Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

8 - Catherine Froger, fille obstinée du maître de poste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au-delà de 25 ans les filles, et au-delà de 30 ans les garçons, pouvaient se passer du consentement de leurs parents pour se marier, à condition de leur faire trois sommations respectueuses. Le maître de poste avait un caractère difficile… Nous le retrouverons, exerçant des voies de fait sur un visiteur qu’il jugeait suspect. Quand à sa femme, elle était capable de menacer d’un pistolet qu’elle portait sur elle les valets qui chuchotaient que ses enfants volaient des pigeons du marquis de Broc38.

14 janvier 1774. Seconde sommation respectueuse par Catherine Froger, fille majeure au sieur Louis Froger et à Anne Bouttevin ses père et mère pour acquiescer à son mariage, projeté entre elle et Louis André, garçon maréchal à Foulletourte

Par devant nous Jean Pillot… est comparue Catherine Froger, fille majeure de 25 ans passés, faisant sa demeure ordinaire chez ses père et mère en cette paroisse de Cérans. Catherine Froger nous a requis derechef39 pour la seconde fois de nous transporter av...

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540