Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

15 - L’honneur du chirurgien

Texte intégral

1Les réparations d’honneur étaient fréquentes dans le petit peuple des campagnes. Ici, c’est la compétence du chirurgien qui a été mise en doute, et, à la blessure d’amour-propre, s’ajoute la crainte de perdre des patients.

29 novembre 1792. Accommodement entre le sieur Germain chirurgien104 à Yvré et Louis Bougard sur un différend

  • 104 * Le monde des chirurgiens du Maine pourra être appréhendé à travers la lecture de l’ouvrage de Lu (...)
  • 105 * Yvré-le-Polin : village situé à 5 km du bourg de Cérans.

2Aujourd’hui vingt deux du mois de novembre mil sept cent soixante deux après-midi, par devant nous Jean Pillot… furent présents… chacun de Louis Bougard laboureur et Jeanne Guiet son épouse… demeurant ensemble paroisse de Cérans et le sieur Pierre Germain, maitre chirurgien demeurant paroisse d’Yvré le Polin105 d’autre part, entre lesquelles parties a été fait ce qui suit.

  • 106 * Paroles mal notées : voici un intéressant usage du sens ancien des mots note, noter, hérité du l (...)
  • 107 * Depuis : il y a.
  • 108 Affranchisseur ou châtreux de bestiaux : castreur de bétail.
  • 109 * Dit restaurateur : qui se prétend capable de restaurer, réparer, remettre en place. Le mot resta (...)

3C’est à savoir que ledit sieur Germain, étant sur le point, en sa qualité de chirurgien, d’intenter procès et de faire assigner lesdits Louis Bougard et sa femme devant Monsieur le lieutenant général au Mans, leur juge, pour lui faire réparation d’honneur des injures et paroles mal notées106 qu’ils auraient proférées contre lui sieur Germain, au sujet d’une saignée qu’ils ont dit avoir été faite par le sieur Germain au pied de ladite femme Bougard depuis107 environ deux mois, au lieu que c’était la personne du nommé Prunier affranchisseur108 dit restaurateur109, au sujet de la chute de ladite femme Bougard de sur un cheval, se croyant blessée de l’épaule ; et enfin cette femme est tombée considérablement malade de cette chute et ladite maladie occasionnée, ainsi qu’on le pense, par la saignée mal à propos faite, à laquelle à cette occasion elle a été obligée d’avoir recours au sieur Pierre de la Garde Dumond, maître chirurgien à Oizé, lequel étant arrivé en la demeure desdits Bougard et sa femme, ayant été informé par l’un et l’autre qu’elle s’était fait saigner du pied s’avisa de dire « qui était la bête qui l’avait saignée ». Elle eut la faiblesse de répondre que c’était le sieur Germain, en crainte qu’elle était que ledit sieur Dumond comme maître chirurgien fit des frais audit Prunier qui est leur châtreux de bestiaux, pourquoi ledit sieur Germain regarde cette réponse comme une parole proférée contre lui, son honneur, sa réputation et son état, etc. Il demande forçablement une réparation d’honneur qu’il requiert être lue et publiée soit à l’issue de première grande messe… à la porte des églises de Cérans, Parigné le Polin et Yvré par un huissier aux frais desdits Bougard et sa femme, et qu’il le reconnaît digne de son état. Sur quoi lesdits Bougard et femme ont répondu qu’ils ne croyaient pas que cette réplique fut audit sieur Germain d’un si grand préjudice, mais qu’ils le reconnaissaient pour un homme digne de son état, et que pour plus grande approbation ils consentaient que la copie du présent acte fût lue et publiée à leurs frais par chaque procureur syndic ou notaire de chaque paroisse. Sur quoi ledit sieur Germain a protesté de le faire publier par huissier dans lesdites paroisses aux frais desdits Bougard et sa femme, sans quoi il se pourvoira contre eux par les voies de droit pour avoir réparation d’honneur. Sur quoi lesdits comparants ont accepté les publications par huissier et d’en payer les frais, aussi bien que ceux du présent acte et d’une copie qui sera délivrée audit sieur Germain dans quinzaine, et en considération des présentes le sieur Germain s’est déporté de ses prétentions…

4Fait et passé en notre étude, présents le sieur Jean Dubois praticien demeurant au bourg de Saint Ouen en Belin et Pierre Fournier marchand hôte demeurant au bourg dudit Foulletourte… lesdits Bougard et femme ont déclaré ne savoir signer.

5[La minute est signée Jean Dubois, Pierre Fournier, Pierre Germain].

Notes

104 * Le monde des chirurgiens du Maine pourra être appréhendé à travers la lecture de l’ouvrage de Lucette Combes-Mésière, Pierre-Innocent Guimonneau de La Forterie, Maître-chirurgien à Courcelles-au-Maine et potier à Ligron au XVIIIe siècle, Laval-Nantes, Siloë, 1995, 206 pages, « Les chirurgiens au XVIIIe siècle », p. 123-145.

105 * Yvré-le-Polin : village situé à 5 km du bourg de Cérans.

106 * Paroles mal notées : voici un intéressant usage du sens ancien des mots note, noter, hérité du latin nota censoria, marque par laquelle les citoyens répréhensibles étaient signalés sur des registres. D’où, jusqu’au XVIIIe siècle les sens de « flétrissure, tache » et aussi « infamie, reproche, blâme ». C’est au XIXe siècle seulement que le mot note prendra le sens neutre d’« évaluation, appréciation donnée par un maître sur un élève » (A. Rey, Robert Historique de la langue française). Le Dictionnaire de l’Académie (1776) précise qu’un homme noté est quelqu’un qui a une mauvaise réputation, « méritée par quelques fautes qui ont fait éclat ».

107 * Depuis : il y a.

108 Affranchisseur ou châtreux de bestiaux : castreur de bétail.

109 * Dit restaurateur : qui se prétend capable de restaurer, réparer, remettre en place. Le mot restaurateur a désigné couramment jusqu’au XVIIIe siècle un aide-chirurgien qui remet en place un membre cassé (A. Rey, Robert Historique de la langue française).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site