Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

23 - Déclaration-testament d’un père soucieux de paix familiale

Volltext

1D’après le compte de tutelle, Pierre Chauvelier était redevable d’environ l’équivalent d’un mois de travail à son fils issu d’un premier mariage. Mais, tout bien compté, le père voulut qu’on sache que c’est le fils qui devait l’équivalent de plus de deux mois et demi de travail. On note la présence d’objets caractéristiques du groupe des marchands – montre et tasse d’argent –, d’une horloge sonnante, encore rare, mais aussi d’un métier à faire de la toile utilisé par le père et le fils, ce qui suggère des occupations multiples. On constate que, malgré l’indélicatesse du fils, le père ne compte la montre que pour le prix qu’il l’a payée, non pour sa juste valeur. Enfin, le texte apporte des informations sur les techniques utilisées dans la réfection, « à l’économie », d’un vieux bâtiment.

9 mars 1757. Acte de déclaration faite par Pierre Chauvelier meunier à La Suze pour tenir et garder une égalité entre ses enfants de ses premier et second mariages

2Aujourd’hui neuvième du mois de mars l’an mil sept cent cinquante sept après midi… par devant nous Jean Pillot… fut présent… Pierre Chauvelier, meunier, demeurant ville de La Suze, lequel nous aurait fait sa déclaration d’avoir passé en deux mariages, le premier avec Marie Piveron, de laquelle avec lui serait issu Urbain Chauvelier, garçon, qui atteindra l’âge de trente années au quinze ou seize du courant, et auquel ledit comparant aurait rendu compte le trente du mois de mars 1752… et enfin en le second mariage avec Renée Reine, à présent son épouse, de laquelle avec lui sont issus quatre enfants actuellement vivants ; qui sont Marie, Urbaine, Pierre et Michel, tant majeurs que mineurs. Et d’autant que ledit comparant sait que la mort est certaine et que son heure est incertaine, et que souventes fois entre enfants de premier et second mariage il arrive des discussions après la mort de leur père ou mère qui les mettent en de grands différends et en des procès qui les ruinent ; et pour prévenir de tels différends, et afin qu’il se trouve une égalité entre eux, il nous aurait premièrement déclaré que, par le reliquat du compte,… il se trouve débiteur audit Urbain Chauvelier de la somme de vingt neuf livres deux sols neuf deniers…

  • 184 Rouler en compagnon : faire son tour de France.
  • 185 * Pipe : Mesure pour les liquides correspondant à environ 410 litres.
  • 186 * Faîteaux ou faîtiaux : tuile faîtière (Trésor du parler cénoman …, op. cit., p. 170).

3[mais] ledit Urbain Chauvelier [qui] travaillait en compagnon boulanger et… tisserand et qui partait pour rouler en compagnon184, requit verbalement son père de faire les avances… dont [il] lui tiendrait compte à son retour [pour] mettre ses bâtiments en état logeable, ce qu’il fit en effet. Pour les frais de l’ouvrage et façon d’un four et d’une cheminée, y compris d’autres ouvrages comme terrasse, latte, couverture et maçonnerie, le comparant a employé jusques à concurrence de la somme de cinquante livres dix sept sols dix deniers, savoir la somme de huit livres douze sols pour le prix et charroi d’une pipe185 de chaux prise au fourneau à chaux de Pierre Delaroche à Cérans, plus douze livres quinze sols à Maurice Degoulet, marchand tuilier demeurant à la Croix Aubrun, pour quatre cents de briques, une charretée de débris de tuiles pour construire lesdites cheminées et le four, trois cents de tuiles plates et cinquante blocs de six polies, trois livres un sol à Charles Roland demeurant à Cérans pour le charroi de pierres et de la terre, quarante sols à Michel Guibert pour le prix du manteau de la cheminée, trente sols au sieur Michel Guérin serrurier à Cérans pour le prix et façon d’un étrier de fer pour supporter le dit manteau de cheminée, onze sols six deniers [également] audit sieur Guérin, douze sols pour les faîteaux186 pris à la Birotterie à Cérans, trente sept sols pour un millier de clous à latte et deux livres de clous à noyau, cinquante sols pour deux cents de lattes, vingt quatre sols pour avoir fait le linteau et changé la ferme pour placer le manteau de cheminée, sept livres quatre sols pour deux charrois de matériaux faits par Claude Lebourgeois de la Croix Aubrun à Cérans, et dix sept livres un sol payées par ledit Pierre Chauvelier à René Boisset maçon et couvreur de bâtiment pour le marchandage de la main d’œuvre des murs, couverture et terrasses du bâtiment, le tout revenant à la somme de cinquante livres dix sept sols six deniers.

  • 187 Aspirail : à spirale.
  • 188 Pierre Chauvelier jeune avait pris la tasse de son grand-père parce qu’elle était gravée du même n (...)
  • 189 * Coyau : dans une toiture, morceau de bois ajouté au bout d’un chevron et qui porte sur la sailli (...)
  • 190 Marchands passants : colporteurs.

4Ensuite le comparant nous a déclaré que Urbain Chauvelier son fils aîné, ayant su qu’il avait envoyé une montre au Mans chez le sieur Château, horloger, pour la dégraisser, laquelle était à aspirail187 avec un balencier à nautille qui s’apercevait au travers du cristal, il s’en est emparé chez l’horloger en lui disant avoir ordre de son père de la retirer, laquelle valait au moins trente livres ; mais comme elle ne lui avait coûté que vingt et quatre livres, le comparant ne veut pas l’estimer plus cher ; nous a déclaré qu’il s’est pareillement emparé dans sa maison d’une tasse d’argent sur laquelle le nom de Pierre Chauvelier, père dudit comparant, est gravé188, laquelle était de valeur de dix neuf livres ; que même il s’est pareillement livré d’une petite horloge sonnante avec timbre de métal, laquelle avait coûté dix huit livres et qu’il lui avait laissé emporter… lesquelles trois dernières sommes composent ensemble celle de soixante et une livres, qui, jointe à celle susdite de cinquante huit livres dix sept sols six deniers, compose bien ensemble cent dix neuf livres dix sept sols six deniers, sur laquelle déduisant dès à présent les vingt et neuf livres deux sols neuf deniers que Pierre Chauvelier père dit devoir à Urbain son fils sur le reliquat de son compte…, ensemble la somme de douze livres pour restant du prix d’un métier à faire de la toile qui appartenait en commun au père et au fils, cela revient en tout à quarante et une livres deux sols neuf deniers, que le comparant offre déduire et qu’il entend qui seront déduits à Urbain son fils ; partant, Chauvelier fils se trouve devoir à son père la somme de soixante dix huit livres quatorze sols neuf deniers. Et pour la preuve des avances ainsi faites par le comparant pour l’édification des four et cheminée, en toutes matières à l’exception du clou à latte et à coyau189 qu’il aurait achetées de marchands passants190, et de la latte qu’il aurait fournie de son chef, il nous a représenté une liasse de papiers contenant neuf pièces. Nous lui avons décerné le présent acte pour lui servir et valoir ce que de raison, présents René Follenfant courrier de Foulletourte à Sablé et René Goupy boulanger demeurant au bourg de Foulletourte.

5[La minute est signée René Follenfant et PC x marque de Pierre Chauvelier].

Anmerkungen

184 Rouler en compagnon : faire son tour de France.

185 * Pipe : Mesure pour les liquides correspondant à environ 410 litres.

186 * Faîteaux ou faîtiaux : tuile faîtière (Trésor du parler cénoman …, op. cit., p. 170).

187 Aspirail : à spirale.

188 Pierre Chauvelier jeune avait pris la tasse de son grand-père parce qu’elle était gravée du même nom que le sien.

189 * Coyau : dans une toiture, morceau de bois ajouté au bout d’un chevron et qui porte sur la saillie de l’entablement, pour relever la pente où sera placée la gouttière et pour serrer les tuiles en bas du toit (M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural…). A donné le mot coyauder : poser des coyaux pour relever le bord du toit.

190 Marchands passants : colporteurs.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site