Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Illustrations

Full text

Fig. n° 1. Anne Fillon dédicaçant Louis Simon Villageois de l’Ancienne France, octobre 1996
(collection Michel Fillon)
« … inviter le lecteur à partager le bonheur qu’Anne Fillon, et son héros Louis Simon (1741-1820) qu’elle a ressuscité, nous ont procuré » (Pierre CHAUNU, Préface à Louis Simon, villageois de l’ancienne France, 1996)

Fig. n° 2. Couverture du « livre » de Louis Simon (coll. part.).
« … une reliure faite d’un manuscrit sur parchemin, usé et sali, mais sur lequel l’écriture du XVIIe siècle est encore visible. Deux lacets ferment la reliure » (Anne FILLON, Description matérielle du manuscrit, 1996)

Fig. n° 3. La première page du manuscrit (coll. part.).
« Moi, Louis Simon, ayant épousé Anne Chapeau, petite-nièce du sieur Ory, j’ai hérité du présent livre dans lequel j’ai écrit les principaux événements arrivés pendant le cours de ma vie… »

Fig. n° 4. Louis Simon et sa famille proche : généalogie simplifiée de Louis Simon et Anne Chapeau
(mise en page Michel Meunier, 2015)

Fig. n° 5. Le premier à incarner Louis Simon : Didier Bardoux dans « Moi, Louis Simon… », en 1996, par la Compagnie N.B.A. Spectacles
(cliché Fabrice Poggiani)

Fig. n° 6. Un Louis Simon du XXIe siècle : lors de la fête du mariage le dimanche 13 mai 2012, Ugo Combes, étudiant en histoire à l’Université du Maine
(cliché M. Meunier)

Fig. n° 7 et 8. Des gens du Maine, qui pourraient être des habitants de La Fontaine Saint-Martin : portrait d’une servante et d’un jeune paysan, XVIIIe siècle (© Musées du Mans)

Fig. n° 9. À Clermont-Créans : Mathurin Brier (1770-1847), laboureur
(coll. Avril-Brier, cliché Cl. Turboust)

Fig. n° 10 à 12. À Courcelles : Des villageois immortalisés par le chirurgien potier Pierre-Innocent Guimonneau de La Forterie sur trois couvercles de soupière en terre cuite vernissée, 1786-1787
(© Musées du Mans)
Fig. n° 10. Le marchand et sa femme

Fig. n°11. Monsieur le curé et sa servante

Fig. n° 12. Et peut-être le chirurgien lui-même…

Entre Le Mans et La Flèche, les villages du voisinage

Entre Le Mans et La Flèche, les villages du voisinage

Fig. n° 13. La Fontaine Saint-Martin et ses alentours. Détail de la carte du diocèse du Mans dessinée par l’abbé Janvier, curé de Changé, 1772 (coll. part., cliché M. Meunier)
Le bonheur « se trouve pour nous aujourd’hui aux alentours de La Fontaine Saint-Martin, dans un coin du Haut-Maine, dans une fragile Arcadie, dans un monde que nous avons perdu et qu’Anne Fillon nous a aidés à retrouver » (Pierre CHAUNU, Louis Simon…, Préface, 1996)

Le couvent et le village dessinés entre 1745 et 1780 pour l’Atlas de Trudaine

Le couvent et le village dessinés entre 1745 et 1780 pour l’Atlas de Trudaine

Fig. n° 14. La Fontaine Saint-Martin dans l’Atlas de Trudaine, réalisé entre 1745et 1780. La planche mesure environ 86 x 58 cm (peinture, aquarelle et encres sur papier à dessin).Échelle : 11,2 cm pour 500 toises, soit 1/8 660e (Base de données ARCHIM, portail internet des archives nationales, en ligne, cote CP/F/14/8505, généralité de Tours, planche n° 47, détail)
Cet atlas offre une valeur informative considérable sur les paysages proches des routes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il reste à cet égard une source de première importance pour les historiens de cette période et pour ceux qui souhaitent comprendre l’évolution des paysages et des écosystèmes

1« Il y avait dans la Lande des Soucis un Lac ou Etang Lequel a été asséché ; il y avait beaucoup de poissons et en hivert des canes des rives sauvages des Cignes et autres oiseaux aquatiques » (ms 2). L’arrière grand-père du mémorialiste, « Michel Simon y gagna la mort a guetter dans l’hiver des canes Sauvages pour les tuer au lac des Soucis » (ms 2).

Fig. n° 15. Le lac des Soucis d’après un « plan géométrique », levé et dressé par Ruillé, géomètre expert arpenteur en titre… déposé en l’étude de maître Raguideau, notaire royal à Oisé le 27 mars 1779 (coll. part.)
Le bornage de la lande des Soucis fut une affaire longue et difficile en raison de contestations juridiques entre le marquis de Clermont et le comte de Mailly. « Je n’ai encore reçu aucun plan de la part de Mr Simon, faites-lui dire que je les attends, quand vous en trouverez l’occasion » écrit à ce propos le marquis de Clermont-Gallerande à M. Salmon, notaire à Luché et procureur fiscal pour sa terre de Gallerande à Clermont-Créans, à 10 km de La Fontaine (AD Sarthe : 60 J 36, Paris, 24 février 1774). L’étaminier-sacristain, ou peut-être son père, furent-ils en affaire avec l’illustre marquis de Clermont-Gallerande, lieutenant-général des armées du roi et pair de France en 1814 ? Leur instruction assez poussée rend crédible cette hypothèse

Fig. n° 16. Le village enserré par le couvent, détail d’un plan du début XIXe siècle, dressé à l’intention des nouveaux possesseurs du couvent, transformé en « château » (plan aquarellé, coll. Avril-Brier, cliché B. Hubert).
Légende : - 6 : la pièce de la Grange - 7 : la ferme, basse cour, bâtiment et cour - 8 : le jardin haut - 10 : la pièce du Noyer - 19 : le petit verger - 20-21 : le château - 22 : grille d’entrée [à partir de la place du village] - 24 : le lavoir douve - 26 : le devant pré - 54 et 334 : le pré St-Martin - 56 : l’avenue Pature - 58 : le pré de la Coulée - 330 : la pièce du Bouquet - 331 et 336 : la prairie du Bouquet

Fig. n° 17. Plan du bourg de La Fontaine à l’époque de Louis Simon (conception Pierre Besson, avant 1996, dessin, calligraphie et mise en couleurs, Michel Avril, 2015).
Comme certains plans « à l’ancienne », il ne vise pas à reproduire précisément les lieux et les immeubles mais à donner une impression générale du village, de ses différentes zones et des voies de passage. Il permet notamment de bien comprendre les itinéraires croisés de Louis Simon et Nannon Chapeau, de la maison du « bas du bourg » au couvent, en passant par l’église, le cimetière, la place des Halles et ses auberges…

Fig. n° 18. Le village au début du xxe siècle, représenté sur un rideau de théâtre peint vers 1910 par François Marsollier (1874-1938), photographe à Écommoy, pour des séances théâtrales organisées dans l’orangerie du château du Maurier (cliché S. Granger, juin 2015).
On remarque la fontaine « miraculeuse » au pied de l’église paroissiale : « L’an 1818, La piramide qui est sur la fontaine [de] Saint Martin fut faite par mon fils Paul, ainsi que la statue et l’inscription qui est dessous et les vers. Les trois pilliers de marbre sont des restes de l’Eglise du Couvent » (ms 83)

Fig. n° 19. Le pavillon situé à l’entrée du couvent, côté gauche en arrivant (cliché S. Granger, juin 2015).
De l’autre côté du portail, s’élevait un bâtiment symétrique, où logeait le chapelain et où avaient lieu les leçons de plain-chant prises par Louis Simon. À proximité immédiate du pavillon de droite se situait le tour : c’est là que Nannon Chapeau travaillait et avait sa chambre

Fig. n° 20. L’ancienne habitation des prieures, vestige de l’important prieuré de bénédictines, appelé familièrement le Couvent, démolie en 1903
(dessin de G. de Cordoue, d’après un croquis de R. de Linière)

Fig. n° 21. Le « portail de l’avenue », désert à certaines heures (cliché Cl. Turboust, 2015)

Fig. n° 22. La prieure Renée-Éléonore de Broc, qui dirigea le couvent avant Louise-Marie-Madeleine de Broc, sa nièce, la prieure du temps de Louis Simon, « qui se laissait honorer du titre d’abbesse » (coll. château des Perrais, ensemble de 47 portraits dit « Galerie des Ancêtres », classé MH en 1994, cliché Cl. Turboust, 2015)

2« … elle mavait donné un rendevous pour nous trouver au château du Maurier et l’ayant attendue jusqu’au soir quelle arriva comme je partais a m’en Retourner… » (ms 19)

Fig. n° 23. L’ancien château du Maurier (XVIe-XVIIe siècles) démoli en 1860 pour faire place à un château Napoléon III (dessin Michel Avril, 1996, mise en couleurs, 2015)

Fig. n° 24. Charles-Michel de Broc (1750-1803), neveu de l’abbesse, qui, en janvier 1766, conduisit Anne Chapeau jusque dans le chœur, « sous le crucifix » pour la bénédiction nuptiale (même origine que fig. n° 22, cliché Julien Guilbault, 1987)

Fig. n° 25. Le presbytère de La Fontaine Saint-Martin (XVIIe siècle), tel que l’a connu Louis Simon, jouxtant un petit bordage. La maison a été ensuite transformée en mairie, puis en école publique (dessin à la plume de Pierre Besson, avant 1982, cliché M. Meunier, 2015)

Fig. n° 26. L’église paroissiale Saint-Martin (cliché S. Granger, juin 2015).
On remarque le coq au haut du clocher : « Le coq est très ancien car, dans la jeunesse de mon grand père, il fut tiré d’un coup de fusil parti du cimetière, la balle la traversé » (ms 82)

Fig. n° 27. Le maître autel et le retable au pied desquels eut lieu la bénédiction nuptiale de Louis Simon et Anne Chapeau, le samedi 24 janvier 1767 au soir, dans la précipitation pour échapper à la menace de la milice (cliché S. Granger, juin 2015)

Fig. n° 28. La chaire à prêcher offerte par le curé Lelong et installée dans l’église le 5 décembre 1783

Fig. n° 29. Le chef de saint Martin est un reliquaire de bois doré réalisé par Blottière, sculpteur manceau. Installé sur le maître autel et inauguré le 11 novembre 1848 (jour de la Saint-Martin), il contient une relique du saint obtenue de l’archevêque de Tours. Le saint protecteur continuait ainsi à veiller sur les enfants et les petits-enfants de Louis Simon

3« M. Froulay, évêque du Mans, […] fit imprimer de nouveaux livres en 1750 et y fit de grands changements tant sur le chant que sur le bréviaire ; ce fut aussi un chapelain du couvent (Mr Guiard) qui acheva de me perfectioner sur le pleinchant, dans le temps que je pris ma voix d’homme qui fut assés forte » (ms 6).

Fig. n° 30 et 31. Le nouveau Graduel (1751) de Charles-Louis Froulay de Tessé, évêque du Mans de 1724 à 1767. À gauche la page de titre, à droite la première page du propre de l’Avent (Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, cliché S. Granger, 2013)

Fig. n° 32. Vitrail-tableau, réalisé en 1934 par Edgar Blanchard, maître-verrier au Mans, pour l’église de La Fontaine. Saint Martin est ici représenté tenant en sa main droite l’édicule qui surmonte la fontaine « miraculeuse », tout près de l’église, restauré par Paul Simon en 1818
(cliché S. Granger, juin 2015)

4« Sainte Magdeleine a été faite par mon fils Paul, excepté la tête qui est aussi un reste de statue du couvent » (ms 62).

Fig. n° 33. Sainte-Madeleine, statue de l’église de La Fontaine Saint-Martin. La tête et le buste sont en terre cuite (XVIIe siècle). En 1808, Paul Simon, tailleur de pierre, y a ajouté un corps en tuffeau, de facture maladroite, à l’intérieur duquel on trouve son nom
(cliché Cl. Turboust, 2015)

5« L’an dix de la République je fits l’antreprise de bâtir une auberge sur la grande Route […] mon fils Augustin étant revenu de la troupe et voulant lui donner un établissement un peu plus avantageux que le métier de tisserand… » (ms 58-59).

6« Les pierres sont presque toutes des démolitions du couvent, tous les tuffeaux sont de la Sacristie […] le tout est nommé Le Soleil » (ms 59).

Fig. n° 34. L’auberge du Soleil, bâtie par Louis Simon au bord de la nouvelle route Paris-Nantes, pour son fils Augustin (dessin à l’encre de Michel Avril, 1996, cliché R. Flamand)

Fig. n° 35. Reconstitution de l’intérieur d’une auberge au XVIIIe siècle : Exposition « La route royale Le Mans-La Flèche » à la Maison Louis Simon, La Fontaine Saint-Martin (10 mai-30 septembre 2015), par l’association Les Amis de Louis Simon
(cliché S. Granger, mai 2015)

Le goût des ailleurs - « Enfin un dimanche dernier jour de juillet 1763 je partis… » (ms 9)

Le goût des ailleurs - « Enfin un dimanche dernier jour de juillet 1763 je partis… » (ms 9)

Fig. n° 36. Reconstitution de l’itinéraire suivi par Louis Simon de juillet à octobre 1763 (cartographie Christophe Clavel, 2015). Pour une légende
détaillée de cette carte, voir partie IV

7L’aventure de la Révolution

Fig. n° 37. « J’ai sauvé ce registre de la main méchante des Robespierristes… » : annotation de la main de Louis Simon sur l’un des registres communaux
(cliché Cl. Turboust, 2015)

Fig. n° 38. Façade sur la rue de la maison où Louis Simon vécut pendant 17 ans (aquarelle, G. Tardit, détail, 2006, coll. Les Amis de Louis Simon, cliché S. Granger, 2015)

Fig. n° 39. La maison côté jardin.
On distingue sur le pignon la trace de l’ancien four à pain. À gauche, on aperçoit la tour où est nichée la « haute chambre » et à droite, le porche du nouveau château du Maurier, de style Napoléon III (cliché S. Granger, 13 mai 2012)

8« … quand nous fûmes seuls dans notre chambre, helas mon cher ami, me voila donc au comble de mes desirs […] si vous n’aviez pas voulu mépouser je m’en serais allée loin d’ici » (ms 52).

Fig. n° 40. L’escalier qui monte à la « haute chambre » (cliché Cl. Turboust, 2015)

Fig. n° 41. La chambre haute de la nuit des noces : lundi 26 janvier 1767 (cliché S. Granger, mai 2015)

9 « Quand nous fûmes arrivé a la piece de Bouqué [près du lavoir], je lui baisa les joue pour la premiere fois, mais elle me dit quelle allait me faire la conduite jusqua l’autre bout cest a dire au Lavoir de Bouqué, pour lors nous nous quittâmes, elle s’en Retourna au couvent… » (ms 23).

Fig. n° 42. Le lavoir du Bouquet où les amoureux se quittent après le premier rendez-vous, le dimanche 1er décembre 1765
(cliché A. Lebrun, 20 septembre 2015, promenade-lecture des Souvenirs à l’occasion des Journées du patrimoine, avec Carole Lebrun, Gilles Papineau et Josée Houlbert)

10« Vous vous marierez quand il vous plaira car je sais ma fille vous aime » (ms 43).

Fig. n° 43. Scène de demande en mariage, probablement chez un menuisier de village. Gravure de Charles-Clément Bervic, d’après une peinture de Nicolas Lépicié (coll. A. Fillon)

11« Anfin l’heureux jour arriva donc, ou nous devions conclure notre mariage » (ms 51)

Fig. n ° 44. Louis et Anne (joués par Ugo Combes et Lauréna Salion, étudiants en histoire à l’université du Maine) à la sortie de l’église lors de la fête du mariage le 13 mai 2012, écoutant la chanson de la mariée chantée par Emmanuelle Fauvy (cliché M. Meunier)

12 « À la sortie de l’église, je fis la conduite a la mariée jusqu’au couvent » (ms 52).

13« Nous fumes dîner et puis danser ; la jeunesse du bourg vint danser le soir ; on fit plusieurs danses à la fois, car il y avait trois violons » (ms 52).

Fig. n ° 45. Nicolas-Antoine Tannay, Noce de village, 1785 (coll. A. Fillon)

14« C’est un bonheur de savoir qu’un metteur en scène et des comédiens de talent ont donné un visage et une voix à l’écrivain de village : Moi, Louis Simon … (Anne Fillon, Louis Simon villageois…, p. 18).

Fig. n° 46. Affiche pour « Moi, Louis Simon » de la compagnie N.B.A Spectacles en 1996 (© S. et J. Jupin). À travers un fin tissu d’étamine, comme à travers le voile des souvenirs, brille l’alliance symbole de l’amour de Louisot et de Nannon

List of illustrations

Caption Fig. n° 1. Anne Fillon dédicaçant Louis Simon Villageois de l’Ancienne France, octobre 1996(collection Michel Fillon)« … inviter le lecteur à partager le bonheur qu’Anne Fillon, et son héros Louis Simon (1741-1820) qu’elle a ressuscité, nous ont procuré » (Pierre CHAUNU, Préface à Louis Simon, villageois de l’ancienne France, 1996)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-1.jpg
File image/jpeg, 861k
Caption Fig. n° 2. Couverture du « livre » de Louis Simon (coll. part.).« … une reliure faite d’un manuscrit sur parchemin, usé et sali, mais sur lequel l’écriture du XVIIe siècle est encore visible. Deux lacets ferment la reliure » (Anne FILLON, Description matérielle du manuscrit, 1996)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-2.jpg
File image/jpeg, 1,9M
Caption Fig. n° 3. La première page du manuscrit (coll. part.).« Moi, Louis Simon, ayant épousé Anne Chapeau, petite-nièce du sieur Ory, j’ai hérité du présent livre dans lequel j’ai écrit les principaux événements arrivés pendant le cours de ma vie… »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-3.jpg
File image/jpeg, 2,0M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-4.jpg
File image/jpeg, 792k
Caption Fig. n° 4. Louis Simon et sa famille proche : généalogie simplifiée de Louis Simon et Anne Chapeau(mise en page Michel Meunier, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-5.jpg
File image/jpeg, 960k
Caption Fig. n° 5. Le premier à incarner Louis Simon : Didier Bardoux dans « Moi, Louis Simon… », en 1996, par la Compagnie N.B.A. Spectacles(cliché Fabrice Poggiani)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-6.jpg
File image/jpeg, 403k
Caption Fig. n° 6. Un Louis Simon du XXIe siècle : lors de la fête du mariage le dimanche 13 mai 2012, Ugo Combes, étudiant en histoire à l’Université du Maine(cliché M. Meunier)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-7.jpg
File image/jpeg, 708k
Caption Fig. n° 7 et 8. Des gens du Maine, qui pourraient être des habitants de La Fontaine Saint-Martin : portrait d’une servante et d’un jeune paysan, XVIIIe siècle (© Musées du Mans)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-8.jpg
File image/jpeg, 627k
Caption Fig. n° 9. À Clermont-Créans : Mathurin Brier (1770-1847), laboureur(coll. Avril-Brier, cliché Cl. Turboust)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-9.jpg
File image/jpeg, 452k
Caption Fig. n° 10 à 12. À Courcelles : Des villageois immortalisés par le chirurgien potier Pierre-Innocent Guimonneau de La Forterie sur trois couvercles de soupière en terre cuite vernissée, 1786-1787(© Musées du Mans)Fig. n° 10. Le marchand et sa femme
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-10.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Caption Fig. n°11. Monsieur le curé et sa servante
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-11.jpg
File image/jpeg, 696k
Caption Fig. n° 12. Et peut-être le chirurgien lui-même…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-12.jpg
File image/jpeg, 677k
Title Entre Le Mans et La Flèche, les villages du voisinage
Caption Fig. n° 13. La Fontaine Saint-Martin et ses alentours. Détail de la carte du diocèse du Mans dessinée par l’abbé Janvier, curé de Changé, 1772 (coll. part., cliché M. Meunier)Le bonheur « se trouve pour nous aujourd’hui aux alentours de La Fontaine Saint-Martin, dans un coin du Haut-Maine, dans une fragile Arcadie, dans un monde que nous avons perdu et qu’Anne Fillon nous a aidés à retrouver » (Pierre CHAUNU, Louis Simon…, Préface, 1996)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-13.jpg
File image/jpeg, 2,1M
Title Le couvent et le village dessinés entre 1745 et 1780 pour l’Atlas de Trudaine
Caption Fig. n° 14. La Fontaine Saint-Martin dans l’Atlas de Trudaine, réalisé entre 1745et 1780. La planche mesure environ 86 x 58 cm (peinture, aquarelle et encres sur papier à dessin).Échelle : 11,2 cm pour 500 toises, soit 1/8 660e (Base de données ARCHIM, portail internet des archives nationales, en ligne, cote CP/F/14/8505, généralité de Tours, planche n° 47, détail)Cet atlas offre une valeur informative considérable sur les paysages proches des routes dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il reste à cet égard une source de première importance pour les historiens de cette période et pour ceux qui souhaitent comprendre l’évolution des paysages et des écosystèmes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-14.jpg
File image/jpeg, 2,0M
Caption Fig. n° 15. Le lac des Soucis d’après un « plan géométrique », levé et dressé par Ruillé, géomètre expert arpenteur en titre… déposé en l’étude de maître Raguideau, notaire royal à Oisé le 27 mars 1779 (coll. part.)Le bornage de la lande des Soucis fut une affaire longue et difficile en raison de contestations juridiques entre le marquis de Clermont et le comte de Mailly. « Je n’ai encore reçu aucun plan de la part de Mr Simon, faites-lui dire que je les attends, quand vous en trouverez l’occasion » écrit à ce propos le marquis de Clermont-Gallerande à M. Salmon, notaire à Luché et procureur fiscal pour sa terre de Gallerande à Clermont-Créans, à 10 km de La Fontaine (AD Sarthe : 60 J 36, Paris, 24 février 1774). L’étaminier-sacristain, ou peut-être son père, furent-ils en affaire avec l’illustre marquis de Clermont-Gallerande, lieutenant-général des armées du roi et pair de France en 1814 ? Leur instruction assez poussée rend crédible cette hypothèse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-15.jpg
File image/jpeg, 963k
Caption Fig. n° 16. Le village enserré par le couvent, détail d’un plan du début XIXe siècle, dressé à l’intention des nouveaux possesseurs du couvent, transformé en « château » (plan aquarellé, coll. Avril-Brier, cliché B. Hubert).Légende : - 6 : la pièce de la Grange - 7 : la ferme, basse cour, bâtiment et cour - 8 : le jardin haut - 10 : la pièce du Noyer - 19 : le petit verger - 20-21 : le château - 22 : grille d’entrée [à partir de la place du village] - 24 : le lavoir douve - 26 : le devant pré - 54 et 334 : le pré St-Martin - 56 : l’avenue Pature - 58 : le pré de la Coulée - 330 : la pièce du Bouquet - 331 et 336 : la prairie du Bouquet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-16.jpg
File image/jpeg, 1,8M
Caption Fig. n° 17. Plan du bourg de La Fontaine à l’époque de Louis Simon (conception Pierre Besson, avant 1996, dessin, calligraphie et mise en couleurs, Michel Avril, 2015).Comme certains plans « à l’ancienne », il ne vise pas à reproduire précisément les lieux et les immeubles mais à donner une impression générale du village, de ses différentes zones et des voies de passage. Il permet notamment de bien comprendre les itinéraires croisés de Louis Simon et Nannon Chapeau, de la maison du « bas du bourg » au couvent, en passant par l’église, le cimetière, la place des Halles et ses auberges…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-17.jpg
File image/jpeg, 2,0M
Caption Fig. n° 18. Le village au début du xxe siècle, représenté sur un rideau de théâtre peint vers 1910 par François Marsollier (1874-1938), photographe à Écommoy, pour des séances théâtrales organisées dans l’orangerie du château du Maurier (cliché S. Granger, juin 2015).On remarque la fontaine « miraculeuse » au pied de l’église paroissiale : « L’an 1818, La piramide qui est sur la fontaine [de] Saint Martin fut faite par mon fils Paul, ainsi que la statue et l’inscription qui est dessous et les vers. Les trois pilliers de marbre sont des restes de l’Eglise du Couvent » (ms 83)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-18.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Caption Fig. n° 19. Le pavillon situé à l’entrée du couvent, côté gauche en arrivant (cliché S. Granger, juin 2015).De l’autre côté du portail, s’élevait un bâtiment symétrique, où logeait le chapelain et où avaient lieu les leçons de plain-chant prises par Louis Simon. À proximité immédiate du pavillon de droite se situait le tour : c’est là que Nannon Chapeau travaillait et avait sa chambre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-19.jpg
File image/jpeg, 997k
Caption Fig. n° 20. L’ancienne habitation des prieures, vestige de l’important prieuré de bénédictines, appelé familièrement le Couvent, démolie en 1903(dessin de G. de Cordoue, d’après un croquis de R. de Linière)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-20.jpg
File image/jpeg, 1018k
Caption Fig. n° 21. Le « portail de l’avenue », désert à certaines heures (cliché Cl. Turboust, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-21.jpg
File image/jpeg, 622k
Caption Fig. n° 22. La prieure Renée-Éléonore de Broc, qui dirigea le couvent avant Louise-Marie-Madeleine de Broc, sa nièce, la prieure du temps de Louis Simon, « qui se laissait honorer du titre d’abbesse » (coll. château des Perrais, ensemble de 47 portraits dit « Galerie des Ancêtres », classé MH en 1994, cliché Cl. Turboust, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-22.jpg
File image/jpeg, 620k
Caption Fig. n° 23. L’ancien château du Maurier (XVIe-XVIIe siècles) démoli en 1860 pour faire place à un château Napoléon III (dessin Michel Avril, 1996, mise en couleurs, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-23.jpg
File image/jpeg, 1,2M
Caption Fig. n° 24. Charles-Michel de Broc (1750-1803), neveu de l’abbesse, qui, en janvier 1766, conduisit Anne Chapeau jusque dans le chœur, « sous le crucifix » pour la bénédiction nuptiale (même origine que fig. n° 22, cliché Julien Guilbault, 1987)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-24.jpg
File image/jpeg, 555k
Caption Fig. n° 25. Le presbytère de La Fontaine Saint-Martin (XVIIe siècle), tel que l’a connu Louis Simon, jouxtant un petit bordage. La maison a été ensuite transformée en mairie, puis en école publique (dessin à la plume de Pierre Besson, avant 1982, cliché M. Meunier, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-25.jpg
File image/jpeg, 534k
Caption Fig. n° 26. L’église paroissiale Saint-Martin (cliché S. Granger, juin 2015).On remarque le coq au haut du clocher : « Le coq est très ancien car, dans la jeunesse de mon grand père, il fut tiré d’un coup de fusil parti du cimetière, la balle la traversé » (ms 82)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-26.jpg
File image/jpeg, 907k
Caption Fig. n° 27. Le maître autel et le retable au pied desquels eut lieu la bénédiction nuptiale de Louis Simon et Anne Chapeau, le samedi 24 janvier 1767 au soir, dans la précipitation pour échapper à la menace de la milice (cliché S. Granger, juin 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-27.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Caption Fig. n° 28. La chaire à prêcher offerte par le curé Lelong et installée dans l’église le 5 décembre 1783
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-28.jpg
File image/jpeg, 479k
Caption Fig. n° 29. Le chef de saint Martin est un reliquaire de bois doré réalisé par Blottière, sculpteur manceau. Installé sur le maître autel et inauguré le 11 novembre 1848 (jour de la Saint-Martin), il contient une relique du saint obtenue de l’archevêque de Tours. Le saint protecteur continuait ainsi à veiller sur les enfants et les petits-enfants de Louis Simon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-29.jpg
File image/jpeg, 627k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-30.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Caption Fig. n° 30 et 31. Le nouveau Graduel (1751) de Charles-Louis Froulay de Tessé, évêque du Mans de 1724 à 1767. À gauche la page de titre, à droite la première page du propre de l’Avent (Médiathèque Louis Aragon, Le Mans, cliché S. Granger, 2013)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-31.jpg
File image/jpeg, 1,6M
Caption Fig. n° 32. Vitrail-tableau, réalisé en 1934 par Edgar Blanchard, maître-verrier au Mans, pour l’église de La Fontaine. Saint Martin est ici représenté tenant en sa main droite l’édicule qui surmonte la fontaine « miraculeuse », tout près de l’église, restauré par Paul Simon en 1818(cliché S. Granger, juin 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-32.jpg
File image/jpeg, 1,6M
Caption Fig. n° 33. Sainte-Madeleine, statue de l’église de La Fontaine Saint-Martin. La tête et le buste sont en terre cuite (XVIIe siècle). En 1808, Paul Simon, tailleur de pierre, y a ajouté un corps en tuffeau, de facture maladroite, à l’intérieur duquel on trouve son nom(cliché Cl. Turboust, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-33.jpg
File image/jpeg, 835k
Caption Fig. n° 34. L’auberge du Soleil, bâtie par Louis Simon au bord de la nouvelle route Paris-Nantes, pour son fils Augustin (dessin à l’encre de Michel Avril, 1996, cliché R. Flamand)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-34.jpg
File image/jpeg, 1000k
Caption Fig. n° 35. Reconstitution de l’intérieur d’une auberge au XVIIIe siècle : Exposition « La route royale Le Mans-La Flèche » à la Maison Louis Simon, La Fontaine Saint-Martin (10 mai-30 septembre 2015), par l’association Les Amis de Louis Simon(cliché S. Granger, mai 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-35.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Title Le goût des ailleurs - « Enfin un dimanche dernier jour de juillet 1763 je partis… » (ms 9)
Caption Fig. n° 36. Reconstitution de l’itinéraire suivi par Louis Simon de juillet à octobre 1763 (cartographie Christophe Clavel, 2015). Pour une légendedétaillée de cette carte, voir partie IV
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-36.jpg
File image/jpeg, 1,4M
Caption Fig. n° 37. « J’ai sauvé ce registre de la main méchante des Robespierristes… » : annotation de la main de Louis Simon sur l’un des registres communaux(cliché Cl. Turboust, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-37.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Caption Fig. n° 38. Façade sur la rue de la maison où Louis Simon vécut pendant 17 ans (aquarelle, G. Tardit, détail, 2006, coll. Les Amis de Louis Simon, cliché S. Granger, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-38.jpg
File image/jpeg, 1,3M
Caption Fig. n° 39. La maison côté jardin.On distingue sur le pignon la trace de l’ancien four à pain. À gauche, on aperçoit la tour où est nichée la « haute chambre » et à droite, le porche du nouveau château du Maurier, de style Napoléon III (cliché S. Granger, 13 mai 2012)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-39.jpg
File image/jpeg, 1014k
Caption Fig. n° 40. L’escalier qui monte à la « haute chambre » (cliché Cl. Turboust, 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-40.jpg
File image/jpeg, 312k
Caption Fig. n° 41. La chambre haute de la nuit des noces : lundi 26 janvier 1767 (cliché S. Granger, mai 2015)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-41.jpg
File image/jpeg, 698k
Caption Fig. n° 42. Le lavoir du Bouquet où les amoureux se quittent après le premier rendez-vous, le dimanche 1er décembre 1765(cliché A. Lebrun, 20 septembre 2015, promenade-lecture des Souvenirs à l’occasion des Journées du patrimoine, avec Carole Lebrun, Gilles Papineau et Josée Houlbert)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-42.jpg
File image/jpeg, 954k
Caption Fig. n° 43. Scène de demande en mariage, probablement chez un menuisier de village. Gravure de Charles-Clément Bervic, d’après une peinture de Nicolas Lépicié (coll. A. Fillon)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-43.jpg
File image/jpeg, 390k
Caption Fig. n ° 44. Louis et Anne (joués par Ugo Combes et Lauréna Salion, étudiants en histoire à l’université du Maine) à la sortie de l’église lors de la fête du mariage le 13 mai 2012, écoutant la chanson de la mariée chantée par Emmanuelle Fauvy (cliché M. Meunier)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-44.jpg
File image/jpeg, 1,1M
Caption Fig. n ° 45. Nicolas-Antoine Tannay, Noce de village, 1785 (coll. A. Fillon)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-45.jpg
File image/jpeg, 1,5M
Caption Fig. n° 46. Affiche pour « Moi, Louis Simon » de la compagnie N.B.A Spectacles en 1996 (© S. et J. Jupin). À travers un fin tissu d’étamine, comme à travers le voile des souvenirs, brille l’alliance symbole de l’amour de Louisot et de Nannon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/43455/img-46.jpg
File image/jpeg, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site