Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Autour de Louis Simon et de ses souvenirs

Pistes bibliographiques

Sylvie Granger et Benoît Hubert

Texte intégral

De nombreuses références bibliographiques figurent en notes (en particulier de nombreux mémoires de recherche dirigés par Anne Fillon). N’ont été rassemblés ci-dessous que les ouvrages qui nous ont paru les plus utiles, ainsi que les instruments de travail qui, pour classiques qu’ils puissent paraître, doivent être rassemblées ici avec leurs références complètes car les plus souvent utilisés d’entre eux ne figurent en note que sous forme très abrégée (exemple : LePaige, Dictionnaire…).

IMPORTANT : les travaux d’Anne Fillon ayant été rassemblés dans une rubrique séparée (voir précédemment), ils ne sont pas rappelés ci-dessous.

1°) DICTIONNAIRES ET OUTILS DE TRAVAIL

– Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, « Quadrige », 2002, [1re édition 1996], 1 384 pages.

– Serge Bertin, Dominique Beucher, Jean-Pierre Leprince, Trésor du parler cénoman, Le Mans, Cénomane, 2004, 384 pages.

– Laurent Bourquin et Scarlett Beauvalet (dir.), Dictionnaire historique de la France moderne, Paris, Belin, 2005, 441 pages.

– Michel Figeac (dir.), L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, 590 pages.

– Jean-Luc Flohic (dir.), Le patrimoine des communes de la Sarthe, Collection Le patrimoine des communes de France, Paris, Flohic Éditions, 2 volumes, 2000, 1 667 pages.

– Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural, Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, 1 766 pages.

– André-René LePaige, Dictionnaire géographique et topographique, historique, généalogique et bibliographique de la province et du diocèse du Maine, Le Mans, Toutain, Paris, Saugrain, 1777, 2 vol., 544 et 602 pages.

– André Lévy (dir.), La Sarthe des origines à nos jours, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 1983, 469 pages.

– Louis Liger, Nouvelle maison rustique, Charles de Sercy, 2 volumes, 1700, Amsterdam, Henri Desbordes, 1701, 13e édition en 1804.

– Raoul de Linière, Armorial de la Sarthe, Le Mans, Vilaire, 1948, 2 vol., 725 pages.

– Charles-Raoul de Montesson, Vocabulaire du Haut-Maine, Le Mans, Dehallais, du Temple et Cie, Paris, Dumoulin, [1re édition 1857], nouvelle édition augmentée, 1859, 498 pages [autres rééditions postérieures].

– Guy-Marie Oury (Dom) (dir.), Histoire religieuse du Maine, Paris, CLD, Normans et Cie éditeur, 1978, 293 pages.

– Julien-Rémy Pesche, Dictionnaire Topographique, Historique et Statistique de la Sarthe, Le Mans-Paris, 6 volumes, 1829-1842.

– Paul Piolin (Dom), Histoire de l’Église du Mans, Paris, Julien, Lanier et Cie, 6 tomes, 1854-1863.

– Paul Piolin (Dom), L’Église du Mans durant la Révolution : mémoires sur la persécution religieuse à la fin du XVIIIe siècle, complément de l’Histoire de l’Église du Mans, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 4 tomes, 1868-1871.

– François Rozier (abbé), Cours complet d’agriculture…, 9 vol., 1781-1796.

– Eugène Vallée et Robert Latouche, Dictionnaire topographique du département de la Sarthe, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie Nationale, 2 vol., 1950 et 1952, LXXXXV, 1 061 pages.

2°) VIVRE AU VILLAGE AU TEMPS DE LOUIS SIMON

* Le monde rural et villageois, société et culture (hors Maine-Anjou)

– Gabriel Audisio, Des paysans, XVe-XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1993, 367 pages.

– Xavier Bisaro, Chanter toujours, Plain-chant et religion villageoise dans la France moderne (XVIe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2010, 246 pages.

– Jean-Marie Constant, La société française aux XVIe-XVIIe-XVIIIe siècles, Synthèse-Histoire, Paris, Ophrys, 1994, 163 pages.

– Alain Croix, « Relations villes-campagnes et inventaires après décès dans la France de l’Ouest (XVIe-XIXe siècles) : le point sur une enquête », Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, XVIIe-XIXe siècle, F. Lebrun et N. Seguin (dir.), Trois-Rivières (Québec) et Rennes, UQTR et PUR, 1987, p. 141-150.

– Michel Devèze, La forêt et les communautés rurales, XVIe-XVIIIe siècles, recueil d’articles, Paris, PUPS, 1982, 502 pages.

– Antoine Follain (dir.), L’argent des Villages, Comptabilités paroissiales et communales, ficalité locale du XIIIe au XVIIIe siècle, Colloque Angers, octobre 1998, Rennes, Association d’Histoire des Sociétés rurales, 2000, 438 pages.

– Antoine Follain, Le Village sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2008, 609 pages.

– Benoit Garnot, Le Peuple au Siècle des lumières. Échec d’un dressage culturel, Paris, Imago, 1990, 244 pages.

– Benoit Garnot, Société, cultures et genres de vie dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Hachette, collection « Carré-Histoire », [1re édition 1991], 9e édition 2008, 192 pages.

– Benoit Garnot, La Culture matérielle en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, collection « Synthèse-Histoire », 1995, 184 pages.

– Benoit Garnot, Les Campagnes en France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, collection « Synthèse-Histoire », 1998, 178 pages.

– Philippe Guignet et René Grevet, La France et les Français au XVIIIe siècle (1715-1788), Économie et culture, Paris, Ophrys, Documents-Histoire, 1993, 212 pages.

– Jean-Pierre Gutton, La sociabilité villageoise dans l’ancienne France, Solidarités et voisinages du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1979, 294 pages.

– Jean Jacquart, « Réflexions sur la communauté d’habitants », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 3, 1976, p. 1-25 ; réédité dans Paris et l’Île de France au temps des paysans, XVIe et XVIIe siècles, Recueil d’articles, Paris, PUPS, 1990, 398 pages, p. 157-181.

– François Lebrun, Croyances et cultures dans la France d’Ancien Régime, Paris, Points Seuil, 2001, 304 pages.

– Emmanuel LeRoyLadurie, Les paysans français d’Ancien Régime : du XIVe au XVIIIe siècle, postface de Jean-Marc Moriceau, Paris, Le Seuil, 2015, 288 pages.

– Jean-Pierre Lethuillier (dir.), Les costumes régionaux entre mémoire et histoire, Rennes, PUR, 2009, 580 pages.

– Brigitte Maillard, Les Campagnes de Touraine au XVIIIe siècle, Structures agraires et économie rurale, Rennes, PUR, 1998, 500 pages.

– Florent Quellier, La Table des Français, Une histoire culturelle (XVe-XIXe siècle), Rennes, PUR/PU François Rabelais, Coll. Tables des Hommes », [1re édition 2007], réédition 2013, 274 pages.

– Jean Quéniart, « Les apprentissages scolaires élémentaires au XVIIIe siècle : faut-il réformer Maggiolo ? », RHMC, janvier-mars 1977, p. 3-27.

* Campagnes, bourgs et villages du Haut-Maine et de l’Anjou fléchois

– Serge Bertin et Sylvie Granger, Femmes en Sarthe, Actrices de leur temps, Le Mans, Libra-Diffusio, [2012], 2e édition actualisée et augmentée, 2015, 304 pages.

– Serge Bertin et Sylvie Granger, Hommes en Sarthe, Acteurs de leur temps, Le Mans, Libra-Diffusio, 2015, 272 pages.

– Renée Bons-Coutant, Les Communautés religieuses de femmes, au temps de la Réforme catholique et des Lumières. Évolution de l’infrastructure conventuelle, du recrutement et de la vie des moniales, sur une terre de l’Ouest : le Haut-Maine et l’Anjou fléchois, thèse Histoire, Université du Maine, J.-M. Constant (dir.), 1996, 897 pages.

– Louis Calendini, « La voirie au pays fléchois en 1788 », Les Annales fléchoises et la vallée du Loir, n° 4, 1904.

– Alizée Charpentier, Deux petits monastères féminins du sud Maine à la fin de l’Ancien Régime, Master 1, Université du Maine, S. Granger (dir.), 2011, 190 pages.

– Alizée Charpentier, Vivre au couvent, Les moniales dans le Maine à la fin du XVIIIe siècle, Master 2, Université du Maine, S. Granger (dir.), 2012, 135 pages.

– Marie-Thérèse Chevet, « Naissances illégitimes dans le Haut-Maine de la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle », La Province du Maine, 1992, p. 61-81.

– André Codron, « L’année 1789 vue de Mareil », Cahier fléchois, hors série, 1989, p. 25-30.

– Lucette Combes-Mésière, Pierre-Innocent Guimonneau de La Forterie, Maître-chirurgien à Courcelles-au-Maine et potier à Ligron au XVIIIe siècle, Laval-Nantes, Siloë, 1995, 206 pages.

– Lucette Combes-Mésière, Gil Galbrun-Chouteau et Gilles Kervella (dir.), Potiers et faïenciers de la Sarthe, Le Mans, La Reinette, 2002, 536 pages.

– Jean-Marie Constant (dir.), Gens de l’Ouest, Contribution à l’histoire des cultures provinciales, Le Mans, Lhamans, 2001, 550 pages.

– Paul Cordonnier-Détrie, « Notes d’histoire et d’archéologie, Malicorne, château de Pescheseul, château de Moulin-vieux, église de Pirmil », RHAM, t. LXXXIX, 1923, p. 121-144.

– Paul Cordonnier-Détrie, « Autour de La Fontaine-Saint-Martin. Deux documents de la famille Aubéry-du-Maurier », RHAM, t. XXXVI, n° 91, 1956, p. 150-155.

– Paul Cordonnier-Détrie, « En parcourant le pays de Longaunay », RHAM, t. XXXVI, n° 91, 1956, p. 223-227.

– André Coutard, « Les moulins sur la Sarthe entre Le Mans et Malicorne », Moulins de la Sarthe, n° 3, 1991, p. 15-17.

– Alain de Dieuleveult, « Baptêmes à La Flèche (Saint-Thomas) au XVIIIe siècle (1700-1792), étude de statistique démographique », Cahier fléchois, n° 21, 2000, p. 53-61.

– Alain de Dieuleveult, « L’inoculation variolique au XVIIIe siècle à La Flèche et ailleurs », Cahier fléchois, n° 7, 1986, p. 11-12.

– Alain de Dieuleveult, « Une famille fléchoise au XVIIIe siècle : les Chauvelier », Cahier fléchois, n° 23, 2002, p. 39-43.

– Alain de Dieuleveult, « Naissances illégitimes à La Flèche au XVIIIe siècle », Cahier fléchois, n° 25, 2004, p. 69-72.

Alain de Dieuleveult, « Philippe Despierres (1757-1812), maître serrurier et père prolifique », Cahier fléchois, n° 25, 2004, p. 79-89.

– Alain de Dieuleveult, « Louis-Gaspard-Joseph de Clermont-Gallerande (1744-1837) », Cahier fléchois, n° 27, 2006, p. 79-133.

– Alain de Dieuleveult, « Comment vivaient les Fléchois aux XVIIe et XVIIIe siècles », Cahiers fléchois, n° 30, 2009, p. 13-58.

– François Dornic (dir.), Histoire du Mans et du pays manceau, Toulouse, Privat, 1975, réédition 1988, 397 pages.

– Jeanne Dufour, Agriculture et agriculteurs dans les campagnes mancelles. Le devenir des régions agricoles, Le Mans, chez l’auteur, 1981, 596 pages.

– Gil Galbrun-Chouteau, « Les Guéhéry, sacristes ‘‘héréditaires” à Courcelles-la-Forêt », Cahier fléchois, n° 17, 1996, p. 3-18.

– Gil Galbrun-Chouteau, « La famille Chaligné, une généalogie de meuniers (XVIe-XXe siècle) », Cahier fléchois, n° 18, 1997, p. 7-24.

– Gil Galbrun-Chouteau, « Louis Mersenne, tonnelier violoniste au village de Saint-Jeande-La-Motte (1663-1740) », Cahier fléchois, n° 24, 2003, p. 71-80.

– Joseph Genet, Notice géographique et historique sur la commune de Mézeray, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1878, 94 pages.

– Sylvie Granger, « La famille Mondot : musique et politique à La Flèche au XVIIIe siècle », Cahier fléchois, 1994, n° 15, p. 47-74.

– Sylvie Granger, « Une famille d’organistes dans un village du Maine au XVIIIe siècle, Pierre et François Lemarié à Torcé », Maine-Découvertes, n° 47, décembre 2005, p. 58-62.

– Sylvie Granger, « Le plain-chant au village : dans le Maine aussi », La Province du Maine, 2010/2, p. 385-391.

– Sylvie Granger, « Femmes organistes en Sarthe au temps de la Révolution », La Vie Mancelle et Sarthoise, n° 431, octobre 2013, p. 16-20.

– Sylvie Granger, « Être organiste au village dans le Maine au XVIIIe siècle », La Vie Mancelle et Sarthoise, n° 438, décembre 2014, p. 35-41.

– Benoit Hubert, Au pays des deux rivières : la Sarthe et la Vègre. Pouvoirs, économie et société dans les villages de la seigneurie de Pescheseul, 1685-1800, DEA, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 1989, 85 pages.

– Benoit Hubert, « Les fondateurs du Bureau d’Agriculture du Mans (1761-1775) : enthousiasmes et tâtonnements », Les 250 ans de la Société d’Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe, colloque 14 mai 2011, Bulletin SASAS, 2013, p. 9-66.

– André Latron, « Notes sur l’urbanisme villageois ancien dans le Maine », RHAM, série 3, t. 9, n° 9, 1989, p. 43-80.

– Amandine Lecler, Être sacristain dans un village du Haut Maine au XVIIIe siècle, L’exemple de deux dynasties sacristines à Marolles-les-Braults, Master 1, Université du Maine, S. Granger (dir.), 2012, 179 pages.

– Annick LeGoff-Guilleux, Cent ans de relais de poste de Foulletourte : la famille Froger (1759-1859), maîtrise, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 1995, 145 pages.

– Estelle Lemoine-Maulny, Usages, biens collectifs et communautés d’habitants en Anjou, XVe-XIXe siècles, thèse d’histoire, Université d’Angers, M. Nassiet et A. Follain (dir.), 2009, 471 pages.

– André Lévy, Batailles du Mans : le drame vendéen, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, 2004, 87 pages.

– Raoul de Linière, Étude sur les fiefs de La Fontaine Saint-Martin au Maine et leurs seigneurs, Laval, Veuve A. Goupil, 1904, 93 pages.

– Raoul de Linière, Le prieuré conventuel de La Fontaine Saint-Martin au Maine. Étude historique suivie du cartulaire, Mamers, Fleury, 1906, 302 pages.

– Brigitte Maillard, « Régler les affaires d’ici-bas dans son testament au XVIIIe siècle dans un pays de partage égalitaire, l’Anjou-Touraine », Revue du Nord, n° 400-401, 2013/2, p. 641-651.

– Corentin Maunoury, « Les institutions judiciaires royale et seigneuriale dans le Maine au XVIIIe siècle, La coexistence de deux systèmes », ABPO, n° 121-1, 2014, p. 51-83.

– René Plessix, « Notion de confort, à la ville et à la campagne, dans le Maine et le Perche, au XVIIIe siècle », Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l’Ouest, XVIIe-XXe siècle, F. Lebrun et N. Seguin (dir.), Trois-Rivières (Québec) et Rennes, UQTR et PUR, 1987, p. 389-400.

– René Plessix, « L’élection de La Flèche dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, (suivi de) Enquêtes de 1747 et 1784 », Cahier fléchois, n° 14, 1993, p. 97-115.

– Daniel Potron, « Postes et voyages à La Flèche au XVIIIe siècle », Cahier fléchois, n° 30, 2009, p. 59-63.

– Stéphane Poussin, « Assemblées d’habitants et notables à Mansigné au XVIIIe siècle », Cahier fléchois, n° 13, 1992, p. 47-67.

– Marcel Reinhard, Le département de la Sarthe sous le régime directorial, Saint-Brieuc, Les Presses bretonnes, s. d. [vers1935], 657 pages.

– Henri Roquet, « Notice historique sur Saint-Jean-de-La Motte », RHAM, t. XXX, 1891, p. 72-111.

– Henri Roquet, « Cérans-Foulletourte », Les Annales fléchoises et la Vallée du Loir I, janvier-juin 1903, p. 74-84 ; 153-165 ; 195-205 ; 275-295 ; II, juillet-décembre 1903, p. 9-26 ; 65-80 ; 211-223 ; 290-301 ; 337-341 ; articles réunis dans Cérans-Foulletourte et ses environs, Paris, Res universis, 1990, 129 pages.

– Henri Roquet, « Une lande sarthoise : le Bourray », Bulletin SASAS, vol. 54, 1935-1936, p. 13-45.

– Pierre Schilte, « Vendéens et chouans au pays fléchois (1793-1795) », La Province du Maine, 4e série, t. V, 1976, p. 418-427.

– Pierre Schilte, La Flèche intra-muros, Cholet, Farré et Fils, 1980, 223 pages.

– Pierre Schilte, La Flèche extra-muros, Cholet, Farré et Fils, 1981, 269 pages.

– Pierre Schilte, « L’hôtellerie fléchoise, relais, hostelleries, auberges, restaurants, cabarets, cafés dans l’histoire de La Flèche », Cahier fléchois, n° 18, 1997, p. 47-81.

– Gewa Thoquet, La vie des villageois au XVIIIe siècle d’après les écrits de l’époque ; Ainsi vivaient nos ancêtres, publié le 20 mai 2011 par genealogie-magazine. over-blog. com.

– Robert Triger, L’année 1789 au Mans et dans le Haut-Maine, Mamers, Fleury et Dangin, 1889, VIII, 311 pages.

– Fanny Viros, Yvré-l’Évêque : Indices d’urbanité dans un village près du Mans [XVIIIe siècle], Master 1, Université du Maine, L. Bourquin (dir.), 2006, 129 pages.

– [collectif], La Révolution dans le Maine, Le Mans, Bendritter & Vilaire, 26 numéros publiés de 1925 à 1937.

– [collectif], La Révolution dans la Sarthe, Bulletin du Comité départemental de la Sarthe pour la recherche et la publication des documents économiques de la Révolution française, Le Mans, Association ouvrière de l’imprimerie Drouin, 1906-1908, n° 1 (1906), n° 8 (1908).

3°) ÉCRIRE EN SON FOR PRIVÉ, DANS LE MAINE ET AILLEURS

* Les écritures de soi dans le Maine au XVIIIe siècle

– René Baret (chanoine), « Notes et observations d’un paysan de Sillé-le-Philippe autour de la Révolution », 1784-1822, [notes de Louis Montarou], La Province du Maine, t. 70, 1968, p. 58-72.

– Martine Barilly-Leguy, « Livre de mes Anciens grand pères », Le livre de raison d’une famille mancelle du Grand Siècle (1567-1675), Rennes, PUR, collection « Mémoire Commune », 2006, 465 pages.

– Didier Boisson, Le Journal de Stanislas Dupont de La Motte, inspecteur au collège de La Flèche (1771-1776), Rennes, PUR, collection « Mémoire Commune », 2005, 426 pages.

– Charles Boucher, Mémoires publiés par A. de Dieuleveult sous le titre Un Fléchois dans la Révolution 1789-1805, La Flèche, 2002, 246 pages.

– Mathilde Chollet, Les écrits du for privé dans le Haut-Maine à l’époque moderne (1490-1865), Master 2, Université du Maine, F. Pitou (dir.), 2006, 407 pages.

– Mathilde Chollet, « Les écrits du for privé dans le Haut Maine à l’époque moderne », ABPO, n° 115-1, 2008, p. 133-158.

– Mathilde Chollet, Une ambition féminine au Siècle des lumières. Éducation et culture au château : les journaux de Mme de Marans (1719-1784), thèse Histoire, Université du Maine, F. Pitou et S. Granger (dir.), 2014, 916 pages.

– Lucette Combes-Mésière, La robe et le jupon de soie, Correspondance d’un maître-chirurgien du Maine fin XVIIIe siècle, Le Mans, La Reinette, 2005, 235 pages.

– Jacques-Pierre Fleury, Mémoires sur la Révolution, le premier Empire et les premières années de la Restauration, texte publié et annoté par Dom Piolin, Le Mans, Leguicheux-Gallienne, 1874, 547 pages.

– Sylvie Granger, « Un chantre borgne à la voix forte. Mathurin Leprêtre, psalteur dans deux collégiales de Laval au XVIIIe siècle », ABPO, t. 116, n° 4, 2009, p. 73-90.

– Sylvie Granger, Benoit Hubert, Martine Taroni, Journal d’un chanoine du Mans, Nepveu de La Manouillère, 1759-1807, édition intégrale, introduite et annotée, préface de Philippe Loupès, Rennes, PUR, collection « Mémoire Commune », 2013, 738 pages (+ 32 planches couleurs).

– Benoit Hubert, Correspondance de Monsieur de La Galissonnière, Seigneur de Pescheseul, 1758-1776, maîtrise, Université du Maine, J.-M. Constant et A. Fillon (dir.), 1988, 114 pages.

– Benoit Hubert, Approche d’un notable manceau au Siècle des lumières, Mémoires de Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, thèse d’histoire, Université du Maine, A. Fillon (dir.), 2006, 2 vol., 659 pages.

– Benoit Hubert, Mémoires de Jean-Baptiste-Henri-Michel Leprince d’Ardenay, Mémoires d’un notable manceau au Siècle des lumières, Rennes, PUR, collection « Mémoire Commune », 2007, 293 pages.

– Florence Mirouse, François Ménard de La Groye, Député du Maine aux États généraux, Correspondance (1789-1791), Le Mans, Conseil Général de la Sarthe, 1989, 427 pages.

– Jean-Luc Piveteau, « Autobiographies et construction de l’espace vécu, Témoignages de deux villageois du XVIIIe siècle, l’un suisse, l’autre français », Bulletin SASAS, 2005, n° 813, p. 53-74.

– Henri Roquet et René Coutelle, Les Observations de M. Beucher, curé de Brûlon (1767-1791), Le Mans, Jobidon fils, 1932, 51 pages.

– Martine Taroni, François-Yves Besnard, un curé aux prises avec la Révolution, thèse d’histoire, Université du Maine, J.-M. Constant (dir.), 2010, 2 vol., 247 et 394 pages.

– Martine Taroni, Souvenirs d’un nonagénaire, François-Yves Besnard (1752-1842), un prêtre en révolution, Rennes, PUR, collection « Mémoire Commune », 2011, 399 pages.

* Quelques ego-documents d’autres provinces (XVIIIe siècle)

Avanturio Ar Citoien Jean Conan a Voegamp/Les aventures du citoyen Jean Conan de Guingamp, texte original en breton, traduction française, ouvrage collectif, introduction de Joël Cornette, Morlaix, Skol Vreizh, 1990, 318 pages + illustrations.

– Jacques Bernet, Journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792), Silly-en-Multien, de l’Ancien Régime à la Révolution, présenté et annoté par Jacques Bernet, avec le concours de Jean-Marc Vasseur, préface de Jean-Pierre Jessenne, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2000, 294 pages.

– Benoit Garnot, Vivre en prison au XVIIIe siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron chartrain (1758-1762), Paris, Publisud, collection « La France au fil des siècles », 1994, 234 pages.

– Samuel Gicquel, Mémoires du chanoine Le Sage, Le diocèse de Saint-Brieuc de la fin de l’Ancien Régime à la monarchie de juillet, Rennes, PUR, 2012, 425 pages.

– Stéphane Gomis, « Les écrits du “for privé” du clergé émigré », AHRF, n° 1, 2009, p. 183-204.

– Jean-Marie Goulemot, Valentin Jamerey-Duval, Mémoires, Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, Paris, Le Sycomore, 1981, 423 pages. Réédition Paris, Minerve, 2011, 326 pages.

– Maurice Gresset, Une famille nombreuse au XVIIIe siècle : le livre de raison d’Antoine-Alexandre Barbier, notaire et vigneron bisontin, 1762-1776, Toulouse, Privat, 1981, 180 pages.

– Marcel Lachiver, « Le livre de raison de trois générations de vignerons de Chanteloup au XVIIIe siècle », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, t. 71, 1982-1983, p. 113-154.

– Emmanuel LeRoyLadurie et Orest Ranum, Pierre Prion, scribe, Mémoires d’un écrivain de campagne au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Julliard, collection Archives, 1985, 174 pages.

– Arnaud de Maurepas et Florent Brayard, Les Français vus par eux-mêmes, Le XVIIIe siècle, Anthologie des mémorialistes du XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 1996, 1 392 pages.

– Christian Melchior-Bonnet, Alexandre de Tilly, Mémoires pour servir à l’histoire des mœurs de la fin du XVIIIe siècle, Paris, Mercure de France, 1965, 703 pages.

– Daniel Roche, Journal de ma vie : édition critique du journal de Jacques-Louis Ménétra, compagnon vitrier au XVIIIe siècle, Paris, Montalba, 1982, 432 pages. Réédition Paris, Albin Michel, 1997, 431 pages.

– Daniel Roche et Pascal Bastien (dir.), Siméon-Prosper Hardy, Mes loisirs, ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-1789), vol. 1 (1753-1770) et vol. 2 (1771-1772), Québec, PUL, 2008, 836 pages et 2009, 808 pages.

– François-Joseph Ruggiu, « O fortunatos nimium, sua si bona norint, agricolas ! ou le journal d’un gentilhomme campagnard au début du XVIIIe siècle », État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mélanges offerts à Yves Durand, J.-P. Bardet, D. Dinet, J.-P. Poussou et M.-C. Vignal (dir.), Paris, PUPS, 2000, 548 pages, p. 471-487.

– Alain Sarry, Le livre de Mémoires de Jean-Baptiste Ovize, marchand-cordonnier de la paroisse de Marnand-Thizy en Haut-Beaujolais au Siècle des lumières, [Montbrison], A. Sarry, 1993, 64 pages.

– Laurent Turcot, L’Ordinaire parisien des Lumières. Édition critique de trois textes du for privé parisien du XVIIIe siècle, Québec, PUL, 2010, réédition Hermann, Les collections de la République des Lettres, 2013, 260 pages.

– Jean Vassort, Les Papiers d’un laboureur au Siècle des lumières, Pierre Bordier : une culture paysanne, Seyssel, Champ Vallon, 1999, 246 pages

* Quelques études thématiques sur le for privé

– Élisabeth Arnoul, Raphaëlle Renard-Foultier et François-Joseph Ruggiu, « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 : bilan d’une enquête scientifique en cours, Résultats de 2008-2010 », L’historien face au manuscrit, Fabienne Henryot (dir.), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2011, 366 pages, p. 167-188.

– Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2005, 262 pages.

– Jean-Pierre Bardet, Élisabeth Arnoul, François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe (du Moyen-Âge à l’époque contemporaine), Enquêtes, Analyses, Publications, Pessac, PUB, 2010, 658 pages.

– Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les Écrits du for privé en France de la fin du Moyen-Âge à 1914, Paris, CTHS, coll. Orientations et Méthodes, 2014, 318 pages.

– Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson (dir.), Les Ego-documents à l’heure de l’électronique. Nouvelles approches des espaces et des réseaux relationnels, Montpellier, Publications de Montpellier 3, 2003, 533 pages.

– Guy Besançon, L’écriture de soi, Paris, L’Harmattan, 2002, 196 pages.

– Catherine Bogaert et Philippe Lejeune, Un Journal à soi, Histoire d’une pratique, Paris, Textuel, 2003, 215 pages.

– Michel Braud, « Le journal intime est-il un récit ? », Poétique, novembre 2009, n° 160, p. 387-396.

– Frédéric Briot, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1994, 296 pages.

– Pierre Caspard, « La conception de l’éducation à travers les écrits du for privé des XVIIIe-XIXe siècles », Séminaire CEMMC/ESPE d’Aquitaine, http ://insitufm.u-bordeaux4.fr/index. php/page/4/

– Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu, Les écrits du for privé, objets matériels, objets édités, Limoges, PULim, 2007, 347 pages.

– Yves Coirault, « Autobiographie et Mémoires (XVIIe-XVIIIe siècles), ou existence et naissance de l’autobiographie », Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 5, 1975, p. 937-956.

– Jean-François Courouau et Sylvie Mouysset (dir.), « Plumes singulières, écrits de soi (XVIe-XVIIIe siècle) », Annales du Midi, Revue de la France méridionale, n° 270, avril-juin 2010.

– Maurice Daumas (dir.), Amour divin, amour mondain dans les écrits du for privé de la fin du Moyen Âge à 1914, Actes du colloque de Pau, 3-5 juin 2010, Pau, Cairn, 2011, 358 pages.

– Maurice Daumas (dir.), L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du Moyen Âge à 1914, Pau, PU Pau et Pays de l’Adour, Cultures, Arts et Sociétés, 2014, 348 pages.

– Pierre-Jean Dufief, Les écritures de l’intime de 1800 à 1914, Autobiographies, Mémoires, journaux intimes et correspondances, Paris, Bréal, 2001, 207 pages.

– Madeleine Foisil, « L’écriture du for privé », dans Ph. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, tome III, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, L’Univers historique, 45, 1986, p. 331-369.

– Paul et Pierrette Girault de Coursac, Histoire, historiens et mémorialistes, du règne de Louis XVI et de la Révolution, Paris, F.X. de Guibert, 1998, 270 pages.

– Anne-Rachel Hermetet et Jean-Marie Paul, Écritures autobiographiques. Entre confession et dissimulation, Rennes, PUR, 2010, 313 pages.

– Philippe Lejeune, L’autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971, [réed. 2003], 224 pages.

– Philippe Lejeune, Écrire sa vie. Du pacte au patrimoine autobiographique, Paris, Éditions du Mauconduit, 2015, 128 pages.

– Sylvie Mouysset, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, XVe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2008, 352 pages.

– Sylvie Mouysset, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écritures de soi, individu et liens sociaux (Europe, XVe-XXe siècle), actes de colloque, Toulouse, cnrs-Université Toulouse-Le Mirail, collection « Méridiennes », 2010, 284 pages.

– Jean-Pierre Poussou et Isabelle Robin-Romero (dir.), Histoire des familles, de la démographie et des comportements, en hommage à Jean-Pierre Bardet, Paris, PUPS, 2007, 1 080 pages.

– Agnès Walch, « La construction du couple depuis le XVe siècle et l’évolution des violences dans les rapports de genre », Violences conjugales. Rapport de genres. Rapport de force, Abdelhafid Hammouche (dir.), Rennes, PUR, 2012, 184 pages, p. 21-31.

– Marie-Paule de Weerdt-Pilorge, Mémoires et Journaux sous l’Ancien Régime, Paris, Le Manuscrit, collection « Réseau Lumières », 2013, 320 pages.

– Rolf Wintermeyer et Corinne Bouillot (dir.), « Moi public » et « Moi privé » dans les mémoires et les écrits autobiographiques du XVIIe siècle à nos jours, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, 444 pages.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site