Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Quatrième partie. Documents complémentaires

Louis Simon : Un gars d’ici riche du savoir écrire et dire

Didier Bardoux

Texte intégral

1La première fois que je rencontre ce texte c’est par Michel Avril, avec qui je déjeune au foyer de jeunes travailleurs « Le Relais » le midi dans les années quatre-vingt.
Son beau-père, Julien Brier, maire de La Fontaine, détient pour quelque temps le fameux manuscrit ; déplacement au prieuré pour dîner et découvrir le cahier de mémoires et faire… le tour du cimetière.

2Plus tard, je reprends le chemin de l’école et au CUEP de l’Université du Maine Anne Fillon transmet avec passion cette histoire avec ses maux.
C’est un drame rural : un homme du peuple se confesse d’un crime même pas commis et bien mal vécu ; une banale rixe amoureuse contre son rival dont il sort battu – sans doute par la fatigue ou l’ivresse.

3Sur la table de nuit pendant des années sommeillent les souvenirs du petit gars de La Fontaine.
Devenu comédien à 35 ans, je propose à mon collègue Pierre Sarzacq de lire ce récit de vie et d’en faire théâtre.
Il prendra le temps, mais la séduction opérera.
Lui-même fils de village et d’enseignant, il sait combien la parole des oubliés manque à la marche du monde et à sa compréhension.

4« Quoi, un villageois raconte à la première personne avec émoi sa passion, ses doutes… Oui, il y a matière à jeu »
Pierre ne veut pas un solo récitant.
Il imagine un trio homme femme et musique.
Il adapte et choisit de garder le cœur : l’histoire d’amour.
« Le secret sera juste dévoilé ; le contexte de l’époque évoqué »

5Anne Fillon nous autorise à user de ce texte.

6Donc j’incarne le personnage et comme lui je donne la parole à Nannon : « je n’ai point d’autre galant que vous »
J’achète les cadeaux… une longue liste de mariage.
Je colère contre son amant : « faut vous marier avec lui »
Je reçois les conseils du père, mais aussi les rendez-vous au cimetière « je ne peux m’empêcher d’y aller »
Caresse et baiser sur la joue.
Bref, je suis un amoureux qui joue au jeu de l’amour et du hasard.
Mais le drame se noue : le fameux dimanche est découpé par scènes comme un roman policier avec suspense et bagarre.
« O le mauvais conseil cause d’un grand malheur »
Et même des envolées lyriques :
« j’ai bien lu des Romans d’amoureux mais je n’en ai point trouvé avec une aussi amère aventure »
« voilà le diable qui l’emmène »

7Les répétitions et la création ont lieu en mars 1996 dans la salle du château de Bouloire où la Compagnie NBA est basée depuis deux ans.

8Pour mieux monter l’aventure, le metteur en scène a choisi à mes cotés pour incarner Anne Chapeau, Claudie Douet danseuse ; elle incarne avec douceur une Nannon pleine de transparence comme un souvenir, elle m’approche me frôle me parle à l’oreille et chaque fois je suis avec celle « qui avait des grâces et des attraits qui charmaient les cœurs ». Mais aussi le musicien Denis Monjanel joueur multiple – comme Louis Simon – qui utilise pour la première fois une magnifique sorte de vielle à clavier : un nickel harpa « instrument d’amour » pour la richesse de ses sonorités avec ses cordes sympathiques.
Il joue aussi et est là comme un père, une conscience, mon double.

9Sobriété de décor avec le scénographe Cyril Guillochon : un voilage en voile de croissance qui diffuse parcimonieusement les lumières.
Voilage aussi pour l’affiche suggestive imaginée par Sylvie et Joël Jupin, graphistes fins, ouverts, de vrais créateurs : un tissu d’étamine évoque l’épaisseur fluide du temps à travers lequel persiste à briller l’alliance d’amour…
Le spectacle tourne dans la Sarthe et en région : une quarantaine de représentations au total. Il se joue bien sûr aussi dans l’église de La Fontaine Saint-Martin.
Le costume, chemise et manteau en étamine du Maine, rejoindra la maison de l’étaminier près du château comme l’aurait fait saint Martin.

10Anne Fillon m’appellera longtemps Louis, son Louis, comme un 5e fils.

11Au début du siècle nouveau, une superbe soirée où nous jouerons en déambulation en plein air l’hiver, à La Fontaine, clôt d’un nouveau chapitre cette belle histoire.

12Ravi d’avoir servi la parole d’un homme du peuple
J’invite les lecteurs à découvrir le sud du Maine à pied avec un œil nouveau… celui qui chemine en amoureux.

Auteur

Comédien mémoriste et conteur, au sein de la Cie NBA Spectacles (août 2015)

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site