Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Troisième partie. Combat pour la délivrance

Chapitre 14. Le chemin de l’honneur : la destruction d’un mouvement social, 1965-1974

Texte intégral

  • 1 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : « Étude sur le (...)
  • 2 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 24 fé (...)
  • 3 Ceci a également été suggéré dans une interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

1« Les prisons regorgent de Sawabistes », rapporte à Paris l’ambassade de France à Niamey, à l’été 19661. Elles n’étaient pas remplies uniquement des commandos capturés sur le champ de bataille au cours des années précédentes, puisque le rapport ajoute qu’il n’y avait plus aucun signe des cellules domestiques. Ce détail souligne par inadvertance l’étendue de la répression déclenchée par la ligue franco-RDA depuis l’invasion de 1964, et à la suite de l’attentat contre Diori au printemps de l’année suivante. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, les cellules de l’intérieur continuaient à fonctionner en dépit d’années de harcèlement, mais le compte-rendu susmentionné – en plus d’un rapport britannique de la même époque2 – montre que quelques années plus tard, elles avaient pour la plupart, sinon pour l’intégralité, été démantelées. Étant donné le silence des archives, on ne peut connaître le nombre exact des militants arrêtés. Mais plusieurs centaines de maquisards au moins avaient été placées en détention lors de la guerre contre le RDA, et si plus de 500 personnes avaient été appréhendées à Niamey uniquement en octobre 1964 (même si les personnes détenues dans le cadre de cette opération n’étaient pas toutes des sawabistes), et si, en outre, 800 membres du mouvement avaient atterri à la prison de Zinder à la suite de l’invasion, il est probable qu’au cours des ans, plusieurs milliers de militants furent mis en détention de façon permanente ou sur des courtes durées3. La remarque française sur les prisons du Niger remplies au-delà de leurs capacités semble confirmer cette déduction. Par conséquent, le Sawaba fut complètement anéanti aussi bien en tant que mouvement social qu’en tant que force politique.

Torture

  • 4 B.L. Placca, ambassade du Ghana Niamey, à M.F. Dei-Anang, African Affairs Secretari (...)
  • 5 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.
  • 6 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965.

2Une première étape du processus de sa destruction consista en l’arrestation des militants impliqués dans la tentative d’assassinat de Diori, et dans les actions qui s’y rapportent. Étant donné les mesures de représailles mises en œuvre par le régime par le passé, en particulier à la suite des attaques de 1964, les personnes concernées pouvaient s’attendre à un traitement effroyable. Maîtrisé sur la place de la Grande Mosquée, Amadou Diop fut entièrement déshabillé – apparemment sur le champ, avant d’être amené, sans doute pour s’assurer qu’il ne cachait aucune arme dans son boubou. Il fut conduit au niveau d’un centre de détention pour interrogatoire, très probablement le BCL, au sein du complexe présidentiel, bien qu’à cette époque, son directeur, Jean Colombani, ait été en congé4. Diop se rappellera plus tard avoir rencontré le capitaine Badié, ce qui signifie peut-être qu’il a été amené à la gendarmerie. Comme on ignore à quel moment le face-à-face eut lieu, ceci n’est cependant pas sûr. Badié aurait essayé d’intimider le sawabiste en lui tirant dessus, mais son arme se serait enraillée5. Si cela est vrai, l’incident s’est aussi peut-être déroulé à un autre moment, puisque nous savons que Diop était alors interrogé par – entre autres – quatre membres des services de renseignement ivoiriens mis à la disposition du régime6.

  • 7 Afrique Nouvelles, 22-28 avr. 1965, no 924.
  • 8 Comme on l’a vu au chap. 6, Maïga avait fait détruire les amulettes des marabouts. (...)
  • 9 Lors d’un entretien, Diop ôta son vêtement pour montrer sa mutilation. Zinder, 13 f (...)
  • 10 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 et Le Monde (...)
  • 11 Interview Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 avr. 2003. Voir photo 14.1. Le Rheinische (...)
  • 12 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 et Premier ministre. SDEC (...)

3Le traitement subi par Diop fut à tout point de vue épouvantable, et sachant, à travers une autre source, de quoi les agents ivoiriens étaient capables, il est possible que la chose ait eu lieu en leur présence (dans tous les cas, en présence des agents de la Sûreté du Niger7). Diop étant nu, on remarqua qu’il avait des grigris sous la peau au niveau de la poitrine et de l’épaule. Sans aucun doute du fait de la crainte universelle des « gris-gris8 », et afin de le torturer, ses tourmenteurs les firent extraire – sans anesthésie, comme Diop le notera plus tard. Il en résulta une terrible lésion9 et Diop a dû en souffrir intensément, mais les services français rapportent qu’il a d’abord résisté à ses interrogateurs nigériens et que les agents ivoiriens furent à peine plus efficaces. Tandis que les Français attendaient le retour de Colombani, l’interrogatoire se poursuivit10. Diop était nu tout ce temps (on lui passa la chemise d’un policier au moment de prendre une photographie11). En dépit de son courage exceptionnel, le camionneur ne pouvait que craquer, d’autant plus que l’extraction de ses grigris avait dû ébranler son assurance. Tôt ou tard, Diop donna les détails des opérations dans lesquelles il avait été impliqué, y compris les noms de ses camarades, dont certains furent aussitôt arrêtés12.

Photo 14.1 – Sans doute Amadou Diop en détention (Rheinischer Merkur, 18, 30 avril 1965).

Photo 14.1 – Sans doute Amadou Diop en         détention (Rheinischer         Merkur, 18, 30 avril 1965).
  • 13 Interview, Niamey, 29 nov. 2003.
  • 14 Interview, Niamey, 28 nov. 2003.
  • 15 Chap. 8 n. 47.
  • 16 Interviews, Zinder, 13 févr. 2003 et 15 févr. 2006.
  • 17 Pour un témoignage pénétrant, voir M. Lebjaoui, Bataille d’Alger ou bataille d’Algé (...)
  • 18 K. Alfari, Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes (Union de l (...)

4Comme l’affirme le témoignage de Mounkaila Albagna, le commando de Dargol, l’interrogatoire comprenait des mauvais traitements13. Selon Mounkaila Beidari, qui aida Diop à préparer l’attentat, le militant de Zinder fut sauvagement battu – une pratique courante, pour laquelle les goumiers se trouvaient présents. Beidari assure aussi que Diop reçut des électrochocs14. On ne trouve pas mention de ce type de torture avant la moitié des années 1960, à l’exception du cas non prouvé de Dandouna Aboubakar au début de la décennie15. Les témoignages de Amadou Diop lui-même sont trop erratiques pour clarifier le point16, mais si cela est vrai, les Français ont dû être impliqués, car ce supplice exige un équipement et un savoir-faire précis, pour éviter de tuer la victime à tout le moins (les paras Français utilisaient régulièrement les électrochocs lors de la « bataille » d’Alger en 1957)17. Il est très probable que l’attentat contre Diori ait aggravé le comportement du régime ; l’accusation de Beidari trouve des échos dans des récits d’électrochocs infligés à d’autres personnes. Comme nous le verrons plus loin, la plupart de ces affirmations se rapportent à la période d’après 196418.

  • 19 Entretien avec Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.
  • 20 Abdou Ali Tazard dit que le dos de Diop fut marqué au fer rouge de l’acronyme « RDA (...)
  • 21 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003. Comme on le verra plus loin (...)

5Les affirmations des officiels du régime disant que Diop n’avait pas été maltraité n’étaient donc pas vraies19, même si d’autres assertions relatives à son calvaire ont pu être fausses20. Et si Diop survécut à son interrogatoire, d’autres personnes partagèrent son sort. Beidari lui-même fut de nouveau arrêté après l’attentat, tout comme d’autres membres des cellules de Niamey. Comme l’attentat contre Diori faisait partie d’un plan de coup d’État, et que le régime, dans sa paranoïa, s’était persuadé que la capitale était prise d’assaut21, le militant de Niamey – si étroitement impliqué dans l’attentat-putsch – fut soumis à un traitement des plus pénible. Si les entretiens avec Mounkaila Beidari lui-même sont la source de cette information, les trois témoignages qui s’y rapportent offrent un récit cohérent (bien qu’enregistré sur une période de six ans) et des détails si précis qu’ils ne peuvent qu’indiquer la vérité. Certains des éléments invoqués reflètent par ailleurs de façon exacte les pratiques d’interrogatoire appliquées par les Français aux suspects du FLN, lors de la guerre de l’indépendance algérienne.

  • 22 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003, 23 févr. 2008 et 15 déc. 2 (...)

6Beidari fut d’abord confronté à la gamme des institutions répressives du régime. Il se souvient non seulement que des miliciens l’avaient conduit dans la brousse où ses camarades et lui durent montrer des caches d’armes, mais aussi qu’il dut faire face à des agents des pays de l’Entente. Il y avait là des experts des services secrets ivoiriens, dont l’arrivée est signalée par les Français. De façon plus spécifique, Beidari se souviendra plus tard d’un gradé de la police voltaïque et d’un commissaire ivoirien de petite taille, et peut-être dénommé « Maurice Tchéba ». La rencontre a pu avoir lieu au siège de la Sûreté ou du BCL, puisque Colombani était présent. L’Ivoirien fit acheter des lames de rasoir qu’il passa sur les bras des prisonniers pour les faire parler. Il n’est pas sûr que Beidari lui-même ait subi ce procédé (il en fit le récit trois fois), mais il se souvient que Colombani y était opposé22.

  • 23 Ceci était conforme à un procédé d’intimidation classique établi en Algérie, où les (...)
  • 24 Elles furent montrées lors des entretiens cités dans la note suivante.
  • 25 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003, 23 févr. 2008, 15 déc. 2009. Le (...)
  • 26 Ibid., 28 nov. 2003/23 févr. 2008.
  • 27 Ici, le témoignage de Beidari est convaincant : les victimes de la « bataille » d’A (...)
  • 28 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.
  • 29 Si le sérum aurait dû le rendre loquace (voir les sources à la n. 27), la difficult (...)
  • 30 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2 (...)
  • 31 I. e. menaces verbales et passages à tabac suivis d’électrochocs et, pour ceux qui (...)

7Ce dernier détail n’améliora cependant guère le sort du militant, car il fut amené devant les agents du BCL. Trois goumiers l’assouplirent et de nouvelles bastonnades suivirent chaque fois que les réponses de Beidari déplaisaient à ses interrogateurs. Beidari se souviendra plus tard de la présence de Colombani, Georges Clément et Fromant – en dehors de Péraldi de la Sûreté – et ils eurent recours à toutes sortes de choses pour l’intimider. Fromant se targuait de sa carrière d’interrogateur à Madagascar, au Vietnam et en Algérie, assurant le sawabiste qu’il craquerait23, tandis que Péraldi fit resserrer fortement les menottes au dos de Beidari, causant des blessures qui laissèrent des cicatrices permanentes24. Les hommes du BCL lui auraient fait subir des électrochocs25. Alors que les interrogatoires avaient lieu dans la période des grandes chaleurs, le sawabiste fut laissé plusieurs jours de suite sans eau ni nourriture. Lorsqu’il allait aux toilettes, on laissait la porte ouverte pour l’empêcher de boire l’eau des WC et il arrivait que de l’eau soit répandue sur le carrelage de la pièce où il était détenu avec ses camarades, et qu’on leur dise de la boire. Lors d’un interrogatoire, Beidari demanda de l’eau et Jean Colombani aurait versé un verre d’eau sur la table et l’aurait forcé de la lécher « comme un chien26 ». Mais les hommes du BCL ont dû croire qu’il refusait toujours de donner des informations, puisqu’un certain « Dr Kaba » fut appelé pour lui faire une injection. Beidari résista, disant qu’il n’avait pas mal, mais il reçut une injection de « sérum de vérité27 » avant de s’évanouir28. À son réveil, il se retrouva par terre, dans la salle d’interrogatoire, ne pouvant que bredouiller lorsqu’il tâchait de parler. Sa résistance était brisée, et ce qu’il parvint à dire à ses tortionnaires29 fut enfin considéré par ces derniers comme tout ce qu’il avait à divulguer. À l’inverse de Diop (qui resta très longtemps détenu au sein du complexe présidentiel), Beidari fut transféré au nouveau siège de la police30. La manière dont son calvaire s’était déroulé rappelle à s’y méprendre les procédés de torture appliqués par les Français en Algérie31.

  • 32 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba (...)
  • 33 Liste des Nigériens militants ou sympathisants du Sawaba morts dans les prisons du (...)
  • 34 Ibid. On ignore quand cela eut lieu.
  • 35 Mais dans certains cas, la liste mentionne explicitement de la torture et certaines (...)
  • 36 Entretien avec Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder (...)

8Si le traitement infligé au militant de Niamey était exceptionnel, les interrogatoires du BCL comprenaient toujours des brutalités. Ahmed Amadou, un étudiant Sawaba qui a fait des études de médecine en RDA, osa rentrer un mois après l’attentat contre Diori. Bien que revenu avec l’aide de l’ambassade du Niger en Allemagne fédérale, il fut soumis à un rude interrogatoire – une liste du BCL en date d’octobre 1968 indique qu’il se trouvait encore en prison, ayant subi des « coups et blessures ». Mounkeïla Issifi, député de Téra que Boubou Hama détestait, et qui avait été plusieurs fois arrêté, fut placé en détention au BCL en 1967, ou vers cette date. Selon les témoignages de sa famille, il subit des électrochocs, avec des conséquences désastreuses à long terme. Tahirou Ayouba Maïga (son neveu, l’étudiant en géologie) avancera plus tard que de nombreuses autres personnes avaient souffert de ce traitement, mais sans donner de noms32. En même temps, la cruauté des spécialistes français de la sécurité était plus qu’égalée par celle des autres organes du régime, notamment la gendarmerie, dont la chasse aux ennemis du régime ne désemparait pas, quoique de manière fruste. Un certain Amadou Gambo, présenté comme un citoyen camerounais, fut arrêté à Nguigmi et transféré sur Niamey où il serait mort à l’hôpital, très probablement des suites de mauvais traitements (sans qu’on sache, cependant, quel organe du régime en aurait été responsable). Il était apparemment un sympathisant ou un militant du Sawaba, puisque son nom figurera plus tard sur la liste des pertes du parti33. Et la torture n’était pas le monopole des autorités centrales, comme le montre le cas d’un certain Koulouma Ona, qui aurait été arrêté dans un endroit du nom de Adama, pour être transféré à Bosso où il succomba aux mauvais traitements34. La liste des pertes du Sawaba mentionne 14 autres noms, sans expliquer si ces personnes avaient péri à la suite d’une exécution, d’un combat ou d’un emprisonnement – ce qui peut faire penser que leur mort était due à des mauvais traitements35. Ainsi, dans leurs souvenirs, les sawabistes ont également fait mention de rumeurs portant sur des camarades mis dans des sacs et jetés dans le fleuve Niger36.

  • 37 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 avr. 1965 et ibid., 12 mai (...)

9Que cela ait été vrai ou pas, l’attentat contre Diori avait apaisé les divisions au sein du triumvirat, au moins pour un temps. Le pouvoir de Diamballa Maïga et, par ricochet, de la gendarmerie, en sortit renforcé. Le capitaine Badié reçut ainsi plus de latitude dans ses actions et se mit à viser des gens qui sans être nécessairement liés au Sawaba, furent victimes d’une réaction hystérique. L’origine en était, en fin de compte, Diori lui-même, qui, selon les services français, « vi[vait] dans la psychose de l’attentat » et soupçonnait les gens de son entourage de comploter sa chute. La rumeur selon laquelle le Sawaba avait un plan de secours consistant à empoisonner le président en cas d’échec de l’attentat mena à l’arrestation de tous les cuisiniers du palais. Les ministres aussi furent visés, puisque les « Rouges » se méfiaient des modérés, en particulier le ministre de la Justice Issoufou Djermakoye, qui avait eu un clash avec Maïga en 1959, et le ministre des Affaires étrangères, Adamou Mayaki, qui avait fait partie de la coalition gouvernementale de Bakary. La méfiance générale caractérisant le régime fut cependant démontrée aussitôt après l’attentat de Diop contre Diori : tous les ministres (mais sans doute pas Diamballa Maïga ou le président du RDA, Boubou Hama) furent fouillés avant de quitter la place de prière. Selon les souvenirs de Djermakoye, les bureaux des ministres furent mis sur écoute et leurs villas furent inspectées au détecteur de métal. Comme Maïga et le bureau politique ne voulaient pas révéler sur quel ministre se portaient le plus leurs soupçons, ils durent contrôler toutes les résidences, y compris celle du ministre des Finances, un confident de Diori37.

  • 38 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 mai 1965 ; SHAT, 10 T 717/D (...)
  • 39 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 199 (...)
  • 40 Chap. 11 niveau n. 12 et 12 niveau n. 205.
  • 41 C’est ainsi que la mort de Diallo apparaît dans la littérature. S. Decalo, Historic (...)
  • 42 UDN/Sawaba, Liste des responsables et militants du Sawaba tombés sous le régime PPN (...)

10Dans ce contexte, le féroce Badié était libre d’agir à sa guise, en dépit des risques que cela impliquait – il avait été responsable de la mort de Koussanga Alzouma et de celle de Mody de Gamkallé, l’ami du capitaine Diallo. L’une de ses premières victimes se trouva être Boubacar Diallo, ancien ministre de la Fonction publique et président de la Cour de sûreté, qui fut limogé peu avant l’invasion du Sawaba pour des raisons liées à la mutinerie de 1963. Après une confrontation à la gendarmerie et au BCL, il avait été mis en résidence surveillée. Puis il fut emprisonné en décembre 196438. Environ un mois après l’attentat (mai 1965), Diallo fut encore amené à la gendarmerie de Niamey. Badié, généralement accompagné d’un certain Naroua, un aide de camp à la stature intimidante, dirigea en personne l’interrogatoire de Diallo. Il était assisté par un sous-officier, Sidi Mohamed. Ils demandèrent à Diallo de fournir des informations sur les caches d’armes du Sawaba, mais il est peu probable qu’il ait eu des liens avec le Sawaba. Il s’agissait d’un ancien membre de l’UNIS, qui avait fait partie de l’Association des chefs et qui, en 1958, avait reconquis son fauteuil parlementaire sur une liste UCFA39. Mais comme la mutinerie de 1963 avait un aspect sawabiste, l’accusation antérieure de rétention d’information par rapport à la révolte du capitaine Diallo, un Peul comme lui, avait dû mener à une culpabilité par association (en dehors de la méfiance bien connue qu’avaient les « Rouges » à son égard40). Badié et Mohamed maltraitèrent sauvagement Boubacar Diallo, et ils auraient également battu son épouse, qui était aussi en détention. Après quoi, Diallo fut amené à l’hôpital et, le soir du 11 mai, l’ancien ministre mourut de ses blessures. Il apparut immédiatement que les circonstances du décès étaient suspectes. Diori qui, selon les Français « ne méconnai[ssait] pas les méthodes brutales de sa police », se sentit contraint d’ordonner une enquête. Retournant le fer dans la plaie, son gouvernement déclara cependant que le décès avait été causé par une « fièvre41 ». Si une allégation ultérieure du Sawaba indiquant que Diallo mourut après l’injection d’un sérum ne peut être prouvée, le témoignage du calvaire de Mounkaila Beidari interdit qu’on ne l’écarte de façon sommaire42.

  • 43 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Fi (...)

11Les services français précisent que « l’interrogatoire fatal » de Diallo a dû conduire à des confessions inspirées par le désespoir. Dans un système politique dominé par le bureau politique, le cercle des suspects s’élargit pour inclure d’autres membres du gouvernement. Les Français rapportent que Issoufou Djermakoye et Mouddour Zakara (ministre des Affaires nomades) étaient vulnérables, ayant été « déjà mis en cause au cours des interrogatoires des membres du Sawaba arrêtés à la fin de 1964 » et ayant encore été cités lors du supplice de Boubacar Diallo. La femme de Djermakoye fut amenée pour interrogatoire, et « interrogée dans les mêmes conditions et pour les mêmes motifs » que Diallo, notent les services Français, elle serait ensuite tombée dans le coma43.

  • 44 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965. Chap. 10 niveau (...)
  • 45 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965 ; mémoires Issoufou Djerm (...)

12Dans son désespoir, l’ancien ministre de la Fonction publique aurait aussi mentionné Mayaki, le ministre des Affaires étrangères. Cependant, il est peu probable que tous ces personnages aient été impliqués dans les plans du Sawaba, sans parler de l’attentat contre Diori, bien que le fait que Boubacar Diallo était un oncle de Issoufou Djermakoye n’a pu qu’aggraver les choses. Par ailleurs, le frère du ministre de la Justice était Maïdanda Djermakoye, qui avait milité pour le Sawaba au Ghana et qui, en dépit de son adhésion ultérieure au RDA, avait été détenu après la mutinerie de 1963. Issoufou avait osé écrire une lettre à Diori pour l’assurer de l’innocence de son frère44. Il avait également été en contact (selon ses dires, à propos d’une affaire purement privée) avec Zodi Ikhia, qui avait effectivement été en collusion avec le capitaine Diallo et les sawabistes. Cela suffit à décider du sort de Djermakoye. Évincé du gouvernement, il fut nommé à un poste diplomatique aux États-Unis. Mayaki connut un sort similaire, tout comme le ministre de la Défense, Djibo Yacouba, qu’on envoya remplacer Georges Condat comme représentant du Niger en Belgique. Yacouba était le beau-frère du capitaine Diallo et, dans une ambiance de rivalité entre l’armée et la gendarmerie, il avait critiqué Maïga au sujet des abus de Badié45.

Persécution et la perte de l’asile

  • 46 Il y eut aussi une rumeur extravagante affirmant que Pierre Vidal, l’homme d’affair (...)
  • 47 Ibid. ; Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 ; Fiche de rensei (...)

13Ainsi, si la violence de la ligue franco-RDA était soigneusement planifiée, méthodiquement appliquée et spécifiquement ciblée, elle pouvait en même temps s’avérer arbitraire et être mise en œuvre de manière féroce. C’était un signe des divisions du régime, tandis que la violence discrétionnaire provenait surtout de son hystérie et était une spécialité de ses institutions paramilitaires (la violence de nature plus méthodique eut surtout lieu au niveau du BCL, dirigé par les Français) : avec le temps, la violence gratuite diminua, mais dans l’intervalle, la gendarmerie avait causé des dégâts considérables. Pour appréhender la plupart des militants et sympathisants du Sawaba, il fallut conduire de vastes opérations de ratissage, non seulement dans les campagnes, mais aussi en ville : après l’attentat contre Diori, les gendarmes fouillèrent toute personne rencontrée dans le secteur de Niamey, vérifiant les identités, inspectant les véhicules, faisant des recherches aux domiciles des Européens46 – dont on malmenait les domestiques africains. Pour éviter les contrôles, les gens commencèrent à quitter la capitale, et l’ambassadeur de France contacta Diamballa Maïga pour essayer de stopper les abus. Cependant, un mois plus tard, ces opérations avaient encore lieu, conduites par le capitaine Badié, dont l’adjoint, Sidi Mohamed, injuriait les Européens comme les Africains. Les Européens ne subissaient pas de brutalités, mais les Africains étrangers avaient moins de chance. Du fait du soutien passé du Mali pour Bakary et des victimes maliennes de la grenade de Diop, une rumeur se répandit sur l’implication de Maliens dans l’attaque. Un Malien fut tiré de son lit au beau milieu de la nuit et détenu au poste de police jusqu’au matin, où on le laissa partir. L’ambassadeur du Mali protesta et un fourgon muni d’un haut-parleur circula dans Niamey pour empêcher de nouvelles attaques xénophobes47.

  • 48 Bulletin de renseignements, no 2.056/ZOM.1/2/DR, Dakar, 24 juin 1965 ; SHAT (...)
  • 49 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 déc. 1965 et Premier minist (...)
  • 50 Il fut mis à la retraite d’office en août 1968. Fiche de Renseignements, no 042, (...)

14Cependant, la frénésie du régime persista tout au long de l’année 1965. À Niamey, le palais présidentiel était toujours gardé par les jeunes de la milice armés de mitraillettes48. À Tahoua, en décembre, un homme se trompa dans la manipulation d’une fusée, qui explosa. Dans la panique, les gens crurent que le préfet était attaqué. Le coupable fut assailli et mourut sous les coups. Maïga intervint pour empêcher de nouveaux incidents, tandis qu’avec une hypocrisie typique, le régime annonçait que la victime s’était suicidée. De fait, la région de Tahoua – qui n’avait jamais été simple pour le RDA – avait été agitée. Le mois précédent, un homme avait lancé une grenade dans la résidence du commandant de cercle. Il fut arrêté, et bien qu’il ait usé d’une arme habituelle des commandos du Sawaba, les services français ne mentionnent pas de maquisards et assignent l’incident au contexte du banditisme toubou49. À ce stade, Badié avait été relevé de ses fonctions. Il avait tellement discrédité la gendarmerie que Diori s’était senti obligé de l’envoyer en formation en France. Le remaniement ministériel à la suite duquel les modérés perdirent leur portefeuille renforça la position du président dans le triumvirat. Le résultat fut que la gendarmerie fut plus étroitement arrimée au ministère de la Défense, qui restait son ministère de tutelle et se trouvait à présent géré par Noma Kaka, l’homme qui avait signé l’arrêt de mort de Sallé Dan Koulou. Maïga s’empressa de rejeter la faute des excès survenus sur les chefs de la gendarmerie et envisagea de destituer Sidi Mohamed pour racisme. Badié lui-même fut déchu au début de 1966 et se trouva mis en résidence surveillée – ironiquement, à Bilma, où plusieurs sawabistes avaient purgé leur peine50.

  • 51 Shaw à Lequesne, 24 févr. 1966 ; W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne (...)

15Ces mesures ne sauraient dissimuler l’affaiblissement de la position du ministre de l’Intérieur. En lui prenant le contrôle de la gendarmerie, Diori créa des tensions avec Maïga, qui perdit aussi son ascendant sur l’administration intérieure. « Toujours aussi dur », comme le notent les diplomates britanniques, Maïga avait cependant des problèmes de santé. Pour la première fois, Diori prit fermement contrôle du gouvernement où un plus grand nombre de personnes d’origine haoussa furent nommées, bien que le bureau politique restait le centre des décisions. Le parti lui-même fut réorganisé, et si aucun congrès ne fut jamais tenu, on prit soin d’associer plus de notables, y compris des chefs. La position du parti fut particulièrement raffermie dans l’ouest du pays – son ancien fief, où la résistance à ses excès avait plus nui à son image qu’ailleurs. Diori prit aussi la haute main sur l’appareil sécuritaire. S’il ne s’éloignait que rarement de plus de 10 km de son palais, et toujours sous forte protection, le craintif président assumait ainsi la responsabilité directe de la répression du régime, même s’il ne pouvait pas non plus rejeter celle de ses crimes passés51 : la violence méthodique – monopole du BCL et de ses superviseurs français – n’allait pas disparaître. Elle restait à disposition, pour un recours immédiat dans l’œuvre de la destruction du Sawaba.

  • 52 Surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation te (...)
  • 53 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 août 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.
  • 54 Interview Mossi Salifou, Niamey, 29 févr. 2008 ; Organisation terroriste « Sawaba » (...)

16Diori utilisa ses nouveaux pouvoirs pour lancer une offensive diplomatique contre les régimes pro-Sawaba des pays voisins tout en mettant en œuvre des efforts destinés à obtenir l’extradition sur le Niger de tous les militants restants, où qu’ils se trouvassent. Les troubles politiques survenant dans certains de ces pays favorisèrent ces entreprises, en plus du travail de renseignement du BCL, qui compila des listes longues et méticuleuses des fugitifs du Sawaba52. Comme on l’a vu au chapitre précédent, l’invasion manquée avait mis à mal leur sécurité dans les divers hinterlands, puisque les gouvernements se sentirent obligés de déporter les maquisards et de démolir leurs infrastructures. Le soutien malien pour les hommes de Bakary, qui s’était attiédi depuis des années, reçut le coup de grâce avec l’échec de l’invasion et le besoin qu’avait eu le Mali de l’aide alimentaire nigérienne. À présent, le Mali n’était même plus sûr pour de simples sympathisants : lorsque Mamadou Maiga, le militant de Tahoua vivant à Gao, fut contacté par un émissaire de Djibo Bakary, le gouverneur de l’endroit demanda à Bamako s’il devait l’extrader au Niger – comme il voulait le faire pour tous ceux qui détenaient une carte du Sawaba ou étaient connus pour leur sympathie à l’égard du mouvement53. Cependant, comme on l’a noté, certains réussirent à échapper à ce sort et les autorités maliennes ne s’en prirent pas à tout le monde. Ali Issaka, qui avait pris part aux actions de guérilla de la région de Téra, put regagner le Ghana à travers le Mali, tandis que Mossi Salifou, le tailleur sawabiste de Niamey, prit le chemin inverse après le coup contre Nkrumah ; il vécut au Mali sans être inquiété, peut-être parce que sa femme était du pays. Et pourtant, il était en contact avec Issaka Samy qui avait géré le centre de commandement de Porto Novo, avec Dan Galadima. Apparemment, on laissa aussi Samy tranquille. Mais comme on le verra plus loin, les autorités maliennes allaient causer de sérieux problèmes aux étudiants du Sawaba dans les pays de l’Est et, après le coup d’État contre Modibo Keita en novembre 1968, Diori essaya de renforcer la coopération avec les nouvelles autorités afin de mettre la main sur les derniers sawabistes54.

  • 55 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 4 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/ (...)

17Comme il fallait s’y attendre, la coopération avec le gouvernement dahoméen était plus difficile. Déjà, en décembre 1964, le ministre dahoméen des Finances en visite à Niamey avait été mis face à des commandos capturés qui étaient passés par le Dahomey ; il nia avoir été au courant. Néanmoins, des efforts tendaient à présent de temps à autre à imposer des mesures de sécurité qui frappaient certains des maquisards passant à travers ou vivant au nord du pays. Durant l’été 1965, les diplomates britanniques notent que quatre maquisards avaient été arrêtés sur le territoire dahoméen, en dehors de neuf autres au Togo voisin. S’il y eut une petite présence de maquisards au Nord Dahomey jusqu’à l’automne de cette année, une rencontre entre Diori et Justin Ahomadegbé sur le pont de la frontière entre Malanville et Gaya, au mois de juin, permit d’apaiser les différends entre les deux gouvernements sur le long terme. Il ne fait pas de doute que des membres individuels du mouvement ont dû rester au Dahomey, mais la vie en exil requerrait à présent de faire profil bas. On rapporte que les nouvelles relations entre les deux pays permettaient à Niamey de demander l’extradition de suspects par télégramme ou simple coup de fil. Après sa rencontre avec Ahomadegbé, Diori fit savoir, de façon optimiste, que tout le Dahomey se mobilisait à présent pour traquer les commandos dès que son gouvernement signalait leur présence à Cotonou55.

  • 56 Texte communiqué in Le Niger, 14 juin 1965.
  • 57 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 12 juin 1965 et télégramme (...)

18Même les relations avec l’Algérie s’améliorèrent, bien que les Algériens au moins permirent à leur préférence passée pour Bakary d’influer sur leurs nouveaux rapports avec Niamey. Au cours du mois même où Diori avait rencontré Ahomadegbé, il se rendit en Algérie pour des échanges avec Ben Bella à Tamanrasset, ville qui abritait une des cellules du Sawaba. Si, à son retour, Diori se déclara « très heureux », le voyage (le tout premier du président du Niger en Algérie) ne fut pas une réussite totale. Un communiqué mit ostensiblement l’accent sur l’engagement des deux pays à respecter la Charte de l’OUA, en particulier son principe de non-interférence dans les affaires internes56, mais Ben Bella réagit avec une certaine irritation à un mémorandum nigérien soulignant l’assistance de l’Algérie au Sawaba. La requête par Diori d’une extradition des militants, en particulier celle de Louis Bourgès qui gérait la représentation de Tamanrasset, fut froidement reçue. Imprudemment, le président du Niger avait appelé à coopérer à travers une OCRS ressuscitée, l’organisation même dont les Français s’étaient servis pour préserver leur influence dans la région. Un Ben Bella distant accepta seulement d’arrêter toute aide militaire au Sawaba, tout en maintenant la politique d’asile. Après la rencontre, son ministre des Affaires étrangères, Bouteflika, appela Abdoulaye Mamani, qui était encore basé à Alger. On lui montra le mémorandum de Diori et on lui apprit que la formation des commandos s’arrêtait, mais que cela ne portait pas atteinte à la sympathie de l’Algérie pour le mouvement ; dans la nouvelle situation, le Sawaba pouvait toujours poursuivre des activités politiques. Mais à peine une semaine plus tard, Ben Bella était renversé par un coup d’État. Le nouveau dirigeant, Houari Boumédienne, avait des tendances moins idéologiques et ordonna aux sawabistes de cesser toute activité politique s’ils voulaient continuer à résider dans le pays. Les sawabistes d’Algérie étaient donc en sécurité. On ne sait pas ce qui arriva à Bourgès, mais à l’automne 1966, Boukari Karemi dit Kokino, son collègue de Tamanrasset, était toujours libre, sans qu’on sache exactement où il se trouvait. Mamani continua à vivre à Alger où il gagna sa vie en tant que journaliste. À l’été 1966, Bakary lui-même se trouvait en Algérie. Les autorités confirmèrent sa présence mais dirent à Niamey qu’il ne se livrait à aucune action subversive. Diori ne fut pas convaincu et les services français notent qu’il avait l’intention de faire tout son possible pour obtenir l’extradition de son ennemi juré57.

  • 58 Voir Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 juillet 1966 ; SHAT, 10 (...)
  • 59 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 12 juin 1965 et 2 juillet 1966
  • 60 Voir chapitre précédent, niveau n. 214.
  • 61 Wilberforce à Renwick, 29 juillet 1965 ; Note de renseignements, ambassade de Franc (...)

19Comme on l’a vu aux chapitres précédents, étant donné leur lutte contre la NEPU, les autorités du Nigeria se sont montrées plus coopératives dans la traque des sawabistes, et cet état de faits se poursuivit, quoique non sans quelques aléas dus aux complexités du système politique et juridique du pays. Vers la fin du mois de mai 1965, Baoua Souley, le maquisard qui avait à plusieurs reprises échappé à la capture et qui vivait à présent à Lagos, fut arrêté la main dans le sac avec des munitions et des mitraillettes. Il fut condamné à deux ans de prison pour possession illégale d’armes58. Niamey avait rendu sa capture possible en fournissant des renseignements et les Nigérians appréhendèrent aussi deux complices – Ibrahim Cheffou, formé à Nankin, et un militant non identifié, qui avait suivi une instruction politique en Bulgarie59. Le 8 juin, trois autres sawabistes étaient arrêtés dans la région de Lagos tandis que deux autres évitaient ce sort grâce aux délais de la procédure judiciaire. À ce stade, des commandos du secteur de la Komadougou (d’où une nouvelle attaque venait juste d’avoir été lancée contre le territoire nigérien60) furent pris par les autorités nigérianes, non sans opposer une résistance armée. Des sawabistes de la région de Lagos se défendirent également, forçant la police à avoir recours aux armes à feu. Il y eut un incident violent à Kano aussi. Le 21 juillet, une maison appartenant à un militant de la NEPU dans le quartier de Kofar Mata brûla, révélant une importante quantité d’armes, de munitions et de propagande du Sawaba qui poussa les autorités à lancer un raid sur le secteur. Un échange de tirs eut lieu, et s’il n’y eut pas de victimes, des commandos furent arrêtés. À Ikare, dans le sud-ouest du pays, la police mit la main sur d’autres armes et munitions faisant peut-être partie d’une cache d’armes61.

  • 62 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 août 1965. Voir chap. 13 n (...)
  • 63 Africa Research Bulletin (pol. series), août 1965 ; Bulletin de renseignements, Dakar, 20 a (...)
  • 64 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 et 21 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D (...)
  • 65 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 sept. 1965 ; chap. 13 niveau notes (...)

20Le baroud d’honneur de quelques-uns des commandos ne mit pas fin à la situation désespérée dans laquelle les sawabistes se trouvaient à présent. Le 23 juillet, la police nigériane d’Idiroko, sur la frontière avec le Dahomey, non loin de Porto Novo, appréhenda Hami Mohamed dit Buzu, le commando de la région de Téra, qui se rendait à Lagos62. Les échanges de coups de feu de Kano menèrent à l’adoption de mesures drastiques, dont la proscription du Sawaba en tant que parti politique sur l’étendue du territoire fédéral (12 août). Vingt-huit personnes, dont six Nigérians, mais tous considérés comme des membres du Sawaba, furent arrêtés le 3 août, opération accompagnée de la saisie d’un autre lot d’armes et de munitions63. Une semaine plus tard, trois sawabistes arrêtés à Kano furent sommairement remis à la Sûreté de Zinder. L’un d’entre eux était Mamadou Ali, le garçon boutiquier qui avait aidé à l’attaque de Aba Kaka sur Bosso et participé à un raid sur des véhicules de l’État, sur la route Bosso-Diffa, au mois de mai précédent. Son arrestation coupa les contacts entre les unités de Kaka et Accra. Parmi les détenus figurait Idrissa Choua64, l’un des lieutenants de Kaka, qui mena la police nigériane au dépôt d’armes de Boula Kari, dans le Nord-Est. Lors de son interrogatoire, il livra un militant local de la NEPU qui fut, lui aussi, arrêté, avec quelques armes65.

  • 66 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 sept. 1965.
  • 67 Yakasai alléguera plus tard de façon absurde que Amadou Diop s’était brouillé avec (...)
  • 68 Africa Research Bulletin (pol. series), juillet & août 1965.

21Les officiels se mirent à enquêter sur les liens entre les sawabistes et les membres de la NEPU de façon plus approfondie, avec un intérêt particulier porté sur les commerçants nigérians pratiquant le trajet Kano-Zinder66. La torture de Amadou Diop avait fourni aux autorités nigériennes des informations sur Tanko Yakasai, le radical de la NEPU de Kano qui avait porté une assistance clef aux hommes de Bakary, ainsi que sur Ali Kote, qui avait hébergé Dan Galadima à Sabongari et avait conduit des transactions financières pour le compte du parti, à Lagos. Niamey contacta les autorités nigérianes, portant plainte contre Yakasai et demandant l’extradition de Kote. Ce dernier, avec sa nationalité française, se trouvait alors à Paris et ne pouvait être arrêté. Du coup, les Nigérians se tournèrent contre Yakasai et certains de ses camarades : un certain Amadi Yahaya et Hajiya Fatima Maituwo, du quartier de Fagge, à Kano, en plus de deux adolescents (tous Nigériens) furent appréhendés avec Yakasai. Yakasai fut accusé de diriger une association illicite, mais fut remis en liberté au bout d’une quinzaine de jours, faute de preuves, et étant donné le fait que, jusqu’au moment de son arrestation, le Sawaba n’était pas une organisation illégale au Nigeria67. Niamey subit un nouveau revers lorsque les Nigérians, se fondant sur l’absence de tout traité d’extradition, refusèrent de livrer les autres sawabistes qui avaient pris part à la fusillade de Kano. Apparemment, quelqu’un avait fait pression en faveur de la communauté sawabiste puisque de tels points de droit n’avaient pas empêché, par le passé, la déportation de militants. Un ministre nigérien se rendit au Nigeria pour persuader les Nigérians de changer d’avis68.

  • 69 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 déc. 1965 et entretien avec (...)

22Vers la fin de l’année, la traque des sawabistes produisit un autre résultat de taille, puisque les Nigérians finirent par mettre la main sur Aba Kaka. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le maquisard tenace, était, à ce stade, caché dans Maiduguri, où, cependant, les autorités avaient mis sa tête à prix, et les gens étaient à l’affût. En tentant de passer d’un lieu sûr à l’autre, Kaka fut trahi et arrêté. Cependant, les autorités fédérales et le gouvernement du Nord Nigeria ne se seraient pas entendus sur la question de l’extradition, Lagos résistant à une déportation. Kaka fut condamné à six mois de prison pour détention illégale d’arme, bien que le consul du Niger à Kano aurait été prêt à payer des millions de francs pour sa livraison. Le même consul joua un rôle central dans l’arrestation de quelqu’un qui fut présenté comme l’un des principaux lieutenants de Bakary, i. e. Kali Abdou Traoré, originaire de Maradi mais d’ethnie zarma69.

  • 70 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 mars 1966 ; SHAT, 10 T 717/D (...)
  • 71 Comme l’a suggéré Kaka lui-même. Interview, Bosso, 13 févr. 2003.
  • 72 Ibid.

23Peu de temps après, cependant, les troubles politiques du Nigeria stoppèrent tout progrès du point de vue de Niamey, où l’on s’inquiéta grandement du putsch et des meurtres, en janvier 1966, de Abubakar Tafewa Balewa et Ahmadu Bello, le Premier ministre du Nord. L’épisode déclencha une chaîne d’événements qui aboutit à un contrecoup d’État de la part des officiers militaires du Nord en juillet. Diori fut très ébranlé par l’assassinat de ses collègues nigérians, craignant que si la situation se détériorait davantage, les incursions sawabistes ne reprennent70. Comme nous l’avons noté au chapitre précédent, à peine un mois après le premier coup, un commandant militaire de Kaduna libéra les commandos du Sawaba. Mais il ne s’agit là tout au plus que d’un revers momentané. Au cinquième mois de son emprisonnement, le chef du commandement du Sawaba à Bosso fut déporté au Niger, en compagnie d’un autre militant, Malam Kadey, un paysan qui avait aidé Kaka lors de sa première attaque. Cependant, le Shehu Bornou (ou une autre autorité nigériane) aurait posé comme condition que Kaka ne soit pas maltraité. Dans tous les cas, le maquisard de Bosso fut conduit à Geidam, à l’est de Gashua, et remis aux Nigériens à Maïné-Soroa. Pieds et poings liés, Kaka et son camarade furent transportés par avion via Zinder à Niamey. Ce détail souligne l’importance que Colombani accordait à sa capture71. Détenus au palais, Kaka et Malam Kadey furent placés en isolement cellulaire et interrogés tous les jours. Le commandant de guérilla ne fut cependant pas torturé, à l’inverse d’autres figures clefs, ce qui devait être lié aux conditions imposées par les Nigérians. Au bout de deux semaines de calvaire, les maquisards de Bosso furent transférés à la « Sûreté72 », i. e. au siège de la police.

  • 73 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 juillet 1966 et Maman, Réper (...)
  • 74 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7 sept. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Y (...)

24En fin juin-début juillet, Baoua Souley les suivit, étant transféré de la prison de Lagos à Niamey, en compagnie du militant formé en Bulgarie et de Ibrahim Cheffou. Pour Souley, qui avait déjà été condamné à mort l’année précédente (voir section prochaine73), les perspectives étaient on ne peut plus sombres. Deux mois plus tard, Ali Kote, qui était rentré au Nigeria, fut arrêté. Le militant de Zinder fut extradé en début septembre74 et étant donné le rôle important qu’il a joué en matière logistique et financière, sa capture a sans doute considérablement accru les dossiers de renseignement du régime.

  • 75 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 24 févr. 1966 ; SHAT, 10 T 717 (...)
  • 76 I. e. étant un sawabiste malien et neveu de Sadou Delewa, qui militait pour le Sawa (...)
  • 77 Organisation terroriste « Sawaba ».
  • 78 Ibid.

25Si cette chasse à l’homme acharnée poussa de nombreuses personnalités de premier plan à s’enfoncer davantage dans la clandestinité75, la ligue franco-RDA était décidée à traquer même les personnages les moins importants : non pas seulement ceux qui étaient impliqués dans des actes de guérilla, mais aussi de simples sympathisants et autres compagnons de route – des pions dans les luttes titanesques des forces politiques du Niger, qui ne représentaient aucune réelle menace. Les résultats d’une enquête compilés par le Bureau de coordination en septembre 1966 citent plus de 200 suspects encore recherchés (Nigériens et ressortissants d’autres pays ouest-africains), y compris des personnes aussi humbles que « Falké », journalier de Hondobon dans la région ouest, et « Elhadj », maçon de Malanville dont le crime, semble-t-il, fut d’avoir été le « boy » de Baoua Souley. « Gothewaye » est aussi mentionnée – une prostituée qui vendait jadis des cigarettes au marché de Gothèye – et « Gnili », sa consœur en vice, originaire de la même ville, toutes deux ayant été impliquées d’une manière ou d’une autre dans les activités politiques du Sawaba, ou ayant montré leur sympathie à un moment donné, puisqu’elles se sont retrouvées dans les rapports des services secrets. Il en fut de même de Bodo Foulani, sur qui rien n’est inscrit en dehors du fait qu’il était vendeur de bois originaire de Delewa (près Kollo), à ne pas confondre, bien entendu, avec Sékou Tall dit Foulani, originaire de la même ville et exerçant la même profession, mais ayant un dossier politique plus détaillé76. Bien que les autorités ne savaient rien d’autre à propos de Mahamane Danja en dehors du fait qu’il était originaire de Guidan-Roumji, il était apparemment devenu suspect, tout comme « Saley » de Tessaoua et Nazir Elhadji Dado dit Nazirou – dont le nom est accompagné seulement d’un mot disant qu’il était de Zinder (mais vivait, supposait-on, à présent à Ouagadougou). Une autre dame de petite vertu est dûment signalée comme ayant épousé un Ghanéen, et en dehors de plusieurs prostituées comme « Kon-Ho Haoussa » d’Ayorou, le rapport d’enquête comprend « Alhassane » de Gothèye, inscrit comme griot (avait-il chanté les louanges du Sawaba ?) ; Harouna Nikki, un simple « tablier » de Dosso ; et Abdou Dan Iya, travailleur non qualifié de Guidan-Bawa près Konni. Les autorités recherchaient toujours Moussa Kalla, inscrit comme tailleur d’origine haoussa ; « Massaki », coxeur de Tahoua ; Malam Moustapha, marabout de Gouré ; « Mounkaila », commerçant de Ayorou ; Mounkaïla Saidou dit Dandodo, l’instituteur adjoint de Zinder ; Seydou Alfa, gardien, vivant sans doute à Accra ; Marc Foly, le mécanicien dahoméen ; Mounkaila Yelouani dit Kadama, « planteur » de Téra ; Djibo Garba dit Maga, chauffeur ; Mamoudou Idé, l’infirmier adjoint de Ouallam ; Abdou Aboubakar, ancien enseignant ; Oudou Idé dit Yaro, paysan de Soudouré ; Karimou Idrissa et « Soumana » – tous deux revendeurs, l’un de chaussures, l’autre de « sacs vides » ; et « Ibrahim » de Maradi et Issa Chadakori de Guidan-Roumji, tous deux décrits comme « sans profession » – tous en fuite, tous cherchant à échapper à l’arrestation et ayant fui le Niger pour des cieux plus cléments77. Il va sans dire que les détails de l’activité politique étaient scrupuleusement retranscrits, marquant les personnes concernées. L’apparence physique était aussi mentionnée (il est dit d’un sawabiste qu’il portait une cicatrice au pied, due à une blessure par balle) ; des photographies étaient incluses, lorsque cela était possible ; et l’ethnicité était notée, en plus de la profession, des pseudonymes et (lorsque cela était connu), de la localisation en Afrique de l’Ouest ou en Europe78.

  • 79 Surveillance du territoire no 732/SN/ST : Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit (...)
  • 80 Entretien avec Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.
  • 81 Ibid. Janba lia l’arrestation de Galadima à ses désaccords avec Bakary depuis l’éch (...)
  • 82 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035 ; West Africa, 22 juillet 1967  (...)

26Dans ses visées totalitaires, le rapport d’enquête montre que le régime – si étroitement constitué autour des intérêts des « commis » – essaya délibérément de détruire non pas seulement un groupe politique, mais aussi un mouvement social représentatif des différents échelons de la société nigérienne et ayant, en son centre, la couche inférieure semi-urbaine du petit peuple. Mais bien entendu, le rapport d’enquête comprend aussi des figures politiques de rang plus élevé. Le chef d’État-major du Sawaba y apparaît en qualité de représentant au Maroc, alors que Dan Galadima ne s’est sans doute plus retrouvé là-bas depuis 1965. En fait, en juin de cette année, « le scorpion » échappa de justesse à l’enlèvement par des agents nigériens au Ghana, et il se serait réfugié à Koulikoro, près de Bamako au Mali, où il aurait rejoint d’autres sawabistes79. Il ne s’y sentit apparemment pas en sécurité, puisqu’il se rendit au Nigeria à peu de temps de là, s’établissant au Sud-Ouest, probablement à Lagos. En janvier 1967, cependant, les services de renseignement le localisèrent (selon certains, Dan Galadima fut aperçu non loin de l’ambassade du Niger à Lagos80) et l’ambassadeur nigérien demanda aux Nigérians de l’aider à l’appréhender. Il fut peut-être trahi par un de ses camarades comme on l’a suggéré, mais cette accusation reste sujette à caution81. Quoi qu’il en soit, une opération conjointe des polices nigérienne et nigériane lui mit la main dessus et les Nigérians fournirent un appareil pour son transfert sur Niamey82.

  • 83 Interview, Niamey, 29 janv. 2003.
  • 84 En vrai marxiste, il préférait se focaliser sur le mouvement plutôt que sur des ind (...)
  • 85 Ibid. et entretien avec Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.
  • 86 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035. Le journaliste auteur de l’article aff (...)

27La capture du chef d’État-major est le coup le plus important réussi par le régime. Étant donné le prix des renseignements qu’il pouvait fournir, « le scorpion » se retrouva bien entendu au palais, où il commença une longue période de détention suivie des procédures d’interrogatoire les plus rigoureuses. Le sawabiste frêle et menu, un des pires ennemis du RDA, haï des Français, fut sévèrement torturé. On ne sait pas exactement ce qu’il dut subir, mais il fut sans doute sauvagement battu. Selon Adamou Assane Mayaki83, il fut battu presque à mort – témoignage qui confirme les dires de Galadima lui-même, selon lesquels, après une longue séance, il fut amené à l’hôpital où il aurait été inconscient plusieurs jours durant. Lors de son témoignage, Dan Galadima resta dans le vague quant à son calvaire. Tout en affirmant avoir été torturé, et en mentionnant en termes généraux les électrochocs, il n’est pas certain – quoique la chose ait été très possible – qu’il ait subi lui-même le procédé84. À l’hôpital, il revint miraculeusement à lui-même, selon le propre témoignage de Galadima, au cinquième jour, très probablement pendant que les médecins essayaient de le ressusciter. Dans ses souvenirs, Oumarou Janba, le militant de Zinder, mentionne une Française qui fit tout son possible pour ramener à la vie le chef d’État-major du Sawaba85. Une source proche du régime confirme que Dan Galadima fut l’objet d’une attention médicale soutenue, indiquant qu’il était devenu rachitique86.

  • 87 Ibid.
  • 88 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

28Il est on ne peut plus certain que Dan Galadima fut ensuite ramené au palais – il s’y trouvait encore en juin 196787. Mais « le scorpion » continua à résister à ses tortionnaires et ne craqua pas. À un moment donné, Jean Colombani aurait essayé de parvenir à ses fins en lui montrant de la sympathie, l’adjurant de faire la paix avec le RDA. Il lui aurait servi, ce faisant, un verre de vin. Cependant, « le scorpion » resta inébranlable, arguant que le régime n’avait aucune légitimité. Le militant marxiste soutint que certaines choses étaient inacceptables (se référant à la manière dont le RDA était arrivé au pouvoir), et il aurait dit être prêt à être exécuté. Comme nous le verrons plus loin, même la documentation écrite montre que, dans son cas, il ne s’est pas agi là de simples grands mots88.

  • 89 Le Niger, 7 juin 1965.
  • 90 Parmi les étudiants figuraient Ali Mahamane dit Ali Dodo, vétérinaire de formation, (...)
  • 91 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 25 août 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.
  • 92 Bulletin de renseignements, Commandement supérieur du point d’appui de Dakar, 11 oc (...)

29L’offensive politique lancée par Diori à la suite de l’attentat s’est aussi focalisée sur des pays situés au loin. Une campagne de propagande négative visa la Guinée89 puisqu’il était de notoriété publique que plusieurs sawabistes bénéficiaient de l’hospitalité de Sékou Touré. De plus, certains d’entre eux étaient haut placés dans la hiérarchie du mouvement. C’était le cas de Alazi Soumaila, l’agent de recrutement et membre du comité directeur, et de Ly Alzouma, le journaliste. Tous deux avaient travaillé à des époques différentes au niveau de la représentation du Sawaba à Conakry et s’y trouvaient encore à l’été 1968, en plus des étudiants revenus des pays de l’Est90. Les régimes amis de Niamey n’offraient bien entendu pas une telle hospitalité, comme la Côte d’Ivoire le montra sans ambages lorsqu’en juillet 1965, elle accéda à une requête d’extradition et arrêta un certain « Doche Ivan Pierre », un homme de nationalité française accusé d’entretenir des relations étroites avec le Sawaba. Il fut confié à un représentant du Niger pour le transfert sur Niamey91. Plus important, Issaka Koké fut traqué conjointement par les autorités maliennes et sénégalaises. Bien que l’ancien ministre et membre de l’UDN s’était lancé dans une carrière professionnelle bien avant l’épreuve de force avec le RDA, il avait joué un rôle dans les dispositions financières prises par le Sawaba au lendemain de l’invasion. Il avait aussi eu l’audace d’écrire une nécrologie pour Koussanga Alzouma, son collègue vétérinaire assassiné en prison. Bamako demanda donc son extradition du Sénégal (Koké était marié à une Casamançaise). Koké, qui avait quitté le Mali pour la France avant de retourner au Sénégal, fut appréhendé par la police en septembre 1965. On ne sait pas ce qui s’en ensuivit, mais le Sénégal examina la question de son extradition au Niger, qui le voulait aussi, bien entendu. Cependant, il retrouva apparemment la liberté et s’installa définitivement en France, ayant demandé la nationalité française92.

  • 93 Africa Research Bulletin (pol. series), janv. 1965.
  • 94 Comme l’a souligné W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ide (...)
  • 95 Afrique Nouvelles, 22-28 avr. 1965, no 924.
  • 96 Placca à Dei-Anang, 16 avr. 1965. Une partie du courrier ghanéen indique que les re (...)

30Enfin, si la destruction de l’hinterland nigérian a évolué en dents de scie, puisqu’il se passa quelques années avant que les personnalités clefs qui s’y trouvaient ne fussent appréhendées, la volte-face entre le Ghana et ses sawabistes devait se produire avec une rapidité inattendue. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le président Nkrumah fut renversé en février 1966, ce qui mit fin de façon abrupte à toute assistance au mouvement. Le Ghana avait, bien entendu, déjà subi des attaques politiques à la suite de l’invasion de 1964, le Niger continuant à maintenir la pression sur les Ghanéens l’année suivante93. Après l’action de Diop, il lança une campagne agressive contre le Ghana. Cependant, si le gouvernement de Nkrumah était profondément engagé dans les préparatifs de la guerre du Sawaba, il n’est pas en soi évident que les Ghanéens aient été impliqués dans l’attentat contre Diori94. C’est d’Accra que Diop s’était lancé dans sa dangereuse mission, mais cela ne signifie pas qu’il était un agent ghanéen (ce n’était visiblement pas le cas). De plus, Djibo Bakary lui-même n’était pas un proche de Nkrumah. La tentative d’assassinat et de putsch était probablement une initiative autonome du leadership du Sawaba, et, pour raisons de sécurité, l’administration du Ghana – si peu capable de garder des secrets – devait être tenue dans l’ignorance. Même s’il y avait, au Ghana, des personnes qui étaient au courant de ce que les sawabistes préparaient, le pays était vulnérable du point de vue diplomatique, à cause du sommet de l’OUA qu’il avait l’intention d’organiser. L’ambassade du Ghana à Niamey, bien qu’étant un centre du renseignement, fut prise de court par l’attentat. Le représentant diplomatique, devenu à présent un ambassadeur, alla présenter ses respects à Diori95 et rédigea, à l’intention de ses supérieurs à Accra, un rapport dans lequel il condamnait une action jugée indélicate et préjudiciable, soulignant les répercussions sur le sommet96.

  • 97 Africa Research Bulletin (pol. series), avr. 1965 ; documents divers in ANN (...)
  • 98 Le Niger, 10 et 17 mai et 7 juin 1965.
  • 99 E.R. Warner, ambassade de Grande-Bretagne Yaoundé, à M. Brown, Foreign Office, 26 a (...)
  • 100 Texte du discours in Le Niger, 21 juin 1965, publié également dans l’organe (...)

31Nkrumah envoya à Diori un télégramme de félicitation pour l’avoir échappé belle, mais en dépit de ses dénégations quant à toute implication (une « monstrueuse invention »), les Nigériens l’accusèrent de complicité et, de concert avec les alliés de l’Entente, maintinrent la pression sur Accra97. Le journal gouvernemental publia des articles sur l’aide apportée par le Ghana à Bakary – Boubou Hama, en particulier, se surpassant – et émit une menace de boycott quant au sommet de l’OUA98. Tandis que Diori et son pair voltaïque essayaient d’impliquer le Cameroun dans ce dessein99, leurs alliés francophones réussirent à mettre la question en débat lors d’une séance du Conseil des ministres de l’OUA à Lagos, en juin 1965. Adamou Mayaki, alors encore ministre des Affaires étrangères, fit un compte-rendu détaillé des attaques des maquisards100.

  • 101 Le contexte d’ensemble est présenté in K. van Walraven, Dreams of Power : T (...)
  • 102 Africa Research Bulletin (pol. series), juin 1965.
  • 103 Ibid., août 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 sept. 19 (...)
  • 104 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 25 août 1965 ; Note de renseignements (...)

32À l’issue de sa réunion, le Conseil adopta une résolution appelant le Ghana à expulser toute personne jugée indésirable par d’autres États membres et à interdire sur son territoire tout groupement politique ciblant d’autres pays de l’OUA101. Diori ajouta, dans un message radiodiffusé, que si le Ghana refusait de donner suite, ses alliés et lui-même n’assisteraient pas au sommet. En réponse, les Ghanéens se lancèrent dans des manœuvres captieuses, promettant de respecter la résolution, niant catégoriquement abriter des camps de maquisards et assurant que les éléments recherchés par Niamey étaient des réfugiés bénéficiant du droit d’asile102. La promesse d’expulser les sawabistes était ainsi vidée de son sens et le régime de Nkrumah n’était, en tout état de cause, pas prêt à trahir ses alliés politiques. En août, l’ambassadeur du Niger au Nigeria porta plainte quant au fait que le Ghana n’avait pas chassé les « rebelles » de son territoire. Le secrétaire général de l’OUA et le ministre kényan des Affaires étrangères se constituèrent en médiateurs. Ils affirmèrent d’abord que Djibo Bakary déménagerait au Kenya et confirmèrent que tous les réfugiés politiques avaient quitté le Ghana comme demandé par l’OUA. Comme nous l’avons vu, le Sawaba lui-même est allé jusqu’à annoncer un cessez-le-feu temporaire. Cependant, en début septembre, des envoyés de l’OUA se rendirent à Niamey où ils furent mis en face de militants et de commandos au palais, peut-être en présence de Diori. Selon les services français, les médiateurs furent choqués par les preuves de la guérilla103. Mais les Ghanéens n’abandonnèrent pas leurs alliés politiques. L’African Affairs Centre, qui hébergeait un si grand nombre d’hommes du Sawaba, dit à environ 300 nigériens de s’inscrire en tant que demandeurs d’emploi à la Bourse du travail d’Accra, où il leur serait délivré des papiers d’identité ghanéens. On leur conseilla aussi d’obtenir des preuves d’emploi ou d’adhérer à un syndicat, toutes choses qui pouvaient aider à éviter l’expulsion104.

  • 105 Note de renseignements, 14 août. 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 54 (...)

33Cependant, le Niger envoya à Accra une liste de 273 sawabistes, et peut-être une dizaine de plus, insistant pour que le Ghana les chasse – ce qui témoigne de la qualité des services de renseignement de Niamey. Comme la traque ne faisait pas dans les détails, même les membres les plus insignifiants de la communauté des sawabistes au Ghana avaient des raisons de se faire du souci. Le Bureau of African Affairs transmit la liste aux chefs du Sawaba, qui échangèrent des vues sur ce qu’il convenait de faire à cet égard. À la mi-octobre, Nkrumah parut céder aux pressions lors d’une rencontre avec les dirigeants francophones à Bamako, promettant d’expulser les personnalités de l’opposition en provenance de leurs pays. Il fut même entendu que leurs familles suivraient – pour de bon. Bakary quitta effectivement le Ghana, mais uniquement pour la durée du sommet ; il se rendit d’abord à Alger, puis au Caire, et ensuite, peut-être, à Nairobi. Cependant, les Ghanéens refusèrent de permettre aux services de renseignement de l’Entente de participer à la recherche des sawabistes, et lorsqu’il apparut que les représentants les plus connus du mouvement s’étaient contentés de se mettre hors de vue et s’étaient rendus dans la région de Kumasi (au camp de Mampong ?), plusieurs gouvernements francophones décidèrent de boycotter le sommet d’Accra105.

  • 106 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 24 févr. 1966 ; Chaffard, Les (...)
  • 107 Entretiens avec Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003.
  • 108 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2
  • 109 Interviews Ali Issaka, Niamey, 29 févr. 2008 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 18 oct. 2 (...)
  • 110 Ali Amadou assure que la junte ne savait pas, au début, où se trouvaient les camps, (...)
  • 111 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 17 mars 1966 ; SHAT, 10 T 717/ (...)

34Les partisans de Bakary furent soulagés – mais pas pour longtemps. La prise du pouvoir, au mois de février suivant, d’une armée ghanéenne hostile à la ligne politique révolutionnaire de Nkrumah, signifiait qu’ils n’étaient plus en sécurité. Tandis que la junte se mettait immédiatement à l’œuvre (y compris en chassant les instructeurs de guérilla chinois), la communauté sawabiste fut prise de panique. Le redresseur des torts lui-même était rentré du Caire le mois précédent et courait un risque imminent d’arrestation. S’il réussit à gagner l’ambassade de Bulgarie, qui lui accorda l’asile106, d’autres personnes furent moins chanceuses. Un jour après le coup d’État, plusieurs sawabistes étaient appréhendés, menottés et transportés à l’aéroport où un appareil était prêt à les ramener à Niamey107. Les services français rapportent que les militants étaient en train d’être arrêtés à travers tout le Ghana. 34 d’entre eux furent immédiatement livrés aux autorités du Niger108. De nombreux commandos étaient piégés dans des camps d’entraînement situés dans des endroits isolés, et entourés de barbelés. Ceux qui vivaient en ville couraient le risque d’être trahis par leurs voisins de quartier, comme ce fut le cas de Ibrahim Baro dit Tri Tri, qui essaya en vain de se cacher de la police. Ali Issaka, le maquisard qui avait pu regagner le Ghana après avoir été libéré d’une prison malienne, fut aussi déporté sur Niamey en compagnie de plusieurs de ses camarades109. De nombreux commandos essayèrent de fuir le pays, voyageant en petits groupes, mais plusieurs furent pris110. Vingt et un d’entre eux, qui avaient pris part aux infiltrations de 1964, arrivèrent au Niger le 16 mars. Bien qu’aucun chef d’unité connu ne se trouvait parmi eux, ils furent aussitôt amenés à la « police » (i. e. le BCL, au palais111).

  • 112 Sakouara avait un parent, Mounkaila Sakoira, riche commerçant du même village, qui (...)

35Le sort de Amadou Diop, Boubakar Djingaré et Mounkaila Beidari montre que nombre d’entre eux allaient subir un calvaire atroce : une liste de victimes datant du début des années 1990 raconte comment Garba Sakouara, militant d’un village près de Tillabéri, fut déporté après la chute de Nkrumah. Il mourut le jour même de son arrivée à Niamey, après la torture que lui firent subir ses interrogateurs. Ceci est confirmé par les entretiens avec Ali Amadou – qui fut aussi déporté à cette époque et offrit plusieurs détails – et Soumana Idrissa, le maquisard entraîné au Vietnam. S’il s’agit là d’une occurrence spéciale112, le cas révèle que le durcissement des procédures du régime avait pris un caractère semi-permanent.

  • 113 Peut-être en signe de zèle, les services français avaient par erreur ajouté que Ous (...)
  • 114 Ibid.

36Vers l’époque où ce groupe de 21 commandos était remis à Niamey, six autres étaient transportés au pays. Comme il est spécifié qu’ils avaient vécu non loin de la frontière ivoirienne, il s’agit sans doute de maquisards du camp de Half-Assini qui ne pouvaient s’échapper à travers la frontière, au vu de l’hostilité des Ivoiriens113. En début avril, les services français rapportent que cinq autres sawabistes attendaient la déportation dans les prisons du Ghana, tandis qu’une dizaine de commandos se trouvaient dans un camp d’entraînement près de la ville de Konongo, qui doit être Obenemasi, au sud-est de Kumasi114.

  • 115 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 et chap. 9 niveau n. 362.

37Il ne s’agit là que des cas de déportés ayant été inscrits aux documents d’archive, montrant comment la communauté des sawabistes a été progressivement démantelée. Ali Amadou, affirmera de son côté avoir été trahi par Abdoulaye Antama, l’homme de rang qui avait eu maille à partir avec ses supérieurs et avait fait défection. Antama, présenté comme un « principal dénonciateur » (ce qui est sans doute vrai au vu de ses difficultés précédentes), aurait, dit-on, été payé par Niamey, et aurait dénoncé nombre de ses camarades115. Il convient de situer ceci dans l’atmosphère de la communauté nigérienne au Ghana, qui avait été empoisonnée par les actions du gouvernement, des sawabistes et des gens du RDA, en plus de l’espionnage mutuel.

  • 116 Entretiens avec Boubakar Djingaré et Ali Amadou, Niamey, 27 oct. 2005 et 28 et 31 j (...)

38Le transfert au Niger se faisait par avion ou voiture. Le voyage aérien pouvait se révéler peu plaisant – un avion ayant été utilisé pour l’exportation de viande bovine, la vue du sang alarma les détenus. Cependant, d’autres militants furent amenés au Niger à bord de convois motorisés. Ali Amadou se rappellera avoir voyagé attaché, accompagné par des policiers et des militaires nigériens, via Lomé et Cotonou, et jusqu’à Niamey116.

  • 117 F. Martin, Le Niger du Président Diori : Chronologie 1960-1974 (Paris, 1991 (...)
  • 118 Interviews Zoumari Issa Seyni, Niamey, 18 nov. 2002 et 28 janv. 2003 ; CV Zoumari I (...)
  • 119 Organisation terroriste « Sawaba » et chap. 9 niveau n. 107.
  • 120 Chaffard, Les carnets secrets, 331.
  • 121 Par exemple Djibo Garba dit Maga dit Ganibaba, chauffeur (peut-être de Bakary) ; Am (...)
  • 122 Le rapport du BCL de septembre 1966 mentionne Amadou Wonkoye dit Zigli, un marchand (...)
  • 123 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966 ; Organisation terroriste (...)

39Par contraste, dans une communauté aussi large d’activistes, d’exodants et de maquisards, nombreux furent ceux qui parvinrent à trouver refuge en terrain sûr (une source indique qu’au total, une soixantaine de sawabistes furent déportés, ce qui signifierait que plusieurs centaines de gens liés au mouvement avaient échappé à l’arrestation117). Nous avons vu que le tailleur Mossi Salifou avait pu passer au Mali. Zoumari Issa Seyni, le cousin de Adamou Sékou, prit la fuite, peut-être déguisé. Il se rendit en Guinée où il obtint une bourse lui permettant de poursuivre ses études au secondaire. Il devait par la suite se rendre au Maroc où il s’inscrira au lycée Mohamed V, avant de continuer sur Moscou pour les études supérieures118. Nous avons également vu que Ly Alzouma, le journaliste de Niamey, avait lui aussi atterri à Conakry, ayant fui Accra où il avait été le secrétaire du bureau du Sawaba119. On rapporte que des militants avaient demandé l’asile dans la capitale du Soudan, Khartoum120. Pour bon nombre de personnes, on ne dispose pas d’information sur les lieux où ils finirent par aller121 bien qu’une partie du menu fretin continua à vivre au Ghana sans problème, semble-t-il122. En avril 1966, les services français exprimaient leur frustration quant au fait que Yacouba Idrissa dit Gothèye – le financier de Bakary – avait jusque-là échappé à l’arrestation, rapportant une rumeur selon laquelle il se cachait dans l’est du Ghana, où la police togolaise se trouvait à l’affût. Il ne fait pas de doute que sa fortune personnelle l’aida à échapper à la capture, même si l’endroit où il se trouvait fut confirmé par le BCL un peu plus tard au cours de l’année dans un rapport qui le signale à Ho, une bourgade non loin de la frontière togolaise. Le marchand de bois aurait quitté le pays en août et aurait réussi à se rendre en Suisse. Il est cependant possible qu’il soit par la suite tombé dans les mains des autorités nigériennes123.

  • 124 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966. Martin, Le Niger (...)
  • 125 Chaffard, Les carnets secrets, 331 ; télégramme Consmil Niamey à Minarmées (...)

40Ceci prouve que Djibo Bakary se devait d’être prudent – la ligue franco-RDA essaya de le garder à l’œil et bénéficia de la coopération de la junte ghanéenne dans ses tentatives de se saisir de son ennemi juré. Au début, on ne savait où il se cachait et les services français notèrent qu’il pourrait se trouvait à l’ambassade de Cuba, ou dans celle de Chine124. Lorsqu’on découvrit qu’il était à la légation de Bulgarie, des agents de la Sûreté nigérienne prirent position dans le voisinage, mais Bakary parvint à quitter sa cachette et à passer à l’étranger. Quelques mois plus tard, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire l’aperçut à Alger où il était venu après une visite au Comité de Libération de l’OUA à Dar es Salaam. Comme nous l’avons noté au chapitre précédent, il était en Guinée à l’automne, s’y installant de façon durable sous la protection de Sékou Touré. Il pouvait être aperçu de temps à autre lors de cérémonies publiques, comme une réception à l’ambassade nord-vietnamienne, une conférence de presse de Touré ou un congrès du parti au pouvoir en Guinée. Au cours de tels événements, il lui arrivait de rencontrer certains de ses partisans, tels que Yansambou Boubakar et Amadou Abdoulaye, qu’il a aidé à trouver des emplois à la fin de leurs études dans les pays de l’Est125.

  • 126 Entretien avec Ahmed Sékou Djibo Bakary, Niamey, 1er mars 2008.

41Avec la naissance de son plus jeune fils, Ahmed Sékou Djibo Bakary (photo 14.2), portant le nom de son bienfaiteur (septembre 1966), le leader du Sawaba essaya de commencer une nouvelle vie sans, toutefois, renoncer à ses objectifs. Ahmed Sékou se rappellera plus tard que son père avait l’habitude de travailler tard le soir – pris par sa correspondance et suivant les événements du Niger, tout en s’occupant de plans susceptibles de favoriser son retour sur scène. Sa femme était angoissée par la question de sa sécurité, surtout après l’attaque portugaise de 1970 sur Conakry, depuis la Guinée-Bissau – alors encore une colonie portugaise. Au moment de la fusillade, la famille se cacha dans un bunker de fortune. Trois ans plus tard, elle assista à un autre incident violent au cours duquel des agents portugais organisèrent le meurtre d’Amilcar Cabral, leader du mouvement de libération de la Guinea-Bissau, avec qui Bakary entretenait des rapports126.

Photo 14.2 – Ahmed Sékou Djibo Bakary, auprès du portrait de son père, Niamey, 2008.

Photo 14.2 – Ahmed Sékou Djibo Bakary, auprès         du portrait de son père, Niamey, 2008.

Les années sombres

  • 127 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 17 au 23 mai 196 (...)
  • 128 Voir chap. 10 niveau n. 168-175.
  • 129 Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de s (...)
  • 130 Texte in Le Niger, 31 mai 1965.

42Dispersés aux quatre vents, les militants de l’extérieur qui avaient évité la capture étaient plus chanceux que leurs frères du Niger. Le 18 mai 1965, une semaine après la mort de Boubacar Diallo, le régime ouvrit le premier procès des prisonniers politiques. Il se tint à Tillabéri. Les services français soulignent qu’il pouvait causer des troubles dans la capitale. Le Sawaba y avait toujours eu une base importante, tandis que Tillabéri était dans une large mesure un fief du RDA, possédant la première milice du parti. Soixante-six personnes avaient été inculpées, et toutes – à l’exception de Baoua Souley, encore en fuite – étaient présentes au tribunal127. Elles étaient accusées de participation à la mutinerie de 1963, et le fait que les actes du capitaine Diallo avaient précédé les attaques du Sawaba de 1964-1965 eut un impact sur la manière dont le gouvernement considérait l’événement, aggravant les sentences demandées. Ainsi, si la mutinerie avait certainement une dimension sawabiste128, la mise en accusation se référait non seulement à un soulèvement d’officiers de l’armée, mais aussi à une « collusion des militaires et de quelques civils » tendant à organiser « un mouvement insurrectionnel129 ». Dans son discours de clôture, le procureur inséra des éléments ultérieurs à la mutinerie, alléguant que « trois cellules composant l’organisation séditieuse » (au sein desquelles figurait Madougou Namaro, le commerçant et transporteur sawabiste) avaient été impliquées ; l’une d’entre elles avait été assistée par une « équipe d’aventuriers entraînés par l’Étranger à l’art de tuer ». Mentionnant plusieurs sawabistes par leur nom, le ministère public relata comment la collusion entre le « soulèvement intérieur » et l’« organisation terroriste à la solde de l’Étranger » avait été à la base des « expéditions de tueurs » d’« octobre 1964 ». Il cita le serment de loyauté pris par les commandos et se référa à « Nankin » et « Accra » lorsqu’il désigna ceux qui, selon Niamey, étaient les responsables ultimes des infiltrations de maquisards130.

  • 131 Les services français le qualifièrent ouvertement de procès politique. « Événements (...)
  • 132 Interview, Dosso, 17 févr. 2006.
  • 133 W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à R.W. Renwick, Foreign Office, (...)
  • 134 Wilberforce à Renwick, 1er juin 1965 ; « Événements survenus en Afrique francophone (...)

43Ces éléments anachroniques renforcèrent le caractère politique de ce qui, en fin de compte, fut un simulacre de procès131 : comme nous l’avons noté, la Cour de sûreté était à présent un tribunal militaire opérant sans instruction, et pouvant prononcer des verdicts sans appel. Si les accusés avaient droit à un avocat – imposé ou choisi par eux –, on voit mal comment ils auraient pu exercer ledit droit : ayant déjà été mis en prison en fin 1963-début 1964, des gens comme Sanda Hima avaient été battus par la police, Mody de Gamkallé avait été assassiné en détention et d’autres, comme Maïdanda Djermakoye, traînés à Tillabéri pour languir en cellule comme le famélique Diallo. Parlant de cette expérience à une date ultérieure, Djermakoye assure que son avocat avait exigé la peine de mort à son encontre, sans nul doute pour complaire à ce que le fils de la dynastie des Djermakoy évoque comme un « régime fasciste132 ». Au procès, Zodi Ikhia, l’ancien ministre et transhumant politique, qui avait été en contact avec le capitaine rebelle, protesta de son innocence, affirmant qu’il n’avait tout au plus que reçu des amis partisans du Sawaba133. Dans l’atmosphère sinistre qui suivit l’attentat de Diop, cela suffit à le condamner. Tenant audience au palais de justice de Tillabéri, les juges prirent une semaine pour atteindre leurs verdicts, dont la sévérité – étant donné l’absence de tout bain de sang lors de la mutinerie – fut largement notée134.

  • 135 Zada était impliqué dans le recrutement d’étudiants pour le Bloc de l’Est. Il avait (...)
  • 136 Les civils étaient : Yahaya Assane & Yahaya Alassane, commis (adjoints) ; Moussa Ka (...)
  • 137 Chap. 7 n. 8 et chap. 11 niveau n. 121-122. Les autres civils étaient Harouna Haman (...)
  • 138 Dix ans : Souna Djerma, ancien sergent, 67 ans ; Amadou Maisadie (Ta Waye) & Idé Ta (...)
  • 139 Le civil était Waly (Walli) Karingama dit Mamadou Adji, commerçant.
  • 140 Tous des civils : Abdoul Moumouni Djermakoye, marabout ; Moussa Elhadji Ousmane, bo (...)
  • 141 Ou que sa prison fut leur lieu de détention. Interview, Niamey, 15 déc. 2009.
  • 142 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

44Cinq hommes furent condamnés à mort : en dehors de Baoua Souley (par contumace), le capitaine Diallo, bien entendu, qui se reconnut responsable de la mutinerie ; Madougou Namaro ; et Garba Sangara, le sous-officier accusé d’avoir fait de la coordination entre la branche externe du Sawaba et les mutins. Dans ce groupe, Souley et Namaro étaient sans conteste au cœur des activités du Sawaba, et ils furent reconnus coupables d’avoir tenté de fomenter les troubles publics qui avaient accompagné la révolte militaire (bien que Namaro était déjà en détention à ce moment-là). Arouna Zada, l’activiste niameyen de la jeunesse, faisait aussi partie des militants connus, mais fut miraculeusement acquitté135. La cour prononça pas moins de 14 condamnations à perpétuité, sept contre des militaires et l’autre moitié contre des civils136. Un soldat reçut un verdict de 15 ans, tout comme six civils, dont Sanda Hima, le frère de Bakary, et Alassane Abba, infirmier et directeur de cabinet de Zodi Ikhia, déjà membre actif du Sawaba en 1959137. Six civils se virent infliger des peines de dix ans de prison, 11 (dont sept civils) eurent cinq ans, dont Maïdanda Djermakoye et Ibrahim Issa, directeur à l’information au ministère de la Défense138. Quatre personnes, dont un civil, furent condamnées à deux ans139, tandis que 17 autres, en dehors de Zada, étaient relaxées140. Nombre des civils ne semblent pas avoir milité pour le Sawaba, mais comme leurs activités professionnelles allaient de petit commis à infirmier, mécanicien, chauffeur, commerçant, transporteur et coxeur, tailleur, boucher, marabout et paysan, le régime avait frappé au cœur du monde du petit peuple. Ceci correspond aussi à l’assertion de Mounkaila Beidari, le militant de Niamey, selon qui « Tillabéri » s’occupa des petits activistes141. Il est possible que plusieurs des condamnés restèrent purger leur peine dans la prison de cette ville de l’Ouest142.

  • 143 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 3 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.
  • 144 Wilberforce à Renwick, 1er juin 1965.

45Après ce procès, la voie était ouverte pour la mise en accusation des maquisards. Le régime avait eu l’intention de lancer les procédures en septembre 1965143 avant de les retarder. Le fait que les infiltrations n’avaient pas encore complètement cessé a peut-être joué un rôle ici, et de nombreux cadres étaient encore à l’étranger, échappant aux autorités. Les dirigeants du Niger étaient encore en pleine paranoïa, soucieux de consolider leur emprise et d’éliminer l’ennemi de l’intérieur. Par ailleurs, les Français et les Ivoiriens faisaient pression sur le régime pour qu’il n’intensifie pas sa réaction (ils devaient penser qu’avec la défaite du Sawaba et le démantèlement de son organisation, toute escalade de la violence était contre-productive) : les diplomates britanniques s’attendaient à l’époque à ce que Diori commue les condamnations à mort prononcées à Tillabéri144.

  • 145 Interview, Zinder, 14 févr. 2003 (voir chap. 13 n. 58).
  • 146 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 31 janv. 2003 et 15 déc. 2009 ; Aba Kaka, Bosso, (...)

46Tout ceci signifie que les nombreux détenus qui n’avaient pas encore été jugés languirent en captivité, pour la plupart dans la capitale, d’autres à Zinder. Ceux qui avaient été arrêtés dans les villages de l’Ouest et incarcérés à Téra et Dosso (en plus de Tillabéri et Agadez) ont peut-être été amenés par la suite à Niamey. Noga Yamba, le commando de Zinder, se rappellera plus tard avoir rencontré des gens de Tillabéri au Camp Bano145, la caserne qui recevait à présent les gens nouvellement capturés avant leur entrée dans le système carcéral. Comme on l’a noté au chapitre précédent, nombre des hommes de Niamey, en particulier ceux qui avaient participé aux actes de guérilla, demeurèrent dans des cellules du siège de la police. Ali Amadou y atterrit après un passage au Camp Bano, tout comme Aba Kaka après son interrogatoire au palais. Certains, tel que Ali Issaka, furent apparemment consignés à la prison civile, tout comme Hassane Djibo (photo 14.3) – dont l’exécution avait été empêchée par les chefs religieux de Say – et Amadou Diop, finalement transféré des locaux du BCL146.

Photo 14.3 – Hassane Djibo, Niamey, 2008.

Photo 14.3 – Hassane Djibo, Niamey, 2008.
  • 147 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.
  • 148 Voir chap. 8 niveau n. 13.
  • 149 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 (lors d’un entretien le 2 d (...)
  • 150 Entretien avec Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 151 Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. 2006.
  • 152 Interview Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003.

47Les sawabistes de Niamey découvrirent rapidement que les conditions de leur captivité étaient difficiles à supporter. Au siège de la police, les détenus furent entassés dans des cellules en permanence plongées dans le noir. Pendant trois années entières, Boubakar Djingaré, le maquisard de l’unité de Dandouna Aboubakar, ne vit pas la lumière du jour ; pour une raison ou une autre, les détenus se mirent à décolorer de la peau, peut-être du fait aussi de la malnutrition (voir plus loin147). Au Camp Bano, les conditions n’étaient pas meilleures. Les pièces ne dépassaient pas cinq mètres sur six et étaient bondées. Dans leurs souvenirs de ces épreuves, les sawabistes parlent de 40, 70, voire 90 personnes – quels qu’aient été les chiffres, les choses ont dû être pires que ce que les militants du début des années 1960 – tel que Barmou Batouré, le propagandiste de Nguigmi148 – avaient enduré. Comme lui, ses successeurs durent dormir par terre, mais, semble-t-il, sans nattes et, comme plusieurs personnes s’en souviennent, perpétuellement attachés ou menottés149. Il n’y avait pas de toilettes, si bien que les détenus devaient faire leurs besoins dans un seau à la porte de la cellule, tandis que leurs camarades, en tant que musulmans, étaient requis de se couvrir la tête afin de ne pas observer la scène150. Comme l’indiquera Amadou Diop, les jeunes prisonniers (de statut plus bas) avaient la mission de placer les seaux d’urine à la porte afin qu’ils soient emportés à un moment donné151. De telles conditions existaient aussi à Zinder. Ici, ce furent les militants de l’intérieur, comme Tahir Moustapha (photo 14.4), qui souffrirent dans des cellules tout aussi congestionnées152, avec la chaleur et la puanteur alimentant le désespoir des prisonniers.

Photo 14.4 – Tahir Moustapha (à g.) avec un autre militant de l’intérieur, Oumarou Janba, Zinder, 2003.

Photo 14.4 – Tahir Moustapha (à g.) avec un         autre militant de l’intérieur, Oumarou Janba, Zinder, 2003.
  • 153 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.
  • 154 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 et Soumana Idrissa, Gothèye, 1er(...)
  • 155 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.
  • 156 Interview Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 ; Le Niger, 16 mai 1966, parlant de m (...)
  • 157 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2 (...)
  • 158 Le verre aura dû être broyé, sans quoi des fragments granuleux auraient été remarqu (...)
  • 159 Entretiens avec Maman Tchila et Noga Yamba, Zinder, 9 et 14 févr. 2003.
  • 160 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 (sur Agadez) ; Martin, Le Ni (...)

48Les prisonniers ne furent pas soumis au travail forcé. Ils n’étaient pas autorisés à parler ; s’ils le faisaient, on les accusait d’agitation et on les séparait. Ils ne pouvaient avoir de contacts avec le monde extérieur (i. e., la famille, cruciale pour la survie dans de pareilles circonstances). Du coup, leur subsistance dépendait, comme le dira Djingaré, du « RDA153 ». Le repas était préparé par une femme, trois petites boules de farine pour la journée entière, faites de graines simples ou de sorgho rouge, servies avec un peu de sauce – pas de riz, ni de viande154. Selon Soumana Idrissa, les prisonniers recevaient parfois du lait, mais cela cessa par la suite155. Dans tous les cas, le régime alimentaire était dans l’ensemble déficient en vitamines et tout à fait incapable de les sustenter. Il en était de même à Zinder, comme le confirment les plaintes des détenus, certaines finissant par paraître dans le journal gouvernemental156. La nourriture était de mauvaise qualité157 : s’il y avait des haricots, ils n’étaient pas lavés, et comme les gardes avaient leurs repas à part, la saleté habituelle des rations créa la rumeur selon laquelle ces derniers mettaient du verre broyé dans la nourriture. S’il s’agit là d’une histoire d’horreur universelle qui doit être considérée avec prudence158, plusieurs détenus feront plus tard des déclarations à cet égard en ce qui concerne la situation au Camp Bano159 et à la prison d’Agadez (dont il est question plus loin). L’allégation refit surface dans les années 1970 et bien plus tard encore, en 2003160. Les conditions d’emprisonnement du BCL ne valaient guère mieux. Nous avons vu que Dan Galadima était progressivement devenu émacié lors de son séjour au palais.

  • 161 Entretiens avec Maman Tchila et Ousseini Dandagoye, Zinder, 9 et 10 févr. 2003.
  • 162 Interview, Niamey, 28 janv. 2003.
  • 163 Interviews Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, (...)
  • 164 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

49Ainsi, les sawabistes sont unanimes quant aux conditions insupportables de la vie carcérale, dans laquelle le problème central était la malnutrition, même pour les militants de l’intérieur161. Pour reprendre les termes de Ali Amadou, c’était « interdit de manger162 » et les autorités rejetèrent les plaintes en déclarant que la plupart des Nigériens n’avaient pas non plus assez à manger et que la nourriture était requise pour « le peuple163 ». Le fait qu’à la différence des criminels de droit commun, les prisonniers politiques ne pouvaient communiquer avec leurs familles, créait un danger mortel pour les militants. En fait, selon leurs propos, le régime se comportait de cette façon afin de hâter leur trépas164. Au vu de leurs affrontements sans merci, cette accusation doit contenir plus qu’une parcelle de vérité : une politique de négligence constituait une méthode commode pour se débarrasser de ses ennemis jurés sans avoir à recourir à des exécutions qui pouvaient causer des troubles.

  • 165 Seeda, no 6, sept. 2002.
  • 166 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.
  • 167 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035.
  • 168 Interviews Ali Amadou & Adamou Assane Mayaki, Niamey, 28-29 janv. 2003 ; Martin, Le (...)
  • 169 Interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003, au moment de laquelle ces problèmes n (...)
  • 170 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zinder, 1 (...)
  • 171 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er  (...)
  • 172 Il s’agit d’un certain Maï Aya Dari de Konni ; Ari Djanimi (environs de Bosso) ; Bo (...)

50Par conséquent, même si des détenus étaient prêts à partager leur ration, comme Adamou Assane Mayaki, l’ancien ministre165, les prisonniers commencèrent à dépérir. Il devint difficile, se rappellera Soumana Idrissa, de s’étendre sur le côté, le manque de chair sur la hanche forçant les prisonniers à dormir couchés sur le dos166. Inévitablement, ils eurent des maladies. Un journaliste occidental qui fut mis en face de prisonniers du BCL au printemps 1967 note que neuf des détenus de Niamey étaient tombés malades167. Étant attachés, et ne pouvant bouger suffisamment, certains développèrent des difficultés à marcher, comme ce fut le cas de Ali Amadou. D’autres, comme Mayaki, semblent avoir connu des problèmes à cet égard à une période ultérieure. Une source non-sawabiste du début des années 1970 mentionne la paralysie comme affliction spécifique, en plus d’affections chroniques, la tuberculose en particulier, et la cécité168 ; les problèmes de vue, pathologie ordinaire dans le Sahel, allaient accabler Maman Tchila, le conseiller municipal de Zinder169. Le régime carcéral ne connaissait cependant guère de pitié, comme l’expliquera Boubakar Djingaré. Dans ses souvenirs, le traitement médical était refusé ; dans d’autres cas, il n’était fourni qu’au bout de plusieurs jours de maladie, comme se le rappellera Ousseini Dandagoye, le militant de Zinder (photo 14.5)170. Comme on pouvait s’y attendre, tout ceci finit par faire des dégâts. Les sawabistes se souviendront plus tard que plusieurs personnes moururent en détention, à Niamey comme à Zinder171. On ignore combien. Une liste de victimes compilée par le parti dans les années 1990 mentionne quelques militants morts dans la capitale172, mais il n’existe pas de détails sur la situation à Zinder ni, bien entendu, sur les victimes anonymes.

Photo 14.5 – Ousseini Dandagoye, Zinder, 2003.

Photo 14.5 – Ousseini Dandagoye, Zinder,         2003.
  • 173 Parti Sawaba. Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte ( (...)
  • 174 Entretien avec Noga Yamba, Zinder 14 févr. 2003 ; chap. 12 niveau n. 15.
  • 175 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er  (...)
  • 176 Entretien avec Noga Yamba, Zinder 14 févr. 2003.
  • 177 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.
  • 178 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 18 nov. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; e (...)
  • 179 Interviews ; Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; AN (...)

51Il y aura plus de morts dans d’autres prisons, puisque nombre des hommes de Niamey allaient bientôt être transférés. Au début des années 1960, Bakary avait fièrement déclaré que « le chemin de l’honneur pass[ait] par la prison173 », mais pour ses partisans, cette maxime prenait à présent un sens des plus douloureux, en un temps où les autorités jetaient ou tiraient les sawabistes de prison, où les transbahutaient d’un centre de détention à l’autre. Tandis que certains avaient déjà été libérés, tels que des militants du réseau de Maradi arrêtés avant l’invasion174, la chute de Nkrumah poussa les « Rouges » à reprendre leur chasse aux sorcières. Plusieurs militants furent de nouveau appréhendés175 et de nombreux détenus zindérois furent, à un moment donné, transportés au siège de la police, à Niamey176. Par contraste, lorsqu’en novembre 1966 le président Diori se prépara à partir en tournée au Moyen-Orient, le régime craignit que l’opposition (le Sawaba ainsi que des officiers militaires) ne s’agite de nouveau. Les officiers furent mis sous surveillance, tandis que des groupes de sawabistes (qui, pourtant, n’avaient aucun moyen de conduire un mouvement d’opposition) furent transportés par avion jusqu’à Agadez177. Les services français parlent de 81 prisonniers (110, suivant une autre source), qui finirent à la prison civile du cru178. Nombre d’entre eux avaient fait de la guérilla. Il y avait là des membres des unités de Bosso, en plus de leurs sympathisants locaux, en tout 40 personnes ; des commandos de la région de Zinder, dont Noga Yamba et ses amis ; des maquisards ayant opéré dans l’Ouest, tels que Mounkaila Albagna, Soumana Idrissa et Daouda Hamadou, en plus de Hassane Djibo, Amadou Diop et Mounkaila Beidari179.

  • 180 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003. Vers cette époque, le président tunisi (...)
  • 181 Interviews diverses.
  • 182 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003. Ceci est confirmé par la source d (...)
  • 183 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. et 2 déc. 2003.
  • 184 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 (...)
  • 185 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.
  • 186 Ibid. ; interviews Ousmane Dan Galadima, 7 févr. 2003 ; Mounkaila Albagna, Niamey, (...)
  • 187 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009.
  • 188 Interview Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003. Un sawabiste affirmera plus tard qu (...)

52En fin 1967-début 1968, un groupe important se montant à peut-être 200 personnes, fut amené à Tahoua avant une conférence internationale à Niamey (janvier 1968) ; le régime craignait que ces gens n’attirent l’attention des étrangers180. Commandos et cadres politiques inclus, le groupe avait à sa tête l’ancien chef d’État-major Ousmane Dan Galadima, et comprenait entre autres le chef de camp Ali Amadou ; Adamou Assane Mayaki ; Maman Tchila ; Boubakar Djingaré ; Baoua Souley ; Dodo Hamballi, dont l’arrestation avait précipité l’invasion ; peut-être Maïdanda Djermakoye ; et Ali Issaka, qui, par la suite, fut encore transféré sur Agadez181. Les conditions à la prison de Tahoua étaient aussi mauvaises que dans la capitale. Ali Amadou se rappellera d’avoir été pieds et poings liés et de n’avoir pas eu accès, ainsi que ses camarades, à la cour intérieure, ce qui les confina dans l’ombre de leurs cellules pour des mois182. À Agadez aussi, les prisonniers étaient menottés, y compris la nuit183, et dans les deux prisons, la nourriture était aussi mauvaise qu’à Niamey184. Les sources ne disent pas clairement si les détenus, qui vivaient séparés des criminels de droit commun185, subissaient des mauvais traitements physiques. Dans leurs souvenirs, les sawabistes parleront de prisonniers battus186 (le cas de Dodo Hamballi fut cité en exemple187), mais sans qu’on sache précisément quand et où cela était arrivé. Il est probable que les passages à tabac eurent lieu plus tôt, lors des premiers interrogatoires, ou durant l’incarcération à Niamey ou Zinder188.

  • 189 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Martin, Le Niger du Président D (...)
  • 190 Interview Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.
  • 191 Interviews Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oc (...)
  • 192 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2 (...)

53La forme principale de mauvais traitement à Agadez et Tahoua était la rétention de nourriture et de soins médicaux. Selon Mounkaila Beidari, ils n’étaient pas battus. Ainsi que nous l’avons noté, les prisonniers de Niamey étaient parfois séparés lorsqu’ils parlaient de politique. Les sources indiquent qu’à Tahoua comme à Agadez, les récalcitrants étaient aussi mis à l’isolement – ce qu’ils craignaient, à cause notamment des scorpions qu’ils trouvaient dans le trou où on les mettait. Certains développèrent des troubles mentaux189 et les prisonniers souffraient de l’ennui, ayant du mal à tuer le temps190. Si leurs relations étaient marquées par la camaraderie renforcée par un destin commun191, il y eut des tensions inévitables, alimentées par des animosités personnelles et des désaccords politiques. Certains ont pu considérer Amadou Diop comme une brute qui faisait peur aux détenus. Une fois, deux prisonniers de Tahoua – Issa Oumarou dit Sidibe Ousseini et Issaka Saydou dit Nierre Foulani, le premier élève de Marnia et le second sans doute aussi un commando – eurent une querelle politique avec des militants radicaux qui les auraient considéré comme des traîtres. Aba Kaka, le chef de maquis de Bosso, dira plus tard que dans un cas, à Agadez, une altercation mena à un décès192.

  • 193 Interview, Niamey, 28 nov. 2003. La cuisine kanouri comprend comme repas de choix u (...)
  • 194 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 et Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. (...)
  • 195 Liste des Nigériens, qui cite pour Agadez : Issoufou Soumaïla (mais voir chap. 12 n (...)
  • 196 Le taux de la liste du parti était déjà plus élevé que le taux moyen de mortalité a (...)
  • 197 Interview, Niamey, 28 nov. 2003.
  • 198 Cette dernière source parle d’ulcères à l’estomac et de cancer du foie et de la ves (...)
  • 199 Dans un cas, après une heure et demie d’interview, il fut question de « milliers » (...)

54Le régime carcéral était cependant tel, dans les deux endroits, que les gens succombaient généralement de maladie et de malnutrition. Selon Mounkaila Beidari, les personnes d’origine kanouri étaient, pour une raison ou une autre, particulièrement vulnérables193. Racontant l’histoire de sa vie, Noga Yamba se souviendra plus tard de la manière dont un détenu mourut à Agadez dans ses bras. Les corps n’étaient pas enlevés sur le champ, puisque cela ne se faisait que la nuit, ou après l’aube, si bien que le cadavre restait étendu – menotté – dans la cellule, avec les autres détenus, en dépit de la chaleur. Il ne servait à rien de frapper la porte194. La liste du parti de 1990 mentionne seulement quatre morts à Agadez par leur nom, et sept à Tahoua195, mais au cours des témoignages oraux les sawabistes parlèrent de « nombreux » camarades morts. La liste du parti fournit, cependant, des données globales concernant les individus tombés lors des affrontements entre le Sawaba et le RDA sur une période plus longue – comprenant ainsi les victimes de Djirataoua –, et si l’on ne peut dire qu’elle a été compilée à la hâte, il est possible qu’elle ait omis des noms. Comme plusieurs centaines de personne étaient incarcérées à Tahoua et Agadez, le taux de décès était sans doute plus élevé196 : Mounkaila Beidari affirmera plus tard que rien qu’à Agadez, 30 détenus sont morts197, chiffre qui correspond probablement plus à ce qui s’est passé dans les centres de détention éloignés. Une source politique des années 1970 cite un médecin qui affirme que 57 personnes (pas toutes sawabistes, nécessairement) étaient mortes d’une maladie d’origine alimentaire198. Les impressions dérivant des témoignages ne peuvent donc pas être considérées comme des hyperboles issues du contexte des entretiens199 (bien qu’elles illustrent aussi l’expérience traumatique des survivants).

  • 200 Amadou Madou, paysan de Bosso ; Amadou Gambo (notes 33 et 195), né au Nord Nigeria, (...)
  • 201 Alidou à président de la République, 16 janv. 1973. Malheureusement, il a été impos (...)
  • 202 Interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003. Il est possible qu’on n’ait (...)
  • 203 Le Monde, 21-22 févr. 1971 ; Le Niger, 22 févr. 1971 ; interviews ; entrées (...)
  • 204 Ceci a pu arriver à Beidari, Djingaré & Ali Issaka, entre autres. Interviews, Niame (...)
  • 205 Cependant, on ne sait s’il fut jugé à Tahoua ou à Agadez. Seul le texte du procès d (...)
  • 206 Mounkaila Beidari ; Idrissa Sambo dit Tondigoungo (Idrissa Tondi Gounga de l’unité (...)
  • 207 Abdou Mamane dit Gogé ; Sani Namadina ; Baraou Balla ; Amadou Demba ; Ganda Idé ; B (...)
  • 208 Ce calcul est basé sur une comparaison des différentes sources et une vérification (...)

55Ceux qui étaient restés en vie furent finalement traînés devant les juges du régime. Ironiquement, certains de ceux qui avaient péri furent malgré tout l’objet d’une lecture des accusations à leur encontre200. Au début de 1966, et un an plus tard de nouveau, plusieurs sawabistes furent condamnés. Il s’agissait probablement de cadres de l’intérieur, mais il y avait là également des commandos comme Issa Oumarou et Issaka Saydou dit Nierre Foulani (ces deux derniers furent condamnés à la perpétuité201). À l’été 1969, la Cour de sûreté, présidée par le député Noma Kaka, se déplaça sur Tahoua où de nombreux militants furent jugés, y compris Ousmane Dan Galadima, Maman Tchila et Dodo Hamballi202. Le 3 juin, la cour condamna à mort le chef d’État-major du Sawaba et Dodo Hamballi – bien que quatre années se soient écoulées depuis les peines de mort de Tillabéri. De plus, de nombreuses condamnations à perpétuité furent prononcées, en dehors de longues peines de prison203. Des verdicts similaires tombèrent aussi à Agadez, où les juges furent transportés par avion avec plusieurs détenus qui devaient y être condamnés204. Il est possible que les hommes d’Agadez aient été jugés en deux contingents, tous recevant leur sentence le 6 juin. Y figuraient Aba Kaka et une quarantaine de membres des unités de Bosso ; des maquisards comme Mounkaila Albagna, Noga Yamba et Soumana Idrissa ; et l’assassin raté de Diori, Amadou Diop. Le révolutionnaire de Zinder fut condamné à la peine de mort, tout comme le plus insaisissable des maquisards du Sawaba, Aba Kaka, et quatre de ses camarades : Oumarou Moustapha (« le marabout »), finalement pris à une date inconnue ; Katchalma Oumar dit Paul Maiga, le pompier de la région de Nguigmi, qui a peut-être été arrêté en 1965 ; Bachir Moustapha dit Moutti, l’élève de Marnia capturé en novembre 1964 ; et Tchegam Mahamadou dit Lawal Mamah, le manœuvre de Fachi dans le Ténéré. Idrissa Arfou, commandant de la zone d’infiltration Ouest fut aussi condamné à mort205. De plus, les procès de Tahoua et d’Agadez aboutirent à un nombre record de condamnations à la perpétuité avec travaux forcés (plus de 80) – en général pour ceux qui avaient pris part aux infiltrations et aux attaques206. Par ailleurs, au moins 44 longues peines de prison furent prononcées, souvent contre les cadres de l’intérieur207. Au total, bien plus de 140 sawabistes furent condamnés208 – pour la plupart des personnes ayant opéré dans les campagnes de guérilla, bien que parmi les accusés d’Agadez figurait un nombre relativement important d’habitants de la région de Bosso qui avaient aidé les maquisards à leur arrivée.

  • 209 Interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 et Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. (...)
  • 210 Comme l’a suggéré Oumarou Janba. Interview, Zinder, 10 févr. 2003.
  • 211 Diverses interviews ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 210.

56Les prisonniers du couloir de la mort à Agadez ont dû être enfermés dans la même cellule209, en compagnie de Hassane Djibo, déjà condamné à mort fin 1964. En théorie, ils attendaient tous leur exécution. Cependant, le régime reporta ou décida de ne pas mettre en œuvre les sentences, même dans le cas de Diop, qui doit peut-être la vie à l’intercession des Français210. Enfin, il semble que de nombreux prisonniers de Zinder (tels que Tahir Moustapha, Ousseini Dandagoye et peut-être Limane Kaoumi, le fabricant de meuble, et Oumarou Janba) ne furent pas jugés du tout. Ce fut peut-être aussi le cas de prisonniers détenus ailleurs, comme Adamou Assane Mayaki à Tahoua et Ali Kote, capturé au Nigeria211. Ils languirent au secret en prison.

La voix d’une femme

  • 212 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035. On a vu que les commandos étaient souv (...)
  • 213 Ibid. Il n’a pas non plus montré de regret de son action lors de son interview de 2 (...)

57Prendre le chemin de l’honneur veut dire, cependant, que, parfois, les sawabistes résistèrent à leurs tortionnaires. Plusieurs représentants du petit peuple, fidèles à la vision qu’ils avaient d’eux-mêmes en qualité d’avant-garde des talakawa, refusèrent de faire amende honorable. On a vu Ousmane Dan Galadima rejeter tout compromis, même en étant traité de manière clémente. Il ne se laissa pas non plus utiliser dans des buts de propagande. Lorsqu’il était encore au palais, il fut exhibé devant un journaliste occidental avec Diop et trois commandos non identifiés. En présence de Jean Colombani, il fut requis de répondre aux questions du reporter, mais refusa de le faire, déclarant ne pas vouloir expliquer les actes du Sawaba devant la police. Il ne parlerait qu’à Diori lui-même. Cette attitude montrait que son esprit n’avait pas été brisé, bien qu’il ait été torturé presque jusqu’à la mort. En fait, le « scorpion » était convaincu que si le mouvement avait perdu une bataille, la lutte continuerait. Comme toujours activiste, il se fit sur le champ porte-parole des intérêts des détenus et réitéra les doléances à propos de la nourriture, soulignant que les améliorations apportées après les plaintes antérieures n’avaient duré que quelques jours212. Amadou Diop aussi ne parut nullement découragé. Il ne montra aucun regret de son attentat contre le président, arguant du fait qu’il était un militant et aurait trahi sa mission s’il n’avait pas essayé de la remplir213.

  • 214 Ayant travaillé en tant que greffier au tribunal, il connaissait la signification d (...)
  • 215 À cette occasion ou à une autre. Hamballi aurait dû son passage à tabac à ceci. Int (...)
  • 216 Interviews Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 et Noga Yamba, Zinder, 14 fé (...)
  • 217 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035 ; interviews Ousseini Dandagoye et (...)

58Dan Galadima avait auparavant refusé de signer son protocole d’interrogatoire, accusant les officiels d’avoir déformé ses propos (exactement comme l’affirmeront par la suite de nombreux cadres214). Puis, lors de son procès à Tahoua, il sortit une déclaration et dit à ses juges que le procès revenait à faire juger des patriotes par une bande de traîtres. Il chanta des slogans anti-impérialistes pour bien souligner son assertion, tout comme son compagnon de cellule Dodo Hamballi215. La rage qui avait servi de moteur aux sawabistes restait encore une formidable source de bravoure. Elle poussa aussi beaucoup à rejeter les suggestions du régime tendant à les amener à demander clémence216. La position du RDA à l’égard de son ennemi était marquée par des hauts et des bas, mais Diori a dû se rendre compte qu’étant donné le grand nombre de personnes persécutées ou souffrant dans les prisons, il y avait risque de troubles. Du coup, le triumvirat se mit à chercher des moyens de désamorcer la situation. À un moment donné, Boubou Hama convoqua une assemblée de fonctionnaires et confia qu’il était temps d’enterrer le passé et de partir d’un nouveau pied. Des mesures plus concrètes étaient cependant nécessaires, et à une date non spécifiée, Diamballa Maïga fit livrer aux détenus une lettre les incitant à demander la grâce. Mais les plus intransigeants (tels que les anciens commandos) rejetèrent l’offre217, sans nul doute parce qu’elle faisait aussi partie de tentatives de diviser les militants et de détacher les membres plus modérés.

  • 218 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, 7 févr. 2003 ; (...)
  • 219 Voir Liste des Nigériens, no 36.
  • 220 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2 (...)
  • 221 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er n (...)

59Les prisonniers luttèrent aussi pour obtenir de meilleures conditions de détention. Poussés au désespoir par le manque de nourriture, les sawabistes de la prison civile de Tahoua décidèrent de faire la grève de la faim. Les détenus impliqués, dont des cadres comme Ali Amadou et Dan Galadima, rejetèrent leur maigre pitance dans l’espoir qu’ils pourraient forcer les autorités à accroître leurs rations. À Agadez, les prisonniers demandèrent au préfet du cru de faire de même218. Une grève de la faim était héroïque étant donné le fait que les détenus étaient déjà émaciés – tragiquement, Ibrahim Cheffou, l’élève de Nankin capturé avec Baoua Souley, serait, dit-on, mort au bout de quatre jours de grève219. Mais l’action importuna les autorités et les conditions s’améliorèrent, au moins temporairement. Il y eut des soins et, à un moment donné, lorsque des détenus de Tahoua refusèrent de regagner leur cellule après une mesure de désinfection, leur situation alla mieux : les maquisards purent sortir deux fois par jour dans la cour de la prison220. Les prisonniers d’Agadez découvrirent qu’ils pouvaient ouvrir leurs menottes avec des allumettes. Ils réussirent aussi à se procurer un poste radio transistor (sans doute un signe de corruption parmi les gardiens de la prison), et ils purent écouter les informations au cours de la nuit, tout en cachant l’appareil dans la journée221.

  • 222 Interviews Abdou Adam (officiel RDA) et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. et 2 déc (...)
  • 223 Albagna le date du mois d’août 1966 (une erreur ?). Interview, Niamey, 29 nov. 2003 (...)
  • 224 Interviews Abdou Adam et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. et 2 déc. 2003 ; Maman, (...)
  • 225 Interviews Monique Hadiza et Sao Marakan, Niamey, 5 nov. 2005 et 16 nov. 2002 ; cha (...)

60Les efforts du régime visant à désamorcer les contestations éventuelles aboutirent à des tentatives de détacher les partisans modérés du cœur du Sawaba. D’anciens piliers comme Adamou Sékou et Hima Dembélé, radicaux en leur temps mais brisés par Bilma, furent utilisés pour attirer des militants vers le régime. Sékou, qui avait été en prison depuis septembre 1961, fut libéré, puis remis en état d’arrestation en 1964. En 1965, il assura qu’il restait fidèle à Djibo Bakary, mais rejeta aussi publiquement la lutte armée222. Les services français allèguent qu’il avait écrit à Bakary une lettre dans laquelle il renonçait tout à fait au Sawaba, et qu’il avait admis ses « fautes passées » et exprimé son allégeance au RDA. Quel qu’ait été le cas, il était clair que le président pourrait le gracier, ce qui le mettait en position de vulnérabilité. Le militant de Téra, peut-être à présent en détention avec Dembélé à Tahoua, fut amené au BCL pour persuader ses camarades de faire la paix avec le régime. La confrontation, dans laquelle Mounkaila Albagna, le commando de Dargol, était aussi impliqué, prit sans doute place en août-septembre 1965. Elle fut suivie d’une rencontre entre Sékou et les envoyés de l’OUA venus parler de la présence du Niger au sommet d’Accra, et qui auraient reçu à cette occasion un message de Sékou pour Bakary223. Si cette initiative ne mena à rien, puisque la chute de Nkrumah poussa les intransigeants du RDA à serrer de nouveau la vis, Adamou Sékou fut libéré à un moment donné. L’ancien commis judiciaire fut affecté au bureau du procureur de la République à Zinder où il débuta une carrière dans la magistrature224. Hima Dembélé aussi fut relâché mais ne put guère jouir longtemps de sa liberté, puisqu’il dut ramasser les morceaux d’un mariage détruit lors de ses activités au sein du parti. Divorcé en 1966, il fut pris dans une bataille judiciaire pour la garde des enfants. Deux ans plus tard, il fut sévèrement blessé lorsque son vélomoteur fut renversé par une voiture au niveau d’un rond-point de Niamey. L’ancien technicien de cinéma mourut chez lui, des rumeurs caractéristiques disant que le régime avait organisé son trépas à travers un faux accident de la circulation225.

  • 226 Elles comprennent des peines touchant les civils Yahaya Assane, Yahaya Alassane, Mo (...)
  • 227 Annual Review for 1967 on the Ivory Coast, Niger and Upper Volta ; PRO, FCO 25/745  (...)
  • 228 Diamballa Y. Maïga à M. le président de la République, Niamey, 12 août 1967 ; ANN, (...)
  • 229 Interviews Tahir Moustapha et Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.
  • 230 Interview, Diffa, 12 févr. 2006.

61Évidemment, il allait y avoir plus de militants cherchant à se rapprocher d’une manière ou d’une autre du régime afin de retrouver une vie à peu près normale. Le régime put se servir de cette aspiration pour briser davantage le mouvement. À l’été 1967, Diori se sentait assez en sécurité pour réduire ou faire des remises de peine pour les condamnés de Tillabéri. En juin, 11 personnes qui devaient encore purger deux ans et demi de prison furent mises en liberté. En août, le président commua enfin les peines de mort du capitaine Diallo, de Madougou Namaro, Zodi Ikhia, Garba Sangara, et sans doute Baoua Souley également – ils étaient tous à présent confrontés à la prison à vie. 14 des peines de perpétuités furent commuées en peines de 20 ans de prison226 ; six condamnations à 15 ans d’enfermement furent réduites à cinq ans (y compris celles de civils comme Alassane Abba, mais apparemment à l’exception de Sanda Hima, le frère de Bakary) ; et cinq peines de dix ans d’emprisonnement furent rabaissées à trois ans227. Ce même mois, 128 détenus de l’est du pays quittèrent les prisons228, sans doute des militants de l’intérieur, à Zinder. Tahir Moustapha se rappellera plus tard de la manière dont il avait été libéré cette année-là, et Oumarou Janba se souviendra sinon peut-être de la date exacte (« 1965 »), au moins du fait qu’il avait été libéré en compagnie de 78 autres personnes, toutes étant forcées de jurer sur le Coran qu’elles éviteraient à l’avenir toute activité politique229. Limane Kaoumi fit probablement partie de cette vague de relaxe, bien qu’il ait plus tard situé sa libération en 1968230.

  • 231 Yakasai, The Story of a Humble Life, 210.
  • 232 Rapport mensuel, Poste de Niamey, févr., mars & avr. 1968 ; SHAT, 10 T 715. L’un d’ (...)
  • 233 Maïga à M. le président de la République, 12 août 1967.
  • 234 Rapport mensuel, Poste de Niamey, avr. 1968 ; ibid., août 1968 ; SHAT, 10 T 715 ; M (...)

62Ali Kote fut sans doute libéré cette année231, et en avril 1968, cinq sawabistes non-identifiés qui avaient été impliqués dans des attaques de guérilla furent graciés. Ils bénéficiaient d’une nouvelle loi permettant au président de libérer les prisonniers politiques dans un délai de 12 mois. En réaction, Alazi Soumaila envoya plusieurs lettres de Conakry sur Niamey, demandant l’autorisation de rentrer au pays, comme le firent une dizaine de militants qui se présentèrent aux ambassades du Niger à Lagos et Accra232. Cependant, il arriva que Diamballa Maïga mette les relaxes en attente, ce personnage intransigeant restant aussi méfiant que jamais. Après la libération des détenus de Zinder, il s’opposa à celle de 140 sawabistes parce qu’il doutait de la véracité de leur repentir, et leur relaxe coïnciderait avec le retour d’étudiants des pays de l’Est (voir section suivante). Il émit des mises en garde contre ce qu’il considérait comme un danger potentiel, en particulier dans le contexte de la guerre civile au Nigeria et de ce qui, selon lui, était un relâchement des contrôles au Niger233. Il était donc douteux que Alazi Soumaila puisse obtenir une grâce, puisque les services français notèrent qu’il avait été entraîné à Nankin et Son Tay. Le régime ne lui faisait pas confiance, mais lui fournit un passeport afin de l’attirer au pays. À un moment donné, en août 1968 ou peu après, Soumaila se rendit à Niamey (ses parents adoptifs étaient morts) ; il fut incarcéré cinq mois durant. Puis l’ancien commis au Trésor se rallia au gouvernement et reçut un poste au ministère des Finances. Le fait qu’il n’avait sans doute pas été directement impliqué dans des actions de guérilla joua en sa faveur, mais sa défection fut aussi un coup politique, puisqu’il faisait partie du comité directeur du Sawaba ; il promit au régime que d’autres suivraient son exemple234.

  • 235 Rapport mensuel, Poste de Niamey, août 1968 ; interview Adamou Assane Mayaki, Niame (...)
  • 236 Il déclara par deux fois avoir passé cinq ans en prison. Interview & conversation t (...)
  • 237 Interviews Tahir Moustapha et Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

63À ce stade, Diori décida qu’il était temps de savoir ce qu’il fallait faire à propos des 300 hommes qui végétaient encore dans les geôles. Les Français s’attendaient à ce que nombre d’entre eux soient mis en liberté, bien que les condamnations de masse de Tahoua et d’Agadez fussent encore à venir. Il n’empêche, au moment de ces procédures, Adamou Assane Mayaki, au moins, avait retrouvé la liberté après avoir été en prison depuis décembre 1964. Il était sans doute déjà malade au moment de sa libération et devra se faire traiter plusieurs fois à l’hôpital235. Suivant ses propres souvenirs, Maïdanda Djermakoye fut aussi libéré à cette époque236. Si Tahir Moustapha fut rapidement réintégré dans la société après sa libération, d’autres eurent du mal à se tirer d’affaire et retrouver une vie normale puisqu’ils restaient sous surveillance, et en butte aux tracasseries. Oumarou Janba, avec l’aide d’un ami détenteur d’une carte du RDA, parvint à trouver un emploi mais fut bientôt renvoyé. Il trouva un nouvel emploi mais le perdit encore du fait de son passé de sawabiste237.

  • 238 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zinder, 1 (...)
  • 239 Interview Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.
  • 240 Interviews Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 et Hassane Djibo, Niamey, 22 févr. (...)
  • 241 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008.

64Pour ceux qui restèrent en prison – au moins plusieurs centaines, principalement des commandos et des intransigeants politiques –, la vie continua à peu près comme auparavant, avec la malnutrition, les maladies chroniques et l’accablement. En général, les améliorations des conditions de détention étaient temporaires. Par exemple, Soumana Idrissa se rappellera comment une visite du président tunisien poussa les autorités à fournir plus de nourriture. De même, lorsque le commandant de cercle d’Agadez, Yansambou Amadou, décida d’améliorer le sort des prisonniers, l’alimentation devint meilleure et les détenus reçurent des dattes ainsi que du savon de douche les dimanches. Ousseini Dandagoye, détenu à Zinder, se souviendra de détails similaires, racontant comment il fut transféré dans un bâtiment différent, où l’on pouvait se lever à partir de six heures du matin – ce qui, du point de vue religieux également, était un stimulant moral. À Agadez, cependant, ces améliorations furent passagères, puisque Yansambou Amadou fut affecté ailleurs et les conditions se détériorèrent. De même, lors de sa visite à Agadez, les prisonniers avaient espéré rencontrer le ministre de la Justice, qui refusa de les voir238. Mais selon Boubakar Djingaré, à Tahoua, les choses s’améliorèrent de façon permanente après l’affaire de la désinfection, qui eut lieu vers 1970. Les sawabistes qui cherchaient du réconfort furent autorisés à lire le Coran239. Si, au début, aucun contact avec la famille n’était possible (les parents craignaient aussi d’être arrêtés), il arrivera par la suite que les détenus d’Agadez reçoivent des lettres de chez eux240. Il a dû s’agir là de moments de grande émotion, tout comme le jour où Mounkaila Beidari et ses compagnons, enfermés dans leur cellule, entendirent le son du pilon écrasant la graine et entendirent soudain une voix de femme – la première fois depuis des années241.

  • 242 Ces réductions concernent les personnes mentionnées dans la n. 206 ci-dessus, en pl (...)
  • 243 Ibid. Voir les personnes mentionnées à la n. 207 ci-dessus ; interview Amadou Madou (...)

65Cet épisode souligna leur humanité, mais leurs espoirs ne recevaient que des demi-encouragements. Deux ans plus tard, en 1971, Diori décida de commuer la peine de mort de Dodo Hamballi, Dan Galadima, Amadou Diop, Idrissa Arfou, Hassane Djibo, et Aba Kaka et ses camarades – condamnés à présent à la perpétuité. Environ 80 de ceux qui avaient reçu ce dernier verdict en 1969 ou auparavant, à Tillabéri, virent leur peine réduite à 20 ans, y compris des maquisards comme Mounkaila Albagna, Baoua Souley, Soumana Idrissa, Noga Yamba, Boubakar Djingaré, Daouda Hamadou et Kali Abdou dit Fidel Castro, en dehors de Aboubakar dit Kaou, le ministre des Affaires économiques du Sawaba242. Soixante-quinze prisonniers qui accomplissaient des peines fixes furent libérés, y compris le frère de Bakary, Sanda Hima, et plusieurs condamnés de la mutinerie de 1963, en plus du capitaine Diallo, de Madougou Namaro et de Zodi Ikhia, dont les peines de mort avaient été commuées antérieurement. Namaro, cependant, ne jouit pas longtemps de sa liberté, sa santé s’étant détériorée ; le transporteur sawabiste mourut deux ans plus tard. Des commandos comme Robert Seguinikin et d’autres, qui avaient été condamnés en novembre 1964, furent aussi libérés, de même que Djibo Sékou, l’ancien syndicaliste, et de nombreuses autres figures plus obscures243.

  • 244 Martin, Le Niger du Président Diori, 374.
  • 245 On ignore ce qui se passa ensuite. Barkiré Alidou à président de la République, (...)
  • 246 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr (...)
  • 247 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.
  • 248 Il y avait aussi un certain « Kano ». Interviews Ali Issaka et Mounkaila Beidari, N (...)

66Ceci voulait dire que des centaines de personnes restaient en prison244 et si la différence entre la perpétuité et vingt ans n’était pas insignifiante, deux décennies supplémentaires sur le chemin de l’honneur paraissaient intolérables. Issa Oumarou et Issaka Saydou dit Nierre Foulani avaient bénéficié d’une réduction de peine, mais ne trouvaient toujours pas leur situation supportable, deux ans plus tard. Se querellant avec des cadres d’esprit plus militant, ils décidèrent de demander grâce. Le préfet de Tahoua soutint cette requête, et même Diamballa Maïga était pour, mais en janvier 1973, Diori mit l’affaire en veilleuse, demandant davantage d’informations245. Pire, comme Madougou Namaro, de nombreux détenus tombèrent gravement malades des suites de leurs années de séjour en prison. La situation devint si sérieuse que le régime décida d’en transférer un certain nombre à la prison civile de Niamey (le RDA commençait à s’inquiéter des mécontentements suscités par une grave crise économique, accompagnée de sécheresse et d’affaires de corruption). Ainsi, en 1972 Ali Amadou fut atteint de troubles médicaux si sérieux qu’il fut évacué sur la capitale où il fut d’abord hospitalisé avant de retrouver ses camarades en prison. Il y avait là Amadou Diop, aussi ramené à Niamey246, peut-être par mesure de sûreté. Aba Kaka y avait aussi été transféré et fut amené à l’hôpital pour traitement247. Ali Issaka, le maquisard de la région de Téra, tomba lui aussi malade et fut amené d’Agadez à la capitale, en compagnie d’autres patients. Parmi ces derniers, figurait Mounkaila Beidari, qui, en 1973, se sentait de plus en plus abattu248.

  • 249 En dehors de la photo de Amadou Diop en état d’arrestation prise par les autorités. (...)
  • 250 Beidari était conscient de l’exploit de cette évasion : à Bamako, il se rendit dans (...)

67Cependant, le déplacement sur Niamey apportait des améliorations puisque les conditions à la prison civile étaient meilleures. Les détenus n’étaient pas menottés et avaient accès à la cour durant la journée. Ils purent même faire introduire en cachette un appareil photo et prirent des photographies en secret – les seules images de sawabistes en détention qui existent (photo 14.6)249. Beidari, néanmoins, restait toujours malade et fut amené à l’hôpital. Ayant connu la torture et vécu des années en prison, il était décidé à ne pas y retourner. Il réussit à se faire apporter, par un proche, de l’argent et des habits consistant en un boubou et un turban. Vêtu de ce déguisement efficace, le militant sortit ensuite tout simplement de l’hôpital. Il contacta un taximan et le paya pour qu’il le conduise à la frontière voltaïque, d’où il put gagner Bamako – devenant ainsi l’un des rares détenus à s’évader250.

Photo 14.6 – Mounkaila Beidari (debout, deuxième à partir de la gauche) en compagnie d’autres détenus, prison civile, Niamey, 1973 (M. Beidari).

Photo 14.6 – Mounkaila Beidari (debout,         deuxième à partir de la gauche) en compagnie d’autres détenus, prison         civile, Niamey, 1973 (M. Beidari).

Photo 14.7 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973 (M. Beidari).

Photo 14.7 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973         (M. Beidari).

Photo 14.8 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973 (M. Beidari).

Photo 14.8 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973         (M. Beidari).
  • 251 Beidari indique qu’il avait voulu prendre part à la lutte de la Guinée-Bissau, mais (...)

68Le cadre de Niamey se rendit à l’ambassade de Guinée pour prendre contact avec Bakary qui le fit venir à Conakry pour consultation. Mais des années d’exil d’un côté, de détention de l’autre, avaient – en dépit des souffrances qu’elles avaient en partage – accentué la divergence des voies suivies par chacun et rompu ce qui restait de la cohésion du mouvement. L’homme en colère qui venait de Niamey, rempli d’un sentiment de culpabilité à l’endroit des camarades laissés en arrière, adjura le redresseur des torts de continuer à croire en la lutte. Mais Bakary avait perdu tout espoir d’un retour au pouvoir ; il aurait répondu qu’il avait dissous le parti. Beidari, furieux, le critiqua pour ses erreurs. Le leader du Sawaba lui offrit d’aller en Allemagne de l’Est, mais le zèle politique de Beidari l’emporta, au moins pour un temps. Il se rendit en Guinée-Bissau, pays alors bien avancé dans la tâche de se débarrasser des Portugais, et il y prit contact avec des personnalités du PAIGC, le mouvement de libération du cru. À peu de temps de là, il fut transporté en avion sur Berlin Est, où il reçut des soins médicaux. Beidari séjourna un temps dans un hôtel du parti communiste, puis refusa de retourner à Conakry. Au lieu de quoi, il fit ses bagages et, un beau jour, traversa le Mur, passant à Berlin Ouest où il connaissait quelqu’un et put trouver un emploi251.

Les larmes de nos mères et sœurs

69L’itinéraire de Beidari offre un contraste remarquable avec le sort des étudiants des pays de l’Est. Comme on l’a vu au chapitre 9, la formation des cadres supérieurs obéissait à son propre calendrier, et la plupart d’entre eux étaient encore pris par leurs études lorsque les commandos se retrouvèrent sur le chemin de l’honneur. Avec la défaite du Sawaba, cependant, les étudiants aussi étaient confrontés à un problème, puisqu’ils ne pouvaient rentrer au pays dans des conditions normales. La ligue franco-RDA était consciente de la présence de ces « transfuges » en Europe de l’Est, ainsi que des objectifs de long terme qu’ils étaient censés remplir.

  • 252 Surveillance du territoire no 635/SN/ST : Examen de situation du nommé Issoufou Ass (...)

70Dans une certaine mesure, les étudiants avaient été soumis au contrôle politique du Sawaba, mais ils en furent libérés par l’échec des opérations militaires : comme nous l’avons vu, les réunions du corps estudiantin s’étaient mises à se raréfier et, à mesure que le contact avec le leadership à Accra devenait plus erratique, les étudiants avaient dû se concentrer davantage sur leur vie et occupations. Les Européens de l’Est n’annulèrent pas les bourses, mais les étudiants perdirent sans doute de leur valeur politique aux yeux des Soviétiques. Dans tous les cas, ils devaient partir une fois leurs études terminées252. Pour la plupart, ce moment arriva à une date entre 1966 et 1969.

  • 253 Voir chap. 9 niveau n. 249 et 10 niveau n. 163.
  • 254 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967.
  • 255 Ibid. et Surveillance du territoire no 605/SN/ST : Examen de situation du nommé Iro (...)
  • 256 Étant donné le niveau de surveillance instauré depuis l’invasion, il n’était pas po (...)

71Déjà avant l’invasion, les étudiants s’inquiétaient de ceci, et les vicissitudes de Kaîro Alfari – l’étudiant en génie civil arrêté à Niamey en 1964 mais qui avait miraculeusement réussi à s’échapper253 – servit d’avertissement quant à ce qui pouvait se produire. Les appréhensions par rapport au retour prochain persistèrent tout au long du séjour des étudiants en Europe de l’Est254. Ils pouvaient chercher à s’établir ailleurs en Afrique de l’Ouest, mais, du fait de leurs études, ils nourrissaient de grands espoirs et les offres d’emploi pour des étrangers étaient, bien entendu, des plus rares dans les autres pays. Issoufou Assoumane, qui avait étudié le génie électrique à Léningrad, se rendit au Niger en faisant un détour par Bamako et Abidjan, peut-être pour y tenter sa chance – en vain. De même, Iro Addo, qui essaya de trouver un emploi au Nord Nigeria, le fit « pour les mesures de sécurité au Niger », se faisant envoyer ses livres à Kano. Puis la guerre civile éclata et Addo se sentit contraint de regagner le Niger malgré tout255. Le mal du pays, au bout de tant d’années à l’étranger, a pu donner à certains le coup de pouce final256.

  • 257 René Delanne à Diamballa Maïga, Niamey, 8 juin 1964 ; document ministère de l’Intér (...)
  • 258 Surveillance du territoire no 659/ST/SN : Examen de situation du nommé Ali Mahamane (...)
  • 259 Delanne à Maïga, 8 juin 1964.
  • 260 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; Surveillance du territoire (...)
  • 261 Surveillance du territoire no 656/ST/SN : Examen de situation du nommé Adamou Mouss (...)
  • 262 Jacques Knoll, Chargé d’Affaires, ambassade de la République du Niger, Bad Godesber (...)

72Par conséquent, de nombreux étudiants tâchèrent de « régulariser leur situation257 », surtout après que le Mali – qui avait fourni leurs documents de voyages mais avait normalisé ses relations avec Niamey – ait décidé de ne pas proroger leurs passeports. Pis, il se mit à les reprendre. Il s’ensuivit que, tôt ou tard, nombre d’étudiants se trouvèrent bloqués. Par exemple, lorsque Ali Mahamane (dit Ali Dodo), l’étudiant qui avait chanté les louanges de l’URSS sur Radio Moscou, se rendit à l’ambassade du Mali pour une prorogation de ses papiers, on lui apprit que cela n’était plus possible. L’ambassadeur refusa de rendre son passeport, obligeant Dodo à écrire à son père pour lui demander de lui obtenir des papiers nigériens. Ceci le rendit bien entendu dépendant de la bonne volonté du régime. Mashoud Pascal, le frère du syndicaliste du Sawaba Mamoudou Pascal, vécut la même expérience, apprenant, à l’ambassade du Mali, que le ministre des Affaires étrangères avait interdit toute prorogation258. Les rapports avec les Maliens se détériorèrent rapidement259 et les étudiants commencèrent à essayer de se débarrasser de leurs passeports et à détruire également toute preuve de voyage en Europe de l’Est260. Comme Ali Dodo, il ne leur restait pas d’autre choix que de demander des papiers nigériens. Cependant, l’ambassade du Niger à Paris dit à Adamou Moussa, qui passait, en 1965, ses vacances en France, qu’il devait remettre en échange ses papiers maliens (il aura dû voyager avec un laissez-passer soviétique). L’ambassade à Bad Godesberg a peut-être imposé une condition similaire261. Comme on l’a vu au chapitre 9, l’Allemagne fédérale essayait d’attirer les étudiants africains du Bloc de l’Est avec ses propres subventions, et le Niger concourut à travers son chargé d’affaires local qui délivra des passeports et facilita les candidatures aux bourses ouest-allemandes qui se présentaient262. L’objectif, bien entendu, était de les faire revenir à Niamey (comme l’ambassadeur à Paris l’avait fait avec Kaîro Alfari), où ils pouvaient être pris en main par les services de renseignements.

  • 263 Note d’information, 17 oct. 1967 (no 168/AERO/SN) ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; chap. 9 n (...)
  • 264 Abdou Ardaly, frère de Daouda, l’assassiné, approcha Harou Kouka, le ministre de l’ (...)
  • 265 Ibid. ; Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Surveillance du territoi (...)

73Étant donné les circonstances, la chose ne présenta guère de difficultés. Si les cadres les plus brillants ou les plus intrépides du Sawaba ne se laissèrent pas facilement déconcerter par les obstacles bureaucratiques (certains, comme l’ancien boxeur Baban Loré, se déplaçaient avec pas moins de quatre papiers d’identités de pays différents, apparemment battu seulement, sur ce plan, par Bachir Boukary, le diplômé de Krasnodar, qui en avait six263), nombre d’entre eux contactèrent les autorités nigériennes de leur plein gré, à Niamey ou en Europe. Ils approchèrent des membres du régime en voyage, ou ses représentants à Bonn, Paris ou Stockholm, entre autres villes, pour assistance à rentrer au pays, ou en demandant leur aide pour trouver un emploi ou même de nouvelles bourses264 – le vol intercontinental était naturellement à la charge des Européens de l’Est après obtention du diplôme, ce qui est une conclusion logique du séjour des étudiants265.

  • 266 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; Mashoud Hama Pas (...)
  • 267 Soit directement via Paris (ou Cologne/Bruxelles ou Budapest), ou par escale dans u (...)
  • 268 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga et Kaîro Alfari, Niamey, 28 oct. 2005 et 22 fév (...)

74Bien que n’ayant guère d’autres alternatives que de rentrer au pays, certains des retournés n’étaient apparemment pas dépourvus de naïveté, portant dans leur bagage toutes sortes de symboles soviétiques ou de photos d’eux-mêmes prises sur la place Rouge – Ali Dodo rentrait au Niger avec, parmi ses documents, le texte de son émission de propagande sur les études dans les pays de l’Est266. Si certains des diplômés étaient plutôt confiants quant à la réception qui les attendait (après tout, ils n’avaient pour la plupart d’entre eux pas été impliqués dans des opérations militaires), la possession de tels objets était suffisante pour les incriminer dans le contexte du Niger post-invasion. Du coup, ils ne trouvèrent pas, à leur arrivée, le « sawki » dont ils avaient rêvé lors de leurs solitaires années d’étude : la plupart vinrent par voie aérienne et, comme le montre le cas de Mamadou Hako, qui avait été déporté de Sofia à la suite d’un incident racial, ils furent aussitôt mis aux arrêts267. Bien que l’étudiant en journalisme ait été particulièrement malchanceux, n’ayant pas pu terminer ses études, et ayant été séparé de son amante bulgare, tous les retournés furent amenés au complexe présidentiel. On les y détint pendant dix jours ou deux semaines afin d’en tirer des informations268.

  • 269 Voir par exemple Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E (...)
  • 270 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

75S’il ne semble pas que les diplômés aient été torturés (à ce stade, la tension avait significativement baissé), ils furent pressés de donner les plus infimes détails et on les obligea à dire quand et comment ils s’étaient rendus dans les pays de l’Est, et en compagnie de qui, à quel endroit ils avaient atterri, ce qu’ils avaient étudié et, surtout, qui ils avaient rencontré au cours de leur séjour à l’étranger. Par suite, pratiquement tous se sentirent contraints de donner des noms d’autres étudiants, signalant ceux qui se trouvaient encore en Europe de l’Est269. De cette façon, le BCL, sans doute toujours sous la supervision des agents français270, put perfectionner l’état de ses renseignements.

  • 271 Kairo Alfari Maïga, Amadou Biry Kouly & Daouda Hamani à M. Le ministre de l’Intérie (...)
  • 272 Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967.
  • 273 Ibid., Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 et Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; in (...)

76Ainsi, les diplômés du Sawaba se trouvèrent soudain traités comme des criminels politiques, une tournure dramatique des événements qui trouva son expression dans un appel que Kaîro Alfari, avec ses camarades étudiants, écrivit depuis le poste de police de Niamey, à Diamballa Maïga, au cours de l’été 1964 – une lettre pitoyable qui révélait son incrédulité du fait qu’au lieu d’être l’espoir de leurs familles, ils devaient à présent faire face aux « larmes de [leur] mères et sœurs271 ». Ils étaient confrontés à une profonde méfiance. Après tout, plusieurs d’entre eux avaient été sujets à l’endoctrinement marxiste qui faisait partie de leur instruction, chose qui ne pouvait être remise en cause par les dénégations maladroites de Ali Dodo quant au texte de son émission sur Radio Moscou (son nom était inscrit dessus272 !). Si certains diplômés, comme Yansambou Boubakar lors du temps passé à travailler dans un hôpital de Conakry, avaient évité tout contact avec les leaders du Sawaba afin de ne pas se compromettre davantage, d’autres ne se laissaient pas intimider aussi facilement et dirent à leurs interrogateurs que s’ils ne pouvaient trouver un emploi convenable au Niger à cause de leur passé estudiantin, ils partiraient tenter leur chance ailleurs273.

  • 274 Delanne à Diamballa Maïga, 8 juin 1964.

77Si le régime pensait donc avoir quelques raisons de travailler à leur « reconversion274 », pour reprendre le terme en usage, son observation des cadres instruits s’étendit bien au-delà des risques qu’ils posaient, en partie parce que la chose était supervisée directement par Maïga. Comme d’habitude, la curiosité de ce dernier était obsessionnelle et ne cessa pas de s’exercer après la libération des diplômés. En marge du protocole d’interrogatoire de Iro Addo décrivant les contacts avec le radical de la NEPU Tanko Yakasai, Maïga griffonna que le diplômé en économie « mérit[ait] d’être surveillé spécialement », bien que la veille, il avait écrit ne voir aucune raison de continuer à le détenir. En ce qui concerne Hako, le déporté malchanceux, le ministre de l’Intérieur ordonna aussi qu’il soit libéré, « tout en le surveillant » – Maïga réitéra ses « précédentes recommandations pour l’ensemble des Sawabistes de retour de l’étranger ». Une notice de la Sûreté de juillet 1967 discute de la politique à adopter à l’égard des diplômés, soulignant que certains d’entre eux pouvaient s’exprimer et écrire en russe, et que s’ils ne parlaient peut-être pas du Sawaba, ils pouvaient essayer de former des cellules communistes ; le problème posé par ces jeunes devait donc être soigneusement étudié et le RDA devait prendre des mesures à travers le pays en vue de les contrôler et de les réhabiliter. En réponse, le ministre de l’Intérieur griffonna que la surveillance relevait de la Sûreté et du personnel administratif de l’endroit où résidaient les cadres du Sawaba, et, afin d’attirer l’attention de ses subordonnés sur l’importance de la question, Maïga envoya un télégramme à tous les préfets et sous-préfets :

  • 275 Note de renseignements, no 603/BCL, 19 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Examen (...)

« Nos étudiants sont revenus ou vont revenir au Niger pour les vacances. Stop. La plupart d’entre eux ont fait preuve jusqu’ici d’hostilité envers notre gouvernement. Stop. Aussi convient-il de soumettre leur comportement à une discrète mais attentive surveillance. Stop. Les réunions auxquelles ils participeront, leurs déplacements, leurs fréquentations devront être soigneusement contrôlés. Stop. Vous me renseignerez sur leur état d’esprit et vous m’alerterez au moindre agissement suspect de leur part. Stop. Les étudiants boursiers Sawaba en U.R.S.S. ou autres pays communistes devront naturellement faire l’objet d’une surveillance toute particulière. Stop. Soyez vigilants275. »

78Par conséquent, la vie des anciens étudiants devint difficile. La police dut surveiller Ali Dodo, relâché après 12 jours de détention, aussi étroitement que « tous les boursiers du Sawaba de retour de l’étranger ». On laissa partir Adamou Moussa après son interrogatoire, mais Maïga écrivit à la Sûreté que son comportement devait être observé et qu’il écrirait au préfet de Niamey si l’agronome retournait dans son village natal. Mashoud Pascal fut autorisé à rentrer vivre chez son père tout en étant l’objet du même degré de surveillance. Un fils de Ousmane Dan Galadima, Abdoulkarim (qui avait étudié l’agronomie à Casablanca et n’avait que 18 ans) fut soumis à une « surveillance discrète » et plusieurs mois plus tard, quand Maïga Ibrahim Moudi – qui avait étudié l’éducation sportive en Union soviétique – fut invité de Moscou à venir prendre part à un championnat de lutte, le ministre de l’Intérieur écrivit que cela montrait le « vif intérêt que continu[aient] de porter les dirigeants de cet État aux Africains qui ont fréquenté leurs universités ou leurs écoles ». Il donna instruction à la Sûreté de « surveiller plus étroitement que jamais les agissements des ex-boursiers Sawaba de retour de l’U.R.S.S. et des autres pays de l’Est », et, comme si cela était nécessaire pour se bien faire comprendre, il griffonna en marge d’une autre instruction que

« L’URSS ne perd[ait] pas de vue ses anciens pensionnaires – saisir SN [Sûreté nationale] pour redoubler de vigilance. »

  • 276 Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Diamballa Y. Maïga à M. le direc (...)

79Moudi se serait enquis d’un billet d’avion mis à sa disposition à travers l’ambassade soviétique à Bamako. Le BCL, cependant, avait déjà confisqué son passeport276. Les diplômés du Sawaba étaient ainsi constamment observés, ce qui revenait à une chasse aux sorcières semi-permanente. En 1969, lorsque Yansambou Boubakar rentra finalement au pays après son intermède guinéen, cette attitude du régime n’avait pas évolué. Léopold Kaziendé, un ministre, écrivit au directeur de la Sûreté pour lui dire que Boubakar pouvait être relâché mais que sa conduite devait être attentivement surveillée.

  • 277 On ne sait pas ce qui lui arriva par la suite. Examen de situation de Yansambou Bou (...)

80Dans ces conditions, la quête d’un emploi convenable était difficile, y compris parce que les positions pour lesquelles les diplômés avaient été formés se trouvaient dans les secteurs public et parapublic pour lesquels il fallait des soutiens au sein du régime. Le ministre de l’Intérieur gribouilla en marge du protocole de Adamou Moussa qu’il ne lui restait plus rien d’autre à faire que de rentrer chez lui et d’attendre que le gouvernement ait pris une décision à son sujet – plus d’un an plus tard, l’agronome vivait encore à Kollo, apparemment sans emploi. De même, Abdou Ardaly, le frère de Daouda l’assassiné, qui avait étudié le droit à l’université d’État de Moscou, exprima le désir de se rendre utile, espérant trouver un emploi à travers l’intercession de son oncle, président de la Cour Suprême. Alors que sa vie en URSS promettait un grand avenir (comme on l’a noté, il avait épousé la fille de l’ambassadeur du Mali), au moins un mois après sa libération, on rapporte simplement qu’il était au chômage277.

  • 278 Examen de situation de Mamoudou Idé, 11 juillet 1968 ; Iro Addo, 18 juillet 1967 ; (...)

81De façon pénible, des diplômés comme Mamoudou Idé furent mis au courant de l’évaluation négative de leurs titres est-européens. On affirma qu’ils avaient moins de valeurs que les documents occidentaux (français), une appréciation qui, même si elle avait des bases objectives, a dû être affectée par le contexte partisan du régime (alors qu’en réalité, il a dû y avoir des différences qualitatives à travers le spectre des sujets étudiés). Idé avait suivi, après ses études médicales, un stage d’infirmier de salle d’opération en Allemagne fédérale et dit humblement à ses interrogateurs qu’il espérait trouver un emploi au sein des services de santé du pays ; il était lui aussi au chômage trois mois après son retour d’Europe. Mamadou Hako, dont les études de journalisme avaient été interrompues par sa déportation, dut se débrouiller sans diplôme et, plus d’un an après son retour, vivait sans emploi à Tahoua. Certains perdirent leurs livres, comme Iro Addo, dont la bibliothèque se retrouva en partie à Kano. Kaîro Alfari fut en plus mauvaise posture, car les 13 paquets qu’il avait envoyés à un parent furent confisqués par les autorités, l’étudiant en génie civil perdant 130 ouvrages russes et 41 français portant sur des sujets qui comprenaient les mathématiques, la géologie, la sociologie, et le marxisme-léninisme. Alfari, qui se trouvait encore en Union soviétique, n’était pas en position de les réclamer, d’autant plus que les paquets contenaient l’emblème du Chameau et des documents en chinois (comme on l’a vu, il avait suivi un entraînement militaire dans la République populaire278).

  • 279 En 1973 il avait un emploi similaire en Algérie. Note de renseignements, 6 juillet (...)
  • 280 Kona Mayaki est un autre ancien étudiant à quitter de nouveau le Niger, bien qu’il (...)
  • 281 Étudiants et boursiers du Sawaba ; Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967 (...)
  • 282 Examen de situation de Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; Étudiants et boursiers du Sawa (...)

82Il s’agissait là de conclusions tragiques pour des années d’étude dans des conditions qui n’avaient pas toujours été faciles. De même, c’était un désastre pour les familles qui étaient stigmatisées par association et ne pouvaient plus guère s’attendre à ce que les espérances investies dans leurs enfants se matérialisent. Comme on pouvait s’y attendre, la situation nourrit un sentiment de frustration chez les diplômés. Issoufou Assoumane, qui était rentré au Niger en juillet 1967 et avait été réprouvé pour ses convictions marxistes, était, apprend-on, « déçu et aigri » un an plus tard. L’ingénieur en électricité s’était évertué à trouver un emploi, sans succès, et bien qu’il ait retrouvé la compagnie de son épouse russe, qui avait été autorisée à le rejoindre au Niger, il partit avec elle en Guinée en 1969, y trouvant un poste adapté à ses compétences professionnelles279. Il suivait les pas d’autres personnes. Mahamane Abdoulaye, qui avait fait des études d’infirmerie en RDA, serait parti pour le Tchad deux ans après son retour. Mamadou (Maman ?) Farka, le fils de Farka Maiga, formé comme mécanicien en Allemagne de l’Est, est peut-être parti au Mali. Sani Mahamane dit Petit Sani, qui avait suivi des cours d’instruction politique et syndicale en Europe de l’Est, aurait quitté le Niger pour travailler dans un hôtel en Espagne. Touré Hama, diplômé d’une école d’infirmerie de Quedlinburg, Allemagne de l’Est, ne resta que quelques mois à Niamey avant de partir retrouver son père au Ghana280. Comme Issoufou Assoumane, Ali Dodo partit aussi à Conakry où il trouva un emploi au service de l’élevage du pays (mai 1968). Si la Guinée était un environnement plus clément pour ceux qui étaient soupçonnés d’être « imprégnés de culture marxiste », il n’est pas sûr que Dodo ait retrouvé sa femme (une citoyenne soviétique également), de laquelle il avait été séparé en rentrant au Niger281. D’autres, comme Abdou Ardaly, connurent le même problème – le frère de Daouda laissant sa femme à Bamako en retournant à Niamey pour y chercher un emploi adapté à sa formation282.

  • 283 Diamballa Y. Maïga à M. le président de la République, Niamey, 28 nov. 1967 ; ANN, (...)
  • 284 Étudiants et boursiers du Sawaba.

83De nombreux diplômés n’avaient pas d’autre choix que de vivre au chômage au pays. On ignore combien connurent ce sort, ni pour combien de temps, mais Diamballa Maïga était conscient du problème, avertissant Diori en novembre 1967 que cela pouvait empêcher les diplômés de se rallier au gouvernement. S’il conclut que la question de l’emploi devait être résolue, six mois plus tard, le BCL notait, en réponse à la frustration de Issoufou Assoumane que « la plupart de ses camarades… [étaient] dans une situation identique et éprouv[aient] de la sorte le même sentiment ». Maïga griffonna en marge qu’il avait déjà attiré l’attention du RDA sur le sujet283. Cependant, la pénurie d’opportunités en matière d’emploi et la monopolisation des postes par le parti impliquent que les partisans de la ligne dure et ceux qui cherchaient eux-mêmes des positions (ou défendaient des privilèges) résistaient à une solution – pointant sans nul doute du doigt le passé des diplômés pour les empêcher d’acquérir des postes. Ainsi, une vue d’ensemble compilée par le BCL en octobre 1968 rapporte que parmi les 49 étudiants qui étaient rentrés, 15 au moins étaient sans emploi, sept étaient partis à l’étranger et six étaient en détention ou sujets à des poursuites judiciaires. Les 21 restants avaient obtenu des emplois dans le secteur parapublic, plus ou moins dans leur domaine de compétence pour la moitié d’entre eux. En ce qui concerne d’autres personnes, les choses restent peu claires – certains avaient juste obtenu un emploi, faisaient du bénévolat ou étaient peut-être au chômage284.

  • 285 Entretiens avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Kaïro Alfari, Niamey, 22 fé (...)

84Si un cinquième seulement réussit à décrocher un emploi convenable, le BCL ne dit rien de 50 autres cadres qui continuaient encore leurs études en Europe de l’Est à l’époque. Il est donc difficile d’établir une image globale du sort des étudiants du Sawaba, bien que les témoignages collectés à une date ultérieure donnent, quant à la vie après le retour au pays, une impression lugubre, indiquant que les difficultés persistèrent tout au long du règne du RDA. Mais si la population estudiantine en Europe de l’Est avait baissé de manière significative à la fin des années 1960, les existences individuelles suivaient des calendriers personnels menant à des trajectoires différentes. Des cadres comme Zoumari Issa Seyni commencèrent leur carrière d’étudiant seulement après la chute de Nkrumah, alors que quelqu’un comme Bachir Boukary commença ses études universitaires en Union soviétique encore plus tard – dans son cas, en 1970, décrochant son diplôme en sciences de l’Élevage en 1975. D’autres décidèrent simplement de ne pas rentrer au Niger tant que le RDA y serait au pouvoir. Kaîro Alfari était en France en 1970-1971 ; le régime lui aurait demandé de rentrer au pays, mais il refusa. Amada Bachard, qui était déjà parti en Chine en 1961, quitta la République populaire en 1970 pour Conakry, où il prit contact avec les sawabistes qui s’y trouvaient encore et resta sagement sur place. De même, Hamidou Abdoulaye, le membre du Cordon Rouge de Maradi, poursuivit sa vie en Extrême-Orient, observant son pays natal en sécurité depuis le pupitre de l’annonceur, à Radio Pékin285.

Notes

1 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : « Étude sur le Sawaba », Niamey, 22 juin 1966 (lt-col. Chabriais) ; SHAT, 10 T 717/D.2.

2 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 24 févr. 1966 ; PRO, FO 371/188.175.

3 Ceci a également été suggéré dans une interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

4 B.L. Placca, ambassade du Ghana Niamey, à M.F. Dei-Anang, African Affairs Secretariat Accra, 14 avr. 1965 ; GNA, SC/BAA/460, no NIA/05/1 ; télégramme Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

5 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.

6 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965.

7 Afrique Nouvelles, 22-28 avr. 1965, no 924.

8 Comme on l’a vu au chap. 6, Maïga avait fait détruire les amulettes des marabouts. On ne sait pas si Diop fut confronté à Badié à ce stade, mais ils avaient tous deux une croyance profondément enracinée dans les forces surnaturelles. Badié écrivit plus tard un livre sur la divination par les cauris (B. Garba, Langage des cauris [Niamey, 1990]).

9 Lors d’un entretien, Diop ôta son vêtement pour montrer sa mutilation. Zinder, 13 févr. 2003.

10 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 et Le Monde (Paris), 16 avril 1964.

11 Interview Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 avr. 2003. Voir photo 14.1. Le Rheinischer Merkur présenta le personnage de la photo comme étant l’assassin raté. En 2003, Diop, dont la vue avait baissé, s’identifia sur cette photo. Ali Mahamane Madaouki contesta cela (affirmation confirmée par deux sawabistes présents lors de l’entretien, Zinder, 14 févr. 2003), mais ne donna pas d’autre nom. La chemise portée par l’homme de la photo semble cependant confirmer l’auto-identification de Diop.

12 Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 et Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 avr. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

13 Interview, Niamey, 29 nov. 2003.

14 Interview, Niamey, 28 nov. 2003.

15 Chap. 8 n. 47.

16 Interviews, Zinder, 13 févr. 2003 et 15 févr. 2006.

17 Pour un témoignage pénétrant, voir M. Lebjaoui, Bataille d’Alger ou bataille d’Algérie ? (Paris, 1972), 100 subsq.

18 K. Alfari, Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes (Union de la jeunesse patriotique du Niger : Niamey, 2003), 50 et ci-dessous, niveau notes 25, 32 et 84.

19 Entretien avec Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.

20 Abdou Ali Tazard dit que le dos de Diop fut marqué au fer rouge de l’acronyme « RDA ». Il s’agit peut-être d’une rumeur dérivant des lésions de Diop sur la poitrine et l’épaule. Interview, Tessaoua, 9 févr. 2006.

21 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003. Comme on le verra plus loin, d’autres mesures ayant immédiatement suivi l’attentat contre Diori confirment la panique du régime.

22 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003, 23 févr. 2008 et 15 déc. 2009. Ces deux derniers entretiens furent conduits avec Issa Younoussi, chercheur au LASDEL de Niamey.

23 Ceci était conforme à un procédé d’intimidation classique établi en Algérie, où les pratiques de torture utilisées par les Français en Indochine étaient montrées pour faire peur aux détenus. H. Alleg, La question (Paris, 1958), 35-36.

24 Elles furent montrées lors des entretiens cités dans la note suivante.

25 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003, 23 févr. 2008, 15 déc. 2009. Les électrochocs ne furent mentionnés que dans l’entretien de 2003.

26 Ibid., 28 nov. 2003/23 févr. 2008.

27 Ici, le témoignage de Beidari est convaincant : les victimes de la « bataille » d’Alger parlent aussi de telles injections. Alleg, La question, 74 subsq. Un sérum de vérité est une forme psychoactive de médication qui altère les fonctions cognitives. Il comprend des substances comme l’éthanol, la scopolamine, le benzilate de 3-quinuclidinyle, le témazépam ; des barbituriques comme le sodium thiopental (sodium pentathol) et le sodium amytal (amobarbital). Des ingrédients comme l’amobarbital accroissent la loquacité. [http://en.wikipedia.org/wiki/Truth_drug], accédé le 14 sept. 2010.

28 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

29 Si le sérum aurait dû le rendre loquace (voir les sources à la n. 27), la difficulté à parler de Beidari provenait peut-être de la déshydratation.

30 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.

31 I. e. menaces verbales et passages à tabac suivis d’électrochocs et, pour ceux qui n’étaient pas coopératifs, des injections de sérum. Alleg, La question, passim.

32 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba de retour des pays de l’Est, 18 oct. 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14. Sur Issifi : Issa Younoussi (famille de Tahirou Ayouba Maïga) à auteur ; emails, 5 août, 6 sept. et 26 oct. 2010 ; et entretien de l’auteur & de Issa Younoussi avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 21 oct. 2011.

33 Liste des Nigériens militants ou sympathisants du Sawaba morts dans les prisons du régime de Diori Hamani (UDFP-Sawaba, Niamey, n. d.). Elle mentionne aussi Amadou Gambo du secteur de Bosso, mort en détention à Tahoua. Même personne ? Voir aussi n. 195 ci-dessous.

34 Ibid. On ignore quand cela eut lieu.

35 Mais dans certains cas, la liste mentionne explicitement de la torture et certaines personnes citées sans plus de détails sont peut-être mortes au moment de leur détention. Ces morts non clarifiées concernent : Magagi Zinder ; Oumarou Attikou ; Sido Kodo ; « Sikié »; Hassane Halidou ; Souley Abdoulaye ; Garba Gueléa ; Daouda Hama (pas Hima, mort à Mamasseye [chap. 12 niveau n. 239] ?) ; Moumouni Mossi ; Abdoulkader Tchota ; Ibrahim Boulama ; Ibrahim Sigui ; Zakari Bila (?; le maçon sawabiste [chap. 13 niveau n. 24] ?) ; Beidari Touré. Voir ibid.

36 Entretien avec Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

37 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 avr. 1965 et ibid., 12 mai 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; B.L. Placca, ambassade du Ghana Niamey, à M.F. Dei-Anang, African Affairs Secretariat Accra, 14 et 16 avr. 1965 ; GNA, SC/BAA/460, no NIA/05/1 ; mémoires non publiés de Issoufou Djermakoye.

38 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 mai 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; mémoires Issoufou Djermakoye.

39 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 271 ; M.A. Djermakoye, 15 avril 1974 : Mémoires d’un compagnon de Seyni Kountché ([www.Editions-Nathan-adamou.com], accédé 15 sept. 2010).

40 Chap. 11 niveau n. 12 et 12 niveau n. 205.

41 C’est ainsi que la mort de Diallo apparaît dans la littérature. S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 87. Les sources de ce qui vient d’être décrit sont : Fiche de renseignements, no 043/FR, 18 mai 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 10 au 16 mai 1965 » ; SHAT, 10 T 210; Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 mai 1965 ; mémoires Issoufou Djermakoye.

42 UDN/Sawaba, Liste des responsables et militants du Sawaba tombés sous le régime PPN/RDA, n. d. (mais quelque part dans les années 1990). Le ministre des Travaux publics Léopold Kaziendé (Souvenirs d’un enfant de la colonisation [Porto Novo, 1998], vol. 5, 206) écrira plus tard que Diallo mourut d’une septicémie causée par une déchirure de la peau occasionnée par les mauvais traitements d’une « brute ». La brute en question aurait agi de son propre chef. Voir aussi C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999) vol. 1, 235.

43 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Fiche de renseignements, no 043/FR, 18 mai 1965. Les mémoires de Djermakoy ne disent rien à ce sujet, parlant seulement d’un départ de son épouse pour la France.

44 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965. Chap. 10 niveau n. 175 et 11 niveau n. 118 ; mémoires Issoufou Djermakoye, 126, qui nia plus tard avoir eu vent des plans de Ikhia et du capitaine Diallo.

45 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965 ; mémoires Issoufou Djermakoye, 137 ; Decalo, Historical Dictionary, 94, 161 et 203 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 246, 337 et 408.

46 Il y eut aussi une rumeur extravagante affirmant que Pierre Vidal, l’homme d’affaires français qui avait fait partie du gouvernement de Bakary avant de l’abandonner au moment du référendum, était impliqué dans l’attentat contre Diori. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 avr. 1965.

47 Ibid. ; Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 ; Fiche de renseignements, no 042, 18 mai 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Placca à Dei-Anang, 14 et 16 avr. 1965 ; ambassade du Ghana Niamey au Ministry of Foreign Affairs Accra, 16 avr. 1965, NC/50 ; GNA, SC/BAA/460, no NIA/05/1.

48 Bulletin de renseignements, no 2.056/ZOM.1/2/DR, Dakar, 24 juin 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

49 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 déc. 1965 et Premier ministre. SDECE. Destinataire n° ?, 8 déc. 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 et 719/D.2.

50 Il fut mis à la retraite d’office en août 1968. Fiche de Renseignements, no 042, 18 mai 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 544, 5 juin 1965 ; Rapport annuel 1965 (conseiller militaire à Niamey), no 592/CM/NIG/S, 30 nov. 1965 ; SHAT, 10 T 715/D.1 ; Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 21 oct. 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Rapport mensuel, nov. 1968 ; SHAT, 10 T 715 ; interviews Abdou Adam et Idrissa Maïga Yansambou, Niamey, 29 nov. 2003 et 21 déc. 2009 ; A. Mahamane, « La naissance de l’armée nationale au Niger : 1961-1974 », in K. Idrissa (dir.), Armée et politique au Niger (Dakar, 2008), 63.

51 Shaw à Lequesne, 24 févr. 1966 ; W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à M. Brown, Foreign Office, 24 juin 1966 ; Annual Review of the Ivory Coast, Upper Volta and Niger, JV ½ (23.196) ; PRO, FO 371/188.175 et FCO 25/745 ; R. Higgot et F. Fuglestad, « The 1974 Coup d’État in Niger : Towards an Explanation », Journal of Modern African Studies, 13 (1975), 385 ; A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 185, (« tough as ever »).

52 Surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation terroriste « Sawaba » (Recueil des dirigeants et militants actifs en fuite) ; ex. no 000148, dest. le sous-préfet de Dosso.

53 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 août 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

54 Interview Mossi Salifou, Niamey, 29 févr. 2008 ; Organisation terroriste « Sawaba » ; Rapport mensuel, Poste de Niamey, 1er janv. 1969 ; SHAT, 10 T 715.

55 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 4 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à R.W. Renwick, Foreign Office, 1.011/N, 29 juillet 1965 ; PRO, FO 371/182.198 ; Africa Research Bulletin (political series), juin 1965.

56 Texte communiqué in Le Niger, 14 juin 1965.

57 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 12 juin 1965 et télégramme Consmil Niamey à Minarmées Paris, 21 juin 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 328-330 ; Organisation terroriste « Sawaba » ; West Africa, 28 juin à 4 juillet 1993. Voir aussi K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian Connection (1957-1966) », Journal of North African Studies, 10 (2005), 3-4, 507-527. Kokino devait mourir à Conakry à une date inconnue. D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 159.

58 Voir Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 juillet 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; ibid., 12 juin 1965, qui indique par erreur que Souley a mené les unités commando du secteur de la Komadougou-Yobé region, impliquant qu’il y fut arrêté ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 202, qui rapporte de façon erronée qu’il fut arrêté en 1969 ; interviews Ibrahim Bawa Souley (son fils), Niamey, 5 févr. 2003 et 29 févr. 2008.

59 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 12 juin 1965 et 2 juillet 1966.

60 Voir chapitre précédent, niveau n. 214.

61 Wilberforce à Renwick, 29 juillet 1965 ; Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 12 juin 1965 ; Bulletin de renseignements, Commandement supérieur du point d’appui de Dakar, 20 août 1965 et ibid., ambassade de France au Cameroun, 25 août 1965 ; tous deux SHAT, 10 T 717/D.2 ; emails Murray Last à auteur, 13 et 19 nov. 2003 ; et Africa Research Bulletin (pol. series), juillet 1965. Les armes saisies à Lagos/Kano et dans le Nord-Est comprennent cinq mitraillettes, cinq fusils semi-automatiques, neuf pistolets et de la poudre.

62 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 août 1965. Voir chap. 13 niveau n. 216.

63 Africa Research Bulletin (pol. series), août 1965 ; Bulletin de renseignements, Dakar, 20 août 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

64 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 et 21 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; chap. 13 niveau n. 210 et 212.

65 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 sept. 1965 ; chap. 13 niveau notes 145 et 215.

66 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 sept. 1965.

67 Yakasai alléguera plus tard de façon absurde que Amadou Diop s’était brouillé avec le Sawaba et blâma Diop pour son arrestation. T. Yakasai, The Story of a Humble Life : An Autobiography, vol. 1 (Zaria, 2004), 209-210.

68 Africa Research Bulletin (pol. series), juillet & août 1965.

69 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 15 déc. 1965 et entretien avec Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006. Pourrait-il s’agir ici de Kali Abdou dit Fidel Castro, qui devait subir une punition sévère (voir plus bas) ou peut-être Badou Traoré, le syndicaliste qui avait connu Dandouna Aboubakar (chap. 9 niveau n. 150) ?

70 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 mars 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Annual Review… Niger, JV ½ (23196) ; Shaw à Lequesne, 24 févr. 1966.

71 Comme l’a suggéré Kaka lui-même. Interview, Bosso, 13 févr. 2003.

72 Ibid.

73 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 2 juillet 1966 et Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 202.

74 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7 sept. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 210.

75 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 24 févr. 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

76 I. e. étant un sawabiste malien et neveu de Sadou Delewa, qui militait pour le Sawaba au Ghana (voir chap. 9).

77 Organisation terroriste « Sawaba ».

78 Ibid.

79 Surveillance du territoire no 732/SN/ST : Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 30 juin 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2. En ce qui concerne les autres sawabistes, il se serait agi d’un certain Maigari dit Marouna et Amadou Coundey – les services français ajoutant par erreur Dandouna Aboubakar, qui était alors décédé depuis longtemps.

80 Entretien avec Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

81 Ibid. Janba lia l’arrestation de Galadima à ses désaccords avec Bakary depuis l’échec de l’invasion de 1964, suggéra que « scorpion » avait été trahi par le redresseur des torts lui-même. Comme Bakary était lui-même un fugitif tentant d’échapper à la capture, il n’avait guère d’intérêt à faire une telle chose.

82 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035 ; West Africa, 22 juillet 1967 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 231 ; interviews Abdou Adam (officiel du RDA), Niamey, 4 févr. et 29 nov. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

83 Interview, Niamey, 29 janv. 2003.

84 En vrai marxiste, il préférait se focaliser sur le mouvement plutôt que sur des individus (comme lui-même). Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

85 Ibid. et entretien avec Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

86 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035. Le journaliste auteur de l’article affirme que Dan Galadima ne pesait que 38 kg, mais que tel était le cas avant son arrestation. Il indique aussi, chose plutôt douteuse, que Galadima et son épouse, qui était encore libre, étaient bien traités par les responsables du régime.

87 Ibid.

88 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

89 Le Niger, 7 juin 1965.

90 Parmi les étudiants figuraient Ali Mahamane dit Ali Dodo, vétérinaire de formation, et peut-être Issoufou Assoumane. Zoumari Issa Seyni était, à ce stade, parti au Maroc. Surveillance du territoire no 287/BCL : Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 et Surveillance du territoire no 515/BCL : Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; tous deux ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Organisation terroriste « Sawaba » ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Curriculum Vitae Zoumari Issa Seyni ; interview Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003.

91 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 25 août 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

92 Bulletin de renseignements, Commandement supérieur du point d’appui de Dakar, 11 oct. 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Chaffard, Les carnets secrets, 331 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 307.

93 Africa Research Bulletin (pol. series), janv. 1965.

94 Comme l’a souligné W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New State (Princeton, 1969), 375-376.

95 Afrique Nouvelles, 22-28 avr. 1965, no 924.

96 Placca à Dei-Anang, 16 avr. 1965. Une partie du courrier ghanéen indique que les représentants du Ghana au Niger étaient au courant de la complicité de leur gouvernement, mais cela date de l’automne 1964 et de l’invasion du Sawaba, non de l’attentat de Diop. West Africa, 22 juillet 1967.

97 Africa Research Bulletin (pol. series), avr. 1965 ; documents divers in ANN, 86 MI 3 E 6.3 ; Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 375 ; Le Monde (Paris), 18-19, 22 et 24 avr. 1965. (« monstrous fabrication »).

98 Le Niger, 10 et 17 mai et 7 juin 1965.

99 E.R. Warner, ambassade de Grande-Bretagne Yaoundé, à M. Brown, Foreign Office, 26 avr. 1965 ; PRO, FO 371/181.840.

100 Texte du discours in Le Niger, 21 juin 1965, publié également dans l’organe gouvernemental ivoirien Fraternité, 2 et 9 juillet 1965.

101 Le contexte d’ensemble est présenté in K. van Walraven, Dreams of Power : The Role of the Organization of African Unity in the Politics of Africa 1963-1993 (Aldershot, 1999), 285.

102 Africa Research Bulletin (pol. series), juin 1965.

103 Ibid., août 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Note de renseignements, ambassade de France, no 447, 14 août 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; interviews Mounkaila Albagna et Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 366 et 374-382.

104 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 25 août 1965 ; Note de renseignements, 14 août 1965 ; Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 382.

105 Note de renseignements, 14 août. 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 et 21 sept. 1965 ; Africa Research Bulletin (pol. series), oct. 1965 ; Wilberforce à Renwick, 29 juillet 1965 ; Chaffard, Les carnets secrets, 330 ; et Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 384-385. Après l’attentat de Diop contre Diori, Bakary lui-même serait parti à Kumasi afin de ne pas compromettre les Ghanéens. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 12 mai 1965.

106 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 24 févr. 1966 ; Chaffard, Les carnets secrets, 331 ; Le Niger, 28 mars 1966.

107 Entretiens avec Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003.

108 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2

109 Interviews Ali Issaka, Niamey, 29 févr. 2008 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 18 oct. 2011.

110 Ali Amadou assure que la junte ne savait pas, au début, où se trouvaient les camps, mais cela avait peut-être à voir avec le fait qu’il fut arrêté plus tard. Interview, Niamey, 28 janv. 2003. Un certain Himou Amadou alias Himou Ibrahim, né à Malanville, fut transféré via Abidjan sur Niamey le 4 mars. Son père, dénommé Dourouwalizé, était connu pour être un agent de liaison du Sawaba. Étudiants et boursiers du Sawaba.

111 Note de renseignements, ambassade de France, Niamey, 17 mars 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

112 Sakouara avait un parent, Mounkaila Sakoira, riche commerçant du même village, qui était un membre du RDA, avec des relations et un poste de responsabilité dans la milice. Mounkaila se sentit probablement menacé par l’arrestation de son parent du Sawaba. Selon Ali Amadou, qui a été catégorique dans ses affirmations, Mounkaila dénonça Garba devant Colombani au BCL, ce dernier faisant passer Garba à tabac et peut-être le soumettant à d’autres actes de torture jusqu’à ce que mort s’ensuive. La même source indique que ce faisant, Colombani se contentait de suivre les ordres du RDA. La date est inconnue, mais la chose se produisit au sein du complexe présidentiel, en plein jour, selon Amadou. Interviews Ali Amadou, Niamey, 25 oct. 2011 et Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009. La Liste des Nigériens (n. 33 ci-dessus) renvoie aux « affaires Mounkeila Sakouara ». Si le cas représentait un écart de conduite de la part du BCL (où les interrogatoires servaient avant tout à collecter des informations), il montre que les institutions dirigées par les Français et par le RDA, ainsi que leur violence, n’étaient pas entièrement séparées.

113 Peut-être en signe de zèle, les services français avaient par erreur ajouté que Ousmane Dan Galadima, alors encore libre au Nigeria, faisait partie du groupe. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966.

114 Ibid.

115 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 et chap. 9 niveau n. 362.

116 Entretiens avec Boubakar Djingaré et Ali Amadou, Niamey, 27 oct. 2005 et 28 et 31 janv. 2003.

117 F. Martin, Le Niger du Président Diori : Chronologie 1960-1974 (Paris, 1991), 174.

118 Interviews Zoumari Issa Seyni, Niamey, 18 nov. 2002 et 28 janv. 2003 ; CV Zoumari Issa Seyni.

119 Organisation terroriste « Sawaba » et chap. 9 niveau n. 107.

120 Chaffard, Les carnets secrets, 331.

121 Par exemple Djibo Garba dit Maga dit Ganibaba, chauffeur (peut-être de Bakary) ; Amadou Idrissa (Kourtey), le planton des bureaux du Sawaba à Accra ; « Kalla », ancien planton à l’ambassade même du Niger à Accra ; Mounkaila Assane dit Kakara, confident de Bakary, de Gothèye ; Sadou Tiegoumo dit Goungo, le marchand de bois et président d’un comité du parti à Accra ; Sadou Delewa, vice-président dudit comité ; et Tanda, qui avait dirigé une section des femmes du Sawaba à Accra (voir chap. 9 n. 108-110). Organisation terroriste « Sawaba ».

122 Le rapport du BCL de septembre 1966 mentionne Amadou Wonkoye dit Zigli, un marchand de bétail de Téra vivant peut-être à Kumasi ; Assane Ousseini, ancien soldat dans l’armée ghanéenne, originaire de Gothèye, travaillant peut-être comme gardien de cinéma à Tamale ; Hassane Djerma, « boy », peut-être se cachant à la légation du Mali à Accra ; Mamoudou Gadiaga de Hondobon, ouest du Niger, vivant alors non loin du cinéma « Opera », Accra ; Mahamadou Souley, travaillant au port d’Accra ; Mamoudou Gothèye, tailleur dans le quartier de Kaloé, Accra ; et Seydou Alfa, gardien dans une scierie du même endroit. Organisation terroriste « Sawaba » et chap. 9, n. 110.

123 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966 ; Organisation terroriste « Sawaba », 9 et 11. Sur cette dernière page, quelqu’un a griffonné « arrêté » en dessous de son image.

124 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 avr. 1966. Martin, Le Niger du Président Diori, 174 parle de l’ambassade d’Albanie.

125 Chaffard, Les carnets secrets, 331 ; télégramme Consmil Niamey à Minarmées Paris, 16 juin 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Bakary, Silence !, photos 7 et 8 ; Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969.

126 Entretien avec Ahmed Sékou Djibo Bakary, Niamey, 1er mars 2008.

127 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 17 au 23 mai 1965 » ; SHAT, 10 T 210 ; République du Niger – Présidence : Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État ; Africa Research Bulletin (pol. series), mai 1965.

128 Voir chap. 10 niveau n. 168-175.

129 Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État.

130 Texte in Le Niger, 31 mai 1965.

131 Les services français le qualifièrent ouvertement de procès politique. « Événements survenus… 17 au 23 mai 1965 ».

132 Interview, Dosso, 17 févr. 2006.

133 W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à R.W. Renwick, Foreign Office, 1.011/N, 1er juin 1965 ; PRO, FO 371/182.198.

134 Wilberforce à Renwick, 1er juin 1965 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 24 au 30 mai 1965 » ; SHAT, 10 T 210.

135 Zada était impliqué dans le recrutement d’étudiants pour le Bloc de l’Est. Il avait été sous surveillance ainsi qu’en prison par le passé. Avait-il fait la paix avec le RDA, à l’instar de quelques autres, à ce stade (voir section suivante) ?

136 Les civils étaient : Yahaya Assane & Yahaya Alassane, commis (adjoints) ; Moussa Kadri(e) Sodjie (Sadje ; = frère de Madougou Namaro ? ; voir chap. 10 ci-dessus, niveau n. 175), convoyeur ; Diallo Ousseini, greffier du tribunal (= Ousseini Hassane Diallo, frère du capitaine Diallo) ; Gourouza Maina, agent sur service météorologique de l’aéroport ; Kangaye Bonkoukou, infirmier vétérinaire ; et Yayé Madougou, traducteur. L’un des soldats était un autre frère du capitaine Diallo, Abdoulaye Hassane Diallo. La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 20.

137 Chap. 7 n. 8 et chap. 11 niveau n. 121-122. Les autres civils étaient Harouna Hamani, fonctionnaire ; Adamou Hima dit Alfa Kimba, paysan ; Hina Sylla/Silla, convoyeur ; et Dobi Abdou, commerçant.

138 Dix ans : Souna Djerma, ancien sergent, 67 ans ; Amadou Maisadie (Ta Waye) & Idé Talibo Kouré, tous deux paysans ; Saidou Issa, cuisinier ; Boucar Waziri (Boukary Ouaziri), tailleur ; et Habi Diori, de profession inconnue. Les sept civils ayant écopé de cinq ans (en sus de Djermakoye et Ibrahim) : Tahirou Ousseini, paysan (chap. 12 n. 24) ; Ibrahim Adam, enseignant ; Wankoye Hamado, coxeur ; Adamou Elhadji Koffo, commerçant ; and Diallo Mamadou, mécanicien.

139 Le civil était Waly (Walli) Karingama dit Mamadou Adji, commerçant.

140 Tous des civils : Abdoul Moumouni Djermakoye, marabout ; Moussa Elhadji Ousmane, boucher de Tessaoua (= Ousmane, boucher de Maradi ayant jadis fait la paix avec le RDA ? ; voir chap. 7, n. 92 et chap. 8 n. 70) ; Kadai Waziri (Ouaziri) & Kiari Malam Abba (paysans) ; Baba Mahamane, tailleur ; Sala/Salla Bako dit Madougou, commerçant ; Yahaya Souley, paysan ; Salifou Issaka, marabout ; Souley Sala, paysan (chap. 12 n. 24) ; Mamadou Camara, chauffeur (chap. 12 n. 30) ; Mahaman (Mamane) Ali, convoyeur ; Alassane Alfa (Mohamane), commerçant malien, Moussa Hareibane, transporteur & Issoufou Ofel, chauffeur (chap. 12 n. 30) ; Salifou Mareitou, paysan (chap. 12 n. 24) ; et Bondiéré Daouda & Younoussa Attikou, paysans (chap. 12 n. 24). Dans le cas d’un civil, Saley Koda (paysan des environs de Niamey), on ignore s’il y eut décision judiciaire. Il avait 66 ans : serait-il déjà mort ? Sources pour les éléments ci-dessus, Le Niger, 31 mai 1965 ; Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État ; Wilberforce à Renwick, 1er juin 1965 ; « Événements survenus… 24 au 30 mai 1965 ».

141 Ou que sa prison fut leur lieu de détention. Interview, Niamey, 15 déc. 2009.

142 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

143 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 3 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

144 Wilberforce à Renwick, 1er juin 1965.

145 Interview, Zinder, 14 févr. 2003 (voir chap. 13 n. 58).

146 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 31 janv. 2003 et 15 déc. 2009 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Ali Issaka, Niamey, 29 févr. 2008.

147 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

148 Voir chap. 8 niveau n. 13.

149 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 (lors d’un entretien le 2 déc. 2003, il dit ne pas avoir porté de menottes à Niamey) ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

150 Entretien avec Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

151 Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. 2006.

152 Interview Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003.

153 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

154 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 et Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005. Djibo Sékou confirme les pratiques générales d’alimentation, bien qu’il ait parlé de trois boules de mil le matin et trois boules de farine le soir – la famille étant empêchée d’amener à manger. Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 6, sept. 2002.

155 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

156 Interview Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 ; Le Niger, 16 mai 1966, parlant de manque de viande et d’oignons et d’absence de contact avec la famille. Les insuffisances des rations sont confirmées par la deuxième source en n. 160.

157 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki & Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 14 févr. 2003 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003 ; Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003 ; Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035.

158 Le verre aura dû être broyé, sans quoi des fragments granuleux auraient été remarqués. Pour les mythes à cet égard, voir par exemple [http://www.snopes.com/horrors/poison/glass.asp] (accédé le 9 sept. 2010). La rumeur pouvait cependant porter sur du sable. Un sawabiste allégua que les gardes mettaient de la poudre de DDT dans la nourriture des prisonniers. Interview Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003. D’autres assurent que des gardes sadiques y mêlaient du sable, des aiguilles ou des excréments, rendant la nourriture immangeable. Voir deuxième source n. 160.

159 Entretiens avec Maman Tchila et Noga Yamba, Zinder, 9 et 14 févr. 2003.

160 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 (sur Agadez) ; Martin, Le Niger du Président Diori, 375, citant un nouveau mouvement d’opposition du début des années 1970, probablement animé par des étudiants ; Alfari, Mémorandum, 50, soulignant aussi le sadisme de gardes zélés.

161 Entretiens avec Maman Tchila et Ousseini Dandagoye, Zinder, 9 et 10 févr. 2003.

162 Interview, Niamey, 28 janv. 2003.

163 Interviews Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006.

164 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

165 Seeda, no 6, sept. 2002.

166 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

167 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035.

168 Interviews Ali Amadou & Adamou Assane Mayaki, Niamey, 28-29 janv. 2003 ; Martin, Le Niger du Président Diori, 375.

169 Interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003, au moment de laquelle ces problèmes n’avaient pas été résolus.

170 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

171 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

172 Il s’agit d’un certain Maï Aya Dari de Konni ; Ari Djanimi (environs de Bosso) ; Boulama Ari Tchoukoudjani ; Hondo Maori ; et Inoussa Komi. Voir ci-dessus niveau n. 35, mais aussi ci-dessous niveau n. 194. Liste des Nigériens (n. 33).

173 Parti Sawaba. Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961), 2e page.

174 Entretien avec Noga Yamba, Zinder 14 févr. 2003 ; chap. 12 niveau n. 15.

175 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 18 oct. 2011.

176 Entretien avec Noga Yamba, Zinder 14 févr. 2003.

177 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

178 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 18 nov. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; entretien avec Noga Yamba, Zinder 14 févr. 2003.

179 Interviews ; Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; ANN, M 27.26. En route pour Agadez le groupe dont il faisait partie fut partiellement ou peut-être intégralement incarcéré pendant quelques jours à la prison de Tahoua avant d’être expédié par voie aérienne sur Agadez. Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 18 oct. 2011.

180 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003. Vers cette époque, le président tunisien Bourguiba vint au Niger, ce qui a pu aussi encourager le régime à éloigner les sawabistes. Interview Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.

181 Interviews diverses.

182 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003. Ceci est confirmé par la source de l’opposition citée par Martin, Le Niger du Président Diori, 375.

183 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. et 2 déc. 2003.

184 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

185 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

186 Ibid. ; interviews Ousmane Dan Galadima, 7 févr. 2003 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

187 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009.

188 Interview Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003. Un sawabiste affirmera plus tard qu’il y eut des victimes de castration, mais il s’agit probablement d’une rumeur. Interview Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003.

189 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Martin, Le Niger du Président Diori, 375. Au début de son interrogatoire à Agadez, Beidari fut tarabusté par le personnel carcéral qui lui dit que sa femme enceinte n’avait que faire de lui et divorcerait. Interview, Niamey, 18 oct. 2011. Sur les cellules d’isolement au Niger, voir F. Bernault, « The Politics of Enclosure in Colonial and Post-Colonial Africa », in ibid. (dir.), À History of Prison and Confinement in Africa (Portsmouth, NH, 2003), 20.

190 Interview Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.

191 Interviews Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

192 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 18 oct. 2011 ; Barkiré Alidou, garde des Sceaux, ministre de la Justice, à M. le Président de la République, Niamey, 16 janv. 1973 ; ANN, M 27.38. Pour Issa Oumarou, voir aussi chap. 9 n. 336 ; chap. 10 niveau n. 134.

193 Interview, Niamey, 28 nov. 2003. La cuisine kanouri comprend comme repas de choix un plat à base de farine de mil accompagné d’une sauce à l’oseille. Issa Younoussi, email à auteur, 16 sept. 2010. Mais plusieurs des hommes originaires de la région de Bosso sont des paysans sympathisants du cru, certains étant plus vieux que la moyenne des commandos.

194 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 et Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

195 Liste des Nigériens, qui cite pour Agadez : Issoufou Soumaïla (mais voir chap. 12 n. 250) ; Issaka Hamidou (de l’unité de guérilla de Amadou Abdou ; chap. 12 n. 83) et Kouafou (Kafou) Arimi de la région de Bosso (ces deux derniers moururent peut-être à Niamey) ; et Moussa Wakili (de Zinder, connu de Ali Mahamane Madaouki et formé au maquis). Pour Tahoua : Amadou Gambo de Bosso (voir n. 33 ci-dessus et texte ouvrage) ; Gréma Ari, Bosso (chap. 8, n. 33) ; Amadou Mountar et Dari Beydou (tous deux de Téra) ; Oumara Kanclé, Bosso ; Ibrahim Cheffou (l’élève de Nankin extradé du Nigeria en compagnie de Baoua Souley et d’un cadre formé en Bulgarie) ; et un Hassane Dhilo. Adamou Boubé est une autre victime (Amadou Boubé, élève de Nankin ; chap. 12 n. 254) qui mourut à Konni (en prison ?).

196 Le taux de la liste du parti était déjà plus élevé que le taux moyen de mortalité au Niger, qui est d’une dizaine de personnes sur mille en 2010.

197 Interview, Niamey, 28 nov. 2003.

198 Cette dernière source parle d’ulcères à l’estomac et de cancer du foie et de la vessie. Martin, Le Niger du Président Diori, 375. Les morts non clarifiées mentionnées à la n. 35 pourraient trouver ici quelque explication.

199 Dans un cas, après une heure et demie d’interview, il fut question de « milliers » de pertes. Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

200 Amadou Madou, paysan de Bosso ; Amadou Gambo (notes 33 et 195), né au Nord Nigeria, tailleur de nationalité nigérienne ; Oumarou (Oumara) Kantouami, également un paysan de la région de Bosso ; Boulama Ari Dibi, né au Tchad mais de nationalité nigérienne, pêcheur – tous inculpés à Agadez en 1969. Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969.

201 Alidou à président de la République, 16 janv. 1973. Malheureusement, il a été impossible de retrouver, aux archives nationales du Niger, les textes de ces procès, datés du 28 février 1966 et du 21 janvier 1967.

202 Interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003. Il est possible qu’on n’ait pas fourni un avocat à l’accusé (interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003), mais cela n’est pas certain.

203 Le Monde, 21-22 févr. 1971 ; Le Niger, 22 févr. 1971 ; interviews ; entrées de Maman, Répertoire biographique, vol. 1.

204 Ceci a pu arriver à Beidari, Djingaré & Ali Issaka, entre autres. Interviews, Niamey, 28 nov. 2003, 27 oct. 2005, 29 févr. 2008. Ibid., Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

205 Cependant, on ne sait s’il fut jugé à Tahoua ou à Agadez. Seul le texte du procès de l’unité de Bosso a pu être retrouvé, pas celui des autres hommes condamnés à Agadez et Tahoua. Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969.

206 Mounkaila Beidari ; Idrissa Sambo dit Tondigoungo (Idrissa Tondi Gounga de l’unité de Idrissa Arfou) ; Ali Issa (i. e. Issaka) ; Magawata Issaka ; Souleye Mahamane Maltam ; Moussa Wakili dit Chéfou (probablement le maquisard mort à Agadez) ; Lawal Idia ; Hamani Moussa dit Kindo (des unités de Téra ?) ; Daouda Amadou (i. e. Hamadou) ; un Amadou Barkiré ; Mounkaila Bello ; Idé (H)arouna (dit) Baradié (Baradji, également maquisard : interview, Niamey, 22 oct. 2011) ; Amadou Abdoulaye dit Mabrouka ; Issaka Soumana ; Adamou Amadou ; Harouna Boubakar ; Amadou Moussa ; Mamane Mounkaila ; Aboubacar Anza dit Boukari Assane ; Oumarou Adamou ; Hamani Dari dit Doudou ; Boukari Hamani Maroi ; Abdou Dimgavzé dit Doula ; Mamane Ousmane ; Noga Yamba ; Souna Seni ; Souley Zakou ; Soumana Idrissa ; Mounkaila Albagna ; Abdoulkader Inoussa ; Mal(l)am Hamissou & Malam Tatagui (Tataagui), qui ont hébergé Dodo Hamballi ; Mamane Gado Falké ; Boubakar Djingaré ; Kali Abdou dit Fidel Castro ; Daouda Ali (dit Chang Kai-shek ?) ; Mounkaila Abdouramane ; Idé Dan Mayaki ; Issoufou Doudou ; Samba Balé Baba ; Souleye Yacouba ; Moussa Soumana (de l’unité de Baro Alfari) ; Amadou Hima dit Boy Kalam ; Halidou Tini dit Boubacar Séni ; Dangandi Gouzaye ; Tankari Koukou ; Hassane Soumana dit Philosophe ; Adamou Zingui ; Ibrahim Barou dit Tri Tri ; Issa Oumarou (dit Sidibe Ousseini ?) ; Malam Nomaou Zongo (= Nomao Zongo, cadre de Tahoua ; chap. 7 niveau notes 103-104) ; Ibrahim Chéfou dit Phacochère ; Issa Yacouba dit Kakou ; Goumaré Garba dit Gouwaré ; Amadou Alfari dit Maï ; Amadou Younoussa dit Goteyzé ; Amadou Sanda dit Talibo Gamkallé ; Hassane Boureima dit Waza ; Oumarou Hamidou dit Koua ; Hassane Souleye (= Maïga dit Baban Loré, le boxeur devenu mécanicien [voir chap. 9] ?) ; Hamidou Moussa ; Soumana Tahirou dit Moumouni Guizo ; Kadri Tahirou dit Gouma ; Amadou Sina ; Amadou Yarga dit Diapa ; Souley Djibo dit Kila ; Larabo Amadou dit Fondé ; Soumana Oumarou dit Sounaï ; Moustapha Ali dit Almoustapha ; Kindo Yayé ; Adamou Mossi ; Hassane Mossi dit Waza ; Boureima Idrissa ; Soumana Djirmey dit Niandou ; Mounkaila Faroukou Kodia ; Mounkaila Abdoulaye ; Amadou Ali dit Mamoud ; Aboubakar dit Kaou. Certains de ces hommes comme ceux mentionnés dans la note prochaine ont peut-être été condamnés au cours de procès antérieurs. Voir note suivante pour les sources.

207 Abdou Mamane dit Gogé ; Sani Namadina ; Baraou Balla ; Amadou Demba ; Ganda Idé ; Boureima Barkiré Touré Ibrahim ; Doudou Moussa ; Djibo Sékou (ami de Bakary et syndicaliste) ; Chefou Mahamane ; Koussa Ouma ; Mounkaila Abdou dit Kailou ; Louche Djibo ; Loulou Oumarou ; Malam Abdou Kagere ; Ibro Kada ; Zakari Abdou dit Dodo ; Amadou Garba dit Chado ; Malam Manzo ; Chaibou Amadou Samba Kanayé ; Ousseini Boureima dit Séni Djerma ; Abdourahamane Ali dit Bello ; Alou Alhassane Maiga ; Chetima Yaganami ; Fou Ari ; Ali Daboua Lanrai ; Kadri Bana ; Abdoulaye Yendo ; Doula Albarka ; Ali Oumarou ; Issoufou Babéri ; Adamou Hamidou (Hamidou Adamou Abdoulaye ?) ; Saleye Soumaila dit Karma ; Adamou Soumana dit Tallé ; Mamadou Dogari ; Malam Oumarou Hamissou ; Kadaye Boukar dit Malam Kadeye ; Mamadou Gambo ; Hassane Ousmane dit Kaou ; Ousseini Ousmane dit Kaou ; Abari Ousseini Aissami dit Chiai ; Aba Gana Fanami ; Issoufou Gado ; Moulaye Sabour dit Séno ; Abdou Sabo dit Sabo Riga. Le Niger, 22 févr. 1971 ; Le Monde, 21-22 févr. 1971 ; Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; nombreuses interviews. Ibro Garba, ancien député Sawaba pour Konni, fut condamné à la prison en 1970. Il avait déjà fait de la prison en 1961. Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 283 et chap. 7 niveau n. 53 et 104.

208 Ce calcul est basé sur une comparaison des différentes sources et une vérification des condamnations déjà prononcées en novembre 1964 et mai 1965.

209 Interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 et Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. 2006.

210 Comme l’a suggéré Oumarou Janba. Interview, Zinder, 10 févr. 2003.

211 Diverses interviews ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 210.

212 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035. On a vu que les commandos étaient souvent contraints de faire des déclarations conformes aux objectifs du régime. En cette occurrence, les détenus non-identifiés dirent s’être engagés après avoir été trompés, mais lorsque Dan Galadima fut amené, ils se rétractèrent (signe de coercition interne ?) En ce qui concerne l’armement, le chef d’État-major soutint avoir acquis ce qui était disponible. Dans le cadre d’un petit « débat » (bien peu authentique étant donné les conditions), il écarta une plainte sur le manque de consultation au sein du mouvement en soulignant des nécessités de sécurité, répliquant avoir toujours informé et écouté les militants.

213 Ibid. Il n’a pas non plus montré de regret de son action lors de son interview de 2003 (Zinder, 13 févr. 2003).

214 Ayant travaillé en tant que greffier au tribunal, il connaissait la signification d’une telle signature. Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035 et chap. 13 niveau n. 14.

215 À cette occasion ou à une autre. Hamballi aurait dû son passage à tabac à ceci. Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009 et ci-dessus, niveau n. 187.

216 Interviews Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 et Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.

217 Afrique Nouvelles, 8-13 juin 1967, no 1.035 ; interviews Ousseini Dandagoye et Noga Yamba, Zinder, 11 et 14 févr. 2003.

218 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, 7 févr. 2003 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

219 Voir Liste des Nigériens, no 36.

220 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

221 Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.

222 Interviews Abdou Adam (officiel RDA) et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. et 2 déc. 2003 ; Chaffard, Les carnets secrets, 328 ; A. Salifou, Biographie politique de Diori Hamani : Premier président de la république du Niger (Paris, 2010), 132.

223 Albagna le date du mois d’août 1966 (une erreur ?). Interview, Niamey, 29 nov. 2003 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 sept. 1965 ; Chaffard, Les carnets secrets, 328.

224 Interviews Abdou Adam et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. et 2 déc. 2003 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 378.

225 Interviews Monique Hadiza et Sao Marakan, Niamey, 5 nov. 2005 et 16 nov. 2002 ; chap. 8 niveau n. 90 ; [http://portail.droit.francophonie.org/df-web/publication.do?publicationId=1160] (accédé le 21 juin 2007). La personne ayant causé l’accident aurait été un chauffard détenteur d’une carte du RDA. Ces cartes, qui protégeaient des tracasseries, étaient détenues par beaucoup de monde. Le coupable n’aurait pas été mis en prison et se serait vanté de son immunité. Martin, Le Niger du Président Diori, 374. De même, la femme de Maïdanda Djermakoye fut tuée dans un accident de la circulation. Son époux affirmera plus tard que la chose avait été organisée. Interview/conversation téléphonique, Dosso, 17 févr. 2006/Niamey, 21 févr. 2008 et Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003. De telles accusations doivent être placées dans un contexte de croyances soulignant les forces surnaturelles.

226 Elles comprennent des peines touchant les civils Yahaya Assane, Yahaya Alassane, Moussa Kadri Sodjie et Kangaye Bonkoukou. Voir n. 136 ci-dessus.

227 Annual Review for 1967 on the Ivory Coast, Niger and Upper Volta ; PRO, FCO 25/745 ; Le Niger, 14 août 1967. Les civils ayant vu leur peine réduite à trois ans étaient Amadou Maisadie, Idé Talibo Kouré, Saidou Issa, Boucar Waziri et Habi Diori (n. 138 ci-dessus). Au total, 38 sur plus de 60 condamnations furent réduites ou cassées. Abdoulaye Hassane Diallo, sergent de l’armée et frère du capitaine Diallo, retrouva lui aussi la liberté. L’autre frère du capitaine Diallo, Ousseini Hassane Diallo (le juge de paix), mourut ou était déjà mort en prison. La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 20.

228 Diamballa Y. Maïga à M. le président de la République, Niamey, 12 août 1967 ; ANN, 86 MI 1E 8.14 ; interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003.

229 Interviews Tahir Moustapha et Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

230 Interview, Diffa, 12 févr. 2006.

231 Yakasai, The Story of a Humble Life, 210.

232 Rapport mensuel, Poste de Niamey, févr., mars & avr. 1968 ; SHAT, 10 T 715. L’un d’entre eux est un marabout au Ghana qui fit beaucoup de propagande pour Bakary : un Alfa Djibrilla Kolonida.

233 Maïga à M. le président de la République, 12 août 1967.

234 Rapport mensuel, Poste de Niamey, avr. 1968 ; ibid., août 1968 ; SHAT, 10 T 715 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 178 et vol. 2 (Niamey, 2003), 498.

235 Rapport mensuel, Poste de Niamey, août 1968 ; interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; I.A. Mayaki, La caravane passe (Paris, 1999), 7.

236 Il déclara par deux fois avoir passé cinq ans en prison. Interview & conversation téléphonique Maïdanda Djermakoye, Dosso, 17 févr. 2006 & Niamey, 21 févr. 2008. Il avait été arrêté en février 1964 (chap. 10 ci-dessus).

237 Interviews Tahir Moustapha et Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

238 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

239 Interview Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

240 Interviews Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 et Hassane Djibo, Niamey, 22 févr. 2008 ; Martin, Le Niger du Président Diori, 375.

241 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008.

242 Ces réductions concernent les personnes mentionnées dans la n. 206 ci-dessus, en plus de (Dioumassi) Albarka Oumarou dit Waou. Le Niger, 22 févr. 1971 ; Le Monde (Paris), 21-22 févr. 1971. Ces sources omettent Mounkaila Beidari et Ali Mahamane Madaouki. Ce dernier avait aussi été condamné à la prison à vie en novembre 1964.

243 Ibid. Voir les personnes mentionnées à la n. 207 ci-dessus ; interview Amadou Madougou (fils de Namaro), Niamey, 24 févr. 2006.

244 Martin, Le Niger du Président Diori, 374.

245 On ignore ce qui se passa ensuite. Barkiré Alidou à président de la République, 16 janv. 1973.

246 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.

247 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

248 Il y avait aussi un certain « Kano ». Interviews Ali Issaka et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 févr. 2008 et 28 nov. 2003.

249 En dehors de la photo de Amadou Diop en état d’arrestation prise par les autorités. Voir n. 11 ci-dessus.

250 Beidari était conscient de l’exploit de cette évasion : à Bamako, il se rendit dans un studio pour se faire tirer le portrait, avec et sans son déguisement (photo 14.7 et 14.8). Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. et 2 déc. 2003. On a vu Amadou Diop s’échappant aussi après avoir été arrêté lors de l’invasion de 1964. Chap. 12 n. 170.

251 Beidari indique qu’il avait voulu prendre part à la lutte de la Guinée-Bissau, mais que Bakary hâta son départ pour l’Allemagne de l’Est. Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

252 Surveillance du territoire no 635/SN/ST : Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

253 Voir chap. 9 niveau n. 249 et 10 niveau n. 163.

254 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967.

255 Ibid. et Surveillance du territoire no 605/SN/ST : Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

256 Étant donné le niveau de surveillance instauré depuis l’invasion, il n’était pas possible de rentrer au pays en cachette.

257 René Delanne à Diamballa Maïga, Niamey, 8 juin 1964 ; document ministère de l’Intérieur/dossiers Assemblée nationale, ANN.

258 Surveillance du territoire no 659/ST/SN : Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; no 667/ST/SN… Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

259 Delanne à Maïga, 8 juin 1964.

260 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; Surveillance du territoire no 778/BCL : Examen de situation de Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

261 Surveillance du territoire no 656/ST/SN : Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; ibid., Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967.

262 Jacques Knoll, Chargé d’Affaires, ambassade de la République du Niger, Bad Godesberg-Mehlem, à M. le président de la République, Niamey, 29 juillet 1966 ; ANN, 86 MI 1 E 8.9 ; Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; Surveillance du territoire no 620/BCL : Examen de situation de Mamoudou Ide, 11 juillet 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

263 Note d’information, 17 oct. 1967 (no 168/AERO/SN) ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; chap. 9 niveau n. 68. Lorsque Loré retourna au pays, il avait un nouveau passeport nigérien, de vieux papiers de l’AOF, un passeport d’Allemagne de l’Est et un français.

264 Abdou Ardaly, frère de Daouda, l’assassiné, approcha Harou Kouka, le ministre de l’Éducation, lors de la visite de ce dernier à Moscou. Examen de situation de Abdou Ardaly, 12 sept. 1968.

265 Ibid. ; Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Surveillance du territoire no 511/BCL : Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

266 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; Ali Mahamane, 8 août 1967 ; chap. 9 niveau n. 242.

267 Soit directement via Paris (ou Cologne/Bruxelles ou Budapest), ou par escale dans une capitale ouest africaine (Conakry, Bamako, Ouagadougou, Abidjan). ANN, 86 MI 1 E 8.14. Sur Hako chap. 9 niveau n. 262.

268 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga et Kaîro Alfari, Niamey, 28 oct. 2005 et 22 févr. 2008.

269 Voir par exemple Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

270 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

271 Kairo Alfari Maïga, Amadou Biry Kouly & Daouda Hamani à M. Le ministre de l’Intérieur de la République du Niger, 27 juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 7.13 et chap. 9 niveau notes 249 et 250.

272 Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967.

273 Ibid., Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 et Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; interview Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

274 Delanne à Diamballa Maïga, 8 juin 1964.

275 Note de renseignements, no 603/BCL, 19 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; ibid., Hako, 20 juillet 1967 et Note d’information, no 194/CSN, 21 juillet 1967 ; tous deux ANN, 86 MI 1 E 8.14.

276 Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Diamballa Y. Maïga à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 12 et 23 août et 18 nov. 1967 ; Note d’information no 946/BCL, 14 nov. 1967 ; tous ANN, 86 MI 1 E 8.14.

277 On ne sait pas ce qui lui arriva par la suite. Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; Adamou Moussa, 7 août 1967 ; Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; Étudiants et boursiers du Sawaba.

278 Examen de situation de Mamoudou Idé, 11 juillet 1968 ; Iro Addo, 18 juillet 1967 ; Hako, 20 juillet 1967 ; Rapport mensuel, oct. 1968 ; SHAT, 10 T 715./D.2-3 ; Étudiants et boursiers du Sawaba.

279 En 1973 il avait un emploi similaire en Algérie. Note de renseignements, 6 juillet 1968 (dossier Assoumane) ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; interview Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003.

280 Kona Mayaki est un autre ancien étudiant à quitter de nouveau le Niger, bien qu’il ait étudié en URSS avec une bourse du parti RDA. Étudiants et boursiers du Sawaba et chap. 9 ci-dessus, passim.

281 Étudiants et boursiers du Sawaba ; Examen de situation de Ali Mahamane, 8 août 1967. Contrairement aux vœux de son épouse (qui avait accouché d’un garçon), il était rentré au Niger avant que sa demande de visa n’ait abouti. Si elle était juive ou d’ethnicité allemande, cela a pu présenter un problème (chap. 9 n. 264).

282 Examen de situation de Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; Étudiants et boursiers du Sawaba.

283 Diamballa Y. Maïga à M. le président de la République, Niamey, 28 nov. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Note de renseignements, 597/BCL, 6 juillet 1968 (dossier Assoumane).

284 Étudiants et boursiers du Sawaba.

285 Entretiens avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Kaïro Alfari, Niamey, 22 févr. 2008 ; Amada Bachard, Niamey, 14 déc. 2009 ; Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2009.

Table des illustrations

Titre Photo 14.1 – Sans doute Amadou Diop en détention (Rheinischer Merkur, 18, 30 avril 1965).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Photo 14.2 – Ahmed Sékou Djibo Bakary, auprès du portrait de son père, Niamey, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Photo 14.3 – Hassane Djibo, Niamey, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Photo 14.4 – Tahir Moustapha (à g.) avec un autre militant de l’intérieur, Oumarou Janba, Zinder, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Photo 14.5 – Ousseini Dandagoye, Zinder, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-5.jpeg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Photo 14.6 – Mounkaila Beidari (debout, deuxième à partir de la gauche) en compagnie d’autres détenus, prison civile, Niamey, 1973 (M. Beidari).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-6.jpeg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Photo 14.7 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973 (M. Beidari).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-7.jpeg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Photo 14.8 – Mounkaila Beidari, Bamako, 1973 (M. Beidari).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43595/img-8.jpeg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540