Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

14 - Estimateur et notaire requis pour évaluer les biens d’un mendiant

Texte intégral

1L’attitude de Hyacinthe Touchard envers le second mari de sa mère, devenu mendiant, est caractéristique de la société ancienne, peu généreuse mais pas inhumaine. Il a logé et chauffé le vieillard mais il se paiera sur la maigre succession, plutôt que de la voir échoir aux cousins du défunt. La mobilité sociale apparaît aussi : Anne Gault avait d’abord épousé un laboureur, puis un bordager. Leur contrat de mariage montre que Louis Jamin avait été un bordager à l’aise, comme en témoigne également ce qui reste de sa garde-robe.

19 décembre 1775. Inventaire des meubles de Louis Jamin pauvre mort à la mendicité (montant quinze livres dix neuf)

  • 87 Héritiers collatéraux : frères ou cousins.

2Aujourd’hui dix neuvième du mois de décembre dix sept cent soixante quinze… par devant nous Jean Pillot… fut présent… Hyacinthe Touchard bordager demeurant au hameau de la Linière, lequel nous a représenté que comme fils de défunte Anne Gault, qui était veuve de défunt Joseph Touchard et qui avait passé en secondes noces avec Louis Jamin, ce Jamin serait décédé en la maison dudit Hyacinthe Touchard le quatorze du mois de mai dernier, veuf de ladite Anne Gault et à la mendicité, et aurait cependant relaissé quelques petits effets de fort peu de conséquence, qui appartiennent pour le tout aux héritiers collatéraux87 dudit défunt Louis Jamin… Pour ledit Hyacinthe Touchard se mettre en règle au respect des héritiers collatéraux dudit Louis Jamin, il aurait fait comparaitre devant nous en notre étude le vingt huit du mois de mai dernier chacun de Jacques Jamin bordager, François Jamin bordager, Michel Jamin tixier, héritiers… pour faire procéder à l’inventaire du peu de meubles, hardes et linges relaissés par le défunt Louis Jamin, dettes actives et passives, titres, crédits et enseignements, et ensuite à une vente générale. Louis Jusseaume, marchand, demeurant au bourg dudit Cérans [requis pour estimer] a accepté sa commission et promis de s’y comporter en homme de bien et d’honneur et d’estimer les effets à sa connaissance.

  • 88 Il n’y a qu’un drap car le second a été utilisé comme linceul.
  • 89 * Bissac : « sac ouvert en long par le milieu & fermé par les deux bouts, en sorte qu’il forme com (...)
  • 90 Seul le bissac, outil de travail, semble en bon état, * n’étant dit ni « mauvais » ni « rapiécé ».
  • 91 Étoffe : tissu contenant de la laine.
  • 92 * Durant plusieurs siècles, la paroisse de Ligron a travaillé l’argile extraite de son sous-sol, e (...)
  • 93 Siamoise : ici, tissu de coton.
  • 94 Vergette : tringle.
  • 95 Carrie : cadre du baldaquin.
  • 96 Fonsaille : barre de bois pour soutenir paillasse et couette.
  • 97 * Ensouillé de toile : recouvert d’une enveloppe, d’une taie, de toile.
  • 98 * Balle : petite enveloppe qui couvre le grain, en particulier de l’avoine.

3Et premier s’est trouvé un petit coffre de bois de noyer avec sa serrure sans clé estimé 2 livres 10 sols, ouverture duquel faite s’y est premièrement trouvé un drap de toile commune de trois aulnes88, deux chemises de toile de gros à usage dudit défunt dont une rousse et une autre à demie usée ; trois autres très mauvaises chemises de toile rapiécées, un bissac89 avec lequel le défunt avait coutume de demander l’aumône90, le tout estimé 5 livres ; un lot de différentes mauvaises hardes rapiécées en plus de mille endroits à usage du défunt consistant en habit, veste, culotte, gilet, guêtres et chapeau, tant en étoffe91 qu’en toile, le tout à cause de son peu de valeur estimé 1 livre ; un petit lot de poterie de terre de Ligron92 composé de deux écuelles, une assiette cassée et rattachée avec fil, un pichet, une bouteille à deux anses, une autre mauvaise bouteille décollée et trois cuillers de bouche en bois le tout ensemble estimé 6 sols, trois petites marmites de fer de fonte cassées estimées avec une vieille cuiller cassée 6 sols, une petite cravate de toile blanche et une autre petite cravate de siamoise93, un couteau à manche de bois, avec plusieurs petits chiffons de… toile, et mouchoirs de poche estimés ensemble à cause de leur peu de valeur 3 sols, un mauvais bois de lit de noyer et chêne à quatre piliers sans vergettes94 avec une mauvaise carrie95, fonsailles96 sans paillasse ni rideaux, garni d’une très mauvaise couette à taie de toile passablement mauvaise, couverture de nulle valeur estimée ensemble à 3 livres ; une vieille huche de bois de chêne rompue en laquelle s’est trouvée une petite mauvaise crémaillère, estimées ensemble 1 livre 4 sols, trois traversins ensouillés de toile97 remplis de balle98 avec une mauvaise couverture de laine, moins mauvaise que la première et cependant rapiécée, le tout ensemble estimé 2 livres 10 sols ; qui sont tous les meubles et effets qui se sont trouvés être et dépendre de la succession dudit défunt et ont été estimés par le sieur Jusseaume, qui a requis taxe pour son transport et estimation 20 sols qui lui seront payés lors de la vente des meubles.

  • 99 Saint-Marc : 25 avril.
  • 100 * Un quartron : un quarteron, c’est-à-dire le plus souvent 25, soit un quart de 100. Serge Bertin (...)
  • 101 * Temps de coutume : délai de paiement prescrit par la coutume, à l’occasion d’une transaction.
  • 102 * La formule laisse envisager une éventuelle négociation avec le curé pour qu’il renonce aux frais (...)
  • 103 La pinte de vin payée au porteur du corps s’appelait « le coût de l’homme en terre ».

4[Ledit Touchard a déclaré que ledit Jamin] lui devait huit années de louage de la maison qu’il occupait, échues de Saint Marc dernier99, qui à raison de six livres par an [montent] à la somme de 48 livres qu’il proteste se faire payer le premier, pris sur les meubles, après la vente… ; plus que ledit défunt lui devait trois livres pour un quartron100 de fagots qu’il lui avait vendus et livrés depuis temps de coutume101… ; plus sont encore dus les frais funéraires au sieur curé sauf à régler avec lui102… ; plus est encore dû audit Touchard huit sols pour le prix d’une pinte de vin par lui payée aux quatre porteurs du corps du défunt enterré103. Qui est tout ce que ledit Touchard nous a dit savoir et connaître être et dépendre de la succession du défunt… Calcul fait du montant des estimations… le tout s’est trouvé monter… à 15 livres 19 sols.

5Présents les sieurs René Froger, garçon postillon de la poste aux chevaux, et René Follenfant, directeur du bureau de la poste aux lettres demeurant audit Foulletourte. Ledit Touchard a déclaré ne pas savoir signer.

6[La minute est signée Froger et Follenfant].

Notes

87 Héritiers collatéraux : frères ou cousins.

88 Il n’y a qu’un drap car le second a été utilisé comme linceul.

89 * Bissac : « sac ouvert en long par le milieu & fermé par les deux bouts, en sorte qu’il forme comme un double sac ». Le Dictionnaire de l’Académie ajoute ensuite un exemple d’utilisation qui correspond parfaitement à Louis Jamin : « On dit qu’un homme est au bissac pour dire qu’il est réduit à la mendicité. »

90 Seul le bissac, outil de travail, semble en bon état, * n’étant dit ni « mauvais » ni « rapiécé ».

91 Étoffe : tissu contenant de la laine.

92 * Durant plusieurs siècles, la paroisse de Ligron a travaillé l’argile extraite de son sous-sol, et cuit sa production grâce au bois de la forêt de Longaulnay. On trouve des traces archivistiques de cette activité de poterie dès le XIVe siècle. Au XVIIIe siècle, la production se partage entre poterie usuelle, comme celle que possède Louis Jamin, et fabrication ponctuelle de beaux objets (grands plats, fontaines, vierges…). Voir L. Combes-Mésière, G. Galbrun-Chouteau et G. Kervella (dir.), Potiers et faïenciers de la Sarthe, op. cit., p. 248-277.

93 Siamoise : ici, tissu de coton.

94 Vergette : tringle.

95 Carrie : cadre du baldaquin.

96 Fonsaille : barre de bois pour soutenir paillasse et couette.

97 * Ensouillé de toile : recouvert d’une enveloppe, d’une taie, de toile.

98 * Balle : petite enveloppe qui couvre le grain, en particulier de l’avoine.

99 Saint-Marc : 25 avril.

100 * Un quartron : un quarteron, c’est-à-dire le plus souvent 25, soit un quart de 100. Serge Bertin et alii, dans Trésor du parler cénoman, donnent précisément comme exemple « un quarteron d’bourrées », les bourrées étant les fagots.

101 * Temps de coutume : délai de paiement prescrit par la coutume, à l’occasion d’une transaction.

102 * La formule laisse envisager une éventuelle négociation avec le curé pour qu’il renonce aux frais funéraires du mendiant.

103 La pinte de vin payée au porteur du corps s’appelait « le coût de l’homme en terre ».

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site