Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

16- Les violences de Louis Froger, maitre de poste irascible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Louis Froger, le père de Catherine (qui en 1774 épousera contre le gré de ses parents le compagnon maréchal amoureux Louis André) avait accusé un visiteur d’avoir rendu sa femme malade en lui jetant un sort. Le 14 novembre 1759, il l’avait brûlé aux jambes avec les charbons ardents du foyer ou avec un tisonnier. Le blessé avait porté plainte le 22 novembre et Louis Froger, par crainte de la justice, accepte trois jours plus tard de payer la pension de Richomme, les soins et les médicaments, dans l’auberge voisine de la sienne, le Croissant, dont l’hôte était aussi chirurgien. Marigné110, d’où venait le blessé, est situé à une vingtaine de kilomètres de Foulletourte.

25 novembre 1759. Traité entre Louis Froger sur plainte rendue par Julien Richomme pour mauvais traitements, réglé à mille deux cent livres payables audit Richomme

Aujourd’hui vingt cinquième du mois de novembre l’an mil sept cent cinquante neuf sur les neuf heures du soir, étant en l’auberge où pend pour enseigne le Crois...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540