Version classiqueVersion mobile

Espaces en transactions

 | 
Raymonde Séchet
, 
Isabelle Garat
, 
Djemila Zeneidi

Deuxième partie. Ressource territoriale et investissement des lieux

Mobilité pendulaire et identité territoriale

Xavière Lanéelle

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les mouvements pendulaires ont déjà donné lieu à de nombreuses recherches en tant que flux physiques, comme en rendent compte les travaux de l’INRETS ou ceux de B. Baccaïni (1996) par exemple ; cet intérêt tient au fait que la mobilité quotidienne des Français s’est considérablement accrue au cours de la seconde moitié du xxe siècle, et les individus qui travaillent dans une autre ville que celle du domicile sont désormais nombreux. Les distances qu’ils parcourent quotidiennement ont elles aussi augmenté puisqu’en 1999 la distance moyenne à vol d’oiseau était de 15,1 km contre 13,1 km en 1982 (Madre et Maffre, 1995; Armoogum, Krakutovski et Madre, 2003). Grâce à la très grande vitesse ferroviaire, certains se déplacent à plus de 200 km. Ce sont les navetteurs-TGV, à qui je m’intéresserai.

Au préalable, je tiens à préciser mon choix pour l’expression « mobilité pendulaire » plutôt que « migration pendulaire ». Avec H. Le Bras (2002), je considère que

« […] le terme de mobilité s’appliq...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search