Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Souvenirs d'un villageois du Maine

 | 
Louis Simon

Troisième partie. La plume du notaire

8 - Catherine Froger, fille obstinée du maître de poste

Texte intégral

  • 38 * Sur la famille Froger, voir : A. Le Goff-Guilleux, Cent ans de relais de poste de Foulletourte…, (...)

1Au-delà de 25 ans les filles, et au-delà de 30 ans les garçons, pouvaient se passer du consentement de leurs parents pour se marier, à condition de leur faire trois sommations respectueuses. Le maître de poste avait un caractère difficile… Nous le retrouverons, exerçant des voies de fait sur un visiteur qu’il jugeait suspect. Quand à sa femme, elle était capable de menacer d’un pistolet qu’elle portait sur elle les valets qui chuchotaient que ses enfants volaient des pigeons du marquis de Broc38.

14 janvier 1774. Seconde sommation respectueuse par Catherine Froger, fille majeure au sieur Louis Froger et à Anne Bouttevin ses père et mère pour acquiescer à son mariage, projeté entre elle et Louis André, garçon maréchal à Foulletourte

  • 39 * Derechef : de nouveau, une nouvelle fois. Le Dictionnaire de l’Académie (édition 1776) notait dé (...)
  • 40 * L’une des difficultés de la procédure des sommations respectueuses était de trouver deux témoins (...)

2Par devant nous Jean Pillot… est comparue Catherine Froger, fille majeure de 25 ans passés, faisant sa demeure ordinaire chez ses père et mère en cette paroisse de Cérans. Catherine Froger nous a requis derechef39 pour la seconde fois de nous transporter avec elle et ses témoins chez le sieur Louis Froger, maître de la poste aux chevaux et Anne Boutevin, ses père et mère, demeurant en cette paroisse de Cérans pour et à effet de leur réitérer ses très humbles réquisitions et faire les sommations respectueuses afin de les engager à consentir à son mariage projeté avec Louis André, garçon maréchal à Foulletourte… Etant arrivé avec ladite Catherine Froger en la maison et demeure de ses père et mère en compagnie de chacun de Jean Guyard, marchand serger et tissier, de Nicolas Coliber, cordonnier, demeurant au bourg de Foulletourte40, nos témoins, nous aurions trouvé la personne de Anne Bouttevin sa mère qui nous a dit que son mari était allé au Mans pour vaquer à ses affaires et qu’elle n’a pas changé de l’avis où elle était hier, et que c’était toujours comme hier, et qu’elle ne voulait pas consentir au mariage, et ladite Catherine Froger voulant embrasser sa mère pour la faire consentir à son mariage, elle a sorti de sa maison. C’est pourquoi la requérante a pris cette sortie pour un refus et nous a requis acte.

15 janvier 1774 troisième sommation. Requête de Catherine Froger

  • 41 Serger que tissier : Guyard est autant serger, travaillant la laine, que tisserand, travaillant le (...)
  • 42 La maison chauffante et d’entrée : il s’agit de la chambre à cheminée située à l’entrée de l’auber (...)

3Nous nous sommes pour la troisième et dernière fois transportés, à la requête de Catherine Froger, en assistance de chacun de Jean Guyard serger que tissier41, et de Nicolas Coliber cordonnier, nos témoins, en la maison desdits Louis Froger et Anne Bouttevin ses père et mère vers les huit heures de la matinée, où étant arrivés, nous aurions trouvé le sieur Froger et sa femme, père et mère de la requérante, lesquels savoir ledit sieur Froger lorsqu’il nous a vu arriver a pris le parti de s’enfuir en nous disant qu’il ne changeait pas du premier sentiment où il était lors de la première sommation ; ensuite la mère a passé dans une troisième chambre, et étant allée en compagnie de sa fille et des témoins la trouver, elle est revenue en la maison chauffante et d’entrée42 et nous a dit que puisqu’on avait commencé un ouvrage et que Monsieur le curé et autres étant les maîtres, sa fille pouvait agir comme elle voudrait.

4Et requise par sa fille pour la troisième et dernière fois ainsi que son père de consentir audit mariage projeté avec André, elle lui a fait faire ainsi qu’à son père la troisième soumission, réquisition et sommation respectueuse afin d’être en règle pour passer au mariage et à la célébration en face de l’Église, toutes lois civiles et canoniques dûment observées. Ladite Anne Bouttevin ainsi que son mari avant de partir nous a dit que sa fille poursuive ses sommations respectueuses et qu’ils ne donnent aucun consentement à son mariage. C’est pourquoi, vu le refus du sieur Froger et de sa femme, nous nous sommes retirés et avons donné acte de tout le contenu à ladite Catherine Froger pour lui servir et valoir ce que de raison.

5[La minute est signée Jean Guiard, serger et tixier, et Nicolas Coliber, cordonnier].

Notes

38 * Sur la famille Froger, voir : A. Le Goff-Guilleux, Cent ans de relais de poste de Foulletourte…, op. cit.

39 * Derechef : de nouveau, une nouvelle fois. Le Dictionnaire de l’Académie (édition 1776) notait déjà de ce mot : « il vieillit ».

40 * L’une des difficultés de la procédure des sommations respectueuses était de trouver deux témoins qui acceptent de prendre le risque potentiel de se fâcher avec les parents récalcitrants. Ici, l’on s’apercevra à l’acte suivant qu’il s’agit de deux amis du futur marié.

41 Serger que tissier : Guyard est autant serger, travaillant la laine, que tisserand, travaillant le chanvre. * Tissier est souvent écrit tixier.

42 La maison chauffante et d’entrée : il s’agit de la chambre à cheminée située à l’entrée de l’auberge, par opposition à la « troisième chambre », pièce située dans les dépendances.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site