Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

17 - Complicité du chirurgien-hôte et de son client : une convalescence avantageuse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sept semaines après l’accord du 25 novembre 1759, Julien Richomme coulait des jours tranquilles aux frais de Louis Froger et au bénéfice de Jean Sallion dont il était à la fois le client à l’auberge du Croissant et le patient. Louis Froger, qui n’était arrivé à Foulletourte que depuis le 1er novembre, n’avait probablement pas confiance dans les chirurgiens voisins, collègues de Sallion, et il avait fait appel à deux chirurgiens d’Écommoy, paroisse d’où il venait. Le marquis de Broc, propriétaire de l’ancien château, voyant que la nouvelle route allait bientôt être construite, avait entrepris des réparations pour installer à nouveau une hôtellerie faisant poste aux chevaux au bourg de Foulletourte, et l’avait louée à Louis Froger. Cette auberge du Cabriolet, tenue par Louis Froger, était presque en face de celle du Croissant, tenue par Jean Sallion.

14 janvier 1760. Acte de rapport de deux chirurgiens de l’état de Julien Richomme fait [à la] requête de Louis Froger maître de la poste ...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540