Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Deuxième partie. Vers le calme

Chapitre 9. Former des cadres et des commandos, 1958-1969

Texte intégral

1Très rapidement après le référendum, les sawabistes et leurs sympathisants se mirent à quitter le pays. Étant donné la place qu’occupent depuis toujours voyages et déplacements dans l’existence ouest-africaine, en particulier dans les régions de la savane, cela ne se remarqua pas tout de suite. Le Niger surtout, qui était l’une des parties les plus pauvres de l’Afrique-Occidentale française, était habitué à voir ses enfants s’en aller en quête de pâtures plus vertes. Les paysans des zones arachidières voyageaient pour écouler leur surplus de production, tandis qu’à l’ouest du pays, le poids des impôts poussait à la quête d’emploi, menant les bras valides vers des pays lointains au moment de la soudure. Les fidèles du Sawaba se fondirent presque imperceptiblement dans ce mouvement plus large. Il s’agissait de gens généralement jeunes, comprenant des militants qui fuyaient la persécution ; des AOFiens déportés en quête d’une vie nouvelle ; des Nigériens ordinaires partant à la recherche d’un gagne-pain ; de jeunes adolescents désireux de s’instruire – les opportunités dans ce domaine étant limitées, au Niger, et d’ailleurs fermées aux jeunes liés au Sawaba (d’autres avaient quitté l’école du fait de difficultés d’apprentissage ou de conflits avec les enseignants français). L’exode était en partie spontané et en partie encouragé par les leaders et donc plus ou moins coordonné. Les migrants du Sawaba empruntaient des voies différentes, suivant des traditions anciennes comme celles qui liaient le centre du pays au Nord Nigeria et l’Ouest au Ghana ou au Mali oriental. Ils mettaient à profit les liens culturels et économiques avec ces régions et usaient des canaux d’infiltration que le mouvement était en train d’établir.

  • 1 L’expression est griffonnée en marge d’une note d’information, no 80/AERO, Niamey, le 1 (...)

2Les voyageurs, décidés à intégrer une institution éducative, un lieu de travail ou un camp d’entraînement, se déplaçaient seuls ou en groupe. Ou alors ils se rencontraient en chemin, puisque la destination finale était généralement déterminée plus tard, au niveau des quartiers généraux du Sawaba à Bamako ou Accra – selon le profil de la personne, ses motivations et les besoins du mouvement. En gros, un groupe intégra les centres éducatifs que le leadership pouvait offrir dans « les pays écoliers » comme on les appelait1 – généralement en Europe de l’Est, région avec laquelle le mouvement allait développer des relations étroites à travers son insertion dans le monde syndical. Il s’agissait là d’un plan d’ensemble qui devait permettre au leadership de former ses propres cadres professionnels, capables de diriger le pays une fois le RDA renversé par le Sawaba. En même temps, le parti commença à envoyer des hommes suivre les entraînements à la guérilla en Extrême-Orient et dans les pays amis d’Afrique en vue d’opérations d’infiltration et, le moment venu, du renversement du régime. Comme ces évolutions sont étroitement liées, elles seront examinées ensemble.

Vers des cieux plus cléments2

  • 2 Parti Sawaba. « Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (...)
  • 3 Voir son dossier in ANN, 86 MI 3 F 12.32.
  • 4 Note d’information, 11 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4.
  • 5 Chapitre 3, au niveau de la n. 135 et entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2 (...)

3Au début, ceux qui quittaient le pays pour rejoindre Bakary et ses lieutenants prenaient la route de Bamako. De nombreux jeunes gens suivirent ce qu’on pourrait appeler « la piste malienne ». Elle se subdivisait en trois itinéraires. Deux d’entre eux étaient relativement directs, tandis que le troisième faisait un détour compliqué par Gaya, sur la frontière dahoméenne. Les voies directes suivaient le fleuve jusqu’à Gao ou l’une des nombreuses routes menant à la Haute-Volta. De là, le voyage pouvait continuer par Ouagadougou et la ville de Bobo-Dioulasso, à l’ouest de ce pays (carte 9.1). L’itinéraire de Gao était pratiqué par tout moyen de transport disponible. Comme pour les autres itinéraires, de nombreux sawabistes se contentaient de leurs deux pieds, tandis que d’autres prenaient les bus de la Transafricaine ou se faisaient transbahuter dans un des camions qui parcouraient la route ardue serpentant le long de la rive gauche du fleuve. Comme le Sawaba était bien représenté parmi les transporteurs et les routiers, ces voyages étaient facilités par des coûts plus faibles, une protection contre les voyageurs trop curieux ou une couverture pour le départ. Un certain Paraiso Ara (Ada) franchit ainsi la frontière sous prétexte d’aller réparer un camion en panne en Haute-Volta3. On prenait aussi des pirogues pour atteindre un chemin plus sûr sur la rive opposée, ou pour continuer le voyage par voie fluviale. En août 1961, la Sûreté rapporte que des militants s’étaient faits passer de l’autre côté du fleuve à partir d’un village de pêcheurs non loin de Niamey, terroir d’un oncle de Hima Dembélé qui joua lui-même un rôle clef dans l’évacuation des militants4. Gothèye aussi joua un rôle important à cet égard, du fait de sa situation au niveau du point principal de traversée du bac entre la zone de la capitale et la zone frontière. De plus, l’attachement de Gothèye et des autres localités songhay à la cause du Sawaba, renforcée par l’hostilité locale à l’encontre de Boubou Hama, conférait de nets attraits à la voie du fleuve. Bien que la route principale menant à Gao longeait la rive gauche, il arrivait que les militants passent sur la rive droite pour emprunter les chemins plus étriqués, mais aussi plus sûrs, qu’on y trouvait. Certains de ces chemins s’écartaient d’ailleurs du fleuve pour mener directement à la frontière voltaïque. Plus en amont, il était aussi possible de traverser le fleuve à Ayorou où se trouvait un important groupe de fidèles du Sawaba. Il semble que les militants préféraient aller là, côté rive droite, sans doute pour éviter de traverser la frontière malienne par la route principale, où les douaniers étaient en mesure de les intercepter plus facilement. Nous avons vu, au chapitre 7, Dembélé, lors d’un de ses voyages, quitter la route à Firgoun, au nord d’Ayorou, pour traverser la frontière en pirogue en plein milieu du fleuve. En 1962, Ali Amadou, le jeune homme de Téra qui fit face à de Gaulle sur la place Protêt de Dakar, alla en voiture avec des camarades jusqu’à la frontière, avant d’user des services d’un piroguier pour passer sur la rive droite et continuer ensuite à pied le long du fleuve jusqu’au Mali5.

Carte 9.1 – La piste malienne.

Carte 9.1 – La piste malienne.
  • 6 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.
  • 7 La zone frontière entre le Burkina Faso, le Bénin et le Niger abritait encore une t (...)

4Cette manière de voyager était pénible et fort risquée. Un maçon de Niamey du nom de Boubakar Djingaré quitta la capitale en avril 1962 avec quatre camarades, marchant tout du long jusqu’à la frontière voltaïque en faisant attention aux serpents et autres périls de même acabit6. Pour quelqu’un qui venait de la ville, la « pleine brousse » avait quelque chose d’intimidant, et c’était certainement le cas des zones frontalières qui avaient la réputation d’être hantées par des lions et des éléphants. Sur la route du Mali, Ali Amadou craignait surtout les hippopotames du fleuve, et si les bêtes sauvages pouvaient généralement être évitées7, plusieurs jeunes gens furent pris par la police en dépit de toutes leurs précautions. La fatigue et les autres difficultés étaient aussi de la partie. Mounkaila Albagna, un élève songhay de Dargol, partit tout seul lorsqu’un ami de Téra refusa de l’accompagner. Il prit la route de la frontière voltaïque de nuit :

  • 8 Paraphrase à partir d’un entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

« J’étais seul. Je rencontrai des travailleurs saisonniers qui se rendaient au Ghana. Nous marchâmes et marchâmes encore. Au soir, on était épuisé. J’avais un peu d’argent sur moi. Une voiture devait nous emmener à Ouagadougou, mais elle tomba en panne. Nous fûmes dans la brousse deux jours durant. Il y avait des singes8. »

5Il fallait de l’endurance, car l’arrivée à destination pouvait prendre beaucoup de temps. Par exemple, le trajet du secteur de Téra à Boko, sur la frontière entre la Haute-Volta et le Ghana pouvait, paraît-il, prendre 12 jours à pied. Comme le raconte un saisonnier :

  • 9 Réminiscences d’un travailleur saisonnier – qui n’était pas un militant du Sawaba – (...)

« Mes pieds étaient enflés mais ne m’empêchaient pas de marcher. J’étais jeune. Le balancement avait gonflé mes mains ; mais je portais allègrement mon baluchon et mes gourdes d’eau… Je marchais ; je marchais au rythme des grands9. »

  • 10 Interviews Ali Amadou, Niamey, et Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 28 janv./14 févr. (...)
  • 11 Interviews Mamadou Ousmane Dan Galadima et Kaîro Alfari, Niamey, 27 nov. 2003 et 30 (...)

6De nombreuses personnes prirent ainsi l’une des voies menant directement ou indirectement au Mali. Les militants se mirent à quitter le pays en un flot continu pendant quelques années, en général en groupes ne dépassant pas quatre ou cinq personnes afin de mieux passer inaperçus. Souvent, ils se retrouvaient pour la première fois pour débattre de la voie à emprunter et prenaient la route sans papiers, avec seulement quelques objets personnels et en arborant des pseudonymes destinés à déjouer la vigilance gouvernementale10. Parmi les premiers départs, il y eut celui de l’un des fils de Ousmane Dan Galadima − Mamadou, contraint de fuir en 1959, à l’âge de sept ans. Il était accompagné ou suivi de sa mère – Halima – et d’un frère plus âgé, Abdoulkarim. Cette année vit aussi le départ d’un groupe comprenant Gayakoye Sabi, conseiller municipal à Zinder qui, après son renvoi de son emploi à la SCOA, voyagea (via Gaya ?) avec le syndicaliste Djibo Sékou et un militant de 23 ans du nom de Amadou Bajalem. Ils furent suivis par Alhadji (Alazi) Soumaila, un petit fonction naire haoussa du ministère des Finances qui quitta Niamey le 13 avril 1961 pour se rendre à Gao11.

  • 12 Divers fichiers ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Surveillance du territoire no 287/BCL : Exam (...)

7Mashoud Pascal – le postier Pascal Diawara – se déguisa en Bouzou (i. e. Bella) et partit en fin juillet. Son frère, le syndicaliste Mamoudou Pascal, s’enfuit sur Bamako à sa sortie de prison, tout comme Maïga Ibrahim Moudi, qui partit à une date inconnue, sans doute avant 1962, directement sur Gao. Nous avons vu, au chapitre précédent, la piste malienne s’animer considérablement à l’automne 1961. La Sûreté constata la disparition de nombreux militants parmi lesquels, Amadou Seydou dit Sangalaly, petit fonctionnaire dans un service de transport, qui s’en fut à Lomé où il avait l’intention de prendre l’avion pour Bamako. Mounkaila Abdou, agent de santé, aurait aussi souhaité partir, tandis que Goba Ekwe, postier à Maradi, s’évanouit tout simplement dans la nature, tout comme Amadou Abdoulaye, instituteur adjoint. Aissa Salbé, une femme Sawaba du quartier niaméyen de Gamkallé qui avait été licenciée de son poste à la fonction publique, partit pour la Haute-Volta le 23 septembre, se dirigeant vers la capitale malienne. Elle fut suivie, une semaine plus tard, de Iro Addo, un élève du Lycée national originaire de Tessaoua et, encore quelques semaines plus tard, par le camarade d’école de Addo, Hambali Sahabi. Yansambou Boubakar, infirmier vétérinaire originaire de Birnin Gaouré près Dosso, s’en fut au Mali vers ce temps et le jeune militant du parti Mounkaila Beidari partit également à Bamako cette même année12.

  • 13 Issoufou Moumouni, Yerima Moussa (tous deux instituteurs) et Amadou Karimou.
  • 14 Divers fichiers in ANN, 86 MI 3 F 12.32. Deux Nigériens non identifiés furent arrêt (...)

8Il ne s’agit là que de quelques exemples de personnes qui passèrent par la piste malienne avant fin 1961 et qui furent enregistrées par la police. D’autres tentatives aboutirent à une arrestation. Soumah Maïga, transporteur originaire de Kidal, à l’est du Mali, eut la chance d’être fouillé à la frontière le 2 juin 1961 sans être empêché de poursuivre son voyage sur Gao. Ibrahim Félix, un petit fonctionnaire renvoyé de la mairie de Zinder, emprunta le détour de Gaya mais finit par être appréhendé. Katchalla Oumar de Nguigmi, connu pour ses sympathies pro-Sawaba et révoqué de son poste de pompier à Niamey, fut pris au moment où il s’apprêtait à s’embarquer dans un camion en partance pour Bobo-Dioulasso. Les compagnons de route de Paraiso Ara furent détenus pour interrogatoire avant d’être relâchés13. Plus tragiquement, Oumar Traoré, un AOFien et fonctionnaire de rang assez élevé, fut arrêté à bord d’un camion de chez Vidal faisant route sur Gao, le 20 mai 1962. Il était sans un sou en poche et n’avait que ses habits sur le dos14.

  • 15 Hako assure que l’un des compagnons de voyage était Hassane Djibo, agent d’agricult (...)

9Une nouvelle série de tentatives de fuite commença au printemps 1962. Alhassane Souley Maïga dit Baban Loré, un boxeur illettré travaillant comme entraîneur sportif, fila sur Bamako au cours d’un congé de deux semaines en mars. Un mois plus tard, Oumarou Seydou (Saïdou) dit Petit Dosso, un préposé de la poste de Niamey, prit la clef des champs en compagnie de Albadé Ismaël Nouhou, un agent du service de l’économie rurale. Le groupe comprenait aussi Boubakar Djingaré, Djibril(la) Dembélé (non apparenté à Hima, Djibrilla était un boxeur à temps partiel sans revenu fixe) et un Dahoméen non identifié. En juillet, Ali Amadou fit de même dans un groupe de trois à cinq personnes qui comprenait Souleymane Mamadou Hako, un jeune homme de Tahoua ayant un certificat d’études primaires et un poste au service de l’information de l’État. Ces mouvements continuèrent jusqu’au fort de l’automne et au-delà. Abdou Ardaly, frère de Daouda et petit fonctionnaire à Maradi, partit en septembre tandis que Tahirou Ayouba Maïga, un adolescent songhay de 16 ans originaire de la région de Téra, quitta le pays à une date inconnue, tout comme Zoumari Issa Seyni, un cousin de Adamou Sékou natif de la même région et Daouda Hamadou, le tailleur harcelé de Ayorou15.

10Il n’est pas facile d’estimer le nombre de ceux qui ont utilisé la piste malienne, et, d’une manière générale, de tous ceux (cadres du parti, étudiants aspirants, chercheurs d’emploi, sympathisants du monde rural, petits commerçants) qui ont quitté le Niger et se sont trouvés impliqués, d’une façon ou d’une autre, dans les activités de la branche externe. Les données documentaires montrent qu’au moins plusieurs centaines de personnes y ont participé de façon active, en qualité de guérilleros (sous entraînement), d’étudiants et de cadres politiques. Il est difficile de savoir s’il ne s’agissait là que de la partie émergée de l’iceberg, mais pour la plupart, les exemples de personnes empruntant la piste malienne qui ont été mentionnés concernent des agents de la fonction publique, connus comme tels des autorités. Comme le mouvement était plus fort parmi les travailleurs du secteur privé, on peut supposer que de nombreuses autres personnes – commerçants, artisans, paysans – ont quitté le pays. Une telle supposition est du reste confirmée par les chiffres et données ultérieurs.

  • 16 Hamadou Oumarou et Bacalami Sadi. J. Colombani, directeur de la Sûreté, à ministre (...)
  • 17 Un message radio Police du 1er févr. 1961 avance, peut-être par erreur, que Soumail (...)
  • 18 Note d’information, 10 août, 21 sept. et 18 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2.
  • 19 Ibid. ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005 ; Note de renseignements, no 8 (...)

11Au début, le nombre de personnes rejoignant les rangs extérieurs du Sawaba était des plus fluctuant, puisqu’au cours des premières années, une activité plus ou moins ouverte était possible. Il arrivait que des activistes rentrent au pays après un voyage sur Bamako ou dans les pays de l’Est. Ainsi, Gayakoye Sabi rentra au Niger après son périple de 1960 qui l’avait emmené à Bamako et dans les pays de l’Est, notamment en Tchécoslovaquie et dans la Chine communiste. Il revint à Zinder en février 1961 en compagnie de Daouda Ardaly et de deux autres personnes16. Alazi Soumaila, l’agent du Trésor et membre de la Jeunesse du Sawaba, avait déjà fait un déplacement à l’étranger avant son départ pour Gao d’avril 196117. Au début de cette année, il rentra d’une grande tournée qui l’avait emmené à Conakry et Pékin, en compagnie de Mazou Dan (Mazari dit) Mazel, un menuisier de Tessaoua et de Hamidou Moustapha dit Saidou, le préposé de la poste de Nguigmi, qui avait été licencié18. Ces liens avec le Bloc de l’Est signifient aussi que le Sawaba disposait de plus de fonds pour ses activités. On peut le déduire du fait qu’au début, plusieurs lieutenants de Bakary prenaient l’avion pour voyager entre Niamey et Bamako. Pour sa tournée, Mazou Dan Mazel reçut un billet d’avion des mains de Sallé Dan Koulou. Mazel, Alazi Soumaila et Moustapha dit Saidou prirent la desserte de Bamako du 2 août 1960, peut-être avec Kaîro Alfari, infirmier vétérinaire de Tillabéri qui avait eu maille à partir avec l’administration dans l’est du pays. Hambali Mahamane, ambitieux étudiant en droit et lettres, quitta le Niger à bord d’un avion à destination de Dakar qui le laissa à l’escale de Bamako19.

  • 20 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.
  • 21 Surveillance du territoire no 605/SN/ST : Examen de situation du nommé Iro (...)

12Pour ceux qui partaient au Mali par voie terrestre, tout devenait plus simple une fois la frontière franchie. Le gouvernement malien était proche du Sawaba, qui était présent à Gao. Du coup, lorsque le groupe de Ali Amadou tomba sur un poste douanier malien, n’ayant que des cartes d’identité à présenter, on leur fournit de la nourriture et de l’eau et ils purent emprunter un véhicule pour atteindre Gao20. La traversée était néanmoins difficile et poussa certains à préférer le détour par Gaya. Cette voie devint une porte de sortie majeure à cause de la forte présence du Sawaba et de la proximité de la frontière, dans une zone agricole attirant des travailleurs saisonniers. Comme nous l’avons vu au chapitre 8, des cadres dirigeants purent s’échapper de cette façon, et d’autres suivirent. Iro Addo, l’élève du Lycée national, reçut de Hambali Mahamane, l’étudiant en droit et lettres originaire de la région, l’adresse d’un commerçant de Gaya. Le commerçant aida Addo à traverser le fleuve dans une pirogue, évitant ainsi le pont menant à Malanville, sur la rive droite. Issoufou Assoumane, un fonctionnaire de Tahoua, usa d’un bluff pour partir lorsque le gouvernement lui imposa une affectation disciplinaire sur Zinder, en 1961. Il entra en contact avec Adamou Sékou, qui écrivit en sa faveur au leadership, à Bamako et, en août, Assoumane se rendit à Gaya. Il déclara aux douaniers qu’il avait été dépêché au consulat du Niger à Cotonou, et on lui permit de passer la frontière. Il put poursuivre son chemin vers le Ghana et sur Bamako. Le départ de Ali Mahamane dit Ali Dodo, commis adjoint au service de l’agriculture et sans doute secrétaire général du comité exécutif du Sawaba de Birni-Zinder, se fit de la même façon. Il contacta Adamou Sékou qui lui dit de prendre la route de Bamako, ce que Dodo fit en s’échappant par le Dahomey. De modestes militants firent de même, tels que Mossi Salifou, le tailleur harcelé de Niamey qui, en 1963, fila par Gaya avec l’aide d’un policier apparenté à son épouse, et Hassane Djibo, agent de l’agriculture de Kollo, près Niamey21. Comme nous le verrons plus tard, le gouvernement dahoméen ferma les yeux sur ces faits.

  • 22 Connu aussi comme Ali Ta Amadou dit Koté. Interviews Amadou Ibrahim Diop, Bachir Bo (...)

13Les départs touchant les régions centrales et orientales du Niger passaient bien évidemment par le Nigeria. Amadou Ibrahim Diop, un camionneur Sawaba originaire de Zinder et de père sénégalais s’était déjà rendu à Bamako en 1959, peut-être en passant par Kano. Amada Bachard, un des leaders de la Jeunesse UDN de Zinder, partit aussi cette année-là. La frontière mal délimitée, marquée par un négoce transfrontalier intensif ainsi que par le partage de la culture haoussa, facilitait l’exode. D’innombrables hommes du Centre et de l’Est purent ainsi quitter le pays. Par exemple, en 1960, Bachir Boukary, élève du secondaire, partit à pied à Kano – un trajet de trois jours – en compagnie de six autres personnes, dont Ali Mahamane Madaouki, Moussa Wakily et Nagir Hadji (tous originaires de Zinder). Se faisant passer pour des apprenants du Coran, ils furent accueillis par la NEPU. À l’automne 1961, le mouvement avait établi une présence permanente dans un quartier de Kano, Sabongari, la « ville neuve » habitée par des immigrés de toute la région. Dan Galadima y supervisait un « bureau de personnel » destiné à aider les militants de passage. Il était assisté de Ali(n) Koté, avec qui il vivait – un commerçant et jockey du quartier Zengou de Zinder qui avait, à Kano, un frère du nom de El Hadji Koté et qui était un fidèle du leader de la NEPU, Aminu Kano. Il s’était établi à Kano en homme d’affaires et faisait partie des bailleurs de fonds de la NEPU. Cependant, au début de 1962, Ali Koté était à Lagos, travaillant pour Aminu Kano et assistant les militants du Sawaba dans leur passage vers le Ghana et Bamako. Koté, qui avait voyagé en Europe et envoyé du matériel de propagande Sawaba à Zinder, Maradi et Niamey au moment de l’indépendance du Niger, aurait reçu la promesse du consulat de Kano une fois Bakary de retour au pouvoir22.

  • 23 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 et dossiers Abdou Iddi, Laoual (...)
  • 24 Entretien avec Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006. Les militants de Zinder ont pu être (...)

14Il y avait donc en place une infrastructure permettant aux cadres, sympathisants et étudiants du Sawaba de passer par le Nigeria assez facilement une fois qu’ils avaient pu atteindre la ville de Kano. Le groupe de Bachir Boukary quitta Kano dans une voiture qui les transporta jusqu’à Lagos et au Ghana. De là, ces messieurs purent gagner Bamako. Kano devint aussi un centre d’accueil pour d’autres zones du centre et de l’est du Niger (carte 9.2). En nous contentant de quelques exemples, nous pouvons mentionner les militants de Tessaoua qui gagnèrent cette ville23 ; le préposé de la poste de Maradi, Goba Ekwe, s’est peut-être échappé à travers Katsina et Kano ; et Aba Kaka, le chef de canton déposé de Bosso, passa par Maiduguri (ou Gashua) dans le nord-est nigérian avant de rejoindre les quartiers généraux du Sawaba au Nigeria. Dans son cas, la traversée de la frontière fut la simplicité même, puisque Bosso se trouvait située pratiquement sur la frontière, à l’endroit où la Komadougou-Yobé se déverse dans le Lac Tchad24.

Carte 9.2 – Déplacements relatifs au Nigeria.

Carte 9.2 – Déplacements relatifs au         Nigeria.
  • 25 Le groupe de Chaibou Souley changea aussi de l’argent à Kano (30 000 F CFA). A. Esp (...)

15Les mouvements vers le Nigeria continuèrent eux aussi sur plusieurs années. André Jean dit Lamarche, employé des Travaux publics de Zinder qui avait servi dans la marine française, se rendit à Kano en septembre 1961. Un mois auparavant, Aboubakar Abdou Karami, un technicien de Gouré âgé de 23 ans, quitta Zinder en suivant probablement une voie similaire. En septembre encore, Chaibou Souley (secrétaire aux affaires extérieures du Sawaba à Konni ?) quitta Zinder pour Kano dans un groupe de six personnes qui comprenait un certain Yacouba Issa, infirmier vétérinaire. Ils furent reçus par Dan Galadima et, partirent le 30 pour Lagos, en route pour le Ghana. Ils furent suivis de Elhadji Bachir Dangai, un commerçant-conducteur haoussa de Zinder, tandis qu’un militant Sawaba de Madarounfa du nom de Ouali s’était déjà, à ce moment-là, rendu à Kano. Ces voyages étaient pleins de danger comme le montre le cas de Noga Yamba, un militant de Zinder (photo 9.1) qui s’était rendu, avec un petit groupe, à la ville frontière de Matamey (1962). Il fut retenu par la police dont la présence avait été renforcée, mais réussit à se tirer d’affaire en excipant d’un voyage d’affaires sur Kano. Après la traversée de la frontière, le groupe, qui comprenait un certain Ibrahim et Mounkaïla Saidou dit Dandodo (un instituteur adjoint de Zinder), continua sur Kano en voiture et rata le train de Lagos. Les voyageurs changèrent leur argent en livres nigérianes. Ils furent de nouveau retenus par la police, car le gouvernement du Nigeria du Nord était hostile à la NEPU et, par extension, au Sawaba. Mais ils furent autorisés à continuer leur chemin, et purent prendre la route en voiture pour Kaduna, Lagos et le Ghana25.

Photo 9.1 – Noga Yamba, Zinder, 2003.

Photo 9.1 – Noga Yamba, Zinder, 2003.
  • 26 Note d’information, 14 mars 1960, 16 août 1961 et 12 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3. (...)
  • 27 Paraiso Ara ; Aissa Albe ; le groupe de Boubakar Djingaré, le maçon ; Mashoud Pasca (...)
  • 28 Dossier Kona Mayaki : rapport d’interrogatoire Jean Colombani et Jean Arrighi, 2 ao (...)

16Nous avons vu que le Mali pouvait aussi être atteint à travers la Haute-Volta, mais le régime de ce pays coopérait avec le Niger et la Côte d’Ivoire dans le cadre du Conseil de l’Entente. Cet itinéraire était donc malaisé, d’autant plus que les autorités nigériennes avaient ouvert un poste de police à Makalondi, au sud de Torodi, près de la frontière. Plusieurs militants tentèrent néanmoins leur chance. La voie de Makalondi a été mentionnée dans le cas d’un certain Tiémoko Mahaman Illo, alors que d’autres personnes contournaient le poste frontière en passant par Say et Tamou, comme Hima Dembélé avait voulu le faire lorsqu’il essaya de s’échapper à l’automne 1961. En 1960 Dembélé aurait essayé de passer par Dosso et le Togo – voie faisant partie du détour de Gaya qu’Adamou Moussa, conseiller agricole, avait emprunté pour aller au Ghana en avril 1962 (voir carte 9.1)26. D’autres suivirent l’exemple des militants mentionnés ci-dessus27 et se rendirent directement à Ouagadougou, comme le groupe de Kona Mayaki, un instituteur qui se rendit à Bamako en passant par la capitale voltaïque28.

  • 29 Say, Entretien avec des Nigériens d’Accra, 3.
  • 30 Le Niger, 10 mai 1965 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13 au 19 avr. 1964 (...)
  • 31 Bulletin mensuel de renseignements, 20 janv.-20 févr. 1965, Téra ; ANN, FONDS DAPA.
  • 32 Typique de ceci, voir Say, Entretien avec des Nigériens d’Accra, 3.
  • 33 Le journal ivoirien Fraternité-Hebdo du 2 juillet 1965 estime leur nombre à 400 000 (...)

17Souvent, la destination de ceux qui passaient par la Haute-Volta était cependant le Ghana plutôt que Bamako. Cela faisait partie des grands mouvements de migration liant les régions pauvres de l’ouest du Niger aux pays côtiers. Durant la morte-saison, entre octobre et mai, les paysans descendaient vers le sud pour faire du commerce ou pour tout autre gagne-pain, avant de reprendre la route du pays29. Le régime nigérien était inquiet de cet appel de la côte30 qui pouvait prendre des proportions impressionnantes. Au début de 1965, on rapporte que tous les jeunes hommes de la zone de Téra étaient partis pour le Ghana, si bien que le reste de la population demanda le report des impôts31. Le Ghana était la destination la plus prisée et devint l’objet d’éloges rendant hommage à ses « richesses inestimables32 ». Avec le temps, de nombreux migrants renoncèrent à rentrer au Niger, du fait, aussi, des obstacles mis à la libre circulation des fonds entre les deux pays. Cette évolution donna naissance à de grosses communautés de Nigériens, en particulier à Accra33.

  • 34 Voir chap. 6, au niveau n. 116. Touré Hama, après avoir terminé l’école primaire, q (...)
  • 35 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, et Djibo Foulan, Bandio, 1er/4 nov. 20 (...)
  • 36 Entretien avec Djibo Harouna, Gothèye, 1er nov. 2005.
  • 37 Kakassi, Ziguisa, Banibargou. Un hameau aurait pris le nom « Sawaba ». Le Niger, 28 (...)
  • 38 Mounkaila Albagna de Dargol voyagea avec trois autres personnes à Kumasi et ne les (...)

18La ville de Gothèye en particulier, généra un flux régulier de migrants, en un phénomène dans lequel les sentiments sawabistes se mêlaient aux besoins économiques. Déjà, en 1954, Soumana Idrissa, un adolescent de Gothèye qui avait terminé sa scolarité, s’était rendu en Gold Coast en quête d’emploi. Sa participation aux activités syndicales du Sawaba le poussa à s’installer au Ghana après le référendum. Il en fut de même de Yacouba Idrissa dit Gothèye, qui n’était pas apparenté à Soumana mais était un oncle de Bakary lui-même. Négociant en bois et transporteur prospère, Yacouba était connu comme un lieutenant loyal qui passa au Ghana en 1958. Abdourahmane Balé, un militant de Gothèye, partit au Ghana en 1961, à une époque où Tini (Abdouramane dit) Malélé faisait déjà de l’agitation pour la cause parmi les Nigériens qui s’y trouvaient34. Un certain Maman Alké quitta Gothèye à une date inconnue, en route pour Accra35. Par contraste, Djibo Harouna, fils du tailleur sawabiste Harouna Téla (dont le domicile niameyen avait été saisi) et âgé de 14 ans en 1960, se rendit au Ghana après qu’on l’ait empêché de terminer sa scolarité. Décidé à se venger, il voulut se joindre aux forces de la guérilla de Bakary, mais un oncle du Ghana l’obligea à rentrer après que son père fût tombé malade36. Le résultat de ce flux régulier de migrants est que, en 1961, plusieurs dizaines de sawabistes de Gothèye s’étaient établies dans la capitale ghanéenne. On rapporte qu’il y avait des villages dont tous les habitants étaient acquis à la cause du Sawaba37. Bien entendu, il y avait également, dans ces déplacements vers le Ghana, des sympathisants du parti originaires d’autres villes de l’ouest, comme Dargol et Tillabéri. L’itinéraire passait souvent par Kumasi où, comme nous l’avons vu au chapitre 7, des sawabistes de Gao avaient ouvert une représentation du parti38.

  • 39 M. Gérard, « Arlit et les retombées économiques de l’uranium sur le Niger », Planif (...)
  • 40 Nous ne disposons pas de preuves sur l’envoi de militants en Algérie via les villes (...)
  • 41 M. Aboubakar, le commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté natio (...)

19Une dernière voie qui pouvait être empruntée pour fuir le pays passait par Agadez et menait en Algérie, suivant la piste saharienne jusqu’à Tamanrasset et Alger (carte 9.3). Comme nous le verrons au chapitre suivant, cet itinéraire faisait partie du réseau septentrional de cellules servant au renseignement et à des opérations occasionnelles d’infiltration. La piste septentrionale n’était guère pratiquée. Bien entendu, il en était ainsi en grande partie à cause d’un environnement inhospitalier au sein duquel les groupes de voyageurs devaient dépendre du transport à dos de dromadaire ou à bord de véhicules motorisés, toutes choses qui les rendaient plus faciles à détecter par la police ou la douane. Mais le chômage était répandu dans le Nord et cette situation était aggravée, à Agadez, par les méthodes du RDA. Les migrations en quête de travail vers les pays voisins, au nord, n’étaient pas rares. Par exemple, en 1960, 600 travailleurs migrants étaient enregistrés dans la région algérienne de Tassili n’Ajjer, pour la plupart d’entre eux apparemment en provenance du Niger39. Bien qu’il y ait eu là de nombreux Touaregs qui n’étaient pas impliqués dans le combat du Sawaba, le malaise existant à Agadez y avait transformé l’emploi en une question politique. Les choses tournèrent à l’aigre après l’indépendance de l’Algérie (juillet 1962). Le gouvernement de Ben Bella était proche de Bakary et améliora donc la position stratégique du Sawaba. Nous verrons plus tard que des bureaux du parti seront ouverts à Alger et Tamanrasset, où les migrants du Niger ont pu recevoir de l’aide – non pas pour travailler dans le nord de l’Algérie, mais pour servir le Sawaba. Cependant, la plupart des nouvelles recrues arrivèrent dans le pays à travers le Ghana et le Maroc40. Néanmoins, le ministre de l’Intérieur s’efforça d’interdire la migration de travail en Algérie et, en 1963, envoya à Tamanrasset le commissaire de police d’Agadez, le secrétaire RDA du cru et le commandant de cercle afin d’aider à rapatrier les chômeurs nigériens qui se trouvaient dans la zone41.

Carte 9.3 – La piste saharienne.

Carte 9.3 – La piste saharienne.

Recrutement

  • 42 Après son arrestation, Sékou conseilla aussi à son cousin Zoumari Issa Seyni de par (...)
  • 43 Dans leur quête de candidats de la fonction publique, ils avaient déjà engagé deux (...)

20Pour la suite du voyage, les officiels du parti apportaient une aide variée. Comme nous le verrons plus loin, ils organisaient l’obtention de bourses d’études et l’accès à des structures éducatives ou à des camps d’entraînement, procuraient des passeports, et fournissaient les billets pour l’étranger ainsi que les frais de route. Tout ceci faisait partie d’une campagne de recrutement qui comprenait un processus de sélection des candidats sur la base de la fiabilité politique, de la motivation et des aptitudes à l’entraînement et à la formation (universitaire ou professionnel ; éducation politique ; instruction syndicale ; entraînement à la guérilla). L’exode étant en partie encouragé, une certaine sélection se produisait déjà durant le recrutement au Niger. Nous ne disposons pas d’éléments permettant de savoir comment cela se faisait, mais les personnes devaient souvent être déjà connues des recruteurs. Ainsi, comme nous l’avons vu au chapitre 7, Mallam Kalla était, jusqu’à l’automne 1961, recruteur dans les régions de Maradi, Dakoro et Tessaoua. Sallé Dan Koulou et Hima Dembélé s’adonnaient à la même activité, ce dernier recevant l’aide de l’un de ses oncles pour l’argent et le transport. Il s’agissait là d’un prolongement de ses activités de coordination avec la branche externe et des contacts qu’il avait développé dans les pays de l’Est. Nous avons vu que Adamou Sékou aussi était en rapport avec des recrues, contactant le leadership externe en leur faveur et donnant son approbation pour leur départ42. Il y avait en fait un réseau entier de recruteurs à Niamey, dirigé par Arouna Zada, le syndicaliste de Gamkallé. Zada fut cependant arrêté en avril 1962 avec d’autres sawabistes qui travaillaient à recruter des étudiants pour l’Union soviétique43.

  • 44 Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; … Souleymane Hako, 20 juillet 1967 (...)

21La branche externe, notamment celle qui était basée à Bamako et qui était plus au fait des besoins et des disponibilités au niveau des lieux de formation, effectuait des contrôles supplémentaires. Daouda Ardaly se trouvait au cœur du processus. Il s’était établi de façon permanente dans la capitale malienne entre février et septembre 1961. C’était là un choix logique, puisqu’il faisait du travail de coordination et avait de nombreux contacts dans les pays de l’Est. Les nouvelles recrues étaient en général obligées de passer quelque temps à Bamako ou Accra. Ce délai était dû non seulement au processus de sélection, mais aussi à la nécessité de trouver les lieux d’accueil et les bourses pour ceux qui devaient intégrer une structure éducative, ainsi que par la préparation des dossiers et la mise en ordre des documents. L’admission dans une institution éducative prenait probablement plus de temps que l’accès à un camp d’entraînement militaire ou à un cours de syndicalisme, puisque les bourses étaient en nombre limité. Ainsi, Touré Hama de Gothèye attendit huit mois avant de quitter le Ghana pour une formation d’assistant médical en Allemagne de l’Est. D’autres personnes n’eurent cependant pas à attendre aussi longtemps, ce qui, sans doute, avait plus à voir avec d’opportunes disponibilités qu’avec un travail de contrôle plus prompt. Hambali Mahamane, l’étudiant en droit et lettres, passa quatre mois à Bamako avant de partir au Caire pour un cours de langue. Aboubakar Abdou Karami, le technicien de Gouré, dut attendre cinq mois avant d’intégrer une école secondaire au Maroc, puis encore trois autres mois avant d’aller étudier l’ingéniérie à Moscou. Puisqu’il était déjà bien connu, le second délai ne pouvait être dû qu’à une indisponibilité de subvention. Il en fut de même dans le cas de Mamoudou Idé, un infirmier adjoint de Ouallam, dans l’ouest du Niger. Après avoir terminé sa formation d’infirmier en Allemagne de l’Est, il passa sept mois au Ghana avant de se rendre en Union soviétique pour une formation en médecine. Par contraste, il ne resta que dix jours à Bamako avant son voyage en Allemagne de l’Est, sans doute parce que son cas avait déjà été examiné à Gao par l’un des représentants du Sawaba présents dans cette ville, Alazi Soumaila44.

  • 45 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; … Abdou Ardaly, 12 sept. (...)

22Par conséquent, un séjour de quatre à cinq semaines à Bamako était le minimum. Oumarou Seydou dit Petit Dosso, le préposé de la poste de Niamey, se rendit à Conakry au bout d’un mois, bien que le processus avait peut-être été accéléré, dans son cas, par le fait qu’il s’agissait en l’occurrence de prendre des cours de syndicalisme, et son séjour en Guinée lui servit à obtenir l’autorisation de continuer ses études. À son retour, Petit Dosso n’eut à attendre que quelques semaines avant de partir pour l’Union soviétique pour s’inscrire en médecine. Abdou Ardaly – le frère de Daouda – resta un mois à Bamako avant de partir pour l’URSS où il se spécialisa en droit. Les données indiquent qu’à la mi-1961, le traitement des dossiers des candidats était devenu affaire de routine. Ali Mahamane dit Ali Dodo, le petit fonctionnaire dont le départ avait été encouragé par Adamou Sékou, put continuer sur l’Union soviétique presque aussitôt après sa rencontre avec Daouda Ardaly. On lui annonça que tout était prêt et cinq jours plus tard, il partit pour Moscou45.

  • 46 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Moukaila Albagna, Niamey, 29 nov. 20 (...)

23Il semble que ceux qui étaient recrutés pour instruction politique et militaire devaient aussi passer quelque temps sur place avant de pouvoir se rendre aux lieux de formation. Par exemple, Noga Yamba, le militant de Zinder, passa quelques mois au Ghana avant de se rendre en Algérie, via le Maroc, pour entraînement militaire. Mounkaila Albagna, le scolaire de Dargol, vécut au moins quatre mois à Accra avant de finalement partir pour l’Algérie ; et Soumana Idrissa, le syndicaliste de Gothèye, attendit six mois à Bamako avant de pouvoir intégrer un « séminaire politique » de même durée à Berlin Est. Ces périodes d’attente avaient évidemment à voir avec la question de la disponibilité des places46.

  • 47 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; Le Niger, 16 nov. 1964. O (...)
  • 48 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2 (...)
  • 49 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 janv. 196 (...)

24Les listes de membres ayant été saisies et détruites, la sélection des recrues reposait sur des informations orales. Comme le Sawaba existait depuis 1954 et que le mouvement opérait dans un contexte de culture orale, cette approche était raisonnablement efficace. Chacun connaissait quelqu’un d’autre, et les informations pouvaient donc être recueillies à travers des canaux secondaires ou tertiaires. Les données montrent que les recrues devaient préparer un dossier ou remplir des formulaires comprenant un CV et une mention des préférences du candidat. Le Bureau des affaires africaines (BAA – voir section suivante) du Ghana, qui était en charge de l’entraînement à la guérilla dans ce pays, reprenait la procédure, menant des enquêtes sur les nouveaux venus et compilant des rapports de personnalité47. Les leaders du Sawaba et leurs soutiens étrangers devaient se montrer prudents puisque, comme nous le verrons au chapitre 11, le régime nigérien recourait à l’espionnage par le placement de taupes au sein des cercles sawabistes à l’étranger. Les Français espionnaient également. Dans la capitale malienne, leur haut-commissaire, Jean-Charles Siccurani, envoyait des renseignements sur les sawabistes à ses compatriotes corses à Niamey48. Les Français agissaient de même au Ghana, se servant de renseignements qui remontaient jusqu’à Yacouba Idrissa dit Gothèye, le négociant prospère apparenté à Bakary dont le rôle complexe est exposé plus loin49.

  • 50 Ceci est visible dans le fait que Diamballa Maïga griffonna en marge d’un rapport q (...)
  • 51 Le groupe de Noga Yamba descendit dans un hôtel d’Accra au lieu d’aller à l’African (...)
  • 52 Sur Kona Mayaki, voir chap. 8 au niveau de la n. 39 et le rapport d’interrogatoire (...)

25Ainsi, à son arrivée à Bamako, Baban Loré, le boxeur illettré, dut demander à plusieurs reprises l’aide de Daouda Ardaly avant que Bakary ne l’envoie étudier la mécanique en Allemagne de l’Est. Il est possible que cela ait été dû à la méfiance qu’il inspirait50. Maïga Ibrahim Moudi eut également des problèmes, mais parce qu’il avait, lui, essayé d’obtenir sa bourse à travers un officiel de l’ambassade soviétique à Bamako. Ardaly intervint, promettant son aide mais non sans critiquer Moudi pour son initiative. Bien que ces complications aient eu plus à voir avec le désir de maintenir un monopole sur les bourses qu’à des soupçons d’infiltration, tous ceux qui se présentaient devant le leadership de façon non conforme pouvaient s’attendre à un contrôle minutieux51. Il y eut des rejets de recrues potentielles qui durent rentrer au Niger. Par exemple, Kona Mayaki retourna au Niger, en compagnie d’un autre enseignant, Issoufou Moumouni, parce que le Sawaba les aurait tenus pour des espions. Mayaki avait rencontré Ardaly à Bamako où il a peut-être subi un test à travers des questions sur la sœur de Ardaly. Ali Dicko, un Malien renvoyé de son emploi de comptable à Nguigmi du fait de ses tendances sawabistes, ne réussit cependant pas à gagner la confiance de Issoufou Danbaro – le cadre dirigeant de Gaya qui s’était établi au Ghana – parce qu’il s’exprimait trop ouvertement sur les questions politiques. Nous avons vu au chapitre précédent qu’à la mi-1961, Ardaly rejetait de plus en plus de candidats. Six mois plus tard, la branche externe reçut de nouvelles mises en garde à propos de postulants qui se faisaient passer pour des sawabistes52.

  • 53 Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Note de renseignement (...)

26Dans l’ensemble, il semble que les recrutés avaient plus ou mois la liberté de choisir entre la formation militaire (et une instruction auxiliaire en politique et syndicalisme) et l’éducation professionnelle et universitaire – et au sein de cette dernière option, ils avaient également le choix de la filière. Ainsi, lors de sa rencontre avec Aboubakar Abdou Karami, Daouda Ardaly demanda au technicien ce qu’il désirait étudier. Hambali Mahamane, l’étudiant en droit et lettres, dit à Bakary qu’il souhaitait étudier les langues, vœu qui fut exaucé. Lorsqu’il reçut Ali Amadou à Bamako, Bakary aurait demandé au jeune homme de Téra s’il voulait étudier ou se battre, ajoutant que la décision lui revenait entièrement. Ali Mahamane Madaouki de Zinder affirme, de façon rétrospective, qu’il avait – en compagnie de ses camarades – quitté le Niger en vue d’obtenir une bourse mais que la branche externe offrit le choix entre l’instruction supérieure et la formation politico-militaire, sans toutefois les forcer à choisir cette dernière. Boubakar Djingaré, le maçon de Niamey, racontera plus tard une histoire identique, assurant que la plupart des gens avaient quitté le Niger dans l’intention de s’instruire mais que, du fait des persécutions, il n’y avait guère d’autre choix que de lutter, bien que personne n’ait été contraint de s’engager dans la voie militaire53.

  • 54 Ainsi, la trajectoire de Ali Amadou (entraînement à la guérilla) était, d’une certa (...)
  • 55 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et Noga Yamba, Zinder, 14 févr. (...)
  • 56 Entretiens avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 57 Interviews Sadé Elhadji Mahaman, Niamey, 15 nov. 2002 ; Sao Marakan, Niamey, 16 nov (...)
  • 58 Entretien avec Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005. Sur Beidari, voir chap. 6, au niv (...)

27Il s’agissait bien entendu là d’une politique de bon sens, puisque le mouvement avait besoin d’hommes motivés, et engager les personnes instruites dans la force armée n’aurait servi qu’à gaspiller une main-d’œuvre qui serait plus utile à la gestion d’un système de gouvernement. Cependant, l’accueil réservé par Bakary à Ali Amadou montre que les officiels du parti exerçaient parfois une pression discrète dans la présentation des options aux nouvelles recrues. Une approche fondée sur la liberté entière de choix avait ses limites puisqu’elle pouvait mener à une pénurie de personnel militaire et à un excès de cadres instruits, qui, pour certains d’entre eux, seraient utiles pour la constitution du corps des officiers54. Mounkaila Albagna voulait continuer ses études mais fut plus ou moins poussé à prendre la voie de la formation militaire et n’osa pas refuser. Au bout de son entraînement en Algérie, Noga Yamba exprima son intérêt pour la mécanique, mais les leaders du parti dirent qu’ils avaient besoin de lui pour le service militaire55. La répartition était, par ailleurs, façonnée par le profil des recrues. Nombre d’entre eux étaient peu instruits. En général, ceux qui avaient reçu une instruction primaire continuaient au supérieur56. Ceux qui étaient sans instruction, tels que les paysans, les travailleurs non qualifiés, les petits commerçants, les artisans et plus généralement les analphabètes, suivaient une formation professionnelle ou étaient requis de s’engager dans la force armée, ce à quoi ils devaient s’attendre57. Il y eut, cela dit, des exceptions, puisque nombreuses furent les personnes très instruites qui joignirent la guérilla. Comme le montre le cas de Mounkaila Beidari, la motivation personnelle jouait un rôle. Le recrutement dépendant de l’exode, du fait de la difficulté à l’organiser à l’intérieur du Niger, la coercition avait ses limites. L’existence même des bourses d’étude soulignait la nature volontaire du recrutement et les ressources dont disposait le Sawaba renforçaient ce degré de liberté de choix. Djibo Foulan, un paysan-marabout de Bandio, fut autorisé à se rendre au Nord Vietnam, non pas pour cause d’entraînement, mais afin de voir par lui-même qu’une alternative au statut de dépendance néocoloniale du Niger était possible58.

  • 59 Chap. 8. n. 47. Le fils de Abdou Boukary (l’ancien député de Zinder ou inspecteur d (...)
  • 60 « Recueil des principaux renseignements… 11-17 janv. 1962 », no 160 et entr (...)
  • 61 Tels que Ali Mahamane Madaouki et Moussa Wakily, lorsqu’ils arrivèrent à Kano. Entr (...)

28Il fallut aussi régler la question des documents de voyage, y compris celle des billets d’avion ou de traversée maritime ainsi que les frais de route. En général, les militants qui réussissaient à passer à l’étranger n’avaient pas de passeport, tout simplement parce que les Nigériens détenaient rarement ce genre de document et les sawabistes en particulier ne pouvaient en recevoir, même lorsqu’ils en faisaient la demande. Ceux qui possédaient un passeport, tel que Dan Moussa Laouali – un élève au Lycée national qui essaya de passer au Ghana −, était l’exception qui confirme la règle et allaient tôt ou tard, comme ce fut le cas de Hima Dembélé, en être privé59. Plus rarement encore, certains activistes, comme Ali Koté, le commerçant-jockey de Zinder, et Amadou Diop, le camionneur originaire de la même ville, avaient la nationalité française et – au moins dans le cas du premier – détenaient un passeport français60. Dans la plupart des cas, les militants en fuite n’avaient qu’une simple carte d’identité, comme ce fut le cas de Ali Amadou mentionné ci-dessus – ou alors ils réussissaient à quitter le pays sans aucun papier61.

  • 62 Note d’information, 16 août 1961 et Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrill (...)
  • 63 Ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; ANN, 8 (...)

29La branche externe avait donc besoin de papiers d’identité et de passeports, et c’est à ce niveau que le gouvernement du Mali joua un rôle. En août 1961, Dembélé aurait demandé l’impression de faux papiers d’identité à Bamako, étant donné les difficultés rencontrées par les militants pour partir. En général, des passeports maliens étaient délivrés à l’arrivée à Bamako. Parfois, ces documents portaient une fausse identité (comme ce fut le cas d’une recrue militaire), mais ils portaient souvent le véritable nom du récipiendaire – comme dans le cas de ceux qui étaient admis dans des structures de formation universitaire ou professionnelle62. Ces pratiques relevaient du soutien apporté par le Mali à Bakary. L’immigration d’AOFiens déportés était aussi utile. Certains d’entre eux – tels que Diop Issa, Saloum Traoré, Maïga Abdoulaye et Malick N’Diaye – occupèrent, au Mali, des positions leur permettant de venir en aide à leurs compagnons de lutte. Nous avons vu Malick N’Diaye user de sa position de chef de subdivision de San pour payer les frais de voyage de Dandouna Aboubakar. À une autre occasion, ce dernier fut hébergé à Bamako par le chef de cabinet de Madeira Keita, le ministre de la Justice du Mali. L’ambassadeur du Mali au Ghana, Oumar Sow, aida Bakary dans la représentation de ses intérêts auprès du gouvernement de Nkrumah63.

  • 64 Le nom sur les papiers fut Issaka Soumana. Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire D (...)

30Dans ces circonstances, il n’était pas difficile de se procurer des documents de voyage. Le groupe de Alazi Soumaila, Mazou Dan Mazel et Hamidou Moustapha reçut ses passeports des mains du directeur de la Sûreté malienne avant de prendre le chemin des pays de l’Est. Maïga Ibrahim Moudi, qui avait eu maille à partir avec Ardaly à cause de sa tentative d’organiser lui-même l’obtention d’une bourse soviétique, reçut un passeport malien avec l’aide d’un député du pays. En général, cependant, c’était les chefs du Sawaba qui s’occupaient de la question de documents de voyage et de billets d’avion et géraient ce qui ressemblait à une série d’opérations menées tambour battant. Ainsi, Mamoudou Pascal, le syndicaliste qui avait fait de la prison au Niger, fournit à Mamadou Hako, au siège du parti à Bamako, un passeport malien et un billet d’avion pour la Bulgarie. Bakary lui-même organisa l’obtention de papiers d’identité pour Djibrilla Dembélé – juste avant que le guérilléro bien entraîné ne soit envoyé pour une mission – et fit venir à cet effet, au siège du parti, un photographe pour prendre les images requises64. Il avait auparavant organisé l’émission de passeports pour le groupe de voyageurs dont faisait partie Ali Amadou (étudiants et recrues militaires).

  • 65 Par exemple, le groupe de Alazi Soumaila et al. Note d’information, 21 sept. 1960 ; (...)
  • 66 Comme dans le cas de Gonimi Boukar ; interview, Niamey, 5 nov. 2005.
  • 67 Pour le rôle de Ardaly, voir Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin (...)
  • 68 Interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003. Comme le montre le cas du boxeur B (...)

31Cependant, c’est Daouda Ardaly, qui représentait, depuis 1960, la jeunesse du Niger au sein du bureau politique du parti, qui jouait le rôle clef à chaque étape des opérations. Les militants prenaient parfois contact avec lui avant de s’échapper du Niger65. Il faisait prendre les photos66 et escortait étudiant et recrue militaires à l’aéroport où les documents de voyage leur étaient finalement délivrés, sans doute afin de garder le contrôle sur eux. Ardaly agissait ainsi non seulement à Bamako, mais aussi à Accra où il accompagna également des militants comme Gayakoye Sabi, Djibo Sékou et Amadou Bajalem jusqu’à l’aéroport, où on leur remit leurs papiers d’identité maliens. La partie des opérations qui avait lieu à Accra était principalement gérée par Joseph Akouété – à présent établi au Ghana –, qui délivrait également passeports et billets d’avion67. Le fait aussi que d’autres pays étaient prêts à apporter leur aide à travers l’offre de documents de voyage permit au Sawaba de mettre en œuvre son programme de formation sans trop de difficultés. Ainsi, Bachir Boukary, l’élève de l’école secondaire de Zinder, put facilement continuer à voyager avec l’assistance de six passeports, y compris ceux du Ghana, de la Guinée, du Mali et du Niger (voir photo 9.2)68.

Photo 9.2 – Bachir Boukary, Zinder, 2003.

Photo 9.2 – Bachir Boukary, Zinder, 2003.

Il tient, dans sa main gauche, différents passeports fournis par le parti pour son voyage vers les pays de l’Est. Dans sa main droite, des photos de sa classe à l’institution éducative Armavir de Krasnodar, Union soviétique.

De Sabongari à la Villa Lotus : édification d’un réseau panafricain

  • 69 Ou alors, ils y feraient d’abord de brèves visites, comme ce fut le cas de Hima Dem (...)
  • 70 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; Airgram, Department (...)

32Bamako était, à l’origine, le cœur du réseau international du mouvement. Après que Bakary se fût installé au Mali, les activistes affluèrent à Bamako pour y trouver un nouveau foyer69. Bakary s’installa dans une grande maison du quartier Missira, louée par les autorités qui fournirent également un véhicule et des fonds pour couvrir les frais divers. D’autres personnes suivirent. Dan Galadima vécut à Bamako au lendemain de sa fuite du Niger et nous avons vu que d’autres cadres du parti s’y étaient aussi établis – Daouda Ardaly, Mamoudou Pascal et, pour un temps, Issaka Koké. Salou Damana était un autre lieutenant de Bakary résidant dans la ville – un « commis » ayant un background militaire qui joua un rôle important au siège bamakois du parti lorsque l’essentiel des activités du Sawaba fut plus tard transféré sur Accra. La ville abritait aussi des nouvelles recrues et des étudiants attendant de rejoindre leur destination à l’étranger. Dans certains cas, Daouda Ardaly se chargeait personnellement de leur logement70.

  • 71 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 (source aussi de détails sur la résiden (...)
  • 72 Ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; « Recu (...)
  • 73 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Examen de situation de Souleymane Hak (...)

33Nous avons vu qu’il y avait un bureau du parti à Gao, ville où la présence politique du Sawaba était ancienne et qui croissait en importance depuis qu’y passaient, en route pour Bamako, les cadres qui s’étaient échappés du Niger. À cet égard, les gens du parti utilisaient le ferry qui reliait Gao à la capitale à travers le fleuve Niger, et qui fournissait l’un des liens de communication avec le quartier général du parti71. Nous avons également vu que le bureau de Gao jouait aussi un rôle dans l’édification d’une présence du parti à Kumasi, au centre du Ghana, et il devait devenir le centre de l’un des trois réseaux d’infiltration – à savoir celui ciblant les régions occidentales du Niger. Parmi les gens qui géraient le centre de Gao, on trouve quelques officiels clefs de Bakary, tels que Maïga Abdoulaye, qui était basé à Ansongo et travaillera plus tard en qualité de vétérinaire dans le secteur de Gao, et Saloum Traoré, son ancien collègue de cabinet qui s’était établi à Gao, transmettant les ordres de Bakary et donnant des instructions aux militants qui infiltraient le Niger72. En 1961-1962, Alazi Soumaila joua un rôle dans la gestion des recrues, bien qu’il ait aussi accompli plusieurs voyages pour le mouvement et se serait trouvé, en début 1961 par exemple, au siège du parti à Accra. Bien plus tard, en 1968, Soumaila se trouva à travailler au bureau du parti, à Conakry (voir ci-dessous). À Gao, où existaient aussi des logements d’accueil pour les recrues, Soumaila était assisté de Farka Maiga, le syndicaliste du bâtiment qui avait été expulsé du Niger et qui facilitait les contacts entre les échappés et le leadership, à Bamako73.

  • 74 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; interview Bachir Boukary, (...)

34Au-delà du Mali, le réseau s’étendait en Guinée, pays dont le régime avait rompu avec de Gaulle et qui entretenait des liens intimes avec le Bloc de l’Est. Sékou Touré, qui connaissait Bakary depuis l’époque de son militantisme syndical, payait les dépenses de ce dernier lorsqu’il se trouvait dans le pays et fournissait des ressources utiles. Bakary pouvait offrir des positions politiques et on créait des emplois pour certains de ses cadres. Maïdanda Djermakoye, qui avait épousé une Guinéenne, trouva un poste dans un des hôpitaux de Conakry et à plusieurs autres occasions, des étudiants Sawaba purent, au terme de leurs études dans les pays de l’Est, trouver un emploi dans le pays par l’entremise de Bakary ou du gouvernement. Ainsi, Yansambou Boubakar, l’infirmier vétérinaire, trouva un emploi en Guinée au terme de ses études en médecine en Union soviétique, tout comme Amadou Abdoulaye (l’instituteur adjoint ?), qui avait reçu une formation de chirurgien. Bachir Boukary deviendra, quant à lui, un enseignant dans les environs de Conakry74.

  • 75 L’Université africaine ouvrière est aussi appelée « classe ouvrière » ou « école sy (...)
  • 76 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Bulletin de renseignements, 12 mai 1960 ; ANN, (...)
  • 77 Chapitre 7, au niveau n. 74. Il y eut, avant ceci, la participation, début 1957, de (...)
  • 78 Dandouna Aboubakar se rendit à Conakry au printemps 1961, tout comme Dan Galadima l (...)

35L’importance de la Guinée pour le programme du Sawaba était de deux ordres. D’abord, les militants prenaient des cours à l’Université ouvrière africaine, une école syndicale. Petit Dosso, l’agent postal de Niamey, y prit deux mois de cours en compagnie des autres hommes avec qui il avait fui le Niger : Boubakar Djingaré, le maçon, Djibrilla Dembélé et le Dahoméen inconnu déjà mentionné, en plus de Mamoudou Pascal et d’un certain Amadou Boukouli (mai 1962). Ils furent hébergés dans les locaux mêmes du syndicat, tandis que d’autres personnes étaient accueillies par l’école des cadres du parti au pouvoir, comme ce fut le cas de Yansambou Boubakar75. Le Sawaba avait aussi son propre bureau à Conakry, établi et dirigé par Djermakoye jusqu’à son retour au Niger en août 1961. En cette qualité, il accueillit le groupe de voyage de Alazi Soumaila, Mazou Dan Mazel et Moustapha dit Saidou lorsqu’ils s’embarquèrent dans leur tournée du Bloc de l’Est. La structure du parti en Guinée fut par la suite supervisée par Alazi Soumaila et Ly Alzouma (Djibo Alzouma), un journaliste et ancien fonctionnaire de Niamey76. De nombreux activistes s’en vinrent donc en Guinée pour nouer des alliances ou suivre une formation. Ce processus avait déjà commencé au moment de l’interdiction du parti, lorsque Bakary, de concert avec Abdoulaye Mamani et Adamou Aboubacar, prit part au congrès du parti au pouvoir en Guinée77. Le groupe de Gayakoye Sabi, Djibo Sékou et Amadou Bajalem fit aussi escale à Conakry, passant du temps avec Daouda Ardaly, Kaîro Alfari (l’infirmier vétérinaire) et un certain Adamou Maïga78.

  • 79 Nous ignorons comment. Note d’information, 13 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; ibi (...)

36Comme on peut le voir à travers certains de ces voyages, la deuxième raison de l’importance de la Guinée gît dans son rôle de relais. Le pays étant un allié des puissances communistes, son aéroport était un point de départ pratique pour les voyages à destination des pays de l’Est – peut-être plus que Bamako, car les voyageurs pouvaient moins s’inquiéter des services de renseignement français. Si certains continuaient à prendre l’avion pour Dakar et Paris, d’où ils gagnaient ensuite l’Europe de l’Est, d’autres partaient de et revenaient à Conakry, comme ce fut le cas de Hima Dembélé lors de son voyage en Europe de l’Est. Par ailleurs, les billets d’avion pour l’Europe de l’Est étaient parfois établis à Conakry, comme pour le voyage de Gayakoye Sabi en 1960, tandis que dans d’autres cas, ils étaient émis à Bamako. La Guinée était un partenaire solide. La Sûreté du Niger s’inquiéta même du fait que la police nigérienne avait pu être mise sur écoute par ses agents79.

  • 80 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)

37En dehors du Ghana – sur lequel nous reviendrons – le mouvement a ouvert des représentations ou développé une présence au Dahomey (Porto Novo, Malanville et d’autres localités du nord), au Nigeria (y compris Lagos et le quartier Sabongari de Kano) et, dans une moindre mesure, au Togo et en Haute-Volta (carte 9.4). Alors que Sabongari était, pendant un certain temps, un bureau de recrutement – grâce à la perméabilité de la frontière Niger-Nigeria –, la plupart des structures du Sawaba au Nigeria et au Dahomey semblent avoir joué un rôle de tremplin pour des opérations d’infiltration dont il sera question au chapitre suivant. Si le régime togolais ne soutenait pas le mouvement, de nombreux Togolais éprouvaient de la sympathie pour le Sawaba. Au début de 1960, les renseignements français rapportent que Messan Aithson était en contact avec le Sawaba, dont l’un des lieutenants les plus en vue, Joseph Akouété, fournissait un point d’accès du fait de ses origines togolaises. Aithson était un militant et ancien leader de « Juvento », un parti d’opposition soutenu par le Ghana et dont le caractère anti-français et panafricain en faisait un allié potentiel. Mais si nombre de Togolais ont pu être recrutés dans les forces de la guérilla du Sawaba, et si le mouvement disposait de divers sympathisants au Togo, cela ne s’est pas traduit par une présence significative dans le pays80.

Carte 9.4 – Les centres du Sawaba en Afrique de l’Ouest. Tremplins pour les infiltrations non indiqués (voir cartes au chapitre 10).

Carte 9.4 – Les centres du Sawaba en Afrique de         l’Ouest. Tremplins pour les infiltrations non indiqués (voir cartes au         chapitre 10).
  • 81 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 1er au 7 f (...)

38En tant que membre du Conseil de l’Entente, la Haute-Volta n’était pas favorable au Sawaba. En 1959, El Hadj Salifou, un Voltaïque résidant au Ghana, établit une section du Sawaba dans son pays d’origine sans paraître y susciter grand intérêt. En 1962, la Sûreté du Niger note l’arrivée de matériaux de propagande portant cachet de la poste centrale de Ouagadougou. Il pourrait s’agir là de l’indication d’une cellule œuvrant dans la capitale voltaïque, bien que cela aurait pu être le fait de militants du Ghana actifs en Haute-Volta. En 1964, une rumeur circula sur le fait que l’ancien secrétaire général du PAI, Diarra Amadou, était en train de recruter des jeunes de Ouagadougou et de Ouahigouya pour formation à la guérilla au Ghana, sans doute dans les forces du Sawaba81.

  • 82 Synthèse politique, no 1480, nov. 1959 ; CAOM, Cart. 3684.
  • 83 W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New (...)

39Le Ghana avait donc une importance cruciale dans les réseaux ouest-africains du Sawaba, et si l’impact de l’aide malienne ne saurait être sous-estimé, l’assistance apportée par le Ghana surpassa bientôt le soutien reçu des autres pays de la sous-région. Le Sawaba y développa une solide présence grâce au gouvernement de Nkrumah et à la communauté des Nigériens du Ghana. Nous avons vu, en première partie de cet ouvrage, que Bakary avait déjà reçu un coup de main des Ghanéens à l’époque du référendum. Avec la tenue, en décembre 1958, de la première All-African People’s Conference, le Ghana devint un centre des mouvements nationalistes de tout le continent. Si l’objectif de la AAPC était d’aider à la lutte pour l’indépendance, on ne fit bientôt plus de différence entre les mouvements de libération luttant pour la décolonisation et les groupes gauchistes opposés aux régimes des États indépendants orientés vers l’Occident (« vestiges du néocolonialisme »). En 1959, le régime de Diori se plaignit amèrement du fait que le Ghana et le Mali finançaient les déplacements de Bakary et de Maurice Camara, ce dernier ayant un temps été le coordinateur de l’aile interne du Sawaba82. À cette époque, George Padmore, le conseiller de Nkrumah pour les Affaires africaines, était mort et son poste était devenu le Bureau des Affaires africaines. La structure était dirigée par l’assistant de Padmore, A. K. Barden, et elle comprenait l’activiste guyanais Ras Makonnen, qui avait travaillé de façon intensive avec Bakary sur la question du référendum. Le BAA, dont le siège se trouvait dans le centre-ville d’Accra, était proche de Nkrumah et ne dépendait pas des Affaires étrangères. Il prit en charge ce qui restait des structures de la AAPC, y compris le African Affairs Centre (AAC), un ensemble de bâtiments situé à proximité de l’aéroport et qui était un point de traitement des dossiers des activistes qui se rendaient dans les camps d’entraînement militaire, au centre du Ghana ou ailleurs (voir section finale). Il s’agissait d’un ensemble de locaux et services résidentiels capables d’accueillir des centaines de personnes. Deux de ces bâtiments avaient été baptisés « Sawaba Houses ». Par ailleurs, le BAA avait la haute main sur un institut de formation idéologique à Winneba, où les militants recevaient de l’instruction83.

  • 84 Yacouba fut expulsé du Ghana trois ans plus tôt et était depuis lors en contact ave (...)
  • 85 Maïga rejeta la demande, mais il apparaît que le Niger pouvait seulement empêcher Y (...)
  • 86 Le commissaire de police de Zinder était moins inquiet. Espitalier, commissaire de (...)
  • 87 Elle est née à Say. L’autre était Hadio Zibo (Ziba ?) dite Magagia Djibo, qui œuvra (...)

40En plus de cette aide très concrète, le gouvernement du Ghana était prêt à apporter à Bakary une assistance politique, au Niger même comme au Ghana. L’ambassade du Ghana à Niamey devint un foyer d’activités. En octobre 1961, son attaché de presse et membre des services de renseignement ghanéen, dénommé Provençal, discuta de la distribution des matériaux de propagande avec le personnel de l’ambassade. Il fut décidé de cibler les jeunes « commis » originaires de l’est du Niger ; les hommes et jeunes garçons des cercles sportifs ; et les personnes engagées dans la vie politique et syndicale, pour lesquelles on responsabilisa Mounkaila Yacouba, un agent du syndicat des petits transporteurs84. Plus tôt dans l’année, Yacubu, le chargé d’affaires, voyagea dans plusieurs villes du Niger. Bien qu’il ait été discrètement surveillé, ses interférences politiques avaient pris, en novembre, un caractère si aigu qu’il demanda à se rendre à Bilma pour observer la situation des prisonniers sawabistes85. Un mois plus tard, un Nigérien du Ghana, Abdul Moumouni Sinifalé, se rendit jusqu’à Zinder, apparemment pour acheter des dromadaires et des autruches destinés au zoo privé de Nkrumah. Ceci ne fut évidemment pas sans susciter les soupçons de Diamballa Maïga86. L’ambassade du Ghana elle-même entretenait des liens solides avec les réseaux internes du Sawaba. Des militants contactaient parfois l’ambassade, dont le cercle d’informateurs comprenait deux femmes travaillant comme magajiya de quartier à Niamey, et que l’on présentait comme des sawabistes notoires. L’une d’entre elles, Kadi Souka, était une propagandiste et hébergeait le traducteur de l’ambassade. Elle renseignait aussi les Ghanéens sur les prisonniers de Bilma87.

  • 88 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, passim.
  • 89 Interview Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003. Il est possible que ceci ait eu à voir a (...)
  • 90 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 245 ; « Recueil des principaux renseignements… 22 (...)

41Au Ghana même, le Sawaba bénéficiait du soutien du CPP, le parti au pouvoir, qui avait noué des liens avec la formation nigérienne à travers Koussanga Alzouma, le chef de cabinet de Bakary, avant le référendum. Le Ghana ambitionnant de devenir le centre des luttes de libération, des efforts furent déployés pour transformer l’aile ghanéenne du Sawaba en une branche du CPP. On ne saurait dire exactement ce qu’une telle évolution aurait impliqué, compte tenu surtout du caractère chaotique du régime de Nkrumah, avec ses diverses agences et ses factions variées jouissant chacune de degrés différents d’autonomie, de financement et d’influence auprès du président88. Ainsi, en fin 1959, on apprit que le Sawaba était devenu une « section » du CPP et deux ans plus tard, des rumeurs annoncèrent la fusion des deux partis. Mais s’il est vrai – comme l’avança plus tard le régime nigérien – que le CPP avait distribué des cartes de membre aux sawabistes, soutenant que leur mouvement faisait partie intégrante du Convention People’s Party, l’aile Sawaba du Ghana était, dans la pratique, largement autonome. Elle avait des rapports avec les institutions ghanéennes et développait sa stratégie en conformité avec celles des représentations du Sawaba dans d’autres pays et de l’aile interne du mouvement. Alors qu’une source prétend que Bakary pouvait s’entendre mieux avec Nkrumah qu’avec Sékou Touré89, les services français rapportent, en fin 1959, que Bakary se montrait réticent vis-à-vis de ses hôtes ghanéens et n’entendait pas inféoder son mouvement à la politique ghanéenne. Le fait est confirmé par l’étude de Thompson sur la politique étrangère du Ghana, qui constate que Bakary ne figurait pas parmi les proches de Nkrumah90.

  • 91 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 267-268. Il existe des indications sur le fait qu (...)
  • 92 Synthèse politique, no 1480, nov. 1959 ; Nkrumah’s Subversion in Africa, (...)

42Les Ghanéens s’efforcèrent d’améliorer la position du Sawaba à travers des mesures parfois contre-productives mais fondées sur une stratégie visant à renforcer les diverses luttes menées contre des régimes coloniaux et africains sur la base d’une organisation unifiée. Ils procédèrent de deux manières différentes. Ils essayèrent, d’une part, d’organiser, à travers le BAA, en 1962, un front commun rassemblant le Sawaba et les groupes d’opposants du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Togo, de la Rhodésie du Nord (Zambie), et du Basutoland (Lesotho) : mais la chose ne prit pas91. D’autre part, ils s’étaient, à une date antérieure, efforcés de transformer le Sawaba en un point de ralliement de tous les Nigériens du Ghana et, de façon plus absurde, des ressortissants de tous les pays francophones du pays, auxquels on présenta Bakary comme leur libérateur92. Le résultat fut d’importer, dans la communauté nigérienne du Ghana, les divisions politiques du Niger tout en déclenchant une réaction négative de la part des ressortissants des autres pays francophones.

  • 93 Ibid., no 1104 CP, août 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; « Recueil des principaux (...)
  • 94 Idrissa est né à Gothèye en 1914. Nous verrons le rôle complexe qu’il a joué vis-à- (...)
  • 95 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)

43Ainsi, comme nous l’avons vu au chapitre 7, Bakary annonça, en octobre 1959, l’ouverture d’un bureau du Sawaba à Accra, à l’instigation du gouvernement de Nkrumah. L’annonce fut faite au cours d’une réunion et on fit savoir que le bureau serait dirigé par Maïdanda Djermakoye, qui devrait rallier tous les Nigériens. Le gouvernement ghanéen les forcerait à adhérer au Sawaba sous peine de confiscation de leurs biens ou d’expulsion. Le ministre des Transports songea même à retirer les facilités de transit à ceux parmi les transporteurs nigériens travaillant sur l’itinéraire Niamey-Accra qui ne se montreraient pas politiquement accommodants93. En décembre, Kwame Nkrumah rencontra le président et le vice-président de l’association des ressortissants des pays francophones au Ghana, et il leur fut demandé de se rendre dans leurs pays d’origine pour des buts qui n’étaient pas très clairs mais qui, probablement, avaient à voir avec la promotion de la cause du Sawaba ou le renforcement de sa présence sur le terrain. Le président de l’association n’était nul autre que Yacouba Idrissa dit Gothèye, oncle de Bakary et négociant en bois, tandis que le vice-président était El Hadj Salifou, le Voltaïque qui a mis en place une section du Sawaba dans son pays d’origine. Idrissa occupait deux positions puisqu’à l’époque, il avait également été confirmé comme « président » du Sawaba au Ghana, nomination sans doute inspirée par les Ghanéens. Idrissa était riche. Il était propriétaire d’une grande maison à Accra, ainsi que d’une scierie, et il avait beaucoup d’influence. Il entretenait des relations étroites avec le gouvernement et servait d’informateur aux services de renseignement du Ghana94. Lorsqu’il était au Niger, il avait fait campagne pour le « non » et, depuis sa fuite, il s’activait vigoureusement pour la cause du Sawaba, prenant des militants à sa charge et figurant parmi les principaux financiers de Bakary. Idrissa aurait été à l’origine des contacts entre le leader du Sawaba et Nkrumah. Cependant, il devait aussi prendre en compte de gros intérêts économiques, et ses activités politiques furent mêlées de conflits l’opposant à ses adversaires commerciaux dont certains penchaient pour le RDA ou préféraient préserver une neutralité politique95.

  • 96 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 245 ; note d’information, 2 janv. 1960 ; « Recuei (...)

44C’est dans ce contexte que le « Sawaba Ghana », présenté en janvier 1960 comme une branche du CPP, lança à la communauté nigérienne des appels à serrer les rangs, demandant à tous les ressortissants francophones de rejoindre Bakary. Le gouvernement ghanéen essaya de forcer les Nigériens et les Voltaïques à obtempérer en usant de menaces d’expulsion. En mai 1959, Nkrumah déclara, lors d’une réunion de Ghanéens et de Nigériens, que les citoyens nigériens qui n’étaient pas membres du Sawaba seraient chassés du pays. Après quoi, de jeunes gens surexcités fouillèrent les domiciles de résidents nigériens et menacèrent d’expulser tous ceux qui ne pouvaient pas produire une carte de membre du Sawaba. De nombreux membres du RDA furent déportés. Le gouvernement nigérien réagit par l’envoi d’émissaires chargés de retourner la communauté nigérienne avec l’aide de l’ambassade de France à Accra. En 1961, le Ghana faisait régulièrement pression sur les migrants nigériens pour qu’ils joignent le Sawaba, expulsant ceux qui avaient une carte du RDA, et les dépouillant de leurs fonds pour les remettre au bureau du Sawaba96.

  • 97 « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 avril 1962 », no 171 ; « 18 au 24  (...)
  • 98 Les autres personnes visées par Idrissa étaient Mamoudou Maïga, Hamadou Laba, Mounk (...)
  • 99 Une cinquantaine de personnes assistèrent au meeting. P. Crousset, ambassadeur de F (...)
  • 100 Pour les personnes impliquées, qui avaient assisté à une réunion précédente compren (...)
  • 101 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

45Par suite, les activités de l’aile du Sawaba au Ghana se trouvèrent entachées de pratiques coercitives et les divisions au sein de la communauté nigérienne, ainsi que l’opposition au Sawaba, s’aiguisèrent si bien que le régime nigérien bénéficia des retombées politiques. Parmi les sawabistes qui faisaient pression sur les Nigériens du Ghana, figurait Koikou Anni, un transporteur d’Accra qui était un militant fervent et un ami de Bakary. Il lui arrivait de se rendre à Gothèye, dans l’ouest du Niger, où il faisait de la propagande. Au Ghana, il se serait livré au harcèlement des transporteurs nigériens et hébergeait les leaders en visite, tels que Dembélé et Dan Galadima. La source principale des pressions exercées sur les Nigériens du Ghana était, cependant, Yacouba Idrissa. Idrissa était derrière certaines des expulsions de mai 1959, opération qui concerna au moins sept négociants influents, et rivaux du magnat. La riposte ne se fit pas attendre. En 1961, les Français rapportent que les Nigériens du Ghana étaient fermement hostiles au Sawaba97. C’était sans doute là se bercer d’illusions, mais il semble que Yacouba Idrissa, alors connu comme le « président des Nigériens du Ghana », essaya de faire expulser ses principaux ennemis, dont El Hadji Nouhoun, son vice-président. Nouhoun était le président de l’association des transporteurs nigériens et n’était pas hostile au RDA. Il plaidait pour l’inclusion de tous les Nigériens du Ghana dans une seule et même organisation98. Nouhoun et Idrissa eurent une prise de bec lors d’une réunion dans le quartier Nioma d’Accra (juillet 1961) à laquelle la plupart des Nigériens avaient refusé d’assister. La réunion, encouragée par le BAA pour prendre la mesure des forces politiques, se termina en queue de poisson en dépit des efforts de Idrissa pour vendre des cartes de membre du Sawaba et d’un discours enflammé de Tini Malélé, l’activiste de Gothèye, qui appela à faire des contributions financières99. Pis, les actions de Idrissa conduisirent l’un de ses compétiteurs, Noufou Idrissa, négociant en bois et président de la section RDA d’Accra, à livrer les noms des sawabistes aux autorités nigériennes. Ils furent intégrés aux dossiers de renseignement100. Le gouvernement avait déjà mis un point d’honneur à recevoir de façon chaleureuse les commerçants expulsés du Ghana101.

  • 102 Aujourd’hui appelé New Town. Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 196 (...)
  • 103 Télégramme Génédef Dakar à Minarmées Paris, 14 avr. 1965, no 8358/CH ; SHAT, 10 T 7 (...)
  • 104 Un cousin de Djibo Bakary ou un conseiller agricole et militant UDN de Famalé (Ayor (...)
  • 105 Pour ceci, il reçut l’aide d’un agent de liaison dénommé Alex Pio. Le Niger, 21 jui (...)
  • 106 Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967, …de Touré Hama, 8 juin 196 (...)

46Cela dit, de nombreux militants qui allèrent au bureau du Sawaba au Ghana venaient du Niger même et la plupart des nouvelles recrues adhérèrent volontairement. La représentation du mouvement se trouvait dans Lagos Town, un quartier situé au nord du centre-ville et peuplé d’immigrés musulmans, en provenance surtout du Nigeria102. Elle servait de quartier général et de centre de coordination avec une boîte à lettres interne où les militants pouvaient recevoir des instructions. Les renseignements français la considèrent bien organisée103. Elle comprenait le bureau du parti et était gérée par diverses personnes, mais non pas Yacouba Idrissa, dont les activités étaient concentrées sur la mobilisation de la communauté nigérienne, le financement et l’hébergement des recrues. La première personne à être nommée au bureau fut, comme nous l’avons vu, Maïdanda Djermakoye, qui combinait cette position avec des activités politiques en Guinée, et qui, en 1960, partagea ses responsabilités avec un certain Issa Bakary104. Joseph Akouété était probablement à l’œuvre au Ghana avant cette année-là. Devenu rapidement l’un des principaux chefs du mouvement au Ghana, le Togolais Akouété s’occupait non seulement du mouvement Juvento dans son pays d’origine, mais noua aussi contact avec Sourou Apithy, l’un des chefs de l’opposition dahoméenne105. Il travailla aussi à l’African Affairs Centre, rassemblant les recrues et les envoyant dans les pays de l’Est pour formation106.

  • 107 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; C. Fluchard, Le PPN-RDA et la déco (...)
  • 108 Il pouvait s’agir du bureau ou de Sawaba Ghana tout entier, dans la ligne du « cong (...)
  • 109 Elle était originaire de Sansané. Organisation terroriste « Sawaba ». Pour d’autres (...)
  • 110 Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967 ; interview Mounkaila Albag (...)
  • 111 En 1960, cependant, des efforts particuliers furent fournis pour solidifier les lie (...)
  • 112 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; Examen de situation du nommé Is (...)
  • 113 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Note de renseignements, no 800/BCL, (...)
  • 114 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

47Avec le départ de Djermakoye pour le Niger à l’automne 1961, d’autres personnes prirent en main la gestion du bureau. Idrissa Arfou, un ancien de l’UDN, était alors devenu le représentant permanent du mouvement. Avec l’expansion des activités, d’autres personnes se joignirent à lui de façon temporaire ou permanente. Ly Alzouma, le journaliste de Niamey qui travailla plus tard au niveau de la représentation de Conakry, était le secrétaire du bureau107. Sadou Amadou, un Peul de la région de Niamey connu sous le nom de Sadou Delewa, présidait la section des jeunes. Il combinait cette position avec celle de vice-président du « comité » du parti à Accra – un organe dont la composition demeure imprécise108. Une certaine Tanda, femme originaire de la région de Gothèye, dirigeait la section féminine109. Des cadres plus connus, comme Boukari Karemi dit Kokino et Abdoulaye Mamani, ne travaillèrent à Accra que de façon temporaire. Ils étaient tous les deux à l’œuvre au Ghana au cours de l’année 1962 avant de partir pour l’Algérie110. La coordination avec l’aile domestique du mouvement était assurée par les militants qui voyageaient entre les deux pays111. Les recrues étaient aussi hébergées par tout membre actif du parti capable d’organiser leur logement. Yacouba Idrissa, qui devait avoir une grande concession, rendait ce genre de service, tout comme Sadou Delewa et Idrissa Arfou112. Cependant, après avoir été reçues à la représentation du Sawaba, et avoir subi l’examen requis, les recrues étaient souvent logées à l’African Affairs Centre avant leur départ pour les camps de guérilla du Ghana ou de l’étranger, ou pour les centres d’enseignement à l’étranger (voir ci-dessous). Par exemple, Mounkaila Albagna, l’élève de Dargol, vécut à l’AAC avant de partir pour l’Algérie en vue de son entraînement à la guérilla, tout comme les futurs étudiants Hambali Mahamane (l’étudiant en droit et lettres), Touré Hama de Gothèye et Adamou Moussa, le conseiller agricole, avant leur départ pour les pays de l’Est113. Enfin, nous savons peu de chose sur les activités de la représentation du parti à Kumasi. Elle jouait un rôle dans l’accueil des recrues qui fuyaient les régions ouest du Niger pour se rendre à Accra114.

  • 115 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 et Examen de situation (...)
  • 116 Ils ne furent pas autorisés à débarquer, et ce fut grâce à une intervention de l’ép (...)
  • 117 Les renseignements collectés de cette façon étaient directement transmis aux autori (...)
  • 118 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla). Il s’agissait probablement d’une (...)

48Nous avons vu qu’en plus d’entraîner les militants à la guérilla, le Ghana servait de relais pour les personnes qui étaient en route pour d’autres destinations. En général, les personnes qui rejoignaient des écoles au Maroc ou des camps d’entraînement en Algérie gagnaient l’Afrique du Nord via le Mali ou le Ghana. Plusieurs militants voyagèrent par avion115 mais les recrues militaires prenaient souvent le bateau, embarquant au port de Takoradi pour Casablanca. Les voyages de retour suivaient généralement la même voie, quoiqu’à partir de 1963, le conflit frontalier entre le Maroc et l’Algéria créa des difficultés au niveau de l’escale de Casablanca. Au lendemain de sa période d’entraînement en Algérie, le groupe de Mounkaila Albagna se retrouva coincé dans le port marocain lorsque le gouvernement se refusa à payer les frais du voyage pour le Ghana116. Du coup, certaines recrues évitèrent les ports marocains en prenant le bateau d’Alger à Marseille puis directement au Ghana. Marseille était un point de passage régulier entre l’Algérie et l’Afrique de l’Ouest, même pour des cadres de haut rang comme Dan Galadima. Cela présentait des risques, puisqu’ils étaient surveillés par les services de renseignement français et étaient parfois fouillés et interrogés117. Les conditions de la traversée n’étaient pas toujours faciles. Après l’entraînement en Algérie, Djibrilla Dembélé et ses camarades firent route vers Takoradi dans les cales du bateau, puisqu’on ne leur permettait pas de paraître sur le pont118.

  • 119 Bulletin de renseignements hebdomadaires, 2-8 juillet 1962, no 10 ; SHAT, 5 H 121. (...)
  • 120 Pour l’intérêt de forme manifesté à l’égard des revendications marocaines, voir Gas (...)

49En arrivant du Ghana ou du Mali, les recrues étaient accueillies au Maroc par un représentant du Sawaba. Les autorités marocaines accordaient au mouvement un soutien limité consistant à offrir une instruction secondaire et professionnelle à ses militants, la permission de passer par le pays pour aller en Algérie et l’acceptation d’une représentation du parti dans la capitale, Rabat. Tout ceci était adapté à la politique étrangère du Maroc qui, sous le roi Mohammed V (mort en 1961), faisait montre d’un militantisme qui comprenait un pacte avec les États africains radicaux et une attitude positive à l’égard des nationalistes algériens. Si l’aide du Maroc au Sawaba survécut au conflit frontalier avec l’Algérie, la monnaie d’échange de cette alliance – quelque peu improbable sous le règne du successeur conservateur du roi Mohammed – se trouvait dans le soutien apporté par Bakary aux projets expansionnistes du Maroc. Le pays avait jeté son dévolu sur la Mauritanie et revendiqua son territoire comme relevant des droits naturels du Maroc. Bakary promit que le Niger soutiendrait la position marocaine une fois le Sawaba revenu au pouvoir119, manifestant à cet égard un embarrassant intérêt de pure forme pour les revendications territoriales de Rabat. Ce faisant, Bakary s’était commodément rangé du côté de ses alliés des régimes militants qui, en janvier 1961, participèrent à une conférence à Casablanca, où ils apportèrent leur soutien à la position du Maroc120.

  • 121 Gaskya, 5 juillet et 28 juillet 1961.
  • 122 = Issa Yacouba dit Kakou ? Le Niger, 22 févr. 1971. Sur Soumaila, voir chap. 7, au (...)
  • 123 Galadima est sans doute retourné au Ghana entre le printemps et le mois de novembre (...)
  • 124 N. 40 ci-dessus.
  • 125 Salifou Soumaila, Villa Lotus (Rabat), à « Wierschke », Allemagne de l’Est, 24 mars (...)
  • 126 Salifou Soumaila, Villa Lotus, à Wierschke, Allemagne de l’Est, 24 mars 1962 ; ibid (...)

50Le Sawaba a ainsi établi une présence précoce dans le pays. En mai 1961, un cadre du mouvement s’adressa à l’auditoire d’un congrès panafricain des syndicats à Casablanca, et des jeunes du Sawaba prirent part à un séminaire de la jeunesse africaine en juillet121. Au printemps 1962, le mouvement disposait d’une représentation dans le quartier de l’Océan, à Rabat, située dans la Villa Lotus, au 39 avenue de la Résistance. Les locaux servaient aux réunions et étaient fréquentés par des militants comme le propagandiste Salifou Soumaila, l’infirmier vétérinaire de Zinder Issa Yacouba (Yacouba Issa122), Daouda Hima, une recrue entraînée en Algérie et Ousmane Dan Galadima, qui dirigea le centre en 1962-1963, avant de retourner en Afrique de l’Ouest. La Villa Lotus supervisait les délégations de l’Afrique du Nord, y compris un bureau au Caire et une représentation à Alger, cette dernière ayant été ouverte au lendemain de l’indépendance algérienne (juillet 1962) et devenant plus importante que celle de Rabat lorsque l’entraînement militaire commença en Algérie123. La représentation de Rabat servit également à faciliter les contacts entre Bakary et le gouvernement provisoire de l’Algérie, bien qu’ils aient pu déjà avoir été en contact à travers la présence du FLN à Gao124. Ainsi, au début de 1962, Bakary fit escale à la Villa Lotus en se rendant à une rencontre avec Ben Bella dans la ville frontalière marocaine de Oujda125. Certaines données indiquent que le siège de Rabat a aussi joué un rôle dans les rapports avec l’Allemagne de l’Est. L’importance générale de la Villa Lotus est démontrée par le fait que le Sawaba avait l’intention de remplacer le drapeau du Niger – dessiné à l’époque des Français – par une bannière verte portant une étoile rouge au milieu, une réplique inversée des couleurs marocaines126.

  • 127 Galadima et Hima payèrent les frais. Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire (...)
  • 128 Comme Mounkaila Beidari, l’agent d’aéroport niameyen, et Ali Mahaman Madaouki, le m (...)

51Mais la base marocaine s’occupait avant tout d’aider les recrues à atteindre leurs camps d’entraînement du FLN (en dehors d’étudiants qui venaient parfois s’inscrire dans les institutions scolaires marocaines). C’était là la raison première de l’ouverture de la représentation de Rabat puisque, avant l’indépendance de l’Algérie, les recrues s’entraînaient sur le site du FLN à Kibdani (Kebdani), dans le nord-est du Maroc. Puis la formation fut déplacée sur Marnia (Maghnia) en Algérie, de l’autre côté de la frontière, face à Oujda. Dan Galadima, parfois assisté de son épouse, joua un rôle clef dans l’accueil des militants au port de Casablanca et leur réception à la représentation, à Rabat. De là, il envoyait certains – comme Yacouba Issa – suivre une instruction militaire en Chine et emmenait d’autres dans des institutions éducatives à Casablanca, comme ce fut le cas de Abdou Karami, le technicien de Gouré, et de son propre fils, Abdoulkarim. Cependant, Galadima et Daouda Hima, son adjoint, envoyaient en général les militants dans les camps militaires, d’abord à Kibdani et ensuite de l’autre côté de la frontière, en Algérie. L’ambassade algérienne facilitait le passage127. Mais il n’y avait pas de distinctions nettes entre étudiants et recrues, et plusieurs de ces hommes voyageaient ensemble jusqu’au Maroc avant de prendre chacun son chemin ; ou parfois, ils s’inscrivaient d’abord dans une école avant de continuer sur l’Algérie pour l’entraînement à la guérilla128.

  • 129 Mamani appela Galadima à la Villa Lotus au moment de la guerre entre le Maroc et l’ (...)
  • 130 La SNEP, une maison d’édition sise 6 avenue Pasteur, et les presses du Peuple, 1 pl (...)
  • 131 Chaffard, Les carnets secrets, 309 ; Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. (...)

52En dehors de l’accès aux camps d’entraînement du FLN, desquels il sera plus amplement question à la section suivante de ce chapitre, le Sawaba obtint deux représentations en Algérie, une dans la capitale et l’autre à Tamanrasset, la ville du désert du sud. La représentation d’Alger, établie entre juillet 1962 et mars 1963, était dirigée par Abdoulaye Mamani, fraîchement arrivé du Ghana pour exécuter une multitude de tâches. Son devoir le plus important était de maintenir les relations extérieures du mouvement ainsi que les rapports avec les institutions politiques et militaires de l’Algérie. Il s’agissait notamment de s’entendre sur l’entraînement à la guérilla, d’organiser l’achat d’armes et d’autres matériels, d’expédier les armes au Ghana et de coordonner les actions avec Rabat129. Mamani contribua à la propagande, mit en place les archives du parti et commença la publication d’un nouvel organe intitulé Sawaba et produit par l’une des imprimeries algériennes130. Dans le cadre de la coordination de la ligne politique avec la représentation de Tamanrasset, Mamani visita cette ville au moins une fois, en 1963, tout en transmettant des renseignements recueillis à travers le réseau des cellules du nord Niger à Bakary. Il participa de façon limitée aux efforts d’infiltration131.

  • 132 Chef de circonscription d’Agadez à M. le ministre de l’Intérieur, 26 juin 1963 ; AN (...)
  • 133 Il avait été accusé d’incendie criminel, dans des circonstances non connues. En 196 (...)
  • 134 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale N (...)
  • 135 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale N (...)

53La représentation de Tamanrasset était dirigée par un duo, Boukary Karemi dit Kokino et Louis Bourgès. En juin 1963, Kokino, l’activiste qui connaissait Mamani depuis Zinder et l’époque où il éditait avec lui le journal du parti, était devenu le représentant permanent du bureau132. Bourgès, un métis d’Agadez, chauffeur et mécanicien de son état, s’était enfui sur la ville algérienne après une arrestation en 1961133. Ils organisèrent ensemble plusieurs réunions du parti, sans doute avec des résidents nigériens parmi lesquels figuraient Yahaya Silimane, le marabout sawabiste de Ingal qui vivait avec Kokino, et Djibo Issa, l’apprenti chauffeur zarma originaire de la région de Dosso. Ce dernier travaillait pour Bourgès et il lui arrivait de voyager à travers l’Algérie pour affaires du parti134. Nous verrons, au chapitre suivant, qu’ils étaient impliqués dans la coordination avec les cellules du nord Niger ainsi que dans les opérations d’infiltration. Les renseignements rassemblés de cette façon étaient transmis à Mamani, à Alger, qui les retransmettait à son tour à Dan Galadima, à Rabat. Par ailleurs, Kokino et Bourgès se concertaient avec les personnalités algériennes tels que le député-maire de Tamanrasset, le sous-préfet et son frère, le commissaire de police de la ville. Ces autorités locales aidaient le parti du plus qu’ils pouvaient, fournissant des fonds, écoulant les cartes de membre du Sawaba, facilitant les réunions, avertissant des actes d’espionnage des autorités nigériennes et chassant les Nigériens considérés comme peu fiables. En retour, Bourgès fournit une Jeep au commissaire de police135. Nous aborderons la question de la formation militaire plus loin.

  • 136 Voir par exemple V.B. Thompson, Africa and Unity : The Evolution of Pan-Africanism (...)
  • 137 Renseignements, 8 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5. Bien que le nyassisme ait été bien (...)
  • 138 Il s’agit là de la même visite, ou d’une autre. Confidential/NOFORN. Department of (...)
  • 139 Ardaly était en Égypte un an plus tard. Interview Abdou Adam, Niamey, 22 févr. 2008 (...)

54La représentation du Caire était le dernier élément du réseau nord africain. Nous avons vu, au chapitre 4, que Bakary avait établi des contacts avec les Égyptiens à travers leur légation d’Accra un peu avant le référendum, et qu’il a peut-être reçu leur aide dans son face-à-face avec les gaullistes. À l’instar de Nkrumah, le président Nasser se voyait comme le centre de la lutte contre l’impérialisme et portait donc assistance aux mouvements nationalistes et d’opposition au sud du Sahara. Les réfugiés politiques reçurent l’asile, des représentations furent ouvertes au Caire pour aider leur lutte, et Radio Caire se mit à diffuser des émissions en langues africaines136. Le Sawaba était l’un des nombreux mouvements à profiter de cette politique. Bakary fut présenté à Nasser par Ibrahim Nyass, le fondateur de la branche nyassite de la Tijaniya, sans doute au début de 1961137. Au printemps de cette année, le leader du Sawaba se trouvait en Égypte pour assister à la troisième édition de la All-African People’s Conference, passant trois semaines dans la capitale du pays. Élu membre du comité de pilotage de la AAPC, Bakary fut l’un des trois chefs de délégation à être reçus en audience par Nasser138. Il prolongea son séjour pour assister au congrès de la solidarité des peuples afro-asiatiques organisée par les Égyptiens tandis que Hima Dembélé se trouvait aussi en visite au Caire au même moment. En janvier de cette année, il fut demandé à Dan Galadima d’envoyer un délégué au congrès afro-asiatique pour une session sur le Congo. Il est possible qu’il y assista lui-même, en plus de Daouda Ardaly139.

  • 140 Télégramme Abdullah (Abdoulaye) Mamani, ancien député et représentant du Sawaba, Za (...)
  • 141 À ce stade, les sawabistes du Caire étaient surveillés par les services de sécurité (...)
  • 142 T.C. Ravensdale, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à M. Wilford, Foreign Offic (...)

55Mais si le Sawaba se montrait solidaire de la lutte de l’Égypte contre Israël, l’aide égyptienne était limitée puisque Nasser se focalisait sur sa position au sein du monde arabe. La représentation du Sawaba au Caire, située dans le quartier de Zamaleck et ouverte en 1962, a dû s’occuper surtout de tâches de liaison et de la réception occasionnelle d’un étudiant. Elle a pu être dirigée de loin par Mamani140, mais en juin 1963, les renseignements français rapportent qu’elle était en piteux état, en bonne part parce que les autorités auraient nourri l’intention de la fermer durant une visite du président Diori. Les Égyptiens devinrent plus tièdes dans l’assistance apportée aux luttes sub-sahariennes et la représentation du Sawaba fut finalement transférée à Bamako à une date inconnue141. L’impact le plus important de la connexion égyptienne se trouve dans les émissions de Radio Caire, connues à travers l’Afrique pour leur contenu incendiaire. Son service haoussa quotidien était très suivi. En 1962, le commandant de cercle de Zinder dit à des diplomates britanniques en visite que ses fonctionnaires étaient des auditeurs passionnés des programmes du Caire, en haoussa comme en arabe – langue qui bénéficiait du prestige d’être l’idiome du Coran142.

  • 143 Le texte en fut trouvé sur un citoyen britannique arrivant par bateau à Marseille e (...)
  • 144 Textes des discours in Sawaba, mai 1963 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no  (...)

56Enfin, le contexte de l’AAPC ainsi que celui de la coopération afro-asiatique fournirent au mouvement une audience qui pouvait générer un soutien encore plus large. Les leaders et militants du Sawaba participèrent donc aux conférences organisées dans le cadre de ces initiatives. Bien que la structure de l’AAPC du Ghana avait été prise en main par le Bureau of African Affairs, la All-African People’s Conference de décembre 1958 fut suivie d’une seconde à Tunis en 1960 et d’une troisième, au Caire, en 1961. Alors que Bakary se trouvait au cœur de la réunion du Caire, ce fut Dan Galadima qui assista à celle de Tunis où il prononça un discours vilipendant le référendum et la répression qui l’avait suivi, tout en professant sa foi dans l’unité panafricaine143. Les militants participèrent aux rencontres afro-asiatiques dès le début. Daouda Ardaly était présent à une réunion tenue à Conakry en avril 1960 et Bakary lui-même, ainsi que plusieurs de ses lieutenants peut-être, prirent part au congrès du Caire. Le mouvement commença à souscrire aux idées de solidarité afro-asiatique et, en 1963, des militants participèrent à une série de rencontres organisées autour de ces thèmes. Le leader du Sawaba ouvrit le bal dans un discours prononcé lors d’un congrès à Moshi, en Tanzanie, en février, louant la lutte armée des Vietnamiens et des Cubains contre l’impérialisme américain. En avril, Abdoulaye Mamani s’adressa à une conférence de journalistes, à Djakarta. Il avait remplacé Adamou Sékou comme idéologue en chef et l’activiste zindérois souligna le rôle que le journalisme pouvait jouer comme arme dans la bataille pour l’indépendance effective – le principe central de l’idéologie Sawaba. Cette attitude combative fut peu après renforcée lorsque deux jeunes sawabistes, Kanguèye Boubacar et Ali Mahamane Madaouki, souscrivirent, à Alger, aux idées de la fédération des jeunes communistes FMJD, assurant les délégués de leur « lutte résolue, implacable, contre les colonialistes […] leurs valets et agents au service de l’impérialisme144 ». Nous les verrons tous deux subir l’entraînement à la guérilla.

Vivre de la Guerre froide

  • 145 « Recueil des principaux renseignements… 9-15 nov. 1961 », no 151.
  • 146 Télégramme Djibo Bakary à Nikita Khrouchtchev, n. d. (in Gaskya, no 15, 18  (...)
  • 147 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

57Telle était l’accusation adressée au mouvement par son ennemi juré, Boubou Hama145. Elle contenait cependant un élément de vérité et le Sawaba était, en fait, fort ouvert sur la question146. De toute évidence, il n’avait guère d’autre choix que d’accepter l’aide de quiconque était prêt à l’offrir, ce qui, en pratique, signifiait les puissances communistes et leurs satellites147. D’autre part, il n’y avait rien que de très naturel pour un mouvement de petites gens pétris de l’idéologie de la lutte des classes que d’avoir recours au Bloc de l’Est. À l’époque, l’assertion des pays communistes quant au fait qu’ils représentaient le « socialisme réel » pouvait paraître convaincante. Bakary n’était pas sans avoir remarqué que la Guerre froide avait créé une rivalité dans la conquête de l’espace, indiquant selon toutes apparences que les pays de l’Est avaient réussi à défier la suprématie technologique de l’Occident. Le potentiel des Soviétiques en termes de fourniture d’armes et de ressources en nature, sinon en termes de niveau de financement comparable à celui de l’Occident, semblait confirmer l’idée que l’heure du Spoutnik avait sonné. Le fait que les forces qui avaient provoqué la chute du Sawaba – les gaullistes – appartenaient au camp occidental facilita le ralliement au Bloc de l’Est, dont l’expansion apparente sous les vents de la décolonisation renforçait la légitimité en tant qu’alternative, sur le plan mondial.

  • 148 Phénomène qualifié d’« extraversion ». Voir J.-F. Bayart, « Africa in the World : A (...)
  • 149 Maurice Thorez. Ceci fut dûment noté par la Sûreté du Niger. Voir Organisation terr (...)
  • 150 Traoré était aussi secrétaire général du syndicat des employés de commerce. Voir ch (...)
  • 151 À Vienne, Ardaly était le compagnon de Jean Garcias. « Recueil des principaux rense (...)
  • 152 « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », « 20 au 26 ao (...)

58La conquête du pouvoir dans les États africains dépendant en partie d’un monopole sur les liens avec le monde extérieur148, il était important de mobiliser l’assistance du Bloc de l’Est – qui pouvait aussi faire contrepoids à la ligue entre la France et le RDA indicative des accointances complexes entre les forces métropolitaines et les ennemis intérieurs du Sawaba. Par suite, cependant, la lutte du petit peuple contre les « commis » qui dominaient le régime entra dans l’orbite de la Guerre froide, surtout si l’on considère que les communistes français, alliés du mouvement, étaient eux-mêmes engagés dans un combat acharné avec le pouvoir gaulliste. Les liens de proximité entre Bakary et le PCF et la CGT dataient du début des années 1950 et étaient symbolisés par l’un de ses pseudonymes, « Thorez », du nom du secrétaire général du PCF149. Ces deux organisations, ainsi que la FMJD, aidèrent à introduire le Sawaba en Europe de l’Est. Nous avons vu, au chapitre 1, que Daouda Ardaly aussi était en contact avec le PCF à travers son festival des jeunes. En mai 1957, en sa qualité de secrétaire de l’UGTAN, le jeune homme de 21 ans se retrouva à Prague et rendit visite à la CGT, à Paris. Quelques mois plus tard, il retourna à Paris, passa au siège de la CGT, assista peut-être à un congrès syndical à Leipzig et se rendit à Moscou où il prit part à un gigantesque festival de la FMJD sur invitation du conseil central des syndicats soviétiques. En 1958, Boris Kranikov, le rédacteur en chef du journal Goudok, lui demanda d’écrire des articles sur le congrès de la jeunesse de Prague, auquel avaient assisté Dandouna Aboubakar et le syndicaliste de l’UGTAN, Badou Traoré150. Une année plus tard, il aida à l’organisation d’un festival des jeunes à Vienne – festival qui vit également la présence de Dandouna et Dembélé – et assista probablement à l’assemblée praguoise de la FMJD151. Ardaly resta au moins huit mois en Europe et fit, durant cette période, des déplacements sur Stockholm et Varsovie. Par la suite, il se rendit de façon régulière en Union soviétique, en Roumanie, en Bulgarie et en Tchécoslovaquie. Il fit partie du comité directeur de la FMJD à Conakry en 1960 et se retrouva, cette même année, en Hongrie pour une formation152.

  • 153 Il prit part aussi au Young Adult Council (National Welfare Assembly). Tourné en ri (...)

59Il ne fut pas le seul à entrer dans ce réseau – qui, littéralement, donnait accès au monde entier : la façon dont les petites gens du Niger et les représentants de groupes proches voyagèrent aux quatre coins du monde pour mobiliser du soutien, recevoir des promesses de fonds, suivre des formations et élargir leurs horizons est l’un des aspects les plus fascinants de l’histoire du Sawaba. Il s’agit là, de fait, d’un élément essentiel pour saisir l’une des passions motrices du mouvement, l’aspiration à dépasser les limites de son existence ancienne et à grimper l’échelle sociale. Ainsi, Dandouna Aboubakar était l’un des voyageurs les plus énergiques du parti. Il avait été délégué au 4e Congrès FMJD, à Kiev, en 1957, avant de se rendre à Leipzig pour prendre part au congrès de la Fédération syndicale mondiale (FSM) d’obédience communiste. Nous l’avons vu, en 1958, assister à un congrès de jeunes syndicalistes à Prague. Une année plus tard, il se retrouvait de nouveau en Union soviétique en plus d’une visite à la CGT, à Paris, et d’un voyage à Vienne pour y assister à un festival de la jeunesse. Quelques mois plus tôt, le menuisier de Maradi avait même réussi à aller à New York – expérience gratifiante rendue possible par l’Organisation Internationale du Travail qui l’y avait envoyé prendre part à un cours de formation, avec l’appui de la CGT153.

  • 154 « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 nov. 1959 », no 55, « 20 au 26 aoû (...)
  • 155 Deux jeunes du Sawaba se rendirent en Yougoslavie pour la foire de la jeunesse en a (...)

60Dandouna et Ardaly montrèrent la voie à d’autres. Abdoulaye Mamani se rendit à Moscou au cours d’un voyage de 1959, en provenance de Stockholm où il avait participé à une rencontre sur le désarmement à laquelle avait probablement assisté Ardaly également. Cette même année, Hima Dembélé fut invité par Robert Pinel, le chargé des relations internationales du PCF, à assister à un rassemblement de la jeunesse communiste à Paris. L’ancien opérateur de cinéma se rendit aussi en Bulgarie après avoir pris part au festival de la jeunesse de Vienne. Il avait aussi l’intention d’aller à Moscou pour un séminaire organisé par une branche de la FMJD et d’assister à un congrès d’étudiants à Prague. En 1961, il fit, avant son arrestation au Niger, une autre grande tournée qui l’amena à Prague, Berlin, Dresde et Moscou. Sallé Dan Koulou assista au festival de la FMJD à Helsinki (1962)154. Des militants de moindre envergure, hommes comme femmes, bénéficièrent aussi de ces opportunités. En 1957, Gayakoye Sabi représenta le Sawaba à la FMJD (le congrès de Kiev et/ou le festival de Moscou) et se rendit trois ans plus en Tchécoslovaquie. Au cours de sa tournée de 1960, Sabi fit route avec Djibo Sékou et Amadou Bajalem, prenant un cours à la représentation tchécoslovaque de la FMJD et se rendant en Hongrie, en Autriche et en Italie, avant de rentrer au Niger. Adamou Magagi, décrit comme un « bakaryste » bien connu, joua le rôle de porte-parole du Sawaba lors d’une conférence tchécoslovaque sur le néocolonialisme en 1961. Hadiza Issa Alkali, présidente d’une section du parti à Maradi, participa à un forum des jeunes à Moscou, avant son arrestation au Niger155.

  • 156 Au début, également des organisations occidentales, qui se retirèrent au commenceme (...)
  • 157 Issifi était au forum de la jeunesse de Moscou auquel avait assisté Hadiza Alkali. (...)
  • 158 Note d’information, 10 août 1960 ; ANN, MI 3 F 8.2. Les visites aux festivals, l’év (...)

61Les contacts avec le Bloc de l’Est furent ainsi établis et développés à travers divers cadres institutionnels qui devinrent une partie intégrante des structures de l’aide. Ce fut surtout la FMJD, basée à Budapest, qui aida les sawabistes à se familiariser avec l’Europe de l’Est. La FMJD était constituée d’organisations de la jeunesse156 et le Niger y était représenté par l’aile Jeunesse de l’UDN, l’Union de la jeunesse nigérienne. Cette association, qui était aussi connue comme la Jeunesse Sawaba, s’affilia à la FMJD sous le nom de l’Union de la jeunesse démocratique du Niger (UJDN). Le plus gros de la correspondance de l’association avec la fédération semble être passé par les mains de Ardaly et Dandouna, mais la FMJD était évidemment en contact avec d’autres personnes, tels que Dan Koulou, Dembélé et Mounkeïla Issifi, dont l’arrestation lors de la vague de répression de septembre 1961 provoqua un télégramme de protestation de la FMJD à l’endroit de Diamballa Maïga157. Des fonds furent aussi mis à disposition à travers la fédération qui paya les billets d’avion pour Pékin du groupe de voyageurs composé de Alazi Soumaila, Mazou Dan Mazel et Moustapha dit Saidou158. La FMJD permit aux militants d’entrer en contact avec l’organisation des jeunes communistes Komsomol, la branche soviétique de la fédération qui devait jouer un rôle dans la fourniture de l’instruction politique, l’organisation d’évènements culturels pour les étudiants et leur réception lors de leur arrivée d’Afrique de l’Ouest (voir ci-dessous).

  • 159 Moumouni s’envola ensuite pour Moscou où il étudiait. Il est possible que le PCI ai (...)

62Bien que de moindre importance, d’autres canaux de contact avec les gouvernements d’Europe de l’Est furent établis par : le mouvement international pour le désarmement qui encourageait la lutte pour la décolonisation ; le parti communiste italien ; et peut-être quelques milieux en Autriche. Mamani et Ardaly avaient pris langue avec les militants du désarmement au cours d’une réunion qui eut lieu à Stockholm en mai 1959. Elle était organisée par le Conseil mondial de la paix, une organisation basée à Helsinki et comprenant des Occidentaux favorables à la coexistence pacifique et au désarmement nucléaire. Elle dépendait, en pratique, de subsides soviétiques. Djibo Bakary aussi avait des liens avec des activistes du Nigeria qui étaient en contact avec le Moral Rearmament Movement (Mouvement pour le réarmement moral), un groupe d’inspiration chrétienne qui faisait entendre sa voix dans la Guerre froide mais que les services français soupçonnaient d’être en rapport avec le Kominform – l’institution dont se servait Moscou pour essayer de contrôler les partis communistes d’autres pays. Comme le montrent certains exemples auxquels nous avons fait allusion, les capitales de pays européens neutres comme la Suède, l’Autriche et la Finlande servaient de points d’accès utiles – en particulier la Finlande dont la neutralité était assurée par les Soviétiques. Ainsi, sa capitale fut visitée non seulement par Sallé Dan Koulou, mais aussi par l’un des contacts nigérians de Bakary qui était en rapport avec Moral Rearmament. Il semblerait qu’un représentant du Sawaba du nom de Ahmed ou Ahmetou – une connaissance de Djibo Issa du réseau de Tamanrasset – assistait les militants qui arrivaient en Europe à travers l’Allemagne, puis l’Autriche (visitée par le groupe de voyageurs dont faisait partie Gayakoye Sabi). Le PCI ou Partito Comunista d’Italia – l’un des plus grands partis communistes en Europe, qui dépendait cependant de subsides soviétiques – a pu aussi apporter son assistance. Abdou Moumouni, l’ancien enseignant au lycée national devenu vice-président du Conseil mondial de la paix, se rendit en septembre 1960 en Italie pour solliciter des fonds au nom du Sawaba159.

  • 160 Rapport de fin de commandement. 1re partie, 30 juin 1962.
  • 161 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967. Le sawabiste Ibrahim Félix (au ni (...)
  • 162 Adamou Assane Mayaki prit contact avec des artistes russes en tournée à Tahoua. « R (...)
  • 163 Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 et son dossie (...)
  • 164 Note d’information 12 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; chap. 7 au niveau n. 36 ; « (...)
  • 165 L’association était dirigée par P. Chmelkov au 14 Route de Kalinine, à Moscou. « Re (...)

63Bien entendu, les Soviétiques, de leur côté, recrutaient eux-mêmes des sympathisants. Dans les pays hostiles, comme le Niger, les Russes se contentaient d’établir des liens économiques, ou s’activaient à travers des satellites. Dans d’autres cas, ils avaient recours à la légation diplomatique160. C’est un officiel de l’ambassade de Bamako qui encouragea Ibrahim Moudi à organiser lui-même l’obtention de sa bourse. Le fait qu’ils se soient rencontrés au club de judo montre que les milieux sportifs étaient des lieux de recrutement prisés, puisqu’on pouvait y trouver des jeunes hommes impressionnables – comme on le savait à l’ambassade du Ghana à Niamey161. Par ailleurs, des contacts pouvaient être pris lors des tournées culturelles162. À cet égard, la radio était un moyen de propagande efficace. Mashoud Pascal, le préposé de la poste, eut vent de l’opportunité de bourses d’étude sur les ondes de Radio Moscou. En 1962-1963, Ali Mahamane dit Ali Dodo chanta les louanges de la formation universitaire et de la vie d’étudiant en URSS lors d’une émission radiodiffusée. La rumeur stimula la propagation de ces nouvelles, comme le montre le fait que des membres du Cordon Rouge contactèrent Bakary, à une date inconnue, pour s’enquérir des possibilités de bourses d’étude163. Sékou Beri Ismaila, le syndicaliste qui travaillait à l’aéroport de Niamey, commença une correspondance avec Radio Prague, à l’imitation de Ardaly et Dembélé qui avaient reçu, du service français de cette radio, des lettres les invitant à écouter les émissions destinées à l’Afrique (selon les services de renseignement français, Radio Moscou et Radio Pékin étaient plus populaires164). Enfin, des tracts étaient apparus dans les rues de Niamey au lendemain de la chute du Sawaba. En 1959, la FSM envoya des messages de propagande aux leaders du Sawaba et de l’UGTAN afin de les informer sur le mouvement pour le désarmement. À cette époque, les dépliants arrivaient de façon hebdomadaire depuis Moscou, Prague, Sofia, Vienne – même la Corée du Nord –, généralement à l’adresse des cadres dirigeants. L’Association soviétique pour l’amitié avec les peuples d’Afrique, qui expédiait livres et informations, était en rapport avec Dembélé et Dandouna Aboubakar165.

  • 166 L’admission à l’université Patrice Lumumba (de l’Amitié des Peuples) était officiel (...)
  • 167 Il joua un rôle dans la bourse de formation professionnelle accordée à Ibrahim Moud (...)
  • 168 Les camarades de Pascal étaient Ousseini Alou Himadou, Kelessi Oumar, Kona Mayaki, (...)
  • 169 Pas par le secrétaire général de l’association Chmelkov, mais par son président, Iv (...)
  • 170 Les camarades de Idé étaient Baban Loré ; une certaine Hadiza Zomo, Sadi Baba Amado (...)

64La réception de militants fut rapidement agencée de façon rationnelle. En Russie, le Comité soviétique de solidarité avec les Pays d’Afrique et d’Asie joua un rôle clef. Il offrait des bourses ou appuyait les candidatures, conseillait aux futurs étudiants de se rendre en Guinée ou au Mali, les accueillait à l’aéroport de Moscou, les accompagnait jusqu’à leur institution d’attache et organisait des manifestations politico-culturelles pour leur divertissement166. Par ailleurs, les étudiants étaient reçus par des enseignants ou des membres du Komsomol, qui a peut-être aussi offert des bourses et qui organisait des cours sur le leadership politique167. Ainsi, Mashoud Pascal et ses compagnons de voyage furent accueillis par une jeune femme du Komsomol qui les prit sous son aile jusqu’à ce qu’ils soient récupérés par un membre du comité afro-asiatique. Yansambou Boubacar fut reçu de façon similaire168 et dans un cas, l’entrée à l’université fut facilitée par une intervention de l’Association pour l’amitié avec les peuples d’Afrique169. Les Allemands de l’Est travaillaient aussi avec un comité afro-asiatique dirigé par un fonctionnaire du nom de Eggebrecht. Son personnel recueillit le groupe de voyage de Mamoudou Idé, l’infirmier de Ouallam. Après leur arrivée par bateau à Rostock, Idé et ses amis furent amenés par train jusqu’à Dresde170. Tous ces militants étaient des étudiants ou des impétrants pour des programmes d’instruction politique et syndicale. Il ne s’agissait pas de recrues militaires.

« Le Sawaba nous a éduqués171 »

  • 171 Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005.
  • 172 Les services français n’ont pas pu confirmer la rumeur disant qu’il avait assisté a (...)
  • 173 Voir Chaffard, Les carnets secrets, 307-308, qui n’a pas, cependant, révélé (...)
  • 174 À l’époque, il avait l’intention de visiter Moscou une seconde fois. Premier minist (...)

65Le Bloc de l’Est prépara ainsi le terrain pour une formation intégrale d’hommes (et de quelques femmes) au profit du Sawaba, ainsi que pour l’offre d’assistance financière et matérielle dont il sera question plus loin. Le soutien soviétique d’ensemble fut consacré par une visite de Bakary en Europe de l’Est en 1962 – sa première visite du genre, avant sa rencontre avec Ben Bella au Maroc172. Il se rendit en Tchécoslovaquie pour un séminaire syndical avant de continuer sur Berlin Est où il rencontra Eggebrecht qui aurait promis des armes légères pour les forces du Sawaba en échange de droits préférentiels pour la prospection des ressources du sous-sol nigérien173. D’Allemagne de l’Est, Bakary se rendit probablement à Moscou pour discuter de l’assistance soviétique avant de retourner en Afrique de l’Ouest le mois suivant. Un an plus tard, en juin 1963, il se rendit à Cuba174.

  • 175 Sawaba, mars 1963.
  • 176 Ibid.
  • 177 Comme « cadre du parti ». Interview Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003.
  • 178 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; « Recueil des principaux (...)

66À cette époque, l’instruction des jeunes Nigériens était en cours depuis quelques années déjà. Vers 1960, le bureau politique du Sawaba donna son approbation pour une stratégie intitulée « Opération formation des cadres ». Comme on a pu le noter, ce fut alors que les jeunes nigériens commencèrent à quitter le pays en petits nombres mais de façon continue pour rejoindre, comme disait Dan Galadima, le leadership en exil175. Si ceux qui voulaient faire des études étaient plus ou moins libres de choisir la formation qu’ils désiraient, l’organe du parti indique que la mise en œuvre de l’opération suivait un plan complexe élaboré par le leadership. Les étudiants étaient censés suivre des cours dans « les domaines les plus utiles au pays », telles que la médecine, l’agriculture, les études vétérinaires, la géologie, etc. Bien qu’il y ait eu des exceptions, le but était essentiellement de s’attaquer au problème de la pénurie de personnel qualifié au Niger, objectif qui relevait toujours de la stratégie plus large consistant à s’emparer du pouvoir d’État par la force des armes176. Par conséquent, si le recrutement était généralement volontaire, ceux qui réussissaient à fuir le Niger devaient, dans l’esprit de Dan Galadima, se présenter au quartier général du Sawaba ; et certains des étudiants qui arrivaient en Europe de l’Est y venaient au moins en partie dans l’idée qu’ils y avaient été envoyés177. Le fait que seuls « les jeunes gens de l’opposition » pouvaient obtenir les bourses dont disposait le parti rendait l’affirmation de Bakary – qu’il incombait au régime d’assimiler leur départ à une « révolte de jeunes » – peu crédible178. Les étudiants du Sawaba devaient faire partie de la main-d’œuvre avec laquelle le mouvement comptait diriger le pays après la chute du RDA (photo 9.3). L’éducation acquise en Europe de l’Est était donc au cœur de la lutte contre le régime, quelles qu’aient été par ailleurs les motivations particulières des étudiants.

Photo 9.3 – Une image rare d’étudiants Sawaba (Sawaba, mars 1963).

Photo 9.3 – Une image rare d’étudiants Sawaba         (Sawaba, mars 1963).
  • 179 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant (...)
  • 180 Parti Sawaba, Pour un front démocratique de la patrie (Bureau politique : N (...)

67L’inspiration de ce plan audacieux et imaginatif a pu avoir des sources diverses. Bakary avait toujours soutenu qu’il était de la plus haute importance de former la main-d’œuvre. Lors de son interview de chef de gouvernement, en juin 1957, il avait souligné que l’éducation était l’un de ses « principaux soucis ». Son parti, qui représentait les aspirations du petit peuple, était, comme on pouvait s’y attendre, un « promoteur de grandes idées179 ». Son document stratégique de 1962 contient une liste détaillée d’objectifs pour l’éducation au Niger – comprenant l’intensification de la lutte contre l’analphabétisme, la construction d’écoles primaires rurales, la formation d’instituteurs, l’expansion et l’amélioration de l’éducation secondaire et le développement de l’instruction technique, le tout aboutissant à l’établissement d’une université ainsi que – de façon caractéristique – des formations ou études à l’étranger destinées aux étudiants nigériens « conformément aux besoins de l’État180 ».

  • 181 H.M. Yéré, « Zouglou Culture and Youth in Côte d’Ivoire : A Historical Perspective, (...)
  • 182 Léon Mba à Diori Hamani, Libreville, n. d. mais juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 6.3.
  • 183 Subversive Activities by Ghanaians in Nigeria 1961 ; top secret ; PRO, DO 177/2.

68Si l’Opération formation des cadres est donc enracinée dans l’histoire du mouvement, elle a pu, en partie, trouver son inspiration ailleurs, y compris – paradoxalement – auprès de l’un des ennemis ouest-africains de Bakary, Houphouët-Boigny. Dès octobre 1946, le riche leader ivoirien, frustré dans ses ambitions par les intérêts des coloniaux, avait envoyé un groupe de 150 jeunes gens étudier en métropole. Ils s’étaient embarqués sur L’Aventure, un bateau qui les emporta en France où ils s’inscrivirent dans des institutions éducatives. L’initiative conduisit à l’apparition précoce d’un groupe de cadres qualifiés qui allaient par la suite endosser des responsabilités d’administrateurs d’État, de diplomates de haut rang, voire de ministres – leur histoire commune de « Compagnons de L’Aventure de 46 » devenant une légende nationale181. Lors de la période de camaraderie au sein de l’interterritoriale RDA, Bakary a pu être mis au courant de l’œuvre de pionnier de l’Ivoirien. Plus tard, il arriva que des étudiants se rendent à l’étranger pour une formation dans un pays hostile à leur propre gouvernement, comme le président du Gabon l’indiqua dans une lettre à Diori, en 1964, s’agissant de Gabonais étudiant en Algérie182. Un exemple similaire et plus proche du Niger fut aussi donné par des membres de la NEPU, l’alliée du Sawaba, qui, en 1960, obtinrent des bourses soviétiques et chinoises et se rendirent dans les pays de l’Est avec l’aide du BAA du Ghana183.

  • 184 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 8 au 14 (...)
  • 185 A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, 1989), 266-267.
  • 186 Pour un front démocratique de la patrie, 33-34 ; FEANF – USN : Association des étud (...)

69Les bénéficiaires des bourses du Sawaba n’étaient pas que des « apprentis sans grand avenir » comme les services français les dépeignaient184. Nous avons vu au chapitre 6, qu’il y avait un malaise dans le monde de l’éducation, suscité par des restrictions à l’admission, l’interférence de facteurs politiques, le chômage et les protestations des étudiants à l’encontre des privilèges. Les progrès indéniables des années 1950 alimentèrent le mécontentement, puisque les améliorations apportées au secteur éducatif s’étaient arrêtées à mi-chemin. Si le nombre d’écoles primaires avait plus que quadruplé en 1961, la population estudiantine dans les écoles secondaires et professionnelles stagnait à 1 400 personnes seulement185. Les adolescents étaient mécontents des possibilités de faire de longues études, possibilités limitées, disait-on, par les contraintes budgétaires. Les étudiants nigériens en France avançaient que les modalités d’admission au Lycée national étaient biaisées en faveur de la région ouest – plus avancée au plan de l’instruction – et des enfants des personnalités publiques. Par ailleurs, la formation des cadres n’allait pas de pair avec les opportunités d’emploi, en partie parce que plusieurs postes étaient encore occupés par des Français ou des AOFiens – surtout des Dahoméens – du fait, justement, des insuffisances du pays en matière de main-d’œuvre. On avance que des jeunes gens ayant terminé leur formation technique restaient sans emplois tandis que des instituteurs qualifiés étaient forcés de chercher du travail à l’étranger186.

  • 187 Pour un front démocratique de la patrie, 27, 34-35 ; Les étudiants nigériens à Mosc (...)
  • 188 Paraphrase. Association des étudiants nigériens en France (AENF), XIIe congrès ; Po (...)

70La pénurie de structures éducatives post-primaires additionnée aux attentes des chercheurs d’emploi conféra un caractère explosif à la question des privilèges des Européens, notamment dans l’espace scolaire où le complexe de supériorité des enseignants français et les susceptibilités des étudiants, en cette ère de décolonisation, mettaient les relations sous tension. Tandis que le Sawaba et ses étudiants d’Europe de l’Est soulignaient l’importance de la question de l’africanisation des cadres187, au Niger, les adolescents se confrontaient avec les enseignants français qui devenaient des figures honnies. En effet, du fait des réactions excessives d’un régime qui voyait dans toute dissidence la main du mouvement de Bakary, les incidents tendaient à devenir incontrôlables. Ainsi, le proviseur du Lycée national dut faire face à l’hostilité, tout comme l’enseignant qui, à Zinder, se colléta avec un élève, provoquant des expulsions et la fermeture temporaire de l’établissement (avril 1962). Il y avait déjà eu des heurts similaires dans les années 1950, et elles conduisaient à présent à des mouvements de grève – comme à Tahoua, en avril 1960 – menant à des expulsions d’élève. Mounkaila Albagna, qui fut impliqué dans l’incident de Tahoua, s’inscrivit, après son expulsion, dans une école technique à Maradi – où, de nouveau, il se confronta avec le proviseur européen de cette école qui lui fit savoir que s’il n’était pas content, « il pouvait toujours aller à Moscou188 ».

  • 189 Voir dossier Hambali Sahabi – inscrit en 1re moderne – ANN, 86 MI 3 F 12.32 (...)
  • 190 Interviews Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 5 févr. 2003, Bachir Boukary, Zinder, 11 fé (...)
  • 191 Note de renseignements no 800/BCL, 26 sept. 1967.

71Plusieurs déscolarisés finirent, de cette façon, par gagner les pays de l’Est. Dans l’ambiance politisée du système éducatif nigérien, il est difficile de savoir si cela était dû à des problèmes politiques, ou à de simples difficultés d’apprentissage, et il a pu s’agir d’un mélange des deux facteurs. Par exemple, si l’on ne sait pas exactement pourquoi Hambali Sahabi a quitté le Lycée national, son camarade d’école Iro Addo aurait échoué au baccalauréat avant de partir pour l’URSS. Néanmoins, il finit par obtenir un diplôme en sciences économiques, non sans distinction, à l’université de Léningrad189. Il est certain que les adolescents qui, du fait de leur origine familiale, étaient perçus comme étant proches du Sawaba, furent confrontés à des difficultés : mais il s’agissait généralement de problèmes d’accès. Ibrahim Bawa Souley, fils de Baoua Souley, l’ancien député de Maradi emprisonné en 1960, ne fut pas admis au Lycée national, et, de façon similaire, Daouda Hamani, dont le père était un sawabiste de Tillabéri, ne put retourner à l’école. Le fils de Dan Galadima, Abdoulkarim, n’eut guère d’autre choix que d’étudier au Maroc. Bachir Boukary, qui avait un père sawabiste, quitta l’École normale de Zinder pour finir avec succès ses études à Bamako190. Ainsi, les jeunes gens se dirigèrent vers l’Europe de l’Est, puisque les chances d’obtenir une bourse de l’État pour faire des études en France étaient maigres et, pour les « sawabistes », pratiquement nulles. Hambali Mahamane, l’étudiant en droit et lettres, partit pour l’URSS après que sa demande d’une bourse pour étudier l’anglais à Londres eût été rejetée. Les sanctions contribuaient aussi à pousser les gens à essayer de passer à l’Est191. Nous avons vu que Issoufou Assoumane avait subi une affectation disciplinaire de la Sûreté, et Mashoud Pascal postula pour une bourse du Sawaba alors que son frère Mamoudou était encore en prison.

  • 192 Il existe une étude utile, « Étudiants et boursiers du Sawaba ». Voir aussi J. Colo (...)
  • 193 Son identité est inconnue. « Recueil des principaux renseignements… 16 au 22 nov. 1 (...)

72Bien entendu, les postulants étaient, dans tous les cas, motivés par des objectifs de carrière, et cherchaient à obtenir un emploi meilleur. Nombre de ces hommes avaient été des infirmiers ou des instituteurs adjoints, ou encore travaillaient comme agents auxiliaires de personnes plus haut placées, ou comme apprentis192. Cependant, il y avait, parmi ceux qui eurent accès à une formation dans les pays de l’Est, des agents de bureau, des enseignants ou des instructeurs travaillant dans divers milieux professionnels. Chacun aspirait à une position supérieure à celle qu’il occupait et les licenciements jouèrent aussi un rôle dans la décision de se rendre à l’étranger – ainsi que le montrent les exemples de Ibrahim Félix et de Katchalla Oumar cités dans la première section de ce chapitre. La quête d’une formation à l’étranger fut aussi stimulée par le fait que la vieille génération monopolisait les postes. Un étudiant Sawaba en Europe de l’Est, qui fut instituteur au Niger, envoya à son ancien inspecteur une carte postale triomphaliste lui faisant savoir que s’il avait besoin d’un remplaçant, il pouvait donner le poste à Diori ou Boubou Hama193 !

  • 194 Souley Salifouizé, un petit fonctionnaire de Nguigmi, se rendit en URSS avec le rêv (...)
  • 195 Université de l’Amitié des peuples Patrice Lumumba en entier. Dossier Bachir Boukar (...)

73Pour ceux qui étaient trop jeunes pour chercher un emploi, ce fut le rêve même d’avoir une instruction qui les poussa dans l’aventure. Lorsque Bachir Boukary partit, la rumeur affirma qu’il désirait se rendre à Moscou pour devenir technicien. Ce désir d’être instruit poussa aussi Touré Hama à partir, et il adressa sa demande pour une formation, professionnelle ou tout autre, à Yacouba Idrissa. Après avoir reçu les qualifications d’un assistant médical en Allemagne de l’Est, il essaya d’obtenir une bourse pour devenir médecin. La carrière de Hambali Mahamane indique aussi des ambitions scolaires. Après ses études au Caire, il s’inscrivit à l’Institut soviétique des langues orientales et termina sa thèse doctorale avant le délai de dépôt. Les rumeurs de bourses firent le reste, persuadant d’autres personnes de tenter leur chance – dans le cas de Mamoudou Idé, de devenir infirmier d’État, faire des études de médecine en Union soviétique et obtenir un stage d’infirmier de salle d’opération en Allemagne de l’Ouest. Yansambou Boubakar, l’infirmier vétérinaire de Birnin Gaouré, partit aussi pour le Mali après avoir entendu parler de bourses, tout comme Aboubakar Abdou Karami. Ali Dodo, qui chanta plus tard les louages de la vie universitaire soviétique sur les ondes radio, réussit à devenir vétérinaire plein à l’Académie des sciences vétérinaires de Moscou194. Adamou Moussa, le conseiller agricole pourvu de qualifications professionnelles primaires et de niveau inférieur, quitta lui aussi son poste et finit par devenir ingénieur agronome à l’université Lumumba de Moscou195.

  • 196 Note d’information, 4 et 13 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10/3.5 ; « Recueil des pr (...)
  • 197 Entretien avec Vladimir Shubin, Leyde, 13 févr. 2007.
  • 198 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 8 sept. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2. Le (...)
  • 199 Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; note d’information, no 401/CSN, 23 juill (...)
  • 200 Étudiants et boursiers du Sawaba. Il y avait notamment : Kaîro Alfari ; Biry Kouly (...)
  • 201 Sawaba, mars 1963 ; entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

74Nous ignorons le nombre exact de jeunes qui bénéficièrent de cette façon de l’Opération formation des cadres. En septembre 1961, les services français rapportent que Bakary disposait de pas moins de 180 bourses pour le Bloc de l’Est. Si ce chiffre rend l’opération comparable à l’initiative ivoirienne qui avait eu lieu plus tôt, il représente sans doute la totalité des places allouées au Sawaba plutôt que le nombre de bourses réelles. Au moment de ce rapport, 40 d’entre ces dernières avaient déjà été accordées, selon les Français. Un an plus tard, ce chiffre était monté à 45196, le plaçant dans la moyenne des estimations de Vladimir Shubin – un fonctionnaire qui avait intégré le comité afro-asiatique des Soviétiques en 1969 – selon lequel le mouvement avait consommé une cinquantaine de bourses est-européennes197. À ceci, l’on peut ajouter dix bourses accordées à l’époque par le gouvernement guinéen198, ce qui confirmerait une estimation américaine de 1962 selon laquelle le Sawaba avait une soixantaine d’étudiants « dans les programmes éducatifs soviétiques ». On peut supposer que ceci concernait toute l’Europe de l’Est puisqu’en 1964, Kona Mayaki, qui avait finalement réussi à aller en URSS, dit à la Sûreté du Niger qu’il y avait, à Moscou, un total de 40 étudiants nigériens. Puisqu’on estime qu’il y avait, en 1962, plus de 800 étudiants africains dans la capitale soviétique, ceci ne paraît pas impossible199. De fait, en 1968, la Sûreté dressa une liste d’étudiants Sawaba dans les pays du Bloc de l’Est, arrivant au chiffre de 49 au total. 27 d’entre ces étudiants avaient été en Union soviétique et 23 en Allemagne de l’Est – plusieurs étudiants ayant, en fait, suivi des cours dans les deux pays ainsi que dans d’autres parties du Bloc de l’Est. Mais il s’agissait là uniquement des étudiants qui étaient rentrés, alors que le programme continuait encore à cette époque, quoiqu’avec moins d’intensité. Si nous consultons d’autres sources, nous constatons qu’au moins quatre dizaines d’étudiants Sawaba qui, au cours des années 1960, avaient suivi une formation en Europe de l’Est (principalement de type universitaire, mais aussi professionnelle et syndicale) n’ont pas été inclus dans le rapport de la Sûreté200. Ceci apporterait plus ou moins une correction au nombre des étudiants à Moscou et en URSS d’après les estimations de Mayaki, mais ferait monter leur effectif total cumulé jusqu’au chiffre de 80 ou 90, en excluant ceux qui étudiaient en dehors de l’Europe. La population estudiantine étant instable, certaines des estimations citées ne valent probablement que pour des périodes limitées ou ne se rapportent qu’aux admissions initiales ou aux classes annuelles des premiers temps, puisque le programme était destiné à prendre davantage d’ampleur – ce qui expliquerait les estimations françaises de 180 bourses. En 1963, par exemple, le parti lui-même rapporte qu’il avait « plus d’une centaine d’étudiants et stagiaires » en formation (bien que ce chiffre concernait aussi les pays d’Afrique du Nord) parmi lesquels « la moitié au moins » étaient de niveau universitaire201.

  • 202 Le Niger, 31 mai 1965 et Sawaba, mars 1963.
  • 203 30 en France ; 12 en Afrique. 12 étaient au secondaire, 27 en formation professionn (...)
  • 204 Des noms furent publiés au Journal Officiel. Voir T. Smirnova, « La dynamique de l’ (...)
  • 205 Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962.

75La signification de ces nombres ne doit pas être sous-estimée. Si l’effectif total de ceux qui étudiaient en Europe de l’Est vers le milieu des années 1960 tournait autour de 90 et l’intégralité de l’instruction reçue – universitaire, professionnelle et autre – durait en moyenne trois ans, on pouvait s’attendre à ce que le nombre de diplômés s’élève à quelques centaines en peu d’années. De fait, un régime nigérien sur la défensive persifla sur le fait que 200 étudiants ne sauraient le mettre en péril. Mais si le Sawaba soutint fièrement que sa centaine de personnes en formation en 1963 égalait le nombre total d’étudiants formés sous la férule française202, ce chiffre ne prend tout son sens qu’une fois rapporté au nombre d’étudiants que le gouvernement avait réussi à inscrire dans l’enseignement supérieur. Sans université à sa disposition, le régime avait, en 1961, inscrit 100 jeunes gens à l’étranger (à l’exclusion de ceux du Sawaba), dont seulement 47 au niveau universitaire203. Le nombre total des étudiants à l’étranger s’éleva à 147 en 1967, en comptant ceux qui suivaient une formation technique et non l’instruction de niveau universitaire en tant que telle. Sur ces effectifs, seuls 51 personnes reçurent une bourse gouvernementale sur toute la décennie204. Ainsi, les 80 à 90 étudiants que le Sawaba avait mis en formation dans les pays de l’Est – en Europe uniquement – représentaient un défi stratégique, en termes aussi bien des offres qui pouvaient être faites aux diplômés des écoles secondaires du Niger (en moyenne 60 par an205) que de la mise en place d’une main-d’œuvre capable de diriger une administration.

  • 206 Les autres étaient Hassane Hama, Sadi Baba Amadou, Baban Loré, le boxeur, et une fe (...)
  • 207 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 févr. 1962 », no 164.
  • 208 Le Berliner Zeitung. Étudiants et boursiers du Sawaba. Zoumari Issa Seyni, qui parl (...)

76Mais les études en Europe de l’Est n’avaient rien d’une promenade de santé. Il y avait d’abord la barrière linguistique et, pour ceux qui se retrouvaient en URSS et en Bulgarie, l’usage de l’alphabet cyrillique que devaient maîtriser ceux qui étudiaient dans les institutions professionnelles et universitaires (photo 9.4). En Allemagne de l’Est, une école basée à Dresde fournissait des cours de langue pour étrangers accueillant 150 personnes d’Afrique, d’Asie et de Cuba – les Africains venant principalement de la Guinée, du Sénégal et du Congo. Touré Hama y alla avec trois Nigériens, y compris Ibrahim Himou de Say et Zoumari Issa Seyni, le cousin de Adamou Sékou. Nous avons vu que le groupe de voyage de Mamoudou Idé s’était aussi rendu directement à Dresde à son arrivée206. L’apprentissage de la langue durait trois à six mois et se poursuivait dans un contexte professionnel pour ceux qui faisaient un stage. En Union soviétique, les étudiants se rendaient d’abord à la « faculté préparatoire », souvent à l’université d’État de Moscou. En général, on apprenait le russe en un an, au sein de facultés préparatoires dispersées sur le territoire soviétique, comme à Kharkov et Kiev, en Ukraine, à l’université d’État de Moscou et à l’institut polytechnique de Tbilisi en Géorgie. Abdou Ardaly, le frère de Daouda, mit de façon exceptionnelle deux ans à apprendre le russe à l’université d’État de Moscou avant d’entrer en faculté de droit. La faculté préparatoire de l’université Patrice Lumumba fournissait des formations de durée variable, de un à trois ans, enseignant non seulement le russe, mais aussi toutes les matières terminales du lycée pour ceux qui ne possédaient pas de diplôme de fin d’études secondaires. Ceux qui suivaient une formation professionnelle semblent aussi être passés par l’année d’apprentissage de langue, comme ce fut le cas de Maïga Ibrahim Moudi qui se spécialisa dans les sports après avoir choisi d’abord d’étudier la mécanique auto. Selon les services français, la plupart des étudiants avaient du mal à apprendre le russe, étant donné la minceur de leur bagage intellectuel207. Nous ignorons comment ils pouvaient savoir ceci – leurs rapports n’étaient guère impartiaux – et ils furent, dans certains cas, démentis par des études subséquentes en Europe occidentale, comme nous le verrons plus loin. Quoi qu’il en soit, l’apprentissage du russe et de l’allemand n’a pas dû être facile, en particulier pour quelqu’un comme Baban Loré, l’ancien boxeur, qui aurait été un analphabète et qui étudia cependant l’allemand pendant quelques mois. Mais de nombreux diplômés furent par la suite en mesure de parler et d’écrire en allemand ou en russe, parfois couramment – par exemple Issoufou Assoumane et Ali Dodo. Dans certains cas, on peut inférer la maîtrise d’une langue – jusqu’à l’aisance complète ou non – à partir des activités des étudiants, tels que les cours de haoussa enseignés par Hambali Mahamane à l’Institut des langues orientales de Moscou, ou le stage de Mamoudou Pascal dans un journal de Berlin Est208.

Photo 9.4 – Étudiants nigériens apprenant le russe (La vie africaine, no 31, déc. 1962).

Photo 9.4 – Étudiants nigériens apprenant le         russe (La vie africaine,         no 31, déc. 1962).
  • 209 Voir texte du message diffusé sur Radio Moscou, joint à Examen de situation du nomm (...)
  • 210 Au cours des années 1960, il était prévu de prolonger la voie ferrée dahoméenne Cot (...)
  • 211 Arzika Mahamane dit Lawali de Birnin Konni travailla 3 ans comme présentateur au se (...)

77Si les aptitudes linguistiques étaient peut-être moins importantes pour l’instruction technique, toutes les matières étaient enseignées en russe en Union soviétique209. En Allemagne de l’Est, l’instruction était à caractère principalement professionnel – aussi enseignée en langue locale – tandis qu’elle était à caractère principalement universitaire en URSS. Les institutions d’enseignement supérieur qui jouèrent un rôle dans l’affaire étaient dispersées sur le territoire. La majorité des étudiants allaient bien entendu à Moscou, notamment à l’université d’État pour étudier, par exemple, la biologie ou le droit. La plupart des étudiants de Moscou s’inscrivaient à Lumumba, dont les six facultés, embrassant tout l’éventail de la formation scientifique, offraient une série de spécialisations qu’on étudiait en quatre ou cinq ans. Les matières choisies par les étudiants du Sawaba témoignent des objectifs de l’Opération formation des cadres. Il s’agissait, notamment, de plusieurs variantes des études du génie (génie civil, mines, hydroélectricité), de l’agronomie, de la médecine et de la géologie – ces deux dernières attirant plusieurs étudiants – mais aussi de matières de nature similaire comme l’orthopédie et la metallurgie, en plus de la philologie, de l’économie et du droit. Plusieurs instituts scientifiques de Moscou admirent des élèves du Sawaba – comme l’Institut de médecine, qui offrait des apprentissages, l’Institut (non-universitaire) du génie ferroviaire210, l’Institut des langues orientales et, surtout, l’Académie vétérinaire. Quelques Nigériens ont suivi une formation professionnelle ou un apprentissage dans une panoplie de domaines d’activité (infirmerie, coopératives, génie automobile, communication radio211).

  • 212 Détails in ANN, 86 MI 1 E 8.14 et Étudiants et boursiers du Sawaba. Dans un cas, (...)
  • 213 Mamadou Souna dit Souri, en plus de Zataou Maman, un Nigérien bénéficiant d’une bou (...)
  • 214 Et, dans le cas de Maïga Ibrahim Moudi, l’athlétisme. ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudian (...)
  • 215 Fréquentée par Abdou Tahirou dit Dan Inda de Maradi et Mamoudou Idé (stage) respect (...)
  • 216 Ibid. ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Tah (...)

78D’autres partirent à Léningrad pour étudier l’économie, la chimie, même l’informatique, et surtout la médecine et le génie agricole (à l’Institut d’agronomie de la banlieue de Pouchkine212). Yansambou Boubakar fut envoyé à Kalinine pour étudier la médecine – presque un solitaire sur les berges de la Volga, car il n’y avait là qu’un seul autre étudiant Sawaba213. La capitale de l’Ukraine reçut un plus grand nombre d’étudiants, en particulier en médecine et géologie214. En dehors de Kiev, certains allèrent à Kharkov où se trouvait un institut d’études zoo-vétérinaires et une école de technologie médicale215 ; et à Simferopol en Crimée ainsi qu’à Kirsanov (au centre de la Russie) pour la médecine et l’élevage. L’étudiant qui s’était rendu à Simferopol, l’ancien préposé de la poste Petit Dosso, poursuivit la plus grande partie de sa formation en médecine à Krasnodar, non loin du Caucase, où l’on enseignait également l’agronomie et l’élevage, disciplines étudiées par Adamou Moussa et Bachir Boukary. Le programme pouvait comprendre des stages, comme dans le cas de l’étudiant en géologie Tahirou Maïga, qui prit, à cet effet, le Transsibérien jusqu’à Vladivostok216. La majorité des étudiants poursuivirent leurs formations jusqu’au bout, obtenant leur diplôme dans la période 1966-1969 après avoir passé en moyenne cinq ans en Union soviétique.

  • 217 Qui avait, cependant, une école de sciences économiques fréquentée par Hamani Beida (...)
  • 218 ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Jacques Knoll à président (...)

79La formation professionnelle en RDA se concentrait sur des matières techniques, en particulier l’infirmerie et le génie, enseignés dans des villes de province plutôt qu’à Berlin Est217. Dessau, au sud-est de Magdebourg, abritait une école d’infirmiers et d’assistants médicaux fréquentée par Mamoudou Idé, Mahamane Abdoulaye et Ahmed Amadou. L’école médicale de Quedlinburg, au sud-ouest de Magdebourg, reçut Touré Hama, qui en sortit au bout de deux ans avec des notes passables. Elle reçut également deux femmes, Hadiza Zomo et Fatima Mazou, qui était mariée à Wahabou Maiga. Maiga était l’un des rares étudiants que le mouvement avait inscrit à l’université de Leipzig, où il étudia l’agronomie en compagnie de Issa Insa, un cadre du Sawaba et correspondant de Iro Addo à Léningrad. Dresde reçut des étudiants du génie et d’autres vocations techniques, y compris la mécanique auto et l’imprimerie. Ainsi, Abdou Amadou de Malanville fut apprenti dans une école d’imprimerie et Baban Loré obtint un diplôme de mécanicien et de serrurier au bout de trois ans de formation, en dépit de son analphabétisme. D’autres formes d’études du génie relevaient de l’agriculture et de la technologie diesel. Dresde et Wittenberg, une ville du nord, offraient des cours en génie ferroviaire, suivis par l’ancien conducteur de la SCOA, Bara Sani de Tessaoua. D’autres étudiants reçurent une formation en agriculture et radiocommunication. Quelques étudiants, y compris Ibrahim Himou et peut-être Zoumari Issa Seyni et Hadiza Zomo, furent apprentis dans une usine de textile de Treuen, une petite ville au sud de Leipzig218.

  • 219 Ibid. Tahirou Ayouba Maïga étudia à Liège, en Belgique, en plus de Kiev. Kaîro Alfa (...)

80Plusieurs des étudiants de la RDA profitèrent du fait que l’Allemagne de l’Ouest, qui était engagée dans une competition acharnée avec son voisin oriental, essayait d’attirer des étudiants loin des appâts du communisme en leur offrant des formations en apprentissage et, parfois, des bourses pour continuer leurs Études. Les étudiants du Sawaba essayèrent d’utiliser cette opportunité à la fin de leur formation en Allemagne de l’Est, comme Baban Loré, qui obtint un stage dans une firme de Mannheim afin de se familiariser avec le génie civil. Au cours de la seconde moitié des années 1960, le gouvernement, à Niamey, commença à soutenir ces efforts à travers son chargé d’affaires (allemand) à Bad Godesberg qui, par exemple, tâcha en vain d’obtenir une bourse pour Touré Hama après la fin des Études de ce dernier à Quedlinburg. Nous avons déjà vu Mamoudou Idé recevoir une formation d’infirmier de salle d’opération en Allemagne de l’Ouest (un stage de dix mois à l’université de Bonn) après ses études à l’Est. D’autres s’engagèrent dans des formations en apprentissage ou dans des études en commerce, radiocommunication, agriculture et élevage ou, notamment, en mécanique auto. Bara Sani décrocha un diplôme à l’usine Mercedes de Stuttgart où travaillait également Soumana Adamou dit Tanda, un ancien policier de Niamey formé à la mécanique diesel en RDA. De façon exceptionnelle, les étudiants continuaient leur cursus en France. Sow Boubakar, qui avait obtenu un diplôme en génie agricole de l’Institut d’agronomie de Léningrad, étudia l’économie du développement à Paris un an durant219.

  • 220 Interviews Ali Talba, Mamoudou Pascal, Mounkaila Albagna & Ahmed Sékou Djibo Bakary (...)
  • 221 Comme l’affirma Touré Hama, qui, cependant, avait des raisons de le dire à ses inte (...)
  • 222 Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 et … Mamoudou Idé, 11 juillet 1968. (...)

81Il arrivait que la formation professionnelle en Allemagne de l’Est soit suivie d’une instruction universitaire en URSS. Après avoir terminé sa formation d’infirmier à Dessau et avant d’entamer son stage à Bonn, Mamoudou Idé se rendit en Union soviétique (Kiev) pour des Études supplémentaires. Il semble que n’allèrent à Cuba – que ce soit pour des Études universitaires ou pour une formation politique – qu’un petit nombre de cadres. Mamoudou Pascal se rendit à La Havane pour formation politique tandis que Soumana Mamadou s’y serait aussi rendu – le médecin personnel de Bakary, dont certains enfants reçurent leur instruction sur l’île220. Puisque l’Opération formation des cadres se trouvait au cœur de la lutte, les recrues militaires n’étaient pas seules à recevoir une formation politique. Mais ceux qui suivaient des études professionnelles ne prenaient en général pas de cours distincts en matière de formation politique ou syndicale. Dans les systèmes éducatifs de l’Europe de l’Est, cependant, la politique n’était jamais loin. La formation en infirmerie offerte à l’école médicale de Quedlinburg était assortie de cours de marxisme-léninisme fournis deux fois par semaine par le directeur de l’école. De tels cours n’étaient peut-être pas obligatoires pour les étudiants du Sawaba, qui, contrairement à d’autres, n’étaient pas envoyés par leur gouvernement221, mais ils entrèrent bien entendu en contact avec la littérature marxiste et de telles influences politiques étaient inévitables lors des cours de langue qui précédaient le cursus normal. De plus, le marxisme-léninisme faisait partie intégrante de l’instruction universitaire reçue en URSS et, nous avons vu, dans le cas exceptionnel de Petit Dosso, que les études médicales à Simferopol et Krasnodar furent précédées d’un cours en activités syndicales en Guinée222.

  • 223 Djibo vécut 9, voire 12 mois en Bulgarie. Examen de situation de Souleymane Hako, 2 (...)

82Néanmoins, l’instruction politico-syndicale formait généralement un cursus distinct pour lequel les cadres se rendaient spécifiquement en Europe de l’Est, après quoi, ils subissaient en règle générale un entraînement militaire dans un autre lieu, et non pas une formation professionnelle ou universitaire. Cette instruction était offerte en Bulgarie et en RDA tout autant qu’à Moscou. En Bulgarie, les cours se concentraient sur la formation syndicale, généralement sur une période de neuf mois. Les leçons portaient notamment sur le marxisme-léninisme, le mouvement ouvrier et l’industrialisation, et étaient enseignées dans une école syndicale. Hassane Djibo, l’agent d’agriculture de Kollo, s’y inscrivit, ainsi que Assane Bizo – un collègue originaire de la même ville – et Abdou Diakité, un petit fonctionnaire de Zinder. Dans un domaine très proche de cette formation politique, Mamadou Hako de Tahoua s’inscrivit en journalisme au département d’études pour étudiants étrangers de l’université de Sofia qu’il fréquenta sur une période de cinq ans. Il y fut rejoint, pour une formation non-identifiée, par d’autres Nigériens : Issaka Samy (co-fondateur de l’UDN) et un certain Moussa, mécanicien de Filingué. On peut supposer que l’apprentissage du bulgare faisait partie de l’étape préparatoire à l’entrée à l’université puisqu’on rapporte que Hako maîtrisait la langue, bien que même Hassane Djibo, à l’école syndicale, avait une certaine pratique de la langue bulgare223.

  • 224 Mounkaila Mahamane dit Lamama, mécanicien et ancien boxeur, échoua à terminer le pr (...)
  • 225 Souley Mallam Mahamane, instituteur adjoint de Maradi, fit un an de stage dans des (...)

83La trajectoire de Abdou Diakité montre les opportunités qui pouvaient se présenter au niveau de l’instruction politique. Il intégra, avant son stage à Sofia, l’école des coopératives du Komsomol, à Moscou (sans doute l’École centrale supérieure du Komsomol), où il a pu rester un an durant. L’organisation de la jeunesse communiste, qui offrait des cours en français, était un aimant pour les cadres en quête de formation politique. Boubakar Djingaré, le maçon de Niamey, y suivit un cours de formation, précédé de Issoufou Baleri, un petit fonctionnaire de Gothèye, qui alla à Moscou à l’automne 1961. Mamoudou Pascal, le syndicaliste, intégra aussi un cursus du Komsomol vers cette époque224. On peut mentionner, parmi ceux qui suivaient une formation politique ou syndicale à l’intérieur ou en dehors de l’organisation de la jeunesse, Amada Bachard, le leader de la jeunesse UDN de Zinder qui passa neuf mois à Moscou en 1960 ; Sani Mahamane dit Petit Sani, originaire de Maradi qui s’inscrivit à un cours de syndicalisme (photo 9.5) ; Hamidou Abdoulaye, l’enseignant (également de Maradi), qui alla au Komsomol en 1962 ; et Abdou Ardaly, le frère de Daouda qui, durant ses six ans en Union soviétique (1962-1968) suivit des cours de syndicalisme en dehors de ses études de droit à l’université d’État de Moscou – en un exemple rare de combinaison d’instruction politique et universitaire225.

Photo 9.5 – Sani Mahamane dit Petit Sani (dossier de police).

Photo 9.5 – Sani Mahamane dit Petit Sani         (dossier de police).
  • 226 Certaines des institutions mentionnées étaient peut-être les mêmes.
  • 227 Dossier de Abdou Iddi in ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; (...)

84Abdou Diakité, au bout de sa formation au Komsomol et de ses cours de syndicalisme à Sofia, conclut son éducation politique par un an d’étude dans une institution d’enseignement supérieur de Berlin Est, la Jugend Hochschule, à l’instar de l’instituteur adjoint Adamou Harouna sur la même période (1964-1965) et de Zoumari Issa Seyni. Abdou Iddi, un instituteur qui avait quitté le Niger après avoir été astreint à une affectation dans le centre du pays, se rendit aussi à Berlin Est, à l’école Fritz Heckert, pour des cours de syndicalisme. Mounkaila Tiné, un petit fonctionnaire de Niamey qui avait assisté au festival FMJD de Budapest (1962), s’était ensuite rendu l’année d’après en RDA pour traiter une tuberculose avant de faire plusieurs voyages en Europe de l’Est et à Bruxelles et de fréquenter une école enseignant le marxisme-léninisme dans la banlieue de Bernau. Parmi ceux qui suivirent des cours d’instruction politique et syndicale en RDA, au sein des mêmes institutions ou non226, figure Eugène Dejean (un ancien employé du service des Travaux publics du Niger) durant une bonne partie de l’année 1962 ; Petit Sani, deux ans après sa formation en syndicalisme à Moscou ; et Soumana Idrissa, le syndicaliste de Gothèye qui suivit un séminaire politique de six mois227. Le contenu de ces cours couvrait l’ensemble de la doctrine marxiste-léniniste, les tenants et les aboutissants de l’activité syndicale et de l’agit-prop et peut-être les tactiques d’infiltration politique.

  • 228 Étudiants et boursiers du Sawaba. Aboubakar Abdou Karami, le technicien de Gouré, s (...)
  • 229 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa) ; Examen de situation de Aboub (...)
  • 230 Le frère de Zoumari était aussi au Maroc. Interview, Niamey, 18 nov. 2002 ; curricu (...)
  • 231 Dans l’intervalle, il enseigna l’agronomie en Guinée. Interview Zinder, 11 févr. 20 (...)
  • 232 Y compris un certain Oumarou Ba ; Moumouni Ousseini ; Gamatié Seyni ; Gaoh Abarchi  (...)
  • 233 Note de renseignements, no 69/Aéro, 24 févr. 1969. Chaibou Souley étudia sans doute (...)
  • 234 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 et « Recueil des principa (...)

85Enfin, les cadres pouvaient aussi recevoir de l’instruction en Afrique du Nord, quoiqu’en général de nature non politique. Ainsi, après avoir terminé le cursus du Komsomol, certains cadres, comme ce fut le cas de Issoufou Baleri et Mamoudou Pascal, se rendaient au Maroc qui avait l’avantage d’offrir une instruction en langue française228. Cependant, ceux qui s’inscrivaient dans les institutions marocaines venaient, en règle générale, directement de Bamako. Les institutions en question comprenaient une école d’enseignement secondaire de Souk El Arba, entre Tanger et la capitale, dénommée Sidi Aïssa ; le lycée Mohamed V de Rabat ; un collège-lycée spécialisé en agriculture, Ibn Al Aouam de Casablanca ; un collège également situé à Casablanca, le collège Moulaye Idriss ; et une école d’études coraniques de Fez. En 1963, les services français rapportent qu’il y avait environ 30 élèves et étudiants nigériens dans le royaume, sans doute tous inscrits au compte du Sawaba. Plusieurs d’entre eux étaient inscrits à Souk El Arba, soit directement ou au bout d’une année préparatoire au sein d’institutions comme Moulaye Idriss229. Yacouba Issa fit ses classes de CM2 et de 6e à Souk El Arba, contrairement à Abdou Karami qui y passa un an en vue de ses études du génie en URSS. Mounkaila Beidari alla, lui aussi, à El Arba, tandis que Zoumari Issa Seyni étudia à Rabat de 1966 à 1968, avant ses études universitaires à Moscou230. D’autres s’intéressèrent à l’agriculture, comme Bachir Boukary, qui obtint un diplôme du collège d’agriculture de Casablanca, puis entra en stage dans une ferme commerciale de Meknès (entre Rabat et Fez) avant de commencer sa formation universitaire à Krasnodar231. Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, le fils de Dan Galadima, étudia, lui aussi, l’agriculture à Casablanca jusqu’à la 5e. Année où l’arabe devenant obligatoire, il rentra à Bamako. Huit autres nigériens au moins fréquentèrent cette école, probablement grâce à un financement du Sawaba232. Par contraste, l’école d’études coraniques de Fez n’attira qu’un petit nombre d’élèves : Ousseini Sanda de Goudel, près de Niamey, alla à Fez, à partir du Ghana, en 1961, avec une bourse du Sawaba financée par le gouvernement marocain233. Exceptionnellement, des cadres étudièrent en Égypte, comme ce fut le cas de Hambali Mahamane, qui étudia l’arabe pendant deux ans à l’Institut Alsoun du Caire avant de s’inscrire à l’Institut soviétique des langues orientales. Un rapport non vérifié de 1961 prétend que la représentation du Sawaba à Kano avait envoyé des cadres en Arabie Saoudite234.

Coupés du Niger : les militants de la cause

  • 235 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; Examen de situation du nommé Mas (...)

86La politique n’était jamais très éloignée des préoccupations de la vie estudiantine et cela était certainement vrai des étudiants Sawaba en Europe de l’Est. Ces hommes avaient une visée politique qui dépassait le radicalisme stérile d’étudiants privilégiés en quête d’utopies. Leur entrée dans le monde universitaire était, avant toutes choses, un élément d’une stratégie visant à renverser l’ordre régnant au Niger. Ils œuvraient pour un projet subversif et ils le savaient. Les étudiants avaient été envoyés en Europe, recevant, en cours de route, des fonds, des billets d’avion, des bourses – et même des documents d’identité fournis par des pays étrangers. Ils se trouvaient, du coup, dans une relation de dépendance, ce qui impliquait un certain contrôle ou, à tout le moins, des tentatives d’exercer une influence sur leur existence qui amenait le leadership du Sawaba à observer leur attitude et leur loyauté. En vue aussi de la réalisation de cet objectif, les étudiants qui se trouvaient en Union soviétique et en Allemagne de l’Est étaient politiquement organisés. L’organisation qui se trouvait en Union soviétique était connue sous le nom de Organisation (Union) des étudiants Sawaba en URSS et son bureau fut présidé d’abord par Kaîro Alfari (photo 9.6), l’infirmier vétérinaire de Tillabéri qui étudiait le génie civil, et ensuite par Pascal Ouedraogo, un étudiant en médecine – tous deux inscrits à Lumumba. De façon typiquement estudiantine, ils considéraient que la « continuation des luttes du parti » faisait partie de leur mission. De fait, on dispose de quelques indications montrant qu’ils s’étaient adonnés à des activités politiques. Selon un étudiant, les deux hommes correspondaient régulièrement avec le leadership du parti à Accra, et en fait Alfari fit de « fréquents voyages » au Ghana jusqu’en 1964 (date à laquelle il quitta la présidence de l’association estudiantine), ce qui indique son implication dans des tâches de coordination. En RDA, ces tâches furent remplies par Issa Insa, étudiant en agronomie à Leipzig, qui fournissait aux étudiants des nouvelles d’Accra et transmettait les « instructions et directives du parti235 ».

Photo 9.6 – Kaîro Alfari. À sa droite, un camarade étudiant Sawaba, « Dr Abdoulaye », Niamey, 2005.

Photo 9.6 – Kaîro Alfari. À sa droite, un         camarade étudiant Sawaba, « Dr Abdoulaye », Niamey,         2005.
  • 236 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawa (...)
  • 237 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; …Adamou Moussa, 7 août 196 (...)
  • 238 Une réunion fut tenue à Moscou le 22 mai 1963, au premier anniversaire de la mort d (...)
  • 239 Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawa (...)

87Les étudiants du Sawaba poursuivaient donc leurs Études dans un contexte politique dont ils ne pouvaient être complètement libres, même si tel avait été leur désir. Chaque année, Pascal Ouedraogo organisait une conférence à laquelle ils étaient censés assister afin de discuter de questions qui incluaient des thèmes politiques. Le bureau de l’association estudiantine comprenait, en dehors de Alfari et Ouedraogo (qui fut d’abord son secrétaire général), un certain Biri Kouli (trésorier) et trois « organisateurs » : Amadou Seydou dit Sangalaly, ancien clerc de bureau ; un certain Maiga Mahamane, de nationalité malienne ; et Sidibé Ousseini, étudiant en agronomie236. Les étudiants devaient contribuer à défrayer le bureau, mais le paiement de ces contributions – une rouble ou un peu plus – créa des problèmes et finit par être abandonné237. L’association se réunissait une ou deux fois par mois pour discuter de questions politiques et des problèmes des étudiants, mettant certains en garde contre l’alcoolisme ou la paresse, débattant du sort de ceux qui étaient menacés d’un renvoi en Afrique de l’Ouest (à cause de difficultés scolaires ?) et faisant des recommandations au leadership à Accra quant à leur avenir. Les questions politiques abordées comprenaient les coups d’État militaires en Afrique qui avaient dû apparaître comme une source d’inspiration par rapport à la situation au Niger. En dehors de questions culturelles et scientifiques, on discutait aussi d’évènements et de problèmes spécifiques238. Par exemple, en 1964, les étudiants du Sawaba participèrent à une manifestation organisée par les étudiants africains du premier cycle contre la discrimination raciale. Ils envoyaient aussi des lettres au Niger incitant les gens à s’opposer au régime et revendiquant la création d’écoles ainsi que l’africanisation des postes. Étant donné le climat politiquement chargé du système éducatif nigérien, de tels actes n’étaient pas sans portée politique d’autant plus que les élèves – en particulier les jeunes filles – étaient connus pour leur correspondance avec les étudiants de Moscou239.

  • 240 Comme nous l’avons vu en n. 237, ils avaient alors tout intérêt à minimiser leur rô (...)
  • 241 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Mamoudou Idé, 11 juillet 19 (...)

88Leur engagement politique dépassait donc le niveau purement symbolique, bien que son importance ne doive pas être exagérée. Les études primaient, surtout en ce qui concerne les plus ambitieux. Mais il ne fait pas de doute que les réunions avaient aussi un aspect social, créant un sentiment de communauté pour ceux qui se trouvaient isolés dans l’environnement étrange des villes russes, loin du pays. Ainsi, Maïga Ibrahim Moudi, qui se spécialisait en éducation sportive, vint à trois de ces rassemblements au moins, à Moscou et Kiev. Il existe, cependant, des indications sur l’existence de pressions visant à pousser chacun y assister. Un ancien étudiant affirma plus tard – quoique dans des conditions d’interrogatoire240 – que « comme beaucoup d’autres camarades », il participait de peur que les « responsables » ne coupent sa bourse. Il s’agissait là probablement d’une référence au leadership central du Sawaba qui a pu avoir la capacité d’annuler les bourses en intervenant auprès des autorités soviétiques, puisqu’il a été à l’origine de la subvention. Ainsi, Mamoudou Idé, à la fin de ses études à Dessau (et avant de se rendre en Union soviétique) reçut des Allemands de l’Est l’ordre d’aller à Accra et de se présenter aux quartiers généraux du Sawaba. Ceci indique un certain degré de contrôle sur les allées et venues des cadres. Cependant, Mashoud Pascal, qui aurait été exclu de l’organisation estudiantine en 1965 pour n’avoir pas assisté à toutes les rencontres, put terminer ses études sans entrave. Le parti avait bien entendu intérêt à ce que tel fût le cas, et ses représentants parmi les étudiants se contentaient sans doute de pressions mesurées sur ceux qui ne se conformaient pas assez. Après tout, il s’agissait là des plus beaux espoirs du Sawaba, les dirigeants de l’avenir, capables de soutenir un débat au lieu de simplement recevoir des ordres241.

  • 242 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; …Mashoud Hama Pa (...)

89Par ailleurs, il existe des indications sur le fait que les étudiants étaient influencés par l’idéologie communiste – qui faisait tellement partie de la vie universitaire –, ce qui alimentait une attitude positive à l’égard du marxisme-léninisme et, par extension, du parti qui l’incarnait au Niger. Issoufou Assoumane, le fonctionnaire de Tahoua, fut fortement touché par les doctrines marxistes. À son retour au Niger en 1967, Mashoud Pascal fut pris avec 20 insignes soviétiques et la Sûreté, dans tous les cas, y vit là une preuve d’endoctrinement, bien qu’il n’ait pas été considéré comme un sawabiste par le passé. De son propre aveu, Bachir Boukary dit que ses camarades étudiants et lui-même étaient fortement influencés par les messages idéologiques en provenance de la Chine et de l’URSS242.

  • 243 Mais ceci a été dit en contexte d’interrogatoire. Examen de situation du nommé Iro (...)
  • 244 Voir chapitres 12-13. Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968/Mamoudou Idé, (...)
  • 245 Il aida aussi à organiser des réunions, paya des contributions et travailla pour le (...)

90Si les activités des étudiants en Russie se déroulaient surtout à Moscou, les informations étaient transmises aux étudiants qui vivaient ailleurs. Yansambou Boubakar assista à des réunions à Moscou, et, après son départ pour Kalinine, il y joua le rôle de contact pour l’association. Pourtant, des étudiants qui se trouvaient dans d’autres villes, comme Iro Addo à Kiev, affirmèrent plus tard qu’ils ne recevaient guère de correspondance, que ce soit du parti ou du bureau exécutif des étudiants à Moscou243. Il est probable que les activités se déroulaient surtout dans les endroits ayant les plus fortes concentrations d’étudiants. Par contraste, le leader des étudiants en RDA organisait des réunions tous les deux ou trois mois dans une ville qu’il désignait, soit Berlin Est, soit Dresde, ou Leipzig, ou encore Dessau. Il y eut une réunion à Quedlinburg. Les étudiants de la RDA étaient aussi obligés de payer leurs cotisations, mais si 30 à 35 d’entre eux assistaient encore aux rencontres organisées par Issa Insa, ces effectifs déclinèrent fortement quelques années plus tard, par suite des départs des diplômés et des évènements au Niger244. En Bulgarie, les militants du Sawaba faisaient partie d’une association africaine plus large dont le secrétaire à la presse n’était autre que Mamadou Hako, l’étudiant en journalisme245.

  • 246 Statuts Association des étudiants Sawaba du Niger AESN-UJDN (texte Sawaba, mars 1963) (...)

91Au cours de la troisième année de l’Opération formation des cadres, on essaya d’organiser les groupes estudiantins en une Association des étudiants Sawaba du Niger (AESN). S’il est douteux que l’idée ait jamais pris une forme concrète, elle montre la manière dont était conçu le rôle des étudiants dans le cadre général du mouvement. Les statuts de l’association, dans l’établissement desquels étaient impliqués au moins quelques étudiants Sawaba des pays de l’Est, renvoyaient ouvertement à une action politique-subversive, à savoir combattre la corruption, le féodalisme et le néocolonialisme (le régime RDA) tout en se battant pour « la libération effective » du Niger (le retour au pouvoir du Sawaba). L’AESN serait associée à l’UJDN, la branche FMJD du Sawaba, dont le bureau jouerait le rôle de siège de l’association. De cette façon, l’association serait un membre obligé de toutes les organisations approuvées par l’UJDN. L’AESN se regrouperait et veillerait à la sécurité des étudiants à l’étranger, les guidant dans le choix de sujets d’étude, facilitant les contacts et renforçant la cohésion (y compris en combattant la rivalité régionaliste Est-Ouest des Nigériens). Elle organiserait aussi des manifestations de la jeunesse et coopérerait avec toutes les organisations progressistes de jeunes et d’étudiants à travers le monde. Les étudiants AESN étaient automatiquement membres de l’UJDN. Ils ne pouvaient joindre d’autres organisations, devaient obligatoirement payer leurs cotisations et – en tant que « militants pour la cause nationale » – il ne leur était pas permis de reculer devant les périls qui menaçaient le Niger. Le manque de loyauté pouvait aboutir à l’exclusion246. Par suite de quoi, les étudiants étaient considérés comme formant un élément pleinement intégré et institutionnalisé de l’organisation du Sawaba.

  • 247 Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Iro Addo, (...)
  • 248 Le Niger, 10 mai 1965. Ibid., 12 juillet 1965.
  • 249 Maïga encourageait les étudiants à rentrer mais, de façon inquiétante, désirait qu’ (...)

92Dans la pratique, cependant, les étudiants bénéficiaient d’une autonomie considérable, puisque le leadership avait des matières autrement plus urgentes à traiter. Mashoud Pascal déclara plus tard à la Sûreté qu’à sa connaissance, les leaders du Sawaba n’avaient pas d’influence sur l’organisation des étudiants en Union soviétique, alléguant que le secrétaire de ladite organisation disait parfois à ses membres que le leadership à Accra « n’écri[vai]t jamais » [sic], tout en admettant que la correspondance circulait dans l’autre sens. Que cela ait été exprimé ou non sous la contrainte de l’interrogatoire, Iro Addo assura, dans des circonstances identiques, qu’à partir de 1963, il n’y eut plus de contacts avec les leaders au Ghana, bien qu’il ne pouvait en être certain, puisqu’il avait fait son année préparatoire à Kiev et s’était ensuite rendu à Léningrad247. Mais si les contacts devenaient erratiques, le gouvernement du Niger voyait, lui aussi, les étudiants comme une branche du mouvement de Bakary – parlant de manière cinglante de « faux-boursiers » [sic]248. Cet aspect des choses, combiné au mode de départ non régulier des étudiants, implique la possibilité d’un certain degré de contrôle du Sawaba, puisqu’ils ne pouvaient pas simplement rentrer au pays. Les étudiants étaient inquiets à ce sujet et, en 1964, mirent en garde un groupe qui se préparait à rentrer au Niger pour les vacances à la suite d’une déclaration de l’ambassadeur du Niger à Paris, prédisant qu’ils allaient « tomber dans un piège ». Les hommes en question – Biry Kouly Amadou, qui étudiait le génie hydroélectrique à Lumumba ; Daouda Hamani, étudiant en biologie à l’université d’État de Moscou ; et Kaîro Alfari, qui était politiquement engagé – ignorèrent ces avertissements et partirent pour Niamey. Alfari fit le voyage parce que son père était décédé et il pensait naïvement que, ne faisant pas partie des forces de la guérilla du Sawaba, rien ne lui arriverait. Mais ses camarades et lui furent arrêtés. Comme ils couraient le risque de manquer la rentrée universitaire, ils firent appel, par écrit, du fond de leur cellule, à Diamballa Maïga, soulignant qu’ils étaient désireux de contribuer au développement du pays. Alfari devait se présenter à un stage « dans les mines de Ukraine » [sic]249.

  • 250 Maïga, Kouly & Hamani à M. Le ministre de l’Intérieur, 27 juillet 1964 ; note d’inf (...)
  • 251 2 étudiants du Sawaba et 1 du RDA, n. 213, ci-dessus.
  • 252 Il donna en particulier des informations sur Hambali Sahabi et Ali Maroua. Note d’i (...)
  • 253 Ousseini Alou Diouldé, Hambali Mahamane ; et Sani Koutoubi. Bulletin de renseigneme (...)

93Dans leur appel au ministre, ils notèrent plaintivement qu’ils ne comprenaient pas pourquoi d’autres personnes qui étaient rentrées de l’Union soviétique – tel que Kona Mayaki – n’avaient pas été inquiétées. Comme nous l’avons vu, Mayaki n’avait pas pu obtenir une bourse du Sawaba, peut-être parce qu’il était un cousin de Noma Kaka, un inconditionnel du RDA. Mais il se débrouilla pour aller en URSS et fournit des renseignements à la Sûreté sur les étudiants Sawaba à Moscou. Ceci ce produisit à son retour à Niamey, lorsqu’on le vit parler, à l’aéroport, avec des agents de la Sûreté. En fait, Mayaki était parti à Moscou avec un financement obtenu à travers le gouvernement du Niger250. En 1962, le régime RDA accepta une offre de bourses de l’Union soviétique (qui voulait peut-être équilibrer ses mises) et expédia des jeunes de confiance à Moscou pour « prendre contact […] avec les transfuges nigériens [les étudiants du Sawaba] […] et […] les ramener à la raison ». Il s’agissait d’une dizaine de bourses et la conséquence fut que – tout comme au Ghana – les tensions politiques nigériennes gagnèrent la diaspora estudiantine. Mayaki rapporta que les étudiants RDA avaient eu des conflits avec les leaders étudiants Sawaba. Des problèmes similaires étaient déjà apparus lors des festivals FMJD de Vienne et de Moscou en 1959 et 1961, avec les délégations opposées se disputant le droit de représenter le Niger. Mais comme les jeunes étudiants du Sawaba étaient plus nombreux dans les universités, les rivalités y demeuraient limitées. Notamment, lorsque les Nigériens se trouvaient en petit nombre, comme à Kalinine251, ils entraient en contact les uns avec les autres sans tenir compte des divisions politiques, même si cela créait des opportunités d’espionnage – comme le démontrent les actions de Mayaki252. À la mi-décennie 1960, l’arrivée d’étudiants RDA mena à la transformation de l’association pro-Sawaba en une nouvelle Union des étudiants nigériens en URSS qui comprit des étudiants du gouvernement tout en étant pilotée par ceux du Sawaba253.

  • 254 Association des étudiants nigériens en France (AENF), XIIe congrès + le griffonnage (...)

94Ces dispositions fonctionnèrent sans doute bien puisque, comme nous l’avons vu, les étudiants n’éprouvaient généralement pas de sympathie pour le régime. L’AENF, l’Association des étudiants nigériens en France mentionnée au chapitre 8, était constituée d’étudiants boursiers du gouvernement, mais qui étaient très critiques à l’encontre du RDA, se plaignant du chômage et de l’état du système éducatif et exprimant des positions anti-impérialistes tout en restant, cependant, à l’écart du Sawaba. Ils étaient pourtant proches des positions du Sawaba, politiquement parlant. Pierre Inné, le secrétaire général adjoint de l’AENF qui travaillait pour le parti d’obédience marxiste PAI – auquel étaient liés de nombreux sawabistes – fit de l’agitation contre le néocolonialisme lors d’un congrès à Toulouse en avril 1961. De son côté, l’organe gouvernemental du Niger tournait en ridicule la ferveur révolutionnaire des étudiants, prétendant qu’elle se réduisait à des raffinements gastronomiques et à des rencontres avec les demoiselles de Paris qui ajouteraient à leur diplôme la distinction sociale d’un mariage mixte. Diamballa Maïga les traita de « fous »254.

  • 255 L’ambassadeur du Niger essaya de capitaliser sur ceci et de contacter les étudiants, (...)
  • 256 Voir les dossiers de Boukary, Chaibou Souley et Moussa Dan Dje/Dja in ANN, 86 MI 3 (...)
  • 257 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; interview Bachir Bo (...)

95Si les étudiants du Sawaba et du RDA avaient des atomes politiques crochus, les cadres du mouvement au Maroc semblent avoir souffert de sentiments régionalistes opposant l’Est et l’Ouest du Niger, au moins du point de vue ethnicisant des services de renseignement français. Au printemps 1962, ils parlent d’une bagarre à l’école Sidi Aïssa du Souk El Arba et une année plus tard, de mécontentements liés à l’argent255. Les étudiants étaient en proie à des problèmes financiers. Le fils de Dan Galadima, Abdoulkarim, travailla dans des fermes pour gagner l’argent lui permettant de rentrer au pays. D’autres envoyaient des lettres à leur famille, demandant de l’aide. En d’autres circonstances, c’était eux qui envoyaient de l’argent au Niger. Mais tout ceci ne tient pas compte du problème qui, de l’avis de Bachir Boukary, compliquait le plus la vie des étudiants, le fait que la correspondance n’était pas sûre. Les lettres étaient interceptées (y compris l’argent256) ce qui créait des difficultés pour le récipiendaire – dans son cas, sa propre mère, qui fut soumise à la « torture mentale » de devoir se présenter chaque jour à la police pour correspondance avec un « terroriste ». De tels procédés aggravaient l’isolement vécu par les étudiants. Comme le rapporta plus tard Boukary, ils étaient « coupés du Niger257 ».

  • 258 Les étudiants en URSS recevaient 90 roubles par mois (qui vaudraient 25 000 F CFA), (...)
  • 259 Transcription de l’émission in Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 19 (...)
  • 260 M. Ayih, Ein Afrikaner in Moskau (Cologne, 1961) ; E.J. Hevi, An Af (...)

96Au point de vue financier, la situation était meilleure en Europe de l’Est, étant mieux organisée258. Dans tous les cas, pour ces jeunes en provenance de l’un des pays les plus pauvres d’Afrique occidentale, les problèmes se trouvaient ailleurs, au niveau des aléas de la vie quotidienne. Il y avait là des difficultés, mais aussi d’extraordinaires opportunités, notamment en ce qui concerne les voyages. Selon le laïus d’encouragement de Ali Dodo sur Radio Moscou, les étudiants étaient logés quatre par chambre et disposaient d’un poste radio qui leur permettait d’écouter n’importe quel programme (si, bien entendu, il n’était pas brouillé). La nourriture était bonne, dit-il, car les cuisines de l’université savaient satisfaire tous les goûts culturels, bien que – Dodo l’apprend à ses auditeurs – lui-même préparait ses propres repas. Si son message avait une valeur de propagande considérable, il montre que le campus offrait quelque réconfort aux étudiants contre le sentiment de solitude, peut-être plus que dans le cas de ceux qui se trouvaient en RDA et qui, parfois (comme Mamoudou Idé), vivaient peut-être seuls dans une chambre en ville. Il est difficile de concevoir ce qu’a pu être l’existence de certains de ces jeunes, tel que Yansambou Boubacar, qui vécut des années dans l’environnement étrange d’une ville de province sur la Volga – bien que lui, du moins, pouvait partager son sort avec un autre étudiant Sawaba. Comme l’expliqua plus tard Bachir Boukary, ils faisaient des sacrifices pour leur instruction259. La soif de « sawki » qui sous-tendait en bonne part la vie des sympathisants du Sawaba devait normalement, dans leur cas, être étanchée par l’acquisition du diplôme. Tahirou Maïga, l’étudiant en géologie de Kiev, souffrait clairement d’un sentiment d’isolement, puisque la police lui interdisait de partir en week-end ou de répondre à des invitations de familles ukrainiennes. La surveillance transforma sa vie en un enfer. Au début des années 1960, des plaintes sur la vie dans les pays de l’Est commencèrent à se faire entendre de la part des étudiants africains. On souligna l’isolement imposé dans des universités comme Lumumba. Des livres apparurent pour déplorer le genre de vie que menaient les étudiants africains au paradis des travailleurs260. Les cadres du Sawaba ne semblent guère avoir eu des contacts avec les fonctionnaires ou les étudiants russes, en dehors de l’occasionnelle manifestation du Komsomol ou du comité afro-asiatique au cours de laquelle ils n’auraient pas pris la parole (l’un d’entre eux, Sani Koutoubi de l’Union des étudiants nigériens, les représentait au sein de l’organisation plus large rassemblant les étudiants africains en URSS). Tahirou Maïga nia plus tard que les étudiants aient été victimes de racisme, soutenant que le régime était mauvais mais que la population était sympathique.

  • 261 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Ali Mahamane, 8 août 1967, (...)
  • 262 Examen de situation du nommé Souleymane Hako, 20 juillet 1967.

97En 1962, cependant, Salifou Soumaila de la Villa Lotus a rapporté des incidents racistes impliquant des étudiants africains, y compris du Sawaba. Ces incidents avaient eu lieu en Russie, en Tchécoslovaquie et en RDA. Il ajoute que certains regagnèrent de façon prématurée le siège du Sawaba tandis que d’autres, rencontrés à Prague, avaient menacé d’arrêter leurs études. Des étudiants qui étaient en RDA étaient passés en Allemagne de l’Ouest. Pour Amada Bachard, les Russes étaient des « sauvages » racistes. À cause de cela, il refusa d’aider à la gestion des programmes en haoussa de Radio Moscou et retourna en Afrique de l’Ouest261. En Bulgarie, un cadre du Sawaba, l’étudiant en journalisme Mamadou Hako, fut particulièrement malchanceux, se trouvant pris dans une bagarre avec des militaires bulgares (juillet 1967). Alors qu’il était assis dans un restaurant de Sofia avec sa petite amie bulgare, il fut pris à partie par un colonel de milice qui couvrit la jeune fille d’insultes et traita Hako de « singe noir ». Le jeune homme de Tahoua ne put se retenir et gifla le Bulgare, ce qui mena à une rixe et à l’arrestation de Hako. Il fut déporté dix jours plus tard sans avoir pu terminer ses études, récupérer ses affaires ou faire ses adieux262. À son arrivée à Niamey, il fut conduit à la Sûreté.

  • 263 De façon exceptionnelle, Maïga Ibrahim Moudi, qui étudiait l’éducation sportive, ét (...)
  • 264 L’amie possible de Soumaila s’appelait Ursula. Il connut aussi une femme du nom de (...)
  • 265 Fatima Mazou & Wahabou Maiga, RDA, et Zakari Garba & Halima Diallo, étudiants à la (...)
  • 266 Les sawabistes mariés à des métisses étaient Hima Dembélé et Adamou Assane Mayaki, (...)

98Des tragédies personnelles de ce genre ne sauraient faire oublier que certains des militants du mouvement résistaient non seulement aux injures, mais, en tant que personnes désireuses d’« arriver », ils essayaient de profiter au mieux des opportunités offertes par le Sawaba. Plusieurs étudiants, dont la plupart étaient célibataires à leur arrivée263, entreprirent des relations avec des femmes, tombèrent amoureux ou se marièrent, et s’efforcèrent de faire venir leurs épouses lorsqu’ils partirent plus tard en Afrique de l’Ouest. Pierre Inné, le secrétaire général adjoint de l’AENF, qui a aussi fait ses études à Moscou, épousa une Cubaine avec laquelle il eut au moins une fille. Parmi les étudiants de l’Union soviétique, Issoufou Assoumane épousa une Russe, ingénieur à Léningrad comme lui, tout comme Ali Dodo qui convola, à Moscou avec une jeune femme avec laquelle il eut un fils. Amadou Seydou de Gothèye, qui devint ingénieur ferroviaire et voulut épouser une Russe, alla jusqu’à demander à l’ambassade nigérienne de Bad Godesberg des papiers autorisant le mariage. Le frère de l’un des leaders les plus en vue du mouvement, Abdou Ardaly, épousa un beau parti, la fille de l’ambassadeur du Mali en Union soviétique. Après s’être rencontrés dans la capitale soviétique, ils se rendirent à Bamako pour les noces avant de retourner à Moscou. Enfin, il y a le cas spécial des sawabistes qui entretinrent des rapports avec des Est-allemandes. Comme Hima Dembélé, Salifou Soumaila de la Villa Lotus se rendit en RDA et a pu avoir une relation avec une femme du pays. Étant donné le caractère du système politique de la RDA et le fait que les deux hommes étaient des coordinateurs politiques et non des étudiants, il est possible que les femmes en question aient été liées aux services de sécurité, la Stasi, observant les activités du Sawaba264. Quoi qu’il en soit, au Niger, le mariage avec une Européenne ou une personne de sang-mêlé pouvait relever le statut social, comme le RDA le nota de façon sarcastique. Ainsi, si certains cadres cherchèrent une compagne dans leur propre communauté265, plusieurs des meilleurs éléments du Sawaba réussirent aussi à s’élever sur l’échelle sociale à travers le mariage – le facteur sentimental mis à part266.

  • 267 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.
  • 268 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Abdou Ardaly, 12 sept. 1967 (...)

99Les voyages convenaient aussi aux projets de ces hommes socialement ambitieux. Dans les économies gérées par l’État, les coûts ne représentaient pas un problème et il n’était pas difficile d’épargner pour voyager. Dans son message radiodiffusé, Ali Dodo s’enthousiasma sur le fait – pas tout à fait correct – que les étudiants étaient libres d’aller où bon leur semblait, y compris à l’étranger. Les vacances d’été pouvaient servir à rencontrer des camarades étudiants, comme le fit Iro Addo lors d’une virée en RDA où il passa une semaine avec son correspondant Issa Insa, séjour suivi d’autres vacances est-allemandes trois ans plus tard. Ces voyages pouvaient être l’occasion de discuter de la situation au Niger267 ou, de façon plus terre à terre, de gagner de l’argent liquide – comme ce fut le cas pour Addo lorsqu’il fit la plonge à Helsinki. De façon plus aventureuse, des affaires commerciales pouvaient être négociées : lors de son séjour en Allemagne, Abdou Ardaly acquit une voiture qu’il conduisit jusqu’à Moscou pour qu’elle puisse être convoyée sur Cotonou268.

  • 269 Avait-il de l’argent de côté ? Reçu de son frère ? Ibid., Abdou Ardaly, 12 sept. 19 (...)
  • 270 Où il fut hébergé par un Nigérien, Abdou Yahaya, et où un certain Abdoulaye Dembélé (...)
  • 271 Ibid., Abdou Ardaly, 12 sept. 1967, Ali Mahamane, 8 août 1967, Adamou Moussa, 7 aoû (...)

100En dehors de tout ceci, les vacances représentaient l’opportunité de voyages permettant d’élargir les horizons au-delà de tout ce qui avait été possible auparavant. Maïga Ibrahim Moudi passa un été sur la Mer noire et alla à des camps de sport un an plus tard. En général, les étudiants voyageaient par train, se rendant à Prague, Moscou, Leipzig ou d’autres villes. Et les destinations de vacance ne se limitaient pas à l’environnement austère de l’Europe de l’Est. Comme Iro Addo, Abdou Ardaly se rendit en Scandinavie et passa deux mois, en 1966, à Stockholm et dans d’autres villes suédoises. Une année plus tard, il retourna à Stockholm avant de prendre la mer pour l’Angleterre et la France269. Les voyages en Europe occidentale étaient réguliers, y compris à Londres, Francfort et Bruxelles où Bachir Boukary, par exemple, avait été invité par un membre du parti communiste belge. Les réseaux européens, communistes ou autres, ouvrirent portes et destinations. Boukary fut ainsi invité aux Pays-Bas où il partit à la découverte d’Amsterdam et travailla plusieurs mois à l’université d’Utrecht sur invitation d’une Néerlandaise. Kaîro Alfari aussi visita des villes des Pays-Bas, en plus de Vienne où il savoura un festival Beethoven sur les bords du Danube. La plupart des cadres se rendirent, cependant, à Paris où ils eurent peut-être à se loger avec l’aide d’organisations communistes. Ali Dodo profita de cette possibilité et passait toujours deux semaines d’été dans la capitale française, tandis que Adamou Moussa, le conseiller agricole, y séjourna une semaine avec un autre étudiant, Ali Maroua. Mashoud Pascal et Ibrahim Moudi passèrent tous deux leurs vacances de 1965 à Paris et y retournèrent encore en 1966, Mashoud Pascal combinant ce second voyage avec un séjour à Francfort270. Les sites touristiques fréquentés – de la place Rouge de Moscou à la Ville Lumière et, au-delà, les délices caribéens de Cuba – mettent en exergue la liberté inégalée que ces hommes aux ambitions sociales marquées avaient conquise à travers les luttes du Sawaba271.

  • 272 Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.
  • 273 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967, Abdou Ardaly, 12 sept. 1967 ; Ama (...)

101Cette liberté avait un prix. Bien que les étudiants des cycles inférieurs pouvaient rentrer au pays tous les deux ans aux frais des Soviétiques272, la chose était problématique pour les étudiants du Sawaba. Mais nous avons déjà vu que certains prirent le risque. Ibrahim Moudi retourna au Niger pour les vacances de 1964, peut-être à cause du décès de son père. De façon étonnante, il put retourner en Union soviétique sans entrave – à moins qu’il ne soit une fois de plus parti en catimini. Amadou Abdoulaye, alors qu’il était en seconde année de médecine à Léningrad, demanda même l’assistance des autorités nigériennes pour financer son retour au pays, ne voyant apparemment pas ses études sous un jour séditieux. Abdou Ardaly joua de prudence et passa ses vacances avec sa belle famille, au Mali273.

Dîner avec Chou En-lai

  • 274 Étudiants et boursiers du Sawaba, passim ; interview Aboubacar Abdou, Niamey, 22 oc (...)

102Il s’agissait là d’un acte de sagesse, puisque le lien entre les étudiants et le combat militaire du mouvement était inconfortablement étroit. Comme l’Opération formation des cadres faisait partie de l’effort général visant à détrôner le RDA, les étudiants étaient recrutés et engagés par les mêmes agents qui enrôlaient les recrues militaires. Il leur arrivait de se glisser hors du pays en compagnie de ces derniers et étaient hébergés ensemble au niveau des logements fournis par le parti – et ils étaient tous plus ou moins soumis à l’influence subversive de la doctrine marxiste. Seul un petit nombre d’étudiants suivit une formation politique séparée, et parmi ces derniers, un tout petit nombre – comprenant par exemple Aboubacar Abdou de Zinder – reçut une instruction militaire en sus de l’universitaire. Mais plusieurs hommes qui avaient suivi des cours de formation politique ou syndicale en Europe de l’Est s’enrôlèrent plus tard dans l’entraînement militaire en Afrique du Nord, tout comme des diplômés des écoles marocaines274. D’autres, comme Yacouba Issa de la Villa Lotus, partirent en Chine pour une formation similaire.

  • 275 Un rapport français contredisant cette prudence était probablement erroné. Rendant (...)
  • 276 Les archives soviétiques pertinentes sont déclassifiées jusqu’en 1963, même si un g (...)

103Ce fut là – en plus du Nord Vietnam, de l’Algérie et du Ghana – qu’eut lieu l’instruction à la guérilla. L’Europe de l’Est borna son assistance au financement et à la fourniture de matériel, ce qui pouvait limiter les répercussions en cas d’échec du renversement du RDA275. Ainsi, l’Union soviétique offrit des montants limités de financement atteignant un total de 15 000 $ en 1961 et 20 000 $ l’année d’après. Ces dons, qui cessèrent sans doute après 1964-1965, et qui ne dépassèrent jamais le niveau du symbolique, étaient peut-être offerts directement ou à travers un fonds international basé en Roumanie, les quartiers généraux du Kominform. « L’or du Kremlin » en constituait la moitié, le reste provenant d’autres pays, y compris la Chine qui, cependant, quitta le fonds en 1962, à la suite du divorce sino-soviétique276.

  • 277 Annuaire Politique du Niger (Paris & Dakar, n. d., ca. 1957-1958).
  • 278 Pour un front démocratique de la patrie, 57-58 ; Les Citations du Président Mao Tsé(...)

104Cette scission stimula l’évolution de la République populaire vers la position distincte de fournisseur de première importance d’assistance aux mouvements du Tiers-monde. Cependant, les voyages vers l’Extrême-Orient avaient commencé, dans l’existence du Sawaba, déjà à une date ancienne. Au cours de l’année de naissance de l’UDN, Abdoulaye Mamani se rendit à Pékin pour un congrès de la FMJD277, et les visites vers la Chine se succédèrent à une cadence accélérée après l’entrée du parti en clandestinité. Les contacts avaient donc été précoces, ce qui conforta le rôle de la Chine comme source d’inspiration révolutionnaire. Comme nous l’avons vu, le document stratégique du Sawaba pour 1962 laissa tomber la double approche d’une politique non-violente et d’une préparation à l’action violente, et menaça incontinent de neutraliser ses ennemis. Cette orientation résultait de l’échec des efforts de réconciliation, mais elle s’inspirait, en partie, des doctrines maoïstes qui étaient devenues mondialement connues au cours de la décennie précédente. Ainsi, la déclaration de 1962 – formulée deux ans avant la publication du Petit Livre Rouge de Mao – avança de façon dramatique que la « révolution » serait l’œuvre de la paysannerie. Elle serait dirigée par des militants venus de ses rangs, et bien qu’elle serait assistée par des sympathisants des villes, seuls les paysans conféreraient à la révolution le pouvoir de vaincre les « forces de régression » (la ligue franco-RDA). Si – poursuivit la déclaration – l’expérience du parti montrait que les ouvriers et les syndicats jouaient un rôle décisif, ses militants étaient à la fois ouvriers et paysans, munis de la conscience ouvrière tout en maintenant les liens avec les campagnes qui, par conséquent, représentaient « la pierre angulaire » et « le réservoir inépuisable » de la révolution. De cette manière, la lutte pouvait correspondre au format des prescriptions de Mao sur la « guerre du peuple ». Au vu de ces prescriptions la bombe atomique n’était qu’un tigre en papier tandis que les paysans constituaient des masses pivot. L’accent était mis sur l’infiltration et la conquête des zones rurale avant toutes choses278.

  • 279 Pour un front démocratique de la patrie, 11.
  • 280 F.D. Colburn, The Vogue of Revolution in Poor Countries (Princeton, 1994) ; (...)

105Cependant, l’hétérogénéité culturelle, les institutions traditionnelles, la faible population et la géographie morne et aride du Niger – fort peu adaptée aux techniques de guérilla aux conditions expressément énoncées par Mao – limitaient la portée stratégique de la campagne. Les zones rurales pouvaient, dans l’ensemble, être contrôlées ou au moins intimidées à partir des villes et elles subissaient plus généralement l’influence des évolutions politiques en ville qu’elles n’en initiaient elles-mêmes. Néanmoins, du point de vue des militants du Sawaba, cette vision d’inspiration maoïste n’était pas si farfelue que cela, puisque la lutte avait été jusque-là effectivement dirigée par le petit peuple des villes et les couches apparentées, catégories sociales qui entretenaient des relations suivies avec une campagne qui, au Niger, n’était jamais bien loin de l’univers citadin. Par ailleurs, étant donné la gageure que représentait la prise de contrôle des villes, l’infiltration rurale, qui ciblait la majorité de la population, apparaissait comme un choix logique. Nous verrons, en troisième partie, qu’il y avait là un défi évident à relever puisque la structure en cellules du mouvement était centrée sur les villes. Mais Mao Tsé-Toung lui-même (cité dans la déclaration de politique générale de 1962) encourageait les révolutionnaires à rechercher la réalisation de leurs « illusions », même lorsqu’elles n’étaient pas conformes avec les pratiques en vigueur au niveau de la majorité – ce qui semblait se rapporter au rôle avant-gardiste que le petit peuple se voyait jouer dans la soif de délivrance des talakawa279. La lutte du Sawaba était ainsi partiellement informée par la vision des choses maoïstes, et, en ce sens, elle s’insérait dans un courant plus large de conflits tiers-mondistes. Selon Colburn, ces mouvements s’appuyaient tous sur des aspects du socialisme prônés par les blocs soviétique et chinois et représentant en fait des « vogues » différentes de lutte active pour une transformation générale de la société280.

  • 281 Entretien avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002.
  • 282 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; Sawaba, mars 1963 ; int (...)

106Les sawabistes, grands et petits, se montrèrent donc favorables à l’idée maoïste de lutte armée. Bakary alla plusieurs fois en Chine et, en 1963, il rendit hommage à l’assistance reçue d’Extrême-Orient, soutenant que les ennemis du mouvement seraient heureux de le couper de « l’Asie militante ». Ousmane Dan Galadima se rendit au moins deux fois en Chine, tandis qu’un militant de la base, comme Ali Mahamane Madaouki, qui devait recevoir son entraînement à la guérilla en Algérie, fut averti de la nécessité d’éviter les grands centres et de sensibiliser la population rurale, « car les Chinois s’y prenaient ainsi, eux aussi ». Formé lui aussi en Algérie, Daouda Hima, à son retour aux frontières du Niger en 1963, aurait apporté des pamphlets sur les techniques de sabotage, ainsi que de la documentation sur Mao Tsé-Toung et Karl Marx. Par ailleurs, l’affirmation chinoise sur la possibilité de renverser un régime pro-occidental à travers une guérilla soutenue – affirmation qui plaisait aux leaders comme aux militants du Sawaba – parut recevoir confirmation à travers l’évolution de la situation dans des pays bien plus petits, quoique dotés de caractéristiques naturelles plus propices que celles du Niger. Dan Galadima visita ainsi le Nord Vietnam alors sur le point d’affronter une formidable superpuissance en un conflit qui allait devenir la plus grande conflagration armée du monde. Nous avons vu Bakary faire déjà l’éloge du combat des Vietnamiens lors d’un congrès en 1963, l’appariant à celui mené plus tôt par les Cubains. On se souvenait encore comme d’hier de la manière dont, au cours de l’automne même qui avait vu la chute du Sawaba, Fidel Castro, avec seulement quelques centaines d’hommes, avait marché sur La Havane et vaincu un ennemi bien plus nombreux. Selon un sympathisant du Sawaba, l’évènement s’était avéré une importante source d’inspiration281. Un militant qui avait été entraîné à la guérilla, Kali Abdou, prit « Fidel Castro » pour nom de guerre282.

  • 283 Interviews Ali Amadou, Mounkaila Albagna, Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv. et 29 (...)

107L’inspiration du modèle cubain fut stimulée par des contacts avec Che Guevara en Algérie, en 1963. Ali Amadou, le jeune homme de Téra qui avait fait face à de Gaulle sur la place Protêt de Dakar, rencontra l’Argentin qui était alors en passe de devenir rapidement une icône révolutionnaire. Mounkaila Albagna et Mounkaila Beidari le virent aussi, ainsi que des gens placés plus haut dans la hiérarchie du parti. Ces contacts se renouvelèrent en janvier 1965, lorsque le Che rendit visite à Nkrumah au Ghana. Dan Galadima, peut-être à la même époque, écrivit à Castro, demandant l’aide de Cuba. Le Che, cependant, concentrait ses efforts sur le Congo et ce fut de l’Algérie que le Sawaba reçut une plus grande assistance, tout autant que l’inspiration l’amenant à préparer la confrontation armée. C’est là que les militants rencontrèrent les chefs de la guérilla anti-portugaise, comme Samora Machel, Amilcar Cabral, Jonas Savimbi, Holden Roberto, et des gens de São Tomé & Príncipe, en plus des rebelles vaincus de l’Union des populations du Cameroun (UPC). Certains tombèrent sur Nelson Mandela lors de la visite de ce dernier au Maroc (1962), à Oujda ou, plus probablement, à Rabat. La présence de « toute l’Afrique combattante », comme le dira plus tard Ali Amadou, soulignait la normalité des malheurs du Sawaba et de la stratégie qu’il avait adoptée, y compris les tactiques de guérilla qu’il apprendrait de la Chine et de l’expérience du FLN lui-même283.

  • 284 Les Citations du Président Mao Tsé-Toung, en particulier les chapitres 6 et 8. Il s (...)

108Les militants du Sawaba apprirent ainsi que l’aspect principal de la révolution chinoise était la lutte armée et que, pour la révolution du Niger, il était donc nécessaire que le parti développe sa propre armée – toute armée étant un instrument dans la lutte des classes, et les forces révolutionnaires se battant pour le bien général de la population. Étant au service des intérêts des masses, les guérilleros du Sawaba s’inscriraient dans une guerre juste et progressiste, contrairement à leurs opposants réactionnaires. Ces arguments, rédigés par un militant en formation, découlaient tous de la doctrine de Mao sur « la guerre du peuple284 ». Du coup, si beaucoup de sawabistes justifiaient leurs actes par la persécution de la ligue franco-RDA, les Chinois et leurs alliés du Tiers-monde fournissaient un soutien idéologique de taille.

  • 285 Quotations from Chairman Mao Tse-Tung (version anglaise des Citations du Pr (...)
  • 286 Entretien avec Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.
  • 287 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : Étude sur (...)
  • 288 Interviews Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2 (...)
  • 289 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005. E (...)
  • 290 Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 19 au 25 oct. 1964 (...)

109Les Chinois excellaient aussi au niveau du financement. En fait, l’appui qu’ils apportaient à toutes les manifestations de la lutte du Sawaba représentait la première tentative violente de la Chine communiste de prendre pied en Afrique de l’Ouest. À cet égard, ses calculs indiquent une hardiesse qui la distinguait de l’Union soviétique. Étant donné sa rivalité nucléaire avec les États-Unis, cette dernière cultivait une coexistence pacifique qui, dans certaines régions du monde au moins, menait à une approche plus prudente des conflits du Tiers-monde. Ce « révisionnisme » joua un rôle dans la consommation de la rupture entre la Chine et les Soviétiques285. Les Chinois décidèrent d’apporter au Sawaba ce qu’une personnalité du RDA a plus tard caractérisé de soutien financier substantiel286. Comme on peut s’y attendre par rapport à ce genre de choses, il est difficile de donner une quelconque estimation précise de ce soutien, mais, ainsi que le confirmèrent plus tard les Français, Bakary, à l’instar des activistes du Sawaba, disposait de sommes considérables. Une étude militaire française supputa par la suite que le mouvement n’avait « jamais semblé manquer d’argent287 ». Une bonne partie de ces fonds étaient versés aux militants qui les distribuaient aux maquisards en mission, ou qui les recevaient comme rémunération de leurs tâches de recrutement. Dans d’autres cas, Ousmane Dan Galadima se rendait en zone frontalière pour injecter les fonds nécessaires à l’œuvre d’infiltration288. Divers militants du maquis assureront plus tard que des sommes importantes pouvaient être utilisées dans de telles opérations. L’un de ces militants, Noga Yamba de Zinder, aurait reçu un demi-million de francs CFA (10 000 francs français) pour une mission d’infiltration ; un autre, le paysan-marabout de Bandio, Djibo Foulan, confirme la pratique consistant à verser de l’argent aux militants de l’aile domestique à Dosso, Zinder et Maradi, avançant qu’il y avait assez de fonds pour distribuer des « millions289 ». En bonne part, les sources de ce financement étaient chinoises. En 1964, les Français estimèrent les dons des Chinois à 1,5 million de livres sterling, tandis qu’à la même époque les Britanniques parlaient d’un montant de 1,2 million de dollars américains290. Nous examinerons la question de l’armement – où les Chinois jouèrent aussi un rôle important – en troisième partie de cet ouvrage.

  • 291 Subversive Activities by Ghanaians in Nigeria, 1961 ; Despatch no 5 : H.A. Twist, K (...)

110En dehors de la visite circonstancielle de Mamani en 1954, il est possible que les premiers contacts entre le Sawaba et les Chinois aient reproduit ce qui était arrivé dans le cas d’autres groupes rebelles. Par exemple, en 1958, des membres de l’UPC – qui se trouvait en difficulté – avaient fui le Cameroun avec l’aide du BAA ghanéen, et ce dernier leur fournit des passeports et des billets pour la Chine. Nous avons vu que, deux ans plus tard, des membres de la NEPU bénéficièrent d’un appui similaire. Six membres de cet allié du Sawaba se rendirent en Chine fin 1960, y compris Mallam Tanko Yakasai, le Coordonnateur National de la NEPU qui était opposé à la nouvelle ligne directrice du leader du parti, Aminu Kano – ligne impliquant une approche constitutionnelle de l’action politique et la collaboration, au niveau fédéral, avec les forces conservatrices du Nord Nigeria – et préférait la subversion violente. Le voyage renforça Yakasai dans la conviction que son approche était correcte et mena à un raffermissement des liens avec le BAA, le bloc sino-soviétique et d’autres organisations militantes du Nigeria291. Comme nous le verrons au chapitre suivant, le développement de ce groupe dissident, bien qu’il mènerait à une désintégration partielle de la NEPU, n’était pas sans importance pour les opérations d’infiltration du Sawaba organisées depuis le territoire du Nigeria.

  • 292 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003/15 févr. 2006 ; Amada Bachard (...)

111Le déplacement de Yakasai en Chine fut suivi (dans certains cas, précédé) de voyages de sawabistes. Les premières missions ne se focalisèrent pas uniquement sur l’entraînement militaire mais fournirent aussi à certains une expérience plus large de la vie en Chine. Quelques Nigériens – dont le camionneur zindérois Amadou Diop – travaillèrent comme présentateurs pour le service haoussa de Radio Pékin qui commença ses émissions régulières en juin 1963. Parmi les collègues de Diop figuraient Amada Bachard, qui se rendit en République populaire en 1961 ; Mamoudou Omar (Oumarou), qui travailla aussi pour Radio Berlin (Est) ; Hamidou Abdoulaye, le jeune instituteur de Maradi ; et peut-être Hamissou Dadi Gao(h), fils d’une personnalité du régime nigérien. Adamou Loutou, ancien employé d’une société de textiles de Maradi, travailla aussi à Radio Pékin vers 1961-1962 (photo 9.7). En dehors de leur travail à la radio, ces hommes s’occupaient aussi à enseigner le haoussa et à coordonner les rapports entre le gouvernement chinois et Bakary. Ils vivaient ensemble dans une enceinte réservée dénommée « le Combattant Africain ». Bien que très surveillés, ces agents des services radiophoniques étaient en mesure de se déplacer de manière plus extensive que les sawabistes en formation militaire292.

Photo 9.7 – Adamou Loutou (dossier de police).

Photo 9.7 – Adamou Loutou (dossier de         police).
  • 293 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; note d’information, 21 sept. (...)

112Tout ceci faisait partie des efforts des Chinois pour entretenir la flamme de la loyauté. Dans cette optique, il était nécessaire d’offrir hospitalité et privilège et de présenter la Chine comme une société modèle. La femme de Bakary et deux militants Sawaba – Abdoulkadri Talata et Rabo Saley –, en plus de l’étudiant en droit et lettres à Moscou Hambali Mahamane, furent invités à Pékin pour la fête du 1er mai, en 1964, et passèrent trois semaines dans la capitale chinoise. Des personnes occupant des positions plus subalternes dans la hiérarchie du parti furent fêtées de manière similaire. Mazou Dan Mazel racontera plus tard un voyage qu’il fit avec des amis en Chine au cours de l’une des premières missions d’une délégation du Sawaba dans le pays. Ils arrivèrent à Pékin le 17 août 1960 après un long voyage par avion à travers la Sibérie et la Mongolie et furent accueillis par une délégation des jeunesses communistes. Dan Mazel, l’humble charpentier de Tessaoua, passa quelque temps dans la capitale et finit même par prendre part à un banquet avec Chou En-lai, le no 2 chinois293.

  • 294 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Étudiants et boursiers du Sawaba. Diop dit avoi (...)
  • 295 Dossier Souley Salifou ; note d’information, 18 oct. 1969 ; interview Kaîro Alfari, (...)
  • 296 Note d’information, 11 juillet et 1er sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.7 et 3.7 ; Prem (...)
  • 297 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 20 ; Le Monde, 4 févr. 1965 ; G. Comt (...)
  • 298 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 21 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrog (...)

113Aussi incroyable qu’aient été ces prouesses sociales, elles ne pouvaient distraire de l’objectif principal de ces voyages, l’entraînement militaire. Le groupe de voyage de Dan Mazel reçut une formation paramilitaire intensive, tandis que certains de ceux qui travaillaient pour Radio Pékin (Adamou Loutou, Hamidou Abdoulaye et probablement Dadi Gaoh) fréquentèrent l’académie militaire de Nankin – dans le cas de Hamidou Abdoulaye au moins, avant de commencer à travailler pour la radio294. D’autres devaient suivre. Nous avons vu qu’en début 1961, Gayakoye Sabi, en compagnie (ou non) de Sékou Djibo et Amadou Bajalem, avait fait un voyage en Chine. Sa mission, comme celles de Dan Mazel, de Alazi Soumaila et de Hamidou Moustapha (et peut-être de Kaîro Alfari), pouvait avoir eu des objectifs de reconnaissance permettant au leadership d’apprécier les modalités de l’entraînement. Dans tous les cas, il fut bientôt question du fait que Souley Salifou était sur le point de rejoindre des camarades (Ari Ouaguini et Alou Seyni) qui étaient en route pour la Chine295. Salifou Soumaila, qui retourna plus tard au Maroc, était peut-être à Pékin en juillet 1961, et quelques mois plus tard, une rumeur avança que Sallé Dan Koulou avait l’intention de s’y rendre. À ce stade, Hima Dembélé était très occupé à préparer des voyages en Chine296. Cependant, la mission de Dan Koulou fut différée et l’ancien député de Tessaoua n’alla en Chine qu’à l’automne 1962, à la tête d’un groupe de huit à dix hommes297. À partir de ce moment, on commença à envoyer un plus grand nombre de militants. En novembre, arriva un groupe de cinq personnes constitué de Yacouba Issa, envoyé de la Villa Lotus par Dan Galadima ; Chaibou Souley, qui était aussi au Maroc ; Amadou Chaibou, peut-être un parent ; un certain Amadou Boubé ; et Abdou Iddi, l’enseignant ayant reçu une formation syndicale à Berlin Est. Ils furent suivis d’autres groupes de cinq à dix personnes, dont un mené par Issoufou Gado, l’ancien présentateur au service haoussa de Radio Moscou. Il fit le voyage avec, entre autres, Hassane Djibo, l’agent de l’agriculture qui avait reçu une formation syndicale en Bulgarie, et le groupe atteignit Pékin en septembre 1963298.

  • 299 À cause des correspondances et/ou pour des raisons de sécurité.
  • 300 Parlant d’avion charter ! Interviews Boubakar Djingaré & Djibo Foulan, Niamey, Band (...)
  • 301 Fraternité-Hebdo, 21 mai 1965 ; email Abdoul-Rahamane Soumana Idrissa à auteur, 12  (...)

114Le voyage lui-même était une aventure. Boubakar Djingaré, le maçon, partit pour la République populaire vers 1964 et voyagea avec un petit groupe ou tout seul, changeant d’avion dans la capitale birmane, Rangoon, qui servait de point relais sur le trajet menant à la Chine. Il suivait un schéma établi par ses camarades. Le groupe de Hassane Djibo partit d’abord au Caire et à Karachi à bord d’appareils de compagnies différentes299, puis atteignit Rangoon avant de s’envoler pour Pékin. De là, les voyageurs furent mis dans un train en route pour Nankin. En général, les militants qui se rendaient au Nord Vietnam – et sur lesquels nous revenons plus loin – voyageaient aussi par avion, comme le fit un groupe de trois à l’automne 1962, ainsi que Djibo Foulan, le paysan-marabout, à une date antérieure300. Djibo Seyni, l’infirmier qui œuvrait à Maïné-Soroa mais s’échappa sur Bamako en 1961, en route pour le Maroc, eut un parcours plus fascinant. Il s’envola avec un autre camarade, probablement Soumana Idrissa de Gothèye, sur Prague où il demeura deux jours avant de prendre le train pour Moscou. Là, les deux hommes furent recueillis par un fonctionnaire de l’ambassade du Nord Vietnam et visitèrent la ville sous la houlette de quelques étudiants africains. Quelques jours plus tard, ils prenaient le Transsibérien jusqu’à Pékin dans un groupe de quatre qui comprenait Siddi Abdou, l’ancien secrétaire à la jeunesse du Sawaba à Tahoua. De là, ils prirent encore le train jusqu’à Hanoï avant d’arriver à un camp d’entraînement à Son Tay (Suntay), sur le Fleuve Rouge, à quelque 40 km au nord-ouest de la capitale vietnamienne301.

  • 302 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 21 ; Premier ministre. SDECE. Destina (...)
  • 303 Ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; Le Niger, 31 mai 1965 (interro (...)
  • 304 Ce chiffre ne comprend pas le groupe de voyageurs dont faisait partie l’épouse de B (...)
  • 305 L’identification de Souley provient de Boubakar Djingaré, interview Niamey, 26 oct. (...)

115Ainsi, plusieurs cadres gagnèrent l’Extrême-Orient. Ceux qui partaient pour la Chine étaient entraînés à prendre le commandement des unités de guérilla du Sawaba. Parmi les hommes de Nankin figuraient donc nombre des principaux leaders du mouvement. En dehors de Dan Koulou, il y avait Dandouna Aboubakar ; Joseph Akouété ; Tini Malélé de Gothèye ; Salifou Soumaila et Yacouba Issa, tous deux en provenance de la Villa Lotus ou s’y rendant par la suite. S’ajoutèrent à eux des hommes comme Issaka Samy, père fondateur de l’UDN ; Issoufou Danbaro, leader de la cellule de Gaya ; Sékou Beri (i. e. Ismaila, le syndicaliste de l’aéroport) ; Dodo Hamballi, l’agent vétérinaire et compagnon de Dandouna ; Baoua Souley, ancien député de Maradi, relâché après un passage en prison ; Alazi Soumaila, le représentant de Gao qui était devenu un membre influent du comité directeur du parti ; et peut-être Mallam (Abdou ?) Kalla, l’agent de recrutement et compagnon de Sallé Dan Koulou302. Une estimation de 1965 mentionne un total d’au moins 28 hommes entraînés à Nankin et Hanoï, mais l’ambassade de France au Ghana donne un chiffre de 29 pour ceux qui avaient été entraînés en Chine seulement jusqu’en octobre 1964303. En fait, en prenant en compte toutes les références diverses à des visites en Chine, que cela ait été ou non accompagné d’une référence à l’entraînement militaire, on en arriverait à un total de plus de 40 hommes entraînés dans la République populaire304. On doit ajouter à ceux-ci ceux qui avaient été entraînés au Nord Vietnam et sur lesquels nous avons peu d’information. Leur nombre, qui inclut Djibo Seyni et Soumana Idrissa, n’a probablement jamais dépassé la dizaine et comprend plusieurs personnes qui avaient aussi été entraînées à Nankin. Ainsi, Alazi Soumaila reçut aussi une instruction politico-militaire au Vietnam, où il se trouvait en compagnie de Soumana Idrissa. Nous ne savons pas si les compagnons de voyage originels de Soumaila, Mazou Dan Mazel et Hamidou Moustapha, le suivirent à Hanoï. Dandouna Aboubakar, Amadou Diop et peut-être Baoua Souley reçurent également une formation vietnamienne. En dehors de ceux-ci, Soumana Idrissa se souvint plus tard de la compagnie de Idrissa Arfou – qui avait représenté le Sawaba à Accra – en plus de celle de Siddi Abdou305.

  • 306 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; interview Ka (...)
  • 307 Comte, « Carnets de Nankin », parle d’au moins 100 autres Africains, ce qui, avec l (...)
  • 308 Ibid. ; Le Niger, 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 14, 21, 28 mai 1965 (y co (...)

116L’entraînement en République populaire avait lieu à Nankin, même s’il est fait mention d’instruction paramilitaire dans la capitale en ce qui concerne le groupe de Dan Mazel et quelques autres hommes306. Le site de Nankin était constitué d’un camp prenant en charge uniquement des Africains – 150 en tout307 –, équipé d’un terrain d’exercice, de logements pour les contingents des différents pays et d’un bâtiment baptisé « École de la Révolution chinoise » ou « École politique et militaire » – l’ensemble étant situé à environ 15 km de la ville. Boubakar Djingaré, tout en confirmant certains aspects de cette description, caractérise le site non pas comme un camp, mais comme une sorte de foyer où les élèves se trouvaient en compagnie d’un colonel chinois, de deux lieutenants et d’un interprète. Djingaré partageait sa chambre avec un autre élève, Hassane Djibo. Les cours étaient donnés par des instructeurs qui parlaient français – certains étaient des Vietnamiens du Nord – ou étaient assistés par des interprètes308.

  • 309 Sur la nature de ces preuves, voir chapitres 12-13 ci-dessous.
  • 310 Voir les notes de Hassane Djibo sur « la théorie de tir » dans Fraternité-Hebdo, (...)
  • 311 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; ambassade de France au (...)

117L’entraînement portait surtout sur les aspects militaires de la guérilla et sur leurs soubassements idéologiques. L’instruction s’est peut-être moins focalisée sur les exercices physiques que sur le maniement des armes et la maîtrise de la stratégie et de la tactique. Les sources sont silencieuses sur les exercices, et Mounkaila Albagna affirme que l’entraînement était plutôt théorique, mentionnant le fait que les recrues utilisaient des morceaux d’étoffe pour protéger leur coude lors des exercices de tir. Albagna n’a pas été entraîné en Chine, mais en Algérie, et il était peut-être désireux de mettre en exergue l’importance de son expérience algérienne. Mais Hassane Djibo confirme que les élèves de Nankin n’apprenaient que la théorie des armes et n’étaient même pas autorisés à les manier. Ceci est contredit, cependant, par d’autres témoignages309 même si le manque d’exercice correspond au fait que les élèves étaient destinés à devenir des commandants et, dans de nombreux cas, avaient reçu un entraînement physique en Algérie ou au Ghana. Ainsi, Boubakar Djingaré parle d’exercices de tir et apprit la manipulation des grenades et la pose des mines, bien qu’il ne fût pas autorisé à manier le TNT, considéré comme trop lourd. Ceci est généralement confirmé par d’autres sources. Tini Malélé et Assane Bizo racontèrent plus tard qu’ils apprirent à manier des armes à feu et à monter des embuscades. L’instruction se concentra sur la manière d’attirer et d’éliminer les forces ennemies, ainsi que de s’emparer de leurs armes. Les armes maniées semblent avoir inclus des fusils, des mitraillettes, des pistolets, des armes complètement automatiques ou des mitrailleuses. L’exercice sur les armes comprenait l’apprentissage de la technique d’assemblage et de démontage des armes ; savoir charger et viser, et maîtriser le recul310. L’instruction portait aussi sur la production et l’usage des explosifs – pour les actions de sabotage par exemple − ; la fabrication de cocktails Molotov (sans doute pour la guérilla urbaine) ; la production de cartouches ; et l’usage de mortiers. Il y avait des leçons sur les premiers secours et même sur la protection contre les gaz toxiques311.

  • 312 Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 et Le Niger, 31 mai 1965.

118Bien que cela n’ait guère été approprié, les élèves recevaient aussi des leçons de politique qui avaient une certaine importance. Il était par exemple question de la préparation d’un coup d’État – même si ce procédé n’était pas tout à fait dans la ligne des conceptions maoïstes sur « la guerre du peuple ». Tout ceci était noté dans de petits carnets distribués aux élèves, en sus des cours approfondis sur la conduite de la guérilla (figure 9.1). Hassane Djibo, par exemple, reçut des cours sur la coordination entre opérations clandestines et activités ouvertes, ainsi que sur les rapports entre la lutte en zone rurale et en ville, y compris l’organisation, en temps opportun, d’une révolte en zone urbaine312.

Figure 9.1 – Page sur les exercices de tir, dans un cahier qui aurait appartenu à Hassane Djibo lors de son séjour à Nankin (Fraternité Hebdo, 14 mai 1965).

Figure 9.1 – Page sur les exercices de tir,         dans un cahier qui aurait appartenu à Hassane Djibo lors de son séjour         à Nankin (Fraternité Hebdo,         14 mai 1965).
  • 313 Les journalistes français tels que Comte et Morillon sont typiques, ici.
  • 314 Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 ; Le Niger, 31 mai 1965 ; interviews Hassane (...)

119Les Français et le RDA se moquèrent plus tard de cette formation, soulignant le fait que les leçons maoïstes étaient inadaptées au contexte nigérien et mettant l’accent sur ce qu’ils présentèrent comme la naïveté, la crédulité et l’ignorance des élèves de Nankin ; ces derniers n’auraient guère compris les leçons des Chinois et les auraient copiées sans enthousiasme, les notant d’une main grossière313. Mais il n’y a nulle raison de croire que les recrues du Sawaba ne comprenaient rien à l’instruction politico-militaire reçue. En fait, son message de subversion, qui faisait partie des conceptions révolutionnaires du temps, influença plutôt Hassane Djibo. Certains des travailleurs de la radio, à Pékin, qui allaient rester plus longtemps – Amada Bachard et Hamidou Abdoulaye – furent encore plus affectés. Témoins de la Révolution Culturelle déchaînée par Mao en 1966, ils se joignirent à un groupe d’étrangers qui étudiaient les écrits du Grand Timonier, payant un hommage quotidien à son portrait avant d’aller au travail en brandissant le Petit Livre Rouge pour mieux se protéger des importunités des Gardes Rouges. Pour quelqu’un, comme Hamidou Abdoulaye, qui fut un membre du Cordon Rouge, de telles expériences constituaient une suite naturelle de son passé politique au Niger314.

  • 315 Ces carnets étaient de dimensions différentes (les deux carnets de Hassane Djibo av (...)
  • 316 Comte, « Carnets de Nankin ». Souligné par l’auteur.

120De façon générale, il est plus que probable que les élèves du Sawaba interprétaient les prescriptions maoïstes à l’aune de leur propre expérience. Ainsi, les carnets de Nankin, reliés en une couverture rouge et noire ornée de dragons et de pagodes, contenaient des leçons sur le colonialisme qui n’étaient pas difficiles à absorber315. Hassane Djibo les recopia en détail, notant que dans « un pays semi-féodal, semi-colonial », il était nécessaire de libérer le peuple en menant une révolution sociale en vue de « renverser totalement la domination réactionnaire ». Les combats menés par le Sawaba au cours des années 1950, ses problèmes avec les Français et le rôle joué par les chefs coutumiers dans son détrônement ne pouvaient qu’être présents à l’esprit au moment de noter ces phrases de portée générale. De même, les observations de l’agent d’agriculture de Kollo sur le fait que l’objectif des mouvements communistes était la création d’une « république indépendante, démocratique et populaire » qui nationaliserait la terre sur instructions de ceux qui la cultivaient, renvoyaient à tout le moins aux problèmes du Sawaba depuis 1958 et au rôle social qu’il avait voulu jouer. Que le prolétariat n’ait rien eu à perdre en dehors de « ses chaînes », et que, en sa qualité de « classe la plus… disciplinée », il dût prendre le commandement de la révolution n’était pas simplement une élucidation de la part de Lénine ou de Mao, mais un reflet de l’image qu’avait de lui-même ce petit peuple qui avait déjà été au combat et qui continuerait à se battre contre « l’impérialisme » (français), « le féodalisme » (les chefs coutumiers du Niger) et « la bourgeoisie compradore » (le RDA et sa base de « commis »). Étant donné la répression que les militants du Sawaba avaient soufferte, le constat chinois sur le fait que le « pouvoir d’État réactionnaire » « opprimait le peuple » avait une force de persuasion analogue316.

  • 317 Le Niger, 2 nov. 1964 et 31 mai 1965 ; Comte, « Assassination that Failed ».

121En somme, les leçons politiques absorbées par des hommes comme Assane Bizo, Tini Malélé ou Boubakar Djingaré constituaient un cours intensif de marxisme-léninisme qui, cependant, se concentrait moins sur le matérialisme dialectique que sur la lutte des classes et ses dimensions militaires. L’idée qu’une telle chose impliquait un conflit irréductible entre oppresseurs et opprimés n’était pas difficile à comprendre pour un activiste de Gothèye ou un maçon de Niamey qui avaient pris des risques graves pour quitter leur pays et avaient traversé la moitié de la planète pour venir apprendre à combattre un régime qui, dès sa naissance, les avait harcelés. Même des questions aussi biscornues que la scission sino-soviétique avaient pu acquérir un sens. Hassane Djibo, par exemple, reproduisit fidèlement le point de vue chinois selon lequel les « révisionnistes » avaient tort d’inciter les peuples opprimés à rechercher leur libération à travers l’action politique parlementaire – un point de vue qui n’avait rien de bien étrange de la part d’un parti expulsé de l’Assemblée nationale du Niger317.

  • 318 Le Monde, 4 févr. 1965 ; Comte, « Carnets de Nankin » ; Morillon, « La tentative in (...)

122Mais comme le montrent les carnets de Abdou Iddi et Djibo, Nankin s’occupait surtout d’affaires militaires, donnant des leçons destinées à ceux qui étaient censés constituer les « troupes de choc ». Elles se concentraient donc sur la doctrine de la guerre, la subversion et les « principes de stratégie et de tactique dans la guerre de partisans » – ces dernières matières remplissant plus de 20 pages du seul carnet de Djibo. Comme le racontera plus tard Boubakar Djingaré, les travaux dirigés en salle de classe étaient parfois suivis du visionnage de films révolutionnaires. En soirée, les recrues nigériennes étaient soumises aux séances d’auto-critique, une méthode d’enseignement véritablement maoïste qui, selon les services français, n’était pas toujours appréciée. Certaines leçons n’étaient cependant pas dépourvues d’application pratique. Elles comprenaient, en plus de notions sur le coup d’État, des indications sur la manière de se battre en environnement désertique, et même les parties portant sur l’usage des zones humides pouvaient s’avérer plus utiles que les observateurs français ne le pensaient possible – au sud-est du Niger par exemple. Néanmoins, les 42 cours didactiques qui constituaient l’ensemble des notes de Djibo étaient étroitement dérivés de l’exemple de la révolution chinoise318. Ainsi, l’agent d’agriculture de Kollo consigna dans les détails que

  • 319 Cité in Comte, « Carnets de Nankin ».

« La voie de la lutte armée… est la voie partant de la campagne pour encercler les villes. En premier lieu on établit des bases révolutionnaires dans les régions rurales en se servant desquelles comme appui et point de départ dans la lutte armée pour la victoire à l’échelle nationale… On développe les bases d’appui moins étendues en bases d’appui de grande superficie… formant graduellement ainsi… un encerclement des villes… finalement à les prendre. La victoire sera… remportée à l’échelle du pays entier… Les forces révolutionnaires potentielles existantes à la campagne sont extrêmement puissantes et inépuisables… Les larges masses paysannes sont assoiffées de se libérer de la domination de l’impérialisme et du féodalisme319. »

  • 320 Le Niger, 2 nov. 1964 et 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 28/31 mai 1965 ; i (...)

123L’instruction, fermement enracinée dans les conceptions maoïstes, se poursuivit ainsi sur plusieurs mois, se concluant par une sorte d’examen. La durée de la formation a dû varier suivant les objectifs visés – trois mois pour la guérilla, six en ajoutant les exercices de combat. L’arrivée tardive de Boubakar Djingaré a pu raccourcir son séjour, puisque le maçon quitta la Chine au bout de trois mois tandis que les autres continuèrent leur instruction sur cinq ou six mois. Dans certains cas, cette durée a pu doubler, peut-être pour aider à l’entraînement d’autres recrues, comme Dandouna Aboubakar a pu le faire320.

  • 321 Il fut attaqué, en 1970, par des forces spéciales américaines qui croyaient, par er (...)
  • 322 Interviews Mounkaila Albagna & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 6 déc. 2003 et 19  (...)

124S’il n’y avait guère d’exercices physiques (pourtant, Hamidou Abdoulaye se souviendra plus tard de randonnées en montagne), la formation au Nord Vietnam a pu être plus dure. L’instruction était parfois comparée à celle donnée en République populaire, mais le témoignage de ceux qui l’ont effectivement reçue donne une impression très différente. Soumana Idrissa, un homme grand et fort (photo 9.8), se souviendra plus tard avoir subi un entraînement dur et intensif de huit mois, bien que toutes les matières n’aient pas été enseignées. Son compagnon au Vietnam, Djibo Seyni, parle d’une période de neuf à dix mois durant laquelle ils reçurent une instruction en matière de guérilla en plus des doctrines du maoïsme et du marxisme-léninisme. L’entraînement durait donc bien plus longtemps qu’à Nankin, et l’endroit où il prenait place – le camp militaire près de Son Tay – montre clairement qu’il n’était pas factice. Connu sous les noms d’« Académie d’administration » ou d’« École nationale militaire », il s’agissait là d’un site d’entraînement majeur du Nord Vietnam, doté de fortifications, de bâtiments scolaires et abritant des milliers de soldats vietnamiens, de conseillers chinois et d’élèves en guérilla en provenance de l’ensemble du Tiers-monde (photo 9.9)321. Les Nigériens, qui n’étaient pas en nombre, devaient donc s’attendre à un entraînement sérieux – qui, selon Djibo Seyni, comprenait la « science militaire », la connaissance des armes, les tactiques du coup de main et l’art de la guérilla. L’enseignement se faisait en français. Soumana Idrissa parlera plus tard de la manière dont on enseignait aux Nigériens à « manier les armes » et à poser des mines. Le syndicaliste de Gothèye fit une visite guidée du champ de bataille de Diên Biên Phu, où l’Empire français avait connu une débâcle peu glorieuse une décennie plus tôt. Les Vietnamiens lui montrèrent aussi, à lui et à ses camarades, une carte du Niger (que Idrissa n’avait jamais vu au cours de son instruction d’inspiration française). Ils expliquèrent que le Niger était plus grand que la France et indiquèrent les pays frontaliers – ce qui aida à l’inculcation de conceptions et de notions se rapportant à l’infiltration322.

Photo 9.8 – Soumana Idrissa, Gothèye, 2009.

Photo 9.8 – Soumana Idrissa, Gothèye, 2009.

Photo 9.9 – Le camp de Son Tay, au Nord Vietnam (Reconnaissance États-Unis).

Photo 9.9 – Le camp de Son Tay, au Nord Vietnam         (Reconnaissance États-Unis).
  • 323 Interview Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Chaffard, Les carnets s (...)

125La vie n’était cependant pas toujours facile en Extrême-Orient. Soumana Idrissa trouve qu’il s’agit d’une « expérience inoubliable », louant les Vietnamiens pour les nombreuses choses apprises. Mais il se rappellera aussi plus tard combien les élèves se trouvaient sous tutelle. Les Vietnamiens n’autorisaient pas, par exemple, à prendre des photos, et la rigueur avec laquelle les codes militaires étaient appliqués n’était pas toujours facile à supporter dans les conditions d’isolement où ils vivaient. Une fois, une recrue du Sawaba en visite à Hanoï entra dans une librairie en quête de livres en français et tomba sur un Blanc. Pensant par erreur qu’il s’agissait d’un Soviétique, l’homme du Sawaba l’aborda timidement avec son peu de russe et fut surpris de s’entendre répondre en français par quelqu’un qui semblait faire partie de l’ambassade de France. Une conversation se noua, mais le Nigérien la rompit en se rendant compte de l’attention suscitée parmi les passants. De façon exceptionnelle, des compatriotes ont pu jouir de plus de liberté, comme dans le cas de Djibo Foulan, le paysan marabout de Bandio, qui, comme nous l’avons vu, a visité le Nord Vietnam avec plusieurs militants à une date inconnue323.

  • 324 Le Niger, 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 ; Chaffard, Les carne (...)

126Les Chinois prirent plus de soin à divertir les recrues, mais ils maintenaient aussi une ségrégation plus rigoureuse. Par exemple, à son arrivée à Pékin, Hassane Djibo fut cordialement accueilli par un Chinois et un étudiant nigérien (dont nous ignorons l’identité) et amené à l’hôtel. Djibo, son camarade Issoufou Gado, et une autre recrue, prirent part aux cérémonies de la fête nationale chinoise (1er octobre), se promenèrent en ville (avec des guides) et firent des excursions organisées à l’extérieur de la capitale. Ceci dura un mois entier, avant leur départ pour Nankin. La chose suivait une routine standard établie par les Chinois en vue de familiariser les hôtes étrangers avec le pays, et l’on visitait notamment des écoles, des usines et l’opéra de Pékin. À la fin de leur formation, les Nigériens faisaient une tournée de trois semaines qui comprenait une nouvelle série de visites surveillées324.

  • 325 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 1 (...)

127Cependant, la vie était plus difficile lors du séjour à Nankin. Boubakar Djingaré se rappellera plus tard que ses camarades et lui n’étaient pas libres. Le maçon de Niamey se sentit isolé au sein de la population chinoise et ne pouvait se promener ou entrer en contact avec d’autres Africains – parmi lesquels se trouvaient des Angolais, des Camerounais, des Éthiopiens et des Sud Africains. Par contraste, les hommes du Sawaba qui travaillaient à Radio Pékin jouissaient de plus de privilèges, bien que les voyages nécessitaient une autorisation officielle. Au cours de l’été, Hamidou Abdoulaye visita le littoral aux frais des Chinois et se rendit aussi en Amérique latine et en Afrique de l’Est. Il fut en Europe, mais seulement occasionnellement, car il craignait l’indiscrète attention du RDA. Toute relation avec une Chinoise étant interdite, Abdoulaye fut autorisé à voyager deux fois en Afrique de l’Ouest pour épouser une femme de cette région. Amada Bachard pouvait mettre ses voyages au service du parti, assistant aux congrès anti-occidental de Hanoï, Bandoeng, Le Caire et Pyongyang. Il se rendit deux fois au Japon, en plus de voyages réguliers à Bamako et Accra pour affaires du parti. Amadou Diop – qui vécut trois ans en Chine (1960-1963) avant de se rendre en Algérie pour une formation militaire supplémentaire – fut autorisé à visiter Shanghaï, Canton et la frontière sino-indienne au moment de la guerre entre les deux pays. Durant ces déplacements, il photographia des temples et rencontra des Chinois. Il se rendit aussi au Nord Vietnam et essaya une fois de visiter la capitale afghane, Kaboul. Une fois, Diop, individu pragmatique et volontaire, rencontra une voyante qui lui révéla son avenir – chose qui fit une impression durable sur le camionneur dont les convictions socialistes étaient mêlées de fortes croyances soufies325.

Monter un maquis

  • 326 Morillon, « La tentative insurrectionnelle ».
  • 327 Ibid. et Warren à Mansfield, 23 oct. 1964. À son retour du Vietnam, Soumana Idrissa (...)

128Pour la plupart des sawabistes, l’aventure extrême-orientale – ce vif témoignage de l’élargissement des horizons du petit peuple – s’acheva au cours de l’année 1963326. Le voyage de retour vers l’Afrique s’accomplissait suivant le même itinéraire et se concluait généralement à Accra pour de nouveaux entraînements et la prise de commandement sur les guérilleros formés au Ghana. Il y avait, cependant, entre ces deux groupes, une troisième couche de recrues destinées à occuper les positions intermédiaires et à jouer le rôle d’adjoints aux commandants de Nankin327.

  • 328 Renseignements, 25 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; rapport de fin de commandement. (...)
  • 329 Communiqué, bureau politique Sawaba, Bamako, 30 oct. 1961 ; « Recueil des principau (...)

129Pour la plupart, ces derniers avaient été formés en Algérie. Nous avons vu que le Sawaba s’était toujours montré favorable à la cause des nationalistes algériens, et la victoire de ces derniers améliora considérablement la position du mouvement vis-à-vis du RDA. L’évolution avait commencé bien avant la rencontre d’Oujda entre Ben Bella et Bakary, rencontre qui ne fit que consacrer l’appui du FLN. Ainsi, en janvier 1961, les services de renseignement du Niger faisaient savoir que le leader du Sawaba avait quitté Gao par avion et s’était envolé vers le sud de l’Algérie, où il se rendrait en vue d’obtenir des armes et des bases lui permettant de « monter un maquis ». Cela est peut-être inexact, dans la mesure où la majeure partie du territoire algérien était alors sous contrôle français, mais la reconnaissance, un mois plus tard, du gouvernement provisoire du FLN par Bamako mena à une présence algérienne au nord-est du Mali, ce qui a pu être utile pour l’aile externe, au vu de sa base dans la zone de Gao328. En octobre de cette année, le bureau politique du Sawaba émit un communiqué louant la lutte algérienne qui se rapprochait alors rapidement de sa conclusion. Il soutenait que, depuis le référendum, le sort des deux pays était intimement lié, que le Sawaba avait été le soutien ouest-africain le plus précoce du FLN et que la révolution algérienne constituait une inspiration pour sa propre lutte. En janvier 1962, le bruit courut que Bakary avait passé un accord avec le représentant du FLN à Bamako impliquant que le FLN aiderait financièrement le Sawaba, et qu’une fois revenu au pouvoir au Niger, ce dernier le soutiendrait. Vraie ou pas, la chose accentua certainement la menace que représentait le Sawaba aux yeux des Français et du RDA329 et, en juillet de cette année, l’indépendance algérienne fit tomber les derniers obstacles à la fourniture d’une assistance du FLN.

  • 330 Ils étaient venus au Maroc via Bamako. Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amado (...)
  • 331 Interviews Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 ; Mounkaila Beidari, Niamey (...)
  • 332 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 avr. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2. Le (...)
  • 333 Il fut mis au courant de sa nouvelle mission par une lettre. Entretien avec Amadou (...)

130La formation débuta à Marnia, le lieu de naissance de Ben Bella, dans le département d’Oran, et elle fut facilitée par le fait que les Algériens parlaient, eux aussi, français. À ce stade, plusieurs hommes avaient terminé leur instruction militaire à Kibdani, de l’autre côté de la frontière, au Maroc. L’un des premiers groupes à s’y rendre – sans doute au cours de l’an 1960 – comprenait Salifou Soumaila (qui dirigea plus tard la Villa Lotus, après un éventuel entraînement supplémentaire en Chine) et un certain Abdoulkadri, Oumarou Moustapha Bachir, Seidou (Saidou) Djibo, Assane Soumana, Moussa Wakilou et Amadou Abdou, un marchand de bois de Gothèye. Les quatre derniers au moins y étaient allés après un passage dans l’une des institutions éducatives du Maroc – dans le cas de Amadou Abdou, un institut de génie mécanique. À Kibdani, ils reçurent trois mois de formation assurée par un cadre du FLN avant de partir pour Casablanca où ils s’embarquèrent sur le Foch, un bateau en route pour Takoradi330. Oumarou Moustapha Bachir a, lui aussi, peut-être été formé à Marnia, et, tout comme pour Kibdani, certaines recrues de ce site ont d’abord fait des études au Maroc. Ainsi, Ali Mahamane Madaouki étudia un an au Maroc avant d’aller en Algérie, et c’est après avoir fréquenté l’école secondaire de Souk El Arba que Mounkaila Beidari se porta volontaire pour une formation de guérilla à Marnia (1962). En général, les recrues d’Algérie se rendaient immédiatement à Marnia depuis le Maroc, qu’ils atteignaient par avion de Bamako ou par voie maritime depuis Takoradi331. Une fois, au début de 1963, ce fut un groupe d’étudiants en provenance d’Europe de l’Est (Tchécoslovaquie et Bulgarie) qui aurait réussi à gagner le Maroc avec l’aide de l’ambassade du Mali à Paris, intégrant les recrues du Sawaba à Marnia332. Amadou, Diop, de façon exceptionnelle pour un sawabiste formé en Extrême-Orient, arriva la même année en Algérie – et non au Ghana – pour rejoindre les hommes de Marnia. Boubakar Djingaré fit le voyage inverse, étant l’un des quelques militants formés en Algérie avant d’aller à Nankin.333

  • 334 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Le Niger, 16 nov. 1964 (...)
  • 335 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à directeur de la Sûreté nationale Niamey, (...)

131Nous avons vu le rôle important joué par Ousmane Dan Galadima dans la gestion des recrues d’Afrique du Nord – les réceptionnant non seulement à leur arrivée au Maroc, mais supervisant directement les hommes de Kibdani et escortant les militants de Marnia par train jusqu’en Algérie et, lorsqu’il s’y trouva lui-même, les recueillant des mains de son adjoint Daouda Hima pour les emmener au camp. Les chiffres se rapportant aux élèves de Marnia et d’autres sites algériens diffèrent suivant les sources et – étant donné les arrivées et départs de recrues – l’époque de référence. Si le nombre des hommes de Kibdani n’a peut-être jamais dépassé la dizaine, il y aurait eu, en décembre 1962, 52 élèves à Marnia. En février-mars 1963, Mounkaila Albagna arriva avec un nouveau groupe de 30 à 35 personnes, auquel on doit ajouter celui en provenance d’Europe de l’Est qui viendra un mois plus tard. En 1965, une source estime le nombre total de militants de rang moyen en formation à Marnia à 60 personnes, un chiffre qui semble trop bas si on le rapporte à d’autres sources. En 1966, l’attaché militaire français à Niamey arrive à un total général de 132 Nigériens formés dans les camps entre fin 1961 et mai 1964334. Ceci paraît plus exact, étant donné aussi le fait, rapporté par le commissaire de police d’Agadez en 1963, que 250 à 300 jeunes nigériens avaient été recrutés par le Sawaba uniquement à Alger. S’ils recevaient leur instruction d’un Algérien, les recrues étaient sous le commandement de Abdoulaye Mamani, qu’ils saluaient au cours de l’exercice. Le chef de la représentation Sawaba à Alger supervisait alors les élèves d’Algérie et s’efforça de convaincre d’autres Nigériens, qui chômaient et demandaient à être engagés, de ne pas rentrer à Agadez, leur disant de rester sur place jusqu’à ce que de nouvelles places de formation soient disponibles. Nous savons ceci à travers un témoin oculaire, Yahaya Silimane, qui a craqué lors d’un interrogatoire mené par le chef de la police d’Agadez335. Bien que la chose se soit produite à Tamanrasset et non à Alger, et que nous ne sachions rien d’autre sur le groupe d’Alger, il y avait probablement là des Touaregs ou d’autres Nigériens qui avaient gagné le désert et furent intégrés dans la piétaille plutôt qu’au niveau des cadres intermédiaires. Ceci expliquerait l’importance de la motivation par l’emploi dans leur recrutement, détail qui les distingue du corps des officiers du Sawaba où les motivations d’ordre politique et les antécédents de persécution semblent avoir joué un rôle plus affirmé.

  • 336 Avec certains qui ont été mentionnés ci-dessus, il s’agit de : Mounkaila Beidari ; (...)
  • 337 Nous ignorons ce qui est arrivé aux militants de base d’Alger. Aussi Van Walraven, (...)
  • 338 Étudiants et boursiers du Sawaba. Voir n. 224 ci-dessus.
  • 339 Beidari, qui alla plus tard à Marnia, se rendit sans doute d’abord à Oran, puisqu’i (...)

132La majorité des militants de rang intermédiaire – 35 au moins d’entre eux pouvant être identifiés336 – reçurent leur formation nord africaine en 1962-1963, avant d’aller ou de retourner au Ghana337. Seule une minorité fut formée en 1964 – y compris Mounkaila Mahamane dit Lamama, le mécanicien et boxeur qui avait été rejeté du cursus du Komsomol338. La formation en Algérie consistait en différentes activités – militaires, techniques et politiques – et avait lieu en différents endroits. L’instruction militaire et politique se déroulait principalement à Marnia, un site qui n’était pas réservé aux sawabistes mais qui, comme se le rappellera plus tard Ali Amadou, accueillait tous les révolutionnaires d’Afrique – tout comme Kibdani, où les militants croisèrent des guérilleros MPLA d’Angola. Si la plupart des recrues étaient entraînées à Marnia, d’autres étaient formés à Tiaret, dans le département d’Oran, plus à l’est ; au quartier général de l’état-major algérien à Oran même – comme ce fut le cas de Mounkaila Beidari ; et, ainsi que nous l’avons noté, sur des terrains d’entraînement militaire de la capitale. La formation à Marnia, tout en se concentrant aussi sur des questions politiques, mettait l’accent sur les aptitudes militaires, y compris le maniement du TNT, des armes à feu et d’autres équipements militaires ; la fabrication de bombes ; l’usage des grenades ; la pose de mines ; et, bien entendu, les tactiques classiques de la guérilla. Robert Seguinikin, un charpentier dahoméen, affirme avoir appris la manière d’organiser des embuscades et Ali Amadou mentionnera plus tard diverses stratégies de guérilla enseignées par des instructeurs de tout rang. Des hommes comme Mounkaila Albagna et Boubakar Djingaré se rendirent vite compte que l’entraînement était pour de vrai. Ils durent non seulement s’entraîner au tir, mais aussi faire des randonnées en montagne et en brousse. Marnia était en fait un camp militaire de l’armée algérienne et cela voulait dire – comme le racontera plus tard Djibrilla Dembélé, le boxeur à temps partiel originaire de Niamey – qu’ils n’étaient pas libres de partir. « Véritables prisonniers », ils ne devaient s’occuper de rien d’autre que d’apprendre à manier les armes et à s’entraîner au combat. L’instruction politique se concentrait sur l’importance du soutien populaire et sur la pratique algérienne de la guérilla, incluant le système « wilaya » des régions autonomes, qui devait être introduit dans des zones infiltrées ou libérées des forces ennemies. La méthode impliquait la décentralisation du commandement339.

  • 340 Boubakar Djingaré fut formé sur trois mois ; son instruction devait continuer à Nan (...)
  • 341 Interviews Boubakar Djingaré et Ousmane Dan Galadima, Niamey, 26 oct. 2005/23 févr. (...)

133Parmi les militants de Marnia, figuraient des hommes instruits ayant une expérience de travailleur qualifié, mais le fait qu’il y avait là aussi des gens ayant un passé de maçon ou de boxeur renvoie peut-être aux aspects physiques de cette formation qui se déroulait sur plusieurs mois. La plupart étaient entraînés sur des périodes de 4 à 6 mois, et certains sur une période bien plus longue (9 à 10 ou même 11 mois, bien que certains des hommes concernés, comme Diop, intervenaient peut-être dans la formation des autres340). Comme à Kibdani, les instructeurs étaient des membres de l’armée algérienne – des officiers et des cadres subalternes de l’ALN. Boubakar Djingaré, par exemple, fut entraîné par un sergent et un lieutenant, tandis que Dan Galadima était en relation étroite avec des capitaines de l’ALN, en dehors de leaders politiques comme Boumédienne et Bouteflika. À leur arrivée à Marnia, les recrues recevaient un uniforme, comme Maman Alké se le rappellera plus tard – l’uniforme de l’ALN elle-même, indiquant leur intégration à l’armée. Selon Yacouba Dari, un négociant de Tillabéri, ils étaient non seulement soumis au même entraînement et à la même discipline que les Forces armées algériennes, mais ils recevaient aussi la même paie. L’armée algérienne jouait en fait un rôle central dans leur formation. Lorsque, par exemple, Mounkaila Albagna arriva à Oran, en mars 1963, en compagnie d’un gros groupe de recrutés, le commandant de la région militaire contacta le ministère de la défense pour s’enquérir des modalités de leur instruction341.

  • 342 Chaffard, Les carnets secrets, 309 ; conversation avec un membre du personnel de l’ (...)
  • 343 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé).
  • 344 Interviews Ali Amadou, Mounkaila Albagna & Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv., 29 (...)

134Comme Marnia, Tiaret était un camp militaire où les recrues du Sawaba étaient formées, mais en dehors du fait que Abdoulaye Mamani y aurait vécu un moment donné, on ne sait rien à ce sujet342. Par contraste, les établissements que certains d’entre eux fréquentèrent dans la capitale comprenaient un complexe de casernes et des terrains d’exercice qui ne devaient pas être de petite dimension, étant donné les centaines de fantassins que Mamani y a fait former. Par exemple, Djibrilla Dembélé et quelques-uns de ses camarades y furent envoyés après neuf mois passés à Marnia afin de servir de domestiques aux officiers algériens. Vêtus en civil et souffrant du mépris de race et de rang, ils furent contraints d’accomplir diverses tâches domestiques, et cette situation dura plusieurs mois, jusqu’à ce qu’ils aient pris le train pour le Maroc d’où ils s’embarquèrent pour Takoradi343. La plupart des recrues d’Alger étaient cependant des hommes plus instruits et reçurent une formation spéciale en complément de leur instruction à Marnia. Cette spécialisation était offerte à l’École des transmissions, une école, ou camp, comme l’appelle Ali Amadou, où les hommes de rang intermédiaire apprenaient l’usage militaire de la radiocommunication, les codes, l’alphabet morse – formation qui durait cinq à six mois. Amadou y étudia avec Mounkaila Albagna et certains de ses compagnons de voyage (Hassane Igodoé, Doudou Bondiaré & Lawal Adia) qui, pour la plupart, entreprirent d’apprendre l’alphabet morse. Parmi les autres élèves de cette école figuraient Mounkaila Beidari – après avoir terminé sa formation à Marnia et à l’état-major, à Oran – ainsi que Ali Mahamane Madaouki et Noga Yamba de Zinder, qui apprirent la radiocommunication en compagnie d’une dizaine d’autres personnes344.

  • 345 Il s’agissait d’un certain Daouda Tagady de Karma, près Niamey, Abdoulahi, aide con (...)

135L’Algérie était donc une source importante d’assistance, quoique surtout en matière d’entraînement militaire et de soutien politique général. Le pays était un abri sûr et était, en ce sens, comparable au Ghana, où les militants de rang intermédiaire se rendirent pour suivre une formation complémentaire et prendre le commandement de la base. Ce fut là – le point de départ originel de nombreux commandants et militants de rang intermédiaire – que les différents échelons des forces de guérilla se rencontrèrent enfin. Ainsi, fin 1962, les services français indiquent que les militants avaient commencé à affluer sur Accra, certains d’entre eux ayant été formés dans des pays de l’Est comme la Tchécoslovaquie. Il fut question du fait qu’ils se trouveraient à présent prêts à commencer à infiltrer au Niger. En juillet 1963, on rapporte l’arrivée, au port de Takoradi, d’un groupe de 24 « étudiants », dont la plupart auraient été des analphabètes et auraient reçu, à l’étranger, neuf mois d’une formation non spécifiée – l’agent des services de renseignement ajoutant que ceci permettait « de pressentir la besogne à laquelle ces recrues [pouvaient] être destinées ». Quatre d’entre eux au moins gagnèrent par la suite Accra345.

  • 346 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 et Morillon, « La tentative insurrectionnelle ».
  • 347 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 21-27 j (...)
  • 348 Les deux hommes tués s’appelaient Djimaraou Rabo et Kaka Koussou, le chauffeur (pas (...)

136Il est évident que ces étudiants faisaient partie des guérilleros du Sawaba ou, pour utiliser le nom qui les désignait au sein du mouvement, de ses « commandos ». La plupart des fantassins furent entraînés au Ghana346, étant recrutés parmi des hommes qui avaient quitté le Niger au lendemain de l’avènement du RDA et parmi des Nigériens vivant déjà dans le pays. Au début de 1963, le nombre de commandos était estimé à environ 300 hommes, sans compter, selon toute probabilité, les fantassins qui étaient en formation à Alger. S’il est difficile d’identifier bon nombre d’entre eux de nom ou de donner des chiffres précis par rapport à l’ensemble des forces, ils avaient peut-être atteint l’effectif de 500 hommes en 1964-1965347, en excluant les cadres domestiques en activité et la majorité des effectifs estudiantins du Sawaba. Après observation au niveau de l’African Affairs Centre, les recrues étaient conduites dans un ensemble de camps situés au centre et à l’ouest du Ghana, pour entraînement. Ainsi, Aba Kaka, le chef de canton déposé de Bosso fut engagé pour formation militaire au Ghana pour un an. Il en fut de même de Zoumari Issa Seyni (le cousin de Adamou Sékou) et, probablement, de Djibo Sékou, le maçon syndicaliste ami de Bakary – il avait eu vent du fait que deux de ses camarades avaient été battus à mort en détention, ce qui renvoie clairement au rôle que l’esprit de vengeance jouait dans les motivations de certains348.

  • 349 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) ; interviews Amadou Ibrahim Diop, Zind (...)

137Les cadres de rang supérieur rentrant d’Algérie ou d’Extrême-Orient se rendirent directement dans ces camps ou reçurent l’ordre de rester à Accra, généralement dans les logements assignés au Sawaba à l’AAC. Maman Alké, à la fin de sa formation à Marnia, fut accueilli avec ses camarades à Takoradi par Sadou Delewa et dirigé sur une ville du nom de Moko où il demeura un mois avant de se rendre à Accra. Des hommes comme Amadou Diop et Mounkaila Albagna semblent y être aussitôt allé, qu’ils aient intégré ou non un camp à une date ultérieure349. Assane Bizo, à la fin de sa formation à Nankin, se rendit aussi dans la capitale du Ghana, y restant deux mois avant de recevoir une mission d’infiltration au Dahomey, tandis que Robert Seguinikin, le Dahoméen formé à Marnia, demeura à Accra avant de gagner la cellule du mouvement à Ouagadougou. Par contraste, Boubakar Djingaré et Tini Malélé conclurent leur formation à Nankin par l’entrée dans un camp ghanéen – en ce qui concerne Malélé, celui de Mampong, au nord-est de Kumasi.

  • 350 Après avoir débarqué à Takoradi, Dembélé fut accueilli par un certain Daouda Diabat (...)
  • 351 Ils étaient en compagnie de Baro Alfari et Harouna Bounkoukou (Bonkourou), tous deu (...)
  • 352 Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoire Malélé & Dembélé).

138Il s’agissait là du site le plus important pour les commandos. Malélé intégra Mampong avec 13 autres hommes, et Djibrilla Dembélé s’y rendit aussi après son retour d’Algérie350. Il y retrouva Dodo Hamballi – qui avait terminé sa formation à Nankin et était à présent chef de peloton, l’équivalent d’un lieutenant – et Djibo Seyni, rentré du Nord Vietnam. Noga Yamba aussi intégra ce camp à son retour d’Algérie, avant d’aller à l’AAC. Amadou Abdou rencontra en fait, à Mampong, un groupe de leaders au nombre de 23 en tout. Il y avait là, notamment, Dandouna Aboubakar, Sallé Dan Koulou, Salifou Soumaila et Issoufou Danbaro – ce qui est indicatif du caractère clef de Mampong dans les opérations du Sawaba351. Ainsi, si Tini Malélé n’y a peut-être pas fait plus qu’un entraînement pratique en campagne, il est possible que cela ait été dû au fait qu’il était de passage, en route pour une opération d’infiltration à l’ouest du Niger. Dembélé se rappellera plus tard avoir suivi un entraînement physique et une formation militaire tout en s’occupant aussi de tâches plus terre à terre, comme la corvée de cuisine352.

  • 353 Détails recueillis dans Nkrumah’s Subversion in Africa, passim.
  • 354 Comte, « Carnets de Nankin » ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Bulle (...)
  • 355 Entretien avec Aba Kaka, Bosso, Lac Tchad, 13 févr. 2006.
  • 356 Le BAA imprima une brochure intitulée « Strategy and Tactics of Revolutionary Warfa (...)
  • 357 Nkrumah’s Subversion in Africa, 7 ; interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; (...)
  • 358 De plus, les Est-allemands conseillaient les Ghanéens en matière de subversion, de (...)

139La longueur de la formation de Aba Kaka implique peut-être que l’entraînement était réel, quoiqu’on ait du mal à juger de son efficacité. Il comprenait un apprentissage au maniement des armes, à l’usage des explosifs et du matériel de communication, aux premiers secours, à la pose des mines et à l’organisation des embuscades (photo 9.10)353. Par ailleurs, les leaders des commandos à Mampong, qui faisaient des marches forcées, étudièrent sérieusement les fondamentaux de l’infiltration. Dandouna Aboubakar et Dodo Hamballi travaillaient avec des carnets d’instruction dans lesquels ils notèrent des détails se rapportant à l’organisation administrative du Niger, y compris les subdivisions régionales, l’emplacement des marchés (lieux pertinents pour des prises de contact), la présence de postes gouvernementaux et douaniers (ces derniers pouvant être une source de revenu au cours d’une opération) et les ennemis et alliés du mouvement sur place354. Dans les camps du Ghana, l’entraînement fut d’abord offert par les Ghanéens eux-mêmes355 et si, après 1961, certains sites eurent des instructeurs soviétiques, il ne semble pas que les hommes du Sawaba en aient profité. Le premier camp fut inauguré en fin 1961, mais la majeure partie des recrues joignit les camps en 1963 et surtout au cours de la période 1964-1965. La formation ghanéenne était basée sur les idées de Nkrumah à propos de la guérilla, idées elles-mêmes inspirées de l’expérience chinoise356. Cependant, à en croire les ennemis de Nkrumah, l’exercice et les conditions caractérisant l’un des sites étaient de piètre qualité et les recrues (en provenance de pays non identifiés) auraient été démoralisées. Il s’agit de Half-Assini, un camp situé sur le littoral, non loin de la frontière ivoirienne, et qui était aussi fréquenté par des militants du Sawaba357. Par conséquent, à l’été 1965, les Ghanéens signèrent un accord avec la République populaire, accord comportant l’envoi d’instructeurs chinois358.

Photo 9.10 – Camp d’entraînement à la guérilla au Ghana, avec des instructeurs chinois (Nkrumah’s Subversion in Africa).

Photo 9.10 – Camp d’entraînement à la guérilla         au Ghana, avec des instructeurs chinois (Nkrumah’s Subversion in         Africa).
  • 359 Ali Amadou parle de « Kolongolo », entre Kumasi et Accra. Il doit s’agir de Konongo (...)
  • 360 Nkrumah’s Subversion in Africa, 18-21 ; interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 (...)

140Cependant, les premiers chinois étaient déjà arrivés à Half-Assini au mois d’octobre précédent. Ce camp se trouvait dans une forêt at accueillait des groupes de 50 à 60 élèves originaires de divers pays africains. Les contingents nationaux étaient probablement logés séparément pour raisons de sécurité. Le camp fut agrandi de nouveaux bâtiments en 1964 mais fut fermé à la fin de l’année du fait de l’inopportunité de conduire des exercices sur le maniement des explosifs à proximité de la frontière ivoirienne. Par ailleurs, le transport des hommes et de l’équipement était trop onéreux. Les entraînements furent déplacés sur Obenemasi (Odumasi), une mine d’or désaffectée non loin de Konongo, une ville située à l’est de Kumasi. Les recrues du Sawaba furent entraînées ici aussi en groupes pouvant aller jusqu’à 50 personnes ou plus, en 1964 et 1965. À cette époque, les effectifs totaux du camp se montaient à plus de 200 personnes359. Le site comprenait des habitations pour les recrues et les instructeurs chinois, des remises (y compris pour stocker des munitions), un mess des officiers et un centre de soins, le tout couvrant un secteur de quatre miles dans une région boisée et vallonnée qui a pu se prêter aux exercices. L’établissement était ceint de barbelés (photo 9.11). Comme le racontera plus tard Ali Amadou, le militant de Marnia qui fut formé et travailla dans un des camps ghanéens, de tels sites étaient censés être secrets et cachés « en pleine brousse360 ».

Photo 9.11 – Camp d’Obenemasi (Nkrumah’s Subversion in Africa).

Photo 9.11 – Camp d’Obenemasi (Nkrumah’s Subversion in         Africa).
  • 361 Il se plaignit de ceci à Sadou Delewa, qui prit alors Dembélé sous son aile. Le Nig (...)
  • 362 C’était en 1964. Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.
  • 363 Mahaman Guimba dit Policier, originaire de Dogondoutchi, = Mahamane Guimba dit Maha (...)

141En dehors des instructeurs ghanéens et chinois, les recrues devaient des comptes à l’un d’entre eux, désigné par le titre de « chef de camp ». Ali Amadou était l’un de ces chefs de camp et était chargé de réceptionner et de commander les hommes de la base. Ces derniers n’étaient pas autorisés à quitter les camps, à l’exception de ceux qui devaient aller au marché acheter des provisions – comme se le rappellera plus tard Djibrilla Dembélé à propos de son séjour à Mampong. De façon typique pour une existence militaire, l’ennui affectait la routine des camps. Le leadership du mouvement organisait, cependant, le maintien de la discipline. Ainsi, quand Dembélé fut plus tard envoyé à l’AAC pour recevoir une instruction politique et donna l’impression de ne pas être suffisamment actif, il fut expédié en brousse pour faire de l’agriculture sous la tutelle d’un Peul361. À l’inverse, lorsque Siddi Abdou, le chef d’unité qui avait été en Extrême-Orient, eut des problèmes avec Abdoulaye Antama, l’un des fantassins de terrain, Dan Galadima ordonna à Mounkaila Albagna d’organiser le transfert d’Antama à Accra362. La branche externe avait probablement ses propres agents de maintien de l’ordre, comme on peut le déduire des activités d’un certain Mahaman Guimba dit « Policier », qui mena l’enquête lorsque Issoufou Danbaro fut victime de vol363.

  • 364 La pratique du serment est confirmée par Mounkaila Beidari, qui confirme le texte c (...)
  • 365 Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; interviews Mounkaila Beidari et Moun (...)

142Par ailleurs, les recrues devaient prêter serment. Maman Alké, l’élève de Marnia, racontera plus tard comment, à son retour du Ghana, Bakary arriva et leur donna l’ordre de porter la main sur l’étendard du parti, orné d’une étoile rouge à cinq branches dans un champ vert. Le redresseur des torts placerait sa main sur l’épaule de l’élève, lui donnant sa bénédiction, tandis que la recrue devait jurer, en un serment standardisé, d’être docile aux commandements du parti et d’exécuter ses ordres, d’éliminer les ennemis de la révolution, d’observer la discipline et d’accepter la sanction en cas de défaillance personnelle364. La composition des unités fut organisée à Mampong, peut-être aussi au niveau d’autres sites d’entraînement des commandos. Elles étaient constituées, en moyenne, de cinq à huit hommes, parfois dix. Inspirées par la révolution dans d’autres pays, les unités avaient un « chef militaire » responsable des opérations militaires. Un « commissaire politique » le remplaçait parfois, mais le rôle de ce dernier était surtout de contrôler la loyauté des troupes et de superviser l’organisation politique des régions infiltrées365.

Carte 9.3 – La piste saharienne.

Notes

1 L’expression est griffonnée en marge d’une note d’information, no 80/AERO, Niamey, le 17 août 1963 ; ANN, 86 MI 1 E 8.2.

2 Parti Sawaba. « Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte » (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961), 58.

3 Voir son dossier in ANN, 86 MI 3 F 12.32.

4 Note d’information, 11 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4.

5 Chapitre 3, au niveau de la n. 135 et entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

6 Entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.

7 La zone frontière entre le Burkina Faso, le Bénin et le Niger abritait encore une telle faune en 2006. Entretiens avec Ali Amadou et Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv. et 28 nov. 2003.

8 Paraphrase à partir d’un entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

9 Réminiscences d’un travailleur saisonnier – qui n’était pas un militant du Sawaba – en route pour le Ghana. B.M. Say, Entretien avec des Nigériens d’Accra (Cotonou, n d.), 9.

10 Interviews Ali Amadou, Niamey, et Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 28 janv./14 févr. 2003.

11 Interviews Mamadou Ousmane Dan Galadima et Kaîro Alfari, Niamey, 27 nov. 2003 et 30 oct. 2005 ; Surveillance du territoire no 732/SN/ST : Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; R. Roger, commissaire de police de Zinder à chef Sûreté Niamey, 8 févr. 1960 et circulaire no 605 : ministre de l’Intérieur à tous les commandants de Cercle, chefs de subdivision et chefs de poste administratif ; les deux derniers ANN, 86 MI 3 F 8.3 ; note d’information, 15 avr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2.

12 Divers fichiers ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Surveillance du territoire no 287/BCL : Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 et Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; tous deux ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 9 au 15 nov. 1961, no 151 ; SHAT, 5 H 95 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et 15 déc. 2009 ; Surveillance du territoire no 667/ST/SN : Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

13 Issoufou Moumouni, Yerima Moussa (tous deux instituteurs) et Amadou Karimou.

14 Divers fichiers in ANN, 86 MI 3 F 12.32. Deux Nigériens non identifiés furent arrêtés à Makalondi, 26 mars 1962. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 19 avr. 1962 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

15 Hako assure que l’un des compagnons de voyage était Hassane Djibo, agent d’agriculture de Kollo, près Niamey, qui, cependant, affirmera plus tard avoir voyagé via Gaya. Daouda Hamadou voyagea en compagnie de Kanguèye Boka, probablement Kanguèye Boubacar, originaire des environs du village voisin de Kokoro. Note d’information, no 867/BCL, 19 oct. 1967, no 959/BCL, 15 nov. 1967 ; Surveillance du territoire no 778/BCL : Examen de situation de Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; ibid., no 630/SN/ST : Examen de situation du nommé Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Curriculum Vitae Zoumari Issa Seyni (propriété de l’auteur) ; interviews Ali Amadou, Albadé Nouhou, Boubakar Djingaré, Tahirou Ayouba Maïga & Hassane Djibo, Niamey, 28 janv. 2003, 26-28 oct. 2005, 22 févr. 2008 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Le Niger, 16 nov. 1964 (texte de l’interrogatoire de Djibrilla Dembélé). Baban Loré était aussi connu sous le nom de Assane Souley Maïga dit Baban Loré ou Souley Hassan. Une autre source rapporte – probablement par erreur – que Abdou Ardaly a quitté en août 1960. Note d’information, 1er sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4.

16 Hamadou Oumarou et Bacalami Sadi. J. Colombani, directeur de la Sûreté, à ministre de l’Intérieur, 8 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.3.

17 Un message radio Police du 1er févr. 1961 avance, peut-être par erreur, que Soumaila partit encore pour le Mali le 31 janvier, plutôt que le 13 avril, 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2. C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999) vol. 2, 178-179, assure qu’il quitta définitivement le Niger en août 1960.

18 Note d’information, 10 août, 21 sept. et 18 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2.

19 Ibid. ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005 ; Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14. Alfari avait été renvoyé de son poste sans qu’une raison en soit donnée. Voir son dossier in ANN, 86 MI 1 C 2.5. Sékou Beri Ismaila, l’agent du service météo de l’aéroport (ch 7, au niveau n. 36), échoua à quitter de cette façon puisqu’il fut appréhendé en septembre 1961 alors qu’il attendait d’embarquer. Il était en détention (encore ou déréchef) en octobre. Voir son dossier in ANN, 86 MI 3 F 8.19.

20 Entretien avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003.

21 Surveillance du territoire no 605/SN/ST : Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; ibid., no 635/SN/ST : Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; ibid., no 659/ST/SN : Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; tous ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; dossier Issoufou Danbaro ; ANN, 86 MI 3 F 12.19 ; « Recueil des principaux renseignements… 9-15 nov. 1961 », no 151 ; interview Mossi Salifou, Niamey, 29 févr. 2008.

22 Connu aussi comme Ali Ta Amadou dit Koté. Interviews Amadou Ibrahim Diop, Bachir Boukary et Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 13, 11, 10 févr. 2003 ; Amada Bachard (qui quitta le Niger en juin 1959 !), Niamey, 14 déc. 2009 ; A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; « Recueil des principaux renseignements… 9-15 nov. 1961 », no 151 ; ibid., 11-17 janv. 1962, no 160 ; SHAT, 5 H 92 ; T. Yakasai, The Story of a Humble Life : An Autobiography, vol. 1 (Zaria, 2004) 77, 79 et 209.

23 Entretien avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 et dossiers Abdou Iddi, Laouali (Lawali) Baro et André Kalla ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

24 Entretien avec Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006. Les militants de Zinder ont pu être aidés dans leur départ par Maman Tchila. Interview Oumarou Janba, Zinder, 19 févr. 2003. Maï Manga, chef déposé de Nguigmi qui, après son incarcération, s’était enfui au Ghana, a dû fuir en empruntant une voie similaire. Interview Kanembou Malam (alors militaire), Diffa, 12 févr. 2006.

25 Le groupe de Chaibou Souley changea aussi de l’argent à Kano (30 000 F CFA). A. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur Sûreté, 3 oct. 1961 (lettres diverses) ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba de retour des pays de l’Est, 18 oct. 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Surveillance du territoire no 511/BCL : Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Bulletin hebdomadaire, semaine du 8 au 14 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.16 ; Surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation terroriste « Sawaba » (Recueil des dirigeants et militants actifs en fuite) ; ex. no 000148, dest. le sous-préfet de Dosso ; procès-verbal, jeunesse Sawaba de Birni-N’Konni, 10 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52 ; interview Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.

26 Note d’information, 14 mars 1960, 16 août 1961 et 12 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; dossier Tiémoko Mahaman Illo ; ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Surveillance du territoire no 656/ST/SN : Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14. Ainsi que nous l’avons déjà noté, Iro Addo et Amadou Seydou dit Sangalaly eurent aussi recours à la voie togolaise. Un certain Souley Salifou aurait aussi eu l’intention d’aller à Ouagadougou. L’itinéraire n’est pas connu. Dossier Souley Salifou ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

27 Paraiso Ara ; Aissa Albe ; le groupe de Boubakar Djingaré, le maçon ; Mashoud Pascal et Coulibaly Seydou, fonctionnaire attaché à la présidence (!) qui prit la Transafricaine pour Bobo-Dioulasso et ensuite un véhicule privé pour le Mali. Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967.

28 Dossier Kona Mayaki : rapport d’interrogatoire Jean Colombani et Jean Arrighi, 2 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32. Son groupe comprenait Issoufou Moumouni et Yerima (Moussa ?), tous deux enseignants, et un certain Boulassane. Ceci se passa avant ou après un autre essai qui avait échoué. Voir n. 13 ci-dessus et chap. 8 n. 41. Note d’information, non daté ?, ANN, 86 MI 3 F 12.32.

29 Say, Entretien avec des Nigériens d’Accra, 3.

30 Le Niger, 10 mai 1965 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 13 au 19 avr. 1964, 470, no 16 ; SHAT, 5 H 126 ; ibid, 7 à 13 janv. 1963, 25.045, no 2 ; SHAT, 5 H 128.

31 Bulletin mensuel de renseignements, 20 janv.-20 févr. 1965, Téra ; ANN, FONDS DAPA.

32 Typique de ceci, voir Say, Entretien avec des Nigériens d’Accra, 3.

33 Le journal ivoirien Fraternité-Hebdo du 2 juillet 1965 estime leur nombre à 400 000 personnes.

34 Voir chap. 6, au niveau n. 116. Touré Hama, après avoir terminé l’école primaire, quitta Gothèye en novembre 1962 et se rendit au Ghana dans l’espoir de continuer son instruction. Voir note suivante.

35 Interviews Soumana Idrissa, Gothèye, et Djibo Foulan, Bandio, 1er/4 nov. 2005 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; CAOM, Cart. 2249 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 5 au 11 avril 1962 », no 171 ; SHAT, 5 H 91 ; ibid., « 16 au 22 nov. 1961 », no 152 ; SHAT, 5 H 95 ; note d’information, 10 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11 ; Surveillance du territoire no 515/BCL : Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Le Niger, 26 oct. 1964. Ibrahim Baro dit Tri Tri, né à Gothèye en 1937, quitta aussi le Niger. Il subit plus tard un entraînement militaire. Interview, Niamey, 22 oct. 2011.

36 Entretien avec Djibo Harouna, Gothèye, 1er nov. 2005.

37 Kakassi, Ziguisa, Banibargou. Un hameau aurait pris le nom « Sawaba ». Le Niger, 28 mars 1966. Les sawabistes de Gothèye cités par la Sûreté, en plus de ceux mentionnés plus haut, étaient : un certain Saadou ; Djibo Kader ; Agalizé Mossi ; Tondi Mossi ; Mahamoud Issaka ; Issoufou Beleri ; Douddou (Daudou) Tafa ; Dougouli Gommi ; Gauto Atikou ; Amadou Izenzia ; Daré Fondé ; Couliafa ; Niandé ; Idrissa ; Goutoué Balé (une femme) ; Sallé Karma ; Sinca ; Saadou Zamacouara (les trois derniers, des transporteurs) ; Ousseini Tella Gothey ; et Drouhamane Beladjio Gothey (= Abdourahmane Balé ?). Deux militants du nom de Bondiéré Garbekourou (i. e. Garbey Gorou, près Dosso ?) et Idrissa Tondigoungou étaient originaires de lieux non identifiés. Note d’information, 16 févr. 1961 et document sans date ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

38 Mounkaila Albagna de Dargol voyagea avec trois autres personnes à Kumasi et ne les rejoignit que plus tard à Accra. Le frère de Moumouni Daouda se rendit au Ghana via Ouagadougou-Abidjan. Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et Moumouni Daouda, Tillabéri, 3 nov. 2005.

39 M. Gérard, « Arlit et les retombées économiques de l’uranium sur le Niger », Planification Habitat Information, no 77, juillet 1974, 35.

40 Nous ne disposons pas de preuves sur l’envoi de militants en Algérie via les villes maliennes de Gao, Kidal et Tessalit où le FLN était déjà présent. Rapport de fin de commandement. 1re partie : Situation politique et militaire de l’Ex-Afrique-Occidentale française. Délégation pour la Défense de la ZOM no 1. État-Major. 2e bureau. Dakar, le 30 juin 1962 ; SHAT, 5 H 31. Plus généralement, K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian Connection (1957-1966) », Journal of North African Studies, 10 (2005), 3-4, 507-527.

41 M. Aboubakar, le commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale Niamey, 6-7 nov. 1963 (lettre & rapport) ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 (Direction de la Sûreté nationale/commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset) ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 26 août-1er sept. 1963, 1.079, no 35 ; SHAT, 5 H 130.

42 Après son arrestation, Sékou conseilla aussi à son cousin Zoumari Issa Seyni de partir à l’étranger. Entretien avec Zoumari Issa Seyni, Niamey, 18 nov. 2002.

43 Dans leur quête de candidats de la fonction publique, ils avaient déjà engagé deux jeunes fonctionnaires et préparèrent leur départ sur Bamako. « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 avril 1962 », no 171 et Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 19 avr. 1962.

44 Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; … Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; … Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; Surveillance du territoire no 620/BCL : Examen de situation de Mamoudou Idé, 11 juillet 1968 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

45 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; … Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; … Ali Mahamane, 8 août 1967 ; note d’information, no 959/BCL, 15 nov. 1967.

46 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Moukaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

47 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; Le Niger, 16 nov. 1964. On demanda à Boubakar son certificat d’études primaires, sa date de naissance, sa candidature pour la bourse, des photos de passeport et un CV. Voir aussi Nkrumah’s Subversion in Africa : Documentary Évidence of Nkrumah’s Interference in the Affairs of Other African States (Ministry of Information : Accra, n. d.), 4.

48 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 306 et chap. 8 ci-dessus au niveau n. 21.

49 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; CAOM, Cart. 2252 ; P. Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 8 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

50 Ceci est visible dans le fait que Diamballa Maïga griffonna en marge d’un rapport qu’il pensait que Loré était fidèle au RDA. Étant donné son commentaire, cependant, il est peu probable que Loré ait été un agent double. Note d’information, no 867/BCL, 19 oct. 1967.

51 Le groupe de Noga Yamba descendit dans un hôtel d’Accra au lieu d’aller à l’African Affairs Centre (voir section suivante), ce qui suscita des délais et des questions. Interview Yamba, Zinder, 14 févr. 2003. Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967. Le cas de l’étudiant en droit et lettres Hambali est peut-être similaire à celui de Moudi. Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967.

52 Sur Kona Mayaki, voir chap. 8 au niveau de la n. 39 et le rapport d’interrogatoire de Jean Colombani & Jean Arrighi, 2 août 1961 ; message radio commandant brigade de Gaya à commandant compagnie de Niamey, 4 sept. 1961 et Rapport du gendarme Buchillot commandant la brigade de gendarmerie de Gaya sur Issoufou Dan Baro, suspect du point de vue national, Gaya, 4 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.19 ; texte bulletin AFP, 23 mai 1962 ; ANN, 86 M 3 F 4.4.

53 Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005.

54 Ainsi, la trajectoire de Ali Amadou (entraînement à la guérilla) était, d’une certaine manière, atypique puisqu’il était déjà assez bien instruit. Interview, Niamey, 28 janv. 2003. Cependant, voir plus bas.

55 Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 et Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003.

56 Entretiens avec Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

57 Interviews Sadé Elhadji Mahaman, Niamey, 15 nov. 2002 ; Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Ali Amadou, Niamey, 31 janv. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Djibo Harouna, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.

58 Entretien avec Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005. Sur Beidari, voir chap. 6, au niveau n. 85.

59 Chap. 8. n. 47. Le fils de Abdou Boukary (l’ancien député de Zinder ou inspecteur des ponts et chaussées de Tessaoua) se vit refuser la délivrance d’une carte d’identité, de crainte qu’il ne se rende à Bamako. Abdou Boukary, France, à ministre de l’Intérieur, Niamey, 23 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32. Le passeport de Laouali fut confisqué par l’ambassade du Niger à Lagos. Note d’information, no 80/AERO, Niamey, le 17 août 1963.

60 « Recueil des principaux renseignements… 11-17 janv. 1962 », no 160 et entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003.

61 Tels que Ali Mahamane Madaouki et Moussa Wakily, lorsqu’ils arrivèrent à Kano. Entretien avec Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003.

62 Note d’information, 16 août 1961 et Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé).

63 Ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; P. Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 8 juin 1961 ; rapport d’interrogatoire de Jean Colombani, Jean Arrighi et Georges Clément sur Hima Dembélé, 14 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

64 Le nom sur les papiers fut Issaka Soumana. Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; note d’information, 21 sept. 1960 ; Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; Examen de situation… Souleymane Hako, 20 juillet 1967.

65 Par exemple, le groupe de Alazi Soumaila et al. Note d’information, 21 sept. 1960 ; Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, mai 1963 ; entretiens avec Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 et Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003.

66 Comme dans le cas de Gonimi Boukar ; interview, Niamey, 5 nov. 2005.

67 Pour le rôle de Ardaly, voir Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 5 janv. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967.

68 Interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003. Comme le montre le cas du boxeur Baban Loré, ceci n’était pas exceptionnel. Note d’information, 17 oct. 1967 (no 168/AERO/SN) ; ANN, 86 MI 1 E 8.14.

69 Ou alors, ils y feraient d’abord de brèves visites, comme ce fut le cas de Hima Dembélé, qui s’y rendit en février 1959 pour prendre part à un grand festival panafricain de la jeunesse. Entretien avec Monique Hadiza (la femme de Dembélé qui se trouva avec lui à Bamako), Niamey, 5 nov. 2005 ; présidence du Conseil. SDECE, Destinataire no 562, référence 12015/IV, 21 oct. 1958 ; CAOM, Cart. 2195/D.5.

70 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963 ; USNARA, II RG 59, POL 30, Niger, 2/1/63, Box 3997 ; Chaffard, Les carnets secrets, 310 ; Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 et Le Niger, 16 nov. 1964.

71 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 (source aussi de détails sur la résidence de Bakary à Bamako).

72 Ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 14 au 20 mai 1959 », no 30 ; CAOM, Cart. 3686. Traoré décéda cependant probablement en fin 1959-début 1960. Voir le journal gouvernemental malien l’Essor, 15 janv. 1960 ; J. Colombani, à ministre de l’Intérieur, 1er févr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

73 Interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Examen de situation de Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; …de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; ci-dessus, au niveau n. 45 ; chapitre 6, au niveau n. 96. De plus, il a pu y avoir des camps au Mali, pays qui reçut d’énormes livraisons d’armes des pays de l’Est. Rapport de fin de fommandement. 1re partie, 30 juin 1962. Voir aussi la partie III.

74 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963.

75 L’Université africaine ouvrière est aussi appelée « classe ouvrière » ou « école syndicale ». Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé) ; entretien avec Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; direction de la Sûreté nationale, no 309/CSN : Déclaration du nommé Oumarou Seydou, 14 nov. 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969.

76 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Bulletin de renseignements, 12 mai 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.4 ; Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; Organisation terroriste « Sawaba ».

77 Chapitre 7, au niveau n. 74. Il y eut, avant ceci, la participation, début 1957, de Bakary au congrès constitutif de l’interterritoriale MSA. Chap. 1 au niveau n. 202.

78 Dandouna Aboubakar se rendit à Conakry au printemps 1961, tout comme Dan Galadima l’année précédente, et tout comme Hima Dembélé lors d’un déplacement de deux mois dans les pays de l’Est au printemps 1960 ; Mamani et Amadou Diop, le camionneur zindérois, tous deux à des dates non connues ; et Mamoudou Pascal, à l’occasion du festival de la jeunesse panafricaine en avril 1962. Circulaire no 605 : ministre de l’Intérieur à tous commandants de Cercle, chefs de subdivision et chefs de poste administratif ; ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; note d’information, 22 avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; rapport d’interrogatoire de Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi & Georges Clément, 14 juin 1961 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Gonimi Boukar et Monique Hadiza, Niamey, 5 nov. 2005.

79 Nous ignorons comment. Note d’information, 13 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; ibid., 21 sept. 1960 et 18 oct. 1960 ; Stratégie de l’Opposition Sawaba : Ingérences étrangères. Très Secret. Rapport de J. Colombani, 33/C/SU, 13 janv. 1961, à ministre de l’Intérieur ; ANN, 86 MI 3 F 8.2 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; rapport d’interrogatoire de Dembélé, par Jean Colombani, Jean Arrighi & Georges Clément, 14 juin 1961.

80 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 18 au 24 mars », no 73 ; CAOM, Cart. 3690 ; Le Niger, 2 nov. 1964 (interrogatoire Robert Seguinikin) ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Togo (Metuchen, NJ et Londres, 1987), 121.

81 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 1er au 7 févr. 1962 », no 163 ; SHAT, 5 H 92 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 7 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 11 au 17 mars 1960 », no 72 ; CAOM, Cart. 3690.

82 Synthèse politique, no 1480, nov. 1959 ; CAOM, Cart. 3684.

83 W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New State (Princeton, 1969), passim. En dépit du fait qu’il était bien financé, le BAA s’est retrouvé avec une énorme quantité de factures non payées au niveau de la compagnie aérienne nationale et des sociétés de transport maritime, à cause de ces distributions de billets. Nkrumah’s Subversion in Africa, 3-4 et 44 subsq.

84 Yacouba fut expulsé du Ghana trois ans plus tôt et était depuis lors en contact avec l’ambassade pour faire annuler sa déportation. Le chargé d’affaires prit le cas en charge. « Recueil des principaux renseignements… 9 au 15 nov. 1961 », no 151.

85 Maïga rejeta la demande, mais il apparaît que le Niger pouvait seulement empêcher Yacubu de voir les détenus. J. Colombani aux commissaires de police de Maradi & Zinder, 27 avr. 1961 ; note d’information, 16 nov. 1961 ; ministre de l’Intérieur à directeur de la Sûreté, 21 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

86 Le commissaire de police de Zinder était moins inquiet. Espitalier, commissaire de police Zinder, à directeur de la Sûreté, Niamey, 8 déc. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

87 Elle est née à Say. L’autre était Hadio Zibo (Ziba ?) dite Magagia Djibo, qui œuvrait à Gamkallé. ministre de l’Intérieur à directeur de la Sûreté, 17 oct. 1961 ; note d’information, 27 sept. 1961 et 14 déc. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11. Pour le contexte ghanéen, voir Nkrumah’s Subversion in Africa, 39.

88 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, passim.

89 Interview Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003. Il est possible que ceci ait eu à voir avec la rivalité entre Bakary et Touré dans les milieux syndicaux internationaux.

90 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 245 ; « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 8 juin 1961 ; Le Niger, 21 juin 1965.

91 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 267-268. Il existe des indications sur le fait qu’à Accra, en 1960, le Sawaba était en contact avec le nationaliste kenyan Mbiyu Koinange, considéré par les Français comme un leader Mau Mau. Note d’information, ANN, 86 MI 3 F 4.11 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 janv. 1960 », no 65.

92 Synthèse politique, no 1480, nov. 1959 ; Nkrumah’s Subversion in Africa, 39-40.

93 Ibid., no 1104 CP, août 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau de synthèse pour la période du 15 au 21 oct. 1959 », no 52 ; CAOM, Cart. 2250.

94 Idrissa est né à Gothèye en 1914. Nous verrons le rôle complexe qu’il a joué vis-à-vis des Français au chap. 11. Il fut témoin à charge lors du procès de Sam Pennie, le commerçant qui coordonna les rapports entre le Sawaba et le Ghana et facilita le versement de l’aide financière à Bakary durant le référendum. En 1959, Pennie se brouilla avec Nkrumah, apparemment à cause de la politique de ce dernier à l’égard du Sawaba. Pennie assura avoir suivi les ordres et envoyé de l’argent à Bakary mais fut plus tard inculpé pour détournement de fonds, peut-être à cause de cette affaire. Il s’enfuit à Cotonou et prit contact avec le ministre nigérien de la Justice, Issoufou Djermakoye. « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 avril 1962 », no 171 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 ; CAOM, Cart. 3685.

95 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 5 au 11 févr. 1960 », no 67 ; CAOM, Cart. 3690 ; ibid., « 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 avril 1962 », no 171 ; ibid., « 22 au 28 mars 1962 », no 169 ; SHAT, 5 H 91 ; Le Niger, 17 mai 1965 ; interviews Bachir Boukary, Zinder et Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 11 févr. et 26 nov. 2003 ; Djibo Harouna, Gothèye, et Djibo Foulan, Bandio, 1er et 4 nov. 2005.

96 Thompson, Ghana’s Foreign Policy, 245 ; note d’information, 2 janv. 1960 ; « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 janv. 1960 », no 65, « 18 au 24 juin 1959 », no 35, « 24 au 31 déc. 1959 », no 61 (ce dernier CAOM, Cart. 2251) ; ministre de l’Intérieur à plusieurs commandants de Cercle, 20 févr. 1961, et Fiche de renseignements, 25 mars 1961 ; both ANN, 86 MI 3 F 4.11.

97 « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 avril 1962 », no 171 ; « 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; P. Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 8 juin 1961 et note d’information, 11 avr. 1960 ; ces deux derniers, ANN, 86 MI 3 F 4.11.

98 Les autres personnes visées par Idrissa étaient Mamoudou Maïga, Hamadou Laba, Mounkeïla Guerriel, un certain Kauli et quelqu’un du nom de Idrissa. Crousset à Don Jean Colombani, 8 juin 1961 et A. Bernier, 1er conseiller ambassade de France au Ghana, Accra, à Président Hamani Diori, Niamey, 2 août 1961 + renseignements joints ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

99 Une cinquantaine de personnes assistèrent au meeting. P. Crousset, ambassadeur de France au Ghana, à Don Jean Colombani, Niamey, 6 juillet 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11 ; Bernier à Hamani Diori, Niamey, 2 août 1961 + renseignements joints.

100 Pour les personnes impliquées, qui avaient assisté à une réunion précédente comprenant Malélé, voir n. 37 ci-dessus.

101 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

102 Aujourd’hui appelé New Town. Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967. Selon une source, les locaux de la représentation se trouvaient dans le quartier non-identifié de Locossou. Le Niger, 2 nov. 1964.

103 Télégramme Génédef Dakar à Minarmées Paris, 14 avr. 1965, no 8358/CH ; SHAT, 10 T 717/D.2. L’une des boîtes aux lettres du Sawaba à Accra était la BP 909, et une autre portait le numéro 2612. A.J. Warren, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan, à P.R.A. Mansfield, Foreign Office, 23 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177.230.

104 Un cousin de Djibo Bakary ou un conseiller agricole et militant UDN de Famalé (Ayorou), qui, cependant, a été vu à une réunion du parti dans l’ouest du Niger en septembre 1960. Son dossier est ANN, 86 MI 3 F 7.9.

105 Pour ceci, il reçut l’aide d’un agent de liaison dénommé Alex Pio. Le Niger, 21 juin 1965 et « Recueil des principaux renseignements… du 18 au 24 mars », no 73.

106 Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967, …de Touré Hama, 8 juin 1968.

107 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 384 ; Organisation terroriste « Sawaba ».

108 Il pouvait s’agir du bureau ou de Sawaba Ghana tout entier, dans la ligne du « congrès » du Sawaba en tant que tel. Voir chap. 1, au niveau n. 122-123. Sadou Tiegoumo dit Goungo, marchand de bois, fut, à un moment non spécifié, président de ce comité et Mounkaila Assane dit Kakara, un commerçant de Gothèye et confident de Bakary, un de ses membres. Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; Organisation terroriste « Sawaba ».

109 Elle était originaire de Sansané. Organisation terroriste « Sawaba ». Pour d’autres militants de Gothèye, en dehors de Malélé, voir n. 37 ci-dessus. Les quatre derniers membres de ce groupe étaient connus comme étant les délégués du Sawaba au Ghana.

110 Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967 ; interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003. Parmi les autres militants d’Accra figuraient Amadou Idrissa dit Kourtey, planton ; Hassane Djerma, boy ; Kalla, planton à l’ambassade du Niger ; Mamoudou Gadiaga dit Hondobon, tailleur ; Mahamadou Souley, docker ; Mamoudou Gothèye ; et Seydou Alfa, gardien ; Organisation terroriste « Sawaba ».

111 En 1960, cependant, des efforts particuliers furent fournis pour solidifier les liens entre le parti intérieur et la jeune branche ghanéenne. Hassane Sourghia (chap. 4, au niveau n. 83) fut envoyé au Ghana pour des échanges, juste après le retour de Badio Grégoire, ancien secrétaire de l’UGTAN. Une section des jeunesses Sawaba composée de Abdou Karamo, Saliou Maiga, Mamadou Daouda et Ibrahim Kolo, se rendit au Ghana vers cette époque. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 4 au 10 et 25 au 31 mars 1960 », nos 71 et 74 ; CAOM, Cart. 3690.

112 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; interviews Bachir Boukary, Zinder, & Mounkaila Beidari, Niamey, 11 févr. et 28 nov. 2003 ; Djibo Harouna, Gothèye, & Djibo Foulan, Bandio, 1er et 4 nov. 2005.

113 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967. Touré Hama était à l’AAC avec 15 autres Nigériens. Adamou Moussa était en compagnie de quatre futurs étudiants : Sidibé Ousseini, Hassane Igodowe (Igodoé), Abdoulaye Alarba N’Diaye et un certain Souna.

114 Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

115 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 et Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969.

116 Ils ne furent pas autorisés à débarquer, et ce fut grâce à une intervention de l’épouse de Dan Galadima l’ambassade de Chine prit en charge les frais. Il est probable que lesdits frais avaient toujours été pris en charge par l’Algérie, ce qui n’était plus possible désormais. Interviews Ali Amadou & Mounkaila Albagna, Niamey, 28 janv. et 29 nov. 2003.

117 Les renseignements collectés de cette façon étaient directement transmis aux autorités nigériennes. Interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Fiche de renseignements, 23-25 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9.

118 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla). Il s’agissait probablement d’une mesure de sécurité.

119 Bulletin de renseignements hebdomadaires, 2-8 juillet 1962, no 10 ; SHAT, 5 H 121. On sait qu’il a également visité le ministère marocain des Affaires africaines. Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963.

120 Pour l’intérêt de forme manifesté à l’égard des revendications marocaines, voir Gaskya : Organe Officiel du Parti Sawaba, no 8 et 21, 5 juillet 1961 et 25 mars 1962, et pour le soutien au bloc de Casablanca ibid., no 11, 5 sept. 1961, et Communiqué, bureau politique Sawaba, Bamako, 30 oct. 1961 (source : Gaskya, no 16, même date). Pour les complexes dimensions diplomatiques d’ordre plus général, voir K. van Walraven, Dreams of Power : The Role of the Organization of African Unity in the Politics of Africa 1963–1993 (Aldershot, 1999), 107-110.

121 Gaskya, 5 juillet et 28 juillet 1961.

122 = Issa Yacouba dit Kakou ? Le Niger, 22 févr. 1971. Sur Soumaila, voir chap. 7, au niveau n. 58, 70, chap. 8, au niveau n. 7, 10.

123 Galadima est sans doute retourné au Ghana entre le printemps et le mois de novembre 1963. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 5 mai 1962 et 26 juin 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; interviews Bachir Boukary, Zinder & Mounkaila Albagna, Niamey, 11 févr./29 nov. 2003 ; Chaffard, Les carnets secrets, 309.

124 N. 40 ci-dessus.

125 Salifou Soumaila, Villa Lotus (Rabat), à « Wierschke », Allemagne de l’Est, 24 mars 1962 ; ANN, 86 MI 3 F 8.7 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 508, 7 avr. 1962 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; J.-P. Morillon, « La tentative insurrectionnelle du SAWABA », Est et Ouest, 342 (16-31 mai 1965), 22. Galadima et Bachir Boukary rencontrèrent Ben Bella à l’aéroport de Casablanca. Entretien avec Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

126 Salifou Soumaila, Villa Lotus, à Wierschke, Allemagne de l’Est, 24 mars 1962 ; ibid. à « Ursula », même date et destination ; ANN, 86 MI 3 F 8.7 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 5 mai 1962.

127 Galadima et Hima payèrent les frais. Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa & Maman Alké) ; ibid., 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla) ; ibid., 2 nov. 1964 (interrogatoire Robert Seguinikin) ; Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Ousmane Dan Galadima, Niamey, 23 févr. 2008.

128 Comme Mounkaila Beidari, l’agent d’aéroport niameyen, et Ali Mahaman Madaouki, le militant zindérois. Interviews Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003. Chaibou Souley, à qui nous avons déjà fait allusion, était un autre militant du Sawaba au Maroc. Voir son dossier in ANN, 86 MI 3 F 12.32.

129 Mamani appela Galadima à la Villa Lotus au moment de la guerre entre le Maroc et l’Algérie afin de parler des implications pour les efforts de formation du Sawaba. Interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

130 La SNEP, une maison d’édition sise 6 avenue Pasteur, et les presses du Peuple, 1 place Maurice Audin. Interview Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 18 juin 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Sawaba, mars 1963.

131 Chaffard, Les carnets secrets, 309 ; Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale Niamey, 6 nov. 1963. Pour plus de détails, voir chap. 10.

132 Chef de circonscription d’Agadez à M. le ministre de l’Intérieur, 26 juin 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9. Pour l’œuvre de rédacteur en chef de Kokino, voir chap. 1, au niveau n. 160.

133 Il avait été accusé d’incendie criminel, dans des circonstances non connues. En 1960, il eut une violente altercation avec un médecin français à propos du traitement d’un enfant de la région de Tahoua où il se trouvait alors. Dossier Louis Bourgès ; ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Le Niger, 25 juillet 1960 (lettre de Bourgès) ; « Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964 », no 1234/2/S - note d’information ; SHAT, 10 T 717 /D.2.

134 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale Niamey, 6 nov. 1963 ; fiche de renseignements, 23-25 nov. 1963 ; chap. 7, au niveau n. 54 et chap. 8, au niveau n. 42.

135 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à M. le directeur de la Sûreté nationale Niamey, 6 et 7 nov. 1963.

136 Voir par exemple V.B. Thompson, Africa and Unity : The Evolution of Pan-Africanism (Londres, 1969), 67-72. Aussi, J. Brennan, « Poison and Dope : Radio and the Art of Political Invective in East Africa, 1940-1965 » ; document, African Studies Centre, Leyde, 15 mai 2008.

137 Renseignements, 8 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5. Bien que le nyassisme ait été bien représenté parmi les sawabistes, ces liens n’étaient pas dénués d’ironie au vu des positions de Nyass en faveur de la Ve République. A.F. Clark & L.C. Phillips, Historical Dictionary of Senegal (Metuchen, NJ et Londres, 1994), 206-207.

138 Il s’agit là de la même visite, ou d’une autre. Confidential/NOFORN. Department of State. Bureau of Intelligence and Research. Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; PRO, FO 371/161689 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963.

139 Ardaly était en Égypte un an plus tard. Interview Abdou Adam, Niamey, 22 févr. 2008 ; Thompson, Africa and Unity, 73 ; ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; rapport d’interrogatoire de Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi & Georges Clément, 14 juin 1961 ; note d’information, 20 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; télégramme secrétariat Afro-Asian Peoples’ Solidarity organisation, Le Caire, 9 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 (dossier Galadima).

140 Télégramme Abdullah (Abdoulaye) Mamani, ancien député et représentant du Sawaba, Zamaleck, Le Caire, à président Gamal Abdel Nasser, n. d., ca. nov.-déc. 1961 (source : Gaskya, no 18, 6 déc. 1961) ; Sahel Dimanche, 18 déc. 1992 (entretien avec Mamani). Il est possible qu’elle ait facilité le voyage de militants vers l’Extrême-Orient, y compris la Chine, étant donné que Le Caire en était un lieu de transit. Voir plus bas. Hambali Mahamane, l’étudiant en droit et lettres, fut admis à l’institut de langue arabe du Caire avec l’appui de Bakary. Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967.

141 À ce stade, les sawabistes du Caire étaient surveillés par les services de sécurité égyptiens. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 26 juin 1963 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 8 à 14 juillet 1963, 922, no 28 ; SHAT, 5 H 124 ; Airgram, Department of State, A-259, 28 mars 1963.

142 T.C. Ravensdale, ambassade de Grande-Bretagne, Abidjan, à M. Wilford, Foreign Office, 10321/62, 28 févr. 1962 ; PRO, FO 371/161.693 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période de 25 au 31 janv. 1962 », no 162 ; SHAT, 5 H 92 ; Thompson, Africa and Unity, 72 et 376 ; Brennan, « Poison and Dope ». L’ambassade d’Égypte à Ouagadougou fut fermée du fait des activités politiques de l’ambassadeur. « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 févr. 1962 », no 163.

143 Le texte en fut trouvé sur un citoyen britannique arrivant par bateau à Marseille en compagnie de deux délégués du parti marocain Istiqlal (indépendance). Note d’information, 4 févr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6. Texte du discours en annexe du « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 26 févr. au 3 mars 1960 », no 70 ; CAOM, Cart. 3690. Dembélé aussi était en contact avec l’AAPC à travers son secrétaire, Abdoulaye Diallo de Guinée. ANN, 86 MI 3 F 8.18.

144 Textes des discours in Sawaba, mai 1963 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 19 mai 1961, annexe ; SHAT, 10 T 717/D.2. Voir aussi Sawaba, mars 1963.

145 « Recueil des principaux renseignements… 9-15 nov. 1961 », no 151.

146 Télégramme Djibo Bakary à Nikita Khrouchtchev, n. d. (in Gaskya, no 15, 18 oct. 1961, 4).

147 Entretien avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

148 Phénomène qualifié d’« extraversion ». Voir J.-F. Bayart, « Africa in the World : A History of Extraversion », African Affairs, 99 (2000), 217-267.

149 Maurice Thorez. Ceci fut dûment noté par la Sûreté du Niger. Voir Organisation terroriste « Sawaba ».

150 Traoré était aussi secrétaire général du syndicat des employés de commerce. Voir chap. 3, au niveau n. 149 ; Bulletin de renseignements. Origine SDECE, 11 févr. 1958 ; ibid., Origine Haussaire AOF, 29 avr. 1958 ; CAOM, Cart. 2154/D.3. En mai 1958, Ardaly rencontra le communiste français Raymond Barbe lors de la visite de ce dernier à Niamey. présidence du Conseil. SDECE, référence 7894/IV, 2 juin 1958 ; CAOM, Cart. 2195/D.5.

151 À Vienne, Ardaly était le compagnon de Jean Garcias. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 25 juin au 1er juillet 1959 », no 36 ; CAOM, Cart. 2249. On peut trouver des matériaux supplémentaires sur les activités de Ardaly au FMJD au niveau des archives de l’État autrichien (BmfI/51471-2B/59) ainsi qu’à celui des archives de l’État allemand (BY/1/3878, dossiers du KPD). Remerciements à Nick Rutter (recherche doctorale à l’université Yale sur les festivals de la jeunesse FMJD).

152 « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », « 20 au 26 août 1959 », « 5 au 1er nov. 1959 », nos 41, 44, 55 ; CAOM, Cart. 3687/2251 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 19 mai 1961, annexe ; Départ d’Ardaly Daouda pour le Congrès syndical mondial en URSS ; message 20 sept. 1957 ; CAOM, Cart. 2197/D.10.

153 Il prit part aussi au Young Adult Council (National Welfare Assembly). Tourné en ridicule par les Français pour son manque d’instruction, il ne put s’empêcher, au retour, de frimer devant ses amis. Présidence du conseil. SDECE, notice de documentation : L’Action communiste en Afrique noire, 17 déc. 1958, Référence 14005/IV/K ; CAOM, Cart. 2246 ; « Recueil des principaux renseignements… 20 au 26 août 1959 », no 44, « 5 au 11 nov. 1959 », no 55 ; Renseignements, 21 août 1959 ; ANN, 86 3 F 3.5.

154 « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 nov. 1959 », no 55, « 20 au 26 août 1959 », no 44 ; ibid., « 12 au 18 nov. 1959 », « 21 au 27 mai 1959 », « 11 au 17 juin 1959 », nos 56, 31, 34 ; CAOM, Cart. 3689, 3686 ; Rapport d’interrogatoire de Dembélé par Colombani, Arrighi & Clément, 14 juin 1961 ; note d’information, 20 juin 1961 ; Le Monde (Paris), 4 févr. 1965. Dans un rapport, les services français se réfèrent à Abdou Moumouni, l’enseignant du Lycée national avec lequel Mamani était parfois confondu.

155 Deux jeunes du Sawaba se rendirent en Yougoslavie pour la foire de la jeunesse en août 1961. Il s’agit d’un certain Djibo Daouda et de Amadou Ali (= sans doute pas le Ali Amadou mentionné ci-dessus). Circulaire no 605 : ministre de l’Intérieur à tous commandants de Cercle, chefs de subdivision et chefs de poste administratif ; J. Colombani, directeur de la Sûreté, à ministre de l’Intérieur, 8 févr. 1961 ; Gaskya, no 15, 18 oct. 1961 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 6 sept. 1961 ; Revue Mensuelle des événements du Niger, juillet 1961 (3 août 1961) ; les deux derniers, SHAT, 10 T 717/D.2.

156 Au début, également des organisations occidentales, qui se retirèrent au commencement de la Guerre froide. [https://fr.wikipedia.org/wiki/Fédération_mondiale_de_la_ jeunesse_démocratique], consulté le 25 oct. 2007.

157 Issifi était au forum de la jeunesse de Moscou auquel avait assisté Hadiza Alkali. « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 nov. 1959 », no 55 ; télégramme in Gaskya, no 15, 18 oct. 1961 ; interview Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 21 oct. 2011 ; chap. 8, au niveau n. 15. En octobre 1959, elle avait aussi envoyé un télégramme de protestation à propos de l’arrestation de Dandouna, qui avait déjà été relaxé mais qui fut rappelé à la Sûreté pour expliquer le télégramme. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 22 au 28 oct. 1959 », no 53 ; CAOM, Cart. 2251 ; chap. 7, au niveau n. 75.

158 Note d’information, 10 août 1960 ; ANN, MI 3 F 8.2. Les visites aux festivals, l’événement clef de la FMJD, étaient décidées par le Conseil de la jeunesse d’Afrique, CJA, sans doute un organisme panafricain dont l’UJDN faisait partie. Les billets d’avion étaient envoyés d’Europe, y compris de Paris, comme ce fut le cas de Dembélé. « Recueil des principaux renseignements… 25 juin au 1er juillet » et « 12 au 18 nov. 1959 », nos 36 et 56.

159 Moumouni s’envola ensuite pour Moscou où il étudiait. Il est possible que le PCI ait facilité les contacts avec Moscou qui ne devait sans doute pas se servir du PCI comme moyen de financement. Email de Vladimir Shubin, ancien fonctionnaire soviétique et directeur adjoint de l’Institut des études africaines à l’Académie russe des sciences, adressé à l’auteur, 12 déc. 2007. Pour les contacts de Bakary au Nigeria, voir chap. 10, et pour Moumouni, voir chap. 6, au niveau n. 75. « Recueil des principaux renseignements… 11 au 17 juin 1959 », no 34 ; ibid., « 4 au 10 juin 1959 », no 33 ; CAOM, Cart. 3686 ; fiche de renseignements, 23-25 nov. 1963 ; message brigade gendarmerie Agadez à gendarmerie Niamey, 26 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 21 oct. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2. Ahmed = Raphael Ahmed Baraou, cité en n. 200, ci-dessous ?

160 Rapport de fin de commandement. 1re partie, 30 juin 1962.

161 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967. Le sawabiste Ibrahim Félix (au niveau n. 13 ci-dessus) avait une carte de membre du club équestre de Tahoua. J. Colombani, chef de la Sûreté, à ministre de l’Intérieur, 30 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32. Comme nous l’avons vu au chap. 7 (au niveau n. 99), Aljouma Kantana, instituteur à Filingué, organisait des activités sportives pour les jeunes. Georges Clément de la Sûreté y vit là œuvre de propagande, notant qu’« il n’y [avait] jamais de fumée sans feu ».

162 Adamou Assane Mayaki prit contact avec des artistes russes en tournée à Tahoua. « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 18 au 24 janv. 1962 », no 161 ; SHAT, 5 H 92.

163 Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 et son dossier in ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Examen de situation du nommé Adamou Moussa, 7 août 1967 ; interview Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2009. Transcription de l’émission in Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967.

164 Note d’information 12 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; chap. 7 au niveau n. 36 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 26 nov. au 2 déc. 1959 », no 58 ; CAOM, Cart. 3689. On les avait mis au courant des heures de transmission.

165 L’association était dirigée par P. Chmelkov au 14 Route de Kalinine, à Moscou. « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 ; ibid., « 2 au 8 juillet 1959 », no 37 ; CAOM, Cart. 2249 ; Renseignements, 7 déc. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4 ; note d’information, 16 mai 1959 ; P. Chmelkov à Dandouna Aboubakar, 19 oct. 1959 ; tous deux ANN, 86 MI 3 F 3.12. Les Nord Coréens envoyèrent des informations à propos d’une conférence. Renseignements, 11 juillet 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.12. Ceci pouvait être contre-productif. Comme nous l’avons noté au chap. 7, Arouna Zada fut placé sous surveillance lorsqu’il reçut des magazines russes. Mais parfois, cela jetait de la lumière sur les harcèlements, comme dans le cas de Dandouna, en faveur de qui un groupe est-allemand envoya un télégramme à Diamballa Maïga en protestation de la manière dont il était traité en prison. Maïga griffonna furieusement « sabotage », niant que le traitement subi par Dandouna ait été inhumain. Mais dans tous les cas, sa sentence fut réduite en appel. Note d’information, 7 mars 1960 + texte télégramme ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; chap. 7 au niveau n. 40 (Arouna Zada) et 117 (Dandouna) ; texte télégramme Comité de la jeunesse soviétique à UJDN, Bamako, n d., in Gaskya, no 18, 6 déc. 1961 ; n. 157 ci-dessus.

166 L’admission à l’université Patrice Lumumba (de l’Amitié des Peuples) était officiellement décidée par le Fond international de l’université. A. Albert, « Les étudiants africains à Moscou », La Vie Africaine, no 31, déc. 1962, 38. Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967.

167 Il joua un rôle dans la bourse de formation professionnelle accordée à Ibrahim Moudi. Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; Déclaration du nommé Oumarou Seydou, 14 nov. 1967 ; interview Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Vladimir Shubin à auteur, email, 17 déc. 2007.

168 Les camarades de Pascal étaient Ousseini Alou Himadou, Kelessi Oumar, Kona Mayaki, Sow Boubakar, Ibrahim Moudi, Maman Farka – un Malien – et Tahirou Ayouba Maïga. Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; interviews Tahirou Ayouba Maïga et Kaîro Alfari, Niamey, 28 et 30 oct. 2005.

169 Pas par le secrétaire général de l’association Chmelkov, mais par son président, Ivan Potekhin (le cas de Hambali Mahamane). Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967.

170 Les camarades de Idé étaient Baban Loré ; une certaine Hadiza Zomo, Sadi Baba Amadou et Hassane Hama. Examen de situation de Mamoudou Idé, 11 juillet 1968 ; Chaffard, Les carnets secrets, 307. Pour l’Afro-Asiatisches Solidaritätskomitee est-allemand, voir G. Liebscher, H. Maiwald & R. Wünsche (dir.), Die afro-asiatische Solidaritätsbewegung (Berlin, 1968), 23-25.

171 Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005.

172 Les services français n’ont pas pu confirmer la rumeur disant qu’il avait assisté au congrès du parti communiste soviétique à Moscou, en novembre 1961, comme le fit Abdou Moumouni en qualité de délégué du Niger. « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 2 au 8 nov. 1961 », no 150 ; SHAT, 5 H 95 ; entretien avec Vladimir Shubin, Leyde, 13 févr. 2007.

173 Voir Chaffard, Les carnets secrets, 307-308, qui n’a pas, cependant, révélé ses sources.

174 À l’époque, il avait l’intention de visiter Moscou une seconde fois. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 2 mai 1962 (SHAT, 10 T 717/D.2) et 18 juin 1963.

175 Sawaba, mars 1963.

176 Ibid.

177 Comme « cadre du parti ». Interview Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003.

178 Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; « Recueil des principaux renseignements… 9-15  nov. 1961 », no 151.

179 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 194 ; chap. 2, au niveau n. 47 ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005.

180 Parti Sawaba, Pour un front démocratique de la patrie (Bureau politique : Niamey, 1962), 34-36.

181 H.M. Yéré, « Zouglou Culture and Youth in Côte d’Ivoire : A Historical Perspective, 1946-1993 » ; papier pour l’université d’été d’AEGIS, Cortone, 15-20 sept. 2004, 5.

182 Léon Mba à Diori Hamani, Libreville, n. d. mais juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 6.3.

183 Subversive Activities by Ghanaians in Nigeria 1961 ; top secret ; PRO, DO 177/2.

184 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 8 au 14 févr. 1962 », no 164 ; SHAT, 5 H 92.

185 A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, 1989), 266-267.

186 Pour un front démocratique de la patrie, 33-34 ; FEANF – USN : Association des étudiants nigériens en France (AENF), XIIe congrès, 24-26 déc. 1964, Antony (Paris) ; ANN, 86 MI 1 E 8.2 ; chap. 6, au niveau n. 39 ; Ravensdale à Wilford, 28 févr. 1962.

187 Pour un front démocratique de la patrie, 27, 34-35 ; Les étudiants nigériens à Moscou à l’Association des parents d’élèves du Niger, Moscou, 8 avr. 1962 ; ANN, 86 MI 3 F 6.7.

188 Paraphrase. Association des étudiants nigériens en France (AENF), XIIe congrès ; Pour un front démocratique de la patrie, 33-34 ; entretiens avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 et Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005.

189 Voir dossier Hambali Sahabi – inscrit en 1re moderne – ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967. Un exemplaire du diplôme de Addo est joint à son dossier.

190 Interviews Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 5 févr. 2003, Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003, Moumouni Daouda (le frère de Daouda Hamani), Tillabéri, 3 nov. 2005 ; chap. 6, n. 112.

191 Note de renseignements no 800/BCL, 26 sept. 1967.

192 Il existe une étude utile, « Étudiants et boursiers du Sawaba ». Voir aussi J. Colombani, directeur de la Sûreté, à ministre de l’Intérieur, 5 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

193 Son identité est inconnue. « Recueil des principaux renseignements… 16 au 22 nov. 1961 », no 152.

194 Souley Salifouizé, un petit fonctionnaire de Nguigmi, se rendit en URSS avec le rêve de devenir chirurgien-dentiste mais dut intégrer un institut de médecine non universitaire, n’ayant pas passé le baccalauréat. Il en fut de même de Amadou Seydou (Sangalaly ?) de Gothèye, qui reçut un certificat d’un institut de génie ferroviaire. Jacques Knoll, chargé d’affaires Niger, Bad Godesberg, Allemagne de l’Ouest, à président de la République & ministre des Affaires étrangères, 29 juillet 1966 ; ANN, 86 MI 1 E 8.9.

195 Université de l’Amitié des peuples Patrice Lumumba en entier. Dossier Bachir Boukary ; ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968, Mamoudou Idé, 11 juillet 1968, Ali Mahamane, 8 août 1967, Yansambou Boubakar, 29 mars 1969, Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969, Adamou Moussa, 7 août 1967 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967.

196 Note d’information, 4 et 13 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10/3.5 ; « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 févr. 1962 », no 164. D’autres sources parlent de 52-55 émigrés à « Moscou » en oct. 1961. Bulletin hebdomadaire, semaine du 1er au 7 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.16 ; ibid., 8 au 14 oct. 1961.

197 Entretien avec Vladimir Shubin, Leyde, 13 févr. 2007.

198 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 8 sept. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2. Les bourses guinnéennes furent offertes par le Fonds de solidarité afro-asiatique, dirigé par le frère de Sékou Touré, Ismaël.

199 Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; note d’information, no 401/CSN, 23 juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 7.13 ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.

200 Étudiants et boursiers du Sawaba. Il y avait notamment : Kaîro Alfari ; Biry Kouly Amadou ; Daouda Hamani ; Ali Maroua ; Inné Pierre ; Amadou Seydou ; Zoumari Issa ; Ari Ouaguini ; Hama Abdoulaye ; Bonzougou Yayé ; Pascal Ouedraogo ; Issa Insa ; Mamadou Oumarou ; Raphaël Ahmed Baraou ; Hassane Djibo ; « Moussa » ; Issaka Samy ; Yansambou Boubakar ; Coulibaly Seydou ; Ada Paraiso ; Amadou Abdoulaye ; Harouna Saibou ; Sani Koutoubi ; Ousseini Alou Diouldé (Himadou ? ; Alou Seini ?) ; Amadou Seydou alias Sangaladio (Sangalaly) ; Sidibé Ousseini ; Ali Mai Rona ; « Kangueye » ; Albadé Ismaël Nouhou ; Kelessi Oumarou ; Sow Kelessi ; (H)oussou Jacques ; Abdou Moudi ; Mahamadou Souley ; Mounkaila Ousseini ; Ali Marwa/Maroua ; Hassane de Goudel ; Ibrahim Himou de Say ; Fatima Mazou ; Sadi Baba Amadou ; Hassane Hama ; Ahmed Amadou (dit Maloud ?) ; Zakari Garba ; Halima Diallo ; Mamoudou Souna dit Souri (= Souna ?) ; Mahamane Maiga ; Aboubakar Abdou Karami ; Souleymane Mamadou Hako.

201 Sawaba, mars 1963 ; entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

202 Le Niger, 31 mai 1965 et Sawaba, mars 1963.

203 30 en France ; 12 en Afrique. 12 étaient au secondaire, 27 en formation professionnelle. Salifou, Histoire du Niger, 267.

204 Des noms furent publiés au Journal Officiel. Voir T. Smirnova, « La dynamique de l’enseignement supérieur au Niger : les illusions d’état ou l’état illusoire ? », mémoire de DEA, Paris, 2004, 21-22.

205 Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962.

206 Les autres étaient Hassane Hama, Sadi Baba Amadou, Baban Loré, le boxeur, et une femme, Hadiza Zomo.

207 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 févr. 1962 », no 164.

208 Le Berliner Zeitung. Étudiants et boursiers du Sawaba. Zoumari Issa Seyni, qui parlait aussi allemand décrocha un diplôme en traduction français-russe. Curriculum Vitae Zoumari Issa Seyni ; interview, Niamey, 18 nov. 2002 ; Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968, Mamoudou Idé, 11 juillet 1968, Abdou Ardaly, 12 sept. 1968, Adamou Moussa, 7 août 1967, Iro Addo, 18 juillet 1967, Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967, Yansambou Boubakar, 29 mars 1969, Ali Mahamane, 8 août 1967, Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 et no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; note d’information no 867/BCL, 19 oct. 1967 ; interviews Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003, Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003, Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.

209 Voir texte du message diffusé sur Radio Moscou, joint à Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.

210 Au cours des années 1960, il était prévu de prolonger la voie ferrée dahoméenne Cotonou-Parakou jusqu’à Niamey.

211 Arzika Mahamane dit Lawali de Birnin Konni travailla 3 ans comme présentateur au service haoussa de Radio Moscou. Dossiers in ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38 ; interviews Kaîro Alfari & Dr Abdoulaye, Niamey, 30 oct. 2005.

212 Détails in ANN, 86 MI 1 E 8.14 et Étudiants et boursiers du Sawaba. Dans un cas, il y a eu un stage en télécommunications.

213 Mamadou Souna dit Souri, en plus de Zataou Maman, un Nigérien bénéficiant d’une bourse de l’État (voir ci-dessous). Examen de situation de Yansambou Boubakar, 29 mars 1969. Kalinine est, aujourd’hui, Tver.

214 Et, dans le cas de Maïga Ibrahim Moudi, l’athlétisme. ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

215 Fréquentée par Abdou Tahirou dit Dan Inda de Maradi et Mamoudou Idé (stage) respectivement. Étudiants et boursiers du Sawaba.

216 Ibid. ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 21 oct. 2011.

217 Qui avait, cependant, une école de sciences économiques fréquentée par Hamani Beidari Maïga dans le cadre d’un stage. Étudiants et boursiers du Sawaba.

218 ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Jacques Knoll à président de la République & ministre des Affaires étrangères, 29 juillet 1966.

219 Ibid. Tahirou Ayouba Maïga étudia à Liège, en Belgique, en plus de Kiev. Kaîro Alfari étudia à Paris (1970-1971) et Lausanne, après Moscou où il avait obtenu son diplôme en 1968. Interviews, Niamey, 28-30 oct. 2005 et 22 févr. 2008.

220 Interviews Ali Talba, Mamoudou Pascal, Mounkaila Albagna & Ahmed Sékou Djibo Bakary, Niamey, 4 et 22 févr. 2003, 29 nov. 2003 et 1er mars 2008 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

221 Comme l’affirma Touré Hama, qui, cependant, avait des raisons de le dire à ses interrogateurs de la Sûreté.

222 Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 et … Mamoudou Idé, 11 juillet 1968. Noter les matières marxistes enseignées, comme l’atteste le diplôme de Addo, joint à ibid., Iro Addo, 18 juillet 1967. Zoumari Issa Seyni aussi suivit un cours de syndicalisme à Berlin Est. Interview, Niamey, 18 nov. 2002. Voir ci-dessous.

223 Djibo vécut 9, voire 12 mois en Bulgarie. Examen de situation de Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; Le Niger, 2 nov. 1964 (rapport d’interrogatoire de Assane Bizo) et 31 mai 1965 (interrogatoire Hassane Djibo) ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; interview Hassane Djibo, Niamey, 22 févr. 2008.

224 Mounkaila Mahamane dit Lamama, mécanicien et ancien boxeur, échoua à terminer le programme de l’organisation l’année d’après, peut-être du fait de son analphabétisme. À la place, il intégra une école de mécanique. Étudiants et boursiers du Sawaba ; n. 54 chap. 7 ; Vladimir Shubin, email à auteur, 17 déc. 2007. Pascal voyagea en URSS avec Foli Marc (Marc Foly), le mécanicien dahoméen de Niamey et Ibrahim Djibaji, employé dans une entreprise de commerce. Bulletin hebdomadaire, semaine du 8 au 14 oct. 1961.

225 Souley Mallam Mahamane, instituteur adjoint de Maradi, fit un an de stage dans des coopératives de la capitale soviétique. Étudiants et boursiers du Sawaba ; entretiens avec Boubakar Djingaré, Kaîro Alfari, Amada Bachard & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 26 et 30 oct. 2005 et 14 et 19 déc. 2009.

226 Certaines des institutions mentionnées étaient peut-être les mêmes.

227 Dossier de Abdou Iddi in ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968 ; entretiens avec Zoumari Issa Seyni, Niamey, 18 nov. 2002 et Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

228 Étudiants et boursiers du Sawaba. Aboubakar Abdou Karami, le technicien de Gouré, suivit une trajectoire opposée, se rendant à Moscou pour sa formation universitaire après avoir terminé le secondaire au Maroc. Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969.

229 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa) ; Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; Curriculum Vitae Zoumari Issa Seyni ; Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; Note de renseignements, no 69/Aéro, 24 févr. 1969 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 20 mai 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2.

230 Le frère de Zoumari était aussi au Maroc. Interview, Niamey, 18 nov. 2002 ; curriculum vitae Zoumari Issa Seyni ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa) ; Examen de situation de Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

231 Dans l’intervalle, il enseigna l’agronomie en Guinée. Interview Zinder, 11 févr. 2003.

232 Y compris un certain Oumarou Ba ; Moumouni Ousseini ; Gamatié Seyni ; Gaoh Abarchi ; et Ali Mamoudou. Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967.

233 Note de renseignements, no 69/Aéro, 24 févr. 1969. Chaibou Souley étudia sans doute aussi au Maroc. Voir son dossier in ANN, 86 MI 3 F 12.32.

234 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 et « Recueil des principaux renseignements… 9-15 nov. 1961 », no 151.

235 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967 ; …Ali Mahamane, 8 août 1967 ; …Touré Hama, 8 juin 1968 ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005 et 22 févr. 2008 (« continuation des luttes du parti » : paraphrase).

236 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967.

237 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967. Plus tard, des anciens étudiants interrogés par la Sûreté nièrent tout paiement. Mais ils avaient intérêt à nier autant que possible toute implication dans les initiatives politiques du Sawaba parmi les étudiants, dans le cadre d’un interrogatoire. Voir dossiers in ANN, 86 MI 1 E 8.14.

238 Une réunion fut tenue à Moscou le 22 mai 1963, au premier anniversaire de la mort de Daouda Ardaly. Voir chapitre 11 et Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 1er juillet 1963 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

239 Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Aboubakar Abdou Karami, 11 juin 1969 ; …Yansambou Boubakar, 29 mars 1969 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967 ; Les étudiants nigériens à Moscou à l’Association des parents d’élèves du Niger ; « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 mars 1962 », no 169.

240 Comme nous l’avons vu en n. 237, ils avaient alors tout intérêt à minimiser leur rôle dans les activités du Sawaba.

241 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Mamoudou Idé, 11 juillet 1968, Ali Mahamane, 8 août 1967 ; Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; Sawaba, mars 1963.

242 Examen de situation du nommé Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; …Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; Le Niger, 31 mai 1965 (interrogatoire Hassane Djibo) ; interviews Issoufou Assoumane, Niamey, 30 janv. 2003, et Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

243 Mais ceci a été dit en contexte d’interrogatoire. Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; …Yansambou Boubakar, 29 mars 1969.

244 Voir chapitres 12-13. Examen de situation de Touré Hama, 8 juin 1968/Mamoudou Idé, 11 juillet 1968.

245 Il aida aussi à organiser des réunions, paya des contributions et travailla pour le magazine des étudiants africains. Examen de situation du nommé Souleymane Hako, 20 juillet 1967.

246 Statuts Association des étudiants Sawaba du Niger AESN-UJDN (texte Sawaba, mars 1963) qui comprend aussi des articles sur l’organisation interne.

247 Examen de situation du nommé Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967 ; …Iro Addo, 18 juillet 1967.

248 Le Niger, 10 mai 1965. Ibid., 12 juillet 1965.

249 Maïga encourageait les étudiants à rentrer mais, de façon inquiétante, désirait qu’ils « [se rendent] compte des réalités ». Le directeur de la Sûreté à ministre de l’Intérieur, CAB no 319/C/SN, 15 juin 1964 ; note d’information, no 401/CSN, 23 juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 7.13 ; Kairo Alfari Maïga, Amadou Biry Kouly & Daouda Hamani à M. Le ministre de l’Intérieur de la République du Niger (manuscrit), 27 juillet 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 7.13. Hamani fut libéré par la suite, car il trouva du travail en Algérie et au Congo. Sur Alfari, voir chap. 10. Interviews Moumouni Daouda (frère de Hamani), Tillabéri, 3 nov. 2005 ; Tahirou Ayouba Maïga et Kaîro Alfari, Niamey, 28 oct. 2005/22 févr. 2008.

250 Maïga, Kouly & Hamani à M. Le ministre de l’Intérieur, 27 juillet 1964 ; note d’information, 23 juillet 1964.

251 2 étudiants du Sawaba et 1 du RDA, n. 213, ci-dessus.

252 Il donna en particulier des informations sur Hambali Sahabi et Ali Maroua. Note d’information, 23 juillet 1964.

253 Ousseini Alou Diouldé, Hambali Mahamane ; et Sani Koutoubi. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 12-18 nov. 1962, no 25.909 ; SHAT, 5 H 122 ; « Recueil des principaux renseignements… 20 au 26 août 1959 », no 44 ; Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; …Adamou Moussa, 7 août 1967 ; note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967.

254 Association des étudiants nigériens en France (AENF), XIIe congrès + le griffonnage injurieux de Maïga ; ANN, 86 MI 1 E 8.2 ; Le Niger, 31 mai 1965 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 15 mai et 13 sept. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2.

255 L’ambassadeur du Niger essaya de capitaliser sur ceci et de contacter les étudiants, peut-être pour les attirer au pays. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 5 mai 1962 et 541, 20 mai 1963.

256 Voir les dossiers de Boukary, Chaibou Souley et Moussa Dan Dje/Dja in ANN, 86 MI 3 F 12.32.

257 Interrogatoire de Abdoulkarim Ousmane dit Maïga, 6 sept. 1967 ; interview Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003. Zoumari Issa Seyni, alors âgé de 14 ans, eut des ennuis après avoir reçu une lettre de son frère du Maroc. Interview, Niamey, 18 nov. 2002.

258 Les étudiants en URSS recevaient 90 roubles par mois (qui vaudraient 25 000 F CFA), desquels une somme symbolique était déduite pour couvrir le loyer et charges connexes, tandis que les soins de santé et la nourriture étaient pratiquement gratuits. Les étudiants recevaient une allocation vacances de 150 roubles chaque année. Les étudiants de Tbilisi, Géorgie, recevaient 300 roubles pour frais d’équipement. Les cadres d’Allemagne de l’Est recevaient 330 marks, desquels était déduite une somme plus importante pour la nourriture et le loyer. L’étudiant en journalisme de Bulgarie, Mamadou Hako, recevait 80 dollars le mois. Un cadre qui suivait une formation politique parle de 60 lev d’argent de poche (environ 7 000 F CFA selon lui, c’est-à-dire 140 FRF), suffisants pour couvrir les dépenses. Pour son stage à Bonn, Mamoudou Idé gagnait 450 marks ouest-allemands. Le Niger, 31 mai 1965 (interrogatoire Hassane Djibo) ; Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Adamou Moussa, 7 août 1967, Mamoudou Idé, 11 juillet 1968, Abdou Ardaly, 12 sept. 1968, Ali Mahamane, 8 août 1967, Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967, Touré Hama, 8 juin 1968, Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38 ; Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967.

259 Transcription de l’émission in Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967 ; ibid., Mamoudou Idé, 11 juillet 1968 et Yansambou Boubacar, 29 mars 1969 ; interview Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

260 M. Ayih, Ein Afrikaner in Moskau (Cologne, 1961) ; E.J. Hevi, An African Student in China (Londres, 1963) ; interview Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.

261 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Ali Mahamane, 8 août 1967, Adamou Moussa, 7 août 1967 ; interviews Tahirou Ayouba Maïga & Amada Bachard, Niamey, 28 oct. 2005 et 14 déc. 2009 ; Salifou Soumaila, Villa Lotus, à Wierschke & Ursula, RDA, 24 mars 1962.

262 Examen de situation du nommé Souleymane Hako, 20 juillet 1967.

263 De façon exceptionnelle, Maïga Ibrahim Moudi, qui étudiait l’éducation sportive, était marié et avait un enfant. Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967.

264 L’amie possible de Soumaila s’appelait Ursula. Il connut aussi une femme du nom de Wierschke (n. 125 ci-dessus). Le fait que la relation amoureuse de Dembélé ait été avec une femme mariée renforce la probabilité d’une implication de la Stasi (chap. 8 n. 90). La femme de Ardaly s’appelait Dioumassy Pata. Celle de Assoumane, Nina Vassilievna Kazartcheva et celle de Ali Dodo, Lina Haimouna Knaper (d’ethnicité allemande ? juive ?). Salifou Soumaila, Villa Lotus, à Ursula, Allemagne de l’Est, 24 mars 1962 ; Examen de situation du nommé Ali Mahamane, 8 août 1967, Abdou Ardaly, 12 sept. 1968 ; note d’information, 23 juillet 1964 ; ibid., no 597/BCL, 6 juillet 1968 (ANN, 86 MI 1 E 8.14) ; Knoll, Bad Godesberg, à président de la République & ministre des Affaires étrangères, 29 juillet 1966.

265 Fatima Mazou & Wahabou Maiga, RDA, et Zakari Garba & Halima Diallo, étudiants à la faculté préparatoire de l’université d’État de Moscou. Examen de situation de Touré Hama/Abdou Ardaly, 8 juin/12 sept. 1968.

266 Les sawabistes mariés à des métisses étaient Hima Dembélé et Adamou Assane Mayaki, dont l’épouse était partiellement corse. Interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003. Daouda Hamani épousa une Russe, tout comme dr. (Abdou ?) Moudi, probablement un ancien étudiant en médecine, en URSS. Interviews Kaîro Alfari & Issa Younoussi, Niamey, & Moumouni Daouda, Tillabéri, 30 oct./3 nov. 2005.

267 Entretien avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005.

268 Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967, Abdou Ardaly, 12 sept. 1967, Ali Mahamane, 8 août 1967 (transcription de l’émission).

269 Avait-il de l’argent de côté ? Reçu de son frère ? Ibid., Abdou Ardaly, 12 sept. 1967.

270 Où il fut hébergé par un Nigérien, Abdou Yahaya, et où un certain Abdoulaye Dembélé s’occupa de lui. Ibid., Mashoud Hama Pascal Diawara, 9 août 1967.

271 Ibid., Abdou Ardaly, 12 sept. 1967, Ali Mahamane, 8 août 1967, Adamou Moussa, 7 août 1967, Issoufou Assoumane, 24 juillet 1967 ; Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967 ; note d’information, 23 juillet 1964 ; Abdou Ardaly, Stockholm, à Diori Hamani, Niamey, 29 juillet 1967 (ANN, 86 MI 1 E 8.14) ; 2 interviews Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003, et Kaîro Alfari, Niamey, 30 oct. 2005 et 22 févr. 2008 ; Étudiants et boursiers du Sawaba.

272 Albert, « Les étudiants africains à Moscou », 38.

273 Note de renseignements no 801/BCL, 25 sept. 1967, Abdou Ardaly, 12 sept. 1967 ; Amadou Abdoulaye, Léningrad, à René Delanne Niamey, 19 mai 1964 ; ANN, 86 MI (probablement) 1 E 7.13.

274 Étudiants et boursiers du Sawaba, passim ; interview Aboubacar Abdou, Niamey, 22 oct. 2011.

275 Un rapport français contredisant cette prudence était probablement erroné. Rendant compte de l’entraînement militaire en Pologne, il parle d’un camp d’entraînement pour Africains francophones (quelque 150 hommes !) dans un lieu-dit Kowszowo (Kovshovo), sur le Niemen, qui se trouve en fait en Biélorussie, non loin de la frontière polonaise. Géré par des officiers soviétiques, ce camp aurait eu des instructeurs enseignant en français ou en espagnol. Les Français supposent que quatre cadres Sawaba figuraient au nombre des Francophones : Kaîro Alfari, Alazi Soumaila, Mazou Dan Mazel et Hamidou Moustapha, i. e. le groupe de voyageurs qui fit le tour des pays de l’Est, y compris Pékin, à l’automne 1960. Note d’information, 18 oct. 1960 (n. 18, ci-dessus). Si cela est exact, il ne s’agissait sans doute pas plus que d’un court séjour ou d’une mission de reconnaissance. La Pologne ne joua pas de rôle dans la formation des sawabistes, même si un ou deux cadres avaient eu l’intention de s’y rendre, tels que Dandouna Aboubakar et Maman Tchila (ministre de l’Intérieur à chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961). Interprétation de Vladimir Shubin, email à auteur, 12 déc. 2007.

276 Les archives soviétiques pertinentes sont déclassifiées jusqu’en 1963, même si un grand nombre de dossiers restent inaccessibles en dépit de l’expiration du délai de 30 ans. Les données ci-dessus viennent de Vladimir Shubin. Interview, Leyde, 13 févr. 2007 et email à auteur, 27 sept. 2005 et 12 déc. 2007.

277 Annuaire Politique du Niger (Paris & Dakar, n. d., ca. 1957-1958).

278 Pour un front démocratique de la patrie, 57-58 ; Les Citations du Président Mao Tsé-Toung (i. e. « Le Petit Livre Rouge », cité dans son édition anglaise issue de Foreign Language Press : Pékin, 1966), 94 et 140.

279 Pour un front démocratique de la patrie, 11.

280 F.D. Colburn, The Vogue of Revolution in Poor Countries (Princeton, 1994) ; Mao Tse Tung on Revolution and War (dir. par M. Rejai : New York, 1971), 280.

281 Entretien avec Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002.

282 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; Sawaba, mars 1963 ; interviews Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7-8 févr. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003 ; Oumarou Janba et Bachir Boukary, Zinder, 10-11 févr. 2003 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 30 juillet 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Le Niger, 22 févr. 1971 ; Rapport mensuel, oct. 1969 ; SHAT, 10 T 715/D.2-3 (« car les Chinois s’y prenaient ainsi, eux aussi », paraphrase).

283 Interviews Ali Amadou, Mounkaila Albagna, Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv. et 29 nov. 2003, 23 févr. 2008 ; Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; W. Gálvez, Che in Africa : Che Guevara’s Congo Diary (Melbourne et New York, 1999), 32 ; N.R. Mandela, Long Walk to Freedom : The Autobiography of Nelson Mandela (Boston, 1994), 259-260. Pour la période d’exil de l’UPC, voir M.T. Terretta, « Cameroonian Nationalists Go Global : From Forest Maquis to a Pan-African Accra », Journal of African History, 51 (2010), 189-212.

284 Les Citations du Président Mao Tsé-Toung, en particulier les chapitres 6 et 8. Il s’agit du carnet de Hassane Djibo, l’agent d’agriculture d’abord formé en Bulgarie. Extraits de Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 et G. Comte, « Les carnets de Nankin », Est & Ouest, 16-28 févr. 1966, no 357, 27-30.

285 Quotations from Chairman Mao Tse-Tung (version anglaise des Citations du Président Mao Tsé-Toung), 16-22, 72 subsq. et 82 subsq., et Mao Tse Tung on Revolution and War, 405-417.

286 Entretien avec Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003.

287 Ambassade de France au Niger. Le conseiller militaire, no 241/CM/NIG/S : Étude sur le Sawaba, Niamey, 22 juin 1966 (Lt-col. Chabriais) ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; interviews Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003 et Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005.

288 Interviews Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003, 23 févr. 2008. Les paiements pouvaient se monter à quelques milliers de F CFA (1 000 F CFA = 20 FRF). Par ailleurs, les nouvelles recrues pouvaient échanger leur argent malien contre de la devise ghanéenne. Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; note d’information, 15 janv. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.18.

289 Interviews Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Djibo Foulan, Bandio, 4 nov. 2005. En 1974, Bakary aurait encore été en possession de 70 millions de F CFA (1,4 million de FRF). Interview Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003.

290 Événements survenus en Afrique francophone pendant la semaine du 19 au 25 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 210 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964.

291 Subversive Activities by Ghanaians in Nigeria, 1961 ; Despatch no 5 : H.A. Twist, Kaduna, à Viscount Head, haut-commissaire du Royaume-Uni, Lagos, 31 juillet 1961 ; Mallam Aminu Kano, M.P. : Leader of the N.E.P.U. and Government Chief Whip in Federal House of Representatives (n. d.) ; PRO, DO 177/59. Kano était contre le voyage. Yakasai était accompagné par – entre autres – Muhammadu Achimalo Garba, secrétaire de la branche de la NEPU à Kano. Yakasai, The Story of a Humble Life, 158-169.

292 Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003/15 févr. 2006 ; Amada Bachard, Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 14 et 19 déc. 2009 ; Examen de situation du nommé Iro Addo, 18 juillet 1967 ; Étudiants et boursiers du Sawaba. Par prudence, Hamidou Abdoulaye utilisa le pseudonyme Ousmane Silla. Mamoudou Omar (Oumarou) = Mamadou Oumarou mentionné en n. 200 ci-dessus ?

293 Note de renseignements, no 800/BCL, 26 sept. 1967 ; note d’information, 21 sept. 1960. Lors de ce banquet présidé par Chou, qui parla de la libération des peuples, Alazi Soumaila prononça un discours au nom des Nigériens. 27 4/SU protocole d’interrogatoire de Jean Colombani à propos de Mazou Dan Mazari & ibid., sur Alazi Soumaila, tous deux 12 janv. 1961. De tels honneurs étaient souvent rendus aux membres de mouvements étrangers. Voir, par exemple,Yakasai, The Story of a Humble Life, 163-164. Amadou Diop aurait assisté à un dîner offert par Ho Chi Minh, bien qu’il ait pu s’agir là d’une figure de style propre à la culture africaine ; il arrivait à Diop de se vanter. Interview Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. 2006. Abdoulaye N’Diaye, frère de la femme de Bakary et étudiant en RDA, se rendit à Pékin en 1966 dans le cadre d’un programme d’échange. Note de renseignements, 8 août 1966, no 298/Sn/ST ; ANN, 86 MI 1 E 8.9 ; bulletins de renseignements hebdomadaire, 27 mai au 2 juin 1963, 722, no 22 ; SHAT, 5 H 123.

294 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Étudiants et boursiers du Sawaba. Diop dit avoir été formé non pas en Chine, mais en Algérie. D’autres personnes assurent que Diop a suivi une courte formation en Chine. Interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Ali Talba, 4 févr. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2009.

295 Dossier Souley Salifou ; note d’information, 18 oct. 1969 ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 22 févr. 2008. Il n’existe pas d’autres données sur les trois derniers hommes. Il est possible qu’Alfari ait suivi une formation plus tard, en 1964.

296 Note d’information, 11 juillet et 1er sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.7 et 3.7 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 13 sept. 1961 ; note d’information, 11 août 1961 (n. 4).

297 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 20 ; Le Monde, 4 févr. 1965 ; G. Comte, « An Assassination that Failed », National Review (New York), 15 juin 1965, 510.

298 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 21 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Yacouba Issa) et 31 mai 1965 (interrogatoire Hassane Djibo).

299 À cause des correspondances et/ou pour des raisons de sécurité.

300 Parlant d’avion charter ! Interviews Boubakar Djingaré & Djibo Foulan, Niamey, Bandio, 26 oct./4 nov. 2005 ; Fraternité-Hebdo, 21 et 28 mai 1965 (ce dernier, interrogatoire Djingaré).

301 Fraternité-Hebdo, 21 mai 1965 ; email Abdoul-Rahamane Soumana Idrissa à auteur, 12 janv. 2008 ; entretien avec Soumana Idrissa, Gothèye, 18 déc. 2009.

302 Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 21 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; ambassade de France au Niger : étude sur le Sawaba ; note de renseignements, no 257/CM/NIG/S, 2 juillet 1966 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; Rapport mensuel, avr. 1968 ; SHAT, 10 T 715/D.2-3 ; Le Niger, 2 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Tini Malélé, Assane Bizo & Dodo Hamballi).

303 Ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; Le Niger, 31 mai 1965 (interrogatoire Hassane Djibo). Chaffard, Les carnets secrets, 310, parle de 30 lieux d’entraînements à Nankin.

304 Ce chiffre ne comprend pas le groupe de voyageurs dont faisait partie l’épouse de Bakary, ni ceux dont il est fait mention en n. 292, ni non plus Abdoulaye N’Diaye, noté en n. 293, mais comprend d’autres personnes mentionnées dans le texte et les notes précédents, ainsi que : Baro Alfari ; Harouna Bonkourou (Bonkoukou) ; Souley Gari ; Assane Bizo, le militant de Kollo formé en Bulgarie ; Boubakar Abdou (= probablement Aboubacar Abdou de Zinder [n. 274 ci-dessus]) ; Hamissou Dadi Gaoh ; Ibrahim Cheffou (= dit Phacochère ?) ; et Arouna Zada (chap. 3, au niveau n. 169). À ceux-ci, on peut ajouter Dan Boula Sanda Makamari, qui fut en Chine, un certain S. Moumouni, peut-être un certain Salifou Aboubakar, et Siddi Abdou de Tahoua, qui, cependant, a pu être confondu avec Abdou Iddi (Abdou Adam, interview, Niamey, 29 nov. 2003 ; voir aussi n. 336). L’identification de Soumana Issaka en qualité d’élève de Nankin par Assane Bizo est confirmée par Boubakar Djingaré, bien que cela ait été (également) un pseudonyme de Djibrilla Dembélé, qui admit avoir été formé en Algérie et non en Chine (voir ci-dessous). Morillon, « La tentative insurrectionnelle », 21 ; Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoire Bizo & Djibrilla) ; Fraternité-Hebdo, 11 juin 1965 (interrogatoire Djingaré) et 9 juillet 1965 ; note de renseignements, no 257/CM/NIG/S, 2 juillet 1966 ; Genedef Abidjan à Minarmées Paris, télégramme no 5448/CH ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; M. Dangaladima, secrétaire général Sawaba, à A.K. Barden, Président Bureau of African Affairs, Accra, 31 oct. 1964 ; PRO, FO 371/177230 ; Nkrumah’s Subversion in Africa, 40 ; interviews Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003, Moutari (?) Dan Boula Sanda, Zinder, 15 févr. 2006, Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.

305 L’identification de Souley provient de Boubakar Djingaré, interview Niamey, 26 oct. 2005. Chaffard, Les carnets secrets, 323, avance que Abdou Iddi, l’enseignant ayant suivi une formation syndicale à Berlin Est, est aussi allé à Son Tay (au lieu de Nankin), mais il peut s’agir là d’une confusion avec Siddi Abdou (voir n. 304 ci-dessus et chap. 12, n. 236). Aussi Rapport mensuel, avr. 1968 ; interviews Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 et 18 déc. 2009 et Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 et 15 févr. 2006.

306 Note d’information, 21 sept. 1960 ; Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; interview Kaîro Alfari, Niamey, 22 févr. 2008.

307 Comte, « Carnets de Nankin », parle d’au moins 100 autres Africains, ce qui, avec les Nigériens, monterait leur nombre à 150.

308 Ibid. ; Le Niger, 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 14, 21, 28 mai 1965 (y compris int. Djibo & Djingaré) ; Chaffard, Les carnets secrets, 311 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; interview Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.

309 Sur la nature de ces preuves, voir chapitres 12-13 ci-dessous.

310 Voir les notes de Hassane Djibo sur « la théorie de tir » dans Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 (ci-dessous, plus loin). Lors d’une interview (Niamey, 22 févr. 2008), il ne parla que d’instruction politique.

311 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba ; interviews Albagna & Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 et 6 déc. 2003, et Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003 ; Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 (Djibo) ; Le Niger, 2 et 23 nov. 1964 (Malélé-Bizo & Hamballi) ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Comte, « Carnets de Nankin ».

312 Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 et Le Niger, 31 mai 1965.

313 Les journalistes français tels que Comte et Morillon sont typiques, ici.

314 Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 ; Le Niger, 31 mai 1965 ; interviews Hassane Djibo, Amada Bachard & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 22 févr. 2008 et 14 et 19 déc. 2009.

315 Ces carnets étaient de dimensions différentes (les deux carnets de Hassane Djibo avaient 197 et 128 pages, d’autres, 120 à 150 pages, avec des notes). Gilbert Comte et Morillon en ont certainement vu quelques-uns, puisqu’ils les citent. Comte, « Assassination that Failed » ; Le Monde, 4 févr. 1965 ; Fraternité-Hebdo, 28 mai 1965 ; Rheinischer Merkur, 30 avr. 1965.

316 Comte, « Carnets de Nankin ». Souligné par l’auteur.

317 Le Niger, 2 nov. 1964 et 31 mai 1965 ; Comte, « Assassination that Failed ».

318 Le Monde, 4 févr. 1965 ; Comte, « Carnets de Nankin » ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; interview Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005.

319 Cité in Comte, « Carnets de Nankin ».

320 Le Niger, 2 nov. 1964 et 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 28/31 mai 1965 ; interviews Boubakar Djingaré, Hassane Djibo & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 26 oct. 2005, 22 févr. 2008 et 19 déc. 2009 ; Le Monde, 4 févr. 1965 ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Comte, « Assassination that Failed ».

321 Il fut attaqué, en 1970, par des forces spéciales américaines qui croyaient, par erreur, que des prisonniers de guerre américains y étaient encore détenus. [Ehistory. osu. edu/vietnam/essays/sontay/0005.cfm], consulté le 20 déc. 2011.

322 Interviews Mounkaila Albagna & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 6 déc. 2003 et 19 déc. 2009 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Le Niger, 16 mai 1966 ; Rapport mensuel, avr. 1968 ; Fraternité-Hebdo, 21 mai 1965 (interrogatoire Djibo Seyni).

323 Interview Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005 ; Chaffard, Les carnets secrets, 311, qui a interviewé le Nigérien non-identifié.

324 Le Niger, 31 mai 1965 ; Fraternité-Hebdo, 14 mai 1965 ; Chaffard, Les carnets secrets, 310.

325 Interviews Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2009 ; Amada Bachard, Niamey, 14 déc. 2009. Diop se vanta d’avoir pris l’avion sans le visa réquis, en comptant sur sa foi religieuse. Bien que cela n’ait pas été spécifié, les voyages en Chine se faisaient sous escorte. 27 4/SU protocole d’interrogatoire de Jean Colombani à propos de Mazou Dan Mazari & ibid., sur Alazi Soumaila, 12 janv. 1961. Abdoulaye épousa d’abord une Ghanéenne, puis une Guinéenne.

326 Morillon, « La tentative insurrectionnelle ».

327 Ibid. et Warren à Mansfield, 23 oct. 1964. À son retour du Vietnam, Soumana Idrissa resta un moment à Pékin avec Amada Bachard, le présentateur radio, sans doute pour récupérer, au lendemain d’une opération chirurgicale. Interview, Gothèye, 18 déc. 2009.

328 Renseignements, 25 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; rapport de fin de commandement. 1re partie, le 30 juin 1962.

329 Communiqué, bureau politique Sawaba, Bamako, 30 oct. 1961 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 4 au 10 janv. 1962 », no 159 ; SHAT, 5 H 92.

330 Ils étaient venus au Maroc via Bamako. Le Niger, 23 nov. 1964 (interrogatoire Amadou Abdou). Abdoulkadri = Abdoulkadri Talata, qui était allé à Pékin en compagnie de l’épouse de Bakary ? Moussa Wakilou = Moussa Wakily, qui s’enfuit de Zinder pour Kano en 1960 avec Ali Mahamane Madaouki ?

331 Interviews Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 ; Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et 23 févr. 2008 ; Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

332 Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 avr. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2. Le rapport mentionne par erreur Hassane Djibo et Mamadou Hako : Djibo est allé à Nankin et Hako étudia en Bulgarie jusqu’à son expulsion en 1967. Il est aussi question de Barry Seydou et Moussa Yenikoye de Filingué, ainsi que de Maliens comme Fondo Belko, Traoré Mamadou et peut-être Keita Ténéman.

333 Il fut mis au courant de sa nouvelle mission par une lettre. Entretien avec Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003 ; Ali Talba & Boubakar Djingaré, Niamey, 4 févr. 2003 et 26 oct. 2005. Les services français se trompaient sans doute en affirmant que tous les commandants de Nankin sont ensuite allés faire deux mois d’entraînement à Marnia. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964.

334 Interview Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003 ; Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Djibrilla Dembélé) ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 mars 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; ibid., 5 avr. 1963 ; Le Monde, 4 févr. 1965 ; ambassade de France au Niger : Étude sur le Sawaba.

335 Aboubakar, commissaire de police Agadez, à directeur de la Sûreté nationale Niamey, 6 nov. 1963.

336 Avec certains qui ont été mentionnés ci-dessus, il s’agit de : Mounkaila Beidari ; Mounkaila Albagna, avec Ali Amadou de Téra, Hassane Igodoé, un certain Doudou Bondiaré et Kiari/Tchari Mai (« dit le Photographe »), commissaire politique originaire de Nguigmi ; Katchalma/Katchelma Oumar dit Lawal Ousmane dit Paul Maiga dit Oumar, pompier de Niamey, également natif du secteur de Nguigmi ; Amadou Diop ; Ali Mahamane Madaouki ; Noga Yamba ; très probablement aussi Kanguèye Boubacar ; les hommes de Kibdani : Salifou Soumaila, Abdoulkadri, (Oumarou) Moustapha Bachir, Seidou Djibo, Assane Soumana, Moussa Wakilou, Amadou Abdou ; Mounkaila Mahamane dit Lamama ; Issa Oumarou alias Sidibé Ousseini (un jeune du secteur de Filingué [ou de Niamey, ou de Birnin Gaouré ?]), à ne pas confondre avec l’étudiant en agronomie mentionné ci-dessus en n. 236) ; Issoufou Baleri, le petit fonctionnaire de Gothèye qui alla au Komsomol à Moscou ; Petit Sani et Souley Mallam Mahamane, qui fut aussi à Moscou pour sa formation ; Aboubakar Oumarou, ancien chauffeur à l’hôtel de ville de Niamey ; Yacouba Dari, commerçant du secteur de Tillabéri ; Boubakar Djingaré ; Djibrilla Dembélé de Niamey ; Maman Alké de Gothèye ; Robert Seguinikin, Dahoméen ; Ali Issaka ; Daouda Hima ; Daouda Hamadou ; peut-être Siddi Abdou de Tahoua ; Ibrahim Baro dit Tri Tri ; et Lawal Adia de Bilma, ancien instituteur adjoint dans l’oasis de Fachi, au Ténéré, et fils d’une femme de Bilma et d’un officier colonial français, Pierre Gentil (Gentil était stationné à Bilma durant la Seconde guerre mondiale et ne cache pas qu’il était pour le moins friand des filles du pays. Bien qu’il n’en dise rien dans ses mémoires, il rencontra une certaine Adiza avec qui il eut un enfant en 1943. Cour de sûreté de l’État. Arrêt de condamnation no 9, 6 juin 1969 ; ANN, M. 27.26, et P. Gentil, Confins libyens. Lac Tchad. Fleuve Niger [Paris etc., 1946]). Interviews : Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov./6 déc. 2003 ; Mounkaila Beidari & Ali Amadou, Niamey, 28 nov./28 janv. 2003 ; Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003 ; Amadou Ibrahim Diop, Ali Mahamane Madaouki, Noga Yamba, Zinder, 13, 10 et 14 févr. 2003 ; Abdou Adam, Niamey, 29 nov. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Ali Issaka, Niamey, 29 févr. 2008 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Ibrahim Baro dit Tri Tri, Niamey, 22 oct. 2011. Également, Organisation terroriste « Sawaba » ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; Le Niger, 26 oct., 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoires Alké, Seguinikin, Dembélé) ; G. Comte, « Un plan de destruction du Niger », France-Eurafrique, no 161, avr. 1965, 9-10 ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle ».

337 Nous ignorons ce qui est arrivé aux militants de base d’Alger. Aussi Van Walraven, « From Tamanrasset ».

338 Étudiants et boursiers du Sawaba. Voir n. 224 ci-dessus.

339 Beidari, qui alla plus tard à Marnia, se rendit sans doute d’abord à Oran, puisqu’il était parti en Algérie à ses frais. Chaffard, Les carnets secrets, 309 ; interviews Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 ; Boubakar Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 ; Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 10 févr. 2003 ; Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoire Seguinikin & Djibrilla) ; Djibo Bakary à Sallé Dan Koulou, 22 sept. 1964 ; texte Bulletin de renseignements particuliers, 10 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 717/D.2 ; A. Horne, A Savage War of Peace : Algeria 1954-1962 (Londres et Basingstoke, 1977), 83.

340 Boubakar Djingaré fut formé sur trois mois ; son instruction devait continuer à Nankin. Le Niger, 26 oct. et 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoire Alké, Seguinikin & Djibrilla) ; Étudiants et boursiers du Sawaba, no 27 et 41 ; interviews Ali Amadou et Boubakar Djingaré, Niamey, 28 janv. 2003 et 26 oct. 2005 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13 févr. 2003. Mounkaila Albagna demeura à Marnia un mois et démi avant de se rendre à Alger pour un entraînement spécial. Interview, Niamey, 29 nov. 2003.

341 Interviews Boubakar Djingaré et Ousmane Dan Galadima, Niamey, 26 oct. 2005/23 févr. 2008 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Comte, « Assassination that Failed » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 21 mars 1963.

342 Chaffard, Les carnets secrets, 309 ; conversation avec un membre du personnel de l’ANN, Niamey, 28 févr. 2008.

343 Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé).

344 Interviews Ali Amadou, Mounkaila Albagna & Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv., 29 et 28 nov. 2003 ; Noga Yamba, Zinder, 14 févr. 2003 ; Chaffard, Les carnets secrets, 309.

345 Il s’agissait d’un certain Daouda Tagady de Karma, près Niamey, Abdoulahi, aide conducteur d’un camion, natif de Sansané Haoussa (même région), Kallam de Tillabéri, et Mounkaila, originaire de la région de Niamey. De façon exceptionnelle, Daouda Hamadou, le tailleur Sawaba de Ayorou, a pu d’abord être entraîné au Ghana, puis en Algérie. Bulletin de renseignements hebdomadaire, 26 nov.-2 déc. 1962, 25.940, no 31 ; SHAT, 5 H 122 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 sept. 1963 ; SHAT, 10 T 719/D.2 ; interview Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009.

346 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 et Morillon, « La tentative insurrectionnelle ».

347 Warren à Mansfield, 23 oct. 1964 ; Bulletin de renseignements hebdomadaire, 21-27 janv. 1963, 25.145, no 4 ; SHAT, 5 H 128 ; Chaffard, Les carnets secrets, 325 ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008.

348 Les deux hommes tués s’appelaient Djimaraou Rabo et Kaka Koussou, le chauffeur (pas « dit Double »). Interviews Aba Kaka, Bosso, 13 févr. 2006, et Zoumari Issa Seyni, Niamey, 18 nov. 2002 ; Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 6, sept. 2002.

349 Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) ; interviews Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 13-14 févr. 2003 ; Mounkaila Albagna, Niamey, 29 nov. 2003.

350 Après avoir débarqué à Takoradi, Dembélé fut accueilli par un certain Daouda Diabaté, qui l’emmena, ses compagnons et lui, directement à Mampong – accomplissant la même tâche qu’avec Amadou Abdou, au retour du vendeur de bois de Gothèye et de ses camarades de Kibdani. Le Niger, 2, 16 et 23 nov. 1964 (interrogatoires Malélé, Dembélé, Abdou) ; interview Djingaré, Niamey, 26 oct. 2005. Djingaré resta à l’AAC (plus tard ?). Rheinischer Merkur, 30 avr. 1965.

351 Ils étaient en compagnie de Baro Alfari et Harouna Bounkoukou (Bonkourou), tous deux formés à Nankin, et un certain Hamadou Barikiré. Amadou Diop aussi intégra le camp. N. 304 ; Le Niger, 16 et 23 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé and Abdou) ; interview Ali Talba, Niamey, 4 févr. 2003.

352 Le Niger, 2 et 16 nov. 1964 (interrogatoire Malélé & Dembélé).

353 Détails recueillis dans Nkrumah’s Subversion in Africa, passim.

354 Comte, « Carnets de Nankin » ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S.

355 Entretien avec Aba Kaka, Bosso, Lac Tchad, 13 févr. 2006.

356 Le BAA imprima une brochure intitulée « Strategy and Tactics of Revolutionary Warfare with Particular Reference to the African Revolution » qui comprenait des notes de leçons chinoises (voir ci-dessous) et fut plus tard publiée, sous le nom de Nkrumah, avec le titre Handbook of Revolutionary Warfare : A Guide to the Armed Phase of the African Revolution (Londres, 1968), au moment de l’exil de ce dernier. Nkrumah’s Subversion in Africa, 6 et 42.

357 Nkrumah’s Subversion in Africa, 7 ; interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Le Niger, 21 juin 1965.

358 De plus, les Est-allemands conseillaient les Ghanéens en matière de subversion, de renseignements et d’espionnage. Nkrumah’s Subversion in Africa, passim.

359 Ali Amadou parle de « Kolongolo », entre Kumasi et Accra. Il doit s’agir de Konongo. Interview, Niamey, 28 janv. 2003 ; interview Aba Kaka, Bosso, Lac Tchad, 13 févr. 2006 ; Nkrumah’s Subversion in Africa, 7, 18-20 et 60.

360 Nkrumah’s Subversion in Africa, 18-21 ; interview Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003. Un autre camp, où les sawabistes ont pu s’être entraînés, ou non, se trouvait à Axim, sur le littoral, à l’ouest de Takoradi. Le Niger, 21 juin 1965.

361 Il se plaignit de ceci à Sadou Delewa, qui prit alors Dembélé sous son aile. Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé) ; interviews Ali Amadou et Mounkaila Beidari, Niamey, 28 janv. et 6 déc. 2003 ; Nkrumah’s Subversion in Africa, 7.

362 C’était en 1964. Entretien avec Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003.

363 Mahaman Guimba dit Policier, originaire de Dogondoutchi, = Mahamane Guimba dit Mahamane Soudie dit Mahamane dit Sawaba, « tablier » de Filingué ? Voir message radio commandant brigade de Gaya à commandant compagnie de Niamey, 4 sept. 1961 et Organisation terroriste « Sawaba ».

364 La pratique du serment est confirmée par Mounkaila Beidari, qui confirme le texte ci-dessous, qui lui a été lu en intégralité – ainsi que par Ali Talba. Interviews, Niamey, 23 févr. 2008 et 4 févr. 2003 ; Le Niger, 26 oct. 1964 (interrogatoire Alké) et 17 mai 1965 ; Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 5 nov. 1964 ; Fraternité-Hebdo, 9 juillet 1965. Texte du serment in Comte : « Un plan de destruction », pris probablement de « Instructions et Directives aux Missions », document peut-être trouvé dans un carnet de guérilla : « Je jure d’obéir, en toutes circonstances, à la Direction de mon Parti, à son Secrétaire Général, et à toute personne appelée par les circonstances, à assumer ses hautes fonctions… Je jure d’appliquer et de faire appliquer, sans restriction et sans faiblesse, toutes les directions et tous les mots d’ordre de mon Parti, d’agir sans faiblesse et sans hésitation pour leur réalisation concrète… Je jure de ne jamais hésiter à châtier et à faire châtier les ennemis du Peuple Nigérien, quels qu’ils soient, sans aucune considération d’ordre sentimental… de liquider les agents fantoches réputés nuisibles à la population et à la révolution… Je jure d’observer en toutes circonstances et en tous lieux la discipline la plus rigoureuse vis-à-vis de mes chefs politiques et militaires, de ne jamais tolérer la moindre manifestation d’indiscipline de la part de qui que ce soit… Je jure de ne rien épargner pour être digne de ma Patrie Nigérienne, de son Parti Sawaba, de ne jamais trahir la confiance de mes dirigeants… et d’accepter d’avance les châtiments qui pourraient m’être infligés en cas de défaillance. »

365 Morillon, « La tentative insurrectionnelle » ; interviews Mounkaila Beidari et Mounkaila Albagna, Niamey, 28-29 nov. 2003, 23 févr. 2008 ; Le Niger, 16 nov. 1964 (interrogatoire Dembélé) ; n. 336.

Table des illustrations

Titre Carte 9.1 – La piste malienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Carte 9.2 – Déplacements relatifs au Nigeria.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Photo 9.1 – Noga Yamba, Zinder, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 9.3 – La piste saharienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Photo 9.2 – Bachir Boukary, Zinder, 2003.
Légende Il tient, dans sa main gauche, différents passeports fournis par le parti pour son voyage vers les pays de l’Est. Dans sa main droite, des photos de sa classe à l’institution éducative Armavir de Krasnodar, Union soviétique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-5.jpeg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Carte 9.4 – Les centres du Sawaba en Afrique de l’Ouest. Tremplins pour les infiltrations non indiqués (voir cartes au chapitre 10).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-6.jpeg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Photo 9.3 – Une image rare d’étudiants Sawaba (Sawaba, mars 1963).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-7.jpeg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Photo 9.4 – Étudiants nigériens apprenant le russe (La vie africaine, no 31, déc. 1962).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-8.jpeg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Photo 9.5 – Sani Mahamane dit Petit Sani (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-9.jpeg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Photo 9.6 – Kaîro Alfari. À sa droite, un camarade étudiant Sawaba, « Dr Abdoulaye », Niamey, 2005.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-10.jpeg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo 9.7 – Adamou Loutou (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-11.jpeg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 9.1 – Page sur les exercices de tir, dans un cahier qui aurait appartenu à Hassane Djibo lors de son séjour à Nankin (Fraternité Hebdo, 14 mai 1965).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-12.jpeg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Photo 9.8 – Soumana Idrissa, Gothèye, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-13.jpeg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Photo 9.9 – Le camp de Son Tay, au Nord Vietnam (Reconnaissance États-Unis).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-14.jpeg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Photo 9.10 – Camp d’entraînement à la guérilla au Ghana, avec des instructeurs chinois (Nkrumah’s Subversion in Africa).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-15.jpeg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Photo 9.11 – Camp d’Obenemasi (Nkrumah’s Subversion in Africa).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43589/img-16.jpeg
Fichier image/jpeg, 309k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540