Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

23 - Déclaration-testament d’un père soucieux de paix familiale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’après le compte de tutelle, Pierre Chauvelier était redevable d’environ l’équivalent d’un mois de travail à son fils issu d’un premier mariage. Mais, tout bien compté, le père voulut qu’on sache que c’est le fils qui devait l’équivalent de plus de deux mois et demi de travail. On note la présence d’objets caractéristiques du groupe des marchands – montre et tasse d’argent –, d’une horloge sonnante, encore rare, mais aussi d’un métier à faire de la toile utilisé par le père et le fils, ce qui suggère des occupations multiples. On constate que, malgré l’indélicatesse du fils, le père ne compte la montre que pour le prix qu’il l’a payée, non pour sa juste valeur. Enfin, le texte apporte des informations sur les techniques utilisées dans la réfection, « à l’économie », d’un vieux bâtiment.

9 mars 1757. Acte de déclaration faite par Pierre Chauvelier meunier à La Suze pour tenir et garder une égalité entre ses enfants de ses premier et second mariages

Aujourd’hui neuvième du mois de mars...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540