Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Quatrième partie. Documents complémentaires

Deux témoignages inédits : Anne Fillon, La Fontaine Saint-Martin et l’association des Amis de Louis Simon

Jean-Marie Constant

Texte intégral

1Anne Fillon était une merveilleuse pédagogue, qui savait enthousiasmer les étudiants, une historienne, qui a découvert que l’esprit des Lumières avait illuminé les villageois du dix-huitième siècle, contrairement à ce que pensaient beaucoup d’historiens de l’époque. Elle avait également la passion du grand public, à qui elle voulait transmettre tout ce qu’elle avait appris. Comme ses recherches reposaient principalement sur les minutes notariales, elles étaient obligatoirement ancrées sur un territoire précis, qui comprenait La Fontaine Saint-Martin et les paroisses voisines.

2L’origine de sa recherche doit beaucoup à une rencontre fortuite. Un homme du voisinage, qui professait un anticléricalisme à la mode du début du XXe siècle, a confié à Michel Fillon, le mari d’Anne, originaire de Vendée et notaire à Foulletourte, le manuscrit des Mémoires de Louis Simon en lui disant malicieusement : « voilà les horreurs faites par les Vendéens ». En fait, il ne connaissait pas le contenu du texte, il n’était parvenu à lire que ce titre, parce qu’il était écrit en plus grosses lettres. Il ne s’était pas rendu compte que le manuscrit des Mémoires, qu’il avait entre les mains, en dehors de la valeur sentimentale qu’il revêtait pour sa famille, était une mine extraordinaire pour les historiens des campagnes de l’ouest. Le notaire, très occupé, a proposé à Anne de lire ce manuscrit et de lui dire ce qu’il pouvait répondre à ce client, au demeurant fort charmant et qu’il ne voulait pas froisser.

3Anne Fillon a rapidement pris conscience de l’importance de ce témoignage. J’en ai également été convaincu, lorsqu’elle est venue me proposer de diriger la thèse de doctorat qu’elle projetait de préparer à partir de ce document exceptionnel. En effet, beaucoup de mémorialistes qui ont évoqué leur enfance et leur vie, sont devenus des personnages importants, des notables, alors que Louis Simon, dernier syndic de la communauté d’habitants en 1789, puis premier maire de La Fontaine Saint-Martin, a toujours habité dans son village. De sa naissance jusqu’à sa mort, il a vécu dans cette France profonde des campagnes du sud du Maine, ce qui contribue à faire de ses Mémoires un témoignage dont on a peu d’exemple. De plus, il occupait un métier modeste, celui d’étaminier, c’est-à-dire un artisan du textile, la fabrication de l’étamine étant une des industries phares du Haut Maine, qui s’exportait en Europe, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Certes, il a bien rêvé de partir vers le nouveau monde, mais il ne l’a pas fait. Il a simplement accompli une sorte de tour de France, qui l’a conduit à travailler dans le nord de la France. Il en est revenu persuadé que le travail dans son pays natal lui convenait mieux, car les relations sociales y étaient beaucoup plus humaines et cordiales. Sa parole est ainsi celle d’un vrai villageois, car Louis Simon n’a pas subi d’influence venant de la ville ou d’autres provinces. Elle est celle d’un véritable villageois, qui a appris à lire avec son père, chante à l’église et est initié à la musique.

4Pour vérifier les affirmations de Louis Simon et reconstituer la vie quotidienne, Anne Fillon a dépouillé près de quarante mille actes notariés, qu’elle a lus un à un, pour en tirer tous les moindres détails, qui constituent la vie quotidienne des villageois. Comme elle a travaillé pendant une quinzaine d’années dans l’étude de son mari, notaire à Foulletourte, elle a côtoyé les descendants de ces villageois du temps des Lumières. Elle a ainsi été immergée dans le milieu social qu’elle étudiait et a appris sur le tas le métier d’anthropologue, analysant avec délectation les conversations qu’elle entendait et les situations qui lui étaient rapportées. De plus, elle aimait les gens qu’elle rencontrait et comprenait leurs préoccupations. Cette connaissance des sensibilités villageoises du dix-huitième siècle et du vingtième siècle a contribué à l’élaboration de sa méthode originale d’investigation, marquée par la pluridisciplinarité des approches et qui a concouru à la découverte de cette civilisation villageoise, à laquelle elle était très attachée.

5Comme j’ai eu le privilège d’accompagner son parcours, puis d’avoir dirigé avec elle un séminaire de recherche pendant plus d’une dizaine d’années, j’ai pu suivre le cheminement de sa pensée et de son action. Ses travaux ont apporté beaucoup à la connaissance du mode de vie des villageois du Siècle des lumières. Ces populations étaient loin d’être primitives, comme certains l’ont longtemps cru. Il existait une véritable civilisation villageoise très élaborée par des siècles de traditions et de coutumes. Elle avait ses codes, que patiemment Anne Fillon est parvenue à décrypter et à décrire.

6La soutenance de cette thèse, en juin 1982, puis de l’habilitation à diriger des recherches, en décembre 1989, lui ont permis de faire une belle carrière universitaire. Élue maître-assistant, puis maître de conférences et professeur des universités, elle a su utiliser cette nouvelle tribune pour révéler au monde universitaire, et au grand public, de nombreux aspects jusque-là ignorés de la vie villageoise. La plus grande partie des Mémoires de Louis Simon est le récit de ses amours et de son mariage avec Anne Chapeau, mais les Mémoires sont loin de se borner à cette relation que Louis Simon a choisi de dramatiser.

7Anne Fillon, s’appuyant à la fois sur ce témoignage et sur celui des minutes notariales, a fait surgir tout ce qui constituait la culture matérielle de ce temps, les sensibilités de ces habitants, qui cultivaient la terre, leur sens de l’honneur, de la sociabilité, les péripéties de leur vie sentimentale. Elle apportait les preuves que les années soixante à quatre-vingts du XVIIIe siècle avaient été l’apogée de la pénétration des idées des Lumières dans les villages, que les femmes de la campagne connaissaient une certaine forme d’émancipation. Elle mettait en relief la révolution des cotonnades de couleur, qui remplaçaient désormais les robes noires et tristes des femmes de la génération précédente. Dans ce domaine aussi, Anne Fillon était pionnière. Je me souviens d’un colloque à Rennes, où il était question des nouvelles modes vestimentaires du XVIIIe siècle. Anne communiquait sur ce sujet, comme Nicole Pellegrin. Cette dernière, qui n’ignorait pas le mépris des historiens de l’époque pour ce genre de thème, déclara avec ironie et par provocation féministe, en commençant son exposé : « avec Anne, nous allons parler chiffons ».

8Il est vrai qu’Anne Fillon aimait rompre avec les idées reçues, notamment avec celles qui voulaient que le progrès se déroulât de façon continue et irréversible, sans accrocs et sans retours. Ainsi, elle a démontré que le cycle trentenaire des années 1750-1780, qu’elle appelait les « trente ans d’Arcadie ou le bonheur au village » se détériorait dans les années quatre-vingts, à la veille de la Révolution de 1789. Les mentalités évoluaient. L’aube du XIXe siècle, bourgeois et anti-féministe, pointait son nez. Les filles enceintes, jusque-là protégées par la forte pression d’une société civile, qui exigeait le mariage ou des compensations pour élever l’enfant, étaient désormais abandonnées à leur triste sort. L’ombre famélique et malheureuse de la pauvre Fanny de Victor Hugo, obligée de se prostituer et surtout de se séparer de sa fille Cosette, qu’elle était contrainte de mettre en nourrice chez sordides époux Thénardier, se profilait à l’horizon.

9Si Anne Fillon est parvenue avec autant de bonheur à saisir les changements et à les expliquer, c’est qu’elle avait fait siennes deux idées fécondes de Fernand Braudel, la civilisation matérielle et la longue durée. Elle a ainsi intitulé l’un de ses articles « Comme on fait son lit, on se couche, 300 ans d’histoire du lit villageois », ce qui fit dire à Pierre Chaunu, lors d’une de ses soutenances, qu’il était bien dommage que Fernand Braudel soit mort, car il aurait été très content de lire les travaux d’Anne Fillon, qui se situaient dans la droite ligne de ce qu’il avait toujours préconisé.

10Cependant, ces recherches novatrices n’étaient pas l’unique objectif d’Anne Fillon. Bien qu’elle ait été très occupée par la direction du Centre universitaire d’éducation permanente (CUEP), son métier de professeur d’université et ses recherches, elle prenait le temps de faire visiter aux habitants de La Fontaine Saint-Martin, des communes voisines et à tous ceux qui le voulaient, le site patrimonial de la paroisse de Louis Simon. Comme il restait peu de vestiges de l’ancien prieuré, elle passionnait un auditoire, souvent nombreux, par sa parole et savait faire revivre toute la société et des lieux patrimoniaux disparus, qui devenaient mythiques, grâce à son verbe et sa plume. À Foulletourte, elle conduisait des groupes, qui suivaient l’itinéraire de l’ancienne route Paris-Nantes. Les visiteurs étaient stupéfaits de voir qu’une voie de communication aussi importante était en réalité un chemin étroit, qui ne permettait pas à deux voitures de se croiser. Elle pimentait sa visite en racontant des anecdotes, des aventures et des accidents, qu’elle avait découverts en lisant attentivement les minutes notariales. Elle a emmené des promotions entières d’étudiants de licence et des groupes d’adultes émerveillés pour leur montrer, avec un regard d’anthropologue et un extraordinaire talent de conteur qui lui permettait de faire revivre le monde disparu des auberges, accueillant les voyageurs le long de la route royale, toute nouvelle, dont Louis Simon relate les péripéties de la construction, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il en était de même avec l’ancienne église de Cérans, dont les retables n’avaient aucun secret pour elle.

11On comprend alors son désir de créer un « lieu de mémoire », qui ancrerait dans le territoire le souvenir de Louis Simon. Lorsque la maison où ce héros malgré lui avait vécu sa nuit de noce et avait habité, fut mise en vente par le châtelain du village, elle rêva de l’acheter et d’en faire un musée. Pour ce faire, elle créa une association, où adhérèrent très vite beaucoup de gens, notamment les membres de l’Université du Temps Libre (UTL) et les abonnés à Liaison Université, association qu’elle avait fondée en 1974, pour faire connaître au grand public les recherches universitaires et qui comprend encore aujourd’hui, bon mal an, entre quatre cents et cinq cents personnes. La vieille maison fut vendue par son propriétaire pour un franc symbolique, mais il fallait beaucoup d’argent pour y engager des travaux, car elle était en très mauvais état. Il était aussi nécessaire de la mettre aux normes, pour pouvoir créer un musée de la culture villageoise. C’était la grande idée, qui avait germé dans l’esprit si entreprenant de la directrice du CUEP, qui n’en était pas à un exploit près. En effet, rien ne lui était impossible. Elle était parvenue à faire de cette institution universitaire un véritable centre d’insertion sociale et de formation, gérée dans l’esprit qui prévalait dans les entreprises privées, avec l’appui enthousiaste de toutes les organisations patronales et ouvrières. Elle inspirait une telle confiance dans tout ce qu’elle entreprenait, que j’ai même vu, chose incroyable pour l’époque, le jour d’un Conseil d’administration du CUEP, arriver une procuration écrite à son nom de la CGT et une autre du patronat.

12Cette volonté et cette détermination qu’elle mettait au service d’une cause qui lui semblait digne d’être gagnée, couplée avec un art naturel de la communication, lui ont toujours permis de réussir à mener à leur terme des projets ambitieux et novateurs. Toute sa vie, elle a eu l’étoffe d’un leader et les qualités nécessaires à un chef d’équipe. Ainsi dans la foulée de la création de ce musée villageois, elle a eu l’idée de former des guides habitants, capables dans leurs communes de faire visiter l’église, le château, le lavoir et tous les lieux patrimoniaux. Elle avait tellement entendu raconter des histoires fausses au cours de ses visites, qu’elle voulait donner à des volontaires la culture historique nécessaire pour leur permettre de faire parler les archives et les monuments du passé, sans commettre d’erreurs historiques graves. Elle plaisantait en disant qu’il ne s’agissait pas d’accueillir des cars de Japonais, mais de présenter à un public local intéressé, l’histoire de leur village et de leur patrimoine. Toujours décidée à populariser les recherches historiques nouvelles sur l’ancienne province du Maine, elle a organisé pendant une quinzaine d’années, fin juin, une université d’été d’abord à Vivoin, puis au château de Dobert.

13Avec l’appui du Conseil général et notamment de celui d’Hervé de Colombel, qui dirigeait alors le Centre culturel, et avec l’aide de l’Association des Amis de Louis Simon, Anne Fillon est parvenue à ses fins, après bien des années de difficultés. L’essentiel des travaux sur la maison de Louis Simon a été réalisé par des associations d’insertion. La formation, l’expérience et la motivation des jeunes qui y travaillaient n’étaient pas toujours au rendez-vous malgré les efforts de leurs responsables, particulièrement dévoués à cette cause. Bien des bénévoles, auxquels il faut rendre hommage, ont participé à la restauration de cette maison du XVIIIe siècle et de son jardin et à l’installation de ce musée. Beaucoup de ses fidèles soutiens ont ouvert leur bourse pour aider à la réalisation de ce projet original. Il fallut attendre de nombreuses années pour voir les efforts de tous se concrétiser et assister à l’inauguration de ce lieu de la mémoire villageoise du Siècle des lumières, le 8 avril 2006.

14Ayant commencé tardivement sa carrière universitaire, après avoir connu d’autres activités dans l’étude de notaire de son mari, Anne Fillon n’avait pas été formatée, comme la plupart des chercheurs français, par les classes préparatoires et les écoles normales supérieures. En conséquence, elle portait sur le monde un regard neuf, analysait les archives comme peu de chercheurs savaient le faire, osant des intuitions qui se révélèrent le plus souvent exactes, comme le fait que les merveilleuses chansons du XVIIIe siècle, qu’elle est allée retrouver à Troyes, dans la Bibliothèque bleue, constituaient la culture des villageois et fournissait à Louis Simon l’essentiel de son vocabulaire.

15Très anticonformiste dans nombre des idées qu’elle professait avec bonheur, elle ne travaillait pas pour faire plaisir aux responsables des revues spécialisées, ni pour poursuivre une carrière dans des universités parisiennes, mais pour un grand public provincial, qui lui était reconnaissant de penser à lui et de lui révéler la façon dont l’histoire s’écrivait.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site