonyme mais l’oncle le précéda grâce à l’appui de l’évêque de Nantes et du futur cardinal Dubois : d’où l’accusation de fraude portée contre lui par Jacquelot du Boisrouvray dans son récit des états de Saint-Brieuc en 1724. Voir également Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1984, p. 120-121.

293 Voir supra, Annales 1723 et 1724.

294 Voir supra, Annales 1726.

295 Officium sanctorum Brioci et Guillielmi, patronorum dioecesis Briocensis, Saint-Brieuc, Guillaume Doublet, 1621. Voir Gaultier du Mottay J., « Anciens offices des saints patrons du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier », MSACDN, 1857, p. 269-281.

296 Ce propre ne semble connu que par ses rééditions : Officia diocesis propria San Briocensis, Saint-Brieuc, Jean-Baptiste Doublet, 1748. Un certain retour aux dévotions particulières va de pair avec la faveur des liturgies néo-gallicanes, et notamment du rite parisien de 1736 adopté par 56 diocèses français – dont Saint-Brieuc – à la veille de la Révolution (Bisaro X., Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au XVIIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2006, particulièrement p. 291-302).

297 Sur cette question, voir supra, Annales 1740.

298 Deux modalités possibles d’obtention d’un bénéfice : par le décès de son titulaire (per obitum) ou par son incapacité dûment prouvée (per devolutionem). Dans ce cas, il était prévu que le pape accorde les provisions au dénonciateur, d’où le recours à cette procédure de la part de ceux qui contestaient la voie du concours local. Sur ces résistances venant d’une partie des prêtres et non des évêques, jusqu’à ce que la déclaration du 11 août 1742 y mette fin, voir Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers …, op. cit., p. 226-227.

299 Voir supra, Annales 1742. Jusqu’en 1742, l’unique paroisse de Saint-Brieuc était gérée par un général dont les membres se confondaient avec ceux de la communauté de ville, même si le processus de distinction des deux institutions était déjà engagé : les délibérations relatives à la paroisse ou à la ville sont mêlées sur le même registre mais les comptes sont séparés et les fonctions de procureur syndic et de trésorier ne sont plus exercées par le même individu comme c’était le cas à la fin du XVIe siècle. Une première tentative de général autonome – autour des anciens trésoriers de la paroisse – s’avère éphémère dans les années 1729-1731 : voulue par le recteur, elle se heurte à l’opposition de la ville et de l’évêque… et Ruffelet préfère l’ignorer. La séparation ne devient effective qu’à la suite d’un second arrêt du Parlement, le 18 juillet 1742. Voir sur cette question, Rauber J., Le pouvoir en ville. La paroisse Saint-Michel de Saint-Brieuc au XVIIIe siècle (1680-1791), mémoire de master 2 (G. Provost, dir.), université Rennes 2, 2006, 2 vol., 409 p.

300 Lebeuf J., Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, Paris, Prault père, 1754, 15 vol. Sur Lebeuf, voir Bisaro X., L’abbé Lebeuf, prêtre de l’histoire, Turnhout, Brepols, 2011, 335 p.

301 Sur Du Plessix de Kersaliou, voir supra, Annales 1746 ; sur Le Mée, voir supra, Annales 1704.

302 Le Roy de la Corbinaye C., Traité de l’orthographe françoise enforme de dictionnaire, enrichi de notes critiques et de remarques sur l’étymologie et le genre des mots, la conjugaison des verbes irréguliers et les variations des auteurs, Poitiers, J. Faulcon, 1739.

303 « Que saint Michel qui porte l’étendard les introduise [les âmes] dans la sainte lumière. »

304 Né à Morlaix en 1703, licencié en droit civil et canon, il est vicaire général et chanoine de Quimper depuis 1724 (Charles O., Chanoines de Bretagne …, op. cit., p. 446, notice 721). À ce titre, il est élu, en 1742, membre de la première Commission Intermédiaire pour l’évêché de Quimper (Poquet du Haut-Jussé B., Histoire de Bretagne, t. VI : La Bretagne province [1715-1789], Rennes, Plihon et Hommay, 1914, p. 221). Il prend possession de son siège par procureur interposé le 20 mars suivant et fait son entrée solennelle à Saint-Brieuc le 8 juin 1745. Voir également, supra, Annales 1766.

305 C’est pendant cette session qu’en compagnie du duc d’Aiguillon, il pose la première pierre du quai du Légué sur la rive gauche du Gouët (Habasque F.-M., Notions historiques, géographiques, statistiques et agronomiques sur le littoral des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc, veuve Guyon, t. 1, 1832, p. 430 et supra, Annales 1758).

306 On connaît en effet son zèle à interdire les danses et plus spécifiquement le théâtre populaire breton dans la région de Paimpol. Un cas réservé est un péché grave qui ne peut être remis que par le pape, l’évêque ou un prêtre habilité (Suire E., Vocabulaire historique du christianisme, Paris, Colin, 2004, p. 38).

307 Voir infra, Catalogue des évêques, notice 60.

308 Il meurt le 26 janvier 1766 (Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 1 G 11 et Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, tome dixième, 1938, col. 735). Il est enterré dans une tombe qu’il devra partager plus tard avec l’évêque constitutionnel Jacob (Durand R., Le département des Côtes-du-Nord sous le Consulat et l’Empire [1800-1815]. Essai d’histoire administrative, Paris, Alcan, 1926, t. 1, p. 369, note 13). Son épiscopat fut sans doute moins tranquille que ne le suggèrent les rares lignes que lui consacrent les historiens briochins. Mais, accomplissant scrupuleusement son devoir, il effectua au moins 19 tournées paroissiales (pratiquement une par an) dont malheureusement les procès-verbaux n’ont pas été conservés (Nières C. [dir.], Histoire de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 75). Voir également supra, Annales 1766.

309 Erreur non corrigée par Ruffelet.

310 Il s’associe ainsi à la condamnation des évêques contre la production des encyclopédistes.

311 François Bareau de Girac, né à Angoulème, le 1er février 1732, de Jacques Bareau seigneur de Girac et de Sylvie de Deveseau de Chasseneuil. Il est vicaire général et doyen du chapitre d’Angoulème lorsqu’il est nommé par Louis XVI, en 1766, pour succéder à Hervé Nicolas Thépault du Brignou. Il est sacré le 31 août 1766. Pendant son épiscopat il préside, en 1768, avec habileté, les états de Bretagne à Saint-Brieuc (voir supra, Annales 1768) qui sont marqués par une opposition au duc d’Aiguillon. Ce succès lui vaut d’être nommé par le roi à Rennes, fin 1769, où il succède à son adversaire aux états, Henri-Louis-René des Nos qui, en butte à l’hostilité du Parlement, avait demandé lui-même son transfert au siège de Verdun. Il y reste jusqu’à la Révolution et l’épiscopat constitutionnel de Claude Le Coz, en 1791. Il prend alors l’exil de Bruxelles, Vienne puis Saint-Pétersbourg. Après le concordat de 1801, il donne rapidement sa démission d’évêque d’Ancien Régime et rentre en France. Refusant un nouveau siège que lui offrait Napoléon, il devient chanoine de Saint-Denis et meurt à Paris, le 23 novembre 1820. Voir Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 1 G 12 et Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastiques, tome sixième, 1938, col. 781-782. Voir également, supra, Annales 1766.

312 Où elles avaient été appelées par Frétat de Boissieux (voir supra, Annales 1705).

313 Certains personnages – comme Guillaume Pinchon, Pierre de Lamballe, Guillaume Guéguen, Allain de Lamballe, Jean d’Avaugour – font déjà l’objet d’une notice ou d’une mention : voir supra, Catalogue des évêques, notices 16, 18, 22, 24, 25.

314 « Il gouverna avec grande douceur. »

315 Voir supra, Catalogue des évêques, notice 55.

316 Notamment la traduction en latin d’un livre de sagesse chinois et une Histoire de la Tartarie en 4 vol. Voir Le Gall La Salle J.-P., « Claude Visdeloup, sinologue et jésuite de Trébry à Pondichéry », Les Amis de Lamballe et du Penthièvre, n° 26, 1999, p. 117-132 ainsi que Parisot P.-C., Oraison funèbre de monseigneur de Visdeloup, jésuite, évêque de Claudiopolis, vicaire apostolique en Chine, etc, Cadix, A. Pereira, 1742, 201-XVI p.

317 Voir Bray I., La vie religieuse dans le diocèse de Cornouaille sous les épiscopats de Monseigneur Plœuc du Tymeur et Monseigneur Farcy de Cuillé (1707-1772), mémoire de maîtrise (F. Roudaut, dir.), université de Bretagne occidentale, 1987, 292 p.

318 Oury G.-M., Mgr Briand, évêque de Québec et les problèmes de son époque, Sablé-sur-Sarthes, Ed. de Solesmes, 1985, 245 p.

319 Sur Aimé Boscher de La Villéon dit père Aimé de Lamballe, voir « Le bon père Aimé de Lamballe », Les Amis du vieux Lamballe et du Penthièvre, n° 14, 1987, p. 39-42 ainsi que supra, Note V.

320 Cette préoccupation pour la conservation des archives est révélatrice de l’esprit du temps. On la retrouve dans toutes les institutions, par exemple au chapitre cathédral (Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 1 G 190, traité entre Mathurin-Claude Soubens, chanoine théologal, au nom du chapitre cathédral de Saint-Brieuc et messire Jean-Charles Guimart pour la mise en ordre des titres et propriétés du dit chapitre, 20 août 1772), dont on peut rappeler qu’une partie des archives avait été détruite pendant la Ligue.

321 Voir supra, Annales 1667 et 1766.

322 Annexe 9, notice 19.

323 Ce personnage demeure inconnu. Notons qu’il est fait mention chez dom Lobineau d’un Olivier de Guermeno… mais pour le siècle suivant.

324 Annexe 9, notice 50.

325 Il s’agit de Jean de Rollée, sieur du Boislouët (annexe 9, notice 57).

326 Annexe 9, notice 1.

327 Annexe 9, notice 31. D’après Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, Guyon, 1884, p. 116, Du Louet et d’Acigné – les deux précédents gouverneurs – n’auraient pas obtenu de réelles attributions. La charge de gouverneur de Saint-Brieuc aurait été mieux définie à partir de 1667 et l’arrivée des La Rivière.

328 Annexe 9, notice 28.

329 Annexe 9, notice 29.

330 Annexe 9, notice 30. Il a pour successeur Charles-Eugène-Louis de Boisgelin, capitaine de vaisseau, chevalier de l’Ordre de Saint-Louis qui entre en charge à partir de 1773 mais ne réside pas (Trévédy J., « La tour de Cesson et la forteresse de Saint-Brieuc », MSECDN, t. XXXI, 1893, p. 133).

331 Pour une liste plus complète des gouverneurs et capitaines de la tour de Cesson voir Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc…, op. cit.,p. 83, Illio J.-B., Histoire de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, imprimerie moderne, 1931, p. 73 mais également et surtout, Trévédy J., « La tour de Cesson… », art. cité, p. 63, 82-83, 88, 90, 97. Si les auteurs divergent quelque peu sur l’ordre d’entrée en fonction de certains capitaines, il semble toutefois que Louis de Robien eut trois prédécesseurs : Gaufredus en 1144 (d’après Lamare), Adam Hoult en 1350 et Gigayn de Kermalkeyn (pour Trévédy et Illio. Lamare parle d’un Guyon de Kermalkeyn). Seul Jean-Baptiste Illio fait entrer en fonction, avant Louis de Robien, trois capitaines – messire du Juch, Jean de Lannion et Jean Le Fesle sieur de la Ville-Gourcy entre 1368 et 1385 – que l’on retrouvent chez Lamare et Trévédy mais davantage pour le début du XVe siècle.

332 Annexe 9, notice 56.

333 Annexe 9, notice 21.

334 Annexe 9, notice 49.

335 Annexe 9, notice 54. Il aurait trois prédécesseurs : Robert de Beaumanoir à partir de décembre 1405, Alain de Gourmelen à compter du 17 octobre 1406 et Jean de Lannion à compter du 21 juillet 1407 (Trévédy J., « La tour de Cesson… », art. cité, p. 83, 88, 90). Le successeur de Pierre Provost – que ne mentionne pas l’abbé Ruffelet – serait Jean Le Fesle sieur de La Villegourez, à partir du 14 septembre 1442 (Trévédy J., « La tour de Cesson… », art. cité, p. 83 et 97). Jean Le Fesle ferait partie, au même titre que Messire Jean du Juch et Jean de Lannion, des capitaines de Cesson ayant prêté serment avant 1405… pour entrer en fonction plus de 40 ans après ?

336 Annexe 9, notice 18.

337 Il s’agit de Jean Bastard de Pont (Annexe 9, notice 5).

338 Annexe 9, notice 48.

339 Alias Raoul de Keraunay (Annexe 9, notice 27).

340 Annexe 9, notice 65.

341 Annexe 9, notice 40.

342 Annexe 9, notice 17.

343 Annexe 9, notice 16.

344 François Conen de Précréhant en réalité (Annexe 9, notice 12).

345 Annexe 9, notice 60.

346 Annexe 9, notice 35.

347 Annexe 9, notice 52.

348 Annexe 9, notice 53.

349 Annexe 9, notice 43.

350 Annexe 9, notice 51.

351 Annexe 9, notice 2. Olivier Guyto, son successeur, n’est pas mentionné par Christophe-Michel Ruffelet. Il serait procureur syndic de 1580 à 1581 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 92).

352 Jules Lamare ne mentionne pas la présence de Nicolas Guillet au poste de procureur syndic pour l’année 1590 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 92). En revanche, Prégent Le Normant le serait. De fait, l’hypothèse plausible est que Nicolas Guillet serait procureur syndic de 1589 à 1590, Prégent Le Normant de 1590 à 1591.

353 Annexe 9, notice 10.

354 Annexe 9, notice 42. D’après Jules Lamare, Olivier Le Moine aurait eu deux prédécesseurs, que ne mentionne pas l’abbé Ruffelet : René Georgelin de 1592 à 1593 et Alain Bedel de 1593 à 1594 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 92).

355 Annexe 9, notice 55.

356 Annexe 9, notice 3.

357 Annexe 9, notice 22.

358 Annexe 9, notice 20. Il succède à Jean Le Clerc, syndic de 1598 à 1599, mentionné par Jules Lamare mais oublié semble-t-il par l’abbé Ruffelet (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 92).

359 Il s’agit en fait de Mathurin Le Coniac de Botguen (Annexe 9, notice 37).

360 La mention de Rolland Guillou pose doublement question : s’agit-il du même Rolland Guillou qui exerça la charge de syndic de 1598 à 1599 (Annexe 9, notice 22) ? Pourquoi dès lors avoir refusé ladite charge lorsqu’elle lui fut attribuée pour l’accepter à nouveau quelques années après ? Enfin, ce Rolland Guillou n’apparaît pas parmi la liste de quatre bourgeois choisis en mai 1600 pour exercer la charge de syndic, à tour de rôle. Syndic – à priori – de 1601 à 1602, Rolland Guillou aurait trois successeurs : Jean Chapelain de 1602 à 1603 (Arch. mun. de Saint-Brieuc – BB 63, délibération : si Jean Chapelain est bien choisi pour être syndic lors de la délibération du 21 mai 1600, l’ordre de nomination prévoyait une entrée en fonction en 1601 et non en 1603. De plus, Yves Lochet et Ollivier Tanno ne semblent pas entrer en fonction malgré leur nomination lors de cette même délibération. Yves Lochet est cependant présent lors de différentes délibérations comme le 4 juillet 1600, Arch. mun. de Saint-Brieuc – DD 39), René Perrin de 1603 à 1604 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 131. Deux délibérations datées des 4 et 24 juillet 1604 confirment la présence de René Perrin, procureur syndic : voir Arch. mun. de Saint-Brieuc – DD 39 et DD 40, délibérations) et Ollivier Dujardin de 1604 à 1605 (Arch. mun. de Saint-Brieuc – BB 10 : la délibération est assez confuse puisqu’il est fait mention de deux procureurs syndics : Ollivier Du Jardin mais également Ollivier Havart. Il est vrai que la délibération est datée du 1er octobre 1605, premier jour du mois d’octobre habituellement retenu pour marquer l’entrée en fonction du nouveau procureur syndic).

361 Annexe 9, notice 24. Son successeur serait François Paboul, syndic de 1606 à 1607 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 132).

362 Annexe 9, notice 15.

363 Pour une liste plus complète des syndics entre 1615 et 1658, voir Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 131. 37 syndics seraient ainsi ignorés de Christophe-Michel Ruffelet.

364 Annexe 9, notice 23.

365 Annexe 9, notice 4.

366 Annexe 9, notice 58. Il aurait trois prédécesseurs non mentionnés par Ruffelet : Toussaint Compadre de 1610 à 1611 ou 1612, Mathurin Rouxel sieur de Beauvoir de 1612 à 1614 et Le Maçon sieur Duchalonge de 1614 à 1615 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 131).

367 Annexe 9, notice 33.

368 Annexe 9, notice 32. Il aurait eu cinq prédécesseurs : Antoine Quiniart sieur des Mares en 1659, Antoine Le Gal sieur du Tertre en 1661, A. Bedel sieur de La Courneuve en 1663, P. Ruffelet sieur de La Villemain (1665) et P. Pommeret sieur des Hayes en 1667 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 13).

369 Annexe 9, notice 47.

370 Annexe 9, notice 6. Il prend la suite de Melchior Bagot que ne mentionne pas l’abbé Ruffelet.

371 Annexe 9, notice 26. Ses successeurs seraient G. Espivent sieur de La Ville-Boinet de 1680 à 1681 et Olivier Le Mesle de 1681 à 1682 (Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 131).

372 Annexe 9, notice 44.

373 Annexe 9, notice 11.

374 Annexe 9, notice 64.

375 Mathurin Ruffelet des Alleux (Annexe 9, notice 62).

376 Il s’agit en réalité de Nicolas Chapelain de La Villeguérin (Annexe 9, notice 8).

377 Annexe 9, notice 61.

378 Annexe 9, notice 39.

379 Annexe 9, notice 46.

380 Annexe 9, notice 40.

381 Annexe 9, notice 25.

382 Annexe 9, notice 36.

383 Annexe 9, notice 7.

384 Annexe 9, notice 38.

385 Philippe Le Cesne (Annexe 9, notice 34).

386 Annexe 9, notice 59.

387 François Damar de L’Abraham (Annexe 9, notice 13).

388 Annexe 9, notice 9. Lamare J., Histoire de la ville de Saint-Brieuc …, op. cit., p. 173 distingue un Claude Collet, procureur syndic, d’un Olivier Collet, maire (ce que fait également René Kerviler). Cependant, il s’agirait d’une seule et même personne ayant occupé successivement les deux charges.

389 Annexe 9, notice 14.

390 Vittu de Kersaint (Annexe 9, notice 66).

391 Annexe 9, notice 63.

392 Annexe 9, notice 45.

393 Annexe 9, notice 63.

394 Sur cette histoire mouvementée voir supra, Annales 1692, 1746, 1754.

395 Charles O., « “Par ordre, sans brigue et sans aucune prévention”. Les maires de Lamballe au XVIIIe siècle », MSHAB, t. LXXXVI, 2008, p. 243-276 en fournit une illustration.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540