Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Le dernier mot des trois auteurs : le notaire, l'étaminier et l'historienne

Quand le notaire pose sa plume

Anne Fillon

Note de l’auteur

BREF AVERTISSEMENT à PROPOS DES NOTES SUR « LE DERNIER MOT TROIS AUTEURS » : cette partie ayant été initialement publiée (1996) sans note, toutes les notes de bas de page que l’on lira ci-après ont été rédigées par Sylvie Granger et Benoit Hubert pour prolonger ou actualiser la conclusion d’Anne Fillon.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les actes professionnels du notaire illustrent et complètent le témoignage de Louis Simon. Quittons à présent l’étude du juriste villageois pour suivre l’homme privé dans son intimité. Maître Crépon, qui a succédé à son père comme notaire à Saint-Jean-de-la-Motte, à une lieue de La Fontaine Saint-Martin, a reçu, à la mi-mars 1778, une lettre de son beau-frère, François Lebrun, marchand à Tours1. Celui-ci avait en effet épousé, quelques années plus tôt, Marie-Josèphe Crépon, pensionnaire au Prieuré de La Fontaine Saint-Martin. Le ménage avait pris chez lui la jeune Rosalie, fille de Maitre Crépon.

« Voilà quinze jours mon cher frere que je suis arrivé de la tournée que je sors de faire avec Mr Aubusson ; en mon absence made LeBrun a receüe la poularde que vous avez Envoyée elle a été Etonnée de n’avoir point trouvé comme a Lordinaire dans la Bouriche une lettre nÿ depuis n’en n’avoir point Receüe de vous elle s’est cependant doutée que leur destination Etoit pour la Nopce de mon Neveu...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540