Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désir de calme

 | 
Klaas van Walraven

Première partie. Délivrance, gagnée et perdue

Chapitre 3. Le défi de la Ve République

Texte intégral

  • 1 Pour une perspective générale, voir A. Horne, A Savage War of Peace : Algeria 1954-1962(...)

1La valse hésitation de certains fonctionnaires métropolitains à l’égard du gouvernement Sawaba perdit une bonne part de son importance en raison des évènements dramatiques qui, en Algérie, sollicitèrent l’attention pleine et entière du gouvernement français à partir de la mi-mai. Depuis novembre 1954, la France était engagée dans une sanglante guerre d’attrition avec les nationalistes du Front de libération nationale (FLN). Les nationalistes algériens s’opposaient à l’idée selon laquelle l’Algérie serait une portion outre-mer du territoire métropolitain – notion enracinée dans la présence de millions de colons européens dans le pays. Après la « bataille » d’Alger, en 1957, le conflit évolua, du point de vue militaire, en faveur de la France, au prix de violations massives des droits humains. La guerre devint politiquement indéfendable, les conscrits de métropole se trouvant pris entre la guérilla des Forces armées du FLN, l’Armée de libération nationale (ALN) et l’intransigeance de colons résolus à défendre leur mode de vie privilégié. La IVe République, qui avait déjà subi la perte de l’Indochine, vola de crise en crise sans pouvoir donner satisfaction aux parties en conflit1.

  • 2 Horne, Savage War of Peace, chap. 13 et C. de Gaulle, Mémoires d’espoir. (...)

2Le 13 mai 1958, au beau milieu d’une crise ministérielle à Paris, les colons français établirent à Alger un Comité de salut public, avec le soutien de gradés de l’armée mécontents de la tournure des évènements. L’un de ces officiers, le général Raoul Salan, commandant en chef des forces françaises en Algérie, apporta son appui à l’appel lancé par les colons pour le retour au pouvoir de Charles de Gaulle, sauveur de l’honneur français au cours de la Seconde guerre mondiale. Ils espéraient ainsi qu’il mettrait fin à la guerre en harmonie avec leurs vœux. D’autres comités de salut public apparurent bientôt et défièrent le gouvernement métropolitain en s’investissant des prérogatives préfectorales. Des forces paramilitaires prirent le pouvoir en Corse le 24 mai. Paris se trouva sous la menace imminente d’un coup d’État. Le haut commandement en Algérie s’étant déclaré pour de Gaulle et n’ayant laissé aucune équivoque sur le fait qu’il ne pourrait pas s’opposer à une attaque contre la métropole – bien au contraire ! – la pression politique s’intensifia, ouvrant finalement un boulevard pour le respecté général. De Gaulle, qui s’était refusé à désavouer les actions des militaires, accepta de devenir Premier ministre à condition que l’Assemblée nationale lui accorde les pleins pouvoirs pour six mois et s’auto-suspende sine die. La période d’intermission requise servirait à réécrire la constitution de façon à mettre fin aux atermoiements parlementaires de la IVe République – régime que de Gaulle tenait en piètre estime depuis qu’il s’était retiré de la vie politique en 19462.

  • 3 Horne, Savage War of Peace, 280 et 298.
  • 4 F. Rouvillois, Les origines de la Ve République (Paris, 1998), 26.
  • 5 Voir Foccart parle, vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995 (...)
  • 6 Voir P. Viansson-Ponté (éditorialiste et rédacteur en chef adjoint au Monde, quotidien (...)

3Invité par le président Coty à former un nouveau gouvernement, de Gaulle exigea une légitimation populaire de ce qui était, en fin de compte, un coup d’État. Le 1er juin, l’Assemblée approuva sa prise de pouvoir par 329 voix contre 224. Ce résultat déçut le général qui avait toujours précisé qu’il ne reviendrait au pouvoir que si une vaste majorité de Français s’exprimait en faveur d’un tel évènement3. Étant donné que la nouvelle (« cinquième ») république allait marquer une rupture radicale avec le passé en établissant un pouvoir exécutif fort, l’approbation populaire de la constitution était particulièrement importante. L’expérience ayant révélé les difficultés de la méthode de l’assemblée constituante4, de Gaulle comptait légitimer sa prise de pouvoir à travers un référendum. Étant donné les enjeux – un renforcement radical de l’État français et de ses institutions – et les contraintes de temps pour arriver au but5, l’équipe mise en place par de Gaulle se trouvait sous une pression considérable puisqu’elle devait à tout prix obtenir un vote résolument positif. En effet, une minorité significative de vote négatif porterait atteinte à la légitimité du coup et compliquerait la mise en place d’une république forte dirigée par un leadership déterminé. Aussi, au lendemain de la formulation de la constitution – fin août, début septembre – les gaullistes se lancèrent-ils dans une gigantesque campagne pour le « oui » : appels directs aux foules parisiennes, dépenses énormes, propagande de grande ampleur étouffant les voix dissidentes de la gauche qui durent se mettre sur la défensive. Les gaullistes, qui étaient encore minoritaires, s’emparèrent des ministères clef (Affaires étrangères et coloniales, Défense, Intérieur) ainsi que de l’audiovisuel public, ce qui ne laissa guère de doutes sur les résultats du référendum. L’appareil d’État dans son ensemble était orienté vers le « oui », si bien qu’il n’était question que de savoir par quelle marge favorable le vote positif allait l’emporter6.

  • 7 A. Teyssier, La Ve République 1958-1995 de de Gaulle à Chirac (Paris, 1995), 39 e (...)
  • 8 J.D. Hargreaves, Decolonization in Africa (Londres et New York, 1988), 169 et de Gaulle (...)

4La présidence de la Ve République étant manifestement taillée sur mesure, on ne pouvait ignorer qu’au-delà de l’adoption d’une nouvelle constitution, le vote du 28 septembre 1958 était surtout destiné à adouber de Gaulle. Il n’est donc pas sans intérêt de prendre en compte l’image que se faisait le général de la France et du futur de son empire si l’on veut comprendre les mutations fondamentales de l’été 1958, autant en terme de l’arrivée aux affaires d’une élite plus énergique et déterminée qu’en terme d’idées et de politiques à mettre en œuvre. Pour de Gaulle, la restauration de l’autorité de l’État était d’importance capitale, afin que ce dernier puisse être mieux à même de défendre les intérêts de la France dans un monde perçu comme hostile. En ce sens, le chef de l’État devait incarner la réalité du pouvoir au lieu de n’en être qu’un symbole. Cependant, la concentration de pouvoir n’était pas une fin en soi pour de Gaulle : il s’agissait d’édifier la république forte qu’il jugeait essentielle à la défense des intérêts de la France. Une victoire du « non » ramènerait le pays aux errements de la IVe République dont les indécisions avaient rendu impossible la défense de ces intérêts7. De Gaulle voulait avant tout rétablir la France dans son statut de puissance mondiale, ce qui nécessitait non seulement une présidence forte faisant contrepoids à des politiciens factieux, mais aussi la poursuite de la modernisation de l’économie, commencée sous l’ancien régime, et le rééquipement de l’armée qui devait notamment être munie d’une force de frappe nucléaire capable de rendre à la France une partie de sa stature perdue. L’état de l’empire – y compris l’Algérie – n’avait qu’une importance secondaire par rapport à cet objectif crucial8.

  • 9 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169 et Horne, Savage War of Peace, 28 (...)
  • 10 E. Mortimer, France and the Africans 1944-1960 : A Political History (Londres, 1969), 3 (...)

5Il résultait de tout ceci que le nouveau leader de la France n’avait guère de sympathie pour le moribond colonialisme classique, et encore moins pour les Européens d’Algérie dont l’establishment politique avait jadis nourri des sentiments vichystes et dont l’intransigeance obligeait l’armée à mener une guerre coûteuse qui drainait les ressources de la France9. Par ailleurs, la fin des vacillations de la IVe République impliquait qu’il devenait possible d’agir à l’encontre de la logique de la Loi-Cadre et de la perte progressive de contrôle qui s’en était ensuivie. La révision de la constitution de la République française permettrait d’adapter le statut des colonies – qui participeraient aussi au référendum – à la nouvelle situation. Du point de vue de l’establishment métropolitain il ne pouvait cependant être question encore d’indépendance, d’autant plus qu’au vu de ses traditions assimilationnistes, un tel processus relèverait de la sécession. Lorsque les débats s’ouvrirent, il était donc entendu que les territoires d’outre-mer et la métropole seraient parties prenantes d’une structure constitutionnelle conjointe, si bien que les discussions tournèrent essentiellement autour de la forme que cette structure devait prendre. S’agirait-il d’une fédération multinationale faite de composantes égales et autonomes et qui conduirait la métropole à se départir d’une partie de sa souveraineté, ou bien d’une confédération peu structurée au sein de laquelle les territoires outre-mer seraient pratiquement indépendants ? Les politiciens africains du RDA et du plus récent Parti du regroupement africain (PRA), dont le Sawaba était un membre fondateur, exigeaient d’une même voix que le droit à l’autodétermination fût reconnu. Ils soutenaient qu’une République fédérale devait être composée d’États autonomes confinant les prérogatives du gouvernement fédéral aux affaires étrangères, à la défense, à l’éducation et à quelques questions socio-économiques. Néanmoins, ils plaidèrent aussi pour l’éventualité d’une union confédérale au sein de laquelle la République fédérale serait liée à des États déjà indépendants. De cette façon, les territoires autonomes (i. e., les territoires africains) pourraient devenir indépendants sans rompre leurs liens avec la France, évitant ainsi toute perte d’aide ou de marché10.

  • 11 Ibid., 308-311.
  • 12 Foccart parle, 153.

6De Gaulle, cependant, préférait une formule « fédérale » resserrée au sein de laquelle les parties autonomes ne seraient pas de véritables États mais formeraient une fédération dont les institutions seraient dirigées par la France. Les territoires africains devaient choisir une fois pour toutes entre la « fédération » et la « sécession », renonçant à tout droit à l’autodétermination et à l’indépendance s’ils se décidaient pour la première option. Il ne pouvait être question de pouvoir opter pour la fédération et l’union confédérale, puisque les territoires qui auraient choisi la confédération pourraient alors bénéficier de tous les avantages de l’union avec la France tout en jouissant de plus d’indépendance que les territoires qui se seraient décidés en faveur de la formule fédérale. Si un pays préférait l’indépendance, il pouvait l’obtenir en votant « non », « faire sécession » et en supporter les conséquences, puisqu’on ne pouvait s’attendre à ce que la France continue à aider un État indépendant. Cette alternative drastique démontrait de façon on ne peut plus évidente l’insensibilité du général – voire son impatience – vis-à-vis des critiques anticoloniales qui, à ce stade, s’exprimaient ouvertement dans un grand nombre de colonies françaises11. Sa position ne manquait cependant pas de cohérence logique. Bien que de Gaulle ne semble pas avoir cru que le nouveau cadre constitutionnel devait durer éternellement12, l’impératif de renforcement et de modernisation de la France l’amenait, à ce moment précis, à considérer que l’édification d’un puissant État fédéral et, par suite, la conservation de l’influence et du pouvoir de la France outre-mer, constituaient un objectif essentiel bien que dérivé. Du coup, vers la mi-1958, l’empire – sous quelque nom qu’il dût continuer – jouait, dans les nouveaux calculs stratégiques en métropole, un rôle qui n’était pas des moindres. Étant donné les enjeux tels qu’ils apparaissaient à la nouvelle élite métropolitaine – à savoir la consolidation du pouvoir gaulliste et la mise en place d’institutions qui étaient censées sauver la France du désastre – les déclarations sur la liberté des territoires africains à choisir le « non » doivent être considérés comme relevant en grande partie de la pure rhétorique.

  • 13 M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, (...)
  • 14 Bulletin trimestriel de renseignements extérieurs. Deuxième fascicule. 1re partie. Afri (...)
  • 15 Djibo, Les transformations, 27 ; Mortimer, France and the Africans, 236-240 (...)

7Il en était particulièrement ainsi du Niger, qui ne pouvait être considéré comme un simple territoire parmi les possessions africaines de la France. En effet, bien que très pauvre, le pays occupait une position stratégique entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Nord. En tant que pont entre l’AOF et les possessions françaises de l’Afrique équatoriale, il avait endigué l’expansion de l’influence britannique – à partir du Nigeria – et celle des Turcs puis des Italiens installés en Libye. Cette fonction de digue gagna en importance lorsque ce dernier pays devint indépendant en 1951, permettant ainsi la montée en puissance de la confrérie musulmane de la Sanûssiya qui était tenue pour hostile aux intérêts de la France13. De même, la promesse d’une indépendance prochaine faite en 1956 au Nigeria renforça le rôle assigné au Niger de contrôle de l’influence de son puissant voisin méridional. Le Nigeria constituait une véritable obsession pour les autorités françaises, et cet état de chose empira lorsque des liens entre le Sawaba et des membres de la NEPU prirent forme courant 195814. Par ailleurs, à l’ouest, le parti gouvernant le Soudan était d’obédience socialiste et préférait le maintien de la structure interterritoriale de l’AOF, position abandonnée par les Français depuis l’entrée en vigueur de la Loi-Cadre15.

  • 16 Également K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian (...)
  • 17 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 143, 159, 162-163 et 214-228.
  • 18 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169 et de Gaulle, Mémoires d’espoir, (...)
  • 19 Après un délai, ce test atmosphérique eut lieu le 13 février 1960 avec du plutonium pro (...)
  • 20 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169-170 et Horne, Savage War of Peace, (...)

8Mais fait encore plus notable : le Niger faisait pont vers l’Algérie, avec laquelle il partageait une longue frontière16. Il s’agissait là d’un détail significatif au regard des intérêts stratégiques mis en avant par l’objectif gaullien de faire de la France une puissance moyenne à l’ère de la Guerre froide : construire une force de frappe nucléaire et protéger les sources d’énergie conventionnelle et nucléaire de la métropole17. À cet égard, l’Algérie et le Niger étaient tous deux importants. L’Algérie regorgeait de pétrole et de gaz, et pour le moment, de Gaulle ne voulait pas renoncer à ces ressources18. Il en était de même du site d’essais nucléaires de Reggane, situé dans le Sahara algérien, à l’ouest de I-n-Salah. Les Français avaient l’intention d’y tester leur première bombe atomique. Le projet de mise en place d’une force de frappe datait de la IVe République, époque à laquelle la décision de construire le site de Reggane avait été prise, précisément en 1957. Ce projet cadrant avec la volonté de de Gaulle de redonner à la France un statut de puissance mondiale, il fut donc poursuivi. Deux semaines ne s’étaient pas écoulées depuis l’entrée en fonction du général que le gouvernement décida, le 17 juin 1958, de procéder à une détonation au cours de l’année suivante19. Ainsi, à l’été 1958, de Gaulle nourrissait encore l’espoir de conserver les atouts stratégiques algériens, sans avoir cependant formulé une politique concrète sur la question du FLN ou sur l’intransigeance des colons européens et du corps des officiers de l’armée20.

  • 21 Voir par exemple, ministère de la FOM, Cabinet du ministre. Bureau d’études no 822/BE. (...)
  • 22 Djibo, Les transformations, 86, se référant à des rapports des services spéciaux (...)
  • 23 Ibid., 189 and G. Pallier, « L’uranium au Niger », Les cahiers d’outre-mer, 37 (1984), (...)
  • 24 À cet égard, voir Djibo, Les transformations, 87. Mais je n’ai pas trouvé de décl (...)

9Dans ce contexte en flux, le Niger présentait un certain nombre d’intérêts pour la France. En tant que mouvement inspiré par un nationalisme militant à tonalités marxistes, le Sawaba nourrissait de la sympathie pour le FLN et la guerre qu’il menait contre la suzeraineté française21. La frontière du Niger avec l’Algérie pouvait servir de couloir de passage pour des armes et des fonds destinés au FLN. Du coup, si le pays devait devenir indépendant ou réussir à quitter la sphère d’influence française, il pourrait renforcer les positions du FLN, par exemple en lui fournissant des bases arrière22. Par ailleurs, des géologues avaient confirmé, deux ans plus tôt seulement, en 1956, l’existence de gisements considérables d’uranium dans l’Aïr, non loin de la frontière algérienne. Ces gisements, dont on avait détecté les premiers signes en 1942-1943, pourraient se révéler utiles à la satisfaction des besoins en énergie de la métropole ainsi qu’au développement de la force de frappe, dans la mesure où la production nationale n’y suffisait pas23. L’existence de cette ressource stratégique, à laquelle s’ajoutait la découverte récente de minerais de cuivre et d’étain, confirmait l’importance du Niger et d’autres zones sahariennes pour la France, qui pourrait aussi continuer à se servir de ces vastes espaces pour stationner des troupes ou procéder à des essais nucléaires24.

  • 25 E. Grégoire, Touaregs du Niger : Le destin d’un mythe (Paris, 1999), 31-34 ; Bour (...)

10En ce sens, l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS) pourrait jouer un rôle important, notamment en devenant un filet de sauvetage pour la métropole si elle devait renoncer à l’Algérie et à ses ressources minérales. Établie en janvier 1957, sous la IVe République, l’OCRS avait pour but de détacher le Sahara algérien du reste du pays afin de former une entité administrative séparée, en combinaison avec les régions sahariennes qui devaient être découpées des territoires du Soudan, du Tchad et du Niger. En visant à l’unification du Sahara, l’OCRS avait pour principale mission de contenir l’évolution politique de l’Afrique francophone afin de préserver la mainmise de la France sur les ressources stratégiques du désert. Elle violait les clauses de la Loi-Cadre, qui avaient donné au Niger et aux autres colonies des gouvernements régissant des territoires spécifiquement délimités, dont des fractions allaient à présent être retranchées – en ce qui concerne le Niger, la portion la plus large de sa superficie. L’établissement de l’OCRS était étroitement lié à la transformation constitutionnelle de l’empire. L’organisation fut placée sous la responsabilité de Jacques Soustelle, ancien gouverneur général de l’Algérie et partisan acharné de l’Algérie française, qui avait été nommé ministre délégué chargé du Sahara. La logique foncièrement politique de l’organisme était ainsi mise en évidence. Officiellement destiné à stimuler le développement économique du désert, il avait pour objectif principal d’exploiter les ressources du sous-sol. Les investissements de l’OCRS portaient donc essentiellement sur les réserves de pétrole de l’Algérie et la construction d’un pipeline. Pour certains milieux, l’institution devait servir à transformer la région en terrain d’essai pour l’armement nucléaire25.

  • 26 Djibo, Les transformations, 27 et 87. Sur la résolution de son gouvernement, voir (...)

11L’ensemble de ces considérations stratégiques conduisaient donc les Français à surveiller de près l’évolution politique du Niger afin qu’elle corresponde aux intérêts de la métropole. L’idée qu’il pouvait échapper au contrôle de la France représentait un scénario catastrophe que l’équipe politique plus fermement résolue de la Ve République était bien décidée à éviter26. En somme, le Niger allait tout simplement devoir adhérer aux propositions constitutionnelles de de Gaulle.

De l’amour pour tous les peuples

  • 27 Extrait AFP Bulletin quotidien d’information, Niamey, 20 mai 1958 ; CAOM, Cart. 218 (...)
  • 28 « Synthèse Politique. Avril-mai-juin 1958 » ; CAOM, Cart. 2233/D.2.
  • 29 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2 (...)

12Puisque le référendum concernait aussi les populations des colonies, l’électorat et la classe politique nigérienne se trouvèrent soudain confrontés à la détermination des gaullistes, qui étaient bien décidés à changer les paramètres stratégiques de l’empire en état d’émancipation progressive de la France. Cette attitude nouvelle représentait certes une avancée par rapport à la manière dont la IVe République répugnait à tirer les conséquences des clauses autonomistes de la Loi-Cadre, mais il y avait un désaccord profond entre ses a priori et les mutations politiques en cours en Afrique, et en particulier au Niger. Le 20 mai 1958 déjà, une dizaine de jours avant le retour au pouvoir de de Gaulle, le leader du Sawaba avait émis des critiques voilées sur la manière dont le général était mis en avant. La France, selon lui, devait rester une république démocratique27. Une quinzaine de jours plus tard, lors d’un meeting du comité directeur du parti interterritorial PRA, Bakary assura qu’il n’avait aucun préjugé à l’égard de la personne de de Gaulle – affirmation bien audacieuse au vu de la révérence sacrosainte dans laquelle était tenu le général28. Il se fendit aussi d’un télégramme à Bernard Cornut-Gentille, nouveau ministre de la France d’outre-mer, pour le féliciter des réformes constitutionnelles entreprises par le gouvernement métropolitain29. Ces déclarations étaient révélatrices du malaise avec lequel le gouvernement Sawaba suivait l’évolution de la situation en France et en Algérie.

  • 30 Il s’agissait de Sallé Dan Koulou, Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani, « Synt (...)
  • 31 Marchés Tropicaux, no 659, 28 juin 1958, 1614.

13En comparaison, la situation au Niger même était devenue des plus commode depuis les troubles d’avril. Le RDA s’agitait encore contre le gouvernement, faisant son beurre de querelles familiales, de renvois de chefs, de conflits fonciers, ce qui occasionnait une violence sporadique dans la région Ouest. Mais les Français avaient constaté le déclin de son influence. Le 7 juin, un rassemblement public qui devait fêter le retour de Hamani Diori dut être retardé du fait d’un manque d’affluence et prit ensuite place dans une atmosphère d’indifférence. Les représentants du RDA s’efforcèrent sans succès d’attaquer les résultats du gouvernement en matière de santé publique lors des débats de l’Assemblée territoriale, au cours desquels Boubou Hama, le directeur démis de l’IFAN, fut facilement mis en minorité par les députés Sawaba30. À la fin du mois, un remaniement ministériel plaça le questeur Sawaba Adamou Sékou (photo 3.1) aux Travaux publics, en remplacement de Issaka Koké, qui prit le portefeuille de l’Agriculture des mains de Adamou Assane Mayaki, nouvellement nommé à l’Intérieur. Le 21 du mois, l’Assemblée mit fin à sa session ordinaire avant les vacances d’été31.

Photo 3.1 – Adamou Sékou (Les raisons de notre lutte, 10).

Photo 3.1 – Adamou Sékou (Les raisons de notre lutte,         10).
  • 32 « Résolution de la politique générale, Niamey, 5-7 avril 1958 » ; CAOM, Cart. 2197/ (...)
  • 33 Lettre de Rollet au ministre de la France d’outre-mer, 17 juin 1958 ; CAOM, Cart. 2 (...)
  • 34 A. Blanchet, L’itinéraire des partis africains depuis Bamako (Paris, 1958), (...)

14Une fois sa position intérieure renforcée, il ne restait plus au Sawaba qu’à s’atteler au parachèvement de son programme politique. Il avait été dès le départ un parti populiste militant contre diverses manifestations du colonialisme, et il en appelait à présent à en finir une bonne fois pour toutes avec la domination coloniale. Comme cela a été noté dans le chapitre précédent, le Sawaba avait voté, début mai, une résolution en faveur de « l’autonomie interne totale », exigence qui reprenait une déclaration de politique générale votée par le congrès du MSA en avril32. Le 7 juin, l’exigence d’autonomie interne totale fut renforcée par un appel demandant qu’elle fût « immédiate33 ». En mai, Bakary lui-même alla, de façon décisive, un peu plus loin, parlant d’une accession progressive à l’« indépendance », ou, dans tous les cas, de la reconnaissance du « droit à l’autodétermination34 ».

  • 35 M. Crowder, « Independence as a Goal in French West African Politics : 1944-1960 », (...)
  • 36 C. Diané, Les grandes heures de la F.E.A.N.F. (Paris, 1990) ; Blanchet, L’i (...)

15En évoquant publiquement le concept d’indépendance, Bakary se trouvait en avance par rapport aux autres chefs de gouvernement, y compris des nationalistes militants comme Modibo Keita du Soudan. Le prisme assimilationniste à travers lequel le pouvoir métropolitain considérait les colonies, ainsi que la pauvreté des possessions africaines de la France et le besoin de maintenir les flux d’aide française, avaient toujours forcé les politiciens africains – même les plus radicaux – à exprimer leurs exigences politiques avec circonspection. Les politiciens chargés de responsabilités gouvernementales devaient se montrer particulièrement prudents. Par suite, ils éludèrent pendant longtemps le concept d’indépendance afin d’éviter que leurs aspirations politiques ne soient considérées comme une volonté de « sécession ». Au lieu de quoi, les politiciens africains faisaient usage de la formule « communauté franco-africaine » dans leurs rapports avec la France, tout en tâchant de pousser à une autonomie plus large au sein de ce cadre conceptuel35. Même lorsqu’il était pris en charge par les nationalistes les plus militants, ce concept reposait sur une approche révisionniste – et non révolutionnaire – de l’économie politique des relations internationales, approche qui était conciliante vis-à-vis des intérêts africains de la France. Cependant, à partir de 1957, les évènements politiques – telle que l’accession du Ghana à l’indépendance – rendirent cette retenue terminologique de moins en moins satisfaisante. Les étudiants africains en tout cas, en particulier ceux de France, ne s’y plièrent pas et réclamèrent sans complexe l’indépendance. Les syndicats d’orientation marxiste, eux aussi, se déclarèrent ouvertement en faveur de l’indépendance politique en 1957-1958. Les politiciens nationalistes conventionnels eurent de plus en plus de mal à éviter la question. Même l’interterritoriale RDA fut confrontée, lors de sa conférence de septembre 1957 à Bamako, à des appels radicaux de la part d’étudiants, et on y entendit Sékou Touré, dont le parti était resté dans le giron du RDA, déclarer que l’indépendance était un droit inaliénable des peuples36.

  • 37 A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, 1989), 246.
  • 38 Ministère de la FOM. Cabinet du ministre. Bureau d’études no 822/BE. Bulletin de re (...)

16Le Sawaba, en sa qualité de parti nationaliste lié au monde syndical, n’échappait pas à cette évolution. La fédération syndicale interterritoriale UGTAN qui, le 1er mai 1958, avait appelé à la liquidation du système colonial37, avait beaucoup d’adhérents parmi les sawabistes. À peine un mois auparavant, elle avait tenu un meeting à Niamey au cours duquel des centaines de personnes avaient entendu le discours de Saloum Traoré, le ministre Sawaba des Affaires sociales et personnalité de l’UGTAN. Le rassemblement avait été conclu par Dandouna Aboubakar, un intransigeant du Sawaba et syndicaliste d’obédience CGT qui fit jouer la cassette d’un discours de Jacques Duclos, communiste français s’élevant contre le colonialisme et en faveur de l’autodétermination. L’influence de l’UGTAN grandissait, en fait, en partie parce que le marxisme était plus influent au Niger que dans les autres territoires, le Sénégal et la Guinée exceptées38.

  • 39 Djibo, Les transformations, 77 et interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. (...)
  • 40 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant (...)
  • 41 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 et chef du ter (...)

17Bakary lui-même était représenté au niveau du comité directeur interterritorial de l’UGTAN et ne pouvait donc guère ignorer la position des syndicats, même s’il l’avait voulu39. Il sauta le pas et lors d’un congrès interterritorial tenu à Cotonou les 25 au 27 juillet 1958 à l’occasion du lancement officiel du PRA, il s’engagea en faveur de l’indépendance. La délégation du Sawaba était arrivé en ville en grande pompe, dans une caravane de 40 véhicules qui descendirent sur la côte et klaxonnèrent triomphalement en entrant dans une localité majoritairement pro-RDA. Le ton de la conférence fut donné par le leader de la Sawaba, vêtu d’un élégant boubou bleu ciel, la couleur de son parti. Dès le début de la réunion, Bakary se prononça pour « l’indépendance nationale d’abord, le reste ensuite », attaquant au passage le pouvoir colonial qu’il qualifia d’« occupant » et le condamnant pour son « régime abject » et son « exploitation cynique ». Porté par les courants radicaux d’un mouvement social à la construction duquel il avait tant œuvré, et considérant que sa position politique était suffisamment assurée, Bakary prit parti sans ambiguïté pour les nationalistes militants. La délégation du Niger, qui comprenait Maïga Abdoulaye, Saloum Traoré, Ousmane Dan Galadima, Issaka Koké et Adamou Sékou, se leva comme un seul homme pour applaudir Bakary, prenant la conférence d’assaut40. À sa propre surprise, le leader du Sawaba fut plus tard élu secrétaire général du PRA, ce qui confirma sa stature parmi les grands politiciens de l’AOF tout en dorant son blason au Niger41.

  • 42 Crowder, « Independence », 33.
  • 43 Rollet au ministre de la France d’outre-mer, 17 juin 1958 ; interview de Abdou Ali (...)

18Le message de la conférence fut accentué par l’exigence d’une indépendance « immédiate » et « totale42 ». En s’unissant derrière l’appel de Bakary, les délégués suivaient, en un sens, la philosophie du leader national ghanéen à qui Bakary avait rendu visite au printemps, et qui avait toujours affirmé qu’il fallait s’assurer du « royaume terrestre » d’abord, c’est-à-dire de l’indépendance formelle, qui pourra ensuite servir de base au changement socio-économique. Dans un autre sens, l’appel à l’« indépendance d’abord, le reste ensuite » voulait dire que le Sawaba désirait orienter en toute liberté les relations du Niger avec l’ancienne puissance coloniale après l’avènement de l’indépendance. Cette liberté était tenue pour essentielle puisque, sans cela, les pays africains ne seraient pas en mesure de façonner leurs relations extérieures au mieux de leurs intérêts. L’option qui avait les faveurs de de Gaulle, à savoir l’intégration à une fédération contrôlée par la France et menant à l’autonomie au détriment du droit à l’autodétermination et à l’indépendance, mettait clairement en veilleuse cette liberté, et risquait de la mettre en péril. Par conséquent, les délégués de Cotonou affirmèrent que les relations avec la France devaient « obligatoirement » passer « par l’indépendance ». À son retour à Niamey, Bakary ajouta que « seule la reconnaissance inconditionnelle de son indépendance [créerait] des conditions favorables à un dialogue sincère de l’Afrique avec des représentants… de la Métropole ». Dans sa vision des choses, « on ne [pouvait] s’associer [à la France] que quand on [était] indépendant », et, ajouta-t-il, on ne pouvait empêcher la jeunesse africaine de dire « non » à une telle association. Néanmoins, ceci ne revenait pas à dire que le gouvernement Sawaba entendait rompre avec la France. Ainsi qu’il l’avait expliqué quelques mois plus tôt à propos des structures futures de la coopération franco-africaine, ces dernières devaient comprendre le « droit de séparation » pour des pays qui allaient poursuivre leurs intérêts nationaux, sans pour autant, tint-il à expliquer, que ce « droit au divorce » implique « forcément le divorce ». À ce stade, ce droit ne devait pas non plus impliquer de l’hostilité à l’égard de la préservation de certains intérêts français dans la région43.

  • 44 Crowder, « Independence », 34 ; Mortimer, France and the Africans, 309 ; Dugué, Ver (...)

19Au contraire, bien que, dans la ferveur ambiante les délégués se fussent laissés aller à rêver d’un nationalisme économique parvenant à se substituer aux crédits français ou à l’association avec le Marché commun européen, la plupart des politiciens aspiraient au développement suivant – pour reprendre les mots de Cotonou – « les réalités africaines », ce qui impliquait, entre autres choses, le maintien des flux d’aide française et, par suite, d’une certaine sphère d’influence de la France. En ce sens, même le nationalisme décliné à Cotonou avait une base révisionniste ouverte à la coopération et donc respectueuse de l’économie politique internationale. Les négociations autour des résolutions de la conférence le montrèrent bien, lorsque la formule « indépendance immédiate » fut adoptée comme mot d’ordre, ce qui impliquait qu’elle devait être conquise de haute lutte et qu’on ne pouvait s’attendre à ce qu’elle se produise instantanément. Tout en annonçant une réunion internationale au cours de laquelle les leaders africains allaient eux-mêmes structurer les relations nouvelles qui se dessinaient avec la France au lieu d’attendre passivement les formulations de de Gaulle, on demanda à la France de faciliter l’assemblée en question sans qu’aucune date ait été fixée44.

  • 45 Voir son autobiographie, Silence !, 199, où il cite et approuve Chaffard, Les carne (...)
  • 46 Cité par Fluchard, Le PPN-RDA, 242.
  • 47 Mortimer, France and the Africans, 308-309.

20Ainsi, le leader du Sawaba lui-même avait l’intention, une fois le Niger devenu indépendant, de « confédérer librement avec la France45 », évolution que Cotonou n’avait pas exclu et qui était en harmonie avec ce que l’UDN et le Sawaba avaient soutenu à ce sujet par le passé. La référence à un dialogue sincère avec les représentants de la métropole montrait son désir de négocier et non de rompre avec la France. Plus tard, Bakary expliquera le sens de la conférence de Cotonou en déclarant que « l’Amitié avec le peuple de France [n’avait] jamais subi la moindre entorse et ceux qui [avaient] fait triompher la thèse de l’Indépendance [étaient] de sincères amis de la France ». Seulement, il fallait que le type de relations dans lequel ils s’engageraient fût décidé en toute liberté, c’est-à-dire après l’accession à l’indépendance politique : « l’amitié n’est valable que dans la mesure où elle est librement consentie et […] l’indépendance est le préalable nécessaire à l’édification d’une communauté46 ». En elle-même, cette position, nourrie par des fuites sur les propositions de de Gaulle survenues au moment de la conférence de Cotonou, était des plus raisonnable. Les propositions gaulliennes opposaient l’autonomie au sein de l’État français assortie d’une continuation de l’aide à l’indépendance toute nue, sans prévoir d’alternatives équivalentes ni prendre en compte la notion de libre arbitre ou la sensibilité aux temps nouveaux47.

  • 48 Citations in ibid., 307 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 242 ; et Dugué, Ver (...)

21À Cotonou, les délégués du Sawaba montrèrent à quel point les propositions françaises étaient en porte en faux avec l’air du temps. Abdoulaye Mamani, leader du parti à Zinder, une ville étroitement liée au Nigeria voisin, déclara lors de la conférence que le Niger exigeait « la liberté de se confédérer avec le Nigeria ou avec d’autres territoires ». Comme Bakary l’expliqua lui-même à propos des populations haoussaphones des deux pays, « la mise en valeur et les débouchés commerciaux [du Niger] [s’ouvraient] plus logiquement vers le sud » que vers les confins sahariens où « les nomades… [scrutaient] l’horizon du nord ». Par conséquent, si les Africains ne pouvaient pas s’entendre avec les Français, Mamani souligna qu’ils auraient « le droit de se séparer de l’ensemble français ». Bakary ajouta que d’un point de vue historique, le Niger était lié à « d’autres États qui [deviendraient] indépendants en 1960 » (il s’agissait du Nigeria). Et en s’expliquant plus tard sur sa position à Cotonou, il affirma qu’il se réservait « le droit de contracter des Alliances avec d’autres États africains » et qu’il n’hésiterait pas à déployer les « efforts [qu’exigeait] la création d’un ensemble Africain débordant les Frontières actuelles ». Cotonou aura eu l’intérêt de montrer à chacun que l’Afrique française avait l’intention de s’affranchir de tous les complexes coloniaux48.

  • 49 Bakary, Silence !, 199 and Chaffard, Les carnets secrets, 183.

22Si ces affirmations correspondaient aux vues de nombreux nationalistes militants, y compris les paysans de l’est du Niger partisans du Sawaba, elle touchait au vif les Français dont l’obsession pour le Nigeria soulignait leur détermination à protéger leur sphère d’influence et, par suite, leur statut de puissance mondiale. Par conséquent, ce fut la première partie de la formule choc de Bakary – « Indépendance nationale d’abord, le reste ensuite » – qui resta dans la mémoire collective, en dépit des positions révisionnistes développées à Cotonou quant aux intérêts de la France49.

  • 50 Crowder, « Independence », 33-34 et Mortimer, France and the Africans, (...)

23Et pourtant l’établissement de nouvelles alliances ne risquait guère de léser la position de la France, puisque les territoires africains – à l’instar du Niger du Sawaba – n’avaient pas vraiment l’intention de quitter le giron de la France. En fait, l’atmosphère politique s’était échauffée en partie parce que – à l’exception de Houphouët-Boigny – les politiciens ouest africains souhaitaient préserver les structures fédérales de l’AOF et de l’AEF. Dotées de la pleine autonomie ou même de l’indépendance formelle, ces dernières devraient s’unir avec la France métropolitaine en une fédération ou une confédération plus large qui leur permettrait de sauvegarder des relations vitales pour leur bien-être économique. La question des structures interterritoriales (comprenant de solides pouvoirs exécutifs fédéraux), qui tenait tant à cœur à Bakary, compliquait considérablement le débat constitutionnel de l’été 1958. Depuis la promulgation de la Loi-Cadre, la France avait en tout état de cause mis de côté les anciennes fédérations coloniales, désignées, dans les débats, par la formule « fédérations primaires » afin de les distinguer de l’ensemble plus large qui devait à présent les unir à la métropole. Les Français craignaient que ces fédérations primaires ne fussent assez robustes pour demander l’indépendance, ou qu’en prenant part à un système constitutionnel où elles seraient présentes aux côtés de la France, elles ne finissent par dominer cette dernière50.

  • 51 Blanchet, L’itinéraire, 149 ; Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique, (...)
  • 52 Mortimer, France and the Africans, 312.

24À l’inverse, Bakary avait soutenu en mai la thèse d’une union confédérale entre la France et l’AOF, l’AEF, Madagascar et l’Afrique du Nord, « sur un même pied d’égalité ». Il était entendu que la métropole prendrait part à cette confédération « au même titre » que les autres. Les délégués de Cotonou mirent aussi en exergue le fait qu’un arrangement constitutionnel devait être constitué de « peuples libres et égaux », et les participants africains devaient par ailleurs pouvoir se réserver le droit de se retrouver ensemble au sein d’« États-Unis d’Afrique », ce qui renforcerait leur position dans leur partenariat constitutionnel avec la France51. L’accent placé sur les rapports de poids politique et d’influence mettait en évidence une realpolitik des relations internationales dans laquelle la question de la puissance prenait une importance primordiale – une vision semblable à celle des Français et destinée donc à entrer en conflit avec elle. La proposition constitutionnelle finale de la France, dans laquelle le système collectif envisagé fut baptisé « communauté » et non fédération ou confédération, n’apporta guère de réponse au désaccord sur la répartition des pouvoirs entre les Africains et la métropole52.

  • 53 Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2248.
  • 54 Il changea aussi son nom, devenant officiellement, au lieu de MSA-Sawaba (nom adopt (...)
  • 55 Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958.

25Néanmoins, dans la mesure où, vers la mi-1958, le Sawaba avait pu élaborer une conception claire de la politique étrangère, il s’agissait pour lui de caboter autour des configurations internationales de la puissance politique plutôt que de cingler vers des orages révolutionnaires. Puisque les États pouvaient tenir des rôles multiples, même des alliances avec d’autres pays ne devaient pas, dans cette perspective, mettre en péril les liens entre le Niger et la France. Le 15 septembre, à peu de temps du référendum, Bakary allait déclarer que « le Niger indépendant [ferait] tout son possible pour conserver… l’aide de la France et [donnerait] la préférence à la France de s’allier au sein d’un système économique différent du système actuel53 ». Il tendrait à demeurer au sein de « l’ensemble français », pourvu que son indépendance fût respectée et qu’il ne fût pas soumis à la pression économique. Cette déclaration était de nature à rassurer les Français quant au maintien de leur influence, en harmonie avec le développement des intérêts économiques et des relations extérieures du Niger, et la conférence de la fin du mois d’août qui constitua le Sawaba en tant que section du PRA54 le montra clairement. Bakary y déclara que le nationalisme africain était marqué par « l’amour pour tous les peuples », exprimant la vision non-conflictuelle et collaborative des relations internationales qui devait informer la politique étrangère du Sawaba55. Adamou Sékou – devenu un des idéologues les plus en vue du parti – mit au clair la position du Sawaba sur la constitution gaullienne, affirmant avec netteté son désir pour « l’indépendance oui, et tout de suite », mais ajoutant que

  • 56 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique gén (...)

« Personne de nous n’a les yeux tournés vers Washington, Moscou, Londres ou Berlin plus que vers Paris, ce Paris dont nous portons l’empreinte par notre culture, par toutes les données de notre actuelle situation. Il ne faut pas nier les faits de l’histoire et c’est pour cela justement que nous entendons former avec la France, dans notre intérêt et dans son intérêt à elle, une Confédération de peuples libres. À travers notre volonté d’indépendance, nous demeurons attachés à la France que nous considérons comme notre partenaire naturel, grâce à ses professeurs, ses ingénieurs, ses juristes56. »

  • 57 Voir n. 43 ci-dessus.

26C’était on ne plus ouvertement tendre la main aux Français, et Sékou montra clairement que leur influence n’aurait pas à souffrir de l’indépendance du Niger. De fait, même si cette déclaration n’avait pour but que de rassurer un auditoire français, elle s’était dangereusement rapprochée d’une légitimation de ce que le Sawaba qualifierait plus tard de mainmise « néocoloniale » de la France sur la région57. Pourtant, telle n’était nullement son intention. Le gouvernement Sawaba visait à un niveau de contrôle qui lui permettrait d’orienter les destinées du Niger mieux que ne l’avaient fait les Français, ce qui allait certainement nécessiter l’établissement de liens avec d’autres pays et donc la réduction de l’influence française, sans qu’il fût le moins du monde question, pourtant, de sa disparition complète. Le Sawaba partageait la vision révisionniste du futur qui caractérisait les partis nationalistes et qui prenait en compte « les réalités africaines », c’est-à-dire le besoin de l’aide française.

  • 58 Bien qu’il ait, à l’instar des autres territoires sahéliens, envoyé des représentan (...)
  • 59 Ces appréhensions se renforcèrent à la suite de la chute du Sawaba. Bordier au mini (...)
  • 60 La Mauritanie et le Soudan s’abstinrent aussi de signer toute convention de coopéra (...)
  • 61 Lettre de Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

27Son nationalisme était cependant assez mûr pour ne pas se contenter d’avaler tout ce que les gaullistes proposaient. L’attitude du gouvernement au sujet de l’OCRS le montra clairement. Le Sawaba s’opposa avec véhémence à un projet qui devait enlever au Niger une grande partie de son territoire national. L’Assemblée territoriale avait unanimement – y compris le RDA – rejeté toute cession de territoire. Ainsi Bakary, agissant en qualité de leader national, refusa d’aliéner la souveraineté du Niger sur les régions du désert58. L’hostilité à l’OCRS était d’autant plus forte que les Touaregs ne voulaient pas être assujettis à un gouvernement contrôlé par des sédentaires noirs – leur ancienne source d’esclaves – et avaient apporté leur soutien au projet dans l’espoir d’y trouver leur autonomie. Cette circonstance rendit les sawabistes encore plus suspicieux. À cet égard, la métropole fut soupçonnée de pratiquer une politique de diviser pour mieux régner et fut plus tard accusée d’exploiter le sous-sol à son profit59. Comme le Sawaba s’opposait au contrôle des régions désertiques du Niger par l’OCRS, la zone cible de cet organisme se trouva confrontée à une rupture géographique, dressant ainsi un obstacle sérieux aux desseins sahariens des Français60. L’attitude du Sawaba vis-à-vis de la Ve République naissante combinait donc des principes nationalistes, sur lesquels il n’accepterait pas de transiger, à une position révisionniste qui le préparait à souscrire à certains intérêts français. Mais, ainsi que Bakary l’avait dit au gouverneur Rollet lors d’une conversation privée, l’essence même de la position du parti se trouvait dans l’idée que la métropole serait prête à entrer en négociation en vue d’un accord satisfaisant pour toutes les parties. Une rupture en dehors du cadre de négociation n’était pas envisagée61.

Chantage à l’isolement

  • 62 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 69-70 ; Foccart parle, 158, 169-179, (...)

28Les bâtisseurs de la Ve République avaient l’impression d’être aux prises avec des enjeux colossaux – rien de moins que la survie de la France en tant que grande nation. Ne disposant que de six mois pour prendre le dessus en métropole, légitimer leur prise de pouvoir et établir leur emprise en Algérie, les gaullistes nourrissaient de vastes desseins et leurs préoccupations stratégiques étaient grandioses. Ils étaient prêts à permettre à une délégation de politiciens africains de participer, de manière consultative, à la préparation de la nouvelle constitution de la France et de l’empire, mais il s’agirait, de leur point de vue, de tout faire ensemble en une seule fois plutôt que de s’engager dans une série de négociations territoire par territoire. Le comité consultatif qui devait s’occuper de cette affaire de la fin juillet à la mi-août 1958 relevait de l’Assemblée nationale et les Africains n’y étaient représentés que de façon restreinte. Par ailleurs, l’Ivoirien Houphouët-Boigny, fidèle allié de la France, avait fait en sorte d’en exclure Sékou Touré, le nationaliste radical de la Guinée qui, à l’instar de Bakary, s’était déjà prononcé en faveur d’une indépendance immédiate. Avec des politiciens accommodants comme Philibert Tsiranana de Madagascar et Gabriel Lisette du Tchad, le comité se révéla fort accueillant aux vues de Houphouët (et donc des gaullistes), tandis que les aspirations de Bakary et Touré ne purent être exprimées que par Léopold Sédar Senghor et Lamine Guèye, des politiciens PRA du Sénégal qui ne se distinguaient pas par un quelconque penchant prononcé à s’opposer aux Français. L’objectif assigné par de Gaulle à l’ensemble quasi-fédéral dénommé « communauté », sur une suggestion de Tsiranana, était de mettre en place un cadre général qui, tout en étant transitoire, serait suffisamment rigide pour empêcher toute « sécession » de territoires individuels et pour donner à la France le temps de traverser l’orage de la décolonisation en préservant ses intérêts vitaux62. Il ne pouvait donc être question de penser en termes d’aspirations des territoires individuels, lesquels étaient tous requis de participer au cadre constitutionnel d’ensemble, en dépit du fait que les structures fédérales de l’AOF et de l’AEF étaient en voie de démantèlement.

  • 63 A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 169 ; Mortimer, France and the Africans, (...)
  • 64 Voir également au plus haut niveau. De Gaulle, Mémoires d’espoir, 41 ; Mortimer, Fr (...)
  • 65 Djibo, Les transformations, 76.

29La première version du texte constitutionnel, qui irrita au plus haut point les délégués PRA à Cotonou, n’avait fait allusion à l’éventualité de l’indépendance qu’à la manière dont celle-ci était conçue par les Français, à savoir une forme de « sécession » assortie de menaces économiques. Dans cette optique, la France ne serait pas en mesure d’accorder aux Africains ce qu’elle refusait à l’Algérie63. Mais aussi, les gaullistes n’avaient cure des susceptibilités politiques du nationalisme africain. Dans ce domaine, leurs vues étaient marquées par le dédain et l’indifférence, voire une certaine inconscience par rapport aux aspects négatifs de la domination coloniale64. Ainsi, la communauté devait être un organisme dirigé par les Français, au sein de laquelle les affaires internes des territoires africains elles-mêmes devaient être supervisées par le gouverneur français tandis que les ministres africains, bien qu’élus, seraient de facto relégués au statut de fonctionnaires65. C’était là un recul par rapport à la logique évolutionniste inhérente à la Loi-Cadre, en particulier au Niger où le gouvernement Sawaba était en train d’étendre son pouvoir.

  • 66 Mortimer, France and the Africans, 312 et Chaffard, Les carnets sec (...)
  • 67 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; déclaration (...)

30Les militants nationalistes virent largement dans cette sorte d’alternative entre l’appartenance à la communauté et une sécession-indépendance mettant fin à l’aide française une forme de chantage et donc un affront à la dignité africaine, notion clef de l’idéologie nationaliste. Ainsi, lorsque de Gaulle s’adressa au comité consultatif de l’Assemblée nationale le 8 août, dans un discours retransmis par la radio de l’AOF – y compris ses menaces d’arrêt de l’aide –, Sékou Touré déclara avec colère que son amour pour la dignité de l’Afrique avait été blessé et que la métropole aussi pouvait subir les conséquences fulminées par le général66. Bakary, cependant, nota que de Gaulle et son entourage avaient « au moins théoriquement » admis que les Africains pouvaient, à travers un vote négatif, recouvrer leur indépendance. Il déplora le fait que cette « générosité » ait été « assortie de menaces voilées se référant à “toutes les conséquences économiques et autres” », ajoutant qu’un tel propos pouvait être assimilé à du « chantage à l’isolement et à l’étouffement économique », ce qui ne saurait suffire à « acheter notre dignité d’hommes67 ».

31Ces propos mettaient en évidence, de manière plus acérée que ceux de Touré, la grossièreté de la stratégie gaulliste, qui forçait les leaders africains à accepter un compromis affichant un mépris total pour les passions du temps en tablant sur la pauvreté de leurs pays. Le fait que les Français montraient un manque de respect si inhabituel pour le contenu intellectuel de l’idéal nationaliste – tout en se livrant, de façon plus typique, à des jeux de pouvoir – blessa profondément les nationalistes du Sawaba. Ce ressentiment allait transparaître à travers toutes leurs déclarations sur la question. Au congrès du parti, tenu du 29 au 31 août, Adamou Sékou nota que les Français reprouvaient non pas tant la doctrine que le style du Sawaba,

  • 68 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique gén (...)

« ce sens de notre dignité d’homme que trop de nos amis métropolitains ont du mal à admettre ; dignité à laquelle nous ne saurons jamais renoncer car l’homme négro-africain veut être lui-même d’abord68. »

  • 69 « Bulletin d’Information du 1er juillet au 15 août 1958 » ; CAOM, Cart. 2248 ; Baka (...)

32Bakary avait déjà insisté sur l’amour-propre le 2 août, au lendemain de la conférence de Cotonou, lorsqu’il affirma que son peuple avait choisi « le chemin de l’Honneur et de la Dignité ». En s’abstenant d’offrir une alternative, les Français lésaient ces conceptions et allaient amener Bakary, par la suite, à décrire le référendum comme un « diktat69 ».

  • 70 Certaines des thèses de Fuglestad sont apparemment fondées sur les documents d’arch (...)

33Les premières études portant sur cette période n’ont guère appréhendé la prégnance des idéaux politiques dans l’imminente décolonisation du Niger, ni celle des susceptibilités psychologiques existantes – en bref, tout un complexe mental ambiant. Ainsi, l’historien Fuglestad n’a pas compris l’importance de ce complexe mental lorsqu’il soutient que la décision de Bakary de se battre pour l’indépendance immédiate était une fuite en avant suscitée par le désir de s’accrocher à un pouvoir qui, selon l’historien, était en voie de délitement rapide – point de vue qui, comme on l’a montré, était foncièrement erroné. À cet égard, continue Fuglestad, Bakary aurait usé de l’indépendance et de l’emprise sur l’appareil d’État pour écraser ses ennemis une bonne fois pour toutes70.

  • 71 Fuglestad commet aussi une erreur téléologique en présentant la préférence de Bakar (...)

34Mais si Bakary n’avait eu d’yeux que pour le pouvoir politique, il aurait accepté ce qui lui était offert par le gouvernement gaulliste et se serait prévalu de son soutien. Fuglestad note, cependant, que Bakary « avait la malchance de croire aux idées » et de représenter une politique nationaliste pour laquelle, selon l’historien, il n’y avait pas de bases socio-économiques solides. Ces aspects économiques sont discutés plus loin, mais l’on peut noter ici que la notion d’une « malchance de croire aux idées » en dit plus long sur l’historien que sur la période étudiée, qui était marquée par de profondes passions politiques de la part du leader du Sawaba, des militants qui le soutenaient et, d’une certaine façon, du mouvement dans son ensemble. Bien que la question de l’indépendance était, pour l’essentiel, discutée uniquement dans les petits centres urbains du Niger, Fuglestad ne se rend pas compte du rôle des idées et de la manière dont elles gouvernaient et affectaient la conduite des hommes – privant le rôle de Bakary dans la décolonisation du Niger de sa dimension idéologique et le rendant, du coup, anhistorique71.

  • 72 Crowder, « Independence », 33 et Mortimer, France and the Africans, 311-312.
  • 73 Crowder, « Independence », 35.
  • 74 Interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005.
  • 75 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.
  • 76 Voir dans cette même veine Djibo, Les transformations, 77-78.

35Il est vrai que de nombreux délégués de la conférence de Cotonou se livrèrent à des acrobaties verbales pour faire marche arrière par rapport à leurs déclarations lorsqu’ils se rendirent compte de ce que les gaullistes réservaient à leurs territoires72. Mais ailleurs, en Guinée, ou encore dans les milieux marxisants comme le Parti africain de l’indépendance (PAI) du Sénégal, et d’une manière générale parmi les étudiants ouest africains et le monde syndical, les choses se passèrent autrement. Pour Sékou Touré, ces facteurs ne devaient pas être ignorés73. Au Niger également le plan gaulliste allait directement à l’encontre des passions que le Sawaba avait libérées. Ce mouvement regroupant des groupes sociaux divers autour d’un noyau de gens de petite condition avait, à des occasions multiples, déchaîné des énergies politiques que le leadership n’était tout simplement pas en mesure de brider et qu’il devait prendre en compte dans ses propres réactions. Les intransigeants avaient en partie pris les manettes de contrôle du congrès de la victoire du MSA au printemps 1957, poussant ainsi Bakary à adopter une position plus ferme vis-à-vis des sarakuna honnis. En d’autres occasions, le leadership réussit à transformer ces passions en force de combat dont il put se servir pour imprimer puissamment sa marque dans l’équation politique, comme en avril 1958. Les jeunes sawabistes avaient aussi plus tendance à réclamer l’indépendance que les sympathisants d’âge plus mûr74. Le leadership et la base s’influençaient ainsi mutuellement du fait des valeurs sociales et politiques partiellement enracinées dans le mouvement syndical et le militantisme d’inspiration marxiste qui les liait. En se prononçant pour l’indépendance immédiate et en assumant le leadership du PRA, Bakary avait considérablement relevé son prestige auprès de ses partisans75, mais il avait aussi renforcé la position de ses soutiens les plus intransigeants76.

  • 77 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.
  • 78 Au sein du bureau de 9 personnes, 3 seulement étaient du RDA : René Delanne, Kabo I (...)
  • 79 Ibid. ; Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 ; Bulletin d’information (...)

36À son retour de Cotonou, Bakary fut donc accueilli avec un enthousiasme vibrant. Le 30 juillet, il déclara à son auditoire de Niamey que l’Afrique avait pris un tournant décisif en exigeant l’indépendance et en rejetant l’idée de l’autonomie. Ce message exaltant plut à la base77. Entre le 1er et le 3 août, Bakary marqua d’autres points en rassemblant les syndicalistes du Sawaba et du RDA sous la même bannière politique. Lors du premier congrès de l’Union territoriale des syndicats du Niger (UTSN – devenue la représentation nigérienne de l’UGTAN), auquel assistèrent 200 personnes comprenant des politiciens du Sawaba comme du RDA, il exhorta les syndicalistes à travailler ensemble. Avec l’aide de son fidèle confident et ministre des Affaires sociales Saloum Traoré, il réussit à faire élire des syndicalistes du secteur public – généralement d’obédience RDA – et des entreprises privées – plus souvent proches du Sawaba – au bureau directeur de l’UTSN. Cependant, les sawabistes étaient largement majoritaires et Traoré fut réélu secrétaire général78. Les membres du RDA ne voulurent ou n’osèrent pas exprimer de réserves devant un discours enflammé de Bakary qui fit état de l’échec de la Loi-Cadre et en appela à l’unité d’action pour l’indépendance politique. En fait, en tournant en dérision le langage prudent des autres politiciens, son discours recueillit l’approbation des syndicalistes RDA et contribua, dans une certaine mesure, à suturer les clivages qui s’étaient élargis au sein du mouvement syndical à la suite des violences d’avril. Ainsi, à l’appel de Bakary à l’unité et à celui de Ousmane Dan Galadima au sacrifice répondit un plaidoyer de Noma Kaka – qui, l’année précédente, avait mené les actions de grève contre le gouvernement Sawaba – adressé à tous les Nigériens afin qu’ils travaillent ensemble à chasser le colonisateur79.

  • 80 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

37Avec sa position vis-à-vis du RDA renforcée, sa suprématie dans le mouvement syndical réaffirmée et la passion pour l’indépendance libérée, le Sawaba put s’atteler à la tâche de gagner l’appui des différentes forces sociales du Niger en vue des progrès fondamentaux pour lesquels le parti s’était engagé à Cotonou. Comme le Sawaba possédait une bonne organisation dans presque tous les centres urbains, la mobilisation des citadins n’était pas difficile. En juillet et au cours de la première quinzaine d’août, le parti continua à développer son emprise, ainsi qu’il l’avait fait tout au long des mois précédents, en mettant en place des sections locales du PRA sous forme de nouveaux comités dans diverses circonscriptions urbaines. Cette action allait de pair avec une intensification de la propagande – en particulier parmi les femmes et les jeunes filles – et la désignation de représentants pour le congrès du parti programmé à la fin août80.

  • 81 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.
  • 82 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958.
  • 83 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 et « Recueil des principaux rense (...)
  • 84 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.
  • 85 Ibid. et Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.
  • 86 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958.

38Une telle mobilisation était bien plus difficile à mettre en œuvre dans les campagnes reculées, même si nombre de petites gens gardaient le contact avec les zones rurales, assurant ainsi un flux constant de propagande. Les sections et comités ruraux du Sawaba, qui s’étaient grandement multipliées après son arrivée au pouvoir81, fournissaient des voies et moyens permettant au parti de tâcher de mobiliser les paysans. Cette entreprise revint, dans les faits, à faire campagne pour un « non » aux propositions constitutionnelles de de Gaulle lors du référendum du 28 septembre. Ainsi, à la date du 3 août, Bakary avait donné l’ordre de porter l’appel à l’indépendance dans la brousse82. Les commandants de cercle français prétendirent à l’époque que la population rurale n’avait pas vraiment conscience du message de Cotonou, parce que la propagande prenait du temps à pénétrer un pays aussi vaste que le Niger83. Et pourtant, de l’avis du gouverneur Rollet, si aucun leader d’importance ne se dressait devant Bakary, l’affaire se déciderait en faveur de la position adoptée par le Sawaba84. Comme nous l’avons vu au chapitre 2, nombre de sarakuna s’étaient ralliés au gouvernement à la suite des confrontations d’avril, si bien qu’à présent, Bakary bénéficiait du soutien de plusieurs chefs et des politiciens qui leur étaient proches. Rollet supputa que ni Mouddour Zakara, l’un des vice-présidents de l’Assemblée territoriale, ni Amadou Kountché, encore moins Moha Rabo de Tahoua ou même Issoufou Saidou Djermakoye, frère du Djermakoy de Dosso, ne prendraient le risque de se retourner contre Bakary. Rien qu’en fin juin, ses rivaux du RDA avaient subi la défection d’un important chef touareg85. Ainsi, bien que le gouvernement Sawaba souffrait d’une fissure latente provenant de son alliance avec le BNA, parti des chefs et avec le FDN de Zodi Ikhia, les Français estimaient, en début septembre, que les chefs n’étaient pas disposés à s’opposer à lui et que la population allait, selon toute apparence, suivre le gouvernement86.

  • 87 Les documents coloniaux de cette période abondent en préjugés européens portant sur (...)
  • 88 Interviews de Saïbou Abdouramane, un paysan, Dargol, 31 oct. 2005 ; Djaouga Idrissa (...)
  • 89 Djibo, Les transformations, 77 n. 2 et 85.
  • 90 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 et « Recueil des principaux rense (...)

39Cela ne voulait cependant pas dire que le mot « indépendance » était sur toutes les lèvres. Dans les vastes campagnes habitées par une population miséreuse et largement illettrée qui vivait au rythme de ses propres traditions, cet idéal moderniste était bien entendu conditionné par les urgences locales et vécu à l’aune des notions culturelles du cru. Mais les paysans n’étaient pas dénués de conceptions liées aux grands idéaux politiques, comme les autorités coloniales s’empressaient de le supposer87. Nombre d’entre eux étaient conscients du fait que Bakary était un politicien d’un type spécial et visionnaire, qui luttait pour des choses qui leur importaient à eux aussi et qu’il transmettait ou vivait à travers des formules simples et directes comme « liberté pour le peuple », « justice », « dignité » ou « liberté totale88 ». Le fait que l’on ne comprenait pas les subtilités des débats constitutionnels, même au sein de l’élite urbaine comme l’a noté Mamoudou Djibo, n’était pas vraiment décisif89. Même les Français observaient que le prestige dont jouissait à présent Bakary – prestige qu’ils ne considéraient cependant pas solidement enraciné, étant donné l’immensité du pays – s’était développé sur la base de son affirmation selon laquelle l’indépendance était le seul moyen, pour le Niger, d’être soulagé de ses pressants besoins90. Sa thèse se référait, de manière typique, à ce désir de délivrance, ou sawki, qui nourrissait la lutte du Sawaba et qui constituait la base de son soutien au niveau du peuple – un désir d’ordre général pour un changement qui mettrait fin à un état de pauvreté débilitante.

  • 91 Mortimer, France and the Africans, 313-314 ; Djibo, Les transformat (...)
  • 92 Interview de Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.
  • 93 Fuglestad, « Djibo Bakary », 323-324.

40Les habitants des zones urbaines, et plus particulièrement les leaders d’opinion comme les personnalités des partis, les activistes syndicaux et les personnes travaillant dans l’administration ou dans d’autres secteurs d’activité modernes, avaient sans doute une idée plus claire du choix qui devait se faire, sinon de ses conséquences. Le fait que le texte constitutionnel – qui ne fut rendu public que le 4 septembre91 – ait été connu de très peu de gens ne permet guère de tirer des conclusions sur leur conscience politique. Les gens qui doivent se prononcer dans un plébiscite, que ce soit en Afrique ou ailleurs, ne basent généralement pas leurs vues sur des textes constitutionnels. Les attitudes se cristallisèrent autour du message politique sans ambages du gouvernement, d’autant plus que, dans le contexte politique de l’été 1958, l’insultant manque de choix de la proposition française apparaissait pleinement aux yeux de beaucoup de gens. Ainsi, Ousmane Dan Galadima, qui était certes un intransigeant, affirma de façon rétrospective que le référendum ne laissait de choix qu’entre la liberté et l’esclavage, si bien que la conscience n’indiquait qu’un vote, le « non92 ». Au rebours donc de ce que Fuglestad suggère, les Nigériens n’avaient pas besoin de diplômes en droit pour se faire une idée de la constitution de de Gaulle93.

  • 94 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.
  • 95 Foccart parle, 158.

41Par ailleurs, Djibo Bakary lui-même avait montré à maintes reprises qu’il n’était pas insensible aux passions qu’il avait contribué à libérer. Les Français avaient du mal à comprendre ce détail – incompréhension dérivant, en fin de compte, de l’ambiguïté de leur propre attitude vis-à-vis du pouvoir politique. Même le gouverneur Rollet, un homme qui avait de la sympathie pour le leader du Sawaba, a pu laisser entendre qu’une victoire au référendum permettrait à Bakary d’accepter une solution plus réaliste – du point de vue français  – que l’indépendance immédiate. Mais il était aussi d’avis que Bakary pourrait s’en tenir à la position dans laquelle sa propre ferveur politique l’avait engagé, ce qui était une vue plus exacte de la situation94. Cette ferveur reposait sur la notion d’indépendance et le maintien des structures de l’AOF, qui avaient gagné en importance depuis que Bakary avait acquis la carrure d’un des politiciens les plus en vue de l’Afrique de l’Ouest. Cependant, le nouveau conseiller aux affaires africaines du gouvernement français, Jacques Foccart, trouvait le projet du PRA « totalement irréaliste » et considérait que l’idée défendue par Bakary d’une union confédérale entre l’AOF et la métropole était « un château de cartes95 ».

  • 96 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.
  • 97 Voir aussi « Pour Un Front Démocratique de la Patrie », 45.
  • 98 Les archives coloniales françaises montrent que les Français ont toujours été au co (...)
  • 99 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « Copie d’un (...)

42Les rapports commencèrent du coup à présenter Bakary comme un « nationaliste intransigeant96 ». Cependant, la position du Sawaba ne varia plus après Cotonou97 bien que les Français, qui notaient avec soin chaque propos de son leader98, s’efforçaient de lire dans ses déclarations des choses qui ne s’y trouvaient pas. Il en était ainsi en partie à cause de la décision de Bakary d’annoncer la position officielle de son parti sur la constitution – dont le texte final ne fut prêt que le 21 août – après un meeting du parti interterritorial PRA programmé pour le 14 septembre, afin que toutes les sections territoriales puissent parler d’une même voix sur le sujet. Ainsi, certains observateurs français notèrent que Bakary ne s’était pas encore décidé, ou qu’il avait dit que le Niger pourrait se déterminer pour un vote négatif. D’autres remarquèrent, en début septembre, que sa position était devenue plus nuancée et flexible, et on se prit à espérer que quelques « modifications de forme » pourrait le faire virer de bord – affirmation provoquée par une remarque de Bakary sur la bonne conversation qu’il avait eue avec de Gaulle lors de la tournée africaine de ce dernier, fin août (voir section prochaine). Il fut cependant constaté également qu’au retour de cette rencontre, la position de Bakary s’était de nouveau durcie et du reste, l’idéologue du parti, Adamou Sékou, avait annoncé la position officielle du Sawaba avant même la tournée africaine du général99.

  • 100 Voir un ensemble de documents non codés et non datés (ca. août 1958) ; CAOM, Cart.  (...)
  • 101 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958 ; AFP Spécial outre-mer, no 3 (...)

43En supposant que le Sawaba allait changer son fusil d’épaule100 parce que l’illustre général avait concédé l’honneur d’un entretien, les Français se trompaient du tout au tout. Bakary le fit bien savoir lorsqu’il déclara, début août, qu’il ne saurait y avoir de compromis entre l’indépendance immédiate et des « formules trompeuses n’ayant plus leur place dans les rapports entre hommes et entre peuples101 ». Quelques jours plus tard, ses accusations de chantage métropolitain amenèrent Rollet à envoyer un télégramme exaspéré à Paris à propos des critiques de Bakary à l’encontre des commentaires de de Gaulle sur les conséquences d’un vote négatif. Le gouverneur conclut :

  • 102 Télégramme de Rollet à France d’outre-mer. Diffusion Restreinte - Priorité absolue, (...)

« La brutalité sans retenue de cette déclaration dissipe toute équivoque sur la résolution de son auteur d’exploiter à fond, quoiqu’il en coûte, les thèmes et conclusions du Congrès P.R.A. de Cotonou jusque dans leurs conséquences les plus extrêmes102. »

Ali Amadou et de Gaulle sur la place Protêt

  • 103 Ainsi, l’affirmation de Fuglestad (« Djibo Bakary », 322) selon laquelle Bakary et (...)
  • 104 Bulletin d’information (sans date, août 1958) ; CAOM, Cart. 2248 ; Fluchard, Le PPN (...)
  • 105 Fluchard, Le PPN-RDA, 244.
  • 106 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. po (...)
  • 107 Voir Djibo, Les transformations, 80-81 (sur la base d’interviews d’ancienne (...)
  • 108 Ibid., 79, sur la base de l’interview d’un syndicaliste pro-RDA.

44En dépit de son parti pris, le gouverneur avait en un sens raison103. Lors d’un meeting du parti à Niamey, le 16 août, en présence de 600 personnes, Bakary reprit les thèmes de Cotonou et deux jours plus tard, l’organe du Sawaba confirmait qu’il ne pouvait être question de rien d’autre que d’indépendance104. Les enjeux commençaient à prendre rapidement de l’ampleur, d’autant plus que le PPN, à la suite de l’interterritoriale RDA105, avait exprimé son soutien à la proposition gaullienne. La section RDA du Niger n’avait rien à perdre dans la continuation de la présence française, étant donné la détérioration de sa position vis-à-vis du gouvernement Sawaba et le degré d’ineffectivité de son opposition parlementaire. En dépit de ses efforts, sa base de soutien demeurait principalement confinée dans la région Ouest. Par ailleurs, les confrontations du printemps donnaient au parti des raisons de croire que le gouvernement pourrait essayer de l’éradiquer au cours de ce que les sawabistes considéraient comme une révolution des talakawa. Le succès obtenu par Bakary à Cotonou inquiéta donc sérieusement le RDA106. Ainsi – comme nous l’avons vu au chapitre précédent – il avait déjà voté contre la résolution de l’Assemblée, au printemps, lorsque la majorité des députés avait réclamé l’autonomie totale vis-à-vis de la France. La constitution de de Gaulle, en empêchant la rupture des liens, permettrait au parti d’acquérir protection et assistance et de se saisir, avec l’aide de la France, du pouvoir politique qu’il n’arrivait pas à obtenir de lui-même. Dans ce but, le parti était déjà entré, à la mi-juillet, en contact avec des personnalités à Paris et avait sondé leur position lors d’une réunion informelle107. Il se pourrait même qu’il ait par la suite essayé de pousser le Sawaba, peut-être lors du congrès UTSN de début août, à rejeter la constitution pour mieux le piéger dans une posture anti-française et monopoliser du coup le soutien de la métropole108.

  • 109 Ibid., 79-81 ; Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 ; Synthèse politiq (...)
  • 110 Bulletin d’information du 15 août au 20 septembre 1958 ; « Recueil des principaux r (...)

45Mais étant donné le profil socio-politique du Sawaba, une telle tactique n’était guère nécessaire et, dans tous les cas, Boubou Hama annonça la position de son propre parti le 7 août, rejetant l’indépendance immédiate. Cette position fut confirmée par le bureau politique du PPN le 29. La position du PPN – parti des « commis » s’il en était – reposait aussi sur les besoins des fonctionnaires qui devaient leur situation aux faveurs administratives des Français et pouvaient être frappés par les conséquences d’une rupture avec la métropole. Mais Rollet considérait que les implications électorales de la position du RDA étaient limitées par le fait que son soutien, y compris parmi les classes populaires, était dans l’ensemble borné à la région Ouest109. Néanmoins, sa solide organisation dans cette région permit à sa propagande de faire monter la tension politique. Au cours de la nuit du 25 août, un tam-tam dégénéra en bagarre avec les sawabistes, menant à des blessures et plusieurs arrestations110.

46C’est dans ce contexte que le Sawaba tint son congrès du 29 au 31 août. Adamou Sékou délivra un discours passionné qui pouvait être considéré comme le plan directeur du parti pour l’avenir. Il évoqua une situation anormale marquée par les inégalités sociales et les inégalités entre l’Afrique et l’Europe, toutes choses qui devaient être combattues par une « décolonisation radicale » et l’adoption d’un socialisme adapté aux conditions africaines – c’est-à-dire, entre autres choses, aux croyances religieuses des gens. Il devait s’agir là d’une « révolution pacifique » plutôt que d’une « révolte », qui devait reposer sur une solide organisation du parti jusqu’au niveau des villages, ainsi que sur des sections Jeunes améliorées, rassemblant hommes et femmes pour la cause du parti. Les pratiques prébendières de militants du parti ou de personnalités élues ne seraient pas tolérées. Les syndicats seraient assistés dans leur lutte pour l’obtention de meilleures conditions de travail, à l’exclusion, cependant du « faux syndicalisme basé sur la haine » – une allusion aux syndicats RDA et à leurs grèves précédentes.

47Prêtant sa voix à cette soif de délivrance du peuple que le parti voulait incarner, Sékou présenta l’indépendance comme l’unique manière de mettre fin à l’aliénation politique, économique et culturelle du Niger. La Loi-Cadre, soutint-il, n’avait été qu’une source continuelle de conflits qui avait démontré que les demi-mesures ne marchaient pas. Seule l’indépendance totale pourrait donc permettre au Niger de mettre en œuvre les profondes réformes de ses structures sociales qui le rendraient maître de sa destinée. Les relations avec la France ne pouvaient prendre forme qu’à travers des négociations libres, c’est-à-dire après l’acquisition de l’indépendance. Une association imposée serait inacceptable. Et pourtant, Sékou souligna que les tactiques du Sawaba reposaient sur la loyauté et la confiance dans ses rapports avec la métropole. L’autodétermination ne saurait être considérée comme une forme de sécession, puisqu’elle avait été un des idéaux de la Révolution française. Le « non » du Sawaba découlait du fait qu’il aimait autant le Niger que de Gaulle aimait la France. Encourageant les cadres du parti à relever le défi, l’idéologue du Sawaba conclut avec ferveur :

  • 111 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique gén (...)

« De Téra à Nguigmi, le refrain de l’indépendance doit avoir ses échos dans chaque village, dans chaque case… Dites à tous que l’Indépendance, c’est la fin du colonialisme retardataire avec son économie de traite, ses spoliations, ses injustices sociales, c’est la fin du calcul des valeurs basé sur la pigmentation des hommes, c’est la fin des préjugés, c’est la résurrection de notre race111. »

  • 112 Le congrès (au centre culturel de Niamey) fut suivi par 100 personnes et, après avo (...)

48Bakary ajouta à tout ceci un propos qui assortissait astucieusement la position du parti de déclarations destinées à apaiser les Français. Il affirma catégoriquement aux délégués que le PRA ne renoncerait pas à l’indépendance de l’Afrique ni n’accepterait d’hypothéquer l’avenir du Niger. « Quelle que [fût] la procédure » employée, il serait du côté du maintien de l’AOF et voterait pour l’indépendance. On peut voir là une préparation à risquer la rupture avec la France si cela devait s’avérer nécessaire. Mais en faisant état de son amour pour tous les peuples, Bakary faisait preuve d’une vision collaborative des relations avec la métropole qui – il l’espérait – se joindrait à la fédération ouest africaine au sein d’une confédération. Tout en accusant l’administration territoriale de soutenir le RDA, il rendit néanmoins hommage à de Gaulle qu’il venait juste de rencontrer à Dakar, et avança, de façon quelque peu optimiste, que le dilemme « fédération » ou « sécession » avait été contourné par l’idée d’une communauté à laquelle la métropole comme les territoires africains pourraient librement consentir. Par conséquent, le congrès du parti s’acheva sur une résolution appelant à l’indépendance immédiate, à la création d’une communauté africaine et à des négociations avec la France en vue de l’établissement d’une confédération multinationale de peuples libres et égaux. Cette résolution rejeta catégoriquement le projet français d’essais nucléaires dans le Sahara et appela Paris à reconnaître « le fait national » algérien112.

  • 113 À présent, les Français admettaient également le droit d’intégrer la communauté en (...)

49Les Français avaient, entre-temps, entrepris d’amadouer les leaders sceptiques, non seulement Sékou Touré et Djibo Bakary, mais aussi ceux qui, comme Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia du Sénégal, soutenaient avec tiédeur les desseins de la métropole. Ces manœuvres étaient pour le moins symboliques puisqu’elles n’étaient l’expression d’aucune concession effective. Le gouvernement n’accepta quelques amendements qu’à la dernière minute, amendements qui, de par leur contenu et la manière dont ils avaient été introduits, montraient que la métropole n’entendait pas laisser ses territoires africains accéder à l’indépendance à travers un processus normal de négociation. Ainsi, de Gaulle ne se laissa convaincre par son contremaître financier, Georges Pompidou, d’inclure le principe de l’autodétermination dans la constitution que vers la fin août. Le texte final énonça du reste ce détail de façon sibylline, parlant du droit d’un territoire à demander la « transformation » de son « statut » en soumettant la confirmation de cette demande à un référendum local contrôlé par les institutions communautaires, c’est-à-dire par la métropole. Le droit à l’indépendance paraissait donc si conditionnel qu’il perdait de sa pertinence et ne pouvait guère satisfaire les sentiments des nationalistes. Par ailleurs, une fois les contraintes procédurales expédiées, le territoire perdrait son appartenance à la communauté, si bien que l’indépendance serait toujours assimilée à de la sécession et entraînerait la fin de l’aide française. De plus, de Gaulle assortit ces clauses de ses allusions menaçantes aux conséquences économiques, ce qui transforma la concession en une mesure punitive et – pour reprendre les mots de son conseiller, Foccart – en une opération de relations publiques sans risque : la métropole pouvait se targuer d’avoir offert l’indépendance, mais peu de dirigeants africains oseraient la prendre113.

  • 114 Après des conversations privées avec Barthélémy Boganda, le leader panafricain réti (...)
  • 115 De façon rétrospective in Silence !, 140.
  • 116 « Renseignements ; Territoire du Niger, Direction des services de police », no 1485/PSC/RG, (...)

50Dans ces conditions, Amadou Sékou a pu dénoncer le texte constitutionnel final comme une forme imposée d’association. Au lieu de reconnaître le droit à l’indépendance et de promettre de ne pas sanctionner ceux qui souhaitaient avoir leur propre État, de Gaulle réitéra ses menaces lors d’un séjour à Brazzaville durant sa tournée africaine (21-26 août), promettant de ne pas soulever d’obstacles si un pays choisissait l’indépendance au bout d’une période qu’il se refusa à spécifier114. La réticence et la malhonnêteté de cette remarque ne firent que renforcer l’impression que les propositions constitutionnelles mettraient en œuvre, selon les termes de Bakary, une subordination éternelle à la métropole115. Du point de vue du Sawaba, le dessein gaulliste impliquait donc une offre unique qui ne se répéterait pas. Voter « oui » reviendrait à faire « soumission » puisqu’il ne serait pas possible de quitter la communauté sans l’aveu de la métropole. Ces détails apportaient de l’eau au moulin du mouvement quant à la nécessité d’une indépendance totale et donc d’un vote négatif, si tant est que le Niger devait être soulagé de ses misères. Les Français avaient, par inadvertance, stimulé son désir de délivrance116.

  • 117 Mortimer, France and the Africans, 315.
  • 118 Ainsi, de Gaulle lui-même écrivit plus tard qu’il se rendait compte que les élites, (...)
  • 119 Dans son discours à de Gaulle durant la visite de ce dernier à Conakry, Sékou Touré (...)

51Ces attitudes françaises n’avaient rien de nécessaire, puisque les militants nationalistes avaient, à maintes reprises, exprimé une approche révisionniste toute prête à s’adapter aux intérêts de la France. Même Sékou Touré avait clairement indiqué qu’il ne souhaitait pas faire le choix formulé par les gaullistes. Si de Gaulle avait montré qu’il était prêt à reconnaître sans équivoque le droit à l’indépendance et s’était abstenu d’émettre des menaces, le leader de la Guinée lui aurait apporté son appui117. Et pourtant les Français choisirent d’ignorer ces dispositions accommodantes, tout en ne se faisant pas faute de noter, au Niger, la moindre déclaration du Sawaba qui montrait sa volonté de concilier les intérêts de la métropole avec ceux des autres nations. Ce que les Français exigeaient du Niger, cependant, n’était pas son amour pour tous les peuples mais son appui sans réserve à la quête gaulliste du pouvoir, et donc sa soumission totale118, pure et simple aux propositions constitutionnelles, au point de mettre à mal les conceptions que se faisait l’élite africaine sur la question de la dignité119.

  • 120 Il rentra encore au Niger dans la semaine du 9 août. Marchés Tropicaux, no  (...)
  • 121 Voir Chaffard, Les carnets secrets, 275-277, y compris pour des détails bio (...)
  • 122 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.
  • 123 Chaffard, Les carnets secrets, 278.
  • 124 Rollet aurait dit ceci à Georges Condat (ce dernier a été interviewé par Djibo, Les (...)

52Tout en faisant des concessions de façade et en sondant l’opposition, les gaullistes se préparaient donc à mettre en œuvre des mesures plus vigoureuses au cas où le Niger du Sawaba ne s’inclinerait pas devant leurs désirs. Début août, le gouverneur Rollet, en congé en métropole, fut reçu en audience par le nouveau ministre de la France d’outre-mer, Cornut-Gentille120. Cornut, intriguant politique chevronné d’origine bretonne et gouverneur général de l’AOF au début des années 1950, aurait donné libre cours à son inquiétude à propos des déclarations de Bakary à Cotonou. Il aurait dit à Rollet qu’une défaite face au leader du Sawaba serait inacceptable et que le gouverneur devait donc travailler à transformer la donne électorale, y compris, si nécessaire, en faisant pression sur les chefs, en distribuant des pots-de-vin et en provoquant des incidents violents. Quelle qu’ait été la véracité de ces accusations121, il est certain que Rollet qui, en dépit des problèmes rencontrés, avait noué des relations cordiales avec Bakary, fit des objections122. Il aurait demandé un ordre écrit de Cornut123 et affirma qu’il souhaitait appliquer la politique de la France plutôt que celle de de Gaulle. Il refusa donc d’interférer dans le processus électoral, préférant laisser les Nigériens voter librement124.

  • 125 Foccart parle, 170 et P. Messmer, Après tant de batailles : Mémoires (Paris (...)
  • 126 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 425 ; Chaffard, Les carnets (...)
  • 127 Messmer, Après tant de batailles, 239 ; Salifou, Le Niger, 170 ; Ch (...)

53La substance de cette rencontre fut plus tard confirmée dans les mémoires politiques. Foccart se souvient que Rollet n’était guère disposé à « prendre parti », alors que Pierre Messmer, successeur de Cornut-Gentille au poste de haut-commissaire (gouverneur général) de l’AOF, note que le gouverneur était « intellectuellement trop honnête pour… “démolir” [Bakary] politiquement125 ». Par conséquent, le 20 août, Rollet fut remplacé et rétrogradé trois jours avant de prendre congé du Niger lors d’une réception avec le cabinet de Bakary126. Lui succéda, le 25, avec les bénédictions de de Gaulle, Don Jean Colombani, un Corse d’éducation modeste qui avait bien mené sa barque dans l’administration coloniale du Sénégal. Lorsqu’il était gouverneur général de l’AOF, Cornut-Gentille avait dû s’apercevoir de ses talents d’adroit manipulateur. Colombani fut finalement nommé gouverneur de la colonie en 1955, mais quitta ce poste après l’entrée en vigueur de la Loi-Cadre127.

  • 128 Fluchard, Le PPN-RDA, 251 ; Salifou, Le Niger, 171 ; Djibo, Les tra (...)
  • 129 En fait, de Gaulle avait été confronté à des bannières indépendantistes dès Brazzav (...)
  • 130 Foccart (in Foccart parle, 162-163) soutient que personne n’avait vu le texte de To (...)
  • 131 Mortimer, France and the Africans, 316-317 ; de Gaulle, Mémoires d’ (...)

54Précédé par sa réputation de « bulldozer », Colombani prit fonction en un temps record et arriva au Niger alors que Bakary, en compagnie de Rollet et du président de l’Assemblée territoriale Georges Condat, s’était rendu à Dakar pour rencontrer de Gaulle128. De Gaulle arrivait au Sénégal de Conakry, la capitale de la Guinée. Il y avait fait une escale désastreuse à la suggestion de Cornut-Gentille qui espérait encore circonvenir Sékou Touré, bien que Messmer ait émis un avis contraire. Ainsi que nous l’avons déjà vu, Touré était profondément agacé par l’entreprise gaullienne, même s’il était plus hésitant que Bakary quant aux conséquences d’un vote négatif, en dépit du fait que son emprise politique était mieux établie que celle du Sawaba. Le soutien dont il bénéficiait dans son pays fut mis en exergue par l’indifférence que les foules de Conakry montrèrent à l’égard de de Gaulle, en contraste avec l’enthousiasme dont fut gratifié Sékou Touré, et alors même que de Gaulle avait auparavant reçu un accueil chaleureux à Brazzaville et Abidjan129. Enflammé par le défi des Français et la robustesse de sa base, Touré, tournant à demi le dos au général, délivra un discours qui se référait à l’amitié de la France mais décriait son action colonisatrice ainsi que ses atteintes à la dignité africaine, déclenchant ainsi des applaudissements nourris. Cette fois, de Gaulle se sentit insulté, en dépit du fait que les hommes de sa suite n’aient pas trouvé le discours particulièrement offensant130. Piqué au vif, le général émit une réponse condescendante et réitéra ses menaces. Il refusa de complaire à Touré à travers quelques gestes de compromis, ayant apparemment décidé que la Guinée était une cause perdue. En une rebuffade calculée, il annula tous ses engagements mondains et poursuivit son chemin vers Dakar131.

  • 132 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 61 ; Foccart parle, 167-168 ; Mortime (...)

55Dans la capitale de l’AOF, l’atmosphère était tendue. Tard dans l’après-midi du 26 août, alors que le légendaire général français se préparait à s’adresser au public sur la place Protêt, la place principale de Dakar, les foules se massèrent dans cet espace et dans les rues voisines, tandis que des jeunes hommes prenaient position sur les toits, dans les arbres et sur les balcons (photo 3.2). Les milieux militants ne voulaient pas revenir sur les positions de Cotonou et, résolus à voter « non », ils s’attelaient à mettre au point des manifestations. Senghor et Mamadou Dia avaient décidé de se tenir à l’écart de de Gaulle et d’éviter toute confrontation pénible. En apprenant ce détail de la part de Foccart, qui faisait partie de sa suite, le général fut irrité par ce qu’il ressentit comme un camouflet. On joua une cassette du discours de Senghor à Cotonou sur un haut-parleur, et des cris de « À bas de Gaulle ! » et « L’Assassin de Thiaroye » – une allusion à la répression de mutinerie qui avait eu lieu 14 ans auparavant – furent entendus. Lorsque de Gaulle monta sur l’estrade, protégé de l’auditoire par une phalange de loyaux anciens combattants, il se trouva en face d’une foule bruyante qui hurlait en brandissant des bannières proclamant « Non ! » et « Indépendance ! Indépendance ! ». Foccart s’efforça de rasséréner son supérieur en lui faisant comprendre que les manifestants étaient des illettrés que des agitateurs avaient trompé en leur disant que ces pancartes étaient en sa faveur132.

Photo 3.2 – Place Protêt (Chroniques d’outre-mer, oct. 1958).

Photo 3.2 – Place Protêt (Chroniques d’outre-mer, oct.         1958).
  • 133 Crowder, « Independence », 36. Aussi O. Sembène, L’Harmattan : (Paris, 1980 (...)
  • 134 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 61 ; Chroniques d’outre-mer, oct. (...)
  • 135 En ses propres termes. Interviews de Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003.

56Ce détail en dit bien entendu plus long sur l’attitude du conseiller de de Gaulle que sur la mentalité de la foule. Tout comme en Guinée, les passions suscitées par la question de l’indépendance étaient fort vives au Sénégal et le public des cinémas de Dakar acclamait Sékou Touré lorsque son visage apparaissait sur l’écran133. Dans la foule se trouvait un jeune homme du nom de Ali Amadou (photo 3.3) qui observait le spectacle avec un vif intérêt. Originaire de Téra, dans l’ouest du Niger, Ali travaillait pour le service des mines du gouvernement qui l’avait envoyé à Dakar pour une formation. Il entendit de Gaulle livrer son message habituel, disant aux manifestants de choisir l’indépendance si tel était leur désir mais les prévenant que l’on se trouvait dans une ère d’« efficacité » et non de « démagogues » et ajoutant hargneusement que la France n’entendait contraindre personne mais saurait tirer les conclusions d’un vote négatif134. Ce message empreint de froideur ne souleva guère l’adhésion des manifestants, et certainement pas celle de Ali Amadou, alors un jeune garçon de 17 ans sans grande expérience politique. Le spectacle de de Gaulle face aux Sénégalais qui réclamaient bruyamment l’indépendance éveilla sa conscience et allait l’amener à rejoindre le Sawaba. Ali avait eu l’impression que le général refusait tout simplement d’accepter de dialoguer et songea, pour la première fois peut-être, que son pays avait besoin de l’indépendance véritable135.

Photo 3.3 – Ali Amadou, Niamey, 2009.

Photo 3.3 – Ali Amadou, Niamey, 2009.
  • 136 À propos des vues du Sawaba à cet égard, voir « Les raisons de notre lutte », 30.
  • 137 Chaffard, Les carnets secrets, 280 croit qu’elle eut lieu après la confrontation su (...)
  • 138 La délégation comprenait Condat et, selon Djibo (Les transformations, (...)
  • 139 Sur la base d’une interview de Condat par Djibo (Les transformations, 97). (...)

57Cette scène de la place Protêt indique que le Sawaba et de Gaulle se dirigeaient tout droit vers un bras de fer. Ainsi, le leader du Sawaba, à l’inverse de Senghor, ne se déroba pas à une rencontre136 avec le général et refusa d’esquiver la question du jour, bien que sa confrontation avec de Gaulle eut lieu dans l’ambiance feutrée qui était de mise dans les entrevues entre dirigeants137. Ce fut un de Gaulle d’humeur conciliante qui reçut les Nigériens138. Il leur dit que voter « oui » ne signifiait pas qu’ils ne pourraient pas accéder à l’indépendance à une date ultérieure, et qu’il leur fallait être patients. Il leur recommanda de voter « oui », car ils resteraient ainsi aux côtés de la France. De Gaulle laissa aussi entendre qu’ils étaient libres de voter à leur guise et que si l’indépendance était leur désir, ils devaient voter « non ». Les Nigériens écoutèrent poliment ce plaidoyer mais ne furent guère convaincus139.

  • 140 Ce que Chaffard (Les carnets secrets, 280-281) rapporte de cette re (...)
  • 141 Djibo, Les transformations, 97 (sur la base d’interviews de Bakary) ; Bakary, Silen (...)

58Prit ensuite place un tête-à-tête de trois quarts d’heures entre de Gaulle et Bakary, sur lequel nous n’avons guère de lumières. Nous ne disposons que du témoignage de Bakary, car de Gaulle ne fit pas allusion à cet épisode dans ses mémoires140. Le général aurait essayé de jouer sur la jeunesse de Bakary, l’appâtant en lui faisant remarquer qu’un Niger qui ferait partie de la communauté lui conférerait une stature plus importante qu’un Niger solitaire. Bien que sensible au prestige de la politique internationale, Bakary aurait répondu qu’il devait sa position aux Nigériens. De Gaulle lui aurait alors offert l’aide de la France et se serait enquis de sa position sur le référendum. Bakary, qui affirme n’avoir pas alors été au courant de la clause de l’indépendance, tardivement incluse par les Français, aurait dit que son souhait avait été que la constitution intègre l’indépendance, ajoutant que sa position finale résulterait de la réunion du PRA du 14 septembre. Son interlocuteur aurait alors avancé que Bakary était en mesure d’influencer la décision du PRA, puisqu’il en était le secrétaire général. De Gaulle n’aurait fait aucune référence à la clause de l’indépendance – qui n’était pas censée être d’actualité – mais aurait réitéré sa promesse d’aide141.

  • 142 Bakary, Silence !, 211. Mais ce témoignage a bien entendu pu être contaminé par des vues (...)
  • 143 Foccart parle, 166.
  • 144 P. Messmer, Les Blancs s’en vont : Récits de décolonisation, Paris, 1998), (...)
  • 145 Messmer, Les Blancs s’en vont, 153.
  • 146 « Copie d’une communication de notre ambassadeur à Accra en date du 12 septembre 19 (...)
  • 147 À savoir Diougou Sangaré, qui commença à travailler pour le régime RDA en 1959. San (...)
  • 148 Tiré de l’interview de Sangaré par Djibo (Les transformations, 97). Sangaré a repri (...)

59Djibo Bakary aurait remercié le général et prit congé de lui avec le sentiment que les choses n’allaient pas en rester là142. Il semble que ces discussions que Foccart caractérisa de « très libres » et au cours desquelles son patron avait, selon lui, souligné les conséquences d’un vote négatif143 furent marquées par une ambiguïté permettant à l’illustre général et au sauveur du petit peuple nigérien de ne se rappeler que de ce qui leur convenait144. Ils se séparèrent satisfaits, suivant les souvenirs de Messmer145 et Bakary déclara en public qu’il avait été « impressionné » par sa conversation avec de Gaulle, ce qui ne voulait pas dire grand-chose146. Le témoignage tardif d’un Nigérien147 qui n’était pas présent lors de cette rencontre n’a donc, selon toute probabilité, qu’une valeur apocryphe : à en croire ce témoignage, de Gaulle se serait irrité de l’imperturbable réticence de son homologue nigérien et se serait finalement écrié que le Niger pouvait voter « oui » ou « non » comme bon lui chantait, « l’Aïr n’[irait] pas à Moscou148 ».

L’heure du Spoutnik

  • 149 « Circulaire no 605, ministre de l’Intérieur à tous Commandants de Cercle, Chefs de (...)

60Et pourtant, vers la fin des années 1950, « Moscou » attirait indéniablement les nationalistes africains, en particulier certains des sympathisants du Sawaba. Au plus fort de la Guerre froide, l’Union soviétique – avec son réseau mondial d’alliés, ses satellites en Europe de l’Est, ses énormes ressources militaires, son système de coopération comprenant la fourniture d’armes, de conseillers techniques, d’accords commerciaux et de toutes sortes de programmes de formation ou d’éducation – était l’égale du monde occidental. Elle était seule à pouvoir rivaliser avec les États-Unis de façon crédible en tant que superpuissance. Certes, le bloc de l’Est ne disposait pas des moyens économiques des pays occidentaux, mais sur la fin des années 1950, il pouvait sans nul doute apparaître comme une source alternative de financement, particulièrement aux yeux de certains activistes : des hommes comme Dandouna Aboubakar et Daouda Ardaly (photo 3.4) se rendirent à maintes reprises dans les pays de l’Est ou prirent part aux festivals du FMJD – tout comme Hima Dembélé, Gatakoye Sabi, un activiste Sawaba de Zinder, et Badou Traoré, un syndicaliste de l’UGTAN149. Ils voyaient de leurs propres yeux que leurs aspirations pouvaient être soutenues par des forces qui ne relevaient pas de l’omnipotente métropole.

Photo 3.4 – Daouda Ardaly (Les raisons de notre lutte, 10).

Photo 3.4 – Daouda Ardaly (Les raisons de notre lutte,         10).
  • 150 Bakary, Silence !, 210.
  • 151 Foccart parle, 169.
  • 152 Fluchard, Le PPN-RDA, 246 ; Bakary, Silence !, 210-212 ; « Les raisons de n (...)
  • 153 Cornut et Messmer avaient contacté Djermakoye au sujet de la position de Bakary. Il (...)

61Bakary dit aux journalistes, après sa rencontre avec de Gaulle, qu’il n’était pas question de s’abstenir de voter au référendum, car cela serait de la lâcheté150. Pour cette même raison, les Français n’étaient pas aussi sûrs du Niger que l’attitude de de Gaulle le laissait penser – ce que Foccart admettra plus tard151. Le général, qui quitta Dakar pour l’Algérie le jour suivant, ordonna à son ministre des colonies de rester au Sénégal pour tâcher de persuader Bakary de reconsidérer sa position. Tôt le matin du 27, Cornut-Gentille aurait appelé Bakary par téléphone pour prendre rendez-vous, ce qui n’aboutit qu’à une réitération des points de vue152. Les politiciens africains proches des Français firent aussi de leur mieux. Il en fut ainsi de Gabriel d’Arboussier et Issoufou Djermakoye, qui rendirent visite à Bakary à son hôtel, alors qu’il se trouvait en pleine discussion avec Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani, ses lieutenants partisans de la ligne dure. Djermakoye, une personnalité isolée du paysage politique nigérien, aurait conseillé à Bakary de ne pas écouter les radicaux du Sawaba153.

  • 154 L’UGTAN aussi critiqua sévèrement de Gaulle et son entourage, les accusant de divis (...)
  • 155 « Direction des Services de Sécurité de l’A.O.F. : Bulletin d’information » (sans d (...)
  • 156 Synthèse politique, no 237 CP/BE, sept. 1958, le 4 oct. 1958 ; CAOM, Cart. 3684 ; e (...)

62Il apparut rapidement que toutes ces démarches étaient vaines. Ce jour même, Bakary rencontra Sékou Touré et d’autres personnes à la réunion du comité directeur de l’UGTAN qui se tenait à Dakar. Un appel fut lancé à la population de l’Afrique de l’Ouest pour qu’elle vote « non » si la constitution ne reconnaissait pas le droit à l’indépendance, la libre adhésion à la communauté et l’établissement de l’AOF et de l’AEF en qualité d’États souverains. Le texte de la résolution aurait été remis à l’entourage de de Gaulle peu avant le départ du général154. Il s’agissait là de mobiliser l’électorat à l’échelle ouest africaine et de poser des jalons pour la mise en forme de la position du PRA, qui devait être annoncée en septembre. Le leader du Sawaba déclara aussi, ce jour-là, que la position dégagée à Cotonou l’avait été après un examen minutieux de la situation et nullement sous l’influence de démagogues – réponse du berger à la bergère de la place Protêt –, déclaration suivie de remarques apaisantes mais évasives à l’adresse des Français. Il critiqua aussi les manifestations de la place Protêt mais le 28, il mit l’accent sur l’importance de l’indépendance et de l’unité de l’AOF, ajoutant, de façon encore plus décisive, qu’il rejetait le contrôle de l’économie nigérienne par les Français155. Ainsi, juste après le congrès du parti, le 1er septembre, le Sawaba envoya un télégramme au gouvernement métropolitain lui demandant d’insérer le « fait national » africain dans la constitution et de reconnaître le droit des fédérations interterritoriales à s’établir en qualité d’États souverains, à égalité avec la France156.

  • 157 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « Copie d’un (...)
  • 158 « Bulletin d’information » (sans date, août 1958).

63L’appel de l’UGTAN pour une adhésion de l’Afrique à la communauté sur la base d’un choix libre montre que jusqu’à cette date avancée, le Sawaba préférait éviter un choc frontal. Lors d’une visite de Messmer à Niamey à la mi-août, Bakary dit au haut-commissaire que les Africains ne souhaitaient pas rompre avec la France, et leur désir d’indépendance n’était motivé par aucune hostilité à l’égard du pouvoir colonial. Plus tard en septembre, il ajouta qu’une fois le principe de l’indépendance acquis, il ne voudrait pas couper les liens avec la métropole dont les enseignants et les techniciens lui paraissaient indispensables157. De fait, il s’efforça de combattre la propagande de l’opposition qui essayait d’attiser la crainte d’une indépendance menant au départ des Européens158.

  • 159 Déclaration de Djibo Bakary, non datée mais 9 août 1958 (n. 67) ; Synthèse politiqu (...)

64Cependant, la soumission totale au plan gaulliste exigée par les Français était hors de question. Par suite, le Sawaba se devait de repousser les menaces que le chef de la France avait adressées aux militants nationalistes. Le parti s’y activa, d’abord en minimisant les conséquences d’une rupture éventuelle avec la France, et ensuite en mettant en exergue les alliances alternatives que le Niger pouvait cultiver. Début août, Bakary avait déjà soutenu que plus de 80 % des fonds FIDES de la France retournaient à la métropole sous forme de transferts d’argent et de profits réalisés par les sociétés coloniales ; une rupture atteindrait autant la métropole que l’Afrique. Par ailleurs, il se plaignit du niveau des crédits métropolitains qui contrastaient de façon défavorable avec les fonds alloués par exemple au Gabon, un pays producteur de pétrole à la population moins nombreuse. Par conséquent, conclut-il, il n’y avait nulle raison de craindre les conséquences d’une « sécession », faisant allusion, à cet égard, à l’importance économique des régions sahariennes du Niger. Ce thème fut repris de manière plus générale par Adamou Sékou lors du congrès du parti, à la fin du mois. Sékou nota qu’on leur avait fait remarquer qu’ils n’avaient ni techniciens, ni argent, mais rétorqua que cela ne signifiait pas qu’ils étaient incapables de se gouverner eux-mêmes159.

  • 160 Déclaration de Djibo Bakary, non datée mais 9 août 1958.

65Plus concrètement, le leader du parti avait tôt commencé à faire cas des « alliances nécessaires » que son pays pouvait nouer pour remédier à la perte de l’aide française. Ainsi, le 9 août, Bakary avait répliqué aux tentatives gaulliennes de chantage en observant froidement que la métropole « ne [pouvait] plus émouvoir personne à l’heure des Spoutniks et des Explorateurs160 ». Cette référence à la rivalité des superpuissances – qui, moins de 12 mois auparavant, avait conduit l’Union soviétique à stupéfier l’Occident avec le premier satellite de l’histoire, tardivement suivi par une réponse américaine – ne pouvait mieux mettre en évidence la douloureuse réalité du déclin de la France. Cette déclaration de Bakary, que les Français enregistrèrent soigneusement, frappait au cœur de leurs préoccupations, en particulier de celles des gaullistes qui élaboraient la légitimation de leur prise de contrôle à travers le thème de la renaissance de la métropole.

  • 161 Voir le texte à la n. 102.
  • 162 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 8 août 1958 (n. 78) et Bulletin d’information (...)

66Cette déclaration poussa le gouverneur Rollet à envoyer à Paris son télégramme exaspéré161 mais elle cadrait parfaitement avec le background du Sawaba qui devait naturellement l’amener à rechercher de l’aide à l’Est. Ainsi, lors du premier congrès de l’UTSN, Saloum Traoré, qui avait conduit le traditionnel défilé de la Fête du Travail au printemps précédent, asséna que le Niger pouvait recruter des enseignants russes, en sus d’Allemands et d’Anglais, pour aider à développer le secteur éducatif. Ses syndicats, assura-t-il, pouvaient toujours compter sur la solidarité du Bloc de l’Est, ayant pu envoyer des délégués à des conférences tenues en Russie, en Pologne et même en Chine, en dépit de la surveillance française162. Le recours à l’Est était donc, aux yeux des sawabistes, une alternative crédible.

  • 163 Mortimer, France and the Africans, 321 et Fuglestad, « Djibo Bakary », 322- (...)
  • 164 Ce détail est complètement ignoré par Fuglestad (« Djibo Bakary », 322).
  • 165 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 (n. 28) et Maman, Répertoire biographique, (...)
  • 166 « Extrait bulletin AFP du 18 juillet 1958 » envoyé par A. Bernier au nom du gouvern (...)
  • 167 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. po (...)
  • 168 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 et 94 Niger. 94 (...)

67Les choses étaient moins claires par rapport au Nigeria, en dépit de l’importance économique de ce pays pour les commerçants des régions centrales du Niger. Bien que l’idée d’une alliance éventuelle avait été ouvertement évoquée à Cotonou, la population et l’économie du Nigeria étaient tellement plus vastes que celles du Niger qu’une relation de domination pourrait s’installer une fois le Niger devenu indépendant. Du fait des aristocraties cheffériales du Nord Nigeria, une telle perspective n’était guère attrayante163. Néanmoins, le Sawaba commençait à présent à développer des contacts avec l’opposition du Nord Nigeria, qui était aussi son homologue du point de vue sociologique, la NEPU. La NEPU avait travaillé à forger une alliance avec les sections locales du RDA dans l’est du Niger, mais à partir du printemps 1958, les positionnements transfrontaliers commencèrent à changer164. Un commerçant proche de la NEPU, Zukairou Laoula, prit contact avec Badéri Mahamane, conseiller municipal Sawaba de Zinder165. Le leader de la NEPU, Malam Aminu Kano, restait réticent devant la perspective de renoncer au soutien de la communauté nigérienne de Kano qui était largement pro-RDA. En septembre, cependant, le comité directeur de la NEPU était prêt à établir une connexion avec son équivalent sociologique du nord. Cette évolution résultait en partie des déclarations faites par Bakary sur l’indépendance à Cotonou, qui influencèrent l’attitude de la NEPU sur les relations à avoir avec les partis politiques du Niger. D’un autre côté, les vues de Bakary sur une alliance nigériane étaient déjà claires avant la conférence de Cotonou, lorsqu’il évoqua de manière positive le poids économique du Nigeria. Les Français avaient noté à cet égard que les leaders religieux du Nigeria maintenaient une grande influence au Niger166 – et ce facteur a pu affecter les calculs de Bakary également. En août ou septembre peut-être, une délégation de « Action Group », un parti politique du sud-ouest nigérian, avec lequel la NEPU partageait des idéaux socialistes et panafricains, se rendit à Maradi pour rencontrer les membres de la communauté yorouba (les Yorouba étant le groupe ethnique majoritaire du sud-ouest nigérian167). Dans la même période, un envoyé du Sawaba du nom de O. P. Labo aurait prit contact avec la NEPU aux fins de travailler à détacher les Nigériens de Kano du RDA. Le parti au pouvoir au Nord Nigeria, le NPC, invita à son tour le Sawaba à envoyer une délégation de Maradi pour des pourparlers à Katsina168.

  • 169 Télégramme Messmer à France d’outre-mer, nos 704-706, 10 sept. 1958 ; présidence (...)
  • 170 Télégramme Messmer à France d’outre-mer, no 704-706, 10 sept. 1958.
  • 171 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. po (...)

68Ces contacts de plus en plus nombreux donnèrent une apparence de réalité à l’alternative d’une alliance nigériane, en dépit de tous les obstacles, en particulier du point de vue français. Le 10 septembre, Messmer câbla à Paris que Bakary s’était récemment rendu au Nigeria. Cette initiative serait venue de Bakary et le voyage aurait été préparé par Arouna Zada Souley, syndicaliste et leader de la jeunesse de Niamey qui avait été à Moscou et Pékin, et par Dan Bouzoua Mahaman Abari, un activiste Sawaba de rang subalterne169. Les deux hommes rencontrèrent Aminu Kano et Nnamdi Azikiwe, un nationaliste très populaire du sud-est nigérian, et – au Ghana – des représentants de Kwame Nkrumah avec lesquels ils discutèrent de l’éventualité de l’indépendance du Niger170. En octobre, Aminu Kano lui-même parla de la possibilité de diviser le Nigeria en quelques dizaines d’États, dont certains devraient fusionner avec des parties du Niger central et oriental. Il avait alors déjà prit langue avec Djibo Bakary171.

  • 172 Bakary ne dit mot de ce voyage dans son autobiographie, Silence !
  • 173 Crowder, « Independence », 31 ; W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : D (...)

69Si Bakary s’est effectivement rendu au Nigeria172, ce fut sans doute lors d’un voyage au Ghana. Ce pays était déjà indépendant depuis un an et demi, sous la conduite du flamboyant Nkrumah, et il était devenu une source d’inspiration pour tout leader nationaliste militant. Le Ghana désirait apporter son concours aux luttes qui se déroulaient ailleurs et se trouvait donc être une source plus évidente de soutien concret que la NEPU. Comme nous l’avons vu au chapitre précédent, Bakary avait déjà visité le Ghana au printemps précédent. Il y avait assisté au premier anniversaire de l’indépendance du pays, rencontrant, à cette occasion, des nationalistes comme Julius Nyerere de Tanzanie, Tom Mboya du Kenya et Azikiwe du Nigeria. Il y avait également recueilli le soutien de l’importante communauté nigérienne résidant dans le pays. La plupart de ces Nigériens étaient originaires des régions ouest et étaient solidement pro-Sawaba, en particulier les ressortissants du secteur de Gothèye173.

  • 174 « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 septembre 1958 », no 4 ; (...)
  • 175 Chaffard, Les carnets secrets, 283.
  • 176 Télégramme Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D. (...)

70Pour l’organisation de son second voyage, Arouna Zada et Dan Bouzoua avaient été précédés, le 22 août, de Koussanga Alzouma, le directeur de cabinet du ministère de l’Intérieur et personnage proche de Bakary. Alzouma, qui s’était présenté comme ministre de l’Intérieur, demeura cinq jours au Ghana où il fut l’hôte de George Sam Pennie, jadis commerçant à Abidjan et à présent attaché au cabinet de Nkrumah, ce qui lui permettait de servir d’agent de liaison entre le Ghana et ses invités francophones. Alzouma rencontra Nkrumah et ses ministres, en plus des membres de la Convention People’s Party (CPP) au pouvoir. Il lia aussi connaissance avec les Nigériens du Ghana et les leaders panafricains installés dans le pays, tels que George Padmore, qui était à la conférence de Cotonou et eut une conversation avec Alzouma sur le référendum, ou encore Ras Makonnen, activiste et homme d’affaire guyanais. L’ambassade de France fut évitée. Lors de la visite du printemps, elle avait essayé de se mêler d’une déclaration que Bakary voulait faire174. Les Français furent agacés de cette approche qui, à cause du secret environnant sa mission, rendait difficile la découverte des plans de Bakary. Le nouveau gouverneur, Colombani, câbla Paris pour rendre compte du fait qu’en dépit d’« investigations poussées », il n’avait pas été en mesure de percer à jour les intentions de Bakary. Il fut rapporté que le leader du Sawaba avait quitté Niamey le 2 ou le 4 septembre. Son cabinet expliqua son absence en évoquant une indisposition175, mais il aurait traversé le fleuve en pirogue à quatre heures du matin tandis que deux voitures prenaient le ferry pour l’attendre sur la rive droite et le conduire ensuite vers Ouagadougou, capitale de la Haute-Volta176.

  • 177 Padmore et Makonnen parlèrent de 40 000 et 20 000 livres respectivement mais Kodjo (...)

71L’importance considérable de cette mission pour Bakary fut mise en évidence par la durée de son séjour. Ayant quitté le Niger pour le Ghana le 2 ou le 4 septembre, il s’y trouvait sans doute encore le 12, ne retournant à Niamey – sans avoir rencontré l’ambassadeur de France au Ghana – que peu avant le meeting du PRA du 14. Bakary demanda l’assistance financière du Ghana au cas où l’aide française serait suspendue, tandis que ses homologues ghanéens l’approchaient avec des projets d’union avec le Dahomey et le Togo. Bakary passa beaucoup de temps avec Makonnen, qui était membre du comité préparatoire de la conférence des organisations nationalistes, la All-African People’s Conference (AAPC), prévue pour décembre. Makonnen présenta Bakary à l’ambassadeur d’Israël afin de parler d’assistance technique. Après le départ de Bakary, les dirigeants ghanéens se concertèrent sur l’aide financière à lui procurer et une décision de compromis aboutit à la somme de 7 000 livres sterling, qui devait être décaissée par Sam Pennie et son beau-frère qui travaillait pour la Cocoa Marketing Board du Ghana. Bakary aurait eu l’intention d’utiliser cet argent pour l’acquisition de 18 véhicules pouvant servir aux opérations de propagande177.

  • 178 Télégramme Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 et « Recueil (...)
  • 179 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; territoire du (...)

72Il rentra au Niger à travers le Dahomey et Parakou où il avait, à peine un an plus tôt, assisté à une conférence de politiciens du Nord Dahomey et où il discutait à présent du référendum avec des membres locaux du PRA178 ; les délégués des différentes sections territoriales du PRA commencèrent à arriver à Niamey le 13, juste après que Bakary ait terminé son épuisant périple. Les délégations comprenaient des représentants de la Guinée, de la Haute-Volta, du Dahomey, du Soudan et du Sénégal et certains d’entre eux avaient été reçus à dîner par le gouverneur Colombani. Le 14 septembre, les travaux commencèrent à huis clos, sous la présidence de Bakary. Le Sawaba était représenté par une large délégation composée de Condat, du ministre des Finances Diop Issa, d’Abdoulaye Mamani et de Dan Galadima. Cette délégation était renforcée de sympathisants du parti, y compris le professeur Abdou Moumouni – un intellectuel – et, en provenance du Ghana, George Padmore et John Elliot, le beau-frère de Sam Pennie179.

  • 180 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5.
  • 181 Bakary avait synchronisé ses actions avec ceux de son homologue guinéen. Ainsi, ava (...)
  • 182 Ibid., 249-250 ; territoire du Niger. Direction des Services de police. Renseigneme (...)

73Les travaux s’ouvrirent sur une déception pour le Sawaba qui avait supposé que la décision sur le référendum allait être prise par le comité directeur du PRA et non par ses sections territoriales. Il fut apparemment surpris de voir la plupart des délégations fléchir devant les conséquences d’une rupture avec la France et annoncer clairement qu’elles avaient l’intention de voter « oui180 ». Pour le Sawaba, il fallait recommander à tous les territoires de voter « non », réaffirmer la position de Cotonou, inviter les résidents français à rester et, au lendemain du référendum, organiser une conférence permettant de préserver l’unité de l’AOF. Mais ce furent les nombreuses interventions de Senghor qui dominèrent le débat. Il n’avait jamais été très enthousiaste sur sa propre position à Cotonou et se livrait à présent à des acrobaties verbales qui ne convainquaient que les membres de sa délégation, bien que la scène politique sénégalaise, tout en tendant vers le « oui », était plutôt divisée. Même les Dahoméens, qui avaient accueilli la conférence fondatrice du PRA, reculaient devant les implications économiques d’un vote de rupture, d’autant plus qu’ils étaient sur le point de recevoir un financement pour le port de Cotonou. La seule section du PRA qui prisse parti pour le Sawaba était celle de la Guinée, dont le leader, Sékou Touré, bien qu’appartenant au RDA rival, souhaitait l’indépendance181. Du coup, le comité directeur ne pouvait rien faire d’autre qu’émettre un communiqué invitant toutes les sections territoriales à se décider suivant « leur contexte politique propre182 ».

  • 183 Le communiqué conjoint du PRA ajouta que l’avant-projet ne prenait toujours pas en (...)
  • 184 Mortimer, France and the Africans, 298-299.
  • 185 « Communiqué », bureau politique du Sawaba, 15 sept. 1958 (n. 116).

74Ce coup dur pour le Sawaba ne pouvait cependant pas changer la position que soutenait déjà le noyau dur du mouvement. Le parti publia donc un communiqué rendant compte avec précision de ses principes nationalistes et affirmant dès l’abord qu’au contraire de ceux qui étaient prêts à tout avaler pour quelques millions, il n’avait pas le droit de lier le Niger à quelque chose sans y avoir mûrement réfléchi. La constitution marquait un pas en arrière par rapport à la Loi-Cadre, puisqu’elle conférait toute autorité à la métropole qui allait se trouver en mesure de lier le Niger au plan international et de légiférer pour lui sans qu’il puisse être représenté183. Le communiqué se plaignit du fait que le gouverneur pourrait exercer un contrôle administratif sur les institutions représentatives, tandis que le Niger perdrait toute emprise sur les affaires étrangères, la défense, la justice, l’éducation secondaire et la politique financière et économique, y compris l’exploitation des ressources naturelles. Puisque seule l’indépendance pouvait stimuler les investissements de capitaux étrangers, le pays ne devrait pas souffrir outre mesure d’une rupture officielle, d’autant plus que les crédits métropolitains avaient été décevants. Le communiqué ne se priva pas de faire allusion à l’assistance outre-Atlantique et avança que si la France suspendait son aide, d’autres pays allaient prendre la place. L’indépendance fiscale mènerait à un triplement des ressources. Reprenant l’argument de Nkrumah sur l’autodétermination politique comme prérequis du développement, le communiqué souligna qu’il n’existe pas de critères permettant de déterminer le niveau de développement à partir duquel un pays pouvait devenir indépendant. Par ailleurs, les gens allaient volontiers consentir des sacrifices pour la construction d’une « nouvelle société africaine ». Le communiqué releva que tous les peuples aspiraient à présent à l’indépendance, y compris au Togo où les Français étaient obligés d’être plus accommodants, puisqu’il s’agissait d’un territoire sous mandat onusien184. Le Niger ne devait donc pas hésiter. Le document mentionna explicitement et rejeta le « chantage » français ainsi que l’exigence de « soumission » qu’il impliquait, rappelant que de Gaulle lui-même avait dit que nul n’était obligé d’approuver la constitution, et ajoutant qu’on prendra le général – que chacun respectait – au mot. Le communiqué promit que les chaînes liant la paysannerie seraient brisées afin de permettre un véritable développement. Les salaires et les pensions des fonctionnaires et des anciens combattants seraient régulièrement versés et les chefs devaient savoir que leur institution serait maintenue. Les résidents européens furent invités à rester et le communiqué insista sur le fait que leurs droits et prérogatives seraient respectés. Le Sawaba allait conduire le Niger sur la voie de la dignité nationale sans prendre l’initiative de rompre avec la métropole, puisqu’il n’était pas animé d’un esprit de sécession et souhaitait rester « du côté de la France ». Par conséquent, les Nigériens devaient voter sans crainte et assumer leur rôle historique185.

  • 186 Crowder, « Indépendance », 35. Bakary envoya un télégramme au syndicat et au mouvem (...)
  • 187 Territoire du Niger. Direction des Services de police. Renseignements a/s Réunion d (...)

75En rejetant ainsi la soumission au dessein gaulliste dans une profession de foi révisionniste qui rendait la métropole responsable de toute retombée négative, Bakary donna le signal de l’ouverture de la campagne référendaire. Le 15, jour de la publication du communiqué, on apprit que la Guinée aussi s’était décidée pour le « non186 ». La position du Sawaba fut rapportée à la base la veille au soir, lors d’une pause de la réunion du PRA. Les activistes du parti étaient venus en masse de la capitale et de ses environs, transportés dans des camions ou arrivant à pied. Djibo Bakary et Ousmane Dan Galadima sortirent pour s’adresser à la foule, et Bakary, s’exprimant en zarma, dit à ses partisans que s’ils votaient « oui », ils se mettraient la corde au cou et resteraient, en tout état de cause, dans l’esclavage, tandis que le « non » signifierait « la liberté, l’émancipation, l’avenir meilleur ». Dan Galadima répéta ce message en français et en haoussa. Les deux orateurs furent salués d’une immense ovation et la foule se retira en criant « Non ! Non ! Non ! ». Un peu plus tard, des jeunes militants se répandirent dans la ville avec des prospectus pour le « non » noués à leur boutonnière187. Le combat du Sawaba avait commencé.

Notes

1 Pour une perspective générale, voir A. Horne, A Savage War of Peace : Algeria 1954-1962 (Londres et Basingstoke, 1977) ; M. Harbi, Le F.L.N. : Mirage et réalité (Paris, 1980) ; G. Meynier, Histoire intérieure du FLN (1954-1962) (Paris, 2002).

2 Horne, Savage War of Peace, chap. 13 et C. de Gaulle, Mémoires d’espoir. vol. 1 : Le renouveau 1958-1962 (Paris, 1970), 22-31.

3 Horne, Savage War of Peace, 280 et 298.

4 F. Rouvillois, Les origines de la Ve République (Paris, 1998), 26.

5 Voir Foccart parle, vol. 1 : Entretiens avec Philippe Gaillard (Paris, 1995). Le cinquième chapitre de cet ouvrage est intitulé « Sept mois pour changer de régime ».

6 Voir P. Viansson-Ponté (éditorialiste et rédacteur en chef adjoint au Monde, quotidien de centre-gauche), Histoire de la république gaullienne : mai 1958-avril 1969 (Paris, 1971), 37-51. Pour le contexte africain, Outre-mers : Revue d’histoire, vol. 96 (2008), nos 358-359 et pour le Niger, K. van Walraven, « Decolonization by Referendum : The Anomaly of Niger and the Fall of Sawaba, 1958-1959 », Journal of African History, 50 (2009), 269-292.

7 A. Teyssier, La Ve République 1958-1995 de de Gaulle à Chirac (Paris, 1995), 39 et 44 ; Rouvillois, Les origines, 28-29 ; de Gaulle, moires d’espoir, 24, 35 et 37.

8 J.D. Hargreaves, Decolonization in Africa (Londres et New York, 1988), 169 et de Gaulle, Mémoires d’espoir, 19, 23, 33, 42, 139-171 et 211-282.

9 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169 et Horne, Savage War of Peace, 281.

10 E. Mortimer, France and the Africans 1944-1960 : A Political History (Londres, 1969), 303-306.

11 Ibid., 308-311.

12 Foccart parle, 153.

13 M. Djibo, Les transformations politiques au Niger à la veille de l’indépendance (Paris, 2001), 86. La Sanûssiya était une confrérie soufie ayant un passé de résistance à l’expansion coloniale. Voir K. Idrissa, « The Kawousan War Reconsidered », in J. Abbink, M. de Bruijn et K. van Walraven (dir.), Rethinking Resistance : Revolt and Violence in African History (Leyde et Boston, 2003), 191-217.

14 Bulletin trimestriel de renseignements extérieurs. Deuxième fascicule. 1re partie. Afrique-Occidentale britannique et Libéria. Sources : SDECE. Presse. Ex. no 11/65, sans date, mais juillet-octobre 1958 ; 94 Niger : 944 États indépendants d’Afrique. Origine SDECE ; CAOM, Cart. 2195/D.7 et 2197/D.10 respectivement.

15 Djibo, Les transformations, 27 ; Mortimer, France and the Africans, 236-240 ; W.J. Foltz, From French West Africa to Mali Federation (New Haven et Londres, 1965), 75-76 ; W.A.E. Skurnik, « France and Fragmentation in French-Speaking West Africa : 1945-1960 », Journal of African History, 8 (1967), 2, 317-333.

16 Également K. van Walraven, « From Tamanrasset : The Struggle of Sawaba and the Algerian Connection (1957-1966) », Journal of North African Studies, 10 (2005), 3-4, 507-527.

17 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 143, 159, 162-163 et 214-228.

18 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169 et de Gaulle, Mémoires d’espoir, 162-163.

19 Après un délai, ce test atmosphérique eut lieu le 13 février 1960 avec du plutonium produit à partir de l’uranium français. [www.nuclearweaponarchive.org/France], consulté 10 nov. 2005.

20 Hargreaves, Decolonization in Africa, 169-170 et Horne, Savage War of Peace, 303-308.

21 Voir par exemple, ministère de la FOM, Cabinet du ministre. Bureau d’études no 822/BE. Bulletin de renseignements. Origine : Haussaire AOF, 31 mars 1958 ; CAOM, Cart. 2189/D.3.

22 Djibo, Les transformations, 86, se référant à des rapports des services spéciaux français sur les trafics d’armes.

23 Ibid., 189 and G. Pallier, « L’uranium au Niger », Les cahiers d’outre-mer, 37 (1984), no 146, 175.

24 À cet égard, voir Djibo, Les transformations, 87. Mais je n’ai pas trouvé de déclarations françaises sur le rôle du Niger dans la mise à disposition d’un espace pouvant servir à l’entraînement des troupes ou aux essais nucléaires. De l’uranium avait été aussi découvert au Tchad, dans le Tibesti. A. Bourgeot, « Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) », Autrepart, 16 (2000), 35 et 38.

25 E. Grégoire, Touaregs du Niger : Le destin d’un mythe (Paris, 1999), 31-34 ; Bourgeot, « Sahara », 33-47.

26 Djibo, Les transformations, 27 et 87. Sur la résolution de son gouvernement, voir de Gaulle, Mémoires d’espoir, 60.

27 Extrait AFP Bulletin quotidien d’information, Niamey, 20 mai 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

28 « Synthèse Politique. Avril-mai-juin 1958 » ; CAOM, Cart. 2233/D.2.

29 G. Chaffard, Les carnets secrets de la décolonisation (Paris, 1967), vol. 2, 277.

30 Il s’agissait de Sallé Dan Koulou, Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani, « Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 » et « Extrait du procès-verbal de la Séance Plenière, Assemblée Tterritoriale, 14 juin 1958 » ; ce dernier, in CAOM, Cart. 2211/D.1. L’affaiblissement du RDA et le renforcement du Sawaba ont été ignorés par F. Fuglestad, « Djibo Bakary, the French, and the Referendum of 1958 in Niger », Journal of African History, 14 (1973), 321 et 324.

31 Marchés Tropicaux, no 659, 28 juin 1958, 1614.

32 « Résolution de la politique générale, Niamey, 5-7 avril 1958 » ; CAOM, Cart. 2197/D.10.

33 Lettre de Rollet au ministre de la France d’outre-mer, 17 juin 1958 ; CAOM, Cart. 2154/D.3.

34 A. Blanchet, L’itinéraire des partis africains depuis Bamako (Paris, 1958), 149.

35 M. Crowder, « Independence as a Goal in French West African Politics : 1944-1960 », in W.H. Lewis (dir.), French-speaking Africa : The Search for Identity (New York, 1965), 15-41 et Mortimer, France and the Africans, 295.

36 C. Diané, Les grandes heures de la F.E.A.N.F. (Paris, 1990) ; Blanchet, L’itinéraire ; Mortimer, France and the Africans, 273 ; et Crowder, « Independence », 32-33.

37 A. Salifou, Histoire du Niger (Paris, 1989), 246.

38 Ministère de la FOM. Cabinet du ministre. Bureau d’études no 822/BE. Bulletin de renseignements. Origine : Haussaire AOF, 31 mars 1958 ; Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « L’Action Communiste en A.O.F. » ; juillet 1958 ; CAOM, Cart. 2189/D.3, 3684 et 2246.

39 Djibo, Les transformations, 77 et interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005. Fuglestad a laissé de côté cet élément, décrivant le Sawaba comme un parti administratif et non comme un mouvement social. F. Fuglestad, « UNIS and BNA : The Rôle of “Traditionalist” Parties in Niger, 1948-1960 », Journal of African History, 16 (1975), 133.

40 D. Bakary, Silence ! On décolonise : Itinéraire politique et syndical d’un militant africain (Paris, 1992), 199, citant de manière approbatrice Chaffard, Les carnets secrets, 182-183 ; et G. Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique (Dakar, 1960), 91 ; La Voix Libérée, no 1, mars-avr. 2011, 12. C. Fluchard, Le PPN-RDA et la décolonisation du Niger 1946-1960 (Paris, 1995), 239, affirme qu’une révision constitutionnelle introduite au cours de ce mois éleva les vice-présidents de conseils de gouvernement au rang de présidents et renforça leur position par rapport au gouverneur, ce qui amena Bakary à penser que sa situation était sûre et qu’il pouvait continuer sur sa lancée. Je n’ai trouvé aucune source confirmant cette donnée.

41 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 et chef du territoire du Niger à Monsieur le ministre de la FOM, Paris, et M. le haut-commissaire de la République en AOF, Dakar, 9 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis. Statuts PRA in ANN, 86 MI 1 E 5.2.

42 Crowder, « Independence », 33.

43 Rollet au ministre de la France d’outre-mer, 17 juin 1958 ; interview de Abdou Ali Tazard, Tessaoua, 9 févr. 2006 ; M. Djibo « Les enjeux politiques dans la colonie du Niger (1944-1960) », Autrepart, no 27, 2003, 56 ; J.-R. de Benoist, L’Afrique-Occidentale Française de la conférence de Brazzaville (1944) à l’indépendance (1960) (Paris, 1982), 407 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 241 ; Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique, 97. Après la perte du pouvoir, l’attitude du Sawaba vis-à-vis des intérêts « néocoloniaux » devint plus incisive. Voir « Parti Sawaba. Pour l’Indépendance effective du Niger : Les raisons de notre lutte » (Bureau du Parti Sawaba : Bamako, 15 janv. 1961).

44 Crowder, « Independence », 34 ; Mortimer, France and the Africans, 309 ; Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique, 100-103.

45 Voir son autobiographie, Silence !, 199, où il cite et approuve Chaffard, Les carnets secrets, 182, sur ce point.

46 Cité par Fluchard, Le PPN-RDA, 242.

47 Mortimer, France and the Africans, 308-309.

48 Citations in ibid., 307 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 242 ; et Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique, 95.

49 Bakary, Silence !, 199 and Chaffard, Les carnets secrets, 183.

50 Crowder, « Independence », 33-34 et Mortimer, France and the Africans, 273 et 344.

51 Blanchet, L’itinéraire, 149 ; Dugué, Vers les États-Unis d’Afrique, 104 ; Rollet au ministre de la France d’outre-mer, 17 juin 1958.

52 Mortimer, France and the Africans, 312.

53 Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2248.

54 Il changea aussi son nom, devenant officiellement, au lieu de MSA-Sawaba (nom adopté au printemps 1957 et modifiant le nom de MSA-Niger, lui-même introduit en novembre 1956 à l’occasion de la fusion UDN-BNA), Sawaba tout court. Fluchard, Le PPN-RDA, 215 et Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 359.

55 Bulletin d’information du 15 août au 20 sept. 1958.

56 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique générale »,  29-31 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

57 Voir n. 43 ci-dessus.

58 Bien qu’il ait, à l’instar des autres territoires sahéliens, envoyé des représentants aux réunions de l’OCRS, à Paris. Mortimer, France and the Africans, 360-361 et Bakary, Silence !, 240.

59 Ces appréhensions se renforcèrent à la suite de la chute du Sawaba. Bordier au ministre de la France d’outre-mer, 18 janv. 1957 ; CAOM, Cart. 2198/D.2 ; « Aperçu sur la Situation Politique du Territoire du Niger Durant la période du 15 novembre 1957 au 31 décembre 1957 » ; CAOM, Cart. 2154/D.3 ; « Nous disons NON à l’O.C.R.S. », in Unité : Organe hebdomadaire du Parti Sawaba, 14 mai 1959 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau de Synthèse pour la période du 6 au 12 août 1959 », no 42 ; CAOM, Cart. 2249 ; « Les raisons de notre lutte », 6, 16-17 ; Parti Sawaba du Niger : Pour un front démocratique de la patrie (Bureau politique : Niamey, 1962), 27-28.

60 La Mauritanie et le Soudan s’abstinrent aussi de signer toute convention de coopération avec l’OCRS, qui perdit ces territoires. Bourgeot, « Sahara », 39 et Mortimer, France and the Africans, 361.

61 Lettre de Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

62 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 69-70 ; Foccart parle, 158, 169-179, 223 ; Mortimer, France and the Africans, 309-310.

63 A. Salifou, Le Niger (Paris, 2002), 169 ; Mortimer, France and the Africans, 308-310 ; Djibo, Les transformations, 76.

64 Voir également au plus haut niveau. De Gaulle, Mémoires d’espoir, 41 ; Mortimer, France and the Africans, 310.

65 Djibo, Les transformations, 76.

66 Mortimer, France and the Africans, 312 et Chaffard, Les carnets secrets, 189. Également E. Schmidt, « Anticolonial Nationalism in French West Africa : What Made Guinea Unique ? », African Studies Review, 52 (2009), no 2, 1-34.

67 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; déclaration de Djibo Bakary, non datée mais 9 août 1958, CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

68 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique générale, 29-31 août 1958. »

69 « Bulletin d’Information du 1er juillet au 15 août 1958 » ; CAOM, Cart. 2248 ; Bakary, Silence !, chap. XIII.

70 Certaines des thèses de Fuglestad sont apparemment fondées sur les documents d’archive limités qui étaient disponibles au moment de ses recherches. Fuglestad, « Djibo Bakary ».

71 Fuglestad commet aussi une erreur téléologique en présentant la préférence de Bakary pour l’indépendance immédiate comme une « bévue » simplement parce qu’elle allait conduire à sa chute. Ibid., 324-325. Voir aussi F. Fuglestad, A History of Niger 1850-1960 (Cambridge, 1983), 185.

72 Crowder, « Independence », 33 et Mortimer, France and the Africans, 311-312.

73 Crowder, « Independence », 35.

74 Interview de Gonimi Boukar, Niamey, 5 nov. 2005.

75 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

76 Voir dans cette même veine Djibo, Les transformations, 77-78.

77 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

78 Au sein du bureau de 9 personnes, 3 seulement étaient du RDA : René Delanne, Kabo Ibra et Noma Kaka. Parmi les sawabistes on pouvait compter Dandouna Aboubakar, Daouda Ardaly, Farka Maiga, et Hima Dembélé en qualité de conseiller technique. Lettre de Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 8 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

79 Ibid. ; Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 ; Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 244.

80 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

81 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

82 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958.

83 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 et « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 18 au 31 août 1958 », ex. no 3 ; CAOM, Cart. 2248.

84 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

85 Ibid. et Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

86 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958.

87 Les documents coloniaux de cette période abondent en préjugés européens portant sur la vie « traditionnelle » africaine.

88 Interviews de Saïbou Abdouramane, un paysan, Dargol, 31 oct. 2005 ; Djaouga Idrissa, également agriculteur, près Dargol, 31 oct. 2005 ; et Boubakar Djingaré (alors exerçant le métier de maçon dans la capitale), Niamey, 27 oct. 2005.

89 Djibo, Les transformations, 77 n. 2 et 85.

90 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 et « Recueil des principaux renseignements… 18 au 31 août 1958 », ex. no 3.

91 Mortimer, France and the Africans, 313-314 ; Djibo, Les transformations, 77 ; et interview de Elhadj Illa Salifou, Niamey, 25 nov. 2003.

92 Interview de Ousmane Dan Galadima, Madaoua, 7 févr. 2003.

93 Fuglestad, « Djibo Bakary », 323-324.

94 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958.

95 Foccart parle, 158.

96 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

97 Voir aussi « Pour Un Front Démocratique de la Patrie », 45.

98 Les archives coloniales françaises montrent que les Français ont toujours été au courant de ce que Bakary disait sur la question, et de quand il le disait.

99 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « Copie d’une communication de notre ambassadeur à Accra en date du 12 septembre 1958 » ; lettre de A. Bernier, date inconnue ; CAOM, Cart. 2266/D.6 et 2181/D.1 bis respectivement ; Foccart parle, 169.

100 Voir un ensemble de documents non codés et non datés (ca. août 1958) ; CAOM, Cart. 2198/D.15.

101 Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958 ; AFP Spécial outre-mer, no 3619, 5 août 1958 ; CAOM, Cart. 2198/D.15 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 411.

102 Télégramme de Rollet à France d’outre-mer. Diffusion Restreinte - Priorité absolue, no 64, 11 août 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis.

103 Ainsi, l’affirmation de Fuglestad (« Djibo Bakary », 322) selon laquelle Bakary et ses partisans avaient plusieurs fois changé d’avis au cours de cette période peut être catégoriquement rejetée car relevant d’une lecture déficiente du contexte.

104 Bulletin d’information (sans date, août 1958) ; CAOM, Cart. 2248 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 245.

105 Fluchard, Le PPN-RDA, 244.

106 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 11 au 17 août 1958 », ex. no 2, ex. no 4 ; CAOM, Cart. 2248.

107 Voir Djibo, Les transformations, 80-81 (sur la base d’interviews d’anciennes personnalités du PPN-RDA).

108 Ibid., 79, sur la base de l’interview d’un syndicaliste pro-RDA.

109 Ibid., 79-81 ; Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 9 août 1958 ; Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958.

110 Bulletin d’information du 15 août au 20 septembre 1958 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 8 au 14 septembre 1958 », no 5 ; CAOM, Cart. 2248.

111 « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique générale, 29-31 août 1958. »

112 Le congrès (au centre culturel de Niamey) fut suivi par 100 personnes et, après avoir été ouvert par Condat, il entendit un rapport de Issaka Koké sur l’agriculture. Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; Bulletin d’information du 15 août au 20 septembre 1958 ; ibid., 1er juillet au 15 août 1958 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 1 au 7 septembre 1958 », no 4 ; CAOM, Cart. 2248 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 248.

113 À présent, les Français admettaient également le droit d’intégrer la communauté en groupes – par référence au désir des dirigeants africains de sauvegarder les ensembles AOF/AEF. Foccart parle, 158-161 ; Djibo, Les transformations, 76-77 ; Mortimer, France and the Africans, 313.

114 Après des conversations privées avec Barthélémy Boganda, le leader panafricain réticent de l’Oubangui-Chari (République centrafricaine). Mortimer, France and the Africans, 314-315 et Chroniques d’outre-mer (ministère de la France d’outre-mer), oct. 1958, 19.

115 De façon rétrospective in Silence !, 140.

116 « Renseignements ; Territoire du Niger, Direction des services de police », no 1485/PSC/RG, Niamey, 16 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis, contenant le communiqué, bureau politique du Sawaba, 15 sept. 1958.

117 Mortimer, France and the Africans, 315.

118 Ainsi, de Gaulle lui-même écrivit plus tard qu’il se rendait compte que les élites, pour la plupart d’entre eux, désiraient l’indépendance, mais que ce qui importait était de savoir si « ce serait d’accord avec nous, ou sans et, même, contre nous ». De Gaulle, Mémoires d’espoir, 43.

119 Dans son discours à de Gaulle durant la visite de ce dernier à Conakry, Sékou Touré parla de « l’obstacle de l’indignité », Chroniques d’outre-mer, oct. 1958, 30.

120 Il rentra encore au Niger dans la semaine du 9 août. Marchés Tropicaux, no 665, 9 août 1958, 1888.

121 Voir Chaffard, Les carnets secrets, 275-277, y compris pour des détails biographiques sur Cornut-Gentille. Chaffard ne révèle pas ses sources. Fluchard, Le PPN-RDA, 250.

122 Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

123 Chaffard, Les carnets secrets, 278.

124 Rollet aurait dit ceci à Georges Condat (ce dernier a été interviewé par Djibo, Les transformations, 87).

125 Foccart parle, 170 et P. Messmer, Après tant de batailles : Mémoires (Paris, 1992), 239.

126 Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 425 ; Chaffard, Les carnets secrets, 278 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 251.

127 Messmer, Après tant de batailles, 239 ; Salifou, Le Niger, 170 ; Chaffard, Les carnets secrets, 278-279.

128 Fluchard, Le PPN-RDA, 251 ; Salifou, Le Niger, 171 ; Djibo, Les transformations, 87.

129 En fait, de Gaulle avait été confronté à des bannières indépendantistes dès Brazzaville, et il y avait répondu en reprenant ses menaces sur les conséquences. Crowder, « Independence », 34-35 ; Fluchard, Le PPN-RDA, 246 ; Foccart parle, 165 ; Mortimer, France and the Africans, 315-316 ; de Gaulle, Mémoires d’espoir, 59.

130 Foccart (in Foccart parle, 162-163) soutient que personne n’avait vu le texte de Touré à l’avance, ce que Messmer conteste (Après tant de batailles, 148-149).

131 Mortimer, France and the Africans, 316-317 ; de Gaulle, Mémoires d’espoir, 60 ; Chroniques d’outre-mer, oct. 1958, 28-30 ; Crowder, « Independence », 35.

132 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 61 ; Foccart parle, 167-168 ; Mortimer, France and the Africans, 317 ; Chroniques d’outre-mer, oct. 1958, 32.

133 Crowder, « Independence », 36. Aussi O. Sembène, L’Harmattan : (Paris, 1980 ; 1re éd. 1964), 289-292.

134 De Gaulle, Mémoires d’espoir, 61 ; Chroniques d’outre-mer, oct. 1958, 32.

135 En ses propres termes. Interviews de Ali Amadou, Niamey, 28 et 31 janv. 2003.

136 À propos des vues du Sawaba à cet égard, voir « Les raisons de notre lutte », 30.

137 Chaffard, Les carnets secrets, 280 croit qu’elle eut lieu après la confrontation sur la place Protêt. Les autres sources n’indiquent rien sur ce point, bien que Chroniques d’outre-mer (n. 134) indique qu’elle eut lieu avant.

138 La délégation comprenait Condat et, selon Djibo (Les transformations, 97), Gaston Fourrier, un Français député Sawaba. Bakary (Silence !, 210) n’indique que la présence de Condat.

139 Sur la base d’une interview de Condat par Djibo (Les transformations, 97). Condat aurait dit à de Gaulle qu’il voterait « non ». Interview de Georges Condat, Niamey, 27 nov. 2003.

140 Ce que Chaffard (Les carnets secrets, 280-281) rapporte de cette rencontre est contredit sur plusieurs points par Bakary. Bakary, Silence !, 196 et 210-211.

141 Djibo, Les transformations, 97 (sur la base d’interviews de Bakary) ; Bakary, Silence !, 195-196 et 211 ; « Les raisons de notre lutte », 31.

142 Bakary, Silence !, 211. Mais ce témoignage a bien entendu pu être contaminé par des vues rétrospectives.

143 Foccart parle, 166.

144 P. Messmer, Les Blancs s’en vont : Récits de décolonisation, Paris, 1998), 153, contredit les propos de Diougou Sangaré (un membre du BNA puis du Sawaba) selon lesquels Bakary aurait laissé entendre à de Gaulle qu’il voterait « oui ». Interview de Diougou Sangaré, Tessaoua, 9 févr. 2006. Voir aussi chap. 4.

145 Messmer, Les Blancs s’en vont, 153.

146 « Copie d’une communication de notre ambassadeur à Accra en date du 12 septembre 1958 » (n. 99). Bakary niera plus tard que cette rencontre ait été satisfaisante. Silence !, 210-211.

147 À savoir Diougou Sangaré, qui commença à travailler pour le régime RDA en 1959. Sangaré à l’auteur, 26 mars 2006. Djibo, Les transformations, 282 & C. Maman, Répertoire biographique des personnalités de la classe politique et des leaders d’opinion du Niger de 1945 à nos jours (Niamey, 1999), vol. 1, 375-376.

148 Tiré de l’interview de Sangaré par Djibo (Les transformations, 97). Sangaré a reprit ce propos lors de mon entretien avec lui. Interview, Tessaoua, 9 février 2006.

149 « Circulaire no 605, ministre de l’Intérieur à tous Commandants de Cercle, Chefs de Subdivision, Chefs de Poste administratif » ; non datée (ca. 1960) ; ANN, 86 MI 3 F 8.3 ; présidence du Conseil SDECE, référence 7.894/IV. 2 juin 1958 ; CAOM, Cart. 2195/D.5.

150 Bakary, Silence !, 210.

151 Foccart parle, 169.

152 Fluchard, Le PPN-RDA, 246 ; Bakary, Silence !, 210-212 ; « Les raisons de notre lutte », 31-32 ; Chroniques d’outre-mer, oct. 1958, 33.

153 Cornut et Messmer avaient contacté Djermakoye au sujet de la position de Bakary. Il allégua que Bakary avait demandé à son ministre de l’Intérieur, Adamou Assane Mayaki, de plaider avec Djermakoye et qu’après l’échec de cette approche, Dandouna Aboubakar, Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani furent envoyés pour le menacer, lui et sa famille. Fluchard, Le PPN-RDA, 246 et 249.

154 L’UGTAN aussi critiqua sévèrement de Gaulle et son entourage, les accusant de diviser les territoires africains, de les livrer à leur merci et de mener une campagne démagogique à travers le soutien d’éléments féodaux, à savoir, les chefs. « Les raisons de notre lutte », 32 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 423 ; Bakary, Silence !, 140-141 and 212 ; et Fluchard, Le PPN-RDA, 247.

155 « Direction des Services de Sécurité de l’A.O.F. : Bulletin d’information » (sans date, août 1958).

156 Synthèse politique, no 237 CP/BE, sept. 1958, le 4 oct. 1958 ; CAOM, Cart. 3684 ; et Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 422.

157 Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « Copie d’une communication de notre ambassadeur à Accra en date du 12 septembre 1958 » ; Fluchard, Le PPN-RDA, 245.

158 « Bulletin d’information » (sans date, août 1958).

159 Déclaration de Djibo Bakary, non datée mais 9 août 1958 (n. 67) ; Synthèse politique, no 085 CP/BE, juillet-août 1958, le 5 sept. 1958 ; « Congrès constitutif de la section nigérienne du P.R.A. : Rapport de politique générale, 29-31 août 1958 ».

160 Déclaration de Djibo Bakary, non datée mais 9 août 1958.

161 Voir le texte à la n. 102.

162 Rollet à France d’outre-mer et Dakar, 8 août 1958 (n. 78) et Bulletin d’information du 1er juillet au 15 août 1958.

163 Mortimer, France and the Africans, 321 et Fuglestad, « Djibo Bakary », 322-323.

164 Ce détail est complètement ignoré par Fuglestad (« Djibo Bakary », 322).

165 Synthèse politique. Avril-mai-juin 1958 (n. 28) et Maman, Répertoire biographique, 199.

166 « Extrait bulletin AFP du 18 juillet 1958 » envoyé par A. Bernier au nom du gouverneur Rollet à France outre-mer & Dakar ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; « Bulletin Trimestriel de Renseignements. Afrique-Occidentale Britannique et Libéria ».

167 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période ? [1958] », n° ? ; présidence du Conseil SDECE Secret. « Nigéria – A.O.F. (Niger) Collusion de Partis Politiques ». Référence 10738/A, 2 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2248 et 2181/D.1 bis ; R.L. Sklar & C.S. Whitaker, « Nigeria », in J.S. Coleman & C.G. Rosberg (dir.), Political Parties and National Integration in Tropical Africa (Berkeley, Los Angeles et Londres, 1964), 641-642.

168 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 et 94 Niger. 944 États Indépendants d’Afrique. Dan Maningo, un commerçant Sawaba, aurait mené cette délégation.

169 Télégramme Messmer à France d’outre-mer, nos 704-706, 10 sept. 1958 ; présidence du Conseil – SDECE Destinataire no 562, Référence 11237/A/11005/A, le 12 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; « Bulletin Trimestriel de Renseignements. Afrique-Occidentale Britannique et Libéria » ; Djibo, Les transformations, 69.

170 Télégramme Messmer à France d’outre-mer, no 704-706, 10 sept. 1958.

171 « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de l’A.O.F. pour la période du 14 au 31 octobre 1958 », no 9 ; ibid., « 9 au 15 novembre », no 11 ; tous deux CAOM, Cart. 2248.

172 Bakary ne dit mot de ce voyage dans son autobiographie, Silence !

173 Crowder, « Independence », 31 ; W.S. Thompson, Ghana’s Foreign Policy 1957-1966 : Diplomacy, Ideology, and the New State (Princeton, 1969), 31 ; « Recueil des principaux renseignements reçus par le Bureau d’Études de Dakar pour la période du 24 au 31 décembre 1959 », no 61 ; CAOM, Cart. 3689.

174 « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 septembre 1958 », no 4 ; ibid., « 8 au 14 septembre », no 5 (note 110) ; ibid., « 15 au 21 septembre », no 6, et « 24 avril au 5 mai 1959 », no 28 ; CAOM, Cart. 2248/3685 ; « Copie d’une communication en date du 29 août 1958 de notre ambassadeur à Accra » ; CAOM, Cart. 2266/D.6 ; Bakary, Silence !, 184.

175 Chaffard, Les carnets secrets, 283.

176 Télégramme Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5.

177 Padmore et Makonnen parlèrent de 40 000 et 20 000 livres respectivement mais Kodjo Botsio trouva qu’une somme de 1 000 livres suffirait. Il aurait aussi été question de l’établissement d’un « Gouvernement de libération du Niger » au Ghana. « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; ibid., « 15 au 21 septembre » no 6 ; « Copie d’une communication de notre ambassadeur à Accra en date du 12 septembre 1958 ».

178 Télégramme Colombani à France outre-mer, no 247, 4 sept. 1958 et « Recueil des principaux renseignements… 1er au 7 sept. 1958 », no 4.

179 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5 ; territoire du Niger. Direction des Services de police. Renseignements a/s Réunion du comité directeur du PRA à Niamey. No 1481/PSC/RG Confidentiel. Niamey 15 sept. 1958 ; CAOM, Cart. 2181/D.1 bis ; Chaffard, Les carnets secrets, 284-285.

180 « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5.

181 Bakary avait synchronisé ses actions avec ceux de son homologue guinéen. Ainsi, avant de se présenter devant de Gaulle, il avait envoyé Ousmane Dan Galadima et Abdoulaye Mamani en Guinée, et ils le retrouvèrent par la suite au Sénégal. Bakary aurait aussi été à l’origine de la rencontre de l’UGTAN avec Touré après sa conversation avec de Gaulle. Fluchard soutient, sur la base d’une interview de Bakary que la section PRA du Soudan s’était aussi décidée pour le « non » (Le PPN-RDA, 246-247, 249).

182 Ibid., 249-250 ; territoire du Niger. Direction des Services de police. Renseignements a/s Réunion du Comité directeur du PRA à Niamey. No 1481/PSC/RG Confidentiel. Niamey 15 sept. 1958 ; Benoist, L’Afrique-Occidentale Française, 422 ; Mortimer, France and the Africans, 321-323. Selon Bakary, la section soudanaise avait aussi défendu le « non ».

183 Le communiqué conjoint du PRA ajouta que l’avant-projet ne prenait toujours pas en compte l’indépendance immédiate. « Comité directeur du PRA, Motion de Politique Générale », 14 sept. 1958 (in territoire du Niger. Direction des services de police [voir note ci-dessus]).

184 Mortimer, France and the Africans, 298-299.

185 « Communiqué », bureau politique du Sawaba, 15 sept. 1958 (n. 116).

186 Crowder, « Indépendance », 35. Bakary envoya un télégramme au syndicat et au mouvement des jeunes du Sénégal, disant que le Niger voterait « non ». « Recueil des principaux renseignements… 8 au 14 sept. 1958 », no 5.

187 Territoire du Niger. Direction des Services de police. Renseignements a/s Réunion du Comité directeur du PRA à Niamey. No 1481/PSC/RG Confidentiel. Niamey 15 sept. 1958.

Table des illustrations

Titre Photo 3.1 – Adamou Sékou (Les raisons de notre lutte, 10).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43580/img-1.jpeg
Fichier image/, 97k
Titre Photo 3.2 – Place Protêt (Chroniques d’outre-mer, oct. 1958).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43580/img-2.jpeg
Fichier image/, 317k
Titre Photo 3.3 – Ali Amadou, Niamey, 2009.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43580/img-3.jpeg
Fichier image/, 203k
Titre Photo 3.4 – Daouda Ardaly (Les raisons de notre lutte, 10).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43580/img-4.jpeg
Fichier image/, 88k

© Presses universitaires de Rennes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540