Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Pour en savoir plus sur Louis Simon

La Fontaine Saint-Martin en Révolution : un village loyaliste (1er février 1792)10

Anne Fillon

Texto completo

  • 10 Extrait d’Anne Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 536-538.

1Plus le temps passe et plus les brebis de Saint-Jean [de la Motte] s’égarent loin du bercail constitutionnel tandis que celles de La Fontaine, sous la houlette du maire Pasneau, de l’ancien colporteur Boitard, du fermier Hanry Soyer mais aussi du greffier Louis Simon – qui rédige les procès verbaux avec quel cœur et dans quelle prose ! – se serrent autour de l’autorité pour éviter à tout prix « les troubles ». Dès le 1er février 1792 « Le conseil municipal de La Fontaine St-Martin » dénonce les « menées sourdes » du « sieur Lelong », prêtre non assermenté, demeurant au château du Maurier.

2Notons que le procès verbal est rédigé par Louis Simon. Il nous semble qu’il doit être cité presque en entier, car il constitue, au même titre qu’une page du manuscrit, un indicateur de la mentalité de notre auteur. […] Il est évident que Louis Simon, en rédigeant ce procès verbal, n’a pas écrit sous la dictée d’un autre.

« (Le curé) entretient dans l’erreur grand nombre de personnes, fomente l’aristocratie, reçoit dans sa maison pendant les grand messes et les vêpres des personnes munies de livres opposés à la religion et à la constitution, remplis de blasphèmes contre l’assemblée nationale, contre les évêques et les curés constitutionnels, ces mêmes personnes savoir : Catherine Clotereau, Maurice Bafour, Marie et Jeanne Hervé et autres sortant de chez lui débitent ces erreurs, distribuent des catéchismes à l’usage des campagnes (car c’est ainsi que ces libellés sont intitulé) et depuis environ trois semaines que ces écrits incendiaires sont parvenus dans notre paroisse, l’aristocratie y fait les plus grands ravages, car avant ce temps il y avait tout au plus 10 à 12 personnes qui ne venaient point à nos offices, il y en a maintenant plus d’un cent, et si cela continue bientôt, notre paroisse sera assimilée à celles de St Jean et Mézeray qui l’environnent, où règne le plus grand trouble religieux.

3Il fait plus, il est chargé de distribuer des aumônes dont Madame Dorvaux le rend dépositaire, et toutes les personnes qui assistent à la messe de Mr notre Curé constitutionnel en sont privées et malgré les prière et les instances, les lamentations même, elles ne peuvent rien obtenir et nous sommes témoins que plusieurs femmes chargées d’enfants sont parties de chez lui les yeux baignés de larmes que leur arrachaient les reproches amers que leur faisait ce prêtre fanatique, et au contraire toutes les personnes qui abandonnent l’église du Dieu vivant sont comblées de largesses dont ce non conformiste les favorise. Le mal est si grand qu’il y a à craindre même pour les jours de Monsieur Vaidie notre Curé, car il a été averti de ne plus sortir la nuit, vu qu’on le menaçait, il en a prévenu ses paroissiens afin que les vrais chrétiens et les bons citoyens le demandent à temps pour leur procurer les secours spirituels dont ils pourraient avoir besoin et peut être même serons nous privés de ces secours, car l’exemple que vient de nous donner Mr le Curé de St Jan pourrait être suivi de près par notre curé et pour lors nous nous verrions exposés à la fureur d’un loup ravissant.

4Pour obvier à tant de malheurs et pour rétablir la paix que nous désirons ardemment, le procureur de la commune avons arrêté de dénoncer les faits ci-dessus à Mrs du directoire du district de La Flèche et de les prier de donner les ordres les plus prompts et les plus efficaces afin que le dit Sr Lelong quitte notre paroisse dans le délai ordonné […] ne connaissant point de remède pour jouir de la paix que l’absence du dit sieur Lelong […] ».

5Registre municipal, 1er février 1792.

Notas

10 Extrait d’Anne Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., vol. 2, p. 536-538.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site