Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Christophe-Michel Ruffelet. Les Annales briochines, 1771

 | 
Olivier Charles

Deuxième partie. La ville et le diocèse de Christophe-Michel Ruffelet

Chapitre 6. La société fondamentalement rurale et agricole du diocèse de Saint-Brieuc : les œillères du chanoine Ruffelet…

Yann Lagadec

Texte intégral

1Si le chanoine Ruffelet sait se montrer perspicace et, d’une certaine manière, en avance sur son temps en certains domaines, il n’en est rien en ce qui concerne les questions économiques et sociales. Sur ce point, il se montre même « terriblement » de son temps, marqué qu’il est par toute une série de stéréotypes, de conceptions l’ancrant pleinement dans la société d’Ancien Régime, une société par essence inégalitaire, une société d’ordres dont le premier n’est autre que le clergé auquel appartient notre chanoine.

  • 1 Sur ce point, Goubert J.-P., Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974, (...)
  • 2 Voir, à ce sujet, Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 777-801 (...)

2Ruffelet ne dit rien, par exemple, des questions démographiques qui, pourtant, mobilisent ses contemporains, justifiant les relevés très précis du nombre de baptêmes, mariages et sépultures par les recteurs bretons dans leurs paroisses à compter des années 1770, alors que la population de la province semble stagner1. Il ne dit rien non plus des tensions sociales qui, régulièrement, traversent la société du diocèse de Saint-Brieuc, tant dans les campagnes, durement touchées par les premiers effets d’une « réaction seigneuriale » qui justifiera, en 1788-1789, la mobilisation du monde rural en faveur de la Révolution, que dans les villes et les ports où les conséquences de la libéralisation du commerce des grains, au moment même où il écrit, suscite des manifestations parfois violentes2.

3Et l’on pourrait, à l’envi, multiplier ici les « oublis » du texte du chanoine qui, en cela, nous en apprend finalement tout autant – bien plus ? – sur l’homme qu’il est que sur l’économie et la société de la ville de Saint-Brieuc et de ses environs : une société de privilèges, où seules retiennent son attention des activités commerciales et « industrielles » qui, pour être importantes, n’en sont pas moins secondaires dans l’économie foncièrement agricole du diocèse.

Une société de privilégiés ?

  • 3 Il est d’ailleurs significatif que la construction de « l’ancien pont de Gouédic » soit datée par (...)

4Une société limitée à ses élites : telle est, très largement, la vision du diocèse de Saint-Brieuc qui transparaît des Annales briochines. La chose n’a rien de surprenant pour les périodes les plus anciennes, celles pour lesquelles les sources de Ruffelet se limitent à quelques actes des évêques ou des principaux seigneurs3. Mais il en va de même pour le XVIIIe siècle dans lequel vit notre chanoine qui limite en quelque sorte la « société » aux strates dans lesquelles se nouent ses relations. En un mot : ce que l’on qualifiera plus tard de « bonne société ».

  • 4 Voir infra, Annales 1618 et Catalogue des évêques, notice 51.
  • 5 Voir infra, Annales 1723 et Catalogue des évêques, notice 57.
  • 6 Voir infra, Annales 1684 et Catalogue des évêques, notice 55.
  • 7 Voir infra, Annales 1499 et Catalogue des évêques, notice 44.
  • 8 Voir infra, Annales 1564 et Catalogue des évêques, notice 49.
  • 9 Voir infra, Annales 1720 et Catalogue des évêques, notice 56.

5Sans surprise, le clergé – et plus encore le haut clergé – y est très présent. Si l’évêque de Saint-Brieuc domine cette société cléricale, les prélats successifs ne sont pas tous jugés de la même manière. Quelques « grands hommes » attirent plus particulièrement l’attention de Ruffelet, sans que l’on sache vraiment si la chose tient à l’ampleur de leur action locale ou à la meilleure connaissance qu’en a notre homme. Ainsi d’André Le Porc de La Porte, qui « introduisit dans son Diocèse l’usage du Bréviaire romain » après 16184, de M. de La Vieuxville qui fait imprimer de nouveaux « Statuts du Diocèse de S. Brieuc » en 1723, alors qu’il « y avoit près d’un siècle que ces Statuts n’avoient été imprimés5 », ou de Louis-Marcel de Coëtlogon, qualifié d’« humain, charitable [et] compatissant », parcourant son diocèse après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, parvenant, avec « une troupe de Missionnaires », à « faire rentrer un très grand nombre [de huguenots] dans le sein de l’Eglise, sans avoir voulu y employer d’autres armes que celles de la douceur & de la persuasion6 ». Ce que l’on sait de l’implantation protestante en Bretagne en général, autour de Saint-Brieuc en particulier, foyer quintinais mis à part, conduit à nuancer l’ampleur de sa tâche et, de manière plus générale, l’approche de Ruffelet qui se montre finalement d’autant plus prolixe qu’il dispose d’informations précises sur les deux premiers grâce aux publications qu’il mentionne, sur le dernier qui descend d’une des grandes familles nobles du sud du diocèse. Sous la plume du chanoine, les évêques apparaissent très largement comme des prélats « politiques », tant à l’échelle de la Bretagne qu’à celle de la France pour Christophe de Pennemarc’h, qui « assiste au Contrat de mariage de la Duchesse Anne avec Charles VIII, Roi de France7 » ou Nicolas Langelier, « un des grands Prélats de l’Eglise de France » du second XVIe siècle, « député de la Province aux États de Blois en 1588, & souvent en Cour pour des négociations importantes » en des périodes essentielles de l’histoire des relations francobretonnes8. Ainsi, l’évêque de Saint-Brieuc préside presque systématiquement les états provinciaux lorsque ceux-ci se tiennent dans sa ville, à 13 reprises depuis le début du XVIIe siècle. Il y apparaît, à l’occasion, à l’instar de M. de Boissieux en 1720, comme un « zélé défenseur des Droits de la Province9 » ; de la province, mais pas forcément de leur ville : on ne les voit guère agir à cette échelle.

  • 10 Voir infra, Annales 1746.
  • 11 Voir infra, Annales 1706 et 1722.

6Faut-il y voir la transcription d’une réalité – des évêques pour lesquels la résidence à Saint-Brieuc n’est pas toujours la première des priorités – ou la conséquence de tensions latentes entre l’institution épiscopale et un chapitre cathédral mieux implanté localement, auquel par ailleurs appartiendra Ruffelet ? Difficile de trancher, même si les références aux conflits ou transactions entre chapitre et évêques successifs sont nombreuses. Sous la plume de l’auteur des Annales briochines, les chanoines apparaissent en effet comme l’un des corps avec lesquels il faut compter, tant dans la ville qu’à l’échelle du diocèse. Il est vrai que le chapitre dispose, par exemple, de toute une série de droits féodaux à Saint-Brieuc – lods et ventes, droit de juridiction, etc. – et qu’il est l’un des principaux bénéficiaires des revenus de la dîme dans de nombreuses paroisses. Mais les chanoines agissent aussi seuls à l’occasion, tel M. Duplessix de Quersaliou, « Chanoine & Doyen de l’Eglise Cathédrale », fondateur en 1746 des écoles chrétiennes « pour enseigner gratuitement aux Pauvres de la Ville, Fauxbourgs & dépendance d’icelle, à lire, écrire, l’Arithmétique & le Cathéchisme10 » ou M. Leuduger, « célèbre Missionnaire, Chanoine & Scholastique de l’Eglise Cathédrale de S. Brieuc & Auteur d’un Livre de piété intitulé : Bouquet de la Mission », connu aussi pour avoir été le directeur de conscience de Marie Balavoine, fondatrice du « premier établissement des Filles du Saint Esprit, dans la Paroisse de Plérin », en 170611.

  • 12 Voir infra, Annales 1503, 1615, 1620, 1624, 1707, 1711.
  • 13 Voir infra, Annales 1672.

7Le clergé régulier n’est en effet nullement ignoré par Ruffelet, même si celui-ci n’y accorde sans doute qu’une place secondaire au regard de son importance numérique. S’il mentionne l’arrivée des sœurs de la Charité en 1711 sans doute pour une part en raison du rôle que tient dans cet événement un autre chanoine, « le sieur Labbat », il signale cependant la fondation de nombre de monastères et couvents – cordeliers en 1503, capucins en 1615, ursulines et calvairiennes en 1624 par exemple – tant à Saint-Brieuc qu’ailleurs dans le diocèse, plus particulièrement à Quintin : la petite ville accueille en effet des carmes vers 1620, des ursulines en 1707, Lamballe en abritant depuis 1637 déjà12. Quant à l’oratorien Jean-Baptiste Noulleau, décédé en 1672, il intéresse surtout Ruffelet en raison de son œuvre personnelle de prédicateur et de la publication qu’il fit de plusieurs ouvrages de spiritualité13.

  • 14 Voir infra, Annales 1658.
  • 15 Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 19 (...)
  • 16 Voir, à ce sujet, Meyer J., La noblesse bretonne…, op. cit., p. 16-26 et Nassiet M., Noblesse et p (...)
  • 17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine – C 4265, rôles de capitation de la noblesse du diocèse de Saint-Brie (...)
  • 18 Voir infra, Annales 1579, 1605, 1622, 1643, 1708, 1730, 1734, 1745, 1748, 1760 notamment. Notons c (...)
  • 19 Voir infra, Annales 1569 et 1696, Notice abrégée de l’histoire de Penthièvre.
  • 20 Voir infra, Annales 1667, 1696 notamment et annexe 9, notices 28, 29, 30, 31.

8À cette « aristocratie cléricale », à laquelle appartient aussi le jésuite Jean Le Rigoleuc, Quintinais mort à Vannes en 165814, le chanoine briochin réserve un traitement en tous points comparable à celui qu’il accorde à la noblesse du diocèse. Ce n’est pas la noblesse en tant que telle qui retient son attention, mais une sorte d’« aristocratie nobiliaire », celle qui cumule les fonctions ainsi que le prestige et le pouvoir qui leur sont associés. Pas plus que la masse du clergé paroissial – de l’ordre de 550 recteurs, curés et vicaires, sans même parler des simples prêtres habitués15 –, la plèbe nobiliaire, si nombreuse dans le diocèse de Saint-Brieuc, n’est évoquée par Ruffelet. Pourtant, c’est dans cette zone de Bretagne que la densité de foyers nobles est parmi les plus importantes, ainsi que l’ont montré les travaux de J. Meyer et M. Nassiet16. Vers 1770, les rôles de capitation révèlent la présence de 450 à 500 familles nobles ici (voir carte 3) – de l’ordre d’un peu plus de 10 % des nobles bretons sans doute –, pour la plupart d’une médiocre aisance, pour certaines aux frontières de la pauvreté, tels celles de du Parc de La Noë à Trévé, de La Hortone de La Hautière à Plumieux, Bosquen de Pontelin à Hénansal, capités 3 l. seulement, ou encore les chevaliers de Triac et de Traouroux, tous deux Briochins17. Rien de commun donc, « sang bleu » et privilèges mis à part, entre ces lignages et les plus grandes familles du diocèse auxquelles s’intéresse le chanoine. Celui-ci se montre ainsi beaucoup plus précis sur les Coëtlogon, Goyon-Matignon, Robien, Lorges, Guébriant, Boisgeslin et autres Plélo, qui fournissent à la Bretagne et à la France maréchaux, évêques, procureurs-syndics des états, présidents au Parlement18, etc. De manière tout aussi attendue, il s’attarde longuement sur le duché de Penthièvre et ses détenteurs successifs suite à son acquisition en 1696 par Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, bâtard légitimé de Louis XIV19, mais aussi sur la famille de La Rivière, évoquée à plusieurs reprises. Il est vrai que les comtes de La Rivière présentent la double caractéristique d’appartenir à cette meilleure noblesse de Bretagne qui intéresse plus particulièrement Ruffelet – « l’une des plus illustres [familles] de la Province par son ancienneté, ses services & ses alliances » prend-il soin de préciser – et d’occuper, à compter de 1667, les fonctions de gouverneur de Saint-Brieuc et de la tour de Cesson20 : pour l’essentiel fort symbolique, les menaces pesant sur la ville restant des plus limitées tout au long des conflits séparant la guerre de Dévolution et la guerre de Sept Ans, cette charge n’est pas sans conséquences pour la ville en raison de frais inhérents au logement du gouverneur – quelque 600 l. par an – auxquels s’ajoutent les dépenses pour le lieutenant de roi, devant le suppléer en cas d’absence – plus de 200 l. annuelles.

Carte 3 – L’implantation de la noblesse dans le diocèse de Saint-Brieuc vers 1770

Carte 3 – L’implantation de la noblesse dans le diocèse de Saint-Brieuc vers 1770

Carte : Yann LAGADEC

  • 21 Voir infra, Annales 1539, 1720, 1738, 1767.
  • 22 Voir infra, Annales 1734 et annexe 9, notice 66.
  • 23 Voir infra, Annales 1743.
  • 24 Voir infra, Annales 1609, 1692, 1746, 1754 ainsi que la Liste des gouverneurs et maires.
  • 25 Arch. dép. des Côtes d’Armor – C 43a et Gicquel O., Saint-Brieuc dans les dernières décennies de l (...)

9Ce n’est là, à vrai dire, qu’une modeste partie des dépenses de la communauté de ville de Saint-Brieuc, qui débourse autant pour la rétribution du principal du collège que pour le logement du gouverneur, autant pour celle du maire que pour le lieutenant de roi dont les émoluments ne sont que la moitié de ceux du « médecin de la ville » ou de « l’abatteur de Papegault » ainsi que le précise Ruffelet lui-même21. Le chanoine accorde en effet, dans les Annales, une large place à cette « bourgeoisie de fonctions » briochine, signalant l’installation d’untel comme maire – à l’instar de Vittu de Quersain, « Maire ancien, mytriennal, en titre de la Ville de Saint Brieuc22 » en 1734 –, d’un autre comme avocat du roi – ainsi de Vittu, de Querault cette fois, en 174323 –, en profitant pour rappeler la complexification croissante du système municipal24, au gré des créations d’offices fort rémunérateurs pour une monarchie toujours à la recherche de nouvelles ressources financières. Cette bourgeoisie – d’ailleurs parfois aux confins du second ordre – constitue l’ossature sociale d’une ville qui compte de nombreuses institutions royales mais aussi épiscopales, seigneuriales et municipales, offrant offices et emplois à une foule de rejetons d’un milieu frotté de droit. Outre le gouvernement de place et la lieutenance de roi évoqués plus haut, Saint-Brieuc accueille aussi – entre autres… – une sénéchaussée royale depuis le XVIe siècle, une amirauté, une juridiction des traites, une recette fiscale, un bureau des classes, un autre du contrôle des actes, ou encore le siège d’une subdélégation et un bureau de la commission intermédiaire des états. Notaires, procureurs, avocats, greffiers, huissiers et commis en tous genres se comptent ainsi par dizaines dans la ville, qui au service du roi, qui au service de l’évêque – les régaires constituent la principale juridiction de la ville, malgré les offensives répétées des juges royaux au cours des XVIe et XVIIe siècles – ou de la communauté de ville, d’aucun agissant successivement ou conjointement pour ces trois pôles du pouvoir local : avec une cinquantaine de personnes vers 1780, ce petit monde des officiers représente 4 à 5 % des personnes imposées à Saint-Brieuc dont la profession est connue25.

  • 26 Voir infra, Annales 1591 et annexe 9, notice 60.
  • 27 Voir infra, Annales 1751.

10Tous ne bénéficient d’ailleurs pas de la même attention de la part de Ruffelet, plus attentif à ses contemporains – les syndics des XVIe et XVIIe siècles ne sont guère mentionnés, au contraire des maires du siècle des Lumières – et à ceux auxquels le chanoine se trouve lié d’une manière ou d’une autre. Sans doute n’est-ce pas un hasard si l’un des rares sénéchaux de la ville cité par l’auteur des Annales briochines est un sieur Ruffelet26, chargé avec le sieur Précréhant de détruire la tour de Cesson en 1598 « de l’exécution des ordres du Roi ». Sans doute n’est-il pas fortuit non plus que l’unique mention faite à une action de la milice – ici les « milices de Plérin » et « celles de Saint-Brieuc », préfiguration sans doute des futures milices garde-côtes – intervient-elle dans le contexte de la guerre de Hollande, alors que les troupes plérinaises sont « commandées par les Sieurs Gendrot & Ruffelet27 ».

  • 28 Voir infra, Annales 1757.

11Hors de cette « bourgeoisie de fonctions » briochine, rares sont ceux qui méritent quelques lignes ou même quelques mots du chanoine. Il ne dit rien, par exemple, des principaux habitants des autres villes – certes modestes – du diocèse, Lamballe, Quintin, Moncontour principalement. Rien non plus ou presque de la bourgeoisie marchande, qu’il s’agisse des négociants de toile gravitant autour des marchés de Quintin, Moncontour, Uzel et Loudéac, des armateurs de Saint-Brieuc, Saint-Quay ou Paimpol, non plus que des petits « industriels » du cuir de Lamballe ou d’ailleurs. Les exceptions sont rares en effet, limitées aux correspondants de la Société d’agriculture de Bretagne originaires du diocèse : si cinq des neuf cités sont ou furent de cette bourgeoisie commerçante – François Julien Digaultrais, sieur des Landes, marchand de toiles à Quintin, son neveu François-Guillaume Le Deist de Botidoux, avocat et marchand de toiles à Saint-Hervé, Mathieu Le Mée de La Salle, marchand à Pontrieux, Jean Armez, sieur du Poulpry, négociant paimpolais et François-Jean Robert de Granville, caissier des mines de Châtelaudren et négociant à Saint-Malo –, ils ne sont pas mentionnés explicitement pour cela mais bien plus, finalement, pour les fonctions qu’ils occupèrent à partir de 1757 ou 1769 dans l’institution savante provinciale28.

12Ruffelet n’est pourtant pas insensible aux grandes activités économiques du diocèse. Une fois encore, cependant, sa vision de ces activités reste partielle.

Des « ports, commodes pour la navigation, & utiles au commerce »…

  • 29 Voir infra, Annales Description générale du diocèse pour l’essentiel.

13Trois grands types d’activités économiques – « trois ou quatre branches principales29 » écrit-il – retiennent l’attention de Ruffelet dans les passages qu’il consacre à la question. L’auteur des Annales briochines se montre d’ailleurs inégalement précis, accordant à certains secteurs une importance sans rapport avec leur poids économique dans le diocèse.

  • 30 Voir infra, Annales 1762.
  • 31 Sur cette mine, voir notamment Valmont de Bomare J.-C., Dictionnaire raisonné universel d’histoire (...)
  • 32 Sur cet établissement, voir Andrieux J.-Y., Forges et hauts-fourneaux en Bretagne du XVIIe au XIXe(...)

14Passons rapidement sur le second des secteurs évoqués par le chanoine : « les bleds, les cires, le miel, les bestiaux », mais aussi « le fer, le plomb, l’argent ». Nous reviendrons sur les premières de ces productions, Ruffelet se contentant de les mentionner, sans plus de précision. Plus significative est la place – certes fort modeste – accordée aux toutes aussi modestes activités métallurgiques du diocèse. L’auteur des Annales briochines insiste en effet sur la plus récente d’entre elles, liée à la découverte, en 1762, d’une mine de plomb argentifère aux confins des diocèses de Saint-Brieuc et de Tréguier, à Châtelaudren, paroisse dépendant d’ailleurs du second de ces diocèses et « annexée » abusivement par Ruffelet30. L’activité est pourtant presque anecdotique, probablement fort éloignée des 12 onces par quintal qu’évoque le chanoine31. Il passe en revanche totalement sous silence la production d’un autre établissement, celui-là bien implanté dans le diocèse, les forges du Vaublanc : fondé au XVIIe siècle par François de Farcy entre Plémet et La Prénessaye, en bordure du Lié, à proximité directe de la forêt de Loudéac, cet établissement est pourtant l’un des plus importants du genre en Bretagne, le plus important du diocèse de Saint-Brieuc32.

  • 33 Sur toutes ces questions, Martin J., Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéa (...)
  • 34 Sur ce point, voir par exemple Minard P., « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile (...)
  • 35 Martin J., Toiles de Bretagne…, op. cit., p. 163-188 s’intéresse par exemple aux Baron du Taya ou (...)

15Autre secteur évoqué par Ruffelet – le premier d’ailleurs, méritant de plus longs développements : celui des toiles, « ces toiles appellées Bretagnes [qui] se fabriquent à Quintin, Uzel, Loudéac, Moncontour & Paroisses circonvoisines ». Au moment où le chanoine rédige ses Annales, cette activité proto-industrielle est sans doute à son apogée, après les crises successives qu’ont engendrées les guerres de Succession d’Autriche et de Sept Ans, avant surtout l’amorce du déclin qui suivra, quelques années plus tard, la guerre d’Indépendance américaine et le développement de la concurrence silésienne33. Apparue au cours du XVe siècle sans doute autour de Quintin, la production de ces fines toiles de lin s’est peu à peu diffusée dans une large part du sud du diocèse, gagnant des paroisses du nord du diocèse de Vannes dans le pays de Pontivy, ou de l’est de celui de Quimper, en Haute-Cornouaille. Concernant au final une vaste zone d’une soixantaine de paroisses autour des quatre marchés que constituent Quintin, Moncontour, Loudéac et Uzel (voir carte 4), cette activité occupe sans doute plusieurs milliers de personnes : 3 500 à 4 000 tisserands vers 1770, souvent pluriactifs, associant tissage et travail de la terre, marchands ou négociants, mais aussi fileuses, apprêteurs, transporteurs ou encore blanchisseurs, en charge de l’opération essentielle consistant à blanchir les fils de lin – et non les toiles, au contraire de ce qui se passe pour les crées dans le Léon –, ainsi que le rappellent les règlements de 1676 et 1736. Cette production toilière, à l’instar des autres grandes productions textiles bretonnes, fait en effet l’objet d’une réglementation progressive, sous l’impulsion notamment de Colbert : en garantissant une qualité – presque – irréprochable et le respect de normes très strictes quant à la largeur des toiles, au nombre de fils de chaîne, de trame, etc., l’État et ses inspecteurs des manufactures ont assuré le succès à l’exportation de ces produits, favorisé ainsi la relative prospérité de la zone de production des bretagnes qui est l’une des plus densément peuplées de la province34. C’est le marché espagnol et, au-delà, sud-américain qui constitue le principal et presque unique débouché : ainsi, ce sont quelque 5 à 6 000 balles de toiles qui sont exportées en moyenne chaque année entre 1748 et 1788, 7 à 9 000 ponctuellement les bonnes années, notamment au début des années 1760 ou au milieu des années 1770. Les ballots transitent pour l’essentiel par Saint-Malo à cette période, même si Morlaix et Nantes ont pu, par le passé, jouer un rôle plus important. Saint-Malo, Morlaix et Nantes, mais pas Saint-Brieuc ou Le Légué, ainsi que le rappelle Ruffelet : pourtant, si le rôle d’intermédiaires des négociants malouins et nantais avec leurs homologues de Cadix fut initialement essentiel, au XVIIIe siècle, les plus importants parmi les marchands de Quintin, Moncontour ou Loudéac font directement affaire avec les Espagnols, ainsi qu’en témoignent leurs correspondances35. Malgré ces évolutions, jamais les quais de l’embouchure du Gouët ne parviendront à s’imposer comme véritable port toilier, les potentielles économies réalisées sur le transport terrestre des toiles ne justifiant pas de se détourner de Saint-Malo.

Carte 4 – La zone de production des toiles bretagnes vers 1770

Carte 4 – La zone de production des toiles bretagnes vers 1770

Carte : Yann LAGADEC

  • 36 Le port du Légué a obtenu en 1752, 25 000 livres des états pour son rétablissement, un quai y étan (...)
  • 37 Voir infra, Annales IVe et Ve siècle depuis Jésus-Christ et 1758.
  • 38 Sur ce point, Lespagnol A., « Bassin d’emploi et mobilité des populations dans les sociétés littor (...)
  • 39 Les marins originaires des côtes allant de Paimpol à Erquy, et notamment de Saint-Quay, d’Etables (...)
  • 40 Bailly N., Paimpol au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise (C. Nières, dir.), université Rennes 2, 1 (...)

16Pourtant, ce port « devient plus commode de jours en jours par les libéralités des États » insiste Ruffelet, qui a pu sans doute constater les effets positifs des aménagements lancés par le duc d’Aiguillon en personne au cours des années 175036. « Très-sûr, facile d’entrée, surtout par les vents de nord & nord-est […], fort fréquenté des étrangers37 » précise le chanoine, le Légué s’appuie sur d’autres types d’activités. La plus marquante est indéniablement la pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve, dont il ne faudrait cependant pas surestimer l’importance. Au XVIIIe siècle, le « pole morutier » du Goëlo n’est qu’une sorte d’appendice du centre malouin, à l’instar de Granville dont la croissance est d’ailleurs plus rapide : avec une douzaine d’armements annuels tout au plus avant les années 1760, pas même une vingtaine dans la décennie suivante, l’on est très loin des 120 à 130 navires armés à Saint-Malo mais aussi de la centaine qui le sont dans le port du Cotentin38. Au moment où Ruffelet rédige les Annales briochines, le Légué est le principal des quelques ports du diocèse de Saint-Brieuc concernés par cette activité (voir carte 5) ; il n’est pas le seul, loin s’en faut, Bréhat, Paimpol, Saint-Quay, Étables, Binic, Pordic, Dahouët ou Erquy continuant à armer pour Terre-Neuve. La tendance est cependant déjà à la concentration autour de quelques-uns de ces havres, Le Légué donc, mais aussi et surtout Binic et, dans une moindre mesure, Paimpol, dont le rôle ne s’affirmera qu’après 1850. Et, à défaut d’armer directement les navires pour l’Atlantique nord, tous ces ports fournissent des membres d’équipages à ceux qui partent de Saint-Malo39. Les techniques employées, les circuits empruntés sont en effet les mêmes, privilégiant la morue dite « sèche » plutôt que la morue « verte » : sur les 164 armements pour Terre-Neuve enregistrés dans le ressort de l’amirauté de Saint-Brieuc de 1768 à 1776, seuls 39 ont opté pour la seconde40. Quittant les ports de la baie de Saint-Brieuc entre fin mars et début mai, les navires atteignent Terre-Neuve un mois plus tard. Ils reviennent à la fin de l’automne, non sans avoir, dans leur très grande majorité, vendu leur cargaison dans les ports de Méditerranée – en Languedoc, en Provence, dans quelques ports italiens, mais aussi en Catalogne – et, pour certains, avoir commercialisé les marchandises achetées ici au Havre ou à Bordeaux.

Carte 5 – Les armements morutiers dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)

Carte 5 – Les armements morutiers dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)

Carte : Yann LAGADEC

  • 41 Pourchasse P., « De Libau à Roscoff. L’indispensable graine de lin de Courlande », Histoire et soc (...)
  • 42 Caspar D., L’armement des ports de l’Amirauté de Saint-Brieuc de 1768 à 1792, mémoire de maîtrise, (...)
  • 43 Bailly N., Paimpol au XVIIIe siècle …, op. cit., p. 97-100.
  • 44 Voir infra, Annales 1757.

17Activité transatlantique, la pêche à la morue alimente ainsi parallèlement une activité de cabotage à plus ou moins grande échelle (voir carte 6). Mobilisant des effectifs souvent comparables dans les ports les plus importants, dans le cadre de campagnes d’ailleurs plus longues – une dizaine de mois en moyenne contre sept à Terre-Neuve –, le cabotage permet notamment de ravitailler les ports de la baie de Saint-Brieuc en sel pour la campagne morutière à venir, principalement depuis le Croisic. Mais le sel n’est pas tout, aussi important soit-il : avec Pontrieux, Tréguier, les ports de la baie du Mont-Saint-Michel, le Cotentin, l’on échange chaux, cidre, vin. De Morlaix, c’est du tabac que l’on fait venir, tandis que Roscoff, principal port d’importation de la graine de lin de la Baltique, fournit les semences qui permettront d’assurer la continuité de la production toilière du sud du diocèse41. Saint-Malo aspire toute une série de denrées et produits essentiels à ses armements et son commerce, jouant à plein son rôle redistributeur vers un vaste hinterland qui intègre de facto le diocèse de Saint-Brieuc et ses principaux ports. En temps de guerre, Brest prend pour une part le relais, au moins en ce qui concerne le drainage de nombreuses productions indispensables aux vaisseaux du roi42. Une fois la paix revenue, c’est Jersey, dont les corsaires constituent l’une des principales menaces, qui fournit du « charbon de terre ». Au-delà de ce que l’on qualifie alors de « petit cabotage », à l’échelle donc de la Bretagne et des littoraux environnants, se développe un cabotage plus lointain, vers Rouen, Le Havre ou Dunkerque pour le sel, vers Bordeaux pour le vin, Bayonne et Arcachon pour le goudron et le bois. S’y ajoutent des contacts réguliers avec Marseille, Sète ou Toulon, mais aussi Cadix. Jean Armez du Poulpry, qui arme 65 navires depuis Bréhat de 1768 à 1786, dont 45 pour les seules années 1768-1776, constitue l’exemple-type de ces armateurs en cabotage43. Né en 1704, seigneur du Poulpry, de Plourivo et de Lannevez en Paimpol – c’est à ce titre notamment qu’il s’intéresse aux prairies artificielles, ce qui lui vaut d’être correspondant de la Société d’agriculture44 –, ce négociant qui est subdélégué de l’intendant arme aussi bien gabares, barques et sénaults que brigantins et sloops, jaugeant de 9 à 130 tonneaux. Ses livres de comptes illustrent l’extrême diversité des produits échangés : il vend des céréales, des pois verts, des porcs, des toiles, du beurre, du goudron, des chandelles, du cidre, des chemises, du lin, du bois, du poisson ; il achète du vin à Bordeaux et en Catalogne, des bœufs, des tapisseries, des toiles, du gingembre, du sel, du sucre, du café à Saint-Malo, des ardoises à Châteaulin, des toiles à voiles à Rennes, des olives, des moutons, du bois, du charbon, de l’huile et du savon à Marseille.

Carte 6 – Les armements de caboteurs dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)

Carte 6 – Les armements de caboteurs dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)

Carte : Yann LAGADEC

  • 45 Taillemite E., « Les pêches maritimes en Bretagne au XVIIIe siècle », MSHAB, 1987, t. LXV, p. 118. (...)
  • 46 Sur ces pêcheries, voir Mesnard M., « Les pêcheries de l’abbaye de Beauport au 18e siècle », MSECD (...)

18D’autres activités maritimes, fort secondaires il est vrai, ne sont pas mentionnées par Ruffelet. Ainsi du très modeste commerce colonial, qui peine à se développer avant qu’une franchise, accordée en 1776, assure la liberté d’armer pour les îles, des navires d’ailleurs plus importants, de l’ordre de 400 tonneaux. Ainsi de la pêche côtière dont les prises – congres, colins, raies que l’on faisait sécher – auraient par le passé alimenté un grand commerce international, sinistrée cependant selon Le Masson du Parc en raison de l’essor de la pêche à Terre-Neuve : « généralement parlant, les pêches de cette amirauté ne sont point considérables » écrit-il en 172645. Ne subsisteraient alors que quelques traces de cette pêche qui se pratiquait pour l’essentiel par le biais de pêcheries dont, dit-il, « on voit encore dans les villages des vestiges » : « plus de la moitié des maisons qui y servoient sont aujourd’hui détruites46 ».

19Ainsi, en 1726, selon le même enquêteur, « l’on ne trouve pas en tout vingt pêcheurs depuis Paimpol jusqu’à l’extrémité du Goëlo » : les habitants, délaissant la mer, se seraient massivement tournés vers la terre, se faisant laboureurs. Si Le Masson du Parc exagère sans doute pour une part, ce spécialiste du monde littoral accorde finalement plus d’importance que Ruffelet à ceux qui constituent la plus grande partie de la population du diocèse de Saint-Brieuc : des ruraux vivant de l’agriculture.

Des absents sous la plume de Ruffelet : la terre et les paysans

  • 47 C’est ce que note d’ailleurs, dès 1733, l’intendant de Bretagne des Gallois de La Tour dans son fa (...)
  • 48 Charpentier E., Le littoral et les hommes. Espaces et sociétés des côtes nord de la Bretagne au XV (...)
  • 49 Ibid., p. 489.
  • 50 Sur ces aspects, Gicquel O., Saint-Brieuc dans les dernières décennies de l’Ancien Régime …, op. c (...)

20Une société rurale, tournée vers la terre bien plus que vers la mer : telle est la réalité sociale du diocèse de Saint-Brieuc au temps de Ruffelet47. La chose paraît évidente pour les paroisses de l’intérieur. Mais il en va de même, on l’oublie trop souvent, sur le littoral. À Dahouët par exemple, parmi les 13 pêcheurs que compte Le Masson du Parc, si deux sont pêcheurs à pied et quatre sont classés, deux sont aussi cordonniers et, surtout, cinq pêcheurs et laboureurs tout à la fois48. À Langueux, autre paroisse littorale, sur 259 personnes payant la capitation au milieu du XVIIIe siècle, une seule affiche une activité maritime. Et à Paimpol, l’un des principaux ports du diocèse, l’on ne compte à la même date que 6,2 % de gens de mer parmi les 307 contribuables : laboureurs et journaliers sont ainsi bien plus nombreux49. La ville même de Saint-Brieuc n’échappe pas à cette orientation largement agricole : en 1781, l’on y compte par exemple 115 laboureurs et 42 journaliers, sans même parler des 19 jardiniers, bien plus nombreux donc que les quelque 120 négociants et marchands de différents niveaux ; quant aux quatre marins et sept matelots qui y sont recensés, ils font bien pâle figure50.

  • 51 Ogée J.-B., Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Rennes, Molliex, 2e éd., 1843, p. (...)
  • 52 Ibid., p. 268.
  • 53 Ibid., p. 456 et 937.
  • 54 Le premier note que « les environs de ces trois villes [Guingamp, Saint-Brieuc et Lamballe] parois (...)
  • 55 Voir infra, Annales Description générale du diocèse ainsi que IVe et Ve siècles depuis Jésus-Chris (...)

21Cette réalité foncièrement rurale et agricole échappe largement à Ruffelet, qui se montre très en retrait par rapport à ce que donnent à lire certains de ses quasi-contemporains, à commencer par Jean-Baptiste Ogée, auteur d’un Dictionnaire géographique publié pour la première fois en 1770, dont la notice briochine est sans doute due… à notre chanoine. La notice de chaque paroisse mentionne en effet les principales productions agricoles tout en décrivant, à grands traits, les paysages du lieu : à Étables, paroisse dont dépend Binic, il est précisé que si le territoire est « plein de collines et de vallon », « les terres y sont excellentes et assez exactement cultivées51 » ; Erquy est une paroisse « fertile en grains », même si l’on regrette qu’une « grande partie du terrain est en landes, ou couverte par les sables de mer52 » ; le terroir de Lantic, « pays couvert d’arbres et buissons » est lui aussi « fertile et très exactement cultivé », produisant « du grain, du lin et des fruits » tandis qu’à Trévé, dans le sud du diocèse, l’on peut observer, sur un territoire « varié de coteaux, de collines et de vallons et couvert d’arbres fruitiers et autres, […] des terres en labour, des prairies, des bois et des landes53 ». On le voit : aussi précieuses soient-elles, ces indications, si elles disent bien la place de l’agriculture dans l’économie du diocèse de Saint-Brieuc, ne permettent guère de se faire une idée très précise des grandes productions et de leur répartition. Les indications des voyageurs, y compris les plus prompts à décrire les retards – l’arriération – de la Bretagne en matière agricole, ne sont pas plus précises d’ailleurs : Mignot de Montigny en 1757, l’agronome anglais Arthur Young en 1788 sont bien trop vagues eux aussi54. Quant au chanoine Ruffelet, tout juste note-t-il que le « terroir y est bon & fertile dans les endroits cultivés ; mais il ne l’est pas également partout », regrettant, avec Duhamel du Monceau, la place encore tenue par les landes en maints endroits, signalant tout juste les principales productions que seraient « les bleds, les cires, le miel, les bestiaux55 », à peu de choses près celles de tout l’Ouest de la France…

  • 56 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 224-237.
  • 57 Voir infra, Note XXIII.

22Or le diocèse de Saint-Brieuc se révèle bien plus diversifié qu’on ne pourrait le croire de prime abord, en raison notamment de la variété des conditions naturelles : les environs de Loudéac et d’Uzel, plus éloignés de la mer, sur des terres souvent moins riches et plus soumises aux aléas climatiques en raison d’une altitude certes modeste, mais dont les effets n’en sont pas moins réels, n’ont rien de commun avec les paroisses de la frange littorale. Le mémoire rédigé par l’intendant des Gallois de La Tour, en 1733, en rend partiellement compte, quand bien même on ne saurait prendre au pied de la lettre des statistiques d’une précision souvent fort suspecte56. Trois éléments principaux en ressortent plus nettement. Le premier concerne, sans grande surprise, la place tenue par la céréaliculture : certes, il ne s’agit pas de la seule culture mais les autres ne constituent qu’une activité de complément, à l’instar de celle du pommier pour la production d’un cidre consommé localement pour l’essentiel, ou de celle du lin, pourtant travaillé ici mais que l’on fait pour l’essentiel venir du Trégor voisin. Des huit subdélégations dont le territoire recouvre pour une part celui du diocèse de Saint-Brieuc57, seules trois – Moncontour, Lamballe et Quintin – sont autosuffisantes, celles de Saint-Brieuc, Uzel, Jugon, Paimpol et Matignon devant trouver une partie de leurs subsistances en Basse-Bretagne ou dans les subdélégations voisines de Dinan et Lamballe. La chose dit bien le caractère fragile de cette économie agricole, une fragilité compensée pour une part par la diversité des céréales cultivées : aux côtés du froment, du méteil, du seigle, de l’orge et de l’avoine, le blé noir – une polygonacée et non une céréale – offre un indispensable complément, tout particulièrement sur les terres les plus pauvres.

  • 58 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 224-237.
  • 59 Meyer J., La noblesse bretonne …, op. cit., p. 558.
  • 60 Ibid., p. 555.

23Or il s’agit là indéniablement de la seconde caractéristique ressortant de la plupart des descriptions du diocèse : la place tenue par les landes est partout signalée. Dans la subdélégation de Saint-Brieuc, selon le rapport de des Gallois de La Tour, plus de la moitié des 20 000 arpents de terre « sont incultes, occupés par des rochers et côtes de la mer » ; dans celle de Moncontour, ce sont quelque 36 000 arpents sur 65 000 qui sont couverts de « landes, rochers et montagnes », 5 450 sur 19 000 « incultes et abandonnés, n’occupant que des forêts et des landes » dans celle de Quintin, plus de 11 000 sur 24 000 en « landes qui ne méritent pas d’être défrichées » dans celle d’Uzel58. Avec 47 % de terres incultes dans les années 1770, le diocèse de Saint-Brieuc se situe un peu au-dessus de la moyenne bretonne qui n’est que de 43 %, un chiffre néanmoins considérable59. Pourtant, c’est ici que les principaux défrichements sont enregistrés : dans le seul duché de Penthièvre, aux domaines de Lamballe et Moncontour pour l’essentiel, des centaines d’hectares sont afféagés dans ce seul but, notamment dans les années 1767-1769, 1 200 journaux – de l’ordre de 500 ha – dans les landes de Plestan au sieur Baudouin de Guémadeuc par exemple, plus encore dans les Landes de Fanton, au sud de Moncontour. Ici, ce sont par exemple 200 ha – sur les 1 000 concédés – qui sont défrichés dès 1771, alors qu’une véritable « colonie » accueille 40 personnes, dont un menuisier, un charron, un couvreur mais aussi un arpenteur-géomètre60.

  • 61 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 227.
  • 62 Ibid., p. 224.
  • 63 Sur les foires et marchés de cette zone, voir Couffon R., « Quelques considérations sur les foires (...)
  • 64 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance…, op. cit., p. 227. Il en va de même autour de Matignon (...)

24La chose ne se fait pas sans résistances parfois, notamment parce que ces landes et terres incultes, tant dénoncées par les agronomes du temps, sont de facto intégrées à un système agraire semi-extensif faisant la part belle à l’élevage : dans ce cadre, l’« on s’en sert pour le pacage des bestiaux, et pour leur faire de la litière, dont on fait de l’engrais pour fumer les terres labourables » note par exemple des Gallois de La Tour61. Remettre en cause la place des landes revient donc à fragiliser l’équilibre précaire de l’ensemble de ce système agraire associant, d’un bout à l’autre du diocèse de Saint-Brieuc, céréaliculture sur les terres chaudes et élevages sur les autres. Les bovins dominent sans doute – de l’ordre de 25 000 têtes en 1733 à en croire le rapport de l’intendant de Bretagne62 –, bœufs largement utilisés pour les labours ou vaches. Ces bêtes se vendent, grasses ou maigres, sur une trentaine de foires qui attirent, pour certaines, des marchands de Normandie qui, après engraissement, revendront les bovins sur le marché parisien63. Les chevaux, qui seraient plus de 8 000, n’occupent cependant pas encore la place qui sera la leur au siècle suivant dans toute cette zone, notamment autour de Lamballe. Quant aux porcs et aux ovins, présents eux aussi, leur importance dans l’économie locale, au-delà de la simple auto-consommation, reste difficile à apprécier en raison des disparités des données des différentes subdélégations. Tout juste peut-on noter que les paysans des environs de Moncontour « vendent dans les marchés de la laine provenant de leurs moutons et brebis après avoir retenu ce qui leur est nécessaire pour leur usage64 ».

25En cela, le diocèse de Saint-Brieuc n’est sans doute pas très différent des autres diocèses bretons. Ruffelet omet cependant de le dire.

  • 65 Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 3E 14/272, étude Jean Chevalier, inventaire après décès du 26 novem (...)

26L’inventaire après décès du chanoine Ruffelet mentionne la présence d’une lorgnette65. Il semble que ce soit, pour une part, par le petit bout de cette lorgnette qu’il a observé, au tournant des années 1760-1770, l’économie et la société briochines. À trop vouloir mettre en avant l’extraordinaire – les « grands hommes » des environs d’une part, l’économie marchande et maritime d’autre part –, il en oublie finalement l’essentiel : la grande masse des paysans qui, éventuellement pluri-actifs, associant activités agricoles et artisanales, industrielles ou halieutiques, n’en sont pas moins les plus nombreux et ceux qui portent la plus grande partie de l’économie du diocèse.

27En cela, la vision qu’a Ruffelet de l’économie et de la société du « pays » de Saint-Brieuc se révèle être foncièrement celle d’un privilégié d’une part, membre des élites urbaines d’autre part, bien plus attiré par l’insolite que par les réalités vécues par le plus grand nombre. Il nous en dit, ainsi, indirectement, tout autant sur lui que sur le monde dans lequel il vit.

Notes

1 Sur ce point, Goubert J.-P., Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974, p. 11-51.

2 Voir, à ce sujet, Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 777-801, Aubert G., Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, PUR, 2001, p. 88 et Nassiet M., « Émotions populaires et prix des grains en Bretagne au XVIIIe siècle », MSHAB, t. LXVII, 1989, p. 165-184.

3 Il est d’ailleurs significatif que la construction de « l’ancien pont de Gouédic » soit datée par Ruffelet de « l’Épiscopat de Denis de La Barde, environ 1613 » (voir infra, Annales 1730).

4 Voir infra, Annales 1618 et Catalogue des évêques, notice 51.

5 Voir infra, Annales 1723 et Catalogue des évêques, notice 57.

6 Voir infra, Annales 1684 et Catalogue des évêques, notice 55.

7 Voir infra, Annales 1499 et Catalogue des évêques, notice 44.

8 Voir infra, Annales 1564 et Catalogue des évêques, notice 49.

9 Voir infra, Annales 1720 et Catalogue des évêques, notice 56.

10 Voir infra, Annales 1746.

11 Voir infra, Annales 1706 et 1722.

12 Voir infra, Annales 1503, 1615, 1620, 1624, 1707, 1711.

13 Voir infra, Annales 1672.

14 Voir infra, Annales 1658.

15 Berthelot du Chesnay C., Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1984, p. 60 dans quelque 128 paroisses et trêves, soit une moyenne de plus de 4 prêtres par paroisse.

16 Voir, à ce sujet, Meyer J., La noblesse bretonne…, op. cit., p. 16-26 et Nassiet M., Noblesse et pauvreté. La petite noblesse en Bretagne (XVe-XVIIIe siècles), Rennes, SHAB, 1993, 526 p.

17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine – C 4265, rôles de capitation de la noblesse du diocèse de Saint-Brieuc, 1770. La capitation moyenne est ici de 28 L 15 s., mais elle n’atteint pas 14 l. à Quintin, 13 l. à Plouha, deux des paroisses où la densité nobiliaire est la plus importante avec une quinzaine de familles. La plus forte capitation est payée par Madame de Carné et ses enfants, à Plumieux, avec 300 l. Avec 150 l., M. Ruffelet, vraisemblablement le cousin du chanoine, acquitte la deuxième cote de la ville de Saint-Brieuc, derrière le comte de La Rivière, gouverneur, qui en paie 200.

18 Voir infra, Annales 1579, 1605, 1622, 1643, 1708, 1730, 1734, 1745, 1748, 1760 notamment. Notons cependant que, si ces familles sont possessionnées dans le diocèse de Saint-Brieuc, la plupart n’y paient pas la capitation : leur résidence est désormais ailleurs, rennaise voire versaillaise. La chose dit un peu plus encore le caractère biaisé de la perspective qui est celle de Ruffelet dans son approche de la société briochine.

19 Voir infra, Annales 1569 et 1696, Notice abrégée de l’histoire de Penthièvre.

20 Voir infra, Annales 1667, 1696 notamment et annexe 9, notices 28, 29, 30, 31.

21 Voir infra, Annales 1539, 1720, 1738, 1767.

22 Voir infra, Annales 1734 et annexe 9, notice 66.

23 Voir infra, Annales 1743.

24 Voir infra, Annales 1609, 1692, 1746, 1754 ainsi que la Liste des gouverneurs et maires.

25 Arch. dép. des Côtes d’Armor – C 43a et Gicquel O., Saint-Brieuc dans les dernières décennies de l’Ancien Régime : démographie, société, mémoire de maîtrise (C. Nières, dir.), université Rennes 2, 1986, p. 184-187.

26 Voir infra, Annales 1591 et annexe 9, notice 60.

27 Voir infra, Annales 1751.

28 Voir infra, Annales 1757.

29 Voir infra, Annales Description générale du diocèse pour l’essentiel.

30 Voir infra, Annales 1762.

31 Sur cette mine, voir notamment Valmont de Bomare J.-C., Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, Paris, Brunet, 1765, vol. 5, p. 138.

32 Sur cet établissement, voir Andrieux J.-Y., Forges et hauts-fourneaux en Bretagne du XVIIe au XIXe siècle, Saint-Herblain, CID, 1987, p. 59-91.

33 Sur toutes ces questions, Martin J., Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac (1670-1830), Rennes, PUR, 1998, 376 p.

34 Sur ce point, voir par exemple Minard P., « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile française au XVIIIe siècle », dans Stanziani A. (dir.), La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2003, p. 69-89 ou, du même auteur, « Normes et certifications des qualités : les règles du jeu manufacturier au XVIIIe siècle », dans Bretagnes. Art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours. Mélanges offerts au professeur Jean Tanguy, Brest, Association des amis de J. Tanguy, 1996, p. 173-190. La déréglementation consécutive à la libéralisation du commerce après 1790-1791 accroît le déclin de la manufacture : sans garantie de qualité, les toiles bretonnes ne peuvent plus guère concurrencer celles d’autres provenances, de Silésie notamment.

35 Martin J., Toiles de Bretagne…, op. cit., p. 163-188 s’intéresse par exemple aux Baron du Taya ou Digaultray des Landes, négociants de Quintin. Les négociants urbains ne sont pas les seuls, comme l’illustre le cas de Mathurin Boschat, d’Allineuc, ou celui de Pierre-Anne Moisan, installé dans la paroisse tout aussi rurale de Trévé ; sur les horizons planétaires de ce dernier, voir Lagadec Y., « Trévé et la Vera-Cruz : les horizons d’un marchand de toiles de Bretagne centrale au XVIIIe siècle », ABPO, t. 112, 2005, p. 127-142.

36 Le port du Légué a obtenu en 1752, 25 000 livres des états pour son rétablissement, un quai y étant établi à partir de 1759. Dans le même temps, l’on réfléchit à la possibilité de « percer un chemin dans la montagne du Légué afin de rendre le port accessible aux voitures » et d’en faciliter ainsi l’accès ; Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine – C 2396.

37 Voir infra, Annales IVe et Ve siècle depuis Jésus-Christ et 1758.

38 Sur ce point, Lespagnol A., « Bassin d’emploi et mobilité des populations dans les sociétés littorales : l’espace morutier de la Manche aux XVIIe-XXe siècles », dans Chappé F., Le Bouëdec G. (dir.), Actes de la table ronde du 21 janvier 1995, Lorient, 1996, p. 16-30. Il convient cependant de noter ici le développement de cette activité morutière : selon un document daté de 1717, il n’y a à cette date « plus un bâtiment dans les ports de Binic, Portrieux et Dahouët en état de faire la pêche à la morue. Ils ont tous été pris pendant la guerre par les corsaires ennemis. La dernière fut la Julie, prise en 1713, et ce ne fut qu’en 1722 que l’on fut en état de mettre de nouveaux vaisseaux en armement » (La Motte-Rouge D. de, Vieilles demeures et vieilles gens. Châtellenie de Lamballe, Hénansal, D. de La Motte-Rouge, 1977, p. 64). En 1728, l’on ne compte que 5 armements pour Terre-Neuve dans l’ensemble des ports de l’amirauté de Saint-Brieuc ; ils sont entre 15 et 20 dans les années 1760, 35 en 1786.

39 Les marins originaires des côtes allant de Paimpol à Erquy, et notamment de Saint-Quay, d’Etables ou de Dahouët, représentent de l’ordre de 20 à 25 % des équipages de l’espace morutier de la Manche occidentale au début du XVIIIe siècle, autour de 15 % sans doute à la fin du siècle. Sur ce point, Lespagnol A., « Bassin d’emploi et mobilité des populations dans les sociétés littorales : l’espace morutier de la Manche aux XVIIe-XXe siècles », dans Chappe F. et Le Bouëdec G. (dir.), Actes de la table ronde du 21 janvier 1995, op. cit., p. 28.

40 Bailly N., Paimpol au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise (C. Nières, dir.), université Rennes 2, 1991, p. 89.

41 Pourchasse P., « De Libau à Roscoff. L’indispensable graine de lin de Courlande », Histoire et sociétés rurales, n° 34, 2010, p. 53-78.

42 Caspar D., L’armement des ports de l’Amirauté de Saint-Brieuc de 1768 à 1792, mémoire de maîtrise, université Rennes 2, 1967, 127 p.

43 Bailly N., Paimpol au XVIIIe siècle …, op. cit., p. 97-100.

44 Voir infra, Annales 1757.

45 Taillemite E., « Les pêches maritimes en Bretagne au XVIIIe siècle », MSHAB, 1987, t. LXV, p. 118. Il note cependant que la pêche au maquereau est encore fort pratiquée, y voyant « une manne pour les habitants ».

46 Sur ces pêcheries, voir Mesnard M., « Les pêcheries de l’abbaye de Beauport au 18e siècle », MSECDN, t., LXXVII, 1947, p. 31-37 et, sur une zone proche, Droguet A., dans « Un imbroglio juridique : les pêcheries de saumon de la Roche-Jagu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Charpiana. Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, Fédération des sociétés savantes de Bretagne, 1991, p. 243-255.

47 C’est ce que note d’ailleurs, dès 1733, l’intendant de Bretagne des Gallois de La Tour dans son fameux mémoire, en écrivant, au sujet des activités des habitants de la subdélégation de Saint-Brieuc, que ceux-ci « en général sont laborieux, principalement pour l’agriculture qui fait leur première occupation » ; Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance en Bretagne au XVIIIe siècle. Le mémoire de l’intendant Jean-Baptiste des Gallois de La Tour (1733), Rennes, SHAB, 1999, p. 226.

48 Charpentier E., Le littoral et les hommes. Espaces et sociétés des côtes nord de la Bretagne au XVIIIe siècle, thèse, dact., université Rennes 2, 2010, p. 457.

49 Ibid., p. 489.

50 Sur ces aspects, Gicquel O., Saint-Brieuc dans les dernières décennies de l’Ancien Régime …, op. cit., p. 184-187.

51 Ogée J.-B., Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Rennes, Molliex, 2e éd., 1843, p. 271.

52 Ibid., p. 268.

53 Ibid., p. 456 et 937.

54 Le premier note que « les environs de ces trois villes [Guingamp, Saint-Brieuc et Lamballe] paroissent bien cultivés ainsi que le reste du pays jusqu’à Rennes. Tous les champs sont environnés de fossés bien entretenus dont les revers sont tous plantés en chênes. On coupe tous les cinq ans les branches de ces arbres et c’est ce qui produit tout le bois de chauffage qui se consume dans la Haute Bretagne où les grands bois sont très rares » (Bourde de La Rogerie H., « Voyage de Mignot de Montigny de l’Académie des Sciences en Bretagne, 1752 », MSHAB, t. VI, 1925, p. 292). S’il est avant tout frappé par le « pays tout entier en clôture », Young regrette pour sa part la « futilité » et l’« absurdité » de la nombreuse noblesse lamballaise, dont les membres « s’emploiraient mieux à cultiver leurs terres et à rendre les pauvres industrieux » (Young A., Voyages en France en 1787, 1788, 1789, rééd., Paris, A. Colin, 1976, p. 232-233).

55 Voir infra, Annales Description générale du diocèse ainsi que IVe et Ve siècles depuis Jésus-Christ.

56 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 224-237.

57 Voir infra, Note XXIII.

58 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 224-237.

59 Meyer J., La noblesse bretonne …, op. cit., p. 558.

60 Ibid., p. 555.

61 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance …, op. cit., p. 227.

62 Ibid., p. 224.

63 Sur les foires et marchés de cette zone, voir Couffon R., « Quelques considérations sur les foires et marchés à la fin du XVIIe siècle particulièrement dans l’ancien diocèse de Saint-Brieuc », MSECDN, 1967, t. XCVI, p. 1-34. Notons que le beurre du diocèse de Saint-Brieuc ne semble pas avoir la même réputation que celui produit autour de Rennes.

64 Lemaître A.-J., La misère dans l’abondance…, op. cit., p. 227. Il en va de même autour de Matignon et de Jugon.

65 Arch. dép. des Côtes-d’Armor – 3E 14/272, étude Jean Chevalier, inventaire après décès du 26 novembre 1806.

Table des illustrations

Titre Carte 3 – L’implantation de la noblesse dans le diocèse de Saint-Brieuc vers 1770
Légende Carte : Yann LAGADEC
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Carte 4 – La zone de production des toiles bretagnes vers 1770
Légende Carte : Yann LAGADEC
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 5 – Les armements morutiers dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)
Légende Carte : Yann LAGADEC
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Carte 6 – Les armements de caboteurs dans les ports du diocèse de Saint-Brieuc (1768-1776)
Légende Carte : Yann LAGADEC
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540