Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Pour en savoir plus sur Louis Simon

Un prieuré villageois et ses domaines : L’inventaire du prieuré bénédictin de La Fontaine Saint-Martin, dressé le 25 octobre 17906

Anonyme

Testo integrale

  • 6 An : F19/611/2, sous-dossier « Sarthe », « Inventaire du couvent des dames religieuses de La Fontai (...)

1[En marge]
Département
de la Sarthe
District
de La Flèche
Inventaire de
la Communauté
de La Fontaine St-
Martin ordre de
St Benoit
Département
N° 71.
[texte]

  • 7 Le patronyme du locataire est clairement orthographié Salmon, et non Simon.

2Aujourd’huy Vingt Cinq
Octobre L’an mil Sept Cent Quatre Vingt Dix
Nous administrateurs du directoire
du district de La Flèche au Département de la Sarthe, à la
réquisition de Monsieur le procureur sindic, nous sommes
transportés au couvent des dames religieuses de La Fontaine
St Martin ordre de St Benoit ou étant, nous avons fait prier
Madame l’abesse, ainsi que les dames religieuses préposées
au gouvernement de la maison de vouloir bien s’assembler, ce qui
ayant été fait, nous leur avons fait donner lecture des lettres
patentes du roy sur un décret de l’assemblée nationale du
vingt mars d[ernier] ensemble de celle du vingt deux avril aussi d[ernier]
qu’en conséquence nous étions venus pour procéder, au terme
des dites lettres patentes à l’inventaire de leur maison, à quoi
les dites dames ont répondu que nous pouvions y procéder quand
il nous plairoit ; que leur maison alloit nous être ouverte
ce qu’elles ont fait faire à l’instant, et ayant été introduits
dans la chambre du conseil, nous avons demandé dequel nombre
de religieuses la maison étoit composée ; à quoi mad [ame] l’abesse
a répondu que la communauté est composée de onze religieuses
de chœur, d’une sœur converse et d’une autre sœur qui étoit
prête de faire ses vœux lors du décret qui en a prononcé abolition
ayant été recue par le chapitre le dix huit septembre mil
sept cent quatre vingt neuf.
Que les religieuses de chœur sont : mes dames Louise Marie
Madeleine de Broc prieure perpétuelle agée de quatre vingt ans
ou environ ; Marie Philbert de Vanssay agée de cinquante quatre
ans ou environ ; Francoise Renée Perrine Rottier agée de cinquante
six ans, Jeanne Huet d’Artigné d’Argouge agée de Soixante dix
huit ans ou environ, Discrette Marie Firmine Clavel du Bavesse
agée de quarante ans ou environ, Magdelainne du Savonnière
[p. 2] agée de cinquante neuf ans ou environ, Anne Dumoulinet
sacristine agée de soixante ans ou environ, Marguerite Claude
Hulin agée de quarante quatre ans ou environ, Celeste Madelaine
Dufay celeriere agée de trente quatre ans ou environ, Anne Claude
Oinard infirmière agée de trente deux ans ou environ, Elisabeth
Dorotée Bonnet Duclos dame de choeur agée de trente un ans.
Que la soeur converse est Marie Elie agée de quarante six ans
ou environ et que l’autre soeur converse prête a faire ses vœux
au moment de la publication du décret et se nomme Marie
Jeanne Renée Antoinette Couret agée de vingt huit ans.
Madame la supérieure a déclaré que dames Perrine Dorotée
Duprat religieuse ursuline agée de soixante treize ans ou environ
est pensionnaire en ladite maison ; qu’elle a fait profession à
Ligny dans le Barois ; qu’elle avoit été obligée de quitter cette
maison pour des Raisons de Santé, il y a plus de trente ans.
Qu’en outre il y a dans la dite maison 1°. M [aître] Jean René
Letertre aumônier auquel les dites Dames fournissent le
logement, la nourriture, le chauffage, blanchissage, &c et
lui payent en outre deux cent cinquante livres de traitement
en argent depuis vingt cinq ans qu’il est dans ladite
maison en titre et qu’il est agé de cinquante deux ans.
2° Ursule Marie Gaignot ancienne organiste de la maison
ayant rempli cet emploi pendant vingt quatre ans et agée
a présent de soixante douze ans, n’ayant pour vivre, d’autres ressources
que l’asile et la nourriture que les dites Dames lui fournissent.
3° Marie Lefevre portiere infirme de la vue et des pieds, agée
de cinquante huit ans, exercant cet emploi depuis vingt cinq
ans sans gage et n’ayant pas d’autre ressource pour subsister.
4° Jeanne Housseau agée de quarante sept ans, exercant
l’emploi de tourriere et de someliere depuis vingt six ans sans
gage et n’ayant d’autres ressources par la maison pour vivre.
5° La D[emoiselle] Marie Anne Duclos organiste actuelle au traitement
de Deux cent livres outre le logement, la nourriture, blanchissage
[p. 3] qu’elle n’a d’autres moyens de subsistance que cet état qu’elle
exerce depuis vingt ans, tant en la dite maison qu’au chapitre de
S. Michel du Tertre de Laval.
6° Qu’il y a dans la maison un jardinier, un boulanger, un
pourvoyeur et deux laboureurs et sept filles soit pour les services
de la maison soit pour celui de m[adame] l’abbesse.
Ensuite madite dames nous a déclaré que le revenu de sa maison en
immeuble consiste
1°. Dans la métairie de Beauvais situé paroisse de Valon
affermée [à] Rousseau fermier douze cent livres en argent, six poullets,
cinquante livres de Beurre et quatre oyes par bail passé devant Crépon
no[taire] le 11 avril 1782, cy 1200
2°. Dans la métairie du Bordage située paroisse de Roisé affermée
[à] Galbrun fer[mier] deux cent cinquante livres et huit poulardes par bail
passé devant Sebois le 10 octobre 1788, cy 240
3°. Dans la métairie de la Bertellerie située paroisse de Roisé
affermée [à] Jean Courtillé fer [mier] cinq cent cinquante livres, six poulardes,
trois oyes, par bail passé devant Sesboüe le 10 octobre 1788, cy 440
4°. Dans la closerie de la Bretonniere située p[aroisse] d’Oizé affermée [à]
Renault fer[mier] cent trente cinq livres, six poulardes, six poulets et vingt cinq
livres de beurre par bail passé dev[ant] Seboüe le 25 fevrier 1788, cy135
5°. Dans la métairie de la Bussonniere situé paroisse d’Alon[n]e
affermée [à] Poussin fer [mier] huit cent livres et cinq chapons, par bail passé
devant Seboüe le 4 novembre 1784, cy 800
6°. Dans la closerie du Brumasle située paroisse de Ligron
affermée [à] Coubard fer[mier] cent trente cinq livres, six poulardes et vingt
cinq livres de beurre suivant le bail passé devant Sesboüe le 14 novembre
1787, cy 135
7°. Dans la closerie de la petite Bouquetiere située paroisse de Cérans affermée
[à] Biron fer[mier] quatre vingt dix livres, deux poulardes et six
livres de beurre suivant le bail passé devant Sesboüe le deux
fev[rier] 1788, cy 90
8°. Dans la métairie dela Bourne située paroisse de la
Fontaine St-Martin affermée [à] Hervé fer [mier] deux cent livres, six poulardes,
deux poulets et douze livres de beurre suivant le bail
[total page] 3 160
[p. 4] De l’autre part 3 160
devant Seboüe du 2 fevrier 1788, cy 200
9°. Dans la closerie du Chardonnay p [aroisse] de Cérans affermée [à] Houdayer
fer[mier] cent livres et six poulardes suivant le bail devant Crépon le 22 mai 1784,
cy 100
10°. Dans la métairie ditte Couléard paroisse de Cérans, affermée [à] la V[euve]
Bougard fer[mier] huit cent livres, six poulardes, trente livres de beurre suivant le
bail devant Crépon du 4 mars 1782, cy 800
11° Dans le pré des Charieres paroisse du Mezeray, affermée [à] Gaudin
fer[mier] soixante livres, cy 60
12°. Dans la closerie des Dorbelieres située paroisse de Bousse,
affermée [à] Dufay fer [mier] quatre vingt dix livres, quatre poulardes et six
livres de beurre par bail de[vant] Crépon du 24 octobre 1784, cy 90
13°. Dans le domaine du couvent non affermé et estimé six
cent livres, cy 600
14°. Dans la métairie de la forêt située paroisse de Roissé,
affermée [à] Hulot fer[mier] quatre cent cinquante livres, six poulardes, vingt
livres de beurre et trois chapons, suivant le bail devant Crépon du
26 juin 1784, cy 450
15°. Dans la grande maison située au Bourg de La Fontaine, louée
quarante cinq livres [à] Laurent, par bail devant Crépon du onze janvier 1783,
cy 45
16°. Dans la maison près les halles louée vingt quatre livres [à] Salmon7
par bail devant Sesboüe du 31 J[anvier] 1786, cy 24
17°. Dans la métairie des Landes située paroisse d’Alonnes
affermée [à] Trudelle pour la St Marc prochaine suivant le bail
devant Sesboüe le [resté en blanc] cy 450
18°. Dans les pièces du Maillancourt situées en Vallon affermée [à] Ravaire
quinze livres suiv[ant] le bail dev[ant] Sesboüe du 30 mars 1786, ci 15
19°. Dans la métairie du petit Plessis p[aroisse] de Spay affermée [à] Morillon
quatre cent livres et neuf poulardes, cy 400
20°. Dans la closerie de la petite Porcherie située p[aroisse] de La Fontaine
St Martin affermée [à] Fagault cent livres huit poulardes et cinq livres de
beurre par bail dev[ant] Sesboüe le 10 novembre 1784, cy100
[total] 6 494
[p. 5] Ci Contre 6 494
21°. Dans la maison de la petite Porcherie en la paroisse de La Fontaine
Louée quinze livres sans bail, cy 15
22°. Dans les terres situées a Pontvallain affermée quinze
livres suivant le bail devant Crepon le 8 may 1784, cy 15
23°. Dans la closerie du quartier situé paroisse de St Jean de la Motte
affermée [à] Petit fer [mier] soixante seize livres et six poulardes, ci 76
24°. Dans la closerie de Richemont située paroisse de Ligron
affermée [à] Davoine cent livres six poulardes et dix livres de beurre suiv[ant]
le bail devant Crépon le 14 juillet 1783, cy 100
25°. Dans la métairie de La Rochelle située paroisse de La
Fontaine affermée [à] Soyer trois cent livres, six poulardes et dix livres
de beurre par bail devant Crépon le 25 aout 1784, cy 300
26°. Dans le moulin de La Rochelle situé paroisse de La Fontaine
affermé [à] Houdayer cent livres, douze poulardes et six poulets par bail
de[vant] Sesboüe le 10 mars 1786, cy 100
27°. Dans la métairie de la Salle situé p[aroisse] de Roisé affermée [à] Rocher
fer[mier] trois cent livres et six poulardes par bail devant Sesboüé le 10 octobre
1788, cy 300
28°. Dans la closerie de Vaumoron située paroisse de Bousse
affermée [à] Simier quatre vingt livres et quatre poulardes suivant le
bail devant Crépon le 2 avril 1784, cy 80
29°. Dans la closerie de la Verdochere située paroisse de St Jean
de la Motte, affermée quatre vingt livres, six poulardes,
six poulets et quinze livres de beurre, cy 80
Rentes Foncieres consistans
[En Marge] Il n’a pas eté possible en faisant cet inventaire de porter les évaluations a chaque art[icle] a cause des variations de prix suivant les lieux ou les rentes & c en nature sont dues.
1°. Sur les domaines d’Angers vingt livres, 20
2°. Douze b[oisse] aux de seigle sur le lieu de la Brardiere en Cérans.
3°. Trente b[oisse] aux de seigle et deux chapons sur les lieux du Buisson, grand Flouet en Cérans.
4°. Vingt sols sur le domaine de Broussin paroisse de Fay.
5°. Quatre sols six deniers sur le pré de Boizard en Oizé.
6°. Deux sols six deniers sur le même objet.
[total] 7 580

3[p. 6] De l’autre Part 7 580
7°. Trois livres dix sols sur le moulin de Berné en Champagne.
8°. Deux livres dix sols sur le domaine du Château du Loir.
9°. Vingt livres sur le domaine de Caen.
10°. Dix huit sols sur le pré des Chenayes en Luché.
11°. Douze Boisseaux de seigle sur le Domaine de Chenault en Courcelle.
12°. Cent vingt livres sur le moulin de la Courbe en St Mars de Cré.
13°. Trois livres sur le moulin de Courtavon en St Mars sous Balon.
14°. Quarante huit boisseaux d’avoinne sur la closerie de la Fosse paroisse de Pirmil.
15°. Trois livres sur la vicomté de Foultourte en Cérans.
16°. Dix sols sur le Domaine de Fontenay en Meigné.
17°. Vingt cinq sols sur la métairie de la Ferriere en Mezeray.
18°. Deux livres quatorze sols sur le domaine de Guiberne en Vallon.
19°. Quinze sols sur les prés de la Hurtaudiere en Pontvallain.
20°. Vingt sols sur la closerie de la Houchetiere en Pontvallain.
21°. Deux cent livres sur le domaine de Longonnay.
22°. Douze sols sur la closerie des grandes Landes en St Jean de la Motte.
23°. Quarante livres sur le domaine du Mans.
24°. Vingt sols sur la métairie de la Fauvelliere en Meigné.
25°. Quatre livres sur les moulins de Malicorne.
26°. Dix huit boisseaux de froment, vingt quatre d’avoinne
deux chapons sur la closerie des Mersolieres en Fercé
27°. Cinq cent trente livres sur l’hotel de ville de Paris.
28°. Sept sols sur la closerie de la Pallus en Oizé
29°. Vingt sept sols six deniers sur la closerie de la Riche Sonniere en Requeil.
30°. Vingt quatre boisseaux de seigle sur le closerie de la Rouzerie en St Pierre des Bois.
31°. Vingt deux sols six deniers sur la métairie de la Rogerie en Pontvallain.
32°. Quarante sols sur le Réveil matin.
33°. Cinq livres sur une lande près la Rouillerie.
34°. Six livres sur la baronnie de Sillé le Guillaume.
35°. Six livres sur le champ de la Simonnerie en Ligron.
36°. Vingt sols sur le domaine de Tours.
37°. Trois livres sur les vignes au clos du Tertre.
[p. 7]. Cy contre 7 580

438°. Dix huit boisseaux de froment, dix huit B[oisseaux] de seigle, douze de monture sur la métairie du Tremblay en Noyen.
39°. Sur la closerie du même nom douze boisseaux de froment vingt quatre de seigle de douze d’avoinne.
40°. Deux livres quinze sols sur les vignes au clos Devaux en St Jean.
41°. Quatre livres sur les moulins de Vert en Brûlon.
Rentes féodales dües à la chatellenie de La Fontaine St Martin.
En argent trente trois livres deux sols onze deniers, vingt
sept poulles, onze chapons, trois cent quinze boisseaux seigle, dix
huit d’orge, dix huit d’avoinne et quatre vingt seize de mouture.
Du au fief de Couléard en Cérans
En argent dix sept sols deux deniers à l’arriere fief du
Vicomté de Foultourte, en argent vingt cinq sols quatre deniers.
Au fief de La Haye aux Nonnains en Roisé
En argent deux livres quatre sols, deux poulles, deux
chapons, vingt cinq anguilles, cent trente deux boisseaux de
seigle, quatre vingt seize de mouture.
Au fief aux Nonnains paroisse de Mareil.
En argent trois sols neuf deniers.
Au fief de La Fontaine St Martin au Château du Loir.
En argent trente quatre sols sept deniers.
Au fief de Maillancourt.
Deux sols, deux chapons, vingt quatre boisseaux de froment quarante huit d’avoine.
Rente constituée.
Trente cinq livres.
Bois taillis qui produisent de revenu annuel
trois cent livres cy 300
Totaux des revenus
Biens affermés y compris les subsides suivant les évaluations sept mille huit cent quatre vingt livres un sols ci 7 880 1
[total] 7 880 1

5[p. 8] De l’autre part 7 880 # une seconde
Rentes foncieres, tant en argent qu’en grains et volailles
quatorze cent vingt six livres quatorze sols cinq deniers, cy 1 426 14
Rentes feodales tant en argent que grains et volailles douze
cent quarante neuf livres dix sols neuf deniers, cy 1 149 10
Rentes constituée trente cinq livres, cy 35
Bois taillis trois cent livres, cy 300
Total Général des revenus sauf erreurs
Dix mille sept cent quatre vingt onze livres six sols deux deniers, cy 10 791 – 6 – 2
Madite Dame abesse a déclaré que de sa maison dépendent
dix neuf quartiers de vignes savoir treize dans la paroisse
de Fercé et six dans celle de Pontvallain qu’elle fait exploiter,
évalués cent quatorze livres, cy 114
Charges Immobiliaires 10 905
Elle consistent
1°. Dans deux rentes viageres, dont l’une de trois cent livres
et l’autre de cent cinquante livres dues au Sieur Jean René
Letertre aumonier de la maison, cy 450
2°. Dans deux rentes consistant l’une de cent
livres düe au Sieur Tapier prêtre au Mans, l’autre de
cent cinquante livres düe au Sieur Fripier aussi prêtre
au Mans, cy 250
3°. Dans une rente de quatre livres due à la
fabrique de La Fontaine St-Martin, cy 4
4°. Dans une rente constituée düe à la même fabrique
de cent cinquante livres au principal de trois
mille livres, les deux rentes constituées au Sieur
Tapier et Fripier au denier vingt cy 150
5°. Dans dix livres de droit d’indemnité
dües à la baronnerie de Longonnay cy 10
Total des charges immobiliaires huit cent soixante quatre livres, cy 864
[p. 9] Actif immobilier
Dix mille neuf cent cinq livres six sols deux d [eniers] cy 10 905 – 6 – 2
surquoi déduisant les charges immobiliaires cy contre 864
reste net 10 041 – 6 – 2
Sur la demande qui a été faite a Ma[dame] l’abbesse de déclarer
en quoi consistoient les dettes mobiliaires actives deladite maison
elle a déclaré qu’elles consistent dans les arrérages de quelques rentes
féodales qui n’excèdent pas trente sols par an chacune.
Etat actuel de la maison relativement à la dépense journaliere.
Il est du
1°. À la V[euve] Gruault tant pour marchandise que pour travaux la somme de deux cent livres, cy 200
2°. au Sieur Lefevre du château de Courcelles pour vin la
somme de trois cent quinze livres 315
3°. au no[taire] David de La Motte en St Jean, la somme
de deux cent livres, cy 200
4°. au no[taire] Martin pour une fourniture et demie de
bois, la so[mme] de deux cent dix livres cy 210
5°. au Sr LeBlanc de Cérans aussi pour bois, la somme
de trois cent quinze livres cy 315
6°. au Sr Drouin pour taille, la somme de soixante
quinze livres cy 75
7°. à Ma [dame] Orry marchande Cirière, la somme de
deux cent vingt six livres dix neuf sols six denier, cy 226 – 19 – 6
8°. à Laurent, maréchal, quatre vingt seize livres
sept sols trois deniers p[our] ouvrage de son métier cy 96 – 7 – 3
9°. à Melle Lefevre touriere, la so[mme] de deux cent
quarante livres portant intérêt suivant le billet
consenti à son profit par ma [dame] L’abbesse le six juin
1777 et duquel il resulte que le remboursement de
cette somme n’aura lieu que lors ceque la dite Delle
Lefevre sortira de la maison cy 240
10°. à Marie Couret la somme de cinq cent
livres pour argent prêté à la dite maison cy 500
11°. au Sr Jusseaume vicaire de La Fontaine Saint
Martin, la somme de deux cent trente neuf livres
deux sols pour deux années de la rente de cent
trente quatre livres constituée au profit de la
fabrique et dont le dit Jusseaume est autorisé
de la toucher p[our] payement de ses honoraires cy 239 – 2
[total] 2 617 8 9
[p. 10] De l’autre part 2 617 # 8s 9d
12°. à la fabrique de La Fontaine, cent quarante
deux livres six sols pour arrérages de rente dues
à la fabrique cy 142 – 6
13°. au no[mmé] Mercier serrurier, soixante livres pour
ouvrage de son metier cy 60
14°. Il resulte du dépouillement du Livre de la Célererie
qu’il est du à différentes personnes p[our] fourniture de
différens comestibles, la so[mme] de quatre cent soixante
huit livres douze sols, cy 468 – 12
15°. Il résulte du Livre de la Grenetière qu’il est du
vingt neuf livres huit sols p[our] journées, cy 29 – 8
16°. Enfin à m[onsieur] Sesboue régisseur de la maison pour
compte arrêté le cinq octobre dernier la somme de neuf cent
cinquante deux livres seize sols cinq deniers, cy 952 – 16 – 5
Total des dettes passives, quatre mille deux cent soixante dix livres onze sols deux deniers, cy 4 270 – 11 – 2

6Mobilier

  • 8 L’équipement de la sacristie est particulièrement intéressant à scruter puisque Louis Simon, quoiqu (...)
  • 9 Le greffier avait d’abord écrit « maisons bourgeoises », puis a corrigé par « maisons au bourg ».

71°. une douzaine de couverts d’argent, deux cueillers à Ragoust
aussi d’argent, douze lits servant aux religieuses, composés
d’un matelat, une couette, un tour de lit d’étoffe, deux couvertures ;
huit lits de pensionnaires, composés d’une couette seulement et
garnis de rideaux aussi d’étoffe ; deux lits dans l’Infirmerie
composés de couettes et de matelats ; deux lits de maitre composés
de même et garnis de rideaux l’un d’indienne et l’autre d’étoffe ;
vingt cinq lits de domestiques garnis de mauvaises couettes sans rideaux.
2°. Vingt armoires tant bonnes que mauvaises, quatre commodes,
vingt tables tant de cuisine que de chambres.
3°. à l’apotiquairerie deux alambiqs de cuivre, deux poëlettes, huit
palettes et deux bassins pour seigner, quatre mortiers de marbre
une cueiller d’argent, douze volumes consernant la médecine et
la Botanique, quarante bouteilles ou fiolles.
4°. Dans la cuisine vingt six plats d’étain, cent plats aussi
d’etain pour servir les portions, douze grandes nappes, quatre
douzaines de serviettes, dix douzaines de torchons, trois douzaines
de tabliers, un rotissoire et trois broches.
5°. dix douzaines de draps, vingt quatre douzaines de serviettes
[p. 11] quatre douzaines de torchons, dix huit poches en grosse toille.
6°. Dans la cave, cinquante futailles, tant pipes que busses.
7°. Dans l’écurie trois chevaux de harnois avec leurs Equipages.
8°. Dans la cour une charette, deux charues avec cequi endépend.
9°. Dans l’étable, six Vaches à lait.
10°. Dans la sacristie8, un soleil, une custode, deux calices, deux paires
de chopineaux, deux plateaux, un encensoir et une navette, le tout
d’argent ; quatre flambeaux argentés, sept devant d’autel, dont
le premier en velours cramoisi et brodé en bosses d’or et d’argent
le second en ras de cecile vert brodé en or, le troisième en satin de
différentes couleurs brodé en bosses d’or et d’argent, le quatrième
brodé en Gé de différentes couleurs, le cinquième en satin vert uni
le sixième en etoffe de laine noire, le septième en Damas violet et le
huitième à l’hôtel en satin de plusieurs couleurs ; trois chappes
dont une d’etoffe de soye, une croix argentée, quinze etolles et chasubles
dont la première est en satin cramoisi relevé de bosses d’or et d’argent
ainsi que le voille, la seconde et troisième en etoffe de soye fond blanc
brodé en or et argent, la quatrième en ras de cecile vert brodé en galon
d’or avec le voille, la cinquième en Damas rouge galonnée en soye
avec le voille, la sixième en satin cramoisi à fleurs vertes garnie d’un
faux galon ainsi que le voille, la septième en satin blanc avec un
faux galon, la huitième en satin vert uni avec un faux galon, la
neuvième à fond de différentes couleurs d’etoffe de soye avec un galon
aussi de soye, la dixième de satin noir, galon en argent faux, la
onzième en lainne noire, la douzième en damas violet ainsi que la
treizième, la quatorzième de petit damas des Indes fond blanc
et vert en faux galon et la quinzième de satin fond gris, toutes les dites
chasubles garnies de leurs etolles, manipules et voiles ; six pavillons
en etoffes de soye de differentes couleurs, douze aubes, quinze surpelis
et rochers, vingt quatre nappes d’autel, deux douzaines de serviettes
dix huit corporaux, trois douzaines d’amis, trois douzaines de
purificatoires, trois nappes de communion en soye, deux douzaines
de lavabo, une douzaine de cordons, quatre dalmatiques en lainne
de differentes couleurs et deux nappes mortuaires.
Madame L’abesse a été priée de nous faire conduire dans
la Bibliothèque, elle a repondu qu’il n’y en avoit point dans sa
[p. 12] communauté et qu’elle ne connoissoit de livres que ceux qui servent journellement au choeur.
Titres et papiers trouvés dans le tresor delad[ite] maison.
Il s’est trouvé, cent soixante onze liasses, la premiere desquelles
est composée de quatre pièces concernant la fondation de ladite maison
cottée a première liasse cy a 4. Pièces
La seconde composée de huit pièces concernant les rentes dues sur
les domaines d’Angers, Tours et Le Mans aussi cottée a seconde liasse
cy a 8. Pièces
La troisième concernant les rentes sur le domaines d’Angers, composée
de plusieurs pièces sous la cotte a troisième liasse cy a.
La quatrième concernant les rentes dues sur les domaines de Caen et
du Château du Loir, composée de dix pièces cottées a. quatrième
liasse. Cy a. 10. Pièces
La cinq[ième] concernant les usages dans la forêt de Longaunay composée
de vingt sept pièces cottée a. cinq[ieme]. liasse cy a27. Pièces
La sixième contenant plusieurs pièces qui concernent la rente sur le
domaine de Longonnay a été reformée ainsi que celle ci dessus et les
pièces intéressantes remises dans une liasse unique qui concernent les
rentes dues par le Roy sur les domaines de Tours, Angers, Le Mans,
Caën, Château du Loir et Longaulnay.
La septième composée de soixante une pièces de procedures
concernant la rente sur le domaine de Longaulnay cottée a septieme
liasse cy a. 61. pièces.
La huitième composée de plusieurs pièces, savoir procès verbaux
de reparations a faire et actuellement inutiles, cottée a.
La neuvième composée de vingt une pièces qui sont aveux et
déclarations censives cottées a, cy a 21. Pièces
La dixième composée de plusieurs pièces relatives aux elections
provisions et prises de possession des prieurés de La Fontaine
St-Martin cottée a. dixième liasse, cy a.
La onzième concernant le cimetiere de la paroisse, est composée de
presque toutes pièces inutiles cottée a. onzieme liasse, cy a.
La douzième liasse concernant la propriété de la métairie de
La Rochelle cottée aa. premiere liasse, cy aa.
La treizième concernant les champs de la prée cottée
aa. seconde liasse, cy aa.
La quatorzième concernant le pré de La Forge cottée
[p. 13] aa. troisième liasse cy aa.
La quinzième concernant l’Étang et le pré des Soucis cottée
aa. quatrième liasse, cy aa.
La seizième concernant la rente féodale sur le lieu de la Cuissardiere
cottée aa. cinquieme liasse, cy aa.
La dix septième concernant la rente due sur Languescherie
cottée aa. sixième liasse, cy aa.
La dixhuitième concernant la rente due sur le lieu de la
Ferriere cottée aa. septième liasse, cy aa.
La dixneuvième concernant le moulin de Teufer cottée
aa. huitième liasse, cy aa.
La vingtième concernant la rente düe sur les lieux du Hallier
de la Grande Guilloterie et de la Guibraye, cottée aa. Neuvième
liasse, cy aa.
La vingt unième concernant la propriété du moulin de La
Rochelle et le lieu de la Bourne, cottée aa. dixième liasse,
cy aa.
La vingt deuxième concernant la propriété du lieu de la petite
Porcherie cottée aa. onzième liasse, cy aa.
La vingtroisième liasse concernant la rente due sur les lieux
de la Monnairie et les champs des Crosneries, cottée aa. Douzième
liasse, cy aa.
La vingt quatrième concernant la rente sur les lieux des Fouillus
cottée aa. treizième liasse, cy aa.
La vingt cinquième concernant la Feudalité de la terre du
Maurier et le lieu de la Touche cottée aa. quatorzième liasse,
cy aa.
La vingt sixième concernant la rente due sur le lieu de
la Verrerie, Renier, la Bourne, cottée aa. quinzième liasse,
cy aa.
+ La vingtseptième concernant la rente due sur les lieux de la
Rouillerie et de la petite Gailloterie, cottée aa dix septième Liasse, cy aa.
+ La vingthuitième concernant la Féodalité du lieu de la
Chaudemancherie & a cottée aa. Seizième liasse, cy aa.
La vingt neuvième concernant la rente due sur la métairie
de la Guibourgere cottée aa. dixhuitième liasse, cy aa.
La trentième concernant la rente due sur le lieu de La
Fourmondiere cottée aa dixhuitième liasse, cy aa.
[p. 14] La trente unième concernant la Féodalité de maisons au bourg9
de La Fontaine, cottée aa. vingtième liasse, cy aa.
La trente deuxième concernant la Féodalité de plusieurs maisons
à La Fontaine, cottée aa. vingt unième liasse, cy aa.
La trente troisième concernant la Féodalité de la terre du Maurier
cottée aa. vingt deuxième liasse, cy aa.
La trente quatrième concernant la Féodalité de la Chatelnie dudit
Prieuré, cottée B. cy B
Les trente cinq, trente six, trente sept, trente huit, trente neuf,
quarante et quarante unième concernant la Féodalité dudit
prieuré, cottées C, cy C
Les quarante deux, quarante trois, quarante quatre et quarante
cinquième aussi concernant la Féodalité dudit prieuré cottées
C. B, cy CB.
La quarante sixième concernant la propriété du lieu du
Chardonnay, cottée C. D première liasse, cy C.D.
La quarante septième concernant la propriété du lieu de Couléard
cottée C.D. seconde liasse, cy C.D.
La quarante huitième concernant les déclarations dudit lieu de
Couléard, cottée C.D. troisieme liasse, cy C.D.
La quarante neuvième, cinquantième, cinquante deux[ième],
cinquante troisième,
cinquante quatrième, cinquante cinquième et cinquante sixième sont
titres de féodalité de l’arrière fief de Foultourte, cottées D.
La cinquante septième concernant le pré de Brigue cottée. E.
La cinquante huitième concernant les terres des chères mères, cottée
f. première liasse, cy f.
La cinquante neuvième concernant la propriété de vignes au
clos de la Rousselliere en Fercé cottée f. seconde liasse, cy f.
La soixantième concernant la propriété de la vigne des
Martelieres en Chemiré le Gaudin, cottée f. 3e. liasse, cy f.
Les soixante un cottée G, soixante deux cottée H, soixante trois
cottée J, soixante quatre cottée K, soixante cinq cottée L, soixante
six cottée M, soixante sept cottée M. bis, soixante huit cottée
N, soixante neuf cottée O. soixante dix cottée P. soixante onze
et soixante douze cottées Q, soixante treize cottée R, soixante
quatorze, soixante quinze, soixante seize, soixante dix sept et
soixante dix huit cottées S, soixante dixneuf, quatre vingt, 81
[p. 15] 82, 83 et 84, cottées T et V ; 85, 86 et 87, aussi cottées V ; 88 cottée
X, toutes concernant rentes foncières, rentes en remplacement des
dixmes et droits de dixmes.
Les 89. 90. 91. 92. 93. 94. 95. et 96. toutes concernant la Féodalité
du fief de La Haye aux Nonains en Roisé, cottées Y, cy Y.
Les 97. 98. 99. 100. 101. 102. 103. 104. 105. et 106. sont titres de
féodalité du Fief aux Nonains paroisse de Mareil, cottées Z.
Les 107. 108. 109. 110. 111. 112. 113. 114. et 115. concernant la Féodalité
du Château du Loir cottées ZZ, cy ZZ.
Les 116. 117. 118. 119. 120. 121. 122. 123. 124. 125. 126. 127. 128. et 129.
concernant la propriété de differentes rentes foncières toutes
cottées ZZZ.
La cent trentième concernant les obèissances rendues à la
Baronnie de Longaulnay pour raison du lieu de la petite Porcherie
cottée ZZZ, cy ZZZ.
La cent trente unième concernant la propriété du lieu de
La Bretonniere cottée ZZZ, cy ZZZ.
La cent trente deuxième concernant la propriété des lieux des
Dorbelières et Vaumoron en Bousse cottée ZZZ.
La cent trente troisième concernant la propriété des lieux du
quartier et de la Verdochère en St. Jean de la Motte cottée
ZZZ, cy ZZZ.
La cent trente quatrième concernant la propriété des terres
de Maillancourt en Vâlon cottée ZZZ.
La cent trente cinquième et dernière concernant les lieux de
La Bourne, pré des Charrieres et moulin de La Rochelle cottée
ZZZ, cy ZZZ.
Plus un inventaire général des titres de nous cotté et
paraphé à la cent soixante onzième page relié en Veau.
Plus un censif aussi relié en Veau et de nous cotté et paraphé
sur la trois cent quatre vingt dix neuvième page.
Plus enfin un livre de recette couvert de carton et parchemin
pour l’enregistrement des menus cens et rentes aussi de nous
paraphé sur la soixante dix septième page.
De la dite communauté dépend un parc entouré de murs
[p. 16] qui compose l’enclos des dames, consistant en un jardin, Bosquet,
Bois de haute futaye, terres labourables et un petit pré, le tout
de la contenance d’environ seize arpens compris les cours et
emplacement des Bâtiments.
Les dits batimens vus et visités il a été constaté qu’ils sont
dans la majeure partie bons et solides et bien entretenus, que la
maison de communauté peut contenir au moins vingt cinq religieuses
que le terrain qui avoisine la dite communauté est généralement
mauvais, sablonneux et arride et qu’aux surplus, l’air qu’on respire
dans ce canton est salubre.
Ensuite nous avons prié Ma[dame] Labbesse d’assembler la
communauté à l’effet de faire donner lecture du présent procès verbal
et les dites dames s’étant assemblées dans l’appartement deladite
dame l’abbesse, nous leur avons fait donner lecture du décret de
l’assemblée nationalle du vingt mars dernier qui nous autorise a recevoir
la déclaration des religieuses qui voudront s’expliquer sur leur
intention de sortir des maisons de leur ordre ou d’y rester et lecture
donnée dudit décret aux dites dames individuellement, elles ont
repondu l’une après l’autre qu’elles entendoient suivre l’effet de
leurs vœux et finir leurs jours dans ladite maison.
Ensuite nous avons relaissé les dits titres, meubles et effets à la
garde de mes dites dame abbesse et religieuses de la dite maison.
Fait et arrêté en la dite maison conventuelle de La Fontaine
St. Martin sur les neuf heures de soir et ont les dites dames
signé avec nous.
Signé de Broc, S. de Vansay, S. Rottier, S. de
Savonniere, S. du Moulinet, S. Hullin, de Fay, S. de Bavès,
S. Dardigné D’argouges, S. Bonnet, S. Hoisnard, S. Marie Elie
S. Alexis Couret, Dorothée Duprat, Lemetayer, Davy des
Piltières et Péan Procureur sindic.
[d’une autre plume] Certiffié conforme à la minute déposée aux archives du district de La Flèche…

Note

6 An : F19/611/2, sous-dossier « Sarthe », « Inventaire du couvent des dames religieuses de La Fontaine St-Martin, ordre de St-Benoist, district de La Flèche », 25 octobre 1790. Il s’agit de la copie envoyée à Paris d’un original qui a dû rester aux archives du district (actuellement perdues). Ce document de 16 pages a été découvert le 29 avril 2010 par Sylvie Granger aux Archives nationales. Il a été transcrit par Alizée Charpentier, dans le cadre de son travail de Master 1, Deux petits monastères féminins du sud Maine…, op. cit., 2011, et corrigé par S. Granger.

7 Le patronyme du locataire est clairement orthographié Salmon, et non Simon.

8 L’équipement de la sacristie est particulièrement intéressant à scruter puisque Louis Simon, quoique essentiellement sacristain et chantre de la paroisse, était parfois amené à servir la messe aussi au couvent, comme il le fit notamment le matin du fameux dimanche 22 juin 1766 (ms 32). On peut penser qu’il a manié ces chopineaux (burettes), encensoir, flambeaux, etc.

9 Le greffier avait d’abord écrit « maisons bourgeoises », puis a corrigé par « maisons au bourg ».

Autore

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site