Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Troisième partie. Combat pour la délivrance

Chapitre 10. Infiltrations, 1960-1964

Texte intégral

  • 1 La source de cette information est une déclaration faite par la suite par le gouverneme (...)

1En avril 1963, Mallam Isiaku commença à faire des retraits sur un compte logé chez Barclays, à Kano. Les sommes étaient faibles – quelques centaines de livres nigérianes, généralement moins – et étaient encaissées sur un chéquier compris dans un lot de deux livrets. Isiaku était un pseudonyme de Sallé Dan Koulou, l’ancien député de Tessaoua, récemment rentré d’une formation militaire en Chine. Après un bref passage à Mampong, Dan Koulou s’était rendu au nord du Nigeria pour prendre le commandement de la représentation du parti à Kano et superviser les opérations organisées depuis cette ville en direction de la région située entre Tessaoua et Maradi. Les fonds sur lesquels il avait la haute main provenaient d’un compte logé chez Barclays, à Accra. L’argent partait de la Chine communiste, arrivait dans un compte bancaire à Genève avant de transiter par un autre compte à Bruxelles pour finalement aboutir à la capitale ghanéenne1.

  • 2 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la p (...)

2Pour être exploitées, les ressources mobilisées par le mouvement à l’étranger devaient être rapprochées des frontières du Niger. Nous avons vu qu’à l’automne 1961, le Sawaba avait une représentation dans le quartier Sabongari de Kano. Elle servait au recrutement mais pouvait aussi se prêter à la planification stratégique et aux opérations d’infiltration. Cependant, avec sa grosse communauté nigérienne, Kano offrait déjà un havre sûr bien avant cette année. Il est par exemple possible que Djibo Bakary se soit rendu d’Accra à Kano via Lagos en mars 1959 afin de se concerter avec Mahamane Badéri, alors député Sawaba, qui passait quelques jours dans la ville avant de retourner à Zinder. Un autre Zindérois, le conseiller municipal Mani Brimarka (Brimaka), employé de la société de téléphone, était aussi à Kano à ce moment-là, y représentant le Sawaba pendant un congé de trois mois. On ne sait pas ce qu’ils y firent, ni de quels plans ils y débattirent2.

  • 3 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 16 au 22 no (...)
  • 4 Bakary se trouvait à une conférence de l’OIT, à Lagos, janv. 1961. Premier ministre. SD (...)
  • 5 Alanamu était aussi le représentant d’Ilorin au NPC nordique. Premier ministre. SDECE. (...)

3L’année d’après, en route pour être formés à l’étranger, de nombreux hommes passèrent par l’antique cité. Les activités s’intensifièrent en 1961, lorsque Ousmane Dan Galadima (photo 10.1) organisa le « bureau de personnel » [sic] à Sabongari et s’efforça de résoudre les problèmes pécuniaires locaux. En octobre, il convoqua une réunion qui ne fut pas sans importance, puisqu’y assistèrent Bakary lui-même, ainsi que de nombreux sawabistes du sud du Niger, y compris Lawali Baro et André Kalla, tous deux de Maradi, et des délégués non identifiés en provenance de Tessaoua et Zinder. Bakary, qui était peut-être descendu chez Aminu Kano de la NEPU, resta quatre jours3 en ville, et la réunion porta probablement sur des plans d’expansion des bases et sur la mise en marche d’un réseau de communications, en plus de missions d’infiltration au Niger. Au chapitre précédent, nous avons vu Ali Koté, le commerçant et jockey de Zinder qui hébergea Dan Galadima à Sabongari, s’établir début 1962 à Lagos pour non seulement organiser le passage des recrues en provenance d’Accra ou s’y rendant, mais aussi apporter son aide dans les transactions financières du mouvement. À l’époque, ou peut-être plus tard, les membres du Sawaba présents à Lagos comprenaient Mohamed Baba, un changeur d’argent qui recevait les sawabistes chez lui et doit avoir contribué au financement4. Plus au nord, il y avait un bureau à Ibadan en juin 1963 (géré par qui, nous l’ignorons) et, aux environs du Middle Belt, à Ilorin, le Sawaba bénéficiait des activités de renseignement de sympathisants nigérians – Saadou Alanamo (Sa’adu Alanamu), qui était en rapport avec le Moral Rearmament Movement, pour le compte duquel il s’était rendu à Helsinki, et un de ses contacts au niveau des autorités locales, Saidou Kawu, qualifié de « communiste notoire » par les Français. Le réseau d’Ilorin était déjà établi en 1959 mais paraît encore être en place en 1964. En 1959 toujours, le Sawaba a pu prendre langue, à travers Bakary, avec Ibrahim Imam, un entrepreneur nigérian du bâtiment et militant infatigable qui devint patron du Bornu Youth Movement (BYM), un groupe politique kanouri. À partir de cette base dans Maiduguri, ville du nord-est nigérian, Imam serait allé jusqu’à Maradi, probablement pour entrer en contact avec les sawabistes du cru5.

Photo 10.1 – Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 2003.

Photo 10.1 – Ousmane Dan Galadima, Madaoua,       2003.
  • 6 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; SHAT, 5 H 126/7 ; (...)
  • 7 Dont le centre est situé plus à l’ouest mais qui faisait évidemment partie du même syst (...)
  • 8 Bulletin de renseignements. Délégation pour la défense de la zone d’outre-mer no 4 (...)

4Ainsi, ce furent les villes du Nord Nigeria, plutôt que les localités ayant une situation plus centrale, qui offrirent un cadre plus important pour les bases et les opérations d’infiltration (carte 10.1). En 1962, un bureau satellite de celui de Kano était opérationnel à Katsina, à quelques dizaines de kilomètres de la frontière. Ce bureau était géré par un certain Kali, Nigérien expulsé, et il servit d’abord de point relai pour la collecte d’informations et non d’une base pour les activistes. Il devint par la suite un important centre de regroupement des commandos montant vers le Niger et reçut ses ordres du QG du Sawaba à Accra6. Plus près encore du Niger et littéralement sur la frontière, des militants s’établirent dans le village de Jibiya – que les Français ont pu confondre avec Djibia, vers l’ouest, du côté nigérien de la frontière7. La base faisait partie d’un réseau s’étendant au-delà de la frontière, à Madarounfa, à quelque 25 km plus au nord (plus près si l’on emprunte une piste à travers brousse, à partir du Djibia nigérien, vers l’ouest). Comme le partenaire de Dan Koulou, Mallam Kalla, le paysan marabout qui servait d’agent recruteur, était parti à Katsina en s’échappant de sa résidence surveillée, la cellule de Madarounfa était, au printemps 1962, dirigée par un certain Yero Adama dont les contacts élargirent le réseau à une bonne partie du sud du Niger, couvrant les cercles de Maradi, Konni et Tessaoua8.

Carte 10.1 – Le réseau Sud.

Carte 10.1 – Le réseau Sud.
  • 9 Bulletin de renseignements, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962 cite des bases nigérianes san (...)
  • 10 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 31 août-6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; SHAT, 5 H (...)

5Une base fut établie plus à l’ouest encore, dans « Goussao ». Les services français décrivent l’endroit comme un petit village nigérian situé 25 km au sud-ouest de Jibiya, mais comme cette information provient de l’interrogatoire de maquisards, il est possible que la base se soit en réalité trouvée près de la ville nigériane de Gusau, située plus à l’ouest, sur la voie ferrée connectant ladite ville à Zaria et Kaduna, au sud. Comme nous le verrons plus loin, une telle situation correspondrait à celle d’un dépôt d’armes établi par la suite à Kaura Namoda, le terminus de la même ligne ferroviaire, à quelque 30 km au nord de Gusau. La base de « Goussao » n’avait sans doute pas été constituée avant la fin 19629, mais son emplacement souligne l’importance du point de passage Sokoto-Konni, au nord-ouest du Nigeria, point qui, à partir de l’été 1963, devint une voie d’infiltration importante10.

  • 11 Moctar Yaya et El Hadji Oussaini faisaient partie du réseau de Nguigmi. « Recueil des p (...)

6Dès 1959, des tremplins pour des opérations à partir du nord-est nigérian étaient en place, à une époque où des gens de Bosso, sur le Lac Tchad – et en particulier des milieux de la chefferie locale – avaient établi des « contacts très fréquents » avec les jeunes gens de la Zikist National Vanguard ainsi qu’avec des émissaires de la NCNC, une organisation apparentée – les deux étant des groupes nationalistes nigérians. La voie que Aba Kaka, chef de canton déposé, a peut-être emprunté pour aller s’enrôler dans le programme du Sawaba au Ghana, indique l’importance des villes de Maiduguri et surtout de Gashua, que des pistes reliaient, à travers brousse, au sud du Niger, à une trentaine de kilomètres au nord. Au niveau de son point d’arrivée septentrional, ce réseau transfrontalier aboutissait à Nguigmi, où Koussanga Alzouma, assisté de Barmou Batouré et d’autres personnes, avait mis en place une cellule du parti marxisant PAI11.

  • 12 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 1er-7 juillet 1963, 879, no 27 ; SHAT, 5 (...)

7Si les différents points du réseau nigérian ont dû fonctionner de manière largement autonome, Kano était le centre névralgique du système. On y faisait la planification d’ensemble, comme nous le laisse penser, par exemple, une importante réunion organisée le 22 juin 1963, à laquelle furent invités plusieurs commerçants activistes de Zinder. Comme Dan Galadima était parti en Afrique du Nord après octobre 1961, il se peut que Sallé Dan Koulou, qui s’était échappé au Nigeria en septembre 1961 ou quelque temps après, ait pris en charge la gestion de Sabongari. On ignore qui s’en occupa durant les voyages que fit Dan Koulou en Chine et au Ghana (automne 1962 à – sans doute – début 1963), mais il était de retour en avril 1963. En juillet, Dodo Hamballi, le partenaire de Dandouna Aboubakar, le rejoignit après son retour de Nankin-Mampong, prenant en charge la supervision des opérations des zones situées à l’est de Tessaoua et comprenant Matamey, Magaria, Zinder et Tanout12.

  • 13 Interviews Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; et (...)
  • 14 W.S. Bates, British High Commission, Kaduna, à J.A. Pugh, Lagos, 21 oct. 1964, 121/472/ (...)

8Il fallait bien entendu tenir compte, à cet égard, du fait que la géographie du Niger ne se prêtait pas aux tactiques du coup de main caractéristique de la guérilla. Il y avait néanmoins des exceptions, telle que la région frontalière du Nigeria, dans l’extrême est, formée par le bassin de la Komadougou-Yobé dont la végétation et les eaux parsemées d’îles étaient plus favorables à la guérilla13. Il en était de même de la région boisée à la frontière du Dahomey. Plus généralement, la savane plate et aride du Niger (photo 10.2) ne représentait pas un obstacle absolu aux infiltrations. La zone frontalière du Nigeria était remarquablement propice à l’action subversive. Le commerce transfrontalier intensif et le partage de la langue haoussa facilitaient la communication. La frontière mal délimitée, dont les 1 600 km environ n’étaient marqués que par 148 bornages, était sillonnée de milliers de pistes campagnardes connectant marchés et villages de part et d’autre de la ligne de démarcation. Ces passages étaient fort bien connus des populations locales et n’étaient interrompus par aucun obstacle naturel ou artificiel. Il n’y avait de points de contrôle que sur les voies principales14. Tout au long des régions transfrontalières, les influences circulaient sans entrave, comprenant aussi bien la puissante attraction des leaders religieux nigérians sur les gens du sud du Niger que la participation mutuelle dans la vie politique des deux pays. Comme nous le verrons plus loin, ceci pouvait avoir des répercussions sur la stabilité du gouvernement conservateur-aristocratique du Nord Nigeria tel que représenté par le NPC, le parti au pouvoir. Cependant, les risques étaient relativement plus grands pour le régime de Diori, puisque, pour reprendre les propos d’un diplomate britannique, il n’y avait pas de doute que

  • 15 Shaw à Lequesne, 22 oct. 1964 (« the inherent disaffection between the predominantly Ha (...)

« la désaffection inhérente existant entre la population principalement haoussa de la frontière nigériane et le gouvernement zarma fourni[ssait] des opportunités de création de troubles depuis l’extérieur [du pays]15 ».

  • 16 En 1963 Djibo Bakary se targua du fait que ses hommes avaient pu placer des lettres sou (...)

9Par conséquent, il était possible de mobiliser les populations du sud du Niger de diverses manières, avec l’aide des gens du Nord Nigeria. C’était là un des objectifs principaux de l’infiltration dans les premiers temps, plutôt que l’affrontement armé. Cet objectif était facilité par le caractère autoritaire du régime nigérien, pour lequel n’existaient que la loyauté intégrale ou la subversion. Des actes plutôt inoffensifs comme la distribution de pamphlets, de tracts, de photos de leaders du Sawaba ou même des dessins de chameau, ainsi que la diffusion de rumeurs, avaient un caractère politiquement explosif et pouvaient, dans la guerre des nerfs qui avait cours, affecter l’équilibre des forces entre le régime et l’opposition. Si ceci résultait en bonne part des activités de la branche interne du Sawaba, les commandos venant de l’extérieur pouvaient aussi y contribuer. En dehors de la sensibilisation des populations, l’infiltration visait d’autres buts, telles que la livraison de fonds (on note en 1962 que les sawabistes de Zinder vivaient presque entièrement de subsides de la branche externe) ; l’information et les ordres donnés aux branches internes ; ou la reconnaissance des – pour reprendre les termes des services français – « points sensibles du pays » dont le contrôle déterminerait la réussite de l’action armée. Avec le temps, les objectifs spécifiquement militaires gagnèrent en importance, et inclurent la surveillance des ministères et l’espionnage des mouvements des ministres ainsi que la transmission de renseignements au leadership externe et, peut-être, la préparation d’un coup d’État16.

Photo 10.2 – Paysage entre Dogondoutchi et Birnin Konni.

Photo 10.2 – Paysage entre Dogondoutchi et Birnin       Konni.
  • 17 « Recueil des principaux renseignements… 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; « Recueil des (...)

10Les infiltrations du Nord Nigeria commencèrent donc tôt, révélant, au début, une approche stratégique en contradiction avec les prescriptions maoïstes : elle ne déterminait aucune priorité entre villes et campagnes. Dès 1959, des tracts étaient distribués par les zikistes et les hommes du NCNC à Bosso, mobilisant les gens en faveur de l’indépendance, tandis que des slogans anti-RDA circulaient par le bouche-à-oreille. Les activités commencèrent à prendre de l’envergure à partir de fin 1961 (après la campagne de répression organisée par le régime à l’automne), lorsque des pamphlets apparurent dans les rues de Niamey, attaquant la fête annuelle du 18 décembre. Des distributions de photographies de Bakary suivirent, à Zinder, en janvier 1962. En juillet, des photos, des tracts et d’autres objets de propagande circulèrent autour de Konni, puis à Maradi le mois d’après. Ces objets avaient été introduits clandestinement à partir du Nigeria, et, en guise de représailles, les autorités appréhendèrent Yero Adama de la cellule de Madarounfa, ainsi qu’un autre activiste17.

  • 18 Rogogo se trouve à 13,43 N 7,88 E. Il y a un village du même nom au Nigeria, plus à l’e (...)
  • 19 La cellule de Rogogo comprenait un certain Mahaman Leiyi, pasteur paysan peul, son cous (...)
  • 20 Ce militant était Mahaman Leiyi. Les groupes de commandos en visite consistaient généra (...)
  • 21 Le rôle de Magaria peut être déduit de données plus tardives. Bulletin de renseignement (...)

11Si nous tenons compte de l’infiltration dans la région de Tessaoua, les zones rurales non plus n’étaient pas négligées. Une série de missions eut lieu probablement au printemps 1962 et nous laisse entrevoir la manière dont le terrain fut préparé pour la guérilla. Sallé Dan Koulou, un certain « Madaoua » – négociant en arachide et cadre de Maradi – et un certain Sarkin Nanou, propagandiste du Sawaba, franchirent la frontière au nord-est de Katsina. Ils voulaient se rendre au village de Rogogo, situé non loin d’un sentier menant à Gazaoua, sur la route entre Tessaoua et Maradi, à seulement 10 km de la frontière18. À Rogogo, ils approchèrent des villageois pour s’assurer de leur loyauté politique, leur disant que la branche externe du mouvement préparait un retour par la voie des armes. Quelques mois plus tard, un autre groupe, dépêché par Dan Koulou, arriva à Rogogo pour demander à la cellule villageoise d’entreposer des vivres pour les commandos, avant de monter vers le nord19. Peu de temps après, il y eut une autre visite, de Sarkin Nanou, qui annonça des plans pour une cache d’armes et promit que les villageois seraient entraînés au tir, avant de se rendre à une réunion de la cellule de Gazaoua, plus au nord. À quelque temps de là, on demanda à un militant de Rogogo de venir au village de Dan Kana, situé sur la frontière, côté Nigeria, où Dan Koulou lui fournit des munitions et des insignes à conserver dans son village20. Les sawabistes de Magaria, ville située au sud de Zinder à une quinzaine de kilomètres de la frontière, furent mobilisés de façon similaire. Comme nous l’avons vu dans la deuxième partie, cette ville avait plusieurs sympathisants du Sawaba, menés par l’ancien député Moussa Maharou, et qui étaient sans nul doute en contact avec les marabouts pro-Sawaba de Kolori, tout près, de l’autre côté de la frontière, au Nigeria21.

  • 22 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 10 déc. 1962 ; SHAT 10 T 719/D.2 ; Bullet (...)
  • 23 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 27 janv. 1963, no  ? ; 11-17 févr. 1963, 25, 2 (...)

12Les choses devinrent plus sérieuses fin 1962. À cette date, une des plus grosses actions d’infiltrations fut organisée par de petits groupes d’hommes qui, cette fois, ciblèrent les villes. Nous ne savons rien de leur éventuel armement. Le 14 novembre, cinq commandos qui avaient été dans les pays de l’Est arrivèrent d’Accra dans un petit village près de Kano – référence possible à Jibiya, au nord de Katsina – et s’y établirent pour préparer des infiltrations. Les hommes qu’ils avaient rejoints faisaient partie d’une mission de reconnaissance qui étudiait les possibilités d’action armée. À partir du 17 décembre, de petits groupes commencèrent à traverser la frontière et à se disperser en direction des sept centres urbains du sud, de Zinder à l’est à Niamey à l’ouest. Ils contactèrent des militants locaux, recueillirent des informations et firent un peu d’agitation, répandant la rumeur d’un soulèvement prochain de l’aile domestique, soulèvement qui aurait lieu avec l’aide de commandos – estimés alors à 300 hommes – et d’éléments militaires en provenance d’Algérie. L’équipe en charge de Zinder aurait contacté à cet effet des immigrés algériens d’Agadez22. Au mois de janvier suivant, une rencontre de haut niveau se tint à Kano, peut-être pour débattre des incursions de décembre. Des rumeurs portèrent sur un coup d’État qui devait prendre place à Niamey en juin. Cependant, du fait peut-être d’une alerte de sécurité au Niger, ou de contestations latentes au sein de l’armée nigérienne (voir plus loin), ou parce que cela relèverait d’une guerre des nerfs, il est peu probable qu’à l’époque la stratégie du Sawaba ait visé uniquement à une prise de contrôle par la voie des armes dans la capitale. Ses opérations visaient aussi bien les campagnes que les zones urbaines23.

  • 24 Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Hamballi, faisant référence à 3 ou 4 missions) ; (...)

13Il existe, par exemple, des données indiquant que Dan Koulou avait fait plusieurs excursions dans la région de Maradi. À partir de l’été 1963, Dodo Hamballi se rendit plus d’une fois en mission dans les zones au sud et à l’est de Tessaoua, contactant les militants avec l’assistance de Ali Mahamane Madaouki, l’ancien élève d’Algérie. Vers la fin de cette année, ou au début de 1964, un certain Garba, qualifié de « perturbateur sawabiste » par les Français, se servit de la voie Sokoto-Konni pour se concerter avec la cellule de Doguéraoua – un canton à l’est de Konni –, dont certains militants travaillaient comme coxeurs, détail qui n’était pas sans importance dans le maintien des canaux de communication au sein du mouvement. Il ne s’agit là que de quelques exemples de missions organisées depuis le Nigeria en liaison avec des cellules au Niger, et qui ont pu être consignées dans les archives. Comme nous le verrons plus loin, plusieurs autres expéditions étaient en préparation. Les opérations de la zone Sokoto-Konni-Madaoua, qui reçut certaines de ces incursions, étaient supervisées par Dandouna Aboubakar (au moins en 1964) : il recueillit également des informations dans les cercles d’Agadez, de Gouré et de Nguigmi. Cependant, ces deux dernières circonscriptions, couvrant l’ensemble de l’extrême-est, relevaient surtout de la responsabilité de Malam Mustafa (Moustapha), surnom de Moustapha Oumar24.

Éveiller le peuple : le réseau du sud et l’hinterland nigérian

  • 25 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4 à 10 mai 1964, 565, no 19. En général, V (...)

14En mai 1964, les Français notèrent que le réseau intérieur du Sawaba était bien structuré et recevait des ordres des bases de Kano et Katsina25. Ce constat portait en fait sur le complexe de cellules du sud du Niger et montre qu’il était le plus important. Le groupe de cellules du sud n’était certes qu’un des trois réseaux qui couvraient, en se chevauchant, le Sud, l’Ouest et le Nord du pays – mais cette section-ci du chapitre traite de l’évolution du réseau méridional, de ses infiltrations et de ses liens avec le Nord Nigeria. Les sections suivantes porteront sur les réseaux Nord et Ouest ; les projets d’infiltration visant les Forces armées et l’administration ; et la mise en place progressive d’infrastructures dans les pays voisins (aires de base, armement, caches d’armes).

  • 26 Parmi les militants actifs dans les cellules de Tahoua figuraient un certain El Had (...)
  • 27 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 30 juillet à 5 août et 6-12 août 1962, 25. (...)

15Si le sud du Niger constituait la base la plus importante du pouvoir du Sawaba, il en était surtout ainsi des régions centrales et orientales – la zone Maradi-Zinder. Les services français notent, en 1962, que le mouvement était en train de monter des opérations d’infiltration et d’intensifier la propagande. Des tracts passèrent en contrebande du Nigeria à Birnin Konni, mettant les vues de Bakary en exergue et accusant le régime de soumission aux Français. À Tahoua, des membres de la cellule du Sawaba se réunirent plusieurs fois, mais, exactement comme à Zinder, sous couvert de visites à caractère social concernant de petits groupes d’hommes. Pourtant, un rapport de police de 1963 parle de la formation de cellules de quartier constituées de cinq à dix hommes et note qu’une grande partie de la population est suspecte de loyauté à l’égard du mouvement26. Comme nous l’avons vu au chapitre 7, les persécutions avaient rendu toute entreprise politique plus difficile à Zinder, renforçant les conditions de clandestinité, et les militants se rencontraient en tout petits groupes, dans la rue ou à l’intérieur des maisons. Néanmoins, l’agitation augmenta au point de paraître, aux yeux des Français, une véritable résurgence de l’opposition27.

  • 28 Il était aussi le frère de l’épouse de Bakary et devait se rendre, comme étudiant, (...)
  • 29 Les femmes jouaient aussi de tels rôles dans la NEPU. R.S. Kwewum, The Stor (...)
  • 30 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 20-26 août 1962, 25.471 ; 27 août au 2 sep (...)
  • 31 Impliquant Nakandari, un vendeur d’arachides du Sawaba. Voir chapitre 8, n. 18.
  • 32 Mallam Boukary et Mahamane Djibo (Djido ?). Ils furent aidés par Habou Bargou, empl (...)
  • 33 Bulletin de Rens. hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 ; SHAT, 5 H 123.

16Ainsi des « émissaires étrangers » comprenant des Voltaïques, des Sénégalais et des Maliens – sans doute des AOFiens expulsés – aidèrent la branche de Zinder au cours de ce qui a dû être des missions d’infiltration destinées à sensibiliser la population. En septembre 1962, Alarba N’Diaye, commerçant d’origine sénégalaise28, distribua des tracts non pas à des sawabistes en vue – ce qui était trop risqué – mais à des femmes du cru qui les cachèrent en dehors de chez elles29. Des textes en français et en arabe appelaient à l’indépendance totale tandis que la propagande orale disait que Bakary était prêt à revenir, ayant à sa disposition 3 000 hommes de rang au Mali, et bénéficiant du soutien du FLN. Des rumeurs affirmaient que la France et les autres puissances occidentales voulaient éliminer des leaders comme Nkrumah, Modibo Keita et Sékou Touré, mais qu’un coup d’État communiste allait se produire en France, permettant à Bakary de libérer le Niger. Le RDA se sentit si contesté que plusieurs personnes, y compris un chef de village, furent arrêtées dans le secteur de Zinder et on pressa tous les chefs de canton et de village à dénoncer le mouvement30. Comme ces faits survenaient après des mesures de répression prises en fin 1961-début 196231, ils indiquent que la branche de Zinder restait fonctionnelle. Ainsi que certains l’avaient déjà noté en fin 1961, le mouvement poursuivait ses activités en dépit des arrestations, sous l’égide, à l’époque, de ce que les Français appelaient « la troïka » : Mal(l)am Saley Madaouki, le marabout qui faisait déjà de l’agitation en 1959, et deux militants, peut-être aussi des marabouts32. Par conséquent, les services français rapportent au début de 1963 que l’agitation ne diminuait pas à Zinder, où les sawabistes se rencontraient fréquemment et capitalisaient sur des questions sociales33. Comme nous le verrons plus loin, ceci était en partie facilité par les erreurs de conduite de militants du RDA.

  • 34 Interview Ali M. Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 (cette dernière citation est une p (...)
  • 35 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964. La personne menacée était un certai (...)
  • 36 Interviews Ousseini Dandagoye et Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

17Cependant, il y avait certainement un facteur externe basé sur les infiltrations du Nigeria. Comme nous l’avons noté, des missions telle que celle entreprise par Dodo Hamballi et Ali Mahamane Madaouki dans la région de Zinder eurent lieu plus d’une fois, avec pour objectif – suivant le propos de Madaouki – d’« éveiller le peuple » « car on en a besoin dans une lutte armée34 ». S’il semble qu’en général ces actions jouaient sur les sympathies existantes, il arrivait qu’on ait recours à des menaces, comme on peut s’en rendre compte à partir d’évènements dans la zone de Rogogo, où Sallé Dan Koullou aurait dit à la cellule villageoise qu’un certain individu risquait sa vie s’il n’arrêtait pas sa propagande hostile35. Cependant, les contacts entre les missions d’infiltration et les populations du Centre et de l’Est semblent s’être déroulés dans une ambiance accueillante – en partie parce qu’à ce stade, les commandos ne présentaient guère de danger et voulaient s’attirer la bonne volonté des populations. Ces contacts se produisaient en général au cours de visites nocturnes et, selon plusieurs sources, les gens répondirent le plus souvent de manière positive à la question de savoir s’ils soutenaient toujours Bakary et ses hommes36. Lors de réminiscences ultérieures sur ces missions, Ali Mahamane Madaouki (photo 10.3) fournit quelques aperçus de leur modus operandi :

  • 37 Interviews Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003 (paraphrase).

« Je suis allé dans la région de Zinder avec Dodo [Hamballi]. On était toujours à pied, jamais en voiture. J’étais robuste. On entrait d’habitude entre Matamey et Magaria. C’était facile, parce qu’on était haoussa. Lorsqu’on était à Kano, on disait qu’on vivait à Katsina et vice-versa. J’avais des petites armes, faciles à cacher dans les vêtements, du genre pistolets. Le gouvernement était sur ses gardes. On se déguisait et on n’était pas reconnu. On se faisait passer pour des marabouts ambulants, avec des amulettes, ou pour des paysans, portant une houe. Lorsqu’on était en mission, on devait prendre des notes et porter des documents de travail37. »

Photo 10.3 – Ali Mahamane Madaouki, en 2003.

Photo 10.3 – Ali Mahamane Madaouki, en         2003.

18On peut se rendre compte des implications de tout ceci à travers le carnet de son camarade, qui couvrit une immense étendue de territoire allant de Niamey, Dogondoutchi et Konni à Madaoua et Maradi. Comme les commandos devaient prendre note des postes administratifs et marchés, sources éventuelles de revenu et de contacts, Hamballi écrivit à propos de Madarounfa :

  • 38 Cette bourgade se trouve au sud-ouest de Madarounfa, sur un chemin situé à l’ouest (...)
  • 39 Située sur la voie principale entre Katsina et Maradi, juste au nord du village nig (...)
  • 40 Cité par Comte, « Carnets de Nankin », 30. La situation de Dankourégaou est inconnu (...)
  • 41 Située à l’ouest sur la voie principale de Zinder à Kano, au carrefour de plusieurs (...)
  • 42 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 10-16 juin 1963, 777, no 24, 6-12 avr. 196 (...)

« Ce poste administratif est composé de deux cantons et d’un groupement Peulh. Ce sont le canton de Madarounfa, le canton de Gabi38 et le groupement peulh de Serkin Foulani Douban.
MARCHE IMPORTANT : Le marché de Madarounfa, le marché de Dankourégaou.
LA SITUATION POLITIQUE. Dans l’ensemble du poste administratif, la situation politique est favorable au parti. Mais il existe des éléments fantoches constitués, notamment des féodaux qui sévissent sur les masses… Les postes des Douanes de Dan-Issa39 et Madarounfa se classent parmi les plus importants du pays au point de vue recettes douanières40. » Le fait de cibler les postes de douane pouvait avoir un impact positif sur la popularité du Sawaba. Les services français notent que les douaniers avaient « une très mauvaise cote auprès de la population » du fait de leur dureté à l’égard de délits mineurs ainsi que d’actes de corruption telle que la confiscation de biens et leur revente au Nigeria dans un but d’enrichissement personnel. Parfois, cela provoquait des scènes dignes du Far West, lorsque des douaniers ouvraient le feu sur des « fraudeurs » ou les pourchassaient dans le but de saisir leurs « biens de contrebande ». En mars 1964, il y eut, à Faroua, au sud de Zinder41, une bataille entre une dizaine d’hommes et un douanier qui tua l’un d’entre eux et fut, en retour, mis en pièces. La population du village, rapporte-t-on, avait fait cause commune avec les contrebandiers42.

  • 43 Entretien avec Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006.

19Il est clair que les mauvaises relations entre les populations et l’administration offraient des possibilités. L’habitude fut donc prise pour toutes les missions de faire une revue de la situation politique, comme le racontera plus tard Abdou Ali Tazard du réseau de Tessaoua en se rappelant de la manière dont des commandos comme Sallé Dan Koulou (qui lui était apparenté) se rendaient de temps à autre en ville pour recueillir des informations43. L’infiltration de la région de Maradi prit une tournure spéciale car elle cibla aussi des fonctionnaires, comme nous le verrons dans une autre section de ce chapitre. Les missions étaient en général facilitées par le fait que les commandos étaient envoyés dans leur région d’origine.

  • 44 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, (...)
  • 45 Présidence du Conseil SDECE. Destinataire no 562. Réf. 14335/A, 29 déc. 195 (...)

20En revanche, les rapports avec l’hinterland nigérian étaient compliqués par les imbroglios du système politique nigérian, ainsi que par les animosités et les fractures qui marquaient la situation intérieure du pays. Des diplomates britanniques rapportent qu’au cours de ces années, le président Diori « se plaignit de la facilité avec laquelle les hommes de Djibo Bakary semblai[en]t capables d’opérer à partir du Nigeria ». En fait, selon des sources américaines, le redresseur des torts fut même reçu en audience, à une date non spécifiée (1962-1963 ?) par le Premier ministre fédéral nigérian, le nordiste Sir Abubakar Tafawa Balewa44. Comme nous l’avons vu dans la première partie, des rapports avec les leaders du Nord Nigeria – y compris les membres de son gouvernement conservateur et aristocratique – existaient depuis la fin des années 1950. Ces contacts furent façonnés par l’évolution politique relative à l’imminence de l’indépendance, ainsi que par la montée au pouvoir du RDA dans le contexte de la communauté. Les idées d’unification transfrontalières qui étaient devenues habituelles dans le contexte instable de la décolonisation n’intéressaient pas seulement le Sawaba et la NEPU, elles affectaient aussi, de façon limitée, les autorités fédérales du Nigeria et le gouvernement NPC du Nord. À la mi-1958, par exemple, un « bureau des Affaires françaises », géré par un Arabe de Tanout, examinait activement les relations entre le gouvernement de la région et les Nigériens. En janvier 1959, Tafawa Balewa dit, dans une déclaration visant sans nul doute à tester l’étendue de l’influence du Nigeria en tant que puissance régionale, que son pays avait le droit de s’unir à d’autres États. Le Premier ministre du Nord Nigeria, le leader du NPC Sir Ahmadu Bello – qui était aussi « Sardauna », i. e. descendant de la maison royale du Califat de Sokoto et neveu du Sultan – avait, un mois auparavant, encore exprimé des réserves sur des liens plus étroits avec le Niger au vu des différences politiques avec le Sawaba45.

  • 46 « Recueil des principaux renseignements… du 18 au 24 juin 1959 », no 35 et chapitre (...)

21Mais en avril 1959, Bello fit des remarques indiscrètes sur le Niger au directeur de cabinet de Diamballa Maïga, qui avait été envoyé pour préparer la venue d’une délégation nigérienne auprès du gouvernement du Nord Nigeria, à Kaduna. Les Français et le RDA en furent troublés, car le Sardauna, en qualité d’héritier spirituel du Califat de Sokoto, avait toujours du prestige au Niger central et oriental. Ceci était renforcé par ses liens de sang avec le « Shehu », le souverain du royaume du Bornou, au nord-est du Nigeria, qui exerçait encore de l’influence sur les chefs de la zone entre Tessaoua et Nguigmi – chefs dont l’intronisation n’était valide que si elle avait lieu en présence des émissaires du Shehu, et qui gardaient tous leurs titres à la cour de ce dernier, au Bornou. La visite de la délégation nigérienne à Kaduna, en mai 1959, avec à sa tête deux nobles songhay, Maïga et Djibo Yacouba, ne mit guère fin à ces appréhensions. Maïga et Yacouba étaient horrifiés à la perspective de s’incliner devant Sardauna ou Shehu, qui étaient tous deux si étroitement liés à l’Est haoussa-kanouri. Le scepticisme des Nigérians à l’égard du soutien apporté par le RDA à la communauté consacra ces différences de sentiment46.

  • 47 Message radio Maradi, Note du service, n. d. ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; J.A. Pugh, Brit (...)

22Mais comme nous avons pu le noter auparavant, le Sawaba et les leaders du Nord Nigeria ne faisaient guère bon ménage, d’un point de vue social. Dans la pratique, le problème qui se présentait au RDA résidait dans le fait que les autorités nigérianes ne se souciaient tout simplement pas des risques politiques encourus par leur voisin du nord, qui était bien plus pauvre et faible, même si, au début des années 1960, ils étaient entrés dans des dispositions plutôt bonnes à l’égard du régime de Diori. Si l’on ajoute à ceci le fait, noté par les diplomates britanniques, qu’« avec la meilleure volonté du monde, il [était] impossible de contrôler efficacement la frontière du fait de l’immensité des régions concernées et du manque de communication », le Sawaba disposait d’une marge de manœuvre qui pouvait servir à l’organisation de ses commandos et à ses infiltrations. Mais si ce champ d’action pouvait être élargi en collaborant avec des éléments de l’opposition nigériane, il avait ses limites. En 1964, les Britanniques estimaient « fort peu probable » que le gouvernement fédéral du Nigeria ou le Sardauna soutiennent Bakary. À ce stade, Ahmadu Bello avait développé des liens étroits avec Diori avec qui il correspondait régulièrement en langue haoussa. Si Sir Tafawa Balewa avait rencontré Bakary par le passé, ce fut probablement de l’ordre de ce lien tenu que les politiciens ont l’habitude d’entretenir avec tout éventuel leader futur. Dans tous les cas, le Sardauna garda ses distances et ne fut pas compris dans les critiques de Diori sur le manque de coopération des Nigérians au sujet du contrôle des frontières47.

  • 48 A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961 ; ANN, (...)
  • 49 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; ibid., (...)

23En fait, dès l’automne 1961, l’Émir de Kano avait assuré à la police nigérienne que les personnes suspectées de sawabisme seraient renvoyées au Niger48. Deux ans plus tard, les Nigérians avertirent Diori d’un coup d’État en préparation. Le Premier ministre fédéral envoya à Niamey un émissaire qui apporta avec lui des renseignements collectés au Nigeria, et, en juillet 1963, un mois après la date à laquelle le coup aurait dû avoir lieu, la police de Kano saisit d’importants documents du Sawaba et renforça les postes de douane à Katsina ou Daoura, i. e., Doura, à l’est de Katsina, à dix kilomètres de la frontière, sur la route de Matamey. Les relations entre les deux pays avaient reçu un coup de fouet avec les visites du Sardauna dans la région de Maradi en décembre 1962, et à Agadez en juillet 1963. Au cours de cette dernière visite, Diori aborda des sujets de coopération économique avec Ahmadu Bello, tels que les exportations d’arachide, le développement commun du bassin de la Komadougou-Yobé et la mise en place d’une ligne téléphonique entre Konni et Sokoto permettant un contact direct entre Niamey et Kaduna49.

  • 50 A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961.

24Par conséquent, le Sawaba devait nouer des liens avec les forces de l’opposition nigériane, bien que cela ne manquerait pas d’accroître l’hostilité des autorités du pays à l’endroit du petit peuple, avec des implications pour la sécurité des opérations du mouvement. Si Kano était le centre névralgique du réseau du Sawaba, il n’y disposait même pas d’une présence indiscutée, puisque la communauté locale des Nigériens était initialement d’obédience RDA, et il n’est pas facile de dire dans quelle mesure elle suivit la NEPU lorsque celle-ci s’orienta plutôt vers les hommes de Bakary en 1958 (voir chapitre 3). On peut, cependant, supposer que puisque la majorité des Nigériens de Kano étaient originaires des régions du Centre et de l’Est, nombre d’entre eux n’étaient pas favorables au gouvernement du Niger, dominé par des Songhay/Zarma. Dans tous les cas, à la fin 1961, la ligue franco-RDA commença à développer des plans pour une guerre de propagande parmi les Nigériens de Sabongari, et, comme nous le verrons au prochain chapitre, les complexités de la situation politique à Kano fournissaient de nombreuses opportunités de contre-mesures, telles que les opérations de surveillance par infiltration50.

  • 51 Udofia, « The Kanuri and Interest Group Politics in Borno » et Dudley, Parties and (...)

25Les contacts développés par le Sawaba avec l’opposition nigériane produisirent différents niveaux de soutien, mais ses liens venaient aussi avec des risques d’implication dans les querelles politiques du Nigeria. Ainsi, les rapports avec Ibrahim Imam, patron du BYM, n’étaient pas très utiles, puisque le groupe, établi pour s’opposer aux privilèges du Shehu du Bornou, se désintégra sous l’effet des persécutions du gouvernement nord nigérian. Le NPC se sentit contesté par son agitation en faveur d’un État du Nord-Est, détaché, au sein de la Fédération, du Nigeria du Nord. Si les jeunes radicaux kanouri nourrissaient à l’égard des privilèges de statut social les mêmes ressentiments que le petit peuple de la NEPU, ils étaient hostiles aux liens de cette dernière avec la communauté haoussa de Maiduguri. Le résultat fut que l’opposition à l’aristocratie du Nord – aristocratie qui était très forte à l’époque du régime indirect britannique – se fragmenta. L’alignement tactique du BYM sur l’Action Group du Nigeria du Sud-Ouest renforça la pression sur les relations avec la NEPU avec laquelle il avait, auparavant, noué une alliance électorale. Tanko Yakasai, le radical de la NEPU, réussit à briser le parti kanouri, le divisant en une aile pro-NEPU et une aile pro-Action Group. En 1961, le BYM était entré dans un processus de déclin avancé51. Il n’empêche, il a pu fournir des contacts dans le Nord-Est nigérian, contacts qui furent utiles pour les infiltrations dans la région à l’est de Gouré, bien qu’en dehors du rôle d’Imam, nous ne sachions rien à ce sujet.

  • 52 Imam fut forcé de quitter le Bornou pour des raisons de sécurité. E.E.G. Iweriebor, (...)
  • 53 Le politicien nationaliste qui fut la première inspiration des zikistes. Voir chap. (...)
  • 54 M. Crowder, The Story of Nigeria (London, 1973), 299 ; « Recueil des principaux ren (...)

26De même, les contacts avec les zikistes diminuèrent avec le temps. La cause en fut le déclin du mouvement zikiste lui-même, dont l’activisme avait connu son âge d’or en 1949-195052. Quelques anciens éléments s’impliquèrent dans les activités politiques du NCNC et de la NEPU et prirent contact avec les hommes de Bakary au début de leur entrée en clandestinité. Comme nous l’avons vu au chapitre 7, en 1959, Abdoulaye Mamani avait rencontré la Zikist National Vanguard, une ramification zikiste liée au NCNC, tandis qu’une rumeur avançait que Issaka Koké, l’ancien ministre des Travaux publics et de l’Agriculture du Sawaba, était occupé à traduire des tracts zikistes. Il ne fait pas de doute qu’il y avait alors des contacts étroits avec le NCNC, le parti de Nnamdi Azikiwe53, bien établi dans la Région Est du Nigeria, et, au moment de l’indépendance, partenaire junior du NPC au sein du premier gouvernement fédéral. La ligue franco-RDA était donc préoccupée par les contacts avec le NCNC, contacts influencés par des idées d’unification transfrontalière, tandis que les émissaires du NCNC (zikistes et autres) faisaient, comme nous l’avons vu, de multiples incursions dans la région nigérienne de Bosso et y établissaient des liens avec les groupes pro-Sawaba54.

  • 55 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 181.
  • 56 Iweriebor, Radical Politics in Nigeria, vi. Raji Abdullah, fondateur de la (...)
  • 57 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 169.
  • 58 Ibid., 85 ; email Murray Last à auteur, 13 nov. 2003. Voir sa biographie de style h (...)
  • 59 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 87, 164-198 ; Kwewum, The (...)

27Les liens avec les zikistes et le BYM, tous deux des groupes radicaux dissidents sur le déclin, ne produisirent que des effets limités et reflétaient en un sens l’étendue des problèmes du Sawaba lui-même. Même les liens avec le NCNC en tant que tel – formation prise dans la vie politique nigériane – semblent avoir décliné au cours des premières années de la nouvelle décennie, bien que ce parti ait entretenu une alliance officielle avec la NEPU – un parti très proche des Sawabistes – depuis 195455. Comme nous l’avons vu au chapitre 1, la NEPU et l’UDN partageaient dans une large mesure le même genre d’assise sociale. Le programme anticolonial de la NEPU, fixé dans la « Sawaba Déclaration » de 1950, prit le relais après que les zikistes aient été forcés de renoncer à l’agitation56, appelant à l’élimination des sarakuna, répondant aux besoins des démunis, et, d’une manière générale, faisant de l’agitation pour tous les talakawa du Nord Nigeria57. Comme l’UDN, la NEPU était soutenue par le menu peuple des insatisfaits, tels que les petits commerçants, les artisans, les paysans, et – dans les régions de Gusau et Sokoto – les marabouts tidjanes, tandis que nombre de ses fidèles étaient des immigrés venus d’autres parties du Nigeria et vivant avec un statut de marginaux. Elle était bien implantée dans les villes comme Kano (notamment dans les quartiers d’immigrés comme Sabongari) ; Zaria, où une base fut établie par Gambo Sawaba, une vendeuse de noix de kola et agitatrice intrépide58 ; Bauchi ; Katsina ; et des villes de moindre importance, telle que Kaura Namoda. Si la représentation parlementaire de la NEPU souffrit de la persécution et des manipulations électorales, sa base politique resta assez stable. Le parti représentait un niveau significatif de mécontentement dans la société du Nord Nigeria et constituait à ce titre le principal groupe d’opposition de la région59.

  • 60 S’exprimant dans le langage de la lutte des classes, la NEPU invoquait un imaginair (...)

28Il y avait néanmoins des différences entre la NEPU et le mouvement de Bakary. La NEPU était un parti d’opposition de premier rang qui n’était jamais entré au gouvernement, et ses rapports avec son allié, le NCNC, se compliquèrent lorsque ce dernier intégra une coalition fédérale avec le NPC. Le leader de la NEPU, Aminu Kano, prit le poste fédéral de Deputy Government Chief Whip, bien que son parti ait été engagé, au niveau régional, dans une bataille sans merci avec le NPC. Le NPC et les chefs des Native Authorities (Autorités Indigènes), étaient profondément hostiles à l’opposition de la NEPU et persécutèrent sans répit le parti, rendant difficiles la mobilisation et le recrutement de cadres compétents. La NEPU ne disposait que d’une représentation officielle limitée, ce qui nuisait à ses finances, compliquait sa rivalité avec le NPC – qui contrôlait l’administration depuis 1952  – et renforçait sa dépendance vis-à-vis du NCNC. Par contraste avec l’UDN/Sawaba qui avait de nombreux promoteurs dotés d’une instruction en bonne et due forme, la NEPU manquait d’un leadership de qualité en dehors de Aminu Kano dont le statut solitaire de chef du parti ayant un background universitaire (et aristocratique) fut confirmé en 1959 par son élection comme « président à vie ». Si Djibo Bakary était la grande figure du Sawaba, il devait tolérer d’autres personnalités à ses côtés et n’atteignit jamais le statut formel de Kano (cela n’était d’ailleurs pas en accord avec un mouvement tel que le Sawaba, dont la tradition syndicale était relativement plus prononcée60).

  • 61 J’ai trouvé peu de traces de ceci, en ce qui concerne le Sawaba. Cela a pu être inf (...)
  • 62 En plus de Katsina, Funtua, Bauchi, Jos et d’autres villes. Mallam Aminu Kano, MP : (...)
  • 63 J.O. Moreton, Office of the High Commissioner for the United Kingdom, Lagos, à B.J. (...)
  • 64 Ainsi, un zikiste essaya d’assassiner un fonctionnaire colonial britannique en 1950 (...)
  • 65 Comme nous l’avons noté au chap. 5 (n. 87), Yakasai assista aussi à la All-African (...)
  • 66 Imposé par les pasteurs peuls aux États haoussa dans une révolution islamiste au dé (...)
  • 67 « Sawaba Youth Association ». « Runduna(r) », « foule », peut aussi vouloir dire «  (...)
  • 68 Twist, Kaduna, à Viscount Head, High Commissioner United Kingdom, Lagos, 31 juillet (...)

29De ce fait, la NEPU souffrait d’une organisation délabrée, de querelles de leadership et de scissions incessantes, en plus de défections en faveur du NPC et de détournements de fonds61. L’entrée de Kano dans le gouvernement fédéral en 1961 produisit une division au sein de l’exécutif du parti, et des militants comme Gambo Sawaba et Tanko Yakasai abandonnèrent la NEPU pour un groupe alternatif, la Nigerian Elements Freedom Organisation (NEFO). Bien que ce parti n’ait pas recueilli un soutien durable, il ponctionna des centaines de fidèles, surtout à Zaria et Kano62. Tanko Yakasai, qui nia plus tard avoir joint la NEFO63, avait déjà été expulsé de la NEPU en 1959-1960 avant d’être réadmis sous la pression de la faction des jeunes, en dépit de son désaccord manifeste quant aux orientations politiques de Aminu Kano. Yakasai devint un partisan de la lutte armée contre l’aristocratie nordiste, lui et d’autres « fils du vent » ayant l’impression que l’alliance du NCNC n’apportait pas à la NEPU ce dont elle avait besoin, tandis que la répression du NPC privait la compétition électorale de sens. Il continuait à cet égard une tradition de violence établie par les zikistes64 et davantage légitimée à ses yeux au cours de son voyage en Chine65. Yakasai, avec d’autres personnes, était favorable à l’inclusion de doctrines maoïstes dans la constitution de la NEPU, se fondant ainsi sur un courant de militantisme qui s’était jusqu’alors épanoui au sein du mouvement askianiste. Cette organisation représentait un effort de pénétration de la paysannerie habé (haoussa) et tirait son nom des Askias, souverains de l’empire précolonial des Songhay, afin de renvoyer à un ordre des choses antérieur au règne des Peuls66. Elle devint l’un des groupes de jeunes radicaux de la NEPU et, après avoir été reconnue comme sa branche Jeunes en 1954 sous le nom de Runduna(r) Samarin Sawaba (RSS)67, elle dut devenir un équivalent des zikistes – avant sa fragmentation en différents groupes de pression faisant de l’agitation au sein du parti68.

  • 69 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 171.
  • 70 J.S. Renwick, Office of the Deputy High Commissioner for the United Kingdom, Kaduna, (...)
  • 71 Synthèse politique, no 834 CP, juin 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; Synthèse poli (...)
  • 72 La surveillance de la police de l’Autorité indigène de l’émir était omniprésente. M (...)
  • 73 Email Murray Last à l’auteur, 13 nov. 2003.

30Les actions des yan iska, la turbulente jeunesse du pays haoussa, affaiblissaient bien entendu la NEPU, du point de vue institutionnel. Cependant, en tant que mouvement représentant une forme structurelle de mécontentement69, elle survécut aux divisions. À l’automne 1963, elle organisa une manifestation à Kano, faisant défiler ses troupes à travers la ville, bannières déployées, au rythme de chansons, concluant le parcours par un rassemblement en face du palais de l’émir – ce qui mena à une réaction brutale de la police70. L’existence de la NEPU signifiait que plusieurs villes, bourgades et villages du Nord Nigeria pris ensemble constituaient un environnement naturel pour les opérations du Sawaba. La propagande de la NEPU était une source de soutien moral. Dans les premiers temps, on portait les portraits de Djibo Bakary aux côtés de ceux des leaders du parti lors des manifestations, tandis que, de l’autre côté de la frontière, les « calendriers » de la NEPU étaient largement mis en circulation au sud du Niger71. Dans l’ensemble, ces procédés offraient une couverture aux activités du Sawaba, même s’ils pouvaient attirer l’attention des adversaires de la NEPU. La présence de la NEPU garantissait l’accès au logement et à la nourriture pour les militants et les commandos qui allaient au Niger ou en revenaient, ainsi que des locaux pour les quartiers généraux du Sawaba, des maisons sûres et des contacts. Les scissions même du parti en factions multiples accroissaient les possibilités d’assistance offerte par des radicaux qui ne pouvaient être contrôlés par le leadership de la NEPU. Bien entendu, les contraintes pécuniaires obligeaient les sawabistes à se contenter des conditions les plus élémentaires, mais dans une grande ville comme Kano – 250 000 habitants en 1961 – les opportunités se présentaient en grand nombre du fait de la forte base locale de la NEPU. Le fait que les sawabistes pouvaient trouver refuge dans la communauté, en tout cas dans les quartiers où résidaient beaucoup de fidèles de la NEPU, n’en était pas l’une des moindres72. Sabongari, bien que situé hors les murs, était l’un de ces endroits, offrant, avec sa population d’immigrés, un emplacement logique pour les quartiers généraux du Sawaba. Il y avait, en plus Kofar Mata, un quartier vétuste de la vieille ville (Birni) qui abritait aussi une base du Sawaba, et où l’on peut donc penser que se trouvaient plusieurs hommes de Bakary73.

  • 74 720 Yakasai Quarters, Kano. Son nom vient de Yakasai, le quartier de Kano où il gra (...)
  • 75 British High Commission, Lagos, à A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne, Abidja (...)
  • 76 Mohammed Achimoto Garba, Léningrad, à Tanko Yakasai, Kano, 3 juillet 1967 ; surveil (...)

31Si Bakary a, au cours des premières années, bénéficié de l’hospitalité de Aminu Kano lors de ses visites dans la ville, ce fut par la suite le groupe rassemblé autour de Tanko Yakasai – qui avait lui aussi une maison à Kano74 – qui apporta son assistance. Les militants de Yakasai, taxés par les autorités nigérianes d’être les « éléments les plus forcenés » de la NEPU75, aidèrent les maquisards et les étudiants du Sawaba. Par exemple, en 1967, Iro Addo, après avoir obtenu son diplôme de l’université de Léningrad, approcha Yakasai à travers un camarade étudiant du Nigeria pour lui demander son appui dans la quête d’emploi. Le fait qu’il était un « membre actif du Parti Sawaba du Niger » fut évoqué pour recommander Addo auprès du radical de la NEPU, sur qui la Sûreté du Niger avait noté qu’il était « très connu du Service pour l’aide matérielle et financière qu’il a apportée au Sawaba lors de l’implantation des commandos à Kano ». Dans ses mémoires, Yakasai se souviendra plus tard de la manière dont il avait aidé à procurer des documents de voyage aux sawabistes et à fournir l’hébergement – comme l’avait fait Ali Kote avant son départ pour Lagos. Yakasai était proche de Sallé Dan Koulou, à qui il avait été présenté par Bakary lui-même, et le militant de la NEPU connaissait également Dan Galadima, le militant de Gaya Issoufou Danbaro, Amadou Diop de Zinder, et « Mamman Dandouna » – sans aucun doute Dandouna Aboubakar76.

  • 77 Bulletin de renseignements, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962 ; Premier ministre. SDECE (...)

32Les gens de la NEPU apportèrent aussi leur aide dans les zones plus proches de la frontière nigérienne. Ce sont des activistes de la NEPU du cru qui aidèrent « Kali » à monter la base de Katsina en hébergeant les commandos. Un certain Mallam Ali, affilié à la NEPU, aida les sawabistes à prendre pied dans le village frontalier de Jibiya. Enfin, des éléments de la NEPU étaient profondément impliqués dans le trafic d’arme en faveur du Sawaba – faisant usage, selon les Britanniques, d’« un système de courrier bien organisé dans la zone frontalière ». Tanko Yakasai prit également part à ceci. Le fait que la ville de Kaura Namoda ait été sélectionnée comme l’une des caches d’armes du Sawaba était dû non seulement au fait qu’elle était le terminus de la ligne de chemin de fer du nord-ouest, mais aussi au fait qu’il y avait là une cellule de la NEPU, établie en 1953 avec l’assistance de Gambo Sawaba77.

Il a survolé Agadez : les infiltrations au nord et la connexion algérienne

  • 78 Comme nous l’avons noté au chapitre 6, ce genre de rumeurs pouvait causer des inqui (...)
  • 79 Voir les chap. 1 (niveau n. 68-69) et 7 (niveau n. 121-122).

33Malam Oumarou, un marabout Sawaba d’Agadez, dit à un sympathisant, en juin 1963, que Djibo Bakary « avait survolé » la ville en route pour Niamey, passant à ses adhérents un signal occulte sur le fait qu’il savait « tout ce qui se pass[ait]78 ». Si la région Centre-Est faisait traditionnellement partie du fief du mouvement, la vieille ville du désert était aussi pleinement intégrée dans les réseaux du Sawaba et dans l’agitation contre le régime. Comme nous l’avons vu, des commandos infiltrés du Nord Nigeria via Zinder auraient contacté la communauté algérienne d’Agadez. Les connexions sawabistes entre les deux villes remontent à 1959, voire plus tôt, et l’agitation prit de nouvelles proportions lorsque des activistes zindérois comme Badéri Mahamane et Boubacar Sadeck y arrivèrent pour s’engager dans l’action politique79.

  • 80 Avant de s’installer temporairement à Accra. A. Espitalier, commissaire de police Z (...)

34Les complexes de cellules du Nord et du Sud se recoupaient dans une certaine mesure. Lorsque Boukari Karemi dit Kokino, qui était originaire de la ville oasis de Bilma mais avait tenu une boutique à Zinder, quitta le Niger pour organiser les activités du Sawaba en Algérie, il le fit probablement à travers Zinder et non Agadez, fuyant le pays en compagnie de Elhadji Bachir Dangai (un autre militant et commerçant-chauffeur) via Kano et Lagos80. Lorsqu’il se trouva coincé à Tamanrasset par la police d’Agadez Yahaya Silimane, le marabout Sawaba de Ingal, révéla l’existence d’un réseau de cellules qui s’étendait du Nord vers les différentes villes du Sud, non seulement dans les régions Centre-Est, mais aussi plus à l’ouest. Même si certaines de ces cellules cessèrent de fonctionner après avoir perdu leur couverture, les données en question (datées à partir d’octobre 1963) montrent qu’un réseau souterrain était en activité à l’échelle nationale.

  • 81 Un certain Bianou Fataou et Hadia Bacharou. Akine Atta = El Hadji Atta, président d (...)

35Le centre névralgique du réseau nordique s’organisa bien entendu autour d’Agadez même (carte 10.2). Ce réseau avait pour mission de transmettre lettres, ordres, matériels de propagande (les photographies surtout) et argent en provenance du bureau du parti à Tamanrasset ; de recueillir des informations des cellules plus au sud ; de retransmettre les renseignements aux sawabistes de la ville du désert algérien. L’opération aurait été dirigée par Tambari Maigari – un jeune leader de circonscription RDA engagé dans une compétition acharnée avec le secrétaire local du parti –, assisté d’une douzaine d’hommes (i. e., dont la couverture avait été détruite par Silimane). Parmi eux, figuraient Gonda Kélitigui, l’agent de la Transafricaine ; Lawan Sidi, enseignant peut-être ; un commerçant du nom de Lawali Dan Azoumi ; un ancien combattant dénommé Abdoulaye, expert en fétiches ; un Wantagui, négociant en épices qui faisait du maraboutisme ; et un infirmier nommé Akine Atta. Silimane mentionna aussi d’autres personnes sur lesquelles nous ne savons rien81, en plus de Kantama Alzouma (Aljouma Kantana), à présent directeur d’école à Agadez ; Yayé Saley, agent de l’administration considéré comme un énergumène et qui recueillait des informations pour Louis Bourgès, l’un des leaders du bureau du Sawaba à Tamanrasset ; et enfin, le vieil Anastafidet, leader des Touareg Kel Ewey.

Carte 10.2 – Le réseau Nord.

Carte 10.2 – Le réseau Nord.
  • 82 L’ancien sultan, Oumarou Ibrahim, vivait en résidence surveillée à Ingal. M. Abouba (...)
  • 83 On peut aussi le déduire des professions citées. Diamballa Maïga doutait que Yayé S (...)
  • 84 Aboubakar, commissaire de police, Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, (...)

36Comme l’Anastafidet était en exil à Tanout pour avoir exprimé des aspirations à l’indépendance de concert avec le Sultan82, il est possible que des leaders touareg aient flirté avec le Sawaba dans l’idée de se venger du régime. Le régime se comportait de manière vindicative à l’encontre de Touaregs soupçonnés de séparatisme et le Sawaba, bien que fermement opposé au séparatisme ethno-régional, essayait de capitaliser sur cela. Il est donc probable que Silimane a mentionné des gens qui, sans être sawabistes, en voulaient au régime, bien que l’inclusion de Kantama Alzouma, qui avait fait de l’agitation pour le Sawaba lorsqu’il enseignait à l’école secondaire de Filingué, soit indicative de la fiabilité de sa confession83. La police d’Agadez ajouta que ces révélations confirmaient des soupçons et que les sawabistes mentionnés étaient des « responsables et correspondants réguliers » – rien n’échappait à leur attention et ils informaient « Tamanrasset » de tout. Mais les divulgations de Silimane ont dû épargner plusieurs militants, comme Malam Oumarou, cité ci-dessus. Elles ne correspondent pas, par exemple, avec l’aile Jeunes du Sawaba telle que nous la connaissons en août 1958, bien que cela ait pu signifier un renouvellement des militants dans la mesure où nombre d’entre eux avaient du mal à supporter les difficultés de la vie clandestine84. Dans tous les cas, les tâches du centre d’action d’Agadez étaient facilitées par la situation politique de la ville qui, comme nous le verrons plus loin, était marquée par d’intenses conflits.

  • 85 Il y a en fait trois endroits ainsi dénommés : Teguidda-n-Adrar, un point d’eau ; T (...)
  • 86 Il n’a pas été spécifié à quels points de cette gigantesque région ceci se produisi (...)
  • 87 Ibid., 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; 18-24 févr. 1963, 25.307, no 8 ; (...)

37D’Agadez, le réseau s’étendit vers d’autres villes et hameaux du nord – « même des coins reculés », à la surprise de la police. Parmi ces localités, figurait un point d’eau situé à une cinquantaine de kilomètres au nord d’Agadez, Tafédek ; Bilma ; « Tiguida » (Teguidda, près d’Agadez, au nord/nord-ouest85) ; la région de l’Azaouagh, plus à l’ouest, à cheval entre le Niger et le Mali ; et surtout la ville d’Ingal, à l’ouest d’Agadez, sur l’ancienne route de Tahoua-Niamey. Nombre de ces lieux connaissaient leur propre activité politique, en dehors de leur participation au réseau de communication et d’infiltration. Dans l’Azaouagh, par exemple, le régime considéra en 1963 que les sympathisants du Sawaba constituaient un tel problème que les sections locales du RDA furent mobilisées pour passer à l’action86. De même, on rapporta qu’à Tafédek, des gens avaient exprimé leur allégeance au Sawaba et avaient tenu des « réunions politiques » chez eux. Ici, l’activité politique était compliquée par les incursions de nomades touaregs (Algériens et Nigériens), dont certains faisaient de la propagande pour le gouvernement d’une Algérie fraîchement indépendante et qui testait son influence dans le Nord Niger. Alger posta un informateur à Tafédek, dont les sources chaudes étaient appréciées des Nigériens comme des Algériens – en plus des Maliens de la zone de Gao – et constituaient donc un endroit idéal pour établir des contacts. Il en était bien entendu ainsi du Sawaba qui, au début de 1963, contacta des gens du cru (des Touaregs nigériens fidèles à l’Algérie ainsi que des Touaregs algériens). À partir de janvier, il y eut des réunions chaque lundi, mais toujours à un endroit différent. En dehors de Tafédek, ces réunions avaient lieu à Anou Ararène (50 km au nord d’Agadez) et Ingal, rassemblant de petits groupes parmi lesquels figuraient des Algériens. Les actions des gendarmes et des jeunes RDA amenèrent, cependant, les sawabistes à déplacer le point de rencontre au puits de « Togoghia », à quelques kilomètres au sud-est d’Ingal87.

  • 88 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, (...)
  • 89 Un certain Azaou, en plus d’un Balogi à la profession inconnue. Ibid.
  • 90 Ibid., et Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no(...)

38Ingal même avait une situation stratégique et abritait une importante cellule gérée par plusieurs hommes, parmi lesquels un certain Kollo (Kolo) – négociant en bétail et « militant acharné » – qui s’occupait des contacts avec les nomades de la région. Il envoyait des lettres au bureau du parti à Tamanrassset « presque toujours » et recevait en échange de l’argent pour la propagande88. À Teguidda, des commerçants s’activaient de même pour le parti89. La cellule de Bilma était sans doute bien plus petite, étant donné son isolement géographique, avec une personne – non-identifiée, mais qui avait fait de la prison – gardant des fonds de propagande. En février 1963, un vieux militant Sawaba, non-identifié également, mais déporté de Zinder, fut arrêté dans le Kaouar pour activités anti-gouvernementales. Des maisons furent fouillées à Bilma, ainsi que le bureau de l’individu en question, à Dirkou, plus au nord, sur l’escarpement90.

  • 91 Quatre personnes sont citées : El Hadji Mahamane, fils de Dan Zango (= Nomao Zongo  (...)
  • 92 Voir chap. 7, niveau n. 103-104 et chap. 9 n. 336 ; Jeunesse Sawaba de Tahoua, proc (...)

39Plus au sud, le réseau atteignit Tahoua et toucha Dogondoutchi à l’ouest. Cette dernière ville, qui n’était pas un fief traditionnel du Sawaba, avait une cellule gérée par un boucher du nom de Abdou et un « dioula » de Tahoua du nom de Saadou, qui avait fait de la prison. On savait que Abdou s’était rendu jusqu’à Tamanrasset pour se concerter avec Louis Bourgès, apportant des renseignements recueillis par son collègue sur presque toutes les régions ainsi que sur les services ministériels, dans la capitale. Ce dernier détail confirme les rumeurs d’espionnage du Sawaba dans les coulisses mêmes du pouvoir. Cependant, les contacts entre le réseau Nord et la région Centre-Est étaient bien entendu plus importants, puisqu’ils reliaient ses activités au cœur même des opérations de subversion. Comme nous l’avons vu, Tahoua avait une cellule opérant au sein du réseau Nord, mais en dehors des noms des personnes impliquées, nous ne savons rien sur elle91. Les militants locaux dont l’identité fut révélée par Silimane ne sont pas ceux qui, quelques années plus tôt, avaient dirigé sa section Jeunes, ce qui pourrait confirmer le fait – remarqué par les Français – qu’ils représentaient le second échelon du parti. Les données de Silimane se rapportent à l’automne 1963, à une époque où Siddi Abdou, le secrétaire à la jeunesse de Tahoua, se trouvait peut-être en formation en Algérie92.

  • 93 Voir chap. 1. En fait, Silimane prétendit ne pas connaître tous les militants par l (...)

40En fait, aucun des militants originaires du Sud, et impliqués dans le réseau Nord, dont les noms furent divulgués n’était connu pour être actif dans le réseau Sud du Sawaba. Cela est peut-être dû à un manque de données, ou Silimane n’a peut-être coopéré que de façon limitée avec les autorités d’Agadez. Mais les militants ont été probablement actifs dans différents réseaux et n’étaient conscients de leur existence mutuelle que de façon limitée. Il s’agit là d’un caractère essentiel des mouvements clandestins, organisés de façon latérale en cellules afin de restreindre la pénétration, bien qu’on puisse voir là aussi un effet de la tradition d’autonomie des sections UDN originelles du Sawaba93. On ne sait que peu de chose sur la coordination entre les unités des différents réseaux.

  • 94 Il y avait un policier du nom de Sani Banao. Ibid. Voir plus loin.
  • 95 Un certain Sani. Ibid.
  • 96 Ali Zaroumey, un certain Siddo, & Yarro Mama, qui faisaient peut-être partie des mi (...)
  • 97 Ibid.

41Dans tous les cas, le réseau Nord s’étendait à Maradi, Tessaoua, Madarounfa, Magaria, Zinder ainsi qu’à Goudoumaria, une localité plus à l’est, entre Gouré et Maïné-Soroa. La base de Maradi était bien intégrée. L’un de ses cadres, le chauffeur Ramane – que nous avons vu au chapitre 7 parcourant la route Maradi-Agadez-Bilma et distribuant des messages au passage – se trouvait à Tamanrasset en octobre 1963, prêt à retourner à Agadez, Bilma et dans les villes plus au sud. Par ailleurs, la cellule de Maradi comprenait des infirmiers travaillant au service vétérinaire et deux hommes employés par la police, éléments du programme d’infiltration qui visait l’administration94. Dans l’extrême-est, à Goudoumaria, le commandant de cercle local aurait fait partie des militants du réseau, mais son nom n’était jamais mentionné lors de ses participations aux réunions (nous reviendrons sur ceci plus loin). Au sud de Maradi, un certain « Issa » œuvrait à la collecte d’informations à Madarounfa, ce qui a dû fermement placer les actions du réseau dans l’orbite des militants travaillant depuis l’hinterland nigérian. En dehors de Tessaoua, où Silimane désigna un militant par son nom95, plusieurs hommes contribuaient aux lignes de communication du Sawaba partant de Zinder. Un certain Abani, « dioula », se serait rendu à Tamanrasset pour y contacter des « membres actifs » du parti. Un cordonnier du nom de Abani Gajamou (qui n’était apparemment pas la personne mentionnée auparavant, mais peut-être un parent) apporta des messages à Bourgès et Kokino à Tamanrasset avant de continuer sur Alger où il vit Abdoulaye Mamani. D’autres militants de Zinder s’occupaient aussi à envoyer des messages et des lettres96. Au sud, à Magaria, l’activiste en vue était un certain Gachin Baki, cité comme le « principal correspondant régulier » qui a pu être en contact avec l’hinterland nigérian et qui s’est rendu à Tamanrasset en septembre-octobre 1963 « pour recevoir des ordres et directives pour les militants de sa région97 ».

  • 98 Bulletin de renseignements hebd., 28 oct.-3 nov. 1963, 2.262, no 44 ; SHAT, 5 H 131
  • 99 On ne sait pas avec précision si le camp se trouvait à Tamanrasset et s’il apparten (...)

42Le réseau Nord avait donc des canaux de communication opérationnels, qui servirent aussi aux infiltrations organisées depuis le territoire algérien. Ces dernières ne furent pas nombreuses car elles complétaient la collecte d’information des cellules domestiques et n’avaient pas de but offensif. Sur un tel terrain, qui faisait partie de la zone transitionnelle du Sahara, la tactique du coup de main mené par des unités à pied était impossible, d’autant plus que les commandos, pour la plupart originaires de la région sahélienne, n’étaient pas aguerris aux âpres conditions du désert. Le régime était néanmoins inquiet, à cause également de l’instabilité politique à Agadez et de l’alliance éventuelle du Sawaba avec les communautés touaregs et l’Algérie, pays qui montrait un vif intérêt pour le septentrion nigérien. À l’automne 1963, les services français s’émouvaient de la possibilité de contacts entre les sawabistes de Tamanrasset et les nomades de I-n-Abangharit, un point d’eau sur une piste du désert, à mi-chemin entre Ingal et la frontière algérienne, au nord-ouest du Niger98. Abdoulaye Mamani lui-même fit le voyage d’Alger à Tamanrasset à une date inconnue, s’y concertant avec Kokino et Bourgès et visitant peut-être un camp militaire non-identifié avant de descendre jusqu’à Ingal. Il y demeura quatre jours, en compagnie d’un militant local du nom de Issa99.

  • 100 Les récipiendaires étaient un certain Aliou Onalaker, loueur de vélos, et un certai (...)
  • 101 Ses documents comprenaient une fiche d’entrée du préfet d’Alger, un certificat de t (...)

43Le fait que le sawabiste le plus important d’Algérie ait pu pénétrer aussi loin dans le territoire nigérien montre que le réseau Nord était inextricablement lié à la menace stratégique que le mouvement était en train de mettre au point – une menace qui, quoique réduite par l’impossibilité de conduire des opérations de guérilla dans la région Nord, gagnait en importance du fait de la collusion du gouvernement algérien. Cela fut mis en exergue par la mission d’infiltration de Djibo Issa, le chauffeur-mécanicien qui travaillait pour Louis Bourgès. Issa fut arrêté le 22 novembre 1963 sur la route de I-n-Abangharit à Agadez. Il avait voyagé avec un camionneur arabe de Tamanrasset à I-n-Abangharit, où il essaya de voler la Land Rover d’un Européen du cru. Au printemps précédent, Issa était parti par bateau d’Alger à Marseille et, paraît-il, en Allemagne de l’Ouest. Il y aurait pris contact avec le représentant de Bakary – le Ahmed ou Ahmetou mentionné au chapitre précédent –, après quoi, il affirme être retourné en Algérie par avion (voyage pris en charge par le parti). On lui confia une mission d’« éclaireur » chargé de se « renseigner sur la force actuelle du Niger ». En dehors de matériels de propagande (des photos, comme celle de Sékou Touré) il avait sur lui des lettres destinées à des gens d’Agadez100 ainsi que des listes d’adresse. Ses ordres étaient évidemment de contacter des sawabistes de la ville en particulier, dans le but de perturber les festivités du 18 décembre. Après quoi, reconnut-il, il devait se rendre au Mali pour rendre personnellement compte à Bakary. Lorsqu’il fut pris, il était vêtu de treillis et de bottes flambant neuves et portait une autre tenue militaire dans ses bagages. Il affirma que le représentant du parti en Allemagne de l’Ouest – qui donnerait aussi des instructions aux commandos – avait l’habitude de distribuer de tels atours, mais il est plus probable qu’il les avait reçus des autorités algériennes. Des documents attestaient du séjour prolongé de Issa en Algérie ainsi que de sa maîtrise de l’arabe101.

  • 102 Nuitamment, armé d’un sabre, Issa pénétra dans la chambre à coucher de l’Européen - (...)
  • 103 Comme pour mieux convaincre les autorités avec des détails, Issa ajouta qu’en plus (...)
  • 104 Il dit que lors de son séjour à Marseille, il s’était battu avec un policier dans l (...)
  • 105 Inébranlable, Djibo Issa dit à Roger Billet, commandant de la gendarmerie d’Agadez, (...)

44Le fort soutien de l’Algérie ne pouvait que renforcer la perception que les infiltrations sawabistes constituaient une menace. Issa se vanta ainsi auprès des gens de I-n-Abangharit d’être « un militaire de Ben Bella » et de ce que ses camarades seraient « nombreux ». Personnage agressif qui haïssait les Européens102, il défia les interrogateurs français en laissant entendre qu’il faisait partie de l’entourage personnel de Bakary, affirmant avec extravagance que son leader possédait des avions sur une base à Laghouat, dans la partie centre-nord de l’Algérie, avec des pilotes issus du corps de 50 militaires nigériens qui, selon lui, y étaient postés. Il était manifestement furieux de son arrestation, mais ces propos étaient une manière délibérée de semer la peur qui ne manquerait pas de faire son effet sur un régime aussi paranoïaque que celui du RDA103. Remuant le couteau dans la plaie, Issa expliqua que sa mission avait été de « savoir en particulier si le pays était toujours aussi faible », provoquant ses interrogateurs en relatant la manière dont il avait traité des Européens en position de commandement par le passé104. Sa combativité105 ne fit que souligner le caractère en fin de compte offensif des opérations dans lesquels il était impliqué.

  • 106 150 d’entre eux étaient des membres du parti. Bulletin de renseignements hebdomadai (...)
  • 107 Ibid., 12-18 août 1963, 1.024, no 33 ; SHAT, 5 H 124.

45Comme la mission de Issa le montre, Agadez était une zone sensible. De nombreux conflits marquaient la ville où Djibo Bakary avait fait ses débuts et où des marabouts comme Papa Sidi Kâ avaient inspiré l’opposition aux pouvoirs en place. Le chômage, structurel, était aggravé par les obstacles que le régime mettait à la migration vers l’Algérie, dans sa peur de collusions éventuelles avec les Algériens ou le Sawaba. Les problèmes sociaux étaient avivés par la collecte des impôts. En février 1963, des centaines de chômeurs organisèrent une manifestation dans la ville. À travers tout le pays, on se plaignait des augmentations d’impôt, surtout au vu des gaspillages et de la corruption du gouvernement. À Agadez, tout comme dans la capitale, les impôts rentraient lentement, tandis qu’à Ingal, des Peuls se plaignaient du chef de poste local, qui fut appelé à Agadez pour répondre de ses abus fiscaux. Comme les nomades refusaient en général de payer, le ministre des Affaires nomades, Mouddour Zakara, fit une tournée. Ses menaces de confiscation de bétail et d’armes risquaient de créer des troubles, notamment dans la région d’Agadez, où les animaux furent promptement saisis et vendus à des prix supérieurs aux impositions. De plus, les anciens combattants d’Agadez s’irritaient de la manière dont les pensions étaient servies, tandis que la section locale du RDA s’était rendue coupable de diverses extorsions. Chaque prostituée fut contrainte de payer 2 000 F par mois au parti106. Lorsque le Sardauna de Sokoto visita la ville, la population fut forcée de contribuer des sommes qui, selon les services français, furent loin d’être négligeables. Il en fut de même lors des fêtes de l’indépendance. Les gens d’Agadez accusèrent ouvertement le commandant de cercle et les dirigeants du RDA de détournement de fonds107.

  • 108 Ibid., « 18-24 mars 1963, 25.434 », no 12 ; « 25-31 mars 1963, 25.463 », no 13; (...)
  • 109 Ibid., « 1er-7 avr. 1963, 25.518 », no 14 ; « 13-19 avr. 1964, 470 », no 16 (...)

46Craignant l’agitation du Sawaba, les militants du RDA effectuaient des contrôles publics. D’autres furent nommés à des postes de commandement, y compris la gestion de la gare routière locale, de façon à pouvoir surveiller les arrivées dans la ville. Le parti commença à organiser des réunions « psycho-politiques » régulières, auxquelles les jeunes d’Agadez devaient assister. Le résultat de ces débats, tenus en haoussa avec traduction en tamashek, ne fit que renforcer le malaise populaire. À Ingal aussi la participation obligatoire et les levers de fonds contribuèrent au ressentiment108. Par ailleurs, les leaders RDA d’Agadez qui, pour certains, étaient étrangers à la région, suscitèrent l’hostilité de la population en prenant part à l’arrestation de Touaregs du cru, y compris le fils de l’Anastafidet. La prolongation de l’exil de l’ancien sultan et de l’ancien anastafidet ne fit rien pour apaiser l’opinion publique109.

  • 110 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13-19 avr. 1964, 470, no 16 ; 18-24 févr. (...)

47Plus généralement, les Touaregs du nord n’éprouvaient guère de loyauté à l’égard d’un État dirigé par des sédentaires du sud, et, par contraste, entretenaient des liens transfrontaliers avec leurs frères d’Algérie qui migraient traditionnellement dans la zone de l’Aïr où ils faisaient valoir des prétentions sur des puits, des pâturages et la loyauté de groupes locaux. À l’indépendance de l’Algérie et après le départ des troupes françaises, les Touaregs du Hoggar (les montagnes surplombant Tamanrasset) reprirent les raids, pénétrant au sud jusqu’aux environs de Tahoua. Certains d’entre eux affirmèrent que toutes les terres au nord des puits de I-n-Abangharit relevaient du territoire algérien. Un chef touareg du Niger aurait incité sa population à revendiquer la citoyenneté algérienne, tandis que d’autres refusèrent la conscription dans l’armée nigérienne. Au début de 1963, l’Amenokal ou souverain des Touaregs du Hoggar, se rendit dans l’Aïr occidental et eut des échanges avec des chefs touaregs nigériens qui lui prêtaient allégeance. Certains d’entre eux auraient eu de l’influence dans les milieux agadéziens opposés au RDA110. Ainsi, la position ambivalente de la population touarègue fut assimilée, au moins dans les évaluations les plus alarmistes de la ligue franco-RDA, à de la loyauté pour le Sawaba.

  • 111 Un exemplaire de Unité : Organe hebdomadaire du Parti Sawaba (no 4, (...)
  • 112 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 juillet 1962, no 10 ; Étude concernant (...)

48Cependant, le mouvement de Bakary avait toujours été hésitant vis-à-vis des chefs touaregs, ces anciens maîtres des Bellas – les fidèles du Sawaba – qui avaient flirté avec l’OCRS et laissé tomber le parti lors du référendum111. Certains Touaregs exprimaient toutefois à présent de la sympathie pour le Sawaba, non pas par attachement à ses idéaux sociaux, mais parce qu’ils voyaient en lui un instrument pouvant servir à combattre un régime détesté. Il y a quelques indications du fait que les leaders Sawaba étaient prêts à exploiter cette situation, exactement comme ils avaient toujours mobilisé divers antagonismes pour s’assurer des bases de soutien. Au début de 1963, une rumeur avança que le mouvement était prêt à aider les groupes « obéissants » à l’Algérie dans leur agitation contre le RDA – en référence aux Touaregs du nord. Les Français estimaient un tel procédé risqué pour le programme nationaliste du Sawaba, mais au vu des réunions politiques de Tafédek, ils conclurent qu’il suivait malgré tout cette stratégie. Plus tard au cours de l’année, on rapporta que les sawabistes d’Algérie incitaient la population d’Iférouâne, une ville des montagnes de l’Aïr, à 300 km au nord d’Agadez, à se révolter contre les autorités. Tout en notant que ce genre d’action avait peu d’attrait pour le leadership du Sawaba, étant donné les implications pour l’intégrité territoriale du Niger, les services français décidèrent d’observer la situation de près, se référant à une rumeur disant que l’ancien sultan d’Agadez s’était mis d’accord avec le leader Sawaba d’Ingal et le chef des Kel Ewey sur une stratégie anti-gouvernementale commune112.

  • 113 = Tambari Mahamadou, tailleur et président de la branche jeunes en 1958 ? Procès-ve (...)
  • 114 Les Français situèrent Tagama dans la zone autour d’Agadez et Ingal, mais il semble (...)
  • 115 Les tirs étaient sans doute de divertissement. Bulletin de renseignements hebdomada (...)

49Ainsi, tout au long de la première moitié de l’année 1963, les Français firent le constat d’une grande agitation dans le secteur d’Agadez, ainsi que de fréquentes réunions de sawabistes. En avril, le leader local du Sawaba, identifié comme étant Tambari Mahama113, fut arrêté au moment de son départ pour Tillabéri où il devait rencontrer un Malien inconnu venant de Gao avec des instructions pour des actions dans « Tagama » – référence probable à la région de Tégama, autour de la ville d’Aderbissinat, à mi-chemin entre Agadez et Tanout114. En tout, 18 personnes furent arrêtées, y compris sept marabouts, quatre Maliens et plusieurs fonctionnaires. Cependant, d’autres membres de la cellule Sawaba d’Agadez poursuivirent leurs activités. En fin septembre, Kantama Alzouma et quelques-uns de ses camarades rendirent visite au chef des nomades d’Aderbissinat, et en octobre, son groupe – qui comprenait un certain Bilal Hadji, Kardo Hazo, infirmier auxiliaire et Tambari Maigari, le leader de la jeunesse RDA – voyagea dans les montagnes de « Tadoubel », soi-disant pour rencontrer le ministre des affaires nomades, mais ce ne fut pas le cas. Plus tard encore, on rapporte que Alzouma et des membres du personnel des écoles, parmi lesquels figurait un certain Lebian, chef du garage des Travaux Publics, partirent à la chasse et s’exercèrent au tir. On ne sait rien des dimensions politiques éventuelles de ces expéditions115.

  • 116 « Étude concernant le problème nomade au Niger » ; Bulletin de renseignements hebdo (...)

50Par contraste, les Français notent que le Sawaba avait bien peu d’influence dans les communautés Toubou du nord-est nigérien, dont les zones de peuplement s’étendaient au-delà des frontières sur une bonne part du nord tchadien et du sud libyen. Pourtant, les Toubou étaient des éleveurs d’esprit indépendant qui circulaient librement au travers des frontières internationales, faisaient du trafic d’armes et avaient une réputation de fauteurs de razzia. On craignait que le Sawaba n’essaie d’exploiter leurs tendances à l’autonomie. Jusque-là, cependant, les communautés toubou étaient vues surtout comme présentant un banal problème de maintien de l’ordre, même si en 1962, le mécontentement lié à l’imposition croissait, tout comme le trafic d’armes, du fait aussi du retrait des troupes françaises. La sécurité se dégradait dans la zone de Nguigmi, les gens du Kaouar se plaignaient d’être négligés par le gouvernement, et bien qu’ils prétendissent ignorer son nom, on craignait que le Sawaba ne cherchât à exploiter les griefs locaux. Le trafic d’armes portait surtout sur les débris de l’armement germano-italien de la Seconde guerre mondiale, mais le gouvernement s’inquiétait de la quantité d’armes en circulation dans les communautés nomades du pays et programma une confiscation. Début 1963, ordre fut donné de combattre la contrebande d’armes en provenance du Tchad et surtout de l’Algérie, de crainte qu’elles ne soient livrées aux sawabistes. La sécurité fut renforcée au Kaouar et autour de Madama, sur le plateau du Djado, vers la frontière libyenne116.

  • 117 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)

51Il n’y a pas de preuve, et il est peu probable, que le Sawaba ait reçu des armes de cette façon, et le mouvement n’a guère pu exercer de contrôle sur la dissidence des Touaregs et des Toubou. Mais l’Algérie représentait un double risque du point de vue sécuritaire. Comme nous l’avons vu, les liens du Sawaba et du FLN étaient assez anciens et furent la source d’une aide algérienne fort appréciable. De plus, le gouvernement algérien semblait lui-même avoir des projets d’expansion qui, s’ils ne portaient pas sur des revendications territoriales au Niger, l’amenaient de facto à effectuer des incursions et à renforcer les liens avec des populations nigériennes. Divers groupes d’individus de nationalité algérienne (dignitaires touaregs, commerçants itinérants, propagandistes du FLN) ainsi que des militaires algériens étaient impliqués dans cette affaire. Sur le terrain, le FLN entretenait depuis longtemps des rapports avec des Nigériens. Par exemple, en 1959, des Toubou entrèrent en contact avec un Arabe nigérien du nom de Yattamat Habi qui parcourait de façon régulière la zone entre Nguigmi, Bosso et Maïné-Soroa où il recueillait de l’argent pour le FLN. En 1962, la communauté arabophone de Tahoua fut contactée par des émissaires du FLN qui se rendaient au Niger depuis 1958 et étaient tolérés par les gouvernements Sawaba et RDA. Au moment de l’indépendance algérienne, un chef nomade de la région de Tahoua aurait fait don au FLN, au Mali, de 300 000 F CFA, en guise de soutien. À ce stade, les émissaires du FLN gagnaient en audace et en nombre et les commerçants algériens intensifiaient propagande et levers de fonds. Plus tard au cours de l’année 1962, un groupe de commerçants touaregs algériens campa à Tafédek, où, comme nous l’avons vu, ils se mirent à faire de la propagande et de l’agitation en faveur de l’Algérie. L’adjoint de l’Amenokal, pas moins, fut arrêté pour avoir incité des Touaregs nigériens à prendre la nationalité algérienne, et son supérieur, qui était aussi le vice-président de l’Assemblée nationale algérienne, visita le Niger en 1963, se rendant jusqu’à I-n-Abangharit. En fin 1962, les Algériens organisèrent même une cérémonie pour la fête nigérienne du 18 décembre, usant de ce symbole du RDA pour réclamer la loyauté des Touaregs du cru, au grand déplaisir des milieux politiques nigériens. Tout ceci était soutenu par une aide généreuse. Les habitants algériens de I-n-Abangharit reçurent cinq tonnes de biens divers de Tamanrasset, et un an plus tard, l’Algérie envoya cinq autres tonnes d’aide alimentaire à distribuer aux personnes malades et nécessiteuses du Niger117.

  • 118 Cependant, des troupes françaises restèrent jusqu’à 1967 à I-n-Eker, un site d’essa (...)
  • 119 Rapport de fin de commandement du général de brigade le Porz ; délégué pour la Défe (...)

52Pire encore du point de vue du RDA, des groupes armés franchirent la frontière en fin 1962. Ils furent identifiés comme relevant de wilayas rivales, c’est-à-dire de forces autonomes du FLN qui s’affrontèrent dans une fusillade bien à l’intérieur du Niger, à une quarantaine de kilomètres seulement au nord de Tahoua. Comme la garnison française de Tamanrasset avait été transférée par voie aérienne dans la capitale tchadienne, les forces françaises du Niger avaient retiré les détachements éloignés – comme celui de Bilma – sur Agadez, évitant tout contact avec les Touaregs algériens comme nigériens118. Dans le vide ainsi créé, des membres de l’ALN (l’aile militaire du FLN) basés dans le Hoggar, au sud de l’Algérie, avaient, paraît-il, contacté les Touaregs nigériens. Ces missions n’étaient pas complètement pacifiques, comme on peut le déduire du fait qu’un détachement de l’ALN à Gao refusa d’abord de quitter le Mali, prétendant que la région faisait partie du domaine du FLN. À l’automne 1962, l’ALN s’établit à I-n-Guezzâm, à l’intérieur de l’Algérie, à 20 km seulement de la frontière nigérienne. Cette base fut considérée comme une installation qui servait au renseignement, participait aux missions de propagande dans l’Aïr et, peut-être avec l’aide de l’informateur algérien posté à Tafédek, propageait la notion selon laquelle les routes de migration de l’Aïr, pratiquée par les Touaregs du Hoggar, faisaient de droit partie du territoire algérien. En septembre, trois véhicules transportant des hommes armés arrivèrent à I-n-Abangharit pour prendre un commerçant algérien, mais un détachement de l’armée nigérienne préféra éviter l’épreuve de force. Un mois plus tard, il y eut une autre incursion, lorsque l’ALN ordonna à des sous-officiers d’entrer au Niger, soi-disant pour apporter une aide médicale. Des Algériens en arme confisquèrent aussi des voitures et de l’essence à Assamakka, un campement situé au regard de I-n-Guezzâm, du côté nigérien de la frontière. En 1963, on rapporte que les incidents de frontière avaient cessé, mais en juin, le chef des Kel Tadele assura avoir rencontré une colonne de quatre Land Rover transportant des Algériens armés qui s’informaient sur les points d’eau du Ténéré – à près de 500 km au sud-est de la frontière algérienne. Les services français ne furent pas tout à fait convaincus de la véracité de ce rapport mais supposèrent qu’il concernait un groupe d’Algériens en route pour le Cameroun où ils volaient au secours des restes de l’UPC, dont certains membres recevaient leur formation militaire à Marnia. Enfin les autorités nigériennes rapportent, à une date non spécifiée, que des éléments du Sawaba et du FLN avaient été aperçus à Tabora, sur la piste reliant Assamakka à I-n-Abangharit119.

  • 120 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 20 mai 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Bu (...)

53La nervosité du RDA s’expliquait par les accointances avec les hommes de Bakary, et il protesta contre l’aide apportée par l’Algérie au Sawaba. Mais si le FLN n’avait guère de scrupules à commettre ses incursions, étant donné le fait que le RDA n’avait exprimé aucun soutien moral à sa guerre pour l’indépendance, en 1964, Alger poursuivit une stratégie à deux axes. Il soutenait d’une part le Sawaba, espérant en récolter les bénéfices une fois que le mouvement aura battu le RDA. D’autre part, il entama une coopération économique limitée avec Niamey afin de couvrir ses arrières. Les incursions militaires, qui, de manière caractéristique, faisaient partie de cette phase postindépendance au cours de laquelle il testait ses forces, avaient cessé et n’avaient pas nécessairement élargi l’influence du Sawaba. Par ailleurs, à l’automne 1963, Alger expulsa des migrants nigériens de Tamanrasset au profit de nationaux sans emploi, surtout des anciens combattants de l’ALN. Il n’empêche, sous le leadership révolutionnaire de Ben Bella, l’Algérie demeura un partenaire naturel du Sawaba et non du RDA, et si l’hinterland algérien ne pouvait servir à la guérilla, il constituait au moins un refuge sûr pour les hommes de Bakary. On montrait parfois aux Nigériens voyageant entre Tamanrasset, I-n-Salah et Alger des photographies de Djibo Bakary. S’ils ne reconnaissaient pas le redresseur de torts, ils couraient le risque d’être malmenés ou déportés120.

Infiltrations à l’ouest du Niger

  • 121 Chap. 7, niveau n. 120.
  • 122 Voir chap. 2, niveau notes 70-71, chap. 7, après la n. 77 et chap. 8, après la n. 5 (...)

54La transmission d’informations touchant les ministères au bureau du parti à Tamanrasset, via Dogondoutchi, montre que les réseaux Nord et Ouest étaient en contact. En fait, les militants de ces réseaux s’efforçaient de maintenir les liens, comme l’indiquent le travail de coordination de Abouba Yattara, qui se rendit d’Agadez au Mali au début de 1961121, et les tentatives de Tambari Mahama, leader dans le secteur d’Agadez, de rencontrer un émissaire malien à Tillabéri en avril 1963. Dans les deux cas, leurs homologues étaient basés dans la zone de Gao, dont les habitants étaient aussi en contact avec Tafédek, la localité pro-Sawaba des montagnes de l’Aïr. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, la présence du mouvement à Gao remontait à 1957 et fut renforcée par l’établissement de déportés dans le secteur, le soutien des autorités maliennes et leur bon accueil des activités favorables au Sawaba, telle que l’agitation du PAI122. Les rapports avec d’autres cellules du réseau Ouest étaient facilités par les fidèles Bella, souvent originaires de la région de Gao, ainsi que par les camionneurs qui empruntaient la route reliant cette ville à la capitale nigérienne.

  • 123 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)
  • 124 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 26 juin 1963.
  • 125 Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 ; note d’information, 20 juin 196 (...)

55Le bureau du parti avait été tôt établi. En novembre 1959, les Français rapportent que les archives du Sawaba qui avaient échappé à la destruction allaient être transférées sur Gao, et un certain Issaka Genda venait de Niamey pour établir un service de renseignement et de propagande. Au vu de la proximité entre Gao et la région Ouest du Niger, y compris Niamey, les Français s’étaient rapidement aperçus de l’importance de la ville, supputant qu’elle était « susceptible de devenir le P.C. [poste de commandement] du Sawaba et le lieu d’où [seraient] dirigées toutes les actions subversives en direction du Niger123 ». Si cette évaluation avait été faite avant que les points d’appui ghanéens et Kano ne deviennent les principaux centres nerveux du mouvement, elle montre qu’en ce qui concerne les aspects pratiques de l’infiltration, le bureau de Gao était plus important que la présence du parti à Bamako. En juin 1963, les Français constatent que le bureau de la capitale malienne était dans un triste état, bien que cela ait eu beaucoup à voir avec le déplacement des activités internationales du parti sur Accra124. Géré par Saloum Traoré et, plus tard, par Alazi Soumaila et Farka Maiga, Gao abritait aussi des membres de la famille de Bakary et bénéficiait de l’aide des principaux sawabistes dans les zones circonvoisines comme Ansongo et San, plus près de Bamako. Son importance a été démontrée lorsqu’en 1961, le leadership du Sawaba faillit nommer Hima Dembélé « chef de poste » de Gao, projet qui fut abandonné lorsqu’il s’avéra qu’on avait besoin de Dembélé à Niamey afin qu’il puisse aider Adamou Sékou et préparer l’infiltration de l’armée nigérienne125.

  • 126 Beidari, qui, à son retour d’Algérie et avant de devenir commissaire à Tessit, étai (...)

56Le centre se développa progressivement, établissant, en dehors d’Ansongo, une base satellite à Tessi – un village situé à 75 km au sud d’Ansongo, près de la frontière, sur la rive droite du fleuve – et une autre à Ménaka, localité située bien plus à l’est, reliée par voie routière à Ansongo et pouvant servir pour des missions en direction du secteur de Filingué et, encore plus loin, Tahoua (carte 10.3). Tessit, où le chef de canton a peut-être fait de l’agitation pour le Sawaba, fut d’abord dirigé par Idrissa Arfou qui avait été auparavant l’un des représentants du Sawaba au bureau d’Accra et qui s’occupa de tâches de coordination à Tessit et Gao. Le village, qui se trouvait aussi à un jet de pierre de la frontière voltaïque, pouvait non seulement servir aux infiltrations visant la zone de la rive droite du fleuve Niger, mais jouait aussi un rôle dans la liaison entre Gao et le quartier général d’Accra qui se trouvait à dix jours de là, via Kumasi. En 1963, Arfou était le chef militaire de l’unité locale de guérilla et Mounkaila Beidari, le commissaire politique de Tessit, chargé de la région de Téra et organisant des incursions dans le territoire nigérien (Yatakala, Ouanzarbé, Boukari Koyré). À la fin 1963, cependant, Beidari était parti renforcer les cellules du parti à Niamey et préparer le terrain pour une attaque des commandos à la suite de la mutinerie militaire qui avait mis en évidence la fragilité du régime (voir section suivante). Lui succéda donc, dans la région de Téra, Mounkaila Albagna, qui entreprit aussi des missions. Ansongo était entre les mains de Maïga Abdoulaye, et bien qu’au printemps 1961 il travaillait pour le parti peut-être à partir de Gao, Ansongo continua à fonctionner comme une base satellite pour les commandos. Le secteur de Ménaka aussi avait une présence sawabiste et il y existe des indications d’activités de propagande et peut-être d’existence d’un dépôt d’arme126.

Carte 10.3 – Le réseau Ouest.

Carte 10.3 – Le réseau Ouest.
  • 127 « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 janv. 1960 », no 62. Voir (...)
  • 128 Note d’information, 10 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11. Balé s’enfuit au Ghana (cha (...)
  • 129 La cellule de Tillabéri comprenait une femme du nom de Fody, un certain Mattei dont (...)
  • 130 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Daouda Hamadou, Niamey, 20 déc. (...)

57La région Ouest avait été divisée en trois zones : sur la rive droite, Téra ; sur la gauche, Ayorou-Tillabéri ; et plus à l’est, Tahoua, qui, en ce qui concerne les infiltrations, était aussi ciblé à partir de l’hinterland nigérian. La rive droite pouvait être infiltrée à partir d’Ansongo et du village de Ouatagouna, après quoi, l’on traversait le fleuve vers Labézanga (sur la frontière avec le Mali) ou à Ayorou, avant d’emprunter ensuite la route jusqu’à Téra et Gothèye. Les hommes du parti pouvaient aussi descendre le fleuve en pirogue. Déjà, au début de 1960, les Français rapportent que des « liaisons assez fréquentes s’effectu[aient] par pirogue sur le fleuve127 ». La plupart de ces missions se dirigeaient sur Gothèye, qui, grâce à sa communauté de sawabistes et aux contacts avec le Ghana établis à travers l’exode économique (une bonne couverture), se trouvait être la cellule principale sur la rive droite. La maison de Abdourahmane Balé, par exemple, en faisait partie et conservait des documents qui furent saisis par la police en juin 1961128. Ayorou, avec également sa communauté sawabiste et son marché propice aux contacts jouait un rôle similaire rive gauche, entretenant sans doute des contacts avec des cellules comme celle de Tillabéri, dont les militants étaient en rapport avec Dembélé129. Sur la rive droite, les missions ont pu aussi viser Téra, un fief du Sawaba dont la cellule fut peut-être renforcée en fin 1963, lorsque Yayé Saley, qui recueillait des renseignements dans la région d’Agadez pour Louis Bourgès, y fut affecté par le gouvernement. Les groupes qui se rendaient à Téra passaient par le territoire voltaïque pour s’assembler à – entre autres localités – « Sokofé » (i. e. Soffokèl, à l’est de Dori et à un jet de pierre de la frontière nigéro-voltaïque ainsi que d’un chemin vicinal menant à Téra), avant d’entrer au Niger. Un commando au moins – Daouda Hamadou – s’établit dans la ville de Markoye, au nord de Soffokèl et pas très loin non plus de la frontière, s’y construisant une maison, s’occupant à recueillir des informations et à sensibiliser les paysans nigériens, et coordonnant ses efforts avec ceux des commandos de Tessit. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, il y avait probablement une petite cellule de propagande à Ouagadougou en 1962, et on trouve encore des indications d’une présence clandestine de militants et de commandos dans la capitale voltaïque trois ans plus tard130.

  • 131 Si le contrebandier était sawabiste, les armes n’ont peut-être pas été saisies. Mai (...)

58Les missions d’infiltration, bien que plus difficiles que celles menées par le réseau Sud étant donné la proximité de Niamey et de la forte présence de l’État, avaient commencé au moins en 1961 et visaient les mêmes objectifs que celles qui étaient organisées depuis le Nigeria : en dehors de la collecte d’informations, il s’agissait de sensibiliser la population, de contacter les militants de l’aile interne et de mettre en place des caches d’armes, bien que ces dernières étaient plus sûres de l’autre côté de la frontière, au Mali. Ainsi, en juin 1961, un Malien fut arrêté à la frontière avec une liste de noms de pas moins de 150 sawabistes de l’intérieur. Les Français soupçonnaient aussi que des armes étaient transportées par voie fluviale. Un an plus tard, en octobre, la gendarmerie malienne de Labézanga saisissait une dizaine de fusils qu’un Nigérien essayait de faire passer frauduleusement de l’autre côté de la frontière, mais il a pu s’agir ici d’un cas de banal trafic d’armes131.

59Comme la stratégie initiale n’établissait pas de priorité entre zones rurales et urbaines, les missions avaient souvent Niamey pour cible. Bien que les forces de la répression aient été très proches ici, les commandos pouvaient facilement se dissimuler dans la population de la ville, qui comptait encore de nombreux sympathisants. Ainsi que nous l’avons vu au chapitre 7, en 1960, Diamballa Maïga avait échoué à y mettre le Sawaba hors jeu. Par exemple, en juillet 1962, on rapporte que cinq agents du Sawaba faisaient de l’agitation dans la capitale, même si l’on ignore si ces agents – qui furent appréhendés et placés en camp d’internement – étaient des militants de la ville ou s’ils s’y étaient glissés de l’extérieur. Il en fut de même d’un activiste malien, un certain El Hadj Sangaré qui, vers ce temps-là, organisa une rencontre avec des habitants du quartier Kalley militant pour le Sawaba, et fit grand cas du fait que l’Union soviétique soutenait le mouvement. Comme cela a été mentionné dans la IIe partie, l’arrestation, au mois d’avril précédent, d’Arouna Zada, le leader de la jeunesse de Gamkallé, avait révélé l’existence de tout un réseau de cellules impliquant l’ambassade du Ghana et, en 1964, également Mounkaila Beidari, responsable des tâches de coordination. Beidari était un commando comme le prouve le fait qu’il détenait des armes chez lui.

  • 132 Ibid., 9-15 juillet 1962, 25.314, no 11 ; SHAT, 5 H 121 ; 23-29 juillet 1962, 25.34 (...)
  • 133 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 30 juillet 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2  (...)
  • 134 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba (...)

60Il résulta de tout ceci que le régime était régulièrement saisi de panique à propos de l’infiltration, comme en février 1963, lorsque des mesures de sécurité furent décrétées en réponse à la découverte de tracts anti-RDA et à des rumeurs concernant les activités du Sawaba. En novembre de cette année, un barrage fut dressé près du palais présidentiel et des perquisitions nocturnes furent effectuées, les autorités soupçonnant la présence d’un sawabiste bien connu132. Si ces mesures renvoient en partie à la paranoïa qui caractérisait le règne du RDA, l’espionnage visant les ministères et les faits et gestes des membres du gouvernement montre que le régime avait raison de s’inquiéter. Ainsi, en juillet 1963, la police voltaïque de Pô, une ville proche de la frontière ghanéenne, rattrapa un groupe d’« étudiants » maliens et nigériens qui essayaient de gagner Gao à travers le territoire voltaïque. Ces hommes, parmi lesquels figurait Daouda Hima (entraîné en Algérie et présenté ce coup-ci comme « revendeur à Accra »), représentaient une unité de commandos ayant quitté le Ghana, portant avec eux des cartes de membre du Sawaba et de vieilles cartes d’embarquement pour la RDA et l’Union soviétique en plus de tracts marxistes et maoïstes et de carnets de note sur les techniques de sabotage. Nombre d’entre eux – y compris Hima, un certain Ali Daouda et Tiegoumo Moussa – parvinrent à s’échapper et on pense qu’ils purent atteindre le Niger133. De même, Issa Oumarou alias Sidibé Ousseini, un élève de Marnia originaire de Filingué, entreprit au moins trois missions entre 1963 et 1965, et comme les commandos s’infiltraient normalement dans leur région natale, il est probable que ces dernières eurent lieu dans le secteur de Filingué134.

  • 135 Sama Alhadji Ibrahim (secrétaire du RDA à Gaya) à ministre de l’Intérieur, 15 sept. (...)
  • 136 Fraternité-Hebdo, 21 mai 1965 (interrogatoire Djibo Seyni) ; ibid., 16 juillet 1965 (...)

61En dehors de l’hinterland voltaïco-malien, les commandos s’infiltraient à travers la frontière dahoméenne. Cette voie d’entrée bénéficiait du fait que la région constituait un point faible dans l’emprise territoriale du régime, comme le montre l’exode du Sawaba à l’automne 1961. L’infiltration au Niger, en août 1961, d’un militant de premier plan, Issoufou Danbaro (photo 10.4), fournit des données sur les itinéraires suivis au cours des missions. Danbaro, un Dendi (Songhay) de la zone de Gaya, se rendit du Ghana à Kano et voyagea de là vers l’ouest, louant une pirogue à moteur sur le fleuve Niger pour atteindre les lieux où il forme une partie de la frontière nigéro-dahoméenne. De là, il remonta le fleuve avant de continuer dans les terres, au sud-ouest, à Guéné, afin d’éviter le pont de Gaya à Malanville. Il prit ensuite une piste orientée nord-ouest sur Karimama, faisant halte au village de Birni Lafia, à peu près au regard de Tenda, de l’autre côté du fleuve, au Niger, village dont le chef était un sawabiste. C’est à ce niveau que Danbaro franchit les eaux, demeurant chez son cousin, quelque part entre le fleuve et Tenda. Les autorités présument que la plupart des sawabistes prirent des voies similaires pour éviter le poste frontière du pont Malanville-Gaya. La mission de Danbaro, qui aboutit à un voyage retour au Ghana135, indique une certaine coordination avec le réseau Sud, sans doute avec Dan Galadima lui-même, qui se trouvait alors à Kano. Par la suite, le militant de Gaya s’établit dans le secteur de Malanville avec l’aide d’un autre élève de Nankin, Assane Bizo, qui s’occupa de renseignement au plan régional. Danbaro eut aussi recours au domicile d’un marabout nigérian près de Sobrado, une bourgade sur la route entre Malanville et Kandi plus au sud. Il s’attela à organiser les caches d’armes et à faire de la coordination, recevant les commandos en mission et livrant armes et munitions. Ainsi, en octobre-décembre 1963, Djibo Seyni, le maquisard du Son Tay, infiltra le Niger sans doute par la zone de Malanville. Au cours de cette période, il contacta des membres de l’aile domestique avant de retourner au Ghana rendre compte au leadership. Parmi les autres sawabistes postés au Dahomey en qualité d’agents de liaison figuraient Issaka Samy, qui s’établit au sud, à Porto Novo, et un autre élève de Nankin, Baro Alfari, qui était peut-être basé dans le village de Madikali, au sud-est de Malanville136.

Photo 10.4 – Issoufou Danbaro (dossier de police).

Photo 10.4 – Issoufou Danbaro (dossier de         police).
  • 137 Par exemple, un certain Soumana, Songhay de nationalité nigérienne ou dahoméenne pr (...)
  • 138 Ainsi que nous l’avons noté au chapitre 7 (niveau n. 88-99), Djibo Bakary s’est peu (...)
  • 139 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 16 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; E (...)

62Une telle infrastructure pouvait être mise en place du moment que les opérations étaient facilitées par le gouvernement dahoméen. En 1963, les liens de ce dernier avec le Niger s’étaient détériorés à cause d’un conflit frontalier larvé, de violences réciproques sur les nationaux des deux pays, et de l’expulsion d’immigrés dahoméens du Niger (voir chapitre suivant). Ce contexte convertit les liens transfrontaliers des communautés Dendi-Songhay et les relations du Sawaba avec les cercles politiques du nord Dahomey – qui remontaient à 1957 – en atout stratégique. Un député de la région aida ainsi à organiser des lieux d’entraînement militaire (voir plus loin137). En dehors du fait que de nombreux Dahoméens du Niger – politiquement marginalisés – avaient de la sympathie pour le Sawaba, le mouvement bénéficiait de la bienveillance de nombre des familles nigériennes établies dans la région de Malanville138 et le long de la frontière commune. Du coup, le gouvernement dahoméen fit semblant d’ignorer, à des moments clefs, les préparatifs qui allaient bon train sur son territoire. La liberté de manœuvre du mouvement fut davantage stimulée par la désorganisation qui caractérisait la nouvelle administration du pays, arrivée au pouvoir à la suite de contestations syndicales à l’automne 1963 et partageant d’ailleurs les vues gauchistes du Sawaba139.

  • 140 Créé en 1954.
  • 141 Le Niger, 21 juin 1965, 2 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Assane Bizo et Amadou Ab (...)

63Ainsi que nous l’avons noté, toute la région frontalière du Dahomey qui, au nord-ouest, incluait une réserve naturelle nigéro-dahoméo-voltaïque appelée Parc National du W140, était boisée et peu peuplée. Cette région, caractérisée par les marécages paludiques des vallées de la Mékrou-Tapoa, qui font partie des frontières communes des trois pays et se déversent dans le Niger, était propice à l’infiltration (photo 10.5), tout en étant proche de la région de Niamey. La ville de Say pouvait être atteinte depuis le Nord Dahomey en traversant la réserve naturelle, tout comme la bourgade de Falmey, plus près du parc et de la frontière Niger-Dahomey. Les missions ciblaient aussi Say depuis la Haute-Volta, à travers Botou et Tamou, qui se faisaient face de part et d’autre de la frontière, et certains atteignaient ce secteur en partant de Malanville et en passant par le Parc National du W. Enfin, le Nord Dahomey servait de tremplin pour les infiltrations dans la région de Dosso, au sud-est de Niamey141.

Photo 10.5 – La Mékrou, dans le Parc National du W. Sur la rive opposée, le Bénin – anciennement Dahomey.

Photo 10.5 – La Mékrou, dans le Parc National         du W. Sur la rive opposée, le Bénin – anciennement Dahomey.
  • 142 I. Wallerstein, Africa : The Politics of Unity. An Analysis of a Contemporary Socia (...)
  • 143 Rapport de fin de commandement. 1re partie : Situation politique et militaire de l’ (...)
  • 144 Fiche de Renseignements, 23-25 nov. 1963.
  • 145 Modibo Keita eut aussi une prise de bec avec Bakary à Dakar en octobre 1959 (Bakary (...)
  • 146 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant (...)

64Tandis que le Dahomey apparaissait de plus en plus comme un bon partenaire, le gouvernement malien devenait plus équivoque. Au début, Bamako était un soutien vital. Le Mali de Modibo Keita – politicien plein de passion142 – était devenu une centrale des militants des autres pays francophones. Ces derniers recevaient l’asile, l’argent, éventuellement des armes et des camps d’entraînement. L’Égypte et le bloc soviétique livraient des armes à Bamako et bien qu’il ne soit guère probable que ces armes finirent entre les mains de groupes d’exilés, les services français considéraient, en 1962, que le pays était un foyer de subversion143. Niamey le voyait sans ambages comme un risque sécuritaire, ainsi que le laisse penser la rumeur de 1963 selon laquelle les avions qui, à en croire les vantardises de Djibo Issa, étaient en possession du Sawaba, arboraient les couleurs du Mali144. Comme nous l’avons noté dans la IIe Partie, le Mali fournissait un gros soutien. La participation du Sawaba dans l’interterritoriale PFA – véhicule de la Fédération du Mali englobant le Sénégal, le Soudan et éventuellement d’autres États – se trouvait à l’origine de ceci. La proximité avec la vie politique malienne mettait cependant aussi cette aide en risque. Modibo Keita, le secrétaire général du PFA, rivalisait avec Sékou Touré pour le leadership des syndicats ouest-africains et reprochait à Bakary, vice président du PFA, l’étroitesse de ses liens avec le leader guinéen. Ceci finit par retomber145, mais en août 1960, deux mois après l’indépendance, la fédération unissant le Sénégal et le Soudan s’effondra, et chacun des deux pays partit de son côté – le Soudan prenant le nom de Mali. Bakary devait se frayer un précautionneux chemin à travers l’inimitié qui opposait Keita et Senghor (le président du PFA). Keita, humilié – il avait été mis en résidence surveillée par les autorités sénégalaises lorsqu’il se trouvait à Dakar – dit à Bakary de quitter Bamako, peut-être parce que le Mali avait à présent besoin de meilleurs rapports avec le Niger, ou bien parce que le leader du Sawaba était perçu comme proche de Senghor. Mais ceci aussi finit par passer et Bakary continua à résider dans la capitale malienne. Par ailleurs, d’autres politiciens maliens, tel que le ministre de la Justice Madeira Keita, étaient peut-être plus proches du Sawaba, et le soutien dont jouissait le mouvement à Gao – soutien vital pour les infiltrations – a pu reposer sur des courants régionaux imperméables aux vicissitudes de la vie politique nationale du Mali146.

  • 147 Conférence des représentants dans les états africains et malgaches (31 janv.-7 févr (...)
  • 148 Chaffard, Les carnets secrets, 308 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 no (...)
  • 149 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 9-15 no (...)

65En 1961, cependant, apparurent des signes indiquant que le soutien du Mali était en train de changer. En début d’année, les Français notent que Bakary avait cessé de publier des articles dans l’organe gouvernemental L’Essor, ce qui leur donna l’espoir que ce profil plus bas améliorerait les rapports avec le Niger147. Modibo Keita cherchait à normaliser ses rapports avec les régimes conservateurs, surtout la Côte d’Ivoire qui avait gagné en importance pour le Mali, pays enclavé, après sa rupture avec le Sénégal. Ceci s’inscrivit progressivement dans un processus plus large d’apaisement dans les relations entre États conservateurs et radicaux, processus culminant, en 1963, dans la création de l’OUA. La fin de la guerre d’Algérie (1962) introduisit une détente dans les relations du Mali et de la France et des problèmes économiques croissants forcèrent le pays à faire des ouvertures à l’Entente. Une révolte de ses propres communautés touarègues début 1963 nécessita des échanges avec Niamey148. Il résulta de tout ceci qu’à partir de 1961, les sawabistes commencèrent à faire état de leurs inquiétudes à propos du soutien malien. À l’automne, les liens entre le Mali et le Niger s’améliorèrent lors de la phase préparatoire de la conférence panafricaine de Lagos (janvier 1962), avec même la présence de Madeira Keita aux fêtes nigériennes du 18 décembre. Les cadres du Sawaba craignirent que le gouvernement malien ne décide d’empêcher Bakary de diriger la lutte depuis son territoire. Les Français subodorèrent l’existence d’un accord secret entre Niamey et Bamako, accord ayant conduit à un durcissement des attitudes, et ils virent dans le voyage de Bakary à Conakry un départ définitif149. Mais c’était là prendre ses désirs pour la réalité, puisque Bakary était constamment en tournée pour coordonner et mobiliser du soutien.

  • 150 Il n’est pas sûr que Diori ait accepté. La proposition fut avancée au moment de la (...)
  • 151 On aurait proposé à Bakary un poste au gouvernement à condition qu’il se soumette à (...)
  • 152 Un tract du Sawaba publié à Bamako fit de l’agitation contre le RDA en faisant peu (...)

66Si le Mali devenait circonspect, Modibo Keita tenait à préserver sa réputation au niveau de ces fidèles, et une façon de dorer son blason de militant consistait à persuader Niamey d’accepter le retour du redresseur des torts. En novembre 1961, Bamako commença à faire pression sur Bakary et à sonder le triumvirat nigérien, mais si Diori aurait consenti à autoriser le retour de son ennemi – il avait rejeté de pareilles propositions par le passé150 – Maïga y était opposé. Obsédé de sécurité, le ministre de l’Intérieur rencontra, en février 1962, son homologue malien à Gao, rencontre suivie d’une entrevue, à la frontière, entre le commandant de cercle de Tahoua et ses collègues maliens à Ménaka et Kidal (au nord de Ménaka) en juillet. L’une des questions qui furent débattues concernait les patrouilles frontalières. Les services français notent que les Maliens inspectaient la zone frontière deux à trois fois par mois alors que les autorités de Tahoua en étaient incapables, par manque de ressources. Il n’y eut pas là, bien entendu, de frein aux infiltrations, mais les échanges entre Maïga et Madeira Keita à Gao sur le retour de Bakary aboutirent à une impasse151. Lorsque Modibo Keita exprima sa surprise à ce sujet lors d’une visite de Diori au Mali en avril 1962, ce dernier répliqua qu’il s’agissait là d’une affaire intérieure. Bien que Keita voulait améliorer ses rapports avec l’Entente et que la rumeur disait qu’il se préparait à mettre fin aux activités des réfugiés du Sawaba, il sortit de l’affaire les mains vides152.

  • 153 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 6-12 août 1962, 25.410, no 15 ; ibid., (...)
  • 154 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 3-9 sept. 1962, 25.547, no 19.

67Par conséquent, en août 1962, les Français notent que les relations, bien que marquées d’une nuance de malaise, étaient officiellement au beau fixe, puisque Bakary continuait à résider à Bamako. Un mois plus tard, le gouvernement malien dit au leader du Sawaba qu’il était libre de rester, mais qu’il ne voulait pas de complications avec Niamey. Le message était, bien entendu, qu’il vaudrait mieux qu’il déménage son quartier général. Ce qu’il fit ostensiblement à l’automne, sur Accra, même si la représentation qui s’y trouvait fonctionnait depuis 1959-1960 et, en 1962, s’activait à traiter des cas de commandos. Du coup, les implications de cette transplantation ne sont pas très claires, d’autant plus que la représentation de Bamako, bien qu’ayant perdu de son importance, existait encore en octobre 1964 et Bakary continua à y bénéficier de l’usage d’une maison, en plus d’une automobile et d’un fonds pour ses dépenses. Il pouvait encore rendre visite à sa famille à Gao en 1963. Il est probable que le déménagement signifiait qu’il passait plus de temps à Accra qu’à Bamako au vu de l’importance croissante des bases ghanéennes et des installations de la BAA. Bakary affirme, pas tout à fait sincèrement, que son départ avait peu à voir avec les souhaits des Maliens et avait plus à voir avec son désir d’être plus près des autres groupes d’exilés. La communauté nigérienne du Ghana, une source de financement, a dû être une attraction supplémentaire153. Du coup, avec le développement discret des infrastructures du Sawaba dans la région de Gao et les allées et venues de Bakary, le RDA ne pouvait guère se réjouir de l’évolution de la position de Bamako. En septembre 1962, les Français notent, à propos de leur allié de Niamey, que c’était « tout d’abord le Mali, avec son armement, ses jeunesses embrigadées et le redoutable exilé qu’il héberge[ait] que l’on crai[gnait] le plus154 ».

Camoufle ton action

68Au début de 1964, les commandos du Sawaba avaient fait de nombreuses incursions au Niger à partir de leurs bases dans les pays environnants. Il est impossible d’en connaître le nombre exact, mais elles ont dû se compter par dizaines à travers le pays, peut-être plus. Elles font partie d’un processus lent, méticuleux, de reconnaissance et de sensibilisation de la population. Ces expéditions semblent avoir reçu une réponse – quoique discrète – largement favorable, non pas seulement parce que les commandos s’essayaient à la mobilisation dans des zones jadis acquises au mouvement, mais aussi du fait du mécontentement larvé inspiré par le gouvernement du RDA dans diverses régions du pays.

  • 155 Les leçons sur la préparation des coups d’État donnés à Nankin semblent correspondr (...)
  • 156 Voir chap. 6, niveau n. 42. Nombre de sawabistes instruits conservèrent ou acquiren (...)

69Ces missions n’étaient guère dangereuses au point de vue militaire, mais leur impact était relevé par les opérations d’infiltration qui visaient l’administration elle-même. Ceci était conforme à la stratégie initiale du mouvement qui n’établissait pas de priorité entre les campagnes et les villes, mais reflétait les tactiques inclusives caractéristiques de l’agitation nationaliste de la nouvelle décennie. Les tentatives d’infiltration du gouvernement renvoyaient aussi aux techniques communistes de pénétration que de nombreux membres de l’UDN avaient intériorisées155. Comme nous l’avons noté en IIe partie, les syndicalistes affiliés au parti avaient très tôt infiltré les rangs de l’UGTAN-autonome, et des intransigeants comme Dandouna Aboubakar conseillaient aux militants d’adhérer au RDA. Si d’autres personnes ont ensuite réitéré un tel conseil par vacillation de leur engagement politique, il s’agissait là d’une stratégie judicieuse en matière d’infiltration. L’administration et ses nombreuses entreprises parapubliques formaient une vaste institution, mais elle était déchirée par des tensions et des rivalités opposant les piliers du parti aux hauts fonctionnaires, les anciens membres du RDA aux nouveaux, les hauts placés aux petits fonctionnaires, les jeunes aux vieux. Si de nombreux sawabistes, en particulier les agents subalternes, furent victimes des renvois vindicatifs du RDA, le fait que le mouvement ait eu par le passé un soutien de masse signifie qu’il avait des fidèles en de nombreux endroits. La pénurie de personnel qualifié avait, par ailleurs, préservé certains d’une révocation sommaire. Plusieurs de ces personnes devaient leur instruction au gouvernement Sawaba, avec peut-être pour effet une persistance de leur loyauté156. Le RDA ne manquait donc pas d’ennemis au cœur du gouvernement, et les fissures marquant le régime donnaient à Bakary et à ses hommes toutes raisons de s’efforcer d’y pêcher de nouveaux convertis.

  • 157 Voir chap. 8, niveau n. 85-86.
  • 158 Ali Diaroumey. Renseignements, 29 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; rapport de miss (...)
  • 159 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, (...)
  • 160 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 9 (...)

70Il peut s’agir à cet égard de personnes haut placées sur l’échelle administrative. Lorsqu’en 1961 Adamou Assane Mayaki entreprit de manœuvrer autour du RDA157, il commença par cultiver des liens avec le secrétaire général de sa section de Tahoua. Stratégie ou utilité personnelle, le commandant de cercle reçut la visite de trois camarades et une rumeur circula disant que le commandant de cercle et le chef de subdivision nourrissaient de la sympathie pour le Sawaba. Même si ces bruits étaient mensongers, ils pouvaient semer la discorde. Les membres locaux du RDA commencèrent à se méfier du commandant, un vétérinaire de Ponty qui avait fait campagne pour le « Non » en 1958 mais avait fait la paix avec le PPN158. Suivant les confessions de Yahaya Silimane, le commandant de cercle de la région de Goudoumaria était lui aussi un militant du Sawaba. Il a pu s’agir là également d’une rumeur malveillante – un lecteur du dossier griffonna un point d’interrogation derrière cette observation159 – mais elle alimenta les inquiétudes des Français quant à l’africanisation de l’administration. En 1961, les services de renseignement militaire remarquaient que, pour la plupart d’entre eux, les hommes dirigeant les subdivisions et les cercles avaient été sélectionnés par le gouvernement de Bakary pour étudier à l’Institut des hautes études d’outre-mer. Notant leur dédain pour leurs supérieurs moins instruits, les Français se posèrent des questions sur leur loyauté, d’autant plus qu’à l’époque, le Sawaba avait donné instruction à ses fidèles de se rallier au régime de Diori dans l’espoir d’accéder à des postes à partir desquels ils pouvaient mobiliser du soutien. Un an seulement après, en 1962, on soupçonna Bello Ganiou, un agent du Trésor, de nourrir de la sympathie pour le mouvement puisqu’il avait reçu une lettre de Bakary lui demandant de devenir plus actif politiquement160.

  • 161 Il est peu probable qu’il se soit agi là de Maïdanda Djermakoye. Bulletin de rensei (...)
  • 162 Ibid., 28 oct.-3 nov. 1963, 2.262, no 44. Voir M. Carlier, Méharistes du Ni (...)

71En fait, le problème s’était diffusé à travers toute l’administration jusqu’aux plus bas échelons – et touchait même les services de sécurité. En août 1962, on rapporte que le Sawaba faisait des progrès parmi les fonctionnaires subalternes de la capitale. Cet été-là, un vieux compagnon de Bakary du nom de Mai Manga ou Maydanda, fonctionnaire au Trésor161, tint un meeting d’une dizaine d’agents de bureau pour planifier de l’agitation, épisode qui mit fortement en relief l’espionnage dans les ministères. Le parti était aussi actif au plan local. Nous avons vu que le brandon d’agitation de la région d’Agadez, Yayé Saley, travaillait dans l’administration, et plusieurs autres bureaucrates y œuvraient pour le mouvement. Les infirmiers du service vétérinaire qui, aux dires de Silimane, étaient impliqués dans le réseau Nord étaient au nombre de six, sans compter deux policiers, dont un qui fut identifié par son nom. Les Français émirent même l’hypothèse d’une infiltration éventuelle des méharistes, les compagnies militaires montées à chameau162.

  • 163 Interview avec Kaïro Alfari, Niamey, 22 févr. 2008.
  • 164 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; « Événements s (...)

72L’affaire de Kaîro Alfari, l’étudiant en génie civil de l’URSS qui coordonnait avec le leadership à Accra et qui fut arrêté lors du voyage qu’il fit à Niamey à la mort de son père (1964), montre que tout ceci ne relevait pas seulement de l’hystérie du régime. Alors qu’il était en résidence surveillée et risquait d’être déporté sur Bilma, il fut contacté par un commissaire de police non identifié, dans la capitale. Selon Alfari, ce commissaire sympathisait avec le mouvement et lui ordonna de ne point parler avec sa famille mais de monter dans un camion qui l’amènerait à l’aéroport. Là, un infirmier sawabiste du nom de Ousmane Kane fit passer Alfari en catimini dans un avion en partance pour Paris163. Ce commissaire de police n’était pas une exception, comme on peut en juger par les rapports du printemps de la même année qui faisaient état de soupçons portant sur les liens entre des policiers et gardes républicains – d’ordinaire des piliers du régime – basés à Maradi et les circuits d’infiltration du Sawaba établis depuis le Nord Nigeria. Ceci mena à des dizaines d’arrestation, non seulement à Maradi, mais aussi dans la région de Zinder. On trouva des tracts et des cartes de membre. On n’eut pas recours à la police locale pour l’intervention, puisque ses agents étaient jugés politiquement peu fiables. On considéra de même les agents de la force publique de Tessaoua. Ces problèmes pouvaient en partie renvoyer à un mécontentement régional vis-à-vis du régime plutôt qu’à l’infiltration du Sawaba, mais plus tard en 1964, les services français rapportèrent que le commissaire de police de Maradi était impliqué dans des activités pro-Sawaba164.

  • 165 Diamballa Y.M. à M. le chef des services de police du Niger, Niamey, 25 mars 1960 ; (...)

73Maradi était de fait un lieu de concentration des efforts d’infiltration. Les causes de cette particularité comprenaient la présence, aux premiers temps de la clandestinité, d’intransigeants comme Dandouna Aboubakar, mais aussi d’hommes comme Aboubakar dit Kaou, qui, tout comme son indéfectible camarade, conseillait aux sympathisants de joindre les rangs du RDA. De plus, l’intense trafic économique avec le Nigeria tout comme le caractère mutin – ou l’esprit d’indépendance – marquant le climat politique de Maradi rendaient les services gouvernementaux, en partie dirigés par des gens du cru, propices à la pénétration. Le sentiment régional, nourri par la contradiction entre le contrôle zarma(-songhay) du système politique et la prépondérance économique du Centre-Est, trouvait un exutoire naturel dans la capitale économique du pays. Du coup, on rapporta très tôt une collusion entre le personnel administratif local et les milieux Sawaba. En mars 1960, un établissement scolaire local était, dit-on, l’objet d’une pénétration « communiste », en référence peut-être au Cordon Rouge. Nous avons vu, au chapitre 7, Dandouna recevoir l’aide de Souley Katto, qui travaillait dans un service gouvernemental, et à en juger par les rapports, l’implication des fonctionnaires – y compris la police et le service vétérinaire – grandit avec le temps. Au moins un employé de l’administration, un certain Mal(l)am Karégamba (Karangamba), était agent recruteur et maintenait le contact avec des sawabistes de l’autre côté de la frontière, parmi lesquels figuraient probablement des cadres de la base de Jibiya165.

  • 166 Dandouna fut peut-être aidé par Henri Georget. « Recueil des principaux renseigneme (...)

74Les hommes du mouvement tâchèrent aussi de gagner le cœur du gouvernement, c’est-à-dire le RDA, bien plutôt que l’administration. Les premières indications de ce fait remontent à mai 1959, donc bien avant l’interdiction du Sawaba, lorsque Hima Dembélé fit des appels du pied en direction du parti au pouvoir. À la suite de l’infiltration de l’UGTAN-autonome, il y eut une kyrielle d’activités en 1961. Les gestes de Mayaki à l’endroit du RDA à Tahoua menèrent à des rumeurs soutenant que les sawabistes essayaient de réaliser leurs rêves de l’intérieur du PPN. Dans un mouvement où les aspirations sociales étaient la force motrice de la passion politique, on ne pouvait s’étonner que la poursuite des objectifs puisse se faire à travers un autre groupe politique, même ennemi. Le caractère central de ces aspirations (plutôt que l’existence du parti-véhicule en tant que tel), en sus des notions d’organisation liées à la doctrine marxiste-léniniste, légitimait cette tromperie. En janvier 1961, Dandouna Aboubakar conseilla donc aux militants de Maradi de prêcher la prudence et de dire « qu’adhérer au RDA [était] pour mieux se camoufler ». Ils devaient critiquer non pas les leaders, mais les mesures politiques du RDA. Il précisa clairement, cependant, que Djibo Bakary était « le seul capable de sauver le pays », faisant remarquer que l’indépendance du Niger était illusoire et le chômage monnaie courante166.

  • 167 Synthèse de renseignements intérieurs. 1er trimestre 1961, no 1/36, période (...)

75Au vu des penchants totalitaires des « Rouges », il s’agissait là d’un projet audacieux, et pourtant, quelques mois plus tard, les sawabistes le reproduisirent au niveau du comité des sept du RDA. Nous avons vu au chapitre 8 que les membres de ce groupe travaillaient à renouveler le comité central du parti. Les Français pensaient qu’après avoir accédé au comité des sept, les cadres du Sawaba essayaient de pousser à l’effondrement du gouvernement. Un an plus tard, on rapporte que le mouvement se concentrait sur l’infiltration des sections locales de parti, dont les présidents étaient en conflit avec les chefs d’administration territoriale, opposés aux interventions du RDA dans les affaires gouvernementales. Il y eut ainsi un tollé à Maradi lorsque les élues d’un comité féminin du RDA s’avérèrent être des sawabistes. De même, les activistes du Sawaba avaient des contacts avec les militants RDA de Zinder, où un membre influent, Ali Keita, aida à collecter des fonds pour des sawabistes emprisonnés167. Tambari Maigari, leader de la jeunesse de la circonscription à Agadez, n’était donc pas le seul membre du RDA qui se soit activé en faveur du Sawaba.

  • 168 Note d’information, 20 juin 1961.
  • 169 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 juin 1963 ; SHAT, 10 T 719/ (...)

76Enfin, si les méharistes n’étaient pas des candidats idéaux pour une infiltration, on ne pouvait en dire autant de l’infanterie. Les tentatives de Hima Dembélé d’entrer en contact avec des militaires étaient probablement le premier exemple d’une telle liaison. En juin 1961, il se rendit à Tondibia, un établissement de formation des officiers à un jet de pierre de Soudouré, où il voulait parler avec deux de ses cousins. On ne sait rien de ce qui se passa168. Deux ans plus tard, cependant, en juin 1963, les services secrets français rapportent un fait étonnant : Madougou Noumana (i. e. Namaro, le commerçant de Niamey qui avait présidé le syndicat des transporteurs) avait des rencontres secrètes avec le capitaine Diallo, un Peul de Téra et commandant de compagnie dans une unité d’armes lourdes ayant servi en Indochine et en Algérie. Ils eurent ensemble un échange avec Zodi Ikhia, le Touareg de Filingué qui avait représenté le FDN dans le gouvernement de coalition du Sawaba. Ikhia avait fait défection durant le référendum et était à présent ministre Délégué à la présidence. Namaro n’avait pas de passé militaire mais était sawabiste. Il était déjà au service du parti dans les années 1950 et a peut-être dirigé une cellule à Niamey, transmettant une lettre d’amitié de Bakary à Ikhia et fournissant à ce dernier et à Diallo des tracts en provenance d’Accra. Les rencontres se tenaient chez Ikhia169.

  • 170 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 ; 23-29 (...)
  • 171 Ibid., 16-22 sept. 1963, 2.064, no 38 ; 2-8 et 9-15 déc. 1963, 2.473/2.501, no 49-5 (...)

77Ikhia risquait d’être remplacé dans un remaniement ministériel, entre autres parce que ce sempiternel adepte de l’itinérance politique aurait eu l’intention de fonder son propre parti, représentant des intérêts des nomades. Quelques semaines après ses réunions avec Namaro et Diallo, il était rétrogradé à la position de ministre des Affaires africaines. Continuant à protéger Diallo, il rencontra le capitaine de façon régulière et souscrivit à ses critiques de la manière dont le gouvernement s’était conduit à l’égard du Dahomey170. Plusieurs mois plus tard, en novembre-décembre 1963, Diallo eut maille à partir avec les autorités. Lors de réunions à l’Assemblée nationale, en présence de Boubou Hama et Diori, le capitaine éreinta le gouvernement pour manque d’efficacité, extorsions et train de vie luxueux des bureaucrates. Il se fit le porte-voix de griefs ayant trait aux soldes des militaires, aux pensions, aux coupures budgétaires, et si sa critique sociale était typique d’un homme de rang essayant de justifier une rébellion, elle permettait au Sawaba de s’associer aux troubles. En début décembre, Diallo fut relevé de son commandement mais se retira dans une caserne en prenant les négociateurs du gouvernement en otage. Comme Diori ne pouvait mobiliser que des gendarmes et des policiers contre les troupes de Niamey contrôlées par Diallo, un compromis fut atteint qui permit à ce dernier de retenir son commandement. Cependant, craignant un coup d’État, Diori sollicita l’intervention de l’armée française dont les hommes prirent position dans la capitale. Le jour d’après, le 5 décembre, l’Assemblée nationale prévint le capitaine que l’indiscipline pouvait être exploitée par le Sawaba. Bien que Diallo et ses amis se soient alors déclarés fidèles au gouvernement, il fut arrêté à peu de temps là, tout comme Ikhia171.

  • 172 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 déc. 1963, 2.473, no 49 ; 9-15 (...)

78Comme nous le verrons aux chapitres suivants, le régime réagit avec une férocité qui tenait en partie aux soupçons portant sur une collusion entre le capitaine – et Ikhia – et le Sawaba. L’allégation soutenant qu’ils étaient de mèche avec les hommes de Bakary était fondée sur l’idée selon laquelle la mutinerie de Diallo était le début d’un coup d’État au cours duquel l’armée prendrait le pouvoir avec l’aide d’une révolte populaire attisée par les cadres domestiques du Sawaba. Au début, les services français virent là une rumeur improbable qu’ils rejetèrent comme un « prétendu complot » à la douteuse authenticité. On fit observer que l’idée de liens entre Diallo et le Sawaba ne reposait pas sur des preuves, que des « faits » tels que la présence supposée de Bakary dans la ville nord dahoméenne de Parakou était vague, et que nombre des accusations pouvaient être écartées comme relevant de l’hystérie du régime172.

  • 173 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 déc. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; W (...)
  • 174 Quelqu’un griffonna en marge que « le général » devrait lire cela. Premier ministre (...)

79Mais tout en niant avoir pris part à une conjuration, Zodi Ikhia admit qu’il avait effectivement reçu des amis qui étaient des fidèles de Bakary. Ses contacts avec le capitaine étaient un fait établi, tout comme la participation de Diallo aux rencontres avec Madougou Namaro. Un rapport français de début décembre affirma ainsi qu’il y avait probablement une cellule du Sawaba dans les Forces armées, cellule organisée ou tolérée par le capitaine. Si ce dernier élément n’est pas prouvé, en dehors d’allégations de dépenses excessives de la part de Diallo (renvoyant à des fonds du Sawaba ?), les Français rapportent que quelques sawabistes de Niamey s’étaient concertés durant la mutinerie – s’imaginant que leur moment était venu – mais qu’ils furent arrêtés. Le régime prétendit qu’ils avaient eu pour plan d’organiser une manifestation au niveau du nouvel hippodrome, dans l’est de la ville, le 18 décembre – toujours une époque délicate – pour ensuite entraîner les foules vers une caserne proche. Les gens recevraient alors des armes avant de marcher sur le Palais présidentiel, au Plateau, au nord-ouest. Cependant, le plan échoua du fait des actions précipitées de Diallo qui craignait une affectation au début de ce mois-là. Si les Français estimaient un tel scénario fort improbable, les autorités indiquèrent plus tard qu’il y avait eu une manifestation vers le château d’eau173. Elles ne donnent pas de détails, mais une note des services secrets français signale que, dans la soirée du 4 décembre 1963, la police intercepta une centaine de jeunes du RDA qui, de concert avec des militants du Sawaba, se dirigeaient vers le camp militaire où Diallo s’était retranché. L’une des exigences du capitaine était la libération de Madougou Namaro qui avait été arrêté dans l’intervalle, ce qui confirma, aux yeux des Français, les sympathies sawabistes de Diallo174.

  • 175 Hima fut arrêté en juillet 1964, ou avant. Le régime assura que Sangara connaissait (...)

80La note montre que des sawabistes étaient en liaison avec le chef de la mutinerie et que, sans être les instigateurs du soulèvement militaire, ils furent bien près, à un moment donné, de le transformer en quelque chose qui ressemblerait à un coup d’État à impulsion populaire. Pire, du point de vue du régime, l’épisode indique que le Sawaba était en mesure de mobiliser ou de se lier à des jeunes militants du parti au pouvoir – ce qui dénote les clivages sociaux caractéristiques du règne du RDA. Il n’est pas facile d’être précis sur le niveau d’implication du Sawaba dans l’action de l’armée, mais parmi les personnes arrêtées, presque la moitié étaient des civils, ce qui indique que ladite action ne se réduisait pas à une mutinerie inspirée par des intérêts corporatistes. Par ailleurs, plusieurs personnes arrêtées étaient des sawabistes. On ne saurait affirmer, cependant, que ces hommes – en dehors de Madougou Namaro – étaient réellement impliqués, puisque la plupart d’entre eux furent arrêtés ou inculpés à une date ultérieure, à la suite du déchaînement de nouveaux cycles de répression. Selon le régime, Baoua Souley, l’ancien député de Maradi qui avait suivi un entraînement militaire en Extrême-Orient, fit partie de la conjuration, offrant son domicile pour la planification de l’action. Il avait apparemment été en mission sur Niamey mais ne put être appréhendé. Par contraste, Maïdanda Djermakoye, qui était alors directeur de la société nationale des produits pharmaceutiques, fut arrêté et transféré à Tillabéri (février 1964). Parmi ceux qui, ayant des liens plus forts avec le Sawaba, furent mis aux arrêts, figurent Arouna Zada, le leader de la jeunesse de Gamkallé, Sodjé Namaro (frère de Madougou) et Sanda Hima, présenté comme un paysan de Soudouré mais sans doute le frère de Djibo Bakary (et impliqué dans l’empoignade avec Diamballa Maïga lors des émeutes d’avril 1958). Garba Sangara, sous-officier de réserve, aurait servi d’agent de liaison entre les mutins et les sawabistes basés à l’extérieur, promettant le soutien du Sawaba si les militaires devaient entrer en action175.

Infrastructure

81En dépit de son échec, la mutinerie montra toute la vulnérabilité du régime et toute l’importance du rôle de ses protecteurs français. Elle s’ajouta à la menace des infiltrations, et pas seulement au niveau des perceptions que l’on pouvait avoir. Mais la mobilisation de militaires mécontents était un jeu dangereux, puisque la prise de pouvoir par des officiers de l’armée pouvait aussi bloquer le retour du Sawaba à la tête de l’État. Du point de vue du mouvement, il en fallait plus que cela.

  • 176 Le Niger, 21 juin 1965.
  • 177 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; F (...)

82En ce qui concerne les infrastructures, elles étaient en préparation. Comme les commandos devaient faire le voyage entre leurs camps de base et le Niger sans armes, le leadership devait mettre en place des caches d’armes le long de la frontière ouest et sud du pays. Ce processus débuta en 1961 ou peut-être un peu plus tôt, alimenté par des armes qui semblent avoir été fournies surtout à travers des sources ghanéennes176. Nous en savons peu sur l’emplacement et la répartition de ces dépôts, mais nous avons une impression approximative de leur organisation. Il semble que la plupart des caches étaient placées très près de la frontière, au Mali, au Dahomey et au Nigeria (cartes 10.1 et 10.3). Un petit nombre était situé plus loin, comme à Kaduna, la capitale du Nord Nigeria, et peut-être Porto Novo, qui a pu servir de point de réception des armes venant du Ghana et réexpédiées vers les zones d’infiltration. Par la suite sans doute, des caches furent placées à l’intérieur du Niger. Commençant par l’Ouest, il y eut au moins une cache à Ayorou, qui fut présentée comme vaste et contenant des fusils, des pistolets et des munitions. Le nombre et le type d’armements portés par les commandos sont traités au chapitre 12 mais comprenait des pistolets (automatiques et autres), des armes semi-automatiques (mitraillettes), des fusils et des grenades. Si le dépôt de Ayorou fut prématurément découvert, il y avait certainement d’autres caches dans l’est du Mali. Il existe, par exemple, des indications de caches dans la région de Gao et à Ménaka. Dans la zone frontière dahoméenne, il y avait un dépôt dans une maison utilisée par Issoufou Danbaro, juste derrière le poste de douane (à Malanville ou plus au sud, à Sobrado). Les installations comprenaient ici un site d’entraînement pour les exercices de tir, pour lesquels on eut recours à un champ fourni par des habitants de la région, dans les environs de Karimama. Le député dahoméen déjà mentionné prêta des fusils 16 mm dans cette optique. Une autre cache d’arme fut plus tard montée près de Tenda, de l’autre côté du fleuve, à l’intérieur du Niger, dans une zone décrite comme étant vallonnée. À l’automne 1964, la région de Malanville aurait eu environ 20 « caisses » (caches) avec des armes177.

  • 178 Pas Illéla, au Niger, entre Konni et Tahoua. Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire (...)
  • 179 Certaines n’ont peut-être jamais été découvertes, selon Ali Mahamane Madaouki. Inte (...)
  • 180 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 (...)

83Plusieurs dépôts furent créés au Nigeria. Il y en avait un près de Illela, une ville frontière nigériane qui faisait face à Birnin Konni178. Ce que les Britanniques présentèrent comme « le dépôt d’armes du Sawaba à Kaura Namoda » comprenait un camp d’entraînement et de repos pour les commandos. Cette base de « Goussao » devint fort importante, puisqu’elle avait, en 1964, une population d’environ 150 personnes. Il apparaît qu’il s’agissait là de fidèles du Sawaba de l’intérieur du pays qui avaient fui les persécutions et recevaient un entraînement par des commandos non identifiés formés en Afrique du Nord et au Ghana. Si ceci doit pour une bonne part être considéré comme de la mobilisation politique plutôt que comme une instruction au combat (les hommes s’exerçaient avec des fusils de chasse, des sagaies et des coupe-coupe), les services français parlent d’« entraînement militaire très poussé ». Il y eut bien des exercices de tir et de maniement des armes sur le sol nigérian, comme on peut en juger par des rapports sur Mallam Karégamba. Le fonctionnaire et marabout maradien recrutait non seulement des militants mais dirigeait, paraît-il, un camp d’entraînement à seulement 2 km de la frontière, côté Nigeria, camp qui doit être en fait Jibiya. Munitions et armes (y compris des pistolets automatiques et des fusils semi-automatiques) étaient disponibles, en partie grâce aux liens avec la NEPU. À la mi-1964, il y avait également un site qualifié de camp d’entraînement du côté nigérien de la frontière, quelque part entre Madaoua et Maradi. Il y avait des armes, quoiqu’on ne puisse être certain qu’il y avait là une vraie cache d’armes. Il y avait, cependant, un autre dépôt d’armes dans la région de Maradi, bien que les sources n’en donnent pas l’emplacement exact. Nous avons vu qu’une cache d’arme avait été organisée au village de Rogogo, et elle contenait des munitions. Un autre rapport parle d’un important dépôt d’armes à Tessaoua et plusieurs caches ont dû être organisées dans la région de Zinder179. À l’extrême-est, il y avait une cache d’armes à Boula Kari, un village du nord-est nigérian, qui servait pour les opérations de la région du Lac Tchad. Il en était de même d’une cache d’armes placée sur une île du Lac Tchad lui-même. Ainsi que nous l’avons noté, les militants du Sawaba basés dans les villes cachaient simplement les armes dans leur maison180.

  • 181 Bates à Pugh, 21 oct. 1964 ; interview Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 ; Le  (...)

84Nous ignorons ce qu’il en était d’autres emplacements, mais il y avait des caches dans toutes les régions dont les commandos planifiaient l’infiltration. On peut en faire l’inférence sur la base d’évènements ultérieurs. Dans la plupart des cas – sinon tous – les dépôts étaient petits, contenant généralement une poignée d’armes à feu, puisqu’ils n’étaient destinés qu’aux besoins des unités locales – mais peut-être aussi pour éviter toute découverte. Les armes étaient parfois enterrées, comme, par exemple, au Mali où les autorités n’autorisaient pas les commandos à en porter. Au dépôt de Tenda, non loin du Nord Dahomey, l’armement fut d’abord enveloppé dans un tissu puis roulé dans des nattes qui furent placées à l’intérieur de boîtes en métal, qui furent elles-mêmes enterrées. On utilisa des sachets et des sacs pour les cartouches. Les armes étaient aussi parfois dissimulées dans des stocks de mil ou des réserves de graines, ou cachées dans des bosquets – comme à Rogogo, où la cache fut placée dans les bois, le long d’une rivière181.

Notes

1 La source de cette information est une déclaration faite par la suite par le gouvernement Diori. Les numéros des talons des chéquiers de Dan Koulou allaient respectivement de 64.S.37024 à 64.S.37035 et de 64.U.30006 à U.30030. T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 22 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S - Note d’information ; SHAT, 10 T 717/D.2.

2 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 19 au 29 mars 1959 », no 25 ; CAOM, Cart. 3685. Une autre source réfute cette présence de Bakary à Kano. Badéri Mahamane aurait été déçu par son voyage et souhaita continuer jusqu’à Jos et Zaria. Mais il s’agissait peut-être là d’une désinformation française. Sur Badéri, voir chapitres 7-8.

3 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 16 au 22 nov. 1961 », no 152 ; SHAT, 5 H 95 ; A. Espitalier, commissaire de police de Zinder, au directeur de la Sûreté, 3 oct. 1961 et ministre de l’Intérieur à président Diori, 12 oct. 1961 ; tous deux ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; dossiers sur Laouali Baro et André Kalla ; ANN, 86 MI 3 F 12.32. Un certain Ouali, sawabiste de Madarounfa, était peut-être également présent, à moins qu’il ne se soit agi de Laouali (Lawali) Baro.

4 Bakary se trouvait à une conférence de l’OIT, à Lagos, janv. 1961. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 9 juin 1965/7 sept. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; note d’information, 25 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

5 Alanamu était aussi le représentant d’Ilorin au NPC nordique. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 26 juin 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 4 au 10 juin 1959 », no 33 ; CAOM, Cart. 3686 ; O.E. Udofia, « The Kanuri and Interest Group Politics in Borno », Annals of Borno, 3 (1986), 31-41 ; B.J. Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria (Londres, 1968), 82 et 100. Pour le réseau nigérian et les interactions avec la vie politique nigériane, voir aussi K. van Walraven, « From Kano : Clandestine Politics in Niger and Nigeria and Sawaba’s Cross-Border Ties with NEPU (1958-1966) », in S. Awenengo Dalberto et C. Lefebvre (dir.), Boundaries and Independence 1940-1964 (à paraître), chap. 3.

6 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; SHAT, 5 H 126/7 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 févr. 1966 ; SHAT, 10 T 719/D.2. Kali = Kali Abdou Traoré (un Zarma né à Maradi) = Kali Abdou dit Fidel Castro ? Note de renseignements, ambassade de France, no 616/CM/NIG/S, Niamey, 15 déc. 1965 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; chap. 9 au niveau n. 282.

7 Dont le centre est situé plus à l’ouest mais qui faisait évidemment partie du même système de villages. De nombreux villages ouest-africains sont marqués par un habitat dispersé. Avec l’établissement de la frontière anglo-française, Djibia fut sans doute coupée en deux. Voir aussi ci-dessous.

8 Bulletin de renseignements. Délégation pour la défense de la zone d’outre-mer no 4 – état-major – 2e bureau, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962 ; SHAT, 10 T 717/D.2. Sur Mallam Kalla, voir les chap. 7-9.

9 Bulletin de renseignements, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962 cite des bases nigérianes sans mentionner celle-ci.

10 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 31 août-6 sept. 1964, 1.054, no 36 ; SHAT, 5 H 127 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 sept. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

11 Moctar Yaya et El Hadji Oussaini faisaient partie du réseau de Nguigmi. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; CAOM, Cart. 2249.

12 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 1er-7 juillet 1963, 879, no 27 ; SHAT, 5 H 124 ; ibid., 7 juillet 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à P.R.A. Mansfield, Foreign Office, 23 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Dodo Hamballi) ; interview Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

13 Interviews Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; et Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006.

14 W.S. Bates, British High Commission, Kaduna, à J.A. Pugh, Lagos, 21 oct. 1964, 121/472/1 ; PRO, FO 371/177230 ; I. Brownlie, African Boundaries : A Legal and Diplomatic Encyclopaedia (Londres, Berkely et Los Angeles, 1979), 445-469 (dresse la liste des balises) ; D. Collins, « Partitioned Culture Areas and Smuggling : The Hausa and the Groundnut Trade across the Nigeria-Niger Border from the Mid-1930s to the Mid-1970s », in A.I. Asiwaju (dir.), Partitioned Africans : Ethnic Relations across Africa’s International Boundaries 1884-1984 (Londres et Lagos, 1985), 195-221 ; W.F.S. Miles, Hausaland Divided : Colonialism and Independence in Nigeria and Niger (Ithaca, NY et Londres, 1994).

15 Shaw à Lequesne, 22 oct. 1964 (« the inherent disaffection between the predominantly Hausa population of the Nigerian border and the Djerma Government offer[ed] opportunities for mischief-making from outside »).

16 En 1963 Djibo Bakary se targua du fait que ses hommes avaient pu placer des lettres sous le paillasson de bureaux de ministres en manière de menace. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 10-16 sept. 1962, 25.596, no 2 ; SHAT, 5 H 121 ; ibid., 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; SHAT, 5 H 126 ; Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 (Direction de la Sûreté nationale/Commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset) ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 ; USNARA, II RG 59, POL 30, Niger, 2/1/63, Box 3997 ; direction de la Sûreté nationale, no 415/CSN, déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 8.1 ; G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 324.

17 « Recueil des principaux renseignements… 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 11-17 » et « 18-24 janv. 1962 », no 160-161 ; SHAT, 5 H 92 ; Bulletin de renseignements, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962. L’autre activiste était Laoualli Lobo. Sur l’importance politique des fêtes du 18 décembre, voir chapitre 6.

18 Rogogo se trouve à 13,43 N 7,88 E. Il y a un village du même nom au Nigeria, plus à l’est (au nord de Kano à vol d’oiseau) à 12,55 N 8,32 E, également près de la frontière.

19 La cellule de Rogogo comprenait un certain Mahaman Leiyi, pasteur paysan peul, son cousin Hamidou et un certain Malam Ibrahim, Nouhou et Issaka. Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964.

20 Ce militant était Mahaman Leiyi. Les groupes de commandos en visite consistaient généralement en une équipe de deux hommes. La cellule de Gazaoua était constituée d’un certain Zakari, Mati, Dan Dogari, Mizinyaoua. Les munitions étaient contenues dans deux sacs. Ibid.

21 Le rôle de Magaria peut être déduit de données plus tardives. Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S. Pour Kolori, qui se situe à 12,43 N 8,55 E, voir chap. 6, niveau n. 104.

22 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 10 déc. 1962 ; SHAT 10 T 719/D.2 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 24-30 déc. 1962, 25.003, no 35 ; SHAT, 5 H 122 ; ibid., 21-27 janv. 1963, 25, 145, no 4 ; SHAT, 5 H 128 ; ibid., 27 janv. 1963, n° ? ; SHAT, 10 T 717/D.2. Les sept centres urbains, en dehors de Zinder et Niamey, doivent être Tessaoua, Maradi et Konni, et peut-être Madaoua ou Tahoua et Dosso ou Dogondoutchi.

23 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 27 janv. 1963, no  ? ; 11-17 févr. 1963, 25, 257, no 7 ; Premier ministre. SDECE. Dest. no 541, 9 févr. 1963 ; les derniers deux 2 SHAT, 5 H 128 et 10 T 719/D.2.

24 Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Hamballi, faisant référence à 3 ou 4 missions) ; Bulletin mensuel de renseignements, 1-31 oct. 1964, no 472.3 - Konni ; ANN, FONDS DAPA ; G. Comte, « Les carnets de Nankin », Est & Ouest, 16-28 févr. 1966, no 357, 30. La cellule de Doguéraoua, constituée sans doute d’un réseau familial, comprenait Hakimi Moussa de Guidan Ider (entre Konni et Illéla) ; Hakimi Nayoussa de Kantaouri ; Hakimi Moussa de Kaoura Alassane (Kaouara, à quelque 50 km au nord-est de Konni ?) ; un certain Nouhou de Doguéraoua ; et Labo Moussa, de Galmi. Ces deux derniers étaient des (anciens) chefs coxeurs ; interview Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003.

25 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4 à 10 mai 1964, 565, no 19. En général, Van Walraven, « From Kano ».

26 Parmi les militants actifs dans les cellules de Tahoua figuraient un certain El Hadji Hima, Abba Moussa Dépense, Salifou Dori, Azzahabi Ballé, Chaibou Oumarou, ancien prisonnier ayant travaillé dans le secteur du cuir, et un certain Abala. Commissariat de police de Tahoua, Rapport hebdomadaire, no 62/C, 6 mai 1963 ; ANN, 86 MI 1E 7.3 ; « Recueil des principaux renseignements… 18-24 janv. 1962 », no 161.

27 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 30 juillet à 5 août et 6-12 août 1962, 25.379 et 25.410, nos 14-15 ; 20-26 août 1962, 25.471, n° ? ; 27 août à 2 sept. 1962, 25.520, no 18 ; 3-9 sept. 1962, 25.547, no 19 ; 10-16 sept. 1962, 25.596, no 2 ; 17-23 sept. 1962, 25.606, no 21 ; tous SHAT, 5 H 121.

28 Il était aussi le frère de l’épouse de Bakary et devait se rendre, comme étudiant, en RDA et en Chine. Voir chap. 9 n. 113 et 293.

29 Les femmes jouaient aussi de tels rôles dans la NEPU. R.S. Kwewum, The Story of Gambo Sawaba (Jos, 1990).

30 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 20-26 août 1962, 25.471 ; 27 août au 2 sept. 1962, 25.510, no 18 ; 3-9 sept. 1962, 25.547, no 19 ; 10-16 sept. 1962, 25.596, no 2 ; 17-23 sept. 1962, 25.606, no 21.

31 Impliquant Nakandari, un vendeur d’arachides du Sawaba. Voir chapitre 8, n. 18.

32 Mallam Boukary et Mahamane Djibo (Djido ?). Ils furent aidés par Habou Bargou, employé, et un homme non identifié, d’ethnicité mixte haoussa et autre, qui était qualifié de « sawabiste notoire » et venait de sortir de la prison de Gaya. « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 2 au 8 et 16 au 22 nov. 1961 », no 150 ; SHAT, 5 H 95. Sur Madaouki, voir chap. 7, au niveau n. 110.

33 Bulletin de Rens. hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 ; SHAT, 5 H 123.

34 Interview Ali M. Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 (cette dernière citation est une paraphrase).

35 Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964. La personne menacée était un certain Kane.

36 Interviews Ousseini Dandagoye et Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

37 Interviews Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 et 14 févr. 2003 (paraphrase).

38 Cette bourgade se trouve au sud-ouest de Madarounfa, sur un chemin situé à l’ouest de celui reliant Madarounfa, Djibia et la frontière.

39 Située sur la voie principale entre Katsina et Maradi, juste au nord du village nigérian de Jibiya.

40 Cité par Comte, « Carnets de Nankin », 30. La situation de Dankourégaou est inconnue (les majuscules se trouvent dans l’original).

41 Située à l’ouest sur la voie principale de Zinder à Kano, au carrefour de plusieurs pistes campagnardes.

42 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 10-16 juin 1963, 777, no 24, 6-12 avr. 1964, 427, no 15, 13-19 avr. 1964, 470, no 16 ; SHAT, 5 H 123, 126.

43 Entretien avec Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006.

44 T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 2 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 (« complained of the ease with which Djibo Bakary’s men seem[ed] to find themselves able to operate from Nigeria »).

45 Présidence du Conseil SDECE. Destinataire no 562. Réf. 14335/A, 29 déc. 1958 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 18 au 24 juin 1959 », no 35, annexe I ; CAOM, Cart. 2180/D.5 et 2249. Voir aussi chap. 2, niveau n. 67.

46 « Recueil des principaux renseignements… du 18 au 24 juin 1959 », no 35 et chapitre 3, niveau n. 166.

47 Message radio Maradi, Note du service, n. d. ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; J.A. Pugh, British High Commission, Lagos, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 6 oct. 1964, 1 POL 10/174/1 ; ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à J.A. Pugh, British High Commission, Lagos, 30 oct. 1964 ; T.R. Shaw, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à C.M. Lequesne, Foreign Office, 15 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230 ; Bates à Pugh, Lagos, 21 oct. 1964 (« with the best will in the world, it [was] impossible to police the border effectively because of the vast areas involved and the lack of communication » ; « highly unlikely »).

48 A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6.

49 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; ibid., 7-13 janv. 1963, 25.065, no 2 et 15-28 juillet 1963, 926/952, no 29-30 ; SHAT, 5 H 128 et 124 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 sept. 1963.

50 A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961.

51 Udofia, « The Kanuri and Interest Group Politics in Borno » et Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 88-90, 104-105 et 112 n. 72.

52 Imam fut forcé de quitter le Bornou pour des raisons de sécurité. E.E.G. Iweriebor, Radical Politics in Nigeria, 1945-1950 : The Significance of the Zikist Movement (Zaria, 1996) ; C.G. Olusanya, « The Zikist Movement : A Study in Political Radicalism, 1946-1950 », Journal of Modern African Studies, 4 (1966), 3, 323-333.

53 Le politicien nationaliste qui fut la première inspiration des zikistes. Voir chap. 7, niveau n. 65.

54 M. Crowder, The Story of Nigeria (London, 1973), 299 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; présidence du Conseil SDECE. Destinataire no 562. Réf. 12785/A, 12 nov. 1958 ; CAOM, 3685 et 2195/D.5.

55 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 181.

56 Iweriebor, Radical Politics in Nigeria, vi. Raji Abdullah, fondateur de la Northern Elements Progressive Association (NEPA – précurseur de la NEPU), était un zikiste du NCNC. Voir Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 75 ; et Kwewum, The Story of Gambo Sawaba, 40.

57 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 169.

58 Ibid., 85 ; email Murray Last à auteur, 13 nov. 2003. Voir sa biographie de style hagiographique, Kwewum, The Story of Gambo Sawaba.

59 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 87, 164-198 ; Kwewum, The Story of Gambo Sawaba, 78 et 111.

60 S’exprimant dans le langage de la lutte des classes, la NEPU invoquait un imaginaire communautaire de l’ère d’avant la domination peule, juxtaposant les Habe opprimés et leurs maîtres peuls. Voir plus loin, à ce propos. Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, passim ; R.L. Sklar et C.S. Whitaker, « Nigeria », in J.S. Coleman et C.G. Rosberg (dir.), Political Parties and National Integration in Tropical Africa (Berkeley, Los Angeles et Londres, 1964), 624.

61 J’ai trouvé peu de traces de ceci, en ce qui concerne le Sawaba. Cela a pu être influencé par le fait que le Niger était bien plus pauvre, mais il y eut parfois des cas de détournements de fonds impliquant des membres du parti. Il n’est pas facile de déterminer s’il s’agissait là de personnes essayant simplement de se débrouiller en tant que travailleurs non rémunérés du parti, ni à quel point le harcèlement administratif jouait un rôle. Il y avait sans doute une certaine corruption, mais rien d’aussi prononcé qu’au Nigeria ou qu’au cours de périodes ultérieures de l’histoire du Niger.

62 En plus de Katsina, Funtua, Bauchi, Jos et d’autres villes. Mallam Aminu Kano, MP : Leader of the NEPU and Government Chief Whip in Federal House of Representatives ; n. d., ca. fin 1961 ; PRO, DO 177/59.

63 J.O. Moreton, Office of the High Commissioner for the United Kingdom, Lagos, à B.J. Greenhill, Commonwealth Relations Office, POL. 72/10/5, 17 août 1961 ; PRO, DO 177/59.

64 Ainsi, un zikiste essaya d’assassiner un fonctionnaire colonial britannique en 1950. Crowder, The Story of Nigeria, 280.

65 Comme nous l’avons noté au chap. 5 (n. 87), Yakasai assista aussi à la All-African People’s Conference à Accra en 1958 avec Gambo Sawaba et Aminu Kano.

66 Imposé par les pasteurs peuls aux États haoussa dans une révolution islamiste au début du xixe siècle. Sklar et Whitaker, « Nigeria », 631 ; M. Last, « Reform in West Africa : The Jihād Movements of the Nineteenth Century », in J.F.A. Ajayi et M. Crowder (dir.), History of West Africa (Londres, 1974), chap. 1.

67 « Sawaba Youth Association ». « Runduna(r) », « foule », peut aussi vouloir dire « armée », renvoyant ainsi à l’esprit combatif de l’aile. N. Awde, Hausa-English – English-Hausa Dictionary (New York, 1996). Pour la violence de la compétition politique, Kwewum, The Story of Gambo Sawaba, passim. Également, chap. 2, ci-dessus, niveau n. 12 et M. Last, « Towards a Political History of Youth in Muslim Northern Nigeria, 1750-2000 », in J. Abbink et I. van Kessel (dir.), Vanguard or Vandals : Youth, Politics and Conflict in Africa (Leyde et Boston, 2005), chap. 2.

68 Twist, Kaduna, à Viscount Head, High Commissioner United Kingdom, Lagos, 31 juillet 1961 ; PRO, DO 177/59 ; Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, passim ; T. Yakasai, The Story of a Humble Life : An Autobiography, vol. 1 (Zaria 2004), 94.

69 Dudley, Parties and Politics in Northern Nigeria, 171.

70 J.S. Renwick, Office of the Deputy High Commissioner for the United Kingdom, Kaduna, to B.P. Austin, Lagos, 16 oct. 1963 ; PRO, DO 186/19.

71 Synthèse politique, no 834 CP, juin 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 ; CAOM, Cart. 2233/D.2.

72 La surveillance de la police de l’Autorité indigène de l’émir était omniprésente. M. Last, « The Search for Security in Muslim Northern Nigeria », Africa, 78 (2008), 1, 43-45.

73 Email Murray Last à l’auteur, 13 nov. 2003.

74 720 Yakasai Quarters, Kano. Son nom vient de Yakasai, le quartier de Kano où il grandit (bien que né dans Kofar Mata). Mohammed Achimoto Garba, Léningrad, à Tanko Yakasai, Kano, 3 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1E 8.14 ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 2.

75 British High Commission, Lagos, à A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, 4 nov. 1964, 1 POL.10/174/1 ; PRO, FO 371/177230. (« Wilder members »).

76 Mohammed Achimoto Garba, Léningrad, à Tanko Yakasai, Kano, 3 juillet 1967 ; surveillance du territoire no 605/SN/ST : Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 209. Garba (= Muhammadu Achimalo Garba, secrétaire de la branche de la NEPU à Kano, qui se rendit avec Yakasai en Chine [chap. 9, n. 291]) est l’étudiant nigérian qui servit de relai à Addo et ajouta, de façon quelque peu douteuse, qu’Addo appartenait au leadership du Sawaba.

77 Bulletin de renseignements, no 25.553/2/SC, 12 sept. 1962 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 févr. 1966 ; Bates à Pugh, Lagos, 21 oct. 1964 ; Kwewum, The Story of Gambo Sawaba, 77-78 ; Yakasai, The Story of a Humble Life, 209 (« a well organised courrier system in the border area »).

78 Comme nous l’avons noté au chapitre 6, ce genre de rumeurs pouvait causer des inquiétudes, même lorsqu’elles étaient fausses. En réponse à ces ragots, la gendarmerie produisit une note disant que les personnes en transit qui restaient dans l’appareil à l’aéroport de Niamey n’étaient pas contrôlées. Fiche de Renseignements, 23-25 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9. Mallam Oumarou = parent de Jimra Orgao (chap. 7 n. 101) ?

79 Voir les chap. 1 (niveau n. 68-69) et 7 (niveau n. 121-122).

80 Avant de s’installer temporairement à Accra. A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961 ; surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation terroriste « Sawaba » (Recueil des dirigeants et militants actifs en fuite) ; ex. no 000148, dest. le sous-préfet de Dosso.

81 Un certain Bianou Fataou et Hadia Bacharou. Akine Atta = El Hadji Atta, président de la section RDA locale ? « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 25-31 janv. 1962 », no 162 ; SHAT, 5 H 92.

82 L’ancien sultan, Oumarou Ibrahim, vivait en résidence surveillée à Ingal. M. Aboubakar, commissaire de police, Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 20-26 avr. 1964, 501, no 17 ; SHAT, 5 H 126 ; 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, période du 1er mai au 31 juillet 1960, no 1814 ; SHAT, 5 H 95.

83 On peut aussi le déduire des professions citées. Diamballa Maïga doutait que Yayé Saley ait été un sawabiste et, curieusement, ces doutes concernaient aussi Kantana (voir chap. 7, niveau n. 99). Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963 ; commandant de Cercle Agadez à ministre des Finances and ministre de l’Intérieur, tous deux 20 nov. 1963 ; ministre de l’Intérieur à commandant de Cercle Agadez, 25 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9.

84 Aboubakar, commissaire de police, Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963 ; procès-verbal de la réunion de la « Jeunesse Sawaba » d’Agadez ; ANN, 86 MI 1 E 52.

85 Il y a en fait trois endroits ainsi dénommés : Teguidda-n-Adrar, un point d’eau ; Teguidda-n-Tagaït ; et, plus à l’ouest, Teguidda-n-Tessoumt. On ne sait pas duquel de ces endroits il s’agit, bien que le point d’eau soit une éventualité évidente du fait des prises de contacts auxquelles il pouvait se prêter.

86 Il n’a pas été spécifié à quels points de cette gigantesque région ceci se produisit. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 15-21 avr. 1963, 25.577, no 16 ; SHAT, 5 H 129.

87 Ibid., 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; 18-24 févr. 1963, 25.307, no 8 ; 26 nov.-2 déc. 1962, 25.940, no 31, 10-16 déc. 1962, 26.045, no 33 ; 26 août-1er sept. 1963, 1.079, no 35 ; SHAT, 5 H 128, 122, 130 ; 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 ; 18-24 mars 1963, 25.434, no 12 ; SHAT, 5 H 123 ; « Étude concernant le problème nomade au Niger. Très secret ». févr. 1963 et Bulletin de renseignements. Délégation pour la défense de la zone d’outre-mer no 4 - État-Major – 2e Bureau, no 25.152/2/SC, 30 janv. 1963 ; tous deux SHAT, 10 T 717/D.2.

88 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963. Les autres étaient Chibba Alkassoum, un commis auxiliaire ; un certain Moulou, interprète de Gao ; un certain Boutou(kou), « ex-cadi » ; Nassamou, ancien chef de Teguidda.

89 Un certain Azaou, en plus d’un Balogi à la profession inconnue. Ibid.

90 Ibid., et Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9. On ne sait pas s’il y eut des contacts avec les sawabistes incarcérés à Bilma.

91 Quatre personnes sont citées : El Hadji Mahamane, fils de Dan Zango (= Nomao Zongo ? ; voir chap. 7, niveau n. 103-104) ; Dan Tawayé Azahabi ; Dan Zaki Mahamane « ex-Barmo » (ce qui veut dire qu’il était originaire de Barmou, au nord-est de Tahoua ?) ; et Saidou Na Algasse. On peut ajouter à ceux-ci un Yacoubou, Salché et Iddi de « Korafan », i. e. sans doute Karofane, près Bouza. Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963.

92 Voir chap. 7, niveau n. 103-104 et chap. 9 n. 336 ; Jeunesse Sawaba de Tahoua, procès-verbal de l’assemblée générale du 12 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52.

93 Voir chap. 1. En fait, Silimane prétendit ne pas connaître tous les militants par leur nom. Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963.

94 Il y avait un policier du nom de Sani Banao. Ibid. Voir plus loin.

95 Un certain Sani. Ibid.

96 Ali Zaroumey, un certain Siddo, & Yarro Mama, qui faisaient peut-être partie des militants les plus importants, puisqu’ils étaient cités comme « commandants correspondants ». Ibid.

97 Ibid.

98 Bulletin de renseignements hebd., 28 oct.-3 nov. 1963, 2.262, no 44 ; SHAT, 5 H 131.

99 On ne sait pas avec précision si le camp se trouvait à Tamanrasset et s’il appartenait aux sawabistes (qui s’entraînaient plus au nord, généralement à Marnia) ou à l’armée algérienne même. Mamani y demeura cinq jours. Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963. Issa = Djibo Issa (sur ce dernier voir plus loin) ?

100 Les récipiendaires étaient un certain Aliou Onalaker, loueur de vélos, et un certain Mani Ali Zanellou, résident du quartier Imourdou. Voir le dossier Djibo Issa consistant en divers protocoles d’interrogatoire, in ANN, 86 MI 3 F 18.9.

101 Ses documents comprenaient une fiche d’entrée du préfet d’Alger, un certificat de travail, des permis de conduire (algérien et nigérien) et quelques badges officiels algériens. Natif de Baouabéri, dans la région de Dosso, Issa avait aussi vécu dans le quartier Amaréwat d’Agadez. Ibid.

102 Nuitamment, armé d’un sabre, Issa pénétra dans la chambre à coucher de l’Européen - mécanicien dans un service rural de l’État à I-n-Abangharit – et menaça de le frapper en le traitant de « fumier, sale Européen, sale Français », et en insultant son personnel pour le fait de travailler pour un Européen. Issa tenta de s’emparer de la Land Rover, mais un des employés retira les clefs, sur quoi Issa prit le large. Ibid.

103 Comme pour mieux convaincre les autorités avec des détails, Issa ajouta qu’en plus de 50 militaires nigériens, il y avait un métis dahoméen. Une enquête subséquente rapporta que les avions en question étaient stationnés plus au sud, à Ouargla, et qu’ils étaient en provenance de Bagdad. Message brigade gendarmerie Agadez à gendarmerie Niamey, no 43, 24 nov. 1963, in ibid.

104 Il dit que lors de son séjour à Marseille, il s’était battu avec un policier dans le quartier de Joliette, le poignardant au ventre avec un poignard. Tout en prétendant ne pas savoir si le policier avait survécu, Issa ajouta de façon peu plausible qu’il fut acquitté au bout de 50 jours (et non 27), après avoir payé un avocat 200 000 F ! Ces affirmations doivent être placées dans le contexte d’une culture mettant l’accent sur le surnaturel. La référence à Joliette, quartier du second arrondissement de Marseille, indique qu’il s’est effectivement rendu dans la ville, tout comme les mentions figurant sur son ticket d’embarquement. Ibid.

105 Inébranlable, Djibo Issa dit à Roger Billet, commandant de la gendarmerie d’Agadez, qui lui avait demandé ce qu’il faisait à I-n-Abangharit : « Je n’ai pas à vous répondre ». Et, en montrant, paraît-il, le poing au commandant, il ajouta : « Ta place n’est pas au Niger, mais en France. L’Afrique, c’est la place des Noirs et non des Blancs. Les Européens, Italiens ou autres, n’ont rien à faire ici. » Ibid. Son comportement fut encore plus extrême en prison, tournant à la psychose, bien que ceci ait eu un répondant dans les coups de bluff d’autres activistes comme Amadou Diop, le camionneur de Zinder, et Gambo Sawaba de la NEPU, soulignant la colère de ces révolutionnaires autoproclamés. Le 29 november 1963, une semaine après l’arrestation de Issa, le commandant de cercle d’Agadez envoya ce télégramme à Niamey : « Djibo Issa est devenu insupportable -x- Il a tenté de s’évader en creusant une fenêtre. Il a enfoncé la porte et jeté le cadenas de la case des prévenus où il a été déposé -x- Il ne fait que parler politique de jour comme de nuit avec les prisonniers -x- Il ne cesse de crier « Sawaba » -x- Le médecin qui l’a examiné a déclaré qu’il se trouvait en parfait état de santé -x- Constituant un mauvais exemple parmi les bandits et les gardes du camp pénal se plaignant j’ai l’honneur de demander avec insistance son transfert à Niamey dans le but de maintenir le calme au camp pénal. » Maïga refusa et ordonna aux autorités d’Agadez de maintenir le calme. Commandant Cercle Agadez à gendarmerie Niamey pour Mininter GR 99, no 64, 29/11/63 ; message no 61, ministre de l’Intérieur, 23 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9.

106 150 d’entre eux étaient des membres du parti. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 18-24 févr. 1963, 25.307, no 8 ; 11-17 févr. 1963, 25.257, no 7 ; 21-27 oct. 1963, 2.244, no 43 ; 25-31 mai 1964, 673, no 22 ; 16-22 sept. 1963, 2.064, no 38 ; 6-12 avr. 1964, 417, no 15 ; 20-26 mai 1963, 710, no 21 ; SHAT, 5 H 131, 126, 124, 123.

107 Ibid., 12-18 août 1963, 1.024, no 33 ; SHAT, 5 H 124.

108 Ibid., « 18-24 mars 1963, 25.434 », no 12 ; « 25-31 mars 1963, 25.463 », no 13; « 1er-7 avr. 1963, 25.518 », no 14 ; « 29 juillet-4 août 1963, 982 », no 31 ; SHAT, 5 H 128, 124 ; « 20-26 mai 1963, 710 », no 21.

109 Ibid., « 1er-7 avr. 1963, 25.518 », no 14 ; « 13-19 avr. 1964, 470 », no 16 ; « 20-26 avr. 1964, 501 », no 17 ; « 11-17 févr. 1963, 25.257 », no 7.

110 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13-19 avr. 1964, 470, no 16 ; 18-24 févr. 1963, 25.307, no 8 ; 10-16 sept. 1962, 25.596, no 2 ; 2-8 juillet 1962, no 10 ; SHAT, 5 H 121 ; T.C. Ravensdale, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à G.E. Millard, Foreign Office, 1191/62, 17 oct. 1962 ; PRO, FO 371/161.727. Pour une bonne introduction aux populations touarègues, voir A. Bourgeot, Les sociétés Touarègues : Nomadisme, identité, résistances (Paris, 1995).

111 Un exemplaire de Unité : Organe hebdomadaire du Parti Sawaba (no 4, 14 mai, 1959) note que les nomades « blancs » ne pouvaient pas survivre sans le labeur des Noirs ou sans échanger du bétail contre des produits du sud. Il souligna que les Touaregs étaient une minorité en voie de disparition. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 21 au 27 mai 1959 », no 31 ; CAOM, Cart. 3686.

112 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 juillet 1962, no 10 ; Étude concernant le problème nomade au Niger ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 26 juin 1963 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 18-24 mars 1963, 25.434, no 12.

113 = Tambari Mahamadou, tailleur et président de la branche jeunes en 1958 ? Procès-verbal de la réunion de la « Jeunesse Sawaba » d’Agadez. Il ne s’agit pas du Tambari Maigari mentionné ci-dessus.

114 Les Français situèrent Tagama dans la zone autour d’Agadez et Ingal, mais il semble peu probable qu’il se soit agi de « Tagaza », un point d’eau près de la piste entre Ingal et I-n-Abangharit.

115 Les tirs étaient sans doute de divertissement. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 et 15-21 avr. 1963, 25.577, no 16 ; Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 10 oct. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 ; diverses correspondances sur Alzouma dans ce dossier. L’emplacement de « Tadoubel » est inconnu.

116 « Étude concernant le problème nomade au Niger » ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 18-24 mars 1963, 25.434, no 12 ; 22-28 juillet 1963, 952 », no 30 ; 26 août-1er sept. 1963, 1.079, no 35 ; 16-22 sept. 1963, 2.064, no 38 ; 21-27 oct. 1963, 2.244, no 43 ; 7 févr. 1963, no 25.204 ; 24-30 juin 1963, 861, no 26 ; 4-10 mars 1963, 25.350, no 10 ; 7 févr. 1963, 25.204/2/SC ; SHAT, 5 H 128/123/128 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 26 avril-2 mai 1962 », no 3 ; SHAT, 5 H 91. Sur le retrait des troupes françaises, voir chapitres suivants, et sur la culture toubou, voir C. Baroin, Anarchie et cohésion sociale chez les Toubou : Les Daza Kéšerda (Niger) (Cambridge et Paris, 1985).

117 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; CAOM, Cart. 2249 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 19 au 25 avril 1962 », no 2 ; SHAT, 5 H 91 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 juillet 1962, no 10 ; 23-29 juillet 1962, 25.345, no 13 et 13-19 août 1962, 25.428, no 16; ce dernier 2 SHAT, 5 H 121 ; ibid., 26 nov.-2 déc. 1962, 25.940, no 31 ; 10-16 juin 1963, 777, no 24 ; 24-30 déc. 1962, 25.003, no 35 ; 30 déc.-5 janv. 1964, 21, no 1 ; SHAT, 5 H 125.

118 Cependant, des troupes françaises restèrent jusqu’à 1967 à I-n-Eker, un site d’essais nucléaires souterrains au nord de Tamanrasset. Pour le contexte d’ensemble, K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian Connection (1957-1966) », Journal of North African Studies, 10 (2005), 3-4, 507-527. On dit plus tard qu’il n’y eut au Niger que des bandes d’une seule wilaya. Ravensdale à Millard, 17 oct. 1962 et A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à R.J. Stratton, Foreign Office, 6 nov. 1962 ; PRO, FO 371/161.727.

119 Rapport de fin de commandement du général de brigade le Porz ; délégué pour la Défense de la ZOM 4 du 1er avril 1962 au 30 juin 1963, Ire partie ; SHAT, 5 H 31 ; Bull. de renseignements hebdomadaire, 2-8 juillet 1962, no 10 ; 13-19 août 1962, 25.428, no 16 ; 26 août.-1er sept. 1963, 1.079, no 35 ; 24-30 juin 1963, 861, no 26 ; 31 déc. 1962-6 janv. 1963, 25.046, no 1 ; 31 oct. 1962, 25.797, E. 254 ; 1er-7 oct. 1962, 25.668, no 23 ; SHAT, 5 H 128, 142 et 121 ; Information Officer’s Visit to Niger, juillet 12-19, 1963 ; PRO, FO 371/167615 ; Message chiffré démarqué, non daté ; ANN, 86 MI 3 F 18.9.

120 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 20 mai 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 1er-7 juin 1964, 705, no 23 ; SHAT, 5 H 127 ; ibid., 4-10 mars 1963, 25.350, no 10 ; 21-27 oct. 1963, 2.244, no 43 ; Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963.

121 Chap. 7, niveau n. 120.

122 Voir chap. 2, niveau notes 70-71, chap. 7, après la n. 77 et chap. 8, après la n. 59.

123 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 5 au 11 nov. 1959 », no 55 et 1er au 7 janv. 1960, no 62 ; CAOM, Cart. 2251/2.

124 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 26 juin 1963.

125 Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 ; note d’information, 20 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; chap. 7, niveau n. 91.

126 Beidari, qui, à son retour d’Algérie et avant de devenir commissaire à Tessit, était l’adjoint de Mamoudou Pascal, fut envoyé à Niamey sur ordre de Bakary. Fraternité-Hebdo, 16 juillet 1965 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 24 au 30 sept. 1959 » ; CAOM, Cart. 2250 ; ibid., « 1er au 7 janv. 1960 », no 62 ; ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et 15 déc. 2009 et Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

127 « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 janv. 1960 », no 62. Voir aussi K. van Walraven, « From Gao : Sawaba and the Politics of Decolonization and Insurrection in the Songhay Zone of Mali and Niger (1957-1964) », in J.B. Gewald, A. Leliveld & I. Pesa (dir.), Transforming Innovation in Africa : Explorative Studies on Appropriation in African Societies (Leyde et Boston, 2013), chap. 6.

128 Note d’information, 10 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11. Balé s’enfuit au Ghana (chap. 9, niveau n. 34).

129 La cellule de Tillabéri comprenait une femme du nom de Fody, un certain Mattei dont la femme vivait à Niamey, et un conducteur de bus de la Transafricaine originaire de Gao. Note d’information, 20 juillet 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

130 Interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Daouda Hamadou, Niamey, 20 déc. 2009 ; Le Niger, 21 juin 1965 et 2 nov. 1964 (interrogatoire Robert Seguinikin) ; commandant de cercle Agadez à ministre de Finance, 20 nov. 1963. Ceux qui mentionnaient « Sokofé » confondaient sans doute l’endroit avec la ville du Nord Togo, Sokodé.

131 Si le contrebandier était sawabiste, les armes n’ont peut-être pas été saisies. Mais voir le chapitre suivant pour le rôle complexe du Mali. Note d’information : Activités de la Sawaba au Niger. Le Premier ministre. État-Major général de la Défense nationale. Division renseignement, 29 juin 1961, no 5.211 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 15-21 oct. 1962, 25.747/2/SC, no 25 ; SHAT, 5 H 121.

132 Ibid., 9-15 juillet 1962, 25.314, no 11 ; SHAT, 5 H 121 ; 23-29 juillet 1962, 25.345, no 13 ; 4-10 févr. 1963, 25.225, no 6 ; SHAT, 5 H 128 ; 4-10 nov. 1963, 2.306, no 45 ; SHAT, 5 H 124 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003. Selon la rumeur, ce sawabiste était Bakary.

133 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 30 juillet 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 29 juillet-4 août 1963, 982, no 31 ; chap. 9, niveau n. 122-123. Les autres membres du parti étaient un certain Umaru (Oumarou ?) Ali, du Niger ; Djibo Garba & Hamani Abdou, étudiants vivant à Bamako ; Mamane Guimba, identifié comme un étudiant malien vivant à Bamako (= Mahaman Guimba dit Policier de Dogondoutchi, agent de l’ordre public d’obédience Sawaba au Ghana ? ; chap. 9, niveau n. 363). Ali Daouda = Daouda Ali (dit Chang Kai-shek). Voir à son sujet chap. 12, niveau n. 145.

134 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba de retour des Pays de l’Est, 18 oct. 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; chap. 9, n. 336.

135 Sama Alhadji Ibrahim (secrétaire du RDA à Gaya) à ministre de l’Intérieur, 15 sept. 1961 ; rapport du gendarme Buchillot commandant la brigade de gendarmerie de Gaya sur Issoufou Dan Baro, suspect du point de vue national, Gaya, 4 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.19 ; chap. 7, niveau n. 103 et chap. 8, niveau n. 95.

136 Fraternité-Hebdo, 21 mai 1965 (interrogatoire Djibo Seyni) ; ibid., 16 juillet 1965 ; Le Niger, 2, 16, 23 et 30 nov. 1964 (interrogatoires Assane Bizo, Djibo Seyni, Djibrilla Dembélé, Amadou Abdou). Emplacement de Sobrado inconnu.

137 Par exemple, un certain Soumana, Songhay de nationalité nigérienne ou dahoméenne prit activement part à ceci. Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Assane Bizo).

138 Ainsi que nous l’avons noté au chapitre 7 (niveau n. 88-99), Djibo Bakary s’est peut-être rendu dans la ville en 1960.

139 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 16 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; E.M. Smith, ambassade de Grande-Bretagne Lomé, à P.R.A. Mansfield, Foreign Office, 21 nov. 1964, 1.061/64 ; PRO, FO 371/177229 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Benin (Metuchen, NJ et Londres, 1987), 4-6.

140 Créé en 1954.

141 Le Niger, 21 juin 1965, 2 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Assane Bizo et Amadou Abdou) ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

142 I. Wallerstein, Africa : The Politics of Unity. An Analysis of a Contemporary Social Movement (New York, 1967), 253 ; P. Campmas, L’Union soudanaise R.D.A. : 1946-1968 (Abidjan, 1978).

143 Rapport de fin de commandement. 1re partie : Situation politique et militaire de l’Ex-Afrique-occidentale française, ZOM. no 1. Dakar, 30 juin 1962 ; SHAT, 5 H 31.

144 Fiche de Renseignements, 23-25 nov. 1963.

145 Modibo Keita eut aussi une prise de bec avec Bakary à Dakar en octobre 1959 (Bakary y avait un bureau PFA) sur des affaires du PFA et sur les liens de Bakary avec le ministre de la Justice du Soudan, Madeira Keita. Modibo, qui, à l’époque, se méfiait de Bakary et le faisait surveiller, dit au leader du Sawaba de rester, mais après une visite de Senghor, Bakary partit pour Accra le 7 novembre. « Recueil des principaux renseignements… 5-11 nov. 59 », no 55.

146 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 264-265 ; J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 493 ; Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960, période du 1er août au 30 oct. 1960, no 2619 ; SHAT, 5 H 95 ; chap. 9, niveau n. 63.

147 Conférence des représentants dans les états africains et malgaches (31 janv.-7 févr. 1961) ; CAOM, Cart. 2221/D.2.

148 Chaffard, Les carnets secrets, 308 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 nov.-1er déc. 1963, no 48 ; SHAT, 5 H 125.

149 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 9-15 nov. 1961 », no 151 ; SHAT, 5 H 95 ; « 16 au 22 nov. 1961 », no 152 ; Synthèse de renseignements intérieurs. 4e trimestre 1961, no 590/2/S, no 185/BS/S ; note d’information, 2 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5.

150 Il n’est pas sûr que Diori ait accepté. La proposition fut avancée au moment de la répression de l’automne 1961 (chap. 8, niveau n. 107).

151 On aurait proposé à Bakary un poste au gouvernement à condition qu’il se soumette à la justice nigérienne – vraisemblablement à propos des sentences pour port d’arme sans permis lors de la campagne électorale de décembre 1958, ainsi que de son implication supposée dans le « Plan B ». Une personne de l’entourage de Diori devait prendre contact avec lui. Maïga rejeta ce plan, qui aurait été profondément humiliant pour Bakary.

152 Un tract du Sawaba publié à Bamako fit de l’agitation contre le RDA en faisant peu cas de la position compliquée du Mali. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 6-12 août 1962, 25.410, no 15 ; Chaffard, Les carnets secrets, 308 ; Wallerstein, Politics of Unity, 67 n. 2 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 2 nov. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 12-18 avril 1962 », no 1 ; SHAT, 5 H 91 ; ibid., « 26 avril-2 mai 1962 », no 3.

153 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 6-12 août 1962, 25.410, no 15 ; ibid., 24-30 sept. 1962, 25.633, no 22 ; SHAT, 5 H 121 ; ibid., 20-26 avr. 1964, 501, no 17 ; Bulletin de renseignements, délégation pour la défense de la ZOM no 1, 19 sept. 1962, no 2.304 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Chaffard, Les carnets secrets, 308 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2. L’ambassadeur du Mali à Accra, qui, en 1961, représentait les intérêts de Bakary au Ghana, le faisait encore en 1962. Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 8 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11 ; interview Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.

154 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 3-9 sept. 1962, 25.547, no 19.

155 Les leçons sur la préparation des coups d’État donnés à Nankin semblent correspondre à ceci. Chap. 9, niveau n.  311-312.

156 Voir chap. 6, niveau n. 42. Nombre de sawabistes instruits conservèrent ou acquirent plus tard des postes dans l’administration (l’inspection du travail par exemple) ou le système judiciaire. Entretiens avec Amadou Bakary Maiga et Elhadj Illa Salifou (tous deux employés au tribunal – le second, ancien membre de l’UDN et le premier, neveu de Djibo Bakary) et Abdou Adam, Niamey, 25 and 29 nov. 2003 ; chap. 8, niveau n. 87.

157 Voir chap. 8, niveau n. 85-86.

158 Ali Diaroumey. Renseignements, 29 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; rapport de mission de l’ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, no 23, à Foreign Office, 13 mars 1962 ; PRO, FO 371/161.689 ; C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 181.

159 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale, Niamey, 6 nov. 1963. Il a pu s’agir de Fodi Djingarey, qui venait juste d’être nommé chef de la circonscription administrative de Maïné-Soroa, dont faisait partie Goudoumaria (on n’y avait pas encore établi un cercle). Source : Liste des chefs de poste, ANN.

160 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 925/BS/S ; 1er trimestre 1961, no 1/36, période du 1er févr. au 30 avril 1961 ; tous deux SHAT, 5 H 95 ; « Recueil des principaux renseignements… 26 avril-2 mai 1962 », no 3.

161 Il est peu probable qu’il se soit agi là de Maïdanda Djermakoye. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 6-12 août 1962, 25.410, no 15.

162 Ibid., 28 oct.-3 nov. 1963, 2.262, no 44. Voir M. Carlier, Méharistes du Niger : Contribution à l’histoire des unités montées à chameau du territoire nigérien 1900 à 1962 (Paris, 2000).

163 Interview avec Kaïro Alfari, Niamey, 22 févr. 2008.

164 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 18-24 mai et 1-7 juin 1964 » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 210 et 10 T 719/D.2.

165 Diamballa Y.M. à M. le chef des services de police du Niger, Niamey, 25 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 6.7 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Rapport annuel 1964, 436.8 : Maradi ; ANN, FONDS DAPA ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 4-10 mai 1964, 565, no 19 ; « Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 18-24 mai ». Plus généralement, sur l’infiltration de l’administration, voir Confidential/NOFORN. Department of State. Bureau of Intelligence and Research. Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; PRO, FO 371/161689.

166 Dandouna fut peut-être aidé par Henri Georget. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 14 au 20 mai 1959 », no 30 ; CAOM, Cart. 3686 ; Renseignements, 29 août 1961 ; chap. 4, niveau n. 90 ; Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, à chef des services de police, Niamey, 5 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; interview Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.

167 Synthèse de renseignements intérieurs. 1er trimestre 1961, no 1/36, période du 1er févr. au 30 avril 1961 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 6-12 août 1962, 25.410, no 15 ; « Recueil des principaux renseignements… 16 au 22 nov. 1961 », no 152.

168 Note d’information, 20 juin 1961.

169 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 8 juin 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Note de renseignements, no 4.570/EMFTOM/2/SC, 6 déc. 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 déc. 1963, 2.473, no 49 ; SHAT, 5 H 125 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 87 et 242 ; République du Niger – Présidence : Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État ; grâce à & interview Amadou Madougou (fils de Namaro), Niamey, 24 févr. 2006 & conversation téléphonique depuis Leyde, 9 mars 2006 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 414 ; Chaffard, Les carnets secrets, 312 ; chap. 4, niveau n. 68-69.

170 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 25 févr.-3 mars 1963, 25.337, no 9 ; 23-29 juillet 1962, 25.345, no 13 ; 2-8 déc. 1963, 2.473, no 49 ; 24-30 juin 1963, 861, no 26 ; 9-15 déc. 1963, 2.501, no 50 ; SHAT, 5 H 125.

171 Ibid., 16-22 sept. 1963, 2.064, no 38 ; 2-8 et 9-15 déc. 1963, 2.473/2.501, no 49-50 ; « Rapport de Fin de Commandement du Général de Division Revol. Délégué pour la Défense de la ZOM du 28 juin 1963 au 28 févr. 1965 », partie I ; SHAT, 5 H 35 ; Chaffard, Les carnets secrets, 316-318 pour une version légèrement différente. Deux frères de Diallo – Ousseini Hassane Diallo, juge de paix à Maradi, et Abdoulaye Hassane Diallo, sergent – furent aussi appréhendés. La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 20.

172 Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 déc. 1963, 2.473, no 49 ; 9-15 déc. 1963, 2.501, no 50 ; 16-22 déc. 1963, 2.541, no 51 ; SHAT, 5 H 125 ; Général de Division Revol, Abidjan, à ministre des Armées, Paris, no 2.520/2/S ; SHAT, 10 T 717/D.2.

173 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 déc. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; W.J.A. Wilberforce, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à R.W. Renwick, Foreign Office, 1er juin 1965 ; PRO, FO 371/182.198 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 2-8 et 9-15 déc. 1963, 2.473/2.501, nos 49-50 ; Note de renseignements, no 4.570/EMFTOM/2/SC, 6 déc. 1963 ; Le Niger, 31 mai 1965.

174 Quelqu’un griffonna en marge que « le général » devrait lire cela. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 6 déc. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; interview Amadou Madougou, Niamey, 17 oct. 2011.

175 Hima fut arrêté en juillet 1964, ou avant. Le régime assura que Sangara connaissait Amadou Diop, le militant de Zinder, mais ceci est peut-être un anachronisme (voir chap. 13). Il affirma que Zodi Ikhia avait coordonné les actions de Sangara et Namaro, mais il a pu s’agir là d’un désir de monter un coup contre l’ancien ministre. Décret no 65-066/Bis/PRN, 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État ; Le Niger, 31 mai 1965 (accusations du procureur) ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 17-23 févr. 1964, 215, no 8 ; SHAT, 5 H 125 ; interview & conversation téléphonique Maïdanda Djermakoye, Dosso, 17 févr. 2006 & Niamey, 21 févr. 2008 ; interview Boubacar Sanda (le fils de Sanda Hima), Soudouré, 27 févr. 2008 ; La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 20 ; Chaffard, Les carnets secrets, 314.

176 Le Niger, 21 juin 1965.

177 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 28 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Fiche de renseignements, 13 sept. 1961 ; ANN, MI 86 3 F 3.5 ; Shaw à Lequesne, 2/15 oct. 1964 ; Bates à Pugh, 21 oct. 1964 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008 ; Le Niger, 26 oct., 2 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Assane Bizo & Amadou Abdou) ; Telegram Génédef Dakar à Minarmées Paris, 23 oct. 1964 ; 10 T 717/D.2.

178 Pas Illéla, au Niger, entre Konni et Tahoua. Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Maman Alké).

179 Certaines n’ont peut-être jamais été découvertes, selon Ali Mahamane Madaouki. Interview, Zinder, 14 févr. 2003.

180 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964, 18 janv. et 21 sept. 1965 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; deux documents sans titre ; SHAT, 10 717/D.2 ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S ; Rapport annuel1964, 436.8 : Maradi ; Le Niger, 26 oct. 1964 ; Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964. Emplacement B[o]ula Kari non trouvé. (« Sawaba’s arms-dump at Kaura Namoda »).

181 Bates à Pugh, 21 oct. 1964 ; interview Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 ; Le Niger, 16 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Amadou Abdou et Djibrilla Dembélé) ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 18 janv. 1965 ; Déclaration Mahaman Leiyi, Niamey, 4 août 1964. Les caisses de Tenda étaient des touques, ces récipients métalliques en usage dans le transport de divers produits.

Table des illustrations

Titre Photo 10.1 – Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Carte 10.1 – Le réseau Sud.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 10.2 – Paysage entre Dogondoutchi et Birnin Konni.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Photo 10.3 – Ali Mahamane Madaouki, en 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Carte 10.2 – Le réseau Nord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-5.jpeg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Carte 10.3 – Le réseau Ouest.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-6.jpeg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 10.4 – Issoufou Danbaro (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-7.jpeg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Photo 10.5 – La Mékrou, dans le Parc National du W. Sur la rive opposée, le Bénin – anciennement Dahomey.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43591/img-8.jpeg
Fichier image/jpeg, 419k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540