Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

11 - « Divorce » entre la veuve du garde-chasse et le jardinier

Texte intégral

1Le divorce n’existant pas, la séparation de corps étant difficile à obtenir et coûteuse, deux époux décident de se séparer de fait. Le jardinier était violent.

25 et 26 septembre 1752. Vente des meubles de Louis Heurteloup et Marie Jamin sa femme, avant lui veuve Louis Meiche

  • 64 * Le jardinier travaillait sans doute au château des Perrais, à Parigné-le-Polin, lorsqu’il avait (...)
  • 65 * Saint-Pierre-des-Bois est situé à 25 km à l’ouest de Parigné-le-Polin, près de Chantenay-Villedi (...)
  • 66 Banisseur : crieur de ventes.
  • 67 * Le crieur de la vente vient de nettement plus près que l’oncle chargé de recueillir l’argent, pu (...)

2Par devant nous Jean Pillot… furent présents… chacun de Louis Heuteloup, jardinier, et Marie Jamin son épouse, savoir ledit Heurteloup présent en ce lieu et y étant arrivé depuis quelques jours de différents pays où il travaillait de son métier de jardinier, demeurant ci-devant avec ladite Marie Jamin son épouse au bourg de Parigné le Polin64. Lesquels nous ont déclaré de leur bon gré et propre vouloir que ne pouvant vivre ensemble en paix et en union à cause des différents scandales qu’ils ont souvent occasionnés, et plutôt de la part dudit Heurteloup que de celle de ladite Jamin, ils sont d’avis depuis longtemps de se régler entre eux de ce qui appartient à chacun dans la maison de Marie Jamin, auparavant veuve de Louis Meiche, garde chasse de M. le marquis de Broc, [premier mariage dont] sont issus Louis et Pierre Meiche, enfants mineurs âgés de 13 et 12 ans environ, et afin d’y parvenir avec plus de facilité et justice, les parties ont été d’avis de faire procéder cejourd’hui devant nous à une vente générale des meubles et effets qui composent leur communauté, au titre de leur contrat de mariage du 15 mai 1746… Et pour receveur du denier des meubles, ils ont prié et requis la personne de Jean Meiche, marchand, demeurant paroisse de Saint Pierre des Bois65, oncle paternel des enfants mineurs… et pour banisseur des meubles66 a été pris de la part d’Heurteloup et femme la personne de Pierre Simon, marchand, demeurant au petit Guécélard, paroisse de Fillé67

3La vente s’est trouvée monter et revenir ensemble, sauf erreur… à la somme de 164 livres 6 sols 6 deniers…

  • 68 * Allusion à l’inventaire dressé six ans plus tôt, au moment du remariage de la veuve du garde-cha (...)
  • 69 * Tuffeau : pierre calcaire, ici faisant partie de l’entourage d’une fenêtre.
  • 70 * Au bout de six années de mariage manifestement remplies de difficultés et de tensions (heureusem (...)

4Laquelle somme provenue du prix des meubles et effets, Louis Heurteloup a consenti que Marie Jamin la retienne par devers elle pour venir en déduction du contenu de son inventaire… reconnaissant avoir dissipé depuis la célébration de son mariage avec Marie Jamin le plus beau et le meilleur des effets de leur communauté. C’est pourquoi la vente est bien moindre que le prix fixé par l’inventaire68. Reconnaissant au surplus ledit Heurteloup que le 21 juin 1748, Marie Jamin son épouse lui aurait fait raison de son apport au contrat de mariage liquidé… à 95 livres, même qu’elle lui aurait donné quelques petites sommes au delà par différentes reprises et qu’il lui aurait de plus, au courant du mois de juillet dernier, pris quelque argent et emporté quelques effets par violence, après l’avoir maltraitée, dont il déclare être bien fâché, y ayant été excité par l’avis de quelques mauvaises personnes. C’est pourquoi il renonce, par ces présentes, à jamais lui faire aucune demande, ni après sa mort à ses enfants… Et pour quelque cause et manière que ce puisse être, étant d’avis l’un et l’autre de se retirer où bon leur semblera, ne pouvant vivre en concorde… Il a remis à Marie Jamin son épouse 3 livres pour ce qu’il en pourra coûter à réparer une huisserie de porte de la maison où elle fait sa demeure à Parigné… et une fenêtre ou croisée, ayant rompu un tuffeau69 et une terrasse ou colombage qu’il aurait violemment forcée pour entrer chez elle au cours du mois de juillet dernier lorsqu’il la maltraita si fort70. Se quittent respectivement l’un l’autre sans aucune communauté et vaudra la présente procuration donnée à Marie Jamin son épouse… l’autorisant à faire présentement toutes ses affaires sans qu’il lui soit besoin d’autres actes que du présent.

  • 71 * Plus des trois quarts du jour : voilà qui donne un indice sur la durée des opérations. Malgré le (...)

5Fait et passé en notre étude après y avoir passé plus des trois quarts du jour 71. Présents les sieurs François Quéru et Jacques Trouillard marchands sergers demeurant au bourg de Fouilletourte. Marie Jamin et Jean Meiche ont déclaré ne savoir signer.

6[La minute est signée Louis Heurteloup, François Quéru et Jacques Trouillard].

Notes

64 * Le jardinier travaillait sans doute au château des Perrais, à Parigné-le-Polin, lorsqu’il avait connu et épousé la veuve du garde-chasse du marquis de Broc en 1746. Puis il était parti exercer son métier dans d’autres propriétés, tout comme le mari de « La Saint-Louis », ancien domestique au couvent de La Fontaine devenu jardinier de l’Abbé de Crin, à Chantepie, sur la paroisse d’Épineux (A. Fillon, Louis Simon étaminier…, op. cit., p. 309). Le domaine de Chantepie est situé à Épineux-le-Seguin, soit environ quarante kilomètres au nord-ouest de La Fontaine Saint-Martin, où sa femme continuait à habiter.

65 * Saint-Pierre-des-Bois est situé à 25 km à l’ouest de Parigné-le-Polin, près de Chantenay-Villedieu.

66 Banisseur : crieur de ventes.

67 * Le crieur de la vente vient de nettement plus près que l’oncle chargé de recueillir l’argent, puisque Guécélard est situé à moins de 4 km du bourg de Parigné.

68 * Allusion à l’inventaire dressé six ans plus tôt, au moment du remariage de la veuve du garde-chasse.

69 * Tuffeau : pierre calcaire, ici faisant partie de l’entourage d’une fenêtre.

70 * Au bout de six années de mariage manifestement remplies de difficultés et de tensions (heureusement allégées par le travail « dans différents pays » du mari), c’est cet épisode de violence extrême qui a décidé Marie Jamin à agir pour se protéger et protéger ses enfants. Son mari semble conscient du problème et consentant à ce règlement à l’amiable, peut-être grâce à une forte pression de l’entourage familial ou villageois.

71 * Plus des trois quarts du jour : voilà qui donne un indice sur la durée des opérations. Malgré les quelques effets volés par le jardinier violent, la vente a été longue.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site