Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Première partie. Délivrance, gagnée et perdue

Chapitre 4. Un référendum

Texto completo

  • 1 Synthèse politique no 085 CP/BE, juillet-août 1958 ; CAOM, Cart. 2233/D.2 ; interview e (...)

1Le lendemain matin, lors d’une tournée d’inspection à Ouagadougou, Pierre Messmer rencontra Don Jean Colombani, qui s’était déplacé de Niamey pour rencontrer le haut-commissaire de l’AOF en Haute Volta. Comme nous l’avons vu au long des chapitres précédents, le gouvernement Sawaba avait renforcé – à travers une coalition intrinsèquement faible – sa position à l’intérieur du pays depuis le printemps, alors que le RDA, laissé à lui-même, n’était pas en mesure de contester de façon effective le leadership de Bakary ou la campagne de son parti. Ainsi, le 5 septembre, le bureau de Messmer à Dakar rapportait à Paris que la propagande du RDA en faveur du « oui » avait peu de chance de soulever l’enthousiasme populaire, notant que les chefs ne désiraient pas s’opposer au gouvernement. Il fut par exemple rapporté que Maïdanda Djermakoye, un ancien étudiant gauchiste de France mais aussi un des frères du Djermakoy de Dosso, s’était rallié au Sawaba1.

  • 2 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 279.
  • 3 Comme cela a été avancé par Chaffard, Les carnets secrets, 285. Aucune donnée d’archive (...)
  • 4 P. Messmer, Après tant de batailles : Mémoires (Paris, 1992), 239. Voir aussi ibi (...)
  • 5 Messmer, Après tant de batailles, 240 et 243. Aussi ibid., Les Blancs s’en vont, (...)
  • 6 Chaffard, Les carnets secrets, 290 et Messmer, Après tant de batailles, 240 (...)

2Comme son supérieur Cornut-Gentille2, Messmer était inquiet. Il s’était rendu compte – ainsi qu’il l’écrivit par la suite dans ses mémoires – que le Niger était le seul pays où le référendum n’était pas gagné d’avance. Au matin du 15 septembre, il discuta la situation avec Colombani. Au lieu d’organiser une nouvelle tentative de remporter l’adhésion de Bakary3, les deux hommes convinrent d’entreprendre une campagne qui serait, pour reprendre les mots de Messmer, « ouverte [sic] favorable au “oui” en nous appuyant sur le RDA4 ». Colombani ne serait pas seul à mettre ce plan en œuvre et reçut la garantie du soutien plein et entier de l’autorité fédérale. Ainsi, Messmer envoya Xavier Deniau, un membre de son cabinet personnel, afin d’aider le gouverneur, ainsi qu’il l’écrivit plus tard, à « couvrir ses arrières », « balayer Djibo Bakary » et « reprendre en main la situation au Niger5 ». Deniau allait faire une dizaine de voyages à Niamey au cours de la campagne, et loin de susciter la méfiance d’un gouverneur décidé à montrer ce dont il était capable, Messmer soutient que les deux hommes établirent de bons rapports et s’entendirent pour mener à bien leur mission6.

  • 7 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), (...)
  • 8 Voir Foccart parle, vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995 (...)
  • 9 Comme il fallait sans doute s’y attendre, de Gaulle garde le silence sur cette question (...)

3En dehors du soutien fédéral, Colombani reçut l’assurance d’un appui de la métropole, y compris, très probablement, de la part du ministre de la France d’outre-mer, Cornut-Gentille7 et – ce qui est certain – de la part de Jacques Foccart, le conseiller de de Gaulle pour les affaires africaines. Ce dernier admit, bien plus tard, que le nouveau gouverneur du Niger avait reçu son soutien – ainsi que celui d’autres personnes – et puisque Foccart rencontrait tous les soirs le chef du gouvernement pour discuter d’affaires courantes8, il est plus que probable que cet appui de la métropole jouissait de l’accord de la plus haute autorité – l’homme dont l’avenir politique dépendait du référendum, de Gaulle lui-même9.

  • 10 Lors de son passage à William Ponty. Bakary, Silence !, 15 et 212-213. Voir aussi K. va (...)
  • 11 Voir chap. 2.
  • 12 Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ; CAOM, Cart. 2257/D (...)
  • 13 A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 156 et E. Mortimer, France and the Africans 1944-19 (...)
  • 14 Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, (...)
  • 15 Même si la nouvelle équipe métropolitaine comprenait des membres de la vieille garde de (...)
  • 16 Ibid., 155.

4À l’époque, et de façon bien caractéristique, Bakary eut du mal à croire que le plan élaboré pour le détruire avait pu recevoir l’appui du chef de la France Libre, auquel il s’était rallié avec tant d’enthousiasme en 194010. Les souvenirs évoqués tantôt montrent, cependant, que la Ve République naissante avait conféré le pouvoir à une équipe métropolitaine radicalement différente de ses prédécesseurs. Attribuant une importance stratégique particulière au Niger, la nouvelle équipe rejeta sans ambages les tendances anciennes qui menaient le gouvernement métropolitain à prendre en compte les pressions locales et à abandonner de plus en plus de prérogatives, voire à nourrir un certain désir de départ11. Cette expérience récente explique pourquoi, en dépit des menaces de certaines personnalités françaises12, l’hostilité résolue des nouvelles élites métropolitaines était moins concevable pour Bakary13 que les écrits téléologiquement orientés des historiens ne l’ont laissé par la suite entendre14. L’attitude compréhensive de personnes comme le gouverneur Rollet fit place à la froideur d’une équipe métropolitaine totalement nouvelle15, comprenant de nombreuses personnes qui ne voulaient perdre ni l’Algérie ni le contrôle des régions adjacentes. On y trouvait notamment Jacques Soustelle, qui n’était pas un proche de de Gaulle mais qui, en sa qualité d’ancien gouverneur général de l’Algérie, était le chef du lobby de l’Algérie française et se trouvait à présent à la tête du ministère de l’Information, en attendant de prendre en charge l’OCRS16.

  • 17 Mortimer, France and the Africans, 361.
  • 18 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958, CAOM, (...)

5Soustelle comptait au nombre des adversaires les plus offensifs de Bakary17 et il formait un trait d’union entre les critiques métropolitains de ce dernier et les partisans français de la ligne dure en Algérie. Ainsi, après la rencontre de Ouagadougou entre Messmer et Colombani, le général Manière discuta des prévisions sur le référendum au Niger et au Soudan avec le général de Crèvecœur à Tamanrasset. Manière, commandant de la 3e brigade de l’AOF, s’était rendu dans cette ville du sud de l’Algérie sur ordre des autorités militaires à Dakar, mais l’initiative de ce conciliabule de haut niveau avait été prise par le général Salan et fut mise en route avec les bénédictions de Messmer18. Salan, en sa double qualité de commandant en chef des forces françaises d’Algérie et de représentant de la métropole, s’opposait de façon implacable à tout retrait français de l’Algérie, et en fin de compte, de l’ensemble du Sahara. Ainsi qu’il le nota plus tard dans ses mémoires, il jugeait :

  • 19 R. Salan, Mémoires, vol. 4 : Fin d’un empire. L’Algérie, de Gaulle et moi. (...)

« indispensable que le Sahara soit complètement français … Il devenait donc primordial que les pays riverains du sud : Mauritanie, Soudan, Niger, Tchad votent “oui”19 ».

6À cet effet, la rencontre des généraux à Tamanrasset fit cas, avec un euphémisme condescendant, du « moral originaires ces territoires » (style télégraphique), et il fut rapporté à Dakar que

  • 20 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958.

« Le général Salan [avait] proposé aider financièrement la campagne pour le oui au Niger20. »

  • 21 Ibid. et Salan, Mémoires, 116-117.

7Avec le soutien des autorités civiles, au niveau fédéral, les militaires de Dakar acquiescèrent et Salan, bien qu’outrepassant son mandat géographique, écrivit à ses collègues du sud du désert pour offrir son assistance. Le général de Crèvecœur, secondé par le commandant Laure, fut envoyé en AOF pour établir les contacts nécessaires, apportant du matériel de propagande ainsi que de l’argent, et collectant des renseignements sur la situation politique. En ce qui concerne le Niger, ils estimèrent que le pays était également divisé entre le « oui » et le « non », et que la population nomade préférait l’annexion du Sahara par les Français21. Le général Manière rapporta à Dakar la tension existant entre Bakary et le gouverneur Colombani. Du point de vue de Salan, il était nécessaire d’agir avec la plus grande urgence et il fournit à Manière, qu’il connaissait bien, de « gros moyens ». Manière fit alors savoir qu’il pensait pouvoir

  • 22 Salan, Mémoires, 117.

« renverser la situation en faveur du “oui”22 ».

  • 23 Voir aussi K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algeria (...)

8En d’autres termes, une coalition de forces métropolitaines, fédérales et territoriales – civiles aussi bien que militaires – se mettait rapidement en place, coalition qui, dans sa détermination à légitimer le nouveau système dominant en métropole et à maintenir l’Algérie et l’empire, était résolue à abattre Bakary. Par suite, le gouvernement Sawaba entrait dans le collimateur des intransigeants français d’Algérie qui, étant donné le fait que le Niger était le seul pays sahélien où le « non » s’avérait être une réelle possibilité, convergeaient à présent sur lui afin d’annihiler la campagne du Sawaba23.

  • 24 Parti Sawaba. « Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (Bu (...)
  • 25 F. Fuglestad, « Djibo Bakary, the French, and the Referendum of 1958 in Niger », Journal of A (...)
  • 26 Publié par Cambridge University Press en 1983. Voir Fuglestad, « Djibo Bakary », 326, 3 (...)

9Dans un article publié dans les années 1970, Fuglestad remet en cause les accusations du Sawaba – popularisées par la suite par Georges Chaffard24 – portant sur le manque de neutralité des Français dans le processus référendaire, leurs interventions en faveur du RDA et du « oui » et l’hostilité du gouverneur Colombani à l’égard du gouvernement Sawaba25. Il affirme, de façon rétrospective, que Colombani a été traité « de façon fort discourtoise » par les historiens du référendum ; que – point de vue erroné comme on l’a vu – les bases du pouvoir de Bakary étaient précaires et devaient s’effondrer à la moindre chiquenaude des Français ; que nombre des services de l’administration française restèrent neutres lors de la campagne ; que lorsqu’ils intervinrent, ce fut de façon limitée en étendue et en nature ; et que, dans l’ensemble, le référendum se déroula de façon plus « propre » que prévu, puisqu’il n’y aurait guère eu de fraudes. Ce point de vue révisionniste, réitéré dans son History of Niger26, a fait école, ne serait-ce que parce que l’historiographie du Niger est plutôt sous-développée et l’argumentation de Fuglestad n’a suscité que peu de réactions. Néanmoins, il convient de noter, en premier lieu, que son appréciation a été largement façonnée par les archives disponibles, qui ont donc formé son opinion sur l’administration française. Par ailleurs, Fuglestad n’a guère fourni de données corroborant sa thèse. Plutôt, il l’a établie sur un raisonnement défensif, voire tendancieux, qui est, à certains égards, contradictoire, puisqu’il admet, par exemple, que les Français avaient fait campagne pour le « oui » mais s’étaient aussi comportés de manière relativement neutre en cette occurrence.

  • 27 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour l (...)
  • 28 Voir aussi Djibo, Les transformations, 29.
  • 29 Comme cela a été allégué par le Sawaba durant les élections parlementaires qui ont suiv (...)

10L’essence de cette argumentation a été complètement remis en cause par les aveux sans fards d’anciens fonctionnaires et personnalités français, qui admettent avoir décidé d’intervenir vigoureusement dans le référendum, de renverser l’équilibre des forces, de balayer Bakary et de rétablir l’emprise française. En outre, depuis la publication du travail de Fuglestad, nous disposons d’un meilleur accès aux archives du Niger comme de la France, ce qui permet d’évaluer ses assertions à la lumière des sources et données documentaires. Il convient de noter, cependant, que certains documents sont absents des archives coloniales françaises, qui sont pourtant généralement des plus méticuleuses, et ces lacunes concernent précisément la période du référendum. Ainsi que l’a déjà montré Mamoudou Djibo dans son histoire du Niger avant l’indépendance, les lacunes se rapportent au Recueil des principaux renseignements maintenu par les autorités fédérales à Dakar aux dates courant du 21 septembre au 13 octobre 1958, c’est-à-dire une semaine avant, et deux semaines après le référendum, qui prit place le 2827. Mais bien qu’il soit rare qu’un gouvernement avoue – y compris en laissant des traces écrites – ses tentatives de manipulation électorale, éliminant les preuves les plus compromettantes28, de nombreuses traces subsistent et témoignent de la partialité de l’administration et de son hostilité à l’égard du Sawaba. Certains détails indiquent que des instructions orales ont été données aux fonctionnaires29, puisque l’ambiance d’hostilité montrait clairement à la bureaucratie coloniale ce qu’elle devait faire. Toutes ces données et informations permettent de reconstituer le contexte du processus référendaire et d’interpréter le déroulement et les résultats de la campagne.

  • 30 Télégramme de Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 (...)
  • 31 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour l (...)
  • 32 Foccart parle, 170-171.
  • 33 Voir son « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre (...)
  • 34 Bakary, Silence !, 204.
  • 35 Fluchard, Le PPN-RDA, 251.

11L’hostilité de l’administration, dont l’action, comme nous le verrons, était loin de se résumer à une chiquenaude, s’incarnait en particulier dans la personne du gouverneur Don Jean Colombani. Alors que Fuglestad suppose qu’il a été traité de façon discourtoise, il a lui-même – ainsi que les officiels français – admis qu’il était très diligent dans ses actions contre Bakary et son parti. Dénué des scrupules de son prédécesseur, Colombani était un homme résolu. Par exemple, à peine une quinzaine de jours après avoir pris fonction, il câblait Paris à propos de la visite de Bakary au Ghana discutée au chapitre précédent, assurant ses supérieurs qu’il « [continuait] prendre dispositions avec discrétion mais efficacité afin de ne pas [se] laisser surprendre30 ». Et de fait, les autorités fédérales, à Dakar, rapportèrent avec satisfaction que le gouverneur s’était mis à l’œuvre avec une « attitude énergique31 ». Ses ennemis comme ses alliés expliquèrent ce comportement à travers des préjugés. Colombani, un Corse, était tenu pour « efficace » par Foccart, qui avoua plus tard que son rôle dans la campagne référendaire avait été des plus important, soutenant que le gouverneur était intervenu avec son tempérament caractéristique, traitant le référendum comme une « histoire électorale corse » dans laquelle « Bakary était l’adversaire » et Colombani allait « saisir l’occasion de le couler32 ». S’il s’agit là d’une manière raciste et hypocrite de rendre le gouverneur responsable des événements du Niger, il convient tout de même de rappeler que Colombani lui-même considérait le référendum comme « une bataille33 ». Il n’est donc pas étonnant que Bakary ait plus tard soutenu que le gouvernement métropolitain avait nommé Colombani exprès parce que, à en croire le leader du Sawaba, les Corses ne font pas dans la demi-mesure et sont soit très bons, soit très mauvais – le gouverneur du Niger tombant dans cette dernière catégorie34. Cependant, Colombani était entouré de plusieurs fonctionnaires qui servaient au Niger depuis l’époque de Toby35 et savaient donc agir avec férocité.

  • 36 Chaffard, Les carnets secrets, 281-282, 287 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 253 ; J.-R. d (...)

12Le jour même où les généraux se rencontraient à Tamanrasset, Colombani, de retour de sa propre rencontre avec Messmer à Ouagadougou, avait un échange tendu avec Bakary. Les deux hommes s’étaient déjà vus au moins une fois, à la fin août, et Bakary avait eu, à cette occasion, des propos apaisants au sujet du référendum. Le 16 septembre, le Premier ministre du Niger essaya d’expliquer la position du Sawaba, avançant qu’en votant « non », il ne cherchait nullement à rompre avec la France. Cependant, Colombani réagit en faisant état de plusieurs accusations à l’encontre de Bakary, se référant à ce qu’il présenta comme des abus que les ministres Sawaba feraient des fonds et du matériel (véhicules et essence) gouvernementaux dans leur campagne, ou encore aux affectations de fonctionnaires par le gouvernement et au renvoi de chefs. Djibo Bakary, tachant d’éviter la confrontation, aurait disputé les détails de ces accusations tout en promettant à Colombani l’envoi d’une circulaire à ce propos à ses ministres. Le gouverneur aurait répondu qu’une circulaire ne suffirait pas et que le Premier ministre devait appeler ses collègues aussitôt après être retourné à son bureau, ce à quoi Bakary aurait acquiescé sans enthousiasme36.

Un putsch corse

  • 37 Chef du territoire du Niger à Monsieur le ministre de la FOM, Paris, et M. le haut- (...)
  • 38 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

13Le Sawaba et son leader n’avaient, bien entendu, pas l’intention de renoncer aux avantages fournis par le pouvoir gouvernemental et qui pouvaient être mobilisés – à l’instar de ce que faisaient d’autres partis au pouvoir en AOF pour le « oui » – en faveur de la bataille pour l’indépendance. Bakary ne pouvait songer à reculer après avoir organisé les forces de son mouvement en une machine de combat prenant en charge des aspirations variées, exprimées à travers une solution constitutionnelle bien précise, de laquelle chacun pouvait attendre sa propre délivrance. Par ailleurs, comme Colombani lui-même l’avait évalué, les forces de l’opposition étaient dispersées et sans cohésion. Le RDA était solide dans les circonscriptions de l’Ouest, en particulier Dosso, Filingué, Dogondoutchi et, à son avis, Tillabéri. Mais le parti n’avait que peu d’influence à l’Est, qui était plus densément peuplé37. Les cellules du Sawaba entravaient l’expansion du RDA et, selon le gouverneur, avaient investi les plus petits villages pour militer en faveur de la cause gouvernementale et superviser l’exécution des instructions du parti. Colombani avança que la majorité du Sawaba se montait à 66 % de l’électorat. Même s’il s’agit là d’une exagération rétrospective lui permettant de mieux souligner la difficulté de sa tâche, le RDA, de l’avis du gouverneur, ne réussit au tout début à mener qu’une campagne humble, esquivant toute confrontation avec son rival38.

  • 39 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958 ; N. Bako-Arifari, Dynamique et (...)

14Mais le désir des officiels français pour un « oui », si évident pour tous, introduisit un facteur nouveau dans la vie politique nigérienne, et ce facteur commença bientôt à affecter l’équilibre des forces. Depuis leur incorporation dans la bureaucratie coloniale, les chefs du pays, bien qu’influents dans les zones rurales, n’avaient pas précisément fait montre d’une grande indépendance d’esprit. Dépendant de la bonne volonté du gouvernement, ils formaient un cercle timoré, se laissant porter par le courant, tâchant de complaire aux puissants du jour plutôt que de contrarier le gouvernement39. Maintenant que l’administration française, encore très présente dans le pays, se montrait ouvertement favorable au « oui », ils virent la possibilité de régler des comptes avec un parti dont les membres les plus intransigeants les avaient maltraités, en dépit de la participation de leur BNA et de leur FDN à la coalition régnante.

  • 40 « Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 ; Recueil des principaux rense (...)
  • 41 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » et « B (...)

15Ainsi, au cours des premiers jours de septembre, Zodi Ikhia, le leader touareg du FDN et cousin du chef de canton de Damana, au sud de Filingué, annonça qu’il allait faire campagne pour le « oui ». Ikhia, un opportuniste type, avait été déçu par sa portion – assez limitée – de prébendes gouvernementales, y compris le poste de directeur de l’IFAN que Bakary lui avait enlevé. Le Sawaba riposta par l’expulsion de ses partisans et la rupture avec le FDN était consommée avant même la réunion du PRA du 14 septembre40. Colombani, cependant, estima que le soutien du FDN était très limité, avec 300 partisans dans la région de Filingué et plus de 500 vétérans dans la capitale, qui étaient des clients de Ikhia. Les Français espéraient que Issoufou Saidou Djermakoye et Adamou Mayaki, tous deux des politiciens contrariés qui avaient à plusieurs reprises eu maille à partir avec le Sawaba, allaient se prononcer pour le « oui ». Un tel événement déclencherait des défections de plus large ampleur, surtout parce que Issoufou – bien qu’apparenté à Maïdanda Djermakoye, un sympathisant du Sawaba – était le frère de Hamani Seydou, le Djermakoy de Dosso et président de l’Association des chefs41.

  • 42 Fluchard, Le PPN-RDA, 238, 246-247, 254 ; Salifou, Le Niger, 171 ; Benoist, (...)

16La chronologie exacte de ces défections n’est pas facile à établir. Les vues de Issoufou étaient déjà connues depuis quelques temps, y compris à la suite d’un voyage à Paris en fin août/début septembre, où il offrit ses services pour soutenir les forces du « oui ». Selon les Français, il franchit le pas le 13 septembre, c’est-à-dire un jour avant que le Sawaba n’annonce sa décision à sa base à Niamey. Issoufou démissionna du sénat de l’Union française, auquel il avait été élu avec le soutien du Sawaba au mois de juin précédent, et il entraîna Mayaki avec lui – si tant est que ce dernier ne s’était pas déjà décidé auparavant. Avec leur perspective ethnicisante, les Français supposèrent que la décision de Djermakoye allait influer sur l’adhésion des populations zarmaphones de l’Ouest42.

  • 43 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958.
  • 44 Fluchard, Le PPN-RDA, 253. Mais il ne fournit aucune preuve de l’approbation obliga (...)
  • 45 Arrêté no 0576/CAB. Voir Djibo, Les transformations, 88 n. 4.
  • 46 Arrêté no 0574/CAB du 19 sept. 1958 du chef du territoire du Niger ; CAOM, (...)
  • 47 Arrêté no 0575/CAB du 19 sept. 1958 du chef du territoire du Niger ; ibid., (...)

17Ensuite, très rapidement l’armée française accrut sa pression. Le 18 septembre, deux jours seulement après le clash entre Colombani et Bakary, la garnison de Niamey et une unité stationnée dans la région de Gao furent mises en état d’alerte en vue de « l’application éventuelle [d’un] plan protection43 ». Le jour suivant, Colombani enchaîna en attaquant le gouvernement de plein fouet à travers une série de mesures sans précédent depuis la mise en place d’un régime d’autonomie avec la Loi-Cadre. Par décret, et avec l’approbation de Cornut-Gentille44, il dépouilla de leurs pouvoirs, non seulement Djibo Bakary lui-même, mais aussi Adamou Assane Mayaki, ministre de l’Intérieur ; Diop Issa, ministre des Finances ; Maïga Abdoulaye, ministre de la Fonction publique ; Adamou Sékou, ministre des Travaux publics et Aboubakar dit Kaou, ministre des Affaires économiques – tous, à l’exception de Kaou, ministres issus du noyau dur de l’UDN. Les prérogatives saisies par Colombani, « provisoirement », relevaient, du point de vue du Premier ministre, de la « haute direction des affaires intérieures », services du renseignement, des allocations et des subventions, et elles couvraient les pouvoirs liés à ces départements mêmes, tout autant que le droit de déléguer la signature autorisée à d’autres personnes. Le gouverneur s’empara de pratiquement toutes les prérogatives du ministre de l’Intérieur : affaires politiques et administratives ; affaires religieuses ; questions électorales ; chefferie ; immigration ; affaires judiciaires, y compris le régime carcéral ; forces policières et paramilitaires ; collectivités rurales et affaires communales ; questions de censure – pour ne nommer que les plus importantes. Par un contraste significatif, Diop Issa, qui détenait le portefeuille des Finances, ne perdit, au début, que la gestion du parc automobile du gouvernement, qui, cependant, était un département crucial au moment des élections. Un autre décret, émis le jour suivant, renforça ces mesures par l’interdiction de tout mouvement de véhicules gouvernementaux45. Quatre jours plus tard, un décret émascula complètement Issa en lui prenant le pouvoir d’ordonnancer les dépenses du budget, ainsi que le contrôle des comptes, audits et salaires des fonctionnaires. Le ministre de la Fonction publique, Maïga Abdoulaye, perdit l’essence de son mandat ministériel – la gestion du personnel –, alors que l’idéologue du Sawaba, Adamou Sékou, ministre des Mines et Travaux publics, était contraint de céder la gestion de la circulation routière et le contrôle des explosifs. Finalement, Aboubakar dit Kaou, perdit son mandat sur le fond des assurances rurales. Tous les ministres touchés furent donc contraints de rapporter la délégation de signature qu’ils avaient faite sur ces départements et leurs subordonnés furent placés sous « l’autorité et le contrôle directs » de Colombani, y compris le personnel du Premier ministre Bakary46. Pour parachever cette intervention, deux autres décrets interdirent les rassemblements sur la voie publique, et cette réglementation fut appliquée quelques jours plus tard, le 25, à travers la prohibition d’un meeting de l’UGTAN47.

  • 48 Chapitre 3, n. 40. Aussi, « Parti de regroupement africain, Conférence de pressee, (...)
  • 49 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327 et Djibo, Les transformations, 89-90.

18À en croire Fuglestad, ce train de mesures, sans équivalent dans toute l’AOF, était parfaitement légal puisque, dans le contexte de la Loi-Cadre, le cabinet gouvernait par délégation du gouverneur. Mamoudou Djibo conteste cette thèse en soulignant qu’en vertu de règlements promulgués en avril 1957, la nomination, l’octroi et le retrait des pouvoirs des ministres requerraient l’avis et la signature du Premier ministre. Par ailleurs, toute intervention du gouverneur devait se produire au sein du Conseil de gouvernement, c’est-à-dire du cabinet ayant, depuis l’été 1958, le Premier ministre pour « président » officiel48. Le gouverneur ne pouvait annuler les délibérations du cabinet que par le canal du haut-commissaire de l’AOF et du ministre de la France d’outre-mer, et après avis du Conseil d’État en métropole49.

  • 50 À ce sujet, voir aussi « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 n (...)

19Ces mesures à la constitutionnalité douteuse avaient donc surtout une portée politique. Dans le cas de Bakary, elles s’étendaient aux responsabilités gouvernementales clef (affaires intérieures) et aux domaines ayant une pertinence électorale, à savoir le contrôle des subventions et de l’information publique. Elles paralysèrent le leadership du Premier ministre Sawaba, du fait, particulièrement, de la réduction à l’impuissance de ses collègues de l’Intérieur et des Finances. Avec la perte des prérogatives gouvernementales – contrôle du personnel, gestion des fonds, habilitation à payer les salaires – le Sawaba n’était plus qu’un gouvernement nominal ayant à sa tête de simples potiches. Colombani avait, d’un trait de plume, suspendu l’ordre constitutionnel50 et brisé le premier gouvernement autonome du Niger. De fait, cet événement – et non le meurtre du Premier ministre togolais Olympio en 1963 – représente le premier coup d’État en Afrique, au cours duquel des forces extérieures au gouvernement prirent contrôle de l’appareil d’État, ou plutôt, reprirent le pouvoir qu’elles avaient graduellement perdu après l’entrée en vigueur de la Loi-Cadre.

  • 51 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre ».
  • 52 « Revue des événements politiques A.O.F., sept. 1958 » ; CAOM, Cart. 2233/D.2.
  • 53 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 854-855, 25 oct. 1958. Urgent ; CAOM, Ca (...)
  • 54 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».
  • 55 Chaffard, Les carnets secrets, 285-286 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 252 ; Benois (...)
  • 56 Djibo, Les transformations, 65 ; « Rapport sur les opérations électorales concernan (...)

20Par ailleurs, le fait que les mesures visaient presque uniquement les ministres issus du Sawaba en tant que tel en dit long sur les motivations sous-jacentes. Il ne s’agissait pas là d’un simple exercice administratif de la prérogative de supervision du gouverneur devant corriger les actions du cabinet dans « quelques secteurs bien déterminés », comme Colombani l’affirma par la suite avec euphémisme. C’était bien là une intervention on ne pouvait plus politique51. Le fait que le ministre des Finances ait d’abord perdu uniquement le contrôle du parc automobile du gouvernement montre que la motivation première de cette intervention était liée à la conduite des élections, en l’occurrence, à la volonté d’immobiliser la campagne du Sawaba. Par ailleurs, cette campagne devait être complètement entravée par le retrait, des mains du Sawaba, du contrôle des dépenses publiques. Cependant, l’objectif secondaire était la prise de contrôle totale du gouvernement, ainsi que le montre la nature constitutionnellement douteuse et le caractère excessif des décrets. L’aspect exorbitant des actions de Colombani est bien mis en évidence par les raisons officielles devant servir à les cautionner. Les Français avancèrent que le Sawaba continuait à avoir recours « sans retenue52 » aux ressources matérielles du gouvernement pour mener sa campagne, se référant en particulier à l’usage fait de véhicules et du carburant pour des déplacements de propagande, mais aussi, curieusement, au fait d’occuper des logements gouvernementaux – tout ceci, en dépit d’avertissements émis par le gouverneur le 16 septembre. Ils accusèrent aussi Bakary et Diop Issa de « graves détournements » de fonds53. Colombani allégua, dans le rapport rédigé plus tard sur le référendum et servant à justifier ses actions, que le Sawaba s’était lancé, depuis le 16, dans une « offensive d’une extrême violence ». Chaque ministre, flanqué de gardes du corps, se serait rendu dans une région donnée et aurait emmené de « véritable “commandos” » dans la brousse à bord de véhicules gouvernementaux réquisitionnés auprès des services administratifs pour atteindre les électeurs des campagnes, faire du chantage aux gens et menacer les électeurs54. En fait, le gouverneur se serait décidé à entrer en action après que le ministre des Finances se serait saisi d’une Land Rover utilisée par un inspecteur français55. Enfin, les Français alléguèrent que, les 16 et 17 septembre, le gouvernement avait renvoyé « sans raison » divers membres de comités municipaux ainsi que des chefs, dont certains parmi les plus influents. Ils auraient été remplacés par des personnes acquises au Sawaba. Toutes ces actions, soutinrent les Français, pouvaient affecter négativement le cours du référendum56.

  • 57 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

21En dehors même de la question de la véracité de ces accusations – traitée plus bas – il est clair que quelques mesures correctives auraient suffi à remédier à la situation : par exemple, en mettant en place des procédures permettant de revenir sur les renvois, ou en prenant simplement le contrôle du parc automobile du gouvernement. Rien ne justifiait la prise en main complète du ministère de l’Intérieur ou de l’essentiel des tâches du ministère de la Fonction publique, sans parler de l’émasculation du ministre des Finances ou du retrait, des mains du Premier ministre, de la conduite des affaires intérieures. Néanmoins, ainsi que le montra le décret forçant le ministre des Mines et Travaux publics à renoncer à des responsabilités aussi terre à terre que la circulation routière, un autre objectif direct de Colombani était de provoquer, pour reprendre ses termes, « une baisse très nette de prestige57 ». Il s’agissait d’humilier Adamou Sékou et ses collègues devant la population, ce qui rapprocherait encore d’un pas le gouverneur de ses objectifs ultimes, la victoire du « oui » et la chute du Sawaba.

  • 58 Ibid.
  • 59 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.
  • 60 Voir chapitre 3.
  • 61 Interview avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Djibo, Les transformations, (...)
  • 62 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 854-855, 25 oct. 1958. Urgent ; « Parti (...)

22La nature draconienne des actions de Colombani apparaît mieux une fois qu’elles sont mises en rapport avec le contexte et la réalité des imputations qui les avaient officiellement motivées. Les décrets avaient été émis trois jours seulement après les avertissements adressés à Bakary par le gouverneur, ce qui montre que les Français voulaient contrecarrer sa campagne au plus vite et n’entendaient pas laisser à son gouvernement la chance de s’amender. L’ampleur des mesures révèle un degré de préparation qui montre que tout avait, en réalité, commencé avant la prise de bec du 16 entre Bakary et Colombani. L’accusation portée par ce dernier sur le fait que le parti s’était lancé dans une offensive très violente paraît quelque peu exagérée, puisque le gouverneur admet que la campagne « ne commença véritablement que le 16 septembre » (même si le démarchage des électeurs avait débuté plus tôt). Fuglestad allègue que Bakary réquisitionna tous les véhicules du gouvernement le 15, mais sans fournir de preuves58. Il ne fait cependant guère de doute que le Sawaba a utilisé des voitures du gouvernement pour sa campagne du « non ». Les Français – et, à leur traîne, Fuglestad59 – affirment que la pratique était illégale, mais même si cette observation était correcte, là n’était pas la question. Les fonds gouvernementaux, en métropole, étaient engagés pour le « oui » à une vaste échelle60, et les gouvernements de l’AOF qui faisaient campagne pour le « oui » purent avoir recours à de tels fonds sans entraves. Par ailleurs – comme on le verra plus bas – de nombreux véhicules administratifs, après avoir été saisis grâce aux décrets de Colombani, furent mis au service du RDA et d’autres partisans du « oui », alors que les agents et administrateurs français se mirent, de leur côté, à faire des tournées de propagande en utilisant leurs véhicules de service61. Le détournement de fonds dont Bakary et son ministre des Finances avaient été accusés faisait référence à l’usage du parc automobile et du carburant à des fins de propagande, alors que l’allusion au mauvais usage des logements gouvernementaux présageait la réquisition des résidences des ministres Sawaba qui allait survenir par la suite62.

  • 63 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».
  • 64 Djibo, Les transformations, 65. Fuglestad ne donne aucune preuve confirmant que 20 (...)
  • 65 Fluchard, Le PPN-RDA, 252.
  • 66 « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ».

23Le caractère « fabriqué » des accusations est aussi évident dans le cas du renvoi des chefs. Colombani, dans son rapport sur le référendum, a correctement indiqué que le Sawaba avait menacé de procéder à des licenciements. Mais il soutient aussi que le parti avait parlé de peines de prison, sans préciser qui serait la cible de telles représailles. Il évoque des « mesures draconiennes » qui auraient été prises par le ministre de l’Intérieur, y compris le remplacement de « tous les chefs » par des personnalités acquises au Sawaba. Cependant, le même rapport indique que, dans les deux semaines précédant le référendum, le gouvernement de Bakary aurait renvoyé « quelques chefs » – parmi les plus influents, il est vrai63. Comme nous l’avons vu au chapitre 2, Fuglestad, à son tour, affirme que pas moins de 20 chefs au total auraient été ainsi touchés. Mais Mamoudou Djibo démontre qu’environ 9 chefs de canton sur 149 avaient été révoqués ou suspendus tout au long du règne du Sawaba, soulignant que rien ne corrobore les accusations de Colombani sur le fait que Bakary aurait démis de leurs fonctions plusieurs chefs les 16 et 17 septembre – donc quelques jours avant que le gouverneur ne se saisisse des prérogatives du Premier ministre et à un moment où une telle action aurait été très difficile à mettre en œuvre au vu des interférences croissantes du gouverneur. Bakary et son ministre de l’Intérieur, Adamou Assane Mayaki, nièrent plus tard avoir destitué autant de leaders traditionnels. Par ailleurs, parmi les neuf chefs qui avaient été démis, trois seulement furent sanctionnés en août, et un seul d’entre ces derniers fut renvoyé en réaction au voyage entrepris par des chefs et des leaders RDA sur la Côte d’Ivoire, où Houphouët-Boigny leur promit son soutien s’ils s’engageaient à faire campagne pour le « oui » (voir section prochaine64). Tout en avançant, dans son histoire de la RDA, que plusieurs chefs avaient été placés en résidence surveillée et avaient reçu l’ordre de se présenter chaque jour au ministère de l’Intérieur, Fluchard ne donne aucune autre source de cette information que l’article de Fuglestad65. Enfin, à travers toute l’AOF, les chefs furent soumis aux mesures disciplinaires des gouvernements autonomes suscités par la Loi-Cadre. Dans plusieurs cas, ces mesures avaient des motivations politiques certaines, mais ne déclenchèrent aucune opposition des autorités françaises de supervision66. Si donc nombre des chefs du pays avaient des relations difficiles avec le Sawaba, il ne paraît guère que cela ait pu être la véritable cause des actions de Colombani.

  • 67 Djibo, Les transformations, 89-90.

24Par contraste, le gouverneur réinstalla rapidement les chefs démis par le Sawaba depuis mai 1958 – par l’exercice d’une prérogative du ministre des colonies – tout en programmant leur intronisation effective pour le 1er octobre, soit trois jours après le référendum, ce qui mit à sa merci des dirigeants « traditionnels » qui se trouvèrent fortement motivés à collaborer avec les Français. Comme nous le verrons au chapitre 5, cet état de choses correspondait aux idées que se faisait Colombani sur la manière dont une colonie comme le Niger devait être administrée, c’est-à-dire avec le concours d’autorités cheffériales pouvant garantir le maintien, par les Français, d’une emprise qu’ils perdaient graduellement depuis l’avènement au pouvoir du Sawaba. Parallèlement, les interventions du gouverneur accrurent – comme si cela était nécessaire – la dépendance des fonctionnaires par rapport à l’administration française. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, beaucoup de fonctionnaires – certainement les plus haut placés – nourrissaient quelque inquiétude quant aux suites de l’indépendance. Avec le coup d’État de Colombani, le 19 septembre, ils devinrent, cependant, de nouveau les jouets des caprices du gouverneur colonial67.

Défections et remobilisations

  • 68 Chef du territoire du Niger à Monsieur le ministre de la FOM, Paris, et M. le haut- (...)

25La férocité des interventions de Colombani dans les affaires internes du Niger bouleversa l’équation politique sous-jacente du pays. Le Sawaba s’en trouva paralysé et humilié aux yeux de tous, et, pendant ce temps, le RDA, les Sarakuna et les formations qui leur étaient proches furent encouragés à reprendre du poil de la bête et à rompre avec le parti en militant pour le « oui ». Ils étaient ainsi poussés à se saisir de ce pouvoir qui leur échappait depuis que le parti du petit peuple et ses alliés étaient arrivés à la tête de l’État. Les tensions sociales et politiques latentes du Niger pouvaient à présent éclater au grand jour. Avec la bonne coordination et une orchestration idoine, elles pouvaient, comme le gouverneur Rollet l’avait déjà remarqué en août, générer une forte opposition au mouvement Sawaba68.

  • 69 Bulletin d’information du ? au ? (ca. août 1958) ; CAOM, Cart. 2248. Pétition in (...)

26Ainsi, à la mi-août, une pétition protestant contre le favoritisme pro-AOFien du gouvernement Bakary aurait été signée par une centaine de membres du parti Sawaba – à présent une section de l’interterritoriale PRA. La pétition, qui résultait d’une réunion ayant eu lieu chez Madougou Namaro, un commerçant et transporteur de Niamey, avançait que, à la différence de gens originaires du Soudan, du Sénégal et du Dahomey, les Nigériens rencontraient des difficultés à acquérir des terres, recevoir du crédit, et gagner des contrats. Elle prétendit même, de façon moins plausible, que les Nigériens étaient victimes de licenciements au profit des AOFiens, exprimant de vieux sentiments anti-AOFiens ainsi que ce complexe d’infériorité latent à l’encontre de leurs frères de l’AOF qui, de temps à temps, menait les Nigériens à laisser paraître de la xénophobie. La question était politiquement chargée puisque, ainsi que la pétition ne manqua pas de le constater, plusieurs membres du cabinet étaient des AOFiens, qui furent accusés de favoriser leurs compatriotes. Ils devaient donc être remplacés par des Nigériens. La pétition fut envoyée aux leaders du Sawaba et des personnes non identifiées la disséminèrent un mois plus tard, aux alentours de la mi-septembre – moment particulièrement sensible, ce qui indique une volonté probable de nuire au parti à la veille du référendum. Les AOFiens étant pour la plupart dans le camp du « non », Bakary le panafricain avait réagi violemment en août, menaçant les pétitionnaires d’exclusion, ce qui ne fit qu’aggraver la scission potentielle du mouvement69.

  • 70 Bulletin d’information du ? au ? (ca. août 1958).
  • 71 Chapitre 2.
  • 72 Fuglestad, « Djibo Bakary », 326 ; Djibo, Les transformations, 65 et 94 ; F (...)

27Ces avertissements du mois d’août avaient également été assortis de menaces de révocation adressées aux chefs de canton qui se désolidariseraient de la politique du gouvernement70. Il s’agissait sans doute là d’une réaction au voyage d’Abidjan des membres du PPN-RDA, qui recherchaient le soutien ivoirien. Invités par Houphouët-Boigny, qui les fit tous venir par voie aérienne, les « commis » du PPN se rendirent en Côte d’Ivoire en compagnie de pas moins de 18 chefs – leurs anciens adversaires. Menés par le leader officieux de la chefferie nigérienne, Issoufou Saidou Djermakoye – qui était sur le point de rompre avec le Sawaba – le cortège comprenait Bouzou Dan Zambadi, le Sarkin Katsina de Maradi qui, comme nous l’avons vu, avait été déposé le 5 mai de cette année à la grande joie des habitants de Madarounfa71. La réunion d’Abidjan avait été précédée d’une rencontre entre Hamani Diori et Houphouët début août, à Paris, où l’Ivoirien faisait aussi partie du cabinet de de Gaulle. Cajolés par l’opulent leader ivoirien, les chefs et le PPN reçurent l’assurance d’un soutien conséquent en termes de fonds, d’assistance logistique et de personnel (personnel armé, conseillers politiques, experts en campagnes électorales) s’ils se décidaient pour le « oui ». Ces approches n’étaient pas sans importance étant donné le fait que – comme nous l’avons déjà vu – les Français n’estimaient pas le PPN capable de mener une campagne efficace, s’il était laissé à lui-même. Par conséquence, à son retour des funérailles du leader RDA de la Haute-Volta, Ouezzin Coulibaly, Diori montra soudain une toute nouvelle assurance72.

  • 73 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958, no 6 » ; « Rapport su (...)
  • 74 Ibid. ; C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique (...)
  • 75 R.B. Charlick, Niger : Personal Rule and Survival in the Sahel (Boulder, Sa (...)

28À leur tour, les chefs osèrent franchirent le pas. Assurés de l’appui de l’administration française et de la Côte d’Ivoire, ils ne craignaient plus tellement les menaces de Bakary. Dans la semaine suivant la prise de position de Issoufou Djermakoy, les Français purent compter sur le soutien de son frère, Hamani Seydou, Djermakoy de Dosso et président de l’Association des chefs, qui, le 18 septembre, appela publiquement à voter « oui » et invita ses amis à faire de même73. Les sultans de Zinder et d’Agadez lui emboitèrent le pas les 19 et 20 septembre respectivement, le jour même – et à la suite – du démantèlement du gouvernement par Colombani. L’adhésion de ces aristocrates fut facilitée – si tant est que cela ait été nécessaire – par Mohamed Mahmoud Ould Cheikh, un Soudanais connu sous le titre de « cadi de Tombouctou » et qui, à la demande de Max Lejeune, agent de l’OCRS, faisait une tournée de mobilisation de la noblesse au Niger. Par la suite, au moins huit chefs des communautés nomadiques de la région de Tahoua se mirent de la partie, aiguillonnés par leur ancien instituteur, Zodi Ikhia, qui avait reçu un véhicule de source inconnue. Il y avait là, notamment, Algabit Ag Moha, un Touareg de la tribu Kel Gress, chef de canton d’Arzarori, près Madaoua et membre du BNA. Parmi les autres leaders touareg qui gagnèrent le camp du « oui », on peut aussi citer l’Anastafidet ou chef des Kel Ewey – une confédération des montagnes de l’Aïr –, un noble qui ne le cédait qu’au Sultan d’Agadez74. Le Sarki de Kantché, près Zinder, et chef de canton, Amadou Issaka, se prononça aussi pour le « oui » en un virage à 180° qui fut assorti de menaces émises par l’administration locale. Les chefs de Tanout, au nord de Zinder, et de Birnin Konni et Illéla, au centre du pays, se rallièrent aussi à ce mouvement75.

  • 76 Djibo, Les transformations, 61 et chap. 2.
  • 77 Chaffard, Les carnets secrets, 283-284.
  • 78 Djibo, Les transformations, 90, citant une interview avec Zambadi en 1989.
  • 79 Ibid., 82 et 90. Fluchard, Le PPN-RDA, 252, se trompe sur les couleurs.

29Mouddour Zakara, troisième vice-président de l’Assemblée, fit aussi défection. Comme Algabit Ag Moha et Amadou Issaka, il avait été impliqué dans la fronde des députés BNA contre le MSA, en fin 195776. Il aurait demandé une audience à Colombani et aurait mit le gouverneur en garde contre Bakary, son leader politique officiel77. Dans la plupart des cas, cependant, le gouverneur prit l’initiative. Il convoqua personnellement les chefs – y compris quelques-uns de ceux qui avaient été suspendus par le Sawaba – à une audience à son palais. Ils eurent là des échanges avec Colombani ou Xavier Deniau, le lieutenant de Messmer, et on peut juger de ce que furent ces rencontres à travers le témoignage de Bouzou Dan Zambadi – un ennemi de Bakary et donc nullement hostile au gouverneur –, qui reconnut plus tard que les chefs reçurent simplement l’ordre de donner instruction aux talakawa de voter « oui »78. Le cas de Albadé Ismaghil de Taghazar, oncle de Ikhia et chef touareg de Tabla, entre Niamey et Filingué, illustre la dure efficacité de ces commandements. On le vit arriver au palais de Colombani avec l’affichette violette du « non » collée à sa voiture et quitter les lieux avec l’affichette jaune du « oui »79.

  • 80 Djibo, Les transformations, 83 et Maman, Répertoire biographique, p (...)

30Quelques-unes de ces défections montrent que la coalition du Sawaba se délitait rapidement. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le gouverneur Rollet pensait encore, en début août, que si certains des membres du BNA avaient des problèmes avec le Sawaba, ils n’oseraient pas se tourner contre Bakary, y compris des gens comme Zakara et Issoufou Djermakoye, politiciens mécontents aux tendances opportunistes mais dépourvus du cran nécessaire pour affronter le tribun du Sawaba. Mais ils avaient à présent franchi la ligne rouge, tout comme d’autres personnages que Rollet avait jugé incapables d’accomplir une telle démarche, par exemple Moha Rabo de Tahoua (lui aussi impliqué dans la rébellion du BNA de 1957). Avec le coup d’État de Colombani, les défections prirent les proportions d’une avalanche, et on vit Yacouba Siddo, Toumani Sidibé, El Hadj Kadi Oumani (tous trois ayant pris part à la rébellion de 1957), Maïtournam Moustapha, Boukari Zakaria et le Français Gaston Fourrier passer du côté du « oui ». La généalogie politique de la plupart d’entre eux remontait au BNA ou à l’UNIS80.

  • 81 Entretien avec Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 février 2006. Je n’ai pas connaissance (...)
  • 82 Entretiens avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 février 2003 ; Gonimi Boukar, Niam (...)
  • 83 Djibo, Les transformations, 114-115.
  • 84 Maman, Répertoire biographique, passim.
  • 85 Tous deux auraient prédit la défaite du Sawaba. Entretiens avec Georges Condat, Nia (...)

31Et pourtant on ne saurait dire que tous les anciens membres du BNA – sans même parler du noyau UDN du Sawaba ou de son aile syndicale – souhaitaient abandonner le camp du « non ». Un mélange de conviction politique, de discipline de parti et, dans le cas des membres du BNA, de loyauté à leur nouveau foyer politique, influait aussi sur les attitudes. Ainsi, lors d’une réunion du parti, il fut demandé à tous ceux qui étaient présents de clarifier leur position, et ils furent tous obligés de sortir à découvert81. Les membres du noyau UDN, des gens comme Ousmane Dan Galadima, Issaka Koké et Maurice Camara, ou encore les jeunes gens comme Gonimi Boukar, ou les sympathisants du Sawaba comme Sao Marakan, montrèrent un zèle ardent pour ce qui, à leurs yeux, était une lutte pour la liberté et l’indépendance véritable. Ils s’avérèrent partisans résolus du « non »82. Mais il en fut également ainsi de plusieurs membres du BNA ou de cercles apparentés, qui se jetèrent avec passion dans la bataille du « non ». Hassane Sourghia (ex-UNIS de Tillabéri), Diougou Sangaré, Amadou Aboubakar dit Kaou et Georges Condat se posèrent en défenseurs confirmés de la cause du Sawaba83. Les trois derniers personnages cités étaient tous issus du BNA mais leur base politique se trouvait à Tessaoua – un important fief du Sawaba, à l’instar de Zinder – où ils travaillèrent, avec les UDN Sallé Dan Koulou et Hima Dembélé, à l’organisation de la campagne. Ceci pourrait expliquer pourquoi Diougou Sangaré et Georges Condat (photos 4.1, 4.2, 4.3), qui appartenaient tous à l’aile modérée de la coalition Sawaba, se mirent du côté du « non ». Par ailleurs, il se peut qu’il y ait eu des raisons personnelles à soutenir la lutte pour l’indépendance. Aboubakar dit Kaou avait, en tant que ministre des Affaires économiques, été une victime directe du coup d’État de Colombani. Hassane Sourghia, Sangaré et Condat avaient réussi à se construire une carrière au sein de la coalition, le premier collaborant avec Dan Galadima au niveau de la commission des affaires économiques et du plan de l’Assemblée, le deuxième, en sa qualité de député de Tessaoua, s’élevant au poste de secrétaire administratif national et le troisième trônant au sommet du champ politique en tant que président de l’Assemblée. Par ailleurs, Sangaré et Condat appartenaient tous deux à des minorités ethniques (le premier étant peul et le second métis) et se trouvaient donc dans une situation de dépendance84. Leurs affirmations subséquentes sur le fait qu’ils redoutaient les conséquences d’un bras de fer avec la France et qu’ils étaient peu enthousiasmés par la position du Sawaba servent peut-être, avec le recul, à justifier leurs actions85.

Photo 4.1 – Diougou Sangaré, Tessaoua, 2006.

Photo 4.1 – Diougou Sangaré, Tessaoua,         2006.

Photo 4.2 – Georges Condat jeune (transmis par Condat).

Photo 4.2 – Georges Condat jeune (transmis par         Condat).

Photo 4.3 – Georges Condat, Niamey, 2003.

Photo 4.3 – Georges Condat, Niamey, 2003.
  • 86 La plupart des auteurs ignorent cette dimension de l’influence de la base. Voir par (...)
  • 87 Ibid., 106.

32Ainsi, au cours de la période menant au référendum, le BNA lui aussi connut des scissions. Cette évolution réduisit légèrement les répercussions négatives des défections sur la coalition en voie de décomposition de Bakary. Cependant, le leader du Sawaba tablait plus sur le soutien de l’aile radicale du mouvement, aile radicale qui, de fait, a dû le pousser à maintenir le cap86. Les leaders du noyau UDN n’avaient cependant pas totalement confiance en leurs partenaires du BNA, ce qui était aggravé par les efforts déployés par les Français pour séparer Condat de Bakary à travers des mensonges et des rumeurs. Colombani aurait dit, en personne, au président de l’Assemblée que Bakary aurait promis à de Gaulle qu’il voterait « oui », ce qui était évidemment faux. Ceci laissant Condat de marbre, une rumeur répandit le bruit de sa démission du parti, ce que le bureau politique du Sawaba dut contrer par un communiqué87.

  • 88 Télégramme France outre-mer à Colombani, sans numéro, mais 17 sept. 1958 ; CAOM, Ca (...)
  • 89 « Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 » ; interview Diougou Sangaré, (...)
  • 90 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. po (...)

33Même à ce stade tardif, Bakary s’efforça d’expliquer la décision du Sawaba aux Français. Aux alentours du 15 et du 16 septembre, il envoya Pierre Vidal et Maurice Camara à Paris avec une lettre déclarant que « non » ne voulait pas dire « sécession » mais préparerait les accords à travers lesquels la France et le Niger organiseraient leur collaboration future. Les Français considérèrent que leur mission était « sans objet », leur refusant l’accès à de Gaulle et leur disant hargneusement, à travers le directeur de cabinet de Cornut-Gentille, que « le Niger était parfaitement averti de l’option de la Constitution et de ses conséquences ». La lettre de Bakary resta sans réponse88. Le résultat, cependant, fut qu’au bout de quelques jours, le 20 septembre, les deux Français du cabinet de Bakary, Fréminé et Vidal, rendirent leur tablier89. Le Sawaba perdait par ce coup les ressources de Vidal – les fonds comme les véhicules. Soutenir le Sawaba était un choix exceptionnel de la part d’Européens, comme dans le cas de Henri Georget, un entrepreneur qui allait s’impliquer activement dans la campagne pour l’indépendance90.

  • 91 « Niger. Administration – Gestions électorales. Incidents pendant la campagne élect (...)
  • 92 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; ibid., (...)
  • 93 Fluchard, Le PPN-RDA, 254-255.

34Il y eut d’autres abandons. Alkaïdi Touré, l’ancien président marginalisé de l’UNIS, proche des chefs et maintenant président de l’Association des Musulmans du Niger, envoya à de Gaulle un document intitulé « Appel aux Musulmans » dans lequel il exprimait sa loyauté et promettait de ne pas demander l’indépendance puisque les Nigériens ne seraient pas prêts à en jouir. Il souhaita, en conclusion, que le « oui » triomphe. De façon plus importante que ces tentatives de s’insinuer dans les bonnes grâces du général – qui lisait effectivement ces messages91 – les anciens combattants de Niamey décidèrent de prendre parti pour le « oui ». Cette décision, qui n’avait rien de surprenant et avait déjà été formée le 9 septembre, devait, de l’avis des Français, générer des milliers de voix, des voix qui transcenderaient les divisions de parti. Cette prévision parut trouver confirmation quelques jours plus tard, lorsque la section des anciens combattants de Tahoua emboîta le pas à sa consœur de Niamey92. Le 21 septembre, Issoufou Djermakoye et Bâ Oumar, l’instigateur de la rébellion du BNA de 1957 et secrétaire de l’Association des chefs, annoncèrent la mise en place d’un Comité d’Entente Franco-Nigérienne pour le Oui, renforçant ainsi la campagne du RDA. Le comité soutint que les objectifs du Sawaba étaient en contradiction avec les intérêts du Niger, que la constitution de la Ve République répondait aux aspirations du pays et que tout le monde devait donc voter « oui »93.

35À ce stade, six jours seulement après l’annonce de la position du Sawaba à une base réjouie, l’équilibre des forces avait été profondément ébranlé. Le coup d’État de Colombani, le démantèlement de l’administration de Bakary, les tentatives françaises de littéralement immobiliser sa campagne ainsi que les défections à grande échelle de divers gros bonnets de la politique et de nombreux leaders d’opinion avaient fortement altéré les chances du Sawaba. Au vu du climat politique de l’époque et de la modicité des données d’archive, il n’est cependant guère aisé d’avoir une idée claire des pertes du parti en matière de soutien, à une semaine du scrutin.

  • 94 Djibo, Les transformations, 101 et 113-114.
  • 95 Interview avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.
  • 96 « Bulletin d’Information du 15 août au 20 sept. 1958. »

36En principe le Sawaba ne pouvait avoir la majorité de l’électorat sans le soutien du BNA qui, en 1957, lui avait offert ample accès au vote rural des profondeurs du Niger central et oriental (les anciens royaumes du Katsina, du Gobir et du Damagaram). Sans cet apport, le Sawaba se réduisait à un mouvement de petites gens qui, de par ses racines (semi) urbaines et syndicales, restait, en dépit de ses capacités à se faire entendre, une section minoritaire de la population. Cependant, depuis son arrivée au pouvoir, et surtout depuis la confrontation d’avril 1958 avec le RDA, le parti avait fait de son mieux pour établir sa présence organisationnelle au niveau des zones rurales où il n’était pas encore représenté. Par ailleurs, il n’avait pas été abandonné par tous les chefs du BNA, notamment dans la région de Tessaoua. Les principaux aristocrates cheffériaux du pays avaient certes à présent quitté le navire : restait à savoir si ce facteur allait peser – comme les Français aimaient à le croire – sur la réaction des électeurs. Mamoudou Djibo avance, en contraste avec le rapport de Colombani sur le référendum, que les racines du Sawaba étaient encore plutôt précaires, soulignant le nombre restreint de postes administratifs africanisés et soutenant que de nombreux chefs de canton avaient réussi à préserver quelque autorité sur les talakawa. D’autre part, bien que la période de campagne ait été ouverte par décret le 7 septembre et bien que le RDA ait déjà commencé à battre campagne pour le « oui » en août, le Sawaba, qui avait également lancé ses opérations de d’approche des électeurs de façon précoce, avait dû attendre la tenue de la réunion du PRA, le 14, pour déclencher sa campagne en tant que telle. Le parti non seulement perdit de cette façon une semaine entière de temps de campagne mais, étant donné que le coup d’État de Colombani intervint le 19, il ne disposa que de quatre jours au cours desquels s’activer en toute liberté94. Condat affirme, de façon rétrospective, avoir signalé à ses collègues que le parti n’était pas majoritaire95. Vers le 20 septembre, les services de renseignement français parurent confirmer ce point. Mais étonnamment – étant donné ce qui s’était produit la semaine précédente – ils estimèrent que la marge entre le « oui » et le « non » était très mince et que les résultats ne pouvaient toujours pas être prédits96. Comme nous l’avons vu tantôt, ceci confirmait le constat du général de Crèvecœur et du commandant Laure qui, aux alentours de cette période, avaient tous deux plus ou moins atteint la même conclusion.

En campagne

  • 97 Voir chap. 1 ; A. Garrigou, Le vote et la vertu : Comment les Français sont (...)
  • 98 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.
  • 99 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre. »
  • 100 Djibo, Les transformations, 101.
  • 101 Fuglestad, « Djibo Bakary », 326 et Fluchard, Le PPN-RDA, 251.
  • 102 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 425-426 et Fluchard, Le PPN-RDA, (...)

37Quoi qu’il en soit, les actions de Colombani, prises dans leur intégralité, avaient entraîné le Niger dans les limbes, constitutionnellement parlant, et la question n’était plus celle du soutien que le Sawaba serait en mesure d’obtenir, mais bien celle de savoir jusqu’où l’administration coloniale était prête à aller pour obtenir les résultats qu’elle désirait. Sans négliger le rôle de leurs alliés africains, force est de constater que les agents de la France étaient prêts à mettre en œuvre toute la gamme des combines électorales que nombre d’entre eux avaient apprises non seulement au Niger – voir le scrutin de 1948 – mais dans le contexte même de la tradition métropolitaine97. De façon notable, l’administration disposait encore d’agents chevronnés capables de mettre au point les résultats désirés. Nombreux furent les agents de l’administration qui s’impliquèrent activement dans la bataille du « oui », même si – comme le suggère Fuglestad sur la base du secteur de Tessaoua où le Sawaba était puissant – quelques jeunes administrateurs préférèrent faire profil bas98. Ainsi, dans son rapport sur le référendum, Colombani souligne avec vigueur que les chefs de circonscription faisaient montre d’un dynamisme remarquable dans leur opposition à la propagande du Sawaba99. Les officiels du RDA reconnurent eux aussi, par la suite, que les administrateurs avaient joué un rôle important dans le choix des chefs pour le « oui »100. Certains commandants de cercle vétérans, tels que Yves Riou à Tahoua, Pierre Brachet à Maradi, Francis Nicolas à Zinder et Jean Espallargas à Filingué, ne montraient aucune hésitation à faire usage de leur influence sur les chefs pour pousser au « oui »101. Maurice Espitalier, ancien directeur de la Sûreté, se donna pour mission de travailler au corps les populeuses régions Est102.

  • 103 Voir par exemple CAOM, Cart. 2187/D.3, 2195/D.1, 2211/D.1 et 2221/D.1.
  • 104 Chaffard, Les carnets secrets, 289-290.
  • 105 « Parti de regroupement africain, Cconférence de presse, 19 nov. 1958. » Colombani (...)
  • 106 Voir chap. 3. Massu était responsable du recours généralisé à la torture en Algérie (...)
  • 107 Entretien avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Le Sahel, 2 août 2010 (...)
  • 108 Entretien avec Maman Tchila, Zinder, 9 février 2003.
  • 109 Interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 février 2003 ; « Parti de regroupement a (...)

38Dans l’ensemble on ne peut mettre à jour les implications de leurs actions qu’à travers des entretiens. En effet, lorsqu’on tient compte de l’implication active de l’administration révélée de façon rétrospective par les mémoires des officiels, le dossier du référendum déposé aux archives coloniales françaises est remarquablement mince103. Quoi qu’il en soit, à ce stade, l’objectif paraît suffisamment clair. Ainsi, les administrateurs français, parmi lesquels figuraient des militaires d’Algérie et de l’AOF, convoquèrent, prescrivirent, menacèrent, malmenèrent ou essayèrent de suborner les activistes du Sawaba afin qu’ils renoncent à la lutte pour l’indépendance et votent « oui ». À Tahoua, la circonscription parlementaire de Bakary, il apparaît que Yves Riou avait convoqué des sawabistes, leur ordonnant de se battre pour le « oui ». Après quoi il les mit dans des camions afin qu’ils aillent déclarer leur nouvel engagement aux villageois104. On a également imputé à d’autres administrateurs – nommément, Bonfils, Carreau et Prudon – des actes d’intimidation similaires105. Condat, une cible favorite, reçut la visite d’un représentant européen de Côte d’Ivoire, le sénateur Borg, qui lui adressa des menaces au cas où il ne voterait pas « oui ». Pierre Sempastous, un pied-noir d’origine algérienne, l’aurait mis en face d’un choix entre l’argent et la mort. À Zinder, Condat fut bloqué par des administrateurs français qui lui firent également savoir de quelle manière il devait voter. Pis, le président de l’Assemblée territoriale du Niger fut détenu une nuit entière par des officiers du général Massu, le leader des parachutistes français lors de la « bataille » d’Alger106 −, subissant un interrogatoire sur sa décision de voter « non »107. De nombreux activistes du Sawaba furent pareillement détenus108, parfois bien après le référendum. Même aventure arriva à d’autres personnages haut placés du parti : Ousmane Dan Galadima, député et organisateur clef, fut arrêté au cours d’un meeting sur la base d’accusations peu crédibles pour n’être relâché que bien plus tard (probablement en 1959), lorsqu’un tribunal conclut qu’il ne pouvait être retenu sur des bases politiques109.

  • 110 « Les raisons de notre lutte », 35-36.
  • 111 Fluchard, Le PPN-RDA, 256-257.
  • 112 Entretien avec Limane Kaoumi, Diffa, 12 février 2006.
  • 113 Djibo, Les transformations, 92-93, sur la base du témoignage oculaire de Gonimi Bou (...)
  • 114 Interviews de Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zin (...)

39Ces sortes d’actes spectaculaires s’inscrivaient dans un contexte général d’intimidation qui donnait le ton du plébiscite. Mettant en alerte les militaires de Gao et de Niamey et faisant venir de nouvelles troupes de parachutistes d’Algérie, les Français décidèrent d’exécuter une démonstration de force. Deux colonnes motorisées parcoururent le pays de long en large, l’une partant de Niamey et passant par Filingué, Tahoua et Dakoro pour atteindre Nguigmi dans l’extrême-Est, après avoir été rejointe par l’autre à Miria, à l’est de Zinder. Cette deuxième colonne aurait été équipée de mitrailleuses et serait descendue de l’Algérie méridionale, traversant le Niger du nord au sud110. Fluchard, historien du PPN, suppose que certains de ces mouvements de troupe ne pouvaient provenir de l’Algérie, du fait de l’état d’insurrection où se trouvait ce pays111. Mais, comme cela a été confirmé par l’expérience personnelle de Condat ainsi que par d’autres témoins112, des troupes arrivèrent bel et bien de l’Algérie – quoique pas nécessairement des régions septentrionales qui étaient le théâtre de la contestation. Il s’agissait là aussi d’une conséquence logique de l’intérêt des militaires français d’Algérie pour l’évolution politique du Niger, intérêt démontré par la réunion des généraux à Tamanrasset trois jours seulement avant le coup de Colombani. Sans chercher à entrer directement en contact avec les populations, les colonnes motorisées qui sillonnaient le pays traversèrent les régions les plus peuplées du Niger – qui se trouvaient aussi être largement pro-Sawaba – afin de mieux mettre en évidence la force qui portait l’appel au « oui »113. L’effet de cette force était d’autant plus grand que les militaires allaient se voir assigner la tâche de gérer les bureaux de vote au jour du référendum, avec des troupes stationnées à proximité. En fait, les récits des témoins oculaires indiquent que l’armée était omniprésente, les soldats ayant pris position non loin des villes et les camions de transport militaire étant stationnés partout114.

  • 115 Fluchard, Le PPN-RDA, 256-257.
  • 116 « Les raisons de notre lutte », 36.
  • 117 Interviews de Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 et Georges Condat, Niamey, 27 nov (...)
  • 118 Interviews de Elhadj Illa Salifou ; Kaîro Alfari ; Tahirou Ayouba Maïga ; Gonimi Bo (...)
  • 119 D’obédience Sawaba, certes : interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 et (...)
  • 120 Interviews de Saïbou Abdouramane, Dargol & Mamane Boureïma, Bandio, 31 oct. et 4 no (...)
  • 121 Interview de Djaouga Idrissa, environs de Dargol, 31 oct. 2005. Un témoignage menti (...)
  • 122 Interview de Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 avec confirmation par Mamou (...)
  • 123 Djibo, Les transformations, 103 ; « Les raisons de notre lutte », 35. Ce thème revint plus (...)
  • 124 Djibo, Les transformations, 104 et « Les raisons de notre lutte », 36. Diori aurait à plusi (...)
  • 125 Interviews de Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 et Elhadj Illa Salifou, Niamey, 2 (...)

40De façon plus spectaculaire, ce fut durant la période menant au 28 septembre que l’on vit, pour la première fois au Niger, une démonstration de puissance aérienne. Fluchard accepte le témoignage de Hamani Diori selon lequel le Niger ne disposait que de deux appareils, utilisés pour les voyages de campagne du gouverneur et de son homologue militaire, le général Manière. L’idée que des avions auraient servi à donner aux habitants du Niger une intimidante démonstration de force serait une accusation abusive115. Le témoignage de Diori est, cependant, quelque peu dépourvu d’honnêteté. Selon le Sawaba, une escadre d’avions avait été basée à l’aéroport de Niamey afin d’exécuter des missions quotidiennes de propagande. Effectuant des descentes en piqué vers les villages et les campements nomades, ces avions lâchaient des myriades de prospectus ainsi que des feuillets frappés à l’effigie du général de Gaulle – en dépit du fait que ce dernier avait interdit qu’on utilise son portrait116. De fait, les témoignages abondent, à travers tout le Niger, sur des avions faisant du saute-mouton de village à hameau, inondant les lieux de propagande. Les confirmations viennent de toute part, de l’Est117, de Niamey118 et des régions Ouest. Le fait est parfois rapporté non pas par d’anciens activistes du Sawaba, mais par des villageois ordinaires, parfois illettrés119. Un paysan mentionne une visite d’hélicoptères sur son village de Dargol, lâchant non seulement des prospectus de propagande, mais aussi des bulletins de vote. Un paysan résidant près Bandio témoigne d’un épisode similaire120. On peut considérer que le transport par voie aérienne de bulletins de vote est une nécessité logistique dans un pays aussi vaste que le Niger, mais les prospectus de propagande que les villageois ramassèrent dans leurs champs incitaient tous à voter « oui »121 et mettaient en garde contre Bakary « car il [voulait] [les] vendre aux communistes122 ». La menace du communisme était un thème populaire parmi les supporters du « oui ». Le RDA et les chefs laissèrent entendre qu’une victoire du Sawaba amènerait les communistes à proscrire l’Islam et la polygamie et à s’emparer des épouses, des maisons et des biens des gens123. Un avertissement plus odieux encore avait été mis en circulation : de Gaulle serait prêt à liquider tous ceux qui ne voteraient pas « oui », et en l’occurrence, le mot français « oui » fut assimilé au verbe zarma « wii », « tuer »124. La campagne aérienne et la présence militaire terrestre constituaient ainsi non seulement une exhibition de force européenne sans précédent au Niger, mais elles créaient aussi un climat de malaise marqué par un obscur danger descendant des cieux pour foudroyer tous ceux qui oseraient désobéir aux puissances tutélaires. Les militants du « oui » encouragèrent de telles craintes en prédisant que les déviants seraient bombardés125.

  • 126 Voir chap. 3 et Chaffard, Les carnets secrets, 288.
  • 127 Fluchard, Le PPN-RDA, 257 ; Chaffard, Les carnets secrets, 290, 293 (...)
  • 128 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; Kane (...)

41Les avions servirent aussi à neutraliser de façon plus directe la campagne de Bakary. Le chef du Sawaba, qui disposait de véhicules empruntés auprès de personnes ou structures privées, peut-être à l’aide des fonds ghanéens126, voyagea à travers le pays – avec Colombani et le général Manière le suivant à la trace. Pour ce faire, ces derniers eurent recours à l’appareil gouvernemental qui les déposait rapidement dans chacune des villes où passait Bakary, afin de contrer les appels du Sawaba. Dans les zones arachidières, les plénipotentiaires français auraient promis que la métropole continuerait à acheter la production des paysans au-dessus des prix du marché international s’ils votaient « oui »127. Dans son rapport sur le référendum, qui est entrelardé de quolibets, Colombani note qu’il « se devait d’éclairer l’électeur ignorant sur la signification réelle de son vote » puisque l’« action sournoise » du Sawaba était marquée par des « violences et hurlements », « l’agitation stérile » et « l’ivresse ». En fait, le gouverneur se faisait fort de montrer qu’à présent un « contact étroit » pouvait être établi entre les administrateurs et une « population trop longtemps dissimulée128 ». Les Français s’efforçaient ainsi de briser les rapports entre le Sawaba et ses partisans, voire de s’imposer de façon menaçante à l’électorat nigérien.

  • 129 Djibo, Les transformations, 95 et Van Walraven, « From Tamanrasset », 513 et 523.
  • 130 Djibo, Les transformations, 96. Guy Mollet ne dit mot de ceci dans ses mémoires (13 (...)
  • 131 Djibo, Les transformations, 94-95 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 255 ; Bak (...)
  • 132 Interview de Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006.
  • 133 750 000 francs offerts à un partisan potentiel du « oui » contre 500 francs déboursés (...)

42Les fonds furent mis à disposition en quantités suffisantes. À la demande de Colombani, le gouvernement français approuva une ligne de crédit d’une valeur de 44 millions d’anciens francs afin de prendre en charge les frais d’organisation du référendum. 24 millions au moins furent décaissés, peut-être au lendemain de la rencontre des généraux à Tamanrasset129. Comme nous l’avons vu dans la première section du présent chapitre, de « gros moyens », dont on ne connaît cependant pas le montant exact, arrivèrent aussi d’Algérie pour aider la campagne du « oui ». Par ailleurs, à l’instigation de son leader Guy Mollet, le parti français SFIO fournit des fonds d’un montant non identifié aux politiciens désireux de battre campagne pour le « oui », et ce fait est confirmé par de multiples témoignages130. Le financement en provenance de Côte d’Ivoire était cependant bien plus important selon toute probabilité. De très grosses sommes auraient été offertes au Soudan et en Haute-Volta et les fonds de cette origine qui atteignirent le Niger ont pu émaner, en partie, de sources métropolitaines. Les chiffres exacts ne sont pas connus, mais les témoins – aussi bien Sawaba que RDA – sont unanimes sur l’importance de l’aide ivoirienne, qui prit aussi la forme d’une assistance matérielle comme on le verra plus loin. L’argent aurait été apporté au Niger par un certain Ladji Sidibé et mis à la disposition du RDA131. Enfin, un membre de l’aile modérée de la coalition du Sawaba, Diougou Sangaré, assure que Pierre Vidal, le plus riche des alliés du Sawaba qui était passé dans l’autre camp, essaya d’acheter des voix pour le « oui » à Zinder et Nguigmi, distribuant des enveloppes contenant des sommes de montant non révélé132. Cette pratique est confirmée par un membre du Sawaba, Gonimi Boukar, dans le cas d’une autre circonscription de l’Est, Gouré, et les sommes en question ne pouvaient se comparer à l’argent qu’un député Sawaba de Madaoua – Ousmane Dan Galadima – fut accusé d’avoir offert à un adhérent potentiel du « non »133.

  • 134 Djibo, Les transformations, 90 et 108 ; Bakary, Silence !, 206 ; « Rapport (...)
  • 135 K. Alfari, « Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes » (Union (...)
  • 136 Le Sawaba avance qu’il y eut également des unités de gendarmerie en provenance du D (...)
  • 137 Djibo, Les transformations, 93-94.
  • 138 On ne sait s’il s’agissait de livres égyptiennes ou sterling. Tous les billets CFA (...)

43S’il est vrai que les sawabistes aussi se battirent pour leur cause sans faire trop cas des formalités, leurs actions étaient bien vaines au vu des déséquilibres majeurs introduits dans l’arène électorale. Le transport motorisé, qui est un aspect si critique de la logistique électorale dans un pays aussi étendu que le Niger, est un cas d’espèce. Les militants du parti qui avaient encore un véhicule se virent refuser l’essence. L’humiliation publique de la confiscation des automobiles fut aggravée par le fait que ces mêmes automobiles passèrent entre les mains des militants du « oui », qui s’en servirent pour faire leurs tournées de campagne sans entrave – au même titre, bien entendu, que Colombani et ses agents. Ainsi, la voiture du Premier ministre Bakary aurait été saisie par une unité de paras d’Algérie. Elle fut remise à Gabriel d’Arboussier – député PPN du Soudan, proche de Houphouët –, qui s’en servit non seulement pour approcher les électeurs, mais aussi pour relier les forces disparates du « oui ». Par ailleurs, Ladji Sidibé apporta non seulement de l’argent de Côte d’Ivoire, mais aussi des véhicules destinés au RDA. Il se serait agi d’une véritable colonne motorisée de Land Rover, de Peugeot 403134 et, par surcroît, de camions dénommés « bouledogues135 ». Certains de ces véhicules avaient peut-être servi à transporter des policiers, des commissaires divisionnaires et des gendarmes ivoiriens136 venus renforcer la présence des autorités sur le terrain. Ainsi, Condat aperçut des Land Rover remplis de policiers d’Abidjan sur la route entre Madaoua et Maradi. Nombre de ces Ivoiriens étaient armés. Il y avait également parmi eux des experts en élections137. S’efforçant de contre-attaquer, Bakary écrivit, entre le 20 et le 22 septembre, une lettre à George Padmore au sujet de l’aide financière promise par le Ghana. Il écrivit également à l’ambassadeur d’Égypte à Accra, demandant 100 000 livres, sur lesquels on lui en aurait accordé 40 000. Il est possible que cette somme ait été effectivement décaissée138.

  • 139 Ainsi que le souligne l’apologie de Fuglestad, « Djibo Bakary », 328.
  • 140 Djibo, Les transformations, 90.
  • 141 Ibid., 103.
  • 142 Interviews Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Abdou Ali Tazard, Tessaoua (...)
  • 143 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ». Bakar (...)
  • 144 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; « Re (...)
  • 145 Djibo, Les transformations, 84 et « Rapport sur les opérations électorales concerna (...)

44Néanmoins, avec la présence de militaires et de paramilitaires un peu partout, on ne saurait parler d’une arène électorale équitable, même si les visites de village accomplies par les forces de l’administration étaient de courte durée139. Ainsi, au contraire des meetings du Sawaba, les rassemblements du RDA pouvaient se dérouler sans entraves, bien que cela contrevenait aux décrets de Colombani. En fait, les réunions de ce parti jouissaient de la protection des forces de sécurité140. Bénéficiant de solides sympathies dans les circonscriptions de l’Ouest (de Tillabéri à Dogondoutchi), il n’avait pas besoin d’y déployer de gros efforts et pouvait concentrer son énergie sur les populeuses régions du Centre et de l’Est où il n’avait jusque-là connu que fort peu de soutien. Une semaine avant le jour du scrutin, Diori alla battre campagne à Maradi et Zinder alors que Boubou Hama faisait du démarchage électoral dans le fief du Sawaba, à Tessaoua. Il ruina cependant ses chances par des postures bien peu diplomatiques à l’égard des sarakuna. L’irritable Hama, « commis » de basse naissance sans affection pour les chefs, considérait le référendum comme une vendetta personnelle contre ceux dont ils avaient jadis eu à se plaindre. À cet égard, le parti profitait considérablement des conseils et de la diplomatie de d’Arboussier, qui impartissaient à la campagne du « oui » un peu de la cohésion dont elle était dépourvue par ailleurs. Ainsi, Bouzou Dan Zambadi, le Sarkin Katsina révoqué de Maradi, avoua plus tard qu’il ne pouvait s’imaginer vivre à égalité avec des talakawa141. Néanmoins, il avait jeté le dé et s’était mis du côté des « commis » du RDA, à l’instar de nombreux autres chefs142. En fait, selon Colombani, la quasi-totalité des chefs s’étaient à présent lancés sans hésitation dans la lutte électorale, battant vigoureusement campagne, dépêchant des émissaires dans les lieux les plus éloignés et appelant leurs sujets à voter « oui ». Dans son rapport sur le référendum, il réserva des éloges particuliers aux sultans d’Agadez et de Zinder ainsi qu’aux chefs de diverses tribus touareg tels que les Kel Ewey, les Kel Férouan, et les Kel Fadei ; les chefs de Illéla et Konni ; le Sarki de Kantché, Amadou Issaka, qui avait subi les menaces de l’administration ; et Mouddour Zakara143. Par ailleurs, les syndicats non affiliés au PRA – en particulier ceux des enseignants et les mieux payés parmi les travailleurs du secteur public – se joignirent à l’offensive du « oui » dans certains centres urbains comme Niamey, Zinder et notamment la région de Maradi où le RDA s’attendait à enlever la majorité des voix en dehors du canton de Gabi dont le chef demeurait fidèle au Sawaba144. Enfin, Issoufou Djermakoye et Bâ Oumar assistèrent le camp du « oui » français avec leur Comité d’Entente Franco-Nigérienne pour le Oui, à l’instar de l’Association des Musulmans d’Alkaïdi Touré ; de la Section nigérienne de l’association pour le soutien à l’action du général de Gaulle établie par Pierre Sempastous et un autre Français, Audibert ; et de l’association nigérienne des anciens combattants. Ces organisations militaient librement pour le « oui », bien que certaines d’entre elles n’avaient pas reçu l’autorisation de battre campagne. Les anciens combattants, avec l’aide de Adamou Mayaki, s’activèrent uniquement le long de la grande voie routière Niamey-Zinder145.

  • 146 Djibo, Les transformations, 103 subsq. et « Rapport sur les opérations électorales (...)
  • 147 Ibid. ; Fuglestad, « Djibo Bakary », 327 ; et Chaffard, Les carnets secrets, 289.

45Comme on l’a vu, certains arguments de campagne ne se distinguaient pas par leur subtilité. Dans les zones rurales se répandit une rumeur laissant croire que voter « non » reviendrait à déclarer la guerre aux Français qui quitteraient le pays tandis que le commerce de l’arachide s’effondrerait. L’administration joua aussi sur les différences ethno-régionales latentes, comme on peut le voir à travers le rapport de Colombani, excitant les craintes des nomades du Nord à l’égard des sédentaires du Sud, ou les appréhensions mutuelles existant entre les Songhay-Zarma et les Haoussa. De façon plus anodine, les marabouts proches du RDA assimilèrent le mot « oui » à la transcription arabe du mot « Allah ». Une autre rumeur répandue pour gagner des voix au « oui » prétendit que les Français allaient recruter des Nigériens pour la guerre en Algérie – argument toujours intéressant pour un pays souffrant de sous-emploi chronique146. En réaction à tout ceci, le Sawaba y alla, lui, aussi de ses mensonges et de ses ruses. Il indiqua ainsi que le mot français « non » ressemblait au verbe zarma-songhay « noo », « donner », impliquant ainsi que ceux qui voteraient « non » recevraient un don tandis que le « oui » renverrait à la menace de mort émise par le RDA et viserait plutôt ceux qui voterait « oui ». Pis, dans les régions de Zinder, Magaria et Maradi, le parti chercha délibérément à semer la confusion dans l’esprit des électeurs. Faisant violence à la rengaine du « oui » qui avait pris tant d’ampleur dans la campagne, il fit courir le bruit que si les gens ne voulaient pas du départ des Français, ils devaient voter « non » car le « oui » les amènerait à partir. De plus, le « non » éliminerait impôts, frais de douane et autres mesures impopulaires. À la menace de l’effondrement de l’économie, le parti opposa des promesses d’augmentation des prix de vente de l’arachide qui, par ailleurs, pourrait être écoulée au Nigeria en cas de boycott français. Le camp du « oui » ayant cultivé la peur d’une disparition de l’argent en cas de départ des Français, on assura héroïquement, et non sans frénésie – certainement du fait de la passion de la lutte – que le Niger indépendant serait en mesure de fabriquer sa propre monnaie, si nécessaire avec des feuilles d’arbre ! De façon plus sinistre, des marabouts liés au Sawaba auraient forcé des gens à jurer sur le Coran qu’ils voteraient « non » tandis que des militants du parti, assistés de syndicalistes de l’UGTAN, auraient émis des menaces portant sur des révocations futures, des peines de prison et autres mesures à l’encontre des chefs et des fonctionnaires désobéissants, notamment dans la région de Gouré147.

46Ces dernières allégations proviennent cependant du rapport de Colombani et portent sur la période antérieure à son intervention du 19 septembre. Autrement, de telles pratiques auraient été contreproductives. Il n’est pas certain, au vu des difficultés liées à la récolte de 1957, que les garanties données sur l’exportation de l’arachide aient été convaincantes. Si certaines des promesses de nature économique faites aux électeurs ne reflétaient pas vraiment un sens aigu de la responsabilité politique, elles peuvent tout de même être considérées comme tombant dans la catégorie des engagements que l’on prend dans la fièvre de la compétition électorale. Néanmoins, les ruses et tromperies jouaient sur les gens et les pressions exercées sur les électeurs relevaient d’un manque de respect pour le processus démocratique qui doit être lu non pas seulement à la lumière du combat désespéré du parti pour la survie, mais aussi au regard de ses pratiques passées peu orthodoxes, qui relevaient d’une perspective révolutionnaire de défense légitime des talakawa par leur force d’avant-garde, le petit peuple et les couches sociales apparentées.

  • 148 Djibo, Les transformations, 105.
  • 149 « Les raisons de notre lutte », 36.
  • 150 Fuglestad, « Djibo Bakary », 328.
  • 151 Interview de Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.
  • 152 Suivant les entretiens avec Djibo, Les transformations, 93.

47Cependant, l’impact des activités du Sawaba était sérieusement compromis par la mobilisation totale de l’appareil administratif148 alors que la présence écrasante des forces du « oui » forçait ses cadres à faire profil bas, ce qui réduisait la portée de leur message. Selon le Sawaba, Radio Niamey – un instrument de propagande crucial – était tombé sous le contrôle de Colombani et ne pouvait donc servir à la campagne149. Dans les zones rurales, la prépondérance des forces du « oui », représentées par les chefs, compliquait l’action électorale. Fuglestad note dans son apologie – sans que cela soit tout à fait exact – que tout au long de la campagne, aucun coup de feu ne fut tiré, personne ne fut tué et on ne rapporta aucune émeute150, mais l’administration ne fit obstruction qu’aux actions des militants du Sawaba. Un de ces militants se souvient encore de la manière dont il fut empêché par les militaires et les chefs d’accéder à des villages, si bien qu’il dut visiter des hameaux au cœur de la nuit, allant de porte à porte pour tenter de convaincre les gens de voter « non ». Il passait ses nuits dans les lieux dévolus au marché, ou dans les espaces périphériques des villages151. Tous les autres militants du Sawaba rendent témoignage de l’impossibilité de battre campagne librement152.

  • 153 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».
  • 154 Djibo, Les transformations, 92 et « Les raisons de notre lutte, » 37-38.
  • 155 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.
  • 156 Secrétaire de la section locale du Sawaba.
  • 157 Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 5, août 2002.
  • 158 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.
  • 159 Chaffard, Les carnets secrets, 293.
  • 160 Fuglestad, « Djibo Bakary », 325.

48Comme le laisser penser son rapport sur le référendum, les accusations de Colombani à propos d’une offensive féroce du Sawaba avaient à voir exclusivement avec la période précédent le 19 septembre, lorsque Saloum Traoré, ministre des Affaires sociales, aurait « violemment » pris position en faveur du « non », Adamou Sékou se serait rendu à Maradi, Issaka Koké à Gouré et Aboubakar dit Kaou à Tessaoua153. Au cours des deux semaines menant au scrutin, cependant, la situation était différente. Les militants du « non » furent chassés des villages et, en arrivant dans les centres urbains, les leaders du Sawaba auraient été accueillis par les risées des paras français. Usant du style hyperbolique coutumier de la propagande de parti, le Sawaba parla par la suite d’« embuscades » tendues pour porter préjudice à ses leaders où qu’ils aillent, y compris à Tahoua, Maradi, Tessaoua et Zinder154. S’il n’y eut cependant pas de violence généralisée – selon toute probabilité à cause de la présence écrasante du camp du « oui » – on assista à quelques incidents. Il y eut une mêlée violente à Tessaoua155, et Sékou Hamidou (photo 4.4)156 fut blessé par balle lors de ses activités de campagne à Tillabéri157. Avec une tradition de violence bien établie à travers tout le spectre politique, les leaders du Sawaba avaient quelques raisons de s’inquiéter, d’autant plus que Colombani avait rejeté leur demande de permis de port d’arme158. L’affable Condat, en butte aux embarras de toute sorte, aurait commencé à céder à la pression et se serait préparé à rencontrer le gouverneur, mais fut, à la dernière minute, convaincu par Bakary de tenir ferme, ce qui ne l’empêcha pas d’abandonner toute activité de campagne à quelques jours du scrutin159. Les signes de tension et de nervosité apparaissaient aussi chez Bakary, au moment où son univers politique paraissait sur le point de s’effondrer160.

Photo 4.4 – Sékou Hamidou en 2002 ; secrétaire d’une section du Sawaba à Tillabéri durant le référendum de 1958 (Seeda, no 5, août 2002).

Photo 4.4 – Sékou Hamidou en 2002 ; secrétaire         d’une section du Sawaba à Tillabéri durant le référendum de 1958 (Seeda, no 5, août 2002).

Le scrutin

  • 161 Djibo, Les transformations, 91.
  • 162 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958 », no 6 et ibid., (...)
  • 163 Djibo, Les transformations, 91.

49Étant donné son passé de militantisme et d’agitation, on ne pouvait s’attendre à ce que le Sawaba supporte tous ces harcèlements sans réagir. Déjà, le 16 septembre, son bureau politique avait publié un communiqué protestant contre la campagne de propagande menée par les commandants de cercle161. Le 19, il eut la témérité d’envoyer un télégramme à de Gaulle et Messmer exigeant l’établissement d’une commission électorale et condamnant l’interdiction de ses meetings et le harcèlement de ses membres. Un autre pli fut envoyé au secrétaire général et au président de l’Assemblée générale des Nations Unies pour se plaindre des pressions de l’administration coloniale et de la violation des assurances du général sur la liberté du vote162. Ce dernier télégramme n’a pas dû être apprécié par les gaullistes qui avaient tendance à considérer le Niger comme une partie intégrante de la sphère d’influence française. Les leaders de l’UGTAN, dans d’autres parties de l’AOF, reprirent les accusations du Sawaba163.

  • 164 Chaffard, Les carnets secrets, 293.
  • 165 Interviews de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 et Diougou Sangaré, Tessaoua, 9  (...)
  • 166 Ceci est fondé sur les interviews menées par Djibo, Les transformations, 92.
  • 167 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, et Djaouga Idrissa, environs de Dargol, tout (...)
  • 168 Chaffard, Les carnets secrets, 289 et Djibo, Les transformations, 9 (...)
  • 169 D. Collins, « Partitioned Culture Areas and Smuggling : The Hausa and the Groundnut (...)

50Tout ceci ne servit à rien. L’intense mobilisation des militants du « oui », y compris l’administration, se maintint jusqu’au jour du scrutin. Le 28, la capitale du Niger était pratiquement en état de siège, avec la gendarmerie et l’armée postées à la garde des bâtiments publics164. L’état-major de l’armée à Zinder fut transféré à Tessaoua, bastion du Sawaba. Des officiers en uniforme et des sous-officiers, y compris en provenance de régiments para, présidaient aux bureaux de vote, souvent avec des troupes stationnées à proximité. Il en était ainsi non seulement dans des villes comme Madarounfa ou des bourgades des environs de Tessaoua, mais aussi dans de minuscules hameaux comme par exemple la localité de Foulatari près de Maïné-Soroa, tout au nord de la principale voie routière est-ouest du Niger165. Les choses n’étaient pas de bon augure pour le parti, puisque l’hostilité administrative visait uniquement ses cadres. Des témoins d’obédience RDA confirment qu’au jour du scrutin, les sawabistes furent en butte à des brimades et à des actes d’humiliation. Certains d’entre eux furent chassés des isoloirs et d’autres furent transformés en effigies de l’impuissance, ligotés devant les bureaux de vote. D’autres encore furent contraints de manger leur bulletin « non » au lieu de le déposer dans l’urne. Des votants furent qualifiés de Nigérians et menacés d’expulsion et de confiscation de leur champ166. Selon Mamoudou Djibo, ces abus relevaient d’une pratique générale, bien que les persécutions visaient sans doute les militants patentés du Sawaba plutôt que l’électeur ordinaire. Les effets furent cependant plus larges, ce qui était probablement l’objectif désiré : un climat de peur s’installa, comme l’ont attesté de nombreux témoins oculaires167. Ce climat délétère aurait même conduit environ 40 000 personnes à fuir des zones haoussa vers le Nigéria, créant de nouvelles habitations dans les régions frontalières du côté nigérian, tel que le village de Fasuwankay168. Si le fait est exact, ces gens n’étaient sans doute pas des cibles individuelles de persécution mais, suivant les traditions des zones frontalières169, ils ont préféré traverser une période de turbulence parmi leurs parents du Nigéria. Ceci pourrait aussi expliquer en partie le bas taux de participation – sur lequel nous revenons plus loin – étant donné que certains décidèrent de voter avec leurs jambes au lieu de s’impliquer dans d’inutiles confrontations de bureau de vote.

  • 170 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol & Djaouga Idrissa, environs Dargol, toutes de (...)
  • 171 Charlick, Niger, 50.
  • 172 Entretien de Issa Younoussi avec Kane Boukari, Niamey, 7 août 2008 ; entretiende l’ (...)
  • 173 Interview de Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Djibo, Les transformations, (...)

51Dans ces circonstances, il n’y eut guère d’intimidations le jour du vote même. Ainsi, alors que la plupart des témoignages parlent d’une ambiance de peur, un témoin oculaire indique qu’il n’y eut pas de harcèlements le jour du scrutin. L’atmosphère de contrainte était cependant palpable et les gens évitèrent de se vêtir de bleu, la couleur du Sawaba170. La gestion des bureaux de vote était confiée aux militaires et les votants étaient accueillis par des chefs et des gardes vêtus de jaune (la couleur du « oui »). Le message politique était donc on ne peut plus clair, si bien que le vote prit l’allure d’un exercice militaire bien rodé, dans la meilleure tradition de la manipulation électorale française – à l’exception des bureaux de vote où eurent lieu les incidents mentionnés ci-dessus. Dans la campagne de Matamey (au sud de Kantché), de Magaria et d’autres fiefs du BNA, les chefs contrôlèrent totalement le processus de vote171. Si, dans la plupart des cas, les militants du Sawaba furent tenus bien à l’écart des bureaux de vote, lorsqu’ils n’étaient pas tout simplement chassés, ils réussirent tout de même, en certains endroits, à soutenir la pression. Ce fut notamment le cas à Tessaoua où des élèves indépendantistes furent tolérés par les militaires français et purent surveiller le scrutin172. Des irrégularités purent ainsi être évitées, mais non pas la distribution simultanées de plusieurs cartes d’électeur et de bulletins « oui » par un représentant du RDA local avant le référendum. En d’autres lieux, des militaires auraient voté plusieurs fois, et ailleurs, des analphabètes qui auraient voulu voter « non » furent induits en erreur et conservèrent le bulletin violet du « non » (qui ne portait aucun signe distinctif) après avoir déposé le bulletin jaune du « oui » dans l’urne. De façon navrante, certains, en quittant les lieux, osèrent brandir le bulletin violet pour montrer fièrement le choix qu’ils pensaient avoir fait173.

  • 174 Et réfutent complètement les affirmations de Fuglestad décrites dans la première se (...)
  • 175 Interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005.
  • 176 Djibo, Les transformations, 124 et « Consultation du Peuple français par voie de re (...)
  • 177 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 784-785. 29 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 218 (...)

52Ces incidents ont presque certainement eu moins d’impact sur les résultats du processus que l’impression générale d’angoisse et de contrainte créée par le camp du « oui ». Comme nous venons de le voir, les conditions dans lesquelles se sont déroulés campagne et scrutin ne laissent aucun doute sur la gravité de l’ingérence de l’administration174, mais il importe néanmoins de répondre, d’un point de vue théorique, à la question de savoir si ces conditions ont affecté le résultat final, et le cas échéant, comment et dans quelle mesure. À cet égard, il convient de noter que l’emprise intégrale de l’administration et du camp du « oui » sur la campagne référendaire et le scrutin s’étendit également au dépouillement et au collationnement du vote, desquels le Sawaba fut exclu et sur lesquels il ne put donc exercer aucune surveillance175. Le dépouillement se fit au niveau des bureaux de vote, sous la supervision des militaires. Mais ces résultats, que ce soit dans leur version provisoire ou définitive, n’ont pas survécu – à l’inverse de ce qui s’est passé dans le cas de nombreuses autres consultations électorales nigériennes. Les résultats collationnés par circonscription (cercle), qui ont survécu, furent annoncés par les commandants de cercle – sans contrôle, ici aussi, du camp du « non ». La commission centrale chargée du collationnement des circonscriptions travailla aussi seule. Elle était constituée de trois Français, membres du système judiciaire du territoire176. Il est donc difficile de savoir si les résultats ont été truqués, bien que le contexte général du référendum montre que les Français étaient prêts à tout pour obtenir une majorité de « oui ». Ainsi, au lendemain du référendum, mais trois jours avant l’annonce des résultats par la commission centrale, Messmer télégraphia à Paris que le gouvernement Sawaba avait perdu le vote et « ne [pouvait] plus demeurer en fonction177 ».

53Sans surprise, la commission centrale annonça, le 2 octobre, une victoire écrasante du « oui ». Sur un total de 1 320 174 d’électeurs inscrits, 477 226 se seraient valablement exprimés et 372 383 auraient voté « oui » contre seulement 102 395 « non ». Parmi les 16 cercles du pays, seuls Tessaoua et Nguigmi donnèrent la majorité au « non ». Toutes les autres circonscriptions, y compris les bastions du Sawaba ou les endroits dans lesquels il occupait une place considérable, tels que Zinder, Maradi, Niamey et Téra, votèrent officiellement « oui ». Même Tahoua, la circonscription parlementaire de Bakary en personne, rapporta une victoire du « oui » et un maigre total de 5 360 voix pour le « non ». Dans la capitale, le « oui » fut proclamé victorieux avec 28 498 voix contre 8 095 voix pour le « non », ce qui constituait une lourde défaite pour le parti. Sa position connut une déconfiture similaire dans pratiquement tous les autres cercles, avec des marges énormes, particulièrement à Agadez, Tahoua, Dosso, Madaoua et Magaria (voir tableau 4.1).

Tableau 4.1 – Électeurs inscrits, taux de participation et résultats du référendum du 28 septembre 1958.

Cercle

El. inscrits mars 1957

Participation mars 1957

El. inscrits sept. 1958

Participation

sept. 1958

« Oui »

« Non »

Agadez

30 194

4 095

33 417

20 103

19 720

282

B. Konni

76 190

19 875

73 077

16 102

13 592

1 966

D. doutchi

52 752

12 933

57 024

19 439

17 580

1 495

Dosso

79 955

20 984

85 023

27 065

24 285

2 385

Filingué

37 108

9 886

50 416

14 505

12 596

1 449

Gouré

70 192

17 462

72 414

23 490

15 466

7 406

Madaoua

73 497

11 878

76 151

33 511

30 531

2 788

Magaria

96 967

57 382

102 207

57 751

52 261

3 777

Maradi

94 097

15 169

97 586

24 800

12 156

11 802

Nguigmi

20 881

5 168

23 464

5 535

2 346

2 742

Niamey

99 931

28 270

106 530

38 254

28 498

8 095

Tahoua

116 843

29 291

127 707

72 375

65 162

5 360

Téra

66 113

14 836

63 926

14 298

8 480

5 593

Tessaoua

97 840

44 516

104 067

40 130

12 634

25 322

Tillabéri

75 971

23 137

88 924

36 686

24 300

6 664

Zinder

150 260

38 209

158 241

49 909

32 776

15 269

Notes : 1. Pour des raisons de comparaison, les chiffres relevant des élections générales de mars 1957 ont été inclus. 2. Les votes « Oui » et « Non » pris ensemble ne correspondent pas nécessairement au taux de participation à cause des votes invalides. 3. Les totaux ne sont pas donnés, puisqu’il n’y a pas concordance, du fait du peu de soin avec lequel les résultats ont été délivrés.

Sources : « Consultation du Peuple français par voie de référendum » ; Djibo, Les transformations, 125-126.

  • 178 Djibo, Les transformations, 127 et chap. 1 et 2 du présent ouvrage.

54Même Tessaoua et Nguigmi, tout en votant « non », rapportent un nombre considérable de « oui » (12 634 contre 25 322 pour Tessaoua et 2 346 contre 2 742 pour Nguigmi). Alors qu’aux élections de mars 1957, le Sawaba avait remporté sans conteste 12 cercles sur 16 avec un score de presque deux tiers des votes exprimés, il se trouvait à présent gagnant dans seulement deux d’entre eux. En 1957, il avait remporté 80 % des voix du Centre et de l’Est, plus de la moitié dans l’extrême-Est et 37 % des suffrages dans l’Ouest, avec une répartition par cercles qui lui donnait de 51 à 87 % des voix dans neuf cercles et 30 à 50 % des suffrages dans cinq autres. Au cours de ces élections, le RDA ne l’emporta de façon nette que dans cinq circonscriptions de l’Ouest : les cercles de Dogondoutchi, Filingué, Tillabéri, Dosso et Niamey, avec des marges de 58 % à 79 %. À présent, le Sawaba n’atteignait nulle part le taux de 70 % des suffrages, obtenant ses meilleurs résultats à Tessaoua (66,02 %), Nguigmi (53,89 %), Maradi (48,46 %), Téra (plus de 39 %), Gouré (32,28 %) et Zinder (31,78 %). Il échoua à atteindre le taux de référence de 30 % dans plus de dix cercles, alors que le camp du « oui » atteignit ce même taux dans toutes les circonscriptions, remportant la majorité absolue dans 14 cercles sur 16178.

55Cette défaite était une déroute cinglante et une rupture fondamentale et soudaine par rapport non seulement à la victoire du Sawaba aux élections de 1957 mais aussi au renforcement continuel de sa position depuis les émeutes d’avril 1958 jusqu’au début du mois de septembre. Ce retournement apparent de la situation pouvait avoir, en théorie, de nombreuses causes, y compris une opposition véritable de la population à l’indépendance, un mécontentement vis-à-vis de la gestion du Sawaba, le soutien populaire au RDA, l’interférence des Français ou une combinaison de tous ces facteurs.

  • 179 L’analyse est largement basée sur Djibo, Les transformations, passim, et sur mes pr (...)
  • 180 « Procès-verbal du recensement des votes émis dans les collèges électoraux du terri (...)
  • 181 Djibo, Les transformations, 114, 128, 130, sur la base d’un entretien avec (...)
  • 182 Référendum du 28 sept. 1958 : « Rapport sur les travaux de la Commission de recense (...)
  • 183 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » (Rappo (...)
  • 184 Chap. 2 ci-dessus. L’immixtion française a pu jouer un rôle. Djibo, Les transformations, (...)
  • 185 Ibid. ; « Rapport sur les travaux de la Commission de recensement du Niger, 3 oct. (...)
  • 186 Djibo, Les transformations, passim.

56Afin d’obtenir une image crédible de l’issue du référendum, il convient d’abord de distinguer les résultats par cercle et le contexte local à chaque niveau179. À Agadez, le taux de participation s’accrut de façon phénoménale, à l’instar de ce qui s’était produit dans toutes les zones nomades comme nous le verrons plus loin. La défection du Sultan – organisée par les Français – joua un rôle en l’occurrence, mais le chiffre outrageusement gonflé de l’électorat local (33 417 sur une population estimée, en 1957, à tout au plus 50 000) et de sa composante « oui » sont un signe évident de fraude – ainsi que l’a admis Fuglestad également – et de la position dominante de l’armée française dans le secteur180. Les résultats de Gouré, dans l’est, ont beaucoup à voir avec la défection des chefs, encore influents dans une région qui, cependant, était également le fief de Issaka Koké, le ministre de l’Agriculture Sawaba (de la ligne UDN) ainsi que de Gonimi Boukar, ce qui explique une forte minorité de « non » pour cette région. À Madaoua, où le « oui » l’emporta largement (« oui » moins « non » = 27 743), les chefs avaient également fait défection et demeuraient influents, bien que l’interférence des Français, symbolisée par l’incarcération de Dan Galadima, a pu jouer un rôle. Ce facteur doit avoir eu un impact plus profond à Maradi puisque, comme nous l’avons vu, le dissident Bouzou Dan Zambadi ne pesait guère dans la région, ni non plus Adamou Mayaki, qui s’était lancé tardivement dans la campagne et dont la rébellion contre le Sawaba en novembre 1957 n’avait guère reçu de soutien. Zambadi lui-même attribua rétrospectivement la marge étroite entre le « oui » et le « non » (354) au faible taux de participation (bien qu’il ait cru par rapport à 1957), ce qui, dans cette région, et étant donné les circonstances, impliquait que les électeurs potentiels du « non » avaient été découragés par les actions de l’administration. En sa qualité d’agglomération urbaine de premier plan, Maradi possédait une importante communauté sawabiste d’obédience syndicale. Par ailleurs, Zambadi affirma plus tard que la position du Sawaba y avait été brisée par la « force physique181 ». Par contraste, Magaria rapporta la marge la plus élevée entre le « oui » et le « non » (48 484). Ici, comme nous l’avons déjà vu, les chefs possédaient encore une emprise considérable sur le processus électoral, alors que la menace française de ne pas acheter la production arachidière a pu également jouer en faveur du « oui ». Par ailleurs, les sawabistes furent agressés durant la campagne et les manœuvres d’intimidation des Français avaient réussi à obtenir la défection d’Amadou Issaka. Cependant, l’influence de Issaka était limitée à la ville de Kantché et sa défection, survenue après une semaine de campagne pour le « non », n’a guère pu toucher le corps électoral du cercle, surtout ceux résidant à proximité du Nigéria, dont l’indépendance prochaine n’était pas sans influencer les électeurs. L’immixtion a donc joué un rôle important dans les résultats locaux, quoique surtout par rapport à un taux de participation stagnant, alors que le nombre d’électeurs inscrits avait cru dans le cercle – ce qui implique que les partisans du « non » (officiellement 3 777 en tout et pour tout) ont été découragés. De plus, un militant du RDA aurait voté pour des dizaines ou des centaines d’absents. De même, alors que Birnin Konni et Téra n’ont pas connu de défection de chefs véritablement influents, ils ont tous deux vu décliner le nombre d’électeurs inscrits et de participants au processus. C’est seulement au niveau de ce dernier secteur, où s’était développée une solide base Sawaba, qu’un nombre substantiel de votes « non » ont été enregistrés (5 593 contre 8 480 pour le « oui »). Tahoua connut non seulement plusieurs défections de chefs qui passèrent au « oui » – ainsi que des anciens combattants – mais, tout comme à Agadez, on y assista à une augmentation phénoménale du taux de participation. Comme on le soutient plus loin, le fait était indicatif d’une fraude qui a contribué à la défaite dévastatrice du Sawaba. Nous avons vu également que cette région a été un théâtre de brimades. Dans la zone de Niamey, avec une solide minorité de syndicalistes du Sawaba, de telles interférences auraient été plus difficiles à mettre en œuvre. Ainsi, avec 8 095 « non » contre 28 498 « oui », les résultats de Niamey ont pu, d’une certaine façon, refléter l’équilibre des forces – quoique sans tenir compte de la question de la participation. Une irrégularité qui a été rapportée (135 soldats votant sans carte d’électeur) était insignifiante182, bien qu’on ne puisse en dire autant des défaillances dans la distribution des cartes d’électeur. Alors qu’en 1957 elles avaient toutes été distribuées bien avant la consultation, 40 % – portion énorme – des cartes ne furent pas livrées cette fois, en contraste avec les lointaines régions nomades qui inclinaient au « oui » et où le taux de distribution atteignit les 80 %. Selon Colombani, il s’agirait là du résultat d’une action de la municipalité Sawaba, mais on voit mal, au vu de l’issue finale, ce que le parti avait à gagner à suivre une telle ligne de conduite, sans compter qu’après le coup d’État du gouverneur, on peut douter de son emprise sur l’administration locale. Par ailleurs, de nombreux témoins oculaires du Sawaba soutiennent que des zones entières acquises au parti avaient été privées de cartes d’électeurs et/ou de bulletins « non », ou que des urnes s’étaient volatilisées à l’heure du dépouillement183. Ainsi, après l’augmentation en chiffres absolus du taux de participation de Niamey en comparaison avec 1957, il semble que la mauvaise distribution de cartes a joué en défaveur du « non ». Cette augmentation en chiffres absolus des électeurs inscrits et du taux de participation concernait non seulement le cercle de Niamey, mais aussi les quatre régions Ouest dominées par le RDA et donc enclines à voter « oui » : les cinq cercles pris ensemble (Dogondoutchi, Dosso, Niamey, Filingué et Tillabéri) connurent une augmentation de 42 200 électeurs inscrits et une augmentation de plus de 40 000 personnes prenant effectivement part au vote. Les accusations du ministre de l’Intérieur du Sawaba, Adamou Assane Mayaki, portant sur le fait qu’à l’ouest en particulier les gens ne pouvaient pas voter en personne, et qu’on dut le faire à leur place, ne peuvent être vérifiées. Ainsi, la victoire du « oui » à Dosso pouvait résulter du soutien populaire au RDA puisque les dissidents du Sawaba, Issoufou Djermakoye et Pierre Vidal, y avaient tous deux perdu les élections l’année précédente184. Par ailleurs, un nombre substantiel de votes « non » avait été enregistré à Tillabéri (6 664 contre 24 300), une région soumise, depuis 1957, à une intense rivalité entre les deux formations politiques principales. Parmi les deux cercles qui rapportèrent une majorité de « non », celui de Tessaoua devait en grande partie ce résultat au comité local du parti qui comprenait les intransigeants de l’UDN Sallé Dan Koulou et Hima Dembélé, qui avaient réussi à s’organiser et avaient pu garder un œil vigilant sur le processus électoral. La victoire du « non » à Tessaoua, dans un contexte de taux de participation déclinant par rapport à 1957, aurait pu être encore plus importante si l’on tient compte de l’annulation des résultats du secteur de Mayhamada. Selon les Français, cette annulation était due au fait que le nombre de bulletins nuls et d’enveloppes était plus élevé que celui des électeurs (d’après leur décompte du moins), bien que le représentant local du RDA ait, plus tard, admit que la victoire du Sawaba s’était étendue à l’ensemble du cercle. La défaite du « oui » à Nguigmi, où le taux de participation était largement stagnant, résulta surtout du fait que les Français avaient beaucoup compté sur la défection de Toumani Sidibé. Cependant, Sidibé ne pesait guère au point de vue local tandis que le chef local, Maï Manga, était un partisan loyal du Sawaba qui entraîna avec lui un grand nombre d’électeurs. Comme à Tessaoua, le commandant de cercle a peut-être été quelque peu réticent à intervenir de façon plus agressive185. Enfin, la victoire du « oui » à Zinder n’a pas empêché une solide performance du « non ». Avec le soutien de ses membres prolétarisés, le Sawaba contrôlait encore 15 000 votes, ce qui revient à plus de 30 % des votants effectifs. Tout comme au niveau des cercles de Maradi et de Tessaoua, la menace d’une perte de débouché pour la production arachidière ne produisit pas tous ses effets. Pourtant, le soutien du Sawaba connut une chute drastique par rapport à 1957 où il avait emporté une moyenne de 80 % des voix dans la région. Le « oui » avait dépassé le « non » de plus du double. La défection du Sultan, très respecté par les talakawa locaux, a joué un rôle important en cette occurrence, plus que celle de l’ancien membre de l’UNIS Maïtournam Moustapha, que nous avons mentionnée. De plus, le nombre d’électeurs inscrits et de votants effectifs augmenta et, à ce qu’il paraît, surtout en faveur du « oui »186.

57Ainsi, les données par cercle indiquent que les résultats furent façonnés par une variété de circonstances. Chaque cercle – et parfois différentes zones à l’intérieur des cercles – avait ses propres caractéristiques locales jouant un rôle dans l’issue finale. Par ailleurs, dans certaines circonscriptions les résultats reflétaient en partie l’équilibre des forces réel, notamment à Tillabéri, Téra, Niamey, Maradi, Zinder, Gouré – connus pour avoir une forte base du Sawaba et produisant un nombre considérable de votes « non » – et à Tessaoua et Nguigmi où les majorités du Sawaba ne purent être renversées. Les manœuvres de l’administration à l’encontre du « non », déployées de diverses manières, ne réussirent pas à dissuader partout les sympathisants du Sawaba. Par contraste Dosso, bastion du RDA, tomba aisément dans l’escarcelle du « oui ». Dans l’ensemble cependant, et compte tenu de la popularité précédente du Sawaba, il est fort probable que la victoire du « oui », si tant est qu’elle ait été authentique, résultait directement de la prédominance de la campagne du « oui » et de la tendance de l’électorat à ne pas voter contre les puissances du jour, afin d’éviter la réalisation de ses peurs les plus profondes, par exemple l’activation d’obscurs dangers, la fureur de pouvoirs établis ou la mise en jeu de la vente de la production arachidière. À ce moment décisif, les liens entre l’aspiration au sawki et l’indépendance immédiate ne parurent guère évidents.

  • 187 Ibid. (sur la base d’interviews effectuées à la fin des années 1980 et au début des (...)

58Néanmoins, on est bien fondé à mettre en doute la véracité de plusieurs (quoique pas nécessairement de tous) chiffres produits par les Français, et par suite, l’authenticité des résultats qui donnèrent la majorité au « oui » et la minorité au « non ». La commission centrale chargée de collationner les votes s’attela à son œuvre de manière extraordinairement nonchalante, ce qui indique son indifférence par rapport à la crédibilité des chiffres. En clamant prématurément victoire, Messmer se trouvait d’accord avec les témoignages rétrospectifs de leaders du RDA qui admettent que les résultats véritables n’avaient pas d’importance, puisqu’il avait été décidé à l’avance que le « oui » allait gagner par quelque voie que ce fût187. Ainsi, le nombre total de votants réputés effectifs moins les suffrages invalides ne concordent pas avec le nombre de votes réputés exprimés, créant un écart de plus de 14 000 votes étalé sur toutes les circonscriptions. Le nombre total de « oui » additionné à celui des « non » ne concorde pas avec le total des votes valablement exprimés, et environ 3 000 votes manquent au niveau des cercles d’ Agadez, de Dogondoutchi et de Filingué. Le nombre de votes réputés nuls (en dessous de 2 500) est étrangement bas pour un pays doté d’un nombre aussi vaste d’électeurs illettrés.

  • 188 Ce chiffre ainsi que les suivants ont été arrondis au moins ou au plus du millier.
  • 189 Djibo, Les transformations, passim ; « Procès-verbal du recensement des vot (...)
  • 190 Djibo, Les transformations, passim et « Rapport sur les opérations (...)

59Ces anomalies sont cependant symptomatiques de la négligence avec laquelle les Français traitèrent l’affaire : ils ne pouvaient produire un résultat différent. Sur la base des chiffres – certainement inventés – de l’administration elle-même, le Sawaba aurait été confronté à un déficit de 269 988 voix. Pour une bonne part, on peut se référer à cet égard aux chiffres du fichier électoral et, surtout, aux taux de participation. Alors qu’à la date du 31 août les listes électorales comptaient 1 306 109 inscrits (une augmentation de presque 100 000 inscrits depuis mars 1957), le fichier utilisé pour le référendum ajouta 14 065 noms au corps électoral potentiel. Comme nous l’avons indiqué plus haut, des augmentations prodigieuses du corps électoral et du nombre de votants effectifs furent attribuées à quelques-unes des zones nomades. Deux tiers de la population d’Agadez auraient été inscrits au fichier et 60 % de ces inscrits se seraient présentés à l’isoloir pour voter massivement « oui » (19 720 contre 282 « non »). La population fluctuante de Tahoua avait une liste électorale de quelque 127 000 inscrits au moment du référendum, soit une augmentation de 10 000 inscrits par rapport à 1957 et bien au-delà du point de 50 % par rapport aux estimations de la population de la région de Tahoua en 1960, alors même que les électeurs des régions purement sédentaires atteignaient rarement la moitié des habitants188. Pas moins de 56 % des électeurs de Tahoua – nettement plus que dans les autres cercles et créant un record battu seulement par Agadez – seraient venus voter. Parmi ces 72 000 votants effectifs, les Français assurent que 38 000 arrivèrent de la « zone nomade » de Tahoua (qui aurait eu un total de presque 47 000 électeurs) et votèrent presque tous « oui ». Cependant, la région n’avait pas une zone nomade distincte et sa communauté nomade n’était pas plus nombreuse que la population ayant un mode de vie plus sédentaire. En tout, 65 000 personnes sur 72 000 auraient voté « oui », en un contraste éclatant avec ce qui s’était passé aux élections de 1957, lorsque Bakary lui-même remporta 86 % des voix du cercle189. Bien que de nombreux nomades aient craint l’indépendance sous la férule de la population sédentaire, et que l’administration ait établi des bureaux de vote supplémentaires dans les régions d’Agadez, de Maradi et de Tahoua, les données démographiques réfutent sans ambages les chiffres mentionnés. Dans ces zones sous-peuplées, il était ardu de retrouver et d’enrôler les populations pastorales, surtout en septembre, lorsqu’elles quittent la région pour descendre plus au sud, en quête de pâturages, d’eau et de sel, réduisant ainsi davantage leur nombre. La participation de l’électorat d’Agadez, le plus dispersé de tout le Niger et résidant dans l’une des régions les plus désertiques du pays, contrasta de manière suspecte avec ce que la région connaissait d’ordinaire (60 % contre un maximum de 16 % pour toutes les consultations électorales depuis 1956). Comme le note effrontément Colombani dans son rapport, il s’agissait là de « proportions étonnantes190 ».

  • 191 La différence avec d’autres contextes provient probablement de paris ratés des Fran (...)

60Le même gonflement des listes électorales et des taux de participation eut lieu, comme nous l’avons noté, au niveau des cinq cercles de l’ouest, majoritairement pro-RDA, produisant un surplus de 42 000 inscrits par rapport à 1957, dont 41 000 votants effectifs. 107 000 électeurs sur 136 000 sont réputés avoir voté « oui ». La même chose se produisit au niveau des cercles dotés de chefs encore influents ainsi que ceux au sein desquels le Sawaba avait subi d’importantes défections : pour l’ensemble des six cercles, qui comprenait Agadez et Tahoua en plus de Gouré, Madaoua, Maradi et Zinder, le nombre des inscrits s’accrut de 30 000 nouveaux noms, s’élevant ainsi à 566 000 inscrits, tandis que le taux de participation total – comparé à 1957 – connut une folle augmentation de 108 000 votants effectifs (224 000 contre 116 000, dont 176 000 auraient voté « oui »). Comme nous l’avons noté, ces détails tranchent nettement avec la situation dans les cercles au sein desquels le Sawaba possédait une base solide, ou connut peu de défections, ou ne connut que des défections de peu de portée : à Téra et à Konni les listes électorales connurent une érosion de 5 000 électeurs191, tandis que les taux de participation, ici comme à Tessaoua, déclinèrent par rapport à 1957, tombant à un total de 9 000 votants effectifs. Le taux de participation de Magaria et de Nguigmi stagna, mais comme le nombre d’inscrits avait augmenté, il s’agissait là d’une chute par rapport à 1957. Ainsi, les cercles – onze en tout – qui étaient acquis au « oui » (Dogondoutchi, Dosso, Niamey, Tillabéri, Filingué) ou qui étaient poussés dans cette direction soit par des défections spectaculaires, soit par d’autres moyens (Agadez, Gouré, Madaoua, Maradi, Tahoua, Zinder) gagnèrent 149 000 nouveaux électeurs, alors que les cinq cercles au niveau desquels les interférences ont été (partiellement) inefficaces (Konni, Téra, Magaria, Tessaoua, Nguigmi) perdirent des électeurs ou en restèrent, dans l’ensemble, au même niveau qu’en 1957.

  • 192 Maradi connut un taux de participation de 25,41 %, 11 802 « non » et 12 156 « oui » (...)
  • 193 Djibo, Les transformations, 117.
  • 194 Fuglestad, « Djibo Bakary », 328-329 et « Rapport sur les opérations électorales co (...)
  • 195 Djibo, Les transformations, 121.
  • 196 Fuglestad, « Djibo Bakary », 329, comparant avec des taux de participation élevés a (...)

61En d’autres termes les circonscriptions fidèles au Sawaba furent privées d’électeurs – inscrits ou effectifs – alors que celles qui étaient promises au « oui » en acquirent de nouveaux en quantités extravagantes. Du point de vue de la participation uniquement, les cercles aux taux les plus bas produisirent généralement un nombre considérable de « non » alors que ceux jouissant des taux les plus élevés allèrent de façon prépondérante au « oui »192. Il ressort de ceci que les partisans potentiels du « non » furent privés de leur droit de vote sur une large échelle, en se retrouvant exclus des listes d’inscription ou des isoloirs du fait de la dissuasion, de la peur, de la privation de carte d’électeur, de la non admission au bureau de vote – dont beaucoup se plaignirent par la suite – ou de la disparition des bulletins « non » au niveau des urnes193. Ainsi, ces détails mettent en perspective les récits de harcèlement dont on a rendu compte, et l’explication du bas taux général de participation (37,41 %) offerte par Colombani – la récolte dans les zones sédentaires194 – est hypocrite et peu convaincante. Étant donné l’importance que les gaullistes accordaient au référendum, il est impensable, comme l’a souligné Mamoudou Djibo, qu’une administration coloniale, comme celle du Niger, n’ait pas simplement ordonné de suspendre le travail, ainsi qu’il était de coutume un jour de vote. Un arrêt de travail de 24 heures n’aurait pas bouleversé le calendrier saisonnier puisqu’on n’en était pas encore à la période capitale de la traite de l’arachide195. Au vu de ce qui vient d’être décrit, la thèse de Fuglestad selon laquelle ce bas taux de participation signifie que « somme toute le référendum n’avait pas été truqué », puisque le taux de participation implique que les gens étaient libres de demeurer à l’écart, est pour le moins perverse196. L’absence d’explication du taux élevé de participation au niveau des communautés pastorales qui descendaient vers le sud – en dehors d’une référence aux interventions des chefs – souligne, par contraste, une partie des combines mises en place par l’administration : l’érosion, organisée par ses soins, de la partie du corps électorale favorable au « non » correspondait au gonflement délibéré des (présumés) électeurs inscrits et effectifs au niveau de circonscriptions connues pour leur fidélité au RDA, ou sujette à l’ingérence administrative et par suite tendant à promouvoir le « oui », toutes choses qui conférèrent, à première vue, un vernis de crédibilité aux résultats généraux.

  • 197 L’augmentation de la participation dans 11 cercles acquis au « oui » ajoutée à son (...)
  • 198 Comme en Côte d’Ivoire. Messmer, Les blancs s’en vont, 153 (n. 4 ci-dessus)
  • 199 JD/JR Direction des Affaires politiques. 2e Bureau. « Note sur le Référendum au Nig (...)
  • 200 R. Bourgi, Le général de Gaulle et l’Afrique noire 1940-1969 (Paris et Abid (...)
  • 201 Aussi Djibo, Les transformations, 131.

62La majorité ainsi donnée au « oui » avait un caractère fictif, tout comme la perte de pratiquement 270 000 voix attribuée au Sawaba, habilement dispersée et dissimulée dans des séries de nombres197. On peut voir là, à tout le moins, l’emprise totalitaire exercée par les Français sur le processus référendaire : ils pouvaient fabriquer des résultats à volonté et ne s’en privèrent pas. En partie, tout ne pouvait cependant échapper à l’attention publique, non seulement parce que les 372 383 voix réputées gagnées par le « oui » représentaient à peine 28 % des inscrits – tels que présentés par les Français – et se trouvaient donc être en fait minoritaires, mais aussi parce que le taux de participation générale ne dépassa par les 37 %. Il s’agit là du taux le plus bas de toute l’AOF, comme un Messmer peut-être gêné s’en rappellera par la suite, indiquant à quel point ce résultat était en porte à faux avec les territoires dans lesquels le « oui » l’emporta dans des proportions staliniennes198. C’est peut-être en référence à ceci que Colombani souligne que le taux de participation était tout de même plus élevé que lors des élections de 1957 qui avaient amené le Sawaba au pouvoir199. Même si, pour cette raison, l’administration ne pouvait pas mettre davantage en épingle le taux de participation, on rapporta, en France, que le « non » avait reçu en réalité seulement 9 000 voix200, ce qui souligne peut-être le désir de de Gaulle de légitimer à tout prix son coup d’État, y compris en cuisinant les chiffres201. En rapportant un soutien aussi bas pour le « non », on pouvait mieux lier les résultats du référendum avec ceux obtenus dans d’autres territoires où, à l’exception de la Guinée et de Madagascar, le « non » n’atteignit jamais des niveaux importants.

  • 202 Fuglestad, « Djibo Bakary », 330.
  • 203 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».
  • 204 « Recueil des principaux renseignements… 22 sept. au 5 oct. 1958 », no 7 (n. 90).

63Cependant, le gouverneur du Niger était plus que satisfait. L’ingérence massive – qui n’avait rien à voir avec une simple « chiquenaude202 » – organisée par ses soins avait produit ce qu’il rapporta à Paris comme « de très beaux résultats », résultats qui avaient abattu Djibo Bakary et ses lieutenants « peu intelligents, avides et surexcités203 ». Son impudence amena Émile Zinsou, le leader PRA du Dahomey, à envoyer un télégramme à Bakary pour fulminer contre le triomphe de cette « escroquerie » et l’encourager à continuer la lutte204. Bien entendu, ceci était en vain. Les Français avaient tout simplement volé la victoire et le Chameau avait perdu la partie.

Notas

1 Synthèse politique no 085 CP/BE, juillet-août 1958 ; CAOM, Cart. 2233/D.2 ; interview et conversation téléphonique avec Sa Majesté Djermakoye Maïdanda Saïdou, chef de province de Dosso, Dosso/Niamey, 17 févr. 2006/21 févr. 2008.

2 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 279.

3 Comme cela a été avancé par Chaffard, Les carnets secrets, 285. Aucune donnée d’archive ne corrobore ce fait et les mémoires de Messmer le réfutent sans ambages. Voir n. 4. Bakary, dans ses mémoires (Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain [Paris, 1992], 205) semble confirmer le fait.

4 P. Messmer, Après tant de batailles : Mémoires (Paris, 1992), 239. Voir aussi ibid., Les Blancs s’en vont : Récits de décolonisation (Paris, 1998), 153-154.

5 Messmer, Après tant de batailles, 240 et 243. Aussi ibid., Les Blancs s’en vont, 153-154.

6 Chaffard, Les carnets secrets, 290 et Messmer, Après tant de batailles, 240. À ma connaissance, Colombani n’a pas écrit de mémoires.

7 C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 250-251.

8 Voir Foccart parle, vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995), 157 et 171.

9 Comme il fallait sans doute s’y attendre, de Gaulle garde le silence sur cette question dans son autobiographie. Voir C. de Gaulle, Mémoires d’espoir, vol. 1 : Le renouveau 1958-1962 (Paris, 1970).

10 Lors de son passage à William Ponty. Bakary, Silence !, 15 et 212-213. Voir aussi K. van Walraven, « Decolonization by Referendum : The Anomaly of Niger and the Fall of Sawaba, 1958-1959 », Journal of African History, 50 (2009), 269-292.

11 Voir chap. 2.

12 Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ; CAOM, Cart. 2257/D.4M.

13 A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 156 et E. Mortimer, France and the Africans 1944-1960 : A Political History (Londres, 1969), 322. Il en était peut-être ainsi de Sékou Touré qui reçut une mise en garde de de Gaulle mais ne se rendait sans doute pas compte des extrémités auxquelles il pouvait se livrer. M. Crowder, « Independence as a Goal in French West African Politics : 1944-1960 », in W.H. Lewis (dir.), French-speaking Africa : The Search for Identity (New York, 1965), 35 ; A. Horne, A Savage War of Peace : Algeria 1954-1962 (Londres et Basingstoke, 1977), 304 ; de Gaulle, Mémoires d’espoir, 60. L’affirmation de Issoufou Djermakoye sur Bakary courant le risque d’être enterré par son aile dure sent le jugement rétrospectif. Fluchard, Le PPN-RDA, 246.

14 Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 95-96.

15 Même si la nouvelle équipe métropolitaine comprenait des membres de la vieille garde de la IVe République, les postes clefs se trouvaient fermement aux mains de gaullistes ou d’intransigeants de l’Algérie. Voir chap. 3 et Foccart parle, 154-155.

16 Ibid., 155.

17 Mortimer, France and the Africans, 361.

18 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958, CAOM, Cart. 2195/D.1.

19 R. Salan, Mémoires, vol. 4 : Fin d’un empire. L’Algérie, de Gaulle et moi. 7 juin 1958-10 juin 1960 (Paris, 1974), 116.

20 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958.

21 Ibid. et Salan, Mémoires, 116-117.

22 Salan, Mémoires, 117.

23 Voir aussi K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian Connection (1957-1966) », Journal of North African Studies, 10 (2005), 3-4, 507-527.

24 Parti Sawaba. « Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961) », 33-40 et Chaffard, Les carnets secrets, 278 subsq.

25 F. Fuglestad, « Djibo Bakary, the French, and the Referendum of 1958 in Niger », Journal of African History, 14 (1973), 326-330.

26 Publié par Cambridge University Press en 1983. Voir Fuglestad, « Djibo Bakary », 326, 328, 330 (« very ungallantly », « light-handed », « cleaner affair »).

27 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du… » (Haut-commissariat de la République en Afrique-Occidentale française – conseiller politique – Bureau d’études) ; CAOM, Cart. 2248. Aussi, Djibo, Les transformations, 113.

28 Voir aussi Djibo, Les transformations, 29.

29 Comme cela a été allégué par le Sawaba durant les élections parlementaires qui ont suivi le référendum en décembre 1958. Maïga Abdoulaye au chef du territoire, bureau politique Sawaba, no 18/E, 4 déc. 1958 ; direction du Contrôle, Mission Pinassaud ; CAOM, Cart. 1 040.

30 Télégramme de Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

31 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 15 au 21 sept. 1958 », no 6 ; Bulletin de renseignements hebd. – Semaine du 6 au 13 oct. 1958. no 3193/GCS/AOF/2. Commandement supérieur des Forces armées de la zone de défense A.O.F.-Togo. État-major – 2e bureau ; CAOM, Cart. 2248 et 2195/D.7 respectivement.

32 Foccart parle, 170-171.

33 Voir son « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre (Référendum) », sans date, attaché au « Rapport sur le Référendum du 28 septembre 1958 en Afrique-Occidentale française », Dakar 25/10/58 ; CAOM, Cart. 2221/D.1.

34 Bakary, Silence !, 204.

35 Fluchard, Le PPN-RDA, 251.

36 Chaffard, Les carnets secrets, 281-282, 287 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 253 ; J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 426. Il est difficile de dire si cette conversation alla aussi loin, puisque les sources sont muettes. Mais étant donné le contexte, la chose paraît possible.

37 Chef du territoire du Niger à Monsieur le ministre de la FOM, Paris, et M. le haut-commissaire de la République en AOF, Dakar, le 9 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; et « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

38 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

39 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958 ; N. Bako-Arifari, Dynamique et formes de pouvoir politique en milieu rural ouest-africain : Étude comparative sur le Bénin et le Niger (thèse de doctorat, Paris, 1999), vol. 1, 228.

40 « Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 ; Recueil des principaux renseignements reçus pour la période du 10 au 16 sept. 1959 », no 47 ; CAOM, Cart. 2248 et 2251 respectivement ; Djibo, Les transformations, 81-82 ; Communiqué, bureau politique du Sawaba, 9 sept. 1958 (in A. Mayaki, Les partis politiques Nigériens de 1946 à 1958 [Niamey, 1991], 81).

41 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » et « Bulletin d’Information du 15 août au 20 sept. 1958 ».

42 Fluchard, Le PPN-RDA, 238, 246-247, 254 ; Salifou, Le Niger, 171 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 425-426 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 8 au 14 sept. » 1958, no 5 ; CAOM, Cart. 2248.

43 Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958.

44 Fluchard, Le PPN-RDA, 253. Mais il ne fournit aucune preuve de l’approbation obligatoire (écrite) de Cornut.

45 Arrêté no 0576/CAB. Voir Djibo, Les transformations, 88 n. 4.

46 Arrêté no 0574/CAB du 19 sept. 1958 du chef du territoire du Niger ; CAOM, Cart. 2211/D.1. Aussi, Djibo, Les transformations, 89.

47 Arrêté no 0575/CAB du 19 sept. 1958 du chef du territoire du Niger ; ibid., no 0596 du 27 sept. 1958 ; ibid., no 0591/CAB du 25 sept. 1958 du Secrétaire Général (A. Bernier, pour Colombani, momentanément absent), Suppléant légal ; tout CAOM, Cart. 2211/D.1.

48 Chapitre 3, n. 40. Aussi, « Parti de regroupement africain, Conférence de pressee, 19 nov. 1958 ».

49 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327 et Djibo, Les transformations, 89-90.

50 À ce sujet, voir aussi « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ».

51 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre ».

52 « Revue des événements politiques A.O.F., sept. 1958 » ; CAOM, Cart. 2233/D.2.

53 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 854-855, 25 oct. 1958. Urgent ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

54 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

55 Chaffard, Les carnets secrets, 285-286 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 252 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 426.

56 Djibo, Les transformations, 65 ; « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre » ; et Message 5.674/CHI GENESUPER Dakar à IFTOM Paris, Secret & urgent, 18 sept. 1958.

57 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

58 Ibid.

59 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.

60 Voir chapitre 3.

61 Interview avec Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 ; Djibo, Les transformations, 90 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 255-256.

62 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 854-855, 25 oct. 1958. Urgent ; « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ».

63 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

64 Djibo, Les transformations, 65. Fuglestad ne donne aucune preuve confirmant que 20 chefs ont été démis de leurs fonctions. Voir son « Djibo Bakary », 325.

65 Fluchard, Le PPN-RDA, 252.

66 « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 ».

67 Djibo, Les transformations, 89-90.

68 Chef du territoire du Niger à Monsieur le ministre de la FOM, Paris, et M. le haut-commissaire de la République en AOF, Dakar, 9 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

69 Bulletin d’information du ? au ? (ca. août 1958) ; CAOM, Cart. 2248. Pétition in Mayaki, Les partis politiques nigériens, 70-72. Djibo, Les transformations, 107, n’est pas sûr de l’authenticité des signatures, peut-être parce que la pétition apparaît dans un livre écrit par Mayaki, un opposant du Sawaba. Pour plus de détails sur Madougou Namaro, République du Niger – Présidence Décret : no 65-066/BIS/PRN du 5 mai 1965 portant mise en accusation devant la Cour de sûreté de l’État ; République du Niger.

70 Bulletin d’information du ? au ? (ca. août 1958).

71 Chapitre 2.

72 Fuglestad, « Djibo Bakary », 326 ; Djibo, Les transformations, 65 et 94 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 244.

73 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958, no 6 » ; « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; et Djibo, Les transformations, 82.

74 Ibid. ; C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 179 ; S. Decalo, Historical Dictionary of Niger (Metuchen, NJ et Londres, 1979), 29. Djibo, Les transformations, 84, qui cite des documents de l’armée française sur le rôle de Lejeune.

75 R.B. Charlick, Niger : Personal Rule and Survival in the Sahel (Boulder, San Francisco et Londres, 1991), 50, sur la base des archives de Zinder ; « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

76 Djibo, Les transformations, 61 et chap. 2.

77 Chaffard, Les carnets secrets, 283-284.

78 Djibo, Les transformations, 90, citant une interview avec Zambadi en 1989.

79 Ibid., 82 et 90. Fluchard, Le PPN-RDA, 252, se trompe sur les couleurs.

80 Djibo, Les transformations, 83 et Maman, Répertoire biographique, passim.

81 Entretien avec Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 février 2006. Je n’ai pas connaissance de la date exacte de cette réunion. Il s’agit peut-être de celle qui eut lieu le (ou vers le) 14 septembre et au cours de laquelle la position du parti fut définie.

82 Entretiens avec Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 février 2003 ; Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005 ; et Sao Marakan, Niamey, 16 nov. 2002 et 21 févr. 2003. Mais rares furent les membres de l’UDN qui choisirent de voter « oui ». Ceci pouvait s’expliquer, dans un cas, par les calculs de carrière de la personne concernée. Entretien avec Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003.

83 Djibo, Les transformations, 114-115.

84 Maman, Répertoire biographique, passim.

85 Tous deux auraient prédit la défaite du Sawaba. Entretiens avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 et Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006. La réticence de Condat aurait été renforcée par une visite à Paris durant cette période, visite au cours de laquelle il aurait appris qu’un vote négatif ne serait pas accepté. À son retour, il aurait communiqué les avertissements reçus à ce sujet aux chefs du Sawaba. De plus, Condat et Sangaré affirmèrent par la suite qu’afin d’évaluer ses chances, Bakary établit un comité composé de Sangaré, Condat et Maurice Camara, comité qui aurait abouti à une conclusion négative. Bakary aurait rejeté cette évaluation. Mais aucune preuve documentée de ce fait n’a été mise au jour et Bakary ne l’a jamais confirmé. Djibo, Les transformations, 96 et 114, sur la base d’entretiens avec les personnes en question, et acceptant les assertions de Condat et Sangaré. Le Sahel, 2 août 2010 (via [www.tamtaminfo.com], accédé au 24 janv. 2011) laisse entendre que Condat voulait un boycott du référendum.

86 La plupart des auteurs ignorent cette dimension de l’influence de la base. Voir par exemple Djibo, Les transformations, 114.

87 Ibid., 106.

88 Télégramme France outre-mer à Colombani, sans numéro, mais 17 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958 », no 6.

89 « Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 » ; interview Diougou Sangaré, 9 février 2006.

90 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 22 sept. au 5 oct. 1958 », no 7 ; CAOM, Cart. 3685.

91 « Niger. Administration – Gestions électorales. Incidents pendant la campagne électorale. nov.-déc. 1958. Rapport de l’inspecteur de la FOM chargé de contrôler les opérations électorales » ; CAOM, Cart. 2174/D.1 ; Djibo, Les transformations, 82 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 77 et 134.

92 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; ibid., « 15 au 21 sept. 1958 », no 6.

93 Fluchard, Le PPN-RDA, 254-255.

94 Djibo, Les transformations, 101 et 113-114.

95 Interview avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

96 « Bulletin d’Information du 15 août au 20 sept. 1958. »

97 Voir chap. 1 ; A. Garrigou, Le vote et la vertu : Comment les Français sont devenus électeurs (Paris, 1992) ; J.-P. Charnay, Les scrutins politiques en France de 1815 à 1962 (Paris, 1964).

98 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.

99 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 septembre. »

100 Djibo, Les transformations, 101.

101 Fuglestad, « Djibo Bakary », 326 et Fluchard, Le PPN-RDA, 251.

102 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 425-426 et Fluchard, Le PPN-RDA, 26.

103 Voir par exemple CAOM, Cart. 2187/D.3, 2195/D.1, 2211/D.1 et 2221/D.1.

104 Chaffard, Les carnets secrets, 289-290.

105 « Parti de regroupement africain, Cconférence de presse, 19 nov. 1958. » Colombani avait averti les ministres du Sawaba de l’implication active d’administrateurs lors d’une rencontre en début septembre. Le gouverneur avait avancé que les administrateurs avaient le droit d’« informer » le public sur le référendum et qu’il se devait donc de leur envoyer des instructions. Les ministres s’opposèrent à cette procédure, soutenant qu’elle amènerait les administrateurs à faire de la propagande et à prendre partie, ce qu’ils ne pouvaient approuver. « Compte-rendu analytique de la séance du Conseil de gouvernement du 6 sept. 1958 » ; à partir d’une source française privée et copiée intégralement in C. Lefebvre, Territoires et frontières : Du Soudan central à la république du Niger 1800-1964 (thèse de doctorat, Paris, 2008), annexe LVIII.

106 Voir chap. 3. Massu était responsable du recours généralisé à la torture en Algérie. A. Horne, A Savage War of Peace : Algeria 1954-1962 (Londres et Basingstoke, 1977), 196 et 204-205.

107 Entretien avec Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Le Sahel, 2 août 2010 (n. 85 ci-dessus) ; Djibo, Les transformations, 91-92 et 94 ; « Les raisons de notre lutte », 35-36 (n. 24 ci-dessus).

108 Entretien avec Maman Tchila, Zinder, 9 février 2003.

109 Interview Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 février 2003 ; « Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 novembre 1958 ». Il sera de toute façon condamné par la suite en appel. Voir chap. 7, niveau n. 80.

110 « Les raisons de notre lutte », 35-36.

111 Fluchard, Le PPN-RDA, 256-257.

112 Entretien avec Limane Kaoumi, Diffa, 12 février 2006.

113 Djibo, Les transformations, 92-93, sur la base du témoignage oculaire de Gonimi Boukar.

114 Interviews de Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 et Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

115 Fluchard, Le PPN-RDA, 256-257.

116 « Les raisons de notre lutte », 36.

117 Interviews de Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 et Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 ; Djibo, Les transformations, 104 (témoignage Gonimi Boukar, député de Gouré).

118 Interviews de Elhadj Illa Salifou ; Kaîro Alfari ; Tahirou Ayouba Maïga ; Gonimi Boukar, Niamey, 25 nov. 2003, 30 oct. 2005, 28 oct. 2005 et 5 nov. 2005.

119 D’obédience Sawaba, certes : interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 et Djaouga Idrissa, environs de Dargol, 31 oct. 2005.

120 Interviews de Saïbou Abdouramane, Dargol & Mamane Boureïma, Bandio, 31 oct. et 4 nov. 2005 respectivement.

121 Interview de Djaouga Idrissa, environs de Dargol, 31 oct. 2005. Un témoignage mentionne des prospectus illustrés de l’éléphant du RDA et du chameau du Sawaba. Interview de Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005. Ceci paraît peu probable ou pourrait relever d’une confusion avec la campagne des législatives qui se déroula deux mois plus tard. Les bulletins du référendum étaient jaunes pour le « oui » et violets pour le « non », sans aucune illustration distinctive, tels que les symboles des partis. Djibo, Les transformations, 107.

122 Interview de Tahirou Ayouba Maïga, Niamey, 28 oct. 2005 avec confirmation par Mamoudou Béchir, Dargol, 31 oct. 2005 et Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005.

123 Djibo, Les transformations, 103 ; « Les raisons de notre lutte », 35. Ce thème revint plus tard dans le cadre de la propagande anti-Sawaba. Interview de Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

124 Djibo, Les transformations, 104 et « Les raisons de notre lutte », 36. Diori aurait à plusieurs reprises menacé Bakary de mort. Interview Issa Younoussi avec Kane Boukari, Niamey, 7 août 2008.

125 Interviews de Limane Kaoumi, Diffa, 12 févr. 2006 et Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003 ; Djibo, Les transformations, 104 (se référant à un entretien avec Gonimi Boukar) ; Parti Sawaba, « Les raisons de notre lutte », 36.

126 Voir chap. 3 et Chaffard, Les carnets secrets, 288.

127 Fluchard, Le PPN-RDA, 257 ; Chaffard, Les carnets secrets, 290, 293 ; Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.

128 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; Kane Boukari témoigne également de l’implication de Colombani dans la campagne. Interview par Issa Younoussi, Niamey, 7 août 2008.

129 Djibo, Les transformations, 95 et Van Walraven, « From Tamanrasset », 513 et 523.

130 Djibo, Les transformations, 96. Guy Mollet ne dit mot de ceci dans ses mémoires (13 mai 1958-13 mai 1962 [Paris, 1962]).

131 Djibo, Les transformations, 94-95 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 255 ; Bakary, Silence !, 214; interview de Mamane Boureïma, Bandio, 4 nov. 2005.

132 Interview de Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006.

133 750 000 francs offerts à un partisan potentiel du « oui » contre 500 francs déboursés par Galadima. Parti de regroupement africain, conférence de presse, 19 nov. 1958 et Djibo, Les transformations, 104.

134 Djibo, Les transformations, 90 et 108 ; Bakary, Silence !, 206 ; « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; Fluchard, Le PPN-RDA, 255 ; Chaffard, Les carnets secrets, 288.

135 K. Alfari, « Mémorandum sur les fraternelles relations franco-nigériennes » (Union de la jeunesse patriotique du Niger : Niamey, 2003), 39.

136 Le Sawaba avance qu’il y eut également des unités de gendarmerie en provenance du Dahomey, de la Haute-Volta, du Sénégal et du Soudan. « Les raisons de notre lutte », 37.

137 Djibo, Les transformations, 93-94.

138 On ne sait s’il s’agissait de livres égyptiennes ou sterling. Tous les billets CFA d’Accra furent engloutis par cette transaction. « Recueil des principaux renseignements… 22 sept. au 5 oct. 1958 », no 7.

139 Ainsi que le souligne l’apologie de Fuglestad, « Djibo Bakary », 328.

140 Djibo, Les transformations, 90.

141 Ibid., 103.

142 Interviews Adamou Assane Mayaki, Niamey, 29 janv. 2003 ; Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006.

143 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ». Bakary ajouterait plus tard d’autres noms à cette liste, comme celui du Djermakoy of Dosso. Fluchard, Le PPN-RDA, 256.

144 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » ; « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958 », no 6.

145 Djibo, Les transformations, 84 et « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

146 Djibo, Les transformations, 103 subsq. et « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

147 Ibid. ; Fuglestad, « Djibo Bakary », 327 ; et Chaffard, Les carnets secrets, 289.

148 Djibo, Les transformations, 105.

149 « Les raisons de notre lutte », 36.

150 Fuglestad, « Djibo Bakary », 328.

151 Interview de Ousseini Dandagoye, Zinder, 11 févr. 2003.

152 Suivant les entretiens avec Djibo, Les transformations, 93.

153 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

154 Djibo, Les transformations, 92 et « Les raisons de notre lutte, » 37-38.

155 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

156 Secrétaire de la section locale du Sawaba.

157 Seeda : Mensuel nigérien d’informations générales, no 5, août 2002.

158 Fuglestad, « Djibo Bakary », 327.

159 Chaffard, Les carnets secrets, 293.

160 Fuglestad, « Djibo Bakary », 325.

161 Djibo, Les transformations, 91.

162 « Recueil des principaux renseignements… 15 au 21 sept. 1958 », no 6 et ibid., « 16-22 nov. », no 12 ; CAOM, Cart. 2248.

163 Djibo, Les transformations, 91.

164 Chaffard, Les carnets secrets, 293.

165 Interviews de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003 et Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Djibo, Les transformations, 93 ; « Les raisons de notre lutte », 39.

166 Ceci est fondé sur les interviews menées par Djibo, Les transformations, 92.

167 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol, et Djaouga Idrissa, environs de Dargol, toutes deux 31 oct. 2005 ; Mamane Boureïma et Djibo Foulan, tous deux à Bandio, 4 nov. 2005.

168 Chaffard, Les carnets secrets, 289 et Djibo, Les transformations, 92.

169 D. Collins, « Partitioned Culture Areas and Smuggling : The Hausa and the Groundnut Trade across the Nigeria-Niger Border from the Mid-1930s to the Mid-1970s », in A.I. Asiwaju (dir.), Partitioned Africans : Ethnic Relations across Africa’s International Boundaries 1884-1984 (Londres et Lagos, 1985), 198.

170 Interviews de Mamoudou Béchir, Dargol & Djaouga Idrissa, environs Dargol, toutes deux 31 oct. 2005.

171 Charlick, Niger, 50.

172 Entretien de Issa Younoussi avec Kane Boukari, Niamey, 7 août 2008 ; entretiende l’auteur avec Diougou Sangaré, Tessaoua, févr. 2006 ; Djibo, Les transformations, passim.

173 Interview de Boubakar Djingaré, Niamey, 27 oct. 2005 ; Djibo, Les transformations, 104-107. Maman, Répertoire biographique, 45, montre un bulletin portant le mot « oui », probablement utilisé en métropole et non au Niger.

174 Et réfutent complètement les affirmations de Fuglestad décrites dans la première section de ce chapitre.

175 Interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005.

176 Djibo, Les transformations, 124 et « Consultation du Peuple français par voie de referendum (28 sept. 1958) : procès-verbal du recensement des votes émis dans les collèges électoraux du territoire du Niger ; Niamey, 2 oct. 1958 » ; CAOM, Cart. 2187/D.3.

177 Télégramme Messmer à France outre-mer, nos 784-785. 29 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

178 Djibo, Les transformations, 127 et chap. 1 et 2 du présent ouvrage.

179 L’analyse est largement basée sur Djibo, Les transformations, passim, et sur mes propres calculs.

180 « Procès-verbal du recensement des votes émis dans les collèges électoraux du territoire du Niger » (n. 176 ci-dessus) ; Fuglestad, « Djibo Bakary », 328 ; Djibo, Les transformations, 117 subsq. Mais les inscrits étaient aussi, selon Djibo (Les transformations, 125) au nombre de 30 000 en 1957.

181 Djibo, Les transformations, 114, 128, 130, sur la base d’un entretien avec Zambadi.

182 Référendum du 28 sept. 1958 : « Rapport sur les travaux de la Commission de recensement du Niger, 3 oct. 1958 » et JD/JR Direction des Affaires politiques. 2e bureau. « Note sur le référendum au Niger », sans date, mais après le 19 oct. 1958 ; tous deux CAOM, Cart. 2195/D.1.

183 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. » (Rapport de Colombani sur le référendum – voir n. 33 ci-dessus) et Djibo, Les transformations, 93.

184 Chap. 2 ci-dessus. L’immixtion française a pu jouer un rôle. Djibo, Les transformations, passim.

185 Ibid. ; « Rapport sur les travaux de la Commission de recensement du Niger, 3 oct. 1958 » ; interviews de Abdou Ali Tazard & Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; Kanembou Malam, Diffa, 12 févr. 2006 ; Amadou Ibrahim Diop, Zinder, 15 févr. 2006 ; Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

186 Djibo, Les transformations, passim.

187 Ibid. (sur la base d’interviews effectuées à la fin des années 1980 et au début des années 1990).

188 Ce chiffre ainsi que les suivants ont été arrondis au moins ou au plus du millier.

189 Djibo, Les transformations, passim ; « Procès-verbal du recensement des votes émis dans les collèges électoraux du territoire du Niger ; Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

190 Djibo, Les transformations, passim et « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

191 La différence avec d’autres contextes provient probablement de paris ratés des Français : Magaria, où ils avaient escompté bénéficier de la défection de Amadou Issaka mais où le nombre de votants inscrits s’éleva au-dessus de 5 000 personnes, tout comme Tessaoua (6 000) où les Français avaient compté sur l’intervention de l’armée, et Nguigmi (2 500), où ils avaient mis Toumani Sidibé de leur côté. Djibo, Les transformations, passim.

192 Maradi connut un taux de participation de 25,41 %, 11 802 « non » et 12 156 « oui » ; Nguigmi : 23,58 % et 2 742 « non », 2 346 « oui » ; Téra 22,36 % et 5 593 « non », 8 480 « oui ». Taux de participation élevés : Agadez (60,15 %) avec 19 720 « oui » et 282 « non » ; Tahoua (56,67 %) et 65 162 « oui » contre 5 360 « non » ; Magaria (56,50 %) et 52 261 « oui » contre seulement 3 777 « non ». Les exceptions sont constituées de Konni et Filingué qui connurent des taux de participation réduits (22,03 % et 28,77 %) mais une proportion élevée de votes « oui » (13 592/12 596 contre 1966/1449 « non »), et donc privant toujours les partisans du « non » de leur expression politique. Tessaoua était un cas à part : une participation marginalement élevée (38,56 %) et une basse proportion de « oui ». Tillabéri était au-dessus de la moyenne (41,13 %), mais avec plus d’un quart de « non ».

193 Djibo, Les transformations, 117.

194 Fuglestad, « Djibo Bakary », 328-329 et « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

195 Djibo, Les transformations, 121.

196 Fuglestad, « Djibo Bakary », 329, comparant avec des taux de participation élevés au niveau d’autres territoires de l’AOF.

197 L’augmentation de la participation dans 11 cercles acquis au « oui » ajoutée à son déclin à Téra et Konni réduirait ce déficit de 153 000 voix – en supposant que les augmentations et les réductions seraient respectivement allouées au « oui » et au « non » − avec un reste de 117 000 voix. Bien que sûrement fictif, ce chiffre pouvait aisément être atteint au niveau des autres circonscriptions fortement acquises au Sawaba, et où pourtant le « non » stagna : en dehors de Maradi, Tessaoua et Nguigmi, il s’agissait de Gouré, Zinder, Magaria, Niamey et, dans une certaine mesure, Tillabéri, dont le total des votes officiel se monta à 196 000, dont 41 000 seulement votèrent « non » selon les rapports, laissant pratiquement 153 000 « oui » officiellement.

198 Comme en Côte d’Ivoire. Messmer, Les blancs s’en vont, 153 (n. 4 ci-dessus).

199 JD/JR Direction des Affaires politiques. 2e Bureau. « Note sur le Référendum au Niger ». Comme cela a été noté auchapitre 2, la participation a toujours été basse du fait du caractère rural du pays, de ses dimensions, de ses infrastructures médiocres, de l’analphabétisme et, comme cela a été ajouté par Fuglestad, de la tendance des femmes musulmanes à ne pas voter (« Djibo Bakary », 329). Bakary lui-même répliqua par la suite que le taux de participation véritable du référendum était de 20 %, sans fournir des arguments à cet égard, mais peut-être pour ternir les résultats du référendum par voie de comparaison. Silence !, 208.

200 R. Bourgi, Le général de Gaulle et l’Afrique noire 1940-1969 (Paris et Abidjan, 1980), 346, se référant à un bulletin gouvernemental d’octobre 1958.

201 Aussi Djibo, Les transformations, 131.

202 Fuglestad, « Djibo Bakary », 330.

203 « Rapport sur les opérations électorales concernant le scrutin du 28 sept. ».

204 « Recueil des principaux renseignements… 22 sept. au 5 oct. 1958 », no 7 (n. 90).

Índice de ilustraciones

Título Photo 4.1 – Diougou Sangaré, Tessaoua, 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43581/img-1.jpeg
Archivo image/jpeg, 162k
Título Photo 4.2 – Georges Condat jeune (transmis par Condat).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43581/img-2.jpeg
Archivo image/jpeg, 44k
Título Photo 4.3 – Georges Condat, Niamey, 2003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43581/img-3.jpeg
Archivo image/jpeg, 156k
Título Photo 4.4 – Sékou Hamidou en 2002 ; secrétaire d’une section du Sawaba à Tillabéri durant le référendum de 1958 (Seeda, no 5, août 2002).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43581/img-4.jpeg
Archivo image/jpeg, 229k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540