Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Deuxième partie. Vers le calme

Chapitre 7. Construire pour saper, 1959-1962

Texte intégral

1Pour s’opposer efficacement, le parti devait s’organiser. Face aux assauts du régime, la tâche première était de préserver les structures du parti, y compris sa chaîne de commandement interne et un système de communication avec les comités locaux dispersés à travers le territoire national et qui se transformaient progressivement en cellules clandestines du fait de la répression. Il fallait aussi mettre en place des structures permettant au parti de prendre des décisions stratégiques et tactiques, de préférence à l’abri, autant que faire se peut, du regard extérieur.

  • 1 ANN, 86 MI 3 F 3.5.
  • 2 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 », (...)

2Bakary restait, sans aucun doute, le leader suprême, décidant de la ligne stratégique directrice et donnant des ordres à ses subordonnés non seulement à Niamey, mais aussi dans d’autres villes du pays. Le dossier de la Sûreté sur Bakary, conservé aux archives nationales du Niger1, est garni des lettres que le leader du Sawaba avait commencé à envoyer à ses lieutenants au lendemain de son installation dans la Fédération du Mali. Par exemple, en janvier 1960, Dandouna Aboubakar fit un voyage de Maradi à la capitale avec des « instructions personnelles… de Bakary » pour mettre en action un plan de propagande à Niamey. L’installation, en 1959, de Bakary dans ce qui allait devenir la Fédération du Mali eut pour conséquence de rehausser son statut quasi-messianique de sauveur futur du petit peuple du Niger. À la fureur de Diamballa Maïga, les gens montrèrent un vif intérêt pour les émissions hebdomadaires que le gouvernement du Soudan/Mali permettait à Bakary de diffuser sur les ondes de Radio Bamako. Au Niger même, la propagande de rue chantait les éloges du redresseur des torts, comme ce fut le cas en janvier 1960, lorsqu’on entendit Alassane Dantata, ancien gardien de Bakary à l’hôtel de ville et « bakaryste virulent », glorifier son leader et invectiver le RDA au Grand Marché de Niamey2.

  • 3 Comme nous l’avons noté dans l’introduction, la désinformation, la rumeur, l’ouï-dire, (...)
  • 4 Voir ci-dessous à cet égard.

3Néanmoins, le départ de Bakary obligea le leadership à réorganiser les postes de commandement et à redistribuer tâches et devoirs, même si, dans un mouvement social, où l’engagement et l’effort individuels jouent un rôle moteur, les choses ont toujours été assez fluides. Au début, les services de renseignement français avaient une idée de la hiérarchie interne du Sawaba, et les rapports sur les réunions clandestines organisées chez des leaders fournissaient des indices permettant d’évaluer l’importance relative des lieutenants de Bakary : qui a accueilli un meeting chez lui ? Qui était présent ? Tous ces détails étaient minutieusement notés par les services de renseignement français et nigérien, et peuvent fournir – si on interprète avec précaution les comptes rendus ainsi produits3 – des indices sur l’organisation interne du mouvement au cours des premières années de clandestinité. L’établissement, au Mali, de divers leaders du Sawaba, devait induire de nouveaux changements à travers la création de tâches de liaison assignées à certains activistes qui virent ainsi un renforcement de leur position. Comme nous le verrons plus loin, une stratégie d’action violente, qui devait prendre graduellement de l’importance, engendra d’autres mouvements dans la hiérarchie et mit en valeur la position de ceux qui œuvraient au sein des succursales du mouvement à l’étranger, succursales établies dans les pays voisins et au-delà4.

  • 5 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la p (...)
  • 6 Ibid., 20-26 août 1959, no 44 ; CAOM, Cart. 3687.

4Ainsi, en juillet 1959, les Français estimèrent que les personnages les plus proches du chef du Sawaba étaient Georges Condat, le Togolais Joseph Akouété – qui, comme nous l’avons vu au chapitre 1, était un vieux compagnon de route de Bakary −, Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani. Considérés comme les « chefs indiscutés de la propagande “Sawaba” », ils étaient suivis de ceux qui, du point de vue des Français, constituaient le second échelon, à savoir Diougou Sangaré du BNA ; Amadou dit Gabriel, co-fondateur de l’UDN et ancien maire adjoint de Niamey ; Adamou Assane Mayaki (dit Ghazi), ancien ministre de l’Intérieur ; un certain Habi Djibo ; et, de façon surprenante, Sallé Dan Koulou et Adamou Sékou, l’idéologue du parti. Mais les Français n’étaient peut-être pas loin de la vérité, car à ce moment-là, les réunions se tenaient souvent chez Bakary ou chez Condat, avenue Salaman5. Le 16 août, il y eut une grande réunion dans la maison que Bakary s’était fait construire dans son village de Soudouré, où il ne possédait jusque-là pas de demeure propre. En dehors des personnes déjà citées, il y eut là un certain Amadou Boucary ; un Pascal Rama ; « Gazi » (sans doute Adamou Assane Mayaki) ; Gonimi Boukar ; Issaka Samy, qui, comme nous l’avons vu au chapitre 1, était un collaborateur de la première heure de Bakary (photo 7.1) ; et Amidou Sékou – peut-être Sékou Hamidou, le secrétaire de la section de Tillabéri qui avait reçu un coup de feu lors du référendum. Comme le notent les Français avec peut-être une teinte d’ironie6, ces mandataires du petit peuple supervisaient, au cours de leurs réunions, le travail d’adhérents (y compris des Bellas) qui avaient offert d’édifier une barrière servant à protéger le domicile de Bakary.

Photo 7.1 – Issaka Samy (dossier de police).

Photo 7.1 – Issaka Samy (dossier de police).
  • 7 Ibid. ; Congrès constitutif du Parti de la fédération africaine ; Dakar, les 1er, (...)

5À l’automne 1959, Condat devint numéro deux du parti, représentant Bakary et maintenant le contact avec lui. Le choix de Condat peut paraître étrange au vu de son background et de son penchant pour la modération, mais il peut s’expliquer par le fait qu’à l’époque, Bakary préférait une approche politique conventionnelle à l’action violente, qu’il tenait alors en réserve. Ainsi, selon les Français, Adamou Sékou, Sallé Dan Koulou et Amadou dit Gabriel militaient pour une réponse agressive, tout comme Dan Galadima, qui était aussi considéré comme un proche de Bakary, toutes choses qui reflétaient peut-être la double stratégie adoptée par le leader du Sawaba. On trouve un certain écho de cette stratégie dans les nominations de sawabistes faites par Bakary au niveau d’un nouveau parti interterritorial fondé à Dakar en juillet, parti qui devait jouer un rôle dans la Fédération du Mali, et dont le Sawaba devait devenir une part intégrante, le Parti de la fédération africaine (PFA). Bakary devint le vice-président de son bureau exécutif – numéro deux après Senghor, et en tandem avec le Dahoméen Émile Derlin Zinsou – et le comité directeur inclut, parmi les sawabistes, le susmentionné Habi Djibo, Maurice Camara, Abdoulaye Mamani et Dan Galadima. Condat fut désigné secrétaire à la propagande7.

  • 8 Un certain Alhassane Abba devint secrétaire à l’organisation. Dodo Harakoye, victime (...)
  • 9 Fluchard, Le PPN-RDA, 323.
  • 10 Synthèse politique, no 1373 CP, oct. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reç (...)

6L’influence des adjoints de Bakary évolua, bien entendu, avec les circonstances. Ainsi, après la dissolution forcée du Sawaba en octobre 1959, Condat fut chargé de la tâche importante d’assurer sa continuation en enregistrant un nouveau parti politique, l’Union des populations nigériennes (UPN). Cette nouvelle formation étant la section nigérienne du PFA, elle devait simplement incorporer tous les adhérents du Sawaba. Avec la bénédiction de Bakary, l’UPN fut présidée par Condat, assisté de Issaka Koké, ancien ministre et député UDN de Gouré, Diougou Sangaré et Sékou Hamidou, entre autres8. Cependant, après que Maïga ait refusé de reconnaître l’UPN et que Condat se fût mis nonobstant à organiser des meetings, une vague d’arrestations fut déclenchée et frappa plus de 30 leaders du parti (novembre 1959)9. L’attitude des militants s’endurcit en conséquence, avec les encouragements de Maurice Camara qui était venu de Dakar avec des nouvelles du PFA. La position de Adamou Sékou en fut renforcée. En août, il avait eu une chaude altercation avec Bakary à propos de l’approche modérée de ce dernier (voir chapitre suivant). Alors que Sékou – considéré alors par les Français comme un activiste coriace – s’était trouvé en minorité à ce moment-là, il était tenu, au moins d’octobre, pour l’organisateur et l’agent de liaison principal du Sawaba. Les Français rapportent que la stratégie et les évènements étaient débattus chez lui plutôt que chez Condat, décrit comme étant « discret ». D’autres sawabistes assumèrent des rôles cruciaux en se chargeant d’établir des contacts à l’étranger ou en exploitant une base politique dans les régions où ils représentaient le leadership national. Ainsi, Hima Dembélé, Daouda Ardaly et Dandouna Aboubakar remplirent une mission vitale en développant des contacts en Europe de l’Est. Dandouna – tout comme Aboubakar dit Kaou – possédait aussi une base politique à Maradi, à l’instar de Abdoulaye Mamani à Zinder, où il était considéré comme le bras droit de Bakary. De son côté, Joseph Akouété, plus tard agent du service météo, jouait un rôle important en sa qualité de secrétaire général de l’Association Daho-Togo, qui représentait les intérêts des immigrés dahoméens et togolais, et qui était utilisée par l’activiste pour promouvoir l’influence du Sawaba10.

  • 11 Condat aurait rejeté l’offre, préférant se retirer en France. « Recueil des principaux (...)
  • 12 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 et ibid., (...)

7Mais pour le moment, Condat restait le chef officiel de l’aile domestique du Sawaba. En août, Diori avait essayé sans succès de le détacher du Sawaba en lui proposant un poste diplomatique à Rome ou Genève. Condat rejeta l’offre et certains des « Rouges » du régime, ainsi que René Delanne, s’opposèrent à toute réconciliation avec l’ancien président de l’Assemblée11. Ainsi, une lettre de Bakary lue lors d’un meeting chez Sékou, en novembre, atteste du statut de chef du Sawaba au Niger de Condat. Les Français mentionnent, à cette époque, l’existence d’un « État-Major » du Sawaba, organe qui, à en juger par une note de renseignement, comprenait au moins Condat, Sékou, Dembélé, Ardaly, Sallé Dan Koulou et peut-être un certain Kaka Kous(s)ou, chauffeur de son état. Si l’on ne sait rien de plus à propos de l’aménagement de cet organe, on trouve là une confirmation de ce qu’avait alors dit Bakary sur le fait que l’infrastructure du Sawaba était intacte dans l’ensemble12.

  • 13 Comme l’a noté Djibo (Les transformations, 224-225), cet état de choses permettai (...)
  • 14 Pour Barmou Batouré, voir aussi au chap. 6.
  • 15 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 19 août 1959 », no 43 et ibid., «  (...)

8Sur le plan géographique aussi le mouvement était loin d’être mort. Étant la seule force alternative organisée du pays, il tirait profit de l’impopularité croissante du régime. Au printemps 1959, des chefs de village du secteur de Gouré et Gaya contestaient les actions du régime et soutenaient ouvertement l’opposition du Sawaba13. La création du PFA en juillet amena les sawabistes à mettre en place des sections du PFA, notamment à l’Est (Tessaoua, Zinder, Gouré, Maïné-Soroa et Nguigmi), mais aussi à Agadez, Dosso et Tillabéri. Ces trois derniers lieux ne comptaient pas parmi les fiefs traditionnels ou incontestés du parti, et représentaient donc une expansion ou une consolidation de ses comités locaux. Il en était de même pour le secteur de Filingué, également à l’Ouest, où s’activait Djibo Tessa, un personnage impliqué dans les émeutes d’avril 1958. Mamani s’occupa des activités politiques à Zinder, et un certain Kassatchia, infirmier vétérinaire, se chargea de la propagande PFA à Gouré. Djibo Seyni (Seini), un infirmier, fit de même à Maïné ; un certain Bourem Kissoumi, instituteur, œuvrait à Dosso ; et les Français fichèrent Abdou Karemi et Barmou Batouré comme propagandistes aguerris à Nguigmi14. La section de Tillabéri était menée par un paysan/commerçant du nom de Moussa Diarra et par un certain Oumarou Yacoudima, assistant au service météo. Le message du PFA, centré sur l’indépendance vis-à-vis de la France et le maintien de l’unité de l’AOF, attirait de nombreux sympathisants du Sawaba. Mais il trouvait également un écho parmi les corps professionnels, tels que les infirmiers et les instituteurs, ainsi qu’au niveau des personnes originaires du Soudan ou du Sénégal qui se trouvaient, à présent, en marge de la vie politique nigérienne15.

  • 16 Un autre cadre dont l’activité au sein de la cellule de Niamey avait été notée est un c (...)
  • 17 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 janv. 1960 », (...)

9En fin 1959/début 1960 le régime commença à s’inquiéter de l’augmentation des activités du Sawaba, augmentation observée à travers tout le territoire et dans différentes régions, tels que le Nord, Dosso – où la cellule du Sawaba était très active –, la zone de Téra – où les rapports du gouvernement affirment que les militants du parti recevaient un accueil très favorable de la part de la population et des fonctionnaires – et Niamey, où la section féminine, menée par une certaine Mme Bio, était particulièrement engagée dans l’agitation anti-gouvernementale16. Si un rapport français avance que la propagande du Sawaba portant sur la Fédération du Mali restait confinée aux centres urbains tels que la capitale, Maradi, Tahoua et Zinder, laissant les campagnes dans un « calme absolu », il n’en fut pas de même d’une mission d’investigation du gouvernement au mois de février 1960. Cette mission conclut que les sections du Sawaba étaient actives non seulement à Zinder et Maradi, mais aussi dans le Manga, une région rurale à l’ouest de Nguigmi, dans l’extrême-est. Mais c’est surtout dans les régions ouest que l’évolution politique donnait lieu à des inquiétudes, non seulement à Dosso, Téra et dans la capitale, mais aussi dans la ville de Gaya et les villages environnants, à Dogondoutchi et à Tillabéri où il fut noté que les commerçants et les notables n’étaient pas fermement acquis au RDA17.

  • 18 Djibo, Les transformations, 225-226. I. e. les régions occidentales, à l’exceptio (...)
  • 19 Qui avait aussi atteint le groupe professionnel des fonctionnaires. Fluchard, Le PPN-RD (...)
  • 20 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63, « 15 au 21 janv. (...)

10L’élément important n’était pas tant le progrès systématique de l’opposition, souligné par les rapports du gouvernement en janvier 1960, ni le fait que ce progrès impliquait une volte-face dans des régions qui étaient acquises au RDA18. Le fait notable était que le Sawaba se trouvait encore en mesure de donner une expression organisationnelle à l’impopularité du régime19 en revigorant ou établissant des sections qui devaient, à présent, opérer dans des conditions difficiles. Comme nous l’avons noté, une manière de maintenir le parti en activité consistait à organiser des réunions dans l’intimité des résidences des militants. Mais cela n’était pas sans problème. Au cours des premières années de l’action clandestine, les réunions se tenaient – pour ce qui est du secteur de Niamey – en des lieux différents, par exemple chez Bakary à Soudouré (photo 7.2), chez Condat, chez Adamou Sékou et, à l’occasion, dans la concession de Daouda Ardaly, Mamadou Diori – un transporteur – et Zada Harouna (Arouna Zada Souley), le leader de la jeunesse de Niamey et syndicaliste qui résidait dans le quartier Gamkallé, à l’est de la ville. L’importance de l’hôte dans la hiérarchie du parti était, en partie, soulignée par ces arrangements, bien que la maison de Bakary à Soudouré semble avoir été de moins en moins utilisée après les premiers mois de 1960. Il en était probablement ainsi parce qu’elle était située à quelque distance de la capitale. Par ailleurs, Bakary était alors parti en exil, ce qui força sa femme et son chauffeur, Dodo Bana, à se rendre chez Adamou Sékou pour y prendre part aux rencontres. Par contraste, la maison de Condat se trouvait dans une position centrale, ce qui, surtout au cours de l’année 1959, renforça le caractère de lieu de rencontre de la demeure du leader domestique. Cette année-là, on se retrouvait le jour chez Adamou Sékou et ces rencontres étaient parfois suivies de réunions chez Arouna Zada ainsi que de débats réguliers, à la nuit tombée, chez Condat. Ces réunions rassemblaient en général les mêmes personnes, ce qui semble indiquer que l’on s’efforçait de maintenir l’équilibre des pouvoirs au sein du parti20.

Photo 7.2 – Ruines de la demeure de Djibo Bakary à Soudouré, avec des membres de sa famille, 2008.

Photo 7.2 – Ruines de la demeure de Djibo Bakary       à Soudouré, avec des membres de sa famille, 2008.
  • 21 Renseignements, 4 nov. 1959 ; note d’information, 22 févr., 22 et 27 mars, 2 juin 1961  (...)

11À la fin de l’année, cependant, les réunions chez Sékou devinrent nettement plus fréquentes. Il en fut ainsi tout au long de l’année suivante et pendant une bonne partie de 1961. L’évolution reflète un affaiblissement de la position de Condat qui, bien que représentant de Bakary, n’avait pas le courage de s’engager dans une action clandestine ardue, ou peut-être espérait encore voir s’accomplir un rapprochement avec le RDA (voir plus loin). Par conséquent, en janvier 1960, les Français présentaient Sékou comme le « militant no 1 » du Sawaba, si bien qu’un an et demi plus tard, sa concession était vue comme « la véritable permanence » du parti. En général, les réunions rassemblaient 10 à 20 personnes, impliquant généralement les lieutenants principaux et des militants de rang inférieur, dont certains avaient été renvoyés de leur emploi subalterne dans l’administration. Parfois, seuls les membres haut placés du parti se retrouvaient pour discuter d’affaires politiques, mais il arrivait que le nombre de participants s’élève à 40 ou 60, au moins à Niamey ou dans une des grandes villes, comme Maradi par exemple21.

  • 22 Note d’information, 1er avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5 ; Renseignements, 6 nov. 1959 ; (...)

12Techniquement parlant, l’interdiction de réunion ne s’étendait pas, à ce qui pouvait se passer dans le cadre intime d’une résidence, bien que le risque d’arrestation pour reconstitution du parti existait. Un gros rassemblement offrait peut-être une protection contre cette éventualité, puisqu’il était plus facile de perturber l’ordre public face à une tentative de mettre une petite foule aux arrêts. C’est peut-être en partie pour cette raison que les lieutenants du Sawaba prirent l’habitude d’envoyer des comités de réception (à l’aéroport par exemple) pour accueillir ou raccompagner des collègues qui rentraient de mission à l’étranger ou à l’intérieur, ou qui s’y rendaient. La grande visibilité de telles actions n’assurait cependant pas le même degré de protection dans les villes plus modestes, où les autorités pouvaient intervenir avec moins de risques. Par conséquent, le nombre de cadres participant aux meetings était, dans ce contexte, généralement moins élevé22.

  • 23 D’autres apportèrent des photos de Kwame Nkrumah ou Sékou Touré. « Recueil des principa (...)
  • 24 Dans les zones rurales, de tels comportements avaient suscité des représailles dès l’ép (...)

13Dans ces circonstances, les meetings jouaient aussi un rôle social, permettant aux membres du mouvement de se sentir à l’aise, de compenser ainsi les rigueurs des harcèlements, ou de montrer qu’ils ne luttaient pas tous seuls. Dans ses lettres à ses camarades activistes, Sallé Dan Koulou ne manquait jamais de transmettre ses salutations à de nombreuses autres personnes connues de ses correspondants. Les militants venaient aux meetings du parti en boubou bleu ou vert (les couleurs du Sawaba et de l’Islam), le symbole du Chameau ou les couleurs du Mali23. On soulignait ainsi l’esprit de compagnonnage et on faisait passer un message de résistance, sans toutefois, à ce stade, provoquer de réactions du régime, au moins dans les zones urbaines24.

  • 25 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54, « 5 au (...)
  • 26 « Recueil des principaux renseignements… 23-29 juillet 1959 », no 40, « 24 au 31 déc. 1 (...)

14Mais le but principal des meetings était d’ordre politique. Le courrier y était examiné, les évènements politiques débattus et les décisions prises. Ainsi, ce fut lors d’un meeting, le 29 octobre 1959, chez Condat, que l’interdiction du parti fit l’objet de discussions, et que Condat essaya de rassurer les membres du parti sur le fait que « rien [n’était] encore perdu ». À la mi-décembre, des réunions tenues chez Sékou et Condat portèrent sur les effets de l’indépendance attendue de la Fédération du Mali ; et d’autres réunions chez Sékou et Arouna Zada, vers la fin janvier 1960, débattirent des élections municipales de Niamey25. Les réunions étaient suivies d’action, par exemple l’établissement de nouvelles sections du parti ou la mise en œuvre d’une campagne de propagande. À la suite d’une rencontre chez Sékou, le 15 décembre 1959, décision fut prise d’intensifier la propagande contre la célébration de la république, et dès le soir même, des tracts apparurent dans les rues de Niamey, appelant les passants à se rallier à la cause du Sawaba. De même, les discussions tenues sur le Mali quelques jours plus tôt se conclurent par une visite de dignitaires du parti auprès de résidents sénégalais et soudanais pour les féliciter de l’obtention de l’indépendance26.

  • 27 « Recueil des principaux renseignements… 23 au 29 juillet 1959 », no 40, « 8 au 14 janv (...)

15Bref, les structures du parti, au niveau du leadership, continuèrent à fonctionner plus ou moins normalement, au moins jusqu’au début ou à la mi-1961. Mais, fait plus significatif encore, les autorités étaient souvent au courant de ces meetings. Bien entendu, un rassemblement de plusieurs dizaines de personnes ne pouvait être gardé secret, mais le régime parvenait à avoir vent même de réunions plus restreintes. En feuilletant les fiches de renseignement, on s’aperçoit que la Sûreté devait avoir placé des agents dans les environs des domiciles des sawabistes, qui avaient toutes été marquées pour surveillance. Les agents rapportent l’heure exacte de l’arrivée des cadres et la durée du meeting tout en notant scrupuleusement les noms de tous les participants. Pire, ils rendent compte des thèmes débattus et des décisions prises. Ainsi, on peut consulter un rapport datant de juillet 1959 qui note froidement que les leaders du parti avaient discuté du prochain congrès des enseignants et de ce qu’il fallait faire pour le saboter ; une documentation de janvier 1960 note que les instructions de Bakary en vue de la propagande avaient été spécifiées au cours d’un certain meeting ; une autre fournit une liste détaillée des thèmes de discussion, des idées du leadership et de ses décisions : l’indépendance du Mali allait ainsi entraîner le Dahomey et le Niger, le leadership était sûr que le parti survivrait, il attendait la réaction de Diori à l’indépendance du Mali, Abdoulaye Mamani était chargé de la propagande dans la région de Zinder, on attendait avec impatience le retour de Bakary, etc.27.

  • 28 Maurice Espitalier au chef des services de police, Niamey, 5 et 6 janv. 1961 ; ANN, 86 (...)

16Tout ceci signifie que des oreilles indiscrètes existaient à l’intérieur des résidences de sawabistes ou que le régime avait des espions sur place. Dans le contexte d’une culture communautaire adepte du discours oral et où la vie domestique s’étendait au-delà de la famille nucléaire, une telle chose n’avait rien de difficile. Il était donc fort ardu de préserver un niveau satisfaisant de confidentialité. En janvier 1961, Dandouna Aboubakar œuvrait prudemment pour le parti dans sa maison de Maradi, ne recevant jamais plus de trois ou quatre personnes et ne quittant pas sa concession. Et pourtant, le commissaire de police de Maradi, Maurice Espitalier, a pu rapporter que Dandouna ne savait pas qu’il était surveillé et qu’il avait eu une conversation avec trois activistes sur les résultats économiques du gouvernement – révélant ainsi qu’il y avait un informateur sur place28.

  • 29 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la p (...)

17Cependant, les cadres étaient généralement conscients qu’ils étaient surveillés, ce dont la Sûreté pouvait parfois se rendre compte du fait d’un changement de comportement chez les activistes. Par exemple, en août 1959, un rapport indique que Abdoulaye Mamani se savait surveillé et se montrait très discret, n’organisant aucune réunion et ne recevant aucun militant chez lui. D’une manière générale, le parti savait, ou finit par se rendre compte du fait que des agents de police étaient postés le long des « murs des concessions » ou que des gens épiaient ses militants, la nuit, dans leurs domiciles. Par conséquent, après 1961, les notes sur les réunions du Sawaba se raréfièrent, alors que les succès de la répression obligeaient ses militants à une plus grande clandestinité ou à la fuite à l’étranger29.

  • 30 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 29 oct. au 4 nov (...)

18Ainsi, dès 1959, les Français avaient pu constater que les leaders Sawaba d’Agadez avaient décidé de « rester dans l’ombre », laissant le travail des comités entre d’autres mains. Dans le secteur de Niamey, les propagandistes visitaient les villages environnants au cours de « déplacements nocturnes » plutôt qu’en plein jour. En février 1960, les Français parlent de réunions de nuit dans la capitale et ce même mois, l’ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement Sawaba, Adamou Assane Mayaki, organisa une rencontre à minuit, ce qui, cependant, n’empêcha pas qu’elle fût dispersée par la gendarmerie30. Par conséquent, un jeu du chat et de la souris commença à se mettre en place, dans lequel le Sawaba devait défendre sa mise et se montrer plus malin que ses persécuteurs.

Noms de plume et camionneurs : communication, financement et renseignements de la première heure

  • 31 Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; Barmou Bat (...)

19Le parti mit à profit le background professionnel de ses fidèles qui, pour la plupart, étaient des travailleurs subalternes de milieu urbain pour l’organisation de son existence clandestine. Nous avons vu que de nombreux sawabistes ont travaillé, à un moment ou un autre, dans un bureau de poste. Ainsi, Sallé Dan Koulou officia au niveau de celui de Niamey après son éviction de l’Assemblée, tout comme Barmou Batouré qui était devenu agent d’exploitation dans les services postaux de la capitale avant son arrestation en juillet 1960. Parmi les autres sawabistes exerçant ce genre d’emploi, on peut encore mentionner un certain Arzika Issaka ; un Goba Ekwe, commis au bureau de poste de Maradi ; (Mashoud) Pascal Diawara, militant UDN de la première heure et commis à la poste de Niamey ; une personne du nom de Moumouni (i. e. Moumini) ; et Hamidou Moustapha dit Saidou (i. e. Moustapha Hamidou, connu aussi comme Hamidou Mustapha Mahama/Mahamane) – commis des PTT originaire de Nguigmi et qui était considéré comme un « Sawaba notoire » [sic]31.

  • 32 Sallé Dan Koulou, PTT Niamey, à Mallam Abdou, 27 juin 1959 et ibid., direct (...)
  • 33 Léopold Kaziendé, ministre des Travaux publics, à ? (lettre), 24 juin 1960 et note (...)
  • 34 Interview de Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 35 Interview de Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.
  • 36 J. Colombani, chef de la sûreté, au ministre de l’Intérieur, 22 sept. 1961 et note (...)

20Au début, ces personnes ont pu aider à préserver les réseaux de communication du parti. Dan Koulou, par exemple, se servit de son poste pour développer une correspondance avec des activistes clefs, comme Mallam Abdou et Dandouna Aboubakar32. D’autres, comme Batouré et Arzika Issaka aidèrent des compagnons de lutte à prendre contact les uns avec les autres, très probablement en réceptionnant et envoyant, sous leur propre nom, des lettres venant de, ou destinées à quelqu’un d’autre, y compris des militants haut placés dont les activités étaient entravées par la surveillance. Par exemple, Abdoulaye Mamani, qui se trouvait en général à Zinder, correspondit avec un certain Aboubakar Ibrah de Maïné-Soroa, dans l’extrême-est, à travers Barmou Batouré, depuis les bureaux de poste de la capitale33. En tant que fonctionnaires de la poste, les sawabistes pouvaient intercepter des lettres avant la police, les retirer de la circulation et les acheminer à travers des canaux privés. Ces possibilités prirent de l’importance lorsque les cadres commencèrent à user, dans leur correspondance, de pseudonymes normalement connus uniquement des militants du parti, y compris les fonctionnaires de la poste concernés. Ousseini Dandagoye, par exemple, un adhérent de Zinder actif lors du référendum et qui travaillait au bureau de poste, connaissait tous les noms fictifs en usage : il ouvrait les enveloppes concernées, lisait les messages et rapportait oralement leur contenu aux récipiendaires34. Des actions similaires étaient menées à l’aéroport, où travaillaient des employés aux qualifications modernes caractéristiques de celles de certains des membres du noyau dur du mouvement. Ainsi, Mounkaila Beidari, un jeune adhérent Sawaba, officia plus tard à l’aéroport pour Air Afrique, se servant de cet emploi pour ouvrir courrier et bagages et transmettre messages et objets aux adhérents du parti35. C’était un collègue de Sékou Beri Ismaila, un auxiliaire des services météo de l’aéroport et syndicaliste muni de contacts dans les pays de l’Est36.

  • 37 Plutôt qu’à Hammadoun Dicko, politicien PRA du Soudan (voir chap. 5), ceci renvoie (...)
  • 38 Note d’information, 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; ibid., 2 et 13 mai (...)

21Avec la Sûreté pendue à ses basques, le mouvement devait s’efforcer de toujours garder une longueur d’avance. Les lettres étaient donc composées en langage codé, par exemple sous forme de correspondance d’affaire écrite avec un vocabulaire commercial et faisant usage de divers faux noms. Ainsi, le 5 novembre 1959, Dandouna Aboubakar se rendit par avion à Maradi sous le nom « Dan Dicko », le pseudonyme dont il se servait pour correspondre avec Sallé Dan Koulou37. Djibo Bakary signait parfois ses lettres « Ibrahim Diallo », usant de l’identité d’un commerçant de Dillo, au nord de Maradi. Il lui arrivait aussi de signer « Moussa » ou « Tamboura ». « Soriba » était l’un des sobriquets de Adamou Sékou. Avec la consolidation des activités clandestines du Sawaba, de nombreux cadres du parti allaient prendre un ou plusieurs faux noms, parfois en grand nombre, afin d’égarer les autorités38. Cette manière de faire était facilitée par la pratique culturelle, très commune au Niger, d’adopter ou de donner des surnoms. L’approche n’était pas sans pertinence, bien que la Sûreté, méticuleusement entraînée par ses agents français, ne tarda pas à détecter ces stratégies de diversion. Le 13 mai 1960, une note de renseignement rapporta que les noms mentionnés dans des télégrammes échangés par Bakary et ses hommes restés au pays étaient faux. Cependant, on pouvait inventer rapidement de nouveaux pseudonymes, ce qui permettait aux sawabistes d’avoir un moyen de continuer à leurrer le régime.

  • 39 Léopold Kaziendé, ministre des Travaux publics, à ? (lettre), 24 juin 1960, à propo (...)
  • 40 Voir son dossier à ANN, 86 MI 3 F 12.32.
  • 41 Lawali Baro à Sallé Dan Koulou, 27 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 et Sallé Dan Kou (...)
  • 42 A. Espitalier, Zinder, au directeur de la Sûreté, Niamey, 8 sept. 1961 ; ANN, 86 MI (...)

22Mais les autorités découvrirent l’œuvre subversive des employés de la poste39. Les lettres commencèrent à être interceptées, non pas seulement le courrier domestique, mais aussi la correspondance étrangère, en particulier celle venant des pays de l’Est – une provenance qui provoquait souvent la réaction immédiate des hommes du régime. Lorsque, par exemple, Arouna Zada commença à recevoir des magazines russes, il fut mis sous surveillance40. Les lettres étaient apportées à la Sûreté pour y être lues et dactylographiées. Une lettre en date du 27 janvier 1960, écrite par un commerçant de Maradi, Lawali Baro, à Sallé Dan Koulou et demandant conseil à propos d’une requête d’aide financière de Dandouna Aboubakar se retrouva dans les bureaux de la police, à l’instar d’innombrables autres missives. À cette occasion, une instruction explicite ordonna la remise en circulation de la lettre afin de ne pas éveiller l’attention au sujet de la fuite. Il ne fait pas de doute qu’il s’agissait là d’une pratique courante qui ôtait toute valeur effective à la règle du Sawaba de détruire chaque lettre après lecture41. Ironiquement, ce coup de la Sûreté mena à sa déconfiture, puisque les adhérents ne tardèrent pas à découvrir que leur correspondance était sous surveillance. Le 8 septembre 1961, Espitalier, alors commissaire de police à Zinder, écrivit à Jean Colombani, son successeur à la tête de la Sûreté, qu’il devenait de plus en plus difficile d’obtenir des renseignements sur l’opposition zindéroise puisque le courrier de Bamako ne passait plus par la poste où, de l’avis d’Espitalier, un sympathisant Sawaba devait mettre des bâtons dans les roues des autorités42.

  • 43 Note d’information, 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.
  • 44 Ibid., 3 févr. et 16 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 et 10 respectivement.

23Le mouvement s’enfonçait clairement davantage dans la clandestinité. Un mois avant la lettre d’Espitalier à Colombani, on rapporta que le Sawaba, après avoir subi les interceptions de son courrier, se préparait à installer une radio, sans doute à l’étranger. Une note d’information ajouta de façon rassurante que les fréquences de retransmission seraient immédiatement connues43. Cette affaire de radio devait, dans tous les cas, avoir été organisée (avant tout) à des fins de propagande. La communication clandestine devait être prise en charge par d’autres moyens, ce qui, dans la capitale au moins, pouvait prendre des dimensions rappelant la Guerre froide. Une note d’information du 3 février 1961 décrit Adamou Sékou et Amadou dit Gabriel assis dans la voiture de Saloum Traoré (alors déporté) et roulant plus d’une heure à travers Niamey, qui n’était pas alors la grande ville qu’elle est aujourd’hui, sans doute afin d’avoir une conversation confidentielle. L’information implique qu’ils avaient été pris en filature par une autre voiture ou qu’ils étaient observés par des informateurs postés à différents points de la capitale. Lors de sa tentative d’aller au Mali par avion en août 1961, Hima Dembélé enregistra son billet sous le nom de son domestique avec qui il se rendit à l’aéroport, changeant de place avec lui dans le parking avant d’essayer d’embarquer dans l’avion44.

  • 45 Parti Sawaba, « Pour un front démocratique de la patrie » (Bureau politique : Niame (...)

24À ce stade, la communication était assurée par d’autres groupes de sympathisants, à savoir les commerçants et les transporteurs. Comme on l’a noté, ces catégories professionnelles relevaient du noyau dur du mouvement : gens mobiles aux métiers humbles et aux horizons élargis, dotés de qualifications modernes et fort désireux d’avancer sur l’échelle sociale. Dans sa déclaration de politique générale de 1962, le parti consacre un chapitre spécifique à ce qu’il appelle les « catégories moyennes », et dans lequel il attire l’attention sur les petits commerçants, les coxeurs, les piroguiers et les transporteurs faisant usage d’ânes et de dromadaires, en plus de petits-maîtres d’école coranique ou de marabouts – dont plusieurs étaient itinérants. Le Sawaba soutint que nombre de ces travailleurs avaient été ruinés par les décisions prises par le gouvernement en faveur d’intérêts commerciaux plus larges, ou de la clientèle du RDA. Ainsi, les coxeurs – dont le travail consiste à trouver des clients pour les transporteurs en échange d’une petite commission – furent frappés d’une intervention du gouvernement qui réserva cette activité aux sympathisants du parti régnant. Les commerçants itinérants et les tabliers (nom donné aux petits détaillants disposant d’une table de revente au marché) avaient également souffert d’octrois inéquitables de licence et d’abus à la douane. Ces personnes pouvaient donc, constata le document de politique générale de 1962, être recrutées pour la lutte45.

  • 46 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 janv. 1960 », no 64.
  • 47 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)

25De fait, il existe des raisons de croire que le Sawaba a délibérément essayé de mobiliser ces professions à cause de leur mobilité. Au début de 1960, Bakary mit en place un nouveau groupe politique devant se substituer à l’UPN, formé après l’interdiction du parti au mois d’octobre précédent, mais qui n’avait pas été reconnu. Ce Rassemblement du peuple nigérien/du Niger (RPN) fut créé à Gao, dans l’est du Soudan, près de la frontière nigérienne. Bakary put ainsi intensifier sa propagande à travers « transporteurs et… commerçants46 » tout en s’assurant de ses lignes de communication. Déjà, au printemps 1959, on rapporte que le parti évitait la poste pour la transmission du courrier destiné à Bakary en provenance de la Fédération du Mali (Bakary se trouvait alors encore au Niger). Les Français notent à cet égard que, « par mesure de précaution et afin d’éviter d’être interceptée par les services de sécurité du ministère de l’Intérieur », la correspondance était envoyée à Gao et confiée, par Saloum Traoré, à un camionneur chargé de la remettre en main propre aux leaders Sawaba au Niger47.

  • 48 Comme cela est constatable a contrario dans l’interrogatoire d’un petit com (...)
  • 49 M. Aboubakar, le commissaire de police, Agadez, au directeur de la Sûreté, Niamey, (...)

26Ce système fut bientôt mis en pratique à grande échelle, à travers non seulement des camionneurs, mais aussi des commerçants, des marabouts, des conducteurs de bus et des coxeurs. Puisque le voyage était une nécessité de travail pour eux, ils pouvaient convoyer les lettres du parti ou mieux, se faire les messagers oraux de ses instructions, tout en diffusant aussi ses objets de propagande (photos, pamphlets), des fonds pour les adhérents et des informations. Le petit commerce itinérant, fort répandu dans la région, fournissait une excellente couverture qu’il était plus difficile de compromettre que celle de fonctionnaires de bureau travaillant dans un environnement sous contrôle gouvernemental48. Ainsi, en 1963, le commissaire de police d’Agadez procéda à une reconstitution du réseau domestique du Sawaba, créant une liste de ses membres et de quelques-unes de ses cellules. Il y avait là une diversité de négociants qualifiés de « dioula », « commerçant », « vendeur », « intermédiaire vente », etc.49. La destruction de certaines de ces couvertures ne mit pas fin au fonctionnement des cellules. Ces détections n’ont pas mis au jour l’existence des autres cadres clandestins qui, comme nous le verrons plus loin, mirent en place trois grands réseaux s’étendant sur l’ensemble du pays. Par ailleurs, dans un contexte de répression, il était plus ou moins aisé de remplacer les cadres arrêtés par de nouvelles recrues.

  • 50 Voir aussi K. van Walraven, « Vehicle of Sedition : The Role of Transport Workers i (...)
  • 51 Il s’agit là de deux conglomérats privés français.
  • 52 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba (...)
  • 53 Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset ; dossier de S (...)

27En dehors des commerçants, les camionneurs, les conducteurs de bus, les garagistes et les coxeurs s’activaient au cœur du système de communication du Sawaba50. Dans un pays enclavé comme le Niger, les routiers constituaient un lien crucial pour l’économie, notamment en ce qui concerne l’acheminement de l’arachide. Les conducteurs de bus de la compagnie Transafricaine assuraient le transport de passagers, sillonnant les routes et autres voies motorisées qui connectaient le pays aux territoires voisins. Les camionneurs étaient employés par des firmes comme la SCOA, la CFAO51, la compagnie Dumoulin et les Entreprises Vidal. On trouve de très nombreux cas de soutien au Sawaba dans cette population. On peut ainsi mentionner Bara Sani, né à Tessaoua en 1940 et travaillant comme chauffeur à la SCOA de Niamey ; Amadou Idé Niameizé, employé par Vidal52 ; et Gonda Kélétigui, agent de la Transafricaine à Agadez. Un certain Ramane, chauffeur sur la voie entre Maradi, Agadez et la ville de Bilma, au fond du désert, au nord-est, distribuait la correspondance du parti le long de cet interminable trajet. Souma Maiga, transporteur de Kidal au Mali, parcourait la route ardue Niamey-Gao, et un transporteur non identifié aurait assuré la livraison du courrier à Elhadji Ibro (Garba), un ancien député Sawaba de Konni résidant à Tahoua. En général, le chauffeur n’était pas seul à piloter un camion ou un bus, mais se faisait accompagner par un apprenti qui prenait de temps en temps le volant. Garba Saley, un jeune homme originaire de Niamey et adhérent du Sawaba, était apprenti-chauffeur53. Tous ces travailleurs de la route couvraient pratiquement l’ensemble du territoire nigérien dans leurs périples.

  • 54 Van Walraven, « Vehicle of Sedition ». On peut citer le Dahoméen de Niamey Marc Fol (...)
  • 55 On peut aussi mentionner un certain Nouhou, de la même région que Labo Moussa. Bull (...)
  • 56 Pour un front démocratique de la patrie, 15-16 ; « Coxeur, un emploi pour les jeune (...)

28Comme le montre l’exemple de Djibo Issa, un Zarma né dans la région de Dosso vers 1943, le Sawaba pouvait aussi compter sur des garagistes, ce qui correspondait aux fortes qualifications techniques marquant quelques-unes des strates du mouvement54. Ils différaient, à cet égard, des coxeurs qui occupaient un point fixe dans le système de communication et étaient considérés, dans le programme de 1962 du Sawaba, comme « particulièrement bien placés pour fournir des renseignements sur les déplacements des personnes ». Marginaux typiques dotés d’un « instinct de chasseur » pour trouver des clients, ils pouvaient offrir au parti ses propres services d’espionnage. Labo Moussa, originaire de Galmi, une localité du centre du pays, était un coxeur dirigeant plusieurs autres coxeurs, et le parti bénéficiait de ses talents. Il en était de même d’un chef coxeur originaire de Téra, Amadou Foulani ; de Mahamane Dogoet, d’un certain Massaki, tous deux coxeurs de Tahoua ; et de Kanguèye Boubacar, un paysan devenu coxeur dans la ville stratégique de Ayorou, avec son marché très animé, non loin de la frontière malienne (photo 7.3)55. C’est en partie à cause de ce grand nombre de coxeurs sawabistes que le régime réserva l’activité à sa propre « clientèle d’agents de renseignements », comme l’indique le programme du Sawaba de 1962. Les services français rapportent que les coxeurs du régime jouaient les informateurs dans les gares routières, observant les allées et venues des véhicules, en particulier ceux qui arrivaient de l’étranger ou qui s’y rendaient56.

Photo 7.3 – Ayorou, 2009.

Photo 7.3 – Ayorou, 2009.
  • 57 Sallé Dan Koulou se serait tiré d’affaire en vendant des exemplaires d’un journal à (...)
  • 58 Note direction des services de police au ministre de l’Intérieur, 15 mai 1961 ; ANN (...)
  • 59 J. Colombani au ministre de l’Intérieur, 16 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5. À part (...)
  • 60 Note d’information, 20 et 31 juillet et 5 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; intervi (...)

29Pour mettre en place les réseaux clandestins, il fallait disposer de fonds, d’autant plus que les adhérents et leurs familles subissaient les répercussions des arrestations et des licenciements. Dans un premier temps, le Sawaba reçut le soutien financier de ses sympathisants les plus aisés. Un oncle de Hima Dembélé contribua de l’argent, tout comme, peut-être, Baelo Abdoulmahas, un adhérent prospère de Zinder, propriétaire de plusieurs bars dans cette ville57. Avec le temps, cependant, les autorités parvinrent à fermer les sources de financement interne et les fonds durent être collectés à l’étranger. Nous ne disposons, en général, que de données fragmentaires à cet égard, mais elles permettent de se former une idée des méthodes en usage. Au début, certains des leaders du parti avaient un compte courant. Il en était ainsi de Sallé Dan Koulou, dont le compte fut contrôlé par la police en mai 1961. Quelques mois auparavant, en janvier, il fut rapporté qu’un cadre du Sawaba, Salifou Soumaila (Soumeila), avait déposé des fonds du Ghana dans une banque du Nigeria – à Lagos ou, plus probablement, à Kano – d’où l’argent fut viré sur un compte bancaire de Maradi ou de Zinder58. Mais dès le départ, il semble que la plus grande partie des flux financiers circulait, en partie, de façon souterraine – et les transporteurs étaient impliqués. Ainsi, en janvier 1960, on intercepta des lettres de Tossou Yavo, un chauffeur, contenant un chèque de 10 000 F CFA de Abdoulaye Mamani à Georges Condat59. L’épisode montra que les banques du Niger ne pouvaient plus être utilisées et que le financement devait se faire en espèces. Les sommes plus considérables pouvaient être déposées dans des banques étrangères, comme nous le verrons plus loin. Le rôle des adhérents en déplacement dans le financement des actions du Sawaba s’accrut donc du fait que l’argent entrait en contrebande dans le pays. Certaines des données renvoient au rôle joué par les chauffeurs. En juillet 1961, Hima Dembélé se rendit à Tillabéri et rencontra un conducteur de bus de la Transafricaine qui venait d’arriver de Gao. Quelques jours plus tard, Dembélé rentra à Niamey et il apparut clairement qu’il était entré en possession de fonds, puisqu’au cours de cette période, il acheta du mobilier et organisa chez lui des réceptions pour les cadres dirigeants du parti. Il arrivait que l’argent soit envoyé de l’étranger dans une lettre, mais dans ce cas, on courait le risque d’une interception60.

  • 61 Interviews de Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003 et Monique Hadiza, l’ancienne épou (...)
  • 62 Voir par exemple les dossiers de la Sûreté sur Adamou Sékou et Dandouna Aboubakar ; (...)
  • 63 Moussa = Mamadou André dit Moussa, leader du syndicat des domestiques (chap. 1 nive (...)

30Les adhérents devaient souvent se débrouiller par eux-mêmes, payant pour leurs déplacements, hébergeant d’autres activistes et, généralement, faisant des sacrifices. Il n’y avait bien sûr rien d’extraordinaire à tout ceci dans le contexte de la société nigérienne, et au vu des objectifs poursuivis par les sawabistes61. Néanmoins, il arriva au parti d’aider des adhérents en difficulté, et l’on disposait de fonds permettant aux activistes d’exécuter leurs missions. Ainsi, les lieutenants de Bakary voyageaient de façon régulière par avion vers des villes du Niger ou vers Bamako, ce qui implique que le parti disposait d’un financement extérieur substantiel. Par exemple, Malick N’Diaye, le collaborateur de Dan Galadima qui avait été expulsé et s’était retrouvé chef de subdivision à San, au Mali, paya une fois le billet d’avion de Dandouna Aboubakar62. Les personnes victimes du régime ou chargées de tâches importantes pour le mouvement reçurent parfois des dons en espèces, ou firent en sorte que leur famille reçoive de l’aide. Lorsque, par exemple, un certain Moussa, cuisinier et militant du parti d’origine tchadienne fut déporté vers son pays en novembre 1959, les sawabistes de Niamey organisèrent une collecte de fonds à son profit. En mai 1960, la Sûreté rapporte que « l’état-major » du Sawaba s’était réuni chez Ousmane Dan Galadima – qui avait alors déjà quitté le pays – pour aider à organiser la fête d’anniversaire de son fils, donnant à sa femme une somme de 25 000 F. De telles choses arrivaient aussi dans d’autres villes. En juillet 1961, Abdoulaye Mamani envoya à Maman Tchila, ancien conseiller Sawaba de Zinder, la somme de 10 000 F pour un activiste du nom de Abdou Diambalé. Un certain Alou de Téra distribua de l’argent en espèces aux familles de militants emprisonnés63.

Les troupes de choc : premières agitations, réunions et missions

31Si ses structures étaient plus ou moins en état de marche, le Sawaba devait faire de l’agitation au sein du peuple pour susciter du soutien et reprendre la main. Pour mener à bien ce plan, il fallut tenir des réunions, entreprendre des missions et établir des contacts avec des alliés à l’étranger.

  • 64 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 12 avril 1959 », no 26. Sur le (...)
  • 65 NCNC : National Council of Nigeria and the Cameroons, dirigé par Nnamdi Azikiwe, ou (...)
  • 66 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 12 avril 1959 », no 26.
  • 67 Ibid., « 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 ; CAOM, Cart. 3685.

32Début 1959, Abdoulaye Mamani se rendit en mission au Nigeria où il prit part à un séminaire à Ibadan. Étaient présents des intellectuels, des journalistes et des politiciens, dont Patrice Lumumba du Congo belge et Émile Zinsou du Dahomey. Mamani délivra un discours sur le syndicalisme et fut témoin des échanges parfois houleux sur divers sujets, tels que les pour et les contre de la Fédération du Mali64. C’était une bonne occasion pour nouer des contacts. Il parla avec des journalistes indiens et assista, le 24 mars, à un meeting, à Kano, de la Zikist National Vanguard. Il s’agissait là d’un dérivé du mouvement zikiste, un groupe nigérian radical de la fin des années 1940, dont les vestiges s’étaient liés avec le NCNC et des cercles proches de la NEPU65. Pendant que Mamani se trouvait au Nigeria, Bakary et Condat assistaient aux réunions de Dakar qui établissaient le PFA66. Le mois suivant, N’Dao N’Dene Gorgui, leader du Mouvement de la paix africaine, fut reçu à Niamey par Dembélé et Sallé Dan Koulou pour des échanges avec Bakary, avant de s’envoler, le lendemain, pour Cotonou67.

  • 68 Ibid., « 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; CAOM, Cart. 3686.
  • 69 Sissoko, l’ancien adjoint au commandant de cercle et directeur de prison, jouait al (...)
  • 70 Un boycott du Petit Marché était aussi au programme. Par la suite, Bakary et ses (...)

33Le 25 mai, Bakary et Maïga Abdoulaye rendirent visite à Issaka Koké, l’ancien député Sawaba de Gouré, pour parler de la situation politique du pays. Les trois hommes arrivèrent à la conclusion que les chances du parti n’étaient pas si mauvaises, étant donné le mécontentement croissant, particulièrement dans les zones rurales68. Ainsi, au cours de l’été, les cadres intensifièrent leurs actions d’agitation à la suite de la détérioration du climat politique causé par le tort électoral porté au Sawaba à Zinder. L’arrestation de l’idéologue du parti, Adamou Sékou, dans Yantala, en avril (voir chapitre 6) avait déjà mis les sawabistes en colère et conduit à une réunion du comité directeur chez Tiémoko Coulibaly, peu avant son expulsion, afin de débattre des contre-mesures à prendre. Les actions d’agitation furent doublement stimulées par l’élection de Bakary à la vice-présidence du PFA – ce qui confirma sa stature de niveau régional en Afrique de l’Ouest – et les poursuites judiciaires engagées contre des dirigeants sawabistes69. Le procès de Bakary, de Saloum Traoré et de Diop Issa (tous deux expulsés) portant sur les allégations d’usage abusif de fonds et de véhicules lors du référendum, commença le 28 juillet et fournit au parti une opportunité majeure de propagande. À ce stade, Bakary craignait pour sa vie et fut accompagné au tribunal par un groupe de sawabistes et trois avocats. Dans une ambiance de sécurité renforcée, et faisant face à une salle d’audience remplie de militants RDA, les leaders du Sawaba sortirent triomphants de l’épreuve, munis d’un ajournement accordé en dépit d’un procureur déchaîné. Bakary et ses lieutenants se rendirent chez Issaka Koké, recevant les gens qui présentaient leurs congratulations et supervisant les propagandistes – menés par Salifou Soumaila – qui répandaient l’idée que le redresseur des torts ne sera jamais condamné. De plus, une action de grève, certes limitée, conduisit à une marche partielle au niveau de l’hôtel de ville et paralysa les Entreprises Vidal où un fabricant de meuble, Agga Almoustapha, créa un mouvement parmi les ouvriers. Une collecte fut organisée pour la défense de Bakary70.

  • 71 Les enseignants étaient Henri Messan, Moussa Idé, Amadou Moumouni, un certain Bonif (...)

34Les exploits de propagande s’ajoutèrent aux actions qui avaient été menées au lendemain de la formation du PFA. Le retour de Bakary de Dakar, le 8 juillet, mena à une intensification de l’agitation. On tint des réunions quotidiennes pour informer les cadres, cibler les actions du régime, critiquer sa dépendance vis-à-vis de la France et prédire sa chute. Les difficultés internes du RDA et les maladresses de ses sections ne firent que renforcer cette évolution. Les propagandistes furent encouragés à circuler dans les quartiers et les lieux de travail pour annoncer que le Sawaba lutterait aux côtés de la Fédération du Mali. Les Français notèrent que la résolution des adhérents s’était raffermie. Le 22 juillet, une réunion eut lieu chez Condat avec des enseignants d’obédience sawabiste pour débattre de la position du parti sur le congrès national des enseignants qui devait se tenir à Niamey du 25 au 27 juillet. Il fut aussi question de la transformation des comités du parti en sections du PFA71.

  • 72 Ibid., « 20 au 26 août 1959 », no 44 et Renseignements, 25 août 1959 ; 86 MI 3 F 3. (...)
  • 73 Quoique pas à Niamey. Synthèse politique no 1214 CP, sept. 1959 ; « Recueil des pri (...)

35Les actions du régime poussaient à davantage d’agitation. Le 11 août, Maïga Abdoulaye et Sallé Dan Koulou furent arrêtés pour vente d’exemplaires de l’organe du parti. Ils furent inculpés – avec Adamou Sékou – de délit de presse et devaient passer en jugement le 25. Bien que, comme nous l’avons vu au début de ce chapitre, l’épisode ait provoqué une altercation entre Sékou et Bakary, le gouvernement craignait qu’une grève de protestation ne se produise. Le procès servit à la publicité du parti. Les trois hommes furent accompagnés d’une délégation de haut niveau, comprenant Bakary72. En septembre, les Français rapportent que l’opposition ne montrait aucun signe de faiblesse, notant que dans certains villages, le PFA progressait au point de contrebalancer l’influence du RDA. Le 8, Bakary lui-même dut reparaître au tribunal. Escorté par Dandouna Aboubakar, Joseph Akouété, Adamou Sékou et d’autres, il donna ainsi au parti une autre occasion de publicité (photo 7.4), d’autant plus que des groupes de Bellas avaient été conviés – peut-être pour servir de gardes du corps. Ils furent, cependant, maintenus à distance par la police. L’avocat français de Bakary parvint à lui obtenir un autre ajournement. Les cadres du Sawaba présentèrent la chose comme une preuve de la peur du gouvernement, non sans échos dans les zones rurales tels que Tillabéri, Téra et Filingué73.

Photo 7.4 – La foule assistant à l’apparition de Bakary au tribunal, Niamey, 8 septembre 1959 (ANN, 86 MI 3 F 3.5).

Photo 7.4 – La foule assistant à l’apparition         de Bakary au tribunal, Niamey, 8 septembre 1959 (ANN, 86 MI 3 F         3.5).
  • 74 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)
  • 75 « Recueil des principaux renseignements… 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; 8 au 14 oct (...)
  • 76 Djibo Sékou avance que les cadres du parti ont envoyé Kaka Koussou au Dahomey pour (...)

36Cependant, le 14 septembre, Djibo Bakary, partit en Guinée en compagnie de Mamani et d’un certain Adamou Aboubacar pour assister à un congrès du parti régnant de Sékou Touré74. Si Mamani rentra par la suite au Niger, le départ de Bakary s’avérera – rétrospectivement parlant – définitif. Le régime était décidé à faire barrière et s’apprêtait déjà, à cette époque, à interdire le parti. Au procès, Diamballa Maïga avait claironné que Bakary était fini, ajoutant, après l’ajournement de l’affaire, que s’il voulait réduire le leader du Sawaba au silence, il pouvait tout simplement le déporter dans un coin perdu du pays. Les amis de Bakary furent outrés, mais ils avaient été prévenus. Le 6 octobre, le tribunal ne put prononcer de sentence sur les allégations d’abus de biens sociaux, mais un tribunal de Maradi condamna Bakary par contumace à une amende de 50 000 F CFA pour possession d’arme sans permis lors de la campagne de décembre 1958. Si l’affaire des abus du référendum fut renvoyée sine die, coûtant au ministre de la Justice, Issoufou Djermakoye, sa position de vice-président, le parti fut interdit le 12 octobre et Dandouna Aboubakar fut arrêté le même mois pour « activités communistes75 ». Les cadres du parti auraient alors conseillé à Bakary – qui semble avoir pensé à rentrer au pays après le congrès du PFA à Dakar – de ne pas revenir. On lui aurait dit qu’il courait le risque d’être assassiné, ou d’être déporté en colonie pénale à Bilma, la ville du désert du Nord-Est76.

  • 77 Nous y revenons plus amplement au chap. 9.
  • 78 À peu près à cette époque Amadou dit Gabriel se rendit aussi au Mali, en plus du Gh (...)

37Par conséquent, le mouvement commença à se diviser en aile interne et externe, cette dernière étant constituée d’AOFiens expulsés et de sawabistes nigériens fuyant le pays en nombres toujours plus grands77. Pour établir une aile externe, il fallut prendre de nouvelles mesures de coordination, mais ce fut un mal pour un bien, puisque les cadres du parti furent amenés à mobiliser, en Afrique de l’Ouest et ailleurs, des fonds et des soutiens qui manquaient jusque-là cruellement. Bakary, qui avait toujours été fasciné par l’action politique de niveau ouest-africain, entreprit immédiatement de faire la tournée des villes et capitales de la sous-région. Après sa rencontre avec Sékou Touré, il se rendit à Dakar pour le congrès du PFA, puis à Bamako et Accra où il apprit l’interdiction du Sawaba et où il annonça aussitôt, à l’instigation, notamment, du gouvernement ghanéen, l’ouverture d’un bureau du parti. Il s’envola ensuite pour Bamako et arriva, le 17 octobre, à Gao, où il fut reçu par le ministre de la Justice du Soudan, Madeira Keita, et où il fut fêté par une foule enthousiaste. Les autorités du Soudan étaient prêtes à soutenir politiquement Bakary s’il assistait, en retour, la Fédération du Mali. Il pouvait notamment aider à convaincre le Dahomey – qui avait subi des pressions dissuasives de la part des Français – d’entrer dans le giron de la Fédération. Ainsi, Bakary eut le droit de parler chaque lundi sur les ondes de Radio Bamako, la ville où il s’était établi. Lors de la rencontre du 17 octobre à Gao, il eut de longs échanges avec le gouvernement du Soudan et des officiels du parti, ainsi qu’avec nombre de ses propres lieutenants. Adamou Sékou et Georges Condat étaient arrivés de Niamey, mettant Bakary en garde contre toute idée de retour. Diop Issa, devenu directeur de la société d’électricité du Soudan, participa à la rencontre, tout comme Maïga Abdoulaye, un originaire du Soudan qui résidait dans la petite ville d’Ansongo, au sud-est de Gao, sur la frontière avec le Niger. Il y coordonnait l’exécution des ordres envoyés par Bakary depuis Bamako78.

  • 79 Chap. 2 ; « Recueil des principaux renseignements… 12 au 18 nov. 1959 », no 56, (...)
  • 80 Il avait été accusé de corruption électorale et de menaces de mort. Bakary, Silence (...)

38Le 30 octobre, Bakary arriva de nouveau à Bamako après un voyage sur Dakar. À cette époque, on l’apercevait souvent dans la capitale du Soudan et sa voix était devenue familière sur ses ondes radio. Cependant, il refit le voyage du Ghana à la mi-décembre. Un bureau du parti avait été ouvert à Koumassi avec l’aide de sawabistes de Gao. Il accomplit également une mission importante au Dahomey en novembre 1959, officiellement pour discuter d’affaires tenant au PFA. Durant ce voyage, il demeura chez Émile Zinsou, à Cotonou. Une mission de Adamou Sékou l’avait précédé en septembre, et Bakary profita de l’occasion pour ranimer les contacts syndicaux noués dans le cadre de la CGT et de l’UGTAN, ainsi que les liens établis jadis avec les politiciens du Nord Dahomey à qui il avait rendu visite, en qualité de chef de gouvernement, en octobre-novembre 195779. C’est durant ce séjour à Cotonou que Bakary retrouva Ousmane Dan Galadima, qui avait été condamné en appel à un an de prison par un tribunal de Cotonou pour des faits liés au référendum, ce qui l’obligeait à poursuivre ses activités de façon clandestine80.

  • 81 Par ailleurs, en fin octobre, l’intellectuel gauchiste Abdou Moumouni, qui était un (...)

39Du fait de ces évènements, le leadership interne dut se mettre à coordonner son action politique et ses actes de militantisme de concert avec les leaders externes, tout en préservant l’organisation intérieure et en supervisant les militants du parti qui étaient restés au Niger. L’interdiction du parti avait considérablement gêné le leadership interne qui ne s’attendait pas à ce que le régime ait aussi rapidement recours à une mesure aussi drastique. La décision avait déclenché une vague de réunions destinées à coordonner les réactions d’une opposition plongée dans l’embarras (14-15 octobre). En début novembre Adamou Sékou, Abdoulaye Mamani et Daouda Ardaly rentrèrent de Bamako où ils avaient eu une longue rencontre avec Bakary, ramenant avec eux une grande quantité d’objets de propagande et débattant de cette rencontre sur les questions de stratégie avec le leadership interne. Comme on l’a vu au début de ce chapitre, Maurice Camara arriva au Niger avec des nouvelles du PFA de Dakar. Il retourna au Sénégal deux jours plus tard, emportant avec lui une grosse correspondance pour Bakary. Les Français mentionnent une autre mission de Sékou, Ardaly et Mamani à Bamako, en début décembre, suivie encore de débats au Niger81.

  • 82 Après une brève escale à Zinder. Avant de s’envoler pour Paris, il menaça de réclam (...)
  • 83 Sur le boycott, voir chap. 6. Ibid., « 5 au 11 févr. 1960 », « 10 au 16 déc. 1959 » (...)

40La conclusion fut que le moral des cadres du parti devait être revigoré. Une nouvelle visite de Camara au Niger, à la mi-novembre, s’inscrivait apparemment dans cette perspective, puisque de nombreux militants furent, à ce qu’on rapporte, enthousiasmés par les assurances qu’il transmit au sujet du PFA et de la Fédération du Mali. Camara s’envola une semaine plus tard pour Tahoua, mais les autorités l’empêchèrent de débarquer, et il retourna, furieux, à Niamey82. Puis des « propagandistes de choc » furent envoyés à Maradi, Filingué, Tillabéri et Ayorou, la localité située près de la frontière soudanaise qui recevait de nombreux visiteurs aussi bien nigériens qu’arabes et touareg (ces deux derniers groupes pouvant être d’autres nationalités). De par sa nature cosmopolite, le mouvement y avait de nombreux sympathisants. La mission de deux semaines qui s’y rendit était conduite par un certain Seydou Keiné, tandis que celle de Filingué avait pour chef Djibo Tessa, considéré par les Français comme l’un des militants les plus intrépides du Sawaba. Pendant ce temps, des réunions quotidiennes avaient lieu chez Adamou Sékou, à Niamey. Les discussions roulaient sur l’indépendance du Mali et la fête du 18 décembre au Niger. Sékou insista sur le fait que l’échec du boycott ne devait pas amener à renoncer aux efforts de propagande, puisqu’à son avis, le règne du RDA tirait à sa fin83.

  • 84 Le commandant de cercle pressa Kokino de quitter le Sawaba, ce que ce dernier refus (...)
  • 85 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », « 15 au 21 janv. 196 (...)

41Néanmoins, au début de 1960, Sékou se montra inquiet quant au moral des troupes et ordonna à Boukari Karemi dit Kokino, l’un des activistes les plus déterminés, de doper la confiance des militants lors d’une visite à Tillabéri84. Le fait que la région ouest du Niger ait été l’objet de tant d’attention était probablement dû à un faisceau de facteurs. Si le secteur de la vallée du fleuve était acquis au mouvement, ce dernier gagnait de plus en plus d’adhérents à travers toute la région, comme nous l’avons vu dans la première section. L’indépendance prochaine de la Fédération du Mali et la présence du leadership externe aux frontières du Niger transformèrent la région ouest en un foyer stratégique dans le face-à-face avec le régime. Comme nous l’avons noté, dans le contexte de la lutte contre l’interdiction du Sawaba, Bakary avait créé, début janvier, un nouveau parti, le RPN, ordonnant à Condat d’en déposer les statuts auprès du gouvernement, à Niamey. Il devait y avoir une réunion de sawabistes à Ayorou et une peu probable rumeur se répandit à propos d’une visite prochaine de Bakary. Dans tous les cas, le parti montrait une présence nouvelle. Les réunions se multipliaient, attirant toujours plus de monde, à Niamey comme au domicile de Bakary à Soudouré. On fit savoir aux adhérents qu’« un jour prochain, le Sawaba [reprendrait] le pouvoir ». Les rapports indiquent que les cadres du parti travaillaient « inlassablement » dans la capitale, les réunions s’enchaînaient les unes aux autres, y compris dans les villages environnants. Dogo Dankamba, un adhérent de Niamey, était fort actif et attendait d’être dépêché à Maradi pour s’y lancer dans les actions d’agitation85.

42En fin janvier, le gouvernement décida d’établir un poste administratif à Ayorou afin de garder l’œil sur les activités du Sawaba qui se développaient dans la région à partir de Gao. Mais comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le mécontentement populaire augmentait pour des raisons diverses, et pas seulement dans l’ouest du pays. On rapporte que Mamani s’activait efficacement à Zinder où la récolte d’arachide avait été décevante. Par conséquent, le 31, les Français émirent un vif avertissement :

  • 86 Ibid.et « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 janv. 1960 », no 65.

« L’activité Sawaba ne se ralentit pas, bien au contraire… Il est bien évident que si le Gouvernement local ne se montre pas extrêmement vigilant, une désagréable surprise n’est pas exclue86. »

  • 87 Ibid., « 15 au 21 janv. », « 5 au 11 févr. », « 19 au 25 févr. », « 4 au 10 mars 19 (...)

43Le régime prit ceci au sérieux et attaqua ses opposants. Les fonctionnaires qui avaient participé aux réunions politiques furent menacés de révocation, deux sawabistes furent déportés à Bilma où ils furent mis en résidence surveillée. Le gouvernement expulsa aussi Maïga Abdoulaye qui était revenu d’Ansongo mais fut déporté pour de bon le 3 février. Il en fut de même d’un autre activiste originaire du Soudan et qui œuvrait à Maradi. Trois nouvelles expulsions de ce genre avaient déjà eu lieu en janvier. Par conséquent, le mois suivant, les réunions de Niamey se tinrent le plus souvent la nuit et l’agitation se fit plus discrète. Condat, qui avait été éconduit par Diamballa Maïga lors de sa tentative de dépôt des statuts du RPN, se rendit le 17 février à Bamako – en compagnie de Adamou Sékou et Dan Galadima – pour une réunion « d’État-Major » avec Bakary. Vers la fin du mois, il y eut plusieurs réunions de petit format chez Sékou87.

  • 88 Note d’information, 21 avr. 1960 et 13 mai 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; Renseignemen (...)
  • 89 Jean Colombani au ministre de l’Intérieur, 4 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; note (...)

44Condat continua ses tâches de liaison avec le leadership externe au cours des mois suivants, prenant part au congrès du PFA à Dakar en avril et se rendant à Bamako en compagnie de Adamou Sékou en mai. Début juin, Sékou arriva à Niamey de Bamako (peut-être au cours du même voyage) et voyagea en direction de Gao avec Condat en mission de nuit. Plus tard au cours de ce mois, Ousmane Dan Galadima arriva secrètement à Niamey mais dut partir au bout d’une nuit afin d’éviter d’être pris88. À ce stade – mai à juillet 1960 – le mouvement se trouvait dans la tourmente du fait d’une vague d’arrestations, de perquisitions et de saisies de listes d’adhérents (voir chapitre suivant). Bien entendu, cela eut un impact profond sur l’organisation et le travail d’agitation devint encore plus souterrain. En octobre, on rapporta une visite de Bakary à Malanville, une ville du Nord Dahomey frontalière avec le Niger et faisant vis, par-delà le fleuve, à Gaya. Il s’agissait évidemment pour lui de conférer avec quelques-uns de ses fidèles. Ces tâches de liaison étaient alors encore effectuées par Adamou Sékou, qui rendit de nouveau visite à Bakary à Bamako en décembre 1960 et en janvier 1961, et prit aussi langue avec des cadres du parti à Gao. Comme nous l’avons vu, son domicile niaméyen était à présent un centre nerveux du parti, et il en sera ainsi jusqu’à l’automne 1961, époque à laquelle il sera, lui aussi, arrêté. Ce fut ainsi Sékou qui organisa une manifestation de femmes à Niamey lors d’une visite de Houphouët-Boigny89.

  • 90 Note d’information, 2 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

45Si donc le mouvement connut un regain d’activité en fin 1960-début 196190, le travail d’agitation et la coordination des activités devenaient de plus en plus difficiles. En février, Hima Dembélé et Abdoulaye Mamani durent tous deux se rendre à Bamako pour une réunion de travail avec Bakary. Dembélé voyagea dans un bus de la Transafricaine jusqu’à la frontière malienne puis quitta le véhicule à quelques kilomètres de Firgoun, un village situé au nord de Ayorou et à 25 km environ de la frontière. Là, il prit une pirogue et remonta le fleuve en pagayant pour traverser la frontière, avant de continuer son voyage vers Gao et Bamako. De son côté, Mamani avait quitté Niamey en voiture pour la Haute-Volta et poursuivit ensuite sa route jusqu’à Bamako où il retrouva Dembélé et Bakary.

  • 91 Note d’information, 20 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 (comprend le rapport d’inter (...)
  • 92 Un certain Ousmane, boucher peut-être à Maradi, suggéra un ralliement au régime. La (...)
  • 93 Interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Jean Colombani, chef des se (...)

46Comme Mamani avait quitté le pays pour assurer des tâches de coordination à l’étranger, il fut décidé que Dembélé devait retourner à Niamey afin d’aider Adamou Sékou à prendre contact avec des membres des Forces armées nigériennes (voir chapitre 10), intensifier le travail de propagande auprès des ouvriers, des fonctionnaires et des jeunes et recueillir des renseignements sur la présence militaire française91. Le problème était que si le RDA était devenu très impopulaire, le mouvement n’en profitait pas automatiquement en termes de soutien concret, étant donné les risques encourus. Ainsi, déjà au printemps 1959, le soutien des bouchers commença à faiblir. Ils étaient considérés comme faisant partie des « troupes de choc du Sawaba », mais leur activisme commençait à leur coûter cher du fait des mesures du gouvernement et de la diminution d’une clientèle qui appréhendait les représailles du régime92. Comme un plus grand nombre de lieutenants de Bakary s’étaient investis dans la branche externe du mouvement, son aile domestique devait s’enfoncer encore davantage dans la clandestinité. Cependant, dans le contexte répressif de la vie politique nigérienne, ceci ne voulait pas dire que toute action d’agitation était ainsi suspendue. Par exemple, en mars 1962, Adamou Assane Mayaki, l’ancien ministre de l’Intérieur du Sawaba, continua ses travaux de liaison à Konni et Madaoua, comme il l’avait fait auparavant à Zinder et Tahoua, et en dépit des peines de prison souffertes du fait de ses activités politiques (juillet-décembre 1960)93.

Les bars de Zinder : villes et agitation

47Les activités de Mayaki montrent à quel point les villes se trouvaient au cœur du travail d’agitation du Sawaba. L’organisation des cellules, qui prenait forme, était portée par le petit peuple et se basa en fin de compte sur les villes où les activistes se faisaient moins remarquer que dans les villages et les hameaux. Ces cellules politiques firent bientôt partie de réseaux de renseignements et d’infiltration comme nous le verrons plus loin. Le reste de ce chapitre porte aussi bien sur la manière dont elles servirent à l’agitation clandestine que sur l’effet des circonstances locales sur leurs activités. Nous ferons, en l’occurrence, un tour d’horizon des villes constitutives de l’aile domestique du mouvement.

  • 94 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 19 août 1959 », no 43.

48Comme nous l’avons noté, les trois réseaux des régions Ouest, Sud et Nord étaient déjà schématiquement présents en 1959. Ils étaient basés sur les anciens comités du Sawaba ou sur les sections du PFA qui leur avaient succédé, et ils couvraient la plus grande partie du territoire national. Comme il fallait le prévoir, c’est dans la capitale, sous le nez même du régime, que le mouvement était le plus présent et le plus difficile à affronter. Dans le jeu du chat et de la souris dans lequel s’étaient engagés le Sawaba et l’appareil sécuritaire, ce dernier ne pouvait garder l’œil sur tous les mouvements des cadres du parti. En général, la section de Niamey était assurée d’un large soutien de la part des syndicalistes qui étaient, bien entendu, plus nombreux dans cette ville que partout ailleurs. Le petit peuple en butte aux mesures économiques du régime, les élèves du Lycée national et, à un moment donné, les employés de la mairie comptaient aussi parmi ses sympathisants. Par ailleurs, elle reçut, pour quelque temps, l’appui des AOFiens, souvent mieux formés mais politiquement marginalisés par le RDA. Comme nous l’avons vu, Joseph Akouété se servit de l’Association Daho-Togo comme plate-forme d’action94.

  • 95 Ibid., « 22 au 28 janv. 1960 », no 65 et « 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; (...)

49Il s’avère donc impossible de donner une image complète de la section de la capitale, composé de plusieurs cellules et recevant régulièrement des militants du parti arrivant d’autres villes et de l’étranger afin de prendre langue avec les leaders nationaux. Par ailleurs, elle accueillait les activistes déportés à Niamey, comme les dix zindérois exilés dans la capitale par le gouvernement début 1960. Très tôt, en 1959, un grand nombre d’activités se concentrèrent chez Bakary, dans le quartier de Kalley, au centre de la ville. Par la suite, comme nous l’avons vu, la résidence de Adamou Sékou devint la plaque tournante la plus importante, en dehors des domiciles de Condat (avenue Salaman), Daouda Ardaly et Mamadou Diori et de la concession de Arouna Zada, dans Gamkallé. De plus, Amadou dit Gabriel et Diori faisaient partie d’une cellule du quartier Deizébon, près du marché Katako. Un certain Mah N’Diaye œuvrait pour le parti dans Zongo, à proximité du fleuve, de concert avec Dandouna Aboubakar, tandis que, comme nous l’avons noté, Mme Bio menait une cellule féminine et le Sawaba bénéficiait des activités de plusieurs personnes vers l’aéroport, plus à l’est. Par conséquent, le régime avait du mal à réprimer le mouvement. En janvier 1960, les Français constatent que Maïga avait échoué à liquider le parti à Niamey, et cette situation ne changera guère au fil des ans, car les cellules deviendront plus souterraines95.

  • 96 « Recueil des principaux renseignements… 6 au 12 août 1959 » et « 10 au 16 sept. 19 (...)

50La région Ouest ayant acquis une importance stratégique, plusieurs localités devinrent des foyers d’activité. Ayorou était importante non seulement du fait de sa proximité avec le Mali, mais aussi parce que son marché était un carrefour clef pour les nomades, les paysans et les commerçants qui se déplaçaient vers le nord-ouest. De même, Gothèye, au sud-est d’Ayorou, représentait une plaque tournante importante du réseau, non seulement à cause du soutien dont y jouissait le Sawaba (de la part notamment du directeur d’école, du chef local – un parent de Bakary – et de nombreux migrants liés au Ghana), mais aussi parce qu’elle était située au niveau de l’endroit qui allait devenir l’unique point de traversée du bac connectant la capitale aux régions de la rive droite du fleuve. Les sawabistes de Ayorou bénéficiaient d’un soutien substantiel en provenance du Soudan/Mali, ainsi que de la part de leur propre chef de canton, Amirou Yacouba, qui avait, par le passé, encouragé la population à joindre le parti. Le chef fut démis de ses fonctions en septembre 1959, après qu’un officiel de la région d’Ansongo (la base de Maïga Abdoulaye) lui ait rendu visite et ait assuré les adhérents locaux du Sawaba du soutien du Soudan. La section Sawaba d’Ayorou est ainsi décrite comme étant « très active96 ».

  • 97 Zodi Ikhia, Adamou Mayaki, Léopold Kaziendé et Mouddour Zakara. Selon les Français, (...)
  • 98 Il y avait, parmi les cadres dirigeants, des vétérinaires : Maïga Abdoulaye ; Mauri (...)

51Au nord-est de Niamey, le réseau s’était étendu dans la région de Filingué, pénétrant les bourgades de Bonkoukou et Damana. Plusieurs membres du gouvernement étaient originaires de cette région97 qui, bien qu’elle n’ait jamais été un fief du Sawaba, offrait un champ libre du fait de l’absence de cadres du RDA. Les sections nouvellement constituées du PFA donnèrent au Sawaba la poussée dont il avait besoin, grâce surtout à des activistes instruits tels que les instituteurs et les vétérinaires. Ces derniers, qui travaillaient aussi pour l’État, étaient bien représentés dans le mouvement, en accord avec la sophistication technique caractéristique de certaines parties du noyau du Sawaba. Par ailleurs, à l’instar des commerçants et des transporteurs, les vétérinaires étaient mobiles et avaient des campagnes une connaissance utile pour l’agitation98.

  • 99 Kountché, qui y avait été impliqué dans un incident en 1957 (chap. 2, n. 33), aurai (...)
  • 100 Étaient présents à cette rencontre Noma Garba, infirmier, et Issa Bakary, qui n’éta (...)
  • 101 Étaient présents au meeting d’Orgao Tawayé, paysan de « Tonfalis » (= Tounfaliz, 2  (...)

52Le comité PFA de Filingué avait été mis en place par un vétérinaire proche du Sawaba, Diawara Maizouma (en dehors de Djibo Tessa). Il organisait des réunions chez le directeur de l’école locale, Moussa Mayaki, secrétaire du syndicat des enseignants du Sawaba, qui travaillait de concert avec Aljouma Kantana (Kantama), un enseignant de l’école secondaire de Filingué. Kantana organisait des activités sportives pour les jeunes, sans doute – comme le soupçonnaient les Français – afin de faire de la propagande. Quant à Mayaki, il avait l’habitude de se rendre au marché de Filingué avec Pascal Ouedraogo (qui était sans doute un activiste d’origine voltaïque) afin d’inciter les commerçants à répondre à l’appel du parti et à garder confiance en Bakary. Jimra Orgo (Orgao), directeur de l’école de Bonkoukou, accomplissait la même œuvre dans cette localité. Il y aurait bénéficié du soutien de Amadou Kountché, le député RDA du cru, ainsi que du chef de canton de Damana, qui auraient tous deux été favorables au PFA99. Ainsi, en septembre 1960, la femme de Djibo Bakary et trois de leurs enfants eurent une réunion politique avec le directeur d’école de Damana, Yacouba Birma100. À cette époque, Orgao et Kantana auraient réussi à organiser 200 activistes et la police prit des mesures punitives après une réunion secrète chez Orgao. Georges Clément, le chef de la surveillance du territoire et des frontières, note que certaines personnes avaient du mal à renoncer à leur allégeance politique, notamment les enseignants qu’il considérait comme étant infectés du « virus sawabiste ». Après avoir découvert des tracts sawabistes chez Orgao, il le soumit à un interrogatoire approfondi. Il est plus que probable qu’il fit passer à tabac le directeur d’école de Bonkoukou, puisqu’il rapporte, par manière de litote, qu’Orgao avait été « très touché » par l’opération et avait été « sévèrement rappelé à l’ordre101 ».

  • 102 Djibo, Les transformations, 226, citant un rapport gouvernemental.
  • 103 Les deux activistes de Dolé étaient un certain Ibrahim Madougou et Mahaman Hamidou. (...)

53Comme nous l’avons vu, Tillabéri, Dosso, Téra et Gaya font partie des localités de l’Ouest qui furent le théâtre d’une agitation sawabiste facilitée ou non par des actions inspirées par le PFA. Les racines locales des militants ont pu parfois jouer un rôle. Ainsi, en fin 1960, le régime était inquiet à propos de l’agitation sawabiste à Téra, ville natale de Adamou Sékou. Mais cette inquiétude s’étendait aux régions environnantes102. De même, la région de Gaya, si elle n’avait jamais été majoritairement sawabiste, connaissait des tensions en 1959. En novembre 1959, deux cadres du Sawaba furent surpris en train de se livrer à des actes d’agitation sur le marché du village de Dolé. Ces remous avaient en partie à voir avec des querelles de succession cheffériale, opposant le chef de canton de Gaya et le chef de village de Tenda – tous deux sawabistes – au RDA local. L’interdiction du Sawaba avait renforcé ce clivage qui continua à affecter la vie politique dans la ville de Gaya, où existait un vieux soutien au Sawaba et de laquelle étaient issus quelques-uns des cadres les plus en vue du mouvement, tel que Issoufou Danbaro et Aboubakar dit Kaou. On ne doit guère s’étonner que le régime y ait établi un poste administratif103.

  • 104 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 ; ibid., (...)
  • 105 Voir chap. 6, au niveau n. 20.
  • 106 Les cadres et adhérents étaient aussi actifs dans le secteur de Gogou. « Recueil de (...)

54Au centre du pays, il y eut moins d’agitation à Tahoua, peut-être à cause des liens de la ville avec la campagne environnante, une zone pastorale qui n’avait jamais offert au parti le même soutien que la ville elle-même. Après la dissolution du parti, des dizaines de cadres se rassemblèrent chez un activiste local du nom de Nomao Zongo. Mais au bout de six mois, les Français affirmaient que la section de Tahoua n’avait rien de significatif, composée qu’elle était de cadres de second échelon dont on se moquait. Dans les faits, il s’agissait là d’une allusion à une sorte de cellule qui continuait de fonctionner. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, les cadres du parti étaient encore en mesure d’inciter les esclaves à se révolter contre leurs maîtres et il y avait des opérations de coordination avec les sawabistes de la ville, tels que Elhadji Ibro Garba, qui était encore en contact avec Adamou Assane Mayaki au printemps 1962, et peut-être Siddi Addou (Abdou), qui était secrétaire de la jeunesse Sawaba à Tahoua en 1958. La cellule de Konni resta aussi partiellement opérationnelle. Elle trouve son origine dans un réseau d’hommes qui avaient fui au Nigeria voisin, lors de la Seconde guerre mondiale, pour joindre les Forces Françaises Libres104. À Tessaoua, en revanche, la situation était comparable à Tahoua. Il s’agissait d’un résultat direct des purges effectuées par la ligue franco-RDA dès 1959 et qui avaient aussi touché la ville de Gouré105. En juin de cette année, les Français affirment – sans que cela soit tout à fait exact comme on le verra – que le mouvement avait été pratiquement décapité au Centre et à l’Est, la plupart des militants du parti à Tessaoua, Madaoua et Maradi étant des personnes sans envergure. Au moins à Tessaoua, ce sont des tels hommes qui durent reprendre la main après que les lieutenants locaux du parti aient été sévèrement affectés par les mesures du régime. Ainsi, en avril 1959, Diougou Sangaré eut du mal à organiser une réunion programmée chez Abdou Boukary, l’inspecteur des ponts et chaussées qui avait été licencié et s’en était sans doute ensuite laissé imposer. D’autres activistes gagnèrent du coup en importance. Ainsi Mallam (Abdou) Kalla, un paysan marabout qui s’attela à recruter de nouveaux adhérents dans les environs de Maradi, Dakoro et Tessaoua, et dont les efforts furent interrompus par un passage en prison (octobre 1961-mars 1962)106.

  • 107 Comme cela a été illustré au cours de la mission de l’UGTAN sur Magaria, où l’ancie (...)
  • 108 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », « 30 juillet au 5 aoû (...)
  • 109 Chapitre 6, niveau n. 22.
  • 110 « Recueil des principaux renseignements… 6 au 12 août 1959 », no 42 ; « Cercle de (...)

55D’une manière générale, le Centre et l’Est furent politiquement marginalisés en dépit de leur rôle de moteur économique du pays. L’exploitation de ce fait revint aux cadres du parti établis dans les villes. Faute de Tessaoua, l’agitation se développa à Zinder et Maradi. Selon un rapport de 1959 sur la région de Zinder, les activités politiques y continuaient à un degré significatif. Il semble que cette évolution était limitée à la ville de Zinder et à quelques villages environnants, comme Kagna, sans aller bien au-delà. Si la lutte entre les sections rivales de l’UGTAN avait affaibli la voix des syndicats107, le mouvement bénéficiait du grand nombre de travailleurs du secteur privé. Par ailleurs, les cadres du parti furent revigorés par la présence de l’un des leurs au sein du leadership national – Abdoulaye Mamani, qui coordonnait leur action, accueillait les militants à leur sortie de prison et joua longtemps le rôle de lien avec le siège national du parti, voyageant constamment entre Zinder et Niamey108. Après la formation de la section locale du PFA, Mamani devint son secrétaire général et travailla avec Maman Tchila, conseiller municipal et Garba (Garva) dit Yen(n)i, travailleur sawabiste109. Ils collaboraient étroitement avec Gayakoye Sabi et Boubou Taïfou – des conseillers municipaux qui avaient été arrêtés à la suite de l’élection partielle de 1959, comme Tchila – et deux marabouts, Malam Saley Madaouki (Kadouaki ?) et Malam Bab (Baba) Boubakar Sade(c)k. La confrérie tidjane qui était une base de soutien du Sawaba était prédominante dans cette région, bien que le régime ait affirmé que le mouvement n’était plus suivi que par une minorité de marabouts. Malam Saley Madaouki organisait des prières pour le Sawaba, stimulant les fidèles de sa mosquée, tandis que Boubakar Sadeck, de concert avec Mallam Issoufou, un marabout enseignant qui était en charge des activités du parti à Zinder, s’occupait des tâches de liaison avec la cellule d’Agadez110.

  • 111 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 23 avril 1959 », nos 26-27 ; ib (...)

56La communauté des AOFiens de la ville apportait aussi son appui, en particulier de nombreux Dahoméens qui soutenaient encore Mamani. La section locale de l’Association Daho-Togo était contrôlée par Baelo Abdoulmahas, qui a joué un rôle important dans les campagnes électorales. Abdoulmahas ouvrit ses divers bars aux réunions des cadres du parti, leur offrant un lieu où ils pouvaient jouir de l’esprit de camaraderie, échanger des informations ou mettre au point des actions. Les bars de Zinder symbolisent le caractère citadin de cette agitation, qu’il était plus difficile de contrôler, et qui était centrée sur deux vieux quartiers aux ruelles sinueuses et aux voies longeant des habitations traditionnelles en banco : Zengou, lieu de résidence de nombreux adhérents, et Birni (photo 7.5). Les résidences privées, comme celle de Abdoulaye Yayé, un maçon vivant dans le quartier Zengou Boukary, pouvaient servir de lieu de rencontre lorsque les locaux du parti étaient fermés. C’est chez Mahaman Dodo (un auxiliaire du service de l’agriculture et secrétaire général du comité exécutif de Birni) que les cadres du parti décidèrent de monter, durant le week-end de pâques 1959, une soirée théâtrale tournant en ridicule le sultan et les chefs de canton111. Ce genre d’action devint bientôt impossible, lorsque les militants et adhérents furent contraints de s’enfoncer davantage dans la clandestinité.

Photo 7.5 – Chemins et cours de concession dans un vieux quartier zindérois, 2003.

Photo 7.5 – Chemins et cours de concession dans         un vieux quartier zindérois, 2003.
  • 112 Chapitre 6 ci-dessus. Sur l’importance économique de Maradi, voir par exemple E. Gr (...)
  • 113 Gaskya : Organe Officiel du Parti Sawaba, no 5, 29 juin 1961 et « Recueil d (...)
  • 114 Le père de Kaou était Aboukar Soumane, qui était en contact avec Dandouna, Almajir (...)
  • 115 Parmi les cadres ayant assisté au meeting d’octobre 1959, on peut citer Dan Maningo (...)

57La cellule de Maradi était particulièrement active. Dans la capitale économique du Niger, le mouvement recevait surtout le soutien des commerçants, en dehors des syndicalistes. Par ailleurs, le Cordon Rouge joua un rôle dans ce contexte en rassemblant des élèves de Maradi et d’ailleurs. Avec ses liens robustes avec le Nord Nigeria, cette ville animée pouvait devenir turbulente, comme Hamani Diori et Messmer s’en étaient rendu compte lorsqu’ils y furent hués par les foules112. Nous avons vu que Boubou Hama non plus n’avait pas connu un sort meilleur dans la région. Les mauvaises récoltes d’arachide y empoisonnaient facilement le climat politique et même l’ancien chef de la Sûreté, Espitalier, dut faire face à des mouvements de protestation en mai 1961113. La section locale du Sawaba était dirigée par Labo Almajir, qui en prit la direction à la fin 1959. Il était assisté par Dandouna Aboubakar, qui accomplissait ici les mêmes tâches de liaison que Mamani à Zinder. Par ailleurs, Aboubakar dit Kaou, l’ancien ministre de l’Economie qui avait été évincé de son siège de député de Tessaoua, était très actif dans la région. Son père séjournait ou vivait à Maradi et Kaou travaillait étroitement avec Dandouna114. Son affectation comme instituteur à Illéla ne mit pas fin à ses activités. Lors d’un meeting en octobre 1959, Kaou annonça qu’un jour l’Amérique enverrait des armes au Sawaba. Il conseilla une autre fois les militants d’infiltrer le RDA en adhérant à ce parti. Cette tactique n’était pas rare chez les sawabistes de Maradi et semble avoir été promue par Dandouna, qui, inspiré par sa formation aux techniques d’infiltration des communistes, encourageait les militants à joindre le parti au pouvoir. Cette stratégie était développée dans un contexte où l’administration locale employait plusieurs sawabistes, tel que N’Diaye Sidi, un douanier qui était présent à la réunion d’octobre de Kaou. Comme nous le verrons dans la 3e partie, cette situation sera encore plus exploitée par la suite115.

  • 116 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63.
  • 117 Chapitre 5 ci-dessus. Dandouna fut accueilli à Maradi par sa sœur Dan Maninga (appa (...)
  • 118 Chap. 5, niveau n. 94 ; « Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964 », (...)
  • 119 Voir chap. 8. Dandouna travailla aussi avec Boniface Lobit, instituteur, Issaka Dio (...)

58À Maradi, l’agitation tournait autour de Dandouna, l’énergique chef de campagne du Sawaba que les Français avaient qualifié de « militant bakaryste notoire116 ». En novembre 1959, il se rendit à Maradi pour rencontrer les cadres et adhérents, les informant d’un voyage effectué à l’étranger, donnant des conseils sur des questions de stratégie et discutant d’affaires financières. De nombreux activistes assistèrent à ces meetings. L’un d’entre eux eut lieu dans la concession de Baoua Souley, infirmer et ancien député de Maradi qui vivait dans le quartier Sabongari (« la nouvelle ville117 »). À la suite de ces activités, Dandouna atterrit en prison à Niamey où il organisa un mouvement de protestation des prisonniers contre les rations insuffisantes de savon (février 1960). Après avoir réussi à réduire en appel sa sentence de six à trois mois de prison, il voulut encore attaquer le verdict mais faillit être transféré à la prison d’Agadez. À la fin de l’année, il retourna à Maradi où il se remit illico à faire de l’agitation. Un cadre du RDA se plaignit de rumeurs propagées par Dandouna et du fait qu’il tenait des meetings au cours desquels il vulgarisait le message marxiste, critiquait les résultats du gouvernement et qualifiait l’indépendance du Niger d’illusoire. En mars 1961, on le vit prier avec une dizaine d’adhérents à la mosquée, puis être remis aux arrêts du fait d’une mission de liaison accomplie au Mali et en Guinée. Il partit ensuite à Niamey. Là, Dandouna, un personnage physiquement impressionnant ayant une réputation de bagarreur, fut pris dans un pugilat avec un ancien député RDA qui avait eu des propos condescendants sur les sawabistes. L’incident amena le tribun du Sawaba à déposer plainte à la Sûreté. À Maradi, il travailla étroitement avec un certain Souley Katto, fonctionnaire de la subdivision, ainsi qu’avec un certain Abdou Makama, employé à la CFAO – en plus de Kaou et Dodo Hamballi, le vétérinaire qui avait subi une affectation à Niamey après le référendum, avant d’être congédié118. Le rôle pivot joué par Dandouna rendit peut-être la cellule de Maradi plus vulnérable, mais son arrestation en 1961 et son départ définitif pour l’étranger à l’automne de cette année ne mirent pas fin à l’agitation, car d’autres personnes prirent la relève119.

  • 120 Voir chap. 5, niveau n. 94 et note d’information, 28 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8. (...)

59Enfin, l’expansion, en 1959-1960, du mouvement vers des régions où il n’avait jamais vraiment pesé, toucha certainement Agadez. Comme nous l’avons vu, les marabouts itinérants s’occupaient du travail de liaison tandis que les camionneurs, tel que ce Ramane à qui nous avons déjà fait allusion, assuraient la transmission du courrier destinée à la ville, avec l’assistance de Gonda Kéletigui, le préposé local de la Transafricaine. Abouba Yattara, le commis malien affecté à Zinder mais résidant à présent à Agadez, participa au maintien des liens avec les sawabistes de Gao et avec Abdoulaye Mamani à Zinder120.

  • 121 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; chap. 3 (nive (...)
  • 122 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 20 au 26 aoû (...)

60Si les leaders Sawaba d’Agadez demeurèrent dans l’ombre, l’agitation se poursuivit néanmoins. Il en fut ainsi en partie à cause du régime lui-même. En juillet-août 1959, l’activité politique augmenta significativement avec l’arrivée, de Zinder, de Badéri Mahamane, le député et conseiller municipal qui, après son éviction de l’Assemblée, avait été affecté à Agadez en qualité d’employé civil de l’armée121. Le RDA local était en grande partie dysfonctionnel, du fait de désaccords internes et de politiques coercitives qui suscitaient l’hostilité de la population. Badéri se sentit encouragé à intensifier l’agitation, avec le soutien d’activistes nouvellement arrivés comme Boubacar Sadeck, le marabout de Zinder qui avait connu les bagarres de rues lors des élections de décembre 1958, et un certain Sanda – selon les Français un « bakaryste acharné » qui avait été banni de Tessaoua. Le centre de l’agitation remonta donc vers le nord. Des réunions hebdomadaires furent organisées dans différentes maisons, attirant des centaines de gens, y compris de nombreux employés de Vidal. Sadeck fit de la propagande pour le PFA et distribua des centaines de cartes d’adhérent122.

Notes

1 ANN, 86 MI 3 F 3.5.

2 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; CAOM, Cart. 2252.

3 Comme nous l’avons noté dans l’introduction, la désinformation, la rumeur, l’ouï-dire, les informateurs stipendiés et la preuve circonstancielle constituent des points à considérer à cet égard. En ce qui concerne la hiérarchie interne du Sawaba, les entretiens fournissent aussi des indices, spécialement pour la période plus tardive.

4 Voir ci-dessous à cet égard.

5 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 23 au 29 juillet 1959 », no 40 ; CAOM, Cart. 3687. La résidence de Bakary était probablement celle de sa femme, dans le quartier Kalley.

6 Ibid., 20-26 août 1959, no 44 ; CAOM, Cart. 3687.

7 Ibid. ; Congrès constitutif du Parti de la fédération africaine ; Dakar, les 1er, 2 et 3 juillet 1959 (sans place ni date) : M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 231 ; C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 291.

8 Un certain Alhassane Abba devint secrétaire à l’organisation. Dodo Harakoye, victime d’une affectation administrative au cours du printemps (chap. 6, n. 20), devint représentant des jeunes. « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 oct. 1959 », no 53 ; CAOM, Cart. 2251.

9 Fluchard, Le PPN-RDA, 323.

10 Synthèse politique, no 1373 CP, oct. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 29 oct. au 11 nov. 1959 », nos 54-55, « 13 au 19 août 1959 », no 43, « 19 au 25 nov. 1959 », no 57 (CAOM, Cart. 3684, 3687, 3688, 3689) ; ibid., « 20 au 26 août 1959 », no 44 ; Surveillance du territoire (Bureau de coordination), no 396/SN/ST : Organisation terroriste « Sawaba » (Recueil des dirigeants et militants actifs en fuite) ; ex. no 000148, dest. : le sous-préfet de Dosso ; document aux archives de la gendarmerie, Niamey. Exemplaire de Sanda Mounkaila, ministre de la Jeunesse, UDFP-Sawaba, 2003 ; file Akouété ANN, 86 MI 1 C 1.2 ; Djibo, Les transformations, 229 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 322-323.

11 Condat aurait rejeté l’offre, préférant se retirer en France. « Recueil des principaux renseignements… 20 au 26 août 1959 », no 44. Bien que modéré et potentiellement ouvert au dialogue avec le régime, il s’agissait peut-être ici d’une désinformation à son sujet. Il semblait préférer vivre au Niger dans les premiers temps. Interview avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 322.

12 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 et ibid., « 12 au 18 nov. 1959 », no 56 ; CAOM, Cart. 3689.

13 Comme l’a noté Djibo (Les transformations, 224-225), cet état de choses permettait difficilement de distinguer les militants du Sawaba de gens qui étaient simplement mécontents du régime RDA.

14 Pour Barmou Batouré, voir aussi au chap. 6.

15 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 19 août 1959 », no 43 et ibid., « 15 au 21 janv. 1960 », no 64 ; CAOM, Cart. 2252.

16 Un autre cadre dont l’activité au sein de la cellule de Niamey avait été notée est un certain Dogo Dankamba (voir ci-dessous). « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 janv. 1960 », no 64 ; ibid., « 1er au 7 janv. 1960 », no 62 ; CAOM, Cart. 2252 ; Djibo, Les transformations, 225-226.

17 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; CAOM, Cart. 2252 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 324 ; Djibo, Les transformations, 225-226.

18 Djibo, Les transformations, 225-226. I. e. les régions occidentales, à l’exception de la vallée du fleuve à l’ouest de Niamey et de la zone de Téra, qui avaient une solide base Sawaba, ainsi que de Tillabéri, qui était divisé.

19 Qui avait aussi atteint le groupe professionnel des fonctionnaires. Fluchard, Le PPN-RDA, 324.

20 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63, « 15 au 21 janv. 1960 », no 64, « 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66, « 5 au 11 févr. 1960 », no 67 ; CAOM, Cart. 2252 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 24 au 31 déc. 1959 », no 61 ; CAOM, Cart. 2251 ; Renseignements, 4 nov. 1959 & note d’information, 22 mars 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; note d’information, 1er avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5 ; « Recueil des principaux renseignements… 23 au 29 juillet 1959 », no 40 ; ibid., « 24 au 31 déc. 1959 », no 61 ; CAOM, Cart. 3689.

21 Renseignements, 4 nov. 1959 ; note d’information, 22 févr., 22 et 27 mars, 2 juin 1961 ; tous ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; Renseignements, 17 déc. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 5 au 11 nov. 1959 », no 55 ; CAOM, Cart. 2251 ; ibid., « 24 au 31 déc. 1959 », no 61, « 8 au 14 janv. 1960 », no 63, « 15 au 21 janv. 1960 », no 64, « 22 au 28 janv. 1960 », no 65, « 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66, « 5 au 11 févr. 1960 », no 67, « 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 4 au 10 mars 1960 », no 71 ; CAOM, Cart. 3690 ; Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

22 Note d’information, 1er avr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5 ; Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; Renseignements, 11 sept. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; note d’information, 2 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; « Rapport du Maréchal des Logis, chef Draouler, commandant la brigade sur les activités du militant Sawaba : Kao [sic] Aboubakar, Maradi, 12 oct. 1959 » ; ANN, MI 3 F 3.11 ; « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54.

23 D’autres apportèrent des photos de Kwame Nkrumah ou Sékou Touré. « Recueil des principaux renseignements… 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66.

24 Dans les zones rurales, de tels comportements avaient suscité des représailles dès l’époque du référendum. Interview de Djaouga Idrissa, près Dargol, 31 oct. 2005. Sallé Dan Koulou, PTT Niamey, à Mallam Abdou et Ounié, 27 juin 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; « Synthèse de renseignements intérieurs. 4e trimestre 1960 », no 500 ; SHAT, 5 H 95 ; Renseignements, 17 déc. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau de synthèse pour la période du 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; CAOM, Cart. 2250 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 déc. 1959 », no 60 ; CAOM, Cart. 2251 ; ibid., « 8 au 14 janv. 1960 », no 63.

25 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54, « 5 au 11 nov. 1959 », no 55, « 15 au 21 janv. 1960 », no 64, « 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66.

26 « Recueil des principaux renseignements… 23-29 juillet 1959 », no 40, « 24 au 31 déc. 1959 », no 61.

27 « Recueil des principaux renseignements… 23 au 29 juillet 1959 », no 40, « 8 au 14 janv. 1960 », no 63, « 15 au 21 janv. 1960 », no 64 ; conversation Issa Younoussi, Niamey, 22 févr. 2008.

28 Maurice Espitalier au chef des services de police, Niamey, 5 et 6 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

29 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 ; CAOM, Cart. 3687 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 9 au 15 nov. 1961 », no 151 ; SHAT, 5 H 95 ; interview Ali Amadou, Niamey, 31 janv. 2003 ; Hima Dembélé, Niamey, à Daouda Ardaly, Vienne, 1er juin 1959 ; ANN, 3 F 4.11.

30 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 19 au 25 févr. 1960 », no 69, et « 4 au 10 mars 1960 », no 71 ; CAOM, Cart. 3690.

31 Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.8 ; Léopold Kaziendé, ministre des Travaux publics, à ? (lettre), 24 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5 ; Message radio, 22 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; note d’information, 21 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; ibid., 18 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2 ; ibid., 8 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 4.11.

32 Sallé Dan Koulou, PTT Niamey, à Mallam Abdou, 27 juin 1959 et ibid., direction du Groupe postal Niamey, à Dan Dicko, 28 févr. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7.

33 Léopold Kaziendé, ministre des Travaux publics, à ? (lettre), 24 juin 1960 et note d’information, 23 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

34 Interview de Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

35 Interview de Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003.

36 J. Colombani, chef de la sûreté, au ministre de l’Intérieur, 22 sept. 1961 et note d’information, 12 oct. 1961 ; tous deux ANN, 86 MI 3 F 8.19. Il est évident que Sékou Beri Ismaila est la même personne que Sékou Beri Soumaila, fondateur du nouveau Syndicat des employés de la météo lié au Sawaba. Voir chap. 6, n. 95.

37 Plutôt qu’à Hammadoun Dicko, politicien PRA du Soudan (voir chap. 5), ceci renvoie peut-être à Ahmadou Dicko, un étudiant voltaïque qui a milité pour le « non » au référendum dans son pays. Ahmadou A. Dicko, Journal d’une défaite : Autour du référendum du 28 septembre 1958 en Afrique noire (Paris, 1992) ; note d’information, 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; Sallé Dan Koulou à Dan Dicko, 28 févr. 1960.

38 Note d’information, 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; ibid., 2 et 13 mai 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; entretien avec Ali Mahamane Madaouki, Zinder, 14 févr. 2003.

39 Léopold Kaziendé, ministre des Travaux publics, à ? (lettre), 24 juin 1960, à propos des activités de Barmou Batouré et Arzika Issaka.

40 Voir son dossier à ANN, 86 MI 3 F 12.32.

41 Lawali Baro à Sallé Dan Koulou, 27 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 et Sallé Dan Koulou à Dan Dicko, 28 févr. 1960.

42 A. Espitalier, Zinder, au directeur de la Sûreté, Niamey, 8 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

43 Note d’information, 7 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

44 Ibid., 3 févr. et 16 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 et 10 respectivement.

45 Parti Sawaba, « Pour un front démocratique de la patrie » (Bureau politique : Niamey, 1962), 14-17.

46 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 janv. 1960 », no 64.

47 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 21 au 27 mai 1959 », no 31, CAOM, Cart. 3687.

48 Comme cela est constatable a contrario dans l’interrogatoire d’un petit commerçant (qui n’était sans doute pas sawabiste). Direction de la Sûreté nationale, no 232/CSN : Déclaration Amadou Darey, 25 mars 1965 ; ANN, 86 MI 1 E 8.1.

49 M. Aboubakar, le commissaire de police, Agadez, au directeur de la Sûreté, Niamey, 6 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 (direction de la Sûreté nationale/commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset).

50 Voir aussi K. van Walraven, « Vehicle of Sedition : The Role of Transport Workers in Sawaba’s Rebellion in Niger (1954-1966) », in J.B. Gewald, S. Luning and K. van Walraven (dir.), The Speed of Change : Motor Vehicles and People in Africa, 1890-2000 (Leyde et Boston, 2009), 75-103.

51 Il s’agit là de deux conglomérats privés français.

52 Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL : Étudiants et boursiers du Sawaba de retour des Pays de l’Est, 18 oct. 1968, 4 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Jean Colombani, chef Sûreté, au ministre de l’Intérieur, 13 sept. 1961, ANN, 86 MI 3 F 3.10.

53 Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset ; dossier de Soumah Maiga ; ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; Renseignements, 13 mars 1962 ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; fiche de renseignements, 23-25 nov. 1963 ; ANN, 86 MI 3 F 18.9 ; Étudiants et boursiers du Sawaba. Elhadji Ibro pourrait être Ibro Alirou ou, sans doute, Ibro Garba, commerçant-transporteur maintes fois emprisonné à cause de ses activités politiques. C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 282-283.

54 Van Walraven, « Vehicle of Sedition ». On peut citer le Dahoméen de Niamey Marc Foly (également employé au service de l’élevage) ; un certain Moussa de Filingué ; Ousseyni Djibo, né vers 1924 à Bandé, entre Magaria et Zinder ; Soumana Magawata dit Ballé Ali, chauffeur et mécanicien des garages du gouvernement à Niamey ; Mounkaila Mahamane dit Lamama, mécanicien au même endroit et boxeur ; et Louis Bourgès, métis d’Agadez ayant une formation de chauffeur mécanicien. Djibo Issa était apprenti chauffeur et mécanicien. Organisation terroriste « Sawaba » ; direction de la Sûreté, Surveillance du territoire, no 630/SN/ST, examen de situation du nommé Souleymane Hako, 20 juillet 1967 ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Cour de sûreté de l’État, Arrêt de condamnation no 9, juin 1969 ; ANN, M.27.26 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964, no 1234/2/S – note d’information ; SHAT, 10 T 717, D. 2 ; notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset ; bulletin hedomadaire, semaine du 8 au 14 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 12.16.

55 On peut aussi mentionner un certain Nouhou, de la même région que Labo Moussa. Bulletin mensuel de renseignements, no 472.3, 1er-31 oct. 1964, Konni, ANN, FONDS DAPA ; Organisation terroriste « Sawaba » ; Le Niger, 16 nov. 1964.

56 Pour un front démocratique de la patrie, 15-16 ; « Coxeur, un emploi pour les jeunes », Diagonales, no 48, nov. 1998 ; bulletin de renseignements hebdomadaire, 25.463, no 13, 25-31 mars 1963 ; SHAT, 5 H 123.

57 Sallé Dan Koulou se serait tiré d’affaire en vendant des exemplaires d’un journal à son propre profit, provoquant la plainte du rédacteur français du journal en question. ministre de l’Intérieur au chef des services de police, Niamey, 31 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période de 30 mars au 12 avril 1959 », no 26 ; CAOM, Cart. 2249 ; note d’information, 3 juin 1960 ; 86 MI 3 F 8.6.

58 Note direction des services de police au ministre de l’Intérieur, 15 mai 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; et note d’information, 31 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

59 J. Colombani au ministre de l’Intérieur, 16 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5. À partir de janvier 1960, 1 F CFA valait 0,02 FRF français. 10 000 F CFA valaient donc 200 FF.

60 Note d’information, 20 et 31 juillet et 5 août 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; interview de Bachir Boukary, Zinder, 11 févr. 2003.

61 Interviews de Maman Tchila, Zinder, 9 févr. 2003 et Monique Hadiza, l’ancienne épouse de Hima Dembélé, Niamey, 5 nov. 2005.

62 Voir par exemple les dossiers de la Sûreté sur Adamou Sékou et Dandouna Aboubakar ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 et 3.8.

63 Moussa = Mamadou André dit Moussa, leader du syndicat des domestiques (chap. 1 niveau n. 148) ? En fin 1961, les cadres du parti à Zinder recueillirent des fonds pour Nakanderi (Nakandari), emprisonné. Renseignements, 24 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; note d’information, 25 mai 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; note d’information, 20 juillet 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 16-22 nov. 1961 », no 152 ; SHAT, 5 H 95 ; interview Monique Hadiza, Niamey, 5 nov. 2005.

64 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 12 avril 1959 », no 26. Sur le séminaire d’Ibadan, voir l’étude de J.W. Holme, Journal of Negro History, 49 (1964), 4, 270-271.

65 NCNC : National Council of Nigeria and the Cameroons, dirigé par Nnamdi Azikiwe, ou « Zik », une personnalité phare auprès des jeunes nationalistes qui se faisaient appeler « zikistes » en son honneur. « Synthèse politique », no 834/CP, juin 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; E.E.G. Iweriebor, Radical Politics in Nigeria, 1945-1950 : The Significance of the Zikist Movement (Zaria, 1996).

66 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 12 avril 1959 », no 26.

67 Ibid., « 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 ; CAOM, Cart. 3685.

68 Ibid., « 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; CAOM, Cart. 3686.

69 Sissoko, l’ancien adjoint au commandant de cercle et directeur de prison, jouait alors un rôle important au sein du comité directeur. Ibid., « 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; CAOM, Cart. 3685.

70 Un boycott du Petit Marché était aussi au programme. Par la suite, Bakary et ses lieutenants, y compris Condat, « Gazi » (Adamou Mayaki ?), Dan Koulou, Adamou Sékou, se réunirent chez Condat jusqu’à une heure tardive. Agga Almoustapha, d’origine malienne, fut expulsé le lendemain. Ibid., « 6 au 12 août 1959 », no 42 ; CAOM, Cart. 2249 ; interview Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

71 Les enseignants étaient Henri Messan, Moussa Idé, Amadou Moumouni, un certain Boniface, Gonimi Boukar, Mounkeïla Issifi et Garba Sidikou. Étaient également présents Bakary (qui présidait aux débats), Condat, Adamou Sékou, Dan Koulou, Aboubakar dit Kaou et Jean Poisson. « Recueil des principaux renseignements… 23 au 29 juillet 1959 », no 40 ; ibid., « 13 au 19 août 1959 », no 43 ; « 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; « 16 au 22 juillet 1959 », no 39 ; les deux derniers CAOM, Cart. 3687/2249.

72 Ibid., « 20 au 26 août 1959 », no 44 et Renseignements, 25 août 1959 ; 86 MI 3 F 3.9. La délégation comprenait Amadou dit Gabriel ; Issaka Samy, un militant de la première heure (voir chap. 1) ; Gonimi Boukar ; un certain Garba Abdou ; et Soumaila Abdou et Joseph Akouété.

73 Quoique pas à Niamey. Synthèse politique no 1214 CP, sept. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; CAOM, Cart. 3684/2251. Parmi ceux qui avaient escorté Bakary figuraient aussi Condat, Issaka Koké, Amadou dit Gabriel, Mamani, Kady Souka.

74 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 17 au 23 sept. 1959 », no 47 ; CAOM, Cart. 3688.

75 « Recueil des principaux renseignements… 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; 8 au 14 oct. 1959, no 51 ; CAOM, Cart. 2250 ; « Synthèse politique », no 1373 CP, oct. 1959.

76 Djibo Sékou avance que les cadres du parti ont envoyé Kaka Koussou au Dahomey pour porter un message à un ministre dahoméen, disant à Bakary de s’abstenir de rentrer. Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 6, sept. 2002. Il semble donc que Bakary n’avait pas reçu le conseil de fuir à l’étranger. Interviews Ali Amadou & Ousseini Dandagoye, Niamey/Zinder, 28 janv./11 févr. 2003 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 321-322 (sur la base du témoignage de Bakary). Les mémoires de Bakary (Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain [Paris, 1992]) manquent de précision sur cette question. « Recueil des principaux renseignements… 12-18 nov. 1959 », no 56, affirme qu’il craignait la résidence surveillée.

77 Nous y revenons plus amplement au chap. 9.

78 À peu près à cette époque Amadou dit Gabriel se rendit aussi au Mali, en plus du Ghana. Une source avance que Diop Issa était directeur de l’Énergie dans la ville voltaïque de Bobo-Dioulasso. « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. », no 54 et « 5 au 11 nov. 1959 », no 55 ; ibid., « 15 au 21 oct. 1959 », no 52 ; « 24 au 30 sept. 1959 », no 49 ; « 22 au 28 oct. 1959 », no 53 ; CAOM, Cart. 2250 ; « 1 au 7 janv. 1960 », no 62 ; « Synthèse politique », no 1373 CP, oct. 1959 ; Renseignements, 26 oct. 1959, ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 321-323.

79 Chap. 2 ; « Recueil des principaux renseignements… 12 au 18 nov. 1959 », no 56, « 10 au 16 déc. 1959 », no 60, « 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; « Synthèse politique », no 1480, nov. 1959 ; CAOM, Cart. 3684 ; Renseignements, 11 sept. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; Bakary, Silence !, 258-259.

80 Il avait été accusé de corruption électorale et de menaces de mort. Bakary, Silence !, 259 ; « Recueil des principaux renseignements… 16 au 22 juillet 1959 », no 39 ; note d’information, 27 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6.

81 Par ailleurs, en fin octobre, l’intellectuel gauchiste Abdou Moumouni, qui était un contact de Bakary, arriva à Niamey depuis Conakry et fut accueilli par Condat, Dan Koulou, Koké, Habi Djibo, Dodo Harakoye, un certain Marcelin Mouskoura, Ibrahim Noufou, Ab(b)a Alassane (Alassane Abba) & Amadou Moumouni. « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 oct. », « 29 oct. au 4 nov. », « 12 au 18 nov. 1959 », « 10 au 16 déc. 1959 », nos 52, 54, 56, 60 ; Renseignements, 4 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9. Étaient présents à la réunion de début novembre chez Sékou, Condat, Amadou dit Gabriel, Mamani, Ardaly, Dembélé, Dan Koulou, Habi Djibo, Kaka Koussou, Ali Moussa, chef du quartier Gaouèye de Niamey, et un certain Assaguet (Assagueye) Touré.

82 Après une brève escale à Zinder. Avant de s’envoler pour Paris, il menaça de réclamer une compensation auprès de Diori. « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. » & « 19 au 25 nov. 1959 », nos 54 et 57 ; ibid., « 26 nov. au 2 déc. 1959 », no 58 ; CAOM, Cart. 2251.

83 Sur le boycott, voir chap. 6. Ibid., « 5 au 11 févr. 1960 », « 10 au 16 déc. 1959 », « 24 au 31 déc. 1959 », nos 67, 60, 61.

84 Le commandant de cercle pressa Kokino de quitter le Sawaba, ce que ce dernier refusa catégoriquement. Renseignements, 11 janv. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9.

85 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », « 15 au 21 janv. 1960 », « 29 janv. au 4 févr. 1960 », nos 63, 64, 66.

86 Ibid.et « Recueil des principaux renseignements… 22 au 28 janv. 1960 », no 65.

87 Ibid., « 15 au 21 janv. », « 5 au 11 févr. », « 19 au 25 févr. », « 4 au 10 mars 1960 », nos 64, 67, 69, 71.

88 Note d’information, 21 avr. 1960 et 13 mai 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2 ; Renseignements, 9 juin 1960 ; 86 MI 3 F 3.9 ; note d’information, 27 juin 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6.

89 Jean Colombani au ministre de l’Intérieur, 4 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; note d’information, 2, 7, 9 déc. 1960 et 25 janv. 1961 & Madame Adamou Sékou au ministre de l’Intérieur, 28 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; « Stratégie de l’Opposition Sawaba : Ingérences étrangères. Très Secret. » Rapport de J. Colombani, 33/C/SU, 13 janv. 1961, au ministre de l’Intérieur ; ANN, 86 MI 3 F 8.2.

90 Note d’information, 2 févr. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10.

91 Note d’information, 20 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 (comprend le rapport d’interrogatoire de Dembélé).

92 Un certain Ousmane, boucher peut-être à Maradi, suggéra un ralliement au régime. La plupart de ses collègues auraient été d’accord. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 14 au 20 mai 1959 », no 30 ; CAOM, Cart. 3686.

93 Interview Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Jean Colombani, chef des services de police, au ministre de l’Intérieur, 21 nov. 1960 ; Renseignements, 29 août 1961 et 13 mars 1962 ; ministre de l’Intérieur aux ministres des Finances, de la Jeunesse et des Sports, 22 sept. 1961 ; ANN, MI 3 F 8.19 ; I. A. Mayaki (son fils), La caravane passe… (Paris, 1999), 7.

94 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 19 août 1959 », no 43.

95 Ibid., « 22 au 28 janv. 1960 », no 65 et « 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; documents divers ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Renseignements, 17 déc. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.10 ; note d’information, 19 juin 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 (Mah N’Diaye = Malick N’Diaye ?) ; interview Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003. On ne peut avancer de chiffres car les sources ne disent rien et montrent seulement l’implication de plusieurs dizaines de personnes – ce qui était une sous-estimation patente. Sur la base de chiffres nationaux approximatifs (voir ci-dessous), il semble que plusieurs centaines de personnes auraient été impliquées, ce qui est une réduction considérable par rapport à la période d’avant la clandestinité politique.

96 « Recueil des principaux renseignements… 6 au 12 août 1959 » et « 10 au 16 sept. 1959 », nos 42/47 ; « 1er au 7 janv. 1960 », no 62 ; entretien avec Daouda Hamadou, Ayorou, 20 déc. 2009. Le gouvernement du Niger se montra outré de la visite.

97 Zodi Ikhia, Adamou Mayaki, Léopold Kaziendé et Mouddour Zakara. Selon les Français, la population paysanne avait tendance à suivre le gouvernement. « Recueil des principaux renseignements… 10 au 16 sept. 1959 », no 47.

98 Il y avait, parmi les cadres dirigeants, des vétérinaires : Maïga Abdoulaye ; Maurice Camara ; Issaka Koké ; Koussanga Alzouma. Parmi ceux qui ont été mentionnés auparavant, il y avait des vétérinaires adjoints ou des vétérinaires infirmiers : Issaka Samy ; Hama Sanda dit Pascal ; Kassatchia ; Dodo Hamballi ; Yansambou Boubakar de Birnin Gaouré (sur ce dernier, voir ANN, 86 MI 3 F 12.32) ; et Kaîro Alfari (voir ci-dessous), avant son renvoi (note d’information, 18 oct. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 8.2) ; conversation Issa Younoussi, Niamey, 22 févr. 2008.

99 Kountché, qui y avait été impliqué dans un incident en 1957 (chap. 2, n. 33), aurait servi de liaison avec le PFA à Niamey. « Recueil des principaux renseignements… 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; Georges Clément, chef de section ST et Frontières, au directeur des Services, Niamey, 16 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.10.

100 Étaient présents à cette rencontre Noma Garba, infirmier, et Issa Bakary, qui n’était sans doute pas apparenté à Bakary mais était un vieux militant UDN. J. Coulier, administrateur commandant le Cercle de Filingué, au ministre de l’Intérieur, 4 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.9.

101 Étaient présents au meeting d’Orgao Tawayé, paysan de « Tonfalis » (= Tounfaliz, 2 km au sud de Filingué à 14.20 N 3.19 E) ; MallamOumarou (parent de Orgao) ; les frères de Oumarou, Elhadji Amza et Mamadou Guida Arki, de « Tonfalis » ; et Bondiéré, peut-être un chauffeur à Filingué. Voir Georges Clément, chef de section ST et Frontières, au directeur des Services, Niamey, 16 sept. 1960 ; ibid. à la direction de la Sûreté Niamey, 14 sept. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 7.10.

102 Djibo, Les transformations, 226, citant un rapport gouvernemental.

103 Les deux activistes de Dolé étaient un certain Ibrahim Madougou et Mahaman Hamidou. Rapport du gendarme Molto, commandant la brigade de Gaya, 24 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.14 ; N. Bako-Arifari, Dynamique et formes de pouvoir politique en milieu rural ouest-africain : Étude comparative sur le Bénin et le Niger (thèse de doctorat, Paris, 1999), vol. 1, 65 ; Djibo, Les transformations, 227.

104 « Recueil des principaux renseignements… 29 oct. au 4 nov. 1959 », no 54 ; ibid., « 18 au 24 mars 1960 », no 73 ; CAOM, Cart. 3690 ; « Jeunesse Sawaba de Tahoua : Procès-verbal de l’assemblée générale du 12 août 1958 » ; ANN, 86 MI 1E 52 ; conversation Mahaman Tidjani Alou, Niamey, 20/22 févr. 2008. Liste de la branche Jeunesse de Konni en 1958 in « Procès-verbal, jeunesse Sawaba de Birni-N’Konni », 10 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52.

105 Voir chap. 6, au niveau n. 20.

106 Les cadres et adhérents étaient aussi actifs dans le secteur de Gogou. « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32, « 13 au 23 avril 1959 », no 27, et dossier de Mallam Kalla in ANN, 86 MI 3 F 12.32 (Mallam [Abdou] Kalla = Mallam Abdou, connu de Dan Koulou ? ; point selon Mounkaila Beidari, qui est généralement un témoin digne de confiance ; interview, Niamey, 23 févr. 2008). Son nom complet était Mallam Kalla Madougou. Premier ministre. SDECE. Destinataire no 541, 14 oct. 1964 ; SHAT, 10 T 719/D.2. Sur Boukary, chap. 6, niveau n. 7.

107 Comme cela a été illustré au cours de la mission de l’UGTAN sur Magaria, où l’ancien député Sawaba Moussa Maharou continuait à faire de l’agitation pour le compte du Sawaba. « Cercle de Zinder. Rapport Annuel 1959 » ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

108 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », « 30 juillet au 5 août 1959 », no 30/41 ; note d’informations, 1er et 28 avr. 1960, 30 nov. 1960, 22 et 28 janv. 1961 (ANN, 86 MI 3 F 8.5) ; Renseignements, 6 nov. 1959 ; note d’information, 13 janv. 1961 (ANN, 86 MI 3 F 3.8-9).

109 Chapitre 6, niveau n. 22.

110 « Recueil des principaux renseignements… 6 au 12 août 1959 », no 42 ; « Cercle de Zinder. Rapport Annuel 1959 » ; dossier de Malam Issoufou in ANN, 86 MI 3 F 12.32 ; chap. 6, dernière section.

111 « Recueil des principaux renseignements… 30 mars au 23 avril 1959 », nos 26-27 ; ibid., « 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; CAOM, Cart. 2249 ; Étudiants et boursiers du Sawaba ; procès-verbal, comité Sawaba Birni-Zinder, 31 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52.

112 Chapitre 6 ci-dessus. Sur l’importance économique de Maradi, voir par exemple E. Grégoire, Les Alhazai de Maradi (Niger) : Histoire d’un groupe de riches marchands sahéliens (Paris, 1986).

113 Gaskya : Organe Officiel du Parti Sawaba, no 5, 29 juin 1961 et « Recueil des principaux renseignements… 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66.

114 Le père de Kaou était Aboukar Soumane, qui était en contact avec Dandouna, Almajir et d’autres cadres. Renseignements, 24 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; note d’information, 21 déc. 1960 ; Maurice Espitalier, Maradi, au chef des services de police, 6 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

115 Parmi les cadres ayant assisté au meeting d’octobre 1959, on peut citer Dan Maningo, très actif lors de la campagne de décembre 1958 ainsi que lors des échanges avec les leaders du Nord Nigeria (chap. 3 et 5) ; un certain Abdoulaye Maiga Amadou, commis chez « (Du)moulin » ; un certain Dan Gogo ; Harouna Sara, « boy », originaire de Fort Lamy au Tchad ; et Boubakar (Boukary) Serkin Karma, ancien représentant de l’UGTAN-Guinée. Voir « Rapport du Maréchal des logis, chef Draouler, commandant la brigade, sur les activités du militant Sawaba : Kao [sic] Aboubakar, Maradi, 12 oct. 1959 » ; Amadou Aboubakar Kaou, Niamey, à El Hadj Mahaman Hameth, Matamèye, 3 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.11.

116 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63.

117 Chapitre 5 ci-dessus. Dandouna fut accueilli à Maradi par sa sœur Dan Maninga (apparentée à Dan Maningo ? [voir n. 115 ci-dessus]), Aboubakar (dit Kaou ?) et Boukary Serkin Karma. Assistaient aux meetings, Almajir, N’Diaye Ibrahim, fils de Malick (= N’Diaye, le cordonnier ?), Tiecoura Traoré, chauffeur licencié de Dumoulin (chap. 6), Abdoulaye Maiga (Amadou), El Hadj Soumaila, commerçant (=Al[h]adji Soumaila, qui fut une fois commis haoussa au ministère des Finances [voir chap. 9]), Boukary Serkin Karma, Issaka Diori, mécanicien, et le père de Kaou, entre autres. Renseignements, 6 et 24 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

118 Chap. 5, niveau n. 94 ; « Bulletin de renseignements particuliers, 18 oct. 1964 », no 1234/2/S.

119 Voir chap. 8. Dandouna travailla aussi avec Boniface Lobit, instituteur, Issaka Diori, un certain Bania Malidiama Tacharon, Boukary Boy, & peut-être Henri Georget, l’Européen qui a fait campagne pour le « non » lors du référendum (chap. 4, niveau n. 90). Note d’information, 20 janv., 7 mars et 21 déc. 1960, 30 mai, 19 juin et 7 sept. 1961 ; interview de Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2010 ; G. Voisin, directeur prison civile Niamey, au commandant de Cercle Niamey, 16 févr. 1960 ; J. Caillard, commandant de Cercle Niamey, au ministre de l’Intérieur, 17 févr. 1960 ; Madi Konaté, comité local de la sous-section du PPN-RDA du Maradi, au ministre de l’Intérieur (vers fin 1960-début 1961) ; Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des services de police, Niamey, 5-6 janv. 1961 ; message radio police, 27 mars 1961 ; tout ANN, 86 MI 3 F 3.8.

120 Voir chap. 5, niveau n. 94 et note d’information, 28 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.5.

121 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; chap. 3 (niveau n. 165) et 5 (n. 166).

122 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 20 au 26 août 1959 », no 44 et « 17 au 23 sept. 1959 », no 47. Pour une liste des militants du Sawaba à Agadez en 1958, voir « Procès-verbal de la réunion de la “Jeunesse Sawaba” d’Agadez », 8 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52.

Table des illustrations

Titre Photo 7.1 – Issaka Samy (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43586/img-1.jpeg
Fichier image/, 144k
Titre Photo 7.2 – Ruines de la demeure de Djibo Bakary à Soudouré, avec des membres de sa famille, 2008.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43586/img-2.jpeg
Fichier image/, 186k
Titre Photo 7.3 – Ayorou, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43586/img-3.jpeg
Fichier image/, 326k
Titre Photo 7.4 – La foule assistant à l’apparition de Bakary au tribunal, Niamey, 8 septembre 1959 (ANN, 86 MI 3 F 3.5).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43586/img-4.jpeg
Fichier image/, 223k
Titre Photo 7.5 – Chemins et cours de concession dans un vieux quartier zindérois, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43586/img-5.jpeg
Fichier image/, 323k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540