Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

16- Les violences de Louis Froger, maitre de poste irascible

Texte intégral

  • 110 * Aujourd’hui Marigné-Laillé, village situé à moins de 30 km à l’est de Foulletourte.

1Louis Froger, le père de Catherine (qui en 1774 épousera contre le gré de ses parents le compagnon maréchal amoureux Louis André) avait accusé un visiteur d’avoir rendu sa femme malade en lui jetant un sort. Le 14 novembre 1759, il l’avait brûlé aux jambes avec les charbons ardents du foyer ou avec un tisonnier. Le blessé avait porté plainte le 22 novembre et Louis Froger, par crainte de la justice, accepte trois jours plus tard de payer la pension de Richomme, les soins et les médicaments, dans l’auberge voisine de la sienne, le Croissant, dont l’hôte était aussi chirurgien. Marigné110, d’où venait le blessé, est situé à une vingtaine de kilomètres de Foulletourte.

25 novembre 1759. Traité entre Louis Froger sur plainte rendue par Julien Richomme pour mauvais traitements, réglé à mille deux cent livres payables audit Richomme

2Aujourd’hui vingt cinquième du mois de novembre l’an mil sept cent cinquante neuf sur les neuf heures du soir, étant en l’auberge où pend pour enseigne le Croissant au bourg de Foulletourte, notre transport requis par Julien Richomme, maçon, demeurant à la Grandinière paroisse de Marigné.

  • 111 * Écommoy : petite ville située à 17 km à l’est de Foulletourte et à 6 km à l’est de Marigné. En 1 (...)

3Par devant nous Jean Pillot… fut présent en sa personne… Julien Richomme, maçon demeurant à Marigné, détenu au lit, malade d’une part, Julien Richomme le jeune, maçon, tailleur de pierres demeurant au bourg d’Écommoy111, Jean Maillard, laboureur, mari de Marguerite Richomme demeurant paroisse de Marigné… Renée Richomme, fille, et Marie Richomme, veuve de François Roussard demeurant paroisse de Marigné, tous enfants dudit Julien Richomme d’autre part, et Louis Froger marchand demeurant depuis Toussaint dernière, venu d’Écommoy, au bourg dudit Foulletourte d’autre part, entre lesquelles parties a été fait ce qui suit.

4C’est à savoir que Julien Richomme… et Jean Maillard… ayant le vingt deux du courant en qualité de procureurs de droit de leur père et beau père rendu plainte devant monsieur le lieutenant criminel au Mans pour raison des mauvais traitements qui lui avaient été faits, pour en avoir les dépens, dommages et intérêts… ils étaient sur le point de poursuivre la plainte en toute rigueur ; que même ils avaient fait assembler deux maîtres chirurgiens pour visiter ledit Julien Richomme père sur ses blessures que Froger était accusé avoir occasionnées au dit blessé le mercredi quatorze du courant en l’accusant de sortilège, disant qu’il aurait occasionné maladie à Anne Boudevin son épouse ; Ledit Louis Froger a… traité, transigé, pacifié et accordé par transaction pure simple et irrévocable en la forme et manière suivante.

  • 112 * Le faire traduire : le faire transporter (de trans et ducere : conduire au-delà, faire passer, t (...)
  • 113 Louis Froger payera donc en tout 1 200 livres, soit environ 1 200 jours de travail d’un artisan.
  • 114 * Praticien : celui qui fait métier de procéder en justice, en particulier les procureurs (M. Lach (...)
  • 115 * Le contrôle et l’enregistrement sont une prérogative de l’État, qui se traduit par une transcrip (...)

5Savoir est en premier lieu que Froger a promis et s’est obligé de traiter, faire traiter et gouverner ledit Julien Richomme père jusques à parfaite guérison, payer les chirurgiens et médicaments convenables pour y parvenir, et jusques au temps qu’il pourra être en état de le faire traduire112 en sa demeure audit Marigné… ; en second lieu à payer à la vue de nous notaire et des témoins… trois cents livres, et promet et s’oblige au surplus payer entre les mains dudit Richomme fils celle de neuf cents livres113, au terme ci-après, savoir trois cents livres dans trois mois de ce jour, trois cents livres dans six mois et les trois cents livres restantes dans neuf mois de ce jour… et en conséquence consent ledit Froger, pour avoir traité Richomme père de sortilège, que le présent acte soit lu et publié en les paroisses d’Écommoy, Marigné, Saint Mars et Saint Germain à l’issue de première, grande messe et vêpres. Le reconnaissant pour homme d’honneur, s’obligeant au surplus de délivrer copie des présentes à ses frais… pour lui servir et valoir ce que de raison… Passé dite maison où pend pour enseigne le Croissant ; présents le sieur René Cador praticien114 demeurant paroisse de Marigné et Maître René Lafosse contrôleur des actes des notaires115 demeurant au bourg d’Écommoy, témoins requis.

6[La minute est signée Louis Froger, René Lafosse, René Cador].

Notes

110 * Aujourd’hui Marigné-Laillé, village situé à moins de 30 km à l’est de Foulletourte.

111 * Écommoy : petite ville située à 17 km à l’est de Foulletourte et à 6 km à l’est de Marigné. En 1762, peu après la date du présent acte, l’on y compte 1745 habitants. C’est à Écommoy que vivait Louis Froger quinze jours encore avant l’incident qui l’a opposé, donc, à quelqu’un qu’il connaît sans doute bien.

112 * Le faire traduire : le faire transporter (de trans et ducere : conduire au-delà, faire passer, traverser).

113 Louis Froger payera donc en tout 1 200 livres, soit environ 1 200 jours de travail d’un artisan.

114 * Praticien : celui qui fait métier de procéder en justice, en particulier les procureurs (M. Lachiver, Dictionnaire du monde rural…, op. cit., p. 1368).

115 * Le contrôle et l’enregistrement sont une prérogative de l’État, qui se traduit par une transcription totale ou le plus souvent très partielle, sur un registre public, des actes civils, judiciaires ou extrajudiciaires, et des déclarations de mutations. Cette formalité possède une double nature, fiscale et juridique : la transcription sur le registre donne en effet valeur juridique et date l’acte, et ouvre en même temps pour l’administration droit à perception d’une taxe.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site