Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

17 - Complicité du chirurgien-hôte et de son client : une convalescence avantageuse

Texte intégral

1Sept semaines après l’accord du 25 novembre 1759, Julien Richomme coulait des jours tranquilles aux frais de Louis Froger et au bénéfice de Jean Sallion dont il était à la fois le client à l’auberge du Croissant et le patient. Louis Froger, qui n’était arrivé à Foulletourte que depuis le 1er novembre, n’avait probablement pas confiance dans les chirurgiens voisins, collègues de Sallion, et il avait fait appel à deux chirurgiens d’Écommoy, paroisse d’où il venait. Le marquis de Broc, propriétaire de l’ancien château, voyant que la nouvelle route allait bientôt être construite, avait entrepris des réparations pour installer à nouveau une hôtellerie faisant poste aux chevaux au bourg de Foulletourte, et l’avait louée à Louis Froger. Cette auberge du Cabriolet, tenue par Louis Froger, était presque en face de celle du Croissant, tenue par Jean Sallion.

14 janvier 1760. Acte de rapport de deux chirurgiens de l’état de Julien Richomme fait [à la] requête de Louis Froger maître de la poste aux chevaux au château de Foulletourte

  • 116 * Créée au XIIe siècle, la Faculté de médecine de Montpellier est la plus ancienne Faculté de méde (...)

2Aujourd’hui quatorzième du mois de janvier l’an mil sept cent soixante après midi, par devant nous Jean Pillot… furent présents… Louis Froger, marchand demeurant actuellement au château du vicomté de Foulletourte, paroisse de Cérans, lequel nous a déclaré que le vingt cinquième du mois de novembre dernier, par acte de nous notaire… il se serait obligé de faire gouverner, traiter et panser par chirurgien au bourg dudit Foulletourte, la personne de Julien Richomme maçon, demeurant ordinairement au lieu de la Grandinière, paroisse de Marigné, jusques à parfaite guérison, et surtout jusqu’à ce qu’il fût en état de le pouvoir faire traduire en sa demeure audit Marigné ; et sur ce que ledit Louis Froger s’est transporté plusieurs fois en la maison et demeure du sieur Jean Sallion, hôte et maître chirurgien au bourg dudit Foulletourte, où pend pour enseigne le Croissant, qui a traité, gouverné et alimenté ledit malade, pour savoir l’état où se trouvait Richomme ; et vu que ledit sieur Sallion refusait au sieur Froger de faire voir l’état où était Richomme, le sieur Froger aurait été conseillé pour se mettre en règle de faire visiter les brûlures de Richomme et aurait requis les personnes de chacun des sieurs François Hamard et Jean Malmouche, maîtres chirurgiens jurés et reçus au Château du Loir, et ledit sieur Malmouche immatriculé à Montpellier116, demeurant tous deux au bourg d’Écommoy, pour faire ladite visite ; c’est pourquoi les sieurs Hamard et Malmouche présents en personne nous ont fait leur déclaration et rapport d’avoir vu et visité en présence du sieur Sallion… et même en présence de Renée Richomme, fille dudit Richomme, les pieds et jambes de Richomme ; et l’avoir trouvé parfaitement guéri des brûlures prétendues occasionnées par le sieur Froger et que les plaies ou brûlures paraissent être radicalement guéries depuis plus de huit jours ou environ, et qu’il est très en état d’être transporté en sa demeure, n’ayant aucune apparence de fièvre ni autres choses à ce contraires. C’est pourquoi ledit sieur Froger a protesté de faire signifier… à Julien Richomme et au sieur Sallion… qu’il ne demeurera plus en ladite auberge aux frais du sieur Froger… C’est pourquoi… nous lui avons décerné le présent acte pour lui servir et valoir ce que de raison…

3Fait et passé en notre étude, présents le sieur Pierre Jousse marchand demeurant audit bourg d’Écommoy et le sieur Pierre Fournier hôte demeurant à Foulletourte, témoins requis.

4[La minute est signée Louis Froger, Hamard, Malmouche, Pierre Fournier, Pierre Jousse].

Notes

116 * Créée au XIIe siècle, la Faculté de médecine de Montpellier est la plus ancienne Faculté de médecine en exercice au monde. Elle était réputée, depuis le Moyen-âge, et à l’échelle européenne.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site