Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Troisième partie. Combat pour la délivrance

Chapitre 12. Le maquis, juillet-décembre 1964

Texto completo

  • 1 On rapporta en effet que les pylônes avaient été « déboulonnés ». Voir note suivante.

1Une perche tomba avec fracas lorsque les pylônes soutenant les antennes de la station de télécommunications de Niamey furent descellés. C’était dans la nuit du 5 au 6 juillet 1964. La transmission radio du Niger avec Dakar, Zinder et Fort Lamy avait été coupée. Le lendemain matin, les autorités découvrirent que les autres pylônes aussi avaient été déboulonnés. S’ils étaient eux aussi tombés, le pays aurait été complètement coupé du reste du monde. Les pylônes avaient apparemment été descellés par dévissage des boulons de raccord. On n’a signalé aucune détonation, aucun usage d’explosifs1.

  • 2 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 29 juin-5 juillet 1964, 840, no 27 et 6-12 jui (...)

2Les services français rapportèrent l’incident avec une certaine urgence. Le plaçant dans le contexte d’« activités subversives » qui menaçaient le gouvernement, ils se demandèrent si l’acte ne s’inscrivait pas dans un « plan concerté de sabotages », ou ne constituait pas un avertissement. Ils notèrent, cependant, que la chose allait certainement mener à un durcissement des mesures de sécurité, en un temps où l’opinion publique, en raison de rumeurs de complot, était déjà nerveuse. Le Sawaba ne fut pas nommément désigné, mais il est clair que le rapport renvoyait au mouvement de Bakary. Les Français craignaient que l’incident n’ait des répercussions sérieuses sur le climat de la capitale, menant à un regain de tension. Tandis que la Sûreté engageait une enquête, le gouvernement garda le silence sur l’affaire. Diamballa Maïga relativisa l’incident de propos délibéré et empêcha toute réponse policière afin de ne pas semer la panique au sein de la population2.

  • 3 La réponse de Beidari a pu être affectée par une conversation antérieure sur le complot (...)
  • 4 Il n’est pas non plus fait mention d’enlèvement de métaux ou d’une continuation de la d (...)
  • 5 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13-19 juillet 1964, 882, no 29 ; SHAT, 5 H 127

3Lors de témoignages ultérieurs, deux commandos n’ont pu confirmer un lien entre l’incident et le Sawaba. Bien qu’il puisse paraître assez spectaculaire pour mériter qu’on s’en rappelle, Mounkaila Albagna – qui, en juillet 1964, était hors de la capitale et pris par des missions dans l’ouest du Niger – ne savait rien d’une attaque contre les tours de télécommunications. Mounkaila Beidari, qui faisait alors partie d’une cellule de la capitale, pense qu’il n’avait probablement pas de lien avec les opérations du mouvement3. Par ailleurs, le régime était en général très disposé à monter en épingle tout évènement négatif à l’encontre de Bakary et de ses hommes. Bien entendu, puisqu’il n’y a pas eu usage d’explosifs, le descellement des pylônes a pu être causé par des voleurs en quête de ferraille, mais cela semble peu probable dans le contexte répressif créé par le régime4. Il convient de noter que le gouvernement ne nia pas l’implication de sawabistes dans les dégâts causés aux antennes, mais qu’il se contenta d’en minimiser l’importance, sans doute en raison de l’embarras causé par le silence radio qui en était résulté. Ce faisant, il démentit maladroitement tout lien entre l’opposition et la récente affaire des nomades bouzou à Tahoua, et même le scandale de la prison de Djirataoua, tout en avertissant qu’il était prêt à faire face aux agitateurs soutenus par l’étranger5.

  • 6 Ceci pourrait rendre compte du fait qu’il n’y ait pas eu usage d’explosifs.
  • 7 Il n’est pas sûr qu’il se soit agi de la même installation. Bulletin de renseignements (...)
  • 8 Chap. 11, niveau n. 139. L’assassin présumé avait un pistolet, arme qui n’était pas cou (...)

4Par contraste, les Français virent dans la destruction des antennes un acte de sabotage, qu’ils lièrent aux opérations du Sawaba. Par ailleurs, si la destruction de la tour de radiodiffusion était due à des commandos – ou à des cadres de l’aile interne6 –, elle ne devrait pas être la dernière attaque de ce genre. On peut en juger d’après un coup de main tenté, l’année d’après, contre les établissements de Radio Niger, sur la route de Ouallam, quoiqu’à l’aide d’explosifs cette fois (voir chapitre suivant7). Comme nous le verrons plus loin, la rupture de lignes de communication faisait partie de la stratégie du Sawaba. L’attaque de juillet 1964 était plutôt précoce, mais s’il était vrai, comme l’avait clamé le régime, qu’un commando avait voulu assassiner Diori le mois précédent (il en aurait reçu l’ordre de Djibo Bakary), elle faisait probablement partie d’une approche plus offensive de la part des stratèges du mouvement – après tout, Mounkaila Beidari avait été envoyé dans la capitale dans ce but, dans la foulée de la mutinerie militaire de l’année précédente8. Puisque l’attaque sur la station de télécommunications avait eu lieu quelques cinq semaines après Djirataoua, elle était peut-être une réponse à cette horreur ainsi qu’à la vague d’arrestations qui avait suivi, à moins qu’elle n’ait servi d’avertissement sur les capacités du mouvement.

La lutte est engagée

  • 9 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 8-14 juin 1964, 747, no 24 ; SHAT, 5 H 127
  • 10 Certainement informée par les capacités répressives du régime lors du massacre de D (...)
  • 11 Voir chap. 10, niveau n. 25.

5Aucune autre action ne fit immédiatement suite au sabotage. En juin 1964, les Français avaient affirmé que les maquisards du Sawaba ne devaient guère représenter une véritable menace dans le proche avenir9. Mais cette perception relevait plus du vœu pieux10 que d’une évaluation correcte de la situation politico-militaire. Cela faisait à peine un mois que des agents du renseignement avaient rapporté que le réseau interne du mouvement était bien structuré, recevant des instructions des zones de base, à Kano et Katsina11. L’infiltration simultanée de sept centres urbains en décembre 1962 soulignait déjà les capacités d’organisation dont faisait preuve la branche externe. Si certaines cellules ou caches d’armes furent découvertes, il s’agissait là d’un élément du processus laborieux d’établissement d’un réseau d’infiltration, réseau qui, au printemps 1964, avait une étendue nationale et était opérationnel, particulièrement au Sud. De l’autre côté de la frontière, au Nigeria, la base de « Goussao » avait alors, comme nous l’avons déjà noté, une population en campement de 150 personnes, et dans plusieurs agglomérations (mais surtout à Kano), les cadres de la NEPU apportèrent une aide pratique au mouvement. La frontière du Dahomey était encore plus exposée du fait du conflit récent avec les immigrés dahoméens et de la présence, à Cotonou, d’un nouveau gouvernement hostile au RDA. L’infiltration des services publics – au plan local, à Maradi par exemple, et au plan national, au niveau des ministères, de l’armée et de la police – montre que le régime pouvait subir sinon une défaite instantanée, au moins de sérieux accrocs à sa sécurité.

6Ceci était amplifié par l’instabilité inhérente au règne du RDA. Les mauvaises relations du régime avec les régions du Centre et de l’Est du pays ; le mécontentement des paysans à l’égard de l’agitation du parti, de la corruption et des prix des produits agricoles – pas seulement dans l’Est ; et l’insatisfaction des nomades bouzou (et plus généralement des Bella) – tout ceci renforçait potentiellement les efforts du Sawaba. Dans les zones urbaines, les travailleurs du secteur privé et les jeunes étaient en colère à propos de la corruption et du monopole du RDA sur les privilèges. Comme les personnes sans occupation de la capitale pouvaient être déportées, exactement comme les immigrés, le régime indisposa aussi les marginaux, bien que l’éviction des Dahoméens ait pu améliorer sa position vis-à-vis d’une partie de la population. Le harcèlement dont se rendaient coupables des politiciens locaux envenimait les relations dans des villes comme Zinder et Agadez, et si le Sawaba ne pouvait exploiter le mécontentement des Touaregs et des Toubou que de façon limitée, cela avait tout de même un effet sur la fragilité de la position du gouvernement. Étant donné que l’armée se trouvait dans un état de confusion, qu’il y avait une tension permanente entre le parti et l’administration et que le gouvernement souffrait d’une base sociale étroite, le régime restait en place essentiellement à travers la peur et la brutalité.

  • 12 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 10-16 août 1964, 982, no 33 ; « Événements (...)
  • 13 Voir chap. 10, niveau notes 18-20.
  • 14 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 8.1.

7La situation sécuritaire était bien plus grave que ne s’en rendaient compte les Français, ce qui devint manifeste au cours des mois d’août et septembre. Dans la première semaine d’août, Diori reporta un voyage sur Abidjan à cause de rumeurs soutenant que des sawabistes devaient arriver du Ghana au cours du mois afin de commettre des actes « terroristes12 ». Le 4, la Sûreté compila un rapport d’interrogatoire sur Mahaman Leiyi, qui avait été arrêté quelque temps auparavant par des gardes républicains dans la région de Tessaoua. Leiyi, un paysan et éleveur peul membre de la cellule de Rogogo, au sud de Tessaoua, était lié au groupe de Sallé Dan Koulou13. Sa cellule avait programmé l’occupation du poste administratif et de la station télégraphique de Tessaoua, ainsi que la coupure des lignes téléphoniques. Il s’agissait d’aider les maquisards à entrer au Niger et, d’après Leiyi, l’opération devait s’étendre à tout le pays à la même date. Les membres locaux du RDA devaient être tués. Leiyi, qui avait reçu des fonds de Dan Koulou et la promesse de la chefferie de Rogogo, ne révéla pas le site de la cache d’arme – se contentant de nier son existence – et n’avait pas encore été mis au courant de la date de l’attaque14.

  • 15 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 31 août au 6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; 7- (...)

8Vers la fin du mois d’août 1964, cependant, il apparut clairement que les actes d’infiltration augmentaient en nombre. Six sawabistes furent appréhendés à Maradi. Certains d’entre eux étaient peut-être des membres de l’aile domestique et avaient été trahis, tandis que d’autres venaient juste de franchir la frontière du Nigeria. Ils portaient des armes, dont des mitraillettes (une MAT 49, arme couramment utilisée par les Français en Indochine et en Algérie) et deux pistolets automatiques, en plus de documents détaillant les installations à attaquer et les personnalités du régime à liquider. Ils furent pris le 29, ou un peu après, lorsque le chef de la gendarmerie, Badié, arriva dans la ville. Les interrogatoires établirent que l’infiltration de l’administration à Maradi était allée bien plus loin que ce que la vague d’arrestations du printemps précédent avait déjà révélé. Ceci déclencha de nouvelles arrestations, une trentaine en tout, y compris de personnes travaillant dans la police. Le 2 septembre, Maïga ordonna la mise en détention du commissaire de police, soupçonné d’activités pro-Sawaba. Plusieurs fonctionnaires également furent mis aux arrêts, y compris Malam Karégamba (l’agent de recrutement du Sawaba) ; le directeur local de la banque de développement ; Djimaraou Arga, directeur d’école ; et peut-être Aboubakar dit Kaou, l’ancien ministre de l’Économie du Sawaba, qui fut arrêté à une date non spécifiée. Il était en possession de copies de lettres au leadership externe dans lesquelles il conseillait de commencer les opérations offensives, affirmant que le pays était prêt pour une prise de contrôle armée. Ainsi, Malam Karégamba fut pris avec deux pistolets automatiques, une mitraillette et des munitions. Comme nous l’avons vu, il avait supervisé les entraînements et les exercices de tir de la base de Jibiya15.

  • 16 Une source proche du RDA avança par la suite que Hamballi venait de Nguigmi, suggér (...)
  • 17 Cette unité comprenait aussi Chaibou Souley, qui avait été au Maroc et en Chine ; I (...)
  • 18 La mitraillette était de fabrication allemande (« model 43 ») et les pistolets étai (...)
  • 19 Ibid. ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; 31 (...)

9Ces révélations sur l’étendue extraordinaire des infiltrations et du niveau de préparation militaire du Sawaba furent rapidement suivies de nouvelles péripéties. À peu près à la même époque, une brigade conduite par Dodo Hamballi infiltra la région de Zinder. En provenance de Kano16, elle comprenait Chéfou Mahaman/Dan Malam, son assistant et résident de Zinder, et Chaibou Rouangao dit Mani, également ressortissant de la région de Zinder et membre de l’unité qui comprenait Ali Mahamane Madaouki, le compagnon de Hamballi dans cette zone17. Se séparant du groupe principal, ils avaient pour but immédiat de transporter un arrivage d’armes consistant en plusieurs pistolets automatiques, une mitraillette et des munitions18. Les objectifs de ces commandos étaient de tuer – à une certaine date – certains leaders politiques et d’attaquer les principaux sites civils et militaires de Zinder, y compris la mission militaire française. L’équipement des maquisards du Sawaba qui, en dehors des armes et des munitions, comportait un manuel d’instruction à la guérilla (La Guerre de guérilla du Che), un poste récepteur radio et des documents dressant la liste des installations et des contacts, montre qu’ils étaient prêts à passer aux choses sérieuses. Ainsi, le tableau d’ensemble contredit les évaluations optimistes des Français sur la sécurité. Le mouvement des petites gens progressait vers l’engagement des hostilités19.

  • 20 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. et 2 déc. 2003. Si Hamballi avai (...)
  • 21 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Premier minist (...)

10Puis, dans la soirée du 31 août 1964, un désastre se produisit. Dodo Hamballi et ses hommes avaient atteint Zinder et trouvé asile chez des membres de l’aile domestique – des marabouts, certains d’obédience nyassite, et résidant dans le Birni. Des miliciens du RDA assiégèrent les demeures de certains d’entre eux – Mallam Tataagui et Mallam Hamissou – et y découvrirent Hamballi et Chéfou Mahaman. Chaibou Rouangao put s’échapper, mais Hamballi et son assistant furent arrêtés. Il est possible qu’ils aient été trahis, peut-être par un membre de leur propre entourage (un certain Bonou), ou par quelqu’un d’autre20. En elle-même, leur capture était déjà un coup énorme. Hamballi, ancien chef de cabinet de Tiémoko Coulibaly, occupait une position élevée dans la hiérarchie du parti et, en sa qualité d’élève de Nankin et d’associé de Dandouna Aboubakar, il était une figure militaire clef. Grâce à sa nomination par Sallé Dan Koulou, chef de la base de Kano, au poste de superviseur des infiltrations dans les secteurs nord et sud(-ouest) de Zinder, il était au courant des secrets du mouvement dans l’une de ses plus importantes zones d’opération. Ce qui rendait cette arrestation plus grave encore, c’est que Chéfou et lui avaient été pris la main dans le sac, non pas seulement avec les armes qu’ils transportaient, mais aussi avec des documents tels que des journaux personnels, des listes de cadres domestiques, des carnets de notes détaillant cibles et plans d’attaques – se rapportant également à la police et aux postes de douane –, et des renseignements sur les mouvements de Diori et de ses ministres21.

  • 22 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; Bulletin de renseignem (...)

11En conjonction avec les arrestations de Maradi, ceci était tout bonnement catastrophique. Si les actions des unités de commandos dans les deux régions montrent que le Sawaba s’était avancé très loin dans la voie de la confrontation armée avec le régime – ayant des plans détaillés sur la stratégie et la tactique à employer –, la capture de ce qui semble être des unités avancées mit au jour tout ce sur quoi le mouvement avait travaillé, y compris ses cibles militaires et les cellules domestiques qui pouvaient aider à l’assaut. Le régime ne tarda pas à réagir. En dehors de Hamballi et de son aide, il appréhenda les marabouts appartenant aux cellules de Zinder – Tataagui ; Hamissou ; le frère de ce dernier, Mallam Bram ; et le reste de leur famille. Les interrogatoires débutèrent alors que ceux de Maradi continuaient et ils furent conduits, comme le notèrent les Français, « durement », afin de permettre au régime de « mieux connaître l’organisation du mouvement Sawaba et de découvrir […] ses partisans ». Pour reprendre les mots des services français, « la lutte [était] engagée », et si certaines des nouvelles arrestations avaient été faites « un peu arbitrairement », une vague montante de mises en détention produisit rapidement des résultats. Les 1er et 2 septembre, les autorités arrêtèrent Akoula Souleymane, un militant de l’aile interne qui travaillait comme téléphoniste au bureau de poste de Zinder ; Amoudou Dan Gagaré, un ancien planton du cercle ; un certain Amailou Mahaman ; un maçon bella du nom de Haman Dougouzourou, travaillant chez Ford ; et Noga Yamba, le maquisard entraîné en Algérie qui avait infiltré sa région d’origine et avait reçu l’ordre de rester sur place en attendant les unités qui se préparaient à venir22.

  • 23 Interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003 ; Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006  (...)
  • 24 Un groupe de gens arrêtés le 1er septembre et accusés de complicité dans la mutiner (...)
  • 25 Le Niger, 26 oct. 1964. Voir chap. 10, dernière section. Une des femmes détenues au (...)
  • 26 Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, déc. 1964 ; Premier ministre. SDE (...)

12Ils furent tous jetés dans la prison de Zinder, et de nouvelles fournées devaient suivre, comprenant Maman Tchila, l’ancien conseiller municipal Sawaba ; Limane Kaoumi, l’ébéniste sawabiste arrêté à Maïné-Soroa ; et Malam Bawada, frère de Dodo Hamballi, détenu à Kellé (nord-est de Zinder)23. Les arrestations s’étendirent Au fur et à mesure que les interrogatoires fournissaient des renseignements24. Dans l’après-midi du 2 septembre, les gendarmes appréhendèrent Koussanga Alzouma, le cadre de Nguigmi qui fut chef de cabinet du ministère de l’Intérieur sous Bakary et qui, à présent, dirigeait le centre avicole de Maradi. D’un point de vue politique, il s’agissait là d’un coup fort, puisque Alzouma était personnellement proche de Bakary (il était, ou avait été, un membre du bureau politique du Sawaba). Il était aussi l’un des vétérinaires les plus qualifiés du Niger. Il est difficile de déterminer s’il faisait partie du réseau de Maradi ou s’il avait simplement été victime de gendarmes zélés. Deux femmes et un enseignant auraient été arrêtés au même moment, mais il a pu s’agir là d’arrestations arbitraires, ou de cas indépendants de celui de Alzouma. On a, par la suite, laissé entendre que son arrestation était liée à la découverte, en juillet, d’un camp d’entraînement entre Madaoua et Maradi25. Dans tous les cas, les gendarmes perquisitionnèrent son domicile (où ils ne trouvèrent qu’un petit nombre de documents) et le mirent en présence du capitaine Badié. Selon les Français, le chef de la gendarmerie nigérienne conduisit lui-même l’interrogatoire d’Alzouma, et « avec une brutalité telle » que le vétérinaire mourut « quelques heures plus tard » du fait des « traitements qu’on lui fit subir ». Un témoignage ultérieur d’un officiel du RDA confirme que Badié fut responsable de la mort de ce sawabiste de 35 ans. Des diplomates britanniques en visite au Niger six semaines après ce meurtre corroborèrent eux aussi cette assertion, se contentant de qualifier la façon dont Alzouma avait trépassé de « regrettable » et rapportant qu’ils étaient assurés de l’existence de toutes les preuves de la complicité de Alzouma dans les opérations du Sawaba. Nous ne connaissons pas les détails de la séance de torture. Nous avons vu, au chapitre 8, que des goumiers étaient généralement présents pour fouetter les détenus, mais le confident de Bakary a dû subir bien pire26.

  • 27 Interview Abdou Adam (qui assure avoir vu Diori pleurer à cause de ce meurtre), Nia (...)
  • 28 Tandis qu’Alzouma était torturé, la gendarmerie amena sa femme à Niamey en lui disa (...)
  • 29 Issaka Koké, ancien ministre Sawaba des Travaux publics et de l’Agriculture et alor (...)
  • 30 En même temps, ceci montre que les militants de la capitale recherchaient encore pl (...)

13Étant donné les actions antérieures du RDA, la férocité de sa réaction n’a rien de surprenant. Bien que Diori ait été inquiet des répercussions du meurtre – si peu de temps après Djirataoua – et qu’un officiel du RDA ait plus tard affirmé qu’il ne s’agissait là que d’excès personnels de la part du chef de la gendarmerie27, il convient de noter que Badié avait été dépêché à Maradi par Diamballa Maïga lui-même. De plus, le régime ne montra aucun regret. Au contraire, la veuve de Alzouma fut traitée de manière cavalière et la presse se mit à ternir la réputation de son défunt époux28. Tandis que les gens du Sawaba étaient sous le choc du meurtre d’un cadre aussi important29, le gouvernement continua son offensive. Les Français rapportent que le directeur d’école détenu à Maradi fut amené à Zinder pour traitement médical « à la suite de son interrogatoire » par Badié. Cela ne servit sans doute à rien puisqu’un pamphlet du Sawaba affirma par la suite que Djimaraou Arga était mort. Alors que le commissaire de police de Maradi, le directeur de la banque de développement et des commandos zindérois comme Noga Yamba étaient transférés sur Niamey, la vague d’arrestations atteignait la capitale. Mounkaila Beidari fut lui aussi arrêté pour interrogatoire, courant septembre (photo 12.1). Étant donné le nombre croissant d’arrestations, il fut enfermé dans un établissement différent – dans son cas, l’école de la mission française. Bien que membre d’une cellule sawabiste de Niamey, il fût relâché au bout de quatre jours, en dépit du fait que les autorités le tenaient clairement pour suspect et lui dirent à cet égard qu’il serait tenu à l’œil30.

Photo 12.1 – Mounkaila Beidari, Niamey, 2003.

Photo 12.1 – Mounkaila Beidari, Niamey,         2003.
  • 31 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; « Événemen (...)

14Diori qui, le 5 septembre, avait abrégé sa visite à Abidjan, eut une réunion avec des personnalités du régime le 12 et leur montra les armes et documents confisqués, avertissant qu’il y aura de nouvelles arrestations, y compris de gens haut placés. Le fourniment de la brigade de Dodo Hamballi fut exhibé à l’Assemblée nationale. Le pire était que les détenus de Maradi, tout comme l’unité de Hamballi, fournirent d’importants renseignements sur les bases du mouvement au Nigeria. Malam Karégamba craqua sous l’interrogatoire, mettant le régime au courant de la base avancée de Jibiya, au sud de Madarounfa, à quelques kilomètres à peine à l’intérieur du Nigeria. Hamballi et ses amis dévoilèrent l’existence de la base de « Goussao », plus loin vers le sud-ouest, en plus de celle de la cache d’armes de Kaduna. L’existence d’un autre dépôt d’armes fut divulguée, probablement celle qui avait été construite à Kaura Namoda, au nord de la base de « Goussao ». Par ailleurs, l’interrogatoire de Hamballi révéla qu’une bonne part de la planification de la guérilla se déroulait à Kano, mettant en danger les membres du leadership qui s’y trouvaient31.

  • 32 B.J. Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria (Londres, 1968), 164, (...)
  • 33 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; « Événemen (...)

15Ainsi, le 8 septembre, Badié et le commandant de l’air de Diori se rendirent à Kano et rentrèrent avec un important leader du Sawaba arrêté là-bas. Il fut transféré sur Niamey pour, bien entendu, y être interrogé par le BCL, sans qu’on sache cependant de qui il s’agissait – dans tous les cas, ce n’était pas Dan Koulou. Seulement cinq jours auparavant, le commandant de cercle de Maradi s’était rendu, en compagnie de policiers, à Katsina pour une rencontre avec l’émir, après quoi une force conjointe de la police de la « Native Authority » (Autorité Indigène) et de Nigériens s’était rendue sur la base de Jibiya. Cette dernière était, cependant, déserte. Les Nigérians commencèrent à agir en coordination avec le gouvernement de Niamey (deux officiers britanniques travaillant au niveau de la police de Kano se rendirent à Maradi le 5 pour y constater les résultats des récentes investigations). De nombreux sawabistes prirent la fuite. Une cinquantaine de personnes, sans doute des cadres de l’aile domestique, gagnèrent Malanville pour échapper à la répression anti-Sawaba. Ils dirent aux autorités dahoméennes qu’une révolution était en cours au Niger. Un nombre indéterminé de cadres s’enfuirent par la frontière nigériane, trouvant cachette dans diverses localités – sans aucun doute avec l’aide d’amis de la NEPU. Cependant, nombre d’entre ces derniers fuyaient dans l’autre sens, puisque l’approche des élections au nord Nigeria commençait à y faire monter la tension politique. La NEPU avait noué une alliance, en 1963, avec l’Union Middle Belt Congress – constituant ainsi l’unique groupe d’opposition important de la Région Nord qui prît en charge les besoins des démunis originaires du Sud32. Les militants des deux partis devinrent des cibles de persécution. Inquiètes des activités de la NEPU, les autorités du Nord Nigeria contactèrent Niamey qui se servit de la chose pour encourager une action coordonnée contre l’ennemi commun Sawaba-NEPU. Diori entra en contact avec Kaduna pour mettre la main sur les caches d’armes du Sawaba dont l’emplacement avait été dévoilé33.

Attaquez – avec des bâtons s’il le faut !

  • 34 Le Niger, 7 déc. 1964.

16Les événements des mois d’août et de septembre avaient causé de sérieux préjudices aux plans et infrastructures du mouvement. Toutes les conséquences n’étaient pas encore manifestes, mais elles étaient potentiellement catastrophiques, puisque les fuites d’information avaient révélé une bonne partie de la stratégie et des tactiques que les commandos étaient censés suivre. Certaines de leurs bases d’opération avancées du Nord Nigeria – l’hinterland clef – avaient dû être abandonnées, tandis que leurs alliés nigérians subissaient une pression croissante. Les cellules domestiques étaient mises en danger, les maquisards couraient le risque de ne plus avoir accès aux armes entreposées dans les caches dont l’emplacement avait été mis à jour, et l’arrestation d’un leader du Sawaba à Kano montra que même la sécurité des quartiers généraux nigérians (et celle de son commandant, Sallé Dan Koulou) ne pouvait plus être garantie. Bref, tout ce qui avait été si laborieusement édifié au cours des années précédentes courait le risque d’être détruit. Pour reprendre les propos euphoriques du RDA, les arrestations des mois passés avaient fourni au gouvernement des renseignements précis sur les intentions du mouvement et l’avaient mis à même de prendre les contre-mesures appropriées. Il savait que les maquisards étaient en route34.

  • 35 Entretiens avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009.
  • 36 Chaffard, Les carnets secrets, 321. La source de Chaffard n’est pas connue.

17Cette tournure des évènements mena à d’intenses discussions. Les leaders des commandos, y compris Dan Koulou, Dandouna Aboubakar et Idrissa Arfou35, se rendirent à Accra où Djibo Bakary et Dan Galadima délibérèrent sur la ligne de conduite à adopter. Bien entendu, la perte de l’élément de surprise n’avait qu’une importance limitée. Le régime savait, depuis des années, que le Sawaba se préparait à la lutte armée – ayant placé des espions dans les camps du mouvement au Ghana et bénéficiant de renseignements fournis par les Français. La confrontation avait de tout temps été au programme, comme on peut le constater à travers l’attaque contre la tour de télécommunications de Niamey et une rencontre de haut niveau tenue auparavant, en mai, à Porto Novo, et réunissant Bakary, Galadima et Abdoulaye Mamani pour une revue des plans d’opération36.

  • 37 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.
  • 38 Entretiens avec Ousseini Dandagoye et Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 39 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.
  • 40 Interviews Sao Marakan, Adamou Assane Mayaki et Mounkaila Albagna, Niamey, 16 nov. (...)

18La discussion portait à présent sur la réaction à avoir étant donné les pertes récentes, et ce débat fut alimenté par des renseignements transmis par les cadres domestiques ainsi que les unités de commandos stationnées à proximité des frontières du Niger, qui informaient le quartier général. Pour la plupart, ces informations soutenaient que le pays était mûr pour une prise de contrôle. Aboubakar dit Kaou, de Maradi, qui, comme nous l’avons vu, essayait de persuader le leadership que le moment de passer à l’action était arrivé, n’était pas seul dans ce cas. Selon Mounkaila Albagna, le commissaire politique qui était à pied d’œuvre dans la région de Téra, « tout le monde », à l’intérieur du pays, souhaitait l’invasion des commandos37. Selon Ousseini Dandagoye, le cadre qui gérait la cellule du bureau de poste de Zinder, les gens soutenaient le mouvement et confirmaient leur loyauté aux cadres lorsque la question leur était posée38. En fait, la majorité des dirigeants régionaux du Sawaba disaient que le peuple attendait39. Par conséquent, comme l’observa plus tard le sympathisant Sawaba Sao Marakan, les commandos avaient des raisons de se sentir en terrain sûr – pensant, comme ce fut le cas de Mounkaila Albagna, que leur assaut pouvait réussir. Par ailleurs, la haine pour le régime et un désir de revanche ont aussi joué un rôle pour nombre d’entre les plus jeunes40.

  • 41 Les sources de ceci sont Mounkaila Albagna (qui n’était cependant pas présent à la (...)

19Néanmoins, certains chefs d’unité étaient prudents. Si la plupart des leaders des commandos assignés au Centre et à l’Est du Niger (qui étaient aussi les plus nombreux) auraient défendu l’option de l’attaque, affirmant que la population était prête à les recevoir, d’autres avancèrent qu’il était nécessaire de s’organiser davantage. Idrissa Arfou, par exemple, chef militaire pour la région de Téra, aurait soutenu que les commandos n’étaient pas encore prêts et le dirigeant régional pour Tillabéri (sans doute une personne différente) aurait, lui aussi, conseillé de ne pas attaquer41. Il est possible que cette différence d’opinion reflétait une divergence dans l’évaluation de la base de soutien du Sawaba, qui, potentiellement, était plus forte dans la zone Maradi-Zinder que partout ailleurs.

  • 42 Entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.
  • 43 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964. Source : Bulletin de renseignements (...)
  • 44 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.

20Cependant, on craignait aussi beaucoup que le Sawaba ne perde son soutien s’il ne lançait pas l’offensive tant attendue. Ali Mahamane Madaouki, le commando qui opérait dans la zone de Kano-Magaria, était bien conscient du fait qu’on marmonnait que le Sawaba ne venait pas, et qu’on le blâmait, ses camarades et lui, pour leur inaction42. Le reproche devenait plus vif, étant donné que cela faisait six ans que le mouvement était privé de pouvoir et la population, en particulier dans les zones rurales, souffrait plus que jamais des harcèlements du RDA. La pression émanant de ces circonstances était renforcée par les dommages causés par l’arrestation de Hamballi, qui risquait de rendre toute action du mouvement impossible. Par conséquent, Bakary, dans une lettre datée du 22 septembre et destinée à Sallé Dan Koulou après la réunion d’Accra, avertit qu’ils ne pouvaient « plus attendre sans risquer de tout perdre43 ». Il s’agissait là d’une allusion claire au chaos semé par l’arrestation de la brigade de Hamballi et des unités qui opéraient dans le secteur de Maradi, ce qui montre que le leadership se sentait poussé à accélérer son plan d’attaque. Les évènements d’août et septembre poussèrent ainsi le commandement (alors que les préparatifs étaient en cours) à monter de façon précipitée à l’offensive. Bien qu’on ne sache pas exactement comment la décision fut prise, la majorité des commandants finit par se ranger du côté du leadership44 – le Sawaba était parvenu à la décision la plus capitale de son histoire.

  • 45 Interviews, Zinder, 10 et 14 févr. 2003.
  • 46 Interview, Niamey, 29 nov. 2003. Cela était sans doute vrai, puisqu’Albagna répéta (...)
  • 47 Entretien avec Ali Talba (un journaliste qui a interviewé Bakary dans les années 19 (...)
  • 48 Interview, Niamey, 31 janv. 2003.
  • 49 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; Bulletin de renseignements particu (...)

21Bientôt, toutes les unités reçurent le feu vert. Par exemple, l’unité de Ali Mahamane Madaouki reçut, à une date non spécifiée, une lettre du quartier général de Kano lui ordonnant de franchir la frontière nigérienne45 et Mounkaila Albagna se rappellera plus tard d’un officier de liaison qui voyagea de Bamako à Gao pour livrer un ordre d’attaque de Djibo Bakary, ajoutant de façon dramatique qu’ils avaient reçu instruction d’attaquer avec des bâtons s’il le fallait ! Que l’histoire soit apocryphe ou non46, elle montre bien que le mouvement était pressé par le temps. Il y a, cependant, des indications du fait que Bakary n’avait pas atteint son verdict de façon désinvolte47. Comme plusieurs leaders de commando étaient impliqués dans ces délibérations, la décision n’était pas passionnelle, de l’avis de Ali Amadou, un des chefs de camp de Bakary au Ghana, qui note que les sawabistes étaient prêts pour la bataille48. La conclusion a dû s’imposer en début septembre, puisque les dates de l’attaque furent programmées pour la fin du mois et la plupart des commandos se trouvaient encore au Ghana et avaient besoin de temps pour atteindre leurs zones d’opération. Dans sa lettre du 22 septembre à Sallé Dan Koulou, Bakary fit savoir que les opérations devaient débuter « en principe la nuit du 26 au 27 [septembre] ou bien celle du 3 au 4 [octobre] ». Dans tous les cas, les unités stationnées dans les secteurs de l’Ouest devaient attaquer avant celles du Centre-Est. Ceci concernait les maquisards postés dans les zones frontalières du Dahomey et de la Haute-Volta-Mali, avec extensions jusqu’à Dogondoutchi et peut-être Tahoua (cette ville jouxtant aussi le secteur du Centre). Le fait que Bakary ait remarqué qu’il serait imprudent d’organiser « une assemblée générale de tous les frères car un tel rassemblement [pouvait] avoir pour conséquence la liquidation de toutes les missions du Sud » montre à quel point il se sentait tenu de passer à l’action. Ainsi, il ne serait pas en mesure de voir « Kangueye » (Kanguèye Boubacar) avant le début des opérations, puisqu’on aurait perdu un temps précieux si le leader de l’unité de Madaouki – qui avait remplacé Dodo Hamballi – avait dû venir au Ghana49.

  • 50 Peu de militants allèrent à Cuba pour instruction politique et, autant qu’on sache, (...)
  • 51 Mémorandum pour l’opération révolution du parti Sawaba du Niger ; commandant A. Dan (...)

22Un train d’opérations fut ainsi mis en branle. Dans un mémorandum au Bureau of African Affairs, non daté mais émis avant la fin du mois de septembre, Dan Galadima informa son président que « quelques » unités de guérilla étaient arrivées aux frontières du Niger – y compris à Jibiya – et le leadership s’apprêtait à envoyer ceux qui avaient été entraînés en Chine et à Cuba50 pour prendre le commandement d’« une opération de guérilla à l’intérieur du Niger ». Le « projet d’une révolte militaire » du Sawaba étant « en voie d’être réalisé », on rappela au BAA ses promesses passées et Galadima fit des requêtes détaillées d’assistance logistique (voir plus loin). Ayant pris le commandement général des forces à son retour d’Afrique du Nord, il présenta clairement l’urgence de la situation, notant qu’« [e]ntre camarades, ce [n’était] pas le moment de discourir, le temps [était] venu d’agir51 ». Puis le bureau politique du Sawaba diffusa un communiqué historique, daté du 27 septembre, et dans lequel le leadership annonçait que l’action armée était imminente, justifiant ses mesures de manière détaillée et appelant le peuple à se joindre au Sawaba. Comme dans la lettre de Galadima au BAA, le bureau politique fit allusion à des évènements récents qui avaient précipité sa prise de décision, renvoyant à son « examen et étude minutieux des rapports émanant des responsables régionaux ». Il fournit ensuite, en sept paragraphes, la justification de la lutte armée, soutenant que, depuis 1958, les branches régulièrement constituées du gouvernement avaient été dissoutes ; que, depuis cette année-là, toutes les organisations politiques et syndicales démocratiques avaient été interdites et les libertés supprimées, y compris le droit du peuple d’élire librement ses propres représentants ; et que, depuis à présent six ans, le peuple nigérien souffrait de la répression, de l’exploitation, de la torture et de l’assassinat politique (ce dernier point étant une allusion évidente à Daouda Ardaly). Dans ces conditions, les citoyens nigériens étaient convaincus que « l’insurrection armée [était] non seulement un droit inaliénable mais également un devoir sacré pour tout patriote ». Le Sawaba avait donc décidé

  • 52 Communiqué, bureau politique, 27 sept. 1964 (source : Le Niger, 21 juin 1965.

« de prendre ses responsabilités devant l’histoire en appelant le peuple nigérien à prendre les armes [et]… rejoindre les rangs des combattants nigériens de la liberté groupés au sein du Front démocratique de la patrie52… ».

  • 53 Ibid.
  • 54 W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New (...)
  • 55 Chaffard (Les carnets secrets, 324) pense qu’il s’agit du 27 même, mais cela n’est (...)

23La déclaration était un acte audacieux, pour ne pas dire étonnant, non seulement parce qu’elle annonçait ouvertement le commencement de la lutte armée, mais surtout parce qu’elle se référait, en des termes pour le moins clairs, au rôle des commandos – le communiqué se terminant par le cri de guerre « En avant pour la libération de la Patrie nigérienne53 ». La plupart des unités – mais certainement pas toutes – étant en place à ce stade, le communiqué risquait de révéler le fait que le mouvement était sur le point de mettre en œuvre son plan d’attaque, annonçant au régime l’arrivée imminente des forces du Sawaba. Mais bien que le communiqué soit daté du 27 décembre, nous ne savons pas à quel moment précis il fut publié, ni où et comment. Il se peut donc qu’il n’ait causé aucun dommage à la position tactique des maquisards – qui, pour bon nombre d’entre eux, avaient déjà dû être en route à ce moment précis. De même, les quartiers généraux du parti au Ghana auraient émis un avertissement écrit dès le 20 septembre, déclarant qu’il imposerait sa volonté aux traîtres qui dirigeaient Le Niger, mais ladite déclaration ne parut dans le journal ghanéen L’Étincelle (l’organe de langue française publiée par The Spark, le porte-voix des radicaux du Ghana) que le 15 octobre54. Les hostilités avaient alors déjà éclaté. Par contraste, le communiqué du 27 septembre fut aussi, selon Chaffard, diffusé sur Radio Accra et Radio Conakry, mais à une date inconnue55. Néanmoins, tout ce bruit avait sans aucun doute offert au régime des signes avant-coureurs – même si c’était de façon très tardive – et les services français n’ont guère pu les manquer non plus.

24Cependant, le communiqué du 27 septembre joua un rôle important de mobilisation en ce qui concerne la population et les commandos. Pendant des années, il avait été question que ces derniers affronteraient l’ennemi sur ordre spécifique du leadership externe. La manière dont la chose fut mise sur pied témoigne du redoutable degré de coordination caractérisant les préparatifs militaires du Sawaba. Mais elle renvoie aussi à la dimension quasi-millénariste sous-tendant son existence de mouvement social. Comme nous l’avons vu, Mahaman Leiyi, le membre de la cellule de Rogogo, avait été informé du fait que les attaques allaient toutes avoir lieu le même jour (les dernières instructions de Bakary à Dan Koulou indiquant la manière dont les attaques s’échelonneraient à l’ouest et à l’est étaient donc un affinement). En fait, ceci avait déjà été programmé bien à l’avance, comme on peut le voir à travers les instructions que le responsable du parti à Tamanrasset, Kokino, avait données à Yahaya Silimane, le militant d’Ingal, expliquant que

  • 56 M. Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté national (...)

« un jour à minuit par un seul mot d’ordre d’avance su par tous les militants […] tout sera à la main de Djibo qui prendra alors la direction du Gouvernement56 ».

  • 57 Interview, Zinder, 10 févr. 2003.

25L’idée de débuter les opérations la nuit était une tactique d’ordre pratique formulée dans l’ordre d’attaque envoyé à Dan Koulou par Bakary, tandis que le secret environnant l’organisation du commandement était, lui aussi, d’une évidente nécessité. Mais le fait d’avoir imaginé d’exécuter l’ordre d’attaque dans le secret, ainsi que la diligence montrée dans toute l’affaire, soulignent également la mentalité d’un mouvement dont la lutte avait été alimentée par l’aspiration à la délivrance et dont les cadres s’attendaient à ce que leurs souffrances cessent brusquement lorsqu’« un beau jour », le peuple renverserait le gouvernement57. Le communiqué du 27 septembre lançait donc, à ces militants, le signal de l’approche de la délivrance.

  • 58 Mounkaila Albagna n’était pas au courant. Interview, Niamey, 6 déc. 2003.
  • 59 Communiqué, 27 sept. 1964.
  • 60 Interviews Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Abdou Adam, Niamey, 29 nov. (...)

26Cependant, il se peut que beaucoup de commandos ne l’aient pas entendu58. Mais surtout, la déclaration devait soulever le peuple. En justifiant de lutte armée, elle plaçait la population au cœur de l’affaire, soulignant que c’était le peuple qui était la victime des évènements de l’automne 1958 ; qu’il avait subi la violation de ses libertés ; et qu’il avait dû endurer répression et exploitation. En lançant la lutte armée, le Sawaba avança qu’il était en train d’exécuter la « volonté inébranlable des masses populaires » de vaincre le régime, et cela, « en plein accord avec l’avis unanime des organisations populaires du pays ». Voyant ses commandos comme l’avant-garde de la lutte des talakawa, le leadership appela « tous les Nigériens (paysans, ouvriers, intellectuels, populations urbaines, soldats, gendarmes, policiers, etc.) » à le rejoindre, proclamant le front démocratique de la patrie ouvert à « tous les patriotes sincères59 ». De fait, toute la stratégie sous-tendant la planification militaire était liée à l’idée que le peuple se soulèverait aux côtés des maquisards, qui seraient accueillis à bras ouverts. Comme on peut le juger d’après les incursions de décembre 1962, les militants de l’intérieur devaient jouer un rôle dans la mise en place des coordinations requises (bien que, par mesure de précaution, il avait été décidé de ne pas impliquer dans l’assaut les membres les plus en vue). L’arrivée des commandos se muerait ainsi en « soulèvement populaire ». On considérait la situation « mûre », et du coup, le communiqué devait montrer clairement que le moment était venu, tout en incitant la population à se joindre à l’action60.

  • 61 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; chap. 8, niveau n. 111 ; T.R. Shaw, ambassade de (...)

27Et il ne s’agissait pas là d’une imagination frivole puisque, comme nous l’avons vu, le régime du RDA était marqué par diverses tensions et fissures. L’aggravation du harcèlement des zones rurales avait approfondi son impopularité et la combinaison d’une armée affaiblie par la mutinerie et d’un conflit chronique entre le RDA et une administration publique vulnérable à l’infiltration donna au mouvement des raisons de croire qu’une insurrection populaire avait des chances de réussir. Ceci est confirmé par le régime lui-même qui, dans la personne du commandant de cercle de Zinder, dit à des diplomates britanniques en visite qu’« il n’était pas certain du parti que prendrait la population ». De tels doutes ne se limitaient pas à la région de Zinder (il est vrai, un fief du Sawaba) puisque les Français eux-mêmes avaient prédit, deux ans seulement auparavant, que si l’on permettait à Bakary de rentrer, le régime s’effondrerait immédiatement. Si cette évaluation datait de juin 1962, les évènements de l’année suivante avaient montré davantage la fragilité du pouvoir du RDA, et le retrait partiel des troupes françaises en septembre-octobre 1964 a pu encourager le Sawaba à penser qu’il était devenu une réelle menace61.

  • 62 Interview, Madaoua, 7 févr. 2003.
  • 63 Pour une analyse récente, voir T.M. Leonard, Castro and the Cuban Revolution (...)
  • 64 Interview Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002. Aussi, Bachir Boukary, Zinder, 11 févr (...)

28Avec le peuple à leurs côtés, les cadres et commandos du Sawaba bénéficieraient effectivement d’un changement favorable dans l’équilibre numérique des forces. Ceci était un élément crucial des calculs du leadership, car – comme le chef d’État-major Dan Galadima s’en souviendra plus tard – les maquisards étaient des centaines, mais, avec la population, ils seraient des milliers62 ! La pertinence de ce genre d’estimations n’était pas un simple fait d’imagination, comme on a pu le voir à Cuba où Castro avait mené une marche sur La Havane avec – au début – seulement quelques centaines d’hommes, équipée qui s’était cependant renforcée ensuite des vagues du soutien populaire63. La révolution cubaine formait une source d’inspiration importante pour le leadership du Sawaba, comme en témoignent ses contacts avec le gouvernement cubain, et avec Che Guevara personnellement. Il en était de même aussi des hommes de rang dont certains avaient rencontré le Che, porté ses écrits sur eux ou dérivé leur pseudonyme du leader de la révolution lui-même (comme Kali Abdou dit Fidel Castro). Ces hommes étaient prêts à affronter l’ennemi à pied au moins en partie parce que c’était ainsi que cela s’était passé à Cuba64 !

  • 65 Interview, Niamey, 6 déc. 2003.
  • 66 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

29La mesure des forces en présence et le poids des nombres s’agrégèrent à l’inspiration idéologique pour pousser à l’assaut. Les prescriptions marxistes tirées des révolutions russe et chinoise, tout comme le combat des Vietnamiens contre l’impérialisme français et américain (voir le chapitre 9) fournirent des explications aux tourments du petit peuple et une orientation claire à leur stratégie et à leurs tactiques. Le commissaire politique Mounkaila Albagna infiltra la région de Téra, ayant appris de Lénine qu’une révolution nécessitait la rébellion du peuple, qui recevrait ensuite l’aide et le conseil du parti (photo 12.2)65. Cependant, la plupart des commandos étaient imprégnés de l’exemple maoïste66, même ceux qui, comme Daouda Hima et Ali Mahamane Madaouki, avaient été entraînés en Algérie, et non dans la République populaire. Le document de stratégie du Sawaba de 1962, qui renonçait à la recherche d’un changement non-violent, s’inspirait de doctrines maoïstes, et l’idée que la population nigérienne se soulèverait aux côtés des sawabistes était voisine de la notion maoïste de « guerre du peuple ». La formation de Nankin portait, cependant, plus sur les aspects militaires, et son influence sur la stratégie et les tactiques utilisées par les commandos sur le terrain est présentée plus loin. L’influence de l’instruction algérienne se fit aussi sentir au niveau des tactiques de combat, et sa leçon politique sous-jacente confirmait l’importance du soutien populaire. L’expérience algérienne confortait aussi l’idée que la lutte contre les Français était d’une réelle possibilité. L’entraînement au Vietnam était peut-être lui aussi caractérisé de façon décisive par ces deux aspects de la question – à savoir, l’importance du soutien populaire et la possibilité de la lutte contre les Français. Après avoir été entraîné au combat sur le Fleuve Rouge, Soumana Idrissa fut affecté à une unité opérant dans l’ouest du Niger, ayant appris l’infiltration des frontières et découvert, à Diên Biên Phu, que les protecteurs du RDA n’étaient pas invincibles.

Photo 12.2 – Mounkaila Albagna (à g.), avec son camarade du Sawaba Ali Amadou, Niamey, 2009.

Photo 12.2 – Mounkaila Albagna (à g.), avec son         camarade du Sawaba Ali Amadou, Niamey, 2009.
  • 67 Communiqué, 27 sept. 1964 ; interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.
  • 68 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogation Maman Alké) ; interviews Mounkaila Albagna, N (...)

30Au vu de l’histoire du mouvement, on ne peut être surpris de ce que le communiqué de septembre exprime de l’hostilité à l’égard des Français. Ce communiqué note que « le peuple nigérien [avait] été victime […] d’une usurpation de pouvoir perpétrée par les forces françaises d’occupation qui [avaient] installé au [sic] lieu et place du gouvernement légal Sawaba, une coalition réactionnaire à la solde de l’étranger ». En se rappelant plus tard de ses actions, le chef d’État-major du Sawaba définit le but de ses hommes comme une lutte pour « libérer le peuple du joug français67 ». Bakary lui-même aurait dit à Maman Alké, le commando de Gothèye entraîné en Algérie, que son intention était de « marcher sur Le Niger afin d’y chasser l’armée française ». Ces sentiments s’exprimaient bien plus vivement qu’avant le référendum, du fait de l’évolution progressive des attitudes politiques. Le fait que la présence des troupes françaises apparaissait comme inacceptable n’était pas sans implications pour la stratégie des commandos qui, comme nous l’avons vu, ciblait également la mission française de Zinder. Ce détail, tout comme la manière dont le leadership définissait ses objectifs, montrent qu’il était conscient du fait que les Français représentaient la planche de salut du RDA et étaient, du coup, l’ennemi ultime. Au niveau des rangs subalternes, cet aspect de la question était exprimé de manière moins raffinée, à travers des sentiments gallophobes, comme en attestent des cadres comme Djibo Issa, le scout venu de Tamanrasset ; Mounkaila Albagna, le commando de Dargol ; Boubakar Djingaré, le maçon de Niamey ; et Amadou Diop, le camionneur zindérois devenu révolutionnaire. Leur attitude avait pris forme à travers une multitude d’expériences allant de querelles avec des enseignants français et des conflits de vision idéologique aux misères du harcèlement et de la fuite68.

  • 69 Communiqué, 27 sept. 1964 ; Mémorandum pour l’opération révolution.
  • 70 Communiqué, 27 sept. 1964 ; Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de (...)

31Mais si les objectifs du Sawaba témoignaient d’une hostilité à l’égard de la France, il n’était pas anti-français en soi. Le mouvement avait, après tout, par le passé, établi des liens étroits avec le monde syndical de la métropole. L’opposition à la France était liée au soutien apporté par les gaullistes au RDA, comme le montre l’allusion, dans le communiqué de septembre, à des « forces étrangères » travaillant avec des « agents nigériens ». Ceci était idéologiquement lié à la lutte contre le « néocolonialisme ». Mais eut égard à la représentation, au sein du régime, des chefs coutumiers – ennemis clefs du petit peuple – le mémorandum de Dan Galadima souligna que le but était aussi de « vaincre… l’armée féodaliste de Diori ». Il fallait le faire « en vue d’établir une République Populaire du Niger et de réaliser un Gouvernement Africain d’Union », point qui, tout en étant conforme aux sentiments pan-territoriaux de Bakary, avait été inclus pour apaiser les obsessions de l’allié ghanéen69. La justification de l’attaque armée mit fortement l’accent sur ce que le communiqué de septembre présenta comme un défaut de nationalisme du régime, déficience que le Sawaba liait au fait qu’il avait été imposé « par… [des] forces étrangères », avec pour résultat de bloquer l’indépendance effective. L’usurpation française ayant été dissimulée par une série de mascarades électorales, le régime du RDA était aussi considéré comme étant « anti-démocratique », sentiment exprimé par des commandos comme Yacouba Issa, l’infirmier vétérinaire de Zinder, qui, lors de ses missions d’infiltration, fit remarquer au peuple « qu’il n’y aurait pas d’élection au Niger70 ».

  • 71 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 72 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003. Sur le rôle de la colère (...)

32Plus que d’autres éléments, la référence au féodalisme montre le désir de justifier le recours aux armes par un argument visant un aspect du système politique nigérien. La tendance à ce genre de justification est typique d’un parti politique qui avait émergé d’un mouvement qui recherchait un large changement social, comme cela a été établi dans son programme des années 1950 et élaboré dans ses doctrines politiques de 1961-1962. Ainsi que l’a plus tard dit un étudiant Sawaba, l’idéologie du mouvement n’était pas l’acquisition du pouvoir à travers un coup d’État, mais « la prise du pouvoir pour et par le peuple71 ». Il ne s’agissait pas là d’une vaine rhétorique, mais de l’indication qu’on était prêt à faire usage de la violence afin de faire progresser les buts sociaux et politiques – volonté qui s’est affirmée lors des campagnes électorales des années 1950. Elle était sous-tendue par la colère. Des activistes comme Amadou Diop, Dandouna Aboubakar et Djibo Issa – tout comme l’organisatrice des femmes de la NEPU Gambo Sawaba, au Nigeria – représentaient une génération de jeunes gens qui étaient révoltés par le monde dans lequel ils vivaient, qui pensaient qu’il était possible, probable même, de réaliser les changements sociaux et politiques qu’ils désiraient (et desquels ils espéraient profiter, eux et leur classe sociale), mais qui furent confrontés à un rude réveil lorsque des forces hostiles firent échec à leurs ambitions. Leur déception et la persécution à laquelle ils furent soumis attisèrent leur fureur. Suivant les termes de Diop, ils étaient des « fanatiques », traités et pourchassés comme des chiens72. Leur désir de « sawki » pouvait au moins tirer satisfaction de la proclamation de l’attaque, qui soulignait l’impression confiante que tout était sur le point de changer.

Organisation, stratégie et tactiques

  • 73 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; Bulletin de renseignements particu (...)
  • 74 Entretien avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002. Mounkaila Albagna fait aussi allu (...)

33Dans son ordre d’attaque du 22 septembre, Bakary dit à Sallé Dan Koulou que Porto Novo serait le « centre de ralliement » d’où « Adam » (ou « Adama », nom de guerre de Ousmane Dan Galadima) organiserait les opérations. La même lettre souligna que le chef d’État-major avait déjà « été envoyé auprès de tous les camarades » et que si les chefs d’unités voulaient discuter de questions spécifiques avec le leadership, ils devaient se référer à lui, dans la capitale dahoméenne. Bakary ajouta qu’il s’y trouverait certainement, lui-même, et les services français qui rapportent, en début septembre, une rumeur portant sur sa présence au Nord Dahomey, confirment que le leader du Sawaba s’était récemment rendu à plusieurs reprises à Porto Novo73. Cependant, il est peu probable que Bakary ait effectivement séjourné dans la capitale dahoméenne au moment des attaques – un sympathisant du Sawaba assura plus tard qu’il était à Accra74. Puisque Dan Galadima était chargé des questions militaires, tandis que Bakary assumait la responsabilité politique générale, cela paraît bien plus logique, surtout étant donné l’exigence de sécurité du leader.

  • 75 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 16 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; i (...)

34Porto Novo jouait le rôle d’un point de ralliement de la plupart des commandos. Avant de monter vers les zones frontalières du Niger, ils y recevaient des instructions, des renseignements et des feedbacks des zones d’opération, ainsi que, si besoin était, de nouveaux ordres. La ville était idéalement située à cet égard (carte 12.1). À peine une dizaine de kilomètres de la frontière nigériane, elle était non seulement plus proche des zones de guerre, et pouvait donc recevoir des renseignements plus promptement que les quartiers généraux du Ghana, mais on y pouvait faciliter avec plus d’aisance l’acheminement des maquisards qui, pour beaucoup d’entre eux, devaient traverser Le Nigeria pour atteindre les zones d’infiltration. De plus, les unités pouvaient se rendre de Porto Novo au Nord Dahomey sans entraves de la part des autorités dahoméennes, qui étaient hostiles au RDA depuis l’expulsion de leurs ressortissants. Comme Justin Ahomadegbé, vice-président et chef du gouvernement, détestait profondément Boubou Hama et Diamballa Maïga, il était prêt à permettre le passage de commandos à travers le territoire national, quoiqu’en nombres réduits, pour ne pas attirer l’attention (ce qui était aussi dans l’intérêt du Sawaba, du reste). Par ailleurs, comme nous l’avons noté dans des chapitres antérieurs, le président du Dahomey, Sourou Apithy, avait des liens anciens avec l’un des agents clefs du Sawaba, Joseph Akouété. Par conséquent, le Dahomey apporta son aide de plusieurs manières. D’abord, sa Sûreté aidait au transit des maquisards de Porto Novo, comme s’en aperçut l’unité de commandos de Amadou Abdou, le marchand de bois de Gothèye formé à Kibdani, lorsqu’elle voyagea en voiture sur Grand Popo, bourgade de la frontière dahoméo-togolaise : Joseph Akouété intervint auprès de la police et les commandos purent passer sans les formalités d’usage. En dehors des unités qui devaient s’infiltrer depuis le Mali et la Haute-Volta, la plupart des maquisards passèrent par Cotonou et Porto Novo, ou y restèrent quelque temps. Certains d’entre eux prirent plus tard le train du nord, accompagnés par Issaka Samy qui s’était installé dans la capitale dahoméenne et facilita, par exemple, le passage de l’unité de Amadou Abdou en soudoyant les gendarmes de Bembèrèkè, au nord de Parakou75.

Carte 12.1 – Itinéraires des commandos se rendant au Niger.

Carte 12.1 – Itinéraires des commandos se         rendant au Niger.
  • 76 Le Niger, 23 nov. 1964 (+ interrogatoire Amadou Abdou) ; télégramme Génédef Dakar à (...)

35Cependant, l’assistance dahoméenne allait plus loin que le fait de fermer les yeux. Bien que les commandos restaient enfermés lors de leur escale de Porto Novo et de Cotonou, il n’est pas possible que les autorités aient ignoré leur présence – Amadou Abdou et ses camarades passèrent un mois à Cotonou. Cotonou était le siège du gouvernement et des ambassades étrangères, y compris celle du Ghana, qui devait jouer un rôle dans la continuation du voyage des maquisards. La capitale elle-même abritait la direction nationale de la gendarmerie et Dan Galadima résidait juste derrière le camp des Gardes républicains, dans la partie ouest de la ville. En d’autres termes, les autorités dahoméennes offraient sciemment leur protection aux commandos. En fait, Porto Novo devint un véritable « poste de commandement », géré par Issaka Samy et un certain Maman, en dehors du chef d’État-major lui-même. Au vu de l’effectif total des maquisards transférés dans les zones d’infiltration (sur quoi nous revenons plus loin), l’endroit a dû être animé par les allées et venues des hommes. Les services français en parlent comme d’un lieu sûr pour eux. Galadima avait trois voitures avec des chauffeurs dahoméens, et il obtint l’aide des Dahoméens pour l’hébergement des commandos – y compris celle du directeur de la chambre de commerce de Cotonou. Mais il n’est pas certain que Porto Novo servait aussi de centre de distribution d’armes, bien que Chaffard suggère que celles-ci avaient été distribuées en territoire dahoméen76. Le gouvernement aurait trouvé risqué d’avoir, dans le pays, des hommes en armes qui n’étaient pas sous son contrôle, et la plus grande partie de l’armement attendait dissimulée dans les caches d’armes, au niveau des zones frontalières du Niger.

  • 77 Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou) ; Premier ministre. SDECE. Des (...)
  • 78 Chaffard, Les carnets secrets, 321 ; Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire (...)

36Joseph Akouété joua un rôle crucial dans l’acheminement des commandos des camps du Ghana à la capitale du Dahomey. Cela était dû à ses origines togolaises, utiles pour négocier le passage à travers le Togo. Le vieil allié de Bakary pouvait, à cet égard, mobiliser ses contacts dans l’opposition togolaise, bien que certains indices laissent croire qu’il n’était pas sans relations avec la présidence – sa demeure était en fait proche du palais présidentiel. Dans ce travail, il était assisté par un syndicaliste nigérien (un certain Tiana) qui avait des activités dans le secteur du transport à Lomé. L’ancien secrétaire général de l’Association Daho-Togo du Niger conduisit ainsi, dans un véhicule du parti, les hommes de l’unité de Amadou Abdou de la capitale togolaise à Porto Novo, où on le vit de façon régulière, très probablement parce qu’il y amenait de nouveaux groupes de commandos77. Bien entendu, de nombreux hommes ont dû faire le voyage de la capitale dahoméenne sans l’assistance de Akouété – seuls ou avec l’aide d’autres agents de liaison. Par exemple, Djibrilla Dembélé, le boxeur de Niamey et élève de Marnia, traversa, en compagnie de ses camarades, la frontière Ghana-Togo avec un guide non identifié qui les quitta après avoir organisé leur passage. Pour ces petits groupes qui voyageaient jusqu’à Porto Novo, la partie du trajet du Ghana à la frontière nigériane était, dans tous les cas, la plus sûre, bien que la section togolaise n’était pas sans risque, comme le montre le fait que les unités de Amadou Abdou et de Djibrilla Dembélé furent toutes deux retenues à Lomé avant de pouvoir continuer sur le Dahomey78.

  • 79 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Le Niger, 21 juin 1965 et 26 oct (...)

37Dans la mesure où les unités ne s’étaient pas entièrement constituées au Ghana, elles prenaient forme en arrivant à Porto Novo. Les membres des unités s’étaient parfois entraînés dans différents camps – comme ceux qui étaient sous commandement de Aba Kaka, le chef de canton déposé de Bosso – et se mettaient donc ensemble une fois au Dahomey. Il leur arrivait aussi de venir individuellement, comme ce fut le cas des commandos qui formeraient la brigade de la région de Madarounfa. D’autres, comme Maman Alké et un compagnon de route, se rendirent à Porto Novo où Dan Galadima leur apprit qu’ils devaient continuer sur le Nord Nigeria pour s’intégrer à une unité qui y avait déjà été mise en place. En règle générale, la composition définitive des unités s’établissait au niveau des zones frontalières du Niger. À Porto Novo, les commandos recevaient aussi leurs instructions, en intégralité ou partiellement. Le chef d’État-major donna ainsi à Maman Alké un message cacheté, à remettre à son « chef de groupe » (i. e. chef militaire), Dandouna Aboubakar. La procédure indique des efforts tendant à l’indispensable maintien du secret79.

  • 80 Mémorandum pour l’opération révolution.

38Les Ghanéens apportèrent leur aide à la poursuite des voyages. Alors que le Sawaba pouvait escompter sur l’assistance de son réseau de cellules au Nigeria, Ousmane Dan Galadima demanda à ce que les attachés des ambassades ghanéennes à Cotonou et Lagos aident à « l’acheminement sans délai » de ses hommes. Ils devaient traverser le Dahomey pour arriver à Say et Gaya, ainsi qu’au Nord Nigeria par Ilorin et Bida. Ilorin abritait une cellule de sympathisants depuis 1959 et Bida se trouvait à mi-chemin entre cette ville et Kaduna, la capitale de la région. À partir de là, il était prévu que les commandos se disperseraient chacun vers sa destination : à ce sujet, Dan Galadima mentionne le quartier général de Kano ; Katsina, le centre de ralliement ; Rouma (Ruma), une bourgade à quelque 25 km au sud de Jibiya (après l’arrestation de Malam Karégamba, cette base fut provisoirement évacuée) ; Funtua, à mi-chemin entre Zaria et la base de « Goussao », sur la connexion ferroviaire menant au dépôt d’armes de Kaura Namoda (« Goussao » et Kaura avaient été repérés) ; Magaria, le secteur d’infiltration d’unités comme celle de Kanguèye Boubacar ; et Dikwa, qui se trouve à quelques 75 km à l’est de Maiduguri et était relié, par une piste campagnarde longeant la berge occidentale du Lac Tchad, à Bosso (carte 12.1). Ceci avait évidemment de l’importance pour les hommes de Aba Kaka80.

39Comme nous l’avons vu, plusieurs maquisards étaient déjà présents dans les zones d’infiltration en tant que membres de colonnes avancées. Ali Mahamane Madaouki et Kanguèye Boubacar se trouvaient au Nord Nigeria, comme l’avait révélé l’arrestation de Hamballi. Il en était de même de Assane Bizo – l’élève de Nankin qui avait fait du renseignement dans la région de Malanville – et Boubakar Djingaré (photo 12.3), qui se trouvait vers Sokoto avec Dandouna Aboubakar, établissant le contact avec les paysans et entraînant des jeunes gens du cru. De même, un autre élève de Nankin, Baro Alfari, était déjà stationné au Nord Dahomey, en compagnie de Issoufou Danbaro. Salifou Soumaila, le propagandiste de la Villa Lotus qui était très tôt allé en Chine, et Harouna Bonkourou, ancien caporal de l’armée française aguerri par son service en Indochine, avaient aussi rejoint leur zone d’opération. Siddi Abdou, le chef d’unité entraîné en Extrême-Orient, fut déployé dans l’Ader, entre Birnin Konni et Tahoua. Soumana Idrissa – en compagnie de qui Siddi était resté à Ansongo – se souviendra plus tard du fait que son camarade avait pris la route de Ménaka où il récupéra probablement ses armes dans une cache locale ; un certain Kanko lui servit d’agent de liaison dans l’Ader.

Photo 12.3 – Boubakar Djingaré, Niamey, 2005.

Photo 12.3 – Boubakar Djingaré, Niamey,         2005.
  • 81 Ibrahim Baro dit Tri Tri faisait aussi partie de l’unité de Siddi Abdou. Interviews (...)

40Nombre de ces hommes étaient des officiers dirigeants, bien que – comme l’indique la formation algérienne de certains – plusieurs d’entre eux étaient de rang intermédiaire. Deux autres commandants, Tini Malélé et Robert Seguinikin, vinrent se joindre à eux, le premier étant parti d’Accra dès le 2 septembre, et le second ayant quitté Ouagadougou pour sa zone, le 5. Ces chefs d’unité agissaient suivant les instructions en cours, qui furent affinées par la lettre de Bakary à Dan Koulou le 22 septembre, surtout en vue de prendre en compte l’arrestation de Hamballi. Chaibou Souley, qui opérait dans la zone du Centre, sous commandement de Dan Koulou, fut assigné aux « frères de Zinder », à savoir, l’unité de Kanguèye Boubacar. Bakary dit à Dan Koulou que si cette affectation compliquait son travail, il pouvait muter « Ibrahim » (Ibrahim Keita Moussa, un ancien instituteur) sur Zinder, le nommer commissaire de Kanguèye et expliquer aux hommes que Bakary avait « pris cette décision en dernier ressort ». Cette suggestion fut mise en œuvre. Un certain Boubé (peut-être Amadou Boubé, formé aussi à Nankin) dut renforcer la colonne de Siddi Abdou en qualité de commissaire politique81.

  • 82 Le Niger, 16 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Djibrilla Dembélé & Amadou Abdou) ; 2 (...)
  • 83 Saley Karma (= Sallé Karma ? ; voir chap. 9 n. 37), Halidou Ouallam, Issaka Hamidou (...)
  • 84 Ibid. + 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé) ; interview Aba Kaka, Bosso (...)
  • 85 L’élève d’Algérie qui a appris le morse avec Ali Amadou et Mounkaila Albagna. Chap. (...)
  • 86 Un homme du nom de Ballagué. On ne sait pas jusqu’où ils furent en voiture ni à que (...)

41Comme l’infrastructure du commandement était en place, les hommes de rang pouvaient rejoindre leurs unités. Plusieurs hommes reçurent des papiers d’identité avant de prendre la route, comme ce fut le cas de l’unité de Djibrilla Dembélé, tandis que d’autres voyagèrent sans papiers82, se fondant simplement dans les routines de l’itinérance ouest africaine. Bien que plusieurs hommes ont dû voyager sous la supervision d’un de leurs camarades, il est possible que la plupart des hommes de rang aient atteint les frontières du Niger en compagnie de leur chef d’unité ou commissaire politique (au cas où ces derniers ne se trouvaient pas encore dans les zones d’infiltration). Un certain Gouji, par exemple, homme de rang probablement entraîné au Ghana, et son camarade, un homme du nom de Niandou, voyagèrent avec Djibrilla Dembélé et leur commissaire, Dioumassi Albarka dit Waou, jusqu’à la frontière Ghana-Togo, puis Porto Novo, d’où ils continuèrent sur Malanville, sans chaperon sur ce dernier segment, puisque Issoufou Danbaro se trouvait déjà dans le Nord. De façon exceptionnelle, le chef du commandement de Bosso, Aba Kaka, accomplit la première partie de son voyage – sur Lagos – par voie aérienne. La plupart des commandos accomplirent leur itinéraire en voiture, louée ou procurée par le parti. Ainsi, Amadou Abdou et ses hommes83 gagnèrent Grand Popo en voiture de location (avant de poursuivre leur voyage dans un véhicule du parti), tandis que Dioumassi Albarka loua les services d’un taxi pour véhiculer son unité de Lomé à Cotonou84. D’autres, comme les hommes de Tini Malélé, voyagèrent par voie routière jusqu’en Haute-Volta, recueillant leurs instructions de Doudou Bondiaré85 au niveau d’une bourgade du nom de Boussiella avant de continuer sur Kougou, Ouagadougou et Bani, où ils firent halte pour se concerter sur les voies d’infiltration avec un militant qui y était stationné86.

  • 87 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé) ; interview Aba Kaka, Bosso, 13 fév (...)
  • 88 Interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003
  • 89 En excluant les hommes de rang formés à Alger, à propos desquels nous ne sommes pas (...)

42En fait, la logistique de l’opération était très au point. On peut en juger d’après le voyage de Gouji, Niandou et Djibrilla Dembélé, qui se rendirent par train jusqu’au Nord Dahomey en compagnie de Dioumassi Albarka, avant de prendre une voiture à la gare (sans doute Parakou, au terminus de la ligne) pour retrouver Hassane Djibo, l’élève de Nankin, qui était déjà à Malanville. Aba Kaka, lui aussi, poursuivit son voyage par train depuis Lagos jusqu’à Nguru, au nord-est de Kano, continuant ensuite en voiture87. Si les voyages du Ghana au Nord Dahomey et en Haute-Volta ne prenaient que quelques jours, tout au plus une semaine, ceux qui menaient au Nord Nigeria ont dû durer plus longtemps, sans doute dix à quinze jours pour atteindre les zones frontalières. Une fois arrivés dans ces parages, les commandos continuaient généralement à pied. Aba Kaka quitta Gashua, à l’est de Nguru, à pied, avant de prendre une autre voiture pour Maiduguri. Ces voyages pouvaient prendre énormément de temps comme les hommes de Mounkaila Albagna s’en sont aperçus lorsqu’ils ont dû marcher cinq jours avant d’arriver dans le secteur de Téra88. Il est impossible de donner des chiffres exacts sur le nombre total des hommes qui ont atteint la zone frontière de cette manière. Comme nous l’avons noté au chapitre 9, les services français estimaient, début 1963, le nombre de maquisards formés à 300. Chaffard donne un total de 240 combattants ayant atteint les zones d’infiltration, chiffre sans doute basé sur les estimations du régime, et il ajoute que 250 à 300 hommes se trouvaient encore dans les camps du Ghana. Ceci peut correspondre aux « plusieurs centaines » d’hommes qui, selon ce qu’avança plus tard le chef d’État-major, étaient impliqués dans les opérations89.

  • 90 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964.

43Le train d’opérations qui avait été mis en route fut accompagné d’une correspondance suivie, comme on peut le voir à travers l’ordre d’attaque de Bakary à Sallé Dan Koulou. Le leader du Sawaba remercia son commandant pour une lettre qu’il venait de recevoir de lui et donna de nouvelles instructions modifiant la composition des unités mentionnées ci-dessus, tout en promettant « d’écrire plus beaucoup plus tard ». Bakary cite aussi des instructions déjà données et mentionne la possibilité d’un contact entre les chefs d’unité et un « messager » de Porto Novo en cas d’urgence. Il ajoute qu’en ce qui concerne le renforcement de l’unité de l’Ader, des instructions avaient été envoyées à Kanko, qui les transmettrait à Boubé et Siddi Abdou. Tout ceci suggère l’existence d’un échange intense entre le quartier général, le centre de commandement et les zones d’infiltration, avec l’aide de militants désignés comme estafettes90.

  • 91 Mémorandum pour l’opération révolution ; communiqué : Bureau politique, 17 oct. 196 (...)

44Selon le mémorandum envoyé par Dan Galadima au BAA le commandement général était entre les mains d’un « comité restreint de l’État-Major révolutionnaire du Niger ». Cependant, ce vocabulaire était quelque peu ronflant puisque, ayant dû démarrer sous le coup de la capture de Hamballi, le commandement n’était pas encore tout à fait organisé. Il ne comportait pas une infrastructure complexe mais était constitué d’un petit nombre de cadres de haut niveau – certainement Dan Galadima lui-même, et peut-être Issaka Samy et Joseph Akouété. Dans la pratique, Galadima était à la tête des unités de commandos qui, prises ensembles, furent présentées dans un communiqué comme l’Armée nigérienne de libération (ANL)91.

  • 92 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009.

45Ainsi que nous l’avons vu, la stratégie d’ensemble que les forces du Sawaba étaient censées poursuivre était basée sur un plan qui faisait débuter les opérations à l’ouest du pays. Il n’est pas certain que cette idée ait été présente dès l’origine, mais elle était cruciale du point de vue de Bakary, peut-être parce que, dans ces régions Ouest qui étaient plus arides que le Centre et l’Est, il était plus difficile, pour les maquisards, d’être à couvert92. Mais il a pu aussi s’agir d’un affinement de dernière minute destiné à contrer les retombées des arrestations survenues dans les zones centrales et orientales, qui avaient besoin de temps (en termes de déplacements également) pour modifier et renforcer la composition de leurs unités. Par ailleurs, si le Sawaba frappait d’abord à l’ouest, là où le RDA avait sa base de soutien politique et le gros de ses ressources, cela pouvait empêcher le régime d’envoyer des renforts à l’est et son centre de commandement pouvait être plus rapidement paralysé.

  • 93 Le Niger, 21 juin 1965.
  • 94 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008.

46Si le leadership du Sawaba laissait aux unités une marge s’agissant du moment où il fallait passer à l’action – prenant naturellement en considération les conditions locales –, l’ensemble des premières attaques devaient se produire dans l’espace d’une semaine, sur toute l’étendue des frontières nigériennes de l’ouest et du sud. (Bien entendu, aucun assaut n’était prévu depuis les bases d’Algérie, puisque l’environnement du désert rendait la chose impraticable93.) Il fallait évidemment beaucoup de planifications pour tout ceci. D’abord, les unités allaient inévitablement opérer de façon largement indépendante les unes des autres. Les maquisards stationnés à la frontière nigéro-malienne n’étaient pas en contact avec ceux du secteur dahoméen94, sans même parler des unités qui œuvraient aux frontières nigérianes. Ensuite, toutes les unités devaient entrer en action durant la nuit du 26 au 27 septembre ou celle du 3 au 4 octobre, la semaine d’après. Il s’agissait là de soirées de samedi, choisies peut-être pour prendre le régime par surprise, du fait de la fermeture des services publics.

  • 95 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.
  • 96 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964.
  • 97 L’acronyme ANL par lequel les forces du Sawaba étaient connues pourrait aussi renvo (...)

47Comme cela avait été le cas auparavant, les commandos furent affectés à leur zone d’origine. La logique d’envoyer les hommes, suivant les mots de Dan Galadima, dans les régions qu’ils connaissaient95, était bonne, puisqu’elle devrait faciliter les contacts avec la population. Mais du fait de cette approche, les unités furent éparpillées le long des frontières étendues du Niger, et pour remédier à cet émiettement, Bakary ordonna à Sallé Dan Koulou d’« appliquer strictement le système des willaya [sic] car [il] ne [pourrait] plus s’occuper des autres96 ». On devrait naturellement consolider la prise en main des régions du Niger qui se seraient soulevées sous la conduite des commandos en même temps que le RDA s’effondrerait. D’où l’idée d’organiser les régions insurgées en zones de gouvernement autonome sous commandement décentralisé, ce qui remédierait aussi au problème du manque de contact entre les unités de secteurs différents. L’inspiration algérienne, si prédominante dans la formation des hommes de rang intermédiaire, est évidente ici97.

  • 98 Mémorandum pour l’opération révolution.

48L’éparpillement des unités de commandos montre aussi que le Sawaba visait la conquête des zones rurales du Niger. Comme nous l’avons vu, l’instruction chinoise à la guérilla tendait à gagner d’abord la paysannerie. Cette inspiration maoïste a dû jouer un rôle, bien que les élèves d’Algérie aient aussi été mis au fait de l’importance des campagnes. Cependant, dans un pays massivement rural comme le Niger, où les centres urbains étaient encore sous-développés, la conquête des campagnes était une condition objective de la victoire. Ainsi, Dan Galadima fit savoir au BAA que les unités avancées de la zone de Jibiya étaient en route pour les régions de Maradi et Dosso « pour recruter des paysans à l’appui de [la] cause98 ».

49Toutefois, ceci ne signifie pas que la stratégie du mouvement excluait les villes. Les centres du pouvoir s’y trouvaient et, comme nous le verrons plus loin, elles seront la cible d’attaques de commandos : mais pour y arriver, les maquisards devaient d’abord traverser les zones rurales. La destruction de la tour de télécommunication de Niamey et le ciblage de lieux liés à l’armée à Zinder, s’ajoutant aux contacts établis auparavant avec l’armée nigérienne, indiquent que l’idée d’une prise de contrôle armée du cœur du pouvoir avait toujours fait partie de la stratégie adoptée. La formation de Nankin incluait aussi la préparation d’un coup d’État. Ce type d’actions ne pouvait que se focaliser sur la capitale, renforçant ainsi la dimension urbaine de la stratégie du mouvement.

  • 99 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : Étude sur (...)
  • 100 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.
  • 101 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; L (...)

50La notion d’attaques pratiquement synchronisées sur les villes et les campagnes, à travers l’ensemble du territoire, le tout dans l’intervalle d’une semaine, montre que le leadership espérait écraser rapidement le régime et s’emparer du centre du pouvoir, dans des conditions peut-être précipitées par les opérations à l’ouest. Niamey fut donc désigné zone d’opération spéciale, séparée des trois autres zones définies par les planificateurs du Sawaba99. Cependant, en accord avec leur état d’esprit, ils ne cherchaient pas à exécuter un coup d’État ordinaire, mais quelque chose qui ferait partie d’une insurrection populaire contre la ligue franco-RDA. Ceci impliquait que l’action militaire dans la capitale, ou contre elle, devait prendre place aux dernières étapes de la lutte. Du coup, Niamey devint l’objectif final des commandos100, qui marcheraient sur la capitale soutenus par un soulèvement spontané du peuple101. En conséquence, comme lors des premières années d’infiltration où le Sawaba n’établit pas de priorité entre zones rurales et urbaines, la stratégie d’ensemble de ses forces visait à s’emparer des villes et des campagnes en un mouvement plus ou moins simultané, culminant par la suite dans la prise très rapide de la capitale. La stratégie combinait l’orientation rurale de l’instruction des commandos – résultat combiné des inspirations maoïste, algérienne et cubaine et des réquisits d’un théâtre d’action surtout rural – avec le background semi-urbain de nombre des militants. La vitesse inhérente à cette stratégie, tout en étant adaptée à la mentalité du mouvement, répondait à des nécessités induites par l’extinction prématurée de cellules et, peut-être, les difficultés du terrain ; en dehors de quelques secteurs, il y avait peu de possibilités d’action à couvert.

  • 102 Il est possible que ceci renvoie au fait que la prise de la capitale devait, pour l (...)
  • 103 Ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba.
  • 104 Voir chap. 10, niveau n. 24 ; ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; (...)

51Afin de mettre en œuvre cette stratégie, le leadership du Sawaba avait, à ce stade, divisé Le Niger en quatre secteurs, apparemment appelés « zones ». En dehors de celle couvrant Niamey, qui dépendait directement du leadership à Accra (mettant peut-être Porto Novo à l’écart102), il y avait une zone « Sud », « Ouest » et « Nord ». Couvrant les trois réseaux d’infiltration construits par le passé, les zones furent subdivisées en ce qu’une étude française appela des « régions103 ». Ainsi, la Zone Sud (carte 12.2), s’étendant de Konni à Nguigmi, consistait à présent en quatre régions : 1. Konni-Tahoua-Madaoua, avec Sokoto comme hinterland et sous supervision de Dandouna Aboubakar ; 2. Maradi-Tessaoua, commandée par Sallé Dan Koulou ; 3. Zinder-Magaria-Matamey-Tanout, à présent sous la houlette de Kanguèye Boubacar ; et 4. Gouré-Maïné-Soroa-Nguigmi, dirigée par Moustapha Oumar104. Cette subdivision était plus raffinée que celle qui existait auparavant. Par exemple, par le passé, Dandouna Aboubabar devait s’activer sur une aire d’opération bien plus large, tandis que la région de Madarounfa, dont le terrain avait fait l’objet de repérages par Hamballi, se trouvait à présent assignée au secteur distinct Maradi-Tessaoua, sous contrôle du commandant général de la Zone Sud, Dan Koulou. Cette division régionale, qui a dû se recouper partiellement dans les cas des secteurs Zinder-Magaria et Maradi-Tessaoua, correspondait aux cibles urbaines qui se trouvaient au cœur de chacune de ces régions.

Carte 12.2 – La « Zone Sud ».

Carte 12.2 – La « Zone Sud ».
  • 105 Mémorandum pour l’opération révolution. Alors que le mémorandum est conservé au PRO (...)
  • 106 La Zone Nord, bien que devant demeurer inactive, relevait de la responsabilité de A (...)

52La Zone Ouest (carte 12.3) était toujours constituée de trois régions, mais l’étude française donne une autre subdivision, excluant Tahoua, bien que cette dernière pouvait être atteinte plus aisément depuis Ménaka au Mali qu’à partir de l’hinterland de Sokoto. Selon les Français, la région la plus à l’est de la Zone Ouest avait comme limites Dosso et Gaya. Ceci est en accord avec le « plan d’attaque » que Dan Galadima avait joint à son mémorandum au BAA en septembre, citant « Doutchi » comme confins oriental105, i. e. faisant de la frontière nord-ouest du Nigeria avec Le Niger (à l’ouest de Sokoto-Birnin Konni) la borne des opérations dans cette zone. La partie orientale de la Zone Ouest couvrait non seulement Gaya et Dosso, mais aussi, selon les Français, Say – en d’autres termes, tout l’espace compris dans le ressort des unités dahoméennes (mais aussi de quelques unités voltaïques). Les deux autres régions n’avaient pas changé : il s’agissait toujours de Téra sur la rive droite, et, sur la rive gauche, de Tillabéri-Ayorou-Méhana (bien que cette dernière se trouvait de l’autre côté du fleuve). Le commandement général de la Zone Ouest était entre les mains de Tini Malélé et Idrissa Arfou106.

Carte 12.3 – La « Zone Ouest ».

Carte 12.3 – La « Zone Ouest ».
  • 107 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S et Le Niger, (...)
  • 108 Le Niger, 21 juin 1965.
  • 109 Chap. 9 n. 364.
  • 110 Voir n. 112 ci-dessous.
  • 111 Le Niger, 21 juin 1965 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no  (...)

53Les commandos devaient mettre leur stratégie en œuvre en organisant de nombreuses attaques de courte durée à travers l’ensemble du territoire, « en vue d’impressionner les masses » et de créer l’image d’une anarchie totale107 – manifestement afin d’amener la population à constater que le RDA était en train de perdre le contrôle et à considérer qu’elle pouvait sans crainte se rallier aux combattants du Sawaba. Le plan d’attaque comprenait donc une longue liste de cibles, dont des postes de douane et des postes administratifs, mais aussi des dépôts d’armes, des bureaux de postes et télécommunications, d’autres bâtiments contenant des fonds publics et même des terrains d’aviation et des dépôts de carburant. « Certaines personnalités connues pour leurs opinions pro-gouvernementales » devaient être liquidées108, ce qui faisait partie depuis le début de la stratégie des commandos, comme on peut le juger d’après le serment d’allégeance prêté au Ghana109 et l’arrestation de Mahaman Leiyi et d’autres membres de l’unité de Maradi. Les « ordres et directives aux missions110 » que les commandos portaient avec eux et qui précisaient le plan d’attaque par des instructions destinées à chaque unité, citent les personnes visées. Ces listes comprenaient des responsables locaux, des chefs coutumiers et d’autres notabilités. Les ordres de mission incorporaient aussi des résumés du plan d’attaque et des listes (codées ou non) de sympathisants du Sawaba à contacter au cours de l’infiltration. Si la brièveté qui devait marquer les assauts implique qu’ils devaient se produire sous la forme d’opérations éclair, le plan d’attaque visait aussi à « l’implantation d’éléments subversifs partout à la fois », i. e. juste après le début de l’invasion111.

  • 112 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Maman Alké) ; Chaffard, Les carnets secrets, (...)

54Durant les phases initiales, cependant, les unités devaient se ménager des « voies de retraite » et des cachettes – des demeures paysannes par exemple. À ce stade, les postes de douane étaient des cibles évidentes, étant donné leur emplacement éloigné et l’impopularité des douaniers. Ces lieux étaient susceptibles de détenir des liquidités qui pouvaient s’avérer utiles. Puis on passerait à d’autres localités isolées. Les maquisards devaient établir au niveau de toutes les cibles le nombre d’agents de la fonction publique et les moyens de défense, les voies d’approche et les points d’interception. Les dépôts d’arme étaient des cibles logiques, puisqu’ils pouvaient servir à renforcer l’armement des commandos et à équiper ceux qui se joindraient aux hommes du Sawaba. Tout en mettant la main sur les services gouvernementaux dotés de fonds, les maquisards devaient confisquer les ressources de grands commerçants ou de producteurs d’huile d’arachide – « biens des ennemis de la révolution », souvent propriété française et cibles des ressentiments du petit peuple. Ils reçurent aussi la notification d’identifier des « personnes susceptibles d’être rançonnées112 ».

  • 113 Ceci provient d’une confession d’un commando sous interrogatoire, qui a pu parler s (...)
  • 114 Morillon, « La tentative insurrectionelle » ; G. Comte, « An Assassination that Fai (...)

55Le sabotage des dépôts de pétrole devait évidemment paralyser la mobilité du régime. Les ordres et directives aux missions prescrivirent aussi de couper les lignes télégraphiques et téléphoniques, une tactique dont Leiyi, le militant de Rogogo, avait déjà admis la pratique pour la région de Tessaoua. Les routes devaient être piégées, les ponts et bacs détruits et – peut-être113 – les puits empoisonnés. On se rapprocherait ensuite des localités plus importantes, et on ciblerait, parmi les positions gouvernementales, les résidences des chefs de circonscription et des commandants de cercle ainsi que les casernes des gardes de cercle. Les commandos devaient aussi s’introduire par force dans les centres de détention et libérer les prisonniers politiques (et peut-être d’autres) afin de renforcer leurs rangs. Cette phase comprendrait aussi l’occupation des terrains d’aviation, objectif important puisqu’il permettrait aussi de bloquer l’assistance étrangère au régime. Finalement, une fois arrivés dans la capitale, les maquisards devaient d’abord faire sauter trois châteaux d’eau et saboter l’alimentation électrique, les connexions téléphoniques et les dépôts de carburant de Shell et de Mobil Oil. Ils devaient aussi chercher à réduire au silence Radio Niger. Puis les unités prendraient le contrôle de l’aéroport, du principal dépôt de munitions, du siège de la gendarmerie et du commissariat central114.

  • 115 Le Niger, 21 juin 1965 et entretien avec Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.
  • 116 Voir les diverses sources (archives françaises, interviews, etc.) utilisées dans ce (...)

56Les unités furent effectivement déployées sur – entre autres régions – le nord-est nigérian, aux confins de la région de Bosso (une unité ou plus) et la région de Matamey-Magaria tandis qu’un groupe plus large était dépêché dans les environs de Madarounfa, au sud de Maradi. Ce déploiement toucha aussi la région de Konni et, plus au nord, celle de l’Ader, et plusieurs unités couvrirent le secteur de Gaya ainsi que celui de Dosso, vers le nord. Plusieurs groupes de commandos partirent des territoires dahoméen et voltaïque en direction de Say, deux ou trois unités furent déployées sur la région de Téra, et un nombre non spécifié sur Gothèye-Dargol, Ayorou et Tahoua : ceci renvoie au stationnement de troupes au niveau d’au moins trois villes maliennes (Tessit et Ménaka, tous deux bases satellites de Gao, et Ouatagouna). Les maquisards en route pour Tahoua ne ressortissaient peut-être pas d’une seule unité et venaient – en dépit des difficultés que cela implique – aussi bien de l’hinterland du Nigeria que de celui de Ménaka115. Ce déploiement correspondait plus ou moins à la division en zones et régions, mais si la taille moyenne des unités tournait autour de sept membres, et si le nombre d’hommes dépêchés à ce stade se montait à au moins 250 personnes, peut-être plus, le nombre total d’unités de commandos atteignait le chiffre de 35. Du coup, la liste ci-dessus, tirée d’une source du gouvernement nigérien et confirmée par plusieurs autres116, n’est pas exhaustive, bien qu’elle donne une idée de l’extension géographique des unités et de leur emplacement qui, comme nous le verrons plus loin, évolua avec le temps et les vicissitudes des opérations. Nous avons vu au chapitre 9 que la taille moyenne des unités était petite, ne dépassant généralement pas cinq à dix hommes, sans doute afin de passer inaperçu aussi longtemps que possible. Cependant, certains groupes étaient plus importants ou s’accrurent par la combinaison d’unités différentes juste avant l’attaque, ou encore franchirent les frontières en un seul groupe avant de se scinder en plusieurs détachements de petite dimension.

  • 117 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et 18 déc. 2009 ; Djibo Foulan, (...)
  • 118 Interviews, Zinder : Ali Mahamane Madaouki, Oumarou Janba, Tahir Moustapha, (séparé (...)
  • 119 Certainement dans le second cas. ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba (...)

57Une exigence tactique importante à laquelle étaient soumis les commandos était l’interdiction de tirer « sur le peuple ». Ainsi, Soumana Idrissa, élève de Son Tay affecté au secteur d’Ayorou, reçut l’ordre de ne pas ouvrir le feu sur les paysans du cru. Selon Djibo Foulan, le paysan-marabout sawabiste de la localité voisine de Bandio, l’instruction venait personnellement de Bakary. La même directive avait cours dans le secteur de Téra, infiltré par le tailleur d’Ayorou, Daouda Hamadou117. Les entretiens menés dans les régions Centre-Est montrent clairement que l’ordre était général : Ali Mahamane Madaouki se rappellera par exemple que ses hommes et lui-même avaient pour instruction de ne pas tirer sur la population, même lorsqu’elle avait été soulevée contre eux. Les membres de l’aile interne de Zinder comme Oumarou Janba et Tahir Moustapha confirment le fait (mais forcent le trait en soutenant que les commandos n’étaient même pas autorisés à tirer sur les cadres de l’administration et que leurs armes étaient destinées à leur protection personnelle : les fonctionnaires faisaient cependant partie du régime et les commandos portaient aussi des armes offensives). Comme le remarque l’étudiant Sawaba Bachir Boukary, également de Zinder, ils avaient permission de tirer sur les porteurs de tenue et cette autorisation s’étendait manifestement à tous ceux qui étaient, en substance, des représentants du régime. Néanmoins, l’instruction de ne pas porter atteinte à la population était explicite et la pratique fut corroborée non seulement par Amadou Diop (l’un des commandos les plus résolus)118, mais aussi par les services français qui, à deux reprises, constatèrent le manque de volonté belliqueuse et agressive de la part des maquisards. Si cela a dû en partie résulter des aléas du conflit119, cette attitude tactique n’était pas surprenante, étant donné le rôle assigné à la population dans les calculs devant mener à la déroute du RDA.

  • 120 Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964 et chap. 10, niveau n. 178-179, parlant d’entraînement (...)
  • 121 Maman Alké assure avoir été une fois battu par le chef d’unité Dandouna Aboubakar. (...)
  • 122 Tel que le MAC/50/9 ou le Toukarov.
  • 123 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 17 au 23 mai 196 (...)

58Mais comme le plan d’attaque et les ordres de mission le montrent clairement, le changement de régime n’allait pas être pacifique. Les commandos constituaient une force militaire dont les hommes étaient, selon les Britanniques, bien entraînés (ce qui confirme les renseignements des Français120) et dont l’obéissance était maintenue par une discipline stricte, voire de la coercition occasionnelle121. Comme Sallé Dan Koulou l’avait mis en évidence dans la zone de Rogogo par le passé, ceux qui se montraient hostiles aux maquisards pouvaient s’attendre à goûter à la violence des commandos. L’armement confirme leurs buts offensifs. L’équipement standard comprenait des pistolets de divers types (allemand, tchèque ou russe122 de calibres différents : parfois des armes à feu normales, mais souvent des semi-automatiques à visées défensives) et des grenades, de fabrication française ou autres, destinées à l’assaut. Des cartouches et des centaines de munitions personnelles, d’origine belge ou autres, complétaient cet armement auquel s’ajoutait une variété de fusils de provenance diverse : Mausers, carabines, fusils de 20 mm, mousquets et d’autres armes de petit calibre, armes de fabrication locale et fusils de chasse. De plus, la plupart des unités étaient équipées d’une ou plusieurs mitraillettes, en contraste avec les armes semi-automatiques (comme le MAT 49, l’AK 47 – chinois ou autres –, et le MP 43 allemand de la Seconde guerre mondiale). Ainsi, bien que l’armement fût disparate, les fameux bâtons recommandés aux unités de Téra n’étaient pas nécessaires. Le reste de l’équipement en armes et en munitions devait provenir des attaques contre les positions du gouvernement123.

  • 124 Le Niger, 21 juin 1965.
  • 125 Suivant une source gouvernementale et confirmant des renseignements français. Le Ni (...)
  • 126 Ils devraient bientôt demander ou acheter à manger auprès de paysans sympathisants, (...)
  • 127 « Événements survenus… 17 au 23 mai 1965. »
  • 128 Le Niger, 26 oct. et 23 nov. 1964 ; « Événements survenus… 7 au 13 sept. 1964 » ; S (...)

59Les commandos étaient, en fait, armés de pied en cap, ce qui indique la gravité de la menace qu’ils représentaient. Selon le régime lui-même124, la plupart des unités possédaient des jumelles, une trousse médicale et un compas, tandis que d’autres avaient des radios transistor ou des récepteurs radio125. Cependant, il se peut que la situation ait été quelque peu exagérée (bien que le régime ait eu intérêt à donner une image d’amateurisme et de manque de préparation de la part des commandos) : d’autres témoignages soulignent la nature élémentaire de l’équipement, bien que l’usage de compas, et peut-être de jumelles, pouvait n’avoir rien eu de particulièrement exceptionnel. Les maquisards prirent le chemin de la frontière en emportant, bien entendu, une certaine quantité de nourriture pour les premiers jours126, des bidons d’eau, un peu d’argent. Certains se munirent de couverture, d’une casquette, parfois de vêtements supplémentaires (pantalons, quelques chemises127). En plus, la plupart des unités portaient des gris-gris, tels que des cauris, des peaux de singe, des bouts de papiers avec des inscriptions coraniques, symboles mystiques ou amulettes d’invulnérabilité. Bien que rompus aux leçons marxistes de la guerre de guérilla, les commandos du Sawaba avaient été élevés dans les traditions du soufisme et devaient donc satisfaire leurs besoins religieux ou apaiser leurs angoisses à travers des moyens spécifiques (les militants de l’intérieur faisaient de même, comme c’était le cas du syndicaliste Hima Dembélé qui gardait toujours un sac d’amulettes dans sa chambre). Ces objets pouvaient aussi faire partie d’un déguisement, comme dans le cas d’un Ali Mahamane Madaouki qui se faisait passer pour un marabout itinérant. Madaouki se vêtait parfois aussi en paysan, portant une houe pour rendre son apparence plus réaliste, tandis que d’autres camarades se faisaient passer pour des négociants itinérants, des travailleurs migrants, des mendiants. Des faux papiers d’identité et des pseudonymes et sobriquets pour les hommes comme pour les unités complétaient l’affaire128.

  • 129 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964 ; Note de renseignements. ambassade (...)
  • 130 Détail suscitant l’incrédulité des agents français du BCL. Interview Boubakar Djing (...)
  • 131 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. et 7 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 7 (...)
  • 132 Le Niger, 21 juin 1965 ; entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 200 (...)

60On portait les munitions dans des sacs, les armes de petit calibre étaient cachées dans des boîtes de conserve, qui étaient ensuite scellées – ou d’autres fois, on les mettait dans les sacs de voyage, et même les valises129. Plusieurs unités avaient en fait des porteurs130 chargés des équipements lourds, tandis que d’autres transportaient leurs armes et leurs munitions à dos d’âne ou avec l’aide de ce symbole du petit peuple, le chameau131. Si cela augmentait la taille des unités et les transformait en petits convois, on parvenait aussi de cette façon à porter les documents qu’on apportait avec soi : ordres et instructions de mission, correspondance et propagande tels que les tracts et les photographies du redresseur des torts, carnets d’instruction utilisés à Nankin, et listes de cadres domestiques à contacter, en code ou en texte clair132 : on était un mouvement social qui rentrait chez soi.

Octobre

  • 133 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et 18 déc. 2009 ; Mounkaila Alba (...)

61Les hommes de l’unité de Soumana Idrissa, ayant reçu l’ordre d’entrer dans l’ouest du Niger, se déplacèrent lentement à travers les zones frontalières, après avoir récupéré leurs armes dans une cache proche de la frontière. Comme pour la plupart des commandos, les maquisards (environ une dizaine) ont dû voyager au cours de la nuit, et, venant du village de Ouatagouna, ils prirent la route de Ayorou, le long de la rive gauche, à travers la brousse. Se dirigeant vers Firgoun, juste au nord de Ayorou, ils prirent position près d’un hameau du nom de Yassane, entre la frontière et le village de Eleouayene. « El Mali », comme ils appelaient leur unité pour indiquer la zone à partir de laquelle ils opéraient, allait attaquer le poste administratif de Ayorou. Certains des hommes avaient peur. Les pluies d’hivernage avaient cessé depuis longtemps, la brousse devenait sèche et l’herbe avait jauni, si bien qu’il était difficile de se cacher133.

  • 134 Interview Soumana Idrissa, 1er nov. 2005 ; Le Niger, 23 nov. 1964 et 21 jui (...)
  • 135 Interview Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005, qui assure que l’un de ses camar (...)

62Ils eurent la surprise d’être attaqués aussitôt après avoir franchi la frontière. Le régime avait mobilisé les populations locales et des « paysans » (des miliciens du RDA) affrontèrent l’unité avant qu’elle ne puisse monter à l’assaut du poste gouvernemental134. Soumana Idrissa essaya de répondre aux tirs, mais son arme s’enrailla. Puis elle remarcha, mais face à une telle opposition (surtout des bergers mobilisés par le RDA), les hommes prirent peur et décidèrent de battre en retraite. Idrissa et deux de ses compagnons, un certain Souley Gonni et Mohamadou Ayouba, retournèrent dans les bois, en direction de la frontière, à Labézanga. Les autres commandos auraient déjà pris la fuite. L’infiltration en territoire nigérien avait duré deux jours. Il n’y eut pas de victimes, ni d’un côté, ni de l’autre135.

  • 136 Chaffard, Les carnets secrets, 324, basé sur des sources liées au régime qui niait (...)
  • 137 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Morill (...)

63On ne connaît pas la date exacte de cet accrochage, mais il semble que les commandos de l’Ouest ont effectivement attaqué en premier – exactement comme Bakary l’avait ordonné. Selon Chaffard, les premières hostilités éclatèrent près de Gothèye, non pas dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 septembre, ni non plus dans celle du 3 au 4 octobre, mais le vendredi 2. Il apparaît qu’un groupe commando avait été détecté de façon prématurée, ce qui a conduit à de violents échanges entraînant la mort de plusieurs miliciens du RDA. Mais ce succès fut suivi de l’arrestation de presque tous les commandos impliqués136. Le jour suivant probablement, l’unité d’un certain Hassane Moussa fut prise dans une fusillade à Botou, un village voltaïque sur la frontière nigérienne, dans le secteur de Say. Les quatre ou cinq hommes faisaient partie d’une compagnie de reconnaissance qui devait prendre contact avec quelqu’un qui leur offrirait un gîte et des armes. De Botou, ils devaient entrer au Niger avec un groupe de cinq maquisards en provenance du Nord Dahomey, pour s’emparer du poste gouvernemental local, attaquer la prison et inciter la population à se joindre au soulèvement. Cependant, le groupe de reconnaissance tomba sur une patrouille armée et Moussa et un de ses compagnons furent blessés – Moussa succombera à ses blessures lors de sa tentative de fuite137. Les autres furent arrêtés. Comme nous le verrons plus loin, d’autres unités de l’Ouest engagèrent le combat au cours des premiers jours d’octobre, y compris celle de l’élève de Nankin, Assane Bizo, partie de Malanville le 3 octobre pour la région de Say. Le groupe dirigé par Tini Malélé et celui qui comprenait Robert Seguinikin commencèrent aussi à opérer au début de ce mois.

  • 138 Abdou Iddi est aussi connu comme membre du « commissariat politique » dans « l’État (...)

64En Zone Sud, une unité de commandos intervint à Madarounfa au matin même du dimanche 4, attestant de la planification militaire du Sawaba. Le fait que le coup ait été dirigé par le commandant de zone lui-même, Sallé Dan Koulou, a dû jouer son rôle. Dan Koulou avait assemblé, à Kano, en fin septembre, un groupe de commandos dont les membres gagnèrent séparément la frontière. L’effectif était de 16 hommes au total, dont quatre porteurs sans armes. Les maquisards, tous pourvus de fusils, de pistolets semi-automatiques, et certains, de mitraillettes, comprenaient parmi eux des cadres importants, comme Abdou Iddi, l’enseignant formé en Extrême-Orient ; Yacouba Issa, qui avait été à la Villa Lotus et était chargé du transport de l’équipement ; Mallam Kalla, qui avait recruté des hommes dans les environs de Madarounfa ; et Hamissou Dadi Gaoh, qui avait été en Chine pour y être formé et travaillé à la radio et qui était chargé des opérations de reconnaissance (photos 12.4 et 12.5138).

Photo 12.4 – Abdou Iddi (Sawaba, déc. 1964).

Photo 12.4 – Abdou Iddi (Sawaba, déc. 1964).

Photo 12.5 – Mallam Kalla (Sawaba, déc. 1964).

Photo 12.5 – Mallam Kalla (Sawaba, déc. 1964).
  • 139 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Le Niger, (...)
  • 140 Pertes gouvernementales in Fiche sur les événements qui se déroulent au Niger depui (...)
  • 141 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; T.R. Shaw, amb (...)

65La taille importante de ce groupe s’explique par le fait que Madarounfa, située au sud de Maradi – capitale économique et vieux fief du Sawaba – n’était pas dénuée d’importance (carte 12.2). La prise du bureau de douane pouvait envoyer un signal fort à la population de Maradi et le ralliement de cette dernière pouvait aider à renverser l’équilibre des forces dans une région clef. Madarounfa avait eu une cellule du Sawaba depuis l’époque de l’entrée en clandestinité du parti et de nombreux habitants de la localité détestaient le chef de la région, le Sarkin Katsina de Maradi (qui avait grandement contribué à la destruction du Sawaba en 1958). Après un voyage sur Koutoua et Kaoura – villages nigérians ? –, les commandos établirent un campement dans la brousse et reçurent leurs armes139. Dan Koulou avait l’intention de s’emparer du bureau de douane, de saisir ses fonds et de liquider le chef du poste gouvernemental de l’endroit. Les hommes franchirent la frontière et, à leur arrivée dans le secteur de Madarounfa, cachèrent une partie de leurs armes et se divisèrent en deux groupes. Avant 5 heures du matin, ils attaquèrent l’établissement de douane à l’aide de fusils et de mitraillettes, peut-être des grenades aussi, se saisissant d’une mitraillette allemande et de trois MAS 36, tuant un fonctionnaire et blessant un autre. Ils réussirent à prendre le poste140. Succès partiel : au début de la matinée, les autres agents du poste lancèrent l’alarme et, en attendant des renforts de Maradi, affrontèrent les commandos dans un échange de tirs nourris, parfois à bout portant apparemment. Un déluge de feu se déchaîna, auquel les maquisards tâchèrent de répondre. L’un d’entre eux aurait continué à mitrailler jusqu’à se trouver à court de balles. Des armes s’enraillèrent et les deux groupes de commandos furent contraints de battre en retraite sous la conduite de Dan Koulou, laissant un de leurs camarades, Garba Madarounfa, sur le carreau141. Il y eut deux prisonniers, pris avec leur mitraillette (et leurs documents) : Mallam Kalla et Abdou Iddi, dont les qualités respectives d’agent recruteur et d’élève de Nankin montrent qu’ils n’étaient pas sans importance.

  • 142 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 28 sept. au 4 oc (...)

66Comme à Ayorou, les affrontements ont révélé un problème avec les armes, parfois vieilles et usagées, et donc peu fiables. Par ailleurs, comme dans les régions de l’Ouest, l’assaut a révélé que les forces du régime, constituées surtout de milices du parti, étaient déjà en alerte, du fait des évènements des mois précédents. Le dimanche 4 octobre encore, le chef du village de Madarounfa et le patron de la section locale du RDA mobilisaient les milices. Les maquisards se trouvaient à présent en grand danger, puisque la savane aride n’offrait guère d’abris et l’ennemi disposait de chevaux lui conférant une grande mobilité. Le soir de ce même jour, Hamissou Dadi Gaoh et Barao Balla furent pris en brousse, à quelques kilomètres de Madarounfa. Deux de leurs camarades, Malam Souley (Amadou dit Souley Malam) et Maman (Ibrahim) Tchigui, furent mis à mort par des paysans d’un village des environs142.

  • 143 Interviews Mounkaila Beidari & Harou Kouka (ministre RDA), Niamey, 2 déc./26 nov. 2 (...)
  • 144 Ou Bouakara Abdou. Fraternité, 11 juin 1965 (interrogatoire Boubakar Djingaré) = Bo (...)
  • 145 Bulletin mensuel de renseignements, 1er-31 oct. 1964, no 472.3 - Konni ; AN (...)

67Cependant, bien que le régime ait été en état d’alerte, l’élément de surprise ne fut pas totalement absent. Tout en ayant des informations sur l’approche d’une attaque du Sawaba, le gouvernement n’avait aucune idée des endroits où les maquisards interviendraient143. La rapidité étant intégrée dans leur stratégie, les forces du mouvement posaient toujours une menace sérieuse. La nuit suivante, les 4-5 octobre, elles frappèrent à Konni, à un jet de pierre de la frontière nigériane. Ici, elles reçurent le soutien des paysans (des deux côtés de la frontière) et des anciens combattants de la Seconde guerre mondiale, qui avaient été à l’origine de la cellule locale. Des coups de feu furent tirés, mais on ignore ce qui s’est passé. Les hommes impliqués faisaient peut-être partie de l’unité menée par Dandouna Aboubakar, qui comprenait plusieurs commandos, dont Boubakar Djingaré, Maman Alké, Amadou Diop, Balkara Abdou144, un certain Amadou Dioffo et Daouda Ali dit Chang Kai-shek, qui avait auparavant été en mission dans l’ouest du Niger (1963) et devait son pseudonyme au fait que ses camarades le considéraient comme quelqu’un de méchant. Il est certain que ce groupe, dont plusieurs membres n’étaient pas originaires de la région, se trouvait déjà dans le secteur145.

  • 146 Dont un dénommé Saadi (= Sani Namadina ?). L’un des hommes qui aidèrent Yacouba à r (...)
  • 147 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964, qui le prend pour Yacou (...)
  • 148 Shaw à Lequesne, 15 oct. 1964 ; Le Niger, 26 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 (...)

68Alors que les évènements se suivaient à présent à une cadence accélérée, l’assaut de Madarounfa avait abouti à un désastre, et il y avait pire à venir. La traque des commandos produisit de nouveaux résultats. Le 5 octobre, un autre maquisard était tué (on ne sait qui). Yacouba Issa et quelques-uns des porteurs se dirigeaient, pendant ce temps, vers le nord-est, récupérant l’équipement qu’ils avaient laissé en arrière avant l’attaque. La nourriture commençait cependant à poser problème, menant les hommes à se séparer. Yacouba et d’autres146 prirent le chemin du sud, essayant d’atteindre Le Nigeria. Quatre hommes y réussirent et purent s’échapper à travers la frontière. Yacouba ne fut pas si chanceux, et il fut capturé, avec ses camarades, à côté du village de Dan Issa, entre Madarounfa et la frontière. Ils furent alertés par des coups de feu et se dispersèrent. Mais comme ils allaient à pied, ils ne purent échapper à la cavalerie qui les avait pris en chasse – Yacouba s’effondrant d’épuisement avant d’être rattrapé (vers le 9 octobre147). Le secteur devenait peu sûr, non pas seulement parce que les milices du RDA étaient à présent en état d’alerte maximum, mais aussi à cause de la période de la récolte qui attirait beaucoup de travailleurs dans les champs. Le 7 octobre, Sani Namadina et pire, Sallé Dan Koulou lui-même, furent pris par les miliciens après que la présence des commandos en état d’épuisement ait été détectée par des femmes du village de « Wakili Dogondawa ». En tout, huit ou neuf membres de cette escouade de seize hommes se trouvaient à présent aux arrêts, et d’importants documents, armes et munitions avaient été confisqués148.

  • 149 Chaffard, Les carnets secrets, 325. Travaillant sur la base de cette source (...)
  • 150 Interviews Amadou Ibrahim Diop & Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 13-14 févr. 2003.
  • 151 Abdou Adam, officiel du RDA, dira plus tard que Dan Koulou avait demandé de l’eau d (...)
  • 152 Communiqué : Bureau politique, 17 oct. 1964.

69L’arrestation du commandant de la Zone Sud était un coup de massue et le RDA en fit ses choux gras en affirmant qu’il avait été arrêté par des femmes. Chaffard, sur la base de sources proches du régime, ajoutera plus tard que ces dernières l’avaient battu avec des pilons149, ce qui est peu probable étant donné ses armes, mais ce qui, dans le contexte culturel du Niger, formait une anecdote évidemment destinée à humilier l’ennemi150. Dan Koulou ayant été pris pas très loin de Tessaoua, il se peut qu’il était en route pour son terroir et fut aperçu par des femmes qui alertèrent les autorités151. Le leadership du Sawaba essaya de faire bonne figure, avançant de façon extravagante que sa brigade de Madarounfa avait tué plus de 30 agents du gouvernement152.

  • 153 Il y a quelque confusion au niveau des dates. Voir les références d’archive ci-dess (...)

70Comme les unités agissaient de façon autonome, l’arrestation de Dan Koulou n’eut pas d’effet immédiat sur les opérations qui se déroulaient ailleurs. Peu après sa capture, une attaque spectaculaire eut lieu sur la rive ouest du Lac Tchad, à Bosso, dans la nuit du 7 au 8 ou dans celle du 8 au 9 octobre153. Prenant place dans des secteurs bien éloignés des aires centrales de la Zone Sud, cet assaut, et d’autres (les 8-9 octobre, il y eut une attaque à Konni) montrent que les forces du Sawaba étaient capables de respecter le programme établi et d’intervenir dans l’espace d’une semaine et demie tout au long des frontières du Niger – ce qui était en soi un exploit incroyable.

  • 154 Le Niger, 21 juin 1965.
  • 155 Rapport politique, 20 oct.-20 nov. 1964 (Bulletin mensuel de renseignements, no 417 (...)
  • 156 Ibid. ; Interview Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 26 nov. 2003 ; Katiella Ari Gaptia, (...)

71Les maquisards commandés par Aba Kaka, qui s’étaient réunis à Kano et avaient déjà pris la route du Lac Tchad aux alentours du 14 septembre (voyageant sans doute de façon individuelle) s’étaient rassemblés au bord de la Komadougou-Yobé154. Ils bénéficièrent ici, comme le rapportèrent les informateurs du régime, de « la complicité… des habitants des villages » du fleuve et de celle de la population de Bosso même155. Les relations du régime avec cette région très éloignée de la capitale et marquée par le vif esprit d’indépendance de ses communautés (Toubou et autres), s’étaient aggravées du fait des impôts tout en étant empoisonnées par les querelles de chefferie – à la suite de la chute du Sawaba et du renvoi de Kaka, la chefferie du canton de Bosso avait été supprimée en faveur de Gueskérou, village de la vallée de la Komadougou, plus à l’ouest, qui avait opté pour le RDA au cours des années 1950. La population de la bourgade n’ayant pas apprécié ce transfert, la rivalité entre le Sawaba et le RDA s’était introduite dans la vie politique locale. Par conséquent, le chef de canton de la Komadougou n’était guère pressé d’assister les autorités, qui soupçonnaient aussi un conseiller local de Bosso d’être lié au Sawaba. Boulama Boukar, le chef du village de Bosso imposé par le régime (photo 12.6) aida en fait à préparer l’assaut du groupe commando. Comme nous l’avons noté, il y avait des tremplins d’infiltration politique installés au Nigeria depuis 1959156.

Photo 12.6 – Boulama Boukar (à g.) et Aba Kaka (à d.), Bosso, Lac Tchad, 2006.

Photo 12.6 – Boulama Boukar (à g.) et Aba         Kaka (à d.), Bosso, Lac Tchad, 2006.
  • 157 On ne connaît pas l’origine de ce surnom – une passion pour la photographie ? Il y (...)
  • 158 Maï Manga, chef déposé de Nguigmi qui avait fui au Ghana, fournit des armes pour l’ (...)

72L’unité de Kaka se montait à une dizaine d’hommes, dont Malam Oumarou Moustapha (Moustapha Oumar « le marabout »), né au Nigeria, ayant travaillé pour Radio Niger et chargé des infiltrations dans l’extrême est ; Katchalma Oumar dit Paul (Maiga), un autochtone, jadis pompier dans la capitale ; Bachir Moustapha dit Moutti (Oumarou Moustapha Bachir ou Moustapha « le gendarme »), formé en Afrique du Nord et ayant exercé à l’origine les fonctions de gendarme auxiliaire à Nguigmi ; et Kiari Mai dit le Photographe, commissaire politique de l’unité, lui aussi formé en Algérie157. En dehors de ses commandos, Kaka pouvait compter sur les habitants du secteur pour ce qui était du gîte et du couvert. D’autres personnes, y compris le chef du village de Bosso, se tenaient prêts à se joindre à la lutte ou avaient pris part à l’entraînement armé (avec des fusils semi-automatiques également) lors de la préparation de l’attaque. Une trentaine de personnes au moins étaient impliquées158.

  • 159 Interviews Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Abdou Adam ; Mounkaila Albagna (...)

73Dans ces environnements aqueux à la dense végétation des alentours de la frontière (photo 12.7), les maquisards n’eurent pas de problème à arriver à proximité de la localité où, malgré les alertes, on n’avait établi ni station de radio, ni poste de gendarmerie, et où le principal responsable gouvernemental n’avait pas pris la précaution d’éloigner les armes et les munitions. Armés de mitraillettes et d’armes de poing, les hommes de Kaka attaquèrent le bureau de douane à 23 heures et neutralisèrent la garde. S’étant introduits dans les lieux, ils s’emparèrent de 13 fusils – y compris plusieurs MAS 36 –, de pistolets et, suivant les services français, de plus de 12 000 cartouches. Plusieurs autochtones, y compris peut-être Boulama Boukar (le chef), participèrent au pillage du dépôt d’armes et de munitions. Un agent des douanes fut tué ; d’autres furent blessés et enfermés. Quelques commandos se rendirent ensuite au dispensaire et tuèrent l’infirmier qui les aurait attaqué avec un bâton (bien qu’il a pu être perçu comme un représentant du gouvernement). Il est possible qu’une troisième personne ait été tuée. Si les Français et le régime parlent de deux victimes, le leadership du Sawaba dénombre quatre morts côté gouvernement ainsi que plusieurs blessés. 47 personnes auraient pris part à un assaut qui apparaît comme l’exemple type de la manière dont le mouvement avait planifié ses attaques et compté sur le soutien populaire159.

Photo 12.7 – La Komadougou-Yobé (à l’est de Diffa), avec vue sur le Nigeria.

Photo 12.7 – La Komadougou-Yobé (à l’est de         Diffa), avec vue sur le Nigeria.
  • 160 La source est, ici, un ancien militaire qui, cependant, ne se trouvait pas cette nu (...)
  • 161 Ibid. ; Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; Premier ministre. SDECE. Destinat (...)

74Les maquisards contrôlaient à présent la localité. Nul n’osait sortir, tandis que Aba Kaka se pavanait dans les rues de Bosso, criant qu’il était le chef et mettant quiconque au défi de le contester160. Si cela est vrai, on serait au bord du grotesque, mais après des années d’exil, Kaka triomphait enfin, ayant remis la main sur ce que, en tant que chef déposé, il tenait pour son dû. Cette même nuit, ses hommes s’en prirent à un Français négociant en peaux de crocodile qui se trouvait à Bosso, menaçant de le tuer s’il ne leur remettait pas son véhicule et son argent (50 000 F CFA). Le négociant parvint cependant à s’échapper et fila sur Nguigmi où il avertit les autorités. Kaka positionna ses hommes sur la voie reliant les deux localités et, le jour suivant, s’attendant à l’arrivée des troupes gouvernementales, il relâcha les douaniers capturés et franchit la Komadougou pour retourner, avec ses hommes, au Nigeria. D’autres individus, sans doute des gens de Bosso qui avaient participé aux combats, s’en furent en direction de Nguigmi161.

  • 162 « Mai » implique l’appartenance à une famille cheffériale, peut-être au Kanem, de l (...)
  • 163 Rapport politique, Nguigmi, 20 sept.-20 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Pr (...)

75Les forces du Sawaba étaient, pour le moment, victorieuses, bien que l’unité de Kaka avait dû encaisser la perte d’un de ses membres, Kiari Mai dit le Photographe, de manière particulièrement regrettable : Mai aurait pris la fuite dès le début des combats, se dirigeant vers le lac pour atteindre Le Nigeria ou, plus probablement, le Tchad. On ne devait plus le revoir. Bien qu’il se fût sans doute agi là d’un cas banal de couardise plutôt que de traîtrise, la chose était remarquable parce que le Photographe (photo 12.8) était un commissaire politique, c’est-à-dire une personne chargée de garantir la loyauté des troupes. Il était cependant peut-être d’origine tchadienne162, et son implication a pu provenir de questions politiques plus localisées liées aux chefferies, si bien qu’au moment où la lutte de grande envergure contre le RDA atteignait son paroxysme, son engagement a pu vaciller. Mais si l’on met de côté les motivations personnelles de certains commandos, il est clair que les forces du Sawaba avaient porté un coup douloureux au régime. À Nguigmi, où la population avait voté « non » au référendum, le succès des commandos était au menu des conversations. Le président Diori, qui avait annulé un voyage sur l’Allemagne, demanda des équipements à la Côte d’Ivoire, y compris un DC 3 de transport de troupes. On rappela des réservistes, 400 d’entre eux, et on élabora des plans pour former de nouveaux gendarmes et gardes républicains. Boubou Hama et Maïga ne furent pas longs à se rendre à Bosso pour mesurer l’atteinte au prestige du régime163.

Photo 12.8 – Kiari Mai dit le Photographe. Ceci est la seule image que nous ayons de lui (dossier de police).

Photo 12.8 – Kiari Mai dit le Photographe. Ceci         est la seule image que nous ayons de lui (dossier de police).
  • 164 À ne pas confondre avec Illéla, la localité plus grande qui se trouve au Niger, ent (...)
  • 165 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 10 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; i (...)
  • 166 Entretiens avec Abdou Adam & Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 200 (...)
  • 167 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Premier minist (...)

76Pendant ce temps, plus à l’ouest, l’insécurité grandissait, exactement comme prévu. Le 8 octobre à 22 heures, les hommes de Dandouna Aboubakar attaquèrent Birnin Konni. Ils s’étaient d’abord rassemblés à Sokoto et prirent un camion pour Illela (tout au nord de Sokoto, sur la route de Konni, juste au sud de la frontière) peut-être le 14 septembre164. Ils y reçurent leurs armes. Ils continuèrent jusqu’au village de Kalmalo, toujours à l’intérieur du Nigeria, où un agriculteur leur offrit le gîte. Ce groupe de seulement six ou sept hommes franchit la frontière en deux groupes pour tenter de prendre le bureau de douane de Konni, la résidence du commandant de cercle et le camp des gardes de cercle. Cependant, aux approches de la ville, les commandos tombèrent sur une Land Rover et crurent qu’elle transportait des gendarmes et des agents du gouvernement. Ils lui tirèrent dessus, blessant peut-être le chauffeur, qui réussit à parvenir à Konni, alertant ainsi les autorités et forçant l’unité à se retirer et à se réfugier chez un paysan des environs165. De même, deux jours plus tard, des commandos qui ne faisaient sans doute pas partie du reste du groupe de Dan Koulou et opéraient de façon indépendante, tendirent une embuscade à un bus entre Aguié et Tchadoua, à l’est de Maradi. Trois groupes de commandos attaquèrent le bus au tir automatique, fracassant la vitre de ses fenêtres, mais, miraculeusement, sans blesser personne semble-t-il. Dans la nuit du 12 au 13 octobre, des maquisards furent aperçus à Takanamat, au nord-ouest de Tahoua, une région qui – avec ses nomades bouzou – était déjà agitée, et où une partie de la population soutenait les commandos qui arrivaient166. Il s’agissait là de membres de l’unité qui avait pris le chemin de l’Ader et qui avait atteint son aire d’intervention en empruntant une piste reliant Tahoua à Ménaka au Mali. Cette même nuit, les commandos menés par Kanguèye Boubacar et armés de mitraillettes, de grenades, d’armes de poing et de plus d’un millier de cartouches, apparurent près de Magaria, au sud de Zinder. Ils avaient dû quitter Kano le 10 du mois seulement167.

  • 168 Ceux qui avaient pu s’échapper pour sans doute retourner au Nigeria étaient Chaibou (...)

77À ce stade cependant, au bout d’une bonne dizaine de jours d’opérations, les effets de la mobilisation du régime commençaient à se faire sentir, notamment dans les secteurs où le Sawaba avait des fiefs et le gouvernement avait pris des mesures. Matamey, au nord-ouest de Magaria, avait un poste administratif et des gendarmes, et dès la fin septembre, le régime avait pris la précaution d’arrêter 17 chefs de village dans la région de Yaouri, près de Magaria. Ceci a dû réduire les chances de trouver des abris dans une région où l’arrestation de Hamballi avait déjà créé des dégâts. Diamballa Maïga ordonna aux milices du parti et à la police de Zinder de porter assistance au commandant de cercle de Matamey. Ali Mahamane Madaouki se rappellera plus tard qu’il y avait des patrouilles de miliciens et qu’ils étaient observés par des femmes dans les champs et par des gens en ville – tous posant des questions. Tous ceux qui entraient ou quittaient un village du cercle de Magaria étaient fouillés. Ceci rendait risqué toute quête de nourriture et d’eau. Après les missions réussies des années passées et des préparatifs méthodiques, la surprise était de taille. Il arrivait cependant que les gens du cru apportent de l’aide, avertissant de la présence de patrouilles ou indiquant des chemins. Dans le voisinage de Magaria, Madaouki et quelques-uns de ses camarades trouvèrent refuge chez des militants de l’intérieur, mais pas pour longtemps. Le 12 octobre, peut-être plus tard, les hommes de Kanguèye – au nombre de sept – avancèrent sur le poste de Matamey, armés de fusils, de mitraillettes et de grenades. Cependant, vers 17 heures, ils furent surpris par des miliciens dans la vallée de Kwaya, entre Magaria et le village de Tsatsoumbroum, tout au sud de Matamey, sur la frontière nigériane. Madaouki et trois autres (Chaibou Souley, Amadou Roufaï Malam Garba et Kanguèye lui-même) furent arrêtés. Trois hommes purent s’échapper, s’étant déplacés un peu plus loin que les autres dans la zone d’action. Les services français rapportent qu’un commando (non identifié) fut tué. Le choc a dû être grand parmi les hommes : en ce qui le concerne Madaouki, n’avait jamais cru qu’il pourrait être pris168.

78Mais le vrai drame se produisit dans la région de Konni. Étant donné les arrestations faites, les paysans qui avaient offert le gîte aux hommes de Dandouna devenaient inquiets. Les commandos quittèrent leurs cachettes et commencèrent à errer dans la campagne. Selon les souvenirs de Boubakar Djingaré, ils marchèrent un jour et une nuit, toujours à la queue leu leu, demeurant dans les champs et évitant autant que possible les hameaux jusqu’à ce qu’ils arrivent à un village du nom de Guidan-Bawa. De Massalata, sur la route menant de Konni à Dogondoutchi, ils continuèrent vers le nord, en direction de la localité de Dibissou, à 5 km de Konni, où ils arrivèrent dans la nuit du 12 au 13 octobre (ou un à deux jours plus tôt). Dandouna, qui était craint pour la discipline qu’il maintenait, ordonna à quelques-uns de rester à l’arrière tandis qu’en compagnie de Djingaré, Maman Alké et un autre commando, il résolut de s’emparer du village. Si le défenseur autoproclamé des intérêts du peuple s’attendait à un bon accueil, le choc de la réception dut être intense car les habitants étaient sur le pied de guerre, brandissant bâtons, coupe-coupe et sagaies. Ils acculèrent les hommes de Dandouna, exigeant d’examiner leurs bagages. Comme Dandouna, qui portait une mitraillette (ou un pistolet) et détenait des grenades, refusait, le chef du village fit venir l’instituteur du cru pour identifier les hommes. L’instituteur reconnut immédiatement Dandouna qui, après tout, avait été quelqu’un de bien en vue lors des campagnes électorales. Dandouna lui tira alors dessus et le tua, blessant aussi deux villageois. Une source du RDA affirme qu’il était nerveux, mais Boubakar Djingaré, qui se trouvait sur place, rejette l’idée de l’accident, avançant que l’indomptable tribun avait délibérément fait feu sur l’instituteur – considéré, du fait de sa profession, comme un représentant de l’État et un membre probable du RDA.

  • 169 L’instituteur s’appelait Mossi Alassane, âgé de 22 ans. Il aurait éclairé le visage (...)
  • 170 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, (...)

79Il s’ensuivit une grosse pagaille et les commandos prirent la fuite. Djingaré et un certain Momon (peut-être un élève de Marnia) ont pu essayer de fuir vers le sud, mais ils furent bientôt arrêtés et bien que Djingaré ait baissé les armes, le maçon de Niamey fut violemment pris à partie. Maman Alké, qui avait reçu un coup de bâton, fut pris dans un village des environs et Dandouna Aboubakar lui-même fut capturé et dut faire face à la terrible fureur des villageois qui l’assaillirent avec des hachettes. Le charpentier révolutionnaire fut ensuite livré à la police, interrogé et amené à Konni. Il mourut en arrivant, ayant encore sur lui ses carnets de guérilla169. Amadou Diop, le camionneur de Zinder, fut arrêté mais réussit miraculeusement à s’échapper, regagnant Sokoto, tandis que Daouda Ali – « Chang Kai-shek » – parvint lui aussi à franchir sans problème la frontière170.

  • 171 Le Temps du Niger, 16 oct. 1964. Les autres personnes arrêtées étaient un certain A (...)

80Comment les choses ont-elles pu prendre une tournure aussi désastreuse ? Même dans la région de Bosso, tout ne se passait pas comme prévu. Cinq commandos non-identifiés auraient été arrêtés un peu après l’attaque et l’assaut eut des répercussions sur la population de la bourgade. Ceux qui n’avaient pas fui couraient risque de représailles : à la mi-octobre, six personnes au moins étaient en détention, y compris Maï Manga, l’ancien chef de Nguigmi qui, ayant été déposé du fait de sa loyauté envers le Sawaba, s’était ensuite rendu au Ghana. Les autorités gardaient aussi l’œil sur le chef de Bosso même, Boulama Boukar, qu’ils soupçonnaient d’avoir fomenté l’assaut171.

81Mais au moins à Bosso l’attaque du Sawaba avait, dans l’ensemble, réussi, et de nouvelles interventions étaient en préparation. Dans tous les autres cas, à l’exception de la région de Tahoua, les commandos n’avaient reçu aucun soutien de la population en dehors, occasionnellement, du gîte, du couvert et de quelques informations. Il n’y eut nul ralliement de masse à la guérilla – bien que cette perspective ait joué un rôle clef dans la planification –, nul soulèvement spontané contre le gouvernement, nulle adhésion du peuple aux commandos. Où pouvait bien se trouver « le peuple » ? Et dans la mesure où la population s’était mobilisée, pourquoi les habitants des zones d’interventions s’étaient-ils tournés contre les maquisards ? Il y avait eu tant de rapports sur la situation politique interne qui soulignaient un mécontentement général, l’impopularité du régime et l’affirmation de la loyauté populaire à l’égard de la cause du mouvement. De fait, les signes de la fragilité du régime et les tensions permanentes marquant le règne du RDA étaient bien visibles.

  • 172 Bulletin mensuel de renseignements, no 417/444.4, 20/21 sept.-20 oct. 1964, Zinder, (...)

82Mais le facteur que leaders du Sawaba n’avaient pas pris en compte dans leurs calculs était la peur – cette constante de toutes les guerres de guérilla, où les populations sont prises en sandwich entre les forces antagonistes. Au Niger, les populations couraient des risques sérieux en matière de représailles gouvernementales, et le niveau de mobilisation du régime n’avait fait qu’augmenter les craintes. Les villages étaient un à un poussés à intégrer le service de la milice, surtout dans le Centre et l’Est haoussaphones où le régime se méfiait le plus de la population mais pouvait compter sur la coopération des sarakuna. Par exemple, le chef de Madaoua leva une armée de pas moins de 1 000 hommes, dont 200 cavaliers, qui fouillèrent les bois et patrouillèrent le long de la frontière nigériane. Plus tard en octobre, il y eut une répétition de ceci avec une expédition de 1 600 hommes, dont 300 cavaliers. Au nord de Madaoua, dans la région de Bouza, les gardes républicains et les gendarmes prirent part chaque nuit à ce qui était ouvertement décrit comme des « raids » sur des hameaux, avec des groupes d’autodéfense menés par des anciens combattants contrôlant toutes les voies d’accès. Les étrangers tout comme les villageois hébergeant des hôtes sans les avoir déclarés comparaissaient devant les autorités, et lors d’une opération, tous les habitants de Dakoro furent fouillés. Par conséquent, les Français et le RDA purent affirmer que les gens étaient dans « un très bon état d’esprit » (ce qui, il est vrai, était soutenu par une récolte abondante). Les gens, rapporta-t-on, désapprouvaient l’invasion des maquisards et répondaient de manière « saine », « notamment en pays haoussa que l’on aurait cru moins porté à s’engager contre les opposants au gouvernement de Niamey172 ».

  • 173 Interview Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 174 Interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 175 Entretiens avec Elhadj Illa Salifou et Mounkaila Albagna, Niamey, 25 nov. 2003.
  • 176 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003 et Bulletin mensuel de renseigne (...)

83Cette affirmation révèle par inadvertance ce qui se passait. La population, notamment dans les zones haoussa, était loin d’approuver les actions du régime – bien au contraire. Le renvoi de masse des chefs de la région de Yaouri montre où se trouvaient les loyautés, mais en l’absence de leaders villageois capables de les protéger du RDA ou des sarakuna, les gens étaient pris dans l’étau de la peur. Ceci est confirmé par de nombreux témoignages. Comme Ousseini Dandagoye, le militant de Zinder, se le rappellera plus tard, les gens éprouvaient de la sympathie pour le Sawaba mais ne savaient tout simplement pas comment apporter leur aide, étant donné les circonstances173. Ils avaient naturellement confirmé leur foi dans le parti lorsque la question leur avait été posée, mais à présent qu’il s’agissait de passer à l’action, ils ne pouvaient guère aider les maquisards de manière décisive174. Tout en étant profondément opposés au régime, les gens avaient très peur175 – constamment terrorisés par les miliciens dont la vigilance à l’égard du moindre signe de déviance politique (y compris d’indifférence à la politique) contribuait à intimider les populations locales, même dans un fief du Sawaba comme Tessaoua176.

  • 177 Interviews Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. (...)
  • 178 Interviews Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Ibrahim Bawa Souley, 29 févr (...)
  • 179 Il se peut que la colère concernant les évènements des semaines précédentes ait aus (...)
  • 180 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.
  • 181 Ibid.

84Ceci signifie que la situation militaire s’avérait soudain bien plus compliquée que prévu. Les commandos risquaient d’être livrés par une population qui détestait le régime mais se sentait obligée de faire ce qu’exigeaient les autorités177. Une onde de choc traversa les rangs du mouvement lorsqu’on apprit que le régime avait exécuté quatre camarades capturés à Madarounfa lors d’un rassemblement public à Niamey, le 13 octobre. La chose semble avoir poussé les unités opérant directement sous le commandement de Idrissa Arfou, dans l’ouest du pays, à passer à l’action178. Pour une raison ou pour une autre, elles avaient été lentes à se mettre en branle, contrairement aux consignes du leadership. Cela avait peut-être à voir avec les doutes de Arfou quant au niveau de préparation. À présent, il avait été rattrapé par les évènements survenus dans les secteurs Centre et Est du pays et se sentait obligé d’agir179. Arfou ordonna donc à ses commandos d’« attaquer comme les gens de l’est180 ». L’ordre d’attaque aurait été émis le 13 octobre, le jour même des exécutions de la capitale181.

  • 182 Ibid. & entretiens avec Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 et Ali Issaka, Niamey, (...)

85Le groupe mené par Arfou était en fait une des trois unités de maquisards qui se dirigeaient vers la région de Téra, les deux autres entrant directement au Niger depuis Soffokèl en Haute-Volta. Venant de Tessit, la base satellite de Gao, ils étaient probablement allés d’abord à Soffokèl d’où ils firent leur entrée au Niger aux environs du 15, peut-être quelques jours plus tard. En dehors de Arfou et Mounkaila Albagna, il y avait là Souleymane Dahani (Dahanou, un Mossi) ; un certain Hamani Moussa ; Yacouba Djibo ; Idrissa Tondi Gounga ; Daouda Hamadou ; Ali Issaka, formé à Marnia ; et Doudou Bondiaré, qui a peut-être été récupéré dans la bourgade voltaïque de Boussiella. Avec une autre unité, ils devaient isoler Téra en sabotant les routes et ponts et en coupant les lignes de communication ; inciter la population à la révolte, en particulier les groupes marginalisés comme les Peuls et les Bellas ; harceler toute la zone, y compris des secteurs autour de Dargol et Kokoro (avec l’aide d’unités de la rive gauche du Niger) ; et, si possible, prendre Téra même et ensuite Dargol, ou à tout le moins se saisir des dépôts d’armes locaux. Téra, cependant, avait été mobilisé et les sawabistes du cru avaient été arrêtés. L’attaque commando ne put se matérialiser puisque le convoi, comprenant deux chameaux, arriva à 6 ou 7 km de Téra même. Il fut surpris par les troupes gouvernementales probablement dans le voisinage de Fonéko (lieu de naissance de Boubou Hama). Les chameaux furent abandonnés et les hommes se dispersèrent à temps. L’un d’entre eux, Daouda Hamadou, échappa de peu à la capture par les gendarmes et retourna à Tessit, attribuant sa chance à ses gris-gris. Arfou et quelques autres, dont Ali Issaka, prirent aussi le chemin du Mali, tandis que Mounkaila Albagna, le guide de l’unité, et d’autres hommes, se retiraient en territoire voltaïque pour se regrouper182.

  • 183 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 23 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « (...)
  • 184 Djibo Bakary à S.E. Maurice Yaméogo, président de la République de Haute-Volta, 10  (...)
  • 185 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; British High Commissio (...)

86Mais l’hinterland voltaïque était, à présent, devenu fort peu sûr, ce qui aggravait le problème lié à la mobilisation du régime. Le 9 ou le 10 octobre, grâce à la coopération des autorités voltaïques, un autre groupe de maquisards, entré au Niger par le Dahomey, fut pris avec, en sa possession, de nombreux documents. Ces hommes étaient entrés au Niger via le territoire voltaïque (carte 12.3) et avaient pris la direction des régions au sud de Niamey, portant avec eux des armes, dont deux mitraillettes et des milliers de cartouches. Décidés à se réunir au niveau du poste frontière de Makalondi, ils furent détectés à seulement 90 km au sud/sud-ouest de la capitale et plusieurs commandos furent faits prisonniers183. D’autres unités eurent également des difficultés avec le gouvernement voltaïque qui, en sa qualité de membre fidèle de l’Entente, était du côté du RDA. La situation était si grave que Bakary prit une mesure extraordinaire et écrivit au président voltaïque Yaméogo une lettre lui demandant de laisser passer ses hommes sans les déranger. Tout en faisant allusion au profit que la Haute-Volta retirerait de son aide ou de sa neutralité une fois le Sawaba au pouvoir à Niamey, Bakary mit aussi en garde les Voltaïques contre toute velléité d’attaquer les maquisards184. Ces détails étaient inopportuns puisqu’ils menèrent à une prise de conscience de la présence des commandos et provoquèrent une action coordonnée de Niamey et de Ouagadougou, qui intensifièrent de concert les patrouilles. Le 11 octobre, le ministre de la Défense et le chef d’État-major voltaïques s’envolèrent pour Niamey afin de se concerter avec Diori sur les mesures à adopter185.

  • 186 En compagnie de qui il avait étudié le morse à Alger. Voir chap. 9, niveau n. 344.
  • 187 Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Malélé) ; Comte, « Assassination that Failed  (...)
  • 188 Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Seguinikin).

87Ainsi, le groupe commando dirigé par Tini Malélé, qui partageait le commandement de la Zone Ouest avec Arfou, rencontra des difficultés avant même d’avoir pu infiltrer Le Niger à travers la Haute-Volta. Comme nous l’avons noté, les intentions de Malélé consistaient à établir une liaison avec les maquisards entrants au Niger par le Mali et à marcher de concert sur Téra et, éventuellement, la zone Dargol-Gothèye, cette dernière bourgade étant le terroir de l’activiste militant formé à Nankin. À Bani, localité au sud-ouest de Soffokèl, l’agent local du Sawaba conseilla vivement à Malélé de ne pas prendre la route du nord sur Dori, ce qui conduirait certainement à l’arrestation de son escouade. Il lui recommanda de prendre plutôt la direction du sud-est, à savoir la route de Sebha et de Macina, qui devrait leur permettre de passer la frontière inaperçus. Il accompagna Malélé et ses amis qui campèrent dans un village où ils consultèrent un marabout qui leur « ouvrirait la voie », c’est-à-dire leur fournirait les renseignements leur permettant de passer la frontière. Cependant, quelques jours plus tard, Malélé et ses compagnons furent interceptés par des gardes républicains, probablement voltaïques, ainsi que par des habitants du village de Macina. Bien que Doudou Bondiaré n’ait pas fait partie de ce groupe, étant déjà passé dans celui de Albagna186, l’escouade de Malélé a dû être assez importante, comptant peut-être 14 hommes, ce qui a dû faciliter leur détection. Des soldats nigériens qui, apparemment, avaient franchi la frontière, les amenèrent à Dori où des gendarmes se saisirent d’eux et les amenèrent à Ouagadougou en vue de leur déportation sur Niamey. Tout ceci s’était produit avant le 13 octobre, car le groupe de Malélé se trouvait déjà dans la capitale du Niger le jour des exécutions. À peine une quinzaine après le début des opérations, le Sawaba venait de perdre son second commandant de zone187. Même sort advint à Robert Seguinikin, qui était passé de Ouagadougou à l’est de la Haute-Volta, à savoir dans la bourgade de Kantchari, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière et du poste de Makalondi. Remplaçant un compagnon, Amadou Macounda, qui avait dû escorter plusieurs hommes sur Accra, il fut probablement capturé dans ce secteur – on ignore de quel côté de la frontière188. Comme le montre le groupe pris à 90 km de Niamey, ceux qui étaient entrés par le Dahomey, mais avaient d’abord fait un détour par le territoire voltaïque avant d’essayer de pénétrer au Niger dans le secteur de Say, ne se tirèrent pas mieux d’affaire.

  • 189 Document sans titre, SDECE, 22 sept. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Premier ministre. (...)
  • 190 S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), (...)

88Par contraste, les unités ayant infiltré le pays directement à partir du Dahomey pouvaient profiter de la protection liée au Parc National du W dont les rivières et la végétation se prêtaient mieux à la guérilla. Officiellement, le gouvernement dahoméen avait fermé la frontière le 13 octobre afin d’empêcher les commandos d’envahir Le Niger, mais en réalité, ces derniers y bénéficiaient d’un hinterland sûr. De nombreux maquisards s’étaient rassemblés dans le secteur de Malanville – un rapport parle de 40 hommes, qui reçurent l’armement requis, avant de passer la frontière189. L’unité de Assane Bizo, qui avait quitté Malanville le 3 octobre, au lieu de traverser d’abord le fleuve Niger, se dirigea vers le nord-ouest (Bizo s’était entraîné à Karimama), vers Botou. Ce groupe aussi devait prendre le chemin de Say. Bizo lui-même était natif de la bourgade voisine de Kollo, tout comme l’un de ses compagnons, un autre élève de Nankin, Hassane Djibo. La ville de Say avait une valeur stratégique, car elle était proche de Niamey et sa prise, ou toute autre action spectaculaire qui s’y produirait, enverrait un signal fort aux habitants de la capitale, leur montrant que le changement était en cours. Il s’agissait par ailleurs d’un centre religieux important et ses marabouts pourraient apporter du soutien au mouvement190.

  • 191 Il n’est pas toujours facile de distinguer entre les différents incidents. L’autre (...)
  • 192 Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 et 31 mai 1965 (interrogatoire Bizo/Djibrilla/Djibo) ; (...)

89Pour atteindre le secteur de Say, les maquisards devaient se déplacer dans la direction du nord-ouest, ce qui pouvait se faire de façon plus sûre du côté dahoméen de la frontière. Bizo, Djibo et quelques autres (y compris Djibrilla Dembélé, Niandou, un certain Mounkaila et Dioumassi Albarka, le commissaire politique) partirent équipés de mitraillettes, de pistolets automatiques et de munitions. Ils louèrent une pirogue pour remonter le fleuve jusqu’aux environs de l’île de Lété, qu’ils n’atteignirent pas car leur piroguier s’était dégonflé. Continuant à pied, ils prirent par la brousse, atteignant la Tapoa après avoir traversé une autre rivière – sans doute la Mékrou, qui faisait partie de la frontière Niger-Dahomey – à l’aide d’un tronc d’arbre. Ils furent bien reçus dans un village gourmantché – groupe ethnique habitant le long des frontières avec la Haute-Volta et le Dahomey – et reçurent deux guides qui les menèrent à Alambaré, à l’intérieur du Niger (le village gourmantché se trouvait peut-être aussi en territoire nigérien). Alambaré se trouvait au sud-est de Tamou, dans une réserve naturelle voisine du Parc du W. De là, les commandos accédèrent à la route menant de Tamou à Botou en Haute-Volta, probablement au niveau d’un hameau du nom de « Karel ». Ils s’attendaient à y être aussi bien reçus que dans le village gourmantché mais, à leur grande surprise, ils furent pris dans une embuscade de l’armée nigérienne. Des tirs furent échangés, blessant des hommes dans les deux camps, et les commandos se dispersèrent. Un maquisard blessé fut arrêté avec deux autres de ses compagnons. Djibrilla et un compagnon non identifié rebroussèrent chemin sur Alambaré, où Djibrilla fut arrêté tandis que son camarade était tué d’un coup de feu (Djibrilla reçut un coup de lance qui lui fit perdre connaissance). Ce clash a pu avoir lieu dans la nuit du 9 au 10 octobre, peut-être plus tard dans le mois191. Dans l’intervalle, Assane Bizo s’était enfui en Haute-Volta et fut arrêté à Botou au soir du jour de la rencontre avec les militaires. « Mounkaila », qui y vint le lendemain à la recherche du leader de son unité, fut également appréhendé, tout comme Hassane Djibo. Le choc fut énorme pour ces hommes pris avec des armes, des munitions et le drapeau du Sawaba – particulièrement pour Djibo : très influencé par les leçons de révolution apprises en Chine et en Bulgarie, l’élève de Nankin vécut la réception hostile qui leur avait été réservée comme « un coup terrible192 ».

  • 193 Fraternité, 21 mai 1965 (interrogatoire Seyni) et entretien avec Ali Amadou & Mounk (...)

90D’autres unités vinrent du Nord Dahomey, se dirigeant plein nord, vers la région de Gaya. Djibo Seyni, le compagnon de Soumana Idrissa au Vietnam, quitta Malanville à une date non spécifiée, traversant le fleuve Niger en pirogue. Comme nous l’avons vu au chapitre 10, il s’était jadis activé dans la région (il était le commissaire politique du cru) et, de concert avec un groupe important – plus d’une dizaine d’hommes – il devait attaquer le poste frontière. Après s’être caché quelques jours dans la brousse, ces hommes gagnèrent un village où, cependant, les habitants avaient déjà été mobilisés. Ils furent repérés et la chasse fut lancée ; Seyni et deux de ses camarades furent pris par la milice locale qui les battit sévèrement avant de les livrer aux troupes gouvernementales193.

  • 194 Le Niger, 23 nov.1964 (interrogatoire Abdou) et 30 nov. 1964 (appel Baro Alfari). M (...)

91La fin ignominieuse de l’élève de Son Tay n’était que marginalement compensée par le fait que 11 de ses camarades parvinrent à prendre la fuite. Ceci renvoie peut-être au fait que ces régions à la végétation plus dense offraient un meilleur terrain. Ainsi, l’unité de Amadou Abdou traversa le fleuve Niger à Molo (Molla ?), entre Malanville et Karimama et trouva refuge dans les collines du village nigérien de Tenda, où se trouvait une cache d’armes. Le groupe comprenait Baro Alfari, un autre élève de Nankin, un certain Sani (Sami), Moussa Soumana et Adamou, armés de pistolets automatiques et d’une mitraillette. Des paysans leur offrirent de l’eau et les mirent en garde à propos des patrouilles. Ils avaient l’intention d’attaquer le poste administratif ou le bureau de douane de Falmey, un peu plus au nord-ouest. Cette localité était reliée par une voie orientée vers le nord à la route principale Dosso-Niamey. On ne sait pas si une opération y eut lieu, mais les maquisards furent poursuivis et Amadou Abdou et un compagnon, Moussa Soumana, furent arrêtés, apparemment après s’être séparés du groupe principal. Ils furent pris vers le nord-ouest de Tenda, dans les environs de Karimama, mais de l’autre côté du fleuve, en territoire nigérien. Baro Alfari lui aussi fut appréhendé. Issoufou Danbaro, qui rejoignit l’unité probablement au cours de l’infiltration, étant un autochtone et un chef militaire, réussit à s’échapper, avec cependant, paraît-il, une pointe de flèche dans le dos194.

  • 195 Télégrammes Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 23 oct. 1964 et no 7950/CH, 13 nov. (...)
  • 196 Comme c’était le cas du village de « Tombokoara I » (40 km au nord-est de Dosso, 13 (...)

92On ne sait à quel moment ces escarmouches se produisirent, mais ce fut sans doute courant octobre. Il y eut aussi une rumeur disant que Gaya elle-même serait attaquée précisément durant la nuit du 11 au 12 octobre, et la garnison locale fut renforcée en conséquence. Il y eut un affrontement, mais l’un des leaders d’unité, qui aurait occupé une place élevée dans la hiérarchie du Sawaba, parvint à échapper à ses poursuivants. Il a dû s’agir de Baoua Souley, l’infirmier et député Sawaba formé à Nankin et engagé dans des opérations aux côtés de Baro Alfari195. Bien que l’action commando n’ait pas, là non plus, réussi, le fait qu’un cadre aussi important ait pu s’échapper est aussi révélateur des conditions légèrement plus propices pour l’infiltration de la guérilla, autant en termes d’environnement naturel que de réaction de la population. Comme nous l’avons vu, les gens du Parc du W et de la région de Gaya ne se sont pas tous laissés embrigadés dans la milice et les paysans aidèrent parfois les maquisards. En dehors de l’impopularité du régime, ceci était lié à la persistance des loyautés politiques – depuis 1959, le Sawaba avait bénéficié de soutiens dans la ville et les environs de Gaya, et la région avait constitué une voie majeure de fuite et d’infiltration. De même, plus au nord, dans la région de Dosso, le régime a rapporté des restes de soutien pour le mouvement, y compris parmi les chefs de village, qui ont dû entraîner une partie de leurs sujets à leur suite196.

  • 197 Document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Événements survenus en Afrique (...)
  • 198 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7 nov. 1964 ; Kaziendé, Souve (...)
  • 199 Communiqué no 6.
  • 200 Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Dosso.

93Cela était encore plus vrai de la région de Téra et Dargol où le Sawaba s’était tôt bâti une base de soutien et où le RDA avait eu maille à partir avec les chefs songhay. On soupçonne un forestier du secteur de Dargol d’avoir égaré des patrouilles recherchant les maquisards. Pour le reste, les Français notent que la population demeura passive face aux efforts de mobilisation du régime, si bien qu’on avait du mal à se saisir des unités de commandos, comme celles qui opéraient dans la région de Diapaga, en Haute-Volta, au sud-est de Kantchari. Le problème ne concernait cependant pas que la communauté songhay, puisque les Français, dans leur vision ethnicisée des choses, furent surpris de constater que les populations de la région de Téra, « pourtant de race djerma, ne prêtent qu’avec réticence leur concours aux forces de l’ordre », et cela, « contrairement à ce qui s’était passé sur les frontières Sud ». En fait, non seulement les populations de Téra et de ses environs, mais aussi celles du secteur de Say et Makalondi – également zarma – répugnaient à fournir des informations sur les infiltrations du Sawaba. Dans la région de Téra, les services français rapportèrent ceci à l’hostilité suscitée par Boubou Hama, bien que Diamballa Maïga aussi y était détesté197. Dans tous les cas, aux alentours du 26 octobre, une unité de commandos qui a dû être fort importante pénétra dans le secteur de Téra et gagna une zone située au nord de la ville. Cependant, cette opération aussi tourna mal, étant tombée sur une patrouille de militaires et de miliciens. Les maquisards, transportant des armes et des munitions ainsi que de la nourriture à dos d’âne, furent pris dans une fusillade, avec pour résultat un mort et un prisonnier côté commandos, tandis que les autres parvenaient à prendre la fuite. Les armes et munitions saisies, y compris des pistolets automatiques, étaient en mauvais état du fait des conditions de stockage198. Le gouvernement ne mentionne de son côté aucune victime. À peu près au même moment, le 25 octobre, il y aurait eu un affrontement dans le « nord-ouest » (à Tahoua ou plus à l’ouest). Le quartier général du Sawaba mentionne une victime tout en assurant avoir tué dix ennemis. Nous ne disposons d’aucun moyen de vérifier ceci puisque le gouvernement n’en parle pas, mais étant donné ce qui s’était passé auparavant, les pertes du régime étaient probablement exagérées199. Finalement, le 31, une unité de maquisards assaillit les positions du gouvernement à Dosso. Les commandos coupèrent les branchements téléphoniques et pénétrèrent dans le domicile du directeur de COPRO-Niger, une maison commerciale d’État, avant d’être chassés200.

Les jardins présidentiels

  • 201 Communiqué : Bureau politique, 17 oct. 1964.

94Pour le Sawaba, la déconcertante série d’évènements du mois s’avéra accablante. La plupart de ses assauts avaient échoué, bien que quelques-uns aient atteint leur but – au moins provisoirement. Dans un communiqué daté du 17 octobre, le bureau politique se vanta de ce que ses forces avaient infligé « des pertes sévères » à l’ennemi lors de plusieurs affrontements201. Certes, les maquisards avaient pris le bureau de douane de Bosso, même celui de Madarounfa ; ils avaient coupé les lignes téléphoniques à Dosso ; et ils avaient semé l’insécurité dans divers endroits en montant des embuscades et en attaquant des véhicules. Ils réussirent à se rapprocher de plusieurs villes, même à arriver à 100 km de la capitale. Et l’exploit le plus étonnant de tous était qu’ils avaient intervenu comme prévu en un laps de temps de dix jours à travers tout le pays. Leurs opérations démontrèrent qu’ils pouvaient compter sur les communautés locales de zones très différentes (Bosso, Tahoua, l’Ouest) et les paysans leur offrirent parfois le gîte, le couvert et des avertissements à propos des patrouilles.

  • 202 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 19 au 25 oct. 19 (...)

95Mais dans l’ensemble, les choses avaient très mal tourné. Dans pratiquement tous les cas, les assauts n’avaient pu prendre place parce que les commandos avaient été prématurément détectés, et lors de la plupart des affrontements, ils avaient été vaincus et chassés. Pire, au lieu de se rallier à eux, la population avait été montée contre eux. Face à la mobilisation des miliciens et des forces du gouvernement, les maquisards étaient facilement repérés et pourchassés. Leurs pertes les plus douloureuses furent celles relatives à la capture de hauts cadres du parti, y compris deux commandants de zone, pris avec des documents des plus sensibles. Si les maquisards infligèrent quelques pertes au gouvernement, ils perdirent au moins une dizaine de leurs coéquipiers – en fin octobre, les Français rapportent qu’une quarantaine de commandos avaient été tués. Vers le milieu de ce mois, le RDA avança que l’organisation interne du Sawaba avait été complètement détraquée202.

  • 203 « Événements survenus… 19 au 25 oct. 1964 » ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Premier (...)

96C’était là forcer le trait puisque la lutte était loin d’être terminée, mais au début de novembre, il était clair que le mouvement avait reçu une raclée qu’il aurait du mal à surmonter. Fidèle à ses habitudes, le RDA avait commencé à frapper son ennemi une fois les infiltrations commencées, mais cette fois à une échelle plus massive que par le passé. Les événements d’octobre corroboraient la paranoïa qui s’était déclarée depuis le début de l’année, et menèrent le régime à riposter de façon farouche et indiscriminée. Il y eut d’innombrables arrestations. Dans la nuit du 11 au 12 octobre, il y eut, à Niamey seulement, 400 arrestations au cours d’une inspection de masse des cartes d’identité, et le lendemain soir, les gardes républicains et les miliciens mirent la main sur 190 autres personnes. À Zinder, des domestiques et d’autres personnes travaillant pour les Européens, considérés peut-être comme étant le type même du membre du « petit peuple », furent soumis à interrogation. Les arrestations se répandirent dans d’autres localités, comme Torodi, Gaya et, plus tard, la région de Dosso où des sympathisants du Sawaba en liaison avec Ganda Djibo (l’ancien secrétaire particulier de Bakary) avaient exprimé leur soutien à l’invasion. Des dizaines de détenus furent transférées sur la gendarmerie de la capitale. Plus tard en octobre, les Français rapportent que plusieurs centaines de sympathisants du Sawaba avaient été appréhendées. Parmi eux, l’adjoint du commandant de cercle de Niamey et deux policiers. Comme nous l’avons noté, on savait que de telles personnes pouvaient avoir des tendances sawabistes, bien que les Français aient noté que les milices du parti et d’autres forces se comportaient de façon arbitraire – si bien qu’ils conseillèrent à leurs ressortissants de rester à la maison la nuit, puisque plusieurs Français avaient été rudoyés. Tous les chefs de circonscription du RDA devaient produire des listes de résidents suspects, et ces documents étaient compilés par le bureau politique pour transmission à la Sûreté et aux milices. Les arrestations étaient suivies d’interrogatoires, qui menaient à de nouvelles détentions, y compris de hauts fonctionnaires et cadres du Sawaba qui avaient jadis fait la paix avec le régime203.

  • 204 Il fut ensuite déposé chez lui sans autre forme de procès, avec le conseil de retou (...)
  • 205 « Événements survenus… 28 sept. au 4 oct. 1964 » ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Mam (...)

97Ainsi, son passé rattrapa Condat qui représentait Le Niger à Bruxelles mais qui fut rappelé dès septembre pour répondre à des critiques sans fondement d’un agent de l’ambassade. Il est plus probable que ses anciennes sympathies suscitaient la méfiance de Diori et Condat fut contraint d’accepter une position inférieure au ministère des Affaires étrangères. De même, Illa Salifou, ancien cadre UDN mais à présent diplomate aux États-Unis en congé à Niamey, fut interné dans un camp où il dut passer une semaine en compagnie de centaines de détenus204. De façon plus spectaculaire, le commandant de cercle de Maradi, Djibrilla Maïga, fut révoqué. Bien que fonctionnaire de carrière lié au RDA, il fût accusé d’activités sawabistes et le fait qu’il avait quelques armes en sa possession fut utilisé pour le transférer sur Niamey où il fut mis en résidence surveillée. La découverte d’infiltrations sawabistes dans les services de l’administration à Maradi est peut-être la cause de la fin de sa carrière. De plus, ses ambitions politiques avaient été frustrées, ce qui a pu stimuler des soupçons d’implication dans des complots anti-gouvernementaux (et le fait qu’il ait écrit un rapport sur les morts de Djirataoua ne peut avoir été apprécié par les « Rouges »). Après Maïga, ce fut le tour de Boubacar Diallo, ministre de la Fonction publique et président de la Cour de sûreté, une position que, selon les rumeurs, il aurait voulu utiliser pour essayer de juger l’affaire de Djirataoua. Diallo perdit ses postes le 30 septembre sous l’accusation d’avoir fait de la rétention d’information sur la mutinerie militaire de l’année précédente. Sa femme et lui-même auraient été battus à la gendarmerie et interrogés au BCL205.

98Le sort du leader de la mutinerie lui-même, le capitaine Diallo, montre qu’ils pouvaient s’attendre à un terrible châtiment. Le 4 octobre, ayant entendu parler des premières infiltrations du Sawaba, il aurait simulé une crise d’épilepsie conduisant le commandant de cercle de Tillabéri à le faire venir pour discussion. Lorsqu’il fut mené de sa cellule à la résidence de l’administrateur, les passants virent le capitaine

  • 206 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964.

« décharné, véritable squelette, hirsute, aveuglé par la lumière du jour, hurlant ce qu’il endurait dans son cachot qu’il n’avait pas quitté depuis plus de quatre mois206 ».

  • 207 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.
  • 208 Entretien avec Kanembou Malam, ancien militaire, Diffa, 12 févr. 2006. On ne connaî (...)

99Le traitement réservé par le régime au Sawaba allait être effroyable et les ordres à ce sujet vinrent du sommet. Les Français rapportent que Diori avait signé des instructions intimant que « tous les terroristes qui [seraient] pris armes à la main [soient] exécutés sans pitié207 ». Ceci ouvrit la voie aux contre-mesures – et aux abus. À Bosso, l’ordre fut de mettre la main sur le leader local du commando Sawaba, Aba Kaka, mort ou vif, et les gens qui refusèrent de participer à la battue furent dénoncés comme sawabistes, arrêtés et amenés. Durant cette chasse à l’homme – on ne sait à quel moment exactement – on montra aux gens de Bosso le corps d’un commando mortellement blessé. Ils furent forcés de faire la fête et de danser devant lui, sous peine de dénonciation, après quoi le corps fut enterré208.

100Le gouvernement central ne se priva pas non plus de faire acte de profanation. Le corps de Dandouna Aboubakar avait été amené à Niamey et exposé dans les jardins du palais présidentiel où il pouvait être observé par le public. Dans l’intervalle, en fin d’après-midi du 12 octobre, six hommes de l’unité de Madarounfa – Abdou Iddi, Hamissou Dadi Gaoh, Mallam Kalla, Barao Balla, Sani Namadina et leur leader, Sallé Dan Koulou – apparurent devant la Cour de sûreté, assemblée en séance d’urgence sous la présidence du député RDA Noma Kaka. Avant minuit, Dan Koulou, Abdou Iddi, Mallam Kalla et même Dadi Gaoh (dont le père était le commandant de la circonscription d’Illéla) avaient été condamnés à mort. Sani Namadina fut condamné à 15 ans de prison et Balla, à dix.

  • 209 À côté du cinéma Sonni. La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 41 ; (...)
  • 210 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5448/CH ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Fic (...)
  • 211 Interviews Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 29 fév (...)
  • 212 Le Monde (Paris), 4 févr. 1965.
  • 213 L’emplacement de la tombe de Dandouna est inconnu. Selon Beidari, il doit s’agir d’ (...)

101Le lendemain après-midi, une camionnette munie d’un haut-parleur fit le tour de la ville, appelant le public à se rendre au lieu d’exécution, près de la Grande Mosquée, à la périphérie de la capitale209. Une dizaine de milliers de gens se rassemblèrent sur le site, formant un demi-cercle derrière un cordon de miliciens. On avait dressé quatre poteaux d’exécutions au centre210. L’ancien militant UDN Illa Salifou ne voulut pas y aller tandis que le fils de Baoua Souley (photo 12.9), qui vivait à Dosso, écouta, nerveux et mal à l’aise, l’émission annonçant en musique l’approche des exécutions. D’autres n’eurent pas le choix. Des commandos comme Ali Mahamane Madaouki, arrêté dans le secteur de Magaria, et Tini Malélé, le commandant de zone détenu en Haute-Volta, furent amenés pour voir – tout comme Boubacar Diallo et Djibrilla Maïga, renvoyés du cabinet ministériel et des services administratifs de Maradi une quinzaine de jours plus tôt. Par contraste, Mounkaila Beidari, militant d’une des cellules de Niamey, alla délibérément assister à l’événement, consumé par une haine du RDA qui remontait à l’époque de la mort de son père. Les tam-tams résonnèrent, les femmes étaient joyeuses : à 18 h 30, les condamnés furent placés en face du peloton d’exécution formé de militaires – Dadi Gaoh aurait conservé jusqu’à la fin une attitude de défi (photo 12.10)211. Ils tombèrent, criblés de balles212. Les femmes applaudirent après la dernière volée, les hommes étaient plus réservés. Pendant ce temps, le corps de Dandouna Aboubakar avait été traîné hors des jardins du palais présidentiel pour être exposé au niveau du nouveau siège de la police. Beidari s’y rendit également et vit les gens mettre du sable dans la bouche de son camarade et une pierre sous sa nuque afin que son visage puisse être clairement visible ; ils dirent qu’il le méritait. On laissa le cadavre du charpentier plein de passion pourrir des jours durant213.

Photo 12.9 – Ibrahim Bawa Souley dans son bureau, Niamey, 2005.

Photo 12.9 – Ibrahim Bawa Souley dans son         bureau, Niamey, 2005.

Photo 12.10 – Hamissou Dadi Gaoh (Sawaba, déc. 1964).

Photo 12.10 – Hamissou Dadi Gaoh (Sawaba, déc. 1964).
  • 214 Interview Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003. Ceci toucha un point sensible (...)
  • 215 Le Monde (Paris), 16 oct. 1964.
  • 216 Entretien avec Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003.
  • 217 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.

102Avec ces actions, le régime avait franchi une barrière. La mise à mort d’hommes du Sawaba (y compris un ancien député) et la profanation du corps du célèbre syndicaliste provoquèrent des remous214, alimentant la colère des militants du mouvement215. Il en était ainsi en particulier de Amadou Diop qui s’était échappé après le drame de Dibissou et avait dû croire que tous les membres de son unité étaient morts216. Depuis sa base de Sokoto, il entreprit une mission de reconnaissance sur la région de Maradi avant de se rendre à Accra pour consultation217. La guerre de guérilla est irréductible en partie parce que les belligérants refusent de voir en leurs opposants des interlocuteurs légitimes et, en général, ne considèrent pas que les impasses militaires – lorsqu’il y en a – soient terminales : pour les forces d’une guérilla, les perspectives de victoire dépendent de toute façon moins de batailles décisives que de la capacité à gagner du temps et à épuiser les forces du régime. La population du Niger s’étant abstenue de se joindre aux commandos pour renverser de concert avec eux le RDA, la guerre du Sawaba ne fit pas exception à la règle.

Nouveaux assauts, nouvelles représailles

  • 218 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. 1964. Mention est ajo (...)
  • 219 « Événements survenus… 2 au 8 et 16 au 22 nov. 1964. »
  • 220 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; ib (...)
  • 221 Ibid. Ceci n’était certainement pas le premier affrontement à Alambaré impliquant l (...)
  • 222 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 9 au 16 nov. 196 (...)

103Les confrontations se poursuivirent donc. Durant la nuit du 1er au 2 novembre, il y eut une attaque dans la région de Téra. Selon les services français, quatre maquisards armés de pistolets et de mitraillettes étaient impliqués218. On ne sait s’ils faisaient partie de l’unité de Idrissa Arfou, qui s’était retirée au Mali après le premier engagement à Téra, mais au début du nouveau mois, un groupe de commandos infiltra la région à partir du territoire malien219. La nuit de l’attaque de Téra, une unité de dix commandos (faisant sans doute partie de celle de Mounkaila Albagna) fut prise dans un combat avec les forces gouvernementales dans le secteur de Torodi, au sud-ouest de Niamey. Selon les Français, il y eut deux blessés côté gouvernement et un mort, peut-être deux, côté Sawaba220. Il y eut en même temps des affrontements à Dosso et Birnin Gaouré, localité située entre Dosso et la capitale, bien qu’il a pu s’agir là d’un échange de tirs « amicaux » entre troupes gouvernementales. Le 4, un groupe commando fut aperçu entre Alambaré et la Tapoa, près du Parc du W, mais il se dispersa après avoir été pris à partie par les militaires221. Le 6 novembre, une unité de maquisards quitta Malanville pour Gaya, où elle se trouva en présence de miliciens munis de chiens. Un commando, quatre peut-être, se rendirent. Ce même jour, selon le Sawaba, il y eut une confrontation quelque part au nord-ouest, au cours de laquelle ses forces auraient tué deux opposants et blessé un troisième tout en s’emparant de quelques fusils222.

  • 223 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. 1964 ; Kaziendé, Souv (...)

104Ces unités faisaient clairement partie d’une deuxième vague d’infiltrations. Le 9 novembre, un affrontement plus sérieux eut lieu à Dargol et peut-être près de Bandio également. Une dizaine de maquisards, issus d’un regroupement des unités du Mali et de Haute-Volta qui avaient infiltré la région de Téra à la mi-octobre, étaient impliqués. Durant la nuit, les commandos – parmi lesquels se trouvait Albagna mais pas Idrissa Arfou – attaquèrent directement le poste de gendarmerie à l’aide de fusils et de grenades. L’arme de Albagna, un pistolet automatique, s’enrailla mais les autres marchèrent et un garde de circonscription fut blessé par une grenade. Il n’y eut pas d’autre victime et l’attaque fut peu concluante. Le régime ayant envoyé des gendarmes pour renforcer le poste, les commandos furent forcés de se retirer. Albagna – ou « Yayé », de son nom de guerre – voulait aller à Say, à 150 km au sud-est. Avec ses camarades, il traversa la Sirba, un affluent du Niger, et descendit vers le village de Bossey Bangou, sur la frontière voltaïque. Mais la population avait peur et ne fournit pas d’informations sur les patrouilles. Les maquisards tirèrent sur un garde qu’ils blessèrent et désarmèrent, mais étant donné la manière fraîche dont ils avaient été reçus, ils décidèrent de rebrousser chemin et de tâcher d’atteindre le territoire malien via Dargol et Kakourou (Loga Kokorou223).

  • 224 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 19 oct. 2011 ; Bulletin mensu (...)

105Dargol était un territoire plus sûr puisque la population, d’obédience sawabiste depuis les années 1950, refusait d’aider les autorités de quelque façon que ce fût. Le régime se plaignit non seulement de l’indifférence des habitants, mais aussi de leur « attitude néfaste » et de leur complicité dans l’assaut contre la gendarmerie. Il nota que personne ne s’était porté au secours des gendarmes en difficulté ni ne s’était efforcé de prévenir les autorités de l’attaque imminente, de laquelle de nombreuses personnes étaient « bien au courant ». Comme nous le verrons bientôt, cette connivence s’étendait jusqu’au chef de canton, dont le second n’était autre que le père de Mounkaila Albagna. Dans cette région, les maquisards réussirent donc à éluder les forces du gouvernement durant plusieurs semaines. En combinaison avec des rumeurs d’attaques imminentes – comme dans la zone de Ayorou-Téra au milieu du mois – tout ceci leur donna une « aura d’ubiquité », suivant les mots d’un ministre. Bien qu’on estime à seulement une trentaine les commandos présents dans la région, les patrouilles du gouvernement n’avaient toujours produit aucun résultat à la première semaine de décembre224.

  • 225 Interviews Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006. L (...)

106Si dans le secteur de Bosso les maquisards bénéficièrent aussi de l’impopularité du régime, l’avantage tactique se trouvait ici dans l’éloignement de la région combiné à un environnement propice. Les maquisards de Aba Kaka revinrent du Nigeria à une date inconnue et préparèrent une embuscade contre un convoi de percepteurs d’impôt transférant des fonds sur Nguigmi. Il y eut un échange de coups de feu au cours duquel un commando fut tué. Les maquisards ont dû venir à bout du convoi puisqu’ils purent se saisir de l’argent qu’ils auraient ensuite distribué. Ils se retirèrent dans une île du nom de « Chassa Koura » – une cachette à la dense végétation. Une cache d’armes fut mise en place et on obtint des provisions lors de visites nocturnes au marché d’une ville nigériane225.

  • 226 50 000 F CFA pour un commando tué, 25 000 F CFA pour une arrestation, 10 000 F CFA (...)

107Le succès du commandement de Bosso ne compensait cependant que bien peu l’effet à long terme de la mobilisation des forces du régime. Ayant à présent atteint son deuxième mois, cette mobilisation commençait à rendre les opérations de plus en plus difficiles, voire impossibles. Au cours de la troisième semaine de novembre, une brigade de maquisards fut découverte dans le cercle de Tillabéri. Bien que le Sawaba y ait bénéficié d’un soutien important par le passé, cette région n’a jamais été un fief incontesté du mouvement et les commandos furent donc en butte aux milices des secteurs de Satoni et Semo. En début décembre, quatre d’entre eux périrent dans une fusillade et deux autres furent arrêtés en possession d’armes (un MAS 36, cinq grenades, trois armes de poing et une mitraillette). Mais les miliciens perdirent deux hommes et eurent cinq blessés, ce qui indique l’intensité croissante des combats, sinon la colère et le désespoir des hommes du Sawaba. Les Français rapportent que l’action des milices était aiguillonnée par la promesse de récompenses considérables pour ceux qui tuaient ou capturaient des maquisards – les primes étant immédiatement payées par le commandant de cercle226.

  • 227 Le coupable (un officier de douane) aurait été mis aux arrêts. Interview Kanembou M (...)
  • 228 Ibid. Kanembou Malam, ancien militaire, avance que les trois hommes avaient déserté (...)
  • 229 Ibid. ; interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; document sans titre ni date, SHA (...)

108La mobilisation des forces du régime commença à avoir des effets même dans l’extrême est. Un certain Ousseïni, coéquipier de Kaka, fut trahi par une femme de Bosso lorsqu’il essaya de rendre visite à son épouse. Il fut arrêté et forcé de révéler l’endroit où il avait caché de l’argent. Sa maison fut brûlée227. Trois autres membres de l’unité de Kaka, qui s’étaient séparés du groupe principal pour s’installer dans un village de pêcheurs du nom de Woullo, sur la frontière tchadienne, furent découverts dans des circonstances similaires. Après qu’on les eût dénoncés aux autorités de Nguigmi, des policiers de Bosso en civil capturèrent deux d’entre eux tandis que le troisième réussissait à s’échapper en nageant à travers la Komadougou228. Dans l’intervalle, les autorités nigérianes et les militaires nigériens avaient enclenché des opérations conjointes. Un maquisard non-identifié fut appréhendé avec trois fusils dans un marché du nord-est nigérian – peut-être Kukawa, où quatre commandos furent pris le 12 novembre. Les Nigérians les amenèrent à Maiduguri pour transfert sur Niamey, et les interrogatoires produisirent des informations concernant « Chassa Koura ». Les deux commandos arrêtés à Woullo furent contraints de conduire 40 soldats nigériens jusqu’au lieu de cachette, non sans avoir dû d’abord traverser la Komadougou. Des habitants du village de Boulayi contribuèrent à la battue. Un petit nombre de soldats gagnèrent l’autre côté du fleuve, forcèrent leurs guides-maquisards à les mener au sanctuaire et, de concert avec des militaires nigérians, encerclèrent l’île où Kaka se trouvait à présent embusqué avec une demi-douzaine d’hommes (15 novembre). Il y eut un échange violent, au cours duquel une personne fut blessée et trois maquisards furent arrêtés, y compris l’élève de Marnia Bachir Moustapha dit Moutti, combattant « redoutable » selon le gouvernement nigérien. Les autres, y compris un certain Mounkouta et Kaka lui-même, purent s’échapper. Le détachement militaire trouva sur l’île des preuves indiquant la présence d’un groupe commando d’au moins une vingtaine d’hommes229.

  • 230 « Événements survenus… 2 au 8 et 16 au 22 nov. 1964. »
  • 231 Entretiens avec Oumarou Janba et Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003.

109Des patrouilles intensives rendirent ainsi toute action de guérilla pratiquement impossible. Les rapports commencèrent évoquer des commandos « peu combatifs230 » aperçus ici et là. Ayant reçu l’instruction de ne pas tirer sur le peuple, les maquisards, déconcertés par l’accueil reçu, n’avaient dû savoir que faire d’autre sinon tirer en l’air231. Alors que bon nombre de leurs camarades étaient à présent en détention, ils avaient du mal à trouver un refuge sûr entre un hinterland qui devenait toujours plus dangereux et un champ de bataille où ils couraient le risque d’être immédiatement pris en chasse. Comme il devenait difficile de continuer dans la logique de la guérilla (entreprendre des opérations coup de main répétées), de nombreux commandos se mirent à errer dans la campagne, ne sachant que faire d’autre. Dans cette ambiance de tragédie, les forces du régime n’eurent pas de mal à les détecter. Lors d’un meeting à Zinder, le RDA transmit les instructions de Diori sur le fait de tirer à vue pour tuer, autorisant ses militants à « abattre sur-le-champ toute personne inconnue portant en cachette des armes ou des munitions ». Ceci, nota-t-il, ne devait guère être difficile car

  • 232 Procès-verbal de la réunion du 7 nov. 1964.

« les insurgés SAWABA sont faciles à remarquer malgré leur façon de se déguiser […] car ils sont généralement affamés, assoiffés232 ».

  • 233 Ceci a été confirmé lors d’entretiens avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Ouma (...)
  • 234 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

110La déshydratation, la faim et la fatigue233 marquaient toujours plus une insurrection populaire qui, jusqu’à présent, peinait à se matérialiser, et bien qu’on doive se méfier des sources proches du régime sur ce point, puisque le RDA avait intérêt à tourner son opposant en ridicule, la peur, disait-on, étreignait les maquisards234.

  • 235 Interview Abdou Adam & Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009.
  • 236 Siddi avait quatre pistolets, sans doute pris auprès de ses camarades, en plus d’un (...)

111Le désespoir croissant n’empêchait pas, cependant, des actes occasionnels d’héroïsme. Bénéficiant de soutiens dans la région de Tahoua235, Siddi Abdou, le leader de l’unité qui avait infiltré l’Ader, ne voulait pas se rendre. À la fin du mois de novembre, il se trouvait dans le secteur depuis plusieurs semaines et tous ses hommes avaient été capturés. Siddi alla alors chez ses beaux-parents en quête de nourriture, mais ses derniers étaient en mésentente avec lui du fait de ses relations avec son épouse (avec laquelle il était divorcé, mais qu’il continuait à voir, si bien qu’elle était tombée enceinte). Lorsqu’on refusa de lui donner abri, Siddi – personnage imposant et de haute stature – eut une prise de bec avec un de ses beaux-parents. Il lui tira dessus et le blessa avant de s’enfuir à cheval. Le commandant de cercle organisa une opération pour le localiser et Siddi fut acculé le 28. Le commandant de guérilla refusa de quitter une cachette de fortune et se mit à tirer et à lancer des grenades tout en brûlant les documents qu’il portait sur lui. Un sous-officier au moins fut blessé, mais la mitraillette de Siddi s’enrailla et il déclara qu’il était prêt à se rendre. Puis il se tira une balle dans la bouche au moment même où il allait être pris236.

  • 237 Interview Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006.

112Les évènements de Bosso et de Tahoua montrent que les risques de trahison devenaient toujours plus importants, avec une population à présent pétrifiée. Un autre membre des forces de Aba Kaka fut capturé dans des circonstances obscures, après que son épouse, fille d’un officiel du régime, ait refusé de le suivre au Nigeria. Sous la menace, il conduisit les forces gouvernementales jusqu’à une cachette de Kaka, qui s’était encore déjà enfui, leur abandonnant une importante cache d’armes237.

  • 238 Le forestier soupçonné, Karimou Farimonzon, fut aussi l’objet d’une enquête. Télégr (...)

113Même dans la grande région Téra-Dargol, la trahison ou plutôt, les dénonciations, encouragées par le régime, commencèrent à produire leur effet. En forçant la population à être plus participative, la mobilisation de la région de Tillabéri offrit un exemple utile et si l’on considéra des manières d’étendre le système des primes aux villages de l’Ouest, on ne se priva pas non plus de mesures plus sévères. Les miliciens et le chef de la gendarmerie, le capitaine Badié, furent envoyés dans les régions de Say et Téra afin de « redonner à ces populations un “sens civique plus développé” » – les services français clarifiant la chose en ajoutant que « de nombreuses arrestations [furent] effectuées dans ces régions ». Ainsi, après l’attaque de la gendarmerie de Dargol, les forces gouvernementales détinrent plusieurs personnes dénoncées pour complicité par un garçon de neuf ans vivant dans la concession du chef de canton. Bien que certains d’entre ces gens furent relâchés quelques jours plus tard, la mesure contribua à l’installation d’un climat de peur dans le contexte duquel les commandos ne pouvaient être sûrs de continuer à recevoir le soutien de la population. Partout, des groupes de cavaliers furent formés pour traquer les maquisards238.

  • 239 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009 ; Mamoudou Béchi (...)

114Ainsi, en route pour la frontière malienne, Mounkaila Albagna et ses camarades voyagèrent à travers le secteur de Dargol mais s’égarèrent et, environ un jour après leur retour de Bossey Bangou sur la frontière voltaïque, arrivèrent à un village du nom de Mamasseye, près du fleuve Niger, au nord de Satoni. Nous avons vu qu’il ne s’agissait pas là d’une zone politiquement sûre, mais ils étaient au bord de l’épuisement. L’un d’entre eux, Souleymane Dahani, ne pouvait plus continuer, et ils furent contraints de faire halte au village pour la nuit. Les habitants alertèrent les autorités et lorsque les commandos – au nombre de six à présent – poursuivirent leur voyage le lendemain matin, ils tombèrent sur des miliciens et une bataille éclata. Albagna était encore en possession de trois grenades, mais la dernière n’explosa pas et les hommes essayèrent de gagner le fleuve où ils disposaient d’une pirogue. Ils furent pourchassés par les miliciens et Doudou Bondiaré et Daouda Hima – l’élève de Marnia, qui avait résidé à la Villa Lotus – furent tués, ainsi que Hama Altiné, qui avait servi de guide. Les autres essayèrent de s’enfuir en pirogue mais furent rattrapés – Souleymane Dahani étant tué par un coup de harpon ou de sagaie dans le cou. « Yayé » fut manqué de peu et fut mis aux arrêts, avec le militant restant, un certain Hanakoye Saley239.

  • 240 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003. Son frère Mamoudou Béchir (inter (...)
  • 241 Sorka Idrissa fut qualifié de « véritable poids mort ». Bulletin mensuel de renseig (...)
  • 242 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005.

115Albagna avait été épargné sans doute pour besoins d’interrogatoire, et, avec Saley et les cadavres de leurs camarades, il fut transféré sur Niamey. Ce fut le signal d’une vague de terreur pour la région240. À Dargol, les gens essayèrent de se cacher mais furent forcés de se dénoncer mutuellement et de regarder leurs voisins se faire battre, comme Saïbou Abdouramane (photo 12.11), paysan et fils d’un sawabiste de Gothèye qui avait admis avoir la même allégeance. Après que les gendarmes en aient fini avec lui, il se serait retrouvé complètement couvert de sang. D’autres furent forcés de rechercher des commandos ou de révéler la présence de caches d’arme et, quand cela ne marchait pas, ils étaient maltraités (certains étaient forcés de regarder le soleil) et devaient payer de lourdes amendes. Certains résidents de Dargol, tel qu’un Zarma du nom de Kimba, un certain Younoussi, président de la section RDA de la bourgade, et Katkoré Amadou, député RDA de Téra, commirent beaucoup de dénonciations. Le chef de canton de Dargol, Sorka Idrissa, fut renvoyé pour sa passivité durant les infiltrations (des mesures similaires étaient prévues à l’encontre des chefs de canton de Téra et de Diagorou, au sud de Téra). Les sawabistes de Téra, probablement des militants de l’intérieur, furent incarcérés et battus, certains d’entre eux au point où ils seraient devenus sourds241. Les habitants de hameaux des alentours de Bandio furent forcés de s’installer dans le village même pour surveillance. Le chef de Bandio – localité généralement considérée comme un fief du Sawaba – fut arrêté, tout comme d’autres résidents connus pour leur passé sawabiste. Ceux qui osèrent présenter leurs respects à la famille de Hama Altiné, le commando tué à Mamasseye et originaire d’un hameau des environs, furent emprisonnés à Agadez, Téra, Tillabéri ou Dosso242.

Photo 12.11 – Saïbou Abdouramane, Dargol, 2005.

Photo 12.11 – Saïbou Abdouramane, Dargol,         2005.
  • 243 « Cour Martiale ». Ceci signifie qu’elle pouvait tenir session sans délai. Les incu (...)
  • 244 Le Niger, 16 nov. 1964 ; « Événements survenus… 9 au 16 nov. 1964 » ; Génédef Abidj (...)
  • 245 Ils auraient voulu la faire pleurer, ce qu’elle n’aurait pas fait. Voir note suivan (...)
  • 246 Interview Saïbou Abdouramane, Dargol, 31 oct. 2005 ; télégramme Génédef Abidjan à M (...)

116Mais le pire était à venir. Les 11 et 12 novembre, la Cour de sûreté, transformée en tribunal militaire fonctionnant sans instructions243, jugea 30 maquisards. Sept furent condamnés à mort, 16 à des peines de prison de plus de neuf ans, plusieurs reçurent une sentence de 20 ans d’emprisonnement, et quelques-uns furent condamnés à la perpétuité. Parmi les condamnés à mort figuraient Tini Malélé, le commandant de zone originaire de Gothèye, et Altiné Gnogolo (Atti Gnogolo ou Seybou Djibo Gnongolo dit ATL), natif du même endroit. Le lendemain, Malélé, qui avait dû assister aux exécutions de Niamey, fut amené à Gothèye et fusillé au cours d’une cérémonie publique. Reproduisant l’exécution des pillards toubou de l’année précédente, lorsque les condamnés avaient été fusillés dans des lieux différents en vue d’obtenir un effet maximum, le régime voulait à présent exécuter les commandos dans les localités de l’Ouest ayant des communautés Sawaba, y compris Dargol, Bandio et Téra. Les services français rapportent que « la population […] rassemblée à coups de bâtons par la milice [fut] obligée d’y assister ». Le jour de l’exécution de Malélé, Gnogolo fut amené à Dargol où vivait sa fiancée244. On le fit se tenir près d’un bâtiment situé sur la rue principale de la bourgade. Ses mains étaient liées au dos, il demanda une cigarette – qui lui fut donnée – et les gens furent forcés de regarder, y compris sa fiancée245. Après l’exécution, effectuée par les gardes républicains ou les militaires, les gens furent contraints d’applaudir246.

  • 247 Les sources écrites du temps mentionnent quatre exécutions. Alfari, Mémorandum, par (...)
  • 248 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005. UDN/Sawaba, « Liste des responsable (...)
  • 249 Ses intestins en seraient sortis. Voir note suivante. Cette personne est aussi appe (...)
  • 250 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005. UDN/Sawaba, « Liste des responsable (...)
  • 251 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; Le (...)

117Un autre sawabiste aurait été exécuté à Dargol, peut-être ce jour même : Boubacar Amirou (Boubacar Mossi), un oncle de Mounkaila Albagna, dont toute la famille fut arrêtée. Amirou ne fut cependant pas fusillé mais battu à mort par les gendarmes lorsqu’il refusa de donner des informations sur les commandos247. Le corps de Hama Altiné avait, dans l’intervalle, été apporté de Mamasseye à Bandio pour y être exposé. Altiné avait introduit le parti dans le secteur, battant activement campagne pour le Sawaba. De Bandio, le corps fut traîné à Dargol parce qu’il avait participé à l’attaque de la bourgade248. Le 12 peut-être, un certain Issifi, sawabiste (marabout ?) de Téra, fut amené à Bandio. Il fut contraint de se tenir devant une planche fixée au mur d’une maison, et on le fusilla249. Un trou fut creusé où l’on jeta sommairement le corps (photo 12.12)250. Les Français, tout comme le régime, rapportent aussi une exécution à Téra, peut-être d’un certain Abdoulkadri. Un commando du nom de Souley Mossi y fut tué par le capitaine de police Seydou Salifouzé (Salifouizé), qui lui aurait tiré une balle dans la tête251.

Photo 12.12 – Mamane Boureïma de Bandio auprès de la tombe sans épitaphe de « Issifi » de Téra.

Photo 12.12 – Mamane Boureïma de Bandio auprès         de la tombe sans épitaphe de « Issifi » de Téra.
  • 252 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964.
  • 253 Interviews Zoumari Issa Seyni & Abdou Adam (ex-officiel du RDA), Niamey, 30 janv. e (...)
  • 254 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; « (...)
  • 255 Mounkaila Albagna (Niamey, 29 nov. 2003) explique la survie de Djibo en prétendant (...)
  • 256 Le Niger, 16 nov. 1964 ; interviews Ali Amadou & Mounkaila Albagna, Niamey, 31 janv (...)

118Bien que les services français aient constaté que les exécutions n’étaient « guère appréciées » des gens252, la pratique fut répétée dans d’autres régions. Deux sawabistes furent fusillés le 10 décembre dans les villes où ils avaient été capturés. Il s’agissait de Yacouba Issa, membre de la brigade de Dan Koulou, qui trouva la mort à Madarounfa. L’autre était peut-être un certain « Yacouba », qui fut exécuté à Maradi. Il a dû y avoir aussi des exécutions à Nguigmi et Tahoua, à des dates inconnues253. Le 11 décembre, à dix-sept heures, une exécution eut lieu dans la ville religieuse de Say254. Il ne s’agit pas cependant de Hassane Djibo, l’élève de Nankin natif de la ville voisine de Kollo, et qui avait été capturé dans les environs du Parc du W. Il avait aussi été condamné à mort, accusé d’avoir tué l’un de ses poursuivants. Le régime avait l’intention de le faire fusiller à Say, mais les marabouts du lieu s’opposèrent à toute nouvelle exécution – probablement pour des raisons religieuses – et pressèrent Diori d’y renoncer, sur quoi Djibo fut laissé dans sa cellule255. Les autorités procédèrent néanmoins à l’exécution de Kanguèye Boubacar, le leader commando du secteur de Zinder. Il fut fusillé à Magaria, exécution qui fut cause de troubles, avec Kanguèye bravant ses tourmenteurs et proclamant que la vérité triompherait un jour256.

  • 257 Elles avaient été postées d’Accra, de Côte d’Ivoire et d’Europe, y compris d’Annema (...)
  • 258 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 22 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; « (...)

119À la mi-décembre, quelques-uns des commandos restants parvinrent à pénétrer dans un secteur proche de la capitale où des tracts et des pamphlets furent laissés, manifestement pour tâcher de perturber la fête du 18 décembre. Comme nous l’avons vu, des efforts de propagande avaient dès le départ accompagné les infiltrations, au point où, en octobre, des notes avaient été envoyées à Diori et à d’autres personnalités, affirmant que leur régime était illégitime257. Le gouvernement réagit par de nouvelles fouilles et il y eut plusieurs arrestations à Niamey. Dans l’intervalle, on rapporta la présence d’une petite unité de maquisards dans la région de Tillabéri. Il ne s’agissait là, cependant, que d’activités symboliques ou des vestiges des forces qui erraient dans la campagne. Un rapport mensuel sur le secteur de Téra note que les attaques qui avaient tant ébranlé la région avaient cessé, et si la vigilance restait encore de mise, la vie avait retrouvé son cours normal258.

  • 259 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 1 (...)

120L’invasion du Sawaba avait non seulement échoué, mais les vagues d’infiltration avaient jeté son organisation militaire en plein désarroi, avec de nombreux hommes tués ou arrêtés – y compris des membres clefs du commandement. Des armes et des documents sensibles avaient été saisis. Les capacités offensives avaient été réduites à néant, forçant le reste des maquisards à faire retraite dans les hinterlands de l’Ouest et du Sud. Dès le 20 novembre, un diplomate britannique rapportait que Diori était très confiant, ajoutant qu’il ne fait pas de doute que « pour le moment, il [avait] complètement maîtrisé la menace posée par les activités de Bakary ». Nous ne disposons d’aucun moyen d’évaluer de façon précise les pertes du Sawaba, mais Chaffard, qui travaillait sur la base de sources liées au régime, avance que 136 hommes avaient été arrêtés, à savoir plus de la moitié de l’effectif total des forces initiales, qu’il a estimé à environ 250. Il parle d’environ une dizaine de morts, mais comme nous l’avons vu, dès la mi-octobre, les Français mentionnent le chiffre de 40 tués. Un article paru dans un périodique suisse, et basé aussi sur des sources proches du régime, rapporte de même qu’une centaine de commandos avaient été mis hors jeu, parmi lesquels une soixantaine avait fini en prison259.

  • 260 Communiqué no 6 ; Front démocratique de la patrie (Parti Sawaba) : Déclaration, 13  (...)

121Le leadership externe du mouvement n’avait pas d’autre choix que de mettre un frein à sa bravade rhétorique dans son communiqué du 17 octobre, admettant dans une déclaration publiée à la mi-novembre que ses forces avaient subi des pertes dans l’Ouest et avaient été « traîtreusement attaquées par-derrière », i. e., au Nord Nigeria et en Haute-Volta. Il vilipenda les membres du régime et parla avec indignation de l’exécution de ses commandos dans la région Ouest. Tout en prétendant de façon absurde que les maquisards tenaient bon, la déclaration ne pouvait éviter l’impression que la délivrance attendue de l’invasion par le Sawaba n’allait pas se produire de si tôt260.

Notas

1 On rapporta en effet que les pylônes avaient été « déboulonnés ». Voir note suivante.

2 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 29 juin-5 juillet 1964, 840, no 27 et 6-12 juillet 1964, 852, no 28 ; SHAT, 5 H 126/7.

3 La réponse de Beidari a pu être affectée par une conversation antérieure sur le complot du « Plan B » de 1960, avec des accusations forgées par le régime. En parlant de l’affaire des télécommunications, il mit par la suite l’accent sur le rôle du régime dans la guerre psychologique. Si Beidari a joué, dans les cellules de Niamey, un rôle plus marginal, cela pourrait aussi expliquer son ignorance de cette attaque. Interviews Mounkaila Albagna et Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. 2003 et 2 déc. 2003.

4 Il n’est pas non plus fait mention d’enlèvement de métaux ou d’une continuation de la destruction de l’installation.

5 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13-19 juillet 1964, 882, no 29 ; SHAT, 5 H 127.

6 Ceci pourrait rendre compte du fait qu’il n’y ait pas eu usage d’explosifs.

7 Il n’est pas sûr qu’il se soit agi de la même installation. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13-19 juillet 1964, 882, no 29 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 avr. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

8 Chap. 11, niveau n. 139. L’assassin présumé avait un pistolet, arme qui n’était pas courante dans la région des Toubou.

9 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 8-14 juin 1964, 747, no 24 ; SHAT, 5 H 127.

10 Certainement informée par les capacités répressives du régime lors du massacre de Djirataoua.

11 Voir chap. 10, niveau n. 25.

12 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 10-16 août 1964, 982, no 33 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 10 au 16 août 1964 » ; SHAT, 5 H 127 et 10 T 210.

13 Voir chap. 10, niveau notes 18-20.

14 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 8.1.

15 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 31 août au 6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; SHAT, 5 H 127 ; document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 2 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Rapport annuel1964, 436.8 : Maradi ; ANN, FONDS DAPA ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S - Note d’information ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Koussanga Alzouma martyr de la cause africaine » ; pamphlet Sawaba sans date (ca. 1964) ; interviews Harou Kouka et Georges Condat, Niamey, 26-27 nov. 2003. Les pistolets automatiques étaient généralement de conception semi-automatique.

16 Une source proche du RDA avança par la suite que Hamballi venait de Nguigmi, suggérant qu’il y était entré en contact avec Diougou Sangaré, qui, comme nous l’avons vu, avait fait la paix avec le régime et était à présent sous-préfet dans l’extrême-est. Interview Harou Kouka, Niamey, 26 nov. 2003. Si cela est exact, il est possible que Hamballi ait contacté le réseau de Koussanga Alzouma, qui se trouvait à Maradi mais était originaire de Nguigmi.

17 Cette unité comprenait aussi Chaibou Souley, qui avait été au Maroc et en Chine ; Ibrahim Keita ; Ado Dodo (un Bouzou) ; et Amadou Roufaï Malam Garba, qui était avec Madaouki au Maroc. Entretiens avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003.

18 La mitraillette était de fabrication allemande (« model 43 ») et les pistolets étaient un Mauser et un Beretta, l’un d’entre eux d’origine tchèque. Les munitions consistaient en 100 cartouches (calibre 9 et 8 mm). Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S et Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2.

19 Ibid. ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; 31 août au 6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 31 août au 6 sept. », « 7-13 sept. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964. La Guerra de Guerillas du Che fut publiée en 1961. En 1964 sans doute une version française était disponible en Algérie.

20 Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. et 2 déc. 2003. Si Hamballi avait vu Diougou Sangaré à Nguigmi avant de venir à Zinder, se peut-il que ce dernier ait joué un rôle ? De son propre aveu, Sangaré était alors prêt à combattre le Sawaba et ses infiltrations. Interview, Tessaoua, 9 févr. 2006. Il n’y a pas cependant pas de preuves soutenant une telle accusation.

21 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; Rapport annuelAnnée 1964, no 436.12 ; ANN, FONDS DAPA ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à P.R.A. Mansfield, Foreign Office, 23 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Hamballi) ; ibid., 19 oct. 1964 (avance que l’arrestation s’était produite le 29 août, ce qui est sans doute une erreur) et 21 oct. 1964 ; entretiens avec Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 26 nov. 2003, Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003, Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006, Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 et Moukaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003, qui croyait de façon erronée qu’elle s’était produite à Gaya. Beidari assure que Hamballi se trouvait avec Issoufou Danbaro, tous deux natifs de la région de Gaya. Il est vrai que Hamballi venait de Dioundiou (au nord de Gaya), mais l’infirmier vétérinaire vécut par la suite à Zinder. Le Niger, 23 nov. 1964.

22 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; interview Ali Mahamane Madaouki & Noga Yamba, Zinder, 10 et 14 févr. 2003. Yamba place son arrestation au 30 août.

23 Interview Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003 ; Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 ; un rapport de 1966 du député Sabo Seydoo joint à une lettre du député RDA Amadou Kountié (Kountché) à Diori, 16 nov. 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 5.5.

24 Un groupe de gens arrêtés le 1er septembre et accusés de complicité dans la mutinerie du capitaine Diallo comprenait Souley Sala et Salifou Mareitou, des paysans de la région de Filingué ; Tahirou Ousseini, paysan de Soudouré ; Bondiéré Daouda, paysan de Garbey Gorou (= Bondiéré Garbekourou ? ; voir chap. 9 n. 37) ; Younoussa Attikou, paysan à Tomaré, dans l’ouest du Niger ; et Saley Koda, paysan à Gabagoura, près de Niamey. République du Niger – Présidence : Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État.

25 Le Niger, 26 oct. 1964. Voir chap. 10, dernière section. Une des femmes détenues au moment de l’arrestation de Alzouma était une certaine Jimra. Afrique Nouvelles, no 895, 2-8 oct. 1964.

26 Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, déc. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 320 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; « Événements survenus… 7-13 sept. 1964 » ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; interviews Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Amadou Bakary Maiga, Niamey, 25 nov. 2003.

27 Interview Abdou Adam (qui assure avoir vu Diori pleurer à cause de ce meurtre), Niamey, 29 nov. 2003 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; « Événements survenus… 7-13 sept. 1964 ».

28 Tandis qu’Alzouma était torturé, la gendarmerie amena sa femme à Niamey en lui disant qu’il s’y trouvait. Trois ou quatre jours plus tard, on lui apprit qu’il était mort et avait été enterré à Maradi. Elle refit le voyage en sens inverse et on lui montra un tas de sable en lui disant qu’il s’agissait de la tombe de son époux. Voir aussi Afrique Nouvelles, no 895, 2-8 oct. 1964 et Jeune Afrique, oct. 1964, no 20.218, qui rapporte qu’Alzouma mourut dans la soirée du 3 septembre, et non pas quelques heures seulement après le début de son interrogatoire. Le Niger, 26 oct. 1964, insinue qu’Alzouma avait bu de l’alcool en détention (et en serait peut-être mort), ce qui est une accusation horrible dans le contexte culturel nigérien. Certes, cette campagne de diffamation date de l’époque où la confrontation avec les commandos du Sawaba avait atteint son point d’orgue. Voir ci-dessous.

29 Issaka Koké, ancien ministre Sawaba des Travaux publics et de l’Agriculture et alors en exil, écrivit une nécrologie pour Jeune Afrique, oct. 1964, no 20.218.

30 En même temps, ceci montre que les militants de la capitale recherchaient encore plus de discrétion pour leur œuvre clandestine. Certaines des arrestations concernent des personnes accusées de complicité avec la mutinerie de Diallo : Mamadou Camara et Issoufou Ofel, chauffeurs ; Mamane Ali, garde ; Alassane Alfa Mohamane, commerçant ; Moussa Hareibane, transporteur. « Koussanga Alzouma martyr de la cause africaine » ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 et Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009 ; Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État.

31 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 14 au 20 sept. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; ibid., 31 août au 6 sept. 1964 ; Le Niger, 19 oct. et 7 déc. 1964 ; Rapport annuel 1964, 436.8 : Maradi ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 31 août au 6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964 et Warren à Mansfield, 23 oct. 1964.

32 B.J. Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria (Londres, 1968), 164, 170 et 185.

33 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; « Événements survenus… 7-13 » et « 14 au 20 sept. 1964 » ; W.S. Bates, British High Commission, Kaduna, à J.A. Pugh, Lagos, 21 oct. 1964, 121/472/1 ; PRO, FO 371/177230 ; « Rapport de Fin de Commandement du Général de Division Revol. Délégué pour la Défense de la Z.O.M. du 28 juin 1963 au 28 févr. 1965 », partie I ; SHAT, 5 H 35 ; Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964.

34 Le Niger, 7 déc. 1964.

35 Entretiens avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009.

36 Chaffard, Les carnets secrets, 321. La source de Chaffard n’est pas connue.

37 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.

38 Entretiens avec Ousseini Dandagoye et Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

39 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

40 Interviews Sao Marakan, Adamou Assane Mayaki et Mounkaila Albagna, Niamey, 16 nov. 2002 et 29 janv. et 6 déc. 2003.

41 Les sources de ceci sont Mounkaila Albagna (qui n’était cependant pas présent à la réunion d’Accra) et Boubakar Djingaré. Interviews, Niamey, 29 nov. 2003/15 déc. 2009 et 27 oct. 2005.

42 Entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

43 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964. Source : Bulletin de renseignements particuliers, 10 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2. La lettre fut plus tard publiée dans Le Niger, 21 juin 1965, sans être datée et sans que le récipiendaire soit identifié (mais voir pour ceci ibid., 26 oct. et 23 nov. 1964 et Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S).

44 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.

45 Interviews, Zinder, 10 et 14 févr. 2003.

46 Interview, Niamey, 29 nov. 2003. Cela était sans doute vrai, puisqu’Albagna répéta la même histoire lors d’un deuxième entretien, Niamey, 15 déc. 2009.

47 Entretien avec Ali Talba (un journaliste qui a interviewé Bakary dans les années 1990), Niamey, 4 févr. 2003. Malheureusement, Bakary ne dit mot de ceci dans ses mémoires. Voir Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992).

48 Interview, Niamey, 31 janv. 2003.

49 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S. La date du 17 août donnée pour les débuts des opérations de son unité par Boubakar Djingaré est clairement erronée car prématurée. Interview, Niamey, 26 oct. 2005 et voir plus loin.

50 Peu de militants allèrent à Cuba pour instruction politique et, autant qu’on sache, aucun pour formation militaire, mais cette référence peut renvoyer à l’inspiration de la Révolution cubaine. Voir plus loin.

51 Mémorandum pour l’opération révolution du parti Sawaba du Niger ; commandant A. Dangaladima à President of African Affairs [sic], Bremu, PO Box M.41, Accra, Ghana ; PRO, FO 371/177230.

52 Communiqué, bureau politique, 27 sept. 1964 (source : Le Niger, 21 juin 1965.

53 Ibid.

54 W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New State (Princeton, 1969), 365-366.

55 Chaffard (Les carnets secrets, 324) pense qu’il s’agit du 27 même, mais cela n’est pas sûr puisqu’il ne donne pas de sources. Le communiqué aurait aussi été publié à Alger, peut-être peu avant le 27 septembre, à savoir le 21. Marchés Tropicaux, 7 nov. 1964.

56 M. Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9. Direction de la Sûreté nationale/Commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset.

57 Interview, Zinder, 10 févr. 2003.

58 Mounkaila Albagna n’était pas au courant. Interview, Niamey, 6 déc. 2003.

59 Communiqué, 27 sept. 1964.

60 Interviews Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009. Voir chap. 10, niveau n. 22.

61 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; chap. 8, niveau n. 111 ; T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 15 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 (« uncertainty of which way the population would go »).

62 Interview, Madaoua, 7 févr. 2003.

63 Pour une analyse récente, voir T.M. Leonard, Castro and the Cuban Revolution (Westport, CT, 1999) et J.E. Sweig, Inside the Cuban Revolution : Fidel Castro and the Urban Underground (Cambridge, MA, 2002).

64 Interview Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002. Aussi, Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

65 Interview, Niamey, 6 déc. 2003.

66 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

67 Communiqué, 27 sept. 1964 ; interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

68 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogation Maman Alké) ; interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. et 6 déc. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005. Sur Djibo Issa, chap. 10, niveau n. 100.

69 Communiqué, 27 sept. 1964 ; Mémorandum pour l’opération révolution.

70 Communiqué, 27 sept. 1964 ; Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961) ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa).

71 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

72 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003. Sur le rôle de la colère dans violence, voir K. van Walraven, « Sawaba, Niger and the Revolution of a Social Movement (1954-1966) » ; papier « Lutter dans les Afriques » ; université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 22-23 janvier 2010.

73 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; Bulletin de renseignements particuliers, 10 oct. 1964 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37.

74 Entretien avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002. Mounkaila Albagna fait aussi allusion à ceci. Interview, Niamey, 29 nov. 2003.

75 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 16 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; interview Mounkaila Beidari, 15 déc. 2009 ; Chaffard, Les carnets secrets, 321-322 ; Le Niger, 23 nov. 1964 (y compris l’interrogatoire de Amadou Abdou).

76 Le Niger, 23 nov. 1964 (+ interrogatoire Amadou Abdou) ; télégramme Génédef Dakar à Minarmées Paris, 9 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Chaffard, Les carnets secrets, 321.

77 Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou) ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7  avr. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

78 Chaffard, Les carnets secrets, 321 ; Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou) ; ibid., 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé).

79 Interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Le Niger, 21 juin 1965 et 26 oct. 1964 (interrogatoire Maman Alké).

80 Mémorandum pour l’opération révolution.

81 Ibrahim Baro dit Tri Tri faisait aussi partie de l’unité de Siddi Abdou. Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 15 déc. 2009 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009 ; Ibrahim Baro dit Tri Tri, Niamey, 22 oct. 2011 ; Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou), 2 nov. 1964 (interogatoires Malélé et Seguinikin) et 16 mai 1966 ; Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; chap. 9 n. 304 et niveau n. 298.

82 Le Niger, 16 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Djibrilla Dembélé & Amadou Abdou) ; 21 juin 1965.

83 Saley Karma (= Sallé Karma ? ; voir chap. 9 n. 37), Halidou Ouallam, Issaka Hamidou, Yaro Goudel et Halidou Adamou. Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou).

84 Ibid. + 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé) ; interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

85 L’élève d’Algérie qui a appris le morse avec Ali Amadou et Mounkaila Albagna. Chap. 9, niveau n. 344.

86 Un homme du nom de Ballagué. On ne sait pas jusqu’où ils furent en voiture ni à quel point ils continuèrent à pied. Voir carte 12.3. L’emplacement de Boussiella et de Kougou est inconnu. Les détails ci-dessus confirment dans l’ensemble la voie menant du Ghana aux zones d’infiltration qui, selon les diplomates britanniques, conduisait les commandos de Kumasi à Tamale et Ouagadougou, puis vers l’est. Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Malélé) ; British High Commission Accra à A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, 14 nov. 1964 ; PRO, FO 371/177.230.

87 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé) ; interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

88 Interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

89 En excluant les hommes de rang formés à Alger, à propos desquels nous ne sommes pas sûrs s’ils devinrent opérationnels. Chaffard, Les carnets secrets, 325 ; chap. 9, niveau n. 347.

90 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964.

91 Mémorandum pour l’opération révolution ; communiqué : Bureau politique, 17 oct. 1964 (Le Niger, 26 oct. 1964). Bakary ne faisait sans doute pas partie du comité puisqu’il voyageait très souvent, représentant le mouvement au plan politique, où se trouvait à Accra. Interviews Ali Amadou & Mounkaila Albagna, et Mounkaila Beidari, Niamey, tous deux 15 déc. 2009.

92 Entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009.

93 Le Niger, 21 juin 1965.

94 Entretien avec Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008.

95 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

96 Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964.

97 L’acronyme ANL par lequel les forces du Sawaba étaient connues pourrait aussi renvoyer à ceci, évoquant le nom de l’armée de libération algérienne, l’ALN.

98 Mémorandum pour l’opération révolution.

99 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : Étude sur le Sawaba, Niamey, 22 juin 1966 (lt-col. Chabriais) ; SHAT, 10 T 717/D.2. La source était un détenu sawabiste.

100 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

101 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Le Niger, 19 avr. 1965.

102 Il est possible que ceci renvoie au fait que la prise de la capitale devait, pour l’essentiel, résulter des activités militaires survenant dans le reste du pays. De fait, il y a des correspondances directes entre les cellules de Niamey et Accra – évitant peut-être Porto Novo ? Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

103 Ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba.

104 Voir chap. 10, niveau n. 24 ; ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

105 Mémorandum pour l’opération révolution. Alors que le mémorandum est conservé au PRO (n. 51 ci-dessus), le plan d’attaque est manquant mais est largement discuté dans Le Niger, 21 juin 1965.

106 La Zone Nord, bien que devant demeurer inactive, relevait de la responsabilité de Abdoulaye Mamani et, bizarrement, de Issoufou Danbaro qui était en fait basé dans le secteur de Malanville. ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; Le Niger, 21 juin 1965 ; interviews Mounkaila Beidari & Issa Younoussi, Niamey, 15 déc. 2009 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 19 déc. 2009.

107 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S et Le Niger, 21 juin 1965, qui, tous deux, ont dû puiser dans le plan d’attaque.

108 Le Niger, 21 juin 1965.

109 Chap. 9 n. 364.

110 Voir n. 112 ci-dessous.

111 Le Niger, 21 juin 1965 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

112 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Maman Alké) ; Chaffard, Les carnets secrets, 321 ; G. Comte, « Un plan de destruction du Niger », France-Eurafrique, no 161, avr. 1965, 9 ; J.-P. Morillon, « La tentative insurrectionelle du SAWABA », Est et Ouest, 342 (16-31 mai 1965). Comte, un journaliste acquis au gouvernement, et Morillon, tirent leurs citations des instructions et directives aux missions.

113 Ceci provient d’une confession d’un commando sous interrogatoire, qui a pu parler sous la contrainte. Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Assane Bizo). Il peut s’agir de propagande malveillante, car la chose ne pouvait rapprocher la population des maquisards, mais voir ce qui est dit de la tactique de la guérilla plus loin. Pour une discussion du sabotage possible de l’adduction d’eau à Zinder en 1959, voir chap. 6, niveau n. 88.

114 Morillon, « La tentative insurrectionelle » ; G. Comte, « An Assassination that Failed », National Review (New York), 15 juin 1965, 509 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Maman Alké) ; 2 nov. 1964 (interrogation Assane Bizo) ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Comte, « Un plan de destruction » ; Le Niger, 21 juin 1965.

115 Le Niger, 21 juin 1965 et entretien avec Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.

116 Voir les diverses sources (archives françaises, interviews, etc.) utilisées dans ce chapitre et dans le suivant.

117 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et 18 déc. 2009 ; Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005 ; Daouda Hamadou, Niamey, 20 déc. 2009.

118 Interviews, Zinder : Ali Mahamane Madaouki, Oumarou Janba, Tahir Moustapha, (séparément) 10 févr. 2003 ; Bachir Boukary, 11 févr. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, 13 févr. 2003 ; Ayorou : Daouda Hamadou, 20 déc. 2009.

119 Certainement dans le second cas. ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 16 au 22 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 210 ; interview Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

120 Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964 et chap. 10, niveau n. 178-179, parlant d’entraînement à « Goussao ».

121 Maman Alké assure avoir été une fois battu par le chef d’unité Dandouna Aboubakar. Mais ceci a été dit sous interrogatoire. Alké était un militant de rang intermédiaire formé en Algérie. Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké).

122 Tel que le MAC/50/9 ou le Toukarov.

123 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 17 au 23 mai 1965 » ; SHAT, 10 T 210 ; Warren à Mansfield & Bates à Pugh, 23/21 oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; Note de renseignements. ambassade de France, Le Conseiller Militaire, Niamey, 15 mai 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Le Niger, 21 juin 1965. En plus de ces armes, un commando avait un cocktail Molotov, arme plus adaptée aux combats urbains. Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 15 déc. 2009. On n’a cependant pas trouvé d’autres références à ceci.

124 Le Niger, 21 juin 1965.

125 Suivant une source gouvernementale et confirmant des renseignements français. Le Niger, 21 juin 1965 et Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37.

126 Ils devraient bientôt demander ou acheter à manger auprès de paysans sympathisants, mais cela, en principe, ne devait pas être difficile car il y avait généralement assez de nourriture pendant les récoltes. Les aliments faciles à conserver, comme la farine de manioc, le blé, le pain ou les tourteaux d’arachide, étaient préférables. Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 et 15 déc. 2009 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009, qui confirme le port d’un compas ; Ali Amadou, Niamey, 15 déc. 2009 ; Procès-verbal de la réunion du 7 nov. 1964 à M. le Secrétaire général du Comité régional de Zinder, in Issa Ibrahim, secrétaire général Section PPN/RDA Zinder, à M. le Secrétaire général du PPN/RDA Niamey, 17 nov. 1964 ; ANN, 86 MI 1E 5.5.

127 « Événements survenus… 17 au 23 mai 1965. »

128 Le Niger, 26 oct. et 23 nov. 1964 ; « Événements survenus… 7 au 13 sept. 1964 » ; Shaw à Lequesne, 2 oct. 1964 ; Procès-verbal de la réunion du 7 nov. 1964 ; interviews Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003, Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 ; Monique Hadiza, Niamey, 5 nov. 2005 ; sur la combinaison de croyances islamiques ou soufis et socialistes, Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 & Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

129 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964 ; Note de renseignements. ambassade de France, Le Conseiller Militaire, Niamey, 15 mai 1965.

130 Détail suscitant l’incrédulité des agents français du BCL. Interview Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005. Le Niger, 26 oct. 1964 et 21 juin 1965 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

131 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. et 7 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Le Niger, 21 juin 1965 ; entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

132 Le Niger, 21 juin 1965 ; entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

133 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et 18 déc. 2009 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 15 déc. 2009. « El Mali » est du Haoussa pour « fille du Mali », « celle qui vient du Mali ». Remerciements à Issa Younoussi qui a aussi fourni des informations sur l’état de la végétation en octobre dans un email à l’auteur, 3 sept. 2009.

134 Interview Soumana Idrissa, 1er nov. 2005 ; Le Niger, 23 nov. 1964 et 21 juin 1965. Le leadership de Idrissa s’agissant de cette unité a été confirmé par Mounkaila Albagna. Interview, Niamey, 29 nov. 2003.

135 Interview Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005, qui assure que l’un de ses camarades, durant cette attaque, était Daouda Hamadou, qui, cependant, ne se trouvait pas à Ayorou, mais à Téra (interview, Ayorou, 20 déc. 2009). Une deuxième interview avec Soumana Idrissa a eu lieu à Gothèye le 18 déc. 2009.

136 Chaffard, Les carnets secrets, 324, basé sur des sources liées au régime qui niait généralement ses propres pertes.

137 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Morillon, « La tentative insurrectionelle » ; Le Monde (Paris), 4 févr. 1965. Pouvait-il s’agir de Moussa Hassane, transféré de force à Maradi à l’automne 1958 ? Voir chap. 5 n. 94.

138 Abdou Iddi est aussi connu comme membre du « commissariat politique » dans « l’État-Major » des forces de la guérilla. Sawaba, décembre 1964. Se trouvaient aussi dans l’unité de Madarounfa, un certain Sahabi dit Sallé Robo, en charge des camps ; un certain Garba Katkoré ; Nano Aboubakar ; Sani Namadina dit Sani Madarounfa ; Garba Sami ; Ibrahim Tchigui ; Amadou dit Souley Malam ; Barao Balla et Garba Madarounfa. Certains étaient peut-être des porteurs. Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Afrique Nouvelles, no 898, 23-29 oct. 1964 ; Le Niger, 21 juin 1965.

139 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa). Il est possible que ces deux localités se trouvaient du côté nigérien de la frontière. Dans ce cas, il pourrait s’agir de Garin Kaoura, sur la frontière, tout au sud de Madarounfa, et Kototua, au nord de Madarounfa.

140 Pertes gouvernementales in Fiche sur les événements qui se déroulent au Niger depuis le début du mois d’octobre 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2. La prise du poste par les commandos peut être inférée du Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa).

141 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 15 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; lettre manuscrite d’un sympathisant non-identifié, témoin se disant gendarme (in Sawaba, déc. 1964). Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa, parlant sous la contrainte) affirme qu’il avait été accidentellement tué par un tir des commandos, mais il peut s’agir de propagande – les Français n’en disent mot. La chose est reprise par J.-P. Morillon, « La tentative insurrectionelle du SAWABA », 20.

142 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 28 sept. au 4 oct. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct.1964 ; Le Niger, 26 oct. 1964.

143 Interviews Mounkaila Beidari & Harou Kouka (ministre RDA), Niamey, 2 déc./26 nov. 2003, contredisant les propos de Abdou Adam (alors un officiel du RDA), interview, Niamey, 29 nov. 2003. Oumarou Janba (interview, Zinder, 10 févr. 2003) conteste ceci, évoquant l’espionnage du régime. Mais comme nous le verrons plus loin, les renseignements ne suffisaient pas pour permettre au régime de savoir où les maquisards apparaîtraient.

144 Ou Bouakara Abdou. Fraternité, 11 juin 1965 (interrogatoire Boubakar Djingaré) = Boubakar Abdou (chap. 9 n. 304) ? Djingaré mentionne dans une interview (Niamey, 26 oct. 2005) Aba(?) Abdou.

145 Bulletin mensuel de renseignements, 1er-31 oct. 1964, no 472.3 - Konni ; ANN, FONDS DAPA ; Shaw à Lequesne, 15 oct. 1964 ; interview Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) ; Fraternité, 11 juin 1965 (interrogatoire Djingaré) ; chap. 10, niveau n. 133. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 affirme que neuf commandos et leur leader avaient été arrêtés, mais le rapport est plein d’erreurs et repose sans doute sur des renseignements déficients. Les sawabistes de Konni (et des anciens combattants) accusés de complicité étaient un certain Chantalli et un certain Korao. Rapport politique mensuel, période du 20 sept. au 20 oct. 1964, Birnin Konni, no 19 ; ANN, FONDS DAPA. Aussi chap. 7, niveau n. 104.

146 Dont un dénommé Saadi (= Sani Namadina ?). L’un des hommes qui aidèrent Yacouba à récupérer les équipements s’appelait Garba (= Garba Katkoré ou Garba Sami ?). Voir n. 147.

147 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964, qui le prend pour Yacouba Idrissa dit Gothèye, le parent et financier de Bakary à Accra.

148 Shaw à Lequesne, 15 oct. 1964 ; Le Niger, 26 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; télégrammes Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 7 et 9 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D2 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

149 Chaffard, Les carnets secrets, 325. Travaillant sur la base de cette source, j’ai rapporté cette histoire dans mon « Sawaba’s Rebellion in Niger (1964-1965) : Narrative and Meaning » (in J. Abbink, M. de Bruijn & K. van Walraven [dir.], Rethinking Resistance : Revolt and Violence in African History, Leyde & Boston, 2003, 238), ajoutant de façon erronée qu’on lui avait tiré dessus. Des diplomates britanniques de passage, qui eurent des échanges avec des officiels, rapportent aussi l’histoire d’un rôle joué par des femmes dans l’arrestation. Warren à Mansfield, 23 oct. 1964. Morillon, « La tentative insurrectionelle », 20, rapporte sans doute plus correctement que Dan Koulou avait été arrêté par des gardes.

150 Interviews Amadou Ibrahim Diop & Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 13-14 févr. 2003.

151 Abdou Adam, officiel du RDA, dira plus tard que Dan Koulou avait demandé de l’eau dans un village où une femme alerta le chef, comme le régime l’avait requis en cas de rencontre avec des étrangers. Interview, Niamey, 29 nov. 2003. La femme se serait appelée Habsou. Interview Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003. « Wakili Dogondawa » se réfère à deux villages au sud-ouest de Tessaoua à 13.3 N 7.7 E et vers le nord à 13.8 N 7.9 E.

152 Communiqué : Bureau politique, 17 oct. 1964.

153 Il y a quelque confusion au niveau des dates. Voir les références d’archive ci-dessous.

154 Le Niger, 21 juin 1965.

155 Rapport politique, 20 oct.-20 nov. 1964 (Bulletin mensuel de renseignements, no 417 ; et aussi le Rapport politique, même période, no 444.5 in no 418), Nguigmi ; ANN, FONDS DAPA.

156 Ibid. ; Interview Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 26 nov. 2003 ; Katiella Ari Gaptia, Bosso, 13 févr. 2006 ; Rapport politique, 20 sept.-20 oct. 1964 (Bulletin mensuel de renseignements, no 417 ; et aussi le rapport politique, même période, no 444.4 in no 418), Nguigmi ; ANN, FONDS DAPA.

157 On ne connaît pas l’origine de ce surnom – une passion pour la photographie ? Il y avait aussi Tchegam Mahamadou dit Lawal Mamah, ouvrier non qualifié à Fachi ; Lawal Adia, le métis élève d’Algérie ; Maman Koyorambé (Mamadou Koyoraindé), paysan tchadien de Mao, de l’autre côté du lac ; Abdoul Kadri (= Abdoulkadri, formé à Kibdani ; chap. 9 n. 330) ; et un certain Mounkouta. Voir surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation terroriste « Sawaba » (Recueil des dirigeants et militants actifs en fuite) ; ex. no 000148, dest. le sous-préfet de Dosso ; interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 ; Mounkaila Beidari, 28 nov./2 déc. 2003 et 23 févr. 2008 ; Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; ANN, M 27.26.

158 Maï Manga, chef déposé de Nguigmi qui avait fui au Ghana, fournit des armes pour l’entraînement, comme le firent des membres de l’unité de Kaka. Pour les listes des gens impliqués de cette façon, voir Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; Rapport politique, Nguigmi, 20 sept.-20 oct. 1964.

159 Interviews Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Abdou Adam ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov./6 déc. 2003 ; Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Le Niger, 19 oct. 1964 et 21 juin 1965 ; Communiqué no 6 non daté, ca. mi-novembre 1964 ; PRO, FO 371/177218 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 5 au 11 oct. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; Rapport politique, Nguigmi, 20 sept.-20 oct. 1964.

160 La source est, ici, un ancien militaire qui, cependant, ne se trouvait pas cette nuit-là à Bosso. Entretien avec Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006.

161 Ibid. ; Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964.

162 « Mai » implique l’appartenance à une famille cheffériale, peut-être au Kanem, de l’autre côté du Lac Tchad. Toujours est-il qu’il a dû vivre au Niger pendant un moment, puisque la Sûreté détenait une photo de lui. Voir Organisation terroriste « Sawaba », 6, qui suggère aussi peut-être une appartenance à une famille cheffériale. Interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003 et 23 févr. 2008 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Chad (Metuchen, NJ et Londres, 1987), 207-208.

163 Rapport politique, Nguigmi, 20 sept.-20 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; « Événements survenus… 5 au 11 oct. 1964 » ; interview Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006.

164 À ne pas confondre avec Illéla, la localité plus grande qui se trouve au Niger, entre Konni et Tahoua.

165 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 10 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 et Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) et 21 juin 1965 ; Fraternité, 4 juin 1965 (interrogatoire Djingaré).

166 Entretiens avec Abdou Adam & Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009.

167 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 12 au 18 oct. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5321/CH ; SHAT, 10 T 717/D.2.

168 Ceux qui avaient pu s’échapper pour sans doute retourner au Nigeria étaient Chaibou Rouangao, qui avait été dans l’unité de Dodo Hamballi et avait déjà une fois échappé à l’arrestation ; Ado Dodo (n. 17 ci-dessus) ; et Ibrahim Keita (ci-dessus, niveau n. 81). Ali Mahamane Madaouki, Zinder, email à l’auteur, Leyde, 5 janv. 2010, assure que la rencontre eut lieu au cours de la première semaine de décembre, ce qui semble trop tard ; Le Niger, 21 juin 1965 ; annexe. Incidents survenus au Niger ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5321/CH ; interview Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003 ; Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 21 sept.-20 oct. 1964, Magaria ; ANN, FONDS DAPA ; Le Monde (Paris), 4 févr. 1965.

169 L’instituteur s’appelait Mossi Alassane, âgé de 22 ans. Il aurait éclairé le visage de Dandouna avec une lampe. Nous ne savons où se trouve Guidan-Bawa (il y a des villages de ce nom dans les environs de Mayahi et Tchadoua, et à 7 km au sud-ouest de Konni, il y a un village du nom de Gamdawa). Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) ; Le Temps du Niger : Quotidien républicain d’information, 16 oct. 1964 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; G. Comte, « Les carnets de Nankin », Est et Ouest, 16-28 févr. 1966, no 357, 29 ; Comte, « Assassination that Failed » ; Fraternité, 4 juin 1965 (interrogatoire Djingaré). D’autres sources situent l’événement au 9 et au 11 octobre.

170 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; B.L. Placca, ambassade du Ghana Niamey, à M.F. Dei-Anang, African Affairs Secretariat Accra, 14 avr. 1965 ; GNA, SC/BAA/460, no NIA/05/1 (Niger Political Reports to Osagyefo 3/1/64 – 23/4/65). Diop s’évada de la prison de Konni. Télégramme Génédef Dakar à Minarmées Paris, no 8358/CH, 14 avr. 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Africa Research Bulletin (Political Series), 1965, 279. Aboubacar Abdou, formé en Chine, s’activait aussi dans la région de Dibissou (à ce moment-là ?), et par la suite, dans le secteur de Diffa. Interview, Niamey, 22 oct. 2011.

171 Le Temps du Niger, 16 oct. 1964. Les autres personnes arrêtées étaient un certain Ari ; Wali Ari ; Abba Mallam (Mamadou Bai) ; Maina Bay (Abdou Boulou) ; Guirema (Laouan ?) Fougou, pour la plupart des paysans. Rapport politique, Nguigmi, 20 sept.-20 oct. 1964 ; Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969.

172 Bulletin mensuel de renseignements, no 417/444.4, 20/21 sept.-20 oct. 1964, Zinder, Madaoua, Bouza, Magaria ; ibid., 37/CAZ/CF ; ibid., 21 oct.-20 nov. 1964, Madaoua, Dakoro ; ANN, FONDS DAPA ; Rapport de fin de commandement du général de division Revol, partie I ; « Événements survenus… du 12 au 18 oct. 1964 ». Des groupes de recherche de centaines de cavaliers furent par la suite mobilisés dans la région de Dosso. Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Dosso ; ANN, FONDS DAPA.

173 Interview Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

174 Interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

175 Entretiens avec Elhadj Illa Salifou et Mounkaila Albagna, Niamey, 25 nov. 2003.

176 Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003 et Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 21 sept.-20 oct. 1964, Tessaoua ; ANN, FONDS DAPA, un rapport exsudant du fanatisme du régime. Nameoua Nassamou, un infirmier qui avait été pris plus tôt avec une publication du Sawaba, fut rappelé à Tessaoua pour interrogation.

177 Interviews Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005.

178 Interviews Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Ibrahim Bawa Souley, 29 févr. 2008 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. et 6 déc. 2003.

179 Il se peut que la colère concernant les évènements des semaines précédentes ait aussi joué un rôle, comme ce fut le cas dans les actions subséquentes de Amadou Diop. Interview Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003.

180 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

181 Ibid.

182 Ibid. & entretiens avec Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 et Ali Issaka, Niamey, 29 févr. 2008 ; Le Niger, 21 juin 1965 ; Morillon, « La tentative insurrectionelle », citant les ordres de mission. Tondi Gounga n’était autre que Idrissa Tondigoungou (chap. 9, n. 37), connu aussi sous le nom de Idrissa Sambi dit Tondigoungo(u).

183 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 23 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Événements survenus… 5 au 11 oct. 1964 » ; document sant titre ni date, 1964-1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

184 Djibo Bakary à S.E. Maurice Yaméogo, président de la République de Haute-Volta, 10 oct. 1964 (texte in Le Niger, 21 juin 1965 et Fraternité, 9 juillet 1965).

185 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; British High Commission Accra à A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, POL 23/1, 14 nov. 1964 ; PRO, FO 371/177230 ; interview Harou Kouka, Niamey, 26 nov. 2003.

186 En compagnie de qui il avait étudié le morse à Alger. Voir chap. 9, niveau n. 344.

187 Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Malélé) ; Comte, « Assassination that Failed » ; entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003. Nous ne savons où se situe Macina.

188 Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Seguinikin).

189 Document sans titre, SDECE, 22 sept. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 16 oct. 1964.

190 S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 201-202.

191 Il n’est pas toujours facile de distinguer entre les différents incidents. L’autre clash ayant eu lieu vers les 9-10 octobre, au sud de Niamey, est peut-être survenu plus à l’ouest, à Makalondi, sur la route entre Kantchari et Torodi. Il impliqua une escouade venant de la Haute-Volta avec armes et documents. Il n’est fait nulle mention d’échanges de tirs ou de fuyards. Les hommes de Bizo arrivèrent à Alambaré, passant du territoire dahoméen au nigérien ; nulle mention de documents. Il y a une date précise pour le clash d’Alambaré, localité également mentionnée par les maquisards. Gilbert Comte (« Carnets de Nankin ») affirme que Hassane Djibo a été capturé le 31 octobre. Une interview avec ce dernier, en 2008, n’a pu tirer les choses au clair, en partie parce que ses capacités d’élocution avaient été atteintes par une attaque. Voir note suivante.

192 Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 et 31 mai 1965 (interrogatoire Bizo/Djibrilla/Djibo) ; interview Hassane Djibo, Niamey, 22 févr. 2008 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S. Nous ne savons où se trouve Karel. Serait-ce Kahel (au sud de la route principale, à environ 40 km de Kantchari, 12.31 N 1.52 E) ?

193 Fraternité, 21 mai 1965 (interrogatoire Seyni) et entretien avec Ali Amadou & Mounkaila Albagna, Niamey, 15 déc. 2009.

194 Le Niger, 23 nov.1964 (interrogatoire Abdou) et 30 nov. 1964 (appel Baro Alfari). Moussa Soumana = Soumana, le Songhay (chap. 10 n. 137) ? Mounkaila Albagna avance que Danbaro était le chef militaire de l’unité de Djibo Seyni (interview, Niamey, 15 déc. 2009), mais il est possible qu’ils aient travaillé comme éléments d’un seul groupe, au moins au début. L’ambiguité provient du problème de distinction des incidents. Voir n. 191.

195 Télégrammes Génédef Abidjan à Minarmées Paris, 23 oct. 1964 et no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; L. Kaziendé, Souvenirs d’un enfant de la colonisation (Porto Novo, 1998), vol. 5, 237, vol. 6, 236 ; C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 202.

196 Comme c’était le cas du village de « Tombokoara I » (40 km au nord-est de Dosso, 13.14 N 3.30 E). Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Dosso. Voir n. 203 ci-dessous.

197 Document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 2 au 8 nov. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. et 8 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 nov.-20 déc. 1964, Téra (no 444.6 in no 418) ; ANN, FONDS DAPA ; entretien avec Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005.

198 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7 nov. 1964 ; Kaziendé, Souvenirs d’un enfant, vol. 5, 235-236 ; ambassade de Grande-Bretagne Abidjan à J.A. Pugh, British High Commission Lagos, 30 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177230. Le Monde (Paris), 4 févr. 1965 et Morillon, « La tentative insurrectionelle » situent l’affrontement au 24 octobre.

199 Communiqué no 6.

200 Bulletin mensuel de renseignements, no 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Dosso.

201 Communiqué : Bureau politique, 17 oct. 1964.

202 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 19 au 25 oct. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Shaw à Lequesne, 15 oct. 1964.

203 « Événements survenus… 19 au 25 oct. 1964 » ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 et 28 oct. 1964 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 sept.-20 oct. 1964, Zinder, no 417, 20 oct.-20 nov. 1964, Dosso. Le Sawaba a peut-être exagéré le nombre des arrestations, parlant de plus de 2 000 personnes appréhendées dans la capitale à peu de temps des exécutions de Niamey. Sawaba, déc. 1964. Parmi les personnes placées sous surveillance dans la région de Dosso figurait un certain Sandagou, maroquinier du village de Kayan (Kayan Keyna, près de la frontière dahoméenne ?) et ami de Gandah Djibo ; Elhadji Torso, de Kayan également ; et Souley, chef de Tombokoara I, qui connaissait aussi Gandah Djibo et travaillait le cuir. Il avait hébergé un étranger arrêté par la suite à Dogondoutchi.

204 Il fut ensuite déposé chez lui sans autre forme de procès, avec le conseil de retourner à son lieu de travail, aux États-Unis. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 7-13 sept. 1964, 1.078, no 37 ; interview Georges Condat et Illa Salifou, Niamey, 27 et 25 nov. 2003 ; Maman, Répertoire biographique, 224.

205 « Événements survenus… 28 sept. au 4 oct. 1964 » ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Maman, Répertoire biographique, 235, 252 ; Decalo, Historical Dictionary of Niger, 87 ; Le Niger, 21 oct. 1964 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; mémoires inédits de Issoufou Djermakoye (merci à Élodie Apard).

206 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964.

207 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

208 Entretien avec Kanembou Malam, ancien militaire, Diffa, 12 févr. 2006. On ne connaît pas l’identité du maquisard mort.

209 À côté du cinéma Sonni. La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 41 ; Placca à Dei-Anang, 14 avr. 1965. Il n’y avait apparemment pas de droit d’appel, ou de possibilité de grâce.

210 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5448/CH ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Fiche… le mois d’oct. 1964 ; Le Niger, 19 et 26 oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964.

211 Interviews Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 29 févr. 2008 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003 ; Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003 ; Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Malélé) ; télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5448/CH.

212 Le Monde (Paris), 4 févr. 1965.

213 L’emplacement de la tombe de Dandouna est inconnu. Selon Beidari, il doit s’agir d’un endroit peu reluisant. Interview Mounkaila Beidari & Adamou Assane Mayaki, Niamey, 15 déc. 2009 et 29 janv. 2003 ; Le Niger, 19 oct. 1964 ; télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 5448/CH ; Le Monde (Paris), 15 oct. 1964 ; UDN/Sawaba, Liste des responsables et militants du Sawaba tombés sous le régime PPN/RDA, n. d. ; B.L. Placca, ambassade du Ghana Niamey, à M.F. Dei-Anang, African Affairs Secretariat Accra, 14 avr. 1965 ; GNA, SC/BAA/460, no NIA/05/1 (Niger Political Reports to Osagyefo 3/1/64 – 23/4/65), selon qui le corps de Dandouna resta à l’Assemblée nationale (i. e. près du siège de la police) pendant trois jours.

214 Interview Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003. Ceci toucha un point sensible, comme le montre le fait que Le Sawaba de décembre 1964 parle de la « bassesse [du RDA] jusqu’à traîner dans la poussière les corps mutilés de nos camarades ».

215 Le Monde (Paris), 16 oct. 1964.

216 Entretien avec Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003.

217 Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.

218 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. 1964. Mention est ajoutée qu’ils ont tué le chef de canton de Téra, mais il doit s’agir de renseignements défectueux, puisqu’il était réticent vis-à-vis du régime et les dossiers de renseignement nigériens de la même période parlent de plans tendant à son renvoi. Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-20 nov. 1964, no 473.6 - Téra ; ANN, FONDS DAPA. Deux commandos Sawaba présents dans la région au moins démentirent par la suite que le chef avait été tué, et le directeur des archives nationales, lui-même natif de la région de Téra, ne se rappelle lui non plus de rien de la sorte. Interviews Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 et Mounkaila Albagna, Niamey, 15 déc. 2009 ; Idrissa Maïga Yansambou, Niamey, 19 oct. 2011.

219 « Événements survenus… 2 au 8 et 16 au 22 nov. 1964. »

220 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; ibid., 24 nov. 1964. L’identité des commandos touchés est inconnue.

221 Ibid. Ceci n’était certainement pas le premier affrontement à Alambaré impliquant les hommes de Assane Bizo, puisqu’il y a une date du 9-10 octobre pour ce clash, et un rapport d’interrogatoire sur Bizo, qui avait quitté Malanville le 3 octobre, était déjà publié le 2 novembre. Voir ci-dessus, niveau notes 191-192.

222 « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 9 au 16 nov. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Le Niger, 21 juin 1965 ; Chaffard, Les carnets secrets, 325 ; Communiqué no 6.

223 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. 1964 ; Kaziendé, Souvenirs d’un enfant, vol. 5, 235-236 ; interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. et 6 déc. 2003 et 15 déc. 2009 et Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005. Gueydou était un autre nom de guerre de Albagna.

224 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 19 oct. 2011 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-20 nov. 1964 et 20 nov.-20 déc. 1964, Téra ; « Événements survenus… 9 au 16 nov. 1964 » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Kaziendé, Souvenirs d’un enfant, vol. 5, 235-236 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964 ; « Événements survenus… 16 au 22 nov. 1964 ».

225 Interviews Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006. L’identité du commando touché est inconnue. Kanembou est notre source au sujet de la distribution d’argent. Nous ne savons où se trouve Chassa Koura.

226 50 000 F CFA pour un commando tué, 25 000 F CFA pour une arrestation, 10 000 F CFA pour une arme. Les villageois blessés furent transportés à l’hôpital de Niamey, à 160 km au sud-est. Nous ne savons où se trouve Semo. « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 23 au 29 nov. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964.

227 Le coupable (un officier de douane) aurait été mis aux arrêts. Interview Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006. Après l’attaque sur Bosso, le chef du canton de la Komadougou envoya ses femmes dans leurs familles par mesure de précaution tandis que ses biens de valeur étaient transférés au Nigeria. Rapport politique, 20 oct.-20 nov. 1964.

228 Ibid. Kanembou Malam, ancien militaire, avance que les trois hommes avaient déserté le groupe de Kaka. Celui qui avait pu s’échapper s’appelait Moustapha (peut-être Moustapha Oumar, « le marabout », qui fut longtemps responsable des infiltrations dans l’Est). Ceux qui furent arrêtés s’appelaient Hassane (Ousmane dit Kaou ?) Ary, chargé du ravitaillement.

229 Ibid. ; interview Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006 ; document sans titre ni date, SHAT, 10 T 717/D.2 ; Rapport politique, 20 oct.-20 nov. 1964, Nguigmi ; « Événements survenus… 16 au 22 nov. 1964 ». Nous ignorons où se trouvaient Boulayi et Woullo (mais il y a une île du nom de Ouolloua sur le Lac Tchad, côté tchadien).

230 « Événements survenus… 2 au 8 et 16 au 22 nov. 1964. »

231 Entretiens avec Oumarou Janba et Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003.

232 Procès-verbal de la réunion du 7 nov. 1964.

233 Ceci a été confirmé lors d’entretiens avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Oumarou Janba & Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003 ; Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.

234 Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

235 Interview Abdou Adam & Mounkaila Beidari, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009.

236 Siddi avait quatre pistolets, sans doute pris auprès de ses camarades, en plus d’une mitraillette. Le récit ci-dessus est basé sur une source écrite et sur une autre, orale, qui s’entre-confirment : document sans titre ni date, 1964-1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 (qui avance de façon inhabituelle que Siddi s’est tiré trois balles dans la bouche !) et entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009. Aussi, « Événements survenus… 23 au 29 nov. 1964 » ; interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Moukaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003. Abdou Adam (interview, Niamey, 29 nov. 2003) raconte aussi comment Siddi s’est tiré une balle dans la bouche. Chaffard (Les carnets secrets, 325) prend par erreur Siddi Abdou pour Abdou Iddi (chap. 9, n. 304-305) de l’escouade de Madarounfa, exécuté à Niamey, et dit qu’il est un commissaire politique, au lieu d’un chef militaire.

237 Interview Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006.

238 Le forestier soupçonné, Karimou Farimonzon, fut aussi l’objet d’une enquête. Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-20 nov. et 20 nov.-20 déc. 1964, Téra ; ibid., no 417, 20 sept.-20 oct. 1964, Tillabéri, no 92 ; ANN, FONDS DAPA ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 24 nov. et 8 déc. 1964.

239 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et 15 déc. 2009 ; Mamoudou Béchir (parent de Albagna), Dargol, 31 oct. 2005 ; Djaouga Idrissa, voisinage de Dargol, 31 oct. 2005 ; Mamane Boureïma & Djibo Foulan (frère de Altiné), Bandio, 4 nov. 2005 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Le Niger, 30 nov. 1964.

240 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003. Son frère Mamoudou Béchir (interview, Dargol, 31 oct. 2005), qui se trouvait alors au Ghana, affirme qu’Albagna fut battu.

241 Sorka Idrissa fut qualifié de « véritable poids mort ». Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-nov. 1964, Téra ; interviews Mamoudou Béchir & Saïbou Abdouramane, Dargol, 31 oct. 2005 ; Djibo Harouna, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Djaouga Idrissa, (voisinage Dargol, 31 oct. 2005), qui affirme que les gens avaient dû payer jusqu’à 4 000 F CFA. Selon Abdouramane, son père fut condamné à dix ans d’emprisonnement sur Bilma.

242 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005.

243 « Cour Martiale ». Ceci signifie qu’elle pouvait tenir session sans délai. Les inculpés avaient droit à la défense mais non à l’appel. Les peines de mort étaient exécutées après délibération sur la grâce. Le Niger, 9 nov. 1964.

244 Le Niger, 16 nov. 1964 ; « Événements survenus… 9 au 16 nov. 1964 » ; Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964 ; UDN/Sawaba, liste des responsables ; interviews Mamoudou Béchir & Djaouga Idrissa, (voisinage de) Dargol, 31 oct. 2005 ; Djibo Harouna, Gothèye, 1er nov. 2005. La « Liste des Nigériens militants ou sympathisants du Sawaba morts dans les prisons du régime de Diori Hamani » (UDFP-Sawaba, Niamey, n. d.) mentionne Gnogolo comme « C. Atti ». Mamoudou Béchir et Djaouga Idrissa assurent qu’il était originaire de Bandio.

245 Ils auraient voulu la faire pleurer, ce qu’elle n’aurait pas fait. Voir note suivante. Les 30 hommes jugés devant la Cour de sûreté étaient : Kanguèye Boubacar ; Amadou Roufaï Malam Garba ; Ali Maman (i. e. Mahamane Madaouki) ; Souley Seybou (i. e. Chaibou Souley) ; Altiné Gnogolo ; Mounkaila Djibo, paysan de la région de Gothèye ; Tini Malélé ; Amadou Salou, vendeur de bois de Téra (= Amadou Sallé ; ch.5 n. 94 ?) ; un certain Seidou Doulé de la région de Téra ; Maliki Niandou de Hondobon (Téra) ; Bombou Mazou, ouvrier, également du secteur de Téra ; Niandou Ousseini, vendeur de peinture à Accra ; Inoussa (Younoussa) Garantché, paysan de Téra ; Boubakar Seydou, commerçant de Gothèye ; Yacouba Dari, le commerçant de Tillabéri (n. 336, chap. 9) ; Soumana Issaka (il s’agit d’un pseudonyme de Djibrilla Dembélé), alors hospitalisé à Niamey à la suite des blessures reçues lors des combats de Karel (voir ci-dessus, niveau n. 191) ; Albarka Oumarou dit Waou (i. e. Dioumassi Albarka dit Waou, le commissaire de Dembélé) ; Matchiodo Palgou, paysan du secteur de Tamou ; Amadou Aboubakar, ouvrier de la même région ; Yacouba Issa, l’homme de la Villa Lotus formé à Nankin ; Hamidou Mahamane dit Dangagé et El Hadji Mahamoudou, paysans ; Malam Karégamba, fonctionnaire à Maradi ; Oumarou Malam Bala, paysan originaire de la région de Maradi ; Abdou Ido, du même secteur ; Hassane Djibo, l’élève de Nankin arrêté ; Mounkaila Halidou, paysan de la région de Tillabéri ; Robert Seguinikin, arrêté vers Kantchari en Haute-Volta ; Moundio Diawara, tailleur de la région de Say ; et Oumarou Kif Amadou, paysan malien de Botou, le village de la frontière voltaïque.

246 Interview Saïbou Abdouramane, Dargol, 31 oct. 2005 ; télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964. K. Alfari (Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes [Union de la jeunesse patriotique du Niger] : Niamey, 2003, 48 et 50) confirme que les gens étaient forcés d’applaudir lors des exécutions.

247 Les sources écrites du temps mentionnent quatre exécutions. Alfari, Mémorandum, parle de neuf. Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; Le Niger, 16 nov. 1964 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-nov. 1964, Téra ; interviews Mamoudou Béchir, Saïbou Abdouramane, Djaouga Idrissa, (voisinage) Dargol, 31 oct. 2005 ; « Liste des Nigériens ». La manière dont s’est déroulée l’exécution de Amirou est rapportée par Mamoudou Béchir et Mounkaila Albagna (ce dernier lors d’une interview à Niamey, 6 déc. 2003). Lorsque les armes s’enraillaient (du fait de l’influence des fétiches suivant les croyances populaires), les gens auraient été battus à mort. « Amirou » renvoie à l’appartenance à la famille du chef. Interview Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005 ; Issa Younoussi, email à l’auteur, 19 nov. 2005.

248 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005. UDN/Sawaba, « Liste des responsables » dit par erreur que « Alpha Altiné » a été exécuté à Bandio. « Liste des Nigériens » mentionne aussi « Hama Tinni » comme quelqu’un qui a été exécuté.

249 Ses intestins en seraient sortis. Voir note suivante. Cette personne est aussi appelée Issoufou et Youssoufou.

250 Interview Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005. UDN/Sawaba, « Liste des responsables » dit qu’un Issoufou a été exécuté à Téra. Mounkaila Albagna (interview, Niamey, 29 nov. 2003) affirme qu’il s’agit de Issoufou Soumaila et qu’il a été fusillé à Bandio. Il avait été arrêté dans la région en rejoignant son épouse. Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-nov. 1964, Téra. S’agirait-il du Issoufou/Issifi mentionné ci-dessus, niveau n. 249 ? « Liste des Nigériens » affirme que Issoufou Soumaila mourut plus tard en prison à Agadez. Albagna assure aussi qu’un Alfa Kadi (?) a été fusillé à Téra et un certain Chebou Djibo (?) à Dargol.

251 Télégramme Génédef Abidjan à Minarmées Paris, no 7950/CH, 13 nov. 1964 ; Le Niger, 16 nov. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964 ; « Liste des responsables ». Un rapport indique que le capitaine de police avait outrepassé ses pouvoirs. Bulletin mensuel de renseignements, 20 oct.-nov. 1964, Téra.

252 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 déc. 1964.

253 Interviews Zoumari Issa Seyni & Abdou Adam (ex-officiel du RDA), Niamey, 30 janv. et 29 nov. 2003.

254 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 7 au 13 déc. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; « Liste des Nigériens », no 17 et 44. La « Liste des responsables » mentionne aussi un autre homme exécuté à Madarounfa, i. e. « Adamou Boubé », sans doute Amadou Boubé, l’élève de Nankin envoyé par Bakary aux hommes de Siddi Abdou. La « Liste des Nigériens » affirme qu’il a été fusillé à Niamey, ce qui est peut-être une erreur : voir aussi chap. 14, n. 195. La personne exécutée à Say le 11 décembre n’a pu être identifiée.

255 Mounkaila Albagna (Niamey, 29 nov. 2003) explique la survie de Djibo en prétendant que le régime équilibrait ses exécutions au point de vue ethnique, explication qui n’est pas convaincante. Chaffard, Les carnets secrets, 326, avance que Djibo a été oublié dans sa cellule, comme il ressort aussi d’un entretien avec Hassane Djibo lui-même (Niamey, 22 févr. 2008). L’explication fondée sur une intervention des marabouts provient, de façon indépendante, de deux interviewés : Ali Amadou et Soumana Idrissa. Voir note suivante.

256 Le Niger, 16 nov. 1964 ; interviews Ali Amadou & Mounkaila Albagna, Niamey, 31 janv. et 29 nov. 2003) ; Soumana Idrissa, 1er nov. 2005 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003 ; Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; « Liste des responsables » ; « Liste des Nigériens ». Le nombre total d’exécutions reste indéterminé. Celle de Kanguèye le fait montrer à au moins neuf, sans doute plus.

257 Elles avaient été postées d’Accra, de Côte d’Ivoire et d’Europe, y compris d’Annemasse, en Savoie française, et de Lausanne en Suisse. Ces deux dernières ont pu être envoyées par des étudiants Sawaba. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 et 7 nov. 1964.

258 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 22 déc. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 14 au 20 déc. 1964 » ; SHAT, 10 T 210 ; Bulletin mensuel de renseignements, 20 nov.-20 déc. 1964, Téra.

259 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 1.015/20/11, 20 nov. 1964 ; PRO, FO 371/177229 ; Chaffard, Les carnets secrets, 325. L’article suisse fut réimprimé dans Le Niger, 31 mai 1965 (« for the present he [had] completely mastered the threat posed by Bakary’s activities »).

260 Communiqué no 6 ; Front démocratique de la patrie (Parti Sawaba) : Déclaration, 13 nov. 1964 et Communiqué de presse, 22 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Sawaba, déc. 1964.

Índice de ilustraciones

Título Photo 12.1 – Mounkaila Beidari, Niamey, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-1.jpeg
Archivo image/jpeg, 168k
Título Photo 12.2 – Mounkaila Albagna (à g.), avec son camarade du Sawaba Ali Amadou, Niamey, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-2.jpeg
Archivo image/jpeg, 119k
Título Carte 12.1 – Itinéraires des commandos se rendant au Niger.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 253k
Título Photo 12.3 – Boubakar Djingaré, Niamey, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-4.jpeg
Archivo image/jpeg, 152k
Título Carte 12.2 – La « Zone Sud ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 170k
Título Carte 12.3 – La « Zone Ouest ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 196k
Título Photo 12.4 – Abdou Iddi (Sawaba, déc. 1964).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-7.jpeg
Archivo image/jpeg, 42k
Título Photo 12.5 – Mallam Kalla (Sawaba, déc. 1964).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-8.jpeg
Archivo image/jpeg, 32k
Título Photo 12.6 – Boulama Boukar (à g.) et Aba Kaka (à d.), Bosso, Lac Tchad, 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-9.jpeg
Archivo image/jpeg, 199k
Título Photo 12.7 – La Komadougou-Yobé (à l’est de Diffa), avec vue sur le Nigeria.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-10.jpeg
Archivo image/jpeg, 487k
Título Photo 12.8 – Kiari Mai dit le Photographe. Ceci est la seule image que nous ayons de lui (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-11.jpeg
Archivo image/jpeg, 98k
Título Photo 12.9 – Ibrahim Bawa Souley dans son bureau, Niamey, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-12.jpeg
Archivo image/jpeg, 212k
Título Photo 12.10 – Hamissou Dadi Gaoh (Sawaba, déc. 1964).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-13.jpeg
Archivo image/jpeg, 26k
Título Photo 12.11 – Saïbou Abdouramane, Dargol, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-14.jpeg
Archivo image/jpeg, 222k
Título Photo 12.12 – Mamane Boureïma de Bandio auprès de la tombe sans épitaphe de « Issifi » de Téra.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43593/img-15.jpeg
Archivo image/jpeg, 265k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540