Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Deuxième partie. Vers le calme

Chapitre 6. Vers la clandestinité, 1958-1961

Texte intégral

  • 1 Maïga Abdoulaye, bureau politique Sawaba, à chef du territoire, lettre no 18/E, 4 déc. (...)
  • 2 Cité par C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, (...)

1Lorsque Maïga Abdoulaye, le directeur de campagne, envoya une lettre à Colombani pour se plaindre de déboires subis au cours de la campagne électorale, quelqu’un griffonna en marge qu’elle devait être transmise au chef de la police1. Il n’y a pas de meilleur signe du fait que tous ceux qui étaient liés au mouvement Sawaba étaient, désormais, des hommes marqués. Le RDA, qui avait passé la plus grande partie de la décennie dans un état d’isolement politique, était résolu à tirer vengeance de ces années de guéguerre avec son rival qui avaient culminé dans les événements dramatiques du printemps précédent. Le 22 janvier, le cabinet reçut officiellement les pleins pouvoirs qu’il avait demandés à l’Assemblée. Il nia que ces prérogatives serviraient à réduire les libertés politiques, mais elles furent néanmoins justifiées par la référence aux luttes qui avaient accompagné l’adhésion du Niger à la communauté et qui avaient laissé des « séquelles d’instabilité génératrice de troubles2 ».

  • 3 République du Niger assemblée constituante. Procès-verbaux. Session extraordinaire du 1 (...)
  • 4 Unité : Organe hebdomadaire du Parti Sawaba, no 1, 30 avr. 1959 ; Djibo, Les tran (...)
  • 5 « Synthèse politique », no 524 CP, avr. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements (...)

2Que les vues du RDA sur le Sawaba aient été telles fut amplement démontré par la manière dont Boubou Hama, le vieil adversaire de Bakary, fit référence aux émeutes d’avril 1958 lors de débats sur les pouvoirs spéciaux du gouvernement. Le nouveau président de l’Assemblée eut une prise de bec avec Abdoulaye Mamani, qui s’opposait farouchement au vote des pleins pouvoirs et qui fut averti que s’il continuait à rejeter le contenu du discours de Hama, il serait considéré comme un « agitateur », avec toutes les conséquences qui en découleraient3. Ainsi, sous la présidence de Hama, l’institution parlementaire commença rapidement à adopter une série de décrets tendant à criminaliser toute opposition au nouveau régime. Les décrets émanaient des bureaux de Diamballa Maïga, l’intransigeant du RDA qui, en tant que ministre de l’Intérieur, fut autorisé à expulser du pays toute personne subversive, action visant les membres AOFiens du Sawaba. La veille, les réunions politiques avaient été interdites dans le cercle de Niamey, ce qui touchait en pratique l’opposition. Le 18 mars, la mesure fut étendue aux rassemblements des syndicalistes de l’UGTAN proches du Sawaba4. Très vite, les organes de presse du mouvement furent successivement muselés. Le 21 mars, le gouvernement saisit les exemplaires de Azalaï, une publication du Sawaba qui fut interdite une semaine plus tard. Talaka, l’organe syndical dirigé par Hima Dembélé, tomba aussi sous le couperet et lorsque Azalaï fut remplacé par un autre périodique, intitulé simplement Sawaba et dirigé par Adamou Sékou, il fut également interdit au bout de deux parutions5.

  • 6 Fluchard, Le PPN-RDA, 276 et Djibo, Les transformations, 220.

3Le 23 janvier, soit un jour après l’obtention de ses pouvoirs d’exception, le gouvernement dissout le conseil municipal de Niamey qui était encore contrôlé par Bakary et ses amis. Trois conseillers de l’ancien BNA s’étaient ralliés aux conseillers RDA pour battre les conseillers Sawaba et rejeter le nouveau budget présenté par Bakary. Le même jour, un décret mettait en place une « délégation » de trois hommes dirigée par Boubou Hama, qui fut de facto investi des pouvoirs de maire en attendant la reconstitution du conseil municipal. Trois jours après que Bakary ait été évincé de son poste de maire, Maïga promulgua un décret approuvant le budget initial. Le conseil municipal de Zinder connut une aventure similaire en juillet de l’année suivante, lorsqu’une délégation gouvernementale du même genre s’imposa à la place de la majorité Sawaba6.

  • 7 Il ne s’agit peut-être pas du député de Zinder du même nom. chapitre 5, n. 176 et C. Ma (...)
  • 8 Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; ibid., 4 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F (...)

4Ces actions étaient sans précédent et leur portée pour les existences individuelles devint vite manifeste. Les personnes loyales à Bakary commencèrent à perdre leur emploi. Pour une large part, il s’agissait là de gens du petit peuple et autres couches apparentées qui avaient – grâce au Sawaba – commencé leur ascension sociale au sein des ministères, des services de l’administration, des municipalités de Zinder et Niamey et de sociétés françaises. Nombre d’entre eux retombèrent dans des positions plus obscures ou même dans le chômage. Les exemples abondent. Abdou Boukary, inspecteur des ponts et chaussées à Tessaoua et « agitateur » Sawaba, fut révoqué en début d’année7. Un certain Tiecoura Traoré était chauffeur chez Dumoulin, une société de la place, mais on note, en novembre 1959, qu’il avait perdu cet emploi, tout comme son collègue chauffeur au « palais » (du gouverneur ?), Amadou Songhoi [sic], bien connu pour ses idées anti-RDA. Moustapha Hamidou, un sawabiste de Nguigmi, fut renvoyé de sa position d’employé de bureau aux PTT de Niamey, alors que Boukari Karemi (dit Kokino), qui avait travaillé avec Bakary au début des années 1950, perdit son emploi de gardien à la mairie. Les personnes plus haut placées ne furent pas épargnées non plus. Dandouna Aboubakar perdit son travail de menuisier. Ousmane Dan Galadima fut licencié de son poste d’interprète adjoint dans la capitale, et Sallé Dan Koulou devait bientôt retrouver ses humbles fonctions de postier au bureau de poste de Niamey8.

  • 9 Unité, no 1, 30 avr. 1959 et interviews de Abdou Ali Tazard, Tessaoua, et Katiella (...)
  • 10 Unité, no 1, 30 avr. 1959.
  • 11 Djibo, Les transformations, 221.
  • 12 Interviews de Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 26 nov. 2003 ; Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, (...)

5À travers le pays, les chefs qui avaient suivi le Sawaba furent également destitués, à une échelle bien plus large que ce qui s’était passé du temps de Bakary. Pis, certains d’entre eux se retrouvèrent en prison. Ainsi, Aba Kaka, le chef de canton de Bosso, non loin du Lac Tchad, passa six mois en cellule à Nguigmi. Selon le Sawaba, le Tazar de Tessaoua, un chef de cette région, fut révoqué à cause de son affiliation au parti. Un autre chef du cru (ou peut-être s’agit-il du même) fut convoqué par le ministre de l’Intérieur et remplacé par un de ses parents qui n’était pas affilié au parti de Bakary9. Plusieurs chefs du cercle de Filingué auraient également été renvoyés, ainsi que nombre de leurs collègues des environs de Maradi, Zinder et Gouré10. Mamoudou Djibo a confirmé ces accusations dans leur généralité11. Par ailleurs, le long de la vallée du fleuve Niger, le régime du RDA entra violemment en conflit avec les chefs songhay. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, le Sawaba s’était tôt établi dans cette partie du pays en jouant, entre autres, sur l’ascendance songhay supposée de Djibo Bakary ou en le présentant, en sa qualité de natif de Soudouré, comme un enfant du pays. Nombre de chefs songhay s’étaient refusés à abandonner Bakary, qui avait du reste des liens de famille avec le chef de Gothèye. Les rapports avec le nouveau gouvernement se détériorèrent rapidement en raison, également, du fait que les Songhay d’ascendance nobles réprouvaient Boubou Hama qui, étant lui-même Songhay, mais de basse caste (d’origine servile suivant la rumeur), voulait régler des comptes. Ces bisbilles sociales créèrent de la rancœur et poussèrent Hama à limoger des dignitaires fidèles au Sawaba. Certains d’entre eux finirent par quitter le pays. Les notables de Gothèye devinrent la cible d’un harcèlement policier, à l’instar de Mounkeïla Issifi, ancien député Sawaba de la région de Téra12.

  • 13 On l’a bien vu dans le cas de la persécution des Juifs par les Nazis – qui est, certes, (...)
  • 14 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du (...)
  • 15 Voir chap. 1.

6Il est évident que le Sawaba n’est jamais allé aussi loin, ni en si peu de temps, même si l’on se réfère à ce qu’il a fait lors des émeutes d’avril, l’année précédente. S’agissant des chefs, la vindicte du RDA était en partie stimulée par le noyau social du parti, constitué de « commis » issus pour une bonne part des rangs des talakawa et partageant le ressentiment du petit peuple sawabiste à l’encontre des dirigeants « traditionnels ». Mais l’hostilité à l’égard de l’opposition était surtout politique et montrait le désir d’éliminer une fois pour toutes le parti adverse, et même de l’éradiquer des annales de l’histoire. Ce faisant, l’adversaire fut assimilé à de la saleté devant être nettoyée ou à une maladie devant être combattue avec une vigilance de tous les instants. Si la psychologie politique de la répression est souvent marquée par des références à l’hygiène13, ces dernières prirent au Niger une teinte malveillante. Ainsi, en juin 1959, le RDA faisait circuler un tract dans lequel il déclarait que se présentait, à présent, une occasion unique de « nettoyer à jamais ce Parti destructeur du ciel serein du Niger ». Bien qu’on ait auguré de ceci la « mort définitive » du Sawaba, le nouveau régime sentait le besoin de garder ouvert un œil vigilant. Il fut encouragé, dans cette optique, par les Français. En dépit du statut d’autonomie du Niger, ces derniers restaient très présents – comme nous le verrons dans la section suivante – et partageaient l’hostilité du régime à l’égard du Sawaba, au point de développer l’habitude de le considérer comme un « virus » dont la « virulence » requerrait une vigilance constante14. Comme nous l’avons vu dans le cas de l’hostilité que ressentait un fonctionnaire colonial à l’égard de Ousmane Dan Galadima15, cette façon de voir ne datait pas d’hier.

  • 16 « Synthèse politique », no 365 CP, mars 1959 ; « Recueil des principaux renseigne (...)
  • 17 La police aurait battu Abdoulaye avec un fouet. Les dates de certaines de ces sentences (...)
  • 18 Cité par Djibo, « Le Sawaba dans l’évolution politique du Niger », 10.

7Le ton était ainsi donné pour une répression tous azimuts, qui tourna parfois à la chasse à l’homme, y compris contre des sawabistes de haut rang. Le 12 mars, Diamballa Maïga ordonna l’expulsion de Saloum Traoré, et le 18 avril, celle de Tiémoko Coulibaly. Originaires du Soudan, les deux hommes furent conduits à la frontière avec ce pays. Cette déportation, qui jouait sur les sentiments anti AOFiens, était aussi une estocade bien calculée contre le Sawaba. Traoré, qui avait été ministre des Affaires sociales, était un proche collaborateur de Bakary et une personnalité clef du monde syndical, tandis que Coulibaly, issu du BNA, avait aussi fait partie du cabinet et joué un important rôle d’activiste dans la capitale. Leur expulsion soulignait que nul n’était à l’abri16. En fin mars, Abdoulaye Mamani, tout député de Zinder qu’il était, fut soumis à la fouille à la frontière du Nigeria, non loin de Matamey, et le 10 ou le 11 avril, l’idéologue du parti, Adamou Sékou, fut arrêté et condamné à une lourde amende pour « rébellion » et injure à agent de l’ordre public (il avait déjà été condamné à huit mois de prison et une amende d’un demi-million de francs CFA pour diffamation quelques mois auparavant – verdict contre lequel il allait faire appel sans succès). Plus tard au cours du mois, les sombres présages contenus dans la correspondance de Colombani sur Maïga Abdoulaye se réalisèrent lorsque le chef de campagne du Sawaba et un autre activiste furent, semble-t-il, mis aux arrêts. Sallé Dan Koulou fut condamné à trois mois de prison avec sursis pour « délit de presse » ; un sawabiste de Gaya, Issoufou Danbaro, fut reconnu coupable d’« abus de confiance » et Amada Bachard, un jeune leader UDN de Zinder (photo 6.1) se retrouva aussi en prison17. Début juillet, le gouvernement intensifia ses mesures en permettant au ministre de l’Intérieur de décider à volonté la relégation ou la condamnation à la résidence surveillée de toute personne soupçonnée de menacer « l’ordre et la tranquillité publics18 ».

Photo 6.1 – Amada Bachard, Niamey, 2009.

Photo 6.1 – Amada Bachard, Niamey, 2009.
  • 19 Djibo, Les transformations, 179-180.
  • 20 Un certain Dodo Harakoye fut affecté et une personne du nom de Abba Kelle fut renvoyée (...)

8Les mesures prises à l’encontre de Mamani et Dan Koulou montrent que même les députés n’étaient pas inviolables. Étant donné le fait que le RDA avait eu du mal à accepter la victoire du Sawaba à Tessaoua et Zinder lors du scrutin de décembre 1958, cela n’était pas surprenant. Le 28 avril 1959, l’Assemblée fut convoquée en session afin de débattre du rapport de la commission qui avait examiné les résultats des élections. Elle ne trouva rien de fâcheux sur les 14 circonscriptions gagnées par l’alliance UCFA mais conclut que de graves irrégularités s’étaient produites à Zinder et Tessaoua. Reproduisant les actions cavalières de Périé, commandant de cercle de Tessaoua, l’Assemblée renversa la victoire du Sawaba en faveur de l’UCFA, expulsant ainsi de son sein cinq lieutenants de Bakary : en dehors de Dan Koulou et Condat – ancien président de l’Assemblée –, Diougou Sangaré, Hima Dembélé et l’ancien ministre des Affaires économiques, Aboubakar dit Kaou19, furent victimes de ce coup. Leur éviction conduisit à une purge générale des circonscriptions de Tessaoua et Gouré, plus à l’est. Divers membres du parti furent touchés, y compris des personnalités de haut rang comme Issaka Koké (photo 6.2), ancien ministre de l’Agriculture. Les Français signalèrent la « reddition » des bastions de la région de Tessaoua, Dan Kori et Kaouna (Kôna) au RDA, ainsi que celle de Kellé (Gouré), dont le chef de canton lâcha Bakary20.

Photo 6.2 – Issaka Koké (Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 306).

Photo 6.2 – Issaka Koké (Maman, Répertoire biographique, vol. 1,       306).
  • 21 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », no 30.
  • 22 En dehors de Moussa Maharou, syndicaliste de Magaria ; Maman Tchil(l)a, un boutiquier e (...)
  • 23 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la p (...)

9Dans les environs de Zinder également des sawabistes abandonnèrent le parti : ainsi, les membres du comité villageois de Gogo. Mais nombre d’entre eux refusèrent de broncher21. Les résultats du scrutin de décembre 1958 furent ici aussi invalidés, mais de nouvelles élections furent organisées auxquelles Diori, le Premier ministre, présenta de nouveau sa candidature. Des témoins d’obédience RDA admettent rétrospectivement que les deux annulations étaient basées sur des montages et ne visaient qu’à annihiler le Sawaba et à fournir un siège parlementaire à Diori. Du reste, Diamballa Maïga avait mis les administrateurs au courant de ces annulations avant même la tenue de la session parlementaire. L’élection partielle de Zinder fut convoquée pour fin juin, la période de dépôt des candidatures fut raccourcie et on ne commanda que des bulletins de vote RDA. Ainsi, alors que les Français avaient d’abord craint que le Sawaba ne propose sa propre liste, avec Dembélé, Mamani et même Bakary en personne22, des obstacles logistiques furent dressés contre pareille éventualité. D’ailleurs Bakary était inquiet pour sa sécurité personnelle. Les élections de décembre avaient été émaillées des tumultes de la violence politique, et ses éclats avaient rejailli sur une personnalité qui, n’étant plus chef du gouvernement, ressentait une forte crainte physique à l’égard des empoignades (à en croire les Français). Bakary aurait, pour ces raisons, choisi de ne pas se présenter23.

  • 24 Parti Sawaba. Bureau politique : Communiqué (texte in Unité, no 8, 8 juin 1959). (...)
  • 25 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; Djibo, Les (...)
  • 26 Lettre d’un avocat français à Sallé Dan Koulou, Paris, 14 mai 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7

10Le parti décida donc – comme le RDA l’avait voulu – de ne pas se présenter aux élections. Afin d’éviter qu’un bas taux de participation n’entache la légitimité de Diori, le gouvernement mobilisa ses forces et permit au vote de s’étaler – fait sans précédent – sur une période de trois jours. Les réunions du Sawaba et de l’UGTAN furent interdites ou dispersées sous prétexte que les deux organisations avaient appelé à boycotter le scrutin. Plusieurs activistes furent arrêtés, y compris des membres du conseil municipal de Zinder24. Le RDA n’avait pas de programme mais affirma simplement que l’élection était une affaire d’honneur et que le Sawaba n’existait plus. Naturellement, Diori fut élu avec un taux de participation atteignant le chiffre exceptionnel de 70 %25. Sallé Dan Koulou consulta sans succès un avocat français sur le point de savoir si la violation de ses droits électoraux pouvait être attaquée devant la Cour d’État métropolitaine26.

  • 27 Fluchard, Le PPN-RDA, 279, parle de 0,04 % de la population.
  • 28 Ibid. ; Unité, no 1, 30 avr. 1959 ; Djibo, « Le Sawaba dans l’évolution politique (...)

11Ces évènements privèrent le Sawaba de toute représentation au sein de l’État, en dehors – pour le moment – de la mairie de Zinder. Mais si sa force en fut certainement sapée, le parti tirait plus largement sa puissance de ses liens avec le monde syndical. Même si le nombre de Nigériens adhérant à de telles organisations était minuscule27, les syndicats avaient été l’un des tremplins de l’UDN et il fallait, par conséquent, s’attendre à ce que le gouvernement s’en prenne à eux. Après l’interdiction des rassemblements de l’UGTAN (mars) et celle de Talaka, le défilé traditionnel du 1er mai entra en ligne de mire, en particulier parce que, l’année précédente, il avait tourné à la procession triomphale pour les sawabistes tandis que, suite aux émeutes qui avaient précédé la célébration, les syndicalistes RDA avaient dû lécher leurs plaies derrière des portes closes. Le gouvernement interdit en fin de compte aux syndicalistes Sawaba – dénommés à présent UGTAN-orthodoxe et pour la plupart travailleurs du secteur privé – de participer à la fête. Ils furent remplacés par des cadres alliés au RDA et formant une UGTAN-autonome. Des fonctionnaires pour la plupart d’entre eux, ces cadres furent, suivant le commentaire moqueur du Sawaba, escortés par un cortège de véhicules administratifs soulignant le triomphe des « commis » sur le petit peuple. Finalement, le 4 juillet, le jour où les mesures de relégation et de mise en résidence surveillée avaient été prises, le cabinet se dota du pouvoir de « dissoudre par décret, tout parti politique, syndicat ou association dont les activités troublent gravement l’ordre public et portent atteinte aux principes de la démocratie, de la communauté et de la République ». Ce même jour, l’UGTAN fut dissoute sous l’accusation de se comporter en « parti politique résiduel28 ».

  • 29 Le 30 mai, plusieurs notables Sawaba de Niamey auraient été arrêtés et battus et d’autr (...)
  • 30 Djibo, Les transformations, 223.
  • 31 Décret no 59-174 portant dissolution du parti Sawaba, Niamey, 12 oct. 1959 ; telegram (...)

12Comme le montrent ces mesures, le gouvernement avait décidé à ce stade que l’existence même du Sawaba était inacceptable. Un mois auparavant, un inspecteur de police français aurait fait une descente dans les bureaux du parti à Niamey afin de disperser un meeting politique. À travers le pays, activistes et sympathisants du parti furent soumis à des actes de harcèlement. Les chefs de village et de canton des environs de Niamey auraient été contraints d’assister à une visite de Houphouët-Boigny sous peine de révocation et la police aurait fait des descentes sur divers quartiers de la ville, y compris le Grand Marché où des centaines de personnes furent interrogées29. Le 7 août, les pleins pouvoirs du gouvernement furent prorogés de six mois supplémentaires. La scène était dressée pour l’assaut final30. Le 12 octobre, Diamballa Maïga et le Premier ministre Diori signèrent un décret dissolvant le Sawaba et menaçant de sanctions quiconque tenterait de reconstituer le parti. La police et les commandants de cercle, pour la plupart encore français, furent chargés d’exécuter le décret. Le lendemain, Maïga ordonna à tous les cercles de donner avis aux cellules et comités du Sawaba de cette décision. Il fit aussi retirer les permis de port d’arme, et les Français notèrent de manière révélatrice que le gouvernement ne voulait pas une répétition d’« avril 195831 ». En moins de dix mois de pouvoir, le RDA avait rendu toute opposition normale impossible. À partir de ce moment, les Français, tout comme le RDA, ne se référèrent plus au mouvement de Bakary et de ses amis que comme « l’ancien » ou « l’ex-Sawaba ».

Une colonie française

  • 32 Cité in Djibo, Les transformations, 193.
  • 33 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 sept. 195 (...)

13Les instructions données au secrétaire privé de Messmer lorsqu’il avait été envoyé pour assister Colombani lors du référendum avaient trait, en fin de compte, au rétablissement de l’emprise française. À la fin de la mission de Xavier Deniau, le Niger était officiellement une république autonome membre de la communauté. En réalité, le pays restait une colonie, non pas seulement au plan matériel, mais aussi, à maints égards, au plan formel. L’hommage rendu aux Français par Diori lors de son discours inaugural à l’Assemblée avait mis en lumière ses liens de dépendance envers eux. Après sept mois de fonction, le Premier ministre déclarait qu’au lieu d’une « indépendance stérile », son programme gouvernemental visait à « l’autonomie, rien que l’autonomie, toute l’autonomie32 ». Le ministre de l’Intérieur Maïga assura lui aussi peu après que le gouvernement ne souhaiterait quitter la communauté « pour rien au monde33 ».

  • 34 Djibo, Les transformations, 176-178 ; J.-J. Raynal, Les institutions politi (...)
  • 35 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959 », no 27.

14Ces commentaires marquent non seulement la distance idéologique entre l’opposition et le RDA (tout autant que la dépendance de ce dernier envers la France), mais renvoient aussi aux problèmes inhérents à la pratique du régime d’autonomie. En effet, si les leaders du RDA étaient, bien entendu, pressés de faire leurs preuves, ils n’avaient guère de liberté de manœuvre au plan administratif et restaient tributaires de l’accord de la métropole sur un certain nombre de sujets. La nouvelle constitution, qui avait créé la république du Niger et reçu l’approbation de l’Assemblée en février 1959, devait encore être signée par de Gaulle qui, seul, était « chef de l’État » (de la communauté). Elle mettait en place une structure constitutionnelle inspirée de la Ve République et organisait un exécutif fort, que l’Assemblée – devenue législative – ne pouvait censurer au cours des trois premières années de son mandat. Par ailleurs, l’adoption de la constitution ne déclencha pas d’élections, par contraste avec ce qui se produisit dans les autres territoires d’Afrique de l’Ouest. L’Assemblée devint aussi l’arbitre suprême des disputes électorales, et les libertés politiques furent conditionnées au respect des principes de la communauté et de la République34. Parlant du refus du gouvernement d’organiser de nouvelles élections, Bakary publia à Bamako un article cinglant le qualifiant de « clique » de « mal-élus » qui ne représentaient qu’eux-mêmes et étaient prêts à tout pour garantir leur survie35.

  • 36 Les Trésors français et nigériens ne furent officiellement séparés qu’en 1971, et l (...)

15Cette critique, au-delà de la dérision, soulignait le fait que le régime n’était guère encore politiquement enraciné. Par ailleurs, il n’était pas possible de remédier à cette déficience dans l’immédiat, puisque de nombreux domaines d’intervention relevant normalement du gouvernement avaient été attribués à la communauté, donc aux Français. La politique étrangère et la défense étaient bien entendu du ressort des décideurs français. Mais il en était ainsi également des affaires monétaires et financières, de la politique économique (y compris les matières premières stratégiques comme l’uranium), de l’enseignement supérieur, du transport, du système judiciaire et des télécommunications. Par conséquent, l’autorité de Diori était fort circonscrite, en dépit de l’existence de ministères en charge de services comme les Travaux publics, les finances et l’économie. Le trésor du Niger fut solidement arrimé à celui de la France qui garantit la convertibilité du franc CFA à condition que le gouvernement métropolitain contrôle les comptes du trésor nigérien36. De façon similaire, si un ministre de la Justice fut nommé en octobre 1959, de nombreux postes du système judiciaire, en particulier les plus élevés, continuèrent à être occupés par des magistrats français du fait du manque de personnel qualifié.

  • 37 Djibo, Les transformations, passim ; E. Mortimer, France and the Af (...)

16En fait, le centre nerveux du gouvernement se trouvait au niveau du secrétariat général du gouverneur Colombani (devenu « haut-commissaire »), au point que son secrétaire général, nommé de facto par Paris, assistait aux réunions du cabinet et aux séances de l’Assemblée. Le cabinet ne pouvait conférer avec le gouvernement métropolitain ou Dakar – centre de l’administration de l’AOF, qui était sur le départ – sans passer d’abord par Colombani. Les remaniements ministériels devaient se faire avec son approbation ou celle de Paris. Si l’on compare avec la manière dont Bakary avait élargi le champ d’action de son gouvernement aux derniers jours de la Loi-Cadre, le recul était patent. De toute façon, l’administration n’avait qu’une emprise très limitée sur le territoire. En mars 1959, Diori devint – avec son collègue tchadien – le seul chef de gouvernement à accepter que son territoire national soit excisé de sa plus large portion afin de constituer une région saharienne administrée par l’OCRS. Ce renversement de la position adoptée par le Sawaba s’accompagnait aussi d’un soutien inconditionnel à l’intention de la France de tester son armement nucléaire dans la région – intention largement condamnée ailleurs. Diamballa Maïga, se fendant d’une défense qui présumait la parité avec la métropole, assura que la « communauté » avait besoin de la bombe atomique pour éloigner le danger d’une guerre nucléaire37.

  • 38 À la fin des années 1960 il y avait 62 « agents » de « l’assistance technique » dan (...)
  • 39 Confidential Inward Saving Telegram Dakar to Foreign Office, no 71, 29 juin 1960 ; (...)
  • 40 « Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, période du 1er févr. au 3 (...)
  • 41 En avril 1961, 35 des 40 Subdivisions et Postes étaient commandés par des Nigériens (...)
  • 42 « Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960, période du 1er août (...)

17Pratiquement toutes les fonctions clefs du gouvernement se trouvaient cependant encore entre les mains d’Européens38. Tous les postes techniques au niveau de l’administration centrale étaient occupés par des Français qui, au grand dam de Maïga, n’étaient enclins à reconnaître que l’autorité du haut-commissaire. Même situation prévalait au sein de l’administration territoriale. Ceci était en grande part dû – et, du point de vue français, justifié par – le manque de personnel qualifié. En juin 1960, les Britanniques remarquèrent que le Niger était « singulièrement dénué de cadres capables de diriger un État moderne ». En lieu et place d’un personnel local, les tâches nécessaires furent remplies par des Français et des AOFiens du Soudan, du Dahomey et du Togo39. Comme Bakary n’avait réussi à nommer que fort peu de Nigériens aux postes de commandement territorial, les 16 cercles se trouvaient encore sous la houlette de commandants métropolitains en 1959. Ce n’est qu’en début de 1960 que deux des cercles les plus importants, Maradi et Magaria, eurent leur premier commandant nigérien, en dépit de l’avis des militaires français qui considéraient que les nominations politiques à des fonctions administratives portaient atteinte à l’efficacité de ces fonctions40. Cependant, cette « africanisation » des postes de responsabilité se poursuivit de manière prudente, malgré les pressions exercées par les jeunes en quête d’emploi. À la fin de 1960, 24 Français détenaient encore des fonctions clefs au sein de l’administration territoriale. Il fallut attendre avril 1961 – neuf mois après que Diori ait accepté, à regret, l’indépendance officielle (voir plus loin) – pour que la moitié des 16 cercles soient placés sous le commandement de Nigériens. Et c’est seulement à la fin de l’été 1961, un an après que le pays soit devenu un État indépendant, que le personnel métropolitain céda la place à des Nigériens dans la plupart des cercles et des structures subordonnées41. Les Français nourrissaient des craintes quant à cette évolution, puisque nombre de ces hommes avaient été initialement sélectionnés par le gouvernement Sawaba pour leur formation professionnelle42.

  • 43 V. Profizi, « Niamey village corse, 1958-1960 : Le critère régional dans les relati (...)
  • 44 Déclaration ; Le bureau politique (Sawaba), Accra, 12 avr. 1962 ; Mémorandum sur la (...)

18Ces appréhensions montrent que les Français avaient l’intention de garder un œil sur les affaires publiques du Niger, ce qui, en dépit des réserves qu’il pouvait avoir quant aux latitudes laissées à son gouvernement, participait des intérêts de Diori, personnage dont l’ascension était étroitement liée aux interventions de la métropole. Ainsi, pendant plusieurs années, les postes de directeurs de cabinet continuèrent à être détenus par des Européens. Nombre d’entre eux étaient corses, au premier rang desquels se trouvait Nicolas Leca qui avait fait carrière dans l’administration coloniale et devint, en 1959, le directeur de cabinet de Diori. Il devait rester à ce poste, et une solide amitié se noua entre les deux hommes, consolidant un arrangement qui ne fut pas sans attirer à Leca l’animosité des Nigériens. Les Corses étaient tellement en vue dans l’administration – du fait de leur forte présente dans l’administration coloniale d’une manière générale et des hasards des affectations vers le Niger en particulier – qu’ils allaient être connus sous le nom de « mafia corse ». La cohésion de ce groupe s’enracinait dans une certaine solidarité insulaire qui créait une différence avec la France continentale, ainsi que dans un clientélisme bureaucratique à caractère partiellement familial43. En fin 1961, un tract du Sawaba ironisa sur le fait que les cabinets de quatre ministères étaient encore dirigés par des Corses. En fait, avec plus de 90 citoyens français occupant des postes de responsabilité, l’administration du Niger devait rester l’une des moins africanisées, d’autant plus que ceci pouvait être rapporté au fait que la présence française dans le pays – civile et militaire – s’accrut après l’indépendance. Étant donné le complexe de supériorité peu dissimulé des Européens et les désirs d’avancement des Nigériens, ces circonstances allaient s’avérer une constante source de frictions44.

  • 45 Initialement occupant 5 de 9 postes de la Cour d’État. 2 d’entre eux au moins étaie (...)
  • 46 A. ou Freddy Espitalier. G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (...)
  • 47 Je ne sais s’il s’agit là d’une autre personne que le Espitalier de Zinder, et si, (...)
  • 48 En ce qui concerne le contexte général de l’attitude des Corses à l’égard de l’empi (...)

19Les Français – et les Corses parmi eux – étaient bien représentés non seulement dans les services ministériels, mais aussi dans le système judiciaire45 et les services de sécurité. Durant les années 1950, la Sûreté était dirigée par un socialiste originaire de Toulouse, Espitalier, qui devint par la suite commissaire de police à Zinder. À la Sûreté, il était assisté par Jean Ambroise Colombani (il ne s’agit pas du haut-commissaire ni d’un de ses parents, mais d’une personne originaire de la même région en Corse orientale), un personnage dynamique qui succéda à Espitalier à la tête de ce service46. Au cours des premières années du règne du RDA, ces hommes jouèrent un rôle très actif dans la chasse à l’opposant et dans la formation des Nigériens en matière de sécurité. En tant que commissaire de police à Zinder, une importante zone sawabiste, Espitalier organisa la surveillance des activités de l’opposition et transmit sans interruption des renseignements au siège de la Sûreté, à Niamey. Il en fut de même de Georges Clément, le chef de la surveillance du territoire et des frontières, qui fit appréhender de nombreux sawabistes. On peut également signaler, parmi les Français qui s’activaient dans ce domaine, Abel Mercier et Maurice Espitalier47, tous deux commissaires de police à Maradi ; R. Roger qui remplissait les mêmes fonctions à Zinder ; G. Voisin, directeur de la prison civile de Niamey ; le capitaine Delavault, commandant de la gendarmerie de la capitale ; et ses collègues de la gendarmerie de Gaya – Molto et Buchillot – et d’Agadez (Roger Billet). Clément et Colombani (qui était assisté par un autre Corse, Jean Arrighi), dirigeaient les interrogatoires à la Sûreté, où Péraldi – encore un Corse – était également à l’œuvre. Les obligations policières étaient exécutées avec un zèle peut-être teinté de vindicte (nombre de ces hommes appartenaient à la droite française et s’étaient farouchement opposés à la perte de l’empire48). Les évènements conféreront à certains d’entre eux une réputation particulière, singulièrement Arrighi, Colombani et Clément.

  • 49 « Bulletin de renseignements hebdomadaire », no 25471, 20-26 août 1962 et r (...)
  • 50 Stratégie de l’Opposition Sawaba : Ingérences Étrangères. Très Secret. Rapport de J (...)
  • 51 « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er févr. au 30 avril 1961 » ; Fluchard, L (...)

20Si les renseignements collectés grâce à ces activités étaient transmis au ministre de l’Intérieur Maïga, l’implication française dans ce domaine revêtait une valeur pédagogique importante pour les Nigériens qui furent amenés à travailler pour les services de sécurité. Les militaires français, qui étaient restés au Niger après l’indépendance, affirment que des agents de la Sûreté du Niger recueillaient des renseignements sur les ressortissants français49. De fait, il n’y avait pas, au début, de coordination avec la Sûreté française, ce à quoi Maïga escomptait remédier à travers l’établissement d’une clause de mutualisation des renseignements dans les conventions de coopération avec la France50. Dans tous les cas, ce fut seulement en décembre 1961 que Diori dut nommer un Nigérien à la succession de Jean Colombani. Il plaça à la tête de la Sûreté son propre demi-frère, Boubakar Moussa.51

  • 52 Il y avait aussi Fromant, un Corse, et un dénommé Cousin. Interviews de Mounkaila A (...)
  • 53 O. Colombani, Mémoires coloniales : La fin de l’empire français d’Afrique vue par l (...)

21Mais ceci ne veut pas dire que les Français n’avaient plus aucun rôle à jouer. Jean Colombani, qui était vu comme un ami personnel de Diori, devint conseiller technique au Bureau de coordination et de liaison (BCL), un service de (contre-) espionnage et de police politique basé au palais présidentiel. Georges Clément fut, lui aussi, rattaché par la suite à ce service52. À l’indépendance, Don Jean Colombani fut nommé représentant plénipotentiaire de la France et devait également prendre en charge la commercialisation de l’arachide du Niger. En ces qualités, il continua à jouer un rôle important dans les relations entre les deux gouvernements. La préservation de la sécurité politique du régime était l’élément vital de sa mission, et ceci fut facilité par l’esprit de camaraderie qui existait entre les Corses. Chaque matin, des personnalités clefs conféraient par téléphone sur les questions du jour, utilisant leur idiome commun pour maintenir un degré de confidentialité – comme s’ils s’étaient retrouvés à l’amicale corse. Après quoi, on décidait si Don Jean devait contacter Diori ou non. En fait, la sécurité de ce dernier dépendait largement du dévouement de ces hommes. Longtemps après, Jean (Ambroise) Colombani, devenu maire de Belgodère, en Corse, reçut un prêt de 25 millions de francs de Diori pour aider à la construction d’un aqueduc dans sa commune. L’argent ne fut jamais remboursé53.

Architecture du gouvernement, mobilisation du parti

  • 54 Foccart parle. vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995), 33 (...)
  • 55 Diori devint officiellement président du Niger, élu par l’Assemblée nationale en no (...)

22Le régime s’établit très tôt comme un triumvirat constitué de Diori, Boubou Hama et Diamballa Maïga. Diori était la face amène du régime, combinant souvent le poste de Premier ministre – plus tard de président – avec celui de ministre des Affaires étrangères. Ses liens avec les Français et Houphouët-Boigny étaient devenus intimes, puisqu’il leur devait son arrivée au pouvoir et craignait pour sa sécurité. De Gaulle avait une forte sympathie pour Diori et les Français s’engagèrent à voler au secours de son régime si besoin était, tâchant autant que possible de satisfaire ses besoins. Don Jean Colombani ne contactait Diori à propos de questions de sécurité que si la chose était d’importance, afin de ne pas causer de craintes inutiles54. Étant plus affable d’apparence que ses collègues, Diori pouvait apparaître comme la face humaine du régime. Avec Courmo Barcourgné et René Delanne, respectivement ministre des Finances et leader syndical RDA, il représentait l’aile modérée du parti. En conciliant les différentes tendances du parti et du gouvernement, Diori se trouvait en mesure de maintenir une certaine prééminence au sein du régime qu’il en était venu à personnifier55.

  • 56 Interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; conversation avec Issa Younoussi, (...)
  • 57 Interview de Abdou Adam (ancienne personnalité RDA), Niamey, 29 nov. 2003.

23En tant que président de l’Assemblée et du PPN-RDA Boubou Hama aussi mit en place une base politique. Tout handicapé qu’il était par son statut social inférieur, il tirait profit de ses liens anciens avec Diori ainsi que d’autres connexions stratégiques, y compris avec Jacques Foccart. Son rôle d’idéologue du parti était renforcé par ses écrits sur la culture traditionnelle, en partie entrepris pour faire pièce à la noblesse songhay. De caractère impulsif et nourrissant une vieille rancune à l’égard de Bakary, il se révéla l’un des ennemis les plus implacables de l’opposition. Comme le dira plus tard un activiste du Sawaba, Hama était certes un écrivain, mais il était « un homme sans cœur56 ». Avec Diamballa Maïga, il menait les partisans de la ligne dure du régime, qui devaient être bien connus sous la désignation « les Rouges57 ».

  • 58 Comme, par exemple, en août 1962. « Bulletin de renseignements hebdomadaire », no 2 (...)
  • 59 Djibo, Les transformations, 211-212, 215-216 ; Decalo, Historical Dictionary, (...)

24Maïga, de son côté, représentait la première ligne de défense. En tant que ministre de l’Intérieur en charge de la Sûreté et époux d’une sœur de Diori, ce belliqueux rejeton de la noblesse songhay remplissait les fonctions présidentielles en l’absence de ce dernier58. À ce titre, il était devenu plus important que Issoufou Djermakoye de la dynastie des Djermakoy de Dosso, dont le lâchage du Sawaba avait été récompensé par la vice-présidence et le ministère de la Justice. Maïga s’était opposé à la nomination de Djermakoye comme deuxième personnage de la chaîne de commandement, tout comme il avait, en vain, résisté à la désignation de Mouddour Zakara – chef touareg à Filingué et aussi ministre des Affaires sahariennes et nomades – comme secrétaire d’État au sein de son propre ministère, en charge des questions relatives à la chefferie. En octobre 1959, il aida à provoquer la chute de Djermakoye à la suite de la mauvaise gestion, par ce dernier, de l’action en justice intentée contre Bakary (chapitre 7). Djermakoye perdit la vice-présidence et fut confiné à ses fonctions au niveau du ministère de la Justice, qui était encore en grande partie contrôlé par les Français. Comme Diori – qui avait à ce moment-là consolidé sa position – avait pris parti pour son ministre de l’Intérieur, et Hama s’était activé pour éviter que le cabinet ne s’effondre à cause de cette affaire, Maïga put fermement établir sa position de numéro deux du régime. En 1962, Zakara renonça à ses fonctions au sein du ministère de l’Intérieur, renforçant davantage la position de Maïga59.

  • 60 « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er août au 30 oct. 1960 » ; « Recueil des (...)
  • 61 Djibo, Les transformations, 235 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 275 ; « Synthèse de (...)

25Ces luttes internes de pouvoir portaient sur une série de questions. L’ambitieux Maïga s’opposait à l’érection d’une présidence forte – souhaitée par Diori – en faveur d’un partage des prérogatives entre ministres. Il se mit aussi à la tête des intransigeants du parti dans leur hostilité vis-à-vis des chefs traditionnels. Bien que faisant lui-même partie d’une respectable lignée de chefs, le ministre de l’Intérieur les considérait comme un frein au développement de l’influence du parti dans les campagnes. Il n’avait pas oublié la résistance des chefs aux efforts de mobilisation du parti et était féru de la rhétorique anti-« féodale » des « commis » du RDA. Boubou Hama, le roturier de statut subalterne, était du côté de Maïga sur ce point, ce qui força Diori à s’incliner. Après la mise à l’écart de Djermakoye, les défenseurs des intérêts des chefs perdirent la bataille. Comme nous le verrons plus loin, cette évolution mit en branle une guerre ouverte contre les chefs. Sur la question de l’indépendance, ce fut encore Maïga qui devait pousser le régime au revirement. En décembre 1959, il prit ouvertement ses distances par rapport à l’adhésion des autres membres du triumvirat à la communauté, de crainte des conséquences du consentement de de Gaulle à l’indépendance d’une « Fédération du Mali » constituée du Sénégal et du Soudan. Puisque l’événement offrirait au Sawaba un tremplin lui permettant de poursuivre son opposition, Maïga conclut que le Niger devait emboîter le pas à la future fédération et il s’attela à convaincre un Diori peu enthousiaste de changer de cap60. Enfin, ce fut aussi le ministre de l’Intérieur qui préconisa une persécution agressive du Sawaba. Le régime refusa toute réconciliation permettant au Sawaba de joindre le gouvernement en qualité de parti. Au lieu de quoi, il essaya, à travers Boubou Hama, de détacher les membres modérés du noyau dur du Sawaba, les incitant à faire défection et pourchassant les militants les plus radicaux. Diori appuya d’abord cette stratégie avant de virer de bord vers la fin de l’année 1961 et de soutenir les positions plus intraitables de Maïga. Ces dernières revenaient à insister sur une unité totale, qui ferait fi des contradictions internes et rejetterait toute forme, même voilée, de désaccord61.

  • 62 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 9 au 15 no (...)
  • 63 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; interview de (...)

26Bien entendu, tout ceci amplifiait davantage les pouvoirs du ministre de l’Intérieur, qui reçut bientôt des Français le sobriquet de « vrai chef de toutes les polices62 ». Avec une ténacité inlassable et une vindicte féroce, Maïga s’attela à organiser la persécution du Sawaba. Il consacra de longues heures à la lecture de chaque note de renseignement, s’occupant des détails les plus triviaux et se tenant informé sur d’innombrables personnes. À cet égard, il fit montre d’énormes connaissances personnelles et d’une résolution proche de l’obsession. Les Français notèrent une fois que Maïga se préoccupait du Sawaba « jour et nuit », ordonnant à la police de pourchasser les activistes sur la base de renseignements qui, parfois, relevaient de la pure fantaisie. Il lui serait aussi arrivé de mener en personne les opérations de police tendant à maintenir le couvre-feu nocturne afin de traquer les militants de l’opposition63. Cette monomanie paraît trop intense pour qu’on puisse l’expliquer uniquement par le caractère agressif de la personnalité du ministre. Selon toutes probabilités, elle se nourrissait de ce qu’il avait vécu lors des émeutes d’avril 1958, lorsqu’il avait été victime d’une agression physique et vu sa maison et sa famille prises d’assaut.

  • 64 À noter que ceci se passait avant l’indépendance officielle du Niger. « Recueil des (...)
  • 65 Pour les injures de Maïga, voir par exemple les notes griffonnées dans le rapport d (...)
  • 66 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; A. Espitalier, commissaire de p (...)

27Par conséquent, le ministre de l’Intérieur était possédé d’une rancœur qui n’épargnait même pas les Européens. Lorsqu’un chirurgien militaire français fit déguerpir en personnes deux femmes – qui se trouvèrent être les épouses de Maïga – de son hôpital parce qu’elles perturbaient, par leur babillage, le silence nécessaire à la salle d’opération, il fut convoqué à la Sûreté le jour même et sommairement déporté64. En ce qui concernait l’opposition, la haine de Maïga était si brûlante qu’il griffonnait régulièrement des injures en marge des rapports, accusant les sawabistes de « sabotage » et les traitant de « fous », de « baudets » ou de « fanfarons » tout en menaçant de les soumettre à des brutalités. À lire les dossiers du ministre de l’Intérieur, on est choqué par l’inconvenant tableau d’un tel manque de retenue de la part d’une des plus hautes personnalités de l’État65. Cependant, en matière de résolution comme d’hostilité, Maïga développa des atomes crochus avec des agents comme Espitalier et Jean Ambroise Colombani. Les conseils que ces derniers prodiguaient sur le renforcement des contrôles aux frontières ou l’envoi d’espions au sein des milieux sawabistes au Nigeria étaient honorés d’un « oui » approbateur en marge de leur correspondance avec le ministre, et Maïga qualifia de « très juste » l’observation de Colombani affirmant qu’on irait à la tragédie si l’on se montrait magnanime à l’égard de l’opposition avant d’avoir mis sur pied une solide organisation policière. Colombani feignit de se demander si l’on pouvait faire fond sur la neutralité de certains sawabistes – idée écartée d’un revers de la main par un « jamais » péremptoire de son patron – et il partageait l’hostilité de son supérieur à l’égard du chef du Sawaba. Lorsque Georges Condat accompagna Bakary au tribunal pour y répondre de l’accusation de détournement de fonds et d’utilisation abusive de véhicules lors du référendum, ils croisèrent Colombani qui demanda sardoniquement si l’ancien président du parlement était « avec ce salaud-là66 ».

  • 67 F. Fuglestad, « UNIS and BNA : The Rôle of “Traditionalist” Parties in Niger, 1948- (...)
  • 68 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

28Ainsi, les trois premières années du règne du RDA établirent un régime extrêmement autoritaire, marqué par une implication poussée de la métropole au niveau élémentaire de la gouvernance – la persécution. La touche maniaque décelable chez certains de ses principaux agents autochtones imprégna le gouvernement d’une mixture de paranoïa et d’esprit de vengeance. L’administration n’était donc pas dépourvue d’éléments d’instabilité, aggravés par la situation hégémonique du RDA. Comme on l’a noté dans la première partie, le RDA avait perdu, à partir de 1951, tout soutien à l’est de Dogondoutchi. Avec le développement de l’UDN, son emprise sur les régions Ouest, toute authentique qu’elle était, ne demeura pas non plus incontestée. Son ascension soudaine et peu vraisemblable, en 1958, résultait des interventions de la France qui transformèrent le RDA en « parti administratif », c’est-à-dire en une formation qui devait son développement à la bienveillance du colonisateur plutôt qu’à son enracinement social67. Pour conférer à son règne un degré de stabilité, le parti devait élargir sa base en termes de couches sociales et de régions représentées. À l’Ouest, il jouissait d’un soutien qui allait au-delà du monde des « commis », mais non sans contestation dans les localités de la vallée du fleuve. Comme nous l’avons vu ci-devant, étant donné les ressentiments sociaux de Boubou Hama, les efforts déployés pour établir l’emprise du parti menèrent à des affrontements avec les chefs d’obédience sawabiste, ce qui mit à mal les prétentions du RDA à une légitimité nouvelle. Au Centre et à l’Est, la situation était encore plus épineuse. Ces régions étaient la base du Sawaba et étaient économiquement polarisées par le Nigeria, si bien que l’emprise administrative et l’influence politique du régime y étaient sujettes à caution. Dès 1959, le gouvernement demanda aux Français de renforcer les effectifs militaires à Maradi et Nguigmi, tout en procédant à de nouveaux découpages territoriaux et à la création de nouveaux postes administratifs. Une agence d’information d’État fut également programmée pour Zinder68.

  • 69 Ibid. ; « 23 au 29 juillet 1959 », no 40 ; « 29 janv. au 4 févr. 1960 », no(...)

29Construire une base politique ferme était, cependant, plus ardu. Des sections du parti furent mises en place de façon hâtive, propulsant à des positions avantageuses des personnes indifférentes ou avides de s’enrichir, ou qui avaient des comptes à régler et suscitaient donc peu de confiance. Les activités du parti s’essoufflèrent rapidement et s’embourbèrent dans des querelles de personne, paralysant les efforts de mobilisation. Par ailleurs, le recrutement de nouveaux membres provoqua des difficultés avec les anciens cadres du parti qui se sentirent mis sur la touche par de nouveaux arrivants plus instruits et récompensés de leur ralliement tardif par des emplois et des nominations. À Zinder, le comité du parti fut secoué par un conflit amer entre Issa Ibrahim, le député qui avait jadis combattu le Sawaba, et un commerçant prospère qui jouissait de l’appui de Diamballa Maïga. Divers groupes de jeunes – fidèles sympathisants du parti, intellectuels en poste désireux de succéder à des supérieurs moins instruits, et une masse de chômeurs – se sentaient particulièrement lésés. Si l’incorporation des jeunes, des chefs, des anciens combattants et des syndicalistes pouvait juguler les implications du fossé entre l’Est et l’Ouest, le résultat opposé se manifestait en cas d’insatisfaction ou de tension générationnelle. Les choses prirent ici aussi une tournure régionale, étant donné que les régions Centre et Est constituaient le cœur économique du pays et son premier contributeur fiscal. En 1960, les Français rapportent un accroissement du mécontentement populaire, en dépit des tournées accomplies au Centre et à l’Est par des politiciens et des syndicalistes du RDA. L’émergence d’un discours régionaliste, plus apparent qu’au cours des années 1950, fut facilitée par le fait que le bureau politique du RDA restait sous contrôle de gens de l’Ouest. L’inclusion, dans le cabinet, de personnes d’ethnicité haoussa ne pouvait guère contrebalancer cette réalité, puisque le bureau politique était le principal organe de prise de décision69.

30Ce mécontentement pouvait en partie être dévié vers les chefs. Leur nouvelle alliance avec le RDA fut érodée par l’hostilité des « commis » et des jeunes à leur encontre. Lors d’un congrès national en 1959, Diori put désamorcer une attaque en règle contre les chefs, mais lors d’un rassemblement en mai 1960, Hama ne réussit à empêcher leur suppression qu’en demandant qu’on les laisse disparaître d’eux-mêmes tandis que les cadres les remplaceraient progressivement. Puisque les chefs étaient aussi présents dans le cabinet, leur institution ne pouvait être éliminée en tant que telle. On décida donc d’établir des comités ruraux de parti qui devaient se substituer à l’autorité des chefs. Ces derniers furent mis à l’écart, y compris les plus puissants, comme le Sarkin Katsina de Maradi qui s’était tellement activé pour entraver les efforts de Bakary lors des opérations de campagne électorale de décembre 1958, et qui voyait à présent sa province (temporairement) supprimée.

  • 70 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; « Synthèse de (...)

31Cette approche de la question des chefs ne fut pas sans créer des tensions au sein du cabinet, menant Boubacar Diallo, ministre de la Santé et chef de Lamordé, à refuser d’aider à l’expansion du RDA dans sa principauté. Pire, avec la destitution des chefs d’obédience sawabiste, la chute de Djermarkoye et l’abrogation de droits de succession permettant de financer le revenu des chefs, l’atmosphère dans les campagnes tourna au vinaigre, provoquant des conflits dans les familles cheffériales et des mouvements d’opposition aux chefs en place, ce qui, en retour, mena à des représailles gouvernementales. Les problèmes liés à la question des chefs se multiplièrent partout – non seulement à Maradi, mais aussi à Téra, Konni, Tahoua, Tessaoua, Gouré et Magaria. Les effets de la politique officielle ne furent limités que par les querelles qui dévastèrent les comités du parti, notamment à Zinder et Maradi. Cependant, le régime réorganisa encore davantage le monde rural en mettant en place des coopératives paysannes qui prirent en charge les problèmes de développement au détriment des chefs, et qui marginalisèrent les samariya – les associations traditionnelles de la jeunesse que le Sawaba avait transformées en comités locaux du parti. Le rôle médiateur des chefs fut partiellement assumé par des hommes du parti au plan local, les tâches de recensement furent confiées à un agent de l’État et le recouvrement fiscal fut transféré des chefs de canton aux chefs de village. Les tâches routinières de gouvernement furent adjugées aux conseils d’arrondissement et aux sous-préfectures, institutions nouvellement établies. La réorganisation fut moins radicale dans les villes, où les magajiya, ou patronnes des femmes libres, étaient à présent élues par des membres locaux du parti et se trouvaient chargées des questions touchant à la femme et à la jeunesse70.

  • 71 Les Français parlent de 15 000 nouveaux membres. « Synthèse de renseignements intér (...)
  • 72 République du Niger. ministère de l’Intérieur : Situation politique ; ANN, 86 MI 1 (...)
  • 73 Ministère de l’Intérieur : Situation politique.

32Dans l’ensemble la quête de nouveaux membres fut un succès à l’Ouest, mais ne mena qu’à une expansion étriquée au Nord, du fait des réticences des populations nomades. À l’Est, il y eut des gains incontestables selon les Français, qui doutaient cependant de leur permanence71. Le mécontentement populaire devint manifeste dans le rapport du ministère de l’Intérieur pour décembre 1959, où il est fait état d’évasion fiscale dans des régions qui souffraient du renforcement d’une pression fiscale déjà forte, notamment dans les zones arachidières du Centre et de l’Est. Si l’année 1960 toute entière ne vit pas la construction d’une seule école ou d’un seul centre de santé, le déficit budgétaire ne constitua pas un frein à l’accroissement régulier des fonds dont disposait le ministère de Maïga72. Le même rapport révèle une mentalité d’assiégé vis-à-vis de l’opposition clandestine73.

  • 74 Chaffard, Les carnets secrets, 320, n. 1 ; « Recueil des principaux renseignements… (...)
  • 75 Nouvelle agression du gouvernement du Niger contre les établissements secondaires ; (...)

33La croisade contre les chefs n’était guère de nature à tempérer le malaise, en particulier parmi les jeunes, et, au vu de la structure démographique du pays, il y avait là un facteur potentiel de déstabilisation. Les jeunes scolaires étaient généralement d’orientation sawabiste. Les Français constatent que les élèves, qui prenaient inspiration de Abdou Moumouni, un enseignant du collège (plus tard Lycée national) de Niamey, rêvaient de la chute du gouvernement74. Cette situation amena la police à agir contre les centres d’enseignement, comme ce fut le cas en janvier 1959, lorsque le collège de la capitale fut soumis à une descente de police, avec à la clef des brutalités à l’encontre des élèves et une fermeture de l’école. Un incident de même nature se produisit en mai 1961, entraînant des plaintes de harcèlement et d’interruption des cours et aggravant le mécontentement suscité par le chômage et les procédures d’admission aux écoles. En août de cette même année, la police dispersa une réunion des scolaires qui protestaient contre des arrestations et contre la suspension du militant gauchiste Moumouni. Ils avaient dénoncé la non-tenue des élections et la continuation de la présence française dans le pays, tout en faisant l’éloge du Bloc de l’Est et de ses alliés africains. À Maradi, de jeunes étudiants – parmi lesquels figurait Hamidou Abdoulaye (photo 6.3), un enseignant adjoint à l’éducation technique – établirent un groupe dit du « Cordon Rouge » d’après la cravate de cette couleur arborée par ses membres75.

Photo 6.3 – Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 2009.

Photo 6.3 – Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey,         2009.
  • 76 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour (...)
  • 77 Interviews de Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Harou Kouka (ancien ministre RDA) (...)

34La présence continue de Français aux échelons supérieurs de l’administration, des institutions éducatives et des services de santé devint un symbole du malaise, provoquant des troubles et des revendications d’africanisation. En janvier 1960, le RDA décida que l’administration serait subordonnée au parti, ce qui eut pour effet de stimuler le développement de clientèles orbitant autour de politiciens rivaux. En conséquence, les Français s’inquiétèrent de l’efficacité des institutions gouvernementales76. De même, alors que ceux qui avaient, parmi leurs relations, des sawabistes, furent pour ainsi dire souillés par association et n’échappèrent pas à la persécution, il se trouva que, dans de nombreuses familles élargies, les gens prêtaient allégeance à l’une ou l’autre formation politique ou étaient apparentés d’un côté à des fonctionnaires et de l’autre à des fidèles du Sawaba. Il arrivait aussi que l’on ait des amis dans le parti opposé ; en dehors de la persistance des loyautés établies, ceci était, dans une certaine mesure, déterminé par les aléas de la vie. La peur et la nécessité de travailler ou de voyager poussèrent les gens à joindre le RDA puisque la carte du parti s’avérait indispensable pour se déplacer sans ennuis ou acquérir une place à la fonction publique. Elle servait aussi de protection lorsqu’on avait des amis ou des parents sawabistes77.

  • 78 Djibo, Les transformations, 253-254.
  • 79 « Synthèse de renseignements intérieurs, 2e trimestre 1960 ». Le contrôle d (...)

35Dans ces conditions, ce fut la base du RDA qui poussa le régime à prendre la voie de l’indépendance. En dépit des espoirs que les gaullistes avaient placé dans la communauté, qui devait prévenir cette évolution, dès le printemps 1960, les transformations politiques en cours en Afrique avaient mené plusieurs pays à l’indépendance tandis que certains étaient sur le point de l’acquérir, y compris des voisins du Niger tels que le Nigeria, la Fédération du Mali, le Cameroun et le Togo (ces deux derniers étant des pays sous mandat onusien). La revendication indépendantiste prit aussi un caractère d’urgence parmi les jeunes du Niger et au sein d’autres groupes sociaux du pays, au grand dam de Houphouët-Boigny et de son client nigérien, Diori, qui aurait versé des larmes à ce sujet, par frustration ou peut-être par peur78. Comme on pouvait s’y attendre, les chefs du pays, y compris le Sultan de Zinder, étaient aussi peu enthousiastes à propos du changement qui s’annonçait, du fait de l’hostilité du RDA et de la prépondérance des régions occidentales du pays ; il en était de même des communautés nomades du Nord qui, par crainte d’une domination par les sédentaires, en appelèrent à une séparation d’avec le Niger79.

  • 80 « Deux ans ? Cela paraissait des siècles ! » Foccart parle, 223.
  • 81 « Rapport de Fin de Commandement. Situation politique et militaire de l’Ex-Afrique- (...)
  • 82 Fluchard, Le PPN-RDA, 345-346 ; Djibo, Les transformations, 258, 26 (...)

36Cependant, les Français avaient déjà mis leurs intérêts à couvert grâce à une série d’accords bilatéraux non seulement avec le Niger, mais aussi avec la Haute-Volta, le Dahomey et la Côte d’Ivoire qui constituèrent, avec le Niger, le Conseil de l’Entente, un cadre de coopération inspiré par les Français et financé par les Ivoiriens. Le consentement de la France à l’indépendance du Niger concédait, ne serait-ce qu’en partie, ce qui avait été refusé à Bakary deux ans plus tôt. Mais du point de vue français, ces récents évènements semblaient remonter à des siècles, comme se le rappellera plus tard Foccart, non sans cynisme80. Avec un client loyal à la tête de l’État et la création de l’armée du Niger exécutée par simple transfert des unités africaines des forces françaises – dont un fort effectif resta sur place – la métropole n’avait guère d’inquiétudes à se faire quant à cette « indépendance ». Il en était de même des membres de l’Assemblée qui virent leur peur de perdre leur siège apaisé par l’annulation des élections81. Les festivités de l’indépendance attirèrent certes une grande foule à Niamey mais ne parurent pas faire événement. En maints lieux, le changement fut annoncé par le commandant de cercle français et dans les capitales régionales, seuls les chefs assistèrent à des cérémonies au cours desquelles les discours étaient prononcés en langue française avant d’être traduits par des interprètes, ce qui mettait en exergue l’amitié de la métropole. Don Jean Colombani présenta à Hamani Diori ses lettres de créance de premier ambassadeur de France au Niger et à minuit, le 3 août, l’indépendance fut proclamée au son de « La marseillaise ». L’hymne national du Niger, « La Nigérienne », ne sera composé que plus tard, par des Français82.

Nous avons fêté l’indépendance en cellule83 : styles et thèmes d’une opposition émergente

  • 83 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960 (paraphrase (...)
  • 84 Georges Clément, chef de section ST et Frontières, au directeur des services, Niame (...)
  • 85 Son père, Beidari Touré, alors âgé de 50 ans, travaillait à la mairie. Il décéda so (...)

37Pour le gouvernement, le problème était que s’il avait rapidement réussi à interdire le parti Sawaba, le mouvement social incarné par ce parti ne pouvait être éliminé aussi facilement. Ainsi, quelques semaines après l’indépendance, Georges Clément décrit le « virus sawabiste » comme dormant mais non complètement neutralisé. Selon Jean Colombani, les sawabistes authentiques étaient « irréductibles » : ils reprenaient leur œuvre de « démolition » dès la sortie de la prison84. Les activistes du Sawaba tiraient une bonne part de leur dynamisme de leur désir de mieux-être social, et la légitimité de ces aspirations semble avoir été confortée par leur popularité au sein de l’électorat. Bien que vaguement définis, les objectifs sociaux et politiques des sawabistes ne pouvaient être simplement mis de côté, d’autant plus que l’inexorable persécution gouvernementale rendait la vie impossible à nombre d’entre eux. La colère et l’amertume suscitées par le renversement du parti et par la répression impartirent un élan nouveau à la quête du sawki (cet état de tranquillité si désiré), qui était la raison d’être même du mouvement. La répression aidait aussi à trouver de nouvelles recrues, comme ce fut le cas de Mounkaila Beidari, un jeune garçon de 14 ans qui joignit le mouvement en 1960, l’année où son père, un sawabiste quinquagénaire, décédait des suites de violences subies en détention (photo 6.4)85.

Photo 6.4 – Beidari Touré – père de Mounkaila Beidari (M. Beidari).

Photo 6.4 – Beidari Touré – père de Mounkaila         Beidari (M. Beidari).
  • 86 Rapport non daté de l’AFP ; CAOM, Cart. 2198/D.15 ; A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, (...)
  • 87 F. Ansprenger, Politik im schwarzen Afrika : Die modernen politischen Bewegungen im (...)
  • 88 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la périod (...)
  • 89 « Recueil de Renseignements… 30 mars au 12 avril 1959. »

38Par conséquent, si la répression avait mis les cadres du Sawaba sur la défensive, le mouvement n’avait nullement perdu de sa vigueur. Il pouvait notamment compter sur ses forces dans le monde syndical au sein duquel apparurent quelques-unes des premières contestations au régime. Le 2 janvier 1959, une grève générale partiellement suivie éclata à Niamey pour protester contre les nouvelles réglementations du travail. L’action avait été inspirée par l’aile Sawaba de l’UGTAN, dont le congrès interterritorial, tenu en Guinée une quinzaine de jours plus tard, allait donner à Bakary le poste de vice-président. Ceci suscita des inquiétudes, puisque la rupture entre la Guinée et la métropole avait rejailli sur l’UGTAN86. Ce même mois, le Sawaba appela à la tenue de nouvelles élections municipales à la suite de la dissolution du conseil municipal de Niamey, tandis que l’investiture des pleins pouvoirs du cabinet, le jour précédent, conduisait Azalaï à faire des commentaires provocateurs sur la vengeance du peuple. D’autres provocations étaient plus sensibles, parce qu’elles eurent lieu sur la voie publique. À la fureur de Boubou Hama, une délégation officielle se rendant de l’aéroport aux bureaux de Diori fut couverte de huées par une foule hurlant « Sawaba ! ». Même chose arriva, à la mi-février, au Premier ministre lui-même et à Pierre Messmer, le haut-commissaire de l’AOF, lors d’une visite à Tahoua et Maradi au cours de laquelle des sympathisants du Sawaba ternirent bruyamment la légitimité du système franco-RDA. Il s’agissait là d’un grave affront, puisqu’il était devenu de coutume que les gens s’alignent le long de la route et applaudissent au passage de dignitaires en visite officielle, toutes affaires cessantes87. Le 14 mars, l’opposition serait allée bien plus loin, ayant essayé de saboter l’adduction d’eau de Zinder, une ville sempiternellement affligée par la pénurie d’eau88. Des collecteurs d’impôts furent attaqués dans cette région, par des sawabistes (qui furent arrêtés) selon les Français, et l’activiste du Sawaba Abdou Sabo dit Sabo Riga fut accusé de semer la sédition contre les chefs de canton au nord et au sud de Zinder89.

  • 90 Ibid., « 16 au 22 juillet 1959 », no 39 ; CAOM, Cart. 2249. Voir aussi n. 22 et 24 (...)
  • 91 Djibo, Les transformations, 222 ; « Synthèse politique », no 524 CP (...)

39Avec l’exclusion forcée des députés locaux du Sawaba et la convocation de l’élection partielle de fin juin, le climat s’échauffa. Ousmane Dan Galadima, relâché de prison, s’envola pour Zinder afin d’y apporter des fonds de campagne (ceci se produisant apparemment avant la décision de boycotter le scrutin). Une action en justice introduite à Dakar contre l’éviction des députés du parti à Tessaoua avait déjà échoué. À Magaria, des rixes éclatèrent lorsque les employés Sawaba d’une huilerie se disputèrent avec des cadres RDA, ce qui conduisit à une bataille qui, suivant le constat des Français, s’étendit à « la majeure partie de la population de la ville ». Six sawabistes furent gravement blessés, y compris Moussa « Maaroud » (i. e. Maharou) et Mahamane « Tchilli » (Maman Tchila), conseiller municipal à Zinder, « bien connu des services de renseignements90 ». À cette étape, le Sawaba avait rendu public un texte qui équivalait à une déclaration de guerre. Le texte constatait que l’ordre légal était privé d’effet et il posait des menaces de représailles violentes pour chacun des coups portés par le régime. À son tour, ce dernier félicita les représentants locaux du gouvernement pour toute action répressive prise à l’encontre de l’opposition91.

  • 92 Sallé Dan Koulou, PTT Niamey, à Mallam Abdou, 27 juin 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7, et (...)
  • 93 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35, « 2 a (...)

40C’est à ce stade que se manifestèrent les premiers signes indiquant que les leaders du parti examinaient la nécessité de passer à la clandestinité. Bien que le parti n’avait pas encore été interdit, Sallé Dan Koulou demanda à son compagnon de lutte Mallam Abdou de dire aux camarades qu’ils étaient « dans la résistance ». En mai, au siège du parti à Niamey, qui était l’objet de fréquentes descentes de police, les leaders commencèrent à brûler une partie des archives92. Mais comme plusieurs membres du noyau dur du Sawaba étaient basés dans les milieux syndicaux, l’opposition put continuer à travers les activités syndicales, même après l’interdiction, en juillet, de la section Sawaba de l’UGTAN. Les syndicalistes du Sawaba infiltrèrent les rangs de l’UGTAN-autonome d’obédience RDA. Ils emportèrent ainsi la majorité de la représentation des travailleurs au niveau de la maison de commerce SCOA. Les syndicats d’obédience sawabiste bénéficiaient de contacts avec la CGT française et la Fédération syndicale mondiale (FSM) d’obédience communiste, attirant la propagande du Bloc de l’Est et peut-être des fonds. À partir de 1959, une bonne part du travail de coordination avec l’Europe de l’Est était assurée par Daouda Ardaly93.

  • 94 Parmi les autres membres du bureau de l’USTN figuraient Boubacar Maiga, Ango Issa, (...)
  • 95 Inter-Syndicat du secteur privé et assimilé ; Syndicat des services civils du SMR ; (...)
  • 96 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 20 au 26 aoû (...)

41L’activisme syndical se poursuivit donc, avec les encouragements de Bakary. Une semaine après la dissolution de l’UGTAN, les syndicalistes se réunirent pour mettre sur pied un nouveau regroupement, l’Union syndicale [sic] des travailleurs du Niger (USTN). Rassemblant divers syndicats de métier et d’artisanat, l’USTN était dirigé par les militants sawabistes Nouhou Ibrahim, Farka Maiga – qui représentait les travailleurs du bâtiment – et Djibo Sékou, entre autres94. Son établissement conduisit à une prolifération de syndicats créés sous de nouveau nom afin de dérouter la persécution. Affiliés ou non à l’USTN, ils étaient dans tous les cas contrôlés par des cadres du Sawaba. Ces nouvelles organisations comprenaient un syndicat de travailleurs du secteur privé – secteur traditionnellement dévolu au Sawaba – et des syndicats des fonctionnaires, des chauffeurs, des domestiques, des employés des services de météorologie, des travailleurs des bois et métaux, des employés des PTT et des enseignants95. Les Français jugèrent que les syndicats de fonctionnaires, en particulier celui des PTT, pouvaient poser un défi redoutable. Les autres – en particulier le syndicat des enseignants dont la majeure partie des professionnels avait toujours été du côté du RDA – leur parurent d’importance moindre. Maïga ne voulut pas les reconnaître, allant jusqu’à refuser les récépissés sanctionnant la soumission de leurs statuts, mais non sans se trouver en désaccord, sur ce point, avec René Delanne, le leader syndical du RDA. Irrité par le défi lancé par les syndicats tout autant que par les critiques de violation des libertés syndicales prononcées lors d’une conférence de l’UGTAN à Bamako, le ministre de l’Intérieur riposta en ordonnant l’expulsion de trois syndicalistes d’origine étrangère, Farka Maiga, Yaya Ouattara et Idrissa Maiga. Employés chez Vidal, ils furent accusés d’avoir fomenté une grève à l’occasion de l’apparition de Bakary au tribunal et furent escortés jusqu’à la frontière, le 23 août. Leur expulsion ne fut pas sans contribuer aux troubles qui agitaient les populations soudanaises de la zone frontalière, nombre desquelles – tels que les Songhay, les Kurtey et les Bella – étaient culturellement apparentés aux petits travailleurs et aux ouvriers du bâtiment de Niamey96.

  • 97 Le bulletin des enseignants était édité par Moussa Idé, Gonimi Boukar et Garba Abdo (...)

42Contrairement aux estimations des Français, l’incident révéla que c’était surtout les travailleurs du secteur privé, généralement moins bien payés que ceux de la fonction publique, qui continuaient à apporter un robuste soutien à l’opposition. En septembre 1959, les rapports indiquent que les employés de Vidal étaient encore sensibles à la propagande du parti, participant aux meetings et arborant le Chameau, symbole du Sawaba. Un peu plus tôt cette année-là, à Maradi, Abdoulaye Mamani avait incité les travailleurs à rejeter des promesses d’augmentation de salaire qualifiées de dérisoires, tandis qu’à Zinder, les syndicats proches du parti maintenaient eux aussi leur influence dans le secteur privé : lors de l’élection, en août, des représentants syndicaux des Entreprise Petrocokino, une société d’import-export, les cadres du Sawaba battirent aisément les délégués d’obédience RDA. Le syndicat des enseignants aussi continua à faire de la politique, profitant de l’importation clandestine de matériaux de propagande de la Guinée et, à partir de novembre, commençant à publier des bulletins de protestation sur le manque de liberté politique et syndical. Les travailleurs du secteur public étaient cependant vulnérables aux mesures de rétorsion et ne pouvaient constituer une menace grave. Une grève du secteur de la santé prévue pour l’automne fut déjouée97.

43Mais comme le régime était fragile et que la société nigérienne était marquée par diverses tensions et fissures, les occasions d’agitation politique ne manquaient pas. Ce faisant, le Sawaba se plaçait dans une tradition de l’opposition politique qui s’était développée au cours des années 1950 et qui exploitait toute une série de problèmes, de fractures et de croyances marquant le corps social, se servant d’eux pour frapper le régime et améliorer ses positions vis-à-vis de la population. Cette conception globale de l’opposition, parfois modérée par des considérations tactiques, était informée par un bagage idéologique constitué par le nationalisme militant, des thèmes d’inspiration marxiste et les répertoires culturels locaux. Suivant la nature de l’audience cible de cette « agit-prop », les cadres raffinaient ou simplifiaient plus ou moins leur message. Ainsi, au printemps 1959, le bureau politique mobilisa les activistes au nom de la « résistance pacifique, mais effective » et appela à l’exploitation systématique de « toutes les fautes commises par l’adversaire » :

« Camarades… armez-vous pour la croisade contre le mal qui nous opprime et sachez que seule la lutte paie pour un pays opprimé comme le nôtre. »

  • 98 « Recueil des principaux renseignements… 24 avril au 5 mai 1959 », no 28.

44L’organe du parti condamna le gouvernement pour ses mesures « fascistes », tels que l’interdiction des réunions et des publications, le harcèlement des syndicats, l’expulsion des sawabistes d’origine étrangère, les arrestations arbitraires, la prise de contrôle forcée du conseil municipal de Niamey et les pillages des chefs. La violence du régime, souligna-t-il, ne ferait qu’élargir « le fossé de haine » qui le séparait des masses98.

  • 99 « Synthèse politique », no 365 et 524 CP, mars-avr. 1959 ; ibid., no 230 (...)

45Le parti intensifia sa propagande au début de l’année 1959. Les 12 et 13 mars, les cadres du Sawaba de Tessaoua, Magaria, Gouré et Zinder tinrent une conférence pour discuter des plans d’agitation du parti dans les régions Centre et Est. Cependant, Bakary rencontra Tiémoko Coulibaly – encore présent sur le territoire nigérien −, Dandouna Aboubakar et d’autres, donnant à ses amis instruction d’éviter toute déclaration anti-française, peut-être en vue de diviser la coalition régnante et parce qu’il était conscient de la vulnérabilité des positions du RDA et de la puissance de la métropole. Il désirait également éviter des expulsions supplémentaires et incita donc ses cadres à réagir de façon retenue et à serrer les rangs. Selon les Français, il paraissait avoir considéré que le temps jouait en sa faveur. Ainsi, le parti prêta une attention considérable au rôle qu’il pouvait jouer dans les élections municipales de Niamey, auxquelles il avait l’intention de prendre part lui-même ou à travers un nouveau groupe politique – thème récurrent de sa propagande tout au long de l’année 1959 et au cours de la première moitié de 196099.

  • 100 « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; ibid., (...)

46Les questions de politique étrangère et d’économie politique ne furent pas non plus laissées de côté. La propagande s’organisa autour de la future Fédération du Mali, présentée comme une alternative à l’Entente et à l’intégration dans la sphère d’influence française. À travers le pays, les activistes reçurent des exemplaires du journal soudanais L’Essor, tandis que la prise de contrôle, par l’OCRS, des régions sahariennes fut condamnée comme une trahison de la cause nationale. À la fin de l’année 1959, après que de Gaulle ait consenti à l’indépendance de la Fédération du Mali, la propagande en faveur de son voisin politique s’intensifia. Dans l’espoir d’attirer le Niger dans l’orbite de la Fédération, où les sawabistes étrangers et plusieurs leaders nationaux du parti (comme Bakary) avaient pris résidence, des cadres menés par Dandouna Aboubakar reçurent l’instruction de faire de la propagande pour l’indépendance du Mali. C’est vers la même période que le parti accrut ses efforts de propagande contre la commémoration de l’établissement d’une république « autonome » le 18 décembre de l’année précédente, une journée qui avait marqué l’apogée des interventions françaises au Niger et qui, du point de vue de la propagande du Sawaba, n’avait « rien de national100 ». Il fut demandé aux cadres ruraux de mobiliser autant de monde que possible pour protester contre l’anniversaire, tandis que dans la capitale, des tracts ronéotypés furent distribués aux passants, aiguillonnant la population :

« À bas les Fantoches. Aux urnes ! Aux urnes !… Nigériens souvenez-vous. »

  • 101 « Recueil des principaux renseignements… 24 au 31 déc. 1959 », no 61 ; ibid (...)

47Les tentatives faites pour mobiliser les militants ruraux autour de cette question échouèrent cependant. Il en fut de même de l’appel au boycott : les gens affluèrent à Niamey pour assister à des festivités qui, bien plus que la date de l’indépendance un an et demi plus tard, visaient à légitimer la suprématie conjointe de la France et du RDA. Étant donné le peu d’enthousiasme que montraient les activistes des villes à suivre l’appel du parti, les leaders du Sawaba n’avaient guère d’autre choix que de laisser leurs partisans prendre part aux célébrations, donnant notice aux hommes de porter des boubous bleus – la couleur du parti – et aux femmes d’arborer les couleurs du Mali. L’indépendance imminente de la Fédération était vue comme un défi à Diori qui, espérait-on, serait forcé d’aller dans la même direction. L’objectif de délivrance quasi-millénariste que les sawabistes conféraient à cette évolution était souligné par le fait qu’il était attendu que Diori se sentirait contraint de faire appel à un Bakary dont le retour prochain fut annoncé partout aux militants comme une étape vers la reprise du pouvoir101.

  • 102 S. Ellis & G. Ter Haar, Worlds of Power : Religious Thought and Political Practice (...)
  • 103 Fuglestad, History of Niger, 132.
  • 104 Un marabout, le nyassite Malam Ibrahima du secteur de Dogondoutchi, fut pressé par (...)
  • 105 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959 », no 27 et « 22 au 28 (...)
  • 106 « Synthèse de renseignements intérieurs, 2e trimestre 1960 ».

48Le rôle quasi-messianique conféré à Bakary est un thème attrayant dans une culture qui, comme ailleurs en Afrique102, avait une conception du monde qui ne séparait pas le politique du religieux. Comme nous l’avons observé au chapitre 1, les marabouts, notamment ceux de la confrérie Tijaniya, ainsi que ceux de ses dérivés hamallites et nyassites, avaient déjà joué leur partie dans un prosélytisme qui liait politique et mysticisme dans une même résistance subversive à l’ordre temporel du monde – en particulier à l’Ouest103. Les leaders du parti mobilisaient à présent les marabouts en leur promettant une alliance contre l’infidèle. Ainsi, durant la phase émergente de la répression, plusieurs religieux maintinrent les couleurs du parti flamberge au vent. Lors d’une prière du vendredi, en mai 1959, Ali Gati, un hamallite de premier plan, encouragea les fidèles de sept villages à persévérer dans leur allégeance à Bakary. Des marabouts enseignants de Kolori, au Nigeria, non loin de Magaria, firent aussi profession de bonne volonté à l’égard du parti, tout comme Malam Baba Boubakar Sadeck, un marabout qui entreprit une tournée de propagande vers Agadez en juillet. En fin 1959, le ministre de l’Intérieur conseilla la vigilance à l’encontre de marabouts qui, par deux fois, avaient été impliqués dans des incidents aux environs de Dogondoutchi104. Puis, en janvier 1960, des féticheurs dahoméens furent arrêtés pour agitation à l’encontre du RDA. Les gris-gris confisqués furent, sur ordre de Maïga, incinérés ou jetés dans le fleuve Niger105. Enfin, avant la fin de l’été de cette année-là, le régime avait arrêté ou mis en résidence surveillée des marabouts à Maradi, Zinder et Dogondoutchi – tous disciples du principal marabout nyassite du pays, El Hadji Aboubakar Assoumi – par crainte de collusion avec le Sawaba106.

  • 107 « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 et « 1e (...)

49L’existence de croyances centrées sur les forces du monde invisible fournissait des possibilités d’agitation qui allaient au-delà des conventions modernistes de l’opposition politique que le Sawaba avait appris à pratiquer. La rumeur jouait un rôle important à cet égard et, au fur et à mesure que la répression fermait les moyens d’agitation plus classiques, ces divers éléments allaient gagner en importance. Ainsi, au cours de l’été 1959, Abdoulaye Mamani (photo 6.5), qui détenait encore son poste au niveau des services d’information de l’État, produisait une propagande potentiellement préjudiciable à travers des observations sur un hivernage décevant. La diffusion de rumeurs, vraies ou fausses, devint une part intégrante de la panoplie de base de l’activiste du parti. À la fin 1959, des sawabistes de Dosso répandaient la notion selon laquelle Issoufou Djermakoye était en réalité un représentant de Bakary. En 1960, des rumeurs furent constamment mises en circulation pour annoncer le retour au bercail de Bakary, allant jusqu’à faire croire que le gouvernement lui préparait un accueil triomphal. Maïga griffonna l’ordre de punir l’auteur de cette fable. L’année suivante, en juillet, les sawabistes répandirent des histoires de trafic d’arme pour effrayer le régime. C’est dans ce contexte de rumeurs et de phénomènes surnaturels que l’on doit placer une note de renseignement de juin 1961 faisant état du fait que le nyassisme serait plus dangereux qu’un parti politique puisque ce dernier, après tout, pouvait être dissous à tout moment107.

Photo 6.5 – Abdoulaye Mamani (dossier de police).

Photo 6.5 – Abdoulaye Mamani (dossier de         police).
  • 108 « Les raisons de notre lutte » et « Pour un front démocratique de la patrie » (note (...)
  • 109 Interviews de Ali Amadou, Niamey & Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 31 janv. et févr. (...)
  • 110 « Les raisons de notre lutte », 55-75. Alors que le RDA aussi mettait l’accent sur (...)

50Au niveau du leadership, les aspirations du mouvement étaient formulées en un programme plus élaboré qui, combiné aux conceptions des répertoires culturels locaux, complétait le bagage mental et idéologique qui guidait les militants dans leur lutte clandestine. De plus, ce programme – établi dans deux déclarations de politique générale, la première publiée à Bamako en 1961 et la seconde en 1962108 − servit à situer le mouvement dans le contexte général des relations panafricaines et de la politique mondiale. Les choix qu’il eut à faire par rapport à l’aide étrangère disponible dans l’arène de la Guerre froide, de la politique du non-alignement et des affaires régionales en furent aussi informés et facilités. Par exemple, la première déclaration, Les raisons de notre lutte, classa le régime RDA dans la même catégorie que celui de Batista – récemment renversé à Cuba par Fidel Castro – et d’autres régimes du Tiers-Monde qui ne faisaient aucune critique de l’économie politique mondiale et entretenaient des relations cordiales avec l’Occident. Diori et Boubou Hama furent donc mis dans le même sac que Senghor, Tshombé et Mobutu. Le parti réitéra sa position de 1958, dans laquelle il avait accepté l’intégration dans la sphère d’influence française tout en réservant sa liberté d’action dans le domaine de la politique étrangère. La déclaration de 1961, cependant, fut assortie d’une nette préférence pour les régimes nationalistes radicaux comme ceux de la Guinée, du Ghana et du Mali – dont les liens fédéraux avec le Sénégal avaient été rompus. Leur indépendance apparaissait comme « totale » et « effective », en contraste avec celle du Niger qui était « nominale ». La lutte pour l’indépendance effective devint donc le principe central de l’idéologie du Sawaba, qui tourna autour de la condamnation du référendum et de l’usurpation du pouvoir par la ligue franco-RDA. L’échec du « non » fut réinterprété pour apparaître comme la source d’une force idéologique permettant aux sawabistes de prendre la posture de ceux qui avaient osé se dresser contre les Français. Comme le journal gouvernemental du Niger allait plus tard le mentionner avec dérision, ils avaient fait du « non » un « talisman109 ». Avec le temps, la critique des Français allait devenir plus acérée, à l’aide de réflexions sur le concept de « néocolonialisme ». Ainsi, selon la déclaration de 1961, l’indépendance avait été imposée à Diori pour faire diversion par rapport à la véritable lutte de libération, celle au bout de laquelle le peuple serait libre de choisir sa destinée sans pressions extérieures et parviendrait à résoudre ses problèmes socioéconomiques. Dans cette perspective, la lutte pour l’indépendance ne faisait que commencer et, par conséquent, le Sawaba avait le droit de mobiliser toutes ses forces pour le « combat final » pour la libération du peuple, ce qui voulait dire, entre autres choses, l’indépendance économique et le départ des troupes françaises110.

51Cet argument pouvait, bien entendu, contribuer à légitimer le recours à la force, chose qui n’avait rien de surprenant étant donné la nature de la vie politique nigérienne et l’histoire du mouvement. Cependant, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, le parti allait poursuivre, pendant quelques années, une double ligne politique comprenant d’un côté une action non-violente assortie de la recherche d’une issue pacifique (en proposant des formes de rapprochement avec le régime) et de l’autre l’idée que l’action violente était possible et qu’il fallait s’y préparer. D’un point de vue idéologique, le parti justifiait cette dernière éventualité en affirmant que la ligue franco-RDA était « anti-nationale » et hostile au peuple, puisqu’elle s’était imposée à travers les « baïonnettes françaises ». La situation ainsi créée était celle d’une « pseudo-indépendance » qui ne laissait pas de liberté d’action au gouvernement.

  • 111 Ibid., 58-72 ; interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Research Memorandum (...)
  • 112 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960. Un des dét (...)

52Il y avait aussi, dans tout ceci, une double frustration du mouvement. L’indépendance étatique qui lui avait été refusée, était, par contraste, offerte au RDA deux ans plus tard, avec comme résultat l’oppression de ceux qui s’étaient battus pour le sawki. Par ailleurs, l’enthousiasme qui salua inévitablement le 3 août affaiblit temporairement le soutien pour le mouvement111. Le sentiment de désespoir qui résulta de la manière dont une conviction millénariste avait fait naufrage est illustré par la lettre que Barmou Batouré, ancien adjoint au commandant de cercle de Maradi, envoya au président Diori en septembre 1960. Écrivant au nom de huit compagnons de cellule, il se plaignit de leur emprisonnement et des conditions de détention. Batouré indiqua qu’en juin de cette année, le RDA s’était prononcé pour l’indépendance, qu’il n’existait du coup plus de désaccords, mais qu’ils avaient été arrêtés en juillet, qu’ils regrettaient amèrement d’être exclus des tâches de développement national et qu’ils fêtaient l’indépendance du Niger en prison, dans de fort mauvaises conditions112.

  • 113 « Les raisons de notre lutte », 59-76 ; interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7  (...)

53La déclaration politique de 1961 insista donc sur le retour de l’ordre constitutionnel, une amnistie inconditionnelle pour les activistes du Sawaba, l’abrogation des mesures de répression, des élections libres, un gouvernement démocratique et la restauration des conseils municipaux dissous. Le parti avait pris l’habitude de formuler ses aspirations dans un langage d’inspiration marxiste, revendiquant une base scientifiquement établie pour ses idéaux et exhibant une indifférence rhétorique à la question de savoir qui devait diriger les affaires de l’État. Mais comme il se présentait comme un mouvement doté d’un large soutien populaire et qu’il soulignait que l’objectif de l’indépendance était le bien-être du peuple, il était évident que le Sawaba se considérait comme le candidat naturel devant guider les masses, seul ou en tandem avec le RDA, au sein d’un gouvernement de réconciliation nationale113.

  • 114 Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des services de police, (...)
  • 115 « Recueil des principaux renseignements… 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66 ; Resear (...)

54Les dimensions sociales de sa quête de l’indépendance authentique constituaient une part importante de son programme et devaient mener à une analyse extensive de la société nigérienne dans la déclaration de politique générale de 1962. En même temps, ceci permit au Sawaba de prendre le RDA à partie. Il fut ainsi noté que deux années de gouvernement RDA n’avaient rien donné sur le plan social, pas la moindre nouvelle clinique ou école, ni la moindre construction de bâtiments publics, et aucun développement de l’infrastructure urbaine. Comme une bonne part de ces critiques était vraie, elles constituaient une arme redoutable. Le programme de 1961 parlait d’augmentations du chômage dans les zones urbaines, du manque de sécurité sociale, de la baisse du niveau de vie qui s’était aggravée du fait des augmentations d’impôt. La propagande de terrain était plus brute : les activistes soutenaient que l’indépendance actuelle était illusoire et qu’à l’époque du Sawaba, chacun avait un travail114. Au début de 1960, les Français notèrent que le nombre d’insatisfaits était effectivement en hausse – à cause, aussi, d’une mauvaise récolte arachidière –, que l’opposition était devenue moins discrète, et qu’elle avait adopté un ton plus acéré. Les services de renseignement américain observèrent que l’indépendance fut rapidement suivie d’une désillusion nourrie par l’absence de changement au niveau des conditions de vie115.

  • 116 A. Bernier, premier conseiller ambassade de France Accra à Diori, 2 août 1961 + ren (...)
  • 117 Pour un front démocratique de la patrie, 51 ; Mémorandum sur la situation politique (...)
  • 118 « Les raisons de notre lutte », 58-73 ; interview Adamou Assane Mayaki (Niamey, 29  (...)

55Le programme du Sawaba contenait donc une critique acerbe des résultats du gouvernement par rapport, également, à l’électrification de la ville commerçante de Maradi et à l’amélioration de l’adduction d’eau à Zinder, projets qui auraient été victimes du fait que les fonds requis avaient été utilisés pour les « festivités imbéciles » du 18 décembre. La déclaration de 1961 exigea également que les petits commerçants, transporteurs et artisans ne fussent plus entravés par des restrictions mises en place en faveur des maisons de commerces européennes ou des sociétés appartenant à des membres du gouvernement. Sur le terrain, ces sentiments furent communiqués de manière rudimentaire : Aboubakar dit Kaou prédit, en octobre 1959, à ses partisans de Maradi, qu’il y aurait une guerre entre les Blancs et les Africains en 1962, tandis que Tini Abdouramane dit Malélé, un activiste de Gothèye, dit à la communauté nigérienne du Ghana, durant l’été 1961, que les sawabistes n’aimaient pas Diori parce qu’il vivait avec les Blancs et qu’ils ne voulaient pas de Blancs au Niger116. Si le parti n’exprimait pas véritablement des sentiments racistes, de tels propos exploitaient le mécontentement larvé nourri par la faible africanisation des emplois et positions du secteur public. Les Corses, en particulier, devinrent l’objet de récriminations, presque sous la forme d’une réapparition inédite des préjugés européens sur le « bandit corse », d’autant plus qu’ils occupaient des postes au niveau de l’appareil sécuritaire117. L’impression était que les Français les avaient délibérément recrutés – tout comme les Bretons – sur la base de leur caractère impétueux et rude118.

  • 119 « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32.
  • 120 Gaskya (qui, de temps en temps, publiait des articles en haoussa), no 12, 12 sept. (...)
  • 121 « Les raisons de notre lutte », 72-75 ; Pour un front démocratique de la patrie, 36

56Le programme officiel du parti ratissa cependant bien plus large, exigeant la suppression d’impôts injustes et une réforme agraire pour mettre fin à l’exploitation des paysans par les chefs, taxés d’être une institution « rétrograde », « féodale » et « parasite » qui devait être abolie. Les barrières de caste devaient être supprimées et les femmes recevoir les mêmes droits que les hommes ; elles devaient prendre une part active à la vie publique. Les militants de Tahoua donnèrent un contenu pratique à la prise en compte des opprimés en incitant les « captifs » illettrés qui vivaient encore dans des conditions d’esclavage à exiger leur émancipation. Une telle action était bien adaptée à la rhétorique révolutionnaire du parti et donnait mauvaise figure au régime qui n’avait pas mis fin à cet état de fait119. De même, la stratégie d’opposition globale du parti l’amena à avancer la cause de la langue haoussa, qui devait devenir la première langue nationale du pays, sans cependant éliminer le français ni établir une discrimination contre les autres langues locales. Si cette idée pouvait aider à renforcer le soutien du Sawaba dans les régions du Centre, elle ne pouvait être promue sans aller, dans une certaine mesure, à l’encontre du projet nationaliste du parti qui, après tout, avait pour base le petit peuple des villes à travers tout le pays120. Ainsi, la déclaration de 1961 prit soin de demander une réforme à travers tout le Niger, avec la mise en place de « collectivités » régionales, de coopératives paysannes et de conseils de village qui se substitueraient aux chefs dans la gestion des affaires locales (comme le RDA l’avait effectivement fait), tout en appelant à l’amélioration des rapports entre populations nomades et sédentaires121.

  • 122 « Les raisons de notre lutte », 70 ; note d’information, 22 juillet 1961 ; ANN, 86 (...)
  • 123 Déclaration, bureau politique, Parti Sawaba, Bamako, 1er déc. 1961 (in Gaskya, (...)

57Enfin, la critique sociale du parti frappa au cœur du triumvirat en alléguant que Diori avait mis en location son domicile gouvernemental et développé des intérêts dans le secteur des transports. Des ministres furent critiqués pour des pratiques similaires. Il était en effet de notoriété publique que les propriétés du gouvernement étaient louées à des expatriés et à des entreprises publiques à des taux exorbitants, notamment par l’épouse de Diori, qui accumula une fortune dans l’immobilier à Niamey. Elle en reçut – de la part des étudiants – le surnom de « l’Autrichienne », par référence désobligeante à Marie-Antoinette. Ainsi, en juillet 1961, il fut question du fait que Hima Dembélé et Adamou Sékou menaient une enquête sur les pratiques frauduleuses auxquelles s’adonnaient les ministres au niveau de l’industrie du bâtiment122. Les festivités du 18 décembre de cette année-là furent l’objet de moqueries explicites visant les vastes dépenses qui auraient été faites – y compris à travers l’achat de plusieurs Mercédès – et les contributions obligatoires qui avaient été imposées aux paysans comme aux citadins123.

58Cependant, déjà à ce moment-là, diverses formes d’action subreptice avaient intégré la panoplie d’instruments dont disposait le mouvement pour défier le régime.

Notes

1 Maïga Abdoulaye, bureau politique Sawaba, à chef du territoire, lettre no 18/E, 4 déc. 1958 ; direction du Contrôle, Mission Pinassaud ; CAOM, Cart. 1040.

2 Cité par C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 275. Les pleins pouvoirs étaient officiellement en vigueur jusqu’au moment où la nouvelle constitution du Niger, alors en voie de rédaction, aura été proclamée. Pourtant, voir ci-dessous : M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 176.

3 République du Niger assemblée constituante. Procès-verbaux. Session extraordinaire du 17-12-58 au 22-12-58 ; session ordinaire du 29-12-58 au 20-1-59, 46-49. Les députés Sawaba s’abstinrent.

4 Unité : Organe hebdomadaire du Parti Sawaba, no 1, 30 avr. 1959 ; Djibo, Les transformations, 221 ; ibid., « Le Sawaba dans l’évolution politique du Niger (1954-1960) » ; document non-publié, 9-10 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 275 ; J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 459.

5 « Synthèse politique », no 524 CP, avr. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; 24 avril au 5 mai 1959, no 28 ; 6 au 13 mai 1959, no 29 ; CAOM, Cart. 3684-3686. Des exemplaires de journaux étrangers auraient également été saisis. Parti Sawaba. « Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte » (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961), 50.

6 Fluchard, Le PPN-RDA, 276 et Djibo, Les transformations, 220.

7 Il ne s’agit peut-être pas du député de Zinder du même nom. chapitre 5, n. 176 et C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 47 et 164-165.

8 Renseignements, 6 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8 ; ibid., 4 nov. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959, no 27 ; Bureau de coordination et de liaison, no 879/BCL, 18 oct. 1968 : Étudiants et boursiers du Sawaba de retour des Pays de l’Est ; ANN, 86 MI 1 E 8.14 ; Le Niger, 26 oct. 1964.

9 Unité, no 1, 30 avr. 1959 et interviews de Abdou Ali Tazard, Tessaoua, et Katiella Ari Gaptia, Bosso, Lac Tchad, 9 et 13 févr. 2006 respectivement.

10 Unité, no 1, 30 avr. 1959.

11 Djibo, Les transformations, 221.

12 Interviews de Ibrahim Bawa Souley, Niamey, 26 nov. 2003 ; Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 et 21 oct. 2011 ; Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005 ; Djaouga Idrissa, près Dargol, 31 oct. 2005 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 25 juin au 1er juillet 1959 », no 36 ; CAOM, Cart. 2249 ; email Issa Younoussi à auteur, 5 août et 26 oct. 2010.

13 On l’a bien vu dans le cas de la persécution des Juifs par les Nazis – qui est, certes, un exemple extrême.

14 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; CAOM, Cart. 2249 ; ibid., 28 mai au 3 juin 1959, no 32 ; CAOM, Cart. 3686 ; Georges Clément, chef de section ST et Frontières, à directeur des Services de police, Niamey, 16 sept. 1960 (lettre) ; ANN, 86 MI 3 F 7.10 ; J. Colombani, direction des Services de police, à ministre de l’Intérieur, 13 févr. 1961 (lettre) ; ANN, 86 MI 3 F 8.3.

15 Voir chap. 1.

16 « Synthèse politique », no 365 CP, mars 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 19 au 29 mars 1959 », no 25 ; CAOM, Cart. 3684-5 ; « Recueil des principaux renseignements… 24 avril au 5 mai 1959 », no 28.

17 La police aurait battu Abdoulaye avec un fouet. Les dates de certaines de ces sentences ne sont pas connues, mais celle de Koulou fut prononcée en 1959. Des notables auraient été menacés par écrit afin qu’ils fassent défection. « Synthèse politique », no 524 CP, avr. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; Unité, no 1, 30 avr. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 12.19 ; Procès-verbal Gendarmerie nationale, 9 sept. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7 ; [http://droit.francophonie.org/publication.do?publicationId=667](en erreur en 2017), consulté le 2 mars 2011 ; interview de Amada Bachard, Niamey, 14 déc. 2009.

18 Cité par Djibo, « Le Sawaba dans l’évolution politique du Niger », 10.

19 Djibo, Les transformations, 179-180.

20 Un certain Dodo Harakoye fut affecté et une personne du nom de Abba Kelle fut renvoyée d’une agence de développement. Un enseignant Sawaba de Tessaoua, Abdou Ali Tazard, était en ce temps-là en prison. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 14 au 20 mai 1959 », no 30 ; CAOM, Cart. 3686 ; interview Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006.

21 « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », no 30.

22 En dehors de Moussa Maharou, syndicaliste de Magaria ; Maman Tchil(l)a, un boutiquier et conseiller municipal de Zinder ; Gayakoye Sabi ; Garva Diori dit Ye(n)ni, ouvrier. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 4 au 10 juin 1959 », no 33 ; CAOM, Cart. 3686.

23 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 20 au 26 août 1959 », no 44 ; CAOM, Cart. 3687.

24 Parti Sawaba. Bureau politique : Communiqué (texte in Unité, no 8, 8 juin 1959). 21 arrestations furent effectuées, y compris celles des conseillers municipaux du Sawaba Mahamane Chila [sic], Gayakoye Sabi et Boubou Taïfou. « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

25 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35 ; Djibo, Les transformations, 179-182 ; Unité, no 8, 8 juin 1959. Les Français soutiennent que les gens votèrent massivement, jusqu’à 71 %. « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 2 au 8 juillet 1959 », no 37 ; CAOM, Cart. 2249.

26 Lettre d’un avocat français à Sallé Dan Koulou, Paris, 14 mai 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7.

27 Fluchard, Le PPN-RDA, 279, parle de 0,04 % de la population.

28 Ibid. ; Unité, no 1, 30 avr. 1959 ; Djibo, « Le Sawaba dans l’évolution politique du Niger », ibid., Les transformations, 222.

29 Le 30 mai, plusieurs notables Sawaba de Niamey auraient été arrêtés et battus et d’autres reçurent des visites de la police au cours de la même semaine. À Tessaoua et Maradi, des gens auraient été expulsés vers le Nigeria et à Zinder, trois sawabistes auraient été arrêtés. Un certain Haman Maoury aurait également été arrêté et battu. Unité, nos 8-9, 8 et 11 juin 1959.

30 Djibo, Les transformations, 223.

31 Décret no 59-174 portant dissolution du parti Sawaba, Niamey, 12 oct. 1959 ; telegram 1102/MI/AI. Tous Cercles et Subdivisions, 13 oct. 1959 ; tous deux ANN, 86 MI 1 E 5.2 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 15 au 21 oct. 1959 », no 52, CAOM, Cart. 2250.

32 Cité in Djibo, Les transformations, 193.

33 « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; CAOM, Cart. 2251.

34 Djibo, Les transformations, 176-178 ; J.-J. Raynal, Les institutions politiques du Niger (Saint-Maur, 1993), 17-18.

35 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959 », no 27.

36 Les Trésors français et nigériens ne furent officiellement séparés qu’en 1971, et les Français collectèrent les fonds requis au Niger jusqu’en 1973. Djibo, Les transformations, 187-190.

37 Djibo, Les transformations, passim ; E. Mortimer, France and the Africans 1944-1960 : A Political History (Londres, 1969), 361 ; A. Bourgeot, « Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) », Autrepart, 16 (2000), 42-45 ; « Recueil des principaux renseignements… 10 au 16 sept. 1959 », no 47. Voir aussi B. Lecocq, Disputed Desert : Decolonisation, Competing Nationalisms and Tuareg Rebellions in Northern Mali (Leyde et Boston, 201), passim.

38 À la fin des années 1960 il y avait 62 « agents » de « l’assistance technique » dans l’administration générale, y compris 32 pour les « services ». De l’Africanisation des cadres dans la République du Niger. Mission dirigée par M. l’Inspecteur général de la FOM Debay, déc. 1960, CAOM, Cart. 1053.

39 Confidential Inward Saving Telegram Dakar to Foreign Office, no 71, 29 juin 1960 ; PRO, FO 371/147583. [« Singularly short of cadres capable of running a modern state. »]

40 « Synthèse de renseignements. 1er trimestre 1960, période du 1er févr. au 30 avril 1960 ». No 1120/G.C.S./ZOM1/2 ; SHAT, 5 H 95 ; Djibo, Les transformations, 191. Djibrilla Maïga, actif dans les émeutes d’avril de 1958, devint commandant du cercle de Magaria.

41 En avril 1961, 35 des 40 Subdivisions et Postes étaient commandés par des Nigériens. À la fin de l’été, 13 des 16 cercles et 16 des 18 subdivisions. Voir note suivante.

42 « Synthèse de renseignements intérieurs. 3e trimestre 1960, période du 1er août au 30 oct. 1960 », no 2619 ; 1er trimestre 1961, no 1/36, période du 1er févr. au 30 avril 1961 ; 3e trimestre 1961, no 2355/2/S, no 925/BS/S (tous SHAT, 5 H 95) ; De l’Africanisation des cadres… Niger.

43 V. Profizi, « Niamey village corse, 1958-1960 : Le critère régional dans les relations officieuses de l’administration franco-nigérienne pendant la transition vers l’indépendance » ; exposé oral, Centre d’études des mondes africains, Paris, 14 mars 2008 ; R. Aldrich, « France’s Colonial Island : Corsica and the Empire » ; [http://www.h-france.net/rude/rudevolumeiii/AldrichVol3.pdf] consulté le 14 avril 2010 ; A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 182 ; [www.corse.presse.org/articles/leca.htm], consulté le 26 oct. 2006 ; R. Higgott et F. Fuglestad, « The 1974 Coup d’État in Niger : Towards an Explanation », Journal of Modern African Studies, 13 (1975), 3, 388.

44 Déclaration ; Le bureau politique (Sawaba), Accra, 12 avr. 1962 ; Mémorandum sur la situation politique du Niger, Parti Sawaba, bureau politique, Bamako, 13 nov. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.2. Le Sawaba cite les Corses suivants : Pianelli (PTT) ; Gambarelli (Santé) ; Bachioki (Travail) ; et Lucciardi (Justice). Également, Djibo, Les transformations, 192. Pour l’ensemble de la présence française, voir annexe XLIII in C. Lefebvre, Territoires et frontières : Du Soudan central à la république du Niger 1800-1964 (thèse de doctorat, Paris, 2008).

45 Initialement occupant 5 de 9 postes de la Cour d’État. 2 d’entre eux au moins étaient Corses. Ibid., 189.

46 A. ou Freddy Espitalier. G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 271 et Fluchard, Le PPN-RDA, 26 ; Profizi, « Niamey village corse ».

47 Je ne sais s’il s’agit là d’une autre personne que le Espitalier de Zinder, et si, dans ce cas, les deux sont apparentés.

48 En ce qui concerne le contexte général de l’attitude des Corses à l’égard de l’empire, voir Profizi, « Niamey village corse » et Aldrich, « France’s Colonial Island », 120. Dossier de renseignements ANN, 86 MI 3 F ; entretiens avec les sawabistes, y compris Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003. Un autre Corse de la Sûreté se nommait Vesperini.

49 « Bulletin de renseignements hebdomadaire », no 25471, 20-26 août 1962 et rapport de fin de commandement du général de division Revol. Délégué pour la Défense de la ZOM du 28 juin 1963 au 28 févr. 1965, part III ; SHAT, 5 H 121 et 35.

50 Stratégie de l’Opposition Sawaba : Ingérences Étrangères. Très Secret. Rapport de J. Colombani, 33/C/SU, 13 janv. 1961, au ministre de l’Intérieur ; ANN, 86 MI 3 F 8.2.

51 « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er févr. au 30 avril 1961 » ; Fluchard, Le PPN-RDA, 26 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 219-220.

52 Il y avait aussi Fromant, un Corse, et un dénommé Cousin. Interviews de Mounkaila Albagna, Niamey 29 nov. 2003, et de Mounkaila Beidari, Niamey, 23 févr. 2008 ; Salifou, Le Niger, 270. Les dossiers du personnel à la Sûreté (ANN, 86 MI, 1C 3.1, 4.1, 5.1 et 6.1) ne contiennent pas d’information sur les officiers français de la Sûreté/BCL. Il se peut que des documents subsistent encore dans les caves de la présidence ou du ministère de l’Intérieur, mais il peut aussi que toute la documentation ait été emportée en France par ces officiers au moment de leur départ vers la fin des années 1960.

53 O. Colombani, Mémoires coloniales : La fin de l’empire français d’Afrique vue par les administrateurs (Paris, 1991), 177. Sur le rôle des amicales corses dans l’empire, voir Aldrich, « France’s Colonial Island », 115 ; Djibo, Les transformations, 258 ; Higgott & Fuglestad, « The 1974 Coup d’État », 388.

54 Foccart parle. vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995), 338-339; Colombani, Mémoires coloniales, 177 ; « Bulletin de renseignements hebdomadaire », 3-9 sept. 1962, no 25.547 ; SHAT, 5 H 121.

55 Diori devint officiellement président du Niger, élu par l’Assemblée nationale en novembre 1960. Higgott & Fuglestad, « The 1974 Coup d’État », 387 ; Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 63 ; Decalo, Historical Dictionary, 90-91.

56 Interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; conversation avec Issa Younoussi, Niamey, 22 févr. 2008 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; CAOM, Cart. 3687 ; Foccart parle, 95.

57 Interview de Abdou Adam (ancienne personnalité RDA), Niamey, 29 nov. 2003.

58 Comme, par exemple, en août 1962. « Bulletin de renseignements hebdomadaire », no 25547, 3-9 sept. 1962.

59 Djibo, Les transformations, 211-212, 215-216 ; Decalo, Historical Dictionary, 239 ; « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46.

60 « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er août au 30 oct. 1960 » ; « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; CAOM, Cart. 2252 ; Djibo, Les transformations, 211-212 et 252-253.

61 Djibo, Les transformations, 235 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 275 ; « Synthèse de renseignements intérieurs, 3e trimestre 1961 » ; « 2e trimestre 1960, période 1er mai au 31 juillet 1960, no 1814 » ; SHAT, 5 H 95. Voir le chap. 8 pour davantage de détails.

62 « Recueil des principaux renseignements collectés au cours de la période 9 au 15 nov. 1961 », no 151 ; SHAT, 5 H 95.

63 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63 ; interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Chaffard, Les carnets secrets, 324.

64 À noter que ceci se passait avant l’indépendance officielle du Niger. « Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 26 févr. au 13 mars 1960 », no 70 ; CAOM, Cart. 2252.

65 Pour les injures de Maïga, voir par exemple les notes griffonnées dans le rapport du 12e congrès de l’Association des étudiants nigériens en France (AENF), Antony, 24-26 déc. 1964 ; ANN, 86 MI 1 E 8.2 ; Sékou Ismaila Bery au président Diori, 21 oct. 1961 (lettre) ; ANN, 86 MI 3 F 8.19 ; et un télégramme de l’organisation des jeunes est-allemands au ministre de l’Intérieur, sans date ; ANN, 86 MI 3 F 3.8. Il ne fait pas de doute qu’il s’agit de son écriture : des lettres, par exemple de Boubakar Moussa, directeur de la Sûreté, adressées au ministre de l’Intérieur, contiennent des notes griffonnées suivies d’un paraphe en forme de y trouvé dans plusieurs documents, qui renvoie probablement au « Y » de Yansambou, une partie du nom de Maïga, et qui ressemble de près à l’initiale de sa signature complète trouvée sur d’autres documents. La signature de Moussa était différente. Les notes griffonnées donnent des ordres à la Sûreté, marquent parfois un désaccord avec les avis du directeur ou, à un moment donné, rejettent une rumeur concernant l’opposition de Maïga à une politique gouvernementale – ce qui prouve l’identité de Maïga. La correspondance de Maïga avec d’autres personnes contient le même paraphe. Des années plus tard, les notes sont, de temps en temps, suivies du paraphe « DYM », clairement les initiales complètes de Maïga. Voir diverses correspondances conservées à l’ANN, mais notamment les dossiers du ministère de l’Intérieur tel que 86 MI.

66 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; A. Espitalier, commissaire de police à Zinder au directeur de la Sûreté, 3 oct. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 8.6 ; Stratégie de l’Opposition Sawaba.

67 F. Fuglestad, « UNIS and BNA : The Rôle of “Traditionalist” Parties in Niger, 1948-1960 », Journal of African History, 16 (1975), 113-115.

68 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

69 Ibid. ; « 23 au 29 juillet 1959 », no 40 ; « 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66 ; CAOM, Cart. 3687 et 2252 ; chap. 2 ; K. Idrissa, « La dynamique de la gouvernance : administration, politique et ethnicité au Niger », in ibid. (dir.), Le Niger : État et démocratie (Paris, 2001), 66 ; Djibo, Les transformations, 216-218 ; ibid., « Les enjeux politiques dans la colonie du Niger (1944-1960 », Autrepart no 27 (2003), 59 ; Higgott & Fuglestad, « The 1974 Coup d’État », 385-387.

70 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; « Synthèse de renseignements intérieurs, 1er-2e trimestres 1960 » ; Djibo, Les transformations, 211-213 ; Idrissa, « La dynamique de la gouvernance », 47-48 ; N. Bako-Arifari, Dynamique et formes de pouvoir politique en milieu rural ouest-africain : Étude comparative sur le Bénin et le Niger (thèse de doctorat, Paris, 1999), vol. 1, 179-181 ; H. Djibo, La participation des femmes africaines à la vie politique : les exemples du Sénégal et du Niger (Paris, 2001), 112-113.

71 Les Français parlent de 15 000 nouveaux membres. « Synthèse de renseignements intérieurs, 1er trimestre 1960. »

72 République du Niger. ministère de l’Intérieur : Situation politique ; ANN, 86 MI 1 E 8.2 ; F. Fuglestad, A History of Niger 1850-1960 (Cambridge, 1983), 174 ; Djibo, Les transformations, 218. Pour le régime fiscal à l’indépendance voir Notes on Local Budgets and Taxation in the Republic of Niger as at sept. 1, 1960 ; PRO, FO 371/147586.

73 Ministère de l’Intérieur : Situation politique.

74 Chaffard, Les carnets secrets, 320, n. 1 ; « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 janv. 1960 », no 63.

75 Nouvelle agression du gouvernement du Niger contre les établissements secondaires ; Union des scolaires nigériens, 22 mars 1962 (source : Gaskya : Organe Officiel du Parti Sawaba, no 21, 25 mars 1962) ; Parti Sawaba, Pour un front démocratique de la patrie (Bureau politique : Niamey, 1962), 33-34 ; Premier ministre. SDECE Destinataire no 501, 13 sept. 1961 ; SHAT, 10 T 717/D.7 ; Confidential/NOFORN. Department of State. Bureau of Intelligence and Research. Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; PRO, FO 371/161689 ; interview de Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 19 déc. 2009.

76 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 12 au 18 nov. 1959 », no 56 ; CAOM, Cart. 3689 ; « Synthèse de renseignements… 1er févr. au 30 avril 1960 » ; « Synthèse de renseignements intérieurs, 2e trimestre 1960 » ; Djibo, Les transformations, 219.

77 Interviews de Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 ; Harou Kouka (ancien ministre RDA), Niamey, 26 nov. 2003 ; Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Moumouni Daouda, Tillabéri, 3 nov. 2005 ; K. Alfari, Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes (Union de la jeunesse patriotique du Niger : Niamey, 2003), 48.

78 Djibo, Les transformations, 253-254.

79 « Synthèse de renseignements intérieurs, 2e trimestre 1960 ». Le contrôle des régions sahariennes par l’OCRS était, pour le moment, maintenu. Djibo, Les transformations, 262.

80 « Deux ans ? Cela paraissait des siècles ! » Foccart parle, 223.

81 « Rapport de Fin de Commandement. Situation politique et militaire de l’Ex-Afrique-occidentale française, Dakar, le 30 juin 1962 » ; SHAT, 5 H 31 ; « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er août au 30 oct. 1960 ».

82 Fluchard, Le PPN-RDA, 345-346 ; Djibo, Les transformations, 258, 262-264 ; « Synthèse de renseignements intérieurs… 1er août au 30 oct. 1960 ». Un exemple manuscrit de la musique et du texte, avec copyright réservé par les auteurs, peut être consulté au SHAT.

83 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960 (paraphrase) ; ANN, 86 MI 3 F 7.8.

84 Georges Clément, chef de section ST et Frontières, au directeur des services, Niamey, 16 sept. 1960 et Stratégie de l’Opposition Sawaba.

85 Son père, Beidari Touré, alors âgé de 50 ans, travaillait à la mairie. Il décéda soit en détention ou après sa libération des suites de mauvais traitements selon certains. Entretiens avec Mounkaila Beidari, Niamey, 28 nov. 2003 et 23 févr. 2008.

86 Rapport non daté de l’AFP ; CAOM, Cart. 2198/D.15 ; A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, 1989), 247 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 272.

87 F. Ansprenger, Politik im schwarzen Afrika : Die modernen politischen Bewegungen im Afrika französischer Prägung (Cologne & Opladen, 1961), 359 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 273-276 ; Djibo, Les transformations, 221 ; Alfari, Mémorandum. Messmer ne parle pas de cet incident dans ses écrits.

88 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études pour la période du 30 mars au 12 avril 1959 », no 26 ; CAOM, Cart. 2249. À l’époque ceci parut quelque peu en porte à faux avec la panoplie des actions du parti. Le sabotage aurait pu ternir la popularité du régime, mais aussi celle du Sawaba s’il en avait été responsable. Djibo (Les transformations, 225) attribue l’action à l’opposition, mais je ne dispose d’aucune donnée permettant de confirmer ceci.

89 « Recueil de Renseignements… 30 mars au 12 avril 1959. »

90 Ibid., « 16 au 22 juillet 1959 », no 39 ; CAOM, Cart. 2249. Voir aussi n. 22 et 24 ci-dessus.

91 Djibo, Les transformations, 222 ; « Synthèse politique », no 524 CP, avr. 1959 ; « Recueil de Renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35.

92 Sallé Dan Koulou, PTT Niamey, à Mallam Abdou, 27 juin 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.7, et « Recueil des principaux renseignements… 14 au 20 mai 1959 », no 30.

93 « Recueil des principaux renseignements… 18 au 24 juin 1959 », no 35, « 2 au 8 juillet 1959 », no 37 ; ibid., « 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 ; CAOM, Cart. 3687.

94 Parmi les autres membres du bureau de l’USTN figuraient Boubacar Maiga, Ango Issa, (H)arouna Zada et Brah Dandine, leader Sawaba d’Agadez. Le Secrétaire général du Sawaba Agadez à M. le Chef du territoire du Niger, Niamey, 14 août 1958 ; ANN, 86 MI 1 E 52. Voir chap. 2 et notes suivantes.

95 Inter-Syndicat du secteur privé et assimilé ; Syndicat des services civils du SMR ; Syndicat des chauffeurs ; Syndicat des gens de maison ; Syndicat des fonctionnaires de l’administration générale du Niger (SFAN), dirigé par Nouhou Ibrahim ; Syndicat des employés de la météo, dirigé par Sékou Beri Soumaila ; Syndicat des travailleurs des postes et télécommunications et assimilés du Niger, dirigé par un certain Amoussou et par Amadou dit Gabriel, co-fondateur de l’UDN et ancien maire-adjoint de Niamey ; Syndicat des enseignants du Niger (SEN), dirigé par Garba Abdou et Aboubakar dit Kaou ; et Syndicat des travailleurs du bois et des métaux.

96 « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46, « 20 au 26 août 1959 », no 44 ; « Synthèse politique », no 1214 CP, sept. 1959 ; CAOM, Cart. 3684.

97 Le bulletin des enseignants était édité par Moussa Idé, Gonimi Boukar et Garba Abdou. « Recueil des principaux renseignements… 3 au 9 sept. 1959 », no 46 ; « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 ; « Synthèse politique », no 167 CP, déc. 1958-janv. 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’études de Dakar pour la période du 5 au 14 févr. 1959 », no 21, « 24 au 31 déc. 1959 », no 61, « 1er au 7 janv. 1960 », no 62 ; Haut Commissariat auprès de la République du Niger : Télégramme postalisé à Presicom Paris. Compte-rendu hebdomadaire no 5 ; CAOM, Cart. 3684, 3685, 3689, 2252, 2221/D.2.

98 « Recueil des principaux renseignements… 24 avril au 5 mai 1959 », no 28.

99 « Synthèse politique », no 365 et 524 CP, mars-avr. 1959 ; ibid., no 230 CP, févr. 1959 (CAOM, Cart. 3684/2249) ; « Recueil des principaux renseignements… 19 au 29 mars 1959 », no 25 ; note d’information, 8-9 mars 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.2.

100 « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32 ; ibid., « 19 au 25 nov. 1959 », no 57, « 21 au 27 mai 1959 », no 31 ; CAOM, Cart. 3689/3686 ; ibid., « 1er au 14 janv. 1959 », nos 62-63 ; Pour un front démocratique de la patrie, 50.

101 « Recueil des principaux renseignements… 24 au 31 déc. 1959 », no 61 ; ibid., « 10 au 16 déc. 1959 », no 60 et « 22 au 28 janv. 1960 », no 65 ; CAOM, Cart. 2251-2252.

102 S. Ellis & G. Ter Haar, Worlds of Power : Religious Thought and Political Practice in Africa (Londres, 2004).

103 Fuglestad, History of Niger, 132.

104 Un marabout, le nyassite Malam Ibrahima du secteur de Dogondoutchi, fut pressé par son supérieur de cesser ses activités pour le parti. « Recueil des principaux renseignements… 5 au 14 févr. 1959 », no 21 ; « 13 au 23 avril 1959 », no 27 ; « 20 au 26 août 1959 », no 44 ; ibid., « 26 nov. au 2 déc. 1959 », no 58 (CAOM, Cart. 3689) ; ministère de l’Intérieur : Situation politique.

105 « Recueil des principaux renseignements… 13 au 23 avril 1959 », no 27 et « 22 au 28 janv. 1959 », no 65.

106 « Synthèse de renseignements intérieurs, 2e trimestre 1960 ».

107 « Recueil des principaux renseignements… 30 juillet au 5 août 1959 », no 41 et « 1er au 7 janv. 1960 », no 62 ; Fiche de renseignements, 25-28 juin 1963 ANN, 86 MI 3 F 18.9 (Direction de la Sûreté nationale/Commissariat de police de la ville d’Agadez : Notes d’information concernant le Sawaba en liaison avec Tamanrasset) ; note d’information, 16 juin et 12 déc. 1960 ; ANN, 86 MI 3 F 3.5 ; Renseignements, 8 juin 1961 et Fiche de renseignements, 8 juillet 1961 ; tous deux ANN, 86 MI 3 F 3.5. Mamani arrêta probablement de travailler à l’Information en 1960. Voir Projet de restitution et de diffusion des œuvres des hommes de lettres et de culture nigériens du xxe siècle, non daté mais remontant à la fin des années 1980-début des années 1990 (source consultée grâce à Mme Mamani).

108 « Les raisons de notre lutte » et « Pour un front démocratique de la patrie » (notes 5 et 75). Ce dernier fut, semble-t-il, publié à Niamey. Si cela est vrai – ce qui paraît improbable au vu du contexte de l’époque – la publication s’est faite de façon clandestine.

109 Interviews de Ali Amadou, Niamey & Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 31 janv. et févr. 2003 ; Le Niger, 26 juillet 1965 ; Pour un front démocratique de la patrie, 48.

110 « Les raisons de notre lutte », 55-75. Alors que le RDA aussi mettait l’accent sur l’indépendance économique, le Sawaba affirmait qu’elle ne pouvait devenir une réalité qu’à travers la liberté d’action dans le domaine de la politique étrangère et de l’économie politique.

111 Ibid., 58-72 ; interview de Ali Amadou, Niamey, 28 janv. 2003 ; Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962 ; Confidential Inward Saving Telegram Dakar to Foreign Office, no 71, 29 juin 1960.

112 Barmou Batouré, prison civile Niamey, au président Diori, 28 sept. 1960. Un des détenus était Baoua Souley, qui avait déjà connu la prison au même endroit en 1950, avec Joseph Akouété. Voir le gendarme Lagrave, régisseur de la prison civile de Niamey, au chef du bureau des Finances, Niamey, 20 juillet 1950 ; ANN, 86 MI 1 C 1.2 ; « Les raisons de notre lutte », 67. Condat et plusieurs sawabistes de haut rang étaient également en prison à cette époque, à la suite de l’affaire du « Plan B ». Voir chap. 8, au niveau des n. 6-8 et Le Sahel, 2 août 2010 (via[www.tamtaminfo.com], consulté le 24 janv. 2011).

113 « Les raisons de notre lutte », 59-76 ; interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

114 Maurice Espitalier, commissaire de police, Maradi, au chef des services de police, Niamey, 5 janv. 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.8.

115 « Recueil des principaux renseignements… 29 janv. au 4 févr. 1960 », no 66 ; Research Memorandum RAF-26, 30 mars 1962.

116 A. Bernier, premier conseiller ambassade de France Accra à Diori, 2 août 1961 + renseignements joints ; ANN, 86 MI 3 F 4.11 ; rapport du maréchal des logis, chef Draouler, commandant la brigade, sur les activités du militant Sawaba : Kao [sic] Aboubakar, Maradi, 12 oct. 1959 ; ANN, 86 MI 3 F 3.11.

117 Pour un front démocratique de la patrie, 51 ; Mémorandum sur la situation politique du Niger (n. 44) ; Gaskya, no 12, 12 sept. 1961.

118 « Les raisons de notre lutte », 58-73 ; interview Adamou Assane Mayaki (Niamey, 29 janv. 2003), dont l’épouse était à moitié Corse. La caractérisation provient de son fils. Également D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 204. Sur les préjugés européens à l’égard des Corses, voir Aldrich, « France’s Colonial Island ».

119 « Recueil des principaux renseignements… 28 mai au 3 juin 1959 », no 32.

120 Gaskya (qui, de temps en temps, publiait des articles en haoussa), no 12, 12 sept. 1961.

121 « Les raisons de notre lutte », 72-75 ; Pour un front démocratique de la patrie, 36.

122 « Les raisons de notre lutte », 70 ; note d’information, 22 juillet 1961 ; ANN, 86 MI 3 F 3.9 ; Higgott & Fuglestad, « The 1974 Coup d’État », 390 ; Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 12, août 2003.

123 Déclaration, bureau politique, Parti Sawaba, Bamako, 1er déc. 1961 (in Gaskya, no 18, 6 déc. 1961) ; « Les raisons de notre lutte », 70.

Table des illustrations

Titre Photo 6.1 – Amada Bachard, Niamey, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43584/img-1.jpeg
Fichier image/, 93k
Titre Photo 6.2 – Issaka Koké (Maman, Répertoire biographique, vol. 1, 306).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43584/img-2.jpeg
Fichier image/, 35k
Titre Photo 6.3 – Hamidou Adamou Abdoulaye, Niamey, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43584/img-3.jpeg
Fichier image/, 137k
Titre Photo 6.4 – Beidari Touré – père de Mounkaila Beidari (M. Beidari).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43584/img-4.jpeg
Fichier image/, 85k
Titre Photo 6.5 – Abdoulaye Mamani (dossier de police).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43584/img-5.jpeg
Fichier image/, 124k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540