Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Deuxième partie. Vers le calme

Chapitre 8. Répression, dissensions et la voie des armes

Texte intégral

  • 1 M. Le Cœur, Les oasis du Kawar : Une route, un pays (Études nigériennes, 54 (...)

1La ville de Bilma, située dans une oasis de l’extrême Nord Est nigérien, est l’une des localités les plus lointaines du monde (photo 8.1). Juchée sur le flanc sud de l’escarpement du Kaouar, elle était une escale importante de la route caravanière connectant l’empire précolonial du Bornou à la Libye. Les voyageurs s’y sustentaient en eau et nourriture et l’oasis exportait les énormes quantités de sel extraites de son voisinage vers les régions situées au sud du désert. Avec l’occupation française de 19061, la route caravanière déclina progressivement, renforçant l’isolement de Bilma par rapport au reste du Niger dont elle est séparée par le Ténéré, l’immense désert de sable qui s’étend à l’ouest de l’oasis. Le contrôle militaire français perdura au début des années 1960 à travers une garnison stationnée dans une zone qui faisait aussi partie de la région sous tutelle de l’OCRS. C’était la colonie pénitentiaire idéale, non seulement parce qu’elle était dotée d’une prison, mais aussi parce que la ville était un bon emplacement pour maintenir les gens en résidence surveillée ou simplement sous l’œil du pouvoir. L’environnement austère s’opposait à toute évasion.

Sibérie

  • 2 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, période du 1er févr. (...)
  • 3 Voir chapitre précédent, n. 87 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour (...)
  • 4 Cela n’était pas sans risque, puisque la région était infestée de lions. Djibo, Les (...)
  • 5 Voir chapitre précédent, au niveau n. 9 et Fluchard, Le PPN-RDA, 323.

2Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, deux activistes du Sawaba avaient été déportés à Bilma début 1960. Ils faisaient partie d’un contingent de cadres importants du parti à Maradi, Zinder et Téra qui avaient été déportés dans cette ville ainsi que dans (le cercle d’) Agadez au cours du premier trimestre de 1960. Ils furent assignés à résidence ou empêchés de quitter la ville2. Avec la montée de l’influence du Sawaba, la répression avait durci. Durant la même période, trois activistes originaires du Soudan avaient été déportés vers leur pays (10 février) à la suite de deux expulsions de même nature le 3 février, 16 ordres d’expulsion la veille et trois le mois précédent3. Nous avons vu, aux chapitres précédents, que ces déportations concernaient parfois des leaders de haut rang. Ils étaient conduits à la frontière soudanaise et abandonnés là, même de nuit4. Les expulsions résultaient des mesures répressives prises en novembre et décembre 1959, lorsque 30 membres du parti avaient été arrêtés sous prétexte de participation à un complot contre l’État impliquant des sawabistes de l’étranger5, accusation qui allait créer un précédent.

  • 6 Djibo, Les transformations, 223.
  • 7 Les autres étaient Mailafa Djibo, Hima Mamadou Malick, Kelessie Moussa, Amadou Ilo, (...)
  • 8 Des marabouts de Maradi, Zinder et Dogondoutchi furent aussi détenus ou assignés à (...)

3Ces mesures annonçaient une action massive de répression organisée en mai 1960. La nuit du 21 vit ainsi l’arrestation de 458 personnes, rien que dans la capitale6. Un mois plus tard, le 28 juin, le gouvernement commença à s’en prendre aux leaders du Sawaba, organisant des perquisitions, saisissant des documents et mettant en détention plus d’une dizaine d’activistes. Six d’entre eux furent traduits en justice le 30, pour la plupart des cadres supérieurs : Adamou Sékou, Issaka Koké, Amadou dit Gabriel, Hima Dembélé et Abdoulaye Mamani, en plus de Garba Hamidou, un travailleur non qualifié ou transporteur de la région de Niamey. Le régime affirma que des documents compromettants avaient été découverts chez Koké. Il présenta les personnes arrêtées comme des « agitateurs notoires » et les accusa de complot contre l’État de concert avec des amis de l’étranger, dans le cadre d’un projet au nom de code « Plan B ». Puis l’ancien président de l’Assemblée, Georges Condat, fut appréhendé pour reconstitution d’un parti politique interdit. Il fut mis en résidence surveillée à Say, au sud de Niamey. Adamou Assane Mayaki, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, était également détenu. Il était, lui, accusé d’avoir reçu un télégramme de Djibo Bakary (jugé par contumace, avec Dan Galadima). En juillet, des listes de membres furent saisies au cours de perquisitions et de nombreux cadres du parti furent mis aux arrêts, y compris Salifou Soumaila, accusé de vol de documents confidentiels et Barmou Batouré, écroué avec huit autres personnes – parmi lesquels Baoua Souley – à la prison de Niamey7. Parmi les autres détenus, on trouvait aussi des sawabistes de haut rang tels que Aboubakar dit Kaou et Gandah Djibo, l’ancien secrétaire privé de Bakary, en plus de Elhadji Harouda, un habitant en vue de Gothèye, qui résidait à Niamey8.

  • 9 Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, no 1814 ; ambassade de (...)
  • 10 Il arrivait que l’accusation porte sur la participation à réunion non autorisée. In (...)
  • 11 Il en fut ainsi de Ibrahim Issa (chap. 5, n. 85), Maï Manga (chef originaire de Ngu (...)
  • 12 Chap. 6 n. 112 ; note d’information, 12 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Synthèse d (...)

4Ces accusations de conspiration étaient évidemment cousues de fil blanc. Comme le notent les services de renseignement français et britannique, l’avènement de l’indépendance et le fait que le Sawaba ait exigé de prendre part au nouveau système incitèrent les « Rouges » du régime à pousser aux mesures extrêmes, destinées à serrer les rangs. La découverte de documents chez Koké servit de prétexte. Le nom même de la conjuration, qui, rétrospectivement, apparaît inconnue des sawabistes, pointe vers une implication du régime, et indiquait un stratagème devant servir de recours en cas d’échec d’un plan initial9. Abdoulaye Mamani fut condamné, le 6 septembre, à deux ans de prison assortis d’une amende énorme (500 000 F CFA, soit 10 000 FRF, réduits à 100 000 F CFA en novembre), tandis que Batouré écopait également d’une peine de deux ans de prison ferme. Des peines de prison et de relégation furent infligées à plusieurs autres personnes. Djibo Bakary et Dan Galadima furent également condamnés à la prison, ce qui dressait une barrière supplémentaire à leur retour au Niger. En novembre, une cour d’appel de Niamey condamna Adamou Sékou et Issaka Koké à deux ans de prison et une amende de 100 000 F CFA, Dembélé à un an de prison et 50 000 F CFA d’amende et Baoua Souley à six mois de prison et une amende similaire – tous pour avoir essayé de reconstituer un parti politique dissous. À ce stade, de nombreux cadres du parti avaient déjà goûté de la prison, y compris, pour certains d’entre eux, comme Mamadou Dori (Diori), à Bilma10. Bakary se souviendra plus tard que plusieurs de ses camarades avaient été expédiés au Sahara, y compris Adamou Sékou, Dembélé et Amadou dit Gabriel, sans que l’on puisse savoir avec certitude à quelle date et sur la base de quel verdict11. Dans tous les cas, Mamadou Diori fut libéré vers la fin de l’année tandis que la condamnation de 23 sawabistes fut révoquée à l’occasion de l’anniversaire de la République. Aboubakar dit Kaou sortit de prison, tout comme Mayaki, Mamani, Koké, Dembélé et Sékou. Condat avait déjà été mis en liberté au cours de l’été, au bout d’une quinzaine de jours en résidence surveillée12.

  • 13 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960. On leur re (...)

5Les conditions de détention étaient difficiles à endurer, même à Niamey. Barmou Batouré, qui était malade, les décrit dans sa lettre au président, soulignant que son groupe de neuf personnes partageait une cellule de huit mètres de large, sans fenêtre. Ils devaient rester à l’intérieur nuit et jour, en dehors d’une heure chaque soir. Ils dormaient sur des nattes pourvues de couvertures rudimentaires et étendues sur le ciment. Ils ne pouvaient se doucher à l’extérieur et se trouvaient forcés d’utiliser deux seaux à l’intérieur, souffrant, dans l’obscurité, de la puanteur, de la chaleur et du manque d’air. Les criminels de droit commun étaient traités avec plus de douceur13.

  • 14 Dans sa fureur, la courageuse épouse de Sékou écrivit à Maïga, l’accusant de violer (...)
  • 15 « Appel aux organisations démocratiques du monde », Parti Sawaba, bureau politique, (...)
  • 16 Synthèse de renseignements intérieurs ; 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no  (...)
  • 17 Adamou Sékou, ancien ministre détenu au camp pénal de Bilma, à Monsieur le présiden (...)
  • 18 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 8 au 14 (...)

6Bien que nous ne disposions pas de détails complets sur les conditions au Sahara, elles n’étaient guère meilleures. Avec des températures moyennes à Bilma dépassant les 42° en juin et fort peu de précipitations capables de rafraîchir l’atmosphère, l’endroit était pénible à vivre, même pour des Sahéliens. Alors que les sawabistes se trouvaient confrontés à de nouvelles phases de mise en détention, des informations transpirèrent sur la manière dont ils étaient traités. En septembre 1961, le régime déchaîna la pire vague de répression qu’il avait jusque-là exercée, conduisant les cadres du parti à entrer dans la clandestinité totale. Une nuit, vers la fin du mois, Adamou Sékou fut pris chez lui et placé en détention, en compagnie de Hima Dembélé et d’environ une vingtaine d’activistes14. Diamballa Maïga renforça la surveillance aux frontières et ordonna la déportation de militants du parti sur Bilma, où ils devaient vivre en résidence surveillée ou en détention. Inclus dans la fournée : Sékou ; Dembélé ; Mounkeïla Issifi, l’ancien député de Téra qui avait souvent été victime d’arrestations lors de ses retours de voyage sur Bamako ; Ali Moussa, un chef septuagénaire du quartier Gaouèye de Niamey ; et un commerçant zindérois, Elhadj Halilo15. Les Français rapportent aussi que Maïga avait établi un camp destiné à interner les opposants actifs, sans qu’on puisse cependant savoir où exactement16. Une publication du Sawaba parle de « camps fortifiés » du Ténéré, faisant peut-être référence à la prison civile de Bilma qui, d’après les renseignements français, détenait des sawabistes sous le régime du droit commun. Selon le Sawaba, ceci impliquait des peines de travaux forcés et des « traitements ignominieux » exercés par le capitaine Le Masson, commandant de la circonscription de Bilma. Le 6 février 1962, Adamou Sékou réitéra ces accusations dans une lettre au président, se plaignant de mauvais traitements de la part des officiers français, dont en particulier le fait de ne pas fournir de nourriture – ce à quoi les prisonniers ne purent survivre que grâce à une assistance externe17. Quelques jours plus tôt, à Zinder, 12 sawabistes arrêtés en octobre de l’année précédente avaient comparu pour avoir tenté de ressusciter le parti. Ils se plaignirent des brutalités de la Sûreté. Selon les Français, la fournée comprenait de nombreux innocents qui furent néanmoins condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement18.

  • 19 « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 mars 1962 », no 169.
  • 20 « Debout jeune de mon pays », in Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger(...)

7En mars 1962, les Français rapportent que les conditions à Bilma s’étaient légèrement améliorées, bien que les sawabistes étaient surveillés de près et empêchés de communiquer avec le monde extérieur19. Un an plus tard, un organe du parti publia un message de Sékou et Dembélé qui avait pu être transmis clandestinement depuis la « lointaine Sibérie nigérienne ». Elle dépeint la vie de prisonnier à Bilma, où « vents de sable, chaleur, soif et désolation » régnaient. Adamou Sékou répétera ces détails dans le « chant des déportés » composé pour son fils, né durant sa détention. Dans son style mélodramatique, cette œuvrette a su rendre les difficultés que subissaient les militants du Sawaba. Plusieurs d’entre eux tombèrent malade, selon les rapports20.

J’ai oublié de dire

  • 21 Note d’information, 18 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4 ; Sama Alhadji Ibrahim, RDA G (...)
  • 22 Voir ANN, 86 MI 3 F 12.32 (dossiers Bachir Boukary, Chaibou Souley, Moussa Dan Dje) (...)
  • 23 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 (...)

8La Sibérie, c’était le harcèlement constant subi par les cadres du Sawaba. Condat se plaint à Bakary, dans une lettre de mars 1960, d’être pris en filature par la Sûreté nuit et jour. La surveillance pouvait être effectuée par des hommes en uniforme, des informateurs ou des policiers en civil dont le déploiement fut, par exemple, recommandé à l’automne 1961 pour mieux contrôler l’agitation du Sawaba dans le marché de Gaya. Les sawabistes étaient épiés même à l’étranger, comme nous le verrons plus loin. Le gouvernement y enverra des espions, des policiers ou des agents du régime pour enquêter sur les activités de la branche externe du Sawaba ou même interroger ses militants. Par exemple, Bakary lui-même était sous surveillance lors de ses missions au Dahomey et il était observé de manière permanente dans sa terre d’exil, le Mali21. Au pays, la liberté de mouvement était entravée par les fermetures de frontière et le refus de délivrer des papiers d’identité, ainsi que leur confiscation22. Dans ce contexte, les militants qui osaient faire de l’agitation ouverte se trouvaient confrontés à un manque de réaction publique, lorsqu’ils ne devenaient pas un objet de moquerie23.

  • 24 Le demi-frère cadet de Bakary, Adamou Souna (photo 8.2), essaya de pratiquer le mar (...)

9Par conséquent, la répression commença à faire mouche. Après la chute de Bakary, ses parents de Soudouré devinrent du jour au lendemain des parias, évités par tous, jusque dans la communauté nigérienne du Ghana. Les militants ordinaires commencèrent aussi à subir l’isolement, car les gens redoutaient d’adresser la parole à ceux qui étaient considérés comme les ennemis numéros 1 de l’État. Par exemple, Issoufou Danbaro fut progressivement délaissé dans sa ville natale de Gaya, où ses amis ne voulaient plus être vus en sa compagnie24. La vie quotidienne fut rendue intolérable par des agents du gouvernement décidés à créer des difficultés. Ainsi, en ce qui concerne Abdoulaye Mamani, le ministre de l’Intérieur ordonna dès janvier 1959 au commandant de cercle de Zinder

  • 25 Ministre de l’Intérieur au commandant de Cercle, Zinder, 11 janv. 1959 ; ANN, 86 MI (...)

« de tout mettre en service, avec le concours de la Police et de la Gendarmerie, pour l’inculper dans une affaire où il pourrait être condamné à une peine sévère d’emprisonnement25 ».

10Un an plus tard, l’occasion se présenta sous la forme d’un chèque de 10 000 F CFA envoyé par Mamani à Condat et qui avait été refusé. Le chef de la Sûreté, Jean Colombani, informa Maïga de ce délit d’« escroquerie », et fut d’avis que

  • 26 Jean Colombani au ministre de l’Intérieur, 16 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5. Voir (...)

« le Parquet pourrait user de la citation directe afin d’accentuer le choc psychologique que constituera l’arrestation de Abdoulaye Mamani26 ».

Photo 8.2 – Adamou Souna, le demi-frère cadet de Bakary, Soudouré, février 2008.

Photo 8.2 – Adamou Souna, le demi-frère cadet         de Bakary, Soudouré, février 2008.
  • 27 Chef de la brigade Mobile du Niger-Est, Zinder, au chef des services de police, Nia (...)

11Lorsque Maïga décida apparemment de ne rien faire à ce sujet, la police de Zinder informa la Sûreté, à Niamey, que Mamani ne pouvait pas rembourser l’emprunt ayant servi à acheter son véhicule – qu’il utilisait pour ses activités politiques – puisqu’il avait perdu son emploi. Le commissaire de police de Zinder, Roger, informa Diamballa Maïga qu’il avait confisqué la voiture de Mamani, qui était en bon état et pouvait donc être utilisée par la police elle-même27. En réaction à ceci, Mamani écrivit à Maman Tchila, un autre Zindérois :

  • 28 Mamani à Mahaman Tchila, n. d. (ca. avr. 1960) ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

« Pour le moment ce sont toujours les mêmes nouvelles. Ils parlent de l’entente et nous matraquent toujours. Nous venons d’apprendre aussi que Tana a été expulsé – c’est dommage28. »

  • 29 Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des services de police, (...)
  • 30 Interview Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; dossier Mallam Kalla ; ANN, 86 MI (...)

12Comme le montre cette lettre, Mamani n’était pas seul à souffrir de harcèlement. Harouna Téla, un tailleur sawabiste ayant des liens étroits avec Bakary – ce qui lui avait valu un mois d’incarcération – vit sa voiture et sa concession de Niamey tomber sous le coup de la confiscation, avant d’être contraint de retourner, avec sa famille, dans son bourg natal de Gothèye. Maurice Espitalier, le commissaire de police de Maradi, suggéra au chef de la Sûreté, en janvier 1961, d’attendre la mise en œuvre d’un certain raid pour monter un coup contre Dandouna Aboubakar et le déporter sur Bilma. Dans le cadre de ces efforts, le gouvernement était à l’affût du moindre prétexte – même les plus mesquins – pouvant lui permettre de piéger ses opposants. Cela allait de recherches menées sur le compte en banque de Sallé Dan Koulou – qui n’aboutirent à rien – à la découverte de « l’utilisation suspecte de tickets d’essence » de la flotte automobile gouvernementale faite par Dandouna, ce qui conduisit à son arrestation29. Condat aussi fut l’objet de perquisitions. Il fut interrogé et ses lettres et documents furent examinés – par exemple, le reçu de la voiture qu’il avait achetée pour en faire un taxi et gagner ainsi sa vie. Après sa libération de la prison de Maradi en mars 1962, Mallam Kalla fut immédiatement mis en résidence surveillée30. Cette chasse aux sorcières devint bientôt difficile à supporter, comme le montre une lettre de février 1960 adressée par Sallé Dan Koulou à Dandouna Aboubakar qui l’informait des agaceries que subissaient des jeunes Sawaba dans un certain nombre de villes (Maradi, Tessaoua, Madaoua and Zinder) :

  • 31 Sallé Dan Koulou, Direction du Groupe Postal Niamey, à Dan Dicko, 28 févr. 1960 ; A (...)

« Je suis obligé de te crier “SOS”. Je suis coupe-circuité par un ministre inhumain… Je n’ai même pas payé ma location. Au moment où je te parle le ministre m’a coupé les 4/5 de mes rémunérations. J’ai en effet effectué des réparations sur ma voiture, et au dernier moment on m’enlève la voiture et on me coupe les vivres. Je ne puis m’adresser à Habi qui a d’ailleurs pris des distances vis-à-vis de moi… Tazas lui-même licencié lutte dans des conditions aussi difficiles que moi. Toutefois je m’accommoderai à la situation. Je ne te demande que de quoi couvrir le vide entre autres… Bien fraternellement, Salle (à détruire après lecture)31. »

  • 32 Voir son dossier de la Sûreté in ANN, 86 MI 3 F 3.8.
  • 33 Les arrestations ou modes de harcèlements suivants ont été répertoriés dans un seul (...)
  • 34 Interviews de Ali Amadou, Mounkaila Beidari, Mounkaila Albagna, Boubakar Djingaré, (...)
  • 35 Voir note ci-dessus et les interviews citées aux chap. 12-14.
  • 36 Interview de Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.
  • 37 Sékou Ismaila Bery au président Diori, 21 oct. 1961 (avec les ordres de Maïga griff (...)

13Mais Dandouna avait lui-même bien trop de soucis de son côté pour être de quelque assistance. Entre octobre 1959 et mai 1961, il subit pas moins de cinq arrestations32. En fait, après l’avènement du RDA au pouvoir, d’innombrables sawabistes, hommes de rang comme leaders, connurent, à un moment ou un autre, un tel sort33. La détention était une épreuve intimidante, comme le montrent les allusions à des brutalités, datant de 1962, auxquelles nous avons fait référence. Nous avons vu au chapitre 6 que les interrogatoires de la Sûreté ou du Bureau de coordination et de liaison, BCL, étaient conduits par des agents français. Il ressort des entretiens avec les sawabistes portant sur les méthodes d’interrogation en usage dans la période post-1963 que les « goumiers » – des gardes touaregs armés d’une cravache – étaient présents et battaient le détenu sur ordre lorsqu’il refusait de répondre aux questions ou lorsque ses réponses n’étaient pas satisfaisantes34. Étant donné le nombre de personnes interviewées qui ont mentionné ces passages à tabac, dont elles-mêmes ou des personnes connues d’elles avaient été victimes, il est clair que ces mauvais traitements étaient courants35. Par ailleurs, les archives montrent que de telles voies de fait avaient lieu bien avant 1963. Un témoignage rapporte que Georges Clément, le chef de la surveillance du territoire et des frontières, avait l’habitude de dire qu’il fallait « donner de [la] mémoire » aux prisonniers pour laisser entendre qu’il allait les faire battre36. Ceci rappelle un propos de Diamballa Maïga qui, en octobre 1961, parle du fait que « le M. de la Sûreté [avait] reçu ordre de… laver la cervelle » d’un sawabiste récalcitrant − Sékou Bery Ismaila ; de même, on peut songer à l’aveu de Clément sur le fait qu’en septembre 1960, il avait « sévèrement rappelé à l’ordre » le directeur d’école de Bonkoukou, Jimra Orgao, lors d’un interrogatoire37.

  • 38 Voir le rapport d’interrogatoire en attachement à J. Colombani, directeur de la Sûr (...)
  • 39 Dossier Kona Mayaki, rapport d’interrogatoire de Jean Colombani et Jean Arrighi, 2  (...)
  • 40 Interviews Tahirou Ayouba Maïga et Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 et 28 oct (...)
  • 41 Il s’agissait de Issoufou Moumouni, Amadou Karimou, Yerima Moussa. On prit leurs me (...)
  • 42 Commissaire de police Agadez à directeur de la Sûreté Niamey, 6 nov. 1963 ; ANN, 86 (...)

14Durant l’interrogatoire, les détenus étaient accusés de mensonge ou devaient répondre à des questions intimidantes qui, lorsqu’elles figurent dans les rapports, ont été tapées intégralement en majuscules – ce qui pourrait vouloir dire qu’elles étaient vociférées38. Dans tous les cas, tout le contexte d’interrogatoire exsudait l’exercice d’une pression psychologique extrême. Jean Colombani et son collègue Jean Arrighi pouvaient, par exemple, rapporter qu’ils avaient « pu… faire » admettre à Kona Mayaki, un instituteur Sawaba, qu’il s’était rendu en Union soviétique et en Guinée – ce qu’il niera plus tard39. Les interrogatoires étaient souvent émaillés de menaces adressées aux détenus eux-mêmes ou à leur famille, qui subissait souvent la répression de son côté40. Georges Clément, dont le savoir-faire était très apprécié de Maïga, avertit une fois trois sawabistes qui étaient soupçonnés de vouloir se rendre en Europe de l’Est qu’ils n’en avaient pas l’autorisation et que s’ils passaient outre, leurs parents seraient considérés comme des complices41. Lors d’une mission d’octobre 1963 à Tamanrasset, la ville du désert algérien, le commissaire de police d’Agadez coinça Yahaya Silimane, un marabout sawabiste d’Ingal, et entama son interrogatoire en « lui laissant entendre que sa mère se [portait] bien à In-Gall ». Saisissant ces « menaces à peine déguisées contre les opposants du Gouvernement », comme le commissaire l’indique, Silimane finit par craquer et livra des détails sur les réseaux d’infiltration Sawaba dans le nord42.

  • 43 Interviews Mounkaila Beidari et Boubakar Djingaré, Niamey, 28 nov. 2003 et 26 oct. (...)
  • 44 Georges Clément, chef de section ST et Frontières, à directeur des services, Niamey (...)
  • 45 Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7.

15Ainsi, comme l’admirent rétrospectivement les sawabistes, il était fort difficile de garder le silence43 et, par conséquent, il n’était pas facile d’éviter de livrer des informations. Il arrivait que des détenus essaient de résister à leurs interrogateurs, comme ce fut le cas de Jimra Orgao qui nia toute activité politique et se plaignit d’une conspiration montée contre lui. Gatakoye (Gayakoye) Sabi refusa avec ténacité d’avouer toute visite en Chine ou en Tchécoslovaquie, ce qui fut considéré comme de la mauvaise foi par Colombani au vu des objets trouvés dans ses effets44. En septembre 1961, Sallé Dan Koulou, au cours de son arrestation à Gaya – la ville située à la frontière du Dahomey à travers laquelle nombre de gens purent fuir le pays – joua à la stupéfaction et déclara audacieusement aux gendarmes que s’il avait voulu quitter le pays, il aurait pris le bus et emprunté un autre itinéraire. Il exigea aussi d’être correctement traité, soulignant que le bâtiment où il était détenu n’était pas suffisamment aéré étant donné le problème cardiaque dont il prétendit souffrir45.

  • 46 Pour le problème de l’interprétation, voir le Prologue.
  • 47 Rapport d’interrogatoire Hima Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi & Georges Cl (...)

16Il s’agissait là d’actes exceptionnels de bravoure, puisque, le plus souvent, la contrainte amenait les militants à parler, contentant (apparemment) leurs interrogateurs par leurs réponses ou par l’ajout de détails aux révélations déjà faites46. Lorsque, après sa seconde arrestation, en juin 1961, Hima Dembélé raconta une partie de l’itinéraire suivi pour aller en Europe de l’Est, il affirma à un moment donné qu’il avait « oublié de préciser » certains détails de ses escales. L’indomptable Dandouna Aboubakar qui, durant l’un de ses séjours en prison, avait été mis à l’isolement, fut menacé d’un transfert à Agadez ou Bilma, et déclara à deux reprises, en mai 1961, qu’il avait « oublié de dire » certaines choses47.

Discorde

17Étant donné le prix que les militants commençaient à payer individuellement, le parti n’allait pas tarder à être confronté aux tensions et aux dissensions. Dans un mouvement qui dépendait de l’engagement à la base, le succès politique avait toujours été lié aux destinées individuelles. Comme certains se tiraient mieux d’affaire que d’autres, les relations internes furent soumises à une pression qui fut aggravée par des désaccords au sujet d’un certain nombre de questions : devait-on continuer à affronter le régime ou opter plutôt pour la réserve ? L’activité politique conventionnelle était-elle praticable ou fallait-il se préparer pour l’action violente ? Des questions spécifiques, telle que la formation d’un nouveau parti interterritorial, les élections partielles de Zinder ou les mesures prises par le gouvernement, requerraient une prise de décision qui entretenait les désaccords ou qui pouvait servir à régler des comptes à l’interne. La création d’une branche du parti en exil, qui engendrait des problèmes de coordination, augmenta les risques de friction. Enfin, les tentatives faites par le régime d’amener certains membres à faire défection conduisirent à des récriminations qui se donnèrent libre cours dans une ambiance de suspicion et de ressentiment.

  • 48 En mai 1959, les activités du PFA décrurent temporairement. « Recueil des principau (...)
  • 49 Le nom semble indiquer une localité du nord, ou touarègue. « Recueil des principaux (...)
  • 50 Ibid., 20 au 26 août 1959, no 44, 14 au 20 mai 1959, no 30 ; Synthèse polit (...)

18Déjà, au printemps 1959, un appel au calme dans un moment de répression avait créé de la mésentente. Bakary s’était prononcé pour une réaction prudente à l’arrestation de Adamou Sékou, aux fins d’empêcher que la situation n’empire et en supposant que le temps jouerait pour le Sawaba. Pour ces mêmes raisons, il conseilla la circonspection dans l’établissement de sections du PFA afin de permettre une évaluation du nouveau groupe interterritorial et éviter les représailles48. Mais de nombreux militants étaient impatients et s’opposaient à la modération vis-à-vis d’un régime qui s’en prenait à eux. Ce même mois, il y eut des disputes dans une localité du nom de Tchentechendi, avec un mort à la clef, bien qu’en dépit des indications des Français, il n’est pas certain qu’il s’agissait là d’une querelle interne au parti49. L’élection partielle de Zinder provoqua de nouveaux désaccords. On se disputa sur qui devait se présenter, et il fut beaucoup question d’une personnalité « très marquante » (Condat, de l’avis des Français). Mahaman Dan Bouzoua, l’architecte de la victoire de décembre 1958, s’opposa farouchement à une telle option et préférait la liste originale qui comprenait Mamani. Cependant, ce dernier voulait apparemment que Bakary se présente également. Bien qu’à la fin le régime réussit à mettre en échec la participation du Sawaba, le refus de Bakary de se présenter avait été terni, à tout le moins, par l’impression qu’il avait eu peur – à la grande fureur de Mamani qui aurait menacé de laisser tomber son leader. Il y eut à ce sujet un vif échange entre Bakary et ses principaux lieutenants en août. Ces derniers lui reprochèrent avec véhémence son « manque de combativité ». Sékou, faisant allusion à de la couardise, se plaignit de ce que Bakary n’avait pas volé au secours de ses amis mais s’attendait à ce que tout le parti se mobilise pour lui lorsqu’il était lui-même pris dans la tourmente. Quelques-uns au moins se trouvaient d’accord avec lui à ce sujet50.

  • 51 Voir par exemple Le Niger, 30 nov. 1959 et encore, 26 oct. 1964.
  • 52 Texte in « Les raisons de notre lutte », 52-53.
  • 53 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 » et « 24 (...)

19Ces différends s’aggravèrent du fait du développement de la branche externe du parti, qui compliquait leur résolution. L’exil de Bakary pouvait mener à des dissidences, puisque les militants restés au pays étaient frappés de plein fouet par la répression et le régime ne se privait pas de présenter son séjour à l’étranger comme une vie de luxe et de bombance51. En fin décembre 1959, Bakary émit un message à l’adresse de ses fidèles, sur Radio Bamako, afin d’« apaiser les inquiétudes nées de son absence prolongée ». Il en appela au calme et soutint que ni une réaction violente, ni l’exil des militants ne parviendraient à résoudre les problèmes du parti. À propos des divisions internes, Bakary mit en garde les militants contre la « petite minorité » qui s’était ralliée au gouvernement52. Il continua ces discours radiodiffusés, dénonçant la persécution des militants et appelant au sang froid, tout en inondant ses lieutenants de lettres et d’instructions qui étaient lues lors des réunions de la branche domestique du parti. Sans aucun doute, la haute figure de Bakary, bâtie durant les années 1950, demeurait une source d’influence importante. Mais avec le temps, son absence commença à avoir un effet négatif. Les leaders de l’intérieur devaient rassurer les militants quant à son retour au bercail, mais les discours de leur sauveur, qui appelaient ses fidèles à s’unir « plus que jamais » tout en les assurant de la victoire finale, commençaient à sonner plutôt creux53.

  • 54 Une remarque faite au cours d’un entretien, sans doute dans un moment de faiblesse, (...)
  • 55 Note d’information, 1er févr. et 8 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2.

20Les appréhensions suscitées par sa préférence pour l’action pacifique étaient confortées par le recours à Condat comme intermédiaire54. L’ancien président de l’Assemblée continua à jouer ce rôle jusqu’au début de 1961, bien que, comme nous l’avons vu, Maurice Camara – qui était très respecté par les militants de l’intérieur – jouait aussi parfois le même rôle, tandis qu’Adamou Sékou, Mamani et Daouda Ardaly, entre autres, avaient accompli des missions de liaison sur Bamako. Mais dans un contexte de répression croissante, Condat, du fait de son caractère prudent, de ses origines BNA et de ses tendances à la modération politique, manquait de popularité. Bien que désavantagé par son background, il joua tout de même un rôle important dans les tentatives tendant à maintenir le Sawaba en vie en formant de nouveaux regroupements politiques. S’il agissait bien suivant les ordres de Bakary, les efforts exercés dans ce domaine devaient sans doute beaucoup à son initiative personnelle puisqu’ils pouvaient aussi avancer sa carrière. Cependant, étant donné les enjeux investis dans une nouvelle formation politique – et en dépit du fait qu’elle n’était pas reconnue par le régime – Condat répugnait à adopter une attitude anti-gouvernementale forte, ce qui le rendait suspect aux yeux de gens plus intransigeants qui étaient par ailleurs exposés aux coups les plus brutaux du régime. Au début de l’année 1960, il n’était donc guère en odeur de sainteté. Des gens comme Sékou Hamidou, Habi Djibo et Adamou Sékou – ce dernier étant alors devenu le principal leader domestique du mouvement – critiquaient son attitude et l’intermédiaire de Bakary commença à être déserté par un grand nombre de militants55.

  • 56 Synthèse de renseignements. intérieurs, 3e trimestre 1960, no 2619 ; SHAT, (...)
  • 57 J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville ( (...)
  • 58 Ainsi que le soutient Djibo (Les transformations, 232) pour les sections PA (...)
  • 59 L’étudiant en médecine était Tchellé Léon. Le siège zindérois se trouvait chez Diop (...)
  • 60 Ibid., « 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; Synthèse politique, no 627 CP, mai (...)

21L’établissement de nouveaux partis était un moyen de maintenir le mouvement à flot, bien que ceci suscitait aussi un élément d’instabilité. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, après que la section nigérienne du PFA, l’UPN, se soit vue refuser la reconnaissance officielle, son successeur, le « RPN » connut un sort similaire. En octobre 1960, les activistes déposèrent un dossier pour une nouvelle formation dénommée cette fois le Parti de l’unité nigérienne (PUN). Le gouvernement le rejeta également tout en menaçant de poursuivre ses initiateurs56. Quelques militants trouvèrent refuge dans le Parti africain de l’indépendance (PAI), d’obédience marxiste, et issu du Sénégal57. Si certains, dans leur zèle à établir des sections, ont pu le prendre par erreur pour le PFA de niveau fédéral58, d’autres – surtout les jeunes scolarisés – s’activèrent en sa faveur. Dès 1957, un étudiant en médecine avait fondé une section du PAI à Zinder, où des jeunes gens firent de l’agitation en son nom au cours du référendum. On tenta ensuite de fonder une section à Maradi, ce qui, plus encore qu’à Zinder, attira les Sénégalais et Maliens des lieux, confrontés à la marginalisation59. En 1959, le PAI – qui était considéré par les Français comme l’aile gauche du Sawaba – s’était bâti des positions solides à Nguigmi, grâce à Barmou Batouré – alors directeur du bureau de poste local − et Koussanga Alzouma, le directeur de cabinet de Bakary au ministère de l’Intérieur, également originaire de la région. L’influence du PAI commença à croître à Gouré et Zinder également, avec l’assistance de Moctar Yaya et de El Hadji Oussaini, des petits fonctionnaires d’obédience sawabiste. À ce moment-là, le PAI était devenu très actif à Gao, où l’aile extérieure du Sawaba s’était faite une base. Cette dimension internationale concernait l’Afrique de l’Ouest toute entière et allait même au-delà. Abdou Moumouni, l’enseignant gauchiste du Lycée national, avait fait de l’agitation pour le PAI lors d’un séjour en Guinée et, après une fâcherie avec le président guinéen, il était rentré au Niger pour prendre langue avec le Sawaba. En 1961, les étudiants nigériens à l’étranger étaient devenus très engagés pour le PAI. Il en était ainsi notamment de Pierre Inné, secrétaire général de l’Association des étudiants nigériens en France (AENF) ; de Soli Abdourhamane, président de l’Union des scolaires nigériens à Dakar ; et du président de l’AENF, Kané Boukari60.

  • 61 Stratégie de l’Opposition Sawaba (n. 8 ci-dessus).
  • 62 Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, mars 1963 parle des « résultats (...)

22Comme les radicaux cherchaient les moyens d’atteindre leurs objectifs, la fracture latente entre modérés et intransigeants – qui s’étaient réouverte lors du référendum – se creusa davantage, rendant la perspective d’une rupture complète plus imminente. En général, les militants qui avaient fui à l’étranger étaient des intransigeants, bien qu’on ne puisse être trop affirmatif à ce sujet, étant donné le fait que l’hostilité des « Rouges » du régime avait contraint à l’exil de nombreux militants, y compris parmi les modérés. Dans l’ensemble, les intransigeants étaient issus de l’UDN61 et leur militantisme fut renforcé par les mesures répressives qui les visaient spécialement. Ce qui distinguait les intransigeants des modérés, c’était non seulement le fait qu’ils étaient prêts à s’engager dans la lutte armée contre le régime, mais aussi leur refus total du « scandale de 195862 » qui avait vu la montée au pouvoir des « commis » aux dépens du petit peuple dont les progrès sociaux se trouvaient, à présent, bloqués. Nombre de radicaux étaient des membres typiques du petit peuple ou appartenaient à des strates assimilées, tels que les travailleurs de la santé ou du secteur vétérinaire à l’instruction plus poussée. Par contraste, les modérés comprenaient plusieurs enseignants ou personnes ayant reçu une éducation supérieure et qui avaient plus de chances d’« arriver » au sein du nouveau système. Mais cette distinction elle-même n’est pas sans ambiguïté. Des facteurs particuliers, tel que le background ethnique, les convictions politiques (qui n’étaient pas sans poids dans un pays marqué par l’agitation marxiste en pleine Guerre froide) et, enfin, les banalités du sort, ont tous joué un rôle dans l’itinéraire individuel des militants.

  • 63 Pour les hommes mentionnés dans le texte, voir chap. 7, niveau n. 118 ; chap. 3, ni (...)

23À l’intérieur, les intransigeants étaient menés par Adamou Sékou, et à l’étranger, par Dan Galadima, tandis que Bakary développait sa stratégie double qui n’excluait pas le rapprochement. En mars 1961, les Français notent que « les durs du Sawaba » se rassemblaient encore chez Sékou – établissant quelques mois plus tard une longue liste de gens qu’ils considéraient apparemment comme tombant dans cette catégorie, y compris Dandouna Aboubakar, Sallé Dan Koulou et Amadou dit Gabriel. Puisque ces derniers faisaient déjà de la propagande pour l’action violente à l’automne 1959, la composition de l’aile radicale du parti ne semble guère avoir changé. Mais ils apparaissaient dans un groupe bien plus large qui comprenait aussi l’assistant vétérinaire Dodo Hamballi ; Arouna Zada, leader de la jeunesse à Niamey ; Djibo Sékou, le syndicaliste du bâtiment, ami de Bakary ; Elhadji Harouna Tatyzé, qui fut emprisonné en même temps que Barmou Batouré ; et Alassane Dantata, l’ancien gardien de Bakary à la mairie. Par ailleurs, il ne fait pas de doute que cette liste ne représentait qu’une fraction de l’aile radicale, puisque les dossiers des services de renseignements n’avaient pas épinglé tout le monde63.

  • 64 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, no 1120 ; « Recueil des pri (...)

24La scission entre modérés et intransigeants devint donc un aspect permanent des premières années de la vie clandestine. Déjà en 1960, les rapports mentionnent le fait que plusieurs modérés songeaient à se regrouper dans un parti moins militant que celui de Bakary. Après avoir été reçu par Diori en août 1959, Condat eut plusieurs autres rencontres avec le président, affirmant parler au nom du mouvement ou transmettant des offres de réconciliation de Bakary lui-même (comme nous le verrons plus loin), alors même que la stratégie à double tranchant de ce dernier incluait aussi des instructions données à des radicaux comme Dandouna Aboubakar. Dans cette ambiance trouble, les militants continuèrent à manœuvrer pour des positions sous l’effet des signaux contradictoires, tour à tour bienveillants et malveillants, du régime. De nouvelles dissensions se firent bien évidemment jour dans un tel contexte. En février 1960, une demande faite par Condat aux militants afin qu’ils s’abstiennent de toute activité lors de son voyage à l’étranger mena à une « discussion assez vive » avec Sallé Dan Koulou, qui demanda à l’ancien président de l’Assemblée d’aider ses camarades sans emploi. À ceci, Condat répondit qu’ils devaient essayer d’intégrer l’administration, comme il était lui-même désireux de le faire. Dan Koulou rejeta l’idée et reprocha à Condat de l’avoir laissé tomber lors de la campagne électorale à Tessaoua. Il s’agit là d’un avant-goût de la rupture entre Condat et les partisans de la ligne dure. Ainsi, le mois suivant, Daouda Ardaly et Issaka Koké, tous deux vétérans de l’UDN, apportèrent une lettre de Condat à Bakary dans laquelle l’ancien membre du BNA expliquait ses efforts de mise en route de l’UPN, ce qui renvoyait aux conflits internes64.

  • 65 Note d’information, 22 avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; interview de Georges Condat (...)
  • 66 Et le préposé postal Moumini. Chap. 7 n. 31 ; note d’information, 21 déc. 1960 ; AN (...)
  • 67 Note d’information, 10 août 1960 ; message radio police, 1er févr. 1961 (tous deux (...)

25Cependant, la rupture de Condat et des radicaux ne fut pas consommée tout de suite, peut-être parce que l’hostilité des « Rouges » à l’égard de quiconque était lié au Sawaba avait pour effet inopiné de renforcer la cohésion du mouvement. Il resta pour un temps en contact avec Hima Dembélé et Koussanga Alzouma, fit de la propagande pour le RPN de concert avec Adamou Sékou et Amadou dit Gabriel et était au courant des lieux où se trouvait Dan Galadima. Ironiquement, ces liens allaient mener à son arrestation dans le cadre de l’affaire du « Plan B ». Condat fut amené au BCL avant d’être mis en résidence surveillée pour deux semaines à Say. Ce traitement suffit à lui faire faire acte de loyauté à l’égard du gouvernement. Dans une déclaration radiodiffusée, il fit savoir que puisque l’indépendance allait bientôt être atteinte, il n’était plus besoin de faire de l’agitation. Il appela ses camarades à suivre son exemple tout en conditionnant sa loyauté à la réforme et à la réconciliation. Les actes posés par Condat résultaient évidemment d’une intervention de Diori et provoquèrent des réactions passionnées au sein des sawabistes de la capitale, même si les leaders du mouvement refusèrent de le renier, sous l’impression qu’il n’avait guère eu le choix65. Ainsi, pendant quelque temps, le numéro deux de Bakary demeura hésitant, prenant par exemple part à une fête d’adieu donnée pour Dandouna Aboubakar en décembre 1960, en compagnie de Aboubakar dit Kaou et Diougou Sangaré (tous deux issus du BNA comme Condat et tous deux partisans du « non » lors du référendum66). Pour cette raison, le ministre de l’Intérieur soupçonna Condat de duplicité, l’accusant de contacter le RDA tout en envoyant ses camarades à la Chine communiste. En février 1961, Maïga conseilla à la Sûreté de procéder à une réévaluation des liens avec la faction « ambiguë » de Condat. Cependant, à ce stade, Colombani considérait Condat et ses amis comme « sincèrement gagnés » au RDA. Bien qu’il s’agissait là d’une exagération, Condat allait entamer, en 1962, une carrière dans la diplomatie67.

Personne ne peut renverser le gouvernement

26Son exemple sera suivi par plusieurs autres. Il convient cependant de prendre des gants avec les données d’archive dans le traitement de cette question de la défection des militants. Les rapports des services de renseignement prenaient parfois leurs désirs pour la réalité, et leurs observations ont pu être contredites par d’autres comptes rendus. Par ailleurs, les dossiers de la Sûreté pouvaient faire partie d’opérations de désinformation liées à la dissémination de rumeurs destinées à faire du tort, à diviser et à attirer les membres de la communauté Sawaba. Si l’on ajoute le facteur humain – la crainte pour sa sécurité, la suspicion, la paranoïa et les rivalités politiques – on obtient une image des plus complexe qui ne peut être comprise que par référence à ce que nous savons des évolutions ultérieures.

  • 68 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, no 1120.
  • 69 Voir chap. 7, niveau n. 86.
  • 70 Un boucher du nom de Ousmane affirme que ses actions en faveur du Sawaba l’avaient (...)
  • 71 Ibid. et chap. 6, niveau n.16 et n. 4 ci-dessus.
  • 72 Le Sénégalais était Amadou Alain N’Diaye, les deux Dahoméens, Ponou Médard et Baelo (...)
  • 73 Les Français notent ainsi que l’un d’entre eux, Malam Ibrahima de Dogondoutchi, s’é (...)

27Ainsi, une évaluation de l’état du Sawaba exécutée par les renseignements militaires français au premier trimestre 1960 – certes, expression caricaturale de leurs souhaits – note que de nombreux militants avaient quitté le mouvement pour joindre le RDA par peur ou par calcul. Concluant que le régime ne devait pas trop attendre de tels adhérents, l’évaluation soutient que le Sawaba avait été durement touché et ne pouvait plus compter que sur son aile dure68. Bien qu’il s’agît là d’une exagération, d’ailleurs en contradiction avec une alerte de janvier 1960 sur l’intensification des activités du Sawaba69, il est clair que le mouvement avait bel et bien subi des défections. Comme nous l’avons vu, l’effet s’en faisait sentir dès 1959 dans des villages de l’Est, comme Gogo et Kellé, et parmi les bouchers de Maradi70. En mai de cette année, de nombreux résidents de Niamey originaires de Gao abandonnèrent le parti après la déportation de Tiémoko Coulibaly et de Boubacar Touré71. Si un grand nombre d’AOFiens étaient attirés par le message du Sawaba, ils étaient particulièrement vulnérables aux coups du régime. Les Sénégalais évitaient pour la plupart d’entre eux toute implication politique par crainte des expulsions et le leader de la colonie sénégalaise de Zinder se rangea du côté du gouvernement, suivi par deux Dahoméens du cru72. L’usage que Joseph Akouété fit de l’Association Daho-Togo déplut à ceux parmi les Dahoméens et les Togolais qui avaient déjà opté pour le RDA. Un des leaders de l’association alla jusqu’à appeler à la déportation de Akouété, ainsi qu’à celle d’un autre sawabiste, le transporteur Adanzonon Bazile. En novembre 1959, René Delanne, un RDA modéré, réussit à attirer 30 autres Dahoméens dans son camp. Même certains marabouts nigériens qui comptaient au nombre des sympathisants affirmés du mouvement avaient fini par abandonner la cause à la suite – dans leur cas – de harcèlements de la part de l’administration73.

  • 74 Ibid., 28 mai au 3 juin 1959, no 32 et 4 au 10 juin 1959, no 33 (ce dernier (...)
  • 75 Arouna Zada voulait faire quelque chose à ce sujet, à l’encontre des souhaits de Co (...)
  • 76 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960, no 2619 et ibid., (...)

28La défection de cadres dirigeants était cependant plus dommageable. Lorsqu’à l’été 1959 Dan Bouzoua, qui avait conduit le parti à la victoire l’année précédente, passa au RDA, les militants de Zinder en furent abasourdis. Des ouvriers menacèrent de le malmener avant que le comité local du parti ne réussisse à calmer la situation. Ceci ne put empêcher le collègue de Dan Bouzoua, l’ancien député Eugène Tégama, malade et déçu, de renoncer complètement à la politique74. Un dommage similaire fut accompli en mars 1960 lorsque « Koumbo », la magajiya du quartier Gamkallé de Niamey, sauta le pas, amenant avec elle de nombreux résidents du quartier75. Les défections étaient, dans une certaine mesure, entravées par le fait que les « Rouges » s’opposaient à la formation d’autres partis ou à l’accueil de sawabistes en leur sein. Mais des mesures parfois subtiles, et d’autres fois plus grossières, étaient prises pour encourager les militants à quitter le parti de Bakary. En octobre 1960, le gouvernement fit savoir que les activistes incarcérés ou exilés pouvaient bénéficier d’une amnistie, mais certains d’entre eux furent immédiatement remis aux arrêts lorsqu’on vit que les attendaient aux portes de la prison des sawabistes en boubou vert. On dispose d’indications sur le fait que plus tard, en novembre 1961, des militants de Zinder avaient été incités à témoigner contre leurs camarades, ce qui accentua la pression sur la cohésion du mouvement. À peine un mois plus tard, en décembre, le RDA organisa une réunion au centre culturel de Zinder au cours de laquelle un militant du Sawaba, Kaka Koussou dit Double, fit, devant un auditoire de 200 personnes, vœu de loyauté au gouvernement. Tout en niant avoir été acheté, il appela ses camarades à imiter son exemple, soutenant que « personne ne [pourrait] renverser le gouvernement… en place », et demandant au RDA de renoncer à sa méfiance. Des officiels satisfaits dirent à l’auditoire – chose peu crédible – que Koussou avait lui-même sollicité la tenue de cette réunion et ils exprimèrent l’espoir que d’autres sawabistes lui emboiteraient le pas76.

29Plusieurs militants obtempérèrent, parfois pratiquement au lendemain de la chute du parti, tandis que d’autres s’y prirent plus tard. Nombreux furent ceux qui acceptèrent une position dans l’administration bien que peu d’entre eux semblent avoir directement adhéré au parti RDA en tant que tel. Certains prirent leurs distances de façon limitée, gardant leur sympathie pour le mouvement tout en rejetant l’idée de la lutte armée. D’autres se résignèrent à renoncer à la vie politique. Le processus se déroula sur quelques années et fut compliqué non seulement par la désinformation pratiquée par le régime (insinuant faussement que des militants avaient fait défection), mais aussi par les hésitations des individus concernés. Certains d’entre eux étaient pris dans une énième vague de répression qui pouvait les jeter en détention au moment même où ils considéraient la possibilité de faire défection.

  • 77 « Je sers le pays ». Interview de Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Maman, (...)
  • 78 Interview Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005 ; Maman, Répertoire biographique, 266.
  • 79 Interview Abdou Ali Tazard & Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; chap. 6, niv (...)

30Ceux qui avaient abandonné le Sawaba avaient été des partisans réticents de la campagne pour le « non » ou l’affirmeront plus tard afin de justifier leur action. Ce fut le cas de Diougou Sangaré qui, évincé de son siège parlementaire pour Tessaoua, refusa de suivre les intransigeants du parti et justifia rétrospectivement son entrée au ministère des Finances (avril 1959) en arguant du fait qu’il désirait servir son pays77. Comme il avait déjà travaillé à la fonction publique, il disposait d’opportunités que d’autres n’avaient pas et son appartenance au groupe peul minoritaire a pu l’encourager à sauter le pas. Gonimi Boukar également, bien qu’ayant toujours été du côté des intransigeants et ayant travaillé avec Dan Galadima à l’Assemblée, adopta des vues pragmatiques, aidé de son statut d’enseignant. Il s’enferma dans son travail et fut affecté à diverses écoles à partir de 1958-1959. Bien qu’Adamou Sékou l’ait persuadé de rendre visite à Bakary à Bamako, ce dernier ne put le séduire à travers des promesses de position politique en Guinée, car Boukar soutint qu’il fallait rentrer au Niger et chercher un compromis. Par ailleurs, il était peut-être influencé par la nature problématique du recours à la lutte armée78. D’un autre côté, un séjour en prison pouvait fournir un stimulant, comme dans le cas de Abdou Ali Tazard (photo 8.3), un instituteur Sawaba de Tessaoua dont la famille était presque entièrement acquise au mouvement. Son oncle, un chef, avait été déposé à cause de cela. Tazard lui-même fut le tuteur de l’enfant de Sallé Dan Koulou (qui lui était apparenté) et fut détenu en 1958-1959. À sa libération, cependant, il n’eut guère d’autre choix que de reprendre l’enseignement. Toute l’affaire semble cependant avoir créé de l’animosité entre Sangaré (originaire de la même ville) et lui79.

Photo 8.3 – Abdou Ali Tazard en compagnie de l’auteur, Tessaoua, 2006 (Ingrid Jäger).

Photo 8.3 – Abdou Ali Tazard en compagnie de         l’auteur, Tessaoua, 2006 (Ingrid Jäger).
  • 80 Hamidou Abdoulaye, l’enseignant de Maradi et membre du groupe des jeunes radicaux, (...)

31Pour des raisons similaires, nombreux furent ceux qui n’eurent pas le cœur de continuer à supporter les malheurs du mouvement et se retirèrent de la vie politique. Amadou Bakary Maïga, bien qu’apparenté au leader du Sawaba, ne s’exila pas et continua à travailler au greffe du tribunal de Zinder, refusant de s’engager dans la vie politique. Il en fut de même de Illa Salifou, un greffier jadis affilié à l’UDN et qui intégra plus tard la diplomatie. Sékou Hamidou, qui avait jusque-là été un des partisans de la ligne dure, se consacra au bout d’un certain temps à sa carrière médicale. Ibrahim Issa, le militant aux compétences en journalisme, se rapprocha du régime et obtiendra par la suite un poste lié à la communication au ministère de la Défense. D’autres encore – comme Oumarou Janba et Tahir Moustapha, tous deux originaires de Zinder –, tout en conservant leur sympathie pour le mouvement, poursuivirent leur carrière dans la fonction publique ou le secteur privé. Une telle attitude marchait mieux dans le cas de ceux qui ne dépendaient pas d’un employeur, comme le fabricant de meuble de Maïné-Soroa Limane Kaoumi, ou Djaouga Idrissa, un paysan de Dargol. Cependant, étant donné le penchant totalitaire des « Rouges », une telle conduite ne garantissait pas la paix et la tranquillité. En 1963, Mossi Salifou, un simple tailleur et menuisier de Niamey qui avait adhéré au Sawaba en 1957, était constamment harcelé par les irruptions de la police dans sa concession, alors que Daouda Hamadou, un autre tailleur originaire de Ayorou et adhérent de la première heure du Sawaba, fut arrêté à deux reprises avant de finir par quitter le pays – tout comme Salifou d’ailleurs (photos 8.4 et 8.5)80.

Photo 8.4 – Mossi Salifou (à gauche) chez lui, avec son camarade sawabiste Ali Issaka, Niamey, 2008.

Photo 8.4 – Mossi Salifou (à gauche) chez lui,         avec son camarade sawabiste Ali Issaka, Niamey, 2008.

Photo 8.5 – Daouda Hamadou en compagnie de l’auteur, Ayorou, 2009 (Issa Younoussi).

Photo 8.5 – Daouda Hamadou en compagnie de         l’auteur, Ayorou, 2009 (Issa Younoussi).
  • 81 Comme nous l’avons vu au chap. 1 n. 5, les membres subordonnés des familles (...)

32Ceux qui choisissaient de rester couraient le risque de céder à la pression. C’était particulièrement vrai pour les plus diplômés, qui dépendaient de postes dans la fonction publique. Comme nous l’avons vu au chapitre 4, Maïdanda Djermakoye, membre de la dynastie des Djermakoy, s’était prononcé pour le « non ». Pharmacien de formation, et ayant joint la gauche lors de ses études en France – au déplaisir de sa famille –, il fut contraint de quitter le Niger en 1959 pour trouver du travail. Il y parvint à Conakry, où il fut intégré à un hôpital. À partir de là, il occupa un poste à la représentation du Sawaba dans la capitale guinéenne comme à Accra, au Ghana, en 1959-1960. Cependant, au printemps 1960, il demanda l’autorisation de faire rentrer sa femme et ses enfants au Niger et les y rejoignit lui-même au cours de l’été 1961. Il aurait été placé en détention avant de devenir, au bout d’un an, directeur de l’Office National des Produits Pharmaceutiques et Chimiques du Niger, un organisme chargé de la fabrication de médicaments. Il fut admis au RDA en 1963 après avoir – dit-on – attendu trois ans avant de recevoir sa carte de membre81.

  • 82 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)
  • 83 Un autre exemple est celui d’Ali Diaroumey, vétérinaire formé à Ponty qui fit campa (...)
  • 84 Mais fut ensuite réembauché. « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au (...)
  • 85 « Recueil des principaux renseignements… 21-27 mai 1959 », no 31; Maman, Répertoire (...)

33Le processus ne devait pas tarder à atteindre le cœur du leadership Sawaba. Déjà au printemps 1959, les Français avaient noté que Abdou Boukary, qui avait pris part au triomphe du Sawaba à Zinder l’année précédente, semblait avoir perdu ses repères lorsqu’il fut par la suite affecté en Mauritanie « pour des raisons politiques ». Son collègue député, Brah Moustapha, reçut une évaluation similaire, bien qu’il ne semble pas avoir connu, pour sa part, les bienfaits relatifs de la faveur et de l’exil. Rétrospectivement, il dira avoir conseillé à ses fidèles de renoncer à leur « obstination aveugle », car il ne pouvait plus les aider. En juillet 1959, on apprit qu’il était passé au RDA, mais était toujours soupçonné d’avoir gardé des liens avec Abdoulaye Mamani82. Mamani avait plus d’influence sur ces hommes que Badéri Mahamane, un autre député et conseiller municipal de Zinder, qui semble aussi avoir vacillé dans ses convictions. Au début, on rapporta que Badéri s’opposait toujours au RDA, puis qu’il avait perdu ses illusions et trouvé un travail dans l’armée. Ainsi que nous l’avons vu au chapitre précédent, après son affectation à Agadez, il utilisa sa position pour continuer à faire de l’agitation au nom du Sawaba. Mais il fit ensuite la paix avec le régime et poursuivit une carrière sans nuage dans l’administration83. On apprit aussi que Ousseini Dandagoye, président de la section Jeunes du Sawaba à Zinder, qui avait très activement fait campagne pour le « non », s’était rallié au RDA. Il apparaît cependant qu’il a continué à jouer un rôle dans l’organisation clandestine et il essaya aussi de se rendre au siège extérieur du parti, à Bamako, en compagnie de Maman Tchila. Il fut arrêté et perdit son emploi à la poste en 196384. De même, les Français estimaient que Issaka Koké était « récupérable » à cause de sa répugnance à faire de la propagande anti-française, mais nous avons vu que l’ancien ministre continua à œuvrer pour le mouvement, ce qui lui valut un séjour en prison. Après décembre 1960, cependant, Koké, dont l’épouse était sénégalaise, se rendit à Bamako dans le cadre d’un travail pour les services de développement français. Il s’installa ensuite à Dakar et en France, et bien qu’il ait cessé de servir activement le parti, il continua à faire une certaine mesure de propagande pour le Sawaba85.

  • 86 CAB ministre de l’Intérieur au président Diori/ministre de la Justice, 10-25 oct. 1 (...)

34On considérait aussi que d’autres membres du gouvernement Bakary pouvaient être convertis. En octobre 1960, le ministre de l’Intérieur opina que Adamou Assane Mayaki et Aboubakar dit Kaou, ainsi que Barmou Batouré et même le secrétaire particulier de Bakary, Gandah Djibo, étaient des hommes sincères qui pouvaient être de bon recours. Comme ils étaient tous en prison, Maïga soutint qu’ils devaient être mis en liberté. Mayaki semblait effectivement enclin au rapprochement, comme le montre une lettre adressée au président qui mentionne avec approbation la déclaration de loyauté de Condat. Avec Aboubakar dit Kaou, il promit de convertir des militants contre la liberté. De fait, Kaou écrivit une lettre à un marchand d’arachide de Matamey, lui demandant d’oublier sa haine et de rechercher l’entente. Mayaki comme Abdoulaye Mamani (voir plus loin) conseillèrent, au début de 1961, à leurs camarades de se rallier au RDA. En même temps, cependant, Kaou maintint ses relations avec Dandouna Aboubakar, tandis que jusqu’au printemps 1962 au moins, Mayaki s’efforça de garder contact avec les sawabistes, y compris Dan Koulou, Mallam Kalla, Abdoulaye Mamani, Maman Tchila et Elhadji Ibro Garba. Mais à cette époque, Mayaki avait également pris langue avec le RDA et, de caractère affable, semble avoir montré fort peu d’intérêt pour la politique, bien que la Sûreté l’ait soupçonné d’être un agent double du Sawaba. Kaou et Mayaki ont pu garder des liens avec les sawabistes aux fins de mieux les convertir, ou parce que leur défection n’était guère authentique, ou encore pour des raisons sociales (chose très possible dans un mouvement populaire, surtout lorsque les militants sont de la même ville) : mais la méfiance du régime a probablement eu un effet perturbateur sur ce processus. Par conséquent, Aboubakar dit Kaou allait être impliqué dans des tâches clandestines, au moins par la suite86.

  • 87 « Recueil des principaux renseignements… 13-23 avril 1959 », no 27 ; « 21-27 mai 19 (...)

35Ce jeu complexe de tentation et de rejet allait aussi captiver les principaux dirigeants du Sawaba. Dès mars 1959, Abdoulaye Mamani, confronté aux harcèlements, avait parlé d’exil. Il était plutôt las du mouvement et de son propre rôle avant comme après sa mission d’Ibadan. La défection de Dan Bouzoua, l’un de ses plus proches disciples, a dû avoir un impact négatif. Dans tous les cas, Mamani dit à un intermédiaire qu’il était prêt à rencontrer le président, et Diori lui-même reconnut plus tard avoir essayé de contacter Mamani. Les renseignements français rapportent que Mamani était prêt à faire défection sur la base, principalement, de besoins matériels – avançant même qu’il avait joint le RDA. Cette évaluation était incorrecte et injuste au vu des actions hypocrites du régime, comme Mamani l’a souligné lors de la confiscation de son véhicule en avril 1960. Quelques mois plus tard, on supposa de nouveau qu’il était prêt à faire défection, bien que la Sûreté ait noté qu’il restait en rapport avec les militants. Mais début 1961, Mamani parut plus près d’un rapprochement que jamais auparavant, comme on peut en juger par ses conseils de ralliement au RDA. En janvier, Adamou Sékou, qui était sur le point d’être renvoyé de son poste de greffier pour avoir refusé une affectation, s’envola pour Zinder pour le persuader de ne pas accepter un emploi dans l’administration. Lors d’une rencontre au restaurant de l’aéroport de Zinder, ils auraient débattu du point de savoir s’il fallait continuer l’action politique ou postuler à un emploi au niveau du service de l’information, examinant les chances qu’avait Mamani d’obtenir un poste d’inspecteur du travail ainsi que celles de Sékou par rapport à un cours de formation judiciaire. Mais quelques mois plus tard, on retrouve les deux hommes parmi les radicaux. Nous avons vu, au chapitre précédent, Mamani envoyer de l’argent à un militant en détresse en juillet – à une époque où il semble avoir rejoint le leadership de l’étranger87. Sékou eut moins de chance. Bien qu’il y ait déjà eu, alors, des doutes quant à son dynamisme (doutes peut-être attisés par Hima Dembélé), l’intransigeant no 1 du Sawaba collabora avec Dembélé et Sallé Dan Koulou jusqu’en août. Son arrestation dans la vague de répression de septembre 1961, suivie de sa déportation à Bilma où il serait tombé malade, allait finalement briser sa volonté.

  • 88 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », no 30. En son (...)

36Hima Dembélé faillit emboîter le pas à Mamani jusqu’à ce que le sort lui assigne plutôt la voie suivie par Sékou. Il y eut aussi dans son cas des rumeurs d’appels au RDA, au printemps 1959, ce que d’aucuns avaient interprété comme une tentative de satisfaire des besoins matériels. À la suite de la confiscation de son siège parlementaire, Dembélé s’était trouvé confronté à des difficultés financières, d’autant plus que sa femme était enceinte. Cependant, d’autres personnes supputèrent que ses démarches faisaient partie d’une nouvelle tactique de Bakary. En fait, Dembélé demeura au cœur du leadership interne et travailla étroitement avec de nombreux intransigeants. En 1961, sa position parut gagner en importance. Avec son expérience à l’UDN et dans les syndicats, il avait de nombreux contacts dans les pays de l’Est et se trouvait au centre des opérations de coordination. Le départ de Mamani renforça davantage sa position et Dembélé commença à rivaliser avec Adamou Sékou, rédigeant notamment les rapports adressés à Bakary88.

  • 89 Rapport d’interrogatoire Hima Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi et Georges C (...)
  • 90 Sa femme, Monique Hadiza, était moitié nigérienne, moitié pied noir. Du fait de sa (...)
  • 91 Note d’information, 11 août et 13 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4 et 3.5 ; et note (...)
  • 92 Voir chap. 7, niveau n. 44 pour le serviteur-leurre ; Jean Colombani, Chef de la Sû (...)
  • 93 Interview Monique Hadiza, Niamey, 5 nov. 2005.

37Cependant, Dembélé devint de ce fait le centre de toutes les récriminations de la part des dirigeants du Sawaba, accusant certains d’entre eux de ne pas être performant, ainsi que de défaillances plus graves encore. Ces accusations furent formulées à la suite de l’arrestation de Dembélé, en juin 1961 (déjà évoquée). Après sa libération, Dembélé mit ses amis en garde contre Dandouna Aboubakar, affirmant de façon extravagante que ce militant radical était un informateur de Diamballa Maïga. Il usa d’allégations similaires à l’encontre de Adamou Sékou avec lequel il se querella en août pour des raisons inconnues89. La désinformation a pu jouer un rôle dans l’affaire, mais probablement aussi des problèmes conjugaux et le stress causé par les harcèlements. Ces difficultés le déstabilisèrent sérieusement90. Cependant, les ambitions politiques de Dembélé l’emportèrent. Durant la même période, il exprima, de concert avec Sékou, du mécontentement quant aux activités menées par Daouda Ardaly. Ce dernier se trouvait alors à Bamako où il examinait les militants qui avaient fui le Niger avant de les envoyer vers d’autres pays aux fins d’entraînement (voir chapitre 9). Comme Ardaly rejetait nombre d’entre eux, Dembélé et Sékou demandèrent à Bakary de lui ordonner de rentrer au Niger. Ils étaient tous deux impatients de discuter de la question avec Bakary, et Dembélé voulait se rendre à Bamako à cet effet91. Nous avons vu que son projet de quitter le pays par voie aérienne échoua en dépit du fait qu’il s’était servi d’un serviteur en guise de leurre. Il voulut ensuite voyager par la route jusqu’en Haute-Volta tandis que ses bagages seraient amenés à Gao par un chauffeur de chez Vidal, mais ce second projet fut compromis par son arrestation en septembre. Au bout de neuf jours passés à la Sûreté il plaida par écrit pour sa libération mais fut déporté sur Bilma avec Sékou et d’autres personnes92. Cette expérience a probablement brisé l’ancien projectionniste qui, tout en restant un syndicaliste engagé, ne jouera plus aucun rôle dans le mouvement désormais93.

38Adamou Sékou et Hima Dembélé constituent les principales pertes subies par le Sawaba. Du point de vue du gouvernement, le résultat était décevant, d’autant plus qu’il ne semble pas que ces hommes soient ensuite devenus des fidèles dévoués du régime. Bien qu’ils aient été neutralisés – ainsi que plusieurs autres – il est clair que le RDA aurait pu attirer bien plus de sawabistes dans ses filets (même parmi les plus militants) s’il s’y était mieux pris. De nombreux intransigeants qui demeurèrent au Niger firent ainsi profil bas et gardèrent leur sympathie pour le Sawaba, lorsqu’ils ne lui rendaient pas clandestinement service. Du coup, le régime devait se contenter de militants radicaux issus principalement du second échelon du mouvement. Il en était de même de plusieurs modérés qui, comme Condat et Sangaré, avaient occupé de hautes fonctions mais comptaient assez peu dans la communauté du petit peuple.

  • 94 Voir par exemple ANN, 86 MI 3 F 12.32, traité davantage au chapitre suivant.
  • 95 Note d’information, 7 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; message radio commandant de (...)

39Entre-temps, de nombreux sawabistes s’étaient engagés dans un véritable exode, quittant le Niger en un flot tenu mais régulier. Nous verrons au chapitre prochain que ce processus s’étendra sur plusieurs années. La vague de répression déchaînée en septembre 1961 fut aussi le temps de la grande échappée. De nombreux militants de moindre envergure disparurent94 et plusieurs leaders du Sawaba réussirent à partir en secret – tandis que les dossiers de la Sûreté s’asséchaient tout uniment. Dandouna Aboubakar disparut ainsi de la capitale dans la nuit du 31 août, évitant un nouveau séjour en prison. Il n’avait prévenu personne de son départ, ce que la Sûreté mit au compte de ses supposés mauvais rapports avec les militants locaux (peut-être en référence à Dembélé), alors qu’il s’agissait probablement là d’une peu surprenante mesure de précaution. Comme la police ne parvenait pas à le localiser à Maradi, on supposa qu’il s’était rendu à Bamako. Une quinzaine de jours plus tard, on apprit qu’il avait franchi la frontière à Gaya. Issoufou Danbaro, qui était originaire de cette ville, utilisa la même voie comme on pouvait s’y attendre. Il partit à peu près au même moment que Dandouna, dans la nuit du 10 au 11 septembre, déjouant la surveillance qui lui avait été imposée après son arrestation alors vieille d’une semaine. Nous avons vu que Sallé Dan Koulou aussi essaya de s’échapper. Comme il était le troisième à utiliser le même itinéraire, on peut voir là un certain degré de coordination. Dan Koulou, cependant, fut pris et avança qu’il avait voulu rendre visite à son beau-père à Gaya. Étonnamment, Maïga accepta cette explication et le fit mettre en liberté quelques jours plus tard. Dan Koulou quitta Gaya dans la nuit du 16 au 17 septembre, censément pour rentrer chez lui, à Tessaoua. Il put s’échapper à quelque temps de là, peut-être à travers la frontière nigériane95.

La seule raison de mon existence

40Ces évènements impliquent aussi que tout espoir de réconciliation était compromis. Si l’option de l’action violente était déjà à l’étude, Bakary n’avait pas encore renoncé à un rapprochement qui pourrait le ramener au pouvoir. Un ensemble de facteurs réduisit à néant un tel scénario. Étant donné les divisions au sein du régime et le refus des militants du RDA de partager les bénéfices du gouvernement avec les sawabistes, les « Rouges » pouvaient sans difficulté contrecarrer les tentatives de réconciliation – que les modérés du régime envisageaient – en déchaînant de nouvelles vagues de répression. Dans ce contexte, le fait que Boubou Hama encourageait les gens à changer de camp alors même que le Sawaba, en tant que parti, continuait à être persécuté, augmentait le ressentiment des membres restants du mouvement. Par ailleurs, les ouvertures que Bakary était prêt à faire en direction du gouvernement étaient affectées par l’amère conscience de la manière dont sa chute avait été sciemment orchestrée ainsi que par le sentiment d’être le sauveur du petit peuple. Il en demanda trop.

  • 96 La source de Djibo (Les transformations, 233) est un ancien ministre de Dio (...)
  • 97 Un journal proche du gouvernement de Bamako incita Bakary à renoncer à la polémique (...)
  • 98 Fluchard, Le PPN-RDA, 324-326 ; Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1 (...)

41Très tôt, selon Mamoudou Djibo, le président Diori envoya des émissaires à Bamako pour convaincre Bakary de renoncer à l’opposition et de rentrer au pays. Si cela est exact96, une telle approche contraste fortement avec la série d’actions répressives mises en œuvre durant cette période, à savoir la dissolution du Sawaba en octobre 1959 et les mesures sévères prises en novembre et décembre de la même année. Quoi qu’il en soit, Bakary fit savoir en janvier 1960 qu’il était prêt à rejoindre le gouvernement si le Niger intégrait la Fédération du Mali. De plus, l’Assemblée nationale devait être dissoute et de nouvelles élections organisées. S’il a pu être poussé à poser ces conditions par le gouvernement malien97, sa réponse tomba dans l’oreille d’un sourd. Dans tous les cas, Bakary lança, en avril 1960, un appel à l’unité nationale sur Radio Bamako, incitant les Nigériens à repartir d’un nouveau pied, à suivre l’exemple du Mali et à revendiquer l’indépendance. Le président Modibo Keita du Mali soutint ce message et écrivit une lettre à Diori dans laquelle il précisait les conditions auxquelles Bakary pouvait, à son avis, rentrer au pays, ce qui agaça considérablement le RDA. Tandis que Diori gardait le silence, Hama torpilla l’appel en déclarant que le PFA, en sa qualité de véhicule de la Fédération du Mali, n’avait pas le droit de s’immiscer dans les affaires internes du Niger. L’unité nationale serait réalisée dans le cadre des objectifs propres du Niger qui excluaient un parti qui, aux dires de Hama, avait été réduit à quelques éléments inflexibles. Par ailleurs, étant donné que le RDA, de l’avis de Hama, était la seule force constructive dans le pays, il n’y avait pas de place pour l’opposition : dans un pays sous-développé, on ne pouvait laisser la démocratie mener à l’anarchie. Hama souligna que le retour de Bakary ne dépendait que du RDA, indiquant clairement que les sawabistes devaient modérer leur ton. Cette réponse intransigeante, accompagnée de commentaires hostiles dans la presse, avait l’approbation du triumvirat régnant dans son ensemble. Le bureau politique du RDA aussi s’opposa unanimement au retour de Bakary98.

  • 99 « Les raisons de notre lutte », 57-60 et Synthèse de renseignements. 2e trimestre (...)

42Quelques mois plus tard, en réaction aux négociations menant à l’indépendance du Niger, Bakary fit une nouvelle tentative, offrant au RDA un nouveau départ sur la base de la fin de l’opposition et de l’organisation d’une table ronde sur l’unité nationale. Mais selon Bakary, les évènements du jour montraient aussi que l’option de l’autonomie, au nom de laquelle tant de crimes avaient été commis, était historiquement erronée, tandis que l’objectif de l’indépendance, pour quoi il s’était toujours battu, s’était avéré être le bon choix. Si cela n’avait pas remué le couteau dans les plaies du RDA, ses allusions menaçantes quant au fait que l’histoire tiendrait le régime pour responsable s’il ne faisait pas des concessions confirmèrent les préventions dudit régime – d’autant plus que Bakary avait ajouté qu’il continuerait, par voie de conséquence, à se battre, à la tête de ses hommes, pour la libération du pays99.

  • 100 « Les raisons de notre lutte », 69.
  • 101 Djibo, Les transformations, 234.

43Une semaine plus tard, le 30 juin, Bakary et Condat signèrent une déclaration solennelle en faveur de l’unité nationale100, mais à ce stade, les premières arrestations de l’affaire du « Plan B » s’étaient produites. Elles n’affectèrent cependant pas de façon négative la position adoptée par Bakary lors de négociations avec une délégation du RDA menées à Lomé, la capitale togolaise, le 30 juillet. Étonnamment, cette rencontre aboutit à une déclaration conjointe dans laquelle les deux parties se mirent d’accord pour affirmer que la vie politique nigérienne devait repartir à neuf. Ils s’engagèrent aussi, en leur nom propre et en celui de « leurs amis politiques » « à soutenir et à participer à toutes les activités du gouvernement… destinées à favoriser l’union des Nigériens ». Si Bakary parut avoir cédé à ses ennemis, la délégation du RDA s’était sans doute avancée trop loin, puisque la rencontre fut suivie d’un profond silence de la part du gouvernement. Quelques jours plus tard, au moment de l’indépendance, Bakary réitéra son offre d’un nouveau départ et proposa la formation d’un parti unique, d’une seule fédération syndicale, et de sections Jeunesse unifiées. Le gouvernement décida d’ignorer ce geste, bien que l’accord de Lomé ait constitué l’effort le plus concret vers un règlement général101.

  • 102 Voir la note griffonnée par lui en marge du rapport de la Sûreté. Note d’informatio (...)
  • 103 Texte in « Les raisons de notre lutte », 62-64.

44Nous avons vu qu’à l’automne 1960, Bakary avait été inculpé dans le cadre du « Plan B », ce qui rendit son retour doublement difficile. Cependant, deux mois plus tard, Adamou Sékou le mit au courant de ses chances d’obtenir un poste d’ambassadeur ou de ministre s’il se ralliait au gouvernement. Une rumeur circula sur le fait que Bakary aurait reçu l’offre de la vice-présidence, mais que le ministre de l’Intérieur s’y serait opposé. De fait, Maïga était résolument hostile à une telle éventualité102. En même temps, le leader du Sawaba émit un nouvel appel à l’unité, choisissant d’ignorer certaines des mesures répressives du régime et de saluer la libération, fin novembre, de militants arrêtés dans le cadre de l’affaire du « Plan B ». Fidèle à sa posture idéologique, il souligna que l’indépendance effective ne résulterait que de l’unité nationale, ajoutant, de façon douteuse, que les adversaires d’hier pouvaient devenir les amis de demain103.

  • 104 Synthèse de renseignements intérieurs. 1er trimestre 1961, no 1/36. Période (...)
  • 105 « Les raisons de notre lutte », 74. Pour la déclaration de politique générale de 19 (...)

45En début 1961, Bakary donna de nouvelles précisions sur ses propositions. Il envoya, en janvier, des lettres aux politiciens du RDA, appelant à des élections libres et à une table ronde de tous les partis politiques. Le moment était sensible, car le « comité des sept » du RDA s’efforçait alors de renouveler le comité central du parti. Comme le comité des sept comprenait des anciens sawabistes et des militants qui nourrissaient encore des sentiments sawabistes, l’atmosphère politique était empoisonnée par des soupçons d’infiltration du gouvernement104. Une réponse négative fut facilitée par les critiques qui assortissaient les appels lancés par Bakary au cours de ses émissions hebdomadaires. Néanmoins, la déclaration de politique générale du Sawaba, en 1961, détailla les propositions de réconciliation du parti, appelant à une table ronde réunissant les leaders des deux formations. Ils débattraient de l’organisation d’élections sur la base de listes uniques (RDA-Sawaba) dont la composition pourrait être librement discutée et décidée d’un commun accord. Ce processus devait mener à la création d’un parti unique avec une direction conjointe, ayant en commun les sections Jeunesse et Femmes et une structure syndicale parallèle. Un « congrès national » serait convoqué pour valider les décisions de la table ronde et fournir au pays les politiques qui concrétiseraient et consolideraient l’indépendance politique et économique105.

  • 106 Confidential/NOFORN. Department of State. Bureau of Intelligence and Research. Research (...)
  • 107 Djibo Bakary au président Hamani Diori, 10 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5.
  • 108 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 9 (...)

46Devant le silence du gouvernement, Modibo Keita vola au secours de Bakary quelques mois plus tard, envoyant à Niamey, en mai, une mission malienne de bonne volonté. Elle aurait proposé la cessation des activités subversives des sawabistes exilés, à condition qu’ils puissent rentrer au pays, s’organiser en un parti politique reconnu et participer aux prochaines élections qui auraient lieu quatre ou cinq ans plus tard. Cette humble proposition fut rejetée par Diori106. Puis, lors de la grande répression de l’automne 1961, Bakary écrivit une lettre personnelle au président. En des termes courtois, il en appela encore à l’unité et à la réconciliation, soulignant que les récentes arrestations et déportations sur Bilma avaient causé de grandes souffrances. Il est peu probable, cependant, que Diori ait jamais vu cette lettre. Elle atterrit sur le bureau de Diamballa Maïga qui griffonna, en marge, un commentaire dédaigneux107. La lettre faisait suite à la conférence de presse tenue le 4 octobre à Conakry, au cours de laquelle Bakary avait adressé un ultime appel à Diori. À cette occasion, il défendit le fait que le Sawaba faisait former des jeunes nigériens dans les pays de l’Est en affirmant qu’il était normal d’aider à l’instruction des futurs cadres du Niger, ajoutant, non sans hypocrisie, qu’il incombait au régime de ne voir là qu’une révolte des jeunes. La récente répression avait produit ses dommages et le message de Bakary parut fort ambigu, mêlant les appels à la réconciliation et les menaces. Il indiqua qu’il n’accepterait pas de vivre définitivement à l’étranger, puisque le Niger était sa « seule raison d’existence ». Le Sawaba ne visait pas Diori, mais Boubou Hama et les conseillers français du gouvernement, ce que ces derniers considérèrent comme une tentative de « diviser pour mieux régner ». Tout en gardant le silence sur le ministre de l’Intérieur, les sawabistes accusèrent Hama (qui était la bête noire de Bakary) d’avoir l’intention de les liquider physiquement. Ces attaques, compréhensibles eut égard à ce qui s’était passé au Niger, renforcèrent la position des « Rouges », si bien que le 8 octobre, Diori soutint pour la première fois, en public, la position intransigeante de Maïga. Mettant fin à la politique qui consistait à attirer individuellement les sawabistes, Hama, en sa qualité de président du RDA, rejeta catégoriquement l’appel de Bakary tandis que Diori affirma simplement que quiconque violait la loi serait envoyé en prison108.

47Si cet ensemble de facteurs divers ne simplifiait pas le rapprochement, il avait néanmoins mené à des concessions de la part de Bakary et de ses hommes. Formulées à partir d’une position de faiblesse, les propositions du document de politique générale de 1961 avaient offert plus de concessions que le Sawaba n’en avait jamais fait auparavant. Mais le fait que le Niger était la raison de vivre de Bakary montrait aussi clairement que le redresseur des torts n’accepterait jamais de jouer les seconds violons. Face à l’impossibilité de limiter les ambitions de Bakary, la ligue franco-RDA exprima des craintes quant au fait qu’un mouvement doté d’agitateurs aussi bien formés prendrait simplement le dessus s’il lui était permis de joindre un système de gouvernement. Par ailleurs, le triste état du RDA ne lui permettait pas d’être sûr de l’emporter dans une confrontation électorale.

  • 109 Djibo, Les transformations, 234.
  • 110 Note d’information, 16 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Synthèse de renseignements. (...)
  • 111 Synthèse de renseignements intérieurs. 4e trimestre 1960, no 500 et no 151, (...)

48Bien au contraire. Durant toute la période 1959-1960, tout retour aux urnes aurait été « suicidaire », comme le souligne Mamoudou Djibo109. En juin 1960, la Sûreté opina que la présence de Bakary au Niger n’était « pas à souhaiter en conjoncture actuelle » car elle « ne pourrait être que génératrice de troubles ». Selon les Français, le RDA craignait d’être mis à la marge si le Sawaba était autorisé à rejoindre le gouvernement110. Les rumeurs portant sur un retour de Bakary à la fin de l’année poussèrent les services français à émettre une mise en garde quant aux problèmes que cela causerait, étant donné la mesure de popularité que le leader du Sawaba conservait encore. Par conséquent, lorsqu’en octobre 1960 Jean Colombani eut vent d’une mission de Bakary à Malanville, sur la frontière Niger-Dahomey, le chef de la Sûreté se rendit dans la localité dahoméenne en vue de l’arrêter. Le leader du Sawaba était déjà reparti, mais les services français confirmèrent, en janvier 1961, qu’il serait à la merci de ses ennemis s’il osait rentrer au bercail. Même après les persécutions de l’automne de cette année-là, Bakary suscitait chez les Français l’inquiétante impression qu’il pourrait être un cheval de Troie. De façon stupéfiante, ils rapportent encore en juin 1962, quatre ans après son renversement, que l’opinion prédominante était qu’un retour de Bakary signifierait la fin de Diori111.

  • 112 Une rumeur improbable circulant alors parmi les camionneurs en provenance de Gao af (...)
  • 113 En compagnie de Sékou Sido, Abdoulaye Bougno et Illiassou Maiga. Déclaration. Le Bu (...)
  • 114 Ibid. et « Pour un front démocratique de la patrie », 10-11, 27, 43, 46-48. Les ita (...)

49Ainsi, à ce stade, l’option de l’action violente était apparue au-devant de la scène, en dépit d’un appel lancé au mois d’avril précédent par Nkrumah pour plaider le retour de Bakary112. Ce même mois, une dizaine de sawabistes furent arrêtés, dont Arouna Zada, le leader de la jeunesse de Niamey113. Le document de politique générale du Sawaba pour 1962 appela du coup à un front national fermé aux « traîtres à la Nation ». Ces derniers seraient « neutralisés ». On ne montrera aucune faiblesse, on ne fera « pas de discours », seuls les résultats concrets compteraient en vue d’éliminer le « régime néo-colonialiste par tous les moyens ». Au cas où quiconque serait dans l’incertitude quant au sens de ces mots, le document ajouta que des « équipes de protection des masses populaires » allaient « répondre à la violence par la violence », appelant le peuple à « recouvrer la souveraineté nationale » et « laver [la] Patrie de [la] souillure néo-colonialiste114 ».

50Il ne s’agit pas là d’un appel au rapprochement mais bien d’une déclaration de guerre.

Notes

1 M. Le Cœur, Les oasis du Kawar : Une route, un pays (Études nigériennes, 54, Niamey, 1985), 105.

2 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, période du 1er févr. au 30 avril 1960. No 1120/G.C.S./ZOM1/2 ; SHAT, 5 H 95.

3 Voir chapitre précédent, n. 87 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 5 au 11 févr. 1960 », no 67 ; CAOM, Cart. 2252 ; M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 222.

4 Cela n’était pas sans risque, puisque la région était infestée de lions. Djibo, Les transformations, 222 et entretiens avec Georges Condat et Mounkaila Beidari, Niamey, 27-28 nov. 2003. Les expulsions du 3 février faisaient peut-être partie des mesures prises dans le décret de la veille. Parmi les leaders du Sawaba qui furent déportés figuraient aussi Maurice Camara et un certain Boubakar Touré. C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 286.

5 Voir chapitre précédent, au niveau n. 9 et Fluchard, Le PPN-RDA, 323.

6 Djibo, Les transformations, 223.

7 Les autres étaient Mailafa Djibo, Hima Mamadou Malick, Kelessie Moussa, Amadou Ilo, Elhadj Ousmane Diori Gado, Issa Amadou et Elhadji Harouna Tatizé (Tatyzé). Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.8.

8 Des marabouts de Maradi, Zinder et Dogondoutchi furent aussi détenus ou assignés à résidence (chap. 6, n. 106). Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, période du 1er mai au 31 juillet 1960, no 1814 ; SHAT, 5 H 95 ; Stratégie de l’Opposition Sawaba : Ingérences étrangères. Très Secret. Rapport par J. Colombani, 33/C/SU, 13 janv. 1961, au ministre de l’Intérieur ; ANN, 86 MI 3 F 8.2 ; note d’information, 29 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.7 ; entretiens avec Adamou Assane Mayaki & Georges Condat, Niamey, 29 janv. et 27 nov. 2003 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 326-327 ; Djibo, Les transformations, 223, 235 ; Parti Sawaba. Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961), 66-67.

9 Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, no 1814 ; ambassade de Grande-Bretagne à Dakar au Foreign Office, 6 juillet 1960 ; PRO, FO 371/147.583 ; interview de Mounkaila Beidari, Niamey, 2 déc. 2003.

10 Il arrivait que l’accusation porte sur la participation à réunion non autorisée. Interview de Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003. Salifou Soumaila, défendu par un avocat français, s’en tira avec une sentence de deux mois de prison avec sursis. Note d’information, 8 nov. et 12 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.7/3.5 ; Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960. Période du 1er août au 30 oct. 1960, no 2619 ; SHAT, 5 H 95 ; Alou Himadou, l’adjoint du commandant de Cercle, au président Diori, 5 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.8 ; C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 202, 232-233, 307, 333 et 378 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 327.

11 Il en fut ainsi de Ibrahim Issa (chap. 5, n. 85), Maï Manga (chef originaire de Nguigmi) et Oumara (Oumarou) Yacoudima (militant de Tillabéri). D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 259. La référence à Issa pourrait éventuellement être un anachronisme renvoyant à un emprisonnement ultérieur à Dao Timmi (voir épilogue, niveau n. 36).

12 Chap. 6 n. 112 ; note d’information, 12 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, no 1814 ; Djibo, Les transformations, 235 ; interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

13 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960. On leur refusa le lit et la moustiquaire. L’adjoint au commandant de cercle (voir note ci-dessus) affirme que 273 détenus étaient entassés dans la prison et ses 9 dortoirs, celui des prisonniers politiques mesurant 6 m 85 sur 5, la cour 10 m 95 sur 4 m 80 et la salle de l’infirmerie, où se trouvait Batouré, 6 m 90 sur 6 m 40.

14 Dans sa fureur, la courageuse épouse de Sékou écrivit à Maïga, l’accusant de violer la loi, affirmant qu’il n’avait aucune preuve contre son mari et soutenant que Maïga était désormais responsable de la prise en charge de ses enfants. Madame Adamou Sékou au ministre de l’Intérieur, 28 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9. Les mesures répressives de septembre 1961 avaient été précédées d’une vague d’expulsions en juin, en particulier de Nigérians. Pour une liste, voir Gaskya : Organe Officiel du Parti Sawaba, no 5, 29 juin 1961.

15 « Appel aux organisations démocratiques du monde », Parti Sawaba, bureau politique, Bamako, 26 nov. 1961 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 30 déc. 1961 ; SHAT, 10 T 717, D.2 (ce dernier se réfère aux 22 déportés de Bilma). Une note d’information, 27 sept. 1961 (ANN, 86 MI 3 F 4.11) cite une propagandiste du Sawaba du nom de Kadi (Kady) Souka, avançant que six militants avaient été déportés sur Bilma. Un homme du nom de Malam Saley fut aussi déporté sur Bilma un moment donné, et entreprit d’y faire le commerce de l’arachide. Interview de Oumarou Janba, Zinder, 10 févr. 2003. Une femme du nom de Hadiza Issa Alkali fut aussi victime de la répression.

16 Synthèse de renseignements intérieurs ; 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 925/BS/S ; SHAT, 5 H 95.

17 Adamou Sékou, ancien ministre détenu au camp pénal de Bilma, à Monsieur le président de la République du Niger à Niamey. Texte in Parti Sawaba, « Pour un front démocratique de la patrie » (Bureau politique : Niamey, 1962), 41-42, qui allègue aussi que l’homme fort du régime avait menacé de les « affamer » ; ibid., 4, mentionne d’autres détenus (à Bilma ?) : Elhadj Nakandari (ch.7, n. 63), Sékou Sido, Illiassou Maiga et un autre vieillard, Abdoulaye Bougno (voir aussi ci-dessous, n. 113) ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 22 au 28 mars 1962 », no 169 ; SHAT, 5 H 91.

18 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 8 au 14 févr. 1962 », no 164 ; SHAT, 5 H 92. L’épisode concerna Nakandari, marchand d’arachide « bakaryste ». Les sentences pouvaient atteindre 14 mois et les amendes 100 000 F CFA.

19 « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 mars 1962 », no 169.

20 « Debout jeune de mon pays », in Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, mars 1963 ; « Pour un front démocratique de la patrie », 4 ; Gaskya, no 15, 18 oct. 1961.

21 Note d’information, 18 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4 ; Sama Alhadji Ibrahim, RDA Gaya, au ministre de l’Intérieur, Niamey, 15 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.19 ; documents conservés in ANN, 86 MI 3 F 3.5 (dossier de la Sûreté sur Djibo Bakary).

22 Voir ANN, 86 MI 3 F 12.32 (dossiers Bachir Boukary, Chaibou Souley, Moussa Dan Dje) ; rapport d’interrogatoire, par Jean Colombani, Jean Arrighi et Georges Clément sur Hima Dembélé, 14 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

23 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 », no 63 et ibid., « 18 au 24 mars 1960 », no 73 ; CAOM, Cart. 2252/3690.

24 Le demi-frère cadet de Bakary, Adamou Souna (photo 8.2), essaya de pratiquer le maraboutisme au Ghana mais échoua pour cette raison. Interview, Soudouré, 27 févr. 2008. Dossier de Danbaro in ANN, 86 MI 3 F 12.19.

25 Ministre de l’Intérieur au commandant de Cercle, Zinder, 11 janv. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

26 Jean Colombani au ministre de l’Intérieur, 16 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5. Voir chap. 7, niveau n. 59.

27 Chef de la brigade Mobile du Niger-Est, Zinder, au chef des services de police, Niamey, 9 févr. 1960 et R. Roger, commissaire de police, Zinder, au chef des services de la police, Niamey, 19 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

28 Mamani à Mahaman Tchila, n. d. (ca. avr. 1960) ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

29 Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des services de police, Niamey, 5 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; Note direction des services de police au ministre de l’Intérieur, 15 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; document daté de juillet 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; interview Djibo Harouna (fils de Téla), Gothèye, 1er nov. 2005.

30 Interview Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; dossier Mallam Kalla ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

31 Sallé Dan Koulou, Direction du Groupe Postal Niamey, à Dan Dicko, 28 févr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7.

32 Voir son dossier de la Sûreté in ANN, 86 MI 3 F 3.8.

33 Les arrestations ou modes de harcèlements suivants ont été répertoriés dans un seul dossier (ANN, 86 MI 3 F, jusqu’à fin 1963), soulignant l’amplitude de la répression ; ils concernent Djibo Issa, Ibrahim Felix, Soumah Maiga, Tiémoko Mahaman Illo, Katchalla Oumar, Louis Bourgès, Mallam Kalla, Paraiso Ara, Issoufou Moumouni, Yerima Moussa, Amadou Karimou, Kona Mayaki, Soumaila Sekou, Mahamidou Alhassane, Niang Malick, Adamou Moumouni, Oumar Traoré, Issoufou Danbaro (deuxième fois, sept. 1961), Adamou Assane Mayaki (plusieurs fois), Sekou Soumaila Bery, Mailafa Djibo, Hima Mamadou Malick, Kelessie Moussa, Amadou Ilo, Elhadj Ousmane Diori Gado, Issa Amadou, Elhadji Harouna Tatize (les sept derniers camarades de Barmou Batouré et Baoua Souley), Issa Bakary, Gatakoye (Gayakoye) Sabi (deuxième arrestation, févr. 1961), Alhadji Soumaila, Mazou Dan Mazel, Hamidou Moustapha dit Saidou, Maïdanda Djermakoye (appréhendé à la frontière, août 1961), Oumarou Habou dit Dankoro, Gréma Ari (résidence surveillée), Sallé Dan Koulou (sept. 1961), Dodo Hamballi (janv. 1961), et Hima Dembélé (deuxième fois, juin 1961, troisième fois, sept. 1961). Une autre arrestation méritant mention est celle de Koussanga Alzouma à Maïné-Soroa, 1960 (Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 17 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719, D.2) ; les arrestations d’avril 1962 concernent Arouna Zada, Sékou Sido, Abdoulaye Bougno, Illiassou Maiga (Déclaration ; Bureau politique, Accra, 12 avr. 1962 [Pour un front démocratique de la patrie, 51]).

34 Interviews de Ali Amadou, Mounkaila Beidari, Mounkaila Albagna, Boubakar Djingaré, Niamey, 28 janv., 28-29 nov. 2003 et 27 oct. 2005 ; Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

35 Voir note ci-dessus et les interviews citées aux chap. 12-14.

36 Interview de Soumana Idrissa, Gothèye, 1er nov. 2005.

37 Sékou Ismaila Bery au président Diori, 21 oct. 1961 (avec les ordres de Maïga griffonnés en marge) ; ANN, 86 MI 3 F 8.19, et chap. 7, n. 101.

38 Voir le rapport d’interrogatoire en attachement à J. Colombani, directeur de la Sûreté, au ministre de l’Intérieur, 8 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.3.

39 Dossier Kona Mayaki, rapport d’interrogatoire de Jean Colombani et Jean Arrighi, 2 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

40 Interviews Tahirou Ayouba Maïga et Mounkaila Albagna, Niamey, 6 déc. 2003 et 28 oct. 2005 ; Moumouni Daouda, Tillabéri, 3 nov. 2005 ; Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006.

41 Il s’agissait de Issoufou Moumouni, Amadou Karimou, Yerima Moussa. On prit leurs mensurations avant de les libérer. Note d’information, non datée ? ANN, 86 MI 3 F 12.32 (1961-3) ; ministre de l’Intérieur au directeur de la Sûreté, 21 nov. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

42 Commissaire de police Agadez à directeur de la Sûreté Niamey, 6 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 (direction de la Sûreté nationale/commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset).

43 Interviews Mounkaila Beidari et Boubakar Djingaré, Niamey, 28 nov. 2003 et 26 oct. 2005.

44 Georges Clément, chef de section ST et Frontières, à directeur des services, Niamey, 16 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.10 ; J. Colombani, directeur de la Sûreté, au ministre de l’Intérieur, 8 et 13 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.3. Sabi voyagea probablement dans les pays de l’Est. On trouva dans ses bagages des chemises tchèques et chinoises qu’il prétendit cependant avoir acheté à Bamako.

45 Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7.

46 Pour le problème de l’interprétation, voir le Prologue.

47 Rapport d’interrogatoire Hima Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi & Georges Clément, 14 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 (contient aussi son passeport confisqué) ; direction de la Sûreté nationale, procès-verbal, no 624/SU, 28 mai 1961 ; J. Caillard, commandant de Cercle Niamey au ministre de l’Intérieur, 17 févr. 1960 ; Maurice Espitalier, commissaire de police Maradi, à chef des services de police Niamey, 6 janv. 1961 ; ministre de l’Intérieur à Cercle Agadez & Subdivision Bilma, 5 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8. Après une des arrestations de Dandouna, Bakary accusa, dans des articles et dans ses émissions radiodiffusés, Arrighi d’avoir battu Dandouna jusqu’à ce qu’il saigne. Dandouna aurait aussi subi des électrochocs qui l’auraient rendu presque sourd. Ces accusations n’ont pu être étayées. J. Colombani à M. le ministre de l’intérieur, Niamey, 1er févr. 1960 (avec un article de Bakary dans le journal malien l’Essor) ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; « Recueil des principaux renseignements… 5 au 11 févr. 1960 », no 67.

48 En mai 1959, les activités du PFA décrurent temporairement. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 14 au 20 mai 1959 », no 30 ; CAOM, Cart. 3685.

49 Le nom semble indiquer une localité du nord, ou touarègue. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; CAOM, Cart. 3685.

50 Ibid., 20 au 26 août 1959, no 44, 14 au 20 mai 1959, no 30 ; Synthèse politique, no 1104 CP, août 1959 ; CAOM, Cart. 3687 et 3684.

51 Voir par exemple Le Niger, 30 nov. 1959 et encore, 26 oct. 1964.

52 Texte in « Les raisons de notre lutte », 52-53.

53 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 » et « 24 au 31 déc. 1959 », « 15 au 21 janv. 1960 », « 1er au 7 janv. 1960 », nos 60-61, 64, 62 ; CAOM, Cart. 2251-2252 ; Dossier Bakary in ANN, 86 MI 3 F 3.5.

54 Une remarque faite au cours d’un entretien, sans doute dans un moment de faiblesse, et regrettant la position qu’il avait prise lors du référendum, a dû être aussi dommageable à cet égard. Pourtant, Bakary avait immédiatement avant cela appelé à une lutte implacable pour l’indépendance. « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 5 au 11 » et « 12 au 18 nov. 1959 », nos 55-56 ; CAOM, Cart. 2251/3689.

55 Note d’information, 1er févr. et 8 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2.

56 Synthèse de renseignements. intérieurs, 3e trimestre 1960, no 2619 ; SHAT, 5 H 95. Djibo, Les transformations, 229, note qu’un autre parti avait été créé à cette époque sous le nom « Front démocratique de la patrie ». On n’a pu trouver cependant d’information à son sujet et il renvoie peut-être à la déclaration de politique générale de 1962 (n. 17).

57 J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 346.

58 Ainsi que le soutient Djibo (Les transformations, 232) pour les sections PAI établies à Zinder, Gouré, Nguigmi et Maradi, sans cependant développer la question.

59 L’étudiant en médecine était Tchellé Léon. Le siège zindérois se trouvait chez Diop Ali, greffier de justice, allié à Gueye Diumb Djibril et Saadou Galadima. Lo Moustapha, préposé à la poste, menait le PAI à Maradi avec le soutien de 30 personnes, y compris Ba Boubakarm (?), un inspecteur de police sénégalais, un certain « Aw » (N’Daw ?), sénégalais aussi, un nommé Bakayoko, greffier et Dan Dicko Dan Kollodo, un étudiant maradien de Montpellier. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 11 au 17 août », « 8 au 14 sept. », « 14 au 31 oct. 1958 », nos 2, 5, 9 ; ibid., « 13 au 19 août 1959 », no 43 ; CAOM, Cart. 2248 et 3687.

60 Ibid., « 9 au 15 juillet 1959 », no 38 ; Synthèse politique, no 627 CP, mai 1959 ; CAOM, Cart. 2249 et 3684 ; chap. 7, n. 81 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 15 mai, 13 sept. et 21 oct. 1961 ; SHAT, 10 T 717, D.2.

61 Stratégie de l’Opposition Sawaba (n. 8 ci-dessus).

62 Sawaba : Organe Central du Parti Sawaba du Niger, mars 1963 parle des « résultats scandaleux du référendum gaulliste ».

63 Pour les hommes mentionnés dans le texte, voir chap. 7, niveau n. 118 ; chap. 3, niveau n. 169/173 ; chap. 1, niveau n. 148 ; n. 7 ci-dessus ; chap. 7, niveau n. 2. La liste comprend aussi un travailleur de la santé du nom de Mounkaila Abdou ; un certain Issifi Gaya, Guida Moussa, Ilyassou Alzouma, Seidou Soudouré et Gabou Dandi ; un ancien cuisinier du nom de Mena ; un dénommé Harouna, jadis planton à la mairie ; un certain Sékou, frère de Alpha Sékou ; un greffier de justice, Lawali Henri ; Dan Kano, taximan. Note d’information, 27 mars et 2 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9.

64 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, no 1120 ; « Recueil des principaux renseignements… 20-26 août 1959 », no 44 ; 8-14 janv. 1960, no 63 ; note d’information, 19 févr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; note d’information, 18 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4.

65 Note d’information, 22 avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 343 ; Synthèse de renseignements intérieurs. 2e trimestre 1960, no 1814. Texte de la déclaration radiodiffusée de Condat in Le Niger, 25 juillet 1960.

66 Et le préposé postal Moumini. Chap. 7 n. 31 ; note d’information, 21 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8. Ibid., 9 déc. 1960 (ANN, 86 MI 3 F 3.9) avance qu’à cette époque, Condat était déjà passé au RDA.

67 Note d’information, 10 août 1960 ; message radio police, 1er févr. 1961 (tous deux ANN, 86 MI 3 F 8.2) ; Stratégie de l’Opposition Sawaba ; interview Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Maman, Répertoire biographique, 224.

68 Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, no 1120.

69 Voir chap. 7, niveau n. 86.

70 Un boucher du nom de Ousmane affirme que ses actions en faveur du Sawaba l’avaient desservi. Un transporteur nommé Bako Sinkao aurait fait défection à cette époque. « Recueil des principaux renseignements,…14-20 mai 1959 », no 30.

71 Ibid. et chap. 6, niveau n.16 et n. 4 ci-dessus.

72 Le Sénégalais était Amadou Alain N’Diaye, les deux Dahoméens, Ponou Médard et Baelo Abdul Wahab (= Abdoulmahas, propriétaire de bar et agent électoral du Sawaba ?). N’Diaye Ibrahim Malick, sans doute le fils du déporté Malick N’Diaye et auparavant proche de Dandouna Aboubakar, exprima sa loyauté à l’égard du gouvernement en juillet 1960, à la veille de l’indépendance. Le Niger, 25 juillet 1960 et Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8. Les Sénégalais de Niamey qui – au moins en 1959 – demeurèrent loyaux à l’égard du Sawaba sont Serigne N’Diaye, tailleur ; N’Daw, greffier de justice ayant été à l’origine du vote sénégalais pour le Sawaba à Niamey ; El Hadj Niang, bijoutier. « Recueil des principaux renseignements… 14-20 mai 1959 », no 30 et ibid., « 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; CAOM, Cart. 3686.

73 Les Français notent ainsi que l’un d’entre eux, Malam Ibrahima de Dogondoutchi, s’était calmé au sortir de prison, suivant les ordres de son chef, Malam (i. e., Cheikh) Aboubacar de Kiota près Dosso, appelant à cesser toute opposition. Au même moment, on rapporta qu’à Niamey plusieurs personnes s’étaient ralliées au RDA. Ibid., « 13-19 août 1959 », no 43; « 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 ; « 26 nov. au 2 déc. 1959 », no 58 ; CAOM, Cart. 3688/2251.

74 Ibid., 28 mai au 3 juin 1959, no 32 et 4 au 10 juin 1959, no 33 (ce dernier, CAOM, Cart. 3686) ; Hima Dembélé, Niamey, à Daouda Ardaly, Vienne, 1er juin 1959 ; ANN, 3 F 4.11. Pour les carrières administratives subséquentes, voir Maman, Répertoire biographique, 228 et 396.

75 Arouna Zada voulait faire quelque chose à ce sujet, à l’encontre des souhaits de Condat. Note d’information, 8 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2.

76 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960, no 2619 et ibid., 4e trimestre 1960, no 500 ; SHAT, 5 H 95 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période du 2 au 8 nov. 1961 », no 150 ; SHAT, 5 H 95 ; ibid., « 4 au 10 janv. 1962 », no 159 ; SHAT, 5 H 92.

77 « Je sers le pays ». Interview de Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Maman, Répertoire biographique, 375-376. Son épouse suivit son exemple. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 21 au 27 mai 1959 », no 31 ; CAOM, Cart. 3686.

78 Interview Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005 ; Maman, Répertoire biographique, 266.

79 Interview Abdou Ali Tazard & Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; chap. 6, niveau n. 9.

80 Hamidou Abdoulaye, l’enseignant de Maradi et membre du groupe des jeunes radicaux, le Cordon Rouge, était tenu pour un « mauvais élément » et devait, chaque dimanche, paraître à la police. Interviews de Amadou Bakary Maiga, Elhadj Illa Salifou & Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 25 nov. 2003 et 19 déc. 2009 ; Oumarou Janba & Tahir Moustapha, Zinder, 10 févr. 2003 ; Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 ; Djaouga Idrissa (paysan/travailleur migrant), près Dargol, 31 oct. 2005 ; Mossi Salifou, Niamey, 29 févr. 2008 ; Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009 ; Maman, Répertoire biographique, 378-380 ; Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 5, août 2002.

81 Comme nous l’avons vu au chap. 1 n. 5, les membres subordonnés des familles cheffériales avaient un statut ambivalent. En tant qu’étudiant en France, Maïdanda joignit le syndicat panafricain FEANF. Conversation téléphonique, Niamey, 21 févr. 2008 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau de synthèse pour la période du 15 au 21 oct. 1959 », no 52 ; CAOM, Cart. 2250 ; Bulletin de renseignements, 12 mai 1960 et note d’information, 9 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.4 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 3 mars 1964, annex ; SHAT, 10 T 719, D. 2 ; Maman, Répertoire biographique, 246-247 ; Gaskya, no 8, 28 juillet 1961.

82 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 et 30 juillet au 5 août 1959, no 41 ; CAOM, Cart. 3685/7 ; Maman, Répertoire biographique, 164 et 218 ; Djibo, Les transformations, 236.

83 Un autre exemple est celui d’Ali Diaroumey, vétérinaire formé à Ponty qui fit campagne pour le « non » et entra dans l’administration et dans le RDA. « Recueil des principaux renseignements… 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 ; « 21 au 27 mai 1959 », no 31 ; « 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; « 4 au 10 juin 1959 », no 33 ; rapport no 23, 1011/1/61, ambassade de Grande-Bretagne Abidjan à Foreign Office, 13 mars 1962 ; PRO, FO 371/161.689 ; Maman, Répertoire biographique, 181 et 199.

84 Mais fut ensuite réembauché. « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 ; interviews Ousseini Dandagoye, Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003 ; chap. 4, niveau n. 151 et chap. 7, niveau n. 34.

85 « Recueil des principaux renseignements… 21-27 mai 1959 », no 31; Maman, Répertoire biographique, 306-307 ; G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 310.

86 CAB ministre de l’Intérieur au président Diori/ministre de la Justice, 10-25 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.8 ; Djibo, Les transformations, 235 ; dossier Mayaki ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Amadou Aboubakar Kaou, Niamey, à Mahaman Hameth, Matamèye, 3 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.11 ; Jacques Tailleur, administrateur commandant le Cercle de Zinder, au ministre de l’Intérieur, 13 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des cervices de police, Niamey, 6 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

87 « Recueil des principaux renseignements… 13-23 avril 1959 », no 27 ; « 21-27 mai 1959 », no 31 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 322 ; Jacques Tailleur au ministre de l’Intérieur, 13 janv. 1961 ; note d’information, 23 juin 1960 et 2 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5/3.10 ; dossier Sékou : ANN, 86 MI 3 F 3.9. Après son éviction de l’Assemblée, Mamani eut un emploi au service de l’information à une date inconnue. Chaffard (Les carnets secrets, 309) soutient qu’il fut licencié en mai 1961, non au printemps 1960. Voir ci-dessus, au niveau des notes 26 et 27 de ce chapitre (où il s’agit peut-être de sa perte du poste de député), et Maman, Répertoire biographique, 333.

88 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », no 30. En son absence, ces tâches étaient déléguées à un certain Mamadou Oumarou. Note d’information, 31 juillet, 7 et 16 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

89 Rapport d’interrogatoire Hima Dembélé par Jean Colombani, Jean Arrighi et Georges Clément, 14 juin 1961 ; note d’information, 20 juin et 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

90 Sa femme, Monique Hadiza, était moitié nigérienne, moitié pied noir. Du fait de sa beauté et de son instruction, supérieure à la sienne, Dembélé suscitait l’envie des sawabistes. Mais parce qu’elle était métisse, Monique subit aussi leur méfiance, en plus des harcèlements du régime et des problèmes financiers (on lui coupa l’eau et l’électricité). Quand Dembélé était en prison ou à l’étranger, elle fut confrontée à toutes sortes de difficultés pour élever les enfants, soigner leurs maladies, et elle reprocha à son époux la priorité donnée au parti. Par contraste, lorsqu’il était à l’étranger, les enfants de Dembélé lui manquaient et les deux époux se plaignaient de l’absence de réponses dans leur correspondance. Comme les lettres passaient à la Sûreté, il est probable qu’elles ne parvenaient jamais à leur destinataire, en dépit des précautions prises par Dembélé qui, conscient de la surveillance qui pesait sur lui, envoyait ses lettres et un peu d’argent à travers des amis proches. Il se peut que des rumeurs aient été répandues sur le comportement de sa femme, lui faisant croire qu’elle était enceinte et avait avorté en prenant des comprimés. La chose aurait abouti à des saignements, la forçant à se rendre à l’hôpital, ce qui amena leur mariage au point de rupture. Pourtant, Dembélé entretenait déjà une relation avec une Est-allemande du nom de Elké Zschäbitz à qui il écrivit une lettre d’amour dans laquelle il se disait prêt à tout abandonner pour elle, expliquant qu’il était séparé de sa femme dont il se plaignit amèrement. L’Est-allemande était mariée et peut-être liée à la Stasi, les services de sécurité d’Allemagne de l’Est (voir chap. 9). Monique Dembélé, Niamey, à Hima Dembélé, Bamako, 30 mars 1961 ; Hima Dembélé, Bamako, à Monique Dembélé, Niamey, 12 juin 1961 ; Hima Dembélé, Niamey, à Elké Zschäbitz, Leipzig, 20 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; interviews Monique Hadiza & Issa Younoussi, Niamey, 5 nov. 2005 et 22 févr. 2008.

91 Note d’information, 11 août et 13 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.4 et 3.5 ; et note précédente.

92 Voir chap. 7, niveau n. 44 pour le serviteur-leurre ; Jean Colombani, Chef de la Sûreté, au ministre de l’Intérieur, 13 sept. 1961 ; Hima Dembélé au ministre de l’Intérieur, 21 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10. Le chauffeur de chez Vidal était Amadou Idé Niameizé.

93 Interview Monique Hadiza, Niamey, 5 nov. 2005.

94 Voir par exemple ANN, 86 MI 3 F 12.32, traité davantage au chapitre suivant.

95 Note d’information, 7 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; message radio commandant de brigade de Gaya à compagnie de Niamey, 4 sept. 1961 & message porte de capitaine Delavault commandant la Compagnie gendarmerie de Niamey au chef d’Escadron commandant le Groupement de gendarmerie du Niger, 12 sept. 1961 (tous deux ANN, 86 MI 3 F 12.19) ; procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. ; télégramme subdivision Gaya à présidence, 12 sept. ; message porte capitaine Delavault à chef d’Escadron, 18 sept. 1961 (tous in ANN, 86 MI 3 F 3.7). Mallam Kalla aussi s’échappa, mais plus tard, en s’éclipsant de sa résidence surveillée qui avait commencé en mars 1962. Dossier Mallam Kalla ; ANN, 86 MI 3 F 12.32.

96 La source de Djibo (Les transformations, 233) est un ancien ministre de Diori. Curieusement, les sources françaises, qui sont en général si détaillées, ne disent mot de ceci.

97 Un journal proche du gouvernement de Bamako incita Bakary à renoncer à la polémique et à faire des efforts en faveur de l’unité nationale. Ibid. et « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 », no 63.

98 Fluchard, Le PPN-RDA, 324-326 ; Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, no 1120. À Zinder, l’aile dure du RDA était menée par Issa Ibrahim dont la concession avait été attaquée lors des émeutes d’avril 1958. Il s’opposa à toute réconciliation avec les sawabistes locaux. « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32.

99 « Les raisons de notre lutte », 57-60 et Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, no 1814.

100 « Les raisons de notre lutte », 69.

101 Djibo, Les transformations, 234.

102 Voir la note griffonnée par lui en marge du rapport de la Sûreté. Note d’information, 9 déc. 1960.

103 Texte in « Les raisons de notre lutte », 62-64.

104 Synthèse de renseignements intérieurs. 1er trimestre 1961, no 1/36. Période du 1er févr. au 30 avril 1961 ; SHAT, 5 H 95. Voir aussi chap. 10.

105 « Les raisons de notre lutte », 74. Pour la déclaration de politique générale de 1961, voir aussi le chap. 6.

106 Confidential/NOFORN. Department of State. Bureau of Intelligence and Research. Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; PRO, FO 371/161689.

107 Djibo Bakary au président Hamani Diori, 10 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5.

108 Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 925/BS/S ; ibid., no 590/2/S, no 185/BS/S, 4e trimestre 1961 ; no 151, 9-15 nov. 1961 ; SHAT, 5 H 95. Voir aussi l’interview accordée par Diori à un journaliste de Jeune Afrique (reprise dans La Voix Libérée, no 1, mars-avril 2011, 25 et 28), dans laquelle il réitéra les menaces d’emprisonnement.

109 Djibo, Les transformations, 234.

110 Note d’information, 16 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Synthèse de renseignements. 2e trimestre 1960, no 1814.

111 Synthèse de renseignements intérieurs. 4e trimestre 1960, no 500 et no 151, 9-15 nov. 1961 ; Jean Colombani au ministre de l’Intérieur, 4 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Premier ministre. SDECE. Destinataire no 501, 5 janv. 1961 ; SHAT, 10 T 717, D.2 ; rapport de fin de commandement. Situation politique et militaire de l’ex-Afrique-Occidentale française. Délégation pour la Défense de la ZOM no 1. État-Major. 2e Bureau, Dakar, le 30 juin 1962 ; SHAT, 5 H 31. Pour une évaluation similaire, voir « Recueil des principaux renseignements collecté au cours de la période du 12-18 avril 1962 », no 1 ; SHAT, 5 H 91.

112 Une rumeur improbable circulant alors parmi les camionneurs en provenance de Gao affirme que Diori avait rencontré Bakary à Bamako et que le chef du Sawaba avait refusé une offre de retour en arguant du fait que le reste de l’Afrique lui était plus cher que le Niger. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 508 et 501, 7 avril et 2 mai 1962 ; SHAT, 10 T 717, D.2.

113 En compagnie de Sékou Sido, Abdoulaye Bougno et Illiassou Maiga. Déclaration. Le Bureau politique, Accra, 12 avr. 1962 (source : « Pour un front démocratique de la patrie », 51-53) ; n. 17 ci-dessus.

114 Ibid. et « Pour un front démocratique de la patrie », 10-11, 27, 43, 46-48. Les italiques se trouvent dans l’original.

Table des illustrations

Titre Photo 8.1 – Bilma.
Crédits Source : [www.globosapiens.net/nomad/picture-air-mountains-25663.html]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43588/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Photo 8.2 – Adamou Souna, le demi-frère cadet de Bakary, Soudouré, février 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43588/img-2.jpeg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Photo 8.3 – Abdou Ali Tazard en compagnie de l’auteur, Tessaoua, 2006 (Ingrid Jäger).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43588/img-3.jpeg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Photo 8.4 – Mossi Salifou (à gauche) chez lui, avec son camarade sawabiste Ali Issaka, Niamey, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43588/img-4.jpeg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Photo 8.5 – Daouda Hamadou en compagnie de l’auteur, Ayorou, 2009 (Issa Younoussi).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43588/img-5.jpeg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540